Version classiqueVersion mobile

Le « retour » des Grecs de Russie

 | 
Kira Kaurinkoski

Conclusion

Texte intégral

1Cet ouvrage a examiné les trajectoires, les mémoires et les appartenances des Grecs de Mariupol et d’ex-Union soviétique dans la durée : depuis leur installation massive dans l’Empire russe au xviiie s. jusqu’à nos jours. La première partie a traité l’évolution historique et culturelle des Grecs de Mariupol dans l’Empire russe, à l’époque de l’Union soviétique, et en Ukraine. La situation des Grecs pontiques et les différents types de mobilités forcées et volontaires qui ont défini leur existence ont également fait l’objet d’une analyse. Les deux groupes ont été sujets aux migrations forcées de l’Empire ottoman vers l’Empire russe : les Grecs de Mariupol vers la fin du xviiie s. ; les Grecs pontiques entre le xviiie et le début du xxe s. En Union soviétique, les deux groupes ont ensuite subi les déplacements forcés du régime stalinien. En revanche, leur migration vers la Grèce et vers Chypre après la fin de la guerre froide, à quelques exceptions près, peut être qualifiée de volontaire. Ces migrations de retour diasporique, ainsi que les migrations transnationales ukrainiennes qui ont pris forme pendant la même période ont été examinées dans la deuxième partie de ce travail.

2Les Grecs de Mariupol présentent effectivement un cas intéressant et peu connu. Il s’agit d’un groupe de la diaspora grecque établi sur le territoire russe, puis soviétique et ukrainien, depuis des siècles, et qui, pendant longtemps, n’avait aucun contact avec la « mère-patrie ». Ils étaient bien intégrés à la société dans laquelle ils s’étaient établis. Cela dit, la mémoire des événements historiques, parfois tragiques, n’avait pas été effacée. Leur transfert de Crimée sur les rives de la mer d’Azov, à la fin du xviiie s., est aujourd’hui considéré comme une migration forcée. En URSS, ils faisaient partie des « peuples punis ». Bien qu’ils n’aient pas été concernés par les déportations collectives, les répressions du régime stalinien dans ce groupe ont été sanglantes. Ces événements tragiques ont renforcé leur sentiment d’altérité stimulant leur conscience ethnique. À ces faits s’ajoute la question de leurs langues et de leur culture particulière. À l’époque de l’indigénisation, marquée par une politique linguistique et culturelle libérale, nombre d’écrivains d’expression romaïque, de scientifiques et d’autres acteurs de la culture grecque locale étaient actifs dans la région de la mer d’Azov. Le renouveau culturel pendant le dégel – et plus particulièrement depuis la perestroïka – ainsi que le réveil ethnique et la mise en place des associations culturelles grecques dans de nombreuses localités d’ex-URSS habitées par des populations grecques, témoignent de l’importance des processus mémoriels chez ces populations. C’est également pendant cette période que l’on constate l’établissement des liens avec la Grèce, dans le cas des Grecs de Mariupol pour la première fois depuis 1937.

3L’effondrement du mur de Berlin et l’ouverture des frontières dans les pays de l’Est permettent pour la première fois les voyages dans les pays occidentaux et poussent de nombreux habitants de l’Est à chercher un avenir meilleur en Europe occidentale ou ailleurs. En ex-Union soviétique, les populations diasporiques juives, allemandes, grecques, finnoises et autres ont été parmi les premières à partir. Alors que les Grecs d’Asie centrale et du Caucase sont nombreux à être partis, suivis d’une fraction des Grecs de Russie, les Grecs de Mariupol dans leur grande majorité sont restés en Ukraine. C’est seulement vers la fin des années 1990 que les migrations de ce groupe vers la Grèce et vers Chypre ont pris une certaine ampleur. Bien que toute l’histoire récente de ce groupe était liée à la Russie et à l’Ukraine actuelles, la Grèce est restée pour certains d’entre eux un pays vénéré, mais inconnu. Bien que la grécité soit considérée comme importante, c’est en Ukraine qu’ils voulaient vivre et être Grecs. Alors que chez les Grecs pontiques les raisons des départs en direction de la Grèce et de Chypre ont été multiples et variées, chez les Grecs de Mariupol, quand ils ont lieu, les départs s’expliquent largement par des considérations économiques.

