Version classiqueVersion mobile

Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939)

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Polina Kosmadaki

Traduction, réception et figures médiatrices

Traduction et diplomatie culturelle dans l’entre-deux-guerres  :
le cas du poète Costis Palamas (1859-1943)

Lucile Arnoux-Farnoux

Résumé

Le poète Costis Palamas (1849-1943), figure dominante des lettres grecques dans l’entre-deux-guerres, fait l’objet d’un programme systématique de traduction en français entre 1914 et 1937. Ces traductions, œuvres essentiellement d’Eugène Clément, sont réalisées à l’initiative d’abord d’un groupe de personnalités grecques, désireuses de promouvoir la culture néo-hellénique à l’étranger après l’issue heureuse des guerres balkaniques, puis essentiellement de Georges Katsimbalis, – le fameux « Colosse de Maroussi » de Henry Miller –, ami personnel du poète et principal agent de sa promotion à l’étranger. Cette tentative de diffusion de l’œuvre de Palamas en France correspond à un double projet de politique culturelle. Pour la France, elle contribue à renforcer la « propagande intellectuelle française » en Grèce, afin de contrebalancer l’influence grandissante de la culture anglo-saxonne. Pour la Grèce, il s’agit de faire connaître la littérature grecque contemporaine à l’étranger afin de véhiculer l’image d’une nation moderne et européenne, dotée de personnalités artistiques d’envergure internationale. Cette entreprise de diplomatie culturelle ne connaîtra toutefois pas le succès espéré.

Texte intégral

  • 1 Picard 1924.
  • 2 Picard 1925.

1Lorsque, en novembre 1924, Charles Picard, directeur de l’École française d’Athènes, brosse un tableau rapide, pour Le Figaro, de « La vie littéraire en Grèce1 », il évoque d’abord la poésie, citant les noms de Drossinis, Skipis, Cavafis, Malakassis, Porphyras et Tangopoulos, et surtout de Palamas : « Depuis qu’il est traduit dans notre langue, écrit-il, le grand poète de la Vie immuable, de la Cité et la Solitude, fait figure de maître européen, et rien n’est plus juste que cette gloire autour d’une sereine pensée ». Dans un second article, intitulé « Le mouvement littéraire en Grèce2 », publié quelques mois plus tard dans le journal Comœdia, Charles Picard revient sur l’importance de la traduction de Palamas en français :

  • 3 Ibid., 9 avril 1925.

Costis Palamas mériterait hautement d’être connu du grand public européen. La traduction de ses œuvres choisies en notre langue est arrivée en Grèce à la fin de 1922, et ce fut là un événement non seulement pour ceux de nous qui ignoraient trop ce bel artiste, mais surtout pour nombre de Grecs, à qui C. Palamas ne se passe pas encore d’être révélé3.

2Cependant Picard ne se réjouit pas simplement de la toute nouvelle gloire internationale du poète grec, comme peuvent le faire dans leurs articles les néo-hellénistes Louis Roussel et Philéas Lebesgue. Celle-ci est finalement pour lui une preuve de plus de l’influence française en Grèce, y compris dans le domaine littéraire :

  • 4 Picard 1924.

C’est, en fait, écrit-il dans Le Figaro, à la France que la littérature moderne emprunte encore le plus […]. La Grèce sait que, de tous les pays étrangers, c’est la France qui suit, avec le souci le plus bienveillant, son effort littéraire. La traduction récente des œuvres de Palamas, le cours sur le roman moderne professé par Psichari, les études et conférences de l’Institut néo-hellénique à la Sorbonne, celles de l’Institut supérieur d’Études françaises annexé, à Athènes même, à notre École d’archéologie, rendent les services les plus précieux, pour aider à un rapprochement intellectuel si désirable4.

3On ne saurait mieux dire : la diffusion de la culture grecque en France contribue au rapprochement intellectuel entre les deux pays, qui permet à son tour de lutter contre l’influence grandissante de la langue et de la culture anglo-saxonnes, favorisée en Grèce, comme le fait remarquer Picard à la fin de son article, par l’aide américaine aux réfugiés. C’est que Charles Picard, tout en étant très au fait de l’actualité littéraire, comme le montre son article, raisonne avant tout en termes de « propagande intellectuelle française », selon l’expression consacrée de l’époque. Il signe d’ailleurs « Charles Picard, Directeur de l’EfA, Président du Comité de l’Alliance Française à Athènes et de la Ligue Franco-hellénique ». Depuis Gustave Fougères (1863-1927), en effet, directeur de l’EFA de 1913 à 1919, qui avait été nommé officiellement chef de la propagande française en Grèce en 1917, le directeur de l’École française d’Athènes présidait également l’Alliance française et la Ligue franco-hellénique. Pour Picard, même si l’on n’est plus en temps de guerre, la « propagande intellectuelle française » fait partie des missions du directeur de l’École d’Athènes.

  • 5 Palamas 1922.

4La traduction dont parle Charles Picard est l’œuvre d’Eugène Clément (1862-1937). Il s’agit en fait d’une traduction d’œuvres choisies de Costis Palamas, qui paraît en 1922 en deux tomes chez Sansot et Chiberre, avec une préface de Philéas Lebesgue et une longue introduction par le traducteur, intitulée « Costis Palamas. Sa vie, son œuvre » ; l’anthologie contient de longs extraits de tous les recueils poétiques de Palamas publiés jusque-là, ainsi que des textes en prose et même un extrait de la pièce Trisevgeni (Τρισεύγενη)5.

