Desktop versionMobile version

Portraits de Victor Bérard

 | 
Sophie Basch

Le témoin de son temps : la Question d’Orient, la Grèce, la Macédoine, la destruction des Arméniens

L’écrivain engagé et le bureaucrate zélé

La prise de la Banque ottomane et les « événements » de 1896 selon Victor Bérard et Hüseyin Nazım Pacha

Edhem Eldem

Abstract

The engaged writer and the zealous bureaucrat: the occupation of the Ottoman bank and the ‘events’ of 1896 according to Victor Bérard and Hüseyin Nazım Pacha
In 1897 Victor Bérard’s The Sultan’s Policy was published, an indictment of Abdülhamid II, deemed responsible for the massacres carried out against his Armenian subjects. The work began with a description of the massacres that had followed the occupation of the imperial Ottoman bank in Istanbul by an Armenian commando unit on August 25 1896. The aim of this paper is to review these bloody events in the light of ‘local’ documents, notably those of the Ottoman police, who had been charged with suppressing the uprising and maintaining order. Bérard, in the role of an ardent defender of an oppressed people, did not stint on tragic touches to move his audience, whereas Nazım Pacha, the prefect of police, strove to minimise and justify the popular violence. A critical reading of these documents, however, provides a sense of the genuine nature of this tragedy and the political responsibilities that stemmed from it.

Full text

Bérard et sa Politique du Sultan

  • 1 Victor Bérard, La Politique du Sultan, Paris, Calmann-Lévy, 1897, xix, 361 p. Pour d’autres édition (...)
  • 2 Aubert (1876-?) était l’auteur de la Paix japonaise, Paris, Armand Colin, 1906 ; de Américains et J (...)
  • 3 Louis F. Aubert, « Victor Bérard », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1931), p. 714-720.

1En 1897 paraissait chez Calmann-Lévy un ouvrage de Victor Bérard intitulé La Politique du Sultan1. L’ouvrage était dédicacé à Louis Aubert, collaborateur de Bérard à La Revue de Paris2 et qui rédigea une longue nécrologie de son ami dans la même revue en décembre 19313. C’est dans cet hommage qu’il évoquait l’importance et l’impact des commentaires de Bérard sur les massacres perpétrés par le sultan Abdülhamid II :

  • 4 Victor Bérard, La Turquie et l’Hellénisme contemporain. La Macédoine : Hellènes, Bulgares, Valaques (...)
  • 5  Victor Bérard, « La fête des Saints-Apôtres », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1895), p. 314-340
  • 6  Paul Cambon (1843-1924) fut ambassadeur de France à Constantinople de 1890 à 1898.
  • 7  Thérapia, en turc Tarabya, village situé sur le Bosphore où se trouvait la résidence d’été de l’am (...)
  • 8  Victor Bérard, « La Politique du Sultan », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1896), p. 865-89 (...)
  • 9  Louis F. Aubert, op. cit. (n. 3), p. 714-720, p. 716-717.

De l’Allemagne il s’occupa beaucoup, mais surtout à propos du Maroc et du Proche-Orient, car ses sujets de prédilection le ramenaient vers les Balkans, où il avait voyagé comme élève de l’École d’Athènes. Ses courses d’alors, il les avait décrites dans un livre solide et enjoué, La Turquie et l’Hellénisme contemporain4, et dans un article paru dans la Revue sous le titre : la Fête des Saints-Apôtres5, dont j’ai entendu Paul Cambon6 parler avec délices, il y a trente-cinq ans, sur la terrasse de Thérapia7. C’était en 1896, au cours d’un voyage en Macédoine, en Thrace et à Constantinople, dont Bérard rapporta une série d’articles sur la Politique du Sultan8. Il racontait que plusieurs centaines de milliers d’Arméniens avaient été massacrés par les Turcs de la manière la plus officielle, dans tout l’Empire et, en plein midi, jusque dans la rue de Péra, sans que l’opinion publique en Europe eût été alertée, sans que le « Concert européen » eût réussi à se mettre d’accord pour retirer au Sultan l’admirable sentiment d’impunité que son habileté garantissait à sa peur. Le livre fit sensation. Quelle émotion dans les descriptions de massacres empruntées aux enquêtes, aux témoignages les plus sûrs ! Quel pittoresque dans le portrait d’Abdul-Hamid, mystérieux héros de tout ce drame ! Et surtout quelle vigueur dans la dénonciation des déplorables méthodes de la Presse, de la Diplomatie, qui, par intérêt ou par faiblesse, avaient conspiré pour organiser le silence9.

  • 10 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 361.

2Ainsi que le notait Aubert, avant de devenir un livre La Politique du Sultan était d’abord paru sous forme d’une série de trois articles dans La Revue de Paris en décembre 1896 et janvier 1897. La fin de l’ouvrage est datée du 12 février 189710, ce qui confirme qu’il s’agissait bien du même texte, remanié pour les besoins du volume : en effet, la première livraison correspondait aux pages 1 à 75 de l’ouvrage (le chapitre intitulé « Les massacres »), la seconde aux pages 76 à 196 (« Le sultan et l’Arménie ») et la troisième aux pages 197 à 361 (« Les musulmans et l’Europe »).

  • 11 Ernest Lavisse (1842-1922) était depuis devenu membre de l’Académie (1892) et directeur de La Revue (...)
  • 12 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. i-xix.
  • 13 Gabriel Hanotaux (1853-1944), chartiste, historien et diplomate, devint ministre des Affaires étran (...)
  • 14 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. xix.

3Une longue préface du célèbre historien Ernest Lavisse introduisait l’ouvrage publié en 189711. C’était en tant que directeur de La Revue de Paris que Lavisse présentait ainsi le travail de l’un de ses auteurs ; mais son véritable rôle était d’attirer l’attention du public sur la portée politique de ce document, autant du point de vue des événements tragiques qui se déroulaient en Orient que de celui de l’attitude jugée inexplicable et honteuse du gouvernement français12. Si la cible première de l’ouvrage était bien « le sultan », c’est-à-dire Abdülhamid II, installé sur le trône ottoman depuis 1876 et régnant sur le pays par la terreur et l’oppression, un second homme d’État était visé, Gabriel Hanotaux, ministre des Affaires étrangères du gouvernement Méline13. Le principal reproche fait à Hanotaux était celui d’un silence presque complice face aux atrocités commises dans l’Empire ottoman depuis quelques années, au nom du maintien de la paix et de la perspective d’une alliance avec la Russie et l’Allemagne. La germanophilie apparente du ministre aurait déjà suffi à l’incriminer aux yeux d’un patriote revanchard comme Lavisse, mais dans le contexte particulier des massacres d’Arménie, il considérait qu’Hanotaux manquait à tous ses devoirs en n’informant ni le public, ni même le gouvernement et le président de la République des principes de sa politique orientale. Selon Lavisse, tant que la France se montrerait complaisante à l’égard de l’autocrate ottoman, ce dernier se sentirait confirmé dans le sentiment d’impunité qui lui permettait de mener contre ses sujets Arméniens une politique extrêmement violente de répression et d’intimidation. Lavisse donnait en exemple le gouvernement britannique dont la prise de position beaucoup plus ferme avait nettement plus de chances de réussir à forcer Abdülhamid II à adopter une politique respectueuse des engagements qu’il avait pris à la suite du congrès de Berlin. Plus concrètement, il soulignait l’importance des Livres bleus anglais (Blue Books) informant le public des événements d’Orient et des mesures prises par le gouvernement à ce sujet. La France, au contraire, n’avait aucun Livre jaune à fournir au public ou même aux députés pour les informer des événements. « Qu’un député puisse dire avec raison, comme M. de Mun, à la tribune, qu’il est obligé de s’instruire des affaires de son pays dans le Livre Bleu d’Angleterre, n’est-ce pas la preuve d’une erreur grave et fondamentale de notre vie politique ? » demandait Lavisse en guise de conclusion à sa préface14.

  • 15 Ministère des Affaires étrangères, Documents diplomatiques. Affaires arméniennes. Projets de réform (...)
  • 16 « Le livre jaune sur les affaires d’Orient », Journal des débats politiques et littéraires 17 févri (...)
  • 17 « Dernière heure », Journal des débats politiques et littéraires 25 janvier 1897, p. 4.
  • 18 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. xi.

4Le premier des fameux Livres jaunes tant réclamés parut le 16 février 1897, avant même la publication de l’ouvrage de Bérard15. Dès le lendemain, la presse en rendait compte en publiant un certain nombre de documents, pour la plupart issus de la correspondance entre l’ambassade de France à Constantinople et le ministère des Affaires étrangères16. Peut-on en déduire que Bérard et Lavisse parvinrent à forcer la main du gouvernement et, plus particulièrement, du ministre des Affaires étrangères afin d’obtenir satisfaction sur ce point ? C’est possible, si l’on considère que c’est le 25 janvier 1897, soit dix jours après la parution du dernier article de Bérard, que le ministère annonçait pour la première fois que « les Livres Jaunes sur les affaires d’Orient sont actuellement en préparation17 ». C’est ce qui expliquerait que Lavisse en ait été averti, de manière à remarquer dans sa préface : « On nous annonce à présent la publication de deux livres jaunes, dont l’étude critique sera très intéressante, mais comme ils arrivent tard !18 »…

  • 19 Ibid., p. 285.
  • 20 XXX, « En Orient », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1895), p. 449-461.
  • 21 Ibid., p. 460.
  • 22 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 286.

5Il est donc évident que l’intervention de Bérard, aussi bien par le biais de La Revue de Paris que de sa publication, était avant tout politique. Il s’agissait de secouer l’opinion publique, de rameuter les sympathisants de la cause arménienne, de forcer le gouvernement à s’engager plus résolument dans cette affaire et d’amener Hanotaux à se désolidariser d’Abdülhamid II. Sur ce dernier point, Bérard rappelait que Gabriel Hanotaux « avait débuté sa carrière diplomatique auprès du Sultan » et « qu’il gardait [à celui-ci] une estime et une admiration justifiées »19. Il lui attribuait un article signé XXX, paru le 1er décembre dans La Revue de Paris20, quelques mois à peine après les massacres du mois d’octobre, et dont l’auteur, s’opposant à la politique de Lord Salisbury, prenait la défense d’Abdülhamid II et concluait « Si tout le monde respecte l’intégrité de la Turquie, tout le monde doit désirer voir l’autorité du sultan s’exercer et s’exercer seule dans ces limites21 ». On comprend dès lors que Bérard ait accusé Hanotaux de se faire « auprès du public et du gouvernement français l’avocat d’Abd-ul-Hamid22 » ; et il est fort probable qu’il ait eu raison, si l’on considère ce court passage d’une dépêche où l’ambassadeur Cambon rendait compte à Hanotaux du résultat de son entrevue avec le sultan le 7 novembre 1896, environ deux mois après les massacres de 1896 :

  • 23 Ministère des Affaires étrangères, Documents diplomatiques français (1871-1914), 1re série (1871-19 (...)

En terminant, le Sultan m’a dit qu’il comptait sur Votre Excellence pour être défendu devant les Chambres françaises. Je lui ai répondu que, pour vous mettre en état de le défendre, il fallait convertir en actes toutes les mesures annoncées23.

  • 24 Ministère des Affaires étrangères, op. cit. (n. 15), p. 320, doc. no 287. Notons que Paul Cambon lu (...)

6Ce qui rend l’affaire d’autant plus suspecte, c’est que ce paragraphe, tiré du volume de documents diplomatiques publié en 1953, n’apparaissait pas dans la transcription de la même dépêche dans le Livre jaune de 189724.

7Il faut noter, toutefois, qu’au-delà d’un brûlot visant Hanotaux, l’ouvrage de Bérard avait une vraie vocation documentaire. En près de quatre cents pages, l’auteur avait essayé de résumer et d’expliquer ce que la presse appelait alors souvent timidement les « événements d’Orient », mais qui consistait essentiellement en une série de massacres perpétrés contre la population arménienne de l’Empire ottoman. Apparemment, Bérard s’était donné pour mission de combler le vide documentaire du gouvernement en se constituant pour ainsi dire son propre Livre jaune qui retracerait l’évolution de cette crise depuis les années 1890. À la différence d’un véritable Livre jaune, toutefois, La Politique du Sultan n’était pas une compilation de documents, mais plutôt un commentaire analytique de la situation, de ses antécédents et des solutions à envisager.

  • 25 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 7-8.
  • 26 Ibid., p. 13.

8Bérard avait fort bien structuré son ouvrage, tout en en assurant l’impact par des effets de style. Il commençait par un témoignage personnel des plus récents événements dans le quartier de Hasköy, sur la rive nord de la Corne d’Or. En octobre 1896, accompagné de deux autres Français, Bérard avait pu observer par lui-même l’ampleur du massacre dans ce quartier à population majoritairement juive. Certes, plus d’un mois s’était écoulé depuis les événements et Bérard ne pouvait que décrire les traces du massacre qu’il lisait dans la dévastation du quartier et de ses maisons. Pour raconter les massacres, il lui fallait avoir recours aux récits de témoins oculaires : des survivants réfugiés dans l’église du quartier qui lui contèrent leurs épreuves ; le drogman de l’ambassade, qui établit un parallèle entre les « assommades » de 1895 et le carnage du mois précédent. La véritable force du texte de Bérard réside dans le détail des horreurs décrites, parfois avec une désinvolture presque cynique qui essaie de donner une idée de la nature systématique et presque automatique de ce déchaînement de violence. Il n’y a pas vraiment de bilan à proprement parler, mais il parle bien de « dix à vingt hommes » représentant « ce qui reste d’hommes arméniens dans ce quartier de cinq cents familles25 » et de vieilles femmes qui « ont tout vu et sont restées folles26 ». Ce sont des conclusions qui ressemblent étrangement au rapport que fit le chargé d’affaires Jules de la Boulinière au ministre Hanotaux sur la base des observations faites sur le terrain par Pierre de Margerie le 6 septembre 1896 :

  • 27 Ministère des Affaires étrangères, op. cit. (n. 15), p. 284, doc. no 258, de La Boulinière à Hanota (...)

J’ai chargé M. de Margerie de visiter les quartiers les plus éprouvés par les massacres : Kassim Pacha, Hasskeui et Psammatia. Il s’y est rendu aujourd’hui, accompagné d’un Drogman de l’Ambassade.
Je tiens à vous signaler, dès à présent, l’état dans lequel il a trouvé Hasskeui, où il y avait 800 maisons arméniennes renfermant, avant les événements, environ 4,000 habitants : il n’y a pas dix maisons qui n’aient été saccagées de fond en comble ; 550 hommes ont été tués, les autres ont disparu.
Il ne reste au milieu des décombres que des femmes à moitié folles et des enfants27.

  • 28 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 17-18.

9De Hasköy, Bérard passe au cœur de la ville « moderne », les quartiers de Galata et de Péra, où le massacre a été particulièrement intense. Encore une fois, lui-même n’avait pas été témoin des événements ; il avait donc dû se servir du récit de témoins. « Dès les premières heures de mon séjour, j’avais eu vingt récits de témoins oculaires », déclare-t-il d’emblée ; « Mais, avant de rien admettre, il est un témoignage auquel je tenais » ajoute-t-il immédiatement. En effet, c’est un témoignage fort qu’il utilisera pour décrire les massacres d’Istanbul de 1896, puisqu’il émane d’un homme au-dessus de tout soupçon puisque musulman. Il ne le nomme pas, mais il explique qu’il s’agit d’un des « beys albanais » dont il a fait la connaissance lors d’un voyage en Albanie en 1890. C’est donc de la bouche de ce « musulman sans fanatisme » mais dévoué à la « cause turque » que Bérard relate les événements qui ensanglantèrent la capitale ottomane pendant les quelques jours qui suivirent la prise par un commando arménien du siège central de la Banque impériale ottomane28.

  • 29 Ibid., p. 28-29.

10En à peine une dizaine de pages, Bérard réussissait un tour de force : il parvenait à faire raconter par le détail à un musulman les horreurs commises par ses coreligionnaires. Le récit est précis, truffé de détails topographiques qui permettent d’en vérifier l’exactitude ; les atrocités décrites sont nombreuses, variées et terrifiantes ; surtout, on y retrouve tous les signes de l’implication d’officiers et de l’existence de consignes et d’ordres émanant du palais. Après ce « récit d’un témoin impartial29 », Bérard n’a plus qu’à conclure en trois pages, en soulignant les aspects les plus importants des événements. Il s’agit bien sûr, de rappeler la violence et l’ampleur du massacre : il estime le nombre des victimes à 6 000 ou 7 000. Mais surtout, il insiste sur la responsabilité et la préméditation :

  • 30 Ibid., p. 30.

Ces massacres, d’autre part n’ont rien eu d’un mouvement populaire. Tout était préparé d’avance, assommeurs et bâtons, mouchards et charrettes. Tout a marché et tout s’est arrêté au premier signal. Tous ont respecté la consigne : « Le maître a permis de tuer les Arméniens »30.

11Tout était dit. Pourtant, ce n’était que le début : une fois contés les massacres les plus récents, Bérard pouvait se lancer dans une véritable analyse de la situation en Orient. Les massacres de 1896 avaient permis d’attirer l’attention sur la violence des événements qui s’étaient déroulés à deux pas du palais impérial de Yıldız, littéralement aux portes de l’Europe, et de souligner l’incurie et l’hypocrisie du gouvernement français devant ce mépris flagrant des principes les plus fondamentaux du droit et de l’humanité. Il fallait désormais expliquer ce phénomène dans son ensemble, en élargissant la perspective spatiale et temporelle de cette enquête. De fait, la relation des événements d’août-septembre 1896 devenait un prélude permettant de faire un retour en arrière, une sorte de flash-back, sur les événements survenus depuis 1890 dans diverses contrées de l’empire, plus particulièrement en Anatolie orientale. De Sassoun (Sason) à Diarbékir (Diyarbekir), d’Erzéroum (Erzurum) à Kharpout (Harput), de Sivas à Van, Bérard dresse un état des atrocités commises durant les dernières années. Il entreprend ensuite d’analyser toute la question en se penchant sur les principaux acteurs, réservant une section à chacun – le sultan, les Arméniens, les musulmans, l’Europe – afin de rendre compte de la complexité et des dynamiques très particulières de la question. Encore une fois, comme pour les massacres de 1896, Bérard n’est pas lui-même témoin des événements qu’il décrit ; il a de nouveau recours au récit de témoins plus ou moins fiables et à des documents tirés pour la plupart des Blue Books anglais. On y sent une part importante d’anecdotes et d’ouï-dire et Bérard lui-même n’hésite pas à user d’images fortes et colorées pour appuyer ses propos d’un ton particulièrement tragique. Toutefois, malgré la part évidente de dramatisation d’un écrivain engagé, il est frappant de voir à quel point le raisonnement est solide, la perspective historique présente, le récit structuré, les arguments convaincants et le ton, malgré tout, assez impartial. La Politique du Sultan, n’est pas seulement un pamphlet conçu pour rameuter l’opinion publique française ; c’est un véritable travail d’analyse qui tente de décortiquer un problème extrêmement complexe, de le comprendre et, éventuellement, d’y remédier.

