Version classiqueVersion mobile

L’architecture de la Grèce au XIXe siècle (1821-1912)

 | 
François Loyer

Glossaire

Texte intégral

Abside : chœur d’église (le plus souvent en hémicycle, comme le nom l’indique).

Acrotère : ornement silhouetté aux extrémités d’un fronton. Par extension, le terme est utilisé pour désigner des antéfixes à l’extrémité d’une rangée de tuiles sur un toit.

Allège : partie du mur située entre le sol de la pièce et l’appui de la fenêtre.

Antéfixe : ornement (d’habitude en terre cuite) situé sur le devant d’une rangée de tuiles de couverture.

Attique : étage de couronnement de taille restreinte, situé au-dessus de l’entablement.

Antes : pilastres à l’extrémité d’un portique. In Antis : quand la façade imite celle d’un petit temple (naïskos), les colonnes isolées placées sous le fronton s’inscrivent entre deux antes qui masquent la tête des murs latéraux.

Arases : bandes de pierre ou de brique régulièrement disposées pour corriger l’horizontalité du mur. Alternant avec la maçonnerie, elles jouent de la différence de couleur entre matériaux.

Arbalétrier : les fermes de charpente sont composées de deux arbalétriers (pièces obliques qui suivent la pente du toit) associées à un entrait (pièce horizontale les rattachant à leur naissance) et, le plus souvent, à un poinçon (pièce verticale, elle rigidifie le triangle isocèle ainsi formé en le divisant en deux triangles rectangles égaux).

Aula : salle monumentale. Dans les universités germaniques, l’aula magna accueille les manifestations publiques (rentrée solennelle, remise de diplôme…).

Avenue : grande voie, souvent plantée, conduisant vers un monument ou un point d’intérêt majeur. Dans les villes, les voies convergentes vers le centre sont des avenues. Les cours ou les mails en sont des variantes à usage de promenade, situées en bordure de l’agglomération (sans être liées nécessairement à une perspective).

Architrave : dans l’architecture classique, l’entablement est constitué de trois éléments horizontaux superposés : l’architrave qui réunit les colonnes comme le ferait une poutre, la frise placée juste au-dessus (elle évoque les solives d’un plancher) et la corniche dont le débord marque l’extrémité du toit.

Archivolte : bandeau décoratif en faible saillie couvrant l’extrados (le dessus) d’un arc.

Avant-corps : partie d’édifice saillant en avant du plan de façade. L’arrière-corps est en retrait.

Balustrade : garde-corps composé de colonnettes tournées (balustres) prises entre un socle et un appui. À l’italienne, elle est purement décorative pour masquer la présence du toit.

Bâtière : forme de toit à deux versants peu inclinés, pris entre les pignons.

Beffroi : tour dotée d’une cloche pour sonner l’alarme. Associée à l’hôtel de ville et pourvue d’une horloge, elle est l’emblème des villes libres du Moyen Âge.

Belvédère : plateforme ou édicule d’où l’on peut admirer la vue, généralement au sommet d’un édifice.

Berceau : une voûte en berceau (ou plein cintre) a un profil en demi-cercle. Un berceau brisé correspond à un profil en arc brisé.

Bossage : la surface visible d’une pierre de taille peut être traitée de manière irrégulière. Surtout esthétique, l’effet d’animation qui en résulte est codifié : le bossage est réservé aux soubassements ou aux harpages d’angle, par contraste avec des parties d’aspect soigné comme les pilastres ou les chambranles de baie. Le bossage rustique met l’accent sur l’aspect brut du matériau dont la face est grossièrement taillée, alors que les joints sont finement réglés.

Boulevard : à l’origine, le boulevard, appartenant à l’enceinte, était une levée de terre plantée d’arbres et destinée à l’artillerie. Avec l’extension des villes, il se transforme en promenade publique le long de laquelle se concentreront les activités de loisir ainsi que le commerce de luxe.

Bow-window : à la différence de la bay-window, grande fenêtre en façade, le bow-window est une construction en saillie, elle aussi largement vitrée. Ce type de balcon fermé se généralisera à la fin du xixe siècle dans les immeubles d’habitation.

Campanile : tandis que le clocher se lie étroitement à l’église, le campanile (de campana, cloche) est une tour isolée remplissant le même office.

