Version classiqueVersion mobile

Entrepôts et circuits de distribution en Méditerranée antique

 | 
Véronique Chankowski
, 
Xavier Lafon
, 
Catherine Virlouvet

Troisième partie – Modalités d’organisation du stockage

Stockage portuaire : le cas d’Adjiyska Vodenitsa, Bulgarie centrale

Zosia H. Archibald

Résumé

Les fouilles de l’emporion antique situé au lieu-dit Adjiyska Vodenitsa, près de la petite ville de Vetren, dans la Plaine Centrale de Bulgarie (Plaine thrace), ont livré une quantité de fosses, de formes variées, et de grands récipients céramiques (pithoi), qui constituent ensemble un système de stockage de cette communauté installée au bord du fleuve de la Maritsa (Hebros antique). Certaines fosses profondes devaient être des puits. D’autres, préparées de manière spécifique, étaient destinées à contenir des céréales. Une fois vidées, les fosses furent réutilisées pour d’autres pratiques. Les pithoi ont remplacé les fosses à certains moments et semblent donc représenter une méthode postérieure dans ces cas, mais dans d’autres cas il est probable que les fosses continuaient à être utilisées. On considèrera le volume des denrées passant par cet établissement du ive s. av.  J.-C., jusqu’au ier s. av. J.-C.

Texte intégral

Installations portuaires : Kavala, un modèle historique du xixe siècle

1Comment faut-il comprendre la notion de stockage « portuaire » dans l’Antiquité classique ? Les exemples de stockage portuaire modernes nous offrent des quais, quelques halles et, de plus en plus, de grands espaces (vides) pour les énormes camions qui transportent les marchandises le plus rapidement possible jusqu’aux destinations internationales les plus diverses. Les installations locales ont changé de caractère au xixe s., quand les systèmes d’approvisionnement des denrées alimentaires ont demandé l’établissement de grands magasins, construits habituellement en briques cuites ou en matériaux mixtes (pierre, bois et briques), tout près des quais où étaient débardées les marchandises. La ville de Kavala, le premier port à l’extrémité septentrionale de l’Égée, située au centre du littoral thrace, nous donne un exemple instructif de l’évolution des installations portuaires, qui peut aussi servir de modèle pour les époques plus reculées. Au début du xixe s., la ville constituait un petit centre urbain, sur une péninsule, entourée de trois côtés par la mer et sur le quatrième par un mur byzantin. La population, distribuée en cinq quartiers selon les diverses traditions religieuses, réunissait depuis longtemps des Turcs, des minorités non grecques et des commerçants juifs avec une centaine de familles grecques, dans les limites étroites de la péninsule.

  • 1 M. Rentetzi, « Configuring Identities Through Industrial Architecture and Urban Planning: Greek Tob (...)

2Au cours de la première moitié du xixe s., la situation a commencé à changer. La création d’un état indépendant a suscité le développement de nouvelles coutumes dans la Grèce continentale et insulaire. La popularité du tabac à fumer s’est nettement accrue pendant tout le xixe s. et, en conséquence, le nombre des boutiquiers qui en faisaient commerce a augmenté proportionnellement. Durant la seconde moitié du siècle, les investisseurs étrangers, en quête d’un nouveau produit dans la région des Balkans, se concentrèrent, à Kavala, sur la construction des entrepôts portuaires, des kapnomagaza, où l’on conservait les pieds de tabac. C’était là aussi qu’était produit le tabac à fumer, puis les cigarettes1. Dans le même temps, à la campagne, les agriculteurs qui cultivaient les plants de tabac commençaient à profiter d’un certain relâchement dans les règlements urbains et commerciaux. Les commerçants grecs et étrangers ont bénéficié de la perte du monopole ottoman sur les produits agricoles et les petits agriculteurs ont pu alors plus facilement vendre leur tabac directement aux commerçants venus d’ailleurs.

  • 2 P. Halstead, « Storage Strategies and States on Prehistoric Crete: a Reply to Strasser », JMA 10/1 (...)

