Version classiqueVersion mobile

Le « retour » des Grecs de Russie

 | 
Kira Kaurinkoski

Première partie – Les Grecs dans l’Empire Russe, dans l’Union Soviétique et en Ukraine

Les répressions politiques et les déportations

Texte intégral

  • 1 Bogdan Henry 1993, p. 221, 235 ; Heller Michael, Nekrich Aleksandr 1982, p. 255.
  • 2 Kappeler Andreas 1994, p. 320.

1À partir de 1929, Staline est devenu le maître incontesté du Parti et de l’État. Dès lors, son objectif est d’éliminer du Parti tous ses rivaux, ainsi que les éléments trotskistes et boukhariens qui s’y trouvaient encore. En 1933, commença le temps des purges avec les procès organisés. De très nombreux officiers supérieurs de l’Armée rouge ont été parmi les premières victimes de la politique stalinienne et l’armée fut ainsi décimée. Alors que dans le Sud Caucase et en Asie centrale, tout comme dans les milieux juifs, les purges et les épurations ne touchaient que les cadres supérieurs du Parti, en Ukraine, la totalité de la population, Russes inclus, était concernée. Pour Staline, l’Ukraine était une terre russe et toute velléité de nationalisme était une trahison à l’égard de la patrie. De par sa position géographique, l’Ukraine devait rester un avant-poste du communisme face à l’Europe « capitaliste »1. Dès avant les répressions politiques et « nationales », la résistance paysanne particulièrement forte à la collectivisation des terres en Ukraine avait été la source de l’une des plus atroces tragédies nationales du xxe s. Les purges anéantirent également une grande partie des communistes et des intellectuels russes, mais les survivants chez ces derniers étaient plus nombreux que parmi les non-Russes considérés comme des nationalistes et des séparatistes potentiels2.

La collectivisation sur les rives de la mer d’Azov

  • 3 Yakubova Larisa 1999, p. 118, 154-156 ; Ivanova Yulia 2004, p. 276.
  • 4 Yakubova Larisa 1999, p. 162-168 ; Ivanova Yulia 2004, p. 275 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konst (...)
  • 5 Yakubova Larisa 2004d. Dans les années 1929-1930, 6 500 Allemands dont 4 000 mennonites quittèrent (...)

2Dans la région de la mer d’Azov, la collectivisation forcée a commencé en août 1929. Cette politique avait pour but la liquidation des « koulaks » en tant que couche sociale privilégiée, mais, dès 1930, les couches aisée et moyenne aussi furent visées. Les districts nationaux et autonomes, organes du pouvoir soviétique, jouaient un rôle important dans l’application de la collectivisation. En 1931, 70,5 % des maisons et 67,7 % des terres avaient été collectivisées3. Ceux qui n’avaient rien à perdre rejoignaient les kolkhozes ; les autres, aussi appelés « koulaks », quittèrent le village pour diverses villes du Donbass et du Kouban. Une partie de la population a ainsi été déportée de force dans le nord de la Russie, au Kazakhstan et en Ouzbékistan. À l’issue de ces migrations forcées, la population rurale grecque a diminué de 10 à 20 %4. Dans les autres groupes minoritaires, la situation était proche. Les Allemands et les Juifs, habitants de la steppe, étaient parmi les plus durement frappés ; ils furent les premières victimes de la collectivisation en Ukraine. Selon T. Martin, la collectivisation n’était pas supposée avoir une dimension nationale, cependant, elle se développait dans ce sens. Des peuples entiers furent considérés comme des « peuples des koulaks » par leur statut antérieur privilégié ou par leur intention d’émigrer vers leur pays d’origine. Aux yeux des peuples concernés (dont les Grecs, les Allemands, les Finnois, les Estoniens et les Suédois), la collectivisation n’était pas seulement antirurale mais aussi antinationale5.

  • 6 Džuha Ivan 2009, p. 21.
  • 7 Chassiotis Ioannis 1997, p. 392-397.
  • 8 Ioannidi Nikolai 1990, p. 41-42.

3Dès 1932, les maisons des Grecs dékoulakisés furent occupées par de nouveaux locataires, venus principalement des régions centrales de Russie pour travailler dans les usines et les mines. Les dirigeants soviétiques de l’époque ont fait du brassage des peuples une politique de prédilection – voulue exemplaire dans le Donbass. À l’échelle de toute l’Union soviétique, il a été estimé que 2 000 à 3 000 Grecs furent dékoulakisés et déportés pendant les années 1929-1935, notamment de la Crimée, de la région de la mer d’Azov et d’Odessa6. Dans le Caucase du Nord, la collectivisation était moindre7 ; dans un premier temps, elle ne concernait pas les citoyens étrangers et peu de Grecs du Caucase avaient alors la citoyenneté soviétique8.

La famine ukrainienne de 1932-1933

  • 9 Sur la famine de 1932-1933 en Ukraine, voir Davies Robert, Wheatcroft Stephen 2004 ; Shapoval Yuri (...)

4La famine que connut l’Ukraine dans les années 1932-1933 avait une finalité politique. Elle avait pour but la répression des paysans qui résistaient à la collectivisation des terres. Elle était de plus une agression contre le village ukrainien, perçu comme le berceau du nationalisme ukrainien. Et enfin, elle résultait de l’idée de l’exportation du grain contre l’importation de la machinerie nécessaire à l’industrialisation du pays. La situation était particulièrement insoutenable à la campagne. Dans certaines régions rurales, le taux de mortalité atteignit 20 à 25 % en 1932-1933. Dans certains villages du nord du Donbass, les personnes âgées se souviennent des paysans affamés qui mangeaient des cadavres qu’ils trouvaient ou déterraient. Selon Nicolas Werth, l’anthropophagie et la nécrophagie étaient des effets secondaires des brutalités et des répressions qui accompagnèrent la faim et la famine. Dans les familles nombreuses, on cherchait souvent à envoyer les enfants dans la famille en ville où la situation était un peu meilleure pour les sauver de la faim. Le nombre de morts à cause de cette famine s’élève en Ukraine, selon les historiens ayant étudié la question après l’ouverture des archives soviétiques, à un chiffre compris entre 3,5 et 4 millions de personnes. À l’aube du xxie s., le souvenir de cette famine reste un élément fondateur de l’identité ukrainienne9.

5Dans son journal, Strionov, originaire du village turcophone de Kamara, fait part de ses souvenirs. Il rapporte que les kolkhoziens devaient donner toute leur récolte et payer divers impôts à l’État. Ces impôts devaient être payés en nature, c’est-à-dire en viande, en lait, en laine, en œufs, et en argent. Pourtant, les kolkhoziens ne disposaient pas de leurs biens. Leur situation était effectivement comparable à celle des esclaves : ceux qui refusaient de travailler ou s’aventuraient à faire la collecte des grains dans les champs après la journée de travail officielle, étaient condamnés et conduits en prison. Les malades y compris ceux atteints de fièvre étaient obligés de travailler. Dans les kolkhozes d’Ukraine, la famine s’est déclarée à l’automne 1933. Selon Strionov, la récolte de 1933 n’avait pas été mauvaise, mais elle fut confisquée par l’État dans sa totalité. Pour échapper à la faim, les kolkhoziens n’hésitèrent pas à manger les produits et le bétail qui était à leur disposition y compris les chats et les chiens domestiques. En ultime recourt, ils quittaient le village pour la ville et les centres industriels. Si les citadins essayaient de venir en aide à la population rurale, en ville la situation n’était pas facile non plus, bien qu’il y eu un système de rationnement. Beaucoup de ces villageois sont morts chemin faisant, d’autres dans les rues de la ville, d’autres encore s’écroulaient dès qu’on leur donnait un peu de pain sec. Les cadavres s’entassaient dans des camions puis étaient enterrés dans les carrières qui se trouvaient à la sortie de la ville.

  • 10 Yakubova Larisa 2008, p. 178-179.

6Dans le district de Starobelsk, où la situation était particulièrement difficile, des familles entières sont mortes de faim. Un Grec turcophone de la région de la mer d’Azov certifie y avoir vu, à la gare ferroviaire, un convoi de wagons remplis de cadavres. L’odeur était insupportable. Ce jour-là, le premier secrétaire du Parti communiste du district Stanislav Kosior se rendait à la gare. Le personnel ferroviaire, furieux, a placé un des wagons rempli de corps à côté du wagon personnel du premier secrétaire afin qu’il sente l’odeur des cadavres des paysans de Starobelsk, morts par sa faute10.

  • 11 Loi d’Ukraine : Holodomor en Ukraine 1932-1933, du 28 novembre 2006, http://zakon3.rada.gov.ua/laws (...)
  • 12 « La famine des années 1930 en Ukraine n’est pas un génocide, selon Viktor Yanoukovitch », http://w (...)
  • 13 Résolution du Parlement européen du 23 octobre 2008 sur la commémoration de l’Holodomor, la famine (...)
  • 14 Martyniuk Jaroslav 2010.
  • 15 Selon le spécialiste italien de la famine ukrainienne de 1932-1933, Graziosi Andrea 2005, conformém (...)

7Le 28 novembre 2006, le parlement ukrainien vota une loi affirmant que la famine de 1932-1933 avait été un génocide11. Cette interprétation, contestée par la Russie et le Kazakhstan, fut remise en cause par le président ukrainien V. Yanoukovitch, élu en février 2010, pour qui le Holodomor (littéralement, mort causée par la famine) était une tragédie partagée par tous les peuples de l’Union soviétique. Une « terrible tragédie » est l’expression utilisée par la Douma russe dans sa déclaration du 2 avril 2008 qui accuse le régime stalinien d’avoir été le principal responsable12. En octobre 2008, le Parlement européen reconnût l’Holodomor comme « un crime effroyable perpétré contre le peuple ukrainien et contre l’humanité » sans lui donner la qualification de génocide13. En décembre de la même année, la Russie bloqua la résolution de l’ONU initiée par l’Ukraine stipulant que l’Holodomor fut une famine génocidaire contre les Ukrainiens, en fait les personnes d’origine ukrainienne (ethnic Ukrainians)14. Jusqu’à présent, il n’y a pas de consensus international sur l’interprétation de cette famine. Alors qu’il a été généralement admis que la famine de 1932-1933 avait été mise en œuvre par Staline contre la paysannerie, les opinions des chercheurs divergent sur le caractère « ethnique » ou non de cette famine. En plus des millions d’Ukrainiens, la famine fit également des victimes parmi les Russes, les Kazakhs et les Allemands. Il n’en est pas moins vrai que le nombre de victimes ukrainiennes ou d’origine ukrainienne était particulièrement élevé15. En Ukraine même, jusqu’au milieu des années 1980, tout ce qui avait trait à cette famine était passé sous silence. On comprend donc l’importance du débat dans le contexte actuel.

Les répressions politiques et l’« opération grecque » de 1937-1938

  • 16 Kaurinkoski Kira 1997 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 95-97.

8Si l’on peut expliquer les répressions de la première moitié des années 1930 par des considérations sociales, celles de la seconde moitié se caractérisent par une très forte violence politique et des considérations nationales. Dans la région multiethnique du Donbass, les répressions ont touché tout le monde. Parmi les victimes, il y avait des Russes, des Ukrainiens, des Juifs, des Grecs, etc. Il y avait des politiciens, des écrivains et des intellectuels, mais aussi des « gens ordinaires » y compris des personnes qui avaient cru en « l’avenir radieux », proclamé par le Parti et avaient œuvré dans ce but16. Maria Fedorovna, Grecque turcophone de Staryï Krym, a perdu son père en 1938.

Mon père a été déporté en 1938. Et qu’est-ce qu’il avait fait ? On le traitait d’ennemi du peuple (vrag naroda), on l’accusait d’être le chef d’une société nationaliste grecque, de mener des activités antisoviétiques, […] alors qu’il était russe et avait un nom russe, Jouravlev, […] quelle absurdité.

9Légalement, le père de Maria Fedorovna était de nationalité grecque. Orphelin à l’âge de 5 ans, il a été envoyé à Staryï Krym, où il a été enregistré en tant que grec par les pouvoirs locaux. En 1988, Maria Fedorovna écrivit une lettre au procureur militaire de la région de Kiev à propos du sort de son père. Un an plus tard, elle reçut une réponse du Comité de Sécurité régional de Donetsk : « Fusillé, non coupable » (fig. 6 et 7).

Fig. 6 – Lettre de réhabilitation de F. I. Jouravlev, frappé par les répressions staliniennes en 1938, datée du 26 juillet 1989 (traduction ci-dessous).

Fig. 6 – Lettre de réhabilitation de F. I. Jouravlev, frappé par les répressions staliniennes en 1938, datée du 26 juillet 1989 (traduction ci-dessous).

Archives personnelles de M. F. Priluckaya.

Fig. 7 – Attestation de réhabilitation de F. I. Jouravlev, frappé par les répressions staliniennes en 1938, datée du 24 août 1989 (traduction ci-dessous).

Fig. 7 – Attestation de réhabilitation de F. I. Jouravlev, frappé par les répressions staliniennes en 1938, datée du 24 août 1989 (traduction ci-dessous).

Archives personnelles de M. F. Priluckaya.

10Dès 1936, Staline comprit qu’il n’avait pas réussi à isoler les « koulaks » de la société environnante. Beaucoup de personnes dékoulakisées ne restèrent pas sur les lieux de déportation dans le nord de la Russie et en Oural. Les Grecs, déportés d’Ukraine, par exemple, avaient tendance à retourner dans leur région d’origine une fois libérés. Nombre d’entre eux trouvèrent du travail à Donetsk et dans les autres villes minières de la région. Selon Ivan Džuha, la lutte contre les « koulaks », les saboteurs et les malfaiteurs, fut identifiée comme l’une des raisons principales du début de la grande terreur des années 1930. Le rôle de Staline dans la planification et l’exécution des répressions des années trente est incontestable.

  • 17 Džuha Ivan 2006, p. 17-20 ; Bugaj Nikolaj 2004.

11La campagne de répression massive commença le 2 juillet 1937, après l’adoption du décret No 51/94 par le Politburo du Comité central du Parti communiste relatif aux « éléments antisoviétiques ». Le 31 juillet 1937, fut pris le décret No 00447 sur « l’opération de répression d’anciens koulaks, de criminels et d’autres éléments antisoviétiques ». Dans le cadre de ce décret, plusieurs « opérations nationales » furent effectuées : japonaise, coréenne, estonienne, finnoise, latvienne, grecque, etc. La population coréenne de l’Extrême-Orient russe, dans son ensemble, c’est-à-dire 172 000 personnes, fut déportée dans les zones vierges de l’Asie centrale17.

  • 18 Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 47-48.

