Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939)

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Polina Kosmadaki

Relations franco-helléniques dans l’entre-deux-guerres

Le développement institutionnel des relations culturelles franco-grecques durant l’entre-deux-guerres

Nicolas Manitakis

Résumé

Cette étude se penche sur l’évolution des rapports culturels au niveau institutionnel entre la France et la Grèce pour la période qui s’étend de la fin de la Première Guerre mondiale à la veille de la Deuxième Guerre mondiale. Elle s’intéresse plus particulièrement aux établissements scientifiques et éducatifs, grecs et français, ayant développé au cours de cette période une riche activité et contribué par là au resserrement des liens multiples entre les deux pays, tels que l’Hôpital français d’Athènes, l’Institut Pasteur hellénique, l’Institut néohellénique de Paris, le Pavillon hellénique de la Cité internationale universitaire de Paris ou encore l’Institut français d’Athènes. L’étude examine également d’autres formes de collaboration institutionnelle franco-hellénique, comme la création dans les années 1930 de chaires aux universités de Paris et d’Athènes, ainsi que la signature en 1938 d’un accord culturel franco-grec, le premier du genre.

Texte intégral

1L’entre-deux-guerres fut marqué par la floraison, tant à Paris qu’à Athènes, d’une série d’établissements scientifiques, culturels et universitaires, fruits, pour la plupart, de la coopération franco-grecque qui s’était développée entre milieux politiques, diplomatiques, scientifiques et universitaires dès les dernières années de la première guerre mondiale. À la suite de la mise en place d’organismes de recherche, de formation et d’enseignement dans les deux capitales, principalement au cours des premières années de la période de l’entre-deux-guerres, des chaires universitaires virent également le jour, dans les années 1930 et, pour la première fois dans l’histoire des relations bilatérales entre États, un accord de coopération culturelle franco-grecque fut conclu. Ce qui traduit, à mon sens, la volonté qui se fait jour dans l’entre-deux-guerres de resserrer les liens entre la Grèce et la France, dans les domaines de la recherche scientifique, de l’enseignement et de la culture mais montre bien également que la coopération franco-grecque à laquelle on aspirait s’appuyait désormais sur de solides bases institutionnelles. La richesse des initiatives qui s’exprimèrent durant cette période dans le domaine institutionnel demeure impressionnante, y compris à l’aune des données actuelles. Ce n’est donc pas trop s’avancer que de parler d’un véritable « rayonnement » de la coopération franco-grecque. Je m’efforcerai de montrer dans la suite de ma contribution les différents volets de cette « floraison » d’initiatives au niveau institutionnel, d’en signaler les traits caractéristiques et d’en cerner, plus généralement, l’importance.

La fondation de l’« hôpital français » à Athènes

2L’essor institutionnel de la coopération franco-grecque s’est traduit, dès les premières années de l’après-guerre, par l’ouverture de trois établissements : l’Hôpital français d’Athènes en 1919, l’Institut néo-hellénique, la même année, à Paris, et l’Institut Pasteur, en 1920, à Athènes. L’implantation d’établissements français à Athènes entrait dans le cadre d’un dispositif de propagande plus vaste, impulsé dès les dernières années de la première guerre mondiale par les milieux diplomatiques français. Ce programme visait à reconquérir et à affermir l’influence française, alors en perte de vitesse, dans les milieux politiques et scientifiques helléniques et, plus généralement, dans l’opinion publique grecque, à travers une série d’actions menées dans le domaine universitaire et scientifique. Il prévoyait, entre autres, d’« épurer » l’Université d’Athènes de ses professeurs germanophiles, en nommant sur leurs postes des spécialistes formés en France, en invitant en Grèce des universitaires français à donner des conférences, et en facilitant par tous les moyens l’accès des étudiants grecs aux facultés françaises.

  • 1 Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN) à Nantes, Athènes/B/112, « Notice sur l’Hôpital (...)
  • 2 CADN, Athènes/B/112, « Hôpital français d’Athènes. Comptes rendus sur l’activité depuis 1928 » et A (...)

3L’Hôpital français d’Athènes commença à fonctionner en 1919 dans un bâtiment loué par l’Ambassade de France sur l’avenue Alexandras1. Une double fonction de propagande incomba d’emblée à l’établissement hospitalier, appelé : a) à dispenser à des étudiants en médecine grecs un complément de formation médicale aux méthodes et aux découvertes scientifiques françaises, l’objectif à plus long terme étant d’accroître les effectifs d’étudiants grecs en formation postuniversitaire dans les facultés de médecine en France et b) à offrir gratuitement des soins et une hospitalisation à la population locale, ce qui dans un document diplomatique était qualifié de « propagande philanthropique2 ». Le bâtiment de l’avenue Alexandras abritait un dispensaire où un personnel hautement qualifié assurait des consultations gratuites sur une base quotidienne. Dans le même espace, une clinique d’une cinquantaine de lits accueillait des patients nécessitant des thérapies de longue durée. Contrairement aux consultations, les soins en clinique étaient payants. Il était néanmoins prévu que certaines catégories sociales, comme les ressortissants français, les indigents et, après 1922, les réfugiés, puissent être soignés gracieusement.

  • 3 Centre d’études d’Asie Mineure (CEAM) à Athènes, Archives Melpo et Octave Merlier, D/20, « Hôpital (...)
  • 4 CADN, Athènes/Β/112, « Hôpital français d’Athènes. Activité en 1928 », Athènes, 15 décembre 1928 et (...)
  • 5 CADN, Athènes/A/274, lettre Portmann, Athènes, 11 mars 1919.

4La clinique fut équipée avec du matériel médical cédé par les services sanitaires de l’armée française, installée en Grèce depuis 1915 avec le Corps expéditionnaire d’Orient3. Ce qui tendrait à montrer que l’essor institutionnel de la présence française en Grèce après la fin de la première guerre mondiale fut favorisé, dans une large mesure, par l’implication directe de la France, déjà du temps de la guerre, dans les affaires grecques. Les milieux grecs francophiles et de culture française, en s’investissant dans l’entreprise, jouèrent également un rôle décisif. Si les trois médecins qui prirent successivement la direction de l’établissement (Pietri 1919-1923, Dorigny 1923-1928 et Schneider 1928-1933) étaient français, le personnel médical fut encadré par des médecins grecs, ayant pour la plupart poursuivi leurs études en France, et francophiles convaincus4. Recruter à l’Hôpital français les médecins grecs qui avaient rallié le camp français était, aux yeux des diplomates, une manière de les dédommager de l’ostracisme dont les avait frappés la frange germanophile des universitaires grecs pendant toute la durée du Schisme national5. En réalité, la France saisissait l’occasion pour récompenser les appuis qu’elle avait sur place dans le monde médical et les enrôler dans sa campagne de propagande.

