Version classiqueVersion mobile

Portraits de Victor Bérard

 | 
Sophie Basch

L’archéologue, le philologue, l’historien, le géographe : la résurrection d’Homère

Homère « auditeur et disciple des sciences phéniciennes »

Victor Bérard et la Méditerranée en partage

Corinne Bonnet

Résumé

Dans Les Phéniciens et l’Odyssée, Victor Bérard défend le point de vue selon lequel Homère, en relatant les voyages d’Ulysse, décrirait la Méditerranée de son temps avec une exactitude dont il serait redevable aux savoirs phéniciens. Thèse originale, sans guère d’appui dans la documentation et sans postérité non plus, elle doit être ressaisie dans un contexte scientifique au sein duquel elle s’oppose à la fois au miracle grec et à une vision anhistorique d’Homère (surtout en Allemagne). Elle assigne aux Phéniciens un rôle propédeutique à l’égard de la culture grecque et fait de la Méditerranée un sanctuaire sensible où hier et aujourd’hui se superposent presque par magie. Un détour par Fernand Braudel permet de repérer convergences et divergences dans la représentation des strates culturelles qui construisent la Méditerranée comme paysage et archive.

Texte intégral

  • 1 Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée2, t. I, Paris, Armand Colin, 1927, p. 3.
  • 2 Les Phéniciens et l’Odyssée2, t. II, Paris, Armand Colin, 1927, p. 606-607.
  • 3 Voir Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. III, Paris, Les Belles Lettres, 1925, p. 164.

1Initialement paru en 1902-1903, puis remanié pour la seconde édition de 1927, l’imposant essai de Victor Bérard intitulé Les Phéniciens et l’Odyssée, en deux tomes et douze livres pour un total de plus de 1 200 pages, fascine et dérange à la fois. La démarche n’est pas à proprement parler celle d’un philologue, ni celle d’un historien, pas davantage celle d’un géographe. Le plus intrigant, sans doute, dans l’œuvre de Bérard, c’est l’imbrication entre le passé et le présent, la tension poétique qui les relie, jusqu’à l’effacement des frontières entre les dimensions temporelles d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Rendre compte d’une œuvre aussi singulière, puissante et originale, n’est pas une tâche aisée ; le foisonnement qui l’habite ne facilite pas le travail de l’exégète, en dépit d’une réelle unité de pensée due à la thèse forte qui charpente l’ensemble. Dans une première approximation, on pourrait la formuler comme suit : Homère, en relatant les voyages d’Ulysse, décrit la Méditerranée de son temps, celle de la « Grèce primitive » ou encore « Grèce des origines », avec une exactitude dont il est redevable aux savoirs phéniciens, instructions nautiques et périples, mis par écrits par des marins que Bérard qualifie de « sémitiques ». « Auditeur et disciple des sciences phéniciennes1 », Homère aurait ainsi livré un « tissu compact, serré, de faits géographiques », une « vérité scientifique et expérimentale2 » que le lecteur moderne peut encore ressaisir dans son « intégrité première3 ».

2Pour comprendre et éclairer la démarche de Victor Bérard, il importe d’abord de faire émerger de l’intérieur les questionnements, les méthodes et les objectifs qui nourrissent Les Phéniciens et l’Odyssée. Dans quel projet, dans quelles lignées intellectuelles cette somme s’inscrit-elle ? Quel horizon scientifique sert d’arrière-plan à une entreprise à ce point originale qu’on pourrait la croire déconnectée des courants scientifiques de son époque, ce qui n’est nullement le cas. La seconde interrogation touche à l’image des Phéniciens que Bérard construit, au rôle qu’il leur assigne, aux connaissances qu’il en a effectivement ; cela reviendra à interroger le « moment » Bérard, généralement considéré comme le pic de ce courant que son nom disqualifie d’emblée, la « phénicomanie », un courant qui s’inscrit pourtant dans une tradition scientifique importante qui a un avant et un après Bérard. La troisième étape de notre périple, pour filer la métaphore, sera la Méditerranée, en tant qu’objet et peut-être même sujet de l’enquête, un espace géographique et historique, une réalité physique et idéale, avec laquelle Victor Bérard entretient un rapport singulier. Méditerranée d’Homère, de Bérard, de Braudel peut-être aussi, avec ses fondus enchaînés qui semblent capables de donner, sans rupture, consistance et présence au passé.

Le projet de Victor Bérard et son horizon scientifique

  • 4 Friedrich Creuzer est l’auteur de Symbolik und Mythologie der alten Völker, besonders der Griechen, (...)
  • 5 Albert Thibaudet, « Un Idéaliste de province », La Nouvelle Revue française (janvier 1932), p. 72. (...)

3En 1894, huit ans avant l’ouvrage qui nous intéresse, le jeune Victor Bérard (1864-1931) publie la thèse qu’il a soutenue à l’École normale supérieure sur l’Origine des cultes arcadiens, avec comme sous-titre Essai de méthode en mythologie grecque. Il a passé trois ans, de 1887 à 1890, à l’École française d’Athènes sur les traces des Grecs archaïques et de leurs complices phéniciens. La première phrase de sa thèse sonne comme un avertissement et une revendication à la fois : « Je crains que cette étude n’aille à l’encontre de théories admises ». Il est vrai que Victor Bérard navigua volontiers à contre-courant : il emprunte cette voie dès son jeune âge. En l’occurrence, dans une substantielle et audacieuse introduction de 45 pages, il annonce qu’il fera grand usage et grand cas du témoignage de Pausanias, passablement décrié à l’époque. Le Périégète a, en effet, été son guide en Arcadie ; il a suivi ses itinéraires, vérifié les distances qu’il donne, contrôlé ses descriptions… La méthode que l’on retrouvera bien plus tard dans Les Phéniciens et l’Odyssée semble se dessiner. Se référant à Friedrich Creuzer, tenant d’une interprétation symboliste des mythes et d’une matrice orientale très prégnante en Grèce et à Rome4, Bérard estime que les cultes arcadiens dérivent de cultes phéniciens. Albert Thibaudet, dans la nécrologie de Bérard, parue en 1932 sous le titre « Un Idéaliste de province », a très bien restitué la perspective adoptée par celui dont il célèbre la mémoire5 :

Le vœu de fidélité à l’Odyssée, Bérard l’avait prononcé pendant son séjour à l’École d’Athènes, et particulièrement pendant sa campagne de fouilles en Arcadie. L’étude géographique et toponymique de l’Arcadie lui avait révélé l’importance, en ce pays intérieur, des cultes venus de la mer. Dès sa thèse sur L’origine des cultes arcadiens, véritable préface aux Phéniciens et l’Odyssée, premier manifeste, premier acte de cette chasse au doublet gréco-sémitique, qui allait lui permettre de retrouver ce que les lansonistes appelleraient les sources d’Homère.
Mais dans le doublet gréco-sémitique, il ne s’agit pas seulement des sources d’Homère ; il s’agit des courants permanents de la Méditerranée éternelle. Pareillement Bérard n’a pas seulement cherché dans ses trois ans d’École d’Athènes la Grèce et l’Orient des inscriptions et des ruines, mais la Grèce et l’Orient d’aujourd’hui et de demain.

  • 6 Victor Bérard, De l’origine des cultes arcadiens. Essai de méthode en mythologie grecque, Paris, Th (...)
  • 7 Ibid., p. 24.
  • 8 Ibid., p. 28.
  • 9Ibid.

