Version classiqueVersion mobile

Portraits de Victor Bérard

 | 
Sophie Basch

Le témoin de son temps : la Question d’Orient, la Grèce, la Macédoine, la destruction des Arméniens

« Pro Macedonia »

Un concept régional en évolution (1893-1904)

Georges Tolias

Résumé

Le but de cet article est de suivre l’évolution du concept régional macédonien à travers les éditions et rééditions successives que Victor Bérard consacra à la question entre 1893 et 1904. Ainsi, le terrain douteux des ambitions grecques de 1893 devient « un pays à prendre et à coloniser » en 1896, pour se transformer en un laboratoire des idées révolutionnaires fédérales en 1904. Suivre les positions de Bérard sur la question de la Macédoine, c’est suivre les tensions entre l’idée philhellène en déclin, la confrontation des intérêts politiques internationaux dans la région, et les engagements d’un humanisme politique radical à l’aube du xxe s. C’est aussi remonter aux frictions plus profondes qui surviennent dans le champ épistémologique des sciences géographiques : la mise en question du déterminisme géopolitique des races et des nations et l’avènement d’une intelligence géographique régionale et humaine inédite, qui opta pour des modes d’organisation politique et spatiale moins centralisés, au-delà des normes et des critères nationaux.

Texte intégral

  • 1 Victor Bérard, La Turquie et l’Hellénisme contemporain : Macédoine, Hellènes, Bulgares, Valaques3, (...)

1Au mois de janvier 1896, dans la préface à la seconde édition de La Turquie et l’Hellénisme contemporain : Macédoine, Hellènes, Bulgares, Valaques, Victor Bérard constatait avec amertume l’accueil défavorable que son livre reçut dans les Balkans : « Les journaux d’Athènes lui ayant violemment reproché son mishellénisme, ceux de Sofia son dévouement à l’idée grecque, et ceux de Bucarest son manque de patriotisme latin. […] [Le] livre a été interdit à Constantinople…1 »

  • 2 Victor Bérard a consacré à la Macédoine les ouvrages suivants : La Turquie et l’hellénisme contempo (...)
  • 3 « In the same year (1913) an international committee was set up by the Carnegie Endowment for Inter (...)
  • 4 Hristo Andorov-Poljanski (dir.), Documents on the Struggle of the Macedonian People for Independenc (...)

2Cette incompréhension n’a, certes, rien pour nous surprendre : il s’agissait de la Macédoine et des idées d’un humaniste radical, qui militait pour la cause des peuples opprimés (des Crétois et des Arméniens, entre autres), mettait en garde contre les écueils du nationalisme et poussait la critique du régime ottoman jusqu’à la diabolisation. Dans ce conflit sanglant des nationalismes et des religions qui devait marquer l’histoire des Balkans jusqu’à la toute fin du xxe s., les idées de Bérard sur la Macédoine ne pouvaient plaire à personne. En fait, elles restent toujours une affaire épineuse et obscure. La plupart des lectures modernes des trois ouvrages que Bérard consacra à la Macédoine entre 1893 et 1904 sont hâtives et partiales2. Elles visent à puiser les arguments nécessaires à la construction de thèses toujours engagées et étrangères à l’esprit de Bérard : l’historiographie grecque actuelle le considère souvent comme un partisan de la politique bulgare3, tandis qu’à Skopje, il est cité comme un des pères de l’idée nationale macédonienne4.

3Suivre les positions de Bérard sur la question de la Macédoine, c’est suivre les tensions entre l’idée philhellène en déclin, la confrontation des intérêts politiques internationaux dans la région, et les engagements d’un humanisme politique radical à l’aube du xxe s. C’est aussi remonter aux frictions plus profondes qui surviennent dans le champ épistémologique des sciences géographiques : la mise en question du déterminisme géopolitique des races et des nations et l’avènement d’une intelligence géographique régionale et humaine inédite, qui opta pour des modes d’organisation politique et spatiale moins centralisés, au-delà des normes et des critères nationaux d’ordre historique, culturel ou confessionnel.

  • 5 La Gauche démocratique était un groupe de sénateurs centre-gauche. Pour la place des intellectuels (...)

