Versión clásicaVersión móvil

Philippes, colonie romaine d’Orient

 | 
Cédric Brélaz

Annexes

Annexe 2

Addenda et corrigenda au volume CIPh II.1

Texto completo

1Comptes rendus au volume CIPh II.1 : A. D. Rizakis, BMCRev 2015.08.03, [en ligne], URL : http://bmcr.brynmawr.edu/​2015/​2015-08-03.html, consulté de 10.01.2018 ; D. Rousset, Bull. ép. 2015, 1 ; F. Marchand, MH 72 (2015), p. 237-238 ; J. M. Ogereau, Novum Testamentum 58 (2016), p. 99-100 ; D. Dana, RA 2016, p. 457-459 ; M. Sève, AE 2014 [2017], 1190-1193 ; A. Chaniotis, Kernos 30 (2017), p. 285, n° 25.

2 

3Addenda : inscriptions à ajouter pour des raisons thématiques à la documentation réunie dans le CIPh II.1

1. Dédicace de l’arc dit de Kiémer

  • 1 L. Heuzey, H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine (1876), p. 117-120 avec pl. 2. Nous savons (...)
  • 2 À en croire le relevé de H. Daumet, la disposition de ces trous suggère la présence d’une lettre ar (...)
  • 3 Les sondages effectués récemment aux abords de l’arc n’en ont pas fait état : G. Karadedos, M. Niko (...)
  • 4 C. Blonce, « Arcum cum statua : les dédicaces des arcs monumentaux dans leur contexte », dans W. Ec (...)
  • 5 Collart, Philippes, p. 320-325.
  • 6 Cf. J.-Y. Marc, « Der sogenannte Caracalla-Bogen in Thasos und die Funktion monumentaler Bögen in d (...)
  • 7 CIPh II.1, p. 37-38.

4D’après la description et le relevé qu’en ont donné L. Heuzey et H. Daumet, il apparaît que la dédicace de l’arc dit de Kiémer, qui enjambait la uia Egnatia à 2 km à l’Ouest des remparts de Philippes, était faite à l’origine de lettres de métal, à l’instar de la dédicace du dallage du forum de la colonie (66 : voir infra)1. Seuls quelques trous d’encastrement, insuffisants toutefois pour reconnaître avec certitude les lettres en question2, étaient alors visibles sur un fragment d’architrave qui ne semble pas avoir été conservé jusqu’à aujourd’hui (fig. 1)3. En toute rigueur, l’existence de cette inscription aurait dû être signalée dans le CIPh II.1 dans la mesure où il s’agissait d’une dédicace publique. L ’inscription devait, en effet, contenir initialement le nom de l’empereur ayant fait ériger le monument, sans doute au datif, si l’on estime que la communauté locale, en l’occurrence la colonie de Philippes, avait veillé à dédier l’édifice à ce dernier, comme cela se produisait normalement en pareilles circonstances4. Cet arc – qui ne doit pas être mis en relation avec la victoire de la bataille de 42 av. J.-C., comme le pensait L. Heuzey, et qui pourrait plutôt avoir été érigé à la suite de la refondation de la colonie par Octave-Auguste – ne délimitait certainement pas le pomoerium de la colonie, comme l’avait imaginé P. Collart5, mais servait en quelque sorte d’entrée monumentale dans le suburbium de la ville de Philippes, à l’instar des arcs construits dans nombre de cités grecques au cours de l’époque impériale6. Cette interprétation est renforcée par le fait que des fondations et des éléments architecturaux pouvant être attribués à un second arc (dont un claveau portant en relief la figuration d’une Tyché coiffée d’une couronne murale, relevé par M. Sève) ont été identifiés à l’autre extrémité de la ville, dans la nécropole orientale de Dikili Tash, que traversait également la uia Egnatia7. Il s’agirait, en l’occurrence, du pendant oriental à l’arc de Kiémer, matérialisant aussi de ce côté-là de la ville l’entrée dans ses faubourgs.

2. Dédicace d’un édifice public

  • 8 Dans son édition de l’inscription, P. Collart indique une hauteur de 26 cm pour une épaisseur de 32 (...)

