Version classiqueVersion mobile

L’architecture de la Grèce au XIXe siècle (1821-1912)

 | 
François Loyer

Du rêve à la réalité

Texte intégral

1Après avoir abordé la question de l’art en termes de style à l’échelle du continent, nous en suivrons les étapes dans le contexte grec, durant ces années décisives qui furent celles de la première décennie de l’Indépendance. Un lent processus d’assimilation conduisit le néo-classicisme romantique à s’incarner sous la forme d’un néo-antique spécifiquement national. Il fut l’aboutissement des efforts de deux, sinon trois générations pour acclimater sur le sol de la Grèce la culture européenne avec laquelle elle renouait. L’évolution se fit en décalage avec les tendances d’un éclectisme marqué ailleurs du sceau du conflit et de la contradiction. Ce n’est pas l’aspect le moins intéressant de cette aventure que la divergence dont elle témoigne en Grèce vis-à-vis de telles orientations.

  • 1 Sur Corfou, Concina, Nikiforou 1994 ; Melville-Jones 2001. Sur Syros : Travlos, Kokkou 1980 puis Tr (...)
  • 2 Sur Égine : Dandis 1967 ; Konstantinopoulou 1968 ; Karydis 1979. Sur Nauplie : Karouzou 1979 ; Kyri (...)
  • 3 Kavkoula et al. 1990 ; Yerolympos 2003 ; Philippidis 2007. Sur les projets pour Patras, Bakounakis (...)
  • 4 À son retour de mission, Voulgaris fut l’auteur d’une biographie de Capo d’Istria (Voulgaris 1832), (...)
  • 5 Bourguet et al. 1998 ; Saïtas 2011.
  • 6 Blouet 1831-38 ; Fauché 1832-35.
  • 7 Broc 1981 – la cartographie du Péloponnèse est évoquée p. 325-326. Voir également Korres 2008 (réi (...)
  • 8 Tsakopoulos 1994.
  • 9 About 1854, p. 301.
  • 10 Savant 1946, p. 360-361, rappelle cependant que Voulgaris avait fréquenté l’atelier du baron Antoin (...)

2L’adoption d’une culture classique d’importation fut un préliminaire, d’autant plus difficile qu’aucune des conditions n’était réunie pour y parvenir. Il fallut donc ruser avec le manque de moyens par rapport aux ambitions – et ce ne fut pas facile. Comment le pays a-t-il pu s’adapter au mouvement de l’art et des idées, dans une Europe qu’il rejoignait après des siècles de domination islamique ? La tradition populaire était moins imperméable qu’on ne le croit aux échanges internationaux. Avant même l’installation de la royauté existait déjà une expression artistique moderne. Un premier néo-antique d’inspiration italienne s’était développé dans les îles qui échappaient à la domination turque – qu’elles fussent sous la dépendance anglaise ou qu’elles fussent libres, comme Corfou ou plus tard Syros1. Dans les deux premières capitales de la République de Capo d’Istria – Égine et Nauplie – subsistent de grandes demeures où ont habité les premiers dirigeants du pays2. Ces hautes maisons aux toits de tuile et aux façades régulières soulignent l’importance des échanges avec les pays du nord de l’Adriatique. Pour étranger qu’il ait pu être à la tradition byzantine et ottomane, l’art importé au lendemain de la libération par des ingénieurs militaires de formation étrangère ne pouvait que prospérer sur un tel terreau. Nombreux furent les plans d’urbanisme dessinés par leurs soins3 : on retiendra particulièrement l’extension de Patras en 1829 (fig. 1) et celle de Nauplie en 1834 par Stamatis Voulgaris. Figure caractéristique des ingénieurs militaires français, malgré ses origines corfiotes, celui-ci avait servi sous l’Empire et la Restauration comme géographe avant d’être nommé « chargé de mission secrète en Morée et attaché à la personne du comte Capodistrias », dans le cadre de la convention de 1827 entre la France, l’Angleterre et la Russie pour la libération de la Grèce4. C’est à ce titre qu’il dessina les premières esquisses pour la régularisation urbaine de Patras, Corinthe, Nauplie ou Égine. Le relais fut pris par l’Expédition scientifique de Morée, qu’on a souvent comparée avec celle d’Égypte sous Bonaparte5. Le corps expéditionnaire débarqua à Koroni, dans le sud du Péloponnèse, en août 1828. Il s’était associé à un groupe de savants botanistes, archéologues et géographes, dont les travaux firent par la suite l’objet d’une abondante publication6. Dans cette entreprise, on oublie trop souvent l’importance de la mission confiée aux topographes : de 1829 à 1831, ils réalisèrent la cartographie au 1/200 000 de l’ensemble du Péloponnèse7. Ils établirent ainsi les bases sur lesquelles purent se réaliser les infrastructures ainsi que le développement urbain nécessaires à l’autonomie du pays8. L’importance de cet investissement était restée dans les mémoires si l’on en juge par cette remarque d’Edmond About : « Nous avons dressé la carte de la Grèce, qui est un chef-d’œuvre de topographie : ce travail a coûté la vie à trois de nos officiers »9. Il reste que les ingénieurs militaires ne se préoccupaient que secondairement d’architecture. Habitués à exploiter les ressources locales, ils se conformaient plus aux usages qu’ils ne tentaient de les modifier au nom d’un quelconque idéal artistique10. La rationalité qu’ils apportaient dans l’établissement des plans de ville, la gestion des finances ou celle des chantiers avait un effet indirect sur les formes construites : les extensions de Patras ou Nauplie ne dérogent pas à la règle. Seuls la régularité des proportions et l’usage de la symétrie dans les constructions nouvelles dénotent une formation savante, corrigeant des usages jugés néfastes : peu à peu se met en place une pratique où la tradition populaire s’ajuste aux règles du classicisme européen.

Fig. 1 — Stamatis Voulgaris, plan d’extension de Patras (1829).

Fig. 1 — Stamatis Voulgaris, plan d’extension de Patras (1829).

Stamatios Voulgaris, Souvenirs de Stamai Bulgari/ Voulgaris (1835).

3La génération des architectes qui succédèrent aux ingénieurs va conforter cette position, en s’attachant à définir une esthétique plus élaborée : ce sera le travail d’un Christian Hansen, d’un Stamatis Kleanthis ou d’un Lysandre Caftanzoglou, véritables fondateurs du néo-antique grec dans les années 1840. Une décennie plus tard, les moyens à leur disposition auront suffisamment augmenté pour qu’on s’engage dans la voie d’une interprétation académique de la tradition classique, qu’elle fût antique ou moderne. Plusieurs époques se suivent donc, où le goût et les sources d’inspiration se révèlent très dissemblables. Une aussi longue faveur est en tout point exceptionnelle : rares sont les mouvements artistiques qui ont tenu au-delà d’une ou de deux générations. Il faudra attendre le début du xxe siècle pour que la référence obligée à l’art antique marque le pas. Cette défaveur ira en augmentant, jusqu’à l’issue de la Grande Guerre où seule subsiste une tradition populaire employant ici et là des éléments qui avaient caractérisé l’ancien style : moulures d’encadrement, compositions symétriques, frontons, pilastres, acrotères. Nonobstant les différenciations de style et d’époque, le néo-antique aura représenté, avec une étonnante constance, une mentalité pour laquelle l’Europe inventa ce mot de « néo-hellénisme » qui est à lui seul tout un programme : il proclame l’ambition de renouer avec une longue histoire éteinte, de faire du peuple libéré son héritier, sinon même de rivaliser avec la grandeur de l’histoire antique.

  • 11 La Φιλική Ἑταιρεἰα [littéralement : Société amicale] était une société secrète d’inspiration maçonn (...)
  • 12 L’anecdote selon laquelle le sculpteur aurait déploré la négligence dont souffrait la tombe est ine (...)
  • 13 Reprenant une pratique courante à l’époque hellénistique, les évergètes grecs [de ευεργέτης, bienfa (...)

4Sans doute le siècle avait-il fait le rêve d’un hellénisme éternel, d’une Athènes ressuscitée après quinze siècles pour reprendre la place de reine de la pensée classique que le monde romain lui avait autrefois laissée. Pour un néo-classicisme descendu jusqu’à Pompéi et Paestum à la recherche d’une antiquité plus exacte que celle dont il avait hérité, la résurrection de l’antiquité s’imposait comme la source même de la civilisation où puiser ses critères. Plus que chez Hugo ou Delacroix, c’est dans le célèbre destin de Lord Byron qu’on retrouve le mieux cet attrait à la fois philosophique, archéologique et littéraire pour le monde classique. L’admiration s’est d’abord placée sur un plan intellectuel : se sont exprimées des préoccupations dont il conviendrait de comparer l’esprit avec la Filiki Eteria11 des premières velléités d’indépendance, mêlant l’étude philosophique aux revendications nationales dans un romantisme patriotique. Conséquemment, la nouvelle Grèce est apparue comme le pays par excellence des chefs-d’œuvre, le musée auquel les artistes allaient consacrer leur production : manifeste du romantisme, l’illustre tableau de Delacroix, Massacres de Scio : familles grecques attendant la mort ou l’esclavage, a été présenté au Salon de 1824 et bientôt acquis par l’État ; La Jeune Grecque fut offerte par le sculpteur Pierre-Jean David d’Angers pour le tombeau de Marcos Botzaris à Missolonghi12 en 1827 (fig. 2) ; Les Orientales de Victor Hugo parurent en 1829… Au lendemain de l’Indépendance, les principaux monuments de l’Athènes nouvelle furent dessinés avec cette libéralité, cette indifférence à l’emploi qui tenaient autant à des programmes idéaux (une Académie internationale des Sciences, un observatoire pour rivaliser avec Greenwich et Meudon, une université ouverte à toute l’Europe…) qu’à la générosité de donateurs évergètes13 désireux d’offrir des monuments aussi éternels que le Parthénon.

Fig. 2 — Pierre-Jean David d’Angers, La Jeune Grecque (1827), plâtre original de la sculpture offerte pour le tombeau de Marco Botzaris à Missolonghi.

Fig. 2 — Pierre-Jean David d’Angers, La Jeune Grecque (1827), plâtre original de la sculpture offerte pour le tombeau de Marco Botzaris à Missolonghi.

François Loyer.

  • 14 Fallmerayer 1830-36.
  • 15 About 1853. Si l’on en croit l’auteur, les pallicares sont aussi des klephtes [κλέφτες, voleurs] qu (...)
  • 16 Cette vision pittoresque nous a été léguée par le xxe siècle. Abandonné depuis longtemps, l’uniform (...)
  • 17 Baedeker 1910, p. 25. La formule reproduit l’appréciation du premier guide destiné aux voyageurs : (...)

5Cet idéalisme n’a pas résisté très longtemps : à la même époque Jacob Philip Fallmerayer lançait sa célèbre théorie sur l’origine albanaise et slave des Grecs14, qui en dit long sur l’abandon du mythe antique de l’hellénisme. La Grèce avait cessé d’être la mère-patrie de la pensée mondiale pour pénétrer dans l’univers émotionnel du romantisme. Désormais, le royaume a été perçu comme un pays d’épopée – le monde des pallicares, héros populaires de l’Indépendance et voleurs de grand chemin, décrits par E. About dans Le Roi des Montagnes15. Son architecture n’était plus prise au sérieux, tant parce que l’époque de l’Indépendance commençait déjà à s’éloigner (les difficultés politiques allant en s’aggravant) que parce que l’Athènes de 1860 apparaissait comme la modeste capitale d’un pays secondaire. Le néo-antique s’est transformé en une sorte d’amusement, une décoration plaisante, pas plus décisive que les costumes des evzones16 ou les palmiers des jardins bourgeois. Un peu plus tard, « Athènes est devenue une des plus charmantes villes de l’Orient et a pris un aspect tout à fait européen », écrit le Guide Baedeker de 191017. Après quatre-vingts ans d’Indépendance, nous voilà bien loin des rêves de 1830.

Athènes capitale

  • 18 Voir la synthèse de Leonidas Kallivretakis : Kallivretakis 2005b.

6Il avait fallu s’affronter à la dure réalité du manque de moyens pour donner au pays une capitale digne de ce nom – quelque peu désordonnée au pied de l’Acropole, organisée ailleurs le long des voies nouvelles18. La ville n’était alors qu’une bien petite bourgade, si l’on en juge par ces observations d’Émile Burnouf faisant, en 1886, le bilan de son histoire récente :

  • 19 Burnouf 1887a (citation p. 552-553). L’historien auquel il est fait allusion est Spyridon Lambros, (...)

Quant à la ville d’Athènes, j’ai sous les yeux une notice faite par M. Sp. Lampros sur ce qu’elle était avant la création du royaume. En 1674, la ville paraît avoir contenu de 8 à 9,000 âmes, et vers la fin du siècle environ 15,000, y compris 1,000 ou 1,200 Turcs. En 1813, d’après le voyageur Holländer, il n’y en avait plus que 12,000. Une inscription provenant de la petite métropole, et retrouvée il y a deux ans, donne par paroisse ou mahalas le nombre des maisons. Il y avait 35 paroisses et 1,235 maisons en octobre 1822, ce qui permet d’évaluer à 6,845 le nombre des habitants. C’est cette année même, c’est-à-dire dès le commencement de la guerre, que furent créées les éparchies ou arrondissements pour toute la Grèce et que l’on commença à se préoccuper de la statistique ; l’éparque d’Athènes était alors Michel Soutzo [Soutsos], celui qu’on appelait communément Mikhal-Voda. De la même époque, à peu près, je possède la copie exacte d’un grand panorama d’Athènes, dont l’original appartenait à mon collègue, feu le professeur Lacroix. Il représente la ville vue du nord-est, avec l’acropole et la mer au fond. On y suit tout le développement de la muraille turque, et on remarque qu’il n’y avait aucune maison hors de l’enceinte. Athènes était donc très petite et répondait à ce qu’on appelle aujourd’hui encore “la vieille ville”. Le plan de la future Athènes fut dressé peu après la fondation du royaume sous l’administration bavaroise ; il a été publié en petit par Ferdinand Aldenhoven et reproduit sur la grande carte de Grèce de notre état-major. […] Une loi défendit de construire sur le sol de l’antique Athènes, qui, selon Thucydide, dessinait un cercle autour de la citadelle ; ainsi les nouvelles rues furent tracées au nord et à l’est de l’enceinte musulmane, s’étendirent dans la plaine et gravirent les pentes du Lycabette19.

  • 20 Papageorgiou-Venetas 2000b. Malgré la différence de géométrie des tracés, la proximité est frappant (...)
  • 21 Dans la thèse de 1966, le parti que nous avions retenu pour l’indication des noms de rues avait été (...)

7Modifié et étendu à plusieurs reprises, le projet de 1833 fut à l’origine de l’installation de la ville en bordure de son ancien site, dans une zone alors déserte entre l’Acropole et le Lycabette20. Les architectes la dessinèrent sur un tracé en étoile à trois branches, à partir d’une place située à l’aplomb des Propylées mais un peu plus au nord : à l’une des extrémités fut disposé le Palais royal, situé du côté de l’est ; à l’autre, la place du Céramique – continuant vers le Pirée à l’ouest ; la troisième avenue partait vers le nord, pour une extension future. De fait, le centre resta longtemps circonscrit entre le Céramique et le Palais, dans une zone située au sud de la future place centrale (place du Roi Othon – plus tard Omonia21). Deux voies perpendiculaires la traversaient de part en part : les rues Ermou et Eolou, le long desquelles se développa le commerce. Sur la promenade située entre la place du Palais royal et la place du Roi Othon devait venir s’installer par la suite un centre monumental dominé par l’université. Peu à peu, la construction résidentielle gagnera les pentes du Lycabette en s’étendant vers Neapoli (la ville neuve) puis vers Kolonaki.

  • 22 Le plan ne fut véritablement achevé qu’en 1846-47, au terme d’une commission gouvernementale dirigé (...)
  • 23 Fountoulaki 1979 ; Fountoulaki 2002. Après avoir participé aux combats de la guerre d’Indépendance, (...)
  • 24 Papageorgiou-Venetas 2009. Originaire de Breslau, Schaubert fit ses études à Berlin où il rencontra (...)
  • 25 Klenze est surtout connu pour cet exemple d’anthologie que sont les Propylées de Munich (1848-60). (...)

8Ce dispositif avait été l’aboutissement d’un long débat, traversé de multiples changements de parti22. Le plan initial (fig. 3) fut élaboré en 1833 par Stamatis Kleanthis23 et Eduard Schaubert24 – un Grec et un Allemand – qui y travaillaient depuis les premiers temps du royaume, alors que la capitale était encore à Nauplie. Adoptant un tracé en chevron, ils situaient le Palais face au Parthénon, là où se trouve l’actuelle place Omonia. Deux grandes voies obliques s’écartaient symétriquement pour contourner l’Acropole vers le sud, permettant ainsi à la ville de se développer le moment venu. Dès l’année suivante, leur projet fut modifié (fig. 4) par l’illustre architecte munichois Leo von Klenze25. Comme le note Pierre Lavedan :

  • 26 Lavedan 1933, p. 164. L’esprit germanophobe de la génération à laquelle appartient l’auteur ne lui (...)

Le Silésien Schaubert – assisté, il est vrai, du Grec Kléanthis – a étudié le problème dès le temps de Capo d’Istria ; le nouveau régime ne lui retire pas sa confiance, puisque son plan est approuvé par le Conseil des ministres du 11 juillet 1833. Certaines protestations amenèrent le roi à faire appel deux ans plus tard à un autre architecte, encore un Allemand, le Bavarois Klenze, qui nous a laissé d’intéressants Souvenirs. On y voit Klenze se répandre en critiques contre l’œuvre de Schaubert ; mais, comme il le reconnaît lui-même, beaucoup de maisons étaient déjà construites sur les alignements indiqués ; il ne peut apporter que des modifications de détail26.

Fig. 3 — Eduard Schaubert et Stamatis Kleanthis, plan d’extension d’Athènes (1833).

Fig. 3 — Eduard Schaubert et Stamatis Kleanthis, plan d’extension d’Athènes (1833).