3Ainsi une série de changements politiques, sociaux et économiques, qui associèrent les habitants de Kavala aux échanges commerciaux en Méditerranée et même au-delà, s’est traduite de manière visible dans la structure de la ville, élargissant l’espace urbain et influant sur les grands axes de la ville du xxe s. Les magasins portuaires, d’abord composés de deux étages, puis de trois ou quatre, construits en pierre et en bois, ont résolument transformé la physionomie de Kavala. Cet exemple nous montre comment les systèmes de stockage dans la ville ont été étroitement liés aux réseaux commerciaux de la région nord-égéenne et aux pratiques particulières de l’époque. Pendant l’Antiquité classique, des facteurs comparables devaient influer sur la nature et la répartition des constructions de stockage. Pour certaines denrées, les spécificités de la demande déterminaient, dans les grandes lignes, des types d’installations commerciales plus ou moins permanentes. Dans les temps très reculés, on distinguait les denrées conservées sur une période déterminée, notamment d’une année à l’autre, et les produits de consommation régulière2. Il en résultait la construction de conditionnements bien aérés, ou au contraire soigneusement clos, pour éviter la destruction progressive, partielle ou complète, des denrées alimentaires. Nous verrons, dans l’exemple d’Adjiyska Vodenitsa, que différentes méthodes de conservation des denrées alimentaires pouvaient coexister dans les mêmes lieux.

L’étude des systèmes portuaires continentaux :
un environnement de changements constants

4À l’époque moderne et dans les états développés, les volumes d’eau dans les réseaux fluviaux sont bien contrôlés. Ce n’était pas le cas dans l’Antiquité, où les grandes rivières modifiaient assez fréquemment leur lit. L’instabilité ainsi générée peut expliquer pourquoi les archéologues ont assez rarement découvert des traces d’installations portuaires au bord des fleuves et dans les environs des estuaires. Adjiyska Vodenitsa, en Bulgarie centrale, nous offre un exemple particulièrement clair d’un site urbain qui a subi une destruction progressive provoquée par des processus géomorphologiques (dans ce cas, probablement après qu’ont pris fin ses fonctions de port fluvial : fig. 1).

Fig. 1 — Plan géomorphologique de la plaine thrace (la plaine centrale), aux environs d’Adjiyska Vodenitsa, près de Vetren.

Fig. 1 — Plan géomorphologique de la plaine thrace (la plaine centrale), aux environs d’Adjiyska Vodenitsa, près de Vetren.
  • 3 R. Chiverrell, Z. H. Archibald, « Flooding and River Evolution: Implications for Human Occupation a (...)
  • 4 Le texte de l’inscription dans sa forme rédigée est donné par V. Chankowski, L. Domaradzka, « Réédi (...)
  • 5 R. Chiverrell, Z. H. Archibald (n. 3), p. 294.

5L’analyse géomorphologique de l’environnement du site ancien d’Adjiyska Vodenitsa (qui signifie « le Moulin de Hadji »), près de Vetren, une petite ville au pied des contreforts de la Sredna Gora, et distante d’une dizaine de kilomètres à peine des Rhodopes, fut conduite en 2006 par une équipe interdisciplinaire de l’université de Liverpool. La mission comprenait la cartographie, une prospection géographique du terrain et la datation des gisements géologiques au carbone 14. Elle a bénéficié aussi des données géophysiques fournies par une étude conduite indépendamment quelques années auparavant (1999-2004)3. La ville antique, identifiée par les membres de l’équipe internationale avec l’ancien emporion de Pistiros, nommé dans l’inscription trouvée 2 km plus au nord4, est située à la tête du graben nord-thrace, un bassin fluvial qui reçoit les sédiments issus des terrains avoisinants en amont. Pistiros a été fondé pour des raisons stratégiques – réaliser un nœud de communication entre les voies terrestres, à travers la plaine thrace, au nord de la Maritsa, et les voies fluviales. Du point de vue de la géomorphologie régionale, la ville est située sur la surface d’un éventail alluvial tributaire, où s’accumulaient des sédiments alluviaux, donc sujet aux changements progressifs, qui résultaient de l’exploitation des ressources dans les montagnes. Les modifications du lit de la rivière Marica constituent les évolutions géomorphologiques qui ont déterminé, de façon radicale, la conservation (ou la destruction) des vestiges archéologiques du site d’Adjiyska Vodenitsa. La destruction d’une grande partie du site par action fluviale a largement anéanti les traces des structures urbaines. Des dates obtenues par la technique du carbone 14 situent la phase de destruction entre 750-395 av. J.‑C. et 990-1155 apr. J.‑C.5. Il est probable qu’il existait des structures de stockage variées. Les bâtiments conservés représentent seulement quelques exemples.

