Version classiqueVersion mobile

Portraits de Victor Bérard

 | 
Sophie Basch

Victor Bérard en héritage

Étienne Bérard et Reine-Marie Bérard

Résumé

Né d’une famille modeste du haut Jura, Victor Bérard, repéré par les inspecteurs de l’école de la IIIe République, va entrer à l’École normale supérieure puis à l’École française d’Athènes. Sa carrière d’archéologue, il la consacre au texte de l’Odyssée dont il fait une nouvelle traduction. Il réalise aussi avec sa femme et avec un photographe genevois des photographies des sites odysséens qu’il a identifiés. À côté de ce travail d’historien, il se passionne pour la Question d’Orient et milite en faveur des peuples soumis de l’Empire ottoman, en publiant de nombreux articles et livres. Il a aussi défendu l’enseignement sans grec ni latin et l’enseignement technique. Républicain convaincu, il est un des hommes qui ont fait ce que Thibaudet appelle « la République des Professeurs ». Ses racines, son évolution et sa vie aventureuse méritent d’être racontées.

Texte intégral

  • 1 Armand Bérard, Un ambassadeur se souvient. Au temps du danger allemand, t. I, Paris, Plon, 1976, p. (...)
  • 2 Recueil des hommages rendus à Victor Bérard. Discours prononcés aux obsèques et au Sénat, Paris, Im (...)
  • 3 Albert Thibaudet, « Un idéaliste de province », La Nouvelle Revue française 220 (janvier 1932), p.  (...)
  • 4 Seules une dizaine de pages manuscrites ont été rédigées par Jean Bérard sur son enfance et sur son (...)
  • 5 Georges Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, Albert Fontemoing, 1901
  • 6 Hervé Duchêne, « Bérard, père et fils », dans Michel Gras, Jean-Pierre Brun (éds), Avec Jean Bérard (...)
  • 7 Olivier Layre, Un philhellène français face à la crise crétoise, mémoire de Master d’histoire polit (...)

1Descendants de Victor Bérard, nous ne pouvons que restituer des souvenirs et chapitres de la mémoire familiale, pour y trouver des éléments qui ont influencé son parcours intellectuel ou politique et forgé son caractère. Cette vision familiale est forcément partielle et partiale. Partielle, car deux générations ont passé depuis sa mort et que les témoins directs de sa vie ont disparu. Les sources bibliographiques sont pauvres et constituées essentiellement des souvenirs de son fils Armand1, de la plaquette des discours prononcés lors de son décès2, du vibrant hommage de son ami Thibaudet3, et de quelques notes manuscrites de Jean4, textes forcément suspects d’hagiographie. Plus objectifs sont les écrits de Georges Radet5 et d’Hervé Duchêne6 sur son travail à l’École d’Athènes. La première synthèse de son action politique (particulièrement en Crète), publiée en 2009, analyse de multiples sources, mais sans avoir eu accès au dossier du Quai d’Orsay7.

2La tradition familiale a ses lacunes mais aussi ses documents. Nous avons connu sa maison, ses meubles, ses livres et vécu dans son souvenir. Nous essaierons de faire la part de la tradition, car le témoignage familial ne peut être que partial, la tradition orale prenant vite sa part de légende. Nous ne faisons pas œuvre d’historien, et laissons aux autres contributions de ce volume l’analyse historique de la vie de notre ancêtre. Notre présentation est chronologique pour illustrer son quotidien, les autres présentations se voudront plus synthétiques.

  • 8  Ministre de l’instruction publique en 1912 et représentant de la France à la SDN en 1918.

3Définir Victor Bérard en trois mots ? Ce seraient : Morézien, historien-géographe et Républicain. Lui-même disait : « Ma vie intellectuelle a toujours été partagée en deux. La première partie a été consacrée à la politique et l’économie contemporaine, la seconde à la géographie et l’histoire grecques. Du tout j’ai fait une unité complète. » Ce travailleur infatigable se levait à cinq heures du matin et se consacrait à son travail historique jusqu’à midi puis, après un bref repas, attaquait sa vie politique jusqu’au dîner. Il se couchait tôt, n’ayant pas goût à la vie mondaine. Pour pouvoir poursuivre cette double carrière, il refusa des postes de responsabilité8.

Le Morézien

  • 9  La tradition familiale dit que certains Chinois en ont gardé des traits de famille !
  • 10 Depuis la Révolution, à côté de la formation des écoles de pharmacie, un préparateur, après huit an (...)

4Morézien, il l’était par sa naissance à Morez (Jura), et par sa mère issue d’une vieille famille du Haut-Jura. Mais son père, Jean-Baptiste Bérard venait du bas pays (Hautecour, selon l’orthographe de l’époque – Ain). Le père de celui-ci, Eugène, a eu au moins cinq fils et une fille selon la mémoire familiale. L’un d’eux, Auguste (1833-1922), entré au séminaire, a fini évêque in partibus infidelium, et aurait été envoyé en mission en Chine pendant plusieurs années9. Le quatrième fils, Jean-Baptiste (1835-1919), embauché comme préparateur par le pharmacien du village a ensuite passé à Lyon des examens pour devenir pharmacien de 2e classe10. Il ouvre une officine à Morez en 1861 au 157, Grande Rue – où il y a toujours une pharmacie.

  • 11 Jean Bérard, op. cit.(n. 4).

5En 1863, il épouse la jeune Émilie (18 ans), fille d’Aimé Chavin, fabricant d’horloges de Morez. Ce grand-père de Victor Bérard, exaspéré par les marges des revendeurs, décida en 1860 d’aller vendre lui-même ses horloges à la foire de Nijni-Novgorod. Il en reviendra avec une infection pulmonaire dont il décédra peu après son retour. Sa femme, forte personnalité, « éleva ses cinq enfants et géra l’entreprise de 40 ouvriers, dont pas un n’aurait osé lui manquer de respect11».

  • 12 Jusqu’à 80 000 horloges comtoises par an en 1860 et 11 000 000 de lunettes en 1880, qui s’exportent (...)
  • 13 Ibid.

6Morez est la dernière commune française sous le plateau des Rousses, avant la Suisse. L’ancien nom de Morez, la Combe noire, illustre cette cluse profonde de la Bienne, où dès le xviiie s. ont été installés des martinets de forge, des clouteries et des scieries. Enserrée entre deux murailles de sapins noirs, la ville allonge sur près d’une lieue sa grande rue. Le développement de l’horlogerie et de la lunetterie au xviiie s.12 et de la taille du diamant, a fait passer en cinquante ans la population de 1 000 à 5 000 habitants13. L’environnement est sain, sauvage, austère. Les 700 m d’altitude, la pluviométrie abondante, les trois mois de neige par an et des températures moyennes de 14 en juillet, en font un pays de forêts et de pâturages. Malgré cette prospérité, à cause du relief difficile, Morez n’est relié par le chemin de fer qu’en 1900, au prix d’une voie considérée comme une prouesse des ingénieurs du PLM (de la compagnie du Paris-Lyon-Méditerranée).

  • 14 Après des études secondaires, Reine a travaillé dans une entreprise. D’un mariage malheureux dont e (...)
  • 15 Léon a fait aussi une scolarité brillante et a obtenu une bourse pour « faire Médecine » à Lyon où (...)

7Victor Bérard naît le 10 août 1864 et vit entre l’officine de son père et le petit appartement au-dessus, que sa mère tient avec soin, surveillant par la fenêtre les commères passant dans la rue (fig. 1). Une sœur, Reine14, naît en avril 1867 et un frère, Léon15, en février 1870. Dans cette existence sereine, la guerre de 1870 est un orage.

Fig. 1 La grande rue de Morez ; à droite des deux vélos, la pharmacie de Jean-Baptiste Bérard dont le store est relevé.

Fig. 1 La grande rue de Morez ; à droite des deux vélos, la pharmacie de Jean-Baptiste Bérard dont le store est relevé.

La guerre de 1870

8Dès le début de la guerre, l’offensive allemande en Alsace provoque l’exode de civils vers le Jura. Après l’encerclement de Paris, l’armée française regroupée sur la Loire libère Dijon, avant de se faire battre à Héricourt le 18 janvier 1871. Jules Favre, dans l’armistice du 28 janvier, « oublie » l’armée de l’Est du général Bourbaki. Les Jurassiens voient alors passer, talonnée par les Prussiens, l’armée française en déroute qui tente de gagner la Suisse en plein hiver, protégée par la résistance du fort de Joux pendant le combat de la Cluse. Marc Monnier donne une vision poignante de cette armée en déroute :

  • 16 Marc Monnier, « La Suisse pendant la guerre », Revue des Deux Mondes 1er mai 1871, p. 53.

Ce n’était plus une armée, c’était une cohue : les officiers ne commandaient plus et marchaient en sabots, en pantoufles, au milieu des soldats sans chaussures, qui déchiraient des pans d’habits pour emmailloter leurs pieds gelés ; et cette neige implacable, qui était tombée sur eux tout l’hiver, s’amassait maintenant sous leurs pieds en poussière glacée où ils enfonçaient jusqu’aux genoux. Ils se traînaient ainsi confondus, dragons, lanciers, spahis, turcos et zouaves, mobiles et francs-tireurs… Ainsi défilait cette lugubre procession de corps inertes avec la stupeur et l’égoïsme du désespoir, abandonnant leurs morts, leurs mourants, s’abandonnant eux-mêmes, refusant parfois la vie que vous veniez leur rendre…16

9On évacue les femmes et les enfants de Morez et Victor, avec sa mère, sa sœur et son frère âgé de quelques mois, se rendent chez des cousins, à l’écart de la route. La région est occupée de janvier à mai 1871. Les « Prussiens » fouillent, ratissent et perquisitionnent à la recherche de soldats cachés, de francs-tireurs attendant la reprise des combats promise par Gambetta, d’armes abandonnées ou de vivres cachées à la réquisition, et ils imposent une taxe de 25 francs par tête. Comme tous les Français, la famille Bérard participe aux emprunts pour les indemnités de guerre dues à l’Allemagne. De cette période, Bérard, sans être revanchard, gardera une défiance vis-à-vis de la montée en puissance de l’Allemagne et voudra comprendre cette défaite qui, d’une certaine façon, va souder les hommes de la IIIe République.

