Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939)

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Polina Kosmadaki

Constructions de l’image de la Grèce : expositions et conférences

La Conférence d’Athènes sur la conservation des monuments d’art et d’histoire (1931) et l’élaboration croisée de la notion de patrimoine de l’humanité

Michela Passini

Résumé

La Conférence sur la conservation des monuments d’art et d’histoire (Athènes, 21-30 octobre 1931), marque un tournant essentiel dans l’histoire de l’idée de « patrimoine », car elle conduit à l’élaboration de la notion de patrimoine archéologique et artistique de l’humanité. Ce concept fondamental est introduit par Euripide Foundoukidis, secrétaire général de l’Office international des Musées (OIM), organe de l’Institut international de Coopération intellectuelle, et rédacteur en chef de sa revue Mouseion. Comment Foundoukidis est-il parvenu à formuler cette notion de « patrimoine de l’humanité » ? Quelle est sa généalogie intellectuelle ? Parfaitement francophone, Foundoukidis évolue au sein de réseaux parisiens d’historiens de l’art et muséologues proches de l’OIM. Notre intervention analyse ces échanges franco-grecs à la fois en restituant la trajectoire de Foundoukidis et en étudiant l’organisation et le fonctionnement de la Conférence d’Athènes, dont il s’agira de reconstituer les enjeux spécifiquement politiques.

Texte intégral

  • 1 Les actes de la conférence ont été publiés en 1933 dans La conservation des monuments, 1933. Une ré (...)
  • 2 Desvallées 1998 ; Desvallées 2003.

1La Conférence sur la conservation des monuments d’art et d’histoire organisée à Athènes, en 1931, par l’Office international des musées (OIM) marque un tournant dans la construction intellectuelle du patrimoine. Non seulement ce congrès international conduit à l’élaboration de la notion de patrimoine archéologique et artistique de l’humanité et du principe de l’indissociabilité du monument de son contexte bâti1, mais, comme le suggère André Desvallées dans différentes études sur l’origine et les évolutions de l’idée de patrimoine2, la conférence d’Athènes marquerait également l’émergence du terme même de « patrimoine » au sens actuel d’héritage culturel et de trace mémorielle.

  • 3 Sur le parcours de Foundoukidis, notamment comme directeur de la revue de l’OIM, Mouseion, voir : C (...)
  • 4 Sur l’OIM voir Renoliet 1999 ; Ducci 2012 ; Ducci 2005 ; Ducci 2006.

2La conférence de 1931 représente ainsi un excellent observatoire pour étudier les circulations culturelles franco-grecques sous l’angle de l’histoire de la muséologie et du rapport au patrimoine. Non seulement la capitale grecque a servi de cadre à cet événement clé, mais c’est un intellectuel grec, Euripide Foundoukidis3, secrétaire général de l’Office international des musées, qui est à l’origine de son organisation4. De plus, la tenue de la conférence et l’élaboration de la notion de « patrimoine de l’humanité » s’inscrivent dans le cadre de la construction transnationale d’une mémoire fortement politisée de l’Antiquité grecque. C’est précisément cet aspect, éminemment politique, de la mise en œuvre du concept de patrimoine qu’il nous importe de cerner.

  • 5 Foundoukidis 1931a. Ce texte reprend une « causerie radiophonique », dans laquelle Foundoukidis ava (...)
  • 6 En 1926, le comité de direction de l’Office international des musées comprenait Jules Destrée, Henr (...)

3Pour ce faire, il conviendra d’analyser le contexte institutionnel de l’organisation de la conférence d’Athènes et de retracer le parcours de l’homme qui en a été la cheville ouvrière, Euripide Foundoukidis. Foundoukidis fut le premier à introduire dans le débat international sur le patrimoine la notion de « patrimoine de l’humanité » lors d’une « causerie radiophonique » annonçant la tenue de la conférence et les principaux thèmes abordés5. Aussi faudra-t-il questionner le rôle de la référence grecque dans une construction du patrimoine qui, si elle implique des acteurs internationaux, est néanmoins fortement déterminée par la France et par sa politique culturelle à l’étranger. La France revêt en effet un rôle dominant au sein de l’Office international des musées (OIM). Créé en 1926 à l’initiative d’Henri Focillon, au sein de l’Institut international de coopération intellectuelle de la Société des Nations, l’OIM a son siège à Paris et, au cours de ses premières années d’existence, est dirigé par un comité réduit, comprenant six membres, dont trois français6. Cette surreprésentation de la France dans le premier organe supranational pour le développement de la muséologie détermine fortement les évolutions de la réflexion sur l’institution muséale et sur le patrimoine.

