Version classiqueVersion mobile

L’architecture de la Grèce au XIXe siècle (1821-1912)

 | 
François Loyer

D’autres passés

Texte intégral

1Entre les premières maisons du Haut Plaka et les monuments dus à l’ambition royale ou à l’évergétisme, un décalage d’intention oppose les rêves intellectuels des fondateurs à la simplicité d’une vie locale dominée par la tradition. Comme dans la ville antique, une surprenante disproportion se manifeste entre art public et simplicité privée. Il n’en reste pas moins qu’après quelques années de difficultés, des moyens se sont peu à peu mis en place : ils favorisent la construction de bâtiments dont le caractère soit adapté à leur rôle de représentation. La commande d’État reste rare, tandis qu’une richissime clientèle privée devient plus demandeuse d’édifices de prestige – qu’il s’agisse des monuments dont elle entend faire don à la Nation ou, plus prosaïquement, des maisons qu’elle se destine à elle-même. On s’explique que les architectes aient rapidement renoncé au style retenu du Palais ou de l’université pour se tourner vers une imitation plus décorative de l’antique. En élargissant leur répertoire ils étaient à même de distinguer les programmes, de les inscrire dans une échelle de valeur suffisamment explicite de leur représentation symbolique. L’historicisme fut le moyen privilégié de cette déclinaison. Th. Hansen puis son élève E. Ziller en seront les principaux acteurs dans le troisième quart du siècle. Leur œuvre manifeste une étroite parenté qui, par-delà les références archéologiques, avoue leur appartenance à l’éclectisme ambiant. On en trouve la marque dès les premiers édifices dont Th. Hansen dessina les projets en style byzantino-roman, au début des années 1840. Entre vision archéologique et vision artistique, la référence au passé fut l’objet de bien des conflits. Nous allons le constater en convoquant tour à tour les figures les plus emblématiques de la scène athénienne. Leurs positions – partant, leurs conflits – sont plus complexes qu’on ne l’imaginerait de prime abord. Du pittoresque à l’orientalisme, elles ont été marquées par la recherche de nouveaux langages plus aptes à exprimer la diversité des attentes de la jeune nation qu’une imitation de l’antique par trop difficile à soutenir à quelques pas des chefs-d’œuvre de l’Acropole.

Le castello de la duchesse

  • 1 Sophie Barbé de Marbois-Lebrun et sa fille Élisa furent parmi les grandes philhellènes de leur géné (...)
  • 2 Au point que, nonobstant la rivalité qui les avait opposées autrefois, elle l’accueillit dans sa vi (...)

2L’idéalisme artistique d’architectes-archéologues nourris de culture classique ne correspondait guère aux attentes d’une aristocratie ouverte aux courants internationaux du romantisme. En témoignent, dans les années 1840, les résidences athéniennes de la duchesse de Plaisance1. Ancienne dame d’honneur de l’Impératrice Marie-Louise, elle était la belle-fille de Charles-François Le Brun, premier duc de Plaisance, qui fut troisième Consul de 1799 à 1804 puis architrésorier de l’Empire. Plus tard, elle devait attirer dans son salon parisien de la place de la Madeleine l’élite du mouvement littéraire de la Restauration : l’historien Augustin Thierry, ancien secrétaire du comte de Saint-Simon, aussi bien qu’Alfred de Musset ou Victor Hugo… Des liens étroits d’amitié l’attachaient par ailleurs à la princesse Belgiojoso, dont elle partageait les idées politiques2. Si l’une se consacra à la cause de l’unité italienne, l’autre œuvra à l’indépendance de la Grèce. Dès 1829, elle avait séjourné dans les îles ioniennes, puis à Nauplie et à Égine.

3De la duchesse et de sa fille Élisa, qu’il rencontre « accompagnées d’une nuée de domestiques, d’un énorme chien des Pyrénées et d’un tout petit cheval pas plus haut que le chien », le chevalier de Cussy fait cette description savoureuse :

  • 3 Germiny 1909.

Toutes les deux sont des femmes d’instruction et d’esprit, mais visant à l’excentricité et donnant la comédie au public à leurs dépens, soit par leurs costumes étranges, soit par leurs bizarres coifures, généralement coniques et rappelant les bonnets des pierrots de foire. Melle de Plaisance monte son cheval à califourchon, avec des jupons fendus sur les côtés et coiffée d’un bonnet bien pointu. À table, la mère et la fille ne touchent à aucune viande, trouvant contre nature que nos estomacs « servent de sépulture aux animaux », et ne voulant pas admettre que la chair est une nourriture indispensable aux humains.
Ces deux dames, philhellènes enthousiastes, se rendaient en Grèce, et, comme le baron Rouen n’avait pu leur trouver à Nauplie « un petit hôtel entre cour et jardin », selon ce qu’elles l’avaient prié de leur procurer, elles firent venir toutes les pièces numérotées d’une maison en bois, distribuée à leur convenance, qui s’éleva sous leurs yeux en une journée3.

  • 4 En 1832, elle s’opposa aux critiques contre l’indépendance grecque, formulées par Hector Soult, l’a (...)

4Au retour de cette expédition, la duchesse décida de quitter Paris pour s’installer en Italie du Nord, près du Lac de Côme – le prince Belgiojoso, devenu son amant, venait d’y acquérir une somptueuse villa de la Renaissance. Dès 1834, elle repartait pour l’Orient. Cependant la mort de sa fille le 18 juin 1837, lors d’un voyage au Liban, devait profondément l’affecter. Trois ans plus tard, elle se retirait définitivement à Athènes – non sans s’impliquer par la suite dans la vie politique locale4.

  • 5 Kambouroglou 1923, Kambouroglou 1925, Margari 2011. Selon la légende, sa particularité aurait été d (...)
  • 6 « Epavli Rododaphni ». Le terme « Castello » désigne son caractère de maison forte, dans la manière (...)

5Réputée fantasque et superstitieuse5, elle ne croyait plus guère aux charmes de la vie de Cour. Elle décida de se faire bâtir une maison de campagne à quelques lieux d’Athènes, près du village d’Ano Penteli. Elle lui donna le nom de « villa des lauriers-roses » [Έπαυλη Ροδοδάφνη], qualifiée également de « castello » – et de « tour » [Πύργος] par l’opinion populaire6. Sur les pentes du mont Pentélique, l’emplacement l’avait ébloui par sa beauté. Elle en fit l’acquisition au printemps 1840, auprès des moines d’un couvent voisin. Le domaine était immense (1 738 ha), dans un site perdu au milieu de la montagne. Par bien des aspects, il rappelait la villa Pliniana où elle avait vécu auparavant en Italie du Nord. On y trouvait le même contraste dramatique entre les rochers abrupts couverts de végétation et l’étendue d’un panorama qui s’étend à perte de vue :

  • 7 Buchon 1843a, p. 185. Circonscrit par des lotissements qui ont colonisé toute la butte, le site act (...)

6La situation est belle, note J.-A. Buchon, les collines bien revêtues de jeunes bois et de myrtes semblables à nos ormeaux, les eaux abondantes et la vallée si bien disposée qu’on n’a qu’à distribuer les allées pour en faire un joli parc ; mais on n’y découvre pas assez de mer, de cette belle mer si resplendissante aux derniers feux du soleil !7

  • 8 En cela, l’édifice se distingue de son modèle dont la partie centrale est occupée par une grande lo (...)
  • 9 Le parti de la villa à tourelles d’angle est inverse de celui du palais ou de la villa vénitienne. (...)
  • 10 Elle est inspirée par la fin du Moyen Âge ou la Renaissance, mais aussi par les distributions franç (...)
  • 11 Pour parler comme Louis I. Kahn, la dialectique entre « espace servant » et « espace servi », entre (...)