4En effet, c’est à de multiples titres que Victor Bérard propose ses enquêtes macédoniennes. Son apprentissage à l’École française d’Athènes, ses études érudites sur les origines des cultes arcadiens et ses amples travaux sur Homère témoignent de son séjour prolongé dans les cantons grecs de la République des Lettres. Bérard était en effet helléniste, quoique de manière peu conventionnelle, explorant les origines orientales de la culture grecque. D’autre part, ses écrits politiques nombreux, sa collaboration à la Revue de Paris et son parcours au sein de la Gauche démocratique ne laissent pas de doute sur ses engagements politiques5. De surcroît, Victor Bérard était géographe : élève de Paul Vidal de la Blache à l’École normale supérieure, il enseigna ensuite la géographie ancienne à l’École pratique des hautes études et la géographie politique à l’École supérieure de la marine. Bérard abordait tous les problèmes « en géographe », comme le souligne son biographe, Louis Albert. À en croire ce dernier, c’est précisément le regard du géographe qui fait l’unité de son œuvre, qu’elle relève de l’érudition ou de la réflexion politique :

  • 6 Louis Albert, « Victor Bérard », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1931), p. 714-720 (citation (...)

5Il ne comprenait vraiment une question diplomatique que quand il l’avait située dans un cadre géographique ; elle devenait alors pour lui le produit d’un certain terroir dont les différences de relief, de climat, de végétation, de ressources, expliquaient par leurs oppositions les forces sociales, politiques en conflit… Par delà les dieux, les héros ou les hommes d’État, il voit des routes, le va-et-vient de peuples dont les techniques, les ouvrages, les politiques suivent des mouvements réguliers de flux et de reflux…6 

Un pays partagé (1893), un pays à prendre et à coloniser (1896)

  • 7 Victor Bérard, La Turquie et l’Hellénisme contemporain, Paris, Félix Alcan, 1893, p. XV-XVII.

6Les analyses réitérées de la situation macédonienne que Bérard entreprit dans trois ouvrages successifs reposent sur une approche spatiale évolutive, une réflexion géographique en élaboration. En 1893, dans la préface de La Turquie et l’Hellénisme contemporain, il esquive toute tentative de définition de géographie politique, administrative ou historique, pour avancer une définition fondée sur des données de la géographie naturelle et humaine. Bérard définit la Macédoine comme « une région naturelle dont les limites sont assez nettes », une « région continentale », qui « présente une grande uniformité dans la forme et la disposition de ses vallées ». Il conçoit la géographie régionale de la Macédoine comme un système de hauts plateaux successifs, façonnés par le travail des fleuves, qui constituent de ce fait un système unificateur interne de communication. Les habitants viennent ensuite, comme des prolongations ou des enchevêtrements de populations des pays limitrophes, Hellènes, Serbes ou Bulgares, piégées dans des visions nationales antagonistes, inspirées par « les intérêts matériels, les souvenirs historiques et les traditions de race »7.

  • 8 Paul Claval (dir.), Autour de Vidal de la Blache. La formation de l’école française de géographie, (...)

7Le livre s’articule autour des trois composantes ethniques de la Macédoine et propose une mosaïque de tableaux à partir desquels son auteur s’adonne à un examen détaillé des « genres de vie », dans leurs « milieux » socioculturels, politiques et naturels. La leçon de géographie régionale et humaine de Vidal de la Blache transparaît tout au long du récit de Bérard, surtout dans l’effort constant d’envisager des modes d’organisation possibles, moins étatiques et moins centralisés. Tout comme Vidal, Bérard s’intéresse aux aspects humains et politiques, à la géologie, aux transports et à l’histoire, aux formes de civilisation, et à la circulation des hommes8.

8Lors de son premier voyage en Macédoine effectué en 1890 (et publié en 1893), il ne semble pas foncièrement conscient des véritables dimensions du problème ni de son degré de complexité. Il partit en philhellène averti, se proposant d’évaluer les chances de l’hellénisme dans la région :

  • 9  Victor Bérard, op. cit. (n. 7), p. XIII-XIV.

Parmi les peuples en présence, je me trouvais en relations plus intimes et plus fréquentes avec les Grecs : j’ai tâché de connaître l’hellénisme. […] Sans l’enthousiasme des Philhellènes d’autrefois, sans le mépris des Mishellènes contemporains, je me suis proposé la recherche impartiale de la vérité… Ma très réelle sympathie pour les Grecs ne m’a donc pas fait prendre tous leurs rêves pour des réalités… Mais je n’ai pas à soutenir leurs droits, encore moins à défendre leurs revendications. Je veux calculer seulement leurs chances de succès9.

