Version classiqueVersion mobile

L’architecture de la Grèce au XIXe siècle (1821-1912)

 | 
François Loyer

L’architecture bourgeoise

Texte intégral

  • 1 Burnouf 1887a, p. 552, en fait l’éloge : « Quand je vis Athènes pour la première fois, il y a quara (...)
  • 2 En 1860, elle était de 140 habitants à l’hectare ; elle baissera avec l’accroissement démesuré de l (...)
  • 3 La loi no 3741/1929 n’autorisera la copropriété que tardivement, lorsque le besoin s’en fera sentir (...)
  • 4 La notion de « typologie » est relativement récente en architecture. Dans les années 1960, on ne di (...)
  • 5 On verra plus loin que le terme a été utilisé dans un tout autre sens, au début du xxe siècle, pour (...)
  • 6 Ils privilégient la ville régulière – qualifiée aujourd’hui si abusivement d’haussmannienne, alors (...)

1Malgré son accroissement rapide (environ 20 000 habitants en 1850, 44 510 en 1870, 167 479 en 1909), Athènes n’était pas encore si étendue au tournant du siècle – sauf à y ajouter le port du Pirée (11 047 habitants en 1870, 74 580 en 1907), distant de quelque six kilomètres1. Ce n’était pas faute de s’étaler par le biais des opérations de lotissement. Comme tant de petites capitales, étrangères au phénomène métropolitain, elle offrait de ce fait une densité plutôt faible2. Le système de l’appartement y était fort rare3, celui de l’immeuble mixte (logement et commerce) réduit aux seules rues du centre. À la veille de la première guerre mondiale, la population continuait majoritairement à vivre dans des maisons particulières. Reste à savoir ce que l’on entendait par là. L’habitat des milieux privilégiés contrastait de toute évidence avec celui de la bourgeoisie, même la plus aisée : palais ou villas sur les grandes avenues pour les uns, maisons mitoyennes au long des lotissements de la ville neuve pour les autres. Établies en fonction de contraintes d’ordre économique, les différences portaient sur la surface du terrain ou sa localisation, l’implantation dans la parcelle, le choix des matériaux, la composition de la façade, la distribution ou la nature des aménagements intérieurs… Dans le domaine du logement où la typologie est reine4, les catégories sont tranchées. Sont-elles pour autant si perceptibles ? Entre ces constructions existe une surprenante similarité de techniques et de principes. Le terme même de palais [µέγαρον]5 qu’on leur attribue communément de nos jours révèle la confusion des genres, comme si la présence du jardin ou des dépendances tenait de la convenance individuelle et non de contraintes liées au coût du foncier. L’influence des architectes qui les ont édifiées se limitant aux milieux de la Cour, les formules qui s’en dégagent ne se modifient d’autre part que très lentement – par simple ajustement à l’évolution de la demande. À une échelle modeste, elles seront reprises par l’architecture ordinaire, pour laquelle elles constituent des modèles – eux-mêmes déclinés du plus riche au plus sommaire. Deux mécanismes opposés contribuent à l’homogénéisation du langage formel. Le détournement des signes du luxe conduit à une forme de plagiat de l’architecture de prestige par les classes moyennes ou populaires (non sans décalage temporel). Inversement, la bourgeoisie patricienne n’entend pas s’afficher de manière trop ostentatoire. Une étude fine des typologies permet de voir à l’œuvre une constante correction des solutions architecturales et techniques, reflet de l’attente de tel ou tel segment de la clientèle – ce que l’on nomme le goût et qui n’est rien d’autre que les aspirations culturelles propres à différents groupes sociaux. Dès lors, seuls des détails permettent de distinguer l’appartenance de classe, en allant du centre vers la périphérie, des résidents les plus favorisés aux plus démunis, des arrivants les plus anciens aux plus récents… Manifestement, le désir de l’uniformité – une caractéristique de l’architecture bourgeoise – l’emporte sur le besoin de différenciation. De Dresde à Chicago ou Rio de Janeiro comme de Bruxelles à Athènes, la plupart des grandes cités occidentales partagent ce souci de cohérence dans l’élaboration de leur paysage bâti6. Révélant l’effacement des cultures traditionnelles au profit des modèles d’ordonnancement, l’histoire du développement de la capitale grecque est particulièrement instructive de ce point de vue. Certes elle se répète dans d’autres villes du pourtour de la Méditerranée, mais sans parvenir à cette unité qui a fait tout le charme de l’Athènes du xixe siècle.

Petits hôtels

  • 7 Buchon 1843a, p. 92-115.
  • 8 Joanne 1890, p. 29.

2En une seule génération les choses ont bien changé, en effet. Se dégageant de traditions qui avaient dominé jusqu’aux premiers temps de l’Indépendance, la ville s’est installée sur son nouveau territoire. Vivant à l’occidentale, lisant des journaux rédigés en français, ses habitants ne partagent plus grand-chose de cet héritage levantin qui marque encore si fortement, à la même époque, les populations mélangées de Salonique ou de Constantinople… L’étonnante analyse des mœurs et des costumes que pouvait faire J.-A. Buchon au début des années 18407 perd peu à peu de son actualité et cela ne fait que s’accélérer : « Les descriptions, si piquantes et si pittoresques qu’on en donnait il y a quelque trente ans ne lui conviennent plus en aucune façon, tant les progrès ont été rapides », note le Guide Joanne en 18908.

  • 9 Le néo-antique, nous l’avons dit, se définit comme l’expression d’une identité nationale beaucoup (...)
  • 10 Comme nous l’avons fait, pour les plus significatives d’entre elles, au chapitre précédent.
  • 11 La formule est détournée de celle qu’avait adoptée Bernard Lepetit, évoquant des « temporalités rel (...)
  • 12 À propos de l’enseignement de l’Académie au xviiie siècle, on se référera à Cleary 1977. La notion (...)
  • 13 En s’attachant à décrire l’architecture de l’habitat à Athènes autour de 1900, M. Biris en a abordé (...)

3Sur les bases de la révolution de 1830 où l’on a vu émerger tant de nations nouvelles, le néo-hellénisme s’est installé au détriment d’un passé qu’il repousse. L’architecture en est la manifestation symbolique9. Dans l’ionisme quelque peu affecté de ce curieux monument qu’est l’Académie, l’austère grandeur du style de l’université a trouvé une transcription moderne tout à la fois savante dans ses références et libre de leur agencement. Cet art-là est aussitôt passé dans la construction privée : en témoignent non seulement la maison Lemnienne évoquée plus haut (elle remonte aux débuts des années 1840), mais aussi nombre de ces belles demeures à l’allure imposante qui se construisent au cœur de la capitale à partir des années 1860. Si paradoxal que cela puisse paraître, il est loisible de les inclure au sein de l’architecture publique10 dont elles détournent le registre à leur profit. Pour l’art de la seconde moitié du siècle, la question de la monumentalité devient cruciale – ou plutôt celle des « monumentalités relatives »11 qui établissent un rapport hiérarchique entre les programmes, en fonction d’une notion de convenance dont les critères sont académiques12. L’amplitude du répertoire de la maison bourgeoise en apporte la preuve : si stéréotypé qu’en soit l’ordonnancement réglementaire, il offre des compositions d’une grande diversité – ne serait-ce que par l’abondance et la codification du décor. La palette typologique s’augmente d’autant, nuançant à l’infini les caractéristiques propres à chaque statut social – sans pour autant rompre l’unité de cette chaîne qui va sans discontinuer du palais à la plus pauvre des maisonnettes. Moyens et ambitions des commanditaires se conjuguent avec les compétences d’une génération formée aux standards de la culture européenne pour renouveler en profondeur le vocabulaire de l’architecture domestique13.

  • 14 Aujourd’hui, rue Konstantinou Tsatsou. Il faut sans doute reconnaître cette demeure comme celle « d (...)
  • 15 Le terme d’hôtel particulier est quelque peu inexact, la typologie « entre cour et jardin » qui lui (...)

4Parmi ces édifices d’un nouveau genre, l’élégante « maison à la rotonde » (fig. 102) de Plaka est généralement considérée comme remontant à 1860. Elle se situe 7 rue Monis Asteriou et 1 rue Peta14, à toucher l’église anglaise. Derrière l’aspect convenu d’une construction soumise à l’alignement, la disposition en est des plus inhabituelles : d’un côté elle se rattache à la mitoyenneté voisine ; de l’autre elle s’en isole par l’intermédiaire d’une serre surélevée que prolonge un jardin suspendu, au-dessus de l’entrée formant aile basse pour le service. Ainsi s’affirme son caractère d’hôtel particulier15 plus que de maison bourgeoise. Cadrée par deux puissants avant-corps à fronton, une haute et fine rotonde inspirée du monument de Lysicrate marque le carrefour des deux rues. On ne peut qu’admirer l’habileté avec laquelle une composition d’angle donnant sur des voies étroites et pentues, sans grand dégagement, parvient à structurer le paysage de l’îlot en réglant l’ordonnance de ses voisines présentes ou à venir. Un tel savoir-faire est généralement considéré comme l’apanage des Français, même si Rome ou Florence (plus tard, Vienne, Londres ou Berlin…) en offrent des exemples remarquables. Le procédé trouve à Athènes une application d’autant plus significative qu’elle s’étendra bientôt à l’ensemble de la ville neuve, dont elle a puissamment contribué à façonner l’image.

Fig. 102 — Maison à la rotonde, 7 rue Monis Asteriou, Athènes (vers 1860).

Fig. 102 — Maison à la rotonde, 7 rue Monis Asteriou, Athènes (vers 1860).

EFA, Philippe Collet.

  • 16 Il s’agit sans doute de pièces d’importation, provenant de maisons françaises comme celle de Ferdin (...)
  • 17 Doit-on souligner que l’architecte d’origine danoise avait été le premier en 1846 (Papageorgiou-Ven (...)

5L’écriture architecturale du bâtiment n’est pas moins élaborée que son insertion urbaine. Le jeu désarticulé des volumes (sans transition ni adoucissement propres à masquer les ruptures de plans) ainsi que l’étirement vertical des ouvertures contrastent avec l’ordonnance palatiale des niveaux : destiné à en accentuer l’effet, le soubassement à refends révèle l’imbrication, au bel étage, du grand et du petit ordre (ce dernier délicatement suggéré par une ligne d’imposte). Aux pilastres plats et leurs chapiteaux corinthiens directement empruntés au monument chorégique, s’associe un entablement dont la frise de lignes de postes et la corniche à modillons sont doublées d’une ligne continue d’acrotères en terre cuite. D’autres détails enrichissent cette ornementation travaillée : grands acrotères de marbre se découpant sur le vide aux angles des frontons, rythme alterné des percées (par opposition à la rotonde, les avant-corps latéraux acceptent des fenêtres géminées), baies sans chambranle équipées de persiennes pliantes, consoles et dalles de balcon en marbre pentélique agrémentées de balconnets de fonte (dont l’inspiration est parisienne)16, serrurerie métallique et vitraux qui donnent à la serre latérale la préciosité d’une châsse… Seule la maçonnerie enduite, restée en accord avec l’échelle modeste d’une implantation entre mitoyens, rappelle le caractère domestique de cette composition. Les architectes les plus raffinés du Second Empire parisien, un Jules Amoudru ou un Paul Sédille, n’auraient pas fait mieux. L’édifice offre des points communs avec l’Académie – au point qu’on pourrait imaginer que Th. Hansen en fut l’auteur17 : l’analogie n’est pas seulement due à l’emploi d’un ionique ornementé, mais aussi au traitement des frontons d’angle (ils contiennent des figurines de terre cuite proches des hauts-reliefs en marbre sculptés par L. Drosis pour l’Académie).

  • 18 Dite aussi « Téténé ». Datant également des années 1860, elle était située rue Pireos, à l’angle de (...)
  • 19 La maison remontait aux années 1880.
  • 20 « Il n’est pas nécessaire d’être bien profondément versé dans l’architecture, écrit Eugène Guillaum (...)

6Sensiblement à la même époque, une composition du même type fut adoptée pour la maison Tsopotos, située rue Pireos18 – sauf que la rotonde, encadrée elle aussi par deux avant-corps (des loggias à pilastres et fronton ouvrant sur un balcon de ferronnerie), était plus large et surtout écrasée par son entablement. Enfin, le détail du décor était fantaisiste : l’auteur était moins soucieux d’archéologie que son confrère ! La comparaison avec un autre exemple athénien, lui aussi disparu, en apporte la preuve : à l’angle des rues Meleagrou et Isiodou (fig. 103), le parti retenu avait été d’adosser la rotonde contre le volume parallélépipédique d’une demeure à trois travées19. Non seulement le contraste entre les deux corps était souligné par la balustrade à l’italienne située à même niveau que le rang d’acrotères propre au pavillon d’angle ; mais, d’une façon pour le moins inattendue, un balcon polygonal saillant coupait la composition à mi-hauteur. Dans l’un et l’autre édifice, l’ordonnance des pilastres proto-corinthiens20 cédait la place à des colonnes cannelées d’un goût romain : plus que le monument de Lysicrate, c’était le temple de Vesta sur le forum de Rome qui avait servi de modèle. À l’évidence, le raffinement de l’écriture n’était pas donné à tous, non plus que l’élégance propre à l’art du ive siècle av. J.-C. ! Par la qualité de son écriture, la maison de la rue Monis Asteriou marque une étape dans l’histoire de l’architecture privée dont elle constitue un précieux témoignage.

Fig. 103 — Maison à rotonde, rues Meleagrou et Isiodou, Athènes (vers 1880, démolie).

Fig. 103 — Maison à rotonde, rues Meleagrou et Isiodou, Athènes (vers 1880, démolie).

François Loyer.

  • 21 Biris 1987, p. 123.
  • 22 C’est une figure qu’on aurait attendue seule, dans l’axe du corps central. La parenté avec l’avant- (...)
  • 23 À qui l’on attribuerait volontiers une composition d’un maniérisme aussi subtil (ce que donnerait é (...)

