Version classiqueVersion mobile

Le « retour » des Grecs de Russie

 | 
Kira Kaurinkoski

Première partie – Les Grecs dans l’Empire Russe, dans l’Union Soviétique et en Ukraine

Le réveil ethnique chez les Grecs de Mariupol et d’Ukraine

Texte intégral

  • 1 Sur le réveil ethnique en Ukraine et en ex-Union soviétique, voir, par exemple, Smith Graham et al.(...)

1En Ukraine, le réveil de la conscience nationale fut précipité par le désastre nucléaire de Tchernobyl (26 avril 1986)1. Une importante partie de l’intelligentsia établit aussitôt un parallèle entre le désastre écologique sans précédent qui frappait cette nation et la destruction du patrimoine linguistique, culturel et historique ukrainien. En Ukraine occidentale, les revendications concernaient, dès 1987, la politique linguistique et la libéralisation de l’Église uniate catholique. Au début de l’année 1989, avec un voire deux ans de retard sur la plupart des autres mouvements nationaux en ex-Union soviétique, se constitua, en Ukraine, le Mouvement démocratique ukrainien (Ruh) pour la perestroïka. Au congrès constitutif du Ruh les 8 et 10 septembre 1989 à Kiev, d’éminents Ukrainiens, écrivains, économistes, avocats ainsi que des libéraux, députés du peuple ou membres du Parti, formèrent un front commun avec d’anciens prisonniers politiques, des militants pour la liberté religieuse, et des membres de nombreuses organisations non légalisées de la république. Ce front commun comprenait les plus importantes associations de dissidents politiques, l’Association ukrainienne d’Helsinki (Ukraïns’ka helsìnska spìlka), les écologistes de l’association Monde vert (Ukraïns’ka ekologìčna asocìacìâ « Zelenìj svìt »), la société Mémorial de la République (Ukraïns’ke dobrovìl’ne kul’turno-prosvìtnic’ke pravozahisne blagodìjne tovaristvo « Memorìal »), consacrée à la commémoration des victimes de la répression soviétique en Ukraine, et la Société scientifique Chevtchenko (Naukove tovaristvo ìmenì Ševčenka). Les Ukrainiens vivant en diaspora et les minorités nationales d’Ukraine y étaient représentés. Au départ, l’objectif du mouvement était moins l’indépendance de l’Ukraine que la signature d’un nouvel accord régissant les rapports entre les républiques soviétiques.

2En Ukraine orientale, dès l’été 1989, une autre forme de contestation de l’ordre établi inquiétait davantage les autorités soviétiques : la grève des mineurs du Donbass. Loin de se limiter à des revendications économiques, les comités de grève exigeaient le « contrôle ouvrier » sur la production, la suppression des privilèges de la nomenklatura communiste, la limitation des pouvoirs économiques du Centre, le droit pour les entreprises de disposer d’une partie de leur production. Bien que les coordinations ouvrières du Donbass, par la suite, appuyaient le Ruh pour des raisons économiques, le sentiment national ukrainien y restait beaucoup plus faible que dans les régions occidentales du pays.

  • 2 Werth Nicolas 1993, p. 233-236.
  • 3 Shevel Oxana 2014, p. 148-149.
  • 4 Beissinger Mark 2002, p. 192, 197-199.

3Le référendum du 1er décembre 1991 sur l’indépendance de l’Ukraine fut approuvé par 90,3 % des votants, avec une participation de 84 %. Comme prévu, c’est l’Ukraine occidentale qui a le plus massivement voté en faveur de l’indépendance tandis que dans les régions orientales, où les Russes étaient majoritaires, le « oui » recueillit entre 80 et 85 % des voix. Dans les villages grecs de la région de la mer d’Azov, il semble que beaucoup ont voté contre, peut-être moins contre l’indépendance de l’Ukraine que contre la dislocation de l’URSS et la séparation d’avec la Russie. Enfin, en Crimée, où la population était russe à 68 % et russophone à 90 %, le « oui » n’a recueilli que 54 % des voix2. Ces chiffres reflètent la crise ukrainienne actuelle. Cela dit, pour la plupart des électeurs, l’amélioration des conditions économiques comptait plus que la renaissance culturelle ou nationale. D’après un sondage conduit un mois avant le référendum, « échapper à la crise économique » était la priorité pour 79 % des électeurs ; la « stabilisation de l’économie et [de] meilleures conditions de vie » pour 63 % ; « la renaissance culturelle de l’Ukraine » pour 21 % ; « la sécurisation de la souveraineté politique de la république » pour 18 %3. Avec le recul, la mobilisation pour l’indépendance en Ukraine a été expliquée par les événements contemporains, la répulsion ressentie envers le Centre, mais aussi l’identification positive au pays sous l’influence d’autres pays précurseurs ; sans l’exemple convainquant des pays Baltes, cette mobilisation aurait été impensable4.

  • 5 Kosyk Wolodymyr 1993, p. 153-155 ; Constitution de l’Ukraine, http://zakon2.rada.gov..ua/laws/show/ (...)

4La mobilisation nationale et la démocratisation de la société ukrainienne remirent à l’ordre du jour la préoccupation pour les droits des minorités. La déclaration sur les droits des minorités nationales en Ukraine, adoptée par le Conseil Suprême d’Ukraine le 1er novembre 1991, ainsi que la Constitution d’Ukraine du 28 juin 1996 garantissent à tous les peuples, groupes nationaux, citoyens qui vivent sur le territoire d’Ukraine, tous les droits culturels, sociaux, économiques et politiques, ainsi que le droit d’employer sa langue maternelle à tous les échelons de la vie civique, dont l’éducation et l’emploi, la réception et la transmission de l’information. À l’intérieur des frontières des unités territoriales administratives qui sont densément peuplées par une minorité nationale donnée, cette langue peut être utilisée à égalité avec la langue officielle de l’État. Tous les citoyens d’Ukraine sont assurés du droit de pratiquer leur religion, de préserver leurs symboles nationaux, d’observer leurs fêtes nationales et de participer aux rituels traditionnels de leur peuple. Enfin, l’État ukrainien garantit à toutes les minorités le droit de fonder leurs centres culturels, leurs associations et leurs organisations régionales, de créer des journaux nationaux, des maisons d’édition, des musées, des théâtres et d’avoir des contacts avec leur patrie historique5. Les Grecs à l’instar d’autres minorités d’Ukraine et d’ex-URSS n’ont pas manqué de profiter de ces nouvelles dispositions. Dès la fin des années 1980, on assiste chez eux à une prise de conscience ethnique renforcée qui, très vite, aboutit à la fondation d’associations culturelles, à la mise en place de l’enseignement du grec dans les écoles et au développement des contacts avec la Grèce.

5Ce chapitre traite du réveil ethnique chez les Grecs de Mariupol et de la formation du mouvement grec en Ukraine. Il examine les premiers contacts avec la Grèce et la découverte de la « patrie historique ». Il propose aussi une réflexion sur les expressions et les affirmations des identités collectives.

Le réveil ethnique chez les Grecs de Mariupol

La recherche de nouveaux repères et de nouvelles appartenances

6Comme j’ai essayé de le montrer dans les chapitres précédents, exception faite d’un petit noyau d’intellectuels et de passionnés des « questions grecques » qui ont cherché à tout prix à valoriser cet élément de leur identité, dans leur grande majorité, les Grecs de Mariupol ont été parfaitement « soviétisés ». Au moment de la perestroïka, beaucoup d’entre eux ont de nouveau commencé à s’intéresser à leur passé et aux événements du xxe s. Dans de nombreuses familles, jusque-là, l’histoire du groupe, la collectivisation, les répressions et les autres souffrances n’avaient jamais été abordées. Pourtant, chez les personnes âgées, la mémoire de ces épreuves restait vive. Si, jusque-là, être Soviétique leur convenait, maintenant que l’Union soviétique n’existait plus, il fallait trouver de nouveaux repères, de nouvelles appartenances et de nouvelles manières de se présenter. Dans les mariages mixtes où l’on était libre de choisir sa nationalité, beaucoup choisissaient d’être Grecs. D’autres, issus de mariages mixtes mais devenus Ukrainiens, voulaient que leurs enfants soient Grecs. Parfois, les jeunes eux-mêmes voulaient s’enregistrer en tant que Grecs, et cherchaient à reprendre le nom de famille originel même s’ils ne parlaient pas la langue et n’étaient jamais allés en Grèce. Une Ukrainienne de Mariupol témoigne dans ce sens :

Mon mari est Grec, mais il ne parle pas grec et n’est jamais allé en Grèce. Il se sent Russe. Sa mère est Ukrainienne, son père Grec. Lui, il avait le choix, il s’est enregistré comme Ukrainien, et il a même pris le nom de famille de sa mère, Bochko, un nom ukrainien. Maintenant, c’est le nom de famille de son père, un nom grec, qu’il a donné à notre fils. (Entretien, Mariupol, 1993)

7De tels cas étaient très nombreux. Il faut toutefois préciser que ce développement, plus marqué en milieu rural qu’en milieu urbain, a plutôt touché les Roums hellénophones que les Ouroums turcophones. Une Ouroum turcophone qui a quitté son village natal pour Donetsk donne son point de vue :

Pour dire la vérité, nous sommes perdus comme peuple. Les personnes âgées au village ont conservé la langue, mais nous, les jeunes, surtout tous ceux qui ont quitté le village pour vivre et travailler en ville, nous sommes perdus entre les Russes et les Ukrainiens. On ne parle plus la langue, on ne connaît plus notre culture. (Entretien, Mariupol, 1997)

  • 6 Clifford James 1994, p. 317.

8Au cours de mes enquêtes de terrain, j’ai souvent entendu ce type d’« histoires fracturées » qui produisent des « mémoires fracturées ». Les événements dramatiques vécus par les Grecs de Mariupol dans les années 1930-1940 ont porté un terrible coup à la mémoire généalogique et « ethnique ». Si les Grecs de Mariupol ont échappé aux déportations, les répressions dans cette contrée ont été très violentes. James Clifford note ainsi que « les expériences de déplacement, de perte et de terreur récurrente produisent des temporalités divergentes – des histoires fracturées qui troublent les narrations linéaires et progressistes des États-nations et de la modernisation sociale6 ». Mais les répressions et les déportations n’expliquent pas tout. « L’oubli » ou le désintérêt des Grecs de Mariupol pour leur culture ont aussi d’autres racines. Le mode de vie moderne et la modernité, dans le sens du progrès technique, de la rationalisation et surtout de l’émancipation de l’individu, ont certainement précipité la disparation d’une part importante de leur patrimoine culturel. À partir du moment où la « haute culture » s’identifiait à la langue et à la culture russe, les Grecs adoptèrent de plus en plus la culture dominante au détriment de leur propre culture ethnique, notamment en ville mais aussi dans les grands villages.

  • 7 Antze Paul, Lambek Michael 1996, p. xi-xxxiii.

9Au tournant des années 1990, même ceux qui se disaient « perdus » ont été attirés par l’engouement nouveau et collectif pour les faits nationaux. Oublier le passé, c’est aussi une manière de s’en souvenir, affirment Paul Antze et Michael Lambek. Selon ces auteurs, « l’invocation de la mémoire signale l’association opposée à la dissociation, la continuité au lieu de la discontinuité ». L’oubli met l’accent sur la dissociation et la discontinuité et immerge la surface de différentes (dé)connexions, requises dans des contextes spécifiques7.

10Sur un plan collectif, les Grecs de Mariupol n’ont pas tardé à s’organiser. Dès la fin des années 1980, on assiste à la création des premiers musées et associations culturelles. À partir de 1986, dans plusieurs musées de la région de Donetsk, les expositions permanentes ont été élargies et des expositions ont été organisées sur l’art populaire et la culture matérielle des Grecs de la région. Les intellectuels locaux se sont tout de suite tournés vers la sauvegarde de la mémoire de l’histoire locale et régionale. Pour les acteurs engagés, naissait la possibilité de découvrir les autres Grecs d’ex-Union et de développer des liens avec la Grèce.

