Version classiqueVersion mobile

Portraits de Victor Bérard

 | 
Sophie Basch

Le témoin de son temps : l’homme de Lettres, le dreyfusard, le sénateur

Ulysse chez les dreyfusards

Victor Bérard et l’affaire Dreyfus

Perrine Simon-Nahum

Résumé

Si Victor Bérard figure parmi les premiers signataires de la pétition des intellectuels protestant contre le procès Zola en 1898, on manque de renseignements pour connaître ce que fut son engagement dreyfusard ultérieur. Il faut alors se tourner vers son parcours scientifique et ses ouvrages pour montrer comment se rejoignent engagement dreyfusard et conception de la science, qu’il s’agisse de la réhabilitation des Phéniciens, comparés aux juifs ou à l’usage philologique des « traces », mais également la sensibilité singulière qu’il manifeste à l’égard des problèmes politiques de l’Orient. Enfin l’affaire Dreyfus éclaire les critiques qu’il formule des théories philologiques allemandes à la veille de la guerre.

Texte intégral

À la mémoire de Jean Bollack auquel ce titre est emprunté

  • 1 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, t. III, Paris, Éditions de la Revue Blanche, 1901, p (...)
  • 2 Vincent Duclert, L’Affaire Dreyfus. Quand la justice éclaire la république, Bordeaux, Privat, 2010.

1Le 6 janvier 1898 Yves Guyot, directeur du journal Le Siècle, décide de publier la copie de l’acte d’accusation d’Alfred Dreyfus que vient de lui porter Mathieu, le frère du capitaine1. Il enfonce le clou le 8 janvier en y ajoutant une « Analyse méthodique de l’acte d’accusation ». L’Aurore publie de son côté quelques éléments de l’analyse rendue par Alphonse Bertillon, chef de l’identité judiciaire. Les réactions au « rapport d’Omerscheville » sont immédiates2.

  • 3 Victor Bérard, La Politique du Sultan, préface d’Ernest Lavisse, Paris, Calmann-Lévy, 1897 (réédité (...)

2L’affaire Dreyfus fut, on le sait, une querelle d’experts. Sans doute est-ce pour cela que se jettent dans la bataille ceux des savants que ne peut laisser indifférents le fait de voir l’arbitraire antidémocratique bafouer le critère de vérité sur lequel se bâtit depuis les années 1880 non seulement l’Université républicaine mais aussi la démocratisation du pays. Normalien de la promotion 1884, membre de l’École française d’Athènes en 1887, Victor Bérard se range immédiatement dans le camp de ces savants dreyfusards. En l’absence d’archives personnelles, c’est dans l’œuvre déjà accomplie qu’il nous faut chercher les motifs de cet engagement. Frais émoulu de l’École française d’Athènes, examinateur au concours d’entrée de l’École navale depuis 1891, Victor Bérard a déjà publié un ouvrage consacré aux massacres des Arméniens en 1897, La Politique du Sultan3. On peut donc mettre son dreyfusisme sur le compte à la fois des influences qui se sont exercées sur le Normalien mais aussi sur l’engagement du jeune archéologue que ses séjours en Orient, passages obligés des élèves archéologues, ont très vite sensibilisé non seulement au problème des minorités mais également au rôle politique de la science. C’est autant en historien qu’en philologue qu’il intervient sur ces sujets.

3Ainsi la place de Bérard dans l’affaire Dreyfus nous éclaire-t-elle sur la suite de son parcours scientifique et nous permet de nuancer la place tenue par la philologie dans le paysage disciplinaire et politique français.

Ulysse chez les dreyfusards

Une affaire d’écriture

  • 4 Il s’agit de l’expertise du bordereau sur la foi duquel Dreyfus avait été condamné. Vincent Duclert (...)
  • 5 Bernard Lazare, Une erreur judiciaire. La vérité sur l’affaire Dreyfus, Bruxelles, imprimerie Veuve (...)

4« S’il est procédé à une expertise loyale, nous sommes rassurés et je suis bien tranquille4. » C’est sur l’analyse du bordereau dont le fac-similé avait été publié par Le Temps le 10 novembre 1896, qu’Auguste Scheurer-Kestner, vice-président du Sénat, fait porter l’offensive des dreyfusards en cette fin d’année 1897, après les mises en cause répétées des conclusions des experts par Gabriel Monod et la publication par Bernard Lazare le 12 novembre 1897 de sa brochure Une erreur judiciaire. La vérité sur l’affaire Dreyfus5. Si les juristes sont très tôt alertés par les irrégularités de procédure, sans pour autant être convaincus de l’innocence de Dreyfus, les savants sont de la même façon rapidement ébranlés par les circonstances qui entourent autant la condamnation de Dreyfus que les éléments qui la composent.

