Version classiqueVersion mobile

Le « retour » des Grecs de Russie

 | 
Kira Kaurinkoski

Première partie – Les Grecs dans l’Empire Russe, dans l’Union Soviétique et en Ukraine

Expressions écrites et culturelles des Grecs de Mariupol et d’Ukraine

Texte intégral

  • 1 Le début et la fin de la période du « dégel » sont définis différemment selon les sources. On peut (...)
  • 2 Voir Yakubova Larisa 2006c, p. 179. L’auteur reprend un texte de S. Yali de 1927, l’un des acteurs (...)

1Avant la perestroïka, deux périodes avaient été favorables au développement des expressions écrites et culturelles des minorités nationales et d’autres groupes ethnoculturels en Union soviétique : celle de la politique d’indigénisation dans l’entre-deux-guerres et celle du dégel khrouchtchevien1. Chez les Grecs de Mariupol et d’Ukraine, cette politique d’« ouverture culturelle » a principalement profité à la recherche linguistique et ethnographique, à la production littéraire ainsi qu’aux arts populaires. Ceci dit, les recherches entreprises dans la période de l’entre-deux-guerres étaient motivées, non seulement par un intérêt scientifique, mais aussi par le souci de supprimer le retard économique des populations concernées et de faciliter leur transition vers le socialisme2. Dans ce chapitre, je présente les trajectoires des principaux acteurs scientifiques et culturels ainsi que les fruits de leurs travaux au cours de ces deux périodes.

Les dialectes des Grecs de Mariupol : l’apport de la recherche linguistique

Les premières recherches linguistiques 

  • 3 Aradžioni Margarita 1999, p. 25-29.
  • 4 I. Sokolov ajoute, dans ce groupe, le village de Makedonovka qui ne figure pas dans la liste de Dm (...)
  • 5 Pour plus d’informations à ce sujet, voir les travaux originaux de Sokolov Ivan 1930 ; 1932.

2Entre 1927 et 1934, furent conduites les premières recherches linguistiques des dialectes des Grecs de Mariupol. Les premières enquêtes, en 1927, furent entreprises, d’une part, par Dmitrij Spiridonov et le Musée régional de Mariupol et, d’autre part, par Ivan Sokolov, professeur à l’université de Léningrad et H. S. Deriavin, professeur à l’Institut d’études régionales de Taurie. En 1928, à l’initiative de la Société ukrainienne des études orientales, une mission de recherche en mer d’Azov fut menée par Vl. Gavrilenko, Dm. Spiridonov, I. Sokolov, A. Kovalevski et K. Kostan auxquels s’associèrent des enseignants et des historiens locaux. Le matériel, collecté dans treize localités différentes, comportait des enregistrements dialectologiques, des manuscrits et des imprimés, des glossaires, mais aussi des données d’intérêt folklorique3. Sur la base de leurs recherches, Dm. Spiridonov et I. Sokolov divisèrent les parlers romaïques de Mariupol en cinq groupes dialectaux du grec moderne : 1) Yalta, Ourzouf ; 2) Styla, Konstantinopol, Velikiï Yanisol ; 3) Karakouba, Novaya Karakouba et Bougas ; 4) Sartana et Tchermalyk4 ; 5) Malyï Yanisol, Novyï Yanisol et Tcherdakli5. Dm. Spiridonov attira l’attention de ses contemporains sur le fait que les parlers locaux étaient pratiqués surtout par les personnes âgées, beaucoup moins par la population active et encore moins par les jeunes et les enfants. Il nota aussi :

  • 6 Spiridonov Dmitrij 1930, p. 174, 181.

… ce que l’on observe, ce sont des restes de ce qu’il y avait il y a 150 ans […] Il faut se dépêcher d’étudier les dialectes des Grecs de Mariupol tant qu’ils parlent encore leur langue d’origine et conservent une auto-identification du groupe6.

  • 7 Yakubova Larisa 2004a, p. 128-132.

3Dm. Spiridonov fut parmi les premiers à attirer l’attention sur la question de la survie ethnoculturelle de ce groupe restreint et bien distinct des sphères culturelles des mondes grec ancien et moderne. Les observations de Dm. Spiridonov furent publiées dans des collections scientifiques, mais n’avaient aucune influence sur le plan politique. Les philologues ukrainiens et l’élite culturelle grecque de l’Union soviétique s’intéressaient davantage à la question linguistique en Grèce où on discutait de l’usage de la καθαρεύουσα et du grec démotique. I. Sokolov ne partageait pas le souci exprimé par Dm. Spiridonov. Selon lui, le dialecte romaïque des Grecs de Mariupol n’était pas une langue littéraire à portée mondiale. À l’instar d’autres intellectuels de cette époque, il estimait qu’il fallait miser sur l’apprentissage du grec démotique et développer une culture grecque socialiste afin « de mener un travail productif parmi les travailleurs grecs ». Dans le même temps, en tant que professeur du seul département de grec moderne en Union soviétique, il était parmi les mieux placés pour savoir qu’un tel projet n’était pas applicable dans l’Union. En 1928, son département à l’université de Léningrad comptait sept étudiants. Selon L. Yakubova, l’idée de faire du grec démotique dans sa variante soviétique une langue commune des Grecs d’Union soviétique et d’éduquer une élite de pédagogues, d’écrivains et de journalistes soviétiques qui s’exprimeraient dans cette langue était absurde7.

  • 8 Ivanova Yulia 2004, p. 298.
  • 9 Karpozilos Apostolos 1985, p. 109. Voir aussi Beleckij Andrei 1970 ; Černyševa Tatiana 1958.
  • 10 Kisilier Maksim 2009b, p. 11-14 ; Karpozilos Apostolos 1985, p. 109.
  • 11 Ponomariova Irina 2006, p. 15.

4En 1933, à l’initiative du Comité central du nouvel alphabet, des recherches philologiques furent entreprises dans toutes les régions de l’Union soviétique à population grecque statistiquement significative : Odessa, Sébastopol, Kertch, Mariupol, Rostov-sur-le-Don, Novorossisk, Soukhoumi et Batoum (après 1936, Batoumi). Ces recherches furent dirigées par les professeurs S. A. Vrubel et Maksim Sergievskij de l’université de Moscou8. La plupart des matériaux des expéditions linguistiques de M. Sergievskij et de I. Sokolov furent confisqués après l’arrestation du second en 1933. Les chercheurs soviétiques actifs après la Seconde Guerre mondiale ont critiqué l’étude de M. Sergievskij pour des inexactitudes et le fait qu’elle se fondait non seulement sur la langue parlée des populations locales mais aussi des textes imprimés, en particulier des journaux publiés pendant cette période, qui, au niveau de la syntaxe et du vocabulaire, comprenaient de nombreux emprunts au grec démotique9. Selon les linguistes contemporains, le travail de M. Sergievskij, daté de 1934, est considéré, pour cette époque, comme la meilleure description de la langue romaïque10. La division dialectale des parlers romaïques proposée par I. Sokolov et Dm. Spiridonov est encore d’actualité11.

5Jusqu’à récemment, la vie et l’œuvre de ces chercheurs sont restés inconnus du grand public et de la communauté scientifique. Leur parcours mérite notre attention.

  • 12 Chernukhin Eugène 2012a ; Aradžioni Margarita 1999, p. 28.

6Ivan Sokolov (1865-1939), chargé des premières recherches linguistiques et ethnographiques des Grecs de Mariupol, est considéré comme l’un des meilleurs spécialistes russes de Byzance et de l’histoire de l’Église. Il est né à Novaya Alekseevka, dans le gouvernement de Saratov, dans une famille dont le père était prêtre orthodoxe. Il marcha sur les traces de son père et fit des études au séminaire de Saratov et à l’académie de théologie de Kazansk. En 1894, il partit pour la capitale impériale où il fut enseignant au séminaire et plus tard à l’académie de théologie de Saint-Pétersbourg, au département de l’Église grecque orientale. En 1904, il acheva sa thèse de doctorat et fut élu professeur. Chercheur assidu, I. Sokolov était également membre de la Société impériale orthodoxe de Palestine et expert du Saint Synode. En 1918, la terreur faisant des ravages, il partit pour Kiev où il s’établit en 1919-1920 en tant que professeur adjoint à l’université Saint-Vladimir. Après son retour à Pétrograd, il devint lecteur de grec moderne à l’institut d’études religieuses et à l’institut des langues orientales de l’université de Léningrad. Ses travaux portent sur l’histoire de l’Église au temps de Byzance, plus particulièrement sur le patriarcat œcuménique, le monachisme aux ixe-xiiie s., et sur les relations entre l’Église ukrainienne et l’Orient grec aux xvie-xviie s. I. Sokolov fut arrêté le 22 décembre 1933 et envoyé à Ufa, capitale de la république socialiste soviétique autonome bachkire, où il mourut. Il a fallu attendre les années 2003-2006 afin que certains de ses travaux soient publiés pour la première fois12.

  • 13 Chernukhin Eugène 2012b.

7Dmitrij Spiridonov (1871-1938), scientifique russe et ukrainien, est connu comme historien de l’Église, helléniste, connaisseur de la Crimée ; il fut l’un des premiers chercheurs à s’intéresser à l’histoire et aux langues des Grecs de Mariupol. Il naquit dans une famille pauvre de Grecs de Crimée et commença ses études au séminaire de Taurie, puis les poursuivit à l’académie de théologie de Saint-Pétersbourg et, en tant qu’auditeur libre, à l’université de Moscou. Par la suite, il s’établit en Crimée et devint lecteur du séminaire de Taurie. Au cours des années 1913-1916, il mena des recherches scientifiques en Grèce. Pendant la guerre civile russe (1918-1922), il dispensa des cours dans sa ville natale, Evpatoria, puis à l’université de Taurie, mais dut démissioner à cause de différends idélogiques. Plus tard, il obtint un poste de directeur adjoint et directeur chargé des recherches scientifiques au Musée central de Taurie. En 1922, et de nouveau en 1932, il essaya de quitter l’Union soviétique pour la Grèce où il avait de la famille, mais sans succès. Il employa les dernières années de sa vie à la sauvegarde des églises orthodoxes de Crimée, en particulier de l’église de la Sainte-Trinité à Simféropol. Dm. Spiridonov fut arrêté en 1938 parmi d’autres activistes de la communauté religieuse locale, dont nombre de Grecs. Il fut exécuté la même année. Son frère, le père Eleazar, avait été arrêté en octobre 1937 et était mort à Kolyma deux mois plus tard. En 2000, Dm. Spiridonov fut canonisé par l’Église orthodoxe russe. Ses travaux portent principalement sur des questions ecclésiastiques et sur les Grecs de Mariupol et de Crimée13.

Les recherches linguistiques d’après-guerre 

  • 14 Extrait d’un texte non publié de A. Beletskij qui a été repris dans Ashla Alexander 2003, p. 25-26.

8Dans les années 1950, des enquêtes linguistiques auprès des Grecs de Mariupol furent entreprises par Andrei Beletskij, professeur à l’université d’État de Kiev et par Tatiana Černyševa – son étudiante, épouse et collègue – de la même université. Leur œuvre était essentielle pour le développement de la langue et de la littérature des Grecs de la région de la mer d’Azov. Selon A. Beletskij, « dans la tradition populaire des Grecs de la région de la mer d’Azov se sont conservées jusqu’à nos jours des traces de la civilisation ancienne de leur patrie lointaine14 ».

  • 15 Les travaux linguistiques de A. Beletskij et de T. Černyševa portent sur la morphologie du verbe et (...)
  • 16 Геродот. історії в 9-ти кн. / переклад та примітки А. О. Білецького (Hérodote, L’histoire en neuf v (...)
  • 17 Klimenko Nina 1997 ; Chernukhin Eugène 2014a ; 2014b.

