Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939)

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Polina Kosmadaki

Architectes entre antiquité et modernité

La formation et la culture des architectes grecs
durant l’entre-deux-guerres

François Loyer

Résumé

Au lendemain de l’annexion de la Macédoine, les besoins professionnels explosent dans un pays en pleine mutation. Abandonnant l’Académie de Munich, les architectes, pour se former, font désormais le détour par Paris. Qu’ils soient fidèles à la tradition du rationalisme constructif de l’École des beaux-arts ou qu’ils s’inscrivent dans les courants internationaux du modernisme, il leur faudra adapter les compétences acquises aux conditions locales d’exercice. En témoigne la création, dès 1917, d’une section d’architecture au Polytechneion d’Athènes. Associant architecture et forme urbaine, les types si spécifiques de l’immeuble (πολυκατοικία) ou de la villa (έπαυλη), en sont la conséquence. Ils marqueront durablement la scène architecturale grecque. Revenant sur sa thèse fondatrice de 1966 à la Sorbonne (Architecture de la Grèce contemporaine), l’auteur souligne la richesse des échanges entre Paris et Athènes durant toute cette période, en les situant dans le contexte européen.

Texte intégral

1La période des années 1919-1939 en Grèce ne marque pas seulement la rupture avec une tradition artistique fondée autour de la renaissance du modèle classique – ce « néo-antique » qui avait si fortement imprégné la culture néo-hellénique depuis les temps de l’Indépendance. Elle correspond en outre à un renouvellement radical des techniques et des programmes, dans un pays que la longue période de conflits des années 1912 à 1922 avait à ce point bouleversé qu’il n’avait plus grand-chose à voir avec son passé, même le plus récent.

Les besoins d’un petit pays

  • 1 Cette situation est à mettre en rapport avec la démographie : 1 100 000 habitants environ en 1860, (...)
  • 2 « Les pays qui ne peuvent intellectuellement se suffire à eux-mêmes ont l’habitude, pour chaque dis (...)

2Avant les guerres balkaniques le royaume de Grèce tenait de la principauté sous le contrôle des grandes nations européennes. En termes d’architecture, les besoins n’étaient pas considérables1. Les professionnels étaient pour la plupart des ingénieurs ou des entrepreneurs. Créateur de la section d’architecture à l’Université technique d’Athènes Polytechneion en 1844, Lysandre Caftanzoglou avait bien appelé les Français titulaires du prix de Rome et séjournant en Grèce à venir y enseigner. Mais l’initiative était restée sans lendemain : depuis le départ de son fondateur en 1862, l’établissement ne délivrait plus qu’un diplôme d’ingénieur. Pour disposer de la culture artistique nécessaire à l’exercice du métier, il fallait compléter ses études par un séjour de plusieurs années à l’étranger – principalement, en Allemagne dont étaient venus les premiers collaborateurs du roi Othon2. À l’exception de quelques rares commandes publiques, les architectes – en très petit nombre – travaillaient presque exclusivement pour les milieux de la cour. Ainsi Ernst Ziller, formé à Dresde avant de devenir l’élève et collaborateur de Theophil von Hansen puis de s’installer définitivement à Athènes, exerça-t-il un quasi-monopole au cours de sa longue carrière. Dans les mêmes conditions devait lui succéder son ancien adjoint Anastasios Métaxas passé, lui, par Dresde puis Karlsruhe.

  • 3 La formule est de Saint-Marc Girardin (Saint-Marc Girardin 1836), reprise par Saint-René Taillandie (...)

3Jusqu’à la création d’une section d’architecture au Polytechneion, en 1917, la production nationale s’est ressentie de ses origines étrangères. Contre cette dépendance, la profession a fini par s’organiser. Encore fallait-il définir ce que devait être la formation. Reflet d’une distinction radicale entre l’approche des pays germaniques, à travers l’institution des Technische Hochschule délivrant un diplôme d’architecte-ingénieur, et la vision de la France qui privilégiait l’appartenance de l’architecture à l’enseignement des beaux-arts, deux traditions s’opposaient – non dépourvues d’arrière-plans politiques. L’une continuait de voir dans la capitale de la Bavière, cette « nouvelle Athènes3 » d’où était provenue la renaissance de la culture classique dans la Grèce moderne. L’autre se tournait plus volontiers vers Paris : avec la création du diplôme d’architecte en 1867, puis la reconnaissance du titre d’architecte « diplômé par le gouvernement » (DPLG) en 1914, l’enseignement de l’École des beaux-arts y avait atteint une réputation internationale, justifiant la venue de nombreux étudiants étrangers.

  • 4 Pour la période du premier xxe s., on se référera à l’excellent ouvrage de Fessas-Emmanouil Marma (...)
  • 5 À l’inverse, c’est pour Paris que se décida son cousin Nikolaos Zachos, qui fut diplômé de l’École (...)
  • 6 Il avait même accompagné Josef Durm à l’occasion d’un périple archéologique en Grèce en 1906.
  • 7 En particulier, son condisciple Hermann Billing, à qui l’on doit l’admirable hôtel de ville de Kiel (...)
  • 8 Courtes notices biographiques dans : Condaratos Wang 1999, p. 278 et 283.

4L’attirance germanique, traditionnelle, avait poussé Aristotélis Zachos4 à partir en 1889 pour Munich, Stuttgart puis Karlsruhe – dont l’école d’architecture était, à l’époque, l’une des plus dynamiques de l’Empire allemand5. Y enseignaient notamment l’urbaniste Reinhard Baumeister et l’architecte Otto Warth, disciple de Gottfried Semper. Le jeune étudiant grec n’allait pas tarder à se faire connaître : le professeur Josef Durm, médiéviste réputé (en même temps que le talentueux promoteur du néobaroque allemand), fit bientôt de lui son assistant6. Il le restera pendant dix-sept ans. À son retour au pays, en 1913, il se spécialisera dans les études ethnographiques et archéologiques, en se passionnant tout à la fois pour l’art populaire et la tradition byzantine. En l’adaptant au contexte particulier de la Grèce, son œuvre fait écho à l’architecture des premiers modernes en Allemagne du Sud7. Un peu plus tard, Emmanuel Kriézis complétera sa formation à Munich, tandis que Vassilis Tsagris travaillera, lui, près de dix ans pour son propre compte à Vienne avant de revenir à Athènes8.

  • 9 Ibid., p. 277.
  • 10 Kotsaki 2007.
  • 11 Ils en sortirent diplômés en 1904 et 1905. Théoricien du rationalisme classique, successeur de Labr (...)
  • 12 Yerolympos 2001.
  • 13 Pikioni Rokou-Pikioni 2010.
  • 14 Giorgio De Chirico, son ami d’enfance et camarade d’études au Polytechneion d’Athènes entre 1900 et (...)

5D’autres architectes firent le détour par la France. C’est ainsi que Vassilis Kouréménos9 puis Alexandros Nikoloudis10 se retrouvèrent dans l’atelier de Julien Guadet, où ils étaient entrés respectivement en 1893 et 189411. À la même génération appartenait le Français Ernest Hébrard12 : passé par l’atelier de Léon Ginain – un autre rationaliste – avant d’obtenir le prix de Rome en 1904, il sera plus tard l’architecte de la reconstruction de Thessalonique. Dans le petit monde des ateliers de l’École, des liens s’établissaient entre condisciples – compagnonnage qui les soutenait tout au long de leur carrière. Moins didactique, plus corporative, cette spécialité de la formation française allait jouer un rôle décisif dans l’histoire de la profession. Il reste vrai qu’au-delà de la différence entre les établissements par lesquels ils étaient passés, Hébrard et Zachos avaient reçu une même formation d’« architecte-archéologue », où l’apprentissage des savoir-faire (qu’ils soient techniques ou artistiques) se doublait d’une solide culture intellectuelle. Cette proximité leur permit de travailler ensemble à fonder une vision nouvelle de l’architecture, dégagée de toute dépendance à la versatilité de la mode et du « style » C’est en cela qu’ils furent les véritables fondateurs du mouvement moderne en Grèce. Autre figure majeure, Dimitris Pikionis13 hésita longtemps entre peinture et architecture. Après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur en 1908, il quitta Athènes pour fréquenter l’Académie de Munich dominée par l’enseignement du peintre symboliste Franz von Stuck. De 1909 à 1912, il est à Paris où il suit l’enseignement de l’Académie de la Grande Chaumière14 tout en travaillant chez l’architecte Eugène Chifflot, personnalité de l’Art nouveau parisien. Formations allemande et française tendent ainsi à se croiser par l’internationalisation des échanges, à la veille du conflit qui verra les deux pays s’affronter jusqu’à l’épuisement.

