Version classiqueVersion mobile

Le « retour » des Grecs de Russie

 | 
Kira Kaurinkoski

Première partie – Les Grecs dans l’Empire Russe, dans l’Union Soviétique et en Ukraine

La politique linguistique en Union soviétique et en Ukraine

Texte intégral

  • 1 En 1927, l’ukrainien avait été reconnu langue prédominante de communication officielle en Ukraine, (...)

1Avant la Révolution de 1917, le russe était la langue officielle de l’Empire (mis à part dans les États baltes, en Pologne et en Finlande) selon la devise : un Tsar, une religion, une langue. La politique soviétique, pour sa part, s’appuyait sur une vision à long terme, l’idée d’un processus menant à une société sans frontières de classe, de religion ou de nation, au sein de laquelle naîtrait une culture unique. Jusqu’à la perestroïka, à quelques exceptions près (l’Arménie et la Géorgie), aucune loi sur la langue n’avait été promulguée de manière officielle dans les républiques soviétiques1. De facto, la langue était le marqueur principal des groupes ethniques : leur reconnaissance sociale allait de pair avec celle de leur langue. Même s’il y avait en Union soviétique des territoires autonomes et si leurs langues autochtones étaient tolérées par l’État, dans toutes les sphères publiques, le russe prévalait. Jouissant d’un statut plus élevé que les autres langues, le russe était également le vecteur de la mobilité sociale : la modernité parlait russe. Les taux d’assimilation linguistique de ceux ayant appris le russe en seconde langue, ainsi que l’indifférence des russophones vis-à-vis des langues locales et nationales dans les républiques de l’Union soviétique où les Russes étaient minoritaires, en témoignent.

  • 2 La fondation de la littérature ukrainienne moderne est associée à Ivan Kotliarevski (1769-1838) et (...)

2Après l’effondrement de l’Union soviétique la situation changea. À partir de 1989, toutes les républiques de l’URSS, à l’exception de la Russie, proclamèrent leur langue nationale langue d’État cherchant ainsi à rompre avec le russe et avec leur passé soviétique. C’est ainsi que l’ukrainien2 devint la langue d’État en Ukraine. À travers l’action sur la langue, c’est une certaine idée de la nation qui prend forme. En assurant ses bases linguistiques, il s’agit en fait de renforcer le sentiment national.

3Ce chapitre traite de la politique linguistique en Union soviétique et en Ukraine depuis le début des années 1920 jusqu’à la première décennie des années 2000. Il examine le rétablissement de l’ukrainien et des langues régionales et minoritaires. L’enseignement du grec dans ses différentes variantes y est présenté. L’évolution de la valorisation linguistique en milieu grec d’Ukraine fait également l’objet d’une analyse.

La politique linguistique soviétique : de l’indigénisation à la russification

  • 3 Nahaylo Bohdan, Swoboda Victor 1994, p. 58.

4Le but premier de la politique d’indigénisation (korenizaciâ) (koren’ = racine, d’où « prendre racine »), et en l’occurrence de l’ukrainisation (ukrainizaciâ), lancée par un décret de 1923, était d’assurer aux populations non russes une certaine autonomie culturelle. Au début des années vingt, Lénine avait pris conscience de la fragilité de l’autorité soviétique et de l’importance de gagner la sympathie et la confiance des populations non russes et de la paysannerie. C’est à cette fin que fut lancée la politique d’indigénisation. Il fallait conquérir les populations non russes pour ainsi réaliser l’unification des peuples en une seule culture socialiste3. Les objectifs concrets ainsi que les méthodes appliquées ont différé selon les périodes et le contexte.

  • 4 Yakubova Larisa 2004a, p. 122.

5En Ukraine, dans un premier temps, les forces nationales démocrates furent tolérées. Par la suite, il s’agissait de dénationaliser le bolchevisme. Nombre de travaux publiés sur cette période dans la première moitié des années 1990 traitent de la « renaissance nationale et culturelle » des peuples de l’Ukraine4. Cependant, comme nous le verrons dans le cas des Grecs de Mariupol, chez qui la russification linguistique et culturelle était largement avancée déjà sous les tsars, l’application de la politique d’indigénisation – d’« hellénisation » (ellinizaciâ) et de « tatarisation » (tatarizaciâ) – se heurta à des obstacles notables.

La politique d’indigénisation et les dilemmes autour de son application en milieu grec à Mariupol et en URSS

  • 5 Chassiotis Ioannis 1997, p. 374.

6Au début des années 1920, la seule école grecque d’Ukraine se trouvait à Odessa. En 1924, une deuxième école, sous l’impulsion de la politique d’indigénisation, fut ouverte à Mariupol5. Parallèlement, il avait été décidé d’utiliser les dialectes locaux dans l’enseignement scolaire des Grecs à Mariupol et à Stalino (Donetsk). Mais dès la fin de l’année 1925, Savva Yali, responsable de la section grecque de la Commission centrale des minorités nationales auprès du Comité central ukrainien, conclut que les langues des Grecs de Mariupol ne pouvaient pas être utilisées dans l’enseignement. Il n’existait pas d’études des processus linguistiques ni de méthode ou de linguistique élémentaire, il n’y avait même pas de dictionnaire des dialectes des Grecs de Mariupol qui auraient permis d’établir des programmes d’enseignement pour les classes élémentaires.

7À la même période, l’inspecteur de l’éducation nationale ukrainienne, Arefiev, dressait l’image suivante de la situation linguistique en mer d’Azov :

  • 6 Cette citation est reprise de l’ouvrage de Yakubova Larisa 1999, p. 121-122.

Les écoles grecques qui existaient dans le passé avaient été fermées par un décret impérial à la fin du xixe s. Les conséquences de cette politique de russification forcée ont été graves : dans le district de Mariupol, les Grecs, les Tatars [Grecs tatars] et les Moldaves ont oublié l’écriture dans leur langue d’origine et n’ont gardé que la connaissance de la langue orale. Par exemple, dans le village grec d’Yalta, il n’y a que trois personnes capables de lire le grec : le pope, le médecin et le comptable. À Sartana, un village habité par 4 562 Grecs, seul un homme âgé sait lire le grec. On a trouvé chez lui un livre religieux. Du côté des Grecs tatars, il n’y a qu’une personne […] qui sache lire et écrire sa langue et possède un livre dans cette langue6.

  • 7 Yakubova Larisa 1999, p. 121-124 ; 2004a.
  • 8 Yakubova Larisa 2004a, p. 124-125. L’héritage de ces troubadours populaires sera examiné ci-dessous (...)

8Le recensement soviétique de 1926 montre que 45 % des Grecs d’Ukraine en milieu urbain et 83,3 % en milieu rural avaient le grec pour langue d’origine. Cependant, seuls 2,7 % savaient l’écrire. À la même période, 95,4 % des Russes, 60,6 % des Juifs, 62 % des Polonais et 94,2 % des Allemands avaient une connaissance écrite de leur langue nationale. Pourtant, le niveau d’alphabétisation général chez les Grecs était plutôt élevé et représentait 62 %. Il était de 41,4 % pour les Ukrainiens, de 55,5 % pour les Russes, de 70 % pour les Juifs, de 48 % pour les Polonais et de 62,4 % pour les Allemands. Ces chiffres suggèrent qu’il y avait chez les Grecs un décalage important entre la connaissance orale et écrite de leur langue « nationale ». Le niveau de russification chez les Grecs d’Ukraine était fort avancé : 98,4 % des élèves, à cette date, étaient inscrits dans des écoles russes7. N’ayant pas accès à un enseignement en grec, les Grecs de la région de la mer d’Azov se servaient souvent de l’alphabet russe dans leur correspondance familiale. C’est ainsi que furent composés les travaux des troubadours populaires Leontij Honagbej (Livon Hunagbe) (1853-1918) et Demian Bogadica (Damian Bgditsa) (1850-1906) et ainsi que furent rédigés les rapports dans nombre de « villages grecs » dans les années vingt8.

9L’une des premières tâches qui se posaient dans le contexte de la korenizaciâ fut donc l’invention d’un alphabet. Par un décret de janvier 1926, le parti communiste de la RFSR décida de remplacer la καθαρεύουσα, utilisée dans les écoles grecques sous le tsar, par le grec démotique sur tout le territoire de l’Union soviétique :

  • 9 L’extrait de ce décret a été repris dans Černyševa Tatiana 1958, p. 5.  

La langue katharevousa a été remplacée sur tout le territoire de l’Union soviétique puisqu’il s’agit d’une langue étrangère et incompréhensible pour les masses grecques ; elle a été remplacée par la langue démotique, une langue littéraire à la portée de tout le monde9.

  • 10 Yakubova Larisa 1999, p. 125 ; Karpozilou Martha, Karpozilos Apostolos 1988-1989 ; Notaras Andreas (...)
  • 11 Voutira Eftihia 2011.

10Le premier congrès sur l’éducation et la culture des Grecs d’Union soviétique eut lieu les 10-13 mai 1926 à Rostov-sur-le-Don. Parmi les délégués se trouvaient des représentants des Grecs de Crimée, de Géorgie, d’Abkhazie, du Nord Caucase et d’Ukraine. Il y fut décidé d’instaurer le grec démotique, seule langue écrite et orale officielle des Grecs d’URSS. Immédiatement, le grec démotique fut proclamé comme langue de l’enseignement scolaire dans toutes les écoles grecques. Ce changement s’accompagna d’une transformation de l’orthographe10. Il s’agissait ainsi de marquer la différence avec la politique tsariste et avec la « Grèce bourgeoise », et de contribuer à la construction du socialisme en adoptant une « langue grecque soviétique »11. En 1931, le premier secrétaire du Parti communiste d’Ukraine, Mykola Skrypnik, écrivit dans le journal Bolševik Ukrainy (Bolchevik d’Ukraine) :

  • 12 Skrypnik Mykola, « Перебудовними шляхами » (Sur des chemins reconstruits), Більшовик України (Bolch (...)

… en 1917-1918, on a observé l’expression des sentiments nationalistes coloniaux chez les Grecs d’Ukraine et de Crimée ; ceci prouve qu’ils se considèrent comme une partie de l’Hellas et que toutes leurs aspirations vont dans ce sens. La question de la langue des Grecs [d’Ukraine] est donc une question d’une grande importance politique. Il n’y a pas de raison de revendiquer l’ancienne langue littéraire (katharevousa), puisque cette question se trouve au fondement des aspirations coloniales des nationalistes grecs12.

  • 13 Le débat était également vif en Grèce. Les deux camps opposés avaient leurs sympathisants : les uns (...)
  • 14 Ponomariova Irina 2006, p. 62 ; Kisilier Maksim 2009b, p. 11-14.
  • 15 Karpozilou Martha, Karpozilos Apostolos 1988-1989 ; Notaras Andreas 2005, p. 241.

11En Union soviétique, le débat entre les sympathisants de la καθαρεύουσα et du démotique refléta une lutte entre forces sociales antagonistes13. Le nouvel alphabet se fondait sur un système d’orthographe phonétique et comportait vingt lettres au lieu des vingt-quatre de l’alphabet grec. En particulier, il comprenait cinq voyelles (α, ε, ι, ο, υ), η et ω furent supprimées, et quinze consonnes β, γ, δ, ζ, θ, κ, λ, μ, ν, π, ρ, ς, τ, φ, χ). Les lettres ξ et ψ furent supprimées et remplacées par κς et πς. De même, αφ et εφ furent substitués à αυ et ευ ; les digraphes αι, ει, οι, ου devinrent simplement ε, ι et υ. Par ailleurs, les deux formes de s (σ, ς) selon la place de la lettre au début et à l’intérieur ou à la fin du mot tombèrent au profit du ς. Seul l’accent tonique aigu est resté en vigueur ; les esprits disparurent. Dans la région de la mer d’Azov, l’établissement de l’écriture romaïque s’est fondé sur le dialecte de Sartana14 (tabl. 6). Un alphabet similaire fut créé pour le dialecte grec pontique15.

Tabl. 6 – Le premier alphabet romaïque de la région de la mer d’Azov.

Αα Ζζ Μμ Σσς
Ββ Θθ Νν Ττ
Γγ Ιι Οο Υυ
Δδ Κκ Ππ Φφ
Εε Λλ Ρρ Χχ

Kisilier Maksim 2009b, p. 11.

  • 16 Chernukhin Eugène 2000, p. 443.
  • 17 Chassiotis Ioannis 1997, p. 379-380 ; Yakubova Larisa 1999, p. 136-137.

12Le changement de langue et d’orthographe fut confirmé en 1930, 1934 et 193616. Au congrès des Grecs d’Union soviétique en 1934 à Moscou, il fut en outre précisé que les dialectes régionaux pouvaient être mobilisés pour amortir les difficultés dues à la faible connaissance du démotique17.

L’indigénisation en milieu scolaire grec

  • 18 Chassiotis Ioannis 1997, p. 375 ; Karpozilou Martha 1991, p. 224-225.
  • 19 Yali Savva 1931, p. 121.

13Quand la politique d’indigénisation fut lancée, il y avait environ trois cents enseignants de grec en Union soviétique ; parmi eux, une vingtaine seulement connaissait le grec démotique. Les autres parlaient un mélange de démotique, de καθαρεύουσα et de dialecte auquel ils ajoutaient des mots russes ou turcs. La majorité des enseignants de grec d’avant la Révolution avait quitté le pays pour la Grèce18. Dans le raion de Mariupol, on comptait, en 1925, environ deux cents enseignants d’origine grecque ; ils ne connaissaient que leur dialecte ou le russe19. Le manque de manuels était un autre souci majeur. Au xixe s., le matériel didactique venait de Grèce. Mais dans le nouveau contexte politique, on avait besoin de livres qui reflétaient la nouvelle idéologie de l’État soviétique. Cette question fut réglée par la fondation de maisons d’édition spécialisées dans la publication des livres en grec. À partir de 1930, les journaux mariupolites qui comportaient des articles en grec démotique et en dialectes ont également été utilisés comme matériel didactique.