9Andrei Beletskij (1911-1995) est né à Kharkov dans une famille d’intellectuels. Son père était critique littéraire et académicien, sa mère, professeur de français et d’allemand. Tout jeune, il apprit le français, l’allemand, le latin et le grec ancien, auxquels s’ajoutèrent plus tard, au cours de ses études à l’institut philologique de l’université de Kharkov où il obtient un diplôme en 1933, nombre de langues altaïques, orientales et sémitiques. Le grec était sa langue de prédilection. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il enseignait cette langue à l’université de Tomsk en Sibérie et à l’École supérieure d’études diplomatiques à Moscou. Il rédigea deux thèses sur des questions linguistiques relatives à la langue grecque (1943, 1952). De 1946 jusqu’à sa retraite en 1983, il fut professeur du département de philologie et des sciences du langage à l’université de Kiev et, en 1958, le fondateur du département d’études néohelléniques de la même université. Il s’intéressa aussi à l’histoire ancienne, à l’archéologie, à l’épigraphie, à la mythologie, à la critique littéraire, etc. Il fut l’éditeur du premier dictionnaire grec-russe (Новогреческо-русский словарь), publié en Union soviétique en 1950 (sous la direction de A. Ioannidis), et l’initiateur de l’organisation des premières missions de terrain linguistique dans la région de la mer d’Azov après la Seconde Guerre mondiale. Au cours de ces missions de terrain effectuées entre 1953 et 1958, d’importantes données furent collectées sur la langue et le folklore des Grecs de la région15. L’œuvre complète de A. Beletskij comprend des centaines de textes scientifiques, auxquels s’ajoutent des manuscrits et des traductions, dont celle de l’Histoire d’Hérodote en neuf volumes en langue ukrainienne, publiée en 199316. Au soir de sa vie, il amorça la traduction de l’œuvre de Thucydide17 et, pour son plaisir, écrivit de la poésie japonaise.

10Tatiana Černyševa (1928-1993) est née à Kiev dans une famille où la mère était médecin et le père, qui mourut à Léningrad en 1936, économiste. En 1946, elle commença ses études au Département de physique de l’université de Kiev. Parallèlement, elle s’intéressa à la littérature et à la vie sociale en Ukraine, et ailleurs, et entama des études de grec. En 1948, elle devint étudiante de A. Beletskij. Son rêve était de se rendre en Grèce pour participer à la guerre civile. Son destin fut tout autre. Après un premier diplôme en physique, elle poursuivit ses études universitaires en philologie grecque. À l’été 1952, elle entreprit son premier voyage de terrain dans les villages de Yalta et d’Ourzouf dans la région de la mer d’Azov. En 1957, elle acheva sa thèse, une étude phonétique et morphologique des parlers grecs des villages d’Ourzouf et de Yalta de la région de la mer d’Azov. La même année, elle épousa A. Beletskij. Entre 1952 et 1977, T. Černyševa effectua neuf voyages de terrain dans les villages grecs de mer d’Azov (Yalta, Ourzouf, Sartana, Konstantinopol, Bougas, etc.). En 1959, alors que, pour la première fois depuis la guerre, était évoquée en public l’existence de la littérature écrite en langue romaïque dans la période de l’entre-deux-guerres, elle publia le glossaire inédit de F. Hartahaj établi en 1859.

  • 18 Černyševa Tatiana 1958, p. 7, 17-22, 41-42.
  • 19 Černyševa Tatiana 1964.
  • 20 Drettas Georges 1998, p. 75.

11Les travaux de T. Černyševa montrèrent les analogies entre les parlers romaïques de la région de la mer d’Azov et le grec démotique, notamment au niveau de la syntaxe, de la morphologie et de la phonétique, et les différences, dont l’une des plus grandes se trouverait au niveau du vocabulaire largement pénétré de mots d’origine turque, mais aussi russes et ukrainiens. Les emprunts au russe sont notables dans tout ce qui à trait à la société, les emprunts à l’ukrainien à la sphère du quotidien ; l’influence turque est, quant à elle, omniprésente. Dans sa thèse, T. Černyševa qualifie les parlers romaïques des Grecs de Mariupol de dialectes du grec démotique et les rattache au groupe de langues parlées dans le nord de la Grèce. Elle identifie aussi des élements du grec pontique de manière plus ou moins pure selon le contexte18. Dans des travaux postérieurs, elle qualifie la langue romaïque de langue indépendante19. Rappelons ici que G. Drettas rattache le dialecte grec de Mariupol au groupe grec oriental, avec le dialecte grec pontique et les dialectes de la Cappadoce20.

12T. Černyševa est également connue comme traductrice d’auteurs grecs et chypriotes en ukrainien (N. Kazantzakis, A. Samarakis, L. Menelaos, etc.). Elle a servi d’interprête à des personnalités, tels Giannis Ritsos, Elli Alexiou, Melina Merkouri, Mikis Theodorakis. En 1987, elle fut décorée de la Médaille d’or de l’Union des écrivains et des traducteurs de Grèce.

  • 21 Pour une critique de l’alphabet établi par A. Beletskij, voir Kisilier Maksim 2009b, p. 15.

13A. Beletskij créa un nouvel alphabet pour le dialecte romaïque, fondé cette fois sur le cyrillique (tabl. 10). En comparaison avec l’alphabet romaïque établi dans les années 1920, le nombre de lettres augmenta et les digraphes furent ajoutés. Son but était de créer un alphabet qui donnerait la possibilité aux Grecs de la région de la mer d’Azov de lire et d’écrire leur langue sans connaître l’alphabet grec. L’élaboration de cet alphabet fut primordiale pour la reconnaissance publique de l’existence de la langue et de la littérature romaïque. À l’issue de cette restructuration linguistique, le dialecte romaïque de Mariupol s’éloigna davantage du grec démotique. Toutefois, à l’époque, il s’agissait d’une solution qui permit au dialecte romaïque de paraître sous forme écrite21.

Tabl. 10 – Alphabet contemporain de la langue romaïque de A. Beletskij.

Аа Ее Кк Сс Чч
Бб Жж Лл Тт Шш
Вв Дж, дж Мм Тъ, тъ Ыы
Гг Зз Нн Уу Ээ
Гк, гк Дз, дз Оо Фф Юю
Дд Ии Пп Хх Яя
Дъ, дъ Йй Рр Цц

Kisilier Maksim 2009b, p. 15.

  • 22 Anatolij Tcherdaklis, natif du village de Tcherdakli (Donetsk), a traduit des œuvres de Nikos Kazan (...)

14En tant que pédagogues, T. Černyševa et A. Beletskij formèrent toute une génération d’hellénistes ukrainiens dont Viktor Sokoliouk (décédé en 1997), Nina Klimenko, Oleksandr Ponomariv, Anatolij Tcherdaklis, Evgen Konopatski, Vasilij Stepanenko, Eugène Chernukhin22. En 1997, fut fondé, à Kiev, la Société d’études historiques et philologiques Andrij Biletskij par les étudiants de A. Beletskij et de T. Černyševa. Les activités de cette société comprennent l’enseignement du grec ancien et moderne, l’organisation de colloques, et la publication de la revue Zapiski ìstoriko-fìlologìčnogo tovaristva Andrìâ Bìlec’kogo (Cahiers de la société historique et philologique d’Andrij Biletskij), qui contient des articles en ukrainien et en russe, accompagnés d’une traduction grecque.

  • 23 Chernukhin Eugène 2014a, p. 22.

15A. Beletskij et T. Černyševa étaient des chercheurs du « dégel » et d’illustres représentants de leur époque. Lassés de la propagande soviétique, ils plaçaient leurs espoirs en un avenir meilleur, dans le développement de la science et de la culture, et dans la liberté d’expression et de conscience. Leurs activités scientifiques et sociales subissaient de lourdes conséquences, notamment avec l’imposition des restrictions de voyage. De mai 1956 à mars 1957, T. Černyševa a travaillé en tant qu’interpête auprès du service économique de l’ambassade de l’URSS à Athènes. Après son retour en 1957, elle ne put plus sortir du pays. A. Beletskij qui était, par ailleurs président de comités scientifiques URSS-Grèce, a été plus chanceux : en 1968, il se rendit à Chypre et, en 1976, en Grèce dans le cadre de délégations officielles soviétiques. Avec les changements politiques en URSS et la publication de sa traduction de l’Histoire d’Hérodote, il fut invité à donner des conférences en Grèce. Ce voyage le revigora ; en montant sur l’Acropole, il aurait dit qu’il entendait mieux et qu’il respirait plus librement23.

  • 24 Klimenko Nina 1997, p. 12.
  • 25 Une partie des archives de A. Beletskij et de T. Černyševa se trouvent à l’institut des manuscrits (...)

16Entre eux, les époux parlaient et correspondaient dans différentes langues, mais principalement en grec, créant ainsi leur propre Grèce. Le grec était aussi la langue qu’ils utilisaient pour communiquer avec leurs étudiants. Leur maison à Kiev est devenue un lieu de rencontre et d’échanges pour toute une génération de penseurs indépendants, culturellement sensibles, parmi lesquels nombre de futurs écrivains, poètes, critiques littéraires, politiques, diplomates. La publication des ouvrages de Grecs de Mariupol pendant le « dégel » fut pour beaucoup le résultat du concours de A. Beletskij et de T. Černyševa. La devise de A. Beletskij était « plus l’homme distribue de ce qu’il possède, plus il est riche24 » (Čim lûdina bil’še viddae, tim vona bagatša). Après une vie engagée, consacrée à la recherche et à l’enseignement, une vie que l’on dit avoir été heureuse, ils ont disparu à deux ans d’écart et furent enterrés séparément, T. Černyševa avec sa mère, A. Beletskij avec ses parents25.

Les recherches linguistiques contemporaines

  • 26 Voir, par exemple, Žuravleva Ekaterina 1982 ; Pappou-Zouravliova Aikaterini 1995 ; 1998. Sur les sp (...)
  • 27 Sofianou Eyrykleia, « A. Ζουραβλιόβα: “Είμαι Ελληνίδα. Είμαι περίφανη που μελετώ την ελληνική γλώσσ (...)

17À partir des années 1970, des recherches linguistiques chez les Grecs de la région de la mer d’Azov ont été conduites dans les villages de Novaya Karakouba et de Malyï Yanisol sous la direction d’Ekaterina Žuravlëva (1945-). Ses travaux portent sur les spécificités phonétiques du dialecte « tauro-romaïque » qu’elle propose de diviser en trois sous-catégories en fonction des caractéristiques phonétiques26. Plus tard, cet auteur s’établit en Grèce où elle a été chargée de cours de langue et de littérature russe à l’université de Macédoine à Thessalonique et à l’université de Macédoine occidentale à Florina, puis maître de conférences à l’institut pédagogique de Florina. Elle a attiré l’attention, entre autres, sur l’importance des dialectes grecs d’Union soviétique dans l’enseignement du grec moderne en Grèce propre27. Son ouvrage, Γλώσσα και πολιτισμός των Ελλήνων της Αζοφικής. Η συμβολή των μεταφράσεων στα μαριουπολίτικα. Η περίπτωση του Α. Π. Τσέχοφ, publié en 2009, est utilisé comme manuel dans l’enseignement supérieur.

  • 28 Symeonidis Charalampos, Tompaidis Dimitris 1999. Un commentaire linguistique sur cette recherche a (...)
  • 29 Le mémoire de maîtrise de Chaïdo Christou, soutenu en 2005, est intitulé Γλωσσική συμπύκνωση στην κ (...)

18Depuis les années 1990, d’autres recherches sur les dialectes romaïques des Grecs de Mariupol ont été conduites en Russie et en Grèce. En 1995, fut entreprise une première expédition avec la participation des linguistes grecs Antonis Trakadas, Symeon Tsolakidis et Sofia Alexandridou, à l’initiative de la Commission d’Études Pontiques (Επιτροπή Ποντιακών Μελετών) sous la direction scientifique de E. Žuravlëva, alors professeur adjoint à l’université de Taganrog. Les résultats furent publiés par Charalampos Symeonidis et Dimitris Tompaïdis de l’université de Thessalonique en 1999, qui soulignent les ressemblances entre le dialecte grec de Mariupol et le dialecte grec pontique au niveau du vocabulaire, de la grammaire et de la syntaxe, ainsi que sur les plans phonétique et phonologique28. En 1999, fut également publiée la recherche sociolinguistique d’Aspa Hatzidaki du Centre de la langue grecque de Thessalonique (Κέντρο Ελληνικής Γλώσσας) sur la base des enquêtes ménées par cet auteur dans le village de Malyï Yanisol, en 1996. Il convient aussi d’évoquer le travail de Chaïdo Christou de l’université Aristote de Thessalonique, qui a vécu quatre ans à Mariupol et enseigné le grec, et dont le mémoire de maîtrise et la thèse de doctorat traitent du dialecte romaïque de Mariupol29.

