Version classiqueVersion mobile

Portraits de Victor Bérard

 | 
Sophie Basch

L’archéologue, le philologue, l’historien, le géographe : la résurrection d’Homère

Victor Bérard et la science allemande

Michel Espagne

Résumé

Dans son Mensonge de la science allemande qui paraît en 1917, Victor Bérard, emporté par l’atmosphère de nationalisme exacerbé propre à son époque, sacrifie au genre de la dénonciation. Mais mu par une évidente contradiction il esquisse dans un même temps l’histoire de la philologie allemande qu’il connaît fort bien. Son livre sur Les Phéniciens et l’Odyssée développe une forme d’anthropogéographie liant les déplacements préhelléniques aux configurations géographiques. Lorsqu’il aborde la question des Phéniciens, Bérard exprime la conviction que la Grèce fut l’héritière de peuples orientaux sémitiques. On reconnaît dans la production philologique allemande de son temps les pierres de construction d’une théorie qui trouve un regain d’actualité dans des analyses récentes d’Homère.

Texte intégral

1Comme tous les universitaires français qui ont traversé la période de la première guerre mondiale Victor Bérard a été emporté par l’atmosphère de nationalisme exacerbé propre à son époque. En même temps il a hérité du savoir philologique caractéristique de l’ENS puis de l’École d’Athènes autour de 1880, un savoir qui, dans le sillage de Salomon Reinach, apparaît comme très marqué par la référence allemande. Son œuvre est imprégnée de cette contradiction. Dans quelle mesure le contempteur d’un prétendu mensonge de la science allemande est-il héritier des théories et méthodes qu’il dénonce ? Dans quelle mesure l’un des fils directeurs de son œuvre, la conviction d’une forte présence sémitique dans la Grèce la plus archaïque, est-il lié à des sources germaniques ? Comment articuler cette dette avec le singulier pamphlet que constitue le Mensonge de la science allemande ? Victor Bérard invite à suivre, dans un climat marqué par un nationalisme ravageur, un débat transnational sur une des questions centrales de l’histoire antique de la culture grecque. On ne peut en tous cas isoler la césure de la guerre de 1914, avec l’ouvrage sur le mensonge de la science allemande qui date de 1917, de deux livres antérieurs, celui sur les cultes arcadiens de 1894 et celui sur les Phéniciens et l’Odyssée de 1902-1903.

Dénoncer Wolf

  • 1 Friedrich August A. Wolf, Prolegomena ad Homerum, trad. anglaise avec une introduction et des notes (...)

2Dans son Mensonge de la science allemande qui paraît donc en 1917, Victor Bérard sacrifie à un genre fort répandu durant ces années de guerre, la dénonciation. Historien spécialiste de l’Allemagne, le philosophe de la Sorbonne, Émile Boutroux (1845-1921) ne fait pas autre chose durant la même période. Mais alors que les dénonciations de l’Allemagne en temps de guerre se caractérisent par des jugements à l’emporte-pièce, par l’expression d’une haine qui obscurcit toute argumentation, on a affaire avec l’ouvrage que Victor Bérard consacra à Friedrich August Wolf à une contribution attentive et bien documentée à l’histoire de la philologie allemande. Victor Bérard décrit mois après mois, avec un luxe de détails érudits puisés dans la correspondance ou dans des ouvrages difficilement accessibles, le parcours intellectuel de Wolf. La curiosité mise en œuvre dans la reconstitution historique entre en contradiction avec l’idée même de dénonciation. Certes Victor Bérard considère qu’après une longue période durant laquelle il était de bon ton de remettre en question l’existence d’un poète Homère une nouvelle période vient de s’engager où la qualité du poète créateur devait être de nouveau mise à l’honneur. Pourtant un des axes de l’argumentation de Bérard consiste à dire que Wolf ne serait pas, par timidité, allé aussi loin que son prédécesseur l’abbé d’Aubignac. L’ouvrage s’épuise largement en des mises en parallèle des affirmations de Wolf dans cet ouvrage à la vérité fragmentaire que furent les Prolegomena ad Homerum1 et des sources qu’il aurait trop souvent exploitées tout en prétendant les avoir découvertes au dernier moment, et dont il aurait tout au plus émoussé les thèses les plus saillantes.

  • 2 François Hédelin, abbé d’Aubignac, Conjectures académiques ou Dissertation sur l’Iliade, édition cr (...)
  • 3 Victor Bérard, Un mensonge de la science allemande, Paris, Hachette, 1917, p. 143.