  • 15 Fessas-Emmanouil Marmaras 2005, p. 79-110.
  • 16 Kardamitsi-Adami 2012.
  • 17 Fessas-Emmanouil Marmaras 2005, p. 111-140.
  • 18 Condaratos Wang 1999, p. 278.
  • 19 Après avoir obtenu son diplôme à l’École impériale des beaux-arts d’Istanbul en 1901, il s’inscrira (...)
  • 20 Il était lui aussi d’origine phanariote, ce qui lui permit de débuter sa formation dans l’agence de (...)

6Les architectes nés au tournant du xxe siècle suivront la même voie que leurs aînés : Kostas Kitsikis15 est diplômé à Berlin en 1913 ; Emmanuel Vourekas16, à Dresde en 1929. Mais l’attirance parisienne se fait de plus en plus forte : Sotirios Mayassis et Emmanuel Lazaridis17 sont deux anciens de l’atelier de Léon Jaussely dont ils sortent diplômés en 1922 et 1923. D’autres, formés à Athènes, effectuent un stage dans une agence parisienne prestigieuse : ainsi, Kimon Laskaris18 passe-t-il chez Emmanuel Pontremoli avant de rejoindre en 1928 l’agence d’Henri Sauvage. Ce bataillon français est formé d’architectes constantinopolitains qui se replieront en Grèce après la Catastrophe : Kouréménos et Lazaridis, bien sûr, mais aussi Konstantinos Kyriakidis qui avait complété sa formation initiale en Turquie par une année passée à Paris19. Les uns et les autres communient dans leur admiration pour la grande tradition classique, alors même que celle-ci est de plus en plus contestée par l’avant-garde. À la veille de la reconnaissance du mouvement moderne, cette domination de l’esprit « Beaux-Arts » ne fait que se confirmer : Léonidas (dit Léon) Bonis20, diplômé en 1928, est le premier architecte grec à être passé par l’atelier de Charles Lemaresquier – architecte « pompier » dont on sait les démêlés avec Le Corbusier. Associé à Vassilis Kassandras, lui-même ancien élève de l’École, Bonis fait même venir à Athènes son beau-frère Henri Ducoux – connu pour ses relevés des fouilles de Delphes, ce dernier fut l’architecte de l’École française d’Athènes entre 1929 et 1942.

Une nouvelle Grèce

7Un tel afflux de professionnels peut surprendre. Il reflète l’évolution spectaculaire qui fut celle du pays durant toute cette période : les bouleversements apportés entre 1912 et 1922 par les guerres balkaniques, puis la première guerre mondiale et la catastrophe d’Asie Mineure justifient l’accélération du changement en cours. La logique de la libération des provinces irrédimées a rencontré ses limites quand elle s’est affrontée au nationalisme des pays voisins. L’annexion de la Crète, celle de l’Épire et de la Macédoine avaient considérablement augmenté le territoire. L’échec de la guerre contre les Turcs en 1922 l’amputa brutalement de toute une province, l’Ionie, dont elle avait obtenu l’annexion deux ans plus tôt. Du jour au lendemain, les déplacements consécutifs au traité de Lausanne provoquèrent le doublement de la population métropolitaine. Une autre Grèce était née, plus urbaine que rurale, plus continentale que méditerranéenne. Pour accueillir un tel afflux de réfugiés, il lui fallut réorganiser le territoire – particulièrement la Macédoine, dont la capitale avait été ravagée par le grand incendie de 1917. C’est dire que les besoins du marché de la construction n’avaient plus rien à voir avec ceux, si restreints, de la capitale provinciale du xixe s.

8L’occasion était bonne de donner à la Grèce l’école d’architecture qui lui manquait. Dès avant la Catastrophe, les circonstances étaient favorables à de grandes réformes : fondée par arrêté royal en 1916, une section spécialisée fut créée au sein du Polytechneion d’Athènes. Entre-temps l’exil du roi Constantin Ier, proche de l’Empire allemand, avait ouvert aux Alliés les portes de la capitale. Aussi la culture française devint-elle prédominante. Dirigée par l’architecte-urbaniste Ernest Hébrard, l’équipe pédagogique fit appel à deux collègues de formation parisienne : Alexandros Nikoloudis fut chargé de ce qu’on appellerait aujourd’hui « le projet », dans la plus pure tradition des Beaux-Arts. Quant à Vassilis Kouréménos, on lui confia l’enseignement de la construction. Le choix était d’autant plus remarquable que l’architecte était un proche de son ancien camarade d’études Auguste Perret, dont la réputation était internationale. Kouréménos avait passé son diplôme à Paris en 1904, alors que s’achevait l’immeuble de la rue Franklin – icône de l’architecture du ciment armé. Lors du fameux voyage de 1911, qui décida du recours au placage de marbre pour le parement de façade du théâtre des Champs-Élysées par les frères Perret, il est plus que probable qu’il ait accueilli son confrère à Constantinople, où il résidait (il y construisait la succursale de la Banque de Grèce, dans des conditions techniquement acrobatiques qui imposaient d’importants ouvrages de soutènement en béton armé). Il était donc tout désigné pour enseigner le béton armé dont l’usage s’était répandu comme une traînée de poudre en moins de vingt ans, jusqu’à devenir la seule technique en usage.

  • 21 À son retour en Grèce, il avait enseigné l’histoire de l’art au prince Paul et à la princesse Irène (...)
  • 22 Lavedan 1933, p. 159.

9L’équipe du Polytechneion se renforça en 1919 avec l’arrivée d’Anastasios Orlandos, chargé d’enseigner les ordres ainsi que la morphologie architecturale. Architecte-archéologue de formation purement athénienne, ce dernier s’était spécialisé dans les études byzantines et réalisa par la suite de nombreuses restaurations, notamment à Mystra et à Hosios Loukas. L’absence quelque peu surprenante d’Aristotélis Zachos se justifie pour des raisons politiques liées à sa proximité avec la famille royale21, mais aussi parce que son âge comme sa réputation l’auraient mis en porte-à-faux avec ses collègues. Parmi les assistants recrutés pour compléter l’équipe, on notera la présence de Dimitris Pikionis : dans le domaine de la morphologie architecturale, il imposera une approche essentiellement plastique de la culture architecturale. Enfin, dans le champ de la construction, c’est à un autre spécialiste du béton armé qu’on s’adressera : Emmanuel Kriézis. Non seulement sa formation complétait celle, purement française, de Kouréménos ; mais surtout elle correspondait aux évolutions techniques en cours : par le biais d’une réglementation antisismique rigoureuse, les normes germaniques tendaient de plus en plus à s’y imposer. Pour inattendue qu’elle soit, l’association de la culture artistique française à la culture technique allemande devait se révéler un succès. Comme le rappelle Pierre Lavedan, le ministre des Travaux publics de l’époque a joué un rôle décisif dans cette opération : intellectuel de premier plan formé à Berlin puis à Heidelberg (et connu pour son adhésion à la pensée marxiste), Alexandros Papanastasiou « fut des premiers à comprendre la valeur d’Hébrard ; il le soutint avec constance et bonne foi, si bien qu’on peut dire que l’histoire d’Hébrard en Grèce est liée dans une certaine mesure à la carrière politique de M. Papanastasiou22 ». Certes, les aléas de la politique vont quelque peu perturber l’équipe, mais elle se reconstituera à partir de 1927 avec le retour d’Ernest Hébrard, puis la nomination de Nikolaos Mitsakis comme son assistant. Dès lors, c’est par l’Université technique d’Athènes (plus tard, par celle de Thessalonique) que transiteront les architectes grecs sans qu’il leur soit vraiment nécessaire de partir à l’étranger.

  • 23 Waymark 2009.
  • 24 Karadimou-Yerolympou 1995 ; voir aussi Kafkoula Karadimou-Yerolympou 2005.

