Version classiqueVersion mobile

Portraits de Victor Bérard

 | 
Sophie Basch

Le témoin de son temps : l’homme de Lettres, le dreyfusard, le sénateur

Victor Bérard sénateur (1920-1931)

Jean Garrigues

Résumé

Victor Bérard ne figure pas a priori parmi les grandes figures politiques de la IIIe République, à la différence de quelques savants prédécesseurs tels Henri Wallon ou William Waddington. Toutefois, à l’instar de ces glorieux aînés, Victor Bérard a éprouvé lui aussi la tentation du politique, et sa carrière sénatoriale n’est pas aussi anecdotique que l’on pourrait le penser. Sénateur du Jura de 1920 jusqu’à sa mort en 1931, il a bénéficié au Palais du Luxembourg d’un véritable magistère de prestige. Outre la vice-présidence de la chambre haute et la présidence de deux commissions de premier plan, les Affaires étrangères et l’Enseignement, il a été présent sur tous les fronts de la discussion parlementaire, dans presque tous les domaines, et de manière assez constante. Il en ressort l’image d’un républicain humaniste et cultivé, ferme sur ses convictions, ancré dans les valeurs fondatrices de la République comme dans les spécificités culturelles de son terroir jurassien, mais toujours soucieux d’adopter un point de vue concret et pragmatique sur les enjeux de son temps.

Texte intégral

1Victor Bérard ne figure pas a priori parmi les grandes figures politiques de la IIIe République, à la différence de quelques savants prédécesseurs tels Henri Wallon, historien de l’Antiquité et père des lois constitutionnelles de 1875, ou William Waddington, archéologue réputé, plusieurs fois ministre et président du Conseil en 1879. Toutefois, à l’instar de ces glorieux aînés, Victor Bérard a éprouvé lui aussi la tentation du politique, et sa carrière sénatoriale n’est pas aussi anecdotique que l’on pourrait le penser.

2Au sortir de la Grande Guerre, lorsque se pose avec insistance la question des protectorats français et britanniques au Moyen-Orient, son expertise, son érudition et sa connaissance du terrain le font émerger comme l’un des spécialistes incontournables dans le domaine des affaires étrangères. Spécialiste des relations internationales, enseignant la Géographie à l’École supérieure de marine, ses articles de géographie politique, la plupart publiés dans la Revue de Paris puis réunis sous forme d’ouvrages chez Armand Colin (La Turquie et l’Hellénisme contemporain [1895], La Politique du Sultan [1897], Les Affaires de Crète [1898], L’Angleterre et l’Impérialisme [1900], Questions extérieures [1902], Pro Macedonia [1904], Révolutions de la Perse : les provinces, les peuples et le gouvernement du roi des rois [1910], La France d’Afrique. Vers le Sahara [1911], L’Éternelle Allemagne [1916]) lui confèrent une légitimité exceptionnelle en matière de géo-politique.

3Il n’est donc pas surprenant que les ténors de la nébuleuse radicale aient jugé bon de l’attirer dans leur orbite. Par ailleurs, pour cet enfant du Jura issu de la méritocratie républicaine, l’entrée en politique peut apparaître comme une forme de couronnement de sa carrière. Son élection à la chambre haute, lors du renouvellement de janvier 1920, n’est pas tout à fait une formalité, ce qui prouve que les notables radicaux de sa région ont sans doute un peu rechigné à le choisir. À la différence de Stephen Pichon, politique chevronné, plusieurs fois ministre des Affaires étrangères depuis 1906, et qui, bien que « parachuté », est élu dès le premier tour, Bérard n’arrive qu’en quatrième position, soit en ballottage défavorable, car le Jura ne dispose que de trois sièges. Mais la mobilisation républicaine face aux candidats conservateurs de Huret et de Lascoux, arrivés avant lui au premier tour, renverse la donne au second, ce qui permet à Bérard d’être élu avec 468 voix de grands électeurs (contre 273 au premier tour), devant un autre radical, Maximin Brocard, maire de Ménetru-Le Vignoble, en quelque sorte son complément rural. C’est ainsi que la délégation sénatoriale du Jura se compose harmonieusement d’un homme politique national, d’un helléniste distingué dans les chancelleries européennes, et d’un notable de terroir. Les grands électeurs renouvelleront d’ailleurs le mandat de Victor Bérard le 6 janvier 1924, l’élisant cette fois au premier tour avec 424 voix, devant deux autres radicaux, Charles Dumont et Maximin Brocard.

