Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939)

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Polina Kosmadaki

Introduction

Lucile Arnoux-Farnoux

Texte intégral

Les échanges culturels entre la France
et la Grèce dans l’entre-deux-guerres

  • 1 Théotokas 1981, p. 14.
  • 2 Sur le séjour de Séféris à Paris, voir l’article de Christina Dounia, p. 339-343.
  • 3 Sur le séjour d’Andréas Embirikos à Paris, voir l’article de Christina Dounia, p. 343-347.
  • 4 Elytis 2011, p. 125.

1Dès le début du xixe siècle, la Grèce a entretenu avec la France des relations étroites fondées sur des affinités historiques et culturelles profondément enracinées dans la conscience des deux pays. Comme on le sait, la Révolution française et l’esprit des Lumières ont joué un rôle fondamental dans les mouvements qui ont conduit à la création d’un État hellène indépendant et, par la suite, ces liens privilégiés ont continué à se développer, par-delà les aléas de la diplomatie et les fluctuations de la politique internationale. Si la Première Guerre mondiale a suscité l’apparition en France d’un certain mishellénisme, succédant au traditionnel philhellénisme français, en raison de l’entrée tardive de la Grèce dans le conflit et des conséquences très néfastes du schisme intérieur du pays, l’entre-deux-guerres n’en a pas moins représenté la période durant laquelle les relations culturelles entre les deux nations ont connu un épanouissement sans précédent. Paris jouit alors d’un prestige incontesté comme capitale mondiale des arts et de la culture, et attire artistes et intellectuels venus de tous les horizons. La Grèce n’échappe pas à ce pouvoir d’attraction et la majeure partie de son élite vient se former, ou achever sa formation, dans la Ville Lumière. Paris est synonyme de modernité : « Nous communiquions intellectuellement avec le xxe siècle par le biais de la France1 », écrit l’écrivain Georges Théotokas, évoquant sa rencontre avec le poète Georges Séféris, à la fin des années 1920. L’un et l’autre ont séjourné à Paris, six ans et demi, de 1918 à 1924, pour Séféris2, plus brièvement, en 1927-1928, pour Théotokas, de même qu’Andréas Embirikos, entre 1925 et 19343, avant d’introduire la psychanalyse et le surréalisme en Grèce. Elytis, plus jeune, se souvient pour sa part que dès le collège il achetait des revues françaises : « Ces années-là, jeune collégien, je les partageais avec Paris. Un Paris tiré des revues de l’époque4 », écrit-il trente ans plus tard. Architectes, peintres, sculpteurs, critiques d’art, tous ceux qui aspirent à découvrir les idées et les courants artistiques contemporains se rendent à un moment ou à un autre à Paris. Inversement, les Français retrouvent le chemin de la Grèce pour venir y chercher une « moderne Antiquité », qu’il s’agisse des jeunes architectes du 4e Congrès international d’architecture moderne (CIAM) amenés à Athènes et dans les îles par Le Corbusier en 1933, des passagers des croisières organisées sur le même bateau, le Patris II, par Hercule Joannidès, l’éditeur de la revue Le Voyage en Grèce (1934-1939), ou de voyageurs individuels comme le sculpteur Zadkine.

Un sujet méconnu

  • 5 Lambraki-Plaka – Mentzafou-Polyzou 2006.
  • 6 Hoffmann – Rinuy – Farnoux 1996 ; GreenDaehner 2012 ; GélyParizet – Tomiche 2014.
  • 7 Surlapierre 2007.