7La duchesse appréciait trop la nature sauvage pour avoir l’idée d’en faire un parc, même paysager. Et elle ne s’intéressait à la mer que comme un arrière-plan, une échappée insolite en fond de perspective. En revanche, elle avait retenu l’existence d’une source devant laquelle elle aménagea une cour d’entrée (fig. 33) sans grande profondeur – tout comme l’est la source de Pline, à la villa du lac de Côme. Dernier point du programme, une longue galerie à arcades fut aménagée du côté de la vue, orientée au sud-ouest (ce qui n’est pas très recommandé en Grèce, où la violence des rayons du couchant est redoutée). Cette galerie occupe l’étage de comble, tel un belvédère8, tout en participant à la protection thermique du bâtiment contre les fortes chaleurs. La masse parallélépipédique du bâtiment (fig. 34), couvert d’un grand toit de tuiles rondes, s’impose par la puissance de l’appareil en taille : un marbre pentélique extrait des carrières voisines. Aux angles sont disposées des loges couvertes par des arcades en tiers-point : elles réservent aux pièces d’angle des vues biaises sur un environnement proche, celui du jardin au pied de la maison. Du côté de la cour, deux rangs d’arcades se superposent – dessinant un portique couvert au rez-de-chaussée, et une terrasse à l’étage. Aux extrémités sont placés des pavillons carrés encadrant la galerie en portique : ils abritent les escaliers à vis desservant les étages. Peu importants, ils s’apparentent à des tourelles9. Typique des villas italiennes, une telle distribution n’est pas tout à fait ordinaire10 : elle réserve de vastes volumes aux salons et aux chambres en réduisant l’impact des circulations sur l’unité du volume intérieur11. On évite ainsi le traditionnel plan en équerre, imposant de rejeter l’escalier d’honneur dans une aile en retour. Et l’on évite surtout le pompeux escalier à l’impériale cher aux architectes bavarois : à sa place, un grand salon-vestibule forme le centre de la composition – ouverte de part en part sur les deux façades principales. L’ensemble est habilement composé : au rythme impair du vestibule côté cour répond le rythme pair des baies du grand salon donnant sur jardin. Le dispositif permet d’installer au revers de la façade, parallèlement à l’enfilade de la réception, une grande cheminée entre les deux portes-fenêtres. Conformément à l’usage aristocratique, deux appartements – regroupant chambre, antichambre et garde-robe – se font vis-à-vis à chaque niveau. Détail plus inhabituel, une double circulation occupe la partie arrière de l’édifice : parallèlement à la galerie en portique du côté de la cour se situe un couloir intérieur, prenant jour sur les façades latérales. Curieusement, il n’est pas connecté aux escaliers. Ceux-ci ne sont accessibles que du dehors – un dispositif inadapté aux contraintes climatiques de la Grèce, où les hivers peuvent être rudes. L’écriture architecturale proprement dite est aussi austère que monumentale. La force de l’édifice se dégage d’une différence d’échelle marquée avec les communs, traités dans le répertoire vernaculaire de la tradition toscane. Tout fonctionne sur des oppositions franches, qui excluent la préciosité du détail : non seulement les hauts murs faiblement percés contrastent avec de grandes arcades largement ouvertes, mais le décor est à peu près inexistant (même pour les chapiteaux des grandes arcades).

Fig. 33 — André Couchaud, Villa Rododaphni (Castello), rues Lordou Vyronos, Doukissis Plakentias et Poseidonos, Ano Penteli (1840-1842) : cour d’entrée.

Fig. 33 — André Couchaud, Villa Rododaphni (Castello), rues Lordou Vyronos, Doukissis Plakentias et Poseidonos, Ano Penteli (1840-1842) : cour d’entrée.

François Loyer.

Fig. 34 — Villa Rododaphni : façade vers la vallée.

Fig. 34 — Villa Rododaphni : façade vers la vallée.

François Loyer.

  • 12 Fountoulaki 2009, p. 88, n. 21 cite cet extrait de Couchaud 1847 : « En descendant on laisse à gauc (...)
  • 13 L’édifice était destiné à recevoir le palais du Diadoque. La restauration en fut confiée à un ingén (...)
  • 14 Sur l’une des premières assises de la galerie côté cour, se lit l’inscription : « Αρχιτεκτων Σταµαθ (...)
  • 15 Sur Couchaud, voir Martin-Daussigny 1849 ; Charvet 1899. Élève d’A.-M. Chenavard à Lyon, puis de La (...)

8Le chantier du Castello fut mené activement entre 1840 et 1845. Lorsque J.-A. Buchon avait visité le site, il ne parlait encore que du « château projeté de la duchesse de Plaisance ». Cinq ans plus tard, l’entreprise avait suffisamment progressé pour qu’un bal soit organisé sur la pelouse en l’honneur du prince Antoine d’Orléans, duc de Montpensier, fils du roi Louis-Philippe12. Les travaux s’interrompirent subitement en 1847, au lendemain de l’incendie de la maison de la duchesse, rue Pireos, et ne furent jamais repris. Après la mort de sa commanditaire, le bâtiment laissé à l’abandon ne fut bientôt qu’une carcasse vide, ouverte à tous vents. Cependant, même en ruines, le Castello continuait d’impressionner (fig. 35) – jusqu’à ce que la restauration en soit entreprise pour le compte de la Couronne13, en 1959-61. Qui donc avait pu être le concepteur de cet ouvrage insolite ? Il est d’usage d’en attribuer le mérite à S. Kleanthis14. L’éloge funèbre de l’architecte lyonnais André Couchaud15 permet toutefois de reconnaître en lui son véritable auteur :

  • 16 Martin-Daussigny 1849 (citation de la note p. 6). Les Bavarois et les Grecs mentionnés anonymement (...)

Ce fut alors qu’il fit les dessins du manoir féodal de la duchesse de Plaisance. L’exécution de ce monument fut commencée par lui en 1840, continuée ensuite par des Bavarois et achevée par des artistes grecs16.

Fig. 35 — Villa Rododaphni : façade vers la vallée, état en 1938.

Fig. 35 — Villa Rododaphni : façade vers la vallée, état en 1938.

© Benaki Museum Photographic Archive.

  • 17 Ils sont conservés dans deux volumes de dessins dont la plupart sont dûs à A.-M. Chenavard : Biblio (...)

9On comprend mieux le langage de cette maison-forte munie de hautes croisées et de loggias aux baies jumelles (fig. 36) dont l’inspiration est médiévale. On comprend mieux aussi le recours à l’appareil en taille, dont c’est sans doute le premier exemple en Grèce. Donner la priorité à la technique constructive est une préoccupation courante chez les architectes français, alors que prédomine en Grèce le moellon enduit propre à la tradition italienne ou germanique. Quant au style adopté, deux croquis de Couchaud17 permettent de saisir d’où l’architecte a tiré son inspiration. Légendés « Couvent de Phaneromene près de Corinthe » (fig. 37), ils renvoient au monastère aujourd’hui en partie ruiné de la Panagia-Faniromeni à Chiliomodio. C’est de là que viennent les files d’arcades en tiers-point, ainsi que la masse puissante du volume bâti.

  • 18 Chenavard 1845, p. 298-290. Le voyage de son maître lyonnais avait été organisé par Couchaud, qui l (...)

Vers le soir, écrit Antoine-Marie Chenavard, nous arrivâmes au couvent de Phaneromène, situé sur les flancs escarpés de la chaîne du Mont Cyllène. […] Les cellules étaient petites, les portes basses ; une galerie suspendue y conduisait, la chapelle était revêtue de peintures médiocres, les religieux étaient vêtus d’habits grossiers ; tout ce que nous voyions nous eût ailleurs semblé de la pauvreté ; ici, loin de tous les humains, au milieu de ces sites imposants par leur grandeur, nous n’étions touchés que du calme parfait dont paraissaient jouir ces hommes retirés du monde, sans désir pour le présent, sans inquiétude pour l’avenir […].18

Fig. 36 — Villa Rododaphni : détail des loggias.

Fig. 36 — Villa Rododaphni : détail des loggias.

François Loyer.

Fig. 37 — « Couvent de Phaneromene près de Corinthe », par André Couchaud.

Fig. 37 — « Couvent de Phaneromene près de Corinthe », par André Couchaud.

10Rien ne peut mieux décrire l’ambition qui fut celle de la duchesse de Plaisance en construisant sa villa au sommet du mont Pentélique.

  • 19 On imaginerait volontiers une treille ou des arbres en pot, mais le dispositif était irréalisable à (...)
  • 20 Le Cœur 2012, p. 196-197.
  • 21 Avéroff 1961, p. 94-98.

11Dans ce monument d’une sobriété drastique mais de conception élaborée, un détail surprend : à la différence des autres façades, celle du fond de la cour a été réalisée en moellon enduit (fig. 38). L’argument de l’économie ne tient pas : c’est la partie la plus en vue quand on entre dans la cour, et c’est la plus négligée. Soigneusement cadrée par les arcades du portique ainsi que l’avancée des deux tourelles d’angle, elle attire immanquablement le regard. Qu’était-il donc prévu à cet endroit ? La façade sur jardin apporte un élément de réponse : dans l’axe de l’édifice, sur la travée aveugle qui déguise le conduit de cheminée du grand salon, un écu de tôle émaillée porte fièrement les armes de la duchesse. Quelque chose de comparable était donc prévu de l’autre côté, sans doute un mur peint protégé par le débord du toit19. L’idée d’une architecture feinte, dont la délicatesse se serait opposée au caractère plutôt brutal du grand appareil de pierre de taille, n’est pas à rejeter car elle évoque le décor qui orne la villa Pliniana du côté de la cour. On peut aller plus loin et imaginer une grande peinture murale qui aurait occupé toute la façade. C’est ainsi que Gabriel Toudouze, autre élève de l’atelier Labrouste, avait conçu l’élévation d’une arène de tauromachie, dans un projet d’école remontant à 183520. Par la suite, Gottfried Semper mettra ce principe en application dans plusieurs de ses projets-manifestes : la devanture de la pharmacie de son frère à Hambourg (1848) était habillée d’un grand décor en sgraffito, reprenant une technique en usage en Italie à la Renaissance. Il en étendra le principe à l’ensemble de la façade pour l’École polytechnique de Zurich, en 1860-62, puis confiera de manière spectaculaire un mur de plus de 100 m de long à son élève, le peintre Wilhelm Walther, pour les écuries du château de Dresde en 1871-76. On se plaît à imaginer que la duchesse ait pu confier un projet similaire soit à Pierre Bonirote qu’elle avait fait venir à Athènes pour y enseigner la peinture à l’École des Arts, soit à son successeur Philippos Margaritis, peintre d’histoire en même temps qu’il fut grand photographe. Lorsque Alexandros Rizos Rangavis évoque dans ses mémoires la visite qu’il fit à la villa Rododaphni et l’esquisse que Margaritis avait apportée pour la montrer à la duchesse21, le rapprochement devient presque inévitable – même s’il est dépourvu de fondement.