19En 2005, un programme de coopération fut signé entre l’université d’État de Mariupol, le Secrétariat général des Grecs de l’Étranger et le consulat général de la république hellénique à Mariupol. Ce programme prévoit de mener des recherches comparatives sur les dialectes romaïque et ouroum des Grecs de Mariupol. Le but est d’effectuer des recherches de terrain ethnolinguistiques, de systématiser et d’analyser le matériel oral collecté, et d’examiner la situation dialectale contemporaine. Parmi les étudiants de grec de l’université d’État de Mariupol certains choisissent d’écrire leurs mémoires sur les dialectes locaux.

  • 30 Voir, entre autres, Kisilier Maksim 2006 ; 2009a ; 2012 ; Baranova Vlada 2010.

20En Russie, à partir des années 2000, des recherches linguistiques, sociolinguistiques et ethnographiques ont été effectuées auprès des Roums et des Ouroums de la région de la mer d’Azov par M. Kisilier, Vl. Baranova, Ks. Viktorova et O. Nikolaenkova de l’université de Saint-Pétersbourg. Ces recherches ont abouti à plusieurs monographies et articles scientifiques. Les travaux de M. Kisilier suggèrent que le dialecte romaïque des Grecs de Mariupol ont plus de points communs avec le dialecte crétois et cappadocien qu’avec les dialectes pontiques ou du nord de la Grèce30.

  • 31 Pappou-Zouravliova Aikaterini 1998, p. 89 ; Symeonidis Charalampos, Tompaidis Dimitris 1999, p. 17  (...)

21De nombreuses dénominations sont associées au dialecte des Grecs de Mariupol. A. Beletskij parle du dialecte « criméo-romaïque », E. Žuravlëva du dialecte « tauro-romaïque » et Chaïdo Christou du dialecte « criméo-azovien » ; les termes « tauro-romaïque » et « criméo-azovien » sont également employés par Günther Henrich. T. Černyševa, pour sa part, et plus tard, M. Kisilier, Vl. Baranova et Ks. Viktorova parlent du dialecte « romaïque », terme qui a été approuvé par les porteurs de la langue. Ch. Symeonidis, D. Tompaidis, A. Hatzidaki, A. Karpozilou ainsi que G. Drettas préfèrent l’expression « dialecte grec de Mariupol ». Parallèlement, nombre de ces linguistes se réfèrent à un dialecte mourant, et dans le même temps, essentiel pour l’identité du groupe31.

La langue ouroum

  • 32 Ponomariova Irina 2006, p. 72.
  • 33 Muratov Saifi 1963.

22L’intérêt pour l’ouroum a été bien moindre que celui pour la langue et la littérature romaïques. Les chercheurs de l’entre-deux-guerres se limitèrent, en effet, à opérer une comparaison du vocabulaire et de la prononciation entre les différents dialectes ouroum et la langue des Tatars de Crimée32. Parmi les travaux effectués depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il convient d’évoquer les recherches sur la langue et le folklore des Grecs turcophones de mer d’Azov entreprises, en 1951, par les étudiants du département de philologie turque de l’université de Léningrad, et publiées par Saifi Muratov, en 196333, et celles sur le dialecte ouroum des régions de la mer d’Azov et de Krasnodar d’Edhem Tenišev (1921-2004), de F. Ogluh et d’Aleksandr Garkavec dans les années 1980. E. Tenišev, qui a étudié le dialecte des Ouroums de Krasnodar, a suggéré que tous les dialectes des Grecs turcophones se fondent sur le turc. A. Garkavec, considéré comme le meilleur spécialiste de la langue ouroum des Grecs de Mariupol, en parle non pas comme d’un dialecte du criméo-tatar ou du turc, mais comme d’une langue indépendante proche des langues turques. Il propose de diviser la langue ouroum des Grecs de la région de la mer d’Azov en quatre dialectes en fonction de la présence des éléments oghuz et kiptchak. En 2008, fut publié le premier manuel de la langue ouroum par la linguiste Maria Smolina de l’Académie des sciences de Russie, résultat d’une collaboration scientifique entre l’Ukraine et la Russie.

La presse et la littérature mariupolites

Les publications de l’entre-deux-guerres

  • 34 Sur la presse et les activités culturelles des Grecs d’ex-Union soviétique dans l’entre-deux-guerre (...)
  • 35 Dans l’ensemble, 56 numéros furent publiés. Entre 1933 et 1937, le journal paraissait sous le nom d (...)
  • 36 Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 44.
  • 37 Selon Ponomariova Irina 2006, p. 33, dans l’ensemble, 972 numéros du journal Κολεχτιβιςτίς furent p (...)

23La circulation des journaux et la publication des livres en grec ont été certains des moyens utilisés par le jeune pouvoir soviétique pour mettre en avant l’idéologie communiste34. Le 28 août 1930, le quotidien ukrainien de Mariupol, Naša Pravda (Notre vérité), fut imprimé avec une page en grec. Trois autres numéros furent publiés sur ce modèle. En octobre 1930, fut fondé à Stalino le journal grec Κολεχτιβιςτίς ; en 1932, parurent Μπολςεβίκος et Μαχιτικός Κολχόζνικος et en 1931, naquit Νέος Μαχιτίς, destiné à la jeunesse35. Tous ces journaux comportaient des articles en grec démotique et en dialecte romaïque, notamment celui de Sartana. Κολεχτιβιςτίς, en tant que porte-parole régional du Parti communiste ukrainien, était le plus important36. Dans un premier temps, il paraissait une fois par semaine. En 1933, il commença à paraître deux fois par semaine, et après 1935, tous les deux jours37. Plus le temps passait, plus le tirage du journal augmentait. En 1930, le journal était tiré à cinquante exemplaires, en 1933 à trois mille. À partir de 1933, l’équipement typographique du journal s’améliorat ; dès lors, les titres du journal furent publiés en lettres majuscules rouges.

  • 38 Amfiktrion Dimitriou (1896-1938) est né sur l’île d’Antigoni en mer de Marmara et a été scolarisé à (...)

24Les éditeurs en chef et les correspondants étaient des personnalités locales, parmi lesquelles on peut citer les écrivains Georgij Kostoprav et Vasilis Gallas, le rédacteur littéraire Fedor Yali (frère de Savva Yali), le directeur de la section grecque de l’institut pédagogique de Mariupol Ilya Konop, Georgij Leventis, G. Leonidas, mais aussi des Grecs originaires d’autres républiques de l’URSS et même de l’Empire ottoman, qui s’étaient établis à Mariupol, comme Amfiktrion Dimitriou38. Périodiquement, le journal bénéficiait de la coopération des communistes grecs et chypriotes établis en URSS, notamment Ploutis Zervas, alors jeune étudiant à l’université du Parti communiste à Moscou et qui est devenu, plus tard, secrétaire général du Parti communiste chypriote. Nombre de ces journalistes utilisaient un pseudonyme : Ploutis Zervas signait Leon Leo, Alekos Diamantopoulos signait Alekos Rionis, Amfiktrion Dimitriou était connu sous le nom de Marmarinos.

  • 39 Chassiotis Ioannis 1997, p. 362-363 ; Karpozoilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999 ; Ivanova (...)

25Les textes publiés dans Κολεχτιβιςτίς traitaient de la situation linguistique et scolaire dans la région de la mer d’Azov, de la vie quotidienne dans les villages grecs et du progrès de la collectivisation. On publiait de la prose et de la poésie des écrivains régionaux. La situation en Grèce était évoquée par le biais de lettres de mariupolites, installés en Grèce. Grâce au soutien des personnes dont le grec démotique était la langue maternelle, le niveau linguistique du journal s’améliora à partir de 1933. Néanmoins, les dialectes locaux étaient également utilisés pour des raisons de communication et pour la propagande politique, étant entendu que le grec démotique restait incompréhensible pour les populations rurales39.

  • 40 Ulunyan Artiom 1992, p. 202-208.

26À partir de 1934, les journaux grecs publiés en Union soviétique se transformèrent en journaux pan-soviétiques. Les informations d’intérêt particulier pour les populations grecques en fonction de leur région d’installation diminuèrent alors au profit des informations générales publiées dans les médias du Parti communiste au niveau central. Au total, sept journaux grecs circulaient en Union soviétique entre 1921 et 1938. Le climax fut atteint en 1932-1933 avec la circulation parallèle des cinq journaux tirés à 20 000 exemplaires. Κομυνιστίς (1921-1935), publié à Rostov-sur-le-Don, Κόκινος Καπνάς p(1932-1938), publié à Soukhoumi, et Κολεχτιβιςτίς (1930-1937) publié à Mariupol étaient les plus importants40.

  • 41 Entre 1917 et 1926, seuls deux livres avaient été publiés en grec en Union soviétique. Entre 1926 e (...)
  • 42 Fotiadis Konstantinos 1996, p. 161 ; Chassiotis Ioannis 1997, p. 356, 361.
  • 43 Yakubova Larisa 1999, p. 197-198.

27En fonction des directives politiques et avec l’amélioration de l’équipement typographique, le nombre de livres publiés en grec, en URSS, augmenta également41. La plupart de ces livres furent, cependant, publiés en Russie et en Abkhazie, où existaient des communautés grecques pontiques dynamiques. Les principales maisons d’édition se trouvaient à Rostov-sur-le-Don, à Krymskaya et à Soukhoumi. Jusqu’en 1933, Rostov-sur-le-Don fut considéré comme le centre des activités littéraires des Grecs d’Union soviétique. Entre 1928 et 1937, 546 livres en grec y furent publiés dont 259 en dialecte pontique et 287 en grec démotique. Dès 1933, le centre des activités littéraires grecques se déplaça à Krymskaya42. En Ukraine, la maison d’édition des minorités nationales se trouvait d’abord à Kharkov, capitale de la jeune république d’Ukraine puis, à partir de 1930, avec la fondation de Κολεχτιβιςτίς, à Mariupol qui s’établit comme centre des activités éditoriales des Grecs d’Ukraine43.

  • 44 Chassiotis Ioannis 1997, p. 380.

28En règle générale, la littérature publiée au cours de cette période fut fortement influencée par l’idéologie officielle du jeune pouvoir soviétique : les thèmes de l’anti-religiosité et de la collectivisation étaient répandus tout comme les traductions en grec de la prose de Lénine et celle de Staline. Mais il y avait aussi des livres pour enfants, des traductions des œuvres classiques russes et ukrainiennes d’avant et d’après la Révolution (Pouchkine, Tchekhov, Chevtchenko, Maïakovski et Gorki, etc.), des manuels de langue grecque et des textes pédagogiques. Dans la région de la mer Noire et dans le Caucase, des pièces de théâtre en dialecte pontique furent également publiés. Dès 1935, lorsque le grec démotique remplaça les dialectes, les traductions grecques des classiques russes (Tchekhov, Gogol, Tolstoï, etc.) et même celles des auteurs contemporains grecs (Varnalis, Xenopoulos, Theotokas, Chatzopoulos, Drossinis, Karkavitsas) augmentèrent, alors que les contributions des auteurs locaux, qui écrivaient généralement en dialecte, diminuèrent44.

Georgij Kostoprav, le fondateur de la langue écrite romaïque

  • 45 Karpozilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999, p. 187-188.

