Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrepôts et circuits de distribution en Méditerranée antique

 | 
Véronique Chankowski
, 
Xavier Lafon
, 
Catherine Virlouvet

Deuxième partie – Maillage territorial et réseaux professionnels

Les entrepôts dans le métier de négociant romain  :
associations professionnelles et réseaux commerciaux

Nicolas Tran

Résumé

Dans le monde romain, les communautés de travail liées aux entrepôts ne se limitaient pas au personnel de gestion, de manutention et de garde. Il faut y ajouter les marchands qui fréquentaient les horrea, en qualité de locataires de pièces de stockage. Ces communautés ont parfois pris la forme de véritables associations. Sous la République comme sous le Haut-Empire, en Italie comme dans les provinces, ces structures sociales ont assuré une mise en réseau facilitant l’exercice du négoce. En outre, le tissu associatif a permis de réguler des relations potentiellement conflictuelles entre les locataires de cellae et le personnel des entrepôts.

In the Roman world, work communities related to warehouses did not only gather staff in charge of management, handling and custody. Merchants also spent time in horrea, as tenants of storerooms. Sometimes, these communities gave birth to formal associations. During Republican era and early Empire, in Italy and provinces as well, these social structures made networks grow and facilitated commerce. Besides, associations regulated potential conflicts between tenants of cellae and warehouses staff.

Texte intégral

  • 1 G. Rickman, Roman Granaries and Store Buildings (1971), p. 194-209. Voir aussi Cl. Alzon, Problèmes (...)
  • 2 G. Camodeca, Tabulae pompeianae Sulpiciorum (TPSulp.). Edizione critica dell’archivio puteolano dei (...)
  • 3 TPSulp. 45-46.
  • 4 C. Virlouvet, « Les denrées alimentaires dans les archives des Sulpicii de Pouzzoles », CCG 11 (200 (...)
  • 5 Scaevola (Digeste 27 ; fragment conservé au Digeste 20, 4, 21, 1) traite du cas d’un negotiator mar (...)
  • 6 Digesta 10, 4, 5 pr., traduit et commenté par J. Dubouloz (n. 4), p. 286.

1Que les entrepôts aient correspondu à des infrastructures essentielles dans l’exercice du métier de négociant est une donnée bien établie, pour ne pas dire une évidence. En 1971, G. Rickman décrivait déjà le système de locatio-conductio en place dans les horrea romains, connu par des fragments juridiques compilés au Digeste et des inscriptions désignées comme des leges horreorum1. En 1999, la publication de l’archive des Sulpicii par G. Camodeca a insufflé un nouveau dynamisme à ce champ d’étude2. Parmi ce riche dossier, deux tablettes de cire servent, en effet, de support à des contrats de location d’emplacements, dans deux entrepôts de Pouzzoles3. Ces baux et les autres tablettes concernant les affaires de leurs titulaires ont suscité une série d’articles. En font partie une étude publiée par C. Virlouvet en 2000 et trois communications prononcées lors du colloque de Ségovie, en 20074. Ces recherches incitent à ne pas restreindre l’étude des communautés de travail liées aux entrepôts au personnel de gestion, de manutention et de garde. Il faut y ajouter les mercatores et les negotiatores qui fréquentaient les horrea. Ils étaient les conductores de leurs différentes cellae : leurs locataires ou leurs sous-locataires, quand le propriétaire de l’entrepôt avait recours à un système de gérance5. Des transporteurs (des naviculaires, en particulier) pouvaient se trouver dans la même situation : après Celsus, Ulpien évoque un individu qui « a déposé dans un entrepôt des marchandises dont il avait pris en location le transport (quas euehendas conduxit)6 ».

  • 7 Ibid., p. 285-286.
  • 8 Digesta 18, 1, 74 pr. Voir aussi Digesta 41, 1, 9, 6 et Codex Justinianus 4, 48, 2, 1.
  • 9 TPSulp. 45, 51-52. Les tablettes 67 et 68 sont probablement à verser au dossier. Sur les affaires d (...)
  • 10 TPSulp. 46, 53, 79. Un fragment de Paul (Decret. 1, d’où Digesta 14, 5, 8) évoque des pratiques com (...)
  • 11 J. Andreau, Banque et affaires dans le monde romain : ive siècle av. J.‑C.-iiie siècle apr. J.‑C.(...)
  • 12 J. Dubouloz (n. 4), p. 284.

2Loin d’être secondaire ou marginale, la place occupée dans l’activité des négociants par les horrea, et notamment par leur fonction de stockage, était centrale. Comme l’a souligné J. Dubouloz, les horrea étaient des lieux d’échange7. Un fragment de Papinien définit la transmission de clés de cellae comme un moment essentiel d’une vente de produits stockés8. La remise se déroule dans les horrea, probablement en présence de l’horrearius ou de l’un de ses représentants. En amont de ce type de transactions, les entrepôts devaient être le théâtre de négociations, fondées notamment sur l’examen des marchandises. Par ailleurs, si le stockage imposé par diverses contingences avait un coût, assumé par les négociants, il leur offrait aussi la possibilité de réaliser des opérations financières. Les marchands se refusaient à laisser « dormir » des biens, sans en tirer quelque avantage ou marge de manœuvre. Ainsi, l’archive des Sulpicii met des pratiques de crédit commercial en lumière. À l’été 37, le marchand C. Nonius Eunus emprunta 13 000 sesterces (en deux fois) auprès de l’affranchi impérial Ti. Iulius Evenus Primianus. Pour cela, il mit en gage des céréales et des légumineuses entreposées dans les horrea publica Bassiana de Pouzzoles9. De même, en mars 40, L. Marius Iucundus signa une reconnaissance de dette de 20 000 sesterces à l’égard de C. Sulpicius Faustus. 13 000 modii de blé alexandrin déposés dans les horrea Barbatiana, mesurés par les esclaves de l’horrearius à cette occasion, servirent de garantie. Le prêt devait être remboursé dans un délai de deux mois, sinon le blé serait vendu aux enchères10. De fait, comme l’a souligné J. Andreau, la mise en gage de biens stockés suppose la liquidation du contenu de certaines cellae11. Outre les créanciers, les gérants des entrepôts devaient faire organiser des enchères quand un locataire indélicat ne donnait plus signe de vie. Certains horrearii étaient même directement ou indirectement impliqués dans des affaires commerciales stricto sensu, à l’instar de C. Nonius Cypaerus, dont C. Nonius Eunus était l’affranchi. Il faut donc souscrire au constat de J. Dubouloz : « les entrepôts [avaient] une fonction économique qui ne se [limitait] pas à la conservation des produits12 ».