10Dans le pays occupé par les Alliés, une mission internationale avait été constituée dès le début de 1918 afin de reconstruire les villes et villages détruits par la guerre – tout parti­culièrement Thessalonique, ravagée par le grand incendie du 18 août 1917. Placée sous l’auto­rité de l’Anglais Thomas Mawson 23 ainsi que du Français Ernest Hébrard, architectes dont les compétences étaient reconnues en matière de gestion des paysages ou d’aménagement des villes, elle intégrait deux Grecs de formation allemande : Aristotélis Zachos et Kostas Kitsikis. Le premier, nous l’avons vu, appartenait à l’avant-garde artistique de sa génération dont la rupture était manifeste avec l’historicisme du siècle précédent. C’est à lui que revint l’élaboration d’une écriture architecturale qui soit à la fois authentique­ment grecque et entièrement moderne. En témoigne la prestigieuse demeure (fig. 1) qu’il construira en 1924-1927, dans le quartier de Plaka à Athènes, pour Angeliki Hatzimihali, figure majeure du mouvement pour la renaissance de l’art populaire en Grèce. Quant au second, il avait une compétence avérée dans les questions de typologie : dès 1919, il élabora les modèles d’immeubles à reconstruire, selon la définition du zonage destiné à chaque quartier par le plan d’urbanisme24.

Fig. 1 — Aristotélis Zachos, maison d’Angeliki Hatzimihali, 18 et 18a rue Ipéridou (aujourd’hui rue A. Hatzimihali) à Plaka, Athènes, 1924-1927.

Fig. 1 — Aristotélis Zachos, maison d’Angeliki Hatzimihali, 18 et 18a rue Ipéridou (aujourd’hui rue A. Hatzimihali) à Plaka, Athènes, 1924-1927.

Photo de l’auteur.

11Faisant table rase des tracés urbains antérieurs, la reconstruction de Thessalonique ouvrit la ville sur la mer en déroulant une longue perspective monumentale à l’échelle du site. Cette grande composition d’esprit académique l’apparente certes aux villes coloniales ; elle appartient surtout à la réflexion des urbanistes sur le lien entre la ville et son site. En témoigne la proximité du projet avec le plan d’urbanisme de Canberra en Australie, conçu par Walter Burley Griffin en 1911, ou celui de New Delhi, par Edwin Lutyens en 1912. Effaçant presque jusqu’au souvenir de l’occupation ottomane, la reconstruction du centre-ville fut l’occasion, à l’inverse, de valoriser les traces d’un passé byzantin fort malmené. Zachos s’y fera une réputation d’archéologue, promoteur d’un patrimoine encore bien peu étudié. Devenu le style officiel de la Grèce du Nord récemment reconquise et repeuplée, le néobyzantin apparaissait comme incontournable – ce qui ne fut pas sans poser problème dans un pays dont la diversité des héritages (tant historiques que géographiques) était une caractéristique essentielle. Quelle Grèce privilégier, entre l’antique, la byzantine ou l’ottomane ; celle de la Macédoine, de l’Attique ou des Cyclades ? Pendant plus de vingt ans, la question occupa une place prépondérante dans les débats sur l’identité nationale exprimée à travers le choix d’un style d’architecture.

  • 25 Kardamitsi-Adami 2005.

12Dans un pays qui grandit et s’urbanise, le nombre des architectes augmente sensiblement : on en recense 245 en 1934 – dont plus d’une centaine formés à l’étranger25. Supplantant ingénieurs et entrepreneurs, ils occupent une place privilégiée sur le marché de la construction – notamment dans le domaine de l’immeuble. On le voit particulièrement bien à Athènes, dont la forme urbaine connaît un changement radical à partir des années 1910. Ancien directeur de l’École française, Gustave Fougères déplorait cette mutation dans la préface du Guide bleu de 1911 :

  • 26 Fougères 1911, p. 17-18.

La cherté des terrains pousse depuis quelques années les architectes à une affligeante mégalomanie. L’étranger ne verra pas sans regret certaines bâtisses colossales, imitées des grands immeubles européens : la décoration des ordres antiques, plaquée sur des façades d’une hauteur démesurée, y accuse maladroitement le manque d’harmonie entre les proportions. Outre que ces casernes jurent par leur lourdeur avec l’élégance minuscule des chapelles byzantines et des petites maisons anciennes, elles détruisent tout le charme des perspectives athéniennes, en fermant les échappées sur les falaises de l’Acropole, sur la superbe envolée du Parthénon et des Propylées, sur le décor lointain des montagnes au fond de l’horizon. Ici comme ailleurs, le progrès se manifeste par des crimes de lèse-beauté26.

13On ne peut que faire le rapprochement entre cette diatribe et l’édification de la maison Pallis (1910-1911) – alors en cours de construction, par Anastasios Métaxas, à l’angle de la place Syntagma.

De la maison à l’immeuble

  • 27 Hôtels Megas Alexandros (1889), Bankeion (1890-1894), ou Excelsior (1910-1914), place Omonia, par E (...)
  • 28 Banque nationale de Grèce (ETE, Εθνική Τράπεζα της Ελλάδος), rue Tritis Septemvriou, 1923-1928, par (...)
  • 29 Caisse d’aide sociale des Fonctionnaires civils (Μετοχικό Ταμείο Πολιτικών Υπαλλήλων), rues Athinas (...)
  • 30 Compagnie de téléphone OTE, rue Stadiou 15, 1930-1931, par Anastasios Métaxas ; Union des correspon (...)
  • 31 Néo-Arsakeion, rue Stadiou, 1907, par Ernst Ziller ; immeubles Ephesios, rue Stadiou 28, 1923-1928, (...)
  • 32 Stoa Praxitelous, vers 1920, rue Kolokotroni 25, par Vassilis Kouréménos ; stoa Nikoloudis, rue Pan (...)
  • 33 Il avait été initialement prévu pour abriter la Cour de Justice, avant de devenir le club des offic (...)

14Depuis la fin du siècle, le centre d’Athènes se couvrait en effet d’immeubles. Ils avaient été d’abord presque uniquement des hôtels de tourisme27. Plus tard leur succédèrent des banques28 ou des administrations29, ainsi que des sièges sociaux d’entreprises publiques et des fondations30 ; enfin, des bureaux31 ou des galeries commerciales32. En même temps qu’elle modifiait la silhouette urbaine, la tertiairisation du centre-ville repoussait l’habitat en périphérie. La typologie de ces nouvelles constructions resta, un moment, incertaine. Au début des années 1920, les premiers bâtiments de Kouréménos respectaient la tradition réglementaire de l’immeuble de rapport parisien des xviiie et xixe s. : soubassement entresolé, étages nobles agrémentés de balcons et couronnement traité en attique plus ou moins décoré (caisse d’aide sociale des Fonctionnaires civils ; Stoa Praxitelous). Fragment d’un projet urbain inabouti33, le Sarogleion de l’avenue Vassilissis Sophias (par Alexandros Nikoloudis, 1924-1932) reprenait, quant à lui, l’écriture monumentale des « façades à programme » caractéristiques des anciennes places royales françaises : soubassement à bossages et colonnade ionique d’ordre colossal. Sans doute conscient du caractère un peu incongru de cette citation d’Hardouin-Mansart, le même architecte revint pour le Cercle des étudiants (1926-1930) à un ordonnancement simplifié, dont la régularité haussmannienne repose sur l’unité de la masse et le rythme cadencé des pleins et des vides – étonnant morceau de style « Beaux-Arts », au cœur même de la ville. La façade plate évoque à s’y méprendre le Néo-Arsakeion d’Ernst Ziller : on y retrouve jusqu’au triplet d’ouvertures, inspiré de la célèbre « Chicago window » empruntée à l’architecture américaine de la fin du xixe s. De manière aussi inattendue qu’originale, le voile continu de l’ordonnancement masque une distribution intérieure spectaculaire de vestibules et d’escaliers, conduisant à la grande salle de l’étage. Le plus surprenant dans ces bâtiments n’est pas leur architecture, mais leur date tardive – à un moment où la modernité s’est imposée partout ailleurs, en Europe comme en Amérique. En Grèce, la tradition éclectique héritée du siècle précédent fait encore partie du programme des bâtiments publics. On aurait mieux compris le triomphe du style Beaux-Arts quelques années plus tard, lorsque la tradition académique sera mise au service des régimes totalitaires. Paradoxalement, ce ne sera pas le cas en Grèce où le mouvement moderne finira par s’imposer dans le cours des années 1930.

  • 34 Que ce soit le prestigieux projet pour la Karlsplatz, incluant le Kaiser Franz Josef Stadtmuseum, o (...)