  • 6 Léon Blum, Souvenirs sur l’Affaire, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1985, p. 38.

Je n’ai pas à croire ou à ne pas croire à l’innocence de Dreyfus. Mais je ne crois pas à sa culpabilité, parce que la vie m’a instruit à ne croire que ce que je comprends. Or, je ne comprends pas le crime de Dreyfus. Et je ne comprends pas parce que, jusqu’à présent, on ne m’a fourni aucun mobile intelligible.6

  • 7  Vincent Duclert, op. cit. (n. 4).
  • 8  Vincent Duclert (éd.), Savoir et engagement. Écrits normaliens sur l’affaire Dreyfus, Paris, Éditi (...)

5Tout est dit dans cette affirmation du grammairien Michel Bréal, spécialiste de mythologie et de grammaire comparée, rapportée par Léon Blum dans ses Souvenirs sur l’Affaire en 1935, de l’ethos des savants qui les conduira à s’engager et à l’émergence duquel Vincent Duclert a consacré ses travaux7. Nul doute qu’il n’en soit de même pour Victor Bérard. Il sera l’un des premiers signataires de la protestation réclamant la révision du procès, aux côtés d’Émile Duclaux, Lucien Herr, Charles Andler, François Simiand ou Célestin Bouglé8.

  • 9  Cité par Vincent Duclert, op. cit. (n. 4), p. 162.
  • 10 Ibid., p. 88.
  • 11 Charles Andler, Vie de Lucien Herr, Paris, Rieder, 1932, p. 143.
  • 12 Vincent Duclert, op. cit. (n. 4), p. 121.
  • 13 On y trouve les noms de : France, Halévy, d’Haussonville, Hérédia, Lavisse, Gréard, Paris, Boissieu (...)
  • 14 Voir dans ce volume la contribution d’Étienne Bérard et de Reine-Marie Bérard, supra, p. 11-39.

6L’examen de cette liste fournit une première hypothèse, celle de l’influence qu’ont exercée sur lui d’autres Normaliens ou du moins de l’inscription de Victor Bérard dans le groupe que forment avec lui Lucien Herr, entré un an avant lui à l’École normale supérieure, et Charles Andler, intégré la même année. Voici ce qu’écrit Élie Halévy à la veille de la publication de la première liste : « Nous croyions être 70 ; en comptant, nous nous sommes aperçus que nous étions 100, Zola et France en tête, et, après eux, les meilleurs parmi ceux qui ont de vingt-cinq à trente-cinq ans, Bérard, Andler, Gregh, Rivoire etc.9 » Tous trois fréquentent au cours de leur scolarité à l’École Paul Dupuy, devenu en 1885 le surveillant général de l’ENS, camarade de promotion à la fois de Lucien Lévy-Bruhl, cousin de Lucie Dreyfus et de Salomon Reinach, « second savant parmi les dreyfusards de la veille10. » Dans la biographie de son ami qu’il publie en 1929, Andler témoigne de ce que fut leur réaction : « Nous étions restés dans un silence consterné et sceptique devant ce jugement11. » Or, en raison de son rayonnement intellectuel et moral, Lucien Herr fut l’un des principaux protagonistes de la mobilisation des Intellectuels. Durant l’été 1897, il s’attaque à l’Affaire en confrontant les témoignages aux circonstances qui entourent le procès. Vincent Duclert note qu’il attire dès l’automne 1897 dans le premier cercle dreyfusard, Charles Andler, Charles Seignobos, Élie Halévy mais aussi Paul Dupuy et Victor Bérard12. C’est lui qui imagine de la même façon, après l’acquittement d’Esterhazy par un conseil de guerre le 12 janvier 1898, de réunir les protestations individuelles sous une forme collective, emboîtant le pas des Normaliens qui avaient publiquement soutenu Gabriel Monod à l’automne 189713. On retrouve du reste nombre de dreyfusards parmi les Athéniens, à l’image de Georges Perrot, Gustave Bloch, Maxime Collignon, Paul Girard, Jules Martha, Maurice Holleaux, Gustave Fougères, Émile Bourguet et bien sûr Salomon Reinach. On peut aussi supposer qu’à l’instar de ses camarades Victor Bérard a été sollicité pour recueillir d’autres signatures. Le 14 janvier paraît dans Le Siècle et dans Le Temps la « pétition Duclaux » tandis qu’une nouvelle liste sera publiée dès le lendemain. Qu’ils se rattachent à l’École Normale ou à l’École pratique des hautes études les collègues et anciens condisciples de Bérard sont en effet nombreux parmi les signataires des premières listes. C’était de la part de Bérard assumer un certain risque dans la mesure où cette prise de position ne pouvait pas manquer de peser sur son poste d’examinateur au concours d’entrée de l’École navale. On imagine, sans en avoir la certitude, que son engagement dreyfusard vint fragiliser sa position d’enseignant à l’École supérieure de marine et d’examinateur à l’École navale, milieux notoirement conservateurs14.

