Version classiqueVersion mobile

L’architecture de la Grèce au XIXe siècle (1821-1912)

 | 
François Loyer

L’esprit nouveau

Texte intégral

  • 1 Parmi tant d’autres, l’hôtel de ville de Sparte (par G. Katsaros, 1909) en est un bel exemple.
  • 2 Dans les îles au contact de la culture italienne ou anglaise, il y avait longtemps déjà que les éch (...)

1En cette fin du xixe siècle, le royaume de Grèce était un pays de fort contraste. Développement économique et progrès technique avaient profité à un petit nombre d’agglomérations : des ports, comme Le Pirée, Patras ou Syros dont la croissance avait été spectaculaire depuis l’Indépendance ; ou bien la capitale – née de rien, mais qui s’acheminait vers un statut de métropole bien au-delà de ses fonctions politiques. À l’opposé, une mosaïque de territoires ruraux continuait de vivre en autarcie, s’inscrivant dans une tradition inchangée depuis l’époque ottomane. Deux Grèce cohabitaient, dont le bagage commun se limitait à la langue ou la religion. En retraçant l’histoire de l’architecture néo-hellénique, nous n’avons évoqué ni les églises, ni les maisons de village où se perpétuaient des usages ancestraux. Et nous avons, la plupart du temps, laissé de côté les petites villes – l’écho de la capitale n’y parvenant que de manière indirecte, à travers quelques édifices importés1 ou dans l’usage ordinaire de produits manufacturés2. C’est à un autre univers que ces communautés appartenaient – à une culture populaire encore vivante et dont témoignaient la musique ou le costume, tout autant que l’architecture. La différence n’en était que plus frappante avec un monde urbain ayant assimilé, au moins en apparence, le mode de vie européen et ses standards d’organisation économique et sociale. Avec le temps, la distorsion s’accentuera. L’électricité ou le téléphone procureront un confort inédit dans la vie quotidienne des villes, tandis que l’apparition de l’automobile faisait prévoir des changements radicaux sur la nature et la rapidité des échanges :

  • 3 Petropoulou 2011, p. 185. La première rue asphaltée fut la rue Eolou en 1905, par The London Asphal (...)

Entre 1896 et 1906, les premières autos apparaissent à Athènes et en 1904 le métro Athènes – Pirée devient électrique. L’apparition de l’automobile implique des rues asphaltées et larges, par exemple la route de Sigrou [comprendre le bd Syggrou] en 1900. Le goudronnage des rues centrales par une entreprise anglaise en 1905 sont les premiers pas vers le monde de l’automobile. En plus, l’illumination des rues centrales donne l’image d’une ville riche aux visiteurs 3.

2Le basculement qui s’amorçait remettait en cause l’équilibre ville/campagne. Il ne fit qu’accélérer la métropolisation de la capitale, dont la croissance ne s’arrêtera plus. Ailleurs, la pauvreté du monde rural poussait à l’émigration, particulièrement vers le nouveau monde. Une telle situation n’était pas spécifique à la Grèce – on la trouve aussi bien en Italie ou en Espagne – mais elle contribua à la mutation accélérée du cadre de vie, dans un monde moderne qui n’avait plus grand rapport avec la tradition. Passée en si peu de temps de l’Orient à l’Occident, le pays allait aussi devoir abandonner ses usages ancestraux pour s’intégrer à l’univers industriel comme à la concurrence internationale.

Le désenclavement

  • 4 Berneron-Couvenhes 2007.
  • 5 Le Périclès, long de 53 m et doté d’une machine d’une puissance de 120 CV, atteignait 8,5 nœuds. Le (...)
  • 6 About 1854, p. 1.

3Encore fallait-il qu’on puisse accéder au pays de manière commode. Très tôt s’étaient établies des lignes maritimes qui desservaient le Proche-Orient depuis l’Italie ou la France – Brindisi, Ancône, Gènes ou Marseille… Mais le trajet était long : si l’on allait facilement à Corfou ou même à Patras depuis l’Italie, il en était autrement pour le reste du pays. La plupart des navires qui traversaient la Méditerranée faisaient escale à Syros avant d’atteindre Constantinople, Beyrouth ou Alexandrie. Rejoindre Le Pirée demandait un détour au large de la pointe du Péloponnèse – ce qui augmentait d’autant la durée du voyage. Cela n’empêcha pas le développement de compagnies, dont l’une des plus importantes fut celle des Messageries impériales (puis maritimes) basées à Marseille4. Fondée en 1851, l’entreprise fut équipée d’une importante flotte de bateaux à vapeur assurant la régularité du service, indépendamment des conditions climatiques : la ligne fut inaugurée, dès l’année suivante, par le paquebot Périclès – un navire à aubes, construit sur les chantiers de La Ciotat par le mécanicien anglais John Barnes. En 1855, il fut remplacé par un paquebot à hélice beaucoup plus perfectionné : le Danube, dessiné par l’illustre ingénieur Henri Dupuy de Lôme. En peu d’années, le développement de la marine à vapeur allait tout changer en termes de confort et de durée du trajet5 : « Le 1er février 1852, je m’embarquais à Marseille sur le Lycurgue ; le 9, je descendais au Pirée », note E. About en introduction à son ouvrage sur La Grèce contemporaine 6. Et d’ajouter :

L’Orient, qui passe pour un pays lointain, n’est pas beaucoup plus loin de nous que la banlieue. Athènes est à neuf jours de Paris, et il m’en a coûté trois fois moins de temps et d’argent pour aller voir le roi Othon dans sa capitale, que Mme de Sévigné n’en dépensait pour aller voir sa fille à Grignan.

4Dans la deuxième édition, il précise : « La rapidité des transports a fait de tels progrès depuis un an, qu’on peut aller en sept jours du Louvre à l’Acropole. » Quelques années plus tard, il en faudra moins de cinq pour effectuer le même trajet.

  • 7 Elle s’inspire, à moindre échelle, du plan lancé en 1878 par le ministre français des travaux publ (...)
  • 8 On a noté la proximité de silhouette de la gare du Péloponnèse à Athènes (1884, par E. Ziller) ave (...)
  • 9 À sa tête se trouvaient trois membres du corps des Ponts et Chaussées : Alfred Marie Rondel ingéni (...)
  • 10 Reprenant et complétant des ouvrages antiques, il permit la mise en culture de plus de 30 000 ha de (...)
  • 11 Il était le père du peintre Giorgio de Chirico, qui passa son enfance en Grèce.
  • 12 Également à voie métrique, elle a été réalisée de 1884 à 1887 par la Compagnie des chemins de fer P (...)
  • 13 Compte tenu de son importance (elle est l’épine dorsale de la nouvelle Grèce), elle est à voie norm (...)
  • 14 La Turquie s’était toujours opposée à cette liaison ferroviaire, comme le rappelle Puaux 1920, p. 3 (...)
  • 15 Je sais tout 1916 signale l’ouverture de la ligne, après l’achèvement du tronçon de 94 km entre Pap (...)

5Dans ce pays enclavé dont les seules communications se faisaient par la mer, l’accessibilité à la capitale depuis les régions n’était pas moins importante. Inscrite dans la politique de grands travaux engagée par le premier ministre H. Trikoupis entre 1882 et 1885, la construction d’un réseau de chemins de fer à l’échelle nationale7 devait avoir des conséquences bénéfiques au développement de la ville d’Athènes. Les deux gares du Péloponnèse (1884)8 et de Larissa (1904) en furent les terminus, renforçant son statut dans un pays en pleine expansion territoriale. L’opération s’inscrivait dans un vaste projet d’infrastructures élaboré par une mission française9 : cela allait de l’assèchement du lac Kopaïs (1883-84)10 à l’équipement des ports et leur connexion aux routes ou aux chemins de fer. Dès 1884, la Thessalie (libérée depuis 1881) était pourvue d’une voie métrique allant de Volos à Larissa (fig. 175), puis jusqu’à Kalambaka – la réalisation en fut confiée à l’ingénieur italien Evaristo de Chirico11. En 1887, une autre ligne était ouverte qui partait du Pirée pour rejoindre Patras12, dans le Péloponnèse. Enfin, de 1900 à 1908, la Société de Construction des Batignolles établit la ligne du Pirée à Larissa13 – bientôt prolongée vers Thessalonique, après la libération de la Grèce du Nord14. À l’achèvement de ces travaux, en 1916, la Grèce se trouva enfin reliée au reste de l’Europe par chemin de fer15 !

Fig. 175 — Evaristo de Chirico, Gare de Volos (1882).

Fig. 175 — Evaristo de Chirico, Gare de Volos (1882).

panoramio.com © Thanasis Germanos.

  • 16 Sa mort suspecte est à l’origine du scandale de Panama, dont il était également le financier.

6Simultanément s’était ouverte une voie maritime directe depuis l’Italie et la France par le canal de Corinthe (fig. 176), percé de 1882 à 1893 par l’ingénieur hongrois Béla Gerster sur des fonds réunis par le banquier parisien Jacques de Reinach16. Jusqu’alors, comme le note Gaston Deschamps, le trajet restait ardu depuis les villes d’Europe de l’Ouest :

  • 17 Deschamps 1892, p. 178.

7Aujourd’hui, ceux qui ont peur du mal de mer prennent leur billet à Paris, à la gare de Lyon, traversent l’Italie à toute vapeur, s’embarquent à Brindisi sur un bateau du Lloyd, touchent à Corfou, se transportent avec leurs malles sur un paquebot hellénique qui leur fait payer, par de fortes odeurs de saumure et d’huile, la brièveté charmante de la traversée, voient les maisons neuves de Patras, admirent le golfe de Lépante, abordent à Corinthe, où ils sont inévitablement affligés par la douane et consolés par le buffet, montent en chemin de fer, courent le long d’une corniche, entre la mer et des pentes abruptes, saluent, du fond de leur wagon, les noms illustres de Mégare et d’Éleusis, criés à pleins poumons par le chef du train, aperçoivent des montagnes de plus en plus chauves et des plaines de plus en plus stériles, entendent enfin, comme en un songe doré, ce cri triomphant : Αθήναι ! Αθήναι ! et descendent dans un pêle-mêle de gens qui s’embrassent, de bagages qui tombent, d’employés qui se querellent, sur le quai de la gare du Péloponnèse, vilaine bâtisse dans un terrain vague17.

Fig. 176 — Béla Gerster, canal de Corinthe (1882-1893).

Fig. 176 — Béla Gerster, canal de Corinthe (1882-1893).

EFA, Philippe Collet.

  • 18 Notamment les croisières, dont c’est l’âge d’or – voir Papakonstantinou 2011.

8Avec l’ouverture du canal de Corinthe, puis le branchement sur les voies de l’Orient Express, la Grèce sortait enfin de son isolement – au grand profit de l’industrie touristique18, dont le développement fut spectaculaire.

Tourisme et archéologie

  • 19 Joanne, Isambert 1861.

9Les publications permettent de juger d’une telle métamorphose. Le Guide du voyageur en Orient de Richard et Quétin était paru en 1851, l’année même de la création des Messageries maritimes. Il fut suivi dix ans plus tard d’un Itinéraire descriptif, historique et archéologique de l’Orient, par Adolphe Joanne et Émile Isambert19. Comme le rappelle Hélène Morlier, la Grèce n’était encore qu’une étape au cours d’un long périple en Méditerranée orientale :

  • 20 Morlier 2005, p. 17-41 (citations p. 18).

Un voyage complet prenait de douze à quatorze mois. On visitait l’Égypte en automne, le Sinaï et l’Arabie Pétrée en hiver, Jérusalem pour les fêtes de Pâques, la Syrie et la Palestine, puis l’Asie Mineure au printemps, Constantinople, la mer Noire et les principautés du Danube en été, puis enfin la Grèce au début de l’automne suivant. […] Il s’agissait d’une véritable expédition : on voyageait à cheval, à dos d’âne ou de chameau, on louait un navire pour la descente et la remontée du Nil. Surtout, on devait avoir obligatoirement recours au service d’un drogman, personnage-clé à la fois guide, interprète, organisateur et meneur d’hommes20.

10L’Acropole d’Athènes était certes un lieu prestigieux, les ruines du Parthénon et de l’Érechthéion particulièrement attachantes, mais qu’y avait-il d’autre à voir en Grèce qui justifie un pareil voyage ?

  • 21 Ibid., p. 21-22.

Peu de sites archéologiques étaient accessibles et surtout faciles à appréhender. […] À Mycènes, le voyageur pouvait voir la déjà célèbre porte des Lions, le « trésor des Atrées » et l’enceinte de la ville antique : c’était beaucoup ! […] De même, à Bassae, le temple d’Apollon […] était presque intact : la salle de culte et sa colonnade intérieure ionique étaient en place. […] Le long voyage jusqu’à Olympie ne permettait d’admirer sur place que le site […]. Il s’agissait plutôt d’une excursion sentimentale, car les vestiges recueillis avaient déjà été transférés au Louvre et il ne restait pratiquement rien sur place21.

11La parution en 1870 du guide de Karl Baedeker, Athènes et ses environs (publié en trois langues, il est extrait de celui consacré à l’Italie du Sud) signe le début d’un tourisme ouvert à une clientèle élargie. La visite de sites moins sommairement aménagés et celle des musées remplacent l’excursion pittoresque, avec son bagage de souvenirs littéraires. La deuxième édition du guide Joanne rédigé par É. Isambert sur la Grèce et la Turquie d’Europe (une reprise amplifiée du tome I de l’Itinéraire… de 1861) se fait l’écho de cette orientation nouvelle, qui donne à l’archéologie scientifique une place éminente :

  • 22 Revue politique 1873. Le Docteur É. Isambert, professeur agrégé à l’École de médecine de Paris, éta (...)

M. Isambert a dédié son guide à notre École d’Athènes, rendant ainsi un hommage mérité à ses principaux collaborateurs. Les travaux de nos savants qui ont exploré dans tous les sens la Grèce et la Turquie d’Europe ont en effet fourni les renseignements les plus complets sur les régions même les moins explorées. Plusieurs des membres de l’École d’Athènes ont même mis à la disposition de M. Isambert leurs notes de voyage. C’est ainsi que le touriste est guidé en Crète par M. Georges Perrot, dans l’île de Santorin par M. François Lenormant, en Thrace par M. [Albert] Dumont, etc. Avec de semblables collaborateurs, M. Isambert a fait plus qu’un guide de la Grèce et de la Turquie d’Europe, utile aux voyageurs, tous les jours plus nombreux, qu’attirent en Orient la facilité actuelle des communications et les chemins de fer ouverts en Turquie même. Son livre résume en même temps, sous une forme encyclopédique, l’histoire, l’état présent et les découvertes archéologiques faites sur ce sol célèbre22.