12Parmi les premières victimes grecques dans la région de la mer d’Azov, seront évoqués Fedor Tchelpan, père de Konstantin Tchelpan, constructeur du moteur Diesel du tank T-34. Au début des années trente, Konstantin Tchelpan avait fait des études en Suisse, en Allemagne et en Angleterre à la suite desquelles il s’installa à Kharkov ; en 1935, il obtint le prix Lénine pour son travail scientifique. Pendant ces années, son père, Fedor Tchelpan, résident de Mariupol, fut dékoulakisé et déporté en Sibérie. En 1937, peu de temps après son retour à Mariupol, Fedor Tchelpan fut arrêté de nouveau. Cette arrestation eut lieu dans le cadre du décret N° 00477 ; il fut arrêté et fusillé le 8 décembre 1937. Le même jour, son fils Konstantin fut arrêté à Kharkov ; il fut fusillé le 10 mars 193818.

13L’« opération grecque » fut lancée le 11 décembre 1937, par la directive No 50215 du NKVD, signée par le commissaire des Affaires intérieures de l’URSS, Nikolai Ivanovitch Ejov. La directive définissait le début de l’opération et les catégories de personnes à réprimer. Selon son préambule, « les matériaux de recherche ont fait apparaître que les services secrets grecs mènent un travail d’espionnage contre-révolutionnaire actif en URSS, remplissant des tâches pour les services secrets anglais, allemand et japonais… ». Pour mettre fin aux activités des services secrets grecs sur le territoire de l’URSS, il fut demandé dans toutes les républiques et les régions du pays :

141) d’arrêter, le 15 décembre, tous les Grecs soupçonnés d’activités d’espionnage et d’activités à caractère contre-révolutionnaire, nationaliste et antisoviétique ;

152) d’arrêter tous les Grecs (citoyens helléniques et citoyens soviétiques) qui font partie des catégories suivantes : les personnes inscrites sur les listes établies ou en cours d’élaboration ; les anciens grands commerçants et entrepreneurs, les agents de contrebande et d’échange de devises étrangères ; les Grecs qui mènent un travail nationaliste actif, en premier lieu parmi les dékoulakisés et ceux qui furent cachés pendant la dékoulakisation ; les émigrés politiques venus de Grèce ainsi que les Grecs venus en URSS de manière illégale quel que soit leur pays d’origine ;

  • 19 Džuha Ivan 2006, p. 49-52.

163) dans l’exécution de l’opération d’épuration des catégories mentionnées ci-dessus, on demanda de prêter une attention particulière aux centres et entreprises d’intérêt stratégique ou liés à la défense ; aux entreprises et centres d’énergie électrique ; à tous les types de transport, en particulier, les ports, les armées, la marine, les forces armées et les services du NKVD19.

17Les élections au Soviet suprême de l’Union soviétique eurent lieu le lendemain de l’adoption de cette directive. Parmi les députés élus, il y avait trois Grecs : P. Angelina de la circonscription électorale de la région de Donetsk, I. Papanin et V. Kokkinaki, tous deux de la circonscription électorale de Crimée.

  • 20 Džuha Ivan 2006, p. 55-56.
  • 21 Chassiotis Ioannis 1997, p. 420. Selon Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 97, 3 125  (...)
  • 22 Džuha Ivan 2006, p. 175-179.
  • 23 Ashla Alexander 2003, p. 17-19 ; Karpozilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999.
  • 24 Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 47.
  • 25 Chassiotis Ioannis 1997, p. 420-421 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 97-98.

18Le 15 décembre marqua le début d’une vague d’arrestations massives des Grecs à l’échelle de l’Union soviétique. Les trois premiers mois de 1938 ont été particulièrement sanglants20. Selon la directive secrète No 50215 du NKVD, du 11 décembre 1937, les enquêteurs furent obligés de procéder à l’exécution de l’« opération grecque ». En l’espace d’un an, entre décembre 1937 et novembre 1938, dans la région de la mer d’Azov, 3 628 Grecs furent arrêtés : 3 400 furent fusillés et 158 déportés dans des camps de travail forcé pour une durée de cinq à dix ans21. Parmi les victimes, il y avait les rédacteurs et les éditeurs du journal Κολεχτιβιςτίς, Georgij Kostoprav, Amfiktrion Dimitriou, l’historien, l’ethnographe et l’acteur politique Savva Yali, le directeur de l’institut pédagogique grec Ilya Konop, le directeur du théâtre grec Georgij Deglaris, l’écrivain et le metteur en scène Daniil Telentchi, plusieurs acteurs et même le chauffeur du théâtre, Ivan Nogach. Il y avait aussi des membres du Parti communiste grec et du Parti bolchevik russe. Tel fut le sort d’Apostolis Klidonaris, membre du Parti communiste grec et du Parlement grec qui s’établit à Mariupol sous le pseudonyme de Georgi Psileas et qui travaillait à la rédaction du journal Κολεχτιβιςτίς dans les années 1930 ; il fut arrêté parmi les premiers, le 27 novembre 193722. Tous furent arrêtés en tant qu’« opposants au pouvoir soviétique » et fusillés entre 1938 et 193923. Pratiquement toute l’intelligentsia culturelle fut anéantie ; le nombre de survivants de la jeune génération fut limité24. Aujourd’hui, on sait que la plupart des procès étaient truqués25.

  • 26 Džuha Ivan 2006, p. 24, 28.

19On se demande pourquoi, les Grecs, alors que leur pays d’origine n’avait aucune frontière commune avec l’Union soviétique contrairement aux nationalités concernées par le décret No 00447, ont été concernés par les répressions staliniennes. Plusieurs hypothèses ont été avancées : il a été suggéré que l’on ne peut complètement négliger l’effet de la participation des troupes armées grecques dans l’intervention de l’Entente en Crimée, en 1918 ; l’apparition des émigrés politiques grecs dans le Donbass au milieu des années 1930, qui se sont pour la plupart installés à Mariupol, a pu également jouer un rôle ; enfin, il est à noter que, en 1937, les Grecs formaient 95 % de l’ensemble des citoyens étrangers en Union soviétique et qu’une grande partie des Grecs d’Adjarie, d’Abkhazie et de Krasnodar avaient la citoyenneté hellénique. Autant de faits qui dérangeaient26.

  • 27 Chassiotis Ioannis 1997, p. 420.
  • 28 Entretiens avec des habitants de Sartana et de Staryï Krym dans la région de la mer d’Azov, 1993-19 (...)
  • 29 Chassiotis Ioannis 1997, p. 420-425.

20Selon l’étude de 1 200 dossiers du NKVD d’Ukraine, 12 % des personnes arrêtées en Ukraine en 1937-1938, et accusées d’activités contre-révolutionnaires, étaient d’origine grecque27. Dans nombre de cas, les listes des accusés furent établies par les autorités locales, alors que d’autres furent dénoncés par des voisins ou des co-villageois parmi lesquels il y avait aussi des Grecs28. Dans le Kouban, les arrestations et les déportations de Grecs prirent la forme de pogroms. Des milliers de Grecs furent arrêtés et déportés dans des camps de travail forcé en Asie centrale et en Sibérie29. Le déviationnisme idéologique était toujours le chef d’accusation essentiel associé automatiquement au nationalisme bourgeois lorsque l’accusé n’était pas russe. Les sympathisants de l’opposition, ainsi que les descendants de la noblesse, de la bourgeoisie, du clergé et des paysans aisés, furent parmi les premières victimes des répressions.

21Le portrait du Grec moyen arrêté dans le cadre de l’« opération grecque » était celui d’un homme marié de 35 ans, père de deux ou trois enfants, paysan, ayant reçu une formation élémentaire, connaissant trois langues et qui n’était pas membre du Parti. Les proportions entre les ressortissants urbains et ruraux étaient à peu près les mêmes qu’entre les membres du Parti et les sans parti. En règle générale, le fait d’être membre du Parti était le privilège des citadins ; la masse de la population rurale était plutôt apolitique. Les religieux et les représentants des institutions religieuses, notamment les prêtres, furent durement réprimés. Dans la région de Donetsk, entre 1937 et 1939, environ 10 % des victimes avaient une formation universitaire supérieure. Plus de 90 % des victimes à l’échelle de l’Union soviétique étaient des hommes âgés de 20 à 55 ans.

  • 30 Džuha Ivan 2006, p. 79, 150-155 ; Džuha Ivan 2009, p. 193 ; Kataiftsis Dimitris 2014, p. 296, 328.

22Après l’arrestation des époux et des pères, les familles de ces hommes devinrent à leur tour « des ennemis du peuple » (vragi naroda). Beaucoup furent chassées de leurs maisons ou de leur travail. Pour les enfants, la voie des études universitaires était définitivement fermée. En général, la vie se poursuivait sans aucune nouvelle des arrêtés et dans une peur prégnante. Pendant plusieurs décennies, les familles des détenus ont eu à subir le contrôle systématique des services de sécurité. Dans de nombreux cas, les enfants ou d’autres membres de ces familles des « ennemis du peuple » furent arrêtés à leur tour. Certaines épouses des détenus, notamment chez les Grecs pontiques, partirent en Grèce. Par la suite, depuis leur nouveau pays de résidence, elles entreprirent des démarches pour faire libérer leurs conjoints. Ainsi, les répressions ont également mené à la décomposition des familles30.

La vie des Grecs dans les camps de travail

23Différentes logiques furent utilisées pour conduire les personnes arrêtées dans les camps. En règle générale, les Grecs de Géorgie, d’Odessa, de la région de la mer d’Azov et de Krasnodar furent condamnés à des travaux forcés pour dix ans ; les Grecs de Stavropol pour cinq ans. Les Grecs de Mariupol et de Crimée furent concentrés à Kharkov, puis envoyés dans des camps de travail différents.

24Il a été estimé que la moitié des Grecs, entre 1 500 et 2 000 personnes, condamnés au Goulag dans les années 1930-1940, sont passés par le camp de Kolyma en Sibérie. La région en question est réputée pour ses richesses en ressources naturelles, en particulier en or – le bassin de la rivière de Kolyma regroupait alors 20 % des richesses mondiales en or – et en uranium. Les détenus travaillaient à l’extraction des minerais, de l’or et de l’uranium, mais ils faisaient aussi d’autres travaux. Dans les camps de Komi et de Norilsk, les détenus construisaient des canaux ; le Belomorkanal et les canaux Volga-Baltique et Volga-Don ont notamment été construits avec la participation des Grecs. En Oural et en Sibérie ainsi qu’en Asie centrale, les détenus ont été utilisés pour la construction des usines métallurgiques et chimiques, et dans l’agriculture. Nombre de femmes ont notamment été conduites dans des camps du Kazakhstan pour confectionner les pantalons des hommes qui combattaient sur le front.

25Le camp était divisé en deux catégories d’hommes, les « détenus ordinaires » et les « détenus politiques », et sa vie marquée par une culture spécifique, une économie peu efficace et la compétition sociale. Un système de censure était appliqué et les contacts avec le monde extérieur étaient restreints. Le droit au travail était le droit par excellence. Le système durcit avec l’entrée de l’Union soviétique dans la guerre en juin 1941, et le contrôle du courrier et des colis devint plus strict. Dès lors, les détenus ne pouvaient recevoir que deux lettres par an. Dans les camps « européens » les visites des épouses – exceptionnellement des filles – étaient permises. Dans les autres camps, les visites étaient interdites ; à Kolyma, impensables. Pour contourner le contrôle, des complicités se créaient parmi les détenus. Dans ces conditions de lutte perpétuelle pour la survie, l’affichage des préférences nationales était dangereux, mais néanmoins une forme de solidarité et d’amitié. Selon un témoignage de l’époque, un « ami dans le camp » n’était pas seulement une personne à qui l’on pouvait se confier, il devait être aussi un alter ego. Dans ses mémoires publiées en 1998, Georgij Leventis, enseignant de grec à l’institut pédagogique de Mariupol et l’un des rares survivants des camps de travail, fait ainsi part de ses souvenirs :

  • 31 Leventis Georgios 1998, p. 47.

Un soir, il faisait déjà nuit, le chef cuisinier s’est approché de moi et m’a donné un « colis ». « Je sais que tu as été à [le nom d’un camp] », me dit-il. « Prends, cela te renforcera. Moi, je suis un Grec de Géorgie. Je ne sais pas parler le grec, néanmoins nous sommes des frères. » […] Nous nous voyions relativement souvent pour parler. Dans ses yeux, j’ai vu la joie et la passion d’apprendre comment vivent les Grecs à Mariupol31.

  • 32 Džuha Ivan 2006.

26Un grand nombre de ces détenus sont morts de maladie, d’autres se sont suicidés. Les morts massives ont commencé à l’automne 1938 avec les grands froids. Une libération à grande échelle eut lieu pendant l’hiver 1947-1948. Selon les estimations d’Ivan Džuha, seule une petite moitié des prisonniers sont rentrés des camps32.

La Grèce et les Grecs d’Union soviétique

  • 33 Džuha Ivan 2006, p. 163, 166-167.

27Entre 1921 et 1931, le rapatriement des Grecs d’Union soviétique fut discuté à plusieurs reprises entre les deux gouvernements. Selon l’ambassadeur de Grèce à Moscou à cette époque, Nikolaos Anisas, en 1929, environ 8 000 familles grecques soit 40 000 personnes se réunirent à Odessa, à Mariupol, à Novorossisk et à Batoum dans l’espoir de partir pour la Grèce. Selon des témoins, le nombre réel de ces personnes aurait été encore plus élevé, mais toutes ne réussirent pas à convaincre les autorités grecques de leur grécité. À l’époque, l’Union soviétique comptait des dizaines de milliers de Grecs qui se considéraient comme citoyens grecs. La plupart étaient des réfugiés de Turquie qui s’étaient installés en Russie en 1919-1922 et vivaient en Géorgie ou dans la région de Krasnodar. Nombre d’entre eux avaient une carte d’identité délivrée par la section consulaire de l’ambassade de Grèce de Moscou, de Kiev ou de Batoum, cependant, le nombre de ceux qui avaient un passeport grec était limité, et dans ce cas, leur statut officiel était plutôt celui d’apatride33. Ils n’étaient désirés ni en Union soviétique, où ils étaient perçus comme un fardeau, ni en Grèce, où le manque de moyens et la peur du communisme régnaient. Avec l’arrivée d’un million et demi de réfugiés grecs d’Asie mineure à l’issue du traité de Lausanne, la Grèce ne pouvait en accueillir d’autres.

  • 34 Nansen Fritjof 1928, p. 102.  
  • 35 Voutira Eftihia 2011, p. 135-137 ; Zapantis Andrew 1982, p. 11-16, 211, 269.
  • 36 Ces données se fondent sur des rapports consulaires grecs de 1933-1935 [AYE, F/B/8/IA, 1933]. Elles (...)