3Bérard esquisse un tableau des projets éditoriaux de Wolf, rappelle que le volume des Prolégomènes de 1795 devait être suivi par un autre sur la transformation des poèmes et par un volume sur les moyens de corriger le texte. Il souligne que Wolf avait à trois reprises proposé une édition d’Homère qui n’avait rien de révolutionnaire, celle de 1785 étant précédée par l’Historia critica de Ludolph Küster qui préfigurait les Prolégomènes de 1795. Il commence par dresser une histoire de la réception de Wolf, grand fossoyeur du poète Homère, dans un contexte français, depuis le travail de Louis Épagomène Viguier dans la biographie de Louis Gabriel Michaud jusqu’à ce qu’un philologue suisse de langue allemande, Georg Finsler, affirme haut et fort dans Homer in der Neuzeit von Dante bis Goethe que le véritable père de la philologie homérique était l’abbé d’Aubignac. Pour Bérard les Conjectures de l’abbé d’Aubignac, parues en 1664, seraient la véritable ébauche des Prolégomènes de Wolf 2. D’Aubignac, présenté comme un philologue hors pair, se serait concentré sur la fabrique de l’Iliade et aurait eu l’idée de supprimer la division en chants pour retrouver des unités primitives. Il remontait ainsi à une strate commune aux vieilles tragédies et à l’épopée, l’hypothèse de cette strate remettant ipso facto en cause le travail d’un poète unique. Que Wolf ait connu d’Aubignac fait d’autant moins de doute qu’il était cité par Johann Albert Fabricius dans les 14 volumes de sa Bibliotheca graeca, la référence centrale des hellénistes allemands du xviiie s. que Wolf utilise largement. Dès que Wolf s’approche d’une déclaration abrupte à laquelle devrait le conduire sa relation à d’Aubignac, si elle était pleinement assumée, il revient prudemment en arrière : « Au sujet de l’Odyssée, il dit expressément que les arrangeurs, les diaskeuastes des siècles suivants n’ont fait que mettre bout à bout quatre ou cinq poèmes séparés, dont Homère était l’auteur, mais qu’il avait composés pour être récités à part3. » D’après la lecture qu’en fait Bérard, les Prolégomènes défendent l’idée selon laquelle les matériaux poétiques d’où sont issues l’Iliade et l’Odyssée sont l’œuvre du grand poète Homère même si des éléments hétérogènes sont venus s’intercaler. La composition de l’ensemble est, elle, l’œuvre d’arrangeurs mais ceux-ci n’ont pas remis en cause l’unité de l’ensemble. Les audacieuses doctrines de Wolf étaient systématiquement tempérées par des doutes et des manifestations de prudence. Il s’agissait, déclarait Ludwig Ross, premier professeur d’archéologie à l’université d’Athènes, de s’assurer une retraite honorable. Bérard s’efforce de suivre dans tous ses détails le parcours intellectuel de Friedrich August Wolf et s’arrête par exemple sur ses relations avec David Ruhnken, le philologue de Leyde qui avait été condisciple d’Emmanuel Kant à Königsberg et avait proposé à Wolf de le rejoindre aux Pays-Bas. Il suit les étapes de la rédaction des Prolégomènes en montrant des formes d’auto-plagiat dans la production d’un texte pour lequel, entre décembre 1794 et mars 1795, Wolf aurait subi les rappels insistants de son éditeur. Il s’agissait de publier enfin les 280 pages d’un travail sur Homère depuis longtemps annoncé, un travail pour lequel il avait accumulé à la hâte les documents disponibles. Dans l’utilisation que fait Wolf de ses sources, Bérard s’efforce de mettre en lumière une stratégie du demi-aveu, de la reconnaissance de dette minime destinée à dissimuler une dette plus grande, de l’annonce de trouvailles parallèles dont l’auteur se serait rendu compte au dernier instant. Mais l’effort pour mettre en évidence une malhonnêteté foncière de Wolf exige d’une part une connaissance extrêmement précise non seulement de ses travaux philologiques mais de tout le contexte de l’époque. Cette plongée dans l’histoire de l’hellénisme allemand vers 1800 est d’autant plus étonnante que Bérard partage largement les positions de Wolf, lui reprochant tout au plus de ne pas être l’auteur de tout ce qu’il avance et d’être trop réservé ou prudent dans ses positions. Il est en outre étrange de voir Victor Bérard mettre entre parenthèses le fait que si les emprunts de Wolf sont bien connus il n’en reste pas moins que le débat sur la genèse des épopées homériques ne s’est cristallisé autour d’aucun de ses prédécesseurs mais bien autour des Prolégomènes qui ont suscité des débats passionnés chez Goethe, Herder ou Humboldt, et sont par exemple à l’origine de l’épopée bourgeoise de Goethe, Hermann et Dorothée. Victor Bérard minimise d’une certaine manière le rôle des représentations collectives dans la querelle homérique en Allemagne vers 1800.

4Parmi les inspirateurs de Wolf, il y a naturellement Ansse de Villoison, l’inventeur et l’éditeur du fameux codex Venetus qui paraît en 1788 accompagné de nombreuses scholies d’époque alexandrine. Le directeur de la bibliothèque de Göttingen et lui-même éditeur d’Homère, Christian Gottlob Heyne, avait reconnu que sans l’Iliade de Venise, la critique homérique du xixe s. à partir de Wolf n’aurait pas vu le jour. Ne négligeant aucun détail Victor Bérard rappelle que le codex Venetus avait été décrit une première fois par un philologue du nom de Johann Philipp Siebenkees dès 1786, c’est-à-dire avant Ansse de Villoison. Toujours est-il que Wolf aurait semblé atteindre par la seule force de sa critique ce qu’il aurait ensuite découvert chez Villoison à la fois directement et par l’intermédiaire de la référence essentielle de l’époque, Fabricius. L’édition wolfienne de l’Iliade de 1794 repose sur celle de Villoison, celle de l’Odyssée reposant sur une édition scolaire qu’il avait réalisée antérieurement, dès 1784. Si Villoison n’a pas bénéficié de la reconnaissance dont jouit Wolf, c’est simplement dû au fait que sa vie mondaine et ses voyages, le style de ses écrits, hérissés d’indigestes références, l’ont détourné de la production d’un ouvrage clair et synthétique sur la genèse des poèmes homériques :

  • 4 Ibid., p. 244.

Si Villoison eût mis à ses Prolégomènes les mêmes soins qu’il prodiguait à ses dédicaces au roi de Suède, au duc de Weimar et aux autres grands de la terre, s’il eût consacré à l’exposition de ses découvertes et de sa doctrine la moitié des heures qu’il gaspillait à la recherche des honneurs ou des félicitations académiques, il est probable que la gloire de Wolf n’eût jamais existé4

  • 5 Ibid., p. 247.
  • 6 Ibid., p. 248.

5Villoison avait notamment trouvé dans les manuscrits de Venise un texte de Denys de Thrace, le scholiaste, où il était dit que jusqu’à l’époque de Pisistrate les textes homériques étaient purement mémorisés et passaient de bouche en bouche puisque jusqu’alors ils ne pouvaient pas être transmis par l’écriture5. L’idée d’une oralité primitive, Heyne et Wolf l’avaient au demeurant déjà développée à propos du texte d’Hésiode6.

  • 7 Ibid., p. 170.
  • 8 Ibid., p. 199.