3Le plus souvent, les locataires de cellae devaient être indépendants les uns des autres, dans le sens où ils exploitaient des negotiationes (des entreprises) distinctes. Néanmoins, ils provenaient du même milieu social. Comme les horrearii et les préteurs d’argent des tablettes de Murecine, ils appartenaient à une strate intermédiaire de la société romaine, où les affranchis aisés étaient nombreux. Du sentiment de se ressembler et de partager des intérêts économiques sont nées des structures communautaires, parfois de véritables associations. Ces structures sociales liées à l’usage des horrea aidaient les négociants à exercer leur métier avec plus d’efficacité.

Les communautés de négociants italiens sous la République

  • 13 A. Ferreruela Gonzalvo, J. F. Mesa, J. A. Mínguez, M. Navarro, « Una inscripción republicana de la (...)

4Dès l’époque républicaine, des entrepôts ont dû servir de véritables sièges à des communautés de négociants italiens installés en des terres lointaines. Telle était la très probable fonction d’un édifice construit sur la rive de l’Èbre à la charnière du iie et du ier s. av. J.‑C., à une quinzaine de kilomètres en aval de Saragosse. À La Cabañeta, les trouvailles de céramique indiquent la présence d’un centre de vente et de redistribution de produits italiens. En 1998, une équipe archéologique y a exhumé un vaste bâtiment, occupé du milieu du iie s. aux guerres sertoriennes. Son plan, constitué de plusieurs pièces rectangulaires en enfilade, a conduit à identifier un horreum. Cependant, à la fin du iie s. av. J.‑C., une pièce a perdu toute fonction économique, en devenant un petit sanctuaire. Elle fut alors pavée en opus signinum et, par-là même, pourvue d’une inscription commémorative13 :

5La référence à un autel montre que les deux magistri affranchis en charge de l’aménagement dirigeaient une association cultuelle ou, plus exactement, une communauté professionnelle ayant développé des activités religieuses, en marge du travail proprement dit. Combien de negotiatores italiens résidaient à La Cabañeta ? Les affaires de chacun étaient-elles indépendantes de celles des autres ? Il est impossible de répondre à ces questions. Toutefois, ces hommes étaient unis par l’usage d’un même lieu de stockage et le culte commun devait renforcer leur cohésion. Les indigènes considéraient sans doute l’édifice comme la « Maison des Italiens ». La construction d’un sacellum et la désignation de magistri ont pu renforcer cette perception communautaire, dans l’esprit des Ibères comme des Italiens.

  • 14 Les principales pièces du dossier sont les suivantes : inscription de Mazarrón : ELRH, C 52 ; HEp I (...)
  • 15 CIL I2 1510 ; X 6510 (ILLRP 225).
  • 16 Voir les notes de A. Desbat, E. Plassot, A. Le Bot-Helly et M.‑J. Bodelec dans M. Poux, H. Savay-Gu (...)
  • 17 Voir la note de G. Maza : ibid., p. 140-143.

6Des structures de ce type ont probablement existé ailleurs en Occident, à la même époque : la proposition est vraisemblable, même si les preuves manquent. D’une part, des inscriptions citant les représentants d’autres communautés marchandes sont conservées en péninsule Ibérique14 et dans l’emporion de Vieille-Toulouse, en Gaule transalpine15. Néanmoins, le contexte architectural dans lequel ces monuments étaient exposés est inconnu ou ne correspond pas à des horrea. À Vieille-Toulouse, il s’agit d’un véritable temple, dédié en 47 av. J.‑C. D’autre part, des édifices sans tituli conservés soulèvent des questions intéressantes, mais encore une fois sans réponses évidentes. Ainsi, sur le site lyonnais de la rue du Souvenir, des archéologues ont découvert un grand bâtiment contemporain de l’horreum de La Cabañeta16. Il fut construit au milieu du iie s. et abandonné dans les années 80 ou 70 av. J.‑C. Son architecture est typiquement romaine, ce qui est presque unique en Gaule, à une époque aussi haute. Or la même fouille a mis au jour de nombreux tessons d’amphores17. Ainsi, ces vestiges pourraient révéler l’existence d’un bâtiment collectif, occupé par des negotiatores basés à la limite de la Transalpine et commerçant avec la Gaule intérieure. Certes, la présence d’un véritable horreum n’est pas prouvée, mais il est plausible d’imaginer le bâtiment comme un lieu à la fois de négoce et de stockage.

  • 18 Sur ces édifices, outre la recherche de M. Trümper, voir Cl. Hasenohr, « Ariarathès, épimélète de l (...)
  • 19 ID 1712-1711.
  • 20 Tel est le point de vue présenté par M. Trümper lors d’une conférence intitulée « Commercial Archit (...)

7En Orient, cinq bâtiments de la côte occidentale de Délos sont traditionnellementinterprétés comme des lieux de stockage et de vente18. Des mesures pour liquides (sekomata) en proviennent : elles portent des marques se référant à un magistrat athénien ou romain, afin de souligner l’honnêteté des transactions réalisées sur place. Découverts à proximité immédiate des « magasins » septentrionaux, un hommage (au proconsul d’Asie C. Iulius Caesar) et une dédicace (à Hermès, Dionysos et Apollon) en sont peut-être issus également19. Des olearii et des oinopolai s’en firent les auteurs dans les années 90 av. J.‑C. Par ailleurs, des niches de statuettes et des peintures semblent témoigner de cultes communs, célébrés par les marchands occupant les « magasins » méridionaux. En procédant au réexamen de cette documentation, M. Trümper s’est demandé si des Italiens de passage ne pouvaient pas être logés dans les étages et, en définitive, si les « magasins » déliens ne peuvent pas être rapprochés des fondouks médiévaux20. Les marchands chrétiens trafiquant en terre d’Islam y trouvaient des espaces de stockage, des logements et des lieux de culte. Au total, il convient certes de reconnaître la difficulté à trouver de parfaits parallèles à l’horreum de La Cabañeta qui, de ce fait, apparaît assez isolé. La comparaison avec Délos confirme néanmoins que les édifices commerciaux au sens large ne se réduisaient pas à leurs fonctions strictement utilitaires. Ils offraient un cadre de vie commune, en cela propice au développement du commerce. Telle est la fonction repérable de plusieurs entrepôts romains du Haut-Empire.

