Version classiqueVersion mobile

Portraits de Victor Bérard

 | 
Sophie Basch

Le témoin de son temps : la Question d’Orient, la Grèce, la Macédoine, la destruction des Arméniens

Victor Bérard et la Question d’Orient : l’Athéna casquée

Henry Laurens

Résumé

La géographie est le trait d’union entre le Victor Bérard spécialiste de la Grèce antique et celui chroniqueur du contemporain. Il a commencé comme auteur de relations de voyages dans l’Empire ottoman et dans les Balkans dans le cadre de la Question d’Orient avant de devenir commentateur régulier de politique étrangère de 1900 à 1911 dans la Revue de Paris. Si son domaine géographique d’interventions s’élargit, il reste avant tout un expert de la Question d’Orient tout à fait hostile à l’Empire ottoman à partir des massacres arméniens des années 1890.

Texte intégral

  • 1 Albert Thibaudet, « Un idéaliste de province », La Nouvelle Revue française 220 (janvier 1932), p.  (...)

1Le trait d’union de l’œuvre de Victor Bérard (1864-1931) est la géographie. Il a enseigné à la fois la géographie antique à l’École pratique des hautes études et la géographie politique à l’École navale d’où le parallélisme d’une œuvre qui est à la fois consacrée à l’Antiquité grecque et à l’actualité politique immédiate. En général, ce qui est resté de son œuvre est avant tout son travail sur Homère. Pourtant, son premier livre appartient à ce que nous appellerions aujourd’hui l’histoire immédiate. Albert Thibaudet dans son hommage insiste sur le parallélisme entre son travail sur Homère et celui sur la Question d’Orient découverte en même temps en Grèce : « il rapporte surtout le sens de cette question d’Orient qui est restée jusqu’en 1919 le nœud et l’école de la politique mondiale. Il revint de Grèce avec deux valises : son bagage d’idées odysséennes et son bagage d’idées et de politique orientale, son Athéna au repos et son Athéna casquée1. »

La Turquie et l’Hellénisme contemporain

  • 2 Ici, je suis la troisième édition, parue chez Félix Alcan en 1897.

2Nommé en 1887 à l’École d’Athènes, le jeune agrégé parcourt durant trois ans l’Anatolie ottomane. Son premier ouvrage, publié en 1892, La Turquie et l’Hellénisme contemporain2, se donne pour ambition l’étude de la Question d’Orient :

  • 3 Victor Bérard, La Turquie et l’Hellénisme contemporain3, Paris, Félix Alcan, 1897 (1re éd. 1893), p (...)

Durant trois années passées dans le Levant, j’ai visité les pays grecs et la majeure partie des pays turcs. Je voulais étudier la question d’Orient, sur place, sans opinion préconçue, mais dans un but déterminé. Le problème est si complexe en effet que l’on ne saurait avoir l’ambition de le traiter d’abord dans son ensemble : il faut commencer par des monographies3

  • 4 Ibid., p. III.

3Son livre se présente comme une relation de voyage en Turquie européenne, ou plus exactement en Épiro-Albanie puis en Macédoine, fait durant l’été 1890. C’est un monde où se heurtent les différentes intrigues nationales. En Albanie, c’est l’intrigue italienne et l’intrigue grecque. En Macédoine « au contraire toutes les intrigues balkaniques et européennes, serbe, grecque, valaque, bulgare, autrichienne, albanaise, se sont donné rendez-vous4. »

4Par intrigues, on doit comprendre la notion de politique voire de complot, mais aussi de récits historiques fondateurs de légitimité politique :

  • 5 Ibid., p. V.

Mais plus encore que les intérêts matériels, les souvenirs historiques et les traditions de race poussent vers le Vardar tous les peuples des Balkans. Pella, la vieille capitale de Philippe et d’Alexandre, apparaît aux Grecs comme la première étape entre la ville de Thémistocle et celle de Constantin. Dans l’Okhrida, les Bulgares révèrent la métropole de leur apôtre saint Clément, la vaillante forteresse de leurs tzars Samuel et Siméon, le siège de cet Exarchat bulgare qui jusqu’au xviiie siècle subsista indépendant du Patriarche. Uskub montre aux Serbes les murailles de Stéphane Douchan, la plaine où le héros fut couronné, il y a cinq siècles, Kral des Serbes, des Grecs, des Bulgares et des Albanais5.

5Il faut y ajouter les intrigues naissantes que représentent les Albanais et les Valaques.

6La narration de voyage est remplie de pittoresque et de couleur dans un monde où le brigandage et les passions nationales sont omniprésents. Bérard décrit la « paternelle tyrannie » du régime ottoman. C’est dans la mesure où ils sont peu civilisés que les Turcs ont la capacité de gouverner la région. Puis l’auteur s’interrompt pour faire une étude générale de la question macédonienne avant de reprendre la description deslieux. Il oppose les revendications des Serbes, des Bulgares et des Grecs qui constituent des cartes ethnographiques fantaisistes qui finalement accordent une bonne part aux Turcs :

  • 6 Ibid., p. 146-147.

Le Turc d’ailleurs rend aux uns et aux autres quelques services. Quand la conscience slave recule devant une annexion trop effrontée, l’attribution aux Turcs de districts hellènes sert presque autant la bonne cause qu’une annexion pure et simple ; et de même, quand l’intelligence hellène comprend que des prétentions sur un pays authentiquement bulgare entacheraient d’exagération tout le reste des comptes grecs, vite un badigeon turc ! Cette bienveillance pour le Turc est vue d’un très bon œil par l’Européen. Une carte de chrétiens si charitables pour l’Infidèle reçoit plus de créance. L’Europe est ainsi flattée dans ses désirs les plus secrets. Elle aimerait tant que tout fût turc en Turquie et que les ethnographes n’eussent jamais inventé ce terrible casse-tête de la Question d’Orient6.

7L’origine de la Question de Macédoine est la division de l’orthodoxie chrétienne en races ou en nations qui s’opposent les unes aux autres. L’Europe apparaît comme un gestionnaire lointain et embarrassé que les violences locales forcent à intervenir. Il vaut mieux conserver le vieux régime ottoman qui, tout en tolérant un certain niveau de violence, permet aux différents peuples de subsister :

  • 7 Ibid., p. 173.

La situation de la Macédoine n’est pas causée par l’incurie de son possesseur actuel, mais par la barbarie des peuples qui s’y pressent. En changeant de maîtres, ils ne changeraient nullement de mœurs et de façons. Cette barbarie peut avoir ses cruautés et même ses horreurs. Mais, au fond est-elle plus dure pour les individus que l’absolutisme de nos lois européennes, la complication de nos règlements, la multiplicité de nos obligations gouvernementales et tout le mécanisme de notre vie civilisée ? Nous ne pourrions vivre avec nos habitudes ordonnées dans cette tempête macédonienne. Mais tous les Albanais et la plupart des Macédoniens étoufferaient aussi dans notre domesticité… Il ne faut pas que les chiens, dit la fable, aient trop de pitié pour les libres loups vivant sans niche et sans collier7.

8Un changement entraînerait la suppression d’une ou de plusieurs races et la disparition d’une race est pour l’humanité un irréparable dommage.

L’affaire arménienne

9De son séjour au Levant, c’est-à-dire pour lui les pays de la Méditerranée orientale, Victor Bérard a tiré la conviction que la modernisation de l’Empire ottoman sous l’impulsion de l’Europe causerait sa perte :

  • 8 Ibid., p. 165.

Ce malheureux gouvernement turc perd toujours ses provinces, non par ses fautes, mais par vertueuses intentions. La Turquie, sans les réformes européennes, aurait pu vivre des siècles, vivre à la turque, ce qui n’est pas sans doute vivre à l’européenne. L’Europe a voulu que la Turquie mourût à l’européenne et la Turquie obéit8.

