Version classiqueVersion mobile

Le « retour » des Grecs de Russie

 | 
Kira Kaurinkoski

Seconde partie – D’ex-Union Soviétique vers la Mère-Patrie imaginée

Les stratégies d’intégration des migrants

Texte intégral

Le fait que beaucoup d’entre nous, ici, à Athènes, ont réussi à s’installer est en grande partie dû à nos propres efforts. Il y a de la mafia, des vendeurs de cigarettes et de drogue parmi nous […] Les relations avec la population locale et les migrants des années 1960 ne sont pas toujours bonnes. Les locaux (mestnye) ne nous aiment pas. Nous avons construit des maisons ; il y en a beaucoup qui sont jaloux et disent que nous avons pris leurs terrains. Nous avons payé pour ces terrains. Les migrants des années 1960 ne nous comprennent pas. Depuis leur départ, la Russie a beaucoup évolué. Le pays que nous avons quitté était très différent du pays qu’ils avaient connu.  (Témoignage d’une Grecque pontique venue du Kazakhstan en 1993, Centre de soutien pour l’intégration des Grecs rapatriés d’ex-Union soviétique, Menidi, 2003)

  • 1 Berry John W. 1996, p. 171.
  • 2 Vermeulen Hans 2004, p. 31-32.

1L’intégration est un processus à long terme dont le but est d’absorber les migrants dans les structures sociales d’une société existante au-delà de la première génération. L’intégration englobe tous les domaines de la vie quotidienne afin de prévoir des conditions égales d’accès aux ressources économiques, sociales, politiques et culturelles dans la nouvelle société d’accueil. Au cours du processus d’intégration, les migrants adoptent les valeurs et les normes culturelles particulières de la société d’accueil sans que cela implique nécessairement une perte de leur propre identité culturelle1. Il s’agit d’un processus à deux sens dans la mesure où la société d’accueil aussi évolue en parallèle. Ainsi, l’intégration assure la stabilité du système social existant et en garantit le fonctionnement. La manière dont les migrants s’intègrent dans la société d’accueil varie en fonction du pays et s’explique par les idées, les valeurs et les normes de celle-ci. La question n’est pas comment les migrants font pour s’intégrer mais à quel type de société ils sont tenus de s’intégrer2. C’est cela qui, dans beaucoup de cas, détermine les stratégies mises en œuvre.

  • 3 Castles Stephen 1997, p. 113-138 ; Castles Stephen, Miller Mark J. 1993.
  • 4 Sur ces trois modèles différents d’intégration, voir, par exemple, Vermeulen Hans 2004, p. 27-40 ; (...)
  • 5 Sur les notions de nation et de citoyenneté en France et en Allemagne sous un angle comparatif, voi (...)
  • 6 La loi sur l’acquisition de la nationalité allemande introduisant des éléments de jus soli est entr (...)

2Stephen Castles fait une distinction entre les trois modèles d’intégration suivants : exclusion différentielle, assimilatoire et multiculturelle3. D’autres parlent des modèles allemand, français et multiculturel4. Traditionnellement, les modèles français et allemand ont été présentés comme opposés, se fondant sur des notions différentes de la nation. Le modèle allemand se fonde sur le principe de jus sanguinis et le principe d’ascendance ethnique. Ce modèle accepte les migrants dans la sphère économique, tout en les excluant des sphères de l’identité, de la citoyenneté et des droits politiques. Et, même dans la sphère économique, les migrants ne sont acceptés que de manière temporaire en tant que travailleurs invités (Gastarbeiter). En fait, il ne s’agit pas d’intégration mais d’accommodation temporaire. Le modèle français, pour sa part, repose sur le principe de jus soli et sur une notion politique de la nation : le lien au sol et le fait de vivre ensemble donnent droit à la citoyenneté. En réalité, aussi bien le modèle français que le modèle allemand visent à l’homogénéité culturelle que ce soit par l’exclusion du domaine culturel, dans le cas allemand, ou par la nécessité d’assimilation, dans le cas français5. Le modèle multiculturel, pour sa part, est un modèle d’inclusion qui se fonde sur la tolérance et dans certains cas, sur la célébration de la diversité culturelle. En Europe, le modèle multiculturel caractérise la Suède, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas. Dans chaque cas, on demande aux migrants d’intégrer les valeurs principales de la société d’accueil. En définitive, les modèles d’intégration ne sont pas immuables. Ainsi, pendant les années 2000, l’Allemagne a adopté des principes de jus soli, la France des aspects du principe de jus sanguinis6. Les politiques d’intégration dépendent de la conception de la nation.

  • 7 Vermeulen Hans 2004.

3En Grèce, l’existence d’une diaspora grecque diachronique explique largement l’orientation des lois sur la nationalité et la citoyenneté vers une logique qui repose sur le principe de jus sanguinis. La loi 3838/2010, qui est restée en vigueur entre mars 2010 et décembre 2012, a présenté certains éléments de jus soli, mais cette loi a été annulée par la Cour suprême de Grèce, en février 2013. De ce point de vue, le modèle d’intégration grec présente des similitudes avec le modèle allemand7. Mais il est également vrai qu’il n’y a pas d’intégration sans assimilation, et de ce point de vue, le modèle grec présente donc aussi des similitudes avec le modèle français.

  • 8 Commission européenne contre le racisme et l’intolérance 2009, p. 25.
  • 9 Tsimouris Giorgos 2009, p. 162 ; Tsitselikis Konstantinos 2007.
  • 10 Vogli Elpida 2005, p. 385.

4La position de la langue grecque relève d’une importance particulière et explique les efforts déployés pour unir les Grecs de la Grèce et ceux de la diaspora. Depuis les années 1990, sous l’influence de l’Union européenne certaines initiatives institutionnelles qui favorisent le multiculturalisme ont été introduites. En réalité, elles n’ont pas toujours été appliquées ou l’ont été sans véritable volonté politique, comme le montre le cas des écoles dites multiculturelles8, définies souvent par une politique scolaire ethnocentrique et assimilatoire9. Selon la politique actuelle, tous les élèves doivent apprendre le grec quelle que soit leur origine. Il n’y a pas d’instruction dans les langues des minorités à une seule exception près : dans les écoles minoritaires en Thrace occidentale qui doivent leur existence au traité de Lausanne, le turc constitue la langue d’instruction. Néanmoins, le fait qu’un grand nombre de migrants continuent à parler leur langue en public plusieurs années après leur arrivée alors que nombre d’entre eux sont de facto des citoyens grecs dérange beaucoup de Grecs et de Chypriotes de souche. Ceci est particulièrement vrai quand la langue maternelle de ces migrants est le russe, le turc ou l’albanais10.

  • 11 Bourdieu Pierre, Passeron Jean-Claude 1964 ; 1970.
  • 12 Castel Robert 1995 ; Paugam Serge 1996.

5La marginalisation constitue un processus brutal de rupture progressive des liens sociaux. Le phénomène actuel de marginalisation ou d’exclusion sociale ne recouvre pas forcément, ni uniquement, celui de la pauvreté et de l’exclusion du marché du travail. En privant un individu ou un groupe de reconnaissance, c’est son identité sociale qui est niée. L’exclusion revêt plusieurs formes. Le concept de « déclassement social » selon P. Bourdieu et J.-Cl. Passeron11, ou celui de « disqualification sociale » selon S. Paugam, ou encore celui de « désaffiliation » selon R. Castel montrent comment de plus en plus de personnes en situation de grande vulnérabilité sociale finissent par se trouver « déclassées » ou « disqualifiées » en tant que membres de leurs groupes initiaux d’appartenance12.

6Dans ce chapitre nous verrons comment les États grec et chypriote ont essayé de répondre aux défis posés par l’arrivée des migrants après la fin de la guerre froide.

Aspects des politiques d’accueil des états grec et chypriote

Les Grecs d’ex-Union soviétique

  • 13 Il convient d’évoquer ici les ministères grecs des Affaires étrangères, de l’Ιntérieur, du Τravail (...)
  • 14 Dès lors appelée Fondation nationale pour l’accueil et l’installation des Grecs de la diaspora et r (...)

7L’intégration des Grecs d’ex-Union soviétique a été un enjeu majeur pour la Grèce et plusieurs institutions sont intervenues dans ce but13. En août 1990, a été créée la Fondation nationale pour l’accueil et l’installation des Grecs rapatriés (Εθνικό Ίδρυμα Υποδοχής και Αποκατάστασης Παλιννοστούντων Ομογενών Ελλήνων) – une institution publique de droit privé – sous les auspices du ministère grec des Affaires étrangères. Depuis 1994, cette fondation a été appelée à s’occuper aussi des programmes « de soutien » aux Grecs dans les nouveaux États indépendants et en Albanie14. Bénéficiant d’un financement de l’État grec et de l’Union européenne, la fondation a adopté un programme de rapatriement et d’installation rurale des Grecs d’ex-Union soviétique en Thrace (1991-1999). Le choix de cette région a été motivé par des raisons géopolitiques. Il s’agit d’une région économiquement sous-développée faisant frontière avec la Turquie, à l’extrémité nord-est de la Grèce, où vit une importante minorité musulmane essentiellement turcophone. Depuis les années 1960, cette région a connu une émigration vers l’Allemagne et un exode rural vers les grandes agglomérations de Grèce.

  • 15 Entretiens avec des Grecs d’ex-Union soviétique dans l’agglomération athénienne et à Chypre. À ce p (...)

8Pendant les premières années de son fonctionnement (1991-1993), le programme de rapatriement et d’installation rurale a été appliqué en quatre phases : à leur arrivée, les migrants étaient conduits dans des « centres d’hospitalité » en Grèce centrale, en Macédoine et en Thrace. Quelques semaines plus tard, ils étaient transférés dans des villages d’accueil dans les nomes d’Évros, de Kavala et de Trikala. L’État grec assumait le coût de la location, de l’alimentation, des stages de langue et des stages professionnels. Après une période d’attente, les migrants avaient droit à un appartement dans le nord du pays. Pendant les premières années, le loyer était payé par la fondation. Les migrants devaient payer l’électricité, l’eau et les charges. Avec le temps, ils devaient assumer la totalité du loyer. À l’issue de ce programme, les migrants avaient droit à une maison. Certains ont obtenu une maison ou un appartement au bout d’un an ; d’autres ont dû attendre dix ans voire plus15. Le programme a suscité des problèmes avec la population locale, jalouse de ces migrants qui avaient droit à un logement gratuit.

  • 16 Glytsos Nicholas 1995, p. 155-176 ; EIYAAPOE 2001.
  • 17 Ces chiffres du 31 octobre 2002 ont été fournis par Aikaterini Kaltsou, directrice chargée de la di (...)

9Ainsi, dans la deuxième phase du programme (1994-1999), la plupart des migrants avaient à charge de payer une partie du loyer de leur logement dès leur arrivée. Dès lors, les migrants pouvaient choisir entre l’installation rurale et urbaine en Macédoine orientale ou en Thrace16. Fin octobre 2002, 5 569 familles (21 417 personnes) soit 10 à 15 % des Grecs d’ex-Union soviétique venus en Grèce après 1989 ont été intégrés dans le programme d’accueil et d’installation de la fondation17. Depuis 2003, l’accueil et l’installation des Grecs d’ex-Union soviétique relève directement de l’État grec et de ses institutions.

  • 18 Entretiens avec Georges Iacovou, ministre des Affaires étrangères de Chypre à Nicosie, novembre 200 (...)
  • 19 Entretien avec Georges Iacovou, ministre des Affaires étrangères de Chypre à Nicosie, novembre 2003
  • 20 Entretien avec d’anciens membres du personnel de la fondation pour l’accueil et l’installation des (...)
  • 21 Entretiens avec des migrants d’ex-Union soviétique, des habitants « de souche » et des représentant (...)

10Le programme d’accueil et d’installation de la fondation a fait l’objet de fortes critiques pour son inefficacité et pour sa mauvaise application par les migrants, les associations de migrants et par les représentants des autorités18. L’un des problèmes du programme était lié à la nature de la région choisie pour l’installation des migrants, puisque dans cette région économiquement sous-développée, il était difficile de trouver un travail autre que saisonnier, essentiellement dans les secteurs de l’agriculture, de la construction et des services. En conséquence, de nombreux migrants originaires d’un milieu urbain et hautement qualifiés, ont abandonné le programme et se sont installés dans les grandes villes, notamment à Thessalonique ou à Athènes où le marché du travail est plus ouvert. D’autres sont partis travailler en Allemagne ou à Chypre où ils ont le plus souvent trouvé du travail dans le bâtiment, les usines, les entreprises, les restaurants et dans l’agriculture. Nombre d’ingénieurs et de médecins ont réussi à trouver du travail dans leur domaine, d’autres se sont installés à leur compte. Le programme a principalement attiré des Grecs de Géorgie et d’Arménie, pays dans lesquels les représentants du gouvernement grec avaient mené des campagnes19. Du point de vue socio-professionnel, ce sont « les plus démunis et les plus faibles, les ouvriers qui ont participé au programme20 ». En 2011, quand je leur ai rendu visite, un certain nombre de migrants continuaient à vivre dans des baraques ou dans des maisons d’accueil. D’autres avaient quitté la région ou avaient opté pour la migration circulatoire. Depuis 2005, ces migrations se dirigent aussi vers les Pays-Bas et l’Australie, mais à petite échelle ; on compte également des retours vers la Russie21.

  • 22 EIYAPOE 1992, p. 8.
  • 23 EIYAPOE 1991, p. 6.
  • 24 Sur les tentatives de « rapatriement » et d’installation des Grecs pontiques d’URSS par l’État et l (...)

11Le programme de rapatriement et d’installation a été créé avec l’idée que les rapatriés seraient des personnes sans exigences économiques importantes, acceptant des conditions de vie même très difficiles dans les régions frontalières22. La présence des « rapatriés » devait en outre permettre le développement économique de la région et jouer en faveur du retour de la population locale23. Une première tentative de rapatriement et d’installation des Grecs pontiques d’ex-Union soviétique par l’État grec dans cette région avait été réalisée dans les années 1979-1989. En 1978, un service spécial de la Banque agricole a été créé afin d’étudier « le problème pontique » en vue de l’élaboration d’un programme pour leur accueil et leur installation. En réalité, le gouvernement grec n’était pas politiquement disposé à envisager un flot continu de « rapatriés » d’Union soviétique et n’était pas en mesure de leur consacrer les ressources nécessaires et l’appui administratif indispensable pour le rapatriement et l’installation24.