28Sous la pression de la Ligue des Nations qui plaidait pour le droit à la réunification familiale, le gouvernement d’Élefthérios Venizélos accepta de recevoir ceux qui avaient fui l’Asie mineure pour l’Union soviétique34. Après l’établissement des relations diplomatiques entre l’Union soviétique et la Grèce en 1924, deux catégories mutuellement exclusives furent établies : celle de « réfugiés » et celle de « non réfugiés ». Il s’agissait d’un système officieux de classification établi par la Grèce pour distinguer les personnes prioritaires : celles arrivées en Union soviétique après 1917 et après 1924 avaient la priorité sur celles arrivées antérieurement. C’étaient donc les catégories les plus vulnérables qui étaient concernées par le rapatriement en Grèce. Entre 1929 et 1933, 7 000 Grecs quittèrent l’Union soviétique pour la Grèce en échange de 7 000 Arméniens, réfugiés de Turquie, qui quittèrent la Grèce pour l’Arménie soviétique35. Entre 1933 et 1935, environ 300 autres Grecs d’Union soviétique arrivèrent en Grèce par la Perse (qui devint l’Iran le 21 mars 1935) où ils s’étaient installés comme cultivateurs de tabac36.

29Avec le début de la dékoulakisation en Union soviétique, les contacts entre les gouvernements grec et soviétique se multiplièrent. Les questions pressantes concernaient la nationalisation des entreprises, la réforme linguistique et la fermeture des églises grecques en Union soviétique. Cette fermeture était une question de principe pour les deux pays. En 1932, l’Union soviétique fit cadeau de deux tableaux du peintre Arkhip Kuindji à la Pinacothèque nationale grecque en signe de bonne volonté. Cependant, la situation des Grecs d’Union soviétique ne s’améliora pas. À Moscou, l’ambassade de Grèce continuait à recevoir des lettres qui traitaient des arrestations, des conditions de détention lamentables et de la surveillance des familles des prisonniers. Cette pratique avait commencé dans les années 1920, mais dans les années 1930, le nombre des lettres et celui des plaintes s’intensifièrent. Les plaintes venaient de toutes parts, des villes comme des villages. La situation des Grecs, citoyens soviétiques et citoyens helléniques, était donc un thème récurrent dans les rapports de l’ambassadeur à son ministre à Athènes. Dans son rapport du 16 août 1933, l’ambassadeur de Grèce à Moscou de 1933 à 1935, Spyridon Polychroniadis, écrivit :

  • 37 Džuha Ivan 2006, p. 164.

Le nombre des aliénés parmi les personnes d’origine grecque est immense ! Les paysans qui n’ont pas intégré les kolkhozes subissent l’hostilité des pouvoirs. Leurs cas sont examinés, les instances juridiques trouvent facilement une excuse pour les accuser. Dans mes discussions avec Monsieur Stern (représentant du ministère des Affaires étrangères soviétique), j’ai de nouveau insisté sur la libération des Grecs. Pourtant, il m’a annoncé que le nombre de détenus d’autres nationalités n’est pas moindre. Mais il n’a pas pu nier que les arrestations ont lieu sur la base du principe de nationalité37.

  • 38 Zapantis Andrew 1982, p. 369-372.
  • 39 Džuha Ivan 2006 ; 2008 ; 2009 ; Kataiftsis Dimitris 2014, p. 296-297.
  • 40 Notaras Andreas 2005, p. 268 ; Zapantis Andrew 1982, p. 372.

30Au vu du nombre croissant de détenus en Union soviétique, en 1938, le gouvernement d’Ioannis Metaxas (1936-1941) autorisa le rapatriement des citoyens helléniques ayant de la parenté en Grèce. L’ambassade de Grèce à Moscou reçut l’instruction officieuse d’accorder des visas à tous les Grecs désireux de partir pour la Grèce. Aucune circulaire ne fut pourtant publiée afin de ne pas attirer l’attention et ainsi aggraver la situation des Grecs en question38. Entre 1938 et 1941, des milliers de citoyens helléniques ont été rapatriés en Grèce. La plus grande vague eut lieu en 1939, quand environ 10 000 d’entre eux quittèrent l’Union soviétique par les ports d’Odessa et de Batoumi. La plupart venaient d’Odessa, de Krasnodar et de Géorgie. Il n’y avait pratiquement pas de Grecs de la région de la mer d’Azov ni de Tsalka39. De manière officieuse, la population grecque d’Union soviétique fut alors estimée à 500 000. Selon le recensement soviétique de 1939, elle était de 286 444 ; 17 000 Grecs étaient inscrits sur les listes de l’ambassade à Moscou40.

  • 41 Cette pratique qui a commencé dans les années trente s’est perpétrée jusqu’aux années soixante-dix. (...)

31En vue de leur accueil en Grèce, nombre de Grecs ont déposé leur argent à l’ambassade de Grèce à Moscou afin d’être transmis à la Banque de Grèce ; cet argent ne leur fut jamais restitué. Vlassis Agtzidis se réfère à des dizaines de cas pour lesquels l’argent déposé à l’ambassade fut perdu, mais il se peut que le nombre soit plus élevé41.

  • 42 Agtzidis Vlassis 2007, p. 245-246.

32En Grèce, la grande majorité des migrants venus d’Union soviétique à la fin des années trente s’installèrent à Athènes, au Pirée et en Macédoine, d’autres s’établirent à Lamia, à Chalkida et dans le Péloponnèse, généralement dans de mauvaises conditions. Beaucoup furent employés aux travaux agricoles pour un salaire de misère. À l’indifférence des autorités s’ajoutaient la discrimination des populations locales. Plus tard, la plupart s’engagèrent dans la résistance. Nombre d’entre eux furent exécutés au cours des épurations ethniques de Macédoine orientale sous l’occupation bulgare entre 1941 et 194442.

Les représentations collectives de l’altérité en Grèce et en Union soviétique

33L’image que l’on se faisait en Grèce de la situation des Grecs en Union soviétique à cette époque reposait sur quatre types de sources. La première est composée de la correspondance familiale, car parmi les Grecs vivant en Union soviétique, un certain nombre avait de la parenté en Grèce. La deuxième est représentée par les journaux ; Βραδινή, Πρωϊα et quelques autres journaux grecs publiaient régulièrement des articles sur la situation des citoyens helléniques en Union soviétique. La troisième est le fait des communistes grecs qui informaient les habitants de la Grèce des succès de la construction du socialisme en Union soviétique. Enfin, la quatrième relève des témoignages des écrivains invités en Union soviétique par les pouvoirs soviétiques à l’occasion des manifestations politiques importantes. Ainsi, pour le dixième anniversaire de la révolution d’Octobre, célébré en 1927, nombre d’écrivains « progressistes » furent invités en Union soviétique. La Grèce fut représentée par l’écrivain Nikos Kazantzakis (1883-1957) dont ce n’était pas le premier voyage en Union soviétique ; en 1919, il avait déjà pris connaissance de la situation de ses compatriotes, réfugiés de Turquie, dans le pays des Soviets comme envoyé spécial du premier ministre grec Élefthérios Venizélos. À Moscou, il fit la connaissance d’un autre Grec, Panaït Istrati (1884-1935), un Parisien né de père grec et de mère roumaine. Kazantzakis passa un an en Union soviétique, Istrati seize mois. Leurs voyages les conduisirent de Moscou à Léningrad, en Carélie, à Mourmansk, en Ukraine, en Moldavie, en Crimée, sur la Volga et dans le Caucase.

  • 43 Les trois volumes de l’ouvrage de P. Istrati sont : Vers l’autre flamme : après seize mois en URSS, (...)

34D’avril 1928 à avril 1929, P. Istrati voyagea de nouveau en Union soviétique. Ces séjours lui inspirèrent l’écriture d’un ouvrage en trois volumes dans lequel il dénonça l’arbitraire du régime soviétique et ce sept ans avant le Retour d’URSS d’André Gide43. L’ouvrage de P. Istrati, écrit avec Boris Souvarine et Victor Serge contient la fameuse réplique : « Je vois bien les œufs cassés, mais où donc est l’omelette ? ». Publié en France en 1929, il ne vit le jour ni en Grèce, ni en Union soviétique, ni en Roumanie.

  • 44 Kazantzakis Nikos, Τι είδα στη Ρουσία (1928) ; Τόντα Ράμπα (1956). Aujourd’hui encore, ces livres n (...)
  • 45 Varnalis Kostas 2014.

35Kazantzakis décrivit ses impressions de voyage dans deux livres44 publiés en grec et traduits dans de nombreuses langues sauf le russe. En 1934, Kostas Varnalis fut à son tour invité en Union soviétique à l’occasion du premier congrès des écrivains soviétiques. Il décrivit ses impressions dans une série d’articles qui furent publiés dans le journal Ελεύθερος Άνθρωπος, et republiés sous forme de livre en 201445.

36En Union soviétique, au cours de ces années, les informations sur la Grèce étaient fort limitées. Dans les articles de presse soviétique, la Grèce des années 1930 était représentée comme une dictature, un pays qui collaborait avec l’Allemagne nazie, qui avait interdit la participation des bénévoles à la Guerre civile en Espagne du côté des forces républicaines. Ces informations, peu engageantes, sur la situation en Grèce étaient reprises dans les journaux publiés dans les villes à forte population grecque dont Soukhoumi, Rostov, Mariupol et Adler.

Estimations du nombre de victimes

  • 46 Džuha Ivan 2006, p. 396.

37Officiellement, l’« opération grecque », telle que définie par le décret No 50215 du NKVD, commença le 11 décembre 1937 et dura jusqu’en juillet 1938. En réalité, de nombreuses arrestations et déportations de Grecs eurent lieu avant le 11 décembre. La surveillance politique, les arrestations et les déportations ne se sont pas arrêtées en juillet 1938, mais continuèrent jusqu’au milieu des années 1950. À l’échelle de l’Union soviétique, le nombre de victimes de cette opération, à strictement parler, a été estimé par I. Džuha à un chiffre compris entre 21 000 et 25 00046 (tabl. 4).

Tabl. 4 – Estimations du nombre de victimes de l’« opération grecque » en Union soviétique (décembre 1937-juillet 1938).

Fédération de Russie 8 800-10 800
Région de Krasnodar 5 500-6 500
Région de Stavropol 500-700
Région de Rostov-sur-le-Don 400-600
Crimée 700-1 000
Autres républiques du Caucase 400-600
Moscou 300-400
Autres région et républiques 1000
Ukraine 7 600-9 400
Région de Stalino (Donetsk) 5 700-6 500
Région d’Odessa 500-800
Région de Zaporojie 400-600
Kharkov 200-300
Kiev 100-200
Autres régions 700-1 000
Géorgie 2 900-3 700
Abkhazie 1 200-1 500
Adjarie 1 200-1 500
Tbilisi et régions montagneuses 500-700
Autres républiques de l’URSS 900-1 300
Arménie 200-300
Azerbaïdjan 200-300
Autres républiques 500-700
Au total 21 200-25 200

Džuha Ivan 2006, p. 396.

  • 47 Džuha Ivan 2006, p. 397 ; 2009, p. 39 ; Martin Terry 1998, p. 855.

38Selon les données de la Société historique internationale Memorial, le nombre total de victimes des répressions de toutes les « opérations nationales » effectuées en Union soviétique entre le 25 août 1937 et le 15 novembre 1938 a été estimé à 335 500 dont 247 200, soit 73,66 %, ont été fusillées. Les Grecs représentaient 6,6 % des personnes arrêtées et 7,7 % de celles fusillées. En comparaison avec les autres « opérations nationales », l’« opération grecque », tout comme les « opérations polonaise, estonienne et finnoise », se démarqua par le nombre élevé de fusillés. Les opérations grecques dans la région de Donetsk et de Krasnodar, avec 95 % de fusillés, ont été particulièrement meurtrières (tabl. 5). En Géorgie, en Abkhazie et en Adjarie, 45 à 50 % des personnes arrêtées furent fusillées. Les interrogatoires pouvaient durer vingt-deux heures sans interruption. Les exécutions avaient souvent lieu dans les prisons ou dans les sous-sols des locaux du NKVD47.

Tabl. 5 – Le bilan de l’« opération grecque » du NKVD en milieu rural dans la région de Stalino (Donetsk).

Nom du village Nombre de personnes arrêtées Nombre de fusillés Pourcentage de fusillés
Anadol 76 72 94,7
Bogatyr 150 138 92,0
Bolchaya Karakouba 137 130 94,9
Bolchoï Yanisol 144 135 93,8
Bougas 115 103 89,6
Konstantinopol 165 160 97,0
Malyï Yanisol 109 108 99,1
Mangouch 252 247 98,0
Novaya Karakouba 86 80 93,0
Sartana 132 131 99,2
Staraya Ignatievka 188 180 95,7
Staraya Karan 134 130 97,0
Staraya Laspa 108 103 95,4
Starobechevo 233 223 95,7
Staryï Kermentchik 168 163 97,0
Staryï Krym 110 104 95,5
Styla 248 238 96,0
Oulakly 120 109 90,8
Ourzouf 66 65 98,5
Yalta 219 214 97,7

Džuha Ivan 2008, p. 31.

La « grande guerre patriotique »

  • 48 Stepan Bandera (1909-1959), dirigeant nationaliste ukrainien. Né en Galicie (Ukraine occidentale), (...)
  • 49 Bogdan Henry 1993, p. 253-255.
  • 50 Portal Roger 1970, p. 85.
  • 51 Subtelny Orest 1994, p. 479.

39Pendant cinq années, de 1940 jusqu’en 1945, l’Ukraine fut le théâtre des pires horreurs de la guerre. Morcelée, sous l’occupation allemande, l’Ukraine occidentale avec Lvov fut rattachée au gouvernement général de Pologne, l’Ukraine orientale avec Kharkov était sous la responsabilité de l’armée ; la région d’Odessa et la Bukovine du Nord étaient sous le contrôle des Roumains qui y créèrent une Transnistrie roumaine. L’Ukraine historique avec Kiev dépendait du commissaire général Erich Koch. Au niveau local, l’administration était assurée par des autochtones sous le contrôle de l’autorité allemande. En Ukraine occidentale où le nationalisme ukrainien fut le plus vigoureux, certains Ukrainiens optèrent pour la collaboration avec l’Allemagne, y voyant une mesure indispensable à la création d’une Ukraine indépendante. D’autres, comme Stepan Bandera48, essayèrent de créer à Lvov un gouvernement provisoire ukrainien, mais leur tentative fut interrompue par les autorités allemandes. Bandera et ses partisans passèrent alors dans la clandestinité et organisèrent une « armée insurrectionnelle ukrainienne », l’UPA, pour lutter à la fois contre les Allemands et contre les Soviétiques49. Dès le mois d’août 1943, les armées soviétiques délivrèrent Kharkov, en novembre Kiev, en juillet 1944, Lvov. L’Ukraine, épuisée par la guerre, regarda l’armée allemande en repli détruire équipements et usines et procéder à des déportations massives. À l’issue de la guerre, le bilan était effroyable50. D’après l’historien Orest Subtelny, environ 5,3 millions d’habitants de l’Ukraine perdirent la vie dans les combats, tandis que 2,3 autres millions furent conduits dans des camps de travail forcé en Allemagne51.

40Telle était la situation globale. Que se passait-il dans la région de la mer d’Azov et quel fut le rôle des Grecs de l’Union soviétique dans cette guerre ?

Les Grecs d’URSS et la guerre

  • 52 Džuha Ivan 2008, p. 29-31, 36 ; Koconis Anatolij 1997, p. 83.