L’enfance heureuse à Morez

  • 17 Op. cit. (n. 2), p. 53.

10Mais l’enfance de Victor Bérard c’est aussi une douceur familiale dans un environnement paisible. Ce sont les visites à la grand-mère Chavin, dans l’entreprise horlogère. Victor Bérard en gardera toujours l’admiration pour les bons ouvriers et techniciens. « Toute sa vie il tint l’artisan qui fait son métier à la perfection, pour l’égal des plus grands » et « donna [à l’enseignement technique la] même valeur qu’aux plus hautes disciplines »17. Son père, l’officine fermée, se rend au Cercle rencontrer les notables et lire Le xix  e siècle, journal conservateur. Ce sont aussi les vacances entre cousins et camarades à Longchaumois (sur le plateau au-dessus de la vallée) dans une maison des Chavin. On va cueillir les framboises, détourner les ruisseaux, courir la campagne, faire quelques bêtises. C’est là qu’il rencontre un instituteur qui emmène des groupes d’enfants en promenade, leur enseignant, chemin faisant, la géologie, la botanique ou l’histoire. Bérard et ses amis parleront longtemps de « l’Université de Longchaumois ».

11En hiver, c’est parfois l’oncle Grandclément, médecin à Morez, qui emmène les enfants dans sa carriole ou son traîneau pour ses visites dans les fermes, avec de la paille autour des pieds et une grosse couverture. Bérard y voit la vie rude et les intérieurs des gens du Haut-Jura. Et puis, il faut aider son père à la cueillette des simples dans les chemins creux et les forêts. De cette enfance morézienne, Bérard va garder un profond attachement pour son terroir et ses habitants simples et travailleurs.

La scolarité de Victor Bérard

  • 18 Jean Bérard, op. cit. (n. 4).
  • 19 Avec Victor à Paris, Léon au lycée et Reine dans une pension, cela représente les deux tiers des re (...)

12Après l’école primaire publique à Morez, Bérard, repéré par l’inspecteur de l’enseignement primaire, est interne de 8 à 17 ans au lycée de Lons-le-Saunier (fig. 2). La séparation familiale est dure lorsque Morez disparaît derrière la diligence. Le proviseur a la punition facile et des méthodes pédagogiques brutales. Victor se fait remarquer par son intelligence et sa capacité de travail, mais aussi par sa rébellion contre l’autoritarisme, ce qui lui vaut fréquemment la pire des punitions à ses yeux, être privé de dimanche en famille – d’autant qu’il est alors consigné dans les combles non chauffés du lycée. Il ne désignera jamais ce proviseur autrement que comme « la vieille brute18 ». Il est pourtant régulièrement choisi pour lire les compliments aux autorités de passage et obtient, avec le baccalauréat, un premier prix de concours général. Son professeur de Rhétorique convainc ses parents de l’envoyer à Louis-le-Grand en rhétorique supérieure préparer l’École normale supérieure avec une bourse. C’est le départ pour Paris avec un cousin qui prépare Polytechnique. Nos deux Jurassiens découvrent la capitale et vont, lorsque leurs finances le permettent19, dans un petit restaurant comtois où ils peuvent parler pays sans qu’on se moque de leur accent, et manger quelques cochonnailles et fromages du terroir. À son premier concours, ex æquo avec le dernier reçu, il est recalé, car considéré comme assez jeune pour se représenter l’année suivante.

Fig. 2 Victor Bérard en uniforme de lycéen.

Fig. 2 Victor Bérard en uniforme de lycéen.

L’École normale supérieure

13En 1884, à 20 ans, Bérard intègre l’ENS et en sortira avec une agrégation d’histoire et de géographie. C’est la découverte d’une culture nouvelle et d’un engagement politique avec des maîtres et des amis fidèles.

14En cette fin de xixe s., l’Histoire évolue d’une discipline purement narrative à l’analyse scientifique du fait historique, avec de grands novateurs dont plusieurs professent à l’ENS et vont influencer Bérard :

15– Fustel de Coulanges, maître de conférence à l’ENS et directeur de 1880 à 1883, a fait paraître en 1864 La Cité antique. Le titre même de son introduction « De la nécessité d’étudier les plus vieilles croyances des anciens pour connaître leurs institutions » montre une approche quasi sociologique des influences de la religion sur la structure politique et sociale. Trois traits de son enseignement se retrouvent dans le travail de Bérard. Il prône une approche scientifique de l’Histoire, l’historien devant avoir les yeux « uniquement fixés sur les Sciences ». D’autre part, il relativise l’importance de la notion de race dans l’histoire des peuples. Enfin, avant de partir à Athènes, Fustel écrit à un ami : « Je ne cours pas à la recherche d’une marche oubliée de l’Acropole, je vais observer les hommes, et ceux d’autrefois et ceux d’aujourd’hui ».

16– Vidal de La Blache, après une thèse d’histoire sur Hérode Atticus, donne une dimension nouvelle à la géographie. Il développe les théories d’Alexander von Humbolt et de l’école allemande de Carl Ritter ou de Ferdinand von Richthofen, géographes qui analysent les phénomènes humains (en particulier historiquesou politiques) en y cherchant des interférences géographiques, géologiques, météorologiques ou biologiques. De plus, ils cherchent à rapprocher des évènementsde différentes régions ou époques pour en tirer des lois historiques. Vidal de La Blache a longtemps séjourné en Allemagne et fait partie des intellectuels français qui, après 1870, veulent comprendre ce qui a fait la supériorité de l’Allemagne.La géographie humaine est pour lui une des clés de l’Histoire et de la politique.Il est maître de conférences puis sous-directeur de l’ENS de 1877 à 1898, et Bérard le reconnaît comme un de ses maîtres. Sur ses conseils il parfait sa maîtrise de l’allemand.

17– L’autre maître de Bérard à l’ENS est Ernest Lavisse. Lui aussi a étudié en Allemagne et est spécialiste de son histoire. Surtout il adhère à cette théorie symbiotique de l’histoire et de la géographie qui le distancie du méthodisme historique enseigné par Charles Seignobos, qui en reste à la stricte lecture des preuves historiques. Si son œuvre pour le développement de l’enseignement de l’Histoire n’est pas contestée, ses interprétations historiques sont parfois jugées tendancieuses.

18– Ferdinand Brunetière qui est maître de conférences à l’ENS, enseigne la critique littéraire, l’analyse des textes et l’histoire de la littérature. Bérard en apprend la structuration du raisonnement et la méthode de travail, mais n’adhère pas à ses idées trop proches du classicisme rationaliste et va surtout s’éloigner de lui lorsque Brunetière devient antidreyfusard à la direction de la Revue des Deux Mondes.

  • 20 Lucien Herr (1864-1926), ENS 1883. Agrégé de philosophie, il voyage en Russie et en Allemagne puis (...)

19C’est à l’ENS que Victor Bérard va nouer de solides amitiés qui le suivront toute sa vie. Dans la promotion de 1883, il y a Lucien Herr20 et dans sa propre promotion le germaniste Charles Andler, qui vont l’initier à la politique. Il se lie aussi avec Paul Jamot qui était déjà dans sa khâgne (fig. 3). Dans l’environnement de l’ENS, il rencontre les frères Reinach qu’il retrouvera plus tard en politique et en archéologie.

Fig. 3 Promotion ENS 1884. 1 = Victor Bérard ; 2 = Charles Andler ; 3 = Paul Jamot ; 4 = Lucien Herr.

Fig. 3 Promotion ENS 1884. 1 = Victor Bérard ; 2 = Charles Andler ; 3 = Paul Jamot ; 4 = Lucien Herr.

20Pendant deux étés, il se rend en Angleterre à Birmingham dans la famille d’Herman-David, un diamantaire venu dans le Jura acheter des diamants, et devenu son oncle, en épousant une sœur d’Émilie Chavin-Bérard. Bérard y parfait son anglais et découvre l’Angleterre victorienne au faîte de sa puissance.

L’École française d’Athènes

  • 21 Georges Radet, op. cit. (n. 5), p. 208. C’est en Italie que Bérard apprend l’italien.

21Victor Bérard entre à l’EFA dès sa sortie de l’ENS en 1887 et part avec Paul Jamot, l’autre élu de la 26e promotion, pour le voyage initiatique. C’est le premier contact du Comtois avec la Méditerranée. Dès la descente de la vallée du Rhône, c’est un enchantement. Le voyage se poursuit par l’Italie et Rome (où ils passent trois mois conformément au règlement de l’EFA21) avant de passer en Grèce où Bérard tombe définitivement amoureux du monde méditerranéen, de son climat, de ses habitants et de son histoire passée et présente (fig. 4).

Fig. 4 a. À l’EFA avec Paul Jamot. b. Bérard dans sa turne à l’EFA.

Fig. 4 a. À l’EFA avec Paul Jamot. b. Bérard dans sa turne à l’EFA.
  • 22 Ibid., et Hervé Duchêne, op. cit. (n. 6).
  • 23 Les notes manuscrites de Gustave Fougères sont conservées à la bibliothèque de l’INHA et l’ensemble (...)
  • 24 Deux membres de l’EFA en sont morts en 1882 : Georges Radet, op. cit. (n. 5), p. 208.
  • 25 Gustave Mendel, « Fouilles de Tégée : rapport sommaire sur la campagne de 1900-1901 », BCH 25 (1901 (...)
  • 26 Victor Bérard, « Tégée et la Tégéatide », BCH 17 (1893), p. 1-24.
  • 27 Bérard a créé le terme de topologie (« qui étudie la structure des sites »). Cette idée est dévelop (...)
  • 28 Gustave Fougères, « Réponse à M. Schliemann », BCH 14 (1890), p. 271-275.
  • 29 Selon Diodore de Sicile XV 87, 6 et Cornelius Nepos XV 9, 4 et XV 10, 2, Épaminondas, blessé à mort (...)