12L’objectif du présent article n’est cependant pas d’analyser la totalité des propos de Bérard, ni la Question arménienne sous le régime hamidien. Je préfère me focaliser sur les événements de 1896, ceux-là même que Bérard avait utilisés en prélude de son ouvrage, et en analyserla nature et l’évolution. Le défi à relever, toutefois, est de tenter de bâtir cette analyse sur deux formes de documentation extrêmement différentes, voire même irréconciliables. Bérard m’en fournit la première, celle du pamphlet engagé mais fondé sur un désir de présenter au lecteur des témoignages susceptibles de servir de documentation et de preuve aux arguments avancés. À l’autre extrémité, voire même aux antipodes, il s’agira d’exploiter une documentation « véritable », dans le sens le plus général du terme, émanant soit de la police ottomane, soit de l’administration accusée d’avoir participé aux massacres ou en tout cas de les avoir tolérés. L’exercice n’est pas simple, mais peut s’avérer fort intéressant. En effet, la comparaison de textes de nature si différente n’est pas aisée et risque même de déboucher sur une sorte de dialogue de sourds entre deux versions des faits tout simplement incompatibles ; mais d’un autre côté, on peut espérer en tirer une contribution historiographique et méthodologique de quelque mérite. S’il s’avérait possible de trouver un « juste milieu » entre les récits d’un pamphlétaire engagé et d’une administration partisane, il deviendrait probablement possible de sauver cet épisode tragique des griffes d’un discours hautement politisé et, de ce fait, fort peu respectueux des principes de la discipline historique.

  • 31 C’est pourquoi une première version de ce texte, en turc et sans accent particulier sur Victor Béra (...)

13Évidemment, le problème est avant tout turc. Si l’administration ottomane de l’époque était partisane, voire complice des massacres, l’historiographie turque, elle, est caractérisée par un déni général de la nature criminelle des événements. Par conséquent, il est important de souligner que cette tentative d’examiner la véracité de la thèse du massacre systématique, avancée et défendue par Bérard, à partir de l’étude d’une documentation purement ottomane s’inscrit dans le cadre plus général d’une remise en question de l’historiographie nationaliste turque et de ses prises de position vis-à-vis de la Question arménienne31.

Les faits et les sources

14Il est certainement difficile de prétendre que l’analyse des événements qui suivirent le26 août 1896, la prise et l’occupation du siège central de la Banque impériale ottomaneà Galata par un commando de 26 Arméniens du mouvement Dachnaktsoutioun (Դաշնակցութիւն) tient une place centrale dans ce que la littérature turque appelle évasivement la Question arménienne. En effet, il serait probablement erroné d’attribuer à ce seul incident un rôle déterminant dans un processus de plus de quarante années caractérisé par une violence croissante. Toutefois, le manque flagrant en Turquie d’une discussion calme et raisonnée fondée sur l’étude des faits et des documents nous laisse espérer qu’une étude en profondeur des événements de 1896, centrée sur une analyse comparative des commentaires contemporains souvent contradictoires et sur une lecture critique de la documentation existante, pourrait éventuellement permettre de vérifier s’il est possible de se rapprocher un peu plus d’un récit vraisemblable, à défaut d’être véridique, des événements qui eurent lieu pendant ces quelques journées tragiques. C’est là l’objectif premier de cette contribution.

15Pour procéder dans l’ordre, il nous faudra évidemment commencer par énumérer les sources susceptibles de nourrir notre interrogation. De manière générale, celles-ci se présentent sous trois catégories principales. Tout d’abord, il s’agira de la documentation établie par les individus et les institutions directement impliqués dans les événements ; suivent les témoignages et commentaires d’observateurs qui assistèrent aux événements en question ou qui recueillirent des informations immédiatement après ; enfin, il faudra considérer les études fondées sur les documents appartenant aux deux premières catégories et offrant une analyse historique – ou prétendue telle – de cet épisode sanglant du règne d’Abdülhamid II.

16Cette énumération « plate » des sources demande bien sûr à être revue à l’aune d’une évaluation plus subjective de la documentation en question. Étant donné qu’il est indéniable que le fond du problème repose sur un conflit extrêmement violent, il est clair que cette subjectivité s’articulera autour du désir de justifier et de défendre la cause et les intérêts de l’une ou de l’autre des deux parties impliquées. Au risque de caricaturer la question ou de la simplifier à outrance, nous commencerons par dire que les deux principales tendances sont représentées, d’une part, par les sources reflétant une vision ottomane – et, avec le temps, turque – des faits, et, de l’autre, par des documents alimentant les thèses arméniennes ou arménophiles. Il va sans dire qu’il existe aussi, entre ces deux positions extrêmes, bon nombre de sources intermédiaires émanant d’observateurs moins ou non engagés ou désirant se dissocier des revendications de l’une ou l’autre des deux parties en lice. Notons toutefois qu’il ne faut pas prendre cette distance pour une garantie d’objectivité et que ces sources sont tout aussi ouvertes que les autres à des distorsions considérables.

17Enfin, il ne faut surtout pas oublier que les qualités objectives ou subjectives de ces sources ne permettent nullement de prétendre qu’elles sont plus ou moins rapprochées de la vérité. Tout document peut mentir et c’est une erreur fréquente que de penser qu’un document d’archive est essentiellement plus proche (ou plus lointain) de la réalité qu’un article dans un quotidien ou qu’un passage tiré d’un journal intime. Le seul moyen de vérifier la solidité de sources et de documents est de les soumettre à une analyse comparative et à un examen de leur cohérence interne et externe.

18La plupart des sources s’accordent sur les modalités de l’attaque menée contre la Banque ottomane. Le raid avait commencé le 26 août vers une heure de l’après-midi : un groupe d’hommes habillés en portefaix avaient abattu deux des gardes devant le bâtiment et s’y étaient introduits de force. Chargés d’un grand nombre de bombes et de bâtons de dynamite, ils avaient rapidement réussi à se rendre maîtres des lieux. Le directeur général, Sir Edgar Vincent, avait réussi à s’échapper par les toits et s’était réfugié dans le bâtiment voisin de la Régie co-intéressée des tabacs de l’Empire ottoman, tandis qu’environ140 personnes, pour la plupart des employés, étaient prises en otages par les assaillants.La gendarmerie et la troupe étaient accourues rapidement et avaient assiégé le bâtiment. Des coups furent échangés avec des pertes de part et d’autre, mais la situation était restée inchangée. Les Arméniens avaient énuméré leurs demandes dans un document expédié aux ambassades des grandes puissances avant l’opération. Ils exigeaient la démission du patriarche qui venait d’être nommé sous l’influence du palais, des réformes substantielles dans les provinces à forte population arménienne, des garanties pour la vie et la propriété des Arméniens de l’empire et une amnistie générale. Lorsqu’il devint clair que le sultan n’avait aucune intention de céder sur ces points, des négociations furent entamées et vers trois heures de l’après-midi Gaston Auboyneau, l’un des adjoints du directeur général, fut autorisé à se rendre au palais de Yıldız pour y soumettre les demandes des assaillants. À la suite de son entrevue, à laquelle se joignit Piotr Vassilievitch Maximow, drogman de l’ambassade de Russie, il obtint du sultan que les attaquants fussent autorisés à quitter la banque et le territoire ottoman sans être inquiétés. La délégation quitta le palais vers dix heures du soir pour regagner le bâtiment assiégé. Après de longs moments passés à convaincre les Arméniens de la sincérité et de la crédibilité de cette promesse, ces derniers finirent par quitter leur retranchement vers une heure et quart du matin et, accompagnés de la troupe, se rendirent au port où ils furent embarqués sur le Gulnare, le yacht du directeur général de la banque, avant d’être finalement expédiés à Marseille sur le navire français la Gironde.

  • 32 Voir entre autres Vahakn N. Dadrian, The History of the Armenian Genocide. Ethnic Conflict from the (...)
  • 33 Süleyman Kocabaş, Ermeni Meselesi Nedir Ne Değildir? [Qu’est-ce que la Question arménienne ?], Ista (...)

19Si les principales sources s’accordent sur ce récit, elles se distinguent en revanche par la manière dont elles perçoivent la nature, l’ampleur et la portée des événements qui suivirent. Tout d’abord, s’il est indéniable que l’action menée par le commando arménien tenait de l’attentat terroriste ou anarchiste, les sources proches des intérêts arméniens insistent sur le fait que la cause était juste et justifiée, alors que le point de vue ottoman, musulman et turc n’y voit qu’une tentative violente de saper l’ordre public. Les sources soutenant l’action des assaillants rappellent donc systématiquement la nature extraordinaire et extrêmement violente de la répression et des massacres subis par la nation arménienne depuis des années et notamment en 1893-1894, expliquant ainsi que cet acte désespéré était né du besoin d’attirer l’attention des grandes puissances sur les souffrances de ce peuple et que par conséquent, même s’il n’avait pas reçu leur aval, cette action avait provoqué une forme de respect auprès des représentations diplomatiques occidentales32. Côté ottoman et turc, au contraire, l’accent est mis sur le fait que l’assaut de la banque était un acte insurrectionnel et destructeur visant essentiellement à créer une commotion (patırtı) mettant en danger l’ordre public. Les fomentateurs de ce coup de force y sont généralement décrits de manière fort négative, avec une palette d’épithètes allant de va-nu-pieds et vagabonds à nihilistes ou anarchistes ; quant à leur tentative de mobiliser le soutien des ambassades européennes, elle est systématiquement perçue comme un effort visant à provoquer une réaction auprès des grandes puissances prêtes à démanteler l’empire et à se servir des populations chrétiennes pour atteindre leurs rêves impérialistes33.

  • 34 Vahakn N. Dadrian, op. cit. (n. 32), p. 142-146.
  • 35 Par exemple, Dadrian alimente ses arguments des sources suivantes : le Blue Book du ministère brita (...)

20Toutefois, malgré ces différences de fond portant sur l’assaut et la prise du siège central de la Banque impériale ottomane, c’est surtout sur la nature et la gravité des événements qui suivirent cette action que la plus grande division existe entre les représentants passés et présents des deux parties. Pour les observateurs et historiens « arménophiles » l’événement avait immédiatement provoqué un épouvantable massacre qui avait duré plusieurs jours et qui, surtout, bien plus qu’une réaction populaire incontrôlée, doit être compris comme un immense pogrom voulu et organisé par les autorités34. Parmi les sources contemporaines allant dans ce sens, il faut compter bon nombre de mémoires et de souvenirs de visiteurs ou de résidents occidentaux, les publications de divers cabinets européens et, bien sûr, les observations et les impressions de bon nombre de journalistes étrangers35. Ces sources se rejoignent généralement sur les points suivants :

  • 36 « La prise de la Banque ottomane par des révolutionnaires arméniens […] a fourni à Abdul-Hamid un p (...)

21– le massacre était, sinon commandité, du moins voulu par la politique du sultan Abdülhamid II pour qui la prise de la banque constitua un prétexte36 ;

  • 37 « […] la plupart munis de gourdins d’apparence uniforme, évidemment préparés d’avance et en grande (...)

22– le massacre prit la forme de tueries systématiques de la population arménienne par les habitants musulmans de la ville armés de gourdins ; toutefois, ces gourdins, de fabrication régulière et standardisée, leur furent distribués dans les commissariats de police37 ;

  • 38 « J’ai rencontré dans la rue des hommes de police à cheval qui recueillent les gourdins des massacr (...)

23– la violence populaire prit fin au bout de deux jours comme elle avait démarré, c’est-à-dire par la confiscation des gourdins et l’intimation de l’ordre de cesser le massacre38 ;

  • 39 Louis Rambert, op. cit. (n. 37), p. 19 ; Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 10-12.

24– le massacre ne prit pour cible que les Arméniens et, parmi ceux-ci, uniquement les mâles adultes, épargnant généralement les femmes et les enfants39 ;

  • 40 On se souviendra que Bérard parlait d’au moins 6 000 ou 7 000 victimes (ibid., p. 30) ; tout en rem (...)

25– les victimes du massacre se comptèrent par milliers, ces chiffres atteignant jusqu’à 8 000 morts selon certains40.

  • 41 Veysel Eroğlu, op. cit. (n. 33), p. 91-92.
  • 42 Enver Ziya Karal prend des pincettes lorsqu’il utilise la formule suivante : « Lorsque l’événement (...)

26On ne s’étonnera probablement pas d’apprendre que les sources ottomanes et turques tendent à inverser cette logique et ces images d’horreur. De même que les premières actions arméniennes sont présentées comme une insurrection, les événements qui suivirent sont généralement présentés comme leur suite logique et l’accent est mis sur le grand nombre de musulmans ou de Turcs tombés sous le feu et les bombes des rebelles arméniens à travers la ville. Ces sources sont généralement avares de chiffres et se contentent d’utiliser des termes vagues allant de « beaucoup » à « des milliers » ; en revanche, elles ne manquent presque jamais de qualifier les victimes de « martyrs » (şehid ) et d’insister sur leur « innocence41 ». Quant aux plus modérés de ces auteurs, ils se contentent généralement d’évoquer la réciprocité des combats, l’excitation ou les représailles de la population musulmane ; s’il est vrai qu’ils n’excluent pas explicitement la possibilité d’un massacre, ils insistent très nettement sur le caractère légitime de la riposte42. On remarquera tout de même que les deux parties ont en commun un refus presque systématique de parler des pertes de l’autre et une tendance à glorifier et innocenter leurs victimes tout en soulignant la nature violente et barbare des actes commis contre elles.

  • 43 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 8-10 et p. 27-28.

27Il va sans dire que des positions aussi diamétralement opposées ne facilitent guère la tâche de l’historien. De manière générale, le nombre bien plus important des sources occidentales contemporaines allant dans le sens des thèses arméniennes, l’impression que les sources ottomanes étaient certainement beaucoup plus sujettes à la censure sous le régime hamidien que les sources européennes et, enfin, la réalisation que la population arménienne de l’empire, déjà soumise à une répression systématique, était certainement moins nombreuse et puissante que la majorité musulmane soutenue par le pouvoir central laissent supposer que la « vraie » histoire ait été assez différente de la version « turque » des faits. Toutefois, il faut quand même rappeler qu’il est inévitable, voire nécessaire, d’exprimer de sérieux doutes quant à la fiabilité des sources occidentales, d’autant plus qu’elles sont pour la plupart fondées sur des généralisations faites à partir de témoignages individuels, souvent de seconde main. Dans ce genre de sources, l’auteur rapporte souvent dans le plus grand détail les faits individuels – toujours horribles – dont il a été témoin et les combine ensuite avec des faits similaires rapportés par d’autres observateurs, bâtissant ainsi une vision – généralement sincère, mais pas forcément exacte – d’un massacre généralisé. Dans ces conditions, même lorsque les estimations sont fondées sur des informations censées avoir été obtenues des cimetières, les totaux avancés pour les victimes restent sujets à discussion. De plus, le risque de voir les sources occidentales biaisées en faveur des Arméniens n’est certainement pas négligeable. L’opinion publique européenne était en grande partie favorablement disposée envers ces derniers, perçus comme une nation chrétienne opprimée, tandis que les Ottomans musulmans, le plus souvent assimilés à des Turcs, étaient décrits comme un peuple barbare et sanguinaire qui n’avait qu’un lien extrêmement ténu avec le concept de civilisation. À titre d’exemple, la description par Bérard de la manière dont certains Arméniens avaient été sauvés à Eyüp et à Üsküdar, les premiers par Fehmi Pacha et les seconds par Deli Fuad Pacha, tenait essentiellement de l’exception confirmant la règle d’une barbarie généralisée caractérisant le restant de la population musulmane43.

  • 44 Hüseyin Nâzım Paşa, Ermeni Olayları Tarihi [Histoire des événements arméniens], Ankara, Osmanlı Arş (...)

28Certes, le but de la discussion qui précède n’est nullement de rejeter les sources issues de la plume d’auteurs occidentaux et reposant pour la plupart sur des témoignages plus ou moins directs ; il s’agit plutôt de rappeler qu’une telle documentation reste forcément impressionniste et qu’elle ne peut vraiment prétendre à appréhender objectivement dans le détail et dans sa totalité le déroulement complexe des événements survenus à la suite de l’attaque contre la Banque ottomane. Si l’historien se doit donc d’examiner de manière critique le contenu de ces sources, il lui revient aussi de les soumettre à l’épreuve d’une comparaison avec d’autres sources susceptibles d’offrir une vision alternative des faits. Pour ce faire, nous avons choisi deux sources différentes : les archives de la Banque ottomane et les documents officiels recueillis par le ministre de la Police, Hüseyin Nazım Pacha, dans un volume manuscrit intitulé Ermeni Fesadı ve Esbab ü Ledünniyatı (Le complot arménien, ses causes et origines)44.