Le Musée grec de Sartana

11En 1987, un musée historique et ethnographique a été ouvert à Sartana à l’initiative des habitants du village. Celui-ci réunit plus de 3 000 documents sur le transfert des chrétiens grecs de Crimée en mer d’Azov en 1778-1780, sur leurs traditions et leur culture particulières. Au début des années 1990, une partie importante de l’exposition portait sur l’histoire du village sous le régime soviétique. La Révolution de 1917, la guerre civile, la collectivisation des années 1930, la Seconde Guerre mondiale, y étaient présentées sous un aspect héroïque, faisant honneur au régime soviétique. En 1992, le musée de Sartana a été élevé au rang de musée « populaire » (narodnyj), il est alors devenu une filiale du Musée régional de Mariupol. Cette union administrative avait pour but de faire du musée de Sartana un centre culturel grec dans la région de la mer d’Azov. Le musée était constitué, concrètement, d’une vaste pièce où étaient exposés, d’une part, des objets, des tissus, des meubles et, d’autre part, des outils agricoles des Grecs de Sartana. Il s’agissait d’objets et d’outils du tournant du xixe s., typiques de la région. L’exposition se poursuivait avec des photographies du début du xixe s. illustrant des vêtements et des bijoux traditionnels. Il y avait aussi des photographies de la Révolution bolchevique et de la guerre civile, figurant des héros de l’Armée rouge ainsi que des armées d’insurrection rouges locales et des Grecs qui en faisaient partie. Dans la seconde moitié de la pièce, étaient exposées des photographies de la Seconde Guerre mondiale ou de la « grande guerre patriotique » selon la terminologie russe et soviétique, des héros de la guerre, puis des kolkhozes et des colonies de vacances soviétiques. Sur les murs, étaient présentés des livres de Lénine et des slogans du Parti communiste. Une carte de la Grèce et quelques souvenirs apportés par une délégation grecque ayant visité le village au début des années 1990 marquaient la fin de l’exposition permanente.

12En 1996, le musée a été agrandi et une nouvelle exposition sur la vie culturelle et littéraire des Grecs de la région de la mer d’Azov a été ouverte au public dans une autre salle du musée. On y trouvait des photographies et des textes des poètes grecs locaux des xixe-xxe s. Une importante partie de cette exposition était consacrée à la vie et à l’œuvre de G. Kostoprav, réprimé en 1937. On pouvait y voir aussi les œuvres d’autres poètes et écrivains grecs de la région. Dans la seconde moitié de cette pièce, étaient exposés des photographies et des diplômes de reconnaissance octroyés à des compositeurs et à des acteurs de théâtre grecs par diverses instances de culture soviétiques. L’exposition s’achevait par deux vitrines qui contenaient des livres des Grecs du Donbass, des affiches de concert et des photographies de l’ensemble folklorique Sartanskie samocvety, en tourné en Ukraine et en Grèce.

  • 8 Kaurinkoski Kira 1997, p. 442-443.

13Depuis lors, le Musée grec de Sartana a déménagé dans un nouveau bâtiment et l’exposition a encore été agrandie. L’exposition actuelle résume l’histoire des Grecs de la région de la mer d’Azov, et met en scène les « épreuves » auxquelles ce groupe a dû faire face : le transfert de Crimée, illustré par une peinture, la guerre civile, la brève période de la liberté culturelle, la collectivisation, la formation des premiers kolkhozes, les répressions staliniennes, la Seconde Guerre mondiale, et la période de l’après-guerre marquée par l’homogénéisation des modes de vie. L’exposition prend fin avec l’avènement de la perestroïka offrant la liberté d’expression et les contacts avec la « patrie historique », la Grèce. Les fonds du musée réunissent des documents, en grec et en russe, sur la Grèce ancienne, le Bosphore, l’Empire byzantin, les Grecs connus de l’Antiquité. La phonothèque du musée rassemble des cassettes audio avec des chansons tragiques, héroïques et lyriques, enregistrées dans les villages grecs de la région de Donetsk depuis les années 19608.

  • 9 Επενδυτικό Σχέδιο για την Ίδρυση του Εθνικού Μουσείου των Ελλήνων της Αζοφικής στη Γιάλτα, Document (...)

14Des musées à caractère local ont également été fondés dans d’autres villages de la région et installés dans la bibliothèque ou l’école communale. La construction d’un musée national des Grecs de la région de la mer d’Azov est envisagée à Yalta, petite station balnéaire touristique de 7 000 habitants. Le comité de pilotage est composé d’acteurs de la diaspora grecque post-soviétique et des autorités locales9.

Les fondements du mouvement grec d’Ukraine

Les premières associations grecques d’Ukraine

15Entre 1988 et 1993, neuf associations grecques furent fondées en Ukraine dont une à Donetsk et deux à Mariupol. En 1988, le club grec « Èllada » naquit, à Odessa, à l’initiative d’Aristote Papounidis (1916-), un Grec pontique originaire de Tiflis (aujourd’hui Tbilisi). Ce dernier a consacré de nombreuses années de sa vie à l’établissement des relations amicales entre l’Ukraine et la Grèce. À la fin des années 1980, A. Papounidis, officier retraité du ministère de l’Intérieur soviétique et ancien directeur du Stade « Spartak », s’est donné pour tâche de rassembler les Grecs d’Odessa – alors au nombre de 1 800 – qui s’intéressaient à l’histoire et à la culture de la Grèce, en un club de rencontre qui travaillait pour l’enseignement du grec, le renforcement des relations amicales avec la Grèce, l’étude du passé révolutionnaire de la Grèce et la célébration des fêtes nationales. Le réveil ethnique chez les Grecs d’Odessa se fondait sur la mémoire historique du rôle qu’ils avaient joué dans le développement de la vie économique, culturelle et civique de cette ville au xixe s., et sur le rôle d’Odessa comme chef-lieu de « Filiki Etairia » (Filiki Èteriâ, Φιλική Εταιρεία) dans le mouvement de la libération de la Grèce. Un musée en honneur de cette société a été inauguré à Odessa, en 1979. Depuis 1994, le musée fonctionne dans l’ancienne résidence de G. Maraslis qui, aujourd’hui, appartient à la fondation grecque de la Culture (Ελληνικό Ίδρυμα Πολιτισμού). L’annexe locale de l’association URSS-Grèce (Obsestvo družby SSSR-Greciâ) a joué un rôle important dans le réveil ethnique des Grecs d’Odessa. Les membres de cette association avaient des contacts avec les marins des bateaux grecs, et l’habitude d’organiser des excursions pour les étudiants et les délégations grecques.

16À Mariupol, où la population grecque était alors de 24 078 habitants, la section des bibliophiles du club « Azov » s’est reconstituée en 1988 comme Association culturelle et éducative des Grecs de la région de la mer d’Azov « F. Hartahaj » (Kul’turno-prosvetitel’noe ob’’edinenie grekov Priazov’â F. Hartahaj). Parmi les fondateurs de cette association, il y avait des historiens et des acteurs culturels locaux. La plupart étaient Grecs avec également des origines ukrainiennes. Il s’agissait alors de poursuive l’œuvre du club informel grec qui se réunissait à Mariupol à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Dans le nouveau contexte politique, les membres de ce club souhaitaient rassembler des données sur le métropolite Ignace et le théâtre grec de Mariupol, et travailler à la réhabilitation des Grecs réprimés par le régime stalinien.

  • 10 Cette association a changé de nom à plusieurs reprises : Association des Grecs soviétiques de la vi (...)
  • 11 Sur la vie associative des Grecs d’Ukraine, voir Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 86 (...)

17En 1989, l’Association des Grecs de Mariupol (Mariupol’skoe obŝestvo grekov)10, fondée par d’autres intellectuels locaux, a vu le jour. Sa fondation a été précédée par un mouvement écologique qui luttait pour « une Mariupol propre » et se donnait pour tâche de rendre à la ville de Mariupol son nom historique (entre 1948 et 1989, la ville s’appelait Jdanov). Pour contourner quelques difficultés formelles – certains parmi les membres fondateurs avaient des problèmes avec les autorités locales –, l’association a été enregistrée, dans un premier temps, comme Association de la langue et de la culture grecques (Obŝestvo grečeskogo âzyka i kul’tury), auprès de la fondation soviétique de la Culture, à l’annexe de Donetsk. Cette association s’est constituée, dès le départ, comme un mouvement national et culturel dont le but était de travailler à la « renaissance » de la langue et de la culture grecques. Le développement des liens avec la Grèce dans les sphères culturelle, éducative et économique faisait partie intégrante du programme11.

  • 12 Bromberger Christian 1986, p. 4.

18Le profil et l’engagement des fondateurs de ces associations qui luttaient pour le rétablissement de l’histoire locale, pour l’écologie et la restitution du nom historique de leur ville, sont intéressants et témoignent de leur localisme. Comme nous le rappelle Christian Bromberger, l’étude des noms de lieux permet non seulement de cerner comment les individus découpent et balisent l’espace qui les environne, mais aussi la hiérarchie des critères (topographiques, fonctionnels, religieux, etc.) que sélectionnent inégalement les sociétés, dans la longue durée, pour analyser et s’approprier symboliquement leur territoire. En second lieu, elle nous renseigne aussi sur l’origine et les modes de diffusion de ces savoirs12.

19N., membre fondateur de l’Association des Grecs de Mariupol raconte comment tout a commencé :

C’était en 1989, j’ai vu une annonce dans le quotidien local Priazovskij Rabočij où l’on invitait tous ceux intéressés par la langue et la culture grecque à participer à une soirée à la maison de la culture Azovstal à Mariupol. À l’époque, je travaillais à l’usine Azovmach et ne connaissais pas d’autres Grecs, exception faite des amis de mes parents. Cette soirée m’a laissé une forte impression. J’ai fait la connaissance d’autres activistes grecs, […] ils étaient tous là, à la première soirée. Ensemble, nous avons décidé de fonder une association. Dès le début, on m’a choisi comme vice-président de l’association, ce qui m’a permis de participer à des congrès et à des festivals à Moscou, en Géorgie et dans le Caucase du Nord. C’est ainsi que nous avons pris conscience, d’abord les uns des autres, puis des autres Grecs d’ex-URSS et du fait qu’on fait partie de quelque chose qu’on pourrait appeler une diaspora grecque. En 1990, eut lieu le premier voyage organisé des Grecs d’ex-URSS en Grèce. Nous étions 1 000 personnes à participer à ce festival qui se déroulait sur un bateau de croisière. Le bateau est parti d’Odessa, puis nous avons vu Thessalonique, Athènes, Chypre […] C’était mon premier voyage en Grèce. C’était très impressionnant. (Entretien, Mariupol, 1997)

20En 1994, cet interlocuteur est parti travailler à Chypre pendant dix-huit mois. À son retour, il a trouvé un travail dans une agence de commerce maritime grecque à Mariupol. Parallèlement, il a repris ses fonctions de vice-président de l’association.

  • 13 La fête du 25 mars est la première fête nationale adoptée en Grèce. Elle commémore la date du 25 ma (...)

21Les premières manifestations publiques organisées par l’Association des Grecs de Mariupol, ont été les deux grandes fêtes nationales grecques, celle du 25 mars et celle du 28 octobre13. Ainsi, en 1989, le 25 mars a été célébré pour la première fois à Mariupol. À l’issue de négociations tendues entre les autorités de la ville et les structures du pouvoir central à Moscou, il a été possible d’introduire sur scène le drapeau de la Grèce et de jouer l’hymne national grec. Ce fut un grand moment dans la vie des Grecs de Mariupol. Beaucoup sont venus des villages alentours pour assister à la fête. Sartanskie samocvety a ainsi présenté son répertoire en dialecte romaïque, en public. Au printemps de l’année suivante, un colloque scientifique autour de la philosophie de la Grèce antique a été organisé à Mariupol. Les participants se composaient de scientifiques ukrainiens, russes et grecs. Ce colloque a été suivi d’une série de rencontres scientifiques, connues sous le nom des « lectures d’Aristote ».

22Ailleurs en Ukraine, on assistait au même phénomène. Des associations locales ont été fondées à Donetsk, à Kharkov, à Kiev, à Kertch et dans plusieurs localités de la région de la mer d’Azov et de Donetsk. Toutes se sont donné pour tâche l’apprentissage du grec démotique et la valorisation de la culture et des traditions grecques, et le développement des liens avec la Grèce. En 1990, a été enregistré à Donetsk la Société des Grecs d’Ukraine (Tovariŝestvo grekov Ukrainy), présidée par le professeur Ivan Yali. Au départ, elle s’entendait comme une société régionale, mais elle acquit plus tard la vocation d’une superstructure avec l’ambition de réunir les différentes associations locales à l’échelle de la république d’Ukraine. La ville de Donetsk avait alors une population grecque de 10 328 habitants. Un grand nombre de Grecs de la région faisaient leurs études et leur carrière dans cette ville ; il y avait donc un potentiel intellectuel.