Euripide Foundoukidis à l’Office international des musées

4Euripide Foundoukidis (1894-1968), secrétaire de l’Office international des musées à partir de 1929, est aujourd’hui une figure extrêmement mal connue. Les études sur la « coopération intellectuelle » pendant l’entre-deux-guerres ont eu tendance à mettre en avant le magistère intellectuel de Focillon, initiateur de l’OIM ; mais si celui-ci est à l’origine de la création de l’Office international des musées et si Jules Destrée en fut le président, les archives de l’OIM à l’Unesco montrent clairement que Foundoukidis, son secrétaire, en était le véritable régisseur.

  • 7 Dossier de carrière d’Euripide Foundoukidis, Archives de l’Unesco, OIM A/IV, 28-66. Voir, en outre, (...)
  • 8 Curriculum vitae d’Euripide Foundoukidis, 1928, Archives de l’Unesco, OIM A/IV, 28-66.

5Son dossier de carrière offre une série d’éléments essentiels sur sa formation et son parcours7. Foundoukidis avait étudié le droit à l’université d’Athènes. Dès 1920, il avait intégré le ministère des Communications à Athènes comme attaché : dans ce cadre, il devait effectuer une première mission internationale et représenter la Grèce au congrès de l’Union postale universelle à Madrid. En 1925 il s’installe en France : le ministre plénipotentiaire de Grèce en France, Nikolaos Politis, dont il semble avoir été proche, le recommande alors à Julien Luchaire, directeur de l’Institut international de coopération intellectuelle. Cette recommandation n’aboutit pas immédiatement, mais, au moment de la consolidation de l’Office international des musées, en 1928, Luchaire se souviendra de ce jeune diplomate grec, qui parle couramment le français, l’anglais et l’allemand et a effectué une partie de ses études en Allemagne – ces informations ont été soulignées dans son curriculum vitae de 19288 – et qui a poursuivi sa formation à Paris en obtenant le titre de docteur de l’École des sciences politiques, mais également le diplôme de l’École du Louvre.

6Dès le début de 1929, Foundoukidis est attaché à l’Office international des musées, et plus précisément à la section des relations artistiques. Il est nommé secrétaire de l’OIM en avril de la même année, puis, en juillet, chef-adjoint chargé du secrétariat. Il accède alors à une position clé, au sein d’un réseau diplomatique international qui s’efforce de construire une « Europe culturelle ». C’est justement à la jonction de ces premières tentatives d’élaboration d’une politique culturelle européenne et d’une pratique de l’histoire de l’art et de la muséologie de plus en plus internationalisée qu’il faut saisir l’essor d’une idée de patrimoine qui dépasserait les frontières nationales pour postuler un héritage partagé par l’humanité.

  • 9 Il ne semble pas que les actes de la conférence aient été publiés ; nous disposons toutefois des Co (...)

7Foundoukidis acquiert rapidement une influence certaine au sein de l’Office international des musées, et ce notamment après le succès rencontré par le premier congrès international organisé par l’OIM : la conférence de Rome sur la restauration des œuvres d’art, tenue en 19309, dont le diplomate grec assure l’organisation, tant sur le plan de la mise en place matérielle qu’au niveau de la conception intellectuelle.

  • 10 Ducci 2012.
  • 11 Caillot 2011.

8La conférence de Rome représente à la fois un tournant dans la trajectoire de Foundoukidis et un précédent essentiel pour la conférence organisée un an plus tard à Athènes. La promotion de réunions internationales d’experts en muséologie était inscrite dès la fondation de l’OIM au nombre de ses missions, mais les débuts de l’Office international des musées avaient été difficiles, à la fois financièrement et institutionnellement10, et ce n’est qu’en 1929 que le comité directif peut envisager d’organiser sa première conférence internationale sur les méthodes de restauration des œuvres d’art, les nouvelles technologies de conservation et les nouvelles pratiques d’analyse. Le projet et les grandes lignes thématiques sont alors esquissés par Euripide Foundoukidis et Attilio Rossi, le correspondant italien de l’OIM qui faisait le lien entre celui-ci et le gouvernement italien11.

