Versione classicaVersione mobile

Philippes, colonie romaine d’Orient

 | 
Cédric Brélaz

Conclusion

La place de Philippes parmi les colonies romaines d’Orient et dans son contexte régional

Testo integrale

1L ’examen et la mise à profit de tous les témoignages épigraphiques sur la vie publique de la colonie – qui constituent, en l’espèce, notre source principale – nous a conduit à reconstituer, dans leurs grandes lignes, le fonctionnement des institutions municipales et les dynamiques sociales animant le groupe formé par les notables philippiens. Les comparaisons que nous avons voulues systématiques avec les autres colonies romaines d’Orient, mais aussi avec les pratiques en usage dans les communautés locales d’Occident ainsi que dans les cités pérégrines des provinces hellénophones, nous invitent à dresser un bilan de la place qu’occupait Philippes parmi le reste des colonies situées dans la moitié orientale de l’Empire, du moins pour ce qui a trait à ses institutions politiques et à la composition sociale de son élite civique. Pour ce faire, nous nous attacherons à souligner ce qui apparaît, selon nous, comme des spécificités philippiennes ou, au contraire, ce qui est commun au plus grand nombre des colonies d’Orient.

2La première chose qu’il convient de rappeler à propos des institutions attestées à Philippes est leur très grande conformité avec l’archétype des lois coloniales, dont on possède un exemplaire avec la lex Ursonensis. En qualité de colonie romaine, Philippes fut nécessairement dotée, comme ses semblables, d’une charte coloniale fournissant à la nouvelle entité politique le canevas de ses institutions. Il apparaît, en revanche, que la façon dont ces institutions furent mises en œuvre était propre à la colonie. L ’analyse de la manière dont les magistratures et charges publiques étaient affichées dans les cursus honorum épigraphiques et de l’ordre dans lequel celles-ci étaient revêtues par les notables locaux nous a permis de relever de nombreuses particularités dans le fonctionnement des institutions.

3D’abord, la mention très fréquente du rang de décurion dans les inscriptions et son articulation avec les différentes fonctions de la carrière municipale – telles que l’édilité ou, au contraire, la questure – nous a amené à suggérer qu’il existait à Philippes deux voies principales pour les notables se destinant aux honneurs civiques. La voie la plus prestigieuse consistait à s’acquitter en premier lieu de l’édilité pour pouvoir entrer ensuite dans l’ordo decurionum. Les notables qui parvenaient à obtenir l’un des deux seuls postes d’édile disponibles chaque année voyaient souvent leur carrière se poursuivre jusqu’à la magistrature suprême dans la colonie, le duumvirat. Un autre type de carrière était destiné aux individus d’un rang social moins élevé. Ces individus étaient cooptés au Conseil afin de compléter les effectifs de cette assemblée, avant même qu’ils aient revêtu une quelconque charge publique. La plupart de ces décurions demeuraient des pedani au sein de l’ordo et rares étaient ceux qui réussissaient à accéder aux magistratures. Tout au plus pouvaient-ils espérer assumer le munus, financièrement contraignant, de questeur. La questure, comme dans de nombreuses autres colonies, n’était pas considérée comme une magistrature ordinaire à Philippes. Ce qui est particulier à cette colonie, en revanche, c’est la tendance qui a consisté à réserver de préférence cette liturgie aux décurions cooptés. Du moment que ces individus, n’étant pas issus des plus grandes familles locales, étaient entièrement redevables aux membres du Conseil de leur élévation, le fait de leur confier la questure – du moins à ceux d’entre eux qui cherchaient à faire carrière – était, d’une certaine manière, un moyen de leur faire payer leur intégration à l’ordo. Les deux voies que nous avons mises en évidence dans la carrière civique philippienne se distinguaient par le moment de l’entrée dans l’ordo, suivant que celle-ci intervenait avant ou après une première magistrature. La précision du titre de décurion dans les cursus honorum épigraphiques – qui était d’ordinaire jugée superflue du moment qu’il s’agit d’une dignité, non d’une étape dans une carrière – caractérisait, à Philippes, le type de parcours suivi par les notables locaux.

4Nous avons relevé, ensuite, que les ornements de décurion n’étaient pas employés dans la colonie pour honorer des individus qui, de par leur statut personnel ou en raison de leur âge, étaient empêchés de devenir membres du Conseil à part entière, comme cela arrive souvent ailleurs. Le décurionat honoraire servait, en quelque sorte, à Philippes à présélectionner l’élite civique, probablement parce que les candidats à l’ordo étaient nombreux. De fait, ce sont surtout les jeunes gens promis aux carrières les plus brillantes dans la colonie qui étaient pourvus des ornements de décurion, en attendant de briguer l’édilité et de pouvoir entrer de plein droit au Conseil. L ’absence d’itération du duumvirat dans les carrières philippiennes montre, d’ailleurs, qu’il se trouvait dans la colonie suffisamment de familles disposant des ressources nécessaires pour qu’un de leurs membres puisse prétendre à la magistature suprême. Cette condition était d’autant plus impérative que les duumvirs philippiens étaient tenus – sinon par la version locale de la loi coloniale, du moins par l’usage – d’organiser des jeux de gladiateurs à leur entrée en fonction. Aussi arboraient-ils fièrement le titre de munerarius en témoignage de cette summa honoraria.

