Versione classicaVersione mobile

Portraits de Victor Bérard

 | 
Sophie Basch

L’archéologue, le philologue, l’historien, le géographe : sur les traces d’Ulysse

L’Odyssée de Victor Bérard et ses sous-textes

Histoire et esthétique littéraire dans Les Navigations d’Ulysse

Pascal Payen

Abstract

Dans les quatre volumes publiés sous le titre Les Navigations d’Ulysse (1927-1929), Victor Bérard invite à un long voyage, philologique et géographique, à travers des traditions textuelles et des espaces naturels qu’il tente de reconstituer et veut rapprocher. Peu auparavant, il met au point une traduction de l’Odyssée, à la fois précise et controversée, qui pose la question du rapport à la vérité du texte. Ces travaux de Sisyphe qui se sont générés les uns les autres reposent sur trois interrogations principales que tente de réunir cet exposé : tout d’abord, comment Victor Bérard circule-t-il dans les méandres de la question homérique, au début du xxe s. ? Ensuite, quelles sources, quelles autorités, quelles références se reconnaît-il pour entreprendre la reconstruction de son Odyssée ? Enfin, quelle esthétique du récit odysséen et quelle tradition met-il en place ?

Testo integrale

  • 1 Strabon, I 1, 2, C2.
  • 2 Id., II 5, 1. Cité dans Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. II, p. 408-409 (traduction modi (...)

1Entre 1927 et 1929, Victor Bérard publie quatre forts volumes qu’il intitule Les Navigations d’Ulysse. En prenant successivement pour guide « Ithaque », « Pénélope », « Calypso » et « Nausicaa », il reconstitue un long périple, à la fois philologique et géographique, à travers des traditions textuelles et des espaces naturels, dans le dessein de les rapprocher et de les faire coïncider. Pour préciser le cadre conceptuel, historique et esthétique de son entreprise, Bérard se reconnaît des autorités, avant tout Strabon, géographe de la Méditerranée romaine et admirateur passionné d’Homère. Entre l’aède de jadis et le savant d’aujourd’hui, Strabon est une figure de passeur, non seulement parce qu’il « considère Homère comme le promoteur de la science géographique1 », mais aussi parce qu’il a dégagé, comme par anticipation, les deux voies du seul véritable cheminement scientifique que reconnaît Victor Bérard, qui écrit : « Strabon disait, non sans raison, que la faucille et la pioche ne suffisent pas à l’étude du monde. Il faut aussi la connaissance et la critique des textes dont on veut user2. »

  • 3 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, p. 365-366. Ce passage est cité par son petit-fils (...)

2Strabon est toutefois loin d’être la seule référence que convoque Bérard, dans sa prose foisonnante. En raison de l’objet même de son travail, l’Odyssée, et de ses choix d’analyse, dans le contexte du débat entre « analystes » et « unitaires », il s’est placé, presque malgré lui, à la croisée de plusieurs contextes. Certains sont attendus, ainsi des avancées et des mutations de la science homérique, depuis la publication des Prolegomena ad Homerum de Friedrich August Wolf (1795), ou des questions liées à l’actualité géopolitique de la Méditerranée ; d’autres contextes ont été jusqu’ici beaucoup moins pris en compte, alors qu’ils sont omniprésents sous la plume de Bérard, en particulier la recherche d’une esthétique et d’un genre littéraires qui puissent rendre compte fidèlement de la construction inédite et de la traduction nouvelle qu’il propose. L’auteur des Navigations d’Ulysse ne cesse d’y commenter le travail de sa pensée et l’avancée de son écriture. Dans le cadre d’une République européenne des Lettres, que disent ces gloses ? Que nous apprennent ces modernes scholies odysséennes, au terme de plus de quarante années de recherches et de publications, entre 1888 – « j’ai commencé l’étude de l’Odyssée en mai 1888 », confie-t-il dans le tome III3 – et 1929 (on sait qu’il meurt soudainement en 1931) ?

3Les hypothèses que formule Victor Bérard dans le travail parfois déconcertant qu’il entreprend sur le texte et ses contextes peuvent être réunies autour du problème de la tradition : comment, au sujet d’Homère, déconstruire puis recréer une tradition ? Comment, par le filtre d’une traduction, reconstruire un nouvel Homère qui soit celui de la tradition et, selon Bérard, le seul que la tradition autorise ? C’est donc aussi la question du rapport à la vérité du texte, d’un texte reconstruit et présenté comme authentique, qui se trouve posée. Ces problèmes sont constamment à l’esprit de Bérard et constituent la trame serrée des Navigations d’Ulysse.

4Pour tenter d’apporter des éléments de réponse, ouvrons trois dossiers autour d’une ligne directrice. Tout d’abord, comment Victor Bérard circule-t-il dans les méandres de la question homérique, au début du xxe s. ? Ensuite, quelles sources, quelles autorités, quelles références se reconnaît-il pour entreprendre la reconstruction de son Odyssée ? Enfin, quelle esthétique du récit odysséen et quelle tradition met-il en place ?

5Une même ligne directrice réunit ces questions : dans sa traduction, point d’aboutissement et justification de chaque pièce de l’édifice, dans ses dimensions historique et esthétique, Victor Bérard a formé le projet d’être fidèle à la philologie, afin de restituer, dans sa construction et dans sa langue, le premier texte de l’Odyssée mis par écrit ; il a choisi d’être également fidèle à une certaine modernité littéraire et discursive, où il a reconnu une continuation de la tradition ancienne. C’est cette traversée du temps de la tradition homérique que cet exposé tend à reconstituer.

Les études homériques dans la République des Lettres : la position de Victor Bérard

6Victor Bérard a été, pendant presque un demi-siècle, entre 1888 et 1931, un acteur majeur d’un des enjeux parmi les plus importants de ceux qui animent la République des Lettres : la querelle homérique. Il s’est montré un philologue, un historien et un artisan de la prose prolixe et érudit. Dans cette œuvre, Les Navigations d’Ulysse sont la dernière pierre de l’édifice ; elles rassemblent et exposent les thèses et la méthode qui lui confèrent son originalité scientifique et esthétique.

  • 4 L’Odyssée. Poésie homérique, 3 t., texte établi et traduit par Victor Bérard, Paris, Les Belles Let (...)
  • 5 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, 3 t., Paris, Les Belles Lettres, 1924-1925.
  • 6 Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée, 2 t. (t. I : Les Îles de la Très Verte ; t. II : Mer Ro (...)
  • 7 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, 4 t. (t. I : Ithaque et la Grèce des Achéens ; t. II : Pén (...)

7L’ensemble des « études odysséennes » de Victor Bérard est formé de quatre pièces : 1) l’édition critique du texte grec avec traduction, en 1924, dans la CUF, chez l’éditeur Les Belles Lettres (maison fondée en 1919), et sous l’égide de l’Association Guillaume Budé4, créée par Paul Mazon, en 1917, pour faire pièce à la philologie allemande, au sortir de la Grande Guerre ; 2) l’Introduction à l’Odyssée, chez le même éditeur, également en trois gros tomes5 ; 3) en 1901, il entreprend avec son épouse, Alice Colin, l’exploration des sites odysséens ; de ce périple sont issus deux tomes, Les Phéniciens et l’Odyssée, parus en 1902-1903 et contenant les nombreuses photographies dues à sa femme ; 4) la quatrième partie, une nouvelle édition, refondue et complétée, de cette dernière œuvre, paraît en 1927-19296 ; elle comporte, d’une part, le commentaire historique et géographique, intitulé, de nouveau, en deux tomes, Les Phéniciens et l’Odyssée (1927), et, d’autre part, en quatre tomes, Les Navigations d’Ulysse, concernant ce qu’il advient sur le plan de la fiction, aussi bien la construction du poème que les aventures des héros7. Fait partie de cette quatrième section l’ouvrage de photographies prises par Fred Boissonnas, et commentées, Dans le sillage d’Ulysse. Album odysséen, publié à titre posthume par son fils Jean Bérard, en 1933.

