Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939)

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Polina Kosmadaki

Constructions de l’image de la Grèce : expositions et conférences

Les arts décoratifs : la participation grecque à l’Exposition de 1925 à Paris

Hélène Guéné

Résumé

À peine remise de la défaite de 1922, la Grèce cherche à faire bonne figure à l’Exposition des arts décoratifs de Paris. Elle y expose de l’artisanat d’art (verrerie, céramique, travail du cuir...). Son pavillon national construit par un jeune architecte grec de formation française adopte, avec une certaine finesse, le « régionalisme » à la mode tandis qu’à l’intérieur se déploie, sous l’impulsion de Loukia Zygomala, un remarquable ensemble de tapis, de tissus et de broderies issues de la tradition populaire en Grèce propre et dans les colonies des réfugiés d’Asie Mineure. La volonté est évidente de renouveler le répertoire en le modernisant. Un même état d’esprit anime l’une des figures emblématiques de la communauté grecque de Paris, Speranza Calo-Séailles. Cantatrice réputée, elle a mis au point avec son mari un matériau qui fait fureur à l’Exposition : le lap.

Texte intégral

  • 1 « Primavera », ateliers d’art des grands magasins du Printemps, dirigés par Charlotte Chauchet-Guil (...)
  • 2 L’avant-garde puriste internationale ne se développera que quelques années plus tard. À l’Expositio (...)

1La Grèce participa à l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de 1925 à Paris, alors qu’elle se relevait à peine de la guerre contre les Turcs (l’armistice de Moudanyan avait été conclu le 11 octobre 1922). L’exposition parisienne entendait confronter la production de la France « moderne », pays de nouveauté, de luxe et de raffinement, avec celle des autres nations industrielles. Architecture, décor, mobilier, objets ou parures y étaient unis dans une même esthétique : logique, vérité, harmonie se présentaient comme les mots d’ordre de la nouvelle doctrine de l’art moderne (excluant, de ce fait, les styles du passé). Les pavillons des grands magasins1 ou le si sophistiqué « pavillon du Collectionneur » du groupe Ruhlmann (Pierre Patout, architecte) en sont apparus comme la démonstration, sinon même le modèle. Sur le plan strictement commercial, les grands magasins représentaient un moyen de grande diffusion. L’Exposition de 1925, où chacun d’entre eux possédait son propre pavillon, confirma cette évolution vers une clientèle élargie – moins prestigieuse que celle, aristocratique, du Tout-Paris, mais plus rentable. Pour assurer la production du luxe à la place du tapissier d’autrefois, naît le décorateur : il ne conçoit pas seulement des meubles ou des objets qu’il décline en plus ou moins grande série, mais aussi le cadre dans lequel ils s’inscriront et qui les mettra en valeur. Au Grand Palais, de la pièce unique exposée dans le hall, à la pièce de série (à la portée de bien des bourses) dans les galeries, l’Exposition offrait pléthore d’objets dont le goût dominant était celui d’un Art déco quelque peu protéiforme2.

  • 3 Sur le transfert de populations au lendemain de la première guerre mondiale, voir Ancel 1925. La si (...)

2La Grèce, pour des raisons évidentes3, ne pouvait avoir les moyens de tenir le haut du pavé. Nikolaos Politis, alors ambassadeur de Grèce en France, précisait à propos de la participation de son pays à l’Exposition :

  • 4 Rambosson 1925a.

Ce n’était pas seulement un devoir de courtoisie qui avait guidé en la circons­tance le Gouvernement hellénique. Il a été inspiré par le désir de faire connaître les progrès réalisés en Grèce par les arts décoratifs et industriels, grâce surtout aux nouvelles entreprises de tapis et de poteries importées par les populations grecques de Thrace et d’Asie-Mineure, que les tristes événements de la guerre ont obligées à chercher un refuge sur le territoire de la mère-patrie4.

  • 5 Joseph-E. Charles de Guirard de Montarnal (1867-1947), élève de Ginain et Scellier de Gisors à l’Éc (...)
  • 6 Lannou 1925.
  • 7 L’architecte Sotirios Mayassis réside alors 103 rue Solon à Athènes. Élève de l’atelier Jaussely à (...)
  • 8 Il a été critique au Mercure de France et a dirigé la revue de L’Art décoratif. Dans les années 192 (...)
  • 9 Rambosson 1925a.
  • 10 Rambosson 1925b.

3D’avril à octobre 1925 furent montrées à Paris, dans trois endroits différents, les produc­tions de l’artisanat hellène. Du côté des sections étrangères, dans le secteur de l’Esplanade, Joseph de Montarnal5, un architecte français habitué aux manifestations internationales, avait construit un pavillon à fronton, nommé « Hélios », à la gloire des vins de Samos – de ceux qu’aimait Lord Byron, et que l’on pouvait déguster sur place… Y était exposé, avec quelques verreries et tapis, un « cabinet de travail » si peu regardé par la critique française que l’histoire l’a depuis longtemps oublié, même si un journaliste de L’Officiel de la mode6, affirma que « le stand grec offre le plaisir d’un superbe mobilier de bureau de Mayassis7 ». À l’inverse, pour l’incontournable Yvanhoé Rambosson8, secrétaire du comité général d’admission de l’exposition, le jugement est sans appel : « L’ensemble exposé […] par M. Mayassis est compliqué à plaisir et de fort mauvaise construction9 ». À l’évidence, l’ouvrage ne correspondait pas à aux directives selon lesquelles « le style d’aujourd’hui […] cherche la beauté dans la simplicité et le luxe dans la qualité de la matière10 ».

  • 11 À l’Exposition, trente-sept classes représentent l’ensemble des produits exposés, structurés en cin (...)
  • 12 Par B. Sohos, sculpteur, 21 rue Solon, Athènes ; Thomas Thomopoulo, sculpteur, 8 rue Tsigrou, Athèn (...)
  • 13 Notamment celles de Nicolas Ralli qui expose dès 1909 au Salon des arts décoratifs puis au salon de (...)
  • 14 Il s’agit des frères Aspioti [Aspiotis], lithographes, 9 rue Niki ; des ateliers Bénaki, à l’ancien (...)
  • 15 L’entreprise obtient une médaille d’argent, même si son nom n’apparaît pas dans la liste des exposa (...)
  • 16 Proodos [Progrès] est une école de broderies et de dentelles pour filles et jeunes femmes, située a (...)
  • 17 Avec des pièces de la Société de produits chimiques et engrais (Section verrerie), 33 rue du Stade, (...)
  • 18 Il s’agit de la maison Zakharopoulo, rue du Stade et rue Éole à Athènes. L. Zygomala, rue de l’Acad (...)
  • 19 À l’Exposition, l’entreprise C. A. Spartali & Cie, 115 boulevard Haussmann à Paris obtient une méda (...)
  • 20 Allusion aux déplacements de populations – en particulier des smyrniotes – qui avaient devancé, dès (...)
  • 21 Rambosson 1925b, p. 310.

4Au rez-de-chaussée du Grand Palais, jouxtant la salle des Congrès, un deuxième site – celui de la section hellénique – occupait un volume regroupant plusieurs stands dont les exposants étaient en majorité athéniens. On y apercevait de nombreux objets : dans la classe11 de l’industrie de la pierre, des œuvres sculptées ou peintes12 ; dans celle des industries du livre, des ouvrages aux belles reliures13 ainsi que des lithogravures14. Plus habituel dans l’artisanat hellène, des faïences (en particulier celles de la société Keramikos15), des dentelles et broderies provenant des établissements Proodos16, des pièces de verrerie17 ainsi que des meubles en rotin18. Les produits exposés, fruit du travail de quelques fabricants, ne se trouvaient cependant pas relayés par des ateliers d’art comme cela se pratiquait à Paris. L’ensemble, d’après le Guide de l’Exposition, s’offrait comme « un résumé de la production d’art décoratif en Grèce, sous la double forme d’application au luxe et à la vie populaire ». La critique d’art reconnaît d’ailleurs que la participation grecque est bien dans l’esprit de l’Exposition : « il faut s’arrêter surtout devant les tapis de la Cie Spartali19 qui a quitté Smyrne pour s’installer à Athènes20 et dont les nouveaux modèles s’efforcent d’être modernes21 ». Cette remarque salue l’effort d’adaptation de l’entreprise à une tendance esthétique dont les origines remontent aux années 1910. Elle se distinguait déjà par la mise en exergue d’éléments comme la couleur traitée en aplat, la géométrie appuyée des formes et des graphismes, les jeux de fonds, en harmonie avec les meubles et l’architecture du moment…

  • 22 Né le 1er janvier 1886 à Sinope (Turquie), il est élève de Louis Bernier (Prix de Rome en 1872, aut (...)
  • 23 Une belle œuvre polychrome (briques alternées rose et bleu, colonnes de marbre blanc dialoguant ave (...)
  • 24 La proximité est peut-être plus grande avec la maison grecque et son « atelier de potier » que Char (...)
  • 25 Intérim, « Aux arts décoratifs – Ouverture du Pavillon grec », Le Figaro 14 juin 1925, p. 2.
  • 26 Holdt 1922 : 176 planches avec légendes en allemand, français, anglais.
  • 27 Homolle et al. 1919.