5De leur côté, les médecins grecs de formation française pouvaient miser sur les services de l’établissement médical pour élargir leur clientèle privée et améliorer la qualité des soins médicaux qu’ils dispensaient à leurs patients. Exercer à l’Hôpital français d’Athènes leur permettait en outre d’afficher auprès du public local leurs liens avec la médecine française, dans l’espoir d’accroître leur prestige de praticiens, vu l’aura dont celle-ci bénéficiait dans l’opinion publique.

6Pour mieux satisfaire au caractère propagandiste de sa fonction, l’Hôpital français admettait également des étudiants en médecine et des internes qui parachevaient leur formation auprès du personnel médical titulaire. On voit donc clairement apparaître ici l’intention des milieux français de faire de cet établissement à la fois un hôpital moderne et un centre d’enseignement de la médecine.

7La direction de l’hôpital n’eut aucune difficulté à recruter dix médecins ayant achevé leurs études de médecine ou leur spécialité dans des universités et des hôpitaux français. Elle fut aidée dans son entreprise par la présence à Athènes d’une pléthore de médecins grecs inscrits dans des facultés françaises d’avant guerre. Un large éventail de spécialités médicales fut ainsi couvert, puisque l’Hôpital français disposait de services de médecine générale, de chirurgie, d’otorhinolaryngologie, de neurologie, de pédiatrie, d’ophtalmologie et d’orthopédie. Grâce à la tradition bien ancrée chez les étudiants de partir étudier dans des facultés de médecine françaises, les milieux français n’eurent donc aucun mal à doter leurs établissements en Grèce d’un personnel local qualifié.

  • 6 CADN, Athènes/Β/112, Légation de France au ministère des Affaires étrangères (grec), 13 août 1935.

8Les médecins grecs de l’Hôpital n’étaient pas rétribués ; ils étaient tenus d’examiner gratuitement les patients qui consultaient le dispensaire de l’établissement, une façon pour eux de contribuer à l’œuvre de propagande qui passait par la prestation de soins gratuits. Toutefois, en compensation des prestations fournies à titre gracieux, ils avaient la possibilité de soigner leurs propres patients à la clinique, contre rétribution cette fois. Cette forme spécifique de coopération entre les deux pays s’appuyait bien évidemment sur le fait que les deux parties avaient tout à gagner de cette réciprocité. La direction de l’hôpital n’eut guère de difficulté non plus à pourvoir les postes de personnel soignant. Des religieuses françaises de l’ordre des Sœurs de la Charité, qui s’étaient illustrées par leur action philanthropique et éducative sur le sol grec depuis le xixe s. et pouvaient se targuer d’une solide expérience, acceptèrent de grand cœur d’offrir leurs services6. La France tirait ainsi le meilleur parti possible d’un de ses atouts majeurs, à savoir la longue présence dans le sud-est de la Méditerranée de nombreuses communautés monastiques très actives en matière d’œuvres de bienfaisance. Quant aux besoins en personnel auxiliaire ‒ filles de salle, secrétaires, cuisiniers, chauffeurs, menuisiers, etc. ‒ ils furent couverts en recrutant parmi la population locale.

  • 7 CADN, Athènes/Β/112, « Rapport sur l’activité de Hôpital français d’Athènes en 1934 ».

9On estime qu’au milieu des années 1920, le service de consultations de l’Hôpital accueillait à titre gracieux quelque 2 500 patients par an ; 300 autres demandaient à être soignés à la clinique où, dans l’énorme majorité des cas, ils étaient admis à leurs frais. La multiplication des consultations et des soins sur une période d’à peine dix ans et ce, en dépit d’effectifs et d’infrastructures limités, témoigne du succès remporté par l’Hôpital français. Au milieu des années 1930, le service de consultations accueillait trois fois plus de patients, atteignant 7 500 visites par an ; le nombre d’hospitalisations avait doublé et avoisinait les 530 par an, dont 30 seulement ne payaient pas7. Par conséquent, durant toute la période de l’entre-deux-guerres, des milliers d’habitants de la région d’Athènes bénéficièrent de soins médicaux et quelques centaines, de soins hospitaliers, au sein de l’établissement français. L’Hôpital français d’Athènes s’imposa très rapidement dans la capitale grecque comme un grand centre de soins réputé pour la compétence de ses services. Il est révélateur à cet égard que le gouvernement grec ait sollicité le concours de cet établissement au moment de faire face au problème majeur que posèrent, dès la fin des années 1910 et davantage encore dans les années 1920, l’arrivée et l’installation massives de réfugiés, dont certains étaient très mal en point. À la suite d’une demande du ministre de la Santé au directeur français, des centaines de réfugiés de l’Empire ottoman, malades et blessés, furent soignés gracieusement à l’Hôpital français. Dans une période particulièrement critique pour la santé publique, le potentiel hospitalier du pays se trouva donc renforcé grâce à cette unité supplémentaire, sans grever pour autant le budget de l’État.

10Les frais de fonctionnement de l’hôpital étaient couverts par les subventions annuelles allouées par l’État français ‒ subventions qui, de 1919 à 1931, s’élevèrent à 578 000 francs ‒, ainsi que par les frais d’hospitalisation payés par les malades qui y étaient admis. Les sources de financement étant insuffisantes pour couvrir l’ensemble des dépenses, l’établissement connut des déficits. Mais, en dépit de difficultés financières, il continua à fonctionner normalement jusque dans les années 1930. On voit donc que les Français réussirent à ouvrir et à entretenir à Athènes pendant plusieurs décennies un hôpital à caractère fortement propagandiste, dont la mission première était d’accroître l’influence française, à travers la diffusion des méthodes scientifiques françaises et la prestation de soins médicaux et hospitaliers. La question de l’efficacité de cette forme spécifique de propagande reste bien sûr posée.

La fondation à Athènes de l’Insitut Pasteur hellénique

  • 8 Voir une référence à la visite de Nikolaos Politis au docteur Roux, à l’Institut Pasteur de Paris, (...)
  • 9 CADN, Athènes/A/274, lettre Portmann, Athènes, 11 mars 1919.