  • 20 En 1926, 38 enseignants participèrent à ces stages en Ukraine ; en 1927, ils étaient 50 et, en 1928 (...)

14Des stages de formation furent organisés pour les enseignants partout en Union soviétique où il y avait des communautés grecques (hellénophones ou turcophones). Le cursus comprenait des cours de langue, d’histoire et de culture, et obligatoirement, des cours d’orientation idéologique20. À Mariupol, les premiers stages furent organisés en juillet 1926. Les cours de grec furent assurés par Ioannis Lefkopoulos, diplômé de l’université d’Athènes et collaborateur du journal Φάρος της Ανατολής, publié à Trabzon, venu en Russie dans les années vingt. Avant son arrivé à Mariupol, il avait enseigné le grec dans les écoles grecques de Novorossisk et dans le cercle balkanique de Kharkov. Le stage comportait 139 heures de cours, qui étaient réparties sur 26 jours de travail, accompagnées de discussions thématiques. La grammaire de Lefkopoulos parue en 1936 et un alphabet grec polyphonique publié à Tiflis servaient de soutien didactique. Les résultats ne furent pas fameux.

15Dans une lettre du 16 juillet 1928 au journal Diktatura Truda (Dictature du travail), l’enseignant de grec Alexei Mourzenko qui avait participé à l’un de ces stages à l’été 1927, écrivit :

  • 21 Cette citation est reprise de l’article de Chernukhin Eugène 2000, p. 444.

On a introduit une langue parlée par quelqu’un quelque part pour qu’elle devienne notre langue d’origine […] cette année, les élèves ont appris à lire et à copier des textes de livres, les enseignants ne savaient plus quoi dire […] Un seul alphabet était au service des élèves et des enseignants. L’année prochaine, il faut qu’on utilise le même alphabet […] En conclusion, les enfants ne sont pas capables de dire à leur mère qu’ils ont faim ou soif […] Je suis d’accord que l’enseignement doit se faire dans la langue d’origine, mais donnez-nous cette langue, et si elle n’existe pas, ne nous la donnez pas de manière si artificielle21.

  • 22 Chernukhin Eugène 2000, p. 444 ; Ponomariova Irina 2006, p. 73.
  • 23 Chassiotis Ioannis 1997, p. 375 ; Karpozilou Martha 1991.

16Dans des exposés successifs auprès des organes compétents, S. Yali attira l’attention de ses supérieurs sur les difficultés auxquelles étaient confrontés les premiers enseignants de grec démotique et le degré d’échec de la politique d’hellénisation appliquée. À partir de 1926, la culture et les dialectes des Grecs de la région de la mer d’Azov furent étudiés par plusieurs délégations scientifiques. Pourtant, l’hellénisation de la région n’avançait pas. Dans de nombreux cas, les villageois « refusaient de conduire leurs enfants dans les écoles grecques et de s’abonner à des journaux grecs »22. La première conférence ukrainienne sur le travail accompli au sein des minorités nationales eut lieu à Kharkov du 8 au 11 janvier 1927. L’opposition au programme d’hellénisation dans les districts de Mariupol et de Stalino y fut manifeste23.

  • 24 Voir Yakubova Larisa 2004a, p. 128-130.
  • 25 Voir Yali Savva, « Об условиях национального возрождения греческой народности » (Des conditions de (...)

17À l’initiative de S. Yali, à l’été 1928, la Société ukrainienne d’études orientales entreprit des recherches linguistiques sur les dialectes des Grecs de Mariupol. Les trois plus grands spécialistes de ces dialectes furent chargés de la tâche : le professeur Vladimir Gavrilenko de l’université de Kharkov, le professeur Ivan Sokolov de l’université de Léningrad et le bibliothécaire du Musée central de Taurie, Dmitrij Spiridonov. Les premiers résultats furent publiés en 1928. Les spécialistes conclurent qu’il fallait introduire des stages spéciaux portant sur la langue et la littérature grecque, améliorer le niveau de qualification des enseignants, organiser des stages pédagogiques et enrichir les collections de livres. Ils conclurent aussi que la politique d’hellénisation des Grecs de Mariupol n’était pas applicable, car elle était sans issue. Dans leurs rapports écrits, I. Sokolov critiquait la politique nationale et culturelle du régime tsariste ; Dm. Spiridonov et Vl. Gavrilenko ne comprenaient pas la raison d’être de l’hellénisation des Grecs de Mariupol24. S. Yali était lui-même sceptique. Dans l’un de ses premiers écrits de 1925, il s’était demandé s’il était « justifié de s’occuper de la renaissance d’un peuple sans écriture, d’autant plus si, comme le pensent certains, les Grecs de Mariupol ont presque oublié leur langue maternelle et nombre de caractéristiques de leur culture nationale »25.

  • 26 L’école primaire comportait quatre classes et l’école secondaire les sept classes suivantes.

18Ces différentes remarques n’eurent aucun écho auprès des décideurs politiques. En 1928, le grec fut introduit comme langue d’enseignement dans toutes les écoles élémentaires des villages grecs de la région de la mer d’Azov. Au terme de l’année 1932-1933, le but était d’helléniser non seulement l’école élémentaire mais aussi l’école secondaire26.

  • 27 Yakubova Larisa 1999 ; Chassiotis Ioannis 1997, p. 374.
  • 28 Ponomariova Irina 2006, p. 73 ; Rybalko Aleksandr 2008, p. 8-12.

19En 1929, 26,5 % des élèves grecs d’Ukraine suivaient un enseignement dans leur langue d’origine, 2 % en ukrainien et 78,3 % en russe. Dans certaines écoles, l’enseignement fut effectivement dispensé en démotique. Dans d’autres, on faisait un usage parallèle du russe, de l’ukrainien, du dialecte local et du grec démotique. Dans les villages turcophones, l’enseignement était, en règle générale, assuré en tatar de Crimée, écrit en caractères latins27. Selon Aleksandr Garkavec, considéré comme le meilleur spécialiste de la langue ouroum des Grecs de Mariupol, ce fait eut des conséquences nuisibles pour les dialectes locaux qui contenaient aussi des éléments grecs. Cela dit, dans la région de la mer d’Azov, le tatar de Crimée ne réussit jamais à s’établir comme langue de communication des Ouroums qui continuaient à parler leurs propres dialectes et à se considérer comme Grecs28.

  • 29 Tishkov Valery 1997, p. 30-31.
  • 30 Notaras Andreas 2005, p. 243.
  • 31 Yakubova Larisa 1999 ; Ponomariova Irina 2006, p. 59-60.

20Vers la fin des années 1920, des instituts pédagogiques (Pedtehnikum, de Pedagogičeskij Tehnikum) furent créés en Union soviétique là où il y avait des minorités nationales non négligeables. En dehors de leur fonction pédagogique, ces instituts se donnaient pour tâche de codifier les langues de ces minorités pour les rendre conformes à la nouvelle réalité politique29. Dès 1928, des instituts pédagogiques « grecs » furent créés à Krasnodar, à Soukhoumi, à Mariupol, à Rostov et à Santa dans la région de Tsalka (Géorgie)30. À l’institut pédagogique de Mariupol, une section grecque fut ouverte en 1928. En 1932, elle fut divisée en trois filières distinctes : grec démotique, grec tatare et tatare. En réalité, l’institut pédagogique était en grande partie d’expression russe : le grec y était enseigné parmi d’autres disciplines. En 1930, il n’y avait qu’un unique lecteur de grec. En 1932, sur vingt-deux lecteurs, deux enseignaient le grec, un le dialecte ouroum et le tatar. Dans les autres établissements « grecs » de la région, à Bogatyr, à Berdiansk et à Staraya Ignatievka, la situation était semblable. La grécité était purement formelle : si nombre d’élèves dans ces institutions étaient d’origine grecque, la langue d’enseignement effective était le russe31.

  • 32 Karpozilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999 ; Ashla Alexander 2003, p. 16-17, 24. Les activit (...)

21Parmi les personnes qui, à un moment ou à un autre, ont enseigné le grec à l’institut pédagogique de Mariupol, il y eut Amfitrion Dimitriou, originaire de l’île d’Antigoni près de Constantinople, qui vint en Russie en 1917 et s’établit d’abord en Crimée, puis à Mariupol, son épouse, l’écrivain et poète Elli Dimitriou, Ioannis Lefkopoulos et Georgij Leventis de Bolšoj Yanisol. Tous étaient littérairement actifs comme nous le verrons plus loin32.

  • 33 Yakubova Larisa 2011, p. 294-295.

22Le manque de manuels et de livres – problème récurrent dans les districts nationaux – était criant au moins jusqu’au milieu des années trente. Les manuels de langue n’étaient pas les seuls à faire défaut, il manquait aussi de manuels de mathématiques, de chimie, etc. Il y avait aussi d’importantes différences au niveau de l’infrastructure des écoles : en règle générale, les écoles ukrainiennes étaient en meilleur état et mieux équipées que les écoles des minorités nationales33.

  • 34 Yakubova Larisa 1999, p. 197-198.
  • 35 évoquons, entre autres, l’alphabet, le manuel et la chrestomathie de la littérature grecque d’A. Di (...)
  • 36 Yakubova Larisa 2004b, p. 84.

23En 1930, vingt bibliothèques, dix-neuf clubs et quatre maisons de lecture étaient « consacrés » à la Grèce en Ukraine. Mais il n’y avait pratiquement pas de livres en grec dans ces établissements. En 1931-1932, la bibliothèque de l’institut pédagogique de Mariupol ne possédait pas un seul manuel de grec. En 1932, I. S. Koraidi, journaliste du Κολεχτιβιςτίς, publié à Mariupol depuis 1930, écrivit à la rédaction de la Pravda : « Les villages grecs ont faim de littérature dans leur langue d’origine. Dans les écoles, trente à quarante élèves et parfois même cinquante personnes partagent un unique manuel »34. En 1935, les premiers manuels de grec pour les écoles grecques d’Ukraine virent enfin le jour. Ils furent publiés par la maison d’édition Donbass sous la responsabilité d’Amfiktion Dimitriou35. Théoriquement, avec ces livres, on aurait pu assurer l’enseignement du grec dans les écoles élémentaires et secondaires, mais il était déjà trop tard : selon L. Yakubova, à cette date, le grec démotique dans sa variante soviétique était une « langue morte » ; dans la vie de tous les jours, les Grecs d’Ukraine continuaient à parler leurs dialectes ou le russe36.

  • 37 Yakubova Larisa 2004b, p. 83-84 ; 1999 ; Chassiotis Ioannis 1997, p. 375.

24La complexité de la situation linguistique en mer d’Azov où coexistaient le russe, l’ukrainien, les dialectes locaux, romaïque et ouroum, n’a pas favorisé le processus d’hellénisation. En outre, un grand nombre de parents étaient contre l’hellénisation des écoles de la région : le grec démotique leur était incompréhensible, les enseignants étaient souvent mal formés, et les livres en grec faisaient défaut. Même les enseignants s’opposèrent au programme d’hellénisation. Parmi eux, il y avait nombre de russophones, d’autres qui connaissaient leur propre dialecte, mais pas le grec démotique. Beaucoup se souciaient du fait qu’une fois l’école terminée, les élèves ne pourraient plus continuer leurs études et qu’en dehors de leur village ils seraient incompris37.

  • 38 Chassiotis Ioannis 1997, p. 368-375 ; Notaras Andreas 2005, p. 240 ; Sideri Eleni 2006, p. 263.

25Dans les villes du sud de la Russie et dans le Caucase où les communautés grecques pontiques étaient importantes, la situation était différente. À Rostov, à Krasnodar, à Novorossisk, à Sébastopol, des écoles grecques furent ouvertes dès 1922. Dans ces écoles, l’alphabet grec de vingt-quatre lettres a été utilisé jusqu’en 1926. Dans les trois premières classes, l’enseignement était assuré en démotique, ensuite en καθαρεύουσα. Dans les régions du Kouban et de la mer Noire, il y avait cinquante de ces écoles primaires et secondaires. La Géorgie en comptait trente-trois en 1924 et cent quarante en 1937. Dans ces écoles, toutes les leçons étaient données en grec à l’exception d’une heure par jour consacrée au russe. Parallèlement, beaucoup de parents inscrivaient leurs enfants dans des écoles de la communauté grecque où ils suivaient un cursus proche de celui enseigné en Grèce. Des enseignants grecs, diplômés de Trébizonde et de Constantinople, donnaient également des cours privés38.

De l’égalitarisme culturel à la fusion en une seule culture socialiste

  • 39 Bogdan Henry 1993, p. 218-219.
  • 40 Yakubova Larisa 2006a, p. 83-85.
  • 41 Yakubova Larisa 2006b, p. 148-151.

26Le respect des langues nationales et les facilités accordées pour leur enseignement devaient permettre à tous de mieux assimiler l’idéologie communiste afin de mieux s’intégrer à la patrie soviétique39. C’est dans ce cadre qu’il avait été décidé de lutter contre l’analphabétisme, en utilisant les langues d’origine. Par la suite, une fois le pouvoir soviétique assuré, le passage au cyrillique, ajouté aux emprunts en masse au russe, devait réduire les différences entre les langues au profit du russe. Cette forme d’impérialisme linguistique passait par différentes voies, jouant à la fois sur la politique scolaire et universitaire, la planification linguistique, les médias, mais aussi sur le problème apparemment mineur de l’alphabet. Les réformes scolaires et linguistiques fréquentes avaient pour objectif de contrôler les activités des différentes minorités et d’empêcher leur autonomisation. Selon L. Yakubova, l’idée même de création d’écoles dites nationales selon le schéma préparé par les bureaucrates chargés de son application était dépourvue de sens40. La codification des langues nationales par les instituts pédagogiques entraîna souvent leur déformation et la création de langues artificielles. Dans ce contexte, la « dénationalisation » était synonyme de soviétisation41.

