Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrepôts et circuits de distribution en Méditerranée antique

 | 
Véronique Chankowski
, 
Xavier Lafon
, 
Catherine Virlouvet

Deuxième partie – Maillage territorial et réseaux professionnels

Les negotiatores du Haut-Empire, le stockage et les entrepôts

Jean Andreau

Résumé

L’activité du mercator et celle du negotiator n’étaient identiques ni sous la République ni au Haut-Empire. Le présent article concerne les negotiatores du Haut-Empire ; leurs inscriptions présentent beaucoup d’indications géographiques, beaucoup plus que celles des mercatores. Certaines indications concernent le lieu où travaillait le negotiator, car son activité se menait à partir d’une cité précise. Il était mobile, mais pas autant que le mercator. D’autres indications de lieux désignent l’origine des marchandises dont il s’occupait. Sa spécialité était certes l’acheminement de marchandises vers la place commerciale où il exerçait son commerce mais il s’occupait surtout de décharger et de stocker ces marchandises, pour ensuite les redistribuer dans la région ou les réexpédier vers d’autres directions. Ces negotiatores entretenaient donc des rapports privilégiés avec les entrepôts.

In the period including the Republic and the Principate, there were always differences between the role of the mercator and that of the negotiator. This paper is about the negotiatores at the time of the Principate : their inscriptions contain many locational references, far more than those of the mercatores. Some references are connected with the place from which the negotiator managed his business – there would always be one city which was the base for his operations. The negotiator did travel, but much less than did the mercator. Other locational references relate to the places of origin of the goods he was buying and selling. Of course, his function required him to route his goods through the centre from which he managed his activities. But his business essentially involved taking delivery of and stocking goods, then distributing them either within his own region or further afield. This required the negotiatores to work extremely closely with those in the entrepot or warehousing business.

Texte intégral

  • 1 K. Verboven, « Ce que negotiari et ses dérivés veulent dire », dans J. Andreau, V. Chankowski (éds) (...)

1La définition des deux métiers de negotiator et de mercator soulève depuis très longtemps des difficultés, et elle a fait l’objet d’une abondante bibliographie depuis des décennies. Je me suis attaqué à ce problème dans les années quatre-vingt et je lui ai alors consacré un bon nombre de séances de séminaire. Plus récemment, j’ai beaucoup discuté de ces questions avec K. Verboven, au moment où nous préparions ensemble, avec V. Chankowski, J. France, S. Pittia et plusieurs autres collègues et amis, les rencontres qui ont conduit à la publication de Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique, en 2007. Il a d’ailleurs écrit, dans ce livre collectif, un article sur la question – un article que j’apprécie beaucoup, même si je n’en partage pas nécessairement toutes les conclusions1. Mais, jusqu’ici, je n’ai que très peu publié les résultats de ces recherches des années quatre-vingt, et j’ai décidé maintenant de le faire. Le présent article contient une partie de ces résultats.

2Une de mes conclusions a été que les deux métiers n’ont jamais été confondus à l’époque romaine classique, entre le dernier siècle de la République et la fin du Haut-Empire, qu’il y a toujours eu des différences entre l’un et l’autre, mais que ces différences ne sont pas restées les mêmes. Le sens du verbe negotiari et de son participe présent negotians a évolué lui aussi, mais pas exactement de la même façon que celui du nom. Quant à negotians, à la fin de la République, dans les œuvres de Cicéron et de César, c’est toujours le participe présent de negotiari ; ce n’est jamais un substantif. L’homme negotians, dans ces textes de la fin de la République, peut donc être aussi appelé qui negotiatur ; le participe présent et la relative sont parfaitement équivalents. Au contraire, par la suite, negotians devient un nom, qui désigne un métier, comme negotiator. Désigne-t‑il le même métier que negotiator ? Oui, c’est pratiquement certain ; mais il n’est pas facile de le prouver. Dans un bon nombre de textes, l’équivalence entre negotians et negotiator est évidente. Dans quelques cas, cependant, l’hésitation est davantage permise. Toutefois, dans cet article-ci, il ne sera question des negotiantes que de manière marginale et rapide. Je n’y étudierai pas non plus le verbe negotiari. Le présent article porte sur les rapports entre les mercatores et les negotiatores sous le Haut-Empire, et sur le rôle des entrepôts dans leur activité.

3À partir de la seconde moitié du iiie s. apr. J.‑C., le vocabulaire des métiers et activités, qui, auparavant, en langue latine, était relativement peu abondant et bien défini (en dépit de quelques difficultés comme celle dont il est question ici), se brouille, mais ce brouillage dans le vocabulaire n’implique pas que les institutions et les pratiques aient suivi la même évolution. La diversité croissante dans le vocabulaire se constatait déjà auparavant dans le monde grec, même à l’époque hellénistico-romaine. Je ne chercherai pas ici à expliquer le sens de cette évolution des noms de métier à l’époque tardive.

4Les activités et le profil du mercator sont demeurés en gros les mêmes de la fin de la République au Haut-Empire. Dans l’une et l’autre des deux périodes, le mercator est un marchand qui achète pour vendre, qui voyage avec ses marchandises et affronte les dangers de la mer.

5Au contraire, le negotiator ne peut pas être défini de la même façon à l’époque de Cicéron et aux ier et iie s. apr. J.‑C. À la fin de la République, le negotiator, également appelé qui negotiatur, est un citoyen romain d’Italie qui a émigré de façon durable (mais non définitive) pour mener ailleurs des affaires privées, dans une province ou même en dehors de l’Empire, quelles que soient ses activités. Le mot n’implique donc pas, à cette époque, que le negotiator soit un négociant, un commerçant. Il peut être un financier et peut même exploiter des terres ou faire de l’élevage. Mais, d’autre part, les magistrats envoyés par Rome dans les provinces ne sont pas des negotiatores ; ils ne sont pas inclus dans la catégorie des negotiatores, les publicains non plus.

  • 2 J. Andreau, « Negotiator », dans H. Cancik, H. Schneider (éds), Der neue Pauly VIII (2000), col. 78 (...)
  • 3 J. Andreau, « Qu’est-ce qu’un negociator à la fin de la République », dans Gwl. Bernard et aliae(...)

6Cette conviction, pour ce qui concerne la République, je l’ai exprimée à plusieurs reprises, oralement ou par écrit, mais brièvement, sans exposer l’ensemble de ma démarche et sans entrer dans les détails2. Il est donc inutile que j’expose de nouveau mes conclusions, comme s’il s’agissait de nouveautés. J’ai cependant publié récemment un article pour expliquer de façon plus complète comment j’y suis parvenu3. En effet, la démarche que j’ai adoptée me semble donner davantage de solidité à la conclusion. En outre, pour être exacte, la conclusion ne doit pas se réduire à cette seule phrase ; comme souvent, les choses ne sont pas aussi simples. Il faut expliquer pourquoi le negotiator installé en dehors d’Italie est parfois différencié de l’arator et du pecuarius, eux aussi citoyens romains et installés en dehors d’Italie. Il faut expliquer aussi pourquoi le mot est employé à propos de Grecs dans un petit nombre d’inscriptions de Délos.

  • 4 Cl. Feuvrier-Prévotat, « Negotiator et mercator dans le discours cicéronien », DHA 7 (1981), p. 367 (...)

7Pour la République, ce qui me restait à présenter devait être d’autant plus sélectif que Claire Feuvrier-Prévotat est parvenue à des conclusions presque semblables aux miennes, à la même époque, et de façon tout à fait indépendante. L’article dans lequel elle a expliqué ses résultats a paru en 19814 ; sa publication a été une des raisons pour lesquelles, à l’époque, je n’ai rien publié à ce propos (mais ce n’est pas la seule raison, loin de là). Trente ans après, le fait de publier la même chose qu’elle, ou presque, n’a pas plus de sens qu’autrefois. Néanmoins, je suis convaincu que quelques aspects de la question et de la méthode sont de nature à conférer davantage de force de conviction aux conclusions que je partage avec elle, et qui n’ont pas encore été admises de tous les historiens et archéologues, quoiqu’elles me semblent les meilleures possibles. Je me suis donc décidé à leur consacrer un article qui a paru en 2016.

8Cet article-ci porte sur le Haut-Empire. Pourquoi ai-je parlé des negotiatores du Haut-Empire dans le cadre de ce colloque sur les entrepôts ? Parce que je suis convaincu que ces negotiatores entretenaient des rapports privilégiés avec le stockage et avec les entrepôts. Mais la chose est moins certaine, et plus difficile à démontrer, que ma conclusion relative à la fin de la République. Il faut ouvrir tout le dossier et en montrer les points forts. Le contenu de ce dossier et sa relative complexité font que je ne parlerai des entrepôts que dans la troisième partie de l’article. Le lecteur ne doit donc pas avoir l’impression que je fais en quelque sorte du « hors sujet » en tardant à parler des entrepôts.