5« Bloc d’entablement à deux bandeaux surmontés d’une mouluraton proéminente ; brisé à gauche et à droite » (Collart). Dim. : 32 × 99 × 26 cm8. Lettres de 15 cm. L ’unique ligne de l’inscription est gravée sur le bandeau supérieur de l’architrave.

6Découvert par P. Collart à « Boriani [auj. Agios Athanasios] », lors de voyages d’exploration dans la région de Philippes en 1934 et 1935. Le bloc proviendrait « d’un champ, situé à quelques centaines de mètres vers le sud [par rapport au village], où les paysans affirment que l’on trouve des blocs antiques en grande quantité » (Collart). Non retrouvé. No IAHA 525. Fig. 2 : phot. EFA 45817.

7P. Collart, BCH 62 (1938), p. 411-412, n° 2 (Pilhofer II 431).

[P]r.o salut[e ---]

8N. C. [--- pr]o salut[e ---], Collart, Pilhofer.

9 

  • 9 6, 23, 158. Voir supra p. 314-316.
  • 10 16, 18-19, 21-22. Voir aussi les dédicaces 6 et 23 où cette formule côtoie l’expression pro salute.
  • 11 80, 90, 98 ; Pilhofer II 422, 424-428.
  • 12 C. Koukouli-Chryssanthaki, D. Malamidou, L. Lespez, « Carte archéologique de la plaine de Philippes (...)

10On reconnaît sur ce fragment architectural le début de la formule de dédicace caractéristique des monuments ou objets offerts à la maison impériale ou à la colonie9, à l’instar de la tournure in honorem qui se rencontre invariablement sur les dédicaces des principaux bâtiments du forum d’époque antonine10. À l’inverse de P. Collart, qui voyait dans la découverte de cette architrave à Agios Athanasios la preuve de l’existence d’un uicus de la colonie à l’emplacement du village moderne, nous estimons que celle-ci fut, au contraire, prélevée à un petit monument architecturé qui se dressait à l’origine dans le centre monumental de la ville de Philippes, et ce afin d’être remployée. Bien que plusieurs épitaphes aient été découvertes – toutes en remploi – à Agios Athanasios11, le village n’a pas livré de vestiges suffisamment déterminants pour que l’on puisse affirmer qu’un site antique existait à cet endroit12. D’autres fragments architecturaux qui peuvent être attribués à des bâtiments ou à des monuments honorifiques du forum ou, pour le moins, du centre urbain de la colonie furent aussi trouvés en remploi dans l’ancien village de Raktcha, voisin du site archéologique (2), mais également plus loin dans la plaine, comme à Mikro Dato (126, frag. D), à Kalambaki (129) et à Doxato (15, 135), ainsi que près de Kyrgia (45). De la forme des lettres de la dédicace, on ne peut établir si l’édifice auquel appartenait cette architrave datait des aménagements du centre monumental de Philippes effectués à l’époque claudienne ou plutôt des remaniements qui furent exécutés au milieu du iie s. On remarquera toutefois que la gravure ne paraît guère régulière dans la mesure où l’inscription empiète sur la moulure du bloc et où toutes les lettres ne sont pas rigoureusement alignées. Il se peut que l’inscription n’ait pas été prévue initialement et qu’elle ait été gravée sur l’architrave du monument dans un second temps seulement. Du moment que le second bandeau ne comporte aucune lettre, il est probable que l’inscription courait sur une seule ligne, ce qui suppose des dimensions importantes à l’édifice.

11 

12Addenda et corrigenda : compléments et corrections à l’édition et aux commentaires d’inscriptions incluses dans le CIPh II.1

134 – C. Sarrazanas, « Emprunts formulaires et lexicaux dans les inscriptions funéraires grecques et latines de la colonie romaine de Philippes (Macédoine orientale) », dans É. Perrin-Saminadayar, R. Roure (éds), Le multilinguisme dans la Méditerranée antique (sous presse), observe à juste titre que la formule de salutation au défunt héroïsé Heroni salutem, si elle est incontestablement empruntée au grec, adopte néanmoins délibérément la syntaxe latine en recourant au datif avec la tournure salutem (dare ou dicere) plutôt qu’au vocatif, comme cela aurait été le cas en grec.