  • 10 « La Sublime Porte s’engage à appliquer scrupuleusement dans l’île de Crète le règlement organique (...)

9La situation du pays était déplorable et aucune mesure n’était prise pour mettre en œuvre les réformes prévues par l’article 23 du traité de Berlin10. En revanche, les avanies turques et les vexations albanaises étaient plus fréquentes, partout régnaient l’injustice et la misère. Quant aux « chances » grecques, elles lui parurent fort douteuses, l’animosité contre les pratiques du patriarcat de Constantinople étant généralisée au sein de la population slave fidèle à l’exarchat. Bérard a pu constater le recul de l’hellénisme dès son entrée en Macédoine slave. Dans la bourgade de Strouga sur le Drin :

  • 11 Victor Bérard, op. cit. (n. 7), p. 101.

[…] les passants ne répondent rien et ne semblent comprendre ni l’albanais, ni le turc, ni le grec… Nous interrogeons en grec une longue et large culotte des îles, un Grec celui-là, avec sa veste lacée par derrière, ses bas bien tirés aux genoux, et ses souliers découverts, quelque « bacal » venu jusqu’ici de Tinos ou de Mételin : – « Nous ne parlons pas grec ici, den miloumé ta Romaïka edo ; nous sommes Bulgares, imasthe Voulgari », nous répond-il, dans le plus pur grec du monde grec… Nous nous étonnons qu’un patriote bulgare porte le costume insulaire hellénique. – « C’est qu’il n’est pas d’ici, mais de Salonique et qu’avant d’être Bulgare, du temps où il ne savait pas encore, il se croyait Hellène ». Nous osons lui dire que son hellénisme perce encore, malgré son savoir, dans la vivacité de ses gestes et de son bavardage. – « Pourtant, depuis qu’il est allé à Sofia et qu’il sait, il est Bulgare ; et à Strouga, tout le monde est bulgare »11.

10L’anecdote ne manque pas de pittoresque ; elle illustre clairement les effets de la propagande et laisse transparaître la fragilité des identités ethniques en Macédoine. En bon helléniste, Bérard savait que le sentiment national grec était affaire de libre choix, d’adhésion volontaire, et non pas de critères ethnographiques. Or, il se rendrait bientôt compte qu’il en allait de même pour les autres sentiments nationaux en Macédoine.

11Le second voyage de Victor Bérard en Macédoine s’effectue à l’automne 1896, au lendemain des « réformes » ottomanes, et à la veille de la révolte de 1897, orchestrée par les comités bulgares. Son parcours le conduit dans les métropoles, les grandes villes macédoniennes : Uskub, Pristina, Salonique, Monastir, Serres. Bérard tente de tâter le pouls des populations plus homogènes concentrées dans le collier des grandes villes situées presque à la frontière, puisque :

  • 12 Victor Bérard, La Macédoine, Paris, Calmann-Lévy, 1897, p. 307-308. La peinture des pointillistes e (...)

[…] dans cette Macédoine bigarrée et embrouillée, où trouver, sauf en certains districts-frontière, un coin entièrement serbe, grec ou bulgare ? Toutes les races et toutes les religions sont mélangées en un fouillis inextricable. Les frontières des unes et des autres se chevauchent ou plutôt n’existent pas : la peinture des pointillistes pourrait nous offrir un fidèle tableau de ce pays12.

12Il trace le portrait d’un pays bouleversé de fond en comble. Outre l’état des consciences rendu explosif par l’action des comités de volontaires bulgares et grecs, il constate partout l’incompétence et la comédie amère des réformes ottomanes, la misère générale du pays mis à mal par les vexations et les violences constantes des mercenaires albanais, ce qu’il appelle « les mangeries du régime hamidien ». Il juge impératif que la situation change : « que n’importe quel avenir puisse être préféré à l’état présent. La Macédoine aux Serbes ! La Macédoine aux Grecs, aux Bulgares, à l’Autriche ou même aux Macédoniens ! » s’écrie-t-il.

  • 13 Victor Bérard, op. cit. (n. 12), p. 13.
  • 14 Ibid., p. 14.