15Confronté au même problème d’écriture architecturale que ses deux confrères, Vassilis Tsagris s’efforça de se libérer de la tradition classique en rompant avec les conventions d’échelle des ouvertures (Union des correspondants de la presse étrangère, 1918) ou en associant pilastres monumentaux et baies en triplet, dans un langage purement graphique (immeuble Ephesios, 1923). De ce point de vue, il est intéressant de comparer son œuvre – même si elle apparaît moins audacieuse – avec la réflexion si « sempérienne » que conduisit Otto Wagner sur le rapport entre la structure et l’enveloppe, dans ses derniers projets viennois34. Plus monumentale, la Cour des Comptes (1928-1934) d’Emmanuel Lazaridis adopte une alternance systématique de pilastres colossaux et de travées verticales (associées à des tables rentrantes estompant habilement le jeu des allèges qui révèlent les niveaux d’étage) – le tout sous une puissante corniche doublée par un étage attique : ce quadrillage révélant l’ossature en béton armé va devenir la règle. Certains y verront l’influence d’Otto Wagner, d’autres remarqueront à juste titre les emprunts à l’architecture parisienne – notamment les somptueuses grilles de fer forgé (fig. 2). Elles rappellent celles que Raymond Subes exécuta au même moment pour l’architecte Joseph Marrast au siège de la Banque nationale pour le commerce et l’industrie, boulevard des Italiens à Paris (1928). Il reste que le principe de la trame orthogonale révélant l’ossature avait déjà été adopté, un an plus tôt, par Anastasios Métaxas pour la Banque populaire voisine (1927) – à ceci près que le placage de pierre cédait ici la place à un enduit de ciment-pierre teinté dans la masse. Avec sa lourde corniche et son toit plat, le volume parallélépipédique du bâtiment est à peine marqué par le jeu du soubassement à bossages (réduit à un simple rez-de-chaussée) ou les tables rentrantes figurant l’ordonnance d’une colonnade. Le procédé fera florès jusque dans les années 1950, pour de multiples bâtiments publics d’une écriture « classique-moderne » parfaitement adaptée à la tradition du néo-hellénisme. Si Athènes n’est pas devenue un « petit Paris » (comme Bucarest pouvait prétendre l’être, à la même période), son architecture s’en inspire néanmoins ouvertement : les réalisations des grandes avenues centrales évoquent, à s’y méprendre, les immeubles commerciaux des Champs-Élysées. Les parallèles sont évidents avec les œuvres des grands cabinets parisiens de l’entre-deux-guerres : Louis Grossard, auteur en 1926-1928 des Arcades du Lido, sur les Champs-Élysées ; Louis Plousey et Urbain Cassan, à qui l’on doit en 1929 l’ensemble de la rue Paul-Cézanne – doté de sa rue souterraine ; André Arfvidson, concepteur de l’imposante First National City Bank au rond-point des Champs-Élysées en 1929, avec son ossature d’acier habillée de façades classiques en pierre et en verre ; Lucien Bechmann, qui réalise selon le même principe l’immeuble de la compagnie Shell, rue Washington, en 1930 ; Léon Azéma, créateur de l’immeuble du 91 quai d’Orsay (1930) ; Louis-Hippolyte Boileau du 55 avenue Georges-V (1931) et tant d’autres encore…

Fig. 2 — Emmanuel Lazaridis, Cour des Comptes, 37 rue Panepistimiou et rue Koraïs, Athènes, 1928-1934 : porte d’entrée en fer forgé.

Fig. 2 — Emmanuel Lazaridis, Cour des Comptes, 37 rue Panepistimiou et rue Koraïs, Athènes, 1928-1934 : porte d’entrée en fer forgé.

Photo de l’auteur.

  • 35 Colonas 2006.

16Produit d’un concours international gagné par deux jeunes architectes grecs de formation française, Léon Bonis et Vassilis Kassandras, la caisse d’action sociale de l’Armée (1927-1940)35 fut le premier des immeubles-îlots d’Athènes – incluant en son centre une rue intérieure, ainsi qu’un cinéma-théâtre. La rupture avec l’échelle parcellaire était consommée : comme dans toutes les reconstructions qui suivront, la masse énorme du bâtiment efface la trame qui était celle de la ville néoclassique. Une étrange succession de monuments plus ou moins désaccordés, mais tous à l’alignement, va prendre sa place. Le nouvel édifice donne le ton : ses lourdes façades en enduit de ciment teinté s’accompagnent de profonds portiques donnant sur les boutiques aux devantures vitrées. Marquée par une grande corniche, ainsi que par un attique alternant baies et trumeaux (peints en rouge pompéien, comme s’il s’agissait de l’entablement dorique d’un temple à l’antique), la silhouette en est rythmée par un jeu d’avant-corps évoquant l’articulation pavillonnaire propre à l’architecture des monuments publics de l’Ancien Régime. Dans le genre, Charles Lemaresquier n’aurait pas fait mieux. À l’intérieur, l’impressionnant décor du cinéma-théâtre « Pallas » évoque les plus prestigieuses salles parisiennes – particulièrement, la salle Pleyel (1927) dessinée par Jean-Marcel Auburtin ou le cinéma Paramount aménagé par Auguste Bluysen dans l’ancien théâtre du Vaudeville la même année. Bien plus que l’Art déco des années 1920 qu’elle avait ignoré, cet « Art déco moderne » si caractéristique du tournant des années 1930 a profondément influencé la Grèce. En associant deux qualificatifs correspondant aux mouvements l’ayant immédiatement précédé ou suivi, l’intitulé que nous avons retenu est par lui-même significatif. En France, on a voulu y voir une « école de Paris » dont la désignation dérive du monde de la peinture. Le détournement idéologique du style, dans les totalitarismes des années 1930, n’est pas étranger à une telle confusion : ce sont deux modernismes concurrents qui se sont affrontés, entre tradition académique et avant-garde révolutionnaire. De générationnelle, la différence est devenue poli­tique au gré des violents conflits qui traversent l’époque.

17Le mouvement de densification du centre-ville atteint rapidement les quartiers résidentiels, qui se couvrent à leur tour d’immeubles d’habitation – à Neapoli ou à Kolonaki. Une nouvelle règle urbaine favorisant la construction dense a été adoptée en 1929. Inspirée par le règlement parisien, elle en reprend les principes d’hygiène (éclairage et ventilation assurés par des cours de service), en les corrigeant sous la double influence des propositions théoriques d’Henri Sauvage et de leur application dans le règlement urbain new-yorkais de 1916. Ce dernier définit un angle lumineux constant sur la voie publique, par le recours à un système de terrasses en gradins (le « retiré », si caractéristique de l’architecture de l’immeuble athénien). Le procédé autorise la construction en hauteur : même si la trame urbaine et le parcellaire ne sont pas vraiment adaptés à la densité, il rend possible leur utilisation sans avoir à élargir les voies. Pour compléter le dispositif, le règlement athénien généralise un système de portiques à rez-de-chaussée (sur le principe de la rue de Rivoli à Paris) : la circulation automobile occupe ainsi toute la chaussée, les trottoirs étant reportés sous une galerie en portique (στοά) – portiques sur lesquels donnent les magasins, à l’abri du soleil comme des intempéries. Dans le climat lumineux des villes méditerranéennes, la question de l’éclairement des étages inférieurs ne se pose pas (alors qu’elle est rédhibitoire à Paris). On notera que tout est prévu, dans ce règlement, pour favoriser la construction mixte (associant habitat et commerce dans un même édifice, selon une tradition dont l’origine remonte à l’antiquité romaine). Dernier avatar de la culture classique européenne, l’originalité de sa typologie architecturale a marqué de façon définitive la forme urbaine de la capitale grecque.

  • 36 Stamatiadis 1957, p. 49-50. Voir surtout Marmaras 1989 et Marmaras 1991.
  • 37 Immeubles d’habitation, rues Patission/Guilfordou, 1924 ; Papaleonardou, Patission/Skaramanga, 1925 (...)

18La πολυκατοικία (immeuble d’habitation) est née et ne fera que se développer à partir des années 193036. Plusieurs architectes s’en feront une spécialité, en particulier Kostas Kitsikis. Ses premiers immeubles, ornés d’un soubassement à refends et de larges pilastres colossaux (sommés, comme il se doit, par une corniche débordante et un étage attique), respectent la convention du balcon associé au triplet à la vénitienne – dispositif traditionnel exprimant le grand salon encadré par les chambres à coucher37. L’introduction du bow-window ne fait que confirmer le stéréotype (55 avenue Vassilissis Sophias, 1927). Curieusement, l’architecte semble prendre la chronologie à l’envers, lorsqu’il dessine des arcs et balcons cintrés en contraste avec de profondes loggias rectangulaires (25a rue Alopékis, 1930) dans un langage qui évoquerait plutôt les années 1900. Il ne trouvera véritablement la formule qu’un peu plus tard (29 avenue Vassilissis Sophias, 1938) en adoptant de grands balcons débordants, approfondis par des loggias et calés par des pilastres monumentaux : hormis la symétrie, la transposition de l’écriture classique dans l’architecture du béton armé s’effectue grâce à des détails comme les balustrades en marbre découpé ou ces étonnants enduits « artificiels », faits de ciment blanc et de marbre, qui vont devenir la marque de fabrique de l’architecture grecque.