Eduard Schaubert et Stamatis Cléanthis.

Fig. 4 — Leo von Klenze, révision du plan d’Eduard Schaubert et Stamatis Kleanthis (1834).

Fig. 4 — Leo von Klenze, révision du plan d’Eduard Schaubert et Stamatis Kleanthis (1834).
  • 27 Klenze a entretenu une correspondance assidue, aujourd’hui publiée, avec l’archéologue Ludwig Ross (...)
  • 28 Dans son désir de renouer avec le passé antique, le gouvernement avait planifié dès 1828 la créatio (...)
  • 29 Après ces études à l’Académie de Munich, puis chez Friedrich Weinbrenner à Karlsruhe, Friedrich von (...)
  • 30 Ce changement de parti se lit encore sur le plan : la place Syntagma qui n’était pas prévue, s’arti (...)
  • 31 Caftanzoglou Lysandre, Esquisse d’un plan pour la ville d’Athènes propre à remplacer le projet en e (...)

9L. von Klenze avait été chargé de la délicate mission consistant à protéger les ruines antiques27. Il s’efforça d’éloigner la ville neuve, en mettant le Palais royal à une distance suffisante de l’Acropole. On peut légitimement penser que Kleanthis et Schaubert, dont la collaboration avec les archéologues était quotidienne, ne furent pas totalement étrangers à cette sage décision28. Klenze fit preuve du même réalisme lorsqu’il réduisit la largeur des rues de 12,5 à 10 m – diminuant le coût des expropriations, tout autant que les frais d’établissement de la voierie. Enfin, lors de son voyage à Athènes pour les travaux du futur palais en 1835, son confrère Friedrich von Gärtner29 décida de changer d’axe en situant l’édifice vers l’est30, à l’extrémité de la rue Ermou dont l’élargissement fut tout juste ébauché (fig. 5). Ce basculement à 90° est à l’origine de l’actuel plan en étoile à trois branches, dont la place Omonia constitue le pivot. En 1839, un projet beaucoup plus radical devait être proposé par Lysandre Caftanzoglou : pour éloigner la ville du secteur archéologique, il imaginait de la déplacer vers le Palais royal – du côté de l’actuelle avenue Vassilissis Sofias. Son schéma en grille aurait été articulé par un système de grandes et petites places regroupant les îlots quatre à quatre autour du palais31. Cette proposition ne fut pas suivie d’effet.

Fig. 5 — Friedrich von Gärtner, modification du plan d’Athènes (1835).

Fig. 5 — Friedrich von Gärtner, modification du plan d’Athènes (1835).

10Tel qu’il a été réalisé, le tracé rayonnant des voies majeures emprunte à la tradition versaillaise – plus directement, à Karlsruhe. Ce ne fut pas la moindre des discussions que de savoir lequel des monuments publics devait occuper un emplacement aussi privilégié que le point d’aboutissement des deux rues obliques. Le remplacement du Palais royal par la métropole fut une première variante, bientôt éliminée au profit de l’université – elle-même déplacée par la suite le long de la rue du même nom (Panepistimiou). La solution finale s’articula autour d’une simple place-pivot – à la jonction de quartiers dont la vocation, qu’elle soit commerciale, résidentielle, politique ou même industrielle, était inscrite dès le départ dans le plan. Non moins intéressante fut l’installation, à mi-parcours de la rue Panepistimiou (aujourd’hui Eleftherou Venizelou), d’une étonnante « trilogie » (une université, une Académie et une bibliothèque) qui plaça la capitale sous le signe des arts, des sciences et des lettres. L’équilibre de la composition urbaine en a été profondément modifié. Les premiers projets de Kleanthis et Schaubert ne proposaient que deux rues, Pireos et Stadiou, disposées en chevron. C’est par la suite que la trame s’est étoffée, en rapport avec l’installation de la trilogie en bordure de la ville ancienne : la rue Panepistimiou, d’une largeur anormale, ainsi que la rue Akadimias en sont la conséquence – renforçant le caractère de promenade publique du dispositif.

  • 32 Le duc de Richelieu a été gouverneur d’Odessa entre 1803 et 1814. C’est sous son administration que (...)
  • 33 Le plan initial du Pirée (1833-38) a été dessiné par E. Schaubert – Marre 2007. Voir aussi Tsokopou (...)
  • 34 Lorsque l’architecte Georges Candilis connut la célébrité pour l’invention de la trame hexagonale d (...)
  • 35 On leur fit pourtant reproche d’avoir vu trop grand – puis, plus tard, trop petit… C’est bien la pr (...)
  • 36 Ce n’est que l’accroissement démesuré des années 1930 à 1980 (et une réglementation funeste par sa (...)
  • 37 De ce point de vue, le plan pour Athènes est un véritable prototype pour la planification des plans (...)

11Nonobstant sa portée symbolique, le projet d’extension de la capitale a eu le mérite de dégager autant que possible l’Acropole et de créer des perspectives et des voies de circulation agréables, plantées d’arbres – promenades qui manquaient à la vieille Athènes. Deux typologies de bâtiments prédominèrent : la maison traditionnelle entre mitoyennetés, avec boutique et logement superposés ; le pavillon à vocation résidentielle, isolé sur sa parcelle. La pression foncière étant encore faible, l’habitation mixte se réduisait aux quartiers centraux. Ailleurs, l’organisation pavillonnaire resta longtemps dominante, même sur les grandes avenues (l’immeuble d’habitation n’y apparaîtra vraiment que dans les dernières décennies du siècle). Malgré les restrictions apportées, le plan respire une logique rare à une époque où dominait l’urbanisation hippodamienne, en quadrillage, telle qu’on peut la voir à Odessa, commande du duc de Richelieu32, ou un peu plus tard dans les extensions du Pirée33. L’intérêt du plan en étoile à trois branches était d’offrir des circulations souples et de grandes facultés d’extension34. Les architectes ont évité l’erreur d’un gigantisme déplacé dans ce petit pays35, comme ils ont évité de rivaliser avec l’Acropole. Placée dans une zone inoccupée au creux d’un versant où l’eau était facile à récolter, et sans occuper ni les champs qui s’étendaient le long de la route du Céphise (vers Kifissia), ni la forêt d’oliviers qui couvrait encore la vallée, la ville offrait tous les charmes d’une densité modérée – dont l’agrément était renforcé par des alignements d’orangers et de citronniers sur les voies publiques. Enfin, les auteurs du projet avaient préparé l’avenir en prévoyant que la ville pourrait s’étendre le long de la rue Patission (aujourd’hui, 28 Octovriou) comme du côté du Pirée36. Dans l’histoire de l’urbanisme, le débat sur la nouvelle Athènes se situe juste avant les grandes extensions qui caractériseront le milieu du siècle dans les capitales européennes. Il a servi de modèle : lorsqu’il projeta l’Eixample de Barcelone (1859), l’ingénieur Ildefons Cerdà i Sunyer ne manqua pas de placer l’université le long de la Gran Via, au point de contact avec la ville ancienne. La conception du Ring de Vienne (1857) ainsi que la perspective monumentale qui réunit, à Strasbourg, le Palais impérial à l’université (1880), s’inspireront, elles aussi, de l’expérience athénienne pour définir un nouveau rapport entre la ville et le monument37.

Symboles du royaume

  • 38 La décoration intérieure a été poursuivie jusqu’en 1848. À l’exception du grand escalier à l’impéri (...)
  • 39 Voir la description satirique qu’en fait l’auteur : « Il n’y a dans tous les appartements qu’une sa (...)
  • 40 C’était particulièrement vrai depuis la terrasse de la maison Lemnienne, où s’était installée l’Éco (...)
  • 41 About 1854, p. 310 : « La façade du nord ressemble à une caserne, à un hôpital ou à une cité ouvriè (...)

12Dans les premiers temps de la nouvelle Athènes, l’architecture publique avait eu des ambitions élevées. Deux monuments symbolisent ces aspirations : le Palais royal et l’université, bâtis l’un et l’autre entre 1830 et 1840. Le projet initial du palais avait été conçu par L. von Klenze pour être implanté à l’extérieur de la ville, près du Céramique. Après la disgrâce de l’architecte, c’est son confrère Fr. von Gärtner qui accompagna le jeune souverain en Grèce et décida d’une nouvelle localisation – accompagnée d’une réduction drastique des ambitions du projet. Tel qu’il a été réalisé, le Palais royal (aujourd’hui, Parlement)38 (fig. 6) est un vaste quadrilatère coupé en son centre par une aile surélevée qui réserve deux cours centrales symétriques. La salle du trône occupait le corps central (dans l’état actuel du bâtiment, cette aile a disparu à la suite de l’incendie de 1910) et possédait une décoration à l’antique, dont E. About note la qualité39. Dans le reste du bâtiment se situaient chambres et service d’une manière, paraît-il, assez désastreuse, les odeurs de cuisine montant à travers la cour intérieure jusqu’à l’habitation royale. Si le fonctionnement n’était guère bon, l’extérieur de l’édifice n’en avait pas moins un caractère imposant : la façade principale, à l’ouest, sur la place Syntagma, est dominée par un corps central à fronton qu’entourent deux ailes percées sur trois niveaux de fenêtres assez petites. À l’origine, une vaste esplanade en pente douce, formant avant-cour, répondait de façon harmonieuse à la masse du Palais. Précédant le grand degré d’un perron donnant sur le jardin public qui occupe le milieu de la place à un niveau inférieur, l’esplanade était traversée par une avenue prolongeant la rue Panepistimiou. Dans cet agencement de grands espaces ouverts, le monument se comprenait à l’échelle du paysage dans lequel il s’inscrivait face au site majestueux du rocher sacré de l’Acropole40. On s’explique mieux la sévérité du décor. Hors de minces bandeaux d’encadrement et quelques corniches étroites, il se limite à la grande corniche du toit que surmontent des acrotères de marbre, et des lignes de postes au sommet du fronton. L’avancée centrale est précédée d’un pesant portique de pierre, dans un ordre dorique archaïque (inspiré par le Théséion), portique au fond duquel s’ouvrent trois portes. Au-dessus, deux étages de fenêtres en triplet ornées de chapiteaux corinthiens achèvent la composition. Les autres façades ne sont pas plus animées, celle de l’est étant totalement nue, sauf un petit portique qu’on retrouve sur la façade nord – celle-ci encadrée par la saillie des ailes latérales. Il en est de même sur le côté sud (ce dernier étant le seul vivant dans un ensemble qu’About comparaît non sans raison à une caserne41) : un long portique dorique s’inscrit entre les retours d’aile, chacun décoré d’un petit édicule ionique. La comparaison est cruelle entre les premiers projets de L. von Klenze – il prévoyait des pavillons détachés, reliés par des colonnades enveloppant de vastes cours intérieures – et la réalité d’une exécution à l’économie : elle a imposé le resserrement du plan et la perte de l’articulation des volumes. Encore aura-t-il fallu, pour réaliser ce monument, recourir à l’emprunt – tant les moyens du nouveau royaume étaient faibles, face aux ambitions de représentation de la Cour.

Fig. 6 — Friedrich von Gärtner, ancien Palais royal (aujourd’hui, Parlement), place Syntagma, Athènes : façade principale (1836-1843).

Fig. 6 — Friedrich von Gärtner, ancien Palais royal (aujourd’hui, Parlement), place Syntagma, Athènes : façade principale (1836-1843).

François Loyer.

  • 42 Leconte de Lisle 1862.
  • 43 Bergdoll 1994b.
  • 44 Projet pour un Palais royal construit dans les ruines de l’Acropole, 1834 – voir Russack 1942, p. 3 (...)

13Pour n’être pas l’édifice le plus convaincant de la nouvelle Athènes, le Palais est significatif des ambitions qu’on avait autour du jeune Othon : pour lui, on bâtit le palais d’Œdipe, vaste et fermé, dont la puissante colonnade s’ouvre sur les trois portes symboliques d’une tragédie antique. Le portique bas, ramassé, souligne l’aspect primitif de la civilisation de l’antiquité, telle que pouvait la concevoir Leconte de Lisle lorsqu’il traduisit, quelques années plus tard, une Odyssée « barbare » aux noms rugueux et aux expressions franches42. L’idée qu’on se fait de la Grèce nouvelle est encore celle d’une nation épique, dont l’architecture sera de volumes simples puissamment affirmés, de massives colonnes et de lourds bandeaux d’architrave. Il faut bien avouer que ces rêveries, pour s’accorder assez peu au mode de vie du souverain, n’en allaient pas moins bien avec la pauvreté des Grecs et le courage dont ils avaient fait preuve dans la guerre contre les Turcs. Même si la pourpre tragique d’Othon ier est surtout théâtrale, elle existe plus que nous ne pourrions l’imaginer : c’est dans le Théséion que le jeune roi avait reçu l’accueil et l’intronisation de son peuple en 1834. On comprend que l’architecte prussien K.-F. Schinkel43 ait conçu pour lui un projet ambitieux (fig. 7) : il voulait placer le Palais royal sur l’Acropole parmi les monuments de l’Antiquité, en réunissant sur cet étroit plateau un stade, un gymnase, un palais et une forteresse – avec des tours conçues comme des monuments funéraires, sortes de phares antiques où veilleraient les guerriers44. Reprenant à son compte les nostalgies orientalistes de la marche turque composée vingt ans plus tôt par Ludwig van Beethoven, Schinkel jouait de la confrontation entre une antiquité dont seules subsistaient quelques ruines, et la pompe d’une ordonnance de cours ou de portiques enveloppés de verdure.

Fig. 7 — Karl-Friedrich Schinkel, projet de Palais royal dans les ruines de l’Acropole d’Athènes (1834).

Fig. 7 — Karl-Friedrich Schinkel, projet de Palais royal dans les ruines de l’Acropole d’Athènes (1834).

Staatliche Graphische Sammlung München.

14Le Palais royal est d’un aspect pour le moins austère, pour ne pas dire ingrat. Dès le début, en revanche, ses jardins firent l’unanimité – à en croire ce jugement de 1860 :

  • 45 Vretos 1860, p. 81-83. Pour la création du jardin, ce ne sont pas moins de 15 000 plants qui furent (...)

Le Château est entouré de magnifiques plantations et d’un jardin vrai prodige d’horticulture. […] De magnifiques palmiers transportés de tous les coins de l’Orient s’élèvent majestueusement au milieu de bois d’orangers et de citronniers ; les fleurs les plus rares, les plantes les plus précieuses, s’étalent le long de beaux bassins et d’ombrageuses allées ; des échappées de vue ménagées avec un art infini ouvrent un passage jusqu’au fond du golfe Saronique ; – il y a dix-huit ans il n’y avait en cet endroit que quelques rochers et de la poussière45.

  • 46 Kardamitsi-Adami 2009, p. 58, signale que l’architecte s’était installé à Athènes pour assurer la s (...)
  • 47 About 1854, p. 116 : « […] le jardin de la Reine est une jolie chose, et M. Bareaud, qui l’a créé, (...)
  • 48 On sait par ailleurs qu’il aménagea avec Bareaud le domaine de la Tour de la Reine à Ilion, puis qu (...)
  • 49 La procédure était inhabituelle. Il s’agissait de permettre à l’École française d’Athènes de bénéfi (...)

15Le projet fut établi par Eduard Riedel, l’un des proches collaborateurs de Gärtner46, et son exécution assurée par le jardinier-paysagiste français François-Louis Bareaud47. Avant toute autre chose, la reine Amélie avait fait réparer un ancien aqueduc et creuser des puits artésiens pour disposer d’une irrigation suffisante. Par la suite intervint le Français Florimond Boulanger48, qui poursuivit l’aménagement du jardin : on lui doit notamment une séduisante étude pour un banc de repos en marbre, en forme d’exèdre associant l’antique au gothique (fig. 8). L’architecte avait été envoyé en 1844 à Athènes par son ministère, après avoir obtenu le Prix de Rome en 1836 puis séjourné durant six ans à la villa Médicis. Chargé de relever les plans d’édifices antiques49, il abandonna rapidement cette tâche pour répondre aux commandes de la reine. L’aménagement du jardin du Palais avait fait découvrir, en effet, des ruines antiques qu’il s’agissait de mettre en valeur :

  • 50 About 1854, p. 116-117. Il ne reste plus rien de ces aménagements, les mosaïques elles-mêmes ayant (...)

Par un de ces bonheurs qui n’arrivent qu’aux heureux, la reine a trouvé, en défrichant son jardin, les restes d’une villa romaine : quelque chose comme 208 mètres carrés de mosaïques. On a réparé une partie de ce précieux travail, on a détruit le reste, et la reine est en possession d’une immense galerie et de cinq ou six cabinets délicieux dont le pavé est fourni par les Romains, l’ameublement par les camélias, les murailles par les passiflores50.

Fig. 8 — Florimond Boulanger, banc de repos en marbre (disparu) dans le jardin du Palais royal, Athènes (1850-1853).

Fig. 8 — Florimond Boulanger, banc de repos en marbre (disparu) dans le jardin du Palais royal, Athènes (1850-1853).

RMN-Grand Palais / René-Gabriel Ojéda.

  • 51 Aujourd’hui, national. Sur l’histoire du jardin, voir Papageorgiou-Venetas 2008b.

16La sensibilité paysagère du jardin royal51 – un véritable parc, si l’on en juge par son étendue (15,5 ha, au cœur même de la ville) – tranche avec l’austérité du Palais dont il est l’ornement. Les critiques portées contre les dépenses excessives de la reine, ainsi que sur la manière dont on détourna, à l’avantage du parc, les eaux produites par la remise en état des conduites antiques, étaient bien injustes : le jardin royal reste encore, de nos jours, l’un des sites les plus attachants de la capitale. Exploitant la pente du site descendant vers les ruines de l’Olympiéion, l’architecte et son paysagiste ont disposé une suite de bassins reliés par des canalisations souterraines jusqu’à un petit lac traversé par un pont rustique. Rigoles et sols en cuvette retiennent l’eau, grâce à un ingénieux système d’irrigation. La composition générale est faite de fragments autonomes dont la découverte, au détour de la promenade, crée autant d’événements singuliers : le bassin aux tortues, la grotte de rocaille, la pergola à la glycine, le carré des palmiers ou la longue allée de la pergola des roses (rythmée par des piliers de maçonnerie recevant l’armature cintrée des arcs métalliques sur lesquels s’accrochent les plantes)…

  • 52 Université nationale et capodistrienne d’Athènes [Εθνικό και Καποδιστριακό Πανεπιστήµιο Αθηνών (ΕΚΠ (...)
  • 53 C’est-à-dire de tous les Grecs, particulièrement ceux de la diaspora.
  • 54 Le modèle parisien des grands boulevards est évident, dans ce parti d’extension qui associe les fra (...)
  • 55 Papanikolaou-Christensen 1993. Élève à Copenhague de son homonyme Christian Frederik Hansen, Christ (...)

