Version classiqueVersion mobile

Le « retour » des Grecs de Russie

 | 
Kira Kaurinkoski

Seconde partie – D’ex-Union Soviétique vers la Mère-Patrie imaginée

D’ex-Union soviétique en Grèce et à Chypre après la Perestroïka

Texte intégral

Les flux migratoires vers les pays méditerranéens

  • 1 Baldwin-Edwards Martin 2002.
  • 2 Voir Anthias Floya, Lazaridis Gabriella 2000, p. 1-14 ; Baldwin-Edwards Martin, Aranjo Joaquin 1999 (...)

1Les flux migratoires vers les pays méditerranéens ont été expliqués par la position géographique de ces pays, les effets du colonialisme, le manque de contrôle rigoureux aux frontières et la conversion de ces pays au post-Fordisme, notamment avec l’intensification des économies informelles existantes. Ce type d’économie s’est développé dans les années 1980 comme une réponse à la crise que traversaient les pays méditerranéens à cette époque. Au début des années 2000, l’économie informelle représentait 10 à 23 % du PNB en Espagne, 20 à 26 % en Italie et 29 à 35 % en Grèce1. Le besoin de main-d’œuvre était particulièrement important dans les domaines de l’agriculture, du tourisme, du bâtiment et des services, le marché du travail étant segmenté en fonction du genre. Dans la plupart des cas, les migrants étrangers faisaient les travaux les plus vils, les plus précaires et les plus dangereux2.

2Le genre est un facteur important dans la migration circulaire. Dans de nombreux cas, il peut même être décisif quand il s’agit de déterminer qui part, quand et sous quelles conditions. Les modalités de l’éventuelle installation, et la création des réseaux transnationaux dans les pays d’origine et d’accueil dépendent aussi du genre. Les statuts légal et social, l’ethnicité et la race sont d’autres facteurs propres à déterminer les conditions d’accueil des différents groupes de migrants. Les mouvements migratoires ne s’expliquent pas uniquement par des facteurs extérieurs, mais aussi par des facteurs personnels tels l’initiative, le courage et l’imagination.

  • 3 Tastsoglou Evangelia, Maratou-Alipranti Laura 2003a, p. 6-8.
  • 4 Massey Douglas et al. 1993, p. 448.
  • 5 Vertovec Steven 2002.
  • 6 Curran Sara S., Saguy Abigail 2001 ; Portes Alejandro 1995 ; Christou Anastasia 2004.
  • 7 Hellermann Christiane 2006.
  • 8 Piore Michael J. 1979 ; Fellini Ivana, Ferro Anna, Fullin Giovanna 2007.

3Depuis la fin des années 1980, l’immigration en direction de la Grèce et de Chypre se présente principalement comme une migration transnationale. Elle se caractérise par la mobilité temporaire et circulatoire impliquant des contacts et des échanges réguliers avec les pays d’origine et avec les réseaux transnationaux de migrants3. Ces réseaux sont définis comme une série de liens internationaux qui mettent en contact des migrants, d’anciens migrants et des non-migrants dans les pays d’origine et d’accueil par le biais de liens de parenté, d’amitié et d’appartenance locale4. Leur utilité a été reconnue dans la recherche d’emploi et d’hébergement, dans la circulation de biens et de services, mais aussi comme soutien psychologique et comme source continue d’information5. Parallèlement, les réseaux de migrants véhiculent des valeurs et des normes de confiance, d’obligation et de réciprocité6. Ainsi, tout en offrant un accès privilégié à des ressources, les réseaux ont tendance à limiter la liberté personnelle et à imposer un contrôle sur le comportement des migrants et sur leurs possibilités d’action7. Le recrutement par ce type de contacts tend à canaliser les migrants vers des travaux qui sont mal rétribués et peu considérés8.

Les migrants étrangers en Grèce et à Chypre

  • 9 Papataxiarchis Evthymios 2005.
  • 10 Papadopoulou Aspasia 2004.
  • 11 Baldwin-Edwards Martin 2004a.
  • 12 Fakiolas Rossetos, Maratou-Alipranti Laura 2000.

4En Grèce, dont la population était d’environ 11 millions d’habitants en 2001, les citoyens étrangers représentaient environ 10 % de la population du pays9 et 9 à 11 % de la main-d’œuvre déclarée10. Selon ce même recensement, les principaux pays d’origine des migrants étaient l’Albanie (56 %), la Bulgarie (5 %) et la Roumanie (3 %), constituant environ 70 % des migrants du pays. Les migrants de Géorgie, d’Ukraine, de Pologne, d’Arménie et de Moldavie représentaient ensemble environ 10 % de la population migrante. Les ressortissants des États-Unis, de Chypre, du Royaume-Uni et d’Allemagne constituaient d’autres communautés notables11. La moitié des migrants réguliers en Grèce à cette époque vivait dans l’agglomération athénienne contre 25 % à Thessalonique. Parmi les travailleurs étrangers en situation régulière, la moitié était soit des Grecs ομογενείς soit des ressortissants d’autres pays membres de l’Union européenne. En revanche, 79 % des migrants en situation irrégulière étaient des ressortissants d’anciennes républiques socialistes d’Union soviétique ou d’Europe centrale et orientale ; 21 % venaient des pays d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient12. Le nombre de migrants en situation irrégulière était de l’ordre de 500 000.

  • 13 Baldwin-Edwards Martin 2007.
  • 14 Selon un rapport de l’OCDE de 2010, dans les années 2008-2010, environ 650 000 migrants avaient un (...)

5Vers le milieu des années 2000, la situation a commencé à changer : la plupart des migrants venaient alors d’Afrique du Nord, d’Asie, plus particulièrement du Pakistan et de l’Afghanistan et d’anciennes républiques socialistes d’Europe centrale et orientale13. Parallèlement, on a constaté une intensification des flux migratoires irréguliers par voie maritime ou terrestre, les points d’entrée principaux étant, d’une part, la frontière gréco-albanaise, et d’autre part, la frontière gréco-turque à Évros et en mer Égée. En 2010, 90 % des arrestations de migrants non autorisés vers l’Union européenne avaient lieu en Grèce, contre 75 % en 2009 et 50 % en 2008. Il a été estimé que la moitié de la population migrante des années 2008-2010 était en situation irrégulière14.

  • 15 Republic of Cyprus, Demographic Report 2001. Population Statistics, ser. II, Report 39.
  • 16 Trimikliniotis Nicos, Pantelides Panayotis 2003 ; Trimikliniotis Nicos, Fulias-Souroulla Mihaela 20 (...)
  • 17 Republic of Cyprus, Statistical Service, 2012.
  • 18 Trimikliniotis Nicos, Fulias-Souroulla Mihaela 2006, p. 21.

6À Chypre, dont la population en 2001 était de 689 565 habitants, les citoyens étrangers étaient au nombre de 64 811, correspondant à 9,4 % de la population du pays. Les principaux pays d’origine des citoyens étrangers à Chypre étaient la Grèce (17 459), le Royaume-Uni (11 870), la Russie (4 952), le Sri Lanka (4 939), les Philippines (3 245), la Bulgarie (2 411) et la Roumanie (1 778). Les travailleurs étrangers venaient surtout d’Europe centrale et orientale, d’Asie méridionale et orientale et du Moyen‑Orient15. Parmi les ressortissants des pays tiers, les Russes constituaient le groupe national le plus important. On peut expliquer cette prépondérance par la facilité d’entrée accordée aux Russes, tout comme aux Ukrainiens, avant l’adhésion de Chypre à l’Union européenne. Cette politique a été poursuivie afin d’attirer des entrepreneurs, des touristes et du capital. L’établissement de nombreuses entreprises off-shore, d’une communauté russe avec ses écoles et d’une église orthodoxe où l’office est célébré en russe, en a résulté16. En 2011, avec une population de 838 897, la République de Chypre comptait 170 383 non-citoyens ; 106 270 étaient des ressortissants des pays membres de l’Union européenne et 64 113 des ressortissants des pays tiers. Les principaux pays d’origine des migrants étaient alors la Grèce (29 321), le Royaume-Uni (24 046), la Roumanie (23 706), la Bulgarie (18 536), les Philippines (9 413), la Russie (8 164), le Sri Lanka (7 269) et le Vietnam (7 028)17. Au total, les ressortissants communautaires constituaient 62 % des migrants étrangers et 12 % de la population du pays. Par rapport à 2001, le nombre de Roumains et de Bulgares mais aussi de Grecs et de Russes avait augmenté de manière sensible. La population migrante non déclarée était estimée entre 10 000 et 30 000 personnes18.

  • 19 Fakiolas Rossetos, Maratou-Alipranti Laura 2000, p. 101-117 ; Tolstokorova Alissa, Ryndyk Oleksandr(...)
  • 20 Baldwin-Edwards Martin 2004b.
  • 21 Tolstokorova Alissa 2010a.
  • 22 Tziovas Dimitris 2009, p. 8.
  • 23 Les migrants de longue durée sont des personnes qui viennent à Chypre pour une année ou plus, afin (...)
  • 24 Trimikliniotis Nicos, Fulias-Souroulla Mihaela 2006, p. 3 ; Statistical Service, Republic of Cyprus (...)

7En règle générale, les femmes qui migrent vers les pays méditerranéens viennent soit des pays en voie de développement soit d’Europe centrale et orientale. La féminisation de la migration de travail est un phénomène que l’on explique par des développements économiques mondiaux et les effets de la mondialisation19. Les femmes partent souvent pour travailler dans les usines, dans les services domestiques ou sexuels. La migration ukrainienne en Grèce et à Chypre illustre excellemment cette tendance migratoire globale20. La fin du socialisme d’État dans les pays de l’Est a engendré une diminution des postes de travail et la croissance du chômage. Par conséquent, un grand nombre de femmes dans ces pays ont été forcées de quitter le marché du travail. Inversement, à la même période, dans les pays méditerranéens, le nombre de femmes actives a commencé à augmenter. La simultanéité de ces phénomènes a généré l’offre d’emploi féminin, notamment dans le domaine des soins21. En 2005, les femmes constituaient 45,4 % de l’ensemble des migrants en Grèce. Elles constituaient presque deux tiers des migrants non grecs originaires des pays d’ex-Union soviétique et de Bulgarie et environ 80 % des migrants originaires des Philippines. En revanche, les migrants du Pakistan et de l’Inde étaient presque exclusivement des hommes22. À Chypre, la plupart des femmes migrantes de longue durée23 venaient des Philippines, du Sri Lanka, de Russie, de Pologne, de Bulgarie, d’Ukraine et de Moldavie24.

  • 25 Kasimis Charalambos 2012.
  • 26 Iosifides Theodoros, King Russell, Myrivili Lenio 1998.
  • 27 Fakiolas Rossetos, Maratou-Alipranti Laura 2000 ; Tastsoglou Evangelia, Hadjicostandi Joanna 2003b, (...)
  • 28 Voutira Eftihia 2004a, p. 533.
  • 29 Koliopoulos John, Veremis Thanos 2002, p. 208.

8Les flux de migrants qui sont arrivés en Grèce depuis 1990 ont diversifié le paysage humain du pays et la composition de sa population. Néanmoins, en matière de politique migratoire, la Grèce, comme d’autres pays méditerranéens, n’a pas eu de stratégies cohérentes. Dans le cas grec, on a même parlé d’un échec des politiques migratoires mises en œuvre25. Tout au long des années 1990, et même après, la Grèce a laissé un grand nombre de migrants entrer dans le pays sans leur accorder de véritables droits, les conduisant à devenir des « non-personnes » d’un point de vue légale26. D’une part, le migrant a été confronté à l’hostilité et à la suspicion et, d’autre part, à un vide administratif qui créait des conditions de laissez-faire. Malgré la présence d’une importante population immigrée sur son territoire, les mesures d’intégration ont été minimes27. Dans ce contexte, la politique de « rapatriement » ou de « migration privilégiée » des personnes d’origine grecque d’ex-Union soviétique a fonctionné comme une politique migratoire déguisée. Ce type de migration privilégiée des migrants de « même origine » provenant d’ex-Union soviétique a été aussi observé dans d’autres pays, notamment en Israël, en Allemagne, en Finlande et en Pologne. Ces pays reconnaissent l’existence d’une diaspora historique en Europe orientale, notamment dans les pays issus d’ex-Union soviétique et accordent un statut privilégié aux migrants « de même origine » par rapport aux migrants de citoyenneté étrangère « d’autre origine »28. Dans le cas de la Grèce, il faut aussi souligner, qu’au début des années 1990, le pays avait un taux de natalité très bas ce qui a très probablement favorisé la décision d’ouvrir les portes du pays aux Grecs d’ex-Union soviétique29.

Les migrations ukrainiennes en Grèce et à Chypre 

  • 30 Kaurinkoski Kira 2008 ; 2011.
  • 31 Selon le recensement grec de population de 2001, 16 622 citoyens d’Ukraine se trouvaient en Grèce p (...)
  • 32 International Labour Organization 2005, p. 23.