19Le parallèle est intéressant avec les réalisations de Vassilis Tsagris (64 avenue Patission, 1928), d’une écriture plus raffinée mais aussi plus gracile ; ou, plus encore, avec celles de Vassilis Kouréménos. Au détour des années 1930, ce dernier réalise plusieurs édifices dont le placage de marbre coloré sur une ossature en béton est d’une exceptionnelle qualité : d’abord, au 37 avenue Dionysiou Aréopagitou (1929) ; puis, pour lui-même au 17 de la même avenue (1930) (fig. 3) avec des bas-reliefs dus sans doute à Paul-Gabriel Capellaro ; et enfin tout en marbre gris à l’angle des rues Loukianou et Spefsippou, l’immeuble Sklavounos (1930). La démarche des deux architectes, attachés à l’expression architecturale de l’ossature en béton armé, n’est pas sans évoquer le rationalisme constructif d’Auguste Perret. La différence est frappante avec les immeubles bourgeois des architectes à la mode : si Léon Bonis reste fidèle à l’Art déco des années de sa formation (35 rue Solonos/10 rue Lycavittou, avec Henri Ducoux, 1931), Emmanuel Lazaridis court après la mode. Il le fait pour rester dans l’actualité de ce qu’il faut bien considérer comme une « architecture de revue ». Avenue Vassilissis Amalias (1931-1937), il adopte une écriture moderne, balcons filants à allège pleine et bow-windows rectangulaires, qu’on croirait empruntée à Louis-Hippolyte Boileau (« habitation à bon marché », 6 avenue Paul-Appell, Paris 14e, 1934). Rue Kanaris (1937), il orne ses loggias-balcons d’une découpe chantournée dans un Louis XV moderne plus contestable – mais surtout très parisien (il s’inspire de R. & H. Bodecher, 3 avenue Matignon, Paris 8e, 1930) ! Cette versatilité suit très exactement le mouvement de la mode, l’architecture du logement entrant dans une logique de consommation. Contre une telle facilité décorative, une nouvelle réflexion va s’élaborer – tendant à définir de manière pérenne le type de l’immeuble urbain.

Fig. 3 — Vassilis Kouréménos, immeuble Vassilis Kouréménos, 17 avenue Dionysiou Aréopagitou, Athènes, 1930.

Fig. 3 — Vassilis Kouréménos, immeuble Vassilis Kouréménos, 17 avenue Dionysiou Aréopagitou, Athènes, 1930.

Photo de l’auteur.

Le mouvement moderne

  • 38 Mallet-Stevens 1911.

20Nous avons jusqu’ici passé sous silence la révolution qui s’amorce depuis le début des années 1920 dans le domaine de l’écriture architecturale. L’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de 1925 à Paris avait permis d’en observer les prémices : à côté des pavillons typiquement Art déco dus aux ténors de la profession – Henri Sauvage ; Charles Plumet ; Louis-Hippolyte Boileau ; Albert Laprade ; Joseph Hiriart, Georges Tribout et Georges Beau – s’exprimait une tendance beaucoup plus internationale au dépouillement décoratif. Dans la ligne définie dès le début du siècle par Josef Hoffmann, Tony Garnier ou Auguste Perret, elle était manifestée par un Pierre Patout, un Djo-Bourgeois ou un Robert Mallet-Stevens. La personnalité marquante était incontestablement ce dernier, qui jouait alors le rôle de chef de file du mouvement moderne (allant jusqu’à se servir de son influence pour permettre à Le Corbusier de réaliser le très controversé pavillon de l’Esprit nouveau à l’Exposition internationale des arts décoratifs de 1925). Artiste virtuose, il avait publié Une cité moderne (1922) et réalisé les décors du film L’Inhumaine de Marcel L’Herbier (1924) ; il était en train de construire la maison Collinet à Boulogne-Billancourt et achevait à Hyères la villa Noailles, qui fera sa célébrité. Ancien élève de l’École spéciale d’architecture (dont il était sorti major), il y enseignait comme professeur depuis 1907 – tout juste un an après son diplôme. Il y avait tout récemment pris la tête d’un atelier d’avant-garde dont l’exposition des travaux d’élèves fit un tel scandale, en 1924, qu’il fut amené à démissionner de son poste de patron. Influencé au départ par l’esthétique de Josef Hoffmann (d’autant qu’il était le neveu d’Adolphe Stoclet), il avait très tôt découvert l’art japonais – publiant dès 1911 un des premiers articles consacrés à l’architecture traditionnelle du Japon38. Il en dégagera une écriture puriste d’une particulière élégance, dont l’influence a été grande sur toute sa génération.

  • 39 Le Corbusier 1923, réédité en 1924 puis en 1928.

21Nous sommes à mille lieux d’Athènes, mais ce n’est qu’en apparence. Depuis le début de la guerre, l’École spéciale accueille à Paris des élèves grecs, sensibles à la qualité d’un enseignement dégagé du formalisme des Beaux-Arts. Fondé dès 1865 par un professeur du Conservatoire national des arts et métiers, l’établissement se veut l’équivalent de ce que sont l’École centrale ou l’École polytechnique pour les ingénieurs. On comprend qu’il ait pu attirer des étudiants formés à la discipline de l’enseignement du Polytechneion d’Athènes. Le premier d’entre eux fut Dimitris Photiadis, diplômé en 1917. Suivent Giorgios Kontoleon, entré en 1915 et diplômé en 1920 ; puis Panos Tzelepis (alias Djélépy), élève de 1918 à 1921 (il reçoit parallèlement l’enseignement de l’École des hautes études urbaines, créée en 1919 par Marcel Poëte et Henri Sellier). Pourtant en 1927-1928, c’est au Palais de bois que s’inscrit le stambouliote Patroklos Karantinos : ouvert en 1924 par Auguste Perret, l’atelier (installé dans un bâtiment provisoire destiné à accueillir les manifestations du salon des Tuileries) accueille des étudiants en rupture de ban avec l’institution. La réputation du maître est incontestée, au point que Le Corbusier lui rendra visite dans l’atelier de bois – pour en admirer… les fenêtres en longueur ! Symétriquement, chez Perret tout le monde lit Vers une architecture39. Contre la déferlante de l’Art déco, l’avant-garde puriste constitue une petite phalange d’artistes très soudés : c’est Perret lui-même qui enverra à Strasbourg deux de ses élèves, Oskar Nitzschké et Denis Honegger, pour assister Theo Van Doesburg à concevoir l’aménagement intérieur de l’Aubette, place Kléber, en 1927… L’atelier Perret ne tardera d’ailleurs plus à rejoindre l’École spéciale, à l’invitation de Mallet-Stevens en 1929. Au sommet de sa réputation, l’École spéciale accueille de plus en plus d’élèves étrangers : s’y inscrivent tour à tour Stamos Papadakis, élève à l’école de 1924 à 1929 ; Géo Kalyvas, diplômé la même année ; et enfin Vassilis Douras, présent de 1925 à 1930. Leurs camarades sont des personnalités aussi significatives qu’Adrienne Gorska ou Jean Ginsberg, succédant à Jean Badovici – diplômé en 1919 et devenu éditeur des Cahiers d’art et de L’Architecture vivante, qui font la promotion du mouvement moderne.

22De la rue Mallet-Stevens à la villa La Roche Jeanneret à Auteuil en passant par Boulogne-Billancourt ou, plus simplement encore, par les « Cineac » de la capitale, les jeunes architectes n’avaient pas à aller bien loin pour étudier des œuvres d’avant-garde – il ne leur était même pas nécessaire de se déplacer jusqu’à Poissy, Garches ou Ville d’Avray (encore moins à Hyères ou Roquebrune-Cap-Martin !). Mais l’aspiration à une culture internationale était la plus forte : ils seront plusieurs à visiter le Weissenhof de Stuttgart, en 1927. Leur connaissance de l’avant-garde allemande pourrait paraître surprenante si l’on ne savait pas qu’eut lieu en mai 1930 au Grand Palais (dans le cadre du Salon des artistes décorateurs) une grande manifestation dont la « Section allemande » était consacrée à Walter Gropius et au Bauhaus. À leur retour en Grèce, les uns et les autres ramenèrent une connaissance approfondie de l’avant-garde européenne des deux côtés du Rhin. Elle tranchait avec la tradition des Beaux-Arts, solidement instituée à Athènes depuis une vingtaine d’années. Il reste que ce sont des artistes d’une même génération qui s’opposent désormais : comme leurs confrères venus des Beaux-Arts, les modernistes sont tous nés autour de 1900.

