Version classiqueVersion mobile

Le « retour » des Grecs de Russie

 | 
Kira Kaurinkoski

Première partie – Les Grecs dans l’Empire Russe, dans l’Union Soviétique et en Ukraine

Les Grecs dans l’Empire russe et en Ukraine

Texte intégral

Les migrations grecques en direction de l’Empire russe

  • 1 Karydis Vyron 1986, p. 65.

1Des colonies grecques se sont formées sur le pourtour de la mer Noire (Pont-Euxin) dès le viiie s. (Tanaïs, Phanagoria, Tyras, Olbia) et en Crimée aux vie-ve s. av. J.-C. (Chersonèse, Théodosie, Panticapaeum)1. C’est sur ce substrat antique que se développèrent et évoluèrent les communautés grecques au cours des périodes byzantine et ottomane (fig. 2).

Fig. 2 – La colonisation grecque en mer Noire.

Fig. 2 – La colonisation grecque en mer Noire.

Cepleanu Spiridon Ion — Travail personnel en fonction de Stier H.E. [dir.], « Westermann Grosser Atlas zur Weltgeschichte », 1985, p. 39, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=41343490, https://fr.wikipedia.org/​wiki/​Colonisation_grecque#/​media/​File:Pontos_Euxeinos.gif, consulté le 15 février 2017.

  • 2 Chassiotis Ioannis 1997, p. 44-47, 196 ; Fotiadis Konstantinos 1998, p. 51-52 ; Dmitrienko Maria et (...)

2À l’époque moderne, les migrations de Grecs vers l’Empire russe ont commencé après la prise de Constantinople en 1453, puis de Trébizonde en 1461, et se sont poursuivies jusqu’au début du xxe s. Le mariage du Grand-Duc de Russie Ivan III avec la princesse grecque Sophie Paléologue en 1472, notamment, joua un rôle attractif. Avec la prise de Constantinople, des hommes de lettres et des personnes appartenant aux classes supérieures commencèrent à se diriger vers la Russie. La prise de Trébizonde, en 1461, provoqua la fuite de milliers de Grecs pontiques dans les régions du Caucase, de la Transcaucasie et de la Russie méridionale. Aux xvie-xviiie s., furent établies les communautés marchandes et religieuses de Lvov, de Nejin, de Kiev, d’Elisavetgrad (aujourd’hui Kirovohrad) et de Kharkov, des fraternités religieuses peu nombreuses dont l’apport culturel et religieux – avec Maxime le Grec et Théophane – était pourtant important2.

3Au début du xviie s., eurent lieu les premières migrations collectives à partir de la Grèce continentale. En 1656, les Grecs de Nejin obtinrent de l’hetman Bogdan Khmelnitski (1595-1657) la liberté de commerce et l’autonomie locale. Dans la partie de Nejin tenue par les Grecs, les autorités russes permirent l’ouverture de tribunaux grecs, la création d’une administration autonome, la fondation d’églises et d’écoles avec des prêtres et des instituteurs grecs, la concession de privilèges fiscaux et d’autres franchises favorables. Le bourg grec de Nejin devint alors l’un des pôles économiques principaux de la Russie du xviiie s.

4Sous le règne du Pierre Ier (1689-1725), le développement du commerce provoqua un nouveau courant d’immigration grecque en Russie. Dès lors, le gouvernement russe encouragea systématiquement l’immigration des populations étrangères (allemande, juive, bulgare, arménienne, grecque). Les raisons de cette politique, qui prit de l’ampleur sous le règne de l’impératrice Catherine II (1762-1796), étaient à la fois économiques, démographiques, culturelles et militaires. Dès lors, à côté des religieux, des marchands, des savants, des artistes, des artisans et des paysans, la Russie attira aussi des militaires et des marins.

5La guerre russo-turque de 1768-1774 qui aboutit au traité de Kutchuk-Kaïnardji (1774) rendit le Khanat de Crimée indépendant de l’Empire ottoman au profit de l’Empire russe. Ce traité comme celui d’Aïnali-Kavak (1779) marquèrent une étape historique dans le développement des relations russo-grecques. Konstantinos Fotiadis écrivit à ce propos :

  • 3 Fotiadis Konstantinos 1998, p. 55-57.

Pour la première fois, la Russie est reconnue comme une puissance protectrice des chrétiens dominés par le sultan. Parallèlement, elle obtint le droit de libre navigation dans les détroits. Ainsi, les armateurs grecs acquirent le droit de naviguer en Méditerranée et dans le Pont Euxin sous pavillon russe et de concurrencer les Anglais qui avaient jusqu’à cette période l’exclusivité du commerce de transit3.

  • 4 Chassiotis Ioannis 1993, p. 56-57 ; Karydis Vyron 1986.
  • 5 En Russie, le terme « colon étranger » est utilisé à partir des années 1760 pour désigner les migra (...)
  • 6 Fotiadis Konstantinos 1998, p. 58 ; Chassiotis Ioannis 1997, p. 44-45.

6La conquête de la région de la mer d’Azov, l’annexion de la Crimée à l’Empire russe en 1783, la politique de colonisation et les privilèges spéciaux concédés aux chrétiens persécutés de l’Empire ottoman furent à l’origine des migrations de nombreux Grecs dans l’Empire russe. Pendant le dernier quart du xviiie s., plusieurs milliers de Grecs des îles de l’Égée et de la mer Ionienne, d’Épire, de Macédoine, du Péloponnèse, du Pont et d’Asie mineure s’installèrent dans le sud de la Russie. Les communautés grecques d’Odessa, de Nikolaïev, de Taganrog et d’Ekaterinoslav ainsi que la fondation de l’enclave grecque de Mariupol datent de cette période4. Par les manifestes de 1762, de 1763 et de 1785, Catherine II promit aux « colons étrangers5» des terres ainsi que l’exemption des taxes et du service militaire6. Le 28 mars 1775, les Grecs qui servaient dans la flotte russe du comte Alexei Orlov (1737-1808) obtinrent la permission de s’installer dans les villes de Kertch et d’Enikale. Le 13 août 1776, le prince Grigorij Potemkine autorisa le transfert d’un certain nombre de Grecs des îles de l’Égée, de la mer Ionienne et du Péloponnèse dans ces deux villes ainsi qu’à Taganrog. L’intérêt que portait l’administration russe à ces populations était double : la recherche des compétences en matière d’agriculture, de construction, de travaux publics et d’exploitations minières, mais aussi l’attrait de coreligionnaires qui professaient la même confession orthodoxe.

  • 7 Bruneau Michel 1995, p. 115 ; Xanthopoulou-Kyriakou Artemis 1993.

7Par la suite, chaque guerre russo-turque du xixe s. était suivie par une vague migratoire de Grecs du Pont vers le Caucase et les rives russe et ukrainienne de la mer Noire. Les principales migrations datent de 1806, 1828-1829, 1856-1866, 1877-1884, et s’expliquent largement par le fait que, entre 1829 et 1882, l’Empire russe a, en effet, offert des conditions d’accueil très favorables aux migrants grecs ayant participé à la guerre contre les Turcs. À la même époque le tout jeune État grec n’offrait rien de comparable7.

8Les guerres russo-turques de la fin du xviiie s. jouèrent également un grand rôle dans l’éveil de la conscience nationale du peuple grec et dans la montée de ses forces de libération. Le représentant grec de l’esprit des Lumières, Adamandios Koraïs, reconnaissant l’aide mutuelle que s’apportèrent les Grecs et les Russes, écrivit en 1803 :

  • 8 Cette citation d’Adamandios Koraïs est reprise dans Fotiadis Konstantinos 1998, p. 60.

Ces nouveaux soldats mobilisés embrassèrent comme la leur la cause de la cour russe, et le triomphe de ses armes resta l’objet des souhaits de tout le peuple qui était mû par différents mobiles. Les uns cherchaient à punir les injustices commises par leurs tyrans. Pour les autres, la guerre des Russes était une guerre de religion, considérant ceux-ci comme les restaurateurs de leurs églises détruites et transformées en mosquées. D’autres encore voyaient les Russes comme un peuple prédestiné à préparer la libération de la Grèce8.

  • 9 Kessidi Feoharij 1994, p. 48-50 ; Fotiadis Konstantinos 1998, p. 60.

9Au xixe s., un nombre important d’employés consulaires russes du Levant étaient d’origine grecque. Nombre d’entre eux utilisaient le droit diplomatique et le traité de Kutchuk-Kaïnardji dans le but d’aider les Grecs victimes d’injustices, de violations de la loi, d’arbitraire et de crimes commis par les autorités locales, etc. Cette aide venait des plus hautes instances de l’État russe. L’exemple de la famille de Constantin Ypsilanti (1760-1816), d’origine pontique, est caractéristique : l’homme avait quatre fils qui servaient la Russie avec zèle ; l’un d’entre eux, Alexandre (1792-1828), perdit une main à la bataille de Koulm, et devint plus tard le chef de la société secrète « Filiki Etairia », composée en grande partie de Russes progressistes originaires d’Odessa, de Kichinev et de Kiev. Le comte Ioannis Kapodistria (1776-1831), d’origine corfiote, fut quant à lui, dans un premier temps, secrétaire d’État chargé des Affaires étrangères du tsar Alexandre Ier (1816-1822), avant de diriger la Grèce indépendante (1827-1831). Au-delà de ces exemples, le mouvement populaire philhellène était soutenu par le poète national russe Alexandre Pouchkine et la Russie orthodoxe. Ainsi, la Russie, tout en défendant ses intérêts dans les Balkans et son débouché sur la Méditerranée, joua un rôle important dans le combat pour la libération nationale de 18219.

  • 10 Griffiths David Mark 1979, p. 128-132.

10La disposition de l’Empire russe envers les Grecs au xviiie s. s’inscrivait dans le cadre d’un projet politique, « le Projet grec de Catherine II », qui avait pour but la partition de l’Empire ottoman et la renaissance de l’Empire byzantin. Il fut formulé en 1780 par le prince Alexandre Bezborodko (1747-1799), conseiller des Affaires politiques de l’impératrice Catherine II, et élaboré en coopération avec l’empereur d’Autriche-Hongrie, Joseph II (1765-1790). Le projet prévoyait l’instauration du petit fils de Catherine II, Constantin Pavlovitch (1779-1831), qui avait été élevé par des tuteurs grecs et maîtrisait donc leur langue, à la tête du nouvel Empire. Au cours de la même période, on constate l’émergence de toponymes grecs dans les noms des villes nouvellement fondées (Simferopol, Sébastopol, Stavropol). Mais les circonstances politiques en Europe à la fin du xviiie s. ne permirent pas la réalisation de ce projet. Les successeurs de Catherine II étaient d’avis que la Russie serait mieux servie par la préservation de l’Empire ottoman10.

  • 11 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 68-70.

11De nos jours, « le Projet grec » de Catherine II est perçu comme un « caprice romantique » de l’impératrice, qui prit forme sous l’influence du prince Alexandre Bezborodko et des frères Grigorij et Alexei Orlov. D’autres parlent d’un mystère politique qui avait pour but d’assurer la neutralité amicale de l’Autriche-Hongrie et la sympathie grecque face à l’expansion russe. D’autres encore, parlent d’un projet diplomatique bien élaboré, qui ne fut jamais réalisé pour de nombreuses raisons dont la forte résistance de la Turquie et les intrigues des États occidentaux11.

Les migrations grecques au xixe s. (tabl. 2)

12À la suite de l’insurrection de 1821 et de la guerre russo-turque de 1828-1829, environ 90 000 Grecs et Arméniens quittèrent le Pont oriental pour la Russie. La plupart furent installés par le gouvernement russe dans la région montagneuse et infertile de Tsalka en Géorgie où ils fondèrent vingt-sept villages. Pendant les décennies qui suivirent, les autorités russes élaborèrent différents projets pour l’installation durable de ces populations dans des zones frontalières dans une perspective de mise en valeur du Caucase, mais aussi pour répondre aux problèmes d’insécurité aux frontières, provoqués par le départ des peuples musulmans vers l’Empire ottoman. Dans cette logique et pour attacher ces migrants orthodoxes à la terre, ils leurs accordèrent à plusieurs reprises des privilèges particuliers, des titres de noblesse (décret de 1847), ou le privilège exclusif (loi du 24 décembre 1855), accordé aux seuls Grecs, de servir dans la légion personnelle du tsar Nicolas Ier (1825-1855).

  • 12 Sur les crypto-chrétiens du Pont, voir Bryer Anthony 1983, p. 13-68 ; Fotiadis Konstantinos 1993.

13La guerre de Crimée (1853-1856), la découverte de crypto-chrétiens du Pont12 et le transfert des Circassiens musulmans du Caucase vers le Pont ottoman eurent pour résultat la dégradation des relations entre les Grecs, les populations locales et les nouveaux réfugiés, et provoqua le départ des habitants de nombreux villages grecs du Pont vers la Russie. Sur ordre du tsar Nicolas Ier, ces Grecs déracinés s’installèrent sur des terres de l’État, dans les zones abandonnées par les Circassiens. Ils obtinrent la citoyenneté russe, en partie de force, en vue de leur russification progressive. Pendant cette période, furent fondés les villages de la circonscription administrative de Tiflis, mais aussi quelques villages de la région de Tsalka.

14Au cours des années 1860-1870, les Grecs des plaines du Pont – principalement producteurs de tabac – s’établirent dans des villages de l’Abkhazie, du Kouban et de Stavropol. La migration la plus massive du Pont vers le Caucase eut lieu à la suite de la guerre russo-turque de 1876-1878 avec l’arrivée d’environ cent mille Grecs, majoritairement des paysans, qui s’installèrent sur le pourtour de la mer Noire en Géorgie et en Russie actuelles, en Abkhazie, en Adjarie, dans les régions du Kouban et de Stavropol. D’autres s’établirent dans la région de Kars, passée à la Russie en 1878, où ils fondèrent soixante-quinze villages.

  • 13 Cette présentation succincte des migrations grecques vers la Russie au xixe s. se fonde sur les tra (...)

15Le flux migratoire des Grecs, essentiellement du Pont vers l’Empire russe continua jusqu’en 1923. La principale vague, après le début des expulsions des peuples chrétiens en 1913, se situa en 1918 après le départ des armées russes lorsqu’un nombre important de Grecs du Pont oriental, effrayés par le désir de vengeance des armées turques et des populations locales, a suivi l’armée russe13.

Tabl. 2 – Dates des principales migrations du Pont vers le Caucase.

Événements Nombre
À la suite de la guerre russo-turque de 1828-1829 90 000
À la suite de la guerre de Crimée 60 000
À la suite de la guerre russo-turque de 1876-1878 100 000
À l’issue de la Première Guerre mondiale 85 000

Karpozilos Apostolos 1999 ; Fotiadis Konstantinos 1998.

  • 14 Sur la politique russe des nationalités, voir Kappeler Andreas 1994.

16La politique russe envers les populations étrangères varia selon les périodes. Dans la seconde moitié du xviiie s. et au début du xixe s., des privilèges notables ont été concédés aux nouveaux migrants. Dans le cas des Grecs, ces droits comprenaient la liberté en matière d’éducation et de religion, mais aussi une certaine autonomie locale, comme celle garantie pendant une période de quatre-vingts ans (1779-1859) aux Grecs de Mariupol. Dans la seconde moitié du xixe s., la politique russe envers les populations étrangères se fit plus ferme et se caractérisa par l’abolition des privilèges particuliers. Dès la fin du xixe s., la russification devint systématique. L’orthodoxie et la langue russe furent identifiées comme les éléments principaux de la nationalité russe. Parallèlement, la politique tsariste se donnait pour but de russifier les populations chrétiennes non russes par le biais de l’éducation14.

  • 15 Fotiadis Konstantinos 1998, p. 64-65.