146 – l ’inscription est désormais reproduite dans AE 2014, 1190.

  • 13 Contrairement à ce qu’aff irme P. Porena (p. 259 et 261), nous n’avons pas, en revanche, suggérer d (...)

1530 – au vu des dimensions du fragment conservé, P. Porena, « Indizi sulla carriera di Evagrius, prefetto del pretorio di Costantino », ZPE 199 (2016), p. 259-263, considère que l’espace disponible dans le champ épigraphique ne permettait de mentionner qu’un seul dédicant. L ’auteur en vient à réinterpréter la mention du titre de préfet, au pluriel, à la l. 6, et, plutôt que d’y voir une référence au collège des préfets du prétoire, comprend qu’était mentionné à cet endroit le seul Evagrius13. Ce dernier se serait trouvé à un stade antérieur de sa carrière (il fut sans doute nommé préfet en 326 par Constantin) et aurait alors exercé les fonctions de vicaire des préfets du prétoire du diocèse des Mésies auquel était rattachée la colonie de Philippes. L ’indication du titre de préfet du prétoire au pluriel invite à dater l’inscription d’une époque où l’entente entre les empereurs Constantin et Licinius avait permis la réunion des préfets dans un collège commun, vraisemblablement dans les années 317-318 ou 320-321. La dédicace est restituée de la façon suivante par P. Porena :

  [Fortissimo atq(ue)]
  [clementissimo]
  [Imperatori] d.(omino) n.(ostro)
  [Fl(auio) Constanti]no
  [P(io) F(elici) Maxi]m.o Inuic(to)
  vac. [A]u.g(usto) vac.
5 [Aurelius ? E]uagrius
  [u(ir) p(erfectissimus) ag(ens) vic(es)] praeff(ectorum)
  [praetori]o. d(e)u(otus) n(umini) m(aiestati)q(ue)
  [vac. eius vac.].

1663 – l ’épitaphe de C. Vibius Quartus provenant du cénotaphe qui fut érigé en sa mémoire à Thessalonique (AE 2003, 1591, avec le fragment supplémentaire publié par P. M. Nigdelis, Eπιγραφικά Θεσσαλονίκεια. Συµβολή στην πολιτική και κοινωνική ιστορία της αρχαίας Θεσσαλονίκης [2006], p. 440-444) est désormais reprise dans IG X 2, 1s, 1175.

1766 – M. Sève, P. Weber, « Varia Philippica », BCH 141.2 (2017), p. 753-767, reprennent l’étude archéologique des plaques du dallage du forum sur lesquelles était gravée la dédicace. Sur la base d’observations matérielles, ils établissent que celle-ci était centrée sur le dallage et qu’elle était orientée de sorte à être lue pour qui se trouvait sur la terrasse haute du forum. La grandeur exceptionnelle des lettres ainsi que la longueur totale estimée de l’inscription (plus de 21 m) supposaient qu’on prenne de la hauteur pour pouvoir déchiffrer l’inscription dans son intégralité d’un seul regard. Les auteurs se demandent également si les trous supplémentaires qui se reconnaissent sur les fragments 3, 5 et 6 et que nous avions attribués à un dispositif de grille ne devraient pas plutôt être interprétés comme une tentative de rendre illisibles les mots diui Aug(usti) à une époque où l’on aurait cherché à faire disparaître les traces des cultes païens. L ’inscription est désormais reproduite dans AE 2014, 1191.

1886 – remarquant que tant Licinianus que Viator étaient des noms latins particulièrement répandus en Pannonie (le premier présentant de surcroît une assonance avec des anthroponymes dalmato-pannoniens), D. Dana, RA 2016, p. 458, estime que la famille n’était pas d’origine philippienne. Par ailleurs, C. Sarrazanas, « Emprunts formulaires et lexicaux dans les inscriptions funéraires grecques et latines de la colonie romaine de Philippes (Macédoine orientale) » dans É. Perrin-Saminadayar, R. Roure (éds), Le multilinguisme dans la Méditerranée antique (sous presse), fait observer que la salutation au passant χαῖρε παρο[δῖτα] qui clôt l’épitaphe, exprimée ainsi en grec, joue sans doute sur le nom du défunt, Viator, qui évoque justement le passant. On aurait, pour ce faire, volontairement traduit en grec la formule uale uiator qui se rencontre dans l’épigraphie funéraire latine.