Antiquisant et dreyfusard

7Faute de détails sur l’engagement dreyfusard ultérieur de Bérard, on peut suivre son parcours à travers ses recherches scientifiques et les ouvrages qu’il fait paraître au cours de ces années. Il ne s’agit pas ici d’entrer dans les détails de l’analyse philologique, mais de signaler les points de rencontre entre l’engagement dreyfusard et la conception de la science qui ressort de ses études. J’en prendrai deux exemples empruntés aux ouvrages contemporains de l’Affaire. Le premier, Les Phéniciens et l’Odyssée, appartient au domaine de la philologie, le second, intitulé La Politique du Sultan, révèle le lien établi très tôt en raison de sa formation à l’École d’Athènes entre science et diplomatie et son intérêt marqué pour le sort des minorités.

Philologie antique et politique

  • 15 Catherine Valenti, L’École française d’Athènes, Paris, Belin, coll. « Histoire de l’éducation », 20 (...)
  • 16 « On tâchait d’aborder le sanctuaire dans le même ordre que Pausanias, ce qui permettait de projete (...)
  • 17 Voir le chapitre « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire » dans Carlo Ginzburg, Le Fil et les T (...)
  • 18 Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée, t. I, Paris, Armand Colin, 1902, p. 6.
  • 19 Ibid., p. 50-51.

8Chargé depuis février 1896 de la chaire de géographie historique de l’Antiquité à l’EPHE, Victor Bérard met progressivement au point une méthode permettant de garantir la scientificité des observations faites dans ce domaine. Sa qualité d’« Athénien » renvoie déjà à une exigence de méthode puisqu’il intègre l’École française d’Athènes dans les années où celle-ci accomplit sa révolution scientifique, visant à consolider sa crédibilité et à renforcer le rayonnement de sa présence internationale15. Actif sur de grands chantiers de fouilles comme Tégée, il en adopte la méthode, à savoir la reconstitution des lieux selon la description de leur disposition dans les textes qui nous sont parvenus de l’Antiquité. La publication des deux tomes consacrés aux Phéniciens et l’Odyssée en 1902-1903 en extrapole les principes en les appliquant au voyage d’Ulysse. On transpose aux monuments l’ordre des textes16. Ce sont ici, encore une fois, moins les conclusions philologiques que les procédés scientifiques qui nous retiendront. Bérard affirmait que les chants V-XIV de l’Odyssée, ce qu’il appelle l’Ulysséide, ne sont rien d’autre qu’un périple phénicien transposé en vers. La question à laquelle nous sommes ici confrontés est celle des origines grecques. Or l’archéologie et la philologie, les deux sciences généralement convoquées à cet effet, n’ont pu y répondre. Il faut donc chercher ailleurs et différemment, à l’aide d’autres « traces » selon l’acception que Carlo Ginzburg donne de ce terme17. Ce faisant, Victor Bérard va développer le même type de raisonnement que les experts convoqués pour examiner le bordereau. La « topologie », qui désigne la discipline qu’il définit comme la « science des sites », s’appuiera sur la description matérielle des objets étudiés – en l’occurrence les sites géographiques, ailleurs le document graphique – et confrontera dans un mouvement de va-et-vient les renseignements tirés de l’observation immédiate à la logique culturelle qui régit l’existence des objets étudiés selon une loi historique qui veut que des conditions naturelles découlent, « toujours les mêmes, certaines conséquences sociales18 ». C’est à cette généralité qu’il convient de rapporter ensuite les cas particuliers auxquels renvoie l’expérience, en l’occurrence le voyage nautique que Bérard accomplit en mars 1901 sur les traces d’Ulysse. La certitude ne naît pas d’une vérification a posteriori. Elle provient de la congruence des faits rassemblés. Tel est également l’usage qu’il fait de ce qu’il appelle les « doublets gréco-sémitiques ». Si une étymologie est toujours sujette à soupçon, « un doublet porte en lui-même la preuve d’authenticité » pourvu qu’il soit bien établi il s’impose à « tout homme de bonne foi19 ». De la déduction on passe à l’induction. C’est précisément ce que permet la « topologie » dans la mesure où elle a cet avantage de révéler des faits localisés dans l’espace et dans le temps, là où l’archéologie ne procure qu’une chronologie invérifiable et une géographie incertaine.