6Avec la question de l’écriture, on touche à un des éléments fondamentaux de l’argumentation de Wolf concernant la genèse de l’Iliade et de l’Odyssée, à un des thèmes marquant le mieux la continuité du philologue allemand par rapport à ses sources mais aussi à une hypothèse qui ne pouvait plus recueillir l’adhésion du phénicomane Bérard. On sait qu’à part l’épisode des tablettes de Bellérophon au chant VI de l’Iliade, il n’est nulle part question d’écriture dans les poèmes homériques. Robert Wood dans son Essay on the Original Genius of Homer de 1769 avait mis en doute la connaissance de l’écriture chez Homère sans pour autant nier que le poète ait été l’auteur de l’Iliade et de l’Odyssée. Wood faisait lui-même écho à Flavius-Josèphe pour qui Homère n’était pas l’auteur de l’Iliade et de l’Odyssée dans la mesure où les Grecs de l’époque, contrairement aux Hébreux, ne possédaient pas l’écriture7. Après Wood il faut citer l’Examen de la question si Homère a écrit ses poèmes, publié par Johann Bernhard Merian en 1793 après avoir été signalé dans le volume des Mémoires de l’Académie de Berlin de 1788. Merian lui aussi avait développé la thèse selon laquelle Homère ne connaissait pas l’alphabet et soutenait l’idée d’une adoption des caractères phéniciens par les Grecs8. Wood comme Merian avaient été évoqués dans la Bibliotheca graeca de Fabricius rééditée à partir de 1790 par le polygraphe Gottlieb Christoph Harles, bibliothécaire à l’université d’Erlangen. Victor Bérard, tout en observant soigneusement les sources de Wolf de façon à remettre en cause l’originalité de son argumentation, s’inscrit en faux contre la thèse d’une épopée déterminée par l’absence d’écriture à deux niveaux. Wolf n’avait pas le droit de supposer que la poésie homérique, tout en étant essentiellement orale, avait besoin d’un public lettré pour se constituer. D’un autre côté, il remettait radicalement en cause l’idée selon laquelle l’écriture aurait été inconnue à l’époque homérique :

  • 9 Ibid., p. 157.

De Thèbes l’Egyptienne à Troie et de Babylone à Cnossos, nous voyons tout le Levant écrire et lire plusieurs dizaines de siècles avant l’âge homérique et, si par écriture, on ne veut entendre que l’alphabet, il semble que, le ixe ou le xe siècle avant Jésus-Christ ayant vu naître les poèmes homériques, c’est au xie, peut-être au xiie siècle que remonte l’alphabet, successeur en Grèce des écritures minoennes9.

7L’idée d’une Grèce homérique connaissant l’écriture ne sert pas seulement d’argument contre le modèle wolfien de la genèse des épopées. C’est aussi une manière de jeter un pont entre la problématique des poèmes homériques dans le contexte de la philologie allemande vers 1800 et la question phénicienne qui passionne bien davantage Victor Bérard et qu’on peut résumer comme la contextualisation de la Grèce dans une Méditerranée traversée de nombreuses cultures dont plusieurs connaissaient l’écriture.

8Reprenant à son compte le principe de la transcription de l’Iliade à l’époque de Pisistrate, vers 561-528, et d’un siècle et demi de transmission orale, Bérard place Homère au tout début du viie siècle. L’écriture d’origine phénicienne existait dès le départ mais elle fait l’objet d’une systématique prétérition. L’Odyssée aurait, elle, pu être écrite dès le départ, et Bérard en situerait la première composition vers 850.

Une anthropogéographie antique

9Victor Bérard est avant tout un géographe, même si son domaine est celui de la géographie antique. C’est la discipline qu’il a enseignée à l’EPHE et pour comprendre sa relation à l’Antiquité grecque sans doute convient-il de partir de la situation de la discipline vers 1900. Vidal de La Blache et son disciple et gendre Emmanuel Martonne qu’on peut considérer comme les figures de proue de la discipline sont à l’écoute d’une orientation donnée à la géographie par Friedrich Ratzel, lui-même héritier du géographe Carl Ritter. L’Anthropogéographie de Ratzel, un ouvrage qui paraît en deux volumes en 1882 et 1891, consiste notamment à déduire une histoire virtuelle de la configuration des mers, des côtes, des rivières, des détroits ou des isthmes. Victor Bérard pratique dans les faits l’anthropogéographie. Celle-ci est une histoire des peuples avant l’histoire. Se réclamant non pas de Friedrich Ratzel mais de Strabon, Bérard développe dans son ouvrage Les Phéniciens et l’Odyssée l’idée selon laquelle la Grèce archaïque, ou plus précisément la Grèce préhellénique, était une thalassocratie. Se fondant sur l’idée que le premier peuple marin de la Méditerranée était le peuple phénicien, il s’intéresse aux lieux de mouillages probables des Phéniciens. Mais il part aussi de l’idée selon laquelle les déplacements préhelléniques impliquaient l’utilisation d’isthmes dont la traversée limitait les périls de la mer, le contournement trop long et dangereux des péninsules. Il était plus facile alors, comme à l’époque de Bérard, d’entretenir des relations de clientélisme avec les populations vivant sur la terre des isthmes. Les routes antiques ne sont pas perdues car elles correspondent plus ou moins aux routes que continuent d’emprunter les voyageurs. Elles expliquent à partir de la logique de la thalassocratie la fondation de nombreuses villes :

  • 10 Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée, t. I, Paris, Armand Colin, 1902, p. 78-79.

Notre loi des isthmes  est, je pense, suffisamment établie. J’ai dit qu’elle dominait vraiment toute l’histoire préhellénique. La topologie homérique ne se comprend que par elle. Nous avons déjà l’exemple de Mycènes. Gardant le défilé terrestre entre la mer du levant et la mer du couchant, Mycènes est « la ville de l’or », son maître est « le Roi des rois », parce qu’elle prélève une douane sur les ballots ou les personnes qui sont forcés de franchir cet isthme. La tradition voulait que Mycènes dût son existence à un héros venu de la mer, Persée. À coup sûr elle dut sa richesse au commerce de la mer prolongé par la route terrestre ; […] De même nous rencontrons l’exemple de Thèbes fondée par Kadmos, le navigateur, en pleine Béotie, au centre du pays le plus continental, semble-t-il, de toute la Grèce. […] Thèbes est en effet à une journée pour le moins de quatre ou cinq rivages : golfe de Krisa, golfe d’Antikyra, golfe de Pagae, golfe de Mégare, golfe de Délion, golfe d’Anthédon, elle a au bout de ses routes terrestres tout un collier de mouillages qui regardent les autres points de l’horizon10.

