Version classiqueVersion mobile

Le « retour » des Grecs de Russie

 | 
Kira Kaurinkoski

Première partie – Les Grecs dans l’Empire Russe, dans l’Union Soviétique et en Ukraine

La crise ukrainienne : du conflit d’intérêts à la guerre dans l’Est ukrainien

Texte intégral

L’Ukraine a toujours été partagée entre ces deux pôles d’influence : la Russie et l’Europe. C’est une division classique et assez ancienne que révèlent de manière exacerbée les soulèvements des dernières semaines, mais cela ne doit pas être perçu comme un retour quelconque à la guerre froide. Pas plus que la Chine, la Russie ne cherche pas à exporter un quelconque modèle national, elle n’offre aucun système collectif alternatif aux États-Unis par exemple. Tout ce que veulent ces puissances, c’est prendre la tête de la course mondiale. On n’est plus dans des systèmes idéologiques qui s’affrontent, mais dans une logique de rivalités nationales […] La Russie, dont on oublie trop le type d’humiliation – à la fois sociale, économique et politique – qu’elle a subi dans les années 1990, avec un PNB réduit de moitié, une influence largement diminuée sur le plan international, etc., veut retrouver son influence. Pour Poutine, qui a souvent dit que la plus grave catastrophe géopolitique du xxie siècle était la disparition de l’Union soviétique, il ne s’agit pas aujourd’hui de recréer une Union soviétique avec un système d’alliances de pays communistes à même de contester le modèle capitaliste occidental. Il s’agit de faire en sorte que la Russie soit respectée, quitte à ce qu’elle soit crainte et non aimée […] On a encore trop tendance à voir les choses de façon manichéenne : les bons d’un côté, les méchants de l’autre ; nous d’un côté, eux de l’autre… Ce logiciel de lecture très « guerre froide » ne fonctionne pas dans un monde aussi pluriel et divers que le nôtre.(Boniface Pascal, « Partout dans le monde, l’opinion publique prend le pouvoir », Le Nouvel Économiste [26.02.2014]).

  • 1 Vercueil Julien, « Aux racines économiques du conflit ukrainien », Le Monde diplomatique (juillet 2 (...)
  • 2 L’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne est finalement signé le 21 mars et le (...)

1Les racines de la crise ukrainienne sont visibles dès la fin des années 2000 lorsque deux projets d’intégration régionale prennent forme et conduisent le pays à un dilemme : association avec l’Union européenne ou union douanière avec la Russie ? Les termes de ce choix cornélien ne tiennent pas compte de la réalité économique et sociale de l’Ukraine1, qui relève d’une bien plus grande complexité. La décision du gouvernement ukrainien, fin novembre 2013, de ne pas signer l’accord d’association avec l’Union européenne marque le début de la crise2. Des manifestations de grande ampleur se déclenchent aboutissant alors, le 22 février 2014, à la fuite puis à la destitution du président pro-russe Viktor Yanoukovitch. La colère populaire est dirigée notamment contre la corruption du régime.

  • 3 Le 28 septembre 2016, le parquet néerlandais présente les conclusions préliminaires de son enquête, (...)

2Un nouveau gouvernement, dirigé par Arseni Iatseniouk est mis en place. En réaction, la Crimée proclame son indépendance et vote pour son rattachement à la Russie. Plusieurs autres provinces ukrainiennes à forte population russophone, notamment le Donbass, vivent des soulèvements similaires et organisent à leur tour des référendums d’autodétermination afin de se séparer du gouvernement ukrainien en place. Mi-juillet, un vol Malaysia Air reliant Amsterdam à Kuala Lumpur qui survolait le Donbass est abattu en plein ciel près de la frontière russe, tuant les deux cent quatre-vingt-dix-huit personnes à bord et amplifiant la crise diplomatique : l’armée ukrainienne et les séparatistes prorusses s’accusent mutuellement d’avoir abattu l’avion3.

  • 4 Moshes Arkady 2015, p. 3.

3Sur la place de l’Indépendance, « Maïdan », à Kiev, les drapeaux ukrainien et européen se côtoient, montrant à la fois l’attrait pour l’Union européenne et un nationalisme dirigé contre la Russie. En 2014, c’est la « Révolution de dignité », contre la « Révolution orange » dix ans plus tôt4. Le mouvement contestataire n’est que celui d’une partie de l’Ukraine ; dans le Donbass, les villes industrielles et les grands ports lui sont fortement hostiles. Le parti communiste d’Ukraine s’oppose au mouvement dès son émergence, refusant le rapprochement avec l’Union européenne, mais surtout les milieux économiques s’interrogent. Des mouvements dénommés « anti-Maïdan » par leurs dirigeants prennent forme à Sébastopol et à Donetsk. Les manifestants considèrent les proeuropéens de « Maïdan » comme des fascistes, qualificatif qu’emploient également le Kremlin et une grande partie des médias russes à leur égard.

4Fin février 2014, le parlement retire au russe comme à d’autres langues régionales, le statut de langue officielle dans treize des vingt-sept régions, situées essentiellement au sud et à l’est du pays. La réaction ne se fait pas attendre. Début mars, des manifestations prorusses massives ont lieu dans les régions russophones du pays, notamment à Kharkov, à Donetsk et à Odessa. Le 7 avril, la République populaire de Donetsk est proclamée et les séparatistes annoncent la tenue d’un référendum sur le statut de la ville, le 11 mai. Le lendemain, la Russie fait savoir que l’utilisation de la force par les autorités ukrainiennes pour réprimer les protestations dans l’est du pays pourrait mener à une guerre civile. Le 15 avril, le président ukrainien par intérim, Oleksandr Tourtchynov, déclare que l’opération antiterroriste contre les séparatistes prorusses a débuté à Donetsk.