7Non moins remarquable était le palais Mourouzis (fig. 104) construit en 1868 par un professeur au Polytechneion, I. Sechos, et depuis longtemps démoli21. Disposé en tête d’îlot sur la rue Pireos, il se composait d’un corps central marqué par un triplet soulignant le grand balcon. Au-dessous se situait l’entrée monumentale : avec ses pilastres corinthiens et son dais d’entablement, cette audacieuse interprétation de la porte nord de l’Érechthéion intégrait, comme si de rien n’était, le motif de niches du Panthéon d’Hadrien… Latéralement, des avant-corps à peine marqués, habillés de refends et percés de fenêtres atticurges, supportaient à l’étage deux grandes loggias symétriquement disposées22. La proximité avec le pronaos du temple d’Athéna Niké est si évidente qu’elle se passe de commentaire – la seule différence tenant au remplacement de la colonne d’angle et de son illustre chapiteau à volute par une pile carrée, qui évoque librement le dispositif traditionnel des pilastres in antis. La correction de l’antique par l’écriture graphique de la Renaissance, à la manière d’un Vignole ou d’un Palladio, est une constante de l’architecture néo-antique du xixe siècle – nous avons déjà pu le voir chez L. Caftanzoglou23. Par leur architecture élaborée, leur caractère éminemment urbain, ces palais d’un nouveau genre se substituent aux demeures patriciennes des premiers temps de l’Indépendance. Ils entrent dans la catégorie spécifique des « petits hôtels », comme on disait au xixe siècle – à mi-chemin entre maison bourgeoise et hôtel aristocratique (à la compacité de l’une, ils associent la somptuosité de l’autre).

Fig. 104 — I. Séchos, palais Mourouzis, rue Pireos, Athènes (1868, démoli).

Fig. 104 — I. Séchos, palais Mourouzis, rue Pireos, Athènes (1868, démoli).

Éditions MELISSA, archives photographiques.

  • 24 5 rue Filellinon, ainsi que rue Othonos et avenue Vassilissis Amalias sur la place Syntagma. Seul l (...)
  • 25 Elle se situe 29 avenue Vassilissis Sofias, 4 rue Neophytou Douka et 1 rue Irodotou.
  • 26 Un contraste si marqué entre les deux éléments de la composition est d’ailleurs surprenant. Quant a (...)
  • 27 Lorsque le magasin remplace la boutique, la nécessaire continuité des espaces de vente impose de ra (...)

8Les plus amples comprenaient un porche ou un passage voûté, solution qui rendait la cour intérieure accessible aux chevaux et aux voitures24. Rue Panepistimiou, le palais Serpieri – précédemment évoqué – en offre une version des plus monumentales, heureusement conservée. Nonobstant son majestueux péristyle, la demeure (1895, par E. Ziller)25 de l’armateur Othon Stathatos, 1 rue Irodotou (fig. 105) s’affiche à l’inverse comme une simple maison d’agrément avec son jardin de devant et ses communs détachés qui appartiennent plus au répertoire de la villa qu’à celui du palais. Reprenant une composition sur la diagonale en vogue vers la fin du siècle, le volume du bâtiment se plie dans l’angle pour accueillir un perron couvert enveloppé d’arcades26. Au revers, les façades enveloppent une luxueuse serre en rotonde. Grilles de fonte, balustrades et statues de terre cuite complètent le dispositif – tandis qu’une petite dépendance traitée en chalet, sur la rue en retour, accueille écuries et remises. Mélangeant les genres, l’hôtel du 25 rue Filellinon (vers 1890, disparu) (fig. 106) plaçait sa haute porte d’entrée à l’angle de la rue Simonidos en lui superposant une rotonde, traitée en loggia à trois arcades. La solution était d’autant plus inventive que l’édicule, en retrait sur l’alignement des façades, venait se placer juste au-dessus de la volée droite d’un grand escalier de marbre conduisant à l’étage – dispositif curieusement emprunté à l’architecture commerciale27. Née au détour des années 1860, la typologie du petit hôtel connaîtra une longue faveur dans les quartiers résidentiels de la capitale, où l’on en trouve des exemples jusqu’à la première guerre mondiale (par exemple, place Rigilis – à l’angle de l’avenue Vassilissis Sofias et de la rue Mourouzi).

Fig. 105 — Ernst Ziller, villa Othon Stathatos : rotonde d’angle, 1 rue Irodotou, Athènes (1895).

Fig. 105 — Ernst Ziller, villa Othon Stathatos : rotonde d’angle, 1 rue Irodotou, Athènes (1895).

EFA, Philippe Collet.

Fig. 106 — Hôtel particulier, 25 rue Filellinon, Athènes (vers 1890, démoli).

Fig. 106 — Hôtel particulier, 25 rue Filellinon, Athènes (vers 1890, démoli).

François Loyer.

Des habitations modernes

  • 28 Viollet-le-Duc, Narjoux 1875-77.
  • 29 Les deux cariatides disposées en pendant figurent dans le catalogue des fonderies du Val d’Osne sou (...)
  • 30 Leur aspect était similaire au lion couché dont s’orne le tumulus des combattants inconnus, dans le (...)
  • 31 Le palais Nicolaos Psychas offrait la même cariatide photophore que la villa Chrysanthemon : si ins (...)
  • 32 Maro Kardamitsi-Adami l’identifie comme le jardinier en chef du Palais royal, en signalant une note (...)
  • 33 L’exemple de la Vallée-aux-Loups – aménagée sans doute par Louis-Martin Berthault à partir de 1807 (...)
  • 34 Gustave Fougères mentionne aux abords de l’avenue Vassilissis Amalias « de luxueux hôtels de style (...)
  • 35 La proximité est évidente avec la villa de Schliemann, évoquée plus haut. Cet aspect de la producti (...)

9La même typologie a été déclinée, sous forme de villa, sur des terrains beaucoup plus vastes en bordure de l’agglomération : à l’angle des rues Chr. Vournazou et A. Tsocha dans le quartier aéré d’Ambelokipi s’élevait un pavillon à trois travées (fig. 107), dont l’avant-corps précédé d’un balcon couvert formant terrasse à l’étage était accessible par deux rampes courbes rattrapant le niveau du soubassement. Plus imposante encore est la villa Chrysanthemon, 27 route de Tatoï à Kifissia près d’Athènes (fig. 108). Construite en 1890 pour Ioannis Pavlou Lambros, d’une célèbre famille de numismates, elle s’organise sur un plan en équerre inscrit dans un carré dont l’angle est rempli par une terrasse couverte. L’ensemble aurait pu trouver sa place dans les Habitations modernes d’Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc et Félix Narjoux28, tant l’agencement de la distribution a été médité. Dominées par un pavillon-belvédère, les façades d’inspiration pompéienne cumulent frontons et niches qui accueillaient autrefois des statues à l’antique, en terre cuite. Du côté de l’entrée, deux rampes courbes gazonnées enserrent un perron axial s’élevant jusqu’à la porte, traitée en naïskos et surmontée d’un balconnet ; des sphinges ailées en terre cuite, ainsi que des lampadaires-cariatides en fonte de fer complétaient un dispositif des plus spectaculaires29. Devant le perron latéral, les lions couchés étaient signés par le sculpteur A. Nasios30 (fig. 109). Une telle virtuosité dans le parti décoratif ainsi que son caractère éminemment français pourraient justifier l’attribution à E. Troump. Même si le registre est différent, la proximité est manifeste avec les somptueuses villas qu’E. Ziller réalise au même moment sur l’avenue Vassilissis Sofias31. Autre exemple caractéristique de cette typologie suburbaine, l’ambitieux casino à l’italienne (disparu) construit pour Friedrich Smith32 (fig. 110) sur les hauteurs de Kolonaki, à l’angle des rues Voukourestiou et Soutsou, se présentait comme un pavillon de plan carré disposé à l’alignement – libérant un jardin sur les autres façades. Le répertoire s’inspirait de la Renaissance italienne. Un soubassement en bossage rustique supportait l’étage noble, scandé de pilastres composites et de fenêtres-niches sommées par des frontons. Une balustrade ornée de vases entourait la toiture-terrasse, accessible par un petit belvédère de plan carré. La façade latérale descendant vers le jardin en contrebas s’agrémentait d’un péristyle porté par quatre cariatides – allusion quelque peu ambitieuse à l’Érechthéion antique pour une maison particulière33. Enfin, sur les parois du belvédère étaient peintes des allégories féminines de goût pompéien. Derrière ce langage classique « italo-grec »34, caractéristique de Ziller, transparaissent les procédés de reproduction dont il était un utilisateur virtuose : sculptures en ronde-bosse et ornements de terre cuite, peintures décoratives, faux appareil de maçonnerie enduite… L’association d’un répertoire emprunté à l’art monumental avec une échelle somme toute modeste – celle du pavillon de plain-pied, entouré par son jardin – constitue le point fort de cette architecture dont la volubilité décorative fait usage des techniques sérielles caractéristiques de l’art industriel (selon la formule alors en usage)35.

Fig. 107 — Villa, rues Vournazou et Tsocha, Ambelokipi (vers 1890, démolie).

Fig. 107 — Villa, rues Vournazou et Tsocha, Ambelokipi (vers 1890, démolie).

François Loyer.

Fig. 108 — Villa Chrysanthemon : vue générale, 27 route de Tatoï, Kifissia (1890).

Fig. 108 — Villa Chrysanthemon : vue générale, 27 route de Tatoï, Kifissia (1890).

François Loyer.

Fig. 109 — Villa Chrysanthemon : lions couchés d’A. Nasios.

Fig. 109 — Villa Chrysanthemon : lions couchés d’A. Nasios.

François Loyer.

Fig. 110 — Maison de Friedrich Smith, rues Voukourestiou et Soutsou, Athènes (vers 1880, démolie).

Fig. 110 — Maison de Friedrich Smith, rues Voukourestiou et Soutsou, Athènes (vers 1880, démolie).

Éditions MELISSA, archives photographiques.

  • 36 Le Castello de la duchesse de Plaisance en est un exemple précoce, largement suivi par la suite. Da (...)
  • 37 En témoigne la diffusion des modèles, qui vont peu à peu occuper le terrain de l’architecture ordin (...)

10Dans ces palais d’un nouveau genre, l’étalage de la richesse ne se fait ni par l’ampleur de la construction, ni par le luxe affiché des matériaux, ni même par la confiscation de la monumentalité publique au profit de l’architecture privée (toutes choses que nous avons vues jusqu’alors), mais par la diversification de formes architecturales dont la plus savante est l’art renouvelé de la distribution. Aux convenances parfois millénaires de l’organisation du plan, elle substitue des dispositions chaque fois différentes – tant en rapport avec le site qu’avec l’identité du commanditaire. Tout édifice devient une œuvre d’art, où l’architecte et son client ont mis beaucoup d’eux-mêmes36. Reste que la déclinaison s’inscrit au sein d’une typologie spécifique qu’elle ne met nullement en cause : au contraire, la variété des solutions devient l’expression même d’une formule réservée à l’élite. Entre classes supérieures et classes moyennes, la vraie frontière est là. Pour les uns, l’invention architecturale est une donnée de la commande ; pour les autres, la référence au type est incontournable37. Cela ne fait qu’amplifier les phénomènes de ségrégation que manifeste la répartition géographique par quartiers au sein de la ville moderne. À la juxtaposition traditionnelle entre maison de maître et habitat populaire s’est substituée une autre logique, en rapport avec la centralité ou la résidentialité du site. Démultiplication des types et hiérarchie dans la densité du bâti s’associent pour déterminer un statut spécifique, différent d’un quartier à l’autre. Cette mosaïque typologique est la clé de la forme urbaine, renforçant les distinctions économiques et sociales qu’opère la division spatiale entre les populations.

Boutiques et logements

  • 38 On mesure la différence avec les grandes maisons du Haut Plaka qui marquaient le paysage de leur si (...)

11Avant même que nous n’abordions les nouveaux quartiers prévus au plan d’extension de 1833, il nous faut revenir une nouvelle fois vers l’ancien centre – dont la densification est manifeste à partir des années 1860 : ce fut l’un des premiers effets du développement urbain que d’en conforter l’attractivité. Le dynamisme commercial favorise le recours systématique à une typologie mixte associant boutique et logement. L’aspect des maisons devient partout le même : des piles de pierre régulièrement espacées déterminent un rez-de-chaussée de plain-pied, accueillant des commerces dont les devantures vitrées sont protégées par des volets de bois. Rejetée en mitoyenneté, l’entrée conduit par un étroit corridor jusqu’à l’escalier situé du côté de la cour. À l’étage, des travées moins ouvertes révèlent la fonction d’habitat soulignée par un balcon d’ornement. On est loin des maisons à rez-de-chaussée semi-enterré de la ville ancienne, reflet d’un mode de vie rustique soumis aux contraintes du climat. La vie urbaine l’a emporté, comme le signifie le rapport insistant à la rue que décrivent les façades. Au cœur même du vieux Plaka l’élégante demeure datée de 1862 qui se situe 6 rue Pelopida et 1 rue Eolou (fig. 111) (face à l’agora romaine) offre une composition régulière à deux niveaux et cinq travées, soulignée par des pilastres corinthiens ainsi qu’un entablement dont la corniche denticulée se double d’un rang d’acrotères. Remplaçant l’allège, des balustres en terre cuite s’inscrivent dans le cadre des baies, tandis que des piédestaux marquent, à la naissance du toit, une longue balustrade à l’italienne. Sur la façade principale, un balcon à consoles de marbre et garde-corps de ferronnerie regroupe trois des cinq travées ; sur la façade secondaire, il est remplacé par deux balconnets (correspondant à une travéation paire, qui introduit une subtile hiérarchie entre les deux voies). En contradiction avec la modestie d’une simple maison à l’alignement38, la volubilité du discours affiche la prospérité de cette bourgeoisie commerçante installée au cœur de la ville.

