Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philippes, colonie romaine d’Orient

 | 
Cédric Brélaz

Partie III

La société des notables à Philippes

Texte intégral

  • 1 Voir supra p. 202-209.

1La dernière partie de cette étude porte sur la composition et le faciès du groupe formé par les notables philippiens. Par notables, nous entendons les individus ayant accédé à l’ordo decurionum et aux magistratures municipales et représentant, pour cette raison, la frange de la population jouissant de la plus grande considération dans la vie publique de la colonie. Nous envisagerons donc également, parmi les notables s’étant illustrés dans la colonie, les membres des ordres équestre et sénatorial attestés à Philippes, même si ces derniers n’en étaient pas tous originaires et même s’ils n’y avaient pas exercé de charges publiques locales. Pour les besoins de l’étude, nous inclurons encore deux autres catégories d’individus qui ne faisaient pas nécessairement partie de l’ordo decurionum ou à qui l’accès au Conseil était même interdit, mais qui, de par leur rang social, peuvent néanmoins être considérés comme des notables : il s’agit, d’une part, des soldats – qu’ils aient été d’origine philippienne ou non –, parce que ceux-ci se distinguaient du reste de la population du fait de leur appartenance à l’institution impériale qu’est l’armée romaine et des privilèges qu’ils obtenaient à leur licenciement ; d’autre part, des sévirs augustaux, car, bien que la plupart d’entre eux aient été des affranchis, ils faisaient partie d’un corps constitué reconnu officiellement par la colonie1.

  • 2 P. Veyne, Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique (1976), p. 201-209  (...)
  • 3 D. Campanile, « Il fine ultimo della creazione: élites nel mondo ellenistico e romano », MediterrAn (...)
  • 4 Voir les contributions réunies dans M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine (éds), Les élites et leurs f (...)

2Dans la recherche moderne, les notables des cités grecques au cours de l’époque hellénistique ainsi que des communautés locales de l’Empire romain – en Orient tout autant qu’en Occident – ont été parés de divers noms. On évitera assurément de parler de « caste » ou de « classe » à leur propos, tant ces termes sont connotés dans l’historiographie2. Depuis quelques années, le terme d’élite(s) est fréquemment utilisé pour qualifier le groupe socio-politique que constituaient les membres des Conseils locaux et qui accaparait la vie civique dans le monde gréco-romain3. La notion est cependant ambiguë, car elle peut tout aussi bien servir à désigner, plutôt que les individus promis à une carrière publique dans leur patrie, la couche de la population disposant certes de ressources financières importantes, mais dépourvue de l’honorabilité caractérisant les notables, telle que les commerçants, les affranchis ou les riches étrangers résidents4. Or,

  • 5 F. Quass, Die Honoratiorenschicht in den Städten des griechischen Ostens. Untersuchungen zur politi (...)
  • 6 J.-J. Aubert, « A Double Standard in Roman Criminal Law? The Death Penalty and Social Structure in (...)
  • 7 H.-L. Fernoux, « L ’exemplarité sociale chez les notables des cités d’Asie Mineure à l’époque impér (...)
  • 8 P. Hamon, « Élites dirigeantes et processus d’aristocratisation à l’époque hellénistique », dans H.(...)

3les critères distinctifs des notables étaient, en l’occurrence, également sociaux et moraux. L ’honorabilité supposait d’autres conditions en plus de l’aisance financière, en particulier une naissance illustre, une éducation lettrée et des valeurs considérées comme typiques des aristocrates, à savoir la dignité, le courage, le dévouement envers la patrie, la piété, entre autres5. C’est pourquoi nous préférerons, en général, parler dans cette étude d’élite civique, en précisant de la sorte qu’il est question des personnes participant directement au fonctionnement des institutions publiques de par leur intégration au Conseil. Ce groupe socio-politique correspondait, dans les communautés locales romaines, à ceux que l’on désigne ordinairement par l’expression domi nobiles et que les sources juridiques romaines d’époque impériale avancée – insistant sur la dimension éthique de leur statut – nomment honestiores par opposition aux humiliores6. Le terme d’aristocratie pourrait certainement s’appliquer à eux, dans la mesure où les notables se qualifiaient eux-mêmes d’aristoi – du moins en grec – et adoptaient, dans leur discours se reflétant à travers les sources littéraires et épigraphiques, un lexique mettant en évidence la valeur morale qui, selon eux, était leur apanage et les différenciait du reste de la population7. Dans tous les cas, il ne s’agit pas de comprendre la notion d’aristocratie au sens où on l’entend pour la noblesse d’Ancien Régime, car ces individus – même s’ils ont pu développer des stratégies dynastiques – n’étaient les détenteurs d’aucun pouvoir héréditaire dans les cités grecques ou dans les colonies et les municipes romains8.