  • 11 Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée, t. II, Paris, Armand Colin, 1903, p. 607.

10L’étude des voies maritimes transmises depuis la plus haute Antiquité est une condition préalable à la compréhension des poèmes homériques, du moins de l’épisode du Nostos et de la Telemakheia dans l’Odyssée. Thucydide écrivait que les îles de la mer Égée étaient à l’origine peuplées de Phéniciens et de Cariens, et Strabon considérait que les Phéniciens avaient informé les Grecs. Dans la reconstruction des courants d’échange préhelléniques à laquelle se livre Victor Bérard, Milet, cité colonisatrice du Pont-Euxin « qui vit certainement les vaisseaux levantins accourir dans son port et les marchands ciliciens, phéniciens, égyptiens, etc. installer chez elle des comptoirs ou même un quartier11 » explique certainement, aux yeux de Bérard, le dialecte mêlé qui caractérise l’Odyssée. L’histoire des routes maritimes et la géographie des implantations qu’elle induit n’est pas pour lui une histoire grecque mais une histoire phénicienne.

  • 12 Victor Bérard, op. cit. (n. 10), p. 25.

11Si pour Bérard, Homère a bien été un Grec, en revanche Ulysse était un Phénicien, ou du moins son périple peut être caractérisé comme sémitique, hypothèse que corroboreraient les techniques de navigation ou même la toponymie. Homère serait donc l’élève des Phéniciens et Bérard n’hésite pas à mettre en relation les réserves que l’on pourrait manifester à l’égard de cette théorie sur le compte de l’antisémitisme qui marque la France de l’affaire Dreyfus12. Victor Bérard est bien conscient de ne pas être le premier à défendre cette thèse. Il se réfère par exemple au livre de Wolfgang Helbig, archéologue et membre de l’Institut archéologique allemand de Rome, paru à Leipzig en 1884 et en traduction française chez Firmin-Didot dès 1894, Das homerische Epos aus den Denkmälern erläutert [L’épopée homérique expliquée par les monuments] :

  • 13 Wolfgang Helbig, Das Homerische Epos aus den Denkmälern erläutert, Leipzig, Teubner, 1884, p. 317-3 (...)

Les habits et les vases précieux qui se trouvent dans la demeure des rois ont été importés par les Phéniciens et les réalisations artistiques des Grecs dépendent plus ou moins de modèles orientaux. Si un lecteur moderne de l’épopée était brusquement déplacé par magie dans le Mégaron d’un Basileus ionien où un aède homérique présenterait un chant tout juste inventé, le style conventionnel et la richesse des couleurs qui s’offriraient partout à ses regards éveilleraient en lui l’impression de se trouver non devant une collection de vases grecs, mais plutôt à Ninive, à la cour de Sennachérib ou à Tyr, au palais du roi Hiram13.

12La langue grecque elle-même est marquée par la présence de termes d’origine sémitique que les travaux d’étymologie dont dispose Victor Bérard ont déjà explorés, sans forcément en tirer comme lui des conclusions radicales :

  • 14 Victor Bérard, op. cit. (n. 10), p. 5.

Quand nous constatons dans les poèmes homériques la présence de mots authentiquement sémitiques, quand nous voyons les animaux de la mer, oiseaux et poissons, porter dans l’Odyssée les mêmes noms que dans l’Écriture […] et les boissons fermentées, oinos, nektar etc., avoir à Ithaque les mêmes noms vraisemblablement qu’à Tyr, nous sommes forcés de nous demander laquelle des deux races vécut de la clientèle de l’autre14.

  • 15 William Muss-Arnolt, On Semitic Words in Greek and Latin, New York, Westermann, 1893.
  • 16 Otto Keller, Lateinische Volksetymologie und Verwandtes, Leipzig, Teubner, 1891.
  • 17 Heinrich Lewy, Die semitischen Fremdwörter im Griechischen, Berlin, R. Gaertners Verlagsbuchhandlun (...)
  • 18 Victor Bérard, op. cit. (n. 11), p. 5.
  • 19 Peter Jensen, Das Gilgamesch-Epos in der Weltliteratur, Strasbourg, Trübner, 1906.

13En 1860 William Muss-Arnolt, traducteur de l’épopée de Gilgamesh, avait publié un répertoire des mots d’origine sémitique en latin et en grec15. De son côté Otto Keller, professeur de philologie à Prague et correspondant de Schliemann, s’était risqué dès 1891 à publier un répertoire de mots grecs empruntés au phénicien parmi lesquels on trouve le nom d’Héraklès16 ; Heinrich Lewy, professeur à Mulhouse en Alsace, avait en 1895 dressé un répertoire des mots grecs d’origine sémitique17. Il s’intéressait aux animaux, aux plantes mais aussi aux techniques de navigation, aux mythes et aux cultes. Ses sources sont notamment homériques et ce type d’investigations accompagnent ou plutôt étaient l’argumentation de Victor Bérard qui ne s’en cache pas. De nombreux usages ou rituels paraissent directement démarqués de modèles sémitiques, comme par exemple la formule homérique qui signifie prêter serment, orkia temnein, qui est l’exacte traduction de la métaphore biblique « couper un serment »18. Victor Bérard se trouve conforté dans sa théorie par les travaux de Peter Jensen de Marbourg, consacrés à la diffusion de l’épopée de Gilgamesh dans le texte biblique mais aussi dans l’Odyssée où l’on trouve par exemple le héros assyrien, devenu Ulysse, résister aux sirènes19. Victor Bérard émet d’emblée la supposition qu’il faudra aussi chercher un jour dans des textes égyptiens ou chaldéens les véritables sources de la poésie homérique. La philologie est de ce point de vue en retard sur les realia archéologiques dont il s’inspire car la présence de l’Orient dans les sciences et les arts plastiques de l’époque homérique a depuis longtemps été attestée par l’archéologie. On a par exemple retrouvé, argumente Victor Bérard, à Mycènes comme en Crète, des cartouches ou des inscriptions désignant la reine égyptienne Tiyi, mère d’Akhénaton.