11Si l’ouverture de l’Hôpital français d’Athènes avait été le fruit d’une initiative exclusivement française, encore qu’elle ait bénéficié du soutien des milieux médicaux grecs, la fondation, un an plus tard, en 1920, d’un Institut Pasteur à Athènes fut le résultat d’une collaboration entre le gouvernement grec et l’Institut Pasteur de Paris. Les milieux français et diplomatiques qui avaient joué un rôle décisif dans la fondation de l’Hôpital français d’Athènes (avec, comme médecin chef, le directeur du service sanitaire de la Mission militaire française en Grèce, le docteur Arnaud) furent aussi à l’origine, en collaboration avec des cadres du gouvernement vénizéliste comme Nikolaos Politis8, de l’ouverture d’une seconde fondation scientifique française dans la capitale grecque, strictement orientée, celle-ci, vers la recherche. Des médecins militaires français et des diplomates parvinrent à convaincre le marchand d’armes et banquier Basil Zaharoff, d’origine grecque et de nationalité française, réputé pour ses œuvres de bienfaisance, de faire une donation d’un montant de 500 000 francs, afin d’acquérir, sur l’avenue Vassilissis Sofias, un terrain qui accueillerait la nouvelle fondation9. Le gouvernement de Vénizélos compléta cette donation privée initiale avec des fonds publics, ce qui permit d’ériger un immeuble et de l’équiper en matériel scientifique.

  • 10 Archives de l’Institut Pasteur (AIP) à Paris, « Convention entre le gouvernement hellénique et l’In (...)
  • 11 AIP, « Statuts de l’Institut Pasteur hellénique (Journal officiel 1/13 mars 1920) ».
  • 12 Loi 2073 sur les dépenses de fonctionnement de l’Institut Pasteur hellénique, JO 3 mars 1920, no I, (...)
  • 13 AIP, ministère de l’Intérieur, Statuts de l’Institut Pasteur hellénique fondé par Basil Zaharoff, A (...)

12Le cadre de fonctionnement du centre de recherches et sa mission furent définis par ses statuts ratifiés par décret royal, ainsi que par l’accord signé en 1920 entre le gouvernement grec et l’Institut Pasteur de Paris, représentés respectivement par le ministre des Affaires étrangères, Nikolaos Politis, et le sous-directeur de l’Institut Pasteur de Paris, le docteur Calmette10. L’Institut Pasteur athénien avait pour mission d’avancer les recherches sur les maladies infectieuses et parasitaires de l’homme et des animaux domestiques, d’éradiquer par des méthodes scientifiques le paludisme et la tuberculose, d’appliquer les méthodes de Pasteur et de mettre au point, contre rétribution ou non, des vaccins et des techniques thérapeutiques11. De son côté, le gouvernement grec s’engagea à allouer à l’Institut de recherche la somme annuelle de 250 000 drachmes12. La dévaluation de la drachme liée au déclenchement de la crise économique obligea toutefois le gouvernement grec à revoir à la hausse le montant de la subvention initiale, qui passa d’abord à 500 000 drachmes, puis, plus tard, à 1 200 000 drachmes13.

  • 14 AIP, « Compte-rendu annuel du directeur au conseil d’administration de l’Institut Pasteur ».

13S’agissant de l’encadrement de l’Institut, on s’aligna sur le modèle de l’Hôpital français. Ainsi, quatre médecins-chercheurs français assurèrent tour à tour la direction, et ce jusqu’en 1940. Tous étaient membres de la famille pasteurienne, puisqu’ils avaient été auparavant en fonction à la maison mère parisienne. Pour le reste, le personnel scientifique était constitué de médecins microbiologistes grecs qui avaient fait leurs études en France14. La fondation, après la Grande Guerre, d’organismes scientifiques français dans la capitale grecque, qu’il s’agisse de l’Institut Pasteur ou de l’Hôpital français, donnait ainsi une chance à des Grecs diplômés d’universités françaises de trouver un emploi à leur retour en Grèce. Le caractère franco-grec de l’Institut se reflétait également dans la composition de son conseil d’administration, auquel le directeur de l’hôpital était tenu de soumettre ses décisions. Le conseil était, en effet, constitué de membres aussi bien français que grecs.

  • 15 CADN, Athènes/A/422, Institut Pasteur hellénique au ministre de France en Grèce, Athènes, 9 août 19 (...)

14L’Institut Pasteur hellénique constituait ainsi un établissement scientifique de droit privé dont le personnel et les membres du conseil d’administration étaient grecs et français. Il était subventionné essentiellement par des fonds publics grecs et il avait pour vocation principale de fournir des prestations scientifiques à l’État grec. La participation financière de la France se limitait à une subvention annuelle allouée par le ministère français des Affaires étrangères qui pouvait aller jusqu’à 20 000 francs – ce qui correspondait à 60 000 drachmes –, l’État grec, de son côté, participant à concurrence de 500 000 à 1 200 000 drachmes par an15. La France parvint ainsi à mettre en place en Grèce un organe de diffusion de ses pratiques médicales et de ses produits de laboratoire à un coût vraiment minime, puisque les frais de construction avaient été pris en charge par un bienfaiteur et que les frais de fonctionnement incombaient essentiellement à l’État grec.

  • 16 Zilidis 2008, p. 132-138 ; Kyriopoulos 2008, p. 49.
  • 17 AEF, dossier Institut Pasteur, « Δωρεάν κατά το 1936 χορηγηθέντα εμβόλια » [Vaccins délivrés à titr (...)
  • 18 Sur l’ampleur prise par la tuberculose, voir à titre indicatif Théodorou 2002, p. 149-150 et Mousta (...)
  • 19 Sur la dengue, voir Christodoulou Demetrios, « Η επιδημία δάγκειου πυρετού το 1928 » [L’épidémie de (...)
  • 20 « Η έκθεσις του κ. Μακένζι προς την Κ.Τ.Ε. δια την επιδημίαν του Δάγκειου » [Le rapport de M. Macke (...)
  • 21 Gardika 2008, p. 173-183.

15Au demeurant, les bénéfices que le gouvernement grec devait retirer de cet établissement s’avérèrent bientôt considérables. Quelques années à peine après sa fondation, la santé publique16 fut sérieusement menacée par l’arrivée massive de réfugiés, se conjuguant avec l’apparition d’épidémies mortelles, et ce fut l’Institut Pasteur qui fut appelé à renforcer la protection sanitaire du pays. La production et la diffusion massives de vaccins contre le typhus, la peste, la dysenterie et le staphylocoque, produits et mis à disposition par l’Institut, contribuèrent à juguler les risques d’épidémie17. Toutefois, la fabrication à grande échelle, à partir de 1925, de vaccins contre la tuberculose, une maladie qui dans la période de l’entre-deux-guerres prit des proportions considérables, se révéla encore plus cruciale18. La mission de l’Institut s’avéra plus précieuse encore lorsque se déclencha la plus grave épidémie qu’ait connue la Grèce au xxe s. : la dengue19, qui toucha jusqu’au Premier ministre grec en personne. L’Institut Pasteur, qui était alors le laboratoire de microbiologie le mieux équipé du pays, encadré par un personnel scientifique hautement qualifié, fut appelé par les autorités grecques à diagnostiquer cette épidémie et à l’enrayer20. Parmi les acteurs étrangers qui, dans l’entre-deux-guerres, aidèrent la Grèce à éviter « le désastre sanitaire », il faut donc inclure, à côté de la Société des Nations et de la Fondation Rockefeller21, le gouvernement français qui contribua à implanter en Grèce le célèbre Institut Pasteur.