5Tous les phénomènes institutionnels caractérisant la vie civique philippienne que nous venons de résumer, parmi d’autres, sont révélateurs tant du contexte démographique prévalant dans la colonie que de la structuration sociale de l’élite locale et des mentalités de ses membres. Or, notre perception de la composition de la société des notables, à Philippes, a pu être affinée grâce à une étude onomastique. Il en ressort que, sans former à proprement parler une oligarchie, la même élite a, durant près de trois siècles, accaparé les charges publiques dans la colonie et s’est mise en scène dans le paysage philippien par le biais de dédicaces architecturales et divers monuments inscrits, qu’ils aient été honorifiques, funéraires ou votifs. L ’élite civique philippienne se singularise pas un fort conservatisme social, linguistique et culturel. La grande majorité des magistrats municipaux furent, en effet, tout au long de l’existence de la colonie, des descendants des premiers Italiens installés à Philippes par Antoine, puis Octave-Auguste lors des déductions initiales. On compte très peu d’individus d’ascendance pérégrine ou d’extraction affranchie parmi les décurions ou les magistrats municipaux. Philippes partage ce trait avec les autres colonies de vétérans, dont Patras et Antioche de Pisidie, dans lesquelles les affranchis et les negotiatores ne jouèrent qu’un rôle très secondaire, à la différence de Dymè, Corinthe, voire Dion. Il n’en demeure pas moins que la réticence des familles italiennes à intégrer au Conseil les descendants de pérégrins ou d’affranchis était particulièrement affirmée à Philippes. Lorsque l’un d’entre eux était finalement accepté au sein de l’ordo, sans doute afin de maintenir l’effectif de l’assemblée, il restait le plus souvent pedanus et seule une minorité put faire carrière.

6La population indigène de Philippes ne bénéficia pas de l’octroi en masse de la citoyenneté romaine, ni lors de la double fondation de la colonie, ni ultérieurement. La plupart des Grecs et surtout des Thraces qui habitaient la cité macédonienne abolie par la création de la colonie devinrent des incolae de la nouvelle communauté politique. Ils en étaient les ressortissants, mais pas les citoyens, et, par conséquent, ils n’y jouissaient pas des droits civiques. Même ceux dont la famille avait été pourvue de la ciuitas, parfois depuis plusieurs générations au iie s., ne parvenaient guère à s’imposer face aux descendants de colons italiens. Le seul moyen à leur disposition pour espérer profiter d’une promotion sociale était la carrière militaire. De fait, une proportion importante des soldats originaires de la colonie proviennent de familles pérégrines romanisées, en particulier de familles thraces. Quant aux affranchis et à leurs descendants, ils étaient en général confinés au sévirat, leur appartenance à l’ordre des Augustaux – qui était un corps constitué reconnu officiellement par la colonie – leur permettant d’acquérir de la visibilité au sein des institutions philippiennes.

  • 1 S. Destephen, « Un exemple de société coloniale au Haut-Empire ? Dyrrachium à la lumière de l’épigr (...)

7La cohésion sociale des familles de colons et l’attachement à leur identité italienne se manifestèrent par le maintien du latin comme langue officielle à Philippes plus longtemps que dans de nombreuses autres colonies d’Orient. Plusieurs autres facteurs contribuèrent, en l’occurrence, à la pérennité du latin. C’est, d’abord, le fait que la colonie de Philippes était située sur le grand axe de communication – la uia Egnatia – mettant l’Italie, par-delà l’Adriatique, en contact avec la Macédoine, la Thrace, puis l’Asie Mineure. Cette position avantageuse provoqua un afflux dans la colonie de voyageurs provenant d’Italie (marchands ou soldats), ce qui dut permettre aux Philippiens de maintenir des contacts étroits avec la latinité, plus aisément du moins que pour certaines des colonies installées dans des régions reculées d’Anatolie. Ensuite, l’installation de soldats à Philippes ne s’arrêta pas avec Auguste. En raison, sans doute, de sa proximité relative avec les provinces militarisées du limes danubien, les assignations viritanes de soldats se poursuivirent dans la colonie au ier et au iie s. apr. J.-C., accroissant par ce biais la part de la population qui était latinophone. Enfin, à l’inverse des colonies romaines établies dans des régions totalement hellénophones, comme en Macédoine occidentale, dans le Péloponnèse ou au Nord-Ouest de l’Asie Mineure, Philippes, comme Dyrrachium à la frontière avec l’Illyrie1, se situait dans un environnement qui n’était pas entièrement hellénisé. Le fait que la majorité des incolae était constituée de Thraces et que ceux-ci ne rechignaient pas – au contraire des Grecs – à recourir au latin même pour leurs inscriptions privées, aussi bien votives que funéraires, dut faire diminuer la pression du grec sur la langue latine dans la colonie.