4Sans surprise, il s’inscrit au groupe de la Gauche démocratique radicale et radicale-socialiste, alors présidé par Gaston Doumergue, et qui rassemble à lui seul plus de la moitié des sénateurs, dans un vaste conglomérat du centre gauche et du centre, soudé par l’adhésion aux valeurs républicaines, mais traversé par des querelles de clans et de factions auxquelles Bérard semble étranger. Il paraît assez clair qu’il a été choisi d’abord et avant tout pour ses compétences en matière de politique étrangère, notamment pour sa parfaite connaissance du pourtour méditerranéen. Savant helléniste, il bénéficie au Palais du Luxembourg d’un véritable magistère de prestige. Mais ce magistère s’adosse par ailleurs à des champs d’expertise, sur lesquels il va se montrer très actif.

Un magistère de prestige

  • 1 Annales du Sénat 1 (1921), p. 322.
  • 2 Ibid., p. 455.
  • 3 Ibid., p. 659.
  • 4 Ibid., p. 745.
  • 5 Ibid., p. 836.
  • 6 Journal Officiel 1924, p. 249.

5Dans cette chambre apaisée et feutrée qu’est le Sénat, sa figure de savant et d’humaniste modéré lui confère d’emblée une position privilégiée. En témoigne son élection à la vice-présidence le 12 janvier 1922, et ce jusqu’au renouvellement de janvier 1924. Ses présidences des commissions des Affaires étrangères et de l’Enseignement correspondent évidemment à ses domaines de compétence. Mais on peut noter qu’il participe par ailleurs à toutes sortes de discussions, dans tous les domaines. Par exemple dans la discussion du budget de l’exercice 1921, il intervient aussi bien dans la discussion générale du 24 mars 19211 que sur les questions commerciales le 30 mars2, maritimes le 2 avril3, militaires le 7 avril4 ou postales le 9 avril5. Souvent, il faut le reconnaître, ses prises de parole concernent les intérêts plus ou moins directs de sa circonscription, de son terroir, ce en quoi il est un parlementaire classique de la IIIe République. Mais ce type d’intervention nous renvoie à des enjeux qui dépassent largement le localisme, reflétant les drames d’une société rurale ruinée et traumatisée par la guerre. C’est ainsi qu’il intervient dans la discussion de la proposition de loi sur l’élection des députés, le 6 mars 1924, en déplorant que la représentation jurassienne soit réduite de quatre à trois, du fait du dépeuplement rural. Il rappelle à cette occasion le sacrifice des « diables bleus » jurassiens sous tous les fronts, et notamment dans « tout le Levant ». Il rappelle que « les soldats nous ont rapporté d’Orient paludisme, tuberculose », que « nos ouvriers familiaux ont été envoyés dans les usines de guerre, dans les faubourgs des grandes villes, où naturellement ils sont restés », que les « petites industries » rurales ont été ruinées, provoquant “l’émigration vers les grandes villes”. » À l’implacable loi des chiffres, qui condamne le Jura à perdre un député, il oppose l’éthique de la reconnaissance patriotique : « Est-il équitable de nous faire supporter politiquement les sacrifices d’hommes, d’argent et de toute espèce […] dont nous voudrions bien que l’on ne nous fît pas un tort ? » Et s’ajoute à cette protestation une forme de menace, susceptible d’être entendue car elle concerne la fiscalité, enjeu crucial du redressement. Rappelant que les parlementaires du Jura, lui le premier, relaient le discours gouvernemental consistant à « trouver de l’argent pour le salut de la nation, la stabilité du régime et le bonheur de tous », il se demande si le Gouvernement a « intérêt à perdre, entre les populations et lui, les interprètes du devoir national ? » En d’autres termes, le soutien politique des élus du Jura pourrait être conditionné par la bonne volonté du gouvernement Poincaré. C’est ce qui s’appelle faire de la politique6. Dans un registre un peu différent, mais tout aussi politique, au sens instrumental du terme, il dépose le 16 juillet 1929 un amendement à l’article 15 du projet de loi sur la réorganisation judiciaire en s’étonnant des sacrifices demandés depuis la fin de la guerre au département du Jura :

  • 7 Annales du Sénat 1 (1929), p. 920.