  • 23 À l’occasion du cinquantenaire de l’école, Th. Homolle, son directeur, en a retracé les circonstanc (...)
  • 24 Attribuée la même année 1873 à la France, la fouille de Délos avait été aussitôt engagée ; mais ell (...)

12Cette mutation est la conséquence du développement des écoles archéologiques étrangères. Longtemps, l’École française d’Athènes avait été le seul établissement implanté en Grèce23. Dans un contexte de rivalité consécutive à la guerre franco-prussienne, la création d’un Institut archéologique allemand fut confiée en 1873 à Ernst Curtius, conservateur de l’Altes Museum et professeur d’archéologie à l’université de Berlin. L’année suivante, il prenait la direction des fouilles d’Olympie dont l’Allemagne venait d’obtenir la concession pour dix ans. Par compensation, la France s’était vu attribuer le site de Délos24. Comme collaborateurs, Curtius s’adjoignit deux architectes : Friedrich Adler et Wilhelm Dörpfeld. Ce dernier allait devenir l’un des plus grands archéologues de sa génération. Collaborateur d’H. Schliemann, sur les sites de Troie en Asie Mineure (fouillé de 1870 à 1890) et de Tirynthe dans le Péloponnèse (1876 à 1885), il mit en cause l’absence de méthode de ses prédécesseurs et finit par imposer le recours à une datation par stratigraphie. La prééminence intellectuelle de la France se trouvait contestée par le développement d’une archéologie de terrain dont les exigences scientifiques étaient à l’opposé de ses propres méthodes, marquées par une trop longue tradition littéraire.

  • 25 Radet 1901 ; Étienne 1996 ; Valenti 2006.

13Pour répondre à un tel défi, son institution devait se rénover25. Orientaliste, spécialiste du sanskrit, É. Burnouf rompit avec la politique de prestige de son prédécesseur, Amédée Daveluy, en abandonnant la luxueuse maison Lemnienne de la place Syntagma pour se loger sur les pentes du Lycabette (actuelle rue Didotou) dans un bâtiment neuf (fig. 177) organisé autour d’une vaste bibliothèque :

  • 26 Schmid 1996, p. 127-151. Les citations de l’auteur sont extraites de Radet 1901, p. 164. Construite (...)

É. Burnouf « avisa, au pied du Lycabette, une solitude sans éponyme où l’on avait fait en 1871 un semis de pins ». Le gouvernement hellénique s’empressa d’octroyer ce talus rocheux et désert, et le 20 novembre 1872 Jules Ferry, au nom de la République française, posait « sur le sol offert par la Grèce comme un témoignage de l’amitié qui unit les deux nations » la première pierre de ce qui est devenu depuis le quartier des Pevkakia [Pins]26.

Fig. 177 — Eugène Troump, École française d’Athènes, 6 rue Didotou, Athènes (1873).

Fig. 177 — Eugène Troump, École française d’Athènes, 6 rue Didotou, Athènes (1873).

EFA, Eirini Miari.

  • 27 Il est possible qu’il ait pris le relais de l’ingénieur Piat, qui sera son conducteur des travaux s (...)

14Le projet fut confié à l’architecte E. Troump, qui venait de s’installer à Athènes27. Le parti est d’une grande simplicité, sans monumentalisme aucun : deux pavillons (l’un pour le directeur, l’autre pour les pensionnaires) encadrent une aile en retrait, dominée par le grand volume parallélépipédique du musée et de la bibliothèque. Latéralement, des portiques couverts en terrasse servent de dégagement aux pièces d’habitation. L’ensemble est isolé au cœur d’un parc qui en fait tout l’attrait. Le décor n’est pas moins sobre. Rythmées par des pilastres toscans de marbre gris, trois grandes arcades à chaque niveau indiquent la fonction de recherche dévolue au corps central. Au-dessus de la corniche à l’italienne, un petit frontispice couronne l’élévation : il est sobrement orné d’un médaillon figuré en terre cuite. L’inscription « École française » est gravée sur la frise du rez-de-chaussée. Juste au-dessus se situe le buste de Marianne, en bronze : porté sur une console de marbre, il participe au garde-corps de l’ouverture, se découpant sur le vide de la baie.

  • 28 Radet 1901, p. 165.

15Cette écriture dépourvue d’emphase a déconcerté : « constructeur de chemin de fer, [Troump] le héros préféré à tant d’architectes conçut son monument comme une gare : au centre, le hall des bagages ; à droite et à gauche, les pavillons de départ et d’arrivée »28. Dépréciatif pour l’auteur réduit avec mépris au statut d’ingénieur, le raccourci ignore la signification d’un parti éminemment rationaliste hérité de la tradition labroustienne : la symétrie est exploitée comme une figure incontournable, aidant à distinguer les éléments de programme et à les hiérarchiser. Quant à la retenue du décor, elle n’exprime pas un manque d’imagination qui confinerait à la pauvreté. Les contemporains n’ont certainement pas vu les choses sous cet angle : dans le contexte grec, un tel laconisme tenait de la déclaration d’intentions. Le parallèle avec les deux instituts archéologiques qui furent confiés à E. Ziller en apporte la preuve. La masse cubique de l’Institut allemand (1887-97) (fig. 178), 3 rue H. Trikoupi et 1 rue Fidiou, s’habille du décor des palais italiens : soubassement rustique, fenêtres-niches et harpages aux étages, attique souligné par un enduit ocre-rouge et balustrade de couronnement à l’italienne. Quant à l’Institut autrichien (1905), 26 boulevard Alexandras, il étage les masses d’une villa palladienne en plaçant un second étage sur le corps central à trois travées. Face aux conventions caractéristiques des programmes officiels, la nudité ornementale de l’École française affirme haut et fort la rigueur des positions intellectuelles propres au milieu universitaire. Le « style Jules Ferry » trouve ici l’une de ses premières applications, même s’il n’adopte pas encore l’appareillage en brique qui deviendra sa signature. L’occasion est bonne de rappeler combien, dans l’éclectisme, les données du programme influent sur le traitement architectural. Le même architecte a construit l’École française, le palais Negreponte-Louriotis et le Tribunal militaire : c’est dire qu’il faisait bien la différence entre monument et équipement, comme entre architecture publique et architecture privée.

Fig. 178 — Ernst Ziller, Institut d’Archéologie allemand, 1 rue Fidiou, Athènes (1887-1897).

Fig. 178 — Ernst Ziller, Institut d’Archéologie allemand, 1 rue Fidiou, Athènes (1887-1897).

François Loyer.

  • 29 On avait découvert en 1877 l’Hermès de Praxitèle, aujourd’hui au musée d’Olympie.

16L’École française d’Athènes ne devait pas se départir de cette attitude intellectuelle privilégiant l’efficacité à la représentation. Premier archéologue à occuper le poste de directeur en 1875, Albert Dumont s’attacha à rattraper le retard des études en créant des outils de recherche – notamment, le Bulletin de correspondance hellénique (fondé en 1877). Sa mort prématurée ne lui permit pas de prolonger les réformes, mais le relais fut pris par Paul Foucart. Ce dernier, qui avait prospecté le site de Delphes dès 1860, engagea la discussion avec le gouvernement grec pour en obtenir la concession. Elle était destinée à contrebalancer les succès des archéologues allemands à Olympie – dont les fouilles, commencées depuis 1876, donnaient des résultats prometteurs29. Au terme de longues négociations, ce fut son successeur Théophile Homolle qui réalisa l’ambitieuse opération de dégagement du site de Delphes entre 1892 et 1903.

  • 30 Glotz 1928. Soutenu par la Société archéologique aussi bien que par le premier ministre H. Trikoupi (...)

17La Grèce entendait bien ne pas être de reste. Entre 1881 et 1885, sous l’impulsion de l’éphore Panayotis Cavvadias30, fut entrepris le dégagement des ruines d’Épidaure : le théâtre antique, ainsi que le portique de l’Abaton étaient dans un tel état de conservation que le site devint bientôt une destination touristique imposée. Juste après, en 1885, l’archéologue devait prendre la tête de la fouille qui allait devenir la plus spectaculaire du siècle, à l’Acropole d’Athènes :

  • 31 Collignon 1890 (citation p. 836-837).

C’est lui qui a reconnu les vestiges de l’ancien temple d’Athéna, antérieur au Parthénon, et qui, non loin de là, a mis la main sur un véritable trésor. On n’a pas oublié quel retentissement ont eu ses premières découvertes. Toute la presse européenne a raconté comment, le 5 février 1886, en présence du roi Georges, ses ouvriers exhumèrent, près de l’Érechthéion, une admirable statue de femme, de style archaïque, bientôt suivie de six autres ; un véritable coup de fortune amenait au jour une série d’œuvres charmantes, enfouies depuis des siècles avec les débris accumulés par l’invasion des Perses31.

18Entre 1885 et 1889 fut ainsi découvert le plus bel ensemble qu’on puisse imaginer de statuaire de l’époque archaïque. Une partie en fut présentée à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889 à Paris. Pour les Français, cela ne compensait pas le fait qu’ils aient été écartés du chantier de l’Acropole au profit de W. Dörpfeld. L’heureuse découverte, en 1896, de l’Aurige de Delphes allait atténuer cette blessure d’amour-propre.

Un patrimoine national

  • 32 Durant l’entre-deux-guerres l’édifice est à nouveau agrandi, de 1925 à 1939, par A. Metaxas.

19Désormais, il y avait quelque chose à voir en Grèce. Cela ne pouvait que développer le tourisme, en incitant à la création de musées. Cependant, les équipements restaient à la hauteur des rares moyens disponibles : à l’extrémité orientale de l’Acropole, un petit musée en partie enterré avait été réalisé par P. Kalkos entre 1865 et 1874 pour accueillir les multiples découvertes faites sur le site – avant même celle des illustres Korês. L’achèvement, la même année 1874, du Musée national au 44 rue Patission apparaît, elle aussi, comme une première étape : E. Ziller devait, dès 1889, ajouter l’aile occidentale32, en rapport avec l’enrichissement permanent des collections. On était bien loin du misérable dépôt aménagé, au lendemain de l’Indépendance, dans la cella du Théséion sur l’agora antique.

20Dans le domaine de la réglementation, le pays était très en avance : les œuvres découvertes pendant les fouilles étaient conservées sur place, au lieu de rejoindre de grands musées européens – comme ce fut encore le cas en Turquie pour l’autel de Pergame, mis à jour durant les fouilles de 1900-13 (et aussitôt transporté à Berlin, où lui fut consacré un vaste édifice). C’est à Olympie que se concrétisa le mieux cette ambitieuse politique de présentation in situ, pour l’énorme matériel archéologique et scientifique accumulé à l’occasion des fouilles. Sur des financements apportés par le banquier A. Syggros, les architectes W. Dörpfeld et F. Adler réalisèrent en 1888 un imposant bâtiment (fig. 179) dont les longues galeries basses rythmées par des pilastres toscans cadrent un péristyle d’ordre dorique à deux colonnes in antis (leur silhouette ramassée évoque l’époque archaïque). Un peu plus loin, sur ce site planté d’oliviers lui procurant un bel ombrage, E. Ziller édifia dans le même répertoire néo-antique une jolie petite gare (1890-91) : le péristyle central, à quatre colonnes corinthiennes, est lui aussi cadré par des ailes basses que terminent deux pavillons ornés de frontons. L’accès au site devenait aisé pour les visiteurs, qui y trouvaient de quoi satisfaire leurs attentes.

  • 33 Ross et al. 1839. Les erreurs en ont été critiquées par Anastase Orlandos lors de la seconde anasty (...)

21Pour qu’elle devienne évocatrice, la visite nécessitait cependant un minimum de restauration des ruines. La première expérience avait été celle réalisée à l’Acropole d’Athènes pour la reconstruction du temple d’Athéna Niké (entièrement démoli en 1687 par les Ottomans) : les pièces éparses du monument furent retrouvées lors du démontage de la tour à laquelle ils avaient été intégrés. Assisté par Chr. Hansen et E. Schaubert, l’archéologue L. Ross en entreprit l’anastylose entre 1834 et 183833. En 1853, la démolition d’un bastion turc permit à l’archéologue Ernest Beulé et à l’architecte Ch. Garnier de redécouvrir l’entrée du site à l’époque romaine. Mais ce sont les aménagements consécutifs à la démolition de la tour franque, en 1888, qui apportèrent à l’Acropole les changements les plus visibles :

  • 34 Collignon 1890, p. 836-837.

On n’y accède plus par la vieille porte décorée d’inscriptions turques où avaient passé tant de générations de touristes ; […] il ne reste plus trace du bastion d’Odysseus Androutsos, le héros du Khani de Gravia ; l’inscription rappelant qu’il avait été construit « par le stratège des Grecs » a disparu avec lui. Les Propylées franchis, on aperçoit l’Érechthéion profondément déchaussé à sa base ; entre cet édifice et le Parthénon, on voit affleurer les vestiges d’un temple ignoré jusqu’ici et dont le plan se lit sans peine sur le sol soigneusement déblayé. Plus loin, c’est une entrée nouvelle de la citadelle, avec un fragment du mur pélasgique, et, devant la façade orientale du Parthénon, les ruines d’un temple de Rome et d’Auguste. Pendant tout l’été de 1888, le Parthénon lui-même a présenté un spectacle tout à fait imprévu, qu’il ne sera pas donné de longtemps de revoir. Entre le temple et le mur sud, construit par Cimon, s’ouvrait une large tranchée qui mettait à découvert un mur énorme servant de soubassement à l’édifice. Des ouvriers, les uns accoutrés de guenilles, les autres vêtus du pittoresque costume des îles, travaillaient avec une sage lenteur à transporter dans des couffes de jonc les terres et les débris accumulés ; d’autres roulaient, le long du mur d’enceinte, les tambours de colonnes épars çà et là depuis l’explosion de 1687. De longue date, pareille activité n’avait régné sur le plateau de l’Acropole, où la solitude habituelle était à peine troublée par quelques rares visiteurs ou par le pas nonchalant des vieux gardiens des ruines34.

Fig. 179 — Friedrich Adler et Wilhelm Dörpfeld, ancien musée d’Olympie (1888).

Fig. 179 — Friedrich Adler et Wilhelm Dörpfeld, ancien musée d’Olympie (1888).

© Fratelli Alinari, Antikensammlung der FAU, Antikensammlung ERlangen Internet Archive.