5La presse spécialisée – c’est-à-dire essentiellement Philéas Lebesgue dans sa chronique « Lettres néo-grecques » du Mercure de France et Louis Roussel dans Libre – est unanime à louer la qualité de la traduction et le mérite du traducteur. De plus, contrairement à ce qui se passe généralement, la publication des Œuvres choisies de Costis Palamas traduites par Clément provoque un certain nombre de réactions dans le milieu littéraire parisien : on note entre autres une critique de Francis de Miomandre dans les Nouvelles littéraires du 25 novembre 1922, puis un article de René Arcos dans Europe, le 15 novembre 1923. Enfin, il est vraisemblable que cette publication n’est pas étrangère au fait que le gouvernement français, le 4 octobre 1924, remette l’insigne de la Légion d’honneur à Palamas en même temps qu’à Georges Drossinis.

6Pourquoi un tel écho et, pourrait-on dire, un tel traitement de faveur ? s’il est indéniable qu’Eugène Clément a fait un immense travail de traduction et de présentation de l’œuvre de Palamas, il n’en est pas moins vrai que le retentissement qu’ont eu ses traductions, et le fait même qu’elles aient pu être publiées, ont tenu également à d’autres facteurs, et à l’intervention d’autres acteurs, parmi lesquels, tout particulièrement, Georges Katsimbalis (1899-1978), le « fameux colosse de Maroussi » de Henry Miller, l’ami de Georges Séféris et de Georges Théotokas, un personnage clé de la génération des années 1930.

7L’affaire remonte à plusieurs années, avant la première guerre mondiale. En 1912-1913 se constitue un comité pour la traduction en français de l’œuvre de Costis Palamas, formé par un certain nombre de personnalités du monde littéraire et culturel, Andreas Andreadis, Pavlos Nirvanas, Yannis Zervos, Aristos Kambanis et Avra Theodoropoulou, soutenus par Élefthérios Vénizélos, Nikolaos Politis, Ion Dragoumis et Constantin Katsimbalis, père de Georges. Il s’agit de faire la promotion de Palamas – à l’époque la figure dominante des lettres grecques – à l’étranger, pour soutenir les prétentions intellectuelles et culturelles de la Grèce après les guerres balkaniques, et peut-être, déjà, préparer une candidature au prix Nobel. Voici en quels termes Avra Theodoropoulou évoque, bien des années plus tard, l’état d’esprit du petit groupe :

  • 6 Theodoropoulou 1943, p. 372-373.

Nous arrivâmes ainsi en 1912-1913. Nous nous réjouîmes de nos victoires, nous nous réjouîmes de l’agrandissement de notre patrie […]. Et la tête haute nous voulions que le monde entier fasse attention à nous, nous les Grecs d’aujourd’hui, les descendants, si vous voulez, des Anciens, que l’on nous remarque pour nous-mêmes et non à cause de nos ancêtres.N’avions-nous pas des valeurs spirituelles à présenter ? N’avions-nous pas un Palamas digne de se mesurer avec les plus grands poètes contemporains du monde entier ? Palamas devait se faire connaître hors des frontières du monde grec, parce que Palamas ne valait pas seulement pour nous. Le poète de la Vie immuable, de la Flûte du Roi, des Douze Paroles du Tzigane avait des cordes mondiales à sa lyre, même si les plus douces étaient pour sa patrie grecque. Et fidèles au credo de notre « Cercle » [Cercle de l’art grec, fondé en 1909], nous décidâmes de le faire connaître au monde par une traduction soignée en français6.

  • 7 Lettre de Palamas à Avra Theodoropoulou du 22 mai 1914, in Palamas 1975, p. 241.
  • 8 « J’ai reçu sur le poème [Ο Δωδεκάλογος του Γύφτου/Le Dodécalogue du Tzigane], une lettre assez ana (...)
  • 9 Lettre de Palamas à Jean Psichari du 9 août 1907, in Palamas 1975, p. 137-138. La traduction de Clé (...)

8Le comité fait un choix de textes et Palamas leur indique le nom d’Eugène Clément7, qui a déjà publié plusieurs de ses poèmes et proses dans différentes revues françaises (Athéna, Graecia, L’Acropole) et avec qui il correspond depuis 19078. Clément a déjà traduit la nouvelle de Palamas La Mort du pallikare (Ο θάνατος του Παλλικαριού) et a l’intention de la publier avec d’autres nouvelles grecques. Palamas juge la traduction, que Clément lui a envoyée, excellente9. Elle paraît dans Le Figaro, puis sera reprise dans les Œuvres choisies. Clément envoie en 1912 une lettre à Palamas dans laquelle il lui rappelle qu’il s’occupe depuis longtemps de sa poésie, qu’il a traduit et publié quelques poèmes et que son grand désir est de présenter une collection complète de traductions. Mais, comme Palamas lui-même l’explique dans sa lettre de mai 1914, le poète a négligé de lui répondre.

  • 10 Katsimbalis 1943, p. 306, n. 4.
  • 11 Ibid.