29Avant de commencer l’examen de ces documents, il serait bon d’expliquer les raisons pour lesquelles ils nous paraissent susceptibles de constituer une alternative à la documentation occidentale précitée. Tout d’abord, rappelons que la nature locale de ces sources les rend forcément différentes de la documentation européenne décrite plus haut. Les archives de la banque contiennent les rapports dressés par des cadres ayant pris part ou assisté aux événements du 26 août et la correspondance entre la direction générale et les comités de Londres et de Paris. S’il est vrai que la nationalité – britannique, française et allemande – des auteurs de ces rapports et de la correspondance peut faire penser qu’il existe là aussi un risque de distorsion comparable à celle des observateurs étrangers, la situation est en fait très différente. En effet, pour liée que fût la Banque impériale ottomane aux intérêts européens de l’époque, particulièrement britanniques et français, elle n’en restait pas moins une entreprise financière autonome, gérée par des banquiers londoniens et parisiens qui se considéraient avant tout responsables envers les actionnaires et qui, par conséquent, avaient tendance à reléguer à une place secondaire toute considération politique ou idéologique sans incidence directe sur le fonctionnement de la banque. D’autre part, les sujets traités dans les rapports et la correspondance de la banque étaient strictement limités aux événements auxquels ses employés avaient directement participé ou dont ils avaient été les témoins oculaires. De ces deux observations il apparaîtra donc que la documentation produite par la banque est limitée dans sa perspective, mais qu’elle bénéficie en revanche d’un degré considérable de fiabilité en raison même de cette vision étroite et technique des faits.

30La situation est exactement inversée dans le cas des documents compilés par Hüseyin Nazım Pacha. Les documents collectés par ce chef de la police décrivent la prise de la banque et les développements qui suivirent dans le plus grand détail, produisant ainsi une information bien plus complète que celle dont disposaient les observateurs étrangers ou la banque. En revanche, bien sûr, il serait naïf d’attendre que le chef de la police à l’époque des événements fît preuve d’impartialité. Il va sans dire qu’en tant que haut fonctionnaire responsable de l’ordre public dans la capitale d’un État qui se disait musulman et, de plus en plus, turc, Hüseyin Nazım Pacha ne pouvait que percevoir les Arméniens comme des ennemis (et dans le tort) et les musulmans ainsi que les forces de l’ordre comme des amis (et dans le vrai). D’ailleurs le choix qu’il fit d’utiliser l’expression « complot arménien » (Ermeni fesadı) dans le titre de sa compilation ne fait que confirmer ce point de vue. Pourtant, malgré cette inévitable partialité, nous ne pouvons négliger un certain nombre de facteurs qui rendent plus fiable le récit du pacha, presque malgré lui. Tout d’abord, évoquons le fait qu’un fonctionnaire ne peut envisager de s’écarter entièrement de la réalité, d’autant plus que sa propre conviction d’être dans le vrai ne peut que renforcer sa tendance à ne pas questionner les données recueillies. Deuxièmement, il est évident qu’au fur et à mesure que les événements se multiplient il devient de plus en plus difficile de modifier ou de masquer certains détails ou, du moins, que de telles tactiques risquent de créer des incohérences qui ne peuvent que trahir, par une lecture entre les lignes, les vraies intentions de l’auteur. Enfin, il ne faut pas oublier que les documents compilés par Hüseyin Nazım Pacha n’étaient pas tous de sa main et que bon nombre émanaient d’autres individus et unités, ce qui tend à en accroître l’objectivité ou, du moins, à en rendre les incohérences plus évidentes. Une lecture attentive et critique de cette compilation de documents devrait donc permettre d’en tester relativement facilement la cohérence.

Un témoin inhabituel : la Banque impériale ottomane

  • 45 Archives de la Banque ottomane (OBA), LA 23,999, rapport de Gustav Wülfing, 28 août 1896, p. 7-8.
  • 46 Ibid., p. 9.
  • 47 Rappelons par ailleurs que le communiqué du commando faisait déjà mention de ce risque : « Nous ple (...)

31L’information que l’on peut tirer des documents provenant des archives de la Banque ottomane est forcément limitée. La plupart rendent avec beaucoup de précision le détail de l’action dirigée contre le bâtiment ; toutefois, comme cette occupation semble s’être déroulée sans grands heurts entre les parties concernées, tout ce détail reste relativement peu important. Néanmoins, un court passage du rapport détaillé de Gustav Wülfing, l’un des directeurs-adjoints, comporte d’importants indices concernant les objectifs et les intentions des assaillants. Rendant compte de son entretien avec Armen Garo, le leader du groupe resté en vie, Wülfing explique ainsi que leur objectif principal était de provoquer d’autres émeutes et de pousser ainsi Istanbul vers un chaos commercial et financier, ce qui, par la suite, aurait poussé les classes sociales les plus démunies, confrontées à une crise menaçant leur existence, vers une rébellion plus importante et plus radicale45. La révélation de cet aspect particulier d’une action que l’on pense généralement avoir été entreprise pour attirer l’attention des représentations diplomatiques étrangères est intéressante du point de vue de ce qu’elle révèle de la « modernité » de l’événement. En effet, il semble particulièrement important du point de vue de l’histoire du terrorisme et des mouvements révolutionnaires de noter que cette opération, qui compte parmi les exemples les plus précoces d’actions terroristes dans le sens moderne du terme, ait été pensée, au-delà d’un simple acte de menace ou d’intimidation, comme un moyen d’enclencher des troubles liés à une crise économique et financière. Toutefois le point le plus intéressant du rapport de Wülfing est peut-être le passage où ce dernier relate la discussion qu’il eut avec Garo : « Je n’ai pas manqué de porter l’attention de Gorayan sur les milliers de victimes innocentes que son exploit amènerait. Ce point le laissa complètement froid, et il me répondit avec grand calme “Plus de victimes il y aura, mieux cela vaudra à notre cause”46 ». Certes, si du point de vue de la logique terroriste il ne faut probablement pas s’étonner de voir que des hommes généralement décrits comme engagés pour une cause nationale et prêts à y sacrifier leur vie aient pu penser à tirer avantage du massacre éventuel de « milliers » d’Arméniens, il n’en reste pas moins vrai que cette attitude remet en question le comportement généralement jugé irréprochable du commando de la Banque ottomane47.

  • 48 OBA, LA 23,999, rapport de Sir Edgar Vincent, 28 août 1896, p. 4-5.
  • 49 « M. Maximow and I accompanied them on board the yacht [Gulnare] in two Admiralty launches, and the (...)
  • 50 « Desultory massacres continued throughout the day yesterday, accompanied by a considerable amount (...)
  • 51 OBA, LA 23,999, lettre d’Alexis Rey, 27 août 1896.

32Pour des raisons évidentes, les rapports et la correspondance de la banque ne fournissent que bien peu d’information, par ailleurs vague, sur les massacres perpétrés dans la ville à la suite de l’assaut. Si le directeur-général, Sir Edgar Vincent, déclare bien avoir vu, en route pour le palais où se tenaient les négociations, « les softas et les voyous musulmans commencer à massacrer tous les Arméniens rencontrés dans la rue » et s’il assure avoir compté sur le chemin du retour « plus de 40 cadavres dans les rues entre Dolmabahçe et Tophane », ces informations ne suffisent guère à jauger l’ampleur des événements à l’échelle de la ville48. Il en va de même de la demande qu’il fit au palais, une fois les révolutionnaires embarqués sur le Gulnare, le yacht de la Banque impériale ottomane, que la police désarmât les irréguliers qui tuaient à coups de gourdin tous les Arméniens qu’ils trouvaient, ainsi que de sa remarque que les promesses qui lui furent faites à ce sujet ne furent pas tenues49 et que les massacres et le pillage se poursuivirent tout au long de la journée suivante50. C’est dans une lettre d’Alexis Rey, directeur de la compagnie du chemin de fer de Salonique, qu’apparaît la description la plus précise de ce déchaînement de violence : « Plus de400 cadavres ont été transportés pendant la nuit par la seule rue de Péra. Notre secrétaire a compté 27 charrettes, chargées en moyenne de 15 à 18 cadavres51. »

  • 52 OBA, CD-CP 001, correspondance passive avec le comité de Paris, 1895-1896, no 103, copie d’un télég (...)
  • 53 OBA, CD-CR 001, comptes rendus hebdomadaires des séances du comité de direction, 1896, no 24, 14-19 (...)
  • 54 OBA, CD-CR 001, comptes rendus hebdomadaires des séances du comité de direction, 1896, no 23, 7-12  (...)
  • 55 OBA, CD-CR 001, comptes rendus hebdomadaires des séances du comité de direction, 1896, no 22, 24 ao (...)

33Ces informations suffiront à montrer que les archives de la Banque ottomane, tout en fournissant quelques détails intéressants sur la prise du siège central et sur les intentions des assaillants, en disent bien moins sur l’ampleur de l’événement que sur sa nature. Comme cette documentation comprenait essentiellement des rapports et des dépêches rédigés immédiatement après – voire pendant – les événements, il est évident qu’il pouvait difficilement en ressortir une vision globale de la situation, mais plutôt des impressions et des observations disparates et momentanées. Il est plus surprenant, en revanche, de voir que même une fois le calme revenu, la banque ne fit aucun effort pour tenter de pallier ce manque de vision synthétique sur l’ensemble et l’ampleur des événements. La correspondance que les responsables de la direction générale à Constantinople échangèrent avec les membres des comités de Paris et de Londres révèle que leur seul véritable souci était d’analyser les événements dans le cadre des intérêts et de la protection de la banque et de ses employés. Le 27 août, dans son télégramme au comité de Paris, le directeur-général-adjoint, Gaston Auboyneau, s’était contenté de remarquer que « les incidents [étaient] heureusement terminés […] grâce à l’énergique et efficace intervention de Sa Majesté52 ». Les comptes rendus de la séance du comité de direction tenue deux semaines plus tard ne mentionnaient que l’état de la caisse : 51 napoléons, deux livres ottomanes-or et l’équivalent de 1 100 piastres en medjidiés avaient disparu, tandis que les tirs de balles avaient détruit pour 2 500 piastres dans la même monnaie. Notons toutefois un commentaire intéressant concernant ce dernier point : suite à une forte demande pour les pièces abîmées de la sorte, la banque, sans pour autant préciser d’où provenait cet engouement, avait pris la décision de les vendre à ceux qui désiraient acquérir de tels « souvenirs53 ». Il ne faut cependant pas prendre ce calme apparent de la banque pour de l’indifférence. Bien au contraire, la direction avait été fortement secouée par les événements et en était ressortie fort effrayée. C’est ainsi qu’il faut interpréter la demande qui fut faite immédiatement après les événements d’un corps de 75 soldats et gendarmes ainsi que la décision de construire un nouveau bâtiment pour les y loger et, bien plus encore, la décision de réduire l’encaisse de 1 040 000 livres-or à 500 000 et d’en expédier la différence à Alexandrie, avec 725 000 livres en billets de banque54. Hormis ces précautions limitées à la sécurité de la banque, les seules mesures de nature humanitaire émanant des archives concernaient les personnels de la banque. De toute évidence inquiète du bien-être, présent et futur, de ses employés arméniens, la direction avait décidé de proposer à ceux d’entre eux qui comptaient de longues années de service de les transférer vers des succursales établies dans des régions plus sûres, telles l’Égypte, la Bulgarie ou Chypre, et à ceux qui avaient été recrutés plus récemment soit d’être « renvoyés chez eux sous leur propre responsabilité », soit d’être envoyés en Amérique avec six mois de salaire supplémentaire et une aide au voyage. En effet, 21 employés arméniens du siège central furent ainsi redistribués vers d’autres agences, tandis que les garçons de bureaux et autres subalternes étaient envoyés en Grèce et en Bulgarie, leurs postes étant graduellement remplis par de nouvelles recrues d’origine croate et albanaise55. S’il est donc vrai que la banque ne donnait aucune indication explicite sur la nature et l’ampleur des massacres, les mesures qu’elle se sentit obligée de prendre confirment bien la gravité de la situation et le fait que la vie des Arméniens de la ville était clairement menacée.

Notes et communiqués officiels

34Comparés à l’attitude réservée et aux commentaires indirects de la Banque impériale ottomane, les documents recueillis par Hüseyin Nazım Pacha sont beaucoup plus détaillés et parlants. Le ministre de la Police avait rassemblé par ordre chronologique bon nombre de documents d’origines diverses afin d’en tirer une sorte de récit des événements dont il avait été témoin. Ces documents se révèlent particulièrement intéressants non seulement en raison de leur contenu, mais aussi du point de vue de leur style et de leur rhétorique. C’est pourquoi, afin de tirer profit de cette documentation et d’en faire une analyse critique, il est essentiel d’en effectuer une lecture à plusieurs niveaux. Le premier est évidemment celui de l’information concrète contenue dans les documents ; l’historien se doit cependant d’aller au-delà et d’interroger la manière dont cette information est fournie, le discours dans lequel elle s’inscrit et, éventuellement, les choses passées sous silence. Ce n’est qu’après une telle analyse en profondeur que cette documentation pourra véritablement contribuer à une meilleure compréhension de la nature et de la dimension des événements en question.

35Ainsi qu’il a déjà été noté, les fonctions et l’identité tant « nationale » que religieuse de Hüseyin Nazım Pacha se traduisent par un risque de partialité de la part de ce dignitaire du régime hamidien. En effet, il est clair dès le départ qu’aussi bien en tant que bureaucrate responsable de l’ordre public dans la capitale qu’en tant que pacha ottoman et musulman, le ministre de la Police tenait à décrire les individus impliqués dans les événements comme des criminels engagés dans un soulèvement contre l’État :

  • 56 Annexe aux instructions concernant les mesures extraordinaires, 14/26 août 1312/1896, Hüseyin Nâzım (...)

[…] en se retranchant dans certains bâtiments, les insurgés ont commis des crimes immenses, causé la mort de bien des soldats et de sujets musulmans et créé une situation dangereuse pour l’ordre public.
[…] ces tristes individus ont lancé des bombes dans les rues jusqu’à cette heure-ci et continuent de tuer des gens et de commettre leurs actes de brigandage […]
[…] s’ils poursuivent leurs actes criminels en lançant des bombes et en tirant des coups de feu, il deviendra absolument nécessaire de pénétrer dans leurs domiciles et de riposter coup par coup56.

36Ces trois passages, tirés des mêmes instructions en date du 26 août 1896, première journée des événements, illustrent avec beaucoup de clarté le point de vue du pacha : il s’agissait d’une rébellion armée dirigée contre l’État et contre la population musulmane ; elle requérait par conséquence une riposte directe, « œil pour œil, dent pour dent ». L’usage fait de termes tels şûriş (insurrection), rezil (éhonté), şekavet (brigandage), cinayat (crimes) permettait d’assurer que les individus visés étaient présentés non seulement comme des ennemis, mais aussi comme de dangereux criminels.

  • 57 « Tebligat-ı resmiyye » [Communiqué officiel], 15/27 août 1312/1896, ibid., p. 340.
  • 58 Je reprends ici la terminologie française contemporaine qui traduisait généralement le terme millet(...)

37Le « communiqué officiel » publié le 27 août 1896, deuxième journée des événements, dénote le passage à une phase plus politique. À la différence des instructions de la veille, destinées aux forces de l’ordre, il s’agissait cette fois-ci d’informer le grand public de manière plus générale. Par conséquent il devenait important de cacher la gravité de la situation et d’éliminer les doutes concernant le maintien de l’ordre. C’était cela même que tentait ce passage du communiqué : « le calme [a] été rétabli et les écervelés à l’origine des troubles ayant été remis entre les griffes de la justice57 ». Il est remarquable que les brigands, éhontés et criminels des instructions de la veille étaient devenus des « écervelés » (sebükmağzan) dans le communiqué officiel. Il s’agissait bien sûr de minimiser la gravité de la situation et de présenter les événements comme le fruit de l’action de quelques individus inconscients plutôt que comme une rébellion délibérée. C’est d’ailleurs précisément là qu’intervient le jeu politique des autorités qui tenteront désormais de distinguer les insurgés de la population arménienne et de prétendre que ce petit groupe dévoyé était en train de trahir non seulement l’État mais aussi sa propre nation58. C’est pour cette raison que le communiqué indiquait clairement que la communauté arménienne avait elle-même demandé que les rebelles fussent châtiés :

  • 59 « Tebligat-ı resmiyye » [Communiqué officiel], 15/27 août 1312/1896, Hüseyin Nâzım Paşa, op. cit. ( (...)

[…] certains écervelés au sein de la communauté arménienne ayant depuis quelque temps osé entreprendre des actes indisciplinés servant leurs propres intérêts personnels et pouvant même nuire à leurs compatriotes et cette situation ayant grandement importuné les gens honnêtes de la communauté, ceux-ci ont demandé à ce que les gens mal intentionnés responsables de ces crimes fussent sévèrement châtiés59.

38Pour enfoncer le clou, les autorités avaient obtenu une déclaration du patriarcat arménien devant être publiée en même temps que le communiqué. Rappelant l’amitié profonde qui unissait musulmans et Arméniens depuis des siècles, cette déclaration assurait que la nation arménienne restait aussi loyalement attachée à ses « frères » musulmans qu’à la personne du sultan Abdülhamid II et rappelait à nouveau que l’ordre avait été rétabli grâce à l’intervention du souverain :

  • 60 Copie du document présenté par le bureau de l’adjoint du patriarche arménien au très-illustre grand (...)

[Les événements] ont été observés par tous avec grande tristesse et grâce à la puissante protection de Sa Majesté, l’Ombre de Dieu sur Terre, il a été mis fin à ces maux sans la moindre perturbation de l’ordre public. […] notre amitié et notre attachement éternels, vieux de six siècles, envers nos frères musulmans ainsi que notre sujétion et notre loyauté inaliénables envers l’Empire et Sa Très-Sainte Majesté le Calife […]60.

39Or, bien sûr, la situation était bien plus compliquée. Le 27 août, date de la publication de ce communiqué officiel, les combats et, selon la plupart des observateurs étrangers, le massacre des Arméniens continuaient dans toute leur violence. D’ailleurs, un second communiqué publié le même jour, contrairement au premier, reconnaissait implicitement que le désordre et l’insécurité régnaient encore dans la ville :

  • 61 « İlân-ı resmî » [Communiqué officiel], 15/27 août 1312/1896, ibid., p. 340-341.

[…] l’armée et la gendarmerie ayant formé des unités afin de maintenir l’ordre de manière complète et parfaite, il est absolument nécessaire que toutes les classes de la population vaquent à leurs affaires quotidiennes. Car l’arrestation et la détention des brigands et des criminels ainsi que la décision des mesures punitives à leur égard relevant de l’autorité du gouvernement et personne, de quelque classe qu’il soit, ne possédant le moindre droit d’ingérence en la matière, tout individu qui oserait agir de son propre chef au mépris de l’action du gouvernement, c’est-à-dire en agressant ou en opprimant les membres d’une autre classe, s’exposerait à une arrestation et une détention immédiates et aux châtiments les plus sévères prévus par la loi61.

