Version classiqueVersion mobile

Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939)

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Polina Kosmadaki

Traduction, réception et figures médiatrices

Le voyage dans l’Antiquité : la traduction des auteurs grecs antiques en France (1919-1939)

Sylvie Humbert-Mougin

Résumé

L’article propose ici un panorama de la traduction des œuvres de l’antiquité grecque dans l’entre-deux-guerres. La période coïncide avec l’avènement de la philologie moderne, symbolisée par la naissance de la prestigieuse collection « Budé » des Belles Lettres fondée en 1919, dans un contexte de rivalité déjà ancienne avec la concurrence allemande que la Grande Guerre n’a fait qu’aviver. Ces deux décennies se caractérisent également par des échanges multiples entre le monde des savants et celui des non-spécialistes, ainsi que par une forme de réconciliation entre philologie et poésie. L’essor de la traduction et la diversification des supports semblent répondre à une demande accrue du public et à un besoin nouveau de vulgarisation que viennent combler tout particulièrement les traductions de Mario Meunier. Si cette figure de traducteur-voyageur est atypique par sa trajectoire d’autodidacte, son œuvre prolixe est bien représentative de ces décloisonnements autant que des ambivalences du retour à l’antique des années 1920-1930.

Texte intégral

  • 1 Le Voyage en Grèce 4 (printemps-été 1936), p. 20.

1« Nous n’avons jamais été plus loin de la Grèce » : tel est le constat désenchanté que dressait Marguerite Yourcenar en réponse à la grande enquête lancée par la revue Le Voyage en Grèce au printemps 19361. La formule a de quoi nous surprendre ; car c’est au contraire l’impression d’un intense mouvement de retour à l’Antiquité grecque et de réappropriation sous de multiples formes des grands mythes et des œuvres fondatrices de la littérature antique que nous retenons aujourd’hui comme caractéristique de l’entre-deux-guerres – mouvement qui ne saurait se réduire à un simple néo-classicisme, comme le montrait dès 1929 Walter Benjamin dans son compte rendu enthousiaste de la pièce Orphée de Jean Cocteau.

2Cette forte présence de l’Antiquité dans la vie culturelle et littéraire française a également des conséquences sur la traduction des classiques grecs, les années 1919-1939 correspondant à une période de grande vitalité dans ce domaine, mais aussi d’important renouvellement. La série de réformes intervenues dans le système éducatif depuis le dernier quart du xixe s. et, en particulier, la création d’une série moderne du baccalauréat en 1902 (sans grec ni latin) ont eu pour conséquence un déclin inéluctable des humanités classiques. Mais cette perte de contact direct avec les œuvres de l’Antiquité stimule aussi en retour un besoin plus fort de traductions et de relais de toutes sortes et impose de nouveaux modes de traduire, pour des publics différenciés.

3À première vue, l’écart semble se creuser entre les traductions procurées par et pour des spécialistes, de moins en moins nombreux, et celles qui sont destinées au secteur, en pleine expansion celui-ci, des simples amateurs désireux de renouer avec leurs classiques ; la frontière entre ces deux univers n’a cependant rien d’étanche et les passerelles tendent à se multiplier. Ces deux décennies sont également marquées par une forme de réconciliation entre deux approches de l’Antiquité que le siècle précédent avait tendance à juger foncièrement incompatibles, la philologie et la poésie. Ce sont ces décloisonnements que l’on tentera de mettre ici en évidence, en s’attardant pour terminer sur une figure de traducteur particulièrement prolixe, Mario Meunier, atypique dans sa trajectoire mais très représentatif de sa génération dans son approche et dans sa compréhension de la culture antique.

Le savant et l’honnête homme

  • 2 Les Belles Lettres, 75e anniversaire, Paris, Les Belles Lettres, 1994, p. 9.
  • 3 L’article premier des statuts de l’Association débute ainsi : « L’Association Guillaume Budé, fondé (...)

4Jusqu’à la fin de la première guerre mondiale, la France était restée pour ainsi dire « sans Antiquité2 », dans la mesure où il n’existait aucune collection systématique de textes anciens établis selon les principes de la philologie moderne. En dehors de quelques travaux épars relevant d’initiatives isolées, le public de spécialistes ne disposait que d’éditions anciennes et souvent fautives (celles de Lemaire et de Panckoucke pour les textes latins, de Didot et d’Hachette pour les textes grecs) et avait pris depuis longtemps l’habitude de recourir aux volumes allemands de la collection Teubner (Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum Teubneriana) qui paraissent à Leipzig depuis 1850. C’est pour combler cette lacune et ce retard, vécus par les savants français comme une véritable humiliation, qu’une poignée d’universitaires hellénistes et latinistes (Paul Mazon, Maurice Croiset, Alfred Ernout) fondent en 1917, en pleine guerre, l’Association Guillaume Budé, significativement placée sous l’égide du grand humaniste de la Renaissance, dont le but premier est d’œuvrer à la création d’une maison d’édition spécialisée dans les textes latins et grecs de l’Antiquité3.

  • 4 Hermant Abel, Le Gaulois, 25 octobre 1920.
  • 5 Le Figaro 17 juillet 1920.