En 1920 on avait fait appel à notre patriotisme pour supprimer le maximum de fonctionnaires. Nous avons offert au Gouvernement la tête d’un sous-préfet, deux tribunaux et deux prisons […]. Quand les tribunaux et les prisons ont été complètement refaits à nos frais, on les a supprimés. […] En bons gérants de la chose publique, nous avons loué les prisons aux épiciers et installé nos administrations publiques dans les tribunaux. […] La transformation nous a couté très cher […] et maintenant il faut les rendre : qui va payer la réinstallation des prisons, la rupture de bail avec les épiciers ?7 »

6Au-delà de la défense des intérêts jurassiens, c’est le profond désarroi d’un État en crise financière et de son administration désorganisée qui est en cause dans cette intervention.

  • 8 Journal Officiel 1923, p. 1880 et p. 1905.
  • 9Journal Officiel 1926, p. 1949-1951.
  • 10 Journal Officiel 1927, p. 399.
  • 11 Ibid., p. 585 et p. 590.
  • 12 Ibid., p. 672.

7De même, Victor Bérard s’exprime-t-il à plusieurs reprises sur la question cruciale à cette époque de la situation des anciens combattants et victimes de guerre, demandant la revalorisation des pensions dans les séances des 13 et 14 décembre 19238, l’augmentation du nombre des récompenses nationales pour les associations de mutilés, le 18 décembre 19269, ou encore l’amélioration du sort des pupilles de la nation le 7 avril 192710. Il intervient aussi à plusieurs reprises lors des discussions sur des enjeux sociaux, tels que la crise du vin, le 15 juin 192711 ou le projet de loi sur les assurances sociales le 23 juin 192712. Néanmoins, si ses prises de parole sont nombreuses, notamment lors des discussions budgétaires, et touchent à tous les domaines législatifs, il est incontestable que la plupart de ses interventions concernent ses champs d’expertise, qui sont les enjeux culturels, éducatifs et géopolitiques.

Sauvegarder le patrimoine et protéger les enseignants

  • 13 Ibid., p. 1343 et p. 1361.
  • 14 Journal Officiel 1921, p. 870 et p. 895.
  • 15 Journal Officiel 1922, p. 1474.
  • 16 Journal Officiel 1923, p. 730-733.
  • 17 Journal Officiel 1927, p. 84, 98, 101, 102, 107, 172, 179, 182, 183.

8L’helléniste distingué est très présent sur le front culturel, notamment sur les enjeux patriotiques du rayonnement français. Par exemple dans la discussion du budget de l’exercice 1921, le 15 avril, il demande la multiplication des bourses accordées aux étudiants des pays étrangers, l’augmentation des fonds pour la publication des revues françaises diffusées à l’étranger. Les 7 et 8 juillet 1921, il soutient la loi votée par la Chambre des députés, portant création d’un institut international de coopération intellectuelle à Paris13. Corporatiste à l’occasion, il réclame le soutien de l’État pour les associations de professeurs visant à enlever à l’Allemagne le monopole des textes antiques, notamment pour photographier des manuscrits dans les bibliothèques étrangères14. Le 19 décembre 1922, il dépose une proposition de résolution invitant le Gouvernement à célébrer le centenaire de la naissance d’Ernest Renan, l’une de ses références15. Le 22 mars 1923, il plaide en faveur du transfert des cendres de ce dernier, ainsi que de Jules Michelet et d’Edgar Quinet au Panthéon. C’est d’ailleurs l’occasion d’une prise de bec avec le nationaliste d’extrême droite Dominique Delahaye qui s’oppose au transfert de « trois polichinelles » dans le temple de la République16. Mais il s’oppose aussi au gouvernement de Cartel des gauches à propos de la sauvegarde du patrimoine, lors de la discussion de la proposition de loi sur les monuments historiques, les 10, 15 février et 3 mars 1927. « Depuis trois ans, dit-il, nous assistons au dépeçage de tout le trésor historique de la France », « un effroyable travail de démolitions qui se poursuit partout », et il exige le classement d’office par décret du ministre lorsqu’un inspecteur des monuments historiques constate qu’un monument est en danger. C’est à ses yeux « une mesure de salut public17 ».

