Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939)

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Polina Kosmadaki

Architectes entre antiquité et modernité

Ernest Hébrard et Joseph Pleyber : acteurs institutionnels et contributions individuelles à la modernisation de la ville dans l’entre-deux-guerres

Alexandra Yerolympos

Résumé

Ernest Hébrard, architecte, archéologue et urbaniste français fut une figure fondatrice qui incarne la présence française dans la modernisation de la ville grecque dans l’entre-deux-guerres. Hébrard joua un rôle majeur dans l’aménagement de l’espace de vie dans la ville, de son mode de fonctionnement et sa mémoire historique, de ses institutions et leur savoir-faire en situation de changement continu. Toujours aux années 1910-1920, un autre technicien en urbanisme, l’ingénieur militaire Joseph Pleyber intervient dans le domaine privé en proposant de nouvelles approches de l’habitat collectif, des types d’immeuble de locaux professionnels, de nouvelles formes d’espaces de loisir. Couvrant la sphère du public et celle du privé, les deux français ont contribué à diffuser des modèles de modernisation durant les vingt années de l’entre-deux-guerres.

Texte intégral

  • 1 Mavrogordatos Hadziiossif 1988. Ce colloque a permis de recenser les points de vue sur la questio (...)

1Comment la modernisation pénètre-t-elle dans un pays ? Comment y est-elle introduite, diffusée ? Les mots ne sont pas innocents, ils véhiculent des messages politiques et sociaux ; ils ont une durée d’existence donnée et recouvrent des significations en constante évolution. C’est particulièrement vrai pour des notions telles que la modernisation, l’européanisation ou encore l’importation d’institutions, d’applications de modèles politiques et culturels ainsi que pour d’autres qui seront utilisées dans la suite de cet exposé. Le débat entre historiens1 a montré que la notion de modernisation urbaine est désormais devenue une clé pour qui veut comprendre la réalité grecque entre 1919 et 1939. L’espace de la ville, en particulier, s’offre donc à la recherche historique comme un terrain privilégié pour étudier le degré de concrétisation des promesses de modernisation.

  • 2 NasrVolait 2003.

2La notion même d’« importation » est intéressante, car ses significations contradictoires découlent de la nature des relations entre l’exportateur et le récepteur, ainsi que du contexte spécifique qui prévaut dans le pays d’accueil2.

  • 3 Hébrard fut membre fondateur de la Société française des urbanistes, en 1911. Christos Tsilalis fut (...)

3S’il est une figure fondatrice qui incarne la présence française dans la modernisation de la ville dans l’entre-deux-guerres, c’est celle de l’architecte-archéologue-urbaniste Εrnest Hébrard3, qui contribua de façon substantielle à l’élaboration des institutions et des structures publiques. Il joua également un rôle majeur dans l’aménagement de l’espace de vie à l’échelle de la ville (par l’intermédiaire du plan), en donnant une configuration « exemplaire » à la ville grecque de l’entre-deux-guerres, son mode de fonctionnement et sa mémoire historique, dans le cadre des conceptions dominantes de l’époque.

4À la même période, un autre technicien en urbanisme, l’ingénieur militaire Joseph Pleyber, intervient à titre individuel dans la planification de l’espace de vie à l’échelle des édifices, en proposant de nouvelles approches de l’habitat collectif, mais aussi de nouveaux types d’immeubles de locaux professionnels, de nouvelles formes de villégiatures estivales et d’espaces de loisirs, etc. Couvrant la sphère du public et celle du privé et se complétant parfaitement, ces deux architectes et techniciens français ont contribué à diffuser des modèles de modernisation durant les quelque vingt années de l’entre-deux-guerres.

Ernest Michel Hébrard (1875-1933)

  • 4 Hébrard Zeiller 1912 ; AndersenHébrard 1913.

5Εrnest Michel Hébrard est sans conteste une figure marquante de l’architecture française, qui a joué un rôle déterminant en Grèce et dans d’autres pays (puisqu’il a accompli son œuvre surtout en dehors du territoire français) où il est apparu comme l’expression officielle de la culture de son pays. Issu d’une famille parisienne aisée, il eut l’opportunité de poursuivre de longues études d’architecture (tout comme son frère, Jean) et de concourir pendant quatre années (à trois reprises) au grand prix de Rome, dont il fut lauréat en 1904, ce qui lui ouvrait la voie à des postes élevés dans la fonction publique. De tempérament austère, cet artiste talentueux, doublé d’un technocrate, mobilise les institutions, sur lesquelles il prend toujours appui, pour mettre en pratique les acquis du nouveau savoir urbanistique du xxe s. en outre il s’efforce toujours – souvent au prix de sacrifices personnels – de conserver le prestige que lui confèrent son cursus et la reconnaissance internationale que lui ont value deux de ses travaux célèbres : la reconstitution du palais de Dioclétien à Spalato en Croatie et son projet de Centre mondial de communication4. Son activité en Grèce s’exerce toujours dans le cadre de commandes officielles d’ouvrages publics, de chaires d’enseignement ou de fonctions de direction au niveau ministériel. Politique archéologique, institutions urbanistiques et législation spécifique, université, travaux publics et architecture publique : tels sont les divers champs d’action que choisit Hébrard pour se faire le porte-parole de la modernité.

  • 5 Il voyage en Grèce et en Turquie entre le 29 juillet et le 10 novembre 1905, puis entre le 6 août e (...)

6C’est vraisemblablement en 1905 qu’Ernest Hébrard découvre la Grèce, à la faveur d’un voyage qu’il effectue en tant que boursier de la villa Médicis à Rome5. Lorsqu’il y revient, douze ans plus tard, le pays a considérablement changé. Les données dont nous disposons permettent d’établir qu’il séjourna en Grèce de façon permanente entre 1917 et 1921, éventuellement en 1922, puis, pour de longues périodes, entre 1928 et 1932. Si sa venue, les quatre premières années, est largement tributaire du hasard et surtout de la première guerre mondiale, le second séjour résulte vraisemblablement d’un choix délibéré. Ce qui est sûr, c’est que la présence et l’activité d’Hébrard en Grèce coïncident avec deux périodes tout à fait cruciales et radicalement différentes de l’histoire grecque moderne, caractérisées par la place prépondérante du parti des Libéraux, conduit par Élefthérios Vénizélos.

7Les quatre premières années, de 1917 à 1921, sont particulièrement fécondes et créatives pour Hébrard : c’est la période où le rattachement des provinces du Nord (Macédoine, Épire, etc.) à l’État grec impose la reconstruction des villes et de la campagne et la conception d’un modèle adapté à la ville grecque de la modernité.

  • 6 L’armée d’Orient se trouvait à Thessalonique depuis octobre 1915. On ignore dans quelles conditions (...)