9Negotiator et mercator se rencontrent souvent dans les textes et inscriptions du Haut-Empire, mais le premier des deux, negotiator, est nettement plus fréquent que le second. Si l’on réunit toutes les inscriptions du CIL, celles dont fait état l’Année épigraphique et quelques autres inscriptions qui n’ont été intégrées ni à l’un ni à l’autre, on parvient à environ 120 inscriptions de negotiatores, à une cinquantaine d’inscriptions de negotiantes et à une bonne trentaine d’inscriptions de mercatores. À ces chiffres il faut ajouter les inscriptions dans lesquelles le mot est abrégé en neg(…) ou en negot(…) – si bien qu’on ignore s’il s’agit d’un negotians ou d’un negotiator (l’existence même de ces abréviations est un argument en faveur de l’idée que les deux mots désignaient le même métier sous le Haut-Empire) – et quelques inscriptions lacunaires où une partie du mot a disparu. Le nombre des inscriptions lacunaires et de celles où le mot est abrégé s’élève à environ soixante.

10Ces inscriptions, et les textes juridiques et littéraires concernant ces métiers, ne donnent que très peu d’informations sur le détail des affaires de ces professionnels, même s’ils montrent bien qu’il s’agissait de négociants. Il est toutefois intéressant de comparer la série des inscriptions de negotiatores et celle des inscriptions de mercatores pour essayer de percevoir les différences entre les deux métiers.

11Première question : est-il sûr que le mercator et le negotiator n’aient pas exactement pratiqué le même métier ? Certains ont parfois soutenu qu’il s’agissait là de deux façons équivalentes de nommer les négociants, sans qu’il y ait vraiment de différence entre les deux.

  • 5 Sénèque le Rhéteur, Oratorum et rhetorum sententiae, divisiones, colores. Excerpta 2, 7.

12Un seul texte pourrait être utilisé avec l’objectif de montrer que le negotiator et le mercator, sous le Haut-Empire, exerçaient exactement le même métier. C’est une controverse de Sénèque le Rhéteur, dans laquelle le même homme est qualifié de peregrinus mercator et de peregrinus negotiator5. Mais il est facile de répondre que, dans ce texte très général, qui ne décrit pas de façon concrète et précise les activités du professionnel (si ce n’est qu’il était appelé à se déplacer), les deux mots désignent le négociant, le commerçant, qui peut mener des affaires au loin. Sous le Haut-Empire, les deux mots désignaient en effet, l’un comme l’autre, des négociants (ce qui n’était pas le cas à la fin de la République où le negotiator n’était pas nécessairement un négociant). Sous le Haut-Empire, si l’on voulait parler d’un commerçant, qui achetait et vendait, qui n’était pas un détaillant fixé quelque part, ou qui était autre chose qu’un tel détaillant, il était possible d’employer les deux mots, soit negotiator, soit mercator. Mais cela n’implique pas que les deux mots aient désigné exactement la même catégorie de négociants.

13À l’inverse, les inscriptions fournissent plusieurs indices d’une différence entre les deux métiers. Il arrive par exemple que, dans la même inscription, le même homme exerce à la fois, ou successivement, le métier de mercator et celui de negotiator. C’est le cas dans l’inscription funéraire CIL IX 4680, trouvée à Réate : le nommé Aulus Herennuleius Cestus est à la fois présenté comme negotiator vinarius a septem Caesaribus et comme mercator omnis generis mercium transmarinarum ; a-t‑il exercé ces deux activités en même temps, ou l’une après l’autre ? Nous n’en savons rien. En tout cas, l’emploi des deux mots dans la même inscription, et pour la même personne, amène à refuser l’idée qu’ils désignaient exactement le même métier, pour des produits différents. Il arrive aussi que la même inscription nomme deux hommes exerçant l’un le métier de mercator et l’autre celui de negotiator. C’est le cas dans CIL VI 9675, où l’on voit deux négociants en sayons, d’une part un negotiat(or) sagarius, Lucius Arlenus L. l. Demetrius, et d’autre part un mercator sagarius, Lucius Arlenus L. l. Artemidorus. De tels exemples conduisent à conclure que les deux métiers ne se confondaient pas.

  • 6 Digesta 50, 11, 2 (Callistrate) ; voir aussi Digesta 18, 6, 2 pr. (Gaius, Lib. II cottidianarum rer (...)

14Remarquons aussi au passage que les Latins distinguaient nettement l’activité commerciale, qui consiste à acheter et à vendre à la fois, à acheter pour vendre, de l’activité du producteur qui vendait son produit, par exemple du propriétaire foncier ou de l’exploitant agricole qui vendait son blé, son vin ou son huile. Certains textes sont très nets à ce propos. Un fragment du Digeste, dû à la plume de Callistrate, explique ainsi que l’existence des négociants (negotiatores) est nécessaire, afin que les pêcheurs et les exploitants agricoles (cultores agrorum), ayant apporté leur production à la ville, puissent revenir à leurs propres travaux (ad opera sua) après la leur avoir cédée6. Une des conséquences de cette spécificité est que plusieurs textes juridiques distinguent, parmi les marchandises du mercator, ce qui faisait partie de son commerce, et qu’il était donc amené à vendre, et ce qui était ad usum suum, c’est-à‑dire destiné à son usage personnel.

  • 7 Il s’agit de Tite-Live 2, 27, 5 et de CIL X 3773 (qui, de toute façon, concernent l’un et l’autre l (...)
  • 8 J. Rougé, ibid., p. 279, 288 et 422-423.

15Si le mercator et le negotiator du Haut-Empire étaient tous les deux des négociants, mais ne menant pas exactement la même activité, qu’est‑ce qui les distinguait ? C’est là une question délicate. Diverses opinions ont été défendues au cours des années, depuis le xviiie s. Je ne vais pas me livrer ici à une enquête historiographique consistant à les passer en revue. Ce ne serait pas une enquête inintéressante, mais elle serait trop longue, et elle a déjà été réalisée par d’autres, au moins en partie. Certaines de ces opinions sont complètement insoutenables, par exemple celle qui voit dans l’un des métiers celui de commerçants de détail et dans l’autre celui de commerçants en gros. Ni les mercatores ni les negotiatores n’étaient principalement des détaillants. Il y avait des commerçants de détail dans le monde romain, mais ils ne se nommaient ni mercatores ni negotiatores. D’ailleurs, à mon avis, le gros et le détail n’étaient pas complètement séparés dans le monde romain, si bien qu’il arrivait probablement qu’un négociant vende aussi au détail. À vrai dire, nous n’avons pas assez d’indices pour le savoir. Mais il est sûr que ni les mercatores ni les negotiatores n’étaient avant tout des détaillants. L’opposition vente en gros / vente au détail ne permet pas de rendre compte de la différence entre les deux métiers. Le texte et l’inscription que J. Rougé a utilisés pour montrer que les mercatores étaient des détaillants ne le prouvent absolument pas7. Dans d’autres passages de son livre, J. Rougé propose que les negotiatores aient été des négociants en gros et les mercatores des négociants en demi-gros ; ce n’est pas acceptable non plus, il n’y a aucun indice solide allant dans ce sens. Il a proposé également que certains mercatores aient été des salariés des negotiatores. Dans quelques cas précis, ce n’est pas impossible, mais cette hypothèse ne peut pas valoir non plus comme principe de différenciation entre les deux métiers ; elle ne s’applique, éventuellement, qu’à un petit nombre de cas8.

16En pratiquant le livre de J. Rougé sur le commerce, qui est très riche et regorge d’informations matérielles et pratiques sur divers aspects de la vie romaine, on s’aperçoit que, souvent, il juxtapose plusieurs réponses au même problème, puis présente des arguments en faveur de l’une ou l’autre de ces réponses, mais s’abstient de trancher, et ne dit pas qu’il ne tranche pas. C’est ainsi que, pour le problème qui nous concerne ici, il a en outre avancé l’idée que les negotiatores étaient plus importants, financièrement et socialement, que les mercatores. C’est certainement vrai : en moyenne, les negotiatores avaient visiblement plus de surface et de possibilités financières que les mercatores ; ils ont reçu, en moyenne, davantage de marques de reconnaissance sociale et d’honneurs dans les cités auxquelles ils étaient intégrés.