5Le 17 avril 2014, à l’occasion d’une réunion d’urgence à Genève, la Russie, l’Ukraine, les États-Unis et l’Union européenne se mettent d’accord sur le fait que les formations militaires illégales en Ukraine doivent être dissoutes et que toute personne occupant des bâtiments administratifs doit déposer les armes et quitter les lieux. L’accord comprend une possibilité d’amnistie pour tous les manifestants antigouvernementaux. Les séparatistes prorusses à Donetsk, appuyés par la Russie, refusent l’accord, provoquant ainsi les autorités de Kiev. Le 12 février 2015, une réunion tripartite entre l’Union européenne, la Russie et l’Ukraine, a lieu à Minsk où un cessez-le-feu est décidé (fig. 1). Une mission d’observation spéciale de l’OSCE est déployée dans le Sud ukrainien. En septembre 2017, le conflit reste non résolu alors que les combats perdurent. Il y a toujours d’importantes violations de cessez-le-feu, y compris avec emploi d’armes lourdes. La Russie refuse toujours de reconnaître l’existence de ses unités en Ukraine et parle de bénévoles.

Fig. 1 – La crise ukrainienne et les nouvelles frontières temporaires du pays après les accords de Minsk II.

Fig. 1 – La crise ukrainienne et les nouvelles frontières temporaires du pays après les accords de Minsk II.

Bourdeau Maxime, « Ukraine : la carte des nouvelles frontières temporaires du pays après le second accord à Minsk », Le Huffington Post [12.02.2015], http://www.huffingtonpost.fr/​2015/​02/​12/​ukraine-carte-frontieres-temporaires-accordminsk_n_6671250.html, consulté le 6 février 2017.

  • 5 Moshes Arkady 2015, p. 3-6. Voir aussi Judah Tim, « Will Ukraine ever Change? », The New York Revie (...)

6Dans son allocution au nouveau parlement élu, le 27 novembre 2014, le président de l’Ukraine, Petro Porochenko déclare que le pays vit dans des conditions de guerre, précisant que la menace militaire étrangère qui pèse sur le pays sera de longue durée. Il souligne la dimension existentielle de la menace se référant à la « guerre patriotique de 2014 », créant ainsi un parallèle avec la « grande guerre patriotique », expression utilisée en Union soviétique et en Russie pour la Seconde Guerre mondiale. Le symbolisme est lourd. L’économie du pays ainsi que ses institutions sont en piètre état et nécessitent d’importantes réformes, la corruption est endémique. Selon Transparency International, en 2014, l’Ukraine était parmi les pays les plus corrompus au monde occupant la 142e position parmi 175 pays. D’autres analystes qualifiaient l’Ukraine d’État défaillant (failed state)5.

  • 6 Gutterman Steve, « Observers: Fighting Flares in Eastern Ukraine, Residents in “Dire” Situation », (...)

7Le coût humain du conflit dans l’Est ukrainien a été énorme : plus de 10 000 morts et plus d’un million six cent mille personnes déplacées au printemps 2017, sur fond d’absence de progrès des négociations de paix, prévient un rapport de l’ONU6. Dans la région de Donetsk, quarante-huit villages habités par des Grecs d’origine ont subi les conséquences des hostilités. Un grand nombre de ces personnes ont été obligées de quitter maisons et lieux d’habitation traditionnels. Plus de cent ont payé de leur vie. D’autres s’accrochent et refusent de quitter leur village, leur maison. Selon la présidente de la Fédération des associations grecques d’Ukraine, Alexandra Protsenko-Pitchadji :

  • 7 Koutroumanou Vassilis, « Η Μαριούπολη των Γραίκων ζητά βοήθεια », Protagon (28.05.2015).

La situation est terrifiante. On ne comprend pas cette guerre, ni sa raison d’être. Le gouvernement ukrainien aussi a fait des erreurs, il n’a pas compris ce que voulaient les séparatistes. Le gouvernement a coupé les retraites et les salaires dans les territoires occupés. Il n’y a pas d’électricité. Il n’y a pas de gaz. Il n’y a pas de médicaments. Les vivres parviennent difficilement. C’est une tragédie pour les Grecs qui vivent dans cette zone. Les paysans ne sèment pas. Ils se contentent d’un morceau de pain et d’eau, espérant la paix7.

  • 8 « Украинский Мариуполь – не столько вопрос патриотизма, сколько здравого смысла, – Пахоменко. Интер (...)

8La Fédération des associations grecques d’Ukraine s’est systématiquement prononcée pour le respect de la souveraineté territoriale d’Ukraine. Au sein des populations locales, les avis semblent partagés. Dans le cas de la Crimée, il paraît que nombre de Grecs étaient satisfaits d’être à nouveau rattachés à la Russie. Dans la région de Donetsk et à Mariupol, la situation est différente. « Aujourd’hui, Donetsk est une ville divisée, Mariupol est ukrainienne. Ce n’est pas tant une question de patriotisme que de sens commun. Il n’y a pas de meilleures alternatives en vue8 », déclare Sergei Pahomenko, historien de l’université d’État de Mariupol. Un Grec de Mariupol s’exprimait ainsi :

La Russie n’a pas besoin de nous. Elle nous a abandonnés, et à sa place aujourd’hui, on a la République populaire de Donetsk. Des gens avec des armes sont apparus et ont pris contrôle de la situation avec des méthodes mafieuses […] Le gouvernement ukrainien était corrompu jusqu’à la moelle.