Fig. 111 — Maison, 6 rue Pelopida à Plaka, Athènes (1862).

Fig. 111 — Maison, 6 rue Pelopida à Plaka, Athènes (1862).

François Loyer.

12Que ce soit rue Eolou ou bien, non loin de là, rue Kidathinaion, ces petites maisons multiplient les percements : les baies à allège pleine décorée d’une table rentrante, alternent avec des niches cintrées ou des fausses fenêtres. La volonté est manifeste de nier le mur pour suggérer un effet structurel. Les lignes sont redoublées par des jeux de pilastres et de bandeaux ou de corniches. Les ouvertures et leurs huisseries à caissons compartimentés possèdent des encadrements moulurés. Les terres cuites abondent : balustrades, acrotères, statues, mais aussi souches de cheminées se silhouettant sur le toit ; chapiteaux plaqués sur les murs, accompagnés de frises décoratives, de claveaux, de rosettes… L’impact de la couleur et la variété des ordres viennent en renfort : non seulement, l’ordonnance fait volontiers appel au ionique et au corinthien voire au composite, mais elle les souligne de bandes d’outre-mer dans les corniches et de panneaux pourpres dans les fausses fenêtres, parfois ornées elles aussi de statues. La gamme reprend des teintes naturelles : faux marbres et faux bois, ocre jaune et rouge… Cette polychromie repose sur l’équilibre entre les primaires : les fonds en enduit jaune jouent du contraste avec les éléments graphiques, soulignés de teintes sombres – bleu, vert (fenêtres, corniches) – comme avec les surfaces au rouge plus ou moins vif des terres cuites et des panneaux peints. Le résultat est, il faut bien le reconnaître, spectaculaire tout autant qu’il est charmant.

13Dans les rues commerçantes de l’ancien centre, le même type d’ordonnancement s’adapte à des parcelles étroites et souvent irrégulières. Aux angles des rues s’inscrit le balcon, qui est le morceau de bravoure. Pilastres et fenêtres-niches font partie des conventions habituelles, sauf que l’ordre s’enrichit désormais d’une frise ornée et que les cadres de baies tendent à se réduire sous la forme d’un simple chambranle. C’est le cas 31 rue Miltiadou, dans une maison des années 1860 – reprenant l’ordonnance de son vis-à-vis, de trente ans plus ancien. Sur des terrains réguliers, la composition à cinq travées est devenue un stéréotype d’autant plus incontournable qu’il se combine avec le balcon d’axe. Le rez-de-chaussée entresolé gagne en hauteur ; la porte d’entrée (surélevée d’une ou deux marches) est marquée par un chambranle avec dais alors que la devanture de la boutique reste d’une grande sobriété. Les contraintes de la distribution du logement ne permettant pas toujours une disposition régulière, on a recours aux fausses fenêtres : 30 rue Kolokotroni (disparu), la façade d’une dizaine de mètres de large était divisée par des pilastres cannelés, surmontés d’un chapiteau peu orné dont l’ordre toscan était très libre. Sur la gauche, la porte du magasin était encadrée de deux vitrines à allège pleine, ornées de grilles. Rejetée à l’opposé, la porte d’entrée était séparée par une travée aveugle. À l’étage, la symétrie qu’annonçait le balcon (décoré d’une grille de fer à motifs d’enroulements) était à nouveau rompue par la quatrième travée – traitée en fausse fenêtre. Ces compositions travaillées sont caractéristiques du troisième quart du siècle : des rythmes aussi élaborés, en contrepoint, étaient totalement étrangers au goût néoclassique.

  • 39 Elle s’est prolongée jusqu’à nos jours dans les petites villes et les villages.
  • 40 Dans les voies rayonnant autour des rues commerçantes, l’immeuble parisien adopte une solution comp (...)

14La maison avec boutique au rez-de-chaussée et logement à l’étage renvoie à une typologie dont la fortune ne se démentira pas39. E. Ziller l’adopte pour une de ses premières commandes, la maison Katsandris (1878), 51 rue Athinas et Evripidou. Un peu plus loin sur la même artère, 16 rue Athinas et 17 rue Voreas (vers 1900), on semble avoir hésité entre deux solutions : les percements du rez-de-chaussée, identiques à ceux de l’étage, suggèrent une destination d’habitat que contredit la présence d’une boutique. L’ambiguïté de la formule traduit une volonté de prestige. L’écriture moderne du décor (un « Louis XVI » international, en rupture avec la tradition néo-hellénique) va dans ce sens, en donnant à l’édifice un aspect plus noble que l’usage qui en est fait. Cette dernière remarque permet d’apprécier les causes d’une telle incertitude : entre affichage de la fonction et adaptation au changement se glisse une pratique de la mutation fonctionnelle, aussi ancienne que la ville elle-même. Lorsque la pression commerciale augmente, la maison devient boutique. La construction traditionnelle rendait ces transformations difficiles, le remplacement des murs porteurs par des linteaux de bois (plus tard, de métal) imposant une délicate reprise en sous-œuvre. Sans doute est-ce la raison pour laquelle nombre de maisons nouvelles adoptent dès l’origine un rythme serré de piles de pierre alternées avec des percées (plus faciles à reboucher qu’à percer)40. Le type se répandra jusque dans les quartiers neufs : à Neapoli, le bâtiment (disparu) situé à l’angle des rues Solonos (no 99) et Zoodochou Pigis (fig. 112) présentait un soubassement à arcades entresolées, au-dessus duquel se situait le bel étage – orné de fenêtres-niches, avec ou sans fronton, et scandé par des balconnets à consoles de marbre et garde-corps de ferronnerie.

Fig. 112 — Maison avec boutique, 99 rue Solonos à Neapoli, Athènes (vers 1880, démolie).

Fig. 112 — Maison avec boutique, 99 rue Solonos à Neapoli, Athènes (vers 1880, démolie).

François Loyer.

  • 41 Il fut détruit par un incendie en 1885.
  • 42 Elles ont été depuis « façadisées », au détriment de leur fonction initiale.
  • 43 Avant que les percées haussmanniennes ne viennent démembrer les grands îlots, en multipliant le lin (...)
  • 44 Par Adrien Lusson, en 1828.
  • 45 L’effet en est surprenant, car il est dessiné comme un étage ordinaire (même s’il est beaucoup plus (...)

15La multiplication des boutiques tout au long des rues du centre n’avait pas empêché le bazar turc de se maintenir dans le Bas Plaka41. Il se répandait au-delà de la rue Ermou, jusqu’à toucher l’église Aghia-Irini. Selon la tradition orientale, les échoppes n’y comportaient pas de logements. L’architecture le dit : rue Athinaïdos (fig. 113), une file continue d’arcades entresolées42 d’une surprenante régularité en manifeste la présence. Dans ce secteur, la densité commerciale deviendra bientôt telle qu’on finira par avoir recours à la solution de la galerie traversante. Inventée à la fin du xviiie siècle à Paris (passages du Caire ou des Panoramas), la formule avait connu un immense succès sous la Monarchie de Juillet43. Elle réapparaît tardivement à Athènes, lors des manifestations du cinquantenaire de la capitale : au 54 et au 56 de la rue Ermou sont percés deux passages couverts, imitant à s’y méprendre leurs homologues parisiens. La galerie Koniaris-Melas (1883), 7 rue Athinaïdos et 54 rue Ermou (fig. 114), est composée d’une suite d’arcades entresolées, avec de fines devantures menuisées. La charpente métallique cintrée de la couverture, inspirée de celle du Bourg l’Abbé44, était entièrement habillée de vitrage. À peine plus tardive (1884-1885), la galerie Aghia-Irini, 8 place Aghias-Irinis et 56 rue Ermou (fig. 115) en adapte le principe aux conditions climatiques de la Grèce : l’éclairage naturel est mesuré, sous un jeu d’arcades plafonnées que souligne une discrète polychromie. Moins palatiales, les façades offrent une composition franche superposant aux boutiques et à leur entresol45 un étage d’habitation marqué par un long balcon continu dont l’effet est imposant.

Fig. 113 — Boutiques à arcades, rue Athinaïdos, Athènes.

Fig. 113 — Boutiques à arcades, rue Athinaïdos, Athènes.

François Loyer.

Fig. 114 — Galerie Koniaris-Melas, 54 rue Ermou, Athènes (1883), état en 1964.

Fig. 114 — Galerie Koniaris-Melas, 54 rue Ermou, Athènes (1883), état en 1964.

François Loyer.

Fig. 115 — Galerie Aghia-Irini : façade, 56 rue Ermou, Athènes (1884-1885).

Fig. 115 — Galerie Aghia-Irini : façade, 56 rue Ermou, Athènes (1884-1885).

EFA, Philippe Collet.

  • 46 Dimitropoulou 2008, p. 230, se demande avec raison ce que signifie le nombre élevé de maisons à tro (...)
  • 47 À la manière romaine, c’est-à-dire du plus noble au moins noble. Des raisons climatiques justifient (...)
  • 48 Le règlement urbain imposant le respect de l’alignement, le décrochement est plus simulé que réel. (...)
  • 49 Il s’agit de l’ancien Mont-de-piété [Κρατικό Ενεχυροδανειστήριο] de la Caisse d’Épargne postale [Τα (...)

16De la maison à l’immeuble, la distinction n’est pas toujours facile à établir. La manière de compter les niveaux n’y est pas étrangère. Alors que les Français sous-entendent par le terme d’étage qu’il se situe nécessairement au-dessus d’un rez-de-chaussée (voire, dans la tradition italienne, du rez-de-chaussée et de l’entresol), en Grèce on inclut le rez-de-chaussée et même le sous-sol dans le décompte – des maisons à trois niveaux n’offrant en réalité qu’un seul étage au-dessus du rez-de-chaussée46. Plus généralement, dans les quartiers denses du centre ancien, il n’existe pas de distinction franche entre les étages – deux, voire trois sur les voies les plus fréquentées. Dans ces maisons partagées, l’escalier et le puits sont communs ; souvent, la cuisine et les commodités le sont aussi. Quant au logement, il n’a pas une limite bien nette : on habite encore des chambres plus que des appartements. Il faudra du temps pour que la division se clarifie – elle suppose l’eau courante à chaque niveau, si l’on veut que cuisine et toilettes y soient véritablement rattachées. Le temps passant, la formule va se fixer. Les balcons en sont le révélateur. D’abord, ils se superposent avec quelques variantes, sous une corniche un peu plus imposante que dans une maison ordinaire – comme dans l’attente de l’éventuel attique que rendrait possible un tel système. Puis ils se distinguent les uns des autres en fonction du statut de l’étage47. Les jeux de corniches respectent les règles classiques de la superposition des ordres ; les rythmes de baies et de trumeaux s’égalisent ; pilastres, fenêtres-niches et chambranles s’associent hiérarchiquement. En fonction du linéaire de façade, ce sont trois ou cinq travées qui sont adoptées, parfois articulées par un léger avant-corps (100 et 99 rue Solonos, démolis)48. Certains bâtiments en arrivent à offrir une élévation proche de celle de l’immeuble haussmannien – 18 rue Stadiou (fig. 116) vers 1890, démoli49.

Fig. 116 — Mont de Piété, 18 rue Stadiou, Athènes (vers 1890, démoli).

Fig. 116 — Mont de Piété, 18 rue Stadiou, Athènes (vers 1890, démoli).

François Loyer.

17Particulièrement composée, la façade de l’immeuble abritant le journal Estia (fig. 117), 7 rue Anthimou Gazi (1876), alterne pleins et vides sur un rythme à cinq temps. Le rez-de-chaussée est scandé par quatre fortes piles distinguant les entrées latérales de la boutique centrale – elle-même soumise à une division tripartite. Elles sont décorées de pilastres cannelés dont le chapiteau est papyriforme, d’inspiration éolique. Au premier étage, la travée d’axe est aveugle, rejetant des baies couplées de part et d’autre alors que le grand balcon maintient son rythme ternaire. Au second, les travées intermédiaires sont aveuglées au profit de trois fenêtres régulièrement espacées – celle du milieu, pourvue d’un balconnet. La virtuosité de l’écriture est indéniable, dans les contraintes de l’exercice d’une composition entre deux mitoyens et sans autre saillie que celle des balcons et corniches. Moins aboutie, la formule retenue pour la façade du 7 place Mitropoleos (vers 1900-1910, disparu) joue sur quatre temps, les deux baies centrales associées par un balcon de ferronnerie au deuxième étage tandis que deux balconnets accentuent les travées latérales au premier. Dans cet exemple tardif dont l’écriture décorative est un peu sèche, l’articulation avec le rez-de-chaussée n’est pas convaincante : les trois travées de la boutique se juxtaposent abruptement à celle de la porte d’entrée en négligeant le rythme de la travéation. La comparaison montre toute l’invention décorative qui fut celle du système, pourtant convenu, de la façade entre mitoyens.

Fig. 117 — Siège du journal Estia, 7 rue Anthimou Gazi, Athènes (1876).

Fig. 117 — Siège du journal Estia, 7 rue Anthimou Gazi, Athènes (1876).

François Loyer.

  • 50 Il existe une coupe de l’édifice dans les archives de l’agence Ziller. On l’attribue parfois sans p (...)