4Dans cette partie, nous nous intéresserons successivement (1) aux origines géographiques et sociales des individus constituant l’élite civique de la colonie ; (2) à la place des soldats dans la société philippienne et aux rapports de la colonie avec l’armée ; (3) au statut dont jouissaient à Philippes les membres des ordres équestre et sénatorial ; (4) enfin, aux relations que la colonie entretenait avec la famille impériale, notamment par l’intermédiaire des notables locaux.

L ’origine des notables philippiens et la composition sociale de l’élite civique

5L ’élite civique philippienne n’était nullement homogène. Ses membres se distinguaient tant par leur origine géographique que sociale. Les plus nombreux étaient les notables dont la famille était venue d’Italie s’installer dans la colonie lors des deux déductions originelles successives. C’est par eux que nous commencerons notre enquête, avant de nous intéresser aux notables présentant une ascendance pérégrine ou affranchie. En examinant la manière dont était structurée la couche la plus éminente et la plus visible de la société de la colonie, il nous sera notamment possible de percevoir plus finement les mécanismes de la vie civique locale, en particulier en ce qui concerne le déroulement des carrières des magistrats, et de relever quelles furent les spécificités philippiennes dans la mise en œuvre des institutions municipales. Le cas des soldats, des chevaliers et des sénateurs – même si certains d’entre eux purent s’acquitter de charges publiques à Philippes – sera traité plus bas dans cette partie, dans des sections qui leur seront spécialement consacrées.

L ’origine géographique des notables philippiens de souche italienne

  • 9 Voir supra p. 19-27.
  • 10 A. Valvo, « Origine e provenienza delle gentes italiche nella provincia di Galazia in età giulio-cl (...)
  • 11 Rizakis, Patras, nos 151-157, 368*-369*.
  • 12 Voir, de même, Rizakis, Recrutement, p. 119, n. 42, pour les autres colonies de Macédoine.
  • 13 Mottas, Population, p. 18, suppose qu’il s’agit d’une des familles qu’Antoine aurait dépossédées à (...)
  • 14 Voir, de même, pour les gentilices connus seulement en Macédoine, O. Salomies, « Contacts between I (...)
  • 15 CIPh II.1, App. 4, no 9.
  • 16 CIPh II.1, App. 4, no 31.
  • 17 CIPh II.1, App. 4, no 23.
  • 18 O. Salomies, « Roman Names in Pisidian Antioch. Some Observations », Arctos 40 (2006), p. 101-107.
  • 19 O. Salomies, « Les gentilices romains en Asie Mineure », dans H. Bru, G. Labarre, G. Tirologos (éds (...)