  • 20 Ibid., p. 23.

9Au-delà de l’usage scientifique des « traces », qui nous rapproche de la conduite à tenir à partir de l’examen du bordereau, Victor Bérard rompt ensuite avec la vision de l’histoire qui parcourt les études classiques au xixe s. : « Les malheureux Phéniciens sont devenus l’objet de la profonde antipathie de plusieurs savants, que l’on serait presque tenté de mettre en rapport avec le mouvement antisémite de nos jours20. » Réhabiliter les Phéniciens c’est aussi dans l’esprit de Bérard rétablir les juifs dans leurs droits historiques, leur rendre une place que leur ont refusé pour des raisons idéologiques les philosophes des Lumières et que le xixe s. continue de leur dénier.

  • 21 Ibid., p. 26.
  • 22 Alain Ballabrigua, « Les Voyages d’Ulysse entre réel et imaginaire », Europe 865 (mai 2001), p. 59- (...)
  • 23 Michel Bréal, Pour mieux connaître Homère, Paris, Librairie Hachette, 1902, p. V.
  • 24 Ibid., p. 80.
  • 25 Ibid., p. 64-65.

10Victor Bérard s’attache enfin à dégager une forme d’invariant culturel que viendrait travailler une invention poétique, définissant une forme d’anthropologie structurale avant la lettre. Il opère une distinction entre fiction et réalité permettant de dégager ce qui lui tient à cœur, à savoir insuffler au sein des études classiques « le cadre et la charpente d’une histoire rationnelle21. » Cette approche rationnelle de l’histoire renvoie à la méthodologie promue par les chartistes et les historiens, partie prenante du procès Zola. En se plaçant dans la ligne interprétative de Ulrich von Wilamowitz-Moellendorf qui minorait la place de l’imaginaire chez les Grecs, en transformant l’Odyssée en une leçon de navigation, en établissant une claire distinction entre le fictif et le rationnel dans l’Antiquité grecque elle-même, Bérard appelle à rendre clairement ses droits à la raison, laquelle peut toujours se découvrir derrière le mythe22. À l’image d’autres savants dreyfusards, comme Michel Bréal, il cherche à étendre l’analyse philologique à tout type de textes, y compris les plus mythiques. « Sur ce domaine réservé [écrit Bréal] il semblait que toute recherche d’une époque précise, d’une patrie déterminée, d’une cause compréhensible, fût comme interdite23. » De même que pour Bréal aborder les poèmes homériques à l’aide de la philologie revient d’une certaine façon à rationaliser la mythologie qu’ils contiennent, rétablir la connaissance géographique des auteurs des poèmes homériques revient pour Bérard à en atténuer l’antiquité et donc à en autoriser une lecture critique24 : « En écartant le merveilleux, dont depuis trois âges d’hommes on entoure la genèse de l’épopée grecque, nous croyons rester fidèles aux devoirs de la critique ; elle est naturellement ennemie du demi-jour, et surtout elle ne doit pas laisser s’introduire le mystère dans ce pays grec où l’on a toujours adoré la lumière et la raison25. »

L’Orient commence en Grèce

  • 26 Voir Catherine Valenti, op. cit. (n. 15).
  • 27 À la différence d’Émile Burnouf par exemple, pour qui l’École française d’Athènes est « un centre l (...)
  • 28 La Turquie et l’Hellénisme contemporain, Paris, Félix Alcan, 1893.
  • 29 Victor Bérard, op. cit. (n. 3). Marcel Proust, Correspondance, 1896-1901, t. 2, texte établi, prése (...)
  • 30 Voir dans ce volume la contribution d’Edhem Eldem, supra, p. 209-251.

11S’il cherche dans un but scientifique à ramener les Phéniciens et les juifs dans le monde antique, Victor Bérard, formé au sein de l’École d’Athènes, a très tôt conjugué sensibilité politique et intérêt scientifique. Ainsi l’engagement immédiat pour le camp dreyfusard trouve-t-il sans doute son origine dans la sensibilité aux problèmes politiques et notamment au traitement des minorités développée au cours de ses missions en Orient26. Il porte moins son attention sur la Grèce proprement dite27, même s’il effectue des fouilles importantes à Mantinée et à Tégée en 1888-1890, que sur d’autres sites méditerranéens : « Durant trois années passées dans le Levant, j’ai visité les pays grecs et la majorité des pays turcs. Je voulais étudier la question d’Orient, sur place, sans opinion préconçue28. » Il s’intéresse à Constantinople et la politique de répression du sultan Abdülhamid et le massacre des Arméniens lui serviront de propédeutique à l’engagement dreyfusard, initiation qu’il partage avec Proust29. Il en rapporte le récit par des témoins des massacres qui s’y déroulèrent entre le 26 et le 28 août 1896 dont il démontre qu’ils ne doivent rien à un mouvement populaire mais tout à une décision politique du sultan30.