  • 9  Victor Bérard, La Politique du Sultan, Paris, Calman Lévy, 1897.

10La Question arménienne va l’amener à changer d’avis. Sous le patronage d’Ernest Lavisse, directeur de La Revue de Paris, il se rend à Constantinople pour rendre compte de la situation provoquée par les massacres en cours. Il s’ensuit une série d’articles publiés dans la Revue de Paris puis regroupés en 1897 sous le nom de La Politique du Sultan9. Il combine les observations faites sur le terrain et les témoignages recueillis avec les informations fournies par la publication de documents diplomatiques.

  • 10 Sur l’histoire des « comités » dans l’Empire ottoman, voir Hamit Bozarslan, « De l’action révolutio (...)

11Pour lui, il est clair que les massacres ont été organisés par le sultan Abdülhamid afin de mettre fin à la Question arménienne en supprimant les Arméniens. Il reconnaît une certaine responsabilité aux « comités arméniens10 », mais la réaction turque est totalement disproportionnée. Il part de la description des massacres pour aborder ensuite l’évolution de la revendication arménienne pour enfin traiter des réactions politiques européennes.

  • 11 Victor Bérard, op. cit. (n. 9), p. 165-166.

12C’est au détour de l’analyse que le sort de l’Empire ottoman est posé. À partir de 1890, « le Sultan sera convaincu que la propagande des comités est tournée contre lui et que toute la nation marche derrière les Comités. Les Comités, d’autre part, se persuadent que l’on ne peut rien obtenir de l’intelligence ou du bon vouloir du Maître et qu’il faut lui forcer la main. Leur but sera de l’intimider et, si la peur ne suffit pas, de créer en Asie mineure, par tous les moyens un état des choses et des esprits qui attire l’attention et, si possible, l’intervention des puissances européennes11. »

13Avec véhémence, l’auteur s’en prend à l’impuissance européenne. Le gouvernement ottoman promet des réformes qui ne sont que des promesses verbales. Le gouvernement français lui-même a manqué à ses devoirs :

  • 12 Ibid., p. 360-361.

Le discours de M. Hanotaux, le 3 novembre 1896, apprit à l’Europe que rien n’était changé : le gouvernement français répudiait toujours ce qu’il appelait l’esprit d’intervention, de croisade et d’aventure, et que d’autres appelleront l’esprit de justice et d’humanité. Deux jours plus tard, les massacres reprenaient à Everek. On revint aux discussions, aux notes échangées, aux projets de réformes. Trois mois d’efforts et de dépêches ont abouti jusqu’à présent à une amnistie dérisoire qui ne peut ressusciter les victimes, et qui semble seulement accorder au bourreau le pardon du monde civilisé12.

14Porté par son indignation, Victor Bérard n’indique pas où se trouverait la solution politique. L’intervention européenne rouvrirait la Question d’Orient comme partage de l’Empire ottoman. Une réforme politique de l’Empire ne conduirait-elle pas à sa perte ? Il esquive la question de la répartition ethnographique des populations anatoliennes et de la nature de l’autonomie à accorder aux « provinces arméniennes ». Le parallèle entre Balkans et Anatolie n’est pas envisagé.

La Macédoine et la Crète

15L’indignation de Victor Bérard contre le régime hamidien s’exacerbe à la suite des événements de Macédoine et de Crète dont il a connaissance de première main, s’étant rendu sur le terrain pour des voyages d’études.

  • 13 Victor Bérard, La Macédoine. Hellènes, Bulgares, Valaques, Albanais, Autrichiens, Serbes, la lutte (...)

16Les violences qui ont éclaté en Macédoine ne permettent plus de se satisfaire du maintien du statu quo, c’est-à-dire de la domination ottomane. En même temps, Bérard reconnaît qu’il n’y a pas de peuplement homogène. Le pays est slave, ce qui le conduit à rejeter les revendications de la Grèce. Pour éviter les violences, il faut laisser les Macédoniens libres de se gouverner par eux-mêmes. Il est proche des thèses de l’Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne (ORIM)13.

  • 14 Victor Bérard, Les Affaires de Crète2, Paris, Calmann-Lévy, 1900.

17Les Affaires de Crète14 se présentent comme une relation du voyage entrepris à l’automne 1897. Comme à son habitude, il a largement recours à l’Histoire. Il marque l’importance des conversions à l’islam due à l’oppression ottomane, qui fait que le bas pays est musulman tandis que les hauteurs sont chrétiennes. Depuis 1770, la Russie fomente régulièrement des insurrections chrétiennes. Elles ont mis fin aux apostasies. Aujourd’hui, la Crète comprend 60 000 musulmans et 220 000 chrétiens.

18Les troubles de 1896 ont été l’œuvre d’Abdülhamid qui s’est posé en défenseur des musulmans. Le mot d’ordre de massacrer les chrétiens est venu de Constantinople. Les violences ont entraîné l’intervention européenne :

  • 15 Ibid., p. 200.

Empêcher les musulmans de massacrer les chrétiens urbains, empêcher les chrétiens de massacrer les villageois musulmans, maîtriser l’armée turque et contenir les forces grecques, intervenir de tous les côtés à la fois, sans instructions précises et sans droit reconnu, telle était l’œuvre commune que l’Europe exigeait de collaborateurs peu habitués à l’entente cordiale15.

19Le concert des puissances a conduit à l’établissement d’un régime d’autonomie en Crète. Il a fallu séparer les populations. La solution serait le départ des musulmans :

  • 16 Ibid., p. 266-267.

Entre ces musulmans et les insurgés, deux mois de massacre et dix mois de guerre ont mis une haine difficile à apaiser. Les chrétiens ont ruiné les propriétés musulmanes de l’intérieur ; les musulmans ont ruiné les propriétés chrétiennes de la côte : ces dommages sensiblement égaux se compensent, et l’on ne voit pas quel parti voudrait ou pourrait donner à l’autre des indemnités en nature ou en argent. D’autre part, les exemples de la Thessalie et de la Roumélie nous montrent qu’une émigration des musulmans, même des musulmans indigènes, suit toujours la disparition du pouvoir turc : quand on organisa la Roumélie orientale, les musulmans slaves passèrent le Bosphore, et le Sultan les installa dans ses propriétés de Brousse et de Panderma ; quand on céda la Thessalie au royaume grec, les musulmans grecs passèrent la frontière de la Macédoine, et le Sultan les installa dans ses Tchiflicks du Vardar16.

20Bérard échafaude tout un plan de transfert des musulmans crétois vers l’Asie Mineure dont le financement serait assuré par la vente de leurs biens en Crète.

L’élargissement des perspectives

21À la fin du siècle, Victor Bérard cesse d’être exclusivement un spécialiste de la géographie politique de la Méditerranée orientale. Il élargit ses perspectives à l’ensemble de la politique internationale et au champ économique. C’est l’objet d’une série d’articles publiés dans La Revue de Paris et regroupés dans le volume L’Angleterre et l’Impérialisme publié en 1900. C’est une étude des difficultés de l’économie britannique face à la concurrence commerciale de l’Allemagne et des États-Unis, de la montée du mouvement protectionniste animé par Joseph Chamberlain et de la volonté de créer un ensemble économique impérial. S’il s’intéresse aux problèmes de l’industrie britannique, il néglige l’aspect financier et le rôle des investissements britanniques à l’étranger. Il est vrai que le livre de John A. Hobson, Imperialism, a Study ne sera publié qu’en 1902. On notera seulement ici le violent réquisitoire contre le parasitisme de l’aristocratie britannique dont le comportement oisif s’est répandu à l’ensemble de la société. On voit que la critique de l’auteur n’est pas limitée aux Orientaux. Cette anglophobie se comprend dans le contexte de l’affaire de Fachoda et du début de la guerre des Boers. Il faut ajouter que le livre se termine par l’annonce que le xxe s. sera le siècle de l’Allemagne comme le xixe avait été celui de la Grande-Bretagne.