Le stockage portuaire :
formes diverses de construction

  • 6 M. Madjarov, D. Tancheva, T. Tachihara, Z. Koseva, V. Bonev, « No. 57. Archeologicheski Razkopki na (...)

6Notre connaissance des structures architecturales de stockage depuis le ive s. av. J.‑C. jusqu’à la basse Antiquité repose principalement sur différents types de magasins ou halles longues et étroites (stoai, horrea), avec ou sans soubassements, construits sur un fondement de pierres ou entièrement en briques cuites. La solidité de la construction et l’épaisseur des murs ont garanti la conservation de ces structures. Le plan solide d’une construction remarquable du même type à Krastevich, une localité rurale dans les montagnes de Sredna Gora en Bulgarie centrale, mérite une étude plus approfondie. En 2005, Mitko Madjarov, chercheur du Musée archéologique de Hisarya, a commencé à fouiller un grand bâtiment (10 × 12 m à l’extérieur) à trois ailes, constitué d’un fondement de pierres brisées scellé d’un mortier argileux, au lieu-dit Pamuk Tepe, à un demi-kilomètre de la rivière Pyasechnik (fig. 2 ; fig. 3, n. 36). Un plancher constitué de cailloux est parfois conservé. En deux endroits on distingue des traces d’escaliers à l’étage supérieur. Les murs au-dessus des fondements ont été construits en briques crues. L’entrée unique au niveau inférieur était étroite et probablement bien gardée. La fouille de cette structure de stockage est encore en cours. Mais il est déjà bien évident, de par la forme même de sa structure – ailes étroites, murs épais –, que ce bâtiment était destiné à conserver des denrées de grande valeur. La présence de pièces de monnaie grecques (tétradrachme d’Ainos ; un trésor contenant des tétroboles de type thasien, « Silène et nymphe », et d’autres pièces d’argent, provenant de Cyzique et de Néapolis, datées entre 525 et 360 av. J.‑C. environ), de céramique à pâte fine (céramique attique, aux figures rouges, et céramique à vernis noir) et de récipients de stockage, venus des principaux centres de la mer Égée (Thasos, Chios), montre que l’investissement commercial à cet endroit fut sérieux, quoique relativement éphémère – la chronologie des formes de céramiques importées des centres égéens ne dépasse pas le ive s. av. J.‑C.6.

Fig. 2 — Krastevich (Pamuk Tepe) : plan des fouilles du site commercial (ve-ive s. av. J.-C.).

Fig. 2 — Krastevich (Pamuk Tepe) : plan des fouilles du site commercial (ve-ive s. av. J.-C.).

Archeologičeski otkritija i razkopki prez 2006 g. (2007), p. 161-174 ; Archeologičeski otkritija i razkopki prez 2010 g. (2011), p. 189-190.

Fig. 3 — Répartition des sites archéologiques thraces dans l’intérieur des Balkans (iie-ier millénaire av. J.-C.).

Fig. 3 — Répartition des sites archéologiques thraces dans l’intérieur des Balkans (iie-ier millénaire av. J.-C.).

7Il est étonnant de voir un grand magasin, construit selon les traditions méditerranéennes, à une si grande distance de la mer. Les vestiges archéologiques montrent néanmoins que ce site était directement lié aux réseaux commerciaux internationaux. Selon les chercheurs, Krastevich était un nœud plus distant mais les habitants de ce centre urbain participaient aux mêmes réseaux que ceux d’Adjiyska Vodenitsa.

Le stockage souterrain

  • 7 M. Domaradzki, « Interim Report on Archaeological Investigations at Vetren-Pistiros, 1988-94 », dan (...)
  • 8 Le trésor contenait 434 drachmes de Philippe II, d’Alexandre III et des Diadoques ; 115 tétradrachm (...)

8Les fouilles à Adjiyska Vodenitsa (identifié avec l’emporion de Pistiros) n’ont mis au jour aucune structure qui ressemble particulièrement au bâtiment à trois ailes de Krastevich. Elles révèlent néanmoins quelques ensembles architecturaux qui avaient des fonctions commerciales : le Bâtiment N.1 (18,2 × 14,35 m), délimité par des fondements de murs en pierres sèches ou scellés d’un mortier argileux, couvert d’un toit de tuiles en céramique, et le Bâtiment « Tripartite », situé en face du premier (fig. 4). La série de petites salles derrière la façade de piliers, qui constitue le front du Bâtiment N.1, était évidemment destinée aux services officiels ou aux magasins7, tandis que le trésor de 552 pièces de monnaie hellénistiques fut trouvé dans une niche murale du Bâtiment « Tripartite »8.

