Version classiqueVersion mobile

Entrepôts et circuits de distribution en Méditerranée antique

 | 
Véronique Chankowski
, 
Xavier Lafon
, 
Catherine Virlouvet

Conclusion

Véronique Chankowski, Xavier Lafon et Catherine Virlouvet

Texte intégral

1Au terme de ce livre, nous espérons avoir fait progresser les connaissances sur les dispositifs de stockage du monde gréco-romain et montré leur importance pour comprendre l’organisation de ces sociétés. Au fil des pages, quelques idées reçues ont été battues en brèche, les schémas d’explication se sont nuancés et, en même temps, complexifiés.

2La spécificité de l’étude des entrepôts est d’être à la fois une histoire des lieux et une analyse des circuits de distribution. Les études de cas menées dans le monde grec classique et hellénistique révèlent une diversité des formes de stockage mais également une diversité des acteurs des opérations commerciales impliquant des entrepôts. Si l’implication de l’État apparaît nettement dans les sources, en particulier dans le domaine de l’approvisionnement des villes en céréales, elle n’est nullement exclusive de l’intervention des particuliers, sur lesquels elle paraît au contraire s’appuyer. Même si la propriété des bâtiments n’est pas toujours aisément décelable, ce sont bien des interactions multiples entre les intérêts des particuliers et les prérogatives étatiques qu’éclairent les pratiques de stockage du monde grec, comme le souligne l’article de V. Chankowski. Pour l’époque romaine, si la période tardive manifeste une séparation nette des horrea fiscalia réservés à l’usage exclusif de l’État, comme l’a montré l’étude de D. Vera à propos de l’organisation très sophistiquée mise en place par le pouvoir impérial entre l’Afrique et Rome, la fin de la République et le Haut-Empire connaissent un système beaucoup plus souple, dans lequel stockage des denrées fiscales et stockage des denrées commercialisées ne sont pas systématiquement séparés, mais partagent des structures qui ne sont pas exclusivement propriété de l’État. Interroger à frais nouveaux la documentation écrite permet de mettre au jour des formes variées de copropriété et de colocation, comme le rappelle l’article de C. Virlouvet. Le cloisonnement strict effectué par les études passées entre greniers publics et greniers privés n’a plus lieu d’être, nous semble-t‑il.

  • 1 A. Tchernia, Les Romains et le commerce (2011).

3Les contributions de N. Tran et J. Andreau apportent un éclairage décisif sur les liens existant entre commerce et stockage. En somme, sur la question des stocks, on rejoindra, et ce n’est pas surprenant, les conclusions les plus récentes sur le fonctionnement du commerce romain en général1 : de même qu’il ne faut pas cloisonner le commerce que nous appelons libre et les circuits publics de distribution – la séparation public/privé telle que nous la concevons aujourd’hui n’avait d’ailleurs pas cours dans les économies d’Ancien Régime –, de même le stockage s’effectue dans des structures communes, ces horrea qui, au-delà de leur rôle de magasins, sont aussi des places où se traitent les affaires commerciales (prêt, vente en gros et peut-être au détail), tant dans le monde grec que dans le monde romain. Que « la part de l’État », pour reprendre l’expression d’A. Tchernia à propos des circuits commerciaux, ait été capitale dans la politique de stockage comme dans l’ensemble des circuits commerciaux, on n’en doutera pas : il est le plus gros propriétaire de telles structures, lui seul a les capacités pour rassembler à l’échelle de l’Empire l’information sur les stocks et pour maintenir un réseau de distribution pérenne sur la longue durée. Mais il a besoin de l’initiative des producteurs, commerçants, transporteurs pour faire fonctionner ce réseau, dans lequel ces derniers s’insèrent étroitement. Professionnels et personnels dépendant de l’empereur se côtoient dans et autour d’entrepôts appartenant indifféremment à l’État, aux cités, à des familles privées.