  • 17 Pour avoir une meilleure saisie de la chronologie, je suis ici les articles de La Revue de Paris et (...)

22À la fin de 1901, Victor Bérard est chargé d’une chronique régulière de politique étrangère à La Revue de Paris sous le titre de Questions extérieures. Ces articles sont ensuite pour la plupart repris en volumes17. Il succédera, semble-t-il en 1904, à Lucien Herr comme secrétaire de rédaction de la revue.

23Sa méthode est alors au point. Il commence généralement son article par un aperçu géographique et une longue digression historique avant d’aborder l’actualité. S’il avait eu, dit-on, à rédiger un travail sur l’Égypte, il aurait commencé par une description de la vallée du Nil suivie d’un long passage sur les bâtisseurs des pyramides et l’histoire du pays jusqu’au temps présent. Fidèle à l’école géographique de Vidal de La Blache, il est très attaché à l’inscription des réalités humaines dans un terroir pris dans une longue durée historique. Pour adopter une terminologie braudélienne, ses ouvrages sur l’Odyssée ont pour personnage une « éternelle Méditerranée ». Il manifeste sa préférence pour la permanence plutôt que pour le changement.

  • 18 « L’Affaire turque », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1901), p. 881-902.

24La première étude publiée en décembre 1901 avec comme titre L’Affaire turque est consacrée à l’intervention française à Mytilène et aux accords du même nom. Bérard analyse les différends commerciaux puis l’impact du drame arménien. Il s’inquiète des projets allemands en Anatolie et en Mésopotamie et prône une protection française sur les Arméniens18.

  • 19 « La Tripolitaine », La Revue de Paris 1 (janvier-février 1902), p. 867-886.

25En février 1902, il aborde la question de la Tripolitaine. Il démontre que l’Italie a besoin de ce territoire pour des raisons démographiques et économiques. Il pense que la conquête sera facile et que c’est l’intérêt de la France19.

  • 20 « Le Traité anglo-japonais », La Revue de Paris 2 (mars-avril 1902), p. 438-464.

26En mars 1902, il traite brièvement du congrès des Jeunes-Turcs tenus à Paris. Ils veulent la défense de l’intégrité de l’Empire ottoman et ensuite un régime constitutionnel. Ils sont prêts à s’allier aux Grecs et aux Arméniens dans ce sens. L’essentiel est consacré au traité anglo-japonais. Embarrassée par la guerre sud-africaine, la Grande-Bretagne met fin au splendide isolement afin de contrecarrer les ambitions russes en Asie20.

La Méditerranée orientale

27Les autres études sont consacrées à la politique mondiale, Asie, Amérique, Afrique. En général, Bérard se montre hostile à la politique de la force représentée pour lui par la Grande-Bretagne et secondairement l’Allemagne qui a tendance à l’imiter. Il soutient la politique coloniale, mais se montre partisan d’une pénétration pacifique. Il se méfie des aventures guerrières. Homme des frontières de l’Est, il s’inquiète du risque de diversion coloniale par rapport au danger allemand. Pacifiste, il n’appelle pas à guerre de revanche, mais craint l’Allemagne impériale. Comme l’essentiel des hommes de sa génération, il est avant tout un patriote. S’il traite des grandes questions mondiales, il ne connaît de première main que sa chère Méditerranée. Sa documentation repose sur une sélection de la presse internationale et les publications des documents diplomatiques. Bien évidemment, il fréquente les cercles diplomatiques parisiens et est apparu très tôt comme un homme d’influence intellectuelle d’autant plus qu’il distribue les blâmes et les compliments. Il s’oppose violemment à Gabriel Hanotaux accusé d’avoir trahi les Arméniens en faveur des intérêts coloniaux (représentés par la politique de Fachoda) et soutient Théodore Delcassé et sa politique des alliances.

  • 21 « La Note austro-russe », La Revue de Paris 2 (mars-avril 1903), p. 454-476 (citation p. 476).

28En mars 1903, il revient à son sujet favori, la Macédoine. Il reprend sa distinction entre la politique turque fondée sur le vol et la politique du Sultan fondée sur l’assassinat. Il maintient ses accusations contre Abdülhamid qui organise le massacre systématique des Slaves sous prétexte de réprimer les menées révolutionnaires des comités. Le Sultan veut livrer la Macédoine aux Albanais comme il a livré l’Anatolie aux Kurdes. Il est urgent que l’Europe impose son contrôle : « la Macédoine est mûre pour le contrôle ; ce n’est pas là peut-être la solution définitive ; c’est au moins la seule mesure efficace et prompte. »21. En juin 1903, revenant d’un séjour au Levant, Bérard reprend la question et défend les Comités :

  • 22 « La Macédoine », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1903), p. 868-896 (citation p. 870).

Pendant que les brûlotiers de Salonique se flattaient de montrer au monde comment un Macédonien sait mourir, nous avons entendu à nouveau le concert de la presse vertueuse, des grands ministres et des honnêtes gens déclarer que ces brigands avaient à jamais discrédité leur cause par leur conduite atroce et insensée22

  • 23 Ibid., p. 882.

29Les progrès de la civilisation représentée par les chemins de fer et les écoles rendent insupportable le régime ottoman. Les Comités veulent une Macédoine fédérative qui unirait toutes les races. Ce ne sont pas des agents de la Bulgarie : « Il ne faut donc pas mettre en doute la bonne foi des Comités quand, ni bulgares, ni serbes, ni grecs, mais macédoniens, ils proclament leur détachement absolu de toute petite patrie, leur désir actuel de Macédoine régénérée et leur rêve futur de grande fédération balkanique23. »

30Il faut se méfier des ambitions allemandes dans les Balkans qui lui permettront d’accéder à la Méditerranée et à l’Asie Mineure. Jouant sur les mots, Bérard explique qu’un contrôle européen est le moyen de maintenir l’intégrité de l’Empire ottoman :

  • 24 Ibid., p. 896.

La question d’Orient ne peut pas être résolue du jour au lendemain. Le problème turc ne doit pas être tranché par la force : même contre le Turc, « la violence n’est jamais un remède ». Mais à défaut de solution violente et subite, ne peut-on pas imaginer une patiente série de petites opérations faciles24 ?

  • 25 Ibid.

31En maintenant le drapeau turc et en imposant le contrôle européen, on arriverait « à concilier quelque jour les deux termes antinomiques de cette question d’Orient : le maintien de l’intégrité ottomane et le bonheur des chrétientés indigènes25. »

  • 26 « Le Memorandum bulgare », La Revue de Paris 5 (septembre-octobre 1903), p. 424-444.
  • 27 « Rome intangible », La Revue de Paris 5 (septembre-octobre 1903), p. 877-894.
  • 28 « L’Amiral Pottier. I », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1903), p. 419-448.

32En septembre 1903, Bérard publie dans son intégralité le mémorandum du gouvernement bulgare aux puissances sur les persécutions que les Ottomans infligent aux Bulgares de Macédoine26. En octobre 1903, il revient sur le sujet : la solution du problème macédonien comporte deux étapes, la suppression du régime hamidien, la réforme et le contrôle du régime turc. Seul un gouverneur européen, assisté d’un contrôle consulaire et d’une gendarmerie, peut rétablir l’ordre en Macédoine27. En novembre 1903, il propose explicitement le modèle crétois. L’intervention européenne menée par l’amiral Pottier y a mis fin aux violences en séparant les populations28.