8Sa présence à Thessalonique dans le cadre de l’armée d’Orient remonte au mois de mars 1917, lorsque, de sa propre initiative, il entreprend des recherches sur les monuments romains et byzantins de la ville. Une contribution considérée comme majeure puisque sa vision des choses a totalement remis en cause les conceptions qui prévalaient jusqu’alors et demeure toujours d’actualité6.

9Quelques mois plus tard, en août 1917, un grave incendie ravage la majeure partie de Thessalonique intra-muros (120 hectares, 70 000 sans-abri, dont les trois quarts sont juifs). La décision du gouvernement de faire de Thessalonique la métropole des Balkans trouve en Hébrard un interlocuteur susceptible d’offrir un soutien dans de multiples domaines. Poursuivant ses recherches archéologiques dans les quartiers détruits qui se prêtent idéalement à des coupes et des excavations, il se met, avec l’appui énergique du général Sarrail, à la disposition du gouvernement grec pour participer à l’élaboration du nouveau schéma directeur de la ville de Thessalonique.

10L’incendie de 1917 avait gommé le visage « oriental » de la ville et son articulation traditionnelle. Les quartiers juifs, abritant la communauté la plus populeuse de la ville depuis quatre siècles, avaient disparu, avec tous les bâtiments religieux ou administratifs. Le nouveau plan de Thessalonique s’appuie sur les conceptions plus avancées, débattues dans les colloques internationaux d’urbanistes depuis 1910 et qui attendaient d’être mises en œuvre après la fin de la première guerre mondiale. La ville intra-muros fut redessinée de fond en comble, « comme une feuille de papier blanc », et ce, au mépris des diverses sujétions qu’imposent toujours le temps, les modes de vie des divers groupes ethno-confessionnels, les vicissitudes historiques et les formes de propriété. Le plan élaboré pour Thessalonique par la Commission internationale au Plan, sous la conduite de l’architecte français Hébrard, est un exemple de la façon dont l’urbanisme de l’époque s’inscrit dans les particularités locales (fig. 1). En même temps, il allie la syntaxe architecturale de l’École des beaux-arts à une conception de l’organisation résolument moderne qui reflète dans l’espace le modèle tayloriste de production en introduisant le zonage fonctionnel : sont regroupés dans le prolongement ouest de la ville, les fonctions de stockage de matières premières, les infrastructures de transports – port, gare de chemins de fer – l’industrie, le commerce de gros et le centre boursier, parallèlement à des logements ouvriers ; au centre, les services administratifs, les professions libérales, le commerce de détail en produits de luxe, le campus universitaire, les fonctions culturelles et de loisirs ainsi que les logements destinés aux couches moyennes ; dans le faubourg est, principalement les quartiers d’habitation, avec équipements sociaux et aménagements standard (jardins publics, espaces de loisirs).

Fig. 1 — Plan de Thessalonique intra-muros, 1918-1921.

Fig. 1 — Plan de Thessalonique intra-muros, 1918-1921.

Redessiné et mis en couleur, sous la supervision d’Alexandra Yerolympos, à partir des fragments retrouvés du plan original ou des fonds de plans simplifiés, nécessaires et utiles à son exécution.

  • 7 Bardet 1948.
  • 8 Pour une présentation détaillée du plan de réaménagement de Thessalonique et sa mise en œuvre, voir (...)

11La ville est agencée sur la trame d’un réseau routier hiérarchisé, et elle est ceinturée d’une vaste zone verte ; elle est dotée d’un centre civique, d’espaces de production et de consommation rationnellement organisés, d’îlots bâtis et de terrains distribués selon un ordonnancement rigoureusement géométrique, ainsi que de grands espaces libres destinés à accueillir des places et des jardins publics ; il s’agissait d’une configuration urbanistique internationalisée qui répondait avec pertinence aux besoins d’une ville devenue internationale avec une population pluriethnique7. Pour appliquer ses principes en matière d’urbanisme, Hébrard réussit à obtenir le soutien systématique et l’amitié du ministre des Transports (on dirait aujourd’hui de l’Urbanisme), Alexandros Papanastasiou, intellectuel et homme politique marquant de l’époque, adepte d’un socialisme paternaliste. Lors de la reconstruction, l’État se servit des outils les plus modernes et de toute la gamme d’applications des plans de réaménagement (remembrement, organisation en coopératives des habitants, etc.) comme d’un tremplin pour renforcer la présence grecque, mettre en œuvre une politique de réformes et garantir la modernisation sociale et spatiale de la ville8.

12La ville redessinée qui émerge progressivement dans les années de l’entre-deux-guerres se démarque largement de sa physionomie traditionnelle précédente. J’aimerais m’arrêter un moment ici sur la fonction de la mémoire, qu’explore et élabore Hébrard, en mettant à profit toutes les expériences, toutes les techniques d’embellissement et de composition de grands ensembles présentes dans l’urbanisme européen des xviiie et xixe s., afin de reconstruire et de valoriser une identité spatiale renouvelée dans une ville dépossédée de la majeure partie de son patrimoine architectural séculaire.

  • 9 Sur les références au style néobyzantin et à l’orientalisme de l’époque, voir Colonas 2005.

13Dépassant l’approche des édifices historiques en tant qu’unités isolées et introduisant une dimension urbanistique, il intervient de manière effective dans le débat sur la grécité en architecture – je dirais même qu’il l’ouvre – en introduisant le style « néobyzantin9 » dans ses projets d’édifices publics mais aussi dans les édifices privés, situés dans des endroits stratégiques, imposant des points de vue spécifiques.

14Il met en valeur les monuments byzantins qui avaient été sauvegardés. Afin de rendre le nouveau plan plus attractif et de doter la ville d’espaces libres, inexistants dans le passé, Hébrard utilise les monuments byzantins de la ville comme lieux phares/générateurs d’un tissu d’espaces publics (places, trottoirs, artères plantées d’arbres).

15Il rapproche les sites archéologiques de la ville des circuits piétonniers, de places, etc. C’est cette même logique qui dicte un nouveau tracé perpendiculaire à la mer, qui relie la Rotonde à l’Arc de Galère puis, passant par la place Navarinou et les ruines des palais byzantins, descend jusqu’à la mer, unissant la promenade archéologique et les éléments du paysage urbain à une zone très fréquentée d’activité professionnelle et de résidence. De la même manière, des promenades et un parc tout en longueur seront tracés respectivement à proximité du rempart oriental et du rempart occidental.

16Il protège et sauvegarde des monuments ottomans grâce à des tracés urbanistiques spécifiques qui respectent l’agencement et le volume des édifices. Ces propositions se heurtent à une vive polémique qu’il déjoue habilement en invoquant la grande valeur esthétique et artistique des monuments en question.

17Il introduit la notion de sauvegarde de la Ville haute (secteur traditionnel de la ville) dans son intégralité, en faisant valoir des considérations d’ordre historique et touristique. Toutefois il ne propose la protection d’aucun autre quartier.