  • 25 Loi 2790/2000.
  • 26 Décision ministérielle, ministère grec de l’Économie 6645/2002.
  • 27 Sofianidis Christoforos 2006, p. 40. Entretien avec Christoforos Sofianidis, à Kallithea, dans l’ag (...)
  • 28 Kaurinkoski Kira 2010a, p. 126 ; Voutira Eftihia 2011, p. 258.

12Vers la fin des années 1990, il a été décidé de ne plus encourager la concentration de populations grecques venues d’ex-Union soviétique dans des régions spécifiques, mais de disperser les migrants sur tout le territoire du pays25. Entre 2002 et 2005, la Fondation pour l’accueil et l’installation des Grecs rapatriés en coopération avec les ministères grecs de l’Intérieur et de l’Économie appliquèrent un autre programme qui consistait en l’octroi de crédits bancaires d’un montant de 60 000 euros, à rembourser en l’espace de quinze ans, à des Grecs d’ex-Union soviétique qui voulaient acheter un terrain, construire une maison ou acheter un logement26. Au total, 35 000 crédits furent accordés27. Dans ce même contexte, différentes mesures furent appliquées en fonction de la région concernée et le pays fut alors divisé en quatre zones : 1) Macédoine orientale, Thrace et îles du nord de l’Égée ; 2) Macédoine centrale, Macédoine occidentale et Épire ; 3) autres régions de la Grèce exception faite des grandes villes (Athènes, Thessalonique, Héraklion, Patras et Le Pirée) ; 4) agglomérations urbaines, notamment celles précédemment exclues. Même si l’aide de l’État grec était plus importante dans la zone 1, la plupart des migrants ont choisi de s’installer dans la zone 428.

  • 29 Loi 2790/2000.
  • 30 Loi 1966/1991.
  • 31 Décision ministérielle 538/2002.
  • 32 EIYAAPOE 2001; Argyros Antonis 2001.
  • 33 Kaurinkoski Kira 2010a, p. 126 ; Diamanti-Karanou Panagoula 2003, p. 39.

13Dans l’ensemble, la discrimination positive en faveur des Grecs d’ex-Union soviétique en Grèce a touché des domaines aussi variés que l’éducation, l’acquisition de la nationalité, l’accès au travail et à la sécurité sociale. Entre autres avantages qui leur ont été consentis, il convient d’évoquer le bénéfice de réinstallation, de logement, une aide économique ou encore une remise sur l’impôt, auxquels ils avaient droit à leur arrivée29. Des stages linguistiques et professionnels, généralement d’une durée de six mois, étaient organisés par l’Office de l’emploi de la main-d’œuvre pour faciliter leur intégration. Dans les régions de Macédoine et de Thrace, les migrants qui ont investi dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage et de petites et moyennes entreprises ont pu bénéficier, en outre, d’un soutien professionnel et financier de l’État. Des mesures favorables ont été prises pour faciliter leur entrée dans les universités grecques (quotas ou examens spéciaux), en particulier à l’université de Thrace30, ainsi que dans les écoles à vocation technique (Ινστιτούτο Επαγγελματικής Κατάρτισης)31. De la même manière, des quotas ont été prévus pour leur embauche dans la fonction publique32. Néanmoins, dans la pratique, ces mesures n’ont pas toujours été appliquées33.

14À Chypre, la citoyenneté ou le certificat spécial d’ομογενής donnaient aux Grecs d’ex-Union soviétique le droit de séjour et de travail bien avant l’adhésion de ce pays à l’Union européenne. Des bureaux d’aide et d’orientation ont été établis par l’État chypriote pour soutenir l’intégration des nouveaux venus dans le pays. Par le biais de ces bureaux, des cours de langue grecque et des stages professionnels étaient proposés.

Les migrants d’autres origines

  • 34 Pavlou Miltos, Christopoulou Nadina 2008, p. 36.

15En comparaison avec les politiques d’accueil des personnes d’origine grecque, celles réservées aux migrants d’autre origine en provenance de pays tiers étaient minimales voire inexistantes. Souvent, l’acquisition d’un statut légal est le souci principal des migrants. En Grèce, le grand nombre de migrants en situation irrégulière s’explique largement par la rigidité et l’inefficacité des politiques migratoires. En règle générale, les permis de séjour sont délivrés après leur date d’expiration formelle alors que leur renouvellement est un processus long et coûteux, en particulier dans les grands centres urbains où résident la plupart des migrants. Dans certaines municipalités, il n’y a pas de système informatisé qui permettrait de croiser les informations sur les migrants habitant le territoire grec. Ainsi, nombre de migrants avaient en leur possession des permis de séjour expirés ou de simples attestations qui certifiaient qu’ils avaient déposé une demande de séjour. Cette attestation leur permettait de retourner dans leur pays pour les fêtes de Noël et de Pâques ainsi que pendant le mois d’août34.

  • 35 Commission européenne contre le racisme et l’intolérance 2009, p. 20.

16Depuis les années 2000, sous la pression des institutions européennes, certains programmes ont été appliqués dans les domaines de l’emploi et de l’accès aux services sociaux, afin de combattre le racisme et la xénophobie sur le marché du travail. Des structures de soutien et des centres de renseignement ont été créés afin de faciliter la procédure de régularisation. Un certain nombre de migrants ont bénéficié d’une formation professionnelle et ont suivi des cours de langue grecque. Une formation destinée aux médiateurs interculturels a été organisée afin d’améliorer les relations entre les autorités, les employeurs et les migrants35. Malgré ces initiatives, dans la vie quotidienne, la discrimination et la déqualification professionnelle des migrants persistent.

La répartition géographique et les profils professionnels et familiaux des migrants

Les lieux d’installation en Grèce

  • 36 Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000.
  • 37 Kaurinkoski Kira 2008 ; 2011 ; Nikolova Marina, Maroufof Michaela 2010 ; Nikolova Marina 2013.

17Une étude réalisée par le ministère de la Macédoine et de la Thrace, en 2000, montre que trois quarts des Grecs d’ex-Union soviétique venus en Grèce après la perestroïka habitent dans le nord du pays, 22 % en Grèce centrale, notamment dans la Grande Athènes, 2 % en Crète, 1 % en Thessalie et 1 % dans les autres régions du pays (tabl. 12)36. Les Ukrainiens, d’origine grecque ou non, sont concentrés dans l’agglomération athénienne – 60 % y habitent. Ils vivent aussi en Macédoine centrale et dans le Péloponnèse ainsi que sur les grandes îles (Crète, Rhodes)37. Dans le choix de la région, les principaux critères ont été l’existence de liens familiaux, d’un réseau de co-villageois, d’amis et de connaissances et la possibilité de trouver un travail ou d’obtenir un logement de l’État dans le cas de la Thrace.

Tabl. 12 – La répartition géographique des Grecs d’ex-Union soviétique en Grèce.

Macédoine 59 %
Thrace 15 %
Grèce centrale 22 %
Crète 2 %
Thessalie 1 %
Autres régions 1 %

Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000, p. 42.

  • 38 Sur les Grecs pontiques à Menidi, voir la réalisation du film de Konstantinos Giannaris, Από την άκ (...)
  • 39 Christin Hess qui a étudié les Aussiedler d’ex-Union soviétique en Allemagne et les Grecs pontiques (...)
  • 40 Voutira Eftihia 2006a, p. 379. 
  • 41 Kaurinkoski Kira 2010a, p. 122-123.

18Dans l’agglomération athénienne, les Grecs pontiques sont particulièrement nombreux dans les municipalités défavorisées situées au nord, au nord-est et à l’ouest de la ville (Menidi, Aspropyrgos, Aigaleo). Ils le sont également dans la municipalité de Kallithea, au sud, habitée par la classe moyenne et des migrants d’origine grecque pontique venus en Grèce dans les années 1930, 1960, 1970 et 1980. Les Grecs pontiques ont commencé à s’installer à Aigaleo et à Menidi dans les années 1960. À Menidi, sur une population d’environ 75 000 habitants selon le recensement de 2001, les Grecs pontiques constituaient 25 à 30 %38. Nous avons ici affaire à un groupe qui s’est « retiré dans des enclaves ethniques afin de reconstruire sa vie en fonction des normes et des valeurs soviétiques » constituant ainsi une « diaspora reversée ». L’expression renvoie ici à un phénomène dans lequel les migrants se sont réunis en « communautés parallèles »39 aux marges des grandes villes où ils ont établi leurs propres associations et commerces. Souvent ces associations portent les noms de leurs régions historiques en ex-Union soviétique ou au Pont, alors que d’autres portent des noms de héros historiques ou mythiques40. À l’intérieur de ce groupe de « diaspora reversée », il y a des différences. Certains sont plus ou moins intégrés dans la société d’accueil, alors que d’autres négocient leur grécité et revendiquent une identité russophone antérieure. Aux yeux de la société grecque, Menidi représente un « mauvais lieu » habité par des Russes pontiques et des Roms marginalisés, et se caractérise par des niveaux élevés de chômage et de trafic de drogue. En comparaison avec Menidi et Aigaleo, Kallithea, située plus près du centre-ville d’Athènes, constitue une municipalité plus urbaine, intellectuelle et aisée41.

19Les Grecs de Mariupol sont arrivés plus tardivement en Grèce. Ils ne sont pas concentrés dans des quartiers ou des municipalités spécifiques, mais vivent dispersés, principalement dans l’agglomération athénienne, à Thessalonique ou à Chypre.

  • 42 Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000, p. 21-35.

20Selon l’étude du ministère de la Macédoine et de la Thrace évoquée plus haut, 70 % des Grecs d’ex-Union soviétique dans l’agglomération athénienne sont venus en Grèce dans les années 1989-1993. L’installation dans le nord du pays est plus tardive et plus étendue dans le temps : pour 87 %, elle a eu lieu pendant les années 1990-1997. Dans le Sud, on compte en premier lieu des ressortissants du Kazakhstan, alors que dans le Nord, ce sont les ressortissants de Géorgie qui sont majoritaires. Il n’y a pas de différences notables, en revanche, en ce qui concerne les classes d’âge, la qualification des migrants, le type de travail exercé ou le nombre de mètres carrés habités. Cependant, on constate que c’est dans l’agglomération athénienne que la part des propriétaires est la plus importante : 25 % contre 12 % dans l’ensemble du pays, 6 % en Macédoine et 17 % en Thrace. Dans l’agglomération athénienne, la grande majorité des propriétaires ont construit leur maison eux-mêmes, alors qu’en Thrace, la grande majorité a obtenu son logement directement de l’État grec ou avec son aide42.

  • 43 Nombre d’entre eux se sont installés dans des quartiers anciennement occupés par des migrants polon (...)
  • 44 Pavlou Miltos, Christopoulou Nadina 2008.
  • 45 Vaiou Dina 2013, p. 282.
  • 46 Baldwin-Edwards Martin 2005, p. 27.

21Les migrants récemment arrivés qui n’ont aucune attache dans le pays d’accueil habitent souvent dans le vieux centre-ville d’Athènes, autour des places Omonia et Vathi notamment, où les maisons, en mauvais état, sont louées à bas prix. Il est intéressant de noter que dans les années 1990, l’espace urbain athénien ne se caractérisait pas encore par une ségrégation visible des migrants. Depuis, la situation a évolué mettant en avant des différences considérables selon les origines et la nationalité des migrants. Selon une étude réalisée par Miltos Pavlou et Nadina Christopoulou, en 2008, les Albanais étaient les seuls qui partageaient le même espace urbain que les Grecs locaux, fait que l’on peut expliquer par le nombre élevé de migrants albanais à Athènes. Les migrants d’Europe centrale et orientale et des pays les plus pauvres d’Asie et d’Afrique, pour leur part, ont tendance à se regrouper en communautés « nationales ». Ainsi, on trouvait les Ukrainiens autour de la place Victoria et des avenues Patissia et Acharnon dans le vieux centre-ville43, alors que les ressortissants d’Afrique subsaharienne étaient concentrés à Kipseli, situé un peu plus loin. S’il n’y a pas de « ghettos » à proprement parler, il y a bel et bien un « ghetto horizontal ». Souvent les migrants occupent les appartements les moins prestigieux, en rez-de-chaussée ou en sous-sol, et certains quartiers du vieux centre-ville abandonnés par les natifs44. Les appartements situés dans les étages supérieurs sont, en règle générale, occupés par la couche moyenne de la population grecque, des personnes âgées notamment45. À cet égard, la situation des migrants des pays tiers présente beaucoup de similitudes avec celle des Grecs de souche défavorisés, notamment en ce qui concerne l’ancienneté des immeubles habités, le niveau d’aménagement et le nombre de pièces ou de mètres carrés par personne46.

  • 47 Vaiou Dina 2013, p. 283-284.

22Les migrants, des femmes principalement, qui travaillent dans le domaine des soins et des services à domicile sont, le plus souvent, logés par leur employeur notamment dans les quartiers et zones résidentielles privilégiées, car c’est en premier lieu dans ces zones qu’habitent les personnes qui peuvent se permettre d’avoir un(e) employé(e) de maison à plein temps. Ceci dit, dans les années 1990 et 2000, avant la crise économique et grâce à la présence massive de migrants sans papiers, les employées de maison à plein temps étaient également fréquentes dans les municipalités et quartiers moins prestigieux47.

23Avec le temps, et au fur et à mesure que la situation socio-économique des migrants s’améliore, ceux-ci ont tendance à quitter leur premier logement pour de meilleures conditions d’hébergement, ailleurs. Parfois, ils restent dans le même quartier, mais changent d’étage au profit d’un appartement situé plus haut. Désormais, on trouve des migrants d’ex-Union soviétique, d’origine grecque ou non, dans le « vieux » centre-ville et dans des municipalités habitées par la population étudiante, la couche moyenne de la population grecque et les anciens réfugiés d’Asie mineure et du Pont.

Familles élargies, couples et migrants solitaires

  • 48 Cavounidis Jennifer 2003.

24La structure familiale des Grecs de Mariupol et des Grecs pontiques varie fortement selon les cas. Les Grecs pontiques s’installent plutôt en famille élargie. Parmi les Grecs de Mariupol, on compte des célibataires, hommes et femmes, et des familles. Le groupe ukrainien est essentiellement composé de femmes : 77 % en janvier 2006 et 81 % en décembre 2011 selon les données du ministère grec de l’Intérieur. D’après une étude réalisée par J. Cavounidi, qui se fonde sur des données du premier programme de régularisation en 1998, environ un tiers de ces femmes étaient divorcées48. Un grand nombre d’Ukrainiens et de Grecs de Mariupol ont de la famille et un foyer en Ukraine. Les Grecs soviétiques forment une population jeune en comparaison de celle de la Grèce.