17Les negotiatores sont d’ailleurs plus fréquemment des ingénus que les mercatores. Les mercatores connus dont la naissance est explicitement précisée par une inscription sont presque tous des affranchis (si je ne me trompe, 16 affranchis contre 3 ingénus, parmi ceux que j’ai dénombrés dans les années quatre-vingt). Les negotiatores connus dont la naissance est explicitement précisée par une inscription sont, en nombre à peu près égal, des affranchis ou des ingénus (14 affranchis contre 11 ingénus). Il faut tenir compte du fait que beaucoup d’inscriptions n’indiquent pas le statut de l’homme à sa naissance, ainsi la plupart des inscriptions de negotiatores. Mais, même si en moyenne les mercatores étaient plus modestes que les negotiatores, cette différence ne peut pas rendre compte de l’existence des deux métiers. Il serait faux de prétendre que tous les négociants importants étaient appelés negotiatores et que tous les négociants modestes étaient appelés mercatores. La diversité des inscriptions et des monuments funéraires montre que les deux métiers ne se définissaient pas par la richesse et la surface sociale, même si les membres de l’un d’entre eux étaient en moyenne plus prestigieux que ceux de l’autre.

  • 9 N. Tran, Les membres des associations romaines. Le rang social des collegiati en Italie et en Gaule (...)

18à ce propos, précisons que les différences générales que je suggère entre les deux métiers de mercator et de negotiator n’empêchent pas l’existence de spécificités et de diversités régionales ou locales, chronologiques ou selon les types de marchandises. C’est le cas, par exemple, des pages que N. Tran a consacrées aux mercatores frumentarii d’Ostie ; je suis tout à fait convaincu par ce qu’il a écrit à ce propos9. D’un côté, il y a un schéma général que je crois explicatif, de l’autre une situation historique complexe fondée sur des documents précisément analysés, et, dans le cas d’Ostie, d’autant plus importante qu’elle touche à l’approvisionnement de la capitale de l’Empire.

  • 10 Digesta 14, 5, 8 (Paul) ; Digesta 20, 4, 21, 1 (Scaevola) ; Digesta 38, 1, 45 (Scaevola) ; Digesta (...)
  • 11 Ainsi Digesta 50, 11, 2 (Callistrate).

19Une partie de ces négociants (mercatores et negotiatores) travaillaient dans un secteur précis ; ils étaient négociants d’une certaine catégorie de marchandises, par exemple le vin, ou les légumineuses, ou les bœufs, ou les porcs. D’autres, au contraire, n’indiquaient sur leurs inscriptions aucun secteur ; ils paraissent avoir été plus « généralistes ». Ainsi, un fragment du Digeste parle de négociants en orge (negotiatores hordei), un autre d’un négociant en marbre (negotiator marmorum), un troisième de négociants en blé (negotiatores frumentarii) et un quatrième d’un négociant en étoffes ou en vêtements (negotiator vestiarius)10. Mais d’autres fragments du Digeste où l’on peut lire aussi le mot negotiator ne précisent pas le secteur d’activité du négociant, et le contexte ne permet pas de savoir s’il était spécialisé ou au contraire généraliste11. Dans un texte, si le contexte ne le précise pas, negotiatores ou mercatores au pluriel peut d’ailleurs signifier soit que, dans ce passage, le mot désigne des négociants non spécialisés, soit qu’il désigne des négociants de diverses spécialités (chacun d’eux étant spécialisé). Quand le mot est au singulier, et dans les inscriptions, il n’y a pas, en général, la même ambiguïté.

20Pour comparer le nombre de négociants spécialisés et le nombre de ceux qui ne l’étaient pas, les textes littéraires et juridiques fournissent des informations trop peu nombreuses ; c’est vers les inscriptions qu’il faut se tourner. Dans les inscriptions, les négociants non spécialisés étaient-ils moins nombreux parmi les mercatores que chez les negotiatores, ou bien l’inverse ? Ni l’un ni l’autre : le rapport est à peu près le même pour les trois appellations de métier – mercator, negotiator, negotians. On compte entre 54 % et 61 % de « spécialistes » et le reste de généralistes. Certes, il y a moins de négociants spécialisés chez les mercatores (53 %) que chez les negotiatores (61 %). Les mercatores sont donc un peu plus souvent des généralistes, dans les inscriptions que nous connaissons, que les negotiatores. Mais la différence n’est pas telle qu’il soit souhaitable d’en tirer beaucoup de conclusions. Cela l’est d’autant moins que le nombre des inscriptions n’est pas le même dans les trois cas. Le nombre de negotiatores connus par des inscriptions est très élevé : comme je l’ai dit plus haut, nous disposons d’environ 120 inscriptions de negotiatores, d’une cinquantaine d’inscriptions de negotiantes et d’une bonne trentaine d’inscriptions de mercatores.

21Il en est de même si nous prenons en considération la dispersion des secteurs indiqués dans le cas des négociants attachés à un secteur. Pour les mercatores, 9 secteurs d’activité sont signalés, sur un total de 17 inscriptions indiquant une activité sectorielle. Pour les negotiantes, 22 secteurs d’activité différents sont signalés, sur un total de 29 inscriptions indiquant une activité sectorielle. Enfin, pour les negotiatores, 37 secteurs d’activité sont signalés, sur un total de 70 inscriptions indiquant un secteur. Les deux rapports relatifs aux mercatores et aux negotiatores sont extrêmement proches. à l’inverse, celui des negotiantes est sensiblement différent (il montre davantage de dispersion dans les spécialités) ; quelle conclusion faut-il en tirer ? Sur ce point précis, je ne sais que répondre.

22Parmi la longue liste des secteurs d’activité, certains ne sont représentés que par un mercator, et d’autres seulement par un negotiator. D’autres encore, au contraire, figurent dans les trois listes, ou dans deux des trois listes, ou plusieurs fois dans deux des trois listes. Vinarius se trouve dans les trois listes, et il figure sur 8 inscriptions de negotiatores et sur 5 inscriptions de negotiantes. Ce n’est pas le lieu, ici, d’étudier en détail tous ces secteurs d’activité, et les raisons de leur présence ou de leur absence. Une chose est certaine, en tout cas : la présence ou l’absence d’un secteur d’activité ne permet en aucune façon de différencier les mercatores des negotiatores.

23Les « généralistes » (dont les inscriptions n’indiquent pas de secteur) étaient-ils plus importants financièrement et socialement que les « spécialistes » d’un secteur ? On trouve assez souvent, chez les historiens des Temps Modernes en Europe occidentale (entre le xvie et le xviiie s.), l’idée que les hommes d’affaires les plus importants n’étaient pas spécialisés ou étaient moins spécialisés, et que les négociants et hommes d’affaires nettement spécialisés étaient en général plus modestes. On rencontre par exemple cette idée chez F. Braudel. était-ce la même chose dans le monde romain ? Je me suis posé la question mais, pour y répondre, il faudrait étudier en détail non seulement les signes institutionnels de plus grande distinction (prêtrises du culte impérial, etc.) et les caractéristiques épigraphiques de toutes les inscriptions, mais aussi les supports de ces inscriptions – en relation avec le contexte de la cité ou de la région. Jusqu’ici, je n’ai pas mené à bien ce travail ; mais des sondages partiels m’ont conduit à l’idée que les négociants spécialisés n’avaient pas plus de surface financière et sociale que les non spécialisés, et que l’inverse n’était pas vrai non plus. Les deux catégories, me semble-t‑il, jouissaient d’un niveau de richesse et de prestige comparable. Toutefois, si cette question reste à approfondir, ce sont les différences entre negotiatores et mercatores que nous abordons ici.

  • 12 CIL VI 1935 (mercator olei Hispani ex provincia Baetica).
  • 13 CIL VI 9631 = Dessau 7516 (de foro suario mercator).
  • 14 CIL VI 1620 = Dessau 1342.
  • 15 CIL I² 1259 (inscription de la fin de la République) ; CIL VI 9629 et 9675 ; AE 1916, 41 (mercator (...)
  • 16 CIL XIII 2023 = Dessau 7034 (Lyon).
  • 17 AE 1975, 651 (Zieriksee, Pays-Bas).
  • 18 CIL XIII 2448 = Dessau 7529 (Genay, près de Lyon).