Candélabre : à l’origine, un chandelier à plusieurs branches. C’est aussi une forme de réverbère : mât d’éclairage, placé en bordure de trottoir (à la différence de la console, fixée au mur d’un édifice). Dans les arts décoratifs, il correspond à un ornement inspiré de l’antique fait de motifs floraux axialisés.

Casino à l’italienne : le casin ou casino est une maison de campagne ou une grande fabrique de jardin, de plan centré, dont les volumes étagés dégagent de grandes loggias et terrasses formant belvédère.

Châssis à guillotine : à la différence des ouvrants à la française (fenêtres à deux battants), ils sont constitués de panneaux vitrés coulissant verticalement. Leur usage est général dans les pays anglo-saxons ou nordiques.

Chien-assis : tandis que la lucarne rampante suit la pente du toit, le chien-assis (ou lucarne retroussée) se redresse à contrepente – d’où sa silhouette caractéristique, au nom évocateur.

Cimaise : moulure au sommet d’une corniche. La cimaise à tableaux est une moulure profilée, permettant de suspendre les œuvres le long du mur de la pièce. Par extension, le terme désigne les linéaires de murs disponibles pour l’accrochage des œuvres au musée.

Comble à surcroît : pour augmenter la hauteur du comble, la charpente de couverture est disposée sur un muret (le surcroît) prolongeant la maçonnerie au-dessus du plafond de l’étage.

Contrefiche : pièce oblique destinée à consolider un arbalétrier à mi-parcours, afin d’éviter le fléchissement du pan de toiture. Les contrefiches sont généralement associées au poinçon pour assurer la rigidité de la ferme de charpente.

Contreventement : renforcement destiné à éviter la déformation des structures, en assurant leur résistance à des poussées extérieures.

Console : élément en saillie sur la façade, supportant un balcon ou toute autre avancée.

Corniche : couronnement en saillie protégeant la façade du ruissellement des eaux. Elle est à modillons quand elle repose sur des petits supports sculptés, à ressauts quand elle se décroche au droit de chaque colonne ou pilastre.

Cul-de-four : voûte en quart de sphère, coiffant notamment l’abside d’une église.

Dais : corniche en saillie protégeant une niche ou une fenêtre. Elle est portée d’ordinaire sur deux consoles aux extrémités.

Doubleau : s’appuyant sur les piles des grandes arcades, il renforce les voûtes en les divisant par travées.

Échiffre : mur de soutien sur lequel repose les volées d’escalier.

Écoinçon : sorte de triangle en partie curviligne pris entre un arc et son cadre orthogonal.

Entablement : élément d’ordre classique (voir architrave).

Entrait : voir arbalétrier.

Escalier à l’impériale : il est composé de volées symétriques aboutissant à un repos d’où s’élance une volée droite aboutissant à l’étage (ou bien l’inverse).

Exèdre : élément d’architecture de plan semi-circulaire.

Fenêtre atticurge : ouverture légèrement trapézoïdale, l’appui étant plus large que le linteau. Pour corriger cet effet, le chambranle est à oreillons (ou à crossettes).

Ferme : partie de charpente qui supporte les versants de la toiture. Voir arbalétrier.

Fronton : tympan triangulaire à faible pente, délimité par des moulures saillantes. Dans l’architecture classique, la hauteur en est égale au cinquième de la largeur.

Garde-corps : barrière de protection face au vide, devant une ouverture.

Génoise : corniche formée de plusieurs rangs de tuiles canal disposées en saillie.

Gouttereau : mur de façade recevant les eaux de ruissellement de la couverture.

Harpage : chaînage dont les pierres sont alternativement larges et étroites, pour mieux assurer la liaison des maçonneries.

Huisseries : encadrement de porte ou de fenêtre. Par extension, on y inclut ces dernières.

Immeuble de rapport : construction divisée en plusieurs appartements destinés à la location (elle rapporte au propriétaire un revenu régulier). De nos jours, on distingue l’immeuble d’habitation de l’immeuble de bureaux.

Imposte : châssis fixe, généralement vitré, au sommet d’une porte ou d’une fenêtre. Dans l’architecture classique, la ligne d’imposte marque la naissance des arcs, dans la partie supérieure des baies.