13La définition géographique de la Macédoine devient plus nuancée, plus instable. À l’image uniforme et structurée de 1893 succède celle d’une « région tourmentée » qui ne forme « ni un tout compact ni un ensemble continu. C’est une juxtaposition de plaines closes, de compartiments voisins et pourtant presque indépendants l’un de l’autre. […] Ces compartiments […] ne communiquent que par des cols élevés ou par des brèches de rivières »13. Dans chacun de ces enclos, la population peu dense n’est pas éparpillée à travers champs, ni étalée en nappe uniforme, ni même disséminée en poussière de fermes, de hameaux et de villages. Guerres et inondations l’ont poussée à se grouper « en petites villes sur le pourtour des monts. Chaque plaine, déserte, a son collier de villes… Il faut donc nous représenter ce pays comme un damier aux larges cases, qui, en l’état actuel de civilisation, ne sont ni toutes ni entièrement habitables et dont la plupart sont très peu habitées14. »

  • 15 Ibid., p. 18-19.

14La population, loin de croître, diminue de jour en jour, du fait de l’émigration des Turcs vers l’Asie Mineure, de l’exode des chrétiens vers la Serbie, la Bulgarie ou la Grèce, des « fantaisies sanglantes » de l’Albanais, des tracasseries et des escroqueries des préfets turcs, et surtout de « cet admirable instrument de syphilisation et de dépeuplement qu’est l’armée turque. » Cet état d’abandon et de délabrement, cette absence (anarchique) de cohérence et d’emprise, est néanmoins grosse de potentialités. Quand les Grecs ou les Bulgares revendiquent cette région, ils oublient qu’en réalité « la Macédoine n’est encore à personne. Elle est à ceux qui la prendront pour la coloniser »15.

  • 16 Lucien Febvre, La Terre et l’évolution humaine, Paris, Albin Michel, 1970, p. 31 (1re éd. La Renais (...)
  • 17 Voir Ivan Savev, « Victor Bérard et la Macédoine », Conflits et mémoires dans les Balkans, Cahiers (...)

15On reconnaît aisément la leçon de Vidal sur le potentiel de transformation des environnements naturels par l’action humaine, ce que Lucien Febvre a appelé son « possibilisme16 ». Le principe de la mobilité est au cœur de l’approche vidalienne, il lui confère une souplesse, tout en l’opposant aux déterminismes géopolitiques de la nature ou de la race de Friedrich Ratzel alors dominants. Ainsi, dans l’éventail ouvert des possibilités, Bérard décèle le jaillissement d’une identité nouvelle pour les populations slaves mitigées de la Macédoine : « En réalité, écrit-il, cette masse […] varie du Bosniaque le plus pur au Bulgare authentique, en passant par le Serbe et le Macédonien proprement dit […]. Ils se disaient Bulgares hier, ils se disent Serbes aujourd’hui, ils se diront Macédoniens demain17 ».

Le laboratoire fédéral (1904)

16C’est précisément le potentiel de cette population qui fait l’objet de son dernier ouvrage sur la région, Pro Macedonia. Bérard résume ainsi les transformations cruciales observées en Macédoine :

  • 18 Victor Bérard, « Pro Macedonia ». L’action austro-russe. Les bombes de Salonique. Le mémorandum bul (...)

Par un progrès constant, les Slaves ont gagné du terrain et les Hellènes en ont perdu. Descendant de leurs montagnes, les Slaves ont aisément envahi les vallées intérieures, puis les plaines côtières. Ils se sont installés dans les villes et même en certains ports. […] Un autre mouvement, non moins continu et non moins visible, a fait déborder l’Albanie sur la Macédoine occidentale. […] Des populations entières ont disparu devant eux. […] Mais ces changements matériels ont bien moins d’importance qu’un autre changement tout moral survenu depuis quatre ou cinq ans. La Macédoine, autrefois tiraillée entre quatre ou cinq propagandes étrangères qui, serbe, bulgare, valaque, grecque, etc., avaient toutes pour double caractère d’être nationalistes et d’être religieuses, de revendiquer l’annexion à la Grèce, à la Bulgarie ou à la Serbie, etc., et de s’appuyer sur une Église serbe, grecque ou bulgare. À ces nationalismes cléricaux, fait place aujourd’hui une organisation fédéraliste et révolutionnaire, qui voudrait s’appuyer uniquement sur l’élément indigène ; elle revendique pour la Macédoine et les Macédoniens une existence propre et, sinon des droits ou privilèges politiques, tout au moins des réformes administratives et un gouvernement particulier…18

  • 19 Jacques Ancel, Manuel historique de la Question d’Orient (1792-1925), Paris, Delagrave, 1926.
  • 20 L’Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne fut créée à Salonique en 1893 ; l’Organisati (...)