6La région dont provenaient les colons établis à Philippes par Antoine, puis par Octave-Auguste, ne peut être déterminée avec certitude que dans quelques cas isolés, lorsque leur origo est explicitement mentionnée dans une épitaphe. On apprend ainsi que C. Rubrius (99) et Sex. Volcasius (101), tous deux des vétérans de la bataille, étaient respectivement originaires de Modène et de Pise. Leurs épitaphes sont les seules inscriptions mentionnant des colons que l’on puisse directement rapporter à la double fondation de la colonie9. La documentation est ainsi beaucoup plus restreinte qu’à Antioche de Pisidie10 et même qu’à Patras, où près d’une dizaine d’inscriptions peuvent être attribuées aux vétérans qui participèrent à la déduction11. Nous sommes donc contraints, pour pouvoir reconstituer – ne serait-ce que partiellement – l’origine géographique des premiers colons philippiens, de mener une étude onomastique à partir de gentilices attestés dans des inscriptions qui, pour les plus précoces, sont postérieures de plusieurs décennies à la création de la colonie. C’est le plus souvent la rareté d’un gentilice, caractéristique d’une région particulière d’Italie, qui permet d’identifier avec vraisemblance l’origine d’une famille de colons – pour autant qu’il s’agisse effectivement des descendants d’une famille ayant participé aux déductions initiales et non d’individus s’étant établis ultérieurement à Philippes, ce que l’on n’est, en général, pas en mesure de déterminer, à plus forte raison lorsque la première attestation dans la colonie du nom en question ne date que du iie s., par exemple12. Ainsi, c’est d’Aquilée que venaient certainement les Atiarii (53) et les Vetidii (149), du Nord-Est de la péninsule ou de Dalmatie les Marronii (114) et les Galgestii (198) ; de Modène venaient probablement les Burreni (49)13. Sur la foi des mêmes critères, une origine d’Ombrie peut être proposée pour les Aconii (198), les Curretii (207) et les Uttiedii (222), d’Étrurie pour les Alfeni (222), les Insumennii (125) et les Scandilii (208), du Latium pour les Varinii (138). On notera, pour ce qui est de la rareté, que – parmi les nomina recensés dans le tome CIPh II.1 – les gentilices Atiarius, Curretius, Fideius (221) et Insumennius (125) ne sont, sous cette forme, attestés qu’à Philippes pour l’ensemble de l’Empire14. D’autres gentilices, sans être uniques, demeurent spécialement peu répandus, comme par exemple Acculeius (3), Bietius (92), Carullius15, Percennius16, Scandilius (208), Tatinius (85), Vilanius17. On remarquera, à titre de comparaison, que le nombre de gentilices qui sont attestés exclusivement à Antioche de Pisidie est remarquablement élevé (on en compte une dizaine) : cela tient à la diversité des lieux de provenance, à l’intérieur même de l’Italie, des citoyens romains qui s’y étaient établis18. De même que dans les colonies de Parion et d’Alexandrie de Troade, un grand nombre de gentilices connus à Philippes (une quarantaine au minimum) ne sont pas attestés ailleurs dans les provinces hellénophones, ce qui tend à prouver qu’ils furent importés directement d’Italie dans ces colonies par les individus qui y furent déduits19.

  • 20 CIPh II.1, App. 4, no 15.
  • 21 J. Hatzfeld, Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique, BEFAR 115 (1919), p. 88. On le renc (...)
  • 22 Les gentilices Aurunceius et Aurunculeius sont attestés à Éphèse : F. Kirbihler, « Stratégies famil (...)
  • 23 CIPh II.1, App. 4, no 14.
  • 24 Mottas, Population, p. 17-18. Une étude onomastique de ce type n’est pas envisagée par P. Collart d (...)
  • 25 Voir, de même, l’avertissement formulé par O. Salomies (n. 18), p. 95-96.
  • 26 N. Purcell, « Romans in the Roman World », dans K. Galinsky (éd.), The Cambridge Companion to the A (...)
  • 27 M. Christol, T. Drew-Bear, « Vétérans et soldats légionnaires à Antioche en Pisidie », dans G. Paci(...)
  • 28 O. Salomies (n. 18), p. 93-96.
  • 29 H. Bru (n. 10), p. 263-287.