  • 18 Journal Officiel 1921, p. 375.
  • 19 Ibid., p. 1000.
  • 20 Ibid., p. 1393.
  • 21 Journal Officiel 1927, p. 1076.
  • 22 Journal Officiel 1929, p. 879-881.
  • 23 Ibid., p. 1158.
  • 24 Journal Officiel 1931, p. 286-288.
  • 25 Journal Officiel 1926, p. 715, 720, 722, 732, 733.
  • 26 Journal Officiel 1927, p. 372.
  • 27 Journal Officiel 1928, p. 898.
  • 28 Ibid., p. 1181.
  • 29 Journal Officiel 1931, p. 576.

9Président de la Commission de l’enseignement de 1921 à 1929, il est bien sûr encore plus actif sur les questions éducatives, et ce dans de multiples directions. Pour l’élite par exemple, il défend le 29 mars 1921 l’idée d’un contingent exceptionnel de promotions dans l’ordre de la Légion d’honneur, à l’occasion des centenaires de l’Académie de médecine et de l’École des Chartes18. Le 24 juin 1928, il demande l’inscription d’un crédit de 6 300 000 francs, destiné à l’agrandissement du Collège de France19. Patriote, il prône l’éducation physique et la préparation militaire obligatoires à l’école, le 16 juin 192120. Tourné vers la modernité, il réclame l’utilisation du cinéma dans l’enseignement, le 8 novembre 192721. À plusieurs reprises, il intervient pour défendre et soutenir les personnels enseignants de tous niveaux, depuis le primaire, le 18 juillet 192922, jusqu’au supérieur à propos des crédits pour la faculté de médecine et de pharmacie de Marseille le 27 novembre 192923 ou de la réorganisation de la licence ès-lettres le 12 mars 193124. Il défend systématiquement le budget de l’Instruction publique, par exemple le 15 avril 192625, le 31 mars 1927, lorsqu’il demande des crédits supplémentaires26, le 17 mars 1928 lorsqu’il réclame de nouvelles constructions scolaires dans la banlieue parisienne27 ou le 7 juillet 1928 en faveur de la cité universitaire28. Lors de la discussion budgétaire du 26 mars 1931, il s’indigne que l’État refuse « à l’enseignement primaire, à l’enseignement secondaire, à toutes les catégories de professeurs les satisfactions très justes qu’ils demandent » : « nous ne payons pas nos personnels, nous faisons des promesses mais nous ne donnons rien29. » Le bilan est sévère et sans langue de bois.

De la Suisse à la Tunisie

  • 30 No 102. Sénat. Session ordinaire. Annexe au procès-verbal de la séance du 8 mars 1927. - Rapport, a (...)

10C’est la même tonalité que l’on retrouve dans ses prises de position sur les enjeux de la politique extérieure de la France, dont il est l’un des spécialistes reconnus, vice-président de la commission des Affaires étrangères et de politique générale des colonies et des protectorats de 1926 à 1929, puis président en 1930. Son expertise jurassienne est sollicitée à propos de l’accord franco-suisse d’octobre 1924, compromis d’arbitrage au sujet des zones franches de la Haute-Savoie et du pays de Gex, en échange duquel la Confédération helvétique a ratifié sans conditions l’article du traité de Versailles concernant la zone neutralisée de la Savoie. Une polémique assez virulente oppose les deux pays à l’automne 1927, par voie de presse notamment, au point qu’une réunion de crise a lieu le 25 novembre au Quai d’Orsay, réunissant Jean Hennessy, ambassadeur de France à Berne et Henri Dunant, ministre de Suisse à Paris, sous l’arbitrage de Victor Bérard. Il s’ensuit un rapport de 2 204 pages rédigé par lui-même et présenté le 8 mars 192730, base d’un accord signé en janvier 1928, et qu’il mentionnera dans un ouvrage publié en deux volumes sous le titre Genève et les traités (Armand Colin, 1930), en exposant de manière assez polémique comment les violations historiques de ces traités par les Suisses leur enlèvent tout droit d’en réclamer le maintien. 

  • 31 Annales du Sénat 1 (1927), p. 935-936.
  • 32 Annales du Sénat 1 (1920), p. 1475.
  • 33 Ibid., p. 1943.
  • 34 Journal Officiel 1924, p. 1512.