27La littérature et les matériaux d’archives soulignent les difficultés techniques rencontrées dans l’application de la politique d’indigénisation en milieu grec, en Ukraine. Néanmoins, chez les populations locales grecques, la mémoire, vécue et transmise, concernant cette période est largement positive. Leontij Kiriakov (1919-2008), poète de Sartana et porte-parole des Grecs de Mariupol jusqu’à son décès, se souvenait bien de ses années d’études dans la section grecque de l’institut pédagogique de Mariupol. Avec une certaine dose de nostalgie, il disait :

C’était une période très intéressante. La jeunesse de l’époque dont je faisais partie aspirait à la connaissance des choses, à l’acquisition d’un savoir. La question nationale n’était pas encore perçue comme un problème. À l’institut pédagogique, la majorité des étudiants étaient des Grecs. On nous enseignait le russe, l’ukrainien, l’allemand, on montait des pièces de théâtre dans ces langues et allait voir des spectacles dans les deux théâtres de la ville […] À la fin de 1937, notre vie a changé. À l’institut, la section grecque a fermé. J’avais déjà fini mon cursus et y avais reçu une formation d’enseignant de grec. Puisque les écoles grecques aussi ont été fermées ou sont devenues russes, il a fallu que je change de métier. C’est ainsi que je suis allé travailler à l’usine. Là, j’ai commencé l’école de la vie… (Entretien, Sartana, 1993)

  • 42 Kaurinkoski Kira 1997, p. 338-339.

28La politique d’indigénisation fut suivie d’une politique de russification linguistique et culturelle42. L’objectif était la transformation d’une société traditionnelle en une société moderne. Le grec, à l’instar d’autres langues minoritaires, devint une langue « sans perspectives ».

Les voies de la russification : l’armée et l’enseignement

  • 43 Nahaylo Bogdan, Swoboda Victor 1994, p. 4.

29Vers la fin des années trente, le russe devint la langue de prestige, nécessaire pour faire carrière dans la société. Considérée par le pouvoir comme le meilleur moyen pour unifier les différents systèmes de pensée, mais aussi les peuples et les nations de l’Union soviétique au sein de la patrie soviétique, la politique de russification sous toutes ses formes fut intensifiée au fur et à mesure que le pouvoir prit conscience, à la lecture des résultats des recensements de population, que le nombre de Russes avait tendance à diminuer régulièrement : ils étaient 54,65 % en 1959, mais seulement 50,8 % en 1989. Dans le même temps, la proportion des populations non slaves, à l’exception des Baltes, augmentait43. Pour le pouvoir soviétique, la russification était donc une nécessité vitale pour maintenir la cohésion de l’empire.

30Le témoignage de L., née à Sartana dans les années 1950, montre comment le changement de la politique linguistique a été vécu au sein des populations locales :

Nos parents sont tous allés dans une école grecque. Beaucoup d’entre eux parlaient à peine le russe. Et, ils en ont beaucoup souffert. En 1937, on a fermé les écoles grecques. Il ne nous restait que l’école de langue russe. C’était très dur. On s’efforçait tous de parler russe aussi bien que possible, de parler sans accent. Les enseignants étaient stricts. Parmi eux, il y avait aussi des Grecs, mais cela ne nous a pas aidés. Ils étaient sévères avec tout le monde. Dans la cour, à la récréation, après l’école, on parlait comme on voulait, mais dans la classe, on ne se permettait pas de s’amuser avec la langue. (Entretien, Sartana, 1993)

31Dans les familles où les époux étaient du même village, ils parlaient souvent le dialecte entre eux, mais s’adressaient à leurs enfants en russe. Certains par crainte que les enfants n’apprennent pas le russe si on leur parlait le dialecte à la maison, d’autres par peur d’être accusés de nationalisme. D’autres encore étaient passés au russe pour faciliter la vie de leurs enfants, dans l’intention d’en faire de bon citoyens soviétiques qui ne seraient pas différents des autres. D., née à Sartana dans les années 1940 et qui s’est mariée dans un autre village, raconte :

Je suis née ici, à Sartana, où j’ai passé toute ma jeunesse. Entre eux, mes parents parlaient grec. Mais dès qu’ils s’adressaient à moi, c’était toujours en russe. Néanmoins, j’ai fini par comprendre le grec. Mon mari est d’un autre village, sur la côte, Ourzouf. Là-bas, ils ont un autre parler. Nos premières années de vie commune, nous les avons passées là-bas. Je n’y comprenais rien. Entre nous, nous parlions toujours russe. Puis, nous sommes venus vivre à Mariupol. Le grec, mon fils ne le comprend même pas. Je me souviens, une fois, nous étions avec des amis, et je voulais lui dire quelque chose sans que les autres nous comprennent. Je lui ai dit quelque chose en grec, il m’a regardé, puis il s’est mis à rire. Il n’avait rien compris, mais vraiment pas un mot. (Entretien, Sartana, 1993)

  • 44 Entretien, Mariupol, 1994.

32En ville, la langue d’origine s’est perdue encore plus vite qu’au village. Même à la maison, le russe était de mise, souvent par peur, puis par habitude. Nina, née à Mariupol en 1950, a grandi avec le russe : « Quelquefois, le soir, dans la chambre, j’entendais mes parents parler à voix basse le grec [en fait, le dialecte turc, l’ouroum] entre eux. Mais dans la journée, tous réunis, nous parlions toujours russe. À l’époque, tout le monde avait peur, je suppose44 ».

  • 45 Article 31 de la Constitution de l’URSS de 1977.
  • 46 Carrère d’Encausse Hélène 1990, p. 163.

33Le service militaire, qui concernait l’ensemble de la population masculine de l’Union, a été un autre propagateur de la russification. Tous les jeunes gens dans leur vingtième année, quelle qu’était leur origine ethnique, ont été appelés au service militaire dont la durée minimale était de deux ans, portée à trois ans dans certaines armes (marine, aviation), car « la Défense de la patrie est l’affaire du peuple tout entier45 ». Le service militaire aboutissait à un véritable brassage de différentes populations dans la mesure où les unités étaient formées de jeunes ayant des origines ethniques différentes et où, en règle générale, les recrues étaient envoyées dans des garnisons en dehors de leur république d’origine. L’encadrement, en outre, était assuré par des officiers qui étaient, en majorité, russes ou ukrainiens. La loi militaire de 1967 insistait sur le rôle de l’armée en tant que creuset pour les populations de l’Union46. Comme le russe était la langue de commandement, les jeunes recrues, par la force des choses, étaient obligées de l’apprendre, quand elles ne le savaient pas déjà, à leur arrivée à la caserne, ce qui a largement favorisé le développement du bilinguisme. Pour beaucoup de ces jeunes gens, l’armée était en même temps une première étape dans le processus de perte de la langue nationale.

  • 47 Le rôle primordial du système éducatif, de la presse et de l’imprimerie dans la consolidation et la (...)
  • 48 Bogdan Henry 1993, p. 330 ; Lavriv Petro 1992, p. 127.
  • 49 Arel Dominique 1993, p. 160-178.
  • 50 Arel Dominique 1993, p. 77-78.

34Un autre moyen pour russifier l’ensemble des populations de l’Union était de favoriser l’enseignement47 en russe sur tout le territoire, aussi bien dans les républiques fédérées que dans les régions (autonomes) peuplées d’allogènes. Si à l’école élémentaire l’enseignement dans la langue nationale de la république en question était généralement assuré – et cela davantage en milieu rural qu’en milieu urbain –, la situation était différente pour les enseignements secondaire et supérieur. Dans le cas de l’Ukraine, où la parenté linguistique avec le russe jouait en faveur de la russification, les autorités entravèrent délibérément l’enseignement de la langue ukrainienne. Le Donbass fut néanmoins un cas à part. Alors que, en 1951-1952, 80,3 % des élèves fréquentaient des écoles où l’enseignement était dispensé en ukrainien, à la même date, dans la région de Donetsk, très urbanisée et avec une forte immigration, ce taux était seulement de 44,6 %48. La loi sur l’éducation de 1958, laissant aux parents le libre choix de la langue d’enseignement de leurs enfants, a davantage joué en faveur de la russification, et cela notamment dans les régions orientales et méridionales du pays. À la fin des années 1970, c’est à peine s’il y avait une école ukrainienne dans le sud-est du pays. Alors que, au début de la perestroïka, 47,5 % des élèves ukrainiens étaient inscrits dans une école ukrainienne, dans la région de Donetsk, ce taux n’était plus que de 3,8 %49. Dans les universités, pratiquement tous les enseignements étaient dispensés en langue russe. À partir de 1975, sur l’ensemble du territoire soviétique, tous les mémoires et toutes les dissertations universitaires devaient être présentés en langue russe. Ainsi, toute famille qui désirait offrir une éducation supérieure à ses enfants se trouvait contrainte de les inscrire dans une école de langue russe50.

  • 51 Kaurinkoski Kira 1997, p. 322-329 ; Kaurinkoski Kira 2003, p. 132.
  • 52 Bogdan Henry 1993, p. 327-330.

35Mes enquêtes de terrain montrent comment le métier constituait un facteur décisif concernant les choix linguistiques pendant la période soviétique. Dans les familles où l’on travaillait au kolkhoze, on continuait souvent à parler le dialecte (romaïque ou ouroum) à la maison alors que dans les familles où l’on travaillait à l’usine ou dans l’administration, le passage au russe s’effectuait plus rapidement51. Le russe était la langue de la ville et de la mobilité sociale, tandis que l’ukrainien, le « grec » et les autres langues des minorités nationales demeuraient « des langues de cuisine » « sans perspectives » (bezperspektivnye âzyki). De façon générale, dans les régions non russes d’Union soviétique, il y avait ceux qui acceptaient de faire leurs études en russe et avaient ainsi la possibilité de faire carrière ; et ceux qui, désireux de rester sur place parmi les « leurs », se voyaient relégués dans des emplois subalternes, principalement dans le secteur agricole52

La politique linguistique en ukraine : une question complexe

36Pendant la perestroïka et depuis l’indépendance de l’Ukraine en 1991, c’est une nouvelle politique linguistique qui s’est mise en place. La loi sur les langues adoptée en 1989 et la Constitution de l’Ukraine de 1996 définissent l’ukrainien comme langue d’État tout en protégeant le statut du russe. Selon l’article 10 de cette Constitution, « L’État garantit le développement et l’usage de la langue ukrainienne à tous les échelons de la vie civique sur tout le territoire de l’Ukraine. En outre, l’État ukrainien garantit à ses citoyens le libre développement et l’usage de la langue russe et d’autres langues des minorités nationales ». Ce principe a été repris dans les amendements de 2004, de 2010 et de 2014. Parallèlement, plusieurs lois ont été adoptées quant à l’usage de l’ukrainien dans l’enseignement et les médias.

  • 53 Bonnard Pascal 2007.

37Par conséquent, l’enseignement scolaire en ukrainien a progressé, mais les différences régionales persistent. À l’échelle du pays, la part des élèves inscrits dans des écoles où les cours sont dispensés en ukrainien est ainsi passée de 49,3 % en 1991-1992 à 70 % en 1998-1999, alors qu’elle est tombée de 50 à 34 % pour ceux scolarisés en russe. Dans les régions orientales et méridionales, cependant, la proportion d’élèves dans les établissements russophones atteignait encore souvent plus de 80 %. Malgré leur augmentation, en 2006, les émissions diffusées en ukrainien ne représentaient qu’un tiers des programmes radiotélévisés53.

38Comme le suggèrent les chiffres présentés ci-dessus, la réalité linguistique ukrainienne n’est pas univoque : largement ukrainophone dans les parties centrales et occidentales du pays, elle est plutôt russophone dans le sud et dans l’est et cela notamment en milieu urbain. Lors du premier recensement ukrainien de 2001, 67,5 % de la population du pays avait déclaré l’ukrainien comme langue d’origine, contre 29,6 % le russe (fig. 9).

Fig. 9 – Pourcentage de personnes de langue maternelle ukrainienne en Ukraine selon le recensement de population de 2001.

Fig. 9 – Pourcentage de personnes de langue maternelle ukrainienne en Ukraine selon le recensement de population de 2001.

Berruyer Olivier, série Ukraine, www.les-crises.fr/Ukraine, consulté le 6 février 2017.

  • 54 Bories Olivier, « Géopolitique des langues en Ukraine : une question complexe », Monde France Inter(...)

39Dans la région de Donetsk, la situation était inverse : 74,9 % de la population avait déclaré comme langue d’origine le russe, contre 24,1 % l’ukrainien (fig. 10). Parmi ceux qui avaient déclaré le russe comme langue d’origine, les Russes ne représentaient que 56 % ; les autres 44 % étaient composés d’Ukrainiens, de Biélorusses, de Juifs, de Grecs, de Bulgares, de Moldaves, de Tatars, d’Arméniens, de Polonais, d’Allemands et de Tatars de Crimée. Le russe y était la langue de communication quotidienne d’une grande partie de la population. Les différences entre les milieux ruraux et urbains aussi étaient sensibles : à la campagne, l’ukrainien dominait largement avec 85 %, contre moins de 60 % dans les villes54.

Fig. 10 – Carte linguistique des russophones d’Ukraine selon le recensement ukrainien de 2001.

Fig. 10 – Carte linguistique des russophones d’Ukraine selon le recensement ukrainien de 2001.

Berruyer Olivier, série Ukraine, www.les-crises.fr/Ukraine, consulté le 6 février 2017.

  • 55 Arel Dominique 2006.

40Le statut de la langue russe est un vaste sujet depuis l’indépendance du pays. Jusqu’à présent, l’ukrainien a conservé son statut de langue d’État unique malgré les tentatives de diverses fractions politiques pour instaurer le russe comme seconde langue d’État. Il s’agit d’une question hautement politique qui touche à la définition même de la nation ukrainienne, ainsi que d’un outil dans les luttes pour le pouvoir et dans la définition des relations avec Moscou55.