9Ces deux complexes, construits de part et d’autre de la route principale qui passait sous la porte orientale d’Adjiyska Vodenitsa, pouvaient aussi servir de dépôts pour les denrées alimentaires. Une cour située derrière l’axe principal du Bâtiment N.1 contenait une série de sept grands récipients en céramique, des pithoi, formes utilisées entre autres à Olynthe pour la conservation des denrées alimentaires, des céréales ou des liquides. La concentration des monnaies, et d’une balance commerciale, dans le portique devant le Bâtiment N.1 suggère que celui-ci fonctionnait comme le siège des magistrats, tandis que la cour dallée de cailloux au fond servait de dépôt de vivres. Étant donné la destruction de la plus grande partie du site ancien d’Adjiyska Vodenitsa, il est probable qu’il y avait d’autres lieux de stockage, constitués peut-être de structures identiques ou correspondant au bâtiment à trois ailes de Krastevich.

Fig. 4 — Plan d’Adjiyska Vodenitsa : les alentours de la porte orientale.

Fig. 4 — Plan d’Adjiyska Vodenitsa : les alentours de la porte orientale.
  • 9 Z. H. Archibald, « A River Port and emporion in Central Bulgaria: an Interim Report on the British (...)
  • 10 Z. H. Archibald, « A River Port and emporion in Central Bulgaria : an Interim Report on the British (...)

10Mais la forme de stockage la plus répandue à Adjiyska Vodenitsa est la fosse. L’équipe britannique qui travaille à Pistiros a fouillé une grande concentration de fosses dans la partie septentrionale du chantier pendant les saisons 1999-2001 (plus de 20 fosses dans 10 m2)9. La structure de ces fosses n’est pas homogène. Quelques-unes sont petites (moins d’un mètre de diamètre) et peu profondes, mais la majorité est conforme au type bien répandu en Thrace – un cercle à peu près régulier à la surface de la terre, d’1 ou 1,5 m de diamètre, profond de 1,5 à 2 m, avec un profil conique, biconique ou tronconique. Le fond est rond ou plat. Parmi les plus grandes fosses fouillées par l’équipe britannique figure une série distincte avec un fond plat, des parties supérieures en fuseau, se rétrécissant jusqu’à l’ouverture, et les parements recouverts à l’intérieur d’un enduit spécial, d’argile fine10. Ces fosses étaient remplies de divers fragments de céramique, d’os d’animaux, et d’autres matériaux archéologiques. Une analyse détaillée a montré que ce matériel constituait une réutilisation de ces récipients et des os d’animaux. La fonction initiale de ces fosses était également différente. À l’origine, elles servaient plus probablement au stockage des céréales.

  • 11 P. Halstead (n. 2), p. 103-107 ; D. Margomenou, « Food Storage in Prehistoric Northern Greece: Inte (...)
  • 12 M. Dietler, « The Iron Age in the Western Mediterranean », dans W. Scheidel, I. Morris, R. P. Salle (...)
  • 13 M. Tonkova, « Results of Investigations of the Eastern Sector of Thracian Pit Sanctuary from 5th-Ea (...)

11L’enfouissement des céréales a une longue tradition en Grèce continentale et dans les îles de l’Égée depuis la préhistoire11. Dans la péninsule Ibérique et le Languedoc, cette tradition se manifeste parfois à grande échelle ; on parle de « champs de silos » ou « campos de silos »12. Les concentrations de fosses dans les territoires de la Méditerrannée occidentale semblent être un phénomène assez limité, lié plus particulièrement aux grandes routes du commerce international. En Thrace, des prospections couvrant des espaces assez larges ont parfois trouvé des « champs de fosses » qui ressemblent aux « champs de silos » de la péninsule Ibérique et du Languedoc. Les vestiges de centaines de fosses dans les environs de Malko Tranovo, près de Chirpan (fig. 3, N.26 pour une localisation générale), offrent un exemple de ce type13.