  • 29 « La Corée », La Revue de Paris 1 (janvier-février 1904), p. 423-448 ; « Lord Curzon et le Tibet. I (...)
  • 30 « La Révolte de l’Asie », La Revue de Paris 2 (mars-avril 1904), p. 867-890 ; « La Révolte de l’Asi (...)

33Au début de 1904, Bérard s’éloigne du Levant pour évoquer la Corée, le Tibet. La guerre russo-japonaise est le fruit d’une intrigue des impérialistes et spéculateurs anglais29. En avril-mai 1904, son article porte le célèbre titre La Révolte de l’Asie30. En même temps, il célèbre la conclusion de l’Entente cordiale et dresse le tableau des relations entre l’Europe et le reste du monde. L’Africain est condamné à une éternelle enfance, l’Asiatique est atteint d’une incurable vieillesse, l’Européen a pour lui la jeunesse et l’âge mûr. Mais c’est l’apparence. L’Asiatique en Europe devient européen, l’Européen en Asie s’asiatise.

  • 31 « La Révolte de l’Asie », op. cit. (n. 30), p. 890.

34Puis est venu le temps de la domination européenne : « le xxe siècle semble ouvrir le règne définitif, complet, de l’Europe sur l’univers, de l’homme sur la nature, de la raison sur les forces obscures du monde et de l’instinct31. » Le Japon a su s’emparer des armes de l’Europe. Il est devenu le champion de l’Asie face à la Russie championne de l’Europe.

35Après avoir analysé les accords de l’Entente cordiale, Bérard revient en août 1904 sur la guerre russo-japonaise. Les premiers succès japonais commencent à inquiéter les Anglais en Inde. Les musulmans eux-mêmes se mettent à espérer. La propagande panasiatique du Japon rejoint le panislamisme d’Abdülhamid :

  • 32 « Angleterre et Russie », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1904), p. 867-886 (citation p. 876).

[…] avec l’Islam, il faut toujours être en garde ; le musulman, même désarmé et réduit aux besognes les plus pacifiques, est toujours un soldat en attente des ordres prophétiques ; un « homme de Dieu » a tôt fait de surgir miraculeusement et de renverser les empires de l’homme ; l’Islam est une sorte de boîte à surprises d’où peuvent surgir à tout instant les diables les plus étranges et, sinon les plus dangereux, du moins les plus difficiles à comprimer32.

  • 33 « France et Perse », La Revue de Paris 1 (janvier-février 1905), p. 424-448.

36En janvier 1905, Bérard s’intéresse directement pour la première fois à la Perse, mais c’est pour traiter des intérêts archéologiques français33. Puis c’est le problème russe qui l’accapare du fait de la révolution en cours et des risques que court l’alliance franco-russe. Cela lui donne l’occasion de faire un tableau de l’Empire russe. Il fait un constat accablant de la situation des juifs et prend la défense des Arméniens persécutés. On passe ensuite en mai 1905 à la question marocaine avec la crise dite de Tanger. Il la met en relation avec la compétition germano-française dans l’Empire ottoman :

  • 34 « La France et Guillaume II », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1905), p. 422-448 (citation p. 442).

Dans ce monde de l’islam, qui croule de toutes parts et qui tombe sous la conquête ou sous la « pénétration pacifique » de l’Europe chrétienne, la Russie, après avoir englobé les émirs de Bokkara et de Kiva, englue le chah de Perse et guette l’émir d’Afghanistan ; l’Angleterre, après avoir conquis l’Inde musulmane, met la main sur le khédive d’Égypte et compte bien l’étendre sur les sultans, cheikhs ou chérifs de l’Arabie ; la France, enfin, après avoir annexé l’Algérie, « protège » le bey de Tunis et veut « conseiller » le chérif du Maroc… Guillaume II depuis quinze ans croit avoir « son » sultan de Turquie, et l’Allemagne industrielle et commerçante en a le plus grand besoin : la Turquie d’Asie est le dernier refuge peut-être de cette expansion mondiale que Guillaume II avait rêvée pour la fortune de son peuple34

  • 35 Ibid., p. 447.

37Plus loin, il ajoute : « Le Sultan est le “Khalife”, le chef panislamique : qui tiendrait le Khalife, pourrait avoir un instrument formidable contre les autres nations de l’Europe détentrices de populations musulmanes35. » Alors que la France doit tenir compte de la protection des chrétiens d’Orient, l’Allemagne ne peut oublier les intérêts et les ambitions de l’Autriche en Turquie d’Europe. Enfin si elle est une puissance industrielle et commerciale, elle manque de capitaux d’où ses difficultés à faire avancer le chemin de fer de Bagdad. En décembre 1905, il durcit encore le ton à propos de la politique allemande dans les Balkans :

  • 36 « Guillaume II et le Règlement macédonien », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1905), p. 868-8 (...)

Durant vingt-cinq ans, de 1880 à 1905, la Hongrie ne fut entre Berlin et Yildiz-Kiosque, que la courtière, –  et la dupe. Car c’était duperie, le spectre du panslavisme ; duperie la communauté de race entre les houssards de Rakoczi et ce ramassis de Byzantins, de Circassiens, d’Arabes, de Syriens, de Phanariotes, de Francs renégats que sont aujourd’hui les Turcs de Stamboul ; duperie, la prétendue parenté d’un honnête Magyar avec ce louche mulet arméno-kurde qu’est Abd-ul-Hamid ; duperie encore, et coûteuse duperie, la fermeture de cette route macédonienne qui, ouverte, aurait fait des Magyars les libérateurs et les éducateurs, mais aussi les premiers bénéficiaires de l’indépendance balkanique ; duperie surtout, et odieuse duperie, l’arrêt de circulation et de justice entre Pest, terminus de la civilisation européenne et Salonique, entrée de la barbarie levantine36.

38Guillaume II est le principal obstacle à la paix et à l’ordre sur la route du Vardar par le contrôle financier et militaire des Puissances.

La Question arabe

39En juin 1906, Victor Bérard ouvre un nouveau dossier, celui des relations entre Turcs et Arabes. Il met en cause les ambitions allemandes :

  • 37 « Turcs et Arabes », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1906), p. 644-672 (citation p. 644-645).

Ainsi la Turquie d’Asie redevient le centre des combinaisons ou des rivalités mondiales. Il est visible que là seulement la Weltpolitik peut espérer aujourd’hui quelque réparation aux multiples mécomptes qu’elle a subis en Afrique, en Amérique, en Océanie, en Asie et en Europe. Pour laisser aux Allemands le terrain d’expansion qu’ils réclament, pour éloigner du monde occidental les dangers d’une explosion soudaine, que peut lui faire courir la compression des foules et des entreprises allemandes sur leur territoire trop borné, il est bon que l’émigration, le commerce, l’industrie et l’ambition germanique trouvent dans le Drang nach Osten un salutaire dérivatif. Sur la terre des cités géantes, Ninive, Babylone, Séleucie, Bagdad et Ctésiphon, en cette plaine d’Assyrie et ce delta de Chaldée, en cette Chine Mésopotamienne, où une centaine de millions d’hommes pourrait vivre, l’Allemagne espère trouver de grands profits ; elle prétend servir la cause générale de l’humanité en repeuplant ou faisant repeupler ce paradis terrestre que la conquête musulmane a changé en désert37.

  • 38 Ibid., p. 656.