  • 22 AIP, Lettre de G. Pangalos au docteur Blanc, Athènes, 4 février 1928 et « L’Institut Pasteur est dé (...)
  • 23 Archives de l’Institut Pasteur hellénique, t. I, 1924, n. 2, p. 257-267 ; AEF, dossier Institut Pas (...)

16Le gouvernement de Vénizélos s’employa également à tirer parti de l’Institut Pasteur dans le domaine éducatif. C’est ainsi qu’il confia à la fondation scientifique le soin d’enseigner la microbiologie à l’École d’hygiène tout nouvellement fondée22. Parallèlement, pendant toute la durée de l’entre-deux-guerres, des dizaines d’étudiants, de médecins, de vétérinaires, d’agronomes et de médecins militaires grecs, désireux de se former aux méthodes de laboratoire ou d’avancer dans leurs recherches, furent admis au centre de recherches de l’Institut Pasteur23. C’est également par le canal de l’Institut que de nouvelles disciplines scientifiques furent introduites en Grèce et que se diffusa ce que l’on appelle « la culture du laboratoire ».

La mise en place d’un Institut néo-hellénique à l’université de Paris en 1919

  • 24 Archives historiques du ministère des Affaires étrangères (AHMAE) à Athènes, 1930/B/33 IV, dossier (...)

17Dans le domaine universitaire, une forme de coopération franco-grecque était déjà apparue avant guerre avec l’introduction, en 1912, de cours de langue et de littérature néo-helléniques dans les programmes de la Sorbonne. L’enseignement avait été confié à Hubert Pernot, spécialiste de langue grecque et professeur à l’École des langues orientales de Paris. Un an à peine après la fin de la Grande Guerre, la fondation dans cette même université d’un centre d’études de la langue néo-hellénique témoigne d’une volonté de renforcer la coopération franco-grecque dans ce domaine. Le gouvernement grec s’engagea à allouer à cet effet une subvention annuelle d’un montant de 18 000 francs. Cette somme devait servir à constituer une bibliothèque néo-hellénique et à en assurer le fonctionnement, à financer des publications scientifiques, ainsi qu’à rétribuer un chercheur titulaire24.

18Comme dans le cas de l’Institut Pasteur, Vénizélos en personne, ainsi que son bras droit, Nikolaos Politis, apportèrent leur soutien chaleureux à la fondation de l’Institut néo-hellénique. Ministre des Affaires étrangères du gouvernement vénizéliste pendant trois ans, de 1917 à 1920, Politis avait auparavant enseigné le droit international dans les universités françaises d’Aix, de Poitiers et de Paris. Cette figure d’universitaire français et de diplomate grec, spécialiste de droit international, originaire de Corfou, internationalement réputée, qui possédait en outre la double nationalité, était mieux placée que quiconque pour promouvoir efficacement la coopération franco-grecque dans le domaine universitaire.

  • 25 AHMAE, 1930/B/33 IV, dossier « Εκπαιδευτικά: Έδρα Νεοελληνικής Φιλολογίας εις Σορβώνην » [Enseignem (...)

19Malgré l’intérêt qu’avaient manifesté certaines personnalités politiques de l’entre-deux-guerres pour le fonctionnement de la fondation, les gouvernements grecs avaient peine à remplir leurs engagements financiers ; résultat, l’Institut néo-hellénique connut, au milieu des années 1920, de sérieux dysfonctionnements qui allèrent jusqu’à mettre en péril son existence25. En fin de compte, les problèmes furent surmontés et l’Institut survécut, grâce au soutien constant de l’État français et de ses universités.

La création d’un Pavillon hellénique à la Cité universitaire de Paris au début des années 1930

  • 26 Archives de la Fondation hellénique (AFH) à Paris, dossier Correspondance générale, lettre de N. Po (...)
  • 27 AFH, dossier Donation Zaharoff Fondation hellénique, « Discours de M. N. Politis, ministre de Grèce (...)
  • 28 AFH, dossier Donation Zaharoff Fondation hellénique, « Note sur la Fondation hellénique à la Cité u (...)
  • 29 « La Fondation hellénique de la Cité universitaire est inaugurée aujourd’hui en présence du préside (...)

20L’idée d’édifier une Maison de la Grèce se fit jour lorsque débuta, au milieu des années 1920, la construction dans la capitale française d’une Cité universitaire internationale. Nikolaos Politis, en tant qu’ambassadeur de Grèce à Paris cette fois, s’employa à soutenir le projet d’une participation hellénique à la Cité26. À son initiative, une collecte fut organisée à travers le pays, dans les années 1927-1929, le gouvernement Vénizélos garantissant de son côté un modique soutien financier27. Les fonds réunis permirent de financer la construction, d’après les plans d’un architecte grec, d’une « Maison de la Grèce » d’une capacité de 67 chambres, sur un terrain cédé par l’université de Paris28. Le Pavillon hellénique de la Cité internationale, connu sous le nom de « Fondation hellénique », fut finalement inauguré en grande pompe en décembre 193229. Dans les années qui suivirent et jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale, des dizaines d’étudiants grecs y résidèrent, à une époque où la récession économique rendait difficile, voire très aléatoire, la poursuite d’études en France.

  • 30 AFH, dossier Personnel, « Georges Spyridakis » et « Fondation hellénique. Conseil d’administration. (...)
  • 31 Voir Manitakis 2015, p. 63-85.

21Il est important de souligner que les fondateurs de la Fondation hellénique, tout comme ses premiers directeurs, tels Dionysios Zakythinos (1933-1935), docteur en histoire byzantine de l’université de Paris, puis son successeur Georgios Spyridakis (1935-1949), nourrissaient des ambitions pour la Fondation hellénique : plus qu’un simple foyer d’étudiants, elle avait vocation à devenir un espace public qui accueillerait des manifestations culturelles susceptibles d’intéresser un public gréco-français. Aussi mirent-ils en place, dès les premières années d’existence du Pavillon, un riche programme de conférences publiques sur des sujets scientifiques ou culturels, invitant comme intervenants des universitaires, des scientifiques et des écrivains grecs et français30. Loin d’être uniquement une institution universitaire, la Fondation hellénique assuma pleinement ainsi un rôle d’acteur culturel31.