24Le seul élément qui, dans les inscriptions, distingue nettement les mercatores des negotiatores est l’indication de lieux (région, province, provenance géographique, appartenance à une cité, quartier de ville, lieu où se déroule un commerce). Il serait excessif de prétendre que de telles précisions ne sont jamais attestées dans les inscriptions de mercatores. Ainsi, l’inscription funéraire du mercator Lucius Marius Phoebus indique que c’était un négociant en huile provenant de la province de Bétique12. Une autre inscription funéraire concerne un certain Caius Julius Amarantus, négociant au Marché aux Porcs13. Une troisième a été offerte au préfet de l’annone Caius Junius Flavianus par les mercatores frumentari et oleari afrari14. Quatre autres inscriptions présentent des mentions comparables (un lieu d’exercice, une mention de provenance)15. Mais de telles indications sont plus fréquentes dans celles des negotiatores (même en tenant compte du fait que les inscriptions de negotiatores sont plus nombreuses). Qui plus est, il arrive que la même inscription de negotiator en présente deux ou même trois différentes, ce qui n’est jamais le cas pour les mercatores – je ne parle pas du nom de métier proprement dit, ou des noms de métiers, mais seulement des indications de lieux. Par exemple, le negotiator nommé Popillius, dans son inscription, est dit à la fois natione Sequano et civis Lugdunensis16. Placidus, fils de Viducius, était à la fois civis Veliocassinius et negotiat(or) Britann(icianus)17. Exemple encore plus intéressant : Thaemus Julianus est qualifié de Syrien, issu de vico Athelani, mais il est en outre qualifié de negotiator Luguduni et prov(incia) Aquitacica (sic)18. Ajoutons que les indications de lieu des inscriptions de negotiatores sont parfois assez complexes et élaborées, comme dans le cas de Thaemus.

25Quant à leur signification, ces indications de lieu peuvent être regroupées en trois catégories. L’une d’elles informe du lieu où s’exerçait le commerce du negotiator, la deuxième comprend les nombreuses indications de citoyenneté ou de provenance du négociant et la troisième précise la provenance des marchandises dont il faisait commerce. Je ne peux étudier ici le détail de ces diverses mentions. Mon objectif est d’expliquer ce que, à mon avis, elles montrent de la nature de l’activité du negotiator par rapport à celle d’autres professionnels, et notamment par rapport à celle du mercator.

  • 19 CIL XII 1896 (Vienne) ; XIII 2025 et 2030 (Lyon) ; AE 1973, 362 et 364 (Cologne) ; AE 1984, 661 (Co (...)
  • 20 Dessau 7603 (Aquileia) : negotiator margaritarius ab Roma.
  • 21 CIL XIII 1911 et 2033 ; AE 1900, 203.
  • 22 CIL I² 810 = XIV 153 (= Dessau 892 = ILLRP 435) ; voir M. Corbier, L’Aerarium Saturni et l’aerarium (...)
  • 23 CIL VI 9662 ; CIL VI 33886 = Dessau 7539 ; AE 1946, 230.
  • 24 CIL XIII 1954 = Dessau 7030 (Lyon) ; CIL VI 29722.
  • 25 Digesta 38, 1, 45 (Scaevola, Lib. II responsorum).

26Désignant le lieu où exerçait le professionnel, la première catégorie montre que le negotiator a un siège quelque part, qu’une place de commerce est le centre de son activité. Ce lieu est souvent indiqué par un nom de ville : par exemple Vienne (negotiator vinarius Viennae), Lyon, Cologne19 – ou même Rome, quand l’inscription a été trouvée ailleurs20. à Lyon, l’expression Luguduni consistens souligne le caractère stable de cette activité, le fait que ce négoce se mène à partir d’une cité précise21. Mais il peut s’agir d’un quartier de la ville. C’est assez fréquemment le cas dans les inscriptions de Rome : les negotiatores ex area Saturni, qui sont les negotiatores le plus anciennement attestés en Italie, et dont l’inscription honorifique est nécessairement antérieure à 28 av. J.‑C.22 ; negotiator de sacra via ; sub aede Fortunae ad lacum aretis ; de Galbes (c’est-à‑dire, très probablement, de horreis Galbae) ; ex horreis Cornif(icianis) ; etc.23. C’est aussi le cas à Lyon24 : negotiat(or) vinarius Lugud(uni) in kanabis consist(ens). Cette relative stabilité du negotiator dans son travail (par rapport au mercator) est confirmée par un fragment de Q. Cervidius Scaevola figurant au Digeste, où il est dit que l’affranchi negotiator vestiarius peut exercer dans la même cité et le même lieu que son patron même si celui-ci n’est pas d’accord, mais à condition qu’il n’en subisse aucun tort25. Certes, il est permis de se demander comment l’affranchi parvenait à prouver que le patron n’en souffrait nullement. Mais là n’est pas la question qui nous intéresse ici ; le fragment met en tout cas en évidence le fait que le negotiator avait un siège stable ; un texte semblable n’existe pas pour le mercator.

  • 26 CIL VI 33887 ; XIII 634 ; XIII 1911 ; XIII 1996 ; XIII 2018 ; XIII 2023 ; XIII 11179 ; AE 1973, 362 (...)
  • 27 CIL XIV 397 ; XIII 2023 (Lyon) ; III 5230 (Norique) ; Dessau 7576 (Pola).

27Les indications de provenance ou de citoyenneté du négociant prennent diverses formes. Souvent, il s’agit de la cité à laquelle le negotiator appartient comme citoyen : il est dit civis Treverus, civis Trevirus, civis Tribocus, civis Lugdunensis, oriundo civitate Miseni, etc.26. Dans d’autres cas, c’est la région, la province, le groupe de provinces ou ce qu’on peut appeler sa provenance « ethnique ». Popillius était natione Sequano, même s’il était en même temps civis Lugudunensis ; un autre négociant était negotiator ex Hispania citeriore ; ou bien civis Afer, ou bien encore civis Gallus27. La présence de ces mentions de l’origine ou de la citoyenneté municipale s’explique le plus souvent par le fait que le négociant était installé ailleurs que dans le lieu ainsi indiqué.

  • 28 CIL VI 1101 ; voir J. Andreau, La vie financière dans le monde romain. Les métiers de manieurs d’ar (...)
  • 29 CIL XI 5068 ; AE 1973, 370 ; AE 1975, 651 ; CIL VI 1625b = Dessau 1340.

28Une troisième série d’indications de lieu désigne l’origine des marchandises dont s’occupe le negotiator. Dans certaines inscriptions, le fait que cette indication d’origine soit relative aux marchandises ne fait aucun doute. Ne prenons qu’un exemple : negotiantes vini supernat(is) et Arimin(ensis), des négociants qui vendent à Rome des vins d’Ariminum et des régions proches de l’Adriatique (ou peut-être de la haute vallée du Tibre)28. Mais, dans beaucoup de cas, l’inscription mentionne des adjectifs qui s’appliquent soit à la provenance du négociant, soit à celle des marchandises – que le négociant soit un ingénu ou un affranchi. On trouve des formules telles que : negotiator Gallicanus et Asiaticus ; negotiator cretarius Britannicianus ; negotiator Britannicianus ; negotiatores ol[earii] ex Baetica29. Le détail de ces indications ambiguës mérite d’être étudié au cas par cas, et cela a déjà été fait pour certaines d’entre elles, en relation avec la nature des marchandises concernées. L’ambiguïté même suggère très probablement que, dans un certain nombre de cas, le négociant continue à être en rapport avec sa région ou sa cité de provenance (qu’il soit ingénu ou affranchi) et fait le commerce de produits de cette région ou de cette cité.

  • 30 CIL VI 1935 ; sur L. Marius Phoebus, voir N. Tran (n. 9), p. 222.
  • 31 Voir A. Chastagnol, « Une firme de commerce maritime entre l’île de Bretagne et le continent gauloi (...)

29Notons, pour en terminer avec ces indications, qu’elles ne sont pas complètement absentes des inscriptions de mercatores – l’une d’entre elles concerne le nommé Lucius Marius Phoebus, mercator olei Hispani ex provincia Baetica – mais beaucoup plus rares30. La mobilité a ses limites, la stabilité aussi. Le negotiator n’est pas entièrement sédentaire, il n’est pas sédentaire à la manière d’un banquier de métier (argentarius). Il est amené à se déplacer, comme le prouvent les inscriptions trouvées à Zieriksee, aux Pays-Bas31.

30à l’inverse, le mercator peut commercer de préférence avec une région précise et se rendre régulièrement dans cette région, et il faut bien qu’il habite quelque part. Cela n’empêche pas que, à mon avis, il ait existé sous le Haut-Empire deux métiers de négociants, l’un centré sur le transport des marchandises, l’autre sur le stockage et la redistribution.