4Bérard invite, en effet, son lecteur à admettre que les Phéniciens n’ont pas seulement fréquenté les pourtours de la Grèce, mais aussi ses espaces intérieurs et montagneux. Et il en conclut : « Je crois qu’avant la Méditerranée grecque, il y eut une Méditerranée phénicienne, cerclée de possessions et de comptoirs phéniciens6 ». Se référant à Désiré-Raoul Rochette et à Charles Clermont-Ganneau, il esquisse ses premières théories toponymiques et met en avant « le rôle des Sémites dans l’histoire de la Méditerranée ». Ses lecteurs sont ainsi amenés à reconsidérer la « conception corollaire touchant les races dites aryennes7 ». Bérard s’appuie ici sur les apports de l’archéologie allemande qui donne à voir une Grèce sous influence, fortement modelée par des apports orientaux, et non pas isolée dans sa pureté indo-européenne. Paradoxalement, pour illustrer sa méthode, Bérard finit par citer Ernest Renan pour qui « en de pareilles histoires, il ne s’agit pas de savoir comment les choses se sont passées, il s’agit de se figurer les différentes manières dont elles ont pu se passer8 ». Son but se limitera dès lors à proposer un « système […] logique dans ses agencements et vraisemblable dans l’ensemble », même s’il reconnaît avoir poussé ses hypothèses jusqu’au bout et leur avoir donné un tour « aventureux9 ». Daté de septembre 1893, ce propos liminaire, disert et touffu, volontiers provocateur, dans un style très personnel qui caractérise du reste tous les travaux de Victor Bérard, contient, à l’état embryonnaire, les thèses majeures auxquelles s’adossera Les Phéniciens et l’Odyssée, une dizaine d’années plus tard : l’horizon oriental, l’intérêt pour la toponymie et les cultes, l’esprit de système, l’audace et l’anti-conventionnalisme.

  • 10 Victor Bérard, « La Méditerranée phénicienne », Annales de géographie 4 (1895), p. 271-286 ; p. 414 (...)
  • 11 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. III.
  • 12 Ibid., p. 5.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid., p. 50.
  • 15 Ce terme est déjà présent dans Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 14 et 54. Sur ce thème, voir Pier (...)
  • 16 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 15.

5Les Phéniciens et l’Odyssée s’ouvre sur un premier chapitre stratégique et ambitieux, intitulé « L’étude des origines grecques ». Rappelant dès la préface son parcours déjà remarquable, en particulier la thèse et divers articles parus en 1895 et en 1896 sur la Méditerranée phénicienne dans les Annales de géographie10, celui qui aime à évoquer le souvenir de son « cher maître », Paul Vidal de La Blache11 et qui occupe à l’EPHE, IVe section, une chaire de « Géographie historique de l’Antiquité » depuis 1896, inscrit donc son enquête dans un cadre historique ample et dans une certaine actualité de la recherche, celle des études portant sur la Grèce primitive. Bérard entend à nouveau, et plus nettement encore que dans sa thèse, se démarquer de ceux qui défendent « le patrimoine sacré des ancêtres indo-européens12 » et qui font du domaine grec une « citadelle et [un] temple de la culture occidentale13 ». Par le biais d’une méthode toponymique et topologique, il annonce qu’il entend livrer, en ces matières, rien moins que des certitudes absolues14. Si une telle vision du travail historique est assurément influencée par la formation de géographe de Bérard, il faut insister sur la pertinence du combat qu’il mène contre ce que l’on a coutume d’appeler le « miracle grec », exalté notamment par Ernest Renan15. L’histoire, proteste Bérard, ne commence pas avec les Grecs ; la Méditerranée n’est pas restée déserte jusqu’à leur apparition ou arrivée. Il faut dès lors prêter attention aux « humanités antéhelléniques » et aux thalassocraties étrangères, au premier rang desquelles celle des Phéniciens, peuple symbole d’un Orient entreprenant et fécond, qui a marqué de son empreinte la culture grecque. C’est donc au prisme du concept de thalassocratie, « éternelle réalité » soumise au principe de succession16, que Bérard déchiffre l’histoire méditerranéenne dans la longue durée qui court de l’Antiquité à son époque.

  • 17 Voir ibid., p. 16-17, les considérations sur les imprécisions inhérentes à la démarche archéologiqu (...)
  • 18 Ibid., p. 5.

6Pour exhumer les stratigraphies thalassocratiques de la Méditerranée, Victor Bérard se tourne successivement vers l’archéologie, dont les récentes acquisitions suscitent en lui une confiance mitigée17, et vers la linguistique, dont les apports – notamment en matière d’emprunts terminologiques de la Grèce aux langues sémitiques – sont plus fiables à ses yeux. Soucieux d’aligner non seulement des indices et des témoignages, mais aussi et surtout des preuves de sa vision d’une Méditerranée phénicienne, avant l’ère grecque, Bérard adosse son enquête à un double appareil probatoire : la toponymie, d’une part, qui répond à des règles strictes et donne à voir le feuilletage linguistique en Méditerranée ; la topologie, d’autre part, un concept neuf pour une méthode innovante qu’il forge pour les nécessités de sa démonstration. Littéralement « science des sites », la topologie repose, selon Bérard, sur des « lois historiques18 », dans le sens où des conditions naturelles données génèrent une certaine configuration socio-politique, des modes d’occupation du sol, une culture matérielle, des façons de penser, et même un certain type d’imaginaire. Déterministes et normatives, les lois topologiques constituent l’armature théorique majeure des thèses défendues par Bérard, qui multiplie, en introduction et en digne émule de son maître Vidal de La Blache, les exemples français prouvant le bien-fondé de ces présupposés. Renvoyant dos à dos les « traces fossiles des héros et des artistes » et les « oracles archéologiques », prenant ses distances à l’égard des arguments d’autorité, mais aussi des querelles, joutes, dogmes et autres partis pris, Victor Bérard annonce qu’il entend proposer ici sa propre « théorie de l’Odyssée » et, à travers elle, une vision originale de l’histoire méditerranéenne pré-classique.

  • 19 Ibid., p. II.
  • 20 Ibid., p. 54.
  • 21 Pour une hypothèse analogue concernant les écrits de Chateaubriand, comme le Voyage en Amérique, vo (...)

7Deux éléments doivent encore retenir l’attention pour cerner l’ensemble des paramètres qui caractérisent la démarche et le projet de Bérard. Tout d’abord, ce n’est pas l’Odyssée tout entière qu’il entend prendre en compte, mais le cycle centré sur le personnage de Télémaque (la Telemakheia) et le Nostos d’Ulysse (l’Odysseia, ou « Ulysséide »), le retour du héros, à travers une longue errance en Méditerranée. Partant, Bérard laisse de côté le poème de la lutte entre et contre les prétendants de Pénélope, qui constitue une composition d’un genre différent, ayant une focale fixe, à Ithaque. Enfin, on ne peut ressaisir la portée et le souffle de l’entreprise de Victor Bérard si l’on ne prend en compte le voyage qu’il a effectué, avec son épouse, de mars à juin 1901, dans le sillage d’Ulysse. Il en rend compte en ces termes : « J’entrepris de faire le voyage d’Ulysse et, de mes yeux, sur place, de vérifier les données et les descriptions des livres19 ». L’autopsie est donc placée au cœur même de l’enquête, nourrie par un a priori qu’il convient à présent de cerner de plus près : l’itinéraire de Télémaque et celui d’Ulysse ne relèvent pas du registre fictionnel ou romanesque. Ce sont des documents de géographie qui conservent le souvenir fidèle de la Méditerranée des origines. « Chef de file de la science géographique20 », Homère a recueilli, en auditeur zélé et disciple fidèle des sciences phéniciennes, le savoir des marins phéniciens et décrit, grâce à eux, deux traversées maritimes réelles et exactes21.

Les Phéniciens de Victor Bérard

  • 22 Strabon I 2, 9.
  • 23 Voir Amedeo Alessandro Raschieri, « Verità e falsificazione nella Geografia di Strabone », Pallas 9 (...)
  • 24 Idée reprise par Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 54, qui parle de « chef de la science géographi (...)
  • 25 Joëlle Soler, « Strabon et les voyageurs : l’émergence d’une analyse pragmatique de la fiction en p (...)
  • 26 Strabon III 2, 13 (trad. François Lasserre, CUF ).