9L’informateur en question conclut qu’il préfère vivre dans un « vrai pays, où il peut donner des perspectives à ses enfants, pas dans une Transnistrie », se référant ainsi au conflit gelé de Transnistrie entre la Russie et la Moldavie. 

  • 9 Dajgorodova Nonna, « Сколько стоят жизни греков Приазовья? » (Combien coûtent les vies des Grecs de (...)

10Selon le directeur de l’Agence chargé du développement de la région de la Côte d’Azov, K. Batojski, derrière ce conflit couvait, en réalité, la protestation sociale. Les gens n’étaient satisfaits ni des conditions de travail ni du développement de l’économie. Malmenés par différentes formes de propagande, ils ont mal interprété les événements qui avaient lieu sur la place de l’indépendance à Kiev. Des bandes ont traversé la frontière et ont pris Lougansk, ce qui a donné lieu à un conflit armé, tout à fait artificiel. Selon lui, désormais, il faut tout faire pour rétablir la paix9.

  • 10 Ormozadze Margarita, « Василис Пападопулос: “Греция готова помогать Украине, даже невзирая на собст (...)

11Les populations grecques d’Ukraine, qui sont au centre de cet ouvrage, ont reçu le soutien moral de la Grèce et de Chypre. Ces pays ont insisté sur le respect de l’unité territoriale de l’Ukraine, conformément à la politique de l’Union européenne : ils ont également envoyé des médicaments pour soulager les malades. Un certain nombre de blessés et de souffrants, parmi lesquels dix-sept soldats ukrainiens, ont été invités à se faire soigner directement en Grèce. D’autres ont été conviés à séjourner en Grèce pour « se reposer de la guerre »10. Il n’y a pas eu, cependant, de rapatriement des Grecs de Mariupol à l’instar de ce que l’on a constaté en Géorgie et en Arménie au début des années 1990.

La crise de crimée

12Contrairement au Donbass, la Crimée, n’a pas vécu de conflit violent. Les observateurs occidentaux interprètent largement l’annexion de la presqu’île par la Russie comme une réitération de l’intervention russe en Géorgie en 2008 qui a mené au séparatisme de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie. La politique de distribution de passeports russes en Crimée rappelle, elle aussi, ce qui s’est passé dans ces régions. Toutefois, la situation n’est pas comparable : le conflit en Géorgie a débuté par une agression géorgienne après plus d’une décennie de blocus économique. Ceci dit, dans les deux cas, l’un des principaux arguments invoqués par Poutine était la protection des citoyens. Un référendum sur le statut de la péninsule a été organisé le 16 mars 2014. Le vote a été largement favorable au rattachement de la Crimée à la Russie. Par conséquent, une grande partie de l’armée, des forces sécuritaires et de la police avait alors fait allégeance à la Russie après avoir soutenu les séparatistes. Les autres ont été désarmés et sont retournés en Ukraine. Les Tatars de Crimée ont été parmi les opposants les plus virulents de l’annexion. Le gouvernement ukrainien, l’Union européenne, les États-Unis et d’autres pays occidentaux ainsi que la plupart des pays membres de l’ONU ont rejeté la sécession unilatérale, ainsi que l’annexion de la Crimée, jugée illégale selon la loi internationale. Le gouvernement russe qui a célébré le premier anniversaire de l’annexion en grande pompe refuse de négocier un nouveau contrat susceptible de changer le statu quo actuel de la région.

  • 11 Katchanovski Ivan 2015, p. 84, 86-87.

13Il ne fait aucun doute que l’idée de l’intégration de l’Ukraine dans des structures européennes et atlantiques inquiète la Russie. L’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, en particulier, est considérée comme inacceptable, car elle présenterait une menace pour la Russie11.

14Cet ouvrage, qui analyse l’histoire des communautés grecques en Ukraine, essaye, entre autres, de montrer comment ce pays, à l’instar d’autres parties de l’Empire russe, est, depuis des siècles, multiethnique.

Territoires multiethniques et minorités

  • 12 Imart Guy 1994, p. 9.

15« Notre empire russe est une entité géographique ». C’est en ces termes que l’écrivain Andrej Belyj (1880-1934) décrivait son pays. Ou plus explicitement pourrait-on dire une entité étatique et territoriale, car le signifié russe comme le radical Rossia ne renvoient pas à un signifiant national, mais spatial12. La population de ce territoire était, quant à elle, d’une hétérogénéité culturelle remarquable.

16Dans l’Empire russe prémoderne, le critère d’identification le plus important était la religion. En règle générale, l’éducation en était fortement marquée. L’orthodoxie était la religion d’État. Depuis le début de la Moscovie, elle était étroitement liée à la personne du souverain et, depuis le xviiie s., totalement sous le contrôle de l’État. En règle générale, le statu quo des religions non orthodoxes était garanti. Si la population de l’Empire russe appartenait dans sa majorité à l’Église orthodoxe, la masse des Russes orthodoxes avait un niveau d’instruction inférieur à celui de la plupart des non-Russes non orthodoxes : Allemands, Estoniens, Lettons et Finlandais luthériens, Polonais catholiques, juifs ainsi que Tatars musulmans et lamaïstes de l’Est. Les Ukrainiens étaient eux aussi orthodoxes, mais leur culture avait été soumise depuis le xviie s. à de plus fortes influences occidentales, surtout polonaises. Cette influence occidentale était visible dans le système éducatif où le latin occupait une place importante. Le réseau des écoles élémentaires était bien plus dense qu’en Russie et, au xviiie s., les Ukrainiens étaient en effet plus alphabétisés, dans leur ensemble, que les Russes. Avec l’intégration de l’Ukraine à l’Empire russe, et par conséquent la russification progressive des élites et le développement d’un système éducatif laïque, cette avancée s’est peu à peu perdue.