  • 32 Quintilien, Declamationes minores CCCLXIII (éd. C. Ritter, p. 394).
  • 33 Sénèque le Rhéteur, Oratorum et rhetorum sententiae, divisiones, colores. Excerpta 2, 7.

31Le negotiator, en règle générale, part de chez lui pour exercer ailleurs son commerce. Il est très rare qu’il l’exerce dans sa propre cité, surtout s’il est ingénu. Et c’est très probablement cette caractéristique qui explique que le même mot latin ait été appliqué à la fois au negotiator républicain et à celui du Haut-Empire, tels que je les interprète. Les auteurs de traités d’éloquence, comme Quintilien, ou de controverses, comme Sénèque le Rhéteur, évoquent le negotiator comme étant celui qui part au loin pour faire des affaires : c’est la figure du peregrinus negotiator, comme écrit Quintilien32. Mais le negotiator n’est pas le seul à exercer son métier loin de sa cité, c’est aussi le cas du mercator (parfois qualifié lui aussi de peregrinus mercator)33 et de certains financiers ; et il serait sûrement assez facile d’ajouter d’autres noms à cette brève liste. Ce qui fait l’originalité des inscriptions de negotiatores, comme nous venons de le voir, c’est que l’insistance y est mise à la fois sur la provenance de l’homme, sur le lieu où il exerce et sur l’origine des marchandises, ou en tout cas sur les régions avec lesquelles il mène ses affaires.

  • 34 Entre autres : Horace, Epistulae 1, 1, 45 et 1, 16, 71 ; Horace, Carmina 1, 1, 16 et 3, 24, 40 ; Ho (...)
  • 35 Digesta 4, 9, 7, 2 (Ulpien) ; 14, 2, 2, 2 (Paul) ; 14, 2, 4, 1 (Callistrate) ; 19, 2, 31 (Alfenus).

32Dans les textes généraux sur le commerce et les commerçants, par exemple les textes des poètes satiriques ou des auteurs de traités de rhétorique, les hommes des deux métiers ont évidemment pour vocation d’acheter et de revendre. Mais il y a des différences. Le mercator est présenté comme se déplaçant sans cesse, et comme se déplaçant avec ses marchandises34. Cette image du mercator est également bien attestée à l’époque républicaine, et on la rencontre en outre dans les fragments du Digeste35. En outre, le mercator est toujours présenté comme se déplaçant sur la mer.

33Ces deux ou trois images collent beaucoup moins à la peau du negotiator. Cela signifie-t‑il que le negotiator d’époque impériale n’était pas mobile et qu’il n’avait pas de rapport avec la mer ? Non, il serait absurde de tirer de toutes les observations faites ci-dessus que les negotiatores d’époque impériale étaient immuablement fixés à un lieu précis et que leur commerce était avant tout terrestre. Certes, ils étaient mobiles, mais pas autant que les mercatores. Certes, ils avaient des rapports avec la mer, mais de façon moins systématique que les mercatores. Comme je l’ai dit un peu plus haut, la mobilité a des limites, et la stabilité aussi.

34Pour tenir compte de toutes ces observations, il m’a semblé que la spécialité des negotiatores était certes l’acheminement de marchandises vers une place commerciale précise où ils avaient leurs affaires et exerçaient leur commerce, une place située au bord de la mer ou à l’intérieur des terres (en général non loin d’un fleuve). Mais c’était surtout le déchargement et le stockage de ces marchandises, puis ce qu’on peut appeler la redistribution (j’entends par là à la fois la distribution des marchandises vers des places plus modestes de la région et leur réexpédition vers d’autres directions).

  • 36 Sur les « ports de stockage », qu’on peut aussi appeler les « ports-entrepôts », voir J. Nieto, « E (...)
  • 37 W. Sombart, Der moderne Kapitalismus. II, Das europäische Wirtschaftsleben im Zeitalter des Frühkap (...)

35Voilà mon hypothèse, qui me paraît de nature à rendre compte, aussi bien que possible, de l’ensemble de la documentation disponible. Elle m’a amené à me poser deux questions : quel rapport établir entre ce métier, ainsi interprété, et les « ports de stockage », tels qu’on les définit depuis les recherches de J. Nieto, dans les années quatre-vingt36 ? Et quel rapport établir entre ce métier et les entrepôts, qui font l’objet, depuis quelques années, de passionnantes études ? Quoi qu’il en soit, le rôle des horrea paraît être devenu très important au cours des premiers siècles de notre ère. Il peut être intéressant, au passage, et à titre d’ouverture comparative, de rappeler que W. Sombart croyait à l’existence d’un « âge des entrepôts » à l’époque moderne, entre le xvie et le xviiie s., « âge des entrepôts » qui aurait constitué une phase intermédiaire entre l’âge des foires et celui des bourses, mais qui, à l’inverse, laissait F. Braudel sceptique37. Il n’est pas question d’établir une comparaison entre l’Antiquité et l’époque moderne, en fonction d’une conception évolutionniste par laquelle beaucoup d’entre nous (moi y compris) ont été abusivement séduits. Je ne signale cette idée de W. Sombart que parce qu’elle est peut-être susceptible de nous aider à comprendre certains mécanismes de l’organisation commerciale romaine.

36Les deux questions que je viens de poser diffèrent partiellement, car il existait certainement aussi des entrepôts dans des ports et dans des villes qui n’étaient pas des ports de stockage. Elles sont toutefois étroitement liées, car, si le déchargement, le stockage et la redistribution des marchandises étaient le cœur de l’activité des negotiatores, leur activité était très directement intéressée par les entrepôts et en même temps par les ports de stockage. On peut même dire que ce sont deux aspects de la même question.

  • 38 Je remercie très vivement P. Ouzoulias pour les précieuses informations qu’il m’a fournies sur les (...)
  • 39 À cette liste, il faudrait probablement ajouter Aquileia.

37S’il est très difficile de répondre aux deux questions posées plus haut dans l’état actuel de nos connaissances, c’est celle sur les ports de stockage qui me paraît la plus difficile des deux. Sur les rapports entre negotiatores et ports de stockage, l’argument le plus fort serait en effet d’ordre géographique et même topographique : si nous pouvions comparer deux listes de cités et de localités, celles où il y avait des negotiatores et celles qui abritaient des ports de stockage, il serait peut-être aisé de conclure que ces negotiatores, à la différence des mercatores, étaient installés dans des ports de stockage, ou au contraire qu’ils n’y étaient pas installés. Certes, la liste des localités dans lesquelles un ou plusieurs negotiatores sont attestés est longue, au moins dans certaines provinces ou dans certains groupes de provinces : pour l’ensemble des Gaules et des Germanies, provinces dans lesquelles les negotiatores connus sont les plus nombreux, on en rencontre dans cent inscriptions38. à l’inverse, la liste des ports de stockage est peu fournie, et elle n’est pas du tout assurée. Depuis les articles de J. Nieto, plusieurs ports de stockage ont été identifiés en Méditerranée occidentale, par exemple Narbonne, Gadès, Carthage, Pouzzoles et Ostie-Portus39. Si ces cinq ou six ports étaient vraiment des « ports de stockage », ils comptaient sûrement parmi les plus importants. Mais n’y avait-il de stockage que dans ces ports ? La frontière entre les ports de stockage et ceux où l’on ne pratiquait pas le stockage était-elle nette, ou bien non ? Même si de fortes activités de déchargement des navires, de stockage dans des entrepôts et de réembarquement nécessitaient des appareillages spécifiques, qu’on ne pouvait pas trouver partout, il est possible que des activités de stockage et de redistribution plus réduites se soient exercées ailleurs. Nous n’en savons rien pour l’instant. D’ailleurs, nous ne connaissons pas, en latin, de mot ou d’expression qui traduise « port de stockage » ou « port-entrepôt ». Il serait logique que les negotiatores aient de préférence eu leur quartier général dans les « ports de stockage », mais il est presque impossible d’en dire plus.

38L’autre question, celle des rapports entre negotiatores et entrepôts, est également délicate, pour diverses raisons. J’en indiquerai deux. La première est que les mercatores, eux aussi, pouvaient avoir besoin d’entrepôts, et que nous n’en savons pas assez pour distinguer la manière dont un negotiator était lié à un entrepôt et celle dont le mercator, de son côté, entretenait des liens avec l’entrepôt. Tous les négociants ont recours à des entrepôts dans le cadre de leur métier, mais pas nécessairement de la même façon. Une autre raison est qu’il existait divers types d’entrepôts ; certains appartenaient à des cités, d’autres à des grands domaines, d’autres à des négociants, etc. ; mettre en rapport un ou des entrepôts avec un ou des negotiatores ne prendrait tout son sens que si l’on pouvait identifier la nature de tous les entrepôts. Néanmoins, même si ce second aspect, portant sur les rapports entre negotiatores et entrepôts, est difficile dans l’état actuel de nos connaissances, il me paraît davantage possible d’argumenter à son sujet qu’au sujet du premier. Il existe, selon moi, au moins trois arguments à l’appui de l’idée que le métier des negotiatores était lié aux entrepôts, s’appuyait sur le contrôle des entrepôts. Ce sont ces trois arguments que je vais exposer dans la dernière partie de mon article.