5Enfin et comme pour tout exposant, le pavillon national se voulait à l’image de son pays. Situé cours la Reine entre le pavillon du Danemark et le pavillon suisse, près de la porte Victor-Emmanuel-III, il avait été confié à un architecte qui faisait carrière en France : Konstantinos Skyrianos 22, un Grec de Turquie. La construction, un simple pavillon, n’avait rien à voir avec l’ambitieuse église dans le goût byzantin moderne que Lucien Magne avait dessinée pour l’Exposition universelle de 190023. À l’Exposition de 1925, et le choix n’était pas anodin, on construisit « une habitation paysanne grecque24 » – vaguement macédonienne ou, peut-être, venue d’Attique, sinon des Cyclades… Si on lui trouvait « un caractère national25 », c’est qu’elle devait à la fois représenter le pays dans son ensemble et affirmer une « Grèce de maintenant ». Des photographies contemporaines d’un Frédéric Boissonnas ou d’un Hanns Holdt 26 avaient montré la subtile et attachante diversité des traditions locales, si différentes d’un bout à l’autre du pays. Une telle approche contrastait fortement avec l’idéalisation de la culture classique qui prévalait encore quelques années auparavant : on était bien loin de la Grèce immortelle, célébrée par Théophile Homolle 27.

  • 28 Elle est vue, à l’évidence, du côté de la France – à la manière des maisons du « Village français » (...)
  • 29 Guéné 2001 – Dans le même genre, mais en version « byzantine », la résidence d’Angeliki Hatzimihali (...)
  • 30 En particulier chez William Morris dont la production est depuis longtemps montrée à Paris. Voir Va (...)
  • 31 Il était le fils de l’architecte Lucien Magne, évoqué ci-dessus.
  • 32 Magne 1926, p. 9.
  • 33 Seuls l’usage de matériaux modernes comme le béton, la simplification des masses et l’épuration des (...)
  • 34 Lannou 1925.
  • 35 Francis de Miomandre (pseudonyme de François Félicien Durand), romancier, poète, essayiste, chroniq (...)

6Une nouvelle image, une nouvelle identité28 s’affirmait à travers un registre appuyé de formes « régionalistes29 » – un courant qui avait pris racine au xixe s., dans le monde des Arts and Crafts anglo-saxons30. Pour le décorateur Henri-Marcel Magne (1877-1944)31, conseiller technique du commissariat général de l’Exposition, il s’agissait de « partir des traditions régionales en s’efforçant de les moderniser par une nouvelle interprétation des thèmes locaux et par une adaptation des formes aux besoins actuels32 ». Le mot d’ordre était général, le discours s’appliquant également aux arts de la maison et de la vie quotidienne. En résonance avec des images ou des souvenirs issus du réel, ce régionalisme (dans un certain sens, figuratif) n’avait guère les caractères de la « modernité » ambiante. En constituant un système de formes indifférentes à toute référence externe, celle-ci poussait vers la pure abstraction33. Un mode d’écriture qui a pu déconcerter : « ce pavillon fait heureusement oublier certaines constructions où l’extravagant s’allie furieusement au grotesque », proclame L’Officiel de la mode34 – allusion probable au pavillon de l’Esprit nouveau, de Charles-Édouard Jeanneret, dit Le Corbusier, qui avait fait scandale. La critique n’en est que plus favorable à une position médiane, combinant tradition et modernité. Francis de Miomandre35 écrit ainsi :

  • 36 Miomandre 1925.

On devrait imiter ce style. On devrait s’en inspirer tout du moins, l’adopter pour nos maisons de campagne, toute les fois que le climat le permettrait. Ça ne doit pas coûter plus cher que nos affreux nougats style banlieue, et c’est tellement plus beau ! Mais voilà ! La simplicité est la chose la plus inaccessible à un architecte de villas36 !

  • 37 Sous-titrée La revue hebdomadaire des questions extérieures, économiques et littéraires, L’Europe n (...)

7L’opinion est d’autant plus militante qu’elle est publiée dans L’Europe nouvelle37, une revue tirée à peu d’exemplaires et destinée à une élite internationale. Au rejet de l’extravagance répond l’engouement pour une simplicité devenue style – moderne, naturellement. Quant au pavillon grec lui-même (fig. 1 et 2) :

  • 38 « Décoration fixe de l’architecture – II », Encyclopédie des arts décoratifs et industriels moderne (...)

C’est une maison de paysan aisé […] pour abriter des tapis et des fines lingeries. Construction charmante, d’un pittoresque mesuré, bien conforme à la devise « rien de trop ». Ses murs épais, bons protecteurs du soleil comme du froid, convenaient à un pays de température extrêmes. Le plein cintre de son porche, ses fenêtres à contrevents de bois, sans parti accusé de hauteur ni de largeur, les trois rangées de briques de sa corniche, son crépi n’eussent pas été dépaysés sur notre côte provençale, où dans les temps héroïques, les navigateurs phocéens trouvèrent une nouvelle patrie38.

Fig. 1 — Konstantinos Skyrianos, « Une habitation paysanne grecque », pavillon national de la Grèce, Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, Paris, 1925.

Fig. 1 — Konstantinos Skyrianos, « Une habitation paysanne grecque », pavillon national de la Grèce, Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, Paris, 1925.

Pavillons étrangers, Paris, Ch. Massin et Cie, 1925.

Fig. 2 — Konstantinos Skyrianos, plan du rez-de-chaussée du pavillon national, Exposition interna­tionale des arts décoratifs et industriels modernes, Paris, 1925.

Fig. 2 — Konstantinos Skyrianos, plan du rez-de-chaussée du pavillon national, Exposition interna­tionale des arts décoratifs et industriels modernes, Paris, 1925.

Pavillons étrangers, Paris, Ch. Massin et Cie, 1925.

  • 39 On pense à la villa Rochebrise à Saint-Clair plage (Le Lavandou), vers 1910.
  • 40 Emmanuel Andrew Cavacos (né à Potamos, île de Cythère) émigre à 16 ans aux États-Unis et se fixe à (...)

8Maxime delphique et allusion à l’histoire de la fondation de Massalia, vue à travers un mode de construction populaire, créaient une touchante filiation entre un passé bien flou et un présent trop général : le régionalisme provençal à la Louis Bonnier39 serait donc grec, même si les corniches sont génoises… On en retient, et c’est tout un programme, les volumes articulés, anecdotiques et pittoresques, la simplicité des lignes, la couleur rouge de l’enduit et des tuiles, les volets de bois et le rosier sauvage grimpant le long de l’escalier extérieur. Dans le jardin à l’arrière du pavillon, pour en compléter l’effet, se dressait une petite fontaine statuaire ornée d’un mascaron d’où émergeait un jet d’eau : Emmanuel Cavacos40 y avait représenté, rare allusion à la mythologie antique, un faune rêveur assis sur un simple socle – ronde-bosse réaliste jusque dans le moindre détail.

9Le rez-de-chaussée du pavillon s’organisait autour d’un hall sur lequel plongeait un balcon intérieur. Il regroupait un salon de thé, un living-room et un boudoir, ainsi qu’une alcôve qui retint l’attention de la critique :

  • 41 Miomandre 1925.

Une merveille d’intimité et de fraîcheur […]. Quel repos, quel calme dans ce lit blanc sous son baldaquin blanc, veillé par l’icône or et rouge contre son rideau blanc. On aime beaucoup le blanc dans la décoration grecque, on s’en sert avec une heureuse habileté41.

  • 42 Il expose ses modèles, sur le pont Alexandre-III, dans sa boutique signée par Jean Burkhalter et Jo (...)
  • 43 « Décoration fixe de l’architecture – II », art. cit. (n. 38).

10Jouant subtilement comme faire-valoir, en contraste avec l’ambiance de la pièce, la garniture du lit se structurait à partir de bordures faites de broderies bleues, rouges ou jaunes, venues d’Attique ou de Béotie. Par devant se tenait une figure moderne en cire – bras articulés, jambes repliées, visage expressif à la manière des mannequins réalistes que fabriquait alors Pierre Imans42, le « statuaire céroplaste ». Assise derrière son métier à broder, souriante, elle était habillée d’un costume traditionnel de mariée. Le boudoir qui lui faisait face était envahi de sofas et de gros coussins, autour d’une table basse. Dans une lumière que tamisaient rideaux et voilages, le hall proprement dit associait quantité de petits meubles et d’objets aux tissus, voilages et tapis jusqu’à en faire un « éblouissant jardin de broderies ». Au fond, un divan installé devant une large baie vitrée renvoyait à la tradition orientale. Un autre mannequin y était installé : près de la table basse où était servi le thé, il était habillé lui aussi d’un costume traditionnel. Dans ces volumes à échelle modeste, « point de panneaux, ni de meubles cubistes, mais un joli ensemble de tous les arts du pays, si bien qu’en y pénétrant on se croirait non plus dans une exposition mais dans un véritable foyer43 ».

  • 44 Nicolas Platon Argyriadès, dit Platon, Grec né à Marseille, fils de Panagiotis Argyriadès, avocat d (...)
  • 45 Clouzot est considéré alors comme très au fait du mouvement de l’art moderne et son jugement compte (...)
  • 46 Miomandre 1925, p. 862.
  • 47 Langlade 1929-1934 et Frantel 1925.

