Version classiqueVersion mobile

L’architecture de la Grèce au XIXe siècle (1821-1912)

 | 
François Loyer

Le monde moderne

Texte intégral

  • 1 Maurer 1835.
  • 2 Non sans raison, Anastassios Anastassiadis relève que « le banditisme, phénomène lié aux pratiques (...)

1Depuis la constitution de l’État grec, les gouvernements successifs se sont heurtés à un manque chronique de moyens – difficulté presque insurmontable, déjà relevée par Ludwig von Maurer1 lorsqu’il siégeait au Conseil de régence durant la minorité du roi Othon. Cela ne les a pas empêchés de travailler à la mise en place d’une administration cohérente, capable de s’opposer aux pressions de groupes d’intérêts portés par diverses minorités en rivalité pour l’exercice du pouvoir – d’où la longue et difficile histoire politique du pays. Après plus de trois siècles de domination ottomane, l’occidentalisation des mentalités tenait du défi, même si une petite minorité urbaine s’était depuis longtemps ralliée aux conceptions européennes de la liberté. Malgré les tensions violentes que générait la mutation en cours2, l’État est parvenu à s’organiser peu à peu. Cela révèle un profond changement d’état d’esprit. Avec une finesse de jugement digne d’un anthropologue, l’universitaire É. Burnouf notait en 1886 :

  • 3 Burnouf 1887b (citation p. 135).

Quand j’ai vu la Grèce pour la première fois, dix-sept ou dix-huit ans seulement après la guerre, la chambre des députés ne comptait guère que cinq ou six redingotes, tout le reste des élus portait la fustanelle et le fez rouge. À présent, c’est tout le contraire : la chambre est vêtue comme nous ; elle ne compte plus que quatre ou cinq fustanelles. Il ne faut pas croire que ce soit là une petite révolution : c’est une révolution profonde. Pour qu’un homme en vienne à changer son costume dans son propre pays, il faut que des idées nouvelles aient livré bataille aux anciennes dans son esprit et qu’il ait vaincu un bien puissant préjugé. Ainsi, à l’arrivée des mœurs de l’Occident, le pittoresque s’enfuit ; dans quelques années, l’élégant et brillant costume des Grecs aura disparu ; les bergers des montagnes porteront seuls la fustanelle et les cnémides brodées jusqu’au jour où ils seront eux-mêmes vêtus d’une culotte et d’une blouse comme nos pastoureaux. Déjà les riches vêtemens nationaux passent à l’état de pièces archéologiques et d’objets de musée3.

2Deux générations après la guerre d’Indépendance, c’est un bien grand pas qui s’est produit entre la mentalité traditionnelle, imprégnée de culture ottomane, et les exigences du monde moderne auquel le pays appartient désormais.

L’ingénierie urbaine

  • 4 Des affaires de brigandage en furent le prétexte. Elles masquaient l’intérêt stratégique, pour les (...)
  • 5 La compagnie, à capitaux français, était dirigée par l’homme d’affaires Th. F. Feraldi (promoteur, (...)
  • 6 Il faudra attendre jusqu’en 1928 pour que le réseau d’assainissement soit généralisé dans le centre (...)

3La lente évolution qui fit d’Athènes une métropole avait débuté avec la guerre de Crimée. Elle fut d’abord marquée par l’occupation franco-anglaise du port du Pirée entre 1854 et 18574 : grâce aux ingénieurs militaires et aux moyens qu’ils apportaient, le nivellement des chaussées et l’évacuation des eaux pluviales devinrent enfin une réalité. En 1862, l’achèvement d’une usine à gaz5 permit l’installation de l’éclairage public. En 1866, le grand égout collecteur sous les boulevards du centre fut prolongé jusqu’à la place Omonia, mais on n’alla pas plus loin6. Bientôt devait se poser la question cruciale de l’alimentation en eau potable, en grande partie assurée jusqu’alors par des puits : la citerne antique de Dexameni, sur les pentes du Lycabette, fut restaurée et remise en service dès 1871. L’Annuaire Blengini de 1884-85 ne tarit pas d’éloges sur les ressources en eau dont bénéficie désormais la capitale,

  • 7 Blengini 1884, p. 60.

qu’arrose le Céphise, la seule rivière de la contrée qui conserve son eau pendant l’été, grâce aux efforts inouïs et aux énormes dépenses qu’a faites depuis deux ans M. [D.] Soutsos, maire d’Athènes. Celui-ci, après avoir fait creuser des aqueducs dans les roches, a réussi à compléter la canalisation et à alimenter de la sorte toutes les maisons avec de l’eau qu’il fait venir de bien loin. En outre, il a placé dans chaque coin des rues des fontaines publiques7.

4Et É. Burnouf d’ajouter :

  • 8 Burnouf 1887a, p. 553-554.

Eh bien ! il faut le reconnaître, Athènes est maintenant une des plus jolies villes de l’Europe. C’est une ville de marbre, blanche et fraîche, que la fumée et les brouillards ne ternissent pas et qui prendra à la longue la nuance dorée du Parthénon. Elle a des rues droites et larges, plantées d’arbres et garnies de spacieux trottoirs de marbre blanc. On y abat la poussière avec de l’eau, qu’un système de tuyaux souterrains amène dans tous les quartiers. Cette eau, de qualité excellente, manquait encore de mon temps ; on venait de découvrir un réservoir romain ; on le réparait, ainsi que l’aqueduc, dont on ne connaissait pas encore le point de départ ; des industriels français établissaient les conduits souterrains. Depuis lors on a construit un second réservoir ; on a capté d’autres sources à quatre ou cinq lieues de distance et la ville se trouve abondamment pourvue. Des égouts et des tombereaux emmènent au loin les immondices8.

  • 9 La construction du barrage de Marathon n’interviendra qu’en 1924, sous les auspices de l’entrepris (...)

5Malgré ces éloges appuyés, l’équipement n’était déjà plus à la hauteur de besoins en perpétuel accroissement : fontaines et porteurs d’eau restèrent, durant de longues années, le seul moyen d’y répondre9.

  • 10 L’idée, on l’a vu, en avait été proposée dès 1835 par Th. F. Feraldi.
  • 11 La gare du Nouveau Phalère est ouverte en 1887. Le prolongement de la ligne jusqu’à la place Omonia (...)
  • 12 En 1887, Athènes est reliée au Phalère par un tramway à vapeur. Issu de la même compagnie, il concu (...)

6La gestion des transports en commun fut mieux assurée. De 1867 à 1869, des ingénieurs anglais avaient aménagé un chemin de fer allant du Théséion jusqu’au Pirée10. En liant la capitale et son port, il répondait à des besoins touristiques en pleine expansion : après avoir permis dans un premier temps d’accueillir les visiteurs étrangers dès leur arrivée en Grèce, il devait rendre accessible aux Athéniens la station balnéaire du Nouveau Phalère11. Enfin, dès 1882, un réseau de tramway à chevaux – conçu par la Compagnie belge des Laminoirs, Forges et Fonderies de Jemappes – sillonna la ville et ses banlieues12.

Édifices publics

  • 13 Son nom est mentionné parmi les personnes qui l’accompagnaient dans une lettre écrite par la duches (...)
  • 14 Elle signe en revanche l’ingénieur militaire habitué aux fortifications et aux travaux publics – où (...)
  • 15 Quai Miaoulis. Elle accueillit plus tard la Direction du port ainsi que la Mairie, avant d’être dém (...)

7La faiblesse de l’État ne lui permettait pas de se lancer dans des politiques aussi dispendieuses en matière de bâtiments. La plupart des ministères occupaient des édifices sans caractère, généralement locatifs. D’autres administrations, dont l’implication était surtout locale, furent un peu mieux servies : l’un des plus anciens entrepôts, des plus emblématiques aussi, est celui de la Douane dans le port d’Ermoupolis à Syros (fig. 139). Conçu en 1860 par l’ingénieur Alexandros Georgantas13, le bâtiment est isolé au bout de la jetée – face à la mer. Long et étroit, il s’inspire de la typologie du marché couvert : les sept arcades en plein cintre du soubassement, dont les extrémités forment pavillon, sont reprises à l’étage par des triplets d’arcatures – dissociant clairement la fonction de déchargement de celle d’entrepôt. L’usage de la pierre de taille, inhabituelle pour une construction aussi utilitaire14, valorise fortement l’édifice. Non moins emblématique était l’ancienne Bourse du Pirée (1869-71)15 (fig. 140), surprenant casino à l’italienne de plan centré dominant une vaste esplanade située sur le port. Les volumes en cascade du beffroi, signalant l’entrée du port à tous les navires, étaient suivis d’un avant-corps à pans coupés se détachant sur les ailes (elles-mêmes précédées d’une puissante colonnade dorique). Dominé par une grande horloge, l’ensemble tenait tout autant du beffroi que du sémaphore.

Fig. 139 — Douane du port, Ermoupolis, Syros (1860).

Fig. 139 — Douane du port, Ermoupolis, Syros (1860).

François Loyer.

Fig. 140 — Ancienne Bourse, quai Miaoulis, Le Pirée (1869-1871, démolie).

Fig. 140 — Ancienne Bourse, quai Miaoulis, Le Pirée (1869-1871, démolie).

François Loyer.

  • 16 Δηµοτικό Βρεφοκοµείο, aujourd’hui galerie d’art municipale, 51 rue Pireos sur la place Koumoundouro (...)
  • 17 Voulu par la reine Olga et financé par le banquier A. Syggros, l’hôpital intégrait notamment une éc (...)
  • 18 L’édifice, dont il ne reste plus que la chapelle dans le style byzantin moderne (édifiée par le mêm (...)
  • 19 Gourlier et al. 1825-50.

8Le plus grand succès des politiques publiques concerna les hôpitaux et les écoles primaires. Dès son installation le gouvernement d’Othon s’en était préoccupé. Le relais fut pris dans les années 1870-80, où le contexte était devenu favorable. Dans cette phase de renouvellement, la santé connut un véritable essor. C’est à P. Kalkos que fut confié, en 1872-74, l’Hospice des Enfants trouvés à Athènes16 (fig. 141). Avec ses avant-corps à fronton enserrant un portique à arcades, il ressemble à une école. L’hôpital Evangelismos (fig. 142) bâti en retrait de l’avenue Vassilissis Sofias (45-47 rue Ypsilanti) entre 1881 et 1884 par l’ingénieur Anastasios Theophilas, apparaît tout aussi conventionnel (un large pavillon central et deux ailes en double équerre, isolées par une galerie ouverte…), malgré la conception moderne dont il se revendique au plan médical17. C’est encore au modèle du palais ou du couvent, comme si la typologie pavillonnaire n’était pas parvenue jusqu’à lui, que se référa E. Ziller pour l’orphelinat Chatzikonsta (fig. 143), rue Pireos en 189718. En parfait décalage avec l’actualité, les belles cours intérieures à deux rangs d’arcades évoquaient peu ou prou l’Hôtel-Dieu de Paris (1866-78) par Arthur-Stanislas Diet. On a le sentiment de feuilleter l’illustre recueil d’édifices publics19 diffusé, un demi-siècle plus tôt, par le Conseil des Bâtiments civils à Paris… Un changement s’esquisse vers la fin du siècle : avec son jardin de devant, ses deux ailes largement percées et son péristyle traité en naïskos sommé d’un fronton, l’hôpital Hirsch (aujourd’hui Hippocratos, 113 avenue Vassilissis Sofias, par Dimitrios Kallias, 1902-08) a pris l’allure d’un dispensaire. La problématique retenue a été celle de la monumentalisation du petit équipement, à l’échelle du quartier. Dans ce domaine, l’une des plus belles réalisations reste celle de l’hôpital Aiginiteios (1901-09), par A. Metaxas, au 72-74 de la même avenue. Deux entrées soulignées d’un fronton se répondent de part et d’autre d’un avant-corps traité en loggia, au sein d’une longue façade prise entre des ailes plus fermées. Le jardin de devant ainsi que l’ordonnance palatiale évoquent le bâtiment public, en conservant la retenue nécessaire à un équipement dont la fonction est utilitaire. La composition a le mérite de la sobriété autant que de l’élégance.

Fig. 141 — Panayotis Kalkos, ancien Hospice des Enfants trouvés, 51 rue Pireos, Athènes (1872-1874).

Fig. 141 — Panayotis Kalkos, ancien Hospice des Enfants trouvés, 51 rue Pireos, Athènes (1872-1874).

EFA, Philippe Collet.