29Georgij Kostoprav (1903-1938) est le plus renommé des écrivains grecs de Mariupol et d’Union soviétique de la période de l’entre-deux-guerres. Ses premiers poèmes, dédiés à son village natal, Malyï Yanisol, furent publiés en 1933 dans la collection Τα πρότα βίματα. Quatre de ses œuvres furent publiées dans le journal Κολεχτιβιςτίς dont les poèmes Λάμπος (1932) et Λεόντι Χοναγπέις (1934). Λάμπος, un poème lyrique, traite de la participation d’un jeune grec dans le combat de son peuple au côté des bolcheviks contre les forces anarchistes de Makhno. Λεόντι Χοναγπέις, poème épique écrit en vers, est considére comme son chef-d’œuvre. Ce poème raconte l’histoire du poète populaire Leontij qui incarne les Grecs pauvres et sa lutte contre les « koulaks » grecs. L’auteur y parle des traditions populaires grecques de la région et de l’amour de Honagbej pour la belle Maria Kouchkoch (Kuškoš)45. C’est un hommage au troubadour populaire roum, Leontij Honagbej (Baldži), personnalité emblématique autrement connue sous le nom de Livon Hunagbe chez les Roum.

  • 46 Yakubova Larisa 2004a ; 2004b.
  • 47 Sur la vie et l’œuvre de Leontij Honagbej, voir HadŽinov Edouard 1999 ; sur Kassandra Kostan, voir (...)

30L. Honagbej (Baldži) (1853-1918) est né dans une famille modeste de Sartana ; à l’âge de 7 ans il était orphelin. Dans son jeune âge, il était déjà célèbre comme chanteur de ballades romaïques, russes, ukrainiennes et tsiganes. Les thèmes récurrents de ses chansons sont la pauvreté, l’expatriation, la relation au pouvoir et l’amour. Il est l’auteur de la première pièce de théâtre romaïque de Mariupol, la Pièce grecque (vers 1882), écrite sous l’influence de la pièce dramatique ukrainienne Natalka Poltavka de Kotliarevski (1819). La Pièce grecque de Honagbej est autobiographique et traite de la vie quotidienne des différentes couches sociales dans le village grec de Sartana à la fin du xixe s., et plus particulièrement de l’histoire de Leontij et de Maria qui fut mariée de force au riche Boris Lafazan – la version mariupolite de Roméo et Juliette. Les rites de mariage des villages grecs de la région de la mer d’Azov de l’époque sont ainsi décrits. Cette pièce qui se fonde sur des poèmes de Honagbej est restée à l’état de manuscrit jusque dans les années vingt. Au tournant du xxe s., les thèmes abordés par Honagbej devinrent plus sociaux et philosophiques, dès lors il s’adonna aussi à la prose. Son œuvre, écrite en dialecte romaïque dans l’alphabet cyrillique russe46, fut une source d’inspiration notable pour les écrivains de l’entre-deux-guerres. Elle constitue aussi un exemple du cosmopolitisme des Grecs de Mariupol, de leur ouverture aux autres cultures. Les archives de L. Honagbej ont été mises en valeur par Kassandra Kostan à partir de 192647.

  • 48 Les membres du groupe littéraire Zaboj étaient, entre autres, Georgij Kostoprav, Amfiktrion Dimitri (...)
  • 49 Sur G. Kostoprav, voir, par exemple, Karpozilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999 ; Fédération (...)

31Le 27 octobre 1931, jour considéré comme la date de naissance de la langue écrite romaïque, un extrait de la pièce de théâtre Εμπρυ, Εμπρυ de G. Kostoprav fut publié dans le journal Κολεχτιβιςτίς en dialecte romaïque. G. Kostoprav était l’un des initiateurs de l’Union des écrivains soviétiques grecs, fondée en 1930, du groupe littéraire des poètes grecs de la région de la mer d’Azov Zaboj48 et du théâtre grec de Mariupol. Le dernier ouvrage de G. Kostoprav Καλιμέρα ζίςιμο parut en 1937. L’auteur fut arrêté le 24 décembre 1937 et fusillé le 14 février 1938. La plupart des membres de son groupe littéraire furent également réprimés. Ce n’est qu’après son décès que G. Kostoprav fut reconnu comme le fondateur de la langue écrite romaïque49.

  • 50 Sur le théâtre grec de Mariupol, voir, par exemple, Procenko Arkadij 1999.
  • 51 Voir Karpozilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999, p. 185-186.

32Au théâtre grec de Mariupol, ont été mises en scène des pièces classiques de Sophocle, de Molière, de Pouchkine, de Tchekhov, d’Arbuzov, etc., mais aussi d’auteurs locaux, de G. Kostoprav et de D. Telenči notamment. Dans un premier temps, les pièces de théâtre ont été présentées en russe et en ukrainien. Plus tard, il y a eu aussi des présentations en grec démotique et en dialecte romaïque. Les régisseurs de ce théâtre étaient des Grecs locaux diplômés de l’École dramatique de Kharkov. Au cours de son éphémère existence, la troupe du théâtre donna des présentations à Kiev, à Kharkov, à Odessa, en Crimée et dans les villages grecs de la région de la mer d’Azov50. Selon le journal Κολεχτιβιςτίς, en décembre 1933, la troupe avait donné soixante représentations qui avaient été suivies par 13 000 spectateurs51. Ailleurs en Union soviétique, des troupes de théâtre grecques, professionnelles ou non, s’activaient à Soukhoumi, à Novorossisk, à Batoum, à Odessa et à Tiflis.

  • 52 Notaras Andreas 2005, p. 264.

33Ainsi, au moyen de l’application d’une politique de relative liberté culturelle, le jeune État soviétique cherchait à donner l’impression qu’il suivait les principes posés par Lénine, selon lesquels il fallait provisoirement maintenir un égalitarisme culturel entre toutes les populations de l’Union soviétique, mais à condition que le respect des cultures nationales ne dérive pas vers l’éclatement de l’Union. Cette ère s’acheva à la fin des années 1930. En 1937, le théâtre grec fut fermé. Les journaux et les livres grecs n’avaient plus la possibilité de paraître. La tradition rapporte qu’un dirigeant du Parti aurait donné l’ordre de jeter les caractères typographiques de la maison d’édition du journal Κολεχτιβιςτίς dans la mer d’Azov « pour qu’aucun livre ne soit plus jamais publié en langue grecque en Russie »52.

La génération des années 1960 et la réhabilitation du poète

  • 53 Parmi eux, il y avait le traducteur Roald Čangli, le peintre Lel’ Kuzminkov (1925-2012), les enseig (...)
  • 54 La traduction de ce recueil en russe a été assurée par Roald Čangli ; le tirage a atteint les 16 00 (...)

34Dans les années 1950, après une période sombre et répressive, le climat politique commença à changer de nouveau. Dans la région de Donetsk, un groupe d’activistes53 se pencha alors sur les travaux de G. Kostoprav, réhabilité en 1962. Dans sa région natale, cette réhabilitation du poète fut célébrée comme celle de la culture grecque de la région. Dès lors, à la radio et à la télévision de Donetsk, plusieurs émissions furent consacrées à G. Kostoprav et à la culture grecque régionale. En 1963, fut traduit en russe son recueil de poésie, Kalimera zisimo (Bonjour la vie), daté de 1937, et publié à 16 000 exemplaires ; une traduction ukrainienne suivit, en 196954. Il s’agissait du premier livre « grec » publié en Ukraine après 1939 – un événement qui fut suivi de soirées de lecture en l’honneur du poète dans les villages grecs de la région.

35Vers les années soixante, la plupart des écrivains grecs de Mariupol étaient passés au russe ou à l’ukrainien. Anton Šapurma et Leontij Kiriakov suivirent un chemin différent. Faisant usage des caractères cyrilliques, ils écrivaient des œuvres en l’honneur de Lénine et traduisaient des auteurs russes (A. Pouchkine, M. Lermontov, N. Nekrasov, V. Maïakovski, S. Essénine) et ukrainiens (T. Chevtchenko, L. Oukraïnka, I. Franko) en dialecte romaïque (de Sartana), voyant là une manière de préserver leur langue, de l’empêcher de disparaître complètement. Dans un effort de publication, ils faisaient le tour des maisons d’édition où on leur répondait qu’il n’y avait pas d’équipement typographique en grec et que leurs livres ne se vendraient pas et provoqueraient des ennuis. On leur conseillait même « de partir en Grèce et de se débrouiller là-bas ». Ils ne se découragèrent pas, mais changèrent de méthode. C’est ainsi qu’ils entamèrent la traduction de Kobzar, l’un des chefs-d’œuvre du poète national ukrainien Taras Chevtchenko, en dialecte romaïque. En 1964, ils le publiaient en traduction manuscrite, en trois exemplaires, en dialecte romaïque faisant usage des caractères cyrilliques. Pendant les années 1964-1986, A. Šapurma et L. Kiriakov ont écrit douze livres à la main. Deux d’entre eux comprennent également des écrits de Grecs de Mariupol. Ces manuscrits sont conservés, aujourd’hui, dans des musées de Moscou, de Kiev, de Kanev, de Mariupol et de Sartana.

Anton Šapurma, le plus talentueux des écrivains de l’après-guerre

  • 55 Voir ci-dessous, p. 219.
  • 56 Сорок небылиц (Quarante contes), 1977 ; Родное Приазовье (Ma chère région de la mer d’Azov), 1981 ; (...)

36Parmi les écrivains grecs de Mariupol de la période de l’après-guerre, Anton Šapurma (1911-1987) est considéré comme le plus talentueux. Il est né dans une famille grecque, dépourvue mais travailleuse. Son père fut réprimé en 1937. Sa mère avait été soliste de Sartanskie samocvety55. Il écrivait de la poésie en dialecte romaïque de Sartana depuis son plus jeune âge. En 1934, il fut accepté dans le groupe littéraire de G. Kostoprav. Jusqu’en 1937, ses poèmes furent régulièrement publiés dans les journaux locaux Κολεχτιβιςτίς et Νεότιτα. Après 1937 et jusqu’aux années 1960, il vécut dans l’ombre. Le jour, il travaillait comme agent comptable, le soir il écrivait. Avec le dégel khrouchtchévien, les choses commencèrent à changer. En 1970, A. Šapurma devint membre de l’Union des écrivains d’Ukraine. En 1972, fut fondé son groupe littéraire et publié son premier recueil de poésie Proposi (Toast) en traduction russe. En 1973, pour la première fois dans la période de l’après-guerre, fut publié un recueil collectif célébrant l’union des peuples de l’URSS, en dialecte romaïque en alphabet cyrillique avec traduction parallèle en ukrainien. Ces événements ont éveillé l’espoir chez les auteurs grecs de la région. Au cours des années suivantes, plusieurs recueils de A. Šapurma ont été publiés en traduction russe56. Il a fallu attendre la perestroïka pour que les œuvres des Grecs de la région de la mer d’Azov soient publiées dans leur version originale en dialecte romaïque ou ouroum. Enfin, en 1986, fut édité en dialecte romaïque, en alphabet cyrillique, le recueil de poésie de A. Šapurma, Kardako m’tou Priazovie (La région de la mer d’Azov dans mon cœur).

Leontij Kiriakov, écrivain et collecteur de chansons et de contes

  • 57 Завжди в дорозі (Toujours en route), 1976 ; Травнева пісня (Chanson de printemps), 1979.
  • 58 Память (La mémoire), 1981 ; Слава тебя найдет (Tu trouveras la gloire), 1985 ; Конь мой златокрылый(...)
  • 59 Амфора (Amphore) 1988 ; За три моря (Au-delà de trois mers), 1993 ; Арион (Arion) 1993 ; Тысяча жем (...)
  • 60 Fédération des associations grecques d’Ukraine 2009, p. 209-212. Les anthologies de L. Kiriakov son (...)