La création de l’Institut français d’Athènes

  • 32 Voir Roussel 1924, p. 2-9.
  • 33 Pour une brève présentation de l’histoire de l’Institut français d’Athènes, voir Milliex 1996, p. 6 (...)

22Aux établissements français qui virent le jour dans la période de l’entre-deux-guerres, il convient d’ajouter l’Institut français d’Athènes. L’annexe éducative de l’École française d’Athènes, connue sous le nom d’école Giffard, qui avait ouvert ses portes en 1907, fut rebaptisée aussitôt, après la Première Guerre mondiale, Institut supérieur d’études françaises32. Un changement de nom qui alla de pair avec un mode de fonctionnement résolu­ment nouveau. Si l’Institut conserva sa vocation première, à savoir essentiellement l’apprentissage de la langue française à des adultes et la formation de professeurs de français, pour la première fois, il ouvrit également ses portes aux milieux athéniens bourgeois, cultivés et ayant une bonne connaissance du français. L’établissement s’efforça d’attirer un public issu de milieux éduqués, en mettant en place des conférences sur la littérature française ou encore sur la culture néo-hellénique33, dont l’organisation était confiée aux professeurs de l’Institut.

  • 34 Sur Octave Merlier, voir Flitouris 2001, p. 383-394.

23Cette ouverture sur la société athénienne marque un tournant dans l’histoire de l’Institut. À noter cependant que l’activité culturelle de l’établissement resta limitée jusqu’à la fin des années 1940. Souffrant d’une pénurie de cadres, centré essentiellement sur sa mission éducative, administrativement et financièrement tributaire de l’École française d’Athènes et, partant, sans gestion ni directeur autonomes jusqu’en 1938, l’Institut français d’Athènes n’était pas en mesure de remplir pleinement sa mission culturelle en organisant un programme étoffé de manifestations (expositions de peinture, conférences, etc.). C’est surtout à compter de la fin des années 1930 et davantage encore à partir de la Libération, quand Octave Merlier, en qualité de directeur désormais, procéda à une réorganisation complète des activités de l’Institut, que la contribution culturelle et intellectuelle de l’établissement au développement des relations et des échanges franco-grecs commença à se faire vraiment sentir34.

Nouvelles formes de coopération institutionnelle franco-grecque durant la période de la crise économique

24L’entre-deux-guerres est incontestablement la grande époque des instituts : c’est de cette période que date, nous l’avons vu, la fondation de l’Institut Pasteur, de l’Institut néo-hellénique de la Sorbonne, ainsi que de l’Institut français d’Athènes. Preuve que pour les milieux politiques et diplomatiques, tant français que grecs, l’ouverture d’établissements s’inscrivait dans une stratégie visant à renforcer la présence culturelle, scientifique et universitaire de chacun des deux pays chez son partenaire et leur coopération mutuelle. La mise en place de semblables institutions n’en constituait pas moins un investissement onéreux, qui impliquait, entre autres dépenses, d’acquérir ou de louer des bâtiments pour les abriter, d’employer sur une base permanente un personnel spécialisé ou non, parfois nombreux, et de couvrir, entre autres, les frais d’entretien et de fonctionnement. Les relations institutionnelles franco-grecques prirent ainsi une dimension nettement matérielle qui se traduisait par un engagement financier conséquent pour les deux partenaires.

25La conjoncture économique difficile à laquelle était confronté l’État grec déjà depuis le milieu des années 1920 et, à plus forte raison, l’aggravation de la crise économique au début des années 1930, modifièrent complètement la donne. Sous-financés, les établissements franco-grecs des premières années de l’après-guerre et des années 1920 se retrouvèrent en butte à de graves difficultés de fonctionnement. L’apparition de la crise conduisit à modifier la stratégie adoptée par les deux pays afin de resserrer leurs liens sur le plan institutionnel. On renonça à fonder des établissements. Dans les années 1930, aucun nouvel organisme ne vint s’ajouter à la liste de ceux qui existaient déjà. La coopération entre la Grèce et la France, s’agissant des institutions, se poursuivit désormais sous des formes moins onéreuses, comme l’ouverture de chaires universitaires et, plus généralement, le développement de l’enseignement universitaire.

La création de chaires universitaires dans les années 1930

  • 35 Sur la création de la chaire, voir Pernot 1999.
  • 36 AHMAE, 1930/B/33 VI, dossier « Εκπαιδευτικά: Έδρας Νεοελληνικής Φιλολογίας εις Σορβώνην » [Enseigne (...)
  • 37 AHMAE, 1930/B/33 IV, dossier « Εκπαιδευτικά: Έδρα Νεοελληνικής Φιλολογίας εις Σορβώνην » [Enseignem (...)

26En 1930 fut créée à la Sorbonne une chaire de grec postclassique et moderne et de littérature néo-hellénique, à laquelle fut affecté le néo-helléniste Hubert Pernot35. L’ouverture de cette chaire était le fruit d’une coopération, dans le domaine universitaire, entre le gouvernement grec, qui cofinançait la nouvelle institution, et l’établissement supérieur français. Une coopération dont les racines remontaient à l’introduction de l’enseignement de la langue néo-hellénique à l’Université de Paris en 191236, et qui se poursuivit, nous l’avons vu, en 1919, avec la fondation de l’Institut néo-hellénique. La création d’une chaire universitaire au début des années 1930 visait, d’une part, à valoriser les études néo-helléniques et à leur offrir un ancrage dans l’établissement d’enseignement le plus prestigieux de Paris, et d’autre part, à réhabiliter la carrière universitaire de Pernot. Le brillant néo-helléniste français avait assuré le cours de langue grecque à la Sorbonne pendant près de deux décennies avec le statut précaire de chargé de cours et, à certaines périodes, sans même être rétribué par le gouvernement grec, censé cofinancer les études néo-helléniques à Paris. Cela l’avait conduit, au milieu des années 1920, à demander « asile » à la chaire de phonologie et à l’Institut de phonétique, dont il avait pris la direction37. L’ouverture de cette chaire visait à permettre au savant français d’exercer à nouveau dans le domaine qui était le sien, celui des études néo-helléniques, une entreprise qui s’avéra un succès.