22La mise à nu du rocher de l’Acropole, allant jusqu’à déchausser les fondations des monuments antiques en supprimant toute trace des états postérieurs, était un acte radical : le produit d’une démarche analytique plus sensible à l’exposé scientifique des faits qu’au maintien de la couleur locale. Elle ne fut pas sans provoquer des protestations, certains allant même jusqu’à dénoncer le crime qu’elle constituait :

  • 35 Ibid., p. 837.

Dans le monde lettré, l’opinion s’est partagée en deux camps : les partisans fervents et exclusifs de l’antiquité classique, et ceux pour qui les souvenirs de l’histoire moderne sont également respectables. […] Il y a plusieurs mois, un journal d’Athènes publiait un article intitulé : « Sauvez l’Acropole ! » A l’en croire, elle n’était pas moins menacée qu’au temps de Xerxès ; des barbares contemporains allaient la mutiler et effacer les plus glorieux souvenirs de la guerre de l’indépendance. En réalité, c’est une question de mesure dans l’application du programme de M. Cavvadias. Personne ne regrettera la démolition de quelques pans de mur d’appareil byzantin ; mais donner à l’Acropole l’aspect d’une ruine neuve, soigneusement nettoyée, serait une grave faute de goût. C’est déjà trop qu’on l’ait flanquée de disgracieux terrassemens, pour épargner aux touristes quelques minutes de marche35.

  • 36 C’est dans le domaine des arts plastiques que la doctrine de la conservation-restauration a fait le (...)

23L’aménagement du site reste un sujet aussi sensible de nos jours qu’il l’était il y a un peu plus d’un siècle. Dans l’éternelle bataille pour la conservation, archéologues et défenseurs du patrimoine se sont bien souvent opposés. Les fouilles de l’Acropole ne furent qu’un épisode, au travers d’une longue histoire à laquelle la proclamation de la Charte de Venise, en 1964, n’est pas parvenue à mettre fin36.

  • 37 Provincia 1927, p. 182-185.
  • 38 « Paris a vu la semaine dernière, dans les galeries du premier étage dépendant de la galerie George (...)
  • 39 Balanos 1938. Ingénieur civil formé à Paris (sans doute, à l’École centrale), diplômé en 1887, N. B (...)
  • 40 Souvent attribuée par erreur à A. Orlandos, elle a été effectuée par N. Balanos en 1903, sous la di (...)
  • 41 L’entreprise fut complétée en 1938 par la restauration suggestive que réalisa Henri Ducoux de quelq (...)

24Juste après ces travaux, le tremblement de terre de 1894 donna aux archéologues français et allemands une nouvelle occasion de s’affronter. Selon la nécrologie d’E. Troump37, une polémique l’opposa au professeur Josef Durm, de Karlsruhe, que le gouvernement grec avait consulté sur les consolidations à entreprendre. En complément de J. Durm et de l’Anglais Francis Penrose – ce dernier connu pour ses relevés détaillés du Parthénon, comme pour ses observations sur l’entasis des monuments antiques – le Français L. Magne fut nommé au sein de la commission internationale chargée de la restauration du Parthénon38. Les techniques de redressement qu’il proposa pour la consolidation du revers de l’entablement dans l’opisthodome furent acceptées, et c’est E. Troump qui fut chargé de les appliquer sous le contrôle de la commission – à laquelle s’était adjoint W. Dörpfeld. Une telle mission révèle le savoir-faire acquis par les Français en matière de consolidation des structures, depuis le sauvetage de la basilique de Vézelay (1840-59) par E. E. Viollet-le-Duc ou de la cathédrale de Bayeux (1857-58) par Eugène Flachat. Les compétences des compagnons-charpentiers n’y étaient sans doute pas étrangères. Par la suite, l’architecte-archéologue Nicolas Balanos, lui aussi présent sur le chantier, consacra toute sa carrière à la conservation des monuments de l’Acropole39. La série des grandes restaurations sur les sites antiques s’acheva par l’anastylose du Trésor des Athéniens à Delphes, en 190340 (fig. 180). Elle fut également réalisée, parallèlement à l’ouverture du Musée archéologique, par N. Balanos sous l’autorité de Th. Homolle. Elle allait donner à ce site sauvage, en grande partie ruiné, le monument évocateur qui lui manquait pour retenir le visiteur41.

Fig. 180 — Nicolas Balanos, anastylose du Trésor des Athéniens à Delphes (1903).

Fig. 180 — Nicolas Balanos, anastylose du Trésor des Athéniens à Delphes (1903).

EFA, Philippe Collet.

Le mirage olympique

  • 42 Il en fut de même en Égypte, pour une clientèle principalement anglo-saxonne.
  • 43 Le dessin date de 1869 – voir Kasimati 2010, p. 110-111.

25La Grèce découvrait les bénéfices du tourisme, au plan économique42. Mais elle voulait aller plus loin dans le contexte difficile des années de crise qui avaient vu, en 1893, la faillite de l’État. Désireuse de compenser une situation excentrée, aux confins de l’Europe occidentale et de l’Asie, elle aspirait à rejoindre le concert des nations développées en participant à des grandes manifestations internationales. Il y avait longtemps que le gouvernement y pensait. L’organisation d’une exposition universelle n’étant pas à sa portée, l’idée lui était venue de relancer les jeux antiques. Dès 1856 leur rétablissement, que soutenait l’évergète Évangelis Zappas, avait été approuvé par le roi Othon. Il s’agissait d’associer aux épreuves sportives, des expositions artistiques ou même industrielles – expositions pour lesquelles fut engagée la construction du palais qui a gardé, depuis, le nom de son donateur. Les premières olympiades eurent lieu en octobre 1859, place Ludovice (aujourd’hui, Eleftherias), mais leur organisation défaillante fut l’objet de bien des critiques. Une seconde olympiade fut organisée dix ans plus tard, en octobre 1870, et attira près de 30 000 spectateurs. Le site choisi cette fois pour les épreuves d’athlétisme fut celui du stade antique, près du mont Ardettos. L’emplacement, reconnu dès 1836, avait été étudié en 1864 par E. Ziller (en même temps qu’un architecte, il était un archéologue attentif). Du monument, il donna une restitution graphique impressionnante43 sous forme d’un grand dessin (fig. 181) pris à vol d’oiseau du fond de l’hémicycle : dans le cadre d’un paysage encore intact de montagnes et de rochers, les gradins de marbre venaient buter sur un haut mur d’échiffre rythmé de pilastres encadrant une galerie à arcades. L’architecte avait évalué à 13 000 m3 les excavations nécessaires : à l’évidence, les travaux étaient trop considérables pour que ce rêve devienne réalité. Il fut donc abandonné et l’on se contenta d’un dégagement sommaire.

Fig. 181 — Ernst Ziller, projet de restauration du stade antique d’Athènes (1864), dessin aquarellé (1869).

Fig. 181 — Ernst Ziller, projet de restauration du stade antique d’Athènes (1864), dessin aquarellé (1869).

© Benaki Museum Neohellenic Architecture Archive.

  • 44 Étienne, Étienne 2004.
  • 45 Sur le mur du stade, bd Vasileos Konstantinou, une plaque rappelle, en dessous de celle consacrée à (...)

26La préparation des premiers jeux olympiques internationaux, prévus pour avril 1896, reposa la question de leur localisation. Il aurait été logique de retenir le site d’Olympie, mais plusieurs raisons s’y opposaient. La première est que l’on n’avait pas encore identifié l’emplacement du stade antique, durant les fouilles entreprises depuis vingt ans (le dégagement aura lieu beaucoup plus tard, en 1958). La seconde était d’ordre pratique : éloigné de tout moyen de transport, le site était d’un accès difficile pour les visiteurs étrangers attendus en nombre. La troisième était plus politique : gérée par les Allemands, la fouille d’Olympie provoquait l’irritation des Français (ils auraient préféré que les jeux se tiennent à Paris, en même temps que l’Exposition universelle de 1900). Dans ce contexte délicat fut à nouveau envisagée la reconstruction du stade antique d’Athènes44 (fig. 182). Ce n’était pas une mince affaire : la piste mesurait plus de 200 m de long sur 33 m de large. Elle était enveloppée de 44 rangs de gradins divisés par un palier, l’ensemble reposant sur un puissant mur de soutènement en calcaire. Au total, on devait pouvoir y accueillir 70 000 spectateurs. L’importance des financements nécessaires n’effraya pas le baron Pierre de Coubertin, qui voulait donner à cette entreprise une dimension véritablement internationale. G. Avéroff, richissime homme d’affaires installé à Alexandrie où il s’était spécialisé dans l’exportation du coton, fut sollicité : il accepta le défi, jusqu’à encourager une réalisation qui soit en matériau pérenne. C’est ainsi que les gradins furent entièrement exécutés, comme dans l’antiquité romaine, avec des marbres issus des carrières du Pentélique. Un tel projet ne pouvait se faire qu’à grande échelle, de l’extraction à la taille puis à la pose des blocs de pierre (réglés avec un soin comparable aux plus belles constructions antiques). L’architecte A. Metaxas le mena en un temps record, de 1893 à 189645. Tout l’orgueil d’une nation s’exprimait dans cette entreprise, qui manifestait la vitalité d’un pays frappé par la crise :

  • 46 L’orthographe de son nom de famille diffère en français ou en grec (il n’y prend qu’un seul « f » e (...)
  • 47 Le Temps 1893.

Puisque je parle des jeux olympiques, écrit Le Temps, je dois vous dire que l’on déploie une fiévreuse activité pour être prêts au jour fixé pour l’ouverture de ces jeux. Grâce au million donné par M. Averof46 et aux autres libéralités des particuliers, le Stade panathénaïque sort, comme par enchantement, de ses ruines. Sur les gradins, en marbre du Pentélique, pourront s’asseoir des milliers de spectateurs. Il n’y a pas, en effet, de plus vaste amphithéâtre au monde. Toute la population valide d’Athènes y tiendrait47.

Fig. 182 — Anastasios Metaxas, reconstruction du stade antique à Athènes (1893-1896).

Fig. 182 — Anastasios Metaxas, reconstruction du stade antique à Athènes (1893-1896).

EFA, Philippe Collet.

  • 48 Non plus que les bornes centrales en forme d’Hermès doubles dont on avait exhumé quelques témoignag (...)
  • 49 Fougères 1911, p. 113.

27Une telle opération, effaçant la trace des ruines antiques (en contradiction avec la notion de réversibilité, qui nous est aujourd’hui si chère), était aux limites de l’acceptable. D’autant que le nouveau stade reproduisait l’ancien dans ses grandes lignes, mais pas dans les détails. Les ruines laissaient voir les traces d’un propylée d’entrée, ainsi que d’un portique dorique à usage de promenoir au sommet des gradins. Ils ne furent pas restitués48. Certes, des raisons de temps et d’économie expliquent le choix d’un tel parti (le promenoir supérieur comptant à lui seul plus d’une centaine de colonnes), mais elles ne le justifient pas – d’autant qu’il aurait été possible d’effectuer une anastylose partielle, suffisante pour évoquer les dispositions d’origine. De même, le choix d’une exécution parfaite, trahissant la taille mécanique des blocs, est-il pour le moins surprenant. Poussant à l’extrême l’ambition d’un travail mené avec l’exigence et la minutie de l’archéologue (jusqu’à reconstituer la savante courbure des gradins, d’un effet graphique saisissant), la reconstruction poursuivait un projet radicalement opposé au rétablissement de l’exactitude historique dont elle se réclamait. Elle mettait le monument dans un état de neuf qui rende l’antique actuel – accentuant cette dureté que déplorait G. Fougères, lorsqu’il écrivait à propos du don de G. Avéroff : « C’est à cette libéralité, renouvelée d’Hérode Atticus, et d’ailleurs plus fastueuse qu’utile, que le monument doit cet aspect neuf, et ces contours secs, qui ont gâté l’ancienne harmonie du paysage »49. Dans sa nudité dépourvue du moindre décor, le stade affirme l’austérité et la puissance d’un langage en rupture avec l’héritage de l’éclectisme. Les lignes exactes des gradins de marbre, la géométrie sans concession de leur agencement en font un objet abstrait, d’une perfection redoutable, parfait outil d’un culte inconditionnel du sport. De ce point de vue, le stade panathénaïque fut l’un des tout premiers et des plus impressionnants bâtiments modernes à avoir vu le jour avant 1900. Il fera école dans les grandes réalisations sportives du xxe siècle.

D’indispensables réformes

  • 50 Elle fut l’œuvre du maréchal Colmar von der Goltz, commandant de la mission militaire allemande dan (...)
  • 51 Le traité de Constantinople limitait certes les pertes territoriales, mais condamnait la Grèce à un (...)
  • 52 Fils du philhellène Johann Alexandre Streit qui fit sa carrière en Grèce, Stéphane Streit fut profe (...)
  • 53 Ce dernier ne vit pas la réalisation du projet. Il quitta définitivement la Grèce pour se retirer à (...)
  • 54 Selon une étude consacrée à l’histoire de la banque (Notaras et al. 2008), l’ingénieur en question (...)
  • 55 Dès 1871, L. Caftanzoglou avait dessiné un projet en ce sens, après que la banque avait racheté l’a (...)

28Les jeux olympiques étaient à peine terminés que la guerre de Trente jours (avril-mai 1897) plongeait le pays dans un total désarroi : les troupes grecques furent écrasées par les forces ottomanes, dont la réorganisation par la Prusse50 avait fait un ennemi redoutable. Alors que la situation financière n’était déjà pas brillante depuis la faillite de 1893, il fallut régler une colossale indemnité de guerre en recourant à l’aide des nations protectrices51. On ne pouvait s’en sortir qu’en engageant de profondes réformes, visant à consolider le rôle de l’État. La restructuration du secteur bancaire en fut la conséquence, parallèlement à celle de l’armée. Le caractère symbolique de telles décisions était si fort qu’il s’incarna aussitôt dans la pierre. La nomination de Stéphane Streit52 comme gouverneur de la Banque nationale de Grèce, inaugura une nouvelle ère dans la vie de l’établissement. La transformation du siège social (1898-1901), 86 rue Eolou et 3-11 rue Georgiou Stavrou (fig. 183), fut confiée à E. Troump53 en collaboration avec l’ingénieur Balanos54, responsable de la conduite du chantier. Elle devait avoir pour effet de promouvoir l’édifice au rang des monuments majeurs de l’Athènes moderne. Initialement, il s’agissait de réunir deux constructions remontant à l’époque othonienne55, mais l’entreprise ne s’arrêta pas là. La façade principale, le long de la rue Eolou, fut entièrement recomposée : elle comporte aujourd’hui un soubassement général en calcaire bleu d’Éleusis suivi de deux étages percés de baies à dais et chambranle – régularisant les rythmes différents qui étaient ceux de la travéation dans les édifices d’origine. La longue horizontale de façade est scandée par trois avant-corps à colonnes et fronton, sur le modèle des loggias de la Renaissance. Doté d’un porche, le pavillon central est de proportion plus imposante – sa silhouette se découpant au-dessus de la ligne de corniche. L’ordonnance offre la majesté des façades du Louvre de Louis XIV, transposée dans un répertoire fidèle à la tradition nationale. Le détail vient en compenser la relative sévérité : dans la plus pure tradition néo-antique, palmettes et griffons de marbre sculpté soulignent les frontons. De part et d’autre du porche, deux guérites de marbre blanc apportent un peu de pittoresque à l’échelle humaine. De somptueuses grilles et deux lanternes, suspendues à des consoles de fer forgé, les accompagnent. L’ensemble est rehaussé par la polychromie discrète du matériau, associant pierre bleue d’Éleusis et marbre blanc du Pentélique à un enduit ocré qui accentue la perfection du dessin des parties vives.