17En effet, entre 1896 et 1903 les événements se sont accélérés. La révolte de 1897 a amené 200 000 réfugiés en Bulgarie et la transformation de la Macédoine en « champ clos des comitadjis slaves, des andartès grecs et des bachi-bouzouk musulmans19 ». La conférence de l’Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne tenue à Salonique en 1896, craignant que la région ne connaisse le sort de la Roumélie Orientale, refusa d’associer le mouvement révolutionnaire à la Bulgarie, réclama l’indépendance de la Macédoine et la création d’une fédération20.

  • 21 Revue socialiste, 22.128 (août 1895), p. 202-213. En outre, Panagiotis Argyriadès devait aussi publ (...)
  • 22 Il était certes difficile de se référer à la presse socialiste de l’époque, qui adoptait un ton for (...)
  • 23 Yannis Megas, Οι «βαρκάρηδες» της Θεσσαλονίκης. Η αναρχική βουλγαρική οµάδα και οι βοµβιστικές ενέρ (...)

18L’idée fédéraliste faisait partie de l’idéologie socialiste de la fin du xixe s. Le projet d’une confédération balkanique avait été présenté en France par Panagiotis Argyriadès, président de la Ligue de la Conférence balkanique, dans la Revue socialiste en 1895 et sous le titre « le Fédéralisme et la question d’Orient21 ». C’est précisément à ces idées que Victor Bérard souscrit, sans évidemment se référer aux auteurs22. Pro Macedonia n’est pas le fruit d’un nouveau voyage, ni d’une nouvelle étude de géographie. Le livre, paru en 1904, reprend en partie des articles publiés dans la Revue de Paris en 1903. Il consiste en une analyse politique, inspirée par les événements, fondée sur des documents diplomatiques, des rapports consulaires, le Livre jaune publié par le ministère des Affaires étrangères, les communiqués des insurgés et les articles parus dans la presse. C’est un texte polémique relativement bref, une défense des révolutionnaires macédoniens. Il est composé de pièces plutôt disparates, formant une sorte de dossier. Bérard traite de la débâcle de l’administration ottomane des Balkans, de l’impossibilité des réformes promises et du climat de violence généralisée, tolérée par les Autrichiens et les Russes. Il fait ensuite une apologie enthousiaste des révolutionnaires macédoniens, de leurs visions fédérales, justifiant même leurs moyens d’action, y compris les attentats à la bombe contre les établissements européens et grecs de Salonique en 190323. Bérard milite pour le soutien international de la cause révolutionnaire et présente, comme seule solution possible, le projet d’une fédération macédonienne autonome, suivant le modèle suisse, matrice d’une confédération balkanique future.

  • 24 Victor Bérard, op. cit. (n. 18), p. 195.
  • 25 Ibid., p. 207.

19Figurent ensuite dans l’ouvrage le Mémorandum bulgare de 1903 sur les atrocités turques contre les populations slaves de la Macédoine, commises avec la complicité des autorités grecques ; puis un projet d’action internationale pour la pacification, analogue à celui adopté en Crète. Bérard propose l’autonomie de la région, l’application des réformes prévues par le traité de Berlin et la création d’une fédération macédonienne sous la tutelle des puissances occidentales. se clôt sur une lettre ouverte adressée au peuple grec et intitulée « Aux Hellènes ». Elle met ce dernier en garde contre les pratiques jugées humiliantes du gouvernement et des élites intellectuelles, qui tolèrent la suppression du mouvement révolutionnaire par le régime hamidien. Bérard raille « l’ignorance et l’égoïsme des politiciens d’Athènes24 ». La bonne entente gréco-turque stipulée par le pacte commercial de 1903 prouve que « les directeurs de l’hellénisme l’ont engagé dans une voie qui ne peut conduire qu’à la honte. En 1893, faillite financière ; en 1897, faillite militaire ; en 1903, faillite morale. Il est temps, chers amis, que vous arrêtiez la série25. »

  • 26 Néoclès Kasasis, L’Hellénisme et la Macédoine, Paris, Imprimerie de la Renaissance latine, 1903.
  • 27 L’opuscule de Kasasis se clôt sur une longue liste des crimes commis par les Bulgares contre les Gr (...)
  • 28 Ibid., p. 72.
  • 29 Victor Bérard, op. cit. (n. 18), p. 208.