19105 – D. Dana, RA 2016, p. 458-459, se prononce pour l’interprétation militaire de l’expression succura (= sub cura) que nous avons évoquée de préférence et propose de restituer succura Mucian[i p(rae)p(ositi)], cette tournure indiquant ordinairement le nom de l’officier sous les ordres duquel était placé un détachement légionnaire.

20129 – lire plutôt ῥ̣ή̣τ̣ο̣ρ̣[α] à deux reprises dans l’édition qui est donnée de l’inscription.

  • 14 P. O. Juhel, P. Nigdelis, Un Danois en Macédoine à la fin du 19   siècle. Karl Frederik Kinch et se (...)

21151 – l ’inscription fut relevée indépendamment, en 1893, par K. F. Kinch à Kavala, « [e]ncastrée dans le mur au même endroit [l’inscription précédente relevée par lui (Pilhofer II 5) se trouvait « dans la cour de Hadji Adam Afendi »] ». Il ajoute la description suivante : « Rien ne semble manquer en bas. La face avant de la pierre. Longueur 0.49 [m]. Largeur 0.275 [m]. Hauteur des lettres 0.036 [m] »14. Le dessin qui fut exécuté par K. F. Kinch dans ses carnets (fig. 3) et la hauteur des lettres suggèrent qu’il s’agissait plus vraisemblablement d’une base honorifique que d’un sarcophage, comme le pensait L. Heuzey. Seule la partie gauche de la base était alors conservée. La moitié supérieure de la base manquait également, au contraire du bas que Kinch considère comme complet. Les nominatifs qui se lisent aux l. 6 ([fla]/men) et 8 (filius) montrent que les titres de fonction énumérés dans cette partie de l’inscription étaient ceux du dédicant. La largeur du fragment relevé par K. F. Kinch suppose une lacune importante à droite et dissuade de lier les mots restants entre eux, de ligne en ligne, comme nous l’avons déjà indiqué. Dans son dessin et sa transcription, K. F. Kinch indique à la l. 1 ce qui pourrait avoir été un point de séparation et lit : COL · CI[---]. P. Nigdelis suppose qu’il s’agit d’une erreur de lecture et édite col<o>n.[iae] à cet endroit afin de se conformer à la lecture de L. Heuzey. On ne peut cependant exclure que le mot col(oniae) ait été ici abrégé. Si c’est bien le mot coloniae en toutes lettres qu’il fallait lire à cette ligne, il semble que la copie de K. F. Kinch conserve une trace de la lettre N avant la brisure. Pour le reste, la copie de K. F. Kinch est identique à celle de L. Heuzey.

22200 – le fragment gauche de l’inscription est conservé au musée de Drama, no inv. Λ 282 (fig. 4). La pierre est souillée par des graffitis modernes. La partie supérieure du couvercle a été percée d’une cavité de forme quadrangulaire, sans doute en vue d’un remploi. Nous soulignons ici la partie de l’inscription appartenant au fragment conservé :

P(ublius) Naeuius · Symphor.us · VIuir · Aug(ustalis) · an(norum) · XL
.Burrena · Nice · an(norum) · XXX · h.(ic) · s(iti) · s(unt) · Naeuia
Sympherusa · parentib(us) · f(aciendum) · c(urauit) vac.

23N.C. l. 1 – la première lettre de l’épitaphe, le N du gentilice Naevius, comporte une boucle en haut à droite pour former un P ligaturé et indiquer de cette manière le praenomen du défunt.

24208 – l ’inscription est déposée dans le jardin de l’église de Kalambaki. Nous remercions E. Verhoef de nous avoir transmis cette information que nous avons pu vérifier par nous-même en juillet 2015 (fig. 5). À la l. 3, on parvient à déchiffrer plus de lettres que ce que nous avions indiqué sur la base de l’examen du seul estampage : [---] coniu.g.i. [tes]t.am(ento) · . La partie inférieure de la plaque a été retaillée pour lui donner une forme circulaire, certainement en vue d’un remploi.