17Pour ceux qui parvenaient à s’adapter au nouveau pays, la conquête de l’égalité des droits avec les autres peuples dans la seconde moitié du xixe s. leur donna vite la possibilité de se distinguer et de progresser dans les arts et dans les lettres ainsi que dans le commerce, la navigation et l’industrie. Le commerce des céréales en mer Noire et en mer d’Azov était entre les mains des Grecs : Rostov-sur-le-Don – le centre du commerce des céréales de toute la Russie – et Taganrog étaient sous le contrôle des compagnies grecques15. La famille Sifnaiou, présentée par Evridiki Sifnaiou dans son ouvrage sur les commerçants grecs dans la région de la mer d’Azov, illustre l’histoire d’une famille marchande grecque parvenue à la prospérité grâce au commerce de blé en Russie méridionale.

  • 16 Sifnaiou Evridiki 2009.

18« Sifneo Frères » (1851-1923) fut fondée à Taganrog en 1850. C’était une entreprise familiale de taille moyenne, une entreprise de seconde classe. Dans un premier temps, les activités principales de l’entreprise comportaient l’importation des produits méditerranéens et l’exportation des céréales. Dans les années 1870, une branche commerciale de l’entreprise fut ouverte à Constantinople, port stratégique qui contrôlait le commerce de blé en mer Noire et en mer d’Azov et sa distribution vers les marchés européens. Au début, la croissance fut lente et les profits maigres. À la fin du xixe s., lorsque la direction changea de mains, la situation évolua et, entre 1899 et 1910, l’entreprise connut un grand succès. Elle fut accueillie dans la guilde des maisons d’exportation de première classe. À la fin du xixe s., elle acquit deux navires à vapeur britanniques de seconde main. À cette époque, les bateaux jouaient un rôle important dans les échanges internationaux commerciaux, culturels et politiques. Dans le cas de « Sifneo Frères », cet investissement dans des bateaux permit à l’entreprise de survivre à la Première Guerre mondiale et à la révolution russe16.

  • 17 Yakubova Larisa 2010 ; Morozan Vladimir 2010.

19En 1897, quatre cent vingt-quatre familles marchandes grecques s’étaient établies dans le sud de la Russie, en Ukraine actuelle. Leur influence était plus grande que leur nombre : ces familles contrôlaient presque la moitié des exports de blé de Russie. Les maisons de commerce des Frères Ralli et des Rodokanaki et fils sont les mieux connues, mais il y en a eu d’autres. La plupart avait leur siège à Odessa ; les Rodokanaki, Paleologou et Petrokokkino étaient aussi représentés à Mariupol. Chaque maison avait ses propres méthodes et pratiques commerciales, voire sa propre recette pour faire fortune. Parmi les facteurs contribuant à leur succès, il convient d’évoquer leur ancienneté dans des villes comme Nejin, Kiev et Moscou et leurs relations avec d’autres Grecs installés dans des villes-ports d’Europe occidentale et de Grèce. Riches de leur expérience dans le commerce et dans l’organisation des annexes de leurs maisons de commerce dans différentes villes, ils réussirent à accumuler un capital financier notable qui leur permit de jouer un rôle d’évergète. En dehors de leurs activités commerciales, les familles marchandes grecques constituaient aussi une force sociale significative contribuant ainsi au développement socioéconomique de la Nouvelle Russie et de ses communautés grecques17.

  • 18 Fotiadis Konstantinos 1998, p. 64-65 ; Pavlides Eleftherios 1953, p. 145-149 ; Papoulidis Konstanti (...)

20Dans les villes, la nouvelle bourgeoisie grecque jouait un rôle important dans l’administration locale. O. Sarandinakis fut président de l’administration de la province de Rostov-sur-le-Don et président des nobles de ce gouvernement pendant de nombreuses années. Grigorios Maraslis, membre d’une des familles les plus influentes d’Odessa, fut élu maire de cette ville cinq fois et resta à ce poste pendant vingt ans. Ceux qui refusaient de s’adapter à la politique de russification furent souvent contraints à vivre au sein de leur groupe, avec peu de chance de progresser18.

  • 19 Chassiotis Ioannis 1997, p. 186-192 ; Ulunyan Artyom 1992.

21La Révolution de 1905 fut suivie d’une période plus libérale quant à l’usage des langues nationales dans l’enseignement et dans les affaires religieuses. Dès lors, des écoles grecques furent fondées de nouveau, notamment dans le Caucase et dans certaines villes du sud de la Russie. À Odessa, à Batoumi et à Tiflis, des journaux émergèrent ; des maisons d’édition grecques furent créées à Moscou et à Saint-Pétersbourg19.

  • 20 Fotiadis Konstantinos 1998, p. 67-68.
  • 21 Panagiotidis Theologos 1919, p. 14-15.

22Pendant la période 1890-1912, plus de trente consulats et sous-consulats grecs furent ouverts dans l’Empire russe pour assurer le lien avec Athènes. En 1917, environ 50 000 élèves fréquentaient des écoles grecques, alors que les communautés, les fondations philanthropiques et éducatives contribuaient essentiellement au maintien de la conscience nationale et de l’orientation des institutions religieuses vers Constantinople, une manière de résister à la politique de russification du régime tsariste. Le 28 janvier 1919, le comité central des Grecs de Russie écrivit ceci au gouvernement grec : « La raison la plus importante, celle qui a eu le plus de poids pour qu’un Grec de Russie renonce à sa propre langue, était la politique oppressive du précédent régime en Russie concernant les églises, les écoles, les prêtres et les instituteurs. » Un contrôle très strict était exercé par les inspecteurs de l’éducation sur les instituteurs grecs. Ils étaient souvent récusés et remplacés par des instituteurs russes. De la même façon, le prêtre grec décédé était souvent remplacé par un russe, et la liturgie était dès lors célébrée en slavon20. Cela dit, la russification et l’assimilation des populations grecques en Russie ont également été expliquées par le bien-être et la prospérité qu’ils y trouvèrent en particulier après les expériences vécues dans l’Empire ottoman21.

  • 22 Chassiotis Ioannis 1997, p. 194-195 ; Voutira Eftihia 2011, p. 88-89.

23La résistance à la politique de russification était particulièrement forte dans les communautés prospères de la Nouvelle Russie et du Caucase où le potentiel intellectuel et économique était plus significatif que dans l’arrière-pays. Au début du xxe s., de nouveaux centres dynamiques émergèrent à Rostov-sur-le-Don, à Novorossisk, à Anapa. En revanche, les communautés situées dans l’arrière-pays étaient essentiellement constituées de populations rurales orthodoxes qui vivaient dispersées dans des centaines de villages ; souvent celles-ci étaient plus ouvertes à la russification22.

  • 23 Dascalopoulos-Capetanakis Sofia, Vernicos Nicolas 1996, p. 133-158.
  • 24 Chassiotis Ioannis 1997, p. 194-195.

24Dans l’ensemble, on peut distinguer quatre groupes de Grecs : a) les Grecs pontiques qui forment la grande majorité des Grecs de l’Empire russe ; b) les descendants des Grecs originaires de Grèce continentale et des îles de l’Égée et de la mer Ionienne qui se sont installés dans l’Empire russe à l’issue des guerres entre la Russie et l’Empire ottoman au cours des xviiie-xixe s. ; c) les Grecs de Mariupol qui seraient des descendants des Grecs de Crimée dont les origines remontent à la période byzantine (et selon certains auteurs jusqu’à l’Antiquité) ; d) et enfin, les descendants de vieilles communautés marchandes et religieuses des xvie-xviie s.23. Ioannis Chassiotis propose une autre catégorisation selon la période et les conditions politiques de fondation de ces communautés : a) les communautés grecques de Crimée, de la région de la mer d’Azov et de la Nouvelle Russie (Odessa, Nikolaïev, Kherson, etc.) fondées à la fin du xviiie s. et bénéficiant des privilèges spéciaux qui leur furent consentis par l’Empire russe ; b) les communautés grecques de la région montagneuse de Tsalka fondées consécutivement aux migrations forcées du Pont au début du xixe s. ; c) les communautés grecques majoritairement rurales des régions du Kouban, du Nord Caucase, d’Abkhazie, d’Adjarie et du Kars, fondées dans la seconde moitié du xixe s. par des migrants chrétiens venus de l’Empire ottoman. À ces migrants, des privilèges (terres, exemption de taxes pour dix ans et exemption du service militaire) furent promis par l’Empire russe24.

Les Grecs de Mariupol : de la Crimée aux rives de la mer d’Azov

Une foule près du monastère – sur la rive de Donets au pied de la montagne sainte.
Le chapelet coloré regroupait aussi des Grecs de Mariupol – des fermiers, des gens forts et doux qui se distinguent de loin de nos compatriotes, vifs et dégénérés qui peuplent nos villes méridionales au bord de la mer (Tchekhov Anton, Putevoj podbrosok, 1887).

25Qui sont les Grecs de Mariupol ? Dans ses mémoires publiées en 2006, Maria Gaïtan (1939-), activiste culturelle mariupolite, relatait l’histoire de sa famille :

  • 25 Gaïtan Maria 2006, p. 7. Selon Sokolov Ivan 2006, p. 67, le village de Sartana en Crimée comptait 7 (...)

Il y a deux cent vingt-cinq ans, mes ancêtres, des chrétiens grecs, cherchant refuge du joug tataro-turc, se sont déplacés de la Crimée dans la région de la mer d’Azov actuelle. Parmi les 669 personnes qui ont quitté le village de Sartana dans la région de Karasoubazar en Crimée environ 200 sont arrivées dans la région de la mer d’Azov. Les autres sont morts pendant le voyage. Le chemin pour le pays promis était rempli de tombes, beaucoup de familles ne sont jamais arrivées à leur destination finale. D’autres sont restées sans mères, pères, frères, sœurs ou enfants. Épuisées, ces personnes avançaient silencieusement vers l’inconnu. Devant elles, marchait le prêtre Gaïtan Stavros avec des bannières dans les mains25.

  • 26 Pour une bibliographie annotée sur les origines des Grecs de Crimée, voir Aradžioni Margarita 1999  (...)
  • 27 Fotiadis Konstantinos 1990 ; Karpozilos Apostolos 1999, p. 139-140 ; 1985 ; Aradžioni Margarita 200 (...)
  • 28 Baranova Vlada 2010, p. 44-45.
  • 29 À ce sujet, voir Chernukhin Eugène 2016b, p. 66-67. Sur les Ouroums de Crimée en particulier voir, (...)

26Les origines des chrétiens grecs transférés de Crimée n’ont toujours pas été retracées avec certitude26. Mais selon la plupart des auteurs contemporains, il s’agirait de descendants des Grecs, principalement d’Asie mineure, de l’Empire de Trébizonde ou des Balkans, venus s’installer en Crimée dès l’Antiquité puis à l’époque de l’Empire byzantin27. Des Grecs aux origines communes, parmi lesquels il y avait des Roums et des Ouroums, mais aussi des personnes d’autres origines. Selon nombre de spécialistes, les Ouroums seraient des descendants des Grecs d’Asie mineure ayant adopté la langue turque dans l’Empire ottoman ou en Crimée28. Pour d’autres encore, les Roums et les Ouroums seraient des descendants des populations indigènes hellenisées et tatarisées au sens culturel ou linguistique au Moyen Âge, en Crimée, alors que les Ouroums seraient plus particulièrement des descendants de tribus goths, alans ou mixtes29. Pendant les années 1778-1780, ils ont en grande majorité été transférés dans la région de la mer d’Azov, qui venait d’être rattachée à la Russie, suite à une entente avec l’impératrice Catherine II.

Le peuplement d’un nouveau territoire, d’une « plaine sauvage »

  • 30 Karydis Vyron 1986, p. 64-67 ; Ivanova Yulia 2004, p. 115-116 ; Novik Aleksandr 2009, p. 66.
  • 31 À la même période, environ 300 000 Tatars quittèrent la Crimée pour la Turquie. Voir Animica Gennad (...)

27À la fin du xviiie s., la région de la mer d’Azov était une « plaine sauvage », faiblement occupée. Parallèlement à un peuplement de paysans fugitifs (le droit officiel permettant la libre circulation des paysans en Ukraine méridionale date de 1781), de cosaques et de commerçants, elle a connu une colonisation administrative et militaire. Catherine II avait alors eu pour but de peupler le territoire de chrétiens de Crimée (d’Arméniens, de Géorgiens, de Valaques, de Grecs, etc.) afin d’affaiblir le Khanat de Crimée. En d’autres termes, il s’agissait d’attirer commerçants, agriculteurs, marins, artisans, la partie la plus active et la plus productive de la population de la péninsule30. Le transfert des Grecs de Crimée dans la région de la mer d’Azov se situe dans ce contexte précis31.

  • 32 Pour une présentation détaillée du transfert des Grecs dans la région de la mer d’Azov, voir Kaloer (...)
  • 33 Kaloerov Stefan 2012a ; 2012b ; Chernukhin Eugène 2014b.
  • 34 Selon l’historien ukrainien Kuzminkov Lel1997, l’idée du transfert des chrétiens de Crimée sur le (...)
  • 35 Karydis Vyron 1986, p. 66-67 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 158 ; Animica Gennadij, Kisilier Ma (...)

28Les détails de ce transfert ont été présentés dans de nombreux travaux32. Tous les auteurs soulignent le rôle actif joué par le prince Grigorij Potemkine (1739-1791), le comte Piotr Roumiantsev (1725-1796) et le comte Alexandre Souvorov (1730-1800). Le transfert fut organisé et conduit par le métropolite Ignace (né Iakovos Gozadinos) (1713-1786). Ce dernier naquit sur l’île grecque de Thermia (aujourd’hui Kythnos) – alors que celle-ci était encore sous domination ottomane –, dans les Cyclades, et grandit au Mont Athos. Plus tard, il fut appelé à Constantinople où il obtint le titre d’archevêque. En 1771, il fut nommé métropolite de Gothie et de Kaffa (1771-1786)33. Le 23 avril 1771, il arriva au monastère de Saint-Georges en Crimée, et par la suite dans le village de Mariampol où il établit son siège. En septembre de la même année, il s’adressa à l’impératrice Catherine II et au Saint‑Synode avec l’idée de faire des chrétiens de Crimée des sujets russes. Certains auteurs estiment que dans cet écrit était déjà incluse l’idée du transfert des Grecs de Crimée sur le territoire russe34. Le 23 avril 1778, le jour de Pâques, le métropolite Ignace informa les paroissiens du transfert35 (fig. 3).

Fig. 3 – Le transfert des chrétiens grecs de Crimée sur les rives de la mer d’Azov en 1778-1780.

Fig. 3 – Le transfert des chrétiens grecs de Crimée sur les rives de la mer d’Azov en 1778-1780.

Об устройстве христиан-греков выведенных из Крыма [Sur l’installation des chrétiens grecs transférés de Crimée], Mariupol, Mariupol’skij kraevedčeskij muzej, s. d.

  • 36 Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 25-28.
  • 37 Le nombre exact de personnes concernées par le transfert de Crimée et le nombre de celles qui sont (...)

29L’exode commença le 28 juillet 1778 sous l’autorité du général Souvorov. Le 18 septembre, le dernier groupe de chrétiens quitta la Crimée. Dans son rapport, le général Souvorov écrivait à l’impératrice : « Grecs, Géorgiens et Valaques sont partis de soixante-huit lieux différents en Crimée, les larmes aux yeux puisqu’ils ont dû abandonner leurs ancêtres ». C’est ainsi que 31 386 personnes, parmi lesquelles 18 390 chrétiens grecs, prirent le chemin de la région de la mer d’Azov, certains remplis d’espoir, la plupart avec de fausses attentes. En avril 1779, les premiers migrants chrétiens arrivèrent à destination et fondèrent ainsi sept villages ; l’exode toucha à son terme en juin 178036. Environ 15 000 chrétiens grecs arrivèrent à destination. Plusieurs milliers sont morts en chemin ou à l’arrivée. D’autres se sont arrêtés dans les villes qui se trouvaient sur la route37. Dans son œuvre, A Survey of the Turkish Empire (1798), le voyageur anglais William Eton, décrivait l’événement de la manière suivante :

  • 38 Eton William 1798, p. 337.