Les entrepôts et les réseaux de négociants du Haut-Empire

  • 21 J. Roger, « Inscriptions de la région du Strymon », RA 1945/2, p. 53-55, fig. 11 (d’où AE 1946, 230 (...)
  • 22 CIL VI 37795. Sur les problèmes de localisation : E. Papi, LTVR, III, p. 39-40, s.v. « Horrea Corni (...)
  • 23 C. Virlouvet, « Encore à propos des Horrea Galbana de Rome : entrepôts ou ergastules ? », CCG 17 (2 (...)

8Durant les trois premiers siècles de notre ère, des entrepôts commerciaux semblent avoir tenu un grand rôle dans la constitution de réseaux de négociants. Le sentiment d’exercer son métier de marchand à partir d’un entrepôt existait-il ? Quelle était son intensité ? Mort à Amphipolis au sein d’une communauté de connegotiatores italiens, l’affranchi L. Pompilius Eros s’est défini comme un negotiator ab Roma, ex horreis Cornificianis21. Ces horrea sont inconnus par ailleurs, mais leur nom fait écho à celui d’Annia Cornificia Faustina, sœur de Marc Aurèle et épouse de M. Ummidius Quadratus, l’un des consuls de 167. Or des horrea Vmmidia sont attestés à Rome, par une lex décrivant des conditions de bail22. Les horrea Cornificiana se trouvaient-ils à proximité ? N’existait-il qu’un seul complexe de stockage dont le nom complet était celui d’horrea Vmmidia Cornificiana ? Ces deux conjectures ont été formulées. Quant à l’expression ex horreis, elle signifie vraisemblablement que Eros était un locataire régulier des horrea Cornificiana. Certes, les inscriptions localisant l’activité d’un commerçant ou d’un artisan par une référence à des entrepôts sont souvent problématiques. Ainsi, une piscatrix de horreis Galbae et un sagarius de horreis Galbianis travaillaient probablement dans le quartier des horrea Galbana, et non en leur sein23. En revanche, rien n’oblige à interpréter l’inscription d’Amphipolis en ce sens. Les dossiers que nous allons envisager tendent au contraire à montrer que la fréquentation d’un même entrepôt a inspiré le sentiment de former une communauté, au sein de laquelle il était naturel de conclure des affaires.

  • 24 N. Tran (n4), passim.
  • 25 Les relations du uicus Tuscus et du Cermalus Minusculus avec le commerce du textile sont connues pa (...)
  • 26 F. Astolfi, F. Guidobaldi, A. Pronti, « Horrea Agrippiana », ArchClass 30 (1978), p. 54 : le sacell (...)
  • 27 AE 1915, 97. Sur la face latérale, à la troisième ligne, l’initiale L n’était plus visible en 1978, (...)

9C’est de ce sentiment que sont nées des associations, dans des horrea de la Ville. La mieux connue regroupait les negotiantes des horrea Agrippiana, au nord-ouest du Palatin et au sud de la basilica Iulia24. Ce quartier, le uicus Tuscus, était traditionnellement lié au commerce du textile25. Un sacellum de 13,5 m2 fut aménagé au iie s., dans la cour centrale de l’édifice26. Ses peintures murales et sa mosaïque représentant Océan sont soignées. En outre, une statue du Genius horreorum reposait sur la base donnée aux negotiantes fréquentant les lieux27.

  • 28 Sur les cultes célébrés dans les entrepôts, voir G. Rickman (n. 1), p. 312-315, et, en dernier lieu (...)

10L’absence de toute référence à des horrearii tend à confirmer que les horrea Agrippiana étaient un lieu de commerce autant que de stockage : les deux dimensions étaient sûrement indissociables. Le titre d’immunis porté par les donateurs et la mention de curatores chargés de l’installation du monument indiquent que la communauté bénéficiaire formait un véritable collège, doté d’une caisse alimentée par des cotisations et d’une organisation hiérarchique. Ses activités cultuelles se fondaient sur une sacralisation du lieu de travail, observable dans d’autres entrepôts (à travers d’autres Genii horreorum) ou encore dans les marchés (à travers des Genii macelli)28. Les cérémonies religieuses, la désignation de responsables et, plus largement, l’organisation de la vie associative conduisaient les usagers des entrepôts à se côtoyer, à la fois en marge du travail et sur leur lieu de travail.

  • 29 CIL VI 8826 ; M. Bertinetti, « Lastra corniciata con dedica al collegio del negotiantes cellarum ui (...)
  • 30 Sur les cellae et la schola des negotiantes : voir E. Rodríguez Almeida, LTVR, I, p. 259, s.v. « Ce (...)

11Une autre collectivité basée dans un entrepôt romain portait le nom de collegium Liberis Patris et Mercuri negotiantium cellarum uinariarum Nouae et Arruntianae Caesaris nostris29. Elle est connue par une plaque de marbre découverte à proximité de la villa della Farnesina. Datée de 102 par la mention des consuls éponymes, elle provient d’une salle d’entrepôt de la rive droite du Tibre. La pièce servait sûrement de lieu de réunion, selon une configuration semblable à celle des horrea Agrippiana30. Même si le texte n’en livre pas la preuve absolue, cette schola correspondait probablement à un sacellum de Liber Pater et de Mercure : deux divinités protectrices (par nature) des marchands de vin.

  • 31 Trois autres dispensatores appartenant à la familia Caesaris sont connus pour avoir travaillé dans (...)

12La plaque commémore un don aux négociants en vin, accompli par un individu qui n’exerçait pas ce métier. L’esclave impérial Cinnamus était un trésorier, affecté à la gestion des cellae par leur propriétaire : le prince31. Or, à la fois en dépit et en raison de son activité professionnelle, Cinnamus fut admis dans le collège des négociants, en qualité de membre privilégié. L’immunitas correspondait, en effet, à une exemption de cotisations. Comme sans doute la plupart des autres membres, les curatores cités en fin d’inscription n’avaient pas le même statut juridique que Cinnamus. Sex. Caelius Agathamerus était étranger à la familia Caesaris et sans doute était-il l’affranchi d’un particulier. Ti. Claudius Zosimus était peut-être le fils ou l’affranchi d’un affranchi impérial. Cependant, rien n’indique qu’il était lui-même un serviteur du prince. Le collège paraît donc avoir regroupé des individus travaillant au même endroit, ensemble, mais en s’acquittant de tâches distinctes. Les négociants avaient tout intérêt à plaire au dispensator, en le conviant à leurs réunions festives et en lui conférant une position honorifique dans leur collège. Se fréquenter dans un cadre convivial devait faciliter les relations de travail au quotidien, quand il fallait négocier un délai avant de payer un loyer, par exemple.