40La politique panislamique d’Abdülhamid repose sur la possession du titre califal. Or Turcs et Arabes sont deux races opposées aussi bien dans leur physique que dans leur comportement. Il n’existe pas vraiment de Turquie d’Asie : « Nous parlons couramment de Turquie d’Asie ; en réalité, l’empire des Osmanlis dans l’Asie antérieure est un double royaume, sur les deux faces du Taurus arménien, qui fait mur de séparation : royaume turc en deçà du Taurus ; royaume arabe au delà38. » S’appuyant sur Gabriel Charmes, Bérard rappelle les dissensions entre Turcs et Arabes au début du règne d’Abdülhamid. Ce dernier, grâce à sa politique, a su gagner la confiance des Arabes au détriment des intérêts turcs. Izzet Pacha est son inspirateur. La politique califale a conduit aux massacres des Arméniens puis des Crétois.

  • 39 « L’Incident de Tabah », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1906), p. 206-224.

41En juillet 1906, Bérard analyse avec précision l’incident de Taba. Il part de la volonté britannique d’établir la frontière du Sinaï39. En janvier 1906, les Ottomans ont occupé Taba sur la mer Rouge, en mai, les Britanniques les ont forcés de partir par une démonstration navale à proximité des Dardanelles. La presse anglaise a vu dans cette affaire une manigance allemande :

  • 40 Ibid., p. 215.

En cet incident, les journaux anglais ont vu la main de l’Allemagne, ou plutôt la diplomatie secrète de Guillaume II. Car l’Allemagne au Levant a ses agents officiels, mais l’Empereur a ses correspondants, ses hommes de secret, et souvent les actes et les paroles de ceux-ci sont tout le contraire des déclarations et conceptions de ceux-là. Au Caire, l’Allemagne est officiellement représentée par un agent et consul général ; à côté de cette légation officielle, Guillaume II a installé un conseiller de légation, le baron Max von Oppenheim, dont la situation ambiguë et les sourdes menées ne sont un mystère pour personne. Ce sont les machinations entre M. von Oppenheim et le commissaire turc Mouktar-pacha, –  disent les journaux anglais, –  qui ont créé ou du moins traîné en longueur cet incident de Tabah40

42Il faut mettre en relation cet incident avec la crise marocaine et la conférence d’Algésiras. De surcroît, les Turcs mènent en Tripolitaine (les Senoussis), en Syrie et en Arabie une propagande contre les Anglais. En Égypte, la population entretient des sentiments « douteux » envers les Anglais. Cette situation a conduit la France et la Russie à raffermir leurs liens avec la Grande-Bretagne.

43Le principal motif de la politique ottomane est le chemin de fer du Hedjaz, c’est-à-dire la politique califale. Pour rejoindre la route maritime, il faut passer par Akaba. Or cette pieuse entreprise pourrait avoir de grandes conséquences politiques :

  • 41 Ibid., p. 223.

Elle ramènerait les avant-gardes turques sur les bords du Canal, dans la banlieue du Caire ; vienne à surgir une guerre, l’Égypte, dégarnie de troupes anglaises, aurait peut-être le sort de la Thessalie grecque ; en temps de paix, cette présence des soldats turcs devant Suez compenserait les envois de bateaux anglais devant les Dardanelles et rendrait sans doute plus accommodants les gouvernants et diplomates de Londres, ces amateurs de perpétuelles réformes vers qui se tournent les espoirs de la Macédoine et de l’Arménie41.

  • 42 « Vers La Mecque », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1906), p. 640-672 ; « Vers La Mecque. II », i (...)

44En août 1906, Bérard se tourne tout naturellement vers La Mecque. La politique califale implique la possession et le contrôle des lieux saints musulmans. Le pèlerinage intéresse directement les grandes puissances coloniales en terre d’islam (Grande-Bretagne, Hollande, France). Le chemin de fer du Hedjaz bouleverse les conditions séculaires42. En septembre 1906, Bérard revient brièvement sur la Macédoine :

  • 43 « Vers La Mecque », La Revue de Paris 5 (septembre-octobre 1906), p. 195-224 (citation, p. 197).

[…] l’anti-hellénisme, qui ruinait déjà les Grecs de Roumanie, menace de rendre la Bulgarie intenable aux « hellénisants ». Les causes de cette colère nationale ne sont que trop connues. L’odieuse politique des gens d’Athènes en Macédoine et les prétentions surannées des Grecs du Phanar sur les Églises balkaniques ont permis à quelques meneurs d’exciter les passions de la foule.
[…] La plus mauvaise façon de servir la cause macédonienne est de donner aux chancelleries hostiles ou indifférentes l’occasion de proclamer que les chrétientés libérées usent entre elles des procédés hamidiens et que la vie humaine est aussi peu respectée au-delà qu’en deçà des frontières turques43.

  • 44 Ibid., p. 198.

45Il note aussi les événements de la Perse où le Chah vient de promettre une constitution à son peuple. Les Anglais jouent la carte du peuple contre l’absolutisme soutenu par les Russes : « Pour se libérer un peu de la tutelle moscovite, le Chah revient aux Anglais qui ramènent avec eux la “voie populaire” : la constitution persane n’est qu’une nouvelle phase de cette question du Middle East, dont les entreprises du Turc en Arabie et la route khalifale vers La Mecque sont une autre conséquence44. »

  • 45 Ibid., p. 201.

46Le chemin de fer du Hedjaz vient d’atteindre les régions d’Outre-Jourdain qui sont peu peuplées. Bérard imagine une arrivée massive de réfugiés musulmans de Macédoine : « Le jour où se régleront enfin les comptes de Macédoine ; il est certain que les musulmans fuiront cette terre devenue chrétienne : des bandes de mohadjirs (émigrants) quitteront Salonique, comme d’autres jadis ont quitté Coron et Modon, comme d’autres aujourd’hui quittent Rhétymno, Candie et la Canée45. » L’embranchement d’Akaba est vital pour le chemin de fer du Hedjaz. La mer Rouge devient le principal souci de Londres. Le Middle East se substitue à la Question d’Orient :

  • 46 Ibid., p. 203-204.

À la question d’Orient, qui se débat autour de Constantinople, à la question d’Extrême-Orient, qui se règle autour de Pékin, les Anglais n’attachent plus autant d’importance depuis que les défaites et la révolution russes leur ont enlevé le cauchemar de l’ours moscovite. Mais ils ont inventé un mot nouveau, Middle East, pour cette région intermédiaire qui va de la Méditerranée aux Indes : l’Europe jadis s’en inquiétait assez peu ; l’Allemagne aujourd’hui leur paraît s’en occuper beaucoup trop ; la question du Middle East, de l’« Orient moyen », est devenue l’objet de leurs préoccupations46.

  • 47 Ibid., p. 204. Sur ce point, voir « La révolte arabe de Kérak. Chronique d’une révolte annoncée », (...)

47Deux mers partagent le Middle East, le golfe Persique et la mer Rouge, faisant deux théâtres d’opérations diplomatiques ou militaires. Dans le Golfe persique, l’Angleterre a contré les ambitions allemandes sur le Koweit. En mer Rouge, les Anglais s’activent : « un lien secret rattache-t-il à des menées anglaises les rébellions de l’Yémen et les agitations du Hedjaz ? la révolte arabe que l’on prédit [Azoury, Jung] sera-t-elle une explosion spontanée ?47 »

48Guillaume II soutient le Sultan, y compris dans ses atrocités en Macédoine :

  • 48 Op. cit. (n. 43), p. 209-210.

Compte-t-il pareillement aider le Sultan contre les Arabes : si les Anglais prenaient la cause du Chérif de La Mecque, armerait-il pour maintenir le Khalife de Stamboul ? Aurait-il même rêvé de reprendre aux Anglais le Khédive, afin que l’Égypte, rendue aux Turcs, devienne, elle-aussi, une province de Krupp48.