12Dans les Stratagèmes de Polyen (7, 32) et dans l’Économique du pseudo-Aristote (1351 a 26), la production des céréales constitue le sujet d’une série d’anecdotes qui représentent, dans une forme très abrégée, des réalités commerciales. Dans le premier récit, le roi Seuthès fournit cinq medimnoi de blé aux agriculteurs thraces, afin d’en obtenir une récolte abondante. Celle-ci fut vendue sur la côte (on ne sait pas clairement s’il s’agit de la côte égéenne ou de celle de la mer Noire). Dans le second, il s’agit du blé cultivé par des soldats du stratège Iphicrate et vendu dans les emporia (sur les côtes ou bien dans les emporia de l’intérieur). Les concentrations de fosses dans des lieux comme Malko Tranovo correspondent assez bien à ces exemples historiques.

Le stockage des ressources liquides

  • 14 D. A. Amyx, « The Attic Stelai, Part III. Vases and Other Containers », Hesperia 27 (1958), p. 170- (...)

13Les fosses utilisées pour le stockage des céréales devaient être vidées une fois l’an. Des greniers étaient mieux adaptés aux achats plus réguliers, particulièrement dans le marché commun (par opposition au marché en gros). Les autres denrées alimentaires, y compris les liquides, étaient conservées dans des récipients en céramique de forme et d’ampleur variées. À Olynthe, les types de pithoi en céramique présentent une grande diversité dans les résidences fouillées de la ville. La majorité de ces résidences contenaient des amphores d’une capacité de 15 à 25 litres, mais en général les maisons avaient des récipients d’une capacité de 70 litres. Les récipients fouillés sont conformes aux deux ordres de grandeur : un type de pithos plus petit (0,9-1,0 m de hauteur, avec une capacité de 100-300 litres) et une version plus grande (1,7-2 m de hauteur, avec une capacité d’environ 1 000 litres). Les récipients décrits dans les stèles attiques, sur lesquelles sont inscrites les propriétés et les denrées confisquées aux individus condamnés en 415 av. J.‑C., offrent une échelle de capacité tout à fait comparable : la phidakne, un récipient de 12 amphores (480 litres) ; des pithoi de 20 amphores (800 litres) ; et la sipye, d’une capacité d’un cinquième de pithos (environ 120 litres)14. Dans les villas les plus vastes d’Olynthe se trouvent des salles destinées au stockage. Des pithoi étaient rangés dans des salles particulières, dans des conditions assez proches de celles déjà décrites au fond du Bâtiment N.1 à Adjiyska Vodenitsa.

  • 15 N. Cahill (n. 14), p. 227-230, 233-235 et 263-265 ; P. Adám-Veléni, E. Poulaki, K. Tzanavári (éds), (...)

14Des installations de ce type sont autant plus claires dans les résidences rurales de Macédoine et de Thrace, découvertes ces dernières années, en particulier la propriété de Komboloi, non loin du mont Olympe, où les vestiges d’une structure caractéristique, dénommée pitheon, dans laquelle se trouvait une concentration de pithoi d’une capacité exceptionnelle, nous donnent une idée des spécificités de la production du vin15. Dans cette propriété, les traces des activités agricoles, comme la variété des outils, et des vestiges céramiques, soulignent l’importance de la production des denrées alimentaires, non seulement pour la consommation des habitants, mais peut-être aussi pour le marché.

  • 16 I. Akamatis, « L’agora de Pella », dans V. Chankowski, P. Karvonis (éds), Tout vendre, tout acheter (...)

15La découverte d’une grande variété d’installations rurales et de lieux d’échanges commerciaux assez loin des côtes de la mer égée et de la mer Noire montre que la recherche des marchés intérieurs dans l’Antiquité classique a encore beaucoup à nous apprendre. En 2012, à Adjiyska Vodenitsa, la découverte d’une cache de 29 sceaux d’argile, semblables à ceux déjà connus de l’agora de Pella, en Macédoine, a renforcé les traits communs de ce réseau commercial au nord de l’Égée16.

Notes

1 M. Rentetzi, « Configuring Identities Through Industrial Architecture and Urban Planning: Greek Tobacco Warehouses in Late Nineteenth and Early Twentieth Century », Science Studies 21/1 (2008), p. 67-68.

2 P. Halstead, « Storage Strategies and States on Prehistoric Crete: a Reply to Strasser », JMA 10/1 (1997), p. 104-105.

3 R. Chiverrell, Z. H. Archibald, « Flooding and River Evolution: Implications for Human Occupation and Activity at Vetren, Central Bulgaria », Géomorphologie : relief, processus, environnement 4 (2009), p. 287-290.