8C’est dans l’œuvre de Strabon, géographe de l’époque d’Auguste, que Victor Bérard puise l’idée d’un sous-texte phénicien chez Homère. Il est vrai que Strabon est un ardent défenseur de la véracité des propos d’Homère, mais il est vrai aussi qu’il n’ignore pas la part de fiction, voire de falsification dans l’epos, comme en témoigne particulièrement un passage du livre I22. Aux livres I et II de sa Géographie, Strabon développe en tout cas des prolégomènes visant à poser les bases de sa discipline de manière aussi solide et systématique que possible. Soucieux de recourir à des témoins fiables, et fortement attaché à la valeur de l’autopsie, Strabon distingue, parmi les auteurs de récits de voyage, ceux qui entendent dire la vérité et ceux qui cherchent à plaire ou à étonner, sans trop se soucier du vrai23. Pour les discriminer, Strabon ne se sert que rarement de critères internes de vraisemblance ; tantôt il recourt à la comparaison entre les sources, tantôt il fait appel à des informations touchant à l’auteur et à ses intentions, évaluées à l’aune des notions de fiction et de vérité. Sur ce plan, Homère apparaît à ses yeux comme une autorité véridique de première importance, comme le fondateur et le patron de la géographie (I 1, 2 et 11)24, dans la mesure où son projet, intimement ancré dans la paideia des Grecs, aurait été de transmettre un savoir géographique et ethnographique. Comme le note judicieusement Joëlle Soler, « tout se passe comme si la défense d’Homère faisait un tout avec la reconnaissance a posteriori de son efficacité éducative25 ». Or, au nombre des sources qui fondent l’autorité géographique d’Homère, Strabon place, à deux reprises au livre III, les Phéniciens. Discourant de l’Ibérie et de la localisation par Homère, dans cet Extrême-Occident, du séjour des défunts pieux, Strabon argumente, quant à la vraisemblance de ce choix, par référence à l’opulence d’une région bien connue des Phéniciens : οἱ γὰρ Φοίνικες ἐδήλουν τοῦτο, précise-t-il, « les Phéniciens, en effet, l’ont bien montré26 », sans préciser toutefois à quelle « preuve » il renvoie de la sorte et éventuellement à quel écrit. Il réitère son « verdict » peu après : « Mais, je le dis, c’étaient les Phéniciens ses (= Homère) informateurs, eux qui possédaient la meilleure partie de l’Ibérie et de la Libye, dès avant l’époque d’Homère, et qui restèrent les maîtres de ces contrées jusqu’à ce que les Romains anéantissent leur hégémonie ». On lit ici la formule, placée en exergue de ses Phéniciens et l’Odyssée par Bérard : τοὺς δὲ Φοίνικας λέγω µηνυτάς, laquelle, dans ce contexte moderne, semble renvoyer à la fois à Homère et à Bérard. Dans le rôle du mènutès, le peuple phénicien se voit ainsi attribuer une mission de passeur culturel d’autant plus décisive que ce savoir géographique, ces connaissances maritimes dérivent, selon Bérard, en ultime instance, de l’Égypte elle-même, qui a entretenu, de tous temps, des relations étroites avec la Phénicie.

  • 27 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 292, 299. Voir aussi au t. II, op. cit. (n. 2), p. 85 : « Comme (...)
  • 28 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 396. Sur le Périple, voir Jehan Desanges, « Le point sur le Péri (...)
  • 29 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 3-4.
  • 30 Ibid., p. 3.

9On notera au passage que, chez Strabon, Phoinikes désigne tout autant les Phéniciens d’Orient que ceux d’Occident, à savoir les Puniques ou Carthaginois, balayés en fin de compte par les Romains. Strabon ne fournit cependant aucune précision quant à la nature des savoirs transmis par les Phéniciens et aux supports qui auraient rendu cette transmission possible. Bérard, pour sa part, parle de « monuments écrits » et de « périples sémitiques », en langue originale ou traduits en vers grecs, et encore de légendes poétiques27, mais il avoue en passant qu’aucune « relation authentique » ne nous est parvenue, à l’exception du Périple d’Hannon28. Il adopte telle quelle l’assertion de Strabon sur les Phéniciens informateurs autorisés d’Homère et affirme d’emblée – c’est la première phrase du premier chapitre des Phéniciens et l’Odyssée – que « l’ensemble des études qui vont suivre n’est guère que le développement d’une ou deux phrases de Strabon29 ». Homère, « auditeur et disciple des sciences phéniciennes » est en vérité, au sein d’une construction argumentative circulaire, à la fois le point de départ et le point d’arrivée, l’hypothèse et la thèse d’un périple scientifique qui donne l’illusion d’un vagabondage ô combien érudit, mais qui s’avère, à bien y regarder, fortement replié sur lui-même. Victor Bérard va d’ailleurs beaucoup plus loin que Strabon quant aux prétendues sources phéniciennes d’Homère puisque, parmi les trois épisodes qui constituent la trame narrative de l’Odyssée, ces « cristaux au sein du plus parfait granit30 », il avance l’idée que l’un d’eux, le retour d’Ulysse, est le reflet d’un périple phénicien, qui aurait Sidon comme borne, à moins que ce ne soit Carthage ou quelque autre localité de la côte d’Asie Mineure.

  • 31 Ibid., p. 4.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid., p. 301.
  • 34 Ibid., p. 208.
  • 35 Ibid., p. 211.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid. Renvoyant à un passage de Renan que je n’ai pu identifier.
  • 39 Tout ce développement se trouve dans ibid., p. 211.
  • 40 Michel Espagne, « Le cercle positiviste de Leipzig : une anthropologie en germe ? », Revue germaniq (...)

10Experts en choses maritimes, maîtres d’Homère, les Phéniciens de Bérard s’inscrivent néanmoins dans une conception que l’on pourrait qualifier d’« orientaliste » de la civilisation dont ils sont issus. D’emblée et à plusieurs reprises dans Les Phéniciens et l’Odyssée, Bérard souligne ce qui sépare les Grecs des Phéniciens, souvent qualifiés de « Sémites », conformément à un amalgame ethno-linguistique contestable, mais tout à fait répandu à l’époque. Tandis que les Phéniciens fournissent, en termes de connaissances de la Méditerranée, un « solide, mais grossier canevas sémitique31 », les Hellènes, eux, développent la capacité de l’amplifier, de l’enrichir, de l’embellir, selon des procédés « très simples et très helléniques32 ». Leur génie acculturateur (que Bérard qualifie d’« hellénisation ») se manifeste en particulier dans la capacité à anthropomorphiser, à humaniser les forces naturelles et les objets que les Sémites, tels des fétichistes, vénèrent comme tels. Le contempteur du miracle grec et des « dévots de l’hellénisme33 », le défenseur des humanités antéhelléniques ne peut se départir d’une lecture évolutionniste de l’histoire méditerranéenne, qui serait couronnée par les Grecs, seuls capables d’analyser et d’humaniser. Selon Bérard, là où « le Sémite accumule les formules d’adoration et les titres flatteurs autour de ses noms divins34 », « le Grec n’a jamais pu concevoir que l’univers ne fût pas un domaine, un jardin d’humanité, dont l’homme est la plus belle plante, sans doute, mais dont toutes les autres plantes ressemblent à l’homme par leur nature intime. » D’une part, un certain primitivisme, de l’autre le premier humanisme. Renvoyant dos à dos Max Müller et sa lecture naturaliste et comparatiste des mythes, d’une part, les promoteurs des théories totémistes, de l’autre (qu’il qualifie d’« autre bande d’augures35 »), Victor Bérard fournit une interprétation « physiologique » de la disposition d’esprit qui distingue les Grecs. Leur cerveau, précise-t-il, est fait pour le syllogisme, qui est un don de la nature aux Hellènes. Pour preuve, « les Grecs les plus dégénérés et les plus “turcisés” le possèdent encore36 » et les autres humanités ne se sont approprié la logique que par le biais de l’humanisme grec. « Les Arabes d’aujourd’hui, comme les Hébreux d’autrefois, juxtaposent leurs sensations ou leurs idées, mais ne les coordonnent pas37 ». Citant Ernest Renan pour qui « le pommier produit des pommes, et le poirier, des poires38 », Bérard finit par s’en prendre, sans le dire, aux spécialistes de mythologie comparée qui, pourrait-on dire aujourd’hui, comparent l’incomparable : « Et l’on veut que cette cervelle grecque produise des mythes entièrement semblables aux mythes sortis de la cervelle d’un Peau-Rouge ou d’un Négrito39 » ! Sans multiplier les citations de ce type qui émaillent les deux tomes des Phéniciens et l’Odyssée, on admettra que Bérard propose, presque malgré lui et en dépit de son credo contre le miracle grec, une vision anthropologique de la Méditerranée antique marquée par des hiérarchies ou des stades de développement40, qui culminent avec l’hellénisme.