4La Grèce, l’un des pays les moins développés de l’Union européenne, a pourtant été l’un des plus concernés par ces processus migratoires : l’immigration sporadique d’antan s’est transformée en un phénomène massif, non contrôlé. La migration de retour diasporique des personnes d’origine grecque s’est doublée d’une migration transnationale économique de personnes d’autres origines. Pour l’État grec, la question du « retour » des Grecs d’ex-Union soviétique était idéologique. Elle correspondait à l’air du temps, mais elle était aussi motivée par des considérations économiques et géopolitiques. La prise de conscience de la complexité du phénomène et de l’importance de la mise en place des politiques migratoires et d’intégration a eu lieu plus tard. Les migrants eux-mêmes ne parlent pas de « retour » et encore moins d’émigration, ce dernier terme ayant conservé chez eux l’empreinte soviétique de la trahison de la patrie.

  • 1 Voir, par exemple, Kosmarskaya Natalya 2006 ; 2010 ; Voutira Eftihia 2011 ; Fialkova Larisa, Yelene (...)

5Vingt-cinq ans après leur arrivée en Grèce et à Chypre, la plupart de ces migrants sont à la fois intégrés et ségrégés parce qu’ils subissent une marginalisation professionnelle et sociale, ainsi que des clivages sociaux et culturels. Cette image mitigée d’intégration et de séparation est également mise en avant dans les travaux sur d’autres « migrants de même origine » (co-ethnic migrants) d’ex-Union soviétique et vivant aujourd’hui dans leurs pays ancestraux, en Russie, en Israël, en Allemagne et en Finlande1. L’élaboration des réseaux associatifs accompagnée de la revalorisation d’une identité déclinée par référence au passé russe et la formation des « diasporas reversées » sont des effets notables de ce « retour ».

6Sur le plan des identités collectives en contexte migratoire, les Grecs de Mariupol peuvent être considérés comme un groupe transnational qui vit « ici et là-bas ». Ils se sont généralement installés en Grèce ou à Chypre bénéficiant des dispositions politiques et financières prises par ces États à leur encontre – accès privilégié à la citoyenneté grecque et aux droits afférents –, mais en estimant être des migrants temporaires même si certains, notamment dans les jeunes générations, formulent des projets de longue durée. Si on les compare aux Grecs pontiques, leur arrivée en Grèce et à Chypre est plus tardive, ils sont aussi moins nombreux et moins soudés, mais plus « cosmopolites », plus ouverts à l’altérité. D’autres facteurs les différencient encore des Grecs pontiques. Une partie des Grecs pontiques ne souhaite pas être assimilée à la société d’accueil et revendique la reconnaissance de son identité particulière et de sa visibilité : on a ainsi affaire à une dissimilation. La formation des « diasporas reversées », notamment en marge des grandes villes caractérise également une partie de ces populations qui, dans leur ensemble, ont choisi de quitter la diaspora et de devenir partie intégrante de la « communauté nationale imaginée ». On ne saurait oublier que les Grecs pontiques sont un groupe diasporique transnational qui a subi les migrations forcées, et le déracinement qui l’accompagne, à plusieurs reprises au cours de son histoire. Les Ukrainiens d’origine non grecque, en Grèce et à Chypre, forment un groupe qui a pris corps grâce à l’existence des réseaux transnationaux et à la mondialisation du marché du travail. Il reste à voir si la mise en place d’une communauté ukrainienne dans ces pays est un phénomène passager ou si elle est faite pour durer.

7Les représentations de la patrie chez les Grecs de Mariupol en contexte migratoire se fondent à la fois sur la généalogie et sur l’appartenance à un lieu et à un territoire précis. Chez les Grecs pontiques, l’appartenance généalogique prédomine. Dans le cas des Ukrainiens, le sens de la patrie est intimement lié à la nation ukrainienne et à ses aspirations.