20Cette lettre ouverte est aussi une réponse à Néoclès Kasasis, recteur de l’université d’Athènes, qui s’est rendu à Paris afin de présenter les positions grecques. Kasasis publia son Hellénisme et la Macédoine en 1903, avec l’adage Audiatur et altera pars, une riposte au soutien apporté par l’opinion publique occidentale aux insurgés de la Macédoine26. Son exposé, érudit et élégant, récapitule les arguments historiques et culturels et résume les positions grecques : « La Macédoine est grecque, elle est partie intégrante de la Péninsule hellénique, dite balkanique ; […] la terre Macédonienne constitua de tout temps le boulevard de l’Hellénisme, sa forte barrière contre les envahisseurs du nord. » Selon ses dires, les seuls responsables de la situation actuelle sont les Bulgares, instruments de la politique russe de panslavisme27. Kasasis s’indigne de voir Bérard accuser les autorités grecques de coopération illicite avec les autorités ottomanes contre les insurgés en Macédoine. Il se scandalise également que Bérard ait osé comparer les « brigands nihilistes » qui posèrent les bombes à Salonique à l’héroïsme de Canaris, et il réfute l’existence d’une révolution macédonienne et d’une idée macédonienne : « Quant à une conscience macédonienne, elle n’existe pas plus qu’une nationalité ou une histoire macédonienne. […] M. Victor Bérard est sans doute allé trop loin : il n’y a pas d’idée macédonienne, car il n’y a pas de race macédonienne28. » La réaction de Bérard devait être redoutable. Il répliqua sans mâcher ses mots : « M. Kasasis est venu nous présenter l’apologie de cette politique déshonorante, innocenter Abd-ul-Hamid et incriminer les seuls Bulgares, refuser les vraies réformes et dire que les lois hamidiennes sont suffisantes pour régler le problème macédonien…29 »

*
*  *

21Les essais réunis dans ce livre montrent clairement que – la question homérique mise à part – la Question d’Orient était manifestement la préoccupation principale de ce polymathe militant, toujours alerte et entreprenant. Et, parmi les multiples facettes de cette question, l’affaire macédonienne a, de toute évidence, occupé une place importante dans sa vie, puisqu’il y est fréquemment revenu pendant quinze années consécutives, entre 1890 et 1904. L’expérience intime de ses deux voyages dans la région est la source première de sa fascination pour le pays et ses habitants, ce mélange inouï de langues, de cultures et de confessions, cette poussière d’empires en miettes.

  • 30 Paul Vidal de La Blache, La Personnalité géographique de la France, Paris, La Table Ronde, 1994 (1r (...)
  • 31 Voir Marie-Claire Robic, « La stratégie épistémologique du mixte : le “dossier” vidalien », Espaces (...)

22Les populations de la Macédoine en mutation offrent à Bérard un véritable cours de géographie humaine expérimentale : « L’accroissement noie ainsi les populations diverses jusqu’à en faire un peuple hétérogène avant que ne survienne une autre vague migratoire plus importante encore. Amenant à la disparition ou à la localisation de cette même population », professait Vidal de la Blache30. Ainsi, le pays pittoresque et souffrant de 1890, terrain douteux des ambitions grecques, devient la Macédoine de personne ou de tout le monde en 1896 – un pays à prendre et à coloniser – pour se transformer en un laboratoire des idées révolutionnaires fédérales. Bérard reste fasciné par la genèse d’une formation spatiale nouvelle dans les vestiges ottomans des Balkans, la possibilité d’une entité multiethnique fédérée, encore une vision vidalienne d’identité régionale décentralisée, érigée autour d’un système de métropoles et respectant les souvenirs historiques et les traditions de chacun des peuples qui la composaient31.

  • 32 À propos de la Grande Idée grecque, il devait écrire en 1893 : « Leur Grande Idée m’est chère comme (...)
  • 33 Louis Albert, op. cit. (n. 6), p. 719.

23« Ce sont là, peut-être, ambitions chimériques, mais ce sont aussi ambitions nouvelles au Levant » affirme-t-il. Bérard est conscient de la force des utopies32. Les occurrences du mot chimère et de ses dérivés sont très nombreuses dans ses textes, et son biographe, Louis Albert, atteste qu’« il pensait toujours grand. » Il nous livre, du reste, une anecdote fort éloquente : « Un jour, me parlant d’un article écrit par un de ses confrères sur l’Égypte contemporaine, il me dit : C’est bien, mais ça manque de Pyramides ! »33

Notes

1 Victor Bérard, La Turquie et l’Hellénisme contemporain : Macédoine, Hellènes, Bulgares, Valaques3, Paris, Félix Alcan, 1897. Préface à la deuxième édition, p. III.