Fig. 183 — Eugène Troump et Aristidis Balanos, transformation du siège de la Banque nationale de Grèce : façade principale, 86 rue Eolou, Athènes (1898-1901).

Fig. 183 — Eugène Troump et Aristidis Balanos, transformation du siège de la Banque nationale de Grèce : façade principale, 86 rue Eolou, Athènes (1898-1901).

François Loyer.

29L’édifice se prolonge sur la rue Georgiou Stavrou, en déclinant un répertoire nettement plus romain d’arcades et de fenêtres-niches associées à des ordonnances de pilastres – non sans subtilité dans le rapport des pleins et des vides. Le rez-de-chaussée est percé de grandes arcades, dont la clé s’orne d’une figure d’Athéna casquée : elles sont fermées par des allèges à croisillons de marbre et des grilles de fer, signifiant le rôle défensif du bâtiment. À l’étage noble, le rythme est donné par deux groupes de trois ouvertures, disposées en alternance avec de simples arrière-corps. Dans cette composition en bande, l’espacement des baies est inégal : d’un côté cinq travées contiguës ; de l’autre trois seulement – séparées par des pilastres. Le dispositif se répète à l’étage attique, la discrète arythmie révélant la distribution des espaces intérieurs. Si usuel que soit l’emploi des ordres, il n’est guère plus canonique. Le rez-de-chaussée, traité en faux-portique, associe à l’entablement débordant des pilastres toscans sur piédestal. Les arrière-corps sont soulignés par des lignes de refends : détail plus baroque qu’antique, ils s’inscrivent entre deux pilastres qui ne sont pas situés sur le même plan. Logiquement, l’ionique succède au toscan pour le piano nobile – sauf qu’il s’agit là d’un petit ordre, à l’échelle de la baie. La confusion est résolue au niveau de l’attique, dont les fenêtres-niches occupent toute la hauteur. On s’étonne toutefois de retrouver du toscan à ce niveau, alors qu’un corinthien aurait mieux convenu. De telles dissonances nous inscrivent dans le répertoire maniériste cher à E. Ziller.

  • 56 Il allait jusqu’au détail de l’ameublement, confié à un décorateur français dénommé Pierre Joly.

30Au-dedans, se conjuguent le ionique et le corinthien – sous la forme de colonnes isolées, en marbre de couleur, dont bases et chapiteaux sont de marbre blanc. Ce bel exercice dans le goût classique56 n’empêche pas une conception entièrement moderne de la structure. Corniches et plafonds de plâtre révèlent des planchers en charpente métallique, autorisant de vastes portées. Il s’agissait de répondre à un programme qui prévoyait tout à la fois une meilleure sécurité pour la salle des coffres et l’ouverture de salles de marché liées aux diverses activités de la banque – certaines sous plafond de verre assurant l’éclairage zénithal (fig. 184). Le dispositif s’inspire des grandes banques parisiennes de la seconde moitié du siècle – particulièrement, le Crédit lyonnais ou le Comptoir d’Escompte. Corrigeant ses modèles, l’architecte remplace la fonte et le fer par le marbre et l’acier, de même qu’il renonce à la verticalité des cours intérieures vitrées pour concevoir de vastes salles dont la qualité tient à leur fluidité autant qu’à leur transparence. On ne peut que saluer la tentative visant à intégrer les ressources de la technique la plus moderne dans le répertoire national d’un néo-antique resté fidèle à ses sources.

Fig. 184 — Transformation du siège de la Banque nationale de Grèce : intérieur.

Fig. 184 — Transformation du siège de la Banque nationale de Grèce : intérieur.

François Loyer.

  • 57 Construite au cœur d’un vaste domaine, la maison de redressement était située aux limites de la vil (...)
  • 58 Sa participation complétait les legs de deux autres hommes d’affaires originaires de Metsovo et ins (...)
  • 59 Aujourd’hui annexe du Palais de Justice, rue Andrea Moustoxydi. Cette libéralité du milliardaire gr (...)

31D’habitude, les ressources de l’État ne lui permettaient pas de se lancer dans des équipements aussi coûteux, dont le financement ne serait pas assuré. Lorsqu’il s’était agi de construire une prison-modèle pour jeunes délinquants57 à Athènes, sur des normes en rapport avec les exigences des pays européens en matière de salubrité et de respect de l’individu, c’est à l’évergétisme qu’il avait fallu faire appel pour y parvenir. Déjà, G. Avéroff avait fourni les fonds nécessaires. Et ce n’était pas la première de ses participations : à Alexandrie, il avait construit pour la communauté grecque une école supérieure (1878) et un institut de jeunes filles (1896) ; à Athènes, il avait participé au financement du bâtiment central du Polytechneion58. Il fut plus tard le donateur d’une école d’agriculture à Larissa, ainsi que de l’Académie de musique (Odeion) à Athènes. Enfin il devait prendre à sa charge, au lendemain de la guerre avec les Turcs, la construction de l’École des Evelpides (fig. 185). Cette académie militaire fondée en 1824 par le colonel Charles Fabvier avait longtemps été abritée dans l’ancien palais de la duchesse de Plaisance, jusqu’à ce que soit décidée en 1897 la réalisation d’un établissement spécifique installé au Champ-de-Mars (Πεδίον Άρεως) – en bordure du boulevard Alexandras59.

Fig. 185 — Ernst Ziller, École des Evelpides : corps central, boulevard de la Reine Alexandra, Athènes (1900-1904).

Fig. 185 — Ernst Ziller, École des Evelpides : corps central, boulevard de la Reine Alexandra, Athènes (1900-1904).
  • 60 Professeur à l’université technique de Karlsruhe, O. Warth avait supplanté le Berlinois Hermann Egg (...)

32Le bâtiment (1900-04) dont les plans furent confiés à E. Ziller, reprend l’ordonnance classique dans le goût du xviiie siècle adoptée par Otto Warth60 pour l’université impériale de Strasbourg, vingt ans plus tôt : prolongé par de longues ailes ornées de pilastres et terminées par des pavillons sommés d’un fronton, le corps central offre sept travées – dont les deux dernières, aveugles, cadrent une haute et grande loggia formant colonnade corinthienne au-dessus du soubassement. Cette imposante composition, qui n’est pas sans évoquer la tradition du grand classicisme, masque les casernements situés derrière elle et disposés en pavillons détachés. Le choix d’une typologie aussi caractéristiquement sempérienne montre l’importance qu’avaient acquis les modèles germaniques dans la construction publique, au détriment de l’approche rationaliste des architectes français. Par son caractère palatial, elle manifeste la montée en puissance des élites militaires dans la société grecque à un moment particulièrement incertain de son histoire. Quelques années après la défaite imposée par les Turcs à Domokos, un tel investissement peut se comprendre : plus que toute autre institution, l’armée occupait désormais le devant de la scène, en attendant de pouvoir prendre sa revanche sur l’ennemi héréditaire.

La « ligne grecque »

  • 61 A. Metaxas avait fait ses études d’architecture à Dresde, avant de devenir le collaborateur puis l (...)

33Pour différentes qu’aient été les réponses apportées par E. Troump et E. Ziller aux programmes qui leur furent soumis, elles appartenaient toutes les deux à la tradition d’un éclectisme venu du xixe siècle. Une telle attitude était sans commune mesure avec la modernité privilégiée, sous couvert de restauration, au stade panathénaïque d’Athènes. Cette orientation nouvelle devait se confirmer dans l’architecture privée, où A. Metaxas affichait une écriture d’autant plus emblématique qu’elle s’associait à l’idée du luxe. Proche de la Cour, l’architecte avait longtemps travaillé sous la direction de Ziller avant de lui succéder sur le chantier du stade61. Sportif accompli, il participa aux Jeux olympiques de 1896 (il y obtint une 4e médaille dans les épreuves de tir). Ce mélange d’élégance et de snobisme devait en faire la personnalité la plus en vue dans l’architecture grecque au tournant du siècle. Célébrant « la ligne grecque », dans un texte prophétique publié en 1903, le poète Periklis Yannopoulos consacre à l’architecte un éloge passionné :

34Parcourez à présent toute la cité, laissez votre âme se remplir de tous ces volumes exécrables dans la lumière, de cette profusion de lignes dans le moindre édifice, de ce choc des lignes jusqu’à ce que tous ces volumes la fassent chavirer, que toutes ces lignes lui donnent le tournis.

  • 62 Le manifeste « Ελληνική Γράµµη » [La Ligne grecque] est paru en 1903 dans la revue Ανατολή [Orient] (...)

35Allez ensuite vous poster en face des maisons de l’architecte Métaxas. Boulevard Amalia devant la maison Pallis, ou devant sa maison rue Kanaris [fig. 186]. Vous éprouverez un sentiment de soulagement, de bon sens, de joie. La simplicité des lignes, la simplicité familière, l’ordre, l’harmonie, la noblesse, la légèreté vous soulageront. Parce que ce que vous verrez alors, c’est un visage simple qui a les yeux et les oreilles à leur place, un visage plus familier, modeste, simple, souriant, qui engendre la joie et la sympathie. Cela tient à ce que l’architecte Métaxas est le premier, parmi les imbéciles xénolâtres qui sévissent actuellement en architecture, à avoir simplifié quelque peu la maison européenne pour qu’elle se rapproche davantage de la forme hellénique, à avoir simplifié la ligne européenne, à l’avoir adoucie, calmée, mieux accordée à la façade de l’édifice. La façade de son immeuble s’écarte plus que toute autre de la ligne européenne, elle s’apparente davantage à la nature grecque, bien qu’elle aussi soit totalement européenne. C’est pourquoi elle vous plaira instinctivement. Parce que vous avez enraciné en vous, très naturellement, très simplement et très nécessairement, le sentiment naturel de la ligne grecque62.

Fig. 186 — Anastasios Metaxas, maison Metaxas, 15 rue Kanari, Athènes.

Fig. 186 — Anastasios Metaxas, maison Metaxas, 15 rue Kanari, Athènes.

François Loyer.

36Art essentiellement pratique, l’architecture ne pouvait parvenir aisément à un tel niveau d’abstraction. Intégrant des valeurs intemporelles liées à la lumière et au paysage, elle en prenait pourtant le chemin – comme Yannopoulos s’efforce confusément de l’expliquer.

  • 63 Farnaud 2009.

37D’autres édifices permettent de juger de l’apport de Metaxas dans l’art de son pays. L’une des plus prestigieuses commandes qu’il ait reçues, au début de sa carrière, fut le palais Merlin de Douai, actuelle ambassade de France (1893-95), 2-4 rue Akadimias et 7 avenue Vassilissis Sofias63 (fig. 187-188). En 1893, le banquier anglais d’ascendance française Charles Merlin de Douai proposait d’assurer la construction de la légation sur un vaste terrain, particulièrement bien placé à l’angle avec la rue Akadimias. L’édifice achevait le lotissement prestigieux commencé quinze ans plus tôt par E. Ziller et réalisé par les frères Psychas. Plus que d’une villa isolée sur son terrain arboré, il s’agit là d’un véritable palais dont les deux étages carrés reposent sur un imposant socle à refends précédé d’un perron d’honneur. Wladimir d’Ormesson en donne cette description tout à la fois admirative et quelque peu ironique :

  • 64 Ormesson 1932 – cité d’après Musso 2006.

La vaste maison de marbre où la légation de France était installée et que louait mon père (l’État l’a acquise depuis) était située avenue de Kiphissia [aujourd’hui, Vassilissis Sofias], face au jardin royal, à quelques pas de la place de la Constitution. L’escalier monumental donnait le vertige. Il y avait une salle de bal, de grands salons, une salle à manger, dans lesquels on aurait pu organiser une chasse à courre. Les appartements n’étaient pas moins spacieux. Le toit formait terrasse et l’on y jouissait d’un panorama splendide sur l’Attique. Une autre petite terrasse, sorte de loggia à colonnes, donnait au premier étage, sur le jardin royal et c’est là, quand il faisait beau, et il faisait presque toujours beau, que nous avions l’habitude de nous tenir64.

Fig. 187 — Anastasios Metaxas, palais Merlin de Douai (aujourd’hui ambassade de France) : façade, 7 avenue Vassilissis Sofias, Athènes (1893-1895).

Fig. 187 — Anastasios Metaxas, palais Merlin de Douai (aujourd’hui ambassade de France) : façade, 7 avenue Vassilissis Sofias, Athènes (1893-1895).

EFA, Philippe Collet.

Fig. 188 — Palais Merlin de Douai : grand escalier.

Fig. 188 — Palais Merlin de Douai : grand escalier.

EFA, Philippe Collet.

  • 65 En particulier, le Comptoir national d’Escompte, construit entre 1878 et 1881 par Édouard Corroyer (...)