30Quand j’étais en quarantaine à la frontière Russe, en septembre 1778, j’ai vu 75 000 chrétiens (35 769 hommes) obligés par les Russes de quitter la Crimée… Ces populations ont été conduites sur la côte ouest de la mer d’Azov pour peupler le pays abandonné par les Tatars de Nogaï. Surpris par l’hiver, leurs maisons n’étant pas encore prêtes, ils étaient nombreux à chercher refuge dans des trous de terre qu’ils couvraient de ce qu’ils pouvaient afin de se protéger du froid. C’étaient des personnes provenant d’un milieu aisé. La plupart n’ont pas résisté. Il y a quelques années, seules 7 000 étaient encore en vie38.

  • 39 Chassiotis Ioannis 1997, p. 56.

31Si le tableau dépeint par le voyageur anglais permet de visualiser les conditions de vie des nouveaux arrivants, les chiffres sont exagérés. Selon le recensement russe de 1781, 18 395 Grecs de Crimée s’étaient établis dans la région de la mer d’Azov dans l’actuelle région de Donetsk, dont 2 771 dans la ville de Mariupol et 13 806 dans les villages des environs. Selon le recensement de 1816, il y avait 3 333 Grecs dans la ville de Mariupol et 22 470 dans les villages des environs39.

  • 40 Parmi les vingt villages d’origine, dix-neuf furent fondés par des migrants grecs et un par des mig (...)
  • 41 Hartahaj Feoktist 2004, p. 260 ; Konop-LŠko Valentina 2008, p. 23. Selon une autre hypothèse, la v (...)
  • 42 Ponomariova Irina 2006, p. 39.
  • 43 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 65-66 ; Ivanova Yulia 2004, p. 120-125.

32À leur arrivée, les migrants fondèrent la ville de Mariupol, le 8 août 1780, et vingt villages40 (fig. 4). La ville est nommée ainsi d’après la Vierge Marie et une icône miraculeuse de celle-ci apportée par les Grecs de Crimée41. Selon la tradition (présentée dans l’Histoire du monastère de la Panagia Soumela de 1775), il s’agirait d’une icône peinte par l’apôtre Luc puis transportée du monastère de la Sainte-Vierge de Trébizonde dans la grotte de Bakhtchisaraï en Crimée42. La grande majorité des villages fondés par les migrants ont alors pris le nom des villages d’origine des nouveaux habitants. Sur les vingt villages initialement fondés dans la région de la mer d’Azov, dix étaient hellénophones – Bougas, Karakouba (aujourd’hui Razdolnoye), Konstantinopol, Sartana, Styla, Ourzouf, Tcherdakli (aujourd’hui Kremenevka), Tchermalyk, Malyï Yanisol, Yalta –, neuf turcophones – Bechevo (aujourd’hui Starobechevo), Bogatyr, Kamara, Karan (aujourd’hui Granitnoye), Kermentchik (aujourd’hui Staromlinovka), Staryï Krym, Laspa (aujourd’hui Staraya Laspa), Mangouch, Oulakly –, et un seul, Bolchoï Yanisol (aujourd’hui Velikaya Novoselovka), de population mixte, hellénophone et turcophone. Les ressortissants géorgiens et valaques de Crimée fondèrent le village turcophone de Georgievka ; plus tard ce village fut renommé Ignatievka (aujourd’hui Staraya Ignatievka) en honneur du métropolite Ignace (fig. 5). Aujourd’hui, les habitants de ce village, descendants des migrants chrétiens de Crimée se considèrent comme des Grecs. Certains villages ont été fondés par des migrants provenant de différents villages d’origine. Par la suite, certains ont été divisés en deux et d’autres ont été fondés par de nouveaux migrants. En 1826, le village hellénophone d’Anadol fut fondé par des ressortissants de l’Empire ottoman. À la fin du xixe s., on comptait vingt-quatre villages grecs aux alentours de Mariupol43.

Fig. 4 – Les villages fondés par les chrétiens grecs de Crimée sur les rives de la mer d’Azov en 1779-1780.

Fig. 4 – Les villages fondés par les chrétiens grecs de Crimée sur les rives de la mer d’Azov en 1779-1780.

Об устройстве христиан-греков выведенных из Крыма [Sur l’installation des chrétiens grecs transférés de Crimée], Mariupol, Mariupol’skij kraevedčeskij muzej, s. d.

Fig. 5 – Carte linguistique des lieux d’installation des chrétiens grecs en Crimée et des villages qu’ils ont fondés à leur arrivée sur les rives de la mer d’Azov en 1779-1780.

Fig. 5 – Carte linguistique des lieux d’installation des chrétiens grecs en Crimée et des villages qu’ils ont fondés à leur arrivée sur les rives de la mer d’Azov en 1779-1780.

Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 67.

Le « bilinguisme » des Grecs de Mariupol

  • 44 Sokolov Ivan 1932 ; Černyševa Tatiana 1958 ; Beletskij Andrei 1970 ; Baranova Vlada 2009, p. 79.
  • 45 Ponomariova Irina 2006, p. 69.
  • 46 Voir Hartahaj Feoktist 2004, p. 249-252 ; Ivanova Yulia 2004, p. 231; Yakubova Larisa 2008, p. 317- (...)

33Parmi les dialectes parlés par les Grecs de Mariupol, il faut distinguer le grec romaïque de l’ouroum. La plupart des auteurs estiment que cette division s’est opérée au cours du Moyen Âge, en Crimée. Les habitants des villages grecs situés dans la proximité de grandes villes auraient adopté la langue de la ville, parlée par les Tatars de Crimée, tandis que les villageois de l’arrière-pays auraient continué à utiliser les dialectes romaïques, proches du grec44. D’autres auteurs maintiennent que les Grecs turcophones sont des Grecs orthodoxes d’Asie mineure qui ont adopté la langue turque dans l’Empire ottoman avant leur arrivée en Crimée. Cela dit, la « turquisation » était une réalité aussi en Crimée où, dès le xiiie s., le turc, ou en l’occurrence l’ouroum, s’établit comme la langue de communication interethnique45. Tous les auteurs s’accordent sur le fait qu’au moment de leur départ de Crimée, la plupart des Grecs connaissaient l’ouroum qui servait de langue de communication entre les différents groupes linguistiques, comme dans la région de la mer d’Azov jusqu’au milieu du xixe s., date à laquelle elle fut remplacée par le russe46.

  • 47 Une partie de ces archives qui appartient à l’Association d’histoire d’Odessa est conservée à l’Ins (...)
  • 48 Chernukhin Eugène 2000, p. 442-445 ; 2016b.

34Les écrivains russes du xixe s. parlaient tantôt de la langue turque tantôt de la langue tatare. Ce fait explique la confusion au niveau de la terminologie encore aujourd’hui. Les archives des Grecs de Crimée conservées jusqu’à nos jours, comportent des textes et de la correspondance du xviiie s., et témoignent de l’importance de la langue tatare (ou turque) à cette époque47. Selon l’helléniste ukrainien Eugène Chernukhin qui a étudié ces archives, une bonne partie des textes et des notes sont écrites en καραμανλίδικα, c’est-à-dire en caractères grecs mais dans la langue tatare ou turque. À ces textes s’ajoutent les écrits des religieux rédigés en grec démotique avec l’interférence de mots savants. La plupart des manuscrits du xixe s. établis dans la région de la mer d’Azov sont rédigés en καραμανλίδικα avec l’interférence de mots grecs et russes48.

Les dialectes des Grecs de Mariupol et le rapport avec le grec moderne 

  • 49 Politis Linos 2001, p. 4-5.
  • 50 Le phénomène de la diglossie apparaît à l’époque hellénistique et, tout au long de la durée de l’Em (...)
  • 51 Couroucli Maria 1985, p. 133-134 ; Couroucli Maria 2008.
  • 52 Arapopoulou Maria 2001.
  • 53 Drettas Georges 1998, p. 75.
  • 54 Černyševa Tatiana 1958, p. 3-5.
  • 55 Beletskij Andrei 1970, p. 7-8 ; Arapopoulou Maria 2001, p. 175-179. Sur les origines du dialecte ro (...)

35En règle générale, on établit une distinction entre trois périodes de formation du grec moderne. La première est celle du grec commun (Ελληνιστική κοινή) qui comprend trois dialectes : attique, dorien et ionien (300 av. J.-C.-500 apr. J.-C.). La deuxième, celle du grec médiéval (Μεσαιωνική ελληνική) (550-1453) et la troisième celle de la formation du grec moderne (Νεοελληνική) (1453 à nos jours)49. La distinction est faite entre deux formes de grec moderne50 : la langue savante, καθαρεύουσα, et la langue vernaculaire, démotique (δημοτική). La langue officielle de l’État grec depuis 1830 et jusqu’en 1976 était la καθαρεύουσα, date à laquelle elle fut remplacée par le grec démotique. Καθαρεύουσα (littéralement, langue de puristes) est une forme simplifiée de grec ancien. C’est une langue écrite qui n’a jamais été parlée ni par le peuple, ni même par les classes instruites dans la vie quotidienne, mais que tout citoyen honorable devait maîtriser. C’est l’instrument de la pensée, de la science et des idées nobles51. Contrairement à la καθαρεύουσα, le vocabulaire du grec démotique contient de nombreux emprunts aux langues slaves, turques et romanes. Il existe en outre de nombreux dialectes du grec moderne parlés principalement en Grèce rurale et dans la diaspora. Le dialecte grec de Mariupol, comme le grec pontique, l’italien méridional, le sarakatsan en Bulgarie ou le dialecte crétois en Syrie et au Liban, font partie de ces « enclaves dialectales du grec52 » ayant survécu, avec différents degrés de vitalité, à l’extérieur du territoire de l’État grec. Selon Georges Drettas, le dialecte grec de Mariupol s’inscrit dans le groupe grec oriental. Cet ensemble, peu étudié jusqu’à présent, comprend en outre le dialecte pontique ainsi que les dialectes de la Cappadoce et de Farasa, aujourd’hui à peu près totalement éteints. Cet ensemble est loin d’être homogène. Selon G. Drettas, « du point de vue strictement linguistique, les différences structurelles à tous les niveaux (phonologie, morphosyntaxe, lexique) sont suffisamment importantes pour que l’intercompréhension entre les locuteurs de ces groupes soit totalement impossible53 ». Le grec romaïque des Grecs de Mariupol se fonderait sur le grec médiéval, formé durant l’Empire byzantin54, mais on retrouve également, dans le vocabulaire, des éléments du grec ancien55.

  • 56 Rybalko Aleksandr 2008, p. 8-9.
  • 57 Voir Černyševa Tatiana 1958 ; 1964 ; Baranova Vlada, Viktorova Ksenia 2009, p. 97 ; Kisilier Maksim (...)
  • 58 Mackridge Peter 1991, p. 338.

36Le dialecte ouroum des Grecs de Mariupol est une langue turque qui s’est formée en Crimée au Moyen Âge. Elle se fonderait sur des composantes des langues kiptchak et oghuz d’après les noms de ces tribus. Une langue ouroum typologiquement et génétiquement différente est parlée par les Grecs turcophones du Caucase, migrants de Trébizonde56. Le statut des dialectes, romaïque et ouroum, des Grecs de Mariupol est discuté encore aujourd’hui. En fonction du contexte et de la périodicité, il s’agit pour certains de « dialectes », pour d’autres de « langues indépendantes »57. Les locuteurs parlent tantôt de « leur langue » (naš âzyk), tantôt de « leur dialecte » (naš dialekt) ou de « leur parler » (naš govor). Dans le cadre de cette étude, j’utilise sans distinction ces différents termes, m’appuyant sur le fait que la différence entre une langue et un dialecte se résumerait surtout à un aspect politique : « une langue est un dialecte avec une armée et une marine58 ».

  • 59 Aradžioni Margarita 1999, p. 4 ; Rybalko Aleksandr 2008, p. 8 ; Baranova Vlada 2009, p. 79.
  • 60 Kandilapti Klaudia 2002, p. 500 ; Kisilier Maksim 2009b, p. 9.
  • 61 Černyševa Tatiana 1958, p. 6-7.

37Les ethnonymes utilisés dans les deux groupes linguistiques pour s’identifier et pour indiquer l’autre sont Roum (Rumejs en dialecte romaïque ; Ρωμιός en grec démotique ; Rumej en russe) et Ouroum (Urum en turc et en russe). Dans l’Empire ottoman, on utilisait le terme Rum pour désigner les orthodoxes d’expression grecque ; le terme Urum pour les Grecs orthodoxes d’expression turque. Les groupes concernés se sont eux-mêmes appropriés ces termes. Il s’agit donc à la fois d’endoethnonymes et d’exoethnonymes59. Dans les deux cas, l’étymologie est commune, c’est celle de Romain ou de Ρωμαίος, c’est-à-dire, « citoyen » de l’Empire byzantin ou de l’Empire romain d’Orient60. Dans les descriptions ethnographiques russes du xixe s., on rencontre aussi les termes « taty » (gens de la terre) et « bazarioty » (du terme bazar et dimanche). Les « taty » étaient les Roums, ruraux qui vivaient de la terre et de l’élevage, et les « bazarioty », les Ouroums, habitants de la ville61. De nos jours, ces ethnonymes ne sont plus utilisés.

Le temps des privilèges (1779-1859)

38À leur arrivée dans la région de la mer d’Azov, des privilèges considérables furent accordés aux migrants grecs de Crimée. Avec le décret du 21 mai 1779, Catherine II en fit des sujets de l’Empire, les exempta de taxes pour une période de dix ans et du service militaire. Elle leur accorda des terres, l’autonomie locale et la liberté religieuse. Ces privilèges furent confirmés par Alexandre Ier (1801-1825), lors du décret du 29 décembre 1801.

  • 62 L’ouiezd était, depuis le xiiie s., une ancienne subdivision administrative de l’Empire russe. Supp (...)
  • 63 Dans les années 1802-1807, puis 1859-1917, l’ouiezd de Mariupol fut rattaché au gouvernement d’Ekat (...)
  • 64 Yakubova Larisa 1999, p. 36-37 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 65-68 ; Animica Gennadij, Kisilie (...)
  • 65 Chassiotis Ioannis 1997, p. 56-58.

39En 1780, fut fondé l’ouiezd (uezd)62 de Mariupol, composé de la ville et des villages aux alentours au sein du gouvernement (guberniâ) d’Azovsk. En 1807, fut fondé le district grec (grečeskij okrug) de Mariupol, composé de la ville elle-même et de vingt-trois villages grecs63. Jusqu’en 1859, les Grecs étaient les seuls autorisés à habiter cette ville et les seuls qui avaient le droit de posséder et de cultiver des terres dans le district. Ils avaient leur propre parlement local, des écoles et des églises, des tribunaux et une cour de cassation aux compétences administratives, juridiques et policières, ainsi que des institutions de douane et de poste indépendantes64. Malgré « l’exclusivité de cité » accordée aux Grecs, le droit de s’implanter à Mariupol fut exceptionnellement consenti à des personnes d’autres nationalités. Selon le recensement de 1859, 6 089 Grecs y étaient établis, mais on comptait aussi des Russes, des Juifs, des cosaques ukrainiens et même des citoyens étrangers dont la plupart étaient des marchands, des marins ou des militaires65.