11On accédait au premier étage par un escalier donnant sur une galerie lumineuse ornée d’œuvres peintes (dont une fresque de Loukidis et une peinture décorative de Julia Theophylactos). On y avait réuni un ensemble de tapis, tissus et broderies dus aux réfugiées d’Asie Mineure. Y étaient également présentées des verreries, ainsi que des émaux de grand feu de Platon Argyriadès44. Grec de Paris, ce céramiste-faïencier installé à Montmartre avait été remarqué dès 1923 par Henry Clouzot45, conservateur du musée Galliera à Paris, qui vantait la qualité de son travail et son invention créative. Au pavillon grec, l’artiste exposait des flacons, « une fantaisie en un tableau et en verre pour une coiffeuse, représentant les maisons d’un village, œuvre d’un humour bien ingénieux46 ». Il était également l’auteur d’une « verrière haute de trois mètres et cuite par l’artiste lui-même » placée dans l’escalier. Elle représentait, sur un fond bleu sombre, une femme nue ton argent, cheveux rouges tressés, portant sur la tête, une corbeille de fruits47.

  • 48 Autour de la présentation de 547 photographies de Boissonnas, toutes concernant la Grèce, Loukia Zy (...)
  • 49 Les écoles regroupaient les brodeuses des villages de Menidion, Salesi, Liosia, Koropi, Liopesi, Ma (...)

12En parfaite conformité avec les exigences des organisateurs qui souhaitaient la mise en valeur des objets par un cadre approprié, tout avait été arrangé et meublé avec beaucoup de subtilité par Loukia [Lucie] Zygomala48. Fille d’un homme de loi d’Athènes, celle-ci dirigeait les écoles d’art Attiki49 d’Attique et de Béotie – une œuvre sociale créée en 1915.

  • 50 Créé à Londres en 1903, puis à Berlin en 1905, le Lyceum-Club, rapidement devenu une institution in (...)
  • 51 Voir Bounia 2012, p. 106.
  • 52 Voir Havard 1884.
  • 53 Cette collecte est la base de la collection du musée Zygomala, installé en 1937 au rez-de-chaussée (...)
  • 54 Dès la fin de la guerre, elle avait créé une société d’encouragement pour la broderie grecque de l’ (...)
  • 55 Né à Smyrne en 1884, mort à Athènes en 1972, il a été élève à l’École des beaux-arts de Paris entre (...)
  • 56 Bounia 2012 ; l’auteure précise que la sœur de Loukia Zygomala, « Anna [Zygomala] était l’épouse d’ (...)

13Répétition générale de ce qui se passerait à Paris, son groupe avait réuni trois ans auparavant quantité de costumes, de poteries et de meubles pour la deuxième exposition d’artisanat du Lyceum-Club des femmes grecques50 à Athènes : à la manière des period rooms, ils étaient placés à l’intérieur de volumes évoquant, de l’entrée à la chambre, « les pièces d’une maison recevant des broderies et des tapisseries aux motifs traditionnels et de couleurs variées, assorties aux pièces51 ». Ce faisant, elle montrait un intérêt pour ce que l’on pourrait appeler « l’Art dans la maison52 », une pratique généralement féminine – à son apogée dans les années 1880 et qui revint en force dès les années 1900-1910. Parmi les principaux buts du Lyceum-Club (naturellement présent à l’Exposition de 1925) figuraient, depuis sa création en 1903, le maintien et la renaissance des usages, des costumes et des traditions nationales. Car il ne s’agissait pas seulement de sauvegarder des témoignages artistiques populaires (même si, dès le lendemain de la Grande Guerre, on collectait des exemplaires de broderies réalisées au domicile des paysannes)53. L’ambition était de développer et de perfectionner la broderie et les tapis pour en faire commerce et promouvoir un art national grec moderne à travers non seulement le travail à domicile, mais aussi de véritables écoles professionnelles. C’est ainsi qu’en 1923, Loukia Zygomala ouvrit 7 rue Voulis à Athènes un magasin coopératif  54, Attica, broderies villageoises grecques, où travaillaient vingt des meilleures brodeuses du pays. Avec l’aide du peintre Tassos Loukidis55, ces ateliers (actifs entre 1915 et 1936) élargirent le spectre des motifs de broderies et de tapis pour les « moderniser », renouveler le registre des formes sans en perdre l’esprit. À côté des motifs paysans, ils s’inspiraient aussi bien de l’art minoen archaïque que du monde byzantin56.

  • 57 Élève aux Royal Academy Schools de Londres, entre 1906 et 1911, elle est peintre, brodeuse, tisseus (...)
  • 58 Mitsotaki 1999.
  • 59 Prix du concours organisé par l’Organisation touristique grecque en 1931.
  • 60 À commencer par la publication de l’archéologue lui-même, Evans 1921 (puis le t. II, 1928 ; III, 19 (...)
  • 61 En particulier dans la salle à manger, la salle de récréation des enfants et la piscine couverte de (...)

14L’heure était au syncrétisme. Réinterpréter, réécrire sous forme de citations plus ou moins littérales des motifs anciens du patrimoine culturel crétois, c’est ce que fera Florentini Kaloutsi57 en 1925, quand elle créera son atelier à La Canée (Crète) – elle le baptisera « Double hache », du nom de la bipenne d’origine minoenne dont elle utilisait la forme pour ses textiles58. Le peintre Yannis Tsarouchis utilisera lui aussi des motifs minoens – notamment, la fameuse pieuvre des poteries pour créer l’étonnant carton de tapis baptisé « Mer minoenne59 ». Rappelons que depuis 1900, les fouilles entreprises par l’archéologue anglais Arthur Evans sur la colline de Képhala à l’emplacement du palais de Cnossos, avaient révélé une fascinante civilisation perdue et marqué internationalement les esprits60. Comment expliquer autrement le décor minoen choisi pour l’aménagement intérieur du paquebot Aramis61 lancé en 1931 par la compagnie des Messageries maritimes pour les lignes de la Méditerranée ?

  • 62 Rambosson 1925a, p. 241. Il peut paraître surprenant qu’on n’ait pas fait plus appel à Aristotélis (...)
  • 63 Elle obtient aussi un grand prix dans la classe 16 – Jeux et jouets, catégorie Collaborateur. Dans (...)
  • 64 La distribution des rôles de membre titulaires de jury à l’Exposition est significative. Même s’ils (...)
  • 65 Plusieurs pièces mobilières, tapis, tissus, broderies, etc. provenant de l’Exposition de 1925 sont (...)
  • 66 L’artiste, Amalia Char. Sophroni est professeure de broderie, de 1915 à 1936, à l’école Attiki des (...)
  • 67 C’est le nom d’un fumoir fait pour le Cercle des Deux-Mondes, rue de Richelieu à Paris, et dont la (...)

15Revenons à l’exposition de 1925. Le meilleur y était exposé : « dans le Pavillon national, un effort […] a été accompli par Mme Lucie Zygomala qui a entrepris en Grèce une véritable besogne de rénovation » précise Yvanhoé Rambosson62. Dans la catégorie des Exposants au titre de la classe 13 (celle des textiles), l’artiste obtiendra un grand prix, la récompense suprême63 ; les membres des écoles d’art Attiki recevront un diplôme d’honneur, ainsi qu’une médaille d’or64. La « rénovation » qu’évoque Rambosson inclut le choix du mobilier65 et de son ornementation. Ainsi, les chauffeuses aux formes orthogonales, simplifiées à l’extrême, ont-elles leur structure entièrement enveloppée de tissu uni bleu, à la manière des sièges qui ornaient les palais royaux français des années 1830-1840 (mais sans capitons). Ces meubles d’une géométrie stricte n’en appartiennent pas moins au monde du mobilier moderne – celui qu’on voit dans les paquebots ou les wagons de chemin de fer : rationnel dans ses formes adaptées au volume qui le reçoit, rationnel aussi dans les détails d’usage comme les housses facilement amovibles. Du même tissu que le siège, l’appui-tête coupé en demi-cercle couvrant exactement le haut du dossier est orné d’une magnifique composition brodée à l’axialité fortement marquée, dans une gamme élaborée de couleur jaune. La broderie, faite de subtils enroulements stylisés66, rappelle l’esprit des tissus d’André Mare ou d’Édouard Bénédictus, des mosaïques de Gentil et Bourdet. À cette composition centrale s’ajoute une frise de bordure dont les compartiments rectangulaires sont répétitifs – on y retrouve les mêmes motifs marquant l’emplacement de la ceinture. Lorsque deux demi-cercles s’associeront pour former un cercle, ils composeront le dessus d’un coussin ou l’ornement de devant d’un fauteuil. Pour achever les formes, de longs pompons pendent aux extrémités, en haut du dossier ou sur le devant des coussins, rappelant les passementeries de certains miroirs de la Compagnie des arts français (vers 1920) – à moins que l’on ne se soit souvenu de « l’intérieur d’un divan turc » (1839)67, dans un retour conscient à l’art de Louis-Philippe et à ses nostalgies orientalistes. Quant aux larges poufs (une variante sur fond rose) avec leurs dessus entièrement brodés, version moderne de ceux que l’on pouvait voir quand la mode « tapissier » était au goût du jour, ils sont si en vogue qu’ils ornent les stands des grands couturiers (Lanvin, Callot…) au pavillon de l’Élégance. Il en va de même avec les paravents et les grandes tentures soulignées de bandes de broderies accordées aux meubles. On ne pouvait faire un choix plus éclairé, plus au fait de ce qui se faisait dans ces années-là. L’élégance comme la simplicité du parti étonnent encore aujourd’hui, même si leur modernité n’était pas celle de l’avant-garde puriste d’un Mallet-Stevens ou d’un Le Corbusier – il est vrai que l’ornement n’avait pas leur faveur, alors qu’il constituait la raison même du métier de brodeuse.