  • 32 N. Tran (n. 4), passim.
  • 33 CIL VI 588, 682, 30855, 30901.
  • 34 CIL VI 682, 710, 30901.
  • 35 CIL VI 338 = 30740 ; ILMN I 9 : Numini domus Aug(ustae) / sacrum, Herculi salutari / quod factum es (...)
  • 36 CIL VI 236.
  • 37 CIL VI 30901. Voir aussi l’inscription dédiée à Silvain par les mêmes personnages, CIL VI 682 : Sil (...)
  • 38 CIL VI 710. Malachbel et les autres dieux de la cité syrienne sont cités sur l’inscription latérale (...)

13Ainsi, les collèges de professionnels d’un même entrepôt devaient souder des communautés de travail hétérogènes. Le sodalicium des horrea Galbana en livre une seconde série d’indices, au iie s.32. À cette époque, ces entrepôts faisaient partie du patrimoine impérial, après avoir échappé à la famille des Sulpicii Galbae en 69. En toute logique, l’épigraphie des Galbana mentionne donc des esclaves33 et des affranchis34 impériaux qui devaient former le personnel de gestion, de manutention et de garde. Cependant, plusieurs responsables du sodalicium sont étrangers à la familia Caesaris. En 159, le quinquennal A. Cornelius Aphrodisius fit construire la nouvelle aedicula du sodalicium des horrea Galbana35. Le magister M. Lorinus Fortunatus dédia pour sa part un monument au numen domus Augusti et au Genius conseruator horreorum Galbianorum36. De même, l’esclave Hermes, à qui incomba la cura d’une dédicace des operarii Galbenses, appartenait à un particulier nommé C. Mundicius Helpistus37. Enfin, Ti. Claudius Felix et sa famille (sa femme Helpis et son fils Alypus), les Galbienses et L. Umbricius Priscus s’associèrent pour élever un autel à Sol, à Malachbel et à l’ensemble des dieux palmyréniens38. Les relations entre Felix, Priscus et les Galbienses ne sont pas définies, mais les dédicants nommément cités n’appartenaient pas à la familia Caesaris. Au total, dans les horrea Galbana comme dans les autres entrepôts publics de Rome, des esclaves et affranchis impériaux affectés à la logistique devaient travailler avec d’autres professionnels, engagés dans des activités de négoce indépendamment les uns des autres. La vie associative leur donnait le loisir de se voir, en dehors du travail proprement dit. Toutefois, elle devait aussi leur donner la possibilité de discuter du travail, dans un cadre amical susceptible de renforcer une confiance mutuelle et de prévenir d’éventuels conflits.

Les associations dans les relations entre les négociants et le personnel des entrepôts

  • 39 G. Rickman (n. 1), p. 204-206, à propos de Digesta 1, 15, 3, 2 (Paul., S. de off. praef. uig. 1) ; (...)
  • 40 CIL XIV 4620. Sur ce personnage et ses affranchis, voir N. Tran, Les membres des associations romai (...)

14L’organisation du tissu associatif pouvait jouer en faveur de la confiance et de la prévention des tensions entre les professionnels fréquentant les entrepôts, à un titre ou un autre. De fait, l’atmosphère pouvait devenir pesante. La jurisprudence sur la custodia des biens remis en dépôt, donc sur la responsabilité des gérants d’entrepôt en cas de perte ou de dommage, suppose l’existence de litiges39. Les horrearii ne voyaient pas leur responsabilité engagée en cas de force majeure ou de vol avec effraction mais, en cas de plainte d’un conductor, ils devaient remettre leurs esclaves au préfet des vigiles, qui les faisait soumettre à la question. Les locataires des cellae avaient visiblement des raisons de craindre d’être volés par le personnel des entrepôts. Or à Ostie, des individus en rapport avec plusieurs corpora semblent avoir lancé des ponts entre des communautés de travail distinctes. Probablement originaire de la cité africaine d’Hippone, dont il fut le décurion, P. Aufidius Fortis connut son apogée au milieu du iie s. Après avoir beaucoup gagné dans le commerce du blé, il devint un notable d’Ostie, en assumant la questure du trésor public à cinq reprises, le duumvirat et, à partir de 146, le patronat de la colonie. Les corps des mesureurs de blé (mensores frumentarii) et des plongeurs (urinatores) en firent leur patron. Son ascension commença plus tôt, dans le corpus mercatorum frumentariorum : Fortis finit par y atteindre le rang de quinquennal perpétuel. Ses confrères lui rendirent hommage, en lui élevant une statue qu’ils firent installer dans l’espace public40.

  • 41 CIL XIV 4621. Le nombre de questures assumées permet de dater l’hommage des affranchis après celui (...)
  • 42 CIL XIV 161. H.‑G. Pflaum, CP, no 208, p. 553, attribue l’inscription à la seconde moitié du iie s.

15Un peu plus tard, quatre de ses affranchis saluèrent ses mérites par le biais d’une seconde inscription publique41. Deux d’entre eux au moins exerçaient le métier de mercator frumentarius. P. Aufidius Faustianus et P. Aufidius Epictetus apparaissent respectivement comme quinquennal et questeur du corpus mercatorum frumentariorum, sur une base dédiée au procurateur de l’annone Q. Calpurnius Modestus42. Il est assez probable que ces affranchis travaillaient avec ou pour leur patron, au moins avec son soutien financier. Le patronat des mesureurs de grain résultait sûrement d’une fréquentation assidue des entrepôts d’Ostie, par Fortis lui-même et/ou par ses affranchis. Cette dignité transposait, sur le plan associatif, des relations professionnelles qui devaient faire partie du quotidien de travail de tout mercator frumentarius. Mais ne peut-on pas aller au-delà de ce constat d’évidence et approcher des réalités plus concrètes ?

  • 43 CIL VI 1759 : « À Ragonius Vincentius Celsus, clarissime. Dès sa jeunesse il s’est occupé avec dévo (...)

16Une série d’indices indirects laisse entendre que, pour les négociants comme pour d’autres professionnels, le mesurage des grains à l’entrée et à la sortie des entrepôts était à la fois indispensable et à l’origine de bien des tracas. Un dossier tardif révèle ainsi les relations conflictuelles que les mensores frumentarii entretenaient avec les caudicarii, les bateliers chargés d’acheminer des denrées du port maritime au port fluvial de Rome43.