5Mission rapidement accomplie : dès 1919 est fondée sous la présidence de l’helléniste Paul Mazon la société d’édition des Belles Lettres qui s’installe au cœur du quartier latin. Moins d’un an plus tard, en 1920, le premier volume de la « Collection des Universités de France » (bientôt plus connue sous le nom de « collection Budé ») sort des presses : il s’agit de l’Hippias mineur de Platon, édité et traduit par Maurice Croiset. La parution de l’ouvrage est abondamment annoncée et commentée par la presse de l’époque, qui célèbre l’événement avec un enthousiasme cocardier et y voit rien moins qu’une seconde victoire de la France : « Les études grecques étaient jusqu’à ce jour une de nos provinces dévastées. La société Guillaume Budé en a entrepris la restauration4 ». Même prophétie dans les colonnes du Figaro : « Il se pourrait bien que la collection nouvelle inaugurât une sorte de résurrection de l’humanisme5 ».

6Ce premier volume de la collection Budé est conçu comme la pierre fondatrice d’un immense édifice. Dans l’euphorie des débuts, les fondateurs des Belles Lettres annoncent leur intention de publier l’intégralité des textes anciens grecs et latins, y compris les auteurs chrétiens. Les ambitions seront ensuite légèrement revues à la baisse, pour viser seulement la publication des textes grecs et latins des origines au règne de Justinien non inclus (vie s.) – soit tout de même près de deux mille volumes, objectif qui figure toujours à l’heure actuelle dans le cahier des charges des Belles Lettres. La liste des titres grecs publiés au cours de la période qui nous intéresse atteste du dynamisme impressionnant de la collection pendant ces deux décennies. Près de quatre-vingt-dix volumes au total sont publiés, hors rééditions ; tous les genres et toutes les périodes de la littérature grecque sont abordés de front, sans exclusive, aussi bien les minores (par exemple Théophraste, traduit dès la première année, ou Les Mimes d’Hérondas qui entrent au catalogue en 1928) que les icônes de la littérature grecque classique et archaïque (Homère, Platon, Sophocle, Démosthène), dans une volonté de systématisme et d’exhaustivité qui distingue nettement l’entreprise Budé de ses modèles antérieurs, par exemple les classiques grecs Hachette, limités aux titres inscrits au programme des classes de collège et lycée.

7Dès ce premier volume sont inventées les caractéristiques générales de la collection qui feront son succès et sa pérennité. Les « Budé » se signalent d’abord par leur présentation matérielle soignée et originale qui relève d’un ensemble de choix éditoriaux très concertés, destinés à séduire un lectorat non restreint à celui des seuls spécialistes : avec leur couverture chamois ornée de la fameuse chouette d’Athéna, leur élégante police de caractères grecs, leur papier de qualité fabriqué spécialement pour les Belles Lettres, leurs cahiers brochés et non massicotés, ces volumes savants ont aussi leur place sur les rayons des bibliothèques des amateurs de beaux-livres.

  • 6 L’Association Guillaume Budé 1925.
  • 7 De nombreuses études ont été récemment consacrées à la question de la rivalité franco-allemande dan (...)
  • 8 Bédier 1928, p. 43.
  • 9 [Anonyme], Bulletin de l’Association Guillaume Budé 1 (octobre 1923), p. 49.

8La collection se définit également par ses principes scientifiques en matière d’édition et de traduction des textes anciens, consignés par Louis Havet et Paul Mazon dans un cahier des charges qui impose aux éditeurs un très rigoureux travail d’établissement des textes, fondé sur la collecte et la recension systématique des manuscrits – là où les éditions anciennes déjà mentionnées se contentaient de suivre le manuscrit réputé le plus fiable – et que devront attester aussi bien le stemma codicum placé au seuil du texte que le fameux « apparat critique » placé au bas de chaque page. Il s’agit bel et bien de faire enfin entrer les études classiques françaises dans l’ère de la modernité scientifique et de combler le retard pris sur d’autres pays européens, mais tout en se démarquant, là encore, de la concurrence allemande pour promouvoir ce que l’on pourrait appeler une forme d’« hellénisme à la française » dont l’apanage serait l’élégance et la clarté. Ainsi se comprend le choix de l’édition bilingue, qui propose le texte grec en belle page et la traduction française en regard (les éditions Teubner, elles, ne procurent que le texte original). Ainsi se comprennent aussi les recommandations de Paul Mazon relatives à la traduction, qui devra « s’efforcer d’être exacte et littéraire », de « reproduire le mouvement, la couleur, le ton du texte antique », et qui pourra « par sa précision, souvent suppléer le commentaire6 ». Traduire plutôt que gloser, concilier exactitude et qualité littéraire : de telles recommandations prennent leur sens dans le contexte de l’opposition stéréotypée qui a cours alors entre un hellénisme « prussien » défini par la lourdeur d’une glose encombrante et une approche typiquement française de l’Antiquité fondée sur le goût7. Les remarques de Mazon sont également révélatrices d’une volonté de toucher un public élargi, non limité aux seuls spécialistes. Car telle est bien l’ambition des fondateurs de l’Association Guillaume Budé, soucieux de « lier les intérêts tout à fait compatibles de l’élite savante, du public universitaire, et ceux du vaste public des lettrés qui, sans se faire de la littérature une spécialité professionnelle, la goûtent et la cultivent8 ». Ambition fondée sur le constat dressé dès le premier numéro du Bulletin de l’Association Guillaume Budé en octobre 1923, et partagé par toute une partie de l’intelligentsia française – et plus largement européenne – de l’époque : « On éprouve au lendemain de la guerre un besoin universel de replonger les esprits et les consciences modernes dans les sources pures de la sagesse antique9 ».

  • 10 Mounin 1955, p. 143.