11Mais c’est surtout sa connaissance des Balkans, du Moyen-Orient et de la Méditerranée qui est le fil conducteur de ses interventions. C’est ainsi qu’il s’oppose le 11 juillet 1927, lors de la discussion sur l’organisation générale de l’armée au projet gouvernemental de réduire le contingent des troupes en Syrie de 33 000 à 13 000 soldats, dont 7 000 indigènes. À cette occasion, il est d’ailleurs appuyé par le nationaliste Dominique Delahaye, ce qui le met dans l’embarras31. Comme la plupart de ses collègues, il est attaché au maintien de l’influence française hors de la métropole, que ce soit au Moyen-Orient ou ailleurs. C’est pourquoi il soutient le projet d’emprunt concernant l’Afrique-Occidentale française, dans la séance du 24 juillet 192032 ainsi que l’emprunt tunisien, le 31 juillet 192033, de même que la construction d’un chemin de fer de Colomb-Béchar à Kenadza, le 9 décembre 192434. Lors de la discussion budgétaire des 27 et 28 mars 1931, il regrette en tant que président de la commission des Affaires étrangères que n’ait pas été prévu un article pour célébrer dignement le cinquantenaire du protectorat français en Tunisie, selon lui « un des grands ouvrages de la race, de la patience, de l’ingéniosité françaises sur  la rive africaine ».

  • 35 Journal Officiel 1931, p. 628, p. 685-687.

12Il demande que le gouvernement réponde « aux besoins des Français de ce pays », à savoir de nouvelles lignes ferroviaires et une cour d’appel35.

Un nationalisme pragmatique

  • 36 Annales du Sénat 1 (1927), p. 975.
  • 37 Annales du Sénat 1 (1920), p. 1198.

13Mais l’espace méditerranéen n’est pas son unique préoccupation. Comme toute la classe politique de l’après-guerre, la question de la ratification et de l’application des traités lui tient à cœur, et il l’aborde dans une posture que l’on pourrait qualifier de nationalisme ferme mais pragmatique.  Son nationalisme est celui de la France du Nord-Est, c’est-à-dire intransigeant. « J’ai souvent affirmé à cette tribune mon souci de sénateur du Jura de considérer que la frontière du Rhin est au fond la seule question qui nous intéresse. […] Nous ne voulons pas revoir l’ennemi chez nous », déclare-t-il le 11 juillet 1927, lors de la discussion du projet de loi sur l’organisation générale de l’armée36. Mais c’est aussi un pragmatique, qui veut aborder les problèmes de front, notamment les questions financières. C’est ainsi qu’il intervient longuement dans la discussion de la ratification du traité de paix avec l’Autriche, le 30 juin 1920. Il pose notamment la question du remboursement par la nouvelle République autrichienne des « créances de notre petite épargne », notamment dans les chemins de fer lombards, souvent « introduits dans les dots des femmes et les biens des orphelins, dans les fondations publiques même », et dont la récupération ne semble pas prévue. « Dans toutes ces négociations des traités de paix, observe Victor Bérard, on a eu le tort de ne pas publier les arrangements et les accords divers touchant la finance. […] Il faut que l’on nous donne aujourd’hui ces accords internationaux. » Et dans un domaine qui est lui particulièrement cher, il demande aussi des précisions sur la restitution par les Autrichiens des « actes, documents, objets d’antiquité ou d’art, matériels scientifiques ou bibliographiques enlevés des territoires envahis », et ce depuis le xviiie s.37.

14Il intervient également dans la discussion sur la ratification du traité de paix avec la Bulgarie, le 31 juillet 1920, considérant que « les Bulgares reçoivent aujourd’hui le juste châtiment que la morale éternelle réserve à tous les peuples libres quand ils abandonnent leurs destinées à la tyrannie d’un maître et aux intrigues d’une coterie rapace ». Il voit dans les réparations imposées par le traité :

[la] simple rémunération de l’ingratitude bulgare à l’égard de ce peuple russe qui, durant un demi-siècle, avait travaillé, de ses sympathies religieuses et de ses forces militaires, à la libération des frères bulgares, comme à l’égard des puissances occidentales, qui, durant un autre demi-siècle, avaient mis leur collaboration éducative, leur influence diplomatique et leurs ressources financières au complet avènement de cette libération.