  • 41 Pierre Cintas, Manuel d’archéologie punique, Paris, A. & J. Picard, 1970-1976.
  • 42 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 78 et p. 230 (pour le Cithéron).
  • 43 Ibid., p. 44-45.
  • 44 Maurice Sznycer, « Recherches sur les toponymes phéniciens en Méditerranée occidentale », dans La T (...)

11Informateurs d’Homère, les Phéniciens sont ainsi appréhendés en tant que prédécesseurs des Grecs en Méditerranée, un peuple à vocation fondamentalement propédeutique. Bérard entreprend dès lors de recueillir les traces de leur essaimage ou « thalassocratie » (Strabon parle d’« hégémonie »), un phénomène aussi ancien que capillaire, dont les navigations d’Ulysse conserveraient le souvenir « hellénisé ». Bérard fait appel à ses deux méthodes de prédilection : la toponymie et la topologie. La seconde est sans doute celle qui débouche sur les remarques les plus judicieuses et pérennes, si l’on songe à la notion de « paysage phénicien », proposé par Pierre Cintas pour désigner ces lieux entre terre et mer – promontoires, presqu’îles ou îles, débarcadères ou stations (comme dit Bérard), ou encore isthmes – qui auraient attirés les Phéniciens dans leur expansion en Méditerranée41. Au sujet des isthmes, Bérard en vient même à formuler une véritable « loi des Isthmes », censée régler toute l’histoire préhellénique et donner la clé d’accès à la topologie homérique, que l’on s’intéresse à Troie, à Thèbes ou à Mycènes, ou encore aux prétendues caravanes sémitiques qui auraient parcouru le Cithéron42. L’approche autoptique de la topologie est ensuite validée par le truchement des données toponymiques. Bérard a beau dénoncer la « fureur toponymique » qui caractérise l’œuvre de Samuel Bochart (1599-1667)43, tout en qualifiant ses travaux de « fréquentation profitable », il a beau mettre en avant le caractère systémique, donc scientifique de son traitement des toponymes, il n’empêche que, comme l’a bien souligné Maurice Sznycer44, l’on est souvent confronté à un usage échevelé des étymologies de toponymes. Bérard, qui connaît imparfaitement les langues sémitiques, qui les traite comme si elles formaient un tout, sans faire de distinction entre le phénicien et l’hébreu, et qui fait appel aux sources bibliques comme si elles donnaient directement accès à la toponymie phénicienne, produit des étymologies en série, en invoquant tantôt des transcriptions, tantôt des traductions, tantôt encore des calembours. Il prétend surtout avoir repéré, partout en Méditerranée, des doublets gréco-sémitiques qui, couplés avec les indices paysagers, le conduisent à ce qu’il estime être des « certitudes » quant à la fréquentation séquentielle de ces lieux par les Phéniciens, puis les Grecs, et aux palimpsestes nautiques qui auraient inspiré Homère. Ici aussi, la méthode finit par s’enrouler sur elle-même et s’engage dans un tourbillon d’arguments fragiles ou contestables, qui transforment l’hypothèse de départ en un système incontestable à l’arrivée.

  • 45 Voir Zur Shalev, Sacred Words and Worlds: Geography, Religion, and Scholarship, 1550-1700, Leiden, (...)
  • 46 Mathias Delcor, « L’alphabet phénicien : son origine et sa diffusion, de Samuel Bochart à Emmanuel (...)
  • 47 Sur la Mission de Renan, voir Corinne Bonnet, « “Cette mission qui m’a mis durant une année dans le (...)
  • 48 Voir infra les contributions de Michel Espagne et de Perrine Simon-Nahum. Voir aussi Edward Said, L (...)

12Dans le scénario que défend Bérard, le rôle des Phéniciens relève davantage du quantitatif que du qualitatif. Présents partout – jusqu’au cœur de l’Arcadie – ils incarnent une thalassocratie levantine inscrite dans la longue durée, héritière des Peuples de la Mer, porteurs de cultes très anciens, héritière aussi de l’Égypte et de sa culture charismatique, autant d’apports qui auraient laissé une empreinte durable dans les panthéons régionaux ou civiques de la Grèce. Placés par Bérard au cœur même des nombreuses analogies qui innervent son argumentation, les Phéniciens, rapprochés des Francs, comparés aux Vénitiens, assimilés aux Marseillais, confrontés aux Arabes, restent en définitive assez insaisissables, en dépit de la « phénicomanie » qui caractérise le discours de Bérard. Il est vrai qu’en 1901, la vision que l’on avait de leur histoire, de leur culture et de leur rôle en Méditerranée demeurait passablement floue. Samuel Bochart, jugé excessif par Bérard, et pourtant souvent cité pour sa clairvoyance toponymique, le Rouennais hébraïsant, pasteur de l’Église réformée française, avait publié à Caen, en 1646, une célèbre Geographia sacra seu Phaleg et Chanaan45. Bochart est le premier à proposer un exposé cohérent sur la langue et les colonies phéniciennes qu’il sort des brumes de la mythologie. On ne connaissait des Phéniciens que ce que la Bible et les sources classiques voulaient bien en dire, l’écriture et la langue phéniciennes étant encore dans les limbes. L’enthousiasme avec lequel Bochart croyait repérer les traces des Phéniciens en Méditerranée suscita déjà à l’époque une vive polémique : il succomba même à une apoplexie le 16 mai 1667, en pleine séance de l’Académie de Caen, suite à l’estocade de Pierre-Daniel Huet qui l’avait violemment attaqué. Savant renommé dans divers domaines, en dépit de certaines lubies ou chimères, Bochart exerça néanmoins une influence considérable jusqu’au xixe s. Le déchiffrement du phénicien en 1758, par l’abbé Jean-Jacques Barthélemy, ouvrit heureusement une nouvelle ère dans la connaissance des Phéniciens puisqu’on pouvait désormais s’appuyer sur la lecture directe des textes épigraphiques46. Wilhelm Gesenius (1786-1842), professeur à l’université de Halle, publia, dans la foulée, en 1835, ses Paläographische Studien über phönizische und punische Schrift et, deux ans plus tard, en 1837, les Scripturae linguaeque Phoeniciae monumenta quotquot supersunt, qui constituèrent le premier corpus des inscriptions phéniciennes et puniques connues à l’époque. Désormais, le champ de la recherche historique était ouvert au domaine phénicien ; Franz Karl Movers, professeur à Breslau, publia rapidement la première synthèse de ce type, intitulée Die Phönizier (1841-1850). En dépit de l’assise documentaire élargie, il recourt encore très généreusement aux étymologies avancées par Bochart, ce que Bérard, paradoxalement, lui reproche. Il fallut attendre la Mission de Phénicie d’Ernest Renan, accomplie sur le terrain en 1860-1861 et publiée entre 1864 et 1874, puis le lancement du Corpus Inscriptionum Semiticarum, en 1867, avec un premier tome paru en 1881, pour ancrer les études phéniciennes dans un territoire, dans un paysage et dans la matérialité d’une culture47. Malgré ces progrès décisifs, elles demeurèrent, jusqu’au xxe s., fortement dépendantes du domaine biblique et de la philologie hébraïque, sans compter l’ascendant des sources grecques auxquelles les Phéniciens doivent jusqu’à leur nom. La phénicomanie, que Victor Bérard relance à sa façon en réhabilitant les Phéniciens comme certains s’efforcent de réhabiliter les Juifs dans la France de son époque, n’est pas sans rapport avec les discours inspirés par l’antisémitisme dans le monde savant, au xixe et au début du xxe s., et plus globalement avec l’« orientalisme » de type saïdien, qui en constitue la toile de fond et que d’autres contributions de ce volume mettent en lumière48. En dépit de l’importance accordée par Bérard aux Phéniciens, la Méditerranée qu’il s’efforce de restituer est en vérité bien plus que le berceau d’une thalassocratie donnée ou le théâtre des aventures d’Ulysse. C’est une Méditerranée sans âge, ou de tous les âges, un espace-temps éternel qui, tel un immense palimpseste, donne à voir, à celui qui la scrute, toute l’épaisseur de son histoire, et qui, sans le moindre filtre, offre une sorte d’instantané combinant en une seule image passé et présent.