2Si jusqu’à présent l’ampleur de ce phénomène de « double voyage », comme il nous a paru judicieux de le caractériser, n’a pas été mesurée, certains de ses aspects ont déjà été pris en compte, surtout en Grèce. Les expositions de la Fondation Goulandris à Andros explorent ainsi régulièrement le rapport à la Grèce des grandes figures de la peinture en France au xxe s. Sans remonter trop haut, on peut citer Picasso et la Grèce, en 2004, suivie par André Masson et la Grèce en 2007, puis Delvaux et le monde antique en 2009, auxquelles il faut ajouter l’exposition Jean Cocteau et la Grèce au musée Bénaki en 2007, qui présente les dessins, peintures et céramiques de l’écrivain-plasticien inspirés par la mythologie grecque. Par ailleurs, le lien des artistes grecs avec la France a été brillamment illustré par l’exposition Paris-Athènes 1863-1940 organisée à la Pinacothèque nationale du 20 décembre 2006 au 31 mars 2007 et par le catalogue impressionnant qui l’accompagnait5. En France, en revanche, la question des relations artistiques et littéraires avec la Grèce reste avant tout celle de la réception de la Grèce antique par les artistes et écrivains de la première moitié du xxe s.6, même si le terme de « voyage » apparaît dans certains titres7.

  • 8 Basch – Farnoux 2006.

3Le colloque organisé en 2004 par Sophie Basch et Alexandre Farnoux à l’École française d’Athènes autour de la revue Le Voyage en Grèce (1934-1939)8 amorce une nouvelle approche du sujet. Destiné à l’origine à accompagner les croisières en Grèce organisées par la compagnie Neptos, Le Voyage en Grèce devient, sous la direction de Tériade, une véritable revue d’art à laquelle contribuent écrivains, journalistes, universitaires et artistes invités à bord du Patris II afin de rehausser le prestige de la croisière et de favoriser le développement d’un tourisme d’élite dans ce pays. Associant littérature, archéologie, photographie, architecture, peinture et sculpture, la revue offre des perspectives de recherche multiples, y compris sur l’histoire du tourisme, permettant de préciser ce que représentaient la Grèce et le voyage en Grèce pour les intellectuels et les artistes français dans les années 1930. La richesse des résultats obtenus à partir de l’étude de cette seule publication – dont l’ouvrage collectif issu du colloque témoigne – laissait entrevoir l’intérêt de mener une enquête plus approfondie. Par ailleurs, les chercheurs étaient restés sur une aporie : l’absence de la Grèce contemporaine dans le Voyage en Grèce et le silence fait sur la dictature de Métaxas, qui prend le pouvoir en août 1936, au profit de l’image d’une Grèce éternelle de la mer, du soleil et des îles, une Grèce idéalisée, hors de l’Histoire.

4Il apparut donc nécessaire de mettre sur pied un programme de recherches plus large qui engloberait l’ensemble de l’entre-deux-guerres, de 1919 à 1939, et prendrait en compte les échanges culturels entre la Grèce et la France dans les deux sens, d’Athènes vers Paris et de Paris vers Athènes. L’idée du « double voyage » était née.

  • 9 On peut citer entre autres : « Voyages en Grèce dans les années 1930 » et « Antiquité grecque 1919- (...)

5Le présent ouvrage est l’aboutissement de quatre ans de recherches menées par une équipe franco-grecque pluridisciplinaire, dans le cadre du programme quadriennal (2008-2011) de l’école française d’Athènes, en partenariat avec le musée Bénaki et l’Institut d’études méditerranéennes à Réthymnon (IEM-ITE). Le but étant d’étudier les modalités du « double voyage » entre Paris et Athènes dans l’entre-deux-guerres, il est apparu nécessaire à la fois d’aborder le plus grand nombre de domaines possible et de maintenir une approche symétrique, ainsi que de mettre au jour des données nouvelles sur le sujet grâce à un travail de recherche dans des fonds documentaires encore inexplorés, en particulier des fonds d’archives en France et en Grèce. Les premiers résultats de ces travaux ont été exposés lors de journées d’études intermédiaires9 avant le colloque final tenu à Athènes en janvier 2012.

6Ces différentes manifestations, ainsi que l’ensemble des recherches menées pendant quatre ans, ont montré que dans l’entre-deux-guerres l’impact des relations étroites entre la France et la Grèce, loin de se limiter aux secteurs les plus connus, comme la peinture ou la littérature, pouvait se mesurer en fait dans la quasi-totalité des activités culturelles et artistiques des deux pays. C’est ce que l’on va découvrir dans cet ouvrage.