49Inversement les Anglais d’Égypte n’ont-ils pas des ambitions sur les peuples syro-arabes ?

  • 49 « Vers Bagdad. I », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1907), p. 195-224 ; « Vers Bagdad. II », ibid., p (...)
  • 50 Ibid., p. 672.

50En mai-juin 1907, Bérard se tourne vers Bagdad49. Il fait l’historique des projets de chemins de fer transcontinentaux puis celui du fameux chemin de fer. La concession définitive a été accordée à l’Allemagne en 1903. La ligne traverse la région des massacres d’Arméniens. On pourrait croire que l’arrivée d’un gouvernement ordonné mettrait fin à l’anéantissement de tout un peuple, mais derrière la folie de Stamboul se tient l’Allemagne : « les massacres continueront, tant que l’homme d’Yildiz pourra compter sur Berlin, et Berlin, satisfait du pourboire que lui vaudront les commandes militaires d’Yildiz, persistera dans sa politique, tant que des intérêts plus forts ne lui promettront pas un pourboire plus grand50. »

51À Bagdad, les Anglais s’opposeront aux Allemands parce que l’Inde est en jeu. Une conciliation est possible si les Allemands renoncent à aller jusqu’au golfe Persique. Pour le reste de l’année 1907 et le début de 1908, Bérard se concentre sur les affaires marocaines et l’affermissement de l’alliance franco-russe avec la Grande-Bretagne. Il montre combien la rivalité navale avec l’Allemagne inquiète l’Angleterre. Les affaires de Macédoine reviennent régulièrement dans ces articles. En mars 1908, il s’inquiète de la dégradation de la situation :

  • 51 « Entente austro-russe », La Revue de Paris 2 (mars-avril 1908), p. 416-448 (citation p. 447).

Disputes, rixes, batailles rangées, chacun mit ses meurtriers, ses incendiaires et ses bandes en campagne, non plus contre l’oppresseur turc, mais contre le concurrent chrétien, et chacun déploya cette fureur de carnages et d’attentats, qui font la beauté des guerres fraternelles. Tout ce que la Macédoine avait connu d’atrocités depuis vingt ans fut dépassé en ces deux années 1906-1907 ; chacun mit son point d’honneur à faire le pire ; chacun mit aussi son intérêt à dénoncer au Turc et au monde civilisé les crimes du voisin51.

52Les puissances interviennent et veulent imposer leur contrôle sur la justice et les finances de la Macédoine.

La mort de Stamboul

53À la suite de la révolution jeune-turque, Victor Bérard entreprend à partir du mois d’août 1908 un historique de l’Empire ottoman et de la Question d’Orient. En octobre, il salue la déclaration d’indépendance de la Bulgarie et félicite les Jeunes-Turcs de ne pas avoir eu recours aux armes. Il leur est clairement favorable :

  • 52 « Indépendance bulgare », La Revue de Paris 5 (septembre-octobre 1908), p. 869-894 (citation p. 894 (...)

Pour l’humanité, la rénovation de la Turquie et le succès des Jeunes-Turcs doivent être un grand bénéfice ; mais l’indépendance bulgare en est un autre, et tout aussi grand, si l’Entente Cordiale garde quelque respect des principes qui, seuls, peuvent la rendre durable : tout peuple qui arrive à la liberté a droit à sa confiance, mais c’est à son amitié qu’a droit ce peuple bulgare, triplement esclave il y a une génération à peine, –  esclave du militarisme turc, esclave du cléricalisme grec, esclave du panslavisme russe, –  et définitivement libéré aujourd’hui52.

54En novembre 1908, Bérard explique la révolution par les capitulations successives d’Abdülhamid devant les exigences allemandes et autrichiennes. Ce sursaut de patriotisme turc va se heurter à beaucoup de difficultés :

  • 53 « L’Œuvre de M. d’Aerenthal. I », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1908), p. 206-224 ; « L’Œu (...)

[…] dans ce complot militaire, qu’ont poussé à la révolte le manque de solde, l’espionnage et les passe-droits, quelle part ont eu les politiques et quels politiques ? Se trouve-t-il en Turquie les dix hommes nécessaires au gouvernement et capables de réformer la Turquie par elle-même sans plus attendre les conseils des puissances ?53 

55Les révolutionnaires ont pris le pouvoir central, mais le vrai problème réside dans l’administration provinciale. L’annexion de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche est une embûche volontairement tendue au nouveau pouvoir.

56En décembre 1908, Bérard s’inquiète des ambitions autrichiennes envers la Serbie :

  • 54 « Autriche et Serbie », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1908), p. 864-894 (citation p. 893-8 (...)

On voit clairement que, depuis deux mois, les gens de Vienne et de Budapest cherchent tous les prétextes d’une guerre contre les Serbes. Il n’est pas de fausses nouvelles qu’ils n’aient répandues, pas de tracasseries, de violations de traité ou de territoire qu’ils n’aient essayées54.

  • 55 « Indépendance serbe », La Revue de Paris 1 (janvier-février 1909), p. 436-448.
  • 56 « Le Procès d’Agram », ibid., p. 661-672.
  • 57 « La Serbie et l’Europe », La Revue de Paris 2 (mars-avril 1909), p. 425-448.

57En janvier 1909, Bérard appelle à l’union de tous les pays des Balkans, Turquie comprise, pour contrer les ambitions autrichiennes vers Salonique55. En février, il prend la défense des prévenus du procès d’Agram en Croatie accusés d’avoir comploté en faveur de l’union des Slaves du Sud56. En mars 1909, il s’indigne contre ceux qui considèrent qu’il faut choisir entre l’extension des frontières serbes et une guerre générale en Europe. Cela lui rappelle ceux qui ont refusé d’intervenir contre les massacres arméniens et crétois57. En avril 1909, il s’interroge sur les conséquences de la révolution jeune-turque sur les équilibres européens. L’héritage d’Abdülhamid est le dénuement financier et militaire :

  • 58 « Carte d’Europe », ibid., p. 657-672 (citation p. 662).

Pour nous autres Occidentaux, la révolution turque était le début d’une ère nouvelle, une remontée de la Turquie vers la puissance et la libre disposition de son empire. Pour les gens de Vienne et de Pétersbourg, ce n’était qu’une nouvelle étape, peut-être même une avancée plus rapide vers la dislocation, car ces bons voisins pensaient qu’une année de régime libéral ou de compression moins énergique, plus rapidement que vingt années de régime hamidien et de massacres, amèneraient à maturité tous les germes de mort58.

58En juin 1909, il décrit la tentative de contre-révolution à Constantinople et la déposition d’Abdülhamid. Il s’inquiète pour l’avenir :

  • 59 « L’Éternelle Turquie », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1909), p. 878-894 (citation p. 894).

Mais les plus grands dangers que les Jeunes-Turcs aient encore à craindre, c’est d’eux-mêmes, de leurs rivalités de personnes, de leurs contradictions de pensées ; avec les rouages de la machine ottomane, la dernière crise, hélas ! n’a que trop laissé voir les divisions de la Jeune Turquie ; deux ou trois systèmes de gouvernement jeune-turc sont aux prises, parce que deux ou trois influences européennes ont présidé à l’éducation des Jeunes Turcs ; où est l’homme de bon sens, d’imagination expérimentée et généreuse qui trouvera la formule conciliante ? où est l’homme de caractère qui l’imposera et saura l’appliquer ?59

  • 60 « Le Règlement crétois », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1909), p. 198-224 (citation p. 213).