  • 31 Victor Bérard, op. cit. (n. 3), p. 73.
  • 32 Ibid., p. 149.
  • 33 Ibid.

12Le motif de son enquête est assez clair. Au-delà de la défense de minorités opprimées et de l’ignorance volontaire dans laquelle se tient l’opinion française, Victor Bérard a à cœur de dénoncer le fanatisme religieux construit de toutes pièces par les autorités turques pour monter Kurdes et Arméniens les uns contre les autres. Victor Bérard fonde sa démonstration sur la description des événements qui ont conduit aux massacres des communautés arméniennes du district de Sassoun et de la ville de Diarbékir (située en Arménie kurde) au cours de l’année 1894, et aux rapports produits par les diplomates français et anglais. Depuis cette date ce sont, affirme-t-il, plus de cinq cents communautés turques qui ont été massacrées sur ordre du sultan31. La raison en est avant tout la peur qui habite ce dernier et anime le système de gouvernement. De même que les juifs sont accusés en France de servir l’ennemi allemand, les Arméniens sont désignés par le Sultan comme les alliés de l’ennemi russe. L’ironie n’est pas absente de la démonstration : « On prête à Saïd-Pacha un mot qui doit avoir été prononcé : “On supprimera la question arménienne en supprimant les Arméniens”. Pour nos cerveaux européens, c’est là une telle sottise et une telle monstruosité, qu’il est difficile, au premier abord, d’admettre une telle préméditation32. » Ou encore : « À la vérité le Sultan s’autorisait d’exemples donnés par l’Europe33. » Dès lors le massacre est inévitable et n’attend pour se déclencher que le plus petit incident.

Une « science dreyfusarde » ?

13Ce qu’on voit ici se mettre en place ce sont les attendus d’une « science dreyfusarde » qui regroupe un certain nombre de disciplines, au premier plan desquels la philologie et l’histoire. Cette science repose sur deux principes : celui d’un examen objectif des faits, emprunté à la méthode expérimentale de Claude Bernard et celui du choix de l’hypothèse qui paraît la plus rationnelle, consacrée par l’édification d’un faisceau de preuves. On a une stricte transposition de la méthode appliquée par l’enquête judiciaire reprise par les savants à l’examen du bordereau.

Un palimpseste marin

14Si la science homérique de Bérard nous renseigne sur les raisons qui, outre sa conscience d’honnête homme, l’ont conduit à s’engager d’emblée dans le camp dreyfusard, sa participation à l’Affaire nous invite en retour à reconsidérer sa position scientifique. Bérard est tenu pour un véritable savant, philologue exigeant et au fait des recherches menées dans les autres pays, notamment l’Allemagne. On le voit à plusieurs reprises dans son analyse des poèmes homériques reprendre les analyses de Wilamowitz, ce qui signifie non seulement qu’il aborde la question homérique avec la plus grande scientificité, mais qu’il opte à ce sujet pour les positions les plus novatrices dans le champ philologique. Il se situe donc à la pointe de ce que la philologie française compte de savants en matière d’études homériques.

15Pourtant la lecture des travaux de Bérard sur la question homérique conduit aussitôt à nuancer ce sentiment en le rattachant plus volontiers à une position de critique historique – celle qu’ont en commun philologues et historiens dreyfusards à la fin du siècle – que strictement philologique.

  • 34 Vincent Duclert, op. cit. (n. 2), p. 218.
  • 35 Ibid., p220.
  • 36 Ibid., p. 223.

16L’été 1898 voit en effet se multiplier les articles scientifiques qui revisitent à partir de l’affaire Dreyfus les annales judiciaires, exhumant les procès où s’est illustré l’arbitraire du pouvoir. Gaston Paris consacre un article dans La Revue du Palais au procès de Guichard, évêque de Troyes sous Philippe le Bel. Arthur Giry démonte les mystifications liées à l’affaire Vrain-Lucas, du nom du faussaire qui réussit à convaincre un certain nombre de savants français en 1867 d’attribuer la découverte des lois de la gravitation à Pascal et non à Newton34. Joseph Reinach, plus proche de l’Affaire, analyse dans une enquête intitulée « Les Faussaires », parue dans Le Siècle entre le 21 juillet et le 11 août 1898, les télégrammes et les lettres signées « Blanche » et « Speranza », mettant en cause le lieutenant-colonel Du Paty de Clam. Giry, affirmant dans le même journal le 23 août la capacité de l’analyse philologique appliquée au bordereau à révéler l’identité de son auteur, y dénonce la méthode Cavaignac qui, au nom des valeurs de l’armée, en appelle à l’autorité (dût-elle produire des faux) contre la critique35. La préface des Preuves de Jaurès, en librairie en septembre 1898, achève de donner au discours philologique une portée juridique36.