7L ’origine des familles philippiennes portant des gentilices plus largement diffusés est, en revanche, malaisée à déterminer : on peut envisager le Samnium pour les Decimii (119) et la Campanie pour les Vesonii (98). La fréquence du gentilice Novellius dans la région de Milan suggère que les membres philippiens de cette gens avaient la même provenance20. Dans la majorité des cas, cependant, les gentilices s’avèrent trop courants dans la péninsule, voire dans les provinces, pour que l’on puisse définir l’endroit d’où étaient originaires les gentes attestées dans la colonie. C’est le cas, par exemple, du gentilice Magius : particulièrement répandu en Cisalpine, il est également bien représenté à Capoue et il est attesté en Orient depuis le ier s. av. J.-C.21, si bien que la provenance des Magii philippiens demeure indéterminée (98). Cela est d’autant plus vrai des gentilices communs partout dans l’Empire tels que Cassius, Cornelius, Licinius, Valerius. C’est parfois un cognomen qui, par sa coloration épichorique, permet de reconnaître l’origine d’une famille : il en va ainsi des Maecii, au vu des cognomina – typiquement campaniens – que porte Maecia Auruncina Calaviana (126)22. De même, le cognomen de P. Lucretius Apulus, qui est très peu courant, suggère vraisemblablement une origine apulienne de la famille23. L ’identification d’une région précise d’Italie a pu, de même, être proposée par F. Mottas pour plusieurs autres gentes philippiennes24. Il convient, en la matière, de faire preuve d’une grande prudence, surtout lorsque les attestations épigraphiques en Italie même sont peu nombreuses. Pour des raisons de méthode, il faut se garder, en particulier, de faire reposer exclusivement l’analyse onomastique sur les observations de W. Schulze dans son ouvrage Zur Geschichte lateinischer Eigennamen, paru en 1904. Car les dépouillements effectués par W. Schulze et les conclusions auxquelles il a abouti étaient conditionnés par le postulat selon lequel la plupart des gentilices romains auraient eu une origine étrusque et leurs attestations devraient, par conséquent, être principalement recherchées en Étrurie25. De plus, à l’époque tardo-républicaine, au moment de la fondation de la colonie de Philippes, beaucoup de gentilices n’étaient plus propres à une région particulière du fait des déplacements de population qui étaient intervenus à l’intérieur de la péninsule, si bien que la dispersion des nomina à travers l’Italie empêche souvent d’identifier la ville ou la zone dont était primitivement issue une famille de colons. Enfin, dans l’étude de l’origine des familles philippiennes, il conviendrait de distinguer avec plus de soin les colons des premières générations, soldats et civils italiens établis successivement à Philippes par Antoine puis Octave-Auguste dans les années 40-30 av. J.-C., des individus s’étant installés dans la colonie ultérieurement et pouvant venir d’autres régions de l’Empire. Ces phénomènes de migrations à l’intérieur même de l’Empire dissuadent de retenir systématiquement une origine italienne – en dépit de leur gentilice – pour les citoyens romains dont les familles étaient établies depuis longtemps dans les provinces26. Des nuances de cet ordre ont été apportées récemment par H. Bru à propos de l’origine des colons d’Antioche de Pisidie. Le strict examen onomastique des nombreux gentilices attestés à Antioche permet d’établir que la majorité des colons provenaient d’Italie septentrionale et centrale27, spécialement d’Ombrie28. Or, sur la base du constat que les citoyens romains d’Antioche étaient inscrits dans la même tribu que ceux du municipe d’Italica (la Sergia), H. Bru considère, pour sa part, que les vétérans de la Ve légion Gallica formant les premiers colons avaient été recrutés majoritairement en Bétique et que c’est cette provenance qui expliquerait que la tribu Sergia ait été, en l’occurrence, adoptée pour la nouvelle colonie. Il en découle que l’origine italienne des colons d’Antioche ne serait qu’indirecte, dans la mesure où il s’agirait le plus souvent d’Italiens installés en Espagne depuis plusieurs générations29.

  • 30 Une telle étude ne sera rendue possible qu’une fois publiées les nombreuses inscriptions philippien (...)
  • 31 A. J. S. Spawforth, « Roman Corinth: The Formation of a Colonial Elite », dans Rizakis, Onomastics, (...)
  • 32 E. R. Gebhard, M. W. Dickie, « The View from the Isthmus, ca. 200 to 44 B.C. », dans C. K. Williams(...)
  • 33 A. D. Rizakis, « L ’émigration romaine en Macédoine et la communauté marchande de Thessalonique : p (...)
  • 34 EThA, nos E8-10. La présence de Romains est aussi attestée précocement à Apollonia de Mygdonie (SEG(...)
  • 35 Pilhofer II 552a. Pour l’emplacement de Gazôros, voir le commentaire à l’inscription 24. Voir de mê (...)
  • 36 CIPh II.1, App. 4, no 12 ; Pilhofer II 60, 91 ; 163, l. 17, 27 ; 509b (AE 2006, 1339) ; AE 2012, 13 (...)
  • 37 Voir notamment les gentilices Annius (112), Baebius (47), Fulvius (CIPh II.1, App. 4, no 10), Iuniu (...)
  • 38 C. Concannon, « “Let us Know Anything Further which you have Heard”. Mapping Philippian Connectivit (...)