4Et pourtant une telle souplesse d’utilisation de ces structures n’empêche pas une forte organisation de celles-ci, perceptible dans l’étude du bâti, comme le montrent les exemples des entrepôts dits de Trajan à Portus – certainement de propriété impériale – et le magasin à cour centrée d’Hergla – très vraisemblablement de propriété privée. Que ce soit à travers l’examen minutieux des sols dans le complexe de Portus ou le relevé précis des techniques de construction pour l’entrepôt d’Hergla, les études d’É. Bukowiecki et al. pour le premier et de Fr. Villedieu et al. pour le second prouvent que, dans la construction, puis dans l’entretien de ces bâtiments, il y a probablement la volonté de déterminer des espaces spécialisés dans la conservation de certains produits plutôt que d’autres. Les circulations, dès lors que les bâtiments atteignent une grande taille comme c’est le cas ici, surtout à Portus, doivent être aussi organisées. Sur ce plan, le programme dont ce livre est l’aboutissement a ouvert des pistes de recherche pour le futur : un travail en commun avec des spécialistes de physique-chimie, en cours à Portus, devrait permettre de mieux cerner la destination des espaces à travers la reconstitution de l’atmosphère des pièces (température, humidité, aération, etc.). Un recours à l’archéologie expérimentale ou à la modélisation 3D pourrait aussi aider à la reconstitution de la réalité du travail d’équipes nombreuses et de provenances diverses.

5La confrontation avec la réalité de terrain a également permis de faire tomber d’autres cloisonnements que les spécialistes du monde romain hellénistique et impérial effectuaient volontiers en cherchant à déterminer la fonction des bâtiments de stockage dans les circuits de distribution : rassemblement, étape, exportation, importation, redistribution, distribution locale, etc. Sans nier que, en fonction de sa position au sein d’un réseau de circulation des produits, un entrepôt puisse avoir servi davantage, par exemple, à la redistribution qu’au rassemblement des marchandises, force est de reconnaître que là encore prédominent pragmatisme, souplesse et plurifonctionnalité.

  • 2 Voir dans ce volume la contribution de C. Virlouvet, p. 56.
  • 3 Les résultats des prospections effectuées par la BSR, les universités de Southampton et Cambridge, (...)

6Ainsi, dans le cas de ports et de cités situés à l’évidence sur le circuit qui partait vers les zones de grand approvisionnement – grandes villes, limes –, la part des marchandises conservées pour la distribution locale doit cependant être prise en considération beaucoup plus qu’on ne l’a fait jusqu’alors. Même Ostie ou Délos sont des villes qui doivent aussi stocker pour leur population. À Ostie a été ainsi mis à mal le modèle de zoning longtemps appliqué à la ville, qui faisait des entrepôts situés au sud du decumanus maximus des édifices destinés à l’approvisionnement de la ville même, tandis que les entrepôts au nord du même decumanus, plus près du Tibre, auraient été consacrés à la conservation pour réexpédition vers Rome. En fait, le lien entre les Grandi horrea et la grande boulangerie située immédiatement à l’ouest de ceux-ci et communiquant avec eux permet de penser qu’eux aussi, en dépit de leur relative proximité avec le Tibre, servaient au moins en partie à stocker des céréales destinées à la consommation locale2. Une telle idée est encore confortée par la découverte toute récente d’une vaste zone d’édifices de stockage dans le « Trastevere » d’Ostie3 : les superficies consacrées au stockage à Ostie-Portus devaient être beaucoup plus étendues que ce que l’on en connaît aujourd’hui, et il faut sans doute repenser la répartition du stockage pour redistribution et du stockage pour distribution sur place, entre les entrepôts comme à l’intérieur même de ceux-ci.

7C’est à une conclusion similaire que conduit le réexamen des structures de stockage sur la petite île de Délos (P. Karvonis, J.‑J. Malmary, M. Zarmakoupi) : l’extension des zones de stockage apparaît plus importante qu’on ne l’avait estimé, associant, par divers modes d’occupation de l’espace disponible et de contournement des contraintes de la densité urbaine, la boutique et l’entrepôt dans des zones qui semblent bien correspondre à des fonctions hiérarchisées dans la chaîne de distribution.

8Un autre cas éclairant est celui des horrea d’Andriakè, longtemps considérés, dans la mesure même où ils avaient été construits par Hadrien, comme entrepôts d’étapes vers Rome, sur la route maritime bien connue qui portait le blé d’Égypte vers l’Urbs en remontant dans un premier temps au nord depuis Alexandrie, jusqu’aux côtes d’Asie Mineure, avant de traverser vers l’ouest la mer Égée. L’étude présentée dans ces pages par L. Cavalier montre assez que le rôle joué par ce bâtiment est plus complexe et sans doute multiple, répondant aussi, en lien avec l’agora voisine, à un besoin de distribution locale de produits venus de l’intérieur ou de l’extérieur, d’autres provinces, par la mer, voire à la redistribution de produits vers l’intérieur de la Lycie. Même si le grenier a été construit sur ordre d’Hadrien, il pouvait répondre à la satisfaction des besoins des populations locales, ce qui serait assez conforme à la politique d’Hadrien en faveur des provinces, surtout hellénophones.