  • 56 Contrairement aux autres États ayant ratifié la Charte, l’Ukraine a choisi de reconnaître les langu (...)
  • 57 Bories Olivier (n. 54).
  • 58 Arel Dominique, « The Incentives of Language Politics – One Step behind in Ukraine », Chair of Ukra (...)
  • 59 « Ukraine : la Rada abroge la loi sur le statut du russe », RIA Novosti (23.02.2014).
  • 60 « Des manifestations pro-russes massives dans l’est de l’Ukraine », Le Monde (01.03.2014).

41En septembre 2005, l’Ukraine ratifia la Charte européenne des langues régionales et minoritaires qu’elle avait signée en 1996. Treize langues de minorités sont concernées par cette charte, notamment l’allemand, le biélorusse, le bulgare, le gagaouze, le grec, l’hébreu, le hongrois, le moldave, le polonais, le roumain, le russe, le slovaque et le tatar de Crimée56. En 2006, les régions orientales et méridionales de Lougansk, de Donetsk, de Nikolaïev et de Kharkov déclarèrent le russe langue régionale. La volonté de faire du russe une langue officielle, voire une seconde langue d’État, s’est accrue jusqu’en 2012, date à laquelle une loi fut votée par le Parti des Régions du président V. Yanoukovitch établissant le russe comme langue régionale dans treize régions du pays57. En septembre 2005, lorsque l’Ukraine ratifia la Charte européenne des langues des minorités, le gouvernement de V. Youchtchenko réclamait que 50 % de la population d’un territoire donné devait avoir cette langue pour langue d’origine58. En mars 2014, après le renversement du président V. Yanoukovitch, le parlement ukrainien décida d’abroger la loi sur les langues régionales et de retirer au russe, comme à plusieurs autres langues régionales, le statut de langue officielle dans treize des vingt-sept régions59. Par cette décision, tous les documents officiels doivent être rédigés exclusivement en ukrainien, les cours dans les écoles ne doivent être dispensés qu’en ukrainien, et les noms de ville et les autres noms propres doivent suivre l’orthographe et la prononciation ukrainienne. L’interdiction de la langue russe dans les treize régions mit le feu aux poudres, même si le président par intérim expliqua ensuite qu’il ne ferait pas entrer en vigueur cette mesure dans l’immédiat60.

42À l’issue de cette présentation des enjeux politiques linguistiques en Ukraine, nous allons maintenant examiner les pratiques linguistiques dans le Donbass où vit la grande majorité des Grecs d’Ukraine.

Le Donbass, un cas à part

43Produit d’un brassage ethnique qui a commencé avec l’industrialisation de la région au xixe s., accéléré par Staline, puis par ses successeurs, urbanisé à 90 %, le Donbass se présente, même dans le contexte de l’Est ukrainien, comme un cas tout à fait singulier. En 1993, l’éditeur en chef de la revue littéraire Donbass, revue bilingue russe-ukrainien, dressa le tableau suivant de la situation linguistique de cette région :

Au fond, il n’y a personne qui parle ukrainien ici. Des gens qui pensent (dumaût) en ukrainien, ici il n’y en a pratiquement pas. Même si nos écrivains d’ici […] écrivent en ukrainien, une fois qu’ils rentrent chez eux, en famille avec la femme et les enfants, tout se passe en russe. Puis le selo [le village], ça, c’est autre chose. Dans les parties nord de la région de Donetsk, il y a des villages ukrainiens, mais là ce n’est plus un ukrainien pur (čistyj), c’est un parler local avec des mots russes et ukrainiens, c’est ce que l’on appelle le suržik. (Entretien à Donetsk, novembre 1993)

44À Mariupol, plus au sud, l’importance de la langue russe augmente encore davantage. Ce fait s’explique par la diffusion de cette langue au sein même des autres communautés ethniques au-delà de la présence russe, en particulier en milieu urbain. Selon le recensement de 1989, 99,7 % des Russes, 83,4 % des Grecs et 66,1 % des Ukrainiens du raion de Mariupol étaient de langue d’origine russe. Seuls 33,8 % des Ukrainiens et 16,1 % des Grecs accordèrent le statut de langue d’origine à la langue de leur groupe national. Dans la ville de Mariupol, les chiffres étaient encore plus favorables au russe.

Les recensements de population et la « langue d’origine »

  • 61 Calvet Louis-Jean 1987, p. 101-103.

45Comment comprendre la notion de « langue d’origine » ? Les dictionnaires courants définissent la langue d’origine comme « la langue du pays où l’on est né ». Dans la grande majorité des cultures européennes on parle de « langue maternelle », c’est-à-dire la première langue apprise par l’enfant : μητρική γλώσσα en grec, mother tongue en anglais, lengua materna en espagnol, idioma materno en italien, muttersprache en allemand, etc. En russe, rodnoj âzyk, « langue d’origine », renvoie à la fois à l’idée de naissance (rodit’ ) dans le sens de « mettre au monde », de « parents » (roditeli), et de « source » (rodnik). La langue d’origine peut donc être tantôt celle de la mère, tantôt celle de la mère-patrie. D’une part, la langue d’origine est celle de la famille, voire des ancêtres, et d’autre part, celle du territoire, du pays, de la « patrie » ; on retrouve la racine « père » dans « patrie », et son équivalent patrida en grec, patria en italien et en espagnol, et bat’kivŝina en ukrainien (le mot « père » en ukrainien est bat’ko)61.

  • 62 Kozlov Viktor 1988, p. 170-173.

46Dans cette étude, la notion de « langue d’origine » (rodnoj âzyk en russe, rìdna mova en ukrainien) est la catégorie administrative qui apparaît sur les fiches de recensement, qui est ambiguë et ne reflète pas toujours la situation réelle de la pratique linguistique. Pour certains, la langue d’origine est celle de leur nationalité, celle qu’ils parlaient dans l’enfance, ce qui ne veut pas nécessairement dire qu’ils la maîtrisent : bien au contraire, dans certains cas ils ne la parlent même pas. Pour d’autres, la langue d’origine est la langue de convivialité, celle qu’ils pratiquent au quotidien et en privé, ou celle qu’ils maîtrisent le mieux. Dans la première moitié du xxe s., la catégorie « langue d’origine » sur les fiches de recensement se référait à la première langue ou à la langue de l’enfance. Pour les recensements de 1959, de 1970 et de 1979 des instructions supplémentaires avaient été données aux enquêteurs : si la personne interrogée avait des difficultés à répondre à cette question, on prenait note de la langue qu’elle maîtrisait le mieux ou dont elle faisait usage en famille62. D’après ces mêmes recensements et celui de 1989, dont certains résultats sont présentés ci-dessous (tabl. 7), les Grecs et les Juifs apparaissent aussi russophones que les Russes.

Tabl. 7 – La langue d’origine par groupe ethnique dans la région de donetsk, selon les recensements de 1959, de 1970, de 1979 et de 1989 qui concernent toute l’URSS.

Nationalité Population totale Langue nationale (%) Russe (%) Ukrainien (%)
1959
Ukrainiens 2 368 100 (55,7 %) 8,9 2,1 -
Russes 1 601 300 (37,5 %) 9,2 - 0,8
Biélorusses 63 300 (1,5 %) 36,2 61,2 2,6
Juifs 42 500 (1,0 %) 6,5 92,8 0,5
Grecs 93 200 (2,2 %) 7,7 89,6 2,3
Tatars 24 500 (0,6 %) 67,7 31,9 0,4
Moldaves 12 300 (0,3 %) 39,2 50,9 9,8
Autres 56 800 (1,2 %) 40,4 52,0 7,2
Au total 4 262 00 (100 %) 83,1 16,0 0,6
1970
Ukrainiens 2 596 900 (53,1 %) 0,5 29,5 -
Russes 1 987 000 (40,7 %) 9,3 - 0,7
Biélorusses 77 800 (1,6 %) 32,1 65,9 0,2
Juifs 40 000 (0,8 %) 5,0 94,4 0,6
Grecs 93 900 (1,9 %) 5,7 92,1 2,0
Tatars 26 700 (0,5 %) 60,2 39,2 0,6
Moldaves 11 800 (0,2 %) 36,8 55,7 7,4
Autres 57 700 (1,2 %) 33,4 60,6 5,7
Au total 4 892 000 (100 %) 9,2 20,2 0,4
1979
Ukrainiens 2 622 600 (50,9 %) 2,4 37,6 -
Russes 2 225 400 (43,2 %) 9,4 - 0,6
Biélorusses 75 900 (1,5 %) 28,3 69,7 2,0
Juifs 35 500 (0,7 %) 4,1 95,4 0,5
Grecs 90 600 (1,8 %) 8,4 89,7 1,8
Tatars 26 000 (0,5 %) 52,3 47,1 0,6
Moldaves 12 200 (0,2 %) 37,5 55,8 6,4
Autres 57 700 (1,2 %) 31,7 62,8 5,1
Au total 5 150 300 (100 %) 6,1 23,4 0,4
1989
Ukrainiens 2 693 400 (50,7 %) 59,5 40,4 -
Russes 2 316 100 (43,6 %) 99,4 - 0,6
Biélorusses 76 900 (1,4 %) 30,0 67,9 2,1
Juifs 28 100 (0,5 %) 5,7 93,7 0,6
Grecs 83 700 (1,6 %) 19 79,0 1,8
Tatars 25 500 (0,5 %) 51,0 48,1 0,6
Moldaves 13 300 (0,3 %) 41,4 52,9 4,9
Autres 74 800 (1,4 %) 41,0 54,2 4,4
Au total 5 311 800 (100 %) 75,2 24,3 0,4

Kaurinkoski Kira 1997, p. 319-320.

Tabl. 8 – La langue d’origine dans la région de Donetsk en milieu urbain et rural par groupe ethnique, selon le recensement de 1989 qui concerne toute l’Urss (* Les chiffres ne sont pas disponibles).

Nationalité Langue National Russe Ukrainen
Milieu Urbain / Rural (%) Urbain / Rural (%) Urbain / Rural (%)
Ukrainiens 55,2 / 87,4 4 4,7 / 12,5 -
Russes 99,5 / 96,9 - 0,4 / 3,1
Biélorusses 29,4 / 38,9 68,8 / 52,3 1,7 / 8,6
Juifs 5,7 / 8,2 93,6 / 82,6 0,6 / 9,2
Grecs 14,2 / 28,8 84,2 / 68,3 1,4 / 2,8
Tatars 51,2 / 46,7 48,0 / 50,0 0,5 / 3,2
Moldaves 41,3 / 42,2 53,3 / 48,5 4,5 / 9,0
Arméniens 47,8 / 57,2 51,3 / 48,5 0,4 / 4,4
Bulgares 21,2 / 17,7 76,2 / 65,8 2,2 / 4,4
Polonais 11,9 / 12,0 70,5 / 51,9 15,9 / 34,7
Autres*
Au total 74,1 / 85,2 47,1 / 17,6 0,6 / 3,5

Kaurinkoski Kira 1997, p. 321.

  • 63 Kaurinkoski Kira 1997, p. 314-322.

47Si les nombreuses minorités nationales déclarent volontiers la langue de leur groupe national comme langue d’origine, il semblerait qu’il s’agisse davantage d’un acte de foi symbolique que du reflet du niveau des connaissances linguistiques dans cette langue. Ainsi, le chiffre de 28,8 % de Grecs en milieu rural dans la région de Donetsk qui, en 1989, ont déclaré le grec comme langue d’origine serait plutôt un indicateur du degré de conscience nationale du groupe (tabl. 8). Dans l’ensemble, le russe reste la langue dominante pour toutes les populations de la région, et cela aussi bien en ville qu’à la campagne63.

  • 64 http://ukrcensus.gov.ua/results/general/language, consulté le 10 mars 2013.

48Ces considérations sont confirmées par les résultats du recensement ukrainien de 2001. À l’échelle nationale, 88,5 % des Grecs ont déclaré le russe comme langue d’origine. Seuls 6,4 % ont concédé ce statut à la langue de leur nationalité contre 4,8 % à l’ukrainien64. Dans la région de Donetsk, la situation était fort semblable : 85,5 % des Grecs ont déclaré le russe comme langue d’origine, 5,4 % la langue de leur nationalité et 3,2 % l’ukrainien. En comparaison avec les résultats du recensement de 1989, la progression au profit du russe est importante, mais n’est pas spécifique aux Grecs. On observe le même phénomène pour presque tous les groupes ethniques y compris chez les Ukrainiens (tabl. 9). Parallèlement, on constate aussi un changement dans la dynamique des groupes en fonction de l’appartenance ethnique déclarée : le nombre des Ukrainiens a augmenté, alors que le nombre des Russes, des Grecs, des Juifs, des Tatars et de certains autres groupes minoritaires a diminué.

Tabl. 9 – La langue d’origine par groupe ethnique dans la région de Donetsk, selon le recensement de population de l’Ukraine de 2001.

Nationalité Population totale Langue nationale (%) Ukrainien (%) Russe (%) Autre (%)
Ukrainiens 2 744 100 (56,9 %) 41,2 - 58,7 0,1
Russes 1 844 400 (38,2 %) 98,6 1,3 - 0,1
Grecs 77 500 (1,61 %) 5,4 3,2 91,3 0,1
Biélorusses 44 500 (0,92 %) 10,4 3,9 85,5 0,2
Tatars 19,2 (0,40 %) 24,3 1,6 73,9 0,2
Arméniens 15 700 (0,33 %) 38,6 1,4 59,5 0,5
Juifs 8 800 (0,18 %) 1,5 2,4 95,9 0,2
Azéris 8 100 (0,17 %) 42,2 1,8 53,7 2,3
Géorgiens 7 200 (0,15 %) 26,0 2,5 71,1 0,4
Moldaves 7 200 (0,15 %) 15,2 7,1 77,1 0,6
Bulgares 4 800 (0,10 %) 7,1 5,8 86,8 0,3
Allemands 4 600 (0,10 %) 4,8 6,5 88,6 0,1
Polonais 4 300 (0,09 %) 4,1 19,3 75,7 0,9
Tsiganes 4 100 (0,08 %) 44,9 13,0 40,3 1,8
Autres 22 700 (0,47 %) 23,9 3,9 69,9 2,3

http://www.ukrcensus.gov.ua/results/general/language/donetsk/ ; http://www.ukrcensus.gov.ua/​results/​general/​nationality/​donetsk/​, consultés le 10 mars 2013.