14Pour comprendre la perception spécifique de la Grèce archaïque ou préhellénique et des métissages dont l’Odyssée serait l’expression, il faut en revenir aux premiers travaux de Bérard, et notamment à sa thèse De l’origine des cultes arcadiens. Essai de méthode en mythologie grecque, qui paraît en 1894. Bérard annonce clairement qu’il va défendre l’hypothèse d’une Grèce pénétrée d’influences orientales. L’idée lui en serait venue à l’occasion de ses propres fouilles en Arcadie, sur le sanctuaire de Zeus Lycaios, mais il considère qu’elle a été confortée a priori par la lecture de la Symbolique de Friedrich Creuzer, grand texte du romantisme philologique allemand importé dans le contexte francophone par la traduction de Guigniaut :

  • 20 Victor Bérard, De l’origine des cultes arcadiens. Essai de méthode en mythologie grecque, Paris, Th (...)

Creuzer pensait que dans cette forteresse montagneuse, au centre du Péloponnèse, les cultes pélasgiques s’étaient maintenus presque intacts, sans mélange avec les cultes grecs ; mais à l’origine de cette religion pélasgique, il soupçonnait une influence de l’orient : « il faut bien qu’à une époque déjà reculée, quelque colon venu d’Egypte ou de Phénicie ait introduit dans ces lieux agrestes une culture plus avancée ». Zeus Lykaios, à l’entendre, ne serait autre que Jupiter Ammon20.

  • 21 Otto Gruppe, Die griechischen Kulte und Mythen in ihren Beziehungen zu den Orientalischen Religione (...)
  • 22 Otto Gruppe, Griechische Mythologie und Religionsgeschichte, Munich, Beck, 1906, p. 169.
  • 23 Victor Bérard, op. cit. (n. 20), p. 12.
  • 24 Ibid., p. 8.
  • 25 Ibid., p. 26.

15Il est difficile de dire avec certitude si Victor Bérard a vraiment constaté après coup une coïncidence de ses réflexions avec celles de Creuzer ou s’il pratique cette découverte a posteriori qu’il reproche régulièrement à Friedrich August Wolf, mais il est certain qu’une forte convergence entre une tradition de la philologie allemande et sa mise en évidence d’une Grèce orientale se fait sentir dès le départ. Indépendamment de Creuzer, dont l’intérêt pour l’Orient du symbolisme avait quelque chose de programmatique, Bérard avait eu recours à d’autres sources comme le livre du philologue berlinois Otto Gruppe, Die griechischen Kulte und Mythen in ihren Beziehungen zu den Orientalischen Religionen [Les cultes et les mythes grecs dans leurs relations aux religions orientales]. Il avait pu puiser chez Gruppe l’idée d’un lien entre les mythes et des pratiques dans lesquelles ils trouveraient leurs racines. L’idée fondamentale de Gruppe était « que la parenté des cultes et des mythes grecs et orientaux ne repose pas sur des transpositions occasionnelles mais sur une communauté culturelle ininterrompue et universelle et que pour cette raison les moments étrangers n’ont pas toujours besoin d’apparaître extérieurement comme étrangers21. » Le livre de Gruppe offrait au demeurant à Bérard une sorte de bilan de toutes les connaissances disponibles sur les littératures religieuses des Phéniciens, des Assyriens ou des Égyptiens. Dans un livre un peu plus tardif sur la mythologie grecque, le même Otto Gruppe expliquait le lien entre Argos et l’Orient par la présence de soldats de Rhodes (colonie d’Argos) dans les troupes de Psammétique qui se seraient installées à Naukratis pour y faire du commerce22. Victor Bérard disposait aussi du livre de Walter Immerwahr, un juriste juif berlinois qui mourra à Auschwitz, Die Mythen Arkadiens, paru chez Teubner à Leipzig en 1891. Ce livre accordait une place centrale au culte de Zeus Lykaios et rapprochait les représentations de Zeus de celles d’Ammon. Ce qui est sûr c’est que Victor Bérard dès ce premier livre se pose en adversaire résolu de l’européocentrisme philhellène. Il veut faire confiance à Hérodote qui disait que tout venait de Phénicie ou d’Égypte. La Grèce devrait à ses yeux être traitée comme les autres provinces orientales, la Carie, la Lydie ou Chypre. Sa profession de foi est déjà celle des ouvrages sur Homère : « Je crois qu’avant la Méditerranée grecque, il y eut une Méditerranée phénicienne, cerclée de possessions et de comptoirs phéniciens23. » Mais Victor Bérard éprouve le besoin de préciser la nature de cette présence orientale. Cela fait longtemps que l’on admet une filiation indienne, aryenne, indoeuropéenne de la culture européenne et notamment grecque. « Par contre, une invasion de l’Asie sémitique dans notre Europe aryenne répugne à tous nos préjugés24. » Or Victor Bérard en est convaincu, « les Aryens n’étaient que des sauvages en comparaison des Égyptiens et des Hittites25. » Le culte de Zeus Lykaios avec ses sacrifices humains, avec la structure d’un sanctuaire qui n’a rien de grec, va servir de première preuve à une présence phénicienne en Grèce, une présence qui peut tout à la fois s’expliquer par les routes maritimes et se situer pourtant loin de la mer. Les travaux d’Ernest Renan sur la Phénicie lui servent de relais très bienvenus dans sa réévaluation d’une Méditerranée sémite.

La Méditerranée cosmopolite

16Quand Victor Bérard parle de manière obsessionnelle des Phéniciens, que ce soit à propos de l’Odyssée ou des cultes arcadiens, il a en vue une idée très simple, celle selon laquelle la Méditerranée de l’âge du bronze fut un lieu de croisement de nombreuses cultures, et fut en particulier marquée par une culture maritime, celle des Phéniciens. Les Phéniciens sont désignés par métonymie. Ils incarnent une présence sémitique dans le monde préhellénique. Insister sur l’importance des Phéniciens, c’est aussi, en même temps, évoquer les liens qui unissaient l’Égypte à la Grèce. À l’époque de Victor Bérard, on ignorait l’origine des Hittites, puisque le déchiffrement de la langue a été réalisé par le Tchèque Bedřich Hrozný durant la première guerre mondiale. On ignorait à plus forte raison le Louvite qui lui était apparenté ou le Lycien qui pourrait en provenir. Or la découverte, même si elle est toujours fragmentaire, de ces cultures, enrichit la connaissance du contexte de l’œuvre homérique. La ville de Troie n’est pas absente des textes hittites qui conservent aussi la mémoire de lieux comme Mycènes et marquent une perspective externe sur le monde grec archaïque.