Fig. 38 — Villa Rododaphni : façade cour.

Fig. 38 — Villa Rododaphni : façade cour.

François Loyer.

  • 22 Aujourd’hui, rue Nikou Athanasiadou à Penteli.

12À quelques pas du Castello, la duchesse de Plaisance avait fait construire une autre demeure, nettement moins ambitieuse : la Maisonnette, chargée de l’accueillir durant les travaux du château en attendant qu’il soit achevé. Comme celui-ci ne fut jamais complètement terminé, c’est là qu’elle vécut jusqu’à sa mort. L’édifice22 a survécu du seul fait que les héritiers de la duchesse en firent don à sa fille d’adoption, Hélène Skouzès – celle-ci en assura l’entretien, en même temps que celui du tombeau situé vis-à-vis. Construite très rapidement après l’achat du domaine, la Maisonnette (1840-41) est un édifice pavillonnaire de taille modeste par rapport au Castello, mais non sans rapport avec lui. Le site est assez comparable, au point haut d’un terrain dégageant des vues vers la vallée. L’articulation des bâtiments est identique : deux ailes de communs côté cour encadrent la masse cubique de la villa, une façade postérieure sans relief domine le terrain en forte pente du jardin. Il n’est jusqu’au principe de la galerie dans le comble qui ne soit similaire. Seul le répertoire architectural d’inspiration néo-classique diffère – le Castello ayant opté, comme on l’a vu, pour le néo-gothique. C’est au point qu’on peut se demander si la Maisonnette n’est pas, à échelle réduite, le prototype du Castello. Seule la distribution fait apparaître de notables différences : à la Maisonnette, il n’y a que deux pièces pour former l’enfilade côté jardin ; côté cour, un petit vestibule en forme de palier dessert d’un côté une pièce d’habitation et de l’autre un escalier droit. Ces dispositions révèlent la différence de rang entre une simple maison, fût-elle bourgeoise, et le château destiné à une clientèle aristocratique. La Maisonnette aurait mieux trouvé sa place sur un terrain plus petit, dans les lotissements pavillonnaires aux abords de la vieille Athènes que dans l’isolement de la montagne, loin de tout voisinage : une fois de plus se révèle le lien étroit entre l’architecture et son contexte.

Une villa toscane

  • 23 Peut-être celle-là même dans laquelle elle avait logé à Nauplie et qu’elle aurait fait transférer à (...)

13La duchesse ne pouvait se contenter d’un ermitage en pleine montagne. Dès son arrivée à Athènes, elle avait envisagé de bâtir un palais aux portes de la ville – à toucher celui du roi. Heureusement conservée, la villa Ilissia (1840 ?-48) – c’est le nom de cette villa périurbaine (aujourd’hui, Musée byzantin) – était destiné à remplacer la par trop modeste « maison de planches »23 dans laquelle elle avait provisoirement pris ses quartiers, rue Pireos. L’emplacement dont elle avait fait l’acquisition à cette fin dix ans plus tôt, lors de son premier séjour à Égine, occupe approximativement celui du Lycée antique en bordure de l’actuelle avenue Vassilissis Sofias (no 22) – le terrain descendant en pente douce jusqu’aux rives de l’Ilissos. On ne connaît pas précisément la date à laquelle commencèrent les travaux, mais l’on sait que le rez-de-chaussée était terminé lorsqu’eut lieu l’incendie de la maison de la rue Pireos, en 1847. L’année suivante, le bâtiment était suffisamment avancé pour être devenu habitable.

  • 24 « Le mot Ilissia inscrit sur le portail rappelait le fleuve sur les rives toutes voisines duquel s’ (...)
  • 25 Que ce soit l’illustre Porta dell’Arco de Volterra ou l’Arc d’Auguste à Pérouse.

14La propriété est dominée par un haut bâtiment isolé au cœur de la parcelle. En bordure de l’avenue, se situe un premier édifice à usage de porterie. Placé en léger contrebas et en retrait d’alignement, il est composé de deux pavillons jumeaux accolés sous un même toit. Leur articulation en tour creuse est obtenue par des murs biais, cadrant un passage-tunnel qui sert de porche d’entrée (fig. 39). La puissante voussure de l’arc monumental à simple rouleau sans archivolte, sur lequel est gravé en capitales le nom de la propriété24, n’est pas sans rappeler les portes étrusques chères à la génération de Duban et de Labrouste25. L’effet est souligné par la faible hauteur des piédroits, accentuant le caractère cryptique du passage (fig. 40). Son resserrement contraste avec l’ampleur de la cour sur laquelle il débouche. La scénographie était encore plus marquée à l’origine, comme le rappelle cette description empruntée aux mémoires de Demosthenis Vratsanos, le secrétaire de la duchesse :

  • 26 Avéroff 1961, p. 158-159.

Quand Vratsanos (tel était son nom) arriva avec le comte devant les doubles grilles du palais, il aperçut au-dessus de la voûte de marbre le nom « Ilissos » gravé et peint en bleu. Ses arcades de marbre couvraient l’entrée de la cour, protégée par une double rangée de grilles en fer forgé.
Le concierge les conduisit […] devant une porte basse encastrée dans un mur d’une hauteur disproportionnée. Cette porte donnait sur la cour principale du palais où l’on découvrait subitement les arcades couvrant la terrasse du bâtiment.26

Fig. 39 — Villa Ilissia (aujourd’hui, Musée byzantin) : porterie, Athènes (1840-1848).

Fig. 39 — Villa Ilissia (aujourd’hui, Musée byzantin) : porterie, Athènes (1840-1848).

François Loyer.

Fig. 40 — Villa Ilissia : passage-porche.

Fig. 40 — Villa Ilissia : passage-porche.

François Loyer.

15De part et d’autre de la clôture, avant-cour et cour d’une égale ampleur mais d’une ambiance toute différente se succédaient sans transition. Il en reste quelque chose, même aujourd’hui où le mur a disparu (fig. 41). Dominés par les arcades en pierre de taille de la haute façade du Palais, les communs en simple moellon enduit semblent quelque peu écrasés. Un premier corps de bâtiment en retour, percé d’une unique baie cintrée, marque l’angle de la cour que longe une galerie basse, sur piliers. À l’autre bout, un passage couvert vient rattacher la galerie aux murs de la villa en laissant percevoir de belles échappées : l’articulation, très palladienne, se fait au profit de la villa qu’il faut traverser pour bénéficier du paysage. Cette dernière applique le principe de « double enveloppe » inspiré des châteaux a quattri torri de la Renaissance italienne. L’usage n’en est pas si fréquent, alors qu’il est adapté au climat de la Grèce : du côté de l’entrée, la construction est protégée par deux niveaux de loggias d’ordre toscan, qu’encadrent d’étroits pavillons carrés aux façades aveugles. S’y logent les escaliers à vis, démontrant leur fonction distributive. À l’opposé, une grande loggia (fig. 42) elle aussi d’ordre toscan occupe toute la largeur de l’étage : depuis la vallée de l’Ilissos, le panorama s’étend jusqu’au golfe Saronique cadré par les lointains du mont Hymette. Même si le site est moins accidenté et l’écriture architecturale plus classique, le parallèle est évident avec l’illustre loggia du palais Piccolomini à Pienza (1459-64) par Bernardo Rossellino. Tout comme la villa du Pentélique, la villa Ilissia est couverte par un grand toit pyramidal en tuile débordant sur le mur de façade. Pour dire vrai, les deux édifices ne se distinguent que par des détails – dont les plus visibles sont l’usage des baies en plein cintre et la proportion aérienne des grandes arcades (fig. 43).

Fig. 41 — Villa Ilissia : façade cour.

Fig. 41 — Villa Ilissia : façade cour.

François Loyer.

Fig. 42 — Villa Ilissia : façade vers l’Ilissos.

Fig. 42 — Villa Ilissia : façade vers l’Ilissos.

François Loyer.

Fig. 43 — Villa Ilissia : détail des arcades.

Fig. 43 — Villa Ilissia : détail des arcades.

François Loyer.

  • 27 Au sens où l’entendait la génération du néo-classicisme romantique en France – particulièrement, le (...)
  • 28 Le recours à la pierre de taille est déjà un luxe, l’emploi du marbre une exception. Son développem (...)

16Monuments d’architecture rustique27, ils ont en commun leur plan rectangulaire (avec loggias et tourelles carrées enfermant des escaliers à vis côté cour, grande loggia panoramique à l’opposé), leur comble à surcroît aux toits débordants, ainsi que la maçonnerie en pierre de taille28. Seuls quelques défauts ont été corrigés dans la distribution de la villa Ilissia : côté cour, les deux niveaux de galerie mettent à couvert le débouché des escaliers ; côté jardin, la loggia panoramique descendue au bel étage s’associe mieux aux appartements. Découlant d’un même principe, recourant aux mêmes procédés de composition, les deux constructions n’en sont pas moins d’esprit différent – ne serait-ce que par la manière dont elles parviennent à révéler le genius loci, ce génie du lieu cher aux architectes : l’isolement sublime d’un site montagnard, l’harmonie de cette autre Arcadie qu’est la plaine d’Attique… Une telle sensibilité au paysage est l’un des grands charmes du romantisme.