  • 14 Feoharij (Theocharis) Kessidi (1920-2009), philosophe russe d’origine grecque pontique, spécialiste (...)

23En 1991, la Société des Grecs d’Ukraine est devenue l’Union des Grecs d’Ukraine (Soûz grekov Ukrainy). Viktor Baryahtar (1930-), physicien de renom et vice-président de l’Académie des sciences d’Ukraine, Grec de Mariupol par ses origines, en a été élu le président. Sous l’égide de l’Union des Grecs d’Ukraine, a été fondé le journal Logos. Au départ, le journal avait un tirage à 10 000 exemplaires, puis celui-ci a diminué. Plusieurs conférences scientifiques sur les Grecs d’Ukraine et d’Union soviétique ont été organisées, à l’exemple des « Grecs d’Ukraine et les difficultés de l’hellénisme dans la société actuelle » qui s’est tenue à Donetsk, en 1991. Les participants à ces conférences étaient des académiciens et d’éminents professeurs d’université dont Gavriil Popov, Feoharij Kessidi et Gennadij Macuka. En 1992, F. Kessidi a émigré en Grèce où il est devenu membre de l’Académie grecque des sciences14.

  • 15 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 89-90 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 20 (...)

24C’est également au cours de ces années qu’ont été établis les premiers contacts professionnels avec les entreprises grecques et chypriotes15.

Le congrès de Gelendjik et la question de l’autonomie nationale

  • 16 Le mot krai signifie frontière ou fin et est employé pour désigner certaines régions. À l’époque so (...)
  • 17 Sur l’autonomie nationale des Grecs d’ex-Union soviétique et le congrès de Gelendjik, voir Notaras (...)

25Au printemps 1991, a eu lieu le congrès constitutif des Grecs de toute l’URSS dans la ville de Gelendjik dans le krai (kraj)16 de Krasnodar, en Russie. Ce congrès a été l’aboutissement d’un processus qui avait commencé à Moscou les 15 et 16 juillet 1989 avec la Conférence fondatrice des Grecs d’Union soviétique. Pendant la période qui a suivi cette conférence et le congrès de Gelendjik, des associations locales ont été fondées dans toutes les régions d’Union soviétique à présence grecque. Plusieurs conférences et festivals préparatoires ont été organisés à Moscou, dans les villes de la mer Noire ainsi qu’en Grèce et à Chypre17.

  • 18 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 91.

26Le congrès de Gelendjik a rassemblé 616 personnes, parmi lesquelles 297 délégués de 43 associations locales de Russie, d’Ukraine, de Géorgie, d’Arménie, du Kazakhstan, de Kirgizie, d’Ouzbékistan et de Lituanie18. Il y avait aussi des observateurs sans droit de vote, et de nombreux invités de l’étranger – représentants du gouvernement et du parlement grec, de l’Église orthodoxe grecque, représentants de la diaspora pontique, universitaires et journalistes de différents pays. Les délégations les plus nombreuses étaient celles de la Russie, de la Géorgie et de l’Ukraine.

  • 19 Le rôle de G. Popov dans la constitution du mouvement grec à la fin de l’URSS est discuté dans Agtz (...)
  • 20 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 90-91 ; Baldži Anatolij 2007. Communication personn (...)

27La principale question discutée au congrès était celle de l’autonomie nationale. Il était question, en effet, de la création d’un territoire autonome où l’on pourrait rassembler les Grecs d’Union soviétique et organiser leur vie commune en tant que nation, un peu comme dans les années 1930. À l’initiative de ce projet se trouvait Gavriil Popov, à l’époque, rédacteur en chef de l’influent journal Voprosy èkonomiki (Les questions d’économie), basé à Moscou19. En théorie, un tel territoire aurait pu exister en Ukraine, dans la région de la mer d’Azov qui avait une population grecque de 83 691 habitants ou en Crimée où on comptait 2 684 Grecs. Cependant, les leaders du mouvement grec de l’Ukraine hésitaient, craignant la réaction de la population locale qui, dans sa grande majorité, était russe et ukrainienne. L’écho plutôt négatif des populations locales face à l’idée de la fondation de territoires autonomes dans d’autres régions d’Union soviétique (des Polonais en Lituanie, des Allemands dans la Volga, des Tatars de Crimée en Crimée) était considéré comme un avertissement. La question avait été à l’ordre du jour des réunions successives de l’Association des Grecs de l’Ukraine et avait aussi été débattue dans le journal Logos. Les leaders du mouvement grec de l’Ukraine n’étaient pas enthousiastes devant une telle idée20. Finalement, la création d’un territoire autonome a été envisagée à Anapa, dans le krai de Krasnodar, en Russie.

  • 21 Voutira Eftihia 2006a, p. 394-395.

28Les délégués du congrès n’avaient pas tous la même perception de la notion d’autonomie : une partie d’entre eux s’est prononcée en faveur d’une autonomie territoriale, alors que d’autres ont préféré une autonomie culturelle. Les priorités des différentes associations reflétaient des priorités régionales divergentes. Les associations des Grecs du Caucase et d’Asie centrale se sont prononcées soit pour le « rapatriement » en Grèce soit pour le repeuplement d’un territoire autonome grec en Russie. Les associations des Grecs de l’Ukraine et de la Russie préféraient, pour leur part, la notion d’autonomie culturelle et se sont prononcées pour la « renaissance culturelle grecque » dans un environnement russophone. Comment expliquer ces points de vue ? Si, au début des années 1990, les Grecs du Caucase et d’Asie centrale se sentaient de plus en plus menacés dans leurs républiques respectives à cause du nationalisme progressif des nouveaux États-nations, ce n’était pas le cas des Grecs d’Ukraine et de Crimée qui, dans leur grande majorité, étaient bien intégrés dans leurs régions de résidence respectives et ne se sentaient pas concernés par la question de départ en masse vers la Grèce. L’idée d’une Grèce « paradis perdu » n’était pas partagée par tous les Grecs d’ex-Union soviétique. Le rêve de « retour » définitif dans le pays des parents, des grands-parents ou des ancêtres ne concernait qu’un certain nombre de Grecs d’ex-Union soviétique. À la fin, le vote favorisa la création d’une autonomie culturelle et non pas l’établissement d’un territoire autonome politique21.

  • 22 Voir Notaras Andreas 2005.

29Telle a été l’histoire du territoire autonome grec d’Union soviétique. D’un point de vue historique, le moment était capital. Comme souligné par A. Notaras, c’était la première fois depuis leur installation dans l’espace russe et soviétique que les Grecs revendiquaient leur reconnaissance politique en tant que nation ayant droit à un territoire autonome dans le cadre de l’Union soviétique. Au congrès de Taganrog, en 1917, les Grecs s’étaient contentés de revendiquer une autonomie culturelle, principalement religieuse et éducative. Les structures autonomes grecques des années 1930, pour leur part, ont été appliquées au niveau des districts nationaux et des raions autonomes sans acquérir le statut supérieur de région ou de république. Ces structures, par ailleurs, avaient été accordées par le pouvoir soviétique sans avoir préalablement fait l’objet d’une revendication formelle22.

  • 23 Pendant cette conférence, il a été décidé d’établir le grec démotique comme langue d’enseignement s (...)

30L’enseignement de la langue grecque23, le besoin d’auto-organisation des Grecs d’Union soviétique à différents échelons, l’émigration, la représentation des Grecs dans la politique soviétique et l’administration, et la réhabilitation des Grecs persécutés et déportés, ont été au centre des préoccupations de l’ensemble des délégués à Gelendjik. Avant la fin du congrès, des résolutions avaient été approuvées et des appels présentés auprès des soviets suprêmes de l’URSS et de la Russie, et auprès des gouvernements grec et chypriote, et des Églises orthodoxes russe et grecque.

  • 24 Notaras Andreas 2005, p. 148 ; Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 91.

31À l’issue du congrès de Gelendjik a été fondée l’Union des Grecs d’URSS « Pontos » (Soûz grekov SSSR « Pontos »). G. Popov a été élu président ; le leader du mouvement grec d’Ukraine et le président de l’association de Gelendjik ont été élus vice-présidents. Le siège de l’Union des Grecs d’URSS a été établi à Gelendjik. Le premier festival de culture grecque en Russie y a été organisé en 1993 : pendant quatre jours, des manifestations culturelles ont eu lieu avec la participation de plusieurs communautés grecques de Russie, d’Ukraine et d’autres républiques d’ex-Union soviétique. Le congrès constitutif de 1991 et le festival de 1993 ont été les deux actes fondateurs du mouvement pour un renouveau grec dans l’espace soviétique. En 1993, l’Union des Grecs d’URSS s’est divisée à son tour en plusieurs structures représentatives correspondant à la nouvelle réalité post-soviétique24.

La restructuration du mouvement grec en ex-URSS : le cas de l’Ukraine

  • 25 Sur la restructuration du mouvement grec en Russie pendant cette période et plus particulièrement p (...)

32Les années 1993-1994 ont marqué l’apogée du mouvement grec en Ukraine et en Russie, tout comme dans certaines autres communautés grecques d’ex-Union soviétique25. Le climat politique de la perestroïka avait suscité l’optimisme et l’enthousiasme. Les Grecs d’Union soviétique avaient dépassé leurs traumatismes et s’étaient engagés dans le mouvement grec où ils avaient fait la connaissance d’autres Grecs de leur localité, d’autres républiques, de Grèce et de Chypre. La réhabilitation des Grecs d’Union soviétique en tant que peuple brimé et la reconnaissance de la culture grecque étaient à l’ordre du jour pour la première fois depuis 1937. Partout en ex-Union soviétique, les Grecs essayaient de renégocier avec le pouvoir central leur place et leur statut en tant que minorité dans le pays. Cette atmosphère d’optimisme et d’engagement a duré jusqu’au milieu des années 1990. Puis des difficultés d’une autre nature ont surgi.

33En Ukraine, la stagnation de la crise économique, à partir de 1994, a amené une grande partie de la population à se concentrer sur des problèmes de subsistance et à se désintéresser de la cause commune de l’organisation ethnique. Parallèlement, on a constaté le départ en Grèce des membres dynamiques qui avaient été à la tête du mouvement à sa fondation, des enseignants de grec et des scientifiques, ainsi que l’écartement ou le désengagement des intellectuels locaux. D’autres encore ont préféré s’engager dans les affaires et l’entreprenariat. Le désintérêt général pour la politique correspond à une désillusion profonde caractéristique de cette période.

34Mais le désintérêt général pour la Grèce peut encore s’expliquer autrement. Dans la première moitié des années 1990, en Ukraine comme ailleurs en ex-URSS, les Grecs avaient de grandes attentes de la Grèce. Les discours publics des politiciens grecs à l’occasion de leurs visites en Ukraine, en Russie et dans d’autres pays de l’ex-URSS sur la « fraternité entre les Grecs de la mère-patrie et leurs frères en ex-URSS » avaient donné de l’espoir aux Grecs locaux qui attendaient des résultats concrets. Beaucoup aspiraient à une mise en place d’entreprises communes et à une coopération entre égaux. Les entrepreneurs plaçaient de grandes espérances en un avenir caractérisé par l’économie libre, ou dans le pire des cas par une économie mixte, et par la coopération avec des entreprises et des pays étrangers, et en particulier la Grèce.

  • 26 Notaras Andreas 2005, p. 140-141.
  • 27 Entretiens avec des Grecs de Mariupol, 1993-2009. À ce propos, voir aussi les ouvrages du journalis (...)

35L’aide de l’État grec et les investissements des entreprises grecques ont pourtant tardé à arriver et quand ils sont enfin arrivés, ils étaient peu nombreux et plutôt maigres. Comme l’explique A. Notaras se référant au sud de la Russie – mais la remarque vaut aussi bien pour le sud de l’Ukraine –, la situation politique instable des premières années après la dislocation de l’Union soviétique, le cadre législatif relatif aux investissements étrangers, la crainte des mafias de la part des entreprises grecques – qui de toute façon avaient dans leur grande majorité très peu d’expérience dans le domaine des investissements à l’étranger – ont quelque peu déçu les grandes espérances d’une partie de la population grecque d’ex-URSS, pontique et mariupolite26. Nombre de ceux qui avaient eu l’occasion de visiter ou de travailler en Grèce avaient fait l’expérience de l’attitude dépréciative des Grecs métropolitains à leur égard. Tous ces éléments ont eu une influence sur les populations locales ainsi que sur le milieu associatif27.