22Georges Radet puis Hervé Duchêne nous détaillent son travail à l’EFA22. L’École est alors dirigée par Paul Foucart : c’est l’époque des grands chantiers de Délos et de Delphes mais aussi d’une quinzaine de sites dont Tégée et Mantinée, villes d’Arcadie citées dans le catalogue des vaisseaux de l’Iliade. Foucart a confié les fouilles de Mantinée à Gustave Fougères auquel Bérard s’associe dès l’été 1888 (fig. 5)23. Les conditions sont rudes. Dormant dans des baraquements au milieu des punaises et des scorpions sous une chaleur intense l’été et des pluies diluviennes l’hiver, Bérard attrape un paludisme grave et on le rapatrie d’urgence24. Sa forte constitution lui permet de reprendre le dessus et il repart à Athènes un mois plus tard. Dans l’hiver 1888-1889, chassés de Mantinée par les fièvres, les archéologues commencent des fouilles à Tégée et, guidés par les textes de Strabon et de Pausanias, dégagent l’agora et l’enceinte de la cité antique25. Le 10 octobre 1889, le Journal des Débats signale qu’« un élève de l’École française d’Athènes, Victor Bérard, a tiré du sol une statuette archaïque représentant une divinité de type féminin assise les bras appuyés sur les cuisses, et la Grèce n’avait encore donné qu’un petit nombre de telles statues ». Bérard publie les fouilles de Tégée. Il est frappant de comparer le rapport de Fougères sur Mantinée, exclusivement archéologique, et celui de Bérard sur Tégée26, qui commence par plusieurs pages de considérations géographiques et leurs influences possibles sur l’histoire du site. Leurs fouilles sont plus attachées à la compréhension des faits de civilisation, que tournées vers la chasse aux trésors antiques. C’est la première étape de l’étude des topologies et des toponymies antiques27, développée ensuite par Bérard. Fougères, attaqué par Schliemann qui lui reproche d’avoir fouillé Mantinée « d’une manière si peu systématique que ces travaux n’ont été d’aucun profit pour la science et que rien n’a été trouvé », lui répond : « Monsieur Schliemann nous reproche de ne pas avoir été assez systématiques. Nous ne le nions pas et prenons volontiers ce blâme pour un éloge. En effet, il n’entrait pas dans notre système de découvrir à tout prix les os d’Epaminondas28 ». « Ni ceux de ses deux filles ! » ajoutait en riant Victor Bérard29.

Fig. 5 Fouilles de Mantinée 1887.

Fig. 5 Fouilles de Mantinée 1887.
  • 30 Victor Bérard, De l’origine des cultes arcadiens : essais de méthode en mythologie grecque, Paris, (...)
  • 31 Georges Perrot, « Homère, d’après les plus récentes découvertes de l’archéologie », Revue des Deux (...)
  • 32 Contrairement à l’Iliade, et si on exclut le chapitre du massacre des Prétendants, dont il fait un (...)

23Ces fouilles sont la matière de la thèse de Bérard sur les cultes arcadiens30. Il développe la théorie de l’origine sémitique des cultes et traditions grecques, qu’il reprendra dans sa lecture de l’Odyssée. Ce doublet gréco-sémitique, déjà évoqué par Strabon, n’est pas du goût de tout le monde en cette fin du xixe s. où la théorie de la race pure et l’antisémitisme ont leurs adeptes. Après les récentes découvertes de Schliemann, Georges Perrot s’intéresse à l’Odyssée31, et Bérard lui emboîte le pas. Pour lui, le premier axiome est la crédibilité des textes anciens, le deuxième la permanence des conditions de la civilisation et le troisième, la transmission du savoir entre les peuples. Ulysse est un lointain cousin du Gilgamesh sumérien, mais ce qui fait sa supériorité aux yeux de Bérard, c’est qu’il considère que l’Odyssée est le premier texte classique (connu) qui exalte l’intelligence de l’Homme32, et non la force brutale et guerrière du Héros.

Les premiers voyages en Méditerranée

  • 33 Louis Robert, « Les enquêtes de Victor Bérard, helléniste et géographe au moyen Orient – 1887 à 189 (...)
  • 34 Voir les remerciements de Bérard dans l’article « Inscriptions de Telmessos », BCH 14 (1890), p. 16 (...)

24Si Bérard fait allusion dans différents textes à des voyages en Grèce et dans les îles sans nous en donner le détail, ses voyages commandités par l’EFA sont mieux connus, reconstitués par Louis Robert33 d’après les notes du Bulletin de correspondance hellénique, les textes de Bérard et sa connaissance du terrain. Paul Foucart envoie les élèves de l’École prospecter en Anatolie, à la recherche de l’hellénisme hors de Grèce : de 1879 à 1890, chaque printemps et chaque automne, Smyrne voit débarquer des binômes d’Athéniens qui partent prospecter un itinéraire préétabli. Les élèves sont accompagnés d’un employé grec de l’EFA, et utilisent le réseau des Grecs d’Asie Mineure34, mais avec les moyens de transport ou de logement locaux ; c’est ainsi qu’arrivé tard dans un caravansérail, Bérard s’est couché dans le noir sur le bas flanc commun, pour se réveiller le lendemain à côté d’un lépreux ! Le premier voyage (25 avril-5 juin 1889) avec Gustave Fougères suit la côte de Smyrne (Izmir) à Attaleia (Antalya) avec une boucle vers l’intérieur vers Isparta, et au retour une escale à Rhodes. Le deuxième (5 avril-30 juin 1890) avec Théodore Colardeau, de Smyrne, passe à l’intérieur de l’Anatolie et se termine à Constantinople.

  • 35 C’est de Dürres en août 1890 que Bérard date le chapitre 1 de La Turquie et l’Hellénisme contempora (...)

25Un troisième voyage avec Philippe-Ernest Legrand, de juillet à septembre 1890, est plus difficile à reconstituer, car, n’ayant pas d’argument archéologique, il n’est pas évoqué dans le Bulletin de correspondance hellénique. Louis Robert le reconstitue d’après des indications dans les publications de Bérard sur la Macédoine. Ils ont parcouru, accompagnés (ou surveillés ?) par deux soldats turcs d’origine albanaise, la « grande Macédoine », soit la Thessalie, l’Épire, l’Albanie, et les régions des futures Yougoslavie, Bulgarie et Roumanie35.

26Durant ces séjours, Bérard voit vivre l’Empire ottoman dans la complexité de son organisation, de ses peuples et de ses religions. Il entend parler des massacres d’Arméniens perpétrés récemment en Anatolie (Van, Erzurum, Beyazit), ceux commis par les Kurdes (1876), ou lors de la manifestation de Kumkapı (Constantinople, juin 1890), tous ordonnés par Abdülhamid II (surnommé « Le Grand Saigneur »). Triste prélude aux grands massacres de 1915 de la jeune République turque.

27En septembre 1890, Bérard quitte Athènes et la tradition familiale dit qu’il aurait alors fait un détour jusqu’au fond de la Méditerranée et visité le Liban, la Syrie et une partie de la Perse, la Palestine et même l’Égypte, mais il n’existe, à notre connaissance, aucune preuve d’un tel voyage.

Le retour à Paris

  • 36 Op. cit. (n. 30). Plusieurs amis, à qui il a soumis son manuscrit, lui conseillent de modérer sa dé (...)
  • 37 Il dédie sa thèse à Paul Vidal de La Blache, Lucien Herr, Philippe Berger et Salomon Reinach. Ce qu (...)
  • 38 Victor Bérard, De Arbitrio inter liberas Graecorum civitates, thesim proponebat Facultati litteraru (...)

28De 1891 à 1895, Bérard est maître répétiteur (ou caïman) à l’ENS. Il finit sa thèse principale sur les cultes arcadiens36 qui souligne l’importance des cultes venus des peuples de la Mer et pourrait être la préface des Phéniciens et l’Odyssée37 qu’il rédigera plus tard. Sa thèse complémentaire aborde les relations politiques dans la Méditerranée ancienne38. C’est de ces années que date son amitié pour Charles Seignobos avec qui il suit des cours d’hébreu,

  • 39 Hervé Duchêne, op. cit. (n. 6), p. 23.
  • 40 Ils se retrouveront à maintes reprises dans la vie politique et c’est Herriot qui, au nom du Groupe (...)

29et pour Salomon Reinach auquel le lie une complicité qu’atteste leur correspondance39. Dans sa fonction à l’ENS, il croise pour la première fois Édouard Herriot (promotion 1891), pour le sermonner car celui-ci, du fait des difficultés financières de sa famille, refuse un poste à l’École de Rome pour être tout de suite professeur de lycée40.

  • 41 Services historiques de la défense de Vincennes-Marine, CC7 4e moderne, carton 186, dossier 3, Doss (...)
  • 42 Ibid.
  • 43 Ses cours ont été conservés par son fils Armand.
  • 44 Archives de l’EPHE.

30Bérard, voulant rester en marge du cursus universitaire classique qu’il juge trop contraignant, accepte un poste d’examinateur d’entrée à l’École navale (pour l’histoire, la géographie et l’anglais), succédant à Théophile Homolle, nommé directeur de l’EFA. Il intègre alors le monde de la Marine. Le concours a lieu tous les ans dans un port différent et avec d’autres examinateurs ils ont pris l’habitude d’y arriver en terminant par quatre ou cinq jours de marche. Les premières appréciations annuelles de son dossier dans la Marine sont dithyrambiques, soulignant son sérieux, sa compétence, sa moralité, son jugement, etc. Mais à partir de 1898, le ton change : on souligne « un caractère très indépendant », et que si « la valeur intellectuelle de Monsieur Bérard est peu contestable, la rectitude de son jugement l’est beaucoup moins41 ». On peut sans doute y voir le contrecoup de sa position dans l’affaire Dreyfus. Il en démissionne en 1900 « pour raison de famille42 ». Il est aussi, à partir de 1896 et jusqu’en 1914, professeur de géographie à l’École supérieure de marine43, formant des générations d’officiers à la géographie physique et politique. Les autres professeurs de cette école ont servi dans la marine à voile et lui apprennent les secrets des vents et des courants de la Méditerranée. Cette même année 1896, à 32 ans, il est reçu maître de conférences à l’École pratique des hautes études (IVe section des sciences historiques et philologiques) pour y enseigner la géographie ancienne. Les programmes de ses deux cours hebdomadaires montrent le subtil mélange d’histoire antique et de géographie qui suit ses intérêts politiques ou archéologiques du moment. Il demande deux congés pour des raisons inconnues : de trois mois en 1903, et d’un an pour « voyage en Orient » en 191344. En 1917, il s’absente pour une série de conférences en Suisse et en 1918 en Espagne.