59En juillet 1909, il analyse le règlement crétois qui va mettre fin à l’autonomie de l’île et conduire à son rattachement à la Grèce avec pour corollaire l’exode inéluctable des musulmans crétois : « si l’Europe veut s’acquitter de ses devoirs envers ces vaincus, c’est de les transporter, eux et leur fortune, et de leur assurer l’existence en terre turque, non pas de les maintenir sur la brèche, sous le couteau, en terre chrétienne, qu’elle doit se préoccuper60. » Les Jeunes-Turcs doivent s’accommoder de cette situation et ne pas se lancer dans une lutte inutile où ils risquent de tout perdre.

  • 61 « Révolution persane. I », La Revue de Paris 5 (septembre-octobre 1909), p. 415-448.
  • 62 « Souci national. II », La Revue de Paris 1 (janvier-février 1910), p. 419-448.

60En septembre 1909, Bérard se tourne vers la révolution persane61. Il revient à l’Empire ottoman en janvier 191062. Finalement, le risque de guerre européenne a été évité. Le sentiment slave a éloigné la Russie de l’Autriche. Le boycottage des produits autrichiens dans l’Empire ottoman a été efficace. L’Allemagne tente de se rapprocher du régime jeune-turc.

61En mai 1910, il met à jour le dossier du chemin de fer de Bagdad et comprend très bien l’ambivalence politique de la construction ferroviaire :

  • 63 « La Route de Fachoda », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1910), p. 218-224 (citation p. 223).

[…] les menées arabes, la révolte latente et presque déclarée de toute leur Arabie, d’Alep au Yémen et de Mossoul à Jaffa, leur font une nécessité politique et militaire de la ligne ferrée qui mettrait Bagdad et la plaine des Fleuves sous la garde de leur armée. Mais le « Bagdad allemand », tel que Berlin, Londres et Pétersbourg le comprennent, outre ses charges financières qui sont un peu shylockiennes, serait pour l’avenir de la domination turque en Asie une telle menace !63

  • 64 « Le Roi Édouard. II », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1910), p. 192-224 (citation p. 94).

62Dans une étude sur la politique britannique publiée en juin 1910, il insiste sur la force de la coopération entre la Grande-Bretagne et les quatre puissances latines (France, Italie, Espagne, Portugal), « servie au Levant et dans le Middle-East par la collaboration russe64 ». Il revient ensuite sur la question crétoise en juillet 1910. L’union avec la Grèce entre dans les faits et la plus grande partie des musulmans quittent l’île. Les Jeunes-Turcs tentent de s’y opposer au nom de la défense de l’islam. On risque une guerre gréco-turque :

  • 65 « En Crète », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1910), p. 419-448 (citation p. 422).

Une seule pensée a envahi tous les cerveaux turcs : faire à l’hellénisme et aux Grecs le plus de mal qu’il se pourra ; même au prix de la Turquie d’Europe, extirper les Grecs des Îles et de la Turquie d’Asie ; exécuter en 1910, sous le régime constitutionnel, ce que quatre cents ans d’absolutisme n’avaient pas osé tenter, ce que le seul Abd-ul-Hamid rêva un instant contre les Arméniens, –  la suppression d’une race indigène de cinq millions d’hommes dans le territoire que ses ancêtres occupent depuis trois mille ans65.

  • 66 « La Crise », La Revue de Paris 2 (mars-avril 1911), p. 426-448.
  • 67 « Offres allemandes », ibid., p. 648-672.

63Les articles de 1911 sont consacrés à l’Algérie, au Sahara et à la nouvelle crise marocaine. En mars, il marque que la solution serait l’échange entre le Maroc pour la France et Bagdad pour l’Allemagne. Cela signifierait l’établissement de sphères d’influence dans la Turquie d’Asie, peut-être le commencement de la fin pour l’intégrité de l’Empire ottoman66. Le mois suivant, Bérard poursuit l’analyse : si l’Allemagne a sa zone d’influence le long du chemin de fer de Bagdad, la France doit établir la sienne sur la Syrie maritime et continentale et logiquement la Grande-Bretagne le tronçon Bagdad-Koweit67. Il annonce ainsi ce que seront les arrangements de 1913-1914.

  • 68 « La Leçon de Figuig. I », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1911), p. 876-894 ; « La Leçon de Figuig. (...)

64Les articles de La Revue de Paris se terminent par une sorte de relation de voyage aux confins marocains68.

*
*  *

  • 69 Albert Thibaudet, op. cit. (n. 1), p. 76.

65Au milieu de 1911, Victor Bérard met fin à sa collaboration à La Revue de Paris et à sa fonction de chroniqueur diplomatique pour se consacrer à l’Odyssée. Selon Thibaudet : « La Revue de Paris que dirigeait Lavisse, dut choisir entre Bérard et l’amitié d’Étienne, entre l’idéaliste radical de province et le chef des groupes coloniaux69. »

66Bien entendu, il continuera de s’intéresser à la politique contemporaine, ne serait-ce qu’en tant que sénateur et membre de la commission des Affaires étrangères du Sénat, mais il ne publie plus sur ces sujets.

67Son œuvre de publiciste est largement consacrée à divers aspects de la Question d’Orient. Le terme apparaît dans ses premières pages, mais est assez peu utilisé par la suite. Néanmoins, il y a chez lui une véritable obsession ottomane. Venu à ce sujet par l’hellénisme, il se montre d’abord très favorable à ce qu’il appelle le régime turc. Son goût pour la permanence le pousse certainement dans ce sens, mais les triples événements d’Arménie, de Macédoine et de Crète le conduisent à un changement brutal de perspective. Il fait d’Abdülhamid, jugé responsable des massacres, son ennemi personnel et il montre une grande indulgence envers les actions des « comités », que les historiens d’aujourd’hui définissent comme les premières organisations terroristes. Il défend les Bulgares en Macédoine, les Grecs en Crète et les Arméniens en Asie Mineure. Il appelle à une intervention européenne qui rendrait la souveraineté ottomane purement formelle. Au-delà, il considère comme nécessaire un transfert des populations musulmanes balkaniques vers l’Anatolie sans se rendre compte du risque que cela comprend pour les Arméniens et les Grecs.

68Sa défense des chrétiens de Méditerranée orientale qui implique une intervention légitime des puissances européennes pour les protéger lui fait sous-estimer la force des processus de modernisation en cours dans la société ottomane. S’il comprend le dynamisme des nationalités chrétiennes et en regrette l’antagonisme mortel, il ne prend pas en compte le même phénomène quand il s’agit des populations musulmanes. Néanmoins, il exprime une réelle sympathie pour les débuts du régime jeune-turc. Il rejette avec effroi l’idée que les processus d’homogénéisation en cours des populations dans les Balkans au détriment des musulmans puissent avoir leur pendant en sens contraire en Anatolie.

69En ce qui concerne les provinces arabes de l’Empire ottoman, il a surtout une connaissance de seconde main. Il est probablement parmi les premiers voire le premier à utiliser en France le terme Middle East et à saisir que cette perspective nouvelle annonce la fin de la Question d’Orient. Avec beaucoup de clairvoyance, il a saisi l’importance de la question des chemins de fer, en particulier celui du Hedjaz et celui de Bagdad. Ils sont à la fois les instruments de la pénétration étrangère et les moyens de renforcer la centralisation ottomane. Leur répartition annonce celle des zones d’influence des puissances étrangères dans l’Empire ottoman.