  • 28 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 112, 121.

36Enfin, il faut ajouter les antagonismes entre individus, réseaux et localités en Ukraine même. Les associations locales de Mariupol et de Donetsk se caractérisaient toutes les deux par leurs effectifs humains et leur vision de l’avenir. Une rivalité s’est établie dès lors entre ces deux associations qui se voyaient l’une comme l’autre leader du mouvement grec d’Ukraine28.

La Fédération des associations grecques d’Ukraine : organisation et objectifs

  • 29 Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 128-138.
  • 30 http://www/greeks.ua/content/istorija-sozdanija_ru/ru, consulté le 10 août 2010 ; voir aussi Balaba (...)

37En Ukraine, la restructuration associative a commencé en Crimée avec la fondation, en 1993, de la Fédération des associations grecques de Crimée (Federaciâ grečeskih obŝestv Kryma). En avril 1995, la Fédération des associations grecques d’Ukraine (Federaciâ grečeskih obŝestv Ukrainy) a été fondée à l’initiative des associations locales de Mariupol et de Donetsk. Parmi les membres fondateurs de cette fédération, il y avait dix-sept associations locales de six régions différentes d’Ukraine. La présidente de l’Association des Grecs de Mariupol en a été élue présidente. Le siège de la Fédération des associations grecques d’Ukraine a été établi à Mariupol29. La mission de la fédération a été formulée de manière suivante : coordonner les activités des associations locales en vue de la renaissance de la langue et de la culture grecque ; de l’organisation de l’enseignement du grec moderne ; de la préparation des cadres nationaux ; de l’établissement des ensembles professionnels et artistiques ; de l’établissement des relations avec la Grèce et Chypre. Au cours des années 1995-1997, les deux structures fédérales, la Fédération des associations grecques d’Ukraine et l’Union des Grecs d’Ukraine ont coexisté dans une ambiance de rivalité et d’antagonisme. Le premier congrès de la Fédération des associations grecques d’Ukraine eut lieu en 1997 dans une atmosphère tendue ; l’Union des Grecs d’Ukraine, qui à ce moment était présidée par un homme d’affaires grec d’origine grecque pontique, avait ses sympathisants. Par la suite, la Fédération des associations grecques d’Ukraine a consolidé sa position d’unique structure associative fédérale grecque à l’échelle de l’Ukraine. Ceci a été pour beaucoup le résultat de la complicité de personnalités influentes parmi lesquelles il y avait un membre du parlement ukrainien, des acteurs du mouvement national grec et des représentants du monde universitaire et de l’administration régionale de Donetsk30. En d’autres termes, on pourrait aussi parler de la « nationalisation » et de la « régionalisation » du mouvement grec d’Ukraine, en fait, de son « ukrainisation ».

  • 31 Pitt-Rivers Julian 1966.
  • 32 Pétric Boris-Mathieu 2002, p. 138.

38Dans son travail sur les sociétés méditerranéennes, Julian Pitt-Rivers distingue deux formes de reconnaissance sociale : la « grâce » qui est quelque chose de transmis, hérité et héritable, et l’« honneur », qui implique au contraire le combat, la rivalité et le triomphe31. L’honneur est présent dans des sociétés marquées par l’instabilité, car s’il se gagne, il peut aussi se perdre, contrairement à la grâce qui a une dimension quasi éternelle. Dans la société ukrainienne soviétique et post-soviétique, les positions de pouvoir sont, en règle générale, l’objet d’un combat, alors que peu de positions sociales dans la société sont transmises par héritage. Dans une société où il n’y a pas de statuts sociaux hérités, chaque individu peut, en effet, théoriquement participer à la compétition sociale en mobilisant les ressources dont il dispose. La concentration de biens matériaux et sociaux est donc fondamentale dans la conquête d’une position sociale. Le rôle marginal du secteur privé et de la propriété privée entraîne un réinvestissement de l’accumulation des richesses dans des pratiques ostentatoires visant à cultiver des relations sociales utiles32.

39Vingt ans après sa fondation, la mission de la Fédération des associations grecques d’Ukraine est sensiblement la même qu’à ses débuts. Les principales tâches qu’elle se donne, aujourd’hui (en 2016), sont : la consolidation des associations locales comme centres d’hellénisme dans leurs localités respectives ; la consolidation de la conscience nationale et de la spiritualité chez les Grecs ; la conservation de la diaspora dans le contexte de l’Ukraine ; la consolidation des relations entre l’Ukraine et la Grèce. La fédération est, en outre, appelée à jouer un rôle humanitaire.

  • 33 http://www.greeks.ua/content/obschaja-informacija_ru/ru, consulté le 8 décembre 2016.
  • 34 Communication de la présidente de la Fédération des associations grecques d’Ukraine, A. Protsenko-P (...)
  • 35 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 121-128.

40Sous l’égide de la Fédération des associations grecques d’Ukraine sont réunies une centaine d’associations locales et régionales établies dans vingt régions différentes d’Ukraine33. Les plus grandes associations se trouvent à Mariupol et à Donetsk, avec 2 075 et 1 260 membres. Kharkiv compte 412 membres ; à Kyiv, quatre associations en regroupent 536 ; à Dnipropitrovsk, trois associations en regroupent 612 ; à Zaporijia, deux associations en regroupent 659, etc. Ces chiffres montrent que le poids des effectifs se trouve dans le sud-est du pays. En 2009, le nombre total de membres individuels a été estimé à 30 00034. Il existe aussi des associations professionnelles, par exemple, de médecins et d’entrepreneurs grecs. Une organisation de la jeunesse grecque ukrainienne a été fondée en 199935.

  • 36 Tamara Katsy (1958-1999), Grecque, originaire du village de Sartana, cantatrice de chansons romaïqu (...)

41La fédération organise des manifestations et des compétitions culturelles et sportives. Le concours annuel « Olympiada » est ouvert aux scolaires qui font du grec. Environ 600 élèves prennent part, ainsi, à des épreuves de langue, d’histoire, de danse, de musique et de mythologie grecque. Chaque année, on célèbre aussi des journées de la culture grecque et les deux fêtes nationales grecques. Les manifestations principales sont organisées à Mariupol par la Fédération des associations grecques d’Ukraine en coopération avec l’université d’État de Mariupol et le consulat général de la république hellénique à Mariupol (ouvert depuis 1996). Les manifestations sont accompagnées de la musique des ensembles locaux. Dans le cadre des Journées de la culture ont lieu des conférences de presse, des tables rondes, des rencontres entre la direction, les associations locales et les autorités, des concerts et des expositions d’art populaire. Depuis les années 2000, la Fédération se charge aussi de l’organisation du concours de chant « Tamara Katsy », en hommage à la soliste de Sartanskie samocvety, originaire de Sartana, décédée dans un accident de voiture en 199936.

  • 37 Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 136-137.

42La « Grande fête », Mega Ûrty (du mot grec γιορτή) est une fête propre à la région de la mer d’Azov. Selon le vice-président de la Fédération des associations grecques d’Ukraine, il s’agit d’une « grande fête de la culture grecque, symbiose du spectacle et de ce que l’on appelle agency soit du triomphe de l’action locale dans les domaines des arts populaires37 ». Selon d’autres informateurs, la « Grande fête » serait une version popularisée de la fête traditionnelle du saint patron (Panaïr) et une création « artificielle ». Elle a été introduite par la direction de la Culture de Donetsk à l’initiative de D. Patriča, dans les années 1980. À l’époque, il s’agissait d’une solution « acceptable » aux yeux des dirigeants soviétiques régionaux. Les festivités ont lieu tous les deux ans à tour de rôle dans les villages d’expression romaïque et ouroum.

  • 38 http://www/greeks.ua/content/nauchno-izdatelmskaja-dejatelmbnostmb_ru/ru, consulté le 10 août 2010  (...)
  • 39 Parmi les auteurs dont les œuvres ont été publiées pendant cette période, il convient d’évoquer Leo (...)

43La fédération mène aussi des activités de publication. Depuis 1996, elle publie le journal Elliny Ukrainy /Οι Έλληνες της Ουκρανίας (Les Grecs d’Ukraine), en version bilingue, russe et grec démotique, à raison de quatre numéros par an ; depuis 2010, il est accessible en ligne sur le site de la fédération. Les associations locales de Mariupol, de Donetsk et d’Odessa ont leurs propres journaux : Hronos fondé en 1994, Kampana en 2003 et Odissos en 2004. Ces journaux sont publiés majoritairement en russe ; Hronos accueille aussi des articles en dialecte romaïque de Mariupol et Odissos des articles en dialecte grec pontique. Les tirages s’élèvent de 500 à 1 000 exemplaires. Les articles traitent des activités des associations locales, des personnalités légendaires de l’époque hellénistique, des grands moments dans l’histoire des Grecs et de leur influence sur les Grecs dans la diaspora38. Elliny Ukrainy, en tant qu’organe de presse de la fédération, prend, en outre, position sur des questions d’actualité politique. Entre 1991 et 2005, une trentaine de livres de poésie et de prose écrits par des Grecs d’Ukraine ont été publiés dans le même cadre. La plupart sont écrits et publiés en dialecte romaïque, mais il y a aussi des livres en ouroum. Certains sont publiés en édition bilingue, en dialecte romaïque ou ouroum, et accompagnés d’une traduction en russe ou en ukrainien39.

  • 40 Les associations culturelles qui rassemblent des Grecs pontiques en Ukraine sont établies à Dniprop (...)
  • 41 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 116-117.

44Au jour le jour, le travail de la fédération est assuré par une équipe dynamique. D’une part, on y trouve des personnes qui se sont engagées dans le mouvement grec dès les années 1980, et d’autre part, des personnes jeunes, diplômées des universités ukrainiennes ou grecques. En dehors de la Fédération des associations grecques d’Ukraine, il existe en Ukraine deux autres structures fédérales grecques : la Fédération des associations grecques de Crimée, fondée à Simferopol en 1993, et l’Union des associations grecques pontiques d’Ukraine40, fondée à Odessa en 2002. Certaines associations locales sont membres de plusieurs structures. Dans l’espace post-soviétique, il existe des fédérations semblables en Russie, en Géorgie et en Arménie41. La Fédération des associations grecques de Crimée est passée à la Russie en 2014.

45À l’automne 2009, j’ai eu l’occasion de participer à une manifestation sportive et culturelle des associations de la jeunesse grecque d’Ukraine et de Russie, appelée « Èlliniada ». Cet événement a été organisé à Ourzouf près de Mariupol. Au programme des deux journées se trouvaient des compétitions sportives, des concours de chant contemporain, des représentations de danse, de chant et de théâtre traditionnels. L’écrivain I. Džuha y a présenté ses ouvrages sur les répressions et les déportations des Grecs sous le régime stalinien. Il y avait aussi un séminaire des leaders des associations de la jeunesse où chacun a présenté son programme pour les années à venir. Nombre de ces associations envisageaient des études sur l’histoire et le folklore local, ainsi que la collecte de chansons et de contes. Certaines collectaient des recettes de cuisine traditionnelle pontique. Les associations de la région de Mariupol et de Donetsk s’intéressaient plutôt à l’étude des dialectes locaux. La langue du séminaire était le russe, cependant, il était intéressant de constater que parmi les représentants des associations d’Ukraine certains ont déposé des dossiers rédigés en ukrainien : c’est la preuve de « l’ukrainisation » linguistique de la jeune génération.

46La multitude des activités menées par la Fédération des associations grecques d’Ukraine répond à une demande sociale ; en d’autres termes, on pourrait parler de la célébration de la diaspora grecque d’Ukraine et de la mise en scène de l’identité grecque mariupolite et pontique.

Les Grecs de Mariupol et d’Ukraine membres de la diaspora grecque mondiale

D’une « affaire des individus » à l’institutionnalisation de la coopération 

  • 42 Baldži Anatolij 2007, p. 343-346.

