Versione classicaVersione mobile

Entrepôts et circuits de distribution en Méditerranée antique

 | 
Véronique Chankowski
, 
Xavier Lafon
, 
Catherine Virlouvet

Introduction

Véronique Chankowski, Xavier Lafon e Catherine Virlouvet

Testo integrale

1Ce livre porte l’ambition de contribuer à une meilleure compréhension des économies de la Méditerranée antique en remettant la question du stockage au cœur de la réflexion. La recherche, tout comme le livre qui en est issu, a croisé systématiquement l’histoire et l’archéologie, le monde grec et le monde romain.

  • 1 G. Rickman, Roman Granaries and Store Buildings (1971).

2La situation entre ces deux mondes pouvait apparaître à l’origine assez contrastée. Nous ne possédons pas ou très peu de structures de stockage identifiées pour l’époque grecque. Or il est difficile de penser à une économie de flux tendu qui ne fasse pas de stocks dans une société préindustrielle (actuellement, nos sociétés redécouvrent l’importance des stocks, en particulier pour certaines denrées comme le riz). En revanche, un certain nombre d’entrepôts de grande taille étaient déjà connus dans le monde romain, mais avec un grand déséquilibre géographique que reflète bien le livre publié par G. Rickman en 19711. Les connaissances, qui n’ont ensuite pas sensiblement bougé jusqu’à la fin du siècle, se portaient surtout sur les entrepôts militaires situés dans les camps et sur les entrepôts de Rome et de son port le plus proche, Ostie-Portus. Certaines provinces de l’Empire romain restaient étrangement vides ou presque de toute trace d’édifices de stockage, alors qu’elles étaient des provinces que l’on sait par ailleurs exportatrices de différents produits vers le bassin méditerranéen et l’Italie (on pensera par exemple à l’Afrique proconsulaire et à la Numidie). Bref, dans le monde grec, mais aussi dans une moindre mesure dans le monde romain, on pouvait à juste titre se poser la question : mais où sont passés les bâtiments de stockage ? L’intérêt longtemps porté à la seule archéologie religieuse et civique monumentale, des liens parfois trop relâchés entre historiens et archéologues (dans un domaine où les sources archéologiques sont essentielles) ont certainement contribué au faible intérêt passé des spécialistes pour cet aspect de l’économie antique.

3Partant de ce constat, nous nous sommes fixé comme objectif de rassembler des données dispersées, peu connues, parfois en cours d’étude (car l’idée de cette recherche partait aussi du constat d’une multiplication récente des fouilles de bâtiments de ce type). Mais l’ambition de ce programme de recherche a été aussi d’apporter des réponses aux nombreuses questions qui se posaient encore sur les politiques de stockage antiques.

4Quelle place occupe la structure fouillée dans la chaîne qui va du stockage domestique au stockage dans les centres urbains, en passant par les lieux de rassemblement intermédiaires et de redistribution, tels les ports fluviaux et maritimes ? C’est le problème de la relation entre le stockage et les circuits économiques que nous avons voulu approfondir dans ce livre. Lorsque nous étudions les modalités des échanges et du grand commerce à ces époques, nous entrevoyons le rôle indispensable du stockage dans ces trafics, mais aucune synthèse n’a jusqu’à présent été centrée sur sa place dans l’économie des sociétés antiques.

5Qui possède les bâtiments, quel est le coût de construction, d’entretien, de gestion de ces structures, quels sont aussi les bénéfices, licites ou moins licites, que l’on en peut tirer ? Peut-on entrevoir quelle est la part de l’initiative privée par rapport aux initiatives publiques dans l’organisation du stockage ? Ce dernier est-il conçu dans l’Antiquité comme un outil des politiques d’approvisionnement et de distribution ? Quels liens entretiennent le stockage et la spéculation dans le fonctionnement des économies ?

6La question des stocks a été remise au premier plan dans les débats contemporains sur les politiques alimentaires, par exemple à l’occasion de la crise du riz. Envisager, pour la Méditerranée antique, l’organisation de la distribution est aussi une manière d’évaluer, ou de tenter d’évaluer, par une autre approche, l’efficacité des circuits. La question est d’abord celle d’une cartographie des points de rupture de charge : identifier les centres de redistribution qui ont pu jouer un rôle dans le commerce de transit, pour mieux analyser leurs fonctions, à différentes échelles : locale, régionale, méditerranéenne.

7La dimension du stockage manquait clairement à nos interrogations sur les circuits de distribution antiques. Il s’agissait donc en définitive de mesurer ce qu’une meilleure connaissance des structures de stockage, de leur gestion et de leur utilisation peut apporter à notre compréhension du fonctionnement des économies antiques.

8Autant de questions qui n’ont pas toutes trouvé une réponse simple, mais qui ont été au cœur de nos interrogations.

9Pour autant, l’ampleur du champ chronologique et géographique – les limites dépassant même le strict cadre méditerranéen – incite à la nuance et interdit, nous semble-t‑il, les grandes synthèses généralistes. C’est pourquoi nous avons tenu à travailler à des échelles et selon des angles d’approche différents. Il n’y a pas un modèle d’explication unique de la place du stockage dans les systèmes de distribution de ces sociétés, même si certaines constantes, liées en partie aux conditions techniques du temps, se retrouvent sur la longue durée (et bien au-delà de la période antique).