9Clément est un professeur de grec ancien au lycée de Nice, qui, nous dit Georges Katsimbalis, a appris seul le grec moderne sans jamais venir en Grèce10 ; il s’est pris de passion pour l’œuvre de Palamas et a entrepris de le traduire. L’action du comité rejoint les initiatives de Constantin Katsimbalis, le père de Georges, ami personnel de longue date du poète, pour le faire traduire et éditer en français. Au moment où le comité entre en contact avec Clément, il se trouve que Constantin Katsimbalis et sa fille Calypso habitent eux-mêmes à Nice. Ils font la connaissance de Clément et à partir de ce moment l’accompagnent dans son travail de traduction et sa recherche d’éditeur11. En 1919, Calypso Katsimbali envoie à Palamas les traductions de Clément afin qu’il les relise et donne son avis. Le poète est satisfait, comme le montre la lettre qu’il envoie en retour à Calypso :

  • 12 Lettre de Palamas à Calypso Katsimbali du 17 mars 1919, in Palamas 1978, p. 42-43 (* en français da (...)

Je vous retourne le dossier avec les traductions de Clément. Je n’ai rien trouvé à corriger ; seulement à un ou deux endroits, des vétilles ; son travail me paraît de qualité ; les poèmes sont rendus fidèlement et, bien sûr, avec l’élégance française. Le Tombeau [Ο Τάφος] m’a particulièrement ému ; sa transposition* est admirable. […] Certaines des chansons du Tombeau – et peut-être des Iambes [των Ίαμβων] aussi – m’ont semblé avoir pu être écrites par un poète français – et cela fera peut-être, dans leur nouvelle langue française, leur valeur12.

  • 13 Ibid.

10Toute la correspondance à propos de ces traductions est visiblement passée par Calypso, à qui le poète avoue : « À M. Clément, je n’ai pas encore réussi à écrire, ni à lui envoyer mon nouveau livre. Je le ferai demain ou après-demain », avant de la remercier pour la peine qu’elle se donne pour lui et son œuvre13.

  • 14 La correspondance avec Georges Katsimbalis se poursuit jusqu’à la mort d’Eugène Clément, en 1937. L (...)
  • 15 Palamas 1922. C’est Philéas Lebesgue qui avait mis Clément en relation avec l’éditeur Chiberre, suc (...)
  • 16 Dans sa lettre du 1er mars 1922 à Constantin Katsimbalis, Clément révèle que l’éditeur réclamait la (...)

11Calypso et son père ont de toute évidence aidé Clément dans son travail de traducteur, comme le reconnaît ce dernier dans les remerciements qu’il leur adresse à la fin de son introduction et comme le prouve la correspondance qu’il entretient d’abord avec le père Katsimbalis puis, à partir de 1921, avec le fils, Georges14. Dans une lettre du 5 janvier 1919, adressée à Constantin, il se plaint que son départ de Nice l’a privé de « l’assistance de [ses] précieuses lumières », puis, le 10 mars 1919 il lui déclare : « Conformément à vos instructions, je vous adresse un premier paquet de ce que j’ai traduit », annonçant la suite pour la semaine suivante. Plusieurs envois suivront, adressés d’abord à Constantin Katsimbalis puis directement au poète, qui les revoit. L’ouvrage est prêt fin 1919 mais la publication a finalement lieu en novembre 1922, chez l’éditeur Chiberre15, grâce à la subvention accordée comme annoncé par le gouvernement Vénizélos mais également à une somme de 2 500 francs versée par les Horemis d’Alexandrie16.

  • 17 Les remerciements de Clément sont là aussi très clairs : « Je joins à ces noms – et dans le même se (...)

12Les deux tomes des Œuvres choisies de Palamas, qui paraissent alors, ont donc vu de nombreuses bonnes fées se pencher sur leur berceau, et la traduction de Palamas est devenue une véritable cause nationale. À la fin de son introduction, Eugène Clément remercie, dans l’ordre, M. Vénizélos, président du Conseil, et M. Politis, ministre des Affaires étrangères de Grèce, « du généreux encouragement dont ils ont bien voulu gratifier cet ouvrage ». La subvention accordée entre dans la politique en faveur de l’art contemporain grec menée par Vénizélos, avec l’aide de Politis, chaque fois qu’il s’est trouvé au pouvoir, et plus particulièrement, pour reprendre encore une fois l’expression de l’époque, dans la « propagande intellectuelle » menée par les mêmes pour promouvoir l’image de la Grèce à l’étranger et soutenir ainsi sa politique étrangère et ses revendications auprès de ses alliés. Mais le mécénat privé a aussi joué son rôle17.

  • 18 Le Figaro en Grèce 10 février 1929, 36 pages.
  • 19 Palamas 1929, p. 12-13.
  • 20 Ibid., p. 13.

13Ce n’est évidemment pas un hasard si c’est ce poète qui fait l’objet d’une telle campagne. Palamas chante dans son œuvre la Grèce tout au long de son histoire, depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine. Sa poésie apparaît comme l’incarnation même de l’hellénisme. En 1929, dans le second supplément du Figaro consacré à la Grèce18, c’est Palamas qui rédige l’article sur la littérature : « Quelques figures de la République des Lettres19 », traduit encore par Eugène Clément, dans lequel il brosse un vaste panorama du paysage littéraire grec qui se termine par un jugement très critique à l’égard de Cavafis : « les œuvres de Cavaphis [sic], vers, langue, expression, forme et substance, me semblent pareilles à des notations qui ne peuvent ou ne daignent devenir des poèmes20 ».

