Version classiqueVersion mobile

Portraits de Victor Bérard

 | 
Sophie Basch

Avant-propos

Sophie Basch

Texte intégral

  • 1 Revue archéologique 8, 4e sér. (1906), p. 201.
  • 2 Ibid.

1Il aurait été plaisant d’écrire, comme Salomon Reinach des Comptes rendus du Congrès international d’archéologie parus à Athènes en 1905, que « la publication de ce volume a suivi de très près le Congrès ; c’est une première cause de satisfaction1 ». Ce livre n’a pu paraître dans la foulée immédiate du colloque qui s’est tenu à l’École française d’Athènes les 5 et 6 avril 2013, pour une raison simple : la densité des communications exigeait une réflexion incompatible avec la précipitation. Salomon Reinach exprimait une autre satisfaction, sur laquelle il était « heureux d’insister : les mémoires ne sont pas publiés in extenso, mais sous forme de résumés dus aux auteurs eux-mêmes. C’est le meilleur moyen de savoir ce que les auteurs ont voulu dire ; le reste, c’est quelquefois très beau, mais c’est souvent ce qu’on appelle à l’École d’Athènes du zoumi, autrement dit de la “sauce”2. » On exprimera ici une satisfaction inverse : les chapitres qui composent cet ouvrage amplifient les communications du printemps 2013 sans délayage. Cent-cinquante ans après la naissance de Victor Bérard, l’hommage n’est pas prématuré.

2Victor Bérard (1864-1931) fut un des plus grands homérisants français, auteur d’une traduction illustre de l’Odyssée, maintes fois rééditée et largement divulguée. Qui se souvient, tant sa formule paraît irremplaçable, qu’il est l’inventeur de « l’Homme aux mille tours » pour rendre le complexe πολύτροπος ? Ses tentatives de reconstitution du périple d’Ulysse demeurent aussi fameuses que son œuvre philologique. Membre de l’École française d’Athènes, directeur à l’École pratique des hautes études où il enseigna la géographie ancienne, professeur à l’École supérieure de la Marine, il fut aussi l’observateur attentif et courageux des événements contemporains, en Grèce, dans l’Empire ottoman, en Asie et bien sûr en France : l’avocat des Arméniens fut aussi dreyfusard, un intellectuel au sens où l’Affaire fit émerger ce noble substantif d’une épithète péjorative ; sénateur du Jura, il présida la commission des Affaires étrangères du Sénat. Sa bibliographie considérable reflète ses intérêts et ses passions, pour autant qu’on puisse dissocier les deux termes. Aujourd’hui discutées, les théories de Bérard s’inscrivent dans un contexte historique qu’éclaire son activité polyphonique. Pour Bérard la Question d’Orient ne porte pas sur deux siècles mais s’étend sur plusieurs millénaires. Si ses interpolations d’Homère et sa reconstitution de la géographie homérique ont pu être taxées d’extrapolations, voire de chimères, n’en allait-il pas de même de son activité journalistique, de ses témoignages sur l’actualité ? Plusieurs auteurs de ce volume rendent justice au courage et à l’acuité de Victor Bérard : non seulement il n’exagérait pas, mais les faits ici minutieusement établis d’après des sources ottomanes inédites et difficilement accessibles au lecteur français vont parfois au-delà de l’horreur qu’il dénonçait. Curieusement, aucune biographie ou manifestation d’ampleur n’avait encore honoré la mémoire d’une des figures les plus remarquables de son temps. Sans doute ne pouvait-on tracer son portrait qu’à plusieurs mains, première ambition du colloque d’Athènes, puis de ce volume collectif qui réunit historiens de l’Antiquité et de l’époque contemporaine.

3D’emblée, ce colloque a été conçu comme un ouvrage collectif dont les chapitres se succéderaient pour composer le portrait d’un homme généreux et complexe dont les multiples facettes se rejoignent et s’éclairent mutuellement. La table des matières reflète cette variété indispensable pour appréhender une personnalité et une carrière prodigues, qui ne furent jamais menacées par la dispersion ou l’éclatement. Tout se tient chez Victor Bérard, ses intérêts archéologiques comme ses engagements contemporains, liés par la même passion. De la traduction d’Homère au Sénat, les chapitres suivent un ordre chronologique dans deux grandes parties qui ne sont pas imperméables : nous avons tenu à respecter la cohérence de Victor Bérard qui ne séparait pas l’histoire ancienne de l’actualité. Ce dialogue se retrouve dans toutes les communications.

4Le colloque dont ce livre est issu n’aurait pas eu la même richesse sans la présence d’Étienne Bérard, dont la participation a ressuscité l’humanité de son grand-père. Il n’aurait pu se tenir sans l’accueil d’Alexandre Farnoux, directeur de l’École française d’Athènes, et sans le concours de Michel Espagne, directeur du Labex TransferS. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés.

5J’exprime également ma reconnaissance à Jacky Kozlowski-Fournier qui m’a secondée dans la préparation du manuscrit.

Notes

1 Revue archéologique 8, 4e sér. (1906), p. 201.

2 Ibid.

© École française d’Athènes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search