Migrants qui travaillent au-dessous de leur niveau de compétences

  • 49 En 2001, 15,5 % des hommes et 12,2 % des femmes en Grèce avaient une formation supérieure selon le (...)
  • 50 Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000, p. 42, 63-64.
  • 51 Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000, p. 76-79.
  • 52 Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000, p. 220-223.
  • 53 Entretiens avec des représentants des associations grecques pontiques et des migrants dans l’agglom (...)

25Les niveaux d’études dans ces populations sont généralement élevés49. En Grèce, environ 10 % des Grecs d’ex-Union soviétique ont obtenu un diplôme d’université, 8 % un diplôme d’un institut universitaire de technologie et 9 % un diplôme d’une école à vocation technique50. Ces compétences ne se reflètent pas dans leur situation sur le marché du travail. Les principaux métiers repérés dans l’étude du ministère de la Macédoine et de la Thrace étaient ceux d’ouvriers, d’employées de maison, de chauffeurs, de personnel de nettoyage, d’employés, de serveurs et d’agriculteurs (tabl. 13)51. Dans le nome d’Attique la gamme des métiers était un peu plus large : la part de ceux qui travaillaient comme vendeur, infirmier et commerçant dépassait le taux national moyen (tabl. 14)52. Parmi les personnes qui avaient une formation universitaire, environ 10 % seulement exerçaient une profession qui allait de pair avec leur niveau d’étude53.

Tabl. 13 – Les métiers des Grecs d’ex-Union soviétique sur le marché grec du travail.

Ouvriers 43 %
Employées de maison 4 %
Chauffeurs 3 %
Travailleurs dans le bâtiment 11 %
Employés 4 %
Agriculteurs 2 %
Personnel de nettoyage 9 %
Serveurs 1 %
Autres 22 %

Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000, p. 79.

Tabl. 14 – Les métiers des Grecs d’ex-Union soviétique sur le marché du travail dans le nome d’Attique.

Ouvriers 49 %
Infirmiers 2 %
Employées de maison 5 %
Chauffeurs 3 %
Travailleurs dans le bâtiment 7 %
Personnel de vente 2 %
Employés dans le privé 5 %
Commerçants 1 %
Personnel de nettoyage 1 %
Serveurs 1 %
Autres 15 %

Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000, p. 223.

  • 54 Baldwin-Edwards Martin 2004a ; Geniki Grammateia Ethnikis Statistikis Ypiresias, Απογραφή Πληθυσμού(...)
  • 55 Entretiens avec des représentants de la communauté ukrainienne à Athènes, 2008-2012 ; Nikolova Mari (...)

26Dans le cas des Ukrainiens, environ un tiers possède un diplôme d’études supérieures. Néanmoins, les données du recensement de 2001 montrent que 66 % des Ukrainiennes en Grèce travaillaient dans « d’autres secteurs », catégorie qui comptabilise les emplois de maison. Environ 20 % travaillaient dans le tourisme et 10 % dans l’agriculture et l’industrie. Parmi les hommes, 80 % étaient artisans, chauffeurs, ouvriers non qualifiés ou employés dans de petites entreprises. Les autres travaillaient dans l’agriculture, dans le secteur des services, comme vendeurs dans les magasins ou sur les marchés. D’autres encore ont déclaré leur profession de manière imprécise ou n’en ont pas déclaré. Il y avait aussi des scientifiques, des techniciens et des chefs d’entreprise54 (tabl. 15). Les migrants ukrainiens venus en Grèce dans les années 2000 étaient, en règle générale, d’un niveau d’étude inférieur, les jeunes générations en particulier, et le séjour en Grèce plus court. Les diplômés d’universités préfèrent, le plus souvent, rester en Ukraine ou partir dans des pays où ils estiment avoir de meilleures chances d’obtenir un permis de séjour et un emploi régulier qui correspond à leur niveau de qualification. L’amélioration des conditions de vie et l’augmentation des salaires en Ukraine depuis 2005 ont altérée l’image de la Grèce, qui a perdu de son attrait comme pays d’immigration et d’accueil privilégié55.

Tabl. 15 – La situation des Ukrainiens sur le marché grec du travail.

Administration et direction dans les secteurs, public et privé 0,01 %
Scientifiques, artistes et professions assimilées 0,02 %
Techniciens et assistants techniques 0,01 %
Secrétariat et travail de bureau 0,01 %
Services et métiers de la vente 17,5 %
Agriculteurs, éleveurs, forestiers 3,2 %
Artisans, chauffeurs, ouvriers non qualifiés et petits professionnels 68,3 %
Non précisé 0,01 %
Sans profession 0,03 %

Geniki Grammateia Ethnikis Statistikis Ypiresias, Απογραφή Πληθυσμού, 2001.

La situation des migrants à Chypre

  • 56 Entretiens avec des représentants des associations grecques pontiques et des migrants d’origine gre (...)

27Une étude réalisée par le ministère de l’Intérieur de Chypre en 2000 montre que la grande majorité des Grecs d’ex-Union soviétique est jeune, bien éduquée, vit en famille et habite à Paphos ou à Nicosie. D’autres habitent à Limassol ou à Larnaka, alors qu’un petit nombre a décidé de s’installer à Ammochosto (tabl. 16). La grande majorité des Grecs de Mariupol habite à Paphos56. Dans le choix de lieux de résidence, on observe le même phénomène de concentration et de dispersion qu’en Grèce. Ainsi, pendant les premières années suivant leur arrivée, les Grecs de Mariupol étaient nombreux dans le vieux centre-ville, Kato-Paphos ; aujourd’hui, ils sont dispersés dans toute la ville y compris dans les zones résidentielles.

Tabl. 16 – La répartition géographique des Grecs d’ex-Union soviétique à Chypre.

Paphos 43,4 %
Nicosie 31,5 %
Limassol 14,4 %
Larnaka 9,2 %
Ammochostos 1,5 %

Ypourgeio Esoterikon tis Kyprou 2000, p. 9.

  • 57 Ypourgeio Esoterikon tis Kyprou, 2000, p. 22-23.
  • 58 Entretiens avec Omiros Poursanidis, président de l’Union des Grecs pontiques de Chypre (’Ενωση Ελλή (...)

28En dépit d’un bon niveau d’éducation, vers la fin des années 1990, trois quarts d’entre eux travaillaient comme marchands ambulants, femmes de ménage, huissiers, gardiens, ouvriers ou artisans dans le domaine de la production. D’autres travaillaient comme employés dans les services ou dans les domaines de la construction, les garages, les bureaux, comme assembleurs de machines ou s’occupaient de travaux agricoles. Certains étaient secrétaires ou assistants sociaux dans la fonction publique57. Parmi les personnes ayant une formation supérieure, environ 10 % exerçait une profession qui allait de pair avec leur niveau d’étude : ingénieurs, mécaniciens, architectes, médecins et dentistes notamment58.

  • 59 Au sujet des danseuses de cabaret à Chypre et de leurs conditions de travail, voir, par exemple, Tr (...)

29Un grand nombre d’Ukrainiennes travaillaient dans les services ou en tant que vendeuses en magasin ; d’autres ont trouvé un emploi dans le cadre de la communauté russophone ou ukrainophone. On comptait aussi des femmes au foyer et des personnes sans emploi. Certaines autres travaillaient comme « artistes », un terme utilisé pour désigner les danseuses dans les bars et les boîtes de nuit59.

Récits d’intégration et d’exclusion

  • 60 Une étude faite par l’Institut de politique migratoire dans les années 2000 montre que certains emp (...)
  • 61 Kaurinkoski Kira 2006 ; 2008 ; 2010a ; 2011.

30Comme nous l’avons vu, pour beaucoup de migrants, l’emploi exercé en Grèce et à Chypre est non spécialisé et mal rémunéré. Cette caractéristique se double d’une différenciation selon le genre des migrants. À leur arrivée, les femmes ont trouvé des emplois dans le secteur des services, comme employées non qualifiées, notamment dans la restauration ou l’hôtellerie ou encore comme femmes de ménage chez des particuliers. Pour les hommes, le domaine de la construction joue un rôle équivalent. En Grèce, le travail de vendeur sur les marchés de la ville constituait une autre alternative, de même que le recours au travail saisonnier dans l’agriculture, en Thessalie ou en Macédoine. Durant les mois d’été, beaucoup ont trouvé un travail temporaire dans les îles. Ces activités, souvent non déclarées, sont les seules accessibles aux migrants sans permis de travail. Les salaires sont faibles et les employeurs versent rarement, si ce n’est jamais, de cotisations sociales60. À ce stade, on n’observe aucune différence majeure entre les orientations professionnelles des migrants selon leur origine ethnique. Il semble qu’une certaine mobilité s’opère avec le temps depuis des emplois subalternes ou précaires vers des emplois plus stables et lucratifs dans le commerce ou l’industrie. L’entreprenariat attire de plus en plus de migrants qui s’installent à leur propre compte, notamment dans les domaines des soins esthétiques, de l’alimentation, de la restauration et du tourisme61.

31M., une Grecque de Mariupol, âgée de 37 ans, est arrivée en Grèce en 1997 avec un visa de six mois. En Ukraine, elle était infirmière dans un hôpital. C’était son premier voyage en dehors de sa ville natale. Elle est arrivée à Athènes où elle ne connaissait personne. Par le biais d’une agence privée située place Omonia, elle a trouvé son premier emploi dans une famille à Paros, dans les Cyclades. Au bout de cinq mois, elle est repartie en Ukraine pensant qu’elle ne retournerait plus jamais en Grèce. Elle y est restée six mois pendant lesquels elle a occupé trois emplois – comme infirmière dans un hôpital et comme garde d’enfant ; elle vendait aussi de la marchandise sur le marché ouvert de la ville. Après son séjour en Grèce, elle ne voyait plus son avenir en Ukraine ; alors, elle a fait une nouvelle demande de visa pour la Grèce. Lorsqu’elle y est retournée, elle a trouvé un emploi dans les îles, puis à Corinthe et ensuite à Athènes, d’abord comme employée de maison dans une famille, puis dans des bars et des cafés. Au cours des premières années suivant son arrivée, elle vivait dans les familles chez lesquelles elle travaillait. Par la suite, elle a loué un appartement où elle cohabitait avec d’autres migrants de son pays. En 1999, elle a obtenu la citoyenneté grecque. L’année d’après, elle s’est installée à son compte et a ouvert un bureau d’information pour les migrants qui sollicitaient de l’aide pour la procédure de régularisation. Parallèlement, elle a participé à des stages de marketing et obtenu la qualification de juge de volley de plage. En 2002, elle a fermé le bureau d’information et a commencé à travailler dans le marketing des produits cosmétiques pour une chaîne américaine.

  • 62 Voir Kupferberg Feiwel 2003.
  • 63 En 1998, un projet de loi a été promulgué qui autorisait de manière officieuse les personnes détent (...)
  • 64 Hirschon Renée 2008, p. 195.
  • 65 Voir Campbell John 1964 ; Herzfeld Michael 1985.

32Les restrictions de l’accès au marché du travail dans le pays d’accueil expliquent que des migrants tentent de s’installer à leur propre compte : il s’agit d’une stratégie d’autopromotion (self-empowerement strategy) qui offre plus de ressources et une position renforcée de négociation dans l’espace local. Ce sont des avantages considérables pour ceux qui ont l’habitude d’être traités comme citoyens de « deuxième classe ». Ainsi, un échec dans les affaires n’est pas nécessairement un échec total du processus mis en œuvre. Les recherches conduites en Europe soulignent l’importance de l’indépendance professionnelle comme stratégie d’intégration sociale et économique, et ce notamment dans le cas des migrants et d’autres groupes vulnérables62. C’est une pratique courante en Grèce – pays de l’Union européenne avec le pourcentage le plus élevé de travailleurs indépendants63 –, fait qui s’explique par les difficultés de trouver un emploi, en particulier en période de chômage. Mais il faut aussi y voir une quête d’indépendance, d’autonomie et d’autodétermination, en d’autres termes « n’avoir personne au-dessus de soi64 » (να μην έχεις κανέναν πάνω από το κεφάλι σου), comme l’explique R. Hirschon. Dans le cas des hommes, il faut aussi y voir la variante urbaine dans le contexte d’une économie de travail de ce que J. Campbell et M. Herzfeld ont identifié comme l’affirmation des valeurs masculines de la Grèce rurale65.

33Parmi les migrants Grecs pontiques arrivés en Grèce dans les années 1960 et 1970, principalement du Kazakhstan et d’Ouzbékistan et installés à Menidi, on observe aujourd’hui le résultat de cette option entrepreneuriale avec le développement de commerces et de petites entreprises. Bon nombre ont ouvert de petites usines, des ateliers de couture et de confection de chaussures ; d’autres des garages, des kiosques, des vidéoclubs, des supermarchés, des boucheries, des épiceries « russes » et des établissements de restauration rapide. Certains dentistes et ingénieurs ont leur propre cabinet. Un certain nombre d’entre eux sont impliqués dans la vie politique locale. En revanche, parmi les migrants arrivés après la perestroïka, les hommes sont souvent employés dans le domaine de la construction, sur les plantations horticoles et les chantiers routiers, comme chauffeurs de bus ou de camion. Les femmes font des ménages, travaillent dans les usines, dans les hôpitaux ou les magasins. Vingt ans après leur arrivée, nombre d’entre eux continuent de vendre des légumes, des vêtements ou divers objets sur les marchés ouverts de la ville, avec ou sans permis. La part de ceux qui sont au chômage et reçoivent une indemnité, ou qui sont simplement sans travail, est considérable.

  • 66 Nikolova Marina 2013, p. 19.
  • 67 Nikolova Marina 2015a.

