Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939)

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Polina Kosmadaki

Liste  des  auteurs

Texte intégral

1Damarice Amao, docteur en Histoire de l’art, a soutenu sa thèse sur le photographe et cinéaste d’avant-garde Eli Lotar (1905-1969) à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) dans le cadre d’une coopération scientifique établie avec le Cabinet de la Photographie du Musée national d’art moderne-Centre Pompidou. Elle y est aujourd’hui assistante de conservation.

2Lucile Arnoux-Farnoux est maître de conférences en littérature comparée à l’université François-Rabelais de Tours. Ses recherches portent actuellement sur les phénomènes de réception et de transferts culturels entre la France et la Grèce au xxe siècle. Elle a traduit en français des œuvres de la littérature grecque moderne et contemporaine.

3Sophie Basch est professeur de littérature française à l’université Paris-Sorbonne. Elle a notamment publié Le Mirage grec : la Grèce moderne devant l’opinion française depuis la création de l’École d’Athènes jusqu’à la guerre civile grecque (1846-1946) (Hatier-Kauffmann, 1995), et édité avec Alexandre Farnoux Le Voyage en Grèce, 1934-1939 : du périodique de tourisme à la revue artistique (École française d’Athènes, 2006).

4Philippe Büttgen est professeur de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre du Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne. Parmi ses publications : Les Grecs, les Arabes et nous : enquête sur l’islamophobie savante, Paris, Fayard, 2009 (en coll.).

5Benjamin Capellari est compositeur et musicologue. Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, il a enseigné à l’Université de Bristol et aux États-Unis (Smith College). Il poursuit actuellement des études doctorales à l’INALCO ; ses recherches portent sur la musique dans le spectacle delphique.

6Jean-Luc Chiappone, agrégé de Lettres Classiques, docteur en Grec moderne, est enseignant de latin et de lettres françaises à Francfort-sur-le-Main. Il s’intéresse à la littérature comparée, en particulier au développement du roman au xxe siècle. Il est l’auteur du Mouvement moderniste de Thessalonique (L’Harmattan, 2006 et 2009).

7Christophe Corbier est chargé de recherche au CNRS (Institut de recherche en musicologie IReMus, UMR 8223). Agrégé de lettres classiques, docteur en littérature comparée, il est l’auteur d’une biographie de Maurice Emmanuel (2007), d’une étude sur l’hellénisme au début du vingtième siècle (Poésie, Musique et Danse : Maurice Emmanuel et l’hellénisme, 2010) et de contributions sur la réception de la musique grecque à l’époque moderne, à la croisée de la philosophie, de la philologie et de la musicologie (Rameau, Rousseau, Leconte de Lisle, Nietzsche, Théodore Reinach).

8Christina Dounia est professeur de littérature grecque à l’Université d’Athènes. Elle a publié plusieurs livres et articles sur la poésie et la prose de l’entre-deux-guerres, sur la critique littéraire, sur les rapports entre l’esthétique et l’idéologie, sur la réception du mouvement décadent en Grèce.

9Hélène Guéné, professeur émérite en Histoire de l’art contemporain à l’Université de Lyon II, est spécialiste des arts décoratifs. Elle s’intéresse à la question de l’ornement dans le décor architectural, les aménagements intérieurs ou même la mode.

10Christos Hadziiossif, professeur émérite à l’Université de Crète, est directeur de l’Institut d’études méditerranéennes FORTH. Parmi ses dernières publications : Synassos : l’histoire d’un lieu sans histoire (Presses universitaires de Crète, 2005).

11Sylvie Humbert-Mougin est maître de conférences en littérature comparée à l’Université François-Rabelais de Tours (EA 6297, ICD). Ses travaux portent sur l’histoire de la réception des théâtres antiques (xixe-xxe siècles). Elle a notamment publié Dionysos revisité : les tragiques grecs en France de Leconte de Lisle à Claudel (Belin, 2003), Le Théâtre antique entre France et Allemagne (xixe-xxe siècles) : de la traduction à la mise en scène (Presses universitaires François-Rabelais, 2012, avec C. Lechevalier).

12Servanne Jollivet, ancienne membre de l’École française d’Athènes, est chargée de recherche au CNRS (UMR 8547, Transferts culturels). Ses recherches portent sur la philosophie allemande et la philosophie néohellénique. Parmi ses publications : Destins d’exilés : trois philosophes grecs en France (Axelos, Castoriadis, Papaioannou) (éd. du Manuscrit, 2011).

13Polina Kosmadaki est docteur en Histoire de l’art de l’université de la Sorbonne – Paris IV. Elle est conservatrice en chef du Département des Peintures du musée Benaki, Athènes.

14Rémi Labrusse est professeur d’histoire de l’art à l’université de Paris Ouest Nanterre. Il a notamment travaillé sur la réception des arts byzantins et des arts de l’Islam en Europe au xixe et au xxe siècles.