37Après le décès de A. Šapurma, le rôle de doyen des écrivains grecs de la région de la mer d’Azov revint à Leontij Kiriakov (1919-2008). En 1938, il a achevé ses études à l’institut pédagogique de Mariupol. En 1955, il a suivi une formation de mécanicien et, en 1972, de journaliste à l’université de Donetsk. Jusqu’en 1937, il a travaillé comme journaliste auxiliaire au Κολεχτιβιςτίς ; depuis lors, et jusqu’à sa retraite, à l’usine métallurgique de Mariupol. Entre 1943 et 1945, il a participé à la Seconde Guerre mondiale dans les rangs de l’Armée rouge où il a obtenu un ordre de premier grade. En 1932, il a commençé à écrire de la poésie dans son dialecte natal. Deux de ses recueils de poésie ont été traduits en ukrainien57 et trois en russe58. Depuis la perestroïka, plusieurs recueils de L. Kiriakov ont été publiés en dialecte romaïque59. La poésie de L. Kiriakov traite de la région de la mer d’Azov et de ses habitants. La guerre est un thème sur lequel il est souvent revenu. Il est le fondateur de l’almanach littéraire Pirnešu astru (L’étoile de l’aube), publié en quatre volumes (1988, 1989, 1991, 1993), en caractères cyrilliques. Dans cet almanach, sont publiés les travaux d’une trentaine d’auteurs de la région. En 1992, fut publié sous sa direction un dictionnaire russe-romaïque-grec moderne de 10 000 mots. En 1995, L. Kiriakov a obtenu le prix d’État ukrainien « Rylski » pour sa traduction en dialecte romaïque du chef-d’œuvre littéraire russe du xiie s., Slovo o polku Igoreve (L’Épopée de la campagne d’Igor), réalisée en 1987. Cet événement fut célébré comme la réhabilitation de la littérature d’expression romaïque. L. Kiriakov était aussi un collectionneur assidu de chansons, de ballades, de légendes et de contes. Grâce à son initiative, plusieurs anthologies des chansons et des contes populaires des Grecs de la région de la mer d’Azov ont été publiées60.

La valorisation de la littérature romaïque

  • 61 Ivan Fedorovitch Dratch (1936-), poète ukrainien, est également connu comme régisseur de cinéma, cr (...)
  • 62 Dmitrij Demerdži (1901-1991) était un Roum originaire du village grec d’Ourzouf, mais écrivait sa p (...)

38Les critiques littéraires, les écrivains et les traducteurs d’expressions ukrainienne et russe ont joué un rôle important dans la valorisation de la littérature romaïque. Ils comptaient à leurs côtés des Grecs de Mariupol et des Grecs pontiques qui écrivaient leur propre poésie en ukrainien, mais aussi d’éminents écrivains et critiques littéraires ukrainiens dont Ivan Dratch61 et Yevgenij Volochko. Dans leur volonté de soutenir les collègues d’expression romaïque, ils assuraient la traduction de leur œuvre, leur donnaient des conseils littéraires et les aidaient à se faire publier au cours des périodes politiquement difficiles. Dès la fin des années 1960, l’atelier des peintres mariupolites ukrainiens, Lel’ Kuzminkov et Valentin Konstantinov, s’établit comme lieu de rencontre. Les poètes venaient y réciter leur poésie, on discutait de l’histoire, de la culture, de la langue des Grecs de la région de la mer d’Azov. Les participants étaient dans leur majorité des habitants de Mariupol, mais il y avait aussi des représentants de l’« élite grecque » de Donetsk (Roald Čangli), de Dnepropetrovsk (Dmitrij Demerdži) et d’Ivano-Frankovsk (Alekos Diamantopoulos). Pendant les mois d’été, les rencontres de ce « club » grec avaient lieu à la résidence balnéaire de D. Demerdži à Yalta, connue sous le nom de « La mouette d’Azov » (Azovskaâ čajka)62.

39Alekos Rionis (1910-1976), pseudonyme littéraire pour Alekos Diamantopoulos, originaire du Dagestan, a fait ses études à l’université de Léningrad, en sciences du langage et en philologie grecque, à l’issue desquelles il a été embauché par l’institut pédagogique de Soukhoumi. En 1936, il s’est établi dans la région de la mer d’Azov et a activement participé au groupe littéraire de G. Kostoprav. Après la guerre, il a été agent comptable dans une entreprise en Ukraine occidentale. Dans les années soixante, il a rétabli ses liens avec Mariupol.

  • 63 Diamantopoulo-Rionis Alekos, Demerdži Dmitrij, Davydova-Diamantopoulo Anna, Šapurma Anton, Harabado (...)

40A. Rionis a commençé à écrire en 1927. Ses poèmes ont été publiés dans les journaux de l’entre-deux-guerres. Sa pièce de théâtre, Οι αυγές της Σαλονίκης (Les aubes de Salonique), a été mise en scène par le théâtre grec de Batoum en 1935. Après la guerre, une quarantaine de ses articles sur l’hellénisme en Union soviétique ont été publiés dans le journal des réfugiés politiques de Tachkent, Νέος Δρόμος. Il a traduit des œuvres de A. Pouchkine, de M. Lermontov, de T. Chevtchenko, de L. Oukraïnka en grec démotique, et des œuvres de K. Palamas, de I. Ritsos, de G. Vella, de A. Šapurma et de L. Kiriakov en russe. Son œuvre majeure, sur laquelle il a travaillé les dernières années de sa vie, est un dictionnaire romaïque-russe de 13 400 mots63.

  • 64 Ashla Alexander 2003, p. 29 ; Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 44, 58.

41Les activités des écrivains d’expression ouroum restèrent limitées en comparaison avec celles des écrivains d’expression romaïque. En effet, ils ne bénéficiaient ni de soutien extérieur ni d’alphabet. La plupart de ces écrivains étaient publiés en russe. Il a fallu attendre la perestroïka, pour que la littérature ouroum paraisse en dialecte ouroum (écrit en alphabet cyrillique)64.

Ethnographie, folklore et arts populaires 

  • 65 Ashla Alexander 2003, p. 19 ; Yakubova Larisa 1999, p. 145-147.

42Les premières recherches sur l’histoire, la culture et le folklore des Grecs de Mariupol ont été entreprises par des musées dans le cadre de la politique d’indigénisation. Au Musée régional de Mariupol une section « grecque » a été ouverte en 1926. Dans l’ensemble, plus de 2 500 documents relatifs à la cour de cassation grecque de Mariupol (1780-1860) ont été collectés et classés dans les archives du musée. Au cours des années 1930-1931, les premiers enregistrements phonographiques de musique et du folklore des Grecs de la région de la mer d’Azov ont été effectués. Au total, 500 chansons en dialectes, romaïque et ouroum, ont été enregistrées. Divers travaux ont été amorcés : un dictionnaire des dialectes romaïques, une monographie de Sartana et un ouvrage sur le progrès de la collectivisation dans les villages grecs de la région. Des groupes d’études ont été organisés dans les écoles de la région. À Odessa, à la même époque, le Musée régional entreprit des recherches sur l’histoire et la culture des Grecs locaux et sur la colonisation militaire du Sud ukrainien par les Grecs entre le xviiie et le début du xxe s.65. Mais cette liberté culturelle et intellectuelle fut éphémère. Dès le début des années 1930, le Musée régional de Mariupol a fait l’objet d’un contrôle politique rigoureux, et dès lors, la mission idéologique devait prévaloir.

  • 66 S. Yali (1895-1938), Grec de Sartana, était fonctionnaire de l’administration publique, chargé des (...)
  • 67 K. Kostan (1897-1939), Grecque du village de Makedonova en mer d’Azov, était l’épouse de l’orienta (...)
  • 68 Kostan Kassandra, З лiтератури марiупольских грекiв (De la littérature des Grecs de Mariupol), Khar (...)

43Dans les années 1930, deux études sur les Grecs de la région de la mer d’Azov ont été publiées par Savva Yali66 et Kassandra Kostan67. Le livre de S. Yali, Greki v USSR (Les Grecs dans la République socialiste soviétique d’Ukraine), édité à Kharkov en 1931, traite de l’organisation politique des villages grecs, de leur situation économique et de leurs activités pédagogiques et éducatives. Malgré l’analyse peu objective des phénomènes ethniques que l’on peut expliquer par les exigences politiques de l’époque – qui expriment la position citoyenne de l’auteur –, il s’agit d’une œuvre significative, puisque c’est la seule monographie publiée sur l’histoire des Grecs de la région de la mer d’Azov dans l’entre-deux-guerres. Le livre de K. Kostan (pseudonyme littéraire pour Alexandra Gargala), Z literaturi Mariupol’skih grekov (De la littérature des Grecs de Mariupol), écrit en dialecte romaïque mais traduit et publié en ukrainien en 1932, examine l’œuvre des poètes et des écrivains populaires grecs. Parmi ses travaux, on peut également citer son article « Z literaturnoj tvorčosti Mariupol’skih grekov » (De l’art littéraire des Grecs de Mariupol), publié dans la revue Shidnij svit (Monde oriental), en 192868.

44Après la Seconde Guerre mondiale, la collecte et la mise en valeur du folklore des Grecs de la région de la mer d’Azov a été l’œuvre d’Edouard Hadžinov et d’Alexander Ashla. Ils continuèrent l’ouvrage commencé par F. Hartahaj, K. Kostan et L. Kiriakov. Estimant que l’âme du peuple s’exprime dans la culture populaire orale, il s’agissait, d’une certaine manière, de sauver quelque chose du patrimoine grec pour les générations futures.

Edouard Hadžinov, écrivain et collecteur de folklore assidu

45Edouard Hadžinov (1937-1979), folkloriste et connaisseur de la poésie et de la musique populaire romaïque, est considéré comme le plus charismatique des auteurs de la génération de l’après-guerre. Il est né dans une famille grecque à Yalta, mais a reçu sa formation secondaire à Sartana. Il a fait ses études à l’institut pédagogique de Kharkov, obtenant en 1961 un diplôme de philologie russe. Il s’est ensuite établi à Mariupol comme enseignant dans une école. C’est à ce moment qu’il a commençé à s’intéresser à l’histoire locale. Il est ensuite parti à Tachkent où il a vécu parmi des réfugiés politiques de la guerre civile grecque auprès desquels il a appris le grec démotique. En 1963, il a repris ses études sous la direction de T. Černyševa à l’université d’État de Kiev. C’est alors qu’il a commençé à travailler sur les chansons populaires des Grecs de la région de la mer d’Azov, dans le cadre d’une thèse. Au cours de son travail, il a enregistré 300 chansons populaires en dialecte romaïque et 100 en ouroum, au total, environ mille variantes différentes de toutes ces chansons. Il a aussi enregistré des légendes, des proverbes, etc., des villages grecs de Yalta et de Sartana. Décédé prématurément à l’âge de 42 ans, il n’eût pas le temps de soutenir la thèse à laquelle il avait travaillé durant dix ans. Aujourd’hui, la partie principale du folklore musical enregistré par ses soins est conservée à la phonothèque du Musée grec de Sartana dont il était l’un des fondateurs.

  • 69 Philosophe, astronome et mathématicien grec, originaire de Milet, en Asie mineure, fondateur de la (...)
  • 70 Entretiens avec Olimpiada Hadžinova et Kostas Hadžinov à Mariupol, à Athènes et à Kiev, 1994-2009.

46L’œuvre la plus importante après sa thèse, le Kalendar’ Ellady, est une encyclopédie qui tient compte des petits et des grands événements dans l’histoire de la Grèce pendant plus de deux mille ans. On y traite des guerres, de la politique internationale, de la philosophie, de la culture, de la science, de la littérature, du théâtre, de la musique, etc. Cette encyclopédie s’ouvre avec Thalès69 (625-547 av. J.-C.) et se clôt avec l’avénèment de la dictature des colonels en Grèce en 1967. Il a établi, sur le même modèle, un calendrier, dans lequel sont énumérées les dates importantes de l’histoire des Grecs de Mariupol depuis leur transfert de Crimée, Nastol’nyj kalendar’ grečeskogo naroda (Calendrier de table du peuple grec). E. Hadžinov s’intéressa aussi à l’onomastique, à la formation et à la transformation des noms de famille romaïques. Il est encore l’auteur d’un catalogue des Grecs célèbres, qui inclut plus de deux cents familles grecques de Donetsk. Les matériaux non publiés se trouvent dans les fonds privés de sa veuve, à Mariupol. Le fils cadet de l’auteur travaille à leur publication en Ukraine et en Grèce70.

  • 71 Kuzminkov Lel’ 1998 ; Ashla Alexander 2003, p. 23-24 ; Fédération des associations grecques d’Ukrai (...)