4 Le texte de l’inscription dans sa forme rédigée est donné par V. Chankowski, L. Domaradzka, « Réédition de l’inscription de Pistiros et problèmes d’interprétation », BCH 123 (1999), p. 247-258 (SEG xliii 486 ; xlvi 872* ; xlvii 1101).

5 R. Chiverrell, Z. H. Archibald (n. 3), p. 294.

6 M. Madjarov, D. Tancheva, T. Tachihara, Z. Koseva, V. Bonev, « No. 57. Archeologicheski Razkopki na trakiysko selishte pri s. Krastevich, obshtina Hisarya », Archeologičeski otkritija i razkopki prez 2006 g. (2007), p. 161-164 ; M. Madjarov, N. Tonkov, D. Tancheva, D. Vasileva, « N. 36. Geofizicheski prouchvanya na trakiyski selishten i turgovski kompleks ot v-iv v. pr. Chr. v mestnostta Pamuk tepe pri s. Krastevich, obshtina Hisarya », Archeologičeski otkritija i razkopki prez 2010 g. (2011), p. 189-190.

7 M. Domaradzki, « Interim Report on Archaeological Investigations at Vetren-Pistiros, 1988-94 », dans J. Bouzek, M. Domaradzki, Z. H. Archibald (éds), Pistiros, I, (1996), p. 27-28 ; M. Domaradzki, « Interim Report on Fieldwork at Vetren-Pistiros, 1995-98 », dans J. Bouzek, L. Domaradzka, Z. H. Archibald (éds), Pistiros II (2002), p. 17 ; G. Lazov, « Building 1 (Fieldwork 1989-2006) and Building 2 in the Emporion Pistiros, and the Area NW of Them », dans J. Bouzek, L. Domaradzka, Z. H. Archibald (éds), Pistiros III (2007), p. 20-26.

8 Le trésor contenait 434 drachmes de Philippe II, d’Alexandre III et des Diadoques ; 115 tétradrachmes de Philippe II, Alexandre III, Lysimaque, Démètrios Poliorcète et Séleukos Ier ; et 3 statères d’or d’Alexandre III ; J. Bouzek, J. Musil, « Preliminary Report of the Czech Mission: the Tripartite House South of the Main East-West Street (Southern House) », dans J. Bouzek, L. Domaradzka, Z. H. Archibald (éds), Pistiros III (2007), p. 62-80.

9 Z. H. Archibald, « A River Port and emporion in Central Bulgaria: an Interim Report on the British Project at Vetren », ABSA 97 (2002), p. 322-329 ; ead., « Underground Deposits: Pit No. 9 and the ‘Field’ of Pits », dans J. Bouzek, L. Domaradzka, Z. H. Archibald (éds), Pistiros, II (2002), p. 111-130 ; ead., dans J. Bouzek, L. Domaradzka, Z. H. Archibald (éds), Pistiros III (2007), p. 83-84 et 100, fig. 2 ; pl. 21, 2.

10 Z. H. Archibald, « A River Port and emporion in Central Bulgaria : an Interim Report on the British Project at Vetren » (n. 9), p. 323-327 ; ead., « Underground Deposits: Pit No. 9 and the ‘Field’ of Pits » (n. 9), p. 111-128 ; les détails particuliers de cette série de fosses n’ont pas eu d’échos dans la littérature archéologique bulgare.

11 P. Halstead (n. 2), p. 103-107 ; D. Margomenou, « Food Storage in Prehistoric Northern Greece: Interrogating Complexity at the Margins of the Mycenaean World », JMA 21/2 (2008), p. 192-202 ; Z. H. Archibald, « Underground Deposits: Pit No. 9 and the ‘field’ of Pits » (n. 9), p. 118.

12 M. Dietler, « The Iron Age in the Western Mediterranean », dans W. Scheidel, I. Morris, R. P. Saller (éds), The Cambridge Economic History of the Greco-Roman World (2007), p. 257-258, n. 84-85, avec bibliographie complémentaire ; J. Burch, J. M. Nolla, J. Sagrera, « Le système de stockage en silos sur le territoire ibérique aux environs d’Emporion », dans D. Tréziny (éd.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire, Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine 3 (2010), p. 399-400 (synthèse récente des « champs de silos » en Catalogne, aux environs d’Emporion).