  • 29 Suite aux événements de 1843 qui entraînèrent le départ de son associé E. Schaubert, Kleanthis aban (...)
  • 30 Kleanthis est considéré comme l’auteur de deux édifices construits de l’autre côté de la colline, l (...)
  • 31 À ses débuts, l’institution est aussi qualifiée d’École des Arts. Mossière 1994, p. 59-63, signale (...)
  • 32 Élèves d’Ingres, fondateurs du courant nazaréen français, Hippolyte et Paul Flandrin sont connus po (...)
  • 33 Sous la direction de l’archéologue L. Ross – Ross et al., 1839.
  • 34 Haugsted 1988. On imaginerait plus facilement que l’auteur soit non pas Chr. Hansen, mais son jeune (...)
  • 35 Fountoulaki 2009, p. 92, note 27. Le second voyage de Gärtner en Grèce date de 1840, l’année du lan (...)
  • 36 L’atelier de Percier fut également fréquenté par Jacques-Ignace Hittorff, son compatriote, ainsi qu (...)
  • 37 Par ses deux étages d’arcades pris entre des pavillons d’angle, la villa Ilissia n’est pas sans rap (...)
  • 38 Ernest Beulé, pensionnaire de l’École française de 1849 à 1854 et responsable à ce titre des travau (...)

17Une nouvelle fois se pose la question de l’auteur du projet. On attribue traditionnellement les deux édifices à S. Kleanthis, en se fondant sur le fait qu’il fut le responsable du chantier du Castello. Il en fournit les marbres29 avec d’autant plus de facilité que la carrière du Pentélique se trouvait à faible distance ; un chemin fut même créé pour faciliter le transport des blocs. On doit néanmoins supposer que la duchesse ne fut pas étrangère à la mise en valeur de ce matériau, appliqué ici pour la première fois en petit et moyen appareil à l’ensemble d’un édifice (et non pas seulement aux parties vives d’encadrement des baies ou de corniches). Malgré l’obstacle de la distance, elle y eut donc recours une seconde fois pour la construction de sa résidence urbaine. S’il ne fait guère de doute que Kleanthis fut bien, dans les deux cas, l’auteur des dépendances (constructions assez simples en moellon enduit, sous des toitures débordantes en tuile ronde)30, on peut se demander qui, dans la Grèce de 1840, était capable de dessiner un bâtiment aussi élaboré que cette luxueuse villa. L’éloge de Couchaud n’en dit mot. Y aurait-il donc eu un autre architecte ? Celui-ci ne pouvait être de second rang, si l’on en juge par les exigences de la duchesse – qui voulait contribuer à la renaissance de la culture hellénique. On sait ainsi que, pour prendre la direction de la section de peinture du Polytechneion31, elle fit appel au Lyonnais P. Bonirote – recommandé par Jean-Dominique Ingres, l’influent directeur de la villa Médicis à Rome. Figure de cette « école lyonnaise » qui introduisit en France l’esprit des Nazaréens, le peintre français était un proche des frères Flandrin32. En matière d’architecture et pour une construction aussi imposante que sa villa, on imagine mal que la duchesse ait pu faire appel à un artiste sans références. D’autant que la similarité entre les deux édifices donne à penser qu’ils ont été l’objet d’une sorte de concours d’architecture rustique. Malgré son passage par l’Académie berlinoise, Kleanthis avait-il le niveau pour bénéficier d’une telle commande ? Certains en ont douté, cherchant autour de lui une personnalité plus aguerrie au plan artistique. En dehors de ses travaux d’urbanisme, son associé Schaubert avait participé avec Chr. Hansen à l’anastylose du temple d’Athéna Niké sur l’Acropole entre 1833 et 183733. Tentée pour cette raison, l’attribution de la villa Ilissia à l’architecte danois ne convainc pas34. Plus crédible serait la référence à Gärtner, dont on sait qu’il fut l’auteur du tombeau de la duchesse35. À la villa Ilissia comme au Palais royal se sent l’influence de Charles Percier dont il avait été l’élève36 – particulièrement, dans le goût si affirmé pour l’esprit de simplicité des villas toscanes. L’enseignement de Percier développait les modèles théorisés par J.-N.-L. Durand à l’École polytechnique37. Le sens des proportions et l’habileté du plan, ainsi que les références à l’architecture italienne des débuts de la Renaissance plaideraient pour un tel rapprochement – une nouvelle fois, sans la moindre certitude. Le rôle du commanditaire, en revanche, est évident : à Athènes comme au Pentélique, la duchesse entendait bâtir une œuvre à l’aune de ses ambitions, quitte à intervenir elle-même sur la conduite du projet. Sa rencontre avec David d’Angers en est l’illustration. Lors du séjour du sculpteur à Athènes en 1852, elle voulut lui confier une commande – un bas-relief qui aurait été placé sur la porte d’entrée : Thémistocle chez Admète, image de l’hospitalité38. Si l’affaire ne se fit pas, elle n’en est pas moins significative de l’intérêt qu’elle continuait de porter à ses projets, deux ans avant sa mort. Son secrétaire Vratsanos mentionne avec quelque surprise cet intérêt pour la bâtisse :

  • 39 Avéroff 1961, p. 172.

La duchesse se trouvait dans la cour principale, parmi les plâtras, la chaux et les pierres, en train de donner des directives à deux maçons, pour la construction d’une nouvelle « folie » dont elle s’était amusée à dessiner elle-même le plan39.

18Ayant dicté ses intentions à des architectes successifs, ne fut-elle pas le véritable auteur de ses deux maisons ? On comprendrait mieux le décalage qui existe entre la culture à laquelle renvoient les projets et la date un peu tardive à laquelle ils se sont concrétisés. Si, pour la villa du Pentélique, l’édifice s’inscrit dans une forme incontestable d’actualité artistique, l’arrière-plan du parti « à la Durand » laisse perplexe. Certes, l’enseignement de l’architecture est resté longtemps fidèle à la conception analytique de l’assemblage des éléments du projet qu’avait inauguré l’architecte-théoricien ; mais le goût avait bien changé entre 1820 et 1840. La génération de la duchesse n’est pas celle des Prix de Rome du deuxième quart du siècle. On en veut pour preuve la liste des pensionnaires de la villa Médicis à cette période : Victor Baltard, Hector Lefuel, Théodore Ballu, Louis-Jules André, Charles Garnier… Leur vision éclectique n’a plus rien à voir avec le sentiment tout à la fois rationaliste et romantique qui avait été celui de leurs prédécesseurs. Même si certains d’entre eux restent fidèles à l’héritage néo-antique – un Florimond Boulanger, un Alfred-Nicolas Normand… – leur approche n’est plus la même, par la priorité qu’elle donne à un détail ornemental dont le caractère anecdotique est désormais promu au rang des arts majeurs. Dans les deux villas d’Athènes, le bandeau situé au niveau des planchers entre les deux étages est la seule modénature qui soit mise en évidence : à Rododaphni, il reçoit un décor de lignes brisées entre deux filets ; à Ilissia, ce sont des motifs de fleurettes quadrilobées. Une telle retenue n’était plus guère en usage après 1830.

Une nouvelle religion

  • 40 Bien qu’elle ait manifesté plusieurs fois son soutien aux communautés israélites : d’abord à Athène (...)

19Quels qu’en soient les concepteurs, l’architecture des deux villas traduit de façon saisissante les ambitions de leur commanditaire. Indépendamment du style adopté (qu’on le qualifie d’antique, de gothique ou de Renaissance), elles renvoient à une sorte de primitivisme avant l’heure, un retour aux sources fondé sur une vision métaphysique de la communion avec la nature. De la duchesse, on dit à tort qu’elle avait embrassé la religion israélite40. C’est plutôt vers une sorte d’idéalisme religieux, baigné de symbolisme, qu’elle s’était tournée :

  • 41 Grenville 1861, p. 48.

[Elle] finit par se fixer dans les environs d’Athènes, derrière l’Hymète, où elle avait fait construire à grands frais une maison à la grecque, décorée par elle du nom pompeux de Castel-Rododaphné. C’est là que, dans un voyage que nous fîmes en Grèce, il y a près de quinze ans, nous eûmes l’honneur de lui être présenté. Son ameublement était grec, ses habillements aussi, et l’habitude qu’elle avait de sortir dans les environs du mont Hymète, vêtue à la manière antique, d’une longue robe blanche, rappelant par sa coupe, l’ancienne tunique des filles d’Argos, ne laissait pas que de lui attirer les regards curieux de tous ceux qui la rencontraient, d’autant que ses cheveux, relevés à l’antique, n’étaient retenus que par un cercle d’or…41

20Cet idéalisme n’était exempt ni d’arrière-plans philosophiques, ni d’engagements politiques, comme en témoignent les remarques la concernant dans un texte publié à l’occasion des fêtes du centenaire de l’Indépendance :

  • 42 Pappas 1929.