  • 44 Codex Theodosianus 14, 4, 9 (« caudicariorum fraudes et Portuensium furta mensorum »). Voir A. J. B (...)

17En 389, rendant hommage au sénateur Ragonius Vincentius Celsus, les mensores de Portus célébrèrent l’issue favorable d’un litige qui les avait longuement opposés aux caudicarii. En réalité, les deux métiers devaient offrir la tentation de commettre des irrégularités, puisqu’une constitution impériale adoptée en 417 met dos-à-dos les fraudes des caudicarii et les vols des mensores44. Par la faute des uns ou des autres, voire d’autres professionnels coupables de détournements, des anomalies portant sur la quantité ou la qualité des grains devaient être constatées, à leur arrivée à Rome.

  • 45 CIL III 14165, 8 : « Claudius Iulianus aux naviculaires marins arlésiens des cinq corps, salut. Ce (...)

18À la charnière des iie et iiie s., entre 198 et 203, un autre dossier célèbre met en cause le blé transporté par les naviculaires d’Arles, pour le compte de l’annone. Comme l’atteste l’inscription conservée sur un plateau ciselé découvert à Beyrouth, les armateurs menacèrent l’administration de rupture de contrat, si les fraudes dont ils se disaient victimes ne cessaient pas45 :

  • 46 Voir M. Corbier, ibid., p. 242-254, pour une discussion détaillée sur la nature des regulae et la n (...)
  • 47 C. Virlouvet (n. 45), p. 338-339, renvoie à des fraudes attestées en Égypte sous le Haut-Empire (à  (...)

19Les irrégularités portaient probablement sur les quantités de grains reçues au port d’embarquement puis remises à Rome. Des mesureurs auraient pu s’en rendre coupables. L’une des réponses du préfet de l’annone aux plaintes des naviculaires fut d’ordonner que soient poinçonnées de mystérieuses règles de fer. S’agissait-il d’instruments de mesure ? Plusieurs historiens en sont convaincus, mais il n’est pas impossible non plus que ces regulae aient plutôt servi à fermer un contenant et à faire office de scellé46. Un autre type de fraude pourrait avoir porté sur la qualité du blé, comme l’indique l’allusion à une pesée. Des denrées de moindre qualité, et donc plus légères, pouvaient être substituées aux bons grains, dans les entrepôts47. Une « erreur d’aiguillage » à l’arrivée ou à la sortie des marchandises réparties dans les emplacements de stockage permettait sans doute de tromper les usagers.

  • 48 Sur les procédures d’arbitrage dans le domaine du négoce et le rôle que les collèges ont peut-être (...)

20En somme, le commerce des grains requérait des relations de confiance entre les divers acteurs de l’échange et cette confiance pouvait être rudement et sans doute aisément mise à mal. Qu’un haut dignitaire du corps des mercatores frumentarii d’Ostie, P. Aufidius Fortis, soit le patron des mensores frumentarii pouvait sans doute prévenir les tensions ou les apaiser. En qualité de protecteur et de bienfaiteur attitré, il était investi d’une autorité morale et pouvait peser sur le devenir du corpus mensorum frumentariorum Ostiensium. Sa position de notable municipal lui fournissait sans doute d’autres moyens de pression efficaces. Ses affranchis au moins pouvaient escompter ne pas être trop maltraités par les clients de leur propre patron. Accepter de devenir le patron des mesureurs était probablement de bonne stratégie, dans l’hypothèse plausible où Fortis aurait conservé indirectement ou directement des intérêts économiques dans le commerce du blé. Même relatif, le regain de confiance des affranchis de Fortis s’étendait sans doute à l’ensemble des mercatores frumentarii. En tout cas, si un litige était survenu, Fortis serait apparu comme un arbitre tout désigné48.

  • 49 CIL XIV, 309 : Dis Manibus, / L(ucius) Calpurnius Chius, seuir Aug(ustalis) / et quinquennalis, / (...)

21De son côté, le sévir augustal L. Calpurnius Chius n’était pas un négociant à proprement parler, mais son profil permet de comprendre la place que les associations professionnelles ont pu tenir dans des stratégies économiques individuelles49. De fait, il fut admis à la fois dans le corpus mensorum frumentariorum et dans le corpus codicariorum. Il fut quinquennal et curateur du premier ; le second en fit aussi un curateur et l’honora trois fois. Il n’est pas anodin de retrouver associées ces deux activités complémentaires et potentiellement conflictuelles. L. Calpurnius Chius devait faire travailler ses esclaves comme mesureurs ou comme bateliers. Et s’il devait recourir à des tiers pour faire mesurer des biens qu’il devait transporter, et vice-versa, sa position d’autorité dans les deux corpora devait lui apporter l’assurance relative de ne pas être floué ou de moins risquer de l’être.

  • 50 P. F. Bang (n. 48), p. 239-289, et en particulier sa conclusion, p. 287 ; W. Broekaert, « Partners (...)

22En définitive, les exemples étudiés peuvent être rapprochés d’une analyse économique plus large du phénomène associatif romain. Plusieurs chercheurs ont ainsi tenté d’appliquer aux associations de métier romaines la théorie des coûts de transaction50. Est défini comme tel l’ensemble des efforts que les acteurs de l’échange doivent consentir pour entrer en relation. L’existence d’associations de negotiatores ou de mercatores réduisait ces coûts. Ces structures communautaires et cultuelles favorisaient les échanges, car elles permettaient à des professionnels de mieux se connaître, dans un cadre amical propice aux affaires. Elles ont aidé les marchands à tisser entre eux des relations interpersonnelles fondées sur la confiance, qui donnèrent parfois naissance à de véritables réseaux. Ce constat général vaut pour les usagers des entrepôts. Ils avaient vocation à travailler ensemble, même si leur collaboration n’allait pas de soi, car les intérêts en jeu étaient individuels et parfois divergents.

Notes

1 G. Rickman, Roman Granaries and Store Buildings (1971), p. 194-209. Voir aussi Cl. Alzon, Problèmes relatifs à la location des entrepôts en droit romain (1965).

2 G. Camodeca, Tabulae pompeianae Sulpiciorum (TPSulp.). Edizione critica dell’archivio puteolano dei Sulpicii (1999) ; précédé, pour le sujet de cette étude, par G. Camodeca, « Puteoli porto annonario e il commercio del grano in età imperiale », dans Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut Empire (1994), p. 103-128.