  • 8  Présentation récente de Wolf avec un état de la bibliographie par Sandrine Maufroy, « Friedrich Au (...)
  • 9  Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. I, op. cit. (n. 5), p. 38-39.
  • 10 Ibid., p. 39.

8L’ensemble de ces ouvrages est le résultat des prises de position de Victor Bérard dans la querelle homérique. Dans l’Antiquité celle-ci touche la date et l’historicité de la guerre de Troie. À l’époque contemporaine, elle concerne avant tout les conséquences dues aux apports de l’archéologie et de l’anthropologie, et le problème de savoir à quelle époque font allusion les événements et les realia mentionnés dans les poèmes. Depuis la Renaissance jusqu’aux premières décennies du xxe s., elle se déploie davantage autour de la question de l’unité des deux épopées et de l’existence même d’Homère, en tant qu’auteur unique et reconnu de l’Iliade et de l’Odyssée. Trois noms, trois œuvres ont focalisé les débats, que je me borne à rappeler. Vers 1670, l’abbé d’Aubignac compose ses Conjectures académiques ou Dissertation sur l’Iliade, publiées seulement en 1715 ; selon lui, l’Iliade ne serait qu’un assemblage de poèmes d’auteurs variés. En 1779, Jean-Baptiste d’Ansse de Villoison lit dans les marges d’un manuscrit de Venise, le Venetus A, les scholies alexandrines remplies de variantes, et il publie le résultat de son travail en 1788, dans des Prolegomena : se trouve alors posée la question de savoir quand et comment eurent lieu la composition et la rédaction des poèmes. C’est aussi l’événement qui fait naître le clivage entre les deux camps qui divisent l’homérologie. La publication quelques années plus tard, en 1795, des Prolegomena ad Homerum de Friedrich August Wolf, renforce l’opposition entre analystes et unitaires8. Selon Wolf, l’œuvre actuelle provient de plusieurs rhapsodes d’époques différentes et ne peut remonter au-delà de l’alexandrinisme ; c’est donc à partir du texte actuel que l’on peut tenter de revenir vers la source, vers l’œuvre de poètes primitifs ; n’oublions pas que nous sommes alors au temps de Johann Gottfried von Herder, de James Mcpherson, de Charles Leconte de Lisle. La manière dont Bérard expose les thèses en présence montre qu’il ne souscrit pleinement ni à l’une ni à l’autre. Avec les analystes, écrit-il dans l’Introduction à l’Odyssée, « l’infaillible église des Critiques demandait alors au catéchumène de renoncer à Homère, à son existence, à son œuvre, à la fraternité des deux Poèmes et à l’unité de chacun ». Selon les unitaires, précise-t-il, « Homère a composé l’Iliade et l’Odyssée […] avec des recettes qu’il faut admirer ; tout n’est pas de Lui, presque rien peut-être n’est de Lui dans l’invention ; mais sans lui rien ne serait dans la rédaction présente : Homère est ressuscité9 » ! Dans ces débats, Bérard manie souvent l’humour et sait se montrer caustique. En ces matières, la mode change, souvent très vite, écrit-il : ainsi, « le doute et même l’athéisme homériques étaient en 1890 les premiers devoirs de l’homérisant : la foi et l’amour sont en 1923, les seuls chemins, paraît-il, qui puissent nous ramener jusqu’à Lui. Entre ces deux dogmes extrêmes, s’est déployé tout l’arc-en-ciel des opinions orthodoxes et hérétiques10. » S’il en est ainsi, c’est parce que les principes ne sont pas assurés, et pour cette raison Bérard se situe résolument à l’écart des uns et des autres. Certes, d’un côté, comme les unitaires, il reconnaît que l’œuvre forme un tout organique, mais cette unité n’est pas celle du texte actuel, surchargé d’ajouts divers, interpolations ou insertions pour l’essentiel ; elle est à reconstituer à partir de la tradition, elle-même à reconstruire. Certes, d’un autre côté, comme les analystes, il reconnaît la présence de plusieurs auteurs, mais ceux-ci sont parfaitement identifiables ; ce ne sont pas des voix populaires anonymes, et leur réunion relève d’un projet délibéré. Si l’on veut concilier ces deux orientations, on pourrait affirmer que, pour Bérard, Homère est l’aboutissement d’un ensemble de traditions, qui appartiennent notamment à des genres discursifs différents : poésie dactylique, description géographique, périple, drame, sur lesquels nous allons revenir. La tâche de l’homérisant, celle que s’assigne Bérard, consiste donc à reconstituer l’unité de la Poésie odysséenne, à partir de la complémentarité, plus que de la diversité, des éléments qui sont entrés dans sa composition. Avec des nuances, cet écart est bien mis en lumière par ses contemporains, ainsi Thibaudet, dans un article de la NRF de 1932, l’année qui suit la mort de Bérard :

  • 11 Albert Thibaudet, « Un idéaliste de province », La Nouvelle Revue française 220 (janvier 1932), p.  (...)

Le vœu de fidélité à l’Odyssée, Bérard l’avait prononcé pendant son séjour à l’École d’Athènes, et particulièrement pendant sa campagne de fouilles en Arcadie. L’étude géographique et toponymique de l’Arcadie lui avait révélé l’importance, en ce pays intérieur, des cultes venus de la mer. De là sa thèse sur L’origine des cultes arcadiens, vraie préface aux Phéniciens et l’Odyssée, premier manifeste, premier acte de cette chasse au doublet gréco-sémitique, qui allait lui permettre de retrouver ce que les lansonistes appelleraient les sources d’Homère.
Mais dans le doublet gréco-sémitique, il ne s’agit pas seulement des sources d’Homère ; il s’agit des courants permanents de la Méditerranée éternelle. Pareillement Bérard n’a pas seulement cherché dans ses trois ans d’École d’Athènes la Grèce et l’Orient des inscriptions et des ruines, mais la Grèce et l’Orient d’aujourd’hui et de demain11.

  • 12 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. I, op. cit. (n. 5), p. 394.
  • 13 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. I, op. cit. (n. 7), p. XIII.

9Une telle conception du contenu et de l’ordonnancement du dossier homérique, qui implique de discuter sans cesse les moindres détails du texte, afin de restaurer leur liaison avec l’architecture et la conception d’ensemble, conduit Bérard à prendre position plutôt en faveur des analystes, donc, à son corps défendant, presque en faveur de la tradition critique allemande, celle qui repose sur les travaux de Wolf et d’Adolf Kirchhoff (Die homerische Odyssee, 1859), contre ceux qu’il appelle les « esthètes » anglo-saxons : « Nos esthètes s’efforcent aujourd’hui de rebâtir ou d’étayer l’unité des deux Poèmes que, durant cent ans, les Critiques s’étaient efforcés de démolir », et il poursuit : « après le siècle “wolfien” des Allemands, nous vivons les années “néo-unitaires” des Anglais et des Américains12. » Le point de vue de l’homérisant ne rejoint toutefois pas celui du citoyen ou de l’homme politique contemporain. Bérard, sénateur à partir de 1920, est en effet marqué, comme la plupart de ses contemporains, et au moins depuis la guerre de 1870-1871, par un anti-germanisme virulent. Dans la préface aux Navigations d’Ulysse, son petit-fils Armand Bérard précise qu’au cours de son secrétariat général à La Revue de Paris (1904-1911), tâche qu’il avait acceptée à la demande d’Ernest Lavisse, « le développement des rapports franco-allemands, les ambitions de Berlin, angoissaient [s]on père13 ». En pleine guerre, en 1916, il publie chez Armand Colin, L’Éternelle Allemagne, où il dénonce dès la première page :

  • 14 Victor Bérard, L’Éternelle Allemagne, Paris, Armand Colin, 1916, p. 1.