  • 12 Manuel de la conservation … (n. 9).
  • 13 Foundoukidis De Visscher 1936.
  • 14 Caillot 2011, p. 23.

9La conférence de Rome avait voulu fixer les critères d’une déontologie de la restauration. Par la portée internationale de cette rencontre scientifique, l’OIM s’affirme dans le domaine de la muséologie, qui commence alors à se constituer en discipline, comme l’organisation capable de fédérer les travaux des experts les plus influents de chaque pays. Foundoukidis, qui est à l’origine de l’initiative et qui promeut la publication d’un manuel de restauration reprenant les principes énoncés lors de la conférence12, acquiert une plus grande légitimité au sein de l’OIM et en dehors, non seulement comme « technicien » des relations internationales, mais aussi comme expert de la législation patrimoniale, à laquelle il consacrera plus tard différentes études13. Ainsi, il est promu quelques mois après la conférence de Rome au poste de secrétaire général de l’OIM et assume la direction de sa revue Mouseion. Comme l’a observé Marie Caillot, officiellement Foundoukidis est encore soumis au président de l’OIM, Jules Destrée, mais dans les faits il dirige l’Office international des musées. Ainsi, la correspondance, qui avant 1930 était adressée à Destrée, est désormais adressée au seul Foundoukidis14.

  • 15 Foundoukidis 1931a.

10Celui-ci soutient avec force l’idée exprimée après la clôture de la conférence de Rome par plusieurs correspondants français et étrangers, selon lesquels il était urgent d’organiser un deuxième congrès. La conférence de Rome avait en effet porté presque exclusivement sur la restauration d’œuvres de peinture et de sculpture : il était nécessaire de prévoir un deuxième volet sur la protection du patrimoine monumental15.

La conférence d’Athènes

  • 16 Foundoukidis 1931b.

11La conférence sur la conservation des monuments d’art et d’histoire se déroula du 21 au 30 octobre. Dès le mois de juin, Foundoukidis en avait annoncé la tenue lors d’une « causerie » radiophonique et avait fait paraître dans Mouseion un ordre du jour provisoire, comportant une indication sommaire des principaux thèmes abordés16. Une attention particulière devait être réservée à l’analyse comparative des différentes législations patrimoniales et des traditions nationales de classement des monuments et d’intervention en cas de restauration. Le congrès devait également comprendre de nombreuses études de cas sur les causes de dégradation des monuments et sur les techniques d’entretien et de prévention, sur la protection du contexte bâti et sur les risques induits par l’utilisation des monuments de la part de personnes privées ou d’institutions.

  • 17 Foundoukidis 1931a, p. 95.
  • 18 Caillot 2011, p. 96.

12Dans le texte de sa causerie radiophonique, Foundoukidis évoquait Athènes comme un cadre « particulièrement approprié » à la tenue de la conférence, et « qui ajoutera encore à la portée et à l’intérêt de ses travaux17 ». Toutefois, la capitale grecque ne s’était pas immédiatement imposée au comité de direction de l’OIM comme siège pour la conférence. À la fin de 1930, ses membres hésitaient encore entre différentes possibilités. L’idée d’organiser le deuxième congrès de l’OIM à Alger avait été soulevée : l’avantage aurait notamment été d’ordre financier, car le gouvernement français accorderait des crédits importants – tel était au moins l’espoir du comité de direction de l’OIM. C’est Foundoukidis qui, dès le mois d’avril, prend l’initiative de se renseigner auprès de différents hommes politiques grecs, et notamment du ministre plénipotentiaire de Grèce en France, Nikolaos Politis, sur la possibilité d’organiser la conférence à Athènes. Le projet de l’OIM rencontre l’enthousiasme du ministre des Affaires étrangères grec Michalakopoulos et son gouvernement s’engage à assurer un soutien financier et logistique à l’initiative18.