14Le travail de Clément est dès lors suivi de près par Georges Katsimbalis lui-même, qui s’efforce de faire traduire Palamas dans les « quatre principales langues européennes » : l’anglais, le français, l’allemand et l’italien, et tient Palamas au courant de ses efforts. Il était donc en relation avec Eugène Clément, mais aussi avec Karl Dieterich et Aurelio Palmieri, ayant entrepris lui-même la traduction en anglais d’un choix de poèmes avec son ami Theodore Ph. Stephanides, étudiant en médecine à Paris et poète anglophone, qu’il avait connu pendant la guerre. Les traductions allemande et italienne, très fragmentaires, sont restées inédites pour diverses raisons. La traduction anglaise de Katsimbalis et Stephanides est publiée en 1925, trois ans après la traduction d’Eugène Clément.

  • 21 Début janvier 1923 Clément répond en effet à Constantin Katsimbalis : « Je n’ai pas traduit le Dodé (...)
  • 22 « La proposition que vous me faites de traduire le Dodécalogue m’enchante et m’effraie tout à la fo (...)
  • 23 Le titre adopté sera finalement Les Douze Paroles du Tzigane : « Je suis d’avis comme vous et comme (...)
  • 24 Lettre de Palamas à Georges Katsimbalis du 18 août 1924, in Palamas 1978, p. 214-215. Palamas y avo (...)
  • 25 Palamas 1931.

15Dès le mois de décembre 1922, vraisemblablement, il a été question de Ο Δωδεκάλογος του Γύφτου [Le Dodécalogue du Tzigane] (1907)21, mais c’est sans doute en juin 192422 que Georges propose « officiellement » à Clément d’entreprendre la traduction intégrale de cette œuvre23, en accord avec le poète, qui insiste pour que l’ensemble de l’œuvre, y compris l’épilogue et la dédicace, soit traduit24. S’ensuit un échange nourri de lettres entre Clément et Georges Katsimbalis, tout au long de l’été et de l’automne 1924, dans lequel le traducteur demande de l’aide pour les passages difficiles, mais s’inquiète aussi beaucoup de la recherche d’un éditeur potentiel. Le texte était prêt dès le mois de décembre 1924. Le mécène – secret – était Constantin Katsimbalis lui-même, et la préface devait être faite à l’origine par Anna de Noailles, amie personnelle de ce dernier et admiratrice du poète. Mais Anna de Noailles, pour diverses raisons, ne tint pas son engagement et toute une série de mésaventures avec éditeurs et imprimeurs retarda la publication. C’est seulement bien plus tard, en 1931, grâce à l’action encore de Katsimbalis, que la maison d’édition Stock accepte d’entreprendre cette édition, avec une préface d’Henry Bidou25 ; dans une « note du traducteur », Clément exprime « sa gratitude envers MM. Constantin et Georges Katsimbalis, qui l’ont secondé par leur activité aussi dévouée qu’intelligente et par des éclaircissements grâce auxquels ce travail peut paraître moins imparfait ».

16La préface d’Henry Bidou est en fait la reprise d’un de ses articles écrit en 1928 pour la Revue de Paris (1er juin 1928), dans sa chronique régulière « Parmi les livres », à la suite d’une rencontre avec le poète à Athènes et au vu de la traduction non encore éditée et d’une préface de Louis Roussel, remplacée finalement par le texte de Bidou. Palamas fait allusion à cette rencontre dans une lettre de juin 1928 à Katsimbalis :

Henry Bidou a tenu sa promesse. Dans le numéro de la Revue de Paris (1er juin) qui vient d’arriver se trouvent, à l’intérieur de sa chronique régulière « Parmi les livres » 2 pages ½ sur moi, à l’occasion de la traduction française des Douze Paroles. […]

17Et il conclut :

  • 26 Lettre de Palamas à Katsimbalis du 10 juin 1928, in Palamas 1978, p. 299.

Je suppose que cela aussi pourra contribuer à faciliter un contact plus juste d’un poète grec provincial avec cette large atmosphère européenne, relativement à cette affaire qui intéresse tant la sympathie au grand cœur que vous me manifestez sans mesure, aussi bien toi que ton très aimable père26.

18Il s’agit évidemment de l’affaire du prix Nobel, qui occupe beaucoup le cercle des amis de Palamas, et plus largement le monde littéraire athénien, durant toutes ces années. À partir de 1922, en effet, chaque année en octobre s’exprime dans la presse l’espoir que Palamas obtiendra le Nobel, puis en novembre la déception qu’il ne l’ait pas eu. Le lien avec la traduction des Œuvres choisies en français est évident.

  • 27 Theodoropoulou 1943, p. 374.

Tel était le deuxième but de notre comité, déclare Avra Theodoropoulou, lorsque nous nous sommes occupés de le faire traduire. Nous voulions que d’abord Palamas soit reconnu, mais ensuite qu’il soit honoré comme il le méritait, et qu’avec lui la Grèce aussi soit honorée27.

  • 28 Lettre à Georges Katsimbalis du 20 février 1930, FK.

19Clément, comme Katsimbalis, a lui aussi constamment à l’esprit le prix Nobel. Tous les efforts du second pour faire traduire le poète en français s’expliquent par ce souci, mais Clément n’est pas en reste, parlant par exemple, à propos de la publication des Douze Paroles du Tzigane, d’« œuvre de propagande » à laquelle devrait contribuer le gouvernement grec28.

20Désormais Eugène Clément apparaît comme le traducteur attitré de Palamas, selon l’expression employée par Louis Roussel :

  • 29 Roussel 1932, p. 918.