34Les Grecs de Mariupol, à l’instar des autres Grecs d’ex-Union soviétique, exercent les mêmes professions ; certains sont instituteurs ou enseignants dans des écoles privées ou journalistes dans la presse russophone. Comparés aux Grecs pontiques, ils ne sont toutefois pas aussi fortement représentés dans les professions libérales et les créateurs ou chefs d’entreprise. D’une part, ils sont moins nombreux que les Grecs pontiques d’Asie centrale, de Russie et du Caucase, d’autre part, leur arrivée en Grèce et à Chypre est plus récente. De même, nombre d’Ukrainiens ont vécu en Grèce des années sans posséder de papiers en règle. Certains n’avaient pas l’intention de rester sur le territoire grec et n’ont, par conséquent, jamais déposé de demande d’équivalence de leurs diplômes. En prolongeant leur séjour, beaucoup de migrants ukrainiens ont fini par régulariser leur situation, ce qui a eu un effet bénéfique sur leurs possibilités de trouver un emploi plus stable ou plus qualifié. Dans les années 2007-2010, les Ukrainiens en Grèce travaillaient dans les secteurs suivants : travail domestique (52 %), commerce de détail et réparation de véhicules (17,4 %), hôtellerie et établissements de restauration-traiteur (17,4 %), bâtiment (10,2 %). À cette époque, la majorité de ceux qui avaient un emploi avaient aussi des papiers en règle66. Depuis 2007, de nombreux Ukrainiens ont obtenu un permis de séjour de longue durée67.

  • 68 Entretiens avec des migrants Grecs pontiques à Menidi et avec des officiers de police au poste de M (...)
  • 69 Lafazani Dora 2004.

35Mes informateurs m’ont également parlé de migrants qui dirigent des entreprises d’import-export entre les nouveaux États indépendants, la Turquie et la Grèce. Certains travaillent aussi dans le prêt-à-porter et la confection de chaussures à bas prix. D’autres sont impliqués dans la vente illicite de cigarettes ou de drogues, ou dans le trafic d’êtres humains, souvent en collaboration avec des Grecs de souche68. On constate ainsi l’existence de réseaux établis entre les différents pôles de la migration. Si les migrants de différentes nationalités continuent, même après plusieurs années de résidence en Grèce, à exercer des emplois non qualifiés ou à se tourner vers des activités illégales, c’est aussi une conséquence de la politique migratoire et de la situation du marché du travail. En effet, la Grèce a tendance à percevoir le nouvel arrivant comme de la main-d’œuvre bon marché qui viendrait travailler et repartirait sans acquérir de droits sociaux ou politiques, et non comme une personne pouvant devenir un jour citoyen69.

  • 70 Il s’agit d’un programme comparatif sur les politiques d’intégration dans les pays membres de l’Uni (...)
  • 71 Pavlou Miltos, Christopoulou Nadina 2008, p. 42.
  • 72 Sur les politiques migratoires grecques et la situation des migrants sur le marché grec du travail, (...)
  • 73 Une étude réalisée à l’initiative de l’université d’Athènes à la fin des années 2000 sur la base de (...)

36L’Index des politiques d’intégration des migrants70 souligne, qu’en Grèce, le statut des migrants originaires des pays tiers sur le marché du travail est l’un des moins favorables. Parmi les points faibles de la politique du pays, il convient d’évoquer le manque de mesures qui encouragent l’intégration socio-économique des migrants. En matière de création d’entreprises, de changement de position, de nature ou de lieu d’emploi, les droits des migrants travailleurs sont limités par des régulations rigides71. La position défavorable des migrants sur le marché du travail s’explique aussi par la discrimination qu’ils subissent de la part des fonctionnaires qui ne connaissent pas les lois qu’ils sont tenus de faire appliquer72. Et, même si la situation des personnes d’origine grecque devrait être meilleure, surtout une fois qu’elles ont acquis la citoyenneté grecque, dans la pratique, leur position sur le marché du travail demeure fragile, ce qui s’explique par la compétition avec les nationaux, mais aussi avec d’autres groupes de migrants qui acceptent des salaires plus bas73. La mauvaise connaissance du grec et la non-reconnaissance des diplômes délivrés dans l’ex-Union soviétique et les nouveaux États indépendants sont les obstacles majeurs à une meilleure insertion. Selon une Grecque de Mariupol, venue en Grèce en 1997, qui, au moment de l’entretien, était installée à Athènes depuis cinq ans et avait déjà obtenu la citoyenneté grecque, « ils voient bien que mon nom de famille est russe et que je parle le grec avec un accent. Une fois, lorsque je me suis présentée pour un travail, l’employeur m’a dit que suffisamment des leurs attendent d’être embauchés ».

37Malgré nombre de similitudes, du point de vue de la nature de l’emploi exercé et des voies de l’insertion professionnelle, la situation des Grecs d’ex-Union soviétique à Chypre est en fait meilleure qu’en Grèce. Jusqu’à l’adhésion de Chypre à l’Union européenne en 2004, les diplômes délivrés dans l’ex-Union soviétique et les nouveaux États indépendants y étaient reconnus. Depuis, ils doivent être validés par l’organisme grec chargé de la reconnaissance des diplômes étrangers (Διαπανεπιστημιακό Κέντρο Αναγνωρίσεως Τίτλων Σπουδών της Αλλοδαπής, plus tard Διεπιστημονικός Οργανισμός Τίτλων Ακαδημαϊκών και Πληροφώρισης). D’autres raisons aussi ont joué en faveur de Chypre : jusqu’à l’éclatement de la crise économique en 2008, il était plus facile de trouver un travail dans ce pays. L’arrivée de nombreux migrants roumains et bulgares après l’adhésion de leurs pays à l’Union européenne en 2007 a intensifié la compétition sur le marché du travail. C’est, effectivement, « parce qu’il y avait du travail à Chypre », que beaucoup de Grecs d’ex-Union soviétique ont choisi de s’installer dans ce pays, et notamment ceux qui, en Grèce, avaient participé au programme d’installation rurale de l’État en Thrace (1991-1999), où il était difficile de trouver un emploi. De nombreux migrants d’Ukraine, de Russie et de Géorgie, partis de leur pays respectifs dans la seconde moitié des années 1990, ont également opté pour cette destination au moment où la Grèce est devenue plus difficilement accessible à cause des restrictions de visa.

  • 74 Vermeulen Hans 2001 ; Fukuyama Francis 2000.

38En fait, à leur arrivée en Grèce ou à Chypre, la situation des Grecs pontiques, des Grecs de Mariupol et des Ukrainiens était souvent identique : le pays et la langue leur étaient étrangers dans la plupart des cas. À ce stade précoce, les relations entre ces différents groupes souvent informelles leur ont permis de surmonter les difficultés initiales dans le nouveau pays. Avec le temps, leurs chemins ont, cependant, eu tendance à se séparer. Ce phénomène de divergence s’explique par les différentes politiques menées par les gouvernements grec et chypriote à l’égard des migrants selon leur origine ethnique supposée ; elle s’explique aussi par des projets de vie différents et, par conséquent, des stratégies variées de survie et d’intégration dans le pays d’accueil. Ces stratégies sont souvent fonction des identités ethniques des migrants, mais aussi de leur capital social et humain, ainsi que de la situation particulière de chacun. Le capital social est ici défini en fonction de la nature et de la variété des contacts sociaux que l’on est capable de mobiliser, mais aussi comme une série spontanée de valeurs informelles ou de normes partagées par les membres d’un groupe particulier qui leur permet de coopérer l’un avec l’autre74.

Vingt ans après, intégrés ou ségrégés ?

Vingt ans après, un bilan mitigé

39Vingt ans après l’arrivée des Grecs d’ex-Union soviétique en Grèce et à Chypre, le bilan est mitigé. Les expressions du racisme et de la xénophobie en milieu scolaire et professionnel tout au long des années 1990 et 2000 ont laissé des traces. Dans un tel contexte, le fait d’acquérir la citoyenneté grecque ne semble pas avoir facilité l’acceptation du migrant. La constitution des « quartiers » sensibles où se retrouve une concentration importante de Grecs et d’autres migrants venus d’ex-Union soviétique, par exemple, à Menidi et à Aspropyrgo dans l’agglomération d’Athènes, et à Kato-Paphos à Chypre en est la preuve. Dans ces municipalités, beaucoup de migrants ont construit leur propre univers en réaction à la marginalisation dont ils étaient l’objet. La langue russe, la télévision, mais aussi les valeurs et les traditions du pays de départ constituent l’ordinaire.

  • 75 Kaurinkoski Kira 2010a, p. 127 ; Sofianidis Christoforos 2006. Entretien avec Christoforos Sofianid (...)

40Sur le marché grec du travail, la situation des Grecs d’ex-Union soviétique demeure fragile. Une grande moitié reste sans emploi ou sous-employée. Un certain nombre travaille dans les services les moins qualifiés de la sphère publique comme personnel de nettoyage, chauffeur de bus ou de camion ; certaines femmes sont infirmières ou secrétaires. Pour les professions libérales, il apparaît que ce sont surtout les médecins et les ingénieurs qui ont trouvé un emploi correspondant à leur spécialisation et à leur qualification. Dans la plupart des cas, ils ont néanmoins dû compléter, ou refaire, leurs études dans le pays d’accueil. Un nombre très limité d’universitaires a trouvé un emploi dans un établissement d’État grec ou chypriote, généralement, comme enseignant de russe. Certains scientifiques, écrivains, musiciens, peintres ou sculpteurs continuent à exercer de manière isolée ou dans un cercle restreint75.

  • 76 Mavrommatis Giorgos, Tsitselikis Konstantinos 2004, p. 136.
  • 77 L’étude de l’association « Argo » se fonde sur cinquante entretiens qui ont été conduits parmi les (...)
  • 78 Cette étude de Kasimati Koula 1993 a été réalisée avec le soutien du Secrétariat général des Grecs (...)
  • 79 Entretien avec Nikos Baklavidis à Limassol, octobre 2009.
  • 80 Kaurinkoski Kira 2010a, p. 128.

41Parmi les jeunes venus en Grèce entre 12 et 15 ans, certains ont quitté l’école avant le lycée. Une maîtrise insuffisante de la langue grecque et de mauvaises conditions d’intégration économique et sociale expliquent l’échec scolaire. Dans ce contexte, les mesures prises par l’État grec pour faciliter leur entrée dans les universités grecques et dans les filières techniques n’ont pas été accompagnées de résultats. Selon les données du ministère grec de l’Éducation, au cours des années scolaires 1995-2001, seule la moitié des élèves grecs, venus d’ex-Union soviétique et inscrits dans des écoles publiques ont fini l’école primaire et ont poursuivi leur scolarité dans le secondaire ; il n’existe aucun chiffre sur le nombre de ceux qui ont suivi les neuf années obligatoires d’école76. En matière d’études supérieures, la situation n’est pas meilleure : une étude conduite par l’association grecque pontique « Argo » dans la municipalité de Kallithea dans les années 2000 montre que moins de 0,5 % des Grecs arrivés d’ex-Union soviétique depuis la fin des années 1980 étaient inscrits dans l’enseignement supérieur grec au cours de la décennie 1990-200077. Il s’agit là d’un signe alarmant au regard de la génération précédente, celle de leurs parents, qui avait un niveau d’études généralement élevé. Selon une étude de l’université Panteion d’Athènes conduite au début des années 1990, environ 27 % avaient achevé leur cursus à l’université ou dans un institut universitaire de technologie78. Pour ceux qui ont commencé l’école en Grèce ou à Chypre, la situation est tout de même bien meilleure du point de vue de la réussite scolaire. Les plus capables et les plus ambitieux poursuivent leurs études dans une université ou dans un autre établissement en Grèce, dans d’autres pays de l’Union européenne ou encore ailleurs. Selon les estimations des représentants des associations grecques pontiques, à Chypre, environ 50 % des jeunes qui finissent le lycée, continuent leurs études supérieures, généralement en Grèce79. Dans certaines familles, les jeunes sont envoyés en Russie ou en Ukraine pour finir leurs études. Dans ce contexte, le profil socio-éducatif des parents et les efforts faits par les jeunes et leurs familles jouent un rôle important80.

Trajectoires des Grecs pontiques

42Nous exposons maintenant trois exemples qui montrent comment des Grecs pontiques, venus en Grèce ou à Chypre depuis la perestroïka, se sont intégrés dans ces pays.

Des professionnels moscovites à Menidi

43Aristotelis et Alla sont arrivés en Grèce depuis Moscou en 1993, à l’âge de 50 ans environ. Aristotelis est un Grec pontique originaire de Géorgie. En 1949, il a été déporté au Kazakhstan où il a été scolarisé. Il est ensuite parti à Moscou pour ses études supérieures où il a fini par s’établir. C’est là qu’il a fait la connaissance de sa femme, une Grecque de Mariupol. Les mariages entre Grecs pontiques et Grecs de Mariupol sont rares ; il s’agit ici d’une exception à la règle. À Moscou, Aristotelis travaillait dans l’aviation dans un domaine hautement spécialisé et sensible ; sa femme était comptable dans un hôpital ministériel. Au moment de leur départ en Grèce, leur fils cadet venait de terminer l’école. L’aîné, déjà marié avec des enfants, est resté à Moscou. Il n’a jamais fait le voyage en Grèce. À leur arrivée en Grèce, le couple s’est installé à Menidi où ils ont retrouvé des parents, des amis d’enfance et des co-villageois du Kazakhstan venus plus tôt.

44Pour résoudre la question du logement, Aristotelis a eu recours à un ami d’enfance venu du Kazakhstan en 1965. Ce dernier disposait d’un appartement vide qu’il a laissé à son ami pendant un an sans demander de loyer. À Moscou, Aristotelis s’était occupé de la fille de cet ami que l’on avait envoyée en Russie pour ses études universitaires. Il s’agissait donc d’un échange de service entre amis. Par la suite, Aristotelis et Alla ont loué un appartement. Quatre ans après leur arrivée en Grèce, ils ont vendu leur logement à Moscou et ont acheté, auprès d’un autre ami d’enfance du Kazakhstan venu en Grèce dans les années 1960, un terrain à Menidi sur lequel ils ont construit leur propre maison un peu plus tard. En 2002, Aristotelis et Alla ont souscrit un crédit de 60 000 euros à l’État grec qui leur a permis de poursuivre les travaux de construction. Tout a été fait par étapes, en accord avec les lois du pays. Quinze ans après leur arrivée, les travaux avaient été menés à bien. Avec l’aide des co-villageois, ils ont construit une maison à deux étages. La dernière touche a été donnée avec l’ajout d’un potager. Depuis, Aristotelis avec sa femme vivent au rez-de-chaussée ; leur fils cadet, sa femme et leurs enfants occupent le premier étage.