41En 1939, il y avait 1 258 Grecs dans l’armée soviétique. Par le nombre des recrutés, les Grecs occupaient la seconde place parmi les minorités nationales étrangères. De nombreux Grecs d’Ukraine défendirent leur patrie soviétique gagnant ainsi le titre de héros d’Union soviétique. D’autres participèrent au mouvement de résistance partisane, se portèrent volontaires ou furent mobilisés sous une autre nationalité. Cependant, la majorité des Grecs ne fut mobilisée qu’à partir de 1942, et dans la région de la mer d’Azov, à partir de septembre 1943, après la libération du Donbass de l’occupation allemande. Une directive du ministère de la Défense de l’Union soviétique datée de 1939 mit à l’écart les personnes considérées comme « socialement dangereuses ». Celles-ci étaient identifiées en fonction des origines sociales, du nombre des membres réprimés de la famille et de la nationalité. Les deux derniers critères empêchaient la mobilisation des Grecs. Parallèlement, des milliers de Grecs se trouvaient sur le front « sans permission » ou en tant que volontaires ; certains participèrent aux combats sous une autre nationalité – russe, ukrainienne, géorgienne, etc.52.

  • 53 Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 101, 110.
  • 54 Džuha Ivan 2008, p. 29-32, 52.

42À l’été 1942, un oukaze permit la mobilisation officielle des Grecs. Dans le Kouban, un grand nombre de Grecs étaient citoyens helléniques ou apatrides et n’étaient pas mobilisables. Dans la région de la mer d’Azov, où la grande majorité des Grecs étaient citoyens soviétiques, ils durent attendre – la région se trouvait alors sous occupation allemande – dans certains cas jusqu’au printemps 1943 date à laquelle nombreux furent conduits sur le front de Mélitopol, souvent sans aucune formation militaire. Environ 20 % des mobilisés en urgence, parmi lesquels il y avait de nombreux Grecs de Mariupol, sont morts en défendant cette ville contre l’occupant allemand53. La mobilisation pris de l’ampleur dès septembre 1943 lorsque les hommes des villages furent conduits par dizaines sur le front. Dans le district de Starobechevo, par exemple, où plus de 1 600 hommes furent mobilisés, 733 ne revinrent pas. D’autres furent retirés du front et conduits dans des camps de travail spéciaux (trudlager). Dans la logique soviétique, il s’agissait d’une position intermédiaire entre le régime de peuplement spécial (specposelenie) et les déportations. Dans une famille de Bolchaya Karakouba où il y avait quatre fils, l’un fut envoyé sur le front alors que les trois autres, déclarés « ennemis du peuple », furent conduits dans des camps de travail. Être conduit dans les camps était souvent considéré comme une humiliation, car il était alors impossible de servir sa patrie par les armes en temps de guerre. Avec le recul, c’est peut-être ce qui leur a sauvé la vie54.

Au lendemain de la guerre

43Au lendemain de la guerre, le pouvoir soviétique se mit à distinguer les peuples de l’Union qui « avaient défendu héroïquement l’honneur et l’indépendance de leur patrie en luttant contre les envahisseurs fascistes allemands » de ceux qui n’avaient pas hésité à servir l’occupant. Parmi les « bons » Soviétiques, les Russes occupaient la première place. Dès le début de la guerre, déjà, Staline n’avait pas hésité à substituer à la notion de « patriotisme soviétique » celle plus attractive de « patriotisme russe », conscient que de tous les peuples de l’Union, le peuple russe serait le plus sensible à un discours évoquant le sentiment national. Tout au long de la guerre, il fit appel au patriotisme russe, ce qui l’amena à faire d’importantes concessions à l’Église orthodoxe russe, dont le rétablissement du patriarcat en septembre 1943. De même, le nouvel hymne soviétique, adopté en mars 1944, traduisait bien dans sa première strophe cette volonté d’exalter la Grande Russie.

L’Union indestructible des républiques libres
A été réunie pour toujours par la Grande Russie.
Que vive, fruit de la volonté des peuples,
L’unie, la puissante, Union soviétique !

44Ce nouvel hymne remplaça l’Internationale, l’hymne national du pays, entre 1922 et 1944. Les paroles sont de Sergueï Mikhalkov, le père du célèbre cinéaste Nikita Mikhalkov, également l’auteur des nouvelles paroles de l’hymne national soviétique de 1977 et de l’hymne national de la Fédération de Russie en 2000. La continuité historique entre l’Union soviétique et la Russie est manifeste. De 1990 à 2000, la Russie adopta la Chanson patriotique comme hymne national.

  • 55 Bogdan Henry 1993, p. 265.

45La victoire sur l’Allemagne a largement été perçue comme la victoire du peuple russe. Officiellement, le peuple russe fut salué pour son patriotisme. La réalité était bien différente : arrestations et déportations devinrent courantes au moins jusqu’en 1950. Des militaires soviétiques, y compris des officiers d’origine russe, furent eux aussi arrêtés de retour du front sous le motif d’activités antisoviétiques ou d’espionnage55. Dans les villages grecs de la région de la mer d’Azov, au moins pour les anciennes générations, le « peuple russe » auquel on attribua la victoire de la guerre conserve une aura mythique.

Le peuple russe, c’est une combinaison de force physique et spirituelle. Faire la guerre, cela, les Russes, ils le savent bien, il n’y a personne qui aurait résisté aux Allemands en 1942 comme le peuple russe […] les Ukrainiens, ils ont rendu toute l’Ukraine à l’ennemi… (Entretien avec un Grec de Staryï Krym, 1993)

  • 56 Les Dossiers de l’Histoire 52 (janvier-février 1985), p. 89 ; Bogdan Henry 1993, p. 256-257.
  • 57 Sur les déportations des peuples en Union soviétique, voir le travail pionnier de Nekritch Alexandr (...)
  • 58 Khrouchtchev Nikita 1989, p. 128-170.

46Parmi les Soviétiques qui, à un moment ou un autre de la guerre, ont combattu aux côtés des Allemands, il y avait des Russes qui souhaitaient libérer leur patrie du régime communiste, et des non-Russes qui cherchaient à se libérer de la tutelle symbolisée par le régime soviétique56. Le sort des « collaborateurs » est bien connu. Les peuples les plus durement traités par le régime stalinien furent ceux qui avaient fourni le plus de volontaires proallemands. Au total, plus d’un million de personnes furent transférés en Asie centrale et en Sibérie. Parmi les déportés figuraient divers peuples d’origine ethnique étrangère, divers peuples du Caucase et de Crimée. Les républiques ou territoires autonomes où vivaient ces peuples furent supprimés, vidés de leurs habitants et repeuplés par des « colons » russes, ukrainiens, géorgiens ou autres57. On prête à Staline la volonté de déporter l’ensemble de la population de Biélorussie et d’Ukraine, mais Nikita Khrouchtchev affirma plus tard que Staline, dans le cas des Ukrainiens, dut renoncer à son projet en raison des difficultés techniques qu’aurait posées le déplacement d’une population aussi conséquente58.

  • 59 Kaurinkoski Kira 1997, p. 399-400.

47Parallèlement aux déportations staliniennes, il y avait aussi les déportations allemandes. Plus de deux millions de personnes furent déportées dans des camps de travail forcé en Allemagne. Maria Fedorovna de Staryï Krym était l’une d’entre elles. En 1942, à l’âge de 17 ans, elle fut assignée, dans un premier temps, à travailler dans une usine, puis affectée aux travaux agricoles dans une famille allemande. En 1945, elle obtint la permission de retourner dans son village natal en Ukraine. Mais jusqu’à la perestroïka, les villageois restèrent méfiants à son égard, comme si elle avait collaboré. à plusieurs reprises, elle s’est vu refuser un travail lorsque l’on apprenait qu’elle avait passé trois ans en Allemagne au moment de la guerre. En 1994, quarante-neuf ans après la fin de la guerre, Maria Fedorovna reçut une attestation du Comité de Sécurité d’État de Kiev affirmant qu’elle fut déportée en Allemagne en 1942 de force et libérée en 1945. Cette attestation leva enfin les soupçons de trahison de la patrie (fig. 8). En 1996, une indemnisation de 400 DM lui fut versée par le gouvernement allemand59.

Fig. 8 – Attestation de déportation forcée de M. F. Priluckaya en Allemagne en 1942 et levée des soupçons de trahison de la patrie, du 19 août 1994 (traduction ci-dessous).

Fig. 8 – Attestation de déportation forcée de M. F. Priluckaya en Allemagne en 1942 et levée des soupçons de trahison de la patrie, du 19 août 1994 (traduction ci-dessous).

Archives personnelles de M. F. Priluckaya.

  • 60 Kappeler Andreas 1994, p. 322.

48Le pacte germano-soviétique et la victoire de la guerre permirent à l’Union soviétique d’achever, sur les traces de l’Empire russe, le rassemblement des terres de la Rous et de reconquérir les territoires peuplés de Slaves orientaux, mais aussi d’annexer la Galicie orientale, la Bucovine du Nord et l’Ukraine subcarpathique, habités par une population majoritairement ukrainienne, qui n’avaient jamais appartenu à l’Empire russe. La Lituanie, la Lettonie, l’Estonie, la Bessarabie et une grande partie de la Carélie finlandaise, jadis tsaristes, furent à nouveau rassemblées, cette fois-ci, sous le régime de l’Union soviétique. La partie nord de la Prusse orientale et, à l’est, le Tannou-Touva y furent également rattachés. Ainsi, le centre de gravité de l’empire se décalait, après un siècle, en direction de l’Europe60.

Mémoires de guerre et politiques mémorielles

  • 61 Dubin Boris 2011, p. 145.
  • 62 Fainsod Merle 1963, p. 113, 291.
  • 63 Abramov Roman 2012.

49Soixante-cinq ans après la fin de la guerre et vingt ans après l’indépendance de l’Ukraine, dans la région de Donetsk, la commémoration de la victoire, le 9 mai, reste une fête de grande importance qui rassemble toute la population sans regard pour les origines nationales ou ethniques des uns et des autres. Les milieux grecs ne font pas exception. Chaque année, des festivités sont organisées au plan local, régional et national pour honorer les vétérans de la guerre. Il s’agit en effet d’une des périodes les plus importantes dans l’histoire récente de l’ex-Union soviétique, au rôle crucial dans la formation de l’identité soviétique61. Comme le disait Merle Fainsod, la victoire de l’URSS dans la Seconde Guerre mondiale est probablement l’événement majeur ayant réconcilié la grande majorité de la population avec le régime soviétique62. Dans presque chaque famille, il existe encore des témoignages matériels de cette guerre (objets, médailles, photographies). Les témoignages oraux des aînés créent un espace de communication de la mémoire collective et de la nostalgie des événements historiques vécus, tragiques ou héroïques. Avec la disparition de la génération des vétérans et le vieillissement de la génération suivante, on constate un changement progressif dans la transmission des mémoires de la Seconde Guerre mondiale : les témoignages personnels et familiaux sont remplacés par la mythologie historique, la mémoire collective et les rituels de commémoration63.

  • 64 À l’époque de l’URSS, le conflit polono-ukrainien et le rôle de l’UPA furent absents de la narratio (...)

50Du point de vue de la mémoire historique et des politiques mémorielles, l’Ukraine est un pays fracturé. En janvier 2010, le président ukrainien sortant, Viktor Youchtchenko (2004-2010), proclama Stepan Bandera héros national de l’Ukraine pour avoir défendu les idées nationales et pour avoir combattu pour l’indépendance de l’Ukraine. Cette proclamation fit l’objet de controverses et fut condamnée au niveau international, car des membres de l’Organisation des nationalistes ukrainiens et de l’UPA étaient également impliqués dans l’Holocauste et dans l’assassinat de civils polonais et ukrainiens en Ukraine occidentale. En Ukraine même, la colère contre cette proclamation avait d’autres racines. La résistance de l’UPA et de l’Organisation des nationalistes ukrainiens contre les forces soviétiques et le contrôle soviétique de l’Ukraine dans les années 1940 et 1950 aliénèrent les populations attachées à la narration soviétique, en particulier dans les régions méridionales et orientales du pays possédant une autre vision de l’identité ukrainienne64.

  • 65 Shevel Oxana 2014, p. 157.
  • 66 Levy Clifford J., « “Hero of Ukraine” Prize to Wartime Partisan Leader Revoked », The New York Time (...)
  • 67 Shevel Oxana 2014, p. 157-158.
  • 68 Article de presse dans le journal Сегодня (31.03.2011), qui a été repris en anglais, « Schools to h (...)

51Au cours de la présidence de V. Yanoukovitch (2010-2014), le discours officiel changea. V. Yanoukovtich embrassa l’identité russo-soviétique célébrant l’unité des Slaves orientaux, de manière plus vive qu’aucun de ses prédécesseurs65. En janvier 2011, le titre de héros de l’Ukraine octroyé à Stepan Bandera par V. Youchtchenko fut révoqué66. V. Yanoukovitch adopta aussi une position différente sur la famine ukrainienne de 1932-1933. Contrairement à son prédécesseur, il ne la considéra pas comme un génocide contre les Ukrainiens, mais comme une tragédie commune aux peuples de l’URSS, position avancée par les dirigeants russes après la fin de la Guerre froide67. En un geste d’amitié envers la Russie, V. Yanoukovitch choisit de mettre en avant une vision néo-soviétophile et russophile de l’histoire de l’Ukraine. Cette politique transparut dans la commémoration du 65e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale, le 9 mai 2010, où les parades dans quatre grandes villes d’Ukraine incluaient des troupes russes. À la même époque, le ministre de l’Éducation du pays, Dmitri Tabachnyk, un « ukrainophobe » renommé, donna l’ordre de réécrire les manuels scolaires en coopération avec des spécialistes russes. Le manuel d’histoire de la terminale, rédigé par Stanislav Kulchitski et Yulia Lebedeva et publié en 2011, ressemble ainsi par plusieurs aspects aux manuels de la période soviétique. Le chapitre sur la russification en Ukraine a été éliminé, « l’armée insurrectionnelle ukrainienne » (l’UPA) est traitée en un paragraphe, alors que la Seconde Guerre mondiale a retrouvé son appellation de l’époque soviétique : « grande guerre patriotique »68. Il reste à voir quelle sera la perception de l’histoire nationale à l’issue de la crise que traverse le pays depuis 2013.

Les déportations des Grecs

  • 69 Džuha Ivan 2008, p. 16 ; Polian Pavel 2005.
  • 70 Sur les déportations des Grecs en Union soviétique, voir Bugaj Nikolaj, Koconis Anatolij 1999 ; Džu (...)
  • 71 Bugaj Nikolai, Koconic Anatolij 1999, p. 83.
  • 72 Džuha Ivan 2009, p. 278 ; Bugaj Nikolai, Koconis Anatolij 1999, p. 76-77.