Une approche pluridisciplinaire

7Il était nécessaire d’abord de poser le cadre historique, politique mais aussi économique dans lequel ces échanges culturels ont eu lieu. C’est ce que fait l’historien Christos Hadziiossif, mettant en lumière les fluctuations et les revirements de la politique française à l’égard de la Grèce, et pointant même un net recul du soutien de la France à la Grèce dans les années 1930, en raison de la priorité que la première donne à sa politique balkanique. Au contraire des relations économiques, la coopération culturelle est au plus fort entre les deux pays durant l’entre-deux-guerres, comme le montre Nicolas Manitakis, avec la création, dès la fin de la première guerre mondiale, de trois institutions qui vont avoir un rôle déterminant : l’Hôpital français d’Athènes (1919), l’Institut néo-hellénique de la Sorbonne (1919) et l’Institut Pasteur (1920) à Athènes. Ce mouvement, qui se poursuit dans les années 1930 avec la fondation du pavillon hellénique à la Cité universitaire internationale de Paris (1932), la création de plusieurs chaires universitaires et le développement progressif, sous la direction d’Octave Merlier, de l’Institut supérieur d’études françaises, qui deviendra l’Institut français d’Athènes après la deuxième guerre mondiale, culmine avec l’accord culturel franco-grec signé en 1938 à la suite du voyage en Grèce de Jean Zay, alors que la France est gouvernée par le Front populaire et la Grèce par le dictateur Métaxas.

8C’est sur cet arrière-plan politique, économique et institutionnel que se développent les échanges culturels dans des domaines aussi divers que l’architecture, les arts plastiques, la photographie et le cinéma, les arts décoratifs, la musique et la littérature.

9En ce qui concerne l’architecture, tout d’abord, Panayotis Tournikiotis explore les différentes modalités du « double voyage » des architectes, les Grecs allant chercher la modernité à Paris avant de revenir exercer dans leur pays, tandis que les Français, dans la continuité du Grand Tour, vont en Grèce admirer monuments et paysages. De manière emblématique, Le Corbusier emmène le 4e Congrès international d’architecture moderne en croisière dans les Cyclades, où il découvre la dimension moderne de l’architecture traditionnelle, tandis que les jeunes architectes grecs, de retour chez eux, composent entre modernité et revendication d’une identité hellénique. François Loyer, tout en notant la montée de l’influence française après la première guerre mondiale, tant dans la formation des jeunes architectes que dans l’évolution des styles architecturaux urbains, insiste sur le maintien d’une forte composante allemande dans le domaine, qui conduirait à un schéma de relations triangulaires plutôt que bilatérales. Dans les chapitres suivants, deux cas particuliers sont évoqués. Alexandra Yerolympos, d’abord, rappelle le rôle fondamental de l’architecte-urbaniste français Ernest Hébrard, mais aussi celui, moins connu, de l’ingénieur militaire Joseph Pleyber, dans la reconstruction de Thessalonique après le grand incendie d’août 1917 et, plus généralement, dans la modernisation de l’espace urbain en Grèce dans l’entre-deux-guerres. Kostas Tsiambaos, ensuite, évoque le cas très particulier de l’idée utopique d’un Centre delphique, conçue au lendemain de la première guerre mondiale par le poète Sikélianos, et du projet architectural réalisé par l’architecte moderniste Dimitris Pikionis, sur le modèle du Goetheanum de Rudolf Steiner (1920) ou de l’Académie de la Méditerranée d’Erich Mendelsohn et Amédée Ozenfant (1931).