  • 38 CADN, Service des œuvres françaises à l’étranger (SOFE) 302, le ministre de la France à Athènes, An (...)
  • 39 AHMAE, 1928/B/33, dossier « Εκπαιδευτικά, Γενική Διοίκησις Μακεδονίας στο Υπουργείο Εξωτερικών » [E (...)
  • 40 « Περί ιδρύσεως εδρών ξένων φιλολογιών παρά τη Φιλοσοφική Σχολή του Πανεπιστημίου Αθηνών » [Sur la (...)

27Les milieux diplomatiques français prirent prétexte de la création de cette chaire de langue néo-hellénique à l’université de Paris pour intensifier leurs pressions en faveur de l’ouverture de chaires de littérature française dans les universités grecques, au nom de la réciprocité. Pressions qui ne tardèrent pas à porter leurs fruits. Ainsi, en 1932, l’université d’Athènes, qui avait alors à sa tête un recteur de culture française, Alivizatos, accepta d’introduire l’enseignement de la littérature française dans ses programmes. Mais, plutôt qu’une chaire, la direction de l’établissement préféra mettre en place des cours-conférences hebdomadaires dispensés par un des professeurs français de l’Institut français38, ce qui permettait de respecter la condition posée par le corps professoral, à savoir que le chargé de cours n’appartienne pas au personnel enseignant de l’université d’Athènes. La création d’une chaire de langue et littérature françaises dans une université grecque constituait de longue date une revendication de la diplomatie française, formulée dès les années 1910 et réitérée sur un mode plus pressant à la fin des années 1920, lorsque le gouvernement grec eut dévoilé son intention de fonder un « Institut de langues et de littératures étrangères » à l’université toute nouvellement ouverte de Thessalonique39. Le fait que les autorités grecques aient donné satisfaction à la requête française dans les années 1930 est révélateur de l’essor qu’avaient connu les relations institutionnelles franco-grecques dans l’entre-deux-guerres. L’introduction au début des années 1930, et ce, pour la première fois dans les annales universitaires, de l’enseignement de la littérature française à l’université d’Athènes ouvrit finalement la voie à d’autres littératures étrangères (européennes) qui revendiquaient un statut analogue. C’est ainsi qu’avant la fin de la décennie, l’enseignement de plusieurs langues et littératures étrangères avait fait progressivement son apparition dans les amphithéâtres, sous forme de conférences publiques d’abord, jusqu’à ce que la loi permette, en 1938, de créer des chaires dans ces disciplines à l’université40.

L’accord culturel franco-grec de 1938

28On aura noté que les progrès essentiels dans la coopération institutionnelle entre la Grèce et la France furent pour la plupart accomplis sous le gouvernement de Vénizélos. Dans la majorité des cas, les relations franco-grecques dans l’entre-deux-guerres, qu’il s’agisse de fondations, de chaires universitaires ou de programmes d’enseignement, se développèrent sous les deux gouvernements vénizélistes, de 1917 à 1920 et de 1928 à 1932. Favorablement disposés envers les intérêts français, comme il était déjà apparu sous les premiers gouvernements des libéraux (1910-1915), les milieux vénizélistes continuèrent dans l’après-guerre à répondre aux injonctions de la diplomatie française. Par-delà les liens étroits qu’entretenait avec la France le politicien de La Canée lui-même, la forte présence, dans les sphères du pouvoir, de francophones et de francophiles, favorisait une coopération bilatérale. De ce point de vue, le politicien et diplomate très actif Nikolaos Politis, déjà évoqué, ne semble pas avoir constitué un cas isolé parmi les collaborateurs de Vénizélos.

29Pourtant, c’est sous le gouvernement autoritaire de Ioannis Métaxas que la coopération institutionnelle franco-grecque connut un de ses plus grands succès : l’accord culturel franco-grec de 1938. Cet accord culturel bilatéral, le premier à avoir été signé par le gouvernement grec, compte parmi les plus aboutis qu’ait jamais conclus la République française avec un État étranger. Les milieux diplomatiques français et grecs s’engageaient à régler une série de questions culturelles, éducatives et scientifiques d’intérêt commun et à donner une nouvelle impulsion aux relations et aux échanges intellectuels, culturels et universitaires entre les deux pays. Le texte en question fut signé par l’ambassadeur de France à Athènes, Henri Cosme, et le dictateur grec lui-même, en décembre 1938.

30L’importance de l’accord tenait, entre autres, au fait qu’il couvrait un vaste éventail d’activités et de formes de coopération. Les deux gouvernements s’engageaient à favoriser les échanges et les voyages d’universitaires, de scientifiques, d’artistes, d’hommes de lettres, de boursiers et d’étudiants (art. 1, 8), l’organisation d’expositions d’arts plastiques, de concerts, de projections de films et d’émissions radiophoniques (art. 7), la diffusion de copies d’œuvres d’art, la traduction de publications littéraires et scientifiques, la publication et la diffusion de livres et de revues (art. 10 et 6), ainsi que les voyages de reconnaissance à visées éducatives (art. 9). L’accord entérinait l’équivalence du diplôme de fin d’études secondaires grec (apolytirion) et du baccalauréat français (art. 4). Étaient reconnus comme établissements officiels de la République française l’École française d’Athènes et l’Institut supérieur d’études françaises (art. 2), le second ayant vocation à enseigner la langue, la littérature et la culture françaises et à former des professeurs de français.

  • 41 Hadziiossif 1993; Papastratis 2003, p. 290-292 ; Koliopoulos 1985, p. 90-98.
  • 42 Sur l’« offensive culturelle » du Front populaire, voir Guénard 1988.
  • 43 Sur la visite de Jean Zay en Grèce, voir Flitouris 2003.
  • 44 Zay 1987, p. 78-79, 196-199.
  • 45 Ibid., p. 200.
  • 46 AHMAE, 1939/A/10/3, « Σύμφωνο πνευματικής συνεργασίας μεταξύ Ελλάδα-Ιταλίας » [Accord de coopératio (...)