17Le dernier traducteur en date de l’Iliade et de l’Odyssée en langue allemande, Raoul Schrott, a publié en 2008 un ouvrage sur Homère et sa patrie intéressant à plus d’un titre. Cet ouvrage qui ne cite pas Victor Bérard et a suscité une large réaction de rejet chez les hellénistes présente la particularité de donner une actualité nouvelle aux théories de Bérard sur la Méditerranée mycénienne, c’est-à-dire pluriethnique. Schrott ne reprend pas les positions de Friedrich August Wolf et considère qu’il a bien existé un auteur unique de l’Iliade et de l’Odyssée. Cet auteur aurait composé son épopée vers le milieu du vie s., à une époque, donc, où la question de l’écriture ne se posait pas. Il propose de détourner son attention de la Troade pour la diriger vers d’autres segments de la côte turque, en particulier la Cilicie. La Cilicie a été un lieu de contacts primitifs entre les Danéens, les Hittites, les Assyriens, les Phéniciens. Par l’intermédiaire de ces derniers, l’île de Chypre elle-même serait étroitement liée à la Cilicie. Les Grecs de Cilicie, comme ceux de Chypre, se soumirent au roi d’Assyrie Sargon II. Du point de vue de la topographie Raoul Schrott, avec une forte volonté de provocation, montre que le site d’Hisarlık ne peut nullement correspondre à la Troie homérique et propose de rechercher un site de Cilicie, comme celui de Karatepe qu’il privilégie. Le texte homérique lui-même serait le résultat de nombreuses réinterprétations et traductions de textes hittites, hourrites ou assyriens comme l’épopée d’Erra qui préfigure la colère d’Achille ou surtout l’épopée de Gilgamesh dans sa version hittite. De nombreux parallèles entre le texte de l’épopée de Gilgamesh et le texte hittite manifestent une parenté qui semble admise actuellement. Mais on peut aller au-delà et soutenir que les dieux homériques seraient le résultat de syncrétismes :

  • 26 Raoul Schrott, Homers Heimat. Der Kampf um Troia und seine realen Hintergründe, Frankfurt, Fischer, (...)

Apollon est peut-être déjà perceptible dans les sources hittites sous le nom d’Apalunias, où il est le Dieu de la ville de Troie. Il tient son lien avec la lumière du Dieu louvite de la lumière Tiwa ; il emprunte son arc et ses flèches ainsi que sa fonction de Dieu de la peste et de la médecine au Dieu cananéen et phénicien Reshap – et Homère ne lui fait pas seulement soigner Énée mais fait de lui sous les dehors d’un médecin profane, le père du général thessalien Asklépios26.

  • 27 Ibid., p. 393.

18L’hexamètre lui-même, comme forme poétique qu’on rencontre à partir d’Homère, pourrait avoir une origine akkadienne. La guerre de Troie et ses protagonistes feraient écho à des révoltes en Cilicie contre le pouvoir assyrien. Les scènes de batailles décrites dans l’Iliade semblent renvoyer à des scènes comparables qu’on rencontre dans les annales du souverain assyrien Sennachérib. Loin d’avoir ignoré l’écriture, Homère qui avait eu accès aussi bien à l’épopée de Gilgamesh qu’aux annales assyriennes serait un scribe. Son nom même, qui n’est pas grec mais désigne en araméen le chanteur, l’aède, trahirait une origine sémitique. Peut-être ce détenteur des traditions culturelles mésopotamiennes n’était-il grec que par l’un de ses deux parents. Les scribes assyriens étaient au demeurant eux-mêmes des Araméens. Le texte homérique serait finalement le résultat d’une compilation et d’une traduction libre, où le scribe avait une fonction religieuse. De toute façon l’usage de l’écriture n’excluait aucunement une lecture à haute voix : l’oralité et l’écriture n’étaient nullement séparées. L’Iliade serait ainsi une sorte de texte de commande des Grecs de Cilicie destiné à servir d’offrande ou du moins à être conservé dans un temple. Les chemins de la colonisation grecque, les échanges commerciaux de la Cilicie vers les îles de l’Égée, les routes commerciales phéniciennes auraient servi de voie de diffusion de l’épopée homérique transmise d’abord aux cités de l’Asie Mineure, aux îles de l’Égée, puis à la Grèce continentale, dans un mouvement de la culture grecque de l’Orient vers l’Occident. L’argumentation repose d’une part sur des considérations de géographie historique mais aussi et surtout sur ce que les mots trahissent des contextes culturels. Wilusa-Troie est une ville à la conquête de laquelle ont participé les hommes du royaume d’Achijawa, les Achéens. Kagamunas, patronyme hittite rappelle Agamemnon. La langue homérique est riche en mots d’origine hittite27. Bien qu’Homère ait été un créateur unique, des pièces rapportées issues de diverses traditions anatoliennes se reconnaissent dans la texture de l’épopée et signalent aussi l’origine géographique, dans la mesure où la rencontre de motifs assyriens et hittites paraissait particulièrement plausible chez un auteur cilicien de langue grecque.

19Il est difficile de dire ce qui dans le livre de Schrott relève d’une fiction scientifique et ce qui relève d’une ouverture progressive des études helléniques anciennes à des traces de rencontres interculturelles, de métissages fondamentaux. Mais il est certain que l’Homère de Raoul Schrott se situe dans la postérité de l’Homère de Victor Bérard. Ce n’est plus cette fois l’Odyssée homérique qui conserve le souvenir de la navigation phénicienne mais Homère lui-même qui apparaît comme l’héritier direct de traditions assyriennes et anatoliennes dans un monde dont les Phéniciens ne sont pas absents. Moins importante que la question de savoir si Homère était un auteur unique apparaît celle des traditions que cet auteur individuel ou collectif véhiculait.