  • 68 Panos Tzelepis est élève de 1918 à 1921 à l’École spéciale d’architecture (diplômé en 1921), sous l (...)
  • 69 Rambosson 1925a, p. 233. La chambre est exécutée par les établissements Proodos.

16L’omniprésence de la production des ateliers Attiki de Loukia Zygomala a presque fait oublier la rare production mobilière du pavillon, elle aussi dans l’esprit de l’époque. Jeune architecte épris de modernité puriste, Panos Tzelepis (alias Djélépy)68 « a installé, au premier étage, une agréable chambre paysanne69 » (fig. 3), avec une cheminée de faïence bleue. Une photographie de François Vizzavona publiée dans La Revue de l’art ancien et moderne de juin 1925 en révèle partiellement l’intérieur. L’alcôve de la chambre est placée dans une sorte de bow-window dont la paroi est marquée par une cloison en anse de panier dépourvue de toute modénature ou décor. Un divan couvert de coussins en remplit le volume ; un tapis accroché au mur sert de tenture, en lieu et place d’une tapisserie. Dans cet espace étroit éclairé par une fenêtre que complète un lampadaire à ampoule électrique et abat-jour brodé, a été creusée une petite niche, au-dessus du foyer. On valorise ce touchant accident vernaculaire en y plaçant un bronze en ronde-bosse d’Emmanuel Cavacos, figurant une Femme nue dansant. La chambre proprement dite est riche de quelques meubles à la mode du moment, dont un buffet-bibliothèque, un banc au curieux piétement, une chaise à galette et dossier rembourré dans un goût Louis XIII épuré, avec son tabouret assorti, une petite table d’appoint sur laquelle sont posées quelques pièces de vaisselle, une figurine féminine en céramique… Quant au sol,

  • 70 Miomandre 1925, p. 862.

les tapis sont magnifiques ; deux entre autres de Spartali m’ont frappé. Le premier, d’un outremer sombre, à large fleurs rouges, l’autre d’un adorable ton passé de framboise. La laine épaisse, le coloris puissant, tout dit ici le beau travail technique, la longue tradition d’un pays séculairement épris de beauté70.

Fig. 3 — Panos Tzelepis alias Djélépy, « Chambre paysanne », 1er étage du pavillon national, photographie de François Vizzavona.

Fig. 3 — Panos Tzelepis alias Djélépy, « Chambre paysanne », 1er étage du pavillon national, photographie de François Vizzavona.

La Revue de l’art ancien et moderne, juin 1925.

17Au mur est suspendu un simple miroir aux pans coupés tandis que, du plafond, pend une volumineuse suspension à base octogonale couverte de tissus brodés en pans asymétriques que finissent de longues franges : l’objet rappelle la lanterne chinoise, à moins qu’il n’évoque les plafonniers de Georges Champion ou de Louis Sognot. La sage organisation de l’espace, aux parois nues et blanches à la façon des maisons cycladiques, contraste avec l’usage, alors à la mode, des motifs (souvent répétitifs) des papiers peints, lampas, étoffes damassées ou toiles imprimées ; la modernité tient ici à la modestie, à la simplicité du parti. À n’en pas douter, l’aménagement est dans la ligne de ceux qui défendaient une continuité historique – à mi-chemin entre la tradition du classicisme à la française et la modernité de l’avant-garde (entre un Paul Véra ou un Robert Mallet-Stevens).

  • 71 Rambosson 1925b, p. 265.
  • 72 Après sa naissance en 1879 en Roumélie orientale, sa famille fuit l’oppression bulgare pour venir s (...)
  • 73 L’œuvre est présentée à l’Exposition et concours d’art de la VIIIe Olympiade (compétition artistiqu (...)
  • 74 Professeur de philosophie à la Sorbonne, il était l’auteur d’une thèse, Essai sur le génie dans l’a (...)
  • 75 Séailles 1922. L’article mentionne un buste représentant Gabriel Séailles exposé au Salon des artis (...)
  • 76 CornejoDiamantopoulou 2007b. Voir aussi Firino 1991a et Firino 1991b . Tous mes remerciements vo (...)
  • 77 À Alexandrie, où sa famille avait été évacuée, Speranza fut encouragée à venir faire des études de (...)
  • 78 En dehors de son répertoire classique (Bach, Beethoven, Frank, Chausson, Bordes, Alexis de Castillo (...)
  • 79 Rambosson 1925b, p. 265.
  • 80 En 1928, il dépose avec Eugène Freyssinet, le brevet fondateur du béton précontraint (introduction (...)
  • 81 Sur le matériau, voir Les produits « Lap » émaux lapidaires 1926. Voir aussi Séailles 2009.

18Toujours à propos du pavillon national, on prétend que « le sculpteur Démétriadès [Dimitriadis] en a été également l’un des inspirateurs71 ». Bien que son nom soit ignoré du Guide officiel, l’appartenance de Costas Dimitriadis72 au milieu des Grecs de Paris peut expliquer cette étrangeté. Connu comme le créateur du populaire Discobole finlandais (1924)73, l’artiste était très apprécié. Gabriel Séailles74 lui consacra tout un article dans la revue L’Art et les artistes en 192275. Il est vrai que le critique était beau-père d’une autre figure artistique du milieu des Grecs de Paris : Speranza Calo-Séailles [Elpis Calogeropoulou]76, cantatrice mezzo-soprano originaire de Constantinople et membre de la communauté grecque d’Égypte77. Depuis son installation à Paris en 1908-1909, elle connaît la célébrité internationale78. Elle va jouer un rôle décisif à l’Exposition de 1925. Pourtant, ce n’est pas dans le domaine de la musique, ni même des arts et traditions populaires qu’elle y prendra part : dans la section hellénique, elle est inscrite au titre du groupe I, celui de l’Architecture, et dans la classe 2, celle de la Pierre. « Mme Spéranza Calo-Séailles, connue par ses œuvres musicales, a été […] une collaboratrice des plus utiles en offrant son précieux concours et un curieux procédé de décoration inventé par elle79 ». Avec son mari Jean-Charles Séailles, un ingénieur à la pointe du progrès technique, spécialiste du béton80, ils sont les inventeurs du lap81.

  • 82 A. H., « J.-Ch. Séailles », L’Architecture d’aujourd’hui 3 (1935), p. 92.
  • 83 Encyclopédie des arts décoratifs…, op. cit. (n. 38), vol. 3, Architecture, ornementation et sculptu (...)
  • 84 Au 22 rue de Verrières à Antony étaient installés la manufacture et un laboratoire, tandis que le s (...)

19Produit de synthèse dont l’aspect se situe entre les pierres dures, la porcelaine ou le marbre, cette matière cimenteuse pouvant offrir toutes les couleurs, facile à mouler et permettant une mise en œuvre sérielle, légèrement translucide et susceptible d’être polie « est constitué(e) par des aluminates de chaux cristallisés […], ce qui lui donne son apparence particulière et sa grande résistance aux intempéries82 ». On peut même y introduire des métaux les plus variés (or, argent, platine, bronze…), créant ainsi de multiples effets. Les Calo-Séailles exposent au pavillon grec des pièces uniques « réalisé(e)s dans un ciment cristallisé, dur et riche d’aspect83 » : un panneau décoratif, probablement une frise en lap d’or représentant des fruits attachés à une branche, et une jardinière, sorte de monumentale potiche hexagonale en lap rouge chine flammé or. La mise en œuvre de ce genre d’objets artistiques se fait à la manufacture d’Antony dont le laboratoire84 est le lieu de toutes les expériences. Des artistes comme Alfred Janniot (1889-1969) ou le grec Georges Gounaro [Giorgios Gounaropoulos] (fig. 4) feront transposer leurs cartons en lap.

  • 85 Speranza Calo-Séailles et son mari organisent des expositions d’œuvres en lap (du simple panneau dé (...)
  • 86 Voir Les produits « Lap » émaux lapidaires 1926.

Les pièces les plus riches, qui interprètent des cartons faits par des artistes de talent85 […] sont faites par une juxtaposition, dans le moule, de pâtes diversement colorées qui réagissent librement chacune dans les limites que le dessin leur assigne. Si l’on veut obtenir un serti superficiel, c’est encore au fond du moule qu’on le dessine avec une pâte plus fluide. Parfois le trait est obtenu en relief par une gravure en creux faite dans le fond du moule et on peut dès lors éditer des pièces de répétition86.

Fig. 4 — « Vierge », carton de Georges Gounaro [Gounaropoulos], réalisé en lap d’or par Speranza Calo-Séailles et la manufacture d’Anthony.

Fig. 4 — « Vierge », carton de Georges Gounaro [Gounaropoulos], réalisé en lap d’or par Speranza Calo-Séailles et la manufacture d’Anthony.

Les produits « Lap » émaux lapidaires 1926, p. 10.

  • 87 Kogevinas expose aussi des eaux-fortes (paysages antiques, le Mont Athos…). L’artiste étudie à Pari (...)