10Dans le domaine des arts plastiques, Evgénios Matthiopoulos traite la question de la réception en Grèce de l’art contemporain à travers le genre des « Lettres de Paris », ces chroniques, très répandues dans la presse de l’époque, grâce auxquelles journalistes et critiques d’art, le plus souvent formés en France, tenaient le public grec informé de l’actualité artistique parisienne. Le voyage des peintres grecs en France est étudié par Annie Malama, qui souligne le caractère très relatif de leur rencontre avec la modernité et les avant-gardes parisiennes, en fonction des horizons d’attente de la société grecque. La réception de l’art grec par les revues françaises d’avant-garde fait l’objet de deux chapitres. Dans l’un, Polina Kosmadaki analyse les Cahiers d’art de Christian Zervos, critique et éditeur d’origine grecque, et la façon dont ils renouvellent dans l’entre-deux-guerres la vision de l’art grec antique en en révélant les affinités avec l’art le plus contemporain. Dans l’autre, Effie Rentzou s’intéresse à la revue Minotaure et à la figure mythique éponyme qui l’inspire ; dans son hybridité, celle-ci renvoie à une autre Grèce antique, non plus classique, mais obscure et primitive, comme antidote aux idéologies fascistes montantes. Enfin Paul-Louis Rinuy met en évidence, au travers des œuvres de Maillol, Bourdelle, Giacometti, Brancusi et Zadkine, les liens essentiels existant entre la sculpture grecque et l’invention de la sculpture moderne. Cela n’implique toutefois pas forcément une connaissance directe de la Grèce, puisque seul Zadkine accomplira réellement le voyage, en 1931. Le voyage est en revanche au cœur de l’expérience du photographe Eli Lotar, qui effectue deux périples en Grèce, en 1931 pour le tournage d’un court-métrage aujourd’hui disparu, Voyage aux Cyclades, et en 1935 pour y faire des photos dont un certain nombre seront publiées dans la revue Le Voyage en Grèce, donnant du pays l’image idéalisée et atemporelle qui est la caractéristique de cette publication.

11Les chapitres suivants rendent compte de trois grandes manifestations internationales qui ont contribué à modifier l’image que les Français pouvaient avoir de la Grèce dans l’entre-deux-guerres. Il s’agit tout d’abord de la participation de la Grèce à l’Exposition des arts décoratifs de Paris, en 1925, trois ans après la catastrophe d’Asie Mineure. Le pavillon grec, ainsi que le montre Hélène Guéné, fait la part belle aux arts populaires réinterprétés dans un esprit moderne, caractéristiques de la production grecque de l’époque. Six ans plus tard, en 1931, a lieu à Paris la première Exposition internationale d’art byzantin qui, mettant en valeur les aspects « orientaux » et « décoratifs » de l’esthétique byzantine a, selon Rémy Labrusse, un impact important non seulement sur l’histoire de l’art byzantin mais aussi sur l’art contemporain, avec l’implication d’un Henri Matisse. Enfin, la Conférence sur la conservation des monuments d’art et d’histoire organisée la même année à Athènes par l’Office international des musées marque « un tournant dans la construction intellectuelle du patrimoine » et une nouvelle approche de la muséologie, comme l’explique Michela Passini.

12Christophe Corbier s’attache pour sa part à retracer les échanges musicaux entre la France et la Grèce, particulièrement féconds dans l’entre-deux-guerres, qu’il s’agisse de voyages de musiciens dans les deux pays ou de la réception en Grèce des travaux de musicologues français autour de la musique grecque antique ou populaire. Le cas d’Eva Palmer-Sikélianos, étudié ensuite par Benjamin Capellari, est l’un des plus passionnants de l’époque. voyant dans la musique byzantine – qu’elle a découverte à Paris grâce à Raymond et Penelope Duncan, puis étudiée à Athènes – l’héritière de la musique antique, elle tente de ressusciter cette dernière dans les Fêtes delphiques de 1927 et 1930, où elle renouvelle de manière radicale la mise en scène des tragédies grecques. Quelques années plus tard, en août 1937, le Groupe de théâtre antique de la Sorbonne vient jouer Les Perses d’Eschyle à l’Odéon d’Hérode Atticus puis à Épidaure, avec le jeune Roland Barthes dans le rôle de Darios. Platon Mavromoustakos évoque l’événement, en le replaçant dans l’histoire du théâtre en plein air en Europe et dans la problématique de la mise en scène du théâtre antique en Grèce.