Le paradoxe de Victor Bérard

  • 28 Victor Bérard, L’Éternelle Allemagne, Paris, Armand Colin, 1916, p. 242.
  • 29 Ibid., p. 241.

20Un an avant de publier son Mensonge de la science allemande, Victor Bérard faisait paraître un ouvrage qu’il est difficile de ne pas trouver consternant sur L’Éternelle Allemagne. C’est un essai de psychologie des peuples dans l’esprit de la guerre de 1914, un essai d’autant plus étonnant qu’il est fondé sur une connaissance réelle et même approfondie de la politique allemande, de l’histoire intellectuelle du pays. L’Allemagne est un territoire qui s’expliquerait avant tout par sa forêt ; elle aurait conservé les Germains dans une situation morale proche de celle des Germains de Tacite alors que les autres peuples européens auraient eux, évolué. L’homme des bois n’imagine pas, ne se projette pas par ses rêveries vers le futur : « il regarde, enregistre et copie28 ». « L’Allemagne a toujours été le pays de l’imitation. Ici encore le tempérament de la race et la longue influence du passé l’ont gardée jusqu’à nous telle ou peut s’en faut, que depuis les origines, le monde l’a connue29. » Après tout Charles Andler, le germaniste de la même promotion 1884 de l’ENS, n’avait pas écrit seulement un ouvrage essentiel sur Nietzsche mais il avait également dénoncé le pangermanisme en des termes étonnants. Émile Boutroux qui enseignait à la Sorbonne la philosophie allemande à laquelle il s’était initié à Heidelberg, dénonçait pareillement l’esprit germanique. Victor Bérard a cédé lui aussi à cette contagion germanophobe et tenté d’appliquer au domaine de la philologie homérique son principe d’une science allemande s’épuisant dans une stricte imitation.

  • 30 Victor Bérard, op. cit. (n. 3), p. 49.

21Le problème est naturellement que l’évocation du danger germanique entre en parfaite contradiction avec une utilisation extensive de sources allemandes auxquelles Victor Bérard, connaissant visiblement bien l’allemand, avait un accès direct. Sans doute le manuel d’introduction à la philologie classique de Salomon Reinach, paru en 1880, dédié à Henri Weil et fondé sur une adaptation du Triennium du philologue juif berlinois Wilhelm Freund, a-t-il été une des premières introductions de Victor Bérard à la philologie grecque. Y a-t-il aussi puisé l’idée d’un lien essentiel entre hellénisme et héritage sémitique ? Toujours est-il que Bérard reproche à Reinach d’avoir accordé trop d’importance à l’héritage de Wolf sur la question homérique. C’est sans doute dans le livre sur le mensonge de la science allemande que Victor Bérard apparaît le mieux informé. Il connaît les deux principales biographies de Wolf, celle de Wilhelm Körte (1833) et celle de Richard Volkmann (1874). Il est au courant des articles plus récents, des différentes éditions des écrits de Wolf. Mais il s’oriente également sans problème dans la bibliographie de la fin du xviiie s. Il connaît en particulier la très importante Bibliotheca graeca de Fabricius qui avant Winckelmann et avant l’explosion de la philologie grecque en Allemagne avec Heyne, Wolf ou Voss a constitué la principale forme d’introduction à l’histoire littéraire de la Grèce dans l’espace germanophone du xviiie s. Il connaît Ludwig Ross, le professeur d’archéologie à Athènes. Au-delà de ces informations de base, même si elles sont loin d’être accessibles à tous les philologues français, il a besoin d’autorités allemandes ou du moins germanophones. Il s’appuie donc sur le livre de Georg Finsler, Homer in der Neuzeit von Dante bis Goethe [Homère à l’époque moderne de Dante à Goethe] (1912), qu’il cite de très nombreuses fois et dont il fait un éloge appuyé : « M. Georg Finsler avait lu, analysé et mis en comparaison tous les auteurs et tous les livres modernes qui, par centaines, avaient traité d’Homère30. » Georg Finsler avait surtout affirmé que Wolf n’avait rien inventé. En ce qui concerne la présence phénicienne il se réclame prioritairement du livre de Wolfgang Helbig sur l’épopée homérique, fréquemment cité dans Les Phéniciens et l’Odyssée. Il y a aussi nous l’avons vu, les recherches linguistiques de William Muss-Arnolt. Directement exploitable était enfin le livre de Eugen Oberhummer, antiquisant et professeur de géographie à l’université de Vienne, sur les Phéniciens d’Acarnanie qui dès 1882 décrivait la Méditerranée et plus particulièrement la côte ouest de la Grèce et l’île d’Ithaque comme un espace phénicien :

  • 31 Eugen Oberhummer, Phönizier in Akarnanien. Untersuchungen zur phönizischen Kokonial- und Handelsges (...)

La présence d’établissements phéniciens en Acarnanie ne nous est directement attestée par aucun écrivain antique. On le sait, en de nombreux lieux de Grèce, notamment sur les côtes du Péloponnèse, malgré le manque de témoignages directs, les conséquences du commerce phénicien ont été indirectement prouvées. Ces preuves sont de deux ordres, d’une part les mythes et les cultes, d’autre part les toponymes31

22Oberhummer cherche des indices dans les Phéniciennes d’Euripide.

  • 32 Eduard Mayer, Forschungen zur alten Geschichte I, Halle, Niemeyer, 1892, p. 77-78 et p. 117, n. 2.

23Le travail de Peter Jensen sur la diffusion de l’épopée de Gilgamesh, aussi rejeté que l’essai de Raoul Schrott, est une autre source allemande. Il faut observer dans cet ensemble une préférence pour les ouvrages traitant des realia et notamment de données archéologiques et géographiques. D’autre part, aussi nombreuses que soient les références allemandes, elles ne concernent pas souvent des figures de premier plan de l’histoire de la philologie. On ne trouve pas d’allusions à Gottlieb Friedrich Welcker qui fut pourtant le grand théoricien des cycles poétiques ayant servi de base commune au théâtre et à l’épopée homérique. On ne trouve pas de références au grand historien Eduard Mayer qui, dans ses Forschungen zur alten Geschichte [Recherches sur l’histoire antique], met en relation la Iô argienne et l’Isis égyptienne, rappelle que l’emprunt est un emprunt grec à l’Égypte et mentionne, avec scepticisme, la théorie selon laquelle les Pélasges auraient emprunté aux Phéniciens l’écriture32.