  • 65 Arel Dominique 2002, p. 237-239. Communication personnelle de Dominique Arel, juin 2010.
  • 66 En réalité, il semblerait que les fonctionnaires chargés du recensement se seraient référés à la «  (...)
  • 67 Dans le recensement soviétique de 1989, 72,7 % des habitants d’Ukraine déclarèrent avoir la nationa (...)
  • 68 Par rapport au recensement de 1989, la part de ceux qui déclarèrent l’ukrainien comme langue d’orig (...)

49Comme l’explique D. Arel qui s’est intéressé aux recensements biélorusse et ukrainien de 2001, un recensement de population n’est pas un sondage sociologique : il a une finalité politique. En Biélorussie, où l’administration russophile du président Lukashenka, de facto, considère le russe comme une langue d’État, il est nécessaire de donner une image statistique du pays largement russophone. Dans ce but, parallèlement à la catégorie « langue d’origine », la catégorie « langue de conversation » (razgovornyj âzyk) fut introduite dans le recensement de la population biélorusse : en effet, la majorité des Biélorusses, d’origine biélorusse, déclara le russe comme langue de conversation. Dans le cas de l’Ukraine où la langue ukrainienne a systématiquement été utilisée par l’État comme un symbole de son indépendance par rapport à la Russie, il s’agissait de produire des majorités pour la « nationalité » et pour la « langue d’origine » ukrainiennes. Par conséquent, dans le recensement de population, on ne retint que la catégorie « langue d’origine »65. La catégorie « nationalité », utilisée dans tous les recensements soviétiques depuis 1937, fut modifiée et remplacée par l’« origine ethnique » (ètnìčne pohoždennâ) ; pour plus de clarté, les catégories « nationalité » (nacional’nìst’ ), « sous-nationalité » (narodnìst’ ) et « groupe ethnique » (ètnìčna grupa) furent ajoutées entre parenthèses66. Et, effectivement, en comparaison avec le recensement de 1989, sur le plan national, le nombre d’Ukrainiens et le nombre de personnes déclarant l’ukrainien langue d’origine augmenta67. La région de Donetsk fit exception. Même si la part des Ukrainiens et des ukrainophones augmenta, la part de ceux qui déclarèrent le russe langue d’origine augmenta encore plus68.

  • 69 Woroby Peter 1981, p. 206.
  • 70 Connor William 1972, p. 319-326.

50La pratique est néanmoins plus nuancée que la théorie. La plupart des habitants d’Ukraine sont en fait bilingues ; dans les régions méridionales on parle même le suržik, un dialecte qui mélange le russe et l’ukrainien. Parmi les populations minoritaires, on pratique en plus la langue nationale du groupe. Le rapport à la langue varie aussi selon les situations. Par exemple, et ce n’est un secret pour personne, l’hetman (chef militaire) Pavlo Skoropadski et le général Mykhailo Pavlenko parlaient tous deux ukrainien avec un fort accent russe, même au soir de leurs vies. Il est également bien connu que dans l’émigration d’éminents savants ukrainiens parlaient russe entre eux afin de faciliter la communication sur le plan technique69. À l’instar d’autres chercheurs, je suis favorable à la notion d’assimilation culturelle proposée par William Connor et Yuri Bromley, pour qui la perte de la langue ne signifie pas nécessairement une assimilation psychologique70. Dans ce contexte, le cas des Grecs d’Ukraine et plus particulièrement des Grecs turcophones est fort intéressant.

Langue et identité : le cas des Grecs de Mariupol

L’enseignement du grec après la perestroïka

  • 71 Cependant, en Géorgie, l’enseignement du grec fut réintroduit à partir de l’année scolaire 1982-198 (...)

51Les Grecs de Mariupol sont une minorité d’expression russe qui, dès le début de la perestroïka, s’est mobilisée pour la réinstauration de l’enseignement du grec. Dans le village de Sartana, en 1985, un groupe d’enthousiastes s’activait afin de mettre en valeur le grec dans l’enseignement scolaire, à titre facultatif. Ce mouvement fut vite étouffé par les pouvoirs locaux71.

En 1985, nous avons fait un premier effort pour pouvoir apprendre le grec dans le cadre du programme scolaire, ici, au village. Dans ce but, nous sommes allés au Comité central à Moscou avec une pétition. Nous avions réussi à réunir 1 018 signatures pour l’enseignement du grec au village. Un mois plus tard, les représentants des autorités régionales de Donetsk sont venus me voir. Ils m’ont demandé si j’étais complètement folle […] Un peu plus tard, ils ont fait signer une pétition aux villageois, disant qu’ils ne voulaient pas que leurs enfants apprennent le grec. Des 1 018 signatures initiales en faveur de « l’enseignement du grec », il n’en resta que trente. La plupart des signataires avaient eu peur des pouvoirs locaux et avaient fini par retirer leur demande. Vivre tranquillement, sans problèmes, leur a paru plus important que d’avoir la possibilité d’apprendre leur langue à l’école. Le temps n’était pas encore aux changements. Nous, nous luttions pour la renaissance culturelle. (Maria G., Sartana, 1994)

52Quelques années plus tard, N. P. Yuriev, Grec turcophone de Starobechevo dans la région de Donetsk, écrivit :

Sans langue commune, il y a le risque qu’au bout de quelques générations, nous finissions par nous assimiler totalement à la masse des Russes et des Ukrainiens qui nous entourent, que nous perdions notre conscience nationale, pas uniquement au niveau de la langue, mais également au niveau de nos traditions festives et rituelles, de nos pratiques quotidiennes nationales, des goûts de ce petit peuple qui mérite un destin meilleur. (Yuriev Nikolai, s. d.)

  • 72 Sur l’importance de la langue en tant que marqueur identitaire, voir, par exemple, Baggioni Daniel (...)

53D’une manière ou d’une autre, il fallait trouver un moyen de sauver cette langue72. Mais avec la multitude des langues et des dialectes, romaïques et ouroum, employés dans le Donbass, il fallait se mettre d’accord sur une langue commune à enseigner aux enfants. Trois positions principales furent exprimées :

  • il faut étudier les langues locales (romaïque et ouroum en fonction du groupe) et étudier le grec démotique en tant que langue étrangère pour ceux qui le désirent73 ;
  • puisque le grec démotique sera perçu comme une langue étrangère et qu’il existe des différences considérables entre les dialectes romaïque et ouroum, il convient de continuer la tradition commencée par G. Kostoprav et d’établir le romaïque comme langue littéraire, ensuite de le rapprocher du démotique74 (le sort de la langue ouroum n’est pas évoqué dans cette position) ;
  • les dialectes, romaïque et ouroum, sont le résultat de changements abusifs de la langue grecque. Les Grecs de la région de la mer d’Azov doivent « retourner » au grec démotique75 qui servira de « passerelle » entre tous les Grecs, notamment les Grecs de Grèce, mais aussi entre les Roums et les Ouroums76.

54L’absence de normes codifiées du dialecte romaïque et le fait qu’il existe des différences considérables entre les dialectes et les sous-dialectes des différents villages jouèrent en faveur du grec démotique, la langue officielle en Grèce et à Chypre, et comme telle, la langue de l’avenir. Le choix semble assez naturel : il s’agit d’une langue écrite, systématisée, ayant une grammaire, et pour l’enseignement de laquelle il existe des manuels et d’autres ouvrages didactiques. De plus, le grec démotique a l’avantage de servir de langue de communication avec les Grecs de la « mère-patrie » et ceux de la diaspora mondiale.

  • 77 Marina Rytova (1924-2009) fit ses études à l’Institut militaire des langues étrangères à Moscou (Vo (...)

55En 1987, l’enseignement du grec démotique fut introduit dans deux écoles dans le raion de Mariupol, de manière facultative. En 1989, des cours de grec furent mis en place à l’institut métallurgique de Mariupol. L’enseignement s’appuyait sur le manuel de Marina Rytova, Учебник греческого языка. Практический курс (Manuel de la langue grecque. Cours pratique). Une conférence régionale sur les difficultés de l’enseignement du grec moderne fut organisée sous la direction scientifique d’Ekaterina Žuravlëva de l’université de Taganrog. En 1991, eut lieu le premier séminaire de grec démotique pour les enseignants locaux, animé par Marina Rytova, professeur de grec à l’Académie diplomatique de Moscou77. De plus, fut fondé à Mariupol un institut d’études humaines, une annexe de l’université de Donetsk, où le grec était obligatoire dans toutes les filières. L’objectif était de former des enseignants de grec pour les écoles élémentaires. Des institutions de formation supérieure semblables qui se spécialisent dans la formation des enseignants des langues nationales existent dans plusieurs villes d’Ukraine : l’université d’Oujhorod, en Ukraine occidentale, se spécialise dans l’enseignement du hongrois ; l’université de Taurie, en Crimée, dans l’enseignement du criméo-tatar ; l’université de Tchernivtsi, dans l’enseignement du roumain ; l’université d’Odessa et l’institut pédagogique d’Izmail, dans l’enseignement du bulgare.

  • 78 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 191.

56En 2004, l’institut d’études humaines de Mariupol fut reconnu université d’État des sciences humaines de Mariupol (Mariupol’skij Gosudarstvennyj Gumanitarnyj Universitet). Depuis sa fondation en 1991, les programmes éducatifs se sont diversifiés. Au début des années 1990, l’institut recensait 12 lecteurs et 102 étudiants. En 2006, l’université comptait six facultés, vingt départements et dix-sept spécialisations différentes. Environ 300 enseignants assuraient les cours qui étaient suivis par plus de 3 000 étudiants. Parmi les tâches que se donne cette université figurent « la renaissance spirituelle des Grecs d’Ukraine, le développement de l’hellénisme en Ukraine, et le renforcement de l’amitié et de la coopération avec les pays étrangers, notamment avec la Grèce et Chypre »78. Le cursus sur la langue, la culture et l’histoire de la Grèce, introduit en 1996, y est particulièrement intéressant ; un programme semblable existe pour la langue et la culture ukrainienne. D’autres programmes préparent aux métiers de la traduction.

  • 79 En septembre 2013, selon les données de la Fédération des associations grecques d’Ukraine, ce chiff (...)
  • 80 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006.
  • 81 Entretien avec Pavlos Kapidis, conseiller chargé de l’éducation au consulat général de la républiqu (...)
  • 82 Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 172, 200.

57En Ukraine, au cours de l’année scolaire 2005-2006, 6 144 élèves ont étudié le grec dans le cadre de leur cursus scolaire. En 2009-2010, ce chiffre était sensiblement le même79. Parallèlement, 800 étudiants étudiaient le grec à l’université d’État de Mariupol. L’enseignement a été assuré par 131 enseignants dont 22 venus de Grèce. Parmi ces derniers, il y avait cinq philologues qui assuraient l’enseignement à l’université, douze enseignants de classes élémentaires ; quatre enseignants de danses folkloriques et un enseignant de musique. Les enseignants venus de Grèce participent aussi à la popularisation de la culture grecque, en animant, par exemple, des groupes de théâtre et de musique. Des séminaires méthodologiques pour les enseignants sont organisés et encadrés par des professeurs des universités d’Athènes et de Thessalonique80. Tous les manuels scolaires et universitaires sont fournis par la Grèce81. Vers la fin des années 2000, l’enseignement du grec était ainsi assuré dans une dizaine d’établissements d’enseignement supérieur d’Ukraine. Une bibliothèque d’études grecques a été inaugurée en 2006 avec le soutien de la Fondation Leventis82.

58Mais ces chiffres sont à nuancer. Pavlos Kapidis, chargé de l’éducation au consulat général de la république hellénique à Mariupol, explique :

  • 83 Ioannis Ritsos (1909-1990) est l’un des poètes grecs les plus célèbres du xxe s. Son œuvre publiée (...)
  • 84 Georgios Séféris (1900-1971), poète et diplomate grec, reçut le prix Nobel de littérature en 1963. (...)

Dans le village turcophone de Starobechevo, 104 élèves suivent des cours de grec trois fois par semaine. En réalité, les élèves sont divisés en trois groupes ; chacun fait trente minutes de grec toutes les trois semaines. Est-il surprenant qu’il n’apprenne rien ? Un autre problème : parmi les enseignants tous ne connaissent pas le grec. Alors, ils enseignent des chansons et des phrases. Parmi les élèves, beaucoup ne connaissent pas les bases. Au bout de trois à cinq ans d’études, ils sont capables de dire : « Είμαι ο Ιβάν. Είμαι από τη Μαριούπολη » [Mon nom est Ivan. Je viens de Mariupol.] Parallèlement, nombre de ces élèves participent à des concours et à des Olympiades de la langue grecque où ils sont capables de réciter des poèmes difficiles de Ritsos83 et de Séféris84. Si on leur demande comment ça va, ils ne comprennent pas. Ils apprennent par cœur ce qu’ils doivent réciter au concours, mais ne connaissent pas les fondamentaux de la langue. Pour eux, pour leur école, l’important est de remporter un prix, de voir leur photo accrochée sur le mur de l’école. En règle générale, dans les écoles de Sartana et de Staryï Krym, qui sont des écoles pilote, les résultats sont un peu meilleurs qu’ailleurs.