[…] l’éternelle ruée des peuples germaniques sur l’héritage du voisin, leur éternel appétit de domination et d’exploitation par la conquête, et ce besoin de pillage, de meurtres et de viols, cette « joie de destruction » que tous les hommes, hélas ! peuvent connaître en leurs jours de folie, mais que la seule langue allemande désigne d’un mot : Schadenfreude14.

  • 15 Voir Anthony Andurand, Les Grecs anciens et le « Mythe grec » allemand. Histoire d’une affinité éle (...)

10Plus étrangement, mais sans que cela soit surprenant, ce sentiment transparaît dans son œuvre de philologue. Il en va ainsi, bien entendu, dans chaque page du livre Un mensonge de la science allemande. Les « Prolégomènes à Homère » de Frédéric-Auguste Wolf (1917). Bérard se livre à un réquisitoire à charge pour dénoncer la « grande illusion » que représenterait la « science allemande de l’Antiquité » dans son ensemble15. Les mêmes attaques trouvent aussi place dans le reste de son œuvre savante, insérées avec un art consommé de l’analogie entre passé homérique et présent de la philologie. Ainsi l’« arrangeur » – Ordner en allemand, diaskeuastès en grec – celui qui, dans la conception de Wolf, choisit parmi les versions disponibles d’un même épisode et qui rajoute les vers nécessaires pour suturer, relier entre eux les épisodes, et parvenir à l’unité,

  • 16 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. III, op. cit. (n. 5), p. 408-409.

[…] fut proclamé chancelier de l’empire homérique : un souverain falot, du nom d’Homère, ne figurait plus désormais que derrière lui ; à lui seul [à l’arrangeur] revenait tout le mérite d’avoir unifié l’Iliade et l’Odyssée ; il était le Bismarck qui, vingt-quatre siècles avant l’autre, avait fait pour l’unité de l’épopée homérique ce que le Chancelier de fer venait de réussir pour l’unité de la terre allemande16.

  • 17 C’est ce que Christine Montalbetti a identifié, dans le jeu des rapports possibles entre réalité et (...)
  • 18 On ne traitera pas ici du large problème concernant le rapprochement entre passé et présent, en his (...)

11La polémique et sa violence verbale, que la Grande Guerre a puissamment renforcées, de part et d’autre du Rhin, laissent aussi transparaître les principes d’analyse dont se dote Bérard au fil de ses livres, en particulier pour le plus important d’entre eux : l’analogie. Si Victor Bérard veut retrouver dans la géographie de la Méditerranée les traces de la réalité d’un périple d’Ulysse17, il doit s’efforcer de rendre compatibles entre eux des objets le plus souvent éloignés : poésie et géographie, épopée et périple, registre de la preuve et fiction, grâce au principe analogique18. Ces coïncidences sont à l’œuvre dans un passage du tout début des Navigations d’Ulysse. Bérard évoque « […] le long voyage [de juillet à novembre 1912] » avec :

mon ami M. Fr[édéric] Boissonnas […], avec lui, j’ai pu suivre Ulysse, de la grotte de Calypso au manoir d’Alkinoos et quelque douze cents clichés m’ont permis ensuite de reprendre, mot par mot, toutes les descriptions et paysages tant des Récits [chez Alkinoos] que du Voyage [de Télémaque] et de la Vengeance [d’Ulysse].

  • 19 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. I, op. cit. (n. 7), p. 19-20.

12Il ajoute : « sur des points importants, ce contrôle minutieux du photographe m’a permis de rectifier mes premières identifications de lieux19 ». Ici, la fiction mène à la réalité, les vers de l’Odyssée trouvent confirmation dans les paysages. En sens inverse, la réalité, une fois atteinte, permet de revenir aux mots de la fiction et, plus encore, de lui donner légitimité, sinon créance, parce qu’elle est censée l’inspirer. Les deux mouvements sont complémentaires et donnent corps, par l’exemple, au problème plus large des liens entre histoire et fiction, qui se recouvrent partiellement, parce qu’elles renvoient l’une et l’autre à la question de l’« écriture ». Celle-ci ne met pas seulement en jeu le vers épique ; elle concerne aussi les différents genres, littéraires et discursifs, les registres de parole par où se rejoignent écriture et vérité. Elles s’y rejoignent, car, sous la plume de Victor Bérard, qu’il soit question du mètre ou d’un genre littéraire, c’est sous la même autorité du théâtre tragique classique, que s’opère le rapprochement analogique qui donne à comprendre ce que peut être, pour les lecteurs et les observateurs du temps présent, la « poésie odysséenne ».

Sources, autorités et références : Victor Bérard construit son Odyssée

  • 20 Homère. L’Odyssée, trad. de Victor Bérard, photographies de Fréd. Boissonnas, Paris, Armand Colin, (...)
  • 21 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. (n. 7), p. 386.

13L’ensemble des références que se reconnaît Bérard repose sur l’analogie entre épopée homérique et tragédie racinienne : l’hexamètre dactylique de l’Iliade et de l’Odyssée « représente la pleine maturité d’une longue tradition poétique ; il est au même point d’avance et de perfection que l’alexandrin de nos Corneille et de nos Racine, plus proche même de ce dernier que de l’autre, par l’aisance, la souplesse et la grâce20 ». Racine n’est toutefois pas la seule autorité dont il se prévale. Bien d’autres sous-textes contribuent à définir l’esthétique littéraire de l’« histoire d’Homère » où Victor Bérard a l’ambition « d’inscrire [son] nom21 ». Pour cela il doit se lancer à la recherche du genre perdu de l’Odyssée.

  • 22 Ibid., p. 350.

14Le contexte dans lequel ont lieu ces enquêtes historiques et littéraires est alors dominé par la figure de Gustave Lanson (1857-1934). La recherche des sources et des influences, la reconstitution des filiations avérées et reconnues, qui sont la marque de son positivisme, ne signifient pas seulement, chez lui, l’adhésion à la théorie de l’évolution de son maître, Ferdinand Brunetière (1849-1906). Son but est de retrouver la force créatrice et l’originalité profonde d’une tradition ou d’un auteur, d’une personnalité. Ce sont des traits que l’on retrouve dans les appréciations de Bérard, sans compter la constante préoccupation, presque le réflexe, de tracer un cheminement analogique entre le temps d’Homère et les époques modernes. Ainsi l’Atlantide de Calypso, repérée dans le Détroit de Gibraltar, est-elle tout ensemble « Mer d’Homère et Mer de Shakespeare22 ».

  • 23 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. I, op. cit. (n. 4), p. XIX.