47Parmi ses travaux, il convient également d’évoquer son anthologie des traditions populaires des Grecs de la région, Sbornik fol’klora grekov Priazov’â. Narodnyj rodnik (Anthologie du folklore des Grecs de la région de la mer d’Azov. Source populaire), 1974-1975, publiée en quatre volumes dactylographiés, mais en dix exemplaires seulement. Ses articles ont été publiés dans les revues Narodna tvorčist ta etnografiâ (Art populaire et ethnographie), Zapiski ìstoriko-fìlologìčnogo tovaristva Andrìâ Bìlec’kogo (Cahiers de la société historique et philologique Andrij Biletskij) et dans les journaux Priazovskij rabočij (Ouvrier de la région de la mer d’Azov) et Νέος Δρόμος. Dès 1971, et jusqu’à son décès en 1979, il a collaboré avec A. Šapurma et L. Kiriakov à des livres manuscrits et avec M. Gaïtan à la restauration de l’ensemble folklorique Sartanskie samocvety. En 1973, il a établi un plan scientifique pour la renaissance de la culture romaïque. Son rêve était de refonder un théâtre et des journaux grecs et d’instaurer l’enseignement du grec à l’échelle locale, mais aussi de rétablir des liens avec la Grèce. Dans ce but, il a écrit de nombreuses lettres au Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique plaidant pour les droits nationaux des Grecs d’Union soviétique. Vers la fin des années 1990, le « plan scientifique » de E. Hadžinov avait largement été mis en œuvre71.

Alexander Ashla, « artiste dissident » de Mariupol

48L’œuvre de E. Hadžinov a été continué par Alexander Ashla (1943-), musicologue et folkloriste mariupolite, natif de Sartana. Il a fait ses études à l’institut de musique d’Artiomovsk et au conservatoire de Minsk. Pendant les années soixante, il a enseigné la musique dans différentes villes et régions de Russie, à Krasnoyarsk, à Toula et à Samara. À Togliatti (Samara), il a même été chef d’orchestre dans une usine. En 1971, lors d’un voyage en Estonie qui lui ouvrit de nouvelles perspectives, il a fait la connaissance de compositeurs et d’intellectuels estoniens. En Estonie, il y avait déjà des associations et des libertés culturelles qu’en Ukraine on ne connaissait pas encore. De retour à Mariupol, il s’est consacré à la recherche et à la musique. De 1972 à 1992, il enseignait la musique dans une école de Mariupol. Parallèlement, il écrivait des articles et composait de la musique.

  • 72 Les disques de A. Ashla sont : Τα τραγούδια των Ελλήνων της Αζοφικής, 1988, et Μουσικό φολκλόρ των (...)

49En 1978, il fit par hasard la connaissance de E. Hadžinov : la poste, en effet, livra par erreur le journal Νέος Δρόμος, auquel était abonné Hadžinov, à Ashla qui le rapporta à son véritable destinataire. Sur la proposition de E. Hadžinov, A. Ashla est alors devenu membre du conseil folklorique de la maison de la culture de Sartana. Après le décès de son ami, A. Ashla s’est lancé dans la collecte systématique du folklore des Grecs de Mariupol continuant l’œuvre qu’ils avaient commencée ensemble. Il s’est mis alors à étudier les dialectes locaux de la région. Lui aussi a participé à la renaissance de l’ensemble folklorique Sartanskie samocvety. Dès lors, il a effectué des dizaines de missions de terrain dans les villages grecs de la région de la mer d’Azov. A. Ashla est l’auteur de deux disques et de trois livres CD qui portent sur la musique, la poésie et les traditions des Grecs de Mariupol72. En 1988, il obtint le premier prix Ionof (Donetsk) pour la sauvegarde de la tradition populaire des Grecs de la région de la mer d’Azov.

50Des grands moments de sa vie professionnelle, A. Ashla retient la retransmission d’un programme sur les Grecs de Mariupol à la radio « Donbass », en 1981, la publication de ses articles dans le journal officiel Izvestiâ, en 1982, et la parution de son premier texte scientifique dans la revue Muzykal’naâ žizn’ (Vie musicale), publiée à Moscou. En 1984, est sorti son premier disque à 10 000 exemplaires. Cette même année, avec le concours de Th. Kessidi, il prit contact pour la première fois avec l’ambassade de Grèce à Moscou et rencontra un journaliste grec.

51À la fin des années 1980, eut lieu le premier congrès d’Ukrainistes à Kiev. Par la suite, l’association des Grecs de Mariupol a commençé à prendre forme. En 1989, A. Ashla fut élu premier président de cette association. En 1990, il devint vice-président de l’Union des Grecs de l’Ukraine et collabora avec le Comité spécial du Soviet suprême d’URSS sur les questions de « renaissance nationale » des Grecs de la région de la mer d’Azov. Comme tant d’autres pionniers du mouvement grec d’Union soviétique, il a suivi les cours de grec de Marina Rytova qui, dans les années 1980 et au début des années 1990, avait été appelée à organiser plusieurs stages de langue dans les lieux habités par les Grecs, en Géorgie, en Russie et en Ukraine, et qui a rédigé une méthode Assimil.

52En 1990, A. Ashla fit son premier voyage en Grèce. Il obtint, deux ans plus tard, une bourse d’études néerlandaise qui lui permit de poursuivre des études de langue et de culture grecques, en Grèce. Depuis lors, il vit et travaille à Athènes. À l’occasion de notre première rencontre à Athènes, en 2001, il se présenta comme un artiste dissident de Mariupol.

L’ensemble folklorique sartanskie samocvety

  • 73 Pour la signification de ce nom, voir ci-dessus, p. 29.
  • 74 Ashla Alexander 2003, p. 19 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 92-93.

53Une partie du travail réalisé pour la sauvegarde de la culture grecque à Mariupol avant la perestroïka revient à l’ensemble Sartanskie samocvety73. Fondé en 1935, par M. Vitkus, cet ensemble a participé au premier festival des minorités nationales de l’Union soviétique à Moscou où il a remporté le premier prix en 1936, puis, à l’Olympiade ukrainienne à Kiev74. En 1937, après seulement deux ans d’existence, l’ensemble dut se dissoudre. Par la suite, il a fallu attendre la fin des années 1960 pour que l’ensemble puisse reprendre ses activités, sous la direction de E. Hadžinov et de M. Gaïtan. À l’époque, E. Hadžinov était enseignant dans une école à Mariupol alors que M. Gaïtan, âgée de 28 ans, était directrice de la maison de la culture de Sartana. À propos de leur volonté de réanimer l’ensemble, M. Gaïtan raconte :

La musique, les chansons, les danses que l’on pouvait observer à nos fêtes de mariage dans les années soixante m’avaient beaucoup impressionnées. C’était du folklore vivant. J’ai eu envie de reconstituer tout cela sur scène. Puis, je me suis demandée pourquoi les traditions de toutes les autres nationalités sont reconnues et ont le droit d’exister, et pas les nôtres. C’est ainsi que je me suis mise à réanimer l’ensemble Sartanskie samocvety. C’était la fin des années soixante, je venais de terminer mes études et venais d’être nommée directrice de la maison de la culture de Sartana. J’ai réussi à réunir douze personnes parmi les membres de l’ensemble original, fondé en 1935, qui, malgré leur grand âge, étaient toutes très enthousiastes pour ce projet. Puis, avec Edouard Hadžinov, nous avons fait le tour des villages de la région afin d’enregistrer des chansons, des traditions, des danses pour compléter notre répertoire. Tout allait très bien jusqu’à ce que les pouvoirs locaux, des Grecs de notre village, soient informés de notre projet. « Mais qu’est-ce que tu es en train de faire ? » m’ont-ils dit. « C’est du nationalisme ! Il faut arrêter tout cela tout de suite ! » Dès lors, il y eut d’anciens bolcheviks qui venaient à la maison de la culture pour contrôler mes documents et mon travail. Ils voulaient me renvoyer de mon poste de directrice, mais ils n’ont pas réussi. Pendant quelques années, l’ensemble a été condamné à une existence « semi clandestine ». Nous avons continué à nous réunir et à chanter ensemble, mais nous ne pouvions plus donner de concerts. Légalement, nous n’existions plus.

54Puis, en 1970, un autre incident eut lieu :

Dans les années soixante et soixante-dix, si on appartenait à une minorité nationale comme celle des Grecs, en règle générale, on avait intérêt à se taire. Nous ne l’avons pas fait, aussi nous avons dû en subir les conséquences. En 1970, lors du recensement de la population de l’Union soviétique, avec Hadžinov nous avons écrit un article dans le quotidien national officiel Izvestiâ où nous exprimions notre inquiétude devant le fait que les pouvoirs locaux enregistrent beaucoup de Grecs de notre village (Sartana) comme Russes ou Ukrainiens. Notre article fut publié dans le journal. Quelques jours plus tard, Hadžinov et moi-même étions convoqués à nous présenter au KGB de Donetsk. Les représentants du KGB nous ont demandé pourquoi nous avions écrit cet article et quel était notre but. Je me souviens de leur avoir parlé de fierté nationale, d’amour pour notre peuple, notre culture et nos traditions. Ils m’ont écouté patiemment, mais à la fin, ils m’ont dit « il faut vous calmer, sinon vous allez avoir des ennuis ». C’est exactement ce qui s’est passé. Hadžinov qui avait deux diplômes universitaires et qui était enseignant dans une école a été renvoyé de son travail. Après, il est venu travailler chez nous à la maison de la culture de Sartana pour un salaire de misère. Je suis restée directrice de la maison de la culture du village, mais l’ensemble Sartanskie samocvety a dû arrêter son travail pendant sept ans, jusqu’en 1978.

  • 75 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 51-52.

55Dans les années 1960-1970, l’objectif de la politique culturelle soviétique était la construction de la culture socialiste dans le pays. Les structures régionales avaient pour tâche de soutenir les ensembles folkloriques représentatifs des différents peuples de l’Union soviétique, en particulier ceux qui avaient leur propre république. Ainsi, pour célébrer le 50e anniversaire de l’URSS, en 1972, un festival folklorique fut organisé à Donetsk. De nombreux ensembles des villages grecs de la région, dont des personnes d’origine grecque, ont participé à ce festival. Ils ont chanté des chansons populaires biélorusses, ukrainiennes, polonaises, et même vietnamiennes, ont dansé des danses populaires moldaves et azéries, mais ne représentaient en aucune manière leur propre culture d’origine. Selon les dirigeants de l’époque, le Donbass n’était pas une région folklorique et sur ce plan, il n’y avait donc rien d’intéressant. Leur tâche était de souligner l’avancement de l’internationalisation dans la région ; ils ne devaient pas attirer l’attention sur la conservation des traditions de différents peuples75. Enfin, en 1978, un décret qui permettait le développement des arts populaires et du folklore indépendants fut publié. En 1978 et en 1979, deux festivals des ensembles folkloriques indépendants furent organisés à Donetsk, à l’initiative de Donat Patriča (1934-2004), Grec de Malyï Yanisol par ses origines, qui était, à cette époque, directeur de la maison de la culture des arts populaires de Donetsk. Pédagogue et écrivain, il devint plus tard un membre engagé du mouvement grec d’Ukraine.

  • 76 Kaurinkoski Kira 1997, p. 432-435.

Enfin, 1978 marqua le début d’une nouvelle période pour notre ensemble. En Union soviétique, on assistait alors à la renaissance des groupes folkloriques. Pendant cette même année 1978, pour la première fois un festival folklorique a été organisé à Donetsk. À Sartanskie samocvety nous étions tous très enthousiastes. Nous avions des répétitions tous les jours, et malgré une interruption de sept ans, nous avons réussi à reconstruire un programme. Les pouvoirs locaux m’ont fait comprendre qu’ils ne voulaient pas que notre ensemble participe à ce festival. Ils avaient peur. Enfin, nous avons quand même participé au festival à Donetsk où nous avons remporté le premier prix. Cela a changé notre vie…76

  • 77 Ces danses sont décrites dans Zajčenko Sergej 1995.
  • 78 Entretiens avec M. Gaïtan, S. Zajčenko, L. Handeldy et T. Katsy à Mariupol et à Sartana, 1994, 1997 (...)