10Plusieurs études tentent une synthèse sur un champ géographique vaste, touchant aux circuits économiques du monde grec (Chankowski) et du monde romain (Virlouvet), à la place des négociants dans le dispositif de stockage à l’échelle de l’Empire (Andreau ; Tran). Pour le versant romain, les points de vue qui y sont présentés sont, en raison même de l’angle d’approche, focalisés sur l’approvisionnement des populations non rurales, soldats et citadins des zones les plus urbanisées, à commencer par Rome et l’Italie. Il nous a semblé cependant nécessaire de bien distinguer la situation de la période hellénistique et impériale de celle de l’Antiquité tardive qui a connu des changements politiques – fondation d’une seconde capitale à Constantinople, menaces extérieures – qui ont profondément modifié les circuits économiques et la place que l’État y occupait (Vera).

11D’autres articles sont le fruit de recherches plus circonscrites géographiquement. Deux de ces études permettent de toucher du doigt sur le terrain l’organisation concrète du stockage dans des lieux centraux pour les grands circuits commerciaux des périodes hellénistique et impériale : Délos (Karvonis, Malmary, Zarmakoupi) et Ostie-Portus (Bukowiecki, Mimmo, Panzieri, Sebastiani). L’étude sur le stockage dans les villas maritimes attire l’attention sur l’importance souvent négligée des petites structures ayant un accès direct à la mer et pratiquant une agriculture hautement spéculative destinée à l’exportation (Lafon). Enfin, plusieurs contributions sont centrées sur la place des bâtiments de stockage dans les circuits de distribution à l’échelle régionale ou locale et mettent l’accent sur l’importance des liens avec le marché intérieur (Goffaux ; Archibald ; Cavalier ; Villedieu, Ghalia). Ainsi, pour la période romaine, la reprise d’études fines sur des structures déjà connues et interprétées toujours dans le cadre de circuits de distribution convergeant vers l’Italie et Rome (Andriakè, Hergla) permet de nuancer fortement ce schéma en soulignant le rôle que jouaient aussi ces structures de stockage pour l’approvisionnement du marché local et régional.

  • 2 Programme ANR-08-BLANC-0059-01 mené entre l’EFA, l’IRAA (USR 3155), le CCJ (UMR 7299) et l’EFR. De (...)

12Le présent livre est issu d’un programme de recherche sur les entrepôts et lieux de stockage du monde gréco-romain antique mené entre 2009 et 20122.

  • 3 Ce programme a donné lieu à plusieurs articles parus dans deux fascicules des Mélanges de l’EFR : J (...)
  • 4 Ce programme a produit en particulier trois volumes d’actes de colloques qui présentent plusieurs t (...)

13L’idée d’un semblable travail remonte à quelques années en arrière : de 2006 à 2008, un groupe de recherche international a en effet travaillé sur les politiques de stockage dans les sociétés d’Ancien Régime, dans le cadre du réseau d’excellence européen RAMSES 2, issu du 6e PCRD. Cette recherche, centrée sur les sociétés non rurales du bassin méditerranéen, embrassait une vaste période allant de l’Antiquité à la fin de l’époque moderne, durant laquelle le stockage des denrées a été central dans toute politique d’approvisionnement des populations urbaines3. Chemin faisant, il est apparu qu’il y avait matière, pour la période antique, à approfondir la question. Si nous disposons en effet de sources écrites moins nombreuses et surtout moins prolixes que pour les périodes suivantes, nous avons en revanche des témoignages archéologiques relativement abondants qui suscitent actuellement un regain d’intérêt de la part de spécialistes désormais moins strictement centrés que par le passé sur l’archéologie monumentale. Parallèlement, les travaux du GDRI « Les marchés dans le monde antique : espaces, pratiques, institutions », de 2009 à 2012, ont mis l’accent sur l’organisation des marchés antiques, posant de ce fait la question des modalités de circulation et de distribution des biens4.

  • 5 « Entrepôts et systèmes de stockage dans le monde gréco-romain antique : état des lieux », 18-20 ma (...)
  • 6 V. Chankowski et al., « Étude des espaces de stockage à Délos », BCH 134/2 (2010), p. 579-584 ; « P (...)
  • 7 L’enquête sur la zone d’Ostie-Portus, véritable conservatoire d’entrepôts pour la Rome de la fin de (...)
  • 8 Cette base de données, présentée à l’occasion du colloque, est à présent accessible en ligne sur le (...)

14Le programme ANR « Entrepôts et lieux de stockage du monde gréco-romain antique », commencé en janvier 2009, a fait l’objet d’un premier colloque au début de 2010 présentant un état des lieux de la question5. Il a comporté par ailleurs des ateliers de terrain, avec des études d’entrepôts, à Délos (Grèce)6, à Ostie-Portus (Italie)7 et à Hergla (Tunisie), ainsi que la réalisation d’une base de données qui se veut un instrument de travail participatif pour tous ceux qui s’intéressent à cette problématique8.

