Version classiqueVersion mobile

L’architecture de la Grèce au XIXe siècle (1821-1912)

 | 
François Loyer

Préface

Texte intégral

1L’École française d’Athènes est très heureuse d’accueillir dans ses collections le livre de François Loyer sur l’architecture grecque contemporaine et en particulier sur Athènes. Issu d’une thèse soutenue en 1966, il offre aux lecteurs une forme actualisée avec la bibliographie récente qui, depuis une trentaine d’années, a considérablement augmenté. Restée inédite, sa thèse était cependant connue et citée par des générations de jeunes architectes grecs ou d’historiens de l’architecture. En la publiant aujourd’hui, l’École rend hommage à un travail pionnier réalisé dans des conditions difficiles puisqu’à l’époque les spécialistes étaient peu nombreux et la documentation, en particulier les archives, inexistantes ou d’accès difficile.

2Mais si l’École française d’Athènes publie aujourd’hui ce travail, c’est pour trois raisons. Tout d’abord, en retraçant l’histoire architecturale de la ville, ce volume consacre quelques pages à la construction de l’École et réintègre ainsi l’établissement dans l’histoire d’Athènes. La publication de cette étude dans la collection des Mondes Méditerranéens et Balkaniques manifeste ensuite une orientation scientifique nouvelle de la section moderne et contemporaine : étudier le milieu culturel et urbain dans lequel l’École est installée depuis sa fondation. La collaboration de la section à l’Atlas social d’Athènes inaugurée en 2015 et le projet d’exposition en 2017 sur Athènes en 1917, réalisée à partir des archives photographiques de l’Armée d’Orient, sont deux exemples de cette nouvelle orientation. Elles ont en commun de produire, par des travaux d’enquête sur le terrain et les archives, des données primaires originales. Mais il faut rappeler ici que cet intérêt pour la ville moderne apparaît déjà dans les travaux de quelques-uns des plus éminents membres de l’EFA : E. Burnouf a publié en 1870, après un minutieux travail sur le terrain, un plan d’Athènes moderne montrant tous les vestiges antiques encore observables de son temps. De même G. Fougères a consacré, dans son volume sur Athènes (1912), un chapitre à la ville moderne et a contribué à l’édition de 1906 du Guide Bleu en rédigeant les pages sur la capitale et ses environs, tandis qu’A. Bon a publié un guide d’Athènes et de l’Attique en 1934. En rappelant cette tradition et en en faisant un objectif scientifique de la section moderne et contemporaine, l’École française d’Athènes entend réaffirmer son attachement à la ville et redonner au nom qu’elle porte depuis sa fondation toute sa signification. L’École, établie depuis 1846 en Grèce et depuis 1873 au 6 de la rue Didotou, est un monument d’Athènes à part entière, et le classement de son siège et de son jardin comme monument historique en 2014 contribue à renouer le lien de l’École avec la ville dont elle partage le destin. L’attachement des Athéniens à son égard s’est manifesté lors de l’exposition Terrapolis, organisée par Neon en 2015 dans les jardins de l’École. Enfin, cet ouvrage montre comment le nouveau pays qu’est la Grèce de 1830 s’invente progressivement une architecture nationale en puisant dans différents courants européens, dont ceux issus de la France. Il souligne la part, aujourd’hui méconnue, des architectes français qui par leurs constructions ont contribué au cadre urbain de l’Athènes moderne. Par là ce travail s’intègre dans les programmes de l’École qui, depuis 2008, explorent les échanges artistiques et culturels entre la France et la Grèce.

Alexandre Farnoux,
directeur de l’École française d’Athènes

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search