70La lecture des articles de Victor Bérard permet de mieux saisir la double nature de la Question d’Orient, compétition des puissances européennes à l’intérieur de l’Empire ottoman et constitution des nouvelles nationalités au sein de cet espace qui utilisent et sont utilisées par les puissances en compétition. En suivant ses chroniques, on se rend compte que la Question d’Orient n’est pas seulement une politique des intérêts, mais aussi une suite de gestions de crise avec des appels permanents aux opinions publiques pour influer sur l’action des gouvernements. De ce fait, l’analyste, quel que soit son détachement initial, se trouve forcé de prendre position. Lui qui répugne à dégarnir les frontières de l’Est au profit des aventures coloniales se fait l’avocat d’un droit d’ingérence avant la lettre d’où sa critique de l’immobilisme supposé du Quai d’Orsay, en particulier dans les affaires arménienne et macédonienne. L’idéaliste radical de province qu’il est se trouve ainsi pris dans cette contradiction qui existait déjà avant lui et que l’on retrouve jusqu’à aujourd’hui.

Notes

1 Albert Thibaudet, « Un idéaliste de province », La Nouvelle Revue française 220 (janvier 1932), p. 74.

2 Ici, je suis la troisième édition, parue chez Félix Alcan en 1897.

3 Victor Bérard, La Turquie et l’Hellénisme contemporain3, Paris, Félix Alcan, 1897 (1re éd. 1893), préface de la première édition, p. I.

4 Ibid., p. III.

5 Ibid., p. V.

6 Ibid., p. 146-147.

7 Ibid., p. 173.

8 Ibid., p. 165.

9  Victor Bérard, La Politique du Sultan, Paris, Calman Lévy, 1897.

10 Sur l’histoire des « comités » dans l’Empire ottoman, voir Hamit Bozarslan, « De l’action révolutionnaire aux “bandes” au pouvoir : les comitadjilik ottomans au tournant du xxe siècle », dans Henry Laurens, Mireille Delmas-Marty, Terrorismes, histoire et droit, Paris, CNRS-Éditions, 2010, p. 67-88.

11 Victor Bérard, op. cit. (n. 9), p. 165-166.

12 Ibid., p. 360-361.

13 Victor Bérard, La Macédoine. Hellènes, Bulgares, Valaques, Albanais, Autrichiens, Serbes, la lutte des races, Paris, Félix Alcan, 1896. Je ne m’étends pas sur ce sujet, traité par Georges Tolias dans ce volume, infra p. 253-262.

14 Victor Bérard, Les Affaires de Crète2, Paris, Calmann-Lévy, 1900.

15 Ibid., p. 200.

16 Ibid., p. 266-267.

17 Pour avoir une meilleure saisie de la chronologie, je suis ici les articles de La Revue de Paris et non la reprise en volumes. Dans les références qui suivent, le nom de l’auteur et le nom de la chronique, « Questions extérieures », ne seront pas repris.

18 « L’Affaire turque », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1901), p. 881-902.

19 « La Tripolitaine », La Revue de Paris 1 (janvier-février 1902), p. 867-886.

20 « Le Traité anglo-japonais », La Revue de Paris 2 (mars-avril 1902), p. 438-464.

21 « La Note austro-russe », La Revue de Paris 2 (mars-avril 1903), p. 454-476 (citation p. 476).

22 « La Macédoine », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1903), p. 868-896 (citation p. 870).

23 Ibid., p. 882.

24 Ibid., p. 896.

25 Ibid.

26 « Le Memorandum bulgare », La Revue de Paris 5 (septembre-octobre 1903), p. 424-444.

27 « Rome intangible », La Revue de Paris 5 (septembre-octobre 1903), p. 877-894.

28 « L’Amiral Pottier. I », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1903), p. 419-448.

29 « La Corée », La Revue de Paris 1 (janvier-février 1904), p. 423-448 ; « Lord Curzon et le Tibet. I », ibid., p. 881-894 ; « Lord Curzon et le Tibet : la Guerre russo-japonaise (fin) », La Revue de Paris 2 (mars-avril 1904), p. 197-224.

30 « La Révolte de l’Asie », La Revue de Paris 2 (mars-avril 1904), p. 867-890 ; « La Révolte de l’Asie (fin) », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1904), p. 409-448.

31 « La Révolte de l’Asie », op. cit. (n. 30), p. 890.

32 « Angleterre et Russie », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1904), p. 867-886 (citation p. 876).

33 « France et Perse », La Revue de Paris 1 (janvier-février 1905), p. 424-448.

34 « La France et Guillaume II », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1905), p. 422-448 (citation p. 442).

35 Ibid., p. 447.

36 « Guillaume II et le Règlement macédonien », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1905), p. 868-890 (citation p. 879-880).

37 « Turcs et Arabes », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1906), p. 644-672 (citation p. 644-645).

38 Ibid., p. 656.

39 « L’Incident de Tabah », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1906), p. 206-224.

40 Ibid., p. 215.

41 Ibid., p. 223.

42 « Vers La Mecque », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1906), p. 640-672 ; « Vers La Mecque. II », ibid., p. 868-894.

43 « Vers La Mecque », La Revue de Paris 5 (septembre-octobre 1906), p. 195-224 (citation, p. 197).

44 Ibid., p. 198.

45 Ibid., p. 201.

46 Ibid., p. 203-204.

47 Ibid., p. 204. Sur ce point, voir « La révolte arabe de Kérak. Chronique d’une révolte annoncée », dans Henry Laurens, Orientales II, Paris, CNRS-Éditions, 2007, p. 103-139.

48 Op. cit. (n. 43), p. 209-210.

49 « Vers Bagdad. I », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1907), p. 195-224 ; « Vers Bagdad. II », ibid., p. 414-448 ; « Vers Bagdad. III », ibid., p. 646-672.

50 Ibid., p. 672.

51 « Entente austro-russe », La Revue de Paris 2 (mars-avril 1908), p. 416-448 (citation p. 447).

52 « Indépendance bulgare », La Revue de Paris 5 (septembre-octobre 1908), p. 869-894 (citation p. 894).

53 « L’Œuvre de M. d’Aerenthal. I », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1908), p. 206-224 ; « L’Œuvre de M. d’Aerenthal. II », ibid., p. 407-448 (citation p. 444).

54 « Autriche et Serbie », La Revue de Paris 6 (novembre-décembre 1908), p. 864-894 (citation p. 893-894).

55 « Indépendance serbe », La Revue de Paris 1 (janvier-février 1909), p. 436-448.

56 « Le Procès d’Agram », ibid., p. 661-672.

57 « La Serbie et l’Europe », La Revue de Paris 2 (mars-avril 1909), p. 425-448.

58 « Carte d’Europe », ibid., p. 657-672 (citation p. 662).

59 « L’Éternelle Turquie », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1909), p. 878-894 (citation p. 894).

60 « Le Règlement crétois », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1909), p. 198-224 (citation p. 213).

61 « Révolution persane. I », La Revue de Paris 5 (septembre-octobre 1909), p. 415-448.

62 « Souci national. II », La Revue de Paris 1 (janvier-février 1910), p. 419-448.

63 « La Route de Fachoda », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1910), p. 218-224 (citation p. 223).

64 « Le Roi Édouard. II », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1910), p. 192-224 (citation p. 94).

65 « En Crète », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1910), p. 419-448 (citation p. 422).

66 « La Crise », La Revue de Paris 2 (mars-avril 1911), p. 426-448.

67 « Offres allemandes », ibid., p. 648-672.

68 « La Leçon de Figuig. I », La Revue de Paris 3 (mai-juin 1911), p. 876-894 ; « La Leçon de Figuig. II », La Revue de Paris 4 (juillet-août 1911), p. 201-224 ; « La Leçon de Figuig (fin) », ibid., p. 421-448.

69 Albert Thibaudet, op. cit. (n. 1), p. 76.

© École française d’Athènes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search