  • 62 Le terme utilisé est sınıf (pl. sunuf ) qui se traduit par classe dans son sens le plus neutre d’un (...)

40Les menaces proférées dans ce second communiqué sont fort intéressantes. Il est évident que le désordre public ne provenait plus des Arméniens. Bien au contraire, on comprend qu’il s’agissait désormais de prévenir des actes punitifs ou de vengeance contre les Arméniens, même si ceux-ci étaient encore présentés comme coupables. Évidemment, l’avertissement que toute personne usurpant le droit du gouvernement à rendre la justice s’exposait à une arrestation sommaire avait pour premier objectif  la population musulmane en quête de représailles. Certes le texte du communiqué ne le disait pas explicitement, mais la mention « de quelque classe qu’il soit » en se référant aux éventuels fauteurs de troubles était essentiellement un moyen d’éviter de les nommer62.

41En toute justice, il faut noter que les premiers signes de l’ingérence de l’élément musulman dans les événements étaient déjà lisibles entre les lignes des instructions qui avaient circulé le premier jour. En effet, une fois les actes des Arméniens décrits dans le détail, ce texte évoquait, il est vrai de manière fort vague, la possibilité de l’implication d’autres groupes :

  • 63 « Tedabir-i fevkalâde hakkındaki talimata ilâve » [Annexe aux instructions concernant les mesures e (...)

[…] toute personne mêlée aux événements, quelle qu’elle soit et de quelque confession qu’elle soit sera identifiée et remise entre les mains de la justice et tout individu ayant osé participer, lors des troubles, à des meurtres ou au pillage des boutiques et magasins sera arrêté, quelles que soient ses qualités et confession […]63.

L’apparition des gourdins

  • 64 « Afin de mettre fin aux actes de pillage de la population ». « Taraf-ı âlî-i Seraskerî’den ba tezk (...)
  • 65 Le terme sopa est assez vague et décrit généralement un bâton de quelque importance. Dans ce cas pa (...)

42L’indifférence exprimée à l’égard de la religion des transgresseurs visait clairement d’autres que les Arméniens, tout en les accusant de velléités de pillage et de massacre. C’est probablement dans les instructions émises par le commandement de l’armée (Seraskerat) le 28 août 1896, troisième jour des événements, incluses dans la compilation de Hüseyin Nazım Pacha, que le fond du problème est le plus clairement révélé. Ce document, consistant en dix articles instruisant les troupes devant venir en aide aux forces de la police, est particulièrement intéressant en raison du fait que le lendemain même du prétendu rétablissement de l’ordre, il faisait état d’un sérieux manque de sécurité dans la ville. Encore une fois, ce texte reprend prudemment certains des points relevés plus haut. Plutôt que de parler de mesures à prendre à l’encontre des Arméniens et de leurs actes, l’accent est mis sur un désordre général caractérisé par des agressions et des pillages64. À nouveau, plutôt que de mentionner directement la population musulmane, le document utilise des formules elliptiques ; toutefois, cette fois-ci, une mention explicite est faite à deux reprises des armes – notamment des gourdins (sopa)65 – qui se trouvent entre leurs mains :

  • 66 « Taraf-ı âlî-i Seraskerî’den ba tezkire irsal olunan talimat sureti » [Copie des instructions envo (...)

Les individus, quels qu’ils soient, qui attaqueront autrui avec des armes ou des gourdins seront arrêtés et envoyés sous escorte et avec leur armes ou gourdins à la police […].
Il est interdit à quiconque, de quelque classe que ce soit, de se promener armé ou de porter un gourdin […]66.

43Comment faut-il interpréter cette apparition soudaine, dans les instructions émises par le commandement de l’armée, de ces fameux gourdins qui, dans la plupart des récits de témoins étrangers, sont généralement présentés comme l’arme principale des massacres perpétrés contre les Arméniens ? Cette mention aurait-elle été par deux fois répétée dans ces instructions militaires s’il n’y avait pas eu un fond de vérité aux « bastonnades » et aux « assommades » de Constantinople ? Si l’on part du principe qu’il n’y a (généralement) pas de fumée sans feu, il faudra probablement donner quelque sens à ces mentions de gourdins et y voir une sorte de confirmation de l’information, il est vrai anecdotique, qui ressurgit à tout moment de la plupart des récits contemporains. Certes, l’usage de bâtons étant fort fréquent dans les échauffourées populaires, il est toujours possible de voir en ce terme une sorte d’usage générique visant à distinguer ces objets de véritables armes (à feu). Mais si tel était le cas, n’aurait-il pas fallu s’attendre à voir apparaître un autre terme générique pour les armes blanches, bıçak (couteau) ?

  • 67 Hüsameddin Ertürk, İki Devrin Perde Arkası [Les coulisses de deux règnes], propos recueillis par Sa (...)

44C’est dans les mémoires de Hüsameddin Ertürk que l’on retrouve une autre référence fort intéressante à la « question » des gourdins. Hüsameddin Ertürk, né en 1871, était un officier qui avait débuté dans la cavalerie, avait rejoint la Teşkilat-ı Mahsusa (« organisation spéciale » ou police secrète du Comité Union et Progrès) pendant les guerres balkaniques et qui, après la Grande Guerre, rejoignit la résistance anatolienne. Dans la section de ses mémoires publiés par Samih Nafiz Tansu et consacrée à « Abdülhamid et les Arméniens », cet ancien officier se souvenait de ce que « les portefaix de la douane, armés de gourdins, se mêlèrent de l’affaire et chassèrent les Arméniens aussi bien de la Sublime Porte que de la Banque ottomane67 ». S’il est vrai que sa confusion évidente entre l’attaque contre la Sublime Porte en 1895 et le siège de la Banque ottomane en 1896 et sa conviction que les Arméniens avaient été « chassés » de la banque permettent de douter de l’exactitude des souvenirs d’Ertürk, il n’en reste pas moins vrai que sa mention de l’attaque lancée par des portefaix armés de gourdins va étrangement dans le sens des fréquentes références d’observateurs étrangers aussi bien aux incontournables gourdins qu’au rôle joué dans les massacres par la populace et plus particulièrement par les portefaix de la ville. D’ailleurs, les histoires de gourdins d’Ertürk ne s’arrêtent pas là. Lors d’une entrevue entre Abdülhamid et les ambassadeurs des grandes puissances qui eut lieu, nous dit-il, immédiatement après les événements, les gourdins furent encore une fois mis à l’honneur :

  • 68 Ibid., p. 41.

Quelques jours après les événements, les ambassadeurs des grandes puissances rendirent visite au sultan Abdülhamid dans son palais et le firent même lever de table en l’obligeant à s’entretenir avec eux. Avec beaucoup de sang-froid, Abdülhamid mena les ambassadeurs dans un salon et, leur indiquant les piles d’armes et de pistolets saisis des Arméniens, il s’adressa aux interprètes :
– Dites à ces messieurs que des Arméniens sujets russes ont attaqué mes sujets musulmans avec ces armes. Nous ne possédons pas dans nos domaines impériaux d’usine capable d’en fabriquer.
Le sultan conduisit ensuite les invités dans une seconde pièce et, en leur montrant une pile de gourdins, ajouta :
– Expliquez leur aussi que mes sujets se sont défendus avec ces gourdins. Ces gourdins proviennent de nos forêts.
Rendus muets par cette explication si logique du sultan Hamid, les ambassadeurs le saluèrent respectueusement et se retirèrent68.

  • 69 Voir par exemple Veysel Eroğlu, op. cit. (n. 33), p. 92-93 ; Süleyman Kocabaş, op. cit. (n. 33), p. (...)

45Évidemment on peut facilement mettre en doute la véracité des dires d’Ertürk. Toutefois, il faut bien reconnaître que cette anecdote est fort significative à plusieurs degrés. Tout d’abord, bien au-delà d’un simple fait du hasard, la réapparition soudaine – presque freudienne – des gourdins semble bien indiquer l’existence d’une bien triste vérité. Toutefois, ce qui est encore plus fascinant, c’est bien de voir comment, par une étrange inversion, ces gourdins sont transformés d’une source de honte et d’une arme criminelle en un symbole de légitime défense contre une agression injuste. L’image des gourdins ottomans dressés contre les armes russes devient ainsi un argument de force pour décrire l’inégalité du combat, la présence d’une ingérence étrangère et la noble cause d’un peuple essayant de se défendre devant une telle injustice. C’est d’ailleurs pour cela que cette anecdote douteuse d’Ertürk sera reprise par bien des travaux défendant la « cause turque » afin de donner un exemple concret de la traîtrise des terroristes arméniens et de l’innocence de la population musulmane69.

Les premiers signes d’inquiétude

46À la lumière des documents ottomans présentés jusqu’ici, il semble bien que la nature des événements de 1896 commence à se préciser. En effet, il ne fait guère de doute que l’objet de notre analyse, soit la réaction qui avait suivi les attaques arméniennes et dont il a été dit qu’elle avait rapidement viré au massacre, avait effectivement été violente et qu’elle avait pris la forme d’une opération punitive menée par des hommes armés de gourdins et indépendants des forces de l’ordre. Citant, dit-il, un passage d’un communiqué officiel publié le lendemain des événements, Reşad Ekrem Koçu relatait ouvertement – à sa manière – la genèse d’un massacre :

  • 70 Reşad Ekrem Koçu, « Ermeni Patırdıları » [Les soulèvements arméniens], İstanbul Ansiklopedisi, vol. (...)

Toutefois de violents affrontements avaient commencé au sein de la population. Le fait que les Arméniens aient attaqué des soldats dans l’exercice de leurs fonctions, que des coups aient été tirés en direction du grand-vizir et que les passants aient été la cible de bombes lancées et de balles tirées des fenêtres et des balcons de maisons arméniennes ayant rendu la foule incontrôlable et ayant tout naturellement enflammé les sentiments nationaux et religieux, toutes les classes de la population et particulièrement les portefaix se mirent à châtier les Arméniens avec les couteaux et les gourdins dont ils avaient réussi à s’emparer. Ces événements sanglants se propagèrent en bien des points du Bosphore et en fin de compte cette catastrophe organisée par des Arméniens russes résidant en Europe coûta la vie à bon nombre d’Arméniens d’Istanbul. On raconte même que les corps des victimes furent transportés dans des charrettes. Bien sûr, le nombre de musulmans tués et blessés n’était guère négligeable70.

47S’il est vrai que l’on peut douter avec raison de ce que ce passage rendait fidèlement le contenu d’un communiqué officiel, il n’en est pas moins évident qu’il reflétait bien l’attitude officielle de l’époque : le massacre était une réaction regrettable mais justifiée aux actions des Arméniens ; il n’avait pas été possible de la contenir ; et les principaux responsables n’étaient pas des Arméniens ottomans, mais russes. Il est tout aussi frappant de voir qu’un second paragraphe avait été rédigé dans un style défensif susceptible de fournir une réponse aux réactions et aux accusations des grandes puissances :

Il n’est nullement question d’oppression dans cette affaire : un événement sanglant, provoqué par un groupe de révolutionnaires inconscients encouragés et protégés par les Européens, fut tout naturellement et légitimement réprimé. Aucun État au monde n’aurait agi autrement.

  • 71 Ibid., p. 5208.

48L’article se terminait par un souhait bien révélateur des allégeances de l’auteur : « L’Encyclopédie d’Istanbul s’incline devant la mémoire du Sultan Abdülhamid II. »71.

49Ces impressions restent cependant insuffisantes pour une bonne compréhension de l’ampleur du massacre ; il nous faut donc les compléter par des informations plus concrètes. Pour ce faire, il nous faudra encore une fois retourner à la compilation de Hüseyin Nazım Pacha. Le quatrième article des instructions du commandement de l’armée déjà citées est particulièrement intéressant de ce point de vue. Les documents que nous avons examinés jusqu’ici présentaient les Arméniens comme les agresseurs et le fait qu’ils eussent pu eux-mêmes devenir des victimes n’était que très indirectement suggéré par l’éventualité d’agressions par d’autres groupes, « quelle que soit leur origine ». Or, pour la première fois, le quatrième article des instructions de l’armée évoquait ouvertement la menace qui planait sur des groupes nombreux d’Arméniens :

  • 72 « Taraf-ı âlî-i Seraskerî’den ba tezkire irsal olunan talimat sureti » [Copie des instructions envo (...)

Comme les Arméniens réfugiés et cachés dans des endroits tels les bâtiments de commerce et les bains publics ne peuvent tous être des fauteurs de troubles et si ceux-ci ne se servent pas d’armes et n’utilisent pas de bombes, cela veut dire que c’est de frayeur qu’ils se sont cachés, il faudra, tout en gardant un œil sur eux, veiller à ce qu’ils ne soient pas attaqués et les autoriser à rester là où ils se trouvent jusqu’à ce que les esprits soient calmés72.

50Cet article exposait clairement le degré de violence atteint. Le fait de reconnaître que les groupes d’Arméniens réfugiés dans des bains et des hans n’avaient aucun rapport avec les actes de terreur et n’étaient que des individus sans armes cherchant simplement à se protéger de leurs agresseurs était un signe indéniable de ce que, ainsi que le remarquaient bien des observateurs, une véritable « chasse aux Arméniens » avait commencé dans la ville. L’action préconisée donne elle aussi une idée de l’ampleur du massacre. Jugeant impossible de délivrer les Arméniens des endroits où ils s’étaient réfugiés il paraissait préférable de se contenter de les y protéger en attendant que la foule déchaînée se fût calmée. En d’autres termes, les forces de l’ordre étaient désormais incapables de maîtriser un mouvement qui avait tourné au soulèvement populaire.

  • 73 « Beyoğlu ve Üsküdar Mutasarrıflıkları ile İstanbul Polis Müdürlüğü’ne tezkire » [Dépêche aux préfe (...)

51Il faudra attendre encore quelques jours avant de voir apparaître dans la documentation de Hüseyin Nazım Pacha les premières informations susceptibles de quantifier l’ampleur des événements. Le 28 août, profitant d’une certaine accalmie, le ministère de la Police, en vue d’établir une sorte de bilan des événements, avait envoyé une dépêche aux préfectures de Beyoğlu (Péra) et d’Üsküdar (Scutari) ainsi qu’à la direction de la police d’Istanbul – le terme décrivant la « vieille » ville intra-muros –, demandant à ce qu’on l’informe « du nombre de morts et de blessés musulmans et non musulmans résultant des bombes que les Arméniens ont soudain lancées contre les musulmans, ainsi que du nombre de blessés se trouvant actuellement dans les hôpitaux73 ».

52Il est fascinant de voir la manière dont cette dépêche s’évertuait à jongler avec les catégories religieuses, parlant fort impartialement de musulmans et de non-musulmans lorsqu’il s’agissait des morts et des blessés, mais réservant le rôle d’agresseurs aux Arméniens lanceurs de bombes et celui de victimes aux musulmans pris pour cible. Outre le fait qu’il paraît difficile d’admettre qu’au bout de trois jours de violence, le grand nombre de morts et de blessés ait pu découler uniquement « des bombes que les Arméniens ont soudain lancées contre les musulmans », le recours à cette formule dans une dépêche officielle du ministère de la Police tenait de la manipulation. D’ailleurs, la réponse envoyée le lendemain par la préfecture de Beyoğlu le prouvait bien. Suivant la pratique bureaucratique ottomane, la réponse reprenait presque mot pour mot le texte de la dépêche du ministère avant de fournir une réponse détaillée :

  • 74 « Beyoğlu Mutasarrıflığı’nın cevap tezkiresi » [Réponse de la préfecture de Beyoğlu], 17/29 août 13 (...)

Les corps des musulmans tués par les bombes des Arméniens ayant été immédiatement lavés et enterrés par les imams de quartier et les blessés s’étant soignés chez eux selon leur coutume nationale, il a été impossible d’en déterminer le nombre ; toutefois au vu des observateurs et sachant que les bombes ont généralement atteint la population, il semble que leur nombre ait été important. Quant aux Arméniens, les morts et les blessés ayant été trouvés dans des endroits différents, la plupart ayant été victimes de leurs propres bombes, et la majorité des morts ayant déjà été enterrés, leur nombre exact est inconnu et les efforts déployés actuellement pour calmer l’émotion des plus démunis ne permettent pas d’y consacrer le temps nécessaire […]74.

53C’est là une réponse fort intéressante qui commençait par accepter telle quelle la culpabilité des Arméniens suggérée par la question du ministère. Toutefois, la suite de la dépêche semble plutôt éviter de répondre directement à la question posée et préparer le terrain d’un scénario prudent et défensif. À la base de ce scénario repose l’argument déjà suggéré par le ministère : les Arméniens sont les agresseurs et les musulmans les victimes. Il devrait par conséquent en découler un nombre supérieur de victimes musulmanes. Or c’est justement là que se posent deux problèmes : tout d’abord, ainsi que l’explique la dépêche, les chiffres n’étaient pas encore disponibles ; deuxièmement, en raison de la nature véritable des événements, le nombre des victimes arméniennes risquait fort d’être bien supérieur. Dès lors la préfecture concentrera ses efforts sur les moyens de concilier ces inconvénients avec la réponse qu’elle sentait bien qu’on attendait d’elle. Elle pouvait encore se permettre d’expliquer l’absence de statistiques en invoquant les circonstances encore extraordinaires ; mais elle se devait de trouver les moyens de gonfler le chiffre des pertes musulmanes. C’est ainsi qu’il faut expliquer l’usage de la formule « il semble que leur nombre ait été important » qui avait l’avantage d’aller dans le sens voulu sans pour autant avoir à mentir. Ce qui est bien plus intéressant, en revanche, c’est de voir la manière dont cette estimation était justifiée. D’une part, on se fondait sur des « observations » (meşhudat) que l’on se gardait bien d’identifier ; d’autre part on insistait sur le fait que la plupart des bombes avaient été lancées sur la foule. Ce qui rendait ce dernier argument particulièrement attrayant, c’était la manière dont il combinait causalité et responsabilité : la raison pour laquelle les musulmans avaient enregistré un grand nombre de pertes était justement la responsabilité attribuée dès le départ aux Arméniens. Toutefois le plus fascinant des arguments avancés était celui que la préfecture semblait avoir concocté à travers un discours ethnographique : comme il est de règle dans l’islam d’inhumer les corps au plus vite, bon nombre de victimes étaient déjà ensevelies, ce qui rendait d’autant plus ardue la tâche de comptabiliser les décès. Dans le même ordre d’idées la tendance « nationale » des musulmans à panser leurs blessures chez eux rendait impossible le dénombrement exact des blessés.