  • 66 Une desiatine est une mesure agraire équivalente à 1,0925 ha (1,09 km2).
  • 67 Karydis Vyron 1986, p. 71-72 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 67-68.

40L’ensemble des terres initialement mises à la disposition des Grecs a été estimé à 1 250 000 desiatines66 (13 650 km2) soit l’équivalent de la taille du Monténégro. Chaque colon avait droit à 30 desiatines (32,7 km2) auxquelles s’ajoutaient des terres de pâturages communes et des espaces pour la pêche. Les terres restantes étaient réservées aux futurs migrants. Parce que le développement démographique de la région était lent et que la quantité de terres mises à la disposition de chaque colon était bien supérieure à celle dont disposait la population locale russe de la région, ces terres supplémentaires furent confisquées par l’État, en mai 1817, et mises à la disposition des juifs et des allemands mennonites. La totalité des terres accordées aux Grecs a ainsi été estimée à 744 384 desiatines67 (8 194 km2), l’équivalant en taille de l’île de Crète.

  • 68 Karydis Vyron 1986, p. 69 ; Sokolov Ivan 2006, p. 62 ; Chernukhin Eugène 2016b, p. 80.
  • 69 Baldži Anatolij 2007, p. 224.
  • 70 Selon la plupart des historiens, la ville de Mariupol aurait été fondée en 1780 par les migrants gr (...)
  • 71 Ivanova Yulia 2004, p. 116-117 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 158 ; Terentieva Natalia, Balaban (...)
  • 72 Nora Pierre 1984.

41Le métropolite Ignace établit son siège dans la ville de Mariupol et continua à porter le titre de métropolite de Gothie et de Kaffa. Il joua un rôle actif dans la vie de ses fidèles, dans le choix des zones de peuplement et dans la formation des espaces publics. Cela dit, les relations avec les populations locales n’étaient pas toujours faciles. Les difficultés matérielles et économiques donnèrent aussi lieu à des plaintes à son encontre. à sa mort, il fut enterré dans l’église Saint-Charalampios à Mariupol, détruite dans les années 193068. En 1997, il fut sanctifié par l’Église orthodoxe ukrainienne69. Le 25 mars 1998, le jour de fête nationale grecque, en lien avec les célébrations du 200e anniversaire70 de la ville de Mariupol, un monument en son honneur fut érigé à l’initiative de la Fédération des associations grecques d’Ukraine71. Ce fait témoigne de la valorisation publique de l’histoire du groupe et de l’histoire locale. Il confirme aussi la thèse de Pierre Nora, selon laquelle « la mémoire existe à cause des points de support72 ».

  • 73 Karydis Vyron 1986, p. 69.

42Après son décès, en février 1786, l’épiscopat de Gothie et de Kaffa cessa d’exister. Les migrants de Crimée furent d’abord placés sous l’épiscopat de Théodosie et de Mariupol (1786-1799) et plus tard sous celui d’Ekaterinoslav (aujourd’hui Dnipropetrovsk)73.

  • 74 Chassiotis Ioannis 1997, p. 62 ; Sokolov Ivan 2006, p. 62.

43Un certain nombre de migrants décidèrent pourtant de retourner en Crimée. Dans la plupart des cas, ces retours ont été expliqués par des difficultés d’intégration, climatique et économique. L’annexion de la Crimée à la Russie, en 1783, légalisa la notion de « migration de retour ». Selon un décret de 1784, les Grecs et les Arméniens qui repartaient dans leurs anciens foyers avaient le droit de récupérer leurs maisons ainsi que d’autres biens immobiliers. La réalité fut, cependant, souvent différente74.

  • 75 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 67-68 ; Ivanova Yulia 2004, p. 134-135 ; Karydis Vyron 1986, p. 63

44À partir de la fin du xviiie s., la région de la mer d’Azov vit l’arrivée de nouvelles populations, notamment des mennonites allemands, des Juifs et des Bulgares originaires d’Europe centrale (de Prusse, de Pologne et de Tchéquie) et de l’Empire ottoman qui fondèrent leurs propres colonies. Les principales migrations datent de 1822-1824, de 1831 et des années 1840. Dans les colonies allemandes, il y avait aussi des Français, des Italiens, des Suédois, des Suisses et des Maltais ; et, dans la colonie bulgare, des Gagaouzes, chrétiens turcophones75.

  • 76 Ivanova Yulia 1979, p. 74-91 ; 2004, p. 145-150, 162-163.

45La division du travail entre ces groupes était rigoureuse. En ville, les Grecs et les Juifs pratiquaient le commerce et l’artisanat du cuir. À la campagne, l’occupation principale des Grecs était l’élevage ovin et la culture des céréales et du tabac. Les Allemands élevaient des porcs et de la volaille, les Bulgares étaient horticulteurs et les Juifs artisans. Les différents groupes échangeaient sur les questions de commerce et de travail ; on discutait techniques de construction. Dans les familles aisées grecques et allemandes, on trouvait souvent de la main-d’œuvre pour les champs ou une employée de maison russe ou ukrainienne. En revanche, il semblerait que les contacts à caractère privé et les mariages mixtes entre membres de différents groupes ethniques étaient rares. Yulia Ivanova explique ce fait par l’isolement des villages et par les barrières linguistiques, mais aussi par les préjugés sociaux et la méfiance envers des « étrangers »76.

  • 77 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 68 ; Ivanova Yulia 2004, p. 116-117 ; Sokolov Ivan 2006, p. 59-60.
  • 78 Kappeler Andreas 1994, p. 54 ; Kolossov Vladimir, Galkina Tamara, Krindatch Alexei 1998, p. 91-93.
  • 79 DŽuha Ivan 2008, p. 23, 27.

46Le transfert des Grecs de Crimée, le rôle du métropolite Ignace et celui du général Souvorov ont été largement discutés et demeurent au cœur des débats scientifiques et populaires encore aujourd’hui. Dans l’historiographie russe et soviétique on évoque un acte gouvernemental motivé par des considérations économiques et politiques77. Andreas Kappeler parle de la « déportation des Grecs et des Arméniens de Crimée ». Le terme « déportation » est également utilisé par Vladimir Kolossov, Tamara Galkina et Alexei Krindatch78. Ivan Džuha se réfère à « la première migration forcée des Grecs en Russie ». La migration des Grecs de Tsalka en direction de la Russie à la suite de la guerre russo-turque de 1828-1829 était fort semblable79.

Les Grecs de Mariupol après l’abolition des privilèges spéciaux

  • 80 Jusque-là, il y avait à Mariupol des églises orthodoxes de rite grec où la liturgie était célébrée (...)
  • 81 Karydis Vyron 1986, p. 73 ; Ivanova Yulia 2004, p. 209.

47Sous le règne d’Alexandre II, la Russie connut la réforme agraire et les paysans asservis furent libérés. Les privilèges accordés aux différents groupes nationaux furent abolis. En 1859, la ville de Mariupol changea de statut et devint multiethnique. Dès lors, les compétences de la cour de cassation grecque furent limitées à des questions juridiques. Dans la seconde moitié des années 1860, les écoles grecques furent fermées ou devinrent russophones et, dès 1872, l’office religieux fut célébré en russe80. À partir de 1874, les hommes furent contraints à porter les armes. En 1875, les Grecs devinrent des sujets de l’Empire avec les mêmes droits et les mêmes obligations que les autres populations. Le russe devint la langue officielle des affaires et de toute fonction publique81.

  • 82 Iouzovka était à l’origine un important centre métallurgique fondé par l’homme d’affaires gallois J (...)
  • 83 Ponomareva Irina 2010.

48En 1882, Mariupol fut relié à Iouzovka82 (aujourd’hui Donetsk) par le chemin de fer. En 1886-1889, le port de Mariupol, destiné à l’exportation du blé et du charbon fut élargi ; des usines métallurgiques furent construites. Au début du xxe s., Mariupol s’établit comme un centre d’industrie lourde et alimentaire et comme un carrefour ferroviaire et portuaire. En 1910, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche-Hongrie, l’Espagne et la Grèce y installèrent une agence consulaire ou un vice-consulat83.

  • 84 Ivanova Yulia 2004, p. 210-211.

49Avec le changement de statut, la ville de Mariupol changea de caractère. Dès lors, le nombre de Juifs, de Russes et d’Ukrainiens augmenta. Parmi les Juifs, beaucoup s’adonnèrent à l’entreprenariat et au commerce ; ils ouvraient des usines, des hôtels, des restaurants, des pharmacies, des typographies, etc. Les Russes et les Ukrainiens travaillaient souvent comme main-d’œuvre dans les usines, mais ils constituaient aussi l’élite administrative et militaire. Les Grecs se consacrèrent au commerce et à l’artisanat, mais il y avait aussi parmi eux des avocats, des enseignants84 et des fonctionnaires de l’administration publique.

La politique de russification

  • 85 Ivanova Yulia 2004, p. 272-273.

50La politique de russification s’imposa dès les années 1860. Les voies de cette politique étaient multiples : la langue russe domina en ville, au marché et dans les relations commerciales. Elle était aussi utilisée pour les contacts avec les artisans russes et juifs installés dans les villages grecs, les travailleurs saisonniers et journaliers. L’armée, l’école et l’église étaient sans conteste la voie de russification à caractère institutionnel85. Un regard sur la situation scolaire dans la région de la mer d’Azov nous renseigne sur le progrès de cette russification.

  • 86 Yakubova Larisa 1999, p. 34 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 74.
  • 87 Karpozilos Apostolos 1985, p. 102.

51La première école de Mariupol fut ouverte en 1810. C’était un petit établissement privé, grec, fondé par le commerçant grec Popov. Une école publique fut fondée en 1820 où, dans un premier temps, le cursus comprenait la lecture et l’écriture en grec ainsi que les mathématiques et la religion. L’année suivante, fut ajouté le russe et en 1827 l’histoire et la géographie. Jusqu’au milieu du xixe s., les cours furent principalement dispensés en grec ; par la suite, la situation changea et le grec fut progressivement remplacé par le russe. Les enseignants venaient de l’Empire ottoman et de Grèce86. En milieu rural, pendant cette même période, l’enseignement continuait à relever des prêtres. Dans certains villages aisés, les habitants prenaient l’initiative d’ouvrir des écoles et faisaient venir les enseignants ; à Sartana une école fut ouverte en 182587. Dans d’autres villages, on choisit des écoles communautaires où les élèves apprenaient l’alphabet grec et des prières en grec.

  • 88 Un zemstvo est une sorte d’assemblée provinciale de la Russie impériale, créée en 1864. Ces assembl (...)

52En 1864, la langue de l’enseignement dans les écoles primaires sur tout le territoire de l’Empire devint le russe. Dès la fin des années 1860, des écoles appartenant à des zemstvos88, des assemblées provinciales de la Russie impériale, où l’enseignement était assuré en russe, furent ouvertes dans certains villages. Dans certains cas, les élèves qui ne connaissaient pas le russe apprenaient tout simplement leurs devoirs par cœur. Dans son ouvrage publié en 1868, Nikolai Korf décrivait une situation observée dans l’école de Malyï Yanisol :

  • 89 Cette citation de Korf Nikolai A. 1868, p. 18, est reprise dans Baranova Vlada 2010, p. 65.

Lorsque j’ai demandé si les élèves lisaient le russe, on m’a répondu que toute l’école le lisait. Je me suis approché d’un élève parmi les plus âgés et, en effet, il a bien lu le texte demandé. La surprise est venue plus tard. Lorsque je lui ai demandé son âge et son nom, je n’ai obtenu aucune réponse, car l’élève en question n’avait pas compris ces questions posées en langue russe. Il est apparu que parmi ces élèves, aucun, exception faite du fils du prêtre, ne comprenait un mot de russe et qu’ils apprenaient cette langue comme une langue morte89 !

53Ce type de méthode sera appliqué à l’apprentissage du grec un siècle plus tard.

  • 90 Baranova Vlada 2010, p. 64-66.

54En 1889, pratiquement tous les enfants en âge d’être scolarisés avaient accès à l’enseignement primaire. À la fin du xixe et au début du xxe s., il y avait dans l’ouiezd de Mariupol tout un réseau d’écoles primaires où l’enseignement était assuré en russe. Parmi ces écoles, il y avait des écoles paroissiales, des écoles appartenant à des zemstvos, des écoles privées et des écoles publiques où le cursus était de deux ans. Ces établissements contribuèrent à la russification de la population de la région. La situation différait toutefois selon le genre et la classe d’âge. La connaissance du russe était assez répandue parmi les hommes, beaucoup moins parmi les femmes. Cette différence peut s’expliquer par le service militaire obligatoire pour les hommes dès 1874, mais aussi par le fait que les hommes venaient plus souvent en ville où, dès la seconde moitié du xixe s., le russe s’était imposé comme langue de l’administration et des affaires. En milieu rural, la connaissance du russe au sein de la communauté féminine était faible encore dans les années 192090.

  • 91 Voir Hartahaj Feoktist, « Христианство в Крыму » (Chrétienté en Crimée) (1864), republié dans Kaloe (...)

55Dès 1875, furent ouverts à Mariupol les premiers lycées privés pour jeunes hommes et pour jeunes femmes, à l’initiative de l’historien et publiciste, Feoktist Hartahaj (1836-1880), considéré comme le premier historien roum de la région de la mer d’Azov et auteur du premier glossaire de la langue romaïque et d’un essai sur le christianisme en Crimée91. En 1876, les lycées fondés par Hartahaj devinrent des établissements d’État. Au début du xxe s., on comptait donc, à Mariupol et dans les environs, plusieurs établissements scolaires et éducatifs supérieurs : un institut d’études humaines privé, des instituts d’études techniques et théologiques publiques, une école de musique privée et un institut pédagogique. Tous ces établissements étaient d’expression russe.

56Parmi les enseignants et les avocats se trouvaient des Grecs. Nombre d’entre eux étaient également d’importants acteurs de la culture russe : F. Hartahaj, évoqué plus haut ; Georgij Tchelpanov, fondateur de l’Institut de psychologie de Moscou ; Dmitrij Aïnalov, historien de l’art, membre correspondant de l’Académie des Sciences de Russie ; Arkhip Kuindji, peintre, membre de l’Académie des Arts de Saint-Pétersbourg. Ces personnalités avaient toutes des identités multiples : elles étaient sujets de l’Empire russe, d’expression et de culture russe, mais à forte imprégnation régionale, locale et ethnique selon les cas.

  • 92 Voir Yaruckij Lev 1991, p. 9-10 ; Kaloerov Stefan, « Ф. А. Хартахай » (F. A. Hartahaj), dans Kaloer (...)
  • 93 T. Chevtchenko (1814-1861), poète national ukrainien. Son chef-d’œuvre, Kobzar, recueil de poésies (...)
  • 94 Voir Hartahaj Feoktist, « Слово над гробом Т. Г. Шевченко » (Éloge funèbre sur la tombe de T. G. Ch (...)

57Le parcours de F. Hartahaj, originaire du village grec de Tcherdakli, est intéressant. De condition modeste, il fit ses études dans les universités de Kharkov et de Saint-Pétersbourg où il était membre actif des cercles littéraires et révolutionnaires. Au cours des années 1866-1875, il travailla en tant que pédagogue dans un lycée de Varsovie où il écrivit plusieurs manuels scolaires, avant de retourner à Mariupol afin de contribuer aux questions d’éducation dans sa région natale92. Le discours funèbre qu’il prononça en l’honneur de Taras Chevtchenko93, au cimetière de Smolensk à Saint-Pétersbourg en février 1861, au nom des étudiants ukrainiens, en langue ukrainienne, devant d’illustres personnalités de la culture russe, tels Ivan Turgenev, Fedor Dostoyevski, Nikolai Nekrasov, Mikhail Saltykov-Ŝedrin, est resté dans l’histoire94.