  • 38 Ibid., p. 1895.

15C’est une lecture d’historien-géographe, mais largement imprégnée évidemment par les idées reçues et les a priori culturels de son époque et de sa génération. Il a néanmoins « un mot de pitié et d’espérance à ce peuple vaincu », « dont vous connaissez comme moi les fortes qualités paysannes, les capacités viriles et intellectuelles pour un rôle futur dans le monde levantin », en souhaitant « du fond du cœur que ces nations balkaniques trouvent dans une modération réciproque l’entente et la collaboration dans la paix, qui sont la meilleure garantie de tous nos intérêts au Levant et l’objet de tous nos vœux démocratiques »38.  Là encore, rien que de très classique pour un homme de son temps, profondément marqué par le moment impérialiste des années 1880-1914.

  • 39 Journal Officiel, Débats parlementaires, Sénat 28 mars 1931, p. 685-687.

16Son nationalisme ne souffre pas de nuances, comme en témoigne sa dernière intervention notable, que l’on pourrait considérer comme son testament de politique étrangère. Il y exprime sa colère face au projet d’union douanière publié le 24 mars 1931 entre la République de Weimar et la République d’Autriche. Il voit dans ce qu’il appelle « le coup de Vienne » une résurgence de « l’Allemagne médiévale pour qui le droit du poing, le Faustrecht, reste le dernier instrument de la politique et de la diplomatie ». Se référant implicitement au Zollverein du xixe s., il rappelle que « les ententes prétendument économiques ont été une méthode constante de la Prusse pour installer sa suprématie politique et sa tyrannie militaire sur ses voisins ». Il y reconnaît « les coups de la diplomatie germanique de 1904 à 1914 : Tanger, Agadir, le coup dans lequel la sournoiserie de la préparation n’est égalée que par la brutalité de l’exécution puis par la bonne foi douteuse et par les dénégations de la chicane. » Il affirme que cette union économique « proposée ou imposée par l’Allemagne » rendrait impossible la paix en Europe « jusqu’au triomphe complet du germanisme ». C’est pourquoi il exige la plus grande fermeté de la part de « nos amis » et de « nos anciens ennemis » pour refuser ce qu’il considère comme une violation de l’article 88 du traité de Saint-Germain-en-Laye, garantissant l’indépendance de l’Autriche comme inaliénable. S’il rejette la solution militaire pour faire échouer le projet, il demande le recours à « l’arme diplomatique », par le rappel des engagements autrichiens lors du traité de Genève du 4 octobre 1922, et aussi en suggérant à Aristide Briand, ministre des Affaires étrangères, d’insister encore auprès de son homologue britannique Arthur Henderson pour que la fermeté soit partagée par tous, en rappelant « que certaines hésitations de l’Angleterre avaient été cruellement payées ». On mesure à quel point ce discours est prophétique, tant sur les ambitions allemandes, qui mèneront à l’Anschluss hitlérien de 1938, que sur la nécessité de contrecarrer les tendances à l’appeasement de la diplomatie britannique, qui conduiront à la mascarade de Munich. On retrouve d’ailleurs cette dimension prémonitoire dans un autre passage de cet important discours, lorsque Victor Bérard s’en prend à la Société des Nations, qui n’a pas selon lui « les moyens matériels d’imposer son avis juridique et d’en tirer les conséquences nécessaires ». C’est pourquoi il demande « que ce pouvoir international ait des moyens de sanction internationaux », considérant que « c’est l’une des idées fondamentales que nous, parlementaires, nous devrions nous consacrer à répandre parmi nos électeurs et parmi tout le peuple de France ». On est là au cœur de l’enjeu majeur des relations internationales des années 30, et il est intéressant de constater à quel point Victor Bérard se situe sur une ligne de fermeté, minoritaire dans sa famille politique, et qui nous apparaît comme perspicace, compte tenu du pacifisme ambiant. On sait que le projet d’union douanière sera finalement retiré le 3 septembre 1931 sous la pression de la France, et condamné par le tribunal de La Haye. Mais on sait aussi que deux ans plus tard Hitler arrivera au pouvoir en Allemagne et que sa politique de conquêtes donnera aux avertissements de Victor Bérard une urgence prophétique. On peut donc considérer que ce discours testamentaire a permis de révéler non seulement un parlementaire éloquent et convaincant mais surtout un politique avisé et visionnaire39.