9On aboutit en définitive à une complexification du modèle de circuit à sens unique qui prédominait chez les romanistes : de l’intérieur vers les côtes puis vers l’Italie, ou, seule variante bien étudiée aussi, vers le limes. Le cas d’Hergla présenté dans ce livre par Fr. Villedieu et T. Ghalia en est encore une illustration : l’entrepôt aurait pu jouer, étant donné le matériel trouvé, un rôle dans la distribution locale ou régionale. Une fois de plus, le tableau qui commence à se dessiner recoupe d’autres recherches récentes, qui témoignent d’échanges entre provinces ayant échappé jadis à l’attention des spécialistes parce qu’ils se focalisaient sur Rome dans l’étude des circuits commerciaux.

  • 4 A. Tchernia, Le vin de l’Italie romaine. Essai d’histoire économique d’après les amphores, BEFAR 26 (...)
  • 5 « Entrepôts et systèmes de stockage dans le monde gréco-romain antique », Aix-en‑provence, MMSH, 18 (...)
  • 6 « Richerche in corso sui magazzini romani », Rome, Museo Nazionale Romano, Palazzo Altemps, 13-15 a (...)

10Une autre donnée, dont témoigne l’étude de X. Lafon, aurait peut-être mérité d’être davantage développée : la part du stockage assurée par les producteurs eux-mêmes en dehors de leur consommation propre. Dans le monde grec, les liens qu’entretiennent les domaines de production agricole avec le marché, pour des denrées diverses (bois, céréales, vins), laissent supposer des structures de stockage dont le vocabulaire, associé à l’étude des sources archéologiques, permet de préciser un peu l’organisation. Les textes des agronomes latins indiquent clairement que les propriétaires terriens avaient tout intérêt à disposer de lieux de stockage capables d’abriter plusieurs récoltes. C’est Caton (De Agricultura 11) qui le premier mentionne comme équipement d’un vignoble la nécessité de posséder des jarres « capables d’abriter 5 vendanges », et donc les espaces nécessaires pour les stocker. Il y a discussion sur le chiffre : 2 pour Raoul Goujard, l’éditeur du texte dans la CUF, 5 pour André Tchernia qui suit la lecture des manuscrits4. Mais le principe demeure : pouvoir attendre plusieurs années afin de vendre au meilleur moment et donc au meilleur prix. Cela concerne dans les textes au premier chef le vin, rendant très difficile les calculs des rendements et des surfaces cultivées, mais pouvait également être appliqué à d’autres produits agricoles même si les risques de perte pouvaient être importants. Tant pour le monde grec que pour le monde romain, la part des entrepôts ruraux, intégrés dans les bâtiments des domaines de toute taille, dans les circuits de diffusion des produits agricoles ne peut donc être négligée. S’agissant des grands propriétaires informés des fluctuations de l’offre et de la demande, et plus généralement des cours, le jeu porte sur des quantités non négligeables, sans que l’on puisse dire si cette spéculation avait pour résultat de fluidifier le marché ou de créer des pénuries artificielles. De fait, les recherches sur les entrepôts ruraux ont largement progressé ces dernières années comme l’ont montré, dans le cadre de l’ANR « Entrepôts », plusieurs communications présentées à Aix-en‑Provence en mars 20105 ou lors de l’atelier archéologique Ostie-Portus d’avril 20116, mais l’analyse mérite certainement d’être approfondie.

11Le vocabulaire employé pour désigner les structures de stockage révèle cette diversité des fonctions, entre le grenier patrimonial, les réserves d’État et les infrastructures liées au commerce de redistribution, que l’on décèle dans divers contextes, comme le montre la contribution de B. Goffaux qui met en évidence, pour la péninsule Ibérique, la coexistence des greniers agricoles, du stockage urbain, des magasins du commerce fluvial et maritime. En Thrace intérieure, l’emporion d’Adjiyska Vodenitsa, qu’analyse Z. Archibald, a pu avoir aussi en partie une vocation militaire et montre bien la diversité et la complexité des circuits impliqués dans les enjeux du stockage.