Fig. 142 — Anastasios Theophilas, hôpital Evangelismos, avenue Vassilissis Sofias, Athènes (1881-1884).

Fig. 142 — Anastasios Theophilas, hôpital Evangelismos, avenue Vassilissis Sofias, Athènes (1881-1884).

EFA, Philippe Collet.

Fig. 143 — Ernst Ziller, orphelinat Chatzikonsta : cour intérieure, rue Pireos, Athènes (1897, démoli).

Fig. 143 — Ernst Ziller, orphelinat Chatzikonsta : cour intérieure, rue Pireos, Athènes (1897, démoli).
  • 20 Victime des combats de la guerre civile, elle a été démolie en 1956.
  • 21 Φιλεκπαιδευτική Εταιρεία [Association pédagogique]. Le Tossitseion était le produit de l’évergétism (...)

9Les établissements scolaires répondaient depuis longtemps à la même problématique. Certains bâtiments ne sont pas sans mérite, comme en témoignent les réalisations de P. Kalkos ou L. Caftanzoglou. Au premier, on devait un édifice particulièrement représentatif d’un enseignement d’élite pour le peuple : l’École supérieure gratuite Varvakeios (fig. 144), construite en 1859 rue Athinas20. La masse parallélépipédique, avec son soubassement à refends et l’ordonnance serrée des pilastres cadrant les fenêtres de l’étage, était animée par un portique ionique tétrastyle (sur le modèle de l’Érechthéion) ouvrant sur un perron situé au milieu de la cour d’entrée. Lui répondait, au revers, un beffroi couronné par une lanterne – détail inattendu pour un programme de ce type. En 1875-78, le même auteur réalisera au 106-108 rue Adrianou à Plaka la 74e école primaire d’Athènes (fig. 145), restée le modèle de l’architecture scolaire. Un faible retrait d’alignement dégage un jardinet en façade, derrière un portail de fer. L’édifice, à simple rez-de-chaussée, comprend deux ailes abritant les classes de part et d’autre d’un portique dorique à deux colonnes in antis – d’une parfaite correction archéologique. Les deux grands palmiers en façade ne contribuent pas peu au charme qui s’en dégage. Pour sa part Caftanzoglou avait édifié le Tossitseion (1865), à l’angle des rues Stadiou et Arsaki. Disparu dès le début du xxe siècle, lors des agrandissements de l’Arsakeion, l’établissement appartenait à la Filekpaideftiki Etaireia21 – une institution fondée en 1836 pour promouvoir l’enseignement primaire et secondaire. Le volume parallélépipédique était marqué par un large avant-corps à fronton dont les sept baies jointives, en manière de portique, signalaient la présence d’une salle de classe à chaque niveau.

Fig. 144 — Panayotis Kalkos, école Varvakeios, rue Athinas, Athènes (1859, démolie).

Fig. 144 — Panayotis Kalkos, école Varvakeios, rue Athinas, Athènes (1859, démolie).

© Benaki Museum Photographic Archive.

Fig. 145 — Panayotis Kalkos, 74e École primaire, 106-108 rue Adrianou, Athènes (1875-1878).

Fig. 145 — Panayotis Kalkos, 74e École primaire, 106-108 rue Adrianou, Athènes (1875-1878).

François Loyer.

  • 22 Pompée 1879 ; Narjoux 1879. Rien ne modifie plus la perception d’un édifice que son adaptation aux (...)

10Elles étaient desservies par des vestibules disposés dans les travées extérieures (percées de deux portes en symétrie). Surélevé par un lanterneau, l’escalier hors-œuvre se détachait sur la façade postérieure. L’articulation des volumes se consacrait tout entière à l’expression de la distribution intérieure, avec une belle logique – souvent reprise par la suite dans l’architecture ordinaire. Du même architecte, le IIe gymnase de la place Koraï au Pirée (1875, démoli en 1966) offrait un parti comparable : l’avant-corps central à cinq baies était encadré par des triplets dans les ailes. Cette typologie très simple inspirera les modèles de bâtiments scolaires dessinés en 1898 par Dimitrios Kallias (fig. 146) : le type B est un simple pavillon carré, pour une école primaire à une classe ; le type Γ, à deux classes, les place de part et d’autre du vestibule d’entrée marqué par un fronton ; le type Δ prolonge le précédent par deux ailes perpendiculaires qui accueillent deux classes supplémentaires – comme on peut le voir encore de nos jours à Chora, dans l’île de Tinos (fig. 147) ou à Arachova en Phocide. L’ensemble évoque les « plans-modèles » dessinés vingt ans plus tôt par César Pompée ou F. Narjoux22, pour le compte du ministère français de l’Instruction publique. L’architecte devait en faire l’application dans plusieurs établissements, dont le plus imposant est le groupe scolaire Marasleion, 4 rue Marasli à Athènes (1905).

Fig. 146 — Plans-types de constructions scolaires (1898), Dimitrios Kallias.

Fig. 146 — Plans-types de constructions scolaires (1898), Dimitrios Kallias.

François Loyer.

Fig. 147 — Première école primaire (type Δ), rue Ioannou Metaxa, Chora, Tinos.

Fig. 147 — Première école primaire (type Δ), rue Ioannou Metaxa, Chora, Tinos.

François Loyer.

  • 23 Notamment, celui remporté en 1912 par l’architecte parisien Raoul Brandon. L’importance du volume d (...)
  • 24 Στρατοδικείο (Stratodikeio), vers 1890, disparu.
  • 25 L’effet de masse est emprunté à la villa Farnésine de Baldasarre Peruzzi à Rome ; les refends très (...)

11La mise en place de l’appareil d’État se reflète par sa représentation architecturale, qui fait intimement partie du programme. Pour les édifices les plus emblématiques, elle fut parfois longue à venir. Si la construction du Palais royal s’était rapidement effectuée, celle d’un Palais de Justice digne de ce nom attendra plus d’un siècle, après plusieurs concours infructueux23. Seul un tribunal militaire24 (fig. 148) vit le jour, à l’angle des rues Akadimias et Kriezotou à Athènes. Solide volume cubique à l’alignement, il offrait l’aspect d’un palais italien du début du xvie siècle25. La scansion habile des ouvertures regroupées en triplet soulignait l’articulation entre un corps central percé d’un seul niveau (il correspondait à la salle des séances) et les ailes abritant deux étages de bureaux. Cette sobriété d’écriture signe l’élève de l’atelier Questel. Elle ne devait pas échapper à Gaston Deschamps, dans l’éloge qu’il fit de son auteur :

  • 26 Deschamps 1892, p. 202, note 3.

Heureusement, un architecte français, M. Troump, s’est établi à Athènes depuis quelques années. Il a construit plusieurs maisons dont les voyageurs remarquent aisément, parmi les colonnades bavaroises, l’élégance et le bon goût26.

Fig. 148 — Eugène Troump, Tribunal militaire, rues Akadimias et Kriezotou, Athènes (vers 1890, démoli).

Fig. 148 — Eugène Troump, Tribunal militaire, rues Akadimias et Kriezotou, Athènes (vers 1890, démoli).

© Benaki Museum Neohellenic Architecture Archive.

  • 27 Charles Garnier lui-même, qui manie le néo-rococo avec virtuosité pour le Casino de Monte-Carlo (18 (...)

12Dans le contexte de rivalité qui opposait la France à l’Allemagne, les propos étaient orientés ; mais ils reflétaient bien la différence entre une culture germanique dont l’emphase était michelangelesque, et un goût français teinté de maniérisme bellifontain27. On retrouvera cette opposition dans nombre de monuments publics. De ce point de vue (et même si l’on serait tenté d’en saluer la simplicité), le gracieux édifice construit par E. Ziller pour le tribunal de Tripolis dans le Péloponnèse, apparaît quelque peu décalé : la silhouette de villa palladienne qu’il adopte est par trop familière. Elle aurait mieux convenu à une mairie, une école ou un musée local. C’est dire combien les degrés de la monumentalité avaient gagné en exigence comme en précision, durant ce siècle qui en fit l’une des clés de son architecture.

  • 28 Σύλλογος Εµποροϋπαλλήλων (Syllogos Emporoupallilon), 5b rue Aghias-Filotheis.

13Les constructions réalisées sur des financements privés sont d’un caractère nettement plus ambitieux. Située à toucher la petite Métropole, le palais de l’Association des Employés du Commerce28 (1901) (fig. 149) affiche une façade à l’italienne dont l’ordonnance de demi-colonnes et de pilastres colossaux, d’ordre corinthien, repose sur un soubassement à refends percé de baies en arcade. Au bel étage, les encadrements s’inscrivent dans de fausses arcades, à l’exception des travées extérieures traitées en niche à pilastres et fronton. À l’étage attique, de petites baies couplées se glissent sous le puissant débord de l’entablement enrichi d’une balustrade à l’italienne. Derrière cette ample façade, un vestibule assez étroit donne sur un escalier à l’impériale dont la volée principale s’élance avec audace dans le vide de la cage. Marches de marbre blanc et balustres de fonte noire vont de pair avec des plafonds à voutains décorés d’un caissonnage polychrome. Ce vocabulaire typique de Ziller accompagne un traitement architectural contrasté entre le dehors et le dedans – entre la façade de palais et le volume restreint d’une cage d’escalier éclairée zénithalement. On ne sait si tout ce discours correspondait à la fonction pédagogique de l’édifice. En revanche, il exprimait bien la demande de ses commanditaires, attachés à un art de représentation. Non moins significatif est le recours à une écriture baignée dans la tradition de la Renaissance italienne, à l’exclusion de toute référence à la Grèce classique. Ni le Parthénon, ni l’Érechthéion ne font plus recette ; encore moins Égine ou Olympie, pas même Délos ou Pergame… C’est à travers la transposition de l’art romain dans le classicisme européen que les architectes regardent du côté de l’antiquité. E. Ziller, le maître à penser de cette génération, réalisa en Grèce une œuvre qui aurait mieux eu sa place en Italie du Nord ou en Autriche. Le monumentalisme officiel, dont il fut le porte-parole, entendait rivaliser avec l’architecture des grandes capitales européennes plutôt que de s’inscrire dans l’héritage d’un passé prestigieux, mais lointain. La philosophie du néo-antique était bien morte : c’est au monde moderne – et uniquement au monde moderne – qu’appartient ce classicisme.

Fig. 149 — Ernst Ziller (?), palais de l’Association des Employés du Commerce, rue Aghias-Filotheis, Athènes (1901).

Fig. 149 — Ernst Ziller (?), palais de l’Association des Employés du Commerce, rue Aghias-Filotheis, Athènes (1901).

François Loyer.

Équipements municipaux

14Par rapport à ces édifices d’exception, la situation locale était plus précaire. Si limitées que soient les ressources dont ils disposent, l’intervention des services publics dans la réalisation d’équipements de quartier révèle la faiblesse récurrente des budgets locaux. Seul le lancement d’une politique nationale pouvait permettre de faire face à une multiplicité de besoins que les villes n’étaient pas en mesure d’assumer. Favorisant la diminution des coûts, la typologie systématique des écoles apparut comme la meilleure réponse. Une telle décision ne fut pas sans conséquence sur leur architecture, ne serait-ce que par l’esthétique antiquisante qu’elles véhiculaient : dans des édifices payés par la nation, le message patriotique l’emportait sur toute autre considération. C’est dire que la tradition othonienne propre à l’architecture utilitaire supplanta l’emphase dont s’enorgueillissaient les édifices d’apparat. D’autres secteurs échappèrent totalement à ce débat : dans la construction des églises où triomphait le néo-byzantin, l’absence d’implication du pouvoir central tenait à la présence de structures paroissiales susceptibles de gérer des projets à leur propre initiative. On comprend mieux la diversité des constructions ecclésiastiques, qui échappaient ainsi à la normalisation des équipements financés par l’État. L’historicisme éclectique fut un moyen précieux de distinguer leur nature et leur représentativité, en fonction du programme comme des moyens.

  • 29 Il fut aussi l’auteur de l’hôtel de ville de Gythio, à une échelle beaucoup plus modeste.
  • 30 Elle donne également sur les rues Kratinou, Kleisthenous et Evpolidos. Le deuxième étage a été ajou (...)