Si ardent était son philhellénisme que, tous les soirs, elle invoquait Dieu en faveur des Grecs dans une prière de sa composition. Cette curieuse invocation, dont Mme Lisa Skouzès, fille de la dame de compagnie préférée de la duchesse, Hélène Capsalis-Skouzès, a bien voulu nous confier le précieux manuscrit, et dont il existait une variante plus diplomatique à l’usage des jeunes filles grecques que Sophie Barbé de Marbois élevait à ses frais, est ainsi conçue : « O Seigneur Dieu, Créateur et Maître absolu de l’univers, je te demande avec ferveur de ne jamais permettre que cette Grèce que tu as délivrée des Turcs tombe sous la domination des Russes, des Anglais ou de quelques Barbares que ce soit, mais de donner aux Hellènes des guides vertueux qui les conduisent dans les voies de ta justice et de ta bonté et que, toujours seuls possesseurs de leur patrie, ils te soient, ainsi que les Israélites, plus agréables que toute autre nation ».42

21Pour la duchesse, les Grecs étaient un autre peuple élu, appelé à une vocation universelle – bien au-delà des aléas de l’histoire. Sans doute son origine américaine n’était-elle pas étrangère à cette vision syncrétique de l’héritage occidental.

  • 43 Lamber 1881.
  • 44 Les exemples abondent de cette préoccupation dans la philosophie politique du xixe siècle, depuis l (...)

22Trente ans plus tard, Juliette Adam, qui fut l’âme de la gauche républicaine française autour de Léon Gambetta, fondatrice de la Nouvelle revue (parue de 1879 à 1940) et éditrice (sous le nom de Juliette Lamber) d’une célèbre anthologie des Poètes grecs contemporains43, devait adopter une démarche similaire en fondant à son tour une religion44 :

  • 45 Janus 1883, p. 2 (l’article est daté du 18 novembre 1881). L’auteur souligne les rapports de la fem (...)

Ce fut vers cette époque [celle de l’insurrection crétoise de 1866] qu’elle se prit à l’idée de renouveler le symbolisme hellénique par de nouveaux rites. […] Elle dut aussi, dans ses voyages en Grèce, retrouver les souvenirs qu’y laissa la duchesse de Plaisance, née Barbé-Marbois. Celle-ci construisait des temples sur les hauts lieux et rétablissait le culte, les mystères grecs et la robe blanche des prêtresses45.

  • 46 « Ils l’appellent le Palais d’Agamemnon, mais elle ressemble davantage à une forteresse médiévale. (...)
  • 47 « Nous nous demandions [le clan Duncan] pourquoi nous quitterions désormais la Grèce, puisque nous (...)

23On ne peut qu’évoquer, pour conclure, le « temple d’Agamemnon »46 construit en 1903 par Raymond Duncan sur la colline de Kopanos47, derrière le stade d’Athènes. Dédié à la déesse Athéna, il fut le lieu où sa sœur Isadora Duncan inaugura les conceptions modernes de la danse sacrée inspirée de l’antiquité. Cette vision d’un art aussi symbolique que métaphysique traverse l’histoire du néo-hellénisme, en lui donnant une coloration bien différente de l’académisme qu’on lui prête. Au mishellénisme en vogue dans les milieux intellectuels, qui ne voient en la Grèce moderne qu’un pays sans ressources, répond cette forme d’idéalisme philosophique et politique dont le philhellénisme ne se démentira pas. Le mouvement moderne en fut, sur bien des points, l’héritier au cours du xxe siècle.

L’architecture pittoresque

  • 48 La « Tour de la Reine » à Ilion (précédemment Nea Liossia), vaste domaine sur le territoire des com (...)
  • 49 La reconstruction du château de Windsor, par Jeffry Wyattville en 1824-36, est à l’origine de la di (...)
  • 50 Vretos 1860, p. 105.

24Autre maison de campagne aristocratique, la Pyrgos Vassilissis48 (fig. 44), à Ilion appartient à un tout autre genre. Elle fut confiée à Fl. Boulanger, qui bénéficiait de la protection de la reine Amélie. Le castel gothique49 qu’il aménagea pour elle est de pure convention, si l’on en juge par cette remarque de M. Vretos à propos du domaine : « Y visiter la ferme de la Reine, manoir gothique en miniature, consistant en une belle salle et en un boudoir ; l’ornementation de la salle est de M. Boulanger, architecte français »50.

Fig. 44 — Pyrgos Vassilissis (Heptalophos) : portail d’entrée, Ilion (1848-1854).

Fig. 44 — Pyrgos Vassilissis (Heptalophos) : portail d’entrée, Ilion (1848-1854).

25Cette observation laisse également entendre que le bâtiment proprement dit pourrait être d’un autre architecte – ce que confirme E. About :

  • 51 About 1854, p. 311.

La reine, qui n’aime pas les champs, et qui ne se plaît que dans son gros palais, s’est contentée d’acheter à un anglais une sorte de castel moitié rustique, moitié gothique, mal bâti en pierre et en plâtre, et précédé d’une sorte d’arc de triomphe du goût le plus plaisant51.

  • 52 Le rapprochement qu’effectue Maro Kardamiti-Adami (Kardamitsi-Adami 2009, p. 105) avec Hohenschwang (...)
  • 53 La Dame blanche, opéra sur un livret d’Eugène Scribe et une musique de François Adrien Boëldieu, ét (...)

26Le portail que l’auteur tourne en dérision est doté d’un bel arc Tudor (le premier tiers en plein cintre, la suite en arc brisé), caractéristique du goût anglais52. Quant au riche intérieur polychrome (fig. 45-46), il n’est pas sans évoquer ceux du château de Meilhant, imaginés en 1842 par le décorateur parisien Louis Lenormand pour le compte du duc de Mortemart dans la veine de l’éclectisme pittoresque en vogue. L’exercice renvoie à la fascination de l’époque pour le théâtre et la musique : plus encore qu’un donjon écossais, c’est la tour de la « Dame blanche » que l’architecte installa près d’Athènes53.

Fig. 45 — Florimond Boulanger, Pyrgos Vassilissis : détail des lambris.

Fig. 45 — Florimond Boulanger, Pyrgos Vassilissis : détail des lambris.

RMN-Grand Palais / René-Gabriel Ojéda.

Fig. 46 — Pyrgos Vassilissis : petit salon.

Fig. 46 — Pyrgos Vassilissis : petit salon.
  • 54 Riche homme d’affaires, Nikolaos Stournaras était originaire d’Alexandrie. C’est sans doute à l’occ (...)
  • 55 Le retrait d’alignement touchait uniquement l’avenue Vassilissis Sofias dont le caractère résidenti (...)
  • 56 Très probablement à travers la version que venait d’en donner Leo von Klenze pour la façade du pala (...)
  • 57 L’édifice, construit en 1861 à l’angle de l’avenue Vassilissis Sofias avec la rue Merlin, a été dét (...)
  • 58 Même si, de prime abord, l’introduction d’un répertoire gothique pourrait apparaître comme une sort (...)

27Une vision aussi ludique du recours à l’histoire contraste avec la rigueur du parti retenu pour les propriétés de la duchesse de Plaisance. Elle contraste tout autant avec le projet de villa conçu par L. Caftanzoglou pour l’évergète Nikolaos Stournaras54 (fig. 47). L’édifice (il ne fut pas construit, son commanditaire étant décédé entre-temps) aurait été isolé sur son terrain, en retrait d’alignement par rapport à l’avenue Vassilissis Sofias55. Sa silhouette, scandée par sept travées de baies cintrées, s’inspirait de celle du palais Pitti56 – l’effet en étant adouci par deux demi-rotondes, ainsi que par un belvédère placé sur la terrasse du toit. Pour sa veuve Irini Stournara, l’architecte en réalisera une version plus compacte57, dont le corps principal à trois travées était encadré par deux pavillons à pans coupés (fig. 48). La similarité était grande avec la composition de l’Arsakeion, à ceci près que la disposition des avant-corps en tourelle captait l’étendue du panorama, par-dessus les jardins du Palais royal. À l’opposé du récit littéraire retenu par Boulanger dont la vision était surtout picturale, le concept du « bâtiment-belvédère » l’emportait ici sur toute autre considération. Dans ces vastes demeures – villas ou palais situés en bordure de ville – la limite est difficile à établir entre public et privé, tant le caractère monumental prend le pas sur les conventions de l’architecture ordinaire. En ne se pliant pas aux exigences de sévérité des programmes officiels, seul le détail pittoresque révèle le statut de l’édifice : attendue, l’allusion vénitienne, florentine ou gothique58 est en elle-même une signature, permettant de les distinguer. Alors que les commanditaires de ces édifices appartiennent tous au même milieu, aucune unité ne se dégage de leurs réalisations. Se révèle au contraire une forme de dispersion presque déroutante, tant elle est fondée sur des références hétérogènes. Ni la duchesse de Plaisance et la reine Amélie, ni même les dames de la cour issues de grandes familles phanariotes ou de celles de la diaspora n’ont grand-chose à partager dans ce pays fabriqué de toutes pièces et qui peine encore à se trouver une culture commune. Il faudra d’autres moyens et d’autres références pour créer cette identité partagée qui est le projet du néo-hellénisme.