56En 1982, l’ensemble Sartanskie samocvety obtint le statut d’ensemble « populaire » (narodnyj). Il bénéficia alors de l’arrivée de membres professionnels, du choréographe Sergei Zajčenko, du maître de chorale Liudmila Handeldy (1949-) et de la soliste Tamara Katsy (1958-1999), améliorant ainsi son niveau. Dans les années 1980 et 1990, soixante-dix personnes, âgées de 6 à 75 ans participaient aux chœurs et aux groupes de danse et de musique de l’ensemble. Ces participants, des élèves, des étudiants, des ouvriers, des kolkhoziens, des enseignants et des retraités, avaient tous une passion commune pour la musique. Le groupe instrumental de l’ensemble était constitué de deux violons, deux flûtes, un « daula » (grand tambour) et un « daire » (petit tambour), ainsi que de deux accordéons et d’une contrebasse. Le répertoire inclut des chansons et des danses grecques, russes et ukrainiennes. Une grande partie de ces chansons sont le fruit des collectes de E. Hadžinov dans les villages de la région et sont consacrées à l’amour et à la lutte des classes. D’autres, ont été écrites et composées par les membres de l’ensemble (P. Tchoumbach, L. Handeldy) et par les poètes locaux (L. Kiriakov et A. Papuš) et traitent de la fraternité des peuples, de la fête et aussi de l’amour. S. Zajčenko, maître de danses et chorégraphe ukrainien de Mariupol, a effectué la choréographie et la réalisation artistique des danses. Il s’agit de danses traditionnelles localement connues : « Yarym-ava » (danse de mariage des aînés), « Khaïtarma » (danse de mariage), « Bogdanka » (danse des jeunes), « Traïtka » (danse du berger)77. Depuis 1978, l’ensemble a donné de nombreux concerts, d’abord dans les villes et villages grecs de la région de Donetsk, puis, à Kiev, à Moscou, à Léningrad, en Crimée et en Géorgie. En 1989, l’ensemble a participé aux deux premiers festivals pan-soviétiques des arts populaires et de la culture grecque d’Union soviétique. Dans les années 1990 et 2000, Sartanskie samocvety a également donné des concerts en Grèce et à Chypre78.

57Depuis 2001, l’ensemble Sartanskie samocvety accueille aussi une troupe de théâtre. Leur répertoire comprend des scènes dramatiques qui évoquent le transfert des Grecs de Crimée dans la région de la mer d’Azov, un événement constitutif de la mémoire collective du groupe. Ces pièces ont été présentées aux festivals de théâtre ancien en Crimée, en Ukraine et en Grèce.

58Les autres associations locales grecques fondées dans différentes régions d’Ukraine depuis la fin des années 1980 comprennent également des ensembles vocaux, des groupes de danse, des ensembles instrumentaux et des groupes de théâtre. La plupart des ensembles vocaux présentent leur répertoire en dialecte romaïque et en grec démotique. L’un des rares ensembles où l’on chante en ouroum est Bir Taïfa de Staryï Krym. Cet ensemble a enregistré un disque et a donné des concerts en Grèce et en Turquie.

Maria Gaïtan, l’âme de sartanskie samocvety

59Maria Georgievna Gaïtan (1939-) est originaire de Sartana. Son père est mort au combat pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa mère, qui travaillait au kolkhoze, est restée seule avec trois filles à élever. Maria Georgievna obtint d’abord un diplôme de mécanicien de cinéma à Kharkov, en 1964, puis un diplôme de régisseur et de metteur en scène de l’institut d’études culturelles de Donetsk, en 1969. De 1969 à 1971, puis de 1990 jusqu’à sa retraite en 1995, elle a travaillé comme directrice de la maison de la culture (Dom kul’tury, Klub) de Sartana, et, entre 1971 et 1990, comme directrice artistique de l’ensemble Sartanskie samocvety. Sous sa direction, l’ensemble folklorique Sartanskie samocvety, l’ensemble vocal et instrumental Elliny (Hellènes) et l’ensemble de danse des jeunes ont obtenu le statut d’ensemble « populaire ». En 1991, M. Gaïtan reçut une lettre de reconnaissance du ministère de la Culture d’Union soviétique pour son œuvre « pour la renaissance de la culture nationale des Grecs de la région de la mer d’Azov ». Après avoir pris sa retraite, elle rédigea un livre autobiographique, écrit sans détours, publié en Ukraine, en 2006, en version bilingue russe et grec démotique.

La politique d’indigénisation, consolidatrice pour les cultures nationales ?

  • 79 Yakubova Larisa 2006a, p. 86-87.
  • 80 Yakubova Larisa 2004b, p. 88-89.

60Nombre de travaux sur la politique d’indigénisation en Ukraine soulignent que cette période fut consolidatrice pour les cultures, les littératures et les ethnographies nationales, donnant lieu à une nouvelle génération d’intellectuels « nationaux ». Pour d’autres auteurs, en revanche, la politique menée par le régime soviétique avait pour but de réformer et de détruire les racines mêmes de ces cultures, ainsi que leurs valeurs spirituelles. L. Yakubova écrit à ce propos : « La fabrication de la littérature, de l’art et du théâtre prolétaire des minorités nationales avait sa raison d’être dans la lutte contre ses analogues bourgeoises79 ». Il ne s’agissait pas de reconnaître les Grecs de Mariupol ou les Grecs pontiques comme des groupes ethniques à part ; ceux-ci ne pouvaient pas non plus librement développer leurs cultures comme ils l’entendaient80.

61La période de l’après-guerre a été marquée par une politique qui avait pour but la promotion de la langue et de la culture russe et le rapprochement des différents peuples de l’Union soviétique. Parallèlement, il y avait dans la région de la mer d’Azov un noyau d’intellectuels locaux, des poètes, des écrivains, des collecteurs du folklore et d’autres acteurs de la culture qui continuaient à écrire dans leur langue et à s’intéresser à leur culture d’origine. La plupart étaient des descendants ou des disciples des victimes des répressions staliniennes chez qui la mémoire transmise ou inventée du passé et des activités culturelles d’autrefois était vive.

  • 81 Kisilier Maksim 2009b, p. 14-16.
  • 82 Dans sa signification initiale, le terme intelligentsia correspond à une certaine classe d’intellec (...)
  • 83 Selon les données rapportées par Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 33, entre 1970 et (...)
  • 84 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 60. Sur les Grecs de Mariupol et leur place dans l’ (...)

62La littérature romaïque publiée dans la période de l’après-guerre est, néanmoins, restée « marginale » sans atteindre le niveau des années 1930. On l’a expliqué par la domination de la langue et de la culture russe et par l’absence de thèmes susceptibles de stimuler le développement des dialectes81. Les activités des écrivains ouroums étaient encore moindres. Jusqu’à la perestroïka, la plupart des auteurs se faisaient publier en russe. Les arts populaires ont eu plus de succès auprès des populations locales. Les structures et les acquis de la période de l’indigénisation servaient de modèle. Cela dit, les activités des intellectuels82 locaux étaient avant tout culturelles. Globalement, les Grecs de Mariupol étaient des patriotes soviétiques qui recherchaient la valorisation de leur culture d’origine dans le cadre du système soviétique. Ils n’avaient pas de projets migratoires83 et, entre 1937 et la perestroïka, ils n’ont pas eu de contacts avec la Grèce84.

Notes

1 Le début et la fin de la période du « dégel » sont définis différemment selon les sources. On peut la situer entre 1954 et 1964. L’année 1954 correspond à la publication de l’ouvrage homonyme par Ilya Ehrenbourg et 1964 à la fin du règne de Khrouchtchev.

2 Voir Yakubova Larisa 2006c, p. 179. L’auteur reprend un texte de S. Yali de 1927, l’un des acteurs de la construction du socialisme et de la mise en œuvre de la politique d’indigénisation en milieu grec d’Ukraine. Pour plus de détails, voir Yali Savva, « Краєзнавство та нацiональнi меньшостi на Украïнi » (Histoire locale et minorités nationales en Ukraine), Вiстi ВУЦВК (Quotidien du Comité central ukrainien) (19.06.1927).

3 Aradžioni Margarita 1999, p. 25-29.

4 I. Sokolov ajoute, dans ce groupe, le village de Makedonovka qui ne figure pas dans la liste de Dm. Spiridonov.

5 Pour plus d’informations à ce sujet, voir les travaux originaux de Sokolov Ivan 1930 ; 1932.

6 Spiridonov Dmitrij 1930, p. 174, 181.

7 Yakubova Larisa 2004a, p. 128-132.

8 Ivanova Yulia 2004, p. 298.

9 Karpozilos Apostolos 1985, p. 109. Voir aussi Beleckij Andrei 1970 ; Černyševa Tatiana 1958.

10 Kisilier Maksim 2009b, p. 11-14 ; Karpozilos Apostolos 1985, p. 109.

11 Ponomariova Irina 2006, p. 15.

12 Chernukhin Eugène 2012a ; Aradžioni Margarita 1999, p. 28.

13 Chernukhin Eugène 2012b.

14 Extrait d’un texte non publié de A. Beletskij qui a été repris dans Ashla Alexander 2003, p. 25-26.

15 Les travaux linguistiques de A. Beletskij et de T. Černyševa portent sur la morphologie du verbe et la phonologie, et sur l’influence du turc sur la langue romaïque des Grecs de Mariupol.

16 Геродот. історії в 9-ти кн. / переклад та примітки А. О. Білецького (Hérodote, L’histoire en neuf volumes, Traduction et commentaires de A. O. Biletskij), Kiev, 1993.

17 Klimenko Nina 1997 ; Chernukhin Eugène 2014a ; 2014b.

18 Černyševa Tatiana 1958, p. 7, 17-22, 41-42.

19 Černyševa Tatiana 1964.

20 Drettas Georges 1998, p. 75.

21 Pour une critique de l’alphabet établi par A. Beletskij, voir Kisilier Maksim 2009b, p. 15.

22 Anatolij Tcherdaklis, natif du village de Tcherdakli (Donetsk), a traduit des œuvres de Nikos Kazantzakis et de Christos Giannaras.

23 Chernukhin Eugène 2014a, p. 22.

24 Klimenko Nina 1997, p. 12.

25 Une partie des archives de A. Beletskij et de T. Černyševa se trouvent à l’institut des manuscrits de la Bibliothèque nationale d’Ukraine Vernadski de Kiev. Sur la vie et l’œuvre de A. Beletskij et de T. Černyševa, voir Chernukhin Eugène, Gorbač Timur, Kupčenko-Grinčuk Oleksij, Los’ Valentina, Архів українских філологів А.О. Білецького і Т.М. Чернишовой у фондах інституту рукопису Національної біблотеки України імені В. І. Вернадского. Біографічне дослідження. Науковий каталог (Archives des philologues ukrainiens A. O. Biletskij et T. M. Černišova dans les fonds de l’institut des manuscrits de la Bibliothèque nationale d’Ukraine V. I. Vernadski. Recherche biographique. Catalogue scientifique), Kiev, NBUV, 2014 ; Chernukhin Eugène 2014a ; 2014b ; Černišova Tetiana 2013 ; Biletskij Andrij 2012 ; Klimenko Nina 1998 ; 1997 ; Biletskij Platon 1997.

26 Voir, par exemple, Žuravleva Ekaterina 1982 ; Pappou-Zouravliova Aikaterini 1995 ; 1998. Sur les spécificités phonétiques de la langue romaïque, voir aussi Nikolaenkova Olga 2009, p. 163-192.

27 Sofianou Eyrykleia, « A. Ζουραβλιόβα: “Είμαι Ελληνίδα. Είμαι περίφανη που μελετώ την ελληνική γλώσσα” », Ελληνική Διασπορά 29 (1998), p. 26-27. 

28 Symeonidis Charalampos, Tompaidis Dimitris 1999. Un commentaire linguistique sur cette recherche a été formulé par Minas Konstantinos, « Διαλεκτικά της Μαριούπολης », Αρχείον Πόντου 49 (2002), p. 361-369.

29 Le mémoire de maîtrise de Chaïdo Christou, soutenu en 2005, est intitulé Γλωσσική συμπύκνωση στην κριμαιοαζοφική διάλεκτο. Διπλωματική εργασία. Sa thèse de doctorat traite des spécificités du dialecte criméo-azovien sous un angle historique et des liens avec le grec moderne et ancien au niveau du vocabulaire.