8Même si l’influence de l’hellénisme fut moins précoce et moins profonde à Philippes qu’à Corinthe ou dans les colonies mineures de Pisidie, l’identité culturelle – italienne et latinophone – des familles de colons ne demeura pas intangible et elle fut amenée à évoluer. On constate ainsi que la langue grecque, qui était très diffusée parmi la population pérégrine de la colonie, commença à être utilisée dans des contextes officiels depuis le milieu du iiie s. Cette tendance prit une ampleur telle qu’au début du ve s., Philippes, qui était devenue dans l’intervalle majoritairement chrétienne et hellénophone, peut être comparée aux autres villes protobyzantines de son temps. On note cependant, dans les institutions de la colonie, des innovations empruntées aux cités pérégrines d’Asie Mineure et de Grèce propre au début du iie s. déjà. La charge complémentaire d’irénarque est introduite à ce moment comme munus et est ainsi créée une force de police municipale sur le modèle des usages en vigueur dans les provinces anatoliennes. De la même manière, le titre de filius coloniae – calque de l’expression υἱὸς τῆς πόλεως – est employé, au moins à une reprise, pour honorer l’un des plus grands notables que la colonie ait connu. Il n’en demeure pas moins que ces emprunts institutionnels sont très modestes au regard de ce qui s’observe dans la majorité des colonies d’Orient, surtout à Corinthe, mais aussi à Antioche de Pisidie où il est fréquent de trouver plusieurs magistratures ou charges publiques de facture grecque.

  • 2 Dunant, Pouilloux, Thasos, p. 82-87, no 186 (Pilhofer II 711) ; cf. J. Fournier, « Entre Macédoine (...)

9En dépit de sa position sur la uia Egnatia, Philippes est restée, au cours des trois premiers siècles de l’époque impériale romaine, une ville et une entité politique d’importance secondaire à l’échelle des provinces orientales. À l’inverse de sa voisine, la cité libre d’Amphipolis, on n’y trouvait pas de communauté de negotiatores et, à l’exception du ius Italicum qui garantissait à ses citoyens des exemptions fiscales, Philippes ne pouvait se prévaloir de son statut de colonie pour s’imposer aux cités environnantes, comme le montre l’issue du litige frontalier qui l’opposa à la cité libre de Thasos et qui fut tranché en faveur de cette dernière2. À la différence de Corinthe, qui était en même temps le siège du proconsul et où avaient lieu les célébrations organisées par le koinon d’Achaïe, Philippes n’a pas joué la fonction de pôle d’attraction pour les notables du reste de la province ou de la région.

  • 3 37-38.
  • 4 C. Brélaz, « Philippi: A Roman Colony Within Its Regional Context », dans Fournier, Parissaki, Hégé (...)
  • 5 60.

10Surtout, les notables philippiens sont demeurés d’une envergure modeste en comparaison des élites provenant de plusieurs colonies romaines d’Orient et, en particulier, d’Antioche de Pisidie. On ne compte, en effet, aucun chevalier d’origine philippienne qui ait accédé à une procuratèle. Les chevaliers philippiens durent se cantonner, au mieux, aux milices équestres, si ce n’est à la préfecture des ouvriers, qui ne consiste pas, en soi, en un anoblissement, mais ne fait que mener au seuil de l’ordre équestre. Là où plusieurs colonies d’Orient ont livré une ou deux familles sénatoriales – sans parler du cas exceptionnel que représente Antioche –, le seul individu à avoir été promu à l’ordre sénatorial à Philippes est un membre de l’aristocratie thrace qui fit le choix de venir s’installer dans la colonie3. Les familles formant l’élite civique philippienne n’avaient, selon toute évidence, ni l’aisance ni les relations de celles d’Antioche. L ’aura de leurs membres était, le plus souvent, limitée à la colonie elle-même. À l’exception de quelques notables qui parvinrent à s’illustrer simultanément à Thessalonique ou dans les colonies romaines de Thrace et de la région des Détroits – correspondant grosso modo à l’horizon des échanges de la colonie4 –, les familles philippiennes essaimèrent en général dans les cités directement voisines, telles que Serrès, Amphipolis, Thasos. L ’obtention du cheval public était pour les notables locaux l’honneur le plus élévé qu’ils pouvaient raisonnablement ambitionner. La colonie ne disposait pas des relais nécessaires auprès de l’aristocratie impériale pour que ses notables puissent prétendre à des promotions plus spectaculaires. De fait, à la différence de Corinthe et d’Antioche de Pisidie, le duumvirat honoraire ne put être offert régulièrement à l’empereur ou à un membre de la famille impériale et la colonie ne comptait pas de sénateurs parmi ses patrons, alors que la pratique était répandue dans les autres colonies d’Orient. Le seul patron que l’on connaisse à Philippes est un notable pourvu du cheval public ayant fait l’ensemble de sa carrière dans la colonie5.

11On constate, en revanche, que la carrière militaire était très prisée des Philippiens, davantage que dans les autres colonies orientales. La situation de Philippes à proximité des provinces danubiennes et le fait que la colonie était constamment en relation avec des soldats – qu’il s’agisse de soldats voyageant par la uia Egnatia ou de vétérans s’étant établis à Philippes après leur service – peuvent expliquer cet intérêt pour l’institution qu’est l’armée. Les familles dont provenaient les soldats philippiens étaient d’un rang social inférieur à celles ayant donné des magistrats municipaux. L ’engagement militaire représentait donc, non seulement pour les descendants de pérégrins ou d’affranchis, mais aussi pour les individus issus de familles italiennes n’appartenant pas à l’élite civique, une possibilité d’ascension sociale, même si l’accès à l’ordre équestre par ce biais restait une chose exceptionnelle.