15Cependant, toutes les villes n’étaient pas à la même enseigne. Le monumentalisme triompha à Ermoupolis – alors le plus riche des ports de l’Orient méditerranéen, pivot du commerce de la marine à voile avant qu’elle ne soit détrônée par la vapeur. Entre 1876 et 1891, E. Ziller y édifia un imposant hôtel de ville (fig. 150) dont les façades de marbre ont des allures de palais. Précédé d’un grand et haut perron pris entre deux murs d’échiffre, l’avant-corps central est dédoublé par un péristyle à deux niveaux d’arcades enrichies de colonnes plaquées. De part et d’autre se situent deux longues ailes, terminées par des pavillons carrés : elles masquent des cours intérieures dont les galeries voûtées sont ornées d’un décor pompéien. La partie la plus spectaculaire de l’édifice est l’escalier d’honneur, dont les volées suspendues en marbre gris s’associent à une main courante en fonte ornée. Ce palais municipal tient la comparaison avec les plus somptueux édifices du royaume – ne serait-ce que la demeure du prince diadoque, construite quelques années plus tard à Athènes par le même architecte29. La différence est notoire avec la mairie d’Athènes (fig. 151), édifiée entre 1872 et 1874 par P. Kalkos au 63 rue Athinas. À l’origine, l’édifice dont la masse compacte occupe tout un îlot, ne possédait qu’un étage30. Au rez-de-chaussée, les baies hautes et étroites séparées par de larges trumeaux accueillaient des commerces. Seul le portique à quatre colonnes doriques de l’entrée signalait le caractère public du monument, dont le langage austère s’interdisait tout excès.

Fig. 150 — Ernst Ziller, Hôtel de ville, place Miaoulis, Ermoupolis, Syros (1876-1891).

Fig. 150 — Ernst Ziller, Hôtel de ville, place Miaoulis, Ermoupolis, Syros (1876-1891).

François Loyer.

Fig. 151 — Panayotis Kalkos, Hôtel de ville, rue Athinas, Athènes (1872-1874).

Fig. 151 — Panayotis Kalkos, Hôtel de ville, rue Athinas, Athènes (1872-1874).

François Loyer.

  • 31 Généralement désignée de nos jours sous le nom de Varvakeios Agora, du nom de l’école fondée après (...)
  • 32 La cour couverte occupe une surface de près de 1 200 m2, pour une hauteur de 17 m. La ventilation e (...)

16Une même retenue caractérise le marché couvert municipal (Dimotiki Agora), situé un peu plus bas, 42 rue Athinas. Construite en 1878-86, cette « nouvelle agora »31 (fig. 152) était destinée à remplacer le bazar turc qu’un incendie détruisit peu après. Conçue par un professeur à l’École polytechnique, Ioannis Koumelis, elle est déterminée par une enveloppe de galeries à arcades ouvrant sur quatre rues : pour répondre aux normes modernes de l’hygiène, le bâtiment est isolé. La grande halle en est protégée par une charpente métallique dont les fermes renvoient à une technique éprouvée32. Les façades sont conçues avec élégance : arcades romaines au rez-de-chaussée, pavillons d’angle sommés de toits pyramidaux décorés d’acrotères, la halle surélevée par un attique percé d’un rang d’arcatures cintrées (le retrait sur une large terrasse accentuant l’effet). À propos du nouvel équipement, Gian Andrea Blengini évoque en termes élogieux l’action du maire D. Soutsos :

  • 33 Blengini 1884, p. 60-61. Le bazar, accidentellement détruit en 1885, occupait l’emplacement de la B (...)

Il a couronné son œuvre en faisant construire un édifice à l’européenne dans la rue de Minerve [comprendre d’Athéna], lequel doit servir de halle pour les denrées, et qui aussitôt terminé [sic], il fera démolir le vieux bazar qui recèle les plus beaux monuments de la Grèce ancienne : murs, portiques, colonnades du temple de Jupiter et de Junon (Héra) et un Sanctuaire de tous les Dieux, etc. etc.33

Fig. 152 — Ioannis Koumelis, nouvelle agora (marché couvert), rue Athinas, Athènes (1878-1886)

Fig. 152 — Ioannis Koumelis, nouvelle agora (marché couvert), rue Athinas, Athènes (1878-1886)

François Loyer.

  • 34 Don de Georges Lekkas en 1899, elle se situait dans la rue du même nom. Son charme venait de la con (...)

17Cette belle halle – pittoresque non seulement par son atmosphère colorée et ses violents éclairages, mais tout autant par le caractère balkanique de sa silhouette encadrée de pavillons-kiosques – a engendré de multiples variantes : ainsi, celle du Pirée, quai Miaoulis, était-elle ornée de toitures en croix à lanterneau central. La différence est frappante avec la modeste agora de Loutraki34 – un simple rang d’arcades, dans l’esprit du bazar turc, le long d’une rue en pente.

Le théâtre dans la ville

  • 35 Fessa-Emmanouil 1994.
  • 36 Dans ce petit théâtre se succédèrent durant près d’un siècle des troupes italiennes qui y interprét (...)
  • 37 Acquise en 1829 par Jean-Jacques Ducel, la fonderie Ducel installée à Pocé-sur-Cisse en Touraine fu (...)
  • 38 Ravagé par le tremblement de terre de 1953, l’édifice a été reconstruit différemment par la suite.

18À la typologie normative des équipements publics produits par l’administration, répond en écho un programme culturel dont le succès ne se démentit pas durant tout le siècle : le théâtre35, siège de la vie sociale des grandes comme des petites villes. Tout aussi répétitives sont ses dispositions, depuis longtemps fixées par la tradition classique. Si la première salle de spectacle ouverte à Athènes dès l’arrivée de la Cour n’a guère laissé de traces, il en est autrement de celle dont s’enorgueillit – une seconde fois – Ermoupolis à Syros. Miniature de la Scala de Milan, elle fut l’œuvre de l’Italien Pietro Sampo en 1862-64. Quatre rangs de loges enveloppent un parterre en forme de U sous un plafond circulaire décoré de médaillons qui illustrent les musiciens célèbres de l’époque36. L’extérieur, tout aussi simple, adopte l’apparence d’une villa vénitienne : son avant-corps à trois travées de marbre gris, rythmé par des pilastres toscans, est précédé d’un grand degré du même marbre. En 1871, la ville de Patras confiait à E. Ziller dont ce fut l’une des premières œuvres, la réalisation du théâtre municipal Apollo (1871-72), place Georgiou Protou (fig. 153). L’architecte reprit la typologie traditionnelle, à l’italienne, précédée d’une façade à double niveau d’arcades traitées en loggia. Inscrit dans l’alignement, le bâtiment est pris entre mitoyennetés pour des raisons d’économie. L’inconvénient du système est de ne pas assurer l’isolement de l’édifice par rapport à ses voisins – ce qui le rendrait dangereux pour l’évacuation des spectateurs et la maîtrise des flammes, en cas d’incendie. Son principal atout est la rentabilité au plan urbain, car il permet d’associer commerces et logements au théâtre proprement dit. Il a aussi le mérite de repousser en fond de parcelle les cintres, invisibles depuis la rue. Le traitement soigné des abords affirme la priorité du rapport entre le théâtre et la ville : ornée de rez-de-chaussée à arcades formant portique et d’étages aux balcons de ferronnerie, la place accueille deux monumentales fontaines aux griffons (fig. 154) – elles sont empruntées au catalogue Ducel37. La même année, Ziller construisit le théâtre Foscolos de Zante (1871-78)38 : il adoptait la silhouette d’un palais dont les loggias et perrons ouvraient sur une grande esplanade. Au centre, la surélévation d’un avant-corps à fronton permettait de déguiser les cintres (la salle n’occupant que le tiers du bâtiment dans cette vaste composition qui associait plusieurs équipements).

Fig. 153 — Ernst Ziller, théâtre Apollon, place Georges Ier, Patras (1871-1872).

Fig. 153 — Ernst Ziller, théâtre Apollon, place Georges Ier, Patras (1871-1872).

wikipedia © Conudrum~commonswiki.

Fig. 154 — Société du Val d’Osne, fontaines en fonte, place Georges Ier, Patras (1875).

Fig. 154 — Société du Val d’Osne, fontaines en fonte, place Georges Ier, Patras (1875).

wikipedia © Κωνσταντίνος Στυλιανός.

  • 39 Le premier projet (1871) était dû à l’ingénieur Piat ; le second fut dessiné par X. Girard, lauréat (...)

19Au Pirée, le rapport entre le théâtre et la ville fut traité de façon magistrale : non seulement, la place Koraï se présente comme un vaste square en retrait du port marchand, mais elle accueille deux monuments emblématiques, l’église Aghios-Konstantinos/Aghia-Eleni et le théâtre municipal (fig. 155). Œuvre d’Ioannis Lazarimos, professeur au Polytechneion, ce dernier édifice a été construit entre 1882 et 1895. Sa haute façade à pilastres corinthiens a souvent été comparée à celle du Bolchoï, à ceci près que le péristyle en est à la fois plus étroit et plus élevé. Néanmoins les deux monuments ont en commun le grand attique et le fronton qui les surélève – moyen habile, nous l’avons vu, de déguiser le volume des cintres. Dans cet imposant édifice, la salle en hémicycle comporte quatre niveaux de balcons ainsi qu’une vaste scène. Isolée par des rues de desserte, elle est enveloppée de nombreuses dépendances qui permettaient d’accueillir un rang de boutiques, ainsi que deux équipements municipaux – bibliothèque et pinacothèque. Si le foyer disposé dans l’axe de la salle n’est pas considérable, le grand escalier de marbre disposé latéralement est impressionnant avec sa rampe de fonte ornée. Quant à la façade, animée d’un double rang de fausses fenêtres, elle détourne à son profit celle de Saint-Pierre de Rome – démontrant, s’il en était besoin, le caractère éminemment urbain de la scénographie du monument. En plein cœur d’Athènes, face à l’hôtel de ville, E. Ziller construisit peu après le théâtre municipal (1886, démoli)39. Le bâtiment, isolé lui aussi sur ses quatre faces, se composait d’un corps central percé d’une petite loggia à deux niveaux d’arcades sommés d’un fronton. L’intérieur superposait cinq niveaux de galeries divisées en loges. Les ailes, plus basses, regroupaient les circulations selon un dispositif assez proche de celui de l’Opéra de Semper à Dresde. Cette version plus simple du théâtre dans la ville n’en était pas moins ambitieuse par son isolement, comme par la gradation des masses et l’effet scénographique de la grande loggia prolongeant le foyer.

Fig. 155 — Ioannis Lazarimos, théâtre municipal, place Koraï, Le Pirée (1882-1895).

Fig. 155 — Ioannis Lazarimos, théâtre municipal, place Koraï, Le Pirée (1882-1895).
  • 40 Sur tous ces théâtres, on se référera à l’abondant catalogue de l’exposition Ziller à la Pinacothèq (...)
  • 41 Sur une coupe en date du 17 novembre 1892, le dessin un peu compliqué des draperies de la loge roya (...)
  • 42 Très employée par les ingénieurs de Chicago pour assurer des reports de charge au-dessus de vastes (...)
  • 43 Elle a été élaborée en 1888 par l’architecte et ingénieur catalan Joan Torras i Guardiola, professe (...)

20La dernière réalisation dont Ziller fut l’auteur rompra avec cette typologie pourtant bien en place40. Le théâtre national (1891-1901), 22 rue Aghiou Konstantinou à Athènes (fig. 156), a l’allure d’un palais – occupant une tête d’îlot qui ouvre sur trois rues. Débordant sur l’alignement, le puissant avant-corps central est composé de huit colonnes corinthiennes sous une corniche à ressauts digne de thermes romains. L’architecte y reproduisit l’élévation des façades de la bibliothèque d’Hadrien, récemment dégagée depuis la destruction du bazar turc. À la manière florentine, il posa cette colonnade sur un puissant soubassement de pierre grise en bossage rustique. Invisible de l’extérieur, la salle (fig. 157) est disposée transversalement à la rue principale. Inspirée d’exemples britanniques plutôt qu’italiens, elle offre un vaste parterre que dominent deux rangs de balcons en fer à cheval, largement dégagés, sous un plafond caissonné. L’ouverture de scène est d’autant plus ample que les loges qui l’encadrent sont dépourvues de montants41. Révélateur de profonds changements culturels et sociaux, le dispositif en amphithéâtre renvoie aux salles de spectacle qui fleurissaient à la fin du siècle. D’un point de vue technique, la construction n’est pas moins intéressante : au-dessus de la salle, là où la portée est la plus grande, la charpente est constituée par une grande poutre métallique « américaine »42 à laquelle se suspend le plafond de la salle ; pour les cintres a été retenue une variante simplifiée de la ferme « à ailes de mouches » dont la mise au point était récente43. Incontestablement, l’architecte se tenait au courant des progrès de la technique, au moins dans le domaine de la construction métallique.