9Il semble bien en effet que la traduction destinée aux non-spécialistes soit, dans ces années-là, un secteur lui aussi un plein essor, dominé comme c’est encore en partie le cas aujourd’hui par la réédition de traductions anciennes célèbres, parfois sous la forme de beaux livres. On lit ou on relit les Vies parallèles de Plutarque à travers Amyot, les amours de Daphnis et Chloé dans la traduction de Paul-Louis Courier (1821), qui reste l’un des titres les plus appréciés avec neuf rééditions au cours de la période, dont cinq illustrées. On découvre ou on redécouvre l’Iliade et l’Odyssée dans les traductions de Leconte de Lisle, publiées pour la première fois en 1867-1868 et rééditées l’une et l’autre quatre fois au cours de la période. Les traductions du poète parnassien avaient largement défrayé la chronique en leur temps par leurs partis pris d’archaïsme et d’exotisme appuyé, leurs décalques et leurs littéralismes voyants, suscitant les foudres des hellénistes, l’enthousiasme délirant des uns (Pierre Louÿs, qui les trouvait « idéale[s] »), le mépris souverain des autres (Paul Claudel, qui les jugeait « détestables »). Elles semblent avoir amplement perdu de leur force de provocation dans les années 1920 et 1930, et leurs « arêtes vives » qui avaient tant enthousiasmé le jeune Gide et ceux de sa génération se sont quelque peu émoussées. Les périphrases homériques du « père Leconte », comme l’appelle avec un mélange d’admiration et d’irrévérence le personnage de Bloch dans La Recherche du temps perdu, ses « Akhaiens chevelus » et autres « Atréides dompteurs de chevaux » font désormais partie du paysage familier de l’Antiquité grecque à la française, et ses traductions parnassiennes sont bel et bien devenues, selon l’expression de Georges Mounin, des « chefs-d’œuvre de la langue française en soi10 ».

  • 11 Voir ci-dessous, annexe I.

10Autre symptôme de cette vitalité du marché éditorial de la traduction des classiques grecs destinée aux non-spécialistes : la création en 1927 de la collection « Antiqua » par la maison d’édition parisienne « À l’enseigne du pot cassé », collection vouée à l’édition en traduction de textes de l’Antiquité classique grecs et latins qui vise le lectorat des simples amateurs. La liste des titres publiés pendant ses quelques années d’existence (1927-1934) met en évidence l’éclectisme de la collection, avec une prédilection certaine pour les minores, les auteurs tardifs (Quintus de Smyrne) et plus généralement pour des titres traditionnellement délaissés par l’institution scolaire tels le roman d’Héliodore ou la pastorale de Longus11. La présentation matérielle est soignée et élégante ; ces ouvrages de petit format, le plus souvent illustrés, s’adressent manifestement à des bibliophiles amateurs de curiosités. Le modernisme de la maquette et du lettrage contraste avec le recours quasi systématique à des traductions anciennes, remontant pour la plupart à l’âge classique : un choix sans doute de commodité (ces traductions sont libres de droit), mais qui témoigne aussi d’une forme de réhabilitation des « belles infidèles », en rupture complète avec la ligne scientifique de la collection Budé.

Philologie et poésie

11Entre l’Antiquité des philologues et celle du non-spécialiste, les passerelles ne manquent pourtant pas. La traduction de l’Odyssée par Victor Bérard publiée pour la première fois en 1924-1925 dans la « Collection des Universités de France » en est sans doute l’exemple le plus probant. Les trois volumes de traduction (fleurons de la collection Budé dans ces années-là) accompagnés de trois autres de commentaires et bientôt complétés par les deux tomes des Navigations d’Ulysse (Armand Colin, 1927-1928) réactivent une nouvelle querelle d’Homère et constituent un événement culturel d’ampleur, médiatisé bien au-delà du cercle des hellénistes.

  • 12 Voir notamment Ballestra-Puech 2009 en ligne (dernière consultation 25 mai 2016).
  • 13 Montalbetti 1997, p. 72. Voir aussi Rabau 2004.
  • 14 Parmi beaucoup d’autres témoignages relatifs à cette proximité d’Homère, voir notamment celui de Ge (...)

12La fécondité littéraire des travaux de Bérard sur l’Odyssée, fondés sur la conviction que la fiction homérique du périple d’Ulysse est la transcription des voyages accomplis en Méditerranée par les Phéniciens, n’est plus à démontrer ; en témoignent, entre autres, le roman de Jean Giono Naissance de l’Odyssée (1930) ou l’essai de Gabriel Audisio, L’intelligence d’Ulysse (1936)12. Par-delà ces échos littéraires, c’est peut-être plus largement toute la société des voyageurs en Grèce des années 1930 qui se trouve atteinte de ce fameux « complexe de Victor Bérard » diagnostiqué par Christine Montalbetti : « le voyageur traversant des espaces réels croit reconnaître des lieux de passage des héros de la fiction13 ». La force de cette illusion référentielle tient aussi au sentiment d’une intense et paradoxale proximité que l’homme occidental des années 1920 et 1930, pris entre deux catastrophes, éprouve au contact des œuvres fondatrices de la littérature européenne, l’Odyssée et peut-être plus encore l’Iliade, ce « poème de la force » (Simone Weil) qui chante aussi les larmes des vaincus14.

  • 15 Thibaudet 1925, p. 341.