  • 6 C. Brélaz, « Entre Philippe II, Auguste et Paul : la commémoration des origines dans la colonie rom (...)

12Indépendamment de toutes les spécificités locales que nous avons relevées dans le fonctionnement des institutions, la composition de l’élite locale et la structuration de la vie civique et en dépit de toutes les particularités sociales, culturelles, linguistiques sur lesquelles il convient d’insister, il n’est pas impossible, en définitive, que Philippes soit représentative de ce à quoi pouvait ressembler une colonie de taille moyenne dans les provinces orientales (comme Dyrrachium, Dion, Patras et éventuellement Alexandrie de Troade et Berytus, qui ont cependant livré des familles sénatoriales). La prospérité de la colonie, qui est en général alléguée en raison du caractère grandiose du programme de réaménagement du centre monumental de Philippes à l’époque antonine et des vestiges archéologiques imposants qui ont pu en être mis au jour, ne devrait, d’ailleurs, pas être surévaluée. Car, comme le montre la nomination répétée de fonctionnaires impériaux (curatores rei publicae) chargés d’exercer une tutelle sur les comptes et la gestion interne de la colonie au cours du iie s., la colonie traversait au même moment des difficultés financières importantes, provoquées peut-être même justement par l’envergure des travaux projetés. On observe, du moins, une différence d’échelle très marquée avec une colonie comme Antioche de Pisidie, dont la mesure était tout autre et dont l’influence dépassait le seul cadre strictement régional et s’étendait à l’ensemble de l’Anatolie centro-méridionale. Le cas de Philippes est, de ce point de vue, instructif, car nous disposons d’une documentation tant épigraphique qu’archéologique très étoffée, alors que la puissance et la grandeur de la colonie étaient, dans les faits, relativement réduites et étaient circonscrites à la Macédoine orientale. La colonie, pour ce qui est de son impact régional, devrait donc être comparée aux principales cités des environs qu’étaient Amphipolis, Serrès ou Thasos et, dans une moindre mesure, Abdère et Maronée. L ’enracinement de la colonie dans son contexte thraco-macédonien immédiat devint même prédominant lorsque commença à se faire jour à Philippes – selon une évolution commune à l’ensemble des colonies romaines d’Orient – une forme de patriotisme local qui se manifesta par la célébration des origines macédoniennes, et même athéniennes, de l’ancienne cité grecque à laquelle avait été substituée la colonie romaine et, au milieu du iiie s., par la frappe de monnaies figurant la principale divinité régionale, le Héros Aulonitès6.

  • 7 CIPh II.1, p. 66-67.
  • 8 CIPh II.1, p. 364-365.
  • 9 Pilhofer II 268.
  • 10 Pilhofer II 104.
  • 11 Pilhofer II 111.
  • 12 Pilhofer II 125a.
  • 13 Rizakis, Patras, no 37.
  • 14 C. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire (1979-1981), 2 vol. ; Jacques, Privilège, (...)
  • 15 A. Laniado, Recherches sur les notables municipaux dans l’Empire protobyzantin (2002).
  • 16 28-29, 31. Pour la dédicace par la colonie de milliaires à des empereurs au cours du ive s., et peu (...)
  • 17 Voir supra p. 44-45.
  • 18 C. Lepelley, « La fin du privilège de liberté : l’amoindrissement de l’autonomie des cités à l’aube (...)
  • 19 Guerber, Cités, p. 406-407.
  • 20 27, 30-31.