18Malgré les nombreuses destructions consécutives à la spéculation, Athènes continue de nous en offrir des exemples remarquables. On notera en particulier l’immeuble de l’Association philologique « O Parnassos » (8 place Karytsis), suffisamment canonique pour qu’on le qualifie de palais. Dû à l’ingénieur Iphikratis Kokkidis, il date de 1890. Bandeaux et corniches soulignent les deux étages, les fenêtres cadrées par des chambranles ornés de dais qui reposent sur de fines consoles. La composition à sept travées, digne d’un château classique, isole les trois baies centrales en un faible avant-corps. Au rez-de-chaussée, deux colonnes cannelées d’ordre dorique dégagent une loggia sans profondeur, sommée par un grand balcon dont la balustrade de marbre inclut des garde-corps en fonte (sur le modèle attendu des grilles de la maison Lemnienne). Un balconnet du même type marque le deuxième étage. La perfection de l’écriture va de pair avec sa banalité, définissant un stéréotype qui se répète à des centaines d’exemplaires à travers la ville. Selon le programme, il se simplifie ou s’enrichit – par exemple, au palais Athinogenous qui abrita la Banque ottomane, 50 rue Stadiou (vers 1875-80, démoli). L’édifice, attribué à E. Ziller50, n’avait que deux niveaux. L’avant-corps central à trois travées, loggia à colonnes et grand balcon est tout à fait similaire – à ceci près qu’il offre, à l’étage, un décor de demi-colonnes ioniques et d’impostes sculptées dans le goût du xviiie siècle. Quant aux ailes, elles se décomposent en pavillons avec un jeu de frontons droits ou cintrés dont la référence est michélangélesque. La codification architecturale est à son comble : le nombre de niveaux, la présence ou l’absence de boutiques comme l’importance du linéaire de façades suffisent à déterminer le statut de l’édifice, en harmonie avec sa situation (ici, sur l’une des voies majeures en bordure de la ville neuve), et ils lui imposent son discours ornemental.

La maison mitoyenne

19En dehors du centre, l’explosion urbaine est considérable durant la période où nous entrons : de 1870 à 1900, la capitale passe de 44 000 à 123 000 habitants pour atteindre 473 000 à la veille de la Catastrophe d’Asie Mineure. Comme le remarque, dès 1886, É. Burnouf :

  • 51 Burnouf 1887a, p. 553.

On ne prévoyait pas l’extension que la capitale devait prendre. Devant le palais du roi, construit dans la partie haute de la ville, on ouvrit une longue et étroite rue, la rue d’Hermès, et une autre à angle droit avec elle, la rue d’Éole. Elles devaient être les deux grandes artères de la circulation ; elles n’ont pas tardé à être dans Athènes aussi étroites que la rue Saint-Denis et la rue du Roi-de-Sicile dans Paris. La ville nouvelle a donc été s’éloignant de l’ancienne et de l’acropole51.

  • 52 Dimitropoulou 2008 (repris de Biris 1966).

20Entre 1858 et 1860, une commission avait été chargée d’élaborer un plan définitif sur une surface estimée alors à 2,70 km2 (par comparaison, l’annexion de 1860 devait porter la superficie de Paris à 80 km2). Ce plan, qui ne fut pas approuvé, fut repris en 1864 par la Direction du Génie civil et de l’Armée appartenant aux services de l’État, puis confié à partir de 1878 au Bureau des travaux publics du ministère de l’Intérieur. C’est dans ce cadre que furent validés, entre 1878 et 1907, une soixantaine de lotissements couvrant une surface de 15,98 km2 52.

21Lya et Raymond Matton notent avec justesse :

  • 53 Matton 1963, p. 222.

Après la révolution qui chassa Othon en 1862, la ville d’Athènes parut pendant dix ans donner raison à Ch. [Charles] Lenormant qui écrivait en 1841 : “on aurait dû éviter surtout de faire un plan de ville qui suppose une population d’au moins cent mille âmes”. Pendant ces dix années la ville en effet parut engourdie. Puis brusquement, aux recensements de 1879 et 1889, elle atteint 65.000 puis 110.000 habitants : et voici remplis les espaces promis dès 1840 au développement urbain53.

  • 54 Pour Pierre Lavedan, la colline du Lycabette « est aussi escarpée que les dykes volcaniques qui fon (...)

22La ville dense, sur un territoire qui n’excédait pas 3 km2, cède le pas à une agglomération étendue puisqu’elle est devenue près de six fois plus grande en trente ans. En quelques années, la ville neuve (Neapoli) a occupé ce vaste secteur qui va de la place Exarchia, derrière la rue Patission, jusqu’à la colline du Strophis (Lofos Strefi) pour venir buter sur le boulevard Alexandras, aux frontières de la ville. Le long de petites rues tranquilles autour du Lycabette s’organise un plan quadrillé54, où dominent quelques transversales (Tritou Septemvriou, Asklipiou, Harilaou Trikoupi) qu’emprunteront bientôt les tramways à chevaux. On ne peut s’empêcher, en effet, de faire le lien entre explosion spatiale et naissance du transport urbain – la première ligne de tramways à chevaux date de 1882. Certes, la distance est plus grande :

Mais quel charme pour l’Athénien d’avoir sa maison à lui, avec une petite cour plantée de « gaziès » (cassis) ou parfumée de basilic ! d’avoir le vide alentour, de se sentir maître d’un coin de terre et d’un ciel immense, d’avoir sa vue sur l’Acropole et les montagnes violettes !

  • 55 Merlier 1930, p. 24. Il sera directeur de l’Institut français d’Athènes de 1938 à 1961.
  • 56 C’est avec raison qu’Octave Merlier soulignera la rupture apportée par la construction d’immeubles (...)

23écrit Octave Merlier55, à une époque où l’ambiance est encore provinciale. La ville ne cesse de s’étendre au-delà des limites fixées par le plan d’urbanisme : dans le prolongement de la rue Patission s’installent ainsi tour à tour Ano Patissia (1871), puis Kato Patissia (1879), non loin de la colline de Filothei ; prolongé d’un côté par Ambelokipi (rattaché au centre dès 1881), Kolonaki descend maintenant vers Pangrati (1884) à l’est, puis bientôt vers Kallithea (1886) au sud. Dans ces nouveaux quartiers, une forme d’urbanisation prédomine : le lotissement. De 10-15 m à moins de 5 m de large, de la maison de maître à la plus petite des maisons populaires, tous les types d’édifices sont au rendez-vous. Certes, il n’y a pas de modèle imposé : le découpage une fois effectué, la construction est assurée par l’acheteur qui bâtit à sa guise56. Toutefois, et malgré la différence d’aspect que cela induit, la taille des parcelles ainsi que le linéaire de façade propres à chaque opération contribuent à unifier la typologie – le recours à la mitoyenneté renforçant l’homogénéité du bâti. Même si leur répartition spatiale s’effectue sans plan préétabli, au hasard des travaux, elle détermine des ensembles dont la physionomie architecturale et urbaine est parfaitement lisible. Dans cette mosaïque de lotissements, la conjonction entre appartenance sociale et localisation géographique n’en est que plus évidente.

  • 57 Lorsque la propriété est vaste comme cela se produit dans les lotissements au long des avenues prin (...)
  • 58 Le système du palier était fort décrié dans la maison ancienne comme un signe d’économie bourgeoise (...)

24La formule d’habitat la plus élaborée est celle de la maison bourgeoise, généralement prise entre mitoyens57. Large de 12 à 15 m, elle comprend trois ou même quatre niveaux : un demi-sous-sol à usage de service, éclairé par de grands soupiraux ; le rez-de-chaussée surélevé, pour la réception ; enfin, un étage de chambres. Parfois ce dernier est suivi d’un attique destiné au logement des enfants et des domestiques. Dans les conditions climatiques d’Athènes une telle affectation n’est pas recommandée, ce qui en a limité l’usage. La hauteur de corniche est de 10 à 12 m : 1,50 m à 2 m de soubassement, 4,50 à 5 m pour chaque étage (4 m à 4,20 m de hauteur sous plafond, plus 0,50 à 0,70 m entre étages). Quant à la profondeur, elle est équivalente : une pièce devant, une pièce derrière – auxquelles s’ajoute l’épaisseur des murs. Coiffé d’un toit à deux versants avec gouttereau en façade, le volume est presque cubique. Au revers se situe la cour ou le jardin – sans grande profondeur, mais suffisant pour donner de l’agrément. De surcroît, il assure une ventilation traversante, indispensable en période de chaleur. La grande hauteur sous plafond des étages, notée par la plupart des guides, existe pour le même motif. D’une manière invariable, la répartition des pièces s’établit à partir du palier de l’escalier droit – une distribution économique, même si elle n’est pas vraiment prestigieuse58. Le service se réduit à quelques annexes (cuisine, resserres), disposées en retour d’aile sur la façade postérieure. Il n’y a pas de dépendances (écuries, remises), comme il n’y a pas d’entrée cochère : les habitants ne possèdent pas d’équipage.

  • 59 Certaines maisons peuvent ne pas comporter de fronton. Elles ont, dans ce cas, des dispositifs de p (...)

25L’élévation de la façade est tout aussi systématique : d’ordinaire, elle offre un avant-corps central couronné ou non par un fronton59. Disposition héritée des palais ou des villas palladiennes, un groupe de trois baies (avec ou sans balcon) correspond au salon central flanqué de deux chambres à coucher. Le nombre de travées ne dépassera jamais cinq pour les édifices les plus prestigieux, mais ils ne sont pas légion. Plus le linéaire de façade se réduit, moins il y a d’ouvertures : quatre, ou même trois sont des formules courantes. À côté des quelques schémas principaux – à arcades, à bandeaux, à ordonnance de pilastres, à fenêtres-niches… – toutes sortes de dispositions particulières viennent des conditions de la construction et du goût plus ou moins fantaisiste du commanditaire et de son maître d’œuvre. Ainsi les maisons d’angle, les plus recherchées, offrent-elles des façades moins fidèles aux schémas classiques : le volume devient plus géométrique, avec de modestes encadrements moulurés, mais s’y ajoutent des soubassements à bossages, des frontons à l’italienne, des niches, des pilastres cannelés… : autant de détails non orthodoxes en faveur vers la fin du siècle, où les modèles académiques seront moins fidèlement imités. Comme d’habitude, le traitement du décor retient toute l’attention : dans un joli projet de L. Caftanzoglou vers 1870 (fig. 118), la solution est des plus simples. La façade est divisée en trois travées, séparées par de larges trumeaux. L’articulation des niveaux est soulignée. De manière plutôt insolite, le socle est traité en lambris de plaques de marbre. Le rez-de-chaussée surélevé s’habille de refends, avec des encadrements harpés autour des baies. À l’étage se concentre l’ornementation savante : de part et d’autre du petit balcon d’axe, les trumeaux sont décorés de pilastres et de niches, de médaillons ainsi que de compartiments enrichis par des marbres de couleur ; enfin, l’entablement est souligné d’acrotères, ainsi que de piédestaux qui évoquent une balustrade à l’italienne. L’exercice, dans le goût de la Renaissance, déguise un élément essentiel de la composition : le désaxement de la porte d’entrée, rejetée dans la travée de gauche. La solution est fonctionnelle, pour ne pas rompre la distribution en l’encombrant d’un escalier qui ferait concurrence au salon et à la chambre – disposés, eux, au centre de la façade. Mais elle n’est pas prestigieuse.

Fig. 118 — Lysandre Caftanzoglou, projet de façade pour une maison bourgeoise (vers 1870).

Fig. 118 — Lysandre Caftanzoglou, projet de façade pour une maison bourgeoise (vers 1870).

François Loyer.

  • 60 C’est un exercice sur le thème très vénitien de la baie serlienne – dernière méditation de l’illust (...)
  • 61 Dans le même esprit, on retiendra le 10 rue Polygnotou sur les hauteurs de Plaka. De plan carré, la (...)

26Lorsqu’en 1882 E. Ziller construira sa propre demeure (6 rue Mavromichali), il lui donnera plus d’ambition. La situation de l’édifice lui permettait de s’affranchir presque entièrement des contraintes de la mitoyenneté. Non seulement, l’architecte introduisit un étage attique percé de baies mezzanines dans la corniche du toit, mais il plaça l’entrée au milieu de la façade en l’accompagnant d’un triplet dont la référence est michélangelesque60. Le bâtiment, beaucoup plus imposant, mérite son appellation de palais – une appellation qu’il conservera par la suite, lorsqu’il sera devenu la résidence du banquier et collectionneur Dionysios Loverdos. Une nouvelle fois, la comparaison entre des constructions d’un aspect relativement identique permet de dégager les codes implicites d’une architecture tout aussi attentive au statut social de ses commanditaires qu’à leurs ambitions de représentation. Ziller en reprendra l’idée pour la maison Deligeorgis (1882-90), 1 rue Kanari, 10-12 rue Akadimias et 2-4 rue Pindarou : le volume parallélépipédique du bâtiment contraste l’ordonnance d’une longue façade sur rue dominée par le triplet du salon central et de son grand balcon à l’étage, avec le dispositif plus resserré adopté pour la façade secondaire (la précède un perron couvert en terrasse, ouvrant sur le jardin). Pour la maison Goudi (1885, disparue) (fig. 119), 2 rue Omirou à l’angle de la rue Stadiou, la masse compacte évoque celle d’un palais à l’italienne, avec son puissant soubassement à bossages rustiques, les fenêtres-niches et leurs baies cintrées au bel étage ainsi que l’attique sobrement décoré et sa puissante corniche. Ce langage d’inspiration florentine ou vénitienne trouvait son application dans nombre de belles maisons du quartier – notamment, le 30 rue Omirou, démoli (fig. 120), dont le triplet central était marqué, suprême maniérisme, par une fausse fenêtre. Dès que la situation le permettait, on adoptait une implantation pavillonnaire susceptible de favoriser l’autonomie de la construction : maison « semi-détachée » (mitoyenne d’un côté, isolée de l’autre), surélevée (le mur de clôture étant seul à l’alignement, sur des terrains en forte pente) ou bien en retrait d’alignement (avec ou sans ailes de raccord). À l’angle des rues Irodotou et Spefsipou, dans une demeure également disparue (fig. 121), les trois travées de la façade à l’alignement sur rue respectaient les conventions de la symétrie, tandis que l’aile en retour (donnant sur un jardinet pittoresquement planté de palmiers) se brisait pour suivre le désaxement des voies. Soulignée par le rythme ternaire des percements, la confrontation entre régularité et irrégularité donnait tout son charme à l’édifice. Agrémentées d’un jardin qu’une simple grille séparait de la rue, ces maisons de maître étaient parmi les plus prestigieuses61. Avant que la pression foncière ne les fasse définitivement disparaître, quelques témoins – rues Anagnostopoulou et Iraklitou, rues Tsakalof et Voukourestiou, rue Solonos à Kolonaki ; rues Methoni et Oikonomou (fig. 122) à la colline du Strophis – permettaient encore d’évoquer un type d’édifice dont nous n’avons plus aujourd’hui que le souvenir.