  • 45 Victor Bérard, La Turquie et l’Hellénisme contemporain, Paris, Felix Alcan, 1893, ouvrage qui est c (...)
  • 46 Victor Bérard, La Macédoine, Paris, Armand Colin, 1896. C’est sans doute au cours de ce voyage que (...)
  • 47 Victor Bérard, La Politique du Sultan, Paris, Calman-Lévy, coll. « Les Marches du temps », 1897.
  • 48 À la demande de La Revue de Paris, selon Victor Bérard dans le Pro Macedonia, et pour l’inspection (...)
  • 49 Arthur John Evans, « Letter from Crete », Manchester Guardian 24-25 mai 1898.
  • 50 Victor Bérard, Les Affaires de Crète, Paris, A. Colin et Cie, 1898 (rééd. 1900).
  • 51 Ernest Lavisse, « La Paix d’Orient », La Revue de Paris 1 (janvier-février 1898), p. 865-894.

31À côté de cette activité d’enseignant, les publications politiques vont bon train avec, en 1893, La Turquie et l’Hellénisme contemporain45, puis en 1897, après un autre voyage en Macédoine, La Macédoine46 et La Politique du Sultan47. Il écrit des articles pour La Revue de Paris dirigée par Ernest Lavisse et dont Lucien Herr est secrétaire général. Il part quatre mois en Crète en 189748 où il retrouve l’Amiral Pottier, qu’il avait connu à Athènes en 1888 ; il rencontre Elefthérios Venizélos et vraisemblablement Arthur Evans49. Il en revient avec le texte de quatre articles sur la Crète pour La Revue de Paris, dont il fait Les Affaires de Crète en 189850. Ses publications sur la Question d’Orient le rapprochent encore d’Ernest Lavisse51 et de Salomon Reinach.

  • 52 Charles Andler, Vie de Lucien Herr (1864-1926), Paris, Rieder, 1932.
  • 53 Conservée au Centre d’histoire de Sciences Po, Archives d’histoire contemporaine, fonds Lucien Herr
  • 54 Dans le groupe des « intellectuels » : selon les auteurs, dénomination attribuée à Barrès pour atta (...)
  • 55 Bérard et Jamot se retrouvent en khâgne, à l’ENS puis à l’EFA. Jamot deviendra conservateur de la p (...)

32Victor Bérard, Joseph Chamonard, Félix Le Dantec et beaucoup d’autres se retrouvent chez Lucien Herr, autour de l’affaire Dreyfus. Charles Andler dans sa Vie de Lucien Herr, rappelle « quel rôle d’animateurs ont joué pendant la bataille dreyfusienne, au quartier Latin, Bérard et son ami Chamonard52 ». Tous font partie de la liste manuscrite de Herr53 des signataires pressentis du J’Accuse de Zola publié le 13 janvier 1898 dans L’Aurore, liste publiée dans l’édition du 14 janvier54. Cet engagement vaut à Bérard d’être filé par la police. Chez les dreyfusards, il se lie avec des politiques et des écrivains en devenir (Georges Clemenceau, Léon Blum, Jean Jaurès, les trois Reinach, Émile Loubet, Pierre Waldeck-Rousseau, Ludovic Trarieux, Marcel Proust, Octave Mirbeau, Anatole France, Jules Renard, etc.) et tous ceux qui vont participer à la création de la Ligue des droits de l’Homme (dont il est membre fondateur) en 1898. Par Paul Jamot qui a abandonné l’archéologie pour l’histoire de la peinture55, il rencontre des artistes : c’est ainsi qu’il sert de modèle à François Schommer qui peint au plafond du nouvel amphithéâtre Liard de la Sorbonne (salle des thèses) une allégorie du  « savant se présentant devant la vérité, entre la Science et l’Histoire ».

  • 56 Daniel Bermond, Armand Colin. Histoire d’un éditeur de 1870 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2008.
  • 57 Armand Bérard, op. cit. (n. 1), p. 22.

33Dans cette vie agitée, il fonde aussi une famille. En 1894, il est témoin de mariage d’un de ses amis de khâgne, Max Leclerc, qui épouse Jeanne, la fille aînée de l’éditeur Armand Colin. À la noce il fait la connaissance de sa sœur Alice (1876-1950). Les deux sœurs ont reçu une bonne éducation, passé le baccalauréat, parlent anglais et allemand, apprennent le dessin et la musique, montent à cheval, jouent au tennis et fréquentent les meilleurs fils de famille. Victor et Alice se plaisent et se revoient. La vie d’Armand Colin est rapportée par une descendante de Jeanne56. Commissionnaire chez Delagrave, il avait épousé Blanche Badin (qui travaillait aux expéditions), et par son métier connaissait beaucoup d’enseignants de l’instruction publique. En 1869, il fonde sa propre maison d’édition et achète un stock de papier pour une collection de livres scolaires. Mobilisé en 1870, il se renfloue au retour par la vente d’une partie de son stock et imprime seulement des échantillons de ses premiers livres scolaires dont il inonde les inspecteurs. Dès 1872, il a 25 % du marché et publie 50 millions d’exemplaires en quinze ans. L’école laïque et obligatoire de Jules Ferry complète sa réussite. Il devient un entrepreneur fortuné avec un luxueux appartement boulevard Saint Germain57 (où il fait même installer un ascenseur hydraulique !), une grande maison de vacances à Saint-Valery-en-Caux, une loge à l’opéra à l’année, et plusieurs attelages.

  • 58 Le régime de l’Enzel est un régime foncier propre à la Tunisie qui fournit une rente perpétuelle, l (...)

34Ce qu’oublie de raconter son biographe c’est que lorsque Bérard lui demande la main d’Alice, il lui répond « Vous épouserez ma fille lorsque vous pourrez lui offrir deux domestiques et une cuisinière », ce qui était hors de portée d’un modeste agrégé. Les jeunes gens s’attendent pendant cinq ans en se rencontrant chez des amis ou dans les lieux publics. En 1899, Colin convoque les tourtereaux et demande à sa fille « Veux-tu toujours épouser ton agrégé ? Si c’est le cas, fais-le… mais je te déshérite ». Ils se marient à la mairie du 6e le 17 juillet 1899 (fig. 6). Armand Colin meurt en 1900. Alice reçoit en héritage une propriété sous le régime de l’Enzel en Tunisie58. La famille de Jeanne hérite de la maison d’édition et des autres biens. L’affection réciproque des deux sœurs et l’amitié pour Max Leclerc fait que toutes les publications ultérieures de Bérard se feront pourtant chez Armand Colin. La vraie raison de cette antipathie reste inconnue : si son biographe dit que Colin était dreyfusard, la tradition familiale dit que « l’Affaire » a séparé les deux hommes. Ou est-ce la défiance mutuelle entre l’intellectuel et l’homme d’affaire ? Nul ne sait.

Fig. 6 a. Victor Bérard en 1899. b. Alice Bérard en 1899.

Fig. 6 a. Victor Bérard en 1899. b. Alice Bérard en 1899.
  • 59 Photographies conservées au Centre d’Iconographie Genevoise de la Bibliothèque de Genève.
  • 60 Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée, 2 t., Paris, Armand Colin, 1902-1903 (rééd. 1927). Béra (...)

35Après leur mariage, les jeunes époux habitent rue de la Planche, puis rue de Vaugirard. En 1901, en guise de voyage de noces, Victor et Alice partent en Grèce pendant deux mois sur les traces d’Ulysse et de Télémaque, et les résultats, illustrés des photographies d’Alice59, sont publiés dans la Revue archéologique et Les Annales de géographie puis dans Les Phéniciens et l’Odyssée60. De ce voyage, Alice racontait à ses enfants les étapes à pied ou à cheval sous un soleil de plomb, les auberges où un poulet étique composait le menu de tout le jour, les chambres où le pied faisait lever un nuage de puces, le revolver dans sa poche de jupon et les courses sur un ballast de chemin de fer pour attraper un train qui ne passait que tous les trois jours. Les naissances de Pauline (1900-1967), puis celle d’Armand (1904-1990) et celle de Jean (1908-1957) viennent compléter la famille. Alice s’est toujours effacée, assistant Victor, son grand homme, dans sa vie politique et archéologique, totalement dévouée à son mari et à ses enfants (fig. 7). À la suite de ses premiers écrits arménophiles, Bérard est l’animateur de réunions dans les capitales européennes, notamment avec Anatole France. Il se tient au courant par ses contacts avec le comte Ostrorog (conseiller de la Banque Ottomane), Georges Gaulis (correspondant du Temps à Constantinople) et Paul Cambon (Ambassadeur à Constantinople jusqu’à sa nomination à Londres en 1898). Les services de renseignement turcs le surveillent de près.

Fig. 7 Alice Bérard et ses enfants : Pauline à gauche, Armand à droite et Jean sur les genoux de sa mère.

Fig. 7 Alice Bérard et ses enfants : Pauline à gauche, Armand à droite et Jean sur les genoux de sa mère.
  • 61 Herr s’en va fonder L’Humanité avec Jaurès.

36En 1904, Herr le convainc d’accepter sa place comme secrétaire général, en charge des affaires étrangères, à La Revue de Paris61. Bérard y restera jusqu’en 1911, arrivant à la revue tous les jours à 15h (la matinée restant dévolue à l’archéologie), car outre l’écriture, il assure le choix des auteurs, la relecture des articles, la correction et la mise en page. Bérard publie plus de cent vingt articles dont la plupart seront la matière de ses livres politiques (dont certains plusieurs fois réédités et traduits en anglais, italien ou espagnol). L’année 1904 est aussi occupée par sa participation à l’Entente Cordiale aux cotés de Théophile Delcassé et de Paul Cambon, grâce à son bon anglais et à sa connaissance des dossiers. À cette période, il voyage à plusieurs reprises en Algérie et au Maroc où Lyautey, ami de son beau-frère Max Leclerc, met à sa disposition les moyens de communication militaires. Si on positionne les livres politiques de Bérard sur une carte d’Europe, on devine son obsession de l’équilibre entre les alliances germaniques et françaises.

La maison de la rue Denfert Rochereau

  • 62 Gilbert Perroy, « Victor et Jean Bérard, hellénistes, 75-77 avenue Denfert Rochereau, de 1911 à 195 (...)
  • 63 Victor Navlet (1819-1886). Ce tableau de 4 × 7,1 m est conservé au musée d’Orsay, peint pour l’Expo (...)