17D’un point de vue identitaire, la langue s’avèrait d’une importance secondaire par rapport à la religion. Les langues de l’Empire peuvent grosso modo être divisées en deux groupes : celles qui étaient parlées et écrites par les couches sociales supérieures et les langues non écrites, parlées uniquement par les couches plus populaires. Seules les langues des élites non russes – le polonais, l’allemand, le suédois, le grec, l’arménien, le mongol, l’hébreu et le yiddish, le tatar de la Volga et le tatar de la Crimée ainsi que l’arabe – étaient reconnues par la Russie. Elles étaient utilisées dans l’enseignement et dans l’imprimerie. La plupart des langues non écrites des autres ethnies n’étaient pas prises en considération par le pouvoir central russe.

18La conscience ethnique russe et la foi orthodoxe faisaient ainsi partie des éléments unificateurs de la Russie prémoderne, sans en constituer toutefois de principes organisateurs pour l’Empire russe. La stabilité de la domination et la loyauté des sujets vis-à-vis du souverain et de sa dynastie avaient la priorité. La priorité du principe dynastique et de division en strates hiérarchisées sur l’appartenance ethnique et linguistique définissaient aussi les autres empires multinationaux prémodernes. Quand on compare sous cet angle l’Empire russe à d’autres États prémodernes, il devient clair que les États occidentaux, la France et la Grande-Bretagne, mais aussi la Pologne-Lituanie et l’Empire habsbourgeois avaient intégré de façon plus poussée leurs minorités ethniques que la Russie. Comment l’expliquer ?

  • 13 Kappeler Andreas 1994, p. 142-145.

19L’espace immense et sans cesse agrandi par une expansion constante, qui favorisait les migrations et la dispersion des populations, rendait difficile la concentration des installations et offrait des territoires de repli ; tout comme l’expliquent aussi une administration encore imparfaitement implantée et le malolioudstvo, le manque de cadres russes. Andreas Kappeler cite trois facteurs pour expliquer la préservation de l’hétérogénéité au sein d’un Empire russe centralisateur, autocratique et absolutiste : a) le retard des Russes quant au développement économique, à l’organisation sociopolitique et au niveau de l’instruction en comparaison avec beaucoup d’autres populations de l’Empire ; b) le recul, remontant au Moyen Âge, des vieilles traditions de symbiose transethnique ; c) la résistance des non-Russes. À cet égard, l’Empire russe se rapproche plus de l’Empire ottoman que des autres Empires multinationaux d’Europe occidentale. Le fait que le caractère multiethnique et multiconfessionnel de l’Empire russe se soit conservé jusqu’au xixe s. s’explique aussi par un pragmatisme ancestral envers les autres cultures et religions, ce qui renforce davantage la mise en parallèle avec l’Empire ottoman. À la suprématie militaire et politique du Centre répondait la supériorité économique, sociale et culturelle de la périphérie13.

Les groupes dynamiques de diaspora dans l’empire russe

  • 14 Armstrong John 1976.

20Tout comme dans les autres États prémodernes, les élites en Russie étaient cosmopolites. Le manque de Russes convenablement formés a obligé le gouvernement russe à recourir aux services de non-Russes, essentiellement des étrangers. À partir du milieu du xviiie s., de plus en plus de sujets non russes du tsar sont chargés d’importantes fonctions aussi bien dans l’économie que dans l’armée, la bureaucratie, la diplomatie, la science ou encore la culture, et participent activement à la modernisation de la Russie. Les « groupes dynamiques de diaspora », d’après la définition du politologue américain John Armstrong14, jouent ici un rôle tout à fait spécialisé : les Allemands et les Germano-Baltes dans la bureaucratie, l’armée et la science ; les Juifs, les Grecs, les Arméniens, les Tatars et les Allemands dans le commerce, l’industrialisation, la culture et la diplomatie.

21Les Grecs, comme les Arméniens et les Juifs, étaient également chargés d’importantes fonctions complémentaires dans l’Empire ottoman où trois millets, ou communautés religieuses non musulmanes, ont été reconnues par les autorités ottomanes : le millet grec orthodoxe (Rum), le millet arménien (grégorien) et le millet juif. Dans le millet grec ont été incluses toutes les populations des Balkans et de l’Asie mineure sous l’autorité du Patriarche orthodoxe de Constantinople. Dans le millet arménien ont été inclus les Arméniens et les autres populations religieuses chrétiennes monophysites – dont les Coptes d’Égypte et des groupes hérétiques comme les Bogomils. Contrairement au millet juif, reconnu par les autorités ottomanes au xixe s. seulement, les millets grec et arménien l’avaient été dès la chute de Constantinople, en 1453. Comme nous le verrons plus loin, beaucoup de ces Grecs passeront de l’Empire ottoman à l’Empire russe : s’ils se sont facilement intégrés, c’est peut-être parce que les deux empires fonctionnaient de la même manière et que les Russes étaient des coreligionnaires orthodoxes.