  • 19 Jockey 2010.
  • 20 Sir Cecil Harcourt-Smith (1859-1944), archéologue, fut d’abord conservateur au Département des anti (...)

13Le choix d’Athènes renvoie, de toute évidence, à un ensemble de représentations traditionnellement attachées à la sphère des musées et du patrimoine : les deux premières conférences de l’OIM se tenaient dans les deux capitales de la culture antique. Cette décision rencontrait également une série d’initiatives ou d’activités en cours : l’ouverture récente du musée d’Olympie, la restauration du Parthénon, une activité archéologique intense19. Mais le choix de la capitale hellénique comme siège de la conférence impliquait également de faire face à un ensemble de demandes et d’attentes qui se faisaient jour dans la communauté scientifique et le gouvernement grec. Une lettre de l’archéologue Cecil Harcourt-Smith, directeur du Victoria and Albert Museum et correspondant britannique de l’OIM20, à Euripide Foundoukidis témoigne des inquiétudes que l’évolution du débat contemporain sur le patrimoine en Grèce suscite au sein du comité de direction élargi. La lettre est datée du 25 mars 1931 : Foundoukidis n’a pas encore pris contact avec les autorités helléniques, mais l’idée d’organiser la conférence à Athènes est déjà débattue par les membres du comité de direction.

  • 21 « With regard to having a conference of experts in Athens next Autumn, I think there is a good deal (...)

Quant à l’idée d’organiser un congrès à Athènes à l’automne prochain, je crois qu’on peut trouver bien des arguments pour et contre. La question de la protection des monuments présente un intérêt particulier en Grèce, mais j’ai peur qu’à Athènes, il soit difficile d’éviter les implications politiques, très gênantes, du problème21.

14La crainte exprimée par Cecil Harcourt-Smith doit être comprise dans le cadre de polé­miques sur le patrimoine monumental grec qui se font de plus en plus violentes au début des années 1930 : se précisent alors des revendications sur un patrimoine grec perçu comme un puissant vecteur d’identité nationale que d’autres pays convoitent, exploitent et pillent.

  • 22 Tolias 2010 ; Damaskos Plantzos 2008, dont notamment l’étude de Tolias Georges, « National Herita (...)
  • 23 Sur l’acquisition des marbres du Parthénon par Lord Elgin, voir l’ouvrage classique St Clair 1998.
  • 24 Tolias 2010, p. 52.

15En 1930, Ioannis Gennadios (1844-1932), diplomate et érudit, avait publié, aux éditions de la Société archéologique d’Athènes et dans le cadre des célébrations pour le centenaire de l’État grec, une étude intitulée Lord Elgin et les autres antiquaires envahisseurs en Grèce, 1440-1837. Étude historique et archéologique, qui dressait la liste des épisodes de pillage subis par le patrimoine monumental hellénique22. Le but de l’ouvrage était de réunir un ensemble de preuves historiques solides pouvant justifier la demande de restitution des fragments monumentaux grecs, et notamment des marbres du Parthénon acquis par le British Museum en 181623. Gennadios revendiquait pour les Grecs une propriété exclusive, tant sur le plan symbolique qu’à un niveau matériel, du patrimoine artistique grec. Les marbres du Parthénon lui semblaient constituer un lieu primordial d’identification et de mémoire de la nation grecque. Il refusait ainsi de la manière la plus nette toute conception du patrimoine grec comme relevant d’un horizon intellectuel et mémoriel autre que celui de sa nation, ou comme porteur d’une identité européenne et même universelle. D’un point de vue pratique, il avançait l’idée d’une restitution graduelle des marbres du Parthénon, en commençant par les pièces nécessaires à sa restauration, qui était alors en cours sous la direction de l’architecte Nikolaos Balanos24. Balanos devait d’ailleurs présenter ses travaux à la conférence d’Athènes.