Fig. 119 — Maison Goudi, 2 rue Omirou, Athènes (1885, démolie).

Fig. 119 — Maison Goudi, 2 rue Omirou, Athènes (1885, démolie).

François Loyer.

Fig. 120 — Ernst Ziller (?), maison, 30 rue Omirou, Athènes (démolie).

Fig. 120 — Ernst Ziller (?), maison, 30 rue Omirou, Athènes (démolie).

François Loyer.

Fig. 121 — Maison, rues Irodotou et Spefsipou, Athènes (démolie).

Fig. 121 — Maison, rues Irodotou et Spefsipou, Athènes (démolie).

François Loyer.

Fig. 122 — Maison, rues Methoni et Oikonomou, Athènes (démolie).

Fig. 122 — Maison, rues Methoni et Oikonomou, Athènes (démolie).

François Loyer.

  • 62 À moins que ce ne soit au pochoir, les deux techniques ayant l’avantage d’être économiques. La plup (...)
  • 63 Le second-œuvre est l’un des éléments les plus fragiles du bâti ordinaire, où il n’attire pas toujo (...)
  • 64 La maison aujourd’hui disparue du 30 rue Kolokotroni avait conservé son décor intérieur de plafonds (...)

27Si l’apparence était cossue, le reste était parfois sommaire (notamment au revers, où a si longtemps survécu la tradition des galeries vitrées en bois). À l’intérieur, les escaliers de marbre étaient, avec les salons, les seules parties un peu soignées. On imagine facilement les sols en larges planches de bois peintes en brun sombre et couvertes de tapis, les plafonds habillés d’un décor de papier peint62, ainsi que les meubles lourds poussés contre des murs en tons clairs. Peu de choses avaient changé depuis l’arrivée du roi Othon et son installation provisoire dans la maison de la place Klafthmonos : celle-ci avait fait école avec ses sols peints et ses parois en faux lambris qui étaient là pour faire oublier la modestie des prestations. En revanche, l’ornementation s’était enrichie tant pour les meubles que pour les papiers peints. Passés du mur au plafond ils se couvraient désormais d’architectures simulées dont les compartiments, accueillant paysages ou natures mortes, entouraient des ciels traversés de nuages63… À ces productions à la mode importées d’Allemagne, d’Autriche ou d’Italie, répondaient les décors pompéiens dont la faveur ne s’était pas démentie64. Quant au mobilier, il était lui aussi importé – à moins qu’il ne copie des modèles diffusés par les revues internationales. Comme l’habillement, la décoration intérieure s’était mise à l’heure européenne – dans une version dont l’absence de luxe était patente. Seule la tradition orientale des tapis de Smyrne et des tissus brodés échappait à cette normalisation du goût. Elle donnait aux intérieurs une personnalité différente de celle des appartements parisiens, viennois ou londoniens de la même époque.

Déclinaison d’un type

  • 65 Démoli en 1964, l’édifice datait des années 1860. Il se caractérisait par son implantation pavillon (...)

28On retrouvait les mêmes dispositions, à une échelle réduite, dans des maisons construites sur un parcellaire moins généreux : une façade resserrée, de petites pièces et un escalier étroit, une cour à la place du jardin… Malgré leur aspiration à la notabilité bourgeoise, de telles prestations correspondaient à une clientèle sans grands moyens. Le schéma de façade laissant fort peu de possibilités (deux niveaux et trois à cinq travées), la variété tenait principalement aux effets de décrochement, ainsi qu’au décor chargé de les commenter. Ce dernier pouvait être sobre : 13 rue Omirou et rue Vissarionos (démoli), les angles étaient marqués par une ordonnance de pilastres classiques et leur entablement ; 12 rue Stratiotikou Syndesmou65, l’effet se concentrait sur quelques chapiteaux de terre cuite et une frise en faux-marbre bleu sous la corniche (sur le modèle de l’Érechthéion). Ces solutions dérivées de l’architecture pavillonnaire, plus simulée que réelle, étaient toujours aussi en faveur au début du xxe siècle : la petite maison à trois travées du 7 impasse Kapsalis (démolie) s’ornait d’un avant-corps à balcon et fronton, les travées latérales soulignées par des pilastres de refend. Plus richement ornés étaient le 68 rue Solonos (démoli), le 3 rue Erechtheos à Plaka ou bien les petites maisons elles aussi disparues de la rue Massalias. On peut encore admirer, 10 rue Pindarou (fig. 123), un pavillon dont l’aile en retour formant terrasse à l’étage est décorée de termes à l’antique. Il y a quelque chose de profondément émouvant dans ces petites maisons dont le répertoire emprunte à l’architecture bourgeoise, en la réduisant aux moyens de leurs propriétaires.

Fig. 123 — Maison, 10 rue Pindarou, Athènes.

Fig. 123 — Maison, 10 rue Pindarou, Athènes.

François Loyer.

29De la maison individuelle, il existait des versions encore plus modestes – disposées entre mitoyens. L’alignement impair de la rue Xenokratous en donnait l’exemple, sur les pentes escarpées du Lycabette. Les petites façades se succédaient en se décrochant le long de la pente. Réduites à trois travées, elles étaient implantées sur des terrains dont la largeur n’excédait pas 5 m. Haute et étroite, la porte d’entrée précédée d’un perron à deux ou trois marches se plaçait au niveau du trottoir, en contrebas d’un rez-de-chaussée surélevé. Plaquée sur la maçonnerie, l’ordonnance de pilastres et son entablement suggéraient un portique à l’antique, agrémenté de détails pittoresques. Ainsi, au no 29, démoli en 1965 (fig. 124), le maître d’œuvre avait-il joué sur la différence entre les trumeaux pour introduire une petite niche associant les deux fenêtres de la pièce principale – les distinguant, de ce fait, de la travée d’entrée (dont la porte, d’une hauteur démesurée, était prolongée à l’étage par une porte-fenêtre dotée d’un balconnet de ferronnerie). Nous n’avons pas jusqu’ici mentionné les constructions plus élémentaires – celles qui n’ont que quelques moulures ou un motif décoratif à offrir. Ce ne sont pas les moins intéressantes. La conciliation avec les vieilles techniques populaires donne toute son originalité à cet aspect du néo-antique. Toujours dans le même quartier, un groupe d’étroites maisonnettes (fig. 125) s’étendait sur des parcelles en lanière entre les rues Speusipou et Charitos : longeant la courette interne, un long couloir de circulation les réunissait. Pour le moins inattendu à la fin du siècle, le dispositif reproduisait les galeries vitrées de la vieille Athènes. Par suite de la dénivellation, chaque maison se trouvait en décrochement au-dessus de sa voisine – un détail traité avec habileté. Les façades étaient des plus simples : chambranles en bois et persiennes à la française, une corniche peu saillante ornée d’un rang serré d’acrotères. Dépourvue d’étage, la façade regardant vers la colline était percée de deux fenêtres et d’une porte d’entrée. Souligné d’acrotères, un haut bandeau d’entablement surmontait cette dernière. À l’origine, la couleur devait sans doute égayer la paroi.

Fig. 124 — Maison, 29 rue Xenocratous, Athènes (démolie).

Fig. 124 — Maison, 29 rue Xenocratous, Athènes (démolie).

François Loyer.

Fig. 125 — Maisons, 26-28 rue Speusipou et 21-23 rue Charitos, Athènes (démolies).

Fig. 125 — Maisons, 26-28 rue Speusipou et 21-23 rue Charitos, Athènes (démolies).

François Loyer.

  • 66 Sans doute vers 1910 comme en témoignaient les balconnets en fers carrés, les chambranles et pilast (...)
  • 67 Les cariatides en terre cuite sont empruntées aux loggias décoratives des hôtels Megas Alexandros e (...)

30Non loin de là, 25 rue Dinokratous (fig. 126), une maison d’un étage à trois travées s’essayait au néo-antique bourgeois, avec des moyens éminemment populaires (maçonnerie enduite, persiennes et chambranles de bois) : bien en vue au milieu de la façade, un balconnet de ferronnerie aux angles arrondis attirait le regard – avant qu’on ne découvre, au sommet de l’avant-corps, un étrange motif ornemental. Situé juste au-dessus de la ligne d’acrotères, à la naissance du comble, il associait une amphore antique, plantée dans l’axe, et deux lions ailés en terre cuite formant pendant. La symétrie était reprise aux extrémités de la façade par deux imposantes mitres à la manière vénitienne, dispositif encore plus inhabituel. Ce monument aux arts industriels avait son équivalent au no 33 de la même rue (fig. 127) : sur une maison un peu plus tardive66, le couronnement de la travée d’axe était marqué par un socle de maçonnerie, sur lequel reposait une vasque à l’antique encadrée de deux sphinges. La faveur des ornements de terre cuite a été telle, au tournant du xxe siècle, qu’on en trouvait bien d’autres dans les quartiers populaires d’Athènes – ainsi, la célèbre loggia aux cariatides du 45 rue Aghion Asomaton67 (fig. 128). Rien n’était plus attachant que cette architecture tout à la fois simple et délicatement ornée, en osmose avec les plantations de palmiers et de citronniers qui faisaient d’Athènes une capitale éminemment pittoresque. Malheureusement, ces maisons populaires ont été les premières victimes de la spéculation : celles que nous venons de décrire ont été presque toutes détruites (derrière la place Exarchia, il en reste des témoignages épars – bien souvent abandonnés).

Fig. 126 — Maison, 25 rue Dinokratous, Athènes (démolie).

Fig. 126 — Maison, 25 rue Dinokratous, Athènes (démolie).

François Loyer.

Fig. 127 — Maison, 33 rue Dinokratous, Athènes (vers 1910, démolie).

Fig. 127 — Maison, 33 rue Dinokratous, Athènes (vers 1910, démolie).

François Loyer.

Fig. 128 — Maison avec loggia, 45 rue Aghion Asomaton, Athènes.

Fig. 128 — Maison avec loggia, 45 rue Aghion Asomaton, Athènes.

François Loyer.

L’immeuble d’habitation

  • 68 Johannes 1939, p. 206-207, pl. 98. Elle faisait retour rues Ermou et Nikis. Démolie en 1964, elle a (...)

31Après cette incursion dans les lotissements populaires sur les hautes pentes du Lycabette, derrière Kolonaki, revenons à l’habitat résidentiel. Ordinairement, nous l’avons dit, la maison bourgeoise présente un ordonnancement continu qui se raccorde aux voisins pour assurer l’enveloppe de l’îlot. C’est ainsi que l’architecte P. Kalkos, déjà rencontré sur le site de la Métropole, réalisa en 1859 l’immeuble Andreas Coromelas (fig. 129), au bas de la place Syntagma68. Bâtie sur un plan en double équerre, elle était disposée selon un axe nord-sud perpendiculaire à la place. Le petit jardin sur lequel elle donnait latéralement ouvrait du côté de l’Acropole : de ce côté s’inscrivaient deux niveaux d’arcades entre les retours d’aile.

Fig. 129 — Panayotis Kalkos, immeuble Coromelas, place Syntagma, Athènes (1859, démoli).

Fig. 129 — Panayotis Kalkos, immeuble Coromelas, place Syntagma, Athènes (1859, démoli).

Bibliothèque de la MISHA, fonds Adolf Michaelis.

  • 69 Haute de deux étages sur un rez-de-chaussée surélevé, la maison d’Alexandros Theodoridos (disparue) (...)
  • 70 Biris 1987, p. 87-88.

32Inattendu dans un contexte urbain aussi dense, le dispositif permettait d’élaborer une distribution savante au croisement de l’axe monumental de la place avec celui de l’édifice et de son jardin intérieur – la porte d’entrée se trouvant rejetée rue Ermou. La façade principale, qui donnait à l’est vis-à-vis du palais, comportait quatre niveaux d’ouvertures : portes-fenêtres cintrées au rez-de-chaussée, baies rectangulaires inscrites dans le creux d’un large bandeau à l’entresol ; hautes fenêtres traitées en niche à l’étage noble ; fenêtres attiques au dernier niveau de l’avant-corps central. Couronné par un fronton, celui-ci était souligné par un balcon. Du côté nord, l’entrée encadrée de demi-colonnes ioniques et de bandeaux s’inscrivait dans une composition peu ornée, hormis deux balcons symétriques à l’étage. Quant à la façade postérieure, elle présentait une disposition régulière, à cinq travées que prolongeait une petite terrasse à l’étage. L’apparence était celle d’un palais, mais le nombre de niveaux révèle qu’il s’agissait d’un immeuble par appartements69. L’architecte reproduira le même parti lorsqu’il réalisera, vers 1870, une grande et haute maison pour la famille Koutsogiannis à l’angle des rues Deligiorgi et Agesilaou dans le quartier de Metaxourgeio. Respectant la compacité propre à la tradition néoclassique, elle était rythmée par un avant-corps à trois baies : sommé d’un fronton, ce dernier était décoré d’un large balcon situé au deuxième étage. Au premier, des balconnets marquaient les travées externes. Quant au rez-de-chaussée il était curieusement percé de deux portes d’entrée identiques, de part d’autre d’une baie d’axe. Un tel dispositif est difficilement compréhensible si l’on ne sait pas que l’ensemble est distribué par appartements : le motif de la loge de concierge prise entre deux portes d’entrée est l’un des poncifs de l’architecture haussmannienne. L’architecte l’a combiné avec une composition classique pour faire comprendre ce programme nouveau qu’était l’immeuble de rapport. Au 22 rue Asklipiou (1905, démoli)70 (fig. 130), ce ne sont pas deux mais trois portes d’entrée qui se juxtaposaient au rez-de-chaussée d’une maison à deux étages : chaque niveau disposait ainsi de son accès particulier. La solution est coûteuse en circulations (il y a deux cages d’escalier, plus le perron d’entrée du logement au rez-de-chaussée), mais elle assure une totale autonomie aux trois logements. Une telle organisation est d’autant plus remarquable qu’elle transpose l’usage alternatif des appartements superposés de l’époque ottomane, en les adaptant au marché locatif d’une capitale en pleine expansion.