*
*  *

  • 40 Annales du Sénat 2 (1931), p. 12.

17Victor Bérard est mort quelques semaines plus tard, en cours de mandat, le 13 novembre 1931. À la séance du 17, le président Albert Lebrun prononce son éloge funèbre, auquel s’associe Mario Roustan, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, au nom de l’Université, rendant hommage « au grand Sénateur qui fut en même temps un grand savant et un grand universitaire »40. Il serait évidemment exagéré de prétendre qu’il a été un ténor de la vie politique, à l’instar des grandes figures de l’époque, Briand, Poincaré, Millerand, Herriot et les autres. Mais sa carrière parlementaire n’a pas été décorative, loin de là. Outre la vice-présidence de la chambre haute et la présidence de deux commissions de premier plan, il faut souligner à quel point il a été présent sur tous les fronts de la discussion parlementaire, dans presque tous les domaines, et de manière assez constante pendant ses onze années passées au Palais du Luxembourg. Sans être un monstre d’éloquence, il a su à plusieurs reprises susciter l’enthousiasme de l’hémicycle, notamment lors de son intervention sur le « coup de Vienne ». Ses avis, ses suggestions en matière de politique culturelle et éducative ainsi que ses positions sur les enjeux méditerranéens ont été reçus et écoutés avec attention et respect. Il en ressort l’image d’un républicain humaniste et cultivé, ferme sur ses convictions, ancré dans les valeurs fondatrices de la République comme dans les spécificités culturelles de son terroir jurassien, nationaliste, colonialiste, mais toujours soucieux d’adopter un point de vue concret et pragmatique sur les enjeux de son temps. L’histoire a surtout retenu de lui son œuvre de savant helléniste. L’étude détaillée de son action parlementaire nous autorise à conclure que son œuvre politique mérite d’être ajoutée au bilan de sa vie.

Notes

1 Annales du Sénat 1 (1921), p. 322.

2 Ibid., p. 455.

3 Ibid., p. 659.

4 Ibid., p. 745.

5 Ibid., p. 836.

6 Journal Officiel 1924, p. 249.

7 Annales du Sénat 1 (1929), p. 920.

8 Journal Officiel 1923, p. 1880 et p. 1905.

9Journal Officiel 1926, p. 1949-1951.

10 Journal Officiel 1927, p. 399.

11 Ibid., p. 585 et p. 590.

12 Ibid., p. 672.

13 Ibid., p. 1343 et p. 1361.

14 Journal Officiel 1921, p. 870 et p. 895.

15 Journal Officiel 1922, p. 1474.

16 Journal Officiel 1923, p. 730-733.

17 Journal Officiel 1927, p. 84, 98, 101, 102, 107, 172, 179, 182, 183.

18 Journal Officiel 1921, p. 375.

19 Ibid., p. 1000.

20 Ibid., p. 1393.

21 Journal Officiel 1927, p. 1076.

22 Journal Officiel 1929, p. 879-881.

23 Ibid., p. 1158.

24 Journal Officiel 1931, p. 286-288.

25 Journal Officiel 1926, p. 715, 720, 722, 732, 733.

26 Journal Officiel 1927, p. 372.

27 Journal Officiel 1928, p. 898.

28 Ibid., p. 1181.

29 Journal Officiel 1931, p. 576.

30 No 102. Sénat. Session ordinaire. Annexe au procès-verbal de la séance du 8 mars 1927. - Rapport, accompagné d’un exposé historique (1815-1927) en quatre volumes.

31 Annales du Sénat 1 (1927), p. 935-936.

32 Annales du Sénat 1 (1920), p. 1475.

33 Ibid., p. 1943.

34 Journal Officiel 1924, p. 1512.

35 Journal Officiel 1931, p. 628, p. 685-687.

36 Annales du Sénat 1 (1927), p. 975.

37 Annales du Sénat 1 (1920), p. 1198.

38 Ibid., p. 1895.

39 Journal Officiel, Débats parlementaires, Sénat 28 mars 1931, p. 685-687.

40 Annales du Sénat 2 (1931), p. 12.

© École française d’Athènes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search