M. Clément est traducteur attitré des écrivains grecs modernes, et en particulier de M. Palamas, sur les ailes de qui il aura l’honneur bien gagné de passer à la postérité. Il est difficile de louer assez le zèle et la piété du traducteur acharné à faire passer dans notre langue tout ce qu’on peut humainement y faire passer du chef-d’œuvre de Palamas29.

  • 30 « Vous me proposez la traduction de La Flûte du Roi. Cet admirable poème sera d’une extrême difficu (...)
  • 31 Le premier jet est achevé en novembre 1927 : « Ce travail m’a donné une peine infinie ; mais je cro (...)
  • 32 Palamas 1934.

21Vient ensuite la traduction de La Flûte du Roi (Η Φλογέρα του Βασιλιά, 1910), entreprise par Clément dès 1925, sur les instances de Georges Katsimbalis, qui ne lui laisse aucun répit30. Le travail est long31, ralenti par la difficulté du texte, dont Clément se plaint fréquemment, mais aussi par les problèmes liés à la publication des Douze Paroles. La nouvelle traduction paraît en 1934, à la Librairie Stock, avec une préface de Charles Diehl et une introduction d’Alexandre Embiricos32. Katsimbalis a entre-temps créé la collection « Pour connaître Palamas » (Για να γνωρίσουμε τον Παλαμά), chez l’éditeur Estia, dans laquelle il publie, entre autres, en 1932, l’étude d’Eugène Clément « Palamas, sa vie, son œuvre » qui a servi d’introduction aux Œuvres choisies, avec la préface de Philéas Lebesgue, dans une traduction de Ioannis Mihaïl Panayotopoulos. En fait, si l’étude est bien traduite par Panayotopoulos, la préface de Lebesgue est traduite par Séféris, comme nous l’apprend une lettre de Katsimbalis à son ami, alors en poste à Londres, en septembre 1931, tandis qu’il prépare l’édition du texte en question :

  • 33 Lettre de Georges Katsimbalis à Georges Séféris du 26 septembre 1931, in Katsimbalis – Séféris 2009 (...)

Je t’en prie ardemment, avec les documents de Karantonis [il s’agit de lettres et articles inédits qu’il envoie à son ami] […] envoie-moi en même temps ta traduction de Lebesgue sur Palamas. Ne t’occupe pas du texte de Clément, parce que je l’ai trouvé excellemment traduit par I. M. Panayotopoulos. Aurais-tu une objection à ce que la tienne soit éditée avec – sans ton nom bien sûr, ou avec ton nom si tu veux33 ?

22Tous ces éléments montrent l’importance du rôle que Georges Katsimbalis, très engagé dans le soutien et la promotion de l’œuvre de Palamas, a joué dans sa traduction en français par Eugène Clément, et plus généralement dans la diffusion, ou l’effort de diffusion de l’œuvre du poète en France.

  • 34 Palamas 1925.
  • 35 Ce qui situe la scène en 1929, ou dans les premiers jours de 1930, Romain Rolland étant né le 26 ja (...)
  • 36 Et il ajoute : « Si j’étais en bonne santé, j’irais le saluer. Mais voilà ! Je suis condamné à ne p (...)

23C’est lui encore qui fait découvrir le poète grec à Romain Rolland, tout auréolé de la gloire du prix Nobel de littérature obtenu en 1915, en lui envoyant, fin 1929, un exemplaire de la traduction anglaise des poèmes de Costis Palamas qu’il avait réalisée avec son ami Stephanides et publiée en 192534. Dans un texte publié en revue en 1936, à l’occasion du cinquantenaire littéraire du poète, la romancière Lilika Nakou, qui a vécu à Genève et à Paris, raconte une rencontre avec Romain Rolland, qu’elle connaissait bien. La scène se passe en Suisse, dans la maison de Romain Rolland, au bord du lac de Genève, et Romain Rolland est en train de feuilleter un volume de poèmes de Costis Palamas en traduction anglaise. Est présent en même temps que Lilika Nakou un écrivain français dont elle ne donne pas le nom (pas plus qu’elle ne précise la date à laquelle a eu lieu la scène). Romain Rolland leur déclare tout à coup : « Je suis heureux d’avoir vécu jusqu’à l’âge de 63 ans35, pour la seule et unique raison que cela m’a permis de connaître l’œuvre de Costis Palamas. C’est un très grand poète36 ! »

  • 37 Voir La Semaine égyptienne 15 avril 1930, p. 12, 14 et 37.
  • 38 Lettre de Palamas à Georges Katsimbalis du 23 avril 1930, in Palamas 1981, p. 43.
  • 39 Lettre de Palamas à Stavros Stavrinos du 17 mai 1930, in Palamas 1981, p. 45.

24Il s’ensuit un échange lyrique entre Romain Rolland et Palamas, début 1930, ainsi qu’une déclaration de Romain Rolland à l’occasion d’une enquête littéraire – dont La Semaine égyptienne, revue francophone du Caire dirigée par le Grec Stavros Stavrinos, qui publie un numéro d’hommage au poète grec le 15 avril 1930 – s’empresse de se faire l’écho37. Ce numéro, qui réunit un très grand nombre d’articles et de témoignages d’écrivains et intellectuels français, mais aussi anglais, allemands, italiens, polonais et grecs, en traduction française, a d’ailleurs été suscité et préparé par Georges Katsimbalis lui-même, comme le souligne Palamas dans une lettre à son ami : « J’ai reçu hier le numéro d’hommage de La Semaine égyptienne. Unique. Et je songe que c’est toi qui l’as remonté des profondeurs de l’abîme et qui lui as donné forme et vie38 ». Il le rappelle également dans sa lettre de remerciements à Stavros Stavrinos : « Ce monument qui m’émeut profondément, vous l’avez élevé avec l’aide et l’obstination d’un ami unique, M. Katsimbalis39 ».