Fig. 47 — Lysandre Caftanzoglou, projet de villa pour Nicolaos Stournaras, avenue Vassilissis Sofias et rue Merlin, Athènes (vers 1846).

Fig. 47 — Lysandre Caftanzoglou, projet de villa pour Nicolaos Stournaras, avenue Vassilissis Sofias et rue Merlin, Athènes (vers 1846).

François Loyer.

Fig. 48 — Lysandre Caftanzoglou, villa Irini Stournara, avenue Vassilissis Sofias et rue Merlin, Athènes (1861, démolie).

Fig. 48 — Lysandre Caftanzoglou, villa Irini Stournara, avenue Vassilissis Sofias et rue Merlin, Athènes (1861, démolie).

Éditions MELISSA, archives photographiques.

Notes

1 Sophie Barbé de Marbois-Lebrun et sa fille Élisa furent parmi les grandes philhellènes de leur génération. Cette famille qui s’était illustrée dans la diplomatie lors de l’Indépendance américaine, devait occuper une position éminente en France sous l’Empire et la Restauration. Disposant d’une grande fortune, la future duchesse est parmi les 200 actionnaires fondateurs de la Banque de France en 1802 – elle n’a que 17 ans. Il est vrai que son père François de Barbé-Marbois, consul général de France à Philadelphie puis intendant de Saint-Domingue sous l’Ancien Régime, est devenu directeur du Trésor en 1801. Quant à sa mère, Elisabeth Moore, elle est la fille du banquier William Moore, gouverneur de Pennsylvanie. Ayant épousé Anne-Charles Lebrun en 1804, elle portera le titre de duchesse de Plaisance à partir de 1824, au décès de son beau-père. Après 1831, les deux époux vivent séparés – Vassiadis 2004.

2 Au point que, nonobstant la rivalité qui les avait opposées autrefois, elle l’accueillit dans sa villa athénienne au lendemain des événements de 1848-49. La princesse Belgiojoso quitta la Grèce l’année suivante pour fonder une ferme modèle d’inspiration fouriériste à Ciaq Maq Oglû, près d’Ankara, où elle résida cinq ans avant de revenir à Paris.

3 Germiny 1909.

4 En 1832, elle s’opposa aux critiques contre l’indépendance grecque, formulées par Hector Soult, l’ancien aide de camp du maréchal Maison en Morée. Hostile au parti russe d’Ioannis Capo d’Istria et Theodoros Kolokotronis, comme au parti anglais d’Alexandros Mavrokordatos, elle soutiendra entre 1843 et 1847 l’alliance autoritaire du roi Othon avec son premier ministre Ioannis Kolettis, le chef du parti français. La dédicace de son tombeau à Penteli rappelle implicitement ses origines puisqu’il précise : « Sophie de Marbois/ Duchesse de Plaisance/Française/ née en Philadelphie le 3 avril/1785/ décédée à Athènes le 14 mai 1854/Επιµέλια Γεώργιου Σκουζέ Αθηναίου » [(à la) garde de Georges Skouzé l’Athénien].

5 Kambouroglou 1923, Kambouroglou 1925, Margari 2011. Selon la légende, sa particularité aurait été de ne jamais terminer les demeures qu’elle se faisait construire, depuis qu’une gitane lui avait prédit la mort le jour où sa maison serait achevée – Avéroff 1961. L’anecdote est racontée, du vivant même de la duchesse, par un voyageur français : « Sur la route qui conduit à Athènes, distant d’environ deux heures, je vis avec surprise une élégante maison de campagne, déserte quoiqu’inachevée, et avec ce nom inscrit sur la porte : Plaisance. Je croyais voir une de ces villas qui couvrent les abords de nos grandes villes. Elle appartient à Mme la Duchesse de P…, vieille femme originale établie en Grèce depuis vingt-cinq ans, et s’y faisant remarquer par l’excentricité de ses habitudes, sa haine pour l’institution du mariage, sa passion pour les gros chiens, et sa manie de construire partout de charmantes habitations qu’elle n’achève jamais, poursuivie qu’elle est de cette bizarre idée, qu’elle mourra le jour où elle en achèvera une seule. », Yemeniz 1852.

6 « Epavli Rododaphni ». Le terme « Castello » désigne son caractère de maison forte, dans la manière italienne du Moyen Âge, dont cette construction est une évocation étonnamment crédible. Le bâtiment est aujourd’hui désigné sous le nom de « Pyrgos Doukissis Plakentias ».

7 Buchon 1843a, p. 185. Circonscrit par des lotissements qui ont colonisé toute la butte, le site actuel se réduit à un triangle entre les rues Lordou Vyronos, Doukissis Plakentias et Poseidonos sur la commune de Penteli.

8 En cela, l’édifice se distingue de son modèle dont la partie centrale est occupée par une grande loggia traitée en serlienne (l’inconvénient d’un tel dispositif étant de couper en deux la distribution).

9 Le parti de la villa à tourelles d’angle est inverse de celui du palais ou de la villa vénitienne. Dans cette dernière, les chambres sont repoussées aux extrémités – la loggia centrale jouant le rôle de palier de distribution, en même temps que de salon. Aussi les travées d’encadrement sont-elles percées de grandes fenêtres, ce qui n’est pas du tout le cas ici.

10 Elle est inspirée par la fin du Moyen Âge ou la Renaissance, mais aussi par les distributions françaises de la première moitié du xviiie siècle – notamment, les hôtels particuliers du faubourg Saint-Germain à Paris.

11 Pour parler comme Louis I. Kahn, la dialectique entre « espace servant » et « espace servi », entre les grands plateaux d’habitation et les escaliers ou les portiques qui les desservent, renvoie à une tradition disparue depuis la Renaissance. La comparaison est tentante avec les laboratoires du Richards Medical Center, construits à Philadelphie entre 1958 et 1961 et universellement admirés pour la logique distributive de leurs circulations d’enveloppe.

12 Fountoulaki 2009, p. 88, n. 21 cite cet extrait de Couchaud 1847 : « En descendant on laisse à gauche un misérable couvent de moines grecs appelés Caloyers, et auprès duquel la duchesse de Plaisance, fille de Barbé-Marbois, cette lady Stanhope de la France, s’est fait élever un manoir féodal en marbre blanc, entouré d’un bois d’oliviers, de lentisques et de lauriers-roses, et qu’elle a baptisé du nom de Rodho-Daphni. C’est au-dessous du couvent aujourd’hui habité par trois ou quatre vieux moines, que la cour, qui n’a point de palais d’été, vient en villegiatoura pendant les longues et belles soirées d’été, et c’est ainsi que dernièrement, sur ces riantes pelouses ombragées par de hauts peupliers blancs et arrosées par des eaux fraiches et salutaires, on a si royalement et si cordialement fait danser un de nos princes français, le duc de Montpensier ». Selon Michelle Avéroff (Avéroff 1961, p. 138-140), le roi Othon avait proposé de racheter l’édifice : tout en refusant l’offre, la duchesse lui aurait indiqué qu’elle y avait déjà dépensé plus de 300 000 francs et qu’il n’en restait plus que 50 000 à ajouter pour le terminer.

13 L’édifice était destiné à recevoir le palais du Diadoque. La restauration en fut confiée à un ingénieur civil, Alexandros Baltatzis (auteur en 1964, avec l’architecte Maria Dimitriadou-Loukakou, de l’extension du Palais royal rue Irodou Attikou à Athènes). Les planchers et couvertures furent rétablis d’après des photographies anciennes, mais il ne restait plus rien des aménagements intérieurs, hors les murs et les deux escaliers à vis en pierre. Quant aux communs, très ruinés, ils furent quelque peu transformés pour accueillir des garages. Après la chute de Constantin II, en 1967, le Castello fut de nouveau laissé à l’abandon.

14 Sur l’une des premières assises de la galerie côté cour, se lit l’inscription : « Αρχιτεκτων Σταµαθιος Κλεανθης ιερολοχιτης ». Elle ne peut être qu’apocryphe. Non seulement un commanditaire de rang aristocratique n’aurait pas supporté, sur sa propre maison, une inscription à la gloire d’un de ses obligés (la signature d’architecte n’apparaît à l’époque – et encore très timidement – que dans le domaine de la promotion immobilière). Mais comment aurait-on pu y ajouter le qualificatif de ιερολοχίτης (on pourrait le traduire approximativement par « compagnon du bataillon sacré ») évoquant la participation de l’architecte à la guerre d’Indépendance, sauf à considérer que Kleanthis avait une très haute opinion de lui-même ? Il est fort probable que la dédicace date de la restauration de l’édifice, dans une perspective dont témoignent les écrits du xxe siècle valorisant parfois à l’excès le rôle des architectes grecs dans l’élaboration de la culture néo-hellénique.