47En 1991, à l’initiative de Vasileios Kyrkos, professeur des universités d’Ioannina et d’Athènes, ont été organisés les premiers stages des enseignants mariupolites de grec dans les universités d’Ioannina, de Thessalonique et d’Athènes. V. Kyrkos est considéré comme l’un des premiers grands amis des Grecs de Mariupol en Grèce, comme l’avait été le général Nikos Nikolaidis. Le recteur de l’université d’État de Mariupol se souvient de N. Nikolaidis qui s’était chargé personnellement de l’organisation des colonies de vacances et des stages de formation universitaire et professionnel des jeunes mariupolites en Grèce et à Chypre. De nombreux mariupolites avaient pu ainsi s’initier aux métiers de pâtissier et d’agronome en Grèce. À Staryï Krym, on se souvient encore de la première vidéo apportée par N. Nikolaidis, au tout début des années 1990, pour le nouveau studio de télévision du village. Le monument dédié à Constantin Ypsilanti, inauguré en 1997 dans la laure des grottes de Kiev (Kievo-pečerskaâ lavra) a été érigé à son initiative42.

  • 43 http:// www.greeks.ua/content/oschaja-informacija_ru/ru, consulté le 6 janvier 2010 ; http://www.gr (...)

48Après un premier temps marqué par l’investissement personnel et souvent spontané des intellectuels, les liens entre la Grèce et sa diaspora en Ukraine se sont institutionnalisés. À cette époque, le gouvernement grec a redéfini ses priorités vis-à-vis des Grecs d’ex-Union soviétique. Dès 1994, il a mené une politique de soutien à l’existence de la diaspora grecque dans les pays d’adoption. Il prend en charge l’envoi de livres et de professeurs de grec, la formation d’enseignants et l’organisation de colonies de vacances pour les enfants et de voyages pour les retraités. Il contribue aussi à la construction d’églises et d’hôpitaux et à la formation des prêtres. Jusqu’en janvier 2010, environ 6 000 enfants, 500 retraités et 500 jeunes avaient profité de ces séjours organisés en Grèce43. La plupart de ces colonies et voyages font partie des programmes d’hospitalité du Secrétariat général des Grecs de l’Étranger, d’autres sont financés par des municipalités grecques. Parfois, les colonies dispensent aussi des cours du grec. Depuis 2008, à cause de la crise économique, le budget prévu pour les programmes de coopération de l’État grec a diminué. Les répercussions se sont fait sentir notamment sur la participation financière aux colonies de vacances des enfants de la diaspora et sur l’envoi des livres et des enseignants de grec.

  • 44 Sideri Eleni 2012.

49Depuis 1991, de nombreux étudiants et enseignants de grec ont pu effectuer des stages de langue en Grèce et à Chypre, notamment dans les universités d’Ioannina, de Patras, de Crète et de Chypre. Il s’agit le plus souvent de stages de six ou neuf mois. Pour les études du troisième cycle, il existe des bourses du ministère grec des Affaires étrangères et de la Fondation des bourses de l’État grec, IKY (Ίδρυμα Κρατικών Υποτροφιών), ainsi que de fondations privées. Certains étudiants partent de leur propre chef. Dans le choix des candidats, aucune distinction n’est faite en fonction de l’origine ethnique. Dans l’ensemble, le nombre d’Ukrainiens serait supérieur à celui des Grecs d’Ukraine. Eleni Sideri a observé un phénomène semblable en Géorgie où les Géorgiens et les personnes d’autres nationalités, par exemple les Arméniens, paraissent plus intéressés par l’étude du grec moderne que les Grecs de Géorgie. Dans les deux cas, l’étude du grec ou l’obtention d’un diplôme délivré par une université grecque sont assimilées à l’acquisition du capital social ; le but n’est pourtant pas toujours de s’installer en Grèce. À l’issue de leurs études en Grèce ou à Chypre, certains s’y établissent, d’autres retournent dans leur pays d’origine, d’autres encore continuent leur chemin vers d’autres pays d’Europe ou les États-Unis44.

  • 45 Des liens de jumelage ont été établis, par exemple, entre Odessa et Le Pirée ; entre Mariupol, d’un (...)
  • 46 Depuis 2006, Chypre est représenté à Mariupol par un consul honoraire.

50Les principaux partenaires officiels des Grecs de Mariupol en Grèce sont le ministère des Affaires étrangères, le ministère des Affaires intérieures, le ministère de l’Éducation et des Religions, ainsi que la chambre de commerce de Grèce, la chambre de commerce du Pirée, le Centre de recherche sur la mer Noire à Thessalonique, la fondation des bourses de l’État grec, la fondation Onassis, la fondation Leventis et la fondation grecque de la culture. Depuis les années 1990, des liens de jumelage ont été établis entre plusieurs villes ukrainiennes et grecques45. Des coopérations ont également été mises en place avec Chypre46, notamment dans les domaines de l’enseignement et de l’éducation. La municipalité de la ville de Mariupol, l’université d’État de Mariupol et la Fédération des associations grecques d’Ukraine collaborent étroitement avec tous ces contacts.

  • 47 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 206-210.

51En 1991, lorsque le Premier ministre grec Konstantinos Mitsotakis a visité l’Ukraine, une rencontre avec les Grecs de Mariupol a été organisée à Kiev. Dès lors, de nombreux chefs d’État, ministres et autres personnalités grecs et chypriotes et de la diaspora grecque mondiale ont visité Mariupol : le vice-ministre des Affaires étrangères G. Niotis, en 1994 ; le président K. Stefanopoulos, en 1997 ; le chef du parti conservateur Νέα Δημοκρατία K. Karamanlis, en 2003 ; le président K. Papoulias, en 2006 ; le ministre des Affaires étrangères E. Vénizélos, en 2014. Le président du Conseil des Grecs de l’Étranger, A. Athens, a visité Mariupol plusieurs fois. Presque tous ont aussi visité Sartana et son musée et ont assisté aux concerts de Sartananskie samocvety et d’autres ensembles locaux. Le titre de professeur honoris causa des universités d’État de Mariupol et de Donetsk a été attribué à de nombreux hommes politiques grecs et chypriotes47.

Les Grecs d’Ukraine à l’aube du xxie s., membres de la diaspora mondiale

  • 48 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 128.

52Au sein de la diaspora grecque mondiale, un rôle tout à fait particulier revient au Conseil des Grecs de l’Étranger (Συμβούλιο Απόδημου Ελληνισμού), créé en 1995. Lors du congrès fondateur, la présidente de la Fédération des associations grecques d’Ukraine, A. Protsenko-Pitchadji a été élue secrétaire du Conseil de la périphérie de l’Europe pour deux mandats. Depuis, une réorganisation a eu lieu au sein de cet organisme et les questions qui concernent les Grecs d’ex-Union soviétique sont traitées en bloc. Depuis 2006, le rôle du coordinateur pour les pays d’ex-Union soviétique revient au représentant des Grecs de Russie, Ivan Savvidis. La représentante d’Ukraine est membre du Conseil de coordination de la périphérie des pays d’ex-Union soviétique et joue un rôle actif dans le secteur humanitaire, comme coordinatrice des programmes médicaux et hospitaliers dans les villages grecs d’Ukraine. En 1999, un réseau de jeunes a été créé au sein du Conseil des Grecs de l’Étranger. La représentante de l’Ukraine a été élue membre du Comité de coordination de la jeunesse grecque d’Europe48. Les Grecs d’Ukraine et de Mariupol sont plutôt bien représentés au sein de la diaspora grecque mondiale.

  • 49 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 182-183.

53Grâce au soutien du Conseil des Grecs de l’Étranger plusieurs projets ont été mis en œuvre à Mariupol et dans les villages alentours. En 2000, le siège de la Fédération des associations grecques d’Ukraine a été inauguré à Mariupol ; en 2003, ce fut le tour d’un centre médical complet, moderne, spécialisé dans les opérations chirurgicales et la mammographie. En 2004, une polyclinique moderne a été inaugurée à Staryï Krym. Les consultations sont accessibles à tous, sans distinction de nationalité. Dans un premier temps, les services médicaux et les consultations étaient gratuits ; les frais étaient pris en charge par le Conseil des Grecs de l’Étranger et la Fédération des associations grecques d’Ukraine49. Par la suite, les patients ont été appelés à payer leur part des frais. En 2008, le centre culturel de l’Association des Grecs de Mariupol « Meotida » a ouvert ses portes. La construction de l’édifice a été financée par Prodromos Emfietzoglou, mécène grec connu pour ses donations en Grèce et dans la diaspora.

  • 50 Notaras Andreas 2005, p. 346.
  • 51 Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 241-250.

54Le financement de ce type de projets provient généralement d’institutions publiques et privées de Grèce et de la diaspora. Il n’est pas sans intérêt de noter que certains leaders associatifs pontiques estiment que les associations et les fédérations d’Europe, d’Australie et surtout des États-Unis privilégient les Grecs d’Ukraine et de Géorgie, influencés par la politique étrangère de ces pays, remarquant que l’aide fournie par le Conseil des Grecs de l’Étranger profite à ces pays et non à la Russie50. Cela dit, il existe, aujourd’hui, un potentiel économique en Ukraine même. L’usine métallurgique de Mariupol Il’itch joue un rôle considérable dans le développement économique et social de la région en tant que fournisseur de gaz et sponsor des festivités locales. Nombre de Grecs travaillent dans cette usine depuis toujours. Les entrepreneurs et les hommes d’affaires ukrainiens, pour leur part, financent des manifestations et des publications51. L’évergétisme ou le privilège de « donner » s’apparente ici à une redistribution des richesses sous forme de dons pour une cause collective.

55Les changements structurels au sein du mouvement grec d’Ukraine depuis le début des années 1990 sont sensibles. Au fil des années, on a constaté une « folklorisation » du mouvement grec, même si celui-ci a été initié par des intellectuels. Lorsque l’on a compris la valeur de ces intellectuels, la coopération avec ces derniers a été rétablie dans certains cas. Si dans la première moitié des années 1990, la « renaissance » de la langue et de la culture grecques étaient priorisées, dès la seconde moitié, on a de plus en plus attaché d’importance aux questions d’ordre social et économique, nécessaires à la conservation de l’originalité de la communauté ethnique et à son développement progressif. Pendant la guerre dans l’Est ukrainien, un vaste programme d’aide aux victimes a été mis en place. Sur le plan organisationnel, le changement est notable : d’un « noyau de passionnés » au début des années 1990, le mouvement grec d’Ukraine s’est transformé en une véritable structure mettant en place de solides collaborations à plusieurs échelons du pays, mais aussi en « mère-patrie » et au sein de la diaspora grecque post-soviétique et mondiale.

La découverte de la « patrie historique »52

  • 52 Voir l’introduction, p. 21.

56La perestroïka a donné la possibilité à beaucoup de Grecs de la région de la mer d’Azov de séjourner en Grèce pour la première fois. Les représentants des associations culturelles, journalistes, cadres administratifs, chercheurs, enseignants et étudiants en grec ont été parmi les premiers à profiter des voyages organisés en Grèce. En règle générale, le premier contact avec la « patrie historique » a été vécu avec beaucoup d’émotion, notamment dans le cas des personnes d’un certain âge, pour qui entendre et pouvoir parler sa langue en public, toucher la terre « mythique » ou voir l’Acropole, ont été vécus comme des moments presque « sacrés ». L., originaire d’un village hellénophone de la région de Donetsk raconte son premier voyage en Grèce :

Mon premier voyage en Grèce c’était en 1993, j’accompagnais un groupe d’enfants. Nous étions partis en car […] à peine arrivés en Grèce, nous nous sommes arrêtés devant un café dans un village dans le nord du pays. Dans le car, de la musique était diffusée […] devant le café, il y avait une foule de personnes âgées qui nous regardaient avec curiosité ; ils se demandaient qui nous étions et d’où nous arrivions. Notre musique, il y a vingt ans que l’on ne l’écoute plus chez eux […] C’était très émouvant, nous leurs avons expliqué qui nous étions, d’où nous venions, comment on nous a transférés depuis la Crimée, que c’est dans la région de la mer d’Azov que nous vivions aujourd’hui. Il y eut un sentiment de fraternité incroyable, ils ne savaient rien sur nous, ils n’avaient jamais entendu parler des Grecs d’ex-URSS. Les plus âgés d’entre nous ont éprouvé le sentiment d’être retournés au pays, d’être réunis avec leur peuple. Beaucoup parmi eux ont embrassé la terre en arrivant en Grèce, et sont retournés en Ukraine avec un peu de terre en souvenir. (Entretien, Mariupol, 1997)

57Pour les Grecs turcophones, le voyage en Grèce s’est souvent présenté comme une aventure. À côté de l’Acropole, ils se sont intéressés à la nature, aux montagnes et aux gens du pays. Certains parmi eux ont également effectué des voyages en Turquie. « Du point de vue linguistique, c’est à Istanbul que je me suis senti dans mon village, alors qu’en Grèce, je n’y comprenais rien », dit l’un d’entre eux.