38Inhabituellement large d’autant qu’elle est combinée avec la saillie d’un balcon, la loggia en question s’orne de deux colonnes isolées – repoussées vers les extrémités, à la manière de Michel-Ange. Pour le reste, la superposition des ordres et le choix de baies cintrées (renvoyant au palais de la Chancellerie) n’ont rien que de très habituel, dans ce langage inspiré par la Renaissance romaine qu’avait depuis longtemps systématisé Ziller. Plus original fut l’architecte lorsqu’il choisit de couvrir l’édifice d’un toit-terrasse accessible, formant belvédère et rappelant la toute voisine villa Stournaras (devenue propriété des Merlin). Il le fut plus encore en disposant, dans la partie droite du bâtiment, le grand escalier dos à dos avec ce gigantesque salon qu’évoque d’Ormesson. La tripartition régulière du plan carré, pour être palladienne, n’empêche pas les espaces d’entrer en tension au sein du volume intérieur – la volée droite d’une sorte de perron de marbre aux balustres tournés surgissant dans l’axe de la cage, au débouché d’une porte vitrée assez étroite, pour se répandre dans l’agencement régulier du plateau de la réception située au bel étage. Désireux de bien se faire comprendre, l’auteur a reporté les volées suspendues desservant les niveaux supérieurs contre les murs et il les a dotées d’un simple garde-corps en fonte ornée. Dernier détail insolite, un plancher en dalles de verre couvre le vestibule central – laissant apercevoir, entre les éléments de la charpente métallique, le palier supérieur illuminé par une verrière zénithale. L’ampleur des volumes intérieurs, leur transparence et leur confrontation, tout évoque la tradition rationaliste des élèves de Viollet-le-Duc65 – dans un langage dont la froideur palladienne renverrait plutôt au style edwardien des premières années du xxe siècle.

  • 66 L’hôtel est aujourd’hui occupé par la Fondation Onassis. Place Rigilis, sur l’avenue Vassilissis So (...)
  • 67 « Εύρυθµος αφαιρετισµός », Biris 1987, p. 172.
  • 68 Ancien conseiller en agriculture du roi de Roumanie, il était spécialiste des questions économiques (...)
  • 69 Comme G. Avéroff, il s’était spécialisé dans le négoce du coton égyptien pour les filatures anglais (...)

39Autre exemple caractéristique, les quatre travées du palais Athanasoulis (fig. 189), rue Panepistimiou (vers 1900, démoli), ont cette évidence qui en fait oublier le rythme pair, bien peu canonique, comme elle fait oublier l’accent mis sur le deuxième temps – enrichi à l’étage par une fenêtre-niche d’ordre toscan. Le soubassement à refends, le balcon de marbre et le décor des trumeaux de l’attique regroupant subtilement trois des quatre travées, sont d’une écriture virtuose dont l’apparente banalité cache un extrême raffinement. Le palais Orphanidis66, 56 avenue Vassilissis Amalias, vers 1900 (fig. 190), offre une disposition comparable. L’accent est mis sur la travée centrale, élargie et dotée d’un balcon – la quatrième travée, où se situe l’entrée, conservant une certaine autonomie. Au même registre appartiennent un prestigieux hôtel particulier à trois travées avec entrée latérale, 11 rue Vasileos Georgiou Devterou et son vis-à-vis (no 8) – ainsi que, non loin de là (no 7), le monumental immeuble-palais (fig. 191) à l’angle de la rue Stisichorou (no 17). Reprenant à son compte les stéréotypes de l’architecture bourgeoise des années 1870, Metaxas leur donne une nouvelle vigueur, en se servant de la superposition des rythmes pour révéler les particularités de la distribution intérieure. L’apparente simplicité du parti cache un long travail d’ajustement : la « soustraction harmonique »67 qu’évoque M. Biris à ce propos traverse toute son œuvre en résolvant les tensions du projet – une problématique commune à toute sa génération, d’Edwin Lutyens à Albert Laprade. Cette manière culminera dans le réaménagement d’une villa située 17 avenue Vassilissis Sofias et 1 rue Koumpari (fig. 192-193). En 1895, Metaxas fut chargé par l’économiste Panagis Charokopos68 de transformer cette maison construite en 1867-68 pour le marchand Ioannis Peroglou. En 1910, la propriété sera revendue à Emmanuel Benakis69 qui demandera à l’architecte de nouveaux embellissements, respectant la relative simplicité du parti initial : une construction cubique à un étage, sous un toit-terrasse enveloppé par une puissante balustrade à l’italienne.

Fig. 189 — Anastasios Metaxas, palais Athanasoulis, rue Panepistimiou, Athènes (vers 1900, démoli).

Fig. 189 — Anastasios Metaxas, palais Athanasoulis, rue Panepistimiou, Athènes (vers 1900, démoli).

Fig. 190 — Anastasios Metaxas, palais Orphanidis (Fondation Onassis), 56 avenue Vassilissis Amalias, Athènes (vers 1900).

Fig. 190 — Anastasios Metaxas, palais Orphanidis (Fondation Onassis), 56 avenue Vassilissis Amalias, Athènes (vers 1900).

François Loyer.

Fig. 191 — Anastasios Metaxas, hôtel particulier, 17 rue Stissichorou et 7-9 rue Vasileos Georgiou Devterou, Athènes (vers 1910).

Fig. 191 — Anastasios Metaxas, hôtel particulier, 17 rue Stissichorou et 7-9 rue Vasileos Georgiou Devterou, Athènes (vers 1910).

François Loyer.

Fig. 192 — Anastasios Metaxas, hôtel Charokopos (musée Benaki) : façade, 1 rue Koumpari, Athènes (1895).

Fig. 192 — Anastasios Metaxas, hôtel Charokopos (musée Benaki) : façade, 1 rue Koumpari, Athènes (1895).

François Loyer.

Fig. 193 — Hôtel Charokopos : vestibule.

Fig. 193 — Hôtel Charokopos : vestibule.

EFA, Philippe Collet.

40La volumétrie élémentaire s’accompagne d’un détail classique fidèle à la tradition néo-grecque, les motifs Renaissance des premières œuvres de l’architecte laissant place à un répertoire d’inspiration hellénique traité dans un matériau noble, le marbre pentélique. La citation des maîtres est évidente : le péristyle d’entrée respecte l’ordonnance du Parthénon, tout en affinant la section des colonnes doriques pour les rendre plus aériennes – une rhétorique digne de Caftanzoglou, mais dans une pensée bien différente de la sienne par l’importance qu’elle accorde aux effets de masse comme à la nudité des plans. L’intérieur est de la même venue. Derrière le beau portique s’ouvre un profond vestibule, scandé par des colonnes isolées au droit des murs. Du côté de l’entrée, la paroi est entièrement vitrée. Estompant les limites, la sobriété du volume traversé de lumière concentre l’intérêt sur le seul détail du chapiteau. L’ordre en est, il est vrai, quelque peu déroutant : bien qu’on reconnaisse à l’instant le double rang de feuilles d’acanthe propre au corinthien, on s’étonne de le voir combiné à une corbeille empruntée à l’art égyptien. L’invention est éminemment symbolique : elle signale les activités professionnelles d’E. Benakis dans ce pays. Le dispositif, variante de la colonne palmiforme imaginée par les architectes de Pergame à l’époque hellénistique, n’est pas non plus sans évoquer l’ordre éolique archaïque du Trésor de Marseille, tel qu’il venait d’être découvert à l’occasion des fouilles de Delphes. De façon plus traditionnelle, les pièces de réception situées de part et d’autre du hall abandonnent le registre monumental pour évoquer la Renaissance anglaise, à travers des lambris de bois sculpté et des plafonds dont les ornements en relief rappellent le cuir de Cordoue. D’autres salles s’inspirent du néo-classicisme ou de l’art baroque, sans que cette diversité les distingue à l’excès – le registre des ordres, ainsi que la faible saillie des motifs contribuant à l’unité d’ambiance. Dans ces intérieurs raffinés s’exprime l’élégance et la pureté qui caractérisent le goût aristocratique anglais. On comprend qu’A. Metaxas, même s’il ne contestait pas le répertoire des styles, soit apparu comme un représentant de l’avant-garde artistique : sa capacité à fusionner les époques et les formes donnait à son discours une cohérence en rupture avec le sens du contraste qui avait si fortement marqué l’éclectisme au siècle précédent. Chez lui, le classicisme n’était plus un style, mais un concept.

  • 70 Pour la première fois dans l’histoire de la Grèce nouvelle, l’influence britannique est ici percept (...)

41Une telle composition n’est pas sans rapport avec celle que devait adopter l’architecte pour l’immeuble Pallis (1910-11), 1-3 place Syntagma, 1 rue Karageorgi Servias et 3 rue Nikis (fig. 194). Le volume cubique de l’immeuble de bureaux est souligné par une haute balustrade à l’italienne, masquant l’étage de couronnement. L’ordonnance de pilastres colossaux, sur un soubassement à refends, se conjugue avec une alternance de travées simples ou doubles. L’axe est aménagé en loggia, dont le motif dérive de la serlienne. La géométrie presque austère du parti devait faire date, par la force qu’elle confère à la monumentalité du détail. Dans la même ligne mais avec plus de finesse, le luxueux siège de la Banque ionienne (1911-16), 12-14 rue Pesmazoglou (fig. 195), apparaît comme l’une des œuvres les plus abouties de Metaxas. Sur un socle de marbre blanc, le haut soubassement en appareil rustique de pierre calcaire s’achève par un entablement dorique associé aux colonnes isolées de la loggia de l’entrée. Combinant grand et petit ordre, les deux étages carrés sont décorés de demi-colonnes ioniques couplées, sous une forte corniche à modillons et un grand fronton prolongé par la balustrade du toit. L’articulation particulièrement travaillée des plans de façade renvoie aux illustres précédents de Christopher Wren. À l’intérieur, la salle des guichets aux allures de thermes antiques (fig. 196), sous un haut plafond à voussures percé d’une verrière, est digne des plus belles réalisations internationales. L’exceptionnelle qualité du détail – notamment, les grilles de fer forgé – mérite également d’être notée. On en retrouve l’équivalent à Londres ou à New York, bien plus encore qu’à Paris70. Ce classicisme moderne n’a d’hellénique que l’ambition de son écriture du détail : avec le début du xxe siècle l’internationalisation des modèles est devenue patente.

Fig. 194 — Anastasios Metaxas, immeuble Pallis, place Syntagma, Athènes (1910-1911).

Fig. 194 — Anastasios Metaxas, immeuble Pallis, place Syntagma, Athènes (1910-1911).

François Loyer.

Fig. 195 — Anastasios Metaxas, Banque ionienne : façade, 12 rue Pesmazoglou, Athènes (1911-1916).

Fig. 195 — Anastasios Metaxas, Banque ionienne : façade, 12 rue Pesmazoglou, Athènes (1911-1916).

François Loyer.

Fig. 196 — Banque ionienne : salle des guichets.

Fig. 196 — Banque ionienne : salle des guichets.

François Loyer.

Références internationales

  • 71 Kotsaki 2007. Au même architecte, il convient d’attribuer la maison du fourreur Anastasios Skaperda (...)
  • 72 Marqué à l’angle de deux rues par un étroit pavillon cylindrique, creusé au bel étage d’une niche à (...)
  • 73 La proximité en était grande avec les œuvres si savantes, à la manière de Gabriel, d’un René Sergen (...)
  • 74 Leur influence se lit dans la production courante : au pied de l’Observatoire, le quartier de Thiss (...)

42Dans un tout autre registre formel, Alexandros Nikoloudis71 suivit un chemin comparable qui l’éloigna lui aussi de l’architecture de style – tout en restant fidèle à une tradition académique bien ancrée dans les milieux artistiques. De douze ans plus jeune que Metaxas, il fut le premier architecte à se former à Paris après ses études au Polytechneion d’Athènes. Il entra à l’atelier Guadet en 1893, pour en sortir diplômé en 1905. Sa première commande en rentrant à Athènes fut le palais Liveratos (1906)72, 2 rue Ipirou et 55 rue Patission. Elle fut suivie par celle de la maison de Minoos Konstantinis (fig. 197), rues Navarchou Nikodimou et Thoukydidou à Plaka (1910). L’une et l’autre habitations offrent des façades enduites, à deux niveaux, reposant sur un puissant soubassement à refends (il abrite un étage de service à demi enterré). Une épaisse corniche, redoublée par une balustrade à l’italienne, s’en fait l’écho au niveau des toitures. Sur la paroi, des lignes de bandeaux suggèrent l’architrave d’un ordre colossal, sans le manifester – l’accent étant mis sur les riches balcons de fer forgé qui marquent les travées. Pour un autre édifice aujourd’hui disparu, à l’angle des rues Ithakis et Idras (vers 1910) (fig. 198), l’architecte avait adopté une écriture faite de lignes de refends, de pilastres et de frontons ouverts dans le plus pur goût français73. Un tel langage appartient au « style Pompadour », dont Nikoloudis fut l’introducteur en Grèce. Mais la question n’est pas là : l’essentiel tient à l’unité de la forme, ainsi qu’à la hiérarchie maîtrisée des éléments – quel qu’en soit le caractère, plus ou moins convenu. Il ne s’en départira pas pour l’aménagement du cinéma Attikon au sein du palais Dekozis-Vouros, 19-21 rue Stadiou, en 1916. Accessible par un profond corridor qui traverse l’immeuble, la salle est un vaste volume de plan rectangulaire sous un haut plafond à voussures décoré d’un anneau de lumière. Le parterre, face à l’écran, est approfondi par une ceinture de balcons sous de grandes arcades en anse de panier – sorte de compromis entre le théâtre et le cinéma. Les formes souples et la mouluration puissante soulignent presque à l’excès l’unité de l’espace, au détriment de l’autonomie du décor. Pour étrange que cela puisse paraître tant la différence de répertoire est criante, la problématique n’est pas très éloignée de celle qui traverse l’œuvre de Metaxas. Les deux architectes, très imités74, seront d’ailleurs parmi les principales figures de l’entre-deux-guerres à Athènes.

Fig. 197 — Alexandros Nicoloudis, maison Minoos Konstantinis, rues Navarchou Nikodimou et Thoukydidou, Plaka, Athènes (1910).

Fig. 197 — Alexandros Nicoloudis, maison Minoos Konstantinis, rues Navarchou Nikodimou et Thoukydidou, Plaka, Athènes (1910).

François Loyer.

Fig. 198 — Alexandros Nicoloudis, hôtel particulier, rues Ithakis et Idras, Athènes (vers 1910, démoli).

Fig. 198 — Alexandros Nicoloudis, hôtel particulier, rues Ithakis et Idras, Athènes (vers 1910, démoli).
  • 75 Interrompue par le décès de son commanditaire, la construction fut reprise en 1921 au profit de l’a (...)
  • 76 Construit de 1878 à 1894 par Léon Ginain.
  • 77 Né en 1845, il fut professeur à l’université d’Athènes, puis gouverneur de la Banque nationale de G (...)