  • 40 Voir les lettres du 4 octobre 1930 et du 27 avril 1931 de Clément à Georges Katsimbalis, FK.
  • 41 Lettre de Romain Rolland à Jean Guéhenno du 22 décembre 1931, in Guéhenno – Rolland 1975, p. 187. D (...)

25Romain Rolland, sollicité par Clément, use de son influence pour persuader la Librairie Stock de publier Les Douze Paroles du Tzigane40. Il introduit ensuite Palamas dans le cercle de la revue Europe, fondée par lui en 1923, le recommandant à Jean Guéhenno, qui peine à trouver des auteurs étrangers pour un numéro spécial d’hommage à Goethe (15 avril 1932)41. Un article du poète grec, « Goethe en Grèce », y sera ainsi publié.

  • 42 Zay 2004, p. 199.
  • 43 La presse grecque salue alors sa mémoire : Xenopoulos 1937 ; un article de G. Pratsikas dans Néa Es (...)

26À défaut d’obtenir le prix Nobel tant désiré, le poète est du moins décoré de nouveau de la Légion d’honneur – sans doute au grade d’officier, puisqu’il avait été fait chevalier en 1924 – par Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale du gouvernement du Front populaire, lors de sa visite officielle en Grèce en avril 1937, à l’occasion du centenaire de l’université d’Athènes. Dans Souvenirs et solitude, alors qu’il est en captivité, Jean Zay se remémore avec émotion ce voyage en Grèce et en particulier sa visite « au grand poète Kostis Palamas » : « ce vieillard épuisé retrouvait des forces pour parler de Paris, et ses ardents yeux noirs jetaient des flammes, sous les sourcils broussailleux, quand il évoquait la France42 ». Palamas a encore six ans à vivre, mais il n’y aura plus de nouvelles traductions d’Eugène Clément, décédé en août 193743.

  • 44 Palamas 1930.
  • 45 Pernot 1921 (contient 18 poèmes de Palamas).
  • 46 Michel 1930. Sa traduction est jugée très négativement à la fois par Hubert Pernot et par Louis Rou (...)
  • 47 Dans la Revue de l’Enseignement français hors de France (décembre 1929-janvier 1930) et dans le num (...)
  • 48 Permanence de la Grèce, numéro spécial des Cahiers du Sud, 1948, p. 288-290 (le texte avait déjà ét (...)
  • 49 Au sujet de la réception de Constantin Cavafis en France dans l’entre-deux-guerres et l’immédiat ap (...)

27D’autres que Clément ont traduit Palamas dans l’entre-deux-guerres : on peut citer les noms de Pierre Baudry44, Hubert Pernot45, Jean Michel46 et surtout d’Octave Merlier47, qui en 1929 avait le projet de publier une traduction complète des Iambes et Anapestes. Mais le lien privilégié avec la famille Katsimbalis a été déterminant dans le cas d’Eugène Clément. L’histoire de ses traductions de Palamas présente, de manière exemplaire, la conjonction entre une initiative individuelle, celle d’un admirateur passionné de l’œuvre de Palamas se consacrant au transfert de celle-ci dans le paysage littéraire français, et une volonté collective, celle d’un groupe décidé à promouvoir à travers elle l’image de la Grèce à l’étranger. Clément est à la fois un individu isolé – le professeur de grec ancien du lycée de Nice, jamais venu en Grèce – et un élément d’un réseau qui se constitue, de manière plus ou moins formelle, autour du maître, le grand poète qu’il s’agit de faire reconnaître hors des frontières. Le point de jonction, la cheville ouvrière du système, est l’infatigable Katsimbalis, qui se dépense sans compter pour faire aboutir les différents projets. Plus largement, la traduction de Palamas par Eugène Clément, au moins dans sa première réalisation, l’édition des Œuvres choisies, en 1922, se trouve au point de rencontre de deux politiques culturelles : elle est, d’un côté, la preuve de la bonne volonté française à l’égard de la Grèce, comme l’explique très clairement Picard dans son article du Figaro, un des moyens mis en œuvre pour le rapprochement intellectuel, et donc aussi politique et économique, « si désirable » entre les deux peuples, afin de lutter contre d’autres influences étrangères ; et elle est aussi, côté grec, l’instrument mis au service d’une politique culturelle active, qui vise à promouvoir à l’étranger l’image d’une Grèce moderne et créative, digne de traiter d’égale à égal, au moins sur le plan artistique, avec ses alliés. Mais il s’agit d’un phénomène très daté historiquement : après la guerre, l’étoile de Palamas pâlira au fur et à mesure que s’affirmera la consécration de Constantin Cavafis, d’une part, et de la nouvelle génération de poètes, Séféris en tête, d’autre part. Justement les poètes que le critique néo-helléniste Louis Roussel s’était révélé incapable de comprendre dans les années 1930. En 1948 Robert Levesque, dans Permanence de la Grèce, le numéro spécial des Cahiers du Sud, n’inclut qu’un poème de Palamas, « Le Satyre ou La Chanson nue »48, alors qu’il publie neuf poèmes de Cavafis49. Et les traductions de Clément tomberont rapidement dans l’oubli, comme la plupart des traductions effectuées à cette époque. Dans un article rédigé en 1947 et intitulé « Le destin des anthologies », le critique grec Costas Ouranis constate en effet sur un ton désabusé l’échec total rencontré par les publications visant à faire connaître à l’étranger la littérature grecque :

  • 50 Ouranis 1958a, p. 43.