15Mais le regard porté sur les Modernes ne saurait faire oublier que la tradition, objet ultime des recherches de l’historien et du philologue, commence dès l’Antiquité et qu’elle n’y est pas tout d’un bloc, sans même compter avec les aléas des pertes et des destructions. Son but est clairement défini : « Il faut chercher et reconstituer l’Homère primitif à travers et par-delà l’Homère des Alexandrins23. » La tradition reconstituée conduit ainsi au texte originel, un Ur-text qui prend ses racines dans l’oralité. Pour cela, Bérard – il s’en explique longuement dans les trois volumes de l’Introduction à l’Odyssée – s’est donné quelques grands principes qu’il a adaptés à son objet :

16– il refuse les traditions auctoriales et éditoriales qui se sont agrégées au texte sous la forme d’interpolations, le plus souvent de longs passages à la manière d’Homère, et d’insertions, c’est-à-dire des vers uniques d’Homère faisant doublon ;

17– ensuite, le corpus des vers authentiques n’est plus réparti dans les vingt-quatre chants que les Alexandrins ont découpés dans la « Poésie » unitaire ; il n’a conservé cette division, dans son édition, que par commodité, mais sans lui prêter sens ;

18– l’épopée des Grecs a été « à l’origine » une œuvre de nature théâtrale, composée non pour des lecteurs, mais pour les oreilles d’un auditoire, et pour la déclamation et les gestes d’un récitant ;

19– enfin, trois de ces « poèmes dramatiques », primitivement indépendants et conçus pour une récitation séparée, ont été réunis par la suite en une longue « Poésie » qui, depuis le viiie ou le viie s. av. J.-C., porte le nom d’Odyssée. Ce sont – cette division a acquis la force d’une tradition – Le voyage de Télémaque (chants II à IV et début du chant XV), Les récits chez Alkinoos (chants V à XII et début du chant XIII), La vengeance d’Ulysse (du milieu du chant XIII au v. 296 du chant XXIII). Ils sont encadrés d’un Prologue (chant I) et d’un Épilogue (à partir du chant XXIII 297 et chant XXIV).

  • 24 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. I, op. cit. (n. 7), p. 11-12.
  • 25 Ibid., p. 15.

20Ces trois drames, plus ou moins habilement cousus, suturés, sont écrits dans la même langue, proviennent de la même patrie, une des cités maritimes d’Asie Mineure, et de la même époque, le ixe ou le viiie s., mais ils ne sont pas dus à une même main et n’ont pas la même valeur. Seul l’auteur des Récits est un « immense poète », à l’égal d’Eschyle ou de Sophocle. Le Voyage de Télémaque est l’œuvre « d’un bon écrivain, alerte, élégant, spirituel ». L’auteur de la Vengeance n’a droit qu’au titre d’« habile versificateur24 ». Pour mieux donner à comprendre une esthétique littéraire dont il n’est plus familier, Bérard se rapproche de son lecteur, en recourant à l’analogie : « Dans l’histoire de notre théâtre français, Racine, Regnard et Voltaire tiendraient la même place que ces trois écrivains d’Ionie dans l’histoire de l’épos25. »

  • 26 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. I, op. cit. (n. 4), p. 75-78.
  • 27 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. II, op. cit. (n. 5), p. 296.
  • 28 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. (n. 7), p. 160.
  • 29 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. IV, op. cit. (n. 4), p. 473.
  • 30 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. III, op. cit. (n. 5), p. 279.
  • 31 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. IV, op. cit. (n. 7), p. 475. Il ajoute : « Il faudrait (...)

21Ces caractéristiques désignent le point d’achèvement de la tradition telle que Bérard la reconstitue. Celle-ci s’inscrit aussi dans un long processus historique, où il distingue « les trois âges de l’homérologie26 ». Entre 800 et 500 av. J.-C., Homère a d’abord été un auteur de scène, récité et joué par les aèdes, puis par les rhapsodes. Dans sa quête de l’origine, Bérard est convaincu d’avoir trouvé celui qu’il nomme le « premier Homère, de Chios, de Samos et de Milet, […] qui historiquement, littérairement, grammaticalement, est l’Homère véritable […] des vrais Hellènes », l’Homère originel, un Ur-Homer ! Selon lui, telle est la leçon des papyri. Vient ensuite le temps où le poème devient un manuel d’éducation et est parallèlement l’objet des travaux d’édition des Alexandrins, entre 500 et 150 av. J.-C. Après le « poème représenté » s’impose le « poème édité », objet d’une déstructuration dont le signe le plus visible est la division en « vingt-quatre rhapsodies », avec les vingt-quatre lettres de l’alphabet, que Bérard qualifie d’« illogique et cruelle fantaisie27 ». Submergée par les commentaires, l’Odyssée devient un classique et une référence scolaire dont la fonction principale est de se transmettre dans le temps même où il se constitue en plusieurs héritages. Le poème, successivement représenté, édité, transmis, a donc connu trois âges, au fil desquels le philologue, le littéraire et l’historien agissent de concert, en faveur d’une « restauration des poèmes », notamment en retrouvant sous les « lettres » actuelles des épisodes antérieurs, « authentiques », grâce aux titres qui ont été conservés par les scholies et les manuscrits28. Toute l’analyse de Bérard consiste à retrouver la cohérence des différents « épisodes authentiques » qui étaient séparés les uns des autres à l’origine. En ce sens, son pire adversaire n’est pas Wolf ; ce sont les « esthètes » unitaires anglo-saxons qui ne veulent rien toucher du texte et justifient tout de la version actuellement reçue. Le travail que se fixe Bérard est de reconstituer l’unité originelle disparue de la « Poésie odysséenne », établie entre la première moitié du viie s. et le temps des Pisistratides, mais malmenée ensuite, depuis les Alexandrins jusqu’aux Byzantins. C’est pourquoi Bérard peut écrire : « L’Odyssée, telle que nous la lisons aujourd’hui, est une construction artificielle et récente29. » De même, parvenu au-delà de ce constat, et en deçà de la tradition trop largement admise, il pense avoir retrouvé les « onze épisodes authentiques30 », d’une longueur régulière, entre 250 et 280 vers, qui constituent les Récits chez Alkinoos : « chacun d’eux fut composé pour faire partie de l’ensemble », conclut-il. On retrouve ainsi dans son analyse, étroitement associées, une conception analystique, avec la division en onze épisodes, et une approche unitaire, car ils font partie d’un « ensemble » dont ils sont indissociables. En ce sens, l’objet même des quatre volumes des Navigations d’Ulysse est de « réuni[r] tous les documents historiques et géographiques qui peuvent éclairer le texte des Récits et celui des Voyages en leurs moindres détails31 ».

  • 32 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. III, op. cit. (n. 5), p. 441-444.
  • 33 Ibid., p. 446, et Strabon, XIV 1, 35, pour le rôle de Chios.
  • 34 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. III, op. cit. (n. 5), p. 445.