17Délaissant le romantisme du jardin royal, les admirateurs de la Grèce vont dédier à la jeune nation une université52 (fig. 9), ouverte dès 1841. Don des Panhellènes53, elle symbolise la renaissance de la pensée, ouvrant au cœur de l’Athènes moderne un foyer de culture digne de l’Académie de Platon. Sa position éminente sur la rue Panepistimiou (qu’il faudrait plutôt qualifier de boulevard, à la jonction entre vieille et nouvelle ville54) en fait le monument majeur de la capitale. Dessiné par le Danois Christian Hansen55, il s’agit sans conteste du meilleur bâtiment de son temps. Charles Lévêque en fait cette description élogieuse, dans la Revue des Deux Mondes de 1847 :

  • 56 Lévêque 1847. Promis à une brillante carrière, le philosophe Charles Lévêque était à l’époque pensi (...)

C’est sur les dessins de M. Hansen que s’éleva le palais simple et gracieux qui est aujourd’hui le plus beau monument de la capitale grecque. […] Les deux colonnes ioniques qui supportent un fronton de marbre comme elles, au centre de la façade, charment l’œil par leur légèreté et leurs proportions. Un portique soutenu par des antes s’étend des deux côtés de la façade, se termine par deux ailes sans ouvertures, et donne à l’ensemble de l’étendue et de la dignité. On sait aujourd’hui, à n’en plus douter, que les Grecs peignaient et doraient quelques-unes au moins des parties extérieures de leurs édifices. M. Chr. Hansen n’a pas craint de les imiter. Il a peint de couleurs brillantes et gaies les chapiteaux des antes et des pilastres, et a fait courir sur les volutes de ces colonnes et sur les ailes des sphinx qui ornent le fronton quelques rares filets d’or d’un goût exquis et d’un excellent effet56.

Fig. 9 — Christian Hansen, université nationale et capodistrienne d’Athènes, 30 rue Panepistimiou : façade principale (1839-1864).

Fig. 9 — Christian Hansen, université nationale et capodistrienne d’Athènes, 30 rue Panepistimiou : façade principale (1839-1864).

François Loyer.

  • 57 E. About, dont on connaît l’esprit sarcastique, retient visiblement sa plume lorsqu’il écrit : « [ (...)
  • 58 Elle a été réalisée en 1888-89 par le peintre allemand Eduard Lebiedzki, d’après des études remonta (...)
  • 59 En 1864, à l’achèvement de l’édifice, le plafond de l’aula a été enrichi d’un décor pompéien dû au (...)
  • 60 Les marches d’accès sont cadrées par des mains-courantes dont les rampes en fonte sont ornées de mo (...)
  • 61 Pour les façades secondaires, Chr. Hansen a dessiné des fenêtres atticurges promises à une longue c (...)
  • 62 Alias Theophilus Hansen. En 1884, il fut anobli par l’empereur d’Autriche. Sur son œuvre, Papageorg (...)
  • 63 L’édifice, réalisé de 1842 à 1846, a été financé par le baron Georgios Sinas [Georg Sina], banquier (...)
  • 64 Elle était sans doute dorée à l’origine. On connait l’anecdote selon laquelle l’architecte, fier de (...)

18Conçu sur un plan en H qui réserve deux cours à portiques à l’est et à l’ouest, le bâtiment s’ouvre au sud par une haute galerie monumentale ornée d’un naïskos ionique (ils lui ont mérité le nom de « Propylées57 »). De part et d’autre, d’épais piliers rectangulaires laissent voir le fond du portique, occupé par une grande composition historique58. Pour majestueuse qu’en soit l’ordonnance, l’édifice se soumet au rationalisme d’une distribution qu’on qualifierait volontiers de fonctionnelle, tant elle est logiquement conçue. Les cours latérales disposant de leurs propres portiques assurent une ventilation naturelle adaptée au climat. Deux grandes salles et trois amphithéâtres occupent les ailes. Pris entre les deux cours latérales, un bâtiment transversal abrite à l’étage la prestigieuse aula 59 (fig. 10) que scandent deux colonnes du même ionique. De part et d’autre de cette salle, de massifs piliers laissent passer la lumière provenant des fenêtres situées à l’arrière-plan. Dans les espaces intermédiaires situés au-dessus des galeries ouvertes du rez-de-chaussée, le plancher surélevé a permis d’installer des tribunes60. L’effet est aussi simple qu’il est convaincant. Un ensemble d’une telle retenue est en rapport avec les ambitions intellectuelles et artistiques de l’université, qui tente de réunir dans sa construction les éléments les plus significatifs de la pensée classique. La sobriété générale du bâtiment, l’élégance de ses circulations et la pureté des formes61 l’ont fait instantanément apprécier. Pour l’aider sur ce chantier, Chr. Hansen avait fait venir en 1837 son jeune frère Theophil62 – lui aussi architecte. Ce dernier n’allait pas tarder à se faire connaître : dès 1842, il reçut la commande d’un observatoire63 (fig. 11), sur la colline des Nymphes. Dans un site pittoresque au sommet d’un rocher près de l’Acropole, le bâtiment est charmant avec son plan en croix, à quatre petites ailes classiques d’inspiration palladienne, sans aucune surcharge décorative – tout étant dans l’opposition entre les pilastres blancs, les panneaux d’un rouge sombre et la coupole, ornée des signes du zodiaque ainsi que d’une gracieuse girouette64. Le néo-classicisme nordique vivait ici l’un de ses derniers moments – l’un des plus attachants.

  • 65 Angus 1998. Plus tard professeur à l’université d’Oxford, il est surtout connu comme spécialiste de (...)
  • 66 Connu comme un grand néoclassique autant que comme un archéologue, Cockerell avait participé aux ex (...)
  • 67 Vretos 1860, p. 61.

19Dans la nouvelle capitale, une absence est cependant à remarquer : celle du néo-gothique. Le Castello du Pentélique (1840-42) ainsi que la Tour de la Reine (1848-54) à Ilion que nous évoquerons plus tard sont, avec l’église anglaise, parmi les seules constructions dans le goût gothique – à ceci près qu’il s’agit de maisons de campagne, où ce mode d’écriture était plus facilement admis. Pur produit d’importation, l’église anglicane Saint-Paul (1839-43), 27 rue Filellinon, 4-6 rue Simonidos et 32 avenue Vassilissis Amalias, fut exécutée sur des plans dressés en 1838 par Henry Acland, un jeune étudiant de médecine de passage en Grèce65. Ses plans, qui auraient été corrigés par l’architecte anglais Charles Cockerell66, furent adaptés par Chr. Hansen. Marinos Vretos apporte cette précision : « L’église protestante est d’un architecte grec, M. Kleantis ; ce style gothique semble une tache sur ce ciel pur, au milieu de cette atmosphère claire, limpide, diaphane de la Grèce.67 » L’information, sans doute en partie erronée, permet de comprendre que c’est bien Kleanthis qui se chargea de l’exécution (réalisée en marbre de l’Hymette pour la maçonnerie, de Corinthe pour les parties sculptées). Pour le reste, l’argument de la lumière grecque n’est pas sans intérêt.

Fig. 10 — Université nationale et capodistrienne d’Athènes : aula.

Fig. 10 — Université nationale et capodistrienne d’Athènes : aula.

EFA, Philippe Collet.

Fig. 11 — Theophil Hansen, observatoire sur la colline des Nymphes, Athènes (1843-1846).

Fig. 11 — Theophil Hansen, observatoire sur la colline des Nymphes, Athènes (1843-1846).

François Loyer.

Naissance d’une ville

  • 68 Nos exemples sont essentiellement athéniens, comme ceux de Biris 1966 – même si sont évoqués au pas (...)
  • 69 Ancienne manufacture Athanase Durutti & Cie (Douroutis 1854). L’investissement avait été financé pa (...)
  • 70 Ancienne chapelle Aghia-Eleousi, alias « Christou tou Kopidi », 4 rue Aghias-Eleousis et 3 rue Kako (...)
  • 71 Présent dès 1828 à Nauplie, il a une vraie connaissance des conditions d’exercice du métier d’archi (...)
  • 72 Johannes 1939, p. 62-63, pl. 27-28. L’origine de la construction remonte à 1674, d’importantes tran (...)
  • 73 Sous le règne d’Othon, l’historien et philhellène George Finlay publia une monumentale histoire de (...)
  • 74 7 rue Paparrigopoulou (place Klafthmonos). Johannes 1939, p. 76-79, pl. 33-34. Aujourd’hui seule su (...)

20La construction des édifices ordinaires s’est inspirée des monuments déjà bâtis, en les ajustant aux conditions économiques du nouveau royaume68. En 1834, Chr. Hansen se voit confier dans le quartier industriel de la rue Pireos la réalisation d’une filature de soierie69 : il accepte avec aisance les données de la production utilitaire, déterminant une forme d’écriture qui ne tardera pas à se répandre. L’année suivante, il aménage l’ancienne Cour d’Assises (aujourd’hui, bibliothèque archiépiscopale)70 (fig. 12) – savante composition nonobstant la modestie de ses dimensions. Installé depuis peu dans la capitale71, S. Kleanthis témoigne d’une originalité comparable. Pendant les trois premières années de son retour en Grèce après ses études allemandes, il avait voyagé en compagnie d’E. Schaubert et réfléchi aux problèmes que posait la renaissance de son pays. C’est à Plaka, sous le flanc nord de l’Acropole, qu’il vint se loger : transformée bientôt en une université provisoire, sa maison existe encore au 5 rue Tholou72. Comme celle de l’historien George Finlay73 et d’autres personnalités venues se fixer à Plaka dans les premières années de l’Indépendance, elle date de l’époque turque. Par sa conception traditionnelle, ses celliers voûtés, ses murs enduits à la chaux et ses grands toits débordants en tuile romaine, elle contraste avec le modeste pavillon74 (fig. 13), d’une architecture si banale, qui devait servir de demeure au roi Othon en attendant l’achèvement de son palais. Datant de 1833-34 et dû à des architectes allemands (G. Lüders et J. Hoffer) dont seul le nom a survécu, le bâtiment appartenait à un homme d’affaires de Chios, Stamatis Dekozis-Vouros. C’était la seule construction convenable qu’on ait trouvée pour l’installation du jeune roi lors de son arrivée à Athènes, en 1844 :

  • 75 Vretos 1860, p. 61.

La ville célèbre après avoir passé tant de vicissitudes n’était plus qu’un misérable village : deux habitations seules pouvaient réclamer le nom de maison (l’une fut occupée par le Roi, l’autre par la Régence)75.

Fig. 12 — Christian Hansen, ancienne Cour d’Assises, 4 rue Aghias-Eleousis et 3 rue Kakourgodikeiou à Psyri, Athènes (1835).

Fig. 12 — Christian Hansen, ancienne Cour d’Assises, 4 rue Aghias-Eleousis et 3 rue Kakourgodikeiou à Psyri, Athènes (1835).

François Loyer.

Fig. 13 — G. Lüders et J. Hoffer, Maison Stamatis Dekozis-Vouros, 7 rue Paparigopoulou, place Klafthmonos, Athènes (1833-1834).

Fig. 13 — G. Lüders et J. Hoffer, Maison Stamatis Dekozis-Vouros, 7 rue Paparigopoulou, place Klafthmonos, Athènes (1833-1834).

François Loyer.

21L’historien Jean-Alexandre Buchon précise :

  • 76 Buchon 1843a, p. 93.

Deux petites maisons neuves furent louées pour le jeune couple royal, en attendant que s’édifiât le nouveau palais. On les rattacha ensemble au moyen de constructions dont le plan fut envoyé d’Augsbourg par l’architecte du roi de Bavière, M. Gaertner, qui n’avait pas encore vu la Grèce ; et une habitation temporaire, étroite, mais assez convenablement disposée, et placée entre un petit jardin ombragé et une sorte de square à l’anglaise revêtu d’une pelouse quelquefois verdoyante, devint le Cecropium du nouveau royaume76.

  • 77 Johannes 1939, p. 84-95, pl. 37-42. Ancienne ambassade anglaise, elle se situait 8 rue Dragatsaniou (...)

22Peu après, Kleanthis édifiera sur la même place une demeure patricienne aujourd’hui disparue, la première du genre : la maison Ambroise Rallis (1835)77. Par sa situation même, l’édifice avait valeur emblématique puisqu’il voisinait avec la maison Dekozis-Vouros. Les deux édifices possédaient une volumétrie et une ordonnance comparables – au point qu’on peut considérer le second comme une sorte de corrigé du premier, par un architecte plus expérimenté. La façade (fig. 14), d’une longueur conséquente (34 m), était divisée entre un avant-corps central à trois travées et ses deux ailes (les prolongeaient de petits pavillons couverts en terrasse à l’étage). La composition, élaborée, reposait sur le carré générateur du corps central, coiffé d’un fronton. La triangulation des masses se trouvait affirmée autant par les pavillons bas que par la taille imposante du fronton. Derrière son apparente simplicité, l’ordonnance décorative n’était pas moins travaillée : l’avant-corps était rythmé par des pilastres dont on trouvait l’écho aux angles extérieurs des pavillons bas. L’ordre adopté était le ionique au rez-de-chaussée, le corinthien à l’étage – dans des versions dépouillées de toute emphase. L’entablement lui-même était simplifié, puisqu’il ne comportait pas d’architrave (cela se comprend, pour une ordonnance plaquée sur un mur plein). Seule la frise permettait de le distinguer – de façon d’ailleurs assez subtile puisqu’elle s’interrompait, pour le niveau inférieur, au droit de l’avant-corps afin de laisser place aux consoles serrées d’un balcon de marbre orné d’un garde-corps en ferronnerie. La porte d’entrée, à deux vantaux, s’inscrivait dans un cadre composé d’un chambranle de marbre décoré de rosettes (discrète allusion à la porte nord de l’Érechthéion). Une grille d’imposte croisillonnée la surmontait, l’ensemble cadré par deux pilastres toscans. Leur hauteur respectait la proportion d’étage, laissant ainsi imaginer un portique et ses piliers carrés – absents, mais suggérés. Enfin, et c’était l’élément le plus spectaculaire, l’édifice était entièrement construit en moyen appareil de marbre pentélique – il était le premier à ne pas être bâti en moellon enduit, ce qui lui donnait une certaine grandeur nonobstant ses dimensions relativement réduites. Car, si travaillée soit-elle, c’était une simple maison de maître : ordonnance et proportions le disaient avec toute la clarté voulue, au même titre que le décor d’une sobriété calculée (ainsi, le balcon de ferronnerie et ses motifs géométriques renvoyaient-ils à l’architecture domestique, par opposition à l’art public).

Fig. 14 — Stamatis Kleanthis, maison Ambroise Rallis (démolie) : façade, 8 rue Dragatsaniou, place Klafthmonos, Athènes (1835).

Fig. 14 — Stamatis Kleanthis, maison Ambroise Rallis (démolie) : façade, 8 rue Dragatsaniou, place Klafthmonos, Athènes (1835).

© Benaki Museum Photographic Archive.

  • 78 Plus surprenante, pour ne pas dire maladroite, était la présence d’une balustrade en marbre ajouré (...)

23Ce bel exercice de façade ne laissait guère deviner les dispositions intérieures, exception faite du caractère un peu trop majestueux de la porte d’entrée. Derrière elle, un passage aux murs aveugles décorés de pilastres s’achevait par un degré à l’antique, d’une douzaine de marches (le rez-de-chaussée étant surélevé sur un soubassement habitable à usage de service). Cet étroit et profond passage débouchait abruptement sur un palier rectangulaire, distribuant les pièces de réception installées dans les ailes. La surprise, ici, était grande. Dans ce vestibule s’inscrivait un monumental escalier à l’impériale (fig. 15). Au départ, il se présentait un peu comme un perron : deux volées convergentes aboutissaient à un repos d’où s’élançait, perpendiculairement, une troisième volée. Elle traversait l’écran de maçonnerie formé par quatre gros piliers d’ordre ionique derrière lesquels se détachait, à l’arrière-plan, le volume éclairé d’une cage recevant les deux dernières volées. Au revers de l’étage, quatre colonnes cannelées d’ordre corinthien dessinaient une loggia qu’on aurait crue empruntée à Gabriel ou à Ledoux. Au-delà de cette référence, le dispositif de l’escalier à l’impériale, divisé en son milieu par l’écran de la loggia, était d’une invention digne de Michel-Ange78.

Fig. 15 — Maison Ambroise Rallis : escalier.

Fig. 15 — Maison Ambroise Rallis : escalier.

© Benaki Museum Photographic Archive.

  • 79 Durand 1809 et Durand 1813.

24Extérieur et intérieur ne se correspondaient donc pas totalement. Le parti de façade évoquait à s’y méprendre les villas palladiennes, très en vogue depuis la fin du xviiie siècle (même si elles commençaient à passer de mode). Le dispositif des circulations, lui, était totalement inattendu par son maniérisme faisant fi de toutes les échelles et les conventions, après les avoir affirmées au-dehors de façon péremptoire. Il faut se tourner vers Jean-Nicolas-Louis Durand pour en comprendre la signification : derrière les plans-types d’un néo-classicisme dont le rationalisme est normé, se glisse une sensibilité pittoresque qui brise les codes aussitôt après les avoir établis – tout comme Michel-Ange avait pu le faire en son temps pour l’escalier de la Laurentienne. Le pédagogue des Précis des leçons d’architecture79 pouvait certes déterminer les règles de la composition du projet, il gardait toute sa liberté pour les rares constructions dont il fut l’auteur : l’étonnante maison de campagne de Thiais (1825), près de Paris, joue de la distorsion entre plan et élévation, comme elle joue des effets de surprise dans la distribution intérieure. Nul doute que l’auteur de la maison Rallis s’en soit inspiré. Pour avoir été l’élève de Schinkel, Kleanthis n’en suivait pas nécessairement les préceptes : l’espace scénographique du vestibule et de l’escalier déconnecte l’intérieur de l’extérieur – rappelant savamment l’ordonnance superposée du dorique et du ionique de la façade par un effet d’écran parfaitement inattendu. Ce dernier est d’autant plus spectaculaire qu’il vient perturber le volume de l’escalier, sans pour autant en briser l’unité.