  • 75 L’argument du musulman pansant ses blessures en privé est plus discutable, mais l’enjeu étant avant (...)

54Il faut reconnaître que l’explication « ethnographique » de la préfecture tenait du génie. Tout d’abord, les arguments avancés n’étaient pas dénués de fondement : il est indéniable que la tradition islamique répugne à retarder les funérailles et encourage une sépulture rapide75. Ce qui rendait cet argument encore plus utile, c’est qu’il pouvait être utilisé à long terme et rétroactivement : même si des chiffres peu désirables commençaient à être connus, le recours à cet argument restait possible en prétendant qu’il ne s’agissait – pour les musulmans – que du sommet de l’iceberg. Il est intéressant de noter toutefois que la préfecture faisait usage d’un argument fort semblable pour les Arméniens en expliquant que les victimes étant disséminées à travers la ville et une grande partie des corps déjà enterrés – sans explication ethnoconfessionnelle – leur comptabilisation paraissait tout aussi difficile. Il faut toutefois souligner un aspect important qui contredit ce traitement « égalitaire » des victimes des deux parties : selon la préfecture, la plupart des Arméniens avaient été tués par leurs propres bombes. Dès lors, leur nombre importait peu, puisqu’ils n’étaient pas victimes des musulmans…

55Cette hypothèse est-elle à prendre au sérieux ? Si l’on prend au pied de la lettre l’argument que « la plupart [ont] été victimes de leurs propres bombes », il faudrait en conclure que les terroristes arméniens, d’une maladresse rare, avaient fini par se causer plus de dommage qu’à ceux qu’ils visaient. Il est donc plus probable qu’il s’agisse d’une maladresse du scribe de la préfecture qui voulait suggérer que bon nombre d’Arméniens innocents étaient tombés sous les bombes de leurs compatriotes ; mais même dans ce cas l’argument ne colle tout simplement pas avec la déclaration initiale du ministère, reprise fidèlement par la préfecture, que les victimes étaient tombées sous le coup « des bombes que les Arméniens ont soudain lancées contre les musulmans ».

56Évidemment il n’est guère difficile de deviner les raisons qui poussèrent la préfecture à développer un argument si peu crédible. Même en l’absence de chiffres fiables, il était probablement déjà clair que les Arméniens comptaient bien plus de victimes que les musulmans et ce constat avait poussé les autorités à préparer une stratégie défensive : même devant l’éventualité d’un très grand nombre de pertes arméniennes, la responsabilité pouvait ainsi en être imputée aux terroristes Arméniens et non aux musulmans. Cela permettait de remettre en valeur l’opposition, déjà exploitée dans les communiqués officiels, entre l’Arménien loyal et l’Arménien rebelle, capable de nuire à sa propre nation.

La difficile gestion des chiffres

  • 76 « Dahiliye Nezareti’ne tezkire » [Rapport au ministère de l’Intérieur], 20 août/1er septembre 1312/ (...)
  • 77 Au sujet des premiers exemples d’utilisation du terme islamique traditionnel de şehid dans le conte (...)

57Le 1er septembre 1896, six jours après le début des événements, le ministère de la Police était enfin en état de soumettre un rapport détaillé au ministère de l’Intérieur. Formé à partir de données recueillies de diverses sources, ce document accordait une part importante au bilan humain des événements. Suivant un ordre hiérarchique peu surprenant, ce bilan s’ouvrait avec les pertes enregistrées par les forces de l’ordre : il était question de 7 morts et de 31 blessés pour la police et la gendarmerie, tandis que les pertes militaires, enregistrées par l’armée, étaient simplement qualifiées d’« importantes76 ». Cette partie du bilan rappelait que les troubles avaient été causés par les Arméniens et insistait sur l’utilisation de l’épithète şehid (martyr, mais avec le sens moderne de mort au champ d’honneur) pour qualifier chacun des hommes tombés77.

58Pour ce qui est de la population civile, le rapport commençait par les victimes musulmanes :

  • 78 « Dahiliye Nezareti’ne tezkire » [Rapport au ministère de l’Intérieur], 20 août/1er septembre 1312/ (...)

Comme nous ne disposons pas du temps nécessaire pour suivre l’examen des décès parmi les musulmans en raison du fait que les corps sont immédiatement enlevés par leurs parents et proches afin d’accélérer leur transport et leur inhumation selon les préceptes de l’islam, leur nombre exact et leur identité ne commencent à être connus que maintenant, mais si l’on considère que bien des musulmans sans emploi résidant dans des hans manquent également à l’appel, il est évident que le nombre de victimes parmi les musulmans doit, lui aussi, être élevé. Toutefois, bien que l’enquête à ce sujet se poursuive encore, le nombre des martyrs musulmans tombés lors des troubles et trouvés par les forces de l’ordre s’élève à vingt-trois et celui des blessés à quarante-et-un […]78.

59La présentation des pertes musulmanes dans le rapport destiné au ministère de l’Intérieur montre bien à quel point l’interaction entre le ministère de la Police et les préfectures avait porté ses fruits. Le ministère avait retenu et réutilisé la théorie de la préfecture concernant la difficulté créée par les rites funéraires islamiques ; il avait apporté sa propre contribution en évoquant le nombre de musulmans sans domicile fixe dont les pertes n’avaient pu être comptabilisées. Cependant, lorsqu’il était question d’avancer des chiffres concrets, les pronostics du ministre s’étaient avérés faux : en tout et pour tout, le nombre des victimes musulmanes s’élevait à 23 morts et 41 blessés, ou à 30 et 72 respectivement si l’on y ajoutait les représentants des forces de l’ordre. Comparés à ceux des victimes arméniennes que nous verrons plus bas, ces chiffres étaient extrêmement bas, de quoi justifier le sentiment de malaise subodoré dans la correspondance officielle. Devant un tel déséquilibre, l’attitude du ministère de la Police se résumait d’une part à tenter de suggérer que ces chiffres ne reflétaient guère une situation bien plus dramatique et, d’autre part, à donner aux morts documentées une valeur et un sens politiques. En effet, alors que dans tous les documents précédents la mort de civils était décrite en des termes tout à fait neutres comme telefat (pertes), maktulin (tués), vefeyat (décès) ou zayiat (pertes), il est remarquable que ce rapport faisait pour la toute première fois usage de la formule şuheda-yı İslamiye (martyrs musulmans) en parlant de victimes civiles.

  • 79 Ibid., p. 354.

60Une fois le bilan des musulmans établi, le ministère de la Police s’était attelé à la tâche de dresser un tableau des pertes enregistrées par la population arménienne de la ville. Cette fois-ci, le ministère avait choisi d’ignorer l’argument que la préfecture avait un peu plus timidement avancé pour expliquer la difficulté de comptabiliser toutes les victimes arméniennes ; il se contenta donc de dresser une liste des chiffres établis dans les principaux districts de la ville. Selon cette liste, le district de Beyoğlu – Kasımpaşa et Hasköy sur la Corne d’Or compris – comptait 624 morts et 13 blessés ; à Istanbul même, on avait dénombré 362 morts et 93 blessés ; à Beşiktaş, à Bebek et à Kireçburnu – tous trois situés sur la rive européenne du Bosphore – 22 morts et 10 blessés ; enfin à Üsküdar, 7 morts dont 3 catholiques. Au total, donc, 1 015 morts et 116 blessés. Le rapport notait par ailleurs que les 362 victimes d’Istanbul et 295 des victimes de Beyoğlu, soit au total 657 morts, avaient été inhumées dans le cimetière arménien de Balıklı, tandis que les blessés étaient « soignés avec la plus grande attention grâce à la bonté pleine de compassion de Sa Majesté le Sultan79 ».

  • 80 « Une partie des morts et des blessés arméniens ont été tués et blessés lors de la riposte qui a na (...)
  • 81 « C’est une vérité indéniable que la plupart ont été tués et blessés à la suite des bombes lancées (...)
  • 82 Ibid.
  • 83 Ibid.
  • 84 Ibid., p. 356.

61À la suite de ces données, le rédacteur du rapport, probablement dans le but d’équilibrer un tant soit peu ces chiffres, semble avoir ressenti le besoin de donner quelques explications sur la manière dont les victimes arméniennes avaient trouvé la mort. Sur un ton clairement défensif, le rapport, tout en reconnaissant qu’une partie des Arméniens avaient été tués par des musulmans, insistait sur deux « circonstances atténuantes ». Tout d’abord, il était souligné que ces pertes devaient nécessairement être vues comme une conséquence inévitable des troubles révolutionnaires provoqués80. Deuxièmement, le rapport insistait, dans la logique inaugurée par la préfecture de Beyoğlu, sur le fait que la plupart des Arméniens étaient tombés sous le coup de balles tirées et de bombes lancées au hasard par les terroristes81. Cet argument, présenté comme une « vérité indéniable » (kabil-i inkâr olmayan hakikat) était étayée par un exemple, qualifié de « preuve importante » (delail-i mühimmeden) : le fait qu’à Samatya, deux prêtres nommés Krikor et Karabet avaient été blessés par balles et par bombes alors qu’ils tentaient de raisonner les terroristes82. Certes, à la suite de ces détails, le rapport faisait état de la violence déployée par la population musulmane, mais en prenant la précaution d’expliquer clairement qu’il ne s’agissait que d’une réaction à l’agression qu’elle avait subie et d’éviter la moindre évocation de massacre en se limitant uniquement à des mentions de troubles, de vol et de pillage83. Une preuve supplémentaire du malaise ressenti par le déséquilibre entre les chiffres des victimes arméniennes et musulmanes était fournie par l’information donnée dans le rapport selon laquelle un grand nombre de cadavres kurdes et juifs avaient été découverts parmi les cadavres supposés arméniens, ce qui prouvait que le nombre des victimes arméniennes devait être revu à la baisse84.

62Plus sérieusement, la conclusion qu’il faut tirer de tout ce qui précède est sans aucun doute que les événements qui suivirent la prise de la Banque ottomane ne peuvent être qualifiés autrement que de massacres. Les chiffres du ministère de la Police ne laissent pas même l’ombre d’un doute. Il est tout simplement impossible d’expliquer autrement la disproportion du chiffre des victimes, celui des Arméniens étant 34 fois supérieur à celui des musulmans. Aucune des excuses avancées par les autorités ottomanes ne peuvent prétendre changer cette terrible réalité. Ni les inhumations « secrètes » des musulmans, ni la « découverte » de cadavres kurdes et arméniens – si l’on veut vraiment prendre ces arguments au sérieux – ne changeront la nature des événements de 1896. D’ailleurs, comment ne pas voir que, plus encore que le nombre de victimes, c’est la proportion surprenante des morts par rapport aux blessés qui révèle le plus clairement l’existence d’un massacre. Les musulmans comptaient environ 2,5 fois plus de blessés que de morts ; les Arméniens presque 9 fois plus de morts que de blessés. Il n’y a pas de mystère : un nombre beaucoup plus important de blessés indique une situation de violence « normale », c’est-à-dire une confrontation certes très violente, mais où les deux parties sont de force plus ou moins égale et parviennent à se défendre tout en infligeant des pertes à l’autre. Dans ces cas, la mort acquiert une dimension d’exceptionnalité relative, reflétée dans la disproportion entre les chiffres des morts et des blessés. Si les pertes encourues par les musulmans affichent ce genre de situation, il faut donc en déduire qu’elles sont effectivement le résultat d’attaques armées menées par les révolutionnaires arméniens, ainsi que le suggèrent les documents officiels précités.

  • 85 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 3-7.
  • 86 « Il fut impossible de calmer l’émotion et le déchaînement de la population musulmane ; l’armée, la (...)
  • 87 Ibid., p. 272.

63En revanche, la situation inverse, soit une situation où les blessés ne représentent qu’une très petite proportion des morts, atteste au contraire de l’existence d’un conflit de nature « anormale », très probablement un massacre caractérisé. Dans le cas des Arméniens, si cette communauté enregistrait près de 35 fois plus de morts que les musulmans et que les blessés ne constituaient qu’un petit dixième des morts, il ne fait aucun doute qu’il s’agissait là d’une population sans armes et sans défense confrontée à la violence systématique d’un groupe beaucoup plus nombreux et très probablement armé. D’ailleurs, le simple fait que des gourdins aient pu devenir des armes mortelles suffit à indiquer à quel point les victimes avaient dû être démunies et désemparées face à leurs agresseurs. Ces chiffres ne font donc que confirmer l’image souvent répétée par les observateurs contemporains d’un massacre systématique et sans quartier – pratiquement sous forme de chasse – perpétré par des groupes nombreux et armés et dirigé contre une population désarmée. Le fait que les chiffres pour Beyoğlu, Kasımpaşa et Hasköy aient été particulièrement disproportionnés – 624 morts contre 13 blessés, soit une mortalité d’environ 98 % – indique un recoupement frappant entre la documentation du ministre et les témoignages contemporains, notamment celui de Bérard, qui plaçaient dans ces quartiers l’épicentre des massacres85. Notons par ailleurs que lorsque Hüseyin Nazım Pacha reprit ces événements dans ses mémoires, il conserva plus ou moins la même vision des choses, fondée sur une rhétorique défensive qui insistait sur les actes de pillage perpétrés par la populace musulmane, sur l’incapacité de la police et de la gendarmerie à contenir cette violence et sur le fait que l’ordre fut finalement rétabli grâce à l’intervention de la troupe86. Pour ce qui est de l’ampleur des événements, en revanche, s’il retint des chiffres similaires pour les musulmans – 27 morts et 48 blessés – il se garda bien de donner la moindre indication quant au nombre des victimes arméniennes87.

Bilan général

64Toute la documentation qui précède confirme encore une fois que les événements qui suivirent la prise de la Banque impériale ottomane par un commando arménien le 26 août 1896 doivent certainement être qualifiés de massacre ou de pogrom, aussi bien qualitativement que quantitativement. Il faut donc en conclure que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, la documentation compilée par Hüseyin Nazım Pacha n’est certainement pas à rejeter d’emblée. En effet, si ces documents permettent de confirmer l’existence d’un massacre, il paraît difficile de remettre entièrement en question leur véracité ou leur exactitude. Pourtant, d’un autre côté, il est indéniable que cette même documentation comporte de nombreux éléments qui la rendent pour le moins partiale, ne serait-ce que par un désir évident de masquer ou de modifier la nature des événements à travers des commentaires, des suppositions, des déductions ou tout simplement en passant sous silence certains aspects de la question. Les arguments avancés dès le début pour suggérer que le chiffre des victimes musulmanes était probablement beaucoup plus élevé, les efforts faits pour présenter les massacres comme une surexcitation du peuple et pour les expliquer par une réaction légitime ou tout au moins inévitable, le désir de minimiser les pertes arméniennes et, surtout, de les lier aux actions des révolutionnaires, l’apparition graduelle d’une rhétorique axée sur une dichotomie entre « nous » et « eux » sont autant d’indices qui prouvent bien que les autorités ottomanes, à commencer par Hüseyin Nazım Pacha, se considéraient clairement comme juge et partie et que, de ce fait, ils étaient pris dans un engrenage qui pouvait aller de l’omission de certains faits jusqu’à la falsification de l’information recueillie. Il faut donc en conclure que si les sources ottomanes permettent malgré tout de confirmer l’existence d’un massacre, il s’agit là d’un phénomène qu’il faut attribuer au fait que cette documentation, malgré les intentions des autorités, ne pouvait mentir entièrement.

65Du point de vue de l’historien cette espèce de compromis entre mensonge et vérité est fort gênant. En effet, si l’on peut fonder l’argument du massacre sur une lecture « prudente » de la documentation en question – c’est-à-dire en admettant qu’elle représente probablement une vision minimisée et édulcorée des faits – certaines questions restent en suspens en raison de la difficulté d’y répondre à partir de l’information fournie par le ministre de la Police. Tout d’abord la question brûlante du nombre réel des victimes : si les chiffres fournis par Hüseyin Nazım Pacha – environ mille victimes – suffisent à constater le massacre, faut-il pour autant en conclure qu’ils sont exacts ou suffisamment proches de la réalité ? Ou alors faut-il envisager la possibilité que les responsables ottomans soient allés jusqu’à fausser les chiffres qu’ils recueillaient et retenir par conséquent les chiffres avancés par les observateurs occidentaux, atteignant parfois jusqu’à huit fois les chiffres de la police ? Deuxièmement, en ce qui concerne la nature profonde des événements, peut-on accepter, ne serait-ce qu’en partie, la thèse selon laquelle il s’agit d’une sorte d’embrasement général, mais spontané, qui dégénéra en massacre, ou alors faut-il au contraire aller dans le sens des témoins contemporains européens qui insistent sur l’aspect organisé, systématique, voire même commandité des violences ? Enfin, comment traiter de la question des intentions et de la responsabilité éventuelles des autorités ottomanes, jusqu’au sommet de la hiérarchie, représentée par le sultan lui-même ? Il va de soi que si l’on accepte la notion d’un pogrom organisé, il en découlera tout naturellement la question de l’implication et de la responsabilité des forces de l’ordre, de l’État et, bien sûr, du palais. Cependant, quand bien même on retiendrait la thèse de l’embrasement spontané, devra-t-on dès lors parler d’une incapacité de ces acteurs à maîtriser et à contenir la situation, ou faudra-t-il envisager la probabilité d’une forme de connivence pouvant aller jusqu’au soutien passif ou actif d’un mouvement de toute façon incontrôlable ?