8Ce que nous pouvons dire ici de l’origine géographique des notables philippiens – dans le sens où nous avons défini ce terme plus haut –, ainsi que de leurs familles, ne doit pas être étendu nécessairement à l’ensemble des colons et habitants de Philippes. Seule une étude exhaustive des gentilices connus dans la colonie – non limitée aux nomina portés par les notables – permettra, à l’avenir, de déterminer avec plus de précision et sur une base statistique les régions dont provenaient les colons des premières générations30. Pour cette question comme pour tant d’autres, nous sommes bien entendu entièrement tributaires des sources épigraphiques, dont rien ne garantit la parfaite représentativité de l’échantillon parvenu jusqu’à nous. Nous n’avons accès, par le biais des inscriptions, qu’à une fraction des gentilices jamais portés à Philippes. À l’inverse, il est fort probable que, parmi les familles que nous connaissons et pour lesquelles on ne relève aucun magistrat, s’étaient néanmoins trouvés, dans les faits, d’autres notables ayant accédé à une carrière civique. Il est une chose, en revanche, que l’on peut affirmer avec plus d’assurance sur la base de l’examen des gentilices des notables philippiens, c’est qu’on ne retrouve guère parmi eux les nomina qui sont attestés depuis la fin de l’époque hellénistique chez les negotiatores italiens installés en Orient. Cela tranche fortement avec ce que l’on observe en particulier à Corinthe, où la vocation commerciale de la colonie – qui se manifesta surtout par le fait que la majorité des colons qui y furent établis par César étaient des affranchis, lesquels ont formé, de manière exceptionnelle, la première génération de magistrats municipaux – provoqua un afflux de membres des familles de marchands italiens résidant dans les provinces orientales, parfois depuis le iie s. av. J.-C.31. Des negotiatores se trouvaient peut-être même déjà à Corinthe avant sa refondation en tant que colonie en 44 av. J.-C., du moment que le site n’avait pas été entièrement abandonné à la suite de la destruction de la cité en 146 av. J.-C.32. La situation philippienne est d’autant plus remarquable de ce point de vue que des negotiatores se rencontraient en nombre en Macédoine au ier s. av. J.-C., sinon depuis la création de la province. Des communautés de marchands italiens étaient alors attestées dans la cité voisine d’Amphipolis, ainsi qu’en Chalcidique et surtout à Thessalonique, pour n’envisager que les régions les plus proches de Philippes33. À Abdère, des citoyens romains ayant des intérêts économiques dans la cité furent honorés par décret dans la seconde moitié du iie s. av. J.-C.34. L ’épitaphe, rédigée en grec, d’un Romain, Λεύκιος Κορ[νήλιος] Αὔλου υἱ[ός], découverte à l’emplacement de la cité ancienne de Gazôros, suggère que des negotiatores étaient aussi implantés dès cette époque dans le bassin du Strymon35. Les gentilices connus chez les negotiatores ne sont certes pas complètement absents de l’épigraphie philippienne (voir notamment le cas des Herennii, qui sont attestés ailleurs en Macédoine depuis la fin du ier s. av. J.-C. et, en particulier, dans plusieurs colonies)36, mais les nomina qu’on relève, portés même pour certains par des notables de la colonie37, sont pour la plupart diffusés dans l’ensemble de l’Orient romain, si bien qu’on ne peut être sûr qu’il faille les faire remonter à des familles de marchands italiens qui auraient été installées de longue date à Philippes38.

  • 39 CIPh II.1, p. 36-38.
  • 40 Brélaz, Apports, p. 1493-1501 (« Appendice 1. Inscription hellénistique de Philippes mentionnant de (...)
  • 41 À la l. 13, U. Kantola et O. Salomies, que nous remercions de cette suggestion, proposent de restit (...)
  • 42 Pilhofer II 618. Cette nouvelle lecture a pu être établie lors des missions que P. Ducrey et ses co (...)
  • 43 O. Salomies, Die römischen Vornamen. Studien zur römischen Namengebung (1987), p. 47-49.
  • 44 Strabon, VII, frag. 17a (éd. S. Radt, 2003).
  • 45 Collart, Philippes, p. 187-190.
  • 46 Rizakis, Recrutement, p. 122-123 ; É. Deniaux, « Recherches sur la société de Buthrote, colonie rom (...)
  • 47 Rizakis, Constitution, p. 48 ; Rizakis, Camia, Magistrati, p. 244-245.