31Comment expliquer qu’un régime comme celui de Métaxas, qui passait pour être « germanophile » et était, à en croire un certain nombre d’études historiques, plutôt favorable en fin de compte aux intérêts britanniques, ait ainsi tendu la main à la France41 ? Comment interpréter qu’un gouvernement français d’obédience socialiste comme le Front populaire ait été disposé à coopérer avec le régime dictatorial d’un Métaxas, qui ne dissimulait pas ses sympathies et son penchant pour les modèles nazis et fascistes ? Les racines de l’accord franco-grec de 1938 doivent être recherchées, à mon sens, dans « l’offensive culturelle » menée sur le front diplomatique dans les Balkans par le gouvernement français du Front populaire après 1936, afin de juguler l’influence grandissante des régimes fasciste et nazi dans la région42. S’agissant plus particulièrement de la Grèce, l’implication personnelle de Jean Zay, ministre de l’Instruction publique du Front populaire, joua un rôle déterminant. Zay s’était rendu en Grèce en avril 1937, en sa qualité de ministre à la tête de la délégation officielle française venue assister à la célébration du centenaire de l’université d’Athènes43. À en croire son journal de bord, le ministre français avait été impressionné par l’accueil chaleureux que lui avaient réservé les milieux intellectuels et étudiants lors de son périple en Grèce, par l’expression de leurs sentiments francophiles et de leur foi dans les idées républicaines44. Œuvre de Jean Zay, l’accord culturel était la « contrepartie » accordée par le ministre à la jeunesse étudiante grecque, aux intellectuels et aux artistes ; elle traduisait une volonté de faciliter leur mobilité, leurs études universitaires et leur accès à l’apprentissage du français et d’encourager leurs penchants artistiques. Comme le notait le ministre français lui-même, Métaxas, aussi bien en public qu’en privé, ne manqua pas d’exprimer des sentiments de sympathie envers la France et se montra favorable à la signature d’une convention culturelle franco-grecque45. Les pressions exercées, deux mois à peine après sa conclusion, en février 1939, par des diplomates italiens auprès du ministère hellénique des Affaires étrangères pour que soit signé le même type d’accord entre la Grèce et l’Italie témoignent du succès que constituait la convention de 193846.

32Il était prévu de mettre en place deux commissions mixtes de cinq membres, siégeant respectivement à Paris et à Athènes, pour concrétiser les points prévus par l’accord. Cette disposition ne resta pas lettre morte. Les deux commissions se réunirent à plusieurs reprises dans les années 1940, 1950 et 1960, afin de régler des questions d’intérêt commun.

33S’agissant des relations institutionnelles franco-grecques, nous vivons encore sur l’héritage de l’entre-deux-guerres. La plupart des établissements français ou grecs fondés après la première guerre mondiale continuèrent à exister après la seconde et sont toujours opérationnels aujourd’hui. Le cadre de fonctionnement est resté grosso modo le même. L’accord de 1938, à quelques ajouts ou ajustements près, est toujours en vigueur lui aussi et continue à régir les relations culturelles, éducatives et scientifiques franco-grecques. En matière de coopération institutionnelle entre la Grèce et la France, la période de l’entre-deux-guerres, particulièrement féconde, s’avéra donc déterminante pour l’avenir.

Notes

1 Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN) à Nantes, Athènes/B/112, « Notice sur l’Hôpital français d’Athènes » et « Hôpital français. Emplacement et destination des constructions ».

2 CADN, Athènes/B/112, « Hôpital français d’Athènes. Comptes rendus sur l’activité depuis 1928 » et Athènes/A/428, lettre de A. Dorigny à l’ambassadeur de France, Athènes, 1er mars 1927.

3 Centre d’études d’Asie Mineure (CEAM) à Athènes, Archives Melpo et Octave Merlier, D/20, « Hôpital français d’Athènes. Rapport de Henri Ducoux, architecte en chef du gouvernement », 26 avril 1937.

4 CADN, Athènes/Β/112, « Hôpital français d’Athènes. Activité en 1928 », Athènes, 15 décembre 1928 et « Hôpital français. Personnel médical », Athènes, 23 avril 1929.

5 CADN, Athènes/A/274, lettre Portmann, Athènes, 11 mars 1919.

6 CADN, Athènes/Β/112, Légation de France au ministère des Affaires étrangères (grec), 13 août 1935.

7 CADN, Athènes/Β/112, « Rapport sur l’activité de Hôpital français d’Athènes en 1934 ».

8 Voir une référence à la visite de Nikolaos Politis au docteur Roux, à l’Institut Pasteur de Paris, le 9 juillet 1919, Archives de la Société des Nations, Fonds divers, Politis Papers, Box 209, File 4, « Agenda 1919 », en date du mercredi 4 juillet.

9 CADN, Athènes/A/274, lettre Portmann, Athènes, 11 mars 1919.

10 Archives de l’Institut Pasteur (AIP) à Paris, « Convention entre le gouvernement hellénique et l’Institut Pasteur de Paris », Athènes, 4 mars 1920 ; signée par N. Politis et le docteur Calmette.

11 AIP, « Statuts de l’Institut Pasteur hellénique (Journal officiel 1/13 mars 1920) ».

12 Loi 2073 sur les dépenses de fonctionnement de l’Institut Pasteur hellénique, JO 3 mars 1920, no I, feuillet 60.

13 AIP, ministère de l’Intérieur, Statuts de l’Institut Pasteur hellénique fondé par Basil Zaharoff, Athènes 1920 ; « Convention entre le Gouvernement hellénique et l’Institut Pasteur de Paris », signée par Politis et Calmette, Athènes, 4 mars 1920. Archives de l’École française (AEF) à Athènes, dossier Institut Pasteur, « Budget 1936 de l’Institut Pasteur hellénique ».

14 AIP, « Compte-rendu annuel du directeur au conseil d’administration de l’Institut Pasteur ».

15 CADN, Athènes/A/422, Institut Pasteur hellénique au ministre de France en Grèce, Athènes, 9 août 1927.

16 Zilidis 2008, p. 132-138 ; Kyriopoulos 2008, p. 49.

17 AEF, dossier Institut Pasteur, « Δωρεάν κατά το 1936 χορηγηθέντα εμβόλια » [Vaccins délivrés à titre gracieux en 1936].

18 Sur l’ampleur prise par la tuberculose, voir à titre indicatif Théodorou 2002, p. 149-150 et Moustani Tzafleris 2008, p. 387-402.

19 Sur la dengue, voir Christodoulou Demetrios, « Η επιδημία δάγκειου πυρετού το 1928 » [L’épidémie de dengue en 1928], in Kyriopoulos 2008b, p. 171.

20 « Η έκθεσις του κ. Μακένζι προς την Κ.Τ.Ε. δια την επιδημίαν του Δάγκειου » [Le rapport de M. Mackenzie à la SDN concernant l’épidémie de dengue] et « Μικρόβιον του Δάγκειου » [Microbe de la dengue], Σκριπ [Skrip] 12 août 1928 et 12 septembre 1928 ; AIP, SP/03, lettre signée par J. Caminopetros, Athènes, 31 août 1928.