  • 88 Times 28 août 1896, p. 7.
  • 89 « It is estimated that the number of victims exceeds a thousand, and the slaughter goes on […]. » T (...)
  • 90 « The number of persons killed since Wednesday is estimated at from 2,000 to 3,000, principally bel (...)
  • 91 « Up to yesterday the municipal authorities have buried in the Armenian cemetery at Chichli 543 cor (...)
  • 92 Times 2 septembre 1896, p. 3.
  • 93 Times 9 septembre 1896, p. 3. Se fondant sur des témoins oculaires, le quotidien britannique ajouta (...)
  • 94 « En parlant à Votre Excellence de plus de 6,000 victimes, j’ai la conscience de demeurer fort en-d (...)

66Pour ce qui est des chiffres, il est évidemment extrêmement difficile de se prononcer de manière claire. La précision des chiffres tels qu’ils apparaissent dans la correspondance et les rapports ottomans et le fait qu’il s’agissait là de documents internes à l’administration sont autant d’arguments en leur faveur ; d’un autre côté, le simple fait qu’ils soient si bas comparés aux chiffres avancés par les sources étrangères les rend automatiquement suspects. Si l’on prend par exemple le quotidien le plus prestigieux de l’époque, le Times, il est frappant de voir à quelle vitesse ces chiffres furent constamment révisés à la hausse. Le 28 août, alors que tombaient les premières dépêches plus ou moins détaillées, le journal parlait de « centaines de morts88 » ; le lendemain le chiffre dépassa les 1 00089, et ensuite ne cessa de croître : 2 000 à 3 000 le 31 août90, plus de 2 000 le 1er septembre91, 5 000 le 292, et 6 000 le 993. C’est ce plafond de 6 000 à 7 000 morts qui sera retenu dans la documentation officielle française et britannique94.

  • 95 « The Turkish rabble killed several Greeks, mistaking them for Armenians, and about 50 Turks were k (...)
  • 96 « During the recent disturbances fomented by Armenian revolutionaries in Constantinople the number (...)

67Il va sans dire que devant de telles variations, il devient difficile de faire un choix entre les chiffres du Times et ceux de Hüseyin Nazım Pacha. S’il est évident que le gouvernement ottoman avait tout intérêt à réduire ces chiffres, on peut aussi facilement imaginer que les statistiques de la presse occidentale étaient enflées en raison d’une information recueillie en temps de panique et de chaos généralisé, ou même en raison de sympathies pour les victimes en général ou pour la cause arménienne en particulier. Certes, on ne peut s’empêcher de penser que les chiffres réels des pertes aient pu atteindre, sinon les sommets avancés par la presse ou par certains auteurs engagés, tel Bérard, du moins le double ou le triple des estimations du ministère. Toutefois, on ne peut exclure la possibilité que ces derniers chiffres qui, après tout ne furent jamais publiés, aient constitué la base d’un décompte somme toute assez honnête et qui a pu pécher par un manque d’approfondissement plutôt que par une véritable falsification des données. Pour ce qui est des victimes musulmanes, le Times n’avait pas grand-chose à dire, si ce n’est de noter qu’une cinquantaine de personnes avaient trouvé la mort à la suite des attaques à la bombe95. Il est remarquable de voir que la seule exagération dans ce contexte provenait d’un communiqué officiel du gouvernement, envoyé aux ambassades ottomanes, et selon lequel le chiffre des blessés parmi les forces de l’ordre et « les autres Mahométans innocents » s’élevait à 236 avec un nombre de morts « estimé au même niveau96 ». Il s’agissait là évidemment d’une désinformation caractérisée qui prouve bien l’existence d’une différence essentielle entre l’attitude tout simplement mensongère du palais et du gouvernement et celle, beaucoup moins cynique, des bureaucrates et officiers chargés du maintien de l’ordre.

La question des responsabilités

68La question des responsabilités doit être prise en considération à plusieurs niveaux. Tout d’abord, la plupart des sources sont d’accord pour attribuer aux révolutionnaires arméniens la responsabilité d’avoir organisé un certain nombre d’actions terroristes dont plusieurs contribuèrent directement à la genèse des événements. La différence la plus importante entre les sources ottomanes et étrangères sur ce point réside dans leur vision évidemment divergente des facteurs ayant déclenché ces actes. Pour plus de clarté, il sera probablement utile de distinguer deux types d’objectifs ayant mobilisé les révolutionnaires arméniens. À un niveau purement politique, il s’agissait avant tout de faire pression, directement ou indirectement, sur le gouvernement ottoman afin d’obtenir la réalisation des réformes prévues dans les provinces de l’empire à forte concentration démographique arménienne et, éventuellement, d’œuvrer à l’autonomie, voire même à l’indépendance de la région. Il va sans dire que le gouvernement ottoman percevait ce processus comme une menace très concrète et à laquelle il était déterminé de ne pas céder. Quant aux gouvernements étrangers, s’il est vrai que leur politique sur cette question n’était guère homogène, leur prise de position, variant entre une reconnaissance du besoin de réformes et un soutien tacite à la cause indépendantiste, était généralement perçue par le gouvernement comme contraire aux intérêts de l’empire.

69À un niveau plus concret que ces considérations politiques et idéologiques, les événements de 1896 étaient évidemment sous-tendus par la violence et les massacres auxquels la population arménienne de l’empire avait été soumise depuis quelques années, aussi bien en Anatolie (1893-1894) que dans la capitale (1895). Par conséquent, aux yeux des gouvernements occidentaux et surtout de l’opinion publique, les actes terroristes des révolutionnaires arméniens étaient en grande partie perçus comme un cas désespéré de légitime défense face à la violence exercée par le gouvernement impérial et par la population musulmane. Cela étant dit, indépendamment de considérations morales, il est vrai que la plupart des gouvernements européens jugeaient tout à fait inacceptables de telles actions qui mettaient en danger la stabilité politique de l’empire, notamment lorsqu’elles visaient une institution comme la Banque impériale ottomane. Par conséquent, quelles que fussent leurs sensibilités et leurs sympathies, les grandes puissances avaient donné leur soutien de principe au gouvernement ottoman. Néanmoins, une fois que cet acte reconnu comme terroriste avait cédé la place à un massacre systématique de la population civile, l’attitude de ces gouvernements avait commencé à changer et la bienveillance dont ils avaient bien malgré eux fait preuve à l’égard d’Abdülhamid II avait graduellement fait place à un sentiment d’exaspération, sinon d’inimitié.

70Encore une fois, il suffit de suivre les nouvelles et les commentaires tels qu’ils parurent dans le quotidien principal de l’époque, le Times de Londres, pour se faire une idée de la manière dont évolua l’opinion publique en Occident, ainsi que de la prise de position des principaux cabinets européens. Un premier commentaire, paru le 28 août, à un moment où le massacre n’était pas encore clairement perçu, était très représentatif d’une position encore proche de celle du gouvernement ottoman. Les terroristes y étaient qualifiés d’irresponsables et d’inconscients ; plus encore, ils étaient décrits comme les instruments d’un complot visant à démolir l’image déjà ternie de l’Empire ottoman à l’étranger :

  • 97 Times 28 août 1896, p. 7. Le même jour, ayant reçu communication du télégramme d’Auboyneau, Le Temp (...)

The insurgents, if they were foolish desperadoes themselves, must also have been the tools of others who intended to drive the Turks to retaliate, and then to point to the excesses only too likely to be perpetrated on the Christians as proof of the intolerable and incurable barbarism of Turkish rule97.

71D’après la logique de ce commentaire, l’attitude du gouvernement face à d’éventuelles réactions déciderait de la suite des événements. Si l’administration ottomane parvenait à contenir la situation, elle réussirait à déjouer le piège tendu par ses ennemis internes tout en restant dans les limites de la légitime défense :

  • 98Times 28 août 1896, p. 7. Le Temps du lendemain reprenait à peu près cette même vision des faits ((...)

If, on the other hand, the Sultan proves that he can curb the fanaticism of his Mahomedan subjects in the face of provocation, he will be adding appreciably to the strength of his position, and will be taking the surest course to foil the machinations of his domestic enemies98.

  • 99  « The streets quickly filled with the armed Turkish rabble before described, and Armenian blood fl (...)
  • 100 « […] The police and troops were mere spectators of attacks made on harmless passersby without maki (...)

72Il est frappant de voir à quel point cette vision recoupait la prise de position ottomane : provocations arméniennes, complots étrangers, ennemis internes et, enfin, une réaction probable, voire inévitable, de la population musulmane. Toutefois cette harmonie de vues ne dura pas longtemps ; dès le lendemain de sérieuses divergences firent surface. Les nouvelles du massacre avaient commencé à arriver, prouvant que les souhaits et les conseils de la veille avaient échoué. Les articles ne parlaient désormais plus que de « populace turque armée », « de sang arménien coulant à flots », de meurtres, de pillage et de destruction99. L’aspect le plus terrifiant de ces scènes d’horreur était l’apathie des forces de l’ordre100. Était-ce une inaction préméditée, ou étaient-elles tout simplement dépassées ? Il y avait encore des doutes là-dessus :

  • 101 Times 29 août 1896, p. 7.

Of course the Turkish troops ought to have put down the disturbance in the streets and prevented the death of innocent people. But those who got up the raid upon the bank knew full well that the Turkish troops would not do anything of the kind, and even that they could not do it, amid such an excitable and fanatic population, without much shedding of blood in one way or the other101.

  • 102 C’était aussi l’attitude initiale du chargé d’affaires français, Jules de la Boulinière dans ses pr (...)

73La divergence de vues n’était pas encore très sérieuse. Les documents de Hüseyin Nazım Pacha évoquaient que l’objectif des révolutionnaires était d’exciter la population ; les propos du chef du commando au directeur-adjoint de la Banque ottomane le confirmaient. Cependant le véritable défi est de pouvoir expliquer l’apathie et l’inaction de la police, de la gendarmerie et de l’armée. Si l’on s’en tient à la documentation ottomane et aux commentaires de Hüseyin Nazım Pacha, il ne s’agissait pas d’inaction, mais simplement d’une incapacité à gérer l’effet combiné des attaques arméniennes et de l’embrasement de la population. Or, pratiquement tous les observateurs étrangers s’accordent pour dire que les forces de l’ordre s’étaient sciemment tenues à l’écart ; selon certains, elles avaient été jusqu’à distribuer des gourdins et, souvent, jusqu’à participer aux massacres. Le Times s’était d’abord contenté d’évoquer l’inertie des forces de l’ordre sans pour autant écarter la possibilité qu’elles étaient tout simplement dépassées par les événements102 ; petit à petit le quotidien abandonna cette position pour épouser la thèse d’une responsabilité ottomane, du gouvernement à l’armée et du sultan à la police.

  • 103 « In less than two hours after the Armenian Revolutionary Committee men began their insane performa (...)
  • 104 « To-day, however, the military and police have been disarming groups of Turks armed with cudgels.  (...)

74Beaucoup d’indices allaient dans ce sens. Tout d’abord, les rapports et la correspondance de témoins oculaires avaient commencé à arriver, suggérant de plus en plus fréquemment que la police et l’armée étaient directement engagées dans les massacres. Cependant les signes les plus clairs des massacres concernaient la régularité observée du début à la fin des violences. Plusieurs sources s’accordaient pour noter que les massacres de Galata et de Péra en particulier avaient commencé très peu de temps après l’assaut de la banque, juste après que des barges chargées chacune de plus de 100 hommes avaient quitté Istanbul pour venir accoster aux quais de Galata103. De même, le fait que les massacres se soient soudainement et complètement arrêtés une fois que la machine policière se remit en branle pour ramasser et confisquer les armes et les gourdins le soir du 27 août, au bout d’environ 30 heures d’émeutes semble bien suggérer que toute l’opération ait pu être pensée et organisée par les plus hautes instances de l’État104.

75Dès le deuxième jour, les représentants diplomatiques des grandes puissances à Constantinople avaient ressenti le besoin de protester auprès du gouvernement, évoquant déjà la possibilité d’une complicité des forces de l’ordre dans les massacres :

  • 105 Ministère des Affaires étrangères, op. cit. (n. 15), p. 267, doc. no 242, note collective adressée (...)

Les événements sanglants dont la ville de Constantinople a été le théâtre dans la journée et la nuit d’hier, à la suite d’une tentative criminelle des révolutionnaires arméniens, ont mis en lumière avec la dernière évidence l’absence totale de sécurité et de mesures propres à maintenir l’ordre public dans la capitale. Alors que les troubles ont éclaté peu après midi, les premières mesures militaires n’ont été prises que vers 6 heures du soir, et encore les troupes sont-elles restées impassibles en face des excès auxquels se livraient des bandes de gens sans aveu qui, armés de gourdins et de couteaux, attaquaient et assommaient des passants absolument inoffensifs. La police, de son côté, loin d’empêcher la circulation de ces bandes, s’est associée dans plusieurs cas à leurs méfaits. Des zaptiés, des soldats armés et même des officiers ont été vus pénétrant de force dans les maisons pour y rechercher des Arméniens et envahissant des établissements étrangers, dont plusieurs ont été complètement saccagés.
[…] Ils exigent que des mesures immédiates soient prises pour désarmer la populace, punir les coupables et renforcer les moyens d’action de l’autorité chargée du maintien de l’ordre105.

  • 106 Ibid., p. 268, doc. no 245, la Boulinière à Hanotaux, Thérapia, 28 août 1896.
  • 107 « It is the declaration, on positive data, of the fact that the savage bands which murderously atta (...)

76Cette intervention semble avoir produit quelque effet, puisque dès le lendemain, le ministre ottoman des Affaires étrangères, Tevfik Pacha, informait le chargé d’affaires français de ce que « Sa Majesté, indignée des événements, avait ordonné l’arrestation de nombreux musulmans et la formation d’une cour martiale qui fonctionnerait dès demain, que des exemples éclatants seraient faits106 ». Il n’est d’ailleurs pas impossible que le sultan, intimidé par cette déclaration, ait alors donné des ordres pour désarmer la population et faire cesser le massacre. Quoi qu’il en soit, c’était trop tard ; le 31 août 1896, les ambassadeurs d’Allemagne, d’Autriche-Hongrie, de France, de Grande-Bretagne, d’Italie et de Russie adressèrent une note commune à la Sublime Porte, évoquant « la constatation par des données positives du fait que les bandes sauvages, qui ont assommé les Arméniens et pillé les maisons et les magasins où elles prétendaient chercher des agitateurs, n’étaient point des ramassis accidentels de gens fanatisés, mais présentaient tous les indices d’une organisation spéciale connue de certains agents de l’autorité, sinon dirigée par eux ». La déclaration attirait l’attention du gouvernement sur les sept points suivants : 1 – les bandes de meurtriers étaient apparues simultanément en divers points de la ville avant même l’intervention des forces armées contre les assaillants de la banque ; 2 – une grande partie des gens formant ces bandes étaient vêtus et armés de la même manière ; 3 – ils étaient menés ou accompagnés par des softas, des soldats, voire même des officiers de police ; 4 – plusieurs chefs de la police avaient été aperçus en train de distribuer des gourdins et des couteaux ; 5 – les meurtriers avaient pu perpétrer leurs crimes sous les yeux de l’armée et jusque dans les parages du palais de Yıldız, sans être inquiétés ; 6 – un assassin, arrêté par un drogman d’ambassade, avait prétendu être intouchable et avait effectivement été reçu à bras ouverts par les responsables du palais à qui il avait été remis ; 7 – deux « Turcs » au service d’Européens avaient disparu pendant les deux journées de massacre et déclaré, à leur retour, qu’ils avaient été armés de gourdins et de couteaux afin de tuer des Arméniens107.

*
*  *

77Il peut paraître difficile de choisir entre les deux extrêmes représentés d’une part par les rapports officiels invoquant l’incapacité des forces de l’ordre à contenir la violence populaire et, de l’autre, les observations d’étrangers accusant ces mêmes forces d’avoir soutenu les massacres, voire même d’y avoir participé ; en effet, les deux parties peuvent être accusées d’avoir eu leurs raisons de vouloir déformer les faits afin d’en promouvoir une certaine version. Toutefois les indices incriminant l’administration ottomane sont tout simplement trop nombreux pour être ignorés. Tout d’abord, l’argument que l’armée, la police et la gendarmerie réunies aient pu être débordées par une foule que tous s’accordaient pour décrire comme des bandes de pilleurs est peu convaincant. L’idée que les forces de l’ordre aient été incapables de contrôler une émeute qui avait fait au moins 1 000 victimes – en fait probablement des milliers – dans la capitale de l’empire et sous un régime aussi autoritaire que celui d’Abdülhamid II paraît invraisemblable. D’ailleurs, une lecture un peu plus attentive des documents compilés par Hüseyin Nazım Pacha révèle un certain nombre d’incohérences significatives. En effet, comment expliquer qu’au-delà du parti pris que l’on sent bien dans les rapports de la police, les pertes arméniennes étaient systématiquement liées aux actes terroristes alors que l’action des musulmans n’était mise en rapport qu’avec des scènes de pillage ? Plus encore, ne faut-il pas voir un retard suspect dans le fait que le seul document ottoman faisant explicitement état de ce que la population arménienne était sérieusement menacée et qu’elle devait par conséquent être protégée était daté du 28 août, c’est-à-dire du lendemain de la cessation des massacres ? Faut-il y voir un désir de se conformer après coup à des mesures qui auraient dû être prises la veille, peut-être en voyant les représentants des grandes puissances se retourner contre le gouvernement ?

  • 108 Times 2 septembre 1896, p. 3.
  • 109 Times 3 septembre 1896, p. 3. « Hier soir, vers six heures, les Arméniens avaient lancé, d’une mais (...)
  • 110 « The Embassies yesterday drew the attention of the Porte to the proceedings of the special tribuna (...)

78La mauvaise foi du gouvernement ottoman transparaît dans un certain nombre de mesures prises après les événements. Le 2 septembre, le Times avait annoncé l’arrestation d’environ 300 musulmans, tout en ajoutant que plutôt que les responsables des massacres, cette vague punitive semblait avoir pris pour cible des personnes supposées faire partie du mouvement jeune-turc108. En même temps, la police et l’armée avaient engagé une opération visant à déloger des Arméniens armés que l’on prétendait s’être réfugiés dans les hans de Galata109. Les résultats de l’action judiciaire entreprise jusqu’à la fin du mois d’octobre eurent de quoi déchaîner la fureur des missions diplomatiques : tandis que des militaires qui avaient été saisis après avoir massacré deux Arméniens devant l’ambassade britannique et avaient été remis aux autorités étaient acquittés, les tribunaux concentraient leurs efforts sur l’arrestation d’un nombre croissant d’Arméniens110. Dès septembre, la Boulinière avait fait part à son ministre de son indignation devant cette farce judiciaire :

Aucun Musulman, parmi les milliers de ceux que la police avait armés et a su, après deux jours de carnage, si aisément désarmer, n’a été inquiété ni puni.