13Il est un domaine, parmi les sujets envisagés dans le cadre de cette étude, que le matériel épigraphique philippien – aussi abondant soit-il – ne permet pas d’appréhender dans les détails : c’est le devenir de l’administration municipale depuis la fin du iiie s. Les documents épigraphiques deviennent alors trop peu nombreux pour saisir les lignes d’évolution de la société et des institutions dans la colonie7. Plus aucune inscription, honorifique ou funéraire, ne fait connaître pour le ive s. la carrière d’un magistrat municipal ou les charges revêtues localement par les notables philippiens. Il est, en revanche, fait mention dans des épitaphes des ive et ve s. de plusieurs membres des institutions impériales qu’étaient l’armée et l’administration, la plupart de confession chrétienne, qui étaient d’origine philippienne ou qui étaient venus s’établir dans la colonie à l’issue de leur carrière8 : on relève ainsi un sous-officier légionnaire entre la fin du iiie s. et le début du ive s. (105) ; un soldat du nom de Licinianus qui fut membre du corps des protectores de la garde impériale dans le courant du ive s. (86) ; puis, au ive ou au ve s., un centurion nommé Ἀγρύκιος9 ; Ἀνδρέας, un jeune τριβοῦνος νοταρίων10 ; Mauricius, un uir clarissimus ex comite11 ; ainsi que la fille d’un aristocrate membre de la noblesse d’Empire, un certain Ἀνδρόνεικος originaire du Pont, qualifié de λαµπρότατος12. Il n’y a pas lieu cependant de postuler la disparition des institutions de la colonie à cette époque. Une inscription prouve ainsi, pour Patras, la persistance de l’institution de la curie et de la magistrature de duumvir quinquennal à la fin du ive s.13. La survivance des institutions municipales jusqu’à cette époque, voire au-delà, comprenant notamment l’élection de magistrats et la réunion de l’assemblée du peuple, est, d’ailleurs, suffisamment rendue évidente par la documentation disponible dans d’autres régions de l’Empire, en particulier en Italie et en Afrique14. Tout au plus peut-on envisager que le cercle des élites locales se referma encore davantage à Philippes à cette époque, comme cela se produisit en général dans la partie orientale de l’Empire avec l’apparition du groupe des curiales dans les communautés locales15. On relève à Philippes, depuis le règne de Constantin jusqu’à la fin du ive s., plusieurs dédicaces qui furent érigées officiellement aux empereurs et qui attestent la permanence de l’entité politique qu’était la colonie16. Celle-ci arborait, du reste, fièrement sa titulature complète dans ces inscriptions17. Même si l’empiètement progressif des autorités impériales sur les prérogatives des communautés locales entraîna, depuis le milieu du iiie s., la réduction de leurs privilèges et, dans les faits, rendit caduque la distinction entre les différents statuts dont jouissaient les cités provinciales18, on constate que les colonies, y compris les colonies honoraires, veillèrent à conserver leur titre qui témoignait du prestige d’avoir appartenu à une forme privilégiée d’entité politique au sein de l’Empire romain19. On remarque également que, depuis la fin du iiie s., les gouverneurs de Macédoine et de hauts dignitaires impériaux choisirent à plusieurs reprises la colonie pour y ériger des dédicaces en l’honneur des empereurs20. Ces interventions de fonctionnaires impériaux dans les communautés locales pour y afficher des manifestations de loyauté envers les autorités impériales constituent un phénomène répandu dans l’ensemble de l’Empire à cette époque.

  • 21 Voir supra p. 236-237.
  • 22 Lemerle, Philippes, p. 7-106 ; Pilhofer, Philippi I, p. 229-258.
  • 23 S. Destephen, « L ’émergence de l’Église dans les inscriptions d’Orient », dans O. Brandt, V. Fiocc (...)
  • 24 CIPh II.1, p. 38-40 ; J.-P. Sodini, « L ’architecture religieuse de Philippes, entre Rome, Thessalo (...)
  • 25 J. H. W. G. Liebeschuetz, Decline and Fall of the Roman City (2001), p. 137-168.
  • 26 Pilhofer II 77, 100-103, 106, 115, 292, 329, 353, 360, 583, 613, 630-632.
  • 27 Pilhofer II 125a.
  • 28 CIPh II.1, p. 70-74.
  • 29 Pilhofer II 528 : borne d’Argyroupoli délimitant les propriétés d’un particulier et de l’église de (...)
  • 30 Pilhofer II 329 ; cf. C. Brélaz, « The Authority of Paul’s Memory and Early Christian Identity at P (...)
  • 31 C. Bakirtzis, « Paul and Philippi: The Archaeological Evidence », dans C. Bakirtzis, H. Koester (éd (...)
  • 32 Sève, Weber, Guide, p. 22-24.
  • 33 Cette inscription inédite, composée de plusieurs fragments, est en cours d’étude par D. Feissel (Fi (...)
  • 34 L. Lavan, « The Political Topography of the Late Antique City: Activity Spaces in Practice », dans (...)
  • 35 D. Feissel, « Épigraphie administrative et topographie urbaine : l’emplacement des actes inscrits d (...)