17Cette « science » nouvelle qui prend corps dans le champ de la philologie se révèle en réalité plus historique que philologique. Les arguments avancés par Arthur Giry dans son examen de l’affaire Vrain-Lucas ne se fondent pas sur la critique interne des textes mais sur les conditions historiques qui entourent la formulation des théories : état des connaissances à l’époque de Pascal, nécessité de connaissances qui n’existaient pas à l’époque. Il en est de même de Gaston Paris. C’est dans ce combat que s’inscrit Victor Bérard lorsqu’il endosse l’habit dreyfusard. L’orientation historique que prend l’interprétation des textes au détriment d’une critique interne de ceux-ci, éclaire en effet son entreprise scientifique.

  • 37 Pierre Judet de la Combe, « Champs universitaire et études homériques en France au xixe siècle », (...)

18S’il peut être considéré comme le seul véritable « homérisant », Victor Bérard occupe une place trop marginale dans le système universitaire pour compter réellement37. C’est également le cas de ceux avec lesquels il discute comme Michel Bréal, professeur au Collège de France, ou l’ethnologue Arnold van Gennep. Sans doute aurait-il échoué à imposer une véritable « science homérique » si tel avait été son but. On peut néanmoins émettre l’hypothèse qu’il en a été « détourné » par le débat qui entoura l’affaire Dreyfus. Il procède avec les poèmes homériques comme Arthur Giry avec le bordereau, hésitant à reconnaître de façon catégorique en Esterhazy l’auteur du bordereau à partir de la simple expertise d’écriture et recourant à un faisceau de preuves tirées de l’étude des conditions de production du texte. C’est bien dans la composition d’une histoire que s’inscrit l’Homère de Bérard, non plus histoire d’un auteur certes, mais histoire d’un texte, sorte de palimpseste marin auquel les navigateurs auraient chacun à tour de rôle apporté leur pierre. L’ensemble des récits qui forme l’Ulysséide répond à un même principe de composition. C’est l’idéal à la fois esthétique et spirituel qui prévaut. La position historique ne naît d’ailleurs pas avec l’Affaire ; elle date déjà de Jean-Daniel Guigniaut. Bérard reste dans le sillage d’une doxa française lorsqu’il suppose plusieurs étapes dans la composition des poèmes homériques. Plus encore, le point de vue géographique met de côté toute discussion sur la composition interne des textes. C’est donc davantage comme histoire que comme philologie que se définit ce qu’on pourrait appeler la « science dreyfusarde », ainsi que dans le succès public des ouvrages de Bérard, mais aussi à travers les liens qu’il tisse avec Ernest Lavisse, occupant même de 1902 à 1911 les fonctions de secrétaire général de la Revue de Paris, revue mondaine que celui-ci avait fondée en 1894. Position atypique pour l’éditeur d’Homère.

Bérard, procureur de Friedrich August Wolf

  • 38 Victor Bérard, Un mensonge de la science allemande, Paris, Librairie Hachette, 1917. Ces hypothèses (...)
  • 39 Victor Bérard, op. cit. (n. 38), p. 16.
  • 40 Georg Finsler, Homer in der Neuzeit von Dante bis Goethe, vol. I, Leipzig, G. Teubner, 1912, p. 341 (...)

19L’affaire Dreyfus fournit donc un élément de réponse à ceux que pourraient étonner la position violemment anti-allemande et la polémique que Bérard engagea contre les thèses de Friedrich August Wolf sur Homère en 1917 sous le titre Un mensonge de la science allemande38. Bérard va s’appliquer à démonter d’abord la réputation de Wolf pour pouvoir dans un second temps mieux en critiquer les thèses : « […] Nous étions en droit d’attendre une grande étude sur l’une des questions capitales de l’histoire littéraire, le titre nous avait promis une hypothèse scientifique sur l’origine et l’ordonnance de ce monde admirable, mais mystérieux que sont les poèmes homériques. Nous n’aurons qu’un peu d’érudition, quelques recettes philologiques, tout au plus le manuel théorique et pratique de la cuisine des textes39. » Plus encore, affirme Bérard en s’appuyant sur les travaux du suisse Georg Finsler de 1912, Homer in der Neuzeit von Dante bis Goethe, Wolf aurait pillé les ouvrages de ses prédécesseurs, l’Historia critica Homeri de Ludovic Küster, parue en 1696 à Francfort sur l’Oder, mais surtout l’abbé d’Aubignac et ses Conjectures académiques ou Dissertation sur l’Iliade (1715) tout comme il s’inspire également de Robert Wood, Johann Bernhard Mérian et Jean-Baptiste-Gaspard d’Ansse de Villoison maquillant ses emprunts de manière à ce qu’ils passent inaperçus ou rendant compte improprement de ceux-ci faute du travail de vérification nécessaire40.