45Pendant les quinze années suivant leur arrivée et jusqu’à sa retraite, Aristotelis a travaillé comme ouvrier spécialisé dans une entreprise de typographie tenue par des parents arrivés en Grèce dans les années 1920. Parallèlement, il a demandé et a obtenu l’équivalence de son diplôme d’ingénieur et s’est inscrit à l’Union des ingénieurs de Grèce où il paye une cotisation. Sa femme, ne parlant pas le grec, n’a jamais travaillé en Grèce. Le fils cadet du couple a fait divers travaux sur des chantiers de construction à ses débuts. Plus tard, il a pris un crédit bancaire pour acheter un camion. Depuis, il travaille comme transporteur et parcourt toute la Grèce. Sa femme, une Grecque pontique du Kazakhstan dont la famille paternelle habite la même municipalité, travaille comme vendeuse dans un magasin de produits russes. Les deux familles se connaissaient déjà au Kazakhstan. Le jeune couple a trois filles, toutes inscrites à l’école publique du quartier. Entre eux, les membres de cette famille, qui inclut trois générations, parlent le russe et le grec démotique. Les parents d’Aristotelis parlaient le grec pontique et le russe ; ceux de son épouse parlaient le dialecte romaïque de Mariupol et le russe.

  • 81 Malkki Liisa 1992, p. 27.

46Avant de s’installer en Grèce, Aristotelis et Alla avaient visité le pays à deux reprises. Ils savaient comment vivaient « les leurs » en Grèce et que la situation sur le marché du travail serait difficile. Tous deux avaient fait carrière à Moscou et savaient que professionnellement, en Grèce, ils ne feraient plus grand chose. En tant que chef de famille, Aristotelis était prêt à prendre n’importe quel travail pour garantir le bien-être des siens. C’est lui qui voulait partir en Grèce ; sa femme pensait que cette nostalgie pour la mère-patrie serait passagère. Ce ne fut pas le cas. Vingt ans après leur arrivée, Aristotelis pense toujours qu’il a bien fait. La déqualification professionnelle et sociale endurée n’a rien entamé de son enthousiasme. En tant que déporté, il avait déjà fait l’expérience de la marginalisation, il savait ce que c’était « d’être traité de personne de seconde classe » (Uže privyk čto vtoroj sort). Son épouse a subi ce choix : à Moscou, elle a laissé son fils aîné d’un premier mariage et ses petits-enfants. Aristotelis est fier d’avoir construit sa propre maison sur le sol grec. Quand les travaux ont enfin été terminés, il a éprouvé un sentiment d’apaisement comme souvent chez les populations déportées d’Asie centrale pour lesquelles le rapport au sol revêt une importance particulière. L’attachement émotionnel au sol doit être compris comme un témoignage de loyauté envers la nation81. La communauté de voisinage incarne également un rapport positif au sol ; elle est ici perçue comme un groupe d’entraide et d’égalité.

47Pour trouver un travail et pour construire sa maison, Aristotelis a fait appel à son réseau de parenté et à son cercle de connaissance. Il a ainsi obtenu des conseils précieux sur les démarches à suivre. Il a ensuite, à son tour, contribué aux projets immobiliers des membres de son réseau. Il s’occupe, en outre, des co-villageois du voisinage. Il reproduit ainsi le schéma de son père qui, sur leur lieu de déportation, s’était occupé de cinq familles en plus de la sienne. À l’occasion des fêtes importantes, telles celle de la Dormition de la Vierge, célébrée le 15 août, il invite chez lui les voisines âgées dont les membres de la famille sont morts ou vivent ailleurs.

48La situation et les attentes des générations nées après la mort de Staline ont, en règle générale, été différentes, en particulier chez les personnes qui ont reçu une formation universitaire et qui ont opté, pour leur installation, pour des quartiers où leurs compatriotes étaient peu nombreux. Éduqués, enthousiastes et riches de leurs expériences, ils sont arrivés en Grèce avec l’intention de reconstruire leur vie et de s’épanouir avec les « leurs » sur un pied d’égalité avec les natifs du pays.

Des pédagogues et des entrepreneurs de Crimée à Athènes

49Alexandros, Marina et leurs deux enfants ont quitté la Crimée pour la Grèce en 1992. Tous deux sont des Grecs pontiques de Géorgie. Après leurs études, ils s’étaient établis en Crimée. Elle était enseignante de mathématiques dans une école élémentaire ; il était directeur d’une école. Plus tard, il a commencé à travailler dans le tourisme. En Grèce, ils ont ouvert une agence de tourisme. Dans un premier temps, Alexandros a travaillé avec un partenaire grec, puis il a décidé de se mettre à son compte. Depuis, il travaille aussi bien avec « les siens » qu’avec les Grecs de souche. Au moment de l’entretien, en 2001, le couple habitait Argyroupoli, près d’Athènes, où il avait acheté un appartement. Cette municipalité regroupe des descendants des Grecs pontiques venus de Turquie dans les années 1920. Les enfants du couple étaient inscrits à l’école publique du quartier où, selon les enseignants, ils étaient parmi les élèves les plus disciplinés et calmes. Avant de s’installer à Argyroupoli, Alexandros et Marina avaient vécu à Aigaleo, où ils avaient des parents établis en Grèce depuis les années 1960, puis à Chaïdari. Marina m’a fait part de ses réflexions à l’issue de leur parcours migratoire :

  • 82 Nostos (Νόστος) est une organisation non gouvernementale établie à Athènes qui coordonne des progra (...)

Maintenant cela fait huit ans que nous sommes en Grèce. Au début, il y avait beaucoup de choses que nous ne savions pas. Nous étions venus en Grèce en tant que touristes pour rendre visite à des parents arrivés dans les années 1960-1970. La plupart d’entre eux n’avaient pas de formation supérieure, néanmoins tous ont réussi à trouver du travail. Aujourd’hui, c’est plus difficile. Nous avons reçu beaucoup de mauvais conseils […] beaucoup parmi les nôtres ont vécu ici pendant des années et ils ne savent rien, par exemple, comment aller chez le gynécologue, comment aller chez un médecin privé, qu’il y a aussi des bus et pas seulement des taxis. Deux ans après notre arrivée, on a commencé à comprendre ce qu’il fallait faire pour se débrouiller. D’abord, il fallait apprendre la langue. Huit mois après notre arrivée, j’ai commencé un stage de grec organisé par la municipalité. Puis, il fallait demander l’équivalence de nos diplômes. Six mois après avoir en déposé la demande, j’ai obtenu l’équivalence. Un an et demi après notre arrivée, j’ai commencé un stage organisé par Nostos82, dans le cadre d’un programme européen. Des gens instruits m’avaient donné ce conseil. Au cours de ce stage, nous avons étudié le grec, puis fait du tourisme. À l’issue du stage, 70 % des participants avaient des connaissances de base qui leur permettaient de se débrouiller dans la société grecque. Les enseignants étaient des gens très bien et très ouverts avec nous. On a compris que celui qui voulait obtenir quelque chose devait insister. C’était un programme de deux ans auquel on accédait sur concours. Au bout de six mois, je me suis arrêtée, je voulais faire quelque chose de concret. Mon mari travaillait déjà dans le tourisme, alors je l’ai rejoint. Ceux qui sont restés jusqu’à la fin ont trouvé du travail dans les associations grecques pontiques et dans les bureaux de soutien et d’information de l’État grec. Si ce stage avait eu lieu un an après notre arrivée, j’aurais essayé de poursuivre ma profession […] La barrière linguistique est la barrière la plus importante, notre plus grande difficulté.  (Entretien, Athènes, 2001)

50Dans ce cas concret, l’expression « barrière linguistique » doit être comprise comme un manque de connaissances linguistiques, mais aussi comme une « perte de repères ». Le couple, scolarisé et socialisé dans un pays socialiste aux valeurs collectivistes, a mis du temps à s’adapter aux valeurs individualistes d’une société capitaliste.

51Dans les deux cas examinés, nous avons affaire à des familles grecques pontiques qui se sont installées dans l’agglomération athénienne. Le troisième cas abordé est celui d’un couple installé dans le nord du pays où les ομογενείς grecs venus d’ex-Union soviétique ont pu bénéficier des programmes d’installation de l’État, et où l’aide de l’État a été plus sensible.

Des professionnels moscovites en Thrace

52Georgios et Christina, Grecs pontiques originaires de Tsalka, sont venus en Grèce depuis Moscou en 1997, accompagnés de leurs deux enfants, âgés de 2 et 6 ans. À Moscou, il était médecin, elle avait fait des études d’économie. Dans un premier temps, ils ont vécu pendant deux ans à Ptoleimada en Macédoine occidentale, puis ils se sont installés à Alexandroupoli en Thrace. En Grèce, tous deux ont demandé la reconnaissance de leurs diplômes. Pour obtenir l’équivalence du sien, Georgios devait pratiquer dans un hôpital à Alexandroupoli, sans rémunération. La ville leur a plu et ils ont décidé de s’y établir. Pendant ces années de pratique à l’hôpital, son épouse travaillait dans une famille grecque où elle s’occupait des enfants et de la maison, sept jours par semaine. Lorsqu’il a obtenu l’équivalence de son diplôme, Christina, à son tour, s’est occupée de la sienne.

53Pendant les premières années à Ptoleimada, le couple devait payer le loyer de son appartement. À Alexandroupoli, ils ont rejoint le programme d’installation de l’État grec où, dans un premier temps, le loyer était pris en charge. Par la suite, ils ont souscrit à un crédit d’État de 60 000 euros, et à un autre, privé, directement à la banque : avec cet argent, ils ont acheté leur propre appartement. Leurs enfants obtenaient de bons résultats à l’école. Au moment de l’entretien en 2011, ils faisaient leurs études universitaires à Thessalonique où ils louaient un appartement. Pour leur Master, tous deux souhaitaient partir à l’étranger, aux Pays-Bas ou au Canada, où ils avaient également des parents. Christina travaillait alors en tant que représentante d’une firme automobile à Alexandroupoli. Son mari était médecin dans un hôpital à Chypre. Les parents de Christina habitaient eux aussi Alexandroupoli ; arrivés à la retraite, ils n’ont jamais travaillé en Grèce. La famille avait maintenu des liens avec des parents arrivés du Pont en Grèce à la fin du xixe s. et certains d’entre eux leur avaient rendu visite en Géorgie avant leur départ pour la Grèce leur donnant l’envie de les rejoindre.

54Parmi les raisons qui ont motivé leur départ, Christina évoque le racisme subi à Moscou où ils étaient qualifiés de « noirs (černye), de gens qui sont venus du Caucase », et le désir de donner une éducation à leurs enfants afin que ceux-ci « grandissent dans leur patrie » (na rodine). C’est elle qui souhaitait ce nouveau départ, en Grèce, et ses parents l’ont soutenue. Quinze ans après leur arrivée, elle avoue que cela a été difficile. Les remarques xénophobes des natifs ont blessé. Mais la famille a poursuivi son but, et Christina m’a dit la chose suivante :

Il existe des gens qui regrettent d’être venus, des gens qui regrettent d’être partis de chez eux, et aussi des gens qui regrettent d’être restés en Grèce. Des gens qui n’ont pas trouvé leur place dans la vie, dans la société environnante. Il y a beaucoup de chômage, surtout maintenant. Pour nous, la priorité était les enfants. Notre but n’était pas d’acheter des choses, mais de donner une éducation à nos enfants. Nous les avons inscrits à des cours de sport, de langue. Ils ont dansé, ils ont fait du sport, ils ont fait de l’anglais […] J’ai appris le grec avec les enfants, avec l’anglais cela a été pareil. Maintenant, je poursuis des cours d’anglais pour les entrepreneurs […] Les enfants sont notre source de fierté. (Entretien, Alexandroupoli, 2011)

  • 83 Voutira Eftihia 2011, p. 283-284.

55Dans les cas examinés, nous avons affaire à des personnes avec un niveau de formation universitaire qui, avant leur arrivée en Grèce, avaient déjà fait l’expérience de différents types de mobilités. L’adaptation à un nouveau système social s’est opérée en élargissant le cercle des connaissances dans la société grecque pontique locale afin d’optimiser l’intégration. L’investissement dans le groupe se présente ici comme une ressource qui facilite l’intégration dans le pays d’accueil83. L’expérience des mobilités antérieures, mais aussi la détermination devant le processus mis en œuvre ont également été d’importants atouts. En comparaison avec les Grecs pontiques qui peuvent s’appuyer sur la présence d’une famille élargie et d’un réseau social établi dans le pays d’accueil, les trajectoires des Grecs de Mariupol, dont l’arrivée a eu lieu plus tardivement, ont été différentes. Le fait que nombre d’entre eux aient gardé des liens privilégiés avec leur pays natal a également eu des répercussions sur leur intégration dans le pays d’accueil. J’examinerai maintenant le parcours de trois familles appartenant à ce groupe, toutes trois de Sartana.

Trajectoires des Grecs de Mariupol

Un des premiers Mariupolites à Paphos

56Sergei, 25 ans, était parmi les premiers Grecs de Mariupol à se rendre à Chypre ; c’était en 1993, avec, en poche, un contrat de travail de dix-huit mois. Au terme de son contrat, il est retourné à Sartana pour dix-huit autres mois et a terminé ses études dans une école à vocation technique. En 1995, il est à nouveau reparti travailler à Chypre pour dix-huit mois. Puis il est à nouveau retourné à Sartana. En 1998, il se rendait à Chypre pour la troisième fois, accompagné de sa femme et leur fille aînée, née en Ukraine. Pendant deux ans, Sergei est demeuré sans papiers ; il a finalement obtenu son certificat spécial d’ομογενής en 2000. Les deux enfants du couple sont également dotés de ce document. La femme de Sergei, une « Russe » d’Ukraine avait un permis de séjour et de travail. À Mariupol, Sergei avait travaillé dans le domaine de la protection contre les incendies. À Chypre, il travaillait sur des chantiers dans le secteur du bâtiment. Les enfants étaient inscrits à l’école publique. Au moment de l’entretien en 2009, il considérait toujours leur séjour comme temporaire. Chaque été, ils retournaient en Ukraine voir leurs parents. En Ukraine, ils avaient leur propre maison, à Chypre ils louaient un appartement. Ceci dit, ils s’étaient bien intégrés à Chypre, ils y avaient même des compères (kumov’â en russe, κουμπάροι en grec) chypriotes ; Sergei et sa femme étaient parrain et marraine des enfants d’un couple chypriote, le couple chypriote étaient parrains des leurs. Ils avaient aussi des liens avec des Grecs pontiques avec lesquels ils étaient collègues de travail. Mais la plupart du temps, ils fréquentaient les autres Grecs de Mariupol, en particulier ceux de Sartana.