  • 95 Yakubova Larisa 1999, p. 42-48 ; 2004, p. 131 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 74.
  • 96 Sur la situation linguistique des Grecs de Crimée et de Mariupol aux xviiie-xixe s., voir les trava (...)
  • 97 Yakubova Larisa 2004a, p. 123.

58La connaissance de la langue grecque à Mariupol à la fin du xixe s. était faible, et rares étaient ceux qui connaissaient le grec littéraire (καθαρεύουσα). L’enseignement en grec, à cette époque, fut dispensé uniquement dans des écoles privées et par des tuteurs privés, peu nombreux95. L’absence d’écoles publiques grecques et le manque de liens solides avec la Grèce métropolitaine contribuèrent au maintien des dialectes. Au xixe s., les dialectes des Grecs de Mariupol, tout comme le folklore, reposaient essentiellement sur une tradition orale. En Crimée, la connaissance de l’écriture en grec se perdit au milieu du xixe s., en particulier chez les Ouroums, alors que l’élite culturelle écrivait en καραμανλίδικα96. La langue ecclésiastique en Crimée et plus tard à Mariupol est restée la καθαρεύουσα. Dans le même temps, en fonction des prêtres chargés de l’éducation dans ces régions, les dialectes des Grecs de Mariupol furent fortement turquisés97. Dans la région de la mer d’Azov, les Ouroums étaient plus nombreux que les Roums ; l’ouroum était ainsi la langue des villes et revêtait à ce titre un certain prestige. C’est ainsi que l’on peut expliquer son influence.

  • 98 Kappeler Andreas 1994, p. 344.

59Selon le premier et l’unique recensement de population de l’Empire russe de 1897, 36,7 % des Grecs de l’Empire savaient lire et 2,1 % avaient fait des études au-delà du primaire. Ce niveau d’instruction plaçait les Grecs au-dessus de la moyenne de la population de l’Empire, au-dessus de certains groupes comme les Russes, les Ukrainiens, les Géorgiens ou les Arméniens, mais au-dessous des peuples baltes, des Allemands et des Juifs ainsi que des Finlandais et des Polonais qui ne sont pas comptabilisés par ce recensement98.

60Après la Révolution de 1905, quand la politique tsariste envers les minorités nationales s’assouplit, les autorités diplomatiques grecques encouragèrent activement l’ouverture des écoles et des églises d’expression grecque sur tout le territoire de l’Empire, en particulier là où résidaient des communautés grecques. Dans la communauté grecque de Mariupol, les réactions face à ces développements étaient mitigées. Les fonctionnaires de l’administration locale, la bourgeoisie mercantile et les enseignants qui représentaient les institutions publiques de la ville étaient majoritairement favorables à la russification linguistique et culturelle des Grecs. Dans ce groupe, les Ouroums étaient majoritaires. Cette position fut partagée par une grande partie de l’intelligentsia villageoise des enseignants, des médecins et des agronomes. Une autre position fut soutenue par l’intelligentsia et la bourgeoisie « patriotique » grecque qui, bien que minoritaire, était favorable à « la renaissance nationale de la population grecque ». Leur but premier était de réintroduire l’enseignement du grec dans les écoles primaires.

  • 99 Yakubova Larisa 1999, p. 47-50 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 74.
  • 100 Chassiotis Ioannis 1997, p. 80.
  • 101 Panagiotidis Theologos 1919, p. 15.
  • 102 Yakubova Larisa 1999, p. 47-50.

61En 1908, la société de bienfaisance, présidée par les frères Goff, commença la collecte pour la fondation d’une paroisse hellénophone auprès de l’église d’Ekaterinoslav dans laquelle l’office religieux serait célébré en grec. En 1910, une école paroissiale grecque fut ouverte près de cette église. En 1912, à l’initiative de N. D. Karandrea d’Athènes, une école privée grecque ouvrit dans la ville de Mariupol jusqu’en 191499. Malgré ces différentes initiatives, il semblerait que peu de Grecs à Mariupol avaient une « conscience nationale grecque » développée. à l’été 1914, lorsque le médecin I. E. Koutsodimitris, envoyé de Grèce en Russie et dans le Caucase par le premier ministre grec Élefthérios Venizélos, visita les communautés grecques du sud de la Russie, il trouva à Mariupol entre 20 000 et 30 000 personnes qui se disaient Grecs, mais seulement 100 à 200 familles réellement grecques dont 25 à 30 de Grèce métropolitaine100. Les conclusions de Theologos Panagiotidis, qui se trouvait en Russie à la même période, allaient dans le même sens. Dans son livre publié en 1919, il écrivit que la conscience grecque des Grecs de Mariupol réside dans la déclaration « Είμαι Έλλην »101. Ces indications sur la communauté grecque de Mariupol au début du xxe s. renseignent également sur la complexité de la situation linguistique actuelle. Au sein même de la communauté grecque locale, la position philhellène était fortement critiquée. Les langues parlées par les Grecs de Mariupol étaient différentes du grec moderne ; la culture matérielle et spirituelle de ces gens était différente de la culture hellénique de Grèce. L’idée d’une « renaissance nationale grecque » était perçue comme une expression du patriotisme panhellénique et une tentative d’hellénisation des Grecs de Mariupol102.

L’industrialisation et l’immigration

  • 103 En moyenne, chaque maisonnée allemande disposait de 35,3 desiatines de terre cultivable. Chez les G (...)

62À partir du xixe s., la région connut l’industrialisation puis l’immigration des Russes et des Ukrainiens des gouvernements centraux de la Grande Russie et des gouvernements orientaux de la Petite Russie, provoquée par le besoin de main-d’œuvre dans les usines. Les différences sociales entre les divers groupes ethniques étaient alors notables. En règle générale, les Grecs et les Allemands, en tant qu’anciens colons, étaient plus aisés et avaient plus de terres à leur disposition que les membres des autres groupes. En 1915, les Grecs composaient 33 % de la population du district de Mariupol, mais possédaient à eux-seuls 42 % des terres cultivables, 71 % du bétail, 33 % des chevaux et 40 % des ovins103. À l’intérieur de chaque groupe ethnique, la partition des biens était inégale.

  • 104 Ivanova Yulia 2004, p. 272.

63La situation socio-culturelle variait aussi selon les villages, la position géographique, les liens avec la ville et les pratiques commerciales. Dans les villages situés à proximité des villes ou du chemin de fer, les échanges commerciaux avec les artisans russes et le milieu urbain étaient fréquents. Dans les villages de Yalta et de Mangouch, par exemple, les familles aisées envoyaient souvent leurs enfants à Rostov ou à Ekaterinoslav pour leurs études universitaires. En revanche, les villages situés loin des villes (Tcherdakli, Anadol, Ignatievka et Laspa) restaient « fermés » et « traditionnels », marqués par une économie centrée sur l’élevage ovin. Des villages tels que Bolchoï Yanisol et Staryï Kermentchik se démarquèrent dès leur création par leur prospérité, par la « race supérieure » de leurs chevaux et de leurs ovins104.

  • 105 Ivanova Yulia 2004, p. 272 ; Yakubova Larisa 2008, p. 8.
  • 106 Tomazov Valerij 2010 ; Herlihy Patricia 1979, p. 413.

64Les relations sociales l’emportaient néanmoins souvent sur les relations ethniques. Les travailleurs saisonniers, les journaliers, les vendeurs ambulants, les assistants d’atelier, les employées de maison et tous ceux qui, sans terre, vendaient leur force de travail (Juifs, Grecs, Allemands, Russes ou Ukrainiens), étaient plus proches entre eux que de leurs employeurs avec lesquels ils partageaient pourtant une même appartenance ethnique. C’est au sein de ces groupes sociaux défavorisés que les premières unions mixtes entre personnes de groupes ethniques différents apparaissent. Parallèlement, les paysans grecs aisés préféraient souvent prendre femme dans un village voisin, chez les Grecs turcophones ou chez les Russes, plutôt que d’épouser une personne de leur propre village mais de condition sociale inférieure105. Les familles marchandes grecques venues de Grèce métropolitaine ou de l’Empire ottoman gardaient leurs distances ; elles ne se mélangeaient pas aux populations locales qu’elles jugeaient « inférieures ». En règle générale, l’endogamie était de rigueur. Les ressortissants de Chios en particulier avaient tendance à se marier à l’intérieur de leur groupe parental, ce qui permettait de conserver les maisons de commerce au sein de la famille. Plus tard, il y eut aussi des mariages avec d’autres européens et avec la noblesse russe106.

  • 107 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 76 ; Chernukhin Eugène 2014b.
  • 108 Notaras Andreas 2005, p. 368.

65À la veille de la Révolution de 1917, les Grecs de Mariupol constituaient principalement une population rurale vivant de la terre et de l’élevage. La part de la population urbaine ne représentait que 10 % de l’ensemble. La grande majorité se composait de petits commerçants, d’artisans et de petits industriels. Un certain nombre exerçait des professions libérales. Les grands propriétaires, les industriels et les hommes d’affaires étaient plus rares. L’élite culturelle grecque de la région était en majeure partie constituée d’Ouroums ; russifiée, elle prenait de haut la culture populaire et les dialectes des Grecs de Mariupol qui reposaient sur l’oralité. Ces faits ont eu des conséquences importantes sur le développement de la culture populaire grecque et expliquent les difficultés auxquelles se heurtèrent les tentatives d’hellénisation dans cette région au début du xxe s. Dans ce contexte, le fait de vivre de manière concentrée dans un milieu à dominante rurale a certainement contribué à ce que les Grecs de Mariupol soient restés un groupe ethnoculturel solide107. La cohabitation paisible avec le monde extérieur et l’harmonie multiculturelle ont certainement aussi participé à la survie et au développement du groupe. Le cas des Grecs de Tsalka (Géorgie), hellénophones et turcophones, dont les vingt-quatre villages forment une aire homogène et compacte au niveau régional, est un autre exemple d’ensemble grec cohérent au sein de l’Empire russe108. Vladimir Kolossov, Tamara Galkina et Alexei Krindatch écrivent à ce propos :

  • 109 Kolossov Vladimir, Galkina Tamara, Krindatch Alexei 1998, p. 94.

À l’exception de la communauté administrative autonome grecque de Mariupol, qui existait de 1779 à 1860 au bord de la mer d’Azov, les villages grecs ne formaient jamais des aires homogènes, plus ou moins denses. Le peuplement relativement dispersé est une des particularités de la diaspora grecque à l’époque de l’Empire de Russie et de l’ex-URSS, ce qui le distingue, par exemple, des colonies agricoles allemandes. En Transcaucasie, ainsi que dans le Caucase du Nord, il y avait des villages monoethniques grecs, ainsi que des lieux où les Grecs vivaient aux côtés de la population autochtone, mais dans des quartiers à part109.

  • 110 Karpozilos Apostolos 1985, p. 102 ; 1999, p. 139-140 ; Panagiotidis Theologos 1919 ; Spiridonov Dmi (...)
  • 111 Chassiotis Ioannis 1997, p. 69.

66Malgré un certain potentiel économique et l’existence de personnalités influentes, les Grecs de Mariupol sont restés une communauté bien distincte des autres Grecs de l’Empire russe, se démarquant par l’absence de liens solides avec les centres traditionnels de l’hellénisme110. Alors que nombre de migrants grecs du sud de la Russie et du Caucase gardaient scrupuleusement leurs passeports royaux grecs et refusaient de prendre la citoyenneté russe, les Grecs de Mariupol – parce que la citoyenneté russe leur fut imposée par un décret de l’impératrice Catherine II en 1799 – étaient, dans leur grande majorité, des sujets russes111.

67Les Charadja sont un exemple de famille grecque qui sut s’intégrer et garder son influence dans les affaires publiques de la région de Mariupol pendant plusieurs générations. Anton Charadja, Grec turcophone venu de Crimée en 1780 avec son épouse, ses deux fils et sa fille, est le fondateur de cette lignée. En Crimée, il était influent et assez riche. Arrivé à Mariupol, il perdit son capital, fut réduit au rang de petit bourgeois (meŝanin) et mourut relativement jeune. Ses deux fils, Constantin et David, eurent plus de succès dans les affaires et parvinrent à rétablir leur statut dans le rang des commerçants (kupečeskoe soslovie). Le fils de David, Aleksandr (1826-1894), poursuivit le travail commencé par son père : il s’établit dans le commerce des céréales et acheta plusieurs bateaux et navires. Parallèlement, il investit dans l’immobilier et construisit de nombreux bâtiments privés et publics. L’acquisition de ce capital lui permit d’être accepté dans la guilde des maisons de commerce de première classe. En 1860-1864, il fut maire de la ville de Mariupol. Il participa activement aux travaux de différents comités et fit une importante œuvre de bienfaisance. Il fut récompensé par l’octroi du titre héréditaire de citoyen d’honneur de la ville. Pendant une période d’intense russification, il transforma même son nom de famille en Charadjaev.

  • 112 Ces informations se fondent sur les travaux de Saenko Rena 2001, p. 190-196, d’Ivanova Yulia 2004, (...)

68À son tour, le fils d’Aleksandr, David (1851- ?), continua l’œuvre de son père. C’est lui qui, finalement, eut le plus de succès dans la famille. Il devint le plus grand exportateur de blé de Mariupol et ouvrit plusieurs annexes à Bakhmout (1924-2016, Artiomovsk) et dans l’ouiezd d’Alexandrovsk (aujourd’hui Zaporijia). Il investit dans l’immobilier et s’établit comme grand propriétaire rentier. Il fut le fondateur de l’usine de tuiles de Mariupol et possédait plusieurs navires. Plus tard, il fut élu président du comité de la Bourse de Mariupol et membre du comité provincial d’Agriculture. Il était juge d’honneur et président de plusieurs sociétés et comités. Parallèlement, il fit lui aussi une œuvre de bienfaisance significative, contribuant à la construction de l’hôpital et au financement du lycée des jeunes hommes de Mariupol, etc. David Charadjaev fut l’éditeur du livre Mariupol i ego okrestnosti (Mariupol et ses environs) (1892), une source historique importante sur la région de Mariupol encore aujourd’hui. Décoré de nombreux titres d’honneur, il fut conseiller d’État pour la Russie et vice-consul de Grèce. Pendant la Première Guerre mondiale, il présida le comité local de la Croix Rouge de Mariupol. En février 1919, il quitta Mariupol avec sa famille. Le destin de la famille n’est pas connu112.

Le temps des révolutions et des aspirations nationales en Ukraine

  • 113 Kappeler Andreas 1994, p. 303.

69En 1917, les mouvements nationaux dans l’Empire russe se développèrent avec une intensité variable, en fonction des conditions historiques, des antagonismes sociaux et politiques et de l’impact des événements liés à la guerre. Fin mai, les représentants des partis socialistes nationaux se réunirent à Pétrograd ; en septembre, un congrès des peuples de Russie eut lieu à Kiev. Les quatre-vingt-treize représentants des groupes ethniques les plus importants, à l’exception des Polonais et des Finlandais, furent unanimes à déclarer que la Russie devait être transformée en une république fédérale démocratique. Les résultats furent pourtant maigres : les intérêts nationaux particuliers se révélèrent plus forts que les aspirations communes. Ce n’est pas un hasard si ce congrès se tint à Kiev. Le mouvement ukrainien avait connu un développement rapide et atteignait alors, de même qu’en Russie, la phase d’un mouvement de masse. Étant donné l’importance numérique des Ukrainiens et l’importance stratégique et économique du pays pour le Gouvernement provisoire, la question ukrainienne devint capitale113.

  • 114 Portal Roger 1970, p. 72 ; Werth Nicolas 1993, p. 233-246 ; Joukovsky Arkady 1993.
  • 115 Kowalewski Zbigniew 1989, p. 102.
  • 116 Nestor Makhno (1884-1934) fut le chef d’un mouvement anarchiste en Ukraine dans les années 1918-192 (...)
  • 117 Werth Nicolas 1993, p. 241.
  • 118 Kappeler Andreas 1994, p. 303.