37En 1910, Victor et sa femme décident, le jour même où ils la visitent, d’acquérir une grande maison au 75-77 rue Denfert Rochereau62. Cette maison ne figure pas sur le plan de Turgot, mais apparaît sur le tableau de Victor Navlet représentant le Sud de Paris en 1855 (fig. 8)63.

Fig. 8 La maison de Denfert : a. côté jardin ; b. côté cour ; c. jeux en famille ; d. réflexion au jardin.

Fig. 8 La maison de Denfert : a. côté jardin ; b. côté cour ; c. jeux en famille ; d. réflexion au jardin.
  • 64 Au no 1 de la rue Cassini, sous un faux nom pour échapper à ses créanciers après la faillite de son (...)
  • 65 Dans l’une de ses lettres à Madame Hanska.
  • 66 Ex Via inferior romaine déformée en d’Enfer.
  • 67 Les Eudistes ont résisté en occupant le terrain en y faisant des messes et processions en plein air (...)
  • 68 Dit aussi d’Arcueil ou de Médicis, construit pour alimenter les fontaines de la montagne Sainte-Gen (...)
  • 69 Armand Bérard, op. cit. (n. 1).

38Balzac qui a habité ce quartier en 182864, entre la maternité de Port-Royal, l’hôpital Cochin et l’Observatoire, aurait écrit : « J’habite un endroit merveilleux entre les femmes qui accouchent, les malades qui agonisent et les fous qui se trompent65 ». L’ensemble de bâtiments sur un terrain de 3 000 m² a d’abord été un relais des Messageries vers Orléans, avec des écuries, une cour, des bâtiments pour loger voyageurs et employés, et la maison du roulier avec son jardin. L’entreprise a périclité avec le chemin de fer de Paris à Orléans (1850). En 1900, l’ensemble est occupé par des Eudistes. Le 14e arrondissement fait partie du grand Paris de Haussmann qui a aménagé la place d’Enfer66, alors devenue par un mauvais jeu de mots, Denfert-Rochereau, en y mettant en 1880 la copie du lion de Belfort de Bartoldi. En 1900, ce quartier reste populaire, voire populeux aux yeux du bourgeois, avec beaucoup d’artisans, d’entrepôts et d’immeubles de rapport, et même des fermes. Jusqu’à l’arrivée en 1910 de la ligne 4 du métro, le quartier est mal desservi avec un tramway par heure la journée, et aucun le soir. Les amis de Bérard s’étonnent : « Pourquoi habiter là ? On ne peut même pas aller dîner chez vous ! ». Par contre, l’Arpajonnais emprunte les voies du tramway la nuit pour descendre les légumes aux Halles dans un bruit de ferraille (jusqu’à 10 trains par nuit à la belle saison). L’ensemble est vendu en 190867, après la séparation de l’Église et de l’État. Un promoteur l’achète, et le revend en 1909. Les bâtiments sont vétustes et Bérard n’a pas de quoi financer les réparations et aménagements qu’il ne fera qu’après ses succès de librairie. Les jardins mitoyens des congrégations religieuses et de l’Observatoire en font un havre de verdure avec un terrain planté de quelques arbres fruitiers et d’un potager. Curiosité de ce terrain, il contient le 26e regard du souterrain de l’aqueduc de Rungis68 qu’on pouvait parcourir sur une centaine de mètres. Victor et Alice plantent le jardin et y acclimatent des espèces méditerranéennes (arbre de Judée, cyprès, figuiers, ifs). Toute la famille participe à l’entretien69 : Bérard propose souvent à ses visiteurs d’y descendre et, tout en discutant, taille un rosier, bêche ou tire le râteau. Il fait de même pour réfléchir à une question difficile, ou, s’il pleut, commence une réussite dans le salon, et abandonne tout pour consigner l’idée lorsqu’elle jaillit. Au rez-de-chaussée un grand salon, une salle à manger, une cuisine, un office, une pièce pour les devoirs des enfants, plus une pièce dite « salon des Arméniens », pour recevoir et héberger ses correspondants de passage. Au premier étage, un boudoir pour Alice et les chambres, et au deuxième étage, deux grands bureaux : un pour l’archéologie avec une grande table et un meuble à cartes et l’autre pour la politique. Bérard y travaillait avec des élèves et un secrétaire, René Langumier (après 1920), se tenant parfois debout entre les deux pièces pour dicter deux textes à la fois.

  • 70 Ibid.

39Bérard sort peu et ne va pas au spectacle, mais fait table ouverte le dimanche après-midi dans le salon ou le jardin, selon le temps. Au fil des années, les visiteurs du dimanche ont été nombreux, mêlant habitués et visiteurs de passage70. Des enseignants (Émile Gautier, le géographe du Sahara, Georges Colomb, dit Christophe, auteur du Savant Cosinus, de La Famille Fenouillard et du Sapeur Camenbert, Seignobos, Thibaudet, Jamot…) ; des marins et des militaires (l’amiral Lacaze, le commandant de Champfeu, Pierre Loti, le général Spears, le maréchal Lyautey…) ; des politiques (Théophile Delcassé, Raymond Poincaré, Jules Pams, Georges Clemenceau, Gabriele d’Annunzio, Wickham Steed [correspondant puis directeur du Times], Elefthérios Venizélos, le Comte Ostrorog, Pierre Ier de Serbie, Grégor Yakchitch, Paul Cambon) ; des écrivains (Henri de Régnier, Anna de Noailles, Blasco Ibáñez, l’abbé Mugnier, Charles Péguy, Henry Bergson…) , mais aussi des élèves et les Jurassiens de passage à Paris.

La concrétisation du travail odysséen

  • 71 Député d’Oran, ayant été sous-secrétaire d’État aux Colonies, ministre de l’Intérieur, ministre de (...)
  • 72 Albert Thibaudet, op. cit. (n. 3), p. 76.

40En juillet 1911, Bérard quitte La Revue de Paris. Thibaudet écrit que « Lavisse dut choisir entre Bérard et l’amitié d’Étienne71, entre l’idéaliste de province et le chef des groupes coloniaux72 ». Bérard a toujours été réticent envers la politique coloniale de la France, quant à ses méthodes et à ses buts. Il réfutait l’argument du rôle messianique de l’Europe porteuse de la civilisation qui cachait des intérêts financiers. Il y voyait seulement un devoir d’ingérence, dans son esprit tout à fait transitoire, pour rétablir la paix entre les peuples.

41Son désengagement politique lui donne plus de temps pour son travail homérique. Il termine sa traduction de l’Odyssée et Alice en est toujours la première auditrice.

  • 73 Avec Gustave Fougères, Albert Thibaudet, Charles Picard, Maxime Collignon, Georges Nicole, ainsi qu (...)
  • 74 Le récit de ce voyage se trouve dans Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, 4 t., Paris, Armand C (...)
  • 75 Victor Bérard, Dans le sillage d’Ulysse. Album odysséen, avec des photographies de Fréd. Boissonnas (...)
  • 76 Photographies conservées au Centre d’Iconographie Genevoise de la Bibliothèque de Genève.

42En 1912, il fait avec Fred Boissonnas le projet d’une édition illustrée de l’Odyssée et ils vont, en plusieurs séjours, aller photographier les sites odysséens repérés par Bérard d’après les textes lors de ses voyages. La collaboration de Boissonnas et des archéologues est ancienne73 et cet amoureux de la Grèce a consacré plusieurs livres de photographies au « Voyage en Grèce ». Certaines étapes se font sur des bateaux de lignes ou en chemin de fer, d’autres sur un petit bateau à voile, L’Olive, pour mieux sentir les dérives et les vents74 (fig. 9). Les deux compères n’iront pas au pays de Kikones à cause de la guerre gréco-turque, mais se retrouvent quand même à traîner entre les belligérants, au point que la Sublime Porte demande à la France de les faire déguerpir. Pour certaines étapes italiennes, Bérard fait venir sa femme et ses enfants. Ils en rapportent 1400 plaques photographiques en verre dont 175 seront publiées dans l’Album odysséen75. À côté des photographies odysséennes, conçues pour être vues en tenant l’Album d’une main et le texte de l’Odyssée de l’autre, c’est un reportage géographique et ethnographique sur la Méditerranée de 191276.

Fig. 9 Sur L’Olive. a. Déjeuner avec Boissonnas. b. Travail odysséen. c. Sur le pont.

Fig. 9 Sur L’Olive. a. Déjeuner avec Boissonnas. b. Travail odysséen. c. Sur le pont.

43Puis vient la guerre de 1914. Bérard propose ses services à Raymond Poincaré, qui les refuse, ne lui pardonnant pas d’avoir soutenu Jules Pams aux élections de 1913. En 1914, puis en 1918, Paris est menacé par l’avancée allemande. On fait savoir à Bérard que ses écrits politiques et son action lui valent d’être sur la liste noire des Allemands : si Paris est pris, il sera arrêté, sa maison fouillée et brûlée. On lui conseille de quitter la capitale, mais Bérard reste, éloigne seulement femme et enfants, et brûle une partie de ses archives. Il est rappelé en politique en 1917 par Clemenceau et Pams. En 1917, officiellement pour des conférences, il est en Suisse et au printemps 1918, à Madrid (mais aussi pour rencontrer son ami Francesc Cambó, ministre du commerce d’Alphonse XIII, pour que son gouvernement ne cède pas aux pressions du Reich).

Victor Bérard, Sénateur

  • 77 Qu’il va toutes les deux présider pendant des années.
  • 78 Issus d’un discours à la commission de l’enseignement du Sénat, cité par Albert Thibaudet, op. cit.(...)

44En 1920, Bérard, pressé par ses amis, se présente comme sénateur du Jura. Il est élu puis réélu jusqu’à sa mort. Membre de la Gauche démocratique, il est de 1922 à 1924 vice-président du Sénat. Il participe à de nombreuses commissions, notamment celles de l’enseignement et des affaires étrangères77. À la commission de l’enseignement, il s’insurge contre le surmenage des élèves, propose l’enseignement par le cinéma, et se bat pour l’apprentissage des langues vivantes, affirmant que « l’enseignement du grec et du latin est un fossile qui n’est plus de ce monde ! 78 ». C’est un sénateur actif tant par sa présence assidue au Sénat que par ses visites à ses administrés dans le Jura.