  • 80 Président de la communauté grecque de Trieste, conseiller municipal puis député, il était chef du p (...)
  • 81 Moullas 1989.

25Ce morceau d’architecture malencontreusement disparu pousse à réfléchir sur la nature d’une composition aussi simple et savante qu’elle peut parfois devenir lyrique. Nonobstant quelques maladresses d’écriture (notamment dans l’agencement ou la proportion des volumes intérieurs), vestibule et escalier sont un poème architectural inscrit dans l’enveloppe d’une belle maison bourgeoise. Le rapprochement est tentant avec la personnalité du commanditaire : Ambroise Rallis appartenait à une puissante famille originaire de Chios. Il s’était installé à Trieste où il exerçait le métier de banquier et d’homme d’affaires80. Il est surtout connu pour avoir été le créateur, en 1850, d’un illustre concours littéraire81. Il fut, à ce titre, l’un des principaux promoteurs de la langue puriste, la Καθαρεύουσα :

  • 82 Terrades 2005, p. 196.

Les principaux censeurs de l’époque, comme il faut s’y attendre, sont tous des « convertis ». Ils s’appellent Iakovakis Rizos Neroulis, Alexandre Soutsos et Panayotis Soutsos, Alexandre Rizos Rangavis ou Ambroise Rallis, le fondateur du concours. Ce sont tous des Phanariotes qui mènent une lutte implacable contre ce que la littérature vivante de l’époque peut offrir de meilleur : les poèmes d’Andréas Kalvos et de Dionysios Solomos82.

26On peut ne pas partager cette vision moderniste, où les adeptes de la langue puriste sont rejetés dans les ténèbres d’un univers réactionnaire. En revanche, on voit bien le lien entre le travail subtil du littérateur, s’efforçant de réintroduire grammaire et syntaxe antiques dans la langue moderne, et celui de l’architecte qui se préoccupe de fusionner l’héritage classique du monde moderne (nous avons cité Palladio, Gabriel et Michel-Ange) avec le souvenir de la Grèce du ve siècle av. j.-c. L’historiographie de l’architecture a défini pour Kleanthis le rôle d’un moderne qui se serait opposé à l’art importé des Bavarois. L’analyse de son œuvre permet d’en juger autrement, en posant les termes du débat culturel néo-hellénique de manière moins caricaturale : vraie au xxe siècle, l’opposition entre académistes et modernistes ne l’était pas du temps d’Othon. On notera cependant, avec une certaine surprise, que la maison Rallis ne se préoccupe en aucune manière d’ordres grecs. Elle emprunte ses modèles à la Renaissance italienne, ne faisant référence à l’architecture des temples antiques que pour des détails d’ornement. La culture classique formait encore un tout ; ses modèles avaient même valeur, indépendamment de l’époque et de la civilisation dans lesquelles ils étaient apparus. De ce point de vue, les choses changeront assez vite, dans le courant des années 1850-60 où le néo-grec va s’imposer.

  • 83 Johannes 1939, p. 80-83, pl. 35-36. L’édifice est aujourd’hui à l’état de ruine. Une maison assez s (...)
  • 84 Elles furent les premières à disparaître dans le cours du xxe siècle, ces vastes terrains se prêtan (...)
  • 85 Johannes 1939, p. 164-167, pl. 77-78 et p. 182-185, pl. 86-87. D’esprit plus moderne, la résidence (...)

27La maison Rallis appartient à cette architecture évergétique qui voulait donner au néo-hellénisme des modèles canoniques, susceptibles d’en assurer l’autonomie par rapport aux grandes nations européennes. Non moins significative est l’ancienne ambassade d’Autriche83, construite en 1835 au 3 rue Fidiou par l’architecte Carl Rösner pour le baron Anton von Prokesch-Osten. Dotée d’un large avant-corps central, la maison – construite en matériau traditionnel – se distingue par la grande loggia de l’étage, divisée par des pilastres couplés et couronnée d’une balustrade à l’italienne. Par sa sobriété, le parti n’est pas sans évoquer le pavillon neuf de K.-F. Schinkel à Charlottenburg (1825). Lorsque la ville s’étendit dans les quartiers extérieurs, se multiplièrent les constructions pavillonnaires – parfois en retrait d’alignement par rapport à la rue84 : elles étaient enveloppées de grands jardins, comme ce petit hôtel d’esprit palladien (1845, démoli) qui appartenait à Georges Gennadios, entre les rues Akadimias, Harilaou Trikoupi et Zoodohou Pigis, ou la villa de la comtesse Élisabeth Theotoki, construite vers 1844-46 au 65 rue Sokratous par S. Kleanthis85 et également disparue.

  • 86 Sur ces premiers équipements, on se référera au chapitre « Athènes. Des travaux et des jours » du c (...)
  • 87 50 rue Akadimias. Son architecte avait conçu le plan de la nouvelle ville de Sparte, en 1834. De 18 (...)

28La différence d’intention est éclatante avec des constructions publiques réalisées sans ressources, mais aussi sans génie86. Implanté en retrait de la voie publique juste derrière l’université de Chr. Hansen, l’ancien Hôpital civil (fig. 16) a été dessiné par Friedrich Stauffert87 : le plan en H, dominé par un avant-corps à trois travées et fronton, est d’une écriture pour le moins attendue – entre château et caserne (la typologie, en rapport avec le statut de l’édifice, inspirera bien des équipements). Compétent dans son travail de voyer, lorsqu’il s’agissait de faire appliquer le règlement ou de définir l’alignement, Stauffert n’avait pas le talent pour mener à bien un projet d’édifice public. Cela ne retire rien à ses mérites comme fonctionnaire : si humble soit-il, le travail quotidien des services est essentiel. Comme le souligne l’ingénieur topographe F. Aldenhoven, l’aspect de la ville de 1841 est déjà bien différent de l’état dans lequel elle se trouvait dix ans plus tôt :

  • 88 Comprendre : Athinas [d’Athéna]. Dans les premiers temps de l’Indépendance, la mythologie antique é (...)
  • 89 Aldenhoven 1841, p. 13. L’auteur rappelle avec raison les combats dont Athènes fut l’objet durant l (...)

Alors, elle n’offrait que des ruines ; aujourd’hui, tout est changé. Sur la place même des décombres, on a élevé presque partout des édifices construits avec soin, et concourant par leur disposition à l’harmonie d’un plan général. Beaucoup de rues ont été ouvertes, nivelées et élargies, entre autres les rues d’Éole, d’Hermès et de Minerve88. La première divise la ville en deux parties égales, parallèles au rocher de l’Acropole ; la seconde coupe perpendiculairement la première et s’étend jusqu’au temple d’Éole, point où se trouve une place du même nom. La rue de Minerve, la plus large de toutes, est à l’ouest de la rue d’Éole et lui est parallèle89.

Fig. 16 — Friedrich Stauffert, ancien Hôpital civil, 50 rue Akadimias, Athènes (1836-1858).

Fig. 16 — Friedrich Stauffert, ancien Hôpital civil, 50 rue Akadimias, Athènes (1836-1858).

François Loyer.

29La politique de percements dont s’enorgueillit l’auteur renvoie à une pratique élaborée de longue date par les ingénieurs des Ponts et Chaussées. Les ingénieurs militaires l’appliquèrent de façon systématique en Grèce après l’Indépendance. Dans la petite Athènes, les projets d’extension n’avaient pas encore leur place – nonobstant les ambitions de la Monarchie. Le souci était de clarifier l’agencement de la ville en dessinant des axes, appuyés sur les quelques monuments susceptibles d’y former repère. Ce réalisme avait ses limites. Nettement moins favorable, l’historien J.-A. Buchon sera surtout sensible au contraste entre vieille et nouvelle ville :

  • 90 Buchon 1843a, p. 60-61.

On arrive, écrit-il en 1843, dans une grande rue droite, la rue d’Hermès, qui coupe la ville en deux sections : d’une part, les vieux bazars, les vieilles rues, la vieille ville mais aussi la tour des Vents, le monument de Lysicrate, tous les restes antiques de l’Acropolis ; de l’autre part, les nouveaux quartiers, les cafés, les marchandes de mode, la richesse, la diplomatie, la cour. Un petit essai de trottoir parfois interrompu, dans cette assez longue rue, prouve plutôt ce qu’on veut avoir que ce qu’on a réellement ; et un beau palmier, situé au milieu de la rue, reste là, glorieux, pour attester que la vie et le soleil d’Orient ont encore toute leur puissance. […] Deux rues transversales, la rue de Minerve, qui conduit à l’ancien portique d’Adrien, et la rue d’Éole, qui finit à la tour antique des Vents, viennent couper la rue d’Hermès. Voilà les seules tentatives de régularité urbaine qu’on aperçoive en arrivant à Athènes. Tout le reste semble désordre et confusion ; et cette rue d’Hermès elle-même a été si mal tracée, bien qu’on eût la plus entière liberté de tracé, qu’elle vient se jeter tout au travers d’une vieille et respectable église que les maçons étrangers n’auraient pas fait difficulté de démolir, mais qu’ont protégée le respect religieux du peuple et les réclamations des savants. L’église reste donc, et la rue tournera autour d’elle comme elle pourra90.

30La palme du mishellénisme revient cependant au journaliste Alexis de Valon dans sa description, la même année, de la capitale grecque :

  • 91 Valon 1843, p. 624-651 (citation p. 627-628).

Une rue droite, assez large, non pavée, bordée de pauvres boutiques aux enseignes la plupart écrites en français, traverse la ville dans sa plus grande longueur. Cinq ou six autres rues plus étroites, moins longues, désertes, également pleines de poussière, coupent la première à angle droit. Voilà tout Athènes ! […] La ville, sans animation, sans mouvement, a une physionomie mesquine et bourgeoise où l’on cherche en vain le caractère étranger, la couleur orientale. On dirait un faubourg de Marseille jeté dans une des plaines poudreuses de la Provence. Un seul palmier long et maigre s’élève au milieu de la grande rue, se détache sur le ciel transparent, et vous rappelle la latitude de l’Attique91.

31Le palmier solitaire qui obsède nos chroniqueurs renvoie à cette ambiance pittoresque qu’ils auraient aimé trouver dans la Grèce nouvelle, plus occidentale désormais qu’elle n’est orientale.

  • 92 About 1854, p. 201 : « À l’intersection des deux rues est le Café de la Belle Grèce, rendez-vous de (...)
  • 93 La place Klafthmonos accueillit le ministère des Finances (E. Ziller, démoli), ainsi que le ministè (...)
  • 94 D’Héphaïstos. La dénomination des deux rues est allégorique, Hermès renvoyant au commerce et Héphaï (...)
  • 95 Elle se confrontera bientôt à des équipements industriels qui en changeront le destin, en lui faisa (...)

32Douze ans plus tard, la ville repose toujours sur le carrefour entre les rues Ermou et Eolou92. Chacune de ces deux voies offre maintenant un linéaire commercial dense, complété par quelques rues secondaires et dédoublé par l’axe de la rue Athinas. À la jonction avec la ville neuve, la place Klafthmonos et l’actuelle place Kotzias qui avaient d’abord été résidentielles ont pris un caractère institutionnel93. La construction privée s’est répandue en couvrant le secteur de l’Agora et du Céramique – traversé à la fois par la rue Ermou et la rue Ifestou94, qui accueille le Bazar. Le secteur résidentiel se situe, lui, un peu plus à l’est : rue Filellinon, entre la place du Roi (aujourd’hui Syntagma) et la rue Adrianou. Cependant on reste toujours dans les limites de la ville ancienne sans parvenir à occuper les vastes espaces réservés par le plan d’aménagement. L’habitation s’étend certes jusqu’à la place Ludovice (aujourd’hui Elefthérias) le long de la rue Pireos95 ; mais la place Omonia, qui devrait être le centre de la composition urbaine, est encore loin d’avoir acquis son statut :

À la sortie de la ville, à droite de la route, s’étend une plate-forme nue dont le sol est une sorte de macadam naturel. Le seul ornement de cette place est une petite rotonde de bois qui peut abriter vingt personnes. C’est sous le toit de ce modeste monument que la musique s’établit tous les dimanches. Le peuple fait cercle alentour pour écouter ; le roi et la reine viennent au milieu de ce cercle donner le spectacle à leurs sujets.

33Bien que mal aménagée, la rue Patission, qui prolonge la place Omonia, tient lieu de promenade publique :

  • 96 About 1854, p. 357 et 355-356.

Le monde élégant d’Athènes a pour distraction principale, en été comme en hiver, la promenade sur la route de Patissia. On y vient à pied, en voiture et surtout à cheval. […] Les jolies femmes de la société, qui presque toutes sont d’excellentes écuyères, s’y risquent de temps en temps. J’y ai rencontré souvent Janthe [la comtesse Theotoki] qui faisait sauter les fossés à un magnifique cheval blanc […] La route de Patissia est le turf d’Athènes. Si je disais que c’est un lieu de plaisance, je mentirais comme un historien grec. La route est mal entretenue, et tiendrait mal son rang parmi nos chemins vicinaux. Les arbres dont on a essayé de la border sont morts, ou mourants, ou malades ; les quatre ou cinq cabarets qui se dressent à droite ou à gauche ne sont pas des Parthénons ; les champs d’orge ou les terrains incultes qu’elle traverse ne font pas un paradis terrestre.96

34Le temps passant, l’urbanisation s’effectuera sur ces voies nouvelles. Les plus belles propriétés se grouperont d’abord le long du boulevard (rue Panepistimiou), puis en bordure des avenues principales, plantées d’arbres : Patission, Kifisias (aujourd’hui Vassilissis Sofias) ou Irodou Attikou. C’est beaucoup plus tard que l’habitation bourgeoise viendra s’établir en second rang, de part et d’autre du Lycabette dont les pentes abruptes découragent toute construction.

Deux traditions

  • 97 Récemment restaurée, la maison Venizelos du 96 rue Adrianou en est l’exemple d’anthologie, tôt publ (...)
  • 98 Un exemple très tardif de cette typologie traditionnelle a survécu 33 rue Amfiktyonos dans le quart (...)
  • 99 Parmi les membres de la famille Soutsos, d’origine phanariote, on compte le poète romantique Panayo (...)
  • 100 Également, 80 rue Adrianou, dans une maison aujourd’hui démolie qui comportait, en plus de son balc (...)
  • 101 [χαγιάτια] Konstantinidis 1950. L’architecte s’était attaché à démontrer la survivance d’un systè (...)
  • 102 Les grilles de balcon sont exécutées en fer forgé, avec des enroulements et des entrelacs de rempli (...)
  • 103 1 rue Marcou Avriliou et rue Kyristou. Le balcon de ferronnerie, décoré de rosettes en tôle découpé (...)
  • 104 1 rue Eolou et rue Adrianou – Johannes 1939, p. 98-103, pl. 44-46. Aménagé à partir d’une construct (...)

35La ville du roi Othon n’avait de capitale que le nom. On comprend que la maison athénienne soit longtemps restée proche des constructions d’époque ottomane : maçonnerie en moellons enduits de chaux blanche, toits de tuile romaine avec des corniches de bois très simples97. Les ouvertures, qui comportent souvent des persiennes, sont encadrées par un chambranle de bois mouluré cachant les imperfections du mur – par exemple, dans la belle maison à cour98 du 6 rue Poikilis (fig. 17), aujourd’hui disparue, ou 8 rue Areos. Souvent le motif central de la façade est un petit balcon porté sur des consoles de marbre – droit (37 rue Harilaou Trikoupi à Neapoli, démoli) (fig. 18) ou légèrement cintré (2 rue Epaminonda à Plaka) (fig. 19). Contrairement aux maisons plus tardives, ces bâtiments – par ailleurs si dépourvus d’ornements – ont des grilles et des consoles décorées de motifs emblématiques d’après l’antique. Ainsi dans la maison Soutsos (fig. 20), 35 rue Panepistimiou et 10 rue Koraï Adamantiou, les motifs de lyre, forgés sur la grille et sculptés en ronde-bosse dans l’écoinçon formé par la volute de la console, indiquent-ils la destination du bâtiment – dédié au culte d’Apollon, dieu de la musique et de la poésie99. Rue Voukourestiou, à l’angle de la rue Valaoritou, on trouvait sous le balcon des motifs de caducée100, et dans beaucoup d’autres maisons de la même époque, des rosaces, des fleurs, des croix, etc. Il n’y a d’autre décor que ces ornementations ponctuelles et la maison reste, dans ses principes, fidèle à la tradition – type de bâtiments sur rue et sur cour dont Aris Konstantinidis a relevé les caractères, notamment le système des couloirs extérieurs en bois (chaghiatia)101 à l’ouest et au sud. Les premières demeures patriciennes se sont peu éloignées de cette tradition102. Deux d’entre elles sont conservées sur l’Agora romaine : la maison I. Chatzikyriakos (1843)103 et l’ancien hôtel de voyageurs Éole104 (fig. 21). Œuvre de S. Kleanthis, ce dernier porte la date de 1837 sur la grille d’entrée et sur celles des balcons. Autrefois délabré, il avait le mérite de laisser voir sa structure partout où l’enduit était tombé : la maçonnerie est en moellons bruts, avec des pièces de bois pour rectifier l’assise (le procédé est antisismique) ou pour délimiter les ouvertures en formant chambranle. Un double rang de sablières encadre les têtes des solives qui traversent l’épaisseur du mur. Ce sont là des procédés ancestraux dont on trouverait application dans de multiples maisons du quartier – notamment, 5 rue Dioskouron, et plus encore 8 rue Areos, dont l’étage est un simple colombage de bois.