  • 7 XIe colloque AGER, Clermont-Ferrand, 11-13 juin 2014 : « Produire, transformer et stocker dans les (...)

12Techniquement, les entrepôts et les zones de stockage revêtent des formes extrêmement variées qui rendent leur identification parfois difficile, au moins pour les plus petits d’entre eux. Aux équipements sophistiqués auxquels il a été fait allusion plus haut, qui demandent une approche pluridisciplinaire pour être véritablement appréciés dans leur complexité, s’opposent des aménagements minimalistes permettant une pluralité d’usages des espaces concernés. Cela pose la question de la temporalité du stockage (existe-t‑il des périodes où ces locaux sont vides ? différents produits peuvent-ils se succéder dans un même lieu ?) et des confusions possibles avec la fabrication des produits : le jus de raisin en cours de vinification dans des dolia fait-il l’objet d’un stockage  ? peut-on stocker de la farine ou seulement le blé en grains ? Ces questions, difficiles à résoudre à la seule vue des restes archéologiques, n’ont pas encore fait l’objet d’une approche renouvelée, mais on peut espérer que la mise en contact des différentes disciplines permettra dans un proche avenir des progrès substantiels. Le récent colloque de l’Association d’étude du monde rural gallo-romain7 va dans ce sens, en prenant en compte toutes les étapes, de la fabrication au stockage et à la commercialisation.

13Lors de ces journées, il n’a pas été fait état de nouvelles identifications proposées pour des bâtiments anciennement connus, selon une coutume devenue fréquente ces dernières années pour les monuments de la ville de Rome. Il faut vraisemblablement y voir le signe d’une maturité de la recherche sur les horrea, nourrie par les nombreuses fouilles en cours à Rome même comme à Ostie-Portus. À leur façon, le programme ANR et le colloque qui en a marqué l’aboutissement s’inscrivent dans un renouveau incontestable de l’intérêt porté à ce type de construction dont la compréhension est indispensable pour une vision plus large des modalités des échanges en Méditerranée pendant la période antique.

Notes

1 A. Tchernia, Les Romains et le commerce (2011).

2 Voir dans ce volume la contribution de C. Virlouvet, p. 56.

3 Les résultats des prospections effectuées par la BSR, les universités de Southampton et Cambridge, l’université de Rome La Sapienza et la Soprintendenza Speciale ai Beni Archeologici di Roma ont été l’objet d’une conférence de presse à Rome, le 16 avril dernier.

4 A. Tchernia, Le vin de l’Italie romaine. Essai d’histoire économique d’après les amphores, BEFAR 261 (1986), p. 360.

5 « Entrepôts et systèmes de stockage dans le monde gréco-romain antique », Aix-en‑provence, MMSH, 18-20 mars 2010 : E. Papi, « I granai del Fayoum » ; M. Prevosti, J. M. Macias, « Edificios de almacenamiento en el ager y en el nucleo urbano de Tarraco ». Voir, pour ces études de cas, la base de données du programme ANR (http://www.entrepots-anr.efa.gr).

6 « Richerche in corso sui magazzini romani », Rome, Museo Nazionale Romano, Palazzo Altemps, 13-15 avril 2011 : communication et poster de A. Ricci, « La cella vinaria della villa di Passo Lombardo (Tor Vergata) » ; posters de A. Pellegrino, « Un magazzino in una villa rustica repubblicana di Dragoncello », et de S. Panuzzi, « I magazzini nel suburbio di Ostia ». On renverra aussi aux travaux en cours de J. Salido Domínguez, dans C. Fernández Ochoa, F. Gil Sendino, J. Salido Domínguez, M. Zarzalejos Prieto, El horreum de la villa romana de Varanes (Gijón, Asturias). Primer testimonio material de los hórreos de Asturias, Arte y humanidades 21 (2012). J. Salido a en préparation une monographie sur les magasins ruraux d’époque romaine dans la partie occidentale de l’Empire.

7 XIe colloque AGER, Clermont-Ferrand, 11-13 juin 2014 : « Produire, transformer et stocker dans les campagnes des Gaules romaines. Problèmes d’interprétation fonctionnelle et économique des bâtiments d’exploitation et des structures de production agro-pastorale ».

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search