14Ce dont il faut aussi tenir compte lorsqu’on évoque le sort des institutions municipales à Philippes à l’époque tardo-antique, c’est la montée en puissance concomitante du pouvoir épiscopal. Alors qu’elle avait la forme d’une association privée de taille modeste lors de sa création par l’apôtre Paul au milieu du ier s. – au même titre que nombre de confréries religieuses païennes et de corporations professionnelles à Philippes à la même époque21 –, la communauté chrétienne locale était devenue dans l’intervalle, en raison du statut qu’avait acquis la nouvelle religion dans l’État romain au début du ive s., une organisation publique22. Comme cela s’observe ailleurs dans la partie orientale de l’Empire, l’église commença dès l’époque constantinienne à acquérir de la visibilité dans l’espace public23. De même que les bâtiments de réunion des fidèles se développèrent depuis ce moment au point de se substituer à des espaces et des édifices publics dans le centre monumental de la ville (comme en témoignent les grandes basiliques paléochrétiennes qui furent construites aux ve et vie s. sur la terrasse haute du forum à l’emplacement du Capitolium de la colonie pour la Basilique A et à l’endroit du marché et de la palestre pour la Basilique B)24, les institutions ecclésiastiques virent leurs compétences s’accroître aux dépens des institutions municipales civiles de la colonie, selon une tendance perceptible dans tout l’Empire à cette époque25. De fait, les seules institutions publiques locales apparaissant dans l’épigraphie philippienne entre le ive et le vie s. – excepté les dédicaces collectives, ainsi que les milliaires, érigés au cours du ive s. par la colonie à divers empereurs dont il a été question plus haut – étaient désormais, et d’ailleurs en assez grand nombre, les organes relevant de l’église, de sa hiérarchie et de son administration interne26. Les transformations qui affectèrent, dans le courant du ive s., la répartition des pouvoirs à Philippes et le transfert partiel de compétences qui dut se produire au profit des autorités ecclésiastiques sont illustrés par la substitution de l’ἁγιωτάτη ἐκκλησία à la commune des Philippiens comme bénéficiaire d’une amende funéraire27. Le fait que l’église soit mentionnée aux côtés du trésor impérial dans cette fonction au lieu de la colonie, comme cela était l’usage jusqu’alors28, montre que les institutions ecclésiastiques étaient alors considérées comme l’entité politique de référence sur le plan local pour la gestion des intérêts de la collectivité, d’autant que celle-ci était maintenant propriétaire de domaines sur le territoire colonial29. L ’influence de l’église philippienne était d’autant plus importante qu’elle s’appuyait sur la revendication de son origine apostolique et sur la commémoration de la figure de Paul, comme on le voit par le fait que le premier lieu de réunion d’envergure dont s’était doté la communauté chrétienne au cours de la première moitié du ive s. – directement voisin du forum — fut consacré à Paul par l’évêque Porphyrios et que se développa un culte martyrial en son honneur à la suite du remploi d’un hérôon hellénistique dont la fonction mémorielle fut ainsi récupérée30. La position centrale qu’occupait l’église dans la ville protobyzantine apparaît nettement dans l’épitaphe retraçant la carrière d’un dignitaire ecclésiastique de la première moitié du vie s. où il est dit que le défunt, originaire de la « ville du roi Constantin », c’est-à-dire Constantinople, avait été envoyé « dans la ville de Philippe, le roi des Macédoniens, sur laquelle veillait une église universellement célébrée, se prévalant de ses liens apostoliques en Christ », sans qu’il soit fait aucunement référence au statut de colonie de Philippes et à sa fondation par les autorités romaines. C’est désormais l’évêque qui y était célébré comme « le pasteur de sa patrie et l’empressé défenseur et protecteur de la cité »31. Malgré cet investissement de l’espace public de Philippes par l’institution qu’était l’église, une forme d’administration municipale dut se maintenir à l’époque protobyzantine. On constate ainsi que les différents bâtiments publics se trouvant sur le forum, qui servait probablement aussi de place de marché depuis la construction de la Basilique B sur l’ancien macellum, firent l’objet de réfections jusqu’à la fin du ve ou au début du vie s., sans doute à la suite d’un séisme. Quoiqu’elle ait été directement entourée désormais de plusieurs basiliques, dont le complexe épiscopal de l’Octogone à l’Est, la place publique continua, moyennant des adaptations, à être affectée à des activités civiles jusqu’à cette époque32. Il n’est cependant pas certain que c’est dans cet espace que fut gravée la copie d’un document officiel d’époque justinienne – émanant des autorités centrales et destiné à la colonie – dont on a trouvé des fragments entre la terrasse haute et la place basse du forum33. En raison de l’importance des églises comme lieux de réunion publics à cette époque34, l’une des basiliques protobyzantines, de préférence la Basilique A au vu de l’endroit où furent découverts les fragments en question, pourrait tout aussi bien avoir servi d’espace d’affichage – comme cela est attesté ailleurs et notamment à Éphèse –, même si les documents concernaient en l’occurrence des affaires civiles35.

  • 36 Jacques, Privilège, p. 507-570 ; G. Alföldy, « Drei städtische Eliten im römischen Hispanien », Ger (...)

15Nous souhaiterions, pour terminer, insister sur les enseignements méthodologiques qu’il est possible de tirer de cette étude. Nous espérons avoir montré tout l’intérêt d’un examen quantitatif des cursus honorum épigraphiques. La mise en série des carrières des magistrats municipaux a permis de distinguer des filières dans les parcours des notables locaux. Au-delà d’une stricte taxinomie qui se contenterait d’énumérer les institutions que l’on s’attend à trouver dans toute colonie romaine, une telle approche, doublée d’une étude onomastique, autorise à reconstituer en partie les paramètres démographiques, les dynamiques sociales, le cadre moral même, qui conditionnent le fonctionnement des institutions et le cours de la vie civique. L ’histoire institutionnelle, mais aussi sociale, aurait beaucoup à gagner de la reproduction du modèle développé par F. Jacques pour son analyse des cadres formels de la vie civique municipale, ainsi que de l’application systématique de la méthode statistique qu’ont employée G. Alföldy pour étudier les carrières des élites hispaniques et J. Gascou pour celles des notables municipaux de Narbonnaise, là du moins où le corpus permet, quantitativement parlant, de mener l’enquête36.

  • 37 M. Cébeillac-Gervasoni, « Les élites locales de l’Occident romain : le bilan synthétique d’un progr (...)