9La migration depuis l’Ukraine en direction de la Grèce et de Chypre a commencé à la fin des années 1980, d’abord des régions occidentales, puis des régions centrales, et vers le milieu des années 1990, des régions méridionales et orientales30. La grande majorité des migrants sont des Ukrainiens, mais il y a aussi des Grecs d’Ukraine31. Un groupe à part est constitué d’étudiants qui, après la fin de leurs études, sont restés dans leur pays d’accueil. À ceux-là s’ajoutent les victimes du trafic lié à l’exploitation sexuelle et au travail forcé. Selon une recherche conduite par le Bureau international du travail (BIT) entre 2002 et 2004, la Russie, la Turquie, l’Italie, la Grèce et la Hongrie étaient les destinations principales des victimes du trafic et du travail forcé au départ de l’Ukraine32.

10En Ukraine occidentale, la migration de travail en direction des pays méditerranéens a commencé dès la fin des années 1980. Cette région qui fait frontière avec la Pologne a été annexée à l’Union soviétique à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, elle constitue une région agricole faiblement peuplée. Dans les années 1930, cette région a connu la migration politique vers les États-Unis et le Canada ; après la Seconde Guerre mondiale, vers les États-Unis et l’Europe occidentale. À partir des années 1980, cette région est devenue le berceau du nationalisme ukrainien. Quand la perestroïka a commencé, les habitants de l’Ukraine occidentale ont « tout de suite saisi l’occasion » de développer des activités commerciales avec la Pologne. Avec le temps, ces réseaux commerciaux ont alimenté une vague de migration de travail.

  • 33 Shostak Natalia 2004, p. 5.
  • 34 Tolstokorova Alissa 2010a.

11L’Ukraine orientale, pour sa part, est caractérisée par son industrie lourde et par l’importance des liens économiques et culturels avec la Russie. La migration de travail au départ de l’Ukraine orientale s’est d’abord dirigée vers ce pays. La migration vers la Grèce et vers Chypre ne s’est développée que plus tard. Dans de nombreux cas, on constate des spécificités selon la région d’origine et la destination. Ainsi, en Espagne, les réseaux migratoires au départ de l’Ukraine se sont longtemps constitués en fonction des femmes migrantes de la région de Ternopil33. La migration de travail ukrainienne est majoritairement féminine également en Italie, en Grèce et à Chypre. En 2010, les femmes représentaient 65 % des migrants ukrainiens en Espagne, 75,5 % en Grèce et 90,2 % en Italie. En revanche, la migration de travail ukrainienne en direction de la Pologne, du Portugal, de la Russie et de l’Allemagne est majoritairement masculine. En 2001, 68 % des migrants ukrainiens au Portugal étaient des hommes ; en Pologne, ils étaient 80,6 %, en Russie 60,4 % et en Allemagne 60 %34. Cette différenciation en fonction du genre s’explique principalement par l’offre d’emploi et les possibilités de trouver un travail sur les marchés locaux dans les pays de destination.

12Dans le cas des migrants d’origine grecque, il faut distinguer les Grecs pontiques des Grecs de Mariupol. Chez les Grecs pontiques, la migration en Grèce ou à Chypre a souvent été un processus qui, dès le départ, se voulait familial et définitif. Ils avaient à leur disposition un réseau ancien sur lequel s’appuyer. La situation des Grecs de Mariupol, dont les liens avec la Grèce remontent à loin, était différente.

  • 35 Kaurinkoski Kira 2003, p. 137-138.

13Parmi les premiers Grecs de Mariupol à s’être lancés dans l’aventure, il y avait de jeunes chercheurs et des spécialistes qui avaient obtenu une bourse pour poursuivre des études ou des stages de formation dans des universités grecques. Il y avait aussi de jeunes diplômés qui partaient acquérir une expérience dans une entreprise ou dans la marine, contrat de travail en poche. Ces deux groupes étaient limités. Il y avait des jeunes qui sortaient de l’école ou de l’armée et partaient un an ou deux participer à des travaux agricoles ou travailler dans le bâtiment. Certains avaient une invitation de leur futur employeur alors que d’autres passaient par des réseaux d’amis, de co-villageois ou de compatriotes. Un troisième groupe s’est constitué de femmes adultes, souvent âgées de 50, 60 ans ou plus, qui avaient pris une année « sabbatique » ou qui venaient de prendre leur retraite. En Grèce ou à Chypre, certaines d’entre elles gardaient des personnes âgées, d’autres faisaient des ménages, d’autres encore travaillaient dans des tavernes et dans des cafés. De retour à Mariupol, la vie et la routine reprenaient. Le temps passé en Grèce ou à Chypre avait été vécu comme une expérience qui avait permis de faire des économies et, en même temps, d’améliorer la connaissance de la langue et du pays – une sorte de pèlerinage que l’on se devait de faire avant la fin de sa vie. À ce moment, peu de Grecs de Mariupol songeaient à s’installer en Grèce ou à Chypre. Ce n’est qu’à partir de 1994, avec la stagnation de la situation économique en Ukraine, que les départs se sont intensifiés et diversifiés35.

  • 36 Fawcett James T. 1989.
  • 37 Nikolova Marina 2015a.
  • 38 Nikolova Marina 2015a ; Kaurinkoski Kira 2015.
  • 39 Nikolova Marina 2015b ; Kaurinkoski Kira 2015.

14Sur la base de la classification de James T. Fawcett36, Marina Nikolova37 divise l’émigration ukrainienne vers la Grèce depuis la perestroïka en quatre périodes distinctes en fonction a) de la politique migratoire en vigueur dans les pays d’origine et d’accueil ; b) des réseaux familiaux et sociaux ; c) des images diffusées par la culture de masse et d’autres sources d’informations disponibles. Au cours de la première période, entre 1985 et 1991, les migrants étaient principalement des réfugiés politiques grecs et des conjoints d’étudiants grecs qui avaient fait leurs études en Ukraine. La deuxième période, entre 1991 et 1998, est caractérisée par l’ampleur et l’irrégularité des flux migratoires. La grande majorité des migrants ukrainiens d’origine grecque ou non sont venus en Grèce avec un visa touristique. À l’issue de celui-ci, ils sont restés dans le pays sans papiers. Les difficultés économiques en Ukraine et l’offre de travail dans le secteur informel grec ont été les principales raisons d’incitation à la migration. La troisième période, entre 1998 et 2007, a été marquée par l’application en Grèce des premiers programmes de régulation des migrants originaires des pays extérieurs à l’Union européenne. Pendant cette période, la plupart des migrants ukrainiens en Grèce cherchaient à acquérir les papiers nécessaires afin de régulariser leur situation dans le pays d’accueil. La quatrième période, commencée en 2007, est marquée par la fin des programmes de régulation et les défis posés par la crise économique en Grèce qui s’est fait sentir à partir de 201038. Depuis 2008, la Grèce a perdu de son attrait pour les nouveaux migrants travailleurs ukrainiens. Dans le même temps, le taux de migration pour « regroupement familial » a augmenté39.

Aspects des politiques migratoires des États grec et chypriote

Les migrants d’origine grecque

  • 40 Pentzopoulos Dimitris 2002.

15En Grèce, la politique de « rapatriement » des Grecs pontiques d’ex-Union soviétique a été conçue comme un prolongement du traité de Lausanne de 1923 et du traité d’Ankara de 1930. Selon l’article premier du traité de Lausanne, les Grecs orthodoxes et les musulmans qui avaient quitté leurs territoires en Asie mineure et en Grèce dès le 18 octobre 1912 pour l’un des pays signataires (la Grèce ou la Turquie) ou pour un État tiers étaient inclus dans le traité. Conformément à la décision du Comité mixte de l’échange de 1924, établi par la Société des Nations afin d’assurer la protection et la gestion de l’installation des réfugiés, les Grecs orthodoxes qui s’étaient installés dans un pays tiers obtinrent le même droit à la nationalité grecque que les populations échangées à condition de ne pas avoir obtenu la citoyenneté du pays où ils s’étaient installés. La date limite pour la demande de nationalité grecque fut initialement fixée au 5 octobre 1934 ; elle fut ensuite prolongée avec la loi 2280/1940 et reste valable de nos jours. Avec le traité d’Ankara, signé le 23 juillet 1930, le droit de demander la nationalité grecque (ou turque) fut étendu aux personnes ayant quitté l’Asie mineure ou la Grèce avant le 18 octobre 1912, pour la Grèce, la Turquie ou un pays tiers et n’ayant pas obtenu la nationalité de ce pays40.

  • 41 Keramida Fani 2001, p. 263 ; Voutira Eftihia 2004b, p. 238.
  • 42 Notaras Gerassimos 1998, p. 231.

16La première vague de migration de « retour » d’ex-Union soviétique en direction de la Grèce a eu lieu dans les années 1920-1930. Cette migration a ensuite repris dès 1965, mais a été interrompue pendant les années de la dictature en Grèce (1967-1974) ; au cours de cette période, seul un nombre limité de personnes sont arrivées en Grèce. Au début des années 1980, l’État grec a lancé un appel de rapatriement (επαναπατρισμός) par le biais de son ambassade à Moscou. Cet appel visait les personnes d’origine grecque qui avaient reçu leur passeport grec après la Première Guerre mondiale41. Jusqu’à la fin des années 1980, le nombre d’arrivées était très restreint et concernait essentiellement des personnes d’origine grecque pontique ayant conservé des passeports grecs et des réfugiés politiques de la guerre civile grecque. Les raisons de cette politique de « silence » vis-à-vis des Grecs d’Union soviétique s’expliquent par les relations tendues entre l’Union soviétique et les États occidentaux pendant la guerre froide. En 1986, Giannis Kapsis, ministre adjoint des Affaires étrangères, a appelé l’ambassadeur soviétique à Athènes pour évoquer officiellement ce sujet, pour la première fois42. Dès lors, on a constaté une évolution dans la question et différentes mesures législatives ont été mises en place afin d’accueillir les Grecs d’Union soviétique en Grèce. Dans un premier temps, cette disposition concernait notamment les Grecs pontiques.

  • 43 Vogli Elpida, Mylonas Charis 2009, p. 373.
  • 44 Argyros Antonis 1996, p. 23, 29-30.
  • 45 Vergeti Maria 2003, p. 122 ; Vogli Elpida, Mylonas Charis 2009, p. 373.
  • 46 Argyros Antonis 1996.
  • 47 Voutira Eftihia 2011, p. 242.

17Selon la loi 1855/1986, les personnes d’origine grecque pontique venues d’Union soviétique pouvaient s’inscrire sur les registres municipaux de leur lieu de résidence en Grèce. Le processus de « retour » avec un visa παλιννόστηση ou de « rapatriement » a été mis en place en 1987. En 1989, avec la levée du « refus de départ d’URSS », les flux se sont fortement intensifiés43. En Grèce, le décret présidentiel 323/1989 réglait la question d’accès à la citoyenneté. La décision relevait alors du préfet de la municipalité selon le lieu de résidence des personnes44. En 1990, le droit de « retour » a été étendu à tous les Grecs d’ex-Union soviétique, donc aussi aux Grecs de Mariupol. Dès lors, on ne faisait plus la distinction entre les réfugiés et les migrants économiques45. Dans un premier temps, tous ceux qui choisissaient de « retourner au pays » étaient qualifiés de παλιννοστούντες ou de « rapatriés », et des mesures spéciales étaient prévues par l’État grec pour faciliter leur intégration. Ces termes reflètent le caractère idéologique, volontaire et individuel du processus migratoire vers la Grèce46. En 1993, en lien avec les conflits armés dans le Caucase, l’État grec a organisé des opérations d’évacuation de Soukhoumi et d’Erevan47.

  • 48 La décision conjointe 24755/1990 entre le ministère de l’Intérieur et le ministère de la Défense dé (...)
  • 49 Sideri Eleni 2006, p. 189-190.

18Entre 1987 et 2010, on peut distinguer trois périodes de « retour » selon la législation et les politiques en vigueur. La première période a commencé en 1987 avec la mise en place du visa de « rapatriement » et s’est étendue jusqu’en 1993. Pendant cette période, il était relativement facile d’obtenir un visa de « rapatriement » et la citoyenneté grecque. Une déclaration sur l’honneur et une preuve justifiant les origines grecques de l’intéressé étaient les principaux documents demandés par les services diplomatiques grecs48. Dans de nombreux cas, ce processus était accompagné du changement de nom : le nom de famille russifié a alors été remplacé par son équivalent hellénique. Dans certains cas, les fonctionnaires chargés du processus prenaient la peine de rechercher le nom de famille originale de l’intéressé, dans d’autres cas, la « traduction » était mécanique. Le changement de nom était perçu comme un « baptême national »49.

  • 50 En Allemagne, où 2,2 millions de personnes d’origine allemande d’ex-Union soviétique ont été accuei (...)