Joints-rubans : dans la maçonnerie, il existe plusieurs types de joints – creux, affleurés ou saillants. Dans ce dernier cas, ils forment une sorte de ruban en faible saillie – d’où leur nom.

Lambrequin : ornement découpé en bois ou en métal, situé en haut d’une fenêtre ou bien à la naissance du toit. On l’associe volontiers au « style chalet » en vogue à l’époque romantique.

Lambris : habillage en bois de tout ou partie du mur dans une pièce. En fonction de leur taille et de leur place, on distingue les lambris bas des lambris d’appui et des lambris de hauteur.

Lanterneau : couverture ajourée, saillante au sommet du toit. Elle fait entrer la lumière zénithale à l’intérieur. Le principe en a été largement exploité durant la période romantique, notamment pour l’architecture religieuse (jour céleste).

Lattis : habillage de lattes cloutées sur un pan de bois. Parce qu’il est revêtu d’un enduit, il ne se distingue pas facilement de la maçonnerie – sauf qu’il est beaucoup plus léger, car les parois sont creuses.

Lésènes : pilastres faiblement saillants (appelés aussi bandes lombardes) permettant d’alléger le remplissage en maçonnerie. Leur rôle est surtout décoratif.

Ligne de postes : succession d’enroulements en forme de S, évoquant des vagues. En architecture, le motif sert à souligner les moulures.

Loggia : grand volume ouvert, situé en retrait du plan de façade (à l’inverse du bow-window). La plus illustre appartient au palais Farnèse, à Rome.

Mitron : sommet d’un conduit de fumée, scellé à la souche de cheminée. Il peut s’accompagner d’un chapeau décoratif en terre cuite, la mitre. Celles des maisons vénitiennes sont particulièrement imposantes.

Moellon : morceau de pierre utilisé pour la construction, il peut être mis en œuvre brut de carrière, organisé de manière plus ou moins régulière ou partiellement taillé pour présenter un aspect rectiligne et des joints réguliers (moellon équarri ou piqué). Il se distingue de la pierre de taille, dont toutes les faces ont été dressées avant la pose.

Modénature : moulures et profils des éléments d’ornement.

Naïskos : édicule commémoratif ou funéraire ayant l’aspect d’une façade de temple. Par extension, il désigne une façade à fronton et colonnes in antis (voir antes).

Narthex : vestibule d’entrée placé en avant de la nef d’une église. L’exonarthex est une sorte de galerie fermée donnant sur l’extérieur.

Oculus : fenêtre ronde.

Ordonnance : selon Vitruve, elle est la règle générale (τάξις) qui définit les rythmes et les proportions.

Ordres : ils sont l’application du principe d’ordonnance, codifié dans différents répertoires régionaux (dorique, ionique, corinthien, toscan, éolique, voire composite…). L’architecture romaine en a réglementé la superposition. On distingue également le « grand ordre » du « petit ordre » : l’un à l’échelle du volume bâti (ordre colossal), l’autre à celle de l’étage. Il peut aussi être à l’échelle de l’étage et à celle de la baie.

Panne : pièce de charpente reposant sur la ferme, à laquelle elle est perpendiculaire. La panne faîtière est au sommet, la ou les sous-pannes sur la pente du versant, la sablière à la naissance du toit.

Pavillon : volume de couverture à quatre pans, en forme de pyramide. Par extension, le terme désigne des parties d’édifices couvertes de la sorte ou même des petites constructions individuelles. C’est la raison pour laquelle il correspond aujourd’hui à une petite maison d’habitation, isolée de ses voisines et placée au milieu de la parcelle.

Perron : emmarchement devant la porte d’un bâtiment. Il est indispensable pour tout rez-de-chaussée surélevé. Comme le balcon, il se prête à la théâtralisation de la vie privée.

Persiennes : châssis menuisés dont les lamelles obliques laissent passer la lumière à la différence des volets pleins. Les persiennes à l’italienne (ou jalousies) comprennent une partie inférieure mobile qu’on peut relever.

Péristyle : portique à piliers ou colonnes enveloppant soit l’extérieur d’un bâtiment, soit le pourtour de la cour.

Piédroits : parties latérales d’une baie, incluant le chambranle, le tableau et la feuillure. Associés au linteau, ils forment le cadre de l’ouverture.