Fig. 130 — Immeuble, 22 rue Asklipiou, Athènes (1905, démoli).

Fig. 130 — Immeuble, 22 rue Asklipiou, Athènes (1905, démoli).

François Loyer.

  • 71 Également, le 38 rue Stournara.
  • 72 Biris 1987, p. 84-86.
  • 73 Nous préférons la formule « maison à double entrée » à celle utilisée par M. Biris, qui qualifie ce (...)
  • 74 C’est ainsi qu’au 11 rue Kidathinaion, dans une belle demeure remontant à 1842, deux portes de larg (...)

33Bientôt se généralisera le principe de la maison à deux entrées – placées de part et d’autre de l’avant-corps central à balcon et fronton : en témoignaient les constructions disparues du 18 rue Solonos (fig. 131) ou du 21 rue Harilaou Trikoupi. La première n’avait qu’un étage dans la partie centrale (au-dessus d’un rez-de-chaussée surélevé) ; la seconde, un peu plus tardive, en offrait deux. Une variante, rues Aristotelous et Fokeas (démolie) (fig. 132), jouait sur le rythme pair des ouvertures en inversant la symétrie classique au profit d’une gémellité quelque peu insolite : l’avant-corps central couplait les entrées, sous un balcon à l’étage. La solution évoquait la maison double, avec son plan en miroir – dispositif que contredisait aussitôt le balcon (il donnait manifestement sur une grande pièce). Une telle affectation est déroutante : y avait-il ou non plan en lanière, sur une parcelle divisée transversalement dans le sens de la profondeur ? La réalité est plus simple : il y avait bien deux logements distincts, mais superposés et non juxtaposés71. On le voit au 14 rue Kidathinaion (fig. 133) qui a survécu : la porte de droite dessert un appartement à trois fenêtres sur deux niveaux (rez-de-chaussée semi-enterré et rez-de-chaussée surélevé) ; celle de gauche, qui lui est identique, donne sur un étroit passage dans lequel s’inscrit un escalier ouvert donnant accès à l’appartement supérieur. La quatrième travée, placée latéralement et percée d’une seconde porte d’entrée, était des plus courantes à Neapoli : par exemple, 25 rue Paleologou ou 59 rue Mavromichali (toutes deux disparues)72. Ailleurs (30 rue Psaromilingou et 4 rue Salaminos, dans le quartier du Céramique – vers 1880) (fig. 134), la deuxième porte donne sur un jardin : le logis inférieur se situe de ce côté, tandis que l’appartement du second étage est directement accessible par la rue. Ces maisons à double entrée73 s’inspirent manifestement des maisons patriciennes du règne d’Othon, dont elles détournent le dispositif à leur profit74.

Fig. 131 — Maison à deux entrées, 18 rue Solonos, Athènes (démolie).

Fig. 131 — Maison à deux entrées, 18 rue Solonos, Athènes (démolie).

François Loyer.

Fig. 132 — Maison à deux entrées, rues Aristotelous et Fokeas, Athènes (démolie).

Fig. 132 — Maison à deux entrées, rues Aristotelous et Fokeas, Athènes (démolie).

Éditions MELISSA, archives photographiques.

Fig. 133 — Maison à deux entrées, 14 rue Kidathinaion, Athènes (vers 1900).

Fig. 133 — Maison à deux entrées, 14 rue Kidathinaion, Athènes (vers 1900).

EFA, Philippe Collet.

Fig. 134 — Maison à deux entrées, 30 rue Psaromilingou, Athènes (vers 1880).

Fig. 134 — Maison à deux entrées, 30 rue Psaromilingou, Athènes (vers 1880).

François Loyer.

  • 75 Les cinq exemples cités sont empruntés à Biris 1987, p. 119-121 et 95-98.

34Le principe des entrées particulières à chaque logement conduit à des exercices de style d’une remarquable inventivité. La première solution, la plus classique, est celle de la maison en bande, traitée en « terrace » à l’anglaise. À l’angle des rues Deligiorgi et Pireos s’élevaient ainsi des maisons mitoyennes (vers 1860, démolies) reproduisant une même ordonnance d’avant-corps à fronton et de hautes portes d’entrée à pilastres et bandeaux toscans. L’ensemble pouvait prendre l’allure d’un palais, nonobstant les divisions de propriété, comme c’était le cas place Koumoundourou ou bien à l’angle des rues Ippokratous et Arachovis. À l’inverse, la répétition des façades pouvait devenir à ce point systématique qu’on ne percevait plus la composition d’ensemble, réduite au statut de voie ordonnancée : rues Derveni et Ippokratous (vers 1870, disparu), l’alignement de trois maisons d’apparence rigoureusement identique offrait en réalité un accès séparé à huit logements sur deux niveaux. La plus prestigieuse de ces réalisations se situait 3-9 rue Kolokotroni et rue Voulis (fig. 135), face à l’ancien Parlement, de part et d’autre de l’entrée de la rue du même nom (vers 1880, dénaturé). Quatre immeubles, à deux étages d’habitation sur un rez-de-chaussée commercial, s’y succédaient en respectant une même volumétrie cubique (soulignée par le grand entablement doublé d’une balustrade à l’italienne). Le nombre de travées différait, ainsi que le détail de l’écriture ornementale, mais l’ordonnance générale n’en était que plus évidente à travers la répétition insistante des balcons, corniches et bandeaux. Le tout était fractionné en plusieurs corps de bâtiments, disposant chacun d’entrées distinctes pour les logements situés dans les étages75. De telles opérations révèlent le passage du financement individuel à un investissement global – les immeubles construits en série étant ensuite vendus, le plus souvent à des particuliers désireux de se constituer un patrimoine. Elles révèlent aussi l’importance qu’a prise dès cette époque la spéculation immobilière. Comme le note une nouvelle fois É. Burnouf, observateur attentif d’un pays où il avait si longtemps résidé :

  • 76 Burnouf 1887a, p. 554-555. Il fut notamment directeur de l’École française d’Athènes, entre 1867 et (...)

Le rapide accroissement de la capitale a eu, comme en tous pays, pour conséquence immédiate la plus-value des terrains et l’augmentation des loyers. J’ai vu de nouveaux arrivans fort embarrassés pour se loger et restant à l’hôtel ; j’ai vu aussi, près du palais du roi, des terrains à 60 fr. le mètre, qui, plus tard, se sont vendus 200 fr. Cet enchérissement s’est propagé de proche en proche : de riches Hellènes, venus de Constantinople ou d’ailleurs, se sont construit de belles maisons dans des quartiers éloignés du centre, sur des terrains de peu de valeur : en bâtissant, ils en ont fait monter les prix76.

Fig. 135 — Maisons ordonnancées, 3-7 rue Kolokotronis et rue Voulis, Athènes (vers 1880, dénaturées).

Fig. 135 — Maisons ordonnancées, 3-7 rue Kolokotronis et rue Voulis, Athènes (vers 1880, dénaturées).

François Loyer.

35La pression foncière aidant, les maisons à plusieurs entrées finirent par céder le pas aux immeubles d’habitation. Vers la fin du siècle, ils se multiplièrent dans les quartiers résidentiels. Hauts de deux ou trois étages, ils présentaient des caractéristiques identiques aux immeubles mixtes des quartiers centraux – à ceci près que le rez-de-chaussée, surélevé, y était voué au logement. L’escalier commun étant reporté sur le mitoyen, les appartements à double exposition étaient munis d’un couloir central éclairé en second jour – 38 rue Tsakalof (fig. 136) ou 32 rue Omirou (vers 1880), seul l’espacement régulier des quatre travées révélait la présence de logements superposés : dans le premier cas, la pièce centrale était valorisée par le balcon du bel étage ; dans le second, des balconnets de fonte remplissaient le même rôle de façon plus discrète, tandis que des entrées symétriques laissaient augurer d’une distribution séparée des niveaux supérieurs. Au 11 rue Kanari (vers 1890-1900, démoli), rare exemple d’une typologie véritablement haussmannienne, se superposaient trois logements – ceux des étages pourvus de balcons ou de balconnets. Un peu plus tard, 4a rue Kapsali (fig. 137), les trois premières travées correspondaient à une maison individuelle à un étage – la dernière travée assurant la desserte de l’appartement du second (traité ici en faux attique). On voit à quel point la frontière entre maison et immeuble restait perméable. Entre les grandes façades plates des maisons à appartements et celles des maisons particulières, la différence ne tenait qu’aux horizontales de corniche, répétées de niveau en niveau et soulignées par les dais de couronnement des chambranles – l’absence d’une ordonnance de pilastres et de frontons, ainsi que le rythme pair des ouvertures étant l’aveu implicite d’une distribution par plateaux. Loin d’être mise en valeur, la différence entre les deux programmes était masquée par leur apparence qui était celle d’une propriété bourgeoise – plus prestigieuse que l’immeuble de rapport ou la maison en bande…

Fig. 136 — Immeuble d’habitation, 38 rue Tsakalof, Athènes (démoli).

Fig. 136 — Immeuble d’habitation, 38 rue Tsakalof, Athènes (démoli).

François Loyer.

Fig. 137 — Immeuble d’habitation, 4a rue Kapsali, Athènes (démoli).

Fig. 137 — Immeuble d’habitation, 4a rue Kapsali, Athènes (démoli).

François Loyer.

  • 77 Sur le milieu des hommes d’affaires grecs, voir Agriantoni 2011.
  • 78 Le terme de « Megaron » (palais) est utilisé depuis Homère. De la fin du xixe siècle jusqu’aux anné (...)
  • 79 Le nombre des habitants avait presque quadruplé à Athènes entre 1900 et 1920 – avant même la Catast (...)

36On pouvait aller encore plus loin en ce sens : 6 rue Panepistimiou (une adresse très recherchée, sur les grands boulevards du centre), l’immeuble construit par E. Ziller pour son gendre l’ingénieur A. Koupas77 peu avant 1900 (fig. 138) se donne l’allure d’un monument78. La large façade est rythmée par trois avant-corps – celui de l’entrée doté d’un grand balcon et d’un triplet d’ouvertures, au-dessus d’une grande arcade flanquée de colonnes ioniques. L’ensemble est digne d’un palais baroque. Ces maisons à appartements sont le signe d’un profond changement. Au début du siècle, l’enrichissement général a fait monter le niveau de vie des employés ou des fonctionnaires en leur donnant des possibilités plus élevées en matière de logement. Mais il y a plus : la petite maison d’Athènes avait un caractère provincial, tandis que l’immeuble est vraiment l’habitation en ville – économe en surface, concentrée en hauteur. La densification très rapide de la capitale79 obligera à cette solution dès avant la guerre de 1914 – d’une manière encore timide, mais c’est là le prototype du futur immeuble.

Fig. 138 — Ernst Ziller, immeuble Achileas Koupas, 6 rue Panepistimiou, Athènes (vers 1900).

Fig. 138 — Ernst Ziller, immeuble Achileas Koupas, 6 rue Panepistimiou, Athènes (vers 1900).

EFA, Philippe Collet.

Notes

1 Burnouf 1887a, p. 552, en fait l’éloge : « Quand je vis Athènes pour la première fois, il y a quarante ans, c’était une ville d’à peu près 27,000 âmes ; elle en compte aujourd’hui environ 100,000, cela donne un accroissement moyen de plus de 1,800 habitants chaque année. Le Pirée, à 6 kilomètres d’Athènes, en comptait 3,000 ; il en compte aujourd’hui 35,000 et croit sans interruption. Sa population était agglomérée le long du port ; ses longues rues, garnies d’élégantes maisons, couvrent maintenant les collines de Phalère et de Munychie. Elle a des jardins, des places spacieuses, une belle promenade qui fait le tour des collines le long de la mer et ne le cède en rien à celle du Pausilipe de Naples. Le Pirée a un théâtre, une bourse de commerce, de vastes réservoirs pleins d’eau de source, des quais bien construits et parcourus d’un bout à l’autre par un chemin de fer. Il compte plus de trente usines à vapeur, une foule de commerces et de métiers. C’est une ville entièrement européenne. »

2 En 1860, elle était de 140 habitants à l’hectare ; elle baissera avec l’accroissement démesuré de la ville. Sur le développement d’Athènes, voir Burgel 1976.

3 La loi no 3741/1929 n’autorisera la copropriété que tardivement, lorsque le besoin s’en fera sentir d’une manière pressante.

4 La notion de « typologie » est relativement récente en architecture. Dans les années 1960, on ne disposait que de deux références, essentiellement descriptives, sur l’architecture et l’urbanisme de l’époque contemporaine – et encore uniquement en France : Lavedan 1952, Hautecœur 1955 et Hautecœur 1957. Un nouveau souffle fut apporté par Mumford 1961 puis Rapoport 1966, dont la lecture était anthropologique. Les travaux de l’École de Venise (Muratori 1960 et surtout Rossi 1966) ont dégagé la notion de forme urbaine, ainsi que les instruments nécessaires à son analyse. Malgré ses aspects dogmatiques, l’apport de la « typomorphologie » a été décisif pour le développement d’une histoire des formes urbaines et de l’architecture ordinaire aujourd’hui universellement reconnue.