16Si la parution de l’œuvre de Gennadios témoigne des débats qui agitaient la société grecque à la veille de la conférence d’Athènes et explique au moins en partie les craintes du comité de direction de l’OIM, un autre élément mérite d’être évoqué, qui devait précisément renforcer ces inquiétudes. Une lettre de Georges Oikonomos, professeur à l’université d’Athènes et directeur du Musée national d’archéologie, à Euripide Foundoukidis, datée du 7 avril 1931, nous en fournit les éléments. Oikonomos se réjouissait de la tenue du congrès à Athènes, mais insistait sur la question, à ses yeux essentielle, des moulages des sculptures et des monuments grecs et de leur propriété, dont il souhaitait qu’elle soit débattue lors de la conférence :

  • 25 Georges Oikonomos, lettre à Euripide Foundoukidis datée du 7 avril 1931, Paris, Archives de l’Unesc (...)

Je crois non seulement utile, mais de toute urgence, d’ajouter à l’ordre du jour la question des moulages, dont la propriété a pris, ce dernier temps, un caractère tout à fait illusionnaire [sic]. La conduite de certaines nations dans la confection de moulages d’après des originaux qui ne leur appartiennent pas, pour la plupart des originaux helléniques, copiés sur leurs moulages, provoque en Grèce la plus fâcheuse impression. Il me paraît donc nécessaire que cette question soit enfin portée à une discussion d’experts25.

Émergence des notions de « patrimoine »
et de « patrimoine de l’humanité »

17C’est donc dans un contexte où le patrimoine monumental hellénique, perçu comme un bien national et une propriété exclusive du peuple grec, fait l’objet d’un puissant investissement identitaire qu’est introduite par Euripide Foundoukidis la notion fondamentale de « patrimoine de l’humanité ». Foundoukidis emploie pour la première fois cette expression au cours de la « causerie radiophonique » dans laquelle il a annoncé la tenue de la conférence d’Athènes :

  • 26 Foundoukidis 1931a, p. 97.

Quelques problèmes de caractère international pourraient également faire l’objet d’un échange de vues au sein de la conférence. Ainsi, par exemple, la nouvelle conception qui se fait jour depuis quelque temps et qui tend à considérer certains monuments d’art comme appartenant au patrimoine commun de l’humanité. Il semble qu’il y a là en formation un nouveau principe de droit international dans le domaine artistique et dont la future conférence pourrait être amenée à préciser la portée26.

18Le texte de Foundoukidis laisse supposer que l’expression, ou du moins l’idée d’un patrimoine de l’humanité circulait déjà dans les milieux des professionnels des musées et du patrimoine. Ainsi, lors de la conférence d’Athènes, différents intervenants ont insisté sur la nécessité de penser le patrimoine comme une entité à la fois matérielle et symbolique supranationale, même si l’expression « patrimoine de l’humanité » n’apparaît pas dans les textes de leurs communications. En revanche, Foundoukidis et Jules Destrée la reprennent et la développent lors de leurs interventions. Foundoukidis, notamment, incite les spécialistes réunis à Athènes à s’engager dans la mise en place d’un nouveau cadre légal pour la « conservation du patrimoine artistique et archéologique de l’humanité » et à envisager la possibilité d’un classement global des monuments, fondé sur des critères communs. En introduisant cette notion clé dans le cadre d’une réunion scientifique internationale comme la conférence d’Athènes, Foundoukidis impose le terme et l’idée d’un « patrimoine de l’humanité » à l’ensemble de la communauté scientifique. Faut-il voir une opposition nette et explicite entre la notion d’un patrimoine commun, transcendant les intérêts et les revendications nationales, sur laquelle Foundoukidis insiste, et le débat sur le patrimoine national hellénique alors en cours en Grèce ? Autrement dit, serait-il possible de lire le choix d’engager à Athènes une réflexion collective sur le principe légal d’un « patrimoine de l’humanité » comme une tentative de prendre position sur la polémique suscitée notamment par l’œuvre de Gennadios ? Pour essayer de répondre à ces questions, il faudra d’abord revenir sur l’usage que Foundoukidis fait de la notion de patrimoine tout court.

  • 27 Dans ses études pionnières sur les origines du concept de patrimoine, André Desvallées affirme que (...)