20C’est ainsi que sont exposées dans le pavillon national d’autres œuvres en lap aux formes stylisées – le matériau l’impose : d’après des cartons du peintre et graveur Lykourgos Kogevinas87, Trois galères antiques (en lap d’or) inscrites dans des tympans ; et du peintre Anastasios Loukidis, un fragment de décoration pour une église représentant un Ange byzantin (fig. 5), corps longiligne statique dessiné en pied, tête baissée, ailes repliées, entre l’Art nouveau et Burne-Jones... Toutes sont réalisées, d’après un carton de l’artiste, par Speranza Calo-Séailles, elle-même.

Fig. 5 — Ange byzantin, fragment de décoration pour une église, carton de Tassos (Anastasios) Loukidis, réalisé en lap par Speranza Calo-Séailles et la manufacture d’Anthony.

Fig. 5 — Ange byzantin, fragment de décoration pour une église, carton de Tassos (Anastasios) Loukidis, réalisé en lap par Speranza Calo-Séailles et la manufacture d’Anthony.

Les produits « Lap » émaux lapidaires 1926, p. 6.

  • 88 Magne 1928.
  • 89 Fabriquées à l’usine de la Compagnie générale de construction de fours à Malakoff (Seine), les plaq (...)
  • 90 En 1928, le lap est exploité par des « Concessionnaires filiales et usines » en Belgique (Modave), (...)

21Deux ans après sa mise au point technique (1923)88, le lap est déjà sacralisé. En couvrant splendidement, sous forme de plaques sérielles89 niellées de filaments d’or, les façades et colonnes extérieures du prestigieux pavillon Primavera des magasins des Printemps (par Henri Sauvage et George Wybo) ou les murs en « lap de Venise [or]» de la salle à manger dans le très emblématique « pavillon du Collectionneur » (de Pierre Patout), il obtient ses lettres de noblesse. Trois ans plus tard, le lap s’affichera même à la comédie des Champs-Élysées, sous forme d’un grand haut-relief de plus de deux mètres en lap patiné noir ponctué de feuilles d’or : un nu masculin stylisé de Léon Leyritz (1888-1976), créé pour le Siegfried de Jean Giraudoux. Le succès du nouveau matériau est tel que les différents procédés sont brevetés, concessionnaires et filiales implantés un peu partout dans le monde, y compris en Grèce (« Société du lap grec, usine à Athènes »)90.

  • 91 Elles étaient fabriquées par les élèves d’écoles professionnelles fondées par un groupe de « dames (...)
  • 92 Si le pays se situe au second rang des fournisseurs de la Grèce, après l’Angleterre, il tient la pr (...)

22Les Grecs à l’Exposition ont fait face. Dans une période particulièrement difficile de leur histoire, ils ont montré la qualité de leur artisanat d’art – particulièrement celui de l’Attique et de la Béotie (tapis, broderies, tissus) 91. En témoignent les produits exposés sous la houlette de Loukia Zygomala, une Grecque d’Athènes. Quant aux autres œuvres, elles sont aussi bien le fait des Grecs de Paris que de ceux d’Athènes, Speranza Calo-Séailles ayant fait le lien entre les deux pays. Le « double voyage » s’incarne d’autant mieux dans ces participations croisées, qu’elles furent le fait des Grecs eux-mêmes. À l’évidence, tous se sont associés pour tenir à bout de bras cette participation nationale et c’est ce qui en a fait la force de conviction. La différence est notoire avec la très officielle Exposition de France qui aura lieu trois ans plus tard à Athènes, du 20 mars au 31 mai 192892. Sélectionnées par Maurice Dufrêne, ce ne sont pas des pièces uniques qui sont proposées, mais les produits de l’industrie des arts décoratifs, proches de la mode du moment, autour des stands des grands magasins de Paris : Louvre, Bon Marché, Printemps et Galeries Lafayette. La Grèce n’était pas en état de mener une telle politique, faute de moyens pour se lancer dans les industries du luxe. Elle n’en avait pas moins parfaitement compris la thématique de l’Exposition de 1925, qui était de reconnaître leur place et leur importance aux arts décoratifs.

Notes

1 « Primavera », ateliers d’art des grands magasins du Printemps, dirigés par Charlotte Chauchet-Guilleré avec les conseils artistiques de Jacques-Émile Ruhlmann et de René Guilleré, créateur des ateliers en 1912. Mais aussi « la Maîtrise », atelier des arts appliqués des Galeries Lafayette dirigé par Maurice Dufrêne, ou encore « Pomone », ateliers d’art des grands magasins du Bon Marché dirigés par Paul Follot.

2 L’avant-garde puriste internationale ne se développera que quelques années plus tard. À l’Exposition de 1925, sa présence est encore marginale malgré l’engagement de Robert Mallet-Stevens (1886-1945) en sa faveur.

3 Sur le transfert de populations au lendemain de la première guerre mondiale, voir Ancel 1925. La situation politique qui s’ensuivit fut particulièrement instable : alors que le plébiscite de 1924 avait institué la démocratie, son renversement par le coup d’État du général Pangalos, le 24 juin 1925, intervint au lendemain de l’ouverture de l’exposition des Arts décoratifs de Paris, le 28 avril. Le dictateur devait être renversé un an plus tard par un nouveau coup d’État. Voir Kosmadaki 2012.

4 Rambosson 1925a.

5 Joseph-E. Charles de Guirard de Montarnal (1867-1947), élève de Ginain et Scellier de Gisors à l’École des beaux-arts de Paris, est diplômé en 1897. Architecte en chef des sections françaises, il participe aux grandes expositions de Glasgow (1901), Hanoï (1902), Saint Louis (1904), Liège (1905), Milan (1906), Bucarest et Dublin (1907), Londres et Saragosse (1908), Quito (1909), Bruxelles (salon d’honneur de la Galerie française, 1910)… Il sera l’architecte du comité d’organisation, à l’Exposition de France à Athènes en 1928.

6 Lannou 1925.

7 L’architecte Sotirios Mayassis réside alors 103 rue Solon à Athènes. Élève de l’atelier Jaussely à l’École des beaux-arts de Paris, il présente, pour l’obtention de son diplôme en juin 1922, un sujet peu banal : Une verrerie à Murano (Venise). Jeune architecte, il construira à Athènes l’hôtel Acropole Palace, rues Patission, Marnis et Averoff (1925-1926).

8 Il a été critique au Mercure de France et a dirigé la revue de L’Art décoratif. Dans les années 1920, il est omniprésent. Féru de théâtre populaire, de musique, d’art décoratif et d’art en général, il est secrétaire général de la Fédération des sociétés d’art, rédacteur à la Revue bleue. Il participe régulièrement à La Revue de l’art ancien et moderne, à Art et décoration et à L’Illustration (voir « L’évolution de l’art moderne », L’Illustration 4286 [25 avril 1925]).

9 Rambosson 1925a.

10 Rambosson 1925b.

11 À l’Exposition, trente-sept classes représentent l’ensemble des produits exposés, structurés en cinq grands groupes : Architecture ; Mobilier ; Parure ; Arts du théâtre, de la rue et des jardins ; et Enseignements. La Grèce est présente dans trois groupes : celui de l’Architecture (classe 1 – Architecture ; cl. 2 – Pierre ; cl. 5 – Céramique ; cl. 6 – verre) ; celui du Mobilier (cl. 7 – Ensembles de mobilier ; cl. 11 – Céramique ; cl. 12 – Verre ; cl. 13 – Textiles [la classe la plus représentée] ; cl. 15 – Livre ; cl. 16 - Jeux et jouets) et celui de la Parure (cl. 21 – Accessoires du vêtement).

12 Par B. Sohos, sculpteur, 21 rue Solon, Athènes ; Thomas Thomopoulo, sculpteur, 8 rue Tsigrou, Athènes ; Hélène Yeoryanti, peintre-sculpteur, Ancien Phalère à Athènes ; et Pantéli Zographos, artiste-peintre à Kallithéa. Pour une approche plus large de l’art grec moderne, voir Vigli 2010, et surtout Komini-Dialeti 1997-2001. Je remercie vivement Evgénios Matthiopoulos de l’aide généreuse qu’il m’a apportée pour enrichir la bibliographie grecque de cet article.

13 Notamment celles de Nicolas Ralli qui expose dès 1909 au Salon des arts décoratifs puis au salon de l’Automobile-Club (1914). A. et N. Ralli participent aux expositions organisées par l’Association des artistes et gens de lettres hellènes créée en 1926. En 1928, au moment de la 3e Exposition des artistes hellènes, ils sont vice-présidents de l’association tandis qu’Aramis en est le président et Kyriadis, le rapporteur.

14 Il s’agit des frères Aspioti [Aspiotis], lithographes, 9 rue Niki ; des ateliers Bénaki, à l’ancien Palais-Royal ; de Eleftheroudakis, éditeur, place de la Constitution (Syntagma), et des frères Kirkini, manufacture de soies et laines, place de la Métropole, tous domiciliés à Athènes.

15 L’entreprise obtient une médaille d’argent, même si son nom n’apparaît pas dans la liste des exposants par classe. En revanche, sont mentionnés les noms de l’atelier Le Céramiste et du potier Pelnatzoglou, issus du quartier Nouveau Phalère à Athènes ; et pour l’île de Skopelos, de Nicolas Papiridi.

16 Proodos [Progrès] est une école de broderies et de dentelles pour filles et jeunes femmes, située au centre d’Athènes. Anna Papadopoulos, brodeuse émérite, en est la première directrice en 1907. L’école se fait connaître grâce à des expositions comme celle tenue au parc de Kifissia, près d’Athènes, en août 1913. En 1923 est ouvert le magasin Γωνιά Μάννας [Gonia Manas/Le coin de la mère de famille] dont les membres sont surtout des femmes réfugiées d’Asie Mineure. Sur le rôle d’Anna Papadopoulos, voir Greensted 2010, p. 1 et p. 141-142. À l’étage du pavillon grec de l’Exposition de 1925 sont présentés leurs travaux.