43L’attachement à la tradition héritée de l’éclectisme n’en restait pas moins fort. Il est particulièrement sensible chez Anastasios Chelmis, un ancien élève de l’École spéciale à Paris. La luxueuse villa à l’italienne qu’il conçut en 1912 pour Alexandros Michalinos au 19 rue Irodou Attikou et 1 avenue Georgiou Devterou (aujourd’hui villa Maximos)75 (fig. 199) respecte les règles du genre : la construction à un seul niveau, un rez-de-chaussée surélevé, est soulignée par son soubassement comme par la haute balustrade à l’italienne qui en redouble l’entablement. La partie centrale est précédée d’un imposant perron de marbre, devant une loggia dont les colonnes ioniques sont cadrées par des doubles pilastres. La composition, d’un bel effet graphique, n’est pas sans évoquer – mais un peu tard – les proportions massives du palais Galliera76 à Paris. En 1916, le même architecte transformera la maison du professeur Ioannis Evtaxias77, 5 rue Ioanni Paparrigopoulou (fig. 200), en la dotant d’une façade d’allure traditionnelle : sur un rez-de-chaussée bas souligné de refends, s’élèvent deux niveaux d’habitation marqués par des avant-corps encadrant un triplet à la vénitienne. Pilastres de refends, corniche à décor de consoles et balustrade à l’italienne vont de pair avec des balconnets de fer forgé. L’ensemble s’essaie au classicisme à la française, dans des proportions serrées et avec un décor redondant plutôt démodé. Il est vrai que la construction (elle remontait à 1859, sur des plans de G. Metaxas) ne permettait guère de s’affranchir des dispositions d’origine. La qualité du détail, en revanche, est remarquable – notamment, celles des ferronneries (en particulier, la grande porte cochère vitrée avec son décor de vases et de rinceaux d’une exécution magistrale). Un même traditionalisme se lit dans la maison d’I. Isidorou, 9 rue Mitsaion et rue Cavallotti à Makrigianni (1914), où l’ingénieur Philippos Oikonomos reprend une écriture romaine étrangère à la sensibilité néo-hellénique. D’autres architectes aujourd’hui oubliés développèrent ce répertoire, parfois avec bonheur : l’hôtel du 1-3 rue Alopekis (fig. 201) à Kolonaki, offre une composition ternaire isolant le triplet d’une loggia centrale à pilastres entre deux travées ornées de fenêtres-niches. Toits-terrasses et loggias ou portiques échappent seuls à cette vision plutôt convenue de l’architecture. On comprend les invectives de P. Yannopoulos contre la « xenolâtrie » de ses contemporains : à force de recopier les modèles du classicisme, architectes et ingénieurs s’étaient enfermés dans une pratique décalée par rapport à une génération en quête de renouveau.

Fig. 199 — Anastasios Chelmis, villa Maximos, 19 rue Irodou Attikou, Athènes (1912).

Fig. 199 — Anastasios Chelmis, villa Maximos, 19 rue Irodou Attikou, Athènes (1912).

EFA, Philippe Collet.

Fig. 200 — Anastasios Chelmis, maison Evtaxias, 5 rue Ioanni Paparrigopoulou, Athènes (1916).

Fig. 200 — Anastasios Chelmis, maison Evtaxias, 5 rue Ioanni Paparrigopoulou, Athènes (1916).

François Loyer.

Fig. 201 — Hôtel particulier, 1-3 rue Alopekis, Athènes.

Fig. 201 — Hôtel particulier, 1-3 rue Alopekis, Athènes.

François Loyer.

  • 78 Exception faite du passage qui leur est consacré dans Biris 1987, p. 178-185.

44Jusque dans les années 1920 la maison bourgeoise ordinaire restera fidèle à un langage traditionnel, simplifié à l’extrême. Les façades planes sont percées d’ouvertures régulières, séparées par des trumeaux dont la saillie évoque implicitement des pilastres colossaux. Le soubassement en demi-sous-sol ainsi que la corniche redoublée par une balustrade à piédestaux, tracent deux horizontales impératives. La grande hauteur sous plafond se lit par l’étirement vertical des ouvertures. L’essentiel du décor se concentre sur le pourtour du chambranle ou sur l’allège : exécutés en enduit ou en stuc, cartouches, médaillons ou rosettes entourés de nœuds de rubans avouent leur production sérielle. Au balcon, trop coûteux, se substituent des balconnets de métal riveté qui sont la partie la plus intéressante de l’ornementation. La distribution est tout aussi conventionnelle : la maison à double entrée, correspondant à deux logements superposés, est la solution la plus courante – l’unique entrée latérale désignant une maison particulière. Signe d’une codification systématique du répertoire typologique, la maison disposant d’une entrée dans l’axe se généralise dans les quartiers résidentiels : le parti de symétrie qu’elle implique suppose des espaces un peu plus généreux pour la réception et les chambres. Pour la construction, l’usage de la brique s’associe à celui des linteaux et solives métalliques, tandis que la tuile romaine cède la place à la tuile mécanique. Ces maisons, assez peu étudiées78 tant elles paraissent répétitives, existent encore par centaines – notamment, dans les secteurs préservés d’Exarchia et de Neapoli. Leur esthétique moderne, d’inspiration vaguement Louis XVI, n’a plus rien à voir avec la tradition du néo-antique. Tout juste pourrait-on la rapprocher, avec un peu de bonne volonté, de la Sécession viennoise, de son goût pour les façades planes et les ornements répétitifs.

  • 79 Vasileios Kouremenos [Basile Couréménos] était entré en 1893 dans l’atelier de Guadet à l’École des (...)
  • 80 Il s’agit d’une variation sur une clef d’arc figurant un visage de femme, dont la coiffure est orné (...)
  • 81 Seules les menuiseries des grandes portes d’entrée dans les maisons bourgeoises (et, sans doute, de (...)
  • 82 Il était venu préparer une exposition d’Agriculture et d’Industrie prévue à Istanbul en 1896.

45C’est l’occasion de constater une absence surprenante dans l’architecture de la Grèce : on n’y trouve aucune trace de l’Art nouveau, qu’elle semble avoir superbement ignoré. Les circonstances n’y sont pas étrangères : les trois décennies qui vont de 1893 à 1921, furent parmi les plus agitées de l’histoire nationale. L’adoption très tardive d’une écriture lointainement dérivée de la Sécession viennoise ne compensera pas un vide d’autant plus déroutant que dès le tournant du siècle le Modern Style s’était répandu comme une traînée de poudre à travers l’Europe centrale et méridionale. Seule la maison abritant aujourd’hui les archives de l’université d’Athènes, 45 rue Skoufa (fig. 202), y fait écho a posteriori – avec ses minces corniches débordantes, ses baies segmentaires, le petit bow-window traité en tourelle et le luxueux chambranle en marbre de la porte d’entrée qu’on croirait emprunté à Henri van de Velde. Il s’agit à n’en pas douter d’une des premières maisons construites par Kostas Kitsikis lors de son installation à Athènes en 1915, au terme de sa formation berlinoise. Moins cohérent, le petit hôtel qu’on attribue à Vasileios Kouremenos79, 14 rue Akadimias (fig. 203), associe les percements contrastés d’une façade à la bruxelloise avec des détails puissants dignes de Victor Laloux. Doté d’une élégante pergola, le toit-terrasse repose sur une épaisse corniche enrichie d’une frise à personnages ainsi que de masques80, répétés à plusieurs endroits sur la façade – consoles de balcon, clés d’arc, chapiteaux de pilastres… L’ensemble ne manque pas de personnalité, même si l’hybridité du langage est quelque peu déroutante – bien loin en tout cas de l’Art nouveau proprement dit, qui n’a décidément pas trouvé sa place81 au pays de Périclès. D’autres circonstances ont pu jouer un rôle dans cet échec qui confine au rejet. La présence en Turquie de l’architecte italien Raimondo D’Aronco était purement fortuite82, lorsque le tremblement de terre du 10 juillet 1894 changea radicalement la donne. Pendant seize ans, jusqu’à la déposition, en 1909, du sultan Abdülhamid II, il fut appelé à construire les édifices prestigieux d’Istanbul – parmi lesquels l’immeuble du couturier Jean Botter, le tailleur du sultan, sur l’Istiklal Caddesi à Péra (1900-01), ou le mausolée du Sheik Hamza Zâfir (1905-06), dans le cimetière de la mosquée Ertuğrul Tekke à Yildiz. Il devait également participer à la production de la manufacture de porcelaine de Yildiz (1890-1920), qui a occupé une place importante dans l’histoire des arts décoratifs.

Fig. 202 — Kostas Kitsikis, petit hôtel (aujourd’hui, Archives historiques de l’université d’Athènes), 45 rue Skoufa, Athènes (vers 1915).

Fig. 202 — Kostas Kitsikis, petit hôtel (aujourd’hui, Archives historiques de l’université d’Athènes), 45 rue Skoufa, Athènes (vers 1915).

EFA, Philippe Collet.

Fig. 203 — Vasileios Kouremenos, petit hôtel, 14 rue Akadimias, Athènes (vers 1910-1920).

Fig. 203 — Vasileios Kouremenos, petit hôtel, 14 rue Akadimias, Athènes (vers 1910-1920).

EFA, Philippe Collet.

  • 83 K. Kyriakidis, après avoir obtenu son diplôme à l’École impériale des beaux-arts d’Istanbul en 190 (...)
  • 84 La société « Gentil, Bourdet et Cie, grès, céramique pour la construction, l’ameublement », install (...)

46Le soutien apporté par le sultan au mouvement de l’Art nouveau n’était guère en faveur de son acceptation par la communauté grecque. Dans cette ville internationale qu’était Constantinople, on peut en juger au travers des immeubles du quartier de Galata. Les architectes grecs qui y travaillaient encore à l’époque se tournèrent vers la tradition française : dessinés par Konstantinos Kyriakidis83, les appartements Fraige, dans le quartier de Sishane à Péra (1905) forment un imposant immeuble-îlot dont les façades vitrées, inscrites entre deux rotondes d’angle, se parent d’un décor Sécession égyptianisant. Un peu plus tard, Vasileios Kouremenos construit pour la Banque d’Athènes, avenue Bankalar (1913), un immeuble de cinq étages en béton armé habillé de céramiques fournies par la maison parisienne Gentil & Bourdet84. On est très loin de l’architecture athénienne, tout autant que de l’Art nouveau. L’influence française, en revanche, y est criante.

  • 85 Sa sœur Sophie von Hohenzollern avait épousé le futur roi Constantin de Grèce.
  • 86 Non sans raison, l’ethnologue Maria Couroucli y fait écho dans une pénétrante analyse de la situati (...)

47La forte image moderniste de l’Art nouveau se heurtait à plusieurs facteurs, dont celui de l’adoption officielle par la Turquie fut l’un des plus discriminants. On peut se demander également si l’intérêt que lui a porté la communauté juive de Salonique n’a pas contribué à l’isoler du contexte national de la Grèce. On ne peut ignorer, enfin, l’hostilité que portait au Modern Style l’empereur Guillaume II, un proche du couple royal de Grèce85 : le simple fait qu’il ait racheté en 1907 la villa Achilleion de Corfou, après le décès de l’impératrice Élisabeth d’Autriche, signe des goûts artistiques qui n’étaient guère tournés vers le monde contemporain. D’autres raisons sont plus profondes : de Pugin à Viollet-le-Duc, les sources de l’Art nouveau renvoient à un imaginaire gothique, dont on a déjà pu constater combien la Grèce l’avait volontairement ignoré. Si dès l’origine un territoire spécifique n’avait été désigné au néo-byzantin, symbole de l’orthodoxie, peut-être le pays serait-il parvenu à l’inscrire dans son art moderne – comme le firent les Magyars, dans leur lutte pour s’affranchir de la culture germanique. Quant à l’orientalisme, on en avait usé et trop usé pour en faire le porte-drapeau d’une nouvelle identité : la Grèce n’était ni l’Égypte, ni l’Iran ; encore moins pouvait-elle afficher sa différence avec l’Occident, quand elle aspirait à y trouver sa place. L’ambivalence d’une culture écartelée entre la vision orientaliste des Romioi (se définissant comme les héritiers de l’Empire romain d’Orient, puis de l’Empire ottoman) et celle, purement européenne, des Hellènes traverse le néo-hellénisme86. Néo-byzantin et néo-antique étaient à ce point inscrits dans la pensée moderne qu’on ne pouvait s’en dégager : ce fut l’un des grands débats du premier xxe siècle que de parvenir à les réactualiser, en dehors de tout historicisme.

48Comme l’affirmait Guillaume Apollinaire, le défenseur de l’art moderne, dans l’illustre conférence sur « L’Esprit nouveau » qu’il prononça en 1917 :

  • 87 Apollinaire 1918 (citation p. 388). Le titre de la conférence, prononcée le 26 novembre 1917 au thé (...)

[…] il est peut-être plus dangereux pour une nation de se laisser conquérir intellectuellement que par les armes. C’est pourquoi l’esprit nouveau se réclame avant tout de l’ordre et du devoir qui sont les grandes qualités classiques […].
Si loin qu’on aille dans la voie des libertés, celles-ci ne feront que renforcer la plupart des anciennes disciplines et il en surgira de nouvelles qui n’auront pas moins d’exigences que les anciennes. C’est pourquoi je pense que, quoi qu’il arrive, l’art, de plus en plus, aura une patrie. D’ailleurs, les poètes sont toujours l’expression d’un milieu, d’une nation, et les artistes, comme les poètes, comme les philosophes, forment un fonds social qui appartient sans doute à l’humanité, mais comme étant l’expression d’une race, d’un milieu donné.
L’art ne cessera d’être national que le jour où l’univers entier vivant sous un même climat, dans des demeures bâties sur le même modèle, parlera la même langue avec le même accent, c’est-à-dire jamais. Des différences ethniques et nationales naît la variété des expressions littéraires, et c’est cette variété même qu’il faut sauvegarder87.

49Le programme que le poète fixe à ses contemporains, dans une relation paradoxale entre identité et modernité, est celui que l’art grec tentera de poursuivre jusque dans les moments les plus difficiles de son histoire au cours du xxe siècle. Au-delà de l’historicisme qui l’avait vu naître, le néo-hellénisme s’était trouvé une nouvelle voie. Pour les modernes, l’identité ne se décrit pas comme une forme de repli, le refus de toute confrontation aux apports extérieurs, encore moins la nostalgie d’un passé idéalisé au travers de quelques formules rassurantes ; elle est le produit de l’assimilation de multiples courants extérieurs auxquels il s’agit de donner une traduction, en forme de transposition dans la langue et la personnalité du pays qui la reçoit. Au sein d’une culture aussi ancienne qu’elle est restée vivante, ce défi de l’assimilation passe par une nécessaire hybridation entre le local et l’international. La Grèce du xxe siècle ne sera plus celle de la constitution d’une identité artistique dans le concert des nations, mais plutôt celle d’un dialogue impératif entre les attentes propres à la tradition du néo-hellénisme et les réalités de l’internationalisme contemporain.