59La situation ressemble étonnamment à celle qui caractérisait l’introduction du russe à la fin du xixe s. Nombre d’enfants apprennent à lire le grec sans assimiler les principes élémentaires de la langue, qui leur reste étrangère. Pour d’autres qui sont passionnés par les « choses grecques » et veulent améliorer leurs connaissances, plusieurs structures associatives ont été mises en place dans ce but.

Les cercles culturels et les écoles du dimanche

  • 85 En 2006, l’école du dimanche de Donetsk comptait 50 élèves, celle de Mariupol 90 et celle de Kiev 5 (...)

60Depuis 1994, dans les villes de Mariupol et de Donetsk, mais aussi dans d’autres lieux habités par des Grecs, ont été ouvertes des écoles du dimanche où l’on enseigne le grec, l’histoire, la mythologie de la Grèce ancienne, et où l’on assure des cours de danse, de chant et d’arts décoratifs. Il s’agit le plus souvent d’annexes des associations culturelles locales. En 2006, on comptait en Ukraine 16 écoles du dimanche dont 6 dans la région de Donetsk. À Kiev, à Donetsk et à Kharkov, il y avait aussi des groupes de théâtre pour les enfants. Parmi ceux qui fréquentent ces cours, on trouve à la fois des personnes qui espèrent apprendre les fondements de la langue avant de se rendre en Grèce ou à Chypre et d’autres qui n’ont aucun lien avec la Grèce ni aucun projet migratoire, mais qui sont simplement passionnés par la culture grecque. Ces écoles sont ouvertes à tous, indépendamment de la « nationalité » de la personne85.

61Dès 1987, dans certains villages grecs de la région de Donetsk, notamment à Sartana et à Staryï Krym, ont aussi été fondés des cercles culturels qui fonctionnent sur la base du volontariat. On y enseigne les dialectes locaux et étudie les légendes et les contes des Grecs de Crimée. Au début des années 1990, alors que tout le monde regardait vers la Grèce, les intellectuels locaux n’oubliaient pas de souligner l’importance de la connaissance des langues et de l’histoire locale. À Staryï Krym où le cercle fut inauguré en 1991, à l’initiative de Valerij Kior (1951-), Grec turcophone de ce village, une fois par semaine, après la fin de la classe, un groupe de vingt enfants se réunissaient pour apprendre le dialecte, pour lire des contes et des légendes de leur peuple, pour étudier l’histoire de la Grèce antique mais aussi celle des Tatars de Crimée. « Notre héritage culturel est oriental, et cela vaut aussi bien pour les Roums que les Ouroums », dit Kior. « Après plusieurs siècles de cohabitation avec les Turcs, cela a dû nous affecter. Les contes et les légendes des Tatars de Crimée sont considérés comme les nôtres, le seul élément étranger, c’est tout ce qui a trait à l’islam. La religion est un facteur de différenciation important ».

  • 86 Parmi d’autres écrivains contemporains d’expression ouroum dans la région de la mer d’Azov, il conv (...)

62Faire la collecte du folklore vivant, des chansons et des légendes auprès de la population locale fait partie des tâches que s’est donné Valerij Kior en fondant ce cercle. La plupart des participants sont des Grecs de familles mixtes, mais il y a aussi des Russes et des Ukrainiens. En 1997, quand je leur ai rendu visite, et en 2003 selon les observations de Vlada Baranova, une dizaine d’enfants prenaient part aux activités de ce cercle. V. Kior est considéré comme le premier écrivain contemporain d’expression ouroum dans la région de la mer d’Azov et le premier devenu membre de l’Union des écrivains d’Union soviétique. Entre 1984 et 1990, il dirigea le département de russe de l’université technique de la région de la mer d’Azov. Depuis 1990, il pilote les études de russe pour les étrangers et enseigne dans le département d’ukrainien, dans la même université. En 1990, fut publié son premier livre en dialecte ouroum, Hasevet Jazmahlary / Pečal’nye pis’ma (Lettres tristes), dans une édition bilingue ouroum et russe, rédigée en cyrillique. V. Kior est membre de l’Union des écrivains d’Ukraine86.

  • 87 Pour des raisons économiques, il fut interrompu en 2001, puis reprit un peu plus tard. La diffusion (...)

63Depuis la fin des années 1980, la télévision et la radio régionale de Donetsk et de Mariupol diffusent des émissions qui portent sur la vie quotidienne, le folklore et les traditions populaires des Grecs de la région de la mer d’Azov et d’Ukraine. Tous ces éléments témoignent du changement de climat politique et de l’intérêt pour la culture grecque au sens large. Ainsi, entre 1992 et 1997, il existait à la radio de Mariupol, deux fois par semaine, des émissions en dialectes romaïque et ouroum. À la fin des années 1990, les priorités changèrent : les émissions en dialecte furent interrompues et remplacées par des émissions en russe et en grec démotique. Entre 1998 et 2001, un programme en grec démotique et en russe était retransmis trois fois par semaine. Ce programme, intitulé Kalispera (Bonsoir) et financé par le Secrétariat général des Grecs de l’Étranger, diffusait des informations sur la Grèce et la diaspora grecque d’Ukraine87.

Vingt-cinq ans plus tard, un bilan mitigé

64Un quart de siècle après l’introduction de l’enseignement du grec dans les premières écoles de la région de Mariupol, le bilan est mitigé. Les personnes qui maîtrisent le grec démotique sont en premier lieu celles qui, depuis 1990, ont vécu ou travaillé en Grèce ou à Chypre et celles qui ont fait des études supérieures dans cette langue. En mer d’Azov, le grec démotique est utilisé dans les rencontres avec les délégations grecques ou chypriotes et à l’occasion des grandes fêtes. Entre eux, les Grecs de la région parlent soit le dialecte, romaïque ou ouroum, soit le russe.

  • 88 Baranova Vlada 2009, p. 89

65La connaissance et l’usage des dialectes varient en fonction du village, de la classe d’âge et du groupe étudié. Généralement, l’usage du dialecte est plus répandu chez les Roums hellénophones que chez les Ouroums turcophones, en particulier en public. Dans les années 1990, alors que je menais mes premières enquêtes de terrain dans la région de la mer d’Azov, à Sartana, habité par des Roums, à la maison de la culture, dans les couloirs de la mairie, au musée, au supermarché, et dans le car qui faisait le trajet entre la ville et les villages alentours, on entendait souvent les gens parler le dialecte entre eux. À Staryï Krym, habité par des Ouroums, seules les personnes d’un certain âge parlaient le dialecte dans l’intimité de la famille. Comme l’explique Vl. Baranova qui a mené des enquêtes auprès des Roums et des Ouroums de la région de la mer d’Azov entre 2001 et 2004, chez les Roums, la coutume veut que l’on parle le dialecte en toute circonstance alors que chez les Ouroums, plus urbanisés, il n’est pas bien vu de le parler en public ou en présence des Russes. Celui qui le fait semble impoli et manquer de culture (nekul’turno)88.

  • 89 Baranova Vlada, Viktorova Ksenia 2009 ; Baranova Vlada 2010.
  • 90 Hatzidaki Aspa 1999.

66En fonction de leurs enquêtes de terrain chez les Roums, Vl. Baranova et Ksenia Viktorova identifient l’âge, et plus particulièrement l’année de naissance, comme le principal facteur qui détermine la connaissance du dialecte du groupe. Le genre, le métier et le lieu de résidence sont également des facteurs qui agissent sur cette connaissance. En fonction de l’usage du dialecte dans différents villages, les auteurs distinguent les villages où la situation est « bonne » – à Malyï Yanisol, à Bougas, à Kasianovka, à Tcherdakli et à Makedonovka –, des villages où la situation est « mauvaise » – à Yalta, à Sartana et à Vizantiya – du point de vue de la conservation du dialecte. Dans les villages où la situation serait meilleure, le dialecte a une fonction de communication et cela dans toutes les classes d’âge. Pour les personnes nées dans les années 1930 ou avant, le dialecte s’avère même être la langue d’origine. C’est la langue qu’elles utilisent avec l’entourage, les voisins et les membres de la famille du même âge. Les personnes nées dans les années 1930-1950 parlent souvent le dialecte en public. Pour les personnes nées dans les années 1970 et après, il est plus difficile de s’exprimer en dialecte. Dans les villages où la situation serait moins favorable, le dialecte est surtout utilisé par les personnes âgées ; pour les autres habitants, il a essentiellement une fonction de marqueur identitaire. Parmi les facteurs qui agissent sur la connaissance et l’usage du dialecte, les auteurs évoquent la taille du village, la distance de la ville, la proportion entre la population grecque et la population non grecque, etc. La situation à Yalta et à Sartana est expliquée par la position géographique : Yalta est un lieu balnéaire touristique alors que Sartana est situé tout près de Mariupol. La situation à Vizantiya (Byzance), situé loin de la ville, est plus difficile à expliquer. Pour ces villages, Vl. Baranova et Ks. Viktorova rapportent que leurs informateurs sont souvent pessimistes. Dans les autres villages, la plupart de leurs informateurs estiment qu’en grandissant, les enfants commenceront à parler le dialecte89. Cette hypothèse est confirmée par une recherche d’Aspa Hatzidaki conduite dans le village de Malyï Yanisol, en 1996. Selon ses informateurs, la connaissance du dialecte était meilleure parmi les jeunes de 14 ou 15 ans que parmi les enfants de 9 à 13 ans90.

  • 91 Voir Baranova Vlada, Viktorova Ksenia 2009 ; Baranova Vlada 2010, p. 234-260.

67En règle générale, on utilise le russe dans l’administration, pour parler de la politique ou quand on s’adresse aux enfants. En revanche, au marché, au kolkhoze et dans l’intimité de la maison, on parle tantôt le dialecte tantôt le russe. Cette partition s’explique aussi par des considérations pratiques, telles la pauvreté du vocabulaire des dialectes. Même si on ne parle pas le dialecte aux enfants, ceux-ci arrivent souvent à le comprendre dans les familles où il est employé à la maison. En grandissant, ceux qui restent au village entrent en contact avec des personnes plus âgées ce qui stimule le passage au dialecte. Leur vocabulaire s’enrichit alors91

  • 92 Ponomariova Irina 2006, p. 74.
  • 93 Baranova Vlada 2009, p. 85-86 ; 2010.

68Quelle est la situation du côté des Ouroums ? Se fondant sur des recherches auprès de trois générations d’Ouroums dans les villages de Karan et de Staryï Krym, Irina Ponomariova conclut que le dialecte ouroum est utilisé en premier lieu pour remplir certaines fonctions de communication quotidienne et dans les présentations des ensembles folkloriques. Les personnes nées dans les années 1920 parlent généralement ouroum entre elles. Les personnes nées dans les années 1940-1950 comprennent leurs aînés sans difficulté, mais ont du mal à exprimer leurs pensées en dialecte. Les personnes nées dans les années 1970-1980 comprennent certaines phrases et, lorsqu’elles parlent le dialecte, n’utilisent qu’un tout petit nombre de mots. Dans l’ensemble, le dialecte ouroum est pratiqué dans vingt-neuf villages de la région de Donetsk, dans un village de la région de Zaporojie et dans la ville de Mariupol92. Quant à son avenir, I. Ponomariova est pessimiste. Vl. Baranova, pour sa part, estime que l’existence des locuteurs qui parlent un dialecte « pur » sans intervention de mots russes, et la rédaction des textes en ouroum sont des signes rassurants93.

La valorisation du grec démotique et des dialectes locaux

  • 94 Pappou-Zouravliova Aikaterini 1995, p. 177-178 ; Baranova Vlada, Viktorova Ksenia 2009.
  • 95 Baranova Vlada, Viktorova Ksenia 2009, p. 99-103.
  • 96 Baranova Vlada 2009, p. 89 ; 2010.
  • 97 Baranova Vlada, Viktorova Ksenia 2009.

69Au niveau des représentations, la différence est nette : la valorisation du grec démotique et des dialectes est sujet à une hiérarchisation. Depuis la fin des années 1980, dans les discours officiels des représentants du mouvement grec et de certains chercheurs, l’enseignement du grec démotique est assimilé à une « renaissance culturelle94 », au « retour à la langue qui avait été perdue à cause des contacts avec des populations non grecques ». Le grec démotique est perçu comme une langue prestigieuse au niveau international. En comparaison, le dialecte romaïque n’ouvre pas de nouvelles perspectives puisque son usage est limité au village. La seule chose qui pourrait être source de fierté pour le dialecte est son antériorité par rapport au démotique95. Si la position du dialecte romaïque est moindre en comparaison du grec démotique, elle est néanmoins privilégiée en comparaison de l’ouroum, à cause du lien qui existe entre le dialecte romaïque et le grec moderne, mais aussi à cause du soutien institutionnel dont le dialecte romaïque bénéficie. Les représentants du mouvement grec considèrent, effectivement, ce dernier plus « correct » que le dialecte ouroum. « Les Roums font des efforts pour conserver leur langue et leur culture, ils ont plus d’amour pour leur langue », est une remarque que l’on entend souvent de la part des Ouroums96. À l’occasion des grandes fêtes communautaires, on prononce des discours en grec démotique et en russe. Certains orateurs interviennent aussi en dialecte romaïque, plus rarement en ouroum. Le statut du dialecte romaïque, « symbole de l’héritage culturel97 » du groupe, est renforcé par l’existence d’ensembles folkloriques qui se sont multipliés dans la région. Ces ensembles ont leur place dans toutes les fêtes et présentent alors une partie de leur répertoire en dialecte romaïque, le reste est composé de chansons russes, ukrainiennes et grecques contemporaines.

  • 98 Selon Valentina Konop-Lâško, responsable des publications et des éditions scientifiques à la Fédéra (...)