  • 33 Victor Bérard, op. cit. (n. 28), p. 40.

24Il faut que Victor Bérard revienne à une conception essentialiste de la Grèce au moment précis où il dénonce tout à la fois les recherches homériques de Wolf et la science allemande dans son livre de 1917, L’Éternelle Allemagne : « À Marathon, à Salamine et à Platées, la Science barbare rencontra, sur un champ de massacre, les défenseurs de la cité […]. Entre Européens et Germains d’aujourd’hui c’est la même rencontre qu’entre Hellènes et Asiatiques du ve siècle avant notre ère33. » Même si le savoir reste du côté de l’Asie et de l’Allemagne, on mesure la régression conjoncturelle que représente cette opposition pour l’auteur des Phéniciens et l’Odyssée.

25Victor Bérard est un héritier direct de la philologie allemande telle qu’elle était transmise aux meilleurs antiquisants français des années 1880. À vrai dire il met l’accent dans la science de l’Antiquité sur les realia, l’archéologie et la géographie. Il connaît si bien la science allemande de l’Antiquité qu’il est capable d’en faire l’histoire. Même empreint de l’hostilité propre au contexte de la première guerre mondiale, le livre sur le mensonge de la science allemande est une contribution très précise à l’histoire intellectuelle de l’Allemagne vers 1800 et qui plus est une tentative de la contextualiser, de voir les héritages français ou anglais qui la constituent. Victor Bérard connaît aussi très bien cette tradition dans la mesure où il perçoit dans son travail sur l’Odyssée ses tendances profondes que les noms d’Erwin Rohde ou plus tard de Karl Kerényi suffisent à illustrer : l’ouverture du cloisonnement grec aux cultures contemporaines de l’Orient méditerranéen et une nouvelle compréhension de la Grèce à partir de ces échanges. À une époque où l’on ignore tout des Hittites et encore beaucoup des Assyriens, Victor Bérard a déjà présenté une Grèce en situation d’échanges permanents avec d’autres univers, en particulier la Carie. La Méditerranée de Bérard n’est pas une mer grecque et la référence à la philologie allemande dont il professe une détestation méthodologique l’aide puissamment à le démontrer.

Notes

1 Friedrich August A. Wolf, Prolegomena ad Homerum, trad. anglaise avec une introduction et des notes par Anthony Grafton, Glenn W. Most, James E.G. Zetzel, Princeton, Princeton University Press, 1985.

2 François Hédelin, abbé d’Aubignac, Conjectures académiques ou Dissertation sur l’Iliade, édition critique avec une introduction, des notes et une conclusion par Gérard Lambin, Paris, Honoré Champion, 2010.

3 Victor Bérard, Un mensonge de la science allemande, Paris, Hachette, 1917, p. 143.

4 Ibid., p. 244.

5 Ibid., p. 247.

6 Ibid., p. 248.

7 Ibid., p. 170.

8 Ibid., p. 199.

9 Ibid., p. 157.

10 Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée, t. I, Paris, Armand Colin, 1902, p. 78-79.

11 Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée, t. II, Paris, Armand Colin, 1903, p. 607.

12 Victor Bérard, op. cit. (n. 10), p. 25.

13 Wolfgang Helbig, Das Homerische Epos aus den Denkmälern erläutert, Leipzig, Teubner, 1884, p. 317-318.

14 Victor Bérard, op. cit. (n. 10), p. 5.

15 William Muss-Arnolt, On Semitic Words in Greek and Latin, New York, Westermann, 1893.

16 Otto Keller, Lateinische Volksetymologie und Verwandtes, Leipzig, Teubner, 1891.

17 Heinrich Lewy, Die semitischen Fremdwörter im Griechischen, Berlin, R. Gaertners Verlagsbuchhandlung, 1895.

18 Victor Bérard, op. cit. (n. 11), p. 5.

19 Peter Jensen, Das Gilgamesch-Epos in der Weltliteratur, Strasbourg, Trübner, 1906.

20 Victor Bérard, De l’origine des cultes arcadiens. Essai de méthode en mythologie grecque, Paris, Thorin & fils, coll. « BEFAR » 67, 1894, p. 6.

21 Otto Gruppe, Die griechischen Kulte und Mythen in ihren Beziehungen zu den Orientalischen Religionen, t. I, Leipzig, Teubner, 1887, p. VI.

22 Otto Gruppe, Griechische Mythologie und Religionsgeschichte, Munich, Beck, 1906, p. 169.

23 Victor Bérard, op. cit. (n. 20), p. 12.

24 Ibid., p. 8.

25 Ibid., p. 26.

26 Raoul Schrott, Homers Heimat. Der Kampf um Troia und seine realen Hintergründe, Frankfurt, Fischer, 2010 (1re éd. Hanser, 2008), p. 123.

27 Ibid., p. 393.

28 Victor Bérard, L’Éternelle Allemagne, Paris, Armand Colin, 1916, p. 242.

29 Ibid., p. 241.

30 Victor Bérard, op. cit. (n. 3), p. 49.

31 Eugen Oberhummer, Phönizier in Akarnanien. Untersuchungen zur phönizischen Kokonial- und Handelsgeschichte mit besonderer Berücksichtigung auf das westliche Griechenland, Munich, Theodor Ackermann, 1882. Oberhummer se réclame lui-même de l’hébraïsant Charles-Simon Clermont-Ganneau qui avait publié en 1880 un livre sur L’Imagerie phénicienne et la Mythologie iconologique chez les Grecs.

32 Eduard Mayer, Forschungen zur alten Geschichte I, Halle, Niemeyer, 1892, p. 77-78 et p. 117, n. 2.

33 Victor Bérard, op. cit. (n. 28), p. 40.

Auteur

Directeur de recherche au CNRS, responsable de l’Unité Mixte de Recherche Pays germaniques et du Labex TransferS (ENS Ulm)

© École française d’Athènes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search