22Le même esprit de synthèse, de conciliation, se retrouve dans sa conception de la figure d’Homère. L’unité du texte homérique suppose, selon lui, « l’unité d’une seule et unique confrérie d’Homérides32 », dont le membre le plus important fut peut-être Kunaethos de Chios, signalé en Sicile vers 660 av. J.-C.33. Mais, d’un autre côté, les trois poèmes odysséens ont fait l’objet d’une composition séparée – les Récits, le Voyage, la Vengeance –, très certainement aux ixe et viiie s., et le résultat est si différent que « ces trois poèmes ne sauraient être du même auteur34 ». Cette hypothèse, qui situe Bérard parmi les analystes, est renforcée, si l’on tient compte d’un autre problème de composition : à quel moment l’ultime épisode, la réconciliation à Ithaque après le massacre des Prétendants (la fin du chant XXIII, à partir du v. 297, et l’ensemble du chant XXIV), a-t-il été ajouté ? Est-ce l’œuvre des Pisistratides, lorsqu’ils mettent au point le poème officiel des Panathénées ? Ou bien a-t-il été inséré lorsque le Cycle épique est construit, au cours du ve s. av. J.-C. ? Il est certain du moins que Zénodote ne voulait pas prendre en compte cette fin dans son édition. Le fait que Bérard analyse en détail cette histoire et y reconnaisse les différents états de la tradition authentique du texte le situe avec une égale force du côté des analystes et avec les unitaires, par-delà leurs écarts. Il met, en effet, les lecteurs de cette Odyssée là en position de reconnaître ce que fut le poème aux différents moments de l’histoire de sa tradition, tout en privilégiant la mise en valeur d’une unité originelle. Place, avant tout, à l’origine, mais sans jamais oublier l’histoire ! C’est ce que donnent à voir les différents éléments du dispositif éditorial retenu dans l’édition de la CUF.

23C’est aussi ce que montrent les nombreuses œuvres, sources, références, les divers modèles génériques mentionnés par Victor Bérard dans Les Navigations d’Ulysse et qui, des Anciens aux Modernes, forgent une esthétique littéraire, une poétique du récit odysséen.

Une esthétique du récit odysséen

24Il faudrait une monographie pour dresser le relevé exhaustif de ces références. Dans ce vaste ensemble où Bérard commente son travail, rédige ses propres scholies, trois modèles littéraires et discursifs font l’objet d’une insistance particulière.

  • 35 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. (n. 7), p. 65-68 (citation p. 65).

251) Le premier modèle réunit la Bible et Chateaubriand. L’Odyssée s’inscrit, en effet, dans la liste des grandes œuvres qui ont pour sources des « itinéraires », des « journaux de route dont les noms de lieux furent expliqués aux générations suivantes par la geste des dieux ou des ancêtres35 ». La Bible, note Bérard, est pleine d’explications toponymiques et les errances de Moïse sont peut-être issues de pareilles gloses sur les noms de lieux, dont le texte cherche l’origine dans les divers incidents du voyage (Exode XVIII 2, 8, 27 ; Nombres XI 35 ; XX 1, 14-29). Le long de cet itinéraire, Dieu intervient à mainte reprise, tout comme Athéna aux côtés d’Ulysse. De même, écrit-il bien plus loin :

  • 36 Ibid., p. 440-441.

[…] les poèmes en prose de Chateaubriand, le Voyage en Amérique, le Génie du Christianisme, Atala, les Mémoires d’outre-tombe […] ont eu pour sources premières quelques récits de voyageurs, quelques périples (si je puis dire) terrestres ou fluviaux du Nouveau Monde ; il est certain que jamais Chateaubriand n’a, de ses yeux vu, toutes les contrées, peuples et merveilles qu’il décrit : il a transposé dans une langue admirable l’humble prose des Charlevoix, Bartram […] Rien est-il plus homérique en son œuvre que la description du Mississipi ? […] Le poète des Récits chez Alkinoos a-t-il emprunté à quelque Bartram phénicien sa Nymphe de la cachette [Calypso]36 ?

26Plus étrangement encore et sur un tout autre registre, Bérard rapproche la manière dont un éditeur des Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand, Edmond Biré (1896), a pu reconstituer la division en parties et en livres, de sa propre tentative pour retrouver les unités primitives de l’Odyssée. Il cite l’éditeur moderne :

  • 37 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. III, op. cit. (n. 5), p. 161-165 (citation p. 164).

Chateaubriand est pour nous un Ancien, un des classiques de notre littérature, et le moment est venu de donner une édition des mémoires qui replace le chef-d’œuvre dans les conditions mêmes où il fut composé et nous le restitue dans son intégrité première37.

  • 38 Ibid., p. 164.

27Il faut donc oser se défaire de certaines des contraintes de la tradition. Chez Chateaubriand ce sont celles de la parution en « feuilletons », chez Homère ce sont celles des vingt-quatre « lettres » des Alexandrins, et dans les deux cas, il s’agit de divisions qui font écran au texte originel, « premier ». Dans une longue note de bas de page, Bérard souligne que le texte des auteurs anciens a souvent été affecté par de telles divisions ou par des regroupements, et il mentionne les œuvres de Platon, de Thucydide, d’Hérodote38.

  • 39 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. I, op. cit. (n. 4), p. XIII-XIV.
  • 40 Ibid., p. XX.
  • 41 Ibid., p. XXXI.
  • 42 Aristote, Poétique 8, 1451 a, 28-30. L’importance du concept d’intrigue dans la Poétique a été mise (...)

282) Un deuxième modèle sert d’appui à la reconstruction de Bérard, et il l’annonce d’emblée par l’épigraphe donnée à sa traduction. Il s’agit d’une citation du Pseudo-Plutarque (un auteur anonyme du iie s.) : « on peut dire que les poèmes d’Homère ne sont rien d’autre que des drames (dramata) ». Plus loin, dans l’introduction, il avance sous la forme d’une définition : « l’épos est un drame en hexamètres, à un seul récitant39. » Il soutient encore avec conviction qu’Homère « fut un auteur de scène, chanté et joué par les gens de théâtre, les aèdes d’abord, qui étaient des compositeurs et des acteurs tout ensemble, puis les rhapsodes, qui n’étaient plus que de simples acteurs40 ». Mais c’est la quête d’un récit épique unitaire qui le rapproche de l’unité d’intrigue propre à la conception aristotélicienne non seulement de la tragédie, mais aussi, semblablement, de l’épopée : « Au total, l’Odyssée actuelle est le résultat d’une synthèse où sont entrées trois ou quatre sortes d’éléments assez différents de nature, de sources et d’époques41 », affirmation qui fait écho à Aristote, au chapitre VIII de la Poétique, avec la question de l’unité d’intrigue : « C’est autour d’une action une (peri mian praxin) au sens où nous l’entendons qu’il a agencé (sunestèsen) l’Odyssée, et pareillement l’Iliade42. »

  • 43 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. I, op. cit. (n. 4), p. XIII.
  • 44 Ibid., p. XLI.
  • 45 Ibid., p. 223, à rapprocher de Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. I, op. cit. (n. 7), p. 1 (...)
  • 46 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. IV, op. cit. (n. 7), p. 475.