52Pour expliquer les déportations des peuples et des groupes ethniques, de nombreux auteurs s’accordent aujourd’hui sur le fait qu’il s’agissait d’un moyen de résoudre « la question nationale » et de renforcer le processus d’assimilation en Union soviétique69. Dans ce contexte, les Grecs, ainsi que d’autres peuples d’origine « étrangère », furent perçus par les pouvoirs soviétiques comme un opposant idéologique collectif qu’il fallait soit détruire soit isoler. C’est ainsi que furent mises en place l’« opération grecque » de 1937-1938 puis les déportations70. Les premiers Grecs à être déportés furent ceux de la région de Krasnodar, de Rostov et d’Azerbaïdjan, en 1942. Les Grecs de citoyenneté hellénique furent déportés dans les régions de Stavropol et de l’actuelle Ossétie du Nord, les apatrides et la majeure partie de ceux qui avaient la citoyenneté soviétique au Kazakhstan et en Sibérie. En 1944, après la libération de la Crimée de l’occupation allemande, la population grecque de Crimée, dans son ensemble, fut déportée. Les citoyens soviétiques furent déportés en Oural et au Kazakhstan et les citoyens helléniques en Ouzbékistan. À l’exception des Russes et des Ukrainiens, la Crimée fut vidée de pratiquement toutes ses populations, notamment du groupe majoritaire des Tatars, accusé en bloc d’avoir collaboré avec les nazis et déserté l’Armée rouge pour se mettre à leur service, ainsi que des Bulgares, des Arméniens et des Grecs. Ceux des villes côtières, en particulier, furent accusés par Beria « d’avoir, après l’arrivée des occupants, commercé ou créé de petites entreprises artisanales »71. La dernière grande vague de déportation des Grecs eut lieu en 1949 quand des dizaines de milliers de Grecs de la région d’Odessa, du Kouban, de Géorgie et d’Azerbaïdjan furent envoyés au Kazakhstan. Le régime de « peuplement spécial » (specposelenie) stipulant que les déportés devaient rester sur les lieux de déportation, resta en vigueur jusqu’en 195672.

  • 73 Džuha Ivan 2008, p. 62-64 ; Notaras Andreas 2005, p. 273, 307.

53Parmi les cinq grandes diasporas de Grecs soviétiques, deux échappèrent aux déportations : les Grecs de Tsalka et de Tetriskaro en Géorgie qui appartiennent majoritairement au groupe des Ouroums turcophones ainsi que les Grecs de la région de la mer d’Azov. Avec une certaine ironie, les Grecs de Tsalka expliquent que, chez eux, une région montagneuse et pauvre, « ils étaient déjà dans une zone de déportation, ainsi il n’y avait pas de raison de les déporter ». Certains soulignent aussi le fait que d’un point de vue socio-économique, leurs terres ne représentaient aucun intérêt pour personne73. L’exception des Grecs de Mariupol s’explique quant à elle par le rôle de Pacha Angelina, et par la situation particulière de ce groupe de citoyens soviétiques établis sur des terres russes, puis soviétiques, depuis la fin du xviiie s.

54La spécificité des déportations grecques réside dans leur grande variété. Il y eut des déportations préventives, des déportations des éléments « socialement dangereux » et des déportations punitives, mais aussi des déportations qui répondaient aux exigences économiques du régime stalinien. I. Džuha distingue neuf vagues de migrations forcées des Grecs de Russie et d’Union soviétique entre 1937 et 1951, principalement pour des raisons « nationales » :

  • 1937 : migration forcée des membres des familles des « ennemis du peuple » des zones frontalières ;
  • 1938-1939 : rapatriement en Grèce d’environ 10 000 citoyens helléniques ;
  • 1939 : migration forcée des Grecs de Sébastopol (avec d’autres groupes ethniques) ;
  • 1940 : migration forcée des Grecs de la ville et de la région de Mourmansk (avec d’autres groupes) ;
  • 1941 : migration forcée des Grecs de Crimée ayant une parenté allemande en accord avec le décret du 22 juin 1941 ;
  • 1942 : migration forcée des Grecs, citoyens étrangers de la région de Krasnodar et de nombreux districts de la région de Rostov. Migration forcée de Kertch et d’Azerbaïdjan ;
  • 1944 : migration forcée des Grecs de Crimée ;
  • 1949 : migration forcée des Grecs du Kouban, des régions d’Izmail et d’Odessa, d’Azerbaïdjan et de Moldavie ;
  • 1951 : migration forcée de dizaines de familles grecques de Géorgie et de Groznyï74.
  • 1936-1939 : exil des Grecs pontiques de toutes les régions de l’Union soviétique vers l’Oural, la Sibérie et le Kazakhstan. Identifiés aux « ennemis du peuple », ils furent victimes des politiques répressives de russification et d’assimilation culturelle du régime stalinien ;
  • 1942-1945 : déportations des Grecs pontiques des régions de Krasnodar, de Kouban et de Stavropol dans les steppes d’Asie centrale (au Kazakhstan, en Ouzbékistan et en Kirghizstan). Ils furent victimes des stratégies géopolitiques de migrations forcées du régime stalinien pendant la Seconde Guerre mondiale ;
  • 1947-1949, déportations des Grecs pontiques d’Abkhazie et d’Adjarie dans les steppes d’Asie centrale (en Ouzbékistan et au Kazakhstan). Ils furent victimes de la politique d’« intensification industrielle » du régime stalinien75
  • 76 Nekritch Alexandre 1979 ; Agtzidis Vlassis 1998, p. 164.
  • 77 Pour les Grecs, en particulier, différentes positions ont été présentées. Voir, par exemple, Džuha (...)
  • 78 Agtzidis Vlassis 1998, p. 173-174 ; Fotiadis Konstantinos 1996, p. 166 ; Chassiotis Ioannis 1997, p (...)

55Pour expliquer les déportations de 1944, la plupart des auteurs se réfèrent à la théorie de Staline selon laquelle la lutte des classes s’accentua avec la fondation du socialisme provoquant l’apparition des « peuples agressifs » et des « peuples pacifiques ». D’après cette théorie, la déportation des « peuples agressifs » était la conséquence nécessaire de la lutte des classes76. Au nombre des « peuples agressifs » furent proclamés quelques petites nationalités qui, a priori, auraient collaboré avec l’occupant allemand77. Selon une autre hypothèse, la déportation des Grecs faisait partie du projet de nettoyage des régions frontalières dans le cas d’une éventuelle attaque de l’Union soviétique contre l’Occident. Selon l’historien russe Nikolaj Bugaj, la déportation des Grecs fut le résultat de la politique stalinienne visant à désamorcer la tension nationaliste qui dominait dans le Caucase du Nord et en Crimée, et à éloigner des régions frontalières les représentants des nationalités « non fiables ». Dans ce contexte, la défaite de l’armée populaire dans la guerre civile grecque a pu faire croître la méfiance envers les Grecs78. En raison de l’effort de guerre et de l’industrialisation intensive, les camps de travail, les goulags, avaient, en outre, besoin de main-d’œuvre facile à recruter parmi les membres des minorités nationales.

  • 79 Džuha Ivan 2008, p. 99-110, 150-151 ; Churchill Winston 1953.
  • 80 Nekritch Alexandre 1982, p. 94-95.

56Les Grecs ont pu être également les victimes des développements géopolitiques internationaux, en particulier de la division des sphères d’influence dans les Balkans au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, négociée le 9 septembre 1944, à Moscou, entre Staline et Churchill. Le document établi stipulait que la Roumanie resterait de manière prédominante sous l’influence de l’Union soviétique et la Grèce de manière prédominante sous l’influence du Royaume-Uni. Pour la Yougoslavie et la Hongrie, il fut décidé que les deux pays se partageraient l’influence à part égale, alors qu’en Bulgarie, l’influence soviétique serait de 75 %. Il semblerait que cette division ait éveillé le mécontentement de Staline qui avait d’autres projets pour la Grèce ; les Grecs de Crimée auraient ainsi été les victimes de ces développements politiques79. Pour Alexandre Nekritch, l’un des premiers historiens à fournir des documents qui ont aidé à éclairer le phénomène des déportations en Union soviétique, « les Grecs d’Union soviétique payaient leurs liens historiques avec la Grèce, pays capitaliste, sous régime monarchiste, conservant des liens avec l’Angleterre impérialiste80 ».

  • 81 Džuha Ivan 2008, p. 163-164 ; Bugaj Nikolai, Koconis Anatolij 1999, p. 12.
  • 82 Džuha Ivan 2008, p. 218-230.

57Les déportations de 1949 furent mises en œuvre dans le but de la purification des zones frontalières des éléments politiquement non fiables. À ce sujet, le décret No 39 du 17.5.1949 et la décision du 29 mai 1949 du Politburo du Comité central du Parti communiste d’URSS sont explicites. Ces déportations concernaient les côtes de la mer Noire et les républiques de Géorgie et d’Azerbaïdjan. Elles ont concerné, dans cet ordre, les citoyens helléniques, les anciens citoyens helléniques apatrides et les anciens citoyens helléniques ayant reçu la citoyenneté soviétique. L’objectif était de faire de ces trois catégories de Grecs, « de vrais patriotes soviétiques ». Puisque cela n’avait pas été possible en mer Noire, il fut décidé de les envoyer ailleurs, principalement au Kazakhstan81. Aux personnes déportées officiellement s’ajoutent les « volontaires » qui partaient de leur propre chef. En effet, de nombreux Grecs ont été contraints de rédiger des déclarations demandant leur transfert au Kazakhstan ou ailleurs sur une base volontaire. Cette participation « intentionnelle » témoigne de l’originalité des déportations de 1949. Ceux qui refusaient étaient menacés82.

Les Grecs de Mariupol : un groupe qui a échappé aux déportations

  • 83 Entretiens à Sartana, à Staryï Krym et à Starobechevo, 1993-1994, dans Kaurinkoski Kira 1997, p. 39 (...)

58À l’instar des Grecs pontiques de la région de la mer Noire, les Grecs de la mer d’Azov devaient être déportés au Kazakhstan. Ici, la légende, haut en couleur, veut qu’ayant pris connaissance du sort de son peuple, Praskovia Nikitichna Angelina, mieux connue sous le nom de Pacha Angelina, la première femme tractoriste, deux fois héroïne du travail socialiste, élue membre du Soviet suprême en 1937, plus tard membre du Comité central du PCUS, Grecque du village turcophone de Starobechevo, et proche de Staline, se serait rendue chez celui-ci et lui aurait dit de commencer par elle. La mémoire collective des Grecs du Donbass rapporte que Staline a alors donné l’ordre d’annuler l’oukaze. Et ainsi, « tous les peuples étaient déportés et déplacés, mais nous sommes restés ici sans que personne ne nous touche »83. Il s’agit d’une légende que l’on prend plaisir à raconter dans le Donbass ; je l’ai entendue à plusieurs reprises, rapportée de manière identique par des Grecs et des Ukrainiens. De toute manière, on avait affaire à une minorité rurale et silencieuse, constituée de citoyens russes puis soviétiques depuis des siècles, qui n’avaient pratiquement aucun lien avec leur patrie historique, la Grèce, ni avec les Grecs du Pont ou d’Asie mineure.

  • 84 Džuha Ivan 2008, p. 62-64 ; Gordon Leonid, Klopov Edouard 1989.

59Selon une autre version largement répandue, les développements géopolitiques internationaux au lendemain de la guerre auraient interrompu les projets de Staline. En 1951, alors que de nouvelles rumeurs circulaient parmi les Grecs de la région de la mer d’Azov sur leur déportation imminente, la situation des Grecs en Union soviétique aurait éveillé l’attention de la Grèce. Le représentant de la Grèce à l’ONU aurait demandé au commissaire des Affaires étrangères de l’Union soviétique, Viatcheslav Molotov, de se prononcer sur la situation des Grecs dans son pays. Molotov aurait répondu : « Nous ne sommes responsables devant personne de ce que nous faisons dans notre pays ». Ainsi, Staline n’aurait pas « eu le temps » de déporter les Grecs de Mariupol84.

  • 85 Kaurinkoski Kira 1997, p. 398-399.

60Pacha Angelina mourut en 1958. Selon la légende, elle serait aussi intervenue auprès de Staline en d’autres occasions et aurait sauvé la vie de nombreux Grecs menacés d’arrestation, de condamnation ou de déportation. Quatre ans après sa mort, en 1962, un musée à son nom fut inauguré dans son village natal. Des documents, des photographies et des objets personnels en remplissent les cinq pièces. Au temps de l’Union soviétique, des groupes scolaires et universitaires de toute l’Ukraine, mais aussi de Russie, de Roumanie et de Bulgarie venaient le visiter. En novembre 1993, lorsque nous nous y sommes rendus à notre tour, nous étions parmi les rares visiteurs de la journée. Les guides du musée craignaient même sa fermeture. Dans la génération qui a survécu à la Seconde Guerre mondiale, le souvenir de Praskovia Nikitichna, qui demeure vif, suscite le respect. « Elle était courageuse, gaie, travailleuse, elle se mesurait aux hommes, et elle buvait la vodka dans de grands verres », racontait Nikolai Pontiféevitch, enseignant d’histoire à l’école de Starobechevo qui m’accompagnait lors de cette visite. Puis, après un moment d’hésitation, il a ajouté : « hélas, pour les jeunes, elle ne représente plus grande chose »85.

Le sort des déportés

  • 86 Bruneau Michel 1995, p. 123 ; Džuha Ivan 2008.
  • 87 Entretiens avec des Grecs pontiques dans la municipalité de Menidi dans l’agglomération athénienne, (...)
  • 88 Kunz Egon F. 1973, p. 125-146.

61Tous les témoignages s’accordent sur le caractère ethnique des déportations grecques, qui concernaient tous les Grecs, les citoyens helléniques et les citoyens soviétiques, ceux qui étaient membres du Parti communiste et ceux qui avaient été des héros de la résistance face aux Allemands86. Deux catégories de déportés furent, cependant, distinguées : les « exilés » (ssylnoposelency) et les « colons spéciaux » (specposelency). La déportation des « exilés » se voulait temporaire ; à ce groupe appartenaient notamment les personnes déportées en 1942. La déportation des « colons spéciaux », en revanche, se voulait définitive. À cette catégorie appartenait la plupart des Grecs déportés en 1949 ainsi que ceux déportés de Crimée en 1944. Deux groupes furent exclus du statut discriminant de « colon spécial » : les femmes grecques qui avaient conclu un mariage avec un homme d’une autre nationalité, en l’occurrence russe ou ukrainienne, et ceux qui avaient participé au mouvement de résistance en Crimée. En principe, les familles nucléaires n’étaient pas séparées, mais cette règle n’était pas toujours respectée. Dans certains cas, les femmes grecques étaient déportées alors que leurs maris se trouvaient sur le front. Dans d’autres, les enfants issus de mariages mixtes de pères russes échappèrent aux déportations mais pas leurs mères grecques. Parfois aussi, les femmes sont parvenues à se soustraire à la déportation grâce à une amitié avec un fonctionnaire d’état, du Parti ou de l’armée. Parallèlement, nombre de ces femmes grecques, notamment en Abkhazie et en Adjarie se portèrent « volontaires » afin de rester avec leurs maris87. Dans leur cas, on peut parler de « réfugiés par anticipation » (anticipatory refugees) selon l’expression d’Egon Kunz ; ces personnes anticipent les malheurs à venir et partent en posant leurs propres conditions88.