  • 79 Aujourd’hui intégré dans le conservatoire du littoral.

45À cette période de sa vie, il est reconnu comme helléniste et gagne bien sa vie de publications maintes fois rééditées. Une société américaine lui propose d’écrire le scénario d’un film sur l’Odyssée. Il améliore le confort de sa maison mais mène toujours une vie simple et sans ostentation. Ses vacances se passent en partie à Saint-Cergue, près de Morez mais sur le versant suisse, où il retrouve Thibaudet et Bergson, et au bord de sa chère Méditerranée, à La Croix-Valmer où on arrive en train jusqu’à Toulon puis par un petit tortillard. Après plusieurs séjours à l’hôtel, il envisage de s’y faire construire une maison pour sa retraite et achète une garrigue dominant le cap Camarat, mais ce projet ne verra pas le jour79.

46C’est à cette période qu’il s’investit dans deux de ses actions peu connues, développées ici, car non traitées dans le reste de ce volume : l’enseignement technique et l’affaire des zones franches.

  • 80 Ses interventions musclées sont rapportées dans Alexandre Ribot, Enquête sur l’enseignement seconda (...)
  • 81 Jusque-là dépendant du ministère de l’Industrie.

47Dès 1899, Bérard participe à la commission parlementaire Ribot qui va instituer, à côté de l’enseignement secondaire classique où on fait ses humanités, seule voie alors pour entrer dans une faculté, un baccalauréat « moderne » sans grec ni latin pour ceux qui se destinent aux disciplines scientifiques80. Après la création d’un enseignement technique dépendant de l’Éducation nationale en 192081, il milite pour la création de lycées techniques répétant qu’« Une démocratie doit aussi être une nation d’habiles artisans ». En 1895, une École pratique d’industrie d’horlogerie a été ouverte à Morez, complétée par la lunetterie en 1911. Sous son impulsion, elle devient en 1928 l’École nationale d’optique et de lunetterie puis en 1929 le lycée technique de Morez (qui porte aujourd’hui son nom), un des premiers lycées de ce type à ouvrir.

  • 82 Rémi Mogenet, Victor Bérard. Helléniste et, face au « danger suisse », pourfendeur de la zone neutr (...)
  • 83 Victor Bérard, Genève, la France et la Suisse, 4 t., Paris, Armand Colin, 1927 ; id., Genève et les (...)

48L’autre affaire jurassienne pour laquelle Bérard s’enflamme est celle des zones franches et des zones neutres82. Genève était française après la Révolution. Lors de son rattachement à la Suisse en 1815, pour en garantir l’inviolabilité et la neutralité, la Suisse avait obtenu du royaume de Piémont Sardaigne au traité de Paris une zone neutre, lui permettant d’occuper militairement des points stratégiques de Savoie. D’autre part, le territoire de Genève étant insuffisant pour l’économie de sa population, des zones franches ont été créées en 1860 dans le pays de Gex et sur le bord du Léman, avec des droits douaniers réduits (sur tous les produits exportés de Suisse mais seulement sur ceux choisis par la Suisse dans l’autre sens). Après une négociation avortée, la France rétablit en 1923 des douanes sur la frontière géographique. L’affaire est portée devant la Cour de La Haye en 1924, qui fait une recommandation, et Bérard est chargé par le Sénat d’un rapport en 1926. Il fait un discours fleuve en mars 1928, et publie un rapport de 2 000 pages, dont il fait aussi une version brève pour alerter l’opinion publique sur ce qu’il considère comme un viol de l’intégrité française83. C’est, après un long exposé historique et géographique, une attaque en règle contre les Suisses, accusés de mauvaise foi, de mensonge et d’affairisme sur le dos des Français. On y sent le vieux Jurassien radical, indigné de la richesse suisse, peu recommandable à ses yeux. Et peut-être le relent des souvenirs de ses grands-parents moréziens qui avaient vu arriver les milices genevoises à Morez avec les Cosaques en 1815. La raison de cette agressivité reste mystérieuse et incomprise de ses contemporains, surtout de ses amis suisses. Aristide Briand clôt le débat au Sénat en remerciant Bérard de ses remarques, mais en approuvant les recommandations de la Cour de La Haye qui suppriment les zones neutres et laissent persister quelques zones franches. Ce dernier combat de Bérard n’était peut-être pas le meilleur.

  • 84 Comme c’est l’usage pour les personnes ayant eu un rôle diplomatique, le Quai d’Orsay est venu trie (...)
  • 85 CMR [Jean Bérard], Histoire du fascisme italien, 1919-1937, Paris, Rieder, 1938 (rééd. par AMS Pres (...)

49Les dernières années de sa vie sont toutes entières consacrées à son travail d’historien et à sa fonction de sénateur. Sa santé se dégrade rapidement en 1931 et il meurt en quelques mois d’un cancer de l’estomac à l’âge de 67 ans84. Il laisse trois enfants et une femme désemparée, qui entretiendra son souvenir pendant vingt ans. Pauline a épousé un médecin et fait de la peinture ; les deux fils sont Normaliens. L’aîné, Armand, reprend le flambeau politique en faisant une carrière diplomatique brillante qu’il commence comme secrétaire d’ambassade auprès d’André François-Poncet à Berlin de 1931 à 1936. Jean va suivre la voie archéologique à l’École de Rome. Il assure les publications posthumes de Victor Bérard et se consacre à la colonisation grecque en Italie méridionale et en Sicile. Il écrit également plusieurs livres sur l’enseignement et l’éducation, ainsi qu’une histoire du fascisme italien publiée sous le pseudonyme CMR85.

Une part d’ombre ou un défaut d’éclairage ?

  • 86 Voir supra, n. 46.
  • 87 Op. cit. (n. 7), p. 86.
  • 88 Gabriel Hanotaux, Carnets (1905-1925), Paris, Pedone, 1982, p. 30-33.
  • 89 Alors respectivement ambassadeurs à Constantinople, à Athènes et à Rome.
  • 90 Georges-Henri Soutou, « La France et la crainte d’une paix de compromis entre la Serbie et les Puis (...)
  • 91 Armand Bérard, op. cit. (n. 1).

50Bérard n’a pas occupé de poste politique officiel mais a été acteur de l’univers complexe et sensible de la politique française d’Orient. Son carnet d’adresses et son réseau de connaissances le liaient aux sphères de la politique française et internationale et à celles de l’armée. Et certaines questions persistent. Il existe des temps de la vie de Bérard pendant lesquels nous ne savons pas où il était ni ce qu’il faisait, comme avant de revenir de l’EFA, ou durant les congés de l’EPHE. Il y a aussi cette curieuse mission en Crète, dont le commanditaire n’est pas connu, ou cet énigmatique télégramme à Reinach86, et ces missions en Suisse et en Espagne en 1917-1918. Olivier Layre87 rapporte qu’un passage des carnets d’Hanotaux88 évoque un complot en 1897, ourdi contre lui par Cambon, Bourrée et Barrère89 et un certain Bérard (le prénom n’est pas cité) « dont le voyage aurait été décidé ainsi », pour le faire tomber du ministère des Affaires étrangères au profit de Delcassé. Or, les dates correspondent au séjour crétois de Victor Bérard. Layre rapporte aussi que Bérard serait intervenu en 1916 dans une affaire impliquant Yakchitch et la Main Noire pour renverser le gouvernement serbe90, mais cela semble curieusement contraire à leurs idées, à moins de supposer que Yakchitch était un agent double qui aurait trompé Bérard91. Par ailleurs, qu’allait-il faire entre les troupes grecques et turques en 1912 ? Tous les politiques français n’étaient pas sur la liste noire des Allemands, pourquoi lui ? Certains ont voulu voir en Bérard un « Monsieur Moyen-Orient » qui utilisait ses missions archéologiques pour être en contact avec les acteurs de l’émancipation des peuples de l’Empire ottoman.

  • 92 Gilbert Perroy, op. cit. (n. 62).
  • 93 Armand Bérard, op. cit. (n. 1).

51Gilbert Perroy, reprenant des accusations de l’époque, s’étonne qu’un salaire d’agrégé lui ait permis d’acheter la maison de Denfert92. Mais Perroy qui connaît l’histoire du 14e arrondissement, sait aussi qu’une maison y était moins chère qu’un appartement bourgeois dans un arrondissement plus côté. Le prix d’achat par Bérard n’est pas connu ; en 1896, les Eudistes l’avaient achetée à un prix qu’ils jugeaient très modéré, 300 000 francs. Comme il s’agissait de bâtiments en mauvais état, et de biens d’Église que certains avaient scrupule à acheter, Perroy pense que Bérard l’a rachetée moins cher. Il note aussi qu’un autre universitaire sans fortune familiale achetait au même moment un terrain dans le quartier et y faisait construire un immeuble. Armand raconte que « pour payer cette acquisition, ils durent mobiliser tous leurs avoirs93 » et faire un emprunt, la vente de la propriété de Tunisie ne suffisant pas. Les revenus d’universitaire de Bérard étaient complétés par ceux de ses publications aux rééditions multiples, et la famille ne menait pas grand train. Les travaux plus importants n’ont été faits qu’après la publication à succès de l’Odyssée.

52Dans la mémoire familiale rien ne soutient l’hypothèse de financements occultes, et cela semblerait loin des valeurs que Bérard a défendues. Il a toujours affirmé qu’on pouvait vérifier chaque franc qu’il avait gagné ou dépensé, mais il n’y a pas de preuves à fournir pour sa défense.

53Autant de questions auxquelles nous ne pouvons pas répondre aujourd’hui. L’accessibilité toute récente des archives du Quai d’Orsay et l’existence d’archives familiales inexploitées vont sans doute permettre d’apporter quelque éclairage à certaines de ces zones d’ombre.

Le caractère de Victor Bérard

  • 94 Recueil des hommages, op. cit. (n. 2) ; Armand Bérard, op. cit. (n. 1) ; Albert Thibaudet, op. cit.(...)
  • 95 Armand Bérard, op. cit. (n. 1) ; Albert Thibaudet, op. cit. (n. 3).
  • 96 Armand Bérard, op. cit. (n. 1).