57Malgré le temps et les liens noués à Chypre, les projets d’avenir de cette famille étaient en Ukraine, à Sartana. Le cas suivant présente le périple d’un autre jeune couple, dont la vie et les projets étaient à deux endroits.

Une famille mariupolite à Paphos

58Maria et Nikos sont arrivés à Chypre en 2000, à l’âge de 20 ans environ, sur l’invitation d’un co-villageois. C’est ainsi qu’ils ont obtenu un visa de trente jours pour Chypre, à la suite duquel ils sont restés dans le pays pendant deux ans sans papiers. Trois mois après leur arrivée, Nikos a commencé à parler grec ; pour Maria, née d’un mariage mixte, cela a pris plus du temps. En 2002, avec les économies réalisées à Chypre, ils sont retournés en Ukraine et ont célébré leur mariage. Quatre mois plus tard, ils repartaient à Chypre. En Ukraine, Maria avait suivi une formation en droit dans un institut universitaire, son mari une formation d’électricien. À Chypre, les emplois qu’ils ont occupés pendant les premières années suivant leur arrivée étaient bien loin de leurs domaines de compétences. Au moment de l’entretien, en 2009, elle était responsable d’un magasin de fruits, son mari travaillait comme électricien. Parallèlement, il poursuivait des études par correspondance. Tous deux étaient titulaires du certificat spécial d’ομογενής et louaient un appartement dans un quartier résidentiel où ils étaient entourés de co-villageois avec lesquels ils passaient la plupart de leur temps libre. Leurs deux enfants sont nés à Chypre et c’est là qu’ils se sont construits en tant que couple. Ils étaient confiants en l’avenir : « celui qui veut travailler trouvera toujours du travail ». À Chypre, ils ont appris à travailler : « Cela a été une bonne école. » Parallèlement, ils faisaient aussi des projets de construction dans leur village natal, en Ukraine.

59Le troisième cas montre la situation et les dilemmes d’un couple d’âge mûr de Sartana, installé en famille en Grèce.

Une famille mariupolite dans l’agglomération athénienne

60Elena et Konstantin sont arrivés en Grèce, dans l’agglomération athénienne, en 2000, à l’âge de 50 ans environ. En Ukraine, elle était institutrice dans une école maternelle ; il travaillait à l’usine et bricolait. Pendant les cinq premières années, elle s’est occupée d’un enfant dans une famille grecque. Ensuite, elle a trouvé un travail d’agent administratif dans une école maternelle. Le salaire était correct, mais l’employeur ne payait pas les cotisations sociales. Plus tard, elle a trouvé un emploi d’institutrice auxiliaire dans une autre école maternelle où elle était sous contrat et recevait un salaire fixe et avait droit à la sécurité sociale. Son mari a commencé à travailler sur des chantiers du bâtiment. Le premier mois, il était ouvrier non qualifié. Par la suite, il est devenu maçon associé. Leur fils travaillait dans l’entrepôt d’une entreprise. Leur fille, Vera, a trouvé un poste dans un jardin d’enfants britannique. Malgré cela, son mari, un « Russe » d’Ukraine, désirait retourner au pays, mais la situation y était telle qu’après quelques mois en Ukraine ils ont décidé de repartir en Grèce. À leur retour, Vera a trouvé un travail de vendeuse dans une grande enseigne internationale. La famille était réunie et chacun de ses membres avait du travail. Elena et Konstantin étaient satisfaits de cette situation. Leur souci principal concernait l’avenir et leur droit éventuel à la retraite en Grèce.

Maintenant, nous sommes bien ici. Nous travaillons et voulons aider nos enfants. En Ukraine, nous avons notre propre maison. Les murs sont nôtres. Ce fait nous donne un sentiment de sécurité. Nous ne sommes plus jeunes. En règle générale, pour les personnes âgées, la vie est meilleure ici. Si nous étions venus plus tôt, nous aurions déjà notre propre appartement. Maintenant, si nous perdons notre travail, la vie va être très difficile pour nous. Tout dépend de notre santé et de l’offre du travail.  (Entretien, Varkiza, 2005)

61Dans les cas évoqués, ces Grecs de Mariupol ont entrepris le voyage en réponse à la mauvaise situation économique de l’Ukraine, après la fin du régime de « rapatriement » en Grèce. L’entrée et l’intégration dans le pays se sont faites avec un visa de courte durée en mobilisant les réseaux de parenté et de co-villageois, mais aussi avec l’aide des natifs. D’autres ont eu recours aux Grecs pontiques dont ils ont sollicité l’aide dans les démarches administratives, la recherche d’emploi ou pour franchir la frontière du pays d’accueil. Ainsi, après l’ouverture de la ligne verte entre Chypre Nord et Chypre Sud en 2003, un certain nombre de migrants sont arrivés à Chypre en passant par Istanbul et Chypre Nord. Par la suite, ils ont franchi la ligne verte à Nicosie, à pied. Selon le témoignage d’une Grecque de Mariupol, « les Grecs pontiques qui avaient déjà obtenu la citoyenneté grecque ont assuré le transport de bagages, contre paiement ».

  • 84 Voir Ledeneva Alena 1998 ; 2013-2014 ; Pétric Boris-Mathieu 2002, p. 136-137.
  • 85 Couroucli Maria 1985, p. 126.
  • 86 Voir, par exemple, Peristiany John 1965 ; Pitt-Rivers Julian 1976 ; Kayser Bernard 1986. Pour une c (...)

62Cet exemple montre comment les relations personnelles servent à « huiler » un système bureaucratisé. Ce type de relations est généralement marqué par un décalage entre celui qui est en position de demandeur et celui qui peut offrir l’accès à un bien. En Union soviétique et plus tard dans les nouveaux états indépendants, l’obtention d’une faveur ou d’un bien « par protection » ou « de façon illicite » (po blatu) n’était pas moralement condamnée, elle était au contraire banalisée. Un système de patronage s’instaurait alors plus particulièrement entre la nomenklatura et les citoyens84. Arrivés en Grèce ou à Chypre, les migrants d’ex-Union soviétique ont souvent recours à ce même type de pratiques – nommé ρουσφέτι (à partir de la forme turque rüsvet) en contexte grec. Un permis de construire, ou même un poste de fonctionnaire, est obtenu beaucoup plus facilement par l’entremise d’un μέσον (littéralement, moyen), c’est-à-dire, une personne bien placée dans l’administration et susceptible de faire avancer ou de favoriser un dossier85. Ainsi, par le biais d’intermédiaires, les migrants élargissent et construisent leur réseau dans le pays d’accueil pour accéder aux ressources économiques, sociales et politiques. Sur ce point de vue, les sociétés grecque et chypriote, connues pour leurs pratiques clientélistes86, ne sont pas si différentes de la société soviétique. Les différences entre la situation des Grecs pontiques et celle des Grecs de Mariupol s’expliquent pour beaucoup par l’ancienneté des premiers sur le territoire grec, ce qui induit plus de ressources et un réseau plus étendu. La situation des Ukrainiens d’origine non grecque en tant que ressortissants d’un pays tiers est plus complexe.

Trajectoires des migrants ukrainiens

Les Ukrainiennes en Grèce et à Chypre : lucides et philosophes

63Cinq à dix ans après leur arrivée, beaucoup de migrantes ukrainiennes se montrent lucides et philosophes. Elles savent pourquoi elles ont entrepris le voyage : dans la plupart des cas, afin d’envoyer de l’argent chez elles. Quand ce premier but est atteint, les choses se compliquent. Avec l’analyse de leur situation, beaucoup se fixent pour but l’acquisition d’un permis de résidence et de travail afin de régulariser leur présence dans le pays d’accueil. Être en possession de papiers devient alors une question de dignité et de sécurité.

Le fait d’avoir des papiers et d’être en règle change tout. C’est un important facteur de sécurité. Cela nous permet de nous sentir comme des êtres humains. Avec des papiers en règle nous avons plus de droits, nous sommes mieux payés. Si nous voulons nous adresser à un service public, il y a une grande différence.  (Entretien, Athènes, 2005)

  • 87 Kaurinkoski Kira 2009b, p. 47 ; Tastsoglou Evangelia, Hadjicostandi Joanna 2003b, p. 212.
  • 88 Kaurinkoski Kira 2008 ; 2011 ; Nikolova Marina 2015a.
  • 89 Tolstokorova Alissa 2014, p. 484 ; Trimikliniotis Nicos, Fulias-Souroulla Mihaela 2013.

64La durée de résidence est un autre facteur qui sert à améliorer la situation de ces femmes dans leur nouveau pays. Plus elle est longue, plus elle leur permet d’appréhender la société, d’acquérir des compétences linguistiques, de construire de solides relations de travail avec leurs employeurs et de se constituer un capital social87. Les possibilités de mobilité sociale et professionnelle sont pourtant limitées. Souvent, les migrantes ukrainiennes en Grèce continuent à exercer le même métier, principalement dans les domaines des soins et de l’entretien, après plusieurs années de résidence légale dans le pays88. Elles forment ainsi les échelons les plus bas de la société et appartiennent au « précariat migratoire89 ». Même lorsqu’elles sont correctement payées, leur travail reste sous-valorisé.

65La plupart passent leur temps libre avec leurs compatriotes ou avec d’autres migrants de l’Est. Certaines prennent part aux activités des associations ukrainiennes formellement établies. Les relations avec les Grecs de souche se limitent souvent au domaine professionnel. L’église constitue un lieu de prière, mais aussi de rencontre pour certains migrants. Les relations avec les compatriotes sont essentielles, car, grâce à elles, des réseaux de solidarité se constituent, importants pour l’accès à l’emploi, à l’hébergement et à toute sorte d’informations. Le soutien des autres, parfois même de natifs, peut être déterminant pour quitter un travail peu satisfaisant en vue d’un emploi avec de meilleures conditions.

66Avec le temps, certaines migrantes font venir leurs enfants. D’autres préfèrent que les enfants finissent l’école et l’université dans leur pays natal.

67Maria est arrivée en Grèce, en 2005, à l’âge de 24 ans. Elle est venue rejoindre sa mère qui y travaillait depuis des années. Dans un premier temps, le fils de Maria, âgé de 8 ans, est resté en Ukraine auprès de sa grand-mère paternelle, puis, au bout de deux ans, Maria l’a fait venir en Grèce. Puisqu’elle n’avait pas de papiers en règle, et par peur de ne pouvoir revenir, c’est sa mère qui est allée chercher le garçon. En Grèce, son fils était inscrit à l’école publique du quartier, mais ne connaissant pas le grec, il avait des difficultés à suivre les cours et ne se plaisait pas dans sa classe. Comme la situation ne s’améliorait pas, Maria a décidé de l’envoyer dans une école privée russe.

68Quatre années après son arrivée en Grèce, Maria était toujours sans papiers. En Ukraine, elle avait travaillé dans un salon de beauté ; en Grèce, elle faisait le même travail. Sa mère, dotée de deux diplômes universitaires, était venue en Grèce à l’âge de 50 ans et, depuis, gagnait sa vie en faisant des ménages. Au moment de l’entretien en 2009, elle avait ses papiers et travaillait légalement dans deux établissements publics. Les deux femmes étaient divorcées avant de se rendre en Grèce. À Athènes, elles louaient ensemble un appartement à Zografou, dans un quartier peuplé par les étudiants et la couche moyenne de la population.

69Les liens avec les parents restés au pays sont entretenus par correspondance, téléphone, messagerie instantanée, l’envoi d’argent et de marchandises, l’échange de cadeaux et les visites chez les uns et les autres. Mais ils posent néanmoins certains problèmes. Une migrante ukrainienne, arrivée en Grèce en 1998, raconte qu’au début elle envoyait toutes les semaines de l’argent à son mari et à sa fille, restés en Ukraine, mais son conjoint, estimant qu’en Grèce elle devait bien gagner sa vie, lui demandait davantage. Elle a cessé d’envoyer de l’argent qu’elle a remplacé par des cadeaux, mais uniquement pour sa fille. Elle a ouvert un compte bancaire en Grèce où elle déposait l’argent restant. Plus tard, lorsque sa fille est partie à Kiev pour ses études universitaires, elle a commencé à la soutenir financièrement en lui envoyant 150 dollars par mois. En 2004, celle-ci s’est mariée à l’église uniate ukrainienne, à Athènes. Au moment de l’entretien en 2005, le jeune couple vivait au Danemark et était économiquement indépendant : l’homme travaillait dans le domaine de l’informatique et recevait un bon salaire.

70Notre interlocutrice était alors toujours mariée à son époux en Ukraine, mais n’avait plus aucun lien avec lui. Elle louait certaines de ses qualités, mais lui en voulait néanmoins de ne pas subvenir lui-même aux besoins de la famille :

Il ne boit pas, il ne fume pas. Pendant que j’étais partie et que notre fille vivait encore à la maison, il lui a fait des soupes. Mais il est très fier. Il a honte que sa femme soit une spekuliantka [c’est-à-dire, qu’elle soit engagée dans des activités commerciales]. Moi, j’ai honte d’avoir à penser à notre économie familiale. Je lui ai dit qu’il aurait dû partir à ma place.  (Entretien, Athènes, 2005)

  • 90 Tolstokorova Alissa 2012.

71Beaucoup de mariages ont souffert, voire n’ont pas résisté, à la migration féminine non accompagnée90. D’autres migrantes ont développé des liens solides dans le pays d’accueil. Une migrante qui, en Grèce, s’occupait d’enfants dans une famille grecque, explique que ces enfants lui manquaient lorsqu’elle retournait en Ukraine rendre visite à sa propre famille. La famille en contexte migratoire est continument sujette aux changements ; de nouveaux liens se créent, dans le même temps que les liens avec les conjoints légitimes et membres consanguins peuvent se distendre.

  • 91 Un sondage sur les mariages mixtes à Athènes, en 2003-2004, montre que 10 % étaient des mariages en (...)
  • 92 Sur les relations sentimentales des migrants d’ex-Union soviétique en Grèce, voir, par exemple, le (...)
  • 93 Communication personnelle du père Lioubomir de l’église catholique uniate ukrainienne d’Athènes, se (...)
  • 94 Selon une étude réalisée par l’université d’Athènes à la fin des années 2000, sur la base de 2 000 (...)