Fig. 156 — Ernst Ziller, théâtre national : façade, rue Aghios-Konstantinos, Athènes (1891-1901).

Fig. 156 — Ernst Ziller, théâtre national : façade, rue Aghios-Konstantinos, Athènes (1891-1901).

François Loyer.

Fig. 157 — Théâtre national : salle.

Fig. 157 — Théâtre national : salle.

Le café sur la place

  • 44 Καφενείο το Μέγα (Kafeneio To Mega), sous les arcades de la grande place.

21Autre figure incontournable de la vie urbaine, le café a résisté – mieux que le théâtre – à l’évolution des modes de vie. C’est une telle institution aujourd’hui en Grèce qu’on n’envisage pas une ville ou un port sans son alignement de terrasses, avec leurs chaises rustiques et leurs petites tables – sous de grandes marquises métalliques prolongeant une salle haute et profonde, dans laquelle on se réfugie aux jours de l’hiver. Haut sous plafond, avec ses murs blancs et ses immenses miroirs, le Grand Café44 de Tripolis en est l’exemple caractéristique, enrichi par un mobilier fait de guéridons à dessus de marbre et de sièges Thonet importés de Vienne. Athènes n’a pas échappé à cette tradition, qui avait réservé de longue date au café un rôle éminent. Avec le développement de la ville, sous le règne de Georges Ier, la place Syntagma avait pris l’aspect d’un jardin entouré de terrasses où se retrouvait la société athénienne. La place Omonia devait bientôt lui disputer ce privilège. Aménagée dès 1863, elle comportait elle aussi un jardin central dont les parterres étaient ornés de palmiers. Autour se construisirent des immeubles d’une architecture régulière, dont les rez-de-chaussée à arcades reçurent cafés et restaurants fréquentés par une population aisée. É. Burnouf fait des deux places cette description idyllique, bien éloignée de la situation actuelle :

  • 45 Burnouf 1887a, p. 554.

Devant le palais est un jardin d’orangers avec un jet d’eau, puis une place entourée d’hôtels. C’était naguère la plus fréquentée de la ville ; quand je quittai Athènes, en 1875, on en nivelait une autre dans le quartier inférieur ; elle portait déjà le nom de place de la Concorde [Omonia]. Elle ne ressemble pas à celle de Paris, quoique l’avenue de Patissia ait quelque analogie de rôle avec nos Champs-Élysées. Elle est entourée de fort belles maisons et d’hôtels ; on y remarque un café d’un luxe éblouissant, tout à la française, servi par des garçons élégamment vêtus, et pourvu de journaux du monde entier. La place elle-même est un bosquet d’arbres toujours verts, autour desquels s’épanouissent des fleurs parfumées. Des orchestres y donnent des concerts. Ainsi tous les sens sont satisfaits. C’est là maintenant que les Hellènes et les étrangers viennent chaque soir se reposer45.

  • 46 Comme sur la place de la Concorde à Paris, les piédestaux des pylônes étaient traités en guérite, a (...)

22Le rôle central de la place Omonia, à la rencontre des trois axes principaux de la ville neuve, se confirma au fur et à mesure du développement des quartiers résidentiels de Patissia. En 1880, elle devient le point de départ du réseau des tramways à chevaux ; en 1895, elle reçoit la gare souterraine de la ligne du Pirée (prolongée depuis Monastiraki). En 1911, enfin, un nouvel aménagement inspiré par l’exemple parisien la dote de fontaines circulaires, de balustrades et de pylônes en pierre46 célébrant son statut d’espace urbain central.

23Quant au café « d’un luxe éblouissant » qu’évoque le chroniqueur, on l’identifierait volontiers à l’ancien Astoria situé dans un bâtiment qui existe encore non loin de là – au carrefour des Chavteia, formant l’angle de la rue Eolou avec la rue Panepistimiou. Au-dessus d’un rez-de-chaussée commercial entièrement vitré, l’étage d’habitation est aéré par deux grandes loggias d’un ordre ionique particulièrement élégant. L’horizontale des deux longues façades perpendiculaires est soulignée par une haute balustrade à l’italienne ponctuée de vases. De grands balcons de ferronnerie pris entre des piédestaux de marbre, une polychromie assez simple d’ocre et de pourpre ainsi que la statue en terre cuite d’Hermès, dans une fausse fenêtre au-dessus de l’entrée complètent le décor. On imagine facilement l’intérieur, aujourd’hui disparu, dans un répertoire néo-pompéien en rapport avec le prestige de l’établissement.

  • 47 Place Alexandras et quai Koutouriotou. Les façades ont été simplifiées par un ravalement drastique, (...)

24Le café a rarement survécu, en effet, aux transformations dont il a pu être l’objet : à chaque génération, le décor se renouvelle au point qu’il ne nous reste plus des salles du xixe siècle qu’un souvenir assez flou. Certaines réalisations étaient pourtant remarquables : logé dans un bâtiment en quart de cercle47 donnant sur le port de Zea (autrefois Pachalimani) au Pirée, le café Patsiadis fut aménagé par E. Ziller en 1894. L’ensemble comprenait deux constructions distinctes, place Alexandras : une villa pavillonnaire couronnée par une terrasse-belvédère et le café proprement dit, donnant sur le port. Avec ses parois habillées de faux marbre et son plafond décoré de motifs pompéiens, il surprenait par la richesse de son répertoire – en parfait décalage, tant avec le programme qu’avec la période. Une telle ornementation aurait été plus attendue dans le vestibule d’un palais que dans la salle d’un café. Quant à la référence à Pompéi, elle n’était plus en vogue depuis près d’un demi-siècle. L’originalité de l’architecte est d’avoir fait revivre une esthétique passée de mode, à un moment où l’on s’autorisait toutes les nostalgies. Elle est aussi – et sa propre maison en porte la marque – d’avoir donné un sens à ce regard rétrospectif : à travers sa production personnelle, le monde artistique de son maître Th. Hansen a traversé le temps pour se prolonger jusqu’au début du siècle suivant. Enfin, et ce n’est pas le moindre aspect de son intervention, il sera parvenu à élaborer des techniques permettant à ce système ornemental de se transformer en un répertoire sériel, aussi varié qu’il était bon marché. À quelques pas de là, il avait ouvert une fabrique de carreaux de ciment qui évoque d’autres entreprises de production de décor, en Angleterre comme sur le continent. Sur les murs du café, c’est à la virtuosité des peintres décorateurs qu’il avait fait appel pour réaliser des faux marbres et des décors à l’antique d’un effet spectaculaire : le monde du théâtre (plus tard, celui du cinéma) entrait dans l’illusion du décor commercial. Il devait y occuper la première place pendant près de vingt ans, en totale divergence avec les ressources de l’Art nouveau à la mode à Paris, Barcelone, Vienne ou Milan…

  • 48 Le dépouillement des publicités permettrait d’identifier quelques-uns des ateliers les plus réputés (...)

25Cafés et boutiques ont en commun les marquises de ferronnerie, qui en étendent l’emprise sur le trottoir des rues commerçantes. La Grèce était passée maître en ce domaine : la plupart des couvertures vitrées sont à contrepente, selon le principe du chien-assis (il permet de faire entrer la lumière à l’intérieur de la boutique) ; et elles reposent sur des consoles en porte-à-faux, à la différence des pays du nord (où les contraintes climatiques imposent la pente vers le dehors, ainsi que l’usage des tirants). La charpente légère combine les fers carrés aux fers plats, moisés par des assemblages rivetés – l’ornementation étant assurée aussi bien par des motifs de fonte décorative que par des enroulements en fer forgé et des découpes de tôle ajourée. L’invention décorative en est remarquable, au point que l’on peut considérer cet art, devenu anonyme48, comme l’une des expressions les plus originales de la production ornementale en Grèce dans la période qui va des années 1880 jusqu’à l’entre-deux-guerres. La légèreté et l’élégance des marquises attirent l’œil, là où ni les devantures, ni le mobilier ne parviennent à constituer un domaine inventif – on est loin des châssis et des meubles d’acajou des boutiques Art nouveau de Bruxelles… Il est vrai qu’en Grèce, on vit plus dehors que dedans : ces espaces intermédiaires ont occupé de tout temps une place majeure dans le traitement de l’espace et du décor.

Architectures commerciales

  • 49 Ξενοδοχείο Μέγας Αλέξανδρος (Xenodokeio Megas Alexandros) 19 place Omonia et 69 rue Athinas, et Μπά (...)

26La typologie reflète fidèlement l’évolution du cadre de vie, au contact du monde occidental. C’est ainsi que, dans le dernier quart du siècle, se démultiplient les hôtels pour voyageurs conçus sur des normes européennes. L’un des premiers fut le Carlton (puis Néon) au 8 place Omonia en 1870. Un peu plus tard, en 1876, E. Troump était retenu à Athènes par une commande du même type que nous n’avons pas pu identifier. Peu après s’ouvrit l’hôtel d’Égypte (vers 1880-90), dans une position éminente 32 rue Stadiou et 2 rue Koraï : élégante construction à trois étages sur un soubassement à arcades, elle adopte le répertoire classique international dont E. Ziller se fera bientôt une spécialité. Tour à tour ce dernier édifiera, sur la place Omonia, les hôtels Megas Alexandros (1889) (fig. 158) et Bangkeion (1890)49 (fig. 159). Situés de part et d’autre de la rue Athinas, ils sont dotés d’un soubassement à arcades orné de bossages rustiques à la manière florentine. Au-dessus, s’élèvent trois étages – le dernier traité en attique, dont l’enduit pourpre souligne l’autonomie. On ne pouvait faire plus conventionnel que cette élévation stéréotypée, dont la répétition insistante évoque à s’y méprendre le système haussmannien. Le détail n’est pas moins attendu. Les façades étant entièrement enduites, seuls les chambranles des ouvertures du rez-de-chaussée et les colonnes du vestibule sont en marbre. L’ornement industriel fait l’essentiel du décor : la fonte moulée est employée pour les grilles de balcon, qui se parent d’un affrontement symétrique de cygnes ou de griffons (inspirés des fresques de la maison de Livie à Rome, ils étaient déjà présents à la maison de Schliemann). Quant au décor sculpté – clés d’arcade, chapiteaux et acrotères – il est entièrement réalisé en terre cuite. L’ensemble culmine par un morceau de choix, à l’angle de la rue Athinas, où se répondent deux loggias décorées de monumentales cariatides produites par la maison Wienerberger.

Fig. 158 — Hôtel Megas Alexandros, 19 place Omonoia, Athènes (1889).

Fig. 158 — Hôtel Megas Alexandros, 19 place Omonoia, Athènes (1889).

EFA, Philippe Collet.

Fig. 159 — Ernst Ziller, hôtels Bangkeion, 18 place Omonoia, et Megas Alexandros Athènes (1890).

Fig. 159 — Ernst Ziller, hôtels Bangkeion, 18 place Omonoia, et Megas Alexandros Athènes (1890).

François Loyer.

  • 50 Ξενοδοχείο Εµπορίκον. Littéralement, hôtel commercial, 27 rue Eolou. Situé place Aghias-Irinis, fac (...)
  • 51 Lui aussi fut occupé par un hôtel pour voyageurs – Biris 1987, p. 177 et 193.
  • 52 Hôtel Lutétia, 45 boulevard Raspail (1910), par Louis-Charles Boileau et Henri Tauzin ; ensemble d’ (...)