5 On verra plus loin que le terme a été utilisé dans un tout autre sens, au début du xxe siècle, pour désigner l’immeuble d’habitation ou de bureaux. La langue grecque fait pourtant bien la distinction entre ανάκτορον et µέγαρον, entre hôtel particulier et palais royal. Le flottement entre hôtel et maison, entre habitat aristocratique et habitat bourgeois, n’en est que plus significatif.

6 Ils privilégient la ville régulière – qualifiée aujourd’hui si abusivement d’haussmannienne, alors que l’origine en remonte à la Renaissance italienne.

7 Buchon 1843a, p. 92-115.

8 Joanne 1890, p. 29.

9 Le néo-antique, nous l’avons dit, se définit comme l’expression d’une identité nationale beaucoup plus que comme l’héritage de la culture commune à toutes les nations européennes. L’absence totale du néo-gothique (réduit aux seules maisons de campagne, dont il souligne le contraste avec la vie urbaine) mérite une nouvelle fois d’être soulignée. Même si d’évidentes raisons religieuses s’opposent depuis toujours à son adoption dans l’église orthodoxe, il aurait pu trouver dans d’autres types de programmes, industriels ou commerciaux, une forme de légitimité qu’il n’est pas parvenu à acquérir.

10 Comme nous l’avons fait, pour les plus significatives d’entre elles, au chapitre précédent.

11 La formule est détournée de celle qu’avait adoptée Bernard Lepetit, évoquant des « temporalités relatives » dans l’histoire urbaine (Lepetit, Pumain 1993).

12 À propos de l’enseignement de l’Académie au xviiie siècle, on se référera à Cleary 1977. La notion de convenance occupe une place toujours aussi éminente dans la pratique architecturale du siècle suivant.

13 En s’attachant à décrire l’architecture de l’habitat à Athènes autour de 1900, M. Biris en a abordé tout autant la typologie que le répertoire décoratif ou les ressources techniques. Les précieux relevés dont il est l’auteur enrichissent la connaissance d’une production malheureusement en grande partie disparue – Biris 1987.

14 Aujourd’hui, rue Konstantinou Tsatsou. Il faut sans doute reconnaître cette demeure comme celle « d’un Maréchal du Palais », située par Boulanger 1962 à l’angle de la rue suivante (Angelou Geronta).

15 Le terme d’hôtel particulier est quelque peu inexact, la typologie « entre cour et jardin » qui lui correspond s’étant imposée dans la tradition classique en France. Il s’est élargi à des constructions soignées, souvent prises entre mitoyens, telles qu’elles se développent à partir du milieu du xixe siècle – d’où le qualificatif de « petit hôtel » que nous utiliserons plus loin.

16 Il s’agit sans doute de pièces d’importation, provenant de maisons françaises comme celle de Ferdinand Barbedienne ou celle du Val d’Osne.

17 Doit-on souligner que l’architecte d’origine danoise avait été le premier en 1846 (Papageorgiou-Venetas 2007) à relever le monument de Lysicrate, dont il fournit d’imposants « détails grandeur » ?

18 Dite aussi « Téténé ». Datant également des années 1860, elle était située rue Pireos, à l’angle des rues Menandrou et Geraniou. Sa situation urbaine, dans la perspective de l’avenue, l’avait rendue célèbre – jusqu’à sa destruction en 1974.

19 La maison remontait aux années 1880.

20 « Il n’est pas nécessaire d’être bien profondément versé dans l’architecture, écrit Eugène Guillaume à propos du monument chorégique, pour saisir ici et du premier coup d’œil la différence qui existe entre ce protocorinthien grec et le corinthien qui est employé dans des monuments tels que la Bourse et la Madeleine. À n’établir la comparaison que sur le chapiteau, qui est le membre le plus essentiel de cet ordre, voyez quelle différence ! Comme les proportions du chapiteau grec sont plus élancées ! Remarquez la grande séparation qui se trouve entre les volutes et le feuillage ; et ces fleurons qui soutiennent les feuilles d’acanthe vers leur milieu ; et cette substitution de feuilles d’eau à la première rangée des acanthes […] », Guillaume 1879, p. 905-906. Le texte est d’autant plus intéressant qu’il renvoie à la présentation des dessins réalisés dans le cadre du Prix de Rome par Édouard Loviot, lors de son séjour à Athènes entre 1875 et 1878 pour la « restauration » (au sens académique du terme, c’est-à-dire uniquement en dessins) du monument chorégique. La restauration effective qui se fit aux frais de la France fut conduite par E. Troump, l’architecte de l’École française.

21 Biris 1987, p. 123.

22 C’est une figure qu’on aurait attendue seule, dans l’axe du corps central. La parenté avec l’avant-corps principal de l’université est suffisamment frappante pour qu’on puisse y percevoir une forme d’hommage à Chr. Hansen.

23 À qui l’on attribuerait volontiers une composition d’un maniérisme aussi subtil (ce que donnerait également à penser le recours à des fenêtres atticurges). On mesure ici l’influence qui fut celle de Caftanzoglou dans son enseignement à l’école polytechnique.

24 5 rue Filellinon, ainsi que rue Othonos et avenue Vassilissis Amalias sur la place Syntagma. Seul le premier édifice, aujourd’hui à l’état de ruine, a survécu. De part et d’autre du corps central, il disposait de deux entrées – l’une piétonne, l’autre cochère – plus tard envahies par des boutiques.

25 Elle se situe 29 avenue Vassilissis Sofias, 4 rue Neophytou Douka et 1 rue Irodotou.

26 Un contraste si marqué entre les deux éléments de la composition est d’ailleurs surprenant. Quant au plan sur la diagonale, utilisé pour la première fois par Hector Horeau en 1855 pour une maison à Primrose Hill près de Londres, il fut adopté par E. E. Viollet-le-Duc dans plusieurs de ses projets théoriques jusqu’à devenir l’étendard de la modernité. Il a été largement exploité par les architectes de l’Art nouveau européen.

27 Lorsque le magasin remplace la boutique, la nécessaire continuité des espaces de vente impose de rapprocher l’escalier de la façade en renonçant à donner de l’ampleur au hall de l’immeuble. D’où la formule de l’escalier droit à une seule volée, dégageant au revers un passage suffisant. L’emploi d’une telle figure dans l’architecture résidentielle est inattendu.

28 Viollet-le-Duc, Narjoux 1875-77.

29 Les deux cariatides disposées en pendant figurent dans le catalogue des fonderies du Val d’Osne sous le titre « Statues par Mathurin Moreau » (« Jeune fille », nos 244-245, pl. 595). Collaborateur attitré de l’entreprise, M. Moreau était particulièrement réputé pour ses sculptures décoratives. Quant au bassin situé devant le perron, il était orné d’un petit faune soufflant dans une coque : le modèle en est gravé dans le catalogue du fondeur Antoine Durenne sous la mention « groupes de fontaines ». On s’accorde à considérer Albert-Ernest Carrier-Belleuse comme son auteur. Parmi les plus illustres de leur génération, les deux artistes s’étaient spécialisés dans l’édition de fontes d’art et de terres cuites.

30 Leur aspect était similaire au lion couché dont s’orne le tumulus des combattants inconnus, dans le jardin des Héros à Missolonghi. La base portant la mention « Αργ. ΝΑΣΙΟΥ » [« Arg. NASIOU »] a permis d’en identifier l’auteur. Abandonné au départ de l’hôpital psychiatrique qui l’occupait dans les années 1960, l’édifice a été entièrement pillé : il ne reste plus rien des sculptures en terre cuite et en fonte dont il était orné. Sur les villas de Kifissia, voir Papandreou 2011.

31 Le palais Nicolaos Psychas offrait la même cariatide photophore que la villa Chrysanthemon : si inspiré soit-il de celui d’A.-E. Carrier-Belleuse pour les fonderies du Val d’Osne, le dessin s’en distingue par la position du bras au-dessus de la tête.

32 Maro Kardamitsi-Adami l’identifie comme le jardinier en chef du Palais royal, en signalant une note dont il fut l’auteur en 1858 sur l’extension du parc du côté de l’Olympeion et en présentant la photographie de sa maison construite par Ziller – Kardamitsi-Adami 2009, p. 90 et ill. 119 p. 100.

33 L’exemple de la Vallée-aux-Loups – aménagée sans doute par Louis-Martin Berthault à partir de 1807 pour Chateaubriand, à Chatenay-Malabry près de Paris – montre la distance qu’il y a entre l’insertion volontairement insolite de deux cariatides de marbre blanc, formant les extrémités d’un portique à colonnes ioniques devant cette longue et belle maison de campagne, et le placage hors d’échelle de la tribune de l’Érechthéion sur un casino à l’italienne d’aspect si ramassé, à Athènes. L’écart est grand entre nostalgie et confrontation. Cette tension dans l’usage de la citation – de plus en plus explicite, de moins en moins accordée – résume à elle seule la problématique de l’art dans les dernières décennies du xixe siècle.

34 Gustave Fougères mentionne aux abords de l’avenue Vassilissis Amalias « de luxueux hôtels de style italo-grec », formule heureuse s’il en est (Fougères 1912, p. 175).

35 La proximité est évidente avec la villa de Schliemann, évoquée plus haut. Cet aspect de la production a été assez peu étudié, alors qu’il est capital dans l’architecture privée.

36 Le Castello de la duchesse de Plaisance en est un exemple précoce, largement suivi par la suite. Dans ce contexte, le métier d’architecte évolue, puisqu’il doit tenir compte de la spécificité des attentes de son client : entre eux, le projet devient un élément de dialogue. Significative sera bientôt l’apparition de mémoires, rédigés par des personnalités impliquées dans la construction de leur propre résidence.

37 En témoigne la diffusion des modèles, qui vont peu à peu occuper le terrain de l’architecture ordinaire jusqu’à en devenir la caractéristique essentielle : née à la veille de la première guerre mondiale, la « maison sur catalogue » monopolise de nos jours le marché de la construction de logements individuels dans les pays développés.

38 On mesure la différence avec les grandes maisons du Haut Plaka qui marquaient le paysage de leur silhouette. Même si le répertoire fait appel aux mêmes ressources, la typologie est radicalement différente – l’équilibre entre volumes et décors s’étant inversé.

39 Elle s’est prolongée jusqu’à nos jours dans les petites villes et les villages.

40 Dans les voies rayonnant autour des rues commerçantes, l’immeuble parisien adopte une solution comparable lorsqu’il fait reposer la façade sur des piles de pierre et des poitrails métalliques (Hector Guimard au Castel Béranger, rue La Fontaine, 1895-98) : rebouchés par une maçonnerie légère, ils permettent un changement de destination du rez-de-chaussée.

41 Il fut détruit par un incendie en 1885.

42 Elles ont été depuis « façadisées », au détriment de leur fonction initiale.

43 Avant que les percées haussmanniennes ne viennent démembrer les grands îlots, en multipliant le linéaire de façade sur les voies nouvelles. Sur les galeries couvertes, voir Geist 1969 et Benjamin 1989.

44 Par Adrien Lusson, en 1828.

45 L’effet en est surprenant, car il est dessiné comme un étage ordinaire (même s’il est beaucoup plus bas de plafond que les autres niveaux). En l’absence d’arcs qui puissent l’englober dans le soubassement, faut-il y voir une dépendance des boutiques ou un étage à part entière ? Comme le révèlent certains passages parisiens – notamment Jouffroy et Verdeau, 1845-47, par Hippolyte Destailleur – l’incertitude typologique de l’entresol y a permis l’installation d’activités tertiaires en plein développement à l’époque.

46 Dimitropoulou 2008, p. 230, se demande avec raison ce que signifie le nombre élevé de maisons à trois étages dans les recensements du bâti athénien, pour arriver à cette conclusion.

47 À la manière romaine, c’est-à-dire du plus noble au moins noble. Des raisons climatiques justifient que les hauteurs sous plafond restent élevées dans les étages supérieurs, moins protégés de la chaleur.

48 Le règlement urbain imposant le respect de l’alignement, le décrochement est plus simulé que réel. L’observation est valable pour l’ensemble de la modénature, dont la profondeur se réduit à quelques centimètres (exception faite du balcon et de la corniche, dont la saillie est elle-même soumise à des normes strictes).

49 Il s’agit de l’ancien Mont-de-piété [Κρατικό Ενεχυροδανειστήριο] de la Caisse d’Épargne postale [Ταχυδροµικό Ταµιευτήριο].

50 Il existe une coupe de l’édifice dans les archives de l’agence Ziller. On l’attribue parfois sans preuves à l’ingénieur E. G. Piat ou à l’architecte E. Troump. 

51 Burnouf 1887a, p. 553.

52 Dimitropoulou 2008 (repris de Biris 1966).

53 Matton 1963, p. 222.

54 Pour Pierre Lavedan, la colline du Lycabette « est aussi escarpée que les dykes volcaniques qui font le pittoresque de notre ville du Puy. Conclusion inattendue : sur le triangle précité [des rues du centre-ville], un plan en échiquier rigoureux et, par conséquent, des voies dont quelques-unes ont une pente supérieure à 25%. L’inconvénient est plus grave encore qu’on ne pourrait le supposer chez nous : au bord de la Méditerranée, le régime des pluies comporte des averses courtes, mais terriblement brutales ; en un instant, ces rues escarpées sont transformées en torrents, puis, le soleil revenu, trouve les chaussées érodées, ravinées, bouleversées, impraticables même aux piétons. », Lavedan 1933, p. 164.

55 Merlier 1930, p. 24. Il sera directeur de l’Institut français d’Athènes de 1938 à 1961.

56 C’est avec raison qu’Octave Merlier soulignera la rupture apportée par la construction d’immeubles dans une ville faite de maisons individuelles : « Comment embellir ces quartiers où une bicoque voisine avec une immense maison de rapport en ciment armé, auprès d’une coquette villa aux colonnes de marbre, avec loggia à l’italienne, tandis que tout à coté les terrains vagues étalent leurs bosses et leurs plaies tourmentées ? […] L’étranger, habitué à la discipline urbaine, s’étonne longtemps avant de comprendre. Mais pourquoi juger les Grecs comme on juge un Européen ? L’esprit n’est pas le même. », Merlier 1930, p. 24.