18Enfin, il étend cette notion de préservation aux usages traditionnels, créant de nouveaux modèles dans les quartiers des vieux bazars – marchés populaires –, ravagés par le feu, qui furent repris par de nombreuses villes de Grèce du Nord (Εdessa, Serrès, Drama, etc.).

19Arrêtons-nous un instant sur ce point. L’une des idées majeures du nouveau plan de Thessalonique était de créer un « centre civique » de caractère monumental, qui faisait défaut à la cité et devait constituer le cœur du centre historique. Elle se traduisit dans l’espace par le percement d’une artère, la rue Aristotélous, longue d’un kilomètre et perpendiculaire à la mer, aboutissant à deux places à chacune de ses extrémités : la première devait abriter l’hôtel de ville, le Palais de Justice, plus deux édifices destinés à des services publics, disposés symétriquement de part et d’autre d’un arc imposant, de façon à former une « place civique ». Auprès de ceux-ci, l’église byzantine de la Panagia ton Chalkéon et les bains ottomans Bey Hammam soulignaient le passé multiculturel de la cité. Vers la mer, la seconde place, de caractère commercial et récréatif, venait parachever la composition.

20Vecteur des activités « nobles » (politique, administration, économie, loisirs, culture) et calqué sur des modèles européens, l’axe de la rue Aristotélous coupe à la verticale celui des « petits marchés » ou « bazars » (quartiers de Vlali, Vatikioti, Bezesten), « le ventre de la ville », pour reprendre la formule d’Émile Zola. Hébrard n’hésite pas à combiner le tracé des rues avec une architecture ordonnancée des façades, tant dans sa version noble (la rue Aristotélous) que dans sa version modeste (les bâtiments du marché). Remettant en mémoire les origines orientales de la ville et proposant une version moderne des anciens bazars, il favorise le petit négoce, répond aux besoins du peuple, tout en ouvrant le centre à l’ensemble de la population. On peut parler de coup de génie à propos de ce tracé qui garantit la plurifonctionnalité et permet de faire coexister dans le même espace la vitalité sociale et les activités utilitaires, assurant ainsi au centre de Thessalonique une vie et une animation permanentes.

  • 10 Yerolympos 1994.
  • 11 Yerolympos 2000.

21Parallèlement au nouveau plan de Thessalonique, la nécessité de reconstruire les habitats détruits de Macédoine offre, à la même époque, un second terrain d’expérimentation. Toujours en étroite collaboration avec le ministre concerné, Alexandros Papanastasiou, Hébrard voyage en Macédoine orientale et suit de près le vaste effort de reconstruction des villes et des villages en ruines au sortir des guerres balkaniques10. L’impact du plan de Thessalonique, tant sur les études urbanistiques de l’époque que sur la législation grecque en matière d’urbanisme, alors en cours de révision, sera décisif. Il donnera naissance au nouveau modèle d’urbanisme qui sera inclus dans le célèbre décret-loi « Sur les plans des villes, bourgades et agglomérations de l’État et leur construction » de 1923 et dans le Règlement général de la construction de 192911, moins connu.

22À partir de 1918, Hébrard est nommé professeur à la toute jeune École d’architecture de l’Université technique d’Athènes (Polytechneion) et participe à l’élaboration du programme d’études, tout en enseignant la composition architecturale et l’urbanisme. Au même moment, il est sollicité pour faire partie du Conseil des travaux publics avec le grade d’inspecteur. C’est en cette qualité qu’il participe au Conseil technique supérieur et contrôle des études et des réalisations d’ouvrages techniques. En 1919, il entreprend, avec une équipe d’architectes grecs, de dresser le nouveau plan d’Athènes. Les conclusions auxquelles ils parviennent ensemble et les principes directeurs censés présider au développement de la capitale grecque seront présentés dans un grand congrès qui se tient en 1920 (fig. 2).

Fig. 2 — Le plan d’Athènes, par Ernest Hébrard, 1920.

Fig. 2 — Le plan d’Athènes, par Ernest Hébrard, 1920.

D’après Lavedan1933 ; mise en couleurs sous la supervision d’Alexandra Yerolympos.

  • 12 Biris 1966.
  • 13 Voir l’étude inédite de Kafkoula Kiki, Yerolympos

23L’esprit qui prévalait se reflète fidèlement dans les principaux points sur lesquels se positionne Hébrard, qui « sans se noyer dans les détails, comme d’autres l’avaient fait en travaillant sans méthode, s’est limité à une planification générale12 ». Comme lui-même le souligne dans son rapport : « En ce moment au lieu de chercher à appliquer un nouveau plan à Athènes, il faut plutôt envisager la conservation intégrale de la ville existante et ne s’occuper que de la périphérie13 ». Et, au vu de l’extension très rapide et anarchique de la capitale, il poursuit : « Pour nous le problème est plutôt un problème de construction immédiate sur des terrains libres. Il faudra provoquer tout d’abord l’édification de nouvelles habitations pour les besoins actuels. Puis celles qui seront nécessaires au fur et à mesure de la transformation de la ville ».

  • 14 Ibid.

24Pour ce faire, il faudra, si l’on en croit Hébrard, « étudier l’ossature générale de la ville au point de vue de la circulation et sur ce squelette venir greffer les nouveaux quartiers14 ».

  • 15 Yerolympos 2001.
  • 16 Il semble qu’Hébrard ait contracté le paludisme lors de son séjour en Indochine.

25Le second et dernier long séjour d’Hébrard en Grèce prend place après son retour définitif d’Indochine. Les libéraux vont alors accéder au pouvoir et le conserveront de l’été 1928 jusqu’en 1932. Dès le mois de mars 1928, voire plus tôt, l’architecte français se trouve à Athènes15. Cette fois encore, nous ignorons les raisons qui le ramènent dans le pays. On peut supposer qu’il a répondu à une invitation. Ou encore qu’il a anticipé la prise du pouvoir par ses anciens collaborateurs ? Il est également possible qu’il ait projeté au départ un bref séjour qui se prolongea. À moins qu’il n’ait eu des difficultés d’ordre familial ou professionnel ou, ce qui est plus probable, des problèmes de santé et qu’il ait misé sur les bienfaits du climat grec pour les résoudre16. En tout état de cause, sa réapparition en Grèce coïncide avec le retour dans le pays de Vénizélos (après un séjour de plusieurs années en France), sa nouvelle collaboration avec Alexandros Papanastasiou et la victoire des deux hommes politiques aux élections de 1928. Hébrard se retrouve alors face à un pouvoir politique qui sollicite son concours pour la mise en œuvre de nouveaux programmes. Cette deuxième phase d’activité en Grèce s’étendra sur quatre autres années, jusqu’au début de 1932, date à laquelle il rentre définitivement à Paris, son état de santé s’étant aggravé.