Pierre de taille : voir moellon.

Pignon : mur protégeant les extrémités de la charpente – d’où son profil en triangle. À l’intérieur du bâtiment, il est qualifié de refend.

Pilastre : évocation de la colonne par une saillie sur le nu du mur, dont il scande la surface en suggérant l’ordonnance d’un portique.

Poivrière : petite tourelle en maçonnerie coiffée d’un toit conique, elle est disposée en encorbellement dans les parties hautes d’une façade, pour en animer la silhouette.

Pots-à-feu : vases tournés, coiffés d’un motif en forme de flamme, au sommet d’une balustrade à l’italienne.

Repos : il interrompt la volée d’escalier, pour en éviter l’effet vertigineux. Le palier marque l’étage, le repos se situe entre deux niveaux.

Rinceau : bande décorative faite d’enroulements de feuillages, de fleurs, de fruits, parfois agrémentés de personnages, d’animaux, etc. (rinceaux peuplés).

Ronde-bosse : sculpture autour de laquelle on peut tourner. Elle se distingue du haut-relief et du bas-relief qui se détachent sur un fond.

Sablière : voir panne.

Serlienne : triplet d’ouvertures dont la partie centrale élargie est couverte par un arc en plein cintre, les parties latérales recevant un linteau situé à hauteur d’imposte. Variante de la loggia ou du naïskos, elle est particulièrement adaptée à la combinaison du grand et du petit ordre dans un même édifice.

Solive : élément de charpente de plancher, reposant sur une poutre ou fiché dans un mur. Le solivage supporte un plancher ou toute autre forme de sol.

Stylobate : socle de la colonnade d’un temple antique.

Tambour : bloc monolithe, cylindrique ou tronconique, formant les assises d’une colonne. Le mot désigne aussi l’étage de plan circulaire sur lequel repose la coupole d’un dôme.

Terme : sculpture figurant un personnage dont la partie inférieure du corps se confond avec un support géométrique (gaine). Ces formes hybrides se rapprochent des cariatides, dont elles partagent le rôle porteur.

Tiers-point : arc brisé dont le tracé s’inscrit dans un triangle équilatéral.

Tirant : renfort, généralement métallique (mais il peut être en bois), à la naissance d’une voûte ou d’une arcade dont il annule les poussées obliques.

Tour-lanterne : surélevée au-dessus des toits et très largement percée, elle fait descendre la lumière dans l’édifice. Son plan carré ou polygonal la distingue du dôme, dont la taille est beaucoup plus grande.

Transept : nef transversale qui croise perpendiculairement la nef principale juste avant l’entrée du chœur, dans une église. Un faux transept ne présente pas la même hauteur et la même ordonnance que la nef, dont il peut rester séparé.

Travée : élément de construction dont la répétition détermine la forme de l’édifice, elle inclut d’ordinaire les baies, les colonnes ou les voûtes qui régleront l’ordonnance. Son rôle est assez comparable à celui de la mesure en musique.

Tribune : galerie située à l’étage d’un édifice et ouvrant sur le volume principal. Dans les basiliques paléochrétiennes (notamment à Paros), les tribunes étaient réservées aux femmes selon la tradition judaïque. Contrebutant les efforts de la voûte, leur rôle est surtout constructif.

Triglyphe : la frise de l’ordre dorique est composée alternativement de triglyphes (éléments graphiques symbolisant les têtes de solives) et de métopes (panneaux de remplissage, souvent sculptés).

Triplet vénitien : triple baie, souvent traitée en serlienne et dotée d’un balcon, éclairant le salon central des palais vénitiens.

Trompe : les coupoles sur trompes reposent sur des portions de voûte en quart-de-sphère recoupées par un arc en plein cintre. Elles se distinguent des coupoles sur pendentifs, dont l’écoinçon est entièrement rempli par une portion de sphère prise entre les arcs dessinant la croisée.

Trumeau : portion de mur entre deux baies.

Tuileau : petite tuile mince. Le même mot désigne un enduit étanche à base de chaux et de brique pilée.

Voûte d’arête : elle est obtenue par le croisement de deux voûtes-tunnels, dessinant à leur rencontre des arêtes vives. Elle est donc nécessairement de plan carré ou faiblement oblong.

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search