  • 15 Stamatopoulos Dimitris 2006, p. 253-255.

22Sous l’impératrice Catherine II, la Russie devient un État protecteur des populations orthodoxes de l’Empire offrant des opportunités de développement économique remarquables aux bourgeois et aux entrepreneurs grecs de la péninsule15. Depuis le Moyen Âge, les Grecs s’étaient multipliés en Ukraine dans le cadre des relations ecclésiastiques. Ainsi, nombre d’entre eux s’étaient installés en Russie et avaient joué un rôle important comme intermédiaires culturels et diplomatiques. Avec l’ouverture de la Nouvelle Russie (Novorossiâ), dès la fin du xviiie s., ils ont transféré leurs activités dans les villes nouvelles où avaient été fondées des colonies grecques en bordure de la mer Noire.

Le temps des influences occidentales en Russie

  • 16 Kreindler Isabelle 1977.

23Au xixe s., parallèlement à l’augmentation des influences occidentales, la Russie connut aussi le défi du nationalisme et de la modernisation. Dans la seconde moitié du xixe s., le statut juridique particulier des colons étrangers établis dans le sud de la Russie et en Ukraine est aboli. L’uniformisation administrative ainsi que la russification linguistique et culturelle passèrent au premier plan. Mais cette politique n’a pas été uniforme. À l’est et au sud, on s’efforça d’introduire le russe dans l’administration. Dans le centre et en Sibérie, en revanche, on encouragea le maintien des langues maternelles avec l’objectif de consolider ainsi l’orthodoxie. Cette politique missionnaire que l’on peut définir à l’aide de la formule bien connue comme étant « nationale par la forme et orthodoxe par le contenu » a également eu des répercutions lointaines sur la révolution d’Octobre, car il est probable que Lénine, dont le père avait activement participé à l’organisation d’écoles tchouvaches, avait trouvé là l’impulsion première pour sa politique des nationalités qui a, quant à elle, appliqué la devise « nationale par la forme, socialiste par le contenu »16.

24La pression la plus forte a été exercée sur les Ukrainiens et les Biélorusses dont les élites ont été largement intégrées. Les non-Russes orthodoxes (les Roumains de Bessarabie, les colons grecs et bulgares, les Géorgiens, animistes et musulmans baptisés) qui, par le biais de l’appartenance à la même confession orthodoxe, se trouvaient eux aussi rattachés à une « communauté russe » élargie. Les autres groupes (les Germano-Baltes, les Finlandais, les Estoniens, les Lettons, les colons allemands et les Azeris) avaient subi des pressions moindres. La distinction juridique entre les sujets « naturels » (prirodnyje) et les allogènes (inorodtsy), considérés comme appartenant à une race différente, a été fondamentale. Les inorodtsy, une catégorie introduite en 1822, ont été tenus à distance et acculturés par des méthodes souples. En règle générale, une politique de non-ingérence a été pratiquée à leur égard, comme dans le cas des musulmans d’Asie centrale. Le cas des Juifs, soumis depuis 1881 à la ségrégation et à la discrimination, était tout à fait particulier.

25L’objectif principal de cette politique différenciée était d’assurer la paix et l’ordre dans l’Empire russe. À la fin du xixe s., dans la partie européenne, la suprématie du russe avait succédé à la coexistence de différentes langues savantes et de cultures ayant pratiquement les mêmes droits. Cela dit, jusqu’à la Première Guerre mondiale, loyauté, compétence professionnelle et rang social étaient les principes de base du gouvernement tsariste ; ils étaient plus appréciés que la confession ou l’appartenance ethnique.

  • 17 Stamatopoulos Dimitris 2010, p. 241.

26Les mouvements nationaux et révolutionnaires qui ont vu le jour dès la fin du xixe s. représentaient un danger pour la stabilité et l’unité de l’Empire et ont été combattus par la répression, l’uniformisation et la russification. En 1917, des mouvements nationaux ont explosé dans presque toutes les ethnies non russes. Les revendications étaient à la fois nationales et sociales. Les mouvements nationaux autonomistes ont affaibli la position du Gouvernement provisoire qui se considérait comme le garant de l’intégrité de l’Empire. Au cours des années suivantes, la politique des bolcheviks ainsi que les événements liés à la Première Guerre mondiale ont provoqué la dislocation de la Russie multiethnique après trois siècles d’expansion. La fin de l’Empire ottoman, intervenue à la même période, a mis également un terme à la vision d’un monde « panorthodoxe » unissant les sujets chrétiens orthodoxes de l’Empire ottoman et du monde slave17.

  • 18 Cet aperçu historique succinct des principes organisateurs et identificateurs dans l’Empire russe, (...)

27La politique expansionniste et les soucis de sauvegarde du pouvoir ont absorbé, pendant des siècles, d’immenses ressources matérielles et humaines, ont favorisé une croissance extensive aux dépens d’un développement intensif et, par-là même, conditionné le retard de la Russie. Tant dans le cas de l’Empire russe que de l’URSS, la dislocation a commencé par le centre18. À chaque fois, le rôle de l’Ukraine a été décisif.

28Cette première partie examine la manière dont l’hétérogénéité des populations a été traitée sous l’Empire russe, puis sous l’URSS, et enfin en Ukraine. L’Empire russe et l’URSS ont connu des périodes d’ouverture pendant lesquelles le développement culturel de différentes populations a été toléré et même activement encouragé, mais aussi des périodes de fermeture, marquées par la mise en place de mesures plus ou moins répressives.