19Foundoukidis n’est pas le premier à avoir employé le terme de « patrimoine » pour indiquer l’héritage, à la fois matériel et mémoriel, d’une communauté locale, nationale ou supranationale27. Le secrétaire général de l’OIM, on le sait, était parfaitement francophone et la généalogie intellectuelle de la notion est en effet française, à partir du terme même de « patrimoine » (alors qu’en anglais, en allemand où en italien on se sert d’expressions qui renvoient plutôt à l’idée d’héritage ou de monument). Il est certain qu’en introduisant la notion de patrimoine lors de la conférence de l’OIM à Athènes, Foundoukidis lui a conféré une pleine légitimité comme concept central de la réflexion muséologique et lui a assuré une large diffusion. Toutefois, pour cerner les origines intellectuelles de la notion et de son utilisation, il faut remonter à des textes et à des débats antérieurs à la conférence de 1931 et datant du début du xxe s., que Foundoukidis, qui s’était formé dans le domaine de la juridiction internationale de l’art, a fort probablement connus.

  • 28 Barrès 2012, p. 156, 172 et 201.
  • 29 Barrès 1932, p. 49.

20La notion de « patrimoine », dans le sens que nous attribuons à ce terme aujourd’hui, semble s’être affirmée en France durant les premières années du xxe s., lors du débat sur la protection des édifices religieux qui fait suite à la promulgation de la loi de Séparation des Églises et de l’État (11 décembre 1905). Dans un des textes essentiels de cette polémique, La grande pitié des églises de France de Maurice Barrès (1914), le terme « patrimoine » est employé trois fois28. Barrès s’en sert d’ailleurs déjà en 1906 dans ses Cahiers où, face à la possibilité que l’État refuse de prévoir de crédits pour l’entretien et la protection des édifices religieux, il s’inquiète de la « disparition d’un admirable patrimoine d’édifices sacrés dont le cours des siècles a couvert le sol de la France29 ».

  • 30 Voir Pernot 2011, p. 157-164 ; Leymarie Passini 2012.
  • 31 Barrès 2012, p. 83.

21Chez Barrès le « patrimoine » revêt une dimension éminemment nationale. La notion d’enracinement est une de ses idées maîtresses, explicite dans son roman de 1897, Les Déracinés, comme dans les œuvres théoriques des mêmes années, et plus tard dans La grande pitié des églises de France. Chaque église de village a pour Barrès une valeur nationale précisément parce qu’elle est inscrite au cœur des activités, des passions et de l’histoire locales. Barrès opposait ainsi la notion d’un patrimoine agissant in situ, incarnant de la manière la plus concrète et la plus immédiate l’idée de la continuité historique de la nation, à celles des institutions républicaines – l’école et le musée notamment – accusées de ne donner de l’identité nationale qu’une image abstraite et lointaine30. De plus, se faisant le défenseur non seulement des édifices ayant une valeur artistique, mais aussi des églises « laides, dédaignées, qui ne rapportent rien aux chemins de fer, qui ne font pas vivre les aubergistes31 », il avançait une notion de patrimoine où la valeur sentimentale et mémorielle des objets et des lieux précède leur prestige historique ou esthétique, et demandait le classement global de l’ensemble des églises antérieures à 1800.

  • 32 Traité de Saint-Germain-en-Laye. Traité de paix entre les puissances alliées et associées : protoco (...)
  • 33 Sur les polémiques suscitées par les destructions de monuments et œuvres d’art pendant la première (...)
  • 34 Marguillier 1919a. Sur l’œuvre et le parcours de cet historien de l’art, voir Passini 2008 en ligne (...)
  • 35 Marguillier 1919b, p. 33.