19La deuxième période s’est étendue de 1993 à 2000. Depuis 1993, le visa de « rapatriement » et la citoyenneté grecque sont devenus plus difficiles à obtenir50. La loi 2130/1993 concernant l’enregistrement des ομογενείς sur les registres municipaux a voulu définir la notion de « rapatriement ». Avec cette loi, le nombre de documents requis pour l’obtention d’un visa de « rapatriement » augmentait : la photocopie d’un passeport valide, le certificat de naissance, le certificat de mariage, le certificat de mariage des parents et celui des grands-parents. La décision concernant l’accès à la citoyenneté grecque relevait du préfet de la municipalité de résidence de l’intéressé en Grèce.

  • 51 En vertu de la loi 2790/2000, les documents demandés comprenaient la photocopie d’un passeport vali (...)
  • 52 En Grèce, les commissions étaient composées d’un représentant du ministère des Affaires étrangères, (...)
  • 53 Comme nous le rappellent Thanos Veremis et John Koliopoulos, la notion de conscience a été détermin (...)
  • 54 En 2002, environ 2 000 Grecs de Mariupol étaient enregistrés auprès du ministère grec de l’Intérieu (...)

20L’an 2000 marque le début de la troisième période avec la fin du régime de « rapatriement » et introduit un processus de naturalisation. Sous la loi 2790/2000 sur l’acquisition de la citoyenneté par les ομογενείς d’ex-Union soviétique, le nombre des documents – difficiles à se procurer – pour l’obtention du visa, est réduit51. La terminologie aussi a changé : on ne parle plus de visa de « rapatriement », mais de visa pour « installation permanente » (μόνιμη εγκατάσταση). Avec cette loi, les intéressés devaient se présenter devant une commission et passer un entretien52. Le but de celui-ci était de déterminer si l’intéressé avait une « conscience hellénique53 ».Les personnes qui ne souhaitaient pas perdre la citoyenneté de leur pays d’origine – puisque l’Ukraine et la Géorgie ne permettent pas la double nationalité – avaient la possibilité d’obtenir un certificat spécial de nationalité d’ομογενής (Ειδικό Δελτίο Ταυτότητας Ομογενούς) faisant fonction de permis de séjour et de travail en Grèce et à Chypre54. Toutefois, ce certificat n’est pas une preuve de nationalité grecque et ne donne pas le droit de voter lors des élections ; les hommes titulaires de ce certificat sont exemptés du service militaire en Grèce. Il s’agit, en fait, d’une sorte de semi-citoyenneté.

  • 55 Christopoulos Dimitris 2009, p. 116.
  • 56 Voutira Eftihia 2004a ; Voutira Eftihia 2011, p. 258-260.

21Après l’entrée en vigueur de la loi 2790/2000, on constate une nette diminution du nombre de personnes ayant obtenu la citoyenneté grecque55. L’évolution de la réglementation valorise la référence à une identité grecque commune, notamment en ce qui concerne la langue et le « sentiment hellénique ». Selon les autorités grecques, la nouvelle réglementation a été introduite dans le but de résoudre les problèmes liés à des pots-de-vin, au commerce et à la falsification des passeports, faits courants dans le contexte d’une bureaucratie corrompue. Toutefois, l’absence de critères précis, permettant de déterminer l’existence ou non d’une conscience grecque chez l’intéressé, prête souvent à confusion56.

22Certains ont passé aisément l’entretien et ont vite reçu le certificat spécial d’ομογενής ou la citoyenneté grecque demandés. C’est notamment le cas des personnes qui parlent le grec et étaient engagées dans des associations ou activités culturelles grecques dans leur pays d’origine. Dans certains cas, la possession d’un certificat de naissance ou de mariage des parents avec un timbre en langue grecque s’est avérée utile. De tels certificats avaient été délivrés dans les districts grecs d’Union soviétique dans les années 1930. Le fait d’avoir des membres de la famille proche citoyens grecs ou titulaires du certificat spécial d’ομογενής constituait aussi un avantage certain qui renvoyait au regroupement familial.

  • 57 Des entretiens avec des ομογενείς grecs d’ex-Union soviétique ont été conduits, à Nicosie, en 2000, (...)

23Maïsa P., Grecque de Sartana, est arrivée à Chypre en 1998. Elle a fait la demande d’un certificat spécial d’ομογενής et a passé un entretien devant la commission à Nicosie, en 2000. À ce moment, son fils aîné, installé à Chypre depuis 1994, avait déjà la citoyenneté grecque57. À la suite de cet entretien, elle a obtenu le certificat spécial de nationalité demandé.

Ils m’ont demandé si je parle le grec et comment je l’ai appris. J’ai répondu que cela ne fait pas longtemps que j’habite à Chypre, que je le parle mal. Je leur ai dit que je parle notre dialecte et que je suis en train d’apprendre l’alphabet grec. Puis, je leur ai dit que j’ai été membre de Sartanskie samocvety. Il y a beaucoup de Grecs de Sartana ici, ils avaient entendu parler de notre ensemble. Ils m’ont demandé de chanter quelques chansons. Puis, ils m’ont dit que ça suffisait, et ils sont passés au candidat suivant. (Maïsa P., née en 1952, Paphos, 2009)

24D’autres ont recours à des stratégies pour optimiser leurs chances lors de l’entretien. Svetlana, 65 ans et sa fille Irina, 38 ans, Grecques de Sartana elles-aussi, sont arrivées en Grèce respectivement en 2001 et en 2004. En 2000, tenant compte des difficultés économiques en Ukraine, elles ont commencé à préparer leur demande du certificat spécial de nationalité. À ce moment, elles n’avaient pas encore de projets migratoires. Svetlana qui a passé l’entretien devant la commission en Grèce était inquiète car sa cousine ne l’avait pas passé avec succès et on lui avait même retiré le permis de séjour d’ομογενής qu’elle possédait. Quand elle s’est rendue à l’entretien, elle n’a pas attendu que les membres de la commission commencent à l’interroger, elle a fait son propre récit : 

Je leur ai dit : « Je suis de Sartana. Vous avez sans doute entendu parler de ce village. Tous mes grands-parents et mes arrière-grands-parents étaient Grecs. Ils avaient des brebis et cultivaient la terre. Ici, les femmes tissent, chez nous aussi. Nous avons notre propre langue, nos chansons. » Puis, ils m’ont demandé de dire quelques phrases. J’ai récité la chanson Vaj kurcic, kurcic. Après un moment, ils ont tous commencé à rire, ils m’ont dit que ça suffisait […] Je ne connais pas très bien l’histoire de la Grèce, ainsi, j’ai évité qu’ils me posent des questions là-dessus. (Svetlana, née en 1940, Varkiza, 2005)

25La fille de cette informatrice a passé l’entretien devant la commission à Mariupol. Les membres lui ont posé des questions sur l’histoire de la Grèce. Elle a fait un exposé sur la base de ses connaissances scolaires et a récité les grandes lignes de l’histoire de la Grèce depuis l’Antiquité. Puis la commission s’est intéressée à son fils, avec lequel elle s’était présentée, et à ses connaissances en grec afin de voir ce que les élèves apprennent à l’école. En 2004, trois jours après son arrivée en Grèce, elle recevait son certificat spécial d’ομογενής. Par la suite, son mari, un Russe d’Ukraine, a passé l’entretien en Grèce avec succès.

  • 58 Voutira Eftihia 2006b, p. 282.
  • 59 Entretiens avec des diplomates grecs en Ukraine, 1997, 2003, 2009.

26D’autres se préparent pour l’entretien comme s’il s’agissait d’un examen. Ils demandent conseil à ceux qui l’ont passé avant eux, lisent des livres en particulier sur l’histoire, la langue et les traditions de leur groupe. Certains vont jusqu’à commander des livres traitant de ces sujets dans le pays de départ. Des stages payants sont organisés par des organismes privés pour préparer les candidats à ces examens. Cependant, le résultat n’est pas garanti. On rapporte des cas de personnes qui ont échoué à l’entretien parce qu’elles ne connaissaient pas le tzadziki ou ne savait pas danser de danses grecques58. Selon certains, le fait d’être Grec turcophone pouvait être un handicap. Officiellement, la Grèce ne fait pas de distinction entre les Grecs hellénophones et les Grecs turcophones d’ex-Union soviétique, les premiers n’étant pas censés être plus favorisés que les seconds59.

  • 60 Voutira Eftihia 2003, p. 152 ; Venturas Lina 2009, p. 130.
  • 61 Venturas Lina 2009, p. 134.

27Depuis 1994, face à des flux migratoires considérables en provenance de l’Europe orientale et notamment d’Albanie, la politique grecque a changé. Dès lors, la Grèce tenta de préserver l’existence de sa diaspora sur les lieux d’origine en limitant les départs vers la Grèce60. Ce changement de politique s’explique aussi par des considérations géopolitiques, et en particulier, des aspirations économiques dans les Balkans et les pays de la mer Noire après la chute des régimes communistes, et par une certaine vision de la position de la Grèce dans ce contexte. Anticipant l’importance croissante de la région de la mer Noire comme route de passage pour le pétrole et le gaz naturel, la Grèce espérait devenir un intermédiaire dans l’intégration européenne de cette région, et de ce fait acteur de la politique énergétique européenne. Une collaboration avec les Grecs de mer Noire était envisagée et ceux-ci ont effectivement joué un rôle important dans les premiers contacts des entreprises grecques qui souhaitaient prendre part à des activités économiques dans cette région. L’économie est alors devenue un facteur important dans la manière dont la Grèce concevait sa politique étrangère et construisait ses rapports avec sa diaspora : au lieu de favoriser l’assimilation et le rapatriement, l’État grec souhaitait revitaliser la diaspora sur les lieux d’origine afin de la mettre au service des intérêts du « centre national »61.

  • 62 Vogli Elpida, Mylonas Charis 2009, p. 375.
  • 63 Baldwin-Edwards Martin, Kraler Albert 2009 ; Triandafyllidou Anna 2013.
  • 64 Le but du décret 358/1997 était d’enregistrer le nombre d’étrangers présents sur le territoire grec (...)

28Par conséquent, dès la seconde moitié des années 1990, les délais d’attente pour un visa de « rapatriement » ou « d’installation permanente » sont devenus très longs, en moyenne de cinq à sept ans. Pour contourner ces difficultés, un grand nombre de personnes d’origine grecque, mais aussi d’autres nationalités (géorgienne, ukrainienne, russe, etc.) sont arrivées en Grèce ou à Chypre avec un visa touristique (tabl. 11). Par la suite, nombre de personnes d’origine grecque ont pu régulariser leur situation. En septembre 1997, le ministère grec des Affaires étrangères a commencé à délivrer des visas de « rapatriement » aux personnes d’origine grecque qui étaient arrivées en Grèce avant décembre 1996 avec un visa touristique. Avec ce visa de « rapatriement », elles étaient alors en droit de demander la citoyenneté grecque en tant qu’ομογενείς sur le territoire grec62. Certaines ont été expulsées, mais sont revenues par la suite, parfois avec un nouveau passeport établi à un autre nom – les femmes, par exemple, utilisaient leur nom de jeune fille. Pour les migrants αλλογενείς, le processus de régularisation s’est avéré plus compliqué. Après l’expiration de leur visa, beaucoup sont restés dans le pays « sans-papiers63 ». Plus tard, certains ont pris part à des programmes de régularisation organisés par les autorités grecques en 1998, 2001 et 2005 (décrets présidentiels 358/199764, 359/1997 et loi 2910/2001). Parallèlement, l’entrée en vigueur des accords de Schengen pour la Grèce en 1997 a entraîné un renforcement des contrôles aux frontières.

Tabl. 11 – Arrivée en Grèce des Grecs d’ex-Union soviétique par an et par type de visa attribué, 1987-2000.

Année Nombre d’individus Nombre de rapatriés Nombre de touristes
1977-1986 334 (0,215 %) 321 (96,108 %) 13 (3,892 %)
1987 169 (0,109 %) 168 (99,408 %) 1 (0,592 %)
1988 669 (0,431 %) 653 (97,608 %) 16 (2,392 %)
1989 5 195 (3,345 %) 5 099 (98,152 %) 96 (1,848 %)
1990 16 716 (10,762 %) 15 968 (95,525 %) 748 (4,475 %)
1991 17 331 (11,158 %) 15 055 (86,867 %) 2 276 (13,133 %)
1992 19 846 (12,778 %) 14 050 (70,795 %) 5 796 (29,205 %)
1993 25 720 (16,559 %) 16 680 (64,852 %) 9 040 (35,148 %)
1994 14 737 (9,488 %) 8 084 (54,855 %) 6 653 (45,145 %)
1995 14 586 (9,391 %) 7 632 (52,324 %) 6 954 (47,676 %)
1996 14 298 (9,206 %) 6 368 (44,538 %) 7 930 (55,462 %)
1997 12 381 (7,971 %) 4 020 (32,469 %) 8 361 (67,531 %)
1998 5 761 (3,709 %) 1 452 (25,204 %) 4 309 (74,796 %)
1999 4 676 (3,011 %) 536 (11,463 %) 4 140 (88,537 %)
2000 1 307 (0,841 %) 71 (5,432 %) 1 236 (94,568 %)
D/A 1 593 (1,026 %) 1 006 (63,151 %) 587 (36,849 %)
Au total 155 319 (100 %) 97 163 (62,557 %) 58 156 (37,443 %)

Ypourgeio Makedonias-Thrakis 2000, p. 46-47.