72Certaines femmes ont réalisé des mariages mixtes avec des Grecs ou des Chypriotes de souche. Cette « stratégie » d’intégration dans le pays d’accueil concerne surtout les Ukrainiennes d’âge mûr91 bien qu’il y ait aussi des exceptions. Une jeune Ukrainienne a ainsi rencontré son futur époux sur son lieu de travail : venue à Chypre avec un visa de trois mois, elle était danseuse dans un bar qu’il fréquentait. Par la suite, ils se sont mariés. Dans les jeunes générations, les mariages avec les gens de souche sont plus rares, notamment en Grèce, fait qui s’explique par la réticence des Grecs qui craignent la présence d’étrangers dans la famille, mais aussi par les différences culturelles et les projets de vie différents92. Les jeunes Ukrainiens ont tendance à épouser des compatriotes ou d’autres migrants. Selon le prêtre de l’église catholique uniate ukrainienne d’Athènes, entre 2002 et 2012, soixante couples ukrainiens âgés de 25 à 27 ans ont été mariés et 120 baptêmes célébrés, dans cette église93. La même source indique que nombre de jeunes couples ukrainiens ont pris un crédit bancaire et ont acheté un appartement en Grèce94, signe de leur volonté de s’établir dans ce pays.

73Nombre de migrantes ukrainiennes disaient que l’expérience migratoire avait changé les valeurs qu’elles avaient précédemment. Loin de chez elles, le fait d’être en bonne santé et de prendre plaisir à la vie est devenu très important :

 J’ai toujours eu des valeurs bourgeoises. Maintenant, j’ai compris à quel point il est important de prendre du plaisir dans la vie. Maintenant, ce qui compte pour moi, c’est d’être en bonne santé et d’avoir des gens bien autour de moi. Néanmoins, la vie culturelle que nous avions au pays nous manque beaucoup. Là-bas, nous allions au théâtre et dans les musées. J’étais toujours bien habillée. Je viens d’une famille de militaires, ma mère a été décorée du titre d’héroïne de l’Union soviétique […] Ici, ma vie est très différente […] Je suis satisfaite de ce que j’ai. Je n’habite pas dans un sous-sol. Le plus difficile, c’est de vivre dans la famille où l’on travaille […] Bien sûr, si je commençais à réfléchir à ma personne, à ce que je représente, cela serait très difficile…  (Entretien, Athènes, 2005)

74Une autre migrante soulignait que l’expérience de la migration l’avait mise en contact avec beaucoup de personnes différentes élargissant ainsi son cercle de sociabilité. Elle avait appris à mieux comprendre les gens, à identifier différentes situations de vie. Interrogées sur leurs projets d’avenir, la plupart de ces femmes affirmaient qu’elles continueraient à travailler aussi longtemps que leur santé le permettrait. Puis, elles retourneront en Ukraine ou auprès de leurs enfants. Nombre d’entre elles avaient accepté leur situation d’« étrangères avec peu de perspectives ».

À notre âge et avec notre niveau de connaissance des langues étrangères, qu’est-ce que nous pouvons faire ? Nous avons deux choix : les services sexuels et le travail de maison [ménages ou la garde d’une personne âgée]. Les jeunes qui ont une formation et connaissent des langues peuvent trouver un travail dans un hôtel ou comme secrétaires. (Entretien, Athènes, 2005)

  • 95 Kaurinkoski Kira 2009b, p. 48 ; Tastsoglou Evangelia, Hadjicostandi Joanna 2003b, p. 215.
  • 96 Tolstokorova Alissa 2010a.

75Dans leur étude sur les travailleuses migrantes en Grèce, Evangelia Tastsoglou et Joanna Hadjicostandi concluent que l’exclusion et la marginalisation sont matériellement et symboliquement reproduites. Souvent, les migrantes sont cantonnées à l’image de la prostituée et/ou de l’employée de maison95. C’est le cas dans nombre de pays méditerranéens où elles constituent souvent « une main-d’œuvre bon marché spécialisée dans le domaine des soins96 ».

  • 97 Kaurinkoski Kira 2009b, p. 49 ; Fialkova Larisa 2005.
  • 98 Tolstokorova Alissa 2010a ; 2010c.

76Pour les hommes, il est souvent plus difficile d’accepter cette situation de migrants. Si les femmes sont lucides et philosophes et analysent leurs situations de vie, les hommes veulent, le plus souvent, apparaître en héros. Larisa Fialkova, qui a fait des recherches sur les Juifs soviétiques en Israël, constate que pour un homme il est souvent plus difficile de se réconcilier avec sa situation migratoire et la perte du statut social qui l’accompagne97. La situation est particulièrement difficile dans le cas des familles traditionnelles des régions rurales et patriarcales d’Ukraine occidentale, où, idéalement, l’homme est supposé être le chef de famille et subvenir aux besoins de la maisonnée, alors que la femme doit remplir des fonctions reproductrices, s’occuper des enfants et des personnes âgées, des tâches ménagères et de la gestion du quotidien. Dans la pratique, en particulier si le mari est resté en Ukraine ou si le couple est divorcé, la responsabilité de l’économie familiale repose sur la femme. Ce changement de rôles est souvent source de conflit entre les époux, résultat d’un bouleversement de valeurs qui peut mener à l’éclatement de la famille. Cela dit, aujourd’hui, en Ukraine, il y a aussi des familles monoparentales, transnationales et recomposées tout comme le fait de vivre en couple hors mariage s’est répandu98.

La deuxième génération : une population jeune

  • 99 Baldwin-Edwards Martin 2004a.
  • 100 Communication personnelle du père Lioubomir de l’église catholique uniate ukrainienne d’Athènes, se (...)

77La deuxième génération d’Ukrainiens en Grèce est encore une population relativement jeune. La plupart des enfants de migrants ukrainiens en Grèce et à Chypre sont inscrits dans des écoles publiques grecques et chypriotes. Pendant l’année scolaire 2002-2003, leur nombre dans l’éducation primaire grecque était de 1 488 ce qui correspondait à 1,5 % des élèves étrangers en Grèce99. D’autres fréquentent soit une école communautaire ukrainienne ou russe soit une école privée anglophone. Une école privée ukrainienne a ouvert ses portes à Athènes, en 1999. Cette école qui dispense des cours en ukrainien est enregistrée auprès du ministère de l’Éducation d’Ukraine et bénéficie du soutien de l’ambassade d’Ukraine à Athènes. Cependant, elle n’est pas reconnue par les autorités grecques. La plupart des élèves sont d’origine ukrainienne et enfants de migrants qui considèrent leur séjour en Grèce comme temporaire. Cette école comporte dix classes, la onzième année, qui correspond à la terminale en France, se fait obligatoirement en Ukraine. Depuis 2008, les examinateurs de l’école internationale de Kiev, établie par le ministère de l’Éducation de l’Ukraine, se déplacent à Athènes deux fois par an pour évaluer les progrès scolaires des élèves. La plupart des élèves qui achèvent leur cursus dans cette école poursuivent ensuite leurs études universitaires en Ukraine, selon le souhait des parents, tandis que d’autres restent en Grèce et se dirigent vers une université ou vers un institut universitaire de technologie100. D’autres enfants fréquentent une école où l’enseignement est dispensé en russe. En Grèce et à Chypre, il existe plusieurs écoles russes ; certaines bénéficient du soutien de l’ambassade de Russie, d’autres sont des écoles privées fondées par des particuliers.

  • 101 Nikolova Marina 2013.
  • 102 Au cours des années, le nombre de migrants polonais en Grèce a significativement baissé : il était (...)
  • 103 Baldwin-Edwards Martin 2005, p. 39.

78Au regard de leur intégration dans la société d’accueil, les Ukrainiens présentent des analogies avec certains autres groupes de migrants originaires des pays de l’Est101. Le cas des Polonais est particulièrement intéressant : établis en Grèce depuis le milieu des années 1980, ils forment aujourd’hui, l’une des plus anciennes communautés migrantes et l’une des mieux organisées102. Alors que les interactions avec l’économie et la société grecque sont nombreuses, la communauté polonaise fait preuve d’un grand degré d’autosuffisance103.

L’intégration dans une société à deux vitesses

  • 104 Pavlou Miltos 2007, p. 17 ; Baldwin-Edwards Martin 2005, p. 38.
  • 105 Cette allocution du président K. Papoulias est citée dans Pavlou Miltos 2007, p. 17.

79Dans une société qui privilégie la majorité grecque, la discrimination positive des personnes d’origine grecque sert de base à la discrimination des migrants d’autre origine et des minorités et empêche le développement d’une société fondée sur l’égalité et la non-discrimination104. Dans sa première allocution à la nation, le 25 mars 2005, le président de la République hellénique, Karolos Papoulias, souligna que l’intégration des migrants est un défi majeur pour la démocratie grecque : « … la protection des droits de l’homme et des libertés personnelles sans discrimination, tout comme l’intégration paisible des migrants est l’un des plus grands défis pour la Grèce moderne105».

  • 106 Pavlou Miltos, Christopoulou Nadina 2008, p. 65.

80Pourtant, comme le notent Miltos Pavlou et Nadina Christopoulou dans leur étude sur l’intégration des migrants à Athènes, en même temps que la rhétorique évolue et que l’apport des migrants à l’économie athénienne et grecque est formellement reconnu, il semblerait que l’opinion publique se forme justement autour de cette réalité. En d’autres termes, aussi longtemps que les migrants sont économiquement valeureux, productifs et utiles, ils sont bienvenus, mais à condition qu’ils ne revendiquent pas de droits sociaux et politiques sur un pied d’égalité avec les citoyens grecs106.

  • 107 Voutira Eftihia 2011 ; Chadjigeorgiou Triada 2009, p. 292.

81L’intégration dans la société d’accueil par le biais de mariage avec des natifs se présente comme une solution notamment pour les Ukrainiens et les Grecs de Mariupol. Les Grecs pontiques ont tendance à se marier à l’intérieur de leur groupe restreint ou avec d’autres migrants. La priorité donnée au mariage endogame chez les Grecs pontiques s’explique par la volonté de maintenir l’identité culturelle particulière du groupe107. La situation est en train de changer et, désormais, on constate aussi l’existence d’unions avec des Grecs et des Chypriotes de souche en particulier dans les municipalités et « quartiers » où les populations sont plus mélangées. Dans les trois groupes – grec pontique, mariupolite et ukrainien –, il s’agit en premier lieu de mariages entre femmes migrantes et hommes « de souche ».

82Dans l’ensemble, il semblerait que les migrants qui vivent en famille, qui sont issus d’un milieu rural ou de petites villes et ont un niveau de formation faible ou moyen, sont plus satisfaits de leur situation à l’issue de leur parcours migratoire que les célibataires qui viennent d’un milieu urbain et universitaire. En revanche, ceux qui n’étaient pas suffisamment motivés, qui ont un faible niveau de compétences linguistiques et qui ont subi la déqualification professionnelle, ont souvent été déçus par le processus d’intégration, en particulier s’ils sont arrivés avec de grandes espérances. Toutefois, il n’y a pas de règles précises. Les différents exemples de cas examinés suggèrent que la motivation et le dynamisme relèvent d’une importance particulière quand il s’agit de surmonter des difficultés et de s’adapter à de nouvelles réalités. L’ethnicité seule n’explique pas tout.

Notes

1 Berry John W. 1996, p. 171.

2 Vermeulen Hans 2004, p. 31-32.

3 Castles Stephen 1997, p. 113-138 ; Castles Stephen, Miller Mark J. 1993.

4 Sur ces trois modèles différents d’intégration, voir, par exemple, Vermeulen Hans 2004, p. 27-40 ; Lucassen Leo, Feldman David, Oltmer Jochen 2008 ; Pelissier Michel, Paecht Arthur 2004 ; Mandel Ruth 2008.

5 Sur les notions de nation et de citoyenneté en France et en Allemagne sous un angle comparatif, voir Brubaker Rogers 1992 ; Vermeulen Hans 2004.

6 La loi sur l’acquisition de la nationalité allemande introduisant des éléments de jus soli est entrée en vigueur le 1er janvier 2000, suivie par une nouvelle loi sur l’immigration en 2004. Voir Hailbronner Kay 2006, p. 213-251 ; Vermeulen Hans 2004, p. 30-31.

7 Vermeulen Hans 2004.

8 Commission européenne contre le racisme et l’intolérance 2009, p. 25.

9 Tsimouris Giorgos 2009, p. 162 ; Tsitselikis Konstantinos 2007.

10 Vogli Elpida 2005, p. 385.

11 Bourdieu Pierre, Passeron Jean-Claude 1964 ; 1970.

12 Castel Robert 1995 ; Paugam Serge 1996.

13 Il convient d’évoquer ici les ministères grecs des Affaires étrangères, de l’Ιntérieur, du Τravail et de l’Éducation, de même que l’Office de l’emploi de la main-d’œuvre, mais aussi les services des préfectures, des mairies et de nombreuses autres fondations et associations.

14 Dès lors appelée Fondation nationale pour l’accueil et l’installation des Grecs de la diaspora et rapatriés.

15 Entretiens avec des Grecs d’ex-Union soviétique dans l’agglomération athénienne et à Chypre. À ce propos, voir aussi Notaras Gerassimos 1998 ; Kaurinkoski Kira 2010a ; EIYAAPOE 2001.

16 Glytsos Nicholas 1995, p. 155-176 ; EIYAAPOE 2001.

17 Ces chiffres du 31 octobre 2002 ont été fournis par Aikaterini Kaltsou, directrice chargée de la direction de la situation urbaine et des questions sociales auprès du ministère de la Macédoine orientale et de la Thrace, Entretien à Komotini, octobre 2011.

18 Entretiens avec Georges Iacovou, ministre des Affaires étrangères de Chypre à Nicosie, novembre 2003, et avec Christoforos Sofianidis, président honoris causa de l’association grecque pontique « Argo » et conseiller municipal à Kallithea dans l’agglomération athénienne, juin 2009. À ce sujet, voir aussi Sofianidis Christoforos 2006.

19 Entretien avec Georges Iacovou, ministre des Affaires étrangères de Chypre à Nicosie, novembre 2003.

20 Entretien avec d’anciens membres du personnel de la fondation pour l’accueil et l’installation des Grecs rapatriés à Komotini, octobre 2011.