29Mais l’assimilation de l’Odyssée au genre de la poésie dramatique n’est pleinement accomplie que par les nombreuses références à la tragédie racinienne. Tout d’abord, la perfection de l’hexamètre dactylique rejoint celle de l’alexandrin de Racine, auquel seul celui de Corneille est comparable43. Pour traduire au mieux l’hexamètre de l’Odyssée, seule convient la perfection du rythme de l’alexandrin : « les deux vers s’équivalent en longueur et en capacité », et le but que vise Victor Bérard est « d’obtenir en français un rythme analogue à celui du texte homérique », en inventant ce qu’il nomme une « diction alexandrine », celle de l’alexandrin, lorsqu’il enjambe, afin d’obtenir une unité métrique de dix-huit, vingt-quatre, trente, trente-six syllabes44. Ce qui vaut pour le mode d’expression a sa place dans l’histoire littéraire avec ses canons, ses références : « Si les Récits chez Alkinoos peuvent être comparés aux plus nobles tragédies de Racine et le Voyage de Télémaque aux plus alertes comédies de Regnard, c’est dans les pièces de Voltaire qu’il faudrait chercher des analogies avec la Vengeance45 », jugement repris dans la conclusion générale des quatre volumes des Navigations d’Ulysse46. Les « trois écrivains d’Ionie » et les trois auteurs dramatiques français occupent, dans leur contexte propre, des Anciens aux Modernes, la même fonction de références. Pour reconstituer la tradition de « son » Odyssée, Bérard avait besoin de démontrer que la diversité rhapsodique des récits originels n’avait pas empêché de parvenir également à une unité d’action. Or chez les Anciens, la tradition d’Aristote et celle de Plutarque associent sans ambiguïté Homère, le genre dramatique et l’unité d’action, et Bérard ne manque évidemment pas de s’y rattacher. Il fallait trouver un équivalent moderne, qui répondît au contexte scientifique dans lequel prenait place son travail philologique et critique et qui s’inscrivît plus largement dans la tradition scolaire et universitaire qui formait les élites de la IIIe République. La tragédie racinienne était alors sans rivale pour occuper cette place, et, des Anciens aux Modernes, Homère et Racine se faisaient signe en tant que classiques incontestés.

303) Un troisième genre prend forme en tant que référence tout au long des Navigations d’Ulysse. Il était indispensable pour sous-tendre le projet de Bérard dans sa dimension « réaliste ». Si chaque fragment de l’Odyssée renvoie à un élément réel et si le projet dans son ensemble consiste à les faire coïncider, cette exigence doit trouver un écho dans l’écriture.

  • 47 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. I, op. cit. (n. 4), p. XII-XIII.
  • 48 Ibid., p. XIII.

31Bérard estime que la littérature du Levant, révélée par l’archéologie offre des « ressemblances avec les poèmes homériques47 ». L’Égypte fut, par exemple, une mine de contes pour les marins de tous les temps et, poursuit-il, « nos corsaires “francs” du xviie siècle nous en ont rapporté les Mille et une nuits », et « les Hellènes déclaraient en avoir rapporté de même leurs fables ésopiques48 ». Bérard prolonge son raisonnement en bon connaisseur d’une histoire littéraire imprégnée des méthodes d’Hippolyte Taine et de Gustave Lanson qu’il applique aux Anciens, en suggérant : « sans doute est-ce la Phénicie qui servit d’intermédiaire entre l’Égypte et le Poète ». L’exposé se déploie selon une logique dont le lecteur devine qu’elle conduit à la thèse de l’emprunt des fameuses « instructions nautiques » :

  • 49 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. (n. 7), p. 37 et t. IV, p. 478, n. 1.

Mais si la Phénicie avait emprunté à l’Égypte la mode littéraire des contes magiques, elle avait dû à plus forte raison lui emprunter un autre genre de récits beaucoup plus utiles à son peuple de navigateurs.
Durant les vingt-cinq siècles que nous connaissons de l’histoire méditerranéenne, les marines successives se sont toujours emprunté les unes aux autres, non seulement leurs routes et leurs recettes de navigation, mais aussi leurs livres de métier, tant pour la construction que pour la manœuvre et le pilotage des vaisseaux. Elles se sont volé ou copié de l’une à l’autre ces « routiers » de la mer que les Français appellent aujourd’hui Instructions nautiques et les Anglais Pilots, que d’autres ont appelé jadis Portulans ou Miroirs de la mer : les Anciens disaient le plus habituellement Périples49.

  • 50 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. I, op. cit. (n. 7), p. 20.
  • 51 Strabon, III 2, 14, C151.

32L’Odyssée se rattachant à cette tradition d’une littérature réaliste, aux multiples ramifications, entre Anciens et Modernes, il n’y a plus aucune raison de mettre en doute les renseignements que donne Homère. Et Bérard peut écrire : « J’ai vu la grotte de Calypso […] J’en ai sous les yeux les photographies détaillées qui concordent avec tous les mots du texte, lequel est antérieur de plusieurs siècles aux premiers voyages que firent les Hellènes vers cette extrémité de la Mer Occidentale ; ni le poète ni ses auditeurs n’avaient vu ces lieux, qu’il décrit cependant de façon si précise ; il avait donc fallu que quelqu’un les vît pour lui et le renseignât50. » Ce sont les Phéniciens et leur littérature géographique dont la théorie de Victor Bérard rend la présence et la fonction de témoin indispensables. Mais, pour autant, Bérard ne se meut pas complètement dans le registre de l’invention pure ; il peut s’appuyer sur le plus « réaliste » des auteurs grecs dans la tradition géographique, Strabon, selon lequel ceux qui révélèrent l’existence de ces contrées, avant même Homère, ce sont les Phéniciens51.

  • 52 Il nous en reste deux traductions, la traduction grecque du Périple africain d’Hannon et la traduct (...)
  • 53 Ibid., p. 36.
  • 54 Ibid., p. 254. Victor Bérard n’ayant pu participer, en 1901, à une expédition sur les lieux où se t (...)
  • 55 Ibid., p. 41.
  • 56 Voir François Hartog, Croire en l’histoire, Paris, Flammarion, 2013, p. 40-41 et p. 88-96.
  • 57 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. (n. 7), p. 417, et p. 414 : « Tout péripl (...)

33On peut ainsi avancer que la littérature « géographique » des « routiers de mer » ou « journaux de route » du Levant, à laquelle se rattache le genre du Périple que rapportent les Phéniciens de Carthage de leurs explorations par-delà les Colonnes52, participe des différentes composantes de l’Ur-text que Bérard place à la source de l’Odyssée. Les preuves de cette filiation reposent, une fois encore, sur le principe analogique : « Des Périples de l’Antiquité aux Instructions nautiques d’aujourd’hui, on peut rétablir la chaîne continue53 », ou encore : « la réalité d’aujourd’hui concordait avec la description homérique54. » À la question de savoir s’il « [faut] donc remettre le poème odysséen dans la série soit des documents nautiques, soit des œuvres littéraires qui sont issues de ces ouvrages de science et de métier », Bérard répond par l’affirmative55. Ce qui signifie aussi qu’il croit à la réalité de tout ce que véhiculent les poèmes homériques et qu’il peut affirmer sans sourciller, en homme de son temps, pour qui l’Histoire est érigée en principe téléologique et peut-être théologique : « je crois donc à la vérité historique des traditions56 ». Cela tient à ce que sous le texte même de l’Odyssée, « transparait le langage d’un périple », que Bérard définit comme le genre englobant. Le périple qui sert de référence semble appartenir à la tradition d’Hécatée de Milet, telle que la laissent transparaître les brefs fragments qui nous en sont parvenus ; le périple « est comme un chapelet de noms propres dont le lecteur rapproche ou sépare au gré de son imagination les grains indépendants et mobiles57 ».

  • 58 Albert Thibaudet, op. cit. (n. 11), p. 70.
  • 59 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. I, op. cit. (n. 4), p. XXII.
  • 60 Ibid., p. 93 et passim ; p. XXII.