La deuxième fois que je suis allé en Grèce, j’avais eu le temps d’apprendre un peu de grec moderne, c’était déjà différent, je me suis senti comme chez moi. Puis au niveau de la nature, du paysage, c’est la Grèce qui nous est plus proche. Les montagnes en Grèce, c’est impressionnant, en Turquie, il n’y a rien de tel. (Entretien, Staryï Krym, 1997)

  • 53 Dans ce contexte, Pindos est un terme péjoratif signifiant « illettré, inculte ». Le terme était ré (...)
  • 54 Kaurinkoski Kira 1997, p. 455-456.

58La vue d’un grand nombre de mosquées et de femmes voilées a été difficile à assimiler. Cela peut surprendre, a priori, qu’un turcophone puisse être aussi attiré par la Grèce et prendre une part active dans les activités culturelles grecques, mais il est possible de l’expliquer. Dans le passeport soviétique, tous les Grecs d’Union soviétique, turcophones compris, étaient « grecs » (greki). Dans la rue et à l’école, ils étaient souvent traités de « Pindos53 », au même titre que les autres Grecs. Historiquement, ils sont associés au transfert des chrétiens grecs de Crimée. Ces quelques faits servent à expliquer qu’un turcophone puisse se sentir grec54.

  • 55 Entretien avec Pavlos Kapidis, conseiller chargé de l’éducation au consulat général de la Républiqu (...)

59Pour ceux qui ne connaissent ni la langue ni l’histoire du pays et ne portent pas un intérêt particulier pour le pays, les jeunes en particulier, le voyage en Grèce a souvent été vécu comme une excursion dans n’importe quel autre pays étranger. Certains reviennent de ces voyages débordant d’enthousiasme et veulent par la suite apprendre la langue ; leurs amis, à leur tour, souhaitent partir en colonie de vacances et découvrir la Grèce. On peut, ici, tenter de comparer la situation de la jeunesse grecque mariupolite à celle de la diaspora grecque d’autres pays du point de vue linguistique. En Albanie, qui accueille une minorité grecque de longue date, de nombreux Grecs ont séjourné en Grèce et parlent grec. En Europe occidentale, où la diaspora est principalement le résultat des migrations d’après-guerre, bon nombre ont des grands-parents en Grèce. Pendant les vacances scolaires, les enfants viennent leur rendre visite ce qui assure un lien vivant avec la langue. Aux États-Unis et en Australie, on est géographiquement loin de la Grèce et il est plus difficile de faire le voyage. Aux États-Unis, où l’immigration grecque date du début du xxe s., nombreux sont les Grecs qui n’ont plus de famille en Grèce propre. De ce point de vue, la situation des Grecs des États-Unis et celle des Grecs de Mariupol ont des points communs : les enfants n’ont pas de famille en Grèce chez qui ils pourraient séjourner, il n’y a donc pas de communication vivante55.

60Au début des années 1990, quand une occasion de partir en Grèce ou à Chypre se présentait pour des adultes, ceux-ci cherchaient à en tirer profit en faisant un peu de commerce, en achetant des vêtements et de l’électronique en Grèce, puis en les revendant au pays. Une enseignante de grec qui a participé à un stage de langue en Grèce en 1992-1993 raconte :

On parle de la renaissance culturelle et spirituelle, du retour au pays, mais reconnaissons le fait que la grande partie de ceux d’entre nous qui se rendent en Grèce y vont pour améliorer leur situation économique. En 1992, nous étions six enseignantes des écoles de Staryï Krym et de Sartana à partir pour un stage d’un an en Grèce. Les Grecs [l’État grec] nous ont donné une bourse, ils nous ont payé l’université, la cité, la nourriture, […] la plupart d’entre nous y est allée avec l’idée soit de se marier à un Grec [de souche, de la métropole] soit d’améliorer sa situation économique, d’acheter une voiture, de construire une maison une fois de retour au pays. Trois d’entre nous sont rentrées et assument leur responsabilité d’enseignantes. Une travaille comme interprète à l’Association des Grecs de Mariupol. Les deux autres sont restées en Grèce à la recherche d’un travail, d’un mari. (Entretien, Staryï Krym, 1997)

  • 56 Kaurinkoski Kira 1997, p. 456-458.

61Lorsque le voyage en Grèce ou à Chypre était le premier en dehors de l’ex-Union soviétique, l’expérience fut souvent éprouvante. La pénurie matérielle et la dévalorisation sociale qui l’accompagne ont été difficiles à assimiler. Maïsa P. fit son premier voyage en Grèce en 1990 avec l’ensemble folklorique Sartanskie samocvety. Voici son témoignage56 :

En 1990, nous avons fait un voyage en Grèce avec l’ensemble. Pour gagner un peu d’argent, nous nous sommes mis à chanter dans le port. En nous voyant, les gens criaient : « Russes, Gorbatchev, venez par ici ! » C’était très désagréable et humiliant. Après, nous sommes partis. (Entretien, Sartana, 1994)

  • 57 Voir ci-dessous, p. 273-303.

62La Grèce reconnaît le droit du sang (jus sanguinis), et, par conséquent, toute personne d’origine grecque, en mesure de fournir des documents qui l’atteste, peut être accueillie en Grèce et en devenir citoyen selon une procédure de naturalisation privilégiée. Cette disposition concerne également les Grecs d’ex-Union soviétique. Malgré cette procédure, à Mariupol, les taux de migration sont restés bas dans la première moitié des années 1990. Ensuite les choses ont un peu évolué, nous y reviendrons dans la seconde partie de cet ouvrage57. Lors de mes premières rencontres avec les Grecs de Mariupol en 1993 et encore en 1997, il était manifeste que beaucoup d’entre eux estimaient être Grecs, mais qu’ils voulaient être Grecs en Ukraine. Une interlocutrice qui, à l’époque, travaillait comme économiste dans le port de Mariupol, explique :

Nos ancêtres sont partis, ils ont émigré de Grèce puis on les a transférés de Crimée – cela a été un parcours long et difficile. émigrer de nouveau ? Non, merci ! Ma maison est ici. Partir en Grèce, devenir un citoyen de deuxième rang, je n’en ai pas besoin. Ici je suis Grecque, là-bas on nous traite de Russes. Ici je suis Grecque, mais au moins, ici, j’ai toujours compté, je suis d’ici (Zdes’ â grečanka, no svoâ). (Entretien, Mariupol, 1997)

63D’autres soulignent qu’ils sont tout autant porteurs de la culture russe que de la culture grecque. A., journaliste, écrivain et militant de la cause grecque, compare la Grèce à un tableau qui est beau à regarder, mais « une fois qu’on l’a vu, il est temps de rentrer chez soi ».

Maintenant, cela fait plusieurs fois que je suis allé en Grèce, je commence à me concentrer sur les détails, à les regarder de près, mais après, il faut rentrer chez soi. La Grèce non plus n’est pas un paradis, là-bas, personne ne t’aidera. D’abord, il faut quatre à cinq ans pour s’organiser, et même lorsqu’on a tout, un grand appartement, une maison, une bonne adresse – cela ne veut rien dire, tout est très lourd et difficile. (Entretien, Mariupol, 1997)

64L’interlocuteur cité se réfère ainsi au coût humain et psychologique du processus migratoire. D’autres, notamment parmi les activistes du mouvement grec, placent leur espoir dans la jeunesse. Leur rêve est de voir leurs enfants et leurs petits-enfants grandir, établir des relations avec la Grèce et y être traités en partenaires dignes et égaux, et de retourner en Ukraine par la suite, car c’est elle leur patrie. Un discours très proche, adapté aux nouvelles conditions et tenant compte de la crise économique et politique en Grèce, a été tenu par les leaders du mouvement grec d’Ukraine dans les années 2000-2010. Si les activistes revendiquent la reconnaissance sociale du groupe et l’assouplissement des politiques de migration et d’octroi de visa en Grèce, il ne fait pas de doute que parmi les « gens ordinaires » l’intérêt pour la Grèce et les « choses grecques » a diminué. Les difficultés pour obtenir un visa, la déqualification et la dévalorisation de ceux qui se sont installés en Grèce ont été nuisibles à l’image de la Grèce, ce qui a entraîné une baisse d’intérêt pour la Grèce et l’apprentissage du grec au sein de la communauté grecque d’Ukraine. Selon nombre d’informateurs, « avant, il était prestigieux d’apprendre le grec, de voyager en Grèce » ; aujourd’hui, « il faut conduire les enfants aux cours de grec de force ».

Le rôle de l’identité ethnique : pourquoi se vouloir Grec et comment l’être ?

Expressions et affirmations des identités collectives chez les Grecs de Mariupol

  • 58 Leroi-Gourhan André 1968, p. 1821.

65De quelle manière peut-on, aujourd’hui, être Grec dans la région de la mer d’Azov ? Les personnes âgées chez qui la conscience nationale, par la force de l’histoire, est particulièrement ancrée, insistent sur les traditions, sur le respect dans les relations avec autrui, sans oublier de faire mention du fait « d’avoir le sang pur et de le savoir ». L’importance qu’ils attachent à la notion de pureté du sang doit être comprise comme une affirmation de supériorité morale qui exprime la personne sociale. L’ethnicité, comme nous le rappelle André Leroi-Gourhan58, serait ici, moins une question d’objets et d’institutions que de rapports humains. On pourrait aussi parler des notions d’honneur et d’hospitalité, connues et communes aux peuples de la Méditerranée. Comme le disait une Grecque turcophone de Staryï Krym :

Cela nous plaît de recevoir, d’inviter des hôtes, de porter respect aux autres. Les mariages grecs en sont une démonstration, parfois portée jusqu’à l’extrême : on n’a pas souri à un tel, on n’est pas venu avec le genre de cadeaux qu’il fallait… (Entretien, Staryï Krym, 1997)

  • 59 Selon Novik Aleksandr 2009, p. 69, dans le village grec de Yalta, en bord de mer, on prépare aussi (...)
  • 60 Pour une description du rite de mariage des Grecs de Mariupol, voir, par exemple, Ivanova Yulia 200 (...)
  • 61 Cette fête qui présuppose des dépenses importantes de la part de l’organisateur n’est plus célébrée (...)

66Être Grec en mer d’Azov signifie préparer certains plats, considérés comme grecs, comme les čebureki59 (beignets salés en forme de demi-lune remplis de viande de mouton) ainsi que la viande et le jus de mouton, importants lors des rites de passage, et participer à la célébration de ces rites (mariage et funérailles)60, à la fête de Panaïr61 (fête du village, à l’origine la fête du saint patron du village) ainsi qu’aux activités culturelles considérées comme grecques : danser, chanter, faire du théâtre, pratiquer le kureš (sport de combat). Dans la famille de Maïsa P., tout le monde a dansé ou chanté dans l’ensemble local Sartanskie samocvety, au moins pendant quelques années :

J’ai dansé dans l’ensemble depuis l’âge de 7 ans, puis je me suis mariée et j’ai encore continué pendant une année. Maintenant, cela fait presque vingt ans que je chante dans la chorale de l’ensemble. Mes deux fils ont dansé : l’aîné jusqu’en 1994, quand il est parti travailler à Chypre. Par ailleurs, c’est dans Sartanskie samocvety qu’il a rencontré sa femme. Mon fils cadet continue à danser. (Entretien, Sartana, 1997)

  • 62 Sur le périple de cette famille, voir dans ce volume, p. 104, 248, 250, 283, 298, 369, 399.
  • 63 Ponomariova Irina 2006, p. 256.

67Dans cette famille, devenue « chypriote » comme nous le verrons plus loin62, la participation aux activités de l’ensemble de chant et de danse représente un élément important de la tradition familiale, mais aussi une manière de se sentir et de s’affirmer en tant que Grec. Selon I. Ponomariova, la danse serait parmi les plus anciennes formes d’arts populaires observées chez les Grecs de Mariupol. Entre la chorégraphie des danses des Roums et celle des Ouroums, les différences sont minimes. Les éléments orientaux sont plus marqués dans la danse et la musique des Ouroums, mais le fond culturel est le même63.