  • 89 Džuha Ivan 2008, p. 439-469.

62Sur les lieux de déportation, les déportés devaient faire face à de nombreux tourments : de nouvelles conditions climatiques, le manque d’habitation, la faim et les impôts payables à l’État. Pour affronter les difficultés économiques et la faim, beaucoup trouvèrent une seconde occupation en tant que boulangers, coiffeurs, cordonniers ou marchands. Ceux qui n’en avaient pas volaient pour manger à leur faim89. En janvier 1953, les « peuplements spéciaux » regroupaient 23 609 citoyens helléniques ; à la fin de l’année 1954, on comptait 39 776 Grecs dans les « peuplements spéciaux », citoyens soviétiques, citoyens helléniques et apatrides compris. En comparaison d’autres peuples déportés, les Grecs représentaient un groupe numériquement intermédiaire, moindre que les Allemands, les Tchétchènes ou les Ukrainiens.

  • 90 Džuha Ivan 2008, p. 491-492 ; Khrouchtchev Nikita 1970.
  • 91 Bugaj Nikolai, Koconis Anatolij 1999, p. 129.

63En 1955, les « volontaires » déportés de Géorgie en 1949 ont été libérés. En 1956, il a été officiellement reconnu que les déportations des peuples du Caucase, des Tchétchènes, des Ingouches, des Karatchaïs, des Balkars et des Kalmouks avaient été arbitraires90. La même année, les derniers Grecs, en particulier ceux de Crimée, furent, par décision du comité central du Parti communiste soviétique, libérés des « peuplements spéciaux » et de la surveillance administrative des organes du ministère des Affaires intérieures (MVD). Ils ne furent pas pour autant réhabilités. Tout comme les Arméniens et les Bulgares de Crimée, ils furent inclus dans la catégorie des citoyens soviétiques qui avaient été déportés pour collaboration avec l’occupant, puis amnistiés. Mais si les Grecs, les Bulgares et les Arméniens expulsés de Crimée en 1944 puis libérés des « peuplements spéciaux » pouvaient vivre à n’importe quel endroit du pays, ils ne pouvaient pas rentrer chez eux en Crimée91.

  • 92 Voutira Eftihia 2011, p. 194-198.
  • 93 Notaras Andreas 2005, p. 313.

64Après 1956, les déportés avaient principalement trois options. À l’exception des Grecs de Crimée, ils pouvaient retourner sur leurs lieux de résidence initiale. Ils pouvaient aussi rejoindre leur famille étendue ailleurs ou quitter le « peuplement rural » pour la ville. Dans certains cas, toute la famille quittait le « peuplement » et s’installait en ville ; dans d’autres, les parents restaient au « peuplement », alors que les jeunes partaient poursuivre leurs études en ville, le plus souvent, dans le centre administratif de la région ou en Russie92. La citoyenneté constituait un autre sujet préoccupant. Dès 1956, le décret sur les Grecs prévoyait deux statuts différents, l’un, strict, pour les citoyens helléniques et les apatrides, l’autre, favorable, pour les citoyens soviétiques qui n’étaient plus soumis à aucune restriction. Il s’agissait simplement d’un moyen de pression sur les Grecs pour qu’ils adoptent la citoyenneté soviétique. Ainsi, les jeunes qui souhaitaient faire des études supérieures devaient obtenir un passeport soviétique et, dans le cas des hommes, effectuer leur service militaire93. Vers le milieu des années 1970, la grande majorité des Grecs pontiques en Union soviétique avait renoncé à la citoyenneté hellénique en faveur de la citoyenneté soviétique.

  • 94 Džuha Ivan 2008, p. 332, 499.
  • 95 Voutira Eftihia 1991, p. 406, établit la distinction entre cinq périodes de déplacements, pour la p (...)

65L’expérience de la déportation, des « peuplements spéciaux » et des privations de toute sorte fit de nombreux Grecs des opposants virulents au régime soviétique94. On estime que les trois quarts des Grecs déportés avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale sont passés par le Kazakhstan. Dans leur grande majorité il s’agissait de Grecs pontiques, un groupe qui avait déjà connu plusieurs vagues de déplacements forcés au cours du xxe s.95. Plus tard, nombre d’entre eux décidèrent de partir en Grèce ; d’autres s’installèrent en Russie ou en Ukraine, notamment dans les régions de Stavropol, de Krasnodar et de Stalino (plus tard Donetsk) ; un petit nombre choisit de retourner en Géorgie. Selon le dernier recensement de l’Union soviétique de 1989, il y avait 10 454 Grecs en Ouzbékistan et 46 746 au Kazakhstan.

Trajectoires des Grecs pontiques déportés en Asie centrale

L’expérience d’une famille grecque pontique déportée de Batoumi en 1949

66Aristotelis subit la déportation de Batoumi (Géorgie), en juin 1949, à l’âge de 10 ans. Son père était citoyen hellénique, sa mère citoyenne soviétique. L’ordre de déportation concernait le chef de famille uniquement. Femme et enfants l’ont suivi de leur plein gré. Aristotelis m’a fait part de cette expérience :

C’était une période difficile, on ne savait rien, mais on comprenait que les nouvelles n’étaient pas bonnes. Certaines personnes très naïves pensaient qu’on allait être conduit en Grèce […] Le jour de la déportation, un camion est arrivé, on nous a dit de ramasser nos affaires. Officieusement nous avions été prévenus, nous étions prêts. On pouvait prendre des valises avec nous. Mon père était une personne intelligente, il a pris une table pliable, ainsi, à notre arrivée nous avions une table. Nous avons aussi pris des draps, de la vaisselle, des vêtements, quelques pièces d’or que mon père a vendues par la suite […] Le voyage a duré quinze jours dans un wagon plombé style Stolypine, de quarante tonnes. Il y avait dix familles dans chaque wagon, deux sur chaque étagère. À l’extérieur, il y avait la garde, des soldats. Il y avait des arrêts, dans la steppe et dans les gares, lors desquels on pouvait sortir, acheter quelque chose.

67À son arrivée au Kazakhstan, cette famille fut conduite dans un « peuplement grec », dans une ville cotonnière du sud de la république, nommée Il’itch-Pachtaral. Dans chaque village, il y avait environ mille habitants. À cette époque, il était nécessaire d’obtenir la permission du commandant militaire pour sortir du village, puis les restrictions furent levées en 1954. « Néanmoins, beaucoup de gens avaient toujours peur », dit Aristotelis. Bon élève, en 1956, il a réussi ses examens d’entrée et débuté ses études supérieures à Moscou où il s’est installé ensuite. Ses parents, sa sœur et son frère cadets sont restés au Kazakhstan. Parmi leurs connaissances, bon nombre s’établit à Tchimkent, le centre régional ; d’autres quittèrent le Kazakhstan pour la Russie et s’implantèrent dans les régions de Stavropol et de Krasnodar où le climat et la terre se rapprochaient de ceux de Géorgie. Plus tard, presque tous les parents et amis d’enfance d’Aristotelis émigrèrent en Grèce. En 1967, sa famille avait réuni tous les documents nécessaires pour partir à son tour, mais cette année-là son père mourut. La sœur cadette et la mère d’Aristotelis vinrent en Grèce vers 1990, Aristotelis et sa femme en 1993. Son frère cadet est resté en Russie. Il fit des études de médecine et s’établit à Moscou où il dirige un Institut de recherche.

  • 96 Entretien à Menidi dans l’agglomération athénienne, 2002.

68Aristotelis souligne que son père n’aimait pas du tout le pouvoir soviétique, ni Lénine ni Staline. Lui-même, en revanche, n’a rien contre le pouvoir soviétique. Il fut scolarisé et reçut sa formation universitaire en Union soviétique. À Moscou, il avait un travail prestigieux. Il ne s’est jamais senti inférieur aux autres. Il ne lui est arrivé qu’une seule fois de ne pas être embauché parce qu’il était Grec. Il estime que contrairement à d’autres ressortissants du Caucase, en Russie, il était bien vu d’être Grec96.

Ceux qui sont partis « de leur plein gré » : le cas d’une famille grecque déportée de Soukhoumi en 1949

69Maria fut déportée de Soukhoumi, au Kazakhstan, en 1949, à l’âge de 22 ans. Avec ses parents, elle faisait partie de ceux qui « sont partis de leur plein gré ».

70Nous étions des citoyens étrangers. Un jour, ils sont venus nous chercher, ils nous ont dit d’écrire une déclaration disant que nous partions de notre plein gré. On nous a dit de ramasser nos affaires, il n’y avait pas beaucoup de temps. Qu’est-ce qu’on a pris ? Il fallait choisir entre les enfants et la vaisselle. Nous n’avions pas été prévenus […] On a fait le voyage dans des wagons plombés. On est arrivé au Kazakhstan, à la station (na stanciû). À notre arrivée, nous avons été logés dans une école. Il y avait des moustiques. Puis on a été dispersés dans des kolkhozes. Beaucoup de gens sont morts d’épidémies. Nous avions un peu d’argent, cela nous a permis de payer pour une grange de deux pièces où nous avons vécu pendant deux mois. La grange se trouvait à côté d’un kolkhoze où travaillaient des Coréens. Une Coréenne nous a beaucoup aidés, elle nous faisait à manger. Il n’y avait pas de travail, il n’y avait rien. Plus tard, nous avons acheté une petite maison à la station, mon mari a commencé à travailler. Il recevait son salaire en grain. Mon frère avait huit enfants, ils avaient faim […] C’était très difficile (Strašno bylo). Puis nous avons été recrutés pour partir dans l’est du Kazakhstan. On nous a dit que là-bas il y aurait du travail, que nous trouverions un appartement ou une meilleure maison. Sur place, en hiver, il faisait jusqu’à -35 degrés. Alors, on est retourné à la station […] On a attendu longtemps avant de retourner dans le Caucase. On a écrit plusieurs déclarations aux pouvoirs tout en soulignant le fait que nous avions été transférés au Kazakhstan de notre plein gré, comment se fait-il alors que maintenant nous n’avions pas le droit d’y retourner. Enfin, ils nous ont laissés repartir. (Entretien, Menidi, 2002)

71En 1965, Maria s’est installée à Batoumi où est né son fils cadet. En 1970, elle est partie au Kirghizstan où elle a vécu pendant vingt-deux ans chez sa fille. En 1992, ils ont tout abandonné et la famille est repartie de nouveau, cette fois-ci pour la Grèce. De son expérience d’exil en Asie centrale, Maria a conservé de bons souvenirs des Kazakhs et des Kirghiz qu’elle estime être des gens bien, paisibles et hospitaliers, en particulier en milieu rural.

72Dans les deux cas présentés ci-dessus, nous avons affaire à des Grecs pontiques de Géorgie qui ont été déportés au Kazakhstan et qui plus tard ont décidé d’émigrer en Grèce. Le troisième exemple décrit le cas d’une famille grecque pontique déportée de Crimée en Ouzbékistan. Après la libération des « peuplements spéciaux », la famille a d’abord émigré en Grèce, puis est retournée en Union soviétique où elle a fini par s’installer à Mariupol. Pourtant, le lien avec la Grèce reste vivace.

Le périple d’une famille grecque pontique déportée de Crimée en 1944

73Anatolia est née en Ouzbékistan, dans une famille grecque pontique déportée de Crimée. Ses deux parents sont nés en Crimée, ses grands-parents étaient nés au Pont. En 1944, tant la famille maternelle que la famille paternelle ont été déportées en Ouzbékistan, dans la région de Kokand. C’est là-bas que les parents d’Anatolia se sont rencontrés. Ils ont eu trois enfants, deux garçons et une fille. En 1957, un an après la libération des « peuplements spéciaux », toute la famille a obtenu la permission de partir en Grèce. À cette date, tous les membres de la famille avaient la citoyenneté hellénique. En Grèce, ils ont vécu dans des baraques dans la banlieue du Pirée, dans des conditions difficiles, avec des Albanais et des Roms. Plus tard, ils se sont installés à Kallithea, plus près d’Athènes, où ils avaient des parents qui étaient eux aussi revenus en Grèce mais dans les années 1930. Le chef de famille travaillait comme ouvrier, son épouse restait à la maison. Les trois enfants étaient inscrits à l’école publique grecque. Mais face aux difficultés économiques rencontrées en Grèce, en 1961, ils décidèrent de retourner en Ouzbékistan où toute la famille a finalement demandé la citoyenneté soviétique. D’après notre interlocutrice, qui a gardé de bons souvenirs de la Grèce, la vie en Ouzbékistan était rudimentaire. Dans les magasins d’État, il n’y avait presque rien. Pour affronter les difficultés de la vie quotidienne, les femmes se sont mises à tricoter des chaussettes. Les Ouzbeks leur donnaient de la laine et des produits alimentaires. Ainsi, s’installait une « économie de faveurs » fondée sur l’échange. En 1967, la famille a déménagé à Mariupol, dans un appartement de deux pièces, où le chef de famille avait un parent et des amis de Crimée. Les trois enfants y ont reçu une formation universitaire. Les relations avec les Grecs de Mariupol étaient, cependant, limitées. La famille fréquentait les amis du père, originaires de Crimée et ce n’est que récemment que les liens avec les Grecs locaux ont été établis.

74Les parents d’Anatolia sont enterrés à Mariupol et il en va de même de ses deux maris, deux Russes. Dans les années 1990, ses deux frères ont décidé de s’installer en Grèce. L’un s’est installé en Attique, l’autre en Macédoine. À la retraite, elle a suivi leur exemple et a passé trois années en Grèce, en Attique. Elle a d’abord vécu chez sa tante maternelle installée en Grèce depuis 1939, puis dans une famille où elle veillait sur une personne âgée, qui avait été son professeur d’allemand en Ouzbékistan. En 2006, Anatolia a obtenu la citoyenneté grecque. Depuis lors, elle partage son temps entre Mariupol et la Grèce. L’aînée de ses deux filles s’est implantée en Grèce en 2007 ; la cadette vit et travaille à Mariupol.

  • 97 Sur le système de blat en Union soviétique et en Russie, voir Ledeneva Alena 1998.

75Ces trois exemples illustrent, chacun à sa façon, le déracinement des familles déportées dont la vie a été marquée par de nombreux départs ou allers-retours. Parallèlement, on voit bien l’importance accordée aux liens de famille et au fait de « vivre ensemble » avec les « siens ». Les autres points communs de ces trajectoires sont l’importance accordée à l’aptitude à survivre, à l’entraide et à la solidarité dans le besoin et comme principe de vie. On y voit aussi la pratique et le sens d’une « économie de faveurs » (blat, po blatu), c’est-à-dire, d’un système de contacts informels et de réseaux personnels qui sont utilisés pour obtenir des biens et des services dans le contexte d’une société de rationnement97.