Notes

1 Parmi tant d’autres, l’hôtel de ville de Sparte (par G. Katsaros, 1909) en est un bel exemple.

2 Dans les îles au contact de la culture italienne ou anglaise, il y avait longtemps déjà que les échanges commerciaux avaient introduit des objets manufacturés de provenance étrangère – particulièrement, les tissus.

3 Petropoulou 2011, p. 185. La première rue asphaltée fut la rue Eolou en 1905, par The London Asphalte Company Limited. L’année suivante, The Neuchatel Asphalte Company Limited traitait la place Omonia et une partie des rues Panepistimiou et Pireos, puis la place Syntagma – voir Paraskevopoulos 1907, p. 465-473 (cité d’après Dimitropoulou 2008, p. 55).

4 Berneron-Couvenhes 2007.

5 Le Périclès, long de 53 m et doté d’une machine d’une puissance de 120 CV, atteignait 8,5 nœuds. Le Danube, avec ses 76,2 m et une puissance de 1 200 CV, était passé à 13 nœuds en vitesse de croisière – ce qui réduisait le trajet d’un tiers. Il était surtout bien équipé pour le transport des personnes : des cabines de 1re, 2e et 3e classe pouvaient accueillir 85 passagers privilégiés – tandis que l’entrepont en recevait 693, sans le moindre confort.

6 About 1854, p. 1.

7 Elle s’inspire, à moindre échelle, du plan lancé en 1878 par le ministre français des travaux publics, Charles de Freycinet, pour le développement des chemins de fer – une politique qui sera poursuivie jusqu’à la première guerre mondiale et aboutira à la création en France de près de 9 000 km de voies d’intérêt local.

8 On a noté la proximité de silhouette de la gare du Péloponnèse à Athènes (1884, par E. Ziller) avec celle de Sirkeci à Istanbul (1888-90). Construite pour abriter le terminus de l’Orient Express, l’œuvre élégante de l’architecte prussien August Jasmund, un édifice en brique et pierre de style orientalisant, reprend la typologie palatiale des gares à pavillon central couvert d’un dôme à l’impériale.

9 À sa tête se trouvaient trois membres du corps des Ponts et Chaussées : Alfred Marie Rondel ingénieur en chef, Abel Hector Gotteland et Édouard Léon Quellenec ingénieurs ordinaires (Felletin, Illaire 1993-2008). La mission recruta une quinzaine de collaborateurs (Illaire 2008).

10 Reprenant et complétant des ouvrages antiques, il permit la mise en culture de plus de 30 000 ha de marais. Le responsable de l’opération était un jeune ingénieur lyonnais, Albert Dufour, spécialiste du forage de tunnels à l’air comprimé. On le retrouve comme entrepreneur sur la ligne du Péloponnèse, où il réalise le passage au-dessus du canal de Corinthe, puis sur celle de Larissa, dont il conçoit le projet. En 1892, il quitte la Grèce pour la Turquie (il y sera chargé de l’aménagement du port de Salonique, puis de l’extension du réseau de chemin de fer). À partir de 1898, sa carrière se poursuit dans les colonies françaises (Madagascar, puis Indochine – où il est l’auteur de la célèbre ligne du Yunnan) ainsi qu’en Amérique du Sud. Durant la première guerre mondiale, il est de nouveau en France avant de participer à la reconstruction des régions dévastées (Dufour 1924, p. 65-69).

11 Il était le père du peintre Giorgio de Chirico, qui passa son enfance en Grèce.

12 Également à voie métrique, elle a été réalisée de 1884 à 1887 par la Compagnie des chemins de fer Pirée-Athènes-Péloponnèse (SPAP) dans le cadre d’un contrat financé par des investisseurs étrangers.

13 Compte tenu de son importance (elle est l’épine dorsale de la nouvelle Grèce), elle est à voie normale – ce qui permet le raccordement avec l’ensemble du réseau européen dont l’Orient Express va devenir le symbole. Sur le financement et l’exploitation du réseau, voir Bregianni 2009, p. 291-306. Seule Thessalonique était jusqu’alors reliée au réseau européen, via Belgrade et Skopje, depuis l’ouverture en 1888 du tronçon Mitrovica-Salonique.

14 La Turquie s’était toujours opposée à cette liaison ferroviaire, comme le rappelle Puaux 1920, p. 34.

15 Je sais tout 1916 signale l’ouverture de la ligne, après l’achèvement du tronçon de 94 km entre Papouli et Plati, sur l’ancienne frontière gréco-turque. Les travaux, commencés en 1914, furent achevés deux ans plus tard malgré la guerre.

16 Sa mort suspecte est à l’origine du scandale de Panama, dont il était également le financier.

17 Deschamps 1892, p. 178.

18 Notamment les croisières, dont c’est l’âge d’or – voir Papakonstantinou 2011.

19 Joanne, Isambert 1861.

20 Morlier 2005, p. 17-41 (citations p. 18).

21 Ibid., p. 21-22.

22 Revue politique 1873. Le Docteur É. Isambert, professeur agrégé à l’École de médecine de Paris, était membre de la Société de géographie de Paris.

23 À l’occasion du cinquantenaire de l’école, Th. Homolle, son directeur, en a retracé les circonstances de la création dans les dernières années de la Monarchie de Juillet (Homolle 1897).

24 Attribuée la même année 1873 à la France, la fouille de Délos avait été aussitôt engagée ; mais elle ne fut conduite de manière intensive qu’à une date beaucoup plus tardive, entre 1904 et 1914, grâce à de nouveaux financements.

25 Radet 1901 ; Étienne 1996 ; Valenti 2006.

26 Schmid 1996, p. 127-151. Les citations de l’auteur sont extraites de Radet 1901, p. 164. Construite en 1873, l’École française d’Athènes se situe au 6 rue Didotou, 27 rue Sina et 2 rue Prassa.

27 Il est possible qu’il ait pris le relais de l’ingénieur Piat, qui sera son conducteur des travaux sur le chantier. Ingénieur des chemins de fer, Piat avait été chargé en 1872 des décors intérieurs de la villa d’A. Syggros, avenue Vassilissis Sofias. Il était d’autant plus lié à Troump que celui-ci arriva à Athènes en 1873 comme architecte de la compagnie de chemin de fer de Lamia, pour laquelle Syggros avait souscrit une offre.

28 Radet 1901, p. 165.

29 On avait découvert en 1877 l’Hermès de Praxitèle, aujourd’hui au musée d’Olympie.

30 Glotz 1928. Soutenu par la Société archéologique aussi bien que par le premier ministre H. Trikoupis, l’archéologue avait obtenu des fonds nécessaires à ces entreprises prestigieuses. Il fut néanmoins renvoyé de ses fonctions d’éphore général par le Conseil militaire [Στρατιωτικός Σύνδεσµος] qui avait pris le pouvoir en 1909. Il se consacra dès lors à la recherche.

31 Collignon 1890 (citation p. 836-837).

32 Durant l’entre-deux-guerres l’édifice est à nouveau agrandi, de 1925 à 1939, par A. Metaxas.

33 Ross et al. 1839. Les erreurs en ont été critiquées par Anastase Orlandos lors de la seconde anastylose, menée de 1934 à 1940 sous la direction de Nicolas Balanos – Orlandos 1947, p. 1-38. L’édifice a été de nouveau entièrement démonté entre 2001 et 2007, par suite du vieillissement des restaurations précédentes, effectuées à base de ciment.

34 Collignon 1890, p. 836-837.

35 Ibid., p. 837.

36 C’est dans le domaine des arts plastiques que la doctrine de la conservation-restauration a fait le plus de progrès, sous l’influence de Cesare Brandi dont l’ouvrage fait désormais référence (Brandi 1977). Dans celui de l’architecture et du décor, les positions sont plus incertaines – la mise en valeur des sites, de même que la restitution partielle des parties disparues, étant aujourd’hui mieux acceptée qu’elle ne l’était au siècle dernier.

37 Provincia 1927, p. 182-185.

38 « Paris a vu la semaine dernière, dans les galeries du premier étage dépendant de la galerie Georges Petit, une fort intéressante Exposition dans laquelle M. Lucien Magne, architecte du gouvernement, professeur d’Histoire de l’architecture à l’École nationale de beaux-arts, et son fils, M. Marcel Magne, élève de la section d’architecture de l’École, ont montré, à l’aide de dessins, d’aquarelles et de photographies, le premier : […] les études qu’il a récemment faites en Grèce sur le Parthénon et les Monuments grecs du moyen âge ; et le second : des aquarelles et photographies qu’il a prises, soit seul, soit avec son père, au cours de leurs voyages en Grèce ». On peut emprunter à l’introduction du catalogue « un alinéa bien expressif sur le Parthénon, dont, on le sait, M. Lucien Magne a fait une étude toute particulière et dont, aujourd’hui, avec ses confrères anglais et allemand, MM. Penrose et Durm, il étudie, sur la demande du gouvernement grec, le meilleur mode de conservation. », Lucas 1896. Voir aussi Magne 1896.

39 Balanos 1938. Ingénieur civil formé à Paris (sans doute, à l’École centrale), diplômé en 1887, N. Balanos débuta sa carrière, pour le compte du ministère des Travaux publics, sur le chantier de l’Acropole en 1895 et y resta toute sa vie. Manifestement proche d’E. Troump, on le retrouve sur le chantier de Daphni puis dans la commission chargée de l’étude de la restauration de Saint-Luc en Phocide (Troump 1896, p. 386-388). Tout en continuant son activité de restaurateur, il fut nommé directeur de la section d’architecture du ministère de l’Instruction publique en 1911 et resta dans ces fonctions jusqu’en 1928. À l’Acropole, on lui doit notamment l’anastylose de la face interne des Propylées, dont il remonta une partie du fronton et des caissons du plafond. Ses méthodes furent l’objet de critiques de la part de son successeur Anastase Orlandos, adepte d’une vision plus stricte de la restauration – Dimacopoulos 1985.

40 Souvent attribuée par erreur à A. Orlandos, elle a été effectuée par N. Balanos en 1903, sous la direction de Th. Homolle – Roussel 1934.

41 L’entreprise fut complétée en 1938 par la restauration suggestive que réalisa Henri Ducoux de quelques colonnes de la tholos, à l’autre bout du site.

42 Il en fut de même en Égypte, pour une clientèle principalement anglo-saxonne.

43 Le dessin date de 1869 – voir Kasimati 2010, p. 110-111.

44 Étienne, Étienne 2004.

45 Sur le mur du stade, bd Vasileos Konstantinou, une plaque rappelle, en dessous de celle consacrée à A. Metaxas, le rôle d’Ioannis D. Mamaïs, architecte entrepreneur de la restauration du stade [Αρχιτέκτων Εργολάβος Αναµάρµαρωτης του Στάδιου] entre 1895 et 1905. Le succès de l’entreprise se révèle par la dénomination de « Kallimarmaro » qui lui est restée.

46 L’orthographe de son nom de famille diffère en français ou en grec (il n’y prend qu’un seul « f » et ne peut qu’être dépourvu d’accent aigu).

47 Le Temps 1893.

48 Non plus que les bornes centrales en forme d’Hermès doubles dont on avait exhumé quelques témoignages : seules deux d’entre elles furent rétablies, en bordure de la piste. Quant au portique d’entrée qu’on peut apercevoir sur des vues anciennes, il avait été édifié en matériaux provisoires à l’occasion des jeux olympiques ; il a depuis longtemps disparu.

49 Fougères 1911, p. 113.

50 Elle fut l’œuvre du maréchal Colmar von der Goltz, commandant de la mission militaire allemande dans l’Empire ottoman entre 1883 et 1895.

51 Le traité de Constantinople limitait certes les pertes territoriales, mais condamnait la Grèce à une indemnité exorbitante (94,3 millions de francs-or). Pour en garantir le paiement, fut créée une commission financière internationale. Elle prit le contrôle des affaires grecques pour plusieurs décennies. Le royaume se vit ainsi réduit à l’état de protectorat des grandes nations européennes.

52 Fils du philhellène Johann Alexandre Streit qui fit sa carrière en Grèce, Stéphane Streit fut professeur de droit international à l’université d’Athènes, puis ministre de l’économie sous le gouvernement d’Alexandre Zaïmis en 1897-99. Sous-directeur puis directeur (1896-1911) de la Banque nationale de Grèce, il assura le développement de l’institution à l’échelle internationale par le rachat de nombreux établissements.

53 Ce dernier ne vit pas la réalisation du projet. Il quitta définitivement la Grèce pour se retirer à Marseille, au moment même où démarraient les travaux (mai 1898 à décembre 1901).

54 Selon une étude consacrée à l’histoire de la banque (Notaras et al. 2008), l’ingénieur en question serait N. Balanos, le restaurateur de l’Acropole. Selon M. Kardamitsi-Adami (Kardamitsi-Adami 2011, p. 26), ce n’est pas de lui qu’il s’agirait, mais d’Aristidis Balanos, le chef du service technique de la banque – connu pour avoir assuré, sous la direction de l’architecte Nikolaos Zoumpoulidis, la construction de la succursale de la rue Tritou Septemvriou à Athènes en 1923-26.

55 Dès 1871, L. Caftanzoglou avait dessiné un projet en ce sens, après que la banque avait racheté l’ancien hôtel Anglia pour y installer une partie de ses bureaux.

56 Il allait jusqu’au détail de l’ameublement, confié à un décorateur français dénommé Pierre Joly.

57 Construite au cœur d’un vaste domaine, la maison de redressement était située aux limites de la ville, bd Alexandras. Elle fut bientôt augmentée d’une prison pour femmes, puis d’une prison pour hommes. La triste réputation qu’acquit la prison Avéroff durant l’occupation allemande puis la guerre civile entraîna sa démolition en 1971.

58 Sa participation complétait les legs de deux autres hommes d’affaires originaires de Metsovo et installés en Égypte : M. Tositsas et son neveu N. Stournaras. L’intitulé officiel de l’établissement rappelle le nom de leur village d’origine.

59 Aujourd’hui annexe du Palais de Justice, rue Andrea Moustoxydi. Cette libéralité du milliardaire grec d’Égypte est la raison pour laquelle son nom fut donné plus tard au croiseur G. Averof (1907-10), fleuron de la marine grecque durant les guerres balkaniques.