17 Avec des pièces de la Société de produits chimiques et engrais (Section verrerie), 33 rue du Stade, Athènes.

18 Il s’agit de la maison Zakharopoulo, rue du Stade et rue Éole à Athènes. L. Zygomala, rue de l’Académie à Athènes, expose également des meubles.

19 À l’Exposition, l’entreprise C. A. Spartali & Cie, 115 boulevard Haussmann à Paris obtient une médaille d’or. À Athènes, elle avait un atelier de tissage, The Spartali carpet Manufacturers Ltd. Très réputée, cette maison (spécialiste de tapis et tentures), 13 rue Codrictou à Athènes, exportait principalement des tapis d’Orient et vendait des antiquités. L’entreprise est dissoute le 1er janvier 1930 (Archives commerciales de la France, 19 mars 1930, p. 1680). Au Grand Palais participent d’autres entreprises athéniennes comme Pantelidès & Hadjigeorgiou, industrie hellénique de tapis, Nouveau Phalère, et les frères Vayianou, Société orientale de tapis, 13 rue Théséion.

20 Allusion aux déplacements de populations – en particulier des smyrniotes – qui avaient devancé, dès septembre 1922, les échanges obligatoires.

21 Rambosson 1925b, p. 310.

22 Né le 1er janvier 1886 à Sinope (Turquie), il est élève de Louis Bernier (Prix de Rome en 1872, auteur du Théâtre national de l’Opéra Comique à Paris, 1893-1898) à l’École des beaux-arts. Il entre en 2e classe en 1910, en 1re classe en 1918 (en même temps que Nicoulaidès, de l’atelier Paulin) et sort diplômé en 1919, année où il participe à l’exposition de la Société centrale des architectes à Londres. Habile dessinateur (et fervent régionaliste), il publie des dessins dans l’article de Léandre Vaillat (Vaillat 1924). À Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne), où il réside 10 rue de l’Hôtel-de-ville, il participe à l’agrandissement en 1932 (système Hennebique) de l’hôpital-fondation Burat pour le docteur Verne et en 1933, construit une villa pour M. Franqueville. Il remanie le plan d’urbanisme de la petite ville (les plans, remarqués par le critique d’art Léandre Vaillat, sont exposés au salon de la Société des artistes français de 1934). En 1925, dans le Catalogue général officiel de l’Exposition, il est désigné comme le seul auteur du pavillon national. Toutefois, un guide de l’Exposition (Rambosson 1925b, p. 265) mentionne également le nom de Nikolaos Zachos , originaire de Thessalie. Cette confusion n’est pas sans raison. Konstantinos Skyrianos est membre de la Société des architectes diplômés par le gouvernement (SADG) à partir de 1929 seulement : cela laisse supposer qu’il travaillait auparavant dans l’agence d’un confrère – très probablement Nikolaos Zachos. Ce dernier, ancien élève de l’École spéciale d’architecture à Paris, sera l’auteur, en 1931-1932, de la Fondation hellénique à la Cité internationale universitaire, boulevard Jourdan à Paris, après avoir fait une grande partie de sa carrière comme architecte pour le ministère français de la Marine (chevalier de la Légion d’honneur en 1927). Il est connu pour avoir aménagé le château de Balincourt, dans le Vexin français, pour l’homme d’affaires et marchand d’armes d’origine grecque, Sir Basil Zaharoff.

23 Une belle œuvre polychrome (briques alternées rose et bleu, colonnes de marbre blanc dialoguant avec l’ossature métallique…) pour laquelle Lucien Magne dessina des vitraux incolores à décor floral exécutés par Leprévost. Le pavillon sera remonté à Athènes comme église commémorative du Saint-Sauveur (Agios Sostis), boulevard Syngros à Kallithéa.

24 La proximité est peut-être plus grande avec la maison grecque et son « atelier de potier » que Charles Garnier avait présentés à l’Exposition universelle de 1889, le long du quai d’Orsay (c’était l’une des quarante-quatre maisons construites pour retracer L’Histoire de l’habitation humaine). Garnier en avait fait une sorte d’archétype universel, un habitat vernaculaire aux volumes articulés, avec fronton et ordre dorique (à l’intérieur), baies jumelées, toiture en tuiles...

25 Intérim, « Aux arts décoratifs – Ouverture du Pavillon grec », Le Figaro 14 juin 1925, p. 2.

26 Holdt 1922 : 176 planches avec légendes en allemand, français, anglais.

27 Homolle et al. 1919.

28 Elle est vue, à l’évidence, du côté de la France – à la manière des maisons du « Village français » ou des pavillons des régions françaises. Le « Village français », cours Albert-Ier, regroupait une vingtaine de bâtiments : une mairie, une école, une église, un cimetière, des fontaines, des maisons, des magasins et boutiques, sous l’autorité de Charles Genuys, architecte en chef. Sur le cours la Reine, se situaient les pavillons du clos Normand, de la région de Marseille, de Franche-Comté, du Berry-Nivernais, ou cours Albert-Ier, le pavillon breton – tous construits dans un goût « régionaliste » moderne.

29 Guéné 2001 – Dans le même genre, mais en version « byzantine », la résidence d’Angeliki Hatzimihali, 6 rue Angeliki Hatzimihali (ancien no 18 de la rue Ipéridou) à Plaka, a été construite par Aristotélis Zachos en 1924-1927.

30 En particulier chez William Morris dont la production est depuis longtemps montrée à Paris. Voir Vaillat 1914.

31 Il était le fils de l’architecte Lucien Magne, évoqué ci-dessus.

32 Magne 1926, p. 9.

33 Seuls l’usage de matériaux modernes comme le béton, la simplification des masses et l’épuration des détails seront communs aux deux courants.

34 Lannou 1925.

35 Francis de Miomandre (pseudonyme de François Félicien Durand), romancier, poète, essayiste, chroniqueur, est l’auteur d’une centaine d’ouvrages (dont le prix Goncourt en 1908, Écrit sur de l’eau). Au début de sa carrière (1900), il fut secrétaire de Camille Mauclair puis de Félix Fénéon à la galerie Bernheim. En 1912, il est secrétaire de rédaction de L’Art et les artistes. Il collaborera à de nombreux journaux et revues comme Les Nouvelles littéraires, les Cahiers du Sud, etc.

36 Miomandre 1925.

37 Sous-titrée La revue hebdomadaire des questions extérieures, économiques et littéraires, L’Europe nouvelle a été créée en 1918 par Louise Weill. Dès 1920, Miomandre y tient, dans la rubrique « Le courrier de Paris », une chronique intitulée « Le bon goût » ; il s’y révèle un critique perspicace.

38 « Décoration fixe de l’architecture – II », Encyclopédie des arts décoratifs et industriels modernes au xxe siècle, en 12 volumes, Paris, Office central d’éditions et de librairie, s. d. (1925), p. 65-66. Voir aussi la description qu’en donne l’article de R. P., « Le Figaro en Grèce. Le pavillon grec aux arts décoratifs », Le Figaro 17 juin 1925, p. 5.

39 On pense à la villa Rochebrise à Saint-Clair plage (Le Lavandou), vers 1910.

40 Emmanuel Andrew Cavacos (né à Potamos, île de Cythère) émigre à 16 ans aux États-Unis et se fixe à Baltimore où vit son frère Constantin. Il est d’abord étudiant en peinture au Maryland Institute College of Art, puis, dans la même institution, il s’initie à la sculpture avec Ephraim Keyser, sculpteur formé à Baltimore, Munich, Berlin et Rome. En 1911, il remporte le Rinehart Scholarschip (prix de Rome américain) qui lui permet de venir étudier à l’École des beaux-arts de Paris avec Jules Coutan, Prix de Rome en 1872. Il participe au Salon des artistes français en 1913, 1927, 1928, 1943, au Salon des humoristes de Paris (organisé par le journal Le Rire). Il expose à Paris au Nouveau Salon en 1920, 1926, 1929, 1936 (buste de Mme G. Courty) et dans plusieurs galeries : Barbazanges, faubourg Saint-Honoré, 1921-1922 ; Manuël, 1921, 1922 ; l’Acropole, rue Caulaincourt, 1925 ; Association des artistes et gens de lettres hellènes de Paris, 1926 (1re exposition, buste de M. Cofinas), 1927 avec les frères A. et N. Ralli et Julia Theophylactos… En 1930, il présente 34 pièces (terre cuite, marbre, bronze) au Baltimore Museum of Art puis à la Milch Gallery de New York. De 1931 à 1934, il réside à Paris, 5 rue Larrey, dans le 5e arrondissement. En 1936, un article lui est consacré par Yves de Fontobbia dans L’Insurgé 2 (août 1936), p. 57-61. Il participe à l’Exposition universelle de 1937 (pavillon hellénique) et reçoit la Légion d’honneur au titre des Affaires étrangères en 1939.

41 Miomandre 1925.

42 Il expose ses modèles, sur le pont Alexandre-III, dans sa boutique signée par Jean Burkhalter et Joël et Jan Martel. La devanture de la boutique de Pierre Imans (carton de Léon Leyritz), 38 boulevard Haussmann, sera faite en lap produit par les Calo-Séailles.