  • 65 Christopoulos Dimitris 2004, p. 104.
  • 66 Entretiens avec Antonis Argyros, avocat de la Fondation nationale pour l’accueil et l’installation (...)
  • 67 Christopoulos Dimitris 2009, p. 116 ; Kaurinkoski Kira 2010a, p. 125.

29En 2004, environ 180 000 Grecs d’ex-Union soviétique avaient obtenu la citoyenneté grecque65. Ceci dit, dans les années 1990, des dizaines de milliers de personnes d’autres nationalités ont également obtenu un visa de « rapatriement » et ensuite la citoyenneté grecque66, alors que d’autres, qui étaient d’origine grecque, mais ne connaissaient pas le grec ou n’avaient pas les moyens de payer les sommes demandées, n’ont pas réussi à obtenir les documents tant convoités. À la fin des années 2000, la citoyenneté grecque a même été retirée à certaines personnes qui l’avaient obtenue dans les années 199067.

30La loi 2790/2000 est la dernière à concerner spécifiquement l’acquisition de la citoyenneté grecque par les Grecs d’ex-Union soviétique. Depuis 2010, ces questions relèvent, de manière générale, de la législation spécifique aux ομογενείς.

  • 68 Vogli Elpida, Mylonas Charis 2009.
  • 69 Balezdrova Anastasia, « Only a Quarter of Applicants Acquire Greek Citizenship », Greek Reporter (1 (...)

31Selon la loi 3838/2010 sur la modification du code de nationalité grecque qui est restée en vigueur jusqu’en décembre 2012, les personnes d’origine grecque titulaires d’un certificat spécial de nationalité d’ομογενής obtenaient la citoyenneté sur décision du secrétaire général de la circonscription électorale de leur résidence permanente. Contrairement aux autres catégories de migrants, elles n’avaient aucun entretien à passer devant une commission ; leurs origines grecques étaient une preuve de leur grécité et de leur « sentiment hellénique »68. Cette provision concernait notamment les ομογενείς grecs d’Albanie et d’ex-Union soviétique, mais a principalement profité aux Grecs d’Albanie. Sur les 4 595 personnes ayant obtenu la citoyenneté grecque en vertu de leur origine grecque, 3 501 étaient des Grecs d’Albanie69.

  • 70 Pour une analyse comparative du traitement des Grecs d’ex-Union soviétique et des Grecs d’Albanie p (...)
  • 71 Vogli Elpida, Mylonas Charis 2009.

32Jusqu’en 2006, les Grecs d’Albanie étaient défavorisés en comparaison des Grecs d’ex-Union soviétique ; ils n’avaient pratiquement pas accès à la citoyenneté grecque. À la place, ils pouvaient obtenir un certificat spécial d’ομογενής, en d’autres termes, un permis de séjour et de travail qui leur donnait des droits particuliers en matière de sécurité sociale, d’éducation et de santé en Grèce. Cette réticence envers la naturalisation des Grecs d’Albanie en Grèce était expliquée par la volonté d’assurer, en Albanie, une présence grecque, vitale pour la promotion des intérêts nationaux. En 2006, la reconnaissance de la double nationalité par l’Albanie a permis la naturalisation des Grecs d’Albanie et, dès lors, de nombreux Grecs d’Albanie ont obtenu la citoyenneté grecque70. La décision d’octroyer la nationalité grecque et le droit de voter en Grèce aux Grecs d’Albanie a également été expliquée par des processus de mondialisation économique et politique. Cette mise en parallèle révèle les points faibles de la rhétorique officielle : si celle-ci souligne l’appartenance des ομογενείς à la nation grecque, on constate une distinction selon les cas. Dès lors, il apparaît que l’utilité du groupe en question est le critère prépondérant lorsqu’il s’agit de décider des stratégies politiques de l’État grec à l’égard des divers groupes d’ομογενείς et de leur éventuelle naturalisation71.

Les migrants d’autres origines

33Jusqu’à la fin des années 1990, la Grèce n’avait pas de cadre législatif pour canaliser les flux migratoires. La loi 1975/1991 réglementait l’entrée, la sortie, le séjour et le travail des étrangers ; elle autorisait aussi l’expulsion de ceux qui étaient sans papiers et l’instauration d’une police des frontières renforcée. Cette loi qui a remplacé la loi sur l’immigration de 1929 est restée en vigueur jusqu’en 2001.

34Les programmes de régularisation mis en place par les autorités grecques en 1998, 2001 et 2005 (décrets présidentiels 358/1997, 359/1997 et loi 2910/2001) ont principalement concerné des migrants sans papiers qui avaient un travail régulier. Pour obtenir une « carte verte » (Πράσινη Κάρτα), d’une durée d’un à trois ans, et ainsi régulariser leur situation, ils devaient se rendre dans les bureaux spécialisés de l’Office de l’emploi de la main-d’œuvre (Οργανισμός Απασχόλησης Εργατικού Δυναμικού) munis de divers documents. Les plus importants étaient ceux qui permettaient de prouver leur présence sur le territoire grec avant la promulgation du décret. À cela devaient être ajoutés, pour obtenir une carte provisoire, ou « carte blanche » (Λευκή Κάρτα), un extrait de casier judiciaire et un certificat médical. Par la suite, avec un livret et un certain nombre de timbres qui permettaient de contrôler la régularité de la couverture sociale lors du travail, un relevé de compte bancaire et un certificat de résidence, l’étranger pouvait prétendre à une carte de résident permanent.

  • 72 Voir Sintès Pierre 2010 ; Pavlou Miltos 2007, p. 10.

35La loi 2910/2001 sur l’entrée, le séjour et le travail des immigrés stipulait que l’intéressé devait être inscrit dans un établissement universitaire grec ou avoir un contrat de travail – condition sine qua non pour l’obtention d’un visa. Pour acquérir un permis de séjour, de nouvelles démarches étaient nécessaires, cette fois-ci auprès des autorités locales. Pour prétendre au statut de résident permanent ou de citoyen, à moins d’être marié avec un citoyen grec, douze ans de résidence légale en Grèce étaient requis ; peu d’immigrés l’obtinrent72. Les enfants de migrants nés en Grèce étaient contraints au même régime que leurs parents et les migrants de fraîche date le jour de leur dix-huitième anniversaire : afin d’échapper à l’expulsion, ils devaient posséder un permis de séjour et de travail valide ou une preuve d’inscription dans un établissement universitaire grec.

  • 73 Vogli Elpida, Mylonas Charis 2009, p. 369-370, 391.
  • 74 Christopoulos Dimitris 2012.
  • 75 Balezdrova Anastasia, « Only a Quarter of Applicants Acquire Greek Citizenship », Greek Reporter (1 (...)

36Sous la loi 3838/2010, évoquée plus haut, qui avait été mise en place par le gouvernement socialiste de Georgios Papandreou, les ressortissants des pays tiers pouvaient faire la demande de la citoyenneté grecque après cinq ans de résidence légale dans le pays. Cependant, les intéressés devaient passer un entretien devant une commission pendant lequel ils étaient interrogés sur leurs connaissances de la langue, de la culture et de l’histoire grecques, ainsi que sur les institutions politiques du pays. Ils devaient en outre être intégrés dans la vie économique et sociale en Grèce. Cette loi donnait aux migrants originaires des pays tiers le droit de voter et le droit de se porter candidat aux élections locales favorisant ainsi leur participation à la vie politique locale. Les enfants nés de parents étrangers qui avaient poursuivi un cursus scolaire d’un minimum de six ans en Grèce pouvaient prétendre à la citoyenneté grecque. Pour la première fois depuis 1856, au moment où l’ascendance grecque (ελληνική καταγωγή) est devenue un critère prépondérant, la Grèce se dotait d’une loi sur la citoyenneté qui contenait aussi des éléments de droit du sol (jus soli)73. Cette loi a profité notamment aux ressortissants d’Albanie74. Entre mars 2010 et décembre 2012, le ministère grec de l’Intérieur a reçu 39 722 demandes de citoyenneté grecque. La majorité des 13 425 personnes qui ont obtenu la citoyenneté grecque en vertu de cette loi était des citoyens albanais75.

  • 76 Mandravelis Paschos, « The Blood and the Law », Ekathimerini (03.02.2011) ; « Court Questions Legal (...)

37En décembre 2012, le gouvernement de coalition d’Antonis Samaras a donné l’ordre de suspendre l’application de cette loi, « trop souple », jusqu’à ce que la Cour suprême se prononce sur l’affaire. En février 2013, la loi, jugée anticonstitutionnelle, a été annulée. Les critiques de la Cour suprême ont porté sur le droit de vote et celui de se porter candidat aux élections locales, et sur le fait que la citoyenneté grecque avait été octroyée à des personnes dont la « conscience hellénique » était jugée insuffisante76.

  • 77 Dès lors, les migrants munis d’un permis de séjour de longue durée ont la possibilité de travailler (...)

38La loi 4251/2014 sur l’immigration, l’intégration sociale et d’autres règlements, adoptée en mars 2014, réinstaure le principe d’ascendance comme critère prépondérant d’obtention de la citoyenneté grecque77. Cette loi précise en outre que les personnes d’origine grecque ont le droit de demander l’hellénisation de leur nom et de leur prénom.

La signification des noms

  • 78 Lévi-Strauss Claude 1962, p. 245.

39Comme l’explique Claude Lévi-Strauss dans la Pensée Sauvage, les noms propres « servent dans toutes les sociétés à signifier et à classer, ils sont toujours significatifs de l’appartenance à une classe actuelle ou virtuelle, qui peut être seulement celle de celui qu’on nomme ou de celui qui nomme78 ». De manière générale, la terminaison ‑ίδης caractérise les noms de famille pontiques ; ceux des Grecs de Mariupol sont différents : on trouve aussi bien des noms d’origine grecque que turque, et souvent russifiés, Gaïtan, Gadzan, Papouch, Baldji, Charadja, Kiriakov, Hadjinov, par exemple. Dans leur cas, c’est souvent le nom de famille d’origine qui a été repris dans les documents administratifs grecs.

  • 79 Lapierre Nicole 1989 ; 1995.

40À leur arrivée en Grèce ou à Chypre, nombre de migrants d’origine grecque ou non ont également commencé à utiliser la version grecque de leur prénom, au moins en public. C’est ainsi que Nadejda est devenue Elpida, Galina, Galini, Nikolai, Nikos, et Michaïl, Michalis. Pourquoi ce changement de nom ? Les études de Nicole Lapierre sur la francisation du nom chez les populations migrantes en France ont fait apparaître que l’espoir d’être plus facilement accepté prime souvent sur la volonté de s’assimiler, alors qu’un nom à connotation étrangère est souvent vécu comme un handicap dans la vie sociale et dans les démarches administratives79. Dans notre cas, la situation n’est guère différente. Svetlana, qui est venue d’Ukraine en 1999 et vit à Athènes où elle travaille chez des particuliers, explique :

Dans la première maison où j’ai travaillé on m’appelait Vetra. D’autres m’appelaient Velto ou Zvelto (une marque de lessive) ou encore Zvetlana. Je ne veux pas être Zvetlana. C’est ainsi que j’ai commencé à me présenter sous le nom de Foteini (l’équivalent grec de Svetlana). C’est plus simple ainsi. (Entretien, Athènes, 2005)

41Dans le privé et avec leurs compatriotes, les migrants, d’origine grecque ou non, continuent souvent à utiliser leurs prénoms et diminutifs russes ou ukrainiens ; cela concerne aussi la deuxième génération. Foteini redevient Svetlana ou Sveta et Michalis, Micha. Parfois, les prénoms et diminutifs grec et russe sont utilisés en alternance.

La citoyenneté chypriote

  • 80 Trimikliniotis Nicos 1999, p. 148-149.
  • 81 Loi 141 (I)/2002 sur l’acquisition de la citoyenneté chypriote.

42L’acquisition de la citoyenneté chypriote par des non-Chypriotes, jusqu’à récemment, était très difficile. D’après la Constitution de 1960, le droit de sang comme les liens du mariage prévalaient. Pour les travailleurs étrangers, dix ans de résidence dans le pays étaient requis avant de déposer une demande de citoyenneté, et même dans ce cas, l’acquisition de la citoyenneté restait une exception consentie par le Conseil des ministres80. En vertu de la loi 141/2002 sur l’acquisition de la citoyenneté chypriote, les citoyens de l’Union européenne et les conjoints des citoyens chypriotes ont le droit de prétendre à la citoyenneté chypriote après trois ans de résidence dans le pays. D’autres catégories de migrants peuvent demander la citoyenneté chypriote après sept ans de résidence légale dans le pays81.