L’ukraine et la russie, une relation d’interdépendance ?

  • 19 Cette fameuse expression de Lénine est reprise dans Lorot Pascal 1993, p. 118.

29« Si l’Union soviétique perd l’Ukraine, elle perd sa tête19 », affirmait Lénine en 1922. Soixante ans plus tard, en décembre 1991, il ne s’est passé qu’une semaine entre la proclamation d’indépendance de l’Ukraine et la déclaration de Minsk (7-8 décembre 1991) signée par la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie, qui stipulait que l’URSS en tant que sujet du droit international et réalité géopolitique n’existait plus. Les Ukrainiens constituaient l’ethnie non russe de loin la plus nombreuse dans cet État.

30L’Ukraine est d’une importance exceptionnelle du point de vue économique et stratégique. De plus, la parenté linguistique, l’appartenance à l’orthodoxie et les siècles d’histoire commune ont toujours fait que, aux yeux des Russes, les Ukrainiens constituent un cas spécial. Depuis sa constitution en État souverain en 1991, l’Ukraine n’a rien perdu de son importance aux yeux du pouvoir central russe, tout en restant elle-même largement partagée entre différents pôles d’influence. Aujourd’hui, on en mesure les conséquences.

31Les relations historiques entre la Russie et l’Ukraine ont suscité de longs débats historiographiques. Pour les historiens ukrainiens, il existe une spécificité indéniable de la culture, de l’identité nationale et du passé ukrainiens. Selon eux, l’Ukraine a été réduite à l’état de colonie de l’Empire russe, puis de l’Union soviétique. Par contre, les historiens russes, aussi bien avant 1917 qu’après, n’ont cessé d’élaborer la théorie du berceau commun des trois peuples frères slaves : le grand russe, le petit russe et le biélorusse. Résultat de la politique de l’Empire russe et de l’URSS, la Russie et l’Ukraine ont été réunifiées, après divers intermèdes d’occupation étrangère. 

  • 20 La thèse de la naissance de la conscience nationale moderne en Ukraine, au xviiie s., a été défendu (...)

32L’ethnogenèse des Ukrainiens est une histoire complexe et controversée et ne peut être traitée ici. La formation de cette ethnie était, en tout cas, chose faite au xviie s. et les Slaves orientaux qui habitaient le sud-est de la Pologne-Lituanie et qui, le plus souvent se qualifiaient eux-mêmes de « Rous », se distinguaient clairement des Grands-russes ou des Moscovites20. Au sud du bas Dniepr, s’est organisé un État cosaque libre, la Sitch zaporogue. La fin du xvie s., avec l’Union de Brest, moment où l’État polonais tâche d’imposer à l’Ukraine le catholicisme romain, marque le début d’une chaîne ininterrompue d’insurrections cosaques et paysannes. Sous le commandement de Bogdan Khmelnitski, l’armée cosaque de la Sitch zaporogue conduit à un soulèvement de masse, qui détruit presque entièrement les rapports féodaux que la Pologne avait tenté d’introduire en Ukraine, ouvrant ainsi la voie à la constitution d’une société nouvelle et d’un État national. Face à une révolution qu’elle ne contrôle plus, la couche dirigeante cosaque aspire à négocier avec l’État polonais, pour obtenir droits et privilèges féodaux. Ses aspirations ayant été repoussées du côté polonais, elle se tourne vers Moscou. La convention de Pereiaslavl signée entre Moscou et l’hetman des cosaques, Bogdan Khmelnitski, en 1654, place l’État cosaque sous la protection de l’État russe. Cette convention et l’intégration progressive d’une partie de l’Ukraine à l’État russe sont analysées de façon très diverse par les historiens. Pour les historiens russes, Bogdan Khmelnitski est « un grand patriote qui a consacré sa vie à l’accomplissement d’une mission historique : celle de la libération de l’Ukraine du joug étranger et de sa réunification avec la Russie ». Pour les historiens ukrainiens, il a trahi la cause ukrainienne. En quelques décennies, la protection russe s’est transformée en domination. L’État cosaque a perdu toutes ses libertés, la paysannerie ukrainienne a été soumise aux féodaux russes, la culture ukrainienne a été asservie, la nationalité ukrainienne a été une réalité purement ethnographique symbolisée par la nouvelle dénomination officielle de l’Ukraine comme Petite Russie (Malorossiâ).

33La fin du xviiie et le début du xixe s. voient l’implantation de colonies militaires de paysans-soldats, la création de villages peuplés de paysans asservis et déracinés, du nord et du sud de la Crimée, ainsi que l’arrivée des colons étrangers. L’Ukraine, la « petite », mais aussi la « nouvelle » Russie, se peuple et devient, grâce à la richesse de ses terres noires (černozem), un grenier à céréales exportées depuis les ports de la mer d’Azov et de la mer Noire, ravitaillant différents pays de l’Europe. L’Ukraine recèle aussi des richesses minières, qui attirent des capitaux étrangers, alors que le bassin du Donets renferme d’énormes réserves de charbon cokéfiable, exploité dès le début du xixe s.