13Popularisée par ses commentaires, la traduction de l’Odyssée par Bérard s’impose, à partir de sa parution et jusqu’à nos jours, comme le mode d’accès le plus courant à l’épopée d’Homère : maintes fois rééditée, dans de beaux livres illustrés, en collection de poche ou en Pléiade, patrimonialisée à son tour comme celle de Leconte de Lisle qu’elle a fini par supplanter, elle est un pont jeté entre le monde des savants et celui des simples amateurs. Mais elle réalise aussi une autre forme de synthèse, entre science et poésie. Car si Victor Bérard est sans nul doute d’abord un philologue, « analyste » convaincu traquant sans merci les interpolations – l’apparat critique inflationniste de son édition constitue d’ailleurs une remarquable infraction au protocole éditorial Budé évoqué plus haut –, sa démarche de traducteur relève bien également d’une authentique forme de création littéraire, dont la genèse difficile s’est étalée sur près d’une trentaine d’années. Albert Thibaudet ne s’y est pas trompé qui, dans l’article qu’il lui a consacré dès le 1er septembre 1925 dans la NRF, soulignait la dimension démiurgique de cette « comédie odysséenne », forgée comme la Comédie humaine de Balzac à un « foyer de feu, de labeur et de vitalité15 », et rendait hommage à la poésie vivante et familière de Bérard, capable de procurer la sensation matérielle de cette « parole ailée » qu’est l’épos homérique. La préoccupation première de Victor Bérard traducteur est en effet le rythme – un terme clé qu’il orthographie d’ailleurs significativement « rhythme », suivant l’étymologie mais aussi l’usage des poètes du siècle précédent –, qu’il tente de restituer par le recours au vers blanc et à une prose cadencée. À l’opposé de la traduction de Leconte de Lisle, qui visait prioritairement la « couleur » et sollicitait d’abord l’œil par une graphie exotique toute en aspérités, hérissée d’accents circonflexes et de consonnes rares, la traduction de Victor Bérard tournée vers la restitution de la dictio epica se veut une parole à dire et à entendre, qui annonce aussi bien la démarche d’un Jaccottet (auteur d’une traduction syllabique de l’Odyssée en 1955) que celle, plus proche de nous, d’un Philippe Brunet sur l’Iliade (2010).

  • 16 Voir Lechevalier 2007, p. 449-496.

14Il conviendrait d’évoquer aussi dans cette perspective l’œuvre traductrice de Paul Mazon, figure majeure de l’hellénisme classique de l’entre-deux-guerres et au-delà, l’un des fondateurs comme on l’a rappelé plus haut de l’Association Guillaume Budé, qui dirigea les Belles Lettres depuis leur création en 1919 jusque à sa mort en 1955. Sa traduction du théâtre d’Eschyle éditée en 1922 dans la collection Budé a connu une longévité tout aussi remarquable que l’Odyssée de Bérard, et manifeste le même type de tension entre un souci de rigueur scientifique et une volonté de produire une œuvre pleinement littéraire, voire pleinement artistique, par la prise en compte notamment de la dimension musicale du théâtre antique à laquelle Paul Mazon, très nourri des débats contemporains sur la poésie et les relations entre parole et musique, se montre particulièrement sensible16.

  • 17 Claudel Gide 1949, lettre de Paul Claudel à André Gide du 9 novembre 1908, p. 198.
  • 18 J’ai développé l’étude de ces trois traductions dans Humbert-Mougin 2003.
  • 19 J’emprunte cette formule à Antoine Berman dans son essai « L’Énéide de Klossowski », in Berman 1999 (...)

15Les traductions de Bérard et de Mazon tranchent avec les pratiques et les conceptions du siècle précédent, où prévalait au contraire le sentiment d’une irréductible incompatibilité entre une démarche « artiste » et une approche savante des poètes de l’Antiquité grecque. C’est un tel sentiment qui motivait les traductions déjà évoquées de Leconte de Lisle ; à son tour, Paul Claudel entreprit de traduire l’Orestie d’Eschyle (1896-1920) en réaction « au style ridicule de Pets-de-loups » des professeurs et des hellénistes17, puis Charles Péguy s’attela au prologue de l’Œdipe roi (1905) dans un essai de traduction poétique qui reprenait pour les subvertir les méthodes de la « juxtalinéaire » en vigueur alors dans les classes de grec18 : par-delà leurs différences, ces trois poètes traducteurs se rejoignaient dans un même effort pour rétablir avec les œuvres de l’Antiquité grecque un contact neuf et immédiat – ou fantasmé tel – et pour les libérer de l’« emprise philologique19 ». Dans les années 1920 et 1930 au contraire, les frontières entre les champs deviennent poreuses et les passages se multiplient.

Mario Meunier – un traducteur dans le siècle

  • 20 Selon le témoignage de Meunier lui-même, recueilli par son biographe Jean Combe : « Mon professeur (...)
  • 21 Cette hypothèse serait à vérifier par la consultation des archives personnelles de la famille Meuni (...)