34Il est donc possible de retrouver les œuvres, de reconstituer les genres, les registres discursifs, les sous-textes sur lesquels reposent la construction et l’écriture de Victor Bérard. D’un côté, le fond de l’Odyssée en fait « un poème de géographie maritime », selon le mot d’Albert Thibaudet58. Le poème est ainsi relié à deux grands modèles, les Instructions nautiques et les Périples (un certain flou demeure, d’un volume à l’autre, dans la classification et les distinctions de Bérard), l’un et l’autre confrontés aux réalités des paysages au milieu desquels ils sont censés être autant de repères et de guides. D’un autre côté, la forme de l’Odyssée en fait un « poème dramatique59 », avec sa forte unité d’intrigue ; c’est pourquoi une édition et une traduction doivent se présenter, comme sur les plus anciens papyri du iiie s. av. J.-C., avec les noms des personnages pour marquer les changements de voix, les dialogues, les récitatifs, toutes les « interlocutions60 ». Ce que propose Victor Bérard est la transformation d’un périple en drame, et la mise en scène d’un voyage. Or le genre du Périple (ou des Instructions nautiques) et le genre dramatique ont ceci de commun qu’ils mettent en scène un échange de paroles à propos d’un objet qui leur est autre : soit ce dont parlent les protagonistes du dialogue théâtral, soit le paysage à identifier à partir de la description-source. À plus d’une reprise Bérard pose les termes avec une grande netteté :

  • 61 Ibid., p. 309.

Nous arriverons, en effet, à la conclusion qu’il faut juger de l’exactitude des descriptions odysséennes, non pas d’après la seule réalité, mais en interposant toujours le langage d’un intermédiaire entre le texte homérique et le site décrit : le poète n’a pas vu les lieux ; il en a lu ou entendu une description scientifique (périple) ou poétique (épos), mais précise et détaillée. Il ne vivait pas dans le royaume des îles. Il habitait fort loin, en quelqu’une des villes ioniennes du rivage asiatique : c’est de Milet ou de quelque cité voisine qu’à n’en pas douter, il regardait le monde ; il le voyait par les yeux d’autrui, je veux dire : à travers les descriptions que d’autres avant lui en avaient faites et qu’ils en avaient publiées, soit en des manuels à l’usage des navigateurs, soit en des poèmes à la gloire des héros achéens61.

35Avec la question du contexte d’énonciation, nous rejoignons le problème qui intéresse avant tout Victor Bérard, celui de la source de l’épopée, indissociable de celui de l’« exactitude » et de la « vérité » des descriptions. Or celle-ci ne peut être appréciée à travers « la seule réalité », mais en tenant compte aussi d’un texte-source (ou sous-texte), qui y donne accès.

36Ce sous-texte ne peut pas être celui qu’écrit le poète homérique, car celui-ci ne vivait pas à Ithaque ou au Royaume des Îles, mais dans une cité d’Ionie, telle que Milet ou Chios. Il ne peut donc pas détenir la vérité du témoin qui a vu de ses propres yeux. Nulle « autopsie » qui vaille. Le texte-source est donc ce que le poète « a lu ou entendu » et qui provient d’une autre littérature, soit la tradition descriptive des périples, soit la tradition poétique de l’épos, l’une et l’autre étant transformées en drames.

37Entre le poète (l’homéride de Chios, par exemple) et le poème épique, s’interpose un autre regard sur le monde, qui est celui de la tradition. Le poète, in fine, rencontre sur son chemin les descriptions que d’autres, avant lui et différemment de lui, ont faites et rendues publiques. Ainsi, le poète ou les poètes odysséens disposaient d’un ensemble de voix et de traditions sur la geste d’Ulysse, souvent reprises ou copiées. De même, entre eux et Victor Bérard, quelques grands passeurs prolongent la tradition, dont le plus important est certainement Strabon, omniprésent dans Les Navigations d’Ulysse, parce qu’il est à la fois un grand connaisseur d’Homère et l’auteur d’un minutieux inventaire topographique de la Méditerranée. Entre Homère, Strabon et Bérard, l’héritage est reconnu et assumé, mais sur un mode différent. Selon Strabon, Homère aurait eu en main les « Périples » des navigateurs phéniciens et il aurait transformé ce sec rapport nautique en un poème épique ; il aurait suivi le chemin qui mène de la réalité à la fiction. Bérard, lui, en sens inverse, aurait pris l’Odyssée comme guide Baedeker pour retrouver un itinéraire et des lieux réels, qu’il reporte sur des cartes ou fixe sur des photographies. Bérard s’est voulu un nouvel Homère, qui reconstruit de toutes pièces l’Odyssée, et un autre Strabon, auquel rien n’échappe de la réalité géographique, preuve ultime et indispensable pour attester la véracité du poème.

38À portée de main et de regard, ce sont les « périples phéniciens » qui réunissent ces deux ambitions, parce qu’ils renvoient conjointement à un genre discursif et à la réalité du voyage. Les Navigations d’Ulysse sont conçues comme une constante invitation à reconstituer d’autres sous-textes où soit présent ce double registre dont Victor Bérard fait une pierre de touche pour repérer les héritages qui peuvent entrer dans la tradition ininterrompue de l’Odyssée.

*
*  *

  • 62 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. (n. 7), p. 365-366.

39L’enquête a mis au jour une partie de la mosaïque de textes et d’œuvres sur lesquels repose la tentative de Victor Bérard pour redonner vie à une Odyssée originelle. Il aurait fallu prendre aussi en compte les récits de voyage de l’époque moderne, entre xve et xviiie s., notamment ceux de James Cook et de Louis-Antoine de Bougainville. La réalité géographique fournit un point de fuite où le réel rejoint la fiction. Le moment le plus important, dans Les Navigations d’Ulysse, est, de ce point de vue, celui de la découverte, de la révélation, de l’île de Calypso, celui, écrit Bérard, où « pour salaire d’une longue fidélité […], Athéna a voulu me donner le bonheur ineffable de contempler à loisir ce pays de la Nymphe62 ». Dans le contexte d’une histoire positiviste dominante – la publication des Navigations est toutefois contemporaine de la fondation des Annales (1929) –, Bérard peut écrire, à propos de cet instant :

  • 63 Ibid., p. 386.

Mes yeux vérifiaient mes raisonnements et hypothèses de vingt-cinq années : toutes objections tombées, toutes difficultés aplanies, j’avais pénétré jusqu’au dernier repli de la description homérique […] Il faudra sans doute vingt-cinq ans encore […] avant que les manuels d’archéologie et de philologie consentent à enseigner ce que j’ai appris […] Mais que sont vingt-cinq ans et cinquante ans dans l’histoire d’Homère où j’inscrirai mon nom63 ?

40Il faut savoir attendre un peu avant que la fiction n’ait tout à fait rejoint la réalité. Victor Bérard, avec ou sans (son) complexe, a poussé aussi loin qu’il était possible la tentative pour rapprocher l’une de l’autre.

Note

1 Strabon, I 1, 2, C2.

2 Id., II 5, 1. Cité dans Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. II, p. 408-409 (traduction modifiée). Voir la référence complète à l’ensemble des volumes des Navigations d’Ulysse, infra, n. 7.

3 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, p. 365-366. Ce passage est cité par son petit-fils, Armand Bérard, dans la préface qu’il donne à la réédition de 1971, chez le même éditeur, p. XV.

4 L’Odyssée. Poésie homérique, 3 t., texte établi et traduit par Victor Bérard, Paris, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1924.

5 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, 3 t., Paris, Les Belles Lettres, 1924-1925.

6 Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée, 2 t. (t. I : Les Îles de la Très Verte ; t. II : Mer Rouge et Méditerranée), Paris, Armand Colin, 1902-1903 (rééd. 1927). La réédition intègre les nouvelles données provenant des voyages en Afrique du Nord et en Sicile sur les traces des Phéniciens, entre 1906 et 1911, ainsi que du périple de cinq mois, en 1912, avec un ami suisse, Fred Boissonnas, photographe professionnel (Introduction à l’Odyssée, t. I, p. 39). Voir notamment dans le présent volume la contribution d’Estelle Sohier, infra, p. 129-167.