L’ukraine, un pays aux identités multiples et fracturées

34Au début du xixe s., trois Ukraines commencent à s’individualiser : une Ukraine industrielle, regroupant, de Kharkov jusqu’à Donetsk, une forte minorité russe ; une Ukraine agricole, avec Kiev pour capitale, qui rassemble la bourgeoisie locale et les élites intellectuelles ukrainiennes auxquelles le pouvoir tsariste, depuis les lois de 1863 et de 1876 (prohibition de la langue ukrainienne en tant que langue scolaire) interdit toute expression nationale ; et enfin, une Ukraine occidentale « périphérique » constituée de la Podolie, de la Volhynie et de la Ruthénie subcarpathique, intégrée à l’Empire austro-hongrois à la suite du troisième partage de la Pologne, à la fin du xviiie s. C’est là que s’exprime avec le plus de force – et avec la bénédiction des autorités locales – le sentiment national ukrainien.

  • 21 Shevel Oxana 2014, p. 161-163.

35Cette division, au-delà de la séparation est-ouest, est toujours d’actualité. Numériquement et stratégiquement important, le centre joue souvent un rôle régulateur entre l’est et l’ouest, en particulier lorsqu’il s’agit de prendre position sur des questions historiques, politiques, mémorielles, etc.21.

  • 22 Kuzio Taras, Wilson Andrew 1994, p. 34.
  • 23 Cette présentation succincte relative à l’histoire de l’Ukraine s’appuie sur différents travaux : W (...)

36Les dernières périodes d’indépendance connues par ce territoire remontent au xviiie s. (les derniers vestiges de l’autonomie cosaque dans l’Empire russe ont été abolis en 1781), puis à la brève et éphémère période des années 1917-1920, marquée par la tentation des gouvernements successifs de revitaliser le sentiment national. Par conséquent, au cours de la période moderne, le territoire ukrainien, dans le sens ethnolinguistique, n’a jamais été gouverné de manière uniforme. En 1945, la plupart des terres ukrainiennes ont été incorporées à la république soviétique socialiste d’Ukraine. Les parties orientales et méridionales de l’Ukraine n’ont pas vraiment été sous l’emprise des gouvernements ukrainiens indépendants des années 1917-1920 ni sous celle des forces indépendantistes des années quarante22. La Crimée, devenue l’un des principaux enjeux entre la Russie et l’Ukraine depuis 1991, avant son annexion à la Russie en 2014, avait été donnée à l’Ukraine par Nikita Khrouchtchev en 1954, à l’occasion du tricentenaire de la convention de Pereïaslavl-Khmelnitski. Polonaise pendant quatre siècles, puis russe et autrichienne (jusqu’en 1918, la Galicie et la Volhynie relevaient de l’Empire austro-hongrois), l’Ukraine ne peut même pas s’appuyer sur une tradition religieuse univoque : y coexiste, à côté de l’orthodoxie majoritaire, divisée en Église subordonnée à Moscou et Église autocéphale, l’uniatisme (Église gréco-catholique) et le catholicisme ainsi que d’autres confessions minoritaires. L’inexistence d’institutions politiques autonomes, l’absence d’un centre consolidateur comme l’église catholique en Pologne ou en Lituanie, ainsi que la diversité régionale et ethnique que présente l’Ukraine, ont rendu l’organisation d’un mouvement national uni difficile23. Malgré des alternances politiques, l’économie et la sphère politique continuent à pâtir de la consolidation institutionnelle depuis la chute de l’Union soviétique.

37Les chapitres qui composent cette première partie, examinent les modalités d’installation et d’enracinement des Grecs dans l’Empire russe, puis dans l’Union soviétique et en Ukraine. Les trajectoires et les stratégies identitaires de différents groupes, pontiques et mariupolites, seront également abordées dans ce cadre.

38Le premier chapitre traite des migrations grecques en direction de l’Empire russe et analyse la situation de différents groupes en fonction de leurs fondements historiques et culturels et de leurs modalités d’installation. Il étudie plus particulièrement la situation des Grecs de Mariupol, leur transfert de Crimée et leur installation sur les rives de la mer d’Azov, en Ukraine actuelle. Les stratégies adoptées par les populations grecques pendant la Première Guerre mondiale, la révolution russe et l’éphémère république d’Ukraine font également l’objet d’une analyse.

39Le deuxième chapitre examine la politique soviétique en matière de nationalités et de religion et montre comment les périodes d’ouverture politique et culturelle ont été suivies de périodes de fermeture et de répressions. Les mariages mixtes sont examinés en tant qu’élément de politique de brassage des peuples après la Seconde Guerre mondiale.

40Le troisième chapitre traite de la période noire des années 1930 et 1940, caractérisées par les répressions politiques staliniennes, la Seconde Guerre mondiale et les déportations. Il analyse leurs modalités et leurs raisons d’être et examine les similitudes et les différences selon le groupe concerné.

41Le quatrième chapitre porte sur la politique et les pratiques linguistiques en Union soviétique et en Ukraine. Il montre comment l’usage des langues maternelles a été tantôt encouragé tantôt découragé au profit d’une unique langue officielle. La mise en place de l’enseignement du grec après la perestroïka et la valorisation des différentes langues en milieu grec d’Ukraine sont également abordées.

42Le cinquième chapitre traite des dialectes des Grecs de Mariupol et d’autres formes d’expressions écrites et culturelles propres à ce groupe. Il s’agit de la presse écrite et de la littérature, mais aussi des études ethnographiques et folkloriques de même que des arts populaires.