Exemple caractéristique de Palamas, lequel, malgré toutes les traductions de son œuvre en anglais, malgré les louanges chantées par Philéas Lebesgue pendant des années dans le Mercure de France, malgré les « opinions » demandées à son sujet à divers hommes de lettres étrangers et imprimées dans des numéros spéciaux de revues, malgré la proposition de sa candidature au prix Nobel, malgré le fait, enfin, qu’il méritait de devenir célèbre, continue d’être pour le public international, et même pour la plupart des lettrés un illustre inconnu50.

Notes

1 Picard 1924.

2 Picard 1925.

3 Ibid., 9 avril 1925.

4 Picard 1924.

5 Palamas 1922.

6 Theodoropoulou 1943, p. 372-373.

7 Lettre de Palamas à Avra Theodoropoulou du 22 mai 1914, in Palamas 1975, p. 241.

8 « J’ai reçu sur le poème [Ο Δωδεκάλογος του Γύφτου/Le Dodécalogue du Tzigane], une lettre assez analytique, qui vaudrait la peine d’être lue, quoique exagérant très nettement sa valeur, d’un professeur français, qui connaît le grec moderne, un certain Clément » (lettre de Palamas à Alexandros Pallis du 13 juin 1907, in Palamas 1975, p. 133).

9 Lettre de Palamas à Jean Psichari du 9 août 1907, in Palamas 1975, p. 137-138. La traduction de Clément est publiée dans Le Figaro du 6 au 11 août 1907. Juste avant était parue une autre traduction de la même nouvelle, par Jean Dargos, dans le Monde hellénique (juin-juillet 1907).

10 Katsimbalis 1943, p. 306, n. 4.

11 Ibid.

12 Lettre de Palamas à Calypso Katsimbali du 17 mars 1919, in Palamas 1978, p. 42-43 (* en français dans le texte).

13 Ibid.

14 La correspondance avec Georges Katsimbalis se poursuit jusqu’à la mort d’Eugène Clément, en 1937. Les lettres de Katsimbalis ont été perdues, mais celle de Clément sont conservées dans le fonds d’archives ci-après désigné par les initiales FK pour « Fonds Katsimbalis ». Je remercie Georges Katsimbalis, ayant droit de l’écrivain, de m’avoir très généreusement ouvert ce fonds et permis d’y travailler.

15 Palamas 1922. C’est Philéas Lebesgue qui avait mis Clément en relation avec l’éditeur Chiberre, successeur de Sansot.

16 Dans sa lettre du 1er mars 1922 à Constantin Katsimbalis, Clément révèle que l’éditeur réclamait la somme de 5 000 francs pour publier les deux volumes. Les Horemis ayant versé 2 500 francs, c’est Clément lui-même qui a prélevé le reste sur la subvention qui lui avait été allouée par le gouvernement de Vénizélos pour rétribuer son travail.

17 Les remerciements de Clément sont là aussi très clairs : « Je joins à ces noms – et dans le même sentiment – le nom de M. Constantin Choremi [Horemis], d’Alexandrie ». Viennent ensuite les noms de ceux qui l’ont aidé dans son travail : « Qu’il me soit permis d’exprimer aussi ma gratitude à Mme Avra Theodoropoulo, à Mlle et à M. C. Katsimbalis, à M. A. Andréadès [Andreadis], à M. Léandre Palamas et au poète lui-même, qui se sont intéressés à mon travail et l’ont facilité par de précieuses indications ».

18 Le Figaro en Grèce 10 février 1929, 36 pages.

19 Palamas 1929, p. 12-13.

20 Ibid., p. 13.

21 Début janvier 1923 Clément répond en effet à Constantin Katsimbalis : « Je n’ai pas traduit le Dodécalogue du Tzigane en entier ; mais c’est un travail que je ferai avec plaisir. Nous verrons plus tard » (lettre à Constantin Katsimbalis du 5 janvier 1923, FK).

22 « La proposition que vous me faites de traduire le Dodécalogue m’enchante et m’effraie tout à la fois. Je serai heureux et fier de présenter en langue française cet admirable poème ; mais d’autre part je me sens quelque peu angoissé devant la difficulté de cet ouvrage qui est un des plus malaisés à traduire de tous ceux de notre grand Palamas. N’importe, je suis disposé à entreprendre ce travail et à le mener à bien » (lettre à Georges Katsimbalis du 3 juillet 1924, FK).

23 Le titre adopté sera finalement Les Douze Paroles du Tzigane : « Je suis d’avis comme vous et comme l’éditeur que le titre “Dodécalogue” ne convient pas. Mais nous ne pouvons admettre “La chanson” du Tzigane. Le titre serait contraire à l’idée du poète lui-même exprimée dans la dernière page de sa Préface. De plus, il pourrait laisser croire au public qu’il s’agit d’un de ces racleurs de violon qui déchaînent leurs triples croches dans les brasseries et les dancings. Le titre le plus exact me paraît être “Les douze Paroles du Tzigane”. Le mot “Discours” serait trop oratoire ; le mot “Verbes” trop prétentieux » (lettre de Clément à Georges Katsimbalis du 25 août 1924, FK).