  • 111 Ministère des Affaires étrangères, op. cit. (n. 15), p. 287, doc. no 264, la Boulinière à Hanotaux, (...)

J’ai parlé à Votre Excellence de la constitution d’un tribunal extraordinaire dont la mission devrait être de juger les individus arrêtés au cours des derniers événements. Or, ce tribunal siège depuis six jours, et, tandis qu’il condamnait un certain nombre d’Arméniens, il trouvait moyen d’interroger un seul Musulman, accusé d’avoir tué un Arménien à coups de yatagan. Le fait a été reconnu exact, mais l’individu a été acquitté parce qu’il n’était pas prouvé que le yatagan eût frappé un Arménien vivant111.

  • 112 « The arrests of Mahomedans reported on Monday [Nov. 2] have brought about the removal of Nazim Pas (...)

79D’ailleurs, si l’on en croit le Times, l’arrestation de quelques musulmans ne fit que fournir au favori d’Abdülhamid, İzzet Bey, un prétexte pour démettre de ses fonctions le ministre de la Police, Hüseyin Nazım Pacha, afin de le remplacer par une de ses propres créatures, Ahmed Şefik Efendi112.

80De toute évidence, il paraît plus ou moins certain que les événements dégénérèrent rapidement en massacre et que les forces de l’ordre, peut-être en partie débordées, fermèrent les yeux devant les agissements de la foule déchaînée et, dans certains cas, incitèrent ou participèrent au massacre. En l’absence d’un « smoking gun », notamment d’ordres explicites allant dans ce sens, il n’est guère aisé d’établir avec certitude la responsabilité directe de l’armée, de l’administration, du gouvernement et du palais. Pour que les témoignages relatant la manière dont les postes de police servirent d’arsenaux aux massacreurs soient vrais, il faudrait alors que la totalité des documents compilés par Hüseyin Nazım Pacha ne fussent qu’une invention de toutes pièces. Est-ce vraisemblable ? Faut-il penser que le ministre de la Police poussa le cynisme jusqu’à entretenir une correspondance fictive avec ses subordonnés ou, pis encore, fabriquer des faux afin de masquer une activité autrement criminelle ? Ou alors, peut-on imaginer que l’opération ait été menée de manière plus complexe, avec certains groupes au sein des forces de l’ordre recevant des instructions, plus ou moins secrètes, visant à soutenir et à fomenter le massacre, tandis que le gros de l’administration, tout en sympathisant avec la populace, tentait quand même de maintenir un semblant d’ordre et de justice dans le chaos de la ville ? Cela expliquerait-il d’une part que Hüseyin Nazım Pacha ait été démis de ses fonctions et d’autre part qu’il ait ressenti le besoin de laisser une trace écrite de son action ?

81Il est à espérer qu’une étude plus approfondie des archives permettra de répondre avec plus de précision à ces questions. En attendant, vu le contexte politique de l’autocratie hamidienne, les regards doivent inévitablement se tourner vers le palais et vers la personne du sultan. En effet, si l’on considère que la caractéristique principale du régime hamidien était un glissement progressif, mais décisif, du pouvoir de l’élite bureaucratique – la Sublime Porte – vers le palais de Yıldız et l’entourage immédiat d’Abdülhamid, un scénario fondé sur une politique consciente menée par le sultan lui-même et dont le gouvernement n’aurait été que très imparfaitement informé est tout à fait plausible. Il se pourrait donc que le gros de la police et le ministre lui-même aient mené un effort, certes partisan, mais visant néanmoins à maintenir l’ordre, tandis que certains éléments au sein de l’institution, obéissant à des instructions émanant plus ou moins directement du palais, fomentaient et organisaient le massacre de la population arménienne de la ville.

  • 113 Pour une intéressante discussion de la question, voir Robert Melson, « A Theoretical Inquiry into t (...)

82Si l’on accepte le principe de ce scénario, il faudra en conclure que la « politique du Sultan », pour reprendre le titre de l’ouvrage de Bérard, loin de rechercher une solution à la crise, reposait au contraire sur une stratégie à long terme fondée sur la répression des velléités autonomistes des Arméniens par la violence et l’intimidation113. En effet, l’un des aspects les plus frappants de tout cet épisode est le contraste réellement surprenant, voire presque incompréhensible, entre, d’une part, une politique d’incitation au massacre de milliers de victimes innocentes et, de l’autre, une attitude extrêmement coulante envers les assaillants de la banque que les observateurs de tous bords étaient prêts à déclarer coupables d’un crime terroriste ou anarchiste. Cette étrange attitude, contraire à ce que l’on pourrait attendre d’un gouvernement rationnel fonctionnant dans un État de droit, laisse à penser qu’elle était née d’un désir de riposter à la terreur révolutionnaire par la terreur étatique. Dès lors, si l’on accepte que cette politique émanait directement d’Abdülhamid II et de son entourage immédiat au palais de Yıldız, il devient possible d’y discerner un exemple flagrant d’une rupture avec la tradition bureaucratique, légaliste et consensuelle de la période des Tanzimat et du passage à une phase étrangement et terriblement plus moderne, caractérisée par le recours presque systématique à la Realpolitik, à l’idéologie et à la manipulation pour atteindre les fins politiques du régime.

83En guise de conclusion, plutôt que d’échafauder des théories vouées à rester spéculatives dans l’attente d’études plus poussées, il est peut-être préférable de citer les impressions d’un témoin atypique des événements. Le prince Salahaddin Efendi (1861-1915), fils du sultan Murad V, frère aîné et prédécesseur malheureux d’Abdülhamid II, suivait tant bien que mal l’actualité du fond du palais de Feriye où il avait été assigné à résidence sous bonne garde avec son père et toute sa famille depuis la déposition de ce dernier en 1876. Un paragraphe de ses mémoires relate la manière dont il perçut ces événements. Malgré un certain parti pris, ce commentaire du prince frappe par son bon sens lorsqu’il explique l’escalade de la violence et la part de responsabilité du peuple « vainqueur », le sien. Le prince y manifeste sa tristesse et un pessimisme presque prophétique devant l’ampleur de la tragédie qui se dessine devant ses yeux :

  • 114 Hâme-i Mübtedî [La plume novice], mémoires inédits de Salahaddin Efendi, vol. VII, Rebiyülahir 1314 (...)

Quelques Arméniens, soumis à l’inévitable influence des idées de progrès et de civilisation, se lancent dans une aventure d’indépendance. Ce petit groupe subit une riposte violente. Cette violence provoque la haine de cette nation. Les étrangers se mettent à les y encourager. Car aucune mesure positive n’est prise pour effacer cette haine. Ces encouragements finissent par les pousser à exprimer ouvertement leur haine. Jadis petit, ce groupe a désormais grandi et cette foule a acquis force et audace. Cette audace est accueillie dans le sang et bien des hommes perdent la vie à tort ou à raison. Devant ces pertes, à l’audace et l’agressivité vient s’ajouter un désir de vengeance. Le peuple vainqueur accroît son orgueil et ses provocations, tandis que le peuple vaincu se livre à la vengeance et à la trahison. Enfin, un nouveau combat sanglant a lieu. Les puissants ennemis, les étrangers ingrats, regardent ce spectacle avec satisfaction et tentent secrètement de provoquer les deux parties. Car au bout du compte, ils en profiteront aussi. Qu’ils restent donc à observer le spectacle. Des fenêtres de notre palais, nous avons vu bien des réfugiés arméniens s’enfuir d’Istanbul. Votre serviteur s’est alors tourné vers les désordres grecs et s’est dit : « Ah les pauvres ! Quel dommage pour les deux nations ! Je souhaite seulement que le sang versé et la haine causée par l’accusation portée contre tous les Arméniens des fautes commises par quelques-uns d’entre eux ne se transforment en un véritable poison pour les Ottomans114. »

Notes

1 Victor Bérard, La Politique du Sultan, Paris, Calmann-Lévy, 1897, xix, 361 p. Pour d’autres éditions, voir La Politique du Sultan, Paris, Calmann-Lévy, 1900 et La Politique du Sultan, préface de Martin Melkonian, Paris, Le Félin-Kiron, coll. « Les Marches du temps », 2005.

2 Aubert (1876-?) était l’auteur de la Paix japonaise, Paris, Armand Colin, 1906 ; de Américains et Japonais : l’émigration japonaise aux Hawaï, en Californie, au Canada et dans l’Amérique du Sud ; le conflit économique, social et politique ; les États-Unis ; le Japon et les Puissances, Paris, Armand Colin, 1908 ; et des Maîtres de l’estampe japonaise, Paris, Armand Colin, 1914.

3 Louis F. Aubert, « Victor Bérard », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1931), p. 714-720.

4 Victor Bérard, La Turquie et l’Hellénisme contemporain. La Macédoine : Hellènes, Bulgares, Valaques, Albanais, Autrichiens, Serbes, la lutte des races, Paris, Félix Alcan, 1893.

5  Victor Bérard, « La fête des Saints-Apôtres », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1895), p. 314-340.

6  Paul Cambon (1843-1924) fut ambassadeur de France à Constantinople de 1890 à 1898.

7  Thérapia, en turc Tarabya, village situé sur le Bosphore où se trouvait la résidence d’été de l’ambassade de France.

8  Victor Bérard, « La Politique du Sultan », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1896), p. 865-899 ; « La Politique du Sultan », La Revue de Paris 1 (janvier-février 1897), p. 57-95, puis p. 421-458.

9  Louis F. Aubert, op. cit. (n. 3), p. 714-720, p. 716-717.

10 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 361.

11 Ernest Lavisse (1842-1922) était depuis devenu membre de l’Académie (1892) et directeur de La Revue de Paris (1894).

12 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. i-xix.

13 Gabriel Hanotaux (1853-1944), chartiste, historien et diplomate, devint ministre des Affaires étrangères une première fois en 1894-1895. Écarté du pouvoir sous le gouvernement Léon Bourgeois (1895-1896), il récupérera le même portefeuille le 29 avril 1896 dans le cabinet de Jules Méline et le conservera jusqu’au 28 juin 1898.

14 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. xix.

15 Ministère des Affaires étrangères, Documents diplomatiques. Affaires arméniennes. Projets de réformes dans l’Empire ottoman, 1893-1897, Paris, Imprimerie nationale, 1897. Un supplément parut la même année : Ministère des Affaires étrangères, Documents diplomatiques. Affaires arméniennes (supplément), 1895-1896, Paris, Imprimerie nationale, 1897.

16 « Le livre jaune sur les affaires d’Orient », Journal des débats politiques et littéraires 17 février 1897, p. 1-2.

17 « Dernière heure », Journal des débats politiques et littéraires 25 janvier 1897, p. 4.

18 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. xi.

19 Ibid., p. 285.

20 XXX, « En Orient », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1895), p. 449-461.

21 Ibid., p. 460.

22 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 286.

23 Ministère des Affaires étrangères, Documents diplomatiques français (1871-1914), 1re série (1871-1900), t. XIII, Paris, Imprimerie nationale, 1953, p. 31, doc. no 17, Cambon à Hanotaux, Péra, 7 novembre 1896. Cela est à rapprocher du commentaire de Hanotaux à la suite de son entrevue avec l’ambassadeur ottoman à Paris, Salih Münir Bey : « J’ai vu hier Munir Bey. Je lui ai dit qu’il devenait impossible même aux amis du Sultan de le défendre ; qu’il suivait, à l’encontre de nos conseils les plus pressants et en dépit de ses engagements réitérés, la politique la plus aveugle » (Ministère des Affaires étrangères, op. cit. [n. 15], p. 270, doc. no 251, Hanotaux à La Boulinière, Paris, 2 septembre 1896).

24 Ministère des Affaires étrangères, op. cit. (n. 15), p. 320, doc. no 287. Notons que Paul Cambon lui-même et son second secrétaire, Pierre de Margerie, partageaient cette vision négative de Hanotaux : « Paul Cambon et lui-même reprochent beaucoup à leur ministre, Gabriel Hanotaux, d’être louvoyant, imprécis, sans allant devant un Sultan et un gouvernement turc faux, lâches et ne reculant devant aucune violence ». Bernard Auffray, Pierre de Margerie (1861-1942) et la vie diplomatique de son temps, Paris, Klincksiek, 1978, p. 106.

25 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 7-8.

26 Ibid., p. 13.

27 Ministère des Affaires étrangères, op. cit. (n. 15), p. 284, doc. no 258, de La Boulinière à Hanotaux, Thérapia, 6 septembre 1896.

28 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 17-18.

29 Ibid., p. 28-29.

30 Ibid., p. 30.

31 C’est pourquoi une première version de ce texte, en turc et sans accent particulier sur Victor Bérard, a été présentée lors de la conférence organisée du 23 au 25 septembre 2005 par les universités Boğaziçi, Sabancı et Bilgi sur « Les Arméniens ottomans pendant l’effondrement de l’empire. Questions de responsabilité scientifique et de démocratie ». Ce texte fut publié à deux reprises : Edhem Eldem, « 26 Ağustos 1896 “Banka Vakası” ve 1896 “Ermeni Olayları” », Tarih ve Toplum Yeni Yaklaşımlar 5 (printemps 2007), p. 113-146 ; Fahri Aral (éd.), İmparatorluğun Çöküş Döneminde Osmanlı Ermenileri. Bilimsel Sorumluluk ve Demokrasi Sorunları, Istanbul, İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları, 2011, p. 127-152.

32 Voir entre autres Vahakn N. Dadrian, The History of the Armenian Genocide. Ethnic Conflict from the Balkans to Anatolia to the Caucasus, Providence, Berghahn, 1997, p. 139-142.

33 Süleyman Kocabaş, Ermeni Meselesi Nedir Ne Değildir? [Qu’est-ce que la Question arménienne ?], Istanbul, Bayrak, 1983, p. 70-72 ; Veysel Eroğlu, Ermeni Mezalimi, Istanbul, Sebil, 1978, p. 91-93.

34 Vahakn N. Dadrian, op. cit. (n. 32), p. 142-146.

35 Par exemple, Dadrian alimente ses arguments des sources suivantes : le Blue Book du ministère britannique des Affaires étrangères, le Livre jaune du quai d’Orsay, la correspondance de Paul Cambon, ambassadeur de France, les mémoires de l’attaché militaire autrichien Giesl et, bien sûr, l’ouvrage de Bérard (Vahakn N. Dadrian, op. cit. [n. 32], p. 142-146, 168).

36 « La prise de la Banque ottomane par des révolutionnaires arméniens […] a fourni à Abdul-Hamid un prétexte pour ordonner le massacre d’Arméniens. » Edmond Khayadjian, Archag Tchobanian et le mouvement arménophile en France, Marseille, CDNP, 1986, p. 64.

37 « […] la plupart munis de gourdins d’apparence uniforme, évidemment préparés d’avance et en grande quantité […]. Plusieurs Européens […] ont vu de leurs yeux des groupes d’hommes entrer ensemble dans le corps de garde de Galata Séraï et en ressortir armés desdits gourdins. » Louis Rambert, Notes et impressions de Turquie. L’Empire ottoman sous Abdul-Hamid, Genève, Atar, 1926, p. 18. Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 30.

38 « J’ai rencontré dans la rue des hommes de police à cheval qui recueillent les gourdins des massacreurs. […] Un de mes employés me raconte qu’il a interpellé deux hommes de peine albanais, de sa connaissance. Ceux-ci lui ont répondu que mercredi on leur a donné des bâtons et de longs poignards en leur disant de tuer tous les Arméniens qu’ils rencontreraient, et que, vendredi, on leur a repris ces engins en les avisant que, s’ils massacraient encore un Arménien, ils auraient quinze ans de travaux forcés ! Ils paraissaient surpris de ce manque de logique. » Louis Rambert, op. cit. (n. 37), p. 19. Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 17.

39 Louis Rambert, op. cit. (n. 37), p. 19 ; Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 10-12.

40 On se souviendra que Bérard parlait d’au moins 6 000 ou 7 000 victimes (ibid., p. 30) ; tout en remarquant qu’il est impossible de donner un chiffre précis, Rambert estime néanmoins le bilan à environ 6 000 à 8 000 morts : « Dans les six cimetières des environs on a compté de 4200 à 4500 cadavres. Il est certain que ceux des rives de la Corne d’Or, de Psamatia et autres lieux n’ont pu être transportés dans ces cimetières, on n’en saura jamais le nombre. Les uns les évaluent à 2000, d’autres à 3500. Il n’y a aucune certitude dans ces évaluations. » Louis Rambert, op. cit. (n. 37), p. 20.

41 Veysel Eroğlu, op. cit. (n. 33), p. 91-92.

42 Enver Ziya Karal prend des pincettes lorsqu’il utilise la formule suivante : « Lorsque l’événement [la prise de la Banque ottomane] fut connu, le peuple d’Istanbul fut au comble de l’excitation. Les combats reprirent entre les Arméniens et les musulmans. » (Enver Ziya Karal, Osmanlı Tarihi [Histoire ottomane], vol. VIII, Birinci Meşrutiyet ve İstibdat Devirleri 1876-1907 [La première période constitutionnelle et l’autocratie], Ankara, Türk Tarih Kurumu, 1983, p. 144). De même, Vâhid Çubuk se contentera de parler d’une riposte dont il attribue la responsabilité aux Arméniens : « Toutefois, lorsque les révolutionnaires se répandirent dans les rues et se mirent à tirer sur les musulmans, ils provoquèrent un nouveau conflit civil. Les forces de l’ordre ne parvinrent pas à empêcher des représailles populaires. » (Vâhid Çubuk, Osmanlı Siyasi Tarihinde Sultan II. Abdülhamid Han [Le sultan Abdülhamid II dans l’histoire politique ottomane], Istanbul [s. d.], p. 150). Necip Fazıl Kısakürek, connu pour ses sympathies envers Abdülhamid II, explique le déchaînement de cette violence par le fait que « le peuple était devenu fou de rage » et met l’accent sur la responsabilité des actions arméniennes : « […] et c’est ainsi que l’attaque impardonnable contre la Banque ottomane prit fin. Toutefois l’affaire n’en resta pas là. Des actes comme l’attentat anonyme contre le grand vizir, la bombe lancée sur les troupes lors de la procession du vendredi, et enfin cette dernière attaque contre la banque avaient rendu le peuple fou de rage. Pendant quelque temps Istanbul retentit du son des bombes lancées et des coups de feu tirés des hans, des chambres d’hôtels, des balcons et de salves qui y répondaient. » (Necip Fazıl Kısakürek, Ulu Hakan II. Abdülhamîd Han [Le grand sultan Abdülhamid II], Istanbul, Büyük Doğu Yayınları, 1999, p. 263). Toutes les traductions du turc ou de l’anglais sont de l’auteur.