26Tout en assurant méthodiquement le suivi de la mise en œuvre du plan de Thessalonique, il établit un plan d’aménagement pour la région de Glyfada, un plan des bâtiments de la zone franche du port de Thessalonique et propose au gouvernement des projets de campus universitaires pour Athènes (quartier de Goudi) et Thessalonique. En 1928, on lui confie finalement le campus universitaire de Thessalonique dont il soumet le plan à la fin de l’année suivante. C’est grâce à ce plan, qui entre dans le schéma directeur de la ville, qu’il fut ultérieurement possible de construire le premier campus universitaire de Grèce.

  • 17 En mobilisant l’opinion internationale, il réussit à empêcher l’érection d’un gigantesque édifice a (...)

27En février 1929, il se voit à nouveau attribuer la chaire d’architecture au Polytechneion d’Athènes. Un peu plus tard, on sollicite son concours dans le cadre d’un programme d’édification de bâtiments scolaires étalé sur dix ans et qui occupe une place majeure dans la réalité architecturale des années 1930 et de l’entre-deux-guerres. En sa qualité de responsable du département d’architecture du ministère de l’Instruction publique, Hébrard aurait énoncé un ensemble de directives à l’intention des architectes en charge des projets. Rompant résolument avec la politique précédente du ministère qui se bornait à prescrire un petit nombre de plans modèles, les directives en question laissent le champ libre à la création architecturale et mettent uniquement l’accent sur un programme fonctionnel très souple. Une liberté stimulante pour les jeunes architectes impliqués qui purent dresser les plans et réaliser des édifices publics imposants, contribuant ainsi à la diffusion du mouvement moderne en Grèce. Enfin, Hébrard prend la tête d’une croisade internationale pour dénoncer le projet qui avait retenu comme emplacement pour ériger le Palais de Justice d’Athènes l’enceinte de la caserne de Makriyannis (où se dresse aujourd’hui le musée de l’Acropole)17.

28C’est vraisemblablement alors que la santé d’Hébrard se détériore encore davantage. Certes, il demeure actif, comme en témoigne sa présence énergique au Congrès international sur l’urbanisme aux colonies qui se tient en 1931 à Paris. On décèle les dernières traces de son activité en Grèce, au début de l’année 1932, à l’École d’architecture. Quelques mois plus tard, les libéraux perdent définitivement le pouvoir et Hébrard meurt à Paris en mars 1933, sans avoir pu voir l’exposition organisée en son honneur, l’été de la même année, par la Société française des urbanistes, dans la capitale française, où ses plans d’Athènes et de Thessalonique étaient présentés.

Joseph-Marie Ambroise Pleyber (1866-1947)

29Parallèlement à l’action d’Hébrard, qui passe toujours par des canaux officiels, un parcours, informel mais non négligeable contribue à transformer le visage de la ville grecque : c’est celui de l’ingénieur militaire français Joseph Pleyber. Membre de l’armée coloniale française, il passa une grande partie de sa vie dans de lointaines colonies (Indochine, Madagascar, Sénégal, Soudan), où il participa à la fois à des opérations militaires et à la construction d’ouvrages techniques, visant à imposer la domination de la France et de ses modèles culturels. Sa trajectoire, radicalement différente de celle d’Hébrard, qu’il s’agisse des choix professionnels ou de la vie privée, initiera des approches différentes de la pénétration du modernisme.

  • 18 Ma recherche doit beaucoup à ma collègue Kiki Kafkoula, à Gaëtan et Ingrid Pleyber, neveux de Josep (...)
  • 19 Selon Eric John Hobsbawm, à l’époque, il n’y avait dans toute la France que très peu d’élèves qui a (...)

30Tempérament impulsif et aventurier, figure romanesque, Pleyber arrive à Thessalonique en 1915, avec l’armée d’Orient et décide de rester en Grèce après la fin de la guerre, laissant derrière lui quatre mariages (dont deux veuvages) et deux enfants et entamant une carrière d’architecte-ingénieur à Thessalonique en 1918, à l’âge de 52 ans18. Il commence par participer avec six autres membres à l’équipe chargée de redessiner le plan de la ville, après l’incendie de 1917. S’il est recruté comme ingénieur aux côtés d’Hébrard, il ne peut se prévaloir du même bagage que ce dernier. Né en Bretagne, à Morlaix en 1866, il est l’aîné de six enfants. Son père, employé des douanes à Morlaix, et sa mère, couturière, avaient tenu à lui faire suivre de bonnes études secondaires19 mais l’absence de fortune familiale l’incita, tout comme son frère Charles, à tenter sa chance en s’engageant dans la marine et plus précisément dans l’armée coloniale.

  • 20 Selon son dossier personnel au Service historique de l’armée de terre, château de Vincennes, Paris.

31Il est tiré au sort pour accomplir cinq ans de service en 1885 et fait ses classes dans l’artillerie de la marine à Brest, où il reste jusqu’au milieu de l’année 1887, avec le grade de brigadier. Il s’embarque pour le Tonkin (Viêtnam du Nord), qui vient d’être placé sous protectorat et où l’implication de l’armée française est jugée nécessaire20.

  • 21 Selon Gaëtan Pleyber, les règlements militaires permettaient aux jeunes recrues de briguer un poste (...)
  • 22 Grâce aux références détaillées figurant dans son dossier militaire et surtout grâce aux cartes pos (...)

32Étape suivante, la Cochinchine (Viêtnam du Sud), Saïgon. Les autorités françaises avaient planifié la construction d’un réseau de routes et de ponts ferroviaires métalliques sous la supervision de l’artillerie qui avait également installé un réseau d’égouts et construit des quais, d’une longueur de 2,5 km. Ce fut pour Pleyber l’occasion de s’initier sur le tas aux nouvelles techniques, une expérience qu’il mettra à profit dans les postes qu’il obtiendra ultérieurement dans les colonies françaises. Il décide de postuler au poste de directeur d’ouvrages techniques, ce qui devrait lui assurer un métier lorsqu’il quittera l’armée21. Il l’obtient sans mal et poursuit ses pérégrinations à travers le monde. Viêtnam (Tonkin et Cochinchine), Sénégal (Dakar), Madagascar, Soudan22.

  • 23 8 juillet 1891, 1er mariage, un fils Jean-Baptiste, veuvage ; 29 avril 1901, 2e mariage, veuvage en (...)

33Ses mariages successifs, qui ne durent guère, jalonnent sa carrière23. En 1910, il prend sa retraite de l’armée à l’âge de 44 ans. Les archives familiales renferment quantité de cartes postales qu’il avait envoyées à son fils Paul depuis le Japon et l’Amérique latine. Mais il reste difficile de reconstituer intégralement son parcours professionnel, de simples cartes postales adressées aux proches ne suffisant pas à combler les multiples lacunes.