27Rue Eolou, plusieurs immeubles reprennent le procédé. À l’hôtel Emborikon (fig. 160), l’entresol était autrefois orné de quatre atlantes supportant le balcon du bel étage50. Au no 73 de la même rue (démoli), la façade (fig. 161) s’enrichissait de deux niveaux de balcons entre lesquels se glissaient des cariatides accompagnant loggias et frontons. La formule est tellement au point qu’elle se reproduit d’édifice en édifice : on la retrouve aussi bien à l’hôtel Tourist (fig. 162), 11 rue Ermou, 1 rue Skopa, 2 rue Petraki et rue Voulis – une belle construction d’esprit haussmannien, par Nikos Belavilas et Vasos Trovas, en 1904 – que dans d’autres hôtels aujourd’hui désaffectés tels que le 46 rue Panepistimiou et rue Harilaou Trikoupi, ou son voisin, l’ancien hôtel Palladion 54 rue Panepistimiou et rue Benaki, construit en 1915 par l’ingénieur Panayotis Zizilas. Ce dernier fut également l’auteur de l’hôtel Métropole (fig. 163), 59 rue Stadiou, en 1914 : l’élévation à quatre étages, rythmés par un triplet central et des pilastres colossaux, conviendrait mieux à un immeuble de rapport qu’à un hôtel pour voyageurs (le seul indice étant, ici, la multiplication des balconnets). Au lendemain de la première guerre mondiale, le même architecte réalisera plusieurs immeubles à Athènes. Dans l’immeuble de bureaux Isaias (1923-24), 65 rue Patission et 26 rue Ioulianou, la travéation régulière des fenêtres-niches répétées d’étage en étage va de pair avec une puissante corniche à modillons et des balcons de marbre – un répertoire totalement décalé, tant il rappelle le siècle précédent. Quant à l’immeuble Samaras (1924, démoli) 54 rue Tritis Septemvriou51, il reprend les conventions du soubassement à refends, des deux étages rythmés par des pilastres ioniques et de l’attique de couronnement. Seul détail un peu moderne, les deux travées en avant-corps ornées de balcons sont couronnées par une corniche cintrée, abritant une tête de silène sur fond de grappes de raisins – le motif est emprunté à des exemples parisiens, réalisés par des architectes à la mode juste avant 191452.

Fig. 160 — Ancien hôtel Emborikon, 27 rue Eolou, Athènes (vers 1890, altéré).

Fig. 160 — Ancien hôtel Emborikon, 27 rue Eolou, Athènes (vers 1890, altéré).

François Loyer.

Fig. 161 — Ernst Ziller, ancien hôtel, 73 rue Eolou, Athènes (vers 1890, démoli).

Fig. 161 — Ernst Ziller, ancien hôtel, 73 rue Eolou, Athènes (vers 1890, démoli).

François Loyer.

Fig. 162 — Ancien hôtel Tourist, 11 rue Ermou et Voulis, Athènes (1904).

Fig. 162 — Ancien hôtel Tourist, 11 rue Ermou et Voulis, Athènes (1904).

EFA, Philippe Collet.

Fig. 163 — Panayotis Zizilas, ancien hôtel Métropole, 59 rue Stadiou, Athènes (1914).

Fig. 163 — Panayotis Zizilas, ancien hôtel Métropole, 59 rue Stadiou, Athènes (1914).

EFA, Philippe Collet.

  • 53 L’ingénieur Piat, dont on ne connaît pas la formation, est chargé de la construction de la villa Sy (...)
  • 54 Converti en immeuble de bureaux, l’édifice abritait encore il y a peu des locaux de la Banque natio (...)

28Les ingénieurs étaient particulièrement à l’aise dans la typologie conventionnelle de l’immeuble urbain – que ce dernier abrite de l’hôtellerie, des bureaux, des logements ou des équipements… Leur formation professionnelle au Polytechneion les y avait préparés, en les habituant à considérer le répertoire décoratif comme le simple habillage d’une structure éminemment répétitive. C’est l’occasion de rappeler combien ce titre d’ingénieur couvrait des réalités différentes. Dans la Grèce du xixe siècle, il se rapprochait de sa signification traditionnelle – où l’ingénieur était un professionnel aux compétences multiples, capable aussi bien de tracer une route et de donner la pente d’un égout que de construire un édifice public ou une maison particulière… C’était le cas dans la France de l’Ancien Régime, pour les ingénieurs des Généralités ; ce l’est encore de nos jours pour ceux des villes, qui sont la plupart du temps architectes de formation. Ce le fut aussi, dans la Grèce du xixe siècle, pour des professionnels aussi aguerris que P. Kalkos, G. Metaxas ou A. Theophilas – ces deux derniers proches collaborateurs de L. Caftanzoglou… En remplaçant le titre d’architecte par celui d’ingénieur, la réforme de 1862 à l’École polytechnique entendait répondre à des besoins ordinaires, où les compétences en architecture devaient se situer plutôt du côté du savoir-faire que de l’art. Même les ingénieurs étrangers répondirent à ce profil : le Français E. G. Piat, constructeur de chemins de fer, disposait d’un bagage professionnel suffisant pour concevoir un édifice et non pas seulement en suivre le chantier53. Ce n’est que beaucoup plus tard, avec le développement de la charpente métallique puis du béton, que les voies professionnelles des architectes et des ingénieurs se séparèrent. Pour distinguer leurs compétences de celles de leurs confrères, les architectes n’avaient d’autre ressource que de démontrer l’étendue de leur culture – seule à même de leur permettre une véritable invention dans le projet. Ziller en fera la démonstration lorsqu’il voudra reprendre la main dans le domaine des hôtels pour voyageurs : le dernier qu’il construisit est l’hôtel Victoria (puis Excelsior) (fig. 164), 68 rue Panepistimiou et place Omonia, en 1910-1454. La silhouette est la même que celle des constructions voisines, avec son haut rez-de-chaussée et ses trois étages carrés ; le décor classique est sans grande nouveauté. Mais la maîtrise des formes est tout autre : l’habileté des proportions en fait un palais romain, doté d’une superbe loggia d’inspiration michélangelesque qui se répète de niveau en niveau – une loggia dont l’écriture est particulièrement travaillée.

Fig. 164 — Ernst Ziller, ancien hôtel Victoria, 68 rue Panepistimiou, Athènes (1910-1914).

Fig. 164 — Ernst Ziller, ancien hôtel Victoria, 68 rue Panepistimiou, Athènes (1910-1914).

François Loyer.

De la capitale à la métropole

29À travers ces édifices, l’haussmannisation de la capitale était en marche. En trente ans, la silhouette discontinue des maisons basses de la ville othonienne (dont de rares témoignages ont survécu jusqu’à nos jours) avait cédé la place à un ordonnancement inégal formé par la juxtaposition d’édifices d’une allure plus monumentale, sans que l’allure générale en soit trop altérée. L’arrivée de bâtiments denses, à deux ou trois étages sur rez-de-chaussée, allait subitement couvrir les rues du centre d’un tissu de constructions homogènes déroulant le rideau de leurs façades tout au long des voies majeures. Comment faire cohabiter deux conceptions de la forme urbaine correspondant à des types de besoins différents, en phase de devenir concurrentiels ? Le résultat était parfois chaotique, si l’on en juge par la rupture d’échelle entre l’immeuble du café Astoria, au carrefour des Chavteia, et l’ancien hôtel Apollon, son voisin (vers 1900) qui donne sur la place Omonia. L’horizontale de corniche du premier appelle une continuité que brise radicalement le second, haut de trois étages au lieu d’un seul.

  • 55 Aujourd’hui cinéma-théâtre Attikon, après les transformations apportées par A. Nikoloudis entre 191 (...)

30S’il n’a pu empêcher la confrontation des gabarits entre constructions mitoyennes, E. Ziller n’en a pas moins tenté d’apporter des réponses en rapport avec la nature des programmes. Il distingue clairement l’immeuble du palais, par l’autonomie qu’il donne à ce dernier : la silhouette découpée des pavillons d’angle du palais Dekozis-Vouros (1870-81)55 19-21 rue Stadiou (fig. 165), évoque celle du palais Melas. Dix ans plus tard, la pression foncière ne lui permettait plus d’imaginer des bâtiments-îlots aussi généreux. Pour l’immeuble Kaufmann-Vougas, au no 5 de la même rue (1893, démoli) (fig. 166), il adopta une construction entre mitoyens, à l’alignement. L’indépendance en était affirmée par le décrochement en arrière-corps aux deux extrémités de la façade, selon un procédé assez similaire à celui du palais Serpieri : un tel retrait autorisait l’installation d’une loggia couverte par une grande arcade, sous la terrasse du second étage. À mi-chemin entre la maison et l’immeuble, l’écriture reprenait les stéréotypes des hôtels particuliers du néo-classicisme français : avant-corps latéraux ; piédestaux, pilastres et entablement colossaux sous une corniche à l’italienne ; frontons et baies cintrées au bel étage. Le soubassement, en revanche, appartenait à un tout autre langage : divisées par de simples pilastres sans décor, des boutiques à entresol y étaient clôturées par de hautes devantures vitrées – révélant l’existence d’une construction métallique, sur piliers de fonte, dans la partie inférieure.

Fig. 165 — Ernst Ziller, palais Dekozis-Vouros, 19-21 rue Stadiou, Athènes (1870-1881, altéré).

Fig. 165 — Ernst Ziller, palais Dekozis-Vouros, 19-21 rue Stadiou, Athènes (1870-1881, altéré).

François Loyer.

Fig. 166 — Ernst Ziller, immeuble Kaufmann-Vougas, 5 rue Stadiou, Athènes (1893, démoli).

Fig. 166 — Ernst Ziller, immeuble Kaufmann-Vougas, 5 rue Stadiou, Athènes (1893, démoli).

François Loyer.

31La coexistence d’un habitat de prestige avec la fonction commerciale est caractéristique du système haussmannien, dont Ziller tente ici l’application par un compromis habile entre le rang de boutiques et l’hôtel urbain sans cour ni jardin.

  • 56 Kasimati 2010, p. 200. L’immeuble se situe 2-4 avenue Vassilissis Sofias, 1-3 rue Irodou Attikou et (...)
  • 57 Le gigantesque Friedrichstrassenpassage de Berlin – 1908-09, par l’architecte Franz Ahrens – clôt l (...)

32Il fallut attendre dix ans encore pour qu’apparaisse à Athènes le premier immeuble de rapport56, rue Irodou Attikou (fig. 167) (1893, partiellement démoli). L’architecte en fut, une nouvelle fois, E. Ziller ; son client, Ioannis Pesmazoglou, le directeur du Crédit lyonnais à Athènes. Face au jardin royal, la situation était des plus privilégiées pour cet édifice destiné au logement. La distribution réservait deux grands appartements à chaque niveau : l’un, prestigieux, offrait une enfilade de pièces donnant sur la rue Irodou Attikou ; l’autre, moins imposant, prenait jour sur l’avenue ainsi que sur la cour intérieure à pans coupés. Dans cette partie, qui a survécu, la façade postérieure orientée au sud sur la rue Mourouzi dispose de grands bow-windows en bois et verre – une première à Athènes, où ce type de balcons fermés était inconnu alors qu’il faisait fureur à Paris. L’élévation, à trois étages sur rez-de-chaussée, offre un gabarit identique à celui des grands hôtels de tourisme dont elle reprend le traitement de l’attique, rythmé par des pilastres. À l’origine, deux longues façades d’une dizaine de travées chacune s’articulaient de part et d’autre d’un pavillon d’angle à pans coupés, coiffé par une couverture tronconique – sur le principe des dômes d’angle de l’architecture post-haussmannienne. La comparaison en est intéressante avec l’immeuble de bureaux Neo-Arsakeion (fig. 168) que le même architecte construisit, à partir de 1917, au 42-46 rue Stadiou, 2-6 rue Arsakis et 49 rue Panepistimiou, sur des terrains situés au revers de l’Arsakeion. Le gabarit est similaire, mais la typologie radicalement différente : le rez-de-chaussée entresolé, sur poteaux métalliques, est entièrement vitré pour accueillir des boutiques. Au-dessus se situent deux étages, largement percés. Une grande galerie commerciale, toute de verre, de marbre et d’acier, traverse l’îlot de part en part57. L’ordonnance des façades à la romaine superpose un ordre colossal au soubassement à bossages : des pilastres puissamment articulés se prolongent par des pots-à-feu, au-dessus d’une corniche à ressaut. Dans ce cadre général s’inscrit le petit ordre, lui-même très saillant – à l’échelle d’étage. Regroupées quatre à quatre entre les pilastres colossaux, les travées forment une paroi de verre en retrait du plan de façade. On pense inévitablement à la « Chicago window » des gratte-ciel de bureaux nord-américains, même si le rythme pair semble l’emporter ici en première lecture. Une observation plus attentive permet de retrouver la division tripartite, discrètement signalée par le fronton du premier étage. Dans ce vaste bâtiment-îlot, les angles de rues sont traités en arrondi, dominés par un petit dôme au profil en ogive, tandis que les entrées principales sont signalées par des travées couplées. Tous ces détails d’ordonnance, significatifs d’une compréhension fine de l’écriture rationaliste, s’estompent au profit de l’effet de rideau de cette longue façade plane, à l’échelle de la perspective plus que de la parcelle ou même de l’îlot. C’est à P. Sédille et au grand magasin du Printemps (1881-83), boulevard Haussmann à Paris, que cet exercice fait tardivement écho – à ceci près qu’il abandonne le répertoire décoratif du fer, du verre et de la mosaïque pour reprendre, de manière très personnelle, la tradition des ordres classiques. Une telle sobriété ornementale et une telle monumentalité surprennent chez un architecte dont la carrière nous avait habitués à l’usage plutôt convenu du répertoire de la Renaissance italienne.