57 Lorsque la propriété est vaste comme cela se produit dans les lotissements au long des avenues principales (où les terrains ont entre 20 et 40 m de côté), la maison est isolée – quadri-front. Un jardin périphérique est alors aménagé, et il existe plusieurs entrées, dont une particulière pour l’accès aux communs et aux écuries qui forment un corps de bâtiment indépendant. Ce n’est évidemment pas le cas de la maison bourgeoise, ni même du petit hôtel qui s’accommodent des contraintes de la mitoyenneté.

58 Le système du palier était fort décrié dans la maison ancienne comme un signe d’économie bourgeoise. Associé à l’escalier, il n’est pas consommateur d’espace ; en cela il diffère des enfilades à l’intérieur des pièces, comme cela se pratiquait à l’âge classique – sans séparation d’abord, puis sous la forme d’une large galerie prenant jour en façade. Cette dernière méthode ne permet pas le dédoublement de la distribution, sur rue et cour. Il existe bien le système de la galerie vitrée, tel que nous l’avons vu pratiqué dans l’architecture populaire traditionnelle : mais il a les mêmes défauts. En revanche, il sert utilement de brise-soleil, du côté de l’ouest – ce qui justifie qu’il ait si longtemps perduré.

59 Certaines maisons peuvent ne pas comporter de fronton. Elles ont, dans ce cas, des dispositifs de panneaux ou de fausses fenêtres dont le fond est enduit de pourpre et décoré d’un motif pompéien (rue Anastasiou Metaxa). Le corps central avec ses fenêtres rapprochées peut aussi être prétexte à une composition de pilastres (dans l’esprit du fronton ouest au Palais royal de la place Syntagma) : fenêtres et niches alternent sur deux ou trois niveaux, séparées par des pilastres en marbre et des chapiteaux de terre cuite. La maison disparue du 30 rue Omirou était un bon exemple de ce type de disposition.

60 C’est un exercice sur le thème très vénitien de la baie serlienne – dernière méditation de l’illustre précédent de la loggia du palais Farnèse, par Michel-Ange.

61 Dans le même esprit, on retiendra le 10 rue Polygnotou sur les hauteurs de Plaka. De plan carré, la maison présentait un avant-corps central doté d’un balcon à l’étage. Le rythme pair de la travéation s’expliquait par la présence d’un vaste jardin latéral (devant une façade d’entrée dont l’organisation était parfaitement régulière). Tout comme le contraste entre les deux ordonnances, les menuiseries compliquées remplies de verres de couleur dataient l’édifice du troisième quart du siècle.

62 À moins que ce ne soit au pochoir, les deux techniques ayant l’avantage d’être économiques. La plupart de ces décors ont depuis longtemps disparu, mais certains avaient pu être photographiés – voir Biris 1987, p. 134-135. Ils n’ont évidemment pas l’importance du prestigieux plafond peint dans le goût oriental, consacré aux Dieux de l’Olympe, dont s’orne le palais Chr. Nicolaïdis à Syros.

63 Le second-œuvre est l’un des éléments les plus fragiles du bâti ordinaire, où il n’attire pas toujours suffisamment l’attention. Le remplacement des huisseries, le gommage des moulurations, le renouvellement des sols… font disparaître l’authenticité du bâti, jusqu’au jour où il ne reste plus rien. D’autant que, bien souvent en terme de patrimoine, le compromis dehors/dedans est défavorable à la conservation des intérieurs. Cette « façadisation » est particulièrement forte en Grèce, où le bâti ancien est soumis aux contraintes du renforcement de structure qu’imposent les risques sismiques. D’ici peu, il ne se trouvera plus le moindre témoignage authentique des intérieurs et de leurs décors. L’apparence l’ayant emporté sur le contenu, l’architecture ordinaire sera devenue une enveloppe vide.

64 La maison aujourd’hui disparue du 30 rue Kolokotroni avait conservé son décor intérieur de plafonds. Sur l’enduit avaient été collées de grandes compositions en papier peint, ornées de thèmes décoratifs pompéiens, avec des grotesques et des entrelacs géométriques sur fond blanc. Dans d’autres maisons, l’ornementation était plus diverse : arabesques d’encadrement Louis XV, médaillons à paysages de ruines romantiques, natures mortes (fruits, viandes et poissons dans les salles à manger), bouquets de fleurs… Ces papiers peints s’étaient notamment conservés dans la grande maison sur les rues Anagnostopoulou et Iraklitou jusqu’à sa destruction en 1964.

65 Démoli en 1964, l’édifice datait des années 1860. Il se caractérisait par son implantation pavillonnaire, en surplomb au-dessus de la rue. La façade, marquée par un avant-corps à deux travées géminées, contrastait avec l’élévation postérieure de facture traditionnelle : rez-de-chaussée sous l’avancée d’une galerie en portique, étage en pan de bois vitré.

66 Sans doute vers 1910 comme en témoignaient les balconnets en fers carrés, les chambranles et pilastres classiques simplifiés, ainsi que le redoublement des acrotères par une balustrade à l’italienne.

67 Les cariatides en terre cuite sont empruntées aux loggias décoratives des hôtels Megas Alexandros et Bangkeion, construits en 1889 et 1890 par E. Ziller sur la place Omonia. Elles viennent sans doute, comme elles, de la fabrique viennoise d’ornements en terre cuite Wienerberger.

68 Johannes 1939, p. 206-207, pl. 98. Elle faisait retour rues Ermou et Nikis. Démolie en 1964, elle a été remplacée par un hôtel touristique à sept étages (aujourd’hui transformé en ministère). Andreas Coromelas a d’abord été employé à l’imprimerie nationale d’Égine. Envoyé chez Firmin Didot à Paris pour se former, il créa en 1834 la première imprimerie d’Athènes. Pour la publication du dictionnaire grec-français, en 1856, il adopta le procédé des caractères stéréotypes en plomb moulé mis au point par ce dernier (ce qui abaissait considérablement les coûts de fabrication).

69 Haute de deux étages sur un rez-de-chaussée surélevé, la maison d’Alexandros Theodoridos (disparue) adoptait un parti comparable. Elle avait été construite en 1864 à l’angle de la rue Omirou et de la rue Panepistimiou par l’ingénieur Grigoriadis – Johannes 1939, p. 208-209, pl. 99.

70 Biris 1987, p. 87-88.

71 Également, le 38 rue Stournara.

72 Biris 1987, p. 84-86.

73 Nous préférons la formule « maison à double entrée » à celle utilisée par M. Biris, qui qualifie cette typologie de « maison double » [διπλοκατοικία] alors qu’il s’agit d’une maison à deux logements – et non de deux maisons accolées en miroir.

74 C’est ainsi qu’au 11 rue Kidathinaion, dans une belle demeure remontant à 1842, deux portes de largeur inégale se situent en pendant, aux extrémités de la façade. Celle de gauche, plus imposante et précédée de deux marches, conduit vers l’escalier ; celle de droite, destinée au service, rejoint par un long corridor une galerie à arcades située du côté du jardin.

75 Les cinq exemples cités sont empruntés à Biris 1987, p. 119-121 et 95-98.

76 Burnouf 1887a, p. 554-555. Il fut notamment directeur de l’École française d’Athènes, entre 1867 et 1875, et responsable à ce titre de la construction du nouvel établissement.

77 Sur le milieu des hommes d’affaires grecs, voir Agriantoni 2011.

78 Le terme de « Megaron » (palais) est utilisé depuis Homère. De la fin du xixe siècle jusqu’aux années 1950, il a servi également à désigner des immeubles de rapport, avant que ne l’emporte celui, plus explicite, de « polykatoikia ». Renvoyant à la typologie française, l’adjonction de l’adjectif « idiotikon » (idiotikon megaron) est venue préciser la distinction entre l’immeuble et l’hôtel particulier.

79 Le nombre des habitants avait presque quadruplé à Athènes entre 1900 et 1920 – avant même la Catastrophe de 1922 et le flot des réfugiés qu’elle amena en provenance d’Asie Mineure.

Table des illustrations

Titre Fig. 102 — Maison à la rotonde, 7 rue Monis Asteriou, Athènes (vers 1860).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-1.png
Fichier image/png, 3,7M
Titre Fig. 103 — Maison à rotonde, rues Meleagrou et Isiodou, Athènes (vers 1880, démolie).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-2.png
Fichier image/png, 809k
Titre Fig. 104 — I. Séchos, palais Mourouzis, rue Pireos, Athènes (1868, démoli).
Crédits Éditions MELISSA, archives photographiques.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-3.png
Fichier image/png, 979k
Titre Fig. 105 — Ernst Ziller, villa Othon Stathatos : rotonde d’angle, 1 rue Irodotou, Athènes (1895).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-4.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Fig. 106 — Hôtel particulier, 25 rue Filellinon, Athènes (vers 1890, démoli).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-5.png
Fichier image/png, 592k
Titre Fig. 107 — Villa, rues Vournazou et Tsocha, Ambelokipi (vers 1890, démolie).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-6.png
Fichier image/png, 613k
Titre Fig. 108 — Villa Chrysanthemon : vue générale, 27 route de Tatoï, Kifissia (1890).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-7.png
Fichier image/png, 623k
Titre Fig. 109 — Villa Chrysanthemon : lions couchés d’A. Nasios.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-8.png
Fichier image/png, 646k
Titre Fig. 110 — Maison de Friedrich Smith, rues Voukourestiou et Soutsou, Athènes (vers 1880, démolie).
Crédits Éditions MELISSA, archives photographiques.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-9.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Fig. 111 — Maison, 6 rue Pelopida à Plaka, Athènes (1862).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-10.png
Fichier image/png, 3,6M
Titre Fig. 112 — Maison avec boutique, 99 rue Solonos à Neapoli, Athènes (vers 1880, démolie).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-11.png
Fichier image/png, 685k
Titre Fig. 113 — Boutiques à arcades, rue Athinaïdos, Athènes.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-12.png
Fichier image/png, 564k
Titre Fig. 114 — Galerie Koniaris-Melas, 54 rue Ermou, Athènes (1883), état en 1964.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-13.png
Fichier image/png, 610k
Titre Fig. 115 — Galerie Aghia-Irini : façade, 56 rue Ermou, Athènes (1884-1885).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-14.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Fig. 116 — Mont de Piété, 18 rue Stadiou, Athènes (vers 1890, démoli).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-15.png
Fichier image/png, 671k
Titre Fig. 117 — Siège du journal Estia, 7 rue Anthimou Gazi, Athènes (1876).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-16.png
Fichier image/png, 4,5M
Titre Fig. 118 — Lysandre Caftanzoglou, projet de façade pour une maison bourgeoise (vers 1870).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-17.png
Fichier image/png, 577k
Titre Fig. 119 — Maison Goudi, 2 rue Omirou, Athènes (1885, démolie).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-18.png
Fichier image/png, 669k
Titre Fig. 120 — Ernst Ziller (?), maison, 30 rue Omirou, Athènes (démolie).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-19.png
Fichier image/png, 582k
Titre Fig. 121 — Maison, rues Irodotou et Spefsipou, Athènes (démolie).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-20.png
Fichier image/png, 642k
Titre Fig. 122 — Maison, rues Methoni et Oikonomou, Athènes (démolie).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-21.png
Fichier image/png, 714k
Titre Fig. 123 — Maison, 10 rue Pindarou, Athènes.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-22.png
Fichier image/png, 3,5M
Titre Fig. 124 — Maison, 29 rue Xenocratous, Athènes (démolie).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-23.png
Fichier image/png, 850k
Titre Fig. 125 — Maisons, 26-28 rue Speusipou et 21-23 rue Charitos, Athènes (démolies).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-24.png
Fichier image/png, 565k
Titre Fig. 126 — Maison, 25 rue Dinokratous, Athènes (démolie).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-25.png
Fichier image/png, 669k
Titre Fig. 127 — Maison, 33 rue Dinokratous, Athènes (vers 1910, démolie).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-26.png
Fichier image/png, 605k
Titre Fig. 128 — Maison avec loggia, 45 rue Aghion Asomaton, Athènes.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-27.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Fig. 129 — Panayotis Kalkos, immeuble Coromelas, place Syntagma, Athènes (1859, démoli).
Crédits Bibliothèque de la MISHA, fonds Adolf Michaelis.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-28.png
Fichier image/png, 13M
Titre Fig. 130 — Immeuble, 22 rue Asklipiou, Athènes (1905, démoli).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-29.png
Fichier image/png, 796k
Titre Fig. 131 — Maison à deux entrées, 18 rue Solonos, Athènes (démolie).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-30.png
Fichier image/png, 637k
Titre Fig. 132 — Maison à deux entrées, rues Aristotelous et Fokeas, Athènes (démolie).
Crédits Éditions MELISSA, archives photographiques.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-31.png
Fichier image/png, 842k
Titre Fig. 133 — Maison à deux entrées, 14 rue Kidathinaion, Athènes (vers 1900).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-32.png
Fichier image/png, 5,2M
Titre Fig. 134 — Maison à deux entrées, 30 rue Psaromilingou, Athènes (vers 1880).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-33.png
Fichier image/png, 6,0M
Titre Fig. 135 — Maisons ordonnancées, 3-7 rue Kolokotronis et rue Voulis, Athènes (vers 1880, dénaturées).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-34.png
Fichier image/png, 6,1M
Titre Fig. 136 — Immeuble d’habitation, 38 rue Tsakalof, Athènes (démoli).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-35.png
Fichier image/png, 616k
Titre Fig. 137 — Immeuble d’habitation, 4a rue Kapsali, Athènes (démoli).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-36.png
Fichier image/png, 596k
Titre Fig. 138 — Ernst Ziller, immeuble Achileas Koupas, 6 rue Panepistimiou, Athènes (vers 1900).
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4103/img-37.png
Fichier image/png, 3,0M

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search