43 « Décoration fixe de l’architecture – II », art. cit. (n. 38).

44 Nicolas Platon Argyriadès, dit Platon, Grec né à Marseille, fils de Panagiotis Argyriadès, avocat d’origine macédonienne, est diplômé en 1910 « ingénieur céramiste » de l’École de céramique de la Manufacture nationale de Sèvres. En 1919, il ouvre un premier atelier dans la célèbre « maison de Mimi Pinson » à Montmartre, rue du Mont-Cenis (détruite vers 1925), et finit par s’installer 10 avenue de Ménilmontant où il participe activement à la vie de la Butte. Voir Warnod 1925, p. 124. L’été, il travaille dans un autre atelier, « La Poterie », au village de Damois à Belle-Île-en-Mer. Voir Blancaneaux 2008. Après l’Exposition de 1925, il expose au Salon des artistes hellènes (1926 avec Kogevinas, Cavacos…), au salon d’Automne, section arts appliqués (1923, 1926, 1927, 1928). Il fréquente régulièrement le Salon des artistes français (sa première participation date de 1912 – section dessin), où il concourt dans la section des arts appliqués et obtient une mention honorable en 1927, une médaille d’argent en 1930 et une médaille d’or en 1934. En 1935, il devient membre du jury des Arts appliqués. Il participe au Salon des artistes décorateurs (SAD) en 1926 et 1934 et, la même année, au Salon des humoristes. Il obtient un diplôme d’honneur à l’Exposition internationale de Liège en 1930. Pour le paquebot Normandie (1935), il crée une série de pièces de fabrication mécanique (cendriers, assiettes, etc.).

45 Clouzot est considéré alors comme très au fait du mouvement de l’art moderne et son jugement compte. Lors de l’Exposition de la verrerie et de l’émaillerie modernes au musée Galliera, Clouzot écrit dans un article intitulé « Verreries françaises modernes » (Art et décoration juillet-décembre 1923, p. 105) : « Ce n’est pas l’uniformité que l’on pourrait reprocher aux verreries décorées en émaux opaques par Argyriadès Platon. Elles débordent de fantaisie. Sans doute l’inspiration est inégale, mais la facilité et l’abondance ne comptent-elles pas au nombre des meilleures qualités du décorateur ? D’ailleurs ces vases, ces coupes, ces pendentifs valent par l’exécution irréprochable des émaux et le modernisme savoureux des sujets, où le verrier ne craint pas de faire intervenir des figures humaines, gracieusement stylisées. On peut beaucoup attendre d’un décorateur aussi jeune, doublé d’un praticien éprouvé ». À Galliera, le céramiste expose au côté de Décorchemont, Lalique, Marinot, Gabriel Argy-Rousseau (1885-1953) dont il est le beau-frère (sa sœur, Marianne Argyriadès, a épousé en 1913 le maître-verrier).

46 Miomandre 1925, p. 862.

47 Langlade 1929-1934 et Frantel 1925.

48 Autour de la présentation de 547 photographies de Boissonnas, toutes concernant la Grèce, Loukia Zygomala avait eu l’occasion de promouvoir la broderie ancienne et moderne, lors d’une exposition itinérante organisée par le gouvernement grec (Vénizélos était alors Premier ministre) à Paris en 1919, puis New York, et Philadelphie en 1920. Voir Homolle et al. 1919. Sur le musée Zygomala d’Avlona, voir Bounia 2012, ainsi que Papadopoulos 1969, p. 301, et Stergiou 2008.

49 Les écoles regroupaient les brodeuses des villages de Menidion, Salesi, Liosia, Koropi, Liopesi, Marcopoulo, Keratea, Kalyvia et Varnara. À ce sujet, voir « Modern Greek Embroideries », New York Times 7 mars 1920 et « Greek exhibit shows that the idyllic Land of poetry and art is awake to the demands of modern life », The Evening Post 5 avril 1920 – articles cités in Puaux 1920, p. 44 et 46. Voir aussi Greensted 2010, p. 142 et Bounia 2012, p. 106.

50 Créé à Londres en 1903, puis à Berlin en 1905, le Lyceum-Club, rapidement devenu une institution internationale, est à l’origine un cercle littéraire et scientifique exclusivement féminin qui recrutait parmi les classes sociales privilégiées. Callirhoé Siganou-Parren (1861-1940), pionnière féministe en Grèce, fonde en 1911 celui d’Athènes. La première exposition de travaux à la main (broderie, dentelle, costume, poterie et meubles) a lieu en 1921 et chaque année jusqu’en 1925. Sur le sujet, voir Avdéla 2010.

51 Voir Bounia 2012, p. 106.

52 Voir Havard 1884.

53 Cette collecte est la base de la collection du musée Zygomala, installé en 1937 au rez-de-chaussée de sa maison d’Avlona (Attique), construite par l’architecte Nikolaos Zouboulidis.

54 Dès la fin de la guerre, elle avait créé une société d’encouragement pour la broderie grecque de l’Attique et de la Béotie avec pour mission, de préserver les arts de la broderie, du tissage et de la fabrication des tapis, de remettre en valeur les motifs anciens, de les copier et de les enseigner dans des écoles rurales. On y apprenait aussi à tisser des tapis comme en Asie Mineure : la technique est introduite pour la première fois dans les villages grecs. On pouvait acheter les broderies au siège social de la société, 7 rue Voulis, à Athènes. Voir l’article du New York Times de 1920 (n. 48).

55 Né à Smyrne en 1884, mort à Athènes en 1972, il a été élève à l’École des beaux-arts de Paris entre 1911 et 1920. Il expose au Salon des artistes français dès 1912 (et en 1923), au Lys rouge, rue de l’Université en 1922, et à l’Exposition des arts décoratifs modernes (section Grèce) en 1925. Légion d’honneur (Affaires étrangères) en 1926.

56 Bounia 2012 ; l’auteure précise que la sœur de Loukia Zygomala, « Anna [Zygomala] était l’épouse d’un des premiers historiens de la période byzantine, Spyridon Lambros (1851-1919) [homme politique, professeur d’histoire à l’université d’Athènes], collectionneur et commissaire d’une exposition sur les empereurs byzantins (section grecque) à l’Exposition internationale de Turin en 1911 ».

57 Élève aux Royal Academy Schools de Londres, entre 1906 et 1911, elle est peintre, brodeuse, tisseuse.

58 Mitsotaki 1999.

59 Prix du concours organisé par l’Organisation touristique grecque en 1931.

60 À commencer par la publication de l’archéologue lui-même, Evans 1921 (puis le t. II, 1928 ; III, 1930 ; IV, 1936). Mais aussi Mendel 1911, ou encore le luxueux ouvrage de Baud-BovyBoissonnas 1919 avec une préface de Gustave Fougères, directeur de l’École française d’Athènes, et des notices archéologiques de Georges Nicole.

61 En particulier dans la salle à manger, la salle de récréation des enfants et la piscine couverte de la 1re classe. Les décors sont réalisés par le dessinateur et peintre breton Mathurin Méheut – il est depuis 1921 peintre officiel de la Marine – en collaboration avec son élève Yvonne Jean-Haffen. Elle se rend en voyage d’étude à Cnossos et fait des relevés in situ (conservés dans les collections de la maison de l’artiste, La Grande Vigne à Dinan). Plus tard, le paquebot fut affecté aux lignes d’Extrême-Orient.

62 Rambosson 1925a, p. 241. Il peut paraître surprenant qu’on n’ait pas fait plus appel à Aristotélis Zachos ou Angeliki Hatzimihali, souvent considérés comme les instigateurs de renouvellement de l’art populaire en Grèce dans la première moitié du xxe s. ; mais on ne peut oublier que Loukia Zygomala les avait précédés de beaucoup.

63 Elle obtient aussi un grand prix dans la classe 16 – Jeux et jouets, catégorie Collaborateur. Dans la classe Exposants, un diplôme d’honneur sera attribué à Mme Politis, Mme Valaoritis, Attiki, Proodos et le Lyceum des femmes grecques (au sein duquel Angeliki Hatzimihali recevra une médaille d’or). Les récompenses (Grand Prix, diplôme d’honneur, médaille d’or, d’argent, de bronze) sont décernées dans deux catégories : Exposants ou Collaborateurs.

64 La distribution des rôles de membre titulaires de jury à l’Exposition est significative. Même s’ils sont peu nombreux, ils sont parfaitement représentatifs de la compétence grecque. Trois groupes sont concernés : dans le groupe I - Architecture, Dimitriadis pour l’architecture et Loukidis pour la céramique. Dans le groupe II - Mobilier, Skyrianos pour l’ensemble mobilier, Loukidis pour la céramique, Kavvadias pour le livre, Tabacopoulos pour les jeux et jouets. Et, dans le groupe III - La parure, Mazarakis, pour l’accessoire du vêtement.

65 Plusieurs pièces mobilières, tapis, tissus, broderies, etc. provenant de l’Exposition de 1925 sont exposés au musée Zygomala à Avlona (Attique).

66 L’artiste, Amalia Char. Sophroni est professeure de broderie, de 1915 à 1936, à l’école Attiki des villages de Koropi, Markopoulo, Keratea, Kalyvia.