16Comme l’ont montré les résultats du programme de recherche dirigé par M. Cébeillac-Gervasoni sur ce qu’elle a appelé le « quotidien institutionnel » des communautés locales de l’Occident romain37, les inscriptions forment, en dépit de leur caractère lacunaire et de la transmission aléatoire et indirecte des informations qu’elles contiennent, une source de première importance pour notre connaissance du fonctionnement concret de l’administration municipale. Aussi l’étude des épitaphes et des inscriptions honorifiques ou votives qui mentionnent un magistrat ou font allusion à une institution publique ne devrait-elle pas être menée par défaut, uniquement en l’absence de documents apparemment plus explicites, comme le sont les lois municipales ou les décrets des décurions. Car tous ces documents apportent des éclairages de nature différente sur la vie civique. Si les lois municipales et les décrets décurionaux fournissent des informations extrêmement précieuses en livrant le texte de la constitution locale ou en donnant à voir le mécanisme présidant aux prises de décision au sein de l’ordo, ils sont, en revanche, incapables de nous renseigner sur les relations sociales structurant l’élite civique et sur la manière dont les magistratures étaient appréhendées dans la carrière municipale. Il convient donc de considérer toute cette documentation comme complémentaire et de mettre en perspective les données que l’on peut tirer du matériel épigraphique provenant d’une communauté locale avec ce que l’on sait des lois municipales, de la législation impériale et provinciale et des usages en vigueur dans les autres municipes et colonies de l’Empire.

17Cette analyse différenciée du fonctionnement des institutions municipales se justifie d’autant plus qu’il n’existe aucune uniformité en la matière. Bien que les municipes dotés d’institutions romaines et, a fortiori, les colonies répondent tous – où qu’ils se trouvent dans l’Empire – à un schéma constitutionnel analogue imposé par un archétype promulgué par les autorités impériales, il faut tenir compte des nombreux particularismes locaux dans la manière dont ces institutions, pourtant similaires, sont mises en application. À côté des constantes que représentent leur statut et leur cadre légal et constitutionnel (dont l’éventail de base des magistratures communes à toutes ces communautés), les colonies se différencient fortement les unes des autres en fonction du contexte socio-démographique et culturel. Or, ces conditions sont, par définition, variables et elles sont propres à chaque colonie. Les institutions des colonies romaines prennent donc un aspect différent suivant les circonstances. Elles sont, de plus, sujettes à des transformations et peuvent subir des adaptations et recevoir des adjonctions, comme par exemple lors de l’introduction d’une nouvelle charge publique. La malléabilité des institutions implique qu’on les étudie dans leur diachronie.

  • 38 Gel., XVI 13, 9 : ... propter amplitudinem maiestatemque populi Romani, cuius istae coloniae quasi (...)

18Au terme de cette étude, ce sont principalement les spécificités locales qui se dégagent du tableau que nous avons dressé des institutions et de la société des notables dans la colonie de Philippes. Si la documentation épigraphique nous permettait d’employer une méthode similaire pour étudier les autres colonies d’Orient, on obtiendrait, à n’en pas douter, à la fois une image plus fine et plus contrastée de ces communautés locales implantées par les autorités romaines dans les provinces hellénophones. Bien loin d’être des images statiques de Rome, comme le prétend Aulu-Gelle en les comparant aux municipes, les colonies en sont des ramifications vivantes et autonomes : leurs institutions revêtent une coloration particulière de cas en cas et elles sont susceptibles d’évoluer38.

Note

1 S. Destephen, « Un exemple de société coloniale au Haut-Empire ? Dyrrachium à la lumière de l’épigraphie grecque et latine », dans R. Baudry, S. Destephen (éds), La société romaine et ses élites. Hommages à Élizabeth Deniaux (2013), p. 287-298.

2 Dunant, Pouilloux, Thasos, p. 82-87, no 186 (Pilhofer II 711) ; cf. J. Fournier, « Entre Macédoine et Thrace : Thasos à l’époque de l’hégémonie romaine », dans Parissaki, Thrakika Zetemata, p. 54-62.

3 37-38.

4 C. Brélaz, « Philippi: A Roman Colony Within Its Regional Context », dans Fournier, Parissaki, Hégémonie.

5 60.

6 C. Brélaz, « Entre Philippe II, Auguste et Paul : la commémoration des origines dans la colonie romaine de Philippes », dans S. Benoist, A. Daguet-Gagey, C. Hoët-Van Cauwenberghe (éds), Une mémoire en actes : espaces, figures et discours dans le monde romain (2016), p. 119-138 ; C. Brélaz, J. Demaille, « Traces du passé macédonien et influences de l’hellénisme dans les colonies de Dion et de Philippes », dans Brélaz, Héritage, p. 119-156.

7 CIPh II.1, p. 66-67.

8 CIPh II.1, p. 364-365.

9 Pilhofer II 268.

10 Pilhofer II 104.

11 Pilhofer II 111.

12 Pilhofer II 125a.

13 Rizakis, Patras, no 37.

14 C. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire (1979-1981), 2 vol. ; Jacques, Privilège, p. 663-765.

15 A. Laniado, Recherches sur les notables municipaux dans l’Empire protobyzantin (2002).

16 28-29, 31. Pour la dédicace par la colonie de milliaires à des empereurs au cours du ive s., et peut-être même au début du ve s., voir supra p. 91-92. Pour une dédicace, certainement officielle, à un empereur indéterminé du iiie ou ive s. provenant du forum, voir 35.