16La trajectoire de Mario Meunier (1880-1960) résume ces différentes synthèses caractéristiques de la période. Type de l’autodidacte et de l’homo novus, ce simple fils de boulanger originaire du Haut-Forez sorti du lycée sans son baccalauréat ne semblait pourtant en rien prédestiné à fréquenter les classiques grecs au point de devenir l’un des passeurs les plus prolixes de sa génération. Comme Péguy, et à quelques années d’intervalle, Meunier incarne une forme de miraculé des humanités : converti au grec ancien qu’il a appris non pas sur les bancs de l’école, mais au contact direct des œuvres originales, sans grammaire ni dictionnaire et grâce à l’enthousiasme communicatif d’un bénédictin20, Mario Meunier publie sa première traduction, Antigone, en 1907. Après un passage par la Provence et une période de collaboration à la revue Le Feu, il arrive à Paris en 1910 où il est vite introduit dans les milieux artistes par son ami Francis Carco ; il est successivement secrétaire particulier d’Auguste Rodin puis d’Isadora Duncan entre 1910 et 1912. Après l’expérience traumatisante de la Grande Guerre, qu’il passe en captivité dans différents camps de prisonniers en Allemagne et en Lituanie, il reprend sa tâche de traducteur, à laquelle il se consacrera désormais comme à un véritable « apostolat » selon le mot de son biographe Jean Combe, son mariage en novembre 1919 avec Jeanne Dalliès, jeune femme issue d’une riche famille de magistrats, l’ayant semble-t-il dégagé définitivement de toute contrainte matérielle21.

  • 22 Voir ci-dessous annexe II.
  • 23 Cité par Combe 1967, p. 83.

17La liste de ses traductions du grec ancien montre l’ampleur et la régularité de son travail mais aussi la diversité de ses centres d’intérêt22. Au contact des milieux artistes qu’il côtoie par l’intermédiaire de Jeanne Dalliès, harpiste et musicologue spécialisée dans la musique médiévale, collaboratrice d’Isadora Duncan puis de Charles Dullin, Jacques Copeau et Louis Jouvet, Mario Meunier développe une approche libre et décloisonnée de la littérature grecque antique, passant d’un genre et d’une époque à l’autre sans s’interdire des incursions dans d’autres domaines, la littérature latine (Pensées de Marc-Aurèle, Les Bucoliques et l’Enéide de Virgile) et la spiritualité indienne notamment. L’unité cependant est bien là, toutes les traductions obéissant à un même « souci de l’esprit religieux » et au besoin « de connaître l’attitude qu’ont prise les penseurs et les poètes de la Grèce, en face des problèmes que leur posa et que continue à nous poser le sentiment du divin23 ». Car de Sappho à Plotin, de Pythagore à Platon, la Grèce de Mario Meunier est d’abord celle des mystiques et des « grands initiés » d’Édouard Schuré (1889) dont Meunier est l’un des lointains héritiers, perpétuant jusqu’au cœur du xxe s. une lecture de l’Antiquité grecque de plus en plus anachronique, toute imprégnée d’occultisme et de néo-platonisme.

  • 24 Meunier 1949, p. 12.

18Son œuvre de traduction est également unifiée par une remarquable continuité dans la manière d’aborder et de traduire le texte antique, qui resta la même d’un bout à l’autre de sa longue carrière échelonnée sur plus de cinquante ans. Qu’il s’agisse de prose philosophique, de poésie dramatique ou lyrique, l’exigence revendiquée est toujours la même, celle d’une scrupuleuse exactitude – qui motive le choix systématique de la prose – et d’attention portée au « rythme intérieur de la pensée vivante » et à « la cadence de l’émotion animatrice »24, selon une conception de la langue très nourrie du bergsonisme diffus de l’entre-deux-guerres.

  • 25 Cité par Piana 2005, t. II, p. 632.

19Assez inclassables au fond, les traductions de Meunier sont elles aussi un bon indice de ce brouillage des frontières entre les champs : tout en témoignant d’une réappropriation personnelle et peu académique des œuvres antiques, elles démarquent les pratiques savantes par leur prétention à l’exactitude et à la rigueur comme par la place qu’elles accordent au commentaire (copieux appareil de notes, préfaces volumineuses systématiquement intitulées, non sans cuistrerie, « prolégomènes »), et sont d’ailleurs tenues en bonne estime dans le milieu des spécialistes (l’Année philologique, revue bibliographique spécialisée dans l’Antiquité classique, signale régulièrement leur parution). Ce respect des codes savants explique sans doute inversement l’échec de la collaboration entre Mario Meunier et Charles Dullin autour des Oiseaux d’Aristophane en 1923, le metteur en scène abandonnant finalement la traduction qu’il avait commandée à Meunier, la trouvant « injouable » et trop « scolaire25 ».

20Diffusées par des éditeurs « grand public » (Grasset, Albin Michel) ou sous la forme de beaux livres illustrés, les traductions de Meunier ont permis une forme de vulgarisation du patrimoine antique que complètent les deux volumes de ses Légendes des dieux et des héros (1925, régulièrement réédités jusqu’en 1994). Répondant parfaitement aux nouveaux besoins du public moderne, elles ont bénéficié d’un succès large et prolongé qu’attestent leurs nombreuses rééditions ainsi que les multiples reconnaissances qui ont jalonné la carrière de Meunier : l’Académie couronne en 1924 sa traduction d’Isis et Osiris de Plutarque, l’année suivante celle des Vers d’Or de Pythagore, et lui décerne en 1947 son grand prix de Littérature pour l’ensemble de son œuvre.

  • 26 C’est le titre d’un article en forme d’hommage que lui a consacré Marguerite Fournier (Village du F (...)