2 Victor Bérard a consacré à la Macédoine les ouvrages suivants : La Turquie et l’hellénisme contemporain : Macédoine, Hellènes, Bulgares, Valaques, Paris, Félix Alcan, 1893 (rééd. 21896, 31897, 41897, 51904, 61911) ; La Macédoine, Paris, Calmann-Lévy, 1897 (2e éd. 1900) ; « Pro Macedonia ». L’action austro-russe. Les bombes de Salonique. Le Mémorandum bulgare. Une action franco-anglo-italienne. Aux Hellènes, Paris, Armand Colin, 1904.

3 « In the same year (1913) an international committee was set up by the Carnegie Endowment for International Peace to investigate the crimes that had been committed during the Balkan Wars. […] Members of the committee included Henry Brailsford, Victor Bérard, and the Russian deputy and professor of history and archaeology Pavel Nikolajevic Miljukov — all of them well known for their pro-Bulgarian sympathies. » Basil C. Gounaris, « The Historiography and Cartography of the Macedonian Question », dans Ioannis Koliopoulos (éd.) The History of Macedonia, Thessalonique, Musée de la lutte pour la libération de la Macédoine, 2007, p. 211-240 (citation p. 219).

4 Hristo Andorov-Poljanski (dir.), Documents on the Struggle of the Macedonian People for Independence and Nation-State: Volume I, From the Settlement of the Slavs in Macedonia up to the End of the First World War, Skopje, Kyril and Methodios University, 1985, p. 412-415. Voir aussi « Documents of the Continued Existence of Macedonia and the Macedonian Nation for a period of over 2500 years » [en ligne]. URL : http://www.historyofmacedonia.org/ConciseMacedonia/Documents.htlm. Consulté le 1er mars 2015.

5 La Gauche démocratique était un groupe de sénateurs centre-gauche. Pour la place des intellectuels au sein du groupe, voir Albert Thibaudet, La République des professeurs, Paris, Grasset, 1927, p. 247-264. Pour la participation de Bérard, voir l’article de Jean Garrigues dans ce volume, infra p. 293-302.

6 Louis Albert, « Victor Bérard », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1931), p. 714-720 (citation p. 718).

7 Victor Bérard, La Turquie et l’Hellénisme contemporain, Paris, Félix Alcan, 1893, p. XV-XVII.

8 Paul Claval (dir.), Autour de Vidal de la Blache. La formation de l’école française de géographie, Paris, Éditions du CNRS, 1993.

9  Victor Bérard, op. cit. (n. 7), p. XIII-XIV.

10 « La Sublime Porte s’engage à appliquer scrupuleusement dans l’île de Crète le règlement organique de 1868 en y apportant les modifications qui seraient jugées équitables. Des règlements analogues adaptés aux besoins locaux, sauf en ce qui concerne les exemptions d’impôt accordées à la Crète, seront également introduits dans les autres parties de la Turquie d’Europe pour lesquelles une organisation particulière n’a pas été prévue par le présent traité. La Sublime Porte chargera des commissions spéciales, au sein desquelles l’élément indigène sera largement représenté, d’élaborer les détails de ces nouveaux règlements dans chaque province. Les projets d’organisation résultant de ces travaux seront soumis à l’examen de la Sublime Porte qui, avant de promulguer les actes destinés à les faire entrer en vigueur, prendra l’avis de la Commission européenne instituée pour la Roumélie-Orientale. »

11 Victor Bérard, op. cit. (n. 7), p. 101.

12 Victor Bérard, La Macédoine, Paris, Calmann-Lévy, 1897, p. 307-308. La peinture des pointillistes est une référence aux cartes ethnographiques de la Macédoine. Voir Henry Robert Wilkinson, Maps and Politics: a Review of the Ethnographic Cartography of Macedonia, Liverpool, University Press, 1951.

13 Victor Bérard, op. cit. (n. 12), p. 13.

14 Ibid., p. 14.

15 Ibid., p. 18-19.

16 Lucien Febvre, La Terre et l’évolution humaine, Paris, Albin Michel, 1970, p. 31 (1re éd. La Renaissance du livre, 1922).