15 Sur Couchaud, voir Martin-Daussigny 1849 ; Charvet 1899. Élève d’A.-M. Chenavard à Lyon, puis de Labrouste à Paris, l’architecte-archéologue séjourna à Athènes de 1838 à 1840 puis de 1842 à 1845. À l’occasion de son second séjour, il reçut la visite de son maître lyonnais, auquel il fit découvrir les petites églises byzantines d’Athènes (en témoigne un beau dessin conservé à la bibliothèque municipale de Lyon). La découverte du rôle d’A. Couchaud est due à Anne-Catherine Marin et Mourad Laangry : Marin, Laangry 2006. Voir aussi Fountoulaki 2009.

16 Martin-Daussigny 1849 (citation de la note p. 6). Les Bavarois et les Grecs mentionnés anonymement pourraient être Wilhelm von Weiler (auteur, en 1834-36, de l’hôpital militaire d’Athènes, 2-4 rue Makrigianni ; en 1838, d’une école à Ermoupolis [Syros] ; et, en 1839, du lazaret de la même île) ainsi qu’à l’évidence, S. Kleanthis dont nous évoquerons le rôle un peu plus loin. L’auteur attribue également à Couchaud la construction d’un séminaire (probablement catholique, compte tenu de son origine lyonnaise). À son retour en France, l’architecte ne put réaliser que la modeste église néo-gothique de Saint-Paul en Jarez, dans la Loire (1848), achevée après sa mort par Philibert Bellemain.

17 Ils sont conservés dans deux volumes de dessins dont la plupart sont dûs à A.-M. Chenavard : Bibliothèque Municipale de Lyon, « Recueils de dessins du voyage en Grèce et dans le Levant, faits par Ant.-M. Chenavard, professeur à l’école des beaux-arts de Lyon, en MLCCCXLIII et MLCCCXLIV », 2 vol., inv. no ms 6868 (Mossière 1994, vol. 3, pl. XLVIII).

18 Chenavard 1845, p. 298-290. Le voyage de son maître lyonnais avait été organisé par Couchaud, qui l’accompagna sur le site.

19 On imaginerait volontiers une treille ou des arbres en pot, mais le dispositif était irréalisable à un tel emplacement – en étage – et à une telle échelle – près d’une dizaine de mètres de haut.

20 Le Cœur 2012, p. 196-197.

21 Avéroff 1961, p. 94-98.

22 Aujourd’hui, rue Nikou Athanasiadou à Penteli.

23 Peut-être celle-là même dans laquelle elle avait logé à Nauplie et qu’elle aurait fait transférer à Athènes. L’expression est celle d’un de ses visiteurs : « […] nous la trouvâmes habitant une mauvaise maison de planches, située à l’extrémité d’un faubourg de la ville […]. », Avéroff 1961, p. 101.

24 « Le mot Ilissia inscrit sur le portail rappelait le fleuve sur les rives toutes voisines duquel s’entretenaient les philosophes antiques. Bien qu’il se trouve aujourd’hui au centre de la ville, l’emplacement reste incomparable. Et heureusement l’édifice primitif, affecté à des bureaux militaires, est resté intact. C’est là qu’on est en train d’installer le Musée d’Art byzantin. », Andréadès 1930, p. 210. Le qualificatif de « palais » qu’on lui donne de nos jours tient plus à sa situation qu’à sa typologie (qui l’apparenterait plutôt à un château ou à une villa au sens italien du terme).

25 Que ce soit l’illustre Porta dell’Arco de Volterra ou l’Arc d’Auguste à Pérouse.

26 Avéroff 1961, p. 158-159.

27 Au sens où l’entendait la génération du néo-classicisme romantique en France – particulièrement, le sculpteur Frédéric Lemot et son architecte Mathurin Crucy auteurs du domaine de La Garenne Lemot près de Nantes, entre 1808 et 1823 – Pérouse de Montclos 1976, Allemand-Cosneau et al. 1990. L’originalité des deux villas athéniennes a attiré très tôt le regard des historiens de l’architecture (Scully 1963).

28 Le recours à la pierre de taille est déjà un luxe, l’emploi du marbre une exception. Son développement dans la seconde moitié du siècle amènera nombre de professionnels à se préoccuper de la diversité des ressources en la matière. C’est ainsi qu’en France, pour alimenter le prestigieux chantier de l’Opéra Garnier, l’entrepreneur Adolphe Violet se rendit acquéreur de carrières dans le Jura et alla se fournir jusqu’en Afrique du Nord. Reprenant la tradition antique, les chantiers de monuments athéniens dessinés par Th. Hansen feront appel de manière systématique à ce matériau précieux. Plus tard, A. Metaxas en répandit l’usage jusque dans l’habitat privé.

29 Suite aux événements de 1843 qui entraînèrent le départ de son associé E. Schaubert, Kleanthis abandonna l’exercice du métier d’architecte-concepteur au profit de celui d’exploitant de carrière – acceptant au passage d’autres missions comme celle d’architecte d’opération ou d’entrepreneur. Les carrières de marbre du Pentélique et de Paros, dont il avait fait l’acquisition, lui valurent une médaille d’or à l’Exposition de Londres en 1851. L’ouvrage richement documenté de J.-A. Buchon critique la manière dont elles étaient couramment utilisées pour faire de simples moellons ou de l’empierrement (Buchon 1843a, p. 186-187). E. About consacre pour sa part un intéressant chapitre aux carrières de marbre (About 1854, p. 134-138). Dès 1845, James Pradier avait utilisé le marbre de Paros dont on connaissait la finesse et la transparence pour un buste d’Edmond Cavé, directeur des Beaux-Arts sous la Monarchie de Juillet.

30 Kleanthis est considéré comme l’auteur de deux édifices construits de l’autre côté de la colline, leoforos Eleftherou Venizelou : la villa Plaisance (1846-47) ainsi que la Tourelle [Πυργάκι] (alias hôtellerie, 1846, aujourd’hui à l’état de ruines), destinée aux invités de la duchesse – Fountoulaki 2009, p. 88. On lui attribue également la Maisonnette, dont les proportions savantes pourraient indiquer l’intervention d’un autre architecte.

31 À ses débuts, l’institution est aussi qualifiée d’École des Arts. Mossière 1994, p. 59-63, signale que : « le don le plus important fut celui consenti en 1840, par Sophie de Marbois, duchesse de Plaisance, qui décida de la création d’une section beaux-arts à l’intérieur de l’École. Elle fournit le matériel […]. Puis elle fit venir de France Pierre Bonirote, se chargeant entièrement de ses appointements. » C’est à Rome où il séjourna entre 1836 et 1839, que P. Bonirote avait connu Ingres. Il ne resta en Grèce que trois ans : renvoyé en 1843 comme tous les fonctionnaires étrangers, il fut remplacé par Philippos Margaritis que soutenait L. Caftanzoglou. À son retour en France, on le nomma professeur à l’école des beaux-arts de Lyon où il fit toute sa carrière. Voir Peltre 1997a.

32 Élèves d’Ingres, fondateurs du courant nazaréen français, Hippolyte et Paul Flandrin sont connus pour la décoration de l’église Saint-Germain-des-Prés à Paris entre 1842 et 1863. Ils avaient d’abord été formés, comme Bonirote, dans l’atelier de Pierre Révoil à Lyon. L’importance du courant néo-grec dans les échanges franco-helléniques est illustrée par le passage en Grèce d’un autre élève d’Ingres, le peintre Charles Gleyre : pendant quatre ans, de 1834 à 1837, il voyagea autour de la Méditerranée – séjournant notamment à Athènes avant de parcourir l’Égypte en compagnie de l’Américain John Lowell, qui finançait l’expédition - Hauptmann 1996 et 2006, Vasilakopoulou 2006, Fabre 2016. Comme Couchaud, Gleyre était d’origine suisse. Proche d’Ingres et appelé par lui au château de Dampierre à partir de 1840, il y collabora avec les frères Flandrin, François-Édouard Picot et le sculpteur Pierre-Charles Simart. Il connut le succès avec Les Illusions perdues au Salon de 1843 : nommé successeur de Paul Delaroche à l’École des beaux-arts, il verra passer dans son atelier les plus grandes figures de la peinture française, notamment les impressionnistes.

33 Sous la direction de l’archéologue L. Ross – Ross et al., 1839.

34 Haugsted 1988. On imaginerait plus facilement que l’auteur soit non pas Chr. Hansen, mais son jeune frère Theophil – présent à Athènes depuis 1837. Il existe une certaine similarité entre la villa Illisia et la maison Lemnienne – même si l’écriture antiquisante de cette dernière est plus travaillée. On sait que Hansen avait eu pour professeur l’architecte Friedrich Hetsch, ancien élève de Percier et adepte de la tradition durandienne.

35 Fountoulaki 2009, p. 92, note 27. Le second voyage de Gärtner en Grèce date de 1840, l’année du lancement des travaux de la villa Ilissia. La tombe qu’il a dessinée pour la duchesse – un petit sarcophage à l’antique en marbre blanc, posé sur un triple emmarchement et doté d’un fronton à acrotères ainsi que de colonnettes d’angle en style dorique – a survécu en bordure de la rue Nikou Athanasiadou à Penteli.

36 L’atelier de Percier fut également fréquenté par Jacques-Ignace Hittorff, son compatriote, ainsi que par Louis Visconti – appelés l’un et l’autre à une brillante carrière en France.