8Les représentations de la mère-patrie jadis vénérée, imaginée et idéalisée ont également évoluées. Celle-ci n’est plus perçue comme un paradis. Nombre de Grecs de Mariupol ont gardé des attaches dans leur village et dans leur région d’origine en Ukraine et y font des projets de construction. De plus, ils soulignent volontiers qu’ils sont aussi porteurs de la culture russe. Les « diasporas reversées » caractérisent une partie des Grecs pontiques, alors que certains d’entre eux ont également gardé des attaches dans le pays de départ, en Russie notamment. Mais la Grèce est importante : c’est le pays des racines, des ancêtres lointains et illustres et, dans le cas des Grecs pontiques, de parents plus récents aussi. Nombre de Grecs pontiques et mariupolites venus d’ex-Union soviétique depuis la fin de la guerre froide se sont installés en Grèce ou à Chypre et y ont reconstruit leurs vies. Pour leurs enfants qui y sont nés, ces pays sont devenus leurs patries.

9La mémoire collective des Grecs de Mariupol se fond en une croyance d’origine commune, celle d’appartenir de longue date au monde grec et d’avoir migré au cours du temps, passant de la domination ottomane à l’Empire russe, au régime soviétique, puis ukrainien. Chacun de ces régimes a imposé sa politique en matière de migration, de langue, de religion, de nationalité et d’expression culturelle. Chaque fois, les Grecs de Mariupol se sont adaptés à de nouvelles conditions, tout en gardant leur identité et leur conscience de groupe. Dans ce sens, on peut aussi parler chez eux d’une mémoire d’accommodation. L’expérience migratoire n’a pas altérée la perception de l’histoire du groupe. Parmi ceux qui se sont intéressées à leur histoire, certains ont pu retracer leur généalogie jusqu’au xviiis., en Crimée. Nombre de Grecs de Mariupol et leurs associations culturelles cultivent des liens avec la Crimée, perçue comme un point de départ tangible. Ces liens prennent la forme de visites culturelles sur les lieux d’origine et dans les monastères emblématiques, mais il y aussi des échanges avec les associations culturelles grecques locales. Chez les Grecs pontiques, le territoire de référence est le Pont. Les intellectuels s’identifient volontiers aux événements et aux faits historiques et mythiques de la Toison d’Or, de l’expédition des Argonautes et de l’Empire de Trébizonde.

10La migration de retour « reversée » concerne notamment la Russie et l’Ukraine. La migration circulatoire et la re-migration finissent par définir une partie des migrants. Puisque les identités diasporiques sont toujours multiples, l’incorporation et la mobilité ne sont pas nécessairement des processus contradictoires mais complémentaires, signes aussi de l’avancée de la mondialisation.

11Avec le temps, beaucoup de ces migrants vont sans aucun doute devenir partie intégrante du pays d’accueil et y laisser leur empreinte. Alors que les mesures d’austérité continuent de se faire sentir en Grèce, et la guerre dans l’Est d’Ukraine, et que l’accueil des migrants et des réfugiés divise l’Europe – elle-même « en crise » avec l’ascension des partis et des groupes contestataires –, nombreux sont ceux qui, dans les sociétés d’accueil et les communautés migrantes, se souviennent avec nostalgie des années 1990 marquées par l’arrivée des migrants de l’Est, lorsque l’économie était ascendante et l’Europe en pleine construction.

Notes

1 Voir, par exemple, Kosmarskaya Natalya 2006 ; 2010 ; Voutira Eftihia 2011 ; Fialkova Larisa, Yelenevskaya Maria 2005 ; 2013 ; Remennick Larissa 2009 ; Klekowski von Koppenfels Amanda 2009 ; Hess Christin 2008 ; 2014 ; Pikkarainen Merja, Protasova Ekaterina 2015 ; Čapo-Žmegač Jasna, Voss Christian, Roth Klaus 2010 ; Dietz Barbara, Roll Heike 2017.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search