21La trajectoire de Mario Meunier, « le petit montagnard devenu le plus grand helléniste26 », reste atypique. Ses travaux en revanche sont emblématiques d’une vision de la Grèce classique sans doute très largement partagée, ce qui permet de comprendre aussi leur succès : une Grèce qui, pour Meunier comme pour nombre de ses contemporains (et notamment les promoteurs de l’Association Guillaume Budé), reste une Grèce idéale et pérenne, sereine et lumineuse, aux antipodes de la relecture nietzschéenne initiée par le philosophe allemand à la fin du xixe s. comme des réappropriations iconoclastes de l’avant-garde artistique des années 1920-1930 ; une Grèce qui demeure le grand réservoir des « sources pures de la sagesse » de l’Occident auxquelles les consciences ébranlées par la Grande Guerre doivent remonter de toute urgence pour conjurer les menaces du « Machinisme » moderne autant que les périls politiques surgis à l’Est de l’Europe. Traduire les Grecs anciens est pour Meunier une manière de participer à la grande croisade moderne pour la restauration de l’humanisme, qui trouve son corollaire dans diverses formes d’action, telles le voyage en Grèce – autre aspect important de la carrière de Meunier par lequel il mérite de retenir notre attention dans le cadre de ce volume consacré au « double voyage ».

  • 27 Sur les Fêtes delphiques, voir Tsoutsoura 2006. Voir également Arnoux-Farnoux Lucile, « “La Grèce, (...)
  • 28 Voir Basch 1995 ; Basch Farnoux 2006.

22Mario Meunier compte en effet aussi parmi les grandes figures du voyage en Grèce de l’entre-deux-guerres – non pas le pèlerinage en solitaire d’un Jacques Lacarrière, autre figure de traducteur-voyageur qui arpentera bientôt une Grèce buissonnière à l’écart des sentiers battus, mais le voyage culturel et mondain tel qu’il se développe dans ces années-là, à l’instigation de réseaux à la fois artistiques et politiques. C’est ainsi qu’il fait partie en 1927 de la délégation d’écrivains français invités par le couple Angelos Sikélianos et Eva Palmer à assister aux Fêtes delphiques ; il contribuera par ses comptes rendus enthousiastes au rayonnement international de l’événement, et devient à son tour une sorte d’ambassadeur de « l’idée delphique », donnant des conférences sur le rôle civilisateur de l’oracle de Delphes en France, en Grèce et à Genève27. Au printemps 1931 il participe à la croisière Rupert Brooke à Skyros, puis devient le secrétaire général de la Société France-Grèce fondée en 1932 et présidée par Édouard Herriot. On retrouve régulièrement son nom dans les colonnes des revues touristiques et culturelles consacrées à la Grèce ainsi que dans les luxueux recueils d’hommages à la Grèce qui fleurissent dans l’entre-deux-guerres, aux côtés d’autres grands représentants de ce philhellénisme artiste et mondain, Jean Cocteau, Jean-Louis Vaudoyer, Marcel Brion, Gabriel Boissy et bien d’autres28.

  • 29 Voir Farnoux 2006.

23Les témoignages de Meunier voyageur révèlent la prégnance d’une vision de la Grèce foncièrement inactuelle, tout à la fois utopique et uchronique29 ; on n’y trouve nulle trace d’intérêt ou de curiosité à l’égard de la Grèce moderne et vivante, la traversée de la Méditerranée n’étant finalement pour Meunier, selon un lieu commun de l’époque bien ancré, qu’un moyen de remonter le temps :

  • 30 Meunier 1934, p. 17.

Le contact avec la Grèce réelle et moderne m’a rendu plus vivante la compréhension de la Grèce idéale, de la Grèce des livres et de celle des arts. Retourner en Grèce est pour moi la façon la plus sûre de recouvrer sur son sol le sentiment de l’éternelle jeunesse de la pensée des sages, et de participer avec une ferveur accrue au saint délice des Muses qu’enthousiasme et ravit la présence invisible et constante des dieux30.

  • 31 Voir Latta 2011 en ligne (dernière consultation 28 mai 2016), qui détaille la période des années 19 (...)
  • 32 L’histoire détaillée des liens (idéologiques, institutionnels) entre l’humanisme classique et l’ext (...)

24Traduire les Anciens et voyager en Grèce sont deux manières complémentaires de nier la béance créée par les catastrophes du début du siècle (Grande Guerre et Révolution russe), pour restaurer une continuité rassurante entre Antiquité et modernité, au prix parfois d’une véritable cécité quant aux périls présents qui put conduire à des alliances contre-nature, voire dans certains cas aux pires compromissions. Prise entre le traumatisme de la Grande Guerre et la défaite de 1940, la trajectoire politique personnelle de Mario Meunier épouse de près le désastre de son époque, depuis ses sympathies maurrassiennes tôt cultivées dans les cercles provençalistes fréquentés dans sa jeunesse jusqu’au ralliement à Pétain, voire à la politique de collaboration, en passant par l’allégeance à Mussolini qui le reçoit à Rome dès 1932 et avec lequel il organise les grandes cérémonies du bi-millénaire de la naissance d’Horace en 193631. Si la tentation d’instrumentaliser la culture antique n’est guère perceptible dans l’œuvre de traduction de Mario Meunier, elle se donne au contraire libre cours dans certains de ses essais, en particulier dans L’utopie communiste en Grèce et à Rome (Clermont-Ferrand, Les Cahiers de la Jeune France, 1941) ; elle reflète, plus largement, les ambivalences de ce rêve nostalgique du retour à l’antique que caressa la génération de l’entre-deux-guerres et éclaire la face sombre de l’humanisme des années 193032.