7 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, 4 t. (t. I : Ithaque et la Grèce des Achéens ; t. II : Pénélope et les barons des îles ; t. III : Calypso et la mer de l’Atlantide ; t. IV : Nausicaa et le retour d’Ulysse), Paris, Armand Colin, 1927-1929. Les citations proviennent des quatre tomes de la réédition de 1971, avec une préface d’Armand Bérard, XVIII p. 

8  Présentation récente de Wolf avec un état de la bibliographie par Sandrine Maufroy, « Friedrich August Wolf, un modèle philologique et ses incidences européennes », Revue germanique internationale 14 (2011), p. 27-40, notamment p. 32-33.

9  Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. I, op. cit. (n. 5), p. 38-39.

10 Ibid., p. 39.

11 Albert Thibaudet, « Un idéaliste de province », La Nouvelle Revue française 220 (janvier 1932), p. 72. Même idée chez Adhémar d’Alès, « Aux plages homériques », Études 5 janvier 1926, p. 84 ; Louis Séchan, « L’Œuvre de Victor Bérard », Les Nouvelles Littéraires 31 mars 1934 [non paginé].

12 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. I, op. cit. (n. 5), p. 394.

13 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. I, op. cit. (n. 7), p. XIII.

14 Victor Bérard, L’Éternelle Allemagne, Paris, Armand Colin, 1916, p. 1.

15 Voir Anthony Andurand, Les Grecs anciens et le « Mythe grec » allemand. Histoire d’une affinité élective, thèse, université de Toulouse, 2011, p. 458-465.

16 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. III, op. cit. (n. 5), p. 408-409.

17 C’est ce que Christine Montalbetti a identifié, dans le jeu des rapports possibles entre réalité et fiction, comme « le complexe de Victor Bérard », repérable « chaque fois […] que le voyageur, traversant des espaces réels, croit reconnaître des lieux de passage des héros de la fiction ». Voir Christine Montalbetti, Le Voyage, le monde et la bibliothèque, Paris, PUF, 1997, p. 67-73 (citation, p. 72).

18 On ne traitera pas ici du large problème concernant le rapprochement entre passé et présent, en histoire et plus largement dans les sciences humaines : voir Jacques Bouveresse, Prodiges et vertiges de l’analogie. De l’abus des Belles Lettres dans la pensée, Paris, Raisons d’agir, 1999 (rééd. 2010) ; Luciano Canfora, La Tolérance et la Vertu. De l’usage politique de l’analogie, Paris, Desjonquères, 1989 (ÉO 1987 ; trad. française Denise Fourgous), notamment le chapitre II « L’analogie comme forme de la compréhension historique », p. 23-47. Le procédé du parallèle entre l’Odyssée et d’autres situations, d’autres œuvres, relevant ou non de la fiction, est constant sous la plume de Bérard. Trois exemples, parmi tant d’autres : après le poète odysséen comme après Michel-Ange, un modèle définitif est créé, fixé ; personne n’essaya plus de recommencer l’Odysseia ; personne n’essaie plus de recommencer le Moïse (Homère. L’Odyssée, trad. de Victor Bérard, p. XVII). Parfois l’analogie conduit à la fusion entre la fiction et la réalité : « Ulysse aurait pu tout aussi bien commander soit une des galères pharaoniques de la reine Hatshopsitou, vers le début du xve siècle avant notre ère, soit la dernière de nos galères royales vers 1740 après J.-C. » (Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. II, op. cit. [n. 7], p. 28). La clairière où le corsaire George Anson, l’« Ulysse anglais », a dressé sa tente, en arrivant dans l’île Juan Fernandez (1741-1742), « vaut la prairie qui mène à la grotte de Calypso » (id., Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. [n. 7], p. 88-89).

19 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. I, op. cit. (n. 7), p. 19-20.

20 Homère. L’Odyssée, trad. de Victor Bérard, photographies de Fréd. Boissonnas, Paris, Armand Colin, 1942, p. XIII.

21 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. (n. 7), p. 386.

22 Ibid., p. 350.

23 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. I, op. cit. (n. 4), p. XIX.

24 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. I, op. cit. (n. 7), p. 11-12.

25 Ibid., p. 15.

26 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. I, op. cit. (n. 4), p. 75-78.

27 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. II, op. cit. (n. 5), p. 296.

28 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. (n. 7), p. 160.

29 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. IV, op. cit. (n. 4), p. 473.

30 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. III, op. cit. (n. 5), p. 279.

31 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. IV, op. cit. (n. 7), p. 475. Il ajoute : « Il faudrait réunir et publier de même tous les documents archéologiques qui expliqueraient ou illustreraient le texte de la Vengeance ».

32 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. III, op. cit. (n. 5), p. 441-444.

33 Ibid., p. 446, et Strabon, XIV 1, 35, pour le rôle de Chios.

34 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. III, op. cit. (n. 5), p. 445.

35 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. (n. 7), p. 65-68 (citation p. 65).

36 Ibid., p. 440-441.

37 Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. III, op. cit. (n. 5), p. 161-165 (citation p. 164).

38 Ibid., p. 164.

39 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. I, op. cit. (n. 4), p. XIII-XIV.

40 Ibid., p. XX.

41 Ibid., p. XXXI.

42 Aristote, Poétique 8, 1451 a, 28-30. L’importance du concept d’intrigue dans la Poétique a été mise au jour par les analyses, désormais classiques, de Paul Ricœur dans Temps et récit, I, Paris, Seuil, 1983, p. 55-84.

43 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. I, op. cit. (n. 4), p. XIII.

44 Ibid., p. XLI.

45 Ibid., p. 223, à rapprocher de Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. I, op. cit. (n. 7), p. 15, où la même trilogie fait office de canon.

46 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. IV, op. cit. (n. 7), p. 475.

47 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. I, op. cit. (n. 4), p. XII-XIII.

48 Ibid., p. XIII.

49 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. (n. 7), p. 37 et t. IV, p. 478, n. 1.

50 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. I, op. cit. (n. 7), p. 20.

51 Strabon, III 2, 14, C151.

52 Il nous en reste deux traductions, la traduction grecque du Périple africain d’Hannon et la traduction latine, due à Avienus, de la version grecque du Périple européen d’Himilcon. Voir Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. (n. 7), p. 34-39, p. 237-239, p. 267, et l’appendice C, p. 287-288.

53 Ibid., p. 36.

54 Ibid., p. 254. Victor Bérard n’ayant pu participer, en 1901, à une expédition sur les lieux où se trouvent les Colonnes (p. 248), doit attendre 1912 (p. 255-260, p. 291-294).

55 Ibid., p. 41.

56 Voir François Hartog, Croire en l’histoire, Paris, Flammarion, 2013, p. 40-41 et p. 88-96.

57 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. (n. 7), p. 417, et p. 414 : « Tout périple est d’abord un chapelet de noms propres ». Voir encore p. 432, p. 441-442.

58 Albert Thibaudet, op. cit. (n. 11), p. 70.

59 Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, t. I, op. cit. (n. 4), p. XXII.

60 Ibid., p. 93 et passim ; p. XXII.

61 Ibid., p. 309.

62 Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, op. cit. (n. 7), p. 365-366.

63 Ibid., p. 386.

© École française d’Athènes, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search