La Méditerranée et les présences sensibles du passé

  • 49 Voir dans ce volume, en particulier, la contribution d’Estelle Sohier infra, p. 129-167.
  • 50 Voir infra l’article de Sophie Rabau, p. 113-127.

13L’ambition qui anime Victor Bérard, dans Les Phéniciens et l’Odyssée, comme du reste dans l’Introduction à l’Odyssée ou dans Les navigations d’Ulysse, n’est rien moins que de « ressusciter Homère ». En 1930 et en deux tomes, il publie d’ailleurs, chez Grasset, un an avant sa mort, un essai intitulé La résurrection d’Homère. C’est aussi dans cette perspective qu’il réalise l’album odysséen de photographies, avec Fred Boissonnas – dont il est question dans deux autres contributions de ce volume49 et qui sera publié, à titre posthume, en 1933, afin de restituer un cheminement placé Dans le sillage d’Ulysse. Dans la démarche de Bérard, passé et présent, Méditerranée d’Homère et Méditerranée du début du xxe s. se superposent et s’enchevêtrent naturellement, sans solution de continuité. C’est pourquoi Bérard et Boissonnas n’hésitent pas à identifier leurs clichés comme donnant à voir « la vigne d’Alkinoos » ou « les porcs de Circé ». Au sujet de Circé, Sophie Rabau montre bien, dans sa contribution au présent volume, quels procédés sont à l’œuvre dans le chapitre intitulé « Circé et les morts », dans le tome III des Navigations d’Ulysse50. Parti du texte d’Homère, dont il pense trouver les traces et les échos dans la Méditerranée qu’il parcourt, Bérard crée à son tour un nouveau texte, un hypertexte qui fond dans un ensemble poétique la source et son commentaire, qui réécrit l’Odyssée, une nouvelle Odyssée pour un nouvel Ulysse : « Nous atteignons enfin la forêt maritime, ses fourrés de fougère arborescente et ses ombrages de grands chênes, que transpercent les trouées de soleil », écrit Bérard parti à la recherche de Circé.

  • 51 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 326. Voir l’article de Sophie Rabau, infra, p. 113-127.

Rien n’a changé de la vision que purent avoir les pirates-marchands du IIe millénaire avant J.C. […] ; la moindre battue retrouverait les fauves de Circé, loups, renards, sangliers et bêtes puantes. Un Homère d’aujourd’hui pourrait faire se rencontrer ici Ulysse et le Petit Chaperon Rouge… Moins allègres que le fils de Laërte, sous la charge de dix-cors, nous peinons et suons et geignons sous le poids de nos plaques et appareils51.

14En quelques lignes, tout le charme et tous les paradoxes de la démarche de Bérard sautent aux yeux. Dans un paysage saturé de lumières, de sons, d’odeurs et de présences, qui sont à ses yeux autant de traces sensibles du passé, le passé et le présent cohabitent, se croisent, se tissent, et se font un clin d’œil au passage. La Méditerranée du début du xxe s. a en quelque sorte « sanctuarisé » celle d’Ulysse, déclenchant chez Victor Bérard un processus qui recrée l’Odyssée autant et plus qu’elle ne l’explique.

  • 52 Voir Sophie Rabau, « Victor Bérard ou la préparation du film », dans Jacqueline Nacache, Jean-Loup (...)
  • 53 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 397-398.
  • 54 Ibid., p. 556.

15Dans les deux tomes des Phéniciens et l’Odyssée, comme dans d’autres écrits, dans ses photographies et même dans un projet de film, Victor Bérard travaille inlassablement à combler le fossé entre le lointain passé d’Homère, et même, au-delà, des Phéniciens, des Peuples de la Mer, des Égyptiens, et le présent du xxe s.52. Fidèle à une démarche arrimée à l’analogie, Bérard consacre de très longs développements topologiques et toponymiques pour convaincre ses lecteurs que la Méditerranée affiche des permanences séculaires. De même que Sidoniens et Marseillais se ressemblent – c’est le titre du chapitre II du livre IV – l’analyse des paysages, des pratiques marchandes, des savoir-faire en matière de navigation, des stratégies d’occupation du territoire, etc. mêle constamment exemples anciens et données modernes. L’éblouissante érudition que déploie Bérard dans ce cadre finit par construire, sous les yeux ébahis du lecteur, une Méditerranée intemporelle et éternelle, un millefeuille inextricable où se croisent embarcations phéniciennes, grecques, étrusques, franques, arabes, vénitiennes, corsaires et autres, dans un « perpétuel bourdonnement de barques derrière tous les promontoires abrités53 ». Charmé par une prose envoûtante et par le ton aventureux d’une exploration qui se veut au départ philologique, le lecteur finit par voir, avec Bérard, « les Achéens sous les espèces d’Albanais splendidement crasseux, chargés d’or, de broderies et de taches de graisse, fleurant l’huile rance et le beurre de chèvre, – tels qu’on les voit encore débarquer sur les quais de Corfou ou monter à bord des navires européens, dont la propreté les émerveille54 ». La vivacité d’un présent haut en couleurs fonde la réalité d’un passé tangible, devenu accessible, sans médiation, par l’expérience sensible du monde moderne, qui a valeur d’autopsie à rebours ! Le récit homérique disparaît à l’horizon pour faire place au journal de voyage du nouvel Ulysse.

  • 55 Ibid., p. 570.

16Il n’y a pourtant, il faut le souligner, aucune imposture chez Victor Bérard : Homère a fondé la science géographique, un Homère qu’il faut prendre au sérieux, un Homère « collègue », pour reprendre les termes de Sophie Rabau, qui trouve au xxe s. un émule, un disciple, autant qu’un traducteur et exégète. « Dans la description odysséenne, tout se tient », écrit Bérard au sujet des Phéaciens, « il faut fermer les yeux sur la réalité pour ne voir en tout cela qu’inventions poétiques, fantaisies et invraisemblances55 ». Puisqu’il a marché dans ses pas et qu’il a expérimenté sa démarche, Victor Bérard peut affirmer qu’Homère est du côté de la vérité et non pas de la fiction.

  • 56 Claude Calame, « L’Odyssée entre fiction poétique et manuel d’instructions nautiques », L’Homme 181 (...)
  • 57 Voir Strabon, I 2, 9.
  • 58 Moses I. Finley, Le Monde d’Ulysse, Paris, Seuil, 2002 (1re éd. 1954).