  • 82 Papadakis Giannis 1993 ; Mavratsas Caesar 1997, p. 717-737.

43Les difficultés liées à l’acquisition de la citoyenneté chypriote par les étrangers s’expliquent par la peur de l’« autre » ou par la peur de la « perte d’identité ». Il s’agit aussi d’une attitude prudente face à un éventuel changement démographique dans la composition de la population alors que la question chypriote reste ouverte. Dans ce contexte, le débat identitaire est vif dans les milieux scientifiques et politiques chypriotes grecs sur l’helléno-centrisme et le chypro-centrisme82, et parmi les Chypriotes turcs, sur le turco-centrisme et le chypro-centrisme. En République de Chypre, les milieux de droite mettent en avant une identité centrée sur l’hellénisme, alors que les milieux du centre et de gauche sont habituellement plus « chypriotistes » et plus ouverts à la diversité.

44Pour adhérer à l’Union européenne, Chypre a dû modifier sa législation en matière d’immigration et de droits des travailleurs étrangers, et mettre en place une politique plus tolérante et plus respectueuse de la diversité. C’est ce qui a permis à un nombre important de Grecs d’ex-Union soviétique, perçus comme des « autres culturellement proches », de s’installer dans ce pays. Actuellement, le principal défi des milieux politiques chypriotes consiste à favoriser une politique de citoyenneté qui encourage officiellement les possibilités de réunification.

  • 83 Trimikliniotis Nicos 2010, p. 22.
  • 84 Trimikliniotis Nicos 2010 ; Trimikliniotis Nicos, Fulias-Souroulla Mihaela 2006 ; Thomson Mark 2006 (...)

45Depuis l’adhésion de Chypre à l’Union européenne en 2004, le nombre de demandes de citoyenneté chypriote a augmenté de manière considérable. Le plus grand nombre de ces demandes émane des Chypriotes turcs. La majorité de ceux qui ont acquis la citoyenneté chypriote l’ont obtenue après l’ouverture des frontières entre le nord et le sud de l’île en avril 2003. Au total, entre 1995 et mars 2009, 101 778 Chypriotes turcs ont acquis un certificat de naissance de la République de Chypre, 83 372 une carte d’identité et 54 595 un passeport83. La citoyenneté chypriote a été, en outre, accordée aux personnes d’origine chypriote et aux conjoints étrangers des citoyens chypriotes. Parmi ces derniers, sept sur dix sont des femmes, originaires pour la plupart des pays d’Europe centrale et orientale, mariées à des Chypriotes84.

  • 85 Trimikliniotis Nicos 2010, p. 23.
  • 86 Pour les hommes, l’acquisition de la citoyenneté chypriote signifie vingt-cinq mois d’armée.
  • 87 Selon une étude réalisée par le ministère de l’Intérieur de Chypre en 2000, 80 % des ομογενείς grec (...)

46La moitié des personnes ayant obtenu la citoyenneté chypriote par naturalisation sont des Grecs d’ex-Union soviétique, notamment des Grecs pontiques. Dans l’ensemble, leur nombre reste limité : en 2004, ils étaient environ 400 et, en 2005, environ 50085. Tout le monde ne la réclame pas86. Nombre de Grecs d’ex-Union soviétique estiment que la citoyenneté grecque est suffisante87. D’un point de vue juridique, les Grecs d’ex-Union soviétique à Chypre constituent un ensemble hétérogène : certains ont la citoyenneté grecque, d’autres un certificat spécial d’ομογενής, d’autres encore la citoyenneté chypriote ou la citoyenneté de leur pays d’origine et un permis de séjour et de travail. Il y a également des sans-papiers et, à l’inverse, ceux qui ont la double voire la triple citoyenneté – grecque, chypriote et russe.

Récits de migration et de « retour »

47Dans leurs récits, les migrants d’origine grecque soulignent volontiers qu’ils sont Grecs reproduisant ainsi un discours essentialiste. Les Grecs pontiques parlent souvent des membres de leur famille qui avaient gardé leurs passeports (royaux) grecs, refusant ainsi la citoyenneté soviétique. Un grand nombre de ces familles avaient subi les répressions et les déportations du régime stalinien et sont devenues des « ennemis du peuple ». Plus tard, quand la situation a changé en Union soviétique, les histoires de famille et les souffrances vécues ont souvent été transmises aux jeunes générations. Dans beaucoup de familles, « faire le voyage en Grèce » est devenu un objectif dont l’accomplissement a été confié aux générations suivantes. À cela se sont ajoutés les conflits armés dans le Caucase et une réaction en chaîne, un phénomène collectif : comme on le répète souvent, « tout le monde est parti ».

Les Juifs sont partis en Israël, les Allemands en Allemagne, les Russes en Russie. La plupart de nos voisins sont partis. Dans notre quartier il ne restait plus de Grecs. Les Kazakhs ne nous ont pas mis à la porte… (Témoignage d’une Grecque pontique, venue du Kazakhstan en 1993)

48C’était notamment le cas au Kazakhstan et en Géorgie, mais aussi en Arménie et en Ouzbékistan où les nouveaux États indépendants, dès le début des années 1990, octroyèrent tous les postes importants aux nationaux et mirent en avant la langue nationale, devant le russe. Après l’effondrement de l’Union soviétique, beaucoup parlaient de l’insécurité et de l’instabilité en Russie et dans les autres États nationaux. Les personnes d’un certain âge, chez qui le souvenir des déportations staliniennes était encore vif, craignaient la reproduction de ce type d’événements. Dans la seconde moitié des années 1990, les départs ont surtout été motivés par des considérations économiques.

49Nombre de Grecs pontiques avaient une parenté en Grèce, retournée en « mère-patrie » dans les années 1920 et 1930 ou dans les années 1960 et 1970 quand les frontières avaient été temporairement ré-ouvertes. C’est ainsi qu’ils connaissaient les conditions de vie en Grèce. Avec l’arrivée massive de migrants des Balkans, notamment d’Albanie, au début des années 1990, ils étaient conscients des difficultés sur le marché du travail. Hommes et femmes, entre 40 et 50 ans, qui, dans leur pays d’origine, avaient suivi une formation supérieure d’enseignant ou d’ingénieur civil, savaient qu’ils devraient travailler sur les chantiers du bâtiment ou faire des ménages en Grèce. À côté de cela, peu d’entre eux connaissaient les coutumes grecques ou le mode de vie dans la société grecque contemporaine. Ceux qui pensaient « retourner au pays » vivre comme « des Grecs parmi d’autres Grecs » ont été confrontés à une tout autre réalité.

  • 88 Kaurinkoski Kira 2010a, p. 123-124.

50À leur arrivée en Grèce, certains migrants ont été aidés par leur parenté ou des amis qui étaient arrivés avant eux. Certains m’ont dit que des inconnus leur avaient apporté à manger, donné des vêtements et les avaient aidés à trouver un logement ou un travail. Mais ils ont aussi rencontré des personnes qui ont essayé de profiter d’eux. Pour beaucoup, ce qui a été le plus difficile était l’attitude de l’État grec, « le fait que pour l’État grec, les Grecs pontiques d’ex-Union soviétique sont seulement de la main-d’œuvre bon marché »88.

  • 89 Aegaleo est une municipalité industrielle à l’ouest d’Athènes de 74 000 habitants, en 2001. Un cert (...)

51Alexandros et Marina, Grecs pontiques, sont venus en Grèce depuis la Crimée en 1992, avec un visa παλιννόστηση. À l’époque, ils avaient 30 ans environ. Tous les deux sont nés en Géorgie où leurs arrière-grands-parents respectifs, ressortissants du Pont, étaient venus s’installer au cours du xixe s. Alexandros détenait un diplôme de physicien de l’université de Léningrad, sa femme un diplôme de mathématicienne de l’université de Kharkov. Après leurs études, ils se sont installés en Crimée. Tous les deux travaillaient dans l’enseignement secondaire : Alexandros était directeur d’une école, sa femme enseignante de mathématiques. Pendant la perestroïka, Alexandros a commencé à travailler dans le tourisme et venait souvent en Grèce. Selon eux, ils vivaient bien : ils avaient une villa, un jardin, une voiture et du travail. Au début des années 1990, ils ont décidé de partir en Grèce. Alexandros a acheté un appartement à Aegaleo89 dans l’agglomération athénienne où il avait des parents. Il y a installé sa femme, leurs enfants et ses deux sœurs aînées. Pendant un an, il a continué à faire des allers-retours entre l’Ukraine et la Grèce, à travailler ici et là-bas avant de rejoindre les autres en Grèce. Au départ, Alexandros ne voulait pas partir. C’étaient son père et sa femme qui désiraient s’installer en Grèce, car ils y avaient de la parenté arrivée dans les années 1930 et 1960 et avec laquelle les liens avaient été entretenus. Aujourd’hui, leurs deux familles au complet vivent en Grèce. Alexandros a continué à travailler dans le tourisme, d’abord avec un partenaire grec, puis deux ans après leur arrivée, il a décidé de se mettre à son compte. À la question « pourquoi sont-ils partis », Marina répond qu’ils « sont Grecs et que les Grecs doivent vivre en Grèce ».

Nous sommes peu nombreux. Beaucoup sont partis. C’était difficile économiquement. Nous sommes cinq dans ma famille. Une de mes sœurs était à Moscou, une à Krasnodar, deux en Géorgie, alors que nous vivions en Crimée. Nous vivions mieux que tout le monde. Ma sœur Irina, 46 ans, est médecin. Au pays, elle a travaillé pendant cinq ans dans un hôpital public. Ici, elle a demandé l’équivalence de son diplôme, ensuite elle a ouvert sa propre clinique (dans une municipalité de l’agglomération athénienne). Elle a travaillé jour et nuit pour donner une formation à sa fille. Elle ne s’est jamais plainte. Pas une seule fois elle n’a dit s’être trompée en venant ici. Pour mes autres sœurs et pour mon frère cela a été plus difficile. Une de mes sœurs a ouvert un magasin, une autre a ouvert un atelier de couture. Mon frère, qui est ingénieur, est venu en Grèce en 1991, il est le premier d’entre nous à être venu. Je me souviens de quelle manière on avait accompagné son départ. Nous sommes une famille très unie. Quand il est parti, j’ai eu le sentiment qu’on partirait tous. À l’époque, la loi nous donnait la possibilité d’arriver en Grèce avec de la marchandise que l’on pouvait vendre par la suite. Il est arrivé avec de la marchandise qu’il a commencé à vendre sur le marché. Sa femme est médecin, elle a obtenu l’équivalence de son diplôme et travaille comme médecin dans un hôpital dans le nord de la Grèce. Mon frère est le plus intelligent d’entre nous, mais il est très prudent. Il voulait acheter un hôtel, mais n’a pas réussi à se décider. (Entretien, Athènes, 2001)

  • 90 Popov Anton 2010, p. 76.

52Dans le cas de cette famille, la décision d’émigrer en Grèce a une dimension économique, mais ce n’est ni la seule raison ni la plus importante. Cette décision a aussi été motivée par la nostalgie pour la patrie et par un projet de regroupement familial. Ils sont partis pour vivre en Grèce avec les leurs, en Grecs parmi d’autres Grecs. Dans le cas des Grecs pontiques, la famille élargie constitue un phénomène social, culturellement et historiquement fondé. Le réseau de parenté relève ici d’une importance particulière et sert de justification morale pour les activités transnationales des migrants90.

53Pour les Grecs de Mariupol, notamment pour les jeunes générations, il semblerait que le principal facteur d’incitation à l’émigration était économique. Une grande partie d’entre eux sont arrivés en Grèce ou à Chypre profitant des dispositions prises par les États grec et chypriote tout en se considérant comme des migrants temporaires. Pour les personnes âgées, visiter la Grèce avait été le rêve de toute une vie. Pour ceux qui souhaitaient partir à l’étranger, la Grèce et Chypre semblaient des destinations légitimes parce qu’« ils étaient Grecs ». Mais en dehors de cela, certains avaient des dettes à payer, d’autres sont venus tenter leur chance ou encore vivre une expérience. Contrairement aux Grecs pontiques, pour qui la migration en Grèce a souvent été familiale et définitive, les Grecs de Mariupol font partie de cette dernière catégorie : dans la grande majorité des cas, ils sont d’abord venus tenter l’expérience.

54Christina est arrivée en Grèce en 1996. En Ukraine, elle avait obtenu un diplôme universitaire en économie. Au moment de l’entretien en 2002, elle avait déjà obtenu la citoyenneté grecque et travaillait à son compte.