9Il est vrai que le matériel épigraphique philippien antérieur à la fondation de la colonie romaine ou remontant aux premières décennies de son existence est peu abondant. Ce déficit peut en partie être imputé au fait que les remaniements du centre monumental de la ville à l’époque claudienne, puis antonine, provoquèrent certainement la disparition de la majorité des inscriptions d’époque hellénistique de la cité macédonienne. De même, l’utilisation des deux principales nécropoles de la ville tout au long de l’époque impériale fit sans doute disparaître les monuments funéraires les plus anciens39. Deux inscriptions montrent toutefois que des citoyens romains séjournaient à Philippes ou, du moins, fréquentaient la cité macédonienne avant sa transformation en colonie romaine. La première est une liste de noms, rédigée en grec, énumérant probablement les membres d’une association cultuelle40. La forme des lettres autorise une datation entre la fin du iie et le début du ier s. av. J.-C. On y dénombre treize individus, identifiés par leur nom personnel, leur patronyme et un ethnique. Hormis deux Thasiens, un Bérytain, un Philippien et un individu dont l’ethnique n’a pu être déchiffré intégralement (peut-être originaire de Sinope ou de Séleucie en Piérie ?), on compte huit personnages portant un praenomen et un gentilice romains suivis du praenomen de leur père au génitif sans la précision υἱός (sauf pour l’un d’entre eux qui porte, à la place, un cognomen grec et qui devait être un affranchi). Chacun d’eux est explicitement qualifié de Ῥωµαῖος. Ces Romains – parmi lesquels on compte deux paires de frères – portent des gentilices qui sont attestés parmi les negotiatores installés dans le bassin égéen, tels que Fabricius, Marius, Papius, Servilius ou encore Valius. Plusieurs de ces gentes sont également attestées à Thasos ou à Abdère entre le iie et le ier s. av. J.-C., ce qui suggère que les familles en question étaient actives simultanément dans l’ensemble de la région correspondant à la Thrace égéenne et à la Macédoine orientale41. La seconde inscription est la dédicace d’un relief votif provenant du sanctuaire de Kipia offert au Héros Aulonitès par un certain [Σέρο]υ̣ιος Ναιούιος Σερουί[ου] υἱός42. La forme des lettres indique, en l’occurrence, l’intervention de deux mains différentes. La dédicace proprement dite au Héros, Ἥρωνι ἐπηκόωι, est visiblement antérieure à l’inscription portant le nom de Ser. Naevius et remonte sans doute au iie, voire au iiie s. av. J.‑C. Cette dernière inscription date cependant encore certainement, elle aussi, de l’époque précédant la déduction de la colonie romaine, comme le suggèrent l’aspect général de la gravure et la formule onomastique de l’intéressé. La forme Seruius au lieu de Sergius pour le praenomen43, de même que l’absence de cognomen, sont des signes d’ancienneté. Le relief fut donc manifestement réutilisé par Ser. Naevius, qui l’a reconsacré en complétant la dédicace par son propre nom. On notera que, là encore, le gentilice Naevius est attesté parmi les negotiatores déliens et que des Naeuii sont connus aussi bien à Thasos que dans la colonie de Philippes (200). Ces documents suggérant qu’une communauté de citoyens romains était déjà établie à Philippes avant la fondation de la colonie rend d’autant plus surprenante la quasi-absence de grandes familles de negotiatores dans l’épigraphie philippienne en général à l’époque impériale et, a fortiori, parmi les notables municipaux. Cette absence est certainement révélatrice aussi bien du statut de la ville avant la déduction coloniale que du faciès des premiers habitants de la colonie. Philippes était, à l’époque tardo-hellénistique, un « établissement d’envergure modeste » (κατοικία µικρά), comme la qualifie Strabon44, qui n’avait pas attiré en nombre les hommes d’affaires romains. Amphipolis, qui était pourvue d’un débouché maritime plus direct, lui fut d’ailleurs préférée comme chef-lieu du premier des quatre districts créés par Rome en Macédoine après l’abolition de la monarchie antigonide45. De toute évidence, les negotiatores n’étaient pas à Philippes aussi profondément implantés qu’en Chalcidique ou qu’à Thessalonique et le groupe qu’ils formaient demeura restreint. De plus, la population romaine qui fut installée à Philippes après la transformation de la cité en colonie, d’abord au sortir de la bataille, puis à nouveau en 30 av. J.-C., fut composée essentiellement de vétérans, ainsi que de petits propriétaires terriens provenant directement d’Italie. C’est ce qui explique que les negotiatores n’y jouèrent pas un rôle aussi important que dans d’autres colonies de Macédoine telles que Dion, Cassandrée, Pella et Buthrote46. En cela, la composition de l’élite civique philippienne était en tout point comparable à ce que l’enquête onomastique révèle des origines sociales et géographiques de la population d’une autre colonie militaire telle que Patras47.