13 M. Tonkova, « Results of Investigations of the Eastern Sector of Thracian Pit Sanctuary from 5th-Early 3rd C. B.C. at Kozluka Locality near the Village of Malko Tranovo, Chirpan Municipality (Site 11, Lot 1 in the Environment Impact Assessment of Trakiya Highway) », dans R. Georgieva, T. Stoyanov, D. Momchilov (éds), Yugoiztochna Bulgariya prez II-I hilyadoletye pr. Chr. [South-Eastern Bulgaria during the 2nd-1st Millennium B.C.] (2010), p. 198-211 ; A. Bozhkova, K. Nikov, « Archaeological Investigation of Pit Complex near the Village of Malko Tranovo, Chirpan Municipality, Southeastern Sector. Preliminary Observations », dans R. Georgieva, T. Stoyanov, D. Momchilov (éds), Yugoiztochna Bulgariya prez II-I hilyadoletye pr. Chr. [South-Eastern Bulgaria during the 2nd-1st Millennium B.C.] (2010), p. 213-229 ; G. Nehrizov, « Iron Age Pit Sanctuary and Early Bronze Age Settlement near the Town of Svilengrad (Summary) », dans V. Nikolov, G. Nehruzov, J. Tsvetkova (éds), Spasitelni archeologičeski razkopki po traseto na železnopătnata linija Plovdiv - Svilengrad prez 2004 g. (2006), p. 397-501 [454-456] ; K. Hawthorne, V. Varbanov, D. Dragoev, « Thracian Pit Sanctuaries: Continuity in Sacred Space », dans I. P. Haynes (éd.), Early Roman Thrace, JRA Suppl. Series 82 (2011), p. 49-83, offrent une synthèse diachronique des sites avec des concentrations de fosses.

14 D. A. Amyx, « The Attic Stelai, Part III. Vases and Other Containers », Hesperia 27 (1958), p. 170-173 ; N. Cahill, Household and City Organization at Olynthus (2002), p. 227 et 229 ; Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos  II (2000), p. 182 (la propriété de Marmaromandra, Thasos).

15 N. Cahill (n. 14), p. 227-230, 233-235 et 263-265 ; P. Adám-Veléni, E. Poulaki, K. Tzanavári (éds), Ancient Country Houses on Modern Roads. Central Macedonia (2003), p. 63-70 (Komboloi) ; P. Adám-Veléni, « Farmhouses in Macedonia: the Beginnings of “Feudalism” ? », dans P. Adám-Veléni, K. Tsákalou-Tzanavári (éds), 20 χρονια το Αρχαιολογικο εργο στη Μακεδονια και στη Θρακη (2009), p. 1-14 ; E. Margaritis, Olive and Vine Farming in Hellenistic Pieria. An Archaeobotanical Case Study of Settlements from Macedonia, Greece, Ph.D., Cambridge University (2006), p. 34-35, 92-93 et 111 pour une analyse préliminaire des vestiges organiques ; p. 113 sur deux grands pithoi d’une capacité d’environ 170-204 amphorae.

16 I. Akamatis, « L’agora de Pella », dans V. Chankowski, P. Karvonis (éds), Tout vendre, tout acheter. Structures et équipements des marchés antiques, Scripta antiqua 42 (2012), p. 55-56 et fig. 9 ; les sceaux d’Adjiyska Vodenitsa ne sont pas encore publiés ; je remercie Alexey Gotsev, directeur des fouilles, des informations préliminaires qu’il m’a fournies.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Plan géomorphologique de la plaine thrace (la plaine centrale), aux environs d’Adjiyska Vodenitsa, près de Vetren.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3485/img-1.png
Fichier image/png, 747k
Titre Fig. 2 — Krastevich (Pamuk Tepe) : plan des fouilles du site commercial (ve-ive s. av. J.-C.).
Crédits Archeologičeski otkritija i razkopki prez 2006 g. (2007), p. 161-174 ; Archeologičeski otkritija i razkopki prez 2010 g. (2011), p. 189-190.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3485/img-2.png
Fichier image/png, 291k
Titre Fig. 3 — Répartition des sites archéologiques thraces dans l’intérieur des Balkans (iie-ier millénaire av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3485/img-3.png
Fichier image/png, 629k
Titre Fig. 4 — Plan d’Adjiyska Vodenitsa : les alentours de la porte orientale.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3485/img-4.png
Fichier image/png, 397k

Auteur

University of Liverpool

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search