37 Par ses deux étages d’arcades pris entre des pavillons d’angle, la villa Ilissia n’est pas sans rapport avec la planche 20 de la deuxième édition du cours de ce dernier (Durand 1817), sauf que le programme (une caserne) n’a vraiment rien à voir.

38 Ernest Beulé, pensionnaire de l’École française de 1849 à 1854 et responsable à ce titre des travaux de l’Acropole, avait croisé l’artiste à plusieurs reprises sur le site. D’après Jouin 1878, p. 466, il évoque brièvement dans ses mémoires les conversations qu’il a eues avec lui. Voir aussi Billard, Chandezon 2012.

39 Avéroff 1961, p. 172.

40 Bien qu’elle ait manifesté plusieurs fois son soutien aux communautés israélites : d’abord à Athènes où elle avait soutenu la construction d’une synagogue, au lendemain de l’affaire Pacifico ; ensuite à Metz, dont provenait la famille de son père et où elle a institué une fondation israélite pour l’apprentissage agricole (Cahen 1854). Il est vrai que la diaspora juive dont langue et religion restent le ciment, est comparable à celle des colonies grecques dispersées en dehors de leur région d’origine.

41 Grenville 1861, p. 48.

42 Pappas 1929.

43 Lamber 1881.

44 Les exemples abondent de cette préoccupation dans la philosophie politique du xixe siècle, depuis le Nouveau Christianisme (1825) du comte de Saint-Simon et de son disciple, le Père Enfantin, jusqu’à Isis Unveiled (1877) d’Helena Blavatsky, créatrice de la Société théosophique, en passant par le Livre des Esprits (1857) d’Allan Kardec, fondateur du spiritisme, la Palingénésie sociale (1848) de Paul Chenavard ou le Catéchisme positiviste (1851) d’Auguste Comte, adepte de la « religion de l’humanité ».

45 Janus 1883, p. 2 (l’article est daté du 18 novembre 1881). L’auteur souligne les rapports de la femme de lettres avec les milieux grecs de Marseille. L’écrivain Dimitrios Vikelas, notamment, fréquentait assidûment son salon.

46 « Ils l’appellent le Palais d’Agamemnon, mais elle ressemble davantage à une forteresse médiévale. […] Je me suis retrouvée dans un large espace rectangulaire entouré d’épais murs de pierre, hauts de 10 pieds, avec le ciel au-dessus de nos têtes et rien sauf quelques velum tendus “lean-tos” […], une grande pièce avec un endroit pour faire du feu et une série de petites pièces dont chaque porte donne sur la cour. Et c’était tout. Il n’y avait pas de puits, et pas de maison, ni de magasin aux alentours, Palmer-Sikelianos, Anton 1993.

47 « Nous nous demandions [le clan Duncan] pourquoi nous quitterions désormais la Grèce, puisque nous trouvions à Athènes, tout ce qu’il fallait pour satisfaire notre sens esthétique […] C’était un pèlerinage tout spirituel, et il me semblait que l’esprit que je cherchais était l’invisible déesse Athéna qui habitait encore les ruines du Parthénon. Nous décidâmes donc que le clan Duncan resterait éternellement à Athènes, et y construirait un temple qui porterait la marque de notre génie. […] Nous partîmes donc à la recherche d’un emplacement qui convint à notre temple », Duncan 1928. Relevé de ses ruines, l’édifice est devenu le Centre de recherche chorégraphique Isadora et Raymond Duncan, 34 Chrisafis et Dikearchou à Vyronos.

48 La « Tour de la Reine » à Ilion (précédemment Nea Liossia), vaste domaine sur le territoire des communes d’Ilioupoli, Aghii Anargyri et Kamatero au nord-ouest d’Athènes. Le domaine avait été acquis en 1848 par la reine Amélie auprès de ses propriétaires anglais, John Williams et George Miles qui y avaient installé une ferme-modèle. Baptisée « Heptalophos » [Les sept collines], la propriété fut aménagée par le paysagiste F.-L. Bareaud, tandis que les intérieurs étaient décorés dans le style gothique flamboyant par Fl. Boulanger. L’identification de son auteur a été possible grâce au fonds des dessins de Boulanger à l’université de Lille 3. Voir également Kardamitsi-Adami 2009, p. 102-119.

49 La reconstruction du château de Windsor, par Jeffry Wyattville en 1824-36, est à l’origine de la diffusion internationale du style néo-Tudor, dont témoignent aussi bien Scotney Castle (1835-43) dans le Kent, par Anthony Salvin, que Hardelot dans le Pas-de-Calais (1848 pour sir John Hare, un ami de Charles Dickens) ou Hluboka en Bohème (1841-55, par Damasius Deworetsky pour les Schwarzenberg).

50 Vretos 1860, p. 105.

51 About 1854, p. 311.

52 Le rapprochement qu’effectue Maro Kardamiti-Adami (Kardamitsi-Adami 2009, p. 105) avec Hohenschwangau (reconstruit en 1837 par Domenico Quaglio) doit être pris en ce sens, même si le répertoire du château bavarois emprunte plus à l’architecture médiévale allemande qu’à celle de la Renaissance britannique.

53 La Dame blanche, opéra sur un livret d’Eugène Scribe et une musique de François Adrien Boëldieu, était sorti une vingtaine d’années plus tôt, en 1825. Il a influé sur nombre de maisons de campagne de son époque – particulièrement, le château de la Reine Blanche à Coye-la-forêt, construit près des étangs de Commelles dans la forêt de Chantilly par l’architecte Victor Dubois pour le prince de Bourbon-Condé en 1825.

54 Riche homme d’affaires, Nikolaos Stournaras était originaire d’Alexandrie. C’est sans doute à l’occasion de son séjour à Athènes en 1846 que Caftanzoglou dessina ce premier projet, d’ambition palatiale.

55 Le retrait d’alignement touchait uniquement l’avenue Vassilissis Sofias dont le caractère résidentiel était souligné par l’obligation d’un « jardin de devant » [vorgarten]. Imposée par le règlement de 1834, la formule est caractéristique de la culture urbaine allemande. L’haussmannisme parisien l’adoptera par la suite, à l’initiative de J.-I. Hittorff, sur la place de l’Étoile et l’avenue Foch.

56 Très probablement à travers la version que venait d’en donner Leo von Klenze pour la façade du palais de la Résidence à Munich.

57 L’édifice, construit en 1861 à l’angle de l’avenue Vassilissis Sofias avec la rue Merlin, a été détruit en 1962. Séparé de l’avenue par un jardin sans profondeur, le corps central était prolongé par deux ailes latérales qui occupaient la largeur de la parcelle. Comme dans le premier projet, il était couronné par un belvédère d’où la vue s’étendait jusqu’à la mer.

58 Même si, de prime abord, l’introduction d’un répertoire gothique pourrait apparaître comme une sorte de défi vis-à-vis du néo-hellénisme ambiant.

Table des illustrations

Titre Fig. 33 — André Couchaud, Villa Rododaphni (Castello), rues Lordou Vyronos, Doukissis Plakentias et Poseidonos, Ano Penteli (1840-1842) : cour d’entrée.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-1.png
Fichier image/png, 3,5M
Titre Fig. 34 — Villa Rododaphni : façade vers la vallée.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-2.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Fig. 35 — Villa Rododaphni : façade vers la vallée, état en 1938.
Crédits © Benaki Museum Photographic Archive.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-3.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Fig. 36 — Villa Rododaphni : détail des loggias.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-4.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Fig. 37 — « Couvent de Phaneromene près de Corinthe », par André Couchaud.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-5.png
Fichier image/png, 236k
Titre Fig. 38 — Villa Rododaphni : façade cour.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-6.png
Fichier image/png, 3,7M
Titre Fig. 39 — Villa Ilissia (aujourd’hui, Musée byzantin) : porterie, Athènes (1840-1848).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-7.png
Fichier image/png, 5,4M
Titre Fig. 40 — Villa Ilissia : passage-porche.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-8.png
Fichier image/png, 5,4M
Titre Fig. 41 — Villa Ilissia : façade cour.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-9.png
Fichier image/png, 5,7M
Titre Fig. 42 — Villa Ilissia : façade vers l’Ilissos.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-10.png
Fichier image/png, 5,3M
Titre Fig. 43 — Villa Ilissia : détail des arcades.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-11.png
Fichier image/png, 5,1M
Titre Fig. 44 — Pyrgos Vassilissis (Heptalophos) : portail d’entrée, Ilion (1848-1854).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-12.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 45 — Florimond Boulanger, Pyrgos Vassilissis : détail des lambris.
Crédits RMN-Grand Palais / René-Gabriel Ojéda.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-13.png
Fichier image/png, 3,6M
Titre Fig. 46 — Pyrgos Vassilissis : petit salon.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-14.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Fig. 47 — Lysandre Caftanzoglou, projet de villa pour Nicolaos Stournaras, avenue Vassilissis Sofias et rue Merlin, Athènes (vers 1846).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-15.png
Fichier image/png, 561k
Titre Fig. 48 — Lysandre Caftanzoglou, villa Irini Stournara, avenue Vassilissis Sofias et rue Merlin, Athènes (1861, démolie).
Crédits Éditions MELISSA, archives photographiques.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4088/img-16.png
Fichier image/png, 1,6M

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search