  • 41 Voir, dans ce volume, la contribution de Michel Espagne, supra, p. 79-93.
  • 42 Victor Bérard, op. cit. (n. 38), p. 280.

20C’est en réalité après l’Allemagne savante qu’en a Bérard dans le contexte de la première guerre mondiale41. « L’imitation n’a-t-elle pas été pour l’Allemagne de tous les temps mais surtout pour l’Allemagne nouvelle et davantage encore pour l’Allemagne récente, le grand moyen d’y parvenir ? et le plagiat, l’une de ses habitudes, et le faux, un de ses péchés mignons ?42 » On le voit, c’est sur le plan de la science que Bérard conduit les hostilités et presque vingt ans après le combat dreyfusard c’est la philologie qui lui sert d’arme. Là où la guerre de 1870 a soumis la philologie française à l’admiration de la science allemande, la première guerre mondiale doit lui permettre de retrouver le chemin d’une science française.

*
*  *

  • 43 « Ulysse chez les philologues » dans Jean Bollack, La Grèce de personne. Les mots sous le mythe, Pa (...)

21D’une science dreyfusarde à une science française, l’affaire Dreyfus a bien joué un rôle central dans la carrière de Victor Bérard. Ce qui l’intéresse c’est plus que l’interprétation d’un texte, les questions qu’il pose, plus que le sens de l’Odyssée, les origines de la Grèce. Les apports de la critique textuelle sont analysés au prisme de l’histoire comme le montre l’interprétation que donne Bérard du début du chant XII et des Planctes qu’il situe dans des lieux géographiques différents en dépit des difficultés de lecture qui en découlent jusqu’à considérer les vers dans lesquels Ulysse rassemble son voyage à la fin du poème comme une interpolation. Comme le montre Jean Bollack, dès lors qu’on abandonne le plan de la géographie d’ensemble pour revenir au détail philologique, le problème posé par les Planctes renvoie en réalité à la relation entre monde céleste et monde terrestre. Le gommer revient à affaiblir le sens du poème, même s’il cherche à l’inscrire dans le vraisemblable43.

22L’engagement de Victor Bérard dans l’affaire Dreyfus révèle l’émergence d’une « science dreyfusarde » qui, sous les dehors d’une méthode critique, vient en réalité renforcer une discipline historique émergente à laquelle le prestige de son rôle politique viendra agréger l’ensemble des disciplines critiques. Ainsi s’éclairent les difficultés de la philologie allemande à s’acclimater en France.

Notes

1 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, t. III, Paris, Éditions de la Revue Blanche, 1901, p. 160.

2 Vincent Duclert, L’Affaire Dreyfus. Quand la justice éclaire la république, Bordeaux, Privat, 2010.

3 Victor Bérard, La Politique du Sultan, préface d’Ernest Lavisse, Paris, Calmann-Lévy, 1897 (réédité sous le titre La Politique du Sultan. Les massacres des Arméniens : 1894-1896, Paris, Le Félin-Kiron, coll. « Les Marches du temps », 2005 ; les notes renvoient à cette réimpression).

4 Il s’agit de l’expertise du bordereau sur la foi duquel Dreyfus avait été condamné. Vincent Duclert, L’Usage des savoirs. L’engagement des savants dans l’affaire Dreyfus (1894-1906), thèse, université de Paris 1-Panthéon Sorbonne, 2009, p. 142.

5 Bernard Lazare, Une erreur judiciaire. La vérité sur l’affaire Dreyfus, Bruxelles, imprimerie Veuve Monnom, 1896.

6 Léon Blum, Souvenirs sur l’Affaire, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1985, p. 38.

7  Vincent Duclert, op. cit. (n. 4).

8  Vincent Duclert (éd.), Savoir et engagement. Écrits normaliens sur l’affaire Dreyfus, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2006, p. 169.