25Si les années 1919-1939 coïncident avec l’avènement de la philologie moderne que symbolise la naissance de la prestigieuse collection Budé, elles se caractérisent aussi par les échanges et les passages qui s’opèrent alors communément entre le monde des savants et celui des non-spécialistes, et par une forme de réconciliation entre science et poésie. L’essor de la traduction et la diversification de ses supports semblent répondre à une demande accrue du public et à un besoin nouveau de vulgarisation que viennent combler notamment les traductions de Mario Meunier.

26Dans l’ensemble, la démarche des traducteurs de cette époque est assez sage : on ne trouve pas de traductions fracassantes comme celles qui avaient fleuri à la fin du siècle précédent. La réappropriation polémique ou subversive du patrimoine littéraire de l’Antiquité grecque n’est pas absente, certes, mais elle passe dans ces années-là par un geste autre que celui de la traduction : récriture, libre adaptation, pastiche, parodie, détournement, en particulier au théâtre qui revisite les grandes figures mythiques, de l’Antigone de Cocteau (1922) à celle de Jean Anouilh (1944) en passant par les récritures ludiques d’un Gide, d’un Giraudoux ou d’un Sartre, dont les résonances se font de plus en plus lugubres au fil des années : c’est un autre chapitre de l’histoire littéraire – et une autre forme de voyage dans la littérature de l’Antiquité grecque.

Annexes

I. Les titres grecs de la collection « Antiqua », Enseigne du Pot cassé (Paris)

[Collection fondée en 1927 et dirigée par Constantin Castéra]

  • Épictète, Pensées et entretiens, traduction André Dacier, illustrations Henry Chapront, 1927
  • Quintus de Smyrne, La Guerre de Troie ou La fin de l’Iliade, traduction de R. Tourlet, 1928
  • Longus, Daphnis et Chloé, 1928
  • Hésiode, La Théogonie, 1928
  • Euripide, Iphigénie, traduction Nicolas-Louis Artaud, illustrations Andrée Riquier, 1929
  • Lucien de Samosate, Dialogue des courtisanes, traduction Belin de Ballu, illustrations Gio Colucci, 1929
  • Eschyle, L’Orestie, traduction La Porte Du Theil, illustrations F.-M. Salvat, 1929
  • Théocrite, Idylles, traduction M. B*** de L***, illustrations Gabrielle Faure, 1929
  • Apollonios de Rhodes, Jason et Médée ou La Conquête de la Toison d’Or, traduction J. J. A. Caussin de Perceval, 1930
  • Sophocle, La Tragique Histoire du Roi Œdipe, traduction Nicolas-Louis Artaud, illustrations Jean Lébédeff, 1930
  • Achille Tatius, Les Amours de Leucippé et Clitophon, traduction Perron de Castéra, illustrations Henry Chapront, 1930
  • Héliodore, Les Éthiopiques ou Théagène et Chariclée, traduction N. Quenneville, illustrations Gabrielle Faure, 1932
  • Hérodote, Les Plus Belles Histoires d’Hérodote d’Halicarnasse, traduction P. H. Larcher, illustrations Pierre Noël, 1932
  • Ésope, Fables, traduction J.-B. Morvan de Bellegarde, 1934
  • Hippocrate, Les Aphorismes, traduction Ch. Daremberg, 1934

II. Mario Meunier (1880-1960) traducteur des auteurs grecs antiques

  • Sophocle, Antigone, Marseille, Le Feu, 1907
  • Sappho, Poésies, Paris, Figuière, 1911
  • Platon, Le Banquet, Paris, Figuière, 1914
  • Platon, Le Banquet ou De l’amour, nouvelle édition, Paris, Payot, 1920 (réédition Albin Michel 1947)
  • La Batrachomyomachie, poème attribué à Homère, illustrations Lucien Boucher, Paris, Marcel Seheur, 1920
  • Nonnos de Panopolis, Les Dionysiaques, Paris, Figuière, 1921 (réédition Guy Tredaniel, 1982)
  • Platon, Phédon, Paris, Payot, 1922 (réédition Albin Michel 1952)
  • Platon, Phèdre, Paris, Payot, 1922 (réédition Albin Michel 1960)
  • Euripide, Les Bacchantes, Paris, Payot, 1923
  • Plutarque, Isis et Osiris, Paris, L’Artisan du livre, 1924 (réédition Guy Tredaniel, 1979)
  • Aristophane, Les Oiseaux, illustrations Lucien Boucher, Paris, Marcel Seheur éditeur, s. d. [1928]
  • Pythagore, Les Vers d’Or, Paris, L’Artisan du livre, 1930 (réédition Guy Tredaniel, 1987)
  • Sappho, Anacréon et les anacréontiques, Paris, Bernard Grasset, 1932
  • Théano, Périctione, Phintys, Mélissa et Mya, Fragments de lettres de femmes pythagoriciennes, Paris, L’Artisan du livre, 1935
  • Aristote, Cléanthe, Proclus, Hymnes philosophiques, Paris, L’Artisan du livre, 1935
  • Lucien, Dialogue des Dieux, 27 dessins par Antoine de Roux, Paris, Laffont, 1942
  • Homère, L’Odyssée, illustrations Berthold Mahn, Paris, Union latine d’éditions, 1943, 2 volumes.
  • Homère, L’Iliade, illustrations Berthold Mahn, Paris, Union latine d’éditions, 1943, 2 volumes.
  • Sophocle, Œdipe à Colone, traduction pour la scène, Paris, chez Jacques Haumont, 1945
  • Synésius de Cyrène, Hymnes, Paris, Bateau ivre, 1947
  • Lucien de Samosate, La Déesse syrienne, Paris, Janick, 1947
  • Platon, Le Banquet, édition revue, Paris, Albin Michel, 1948
  • Sophocle, Trois tragédies. Œdipe-Roi, Œdipe à Colone, Antigone, Paris, Albin Michel, 1949
  • Platon, Phédon, édition revue, Paris, Albin Michel, 1952
  • Homère, L’Iliade, Paris, Albin Michel, 1956
  • Platon, Phèdre, édition revue, Paris, Albin Michel, 1960
  • Homère, Odyssée, Paris, Albin Michel, 1961