25App. 1, p. 368-369 (édition révisée de Pilhofer 642a) : l’inscription est désormais reproduite dans AE 2014, 1192.

26App. 3, no 3 : l’inscription est désormais reproduite dans AE 2014, 1193.

27App. 4, no 1 : P. Aelius Pacatus est recensé par D. Dana, « Les Thraces dans les diplômes militaires : onomastique et statut des personnes », dans Parissaki, Thrakika Zetemata, p. 229, no 85. Malgré les incertitudes liées au déchiffrement du diplôme, qui a été raturé, on peut considérer que le soldat était originaire de la colonie de Philippes ; son gentilice suggère cependant une ascendance pérégrine : voir CIPh II.1, p. 391, n. 2.

28App. 4, no 19 : l’inscription est également reprise dans D. Tončinić, Monuments of Legio VII in the Roman Province of Dalmatia (2011), p. 93, no 61.

29App. 4, no 30 : Celsus Cozzupaei f. est recensé par D. Dana, « Les Thraces dans les diplômes militaires : onomastique et statut des personnes », dans Parissaki, Thrakika Zetemata, p. 228, no 72.

  • 15 Un autre soldat ayant servi dans la VIIe légion pourrait encore avoir été originaire de Philippes. (...)

30App. 4, no 31 : l’inscription est également reprise dans D. Tončinić, Monuments of Legio VII in the Roman Province of Dalmatia (2011), p. 79-80, no 48 (avec ill.). Le relief décorant la stèle, représentant un cavalier, confirme qu’il s’agit de l’épitaphe d’un soldat. Les traces de lettres visibles à la l. 3 pourraient éventuellement autoriser à restituer e.q.u.e.s. l.e.[g(ionis) VII]15.

  • 16 Brélaz, Apports, p. 1486-1489, no 2 (AE 2014, 1188).

31App. 4, no 33 : D. Dana, RA 2016, p. 459, privilégie une origine de Philadelphie de Lydie plutôt que de Philippes pour le soldat L. Titius L. f. Phil., qui servit dans la cohors I Cilicum en Mésie Supérieure vers la fin de l’époque flavienne. Cet individu pourrait cependant être apparenté au L. Titius qui est attesté dans la colonie dans les premières décennies du ier s. apr. J.-C.16.

32 

33Addenda et corrigenda divers

34CIPh II.1, p. 20 — Parmi les abréviations bibliographiques, ajouter Poncin, Prêtrises : M.-D. Poncin, « Les prêtrises publiques dans la colonie de Philippes », CCG 12 (2001), p. 229-252.

35CIPh II.1, p. 407 — Une erreur doit être corrigée dans la table de concordance : l’inscription CIPh II.1 48, mentionnant des Burreni de rang équestre, correspond à Pilhofer II 46.

36CIPh II.1, p. 413-415 — Dans l’index des noms personnels, ajouter ou préciser : Ti. Sp[---] Iustus (83) ; [---]ana Proba (19) ; [---]tia Paulla (6).

Notas

1 L. Heuzey, H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine (1876), p. 117-120 avec pl. 2. Nous savons gré à R. Haensch (Munich) d’avoir attiré notre attention sur cette inscription ; cf. Brélaz, Apports, p. 1474-1476.

2 À en croire le relevé de H. Daumet, la disposition de ces trous suggère la présence d’une lettre arrondie sur la droite du bloc, peut-être un O, précédé de ce qui pourrait avoir été un V. On pourrait éventuellement concevoir de restituer à cet endroit le mot [di]uo dans l’hypothèse d’une dédicace à Auguste divinisé. Pour la technique de déchiffrement des vestiges de ce type d’inscriptions, voir R. Posamentir, H. Wienholz, « Gebäude mit litterae aureae in den kleinasiatischen Provinzen, die Basilika von Berytus und der Jupitertempel von Baalbek », MDAI(I) 62 (2012), p. 161-198.