34Entre 1910 et 1914, à en croire le journal de bord de son fils aîné Jean-Baptiste (archives familiales), père et fils s’installent à Buenos Aires où Joseph travaille comme ingénieur en construction. On ignore comment ils avaient échoué là-bas… Toujours est-il que lorsque la première guerre mondiale est déclarée, il est en Amérique du Sud et est rappelé sous les drapeaux. Il est réintégré dans la marine avec son fils de 20 ans et son expérience lui vaut d’être envoyé dans la région parisienne où, selon toute vraisemblance, il travaille au retranchement de la capitale. L’été 1915 le trouve en Grèce où il prépare l’arrivée de l’armée d’Orient. Sur des cartes postales qu’il envoie en 1915 à Paris, il fait allusion à des négociations auxquelles il aurait pris part, peut-être à Athènes, peut-être à Gallipoli.

  • 24 Voir Ancel 1930, p. 299-300 qui s’y réfère amplement. Voir également Reconstruction de Thessaloniqu (...)

35En 1917, après l’incendie de Thessalonique, nous l’avons dit, Pleyber est officiellement recruté dans la Commission internationale au Plan (fig. 3). Si, comparé à Hébrard, il ne joue qu’un rôle secondaire, il n’en croit pas moins dur comme fer à son rôle de modernisateur, une conviction qu’il a acquise au cours de sa longue carrière dans l’armée coloniale française. Il se voit confier la planification des travaux de voierie, de salubrité, d’alimentation en eau, de transport et de distribution d’énergie électrique et de gaz d’éclairage. Ses propositions sont présentées dans le cadre de 17 grands plans techniques à la première exposition de plans d’urbanisme pour la reconstruction, qui se tient en juin 1918 à Thessalonique24.

Fig. 3 — La Commission internationale au Plan en 1918.

Fig. 3 — La Commission internationale au Plan en 1918.

Assis au premier rang : Ernest Hébrard, Alexandre Papanastasiou, Constantin Angélakis. Debout au second rang : Constantin Kitsikis, Angélos Guinis, Joseph Pleyber, Edward Mawson, Aristotélis Zachos. Sur les murs, les plans de la Commission.

Ancel1930.

36Dans la nouvelle organisation de la ville, l’utilisation des matériaux provenant des décombres pour remblayer le niveau du sol jouera un rôle déterminant. Les plans 1 à 4 présentés dans l’exposition concernent l’agencement judicieux des rues et le remblaiement des zones basses de la ville (un mètre supplémentaire). Ce sont essentiellement les rues proches de la mer qui sont surélevées, cependant que les artères de la zone incendiée sont reliées avec soin aux zones situées à l’extérieur de celle-ci. Ces ouvrages sont signalés à l’aide de différentes couleurs sur les tableaux, par ordre de priorité, et le gouvernement grec avait bon espoir de les achever avant la fin de la guerre, en mettant l’armée à contribution.

37Les autres projets ont trait à des questions purement techniques, telles que l’écoulement des eaux de pluie et des eaux usées, l’approvisionnement en eau (croquis nos 5 à 7), les réseaux d’égouts (8 à 10), l’aménagement des cimetières, les installations et tracés d’un réseau d’alimentation en eau (10, 11, 12, 13, 13b et 14), le réseau électrique de la ville (15, 15b et 16b), un réseau de gaz d’éclairage et autres aménagements nécessaires (17 et 17b).

38L’énergie que dépense Pleyber pour organiser et planifier ces infrastructures n’ajoute rien à sa renommée, au point que mis à part le rehaussement du sol, visible dans la vie de la cité au quotidien, on ignore combien et lesquelles de ses propositions se concrétisèrent.

  • 25 Voir Yerolympos 1995, p. 87. La cession des hôpitaux des Alliés est mentionnée comme étant chose fa (...)

39Lorsque la guerre se termine, fin 1918, notre ingénieur se fixe à Thessalonique. Séduit, de toute évidence, par les possibilités d’activité professionnelle qu’ouvre la reconstruction de la ville, il s’est, en outre, lié avec une Salonicienne avec laquelle il vivra jusqu’à la fin de ses jours (il est enterré dans le cimetière catholique de Ζeitenlik). En collaboration avec des industriels grecs (et avec Épaminondas Charilaos, un acteur économique influent), il traite, au nom de la Société franco-hellénique, avec le ministre Alexandros Papanastasiou, la vente des installations hospitalières de l’armée d’Orient à l’État et leur reconversion en camp de réfugiés pour abriter 1 000 Russes (chassés par la Révolution) ainsi que des sinistrés de l’incendie25. Pour Pleyber, ces installations se prêtaient, de par leur construction, à l’implantation de cités ouvrières ; l’espace était assez vaste pour construire un marché et des magasins ; en outre, la Compagnie des tramways acceptait de prolonger la ligne du tram pour assurer une liaison avec la ville.

  • 26 Pleyber 1934, p. 30, n. 1 : « Il y a quelques années nous avions dressé un plan d’ensemble de cité- (...)

40Lui-même note qu’il ne s’est pas cantonné aux interventions fonctionnelles urgentes et indispensables mais qu’il a formulé un certain nombre de propositions pour reconvertir de fond en comble les anciennes installations hospitalières en cités-jardins comportant des espaces libres communs, propositions qui ne se sont toutefois jamais concrétisées26.

  • 27 Voir les archives de la Banque nationale de Grèce.

41En parallèle, il lutte en vain pour mobiliser l’intérêt de détenteurs de capitaux français et les inciter à reconstruire méthodiquement Thessalonique. En liaison avec des entrepreneurs saloniciens (par exemple, propositions Barouh), il envoie différents rapports à des banques et à des groupes d’investisseurs en France27. Toutefois, comme le note Τhomas Mawson, ceux-ci ne suscitent qu’un intérêt minime car, à en croire les réponses des divers acteurs, eux-mêmes s’apprêtent à reconstruire leurs propres villes à la fin de la guerre.

  • 28 Voir par exemple sa conférence intitulée « L’installation définitive des réfugiés au sein des ville (...)
  • 29 Zarkada Pistioli 2008.
  • 30 Colonas 2005. Nous n’avons hélas que très peu d’information sur Élie Hassid Fernandez qui avait fai (...)

42L’activité de Pleyber s’étend à différents secteurs. Il s’occupe aussi plus généralement de la réinstallation des réfugiés d’Asie Mineure, en donnant notamment des conférences28. Il informe sur l’usage du béton, imposé par les nouveaux règlements pour la reconstruction de la ville et à l’usage duquel les ingénieurs n’ont, pour la plupart, pas été formés. Parallèlement, il travaille inlassablement à lever des plans pour des logements dans les faubourgs est de la ville et essaie d’obtenir des chantiers privés dans le centre historique (où se trouvent les édifices les plus importants). Après 1921, on lui passera quelques belles commandes, comme la restauration de l’immeuble de la Banque ottomane, l’hôtel des frères Bensoussan29, un café-restaurant à côté du Stein, et quelques autres grands édifices comme les immeubles Assaël sur la rue Egnatia, Israël sur Agias Sofias, Israël Mizrahi Benveniste sur Vassiléos Irakliou (qui fut rasé), qu’il construit tantôt seul, tantôt en collaboration avec l’ingénieur salonicien Élie Hassid Fernandez. Signalons également ses études pour l’hôtel Excelsior, à l’angle des rues Komninon et Mitropoléos, en 1921, et le bâtiment particulièrement imposant de M. Franses sur le front de mer (connu sous le nom de Petit Ρalais), toujours avec Élie Hassid Fernandez (1925). Cet édifice qui abritait le mess des officiers de l’armée de l’air disposait, sur la terrasse couverte, de pergolas, d’espaces d’agrément et de deux pavillons en angle30 (fig. 4).