  • 40 Apulée, Metamorphoseon libri XI 5, 15, 4.
  • 41 Columelle,De re rustica 1, 8, 13 et 11, 1, 24.
  • 42 Digesta 18, 1, 71.

39Le premier de ces trois arguments n’est pas le plus fort. Il est en rapport avec l’idée d’achat de marchandises et/ou avec la présence de verbes tels que comparare et coemere, « acheter en grande quantité ». Dans certains cas, de tels achats en grande quantité visaient à accaparer et à faire monter les prix – mais, dans beaucoup d’autres cas, ils visaient à revendre en quantités moindres, pour « distribuer » (distrahere) les marchandises ainsi achetées, évidemment avec un bénéfice. Ces mots sont mieux attestés dans le cas des negotiatores que dans celui des mercatores. Certes, il fallait bien que les mercatores achètent eux aussi ; le négociant, par définition, achète et vend, il achète pour revendre ; mais la notion d’achat est plus présente et plus prégnante dans le cas des negotiatores, l’image de l’achat leur est davantage attachée qu’aux mercatores, me semble-t‑il. Car le negotiator doit au départ avoir des fonds à placer dans son commerce ; après avoir acheté en plus grande quantité, il va ensuite distribuer ces marchandises en plus petits lots (à moins qu’il ne les réexpédie ailleurs). Dans les Métamorphoses d’Apulée, le mari de Psyché est arrivé d’une province voisine, et il est magnis pecuniis negotians40. Selon Columelle, il faut interdire au vilicus de se transformer en quelque sorte en négociant, en negotiator, en achetant avec l’argent de son maître des bestiaux ou d’autres marchandises, pour ensuite les revendre41. Dans un fragment du Digeste dû à la plume de Papirius Justus, les negotiatores sont présentés comme ceux qui achètent du vin en grandes quantités (comparare)42.

40Les deux autres arguments ont beaucoup plus de valeur que le précédent et sont très directement en rapport avec ma conclusion. Ils portent sur la présence d’allusions à des entrepôts dans les textes et inscriptions évoquant des negotiatores. L’un d’eux concerne la production et le commerce des marbres.

  • 43 Suétone, De vita XII Caesarum. Tiberius 49, 2.

41à l’époque républicaine, les carrières de pierre appartenaient à la cité de Rome, aux diverses cités du monde romain et à des particuliers. Cette situation se perpétua sous l’Empire, et l’on sait par exemple que les carrières du mont Pentélique, au iie s. apr. J.‑C., étaient la propriété d’Hérode Atticus. Mais, peu à peu, les carrières les plus importantes et qui produisaient les pierres les plus prestigieuses (les marbres, par exemple) passèrent dans le patrimoine impérial (patrimonium Caesaris), par confiscation, achat ou héritage. On sait par exemple, notamment par Suétone, que Tibère confisqua toute une série de mines et de carrières qui appartenaient à des cités ou à des particuliers43. Ce fut le cas des carrières de marbre de Luni (Luna) ; sur les blocs, on lit des noms d’esclaves municipaux, ensuite remplacés par des esclaves impériaux.

  • 44 Voir J. B. Ward-Perkins, « The Marble Trade and Its Organization: Evidence of Nicomedia », MAAR 36 (...)
  • 45 CIL VI 33886 = Dessau 7539 ; voir P. Pensabene, « Osservazioni sulla diffusione dei marmi e sul lor (...)

42Vers la même époque, selon les recherches menées sur le commerce des marbres depuis une quarantaine d’années, une grande transformation s’est produite dans l’organisation de la vente44. Auparavant, le client adressait directement ses commandes à la carrière, et allait même jusqu’à payer bloc par bloc. Sous l’Empire, le commerce restait libre, et l’organisation de ce commerce libre n’est pas nécessairement très bien connue, mais les blocs n’étaient plus produits sur commande, ils étaient extraits puis stockés dans des centres appelés stationes, soit près des carrières, soit après avoir été transportés par bateau. à Rome, il y avait un dépôt de ce genre au pied de l’Aventin, dans le quartier appelé ensuite Marmorata. C’était la statio marmorum. Une inscription de Rome concerne le nommé Caius Tullius Crescens, negotiator marmorum de Galbes, et P. Pensabene pense que ce negotiator avait ses magasins près des horrea Galbana, c’est-à‑dire non loin de la statio marmorum, et qu’il y allait pour se réapprovisionner45. D’après P. Pensabene, la statio marmorum était un dépôt public, mais dans ces stationes, l’état revendait des marbres à des particuliers ; le rôle de l’état impérial n’empêchait donc pas l’existence d’un commerce privé des marbres.

  • 46 Digesta 20, 4, 21, 1 (lib. XXVII digg.). Sur ces horrea Caesaris, voir LTUR III (1996), p. 39 (par (...)

43Un fragment de texte juridique dû à Q. Cervidius Scaevola confirme le rapport entre negotiatores et entrepôts dans le cas du commerce des marbres : il s’agit d’un négociant en marbres (negotiator marmorum) qui a pris à ferme des entrepôts appartenant à l’Empereur (conductor horreorum Caesaris fuit)46. Dans ces horrea Caesaris, on reconnaît souvent les horrea Galbana, puisque ces derniers semblent avoir été destinés au stockage des marbres. Le mot employé ici n’est pas statio, mais horreum. Remarquons qu’un tel conductor horreorum n’était pas seulement un utilisateur prenant quelques espaces en location pour y entreposer ses marchandises, mais l’exploitant de tout un ensemble d’entrepôts.

44Certes, le cas des marbres est passablement particulier, étant donné que beaucoup de carrières étaient propriété impériale. Cependant, d’autres textes et inscriptions, relatifs au commerce d’autres marchandises, vont dans le même sens, en suggérant le même genre de liens entre negotiatores et entrepôts. Ils montrent les negotiatores comme étant des négociants en partie stables, ayant leur établissement sur une place commerciale précise ; ils faisaient venir des marchandises dans la ville qui était le centre de leur activité et procédaient, à partir de là, à un commerce de distribution et de réexpédition.

45C’est le troisième argument : il touche les textes et inscriptions impliquant des entrepôts, pour d’autres marchandises que les marbres. On n’en rencontre pas un grand nombre ; néanmoins ces allusions aux horrea sont nettement plus présentes dans la documentation relative aux negotiatores que dans celle qui évoque des mercatores, et certaines d’entre elles sont très significatives.

  • 47 Digesta 34, 2, 32, 4 (lib. II ad Vitellium).
  • 48 Digesta 14, 5, 8 (lib. I decretorum).

46Dans un fragment du jurisconsulte Paul, il est question d’une négociante (chose rare  !) qui faisait commerce de parures féminines, bijouterie et joaillerie (ornamentum muliebre), et qui a entreposé des objets de valeur aussi bien chez elle que dans un entrepôt et dans la basilique où se déroulait son commerce47. Autre fragment de Paul, sensiblement plus significatif : un esclave préposé chargé par son maître de prêter de l’argent à des négociants en orge (negotiatores hordei) et à en recevoir des gages a aussi pris à ferme des entrepôts (horrea conduxisse), sur l’ordre de son maître, ou en tout cas au su de celui-ci48.

  • 49 AE 1946, 230 ; sur les horrea Cornificiana, voir LTUR, III (1996), p. 39-40 (par E. Papi).

47Mais les inscriptions sont nettement plus éloquentes. Mentionnons d’abord celle de Lucius Pompilius Eros : elle a été trouvée à Amphipolis, mais le lieu de travail du negotiator était les horrea Cornif(iciana), à Rome49.

  • 50 CIL IX 4680.
  • 51 Voir R. E. A. Palmer, « Customs on Market Goods Imported into the City of Rome », dans J. H. D’Arms(...)
  • 52 LTUR, IV (1999), p. 266 (par C. Lega).