Fig. 17 — Maison à cour, 6 rue Poikilis à Plaka (démolie), Athènes.

Fig. 17 — Maison à cour, 6 rue Poikilis à Plaka (démolie), Athènes.

François Loyer.

Fig. 18 — Maison à balcon avec deux niches, 37 rue Harilaou Trikoupi à Neapoli (démolie), Athènes.

Fig. 18 — Maison à balcon avec deux niches, 37 rue Harilaou Trikoupi à Neapoli (démolie), Athènes.

François Loyer.

Fig. 19 — Maison à balcon cintré, 2 rue Epaminonda à Plaka, Athènes.

Fig. 19 — Maison à balcon cintré, 2 rue Epaminonda à Plaka, Athènes.

François Loyer.

Fig. 20 — Balcon de la maison Soutsos, 35 rue Panepistimiou et 10 rue Koraï Adamantiou, Athènes.

Fig. 20 — Balcon de la maison Soutsos, 35 rue Panepistimiou et 10 rue Koraï Adamantiou, Athènes.

EFA, Philippe Collet.

Fig. 21 — Stamatis Kleanthis, ancien hôtel de voyageurs Éole, 1 rue Eolou et rue Adrianou à Plaka, Athènes (1837).

Fig. 21 — Stamatis Kleanthis, ancien hôtel de voyageurs Éole, 1 rue Eolou et rue Adrianou à Plaka, Athènes (1837).

François Loyer.

  • 105 Faisant la part belle aux familles phanariotes installées en Grèce depuis l’Indépendance, l’intéres (...)
  • 106 Il avait épousé en 1842 Hélène Kapsali, dont la duchesse avait fait l’une de ses préférées après la (...)
  • 107 Johannes 1939, p. 156-161, pl. 73-75.
  • 108 Le dispositif n’est pas sans analogie avec celui que reprendra P. Kalkos en 1859 pour l’immeuble Co (...)
  • 109 Cette typologie, digne d’un hôtel particulier, est assez peu courante dans la vieille Athènes pour (...)
  • 110 Aujourd’hui, Fondation Melina Mercouri. Notons encore le 4 rue Polygnotou en retrait d’alignement. (...)

36Conciliant procédés traditionnels et écriture moderne, les demeures les plus riches105 avaient meilleure allure. Au 18 rue Navarchou Nikodimou à Plaka (fig. 22), demeurait le banquier Georges Skouzé, un proche de la duchesse de Plaisance106. La construction, à un étage sur rez-de-chaussée surélevé (vers 1845, disparue), a été attribuée à S. Kleanthis107. Elle reposait sur un soubassement voûté : traditionnellement, ce sous-sol à demi enterré permettait de se défendre contre les températures extrêmes, les niveaux supérieurs étant utilisés durant l’intersaison. D’inspiration pompéienne, la façade principale, recouverte d’un enduit à faux refends, s’ornait au bel étage de deux balconnets symétriques108 à consoles de marbre et dont les grilles étaient fort simples. Un bandeau saillant couronnait le chambranle des hautes fenêtres, munies de persiennes à l’italienne. L’ensemble était couronné par une puissante corniche formant entablement. Dans l’axe de l’édifice, l’arcade ouverte abritant un escalier droit était d’aspect très romain. Le plan en double équerre s’articulait autour d’une distribution en croix, magnifiée par deux grands escaliers en vis placés de part et d’autre du couloir central. Deux escaliers secondaires les complétaient. Latéralement un passage fermé par un simple portail en planches, donnait accès à la cour intérieure. La façade ouest (fig. 23) en était masquée par l’habituel système de portique ouvert en bois, assurant la protection contre les rayons du couchant. La distribution était complétée par une cour secondaire dont l’aile en avancée était précédée d’un vaste perron, placé au-dessus d’un passage couvert ; une terrasse la prolongeait, sur un soubassement voûté qui avait autrefois servi de serre, peut-être même d’orangerie ; tout au fond se situaient les communs, dotés d’une fontaine et accessibles par un autre passage109. De ce côté, il n’existait aucun ornement excepté la corniche de bois à la naissance du toit. La présence du passage cocher renvoyant à celle des écuries, est un indice qui ne trompe pas : on est loin de la maison bourgeoise et de sa simple porte bâtarde, si ornée soit-elle. D’autres maisons de même style, quoique moins importantes, subsistent 90 rue Adrianou ou 9-11 rue Polygnotou110.

Fig. 22 — Maison Georges Skouzé : façade latérale, 18 rue Navarchou Nikodimou à Plaka, Athènes (vers 1845, démolie).

Fig. 22 — Maison Georges Skouzé : façade latérale, 18 rue Navarchou Nikodimou à Plaka, Athènes (vers 1845, démolie).

François Loyer.

Fig. 23 — Maison Georges Skouzé : galerie sur cour.

Fig. 23 — Maison Georges Skouzé : galerie sur cour.

François Loyer.

  • 111 On sait que la maison Lemnienne, place Syntagma (emplacement de l’actuel hôtel Grande-Bretagne) a é (...)
  • 112 Ces constructions avaient été étudiées au début des années 1960 par Nikos Dessillas et Dimitris Kon (...)
  • 113 Il s’agit sans doute, comme dans nombre de cas, de constructions plus anciennes dont les façades on (...)
  • 114 L’ornementation des grilles de balcon, à potelets carrés en fonte encadrant des volutes en fer forg (...)
  • 115 À l’angle de la rue Panos et de la rue Aretousas, en face de la maison que nous venons de citer, se (...)
  • 116 Aux motifs usuels de flore géométrisée, il associe de façon tout à fait originale griffons et volut (...)

37À côté de ces demeures patriciennes d’une belle sobriété, existe dans le Haut Plaka une série d’édifices dotés d’une abondante ornementation en terre cuite et en enduit. Il semble qu’il faille lire là non seulement une indication chronologique, mais aussi celle de la diversité d’origine des habitants. Les uns, venus de l’intérieur, restent fidèles à la tradition ottomane ; les autres, anciens habitants des îles, subissent l’influence de l’art italien. Les terres cuites décoratives – chapiteaux, acrotères à antique (plus proprement, antéfixes) et même moulures pour les corniches de plafond, copiés sur des modèles antiques – auraient été importées et les ouvriers eux-mêmes auraient été italiens111. Ces maisons employaient à profusion non seulement le toscan ou l’ionique mais même le dorique. Nombre d’entre elles ont depuis longtemps disparu112. Il en est resté de plus traditionnelles : composée d’un sous-sol habitable et d’un rez-de-chaussée surélevé, celle qui occupe l’angle de la rue Poikilis et de la rue Dioskouron face à l’Agora romaine, s’enrichit d’un abondant décor de chambranles et de pilastres sous la grande corniche et sa ligne d’acrotères113. Un peu plus haut a survécu un ensemble de constructions pavillonnaires. On retiendra particulièrement, au 17 de la rue Aretousas et 14 rue Theorias, une villa à plusieurs étages (fig. 24) : son belvédère formant fronton domine toute la ville basse et l’agora. Une construction aussi ostentatoire attire le regard, tant par sa situation que par la richesse du décor (grilles de fer ornées ; balustres, consoles, chapiteaux et acrotères en poterie ; moulures et pilastres en enduit)114. D’autres maisons sont d’un esprit comparable, rues Panos, Theorias et Aretousas ou bien 5 rue Poikilis115. Non loin de là, au 13 rue Polygnotou (fig. 25), la demeure est disposée au milieu d’un jardin clos fermé par une grille. L’avant-corps central en est couronné par un belvédère à fronton. Au bel étage, le grand balcon couvert décoré d’un lambrequin en bois découpé116 renvoie au pittoresque du « style chalet » en vogue au milieu du siècle – une référence un peu insolite à Athènes, reconnaissons-le ! La polychromie de pourpre et de bleu de Prusse, les niches ornées de statues en terre cuite ainsi que les trois grands acrotères qui soulignent le fronton complètent le décor. Dans ces demeures étagées sur la pente du flanc nord de l’Acropole, le rapport au site est déterminant. Il inscrit la construction dans le paysage par le jeu des terrasses et des belvédères selon une formule qu’on croirait réservée à l’architecture balnéaire, mais qui se révèle appartenir tout entière au monde pavillonnaire hérité du romantisme. À plus modeste échelle, l’imbrication des jardins, allées et tonnelles prolonge la maison vers le dehors en l’adaptant au climat contrasté de l’Attique. Il n’est jusqu’aux traditions ottomanes, longtemps préservées, des galeries couvertes et des passages vitrés qui ne contribuent à façonner un rapport intime entre l’édifice et son contexte. La faveur en fut telle qu’elle s’est prolongée bien au-delà de la période othonienne : certaines parmi les plus belles maisons du quartier datent du troisième voire du quatrième quart du siècle, à en juger par le détail des ferronneries ou de la sculpture d’ornement.

Fig. 24 — Maison, 17 rue Aretousas à Plaka, Athènes.

Fig. 24 — Maison, 17 rue Aretousas à Plaka, Athènes.

François Loyer.

Fig. 25 — Maison, 13 rue Polygnotou à Plaka, Athènes.

Fig. 25 — Maison, 13 rue Polygnotou à Plaka, Athènes.

François Loyer.

L’architecture domestique

  • 117 De façon encore très traditionnelle, la rue reste le prolongement naturel du logis : « Un étranger (...)
  • 118 La tradition orientale – elle nous est aujourd’hui plus familière qu’elle ne l’était au xixe siècle (...)

38L’héritage du néo-antique populaire devait se régulariser dans les constructions situées au long des voies nouvelles117. On trouve là de petites maisons avec boutique118 à rez-de-chaussée : l’encadrement de la porte d’entrée est toscan (avec un haut bandeau d’une proportion étudiée), la boutique divisée en travées séparées par des piliers de pierre. Les ouvertures régulières de l’étage sont encadrées de pilastres à chapiteaux peu saillants. Au carrefour du 52 de la rue Eolou et du 24 de la rue Miltiadou (fig. 26), les fenêtres-niches à pilastres toscans s’accompagnent d’un petit balcon d’angle. D’autres constructions plus ambitieuses comprennent plusieurs étages. Rue Adrianou, le pan coupé d’un immeuble (disparu) situé au coin des rues Navarchou Nikodimou et Aghias Filotheis (fig. 27), s’ornait d’une arcade entresolée ; elle distinguait le soubassement commercial sur deux niveaux, du bel étage réservé à l’habitation. Ce dernier, dont l’angle était marqué par un balconnet à consoles de marbre et garde-corps métallique, s’enrichissait d’un décor de pilastres composites.

Fig. 26 — Maison avec boutique, 52 rue Eolou et 24 rue Miltiadou, Athènes (1831 ?).

Fig. 26 — Maison avec boutique, 52 rue Eolou et 24 rue Miltiadou, Athènes (1831 ?).

François Loyer.

Fig. 27 — Immeuble (démoli), rues Adrianou, Navarchou Nikodimou et Aghias-Filotheis, Athènes.

Fig. 27 — Immeuble (démoli), rues Adrianou, Navarchou Nikodimou et Aghias-Filotheis, Athènes.

François Loyer.

39Place Omonia dans un immeuble lui aussi disparu, une tourelle à pans coupés inspirée de la tour des Vents soulignait l’angle de la rue Stadiou. La retenue toute classique du décor n’empêchait pas la recherche de la proportion, particulièrement dans le rapport entre les fenêtres-niches et l’ordonnance d’étage (des pilastres toscans, sommés par un large entablement rythmé d’acrotères en terre cuite). 55 rue Ermou et 2 rue Kapnikareas, il faut certainement attribuer à Christian Hansen le bel immeuble-îlot donnant aussi sur la rue Mitropoleos : ses hautes façades planes sont divisées par un soubassement dont les arcades de plain-pied accueillent des boutiques, en dessous d’un entresol éclairé par des oculi (plutôt inhabituels dans le langage classique) ; au-dessus se placent les deux étages d’habitation, de proportion presque identique – le premier animé par des balcons. Détail non moins inhabituel, les châssis d’ouverture à guillotine sont à peine en retrait par rapport au nu du mur – une pratique plus courante au Danemark qu’en Grèce. La beauté de l’ensemble tient à la parfaite maîtrise des proportions et à la façon dont le rythme des ouvertures s’accorde aux besoins de la distribution.

  • 119 About 1854, p. 218 : « Les voyageurs sont dûment avertis qu’ils ne trouveront pas dans le royaume u (...)
  • 120 Vers 1840, si l’on en juge par la rigueur des proportions et le classicisme de l’ornement.
  • 121 Le témoignage d’Anastasios Theophilas donne à penser que cette façade pourrait être celle de la mai (...)

40Quelques dessins de l’architecte L. Caftanzoglou offrent des compositions comparables : elles ont dû correspondre à des édifices depuis longtemps disparus qui se situaient au cœur de la capitale, dans l’ancien centre et le Bas Plaka formant le cadre de la ville de 1860. Chose rare, elles avaient retenu l’attention d’E. About qui qualifie ces maisons d’« agréables »119. Une élévation pour deux maisons mitoyennes offre un haut portail latéral, dont l’arcade plein cintre déborde sur l’ordonnance d’un rez-de-chaussée à pilastres toscans déterminant un rang de boutiques. L’étage alterne baies simples ou géminées, encadrées de pilastres corinthiens et sommées par un entablement avec ou sans fronton. De discrètes ferronneries à motifs géométriques soulignent appuis et balcon, dans un répertoire encore très néoclassique. Une autre façade (fig. 28), sans doute à peine plus tardive120, superpose au soubassement commercial à arcades deux étages de logement : la baie axiale s’y organise en triplet vénitien, cadré par deux fenêtres atticurges. La mise en couleur propose deux variantes d’enduit, ocre jaune ou ocre rouge, dialoguant avec le gris-vert des huisseries finement travaillées. Dans la frise de corniche s’inscrit la devise « ΜΗΔΕΝ ΕΙΣΙΤΩ ΚΑΚΟΝ » (Que le mal ne soit pas). Un ravissant projet daté de 1858 (fig. 29) présente une petite maison d’habitation à trois travées entre deux mitoyens. La dominance du mur enduit, de teinte pourpre, est affirmée par la dimension restreinte des ouvertures. Soulignés de blanc, d’étroits trumeaux d’inspiration pompéienne élargissent visuellement la baie : combinés à une allège et un fronton, ils la recomposent en niche. À l’étage, le balcon central est protégé par une toile de tente rayée de bleu et de blanc. La même aisance se retrouve dans une proposition pour une demeure à simple rez-de-chaussée121, d’un goût plus décoratif (sans doute aussi plus tardif) : sur le fond ocre se détache une alternance de portes et de baies géminées (ces dernières intégrant les soupiraux de caves), alternance rythmée par des niches à fond bleu décorées de statuettes. La délicatesse de ces projets nous renvoie à l’image d’une petite capitale depuis longtemps disparue.

Fig. 28 — Lysandre Caftanzoglou, élévation de la maison Μηδέν εισίτω κακόν (vers 1845).

Fig. 28 — Lysandre Caftanzoglou, élévation de la maison Μηδέν εισίτω κακόν (vers 1845).

Fig. 29 — Lysandre Caftanzoglou, élévation pour une maison en enduit pourpre (vers 1850).

Fig. 29 — Lysandre Caftanzoglou, élévation pour une maison en enduit pourpre (vers 1850).

Premiers palais

  • 122 La classe supérieure suit de près la mode de Londres, Vienne ou Paris et son architecture s’en insp (...)
  • 123 La famille d’Antonios Dimitriou (alias « di Demétrio ») était originaire de Lemnos – d’où cette app (...)
  • 124 Elle est empruntée à la tradition populaire – à moins que ce ne soit au Castello du Pentélique que (...)
  • 125 Ces motifs qu’ont pourrait croire en fonte sont réalisés en serrurerie, par assemblage de fers carr (...)

41Dès les premiers temps de l’Indépendance se sont révélées des tendances éminemment contradictoires, au plan architectural et urbain. Pour certains, Athènes capitale était un rêve artistique, une « Brasilia » d’un autre temps pour laquelle s’imposait un programme à la hauteur des ambitions de la jeune nation. Sauf à considérer, comme le firent aussitôt les ingénieurs, que la situation matérielle du pays était si déplorable qu’il fallait réduire les dépenses aux seuls moyens disponibles ! Entre l’utopie du projet et l’asservissement au réel, la ligne de conduite est restée longtemps hésitante, au rythme des aléas de la politique intérieure et extérieure d’un pays malmené. Les Grecs, eux, se préoccupaient d’une authenticité qu’ils peinaient à définir. Mais il ne faut désespérer de rien. Le début des années 1840 marque un tournant décisif dans l’histoire architecturale du néo-hellénisme : les moyens sont enfin au rendez-vous122. À la fin de son premier séjour, en même temps qu’il construisait l’Observatoire sur des fonds généreusement fournis par le banquier viennois G. Sinas, Th. Hansen édifia pour un riche négociant de Trieste, Antoine di Demétrio, la maison Lemnienne ; aujourd’hui, à l’emplacement actuel de l’hôtel Grande Bretagne (fig. 30)123 situé sur la place Syntagma. Sa simple façade blanche ornée de deux rangs de portiques à arcades, ainsi que ses grands escaliers intérieurs en pierre affichaient une monumentalité dont l’ambition était celle d’un palais. Avec beaucoup d’intelligence l’architecte était parvenu à intégrer le motif de la galerie en portique124 au sein d’une façade donnant sur la plus belle place de la ville. On peut se rendre compte encore aujourd’hui de la délicatesse du détail dans les grilles à motifs de sirènes ailées et les consoles de balcon en forme de lions dressés (fig. 31), tels qu’ils ont été répétés en série sur les vastes façades actuelles125. Th. Hansen faisait ici l’expérience d’un procédé décoratif promis à un bel avenir : l’ornementation des balcons, enrichis de motifs figurés dont le répertoire évoque plus les palais de la Renaissance ou leurs précédents pompéiens que la Grèce classique. Le succès en fut tel que le néo-antique de la seconde moitié du xixe siècle ne se conçoit pas sans les balcons de fer ou de fonte, ni les acrotères en terre cuite. Ernst Ziller en fit, pour sa part, un usage immodéré.