Fig. 4 — Immeuble Franses sur la rue Nikis, 1924.

Fig. 4 — Immeuble Franses sur la rue Nikis, 1924.

Photo de V. Colonas, prise dans les années 1950.

  • 31 Sur la reconstruction de la ville, voir Yerolympos 1995.

43En 1924, les terrains du 3e secteur, les plus chers de Thessalonique, sur la rue autrefois couverte du marché, la rue Vénizélou, très commerçante, sont vendus. Pleyber et Fernandez y construiront quelques-uns des immeubles les plus prestigieux. Tout en restant attachés, architecturalement parlant, à un style qui reflète un éclectisme obsolète, les deux ingénieurs introduisent des types architecturaux innovants, des matériaux de construction et des systèmes statiques qui répondent aux besoins accrus de l’économie de la ville et de la concurrence commerciale mais aussi aux sommes importantes engagées pour l’achat du terrain31. De nombreux immeubles de la rue Vénizélou et de ses abords portent leur signature et sont édifiés en tant qu’espaces professionnels sur plusieurs étages (« grands magasins » et immeubles de bureaux, inexistants avant 1917 quand les bureaux étaient abrités dans les khans).

  • 32 Zarkada Pistioli 1997, p. 133-139. Voir aussi deux projets de maisons unifamiliales dans la ville d (...)

44Les nouvelles typologies architecturales introduites pour la reconstruction simultanée du centre historique de Thessalonique dévasté par l’incendie constituent sans doute le champ d’action privilégié de Pleyber : signalons l’immeuble Nahmias, dessiné comme un immeuble de bureaux où l’architecte a choisi de laisser apparents les éléments porteurs en façade et sur la face arrière et utilise un remplissage de verre qui occupe l’espace compris entre les piliers. À l’intérieur, il adopte un plan libre (ossature seule, sans cloisonnement entre les colonnes), ce qui devait permettre d’installer des cloisons légères en fonction des besoins de l’utilisateur du bâtiment. Dans l’immeuble voisin, le Gategno, les grandes plaques de verre encastrées dans les sols des vastes parties communes intérieures permettaient à la lumière du jour d’arriver jusque dans les étages inférieurs (fig. 5). Dans la continuation de la rue Vénizélou, à proximité de l’immeuble Cohen (connu ultérieurement sous le nom d’Ermeion) qu’il signe également, Pleyber dessine une impressionnante façade pour la galerie Saoul, en suggérant l’usage de briques de verre pour la couverture de la grande arcade intérieure32. Enfin, pour les grands magasins Karadimou-Stamouli, Hassid et Pleyber entreprennent de donner une forme architecturale à ce type d’activité commerçante innovante pour la ville, qui avait fait une première apparition avant l’incendie. Il s’agit d’un grand magasin, qui déploie sa fonction commerçante sur plusieurs étages, offrant une multitude de nouveaux articles manufacturés aux classes bourgeoises qui émergent en Grèce dans les années suivant la période de la modernisation initiée par Vénizélos. L’immeuble dispose d’un escalier particulièrement impressionnant (un des traits distinctifs de la typologie des grands magasins parisiens), du verre bombé pour les vitrines sur toute la longueur de la façade et une audacieuse ossature en béton armé. À noter qu’en 1927, Pleyber déclarait cet immeuble comme abritant son bureau.

Fig. 5 — Immeubles Nahmias et Gategno (1924) sur la rue Tsimiski.

Fig. 5 — Immeubles Nahmias et Gategno (1924) sur la rue Tsimiski.

Photo de l’auteur.

45En 1927, il se voit confier le plan et l’étude architecturale du lycée Jean-Baptiste de la Salle à Thessalonique. Simultanément et pour le compte d’un groupe de « Constantinopolitains fortunés », il met à l’étude un projet de lotissement de maisons particulières, s’inspirant des cités-jardins, mais adapté aux tracés urbains existants et à une construction sensiblement densifiée (fig. 6).

Fig. 6 — Plan d’un îlot dans un quartier nouveau, destiné à abriter 25 familles de réfugiés constantino­politains aisés.

Fig. 6 — Plan d’un îlot dans un quartier nouveau, destiné à abriter 25 familles de réfugiés constantino­politains aisés.

Collection privée G. Pleyber.

  • 33 Pleyber 1934, p. 39-41. Voir également Vassiliadis 2005 ; à en croire Vassiliadis, l’architecture d (...)

46Pleyber montrera également un vif intérêt pour l’habitat du centre-ville où, après le grand incendie, dominent les maisons de rapport dont le plan s’organise de manière radicalement différente dès lors que les appartements sont plus petits33. Dans la remarquable description qu’il fait d’un petit appartement – 75 m² – destiné à la classe moyenne, l’ingénieur plaide en faveur de lignes paisibles et sobres, de l’alternance de saillies et de renfoncements pour ce qui est des ouvertures (bow-windows, loggias et balcons), de manière à ce que l’extérieur de la construction soit le reflet de l’agencement et de la configuration intérieurs. Inversement, l’intérieur sera flexible et modulable au gré des besoins simplement en déplaçant légèrement le mobilier. Pleyber s’efforce de dissuader les occupants de toute surcharge en mobilier et éléments décoratifs. Il conseille d’utiliser tous les coins, les niches et les ouvertures comme bibliothèques, placards et étagères, armoires encastrées, etc. La pièce de réception sera, dans la mesure du possible, d’un seul tenant et, partant, susceptible d’être compartimentée en coin bureau, fumoir, etc., en changeant les meubles de place.

  • 34 Voir le journal Μακεδονία [Makédonia] du 13 février 1930 et 12 juin 1930. Également, Pleyber 1936.

47La crise économique de 1930 l’amène à publier des articles et des interviews dans les journaux, dans lesquelles il s’emploie à répéter que le seul moyen de la surmonter est d’entreprendre des travaux publics d’envergure, qui bonifieront la ville et la plaine de Thessalonique, en augmentant la production locale, en améliorant les conditions d’hygiène et surtout en fournissant du travail à un grand nombre de chômeurs. Il affirme avec vigueur que la philanthropie, les soupes populaires et les différentes formes d’aide ne sont pas une solution et que la seule façon de combattre le chômage est de « créer des organismes d’utilité publique » qui fourniront des emplois et développeront quantité de nouveaux métiers. Il écrit également un livre sur la protection des villes contre les bombardements aériens34.