76Nombre d’interlocuteurs insistent sur la répétition de l’histoire pour expliquer les déportations ; ils évoquent les différentes vagues de migration forcée des Grecs pontiques, et les déportations successives des Grecs de Crimée en particulier. Comme le disait l’une de mes interlocutrices : « Les Grecs de Mariupol sont venus sur les rives de la mer d’Azov à pied, nous avons été déportés en Ouzbékistan en train. » D’autres expliquent les déportations comme une stratégie d’assimilation.

C’était une manière d’assimiler les gens sans faire couler le sang. De Batoumi et de quatre villages des environs, la moitié des Grecs ont été déportés d’un coup, sans faire couler le sang, sans qu’il y ait de meurtre. Par la suite, ces lieux ont été peuplés par des Adjares. Beaucoup de temps est passé, pourtant personne n’a expliqué la véritable raison des déportations. Cela pourrait arriver de nouveau… (Aristotelis, né en 1939, Menidi, 2002)

  • 98 Haug Ruth 2002.

77La peur de la déportation est l’une des raisons qui a poussé les personnes qui l’ont subie dans l’enfance à quitter l’Union soviétique, et plus tard les républiques indépendantes, pour la Grèce. Certaines ont eu la possibilité de retourner sur leur précédent lieu d’habitation ou vers leur mère-patrie historique. D’autres ne l’ont pas eu ou ne l’auraient pas saisie même si elle s’était présentée. Dans les deux cas, les processus de déplacement et de retour, réel ou imaginaire, ont influencé les appartenances et les identités des personnes et des groupes concernés98.

78Après avoir examiné des récits de vie de personnes déportées, nous allons maintenant nous intéresser à la mémoire dont les lieux sont porteurs et à la manière dont le régime soviétique est intervenu sur l’identité de ces lieux et des personnes à l’issue de la guerre.

L’immédiat de l’après-guerre dans la région de la mer d’Azov et en Crimée

  • 99 Agtzidis Vlassis 1998, p. 164 ; Chassiotis Ioannis 1997, p. 438-439.
  • 100 Staryï Kermentchik devint Staromlinovka ; Novyï Kermentchik, Novomlinovka ; Mangouch, Pervomaïsk ; (...)
  • 101 Džuha Ivan 2008, p. 138.

79Sur ordre secret du Bureau du Comité local du PCUS du 20 octobre 1944, confirmé par un décret du 21 août 1945, tous les toponymes d’origine grecque, allemande ou tatare en Crimée et une dizaine de toponymes dans la région de la mer d’Azov furent modifiés99. En 1948, la ville de Mariupol devint Jdanov, ce qu’elle restera jusqu’en 1989, et 11 villages grecs du raion reçurent un toponyme russe. Il s’agissait d’une tentative publique de russification et d’homogénéisation et une manière de priver les populations locales de leur mémoire historique100. Selon I. Džuha, le changement de toponymes en mer d’Azov, en 1948, était une phase préparatoire à la déportation planifiée des Grecs de la région qui ne fut jamais mise en œuvre101.

  • 102 À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Mariupol avait une population de 227 000 habitants. En 1 (...)
  • 103 Kaurinkoski Kira 1997, p. 78.
  • 104 Džuha Ivan 2008, p. 134-145.

80Après la guerre, nombre d’Ukrainiens des régions occidentales de la république arrivèrent en mer d’Azov, région qui avait perdu presque deux tiers de sa population102. Dans les années 1950 et 1960, la région connût une nouvelle vague d’immigration volontaire, composée en grande partie de jeunes familles venues d’Ukraine orientale et de Russie, en quête de travail dans les usines de la ville103. La Crimée, qui avait perdu près de la moitié de sa population, fut ainsi repeuplée de dizaines de milliers de migrants venus du sud de la Russie. S’il a été dit que le but de Staline était de vider la Crimée de tout « élément étranger », il en restait, en réalité, un certain nombre. Parmi eux, se trouvaient aussi des Grecs : la plupart avait changé de nom ou de nationalité104.

L’éloquence des chiffres

  • 105 Kessidi Feoharij 1994, p. 53 ; Džuha Ivan 2009, p. 278 ; 2008, p. 499-500.
  • 106 Notaras Andreas 2005, p. 306-307.
  • 107 Agtzidis Vlassis 1998, p. 171 ; 2007, p. 244, 261; Karpozilos Apostolos 1990 ; « Les Grecs pontique (...)
  • 108 Bugaj Nikolai, Koconis Anatolij 1999, p. 147.

81Les estimations sur le nombre de Grecs qui furent déportés avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale varient selon les sources. Th. Kessidi parle de 60 000 à 80 000 Grecs déportés en 1942, 1944 et 1949 de la région de la mer Noire en Asie centrale, en Sibérie et dans l’Oural. Selon I. Džuha, ces déportations ont concerné 59 000 Grecs. Dans un autre ouvrage, cet auteur met en avant les chiffres de 60 500 à 62 000 Grecs déportés entre 1942 et 1949 (sans tenir compte des personnes conduites dans les camps de travail forcé) et de 90 000 Grecs réprimés dans les années 1920-1950105. A. Notaras estime le nombre de Grecs déportés pendant la période 1942-1949 entre 61 000 à 75 000106. Vl. Agtzidis avance, pour sa part, le chiffre de 200 000 Grecs déportés et de 50 000 Grecs victimes des répressions staliniennes, sans préciser de dates, et A. Karpozilos celui de 350 000 Grecs en exil jusqu’en 1959107. Selon les matériaux d’archives du ministère des Nationalités de Russie, étudiés par les historiens russes Nikolaj Bugaj et Anatolij Koconis, 300 000 Grecs de Russie furent frappés par les répressions politiques et les déportations entre 1937 et 1959108. Les chiffres avancés par Th. Kessidi, I. Džuha et A. Notaras sont, à mon avis, les plus fiables.

  • 109 Džuha Ivan 2006, p. 395.
  • 110 Džuha Ivan 2008, p. 18-19 ; Berdinskih Viktor 2005, p. 15 ; Polian Pavel 2005, p. 8, 11 ; Voutira E (...)

82La collectivisation, les répressions politiques et les déportations avaient pour but le nivellement social et l’assimilation des peuples de l’Union soviétique en un seul Homo sovieticus. Le nombre des victimes, les pertes matérielles et les souffrances des survivants, ont été colossaux. L’académicien russe V. Vernadskij parle de 20 millions de morts causées par les répressions en Union soviétique et A. Yakovlev de 15 millions109. Selon I. Džuha, quinze peuples et quarante groupes ethniques en Union soviétique furent concernés par les déportations ; selon l’historien V. Berdinskih dix-sept peuples furent déportés dans leur totalité et quarante-huit partiellement. Les données de la Fondation internationale « Démocratie » montrent que 52 campagnes et 130 opérations de déportation en Union soviétique ont eu lieu. Au total, le nombre de victimes des migrations forcées en Union soviétique a été estimé à un chiffre compris entre 3,5 millions et 6 millions de personnes. Plus de 2 millions furent déportés au Kazakhstan et plus de 800 000 en Sibérie. La non-fiabilité ou le fait d’être « socialement dangereux », tels furent les chefs d’accusation pour tous les « peuples punis ». En temps de guerre, la trahison de la patrie, prouvée ou non, était la principale raison de déportation. Après la guerre, les déportations ont été justifiées par la purification des zones frontalières, mais aussi par des exigences économiques d’intensification industrielle dans les steppes d’Asie centrale110.

  • 111 Notaras Andreas 2005, p. 335.
  • 112 Džuha Ivan 2008, p. 495, 500. Communication personnelle d’Ivan Džuha, septembre 2009. Correspondanc (...)

83Les Grecs furent concernés par la collectivisation des terres, les répressions politiques des années 1930 et les déportations. Selon I. Džuha, presque chaque famille grecque d’Union soviétique fut touchée par les répressions. Ainsi, il est possible de considérer que la totalité des Grecs d’Union soviétique ont été victimes du communisme. La loi « sur la réhabilitation des peuples réprimés », adoptée par le Soviet suprême de la RSFSR le 26 avril 1991, ouvrit la voie à la réhabilitation de six des onze peuples concernés, c’est-à-dire les Allemands, les Coréens, les Finnois, les Kalmouks, les Balkars et les Karatchaïs. Une demande officielle pour la réhabilitation du peuple grec (grečeskij narod ) fut déposée en 1994111 ; en 2008, elle fut portée à l’attention du Premier ministre de Russie, Vladimir Poutine. Jusqu’à aujourd’hui, elle reste sans réponse112.

  • 113 Correspondance personnelle d’Ivan Džuha, avril 2014.

84Le 21 avril 2014, après l’annexion de la Crimée par la Russie, le président Poutine signa l’oukaze « sur la réhabilitation des peuples de Crimée ayant souffert des répressions staliniennes ». Cet oukaze concerne les 15 000 Grecs déportés de Crimée en Oural, en Ouzbékistan, au Kazakhstan et dans le nord de la Russie, en juin 1944, mais pas les plus durement frappés, c’est-à-dire les Grecs de Géorgie (d’Abkhazie et d’Adjarie) et les autres Grecs déportés de Krasnodar, de Rostov, d’Odessa, d’Izmail, d’Azerbaïdjan, de Moldavie. La réhabilitation des Grecs de Crimée est non seulement partielle, mais elle est également le produit de calculs politiques, puisqu’il s’agissait de calmer les populations actuelles de Crimée après l’annexion113.

Staline : un chef authentiquement populaire ?

  • 114 Kappeler Andreas 1994, p. 323.

85Depuis les révélations sur les exactions de la période stalinienne, qui commencèrent avec le célèbre rapport Khrouchtchev de 1956, l’ère stalinienne est considérée comme une période de crimes. Pour les non-Russes d’Union soviétique, cette époque représentait aussi une rupture avec le passé, encore plus brutale que la Révolution, car c’est à ce moment que l’ordre social traditionnel et leur culture furent vraiment détruits. La politique stalinienne abolit les anciens schémas de collaboration avec les élites non russes et de tolérance culturelle tout en renouant avec les projets de modernisation, de centralisation et d’homogénéisation du tsarisme tardif avec l’aide du nationalisme russe. Le dilemme posé pour une population multiethnique qui ne pouvait pas être intégrée à une idéologie russe nationaliste, mais qui ne pouvait pas non plus être assimilée, demeura entier114. L’ère stalinienne engendra la formation de tous les organes du corps social communiste ; leurs fonctions se sont cristallisées, tous les rituels et les modèles de comportement furent élaborés. Malgré tout cela, le stalinisme rendait authentiquement le pouvoir au peuple ; Staline lui-même était un chef populaire et aimé de ses sujets.

86La popularité de Staline auprès des masses peut s’expliquer par la promotion sans précédent que connut l’Union soviétique sous son gouvernement : des millions de personnes quittèrent les couches inférieures de la société pour devenir contremaîtres, ingénieurs, instituteurs, médecins, acteurs, officiers, chercheurs, écrivains, etc. Peu importe de savoir si la Russie aurait connu un phénomène similaire sans le stalinisme. Pour les acteurs de ce processus, le stalinisme est à l’origine de cette situation. Selon une Grecque de Mariupol qui répète ce que son père disait : « On avait de tout, on n’avait pas de problèmes. L’ordre régnait dans le pays. » Pour d’autres, Staline incarne l’image d’un vrai leader politique et militaire. « C’est grâce à lui que l’Union soviétique est sortie gagnante de la guerre sur le fascisme nazi. » Aussi, la mort de Staline a souvent été ressentie comme une tragédie. Selon une Grecque de Sartana qui m’a fait part de ses souvenirs :

J’étais en huitième [4e française], je suis arrivée à l’école, on a écouté les dernières informations sur sa santé […] Puis quand on a su qu’il était mort, j’ai beaucoup pleuré, […] nous avons tous pleuré. Je pensais que c’était la fin de tout, la fin du monde, comment pourrait-on vivre sans lui ? Il y avait un garçon dans notre classe qui est venu nous demander : « Mais que pleurez-vous ? C’est à cause de lui que sont morts nos pères ». Son père était de la nomenklatura, il était donc mieux informé que nous. Nous, les autres, on ne savait rien, on était tous des ignorants (temnye). Puis, avec le dégel, Khrouchtchev, et plus tard, avec la perestroïka, on a commencé à comprendre… (Maria G., Sartana, 1993)

  • 115 Levada Yuri 1993, p. 245-246.

87Le nom de Staline reste entouré d’une auréole mythique. Et cela notamment du fait de la génération qui a survécu à la collectivisation des terres, aux répressions et à la Seconde Guerre mondiale. Cela peut paraître contradictoire. Selon Yuri Levada, les personnes qui placent Staline parmi les grands hommes ont une attitude particulière vis-à-vis des autorités115.

88Parallèlement aux persécutions envers les personnes et au changement des toponymes que nous avons examinés dans ce chapitre, le régime soviétique s’en prit à la politique linguistique. Celle-ci fait l’objet d’une analyse dans le chapitre suivant.

Notes

1 Bogdan Henry 1993, p. 221, 235 ; Heller Michael, Nekrich Aleksandr 1982, p. 255.

2 Kappeler Andreas 1994, p. 320.

3 Yakubova Larisa 1999, p. 118, 154-156 ; Ivanova Yulia 2004, p. 276.

4 Yakubova Larisa 1999, p. 162-168 ; Ivanova Yulia 2004, p. 275 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 95 ; Kataiftsis Dimitris 2014, p. 249-250.

5 Yakubova Larisa 2004d. Dans les années 1929-1930, 6 500 Allemands dont 4 000 mennonites quittèrent l’Ukraine pour échapper à la collectivisation, Martin Terry 1998, p. 837 ; Kataiftsis Dimitris 2014, p. 257-258.

6 Džuha Ivan 2009, p. 21.

7 Chassiotis Ioannis 1997, p. 392-397.

8 Ioannidi Nikolai 1990, p. 41-42.

9 Sur la famine de 1932-1933 en Ukraine, voir Davies Robert, Wheatcroft Stephen 2004 ; Shapoval Yuri 2005 ; Conquest Robert 1986 ; Graziosi Andrea 1989 ; 2005 ; Werth Nicolas 2008 ; Kataiftsis Dimitris 2014, p. 213-215 ; « So How Many Ukrainians Died in the Holodomor », http://euromaidanpress.com/2016/11/27/holodomor-victims-death-toll-stalin-famine-ukraine-estimates/, consulté le 11 septembre 2017.

10 Yakubova Larisa 2008, p. 178-179.

11 Loi d’Ukraine : Holodomor en Ukraine 1932-1933, du 28 novembre 2006, http://zakon3.rada.gov.ua/laws/show/376-16?test=4/UMfPEGznhhKtR.ZiUnhcdzHI4pss80msh8Ie6, consulté le 2 décembre 2016.

12 « La famine des années 1930 en Ukraine n’est pas un génocide, selon Viktor Yanoukovitch », http://www.collectifvan.org/article.php?r=4&id=43005 ; « À la mémoire de la famine des années 1930 sur le territoire de l’URSS », texte adopté le 2 avril 2008 par la Douma de l’État russe, http://cfo.allbusiness.ru/BPravo/DocumShow.asp?DocumID=136745, consultés le 2 décembre 2016.