  • 40 Giacoumacatos Godoli 2004.

23Le bataillon des Grecs de l’École spéciale bénéficia d’une opportunité exceptionnelle lorsque Élefthérios Vénizélos revint au pouvoir à partir de 1928. Le ministre de l’Instruction publique, Georges Papandréou, se vit confier la responsabilité de mener à bien un ambitieux programme de construction : près de deux mille établissements scolaires étaient à réaliser sur le territoire de la Grèce. Il se tourna vers Ernest Hébrard, de nouveau professeur au Polytechneion (au retour d’une mission en Indochine, où il avait séjourné de 1923 à 1926). L’architecte français définit un programme type, fidèle aux instructions ministérielles élaborées cinquante ans plus tôt pour la construction des écoles « Jules Ferry » en France. Il y ajouta seulement quelques prescriptions liées à l’orientation – différente selon qu’on se situe dans des régions froides ou venteuses et des régions chaudes : dans le premier cas, le couloir est au nord, les classes au sud ; dans le second, c’est l’inverse, afin que la circulation – traitée en coursive – fasse office de brise-soleil. On ne peut que constater la proximité de ce dernier dispositif avec celui imaginé par Le Corbusier pour la villa Baizeau à Carthage en 192940. Ernest Hébrard s’associera à Aristotélis Zachos pour constituer une équipe dont les pivots seront Patroklos Karantinos, tout juste revenu de France, et le jeune et brillant Nikolaos Mitsakis – premier diplômé du Polytechneion d’Athènes, il avait l’avantage d’avoir déjà travaillé pour les services techniques du ministère. C’est Aristotélis Zachos lui-même qui encouragea le recrutement d’architectes modernes : depuis qu’il avait construit dans un registre dépouillé renvoyant à l’architecture des Cyclades (maison de campagne de Dionysios Loverdos à Tatoï, 1928-1929), il faisait figure de maître à penser de l’avant-garde artistique et en assumait la responsabilité.

  • 41 Karandinos 1934, p. 61-74 ; Karandinos 1938. Voir aussi Loyer 1966.
  • 42 Giacoumacatos 2003.

24À partir de 1930, Karantinos et Mitsakis s’investissent entièrement dans l’exécution du programme d’État, laissant des œuvres qui feront date (écoles primaires rue Kallisperi et rue Koletti [fig. 4], 1932 – visitées l’une et l’autre par les membres du 4e Congrès international d’architecture moderne [CIAM] l’année suivante). À Dimitris Pikionis, ils ont réservé une place d’honneur – en rapport avec le rôle de premier plan qu’il joue sur la scène grecque (école de Pevkakia, 1931-1932, inspirée par une réalisation d’Ernst May à Francfort). Pour faire face à une telle demande, il faut multiplier les collaborateurs. Une dizaine d’autres architectes sont appelés à la rescousse : certains sont parmi les premiers diplômés du Polytechneion, comme Kyriakoulis Panayotakos, dont l’école de la rue Liossion recevra les compliments de Le Corbusier ; d’autres ont complété leurs études à l’étranger. Ainsi Géo Kalyvas et Vassilis Douras (ce dernier, depuis peu l’assistant de Nikoloudis) rentrent-ils de l’École spéciale, tandis que Iannis Despotopoulos (1903-1992) est passé par le Bauhaus, Orestis Maltos et Polyvios Michaïlidis (1907-1960) par l’atelier de Le Corbusier rue de Sèvres. Le mélange d’architectes grecs de diverses formations européennes fonctionne remarquablement bien, au point que les écoles du début des années 1930 resteront un modèle d’architecture publique contemporaine41. Le mouvement impulsé par la construction des écoles s’étend bientôt aux musées, dont Karantinos s’est fait une spécialité – à partir de la réalisation de celui, très remarqué, d’Héraklion en Crète en 193342. Il touche aussi les établissements hospitaliers (notamment les sanatoriums ou les villages d’enfants – en particulier, celui de Tzelepis à Voula en 1938) ainsi que les bâtiments universitaires, ceci alors que le mouvement moderne est déjà passé de mode à la fin des années 1930. La résistance de l’esthétique du purisme aux ambitions classicisantes de l’art officiel ne se comprend que par l’impact qu’avaient eu les premières réalisations d’écoles primaires – identifiant l’écriture du modernisme aux équipements de service public.

Fig. 4 — Patroklos Karantinos, école primaire de la rue Kallisperi à Koukaki, Athènes, 1932-1933.

Fig. 4 — Patroklos Karantinos, école primaire de la rue Kallisperi à Koukaki, Athènes, 1932-1933.

Photo de l’auteur.

  • 43 Les projets en ont été publiés dans La Construction moderne 26 mai 1935, p. 755.
  • 44 Ils s’apparentent à une pergola, comme parfois chez Frank Lloyd Wright (1867-1959).

25La génération des modernes va s’imposer de façon tout aussi spectaculaire dans un autre domaine : celui du logement individuel. Dès son retour en Grèce, Tzelepis réalise à Elliniko, dans la banlieue d’Athènes, plusieurs villas pavillonnaires (Tzelepis, 1929 ; Oikonomidis, 1929-1930 ; Zaphiriadis, 1933) dont la caractéristique est de jouer sur la volumétrie en dégageant des terrasses à différents niveaux43. Il en reprendra le principe pour le lotissement de Néa Alexandria, aujourd’hui Psychiko, qu’il étudie à partir de 1931 (maison Phrantzis, 1933). Cette géométrie cubiste de terrasses à gradins a le mérite de dégager du plain-pied à chaque étage – un dispositif sans doute plus adapté à l’habitat collectif qu’à la maison particulière. Il signale à quel point l’architecture nouvelle entend se distinguer de la construction traditionnelle faite de façades pleines en maçonnerie, couvertes par des toits en pente : en favorisant la construction en terrasse, elle renoue avec des traditions venues des époques les plus lointaines et qui reposaient sur une étroite imbrication entre dehors et dedans. L’idée sera reprise par de nombreux architectes : Panayotis Georgakopoulos, Kimon Laskaris, Kyriakoulis Panayotakos… De ce dispositif, Nikolaos Mitsakis offre une version plus « corbuséenne » dans la maison Koutsinas à Volos (1934) : comme à la villa Savoye, le volume parallélépipédique de l’enveloppe se distingue de la distribution en dégageant une grande terrasse à l’étage – solution qui deviendra un stéréotype. Mais c’est à Walter Gropius (1883-1969), l’illustre directeur du Bauhaus de Weimar, que Stamos Papadakis emprunte la terrasse couverte se détachant du volume cubique de la construction pour capter les points de vue sur le jardin, en profitant d’un paysage suburbain largement ouvert (villa Phakidis, Kifissia, 1932-1933). Quant à Thoukididis Valentis (1908-1982) et Polyvios Michaïlidis (villa Averoff, Kifissia, 1934), ils retiennent de la villa d’Hélène de Mandrot au Pradet (1929-1931) le recours à des pignons en maçonnerie de moellon – associée ici à des brise-soleil44. Cette référence n’est pas sans raison : les deux jeunes architectes avaient justement travaillé sur ce projet durant leur stage chez Le Corbusier, en 1930-1932.

  • 45 Dimitris Pikionis avait suggéré cette mise en couleur, évoquant les lotissements berlinois de Bruno (...)