3 Les sondages effectués récemment aux abords de l’arc n’en ont pas fait état : G. Karadedos, M. Nikolaïdou-Patera, « Αναζητώντας την Εγνατία οδό στην πεδίαδα των Φιλίππων », AEMTh 20 (2006), p. 139-150. Les éléments provenant du monument sont cependant suffisamment nombreux pour que lui soit consacrée, à l’avenir, une étude architecturale détaillée.

4 C. Blonce, « Arcum cum statua : les dédicaces des arcs monumentaux dans leur contexte », dans W. Eck, P. Funke (éds), Öffentlichkeit – Monument – Text. XIV Congressus Internationalis Epigraphiae Graecae et Latinae, 27. – 31. Augusti MMXII. Akten (2014), p. 698-701.

5 Collart, Philippes, p. 320-325.

6 Cf. J.-Y. Marc, « Der sogenannte Caracalla-Bogen in Thasos und die Funktion monumentaler Bögen in den griechischen Städten der römischen Kaiserzeit », dans H. Friesinger, F. Krinzinger (éds), 100 Jahre Österreichische Forschungen in Ephesos. Akten des Symposions Wien 1995 (1999), p. 707-711 et pl. 182-185.

7 CIPh II.1, p. 37-38.

8 Dans son édition de l’inscription, P. Collart indique une hauteur de 26 cm pour une épaisseur de 32 cm. Compte tenu de la hauteur des lettres, qui est de 15 cm, il apparaît sur la photographie prise par P. Collart que l’inscription n’occupe pas plus de la moitié de la hauteur du fragment conservé, ce qui devrait pourtant être le cas avec une hauteur de 26 cm. Il est donc probable que les dimensions relatives à la hauteur et à l’épaisseur aient été inversées dans la publication de P. Collart. Pour cette raison, nous restituons ici une hauteur de 32 cm pour une épaisseur de 26 cm. Nous remercions M. Sève de nous avoir rendu attentif à ce détail.

9 6, 23, 158. Voir supra p. 314-316.

10 16, 18-19, 21-22. Voir aussi les dédicaces 6 et 23 où cette formule côtoie l’expression pro salute.

11 80, 90, 98 ; Pilhofer II 422, 424-428.

12 C. Koukouli-Chryssanthaki, D. Malamidou, L. Lespez, « Carte archéologique de la plaine de Philippes-Drama et de ses bordures II », dans C. Koukouli-Chrysanthaki et al. (éds), Dikili Tash, village préhistorique de Macédoine orientale (2008), p. 411, no 63 ; cf. A. Avraméa, Tabula Imperii Romani, K 35, I. Philippi (1993), p. 19 ; CIPh II.1, p. 47.

13 Contrairement à ce qu’aff irme P. Porena (p. 259 et 261), nous n’avons pas, en revanche, suggérer de voir dans la lettre V f igurant à la l. 7 de l’inscription le chiffre cinq correspondant au nombre de membres qui formaient le collège des préfets du prétoire.

14 P. O. Juhel, P. Nigdelis, Un Danois en Macédoine à la fin du 19   siècle. Karl Frederik Kinch et ses notes épigraphiques – Ένας Δανός στη Μακεδονία του τέλους του 19  ου αιώνα. Ο Karl Frederik Kinch και οι επιγραφικές του σηµειώσεις (2015), p. 80-81, no 28.

15 Un autre soldat ayant servi dans la VIIe légion pourrait encore avoir été originaire de Philippes. Il s’agit de Q. Mettius Valens, dont l’origine est tue mais qui était inscrit dans la tribu Voltinia (AE 1991, 1291 ; D. Tončinić, Monuments of Legio VII in the Roman Province of Dalmatia [2011], p. 69-71, no 41), si l’on accepte le rapprochement avec les membres de la gens Mettia attestés dans la colonie (214). Il n’y pas lieu, en revanche, d’assimiler le soldat M. Varenus Valens, également inscrit dans la tribu Voltinia (CIL III 9761 ; D. Tončinić, op. cit., p. 93, no 62), à la grande famille philippienne des Varinii (138) pour le motif que ces noms sont les variantes d’un même gentilice.

16 Brélaz, Apports, p. 1486-1489, no 2 (AE 2014, 1188).

© École française d’Athènes, 2018

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search