Notes

1 Le Voyage en Grèce 4 (printemps-été 1936), p. 20.

2 Les Belles Lettres, 75e anniversaire, Paris, Les Belles Lettres, 1994, p. 9.

3 L’article premier des statuts de l’Association débute ainsi : « L’Association Guillaume Budé, fondée en 1917, a pour objet la publication d’une ou de plusieurs collections d’auteurs grecs et latins, pouvant comporter, soit des textes seuls, soit des texte commentés, soit des traductions, soit des documents historiques, archéologiques, etc. » (Bulletin de l’Association Guillaume Budé 1 [octobre 1923], p. 5). Voir aussi L’Association Guillaume Budé et la société d’édition « Les Belles Lettres », plaquette de présentation, Association Guillaume Budé, Paris, 1925.

4 Hermant Abel, Le Gaulois, 25 octobre 1920.

5 Le Figaro 17 juillet 1920.

6 L’Association Guillaume Budé 1925.

7 De nombreuses études ont été récemment consacrées à la question de la rivalité franco-allemande dans le domaine de la philologie et des études classiques. Voir en particulier Espagne 2005. Voir aussi Humbert-Mougin Lechevalier 2012.

8 Bédier 1928, p. 43.

9 [Anonyme], Bulletin de l’Association Guillaume Budé 1 (octobre 1923), p. 49.

10 Mounin 1955, p. 143.

11 Voir ci-dessous, annexe I.

12 Voir notamment Ballestra-Puech 2009 en ligne (dernière consultation 25 mai 2016).

13 Montalbetti 1997, p. 72. Voir aussi Rabau 2004.

14 Parmi beaucoup d’autres témoignages relatifs à cette proximité d’Homère, voir notamment celui de Georges Duhamel dans son essai Homère au xxe siècle (Paris, Union latine d’éditions, 1947).

15 Thibaudet 1925, p. 341.

16 Voir Lechevalier 2007, p. 449-496.

17 Claudel Gide 1949, lettre de Paul Claudel à André Gide du 9 novembre 1908, p. 198.

18 J’ai développé l’étude de ces trois traductions dans Humbert-Mougin 2003.

19 J’emprunte cette formule à Antoine Berman dans son essai « L’Énéide de Klossowski », in Berman 1999, p. 105.

20 Selon le témoignage de Meunier lui-même, recueilli par son biographe Jean Combe : « Mon professeur de grec était un bénédictin qui connaissait à fond la langue d’Homère. Non seulement il en possédait tous les secrets, mais surtout il excellait à communiquer l’enthousiasme qui l’animait. J’appris le grec en lisant les textes. […]. Grâce à lui, je n’ai pas connu l’ennui de feuilleter désespérément dans un dictionnaire. […] Je lus ainsi avec lui, non seulement des passages, mais l’œuvre entière des principaux auteurs grecs et latins » (Combe 1967, p. 15).

21 Cette hypothèse serait à vérifier par la consultation des archives personnelles de la famille Meunier. Une autre piste sans doute fructueuse serait l’examen des liens entre Meunier et les dédicataires de ses traductions, très souvent issus de l’aristocratie (comtesse de Fels, baron Joseph Vitta, marquise de Brantes, etc.) qui ont peut-être joué le rôle de mécènes.

22 Voir ci-dessous annexe II.

23 Cité par Combe 1967, p. 83.

24 Meunier 1949, p. 12.

25 Cité par Piana 2005, t. II, p. 632.

26 C’est le titre d’un article en forme d’hommage que lui a consacré Marguerite Fournier (Village du Forez 17 [janvier 1984]).

27 Sur les Fêtes delphiques, voir Tsoutsoura 2006. Voir également Arnoux-Farnoux Lucile, « “La Grèce, de nouveau, parle au monde”. L’écho des Fêtes delphiques en France », communication à la journée d’études « Les Fêtes delphiques : une rencontre internationale des lettres et des arts » organisée par l’École française d’Athènes en mars 2010.

28 Voir Basch 1995 ; Basch Farnoux 2006.

29 Voir Farnoux 2006.

30 Meunier 1934, p. 17.

31 Voir Latta 2011 en ligne (dernière consultation 28 mai 2016), qui détaille la période des années 1939-1944, sur lesquelles la biographie de Jean Combe reste silencieuse.

32 L’histoire détaillée des liens (idéologiques, institutionnels) entre l’humanisme classique et l’extrême-droite dans la France des années 1930 reste à écrire.

Auteur

Maître de conférences en littérature comparée à l’Université François-Rabelais de Tours (EA 6297, ICD). Ses travaux portent sur l’histoire de la réception des théâtres antiques (xixe-xxe siècles). Elle a notamment publié Dionysos revisité : les tragiques grecs en France de Leconte de Lisle à Claudel (Belin, 2003), Le Théâtre antique entre France et Allemagne (xixe-xxe siècles) : de la traduction à la mise en scène (Presses universitaires François-Rabelais, 2012, avec C. Lechevalier).

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search