La situation économique en Ukraine était très difficile. Je voulais partir à l’étranger. D’abord, je pensais partir en Allemagne. Ma mère m’a dit de partir en Grèce. Elle a insisté sur ce point, elle m’a dit : « Si tu dois partir, pars en Grèce » […] Ma première expérience de la Grèce ne m’a pas plu. C’était difficile. J’ai fait toute sorte de travaux, chez l’habitant, en taverne. Puis je suis rentrée chez moi à Mariupol. Au village, ils se sont tous réunis chez ma mère pour me voir, pour voir quelqu’un qui est rentré de Grèce. Ils m’écoutaient avec de grands yeux, ils me posaient des questions sur tout : ils m’ont demandé ce que l’on mange, comment on s’habille. Pour ma mère c’était quelque chose d’énorme que je vive en Grèce. C’était le rêve de sa vie depuis toujours […] Au bout d’un certain temps, je suis repartie en Grèce avec mon fils. Maintenant, il a 15 ans et termine le lycée. (Entretien, Athènes, 2002)

55La majorité des départs des Grecs de la région se sont faits à partir de la ville de Mariupol et de deux villages d’expression romaïque, Sartana et Bolchoï Yanisol. Nombre de départs ont également été enregistrés à partir des villages turcophones, Staryï Krym en particulier. Dans le cas des deux premiers villages, selon les estimations des habitants, environ un tiers de la population serait parti en Grèce ou à Chypre. Beaucoup de maisons sont vides, en effet. Leurs propriétaires viennent de temps en temps pour l’entretien et rendre visite à la famille restée au village.

56À l’été 2001, après avoir obtenu une invitation du Secrétariat général des Grecs de l’Étranger, j’ai eu l’occasion de visiter la colonie de vacances de la jeunesse grecque en diaspora, à Pieria, en Macédoine orientale. La responsable de la délégation ukrainienne que j’y ai rencontrée, m’a donné son point de vue sur les migrations au départ d’Ukraine, notamment en ce qui concerne la jeunesse :

La situation économique en Ukraine est difficile. Les jeunes cherchent un destin meilleur pour ne pas vivre comme leurs parents, beaucoup recherchent des possibilités économiques à l’étranger avec le but de retourner au pays ensuite. Par le passé, il y avait les répressions, aujourd’hui, ils sont forcés de partir à l’étranger pour des raisons économiques. Il ne faut pas les juger, ce n’est pas facile de tout abandonner… (Entretien, Pieria, Macédoine orientale, 2001)

  • 91 En règle générale, ces bureaux étaient tenus par des Grecs de souche ou des Grecs pontiques venus d (...)

57Jusqu’à la fin des années 1990, beaucoup de Grecs de Mariupol sont arrivés en Grèce sans connaître personne. Ils se sont alors dirigés vers les nombreux bureaux d’aide et d’information qui proposaient des services aux migrants récemment arrivés et ont ainsi trouvé leur premier travail91. Pour les femmes, il s’agissait principalement de services domestiques, de travaux dans la restauration ou encore de travaux agricoles, mais de nombreuses migrantes ont aussi été entraînées dans la prostitution ; pour les hommes, essentiellement de travaux sur les chantiers du bâtiment. Ceux qui sont arrivés plus tard ont souvent été aidés par des co-villageois, des amis ou par leur parenté.

58Michalis, 27 ans, est arrivé en Grèce en 1996 avec un visa d’ομογενής de trois mois. Il a pris le bus à Mariupol et est descendu à la place Omonia (place de la Concorde) dans le centre d’Athènes avec 150 dollars en poche. Très vite, il eut envie de retourner chez lui, mais le prix du trajet pour Mariupol était alors de 150 dollars – tout l’argent qu’il avait. Pendant les six premiers mois, il n’avait pas de travail fixe. Il a travaillé une semaine par ici, une semaine par-là, essentiellement dans le bâtiment. Parfois, il n’avait pas du tout d’argent, pas même pour manger, c’est alors qu’il a rencontré deux co-villageois arrivés avant lui. Ces derniers avaient réussi à gagner un peu d’argent, puis ils ont été impliqués dans des affaires douteuses et des histoires de drogue.

Ils m’ont beaucoup aidé. Ils avaient un deux pièces, ils m’ont laissé habiter une de ces pièces, ils m’ont donné de l’argent et de quoi manger sans me demander de les rembourser. Plus tard, ils ont été arrêtés par la police et renvoyés au pays. De retour au village, ils ont abandonné la drogue, puis ils sont partis travailler à Chypre. (Entretien, Athènes, 2003)

  • 92 Sur la production des certificats de mariage religieux à des fins administratives, voir Popov Anton (...)

59Un an après son arrivé, sa femme, Christina est venue le rejoindre, mais leurs enfants sont restés au village avec les grands-parents. Elle est arrivée de la même manière, en bus avec un visa d’ομογενής de trois mois. Après l’expiration de leurs visas, tous deux sont restés en Grèce sans papiers. En 1998, ils ont participé à la campagne de régularisation organisée par l’État grec et ont fait une demande de visa de « rapatriement ». Dans un bureau d’information à Menidi, on leur a dit qu’à deux, ils ne l’obtiendraient pas : pour ce faire, il faudrait que toute la famille soit en Grèce. Alors Christina est partie en Ukraine chercher les enfants. Quelques années plus tard, ils ont passé l’entretien devant la commission à Athènes. À l’issue de cet entretien, Michalis, né de père ukrainien et de mère grecque, et les enfants ont obtenu la citoyenneté grecque, mais pas Christina, née de père grec et de mère russe à qui on refusait la « nationalité » (ιθαγένεια). Christina pense que ce refus est lié au fait que ses parents ne se sont pas mariés à l’église. Elle aurait pu demander une fausse attestation certifiant que le mariage de ses parents était religieux, mais n’a pas voulu le faire92. Michalis, pour sa part, avait déjà de la parenté en Grèce alors que pratiquement tous les parents de sa femme sont restés en Ukraine. Il est possible que les membres de la commission aient estimé que la nationalité d’une mère grecque est plus importante que celle d’un père grec. Cependant, il existe nombre de cas où le fait d’avoir une mère russe ou ukrainienne n’a pas été un obstacle à l’obtention de la citoyenneté grecque. En 2002, le couple a décidé d’acheter un appartement dans l’agglomération athénienne, avec l’aide d’un crédit de l’État grec. À ce moment, Michalis avait déjà un travail régulier dans une entreprise de décorations. Les enfants étaient scolarisés en Grèce et bien intégrés dans leur classe.

60À cause des difficultés qu’ils avaient rencontrées pendant la première année suivant leur arrivée, Michalis et Christina avaient été sur le point de rentrer en Ukraine. Puis, par chance, Michalis a trouvé un travail permanent. C’est ce qui a tout changé. Au moment de l’entretien, cela faisait six ans qu’il était chez le même employeur. À l’encontre de ceux qui sont arrivés en Grèce après 2000, tous deux avaient des réserves :

Ceux qui arrivent aujourd’hui ne peuvent pas nous comprendre. Ils arrivent, ils veulent tout avoir tout de suite : un travail, une maison, de l’argent, des papiers. En l’espace d’un an, ils veulent obtenir ce pour quoi nous avons travaillé pendant six ans. Quand nous sommes arrivés, il n’y avait personne à qui on pouvait demander conseil. Maintenant, tout le monde a de la famille ou des amis ici. Quand on leur parle de notre expérience, ils ne nous croient pas. À notre porte, il y a souvent quelqu’un avec une valise à la main qui nous demande s’il peut passer la nuit chez nous. On ne dit pas « non ». Souvent, ils restent deux ou trois semaines jusqu’à ce que nous les aidions à trouver un appartement, un travail, que nous les aidions avec les papiers. En dehors de cela, c’est à nous de nous porter garants quand ils veulent louer un appartement, c’est à nous d’écrire des lettres d’invitation à leur femme et à leurs enfants, et en cas de besoin, de les accompagner chez le médecin. Ils viennent à la recherche de la belle vie et veulent la trouver en l’espace d’un an. Ils ne sont pas prêts à affronter les difficultés. Quand nous sommes arrivés, nous étions six de notre village. Nous sommes restés un groupe uni… (Entretien, Athènes, 2003)

61À Chypre, l’arrivée des Grecs de Mariupol a tout de suite pris la forme d’une chaîne migratoire avec la mise en place d’un réseau d’accueil et d’entraide, dès 1993. À des fins d’économies, beaucoup de familles ont partagé un appartement pendant plusieurs années suivant leur arrivée, puis accueilli à leur tour de nouveaux arrivants. Sacha et Irina sont arrivés à Chypre en 1994. Tous les deux avaient 20 ans environ. En Ukraine, Sacha venait de terminer son service militaire, sa femme, l’école et un bref cursus d’études. Sacha a fait le voyage le premier, sa femme l’a suivi un mois plus tard. Pendant ce premier mois, il a été accueilli par des co-villageois. Ils étaient sept dans une même chambre. Par la suite, Sacha et Irina ont loué un appartement dans le centre-ville de Paphos avec deux autres familles originaires de leur village. Pendant ces années, il y avait toujours quelqu’un chez eux. « D’habitude les gens restaient pendant une semaine ou deux, parfois davantage. On les logeait, les nourrissait, les aidait à trouver un travail, un appartement. » Après sept ans de cohabitation avec des co-villageois, Sacha et Irina ont loué leur propre appartement dans le quartier résidentiel de Chlorakas. Quelques années plus tard, ils ont souscrit un emprunt bancaire et ont acheté une maison dans le même quartier. La mère et le frère cadet de Sacha sont arrivés à Chypre en 1998. Pendant les premières années, sa mère a loué son propre appartement dans le même quartier. Depuis que Sacha a acheté une maison, toute la famille vit sous le même toit : Sacha et Irina avec leurs deux filles nées à Chypre et la mère de Sacha. Son frère a décidé de retourner en Ukraine.

62Dans le cas des migrants âgés de 50 ans environ, ce sont les femmes qui sont le plus souvent arrivées les premières du fait de l’offre d’emploi sur le marché du travail local.

63Elena et Konstantin sont arrivés en Grèce en 2000. En Ukraine, elle était institutrice dans une école maternelle ; lui travaillait à l’usine, bricolait et cultivait la terre. En 1993, la situation économique a commencé à stagner.

On rentrait du travail et on reprenait le travail de la terre, jusqu’à la tombée de la nuit. On vendait nos produits au marché. Puis les prix ont baissé. Les légumes ne valaient plus rien […] Depuis des années, nos amis qui avaient été en Grèce nous disaient d’y aller. On a commencé à y penser dès 1995-1996. Nos enfants avaient visité la Grèce avec l’ensemble [Sartanskie samocvety]. Ils rentraient toujours avec de belles photos de la mer, de la nature. Notre fille avait fait un stage de cinq mois à l’université d’Ioannina. On avait beaucoup de famille ici… (Entretien, Varkiza, 2005)

64C’est Elena qui a fait le voyage en premier. À Athènes, elle a été accueillie par sa belle-sœur qui lui a trouvé son premier travail. Deux mois plus tard, son mari est venu la rejoindre, et six mois plus tard leurs enfants. Tous sont arrivés en Grèce avec un visa touristique de trois mois. À l’issue de leur validité et pendant deux ans, toute la famille est restée sans papiers. Le père et le fils ont été arrêtés et conduits à la police à plusieurs reprises. Quand ils ont évoqué leurs origines grecques, preuve à l’appui, ils ont été relâchés. Quelques années plus tard, tous les membres de la famille ont passé l’entretien devant la commission et ont obtenu la citoyenneté grecque. Pendant les deux premiers mois de leur vie commune en Grèce, le couple a été accueilli chez des parents. Puis ils ont loué leur propre studio et plus tard un appartement de deux pièces. Avec le temps, tous les membres de la famille ont trouvé un travail. Dans tous les cas évoqués, la solidarité familiale ou villageoise dans le nouveau pays d’accueil a joué un rôle primordial.

65Pour les nombreux migrants αλλογενείς qui sont arrivés en Grèce à partir de 1990, les contraintes administratives ont été plus lourdes et les raisons d’être de la migration, différentes. La plupart sont arrivés en Grèce en tant que travailleurs étrangers et hôtes temporaires qui, éventuellement, souhaitaient retourner dans leur pays dès que les conditions le permettraient. Dans le cas des Ukrainiens, le choix de la Grèce (au lieu de l’Italie, de l’Espagne ou du Portugal, par exemple) s’explique en premier lieu par l’existence de réseaux familiaux et amicaux. Selon une étude faite par Martin Baldwin-Edwards de l’université Panteion d’Athènes pour l’institut de la Politique migratoire grec (Ινστιτούτο Μεταναστευτικής Πολιτικής) sur la base des permis de séjour accordés pour 2003-2004, il apparaît que 80 % des citoyens ukrainiens en Grèce avaient un permis de séjour qui leur donnait accès à l’emploi. Parmi d’autres raisons qui expliquaient le choix de la Grèce comme lieu d’accueil, les statistiques faisaient apparaître le regroupement familial (1 399 personnes), le mariage avec un citoyen de l’Union européenne (1 699 personnes dont 102 hommes et 1 597 femmes), les études (180) ; à titre indicatif, les statistiques montraient que 106 personnes étaient cadres d’entreprise.