26Le « style international » (célébré par une grande exposition au Museum of Modern Art de New York en 1932) atteint même la maison urbaine entre mitoyens : Giorgios Diamantopoulos, dont la formation est allemande, l’utilise pour sa maison de la rue Loukianou en 1929 ; Giorgios Kontoleon à l’atelier de Koula Pratsika, rue Omirou, en 1934 ; Vassilis Douras dans l’immeuble Bradravos à Kypseli et Emmanuel Vourekas à la maison Koronaios de la rue Fokylidou, en 1935. La formule va devenir la norme pour l’architecture des immeubles résidentiels, qui se multiplient le long des pentes du Lycabette. À peine sortis du Polytechneion, Orestis Maltos et Polyvios Michaïlidis en font la démonstration au 54 rue Omirou (1930). Kyriakoulis Panayotakos va l’appliquer à beaucoup plus grande échelle pour l’ensemble immobilier de la place d’Exarcheia : la « Maison bleue » (immeuble Antonopoulos, 80 rue Themistokleous, 1932-1933) doit sa célébrité à l’enduit dont elle avait été recouverte, sur les indications du peintre Spyros Papaloukas45. On affirme qu’en visitant l’édifice, Le Corbusier aurait dit « c’est beau » – une déclaration dont on peut douter de la sincérité, lorsqu’on se penche sur les plans et détails de l’édifice, étonnant exercice de style Beaux-Arts traduit dans l’esthétique du modernisme.

  • 46 Philippidis 2001.

27L’immeuble urbain trouve sa formule définitive dans deux œuvres particulièrement abouties. La première est construite en 1933-1934 pour la famille Michaïlidis presque en face de la Maison bleue, à l’angle des rues Zaïmi et Stournara. Les architectes sont Thoukididis Valentis et Polyvios Michaïlidis, le frère de ce dernier étant l’entrepreneur. Le vocabulaire corbuséen y est employé avec une grande intelligence. Il parvient à métamorphoser les stéréotypes de la distribution bourgeoise, même si on en trouve encore les traces du côté du service. L’autre œuvre de référence est l’immeuble Tsimboukis, édifié en 1936 par Vassilis Douras à l’angle des rues Navarinou et Mavromichali (fig. 5). Ici, triomphe le langage raffiné de Mallet-Stevens. Beaucoup plus adapté aux contraintes de distribution de l’immeuble urbain conventionnel, il révèle la surprenante beauté d’un volume à la géométrie puriste accentuée par la sobriété graphique du détail. De nombreux architectes et ingénieurs, aujourd’hui très oubliés, contribueront à populariser le type de l’immeuble moderne selon les standards définis par l’avant-garde. Citons, entre tant d’autres, le bel immeuble de Konstantinos Kouropoulos, à l’angle des rues Patriarchou Joachim et Ploutarquou (1933) ou celui de D. G. Pétropoulos au 62, rue Omirou (vers 1935). Même si la mode en altère bien souvent les détails, curieusement mêlés de luminaires ou de ferronneries qui appartiendraient plutôt à la tradition de l’Art déco, ils participent du même langage46. La typologie à laquelle ils renvoient supporte toutes les évolutions du goût, de l’opinion ou même de la politique. À partir de 1936 et de la restauration de la monarchie, la modernité est proscrite comme l’expression d’un radicalisme dont la nature est idéologique – ce qui n’empêche pas le mouvement moderne de bien se porter, au prix de quelques concessions plus commerciales que politiques (retour à la symétrie, enrichissement décoratif).

Fig. 5 — Vassilis Douras, immeuble Ioannis Tsimboukis, 21 rue Mavromichali et rue Navarinou à Exarcheia, Athènes, construit en 1936.

Fig. 5 — Vassilis Douras, immeuble Ioannis Tsimboukis, 21 rue Mavromichali et rue Navarinou à Exarcheia, Athènes, construit en 1936.

Photo de l’auteur.

  • 47 Giedion 1948.

28L’immeuble urbain s’est affirmé comme un modèle incontestable, dont la fortune devait durer jusqu’à la fin des années 1960 – sinon même encore aujourd’hui, où l’on en redécouvre les qualités. Était-il d’obédience française, de par les citations qui l’émaillent ? Ce serait bien audacieux de l’affirmer, car l’apport germanique est important – même s’il ne se situe pas sur le même plan. Capitale artistique de la vieille Europe, Paris a apporté une modernité dont elle partageait l’esthétique avec toute une avant-garde – germanique, hollandaise, suisse ou italienne… – les congrès internationaux d’architecture moderne en font foi. Mais l’Allemagne n’a pas eu moins d’importance dans l’élaboration du type : c’est à elle que revient la technique de la construction en béton armé, ainsi que celle du second œuvre. Les risques sismiques ne permettaient pas de se satisfaire des conceptions françaises de la structure, beaucoup trop audacieuses dans la section des ouvrages et jusque dans le détail des assemblages entre le poteau et la poutre (le gousset – pièce oblique d’angle – que les Français font très tôt disparaître, pour une plus grande élégance, et que la réglementation grecque continuera d’imposer). Le goût, si français, de l’expression de la structure (renvoyant au précédent du grand gothique) constituait un second obstacle à la formation d’une esthétique des volumes purs, effaçant les articulations constructives au profit de l’unité de la peau – en témoigne le procédé de remplissage en brique creuse couramment utilisé à Athènes, avant qu’un enduit général ne vienne en masquer l’existence. C’est donc sur le plan technique que l’ingénierie allemande a triomphé : les sections et les modes de calcul de la construction renvoient à la norme industrielle allemande (DIN) qui a fini, là comme ailleurs, par supplanter les autres procédés. La même observation pourrait s’étendre à des domaines aussi divers que la serrurerie, la plomberie, l’électricité ou même les huisseries – un constat que faisait déjà en 1948 Siegfried Giedion47. L’immeuble athénien en est une belle démonstration, soulignant s’il le fallait le rôle des ingénieurs et des techniciens dans la construction. Cette remarque nuance de beaucoup notre approche, tendant à souligner le rôle de la France dans la conception architecturale en Grèce au xxe s. Le double voyage entre Paris et Athènes fut certes un moment clé dans l’histoire culturelle de la Grèce (comme celui de Munich avait pu l’être au siècle précédent), mais l’internationalisation des échanges était en passe de bouleverser la donne. La tenue à Athènes, en 1933, du 4e Congrès international d’architecture moderne (CIAM) n’en apporte-t-elle pas la preuve ?

Notes

1 Cette situation est à mettre en rapport avec la démographie : 1 100 000 habitants environ en 1860, 2 100 000 en 1885 (après l’annexion des îles ioniennes en 1864, de la Thessalie en 1881), 2 900 000 en 1910 : voir Chesnay 1960, p. 889-893.

2 « Les pays qui ne peuvent intellectuellement se suffire à eux-mêmes ont l’habitude, pour chaque discipline, de recourir à des fournisseurs attitrés, toujours les mêmes. En Grèce, avant la guerre, pour les études juridiques, c’était la France ; pour la pédagogie et l’archéologie, l’Allemagne ; pour la médecine, la France ou l’Allemagne ; pour l’architecture, l’Allemagne ou l’Angleterre. » (Lavedan 1933, p. 149). L’élégance très british de l’œuvre d’Anastasios Métaxas, l’un des architectes les plus connus de sa génération, pouvait faire croire à une formation anglo-saxonne, ce qui n’était pas le cas. Dans les faits, c’est vers l’Allemagne que se tournaient les jeunes architectes désireux de compléter leurs études par un séjour à l’étranger.

3 La formule est de Saint-Marc Girardin (Saint-Marc Girardin 1836), reprise par Saint-René Taillandier (Taillandier 1848, p. 840).

4 Pour la période du premier xxe s., on se référera à l’excellent ouvrage de Fessas-Emmanouil Marmaras 2005 (sur Zachos, p. 2-45). Pour une vue d’ensemble sur le xixe siècle grec, Loyer 2017.

5 À l’inverse, c’est pour Paris que se décida son cousin Nikolaos Zachos, qui fut diplômé de l’École spéciale avant de travailler avec l’homme d’affaires Basil Zaharoff (1849-1936), puis de devenir l’architecte attitré de la Marine nationale à Toulon. Sur le contexte français, Loyer 1999.

6 Il avait même accompagné Josef Durm à l’occasion d’un périple archéologique en Grèce en 1906.

7 En particulier, son condisciple Hermann Billing, à qui l’on doit l’admirable hôtel de ville de Kiel en Schleswig-Holstein (1907-1911) ; mais aussi Robert Curjel et Karl Moser, architectes de la célèbre Badischer Banhof de Bâle (1910-1913), ainsi que Friedrich Ostendorf, réputé pour avoir bâti la maison Ostendorf à Karlsruhe (1911) dans un style néo-biedermeier dont il était le théoricien (son ouvrage posthume, Sechs Bücher vom Bauen, Berlin, Ernst, 1914-1920, se situait dans la ligne régionaliste moderne que défendront plus tard Paul Schultze-Naumburg et Paul Schmitthenner).