9  Cité par Vincent Duclert, op. cit. (n. 4), p. 162.

10 Ibid., p. 88.

11 Charles Andler, Vie de Lucien Herr, Paris, Rieder, 1932, p. 143.

12 Vincent Duclert, op. cit. (n. 4), p. 121.

13 On y trouve les noms de : France, Halévy, d’Haussonville, Hérédia, Lavisse, Gréard, Paris, Boissieu, Sully Prudhomme, Cherbuliez, Vandal, Duclaux, Roux, Leroy-Beaulieu, Monod, Passy, Giry, Meyer, Perrot, Bréal, Seignobos, Langlois, Aulard, Brunot, Lemonnier, Boutroux, Lévy-Bruhl, Appell, Bouché-Leclerq, Havet, Painlevé, Perrin, Koenig, Lévi, Andler, Bédier, Tannery, Poincaré, Séailles, Richet, Delbet, Gley, Langlois, Pressensé, Bérard, Kerchant, Deschamps, Moch, Clemenceau, Jaurès, Valfrey, Mirbeau, Porto-Riche, Prévost, Hervieu.

14 Voir dans ce volume la contribution d’Étienne Bérard et de Reine-Marie Bérard, supra, p. 11-39.

15 Catherine Valenti, L’École française d’Athènes, Paris, Belin, coll. « Histoire de l’éducation », 2006, p. 71.

16 « On tâchait d’aborder le sanctuaire dans le même ordre que Pausanias, ce qui permettait de projeter la lueur des textes sur l’ossature confuse des monuments », écrit Georges Radet en évoquant les fouilles du sanctuaire de Delphes. L’Œuvre et l’Histoire de l’École française d’Athènes, Paris, Albert Fontemoing, 1901, p. 307.

17 Voir le chapitre « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire » dans Carlo Ginzburg, Le Fil et les Traces, traduit de l’italien par Martin Rueff, Paris, Verdier, 2010.

18 Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée, t. I, Paris, Armand Colin, 1902, p. 6.

19 Ibid., p. 50-51.

20 Ibid., p. 23.

21 Ibid., p. 26.

22 Alain Ballabrigua, « Les Voyages d’Ulysse entre réel et imaginaire », Europe 865 (mai 2001), p. 59-67.

23 Michel Bréal, Pour mieux connaître Homère, Paris, Librairie Hachette, 1902, p. V.

24 Ibid., p. 80.

25 Ibid., p. 64-65.

26 Voir Catherine Valenti, op. cit. (n. 15).

27 À la différence d’Émile Burnouf par exemple, pour qui l’École française d’Athènes est « un centre lumineux fondé au milieu d’un peuple intelligent, pratique et libéral, auquel l’avenir appartient, et qui se guide sur la France comme sur une étoile ». Cité par Catherine Valenti, ibid., p. 63.

28 La Turquie et l’Hellénisme contemporain, Paris, Félix Alcan, 1893.

29 Victor Bérard, op. cit. (n. 3). Marcel Proust, Correspondance, 1896-1901, t. 2, texte établi, présenté et annoté par Philip Kolb, Paris, Plon, 1976, lettre 104 à Constantin de Brancovan datée du 14 mars 1897, p. 181-182.

30 Voir dans ce volume la contribution d’Edhem Eldem, supra, p. 209-251.

31 Victor Bérard, op. cit. (n. 3), p. 73.

32 Ibid., p. 149.

33 Ibid.

34 Vincent Duclert, op. cit. (n. 2), p. 218.

35 Ibid., p220.

36 Ibid., p. 223.

37 Pierre Judet de la Combe, « Champs universitaire et études homériques en France au xixe siècle », dans Mayotte Bollack, Heinz Wismann (éds), Philologie et herméneutique au xix  e siècle, Göttingen, Vandenhoeckh et Ruprecht, 1983, p. 25-75 et p. 35.

38 Victor Bérard, Un mensonge de la science allemande, Paris, Librairie Hachette, 1917. Ces hypothèses nous ont été confirmées par Étienne Bérard que nous remercions. Les sentiments germanophobes de Victor Bérard pourraient dater de la guerre de 1870 qui l’avait obligé à quitter Morez avec sa mère, son frère et sa sœur devant l’avancée allemande après la défaite d’Éricourt. Bérard figurait également en 1914 sur la liste des personnes à emprisonner si Paris était pris. Il avait donc fait partir sa femme et ses enfants. Voir dans ce volume la contribution d’Étienne Bérard et de Reine-Marie Bérard, supra, p. 11-39.

39 Victor Bérard, op. cit. (n. 38), p. 16.

40 Georg Finsler, Homer in der Neuzeit von Dante bis Goethe, vol. I, Leipzig, G. Teubner, 1912, p. 341-440.

41 Voir, dans ce volume, la contribution de Michel Espagne, supra, p. 79-93.

42 Victor Bérard, op. cit. (n. 38), p. 280.

43 « Ulysse chez les philologues » dans Jean Bollack, La Grèce de personne. Les mots sous le mythe, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 29-59 et p. 42-44.

© École française d’Athènes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search