Fig. 30 — Theophil Hansen, maison Lemnienne : façade, place Syntagma, Athènes (1843, transformée).

Fig. 30 — Theophil Hansen, maison Lemnienne : façade, place Syntagma, Athènes (1843, transformée).

Fig. 31 — Hôtel Grande-Bretagne, détail des consoles de balcon.

Fig. 31 — Hôtel Grande-Bretagne, détail des consoles de balcon.

François Loyer.

  • 126 Eustache Simos, député en 1843 puis ambassadeur, sera par deux fois ministre des Finances en 1859 e (...)
  • 127 Naturaliste de réputation internationale, Kyriakos Domnandos fut professeur de sciences naturelles (...)
  • 128 Originaire de Marseille, Th. Fr. Feraldi n’investissait pas par hasard dans le secteur du tourisme. (...)
  • 129 L’identification de l’architecte des deux édifices n’en est pas chose aisée, bien qu’elles appartie (...)

42On peut s’étonner de voir notre jeune architecte encore présent à Athènes à cette date. La révolte du 3 septembre 1843 contre la xénocratie avait abouti au renvoi des étrangers – principalement dans l’entourage du roi Othon. D’origine danoise, les frères Hansen purent se maintenir quelques années : Theophil partit dès 1846 rejoindre à Vienne l’agence de Ludwig Förster (il en deviendra bientôt l’associé) ; Christian resta jusqu’en 1851 avant de rentrer dans son pays d’origine, où il fit une nouvelle carrière. Durant cette période la ville neuve commençait à prendre forme, tandis que démarraient nombre de chantiers. S’il est difficile de connaître exactement ceux qui lui furent confiés (à l’exception de la maison Douïlas, 8 rue Stadiou, démolie), on ne peut s’empêcher d’évoquer son nom à propos de deux maisons de la rue Eolou. La première (1850) est celle d’Eustache Simos126, 88 rue Eolou et 8 rue Georgiou Stavrou (fig. 32). Sans grande profondeur, elle présente une longue façade savamment composée selon un rythme ternaire rompu par deux travées de baies géminées. L’élévation superpose rez-de-chaussée à arcades, entresol à baies mezzanines et bel étage. Un balcon à consoles de marbre et rambarde de fer forgé souligne le corps central, lui-même surélevé par un belvédère à pilastres ioniques sommé d’un fronton. Bien que la polychromie des panneaux pompéiens ait aujourd’hui disparu, l’édifice garde une grande élégance manifestée par les minces chambranles et les dais aux fenêtres de l’étage – une écriture ornementale bien dans la manière de Chr. Hansen, tout comme l’étirement des proportions. Non moins intéressante était la construction voisine, devenue le siège de la Banque nationale de Grèce, 86 rue Eolou et 3-11 rue Georgiou Stavrou. Elle se composait à l’origine de deux bâtiments distincts (1840 ?) : l’un, à cinq travées, formait la demeure de Kyriakos Domnandos127 ; l’autre, à neuf travées, abritait l’hôtel de voyageurs Anglia appartenant à l’homme d’affaires Théophile François Feraldi128. Les deux édifices, séparés par des murs de clôture percés de hauts portails, présentaient une ordonnance similaire : un petit soubassement à bossages suivi de deux niveaux ornés de fenêtres à dais et chambranles – la toiture masquée par une balustrade à l’italienne. L’intérêt de l’ensemble tenait au jeu de masses séquencé par le vide des cours en façade, sans que se brisent les lignes de corniche et rythmes d’ouverture. À la manière des terraces à l’anglaise, l’écriture architecturale unifiait l’aspect des constructions en leur imposant une certaine continuité nonobstant l’autonomie affirmée des volumes129. Participant d’une vision urbaine de l’architecture, elles signifiaient à leur manière la naissance de l’Athènes moderne, dix ans après sa promotion au rang de capitale.

Fig. 32 — Maison Eustache Simos, 88 rue Eolou et 8 rue Georgiou Stavrou, Athènes (1850).

Fig. 32 — Maison Eustache Simos, 88 rue Eolou et 8 rue Georgiou Stavrou, Athènes (1850).

François Loyer.

Notes

1 Sur Corfou, Concina, Nikiforou 1994 ; Melville-Jones 2001. Sur Syros : Travlos, Kokkou 1980 puis Travlos, Kokkou 1998 ; Agriantoni et al. 1999.

2 Sur Égine : Dandis 1967 ; Konstantinopoulou 1968 ; Karydis 1979. Sur Nauplie : Karouzou 1979 ; Kyriakidis, Malikouti 1984 ; Bountzouvi-Bania 1986.

3 Kavkoula et al. 1990 ; Yerolympos 2003 ; Philippidis 2007. Sur les projets pour Patras, Bakounakis 1995.

4 À son retour de mission, Voulgaris fut l’auteur d’une biographie de Capo d’Istria (Voulgaris 1832), suivie de ses propres souvenirs (Voulgaris 1835). Un chapitre entier lui est consacré dans Savant 1946, p. 351-384.

5 Bourguet et al. 1998 ; Saïtas 2011.

6 Blouet 1831-38 ; Fauché 1832-35.

7 Broc 1981 – la cartographie du Péloponnèse est évoquée p. 325-326. Voir également Korres 2008 (réimpression de l’ouvrage d’Ernst Curtius et Johann August Kaupert publié à Berlin en 1904).

8 Tsakopoulos 1994.

9 About 1854, p. 301.

10 Savant 1946, p. 360-361, rappelle cependant que Voulgaris avait fréquenté l’atelier du baron Antoine-Jean Gros et qu’il s’était essayé à la peinture d’histoire, sur un sujet à consonance patriotique (« Thémistocle au Sénat de Corcyre, lors de son bannissement », 1818).

11 La Φιλική Ἑταιρεἰα [littéralement : Société amicale] était une société secrète d’inspiration maçonnique. Fondée en 1814 à Odessa pour aider à la libération du joug ottoman, elle fut dirigée à partir de 1820 par Alexandros Ypsilantis : ancien aide de camp du tzar, il lança l’insurrection de 1821.

12 L’anecdote selon laquelle le sculpteur aurait déploré la négligence dont souffrait la tombe est inexacte. Ses protestations portaient sur un autre monument : « Je viens de voir l’emplacement où fut l’Académie. Otfried Müller, le philologue, y est enseveli sur un monticule. De son monument qui est en marbre, les Grecs ont fait un but de tir pour leurs balles. Ils exercent leur adresse à l’aide de ce point de mire d’un nouveau genre. », Jouin 1878, p. 463. Les travaux de Karl Otfried Müller contribuèrent à renouveler la connaissance de la mythologie grecque.

13 Reprenant une pratique courante à l’époque hellénistique, les évergètes grecs [de ευεργέτης, bienfaiteur] sont ces riches négociants installés à l’étranger qui ont offert à leur pays les monuments symboliques de son indépendance.

14 Fallmerayer 1830-36.

15 About 1853. Si l’on en croit l’auteur, les pallicares sont aussi des klephtes [κλέφτες, voleurs] qui rançonnent les étrangers.

16 Cette vision pittoresque nous a été léguée par le xxe siècle. Abandonné depuis longtemps, l’uniforme fut rétabli à l’occasion des fêtes helléniques de 1930 célébrant le centenaire de l’Indépendance : « Le ministère de la Guerre apporta une note nouvelle à la parade traditionnelle du 25 mars par la constitution d’un régiment d’evzones, dont les officiers revêtirent pour la première fois le costume national ; on adopta celui de la Cour du roi Othon : fustanelle longue, sabre recourbé, jambières brodées. » (Andréadès 1930, p. 213).

17 Baedeker 1910, p. 25. La formule reproduit l’appréciation du premier guide destiné aux voyageurs : « Athènes est déjà la plus belle ville de l’Orient ; si les travaux d’embellissement qui se font sur une grande échelle, sous l’administration intelligente de M. Scouphos, maire d’Athènes, ne se ralentissent pas, la capitale de la Grèce pourra rivaliser un jour avec les plus belles villes qui baignent les ondes de la Méditerranée. », Vretos 1860, p. 5.

18 Voir la synthèse de Leonidas Kallivretakis : Kallivretakis 2005b.

19 Burnouf 1887a (citation p. 552-553). L’historien auquel il est fait allusion est Spyridon Lambros, l’un des fondateurs de la Société historique et ethnologique de la Grèce. Quand au professeur Lacroix, il s’agit sans doute du bibliophile Paul Lacroix.

20 Papageorgiou-Venetas 2000b. Malgré la différence de géométrie des tracés, la proximité est frappante avec la nouvelle capitale belge, où l’installation du Palais royal et celle du quartier Léopold répondent à la même problématique par rapport à la ville existante.

21 Dans la thèse de 1966, le parti que nous avions retenu pour l’indication des noms de rues avait été de les traduire en français comme on l’a fait jusqu’au milieu du xxe siècle. En évitant des translittérations incertaines, le procédé avait le mérite de rendre l’appellation plus compréhensible. Il permettait aussi d’échapper à l’évolution de la grammaire moderne, qui réduisait peu à peu la déclinaison des cas. Depuis, la translittération des noms grecs en alphabet latin s’est imposée et elle s’est simplifiée sous l’influence internationale (par exemple, « Omonoia », puis « Omonia » pour « Concorde »). Nous avons donc choisi de retenir cette solution, en nous appuyant sur les indications portées sur la plupart des plans actuels et sur la signalisation urbaine ou routière, telle qu’elle s’est développée depuis une trentaine d’années.

22 Le plan ne fut véritablement achevé qu’en 1846-47, au terme d’une commission gouvernementale dirigée par le Colonel Léonidas Smolenski et à laquelle appartenaient les architectes L. Caftanzoglou et Th. Hansen. Comme souvent, les conclusions n’en furent jamais approuvées. J.-A. Buchon n’appréciait guère ces perpétuels changements : « Pendant qu’on déplaçait ainsi le palais futur, la ville d’Athènes se construisait et changeait autant de fois de plan qu’on changeait l’emplacement du palais… », Buchon 1843a, p. 94.

23 Fountoulaki 1979 ; Fountoulaki 2002. Après avoir participé aux combats de la guerre d’Indépendance, Kleanthis fit ses études d’architecture à Leipzig, puis à Berlin – où il fut l’élève de K.-F. Schinkel et rencontra E. Schaubert, son camarade d’atelier. Appelés en Grèce par Capo d’Istria, les deux architectes exécutent en 1831 le relevé topographique des ruines d’Athènes (incluant les églises byzantines, ainsi que le bâti existant). L’année suivante, ils présentent leur projet d’aménagement de la nouvelle capitale, projet qui sera revu et simplifié par Leo von Klenze puis recomposé par Gärtner : Merlier 1930 (p. 16-24, pl. II et III) ; Biris 1933 – repris par Johannes 1939, p. 22-27, pl. 6-8. Plus récemment, le chapitre consacré à Athènes dans un ouvrage de synthèse (Hall 1986, p. 100-117) fait le bilan des recherches nouvelles sur le sujet – notamment celles d’Alexander Papageorgiou-Venetas, développées dans deux publications postérieures (Papageorgiou-Venetas 1994 ; Papageorgiou-Venetas 1999).

24 Papageorgiou-Venetas 2009. Originaire de Breslau, Schaubert fit ses études à Berlin où il rencontra Kleanthis. Leurs carrières se confondent pour une décennie, de 1828 jusqu’à la Révolution du 3 septembre 1843 (à partir de laquelle les étrangers sont renvoyés de l’administration grecque). Sur les liens supposés des deux architectes avec leur maître Schinkel pour l’élaboration du plan d’Athènes, voir Kühn 1979.

25 Klenze est surtout connu pour cet exemple d’anthologie que sont les Propylées de Munich (1848-60). Leur vis-à-vis avec la glyptothèque de style ionique (1816-30) et la pinacothèque de style Renaissance (1826-36), dues au même architecte, en fait l’un des monuments majeurs de l’éclectisme européen. Sur l’intervention de l’architecte dans le plan d’urbanisme d’Athènes, voir Papageorgiou-Venetas 2000a.

26 Lavedan 1933, p. 164. L’esprit germanophobe de la génération à laquelle appartient l’auteur ne lui permet pas de remarquer que Klenze était de formation française. Son jugement à l’égard de Schaubert est tout aussi sectaire.

27 Klenze a entretenu une correspondance assidue, aujourd’hui publiée, avec l’archéologue Ludwig Ross chargé des fouilles de l’Acropole – Papageorgiou-Venetas 2006. Fondateur de la chaire d’archéologie à l’université d’Athènes, Ross fut le premier président de la Société archéologique jusqu’à son départ en 1845 – Goette, Palagia 2005.

28 Dans son désir de renouer avec le passé antique, le gouvernement avait planifié dès 1828 la création de villes nouvelles sur les principaux sites archéologiques. C’est ainsi qu’E. Schaubert se vit confier, en plus de celui du Pirée, le projet pour Érétrie en Eubée – Pajor 2006. Les archéologues n’en déplorèrent pas moins le transfert de la capitale à Athènes : « […] les esprits positifs critiquèrent ce choix. Un grand nom et d’immortels souvenirs ne suffisent pas, disaient-ils, à créer un organisme viable et moderne. Il y avait d’autres villes, mieux qualifiées par leur importance ou par leur situation : Nauplie, Patras, Tripolitza, Livadie, Corinthe. Appartenant toute à l’histoire, Athènes ne serait jamais qu’une capitale archéologique. », Fougères 1912, p. 152.

29 Après ces études à l’Académie de Munich, puis chez Friedrich Weinbrenner à Karlsruhe, Friedrich von Gärtner avait complété sa formation à Paris en 1813 chez Ch. Percier et Pierre-François-Léonard Fontaine, avant de se rendre en Italie, en Hollande puis en Angleterre (où il se passionna pour la production industrielle). Il a publié un recueil sur l’architecture antique de la Sicile – Gärtner 1819. Architecte reconnu, il fut annobli en 1840 à la veille de son second séjour en Grèce.

30 Ce changement de parti se lit encore sur le plan : la place Syntagma qui n’était pas prévue, s’articule curieusement avec les trois parallèles des rues Stadiou, Panepistimiou et Akadimias.

31 Caftanzoglou Lysandre, Esquisse d’un plan pour la ville d’Athènes propre à remplacer le projet en exécution si mal conçu et impossible à recevoir jamais sa totale organisation, Athènes, Archives du musée Benaki. L’architecte reproduisait trait pour trait le parti de S. Voulgaris pour l’aménagement de Patras, quelques années plus tôt.

32 Le duc de Richelieu a été gouverneur d’Odessa entre 1803 et 1814. C’est sous son administration que le plan de la ville a été modernisé.

33 Le plan initial du Pirée (1833-38) a été dessiné par E. Schaubert – Marre 2007. Voir aussi Tsokopoulos 1984.

34 Lorsque l’architecte Georges Candilis connut la célébrité pour l’invention de la trame hexagonale du développement urbain à Toulouse-Le Mirail en 1961, il ne fit que développer les principes dont témoignait, cent ans auparavant, le plan de la nouvelle Athènes.

35 On leur fit pourtant reproche d’avoir vu trop grand – puis, plus tard, trop petit… C’est bien la preuve que l’urbanisme n’est pas une science de la conception, mais de l’ajustement. Le « projet urbain » n’a d’ailleurs rien à voir avec le projet architectural, dont la réalisation s’effectue dans un temps beaucoup plus court – à l’échelle de la décennie – alors que la forme urbaine met plusieurs générations à se fixer (bien souvent en décalage avec ses intentions initiales).

36 Ce n’est que l’accroissement démesuré des années 1930 à 1980 (et une réglementation funeste par sa densité excessive) qui a provoqué l’actuelle catastrophe urbanistique dont le plan d’origine est la victime, non le responsable.

37 De ce point de vue, le plan pour Athènes est un véritable prototype pour la planification des plans de ville, dont les architectes de culture germanique passèrent bientôt maîtres : Reinhard Baumeister, Karl Henrici, Camillo Sitte, Josef Stübben…

38 La décoration intérieure a été poursuivie jusqu’en 1848. À l’exception du grand escalier à l’impériale et de la salle des trophées décorée d’une frise peinte sur les dessins du sculpteur Ludwig Schwanthaler, elle a aujourd’hui presque entièrement disparu. Sur le Palais et son parc, voir Papageorgiou-Venetas 1992, Papageorgiou-Venetas 2008b et Kardamitsi-Adami 2009, p. 42-101.

39 Voir la description satirique qu’en fait l’auteur : « Il n’y a dans tous les appartements qu’une salle vraiment belle : c’est la salle de bal, décorée de beaux stucs et d’arabesques dans le goût de Pompéi. Mais on vient de la faire gâter par un barbouilleur italien qui y a peint de grandes figures ridicules, telles que Tyrtée vêtu d’un casque et jouant de la lyre », About 1854, p. 309-311 (citation p. 310).

40 C’était particulièrement vrai depuis la terrasse de la maison Lemnienne, où s’était installée l’École française : « De la terrasse de l’École, écrit en 1852 P.-J. David d’Angers, on découvre tout le panorama qui s’étend depuis l’Acropole jusqu’au Pirée. Les maisons sont rares ou absentes de ce côté. Pas de verdure. Le soleil darde d’aplomb sur cette terre désolée. Un convoi funèbre sillonne lentement cette mer de feu. C’est ainsi qu’il faut voir Athènes ; car, lorsque cette plaine sera couverte d’habitations, toute poésie aura disparu. », Jouin 1878, p. 461-462.

41 About 1854, p. 310 : « La façade du nord ressemble à une caserne, à un hôpital ou à une cité ouvrière. Les trois autres, qui sont ornées de portiques grecs, rappellent au voyageur le joli vers d’Alfred de Musset : Comme un grenier à foin, bâtard du Parthénon ».