17Claude Calame, en recensant Le Périple d’Ulysse de Jean Cuisenier, paru en 200356, rappelle pourtant, à bon escient, le statut de fiction poétique que revêt l’Odyssée. Certes, Strabon concède à Homère une valeur didactique, fondée sur un souci de vérité, mais il reconnaît que le poète y mêlait le mensonge pour séduire son auditoire, « comme un artisan coule de l’or sur l’argent57 ». N’en déplaise à Moses Finley et à sa stimulante analyse d’un Homère poète des siècles obscurs58, n’en déplaise à Victor Bérard et à son Homère disciple des Phéniciens, le monde homérique est bien une construction fictionnelle et poétique, nourrie par l’ambition esthétique du therpein, le charme poétique, qui ne fait pas forcément bon ménage avec l’exactitude géographique ou historique. D’ailleurs, comme le relève Claude Calame, Ulysse raconte son périple à la première personne, par le truchement d’une mise en scène de type aédique où il prend le relais de Démodocos ; ces médiations discursives et poétiques sont essentielles pour ressaisir le projet d’Homère, qui épouse le point de vue de la voix narrative, celle d’Ulysse. Dans l’économie du poème, Ulysse fait figure de représentant d’une société « civilisée » qui évalue le reste du monde à l’aune des paramètres culturels partagés par l’ensemble des Grecs. L’espace dans lequel évolue Ulysse est en définitive un espace foncièrement mythique, même si le poète utilise le levier du vraisemblable pour le tracer. L’élaboration poétique des mondes possibles, qui s’enracine dans un langage traditionnel et formulaire, ne se construit donc pas en référence à la réalité ou à l’histoire, mais à une « vérisimilitude », qui conduit à placer l’analyse sur un autre plan que celui de l’alternative entre le vrai et le faux ou mensonger. Le périple d’Ulysse, des marges du monde aux entrailles de la terre, a vocation à explorer les différentes formes de société existant en périphérie de l’humanité grecque, pour mieux revenir en son centre et en souligner la valeur exemplaire. On est bien loin des instructions nautiques destinées aux marins phéniciens ou grecs !

  • 59 Voir Bérenger Boulay, « L’histoire au risque du hors-temps. Fernand Braudel et la Méditerranée », A (...)
  • 60 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen au temps de Philippe II, Paris, Armand C (...)
  • 61 Fernand Braudel, ibid., p. 16.
  • 62 Ibid.

18Victor Bérard n’est pourtant pas le seul à percevoir dans la Méditerranée de son temps un témoignage vivant de celle du passé lointain. Adepte de la métalepse, qui consiste à exprimer ce qui suit pour faire entendre ce qui précède, Bérard préfigure certaines pages, au demeurant très belles et profondes, de Fernand Braudel59. Dans l’introduction du tome II de La Méditerranée et le monde méditerranéen au temps de Philippe II, tome intitulé « Destins collectifs et mouvements d’ensemble60 », Braudel résume les acquis du premier tome en ces termes : il s’est agi de « dégager, à partir de l’espace, ce qui est répétition, lenteur, permanence. Recherchant l’immobile, ou le quasi-immobile, nous n’avions pas hésité à dépasser les bornes chronologiques d’une enquête restreinte, en principe, à la seconde moitié du xvie siècle ». Le cadre de référence étant posé, Braudel aborde, dans le second tome, « une histoire au rythme mieux individualisé : celle des groupes, de destins collectifs, de mouvements d’ensemble ». Une dichotomie se dessine, que l’on ne peut ici qu’esquisser, entre l’humain, mobile et variable, et l’espace, immobile et permanent. Pour Braudel, il est délicat de préciser la nature des interactions entre l’homme et l’espace : « La Méditerranée […] est une œuvre sans cesse reprise par les hommes, mais à partir d’un plan obligatoire, d’une nature peu généreuse, souvent sauvage et qui impose ses hostilités et contraintes de très longue durée61 ». Un certain déterminisme géographique, dont on ne niera nullement la part dans le déroulement de l’histoire, refait ici surface, qui conduit à une histoire « presque hors du temps, au contact des choses inanimées62 ». Ces quelques citations ne rendent cependant pas justice au projet de Braudel, grandiose, subtil et marquant, sur le plan de la pensée historiographique, mais elles montrent que la Méditerranée n’est décidément pas un sujet historique comme les autres : elle appelle, si l’on peut dire, assez naturellement, un régime d’historicité sui generis. Au sujet des civilisations qui la peuplèrent, Braudel écrit ceci :

  • 63 Ibid., t. I, p. 160.

Elles traversent le temps, elles triomphent de la durée. Tandis que tourne le film de l’histoire, elles restent sur place, imperturbables. D’une certaine façon, pareillement imperturbables, elles restent maîtresses de leur espace, car le territoire qu’elles occupent peut varier à ses marges, mais au cœur, dans la zone centrale, leur domaine, leur logement restent les mêmes. Où elles étaient au temps de César ou d’Auguste, elles sont encore au temps de Mustapha Kemal ou du colonel Nasser. Immobiles dans l’espace et dans le temps – ou quasi immobiles. Cette immobilité enracine les civilisations dans un passé beaucoup plus ancien encore qu’il n’y paraît à première vue, et cette longue durée s’incorpore forcément à leur nature63.

  • 64 Braudel le cite du reste : « Hier, l’histoire ancienne était sous le signe de la grécomanie. On nia (...)

19On ne peut manquer de relever une certaine convergence avec la vision méditerranéenne de Victor Bérard64. Comme le nouvel Ulysse croyant emprunter les chemins parcourus par Circé, Braudel, à force de fréquenter les rives de la Méditerranée, mais surtout ses forêts d’archives, finit par « voir la Méditerranée » et le passé qu’il étudie :

  • 65 Fernand Braudel, Écrits sur l’histoire, Paris, Éditions Flammarion, 1969 (rééd. 1986), p. 14. Voir (...)

De dépôt d’archives en dépôt d’archives, je m’enfonçais donc à travers une documentation fragmentaire, mal explorée, parfois mal, ou pas classée. Je me rappelle mon ravissement en découvrant à Dubrovnik, en 1934, les merveilleux registres de Raguse : enfin des bateaux, des nolis, des marchandises, des assurances, des trafics… Pour la première fois, je voyais la Méditerranée du xvie siècle65.

20Gisement archivistique par excellence de l’histoire méditerranéenne, le texte homérique est aussi animé de marchands et de pirates, de navires et de commerces de toutes sortes. Plus encore que les registres de Raguse, reconnaît Braudel, l’Odyssée est un texte vivant, parce que, de l’Antiquité à nos jours, il a sans cesse été transmis et raconté, revisité et ranimé :

  • 66 Fernand Braudel, op. cit. (n. 60), t. I, p. 61.

Jean Giono et Gabriel Audisio imaginent, chacun à leur façon, que L’Odyssée n’a cessé de se raconter ainsi d’un port à l’autre, d’une taverne à une autre, qu’Ulysse vit toujours parmi les marins de Méditerranée et que c’est dans le présent, dans les fables que l’on peut entendre de ses oreilles qu’il faut comprendre la genèse et l’éternelle jeunesse de L’Odyssée. J’avoue que j’aime ces hypothèses poétiques et vraisemblables66.

21En parlant de poésie et de vraisemblance, Braudel marque la distance avec ses archives. Certes, à ses yeux, la Méditerranée est une immense nef traversant majestueusement le temps, mais les fonds d’archives, surgissant en un lieu donné, parlant d’une époque circonscrite, permettent en quelque sorte de réactualiser l’histoire des habitants de la Méditerranée, sans pour autant fondre en un tout homogène passé et présent, comme le fait Victor Bérard, qui abolit toute frontière entre hier et aujourd’hui.

*
*  *

  • 67 Victor Bérard, op. cit. (n. 2), p. 544.
  • 68 Ibid.
  • 69 Voir, par exemple, le compte rendu de René Dussaud : « Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée. (...)
  • 70 Victor Bérard, op. cit. (n. 2), p. 544.

22Revenons pour terminer à Victor Bérard et au magistère des Phéniciens. « À l’origine de tout, comme il l’écrit, il y eut un périple ou des fragments de plusieurs périples. J’entends par là : des descriptions de mer, de côtes et de pays, faites par des navigateurs pour les besoins de la navigation, avec les habitudes, les visions, les termes et les idiotismes des gens de mer67 ». Dans un raisonnement dont nous avons mis en évidence la circularité, Bérard ajoute : « L’existence de ce périple originel nous est prouvée, je crois, tant par le fond même et la matière des récits odysséens que par leur texte, formules et expressions68 ». Dans la documentation phénicienne, pourtant, rien, ni alors ni aujourd’hui, n’apporte à la thèse de Bérard un soutien tangible. Sa vision d’une science maritime phénicienne comme source d’Homère, la « rencontre des Muses et des Phéniciens », selon sa jolie formule, n’a guère eu de postérité ni chez les homérologues ni chez les phénicologues69. La posture originale de Bérard fait encore tout le charme de sa lecture, en dépit de la perplexité, parfois de l’irritation que l’on ressent en lisant des phrases comme celle qui figure dans sa conclusion : « En attachant un sens réel à tous les mots du texte, en bannissant les explications dites poétiques, nous sommes parvenus à localiser les moindres détails du Nostos70 ».