70Comment faut-il comprendre la « dégradation sociale » de la langue ouroum dans la région de la mer d’Azov ? Officiellement, les Roums ne sont pas plus favorisés que les Ouroums : les uns comme les autres sont considérés comme Grecs. Selon les Roums, « les Ouroums sont des Grecs comme nous qui parlent une autre langue ». Par ailleurs, c’est aussi la position officielle des diplomates grecs qui maintiennent qu’ils ne font pas de distinction entre les Grecs hellénophones et les Grecs turcophones. Cependant, les personnes qui assument des responsabilités dans le mouvement grec sont des Roums (ou des Grecs pontiques hellénophones), et le nombre de livres et de journaux publiés en dialecte romaïque est bien supérieur à celui en ouroum98. Vl. Baranova suggère que l’intensification des contacts avec la Grèce depuis le début des années 1990 a engendré la constitution d’une position officieuse sur le bilinguisme des Grecs de la région de la mer d’Azov selon laquelle la langue ouroum serait perçue comme une langue « imposée » (navâzannyj idiom), la « langue de l’ennemi » (âzyk vragov), qui va disparaître avec le temps et être remplacée par le grec moderne.

  • 99 Le folklore musical des Grecs de Mariupol comprend des chansons qui portent sur la difficulté des r (...)
  • 100 Baranova Vlada 2009, p. 83-84, et 2010.
  • 101 Selon le recensement de 2001, il y avait 40 000 Ouroums dans la région de Donetsk. Ce chiffre repré (...)
  • 102 Kaurinkoski Kira 1997 ; 2003 ; 2016a.
  • 103 Baranova Vlada 2009 ; 2010.

71Bien que ce soit le cas dans certaines autres régions d’ex-Union soviétique peuplées de Grecs turcophones, en mer d’Azov, les Ouroums ne perçoivent pas leur langue comme celle de l’ennemi. Globalement, les grands thèmes helléniques, tels que la lutte entre les Grecs et les Turcs, bien que représentée dans leur folklore, n’ont pas de sens pour les Grecs de Mariupol contemporains99. étant installés sur les rives de la mer d’Azov depuis plus de deux cents ans, on peut expliquer cela par le manque de contacts avec la Grèce jusqu’à une période récente. Dans la tradition locale, le fait qu’il n’y ait pas de corrélation entre la langue et l’identité ethnique des Ouroums ne pose pas de problème100. D’autant plus que la majorité des Grecs de Mariupol sont des Ouroums101. Parmi mes informateurs turcophones à Staryï Krym, la plupart soulignaient qu’ils étaient chrétiens orthodoxes et de ce fait Grecs, ce qui montre l’importance de la religion comme marqueur identitaire102. Cela dit, il existe aussi des Ouroums qui n’hésitent pas à affirmer qu’ils parlent turc, un dialecte turc ou encore qu’ils sont Turcs. Il existe aussi des chercheurs qui considèrent les Ouroums comme un groupe à part. Dans les années 2000, un mémoire de maîtrise a été soutenu à l’université d’État de Mariupol par un jeune étudiant de Staryï Krym (né en 1975) qui assure que les Roums et les Ouroums sont des peuples différents et que les Ouroums sont des Turcs103. Malgré cela, je n’ai jamais entendu quiconque qualifier la langue ouroum de langue de l’ennemi !

72Chez les Ouroums de Tsalka et de Tetriskaro en Géorgie, la situation serait différente. Fatima Eloeva, qui a mené des recherches au sein de ces groupes dans leurs habitats traditionnels, observe effectivement un malaise identitaire de la part de ce groupe qui revendique une identité grecque et parle une « langue musulmane ». Elle écrit :

  • 104 Eloeva Fatima 1998.

Il est aisé d’imaginer ce que peut ressentir un peuple orthodoxe quand sa propre langue est la langue musulmane. C’est certainement un signe dramatique de la conscience ethnique de ce peuple turcophone […] Les Grecs de Tsalka considèrent leur langue comme hostile, car c’est une langue musulmane[…] Un autre élément qui met en relief ce malaise identitaire des Ouroums par rapport à leur langue est que 36 % des Grecs turcophones environ ont déclaré que leur langue maternelle était le grec, alors que, bien entendu, ils ne le comprennent pas, et 96 % environ ont exprimé le désir de l’apprendre104.

  • 105 Baranova Vlada 2009 ; 2010.

73Il est difficile de comprendre comment une langue peut être « musulmane » ou « chrétienne », mais autrement l’argument est intéressant. Depuis les années 1990, ce type de malaise linguistique face à la langue ouroum est aussi présent dans la région de la mer d’Azov y compris chez des personnes qui ne sont jamais allées en Grèce et n’ont eu aucun contact avec les habitants de ce pays. Ce sentiment a pris forme sous l’influence des Grecs et des Chypriotes métropolitains et par la suite aussi des représentants du « mouvement grec ». Vl. Baranova a pu consigner que, d’après certains Grecs de Staryï Krym, on pouvait lire sur les visages de Chypriotes venus visiter leur village qu’il leur était désagréable d’entendre l’ouroum qui leur rappelait le turc105.

  • 106 Communication personnelle de Sofia Malli, consul général de la république hellénique à Mariupol, Ma (...)
  • 107 Baranova Vlada 2009, p. 94-96.

74Récemment, il s’est constitué une opposition à l’expansion du grec moderne parmi l’élite culturelle d’expression ouroum, représentée par Valerij Kior. Les personnes associées à ce groupe se plaignent de discrimination systématique des Ouroums : à la direction de la Fédération des associations grecques d’Ukraine, fondée en 1995, il n’y a aucun Ouroum, les ensembles folkloriques d’expression ouroum sont rarement représentés dans les festivals et les concours, et ne reçoivent jamais de prix. Dans la première moitié des années 2000, les relations entre la Fédération et les activistes de la culture ouroum se dégradèrent. Les activistes se tournèrent alors vers la Turquie et commencèrent à étudier les possibilités de coopération avec les linguistes et enseignants turcs. La Turquie a ouvert une université à Donetsk et étudie la possibilité de financement d’une école dans la région106. Parallèlement, certains habitants de Staryï Krym ont installé des chaînes par satellite et regardent la télévision turque. Ce développement particulier ne concerne qu’une petite minorité. Pour la majorité des Ouroums de la région de la mer d’Azov, la Grèce demeure le pays de référence107.

La multitude des langues et des appartenances culturelles

  • 108 Voir Hartahaj Feoktist 2013.

75Tenant compte de ces développements, j’ai décidé d’évoquer le sort des dialectes avec mes interlocuteurs. À Mariupol, j’ai appris que « le dialecte est en train de mourir ». À Sartana, j’ai été confronté à un autre discours : « Il y a cent cinquante ans, Hartahaj disait que le dialecte grec de Mariupol courait le risque de disparaître108. Et, pourtant, nous continuons à le parler ». La réalité se situe quelque part entre ces deux points de vue. Dans les années 1990, lorsque je menais mes premières enquêtes de terrain dans la région, j’ai été surprise d’entendre le dialecte romaïque tout autour de moi. Quinze ans plus tard, alors que nombre de Grecs de Mariupol ont vécu et travaillé en Grèce ou à Chypre, j’ai été frappé par l’omniprésence du russe. Ceux qui avaient vécu en Grèce ou à Chypre prenaient souvent plaisir à dire quelques mots en grec démotique, mais la plupart des échanges avaient lieu en russe.

  • 109 La menace du grec démotique vis-à-vis de l’utilisation et du développement des dialectes des Grecs (...)

76Comment expliquer ces changements ? Il convient d’évoquer, d’une part, la disparition des personnes âgées pour lesquelles le dialecte était une langue vivante et quotidienne ; et, d’autre part, l’évolution des contacts avec les Grecs et les Chypriotes métropolitains et la  concurrence du grec démotique109. Il semblerait que ces contacts ont eu pour résultat la dévalorisation des dialectes locaux sans forcément de corrélation avec le niveau de compétences en grec démotique. Il faut aussi tenir compte des enjeux politiques linguistiques actuels en Ukraine, la « bataille » entre les russophones et les ukrainophones, et la mobilisation des russophones en faveur de leurs droits linguistiques. Enfin, il convient de rappeler que les Grecs de Mariupol constituaient une minorité de culture russe déjà à l’époque des tsars. Ainsi, la langue russe, n’est pas un simple outil de communication facilement remplaçable, mais un élément substantiel de leur identité culturelle.

  • 110 Baranova Vlada 2009 ; 2010. L’importance des dialectes mariupolites comme marqueurs identitaires es (...)

77Cela dit, depuis 1991, le statut et l’usage de la langue ukrainienne ont aussi évolué. À présent, la connaissance de l’ukrainien s’impose principalement pour deux groupes : ceux qui souhaitent faire des études dans une université ukrainienne et ceux qui travaillent dans la fonction publique. Parallèlement, nombre de parents dans les familles mixtes notamment, pensant à l’avenir de leur progéniture, n’hésitent pas à les inscrire dans une école ukrainienne même quand la langue familiale est le russe, alors que les couches instruites sont souvent bilingues (russe et ukrainien). Dans le discours des « gens ordinaires », le « grec » est un terme générique qui réfère non seulement au grec démotique mais aussi aux dialectes (romaïque et ouroum). La logique est simple : « comme peuple, ils sont Grecs, de ce fait leur langue aussi est le grec ». Au niveau de « l’image », la distinction entre le grec démotique et les dialectes est claire : la connaissance et la référence aux dialectes est avant tout une manière de s’auto-identifier, alors que la connaissance du grec démotique est perçue comme un signe de culture et d’éducation110. La multitude des langues traduit la multiplicité des identités et des appartenances culturelles, politiques et sociales. Elle est en elle-même signe de richesse comme le pluralisme culturel dont elle est la base.

  • 111 Schläpfer Robert 1985, p. 253, 263-264.

78Il n’est pas sans intérêt de comparer, ici, la situation linguistique du Donbass et de l’Ukraine à celle de la Suisse, un pays, où le multilinguisme est reconnu par la Constitution. L’article 116 de la Constitution fédérale de 1938 stipule que « l’allemand, le français, l’italien et le romanche sont les langues nationales de la Suisse », alors que le statut de langue officielle est réservé à l’allemand, au français et à l’italien. En outre, le principe territorial appliqué par la Suisse stipule que la langue majoritaire dans un territoire donné doit être employée dans tous les domaines de la vie publique. Ainsi, tout Suisse qui ferait usage de la liberté d’établissement à laquelle il a droit et qui s’installerait dans une autre région linguistique aurait l’obligation de se servir de la langue officielle de son nouveau lieu de résidence pour tout ce qui concerne la vie publique111. N’aurait-on pas là un modèle à suivre pour le Donbass et l’Ukraine ? Au regard de la crise politique que traverse l’Ukraine depuis 2013, trouver une solution à la question linguistique officielle du pays s’impose plus que jamais.

  • 112 Calvet Louis-Jean 1987, p. 50.

79L’examen de différentes situations linguistiques dans des pays d’Europe (France, Belgique, Italie, Finlande), d’une quinzaine de pays d’Afrique noire, du Maghreb (Tunisie, Algérie, Maroc), d’Amérique du Nord (Canada, Louisiane), des îles créolophones (Guadeloupe, Martinique, Réunion), etc., montre qu’il n’y a nulle part correspondance entre une frontière politique étatique, une nation et une langue112. Que la langue aide une nation à s’affirmer, cela ne fait pas de doute. Qu’elle soit le signe de son existence, voilà qui n’est nullement certain. Si le Donbass est à prédominance russophone, cela ne veut pas pour autant dire que sa population se revendique russe. Comme George Bernard Shaw le souligne : « Ce qui sépare le plus les Anglais des Américains, c’est la langue commune ».

Notes

1 En 1927, l’ukrainien avait été reconnu langue prédominante de communication officielle en Ukraine, mais ce décret ne fut jamais publié et demeura méconnu du grand public. Sur la politique linguistique soviétique en Ukraine, voir Arel Dominique 1993.

2 La fondation de la littérature ukrainienne moderne est associée à Ivan Kotliarevski (1769-1838) et à la publication, en 1798, des trois premiers chants de son œuvre l’Énéide. C’est le premier ouvrage écrit dans la langue populaire ukrainienne. Contrairement au russe qui a emprunté quantité de mots au slavon de l’Église, l’ukrainien, comme le biélorusse, en conservent beaucoup moins. Une importante partie du vocabulaire abstrait vient du polonais.

3 Nahaylo Bohdan, Swoboda Victor 1994, p. 58.

4 Yakubova Larisa 2004a, p. 122.

5 Chassiotis Ioannis 1997, p. 374.

6 Cette citation est reprise de l’ouvrage de Yakubova Larisa 1999, p. 121-122.

7 Yakubova Larisa 1999, p. 121-124 ; 2004a.

8 Yakubova Larisa 2004a, p. 124-125. L’héritage de ces troubadours populaires sera examiné ci-dessous, p. 209-210.

9 L’extrait de ce décret a été repris dans Černyševa Tatiana 1958, p. 5.  

10 Yakubova Larisa 1999, p. 125 ; Karpozilou Martha, Karpozilos Apostolos 1988-1989 ; Notaras Andreas 2005.

11 Voutira Eftihia 2011.

12 Skrypnik Mykola, « Перебудовними шляхами » (Sur des chemins reconstruits), Більшовик України (Bolchevik d’Ukraine) 13-14 (1931), p. 37. L’extrait de ce texte a été repris de l’ouvrage d’Ivanova Yulia 2004, p. 297.

13 Le débat était également vif en Grèce. Les deux camps opposés avaient leurs sympathisants : les uns s’exprimaient dans Ριζοσπάστης, organe politique du Parti communiste grec, les autres dans le journal conservateur Εστία. Voir Yakubova Larisa 2004a, p. 125-126.