42 Leconte de Lisle 1862.

43 Bergdoll 1994b.

44 Projet pour un Palais royal construit dans les ruines de l’Acropole, 1834 – voir Russack 1942, p. 37-51. L’anecdote qu’on évoque à ce propos est significative de la situation du royaume dans les premières années de l’Indépendance. Au reçu des dessins, en 1836, le roi Othon aurait fait répondre : « Vous devriez dépêcher aussi Phidias et Callicratès et surtout les ressources matérielles dont disposait Périclès. On est si pauvre ici qu’on n’est même pas en mesure de réparer le chemin qui mène au Pentélique ». De manière plus concrète, l’opposition des archéologues conduira au choix d’une localisation moins contestable. Le jugement des contemporains est sévère sur le caractère ambitieux des propositions concernant le Palais royal : « Il n’y avait pas alors de projets assez grandioses pour cet édifice. À peine Caserte, à peine Versailles eussent-ils paru trop considérables. On ne comptait pas avec les millions de drachmes que cela pouvait coûter, sans que le jeune roi, qui devait cependant avoir un jour à les payer, fût appelé à faire prévaloir un plan plus modeste. Un royaume avait été décrété, et les cours étrangères les plus pompeuses voulaient y trouver une pompe en proportion avec sa suprématie hiérarchique. », Buchon 1843a, p. 94.

45 Vretos 1860, p. 81-83. Pour la création du jardin, ce ne sont pas moins de 15 000 plants qui furent importés de Milan.

46 Kardamitsi-Adami 2009, p. 58, signale que l’architecte s’était installé à Athènes pour assurer la surveillance des travaux du Palais royal (en même temps qu’il établissait les plans du jardin). La même auteure indique, p. 64, que Riedel était également du second voyage de Gärtner, en 1840, pour le lancement des travaux de décoration du palais.

47 About 1854, p. 116 : « […] le jardin de la Reine est une jolie chose, et M. Bareaud, qui l’a créé, un habile homme ». L’affirmation a été rapprochée par M. Kardamitsi-Adami du beau plan lithographié en couleurs et légendé en français conservé à l’Otto Museum d’Ottobrunn près de Munich – Kardamitsi-Adami 2009, p. 90 et ill. 109 p. 94. La longue description que consacre E. About au jardin royal est particulièrement intéressante par les nombreux détails qu’elle contient (p. 115-118).

48 On sait par ailleurs qu’il aménagea avec Bareaud le domaine de la Tour de la Reine à Ilion, puis qu’il poursuivit l’aménagement et la clôture du jardin royal d’Athènes entre 1850 et 1853 – Hanoune 1979, p. 427-437.

49 La procédure était inhabituelle. Il s’agissait de permettre à l’École française d’Athènes de bénéficier des compétences nécessaires à son institution. Bien qu’ancien élève de la villa Médicis, Boulanger fut donc autorisé à se rendre en Grèce avec deux futurs pensionnaires, Philippe Titeux prix de Rome 1842 et Alexis Paccard prix de Rome 1841 – ils étaient les premiers à bénéficier de la modification du règlement de la villa Médicis.

50 About 1854, p. 116-117. Il ne reste plus rien de ces aménagements, les mosaïques elles-mêmes ayant beaucoup souffert de l’état d’abandon dans lequel elles sont restées depuis que la famille royale a quitté le Palais, au début du xxe siècle.

51 Aujourd’hui, national. Sur l’histoire du jardin, voir Papageorgiou-Venetas 2008b.

52 Université nationale et capodistrienne d’Athènes [Εθνικό και Καποδιστριακό Πανεπιστήµιο Αθηνών (ΕΚΠΑ)], 30 rue Panepistimiou, rues Akadimias, Riga Feraiou et Patriarchou Grigoriou Pemptou, construite de 1839 à 1864 sur les plans de Chr. Hansen. Voir également Russack 1942, p. 101-108. Après 1843, le projet fut conduit à son terme par L. Caftanzoglou et Anastasios Theophilas.

53 C’est-à-dire de tous les Grecs, particulièrement ceux de la diaspora.

54 Le modèle parisien des grands boulevards est évident, dans ce parti d’extension qui associe les franges de la ville ancienne à la ville nouvelle – sauf que la réalisation se double ici d’un ensemble monumental appelé à faire école. L’ampleur du vide formé par la rue Panepistimiou en faisait dès l’origine une promenade publique, surtout quand elle fut plantée. Elle aurait pu lui mériter le terme de léoforos (λεωφόρος), ce dernier couvrant indifféremment les notions de promenade, d’avenue et de boulevard (le français fait la distinction entre les trois notions). Pour le seul mot boulevard, existent par ailleurs plusieurs acceptions distinctes, selon qu’il constitue l’ancienne bordure de la ville (rue Panepistimiou), sa limite périphérique liée à l’octroi (boulevard Alexandras) ou encore une voie corrélant des espaces majeurs (boulevard Syggrou, passé de nos jours du statut d’avenue liant le centre à la périphérie à celui de boulevard).

55 Papanikolaou-Christensen 1993. Élève à Copenhague de son homonyme Christian Frederik Hansen, Christian Hansen (de son vrai prénom Hans Christian) arrive à Athènes en 1833 pour travailler à l’étude des monuments de l’Acropole avec E. Schaubert. Il sera l’architecte de la Cour entre 1834 et 1843.

56 Lévêque 1847. Promis à une brillante carrière, le philosophe Charles Lévêque était à l’époque pensionnaire de l’École française d’Athènes. L’article s’accompagne d’intéressantes précisions sur le financement de l’édifice par les Grecs de la diaspora. Il signale également que l’institution reproduit le modèle de l’université d’Iéna, étudiée quelques années plus tôt par Victor Cousin.

57 E. About, dont on connaît l’esprit sarcastique, retient visiblement sa plume lorsqu’il écrit : « […] de tout ce qui s’est fait depuis vingt ans, la façade de l’Université est le seul ouvrage réussi », About 1854, p. 202.

58 Elle a été réalisée en 1888-89 par le peintre allemand Eduard Lebiedzki, d’après des études remontant à 1861 et dues au Viennois C. Rahl, l’un des plus illustres représentants de la peinture monumentale du milieu du siècle.

59 En 1864, à l’achèvement de l’édifice, le plafond de l’aula a été enrichi d’un décor pompéien dû au peintre italien Vicenzo Lanza.

60 Les marches d’accès sont cadrées par des mains-courantes dont les rampes en fonte sont ornées de motifs d’entrelacs et de sirènes. Comme les grilles extérieures, ces décors sont l’une des premières applications de la fonte ornée à la serrurerie décorative des édifices athéniens (où avait prévalu jusqu’alors la tradition de la ferronnerie, faute de ressources pour la production de pièces moulées).

61 Pour les façades secondaires, Chr. Hansen a dessiné des fenêtres atticurges promises à une longue carrière – notamment chez L. Caftanzoglou qui était à l’époque son assistant.

62 Alias Theophilus Hansen. En 1884, il fut anobli par l’empereur d’Autriche. Sur son œuvre, Papageorgiou-Venetas 2007 ; Reiter, Stalla 2013.

63 L’édifice, réalisé de 1842 à 1846, a été financé par le baron Georgios Sinas [Georg Sina], banquier viennois originaire de Moschopolis (aujourd’hui Voskopojë, en Albanie). Lui répond, de nos jours, l’église Aghios-Nikolaos qui domine le port du Pirée à l’autre bout des Longs Murs.

64 Elle était sans doute dorée à l’origine. On connait l’anecdote selon laquelle l’architecte, fier de son œuvre, fit inscrire au fronton de l’édifice la devise latine Servare intaminatum, « à conserver intact » (Biris, Kardamitsi-Adami 2001, p. 97).

65 Angus 1998. Plus tard professeur à l’université d’Oxford, il est surtout connu comme spécialiste des sciences naturelles – et aussi comme l’un des proches de John Ruskin.

66 Connu comme un grand néoclassique autant que comme un archéologue, Cockerell avait participé aux expéditions d’Égine et de Bassae avec Karl Haller von Hallerstein, lors de son séjour en Grèce entre 1810 et 1815. Il est paradoxal qu’il ait pu être amené, 25 ans plus tard, à réviser un projet aussi modeste que celui de l’église anglaise. Il est vrai qu’il était en train d’élaborer les plans de l’Ashmolean Museum d’Oxford, alors que Henry Acland (nommé fellow en 1840) commençait à y enseigner.

67 Vretos 1860, p. 61.

68 Nos exemples sont essentiellement athéniens, comme ceux de Biris 1966 – même si sont évoqués au passage Syros, Chios ou Patras… Travlos 1967 en a eu conscience sans parvenir lui non plus à s’en dégager, faute de sources. Notre parti a été de nous cantonner à la Grèce du xixe siècle, avant les extensions territoriales consécutives aux guerres balkaniques. Une telle approche conduit à négliger Istanbul ou Smyrne, tout autant que la diaspora méditerranéenne. Plus récemment, une volonté d’exhaustivité se lit dans Biris, Kardamitsi-Adami 2001 : elle a l’inconvénient d’envisager la géographie culturelle de la Grèce à l’échelle de la nation actuelle, en y intégrant les provinces irrédimées alors sous contrôle ottoman ou italien.

69 Ancienne manufacture Athanase Durutti & Cie (Douroutis 1854). L’investissement avait été financé par la famille des Cantacuzène de Malachie et de Moldavie. Vretos 1860, p. 89-93, en fait une longue et intéressante description reprise de Gaudry 1855. La filature devait donner son nom au quartier de Metaxourgeio. L’édifice abrite aujourd’hui un établissement culturel.

70 Ancienne chapelle Aghia-Eleousi, alias « Christou tou Kopidi », 4 rue Aghias-Eleousis et 3 rue Kakourgodikeiou dans le quartier de Psyri, elle fut transformée à moindres frais en édifice public – Kardamitsi-Adami, Papanikolaou-Christensen 1993.

71 Présent dès 1828 à Nauplie, il a une vraie connaissance des conditions d’exercice du métier d’architecte dans une nation à peine libérée de l’occupation turque. En témoignent l’hôtel pour voyageurs Éole que nous évoquons plus loin, ainsi que la villa édifiée dès 1831-32 avec E. Schaubert, rue Aghia-Zoni à Kypseli, pour l’amiral Sir Pulteney Malcolm – Johannes 1939, p. 68-71, pl. 29-30. Son client, commandant en chef de l’escadre anglaise lors de la guerre d’Indépendance, avait été le libérateur de Patras ; côté français, il est surtout connu pour avoir dirigé en 1816-17 la station navale du Cap, gardienne de la captivité de Napoléon à Sainte-Hélène.

72 Johannes 1939, p. 62-63, pl. 27-28. L’origine de la construction remonte à 1674, d’importantes transformations y ayant été opérées en 1837 pour accueillir ses nouvelles fonctions. En 1966, elle était occupée par une taverne (La vieille université), signe des temps aussi bien que symbole du destin de l’orientalisme grec exploité à des fins touristiques. La maison est devenue en 1987 le musée de l’université d’Athènes.

73 Sous le règne d’Othon, l’historien et philhellène George Finlay publia une monumentale histoire de la Grèce depuis l’Antiquité jusqu’à la guerre d’Indépendance (Finlay 1843-61). Sa maison, heureusement conservée, se situe 8 rue Scholiou dans le haut de Plaka.

74 7 rue Paparrigopoulou (place Klafthmonos). Johannes 1939, p. 76-79, pl. 33-34. Aujourd’hui seule survivante des deux constructions, la maison du roi Othon a été remeublée en 1973 avec des éléments provenant du mobilier royal à l’occasion de sa transformation en musée (musée Vourou-Eutaxia, 7 rue Ioanni Paparrigopoulou).

75 Vretos 1860, p. 61.

76 Buchon 1843a, p. 93.

77 Johannes 1939, p. 84-95, pl. 37-42. Ancienne ambassade anglaise, elle se situait 8 rue Dragatsaniou. Elle a été démolie en 1937.

78 Plus surprenante, pour ne pas dire maladroite, était la présence d’une balustrade en marbre ajouré ornée de sphinges et d’enroulements végétaux. Elle n’existait sans doute pas à l’origine : un examen attentif des photographies laisse voir la découpe initiale d’un limon à l’anglaise, qui recevait sans doute (comme au Palais royal) un garde-corps de ferronnerie – ce dernier s’inscrivant dans la même logique que le balcon de façade, dont il devait être le rappel à l’intérieur de l’édifice. Cette hypothèse recoupe les informations de la fiche que le catalogue Ziller (Kasimati 2010, p. 189) consacre à cet édifice dont il existe un relevé partiel de façade par l’architecte allemand. La fontaine de l’entrée et les rampes sculptées sont probablement un ajout de ce dernier à la construction initiale.

79 Durand 1809 et Durand 1813.

80 Président de la communauté grecque de Trieste, conseiller municipal puis député, il était chef du parti conservateur et sera anobli par l’empereur d’Autriche en 1874.

81 Moullas 1989.

82 Terrades 2005, p. 196.

83 Johannes 1939, p. 80-83, pl. 35-36. L’édifice est aujourd’hui à l’état de ruine. Une maison assez semblable (sinon qu’à l’étage, les pilastres couplés de la loggia étaient remplacés par des colonnes doriques cannelées) se situait rue Thoukydidou, à l’angle de la rue Navarchou Nikodimou ; et une autre plus modeste – la maison K. Varvatis datée de 1833 – au 89 rue Adrianou (ibidem, p. 186-189, pl. 88-89 et p. 73, pl. 31).

84 Elles furent les premières à disparaître dans le cours du xxe siècle, ces vastes terrains se prêtant à la construction d’immeubles. Aussi n’en reste-t-il plus aujourd’hui le moindre témoignage.

85 Johannes 1939, p. 164-167, pl. 77-78 et p. 182-185, pl. 86-87. D’esprit plus moderne, la résidence de la comtesse Theotoki était construite en moellons irréguliers, soulignés par des joints-rubans. Sa propriétaire était l’illustre « Janthe », une aristocrate anglaise qui a suffisamment défrayé la chronique pour retenir l’attention d’E. About (About 1854, p. 81-91).

86 Sur ces premiers équipements, on se référera au chapitre « Athènes. Des travaux et des jours » du catalogue consacré à l’histoire urbaine de la capitale – Tsiomis 1985, p. 97-134.

87 50 rue Akadimias. Son architecte avait conçu le plan de la nouvelle ville de Sparte, en 1834. De 1835 à 1844, il fut le responsable du tracé des voies, de la préservation des antiquités et de l’application des règlements dans la ville d’Athènes. Témoignage majeur sur la fondation de la nouvelle capitale, la suite d’articles qu’il avait consacrés à cette expérience dans la revue viennoise Allgemeine Bauzeitung a été rééditée – Papageorgiou-Venetas 2008a.

88 Comprendre : Athinas [d’Athéna]. Dans les premiers temps de l’Indépendance, la mythologie antique était restée romaine. Il faudra encore un peu de temps pour que les noms des dieux grecs soient à nouveau utilisés. Beaucoup plus de temps encore pour que s’impose la transcription littérale de l’appellation en langue grecque – elle ne se fera que dans le cours du xxe siècle.

89 Aldenhoven 1841, p. 13. L’auteur rappelle avec raison les combats dont Athènes fut l’objet durant la guerre d’Indépendance – notamment, le siège de 1826 qui laissa la ville en ruines. Voir également Korres 2010.

90 Buchon 1843a, p. 60-61.

91 Valon 1843, p. 624-651 (citation p. 627-628).

92 About 1854, p. 201 : « À l’intersection des deux rues est le Café de la Belle Grèce, rendez-vous de toute la population mâle de la ville ». « Il est toujours difficile, ajoute-t-il p. 343, de traverser le carrefour central de la ville, à l’embranchement de la rue d’Éole et de la rue d’Hermès. C’est là que les citoyens, assis devant les cafés ou debout au milieu de la chaussée, agitent les questions de paix et de guerre et remanient, en fumant des cigarettes, la carte de l’Europe ».

93 La place Klafthmonos accueillit le ministère des Finances (E. Ziller, démoli), ainsi que le ministère de la Marine (transformé), et l’ambassade d’Angleterre – abritée dans l’ancienne maison Rallis. Au carrefour de la rue Athinas et de la rue Kratinou (aujourd’hui devenu une place) s’établirent la Banque de Grèce puis le palais Melas bientôt affecté à la Poste centrale, à deux pas du théâtre municipal, de la mairie et du marché couvert.

94 D’Héphaïstos. La dénomination des deux rues est allégorique, Hermès renvoyant au commerce et Héphaïstos à l’artisanat.

95 Elle se confrontera bientôt à des équipements industriels qui en changeront le destin, en lui faisant perdre son caractère prestigieux.

96 About 1854, p. 357 et 355-356.

97 Récemment restaurée, la maison Venizelos du 96 rue Adrianou en est l’exemple d’anthologie, tôt publié par le baron von Stackelberg – Stackelberg 1834 – et repris par Johannes 1939, p. 54-61, pl. 22-25. Tout aussi significative est l’actuelle Fondation culturelle de la Banque nationale, 13 rue Thoukydidou, un édifice dont la belle cour à galerie de bois remonte à l’époque ottomane.

98 Un exemple très tardif de cette typologie traditionnelle a survécu 33 rue Amfiktyonos dans le quartier du Thissio. La maison s’organise en deux moitiés de part et d’autre de la cour centrale, fermée côté rue par un mur percé d’une simple porte d’entrée.

99 Parmi les membres de la famille Soutsos, d’origine phanariote, on compte le poète romantique Panayotis Soutsos et son frère Alexandre, illustre romancier et grammairien ; puis Dimitrios Soutsos qui fut maire d’Athènes de 1879 à 1887. La maison fut revendue plus tard à Dimitrios Rallis, sous le nom duquel elle est souvent désignée – Mitropoulou 2004. De nos jours, l’édifice a malheureusement été façadisé.

100 Également, 80 rue Adrianou, dans une maison aujourd’hui démolie qui comportait, en plus de son balcon à l’étage, deux remplois au-dessus de l’entrée : linteau byzantin et relief funéraire romain (deux personnages drapés, homme et femme se tenant par la main).