  • 71 Philippe Jaccottet, « Postface à Homère », L’Odyssée, trad. Philippe Jaccottet (1955), Paris, Franç (...)
  • 72 Philippe Jaccottet, ibid., p. 402.
  • 73 Ibid.
  • 74 Philippe Jaccottet, Observations et autres notes anciennes, 1947-1962, Paris, Gallimard, 1998, p. 5 (...)
  • 75 Victor Bérard, op. cit. (n. 2), p. 580.

23Une telle attitude se situe aux antipodes de celle que manifeste Philippe Jaccottet, dans sa Postface à Homère, L’Odyssée, postface datant de 1982, pour une traduction parue en 195571. Il y critique Victor Bérard en ces termes : « Victor Bérard pensait que l’Odyssée avait sa source dans des “Instructions nautiques” phéniciennes ; que chaque lieu évoqué par le poème, chaque port, chaque écueil, chaque forêt, devait être repérable, et photographiable par le bon photographe Boissonnas de Genève. Il pensait aussi que les palais décrits dans l’épopée ne devaient être ni plus vastes ni plus somptueux que ceux que les fouilles mettaient au jour à Mycènes, ou à Tirynthe72 ». C’est précisément le droit à la poésie que réclame le poète-traducteur face à une certaine obsession philologique, doublée d’une passion excessivement subjective : « tout ce travail, toute cette science, toutes ces années ne furent-ils pas plutôt, en définitive, au service d’une idée qu’il s’en était faite, et qu’il fallait à tout prix démontrer, puis défendre73 ». Jaccottet ne se laisse pas, pour sa part, prendre dans les rets d’une appropriation immédiate et fusionnelle du texte homérique. Dans une note à sa traduction, en 1955, il écrit ceci : « La lumière du monde n’est pas moins pure qu’au temps des Grecs ; mais moins proche, et nos paroles moins limpides74 », soulignant ainsi avec force l’écart, la distance, là où Bérard ne cesse de suggérer la proximité, voire la superposition et l’identité. Jaccottet revient souvent sur le thème de la simplicité et l’universalité d’Homère, mais ce sont des impressions dérisoires au regard de son altérité intrinsèque qui a valeur d’aveu d’échec pour le traducteur qu’il est. Dépoétiser l’Odyssée, comme le fait Victor Bérard, c’était pourtant aussi, et de manière paradoxale, une façon d’historiciser ce texte, de l’humaniser, et de s’opposer à ceux qui, en Allemagne notamment, invoquaient à l’époque un « génie » collectif pour en rendre compte : « Je voudrais, avec M. Michel Bréal, que l’on remît l’Odyssée dans la série des œuvres humaines et des chefs-d’œuvre de l’art, non dans quelque musée plus ou moins secret de monstres, de “tératologies”, comme dit Strabon, d’enfants sans père et de créations spontanées. Œuvre humaine, chef-d’œuvre artistique, l’Odyssée rentre dans la condition de toutes les productions humaines75 ». Manière pour lui de se situer aux antipodes de la science allemande, des « disciples de Wolf », et de « la troupe germanisante des philologues » qui défendaient l’hypothèse d’une « formation spontanée ». Humaine, trop humaine : ainsi pourrait-on rendre compte de la façon, si singulière et si prenante, dont Victor Bérard a lu et restitué l’Odyssée, avec son prétendu passé phénicien.

Notes

1 Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée2, t. I, Paris, Armand Colin, 1927, p. 3.

2 Les Phéniciens et l’Odyssée2, t. II, Paris, Armand Colin, 1927, p. 606-607.

3 Voir Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, t. III, Paris, Les Belles Lettres, 1925, p. 164.

4 Friedrich Creuzer est l’auteur de Symbolik und Mythologie der alten Völker, besonders der Griechen, Leipzig-Darmstadt, Heyer und Leske, 1810-1812 (rééd. Hildesheim-New York, Olms, 1973 ; trad. française par Joseph-Daniel Guignaut dès 1825). Voir Werner Paul Sohnle, Georg Friedrich Creuzers Symbolik und Mythologie dans Frankreich: eine Untersuchung ihres Einflusses auf Victor Cousin, Edgar Quinet, Jules Michelet u. Gustave Flaubert, Göppingen, Kümmerle, 1972 ; Marc-Mathieu Münch, La « Symbolique » de Friedrich Creuzer, Paris, Éditions Orphys, 1976 ; George S. Williamson, The Longing for Myth in Germany: Religion and Aesthetic Culture from Romanticism to Nietzsche, Chicago-Londres, University of Chicago Press, 2004, p. 129-132 ; Mildred Galland-Szymkowiak, « La Symbolique de Friedrich Creuzer. Philologie, mythologie, philosophie », Revue germanique internationale [en ligne] 14 (2011), mis en ligne le 24 octobre 2014, consulté le 8 juin 2013. URL : http://rgi.revues.org/1278.

5 Albert Thibaudet, « Un Idéaliste de province », La Nouvelle Revue française (janvier 1932), p. 72. Sur ce texte, voir dans ce volume les contributions de Sophie Basch et de Pascal Payen. Voir aussi Antoine Compagnon, « Thibaudet chargé de reliques », Le Débat 150 (mai-août 2008), p. 77-85.

6 Victor Bérard, De l’origine des cultes arcadiens. Essai de méthode en mythologie grecque, Paris, Thorin & fils, coll. « BEFAR » 67, 1894, p. 12.

7 Ibid., p. 24.

8 Ibid., p. 28.

9Ibid.

10 Victor Bérard, « La Méditerranée phénicienne », Annales de géographie 4 (1895), p. 271-286 ; p. 414-431 ; id., Annales de géographie 5 (1896), p. 257-276.

11 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. III.

12 Ibid., p. 5.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 50.

15 Ce terme est déjà présent dans Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 14 et 54. Sur ce thème, voir Pierre Vidal-Naquet, « Renan et le miracle grec », dans La Démocratie grecque vue d’ailleurs, Paris, Flammarion, 1990, p. 245-265.

16 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 15.

17 Voir ibid., p. 16-17, les considérations sur les imprécisions inhérentes à la démarche archéologique, comme dans le domaine paléontologique. Et de conclure : « La tendresse des archéologues pour le moindre déchet de leur bric-à-brac se fait parfois touchante. » (p. 19).

18 Ibid., p. 5.

19 Ibid., p. II.

20 Ibid., p. 54.

21 Pour une hypothèse analogue concernant les écrits de Chateaubriand, comme le Voyage en Amérique, voir Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. III, Paris, Armand Colin, 1929, p. 440-441, où il estime que l’auteur n’a pas « de ses yeux vu » les contrées qu’il décrit, mais qu’il a eu recours à des récits de voyageurs et autres périples, transformant l’humble prose d’érudits locaux en une « langue admirable ». C’est ce qui fait dire à Bérard dans l’Introduction à l’Odyssée, op. cit. (n. 3), p. 164, que Chateaubriand est un Ancien qu’il convient de restituer dans son « intégrité première ».

22 Strabon I 2, 9.

23 Voir Amedeo Alessandro Raschieri, « Verità e falsificazione nella Geografia di Strabone », Pallas 91 (2013), p. 73-83. Le livre de Germaine Aujac, Strabon et la science de son temps, Paris, Les Belles Lettres, 1966, reste incontournable.

24 Idée reprise par Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 54, qui parle de « chef de la science géographie » (« archégète » en grec).