24 Lettre de Palamas à Georges Katsimbalis du 18 août 1924, in Palamas 1978, p. 214-215. Palamas y avoue ne pas avoir remercié encore Eugène Clément pour l’envoi de sa traduction des Œuvres choisies en deux tomes, alors qu’il l’a trouvée excellente.

25 Palamas 1931.

26 Lettre de Palamas à Katsimbalis du 10 juin 1928, in Palamas 1978, p. 299.

27 Theodoropoulou 1943, p. 374.

28 Lettre à Georges Katsimbalis du 20 février 1930, FK.

29 Roussel 1932, p. 918.

30 « Vous me proposez la traduction de La Flûte du Roi. Cet admirable poème sera d’une extrême difficulté à transporter en français et c’est un travail de longue haleine. […]. Je me demande si j’aurai le courage de l’entreprendre, et pourtant je ne voudrais laisser à personne autre l’honneur de le tenter. Nous en reparlerons » (lettre à Georges Katsimbalis du 28 mars 1925, FK). Clément lui a envoyé le manuscrit dactylographié des Douze Paroles en décembre 1924, soit trois mois seulement auparavant. Il se met finalement à la traduction de cette nouvelle œuvre en juillet 1925.

31 Le premier jet est achevé en novembre 1927 : « Ce travail m’a donné une peine infinie ; mais je crois que ce sera la meilleure de mes traductions » (lettre à Georges Katsimbalis du 19 novembre 1929, FK). Mais en juin 1928 il se plaint que Palamas ne répond pas aux demandes d’éclaircissements qu’il lui a envoyées, ce qui l’empêche de mettre la dernière main à son travail. Il recevra finalement les réponses à ses questions début 1930.

32 Palamas 1934.

33 Lettre de Georges Katsimbalis à Georges Séféris du 26 septembre 1931, in Katsimbalis – Séféris 2009, t. 1 p. 78.

34 Palamas 1925.

35 Ce qui situe la scène en 1929, ou dans les premiers jours de 1930, Romain Rolland étant né le 26 janvier 1866.

36 Et il ajoute : « Si j’étais en bonne santé, j’irais le saluer. Mais voilà ! Je suis condamné à ne pouvoir faire un pas hors d’ici ! » Il lit ensuite un des poèmes traduits à l’écrivain français et dit : « Il aurait dû recevoir le Nobel depuis longtemps. Oui, depuis longtemps !… Mais voilà ! Le monde et l’Europe sont ainsi. Parce que ce grand poète appartient à un petit pays qui n’a de grand que son passé, on l’ignore » (première publication dans la revue Ελληνίς [Ellinis/Grecque] avril 1936, p. 82-83, repris dans Τα Νέα Γράμματα [Ta Néa Grammata/Les Lettres nouvelles] juin 1936, p. 586, et enfin in Nakou 1982, p. 9-24).

37 Voir La Semaine égyptienne 15 avril 1930, p. 12, 14 et 37.

38 Lettre de Palamas à Georges Katsimbalis du 23 avril 1930, in Palamas 1981, p. 43.

39 Lettre de Palamas à Stavros Stavrinos du 17 mai 1930, in Palamas 1981, p. 45.

40 Voir les lettres du 4 octobre 1930 et du 27 avril 1931 de Clément à Georges Katsimbalis, FK.

41 Lettre de Romain Rolland à Jean Guéhenno du 22 décembre 1931, in Guéhenno – Rolland 1975, p. 187. Dans une autre lettre au même correspondant, il parle de Palamas comme d’un « Hugo hellénique » (lettre du 26 mars 1935, ibid., p. 334).

42 Zay 2004, p. 199.

43 La presse grecque salue alors sa mémoire : Xenopoulos 1937 ; un article de G. Pratsikas dans Néa Estia 15 août 1937, et un article anonyme, mais au titre caractéristique, dans Ελεύθερον Βήμα [Eleftheron Vima/La Tribune libre] du 13 septembre 1937 : « Ο μεταφραστής του Παλαμά » [Le traducteur de Palamas].

44 Palamas 1930.

45 Pernot 1921 (contient 18 poèmes de Palamas).

46 Michel 1930. Sa traduction est jugée très négativement à la fois par Hubert Pernot et par Louis Roussel.

47 Dans la Revue de l’Enseignement français hors de France (décembre 1929-janvier 1930) et dans le numéro spécial d’hommage à Palamas de la Semaine égyptienne, en avril 1930 ; en avril 1936, dans la revue Ellinis et la même année, en septembre, dans la revue Les Balkans, traduction reprise dans L’Hellénisme contemporain en mars 1937.

48 Permanence de la Grèce, numéro spécial des Cahiers du Sud, 1948, p. 288-290 (le texte avait déjà été publié par la revue en 1943, lors de la disparition du poète).

49 Au sujet de la réception de Constantin Cavafis en France dans l’entre-deux-guerres et l’immédiat après-guerre, voir Arnoux-Farnoux 2013, p. 167-184.

50 Ouranis 1958a, p. 43.

Auteur

Maître de conférences en littérature comparée à l’université François-Rabelais de Tours. Ses recherches portent actuellement sur les phénomènes de réception et de transferts culturels entre la France et la Grèce au xxe siècle. Elle a traduit en français des œuvres de la littérature grecque moderne et contemporaine.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search