Note

1 G. Rickman, Roman Granaries and Store Buildings (1971).

2 Programme ANR-08-BLANC-0059-01 mené entre l’EFA, l’IRAA (USR 3155), le CCJ (UMR 7299) et l’EFR. De même que la publication des actes, les activités menées dans le cadre de ce programme ont bénéficié de cofinancements de l’EFR, de l’EFA et également de l’IUF. Que ces institutions soient ici remerciées pour toute l’aide qu’elles nous ont apportée au cours de nos travaux. L’édition du présent volume a été préparée par Elysabeth Hue-Gay, secrétaire de rédaction de l’UMR 5189 HiSoMA, que nous remercions chaleureusement pour son investissement dans ce projet.

3 Ce programme a donné lieu à plusieurs articles parus dans deux fascicules des Mélanges de l’EFR : J. Horvat, « Early Roman horrea at Nauportus », MEFRA 120/1 (2008), p. 111-121 ; N. Monteix, « La conservation des denrées dans l’espace domestique à Pompéi et Herculanum », MEFRA 120/1 (2008), p. 123-138 ; J. Dubouloz, « Propriété et exploitation des entrepôts à Rome et en Italie (ier-iiie siècles) », MEFRA 120/2 (2008), p. 277-294 ; N. Tran, « Les collèges d’horrearii et de mensores, à Rome et à Ostie, sous le Haut-Empire », MEFRA 120/2 (2008), p. 295-306 ; G. Geraci, « Granai nell’Egitto ellenistico e romano: problemi tipologici, lessicali, funzionali e metodologici », MEFRA 120/2 (2008), p. 307-322 ; D. Vera, « Gli horrea frumentari dell’Italia tardoantica: tipi, funzioni, personale », MEFRA 120/2 (2008), p. 323-336 ; et par ailleurs, à un ouvrage collectif de synthèse : B. Marin, C. Virlouvet (éds), Entrepôts et trafics annonaires en Méditerranée : Antiquité-Temps Modernes, CEF 522 (2016).

4 Ce programme a produit en particulier trois volumes d’actes de colloques qui présentent plusieurs thèmes communs et complémentaires avec le programme sur les entrepôts : A. Tsingarida, D. Viviers (éds), Pottery Markets in the Ancient Greek World: 8th-1st Centuries B.C. Proceedings of the International Symposium Held at the Université libre de Bruxelles, 19-21 June 2008, Études d’archéologie 5 (2013) ; L. Capdetrey, Cl. Hasenohr (éds), Agoranomes et édiles. Institutions des marchés antiques, Scripta antiqua 44 (2012) ; V. Chankowski, P. Karvonis (éds), Tout vendre, tout acheter. Structures et équipements des marchés antiques. Actes du colloque d’Athènes, 16-19 juin 2009, Scripta antiqua 42 (2012).

5 « Entrepôts et systèmes de stockage dans le monde gréco-romain antique : état des lieux », 18-20 mars 2010, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en‑Provence.

6 V. Chankowski et al., « Étude des espaces de stockage à Délos », BCH 134/2 (2010), p. 579-584 ; « Programme Entrepôts et lieux de stockage », BCH 135/2 (2011), p. 596-599 ; BCH 136-137/2 (2012-2013), p. 638-642 ; P. Karvonis, J.‑J. Malmary, « Étude architecturale de quatre pièces polyvalentes du Quartier du théâtre à Délos », BCH 133/1 (2009), p. 195-226 ; P. Karvonis, J.‑J. Malmary, « Du quartier à l’agora : étude de cas dans le Quartier du théâtre à Délos », dans V. Chankowski, P. Karvonis (éds), Tout vendre, tout acheter. Structures et équipements des marchés antiques (2012), p. 263-275.

7 L’enquête sur la zone d’Ostie-Portus, véritable conservatoire d’entrepôts pour la Rome de la fin de la République et de l’Empire, a commencé dans le cadre du précédent programme européen transversal RAMSES2 évoqué ci-dessus. Une recherche approfondie a été menée sur les grandi horrea d’Ostie. Ses résultats ont été publiés dans le volume dirigé par B. Marin et C. Virlouvet cité ci-dessus n. 3. Pour une brève présentation d’étape des résultats, voir E. Bukowiecki, N. Monteix, C. Rousse, « Ostia antica : entrepôts d’Ostie et de Portus. Les Grandi Horrea d’Ostie », MEFRA 120/1 (2008), p. 211-216. Les recherches menées aux magasins de Trajan ont été l’objet de comptes rendus annuels, de 2010 à 2012, dans la Chronique des MEFRA (le numéro de 2012 est aussi accessible sur http://efr.revues.org/286, Chronique des activités archéologiques de l’EFR) ; une monographie est en préparation sur cet édifice, à paraître dans la CEFR.

8 Cette base de données, présentée à l’occasion du colloque, est à présent accessible en ligne sur le site internet de l’EFA : http://www.entrepots-anr.efa.gr.

© École française d’Athènes, 2018

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search