  • 48 Voir infra p. 275-278.
  • 49 Pilhofer II 513.
  • 50 CIPh II.1, App. 4, nos 3, 9. Voir supra p. 65-68.
  • 51 À la liste établie dans le commentaire à l’inscription 63, ajouter AE 2013, 1390.
  • 52 Pilhofer II 302 (cf. CIPh II.1, p. 366-367) ; AE 2012, 1380 = SEG LXII 431 ; Fichier IAHA, no 1526.

10En dehors de l’installation massive de colons lors des déductions originelles, la population philippienne s’accrut et se renouvela constamment grâce à l’arrivée de citoyens romains d’autres régions de l’Empire, voire d’Italie même – pour ne pas parler ici des pérégrins. Cela vaut en particulier pour les soldats qui vinrent s’établir à Philippes à leur licenciement, peut-être après avoir reçu dans la colonie un lot de terre à titre individuel48. Deux vétérans, dont l’un était originaire de Milan (95) et l’autre inscrit dans la tribu Pollia (103), s’installèrent ainsi dans la colonie lors des premières décennies du ier s. apr. J.-C., à la fin de leur service. Deux frères ayant servi dans la VIe légion Ferrata, peut-être originaires de la colonie de Berytus, s’établirent de même à Philippes à l’époque julio-claudienne, l’un d’entre eux s’engageant même dans une carrière municipale (59). Cela pourrait également avoir été le cas du primipile D. Furius Octavius Secundus, originaire de Cures en Sabine, sous le règne d’Antonin le Pieux (78). Un civil provenant du municipe de Flauia Solua dans le Norique s’installa aussi dans la colonie, comme le prouve le fait qu’il y érigea une épitaphe à ses deux épouses successives49. Deux autres notables qui n’étaient pas originaires de Philippes – comme le montre leur tribu –, le chevalier Q. Antistius Rufus Clodianus (provenant éventuellement d’Antioche de Pisidie) et le décurion P. Carullius Sabinus, avaient, quant à eux, tissé des relations suffisamment étroites avec la colonie pour en obtenir la citoyenneté locale au cours du ier s. apr. J.-C.50. Originaire de Thessalonique (et peut-être d’ascendance thrace ?), le chevalier C. Vibius Quartus avait manifestement, lui aussi, des intérêts dans la colonie, comme l’illustre le monumental tombeau qu’il s’y fit ériger sous le règne de Néron ou de Vespasien, sans que l’on puisse formellement prouver qu’il s’était durablement établi à Philippes (63). Du moins les nombreux Vibii connus dans la colonie étaient-ils probablement ses descendants ou les descendants de ses affranchis51. Le sénateur C. Iulius Maximus Mucianus, dont la famille était originaire de Thrace, avait choisi pour sa part de s’établir dans la colonie, comme le montre la tribu Voltinia dans laquelle il était inscrit (38). L ’établissement à Philippes de citoyens romains originaires de la portion orientale de l’Empire – d’ascendance pérégrine pour certains d’entre eux – se poursuivit au cours des iie et iiie s., comme le montrent les exemples d’individus provenant de Philadelphie de Lydie, d’Éphèse et de la colonie de Ptolémaïs en Syrie-Phénicie52.

La mobilité géographique des notables philippiens

  • 53 Voir aussi l’inscription Pilhofer II 618 avec la lecture indiquée supra p. 254-255.
  • 54 Sur cette famille d’origine philippienne et sa diffusion dans les cités voisines, voir le commentai (...)
  • 55 O. Salomies, « Social and Geographical Mobility: Westerners in the East. Onomastic Observations », (...)
  • 56 O. Salomies (n. 14), p. 124-127.
  • 57 F. Kirbihler (n. 22, 2016), p. 267-356. On mentionnera en particulier les gentilices Alfenus (222 : (...)