17 Voir Ivan Savev, « Victor Bérard et la Macédoine », Conflits et mémoires dans les Balkans, Cahiers Balkaniques 38-39 (2011), p. 149-166 (citation p. 152).

18 Victor Bérard, « Pro Macedonia ». L’action austro-russe. Les bombes de Salonique. Le mémorandum bulgare. Une action franco-anglo-italienne. Aux Hellènes, Paris, Armand Colin, 1904, p. VII. La 5e édition de La Turquie et l’Hellénisme contemporain parut la même année (1904).

19 Jacques Ancel, Manuel historique de la Question d’Orient (1792-1925), Paris, Delagrave, 1926.

20 L’Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne fut créée à Salonique en 1893 ; l’Organisation restait sous influence bulgare et avait à l’origine comme objectif l’autonomie de la région et l’application des réformes prévues par le traité de Berlin. Le projet d’autonomie fut remplacé par celui de l’indépendance, lors du congrès de l’Organisation révolutionnaire en 1896.

21 Revue socialiste, 22.128 (août 1895), p. 202-213. En outre, Panagiotis Argyriadès devait aussi publier ses idées sur une fédération macédonienne dans l’Almanach de la question sociale illustrée, Paris, 1896, p. 240-244. En 1896, Argyriadès, avec le broussiste Paul Lagarde, reviendra sur la question (en insistant sur la fédération de la Macédoine) avec un second article intitulé « Solution de la question d’Orient - la Confédération balkanique et la Macédoine », publié dans la revue Question sociale. Sur Panagiotis Argyriadès (1849-1901), voir Loukis Hasiotis, « Ένας Έλληνας εµιγκρές στην πατρίδα των επαναστάσεων: Η δράση του Παύλου Αργυριάδη στο Παρίσι (1871-1900) », Mnémé Ellis Skopetea, Thessalonique, University Studio Press, 2005, p. 57-68. Paul Lagarde (1874-1908), secrétaire de Maurice Barrès, socialiste, anticlérical, et franc-maçon, avait épousé la fille de Paul Brousse. Il était responsable du Prolétaire, organe de la Fédération des travailleurs socialistes de France.

22 Il était certes difficile de se référer à la presse socialiste de l’époque, qui adoptait un ton fort militant et se servait du calendrier révolutionnaire.

23 Yannis Megas, Οι «βαρκάρηδες» της Θεσσαλονίκης. Η αναρχική βουλγαρική οµάδα και οι βοµβιστικές ενέργειες του 1903, Athènes, Trochalia, 1994 ; Duncam D. Perry, The Politics of Terror. The Macedonian Revolutionary Movements, 1893-1903, Durham, Duke University Press, 1988. Sur l’insurrection du 2 août 1903, voir Gaston Routier, La Question macédonienne, Paris, Librairie Le Soudier, 1903. 

24 Victor Bérard, op. cit. (n. 18), p. 195.

25 Ibid., p. 207.

26 Néoclès Kasasis, L’Hellénisme et la Macédoine, Paris, Imprimerie de la Renaissance latine, 1903.

27 L’opuscule de Kasasis se clôt sur une longue liste des crimes commis par les Bulgares contre les Grecs (ibid., p. 79-96).

28 Ibid., p. 72.

29 Victor Bérard, op. cit. (n. 18), p. 208.

30 Paul Vidal de La Blache, La Personnalité géographique de la France, Paris, La Table Ronde, 1994 (1re éd. 1903), p. 54.

31 Voir Marie-Claire Robic, « La stratégie épistémologique du mixte : le “dossier” vidalien », Espaces Temps 47-48, La fabrique des sciences sociales. Lectures d’une écriture (1991), p. 53-66. Voir aussi Jacquemine Garel, La Construction sociale d’une notion géographique. La notion de groupements régionaux d’après Vidal de la Blache (1880-1940), thèse, université de Paris I, 2000.

32 À propos de la Grande Idée grecque, il devait écrire en 1893 : « Leur Grande Idée m’est chère comme une noble conception de l’esprit et un bel effort du patriotisme. » Victor Bérard, op. cit. (n. 7), p. XIV.

33 Louis Albert, op. cit. (n. 6), p. 719.

Auteur

Historien, est directeur de recherches au FNRS (Athènes) et directeur d’études à l’EPHE

© École française d’Athènes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search