  • 35 Voir, à titre indicatif, Μακεδονία [Makédonia] du 12 juin 1930, 25 juillet 1930, 5 et 8 mars 1931, (...)

48Après 1930, il étudie des questions de protection des immeubles contre les séismes et les bombardements aériens et s’intéresse à la station de villégiature de Hortiati et à ses possibilités de développement. Pour intéressante qu’elle soit, cette proposition, qui fut accueillie avec enthousiasme si l’on en croit les articles de presse35, s’avèrera désastreuse pour son auteur.

49En 1930, Hortiati était le seul lieu de villégiature estivale pour les Saloniciens, très prisé pour son climat de montagne idéal, sans toutefois être en mesure d’offrir une infrastructure élémentaire à ses habitants saisonniers. S’inscrivant dans l’ensemble de suggestions qu’il avait formulées pour faire face à la crise économique, l’idée de Pleyber était de promouvoir un projet global d’attrayant ensemble architectural en milieu rural, une cité-jardin comportant environ 80 résidences de villégiature destinées à des Saloniciens aisés, un grand complexe hôtelier (avec un casino, dans l’hôtel ou en dehors de celui-ci), et des installations dans la forêt destinées à accueillir des camps de vacances pour enfants, des centres sportifs et des abris pour recevoir les classes populaires.

50Dans une multitude de textes adressés aux services concernés et à la presse (voir, par exemple, l’article intitulé « Comment notre Hortiati peut devenir un paradis pour le peuple »), Pleyber, avec l’accord de la municipalité, proposait l’ouverture d’une large route d’une vingtaine de kilomètres qui relierait le village à Panorama. Tous pourraient ainsi jouir et bénéficier des beautés naturelles et du climat sain de la montagne.

  • 36 D’après un entretien de l’auteur avec P. S. [la personne a souhaité conserver l’anonymat] concernan (...)
  • 37 Kafkoula 2007. Est également conservée la maison Kambitoglou qui semble avoir été dessinée par Pley (...)

51Les archives helléniques ainsi que les archives familiales contiennent un nombre important de plans d’installations hôtelières, de croquis de logements de taille et de style différents et de la cité-jardin dans laquelle Pleyber lui-même aurait investi sa fortune en achetant des terrains. Fermement convaincu qu’une ville comme Thessalonique a besoin d’une station de villégiature de montagne, dotée d’un équipement hôtelier haut de gamme, il lutte contre la bureaucratie grecque qui se refuse à comprendre tout l’intérêt de sa proposition. Plus de trente personnalités saloniciennes le soutiennent les premiers temps mais les procédures sont interminables, les services compétents ont sans cesse de nouvelles exigences ; Pleyber rédige constamment des rapports et des notes demandant seulement à ce que la route qui garantira l’accès soit améliorée et asphaltée. Pour finir, ses soutiens le lâchent et, en 1934, la Banque nationale lui confisque ses terrains36 (fig. 7). Plus douloureuse encore sera pour lui la perte définitive de la petite maison-atelier qu’il avait conservée à Hortiati. En septembre 1944, en représailles contre l’action des maquisards, l’armée allemande incendie la petite bourgade de fond en comble, ce qui coûte la vie à 150 habitants au moins. C’est, semble-t-il, grâce à des accointances de la compagne de Pleyber que le couple en réchappe, en fuyant dans la montagne (comme nous l’apprend une carte postale adressée à sa famille), mais il ne reste rien de leur gîte de montagne. Pleyber passera les trois dernières années de son existence en ville. De tous les plans d’aménagement qu’il avait établis pour Hortiati, seule sa proposition pour la cité-jardin sera approuvée et fait encore partie aujourd’hui du plan toujours en vigueur de la petite bourgade37.

Fig. 7 — Terrain Pleyber à Hortiati dont la propriété revint à la Banque nationale de Grèce, 1934.

Fig. 7 — Terrain Pleyber à Hortiati dont la propriété revint à la Banque nationale de Grèce, 1934.

Collection privée G. Pleyber.

52Tout en appartenant au monde de la recherche scientifique, Pleyber a l’étoffe d’un personnage de roman. À la fois colonialiste et citoyen du monde, novateur et conventionnel, mystérieux et candide, il n’en aura pas moins laissé des traces visibles dans le paysage de Thessalonique, offrant un aperçu des préférences esthétiques et de l’éclectisme architectural dans la dernière période d’une Thessalonique pluriculturelle.

Notes

1 Mavrogordatos Hadziiossif 1988. Ce colloque a permis de recenser les points de vue sur la question.

2 NasrVolait 2003.

3 Hébrard fut membre fondateur de la Société française des urbanistes, en 1911. Christos Tsilalis fut le premier à publier sur lui certains éléments biographiques : Tsilalis 1976. Voir également Yiakoumis Yerolympos Pédelahore de Loddis 2001.

4 Hébrard Zeiller 1912 ; AndersenHébrard 1913.

5 Il voyage en Grèce et en Turquie entre le 29 juillet et le 10 novembre 1905, puis entre le 6 août et le 1er octobre 1907. Pinon Amprimoz 1988.

6 L’armée d’Orient se trouvait à Thessalonique depuis octobre 1915. On ignore dans quelles conditions Hébrard est arrivé à Thessalonique en mars 1917. Pour la valeur de ses hypothèses archéologiques, voir Velenis 2004, p. 197-210.

7 Bardet 1948.

8 Pour une présentation détaillée du plan de réaménagement de Thessalonique et sa mise en œuvre, voir Yerolympos 1995. Il est certain qu’Hébrard connaît bien les propositions exposées par Donat-Alfred Agache, J.-Marcel Auburtin et Edouard Redont dans AgacheAuburtinRedont 1915. Sur un retentis-sement plus vaste du plan d’Hébrard, voir les archives de la Société française des urbanistes : procès-verbaux, mémoires et documents, section d’hygiène du Musée social. Voir également les archives de l’académie d’Architecture : Léon Jaussely, notes de cours à l’École des hautes études urbaines, 1919-1923.

9 Sur les références au style néobyzantin et à l’orientalisme de l’époque, voir Colonas 2005.

10 Yerolympos 1994.

11 Yerolympos 2000.

12 Biris 1966.

13 Voir l’étude inédite de Kafkoula Kiki, Yerolympos

Alexandra, « Το σχέδιο της Αθήνας 1920 » [Le plan de l’Athènes de 1920]. Le plan était accompagné d’un long rapport et d’un fascicule comportant 13 schémas : Έκθεσις της επιτροπής εκπονήσεως σχεδίου Αθηνών, Καλλιθέας, Φαλήρων και Πειραιώς (Νόμοι 1709 και 2841) επί τη υποβολή προς έγκρισιν του νέου σχεδίου Αθηνών – Ιούνιος 1924 [Rapport de la commission au plan d’Athènes, de Kallithéa, de Phalère et du Pirée (secteurs 1709 et 2841) – juin 1924], Archives nationales de Grèce.