54Quel caractère se cache derrière les yeux clairs et la barbe de Poséidon des photographies d’époque ? N’ayant pas de témoin à charge et ne l’ayant pas connu, nous ne pouvons que nous fier aux témoignages de ceux qui l’ont apprécié et qui sont donc suspects de complaisance. Mais leur unanimité plaide pour au moins une part de vérité dans leurs descriptions. Tous s’accordent à dépeindre un montagnard à la haute stature, respirant la santé, marcheur infatigable, bourreau de travail, à la voix haute et claire et au charme communicatif. « Une allégresse robuste, saine, éclatante, qui était un de ses charmes et aussi une de ses forces » dit Jamot dans les hommages rendus. Et il ajoute, « affable et courtois, il débordait de vie et partout où il entrait apportait un enthousiasme et un entrain »94. Ses récits étaient coupés de grands rires sans méchanceté. Ardent dans la controverse, il ne parlait que des sujets sur lesquels il avait travaillé et réfléchi, exposant ses idées et ses conclusions avec passion et terminant par un « Ce n’est pas douteux ! » resté dans les annales95. Il était cependant tolérant pour ses contradicteurs si, et seulement si, leur position était sainement étayée, sinon il ne transigeait pas et préférait se retirer plutôt que de composer, ce qui lui a valu quelques rancunes profondes. Ainsi, Seignobos fut de ses amis intimes, et même s’il ne partageait pas sa vision de la méthode historique, il en acceptait les arguments et en reconnaissait la valeur. Comme il acceptait les critiques acerbes de son ami Salomon Reinach sur ses théories. Et après avoir débattu avec son ami de l’avenir de la Grèce, Venizélos terminait souvent la discussion par « Eh bien simplement parce que je suis Venizélos et que tu es Bérard96 » comme le rapporte Armand. Par contre il ne pardonnait pas à Loti d’avoir composé avec le régime hamidien ou à Brunetière d’être antidreyfusard.

55Malgré ses multiples occupations, il consacrait du temps à sa famille et particulièrement à ses enfants, leur communiquant sa culture et ses valeurs, les emmenant souvent en voyage. La carrière de ses fils montre de quelle empreinte il les a marqués, bien que tous deux, au début de leur carrière, aient eu à subir les rancunes de certains de ses anciens adversaires.

  • 97 Albert Thibaudet, op. cit. (n. 3).

56C’était « un savant original parce qu’il avait le sens des réalités ». Il se jugeait heureux, et Thibaudet en dit : « Cet homme d’une intelligence supérieure avait encore à soixante-sept ans, la pureté et l’innocence d’un enfant97. »

ÉPILOGUE

  • 98 Albert Thibaudet, La République des Professeurs, Paris, Grasset, 1927.

57Si le temps a conduit à remettre en question certaines idées politiques ou historiques de Bérard, personne ne peut nier que son travail acharné et ses idées novatrices ont eu, à son époque, de l’influence. « Ce n’est pas douteux ! ». Sa réflexion conjuguait ses connaissances historiques, géographiques, politiques, économiques et ethnographiques, qu’il souhaitait mettre à la disposition de tous. Victor Bérard est un digne représentant de « la République des Professeurs » telle que la définit Thibaudet98, cette génération de républicains qui voulait l’indépendance des pouvoirs politiques, religieux, financiers et artistiques. Il fut, parmi d’autres, un modèle de ces hommes qui ont eu une action politique sans en attendre de bénéfices, et qui ont mis leur intelligence au service de la République, un historien engagé au service de son pays. Nous, ses descendants, ne pouvons qu’être fiers du patriarche, mais parmi les valeurs qu’il nous a transmises, il y a aussi qu’« on ne juge pas un arbre à ses racines, mais à ses fruits ! ».

58Toutes les photographies sont issues du fonds familial sauf la fig. 8b dont l’exemplaire était en mauvais état et a été repris dans le fonds Boissonnas du Centre d’iconographie genevois de la bibliothèque universitaire de Genève.

Notes

1 Armand Bérard, Un ambassadeur se souvient. Au temps du danger allemand, t. I, Paris, Plon, 1976, p. 11-50.

2 Recueil des hommages rendus à Victor Bérard. Discours prononcés aux obsèques et au Sénat, Paris, Imprimerie de Vaugirard, 1932.

3 Albert Thibaudet, « Un idéaliste de province », La Nouvelle Revue française 220 (janvier 1932), p. 66-83.

4 Seules une dizaine de pages manuscrites ont été rédigées par Jean Bérard sur son enfance et sur son père. C’était le projet d’un texte plus long. Ces notes contiennent ensuite des idées et des faits sans rédaction et des idées jetées sur le papier dans un grand thrène funèbre. Ces notes sont conservées dans la famille.

5 Georges Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, Albert Fontemoing, 1901.

6 Hervé Duchêne, « Bérard, père et fils », dans Michel Gras, Jean-Pierre Brun (éds), Avec Jean Bérard, 1908-1957 : la colonisation grecque, l’Italie sous le fascisme, Rome, École française de Rome, 2010.

7 Olivier Layre, Un philhellène français face à la crise crétoise, mémoire de Master d’histoire politique, défense et politique de sécurité, université Montpellier III, 2009. À cette date le dossier Victor Bérard au Quai d’Orsay était encore inaccessible.

8  Ministre de l’instruction publique en 1912 et représentant de la France à la SDN en 1918.

9  La tradition familiale dit que certains Chinois en ont gardé des traits de famille !

10 Depuis la Révolution, à côté de la formation des écoles de pharmacie, un préparateur, après huit ans de service, pouvait après trois examens devenir pharmacien de 2e classe, et s’installer dans une ville sans pharmacie.

11 Jean Bérard, op. cit.(n. 4).

12 Jusqu’à 80 000 horloges comtoises par an en 1860 et 11 000 000 de lunettes en 1880, qui s’exportent partout dans le monde. Jean-Marc Olivier, Des clous, des horloges et des lunettes : les campagnards moréziens en industrie, 1780-1914, Paris, Éd. du CTHS, 2004, p. 412.

13 Ibid.

14 Après des études secondaires, Reine a travaillé dans une entreprise. D’un mariage malheureux dont elle a divorcé, elle eut une fille qui mourut à 20 ans de tuberculose. Elle a fini sa vie avenue Denfert-Rochereau dans la maison de Victor Bérard.

15 Léon a fait aussi une scolarité brillante et a obtenu une bourse pour « faire Médecine » à Lyon où il devient professeur de chirurgie. Avec les frères Lumière et Édouard Herriot, il fut à l’origine de la création d’un des premiers services groupant les différents spécialistes du cancer à l’Hôtel-Dieu de Lyon en 1935.

16 Marc Monnier, « La Suisse pendant la guerre », Revue des Deux Mondes 1er mai 1871, p. 53.

17 Op. cit. (n. 2), p. 53.

18 Jean Bérard, op. cit. (n. 4).

19 Avec Victor à Paris, Léon au lycée et Reine dans une pension, cela représente les deux tiers des revenus de Jean-Baptiste d’après les notes de Jean Bérard, ibid.

20 Lucien Herr (1864-1926), ENS 1883. Agrégé de philosophie, il voyage en Russie et en Allemagne puis étudie à Leipzig. Militant au Parti Ouvrier Socialiste à partir de 1889, ardent dreyfusard, il restera toute sa vie bibliothécaire de l’ENS.

21 Georges Radet, op. cit. (n. 5), p. 208. C’est en Italie que Bérard apprend l’italien.

22 Ibid., et Hervé Duchêne, op. cit. (n. 6).

23 Les notes manuscrites de Gustave Fougères sont conservées à la bibliothèque de l’INHA et l’ensemble de son travail publié dans Mantinée et l’Arcadie orientale, Paris, Albert Fontemoing, coll. « BEFAR » 78, 1898.

24 Deux membres de l’EFA en sont morts en 1882 : Georges Radet, op. cit. (n. 5), p. 208.

25 Gustave Mendel, « Fouilles de Tégée : rapport sommaire sur la campagne de 1900-1901 », BCH 25 (1901), p. 241-281.

26 Victor Bérard, « Tégée et la Tégéatide », BCH 17 (1893), p. 1-24.

27 Bérard a créé le terme de topologie (« qui étudie la structure des sites »). Cette idée est développée dans deux articles qui feront couler beaucoup d’encre : Victor Bérard, « Topologie », Revue archéologique 34, 3e sér. (1899), p. 65-96, et Victor Bérard, « Topologie et toponymie antiques. La Pylos homérique », Revue archéologique 36, 3e sér. (1900), p. 345-391.

28 Gustave Fougères, « Réponse à M. Schliemann », BCH 14 (1890), p. 271-275.

29 Selon Diodore de Sicile XV 87, 6 et Cornelius Nepos XV 9, 4 et XV 10, 2, Épaminondas, blessé à mort, aurait dit à propos de ses principales victoires à quelqu’un qui regrettait son absence de descendance : « Non, par Zeus […] je laisse deux filles, la victoire de Leuctres et celle de Mantinée » (trad. Claude Vial, CUF, 1977) ou « J’ai assez vécu, […] je laisse pour fille la bataille de Leuctres qui me survivra » (trad. Anne-Marie Guillemin, CUF, 1923).

30 Victor Bérard, De l’origine des cultes arcadiens : essais de méthode en mythologie grecque, Paris, Thorin & fils, coll. « BEFAR » 67, 1894.

31 Georges Perrot, « Homère, d’après les plus récentes découvertes de l’archéologie », Revue des Deux Mondes juillet 1885, p. 275-318 et id., « La question homérique », Revue des Deux Mondes décembre 1887, p. 585-617.

32 Contrairement à l’Iliade, et si on exclut le chapitre du massacre des Prétendants, dont il fait un élément à part.

33 Louis Robert, « Les enquêtes de Victor Bérard, helléniste et géographe au moyen Orient – 1887 à 1896 », Revue d’Histoire du Quatorzième Arrondissement de Paris 18 (1973), p. 28-35 et Opera minora selecta, t. IV, Amsterdam, Hakkert, 1989, p. 111-122.

34 Voir les remerciements de Bérard dans l’article « Inscriptions de Telmessos », BCH 14 (1890), p. 162-176 et Georges Radet, op. cit. (n. 5).

35 C’est de Dürres en août 1890 que Bérard date le chapitre 1 de La Turquie et l’Hellénisme contemporain. Voir infra.

36 Op. cit. (n. 30). Plusieurs amis, à qui il a soumis son manuscrit, lui conseillent de modérer sa défense du « sémite » qui n’est pas à la mode, mais il n’en a cure.