70Durant les quatre années 1917-1921, l’Ukraine fut un véritable « laboratoire expérimental » de toutes les émancipations politiques, sociales et nationales comme de toutes les oppositions au nouveau régime bolchevik. Dès le 15 mars 1917, se constitua à Kiev un Conseil central (Rada) présidé par l’historien Mykhaïlo Hrouchevsky (1866-1934) et soutenu par la Société des Ukrainiens progressistes, mais rassemblant, dès 1908, un large éventail d’Ukrainiens (des radicaux-démocrates, des socio-démocrates, des sans-parti), qui s’efforça d’obtenir, par voies légales, l’autodétermination de l’Ukraine contre Moscou114. Coexistèrent avec ce conseil, deux mouvements : un mouvement paysan « ukrainien » – le terme ukrainien était alors synonyme du mot paysan, car près de 90 % de la population de l’Ukraine vivait à la campagne115 –, dirigé par l’anarchiste Nestor Makhno116 contre les Rouges et contre les Blancs ; et un mouvement ouvrier bolchevik, russifié et très minoritaire, mais réclamant, lui aussi, une certaine autonomie vis-à-vis de Moscou117. La principale revendication des paysans portait sur une solution du problème agraire propre à l’Ukraine, l’aménagement d’une réserve de terres destinée à satisfaire leurs besoins, mais aussi l’autonomie politique118. Dans la région minière de Donetsk, où se trouvait concentrée la moitié du prolétariat du pays, le mouvement révolutionnaire se regroupa en premier lieu autour de l’anarchiste Nestor Makhno et de l’Armée rouge, lequel avait fini par la rejoindre.

  • 119 Sherr James 2013, p. 25.
  • 120 Kappeler Andreas 1994, p. 304.
  • 121 Pipes Richard 1994, p. 142.

71En 1921, au terme d’une révolution à la fois sociale et nationale d’une extrême complexité, l’Ukraine, perdit définitivement l’indépendance qu’elle semblait avoir acquise avec la signature du traité de Brest-Litovsk entre la Russie et l’Allemagne, en 1918. Cette éphémère indépendance, tout comme celle de la Biélorussie acquise à la même époque, se matérialisa sous la protection des pouvoirs centraux119. Dans le cas de l’Ukraine, le Gouvernement provisoire russe céda, pour la première fois, une partie de son pouvoir à un corps national et reconnaissait le principe national comme critère de base des subdivisions administratives120. À cette époque, les Biélorusses, les Ukrainiens et les Grands Russes étaient encore unis par une même foi orthodoxe. Cependant, les Ukrainiens et les Biélorusses avaient été davantage exposés aux influences occidentales que les Russes moscovites. Ils avaient aussi une moindre expérience de certaines institutions qui avaient donné corps à la vie des Grands Russes, notamment l’autocratie patrimoniale, la servitude et la propriété communale121. S’il y avait bien certaines similitudes, il y avait aussi des différences.

La « renaissance ukrainienne » et les mouvements nationaux minoritaires

  • 122 Au cours des années 1919-1920, des relations diplomatiques furent établies entre Kiev et certaines (...)
  • 123 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 84-85.

72Parmi les minorités nationales d’Ukraine, la participation au mouvement de « renaissance ukrainienne » était essentiellement le fait de groupes peu nombreux et dispersés (Serbes, Lettons, Lithuaniens, Estoniens, Géorgiens). D’autres groupes, dont les Polonais, les Allemands, les Juifs, les Tatars de Crimée et les Grecs, fondèrent des « mouvements nationaux ». Selon la loi sur l’autonomie nationale (art. 2), adoptée par le Conseil central en janvier 1918, « les nations biélorusse, tchèque, moldave, allemande, tatare, grecque et bulgare avaient le droit de réclamer l’autonomie nationale au sein de l’Ukraine ». Les principes posés par cette loi étaient inclus dans la constitution de l’éphémère république d’Ukraine (1919-1920)122. L’autonomie promise par cette constitution ne fut toutefois jamais appliquée123.

73Entre 1917 et 1919, plusieurs congrès furent organisés par les associations grecques de Russie (le 7 mai 1917 à Tiflis ; du 29 juin à 10 juillet 1917 à Taganrog ; en juin, août et octobre 1919 à Ekaterinodar (aujourd’hui Krasnodar) ; en juin 1919 à Batoum). On y discuta de questions internes à ces communautés, mais aussi d’enjeux politiques. Au premier congrès régional des communautés grecques à Tiflis, le droit à la terre et l’aide aux populations démunies se retrouvèrent au centre des discussions. Même si la plupart des Grecs du Caucase étaient des paysans, dans beaucoup de districts, par exemple, à Tsalka et dans le Kouban, ils n’avaient pas le droit de posséder la terre. Au congrès de Tiflis, on traita aussi de la possibilité de former des unités armées grecques. La plupart de ces congrès étaient organisés à l’initiative des Grecs du Caucase souvent en coopération avec les autorités helléniques.

  • 124 Selon les statistiques présentées au congrès de Taganrog, en 1917, il y avait dans l’Empire de Russ (...)
  • 125 Sur les différents congrès organisés par les associations grecques de Russie entre 1917 et 1919, vo (...)
  • 126 Chassiotis Ioannis 1997, p. 246-250, 253-254 ; Karpozilos Apostolos 1999, p. 141-142 ; Yakubova Lar (...)

74Parmi les thèmes discutés au congrès de Taganrog, il convient d’évoquer la fondation des écoles communautaires et des épiscopats autonomes grecs dans les districts de Kars, de Tsalka, de Batoum, de Novorossisk, de Mariupol et de Nikolaïev124. On y traita autant de la création d’une Banque grecque et de la presse grecque d’expression russe que de la réforme agraire. Il fut, en outre, décidé de former des associations grecques locales125 qui se donnèrent pour tâche de défendre les intérêts culturels de la minorité grecque et d’assurer leur représentation auprès des institutions locales, régionales et nationales à égalité avec les membres d’autres nationalités. Les communautés locales furent regroupées au sein de l’Union des Grecs de Russie (Σύνδεσμος των εν Ρωσία Ελλήνων) dont le siège se trouvait à Rostov-sur-le-Don. Dans le domaine de l’éducation, le Conseil de l’Union des Grecs de Russie estimait que le besoin d’enseignement en grec était particulièrement pressant à Kars, à Tsalka et à Mariupol. Avec la fondation des écoles grecques, « on espérait réconforter le sentiment national des membres de ces communautés », qui avait été mis à l’épreuve à la suite d’une politique de russification systématique. Face aux développements politiques, la majorité des quarante-six délégués du congrès adoptèrent une attitude prudente, guidés par l’approche « attendre et voir »126.

  • 127 Yali Savva 1931 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 83-86.
  • 128 Karpozilos Apostolos 1999, p. 141-142 ; Yakubova Larisa 1999, p. 51-62.

75À l’automne 1917, à Mariupol, eut lieu la réunion organisatrice des Grecs de Mariupol et, en décembre de la même année, le congrès fondateur de l’Association des Grecs de Mariupol. À ce congrès, on traita de l’autonomie nationale des Grecs de la région, de l’ouverture des écoles grecques et de l’introduction d’un système de pénalisation pour ceux qui refusaient de parler le grec en dehors de l’école et de l’église. On examina aussi la possibilité de former des unités militaires grecques locales encadrées par des officiers grecs. À l’issue de ce congrès, on décida de solliciter l’aide des communautés grecques en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis pour financer des projets culturels, éducatifs et ruraux. Mais l’Armée rouge qualifia le congrès de contre-révolutionnaire et les décisions prises restèrent lettre morte127. Aux congrès d’Ekaterinodar et de Batoum, en 1919, on discuta de la protection des populations grecques, des réfugiés récents du Pont et de la fondation de la république autonome du Pont128.

Les Grecs et la cause révolutionnaire

  • 129 D’après les données fournies par l’Association des Grecs de Russie en 1932 qui représentait les com (...)
  • 130 Karpozilos Apostolos 1999, p. 143.
  • 131 Sur la campagne des forces de l’Entente en Ukraine, voir Petsalis-Diomidis Nicholas 1972. Voir auss (...)
  • 132 Ioannidi Nikolai 1990, p. 26, 47.

76Face au mouvement révolutionnaire, les communautés grecques sur le territoire soviétique furent divisées. Dans les communautés prospères à Odessa, à Sébastopol, à Yalta et à Novorossisk où il y avait des marchands grecs et où les intellectuels urbains avaient œuvré pour la promotion de la culture grecque par le biais des associations culturelles bénéficiant du soutien de la Grèce, l’opposition aux bolcheviks était manifeste. Certaines associations culturelles se retirèrent du pays avec l’Armée blanche du général Denikine ; la question des propriétés perdues ne fut jamais résolue129. Parallèlement, à Odessa, il existait aussi une unité communiste grecque qui, en janvier 1919, fit circuler une proclamation qui appelait les soldats grecs à déposer les armes et à rentrer en Grèce au lieu de combattre les révolutionnaires. En Crimée, aussi, il y avait de tels sympathisants aux communistes. Toutefois, la majorité des Grecs adopta une attitude neutre au moins jusqu’à ce que l’armée allemande prenne temporairement le contrôle de la situation130. La participation des forces armées grecques dans l’entreprise de l’Entente dans le Sud ukrainien entre décembre 1918 et le printemps 1919 eut des conséquences tragiques pour des milliers de Grecs d’Ukraine. Par la suite, la guerre et la famine de 1921-1922 changèrent la donne131. En Géorgie et en Transcaucasie, les élites urbaines s’engagèrent dans le mouvement menchevik (1918-1921) ; nombre de Grecs s’alignèrent sur ce mouvement, estimant qu’il serait plus facile de préserver leur identité culturelle grecque et leur droit à la terre sous les mencheviks. Les paysans sans terre de la région de Tsalka et du sud de la Russie étaient, à l’inverse, largement favorables aux bolcheviks. Plus tard, ils constituèrent le noyau « dur » de l’appareil communiste grec, favorable à la collectivisation dès la fin des années 1920132.

  • 133 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 83-85.
  • 134 Yakubova Larisa 1999 ; 2008 ; Dmitrienko Maria et al. 2000.

77Dans la région de la mer d’Azov, certains villages participèrent activement à la cause révolutionnaire au côté de l’Armée rouge ; nombre de Grecs s’engagèrent dans les armées d’insurrection de Makhno ; d’autres combattirent avec les forces blanches du général Denikine133. À Mariupol, les divisions grecques « blanches » furent soutenues en premier lieu par la population urbaine. Mais il ne faut pas oublier qu’à cette période, le Donbass était majoritairement russe, ou russophone, et prolétaire. Au sein de l’intelligentsia, récemment diplômée des universités de Moscou, de Pétrograd, d’Ekaterinoslav, de Kharkov et d’Odessa bon nombre s’engagèrent dans le mouvement révolutionnaire. Il y eut aussi des surprises : parmi ceux qui initialement avaient soutenu le général Denikine et la Rada, bon nombre finirent par passer du côté de Nestor Makhno et de l’Armée rouge134.

  • 135 Yakubova Larisa 2008, p. 78-79, 305-308.

78« L’agressivité et la violence » des Blancs qui « cambriolaient et massacraient les villageois » étaient autant d’arguments qui expliquaient le succès des Rouges auprès de la population locale. Dans son journal, publié et annoté par Larisa Yakubova en 2008, Strionov, Ouroum du village de Kamara, explique que souvent les événements étaient fortement marqués par la « couleur locale ». Ainsi, au fur et à mesure que les soldats rentraient du front, des groupes armés étaient fondés en fonction de la situation sociale de chacun. En règle générale, les couches défavorisées et moyennes se mettaient d’un côté et les couches aisées de l’autre ; les soldats issus des couches aisées étaient généralement plus instruits que les soldats issus des couches défavorisées et des couches moyennes. Dans sa jeunesse, Strionov n’avait pas de préférences politiques spécifiques, mais il devint plus tard un communiste ardent, ce qu’il explique par un concours de circonstances : ses frères aînés connurent une mort brutale entre les mains des Blancs. Cela dit, à la tête des mouvements partisans, il y avait souvent des enseignants de village, c’est-à-dire, des personnes qui servaient de modèle et inspiraient la confiance135.

  • 136 Yali Savva 1931, p. 22 ; Černyševa Tatiana 1958, p. 36-37 ; Yakubova Larisa 1999.

79Entre décembre 1917 et janvier 1918, le pouvoir soviétique s’établit dans la ville de Mariupol et dans une dizaine de villages grecs alentours, souvent sous l’influence des soldats qui rentraient du front. Pendant l’été et l’automne 1918, la résistance à l’intervention étrangère prit un caractère de masse ; dans beaucoup de villages grecs, les paysans passèrent alors du côté de Makhno. Pendant le printemps et l’été 1919, des unités armées de Makhno furent formées dans les villages grecs de Mangouch, de Yalta, de Malyï Yanisol et de Tcherdakli136.

80Enfin, comment la Révolution a-t-elle été vécue dans les villages grecs de Mariupol ? « Nu kak ? Kak vezde… » (Comment ? Comme partout…), dit Maria Gaïtan de Sartana.

Beaucoup ont perdu leurs biens. On les a envoyés dans les camps, on leur a tiré dessus. Il y a eu énormément de morts chez nous. Ici, en face, on a pris la maison aux propriétaires, et on l’a donnée aux autres. Maintenant on l’a rendu aux premiers propriétaires. Et il y a eu beaucoup d’autres cas au village. Mon oncle Andrei était dans l’Armée blanche de Wrangel. Ensuite, il a attrapé le typhus et a été hospitalisé. En décembre 1919, quand l’Armée blanche a commencé à reculer hors de Mariupol, il a été évacué par le port. Pendant longtemps, nous ne savions pas ce qu’il était devenu. Puis, en 1940, nous avons appris qu’il était vivant et se trouvait en Grèce. Ensuite, en 1950, nous avons reçu une confirmation officielle selon laquelle il se trouvait en France. Nous n’avions pas de correspondance avec lui. En 1967, nous avons appris qu’il était mort en France. Il a laissé son héritage à notre parenté qui l’a refusé au profit des orphelins.

  • 137 Gaïtan Maria 2006, p. 16 ; entretiens avec Maria Gaïtan à Sartana, 1993-2009.

81Le grand-père de cette interlocutrice fut frappé par les répressions staliniennes alors que ses oncles, les six frères d’Andrei, furent envoyés en prison en Sibérie pendant dix ans137. Un demi-siècle plus tard, la fille aînée de notre interlocutrice épousa un Français et s’établit en France où elle dirige une école de musique.

Les conséquences de la Révolution bolchevique et de la guerre civile

  • 138 Sur « l’émigration blanche », voir, par exemple, Raeff Marc 1990 ; Struve Nikita 1996.
  • 139 Sur les Russes blancs à Nice, voir, par exemple, Ellis LeRoy 1988 ; Kaurinkoski Kira 1998.

82La Révolution bolchevique et la guerre civile en Russie provoquèrent des vagues d’émigration massives. Dans l’ensemble, près de deux millions de personnes quittèrent la Russie à l’issue de la Révolution138 ; parmi elles, il y avait des dizaines de milliers de Grecs. En 1992, menant une enquête sur l’émigration blanche à Nice139, j’ai rencontré un de ces Grecs, un comte dont la famille s’était établie en Russie au xviiie s. Lui-même était un ressortissant de Petite Russie, nom utilisé pour désigner l’Ukraine dans l’Empire russe dès 1654. Il n’est jamais retourné dans son pays d’origine.