48Passons maintenant à celle d’Aulus Herennuleius Cestus, que j’ai déjà mentionnée dans la première partie de cet article50. L’homme était negotiator vinarius a Septem Caesaribus, et en outre mercator omnis generis mercium transmarinarum – soit à la même époque, soit à un autre moment de sa vie. Le nom des Septem Caesares s’explique probablement par la présence de statues de sept membres de la famille impériale julio-claudienne (et non pas de sept Empereurs, pour des raisons de chronologie). Le lieu-dit se trouvait à l’extérieur de la porta Portuensis et non loin du Tibre. Au début des années quatre-vingt, dans ses articles sur le Trastevere et sur l’octroi de la ville de Rome, R. E. A. Palmer est arrivé à la conclusion, à mon avis juste, qu’il s’agissait d’un lieu à la fois de stockage et de vente, accueillant des marchandises qui venaient de l’extérieur de Rome51. Ses idées ont été reprises par C. Lega dans le Lexicum Topographicum Urbis Romae. Ce dernier parle d’un centre de distribution pour les marchandises importées à Rome à partir d’autres endroits, centre qui se trouvait hors des limites de l’octroi de la Ville et qui, c’est très probable, concernait notamment le vin52.

  • 53 CIL XIII 2448 = Dessau 7529 ; J. Rougé (n. 7), p. 305.
  • 54 Ibid., p. 283 ; voir aussi J. Rougé, « Lyon et l’Aquitaine : à propos de CIL XIII, 2448, Thaïm fils (...)

49Le dernier document que je présente maintenant à l’appui de ma conclusion me paraît le plus convaincant de tous ceux dont il a été question ici. Il est fourni par l’inscription funéraire de Thaemus Iulianus Sati filius, c’est-à‑dire Thaïm, fils de Saad – inscription trouvée près de Lyon, à Genay, et datant de la fin du iie s. apr. J.‑C. ou du iiie s. Le défunt, écrivait J. Rougé, « originaire de la bourgade syrienne d’Athélé et décurion de Septimianum Canôtha, dans le Hauran actuel, est installé à Lyon, où il fait le commerce des produits d’Aquitaine53 » (inscription ci-dessous). L’inscription est une bilingue gréco-latine, mais les deux textes, le grec (qui vient en tête) et le latin (qui le suit), ne sont pas identiques. Le métier n’y est pas indiqué de la même façon. En latin, le défunt est qualifié de negotiator Luguduni et prov(incia) aquitacica (sic). En grec, en plus des deux indications de lieu, ἐκ Ἀκου[ι]τανίης ὧδ᾽ ἐπ[ὶ] Λουγουδούνοιο, le nom du métier est remplacé par une brève description de deux lignes et demie indiquant en quelque sorte le « profil » du défunt. D’une part, il a quitté sa patrie pour s’installer à Lyon. D’autre part, il possède un emporion plein de marchandises achetées et destinées à être revendues : ἐς π]ρᾶσιν ἔχων ἐυπόρ[ιο]ν ἀγορασμῶν [με]στὸν ἐκ Ἀκου[ι]τανίης. Il me paraît particulièrement intéressant de noter que ces deux lignes et demie sont une façon d’expliquer le mot latin negotiator sans l’employer dans le texte grec et sans le traduire par un mot grec. C’est comme si le mot negotiator exprimait une réalité professionnelle spécifique, qui ne pouvait être traduite directement en grec, et qui devait être un peu expliquée. L’explication concerne la démarche du négociant, qui a quitté sa patrie pour aller exercer ailleurs son négoce, et aussi son patrimoine professionnel. Celui-ci est un emporion où il met les marchandises qu’il a achetées et qu’il va revendre. L’emporion, ici, ne peut pas être un port pris dans son intégralité, c’est nécessairement un établissement commercial appartenant au défunt et lui servant à la fois pour le stockage et pour la vente. Le mot emporion est très rarement attesté en ce sens, mais c’est le sens auquel le contexte conduit impérativement ici (et d’ailleurs le Liddell-Scott signale, parmi les acceptions d’emporion, « trading center », « mart »). J. Rougé écrivait que Thaïm tenait à Lyon un entrepôt de ses produits d’Aquitaine54.

50CIL XIII, 2448 ; J.-Cl. Decourt, Inscriptions grecques de la France (2004), n° 141 : épitaphe bilingue de Thaïm, fils de Saad.

51Conclusion : le mot latin negotiator implique, dans le texte grec de cette inscription, le contrôle d’entrepôts liés au comptoir de vente du négociant, et dans lesquels il pouvait stocker ses marchandises. Il est très significatif qu’ici l’emporion fasse en quelque sorte partie de la définition même du métier de negotiator. Faire remarquer que le négociant a besoin d’entrepôts est une chose ; faire intervenir les entrepôts dans la définition même du métier en est une autre. Cette inscription me paraît donc un argument décisif à l’appui de la manière dont je propose d’interpréter le métier des negotiatores de l’époque impériale.

52À titre de conclusion, résumons brièvement ce que j’ai essayé de prouver dans cet article. Je suis certain que le negotiator, à partir de l’époque d’Auguste, n’a plus le même profil que sous la République, même si l’ancien sens du mot negotiator se maintient encore dans certains textes et certaines inscriptions au cours du premier siècle de l’Empire, comme je l’ai montré dans l’article que j’ai publié sur les negotiatores républicains. Je suis certain aussi que, sous le Haut-Empire, le negotiator était un négociant comme le mercator, mais que leurs métiers ne se confondaient pas. Le mercator était plus mobile, le negotiator avait un siège commercial qui se trouvait au centre de son activité et depuis lequel il faisait venir des marchandises d’une ou de plusieurs régions, par exemple de sa région d’origine ; il les réexpédiait ensuite ailleurs ou bien les distribuait, en plus petites quantités, dans des zones plus ou moins proches de ce siège. À l’appui de cette dernière proposition, j’ai présenté trois arguments. Le deuxième et le troisième de ces arguments me paraissent nettement plus forts que le premier. Le dernier argument, qui porte sur les rapports entre negotiatores et entrepôts en dehors du commerce des marbres, prend appui sur deux inscriptions que je considère comme particulièrement significatives : celle d’Aulus Herennuleius Cestus et celle de Thaemus Iulianus.

53Dans cette dernière, l’entrepôt fait, en quelque sorte, partie de la définition même du métier de Thaemus. Celui ou ceux qui ont rédigé l’inscription ont voulu expliquer en langue grecque ce que faisait Thaemus, ce qu’était son métier de negotiator. Il faut adhérer à ce qu’ils ont écrit.

Notes

1 K. Verboven, « Ce que negotiari et ses dérivés veulent dire », dans J. Andreau, V. Chankowski (éds), Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique, Études 19 (2007), p. 89-118 ; « Faeneratores, Negotiatores and Financial Intermediation in the Roman World (Late Republic and Early Empire) », dans K. Verboven, K. Vandorpe, V. Chankowski (éds), Pistoi dia tèn Technèn. Bankers, Loans and Archives in the Ancient World. Studies in Honour of Raymond Bogaert (2008), p. 211-229.

2 J. Andreau, « Negotiator », dans H. Cancik, H. Schneider (éds), Der neue Pauly VIII (2000), col. 783-785 (trad. anglaise : « Negotiator », dans H. Cancik, H. Schneider [éds], Brill’s New Pauly IX [2006], col. 612-614).

3 J. Andreau, « Qu’est-ce qu’un negociator à la fin de la République », dans Gwl. Bernard et aliae (éds), Échanger en Méditerranée (2016), p. 19-35.

4 Cl. Feuvrier-Prévotat, « Negotiator et mercator dans le discours cicéronien », DHA 7 (1981), p. 367-405.

5 Sénèque le Rhéteur, Oratorum et rhetorum sententiae, divisiones, colores. Excerpta 2, 7.

6 Digesta 50, 11, 2 (Callistrate) ; voir aussi Digesta 18, 6, 2 pr. (Gaius, Lib. II cottidianarum rerum), où la différence entre le producteur et le commerçant est également très nette.

7 Il s’agit de Tite-Live 2, 27, 5 et de CIL X 3773 (qui, de toute façon, concernent l’un et l’autre la période républicaine) ; voir J. Rougé, Recherches sur l’organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l’Empire romain (1966), p. 288. P. Kneissl (« Mercator-Negotiator, römische Geschäftsleute und die Terminologie ihrer Berufe », MBAH 2/1 [1983], p. 73-90) pense aussi que les mercatores étaient souvent des détaillants, tandis que les negotiatores étaient des grossistes ; mais lui non plus ne présente pas d’indices concluants à l’appui de cette idée.