22Le terme « patrimoine » connaît ensuite une première diffusion dans les textes du débat sur la destruction de monuments et d’œuvres d’art pendant la premier conflit mondial et est employé dans les clauses du traité de Saint-Germain-en-Laye pour désigner les œuvres d’art et les objets qui constituent l’héritage historique et artistique, matériel et intellectuel de chaque nation32. En même temps, on assiste, chez certains auteurs, à l’émergence d’une notion de patrimoine qui dépasserait sa seule inscription nationale pour constituer un bien essentiel, partagé par l’humanité entière. La guerre de 1914-1918 a vu la dévastation d’une partie importante du patrimoine monumental français. En septembre 1914, le bombardement allemand de la cathédrale de Reims, lieu de mémoire et d’identification nationale par excellence, suscita des violentes protestations de la part d’hommes politiques, intellectuels, artistes, historiens de l’art et conservateurs de musée français, européens, américains33. La dévastation de la cathédrale, fortement médiatisée, ainsi que la perte de pans entiers de patrimoine bâti dans les régions les plus touchées par les combats, induit l’émergence d’une sensibilité patrimoniale nouvelle : ces pertes semblaient porter atteinte non seulement à la France, mais au monde, dans la mesure où les monuments appartenaient non seulement à la nation qui les avait érigés, mais constituaient un bien commun, dont chacun avait le droit de jouir. Ainsi l’historien de l’art Auguste Marguillier, figure clé du débat sur la dévastation de monuments et d’œuvres d’art pendant la guerre34, évoque dans ses écrits « notre patrimoine artistique », mais parle également du « trésor commun de l’humanité » dont la cathédrale de Reims serait l’une des pièces maîtresses35.

23Si la notion de « patrimoine » émerge donc en France au début du xxe s., et si celle de « patrimoine de l’humanité » commence à se dessiner à l’issue de la Grande Guerre dans le cadre de négociations internationales, Foundoukidis a néanmoins joué un rôle essentiel de médiateur. En reprenant, lors de la conférence d’Athènes, ces notions particulièrement appropriées à une sensibilité nouvelle vis-à-vis du passé et de ses traces matérielles, Foundoukidis a contribué à en préciser le contenu et à leur conférer leur extension et leur signification actuelles. Comment comprendre, dès lors, la volonté du diplomate grec, interprète officiel de l’Office international des musées, de promouvoir, à Athènes, la notion opératoire de « patrimoine de l’humanité » ? La spécificité du débat patrimonial grec, avec son puissant investissement national du patrimoine artistique, a-t-elle infléchi la réflexion de Foundoukidis sur l’élaboration d’un cadre légal pour la protection de ce patrimoine commun ?

24Lors de la conférence de 1931, aucune des questions soulevées par l’ouvrage de Gennadios ou, plus directement, par la lettre d’Oikonomos, n’a été évoquée. Il semble néan­moins probable que, dans l’insistance de Foundoukidis et de Jules Destrée sur l’idée d’un patrimoine de l’humanité et d’une responsabilité collective, supranationale, envers les monuments et les œuvres d’art, il y ait au moins un élément de réponse à la conception résolument nationale de l’héritage historique et artistique développée, entre autres, par Gennadios. D’autre part, il serait naïf de vouloir opposer un Office international des musées, qui tenterait de promouvoir un internationalisme bénéfique dont Foundoukidis serait le champion, et des passions identitaires dont Gennadios ou Oikonomos se feraient les interprètes. Dans l’entre-deux-guerres, la nationalisation des sociétés européennes est si étroitement imbriquée avec l’internationalisation grandissante des biens culturels, que toute construction d’un patrimoine national est nécessairement un processus transnational. Par son action à l’OIM, Foundoukidis est une figure emblématique de cette conjoncture : une figure de passeur qui, en organisant la conférence de 1931 à Athènes, fait de la capitale grecque un haut lieu de la muséologie internationale et le tremplin, dans un contexte de puissantes tensions identitaires, d’une notion de patrimoine de l’humanité aux origines françaises.

Notes

1 Les actes de la conférence ont été publiés en 1933 dans La conservation des monuments, 1933. Une réédition partielle des actes a été publiée en 2002 : Choay 2002. Voir aussi Choay 2012.

2 Desvallées 1998 ; Desvallées 2003.

3 Sur le parcours de Foundoukidis, notamment comme directeur de la revue de l’OIM, Mouseion, voir : Caillot 2011.

4 Sur l’OIM voir Renoliet 1999 ; Ducci 2012 ; Ducci 2005 ; Ducci 2006.

5 Foundoukidis 1931a. Ce texte reprend une « causerie radiophonique », dans laquelle Foundoukidis avait annoncé les grandes lignes du programme de la conférence d’Athènes.

6 En 1926, le comité de direction de l’Office international des musées comprenait Jules Destrée, Henri Focillon, Julien Luchaire, Richard Dupierreux, George Oprescu, Hélène Vacarescu.