  • 140 Chassiotis Ioannis 1997, p. 567 ; Notaras Andreas 2005, p. 220-221.
  • 141 Sur les réfugiés russes qui, à la suite de la Révolution de 1917, s’établirent en Grèce, voir Žalni (...)

83L’émigration en direction de la Grèce proprement dite fut particulièrement importante au départ des centres urbains du sud de la Russie, de l’Ukraine et du Caucase. Les premiers départs en direction de la Grèce eurent lieu en 1919. Pratiquement toute la population grecque d’Odessa (10 000 à 12 000 personnes) quitta la ville. Parmi les Grecs de Crimée, un grand nombre partit le 28 avril 1919, au moment de l’évacuation de Sébastopol. Selon les données du recensement soviétique de 1920 et celui de 1926, entre ces dates, la population grecque de Crimée diminua d’un tiers, passant de 23 848 à 16 036140. La famine de 1921-1922 provoqua aussi le départ de familles entières, vidant parfois les villages, vers la Grèce, notamment dans le Caucase (en Abkhazie et en Géorgie). Au début des années 1920, 60 000 Grecs avaient quitté le sud de la Russie pour Constantinople, Thessalonique ou Le Pirée. Sur les mêmes bateaux, il y avait aussi des Russes et des Ukrainiens qui quittaient leur « patries soviétisées » en quête d’un pays où ils se sentiraient en sécurité. Certains, entre 3 500 et 10 000, s’établirent en Grèce pour plusieurs décennies141.

  • 142 Fotiadis Konstantinos 1998, p. 66.

84Conformément aux estimations des consulats grecs et des communautés grecques de Russie, en 1919, la population grecque de l’Empire russe dépassait les 700 000 et se répartissait de la manière suivante : Transcaucasie, 195 000 ; le littoral de la mer Noire, 35 000 ; Kouban-Don-Terek-Stavropol, 130 000 ; Crimée, 70 000 ; Mariupol, 170 000 ; le reste de la Russie, 150 000142.

  • 143 Panagiotidis Theologos 1919, p. 14-15. Les réfugiés qui s’enfuirent en Russie pendant la Première G (...)

85Dans son livre, Ο en Rōssia ellīnismos, publié en 1919, Theologos Panagiotidis, membre du comité central de l’Union des Grecs de Russie estime le nombre de la population grecque à 665 000 (tabl. 3), tout en précisant que seule la moitié parle grec ; l’autre moitié serait russophone, tatarophone ou arménophone143.

Tabl. 3 – Répartition de la population grecque dans l’Empire russe d’après Theologos Panagiotidis.

Région de Kars (72 villages) 70 000
Région de Tsalka (43 villages) 50 000
Région de Batoum et Gouvernement de Koutaïssi, littoral caucasien de la mer Noire 20 000
Soukhoumi, Gagra, Adler, Sotchi, Touapsé, Novorossisk, Anapa et environs 80 000
Transcaucasie centrale et orientale 15 000
Nord-Caucase (Daguestan, Terek, Stavropol, Kouban) 100 000
Établissements autour de la mer d’Azov à l’exception de Mariupol 15 000
Mariupol et environs (23 villages) 170 000
Kherson, Nikolaïev, Odessa et environs 35 000
Crimée 60 000
D’autres populations dispersées à l’intérieur de la Russie 50 000
Au total 665 000

Panagiotidis Theologos 1919, p. 8-9; Fotiadis Konstantinos 1998.

  • 144 Karpozilos Apostolos 1999, p. 139 ; Petsalis-Diomidis Nicholas 1972, p. 224-226 ; Zapantis Andrew 1 (...)
  • 145 Kappeler Andreas 1994, p. 338.
  • 146 Notaras Andreas 2005, p. 40 ; Yali Savva 1931, p. 64 ; Agtzidis Vlassis 1997, p. 245.

86Selon d’autres estimations, peut-être plus réalistes, il y avait entre 400 000 et 550 000 Grecs dans l’Empire russe au moment de la Révolution bolchevique, dont 350 000 Grecs pontiques144. Selon le recensement russe de 1897, les Grecs étaient au nombre de 186 900, un chiffre qui correspond à 0,15 % de la population totale de l’Empire145. Le recensement soviétique de 1920 donne le chiffre de 203 050 Grecs en Union soviétique dont 103 968 en Ukraine, 23 848 en Crimée, 65 285 dans le Kouban et 25 065 dans la région de la mer Noire. La diminution de la population grecque entre 1897 et 1920 s’explique par le changement de frontières intervenus entre ces dates (l’indépendance des républiques de Transcaucasie, les faits que la Bessarabie soit passée à la Roumanie et Kars à l’Empire ottoman) et par des flux migratoires vers la Grèce. Selon le recensement de 1926, il y avait 233 515 Grecs en Union soviétique, dont 104 666 en Ukraine146.

  • 147 Après la révolution d’Octobre et jusqu’en avril 1920, l’ouiezd de Mariupol fut inclu dans le gouver (...)
  • 148 Chassiotis Ioannis 1997, p. 301, 375-376, 564.
  • 149 Notaras Andreas 2005, p. 40-41.
  • 150 Sur les politiques et les enjeux de comptage concernant les réfugiés, voir Harrel-Bond Barbara, Vou (...)

87Quelle était la situation dans la région de la mer d’Azov ? Selon le recensement de 1920 conduit pendant la guerre civile russe, 96 803 Grecs se trouvaient dans le gouvernement de Donetsk et 398 dans celui d’Ekaterinoslav147. Le recensement de 1926 atteste de la présence de 97 739 Grecs dans la région de la mer d’Azov : 64 238 vivaient dans le district de Mariupol et 32 502 dans celui de Stalino (aujourd’hui Donetsk). Sur la base de ces chiffres, on constate que, entre 1920 et 1926, la population grecque de la région de la mer d’Azov est restée largement inchangée148. Plusieurs auteurs grecs de l’époque, mais aussi actuels, ont mis en cause les chiffres des recensements soviétiques estimant que le nombre réel de la population grecque de l’Union soviétique à l’époque était bien supérieur. Les statistiques soviétiques continueront d’être contestées, par des auteurs grecs et soviétiques, ainsi que par les représentants des associations culturelles grecques, jusqu’au dernier recensement soviétique de 1989149. Selon eux, le nombre exact de Grecs serait plus important que ne le laissent penser les statistiques officielles. Par ailleurs, c’est aussi le cas en Ukraine actuelle : les chiffres mis en avant par la Fédération des associations grecques d’Ukraine sont bien supérieurs à ceux présentés dans les statistiques ukrainiennes officielles. Les lacunes dans les statistiques ne s’expliquent pas uniquement par le manque de critères de catégorisation, il s’agit aussi des politiques de comptage. La visibilité, ou au contraire l’invisibilité, peut être une fin en soi, pour ceux qui sont engagés dans ce processus statistique150.

88Au cours de la période révolutionnaire, il ressort qu’une grande partie des Grecs de Mariupol, à l’instar de ceux des régions de la mer d’Azov et de Donetsk de manière plus générale, ont soutenu les partisans des changements radicaux. Le nombre de ceux qui, à la suite de la Révolution bolchevique et de la guerre civile russe, ont quitté leur pays pour la Grèce est finalement limité. Le départ en Grèce et dans d’autres pays « libres » était surtout le fait des grands propriétaires, des familles marchandes grecques et de certains intellectuels urbains, qui n’étaient pas marxistes. La faim a aussi provoqué des départs. Dans d’autres communautés grecques, en particulier à Odessa et en Crimée, ainsi que dans le sud de la Russie, mais aussi dans certaines parties du Caucase, les départs vers la Grèce ainsi que d’autres pays européens étaient plus nombreux.

Notes

1 Karydis Vyron 1986, p. 65.

2 Chassiotis Ioannis 1997, p. 44-47, 196 ; Fotiadis Konstantinos 1998, p. 51-52 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 60-62.

3 Fotiadis Konstantinos 1998, p. 55-57.

4 Chassiotis Ioannis 1993, p. 56-57 ; Karydis Vyron 1986.

5 En Russie, le terme « colon étranger » est utilisé à partir des années 1760 pour désigner les migrants étrangers qui ont obtenu des terres de l’État russe à condition de les mettre en valeur.

6 Fotiadis Konstantinos 1998, p. 58 ; Chassiotis Ioannis 1997, p. 44-45.

7 Bruneau Michel 1995, p. 115 ; Xanthopoulou-Kyriakou Artemis 1993.

8 Cette citation d’Adamandios Koraïs est reprise dans Fotiadis Konstantinos 1998, p. 60.

9 Kessidi Feoharij 1994, p. 48-50 ; Fotiadis Konstantinos 1998, p. 60.

10 Griffiths David Mark 1979, p. 128-132.

11 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 68-70.

12 Sur les crypto-chrétiens du Pont, voir Bryer Anthony 1983, p. 13-68 ; Fotiadis Konstantinos 1993.

13 Cette présentation succincte des migrations grecques vers la Russie au xixe s. se fonde sur les travaux de Fotiadis Konstantinos 1998 ; Karpozilos Apostolos 1999 ; Pavlides Eleftherios 1953, p. 48-49 ; Panagiotidis Theologos 1919, p. 7.

14 Sur la politique russe des nationalités, voir Kappeler Andreas 1994.

15 Fotiadis Konstantinos 1998, p. 64-65.

16 Sifnaiou Evridiki 2009.

17 Yakubova Larisa 2010 ; Morozan Vladimir 2010.

18 Fotiadis Konstantinos 1998, p. 64-65 ; Pavlides Eleftherios 1953, p. 145-149 ; Papoulidis Konstantinos 1992, p. 112-133.

19 Chassiotis Ioannis 1997, p. 186-192 ; Ulunyan Artyom 1992.

20 Fotiadis Konstantinos 1998, p. 67-68.

21 Panagiotidis Theologos 1919, p. 14-15.

22 Chassiotis Ioannis 1997, p. 194-195 ; Voutira Eftihia 2011, p. 88-89.

23 Dascalopoulos-Capetanakis Sofia, Vernicos Nicolas 1996, p. 133-158.

24 Chassiotis Ioannis 1997, p. 194-195.

25 Gaïtan Maria 2006, p. 7. Selon Sokolov Ivan 2006, p. 67, le village de Sartana en Crimée comptait 743 habitants. C’est donc pratiquement tout le village qui a quitté la Crimée pour les rives de la mer d’Azov.

26 Pour une bibliographie annotée sur les origines des Grecs de Crimée, voir Aradžioni Margarita 1999 ; Ponomariova Irina 2006 ; Baranova Vlada 2010.

27 Fotiadis Konstantinos 1990 ; Karpozilos Apostolos 1999, p. 139-140 ; 1985 ; Aradžioni Margarita 2004 ; Kisilier Maksim 2009b, p. 9 ; Baranova Vlada 2010, p. 9. Selon Černyševa Tatiana 1958, les Grecs de Mariupol seraient plutôt des descendants des migrants byzantins.

28 Baranova Vlada 2010, p. 44-45.

29 À ce sujet, voir Chernukhin Eugène 2016b, p. 66-67. Sur les Ouroums de Crimée en particulier voir, par exemple, Dmitrienko Maria et al. 2000 ; Baranova Vlada 2010.

30 Karydis Vyron 1986, p. 64-67 ; Ivanova Yulia 2004, p. 115-116 ; Novik Aleksandr 2009, p. 66.

31 À la même période, environ 300 000 Tatars quittèrent la Crimée pour la Turquie. Voir Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 27.

32 Pour une présentation détaillée du transfert des Grecs dans la région de la mer d’Azov, voir Kaloerov Stefan 1998, p. 53.

33 Kaloerov Stefan 2012a ; 2012b ; Chernukhin Eugène 2014b.

34 Selon l’historien ukrainien Kuzminkov Lel1997, l’idée du transfert des chrétiens de Crimée sur le territoire russe était incluse dans les pétitions du métropolite Ignace de 1771. Kaloerov Stefan 1998, p. 20, ne partage pas cet avis.

35 Karydis Vyron 1986, p. 66-67 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 158 ; Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 25-27.

36 Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 25-28.

37 Le nombre exact de personnes concernées par le transfert de Crimée et le nombre de celles qui sont arrivées à destination sont différents d’un auteur à l’autre. L’existence de ce type de débat montre l’intérêt qui persiste pour ce sujet encore de nos jours. Selon les données qui figurent dans l’ouvrage publié par la Fédération des associations grecques d’Ukraine, 18 407 Grecs, 12 598 Arméniens, 219 Géorgiens et 162 Valaques furent concernés par le transfert de Crimée qui se fit à pied dans des conditions climatologiques et humaines difficiles. Voir Fédération des associations grecques d’Ukraine 2009, p. 346-349. Selon Kaloerov Stefan 1998, p. 18-19, 34-35, 16 788 Grecs furent transférés de Crimée dont 2 753 sont morts pendant le voyage. L’historien ukrainien Kuzminkov Lel1997 parle de 4 655 morts pendant le transfert. Voir aussi Karydis Vyron 1986, p. 66-68 ; Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 25-28 ; Aradžioni Margarita 1999.

38 Eton William 1798, p. 337.

39 Chassiotis Ioannis 1997, p. 56.

40 Parmi les vingt villages d’origine, dix-neuf furent fondés par des migrants grecs et un par des migrants géorgiens et valaques de Crimée. Voir Sokolov Ivan 2006, p. 67 ; Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009 ; Chernukhin Eugène 2016b.

41 Hartahaj Feoktist 2004, p. 260 ; Konop-LŠko Valentina 2008, p. 23. Selon une autre hypothèse, la ville aurait été nommée d’après Maria Fedorovna, l’épouse du futur tsar Paul Ier. Pour une discussion sur les origines du nom de la ville de Mariupol, voir Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 65-66 ; Ivanova Yulia 2004, p. 126-128 ; Konop-LŠko Valentina 2008, p. 20-23.

42 Ponomariova Irina 2006, p. 39.

43 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 65-66 ; Ivanova Yulia 2004, p. 120-125.

44 Sokolov Ivan 1932 ; Černyševa Tatiana 1958 ; Beletskij Andrei 1970 ; Baranova Vlada 2009, p. 79.

45 Ponomariova Irina 2006, p. 69.

46 Voir Hartahaj Feoktist 2004, p. 249-252 ; Ivanova Yulia 2004, p. 231; Yakubova Larisa 2008, p. 317-318 ; Ponomariova Irina 2006, p. 70-71.

47 Une partie de ces archives qui appartient à l’Association d’histoire d’Odessa est conservée à l’Institut des manuscrits de la Bibliothèque nationale d’Ukraine à Kiev, collection No 5. Sur les archives des Grecs de Mariupol, voir Chernukhin Eugène 2000, p. 442-445 ; 2016b.

48 Chernukhin Eugène 2000, p. 442-445 ; 2016b.

49 Politis Linos 2001, p. 4-5.

50 Le phénomène de la diglossie apparaît à l’époque hellénistique et, tout au long de la durée de l’Empire byzantin, la langue du peuple était déjà très éloignée de la langue officielle de l’État et de l’Église. Sur la langue dans l’Empire byzantin, voir, par exemple, Mango Cyril 1980.

51 Couroucli Maria 1985, p. 133-134 ; Couroucli Maria 2008.

52 Arapopoulou Maria 2001.

53 Drettas Georges 1998, p. 75.

54 Černyševa Tatiana 1958, p. 3-5.

55 Beletskij Andrei 1970, p. 7-8 ; Arapopoulou Maria 2001, p. 175-179. Sur les origines du dialecte romaïque des Grecs de Mariupol, voir Kisilier Maksim 2006 ; 2012.