15François Loyer, après avoir longtemps enseigné dans les universités de Rennes puis de Strasbourg, a rejoint le CNRS en 1990, où il est directeur de recherche honoraire au Centre André-Chastel de l’Université de Paris-Sorbonne. Historien d’art, spécialiste de l’histoire de l’architecture et des formes urbaines, il est l’auteur de nombreux travaux portant sur le xixe et le xxe siècle.

16Annie Malama est conservatrice à la Pinacothèque nationale Alexandre Soutsos. Elle travaille plus particulièrement sur la modernité, les expressions du modernisme et le champ artistique grec pendant l’entre-deux-guerres et dans l’après-guerre.

17Nicolas Manitakis, docteur de l’EHESS (Paris), est professeur assistant d’histoire à l’Université d’Athènes et mène des recherches sur l’histoire des migrations étudiantes et intellectuelles, l’histoire de l’éducation et l’histoire socioculturelle des relations franco-helléniques.

18Evgénios D. Matthiopoulos est professeur d’histoire de l’art au Département d’Histoire et Archéologie de l’Université de Crète, et chercheur associé à l’Institut d’études méditerranéennes-FORTH à Réthymnon. Il a publié de nombreux articles et ouvrages sur l’art moderne en Grèce, dont L’art prend ses ailes dans la douleur : la réception du néoromantisme dans les champs de l’idéologie, de la théorie de l’art et de la critique en Grèce (Potamos, 2005) ; La vie et l’œuvre de Yannis Mitarakis (Benaki, 2006) ; La vie et l’œuvre de Costis Parthénis (Adam, 2008).

19Platon Mavromoustakos est professeur au département d’études théâtrales de l’Université d’Athènes.

20Michela Passini, chercheur au CNRS (Institut d’histoire moderne et contemporaine), est spécialiste de l’historiographie de l’art, de l’histoire des musées et du patrimoine. Elle a notamment publié La fabrique de l’art national : le nationalisme et les origines de l’histoire de l’art en France et en Allemagne (1870-1933) (MSH-Centre allemand d’histoire de l’art, 2012).

21Effie Rentzou est Associate Professor de littérature française à l’Université de Princeton. Ses recherches portent sur l’avant-garde et la modernité, et en particulier sur des questions du rapport entre texte et image, de la politique de la littérature, et de l’internationalisation de l’avant-garde. Son livre Littérature malgré elle : le surréalisme et la transformation du littéraire (2010) discute de la construction du phénomène littéraire dans un mouvement antilittéraire, le surréalisme. Son livre en cours explore les différents concepts du mondial dans l’avant-garde française pendant la période 1910-1940.

22Dinah Ribard est directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris), membre du Groupe de recherche interdisciplinaire sur l’histoire du littéraire (Centre de recherches historiques, CNRS/EHESS). Parmi ses publications : L’historien et la littérature, Paris, La Découverte, 2010 (en coll.).

23Paul-Louis Rinuy, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université de  Paris 8, directeur de la Revue de l’art, a publié, entre autres, L’art en France 1900-1939 (éditions Mazenod, 1996), avec Ph. Hoffmann et A. Farnoux, Antiquités imaginaires : la référence antique dans l’art occidental de la Renaissance à nos jours, (Presses de l’École normale supérieure, 1996) et Patrimoine sacré xxe-xxie siècle : les lieux de culte (éditions du Patrimoine, 2014).

24Panagiotis Tournikiotis est professeur de théorie de l’architecture à l’École d’architecture de l’Université nationale technique d’Athènes.

25Kostas Tsiambaos a étudié l’architecture à Athènes (NTUA), puis a continué ses études supérieures à New York (GSAPP Columbia). En 2007, il a obtenu son doctorat sur l’antiquité grecque comme un modèle esthétique de l’architecture de l’entre-deux-guerres. Depuis 2011, il enseigne l’histoire de l’architecture moderne et contemporaine à l’École d’architecture de l’École polytechnique nationale d’Athènes.

26Maria Tsoutsoura, habilitée à diriger des recherches en Lettres grecques (Paris IV Sorbonne), a enseigné la traduction littéraire, la littérature comparée et l’histoire de la littérature européenne en qualité de maître de conférences à l’université Ionienne (Corfou, 1989-2006). Ses travaux portent sur les lettres néogrecques (xixe, xxe siècles), les transferts culturels franco-grecs et l’histoire des arts du spectacle de l’Antiquité à nos jours.

27Alexandra Yerolympos est docteur en architecture et urbanisme. Elle a étudié en Grèce et en France. Depuis 1976, elle enseigne l’urbanisme et l’histoire de l’urbanisme au département d’architecture de l’université Aristote de Thessalonique. Ses recherches portent sur l’histoire des villes et leur construction en Méditerranée orientale. Elle a participé à des études urbanistiques pour la ville de Thessalonique et contribue activement aux mouvements et initiatives des citoyens pour l’amélioration de l’espace urbain.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540