43Le dernier chapitre de cette première partie examine la mise en place des associations culturelles grecques et les premiers liens des Grecs de Mariupol et d’ex-Union soviétique avec la Grèce après la perestroïka. Il montre comment on pouvait être Grec en Union soviétique et en Ukraine et explique pourquoi l’identité ethnique était si importante. Cette dernière fait ici l’objet d’une analyse en tant que réalité subjective dans le nouveau contexte de la mondialisation.

Notes

1 Vercueil Julien, « Aux racines économiques du conflit ukrainien », Le Monde diplomatique (juillet 2014).

2 L’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne est finalement signé le 21 mars et le 27 juin 2014 et ratifié par l’Union européenne le 11 juillet 2017. Il est entré pleinement en vigueur le 1er septembre 2017.

3 Le 28 septembre 2016, le parquet néerlandais présente les conclusions préliminaires de son enquête, affirmant que le missile BUK qui a abattu le vol MH17 en Ukraine a été tiré depuis la partie du territoire ukrainien contrôlée par les séparatistes, et que le missile comme la plateforme de tir ont été apportés là depuis la Russie. « Le missile qui a abattu le vol MH17 en Ukraine a été tiré depuis un secteur contrôlé par les pro-russes », Le Monde (28.09.2016).

4 Moshes Arkady 2015, p. 3.

5 Moshes Arkady 2015, p. 3-6. Voir aussi Judah Tim, « Will Ukraine ever Change? », The New York Review of Books (25.05.2017), http://www.nybooks.com/articles/2017/05/25/will-ukraine-ever-change/, consulté le 21 novembre 2017.

6 Gutterman Steve, « Observers: Fighting Flares in Eastern Ukraine, Residents in “Dire” Situation », Radio Free Europe, Radio Liberty (14.02.2016) ; Moshes Arkady, « A Year after Minsk-2. Does the Agreement Have a Future? », FIIA Comment 4/2016, The Finnish Institute of International Affairs (February 2016) ; Cummings Nick, « Death Toll in Ukraine hits 9160 UN Says », The New York Times (03.03.2016) ; Judah Tim (n. 5) ; Talles Olivier, « Le bilan de la guerre en Ukraine a dépassé les 10 000 morts », La Croix (14.06.2017) ; « The Number of Registered IDPs Decreased in 2017 », Reliefweb (06.03.2017), https://reliefweb.int/report/ukraine/number-registered-idps-decreased-2017, consulté le 21 novembre 2017.

7 Koutroumanou Vassilis, « Η Μαριούπολη των Γραίκων ζητά βοήθεια », Protagon (28.05.2015).

8 « Украинский Мариуполь – не столько вопрос патриотизма, сколько здравого смысла, – Пахоменко. Интервью » (Mariupol, l’ukrainienne – pas tant une question de patriotisme que de sens commun – Pahomenko. Entretien), http://www.0629.com.ua/news.print/767721, consulté le14 mars 2015.

9 Dajgorodova Nonna, « Сколько стоят жизни греков Приазовья? » (Combien coûtent les vies des Grecs de la région d’Azov ?), Мир и Омония 22 (03.06.-09.06.2015). Le choix d’Oleg est un film réalisé en 2016 par Elena Volochine et James de Caupenne-Keogh sur l’absurdité du conflit armé en Ukraine. Il prend le point de vue de deux jeunes hommes russes ayant rejoint les rangs des combattants volontaires antiukrainiens dans le Donbass.

10 Ormozadze Margarita, « Василис Пападопулос: “Греция готова помогать Украине, даже невзирая на собственные экономические трудности” » (Vasilis Papadopoulos : “La Grèce est prête à apporter son aide à l’Ukraine malgré ses propres difficultés économiques”), Forbes Украина (27.01.2016).

11 Katchanovski Ivan 2015, p. 84, 86-87.

12 Imart Guy 1994, p. 9.

13 Kappeler Andreas 1994, p. 142-145.

14 Armstrong John 1976.

15 Stamatopoulos Dimitris 2006, p. 253-255.

16 Kreindler Isabelle 1977.

17 Stamatopoulos Dimitris 2010, p. 241.

18 Cet aperçu historique succinct des principes organisateurs et identificateurs dans l’Empire russe, ainsi que du rôle joué par les différents groupes de diaspora en son sein se fonde largement sur le travail de Kappeler Andreas 1994.

19 Cette fameuse expression de Lénine est reprise dans Lorot Pascal 1993, p. 118.

20 La thèse de la naissance de la conscience nationale moderne en Ukraine, au xviiie s., a été défendue par Roman Shporluk, de l’université de Cambridge, lors du deuxième congrès des ukrainisants à Lvov, en 1993. Voir Maslowski Michel 1995 ; Kappeler Andreas 1994, p. 64.

21 Shevel Oxana 2014, p. 161-163.

22 Kuzio Taras, Wilson Andrew 1994, p. 34.

23 Cette présentation succincte relative à l’histoire de l’Ukraine s’appuie sur différents travaux : Werth Nicolas 1993, Urjewicz Charles 1993, Kappeler Andreas 1994, Maslowski Michel 1995 et Beissinger Mark 2002.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La crise ukrainienne et les nouvelles frontières temporaires du pays après les accords de Minsk II.
Crédits Bourdeau Maxime, « Ukraine : la carte des nouvelles frontières temporaires du pays après le second accord à Minsk », Le Huffington Post [12.02.2015], http://www.huffingtonpost.fr/​2015/​02/​12/​ukraine-carte-frontieres-temporaires-accordminsk_n_6671250.html, consulté le 6 février 2017.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4164/img-1.png
Fichier image/png, 607k

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search