8 J. Rougé, ibid., p. 279, 288 et 422-423.

9 N. Tran, Les membres des associations romaines. Le rang social des collegiati en Italie et en Gaules sous le Haut-Empire (2006), passim, et notamment p. 102-110.

10 Digesta 14, 5, 8 (Paul) ; Digesta 20, 4, 21, 1 (Scaevola) ; Digesta 38, 1, 45 (Scaevola) ; Digesta 50, 5, 9, 1 (Paul).

11 Ainsi Digesta 50, 11, 2 (Callistrate).

12 CIL VI 1935 (mercator olei Hispani ex provincia Baetica).

13 CIL VI 9631 = Dessau 7516 (de foro suario mercator).

14 CIL VI 1620 = Dessau 1342.

15 CIL I² 1259 (inscription de la fin de la République) ; CIL VI 9629 et 9675 ; AE 1916, 41 (mercator Cordubensis ?).

16 CIL XIII 2023 = Dessau 7034 (Lyon).

17 AE 1975, 651 (Zieriksee, Pays-Bas).

18 CIL XIII 2448 = Dessau 7529 (Genay, près de Lyon).

19 CIL XII 1896 (Vienne) ; XIII 2025 et 2030 (Lyon) ; AE 1973, 362 et 364 (Cologne) ; AE 1984, 661 (Cologne)

20 Dessau 7603 (Aquileia) : negotiator margaritarius ab Roma.

21 CIL XIII 1911 et 2033 ; AE 1900, 203.

22 CIL I² 810 = XIV 153 (= Dessau 892 = ILLRP 435) ; voir M. Corbier, L’Aerarium Saturni et l’aerarium militare. Administration et prosopographie sénatoriale, CEFR 24 (1974), p. 23, 55 et 637.

23 CIL VI 9662 ; CIL VI 33886 = Dessau 7539 ; AE 1946, 230.

24 CIL XIII 1954 = Dessau 7030 (Lyon) ; CIL VI 29722.

25 Digesta 38, 1, 45 (Scaevola, Lib. II responsorum).

26 CIL VI 33887 ; XIII 634 ; XIII 1911 ; XIII 1996 ; XIII 2018 ; XIII 2023 ; XIII 11179 ; AE 1973, 362 et 375.

27 CIL XIV 397 ; XIII 2023 (Lyon) ; III 5230 (Norique) ; Dessau 7576 (Pola).

28 CIL VI 1101 ; voir J. Andreau, La vie financière dans le monde romain. Les métiers de manieurs d’argent (ive siècle av. J.‑C. - iiie siècle apr. J.‑C.) (1987), p. 126-128.

29 CIL XI 5068 ; AE 1973, 370 ; AE 1975, 651 ; CIL VI 1625b = Dessau 1340.

30 CIL VI 1935 ; sur L. Marius Phoebus, voir N. Tran (n. 9), p. 222.

31 Voir A. Chastagnol, « Une firme de commerce maritime entre l’île de Bretagne et le continent gaulois à l’époque des Sévères », ZPE 43 (1981), p. 63-66 ; P. Stuart, J. E. Bogaers, Nehalennia. Römische Steindenkmäler aus der Oosterschelde bei Colijnsplaat (2001) ; M.‑Th. Raepsaet-Charlier, « Nouveaux cultores de Nehalennia », AC 72 (2003), p. 291-302.

32 Quintilien, Declamationes minores CCCLXIII (éd. C. Ritter, p. 394).

33 Sénèque le Rhéteur, Oratorum et rhetorum sententiae, divisiones, colores. Excerpta 2, 7.

34 Entre autres : Horace, Epistulae 1, 1, 45 et 1, 16, 71 ; Horace, Carmina 1, 1, 16 et 3, 24, 40 ; Horace, Sermonum libri II 1, 1, 4 et 6 ; Sénèque, De beneficiis 6, 14, 4 ; Sénèque, Ad Lucilium epistulae morales 8, 73, 5 ; Sénèque, Naturales quaestiones 4, 2, 24 ; Juvénal, Satirae 14, 269.

35 Digesta 4, 9, 7, 2 (Ulpien) ; 14, 2, 2, 2 (Paul) ; 14, 2, 4, 1 (Callistrate) ; 19, 2, 31 (Alfenus).

36 Sur les « ports de stockage », qu’on peut aussi appeler les « ports-entrepôts », voir J. Nieto, « El Pecio Culip IV: observaciones sobre la organizacion de los talleres de Terra sigillata de La Graufesenque », Archaeonautica 6 (1986), p. 81-115 ; « Cargamento principal y cargamento secundario », CH 33 (1988), p. 379-395 ; J. Nieto et al., Excavacions arqueologiques subaquàtiques a Cala Culip (1989) ; J. Andreau, « Brèves remarques sur les ports de stockage », dans L. Pons Pujol (éd.), Hispania et Gallia. Dos provincias del Occidente romano, Instrumenta 38 (2010), p. 145-151.

37 W. Sombart, Der moderne Kapitalismus. II, Das europäische Wirtschaftsleben im Zeitalter des Frühkapitalismus  XV (1928), p. 488 sq. ; F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme (xv  e-xviii  e siècle). II, Les jeux de l’échange (1979), p. 75-78.

38 Je remercie très vivement P. Ouzoulias pour les précieuses informations qu’il m’a fournies sur les negotiatores des Gaules et des Germanies.

39 À cette liste, il faudrait probablement ajouter Aquileia.

40 Apulée, Metamorphoseon libri XI 5, 15, 4.

41 Columelle, De re rustica 1, 8, 13 et 11, 1, 24.

42 Digesta 18, 1, 71.

43 Suétone, De vita XII Caesarum. Tiberius 49, 2.

44 Voir J. B. Ward-Perkins, « The Marble Trade and Its Organization: Evidence of Nicomedia », MAAR 36 (1980), p. 325-338 ; « Commercio dei marmi nel mondo romano », dans L’Adriatico tra Mediterraneo e penisola balcanica nell’Antichità (1983), p. 239-245 ; P. Pensabene, « Considerazioni sul trasporto di manufatti marmorei in età imperiale a Roma e in altri centri occidentali », DialA 6 (1972), p. 317-362 ; « Nota sullo stadio di lavorazione e la tipologia dei sarcofagi e ghirlande microasiatici esportati in Occidente » DialA, N.S. 1 (1981), p. 85-108 ; « Osservazioni sulla diffusione dei marmi e sul loro prezzo nella Roma imperiale », DialA s. III 1 (1983), p. 55-63 ; P. Baccini Leotardi, Nuove testimonianze sul commercio dei marmi in età imperiale (1989).

45 CIL VI 33886 = Dessau 7539 ; voir P. Pensabene, « Osservazioni sulla diffusione dei marmi e sul loro prezzo nella Roma imperiale », ibid., p. 55. Sur les horrea Galbana, voir LTUR III (1996), p. 40-42 (par F. Coarelli).

46 Digesta 20, 4, 21, 1 (lib. XXVII digg.). Sur ces horrea Caesaris, voir LTUR III (1996), p. 39 (par F. Coarelli).

47 Digesta 34, 2, 32, 4 (lib. II ad Vitellium).

48 Digesta 14, 5, 8 (lib. I decretorum).

49 AE 1946, 230 ; sur les horrea Cornificiana, voir LTUR, III (1996), p. 39-40 (par E. Papi).

50 CIL IX 4680.

51 Voir R. E. A. Palmer, « Customs on Market Goods Imported into the City of Rome », dans J. H. D’Arms, E. C. Kopff (éds), The Seaborne Commerce of Ancient Rome. Studies in Archaeology and History, MAAR 36 (1980), p. 224 et 232 ; « The Topography and Social History of Rome’s Trastevere (Southern Sector) », PAPhS 125 (1981), p. 368-369. Des recherches récentes ont montré que les entrepôts (ou, du moins, certains entrepôts) étaient également des lieux de vente ; se reporter à J. Dubouloz, « Propriété et exploitation des entrepôts à Rome et en Italie (ier-iiie siècles) », MEFRA 120/2 (2008), p. 277-294.

52 LTUR, IV (1999), p. 266 (par C. Lega).

53 CIL XIII 2448 = Dessau 7529 ; J. Rougé (n. 7), p. 305.

54 Ibid., p. 283 ; voir aussi J. Rougé, « Lyon et l’Aquitaine : à propos de CIL XIII, 2448, Thaïm fils de Saad », dans Actes du 96e Congrès national des Sociétés savantes (Toulouse, 1971) I (1977), p. 211-221.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3475/img-1.png
Fichier image/png, 309k

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540