56 Rybalko Aleksandr 2008, p. 8-9.

57 Voir Černyševa Tatiana 1958 ; 1964 ; Baranova Vlada, Viktorova Ksenia 2009, p. 97 ; Kisilier Maksim 2006 ; 2012

58 Mackridge Peter 1991, p. 338.

59 Aradžioni Margarita 1999, p. 4 ; Rybalko Aleksandr 2008, p. 8 ; Baranova Vlada 2009, p. 79.

60 Kandilapti Klaudia 2002, p. 500 ; Kisilier Maksim 2009b, p. 9.

61 Černyševa Tatiana 1958, p. 6-7.

62 L’ouiezd était, depuis le xiiie s., une ancienne subdivision administrative de l’Empire russe. Supprimée par Pierre le Grand, elle fut rétablie par Catherine II, en 1780, comme subdivision d’un gouvernement. Un ouiezd représentait alors de 20 000 à 30 000 habitants.

63 Dans les années 1802-1807, puis 1859-1917, l’ouiezd de Mariupol fut rattaché au gouvernement d’Ekaterinoslav (entre 1859 et 1873 comme subdivision de l’ouiezd d’Alexandrovsk). Le district grec de Mariupol (1807-1859) fut, pour sa part, rattaché à la municipalité (gradonačal’stvo) de Taganrog.

64 Yakubova Larisa 1999, p. 36-37 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 65-68 ; Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 27-33.

65 Chassiotis Ioannis 1997, p. 56-58.

66 Une desiatine est une mesure agraire équivalente à 1,0925 ha (1,09 km2).

67 Karydis Vyron 1986, p. 71-72 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 67-68.

68 Karydis Vyron 1986, p. 69 ; Sokolov Ivan 2006, p. 62 ; Chernukhin Eugène 2016b, p. 80.

69 Baldži Anatolij 2007, p. 224.

70 Selon la plupart des historiens, la ville de Mariupol aurait été fondée en 1780 par les migrants grecs de Crimée. À leur arrivée, il existait à cet endroit un village ukrainien constitué de cinquante-cinq maisons, peuplé de Polonais et de cosaques zaporogues. Selon une autre hypothèse, il s’y trouvait une ville nommée Pavlovsk. Pourtant, selon nombre d’auteurs, cette ville n’existait qu’à l’état de projet ; d’ailleurs, elle était censée être fondée quelques kilomètres plus loin. Voir Yakubova Larisa 2008, p. 287 ; Konop-Lško Valentina 2008, p. 18 ; Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 28.

71 Ivanova Yulia 2004, p. 116-117 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 158 ; Terentieva Natalia, Balabanov Konstantin 2008, p. 142 ; Animica Gennadij, Kisilier Maksim 2009, p. 60.

72 Nora Pierre 1984.

73 Karydis Vyron 1986, p. 69.

74 Chassiotis Ioannis 1997, p. 62 ; Sokolov Ivan 2006, p. 62.

75 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 67-68 ; Ivanova Yulia 2004, p. 134-135 ; Karydis Vyron 1986, p. 63.

76 Ivanova Yulia 1979, p. 74-91 ; 2004, p. 145-150, 162-163.

77 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 68 ; Ivanova Yulia 2004, p. 116-117 ; Sokolov Ivan 2006, p. 59-60.

78 Kappeler Andreas 1994, p. 54 ; Kolossov Vladimir, Galkina Tamara, Krindatch Alexei 1998, p. 91-93.

79 DŽuha Ivan 2008, p. 23, 27.

80 Jusque-là, il y avait à Mariupol des églises orthodoxes de rite grec où la liturgie était célébrée en grec. À l’instar des églises orthodoxes russes, les églises orthodoxes grecques dépendaient du Synode de Moscou.

81 Karydis Vyron 1986, p. 73 ; Ivanova Yulia 2004, p. 209.

82 Iouzovka était à l’origine un important centre métallurgique fondé par l’homme d’affaires gallois John Hughes, en 1869. De 1924 à 1961, la ville porta le nom de Stalino ; depuis 1961, elle est connue sous celui de Donetsk.

83 Ponomareva Irina 2010.

84 Ivanova Yulia 2004, p. 210-211.

85 Ivanova Yulia 2004, p. 272-273.

86 Yakubova Larisa 1999, p. 34 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 74.

87 Karpozilos Apostolos 1985, p. 102.

88 Un zemstvo est une sorte d’assemblée provinciale de la Russie impériale, créée en 1864. Ces assemblées, élues au suffrage censitaire, représentaient la noblesse locale et les riches artisans et commerçants. Elles furent dissoutes en 1918 par le pouvoir soviétique au profit des Soviets locaux.

89 Cette citation de Korf Nikolai A. 1868, p. 18, est reprise dans Baranova Vlada 2010, p. 65.

90 Baranova Vlada 2010, p. 64-66.

91 Voir Hartahaj Feoktist, « Христианство в Крыму » (Chrétienté en Crimée) (1864), republié dans Kaloerov Stefan 2004, p. 206-265 ; et le manuscrit « Язык умирающего греческого наречия » (La langue du dialecte grec mourant) (1859), publié par Černyševa Tatiana en 1959 puis republié en 2013 (p. 10-38).

92 Voir Yaruckij Lev 1991, p. 9-10 ; Kaloerov Stefan, « Ф. А. Хартахай » (F. A. Hartahaj), dans Kaloerov Stefan 2004, p. 7-75.

93 T. Chevtchenko (1814-1861), poète national ukrainien. Son chef-d’œuvre, Kobzar, recueil de poésies, parût en 1840. T. Chevtchenko est né à Mornitz, près de Kiev. Fils d’un serf, il perdit sa mère à l’âge de 9 ans et son père lorsqu’il en eut onze. Son enfance fut assez misérable : gâte-sauce, berger, ouvrier agricole, il était petit laquais lorsque son maître, Engelhardt, l’envoya apprendre la peinture à Moscou. En 1838, le poète Joukovski, le peintre Brullov et d’autres l’affranchirent, le rachetant pour 2 500 roubles. Il commença alors sa vie de peintre et de poète révolutionnaire. Il participa à des organisations et des mouvements patriotiques ; il connût la prison, l’exil, la surveillance policière et même l’interdiction de peindre et d’écrire. Chevtchenko est aujourd’hui honoré comme patriote ukrainien, mais il était aussi un révolté contre l’ordre social. À une époque révolue, les foules venaient se recueillir à son tombeau à Kiev. La coutume veut que, depuis l’indépendance de l’Ukraine, les jeunes mariés viennent y déposer des fleurs.

94 Voir Hartahaj Feoktist, « Слово над гробом Т. Г. Шевченко » (Éloge funèbre sur la tombe de T. G. Chevtchenko), publié en russe et en ukrainien dans Kaloerov Stefan 2004, p. 176-179.

95 Yakubova Larisa 1999, p. 42-48 ; 2004, p. 131 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 74.

96 Sur la situation linguistique des Grecs de Crimée et de Mariupol aux xviiie-xixe s., voir les travaux de Chernukhin Eugène 1994 ; 2005a ; 2016b.

97 Yakubova Larisa 2004a, p. 123.

98 Kappeler Andreas 1994, p. 344.

99 Yakubova Larisa 1999, p. 47-50 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 74.

100 Chassiotis Ioannis 1997, p. 80.

101 Panagiotidis Theologos 1919, p. 15.

102 Yakubova Larisa 1999, p. 47-50.

103 En moyenne, chaque maisonnée allemande disposait de 35,3 desiatines de terre cultivable. Chez les Grecs, ce chiffre était de 28,2, chez les Cosaques de la région de la mer d’Azov de 19,4, chez les Juifs de 18,6, et chez les anciens paysans asservis russes et ukrainiens de 9,6. Yakubova Larisa 1999, p. 44.

104 Ivanova Yulia 2004, p. 272.

105 Ivanova Yulia 2004, p. 272 ; Yakubova Larisa 2008, p. 8.

106 Tomazov Valerij 2010 ; Herlihy Patricia 1979, p. 413.

107 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 76 ; Chernukhin Eugène 2014b.

108 Notaras Andreas 2005, p. 368.

109 Kolossov Vladimir, Galkina Tamara, Krindatch Alexei 1998, p. 94.

110 Karpozilos Apostolos 1985, p. 102 ; 1999, p. 139-140 ; Panagiotidis Theologos 1919 ; Spiridonov Dmitrij 1930.

111 Chassiotis Ioannis 1997, p. 69.

112 Ces informations se fondent sur les travaux de Saenko Rena 2001, p. 190-196, d’Ivanova Yulia 2004, p. 216-218, de Procenko Arkadij 2006 et de Novikova Svetlana 2010.

113 Kappeler Andreas 1994, p. 303.

114 Portal Roger 1970, p. 72 ; Werth Nicolas 1993, p. 233-246 ; Joukovsky Arkady 1993.

115 Kowalewski Zbigniew 1989, p. 102.

116 Nestor Makhno (1884-1934) fut le chef d’un mouvement anarchiste en Ukraine dans les années 1918-1921. Il forma des unités de francs-tireurs dans le sud de l’Ukraine qui luttaient contre les Allemands et contre l’administration de l’Hetmanat. Il combattit tout pouvoir qui s’installait sur le territoire qu’il entendait contrôler. Il lutta souvent contre l’armée de l’UNR et s’allia à l’hetman Grigoriev, qu’il a ensuite tué. Il finit par s'allier aux bolcheviks et à l'Armée rouge. En août 1921, les bolcheviks anéantirent les unités de Makhno. Celui-ci se réfugia alors en Roumanie, puis en Pologne et finalement à Paris.

117 Werth Nicolas 1993, p. 241.

118 Kappeler Andreas 1994, p. 303.

119 Sherr James 2013, p. 25.

120 Kappeler Andreas 1994, p. 304.

121 Pipes Richard 1994, p. 142.

122 Au cours des années 1919-1920, des relations diplomatiques furent établies entre Kiev et certaines capitales européennes. Les autorités ukrainiennes essayèrent ainsi d’établir des relations commerciales avec la Grèce et d’ouvrir une mission consulaire à Athènes. Mais ces efforts restèrent sans suite. À Athènes, on avait décidé d’attendre la conférence de paix de Paris.

123 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 84-85.

124 Selon les statistiques présentées au congrès de Taganrog, en 1917, il y avait dans l’Empire de Russie 123 églises grecques où servaient 126 prêtres. À cette date, il n’y avait plus d’église grecque ou de prêtre grec à Mariupol ou dans la région de la mer d’Azov. Voir Fotiadis Konstantinos 1998, p. 68.

125 Sur les différents congrès organisés par les associations grecques de Russie entre 1917 et 1919, voir, par exemple, Notaras Andreas 2005, p. 214-221 ; Karpozilos Apostolos 1999 ; Chassiotis Ioannis 1997 ; Voutira Eftihia 2011.

126 Chassiotis Ioannis 1997, p. 246-250, 253-254 ; Karpozilos Apostolos 1999, p. 141-142 ; Yakubova Larisa 1999, p. 51-62 ; Pavlides Eleftherios 1953, p. 94-99.

127 Yali Savva 1931 ; Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 83-86.

128 Karpozilos Apostolos 1999, p. 141-142 ; Yakubova Larisa 1999, p. 51-62.

129 D’après les données fournies par l’Association des Grecs de Russie en 1932 qui représentait les communautés ayant émigré en Grèce dans les années 1916-1919 de Kherson, d’Odessa, du Kouban, de Donetsk, de Kiev, de Rostov, de Taganrog, de Novorossisk, de Baku et de Tiflis, la valeur des propriétés perdues représentait l’équivalent de 25 450 000 livres anglaises. Voir Pavlides Eleftherios 1953, p. 115-116 ; Chassiotis Ioannis 1997, p. 228.

130 Karpozilos Apostolos 1999, p. 143.

131 Sur la campagne des forces de l’Entente en Ukraine, voir Petsalis-Diomidis Nicholas 1972. Voir aussi Kataiftsis Dimitris 2014, p. 66-67.

132 Ioannidi Nikolai 1990, p. 26, 47.

133 Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 83-85.

134 Yakubova Larisa 1999 ; 2008 ; Dmitrienko Maria et al. 2000.

135 Yakubova Larisa 2008, p. 78-79, 305-308.

136 Yali Savva 1931, p. 22 ; Černyševa Tatiana 1958, p. 36-37 ; Yakubova Larisa 1999.

137 Gaïtan Maria 2006, p. 16 ; entretiens avec Maria Gaïtan à Sartana, 1993-2009.

138 Sur « l’émigration blanche », voir, par exemple, Raeff Marc 1990 ; Struve Nikita 1996.

139 Sur les Russes blancs à Nice, voir, par exemple, Ellis LeRoy 1988 ; Kaurinkoski Kira 1998.

140 Chassiotis Ioannis 1997, p. 567 ; Notaras Andreas 2005, p. 220-221.

141 Sur les réfugiés russes qui, à la suite de la Révolution de 1917, s’établirent en Grèce, voir Žalnina-Vasil’kioti Irina 2015 ; Divani Lena 1994. Sur les Grecs de Russie qui choisirent de retourner en Grèce, voir Zapantis Andrew 1982, p. 26 ; Chassiotis Ioannis 1997, p. 296-299 ; Kataiftsis Dimitris 2014, p. 103.

142 Fotiadis Konstantinos 1998, p. 66.

143 Panagiotidis Theologos 1919, p. 14-15. Les réfugiés qui s’enfuirent en Russie pendant la Première Guerre mondiale ne sont pas compris dans ces chiffres.

144 Karpozilos Apostolos 1999, p. 139 ; Petsalis-Diomidis Nicholas 1972, p. 224-226 ; Zapantis Andrew 1982, p. 25-26.

145 Kappeler Andreas 1994, p. 338.

146 Notaras Andreas 2005, p. 40 ; Yali Savva 1931, p. 64 ; Agtzidis Vlassis 1997, p. 245.

147 Après la révolution d’Octobre et jusqu’en avril 1920, l’ouiezd de Mariupol fut inclu dans le gouvernement d’Ekaterinoslav et par la suite dans celui de Donetsk. Les découpages administratifs faisaient souvent l’objet de changements.

148 Chassiotis Ioannis 1997, p. 301, 375-376, 564.

149 Notaras Andreas 2005, p. 40-41.

150 Sur les politiques et les enjeux de comptage concernant les réfugiés, voir Harrel-Bond Barbara, Voutira Eftihia, Leopold Mark 1992, p. 205-225, 218-220.

Table des illustrations

Titre Fig. 2 – La colonisation grecque en mer Noire.
Crédits Cepleanu Spiridon Ion — Travail personnel en fonction de Stier H.E. [dir.], « Westermann Grosser Atlas zur Weltgeschichte », 1985, p. 39, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=41343490, https://fr.wikipedia.org/​wiki/​Colonisation_grecque#/​media/​File:Pontos_Euxeinos.gif, consulté le 15 février 2017.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4169/img-1.png
Fichier image/png, 219k
Titre Fig. 3 – Le transfert des chrétiens grecs de Crimée sur les rives de la mer d’Azov en 1778-1780.
Crédits Об устройстве христиан-греков выведенных из Крыма [Sur l’installation des chrétiens grecs transférés de Crimée], Mariupol, Mariupol’skij kraevedčeskij muzej, s. d.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4169/img-2.png
Fichier image/png, 3,9M
Titre Fig. 4 – Les villages fondés par les chrétiens grecs de Crimée sur les rives de la mer d’Azov en 1779-1780.
Crédits Об устройстве христиан-греков выведенных из Крыма [Sur l’installation des chrétiens grecs transférés de Crimée], Mariupol, Mariupol’skij kraevedčeskij muzej, s. d.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4169/img-3.png
Fichier image/png, 3,7M
Titre Fig. 5 – Carte linguistique des lieux d’installation des chrétiens grecs en Crimée et des villages qu’ils ont fondés à leur arrivée sur les rives de la mer d’Azov en 1779-1780.
Crédits Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 67.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4169/img-4.png
Fichier image/png, 1,7M

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search