Fig. 167 — Ernst Ziller, immeuble de rapport Ioannis Pesmazoglou, a. façade donnant sur l’avenue ; 2-4 avenue Vassilissis Sofias, b. façade donnant sur la rue Irodou Attikou, Athènes (1893, partiellement démoli) .

Fig. 167 — Ernst Ziller, immeuble de rapport Ioannis Pesmazoglou, a. façade donnant sur l’avenue ; 2-4 avenue Vassilissis Sofias, b. façade donnant sur la rue Irodou Attikou, Athènes (1893, partiellement démoli) .

François Loyer.

Fig. 168 — Ernst Ziller, immeuble de bureaux Neo-Arsakeion, 44-46 rue Stadiou, Athènes (1917).

Fig. 168 — Ernst Ziller, immeuble de bureaux Neo-Arsakeion, 44-46 rue Stadiou, Athènes (1917).

EFA, Philippe Collet.

  • 58 La grande loggia à colonnes couplées que couronne un imposant fronton, à l’étage supérieur, est d’u (...)

33Beaucoup moins convaincante est la façade de la Banque d’Athènes (vers 1910), 38 rue Stadiou (fig. 169). Son architecte, Ioannis Axelos, avait pourtant été l’auteur de l’élégant bâtiment de la Société archéologique, 22 rue Panepistimiou, à l’angle de la rue Omirou (1900, démoli). Pour la banque, il s’essaya sans grand succès à la construction d’un immeuble de trois étages. La façade est divisée horizontalement en deux registres d’égale importance : rez-de-chaussée et premier, puis deuxième et troisième étage58. Deux ordonnances de pilastres colossaux d’ordre corinthien s’y succèdent à l’identique, donnant l’impression étrange d’une surélévation manquée. La disposition des travées, simples, doubles ou triples, est d’une complexité inutile – de même que les ressauts de corniche à la romaine. Cette élévation alambiquée voudrait imiter les palais italiens de la Renaissance. Les Athéniens en ont trouvé exagérées les prétentions, ainsi que la hauteur. Ils assuraient plaisamment que la capitale avait désormais deux grands œuvres – la Banque d’Athènes et l’Acropole… Pour G. Fougères, ardent défenseur du paysage attique,

  • 59 Fougères 1911, p. 17-18.

L’étranger ne verra pas sans regret certaines bâtisses colossales, imitées des grands immeubles européens : la décoration des ordres antiques, plaquée sur des façades d’une hauteur démesurée, y accuse maladroitement le manque d’harmonie entre les proportions59.

Fig. 169 — Ioannis Axelos, banque d’Athènes, 38 rue Stadiou, Athènes (vers 1910, surélevée).

Fig. 169 — Ioannis Axelos, banque d’Athènes, 38 rue Stadiou, Athènes (vers 1910, surélevée).

François Loyer.

34Le jugement était sans appel par un archéologue qui connaissait l’art antique. Il ne l’était pas moins, de la part d’un habitant qui appréciait le charme d’Athènes. Contre le passage de la ville à la métropole, il affichait sa réprobation.

La ville et sa banlieue

35Pourtant, le changement de gabarit des constructions n’était que l’aspect visible de la mutation en cours. La densification du centre allait de pair avec la spécialisation des fonctions. Sous la pression foncière, l’habitat reculait, tandis que les immeubles de bureaux se multipliaient :

  • 60 Petropoulou 2011, p. 184.

Le développement d’Athènes n’est pas le résultat de rivalités économiques locales mais un développement décidé par les représentants des capitaux étrangers (provenant d’entreprises européennes ou des Grecs de la diaspora) prêts à investir en Grèce. Le développement technologique d’Athènes avant son développement industriel et avant le déclin des autres centres du pays, est lié au développement capitalistique concentré dans une seule ville – centre des affaires, axe de jonction entre l’étranger et le reste du pays60.

  • 61 En 1917, elle totalisait 2 213 entreprises, pour 36 124 ouvriers – Puaux 1920, p. 32.

36La ville bourgeoise ne pouvait pas résister au changement radical de ses fonctions : dès le début du siècle, elle était condamnée à disparaître. L’expansion d’Athènes comme centre d’affaires peut néanmoins surprendre. Au plan industriel, la Grèce n’était guère en avance par rapport aux grandes nations européennes : en 1917, elle ne comptait qu’un petit nombre d’entreprises et encore moins d’ouvriers61. Hormis les mines d’argent du Laurion, qui avaient marqué l’histoire politique et économique dans les années 1870, il existait bien peu d’exploitations des ressources naturelles : il faudra attendre la première guerre mondiale pour que l’extraction du lignite remplace l’importation de charbon anglais. La cimenterie d’Éleusis avait été créée en 1902, les usines chimiques de Drapetsona en 1909. Les rares manufactures existantes se situaient au Pirée, dans le quartier de Kaminia, ou à Athènes, dans celui de Gazi :

  • 62 Petropoulou 2011, p. 185. De cette époque a survécu l’ancienne manufacture de chapeaux Pil-Poul, fo (...)

Durant la période 1890-1910, les premières industries créées à Athènes s’installent au Pirée et sur l’axe Athènes – Pirée. Entre 1914-1916, les abattoirs se déplacent du centre vers la périphérie (dème de Tavros) où vont se développer des quartiers pauvres. En effet, avec l’installation des industries autour de la rue du Pirée et de la Voie Sacrée, l’axe ouest de la misère s’implante définitivement62.

  • 63 Savvas Emmanuel Boukis, originaire d’Hydra. Dans ses grandes lignes, le cottage royal reproduit à s (...)
  • 64 L’architecte a souligné le caractère irrégulier de l’épiderme en adoptant une maçonnerie de moellon (...)
  • 65 Après sa faillite en 1903, il sera obligé de la revendre, comme sa maison principale à Athènes (rac (...)

37D’autres quartiers extérieurs connaîtront un destin opposé. Inscrit depuis les origines dans le plan de la capitale, le principe de zonage favorisait les lotissements résidentiels en périphérie. Après Ambelokipi, Kifissia accueillit des villas d’agrément – la plupart du temps utilisées comme maison de campagne durant l’été, où la chaleur devient insupportable au centre de la ville. Dès les années 1870, L. Caftanzoglou avait dessiné des projets en ce sens : les petites façades, modernes, néo-byzantines ou néo-grecques au choix (fig. 170-171), mettaient l’accent sur le recul d’alignement, la présence du jardin et la terrasse-belvédère par-dessus les toits. Parmi les premières réalisations du quartier, la petite villa située au 20 rue Strophyliou et Tsaldari associe au volume pavillonnaire d’une construction isolée sur sa parcelle, l’appareil en moellons irrégulier des façades – combiné à de sobres huisseries, des persiennes pliantes et une corniche moulurée que souligne un modeste lambrequin de bois découpé. Seule la niche centrale à fond pourpre (et la copie d’antique qui s’y inscrit) rappelle le langage du néo-antique, tandis que la pergola située au droit de la salle de séjour insiste sur le caractère familier d’une maison ordinaire. C’est surtout l’imposante Villa royale de Tatoï, aujourd’hui très ruinée, qui devait marquer les esprits en orientant l’architecture suburbaine vers des modèles d’Europe du Nord. Réalisée entre 1884 et 1889, elle s’éloigna des projets initiaux dessinés par E. Ziller dans le style de la Renaissance italienne, pour adopter un goût Tudor imposé à l’architecte grec par sa commanditaire63 – ce dernier chargé d’aller relever en Russie la ferme de Peterhof, que la reine Olga appréciait particulièrement. Le style « cottage » brisait avec la tradition néo-hellénique, au profit d’une simplicité vernaculaire bien en rapport avec le mode de vie de la famille royale. L’idée en sera reprise, un peu plus tard, par nombre de belles villas sur la route de Tatoï à Kifissia (fig. 172). Non loin de là, E. Ziller devait ainsi construire deux maisons jumelles dont l’appareil de moellons rustiques64 s’associe à des couvertures débordantes en tuile rouge d’inspiration italienne. La première, en 1896, fut la villa Rose (fig. 173) pour lui-même et sa famille, 12 rue Pesmazoglou à Kifissia65. De plan rectangulaire, elle contient salon et salle à manger de part et d’autre d’un vestibule approfondi par un escalier à l’impériale conduisant à l’étage des chambres. Un peu pompeux pour une simple maison de campagne, le dispositif est racheté par la présence de terrasses latérales accessibles depuis les pièces de réception, ainsi que par un portique à arcades qui protège la façade principale de la lumière. À l’arrière, une petite aile en retour reçoit la cuisine et le logement des domestiques. L’année suivante, l’architecte reçut la commande d’une villa du même genre sur le terrain voisin (no 10) (fig. 174). Elle était destinée à un expatrié, Solon Vlastos, éditeur à New York du journal grec Atlantis, dont la villa prit le nom. Plus ambitieuse, la façade est précédée d’un portique à cinq travées (au lieu de trois) ; à l’étage, deux arcades se situent aux extrémités de la terrasse accessible par une grande baie à fronton. Sous la grande corniche une frise peinte sur fond bleu représente des personnages de la mythologie, tandis que deux terres cuites à l’antique encadrent la baie axiale au niveau du garde-corps. À l’origine existaient sur les arcades latérales deux petites flèches de charpente d’un goût pittoresque typiquement balnéaire. D’autres villas adoptèrent une silhouette médiévale, comme ce donjon carré précédé d’une petite terrasse sur galerie à arcades que dessina en 1900 l’ingénieur Agamemnon Pallis pour le général Mavromichalis – à Athènes même, 5 rue Alkiviadou, près de la place Larissa.

Fig. 170 — Lysandre Caftanzoglou, projet de villa dans le goût moderne ou byzantin (vers 1870).

Fig. 170 — Lysandre Caftanzoglou, projet de villa dans le goût moderne ou byzantin (vers 1870).

François Loyer.

Fig. 171 — Lysandre Caftanzoglou, projet de villa dans le goût classique (vers 1870).

Fig. 171 — Lysandre Caftanzoglou, projet de villa dans le goût classique (vers 1870).

François Loyer.

Fig. 172 — Villa avec loggia, route de Tatoï, Kifissia.

Fig. 172 — Villa avec loggia, route de Tatoï, Kifissia.

François Loyer.

Fig. 173 — Ernst Ziller, villa Rose, 12 rue Pesmazoglou, Kifissia (1896).

Fig. 173 — Ernst Ziller, villa Rose, 12 rue Pesmazoglou, Kifissia (1896).

François Loyer.

Fig. 174 — Ernst Ziller, villa Atlantis, 10 rue Pesmazoglou, Kifissia (1897).

Fig. 174 — Ernst Ziller, villa Atlantis, 10 rue Pesmazoglou, Kifissia (1897).

François Loyer.

  • 66 Il se répandit jusque dans les îles du golfe : avec ses jeux d’avant-corps coiffés de dômes et de p (...)

38Non moins caractéristique de cet habitat suburbain était la station balnéaire du Nouveau Phalère, sur le rivage du golfe Saronique. Créée en 1887, elle s’agrémentait de jetées-promenades qui s’inspiraient de celles de Brighton. Un petit hôtel aux allures de palais leur faisait face, entouré de quelques villas. Le succès du lotissement fut tel qu’on y édifia bientôt un gigantesque palace, l’Actéon. Enrichi de dômes à pans, il était la réplique simplifiée du Louvre de Napoléon III, à deux pas d’une station du tramway. L’édifice participait d’un style balnéaire international allant de Brighton à Alexandrie en passant par la Riviera, et s’étendait maintenant aux portes d’Athènes66. C’est une autre capitale qui s’offrit ainsi au regard de G. Deschamps en 1892 :

  • 67 Deschamps 1892, p. 197.