66Irina, ingénieur, originaire de Rivno en Ukraine occidentale, diplômée de l’institut polytechnique de Kiev, est arrivée en Grèce en 1998. Elle raconte ainsi son périple :

En Ukraine, la situation économique était difficile. On a fermé l’usine où je travaillais, tout le monde est resté sans travail. Ma fille était encore à l’école, et il fallait qu’elle fasse des études. Beaucoup de gens partaient dans toutes les directions. Cela faisait déjà des années que je faisais des voyages commerciaux à Moscou, en Pologne et en Lituanie […] Je suis venue en Grèce avec une amie et une autre femme qui faisait le commerce des fourrures et avait déjà une expérience de ce pays. Mon mari et ma fille sont restés en Ukraine […] On a pris le train pour Sofia, puis nous avons pris le bus pour Athènes. À la frontière, tout s’est bien passé. On ne nous a rien demandé. La femme avec qui nous avons fait le voyage est descendue du bus dans le nord [de la Grèce]. À Athènes, nous avons été accueillies par une autre femme chez qui je suis restée pendant une nuit. Nous étions cinq personnes dans une petite pièce. Le lendemain, je suis allée dans une agence pour demander du travail. À l’époque, il y avait des bus qui arrivaient tous les jours. Il y avait plein de travail. J’étais prête à prendre n’importe quel travail pour quitter cette pièce. J’ai trouvé un travail tout de suite, je suis partie à Ioannina dans le nord de la Grèce, chez « une grand-mère » (babuška) et « un grand-père » (deduška). (Entretien, Athènes, 2005)

67Trois mois plus tard, Irina est retournée à Athènes où elle a trouvé un autre travail chez l’habitant. Plus tard, elle a loué son propre appartement. Dès lors, elle a commencé à faire des ménages chez des particuliers. Six ans après son arrivée, elle continuait le même travail : elle travaillait six jours par semaine dans six familles différentes. À ce moment, elle avait un permis de séjour annuel qu’elle devait faire renouveler.

68Un couple ukrainien de Donetsk est arrivé en Grèce en 2001. Au moment de l’entretien, les conjoints avaient 45 ans environ. À l’instar de la plupart des migrants ukrainiens, ils expliquaient leur départ en évoquant les difficultés économiques en Ukraine et le fait que tout le monde partait. Ils avaient des connaissances qui leur avaient parlé de la Grèce. À leur arrivée, ils ont néanmoins dû se débrouiller eux-mêmes. Ils sont allés dans un bureau d’aide où ils ont payé des droits d’inscription de 200 000 drachmes (l’équivalent de 587 euros). On leur a proposé un travail dans un hôtel, sur une île. Puis, ils sont partis faire la cueillette des oranges. Deux ans après leur arrivée, ils ont trouvé un travail plus régulier, pour cinq ans dans l’agglomération athénienne, et ont obtenu un permis de séjour de la même durée. Leurs enfants sont restés à Donetsk : la cadette terminait l’école, l’aîné travaillait. À l’instar de beaucoup d’autres migrants d’Ukraine en Grèce, le projet de ces personnes était de travailler aussi longtemps que leur âge et leur santé le permettraient. Leur foyer restait en Ukraine qui était leur patrie. En Grèce, ils se considéraient comme des travailleurs étrangers.

Dispositions et savoir-faire liés à la mobilité

69Pour mieux comprendre le parcours des migrants d’ex-Union soviétique, il faut revenir aux conditions de vie dans leur pays d’origine avant leur départ en Grèce ou à Chypre.

  • 93 Il s’agit d’un système de permis de résidence, instauré par Staline en 1932, qui resta en vigueur j (...)

70L’Union soviétique était un État multiconfessionnel et multiethnique, avec un taux de mariages mixtes élevé, et un territoire immense. La mobilité, la circulation et la rencontre de l’autre dans le sens ethnique, culturel, religieux et linguistique faisaient partie intégrante de la vie d’un grand nombre de citoyens de ce pays qui ont connu le système de permis de résidence (propiska)93 et des spécificités d’accès au logement et au travail.

71Pour certains migrants, il était facile de partir et de s’adapter à de nouveaux environnements. N., Ukrainien, venu en Grèce en 1996, est fils de militaire. Dans son enfance, il a vécu en Sibérie et dans les régions occidentales et centrales de l’Ukraine. Avec l’indépendance de l’Ukraine, il a trouvé un travail à la radio et à la télévision ukrainienne à Kiev. En Grèce, il est donc devenu journaliste dans un hebdomadaire athénien d’expression russe avant de fonder son propre journal.

  • 94 Humphrey Caroline 2002, p. 59.
  • 95 Pirozhkov Sergei 1996, p. 75.
  • 96 Düvell Franck 2006.
  • 97 Malynovska Olena 2004.

72Les changements politiques dès la fin des années 1980 et la chute de l’Union soviétique qui suivit conduisirent à l’ouverture des frontières, à la légalisation des activités commerciales, mais aussi à la dévalorisation de la monnaie nationale en Ukraine en particulier et à la fermeture des usines. Beaucoup de personnes ont perdu leur emploi ; d’autres ont continué à exercer leur métier, mais ne pouvaient plus vivre de leur salaire. Dans ces conditions, nombreux sont ceux qui se sont lancés dans des activités commerciales et ont ouvert des magasins, des restaurants et des coopératives. Il faut comprendre qu’à cette époque où l’idéologie du passé communiste était encore présente, le commerce était perçu comme honteux et parasitaire, d’ailleurs, le terme péjoratif de spekulânt (profiteur) utilisé pour désigner les commerçants privés dans l’espace post-soviétique est toujours en vigueur94. Le « commerce à la valise » à destination des pays voisins, de la Pologne, de la Russie, de la Turquie et même de la Chine s’est répandu avec l’apparition du phénomène de čelnoki ou de « navette » – phénomène qui diffère de la migration « classique », car un seul voyage peut rapporter un revenu 14 à 40 fois supérieur au revenu moyen dans la famille95. Il s’agit d’une stratégie alternative à la migration de longue durée96. Cela dit, en Ukraine, le « commerce à la valise » a perdu sa raison d’être après 199497 lors de l’ouverture des frontières qui a libéré et légalisé les départs de toute sorte.

  • 98 Kosmarskaya Natalya 1998.
  • 99 Kasymova Sofia 2010.

73Les premiers à migrer ont été les hommes, qui partaient travailler sur les chantiers du bâtiment. Dès la seconde moitié des années 1990, des réseaux migratoires féminins se sont également formés. Leur mise en place a été facilité par l’acceptation sociale de la migration autonome féminine dans les pays post-industriels européens de l’ex-URSS, comme, par exemple, l’Ukraine98. En revanche, dans les pays plus traditionnels d’Asie centrale, la mobilité indépendante féminine a été mal perçue99.

74Svetlana, ressortissante de Poltava en Ukraine orientale est originaire d’une famille de militaires. Jusqu’à l’effondrement de l’Union soviétique, elle était enseignante de musique dans une école maternelle. Après, comme beaucoup d’autres, elle s’est lancée dans des activités commerciales. Elle voyageait en ex-Yougoslavie et en République Tchèque, parfois même en Chine. Ces voyages lui permettaient d’acquérir de la marchandise qu’elle revendait en Ukraine où elle avait ouvert son propre magasin. La situation en Ukraine était instable ; Svetlana était couverte de dettes ; sa fille était encore jeune et elle devait penser à ses études. Un jour, en 1999, une de ses amies qui travaillait en Grèce depuis trois ans lui a proposé de la suivre. Ce voyage marqua pour elle le début d’une nouvelle aventure :

D’Ukraine jusqu’en Bulgarie, nous avons fait le voyage en train. Arrivés en Bulgarie, nos guides nous ont laissées tomber. Ils nous ont abandonnées tout simplement. À la fin, un berger que nous avons rencontré par hasard nous a accompagné jusqu’à la frontière grecque. Les derniers 150 km jusqu’à la Grèce, nous les avons faits à pied en passant par la montagne. Nous étions six femmes. Trois d’entre nous avaient déjà une expérience de la Grèce ; les autres, on ne savait rien. C’était en novembre 1999. (Entretien, Athènes, 2005)

  • 100 Kaurinkoski Kira 2009b.
  • 101 Tolstokorova Alissa 2007, p. 103.
  • 102 Ünsal Deniz 2007.
  • 103 Popov Anton 2010.

75Dans ce dernier cas, la raison du départ vers la Grèce a été motivée par des facteurs économiques et par le désir d’aider les membres de la famille restés au pays100. Parfois, comme le note Alissa Tolstokorova, en particulier pour les femmes, le fait de partir à l’étranger est une manière d’échapper à la violence domestique et aux problèmes conjugaux et d’acquérir l’indépendance. La migration de travail se présente alors comme une opportunité qui permet « de quitter une situation où elles vivaient sous l’autorité traditionnelle patriarcale en faveur d’une situation où elles ont plus d’indépendance et d’autorité sur leurs propres vies »101. En d’autres termes, il s’agit d’un « projet émancipatoire102 ». Dans le cas des hommes, certains sont partis pour la Grèce afin d’échapper au service militaire dans leur pays natal, notamment en Russie où les jeunes recrus risquaient d’être envoyés en Tchétchénie103.

  • 104 Kaurinkoski Kira 2003 ; King Russell, Lazaridis Gabriella, Tsardanidis Charalambos 2000.

76Plusieurs groupes de migrants d’ex-Union soviétique en Grèce et à Chypre se distinguent en fonction de l’origine ethnique, de la classe d’âge et du niveau de formation. D’une part, on a affaire à des personnes dotées d’expériences de vie et professionnelle solides. Beaucoup ont déjà expérimenté la mobilité : par exemple, les personnes issues des familles de militaires pour qui le « nomadisme » est habituel. D’autre part, on a affaire à des personnes jeunes pour qui le voyage en Grèce ou à Chypre a été le premier voyage en dehors de leur région natale. Un certain nombre était diplômé d’instituts professionnels, d’autres sortaient de l’école ou de l’armée dans le cas des hommes. Peu avaient eu le temps d’acquérir une expérience professionnelle ou une vie adulte dans leur pays natal. Certains avaient de la famille ou des amis qui travaillaient en Grèce ou à Chypre et sont allés les rejoindre. D’autres avaient des dettes à rembourser ou devaient gagner de l’argent pour leur mariage. D’autres encore ont simplement entrepris le voyage à la recherche de nouvelles expériences. Un certain nombre de jeunes ont été « poussés » sur les routes par leurs parents qui souhaitaient « un avenir meilleur » pour leurs enfants. Dans les années 1990, vue d’Ukraine, mais aussi d’autres républiques d’ex-Union soviétique, la Grèce et Chypre ressemblaient à un Eldorado104.

77L’effondrement du mur de Berlin et l’ouverture des frontières dans l’ex-Union soviétique ont poussé beaucoup de personnes, d’origine grecque ou non, à rechercher un « avenir meilleur » en Grèce ou à Chypre. Si ces destinations étaient « légitimes » pour les personnes d’origine grecque, pour les autres migrants, le choix de ces pays a souvent été le résultat d’un concours de circonstances. Les Grecs pontiques, pour qui la migration a souvent été familiale et définitive, sont venus en Grèce pour vivre avec « les leurs », en tant que « Grecs parmi d’autres Grecs ». Pour les Grecs de Mariupol, les raisons de départ ont souvent été motivées par des considérations économiques. Dans la plupart des cas, ils sont arrivés en Grèce ou à Chypre profitant des dispositions favorables de ces États, mais en se considérant comme des migrants temporaires. Dans le cas des Ukrainiens, on a principalement affaire à une migration de travail qui, au départ, se voulait temporaire. Parfois, c’est l’expérience des mobilités antérieures qui engendre la mobilité et les nouvelles circulations. Quelle que soit la raison d’être de la migration, les récits des migrants transmettent aussi un goût pour l’aventure et la volonté de vivre de nouvelles expériences.

Notes

1 Baldwin-Edwards Martin 2002.

2 Voir Anthias Floya, Lazaridis Gabriella 2000, p. 1-14 ; Baldwin-Edwards Martin, Aranjo Joaquin 1999 ; King Russell, Lazaridis Gabriella, Tsardanidis Charalambos 2000 ; Tastsoglou Evangelia, Maratou-Alipranti Laura 2003a.