68Une autre expression de la grécité dans la région de la mer d’Azov est le kureš. Il s’agit d’un type de combat libre que l’on retrouve aussi bien chez les Roums que chez les Ouroums. Il est aussi présent dans la littérature locale, par exemple, chez le troubadour populaire L. Honagbej. De nos jours, il combine différents éléments du judo. Personnellement, je n’ai pas eu la possibilité d’assister à un combat de kureš, mais à en croire les habitants de Sartana, il y a toujours des démonstrations lors des fêtes de Panaïr. « Les gens viennent des villages voisins pour assister au kureš, ce qui ne se passera jamais pour un match de football », dit A. P., entraîneur de kureš à Mariupol. La popularité du kureš s’expliquerait symboliquement en tant qu’expression de la masculinité, de la force et de l’esprit du peuple grec. Dans un combat de kureš, les hommes s’affrontent au corps à corps. Le vainqueur est celui qui réussit à mettre à terre trois adversaires l’un après l’autre. Avant la révolution d’Octobre, le vainqueur du kureš organisé pendant la fête de Panaïr était honoré comme un élu de Dieu et recevait en prix la tête sacrifiée d’un taureau. Ce prix honorait le vainqueur et sa famille. De nos jours, le vainqueur reçoit de l’argent et d’autres cadeaux, comme par exemple des oies. Le prix principal est un agneau que l’on coupe et prépare au feu de bois pour tous les invités présents. Le vainqueur reçoit la peau, traditionnellement considérée un cadeau prestigieux. Aujourd’hui, elle est dans la plupart des cas destinée à recouvrir un siège de voiture ou de motocyclette.

  • 64 Ponomariova Irina 2006, p. 209-211.
  • 65 Je remercie Katerina Seraïdari pour cette précision.
  • 66 Ponomariova Irina 2006, p. 209-211.

69Un type de combat semblable a été observé chez les Tatars de Crimée. D’autres l’ont été en Azerbaïdjan (güleš ), en Ouzbékistan (kuraš ), en Turquie (nagli güreš )64, ainsi que dans le nord de la Grèce où différentes formes de lutte traditionnelle sont pratiquées par des Grecs pontiques65. Ce type de combat s’inspirerait du mythe d’Hercule et du monde des ténèbres, populaire dans la Grèce et la Rome antiques et par la suite aussi chez les peuples turcs66.

  • 67 Entretien avec L. Kiriakov à Sartana, novembre 1993, repris dans Kaurinkoski Kira 1997.
  • 68 Smith Anthony 1992, p. 436-455.

70Être Grec dans la région de la mer d’Azov, c’est aussi appartenir à une grande civilisation, celle de la Grèce ancienne. L’écrivain L. N. Kiriakov s’exprimait ainsi : « Cela fait presque trois mille ans que nous habitons ici, mais nous n’avons rien oublié. On peut changer le nom d’un peuple, le nom de sa patrie, mais on ne peut pas effacer la mémoire de sa conscience »67. L’affirmation et l’expression de l’identité grecque passent aussi par l’apprentissage de la langue, l’engagement dans les cercles folkloriques et les associations. Ainsi, le choix d’une nationalité, d’un nom, la connaissance de l’histoire collective, la conscience liée aux notions de « sang », de l’hospitalité et de l’honneur, le fait de danser, de chanter, de pratiquer le kureš, d’écrire, de faire des recherches qui mettent en valeur l’histoire du groupe et de développer des liens avec la Grèce et Chypre sont autant de manières auxquelles ont recours les Grecs de cette région pour vivre leur ethnicité grecque. Le mot « ethnie » prend ici le sens que lui donne Anthony Smith : « un groupe social dont les membres partagent un sentiment d’origine commune, revendiquent une histoire et un destin communs et distinctifs, possèdent une ou plusieurs caractéristiques distinctives, et ressentent un sens d’originalité et de solidarité collectives68 ». Cela dit, il ne faut pas penser que tous les Ukrainiens d’origine grecque sont des Grecs actifs et conscients. La prise de conscience est un processus qui requiert un effort de réflexion. Pour certains, la grécité résulte d’une histoire familiale, héritée et immuable, pour d’autres, d’une quête individuelle et de pratiques quotidiennes.

La mémoire collective et les emblèmes publics d’identité 

71La mémoire collective de ces Grecs se fonde sur une croyance en une origine commune et le fait d’appartenir à un peuple dont la patrie historique est la Grèce, mais qui est venu s’installer en Crimée au temps des grandes migrations de l’Antiquité et qui, à la fin du xviiie s., sur ordre de Catherine II, a été transféré de Crimée en mer d’Azov. On peut parler, dans ce cas, d’un « mythe fondateur ». Sous l’influence de l’idéologie du panhellénisme, les représentants du mouvement grec reprennent aujourd’hui cette histoire en soulignant les éléments oppressifs, tels que le « joug tatar » et « la politique impériale » de la Russie et de l’Union soviétique, tout en mettant l’accent sur l’importance de la « renaissance » de la culture grecque et de l’apprentissage du grec moderne.

  • 69 Baranova Vlada 2009, p. 79-96, 82 ; Leventis Georgij 1998, p. 5-7.

72Dans de nombreuses familles, on trouve des livres qui présentent une version popularisée de l’histoire. Le livre de I. Džuha, Odisseâ Mariupol’skih grekov (L’Odyssée des Grecs de Mariupol), publié en 1993, est le premier de ce genre. Le titre révèle la dimension mythique d’une histoire où l’accent est mis sur l’exil et le fait de vivre à l’étranger (ξενιτιά) ainsi que la nostalgie du pays (νόστος), éléments récurrents dans la littérature grecque sur l’émigration. Le livre autobiographique de G. Leventis, publié en 1998, est également important. Arrêté en 1935, à l’âge de 22 ans, il est l’un des rares à être revenu des camps de travail. Par la suite, il quitta l’Union soviétique pour la Grèce et plus tard pour l’Australie69. Il est retourné à Mariupol pour revoir son pays d’origine, en simple visiteur, en 1992 et en 1995.

  • 70 Popov Anton 2003 ; Voutira Eftihia 1991, 2011 ; Bruneau Michel 1998a ; Notaras Andreas 2005 ; Sider (...)
  • 71 Baranova Vlada 2009, p. 82 ; 2010 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 141.

73Pourtant, si l’émigration et l’exil sont des marqueurs importants de l’identité collective des Grecs pontiques70, chez les Grecs de Mariupol, au moins jusqu’à une période récente, ils étaient étrangers. Selon les recherches de Vl. Baranova, la perception de la Grèce (ou de la Crimée) comme patrie des ancêtres serait, elle aussi, une invention récente. Vl. Baranova rapporte que ses informateurs, qui n’avaient pas de contacts avec le mouvement grec, avaient du mal à répondre lorsqu’elle leur demandait si les Grecs de Mariupol avaient vécu en Grèce ou en Crimée. Aujourd’hui, cette lacune a été comblée par les associations culturelles grecques, fondatrices d’une tradition qui priorise la description populaire de l’histoire du groupe. Les livres et les fêtes en sont des exemples. Ainsi, pour célébrer le 220e anniversaire de la fondation de Staryï Krym en 2000, une pièce de théâtre mit en scène l’arrivée des Grecs de Crimée dans la région de la mer d’Azov. En tête de la procession, il y avait les principaux organisateurs du transfert : l’impératrice Catherine II, le métropolite Ignace et le général A. Souvorov. Un groupe d’hommes vêtus du costume national grec suivait à pied. Les orateurs relatèrent l’histoire du transfert des Grecs. Parallèlement, un livret fut publié comportant les données principales de l’histoire du village. Selon Vl. Baranova, pour beaucoup d’informateurs, cette fête fut leur principale source sur l’histoire du groupe71.

  • 72 En tenant compte du cas des Grecs de Mariupol et d’ex-Union soviétique, la définition proposée par (...)

74D’autres sont allés plus loin ; c’est en premier lieu le cas des activistes et des intellectuels qui affirment, dès le début des années 1990, appartenir à une diaspora. D’après G. Sheffer, les trois caractéristiques essentielles du concept de diaspora sont : la conscience et le fait de revendiquer une identité ethnique ou nationale ; l’existence d’une organisation politique, religieuse ou culturelle du groupe dispersé (richesse de la vie associative) et l’existence de contacts sous diverses formes, réelles ou imaginaires, avec le territoire ou le pays d’origine72. Dans le mouvement de dispersion de la diaspora, le maintien de l’identité à travers l’identification physique à la terre d’origine n’est souvent plus possible. Cela a été longtemps le cas pour les Grecs d’ex-Union soviétique. C’est ainsi que l’identification à un peuple, à une culture, à un « être ensemble » a pris le pas sur les rapports physiques. Le rapport à la culture se présente dès lors comme substitut au rapport à la « mère-patrie », entité humaine et territoriale. Parmi les principaux signes de reconnaissance de l’identité des Grecs de la région de la mer d’Azov, on peut mentionner le drapeau grec et la carte géographique de la Grèce contemporaine, mais aussi celle du district de Mariupol faisant apparaître les villages grecs fondés par les ressortissants chrétiens de Crimée en 1779-1780 que l’on trouve dans beaucoup de bâtiments publics des villages grecs de la région.

Pourquoi s’affirmer en tant que Grec ?

  • 73 On constate aussi ce type de comportement chez d’autres groupes ethniques d’ex-Union soviétique. Su (...)
  • 74 Voir Bourdieu Pierre 1980.

75Pourquoi donc cette nécessité obstinée de s’affirmer en tant que Grec ? Comment l’expliquer si ce n’est en termes de passion, mais aussi de quête d’identité et de sens, de besoin d’appartenir à un groupe et de se sentir valorisé par les siens ? On ne peut pas non plus oublier les répressions, la discrimination culturelle dont ont souffert les Grecs du temps de l’Union soviétique et qui, avec le temps, ont contribué à une prise de conscience de la différence, parfois vécue et interprétée en termes de supériorité culturelle73. Les répressions et les discriminations renforcent le sentiment d’altérité chez les Grecs de Mariupol et stimulent leur conscience ethnique et culturelle74 . Il en ressort que, pour la génération adulte et âgée, l’idée de la Grèce et de la grécité est principalement une source de fierté. Toutefois, aujourd’hui, les jeunes générations ne sont plus bercées par les récits de souffrances passées et la vision d’une Grèce « mère-patrie mythique ».

  • 75 Horowitz Donald 1989, p. 53.

76En exagérant un peu, nous pourrions dire que toutes les générations d’après-guerre, parlent et écrivent en russe. Nombre de personnes ont des connaissances en ukrainien. Le suržik est également présent. Dans les villages « grecs », on parle en outre le dialecte romaïque ou ouroum, on écoute de la musique russe, ukrainienne, romaïque ou ouroum, et on mange des plats traditionnels issus de ces cultures. Mais on se déclare Grec (Grek) en général, Roum (Rumej) ou Ouroum (Urum) en particulier. L’identité résiste, même si certains de ses aspects disparaissent ou changent radicalement. En règle générale, les éléments culturels comme la langue et les pratiques religieuses sont plus vulnérables que d’autres aspects identitaires comme la conscience des origines et de l’appartenance ethnique, perçues comme d’importants marqueurs de l’identité ethnique. Donald Horowitz a observé un phénomène similaire dans le contexte différent, mais également multiethnique et assimilationniste, des États-Unis : « alors que l’ethnicité est dépossédée de contenu culturel, alors que le pluralisme est accepté, alors que les mariages mixtes interethniques augmentent, alors que les minorités apprennent rapidement l’anglais et améliorent leurs conditions de vie matérielles – alors que tout cela se produit – l’ethnicité devient néanmoins plus importante »75.

  • 76 Francis Emerich Klaus 1947, p. 396.
  • 77 Hechter Michael 1974, p. 1152.

77Dans le rapport entre l’ethnicité et la culture, le cas des Grecs de Mariupol confirme la thèse d’Emerich Klaus Francis selon laquelle « un groupe ethnique peut modifier et changer sa culture sans perdre son identité76 ». Michael Hechter, pour sa part, propose de dissocier le changement ethnique mesuré au degré de solidarité entre les membres du groupe du changement des pratiques culturelles. Selon lui, on devrait résister à la tendance d’associer culture et ethnicité puisqu’il s’agit de phénomènes qui ne sont pas nécessairement ou mécaniquement liés entre eux. Les indicateurs de l’attachement religieux ou du comportement linguistique peuvent être considérés comme des variables culturelles. L’ethnicité se réfère, quant à elle, aux sentiments qui lient les individus unis par un certain fond culturel commun77. Le changement de pratiques culturelles d’un certain groupe n’entraîne pas nécessairement un changement de l’identité ethnique de ses membres ni des liens de solidarité entre eux.