7 Dossier de carrière d’Euripide Foundoukidis, Archives de l’Unesco, OIM A/IV, 28-66. Voir, en outre, Caillot 2011.

8 Curriculum vitae d’Euripide Foundoukidis, 1928, Archives de l’Unesco, OIM A/IV, 28-66.

9 Il ne semble pas que les actes de la conférence aient été publiés ; nous disposons toutefois des Conclusions générales : documents sur la conservation des peintures. Conclusions générales de la Conférence de Rome, 1930, Paris, Institut international de coopération intellectuelle, 1933. À la suite de la conférence, l’OIM a réalisé un Manuel de la conservation et de la restauration des peintures (Paris, Institut international de coopération intellectuelle, 1939) reprenant les recommandations avancées lors de celle-ci. Foundoukidis en a rédigé l’avant-propos.

10 Ducci 2012.

11 Caillot 2011.

12 Manuel de la conservation … (n. 9).

13 Foundoukidis De Visscher 1936.

14 Caillot 2011, p. 23.

15 Foundoukidis 1931a.

16 Foundoukidis 1931b.

17 Foundoukidis 1931a, p. 95.

18 Caillot 2011, p. 96.

19 Jockey 2010.

20 Sir Cecil Harcourt-Smith (1859-1944), archéologue, fut d’abord conservateur au Département des antiquités grecques et romaines du British Museum (1879), puis directeur de la British School d’Athènes (1895) et enfin directeur du Victoria and Albert Museum (1909). Sur son œuvre et son parcours voir Medwid 2000, p. 141-142.

21 « With regard to having a conference of experts in Athens next Autumn, I think there is a good deal to be said on both sides, while the problems relating to the preservation of architectural monuments present a particular aspect in Greece. I am somewhat afraid that it may be difficult in Athens to avoid altogether the thorny political side of the question » (Cecil Harcourt-Smith, lettre à Euripide Foundoukidis, 25 mars 1931, Archives de l’Unesco, 358 OIM. VI. 17. [I]. [3]).

22 Tolias 2010 ; Damaskos Plantzos 2008, dont notamment l’étude de Tolias Georges, « National Heritage and Greek Revival: Ioannis Gennadios on the Expatriated Antiquities », p. 55-65.

23 Sur l’acquisition des marbres du Parthénon par Lord Elgin, voir l’ouvrage classique St Clair 1998.

24 Tolias 2010, p. 52.

25 Georges Oikonomos, lettre à Euripide Foundoukidis datée du 7 avril 1931, Paris, Archives de l’Unesco, 358 OIM. VI. 17. (I). (3).

26 Foundoukidis 1931a, p. 97.

27 Dans ses études pionnières sur les origines du concept de patrimoine, André Desvallées affirme que l’émergence de la notion de patrimoine, en dehors même de l’idée d’un patrimoine de l’humanité, remonte aux années 1930 et il attribue à Foundoukidis un rôle essentiel dans la diffusion du terme. Voir notamment Desvallées 1998, p. 100.

28 Barrès 2012, p. 156, 172 et 201.

29 Barrès 1932, p. 49.

30 Voir Pernot 2011, p. 157-164 ; Leymarie Passini 2012.

31 Barrès 2012, p. 83.

32 Traité de Saint-Germain-en-Laye. Traité de paix entre les puissances alliées et associées : protocole et déclaration, signé à Saint-Germain-en-Laye le 10 septembre 1919, Paris, Imprimerie nationale, 1919, article 196a.

33 Sur les polémiques suscitées par les destructions de monuments et œuvres d’art pendant la première guerre mondiale, voir Passini 2012, p. 190-209.

34 Marguillier 1919a. Sur l’œuvre et le parcours de cet historien de l’art, voir Passini 2008 en ligne, consulté le 10 novembre 2012.

35 Marguillier 1919b, p. 33.

Auteur

Chercheur au CNRS (Institut d’histoire moderne et contemporaine), est spécialiste de l’historiographie de l’art, de l’histoire des musées et du patrimoine. Elle a notamment publié La fabrique de l’art national : le nationalisme et les origines de l’histoire de l’art en France et en Allemagne (1870-1933) (MSH-Centre allemand d’histoire de l’art, 2012).

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540