67 C’est le nom d’un fumoir fait pour le Cercle des Deux-Mondes, rue de Richelieu à Paris, et dont la description et la gravure sont publiées dans le numéro de 1839 de L’Exposition. Le Journal de l’Industrie et des arts utiles, n. p.

68 Panos Tzelepis est élève de 1918 à 1921 à l’École spéciale d’architecture (diplômé en 1921), sous la direction de Robert Mallet-Stevens qui y est professeur depuis 1907. Il se forme aussi à l’École des hautes études urbaines, créée en 1919 par Marcel Poëte et Henri Sellier. Il réalisera à Elliniko, dans la banlieue d’Athènes, de superbes villas dans le style international : maison Tzelepis (1929), maison Oikonomidis (1929-1930), maison Zaphiriadis (1933) ; pour le lotissement de Néa Alexandria (actuel Psychiko) : maison Phrantzis… Par ailleurs, il est l’auteur de : « Les maisons de l’archipel grec observées du point de vue de l’architecture moderne », Cahiers d’art 1-4 (1934), p. 93, puis de L’architecture populaire en Grèce (préface de Christian Zervos, dessins de l’auteur, gravés par G. Manoussakis, Paris, Morancé, 1952).

69 Rambosson 1925a, p. 233. La chambre est exécutée par les établissements Proodos.

70 Miomandre 1925, p. 862.

71 Rambosson 1925b, p. 265.

72 Après sa naissance en 1879 en Roumélie orientale, sa famille fuit l’oppression bulgare pour venir s’installer à Athènes en 1885. Il est d’abord élève de l’École des beaux-arts d’Athènes et en 1903, obtient une bourse qui l’amène à Munich puis en France en 1904 pour y achever ses études. En 1906, il fréquente l’Académie Julian. À Athènes, il devient directeur de l’École des beaux-arts de 1928 à 1932 puis membre de l’Académie en 1936. En 1930, il réorganise l’École des beaux-arts devenue université. Il fut également le premier président de la nouvelle association des artistes grecs fondée en 1937. Voir Tzani 2012.

73 L’œuvre est présentée à l’Exposition et concours d’art de la VIIIe Olympiade (compétition artistique faisant partie des jeux olympiques d’été tenus à Paris en 1924), exposition en marge du Salon des artistes français de la même année. L’artiste y obtient le 1er prix, une médaille de vermeil.

74 Professeur de philosophie à la Sorbonne, il était l’auteur d’une thèse, Essai sur le génie dans l’art (1883) ainsi que de : Léonard de Vinci, l’artiste et le savant (Paris, Perrin, 1892), Watteau (Paris, Renouard, 1901), ou L’origine et les destinées de l’art (Paris, Félix Alcan, 1925).

75 Séailles 1922. L’article mentionne un buste représentant Gabriel Séailles exposé au Salon des artistes français de 1920.

76 CornejoDiamantopoulou 2007b. Voir aussi Firino 1991a et Firino 1991b . Tous mes remerciements vont à Yvonne Firino, directrice de la publication Antony d’hier et d’aujourd’hui, pour m’avoir communiqué de précieuses informations dont elle disposait sur la famille Calo-Séailles.

77 À Alexandrie, où sa famille avait été évacuée, Speranza fut encouragée à venir faire des études de chant en Europe par Virginia Horemi-Bénaki (1848-1928), épouse d’Emmanuel Bénakis, alors président de la communauté grecque d’Alexandrie (1901-1911) et futur maire d’Athènes (1914-1919). À ce sujet, voir CornejoDiamantopoulou 2007b, p. 1.

78 En dehors de son répertoire classique (Bach, Beethoven, Frank, Chausson, Bordes, Alexis de Castillon, Duparc, Gluck, Liszt, Saint-Saëns, Schubert, Schumann, Astorga, Mozart, Monteverdi, Debussy, Manolis Kalomiris), elle chante en grec, dès 1913, des chansons populaires (Une Smyrniote à sa fenêtre, Légende de pâtres, Chant d’amour, Chant d’amour gai, Chant de berger) qu’elle enregistre sur rouleau (Université de Paris, Archives de la parole, Bibliothèque nationale de France, AP-592). Elle les mettra à son répertoire au début des années 1920.

79 Rambosson 1925b, p. 265.

80 En 1928, il dépose avec Eugène Freyssinet, le brevet fondateur du béton précontraint (introduction dans le béton d’aciers tendus) pour « La fabrication de pièce en béton armé ». En 1935, il avait déjà déposé 60 brevets dont l’autobloc, un procédé économique de construction créé en 1928 pour l’immeuble du 27 rue Legendre par l’architecte Henri Sauvage.

81 Sur le matériau, voir Les produits « Lap » émaux lapidaires 1926. Voir aussi Séailles 2009.

82 A. H., « J.-Ch. Séailles », L’Architecture d’aujourd’hui 3 (1935), p. 92.

83 Encyclopédie des arts décoratifs…, op. cit. (n. 38), vol. 3, Architecture, ornementation et sculpture, p. 20-21.

84 Au 22 rue de Verrières à Antony étaient installés la manufacture et un laboratoire, tandis que le siège social se situait 38 quai Henri-IV à Paris.

85 Speranza Calo-Séailles et son mari organisent des expositions d’œuvres en lap (du simple panneau décoratif jusqu’au banc de jardin, dessiné par Léon Leyritz) dans les jardins de leur propriété d’Antony. En 1928, sont montrées des œuvres sur des cartons de Raoul Dufy, Francis Jourdain, Marcel Roche, Yvonne Sjoestedt, Gerda Wegener, Jean Dupas, Aronson… En 1929, s’y ajoutent Jacques Gruber, Foujita, René Vincent, José Mingret, Amiguet, Paul Jouve, [Henri]-Marcel Magne, Mme Kinsbourg… Voir Gruber 1929, cité in Buisson 2001, t. I, p. 591. Voir aussi Douchin 2011 et plus récemment, Le Lap, le ciment-roi de l’art déco 2014.

86 Voir Les produits « Lap » émaux lapidaires 1926.

87 Kogevinas expose aussi des eaux-fortes (paysages antiques, le Mont Athos…). L’artiste étudie à Paris entre 1905 et 1908 à la Grande Chaumière et à l’Académie Julian. Il expose à Paris dès 1914 avec quelques artistes hellènes dans la galerie La Boétie. Sur son œuvre gravé, voir avec la préface de Charles Diehl, Kogevinas 1922 ; Kogevinas 1924 ; avec la préface de Gabriel Millet, Kogevinas 1927. Voir aussi KouriaOrati 2004.

88 Magne 1928.

89 Fabriquées à l’usine de la Compagnie générale de construction de fours à Malakoff (Seine), les plaques de 1 m 50 de large sur 2 m 75 de haut pouvaient être portées à 4 m de longueur. On pouvait aussi obtenir des pilastres ou des colonnes monolithes.

90 En 1928, le lap est exploité par des « Concessionnaires filiales et usines » en Belgique (Modave), Suisse (Genève), aux États-Unis (New York), au Venezuela (Caracas), en Colombie (en cours d’installation à l’époque), Indochine (Haïphong), au Brésil (São Paulo), en République argentine (Buenos Aires).

91 Elles étaient fabriquées par les élèves d’écoles professionnelles fondées par un groupe de « dames éclairées » : la Fondation Dragoumi à Athènes, l’École d’arts manuels, 22 avenue Amalia, et l’Œuvre des femmes indigentes, 26 avenue Amalia, ainsi que l’Orphelinat (Association nouvelle féminine), ancien Palais-Royal, Athènes.

92 Si le pays se situe au second rang des fournisseurs de la Grèce, après l’Angleterre, il tient la première place pour quantité d’objets dont les meubles et les tissus. Voir Saillens, 1928, p. 94.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Konstantinos Skyrianos, « Une habitation paysanne grecque », pavillon national de la Grèce, Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, Paris, 1925.
Légende Pavillons étrangers, Paris, Ch. Massin et Cie, 1925.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3833/img-1.png
Fichier image/png, 267k
Titre Fig. 2 — Konstantinos Skyrianos, plan du rez-de-chaussée du pavillon national, Exposition interna­tionale des arts décoratifs et industriels modernes, Paris, 1925.
Légende Pavillons étrangers, Paris, Ch. Massin et Cie, 1925.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3833/img-2.png
Fichier image/png, 50k
Titre Fig. 3 — Panos Tzelepis alias Djélépy, « Chambre paysanne », 1er étage du pavillon national, photographie de François Vizzavona.
Légende La Revue de l’art ancien et moderne, juin 1925.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3833/img-3.png
Fichier image/png, 149k
Titre Fig. 4 — « Vierge », carton de Georges Gounaro [Gounaropoulos], réalisé en lap d’or par Speranza Calo-Séailles et la manufacture d’Anthony.
Légende Les produits « Lap » émaux lapidaires 1926, p. 10.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3833/img-4.png
Fichier image/png, 266k
Titre Fig. 5 — Ange byzantin, fragment de décoration pour une église, carton de Tassos (Anastasios) Loukidis, réalisé en lap par Speranza Calo-Séailles et la manufacture d’Anthony.
Légende Les produits « Lap » émaux lapidaires 1926, p. 6.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3833/img-5.png
Fichier image/png, 130k

Auteur

Professeur émérite en Histoire de l’art contemporain à l’Université de Lyon II, est spécialiste des arts décoratifs. Elle s’intéresse à la question de l’ornement dans le décor architectural, les aménagements intérieurs ou même la mode.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540