3 TPSulp. 45-46.

4 C. Virlouvet, « Les denrées alimentaires dans les archives des Sulpicii de Pouzzoles », CCG 11 (2000), p. 131-149 ; J. Dubouloz, « Propriété et exploitation des entrepôts à Rome et en Italie (ier-iiie siècles) », MEFRA 120/2 (2008), p. 277-294 ; J. France, « Les personnels et la gestion des entrepôts impériaux dans le monde romain », REA 110/2 (2008), p. 483-507 ; N. Tran, « Les collèges d’horrearii et de mensores à Rome et à Ostie, sous le Haut-Empire », MEFRA 120/2 (2008), p. 295-306.

5 Scaevola (Digeste 27 ; fragment conservé au Digeste 20, 4, 21, 1) traite du cas d’un negotiator marmorum, conductor horreorum Caesaris. Endetté, ce négociant a mis en gage le marbre qu’il avait stocké.

6 Digesta 10, 4, 5 pr., traduit et commenté par J. Dubouloz (n. 4), p. 286.

7 Ibid., p. 285-286.

8 Digesta 18, 1, 74 pr. Voir aussi Digesta 41, 1, 9, 6 et Codex Justinianus 4, 48, 2, 1.

9 TPSulp. 45, 51-52. Les tablettes 67 et 68 sont probablement à verser au dossier. Sur les affaires de C. Nonius Eunus, voir notamment A. Tchernia, Les Romains et le commerce (2011), p. 336-340.

10 TPSulp. 46, 53, 79. Un fragment de Paul (Decret. 1, d’où Digesta 14, 5, 8) évoque des pratiques comparables : un esclave a été préposé à prêter de l’argent en recevant des gages, il est couramment en affaires avec des négociants d’orge et le procès devant le préfet de l’annone révèle qu’il a l’habitude de louer des emplacements de stockage, le tout étant certainement lié.

11 J. Andreau, Banque et affaires dans le monde romain : ive siècle av. J.‑C.-iiie siècle apr. J.‑C. (2001), p. 145.

12 J. Dubouloz (n. 4), p. 284.

13 A. Ferreruela Gonzalvo, J. F. Mesa, J. A. Mínguez, M. Navarro, « Una inscripción republicana de la sede de una posible corporación en la Cabañeta (El Burgo de Ebro, Zaragoza): nuevos datos sobre la ocupación Romana del Valle del Ebro », AEA 76 (2003), p. 217-230 (d’où AE 2003, 970) ; ELRH, C 105.

14 Les principales pièces du dossier sont les suivantes : inscription de Mazarrón : ELRH, C 52 ; HEp I 487 ; première inscription de Carthagène : CIL II 3434 ; I2 2271 (ILLRP 778) ; ELRH, C 10 ; seconde inscription de Carthagène : CIL II 3433 ; I2 2270 (ILLRP 777) ; ELRH, C 50 ; inscription de Tarragone : CIL II 4309 ; I2 3452 ; RIT 5 ; ELRH, C 62.

15 CIL I2 1510 ; X 6510 (ILLRP 225).

16 Voir les notes de A. Desbat, E. Plassot, A. Le Bot-Helly et M.‑J. Bodelec dans M. Poux, H. Savay-Guerraz (éds), Lyon avant Lugdunum (2003), p. 124-135.

17 Voir la note de G. Maza : ibid., p. 140-143.

18 Sur ces édifices, outre la recherche de M. Trümper, voir Cl. Hasenohr, « Ariarathès, épimélète de l’emporion et les magasins du Front de mer à Délos », dans V. Chankowski, P. Karvonis (éds), Tout vendre, tout acheter. Structures et équipements des marchés antiques (2012), p. 247-262.

19 ID 1712-1711.

20 Tel est le point de vue présenté par M. Trümper lors d’une conférence intitulée « Commercial Architecture and Corporate Identity: A Case-Study of Multifunctional Warehouses » et prononcée lors d’un colloque organisé à Chicago en février 2012 sur The Urban Economy in the Roman World.

21 J. Roger, « Inscriptions de la région du Strymon », RA 1945/2, p. 53-55, fig. 11 (d’où AE 1946, 230 ; Bull. ép. 1946-1947, no 140, p. 333) ; ILGR 231. L(ucius) Pompilius Eros, negotiator / ab Roma, ex horreis Cornific(ianis ?), / qui uocitatus ab suis conne/gotiatoribus Adigillus, s(ibi) e(t) s(uis) p(osterisque) e(orum). / Pompilia L(ucii) f(ilia) Tertulla an(norum) IV, m(ensium) VII. La dernière éditrice du document, M. Šašel Kos, propose d’attribuer la pierre au iiie s., sans fournir d’argument. Sans doute se fonde-t‑elle seulement sur l’usage d’un sobriquet. Cependant, rien ne permet d’exclure une datation plus haute et l’absence de dédicace aux dieux Mânes ne plaide guère pour une datation basse. De même, M. Šašel Kos fait d’Adigillus un nom germanique sans explication ni parallèle. L’hypothèse formulée auparavant par I. Kajanto (Supernomina. A Study in Latin Epigraphy [1966], p. 20-21), qui considère Adigillus comme un dérivé du verbe adigere (dans le sens de « faire prêter un serment »), muni d’un suffixe péjoratif, paraît préférable. Comme A. Rizakis me l’a fait remarquer (ce dont je le remercie), l’hapax connegotiator traduit en termes latins l’appartenance du défunt à un groupe de συνπραγματευόμενοι Ῥωμαῖοι (sur cette expression voir e.g. SEG I 282, d’Akanthos en Macédoine).

22 CIL VI 37795. Sur les problèmes de localisation : E. Papi, LTVR, III, p. 39-40, s.v. « Horrea Cornific(iana) » ; D. Palombi, LTVR, III, p. 48-49, s.v. « Horrea Vmmidiana ».

23 C. Virlouvet, « Encore à propos des Horrea Galbana de Rome : entrepôts ou ergastules ? », CCG 17 (2006), p. 51-53. Sur la localisation des métiers dans l’épigraphie de la Ville, voir N. Monteix, « “Caius Lucretius […], marchand de couleurs de la rue des fabricants de courroies”. Réflexions critiques sur les concentrations de métiers à Rome », dans G. Sanidas, A. Esposito (éds), « Quartiers » artisanaux en grèce ancienne : une perspective méditerranéenne (2012), p. 333-352.