13La section suivante est consacrée au voyage – réel ou imaginaire – des écrivains et des poètes. À l’étude de Sophie Basch sur l’image de la Grèce dans le roman français de l’entre-deux-guerres, qui conclut à une présence assez faible et peu inspirée, à quelques exceptions près, répond l’article de Jean-Luc Chiappone sur la référence française dans le roman grec de la même période, récurrente mais souvent brouillée par des influences anglaises. Deux cas particuliers sont ensuite évoqués, caractéristiques du double voyage. Philippe Büttgen et Dinah Ribard se penchent sur Le Voyage en Grèce de Raymond Queneau, et s’interrogent sur la fonction de la Grèce, étrangement absente de l’œuvre, dans la réflexion du poète. Dans l’autre sens, Christina Dounia révèle le rôle crucial qu’a joué leur séjour à Paris dans la formation et dans l’œuvre de deux des plus grands poètes grecs du xxe s., Georges Séféris et Andréas Embirikos.

14La dernière partie propose enfin quelques exemples caractéristiques de réception croisée. Bergson et Valéry, figures dominantes de la pensée française dans l’entre-deux-guerres, suscitent en Grèce de nombreux commentaires et traductions, étudiés respectivement par Servanne Jollivet et Maria Tsoutsoura. En France, en revanche, la situation est contrastée : alors que la littérature antique touche un public de plus en plus large, explique Sylvie Humbert-Mougin, grâce à la création de la prestigieuse « collection Budé » et à la publication de nouvelles traductions, la littérature néo-hellénique, comme je le rappelle dans ma contribution, reste largement ignorée, malgré les efforts de traducteurs passionnés.

15Le double voyage : Paris-Athènes 1919-1939 offre ainsi un aperçu de la richesse et de la variété des échanges littéraires et artistiques entre les deux pays durant l’entre-deux-guerres. Il vient combler une lacune dans un domaine de l’histoire culturelle encore très peu exploré. S’adressant aussi bien au chercheur spécialisé, qui y trouvera une bibliographie très complète et des données inédites, qu’au lecteur de bonne volonté, qui y découvrira un sujet passionnant, il a pour ambition de devenir un ouvrage de référence pour un public très large, en France comme en Grèce.

Notes

1 Théotokas 1981, p. 14.

2 Sur le séjour de Séféris à Paris, voir l’article de Christina Dounia, p. 339-343.

3 Sur le séjour d’Andréas Embirikos à Paris, voir l’article de Christina Dounia, p. 343-347.

4 Elytis 2011, p. 125.

5 Lambraki-Plaka – Mentzafou-Polyzou 2006.

6 Hoffmann – Rinuy – Farnoux 1996 ; GreenDaehner 2012 ; GélyParizet – Tomiche 2014.

7 Surlapierre 2007.

8 Basch – Farnoux 2006.

9 On peut citer entre autres : « Voyages en Grèce dans les années 1930 » et « Antiquité grecque 1919-1939 » (Paris, novembre 2008) ; « Regards croisés sur la modernité : échanges d’art entre la Grèce et la France dans l’entre-deux-guerres » (Athènes, juin 2009) ; « Paris-Athènes 1919-1939. Le double voyage/L’architecture » (Athènes, mars 2010) et « Les Fêtes delphiques : une rencontre internationale des lettres et des arts » (Delphes, mars 2010).

Auteur

Maître de conférences en littérature comparée à l’université François-Rabelais de Tours. Ses recherches portent actuellement sur les phénomènes de réception et de transferts culturels entre la France et la Grèce au xxe siècle. Elle a traduit en français des œuvres de la littérature grecque moderne et contemporaine.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540