  • 78 Schnapper Dominique 1991.
  • 79 Wirth Louis 1956.

78Enfin, comme l’a écrit D. Schnapper en parlant des milieux immigrés en France – mais la remarque convient ici aussi –, l’identification, au moins pour une personne adulte, est toujours le résultat d’un choix qui peut varier selon l’âge et les circonstances de la vie. Finalement, le nombre précis de grands-parents ou d’arrière-grands-parents de telle ou telle nationalité est moins important que la volonté de l’individu avec un certain passé ethnique et familial de s’affirmer ou non comme membre du groupe. Se définir par rapport à un groupe ethnique sur un territoire donné, c’est surtout faire référence à une manière d’être au monde et vis-à-vis des autres, à un patrimoine culturel, produit d’une histoire et des expériences de la vie quotidienne78. En dernière analyse, une société est possible, disait Louis Wirth, il y a plus d’un demi-siècle, parce que les individus qui la composent véhiculent dans leur tête une sorte d’image de cette société79.

Notes

1 Sur le réveil ethnique en Ukraine et en ex-Union soviétique, voir, par exemple, Smith Graham et al. 1998, p. 119-138 ; Hrytsak Yaroslav 2000, p. 263-281; Germen Janmaat Jan 2000 ; Beissinger Mark 2002.

2 Werth Nicolas 1993, p. 233-236.

3 Shevel Oxana 2014, p. 148-149.

4 Beissinger Mark 2002, p. 192, 197-199.

5 Kosyk Wolodymyr 1993, p. 153-155 ; Constitution de l’Ukraine, http://zakon2.rada.gov..ua/laws/show/254%D0%BA/96-%D0%B2%D1%80, consulté le 27 novembre 2017.

6 Clifford James 1994, p. 317.

7 Antze Paul, Lambek Michael 1996, p. xi-xxxiii.

8 Kaurinkoski Kira 1997, p. 442-443.

9 Επενδυτικό Σχέδιο για την Ίδρυση του Εθνικού Μουσείου των Ελλήνων της Αζοφικής στη Γιάλτα, Document non publié de la Fédération des associations grecques d’Ukraine, s. d.

10 Cette association a changé de nom à plusieurs reprises : Association des Grecs soviétiques de la ville de Mariupol, Meotida, etc. Aujourd’hui, elle porte de nouveau le nom d’Association des Grecs de Mariupol.

11 Sur la vie associative des Grecs d’Ukraine, voir Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 86-87 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 119-121 ; Konop-Lâško Valentina 2008.

12 Bromberger Christian 1986, p. 4.

13 La fête du 25 mars est la première fête nationale adoptée en Grèce. Elle commémore la date du 25 mars 1821, où l’on situe le début de l’insurrection nationale contre l’Empire ottoman. La fête du 28 octobre est connue comme Den’ Ohi (le Jour du Non) en Ukraine et dans les autres communautés grecques d’ex-Union soviétique. Le 28 octobre 1940, en effet, le Premier ministre de la Grèce, Ioannis Metaxas, a répondu « Όχι » à l’ultimatum de l’Italie pour laisser les troupes italiennes pénétrer sur le territoire grec. En conséquence, la Grèce est entrée en guerre.

14 Feoharij (Theocharis) Kessidi (1920-2009), philosophe russe d’origine grecque pontique, spécialiste de l’œuvre de Thucydide.

15 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 89-90 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 118-126.

16 Le mot krai signifie frontière ou fin et est employé pour désigner certaines régions. À l’époque soviétique, les krais se distinguaient par le fait qu’une ou plusieurs républiques soviétiques socialistes autonomes en faisaient partie. Désormais, ce sont des sujets de la Fédération de Russie à part entière bien que certains krais intègrent, aujourd’hui comme sous l’URSS, des régions à statut spécial, reliquats des districts autonomes abolis. Les krais se divisent en raions.

17 Sur l’autonomie nationale des Grecs d’ex-Union soviétique et le congrès de Gelendjik, voir Notaras Andreas 2005, p. 318-331 ; Voutira Eftihia 2006a, p. 394-395 ; Agtzidis Vlassis 1995, p. 285-293 ; Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 91-94.

18 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 91.

19 Le rôle de G. Popov dans la constitution du mouvement grec à la fin de l’URSS est discuté dans Agtzidis Vlassis 1992, p. 236-242.

20 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 90-91 ; Baldži Anatolij 2007. Communication personnelle des activistes du mouvement grec à Mariupol, 1993-1994.

21 Voutira Eftihia 2006a, p. 394-395.

22 Voir Notaras Andreas 2005.

23 Pendant cette conférence, il a été décidé d’établir le grec démotique comme langue d’enseignement scolaire partout en Union soviétique. Voir Agtzidis Vlassis 1995, p. 290-291.

24 Notaras Andreas 2005, p. 148 ; Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 91.

25 Sur la restructuration du mouvement grec en Russie pendant cette période et plus particulièrement parmi les Grecs de Gelendjik, voir Notaras Andreas 2005, p. 331-344.

26 Notaras Andreas 2005, p. 140-141.

27 Entretiens avec des Grecs de Mariupol, 1993-2009. À ce propos, voir aussi les ouvrages du journaliste mariupolite Baldži Anatolij 1995 ; 2007.

28 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 112, 121.

29 Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 128-138.

30 http://www/greeks.ua/content/istorija-sozdanija_ru/ru, consulté le 10 août 2010 ; voir aussi Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 113-115.

31 Pitt-Rivers Julian 1966.

32 Pétric Boris-Mathieu 2002, p. 138.

33 http://www.greeks.ua/content/obschaja-informacija_ru/ru, consulté le 8 décembre 2016.

34 Communication de la présidente de la Fédération des associations grecques d’Ukraine, A. Protsenko-Pitchadji au congrès de la Fédération des associations grecques d’Ukraine à Mariupol, octobre 2009.

35 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 121-128.

36 Tamara Katsy (1958-1999), Grecque, originaire du village de Sartana, cantatrice de chansons romaïques et grecques contemporaines ; soliste de l’ensemble Sartanskie samocvety et diplômée des concours et des festivals d’art populaire régionaux. En 1997, elle a participé au festival mondial de la diaspora grecque au théâtre d’Hérode Atticus à Athènes, où elle a remporté l’un des premiers prix.

37 Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 136-137.

38 http://www/greeks.ua/content/nauchno-izdatelmskaja-dejatelmbnostmb_ru/ru, consulté le 10 août 2010 ; http://www.greeks.ua/content/nauchno-izdatelmbskaja-dejatelmbnostmb_ru/ru, consulté le 11 décembre 2016.

39 Parmi les auteurs dont les œuvres ont été publiées pendant cette période, il convient d’évoquer Leontij Kiriakov (Sartana, 1919-2008), Anatolij Baldži (Sartana, 1942-2017), Dmitrij Papuš (Sartana), Donat Patriča (Malyï Yanisol, 1934-2004), Georgij Patriča (Malyï Yanisol), Vasilij Bahtarov, Natalia Harakoz, F. Šebanic, Valerij Kior (Staryï Krym), Viktor Borota. V. Kior et V. Borota sont les seuls qui écrivent en ouroum. En 2006, a été publié le dictionnaire romaïque-russe-grec démotique de Rimma Harabadot sous la direction scientifique de T. Černyševa et de A. Beletskij.

40 Les associations culturelles qui rassemblent des Grecs pontiques en Ukraine sont établies à Dnipropitrovsk, à Zaporijia, à Kyiv et à Odessa.

41 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 116-117.

42 Baldži Anatolij 2007, p. 343-346.

43 http:// www.greeks.ua/content/oschaja-informacija_ru/ru, consulté le 6 janvier 2010 ; http://www.greeks.ua/content/obschaja-informacija_ru/ru, consulté le 8 décembre 2016.

44 Sideri Eleni 2012.

45 Des liens de jumelage ont été établis, par exemple, entre Odessa et Le Pirée ; entre Mariupol, d’une part, et Alexandroupoli et Kalimnos, d’autre part ; entre Kiev et Athènes ; entre Yalta et Rhodes ; entre Sartana et la municipalité de Zografou dans la banlieue d’Athènes. Voir Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 178.

46 Depuis 2006, Chypre est représenté à Mariupol par un consul honoraire.

47 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 206-210.

48 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 128.

49 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 182-183.

50 Notaras Andreas 2005, p. 346.

51 Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 241-250.

52 Voir l’introduction, p. 21.

53 Dans ce contexte, Pindos est un terme péjoratif signifiant « illettré, inculte ». Le terme était répandu sur le pourtour de la mer Noire aux xixe-xxe s. et a été utilisé par I. Kotliarevski dans l’Eneida comme synonyme de « Grec ». Être traité de « Pindos », en Union soviétique, était vécu comme une injure. Le terme n’a pas d’usage en Grèce actuelle. Le Pinde (Pindos) est une chaîne de montagne qui traverse la Grèce centrale, son sommet principal se trouve dans le nord de la Grèce. Pendant la guerre civile grecque, elle fut le théâtre de nombreux combats. Voir Chernukhin Eugène 2016a, p. 221.

54 Kaurinkoski Kira 1997, p. 455-456.

55 Entretien avec Pavlos Kapidis, conseiller chargé de l’éducation au consulat général de la République hellénique à Mariupol, septembre 2009.

56 Kaurinkoski Kira 1997, p. 456-458.

57 Voir ci-dessous, p. 273-303.

58 Leroi-Gourhan André 1968, p. 1821.

59 Selon Novik Aleksandr 2009, p. 69, dans le village grec de Yalta, en bord de mer, on prépare aussi des čebureki garnis de poisson ou de fromage. Toutefois, seuls les čebureki à la viande de mouton sont réputés être emblématiques.

60 Pour une description du rite de mariage des Grecs de Mariupol, voir, par exemple, Ivanova Yulia 2004, p. 332-364 ; Bogadica Tatiana 2009. Voir aussi l’œuvre de L. Honagbej mise en valeur par Kassandra Kostan et présenté ci-dessus, p. 209-210, 215-216.

61 Cette fête qui présuppose des dépenses importantes de la part de l’organisateur n’est plus célébrée de manière traditionnelle. Elle a été remplacée par la Grande fête, Mega Ûrti (Μεγάλη Γιορτή). Pour une description de la fête de Panaïr dans sa forme religieuse et séculaire (sous le régime soviétique), voir Ivanova Yulia 2004, p. 364-389 ; Ponomariova Irina 2006, p. 198-209 ; Kaurinkoski Kira 1997, p. 234-240.

62 Sur le périple de cette famille, voir dans ce volume, p. 104, 248, 250, 283, 298, 369, 399.

63 Ponomariova Irina 2006, p. 256.

64 Ponomariova Irina 2006, p. 209-211.

65 Je remercie Katerina Seraïdari pour cette précision.

66 Ponomariova Irina 2006, p. 209-211.

67 Entretien avec L. Kiriakov à Sartana, novembre 1993, repris dans Kaurinkoski Kira 1997.

68 Smith Anthony 1992, p. 436-455.

69 Baranova Vlada 2009, p. 79-96, 82 ; Leventis Georgij 1998, p. 5-7.

70 Popov Anton 2003 ; Voutira Eftihia 1991, 2011 ; Bruneau Michel 1998a ; Notaras Andreas 2005 ; Sideri Eleni 2006.

71 Baranova Vlada 2009, p. 82 ; 2010 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 141.

72 En tenant compte du cas des Grecs de Mariupol et d’ex-Union soviétique, la définition proposée par Sheffer Gabriel 1993 me semble appropriée.

73 On constate aussi ce type de comportement chez d’autres groupes ethniques d’ex-Union soviétique. Sur la base des enquêtes de terrain extensives auprès des Juifs de Russie, Nosenko Elena 2004, p. 295-313, maintient que l’antisémitisme constitue un élément essentiel dans la construction de l’identité ethnique juive.

74 Voir Bourdieu Pierre 1980.

75 Horowitz Donald 1989, p. 53.

76 Francis Emerich Klaus 1947, p. 396.

77 Hechter Michael 1974, p. 1152.

78 Schnapper Dominique 1991.

79 Wirth Louis 1956.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search