13 Résolution du Parlement européen du 23 octobre 2008 sur la commémoration de l’Holodomor, la famine artificiellement provoquée en Ukraine (1932-1933), texte adopté le 23 octobre 2008, http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=//EP//TEXT+TA+P6-TA-2008-0523+0+DOC+XML+V0//FR, consulté le 2 décembre 2016.

14 Martyniuk Jaroslav 2010.

15 Selon le spécialiste italien de la famine ukrainienne de 1932-1933, Graziosi Andrea 2005, conformément à la définition de la Convention de l’ONU sur la prévention et la pénalisation de génocide, article 2, section C, la famine ukrainienne était un génocide.

16 Kaurinkoski Kira 1997 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 95-97.

17 Džuha Ivan 2006, p. 17-20 ; Bugaj Nikolaj 2004.

18 Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 47-48.

19 Džuha Ivan 2006, p. 49-52.

20 Džuha Ivan 2006, p. 55-56.

21 Chassiotis Ioannis 1997, p. 420. Selon Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 97, 3 125 Grecs furent fusillés et 109 conduits au Goulag pour dix ans.

22 Džuha Ivan 2006, p. 175-179.

23 Ashla Alexander 2003, p. 17-19 ; Karpozilos Apostolos, Karpozilou Martha 1998-1999.

24 Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 47.

25 Chassiotis Ioannis 1997, p. 420-421 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 97-98.

26 Džuha Ivan 2006, p. 24, 28.

27 Chassiotis Ioannis 1997, p. 420.

28 Entretiens avec des habitants de Sartana et de Staryï Krym dans la région de la mer d’Azov, 1993-1997. À ce propos, voir aussi Yakubova Larisa 2008.

29 Chassiotis Ioannis 1997, p. 420-425.

30 Džuha Ivan 2006, p. 79, 150-155 ; Džuha Ivan 2009, p. 193 ; Kataiftsis Dimitris 2014, p. 296, 328.

31 Leventis Georgios 1998, p. 47.

32 Džuha Ivan 2006.

33 Džuha Ivan 2006, p. 163, 166-167.

34 Nansen Fritjof 1928, p. 102.  

35 Voutira Eftihia 2011, p. 135-137 ; Zapantis Andrew 1982, p. 11-16, 211, 269.

36 Ces données se fondent sur des rapports consulaires grecs de 1933-1935 [AYE, F/B/8/IA, 1933]. Elles sont reprises de l’ouvrage de Voutira Eftihia 2011, p. 131.

37 Džuha Ivan 2006, p. 164.

38 Zapantis Andrew 1982, p. 369-372.

39 Džuha Ivan 2006 ; 2008 ; 2009 ; Kataiftsis Dimitris 2014, p. 296-297.

40 Notaras Andreas 2005, p. 268 ; Zapantis Andrew 1982, p. 372.

41 Cette pratique qui a commencé dans les années trente s’est perpétrée jusqu’aux années soixante-dix. Voir Agtzidis Vlassis 2007, p. 245 ; Sofianidis Christoforos, Redko Galina 2006.

42 Agtzidis Vlassis 2007, p. 245-246.

43 Les trois volumes de l’ouvrage de P. Istrati sont : Vers l’autre flamme : après seize mois en URSS, Soviets 1929 et La Russie nue.

44 Kazantzakis Nikos, Τι είδα στη Ρουσία (1928) ; Τόντα Ράμπα (1956). Aujourd’hui encore, ces livres ne sont pas publiés en russe. Voir aussi Αναφορά στον Γκρέκο (1961), traduit en russe.

45 Varnalis Kostas 2014.

46 Džuha Ivan 2006, p. 396.

47 Džuha Ivan 2006, p. 397 ; 2009, p. 39 ; Martin Terry 1998, p. 855.

48 Stepan Bandera (1909-1959), dirigeant nationaliste ukrainien. Né en Galicie (Ukraine occidentale), rattachée à la Pologne en 1920, il devint l’un des dirigeants de l’OUN (Organisation des nationalistes Ukrainiens) créée en 1929. Rendu responsable de l’assassinat, le 5 juin 1934, du ministre polonais de l’intérieur par un militant de cette organisation, il fut arrêté puis condamné à mort, avant de voir sa peine commuée en détention à vie. Libéré en 1939 à cause de la guerre, il rejoignit l’Ukraine occidentale, soviétisée depuis peu. Croyant venue l’heure de la libération – l’OUN avait des liens avec Berlin depuis 1934 – il tenta de proclamer l’indépendance de l’Ukraine quelques jours après l’attaque nazie contre l’Union soviétique, le 21 juin 1941. Rendu responsable de cette proclamation par les autorités allemandes, Bandera fut arrêté et emmené en Allemagne. L’OUN connût alors une nouvelle scission, les amis de Bandera entrant dans une résistance ouverte contre l’armée allemande. En novembre 1942, les premiers détachements de l’UPA (armée insurrectionnelle ukrainienne) prirent part aux combats contre les troupes allemandes, avant de s’attaquer également à l’Armée rouge. À la fin de la guerre, l’UPA tenta de s’opposer au retour du pouvoir soviétique. Bandera choisit de poursuivre la lutte en Allemagne, où il fut assassiné en 1959.

49 Bogdan Henry 1993, p. 253-255.

50 Portal Roger 1970, p. 85.

51 Subtelny Orest 1994, p. 479.

52 Džuha Ivan 2008, p. 29-31, 36 ; Koconis Anatolij 1997, p. 83.

53 Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 101, 110.

54 Džuha Ivan 2008, p. 29-32, 52.

55 Bogdan Henry 1993, p. 265.

56 Les Dossiers de l’Histoire 52 (janvier-février 1985), p. 89 ; Bogdan Henry 1993, p. 256-257.

57 Sur les déportations des peuples en Union soviétique, voir le travail pionnier de Nekritch Alexandre 1979 ; voir aussi Conquest Robert 1986 ; Marie Jean-Jacques 1995 et Polian Pavel 2005.

58 Khrouchtchev Nikita 1989, p. 128-170.

59 Kaurinkoski Kira 1997, p. 399-400.

60 Kappeler Andreas 1994, p. 322.

61 Dubin Boris 2011, p. 145.

62 Fainsod Merle 1963, p. 113, 291.

63 Abramov Roman 2012.

64 À l’époque de l’URSS, le conflit polono-ukrainien et le rôle de l’UPA furent absents de la narration officielle.

65 Shevel Oxana 2014, p. 157.

66 Levy Clifford J., « “Hero of Ukraine” Prize to Wartime Partisan Leader Revoked », The New York Times (12.01.2011).

67 Shevel Oxana 2014, p. 157-158.

68 Article de presse dans le journal Сегодня (31.03.2011), qui a été repris en anglais, « Schools to have censored History Textbooks », La liste ukrainienne (12.04.2011), chaire des études ukrainiennes, université d’Ottawa, http://socialsciences.uottawa.ca/ukraine/publications/newsletter, consulté le 20 avril 2011.

69 Džuha Ivan 2008, p. 16 ; Polian Pavel 2005.

70 Sur les déportations des Grecs en Union soviétique, voir Bugaj Nikolaj, Koconis Anatolij 1999 ; Džuha Ivan 2008 ; 2009 ; Agtzidis Vlassis 1998 ; 2007 ; Fotiadis Konstantinos 1996.

71 Bugaj Nikolai, Koconic Anatolij 1999, p. 83.

72 Džuha Ivan 2009, p. 278 ; Bugaj Nikolai, Koconis Anatolij 1999, p. 76-77.

73 Džuha Ivan 2008, p. 62-64 ; Notaras Andreas 2005, p. 273, 307.

74 Džuha Ivan 2008, p. 65-66.

75 Voutira Eftihia 1991, p. 406

76 Nekritch Alexandre 1979 ; Agtzidis Vlassis 1998, p. 164.

77 Pour les Grecs, en particulier, différentes positions ont été présentées. Voir, par exemple, Džuha Ivan 2008, p. 29, 92 ; Džuha Ivan 2009, p. 278 ; Ioannidi Nikolai 1990, p. 62 ; Kataiftsis Dimitris 2014, p. 336, qui dans sa thèse de doctorat présente des matériaux d’archives inédits du ministère grec des Affaires étrangères à ce sujet.

78 Agtzidis Vlassis 1998, p. 173-174 ; Fotiadis Konstantinos 1996, p. 166 ; Chassiotis Ioannis 1997, p. 431-446. Notaras Andreas 2005, p. 299-300, ne partage pas cet avis estimant que « les causes de la déportation de 1949 et des autres sont à chercher en Union soviétique ».

79 Džuha Ivan 2008, p. 99-110, 150-151 ; Churchill Winston 1953.

80 Nekritch Alexandre 1982, p. 94-95.

81 Džuha Ivan 2008, p. 163-164 ; Bugaj Nikolai, Koconis Anatolij 1999, p. 12.

82 Džuha Ivan 2008, p. 218-230.

83 Entretiens à Sartana, à Staryï Krym et à Starobechevo, 1993-1994, dans Kaurinkoski Kira 1997, p. 398.

84 Džuha Ivan 2008, p. 62-64 ; Gordon Leonid, Klopov Edouard 1989.

85 Kaurinkoski Kira 1997, p. 398-399.

86 Bruneau Michel 1995, p. 123 ; Džuha Ivan 2008.

87 Entretiens avec des Grecs pontiques dans la municipalité de Menidi dans l’agglomération athénienne, 2002-2005. Džuha Ivan 2008, p. 222-223 ; Kataiftsis Dimitris 2014, p. 372.

88 Kunz Egon F. 1973, p. 125-146.

89 Džuha Ivan 2008, p. 439-469.

90 Džuha Ivan 2008, p. 491-492 ; Khrouchtchev Nikita 1970.

91 Bugaj Nikolai, Koconis Anatolij 1999, p. 129.

92 Voutira Eftihia 2011, p. 194-198.

93 Notaras Andreas 2005, p. 313.

94 Džuha Ivan 2008, p. 332, 499.

95 Voutira Eftihia 1991, p. 406, établit la distinction entre cinq périodes de déplacements, pour la plupart forcés, des Grecs pontiques au cours du xxe s. : 1918-1923, fuite des Grecs pontiques de leur « domicile historique » au Pont dans deux directions – à l’est vers le Caucase, et à l’ouest vers la Grèce –, suite au traité de Lausanne sur l’échange des populations. On peut les considérer comme des réfugiés, victimes du nationalisme turc et de l’irrédentisme grec ; 1936-1939, exil des Grecs pontiques de toutes les régions de l’Union soviétique vers l’Oural, la Sibérie et le Kazakhstan. « Ennemis du peuple », ils furent victimes des politiques répressives de russification et d’assimilation culturelle du régime stalinien ; 1942-1945, déportations des Grecs pontiques des régions de Krasnodar, de Kouban et de Stavropol dans les steppes d’Asie centrale (au Kazakhstan, en Ouzbékistan et en Kirghizstan). Ils furent victimes des stratégies géopolitiques de migrations forcées du régime stalinien pendant la Seconde Guerre mondiale ; 1947-1949, déportations des Grecs pontiques d’Abkhazie et d’Adjarie dans les steppes d’Asie centrale (en Ouzbékistan et au Kazakhstan). Ils furent victimes de la politique d’« intensification industrielle » du régime stalinien ; 1982-1992, la plus grande vague de migration des Grecs pontiques du Kazakhstan, d’Ouzbékistan, d’Arménie et de Géorgie en direction de la Grèce.

96 Entretien à Menidi dans l’agglomération athénienne, 2002.

97 Sur le système de blat en Union soviétique et en Russie, voir Ledeneva Alena 1998.

98 Haug Ruth 2002.

99 Agtzidis Vlassis 1998, p. 164 ; Chassiotis Ioannis 1997, p. 438-439.

100 Staryï Kermentchik devint Staromlinovka ; Novyï Kermentchik, Novomlinovka ; Mangouch, Pervomaïsk ; Karakouba, Razdolnoe ; Bolchoï Yanisol, Bolchaya Novoselovka ; Novaya Karakouba, Krasnaya Poliana ; Tcherdakli, Kremenovka ; Tchermalyk, Zamojnoe ; alors que Sartana et Ourzouf devinrent Primorsk (Černyševa Tatiana 1958, p. 88). Voir aussi Chernukhin Eugène 2014b, p. 231 ; 2016a.

101 Džuha Ivan 2008, p. 138.

102 À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Mariupol avait une population de 227 000 habitants. En 1943, elle n’atteignait plus que 85 000.

103 Kaurinkoski Kira 1997, p. 78.

104 Džuha Ivan 2008, p. 134-145.

105 Kessidi Feoharij 1994, p. 53 ; Džuha Ivan 2009, p. 278 ; 2008, p. 499-500.

106 Notaras Andreas 2005, p. 306-307.

107 Agtzidis Vlassis 1998, p. 171 ; 2007, p. 244, 261; Karpozilos Apostolos 1990 ; « Les Grecs pontiques de l’URSS », Revue Anti 446 (1990), p. 42-46.

108 Bugaj Nikolai, Koconis Anatolij 1999, p. 147.

109 Džuha Ivan 2006, p. 395.

110 Džuha Ivan 2008, p. 18-19 ; Berdinskih Viktor 2005, p. 15 ; Polian Pavel 2005, p. 8, 11 ; Voutira Eftihia 1991, p. 406.

111 Notaras Andreas 2005, p. 335.

112 Džuha Ivan 2008, p. 495, 500. Communication personnelle d’Ivan Džuha, septembre 2009. Correspondance personnelle d’Ivan Džuha, décembre 2012 et avril 2014.

113 Correspondance personnelle d’Ivan Džuha, avril 2014.

114 Kappeler Andreas 1994, p. 323.

115 Levada Yuri 1993, p. 245-246.

Table des illustrations

Titre Fig. 6 – Lettre de réhabilitation de F. I. Jouravlev, frappé par les répressions staliniennes en 1938, datée du 26 juillet 1989 (traduction ci-dessous).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4179/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M
Crédits Archives personnelles de M. F. Priluckaya.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4179/img-2.png
Fichier image/png, 175k
Titre Fig. 7 – Attestation de réhabilitation de F. I. Jouravlev, frappé par les répressions staliniennes en 1938, datée du 24 août 1989 (traduction ci-dessous).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4179/img-3.png
Fichier image/png, 2,3M
Crédits Archives personnelles de M. F. Priluckaya.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4179/img-4.png
Fichier image/png, 126k
Titre Fig. 8 – Attestation de déportation forcée de M. F. Priluckaya en Allemagne en 1942 et levée des soupçons de trahison de la patrie, du 19 août 1994 (traduction ci-dessous).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4179/img-5.png
Fichier image/png, 1,7M
Crédits Archives personnelles de M. F. Priluckaya.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4179/img-6.png
Fichier image/png, 109k

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search