17 Voir supra p. 44-45.

18 C. Lepelley, « La fin du privilège de liberté : l’amoindrissement de l’autonomie des cités à l’aube du Bas-Empire », dans A. Chastagnol, S. Demougin, C. Lepelley (éds), Splendidissima civitas. Études d’histoire romaine en hommage à François Jacques (1996), p. 207-220 ; id., « Le nivellement juridique du monde romain à partir du iiie siècle et la marginalisation des droits locaux », MEFRM 113 (2001), p. 839-856.

19 Guerber, Cités, p. 406-407.

20 27, 30-31.

21 Voir supra p. 236-237.

22 Lemerle, Philippes, p. 7-106 ; Pilhofer, Philippi I, p. 229-258.

23 S. Destephen, « L ’émergence de l’Église dans les inscriptions d’Orient », dans O. Brandt, V. Fiocchi Nicolai, G. Castiglia (éds), Acta XVI Congressus internationalis archaeologiae Christianae II (2016), p. 1245-1259.

24 CIPh II.1, p. 38-40 ; J.-P. Sodini, « L ’architecture religieuse de Philippes, entre Rome, Thessalonique et Constantinople », CRAI 2014, p. 1509-1542 ; S. Provost, « The Byzantine Topography of Philippi (6th c.-14th c.): The Decline and Revival of a Byzantine City », dans A. Dunn (éd.), Byzantine Greece: Microcosm of Empire ? 46th Spring Symposium of Byzantine Studies, University of Birmingham, March 23-25, 2013 (sous presse).

25 J. H. W. G. Liebeschuetz, Decline and Fall of the Roman City (2001), p. 137-168.

26 Pilhofer II 77, 100-103, 106, 115, 292, 329, 353, 360, 583, 613, 630-632.

27 Pilhofer II 125a.

28 CIPh II.1, p. 70-74.

29 Pilhofer II 528 : borne d’Argyroupoli délimitant les propriétés d’un particulier et de l’église de Philippes. De même, l’épitaphe latine Pilhofer II 402, découverte en remploi à Kalamônas, fut réutilisée comme borne de délimitation de propriétés appartenant à l’église philippienne, comme l’indique l’inscription grecque qui fut gravée sur le petit côté du monument funéraire (Pilhofer II 403, lecture révisée). Voir également les marques rupestres, certaines sous forme de croix, relevées dans la Piérie du Pangée par G. A. Pikoulas, Η χώρα των Πιερών. Συµβολ στν τοπογραφία της (2001), p. 145, nos 56-57.

30 Pilhofer II 329 ; cf. C. Brélaz, « The Authority of Paul’s Memory and Early Christian Identity at Philippi », dans C. Breytenbach, J. M. Ogereau (éds), Authority and Identity in Emerging Christianities in Asia Minor and Greece (2018), p. 240-266.

31 C. Bakirtzis, « Paul and Philippi: The Archaeological Evidence », dans C. Bakirtzis, H. Koester (éds), Philippi at the Time of Paul and after His Death (1998), p. 47 (l’inscription est à ce jour encore inédite).

32 Sève, Weber, Guide, p. 22-24.

33 Cette inscription inédite, composée de plusieurs fragments, est en cours d’étude par D. Feissel (Fichier IAHA, nos 860, 1822 ; Pilhofer II 220a).

34 L. Lavan, « The Political Topography of the Late Antique City: Activity Spaces in Practice », dans L. Lavan, W. Bowden (éds), Theory and Practice in Late Antique Archaeology (2003), p. 314-337 ; H. G. Saradi, The Byzantine City in the Sixth Century. Literary Images and Historical Reality (2006), p. 235-252, 422-426.

35 D. Feissel, « Épigraphie administrative et topographie urbaine : l’emplacement des actes inscrits dans l’Éphèse protobyzantine (ive-vie s.) », dans R. Pillinger et al. (éds), Efeso paleocristiana e bizantina –Frühchristliches und byzantinisches Ephesos (1999), p. 121-132.

36 Jacques, Privilège, p. 507-570 ; G. Alföldy, « Drei städtische Eliten im römischen Hispanien », Gerión 2 (1984), p. 193-238 ; J. Gascou, « Magistratures et sacerdoces municipaux dans les cités de Gaule Narbonnaise », dans M. Christol, O. Masson (éds), Actes du Xe Congrès international d’épigraphie grecque et latine, Nîmes, 4-9 octobre 1992 (1997), p. 75-140.

37 M. Cébeillac-Gervasoni, « Les élites locales de l’Occident romain : le bilan synthétique d’un programme de longue haleine », dans A. D. Rizakis, F. Camia (éds), Pathways to Power. Civic Elites in the Eastern Part of the Roman Empire (2008), p. 9-14.

38 Gel., XVI 13, 9 : ... propter amplitudinem maiestatemque populi Romani, cuius istae coloniae quasi effigies paruae simulacraque esse quaedam uidentur. Aulu-Gelle utilise, lui-même, la métaphore de la ramification, mais c’est pour signifier que les colonies sont moins libres que les municipia et pour mettre en évidence un lien de dépendance entre elles et Rome (Gel., XVI 13, 8) : Sed coloniarum alia necessitudo est ; non enim ueniunt extrinsecus in ciuitatem nec suis radicibus nituntur, sed ex ciuitate quasi propagatae sunt et iura institutaque omnia populi Romani, non sui arbitrii, habent.

© École française d’Athènes, 2018

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search