30 Voir, entre autres, Kisilier Maksim 2006 ; 2009a ; 2012 ; Baranova Vlada 2010.

31 Pappou-Zouravliova Aikaterini 1998, p. 89 ; Symeonidis Charalampos, Tompaidis Dimitris 1999, p. 17 ; Chernukhin Eugène 2016a.

32 Ponomariova Irina 2006, p. 72.

33 Muratov Saifi 1963.

34 Sur la presse et les activités culturelles des Grecs d’ex-Union soviétique dans l’entre-deux-guerres, voir, par exemple, Karpozilos Apostolos 1991 ; 1999 ; Karpozilou Martha, Karpozilos Apostolos 1988-1989 ; Ulunyan Artyom 1992. Sur les activités littéraires des Grecs de Mariupol en particulier, voir Karpozilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999 ; Ashla Alexander 2003 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008 ; Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009.

35 Dans l’ensemble, 56 numéros furent publiés. Entre 1933 et 1937, le journal paraissait sous le nom de Πιονέρος.

36 Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 44.

37 Selon Ponomariova Irina 2006, p. 33, dans l’ensemble, 972 numéros du journal Κολεχτιβιςτίς furent publiés : 12 en 1930, 66 en 1931, 67 en 1932, 100 en 1933, 114 en 1934, 139 en 1935, 162 en 1936 et 172 en 1937. Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 44, se réfèrent à 832 numéros. Le journal Κολεχτιβιςτίς est disponible à la Bibliothèque nationale de Russie.

38 Amfiktrion Dimitriou (1896-1938) est né sur l’île d’Antigoni en mer de Marmara et a été scolarisé à Constantinople à la Μεγάλη του Γένους Σχολή. En 1916, ses études terminées, afin d’échapper à la mobilisation, il partit en Roumanie où il travailla comme enseignant. En 1917, il passa en Russie où il fit le même travail, d’abord en Crimée, puis à Mariupol. Pendant une certaine période il travailla en tant que secrétaire du consulat grec de Théodosie. Une fois établi à Mariupol, il prit une part active à la vie locale en tant que correspondant de Κολεχτιβιςτίς et enseignant de grec de l’institut pédagogique et de l’école du Parti communiste. Il a écrit aussi des manuels scolaires et de la prose. Il fut arrêté le 8 décembre 1937 et fusillé en 1938. Voir Karpozilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999, p. 195-197.

39 Chassiotis Ioannis 1997, p. 362-363 ; Karpozoilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999 ; Ivanova Yulia 2004, p. 298 ; Beletskij Andrei 1970.

40 Ulunyan Artiom 1992, p. 202-208.

41 Entre 1917 et 1926, seuls deux livres avaient été publiés en grec en Union soviétique. Entre 1926 et 1930, on en comptait 30 ; entre 1930 et 1931, 133 ; et entre 1932 et 1936, 361. En 1928, seuls deux ouvrages avaient été tirés à plus de 2 000 exemplaires ; en 1934, 65 ouvrages avaient été tirés à 115 000 exemplaires, et en 1935, 99 ouvrages avaient été tirés à 197 000 exemplaires. Ivanova Yulia 2004, p. 299.

42 Fotiadis Konstantinos 1996, p. 161 ; Chassiotis Ioannis 1997, p. 356, 361.

43 Yakubova Larisa 1999, p. 197-198.

44 Chassiotis Ioannis 1997, p. 380.

45 Karpozilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999, p. 187-188.

46 Yakubova Larisa 2004a ; 2004b.

47 Sur la vie et l’œuvre de Leontij Honagbej, voir HadŽinov Edouard 1999 ; sur Kassandra Kostan, voir ci-dessous, p. 215-216. 

48 Les membres du groupe littéraire Zaboj étaient, entre autres, Georgij Kostoprav, Amfiktrion Dimitriou, Vasili Galla, Mihail Tychlek, Savva Kosse, Anton Chapourma, Georgij Leventis. Voir Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 44.

49 Sur G. Kostoprav, voir, par exemple, Karpozilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999 ; Fédération des associations grecques d’Ukraine 2009, p. 243-245 ; Mazur Pavel 2003.

50 Sur le théâtre grec de Mariupol, voir, par exemple, Procenko Arkadij 1999.

51 Voir Karpozilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999, p. 185-186.

52 Notaras Andreas 2005, p. 264.

53 Parmi eux, il y avait le traducteur Roald Čangli, le peintre Lel’ Kuzminkov (1925-2012), les enseignants Donat Patriča (1934-2004) et Anatolij Macuka (1904-1993) et l’ingénieur Georgij Patriča (1929-1993).

54 La traduction de ce recueil en russe a été assurée par Roald Čangli ; le tirage a atteint les 16 000 exemplaires. La traduction en ukrainien a été assurée par Mikhaylo Bažan, Volodimir Sosûra, Ivan Dratch et d’autres.

55 Voir ci-dessous, p. 219.

56 Сорок небылиц (Quarante contes), 1977 ; Родное Приазовье (Ma chère région de la mer d’Azov), 1981 ; Морской десант (Opération marine), 1985.

57 Завжди в дорозі (Toujours en route), 1976 ; Травнева пісня (Chanson de printemps), 1979.

58 Память (La mémoire), 1981 ; Слава тебя найдет (Tu trouveras la gloire), 1985 ; Конь мой златокрылый (Mon cheval aux ailes dorées), 1989.

59 Амфора (Amphore) 1988 ; За три моря (Au-delà de trois mers), 1993 ; Арион (Arion) 1993 ; Тысяча жемчужин (Un millier de perles), 1993 ; Якби Ви знали (Si vous saviez), 1994 ; Доброта (La gentillesse), 1995.

60 Fédération des associations grecques d’Ukraine 2009, p. 209-212. Les anthologies de L. Kiriakov sont : Народные песни греков Приазовья (Chansons populaires des Grecs de la région de la mer d’Azov), 1994, et Сказки греков Приазовья (Contes des Grecs de la région de la mer d’Azov), 2007, ces derniers publiés avec L. Penez et D. Papouch.

61 Ivan Fedorovitch Dratch (1936-), poète ukrainien, est également connu comme régisseur de cinéma, critique littéraire, dissident et acteur politique. Il joua un rôle important dans la formation du Mouvement démocratique ukrainien (Ruh) dont il fut le premier leader (1989-1992). Plus tard, il a été ministre de la Communication d’Ukraine et président de l’Union des écrivains d’Ukraine. En 2006, il fut décoré du titre de « héros d’Ukraine ».

62 Dmitrij Demerdži (1901-1991) était un Roum originaire du village grec d’Ourzouf, mais écrivait sa propre poésie en ukrainien. Il était membre de l’Union des écrivains d’Ukraine depuis 1962.

63 Diamantopoulo-Rionis Alekos, Demerdži Dmitrij, Davydova-Diamantopoulo Anna, Šapurma Anton, Harabadot Rimma, Patriča Donat (dir.), Румейско-русский и русско-румейский словарь пяти диалектов греков Приазовья (Dictionnaire romaïque-russe et russe-romaïque de cinq dialectes des Grecs de la région de la mer d’Azov), Mariupol, 2006. 

64 Ashla Alexander 2003, p. 29 ; Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 44, 58.

65 Ashla Alexander 2003, p. 19 ; Yakubova Larisa 1999, p. 145-147.

66 S. Yali (1895-1938), Grec de Sartana, était fonctionnaire de l’administration publique, chargé des questions éducatives pendant la politique d’indigénisation. Il était aussi historien et ethnographe et un ardent communiste qui agissait dans le but d’aider son peuple dans les moments difficiles. Son ouvrage fut tiré à 500 exemplaires. Dans la seconde moitié des années trente, pratiquement tout ce qu’il en restait fut détruit. S. Yali fut arrêté le 15 décembre 1937 et fusillé le 7 février 1938. Voir Yakubova Larisa 2006c ; Ashla Alexander 2003, p. 17.

67 K. Kostan (1897-1939), Grecque du village de Makedonova en mer d’Azov, était l’épouse de l’orientaliste A. Kovalevski, professeur à l’université de Kharkov et plus tard à l’université de Léningrad. Elle est considérée comme la première femme scientifique chez les Grecs de Mariupol. Ses archives semblent avoir disparu. Voir Fédération des associations grecques d’Ukraine 2009, p. 237-239 ; Hadžinov Edouard 1999 ; Ashla Alexander 2003, p. 17-18.

68 Kostan Kassandra, З лiтератури марiупольских грекiв (De la littérature des Grecs de Mariupol), Kharkov, Ruh, 1932 ; « З лiтературноï творчостi марiупольских грекiв » (De l’art littéraire des Grecs de Mariupol), Схiдний свiт (Monde oriental) 3-4 (1928), p. 233-234.

69 Philosophe, astronome et mathématicien grec, originaire de Milet, en Asie mineure, fondateur de la philosophie grecque, considéré comme l’un des Sept Sages. Il pensait que l’eau était le principe de toute chose.

70 Entretiens avec Olimpiada Hadžinova et Kostas Hadžinov à Mariupol, à Athènes et à Kiev, 1994-2009.

71 Kuzminkov Lel’ 1998 ; Ashla Alexander 2003, p. 23-24 ; Fédération des associations grecques d’Ukraine 2009, p. 497-500 ; Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergej 2006, p. 55-59. Pour une évaluation de l’œuvre de E. Hadžinov, voir Chernukhin Eugène 2016a.

72 Les disques de A. Ashla sont : Τα τραγούδια των Ελλήνων της Αζοφικής, 1988, et Μουσικό φολκλόρ των Ελλήνων της Αζοφικής, 1991. Ses livres CD sont : Τα Μαριουπολίτικα. Τραγούδια, παραμύθια και χοροί των Ελλήνων της Αζοφικής, Athènes, Dodoni, 1999 ; Ποίηση των Ελλήνων της Αζοφικής, Οι Ρωμαίοι από την Μαριούπολη και τα γύρω χωριά απαγγέλνουν τα ποιήματα τους, Athènes, Kaktos, 2003 ; Παραδοσιακή μουσική των Ελλήνων της Αζοφικής. Από τις ηχογραφήσεις του 1985 στην ενδοχώρα της Μαριούπολης, Athènes, Kaktos, 2008.

73 Pour la signification de ce nom, voir ci-dessus, p. 29.

74 Ashla Alexander 2003, p. 19 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 92-93.

75 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 51-52.

76 Kaurinkoski Kira 1997, p. 432-435.

77 Ces danses sont décrites dans Zajčenko Sergej 1995.

78 Entretiens avec M. Gaïtan, S. Zajčenko, L. Handeldy et T. Katsy à Mariupol et à Sartana, 1994, 1997, 2009. Voir aussi Ashla Alexander 1983, p. 21 ; Fédération des associations grecques d’Ukraine 2009, p. 111 ; Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 52-53 ; Gaïtan Maria 2006.

79 Yakubova Larisa 2006a, p. 86-87.

80 Yakubova Larisa 2004b, p. 88-89.

81 Kisilier Maksim 2009b, p. 14-16.

82 Dans sa signification initiale, le terme intelligentsia correspond à une certaine classe d’intellectuels dans l’Empire russe au xixe s. À partir des années 1890, il a été restreint à ceux qui œuvraient contre le régime. Dans le jeune État soviétique, le terme se réfèrait à une classe sociale engagée dans un travail de création et de dissémination de la culture, accompagnée par des artistes, des peintres et des enseignants. Dès la fin des années 1950, l’intelligentsia a de nouveau commencé à se tourner vers le régime se caractérisant alors par une tendance à tout esthétiser, un intérêt pour l’honnêteté citoyenne et une idée exagérée de sa propre importance. Voir, par exemple, Pipes Richard 1961 ; Lihačev Dmitrij 1997.

83 Selon les données rapportées par Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 33, entre 1970 et 1976, six Grecs de la région de Donetsk quittèrent l’Union soviétique pour l’étranger, mais pas pour la Grèce.

84 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 60. Sur les Grecs de Mariupol et leur place dans l’histoire, voir aussi Chernukhin Eugène 2014b.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search