14 Ponomariova Irina 2006, p. 62 ; Kisilier Maksim 2009b, p. 11-14.

15 Karpozilou Martha, Karpozilos Apostolos 1988-1989 ; Notaras Andreas 2005, p. 241.

16 Chernukhin Eugène 2000, p. 443.

17 Chassiotis Ioannis 1997, p. 379-380 ; Yakubova Larisa 1999, p. 136-137.

18 Chassiotis Ioannis 1997, p. 375 ; Karpozilou Martha 1991, p. 224-225.

19 Yali Savva 1931, p. 121.

20 En 1926, 38 enseignants participèrent à ces stages en Ukraine ; en 1927, ils étaient 50 et, en 1928, 60.

21 Cette citation est reprise de l’article de Chernukhin Eugène 2000, p. 444.

22 Chernukhin Eugène 2000, p. 444 ; Ponomariova Irina 2006, p. 73.

23 Chassiotis Ioannis 1997, p. 375 ; Karpozilou Martha 1991.

24 Voir Yakubova Larisa 2004a, p. 128-130.

25 Voir Yali Savva, « Об условиях национального возрождения греческой народности » (Des conditions de la renaissance nationale du peuple grec), Наша Правда (Notre vérité) (17.09.1925). Cette citation est reprise de Yakubova Larisa 2006c, p. 179.

26 L’école primaire comportait quatre classes et l’école secondaire les sept classes suivantes.

27 Yakubova Larisa 1999 ; Chassiotis Ioannis 1997, p. 374.

28 Ponomariova Irina 2006, p. 73 ; Rybalko Aleksandr 2008, p. 8-12.

29 Tishkov Valery 1997, p. 30-31.

30 Notaras Andreas 2005, p. 243.

31 Yakubova Larisa 1999 ; Ponomariova Irina 2006, p. 59-60.

32 Karpozilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999 ; Ashla Alexander 2003, p. 16-17, 24. Les activités culturelles et littéraires des Grecs de Mariupol dans l’entre-deux-guerres et après sont examinées ci-dessous, p. 206-222.

33 Yakubova Larisa 2011, p. 294-295.

34 Yakubova Larisa 1999, p. 197-198.

35 évoquons, entre autres, l’alphabet, le manuel et la chrestomathie de la littérature grecque d’A. Dimitriou ; le manuel et la grammaire d’I. Lefkopoulos ; la grammaire, la morphologie et l’orthographe de N. Moïsides ; les manuels d’arithmétique de N. Popov, le manuel de géographie de L. Terehova et de V. Erdeli et le manuel de sciences naturelles de E. Tetereva. Voir Yakubova Larisa 2004b, p. 83-84 ; Karpozilou Martha, Karpozilos Apostolos 1988-1989.

36 Yakubova Larisa 2004b, p. 84.

37 Yakubova Larisa 2004b, p. 83-84 ; 1999 ; Chassiotis Ioannis 1997, p. 375.

38 Chassiotis Ioannis 1997, p. 368-375 ; Notaras Andreas 2005, p. 240 ; Sideri Eleni 2006, p. 263.

39 Bogdan Henry 1993, p. 218-219.

40 Yakubova Larisa 2006a, p. 83-85.

41 Yakubova Larisa 2006b, p. 148-151.

42 Kaurinkoski Kira 1997, p. 338-339.

43 Nahaylo Bogdan, Swoboda Victor 1994, p. 4.

44 Entretien, Mariupol, 1994.

45 Article 31 de la Constitution de l’URSS de 1977.

46 Carrère d’Encausse Hélène 1990, p. 163.

47 Le rôle primordial du système éducatif, de la presse et de l’imprimerie dans la consolidation et la pérennité des nations a été analysé dans Anderson benedict 2002, Gellner Ernest 1983 et Hobsbawm Eric 1992.

48 Bogdan Henry 1993, p. 330 ; Lavriv Petro 1992, p. 127.

49 Arel Dominique 1993, p. 160-178.

50 Arel Dominique 1993, p. 77-78.

51 Kaurinkoski Kira 1997, p. 322-329 ; Kaurinkoski Kira 2003, p. 132.

52 Bogdan Henry 1993, p. 327-330.

53 Bonnard Pascal 2007.

54 Bories Olivier, « Géopolitique des langues en Ukraine : une question complexe », Monde France Inter (13.06.2014), http://www.rfi.fr/mfi/20140613-ukraine-russie-geopolitique-langues, consulté le 6 mars 2015.

55 Arel Dominique 2006.

56 Contrairement aux autres États ayant ratifié la Charte, l’Ukraine a choisi de reconnaître les langues nationales des ethnies présentes sur son territoire, mais a préféré reconnaître l’hébreu plutôt que le yiddish pour sa minorité juive ; http://fr.wikipedia.org/wiki/Charte, consulté le 6 mars 2015.

57 Bories Olivier (n. 54).

58 Arel Dominique, « The Incentives of Language Politics – One Step behind in Ukraine », Chair of Ukrainian Studies Blog (23.06.2010), http://chairukrainianstudies.worldpress.com/, consulté le 12 juillet 2010.

59 « Ukraine : la Rada abroge la loi sur le statut du russe », RIA Novosti (23.02.2014).

60 « Des manifestations pro-russes massives dans l’est de l’Ukraine », Le Monde (01.03.2014).

61 Calvet Louis-Jean 1987, p. 101-103.

62 Kozlov Viktor 1988, p. 170-173.

63 Kaurinkoski Kira 1997, p. 314-322.

64 http://ukrcensus.gov.ua/results/general/language, consulté le 10 mars 2013.

65 Arel Dominique 2002, p. 237-239. Communication personnelle de Dominique Arel, juin 2010.

66 En réalité, il semblerait que les fonctionnaires chargés du recensement se seraient référés à la « nationalité » comme à l’époque soviétique. Voir Arel Dominique 2002, p. 227-228.

67 Dans le recensement soviétique de 1989, 72,7 % des habitants d’Ukraine déclarèrent avoir la nationalité ukrainienne, alors que 66,3 % déclarèrent que leur langue d’origine était l’ukrainien. Dans le recensement ukrainien de 2001, le nombre d’Ukrainiens augmenta jusqu’à 77,8 % et le nombre de ceux ayant déclaré l’ukrainien comme langue d’origine à 67,5 %.

68 Par rapport au recensement de 1989, la part de ceux qui déclarèrent l’ukrainien comme langue d’origine augmenta de 6,5 %, contre 7,2 % pour le russe.

69 Woroby Peter 1981, p. 206.

70 Connor William 1972, p. 319-326.

71 Cependant, en Géorgie, l’enseignement du grec fut réintroduit à partir de l’année scolaire 1982-1983.

72 Sur l’importance de la langue en tant que marqueur identitaire, voir, par exemple, Baggioni Daniel 1997, p. 337-350 ; Horowitz Donald 1985, p. 181.

73 Kior Valerij, Totskaâ Irina 1991.

74 Patriča Donat 1992, p. 16-18.

75 Macuka Gennadij 1991.

76 Les positions exprimées sont celles exposées dans Baranova Vlada 2009, p. 80-81 ; 2010.

77 Marina Rytova (1924-2009) fit ses études à l’Institut militaire des langues étrangères à Moscou (Voennyj institut inostrannyh âzykov, VIIÂ). De 1949 à 1960, elle travailla comme interprète de grec et d’anglais. En 1960, elle commença à enseigner le grec à l’Académie diplomatique de Moscou où, en 1989, elle obtint le titre de professeur. Son manuel, Учебник греческого языка. Практический курс (Manuel de la langue grecque. Cours pratique) (1974), a été réédité plusieurs fois en Russie et à l’étranger. Dans les années 1980, elle fut appelée à organiser et à coordonner l’enseignement du grec dans les lieux de présence grecque, en particulier en Géorgie, en Russie et en Ukraine. En tant qu’interprète, elle a traduit et accompagné des politiciens et des chefs d’État russes et soviétiques, mais aussi des politiciens et des personnalités de la culture grecque et chypriote dont Konstantinos Karamanlis, Andreas Papandreou, l’archévêque Makarios, Mikis Theodorakis, Manolis Glezos, Grigoris Lambrakis, Melina Merkouri, Aristote Onassis. Elle a obtenu de nombreux prix et titres de reconnaissance des États russe, grec et chypriote, notamment l’Ordre de Kapodistria (Grèce), la Médaille d’or (Chypre), l’Amphore dorée du ministère de la Culture de Grèce, la Médaille d’or du maire d’Athènes, la Médaille d’or de l’Union des Grecs pontiques, l’Ordre d’Olga du Patriarche de Moscou. En 2001, elle obtint le Prix d’État de Russie, l’ordre de l’amitié.

78 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006, p. 191.

79 En septembre 2013, selon les données de la Fédération des associations grecques d’Ukraine, ce chiffre était de 4 586. Pour 3 437 de ces élèves, c’était la deuxième langue étrangère et pour les 1 149 restant, une langue facultative, http://www.greeks.ua/content/obschaja-informacija_ru/ru, consulté le 8 décembre 2016.

80 Balabanov Konstantin, Pahomenko Sergei 2006.

81 Entretien avec Pavlos Kapidis, conseiller chargé de l’éducation au consulat général de la république hellénique à Mariupol, le 30 septembre 2009.

82 Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 172, 200.

83 Ioannis Ritsos (1909-1990) est l’un des poètes grecs les plus célèbres du xxe s. Son œuvre publiée comporte plus de cent recueils de poésie, des pièces de théâtre, des essais ainsi que des traductions. Plusieurs de ses poèmes ont été mis en musique par Mikis Theodorakis.

84 Georgios Séféris (1900-1971), poète et diplomate grec, reçut le prix Nobel de littérature en 1963. À une époque où la langue savante καθαρεύουσα s’imposait encore, Séféris choisit d’écrire dans la langue populaire, démotique. Dans son œuvre, Séféris combine ses propres expériences à l’histoire et à la mythologie. Une de ses principales sources d’inspiration est l’Odyssée d’Homère, notamment pour montrer que la personnalité humaine n’a pas changé à travers les siècles.

85 En 2006, l’école du dimanche de Donetsk comptait 50 élèves, celle de Mariupol 90 et celle de Kiev 54.

86 Parmi d’autres écrivains contemporains d’expression ouroum dans la région de la mer d’Azov, il convient d’évoquer Viktor Borota (1936-) et Kirikia Havana, originaires du village grec de Staraya Ignatievka. Voir Kaurinkoski Kira 2003 ; Fédération des associations grecques d’Ukraine 2009, p. 204-206 ; Baranova Vlada 2009, p. 81, 95.

87 Pour des raisons économiques, il fut interrompu en 2001, puis reprit un peu plus tard. La diffusion des émissions en grec à la télévision et à la radio ukrainiennes est prévue aussi par la loi ukrainienne, mais celle-ci, pour des raisons économiques, n’a jamais été appliquée.

88 Baranova Vlada 2009, p. 89

89 Baranova Vlada, Viktorova Ksenia 2009 ; Baranova Vlada 2010.

90 Hatzidaki Aspa 1999.

91 Voir Baranova Vlada, Viktorova Ksenia 2009 ; Baranova Vlada 2010, p. 234-260.

92 Ponomariova Irina 2006, p. 74.

93 Baranova Vlada 2009, p. 85-86 ; 2010.

94 Pappou-Zouravliova Aikaterini 1995, p. 177-178 ; Baranova Vlada, Viktorova Ksenia 2009.

95 Baranova Vlada, Viktorova Ksenia 2009, p. 99-103.

96 Baranova Vlada 2009, p. 89 ; 2010.

97 Baranova Vlada, Viktorova Ksenia 2009.

98 Selon Valentina Konop-Lâško, responsable des publications et des éditions scientifiques à la Fédération des associations grecques d’Ukraine en 2007-2008, pendant cette période, plusieurs titres en dialecte romaïque furent publiés par la Fédération, mais pas un seul en ouroum. Communication personnelle de Valentina Konop-Lâško, Mariupol, septembre 2009.

99 Le folklore musical des Grecs de Mariupol comprend des chansons qui portent sur la difficulté des relations entre les Grecs et les Tatars en Crimée. Voir, par exemple, Hartahaj Feoktist 2004.

100 Baranova Vlada 2009, p. 83-84, et 2010.

101 Selon le recensement de 2001, il y avait 40 000 Ouroums dans la région de Donetsk. Ce chiffre représente 51,6 % des Grecs dans la région. Ponomariova Irina 2006, p. 74.

102 Kaurinkoski Kira 1997 ; 2003 ; 2016a.

103 Baranova Vlada 2009 ; 2010.

104 Eloeva Fatima 1998.

105 Baranova Vlada 2009 ; 2010.

106 Communication personnelle de Sofia Malli, consul général de la république hellénique à Mariupol, Mariupol, octobre 2009.

107 Baranova Vlada 2009, p. 94-96.

108 Voir Hartahaj Feoktist 2013.

109 La menace du grec démotique vis-à-vis de l’utilisation et du développement des dialectes des Grecs de Mariupol est évoquée, entre autres, dans Hatzidaki Aspa 1999 ; Chernukhin Eugène 2000 ; 2016a ; Kandilapti Klaudia 2002.

110 Baranova Vlada 2009 ; 2010. L’importance des dialectes mariupolites comme marqueurs identitaires est également soulignée dans Pappou-Zouravliova Aikaterini 1998 ; Chernukhin Eugène 2016a ; ;;a.

111 Schläpfer Robert 1985, p. 253, 263-264.

112 Calvet Louis-Jean 1987, p. 50.

Table des illustrations

Titre Fig. 9 – Pourcentage de personnes de langue maternelle ukrainienne en Ukraine selon le recensement de population de 2001.
Crédits Berruyer Olivier, série Ukraine, www.les-crises.fr/Ukraine, consulté le 6 février 2017.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4184/img-1.png
Fichier image/png, 553k
Titre Fig. 10 – Carte linguistique des russophones d’Ukraine selon le recensement ukrainien de 2001.
Crédits Berruyer Olivier, série Ukraine, www.les-crises.fr/Ukraine, consulté le 6 février 2017.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4184/img-2.png
Fichier image/png, 553k

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search