3 Tastsoglou Evangelia, Maratou-Alipranti Laura 2003a, p. 6-8.

4 Massey Douglas et al. 1993, p. 448.

5 Vertovec Steven 2002.

6 Curran Sara S., Saguy Abigail 2001 ; Portes Alejandro 1995 ; Christou Anastasia 2004.

7 Hellermann Christiane 2006.

8 Piore Michael J. 1979 ; Fellini Ivana, Ferro Anna, Fullin Giovanna 2007.

9 Papataxiarchis Evthymios 2005.

10 Papadopoulou Aspasia 2004.

11 Baldwin-Edwards Martin 2004a.

12 Fakiolas Rossetos, Maratou-Alipranti Laura 2000.

13 Baldwin-Edwards Martin 2007.

14 Selon un rapport de l’OCDE de 2010, dans les années 2008-2010, environ 650 000 migrants avaient un permis de séjour en Grèce. Dans le même temps, le nombre réel de la population migrante était estimé à 1 259 258. Kasimis Charalambos 2012.

15 Republic of Cyprus, Demographic Report 2001. Population Statistics, ser. II, Report 39.

16 Trimikliniotis Nicos, Pantelides Panayotis 2003 ; Trimikliniotis Nicos, Fulias-Souroulla Mihaela 2006, p. 3 ; Country Report: Cyprus on Migration and Asylum 2003.

17 Republic of Cyprus, Statistical Service, 2012.

18 Trimikliniotis Nicos, Fulias-Souroulla Mihaela 2006, p. 21.

19 Fakiolas Rossetos, Maratou-Alipranti Laura 2000, p. 101-117 ; Tolstokorova Alissa, Ryndyk Oleksandr 2010.

20 Baldwin-Edwards Martin 2004b.

21 Tolstokorova Alissa 2010a.

22 Tziovas Dimitris 2009, p. 8.

23 Les migrants de longue durée sont des personnes qui viennent à Chypre pour une année ou plus, afin de rendre visite à des amis, d’étudier, de travailler ou encore de s’installer de manière temporaire ou permanente. Cette catégorie inclut aussi les personnes qui retournent au pays après avoir travaillé à l’étranger. Les migrants de courte durée sont des personnes qui arrivent à Chypre pour une période de douze mois ou moins dans le but de travailler ou d’étudier. Les personnes qui accompagnent ce type de migrants peuvent également être comprises dans cette catégorie. Voir Trimikliniotis Nicos, Fulias-Souroulla Mihaela 2006, p. 3, 14.

24 Trimikliniotis Nicos, Fulias-Souroulla Mihaela 2006, p. 3 ; Statistical Service, Republic of Cyprus, Demographic Report No. 42/2004, Table 109, p. 154.

25 Kasimis Charalambos 2012.

26 Iosifides Theodoros, King Russell, Myrivili Lenio 1998.

27 Fakiolas Rossetos, Maratou-Alipranti Laura 2000 ; Tastsoglou Evangelia, Hadjicostandi Joanna 2003b, p. 189-220 ; Lazaridis Gabriella, Poyago-Theotoky Joanna 2002 ; Kasimis Charalambos 2012.

28 Voutira Eftihia 2004a, p. 533.

29 Koliopoulos John, Veremis Thanos 2002, p. 208.

30 Kaurinkoski Kira 2008 ; 2011.

31 Selon le recensement grec de population de 2001, 16 622 citoyens d’Ukraine se trouvaient en Grèce parmi lesquels 13 616 Ukrainiens et 3 006 Grecs d’Ukraine.

32 International Labour Organization 2005, p. 23.

33 Shostak Natalia 2004, p. 5.

34 Tolstokorova Alissa 2010a.

35 Kaurinkoski Kira 2003, p. 137-138.

36 Fawcett James T. 1989.

37 Nikolova Marina 2015a.

38 Nikolova Marina 2015a ; Kaurinkoski Kira 2015.

39 Nikolova Marina 2015b ; Kaurinkoski Kira 2015.

40 Pentzopoulos Dimitris 2002.

41 Keramida Fani 2001, p. 263 ; Voutira Eftihia 2004b, p. 238.

42 Notaras Gerassimos 1998, p. 231.

43 Vogli Elpida, Mylonas Charis 2009, p. 373.

44 Argyros Antonis 1996, p. 23, 29-30.

45 Vergeti Maria 2003, p. 122 ; Vogli Elpida, Mylonas Charis 2009, p. 373.

46 Argyros Antonis 1996.

47 Voutira Eftihia 2011, p. 242.

48 La décision conjointe 24755/1990 entre le ministère de l’Intérieur et le ministère de la Défense détermina les modalités de leur inscription sur les registres municipaux de leur lieu de résidence en Grèce, et la décision 34205/1990 du ministère de l’Intérieur, les modalités d’obtention de la nationalité grecque.

49 Sideri Eleni 2006, p. 189-190.

50 En Allemagne, où 2,2 millions de personnes d’origine allemande d’ex-Union soviétique ont été accueillies depuis la perestroïka, l’évolution est sensiblement la même ; dès 1992, la législation est devenue plus restrictive. Depuis 1996, des examens d’allemand obligatoires ont été introduits dans les pays de départ et seules les personnes qui ont des connaissances élémentaires en allemand sont accueillies en Allemagne. Voir Hess Christin 2011, p. 113-114 ; Klekowski von Kloppenfels Amanda 2002, p. 113-116 ; Levy Daniel 2003 ; Dietz Barbara 2000.

51 En vertu de la loi 2790/2000, les documents demandés comprenaient la photocopie d’un passeport valide, un certificat de naissance, un certificat de mariage, un certificat faisant preuve de la composition de la famille, un passeport interne ou tout autre document susceptible de prouver les origines grecques de l’intéressé.

52 En Grèce, les commissions étaient composées d’un représentant du ministère des Affaires étrangères, d’un représentant du ministère de l’Intérieur, de l’administration publique et de la décentralisation et d’un représentant des ομογενείς. Dans les pays de la C.E.I., le consul général et deux ομογενείς formaient la commission.

53 Comme nous le rappellent Thanos Veremis et John Koliopoulos, la notion de conscience a été déterminante pour prouver l’identité des Macédoniens slaves à la fin du xixe s. Comme à l’époque, une importance particulière est accordée à cette notion en cas d’incertitude ou d’impossibilité de prouver l’ascendance des Grecs venus des pays d’ex-Union soviétique. Voir Koliopoulos John, Veremis Thanos 2002, p. 253-254.

54 En 2002, environ 2 000 Grecs de Mariupol étaient enregistrés auprès du ministère grec de l’Intérieur. La moitié avait déposé une demande de citoyenneté grecque, et l’autre moitié une demande de certificat spécial d’ομογενής donnant droit à la résidence et au travail en Grèce et à Chypre, tout en autorisant leurs titulaires à garder leur citoyenneté ukrainienne.

55 Christopoulos Dimitris 2009, p. 116.

56 Voutira Eftihia 2004a ; Voutira Eftihia 2011, p. 258-260.

57 Des entretiens avec des ομογενείς grecs d’ex-Union soviétique ont été conduits, à Nicosie, en 2000, et en 2002. À l’issue de ces entretiens, des certificats spéciaux d’ομογενείς leur ont été délivrés. Afin d’obtenir la citoyenneté grecque, les intéressés devaient en faire la demande et se rendre en Grèce.

58 Voutira Eftihia 2006b, p. 282.

59 Entretiens avec des diplomates grecs en Ukraine, 1997, 2003, 2009.

60 Voutira Eftihia 2003, p. 152 ; Venturas Lina 2009, p. 130.

61 Venturas Lina 2009, p. 134.

62 Vogli Elpida, Mylonas Charis 2009, p. 375.

63 Baldwin-Edwards Martin, Kraler Albert 2009 ; Triandafyllidou Anna 2013.

64 Le but du décret 358/1997 était d’enregistrer le nombre d’étrangers présents sur le territoire grec et d’établir les critères pour la régularisation de leur statut. Dans l’ensemble, 371 641 demandes ont été enregistrées dans la première phase du programme de régularisation dont 9 821 par des Ukrainiens. Dans la seconde phase, 212 860 demandes ont été déposées dont 5 890 par des Ukrainiens.

65 Christopoulos Dimitris 2004, p. 104.

66 Entretiens avec Antonis Argyros, avocat de la Fondation nationale pour l’accueil et l’installation des Grecs de la diaspora et rapatriés (Εθνικό Ίδρυμα Υποδοχής και Αποκατάστασης Αποδήμων και Παλιννοστούντων Ομογενών Ελλήνων) à Athènes, septembre 2003, et avec Georgios Iacovou, président de cette fondation (1993-1997), ministre des Affaires étrangères de Chypre (1983-1988, 1988-1993, 2003-2006), à Nicosie, novembre 2003. Le compte rendu du débat du Parlement grec du 27 février 2001 offre aussi des informations intéressantes.

67 Christopoulos Dimitris 2009, p. 116 ; Kaurinkoski Kira 2010a, p. 125.

68 Vogli Elpida, Mylonas Charis 2009.

69 Balezdrova Anastasia, « Only a Quarter of Applicants Acquire Greek Citizenship », Greek Reporter (18.10.2013).

70 Pour une analyse comparative du traitement des Grecs d’ex-Union soviétique et des Grecs d’Albanie par l’État grec dans les années 1990 et 2000, voir Vogli Elpida, Mylonas Charis 2009 ; Christopoulos Dimitris 2012 ; Tsitselikis Konstantinos 2007.

71 Vogli Elpida, Mylonas Charis 2009.

72 Voir Sintès Pierre 2010 ; Pavlou Miltos 2007, p. 10.

73 Vogli Elpida, Mylonas Charis 2009, p. 369-370, 391.

74 Christopoulos Dimitris 2012.

75 Balezdrova Anastasia, « Only a Quarter of Applicants Acquire Greek Citizenship », Greek Reporter (18.10.2013).

76 Mandravelis Paschos, « The Blood and the Law », Ekathimerini (03.02.2011) ; « Court Questions Legality of Citizenship Law », Ekathimerini (02.02.2011).

77 Dès lors, les migrants munis d’un permis de séjour de longue durée ont la possibilité de travailler dans d’autres pays de l’Union européenne.

78 Lévi-Strauss Claude 1962, p. 245.

79 Lapierre Nicole 1989 ; 1995.

80 Trimikliniotis Nicos 1999, p. 148-149.

81 Loi 141 (I)/2002 sur l’acquisition de la citoyenneté chypriote.

82 Papadakis Giannis 1993 ; Mavratsas Caesar 1997, p. 717-737.

83 Trimikliniotis Nicos 2010, p. 22.

84 Trimikliniotis Nicos 2010 ; Trimikliniotis Nicos, Fulias-Souroulla Mihaela 2006 ; Thomson Mark 2006.

85 Trimikliniotis Nicos 2010, p. 23.

86 Pour les hommes, l’acquisition de la citoyenneté chypriote signifie vingt-cinq mois d’armée.

87 Selon une étude réalisée par le ministère de l’Intérieur de Chypre en 2000, 80 % des ομογενείς grecs d’ex-Union soviétique qui avaient le statut de résident permanent à Chypre avaient également la citoyenneté grecque. Voir Ypourgeio Esoterikon tis Kyprou 2000.

88 Kaurinkoski Kira 2010a, p. 123-124.

89 Aegaleo est une municipalité industrielle à l’ouest d’Athènes de 74 000 habitants, en 2001. Un certain nombre de Grecs pontiques venus d’ex-Union soviétique dans les années 1960 s’y sont installés ; aujourd’hui, on y trouve aussi d’autres groupes de migrants.

90 Popov Anton 2010, p. 76.

91 En règle générale, ces bureaux étaient tenus par des Grecs de souche ou des Grecs pontiques venus d’ex-Union soviétique qui avaient déjà obtenu la citoyenneté grecque.

92 Sur la production des certificats de mariage religieux à des fins administratives, voir Popov Anton 2007, p. 33.

93 Il s’agit d’un système de permis de résidence, instauré par Staline en 1932, qui resta en vigueur jusqu’à la chute de l’Union soviétique. Ce type de permis de résidence, renouvelable tous les cinq ans, était nécessaire pour chercher un travail, pour se marier, etc. Il était particulièrement difficile d’obtenir un permis de résidence pour les grandes villes, Moscou et Saint-Pétersbourg (Léningrad 1924-1991), et cela notamment pour les dissidents, les anciens détenus et les membres de certaines minorités dont les Roms (Tsiganes). Après 1991, le système de propiska a été aboli. Par la suite, certaines républiques (la Biélorussie, le Kirghizstan et la Russie) l’ont instauré de nouveau.

94 Humphrey Caroline 2002, p. 59.

95 Pirozhkov Sergei 1996, p. 75.

96 Düvell Franck 2006.

97 Malynovska Olena 2004.

98 Kosmarskaya Natalya 1998.

99 Kasymova Sofia 2010.

100 Kaurinkoski Kira 2009b.

101 Tolstokorova Alissa 2007, p. 103.

102 Ünsal Deniz 2007.

103 Popov Anton 2010.

104 Kaurinkoski Kira 2003 ; King Russell, Lazaridis Gabriella, Tsardanidis Charalambos 2000.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search