37 Il dédie sa thèse à Paul Vidal de La Blache, Lucien Herr, Philippe Berger et Salomon Reinach. Ce qui n’empêche pas ce dernier de faire un rapport très critique sur les hypothèses de son ami qui lui vaut une réponse de Bérard (Revue critique 1894, p. 402-406 et p. 515-517).

38 Victor Bérard, De Arbitrio inter liberas Graecorum civitates, thesim proponebat Facultati litterarum Parisiensi, Lutetiae Parisiorum, Ernest Thorin, 1894.

39 Hervé Duchêne, op. cit. (n. 6), p. 23.

40 Ils se retrouveront à maintes reprises dans la vie politique et c’est Herriot qui, au nom du Groupe Radical, viendra présenter ses condoléances à Alice Bérard en 1931. Par un curieux hasard de la vie, Jean Bérard épousera la fille d’Édouard Herriot, rencontrée à Rome en 1939.

41 Services historiques de la défense de Vincennes-Marine, CC7 4e moderne, carton 186, dossier 3, Dossier individuel Victor Bérard, bulletins individuels 1891 à 1898.

42 Ibid.

43 Ses cours ont été conservés par son fils Armand.

44 Archives de l’EPHE.

45 Victor Bérard, La Turquie et l’Hellénisme contemporain, Paris, Felix Alcan, 1893, ouvrage qui est couronné par l’Académie française (prix Vitet, 1904).

46 Victor Bérard, La Macédoine, Paris, Armand Colin, 1896. C’est sans doute au cours de ce voyage que Bérard envoie à Salomon Reinach un « curieux » télégramme de Belgrade disant : « Je serai dans 8 jours à Salonique – je vous prie de ne parler à personne de ce voyage – Je vous serais reconnaissant d’annoncer ma visite à la communauté de Salonique en donnant à mon voyage un motif d’études archéologiques, Mont Athos ou ce que vous imaginerez ».

47 Victor Bérard, La Politique du Sultan, Paris, Calman-Lévy, coll. « Les Marches du temps », 1897.

48 À la demande de La Revue de Paris, selon Victor Bérard dans le Pro Macedonia, et pour l’inspection de marines alliées selon Armand Bérard, op. cit. (n. 1). À l’arrivée à La Canée, à la coupée du paquebot, une barque de la Marine l’attend, les rames levées, ce qui renforce l’idée d’une mission officielle.

49 Arthur John Evans, « Letter from Crete », Manchester Guardian 24-25 mai 1898.

50 Victor Bérard, Les Affaires de Crète, Paris, A. Colin et Cie, 1898 (rééd. 1900).

51 Ernest Lavisse, « La Paix d’Orient », La Revue de Paris 1 (janvier-février 1898), p. 865-894.

52 Charles Andler, Vie de Lucien Herr (1864-1926), Paris, Rieder, 1932.

53 Conservée au Centre d’histoire de Sciences Po, Archives d’histoire contemporaine, fonds Lucien Herr.

54 Dans le groupe des « intellectuels » : selon les auteurs, dénomination attribuée à Barrès pour attaquer les dreyfusards ou à Clémenceau pour les valoriser.

55 Bérard et Jamot se retrouvent en khâgne, à l’ENS puis à l’EFA. Jamot deviendra conservateur de la peinture au Musée du Louvre. Plus tard, l’évolution de Jamot vers le conservatisme politique et la religion les éloigna. 

56 Daniel Bermond, Armand Colin. Histoire d’un éditeur de 1870 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2008.

57 Armand Bérard, op. cit. (n. 1), p. 22.

58 Le régime de l’Enzel est un régime foncier propre à la Tunisie qui fournit une rente perpétuelle, le gérant devenant propriétaire après 25 ans.

59 Photographies conservées au Centre d’Iconographie Genevoise de la Bibliothèque de Genève.

60 Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée, 2 t., Paris, Armand Colin, 1902-1903 (rééd. 1927). Bérard y évoque des souvenirs de ce voyage.

61 Herr s’en va fonder L’Humanité avec Jaurès.

62 Gilbert Perroy, « Victor et Jean Bérard, hellénistes, 75-77 avenue Denfert Rochereau, de 1911 à 1957 » et « Le domaine et le jardin de Victor Bérard, 75-77 avenue Denfert Rochereau », Revue d’Histoire du Quatorzième Arrondissement de Paris 18 (1973), p. 16-23 et p. 36-47. Gilbert Perroy a été maire du 14e de 1946 à 1977.

63 Victor Navlet (1819-1886). Ce tableau de 4 × 7,1 m est conservé au musée d’Orsay, peint pour l’Exposition universelle de 1855, à partir de croquis et de daguerréotypes faits depuis la nacelle d’un ballon captif.

64 Au no 1 de la rue Cassini, sous un faux nom pour échapper à ses créanciers après la faillite de son imprimerie.

65 Dans l’une de ses lettres à Madame Hanska.

66 Ex Via inferior romaine déformée en d’Enfer.

67 Les Eudistes ont résisté en occupant le terrain en y faisant des messes et processions en plein air.

68 Dit aussi d’Arcueil ou de Médicis, construit pour alimenter les fontaines de la montagne Sainte-Geneviève.

69 Armand Bérard, op. cit. (n. 1).

70 Ibid.

71 Député d’Oran, ayant été sous-secrétaire d’État aux Colonies, ministre de l’Intérieur, ministre de la Guerre, membre du Conseil supérieur des colonies et des comités de l’Afrique française et de l’Asie française.

72 Albert Thibaudet, op. cit. (n. 3), p. 76.

73 Avec Gustave Fougères, Albert Thibaudet, Charles Picard, Maxime Collignon, Georges Nicole, ainsi que Waldemar Deonna ou Paul Collard (membres suisses de l’EFA), cités dans Pierre Ducrey, L’Archéologie Suisse dans le monde, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2007.

74 Le récit de ce voyage se trouve dans Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, 4 t., Paris, Armand Colin, 1927-1929 (rééd. 1935 et 1971).

75 Victor Bérard, Dans le sillage d’Ulysse. Album odysséen, avec des photographies de Fréd. Boissonnas, Paris, Armand Colin, 1933 (posthume, publié par son fils Jean).

76 Photographies conservées au Centre d’Iconographie Genevoise de la Bibliothèque de Genève.

77 Qu’il va toutes les deux présider pendant des années.

78 Issus d’un discours à la commission de l’enseignement du Sénat, cité par Albert Thibaudet, op. cit. (n. 3).

79 Aujourd’hui intégré dans le conservatoire du littoral.

80 Ses interventions musclées sont rapportées dans Alexandre Ribot, Enquête sur l’enseignement secondaire en France. Procès-verbaux des dépositions. La Chambre des députés, Paris, Motteroz, 1899.

81 Jusque-là dépendant du ministère de l’Industrie.

82 Rémi Mogenet, Victor Bérard. Helléniste et, face au « danger suisse », pourfendeur de la zone neutre de 1815 et de la zone franche de 1860 en Haute Savoie, Samoens, La Salévienne Éditions-Le Tour, 2009.

83 Victor Bérard, Genève, la France et la Suisse, 4 t., Paris, Armand Colin, 1927 ; id., Genève et les traités, 4 vol., Paris, Armand Colin, 1921-1927 ; id., Genève et les traités, 2 t., Paris, Armand Colin, 1930.

84 Comme c’est l’usage pour les personnes ayant eu un rôle diplomatique, le Quai d’Orsay est venu trier et prendre des archives politiques, qui ont été complétées par un fonds légué par Armand.

85 CMR [Jean Bérard], Histoire du fascisme italien, 1919-1937, Paris, Rieder, 1938 (rééd. par AMS Press, New York, en 1973 et numérisé en 2006).

86 Voir supra, n. 46.

87 Op. cit. (n. 7), p. 86.

88 Gabriel Hanotaux, Carnets (1905-1925), Paris, Pedone, 1982, p. 30-33.

89 Alors respectivement ambassadeurs à Constantinople, à Athènes et à Rome.

90 Georges-Henri Soutou, « La France et la crainte d’une paix de compromis entre la Serbie et les Puissances Centrales, 1914-1918 », dans Aspects de l’histoire des rapports diplomatico-stratégiques, Cahier du CEHD 13 (2000), p. 6-25.

91 Armand Bérard, op. cit. (n. 1).

92 Gilbert Perroy, op. cit. (n. 62).

93 Armand Bérard, op. cit. (n. 1).

94 Recueil des hommages, op. cit. (n. 2) ; Armand Bérard, op. cit. (n. 1) ; Albert Thibaudet, op. cit. (n. 3).

95 Armand Bérard, op. cit. (n. 1) ; Albert Thibaudet, op. cit. (n. 3).

96 Armand Bérard, op. cit. (n. 1).

97 Albert Thibaudet, op. cit. (n. 3).

98 Albert Thibaudet, La République des Professeurs, Paris, Grasset, 1927.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 La grande rue de Morez ; à droite des deux vélos, la pharmacie de Jean-Baptiste Bérard dont le store est relevé.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3948/img-1.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 2 Victor Bérard en uniforme de lycéen.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3948/img-2.png
Fichier image/png, 595k
Titre Fig. 3 Promotion ENS 1884. 1 = Victor Bérard ; 2 = Charles Andler ; 3 = Paul Jamot ; 4 = Lucien Herr.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3948/img-3.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Fig. 4 a. À l’EFA avec Paul Jamot. b. Bérard dans sa turne à l’EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3948/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 5 Fouilles de Mantinée 1887.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3948/img-5.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Fig. 6 a. Victor Bérard en 1899. b. Alice Bérard en 1899.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3948/img-6.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 7 Alice Bérard et ses enfants : Pauline à gauche, Armand à droite et Jean sur les genoux de sa mère.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3948/img-7.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 8 La maison de Denfert : a. côté jardin ; b. côté cour ; c. jeux en famille ; d. réflexion au jardin.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3948/img-8.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Fig. 9 Sur L’Olive. a. Déjeuner avec Boissonnas. b. Travail odysséen. c. Sur le pont.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3948/img-9.png
Fichier image/png, 3,4M

© École française d’Athènes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search