8 Courtes notices biographiques dans : Condaratos Wang 1999, p. 278 et 283.

9 Ibid., p. 277.

10 Kotsaki 2007.

11 Ils en sortirent diplômés en 1904 et 1905. Théoricien du rationalisme classique, successeur de Labrouste, Guadet fut également le maître d’Auguste Perret. Entré en 1891 à l’École dont il fut un brillant élève, ce dernier la quitta en 1896 pour effectuer son service militaire sans avoir poussé jusqu’au diplôme.

12 Yerolympos 2001.

13 Pikioni Rokou-Pikioni 2010.

14 Giorgio De Chirico, son ami d’enfance et camarade d’études au Polytechneion d’Athènes entre 1900 et 1905, était passé un peu plus tôt à Munich (1906-1908) avant de le rejoindre à la Grande Chaumière en 1910-1911.

15 Fessas-Emmanouil Marmaras 2005, p. 79-110.

16 Kardamitsi-Adami 2012.

17 Fessas-Emmanouil Marmaras 2005, p. 111-140.

18 Condaratos Wang 1999, p. 278.

19 Après avoir obtenu son diplôme à l’École impériale des beaux-arts d’Istanbul en 1901, il s’inscrira pour un an à l’École spéciale d’architecture de Paris puis ouvrira son agence à Péra. Il se réfugiera à Athènes en 1926 et y reprendra sa carrière jusqu’à la seconde guerre mondiale (Fessas-Emmanouil Marmaras 2005, p. 46-59).

20 Il était lui aussi d’origine phanariote, ce qui lui permit de débuter sa formation dans l’agence de Vassilis Kouréménos avant de partir pour Paris (Fessas-Emmanouil Marmaras 2005, p. 201-226).

21 À son retour en Grèce, il avait enseigné l’histoire de l’art au prince Paul et à la princesse Irène, les enfants du couple royal. Lors du « schisme national » (εθνικός Διχασμός), en 1917, l’architecte se retira prudemment à Arta dans les montagnes de l’Épire. Son appartenance au milieu de la cour ne lui fut pas reprochée lorsqu’il fallut constituer l’équipe internationale chargée de la reconstruction de Thessalonique.

22 Lavedan 1933, p. 159.

23 Waymark 2009.

24 Karadimou-Yerolympou 1995 ; voir aussi Kafkoula Karadimou-Yerolympou 2005.

25 Kardamitsi-Adami 2005.

26 Fougères 1911, p. 17-18.

27 Hôtels Megas Alexandros (1889), Bankeion (1890-1894), ou Excelsior (1910-1914), place Omonia, par Ernst Ziller ; Acropole Palace Hôtel (1925), avenue Patission, par Sotirios Mayassis.

28 Banque nationale de Grèce (ETE, Εθνική Τράπεζα της Ελλάδος), rue Tritis Septemvriou, 1923-1928, par Nikolaos Zouboulidis ; Banque populaire (Λαϊκή Τράπεζα), rues Panepistimiou et Pesmazoglou, 1927, par Anastasios Métaxas ; Banque de Grèce (Τράπεζα της Ελλάδος), rue Panepistimiou 21, 1933-1938, par Nikolaos Zouboulidis, Kimon Laskaris et Konstantinos Papadakis.

29 Caisse d’aide sociale des Fonctionnaires civils (Μετοχικό Ταμείο Πολιτικών Υπαλλήλων), rues Athinas et Lykourgou, 1920, par Vassilis Kouréménos ; caisse de la Mutuelle de l’armée de terre (MTS – Μετοχικό Ταμείο Στρατού), rue Stadiou 4, 1927-1938, par Léon Bonis et Vassilis Kassandras ; Cour des comptes (Γενικό Λογιστήριο του Κράτους), rues Panepistimiou 37 et Koraïs, 1928-1934, par Emmanuel Lazaridis ; ministère du Commerce (Υπουργείο Εμπορίου), rue Chalcochondili 2-4, 1938-1940, par Emmanuel Kriézis ; caisse d’assurances des Commerçants (Ταμείο Ασφαλίσεως Εμπόρων), rue Voulis 8-10, 1949-1953, par Emmanuel Lazaridis et Léon Bonis.

30 Compagnie de téléphone OTE, rue Stadiou 15, 1930-1931, par Anastasios Métaxas ; Union des correspondants de la presse étrangère (ΕΑΞΤ – Ένωση Ανταποκριτών Ξένου Τύπου), rue Akadimias 23, 1918-1923, par Vassilis Tsagris ; Cercle des étudiants de l’université d’Athènes (Πανεπιστημιακή Λέσχη), rue Ippocratous 15 et Akadimias, 1926-1930, par Alexandros Nikoloudis.

31 Néo-Arsakeion, rue Stadiou, 1907, par Ernst Ziller ; immeubles Ephesios, rue Stadiou 28, 1923-1928, et Rentis, avenue Vassilissis Sophias 9 et rue Merlin, 1928, par Vassilis Tsagris.

32 Stoa Praxitelous, vers 1920, rue Kolokotroni 25, par Vassilis Kouréménos ; stoa Nikoloudis, rue Panepistimiou, 1936, par Alexandros Nikoloudis.

33 Il avait été initialement prévu pour abriter la Cour de Justice, avant de devenir le club des officiers, et devait s’accompagner d’une place ordonnancée qui en aurait fait le nouveau centre de la capitale.

34 Que ce soit le prestigieux projet pour la Karlsplatz, incluant le Kaiser Franz Josef Stadtmuseum, ou bien l’immeuble de rapport de la Neustiftgasse, 40 – datant l’un et l’autre de 1909.

35 Colonas 2006.

36 Stamatiadis 1957, p. 49-50. Voir surtout Marmaras 1989 et Marmaras 1991.

37 Immeubles d’habitation, rues Patission/Guilfordou, 1924 ; Papaleonardou, Patission/Skaramanga, 1925 ; Vénizélos, Omirou/Vissarionos, 1928.

38 Mallet-Stevens 1911.

39 Le Corbusier 1923, réédité en 1924 puis en 1928.

40 Giacoumacatos Godoli 2004.

41 Karandinos 1934, p. 61-74 ; Karandinos 1938. Voir aussi Loyer 1966.

42 Giacoumacatos 2003.

43 Les projets en ont été publiés dans La Construction moderne 26 mai 1935, p. 755.

44 Ils s’apparentent à une pergola, comme parfois chez Frank Lloyd Wright (1867-1959).

45 Dimitris Pikionis avait suggéré cette mise en couleur, évoquant les lotissements berlinois de Bruno Taut. Panayotakos reprendra le principe de l’enduit coloré pour un autre immeuble, 54 rue Themistokleous – mais cette fois dans un ocre-rouge dont la couleur terre a été largement réutilisée par la suite.

46 Philippidis 2001.

47 Giedion 1948.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Aristotélis Zachos, maison d’Angeliki Hatzimihali, 18 et 18a rue Ipéridou (aujourd’hui rue A. Hatzimihali) à Plaka, Athènes, 1924-1927.
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3778/img-1.png
Fichier image/png, 293k
Titre Fig. 2 — Emmanuel Lazaridis, Cour des Comptes, 37 rue Panepistimiou et rue Koraïs, Athènes, 1928-1934 : porte d’entrée en fer forgé.
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3778/img-2.png
Fichier image/png, 458k
Titre Fig. 3 — Vassilis Kouréménos, immeuble Vassilis Kouréménos, 17 avenue Dionysiou Aréopagitou, Athènes, 1930.
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3778/img-3.png
Fichier image/png, 322k
Titre Fig. 4 — Patroklos Karantinos, école primaire de la rue Kallisperi à Koukaki, Athènes, 1932-1933.
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3778/img-4.png
Fichier image/png, 114k
Titre Fig. 5 — Vassilis Douras, immeuble Ioannis Tsimboukis, 21 rue Mavromichali et rue Navarinou à Exarcheia, Athènes, construit en 1936.
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3778/img-5.png
Fichier image/png, 313k

Auteur

Après avoir longtemps enseigné dans les universités de Rennes puis de Strasbourg, a rejoint le CNRS en 1990, où il est directeur de recherche honoraire au Centre André-Chastel de l’Université de Paris-Sorbonne. Historien d’art, spécialiste de l’histoire de l’architecture et des formes urbaines, il est l’auteur de nombreux travaux portant sur le xixe et le xxe siècle.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540