Devant les blancheurs criardes du palais, autour des wagons du tramway de Phalère, il y a un rassemblement. Ce sont les « baigneurs » de Phalère, qui s’apprêtent à partir. Beaucoup de femmes en toilettes claires. Quelques beaux visages, d’un teint mat, illuminés par de grands yeux noirs, se détachent en vigueur sur des ombrelles rouges… Sous les tissus légers et clairs, on sent le riche contour des formes ; les plis des robes tombent légèrement sur la cambrure des pieds, laissant voir le bout des bas bien tirés, au-dessus des fines chaussures. Tout ce monde porte des sacs, ou de simples courroies, enserrant des serviettes-éponges destinées au bain. De petits camelots, hérissés et éveillés, courent, de côté et d’autre, offrant aux beaux messieurs et aux belles dames, des liasses de journaux, des pistaches, des raisins. De toutes parts, on entend leurs voix grêles : παλιγγεσία ! άρµυρα φιστίκια… δροσερά σταφίλια…67

39Sur fond de pittoresque populaire s’affiche le portrait d’une société épanouie, heureuse bénéficiaire des agréments d’une vie moderne à l’occidentale. Et Deschamps de vanter à son tour les charmes de la petite capitale :

  • 68 Deschamps 1892, p. 187-188.

Elle est claire et gaie, et si elle n’était pas si dénuée de feuillages et d’ombre, elle ferait penser à Nice ou à Menton. Lorsqu’on la regarde du haut du belvédère de l’Acropole, on est frappé par l’éclat aveuglant de ses façades de marbre, auxquelles les carrières, toujours ouvertes, du Pentélique, suffisent encore ; et sa nudité coquette manquerait tout à fait de couleur locale, si la coupole de la métropole et le dôme vert de Sainte-Irène ne nous avertissaient que nous avons devant nous une cité byzantine. Pour la voir dans toute sa grâce, il faut monter, à la fin de la nuit, à une petite chapelle de Saint-Georges qui termine le Lycabète, comme une pierre de faîte, et attendre là, pendant que le pappas dit sa première messe, que le soleil se lève. […] Soudain, au-dessus du Pentélique, une mince bande rose avive la pâleur du ciel. La masse bleuâtre de l’Hymette, encore endormie, s’éclaire peu à peu. Une lueur blême s’épand sur la ville blanche. Des coqs chantent. Dans les casernes, la diane sonne. La mer, le long des côtes fauves et dentelées, se délivre lentement de l’ombre et s’éveille au souffle du matin. Puis l’orient prend une couleur plus intense, une ardeur plus enflammée. Le Pentélique est nimbé d’une radieuse auréole. Il se détache, comme un immense fronton, sur un fond d’or. La bande vermeille s’étend, démesurée. La mer se colore de violet. Le ciel, au-dessus de l’Ægaleon, s’illumine d’irradiations roses… Puis, au milieu de la ville silencieuse, où de rares promeneurs, déjà éveillés, passent, de loin en loin, comme des ombres, parmi les maisons dont les fenêtres sont closes comme des yeux assoupis, l’Acropole resplendit, isolée et superbe, dans une gloire d’or…68

40Au sein d’une vision picturale du paysage et de la lumière méditerranéennes fusionnaient la Grèce des Dieux et celle de l’Orient.

Notes

1 Maurer 1835.

2 Non sans raison, Anastassios Anastassiadis relève que « le banditisme, phénomène lié aux pratiques localistes de contestation de l’autorité centrale, qui avait sévi jusque dans les années 1870, disparut vers la fin du siècle. » Et il lie cet événement à la poussée du parlementarisme : « désormais, la compétition à laquelle se livraient ces élites, à la fois face à l’État central et entre elles-mêmes, se passait au Parlement et non plus dans les montagnes comme à l’époque bavaroise. », Anastassiadis, Delalande 2012. Voir également Anastassiadis, Clayer 2011.

3 Burnouf 1887b (citation p. 135).

4 Des affaires de brigandage en furent le prétexte. Elles masquaient l’intérêt stratégique, pour les troupes alliées, du contrôle des dépôts de charbon indispensables à sa flotte.

5 La compagnie, à capitaux français, était dirigée par l’homme d’affaires Th. F. Feraldi (promoteur, dix ans plus tôt, de l’hôtel pour voyageurs de la rue Eolou). Autorisée par décret royal en 1857, l’usine commence à fonctionner en 1862. Située dans le quartier de Gazi qui en a conservé le nom, elle sera reprise après 1887 par l’industriel G. B. Serpieri.

6 Il faudra attendre jusqu’en 1928 pour que le réseau d’assainissement soit généralisé dans le centre de la ville. Ces informations, comme les suivantes, proviennent de Dimitropoulou 2008.

7 Blengini 1884, p. 60.

8 Burnouf 1887a, p. 553-554.

9 La construction du barrage de Marathon n’interviendra qu’en 1924, sous les auspices de l’entreprise américaine Henry C. Ulen & Company.

10 L’idée, on l’a vu, en avait été proposée dès 1835 par Th. F. Feraldi.

11 La gare du Nouveau Phalère est ouverte en 1887. Le prolongement de la ligne jusqu’à la place Omonia est effectif en 1895, l’électrification dès 1904 – elle souligne le changement de statut qui fait de cette voie de chemin de fer un transport métropolitain.

12 En 1887, Athènes est reliée au Phalère par un tramway à vapeur. Issu de la même compagnie, il concurrence la ligne de chemin de fer du Pirée.

13 Son nom est mentionné parmi les personnes qui l’accompagnaient dans une lettre écrite par la duchesse de Plaisance après la prise d’otages dont elle avait été la victime sur la route du Pentélique en juin 1846 – Avéroff 1961, p. 114-115.

14 Elle signe en revanche l’ingénieur militaire habitué aux fortifications et aux travaux publics – où les matériaux doivent être particulièrement résistants, donc de qualité.

15 Quai Miaoulis. Elle accueillit plus tard la Direction du port ainsi que la Mairie, avant d’être démolie.

16 Δηµοτικό Βρεφοκοµείο, aujourd’hui galerie d’art municipale, 51 rue Pireos sur la place Koumoundourou.

17 Voulu par la reine Olga et financé par le banquier A. Syggros, l’hôpital intégrait notamment une école d’infirmières.

18 L’édifice, dont il ne reste plus que la chapelle dans le style byzantin moderne (édifiée par le même architecte en 1899-1901), a été rasé en 1963. En revanche a survécu à Missolonghi, mais dans un état d’abandon, l’hôpital du même nom qui y avait été reconstruit en 1906. Le type de l’hôpital pavillonnaire, élaboré au xviiie siècle en Grande-Bretagne pour éviter la contagion des épidémies, se répandit sur le continent à partir de la construction à Paris de l’hôpital Lariboisière (1846-54) par Martin-Pierre Gauthier.

19 Gourlier et al. 1825-50.

20 Victime des combats de la guerre civile, elle a été démolie en 1956.

21 Φιλεκπαιδευτική Εταιρεία [Association pédagogique]. Le Tossitseion était le produit de l’évergétisme de l’homme d’affaires Michaïl Tositsas. Issu d’une famille de fourreurs originaires de Metsovo en Épire, il avait fait fortune dans le coton en Égypte – tout comme son cousin G. Avéroff ou son neveu N. Stournaras.

22 Pompée 1879 ; Narjoux 1879. Rien ne modifie plus la perception d’un édifice que son adaptation aux conditions locales. Bien que de plan identique, les deux bâtiments que nous venons de citer sont d’aspect très différent. Dans un cas, l’implantation s’est faite en retrait d’alignement, sur un terrain en faible pente, tandis que les façades en moellon enduit ont été égayées par la couleur. Dans l’autre, on s’est situé en bordure d’une route de corniche, dans un paysage de montagne – la maçonnerie étant en moyen appareil de calcaire gris. Ce « régionalisme » spontané démontre le rôle que joue le contexte : la diversité des plans n’est en rien une nécessité.

23 Notamment, celui remporté en 1912 par l’architecte parisien Raoul Brandon. L’importance du volume de l’édifice, sommé d’un dôme, entraîna les protestations des défenseurs du site de l’Acropole. Le déclenchement des guerres balkaniques mit fin au projet. Le Palais de Justice actuel, œuvre d’Iannis Rizos et Dimitris Kataropoulos, date de 1980.

24 Στρατοδικείο (Stratodikeio), vers 1890, disparu.

25 L’effet de masse est emprunté à la villa Farnésine de Baldasarre Peruzzi à Rome ; les refends très creusés du soubassement, au palais du Té de Giulio Romano à Mantoue ; le détail graphique de l’écriture de l’ordre, au palais Roncale de Michele Sanmicheli à Rovigo ; l’articulation complexe des niveaux, au palais Farnèse de Vignole à Caprarola…

26 Deschamps 1892, p. 202, note 3.

27 Charles Garnier lui-même, qui manie le néo-rococo avec virtuosité pour le Casino de Monte-Carlo (1878), s’en abstient pour des programmes comme le Cercle de la librairie (1879) à Paris ou l’observatoire du Mont-Gros (1885) à Nice. Il lui préfère un classicisme de bon aloi, inspiré par le xvie siècle français.

28 Σύλλογος Εµποροϋπαλλήλων (Syllogos Emporoupallilon), 5b rue Aghias-Filotheis.

29 Il fut aussi l’auteur de l’hôtel de ville de Gythio, à une échelle beaucoup plus modeste.

30 Elle donne également sur les rues Kratinou, Kleisthenous et Evpolidos. Le deuxième étage a été ajouté en 1937, en même temps que disparaissaient les boutiques à rez-de-chaussée.

31 Généralement désignée de nos jours sous le nom de Varvakeios Agora, du nom de l’école fondée après l’Indépendance grâce au legs de l’évergète Ioannis Varvakis et qui se situait juste en face. L’édifice a perdu sa verrière (remplacée par une couverture opaque) ainsi que l’horloge placée au milieu de la façade, où se dressait une sorte de petit pavillon à usage de beffroi.

32 La cour couverte occupe une surface de près de 1 200 m2, pour une hauteur de 17 m. La ventilation en est assurée par une ligne continue d’arcatures à l’étage et par le lanterneau du toit que protégeaient à l’origine des ventelles en bois. L’ensemble n’est pas sans rappeler la salle des pas perdus de la gare Saint-Lazare à Paris (Alfred Armand architecte, E. Flachat ingénieur, 1842), dont la charpente reprend la ferme à double poinçon inventée en 1837 par Camille Polonceau en lui donnant plus de légèreté par le recours à des tirants d’acier. On remarquera que le modèle entièrement métallique des halles de Baltard ne trouve aucun écho en Grèce, pour des raisons qui sont tout aussi techniques qu’économiques.

33 Blengini 1884, p. 60-61. Le bazar, accidentellement détruit en 1885, occupait l’emplacement de la Bibliothèque d’Hadrien dont les ruines furent dégagées à cette occasion.

34 Don de Georges Lekkas en 1899, elle se situait dans la rue du même nom. Son charme venait de la conciliation entre les principes traditionnels et le décor moderne, d’inspiration antiquisante (arcades en plein cintre, chapiteaux corinthiens, corniche…).

35 Fessa-Emmanouil 1994.

36 Dans ce petit théâtre se succédèrent durant près d’un siècle des troupes italiennes qui y interprétaient les opéras de Donizetti ou de Verdi.

37 Acquise en 1829 par Jean-Jacques Ducel, la fonderie Ducel installée à Pocé-sur-Cisse en Touraine fut, avec la maison fondée par Christophe-François Calla à Paris et la fonderie du Val d’Osne créée par Jean-Pierre Victor André, parmi les précurseurs de l’édition d’œuvres d’art en fonte de fer, dont la France se fit une spécialité. Remarquée dès l’Exposition de 1844, l’entreprise participa à toutes les grandes expositions universelles jusqu’à son rachat par son concurrent du Val d’Osne en 1878. Les fontaines de Patras, qui datent de l’aménagement de la place Georgiou Protou en 1875, reposent sur un bassin dont la bordure est en marbre. Elles s’inspirent de la fontaine aux griffons (pl. 318, fol. 291, ou pl. 403, fol. 300, du catalogue Ducel), combinée avec la fontaine monumentale pl. 261, fol. 295. L’une est sommée par la statue de « La Source » (pl. 315, fol. 290), œuvre du sculpteur Louis Sauvageau ; l’autre par un « faune flûteur » (pl. 101, fol. 380).

38 Ravagé par le tremblement de terre de 1953, l’édifice a été reconstruit différemment par la suite.

39 Le premier projet (1871) était dû à l’ingénieur Piat ; le second fut dessiné par X. Girard, lauréat du concours de l’Opéra, mais la faillite de la société par actions en empêcha la réalisation. Le financement d’A. Syggros permit la construction du théâtre, entre 1886 et 1888, sur des plans de Ziller – Tsiomis 1985, p. 119.