43 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 8-10 et p. 27-28.

44 Hüseyin Nâzım Paşa, Ermeni Olayları Tarihi [Histoire des événements arméniens], Ankara, Osmanlı Arşivi Daire Başkanlığı, 1994.

45 Archives de la Banque ottomane (OBA), LA 23,999, rapport de Gustav Wülfing, 28 août 1896, p. 7-8.

46 Ibid., p. 9.

47 Rappelons par ailleurs que le communiqué du commando faisait déjà mention de ce risque : « Nous pleurons d’avance la perte de tous ceux qui, étrangers ou indigènes, seront les victimes fatales à l’alarme générale. Nous les regrettons, mais devant le malheur général le deuil partiel n’a pas de sens. » Times 1er septembre 1896, p. 3.

48 OBA, LA 23,999, rapport de Sir Edgar Vincent, 28 août 1896, p. 4-5.

49 « M. Maximow and I accompanied them on board the yacht [Gulnare] in two Admiralty launches, and then returned to the Palace to insist on troops to be called out the next day to preserve order, and to press for orders being given to the police to disarm the Bashi-Bozouks and roughs, who, armed with bludgeons, were sweeping the streets – killing every Armenian they met. Formal promises with regard to both these demands were given, but were not executed. » Ibid.

50 « Desultory massacres continued throughout the day yesterday, accompanied by a considerable amount of looting. Business is entirely suspended and all shops are closed. » Ibid., p. 6.

51 OBA, LA 23,999, lettre d’Alexis Rey, 27 août 1896.

52 OBA, CD-CP 001, correspondance passive avec le comité de Paris, 1895-1896, no 103, copie d’un télégramme d’Auboyneau au comité de Paris, 27 août 1896 ; Le Temps 28 août 1896, p. 1.

53 OBA, CD-CR 001, comptes rendus hebdomadaires des séances du comité de direction, 1896, no 24, 14-19 septembre 1896.

54 OBA, CD-CR 001, comptes rendus hebdomadaires des séances du comité de direction, 1896, no 23, 7-12 septembre 1896 ; no 24, 14-19 septembre 1896 ; no 26, 20 septembre-3 octobre 1896.

55 OBA, CD-CR 001, comptes rendus hebdomadaires des séances du comité de direction, 1896, no 22, 24 août-5 septembre 1896 ; no 24, 14-19 septembre 1896.

56 Annexe aux instructions concernant les mesures extraordinaires, 14/26 août 1312/1896, Hüseyin Nâzım Paşa, op. cit. (n. 44), vol. II, p. 338-339. Toutes les citations extraites des archives ottomanes sont traduites du turc par l’auteur.

57 « Tebligat-ı resmiyye » [Communiqué officiel], 15/27 août 1312/1896, ibid., p. 340.

58 Je reprends ici la terminologie française contemporaine qui traduisait généralement le terme millet (communauté religieuse reconnue par l’État) par « nation », sans pour autant y donner son sens politique premier.

59 « Tebligat-ı resmiyye » [Communiqué officiel], 15/27 août 1312/1896, Hüseyin Nâzım Paşa, op. cit. (n. 44), vol. II, p. 340.

60 Copie du document présenté par le bureau de l’adjoint du patriarche arménien au très-illustre grand-vizirat et publié avec le communiqué officiel, 15/27 août 1312/1896, ibid., p. 341-342.

61 « İlân-ı resmî » [Communiqué officiel], 15/27 août 1312/1896, ibid., p. 340-341.

62 Le terme utilisé est sınıf (pl. sunuf ) qui se traduit par classe dans son sens le plus neutre d’un groupe possédant un dénominateur commun. Si l’on peut en déduire dans ce contexte particulier que ce dénominateur commun était l’identité confessionnelle, il faut savoir que le terme pourrait avoir été utilisé pour décrire d’autres distinctions sociales ou culturelles, sans pour autant aller jusqu’à l’acception marxisante du terme.

63 « Tedabir-i fevkalâde hakkındaki talimata ilâve » [Annexe aux instructions concernant les mesures extraordinaires], 14/26 août 1312/1896, Hüseyin Nâzım Paşa, op. cit. (n. 44), vol. II, p. 339.

64 « Afin de mettre fin aux actes de pillage de la population ». « Taraf-ı âlî-i Seraskerî’den ba tezkire irsal olunan talimat sureti » [Copie des instructions envoyées par le très-haut commandement de l’armée], 16/28 août 1312/1896, ibid., p. 343.

65 Le terme sopa est assez vague et décrit généralement un bâton de quelque importance. Dans ce cas particulier, il est évident qu’il s’agit de bâtons assez solides pour en faire des armes potentiellement mortelles, d’où le choix de traduire le terme par gourdin. Quelques années plus tard, les élections de 1912, caractérisées par l’intimidation des électeurs par des hommes de main du régime unioniste armés de gourdins, seront appelées les « élections au gourdin » (sopalı seçim).

66 « Taraf-ı âlî-i Seraskerî’den ba tezkire irsal olunan talimat sureti » [Copie des instructions envoyées par le très-haut commandement de l’armée], 16/28 août 1312/1896, Hüseyin Nâzım Paşa, op. cit. (n. 44), vol. II, p. 342-343.

67 Hüsameddin Ertürk, İki Devrin Perde Arkası [Les coulisses de deux règnes], propos recueillis par Samih Nafiz Tansu, Istanbul, Hilmi Kitabevi, 1957, p. 40.

68 Ibid., p. 41.

69 Voir par exemple Veysel Eroğlu, op. cit. (n. 33), p. 92-93 ; Süleyman Kocabaş, op. cit. (n. 33), p. 71-72.

70 Reşad Ekrem Koçu, « Ermeni Patırdıları » [Les soulèvements arméniens], İstanbul Ansiklopedisi, vol. X, Istanbul, 1971, p. 5208.

71 Ibid., p. 5208.

72 « Taraf-ı âlî-i Seraskerî’den ba tezkire irsal olunan talimat sureti » [Copie des instructions envoyées par le très-haut commandement de l’armée], 16/28 août 1312/1896, Hüseyin Nâzım Paşa, op. cit. (n. 44), vol. II, p. 342.

73 « Beyoğlu ve Üsküdar Mutasarrıflıkları ile İstanbul Polis Müdürlüğü’ne tezkire » [Dépêche aux préfectures de Beyoğlu et d’Üsküdar et à la direction de la police d’Istanbul], 16/28 août 1312/1896, ibid., p. 345.

74 « Beyoğlu Mutasarrıflığı’nın cevap tezkiresi » [Réponse de la préfecture de Beyoğlu], 17/29 août 1312/1896, ibid., p. 345.

75 L’argument du musulman pansant ses blessures en privé est plus discutable, mais l’enjeu étant avant tout le nombre de morts, cette question reste secondaire.

76 « Dahiliye Nezareti’ne tezkire » [Rapport au ministère de l’Intérieur], 20 août/1er septembre 1312/1896, Hüseyin Nâzım Paşa, op. cit. (n. 44), vol. II, p. 353.

77 Au sujet des premiers exemples d’utilisation du terme islamique traditionnel de şehid dans le contexte moderne du héros militaire, voir Edhem Eldem, Death in Istanbul. Death and its Rituals in Ottoman Islamic Culture, Istanbul, Ottoman Bank, 2005, p. 270-271.

78 « Dahiliye Nezareti’ne tezkire » [Rapport au ministère de l’Intérieur], 20 août/1er septembre 1312/1896, Hüseyin Nâzım Paşa, op. cit. (n. 44), vol. II, p. 353.

79 Ibid., p. 354.

80 « Une partie des morts et des blessés arméniens ont été tués et blessés lors de la riposte qui a naturellement suivi les troubles et le mouvement révolutionnaire. » Ibid.

81 « C’est une vérité indéniable que la plupart ont été tués et blessés à la suite des bombes lancées et des coups de revolver tirés n’importe comment depuis des hans, des maisons, des boutiques et depuis la banque par les chefs des assiégés et par leurs camarades. » Ibid.

82 Ibid.

83 Ibid.

84 Ibid., p. 356.

85 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 3-7.

86 « Il fut impossible de calmer l’émotion et le déchaînement de la population musulmane ; l’armée, la police et la gendarmerie étant déjà sur la défensive en raison des attaques qu’elles subissaient encore, elles n’eurent ni les moyens ni le temps de contenir la population. La population se mit à attaquer les Arméniens ; entretemps beaucoup de vauriens attaquèrent les boutiques et les magasins et se mirent au pillage. On ne laissa plus de soldats dans les casernes ; ils furent tous employés à réprimer les troubles. Jeudi soir, enfin, Istanbul revint en partie à son état normal. » Hüseyin Nazım Paşa, Hatıralarım. Ermeni Olaylarının İçyüzü, Istanbul, Selis, 2003, p. 270.

87 Ibid., p. 272.

88 Times 28 août 1896, p. 7.

89 « It is estimated that the number of victims exceeds a thousand, and the slaughter goes on […]. » Times 29 août 1896, p. 3.

90 « The number of persons killed since Wednesday is estimated at from 2,000 to 3,000, principally belonging to the class of street porters. In one cemetery alone, that of Chichli, about 700 corpses have been counted. » Times 31 août 1896, p. 3.

91 « Up to yesterday the municipal authorities have buried in the Armenian cemetery at Chichli 543 corpses all slain in the sixth municipal division of Haskouy or Kassim Pasha. The total slaughter doubtless exceeds 2,000. The Russian Embassy estimates it at a much higher figure. » Times 1er septembre 1896, p. 3.

92 Times 2 septembre 1896, p. 3.

93 Times 9 septembre 1896, p. 3. Se fondant sur des témoins oculaires, le quotidien britannique ajoutait que comme les corps des victimes avaient été chargés sur des barges de transbordement et déchargés dans la mer, il était pratiquement impossible d’établir un bilan final.

94 « En parlant à Votre Excellence de plus de 6,000 victimes, j’ai la conscience de demeurer fort en-dessous de la réalité. 4,500 inhumations ont été faites dans le cimetière arménien. » Ministère des Affaires étrangères, op. cit. (n. 15), p. 278, doc. no 254, La Boulinière à Hanotaux, Thérapia, 3 septembre 1896 ; « They have been succeeded by a massacre at Constantinople, in which it is estimated that between 5,000 and 6,000 lives of innocent persons have been sacrificed, which has every appearance of having been in some way organized by authority, and which certainly might, either wholly or in great part, have been prevented by timely action on the part of the Turkish military force. » Ibid., p. 276, doc. no 277, mémorandum remis, en copie, le 21 octobre 1896, par le Ministre de S. M. Britannique à Paris, à M. Hanotaux, Ministre des affaires étrangères, Londres, 20 octobre 1896.

95 « The Turkish rabble killed several Greeks, mistaking them for Armenians, and about 50 Turks were killed by the bombs of the Armenian revolutionaries. » Times 1er septembre 1896, p. 3.

96 « During the recent disturbances fomented by Armenian revolutionaries in Constantinople the number of wounded among the soldiers and officers of the Imperial Army who were employed in maintaining order and among other innocent Mahomedans is estimated at 236, while the death-roll is placed at about the same figure. The lamentable condition of these wounded, who are being cared for in the different hospitals of the city, has been borne witness to by several members of the European Embassies in Constantinople. » Times 17 septembre 1896, p. 3.

97 Times 28 août 1896, p. 7. Le même jour, ayant reçu communication du télégramme d’Auboyneau, Le Temps écrivait : « D’après cette dernière information, il semble que la version des mêmes événements publiée par le New-York Herald soit exagérée. » Le Temps 28 août 1896, p. 1.

98Times 28 août 1896, p. 7. Le Temps du lendemain reprenait à peu près cette même vision des faits (Le Temps 29 août 1896, p. 1).

99  « The streets quickly filled with the armed Turkish rabble before described, and Armenian blood flowed like water. Troops came on the scene and interfered with the street traffic, but never made the slightest attempt to check the murderous proceedings of the Mahomedan populace. » Times 29 août 1896, p. 3 ; « All night the Mahomedan populace took free vengeance on the Armenians, murdering, wrecking houses, and pillaging shops, while the authorities exercised no restraint upon them. » Times 29 août 1896, p. 3.

100 « […] The police and troops were mere spectators of attacks made on harmless passersby without making the slightest effort to protect the victims or to arrest their assailants. » Times 29 août 1896, p. 3.

101 Times 29 août 1896, p. 7.

102 C’était aussi l’attitude initiale du chargé d’affaires français, Jules de la Boulinière dans ses premières dépêches aux ministres français et ottoman : « La situation est périlleuse ; la troupe jusqu’ici ne s’oppose à aucun excès. » Ministère des Affaires étrangères, op. cit. (n. 15), p. 264, doc. no 236, la Boulinière à Hanotaux, Thérapia, 26 août 1896 ; « La troupe et la police demeurent impassibles devant des scènes de désordres, de meurtres et de pillages. » Ibid., p. 265, doc. no 237, la Boulinière à Tevfik Pacha, Thérapia, 26 août 1896.

103 « In less than two hours after the Armenian Revolutionary Committee men began their insane performance at the Ottoman Bank the mob filled Galata and overspread the whole city. Batches of them 120 to 150 strong came over in lighters from Stambul. » Times 31 août 1896, p. 3.

104 « To-day, however, the military and police have been disarming groups of Turks armed with cudgels. » Times 29 août 1896, p. 3 ; « It is well known that orders were given to the Bashi-Bozouks to cease the slaughter on Thursday two hours after sunset; the massacre thus lasted 30 hours, during which time the troops and the police remained completely passive. » Times 1er septembre 1896, p. 3.

105 Ministère des Affaires étrangères, op. cit. (n. 15), p. 267, doc. no 242, note collective adressée à la Sublime Porte par les Représentants des Grandes Puissances à Constantinople, 27 août 1896.

106 Ibid., p. 268, doc. no 245, la Boulinière à Hanotaux, Thérapia, 28 août 1896.

107 « It is the declaration, on positive data, of the fact that the savage bands which murderously attacked the Armenians and pillaged the houses and shops which they entered under pretence of looking for agitators were not accidental gatherings of fanatical people, but presented every indication of a special organization known by certain agents of the authorities, if not directed by them. » Times 14 septembre 1896,p. 3. Pour le texte français de la déclaration, voir Victor Bérard, op. cit. (n. 1) p. 358-359 ; Ministère des Affaires étrangères, op. cit. (n. 15), p. 271, doc. no 252, note verbale collective remise à la Sublime Porte par les Représentants des Grandes Puissances, 2 septembre 1896.

108 Times 2 septembre 1896, p. 3.

109 Times 3 septembre 1896, p. 3. « Hier soir, vers six heures, les Arméniens avaient lancé, d’une maison de Galata, plusieurs bombes, tuant un capitaine et blessant plusieurs soldats ; la maison a été prise d’assaut par la troupe. Soixante-deux Arméniens en ont été extraits. La fusillade a causé une panique à Péra et a fait réapparaître quelques groupes d’hommes armés. J’ai parcouru la ville cette nuit ; ce matin le calme est rétabli. » Ministère des Affaires étrangères, op. cit. (n. 15), p. 269, doc. no 247, la Boulinière à Hanotaux, Péra, 30 août 1896.

110 « The Embassies yesterday drew the attention of the Porte to the proceedings of the special tribunal which was created for the trial of persons charged with being concerned in the excesses of August 26 and 27 last, but which has been occupied chiefly with the prosecution of Armenians. » Times 3 novembre 1896, p. 3.

111 Ministère des Affaires étrangères, op. cit. (n. 15), p. 287, doc. no 264, la Boulinière à Hanotaux, Thérapia, 16 septembre 1896.

112 « The arrests of Mahomedans reported on Monday [Nov. 2] have brought about the removal of Nazim Pasha, Minister of Police, affording Ahmed Izzet the opportunity, long desired, of filling that office with a disciple of his own. The new Police Minister is Ahmed Sheffik Effendi, of the Ministry of Justice and President of the Board of Control of Anatolian reforms. » Times 6 novembre 1896, p. 3 ; « The removal of Nazim Pasha from the Ministry of Police was accomplished yesterday [Nov. 4]. It has long occupied the mind of Izzet Bey, for Nazim dislikes and despises Izzet, and the Sultan had a high opinion of Nazim. In fact Nazim, judged from a Hamidian standpoint, was an excellent Minister of Police, and at the same time foreigners found him tractable and obliging. But he was a thorn in the side of Izzet, who hates a rival and sees one in every recipient of Imperial favour, which he has not been instrumental in obtaining. […] Nazim Pasha has long wished to resign, but resignation is not allowed in Hamidia; his Excellency is not sorry to be relieved of his arduous and perplexing responsibilities. » Times 18 novembre 1896, p. 4.

113 Pour une intéressante discussion de la question, voir Robert Melson, « A Theoretical Inquiry into the Armenian Massacres of 1894-1896 », Comparative Studies in Society and History 24/3 (juillet 1982), p. 481-509.

114 Hâme-i Mübtedî [La plume novice], mémoires inédits de Salahaddin Efendi, vol. VII, Rebiyülahir 1314, 9 septembre-7 octobre 1896, p. 182 ; documents aimablement communiqués par Osman Salahaddin Osmanoğlu.

© École française d’Athènes, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search