21 Entretiens avec des migrants d’ex-Union soviétique, des habitants « de souche » et des représentants de l’État grec à Komotini, à Alexandroupoli et à Xanthi, octobre 2011. Sur les Grecs pontiques en Thrace pendant la première décennie suivant leur installation, voir Keramida Fani 2001 ; Lavrentiadou Mari 2006.

22 EIYAPOE 1992, p. 8.

23 EIYAPOE 1991, p. 6.

24 Sur les tentatives de « rapatriement » et d’installation des Grecs pontiques d’URSS par l’État et la société grecs au cours des années 1979-1989, voir Notaras Gerassimos 1998.

25 Loi 2790/2000.

26 Décision ministérielle, ministère grec de l’Économie 6645/2002.

27 Sofianidis Christoforos 2006, p. 40. Entretien avec Christoforos Sofianidis, à Kallithea, dans l’agglomération athénienne, juin 2009.

28 Kaurinkoski Kira 2010a, p. 126 ; Voutira Eftihia 2011, p. 258.

29 Loi 2790/2000.

30 Loi 1966/1991.

31 Décision ministérielle 538/2002.

32 EIYAAPOE 2001; Argyros Antonis 2001.

33 Kaurinkoski Kira 2010a, p. 126 ; Diamanti-Karanou Panagoula 2003, p. 39.

34 Pavlou Miltos, Christopoulou Nadina 2008, p. 36.

35 Commission européenne contre le racisme et l’intolérance 2009, p. 20.

36 Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000.

37 Kaurinkoski Kira 2008 ; 2011 ; Nikolova Marina, Maroufof Michaela 2010 ; Nikolova Marina 2013.

38 Sur les Grecs pontiques à Menidi, voir la réalisation du film de Konstantinos Giannaris, Από την άκρη της πόλης (De la marge de la ville), 1998. Pour une analyse détaillée de ce film et une présentation du réalisateur, voir Georgelin Hervé 2010, p. 2-3.

39 Christin Hess qui a étudié les Aussiedler d’ex-Union soviétique en Allemagne et les Grecs pontiques d’ex-Union soviétique en Grèce se réfère à des « sociétés parallèles ». Voir Hess Christin 2008.

40 Voutira Eftihia 2006a, p. 379. 

41 Kaurinkoski Kira 2010a, p. 122-123.

42 Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000, p. 21-35.

43 Nombre d’entre eux se sont installés dans des quartiers anciennement occupés par des migrants polonais. Arrivés vers le milieu des années 1980, les Polonais étaient parmi les premiers migrants de l’Est en Grèce. Entretiens avec des migrants ukrainiens à Athènes, 2001-2005. Sur les migrants polonais en Grèce, voir ci-dessous, p. 338.

44 Pavlou Miltos, Christopoulou Nadina 2008.

45 Vaiou Dina 2013, p. 282.

46 Baldwin-Edwards Martin 2005, p. 27.

47 Vaiou Dina 2013, p. 283-284.

48 Cavounidis Jennifer 2003.

49 En 2001, 15,5 % des hommes et 12,2 % des femmes en Grèce avaient une formation supérieure selon le rapport de l’OCDE.

50 Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000, p. 42, 63-64.

51 Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000, p. 76-79.

52 Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000, p. 220-223.

53 Entretiens avec des représentants des associations grecques pontiques et des migrants dans l’agglomération athénienne, 2004-2006.

54 Baldwin-Edwards Martin 2004a ; Geniki Grammateia Ethnikis Statistikis Ypiresias, Απογραφή Πληθυσμού 2001.

55 Entretiens avec des représentants de la communauté ukrainienne à Athènes, 2008-2012 ; Nikolova Marina 2013, p. 18 ; 2015a.

56 Entretiens avec des représentants des associations grecques pontiques et des migrants d’origine grecque à Chypre, 2002, 2003, 2009.

57 Ypourgeio Esoterikon tis Kyprou, 2000, p. 22-23.

58 Entretiens avec Omiros Poursanidis, président de l’Union des Grecs pontiques de Chypre (’Ενωση Ελλήνων Ποντίων Κύπρου), à Paphos, novembre 2003, et avec Nikos Baklavidis, président de l’association grecque pontique « Panagia Soumela » de Limassol (Σύλλογος Ελλήνων Ποντίων Λεμεσού « Παναγία Σουμελά »), à Limassol, octobre 2009.

59 Au sujet des danseuses de cabaret à Chypre et de leurs conditions de travail, voir, par exemple, Trimikliniotis Nicos, Fulias-Souroulla Mihaela 2006.

60 Une étude faite par l’Institut de politique migratoire dans les années 2000 montre que certains employeurs ne traitent pas les employés immigrés de la même manière que les employés grecs : si les cotisations sociales ne sont pas payées pour 3,5 % des Grecs, ce chiffre atteint 12,9 % pour les immigrés. On observe aussi une différence au niveau du salaire, plus favorable dans le cas des employés grecs. « Migrant Families Grow Fast », Ekathimerini (20.01.2007), http://www.ekathimerini.com/46320/article/ekathimerini/news/migrant-families-grow-fast, consulté le 27 novembre 2017. À ce propos, voir aussi l’étude de Pavlou Miltos, Christopoulou Nadina 2008, p. 43.

61 Kaurinkoski Kira 2006 ; 2008 ; 2010a ; 2011.

62 Voir Kupferberg Feiwel 2003.

63 En 1998, un projet de loi a été promulgué qui autorisait de manière officieuse les personnes détentrices d’un permis de séjour valide de s’installer à leur compte. En 2001, 2 900 nouvelles entreprises avaient été créées par des migrants venus de 90 pays différents. Jusque-là, il n’y avait en Grèce que 5 900 entreprises dirigées par des étrangers, dont la majorité à Athènes. Voir Baldwin-Edwards Martin 2005, p. 11, 24.

64 Hirschon Renée 2008, p. 195.

65 Voir Campbell John 1964 ; Herzfeld Michael 1985.

66 Nikolova Marina 2013, p. 19.

67 Nikolova Marina 2015a.

68 Entretiens avec des migrants Grecs pontiques à Menidi et avec des officiers de police au poste de Menidi, 2002-2004. Voir aussi Kasimati Koula 2003 ; Emke-Pouloupoulou Ira 2003.

69 Lafazani Dora 2004.

70 Il s’agit d’un programme comparatif sur les politiques d’intégration dans les pays membres de l’Union européenne. Pour une présentation de ce programme et du cas grec, voir Pavlou Miltos 2007.

71 Pavlou Miltos, Christopoulou Nadina 2008, p. 42.

72 Sur les politiques migratoires grecques et la situation des migrants sur le marché grec du travail, voir, par exemple, Getimis Panagiotis, Petrinioti Xanthi 2003 ; Psimmenos Iordanis, Kasimati Koula 2003 ; Pavlou Miltos, Christopoulou Nadina 2008 ; Commission européenne contre le racisme et l’intolérance 2009 ; 2015. À Chypre, les groupes les plus vulnérables sont les employées de maison originaires d’Asie et les Chypriotes turcs ; en Grèce, les Roms, les musulmans de Thrace et les migrants récemment arrivés des pays pauvres d’Asie et d’Afrique. Commission européenne contre le racisme et l’intolérance 2009 ; 2015.

73 Une étude réalisée à l’initiative de l’université d’Athènes à la fin des années 2000 sur la base de 2 000 ménages de migrants et 400 organismes montre que la présence des migrants αλλογενείς originaires des pays tiers sur le marché grec du travail est élevée et représente 89 % du total des migrants employés. Cependant, six personnes sur dix avaient un travail temporaire ou travaillaient sans contrat. Dans le même temps, la moitié déclarait avoir du travail parce qu’ils avaient accepté un emploi peu rémunéré ou pour lequel il n’y avait pas de concurrence. Seul 1 % avait trouvé un emploi par le biais des organismes publics comme l’Office de l’emploi de la main-d’œuvre. Une grande partie des migrants travaillait dans l’économie informelle. Delithanasi Maria, « Ποιος είναι ο αλλοδαπός της “διπλανής πόρτας”. Έρευνα δύο ετών του Πανεπιστημίου Αθηνών σε 2 000 νοικοκυριά μεταναστών », Η Καθημερινή (31.10.2010).

74 Vermeulen Hans 2001 ; Fukuyama Francis 2000.

75 Kaurinkoski Kira 2010a, p. 127 ; Sofianidis Christoforos 2006. Entretien avec Christoforos Sofianidis à Kallithea dans l’agglomération athénienne, juin 2009.

76 Mavrommatis Giorgos, Tsitselikis Konstantinos 2004, p. 136.

77 L’étude de l’association « Argo » se fonde sur cinquante entretiens qui ont été conduits parmi les membres de huit associations grecques pontiques (sept dans le nome d’Attique et une à Thessalonique). Voir Sofianidis Christoforos, 2006, p. 17-18.

78 Cette étude de Kasimati Koula 1993 a été réalisée avec le soutien du Secrétariat général des Grecs de l’Étranger et se fonde sur des enquêtes sociologiques. C’est la première étude sur les Grecs pontiques « rapatriés » d’ex-Union soviétique depuis la perestroïka et qui tient compte de ceux arrivés en Grèce dans les années 1985-1990. Au regard de l’ensemble de la population migrante grecque d’ex-Union soviétique en Grèce, elle a été taxée d’élitisme, étant entendu qu’elle avait été conduite avec le concours des associations grecques pontiques et que les premiers arrivés détenaient souvent un niveau d’éducation supérieur à la moyenne.

79 Entretien avec Nikos Baklavidis à Limassol, octobre 2009.

80 Kaurinkoski Kira 2010a, p. 128.

81 Malkki Liisa 1992, p. 27.

82 Nostos (Νόστος) est une organisation non gouvernementale établie à Athènes qui coordonne des programmes de l’État grec et européens. Dans les années 1990 et 2000, en son sein fonctionnait un centre d’information et de soutien pour les Grecs « rapatriés » et les immigrés.

83 Voutira Eftihia 2011, p. 283-284.

84 Voir Ledeneva Alena 1998 ; 2013-2014 ; Pétric Boris-Mathieu 2002, p. 136-137.

85 Couroucli Maria 1985, p. 126.

86 Voir, par exemple, Peristiany John 1965 ; Pitt-Rivers Julian 1976 ; Kayser Bernard 1986. Pour une critique de la littérature sur le clientélisme en Grèce, voir, par exemple, Papadopoulos Yannis 1989.

87 Kaurinkoski Kira 2009b, p. 47 ; Tastsoglou Evangelia, Hadjicostandi Joanna 2003b, p. 212.

88 Kaurinkoski Kira 2008 ; 2011 ; Nikolova Marina 2015a.

89 Tolstokorova Alissa 2014, p. 484 ; Trimikliniotis Nicos, Fulias-Souroulla Mihaela 2013.

90 Tolstokorova Alissa 2012.

91 Un sondage sur les mariages mixtes à Athènes, en 2003-2004, montre que 10 % étaient des mariages entre conjoints de nationalités différentes, au premier rang desquels les mariages entre Grecs et Albanais, puis les mariages entre Grecs et Ukrainiens suivis par les mariages entre Grecs et Bulgares. Dans les cas où l’homme était grec, les femmes venaient surtout des pays d’Europe centrale et orientale. Quand la femme était grecque, les hommes venaient, généralement, d’Europe occidentale. Parmi les ressortissants des pays extérieurs à l’Union européenne, il y avait aussi des mariages avec des Américains des États-Unis et des Égyptiens. Voir Giannarou Lina, Lialios Giorgos, « Μικτός ο ένας στους δέκα γάμους », Η Καθημερινή (17.10.2004).

92 Sur les relations sentimentales des migrants d’ex-Union soviétique en Grèce, voir, par exemple, le recueil de petites histoires établi par Talanceva Ilona, Arabadži Katerina 2006.

93 Communication personnelle du père Lioubomir de l’église catholique uniate ukrainienne d’Athènes, septembre 2012.

94 Selon une étude réalisée par l’université d’Athènes à la fin des années 2000, sur la base de 2 000 ménages de migrants et de 400 organismes, 8,2 % des migrants en Grèce étaient propriétaires. La part des propriétaires était particulièrement élevée parmi les migrants issus des pays européens extérieurs à l’Union européenne. Ils étaient suivis par des migrants issus de nouveaux pays membres de l’Union européenne, notamment de la Roumanie et de la Bulgarie, et ensuite, des migrants originaires des pays d’Afrique et d’Asie parmi lesquels certains sont venus en Grèce dans les années 1980 en qualité d’étudiants ou de migrants économiques en situation régulière. En dernier lieu, venaient les migrants d’Albanie. Parmi ces derniers, en particulier, bon nombre faisaient des projets de construction dans leur pays d’origine. Voir Delithanasi Maria, « Ποιος είναι ο αλλοδαπός της “διπλανής πόρτας”. Έρευνα δύο ετών του Πανεπιστημίου Αθηνών σε 2 000 νοικοκυριά μεταναστών », Η Καθημερινή (31.10.2010).

95 Kaurinkoski Kira 2009b, p. 48 ; Tastsoglou Evangelia, Hadjicostandi Joanna 2003b, p. 215.

96 Tolstokorova Alissa 2010a.

97 Kaurinkoski Kira 2009b, p. 49 ; Fialkova Larisa 2005.

98 Tolstokorova Alissa 2010a ; 2010c.

99 Baldwin-Edwards Martin 2004a.

100 Communication personnelle du père Lioubomir de l’église catholique uniate ukrainienne d’Athènes, septembre 2012.

101 Nikolova Marina 2013.

102 Au cours des années, le nombre de migrants polonais en Grèce a significativement baissé : il était estimé à 66 000 en 1992, mais seulement à 20 000 en 2009. Sur les migrants polonais à Athènes, voir, par exemple, Romaniszyn Krystyna 1996 ; 1998, qui les a étudiés à Athènes en 1994 ; et Maroufof Michaela 2009.

103 Baldwin-Edwards Martin 2005, p. 39.

104 Pavlou Miltos 2007, p. 17 ; Baldwin-Edwards Martin 2005, p. 38.

105 Cette allocution du président K. Papoulias est citée dans Pavlou Miltos 2007, p. 17.

106 Pavlou Miltos, Christopoulou Nadina 2008, p. 65.

107 Voutira Eftihia 2011 ; Chadjigeorgiou Triada 2009, p. 292.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search