21 Gardika 2008, p. 173-183.

22 AIP, Lettre de G. Pangalos au docteur Blanc, Athènes, 4 février 1928 et « L’Institut Pasteur est dépossédé de son laboratoire à l’École d’hygiène et la convention de collaboration entre l’École et l’Institut Pasteur est dénoncée », s. d. Sur la fondation de l’École d’hygiène, voir Lebet 2008, p. 113-118.

23 Archives de l’Institut Pasteur hellénique, t. I, 1924, n. 2, p. 257-267 ; AEF, dossier Institut Pasteur, « Institut Pasteur. Comptes rendus du directeur au conseil d’administration de l’Institut Pasteur hellénique », docteur R. Boisseau, Athènes, 14 juin 1940.

24 Archives historiques du ministère des Affaires étrangères (AHMAE) à Athènes, 1930/B/33 IV, dossier « Εκπαιδευτικά: Έδρα Νεοελληνικής Φιλολογίας εις Σορβώνην » [Enseignement : chaire de langue et littérature néo-helléniques à la Sorbonne], vice-recteur de l’université de Paris, E. Poincaré au ministre de la Grèce en France, Paris, 6 décembre 1919 ; CEAM, Archives Melpo et Octave Merlier, B/12, lettre dactylographiée de H. Pernot à Octave et Melpo Merlier, s. d.

25 AHMAE, 1930/B/33 IV, dossier « Εκπαιδευτικά: Έδρα Νεοελληνικής Φιλολογίας εις Σορβώνην » [Enseignement : chaire de langue et littérature néo-helléniques à la Sorbonne], lettre de P. Laskaris à l’ambassadeur de Grèce à Paris, Paris, 28 juin 1929 ; CEAM, Archives Melpo et Octave Merlier, B/12, lettre dactylographiée de H. Pernot à Octave et Melpo Merlier, 29 novembre 1926.

26 Archives de la Fondation hellénique (AFH) à Paris, dossier Correspondance générale, lettre de N. Politis à André Honnorat, président du comité de direction de la Fondation pour le développement de la Cité universitaire, Paris, 18 mars 1926. Voir également Bacharas 2015.

27 AFH, dossier Donation Zaharoff Fondation hellénique, « Discours de M. N. Politis, ministre de Grèce, membre de l’Institut. Inauguration de la Fondation hellénique, 23 décembre 1932 ».

28 AFH, dossier Donation Zaharoff Fondation hellénique, « Note sur la Fondation hellénique à la Cité universitaire », s. d.

29 « La Fondation hellénique de la Cité universitaire est inaugurée aujourd’hui en présence du président de la République », Paris Soir, 24 décembre 1932.

30 AFH, dossier Personnel, « Georges Spyridakis » et « Fondation hellénique. Conseil d’administration. Séance du 9 janvier 1936. Rapport sur l’exercice de l’année 1934 », « Cité universitaire. Fondation hellénique. Le directeur. Rapport sur l’exercice de l’année 1935 », « Rapport sur l’exercice de l’année 1936 ».

31 Voir Manitakis 2015, p. 63-85.

32 Voir Roussel 1924, p. 2-9.

33 Pour une brève présentation de l’histoire de l’Institut français d’Athènes, voir Milliex 1996, p. 69-82. Voir également Flitouris 2005, p. 14.

34 Sur Octave Merlier, voir Flitouris 2001, p. 383-394.

35 Sur la création de la chaire, voir Pernot 1999.

36 AHMAE, 1930/B/33 VI, dossier « Εκπαιδευτικά: Έδρας Νεοελληνικής Φιλολογίας εις Σορβώνην » [Enseignement : chaire de langue et littérature néo-helléniques à la Sorbonne], N. Politis à monsieur le président, Athènes, 18 octobre 1916.

37 AHMAE, 1930/B/33 IV, dossier « Εκπαιδευτικά: Έδρα Νεοελληνικής Φιλολογίας εις Σορβώνην » [Enseignement : chaire de langue et littérature néo-helléniques à la Sorbonne], 1930/B/33, lettre de H. Pernot au ministère hellénique des Affaires étrangères, 24 avril 1929.

38 CADN, Service des œuvres françaises à l’étranger (SOFE) 302, le ministre de la France à Athènes, André Bruère au ministre des Affaires étrangères, Yvon Delbos, a. s. de la chaire de littérature française à l’université d’Athènes, no 65, Athènes, 11 décembre 1936 et Archives du ministre des Affaires étrangères (Paris), Relations culturelles 1945-1947, Enseignement Grèce/65, conseiller de l’ambassade à Athènes au ministre des Affaires étrangères, Athènes, 6 juin 1947, no 450.

39 AHMAE, 1928/B/33, dossier « Εκπαιδευτικά, Γενική Διοίκησις Μακεδονίας στο Υπουργείο Εξωτερικών » [Enseignement, Direction générale de Macédoine au ministère des Affaires étrangères], Thessalonique, 21 juillet 1928, art. 2310 ; le vice-recteur de l’université de Thessalie au ministère de l’Éducation et des Cultes, Athènes, 19 novembre 1929 ; « Περί ιδρύσεως Ινστιτούτου ξένων γλωσσών και φιλολογιών παρά τω Πανεπιστημίω Θεσσαλονίκης » [Sur la fondation d’un Institut de langues et de littératures étrangères à l’université de Thessalonique], ΦΕΚ [Journal officiel du Gouvernement] 207 (16 juillet 1931).

40 « Περί ιδρύσεως εδρών ξένων φιλολογιών παρά τη Φιλοσοφική Σχολή του Πανεπιστημίου Αθηνών » [Sur la fondation de chaires de littératures étrangères à la Faculté des lettres de l’université d’Athènes], ΦΕΚ 69 (23 février 1938).

41 Hadziiossif 1993; Papastratis 2003, p. 290-292 ; Koliopoulos 1985, p. 90-98.

42 Sur l’« offensive culturelle » du Front populaire, voir Guénard 1988.

43 Sur la visite de Jean Zay en Grèce, voir Flitouris 2003.

44 Zay 1987, p. 78-79, 196-199.

45 Ibid., p. 200.

46 AHMAE, 1939/A/10/3, « Σύμφωνο πνευματικής συνεργασίας μεταξύ Ελλάδα-Ιταλίας » [Accord de coopération intellectuelle entre la Grèce et l’Italie], Note d’un diplomate (signature illisible), Athènes, 2 février 1939.

Auteur

Docteur de l’EHESS (Paris), est professeur assistant d’histoire à l’Université d’Athènes et mène des recherches sur l’histoire des migrations étudiantes et intellectuelles, l’histoire de l’éducation et l’histoire socioculturelle des relations franco-helléniques.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540