25 Joëlle Soler, « Strabon et les voyageurs : l’émergence d’une analyse pragmatique de la fiction en prose », dans Danièle Auger, Charles Delattre (dir.), Mythe et fiction, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010. Disponible sur Internet. URL : http://books.openedition.org/pupo/1808. Consulté le 25 mars 2013.

26 Strabon III 2, 13 (trad. François Lasserre, CUF ).

27 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 292, 299. Voir aussi au t. II, op. cit. (n. 2), p. 85 : « Comme ils copiaient, sur leurs coupes de métal ou sur leurs boucliers, telles et telles peintures égyptiennes, les Phéniciens, dans leurs livres et récits, copiaient telles et telles œuvres littéraires, périples ou contes de magie. »

28 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 396. Sur le Périple, voir Jehan Desanges, « Le point sur le Périple d’Hannon », Enquêtes et documents 6 (1981), p. 13-29.

29 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 3-4.

30 Ibid., p. 3.

31 Ibid., p. 4.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 301.

34 Ibid., p. 208.

35 Ibid., p. 211.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Ibid. Renvoyant à un passage de Renan que je n’ai pu identifier.

39 Tout ce développement se trouve dans ibid., p. 211.

40 Michel Espagne, « Le cercle positiviste de Leipzig : une anthropologie en germe ? », Revue germanique internationale [en ligne] 10 (2009), mis en ligne le 26 novembre 2012. URL : http://rgi.revues.org/322. Consulté le 8 juin 2013. Voir notamment la Kulturgeschichte de Karl Lamprecht (1856-1915), liée aux expérimentations psychologiques de Johann Friedrich Herbart et de Gustav Fechner, et à la psychologie des peuples, qui appréhende les formes d’organisation sociale comme des stades de développement au sein d’une histoire commune.

41 Pierre Cintas, Manuel d’archéologie punique, Paris, A. & J. Picard, 1970-1976.

42 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 78 et p. 230 (pour le Cithéron).

43 Ibid., p. 44-45.

44 Maurice Sznycer, « Recherches sur les toponymes phéniciens en Méditerranée occidentale », dans La Toponymie antique, p. 163-176, en particulier p. 165-166.

45 Voir Zur Shalev, Sacred Words and Worlds: Geography, Religion, and Scholarship, 1550-1700, Leiden, Brill, 2011.

46 Mathias Delcor, « L’alphabet phénicien : son origine et sa diffusion, de Samuel Bochart à Emmanuel de Rougé. Trois siècles de recherches : xviie-xixe siècle », dans Claude Baurain, Corinne Bonnet, Véronique Krings (éds), Phoinikeia grammata. Lire et écrire en Méditerranée, Namur, Société des études classiques, 1991, p. 21-32.

47 Sur la Mission de Renan, voir Corinne Bonnet, « “Cette mission qui m’a mis durant une année dans le contact le plus intime avec l’Antiquité” : Ernest Renan et les paradoxes de la Mission de Phénicie », dans Henry Laurens (éd.), Ernest Renan. La Science, la Religion, la République, Paris, Odile Jacob-Collège de France, 2013, p. 101-119. On notera qu’Ernest Renan, Mission de Phénicie, Paris, Imprimerie Impériale, 1864, p. 836, affirmait déjà : « La Phénicie ne fut pas un pays ; ce fut une série de ports ».

48 Voir infra les contributions de Michel Espagne et de Perrine Simon-Nahum. Voir aussi Edward Said, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 2005 (1re éd. 1978) ; Walter Laqueur, L’Antisémitisme dans tous ses états. Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, Genève, Markus Haller, 2010 (1re éd. 2006).

49 Voir dans ce volume, en particulier, la contribution d’Estelle Sohier infra, p. 129-167.

50 Voir infra l’article de Sophie Rabau, p. 113-127.

51 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 326. Voir l’article de Sophie Rabau, infra, p. 113-127.

52 Voir Sophie Rabau, « Victor Bérard ou la préparation du film », dans Jacqueline Nacache, Jean-Loup Bourget (dir.), Cinématismes. La littérature au prisme du cinéma, New York-Berlin, Peter Lang, 2012, p. 187-204.

53 Victor Bérard, op. cit. (n. 1), p. 397-398.

54 Ibid., p. 556.

55 Ibid., p. 570.

56 Claude Calame, « L’Odyssée entre fiction poétique et manuel d’instructions nautiques », L’Homme 181 (janvier-mars 2007) [en ligne], mis en ligne le 29 janvier 2007. URL : http://lhomme.revues.org/index2972.html. Consulté le 27 mars 2013.

57 Voir Strabon, I 2, 9.

58 Moses I. Finley, Le Monde d’Ulysse, Paris, Seuil, 2002 (1re éd. 1954).

59 Voir Bérenger Boulay, « L’histoire au risque du hors-temps. Fernand Braudel et la Méditerranée », Atelier de théorie littéraire [en ligne]. URL : http://www.fabula.org/atelier.php?L%27histoire_au_risque_du_hors-temps. Consulté le 6 juin 2013 ; Sophie Rabau, « Contribution à l’étude du complexe de Victor Bérard : sur une lecture référentielle de l’Odyssée », Lalies 25 (2005), p. 11-126.

60 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen au temps de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1990 (1re éd. 1949). Voir Giuliana Gemelli, Fernand Braudel, Paris, Odile Jacob, 1995 ; Paul Carmignani (dir.), Autour de F. Braudel, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2002. Pour une nouvelle vision de la Méditerranée et une discussion des thèses braudéliennes, voir Peregrine Horden et Nicholas Purcell, The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford, Blackwell Publishers, 2000.

61 Fernand Braudel, ibid., p. 16.

62 Ibid.

63 Ibid., t. I, p. 160.

64 Braudel le cite du reste : « Hier, l’histoire ancienne était sous le signe de la grécomanie. On niait obstinément la possibilité d’une priorité quelconque de la Phénicie. Or, l’admirable Victor Bérard (1864-1931), accusé sa vie durant de phénicomanie par les tenants de l’histoire officielle, avait raison et davantage encore qu’il ne le supposait. » (Ibid., t. I, p. 106). Voir aussi : « Victor Bérard a retrouvé les paysages de l’Odyssée à travers le monde méditerranéen qu’il avait sous les yeux. Or souvent, c’est l’homme que l’on retrouve, à des siècles et des siècles de distance, Ulysse lui-même, et pas seulement Corfou, l’île des Phéaciens ; ou Djerba, l’île des Lotophages… » (Ibid., t. II, p. 7).

65 Fernand Braudel, Écrits sur l’histoire, Paris, Éditions Flammarion, 1969 (rééd. 1986), p. 14. Voir Gérard Noiriel, « Comment on récrit l’histoire. Les usages du temps dans les Écrits sur l’histoire de Fernand Braudel », Revue d’histoire du xix  e siècle 25 (2002), p. 57-81.

66 Fernand Braudel, op. cit. (n. 60), t. I, p. 61.

67 Victor Bérard, op. cit. (n. 2), p. 544.

68 Ibid.

69 Voir, par exemple, le compte rendu de René Dussaud : « Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée. Tome I : Les Îles de la Très-Verte. Tome II : Mer Rouge et Méditerranée », Syria 8 (1927), p. 354-356.

70 Victor Bérard, op. cit. (n. 2), p. 544.

71 Philippe Jaccottet, « Postface à Homère », L’Odyssée, trad. Philippe Jaccottet (1955), Paris, François Maspéro, 1982. Voir Cédric Chauvin, « Traduire Homère aujourd’hui : L’Odyssée de Philippe Jaccottet », dans Corinne Bonnet, Florence Bouchet (dir.), Translatio: Traduire et adapter les Anciens, Paris, Garnier, 2013, p. 259-284.

72 Philippe Jaccottet, ibid., p. 402.

73 Ibid.

74 Philippe Jaccottet, Observations et autres notes anciennes, 1947-1962, Paris, Gallimard, 1998, p. 55.

75 Victor Bérard, op. cit. (n. 2), p. 580.

© École française d’Athènes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search