24 N. Tran (n4), passim.

25 Les relations du uicus Tuscus et du Cermalus Minusculus avec le commerce du textile sont connues par l’épigraphie (CIL XIV 2433 ; VI 9976, 33920) et par Martial (Epigrammata 11, 27, 11). Il n’est pas impossible que les horrea Agrippiana soient liés à cette activité. L’épigraphie funéraire mentionne en outre des professionnels qui travaillaient sans doute au voisinage des horrea : voir CIL VI 9972 (C. Iulius Lucifer, uestiarius de horreis Agrippianis) ; CIL VI 10026 ([---]us de horreis Agrippianis) ; CIL XIV 3958 (M. Livius Hermeros, uestiarius de horreis Agrippianis).

26 F. Astolfi, F. Guidobaldi, A. Pronti, « Horrea Agrippiana », ArchClass 30 (1978), p. 54 : le sacellum se trouve dans le prolongement d’un petit édifice couvert, probablement construit à l’époque de Domitien. Ibid., p. 58-61. L’inscription de la base est datée, sur caractère paléographique, de l’époque d’Hadrien ou d’Antonin, et la mosaïque, sur critère stylistique, d’une époque plus tardive. En l’absence d’éléments vraiment probants, toute datation fine est hypothétique. Voir aussi la notice de F. Astolfi, LTVR, III, p. 37-38, s.v. « Horrea Agrippiana ».

27 AE 1915, 97. Sur la face latérale, à la troisième ligne, l’initiale L n’était plus visible en 1978, mais elle a été vue par trois spécialistes différents au début du siècle, à qui l’on peut se fier. Voir F. Astolfi, F. Guidobaldi, A. Pronti (n. 26), p. 35, n. 19.

28 Sur les cultes célébrés dans les entrepôts, voir G. Rickman (n. 1), p. 312-315, et, en dernier lieu (avec un rappel de la bibliographie antérieure), Fr. van Haeperen, « Vie religieuse et horrea : exemples de Rome et d’Ostie », ARG 12 (2010), p. 243-259.

29 CIL VI 8826 ; M. Bertinetti, « Lastra corniciata con dedica al collegio del negotiantes cellarum uinariarum Nouae et Arruntianae », dans S. Ensoli, E. La Rocca (éds), Aurea Roma. Dalla città pagana alla città cristiana (2000), p. 476-477, no 93. Les dimensions de la pierre sont les suivantes : 38 (h.), 60 (l.), 8 (ép.).

30 Sur les cellae et la schola des negotiantes : voir E. Rodríguez Almeida, LTVR, I, p. 259, s.v. « Cellae vinariae Nova et Arruntiana » ; E. Papi, LTVR, IV, p. 250, s.v. « Schola: Collegium Liberi Patris et Mercurii » ; B. Bollmann, « La distribuzione delle scholae delle corporazioni a Roma », dans La Rome impériale. Démographie et logistique (1997), p. 225. Selon M. Bertinetti, ibid., p. 477, ces cellae (en service en 102) préfigurent la construction des grands entrepôts du Portus Traiani (qui fut relié au secteur de la villa della Farnesina par la uia Portuensis).

31 Trois autres dispensatores appartenant à la familia Caesaris sont connus pour avoir travaillé dans des entrepôts publics, dans des provinces de l’Empire. Voir J. France (n. 4), p. 503-504 : CIL XIII 11540 (d’Augst) ; 11802 (de Mayence) ; IMS II 40 (Viminacium, Mésie inférieure, citant un dispensator et son uicarius).

32 N. Tran (n. 4), passim.

33 CIL VI 588, 682, 30855, 30901.

34 CIL VI 682, 710, 30901.

35 CIL VI 338 = 30740 ; ILMN I 9 : Numini domus Aug(ustae) / sacrum, Herculi salutari / quod factum est sodalic(io) horr(eorum) Galban(orum) cohort[(ium) III], / A(ulus) Cornelius Aphrodisius, quinquen[n(alis)], / aediculam nouam a solo sodalibus suis pecun[ia] / sua donum dedit ; / dedicauit K(alendis) Iuni(i)s Quintillo et Prisco c[o(n)s(ulibus)]. À la troisième ligne, on peut hésiter à développer horr(eorum) ou horr(eariorum). La première possibilité rendrait mieux compte de la présence de negotiatores et/ou de mercatores (et pas seulement d’horrearii) dans le sodalicium.

36 CIL VI 236.

37 CIL VI 30901. Voir aussi l’inscription dédiée à Silvain par les mêmes personnages, CIL VI 682 : Siluano s(ancto) s(acrum), / Maior et Diadu/menus, Caes(aris) n(ostri) ser(ui), / et Crescens, Aug(usti) l(ibertus), d(onum) d(ederunt) / hor. de h(orreis) C(aesaris). À la dernière ligne, le CIL développe hor(rearii) au nominatif, mais (compte tenu de la syntaxe de la phrase) hor(reariis) au datif n’est-il pas plus probable ? Cela pose notamment le problème de l’identité des horrearii : s’agit-il seulement des adjudicataires de l’entrepôt ou leur personnel pouvait-il aussi être désigné par ce mot ? Sur l’idée que le mot horrearius, employé dans les sources juridiques et épigraphiques, puisse recouvrir les deux réalités, voir G. Rickman (n. 1), p. 196.

38 CIL VI 710. Malachbel et les autres dieux de la cité syrienne sont cités sur l’inscription latérale (en palmyrénien). Même si on lit sur la pierre Calbienses, l’allusion à trois cohortes (à trois cours très probablement) renvoie de manière certaine aux horrea Galbana.

39 G. Rickman (n. 1), p. 204-206, à propos de Digesta 1, 15, 3, 2 (Paul., S. de off. praef. uig. 1) ; 19, 2, 60, 9 (Labéon, Post. a Iau. epit. 5) ; 19, 2, 55 (Paul., Sent. 2) ; Codex Justinianus 4, 65, 1 (a. 213) ; 4, 65, 4 (a. 222).

40 CIL XIV 4620. Sur ce personnage et ses affranchis, voir N. Tran, Les membres des associations romaines. Le rang social des collegiati en Gaule et en Italie sous le Haut-Empire (2006), p. 70-72, 77-78 et 397-399.

41 CIL XIV 4621. Le nombre de questures assumées permet de dater l’hommage des affranchis après celui des marchands de blé. À ce moment, le fils de Fortis avait déjà été édile, questeur et duumvir, ainsi que flamine de Rome et d’Auguste et du divin Titus (CIL XIV 4622) : le père devait être déjà assez âgé.