40 Sur tous ces théâtres, on se référera à l’abondant catalogue de l’exposition Ziller à la Pinacothèque nationale : Kasimati 2010, p. 130-147.

41 Sur une coupe en date du 17 novembre 1892, le dessin un peu compliqué des draperies de la loge royale montre que sa situation a posé problème à l’architecte car elle brisait l’unité du volume intérieur de la salle.

42 Très employée par les ingénieurs de Chicago pour assurer des reports de charge au-dessus de vastes volumes comme les halls de gare, elle est composée d’une panne faîtière et d’une sous-panne que relient des croix de Saint-André.

43 Elle a été élaborée en 1888 par l’architecte et ingénieur catalan Joan Torras i Guardiola, professeur de construction à l’École d’architecture de Barcelone. Le procédé consiste à remplacer des fers plats par des fers en équerre, plus légers et plus résistants, comme à dessiner des fermes dont l’arbalétrier et l’entrait sont reliés par une série de poinçons et de contrefiches assurant à peu de frais la rigidité de l’ensemble. Ziller avait déjà utilisé ce type de ferme pour la couverture de la Bibliothèque nationale au début des années 1890 comme le révèle un bleu conservé dans ses archives (Kasimati 2010, p. 162).

44 Καφενείο το Μέγα (Kafeneio To Mega), sous les arcades de la grande place.

45 Burnouf 1887a, p. 554.

46 Comme sur la place de la Concorde à Paris, les piédestaux des pylônes étaient traités en guérite, abritant des kiosques (périptères) destinés aux marchands de journaux.

47 Place Alexandras et quai Koutouriotou. Les façades ont été simplifiées par un ravalement drastique, si l’on en juge par la différence avec les projets de l’architecte (Kasimati 2010, p. 212-213). Quant à l’intérieur, il a totalement disparu, le bâtiment étant aujourd’hui abandonné.

48 Le dépouillement des publicités permettrait d’identifier quelques-uns des ateliers les plus réputés en ce domaine – dont l’anonymat ne tient qu’à l’absence des travaux portant spécifiquement sur les entreprises du bâtiment, ainsi que sur le rôle qu’elles ont pu jouer dans la conception des projets.

49 Ξενοδοχείο Μέγας Αλέξανδρος (Xenodokeio Megas Alexandros) 19 place Omonia et 69 rue Athinas, et Μπάγκειον (Bangkeion), 18 place Omonia et 64 rue Athinas. Pour favoriser le tourisme international, les deux édifices ont été financés par l’évergète Ioannis Bangkas (ou Bangka) dont le second des deux hôtels porte le nom.

50 Ξενοδοχείο Εµπορίκον. Littéralement, hôtel commercial, 27 rue Eolou. Situé place Aghias-Irinis, face à l’église du même nom, il a malheureusement perdu les atlantes supportant le balcon du bel étage. Ces derniers étaient conformes à un modèle produit par la fabrique viennoise Wienerberger.

51 Lui aussi fut occupé par un hôtel pour voyageurs – Biris 1987, p. 177 et 193.

52 Hôtel Lutétia, 45 boulevard Raspail (1910), par Louis-Charles Boileau et Henri Tauzin ; ensemble d’immeubles de rapport, avenue Frémiet (1913), par Albert Vêque.

53 L’ingénieur Piat, dont on ne connaît pas la formation, est chargé de la construction de la villa Syggros (par Ziller) ainsi que de l’École française (par Troump) en 1872-73. On le retrouve dans les mêmes fonctions aux palais Vouros et Skouloudis (par Poitrineau) en 1873, puis au palais Athinogenous (sur des plans qui sont probablement de Ziller) en 1875.

54 Converti en immeuble de bureaux, l’édifice abritait encore il y a peu des locaux de la Banque nationale de Grèce (ETE).

55 Aujourd’hui cinéma-théâtre Attikon, après les transformations apportées par A. Nikoloudis entre 1914 et 1920. Du palais proprement dit, il ne reste plus que les façades à la suite de l’incendie dont il a été la victime.

56 Kasimati 2010, p. 200. L’immeuble se situe 2-4 avenue Vassilissis Sofias, 1-3 rue Irodou Attikou et 1-5 rue Mourouzi. La partie gauche, 4 avenue Vassilissis Sofias et 5 rue Mourouzi, s’est heureusement conservée.

57 Le gigantesque Friedrichstrassenpassage de Berlin – 1908-09, par l’architecte Franz Ahrens – clôt l’histoire des grandes galeries commerciales en centre urbain, jusqu’à leur renaissance à la fin du xxe siècle. Paradoxalement, celle de l’Arsakeion est l’une des premières à Athènes où le type connaîtra par la suite un succès durable.

58 La grande loggia à colonnes couplées que couronne un imposant fronton, à l’étage supérieur, est d’un esprit très différent. Elle est le produit d’un remaniement postérieur.

59 Fougères 1911, p. 17-18.

60 Petropoulou 2011, p. 184.

61 En 1917, elle totalisait 2 213 entreprises, pour 36 124 ouvriers – Puaux 1920, p. 32.

62 Petropoulou 2011, p. 185. De cette époque a survécu l’ancienne manufacture de chapeaux Pil-Poul, fondée en 1896 par Élias Poulopoulos au 19 rue Thessalonikis et 66A rue Iraklidon et aujourd’hui transformée en centre culturel.

63 Savvas Emmanuel Boukis, originaire d’Hydra. Dans ses grandes lignes, le cottage royal reproduit à s’y méprendre son modèle nordique, construit en 1825 par l’Écossais Adam Menelaus.

64 L’architecte a souligné le caractère irrégulier de l’épiderme en adoptant une maçonnerie de moellons polygonaux – évoquant à sa manière l’appareil cyclopéen de la période archaïque.

65 Après sa faillite en 1903, il sera obligé de la revendre, comme sa maison principale à Athènes (rachetée par le banquier Loverdos). Depuis, la villa a gardé le nom de ses nouveaux propriétaires, les Kalamaras. Sur les villas de Ziller, voir Kasimati 2010, p. 218-229.

66 Il se répandit jusque dans les îles du golfe : avec ses jeux d’avant-corps coiffés de dômes et de poivrières, le Grand Hôtel Poséidon dans l’île de Spetsai (1911-14, par l’ingénieur P. Zizilas) s’inspire manifestement de l’Actéon.

67 Deschamps 1892, p. 197.

68 Deschamps 1892, p. 187-188.

Table des illustrations

Titre Fig. 139 — Douane du port, Ermoupolis, Syros (1860).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-1.png
Fichier image/png, 3,6M
Titre Fig. 140 — Ancienne Bourse, quai Miaoulis, Le Pirée (1869-1871, démolie).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-2.png
Fichier image/png, 603k
Titre Fig. 141 — Panayotis Kalkos, ancien Hospice des Enfants trouvés, 51 rue Pireos, Athènes (1872-1874).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-3.png
Fichier image/png, 3,4M
Titre Fig. 142 — Anastasios Theophilas, hôpital Evangelismos, avenue Vassilissis Sofias, Athènes (1881-1884).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-4.png
Fichier image/png, 3,6M
Titre Fig. 143 — Ernst Ziller, orphelinat Chatzikonsta : cour intérieure, rue Pireos, Athènes (1897, démoli).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-5.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fig. 144 — Panayotis Kalkos, école Varvakeios, rue Athinas, Athènes (1859, démolie).
Crédits © Benaki Museum Photographic Archive.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-6.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Fig. 145 — Panayotis Kalkos, 74e École primaire, 106-108 rue Adrianou, Athènes (1875-1878).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-7.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Fig. 146 — Plans-types de constructions scolaires (1898), Dimitrios Kallias.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-8.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Fig. 147 — Première école primaire (type Δ), rue Ioannou Metaxa, Chora, Tinos.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-9.png
Fichier image/png, 3,5M
Titre Fig. 148 — Eugène Troump, Tribunal militaire, rues Akadimias et Kriezotou, Athènes (vers 1890, démoli).
Crédits © Benaki Museum Neohellenic Architecture Archive.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-10.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Fig. 149 — Ernst Ziller (?), palais de l’Association des Employés du Commerce, rue Aghias-Filotheis, Athènes (1901).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-11.png
Fichier image/png, 4,6M
Titre Fig. 150 — Ernst Ziller, Hôtel de ville, place Miaoulis, Ermoupolis, Syros (1876-1891).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-12.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Fig. 151 — Panayotis Kalkos, Hôtel de ville, rue Athinas, Athènes (1872-1874).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-13.png
Fichier image/png, 5,1M
Titre Fig. 152 — Ioannis Koumelis, nouvelle agora (marché couvert), rue Athinas, Athènes (1878-1886)
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-14.png
Fichier image/png, 6,2M
Titre Fig. 153 — Ernst Ziller, théâtre Apollon, place Georges Ier, Patras (1871-1872).
Crédits wikipedia © Conudrum~commonswiki.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-15.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 154 — Société du Val d’Osne, fontaines en fonte, place Georges Ier, Patras (1875).
Crédits wikipedia © Κωνσταντίνος Στυλιανός.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-16.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Fig. 155 — Ioannis Lazarimos, théâtre municipal, place Koraï, Le Pirée (1882-1895).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-17.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Fig. 156 — Ernst Ziller, théâtre national : façade, rue Aghios-Konstantinos, Athènes (1891-1901).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-18.png
Fichier image/png, 6,6M
Titre Fig. 157 — Théâtre national : salle.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-19.png
Fichier image/png, 174k
Titre Fig. 158 — Hôtel Megas Alexandros, 19 place Omonoia, Athènes (1889).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-20.png
Fichier image/png, 6,4M
Titre Fig. 159 — Ernst Ziller, hôtels Bangkeion, 18 place Omonoia, et Megas Alexandros Athènes (1890).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-21.png
Fichier image/png, 5,4M
Titre Fig. 160 — Ancien hôtel Emborikon, 27 rue Eolou, Athènes (vers 1890, altéré).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-22.png
Fichier image/png, 585k
Titre Fig. 161 — Ernst Ziller, ancien hôtel, 73 rue Eolou, Athènes (vers 1890, démoli).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-23.png
Fichier image/png, 666k
Titre Fig. 162 — Ancien hôtel Tourist, 11 rue Ermou et Voulis, Athènes (1904).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-24.png
Fichier image/png, 5,7M
Titre Fig. 163 — Panayotis Zizilas, ancien hôtel Métropole, 59 rue Stadiou, Athènes (1914).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-25.png
Fichier image/png, 4,1M
Titre Fig. 164 — Ernst Ziller, ancien hôtel Victoria, 68 rue Panepistimiou, Athènes (1910-1914).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-26.png
Fichier image/png, 5,8M
Titre Fig. 165 — Ernst Ziller, palais Dekozis-Vouros, 19-21 rue Stadiou, Athènes (1870-1881, altéré).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-27.png
Fichier image/png, 4,0M
Titre Fig. 166 — Ernst Ziller, immeuble Kaufmann-Vougas, 5 rue Stadiou, Athènes (1893, démoli).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-28.png
Fichier image/png, 601k
Titre Fig. 167 — Ernst Ziller, immeuble de rapport Ioannis Pesmazoglou, a. façade donnant sur l’avenue ; 2-4 avenue Vassilissis Sofias, b. façade donnant sur la rue Irodou Attikou, Athènes (1893, partiellement démoli) .
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-29.png
Fichier image/png, 12M
Titre Fig. 168 — Ernst Ziller, immeuble de bureaux Neo-Arsakeion, 44-46 rue Stadiou, Athènes (1917).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-30.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Fig. 169 — Ioannis Axelos, banque d’Athènes, 38 rue Stadiou, Athènes (vers 1910, surélevée).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-31.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Fig. 170 — Lysandre Caftanzoglou, projet de villa dans le goût moderne ou byzantin (vers 1870).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-32.png
Fichier image/png, 636k
Titre Fig. 171 — Lysandre Caftanzoglou, projet de villa dans le goût classique (vers 1870).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-33.png
Fichier image/png, 546k
Titre Fig. 172 — Villa avec loggia, route de Tatoï, Kifissia.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-34.png
Fichier image/png, 826k
Titre Fig. 173 — Ernst Ziller, villa Rose, 12 rue Pesmazoglou, Kifissia (1896).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-35.png
Fichier image/png, 777k
Titre Fig. 174 — Ernst Ziller, villa Atlantis, 10 rue Pesmazoglou, Kifissia (1897).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4108/img-36.png
Fichier image/png, 667k

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search