14 Ibid.

15 Yerolympos 2001.

16 Il semble qu’Hébrard ait contracté le paludisme lors de son séjour en Indochine.

17 En mobilisant l’opinion internationale, il réussit à empêcher l’érection d’un gigantesque édifice au pied de l’Acropole et parvient à convaincre le gouvernement de revenir sur sa décision. Comme l’a noté Pierre Lavedan, si cette démarche lui a valu quelques ennemis jurés, l’humanité en tout cas lui est reconnaissante   !

18 Ma recherche doit beaucoup à ma collègue Kiki Kafkoula, à Gaëtan et Ingrid Pleyber, neveux de Joseph Pleyber, ainsi qu’à ses petites-filles, Jacqueline Pleyber-Lemoine et Francine Pleyber-Heuiller. Voir également KafkoulaYerolympos 1992.

19 Selon Eric John Hobsbawm, à l’époque, il n’y avait dans toute la France que très peu d’élèves qui allaient jusqu’au baccalauréat ; mais en 1910, leur nombre avait quadruplé, atteignant 77 000 (Hobsbawm 2000).

20 Selon son dossier personnel au Service historique de l’armée de terre, château de Vincennes, Paris.

21 Selon Gaëtan Pleyber, les règlements militaires permettaient aux jeunes recrues de briguer un poste dans des unités du génie maritime, qui avaient pour tâche de diriger les travaux publics nécessaires pour favoriser l’essor et le progrès des colonies.

22 Grâce aux références détaillées figurant dans son dossier militaire et surtout grâce aux cartes postales et aux lettres qu’il envoie inlassablement à ses proches dans différentes villes de France et à Paris, il reste des traces écrites de ses expériences à travers le monde entier. L’œuvre qu’il accomplit à Dakar, en particulier, est consignée dans la proposition pour sa décoration (archives de la famille Pleyber).

23 8 juillet 1891, 1er mariage, un fils Jean-Baptiste, veuvage ; 29 avril 1901, 2e mariage, veuvage en 1903 ; 5 octobre 1905, 3e mariage, un fils Paul, divorce ; 1906, 4e mariage.

24 Voir Ancel 1930, p. 299-300 qui s’y réfère amplement. Voir également Reconstruction de Thessalonique 1918 (catalogue de l’exposition), ainsi que sa conférence à la Mission laïque française (Ancel 1921).

25 Voir Yerolympos 1995, p. 87. La cession des hôpitaux des Alliés est mentionnée comme étant chose faite en 1920.

26 Pleyber 1934, p. 30, n. 1 : « Il y a quelques années nous avions dressé un plan d’ensemble de cité-jardin […] ; mais ce plan n’a pas été suivi et la partie qui avait reçu un commencement d’exécution et qui comprenait un parc, des squares et des allées plantées d’arbres a maintenant cet aspect désolé des quartiers mal entretenus ». Voir également le Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN), Grèce, série B box 68, 1920.

27 Voir les archives de la Banque nationale de Grèce.

28 Voir par exemple sa conférence intitulée « L’installation définitive des réfugiés au sein des villes et des centres de la Vieille et de la Nouvelle Grèce » (Pleyber 1923).

29 Zarkada Pistioli 2008.

30 Colonas 2005. Nous n’avons hélas que très peu d’information sur Élie Hassid Fernandez qui avait fait ses études à l’École centrale de Paris, et collaborait avec l’ingénieur Élie Modiano.

31 Sur la reconstruction de la ville, voir Yerolympos 1995.

32 Zarkada Pistioli 1997, p. 133-139. Voir aussi deux projets de maisons unifamiliales dans la ville de Florina : Zarkada Pistioli 2003.

33 Pleyber 1934, p. 39-41. Voir également Vassiliadis 2005 ; à en croire Vassiliadis, l’architecture de Pleyber allie « continuité conservatrice et changement pionnier dans l’organisation de l’appartement ».

34 Voir le journal Μακεδονία [Makédonia] du 13 février 1930 et 12 juin 1930. Également, Pleyber 1936.

35 Voir, à titre indicatif, Μακεδονία [Makédonia] du 12 juin 1930, 25 juillet 1930, 5 et 8 mars 1931, 21 janvier 1932, 24-26 janvier 1932, 21 férvier 1932, etc.

36 D’après un entretien de l’auteur avec P. S. [la personne a souhaité conserver l’anonymat] concernant les relations économiques de Pleyber avec le directeur E. Rozis.

37 Kafkoula 2007. Est également conservée la maison Kambitoglou qui semble avoir été dessinée par Pleyber.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Plan de Thessalonique intra-muros, 1918-1921.
Crédits Redessiné et mis en couleur, sous la supervision d’Alexandra Yerolympos, à partir des fragments retrouvés du plan original ou des fonds de plans simplifiés, nécessaires et utiles à son exécution.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3783/img-1.png
Fichier image/png, 419k
Titre Fig. 2 — Le plan d’Athènes, par Ernest Hébrard, 1920.
Crédits D’après Lavedan1933 ; mise en couleurs sous la supervision d’Alexandra Yerolympos.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3783/img-2.png
Fichier image/png, 658k
Titre Fig. 3 — La Commission internationale au Plan en 1918.
Légende Assis au premier rang : Ernest Hébrard, Alexandre Papanastasiou, Constantin Angélakis. Debout au second rang : Constantin Kitsikis, Angélos Guinis, Joseph Pleyber, Edward Mawson, Aristotélis Zachos. Sur les murs, les plans de la Commission.
Crédits Ancel1930.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3783/img-3.png
Fichier image/png, 194k
Titre Fig. 4 — Immeuble Franses sur la rue Nikis, 1924.
Crédits Photo de V. Colonas, prise dans les années 1950.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3783/img-4.png
Fichier image/png, 401k
Titre Fig. 5 — Immeubles Nahmias et Gategno (1924) sur la rue Tsimiski.
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3783/img-5.png
Fichier image/png, 170k
Titre Fig. 6 — Plan d’un îlot dans un quartier nouveau, destiné à abriter 25 familles de réfugiés constantino­politains aisés.
Crédits Collection privée G. Pleyber.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3783/img-6.png
Fichier image/png, 242k
Titre Fig. 7 — Terrain Pleyber à Hortiati dont la propriété revint à la Banque nationale de Grèce, 1934.
Crédits Collection privée G. Pleyber.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3783/img-7.png
Fichier image/png, 681k

Auteur

Docteur en architecture et urbanisme. Elle a étudié en Grèce et en France. Depuis 1976, elle enseigne l’urbanisme et l’histoire de l’urbanisme au département d’architecture de l’université Aristote de Thessalonique. Ses recherches portent sur l’histoire des villes et leur construction en Méditerranée orientale. Elle a participé à des études urbanistiques pour la ville de Thessalonique et contribue activement aux mouvements et initiatives des citoyens pour l’amélioration de l’espace urbain.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540