60 Professeur à l’université technique de Karlsruhe, O. Warth avait supplanté le Berlinois Hermann Eggert pour la construction du palais universitaire de Strasbourg (1877-84), directement inspiré des œuvres de G. Semper – notamment, le Polytechnikum de Zurich.

61 A. Metaxas avait fait ses études d’architecture à Dresde, avant de devenir le collaborateur puis le successeur d’E. Ziller. Son père, le major G. Metaxas, appartenait à une grande famille originaire de Céphalonie (en est issu également le général Ioannis Metaxas, dictateur de 1936 à 1940). Il fut l’un des disciples de L. Caftanzoglou, qu’il suppléa sur de nombreux chantiers. Il devait occuper par la suite des fonctions officielles au Palais, en tant que chef de la Maison du roi Georges Ier.

62 Le manifeste « Ελληνική Γράµµη » [La Ligne grecque] est paru en 1903 dans la revue Ανατολή [Orient] ; « Ελληνικόν χρώµα » [La Couleur grecque], l’année suivante dans la revue Άστυ [La Ville]. Assez récemment, les deux textes ont été traduits en français – Yannopoulos 2006.

63 Farnaud 2009.

64 Ormesson 1932 – cité d’après Musso 2006.

65 En particulier, le Comptoir national d’Escompte, construit entre 1878 et 1881 par Édouard Corroyer et unanimement considéré comme une des œuvres les plus représentatives de l’école moderne du rationalisme français.

66 L’hôtel est aujourd’hui occupé par la Fondation Onassis. Place Rigilis, sur l’avenue Vassilissis Sofias, se situe une grande maison dont il pourrait être l’auteur (même si la date est un peu tardive et le détail ordinaire) : ici, le triplet central se prolonge par un attique qu’encadrent deux grandes terrasses accessibles.

67 « Εύρυθµος αφαιρετισµός », Biris 1987, p. 172.

68 Ancien conseiller en agriculture du roi de Roumanie, il était spécialiste des questions économiques. À sa mort, il fit don de sa fortune pour développer un enseignement supérieur dans le domaine – une université porte aujourd’hui son nom à Athènes.

69 Comme G. Avéroff, il s’était spécialisé dans le négoce du coton égyptien pour les filatures anglaises. Après avoir vécu longtemps à Alexandrie, en Égypte, il rejoignit la Grèce en 1910 pour y conduire une carrière politique – d’abord comme parlementaire puis, à partir de 1914, comme maire d’Athènes. Proche de Venizelos, il l’accompagna dans son exil à Nice en 1920 avant de revenir à Athènes, où il joua un rôle important dans l’accueil des réfugiés d’Asie Mineure.

70 Pour la première fois dans l’histoire de la Grèce nouvelle, l’influence britannique est ici perceptible. Que ce soit en Égypte ou dans les îles ionniennes, les liens avec l’Angleterre étaient pourtant établis de longue date. La construction de l’ambitieuse villa de Nikolaos Kazoulis (241 avenue Kifisias et rue Gregoris Lambrakis à Kifissia, 1910), avec sa rotonde d’angle et son dôme à pans en béton armé, ne se justifie pas seulement par le fait que son propriétaire avait fait fortune comme entrepreneur en Égypte. Elle donne du néo-antique grec une version teintée de références au néo-palladianisme britannique.

71 Kotsaki 2007. Au même architecte, il convient d’attribuer la maison du fourreur Anastasios Skaperdas (1912), 2 rue Patrou et 16 rue Apolonos, avec ses grilles de balcon dérivées de celles dessinées par Paul Hankar pour l’hôtel Ciamberlani à Bruxelles, quinze ans plus tôt. Produit en série sous forme de balconnets en fonte, le motif devait rencontrer un grand succès jusqu’à la fin des années 1930 (par exemple, 60A rue Asklipiou et Sergiou Patriarchou).

72 Marqué à l’angle de deux rues par un étroit pavillon cylindrique, creusé au bel étage d’une niche à usage de balcon, l’édifice interprète à sa façon le style « Louis » cher aux architectes français du tournant du siècle – particulièrement à Charles Girault, l’auteur du Petit-Palais à Paris (1896-1900). L’édifice se prolonge par un jardin privatif dont la grille en fer forgé est exceptionnelle de par l’assemblage virtuose de puissants fers carrés avec des ornements feuillagés en tôle estampée.

73 La proximité en était grande avec les œuvres si savantes, à la manière de Gabriel, d’un René Sergent ou d’un Walter Destailleur – dont l’écriture est à la fois éminemment académique, faite de citations précises de l’architecture royale française du xviiie siècle, et entièrement moderne par la rationalité comme par la rigueur constructive.

74 Leur influence se lit dans la production courante : au pied de l’Observatoire, le quartier de Thissio en porte témoignage à travers des maisons dont les unes empruntent à Metaxas (9 rue Heptachalkou, avec sa frise moulée décorée de griffons ailés dans un répertoire d’inspiration hellénistique et ses jolis balcons ornés de couronnes et de pampres végétaux en fonte moulée), tandis que les autres renvoient à Nikoloudis (16 rue Akamantos et rue Amfiktyonos, dont le répertoire Louis XVI s’agrémente de grilles métalliques dérivées des modèles de Paul Hankar). Exceptionnellement, l’une de ces maisons (4 rue Flamarion) est datée de 1915 et elle est identifiée par une plaque de bronze au nom de son auteur : Io. X. Xyrogiannis. D’écriture traditionnelle, elle s’orne elle aussi de balcons à la Hankar – très répandus autour de l’Acropole (7 et 13 rue Fratti à Koukaki).

75 Interrompue par le décès de son commanditaire, la construction fut reprise en 1921 au profit de l’ancien gouverneur de la Banque nationale de Grèce, Dimitrios Maximos, qui avait entre-temps épousé la veuve d’A. Michalinos. Dans le même esprit, on citera la villa entourée de portiques construite pour l’homme d’affaires Sotirios Anargyros (1904) à Dapia, sur l’île de Spetsai – un édifice dont les décors intérieurs en néo-égyptien ont été préservés.

76 Construit de 1878 à 1894 par Léon Ginain.

77 Né en 1845, il fut professeur à l’université d’Athènes, puis gouverneur de la Banque nationale de Grèce. Il a publié un ouvrage sur Le pouvoir et la Banque nationale (Evtaxias 1914). Il avait épousé Zénobie Vouros, de la famille des banquiers Dekozis-Vouros à qui appartenait initialement la maison.

78 Exception faite du passage qui leur est consacré dans Biris 1987, p. 178-185.

79 Vasileios Kouremenos [Basile Couréménos] était entré en 1893 dans l’atelier de Guadet à l’École des beaux-arts de Paris et en sortit diplômé en 1904. Il y eut pour camarades d’étude A. Nikoloudis et A. Perret. Réfugié à Athènes en 1926, il y poursuivit une seconde carrière en tant que professeur au Polytechneion. Sur son œuvre, voir Ollivier 1936.

80 Il s’agit d’une variation sur une clef d’arc figurant un visage de femme, dont la coiffure est ornée d’une tresse de fleurs et de fruits. Le motif est d’autant plus inattendu qu’il est directement emprunté à Belmont House, la maison de campagne d’Eleanor Coade à Lyme Regis dans le Dorset. Cette dernière était l’inventeur d’un procédé de moulage en pierre artificielle (Coade Stone) qui a connu un réel succès en Grande-Bretagne au début du xixe siècle.

81 Seules les menuiseries des grandes portes d’entrée dans les maisons bourgeoises (et, sans doute, des devantures de boutique, aujourd’hui disparues) font écho à la mode internationale de l’Art nouveau, en démarquant des motifs inspirés par Gustave Serrurier-Bovy – par exemple, 12 rue Aghias-Marinas.

82 Il était venu préparer une exposition d’Agriculture et d’Industrie prévue à Istanbul en 1896.

83 K. Kyriakidis, après avoir obtenu son diplôme à l’École impériale des beaux-arts d’Istanbul en 1901, s’inscrira pour un an à l’École spéciale d’architecture de Paris puis ouvrira son agence à Péra. Il se réfugiera à Athènes en 1926.

84 La société « Gentil, Bourdet et Cie, grès, céramique pour la construction, l’ameublement », installée à Boulogne-Billancourt, avait été fondée en 1901 par deux anciens élèves de l’atelier Laloux à l’École des beaux-arts de Paris : Alphonse Gentil et François-Eugène Bourdet. Proches de Jacques Hermant, qui fut l’un des promoteurs de l’architecture en béton armé, ils s’illustrèrent en réalisant pour lui le décor intérieur en grès cérame du siège de la Société Générale (1905-12), bd Haussmann à Paris. On leur doit les façades en grès de nombre d’immeubles parisiens de la même époque.

85 Sa sœur Sophie von Hohenzollern avait épousé le futur roi Constantin de Grèce.

86 Non sans raison, l’ethnologue Maria Couroucli y fait écho dans une pénétrante analyse de la situation actuelle en Grèce (Couroucli 2013).

87 Apollinaire 1918 (citation p. 388). Le titre de la conférence, prononcée le 26 novembre 1917 au théâtre du Vieux-Colombier à Paris, devait inspirer à Charles-Édouard Le Corbusier-Jeanneret et Amédée Ozenfant le nom de la revue d’avant-garde qu’ils publièrent entre 1920 et 1925.

Table des illustrations

Titre Fig. 175 — Evaristo de Chirico, Gare de Volos (1882).
Crédits panoramio.com © Thanasis Germanos.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-1.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fig. 176 — Béla Gerster, canal de Corinthe (1882-1893).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-2.png
Fichier image/png, 6,4M
Titre Fig. 177 — Eugène Troump, École française d’Athènes, 6 rue Didotou, Athènes (1873).
Crédits EFA, Eirini Miari.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 178 — Ernst Ziller, Institut d’Archéologie allemand, 1 rue Fidiou, Athènes (1887-1897).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-4.png
Fichier image/png, 4,8M
Titre Fig. 179 — Friedrich Adler et Wilhelm Dörpfeld, ancien musée d’Olympie (1888).
Crédits © Fratelli Alinari, Antikensammlung der FAU, Antikensammlung ERlangen Internet Archive.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-5.png
Fichier image/png, 244k
Titre Fig. 180 — Nicolas Balanos, anastylose du Trésor des Athéniens à Delphes (1903).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-6.png
Fichier image/png, 8,7M
Titre Fig. 181 — Ernst Ziller, projet de restauration du stade antique d’Athènes (1864), dessin aquarellé (1869).
Crédits © Benaki Museum Neohellenic Architecture Archive.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-7.png
Fichier image/png, 15M
Titre Fig. 182 — Anastasios Metaxas, reconstruction du stade antique à Athènes (1893-1896).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-8.png
Fichier image/png, 737k
Titre Fig. 183 — Eugène Troump et Aristidis Balanos, transformation du siège de la Banque nationale de Grèce : façade principale, 86 rue Eolou, Athènes (1898-1901).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-9.png
Fichier image/png, 571k
Titre Fig. 184 — Transformation du siège de la Banque nationale de Grèce : intérieur.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-10.png
Fichier image/png, 670k
Titre Fig. 185 — Ernst Ziller, École des Evelpides : corps central, boulevard de la Reine Alexandra, Athènes (1900-1904).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-11.png
Fichier image/png, 531k
Titre Fig. 186 — Anastasios Metaxas, maison Metaxas, 15 rue Kanari, Athènes.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-12.png
Fichier image/png, 339k
Titre Fig. 187 — Anastasios Metaxas, palais Merlin de Douai (aujourd’hui ambassade de France) : façade, 7 avenue Vassilissis Sofias, Athènes (1893-1895).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-13.png
Fichier image/png, 567k
Titre Fig. 188 — Palais Merlin de Douai : grand escalier.
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-14.png
Fichier image/png, 401k
Titre Fig. 189 — Anastasios Metaxas, palais Athanasoulis, rue Panepistimiou, Athènes (vers 1900, démoli).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-15.png
Fichier image/png, 221k
Titre Fig. 190 — Anastasios Metaxas, palais Orphanidis (Fondation Onassis), 56 avenue Vassilissis Amalias, Athènes (vers 1900).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-16.png
Fichier image/png, 198k
Titre Fig. 191 — Anastasios Metaxas, hôtel particulier, 17 rue Stissichorou et 7-9 rue Vasileos Georgiou Devterou, Athènes (vers 1910).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-17.png
Fichier image/png, 498k
Titre Fig. 192 — Anastasios Metaxas, hôtel Charokopos (musée Benaki) : façade, 1 rue Koumpari, Athènes (1895).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-18.png
Fichier image/png, 552k
Titre Fig. 193 — Hôtel Charokopos : vestibule.
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-19.png
Fichier image/png, 495k
Titre Fig. 194 — Anastasios Metaxas, immeuble Pallis, place Syntagma, Athènes (1910-1911).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-20.png
Fichier image/png, 404k
Titre Fig. 195 — Anastasios Metaxas, Banque ionienne : façade, 12 rue Pesmazoglou, Athènes (1911-1916).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-21.png
Fichier image/png, 372k
Titre Fig. 196 — Banque ionienne : salle des guichets.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-22.png
Fichier image/png, 290k
Titre Fig. 197 — Alexandros Nicoloudis, maison Minoos Konstantinis, rues Navarchou Nikodimou et Thoukydidou, Plaka, Athènes (1910).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-23.png
Fichier image/png, 277k
Titre Fig. 198 — Alexandros Nicoloudis, hôtel particulier, rues Ithakis et Idras, Athènes (vers 1910, démoli).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-24.png
Fichier image/png, 281k
Titre Fig. 199 — Anastasios Chelmis, villa Maximos, 19 rue Irodou Attikou, Athènes (1912).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-25.png
Fichier image/png, 510k
Titre Fig. 200 — Anastasios Chelmis, maison Evtaxias, 5 rue Ioanni Paparrigopoulou, Athènes (1916).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-26.png
Fichier image/png, 491k
Titre Fig. 201 — Hôtel particulier, 1-3 rue Alopekis, Athènes.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-27.png
Fichier image/png, 383k
Titre Fig. 202 — Kostas Kitsikis, petit hôtel (aujourd’hui, Archives historiques de l’université d’Athènes), 45 rue Skoufa, Athènes (vers 1915).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-28.png
Fichier image/png, 518k
Titre Fig. 203 — Vasileios Kouremenos, petit hôtel, 14 rue Akadimias, Athènes (vers 1910-1920).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4113/img-29.png
Fichier image/png, 397k

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search