101 [χαγιάτια] Konstantinidis 1950. L’architecte s’était attaché à démontrer la survivance d’un système de protection contre les températures extrêmes, système bien antérieur à la libération du joug ottoman, en étudiant les galeries vitrées en pans de bois des vieilles maisons de Plaka. Le propos renvoyait indirectement à l’analyse tentée quelques années plus tôt sur l’architecture privée à l’époque othonienne (Johannes 1939), en inscrivant la survivance de cette formule dans la tradition populaire qui était pour lui la véritable identité de la Grèce moderne.

102 Les grilles de balcon sont exécutées en fer forgé, avec des enroulements et des entrelacs de remplissage ornés de rosettes décoratives en tôle ou en plomb. Les chambranles de fenêtres sont le plus souvent en bois, avec des persiennes à la française. Le gros-œuvre est réalisé en moellon enduit, les plafonds en rondins de bois revêtus d’un enduit de chaux posé sur un support en lattis. La maison populaire, plus économique, se contente d’un plafond de planches dont les jointures sont masquées par des tasseaux décoratifs. Tous ces détails techniques étaient déjà en usage aux siècles précédents et ils le resteront dans la construction provinciale jusqu’à une date tardive. On les retrouve aussi bien à Nauplie qu’à Sparte, Thèbes ou même Volos…

103 1 rue Marcou Avriliou et rue Kyristou. Le balcon de ferronnerie, décoré de rosettes en tôle découpée, porte en son centre un cartouche métallique mentionnant la date de 1843 ainsi que les initiales du propriétaire. Dans le même esprit, le 11 rue Kidathinaion (daté de 1842 au balcon du premier étage) est une maison à double entrée, ouverte au revers par un portique dont les arcades portent une galerie vitrée donnant sur des terrasses latérales – Johannes 1939, p. 132, pl. 61 et p. 126-131, pl. 58-60.

104 1 rue Eolou et rue Adrianou – Johannes 1939, p. 98-103, pl. 44-46. Aménagé à partir d’une construction existante, il s’agit sans doute du plus ancien des hôtels pour voyageurs dans la nouvelle Grèce. L’attribution à l’architecte S. Kleanthis est due à Biris, Kardamitsi-Adami 2001, p. 78.

105 Faisant la part belle aux familles phanariotes installées en Grèce depuis l’Indépendance, l’intéressante description que donne J.-A. Buchon de la société athénienne sous le règne d’Othon mérite d’être rapprochée des rares maisons patriciennes encore existantes dans la vieille Athènes (Buchon 1843a, p. 95).

106 Il avait épousé en 1842 Hélène Kapsali, dont la duchesse avait fait l’une de ses préférées après la disparition de sa fille unique.

107 Johannes 1939, p. 156-161, pl. 73-75.

108 Le dispositif n’est pas sans analogie avec celui que reprendra P. Kalkos en 1859 pour l’immeuble Coromelas, place Syntagma.

109 Cette typologie, digne d’un hôtel particulier, est assez peu courante dans la vieille Athènes pour mériter d’être notée.

110 Aujourd’hui, Fondation Melina Mercouri. Notons encore le 4 rue Polygnotou en retrait d’alignement. Derrière la grille de fonte ornée clôturant la cour en façade, les marches de marbre d’un grand escalier ouvert (dispositif plutôt insolite) reposaient initialement sur un limon de bois. Quant au plafond, il était décoré de motifs à l’antique.

111 On sait que la maison Lemnienne, place Syntagma (emplacement de l’actuel hôtel Grande-Bretagne) a été construite par des ouvriers venus spécialement d’Italie. Le fait est rapporté par E. About puis René Puaux (Puaux 1932). Le renouveau de l’ornement en terre cuite avait été l’œuvre de Francesco Piranesi, fils de l’illustre graveur : il avait créé en 1806 à Mortefontaine, près de Paris, une manufacture financée par Joseph Bonaparte (futur roi de Naples). Cette production, devenue italienne, fut exportée en Grèce au cours du xixe siècle. On doit supposer que des fabriques locales ont rapidement pris le relais de cette production étrangère.

112 Ces constructions avaient été étudiées au début des années 1960 par Nikos Dessillas et Dimitris Kontargyris, pour le Professeur Kostas Biris, à l’université technique d’Athènes. Ils établissaient deux périodes : avant 1856 et après, choisissant cette dernière date comme point de rupture parce qu’elle correspondait à l’arrivée d’ingénieurs militaires français chargés d’accélérer le développement de la ville, dans le cadre de l’occupation du Pirée.

113 Il s’agit sans doute, comme dans nombre de cas, de constructions plus anciennes dont les façades ont été décorées dans le goût classique après l’Indépendance.

114 L’ornementation des grilles de balcon, à potelets carrés en fonte encadrant des volutes en fer forgé, ainsi que les consoles particulièrement fines permettent de dater la construction des années 1870-80.

115 À l’angle de la rue Panos et de la rue Aretousas, en face de la maison que nous venons de citer, se trouve une construction tout à fait populaire par ses principes – typiquement othoniens (passages en balcon fermé), avec de beaux toits de tuile romaine, mais aussi des grilles de fonte à motifs de cygne et des terres cuites, mélange populaire des principes du néo-antique bourgeois et des techniques artisanales locales. Sa grille d’entrée est datée de 1889.

116 Aux motifs usuels de flore géométrisée, il associe de façon tout à fait originale griffons et volutes : ces derniers sont la transposition en bois des fontes ornées en usage pour les appuis de fenêtres ou les grilles de balcon.

117 De façon encore très traditionnelle, la rue reste le prolongement naturel du logis : « Un étranger qui tomberait à Athènes vers minuit, au mois de juillet, ne serait pas médiocrement surpris de trouver les rues couvertes de manteaux. S’il croyait qu’on a fait une telle jonchée en son honneur, et s’il s’avançait étourdiment à travers cette friperie, il sentirait le sol s’agiter, il verrait des bras et des jambes sortir de terre, et il entendrait un concert de grognements énergiques. Le peuple a l’habitude de coucher dans les rues depuis le milieu de mai jusqu’à la fin de septembre. Les femmes dorment sur les terrasses et sur les toits, à la condition que les toits soient en terrasse. », About 1854, p. 345.

118 La tradition orientale – elle nous est aujourd’hui plus familière qu’elle ne l’était au xixe siècle – sépare la boutique du logement du commerçant : « Le magasin, tel que nous le comprenons, communiquant de plain-pied avec le domicile, et laissant entrevoir, dans la pénombre de l’arrière-boutique, l’alcôve conjugale, la batterie de cuisine, la table de famille et le piano de mademoiselle, est un spectacle que l’on chercherait vainement à Athènes, à Smyrne ou à Constantinople. La boutique où l’on fait le négoce et le change est presque toujours distincte de la maison où l’on vit loin des regards indiscrets. L’Oriental, qu’il soit Grec ou Turc, cache volontiers sa vie privée. Les marchands de l’agora, qui se conforment encore aux vieilles mœurs, quittent, le matin, leurs petites maisons des faubourgs et n’y retournent que le soir, après avoir fermé leurs volets. », Deschamps 1892, p. 177-208 (citation p. 193).

119 About 1854, p. 218 : « Les voyageurs sont dûment avertis qu’ils ne trouveront pas dans le royaume une œuvre d’art signée d’un nom moderne, excepté, peut-être, quelques bâtisses agréables de M. Caftandji-Oglou ». On notera que l’architecte n’avait pas encore hellénisé son nom.

120 Vers 1840, si l’on en juge par la rigueur des proportions et le classicisme de l’ornement.

121 Le témoignage d’Anastasios Theophilas donne à penser que cette façade pourrait être celle de la maison de K. G. Skouzé, rue Ermou – Philippidis 1984, p. 88-89 et note 207 renvoyant à Theophilas 1865, p. 26.

122 La classe supérieure suit de près la mode de Londres, Vienne ou Paris et son architecture s’en inspire. L’Exposition universelle de 1851 fera le bilan de la mutation radicale de l’économie et des techniques consécutive à la naissance des chemins de fer, en 1825, et au développement industriel qui s’en suivit. Même si elle n’avait pas les moyens, la Grèce ne pouvait l’ignorer. Les débats sont d’ailleurs très vifs autour de la modernisation du pays durant la période instable qui va de 1843 à 1862. L’architecture s’en fait subitement l’écho, de par l’éclatement de ses références culturelles.

123 La famille d’Antonios Dimitriou (alias « di Demétrio ») était originaire de Lemnos – d’où cette appellation un peu surprenante. Charles Garnier décrit l’édifice comme « une espèce de petit ermitage tout intime presque hors de la ville », Garnier Charles, Début du voyage en Grèce, et séjour à l’île d’Égine, autographe de 1852, Paris, Bibliothèque-musée de l’Opéra, Fonds Garnier, Pièce 91. Après avoir abrité l’École française d’Athènes entre 1856 et 1873 (Homolle 1897 ; Schmid 1996, p. 127-151), l’édifice servit de logement pour les riches étrangers et se transforma peu à peu en un hôtel de luxe. Il a disparu sous les agrandissements actuels (1958) qui ont fait d’une maison à deux étages un immeuble de 30 m de haut et 40 m de long, donnant sur plusieurs rues. Les projets de Th. Hansen (plan, face, coupe, élévation) sont reproduits dans Russack 1942, p. 114-118. On peut se faire aujourd’hui encore une idée de la silhouette de l’édifice en se rendant à Tinos : le Polymereio, ancien hôtel pour voyageurs bâti en 1925 (aujourd’hui transformé en centre culturel), reprend trait pour trait l’aspect qui fut celui de la maison Lemnienne. Cette fidélité à un des édifices majeurs du néo-antique grec mérite d’être soulignée, à une date aussi tardive.

124 Elle est empruntée à la tradition populaire – à moins que ce ne soit au Castello du Pentélique que nous évoquerons bientôt.

125 Ces motifs qu’ont pourrait croire en fonte sont réalisés en serrurerie, par assemblage de fers carrés – les éléments figurés étant exécutés en tôle repoussée. Au début du règne d’Othon, la Grèce ne disposait d’aucune fonderie capable de produire l’équivalent des fontes anglaises ou françaises, telles qu’elles s’étaient développées industriellement depuis la fin du xviiie siècle. Les premiers éléments de serrurerie en fonte qui soient de qualité paraissent être ceux utilisés pour les grilles d’entrée, sur les cours latérales de l’université, et les rampes d’escalier des tribunes, dans l’aula – sans doute, vers 1860.

126 Eustache Simos, député en 1843 puis ambassadeur, sera par deux fois ministre des Finances en 1859 et 1868. L’année même de sa publication, il avait traduit l’ouvrage d’Adolphe Thiers, De la propriété (Thiers 1848).

127 Naturaliste de réputation internationale, Kyriakos Domnandos fut professeur de sciences naturelles puis doyen du collège de philosophie de l’université d’Athènes, où il créa l’enseignement de la zoologie. Georges Stavros, trois ans après sa nomination comme gouverneur de la Banque nationale de Grèce, acquit la maison pour y installer le siège de la banque et la première de ses agences. Banquier originaire d’Ioannina, il a inspiré la célèbre figure du bandit pallicare Hadji-Stavros (About 1857).

128 Originaire de Marseille, Th. Fr. Feraldi n’investissait pas par hasard dans le secteur du tourisme. Mentionné en 1841 dans l’Almanach de la Cour (Bruxelles, Société belge de Librairie Hauman et Cie) comme consul général de Saxe à Athènes, il était au contact permanent de la colonie étrangère, mais aussi des voyageurs venus visiter la Grèce. Dès 1835, il avait été l’initiateur d’un projet de chemin de fer à vapeur entre Athènes et le Pirée. La date est précoce, puisque c’est celle de l’ouverture de la ligne Bruxelles-Malines en Belgique – dix ans après les essais de George Stephenson en Angleterre et deux ans avant la mise en service de celle de Paris à Saint-Germain-en-Laye. Homme d’affaires avisé, Feraldi sera également le fondateur de l’usine à gaz de la rue Pireos (aujourd’hui, quartier de Gazi), autorisée par décret royal en 1857.

129 L’identification de l’architecte des deux édifices n’en est pas chose aisée, bien qu’elles appartiennent à une même « école schinkélienne ». En 1875, Caftanzoglou fut chargé d’un projet de réunion, ce qui pourrait laisser croire qu’il en avait été précédemment l’auteur – à ceci près qu’il n’arriva à Athènes qu’en 1843. La datation est tout aussi imprécise – avant 1845, date de revente de la maison Domnandos (Kardamitsi-Adami 2011, p. 24).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Stamatis Voulgaris, plan d’extension de Patras (1829).
Crédits Stamatios Voulgaris, Souvenirs de Stamai Bulgari/ Voulgaris (1835).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-1.png
Fichier image/png, 470k
Titre Fig. 2 — Pierre-Jean David d’Angers, La Jeune Grecque (1827), plâtre original de la sculpture offerte pour le tombeau de Marco Botzaris à Missolonghi.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-2.png
Fichier image/png, 501k
Titre Fig. 3 — Eduard Schaubert et Stamatis Kleanthis, plan d’extension d’Athènes (1833).
Crédits Eduard Schaubert et Stamatis Cléanthis.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-3.png
Fichier image/png, 3,6M
Titre Fig. 4 — Leo von Klenze, révision du plan d’Eduard Schaubert et Stamatis Kleanthis (1834).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-4.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Fig. 5 — Friedrich von Gärtner, modification du plan d’Athènes (1835).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-5.png
Fichier image/png, 3,6M
Titre Fig. 6 — Friedrich von Gärtner, ancien Palais royal (aujourd’hui, Parlement), place Syntagma, Athènes : façade principale (1836-1843).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-6.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 7 — Karl-Friedrich Schinkel, projet de Palais royal dans les ruines de l’Acropole d’Athènes (1834).
Crédits Staatliche Graphische Sammlung München.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-7.png
Fichier image/png, 526k
Titre Fig. 8 — Florimond Boulanger, banc de repos en marbre (disparu) dans le jardin du Palais royal, Athènes (1850-1853).
Crédits RMN-Grand Palais / René-Gabriel Ojéda.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-8.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Fig. 9 — Christian Hansen, université nationale et capodistrienne d’Athènes, 30 rue Panepistimiou : façade principale (1839-1864).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-9.png
Fichier image/png, 4,8M
Titre Fig. 10 — Université nationale et capodistrienne d’Athènes : aula.
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-10.png
Fichier image/png, 6,7M
Titre Fig. 11 — Theophil Hansen, observatoire sur la colline des Nymphes, Athènes (1843-1846).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-11.png
Fichier image/png, 5,3M
Titre Fig. 12 — Christian Hansen, ancienne Cour d’Assises, 4 rue Aghias-Eleousis et 3 rue Kakourgodikeiou à Psyri, Athènes (1835).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-12.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Fig. 13 — G. Lüders et J. Hoffer, Maison Stamatis Dekozis-Vouros, 7 rue Paparigopoulou, place Klafthmonos, Athènes (1833-1834).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-13.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Fig. 14 — Stamatis Kleanthis, maison Ambroise Rallis (démolie) : façade, 8 rue Dragatsaniou, place Klafthmonos, Athènes (1835).
Crédits © Benaki Museum Photographic Archive.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-14.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Fig. 15 — Maison Ambroise Rallis : escalier.
Crédits © Benaki Museum Photographic Archive.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-15.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Fig. 16 — Friedrich Stauffert, ancien Hôpital civil, 50 rue Akadimias, Athènes (1836-1858).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-16.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Fig. 17 — Maison à cour, 6 rue Poikilis à Plaka (démolie), Athènes.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-17.png
Fichier image/png, 733k
Titre Fig. 18 — Maison à balcon avec deux niches, 37 rue Harilaou Trikoupi à Neapoli (démolie), Athènes.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-18.png
Fichier image/png, 519k
Titre Fig. 19 — Maison à balcon cintré, 2 rue Epaminonda à Plaka, Athènes.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-19.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Fig. 20 — Balcon de la maison Soutsos, 35 rue Panepistimiou et 10 rue Koraï Adamantiou, Athènes.
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-20.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Fig. 21 — Stamatis Kleanthis, ancien hôtel de voyageurs Éole, 1 rue Eolou et rue Adrianou à Plaka, Athènes (1837).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-21.png
Fichier image/png, 548k
Titre Fig. 22 — Maison Georges Skouzé : façade latérale, 18 rue Navarchou Nikodimou à Plaka, Athènes (vers 1845, démolie).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-22.png
Fichier image/png, 626k
Titre Fig. 23 — Maison Georges Skouzé : galerie sur cour.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-23.png
Fichier image/png, 734k
Titre Fig. 24 — Maison, 17 rue Aretousas à Plaka, Athènes.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-24.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Fig. 25 — Maison, 13 rue Polygnotou à Plaka, Athènes.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-25.png
Fichier image/png, 674k
Titre Fig. 26 — Maison avec boutique, 52 rue Eolou et 24 rue Miltiadou, Athènes (1831 ?).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-26.png
Fichier image/png, 559k
Titre Fig. 27 — Immeuble (démoli), rues Adrianou, Navarchou Nikodimou et Aghias-Filotheis, Athènes.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-27.png
Fichier image/png, 596k
Titre Fig. 28 — Lysandre Caftanzoglou, élévation de la maison Μηδέν εισίτω κακόν (vers 1845).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-28.png
Fichier image/png, 604k
Titre Fig. 29 — Lysandre Caftanzoglou, élévation pour une maison en enduit pourpre (vers 1850).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-29.png
Fichier image/png, 528k
Titre Fig. 30 — Theophil Hansen, maison Lemnienne : façade, place Syntagma, Athènes (1843, transformée).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-30.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 31 — Hôtel Grande-Bretagne, détail des consoles de balcon.
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-31.png
Fichier image/png, 3,7M
Titre Fig. 32 — Maison Eustache Simos, 88 rue Eolou et 8 rue Georgiou Stavrou, Athènes (1850).
Crédits François Loyer.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/4083/img-32.png
Fichier image/png, 2,9M

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search