42 CIL XIV 161. H.‑G. Pflaum, CP, no 208, p. 553, attribue l’inscription à la seconde moitié du iie s.

43 CIL VI 1759 : « À Ragonius Vincentius Celsus, clarissime. Dès sa jeunesse il s’est occupé avec dévouement de fonctions publiques ; avocat de la Ville, il a joint la bonne foi au talent, l’indépendance à la prudence ; nul n’avait à redouter son zèle, si ce n’est celui contre lequel il devait s’élever. Avançant en âge, il a mérité les insignes d’une charge considérable, confiée d’habitude aux plus âgés ; en effet, il a dirigé l’annone de la Ville éternelle, avec tant d’équité qu’il se montrait un père plutôt qu’un juge à tous ceux qui venaient devant lui pour plaider. C’est pourquoi nous, mesureurs de Portus, qui avions un ancien et long procès avec les caudicaires, sommes sortis satisfaits du débat, à tel point que l’une et l’autre corporation se félicitent d’avoir obtenu gain de cause ; pour en rendre témoignage après sa sortie de magistrature, nous avons élevé à ce patron éminent une statue, en signe de reconnaissance ; notre acte n’est pas une flatterie à l’adresse d’un homme privé, mais le résultat d’un jugement mûri dans le repos et le loisir. Cette statue a été dédiée le huitième jour avant les kalendes de septembre (25 août), sous le consulat de Flavius Trimasius et de Flavius Promotus, clarissimes » (d’après la traduction de M. Besnier, L’île tibérine dans l’Antiquité [1902], p. 62). Sur ce personnage, préfet de l’annone entre 385 et 388, voir PLRE I, p. 195 ; H. Pavis d’Escurac, La préfecture de l’annone, service administratif impérial d’Auguste à Constantin (1976), p. 233. Fr. Van Haeperen (n. 28), p. 246, souligne que la date de la dédicace ne résulte probablement pas du hasard : le 8 des kalendes de septembre correspond à la fête d’Ops Consiva (de l’Abondance personnifiée).

44 Codex Theodosianus 14, 4, 9 (« caudicariorum fraudes et Portuensium furta mensorum »). Voir A. J. B. Sirks, Food for Rome. The Legal Structure of the Transportation and Processing of Supplies for the Imperial Distributions in Rome and Constantinople (1991), p. 264.

45 CIL III 14165, 8 : « Claudius Iulianus aux naviculaires marins arlésiens des cinq corps, salut. Ce qu’après lecture de votre décret j’ai écrit à son excellence […], procurateur des deux Augustes, j’ai ordonné de le joindre (à ma lettre). Je vous souhaite beaucoup de bonheur et de vous porter bien. Copie de la lettre : “La copie du décret des naviculaires marins d’Arles des cinq corps et de même des décisions prises dans mon service, j’ai ordonné de les joindre (à ma lettre). Et comme cette même querelle s’étend plus largement, d’autres implorant aussi l’aide de l’équité, laissant entendre qu’ils cesseront bientôt de servir, si l’injustice persiste, je te demande, pour que l’on prenne des mesures tant pour l’intégrité des registres de comptes que pour la garantie des hommes qui sont au service de l’annone, d’ordonner que soient gravées au poinçon des règles de fer et que des convoyeurs de tes bureaux soient préposés à la livraison dans Rome du poids (des denrées) qu’ils auront réceptionné” » (trad. C. Virlouvet). Voir, en dernier lieu, les études de C. Virlouvet, « Les naviculaires d’Arles. À propos de l’inscription de Beyrouth », MEFRA 116/2 (2004), p. 327-370, et de M. Corbier, Donner à voir, donner à lire. Mémoire et communication dans la Rome ancienne (2006), p. 233-256.

46 Voir M. Corbier, ibid., p. 242-254, pour une discussion détaillée sur la nature des regulae et la nature de la fraude dont les naviculaires se disent victimes.

47 C. Virlouvet (n. 45), p. 338-339, renvoie à des fraudes attestées en Égypte sous le Haut-Empire (à propos de P. Oxy IV, 708 notamment). À Rome, les mesureurs forment un corps de mensores machinarii frumenti publici : leurs machinae étaient probablement des balances (H. Pavis d’Escurac [n. 43], p. 234). Juste après avoir évoqué les fraudes éventuelles des convoyeurs de blé, Sénèque signalait déjà que le préfet de l’annone devait veiller à l’exactitude et de la mensura et du pondus (Sénèque, De brevitate vitae 19, 1).

48 Sur les procédures d’arbitrage dans le domaine du négoce et le rôle que les collèges ont peut-être joué, voir P. F. Bang, The Roman Bazaar. A Comparative Study of Trade and Markets in a Tributary Empire (2008), p. 262-268.

49 CIL XIV, 309 : Dis Manibus, / L(ucius) Calpurnius Chius, seuir Aug(ustalis) / et quinquennalis, / idem quinq(uennalis) corporis mensor(um) / frumentarior(um) Ostiens(ium) et curat(or) / bis, / idem codicar(ium) curat(or) Ostis et III honor(atus), / idem quinquennal(is) collegi Siluani / Aug(usti) maioris quod est hilarionis / functus sacomari, idem magistro ad Marte(m) / Ficanum Aug(ustum), idem in collegio dendrofor(um), / fecit sibi et / Corneliae Ampliatae, coniugi suae / carissimae, cum qua uixit annis XXXI, / Calpurniae L(uci) lib(ertae) Pthengidi, libertae / carissimae, L(ucio) Calpurnio Forti, uern(ae) lib(erto), / L(ucio) Calpurnio Felici, lib(erto), L(ucio) Calpurnio Adaucto, uern(ae) lib(erto), / Calpurniae L(uci) f(iliae) Chiae, uern(ae), Calpurniae L(uci) f(iliae) / Ampliatae, uern(ae), L(ucio) Calpurnio L(uci) f(ilio) Felici, uern(ae), / L(ucio) Calpurnio L(uci) f(ilio) Pal(atina) Chio Felicissimo, / libertis libertab(usque) posterisq(ue) eorum, b(ene) m(erentibus).

50 P. F. Bang (n. 48), p. 239-289, et en particulier sa conclusion, p. 287 ; W. Broekaert, « Partners in Business. Roman Merchants and the Potential Advantages of Being a collegiatus », AncSoc 41 (2011), p. 221-256 ; C. Hawkins, Roman Artisans and the Roman Economy (2006), p. 74-79.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540