11À l’inverse, plusieurs gentes dont étaient issus des notables philippiens sont également attestées dans les cités pérégrines voisines. C’est le cas des Acculeii (3) et des Velleii (121) que l’on connaît aussi à Amphipolis ; des Memmii (Velleii) (129) et des Naeuii (200)53 à Thasos ; des Oppii (60) et des Pontii (57) à Thessalonique. Des familles s’étaient même disséminées dans plusieurs cités, comme les Graecinii (56) dont on trouve également des mentions à Amphipolis et à Thessalonique et les Turpilii (149) qui apparaissent de même à Serrès et à Thessalonique. Plusieurs de ces gentilices, attestés à Philippes dès le ier s. apr. J.-C., sont suffisamment rares – en Macédoine ou plus généralement dans les provinces – pour que l’on puisse estimer qu’il s’agit de familles ayant essaimé à partir de la colonie. Ainsi, les Tatinii d’Amphipolis étaient certainement les descendants du centurion philippien L. Tatinius Cnosus ayant fait carrière sous l’empereur Domitien (85). De même, les individus portant les noms Αὔρουνκος et Καλαουιανή respectivement à Thasos et à Thessalonique étaient certainement apparentés aux familles philippiennes dans lesquelles apparaissent ces cognomina peu courants (Auruncinus et Calavianus) au cours de l’époque flavienne (126). Des parents des Varinii philippiens s’établirent, en outre, à Thasos – tout en s’illustrant parallèlement à Serrès – dès les premières décennies suivant la création de la colonie, puis à Thessalonique, où ils firent souche et prospérèrent au cours des iie et iiie s.54. On ne peut toutefois exclure que le sens de la migration ait, dans d’autres cas, été contraire, en particulier pour des familles qui ne sont pas attestées précocement à Philippes. De même que des negotiatores établis en Orient vinrent s’installer à Corinthe après la fondation de la colonie, on peut concevoir que des citoyens romains résidant de longue date dans des cités pérégrines choisirent parfois de migrer à Philippes. De tels mouvements de citoyens romains à l’intérieur même des provinces orientales, motivés le plus souvent par des intérêts économiques, s’observent tout au long de l’époque impériale, comme nous l’avons déjà relevé ci-dessus à propos de Philippes55. O. Salomies a, par exemple, noté qu’une série importante de nomina répandus en Macédoine, notamment à Philippes, se rencontraient également à Cyzique, où était implantée une importante communauté de citoyens romains56. Cela peut certes suggérer que des familles philippiennes soient allées s’installer dans cette région de l’Asie Mineure, aisément accessible depuis la Macédoine par la uia Egnatia de même que par voie maritime, mais il est tout aussi plausible, inversement, que des citoyens romains aient dans certains cas quitté Cyzique pour cette province. De même, on constate que plusieurs des gentilices portés par des notables philippiens étaient aussi connus au sein de la communauté italienne d’Éphèse. Mais la plupart d’entre eux sont relativement communs ou étaient déjà représentés chez les negotiatores déliens, si bien qu’à l’exception de quelques nomina rares, toute tentative de rapprochement paraît hasardeuse57.

  • 58 C. Brélaz, « Philippi: A Roman Colony Within Its Regional Context », dans Fournier, Parissaki, Hégé (...)
  • 59 Levick, Colonies, p. 120-129.

12On constate de ce qui précède que les cités dans lesquelles les familles philippiennes avaient des ramifications appartenaient à une région – au sens large – s’étendant de Thessalonique jusqu’au Nord-Ouest de l’Asie Mineure, en passant par Thasos et la Thrace égéenne. Cet espace formait l’horizon de la colonie de Philippes et délimitait grossièrement le réseau d’échanges économiques dont elle était partie prenante58. De manière comparable, divers notables originaires d’Antioche de Pisidie séjournèrent dans des cités pérégrines qui, à l’exception de grands centres d’importance suprarégionale comme Éphèse et Pergame, étaient toutes situées dans les contrées entourant la Phrygie Parorée où se trouvait la colonie, depuis la Galatie jusqu’à la Pamphylie ; ces notables y obtinrent même parfois la citoyenneté59. En dépit de l’enracinement régional de la colonie, le nombre de notables philippiens s’étant distingués simultanément dans plusieurs communautés locales fut cependant très limité. À notre connaissance, seuls quatre Philippiens firent une carrière civique en dehors de leur patrie.

  • 60 CIPh II.1, App. 4, no 4.
  • 61 Voir supra p. 58-60.
  • 62 Pilhofer II 40 (Byzance), 68 (Ainos), 73 + 319 (Prusias de l’Hypios), 129 (Nicée). Voir également P (...)

13Il s’agit d’abord de l’officier équestre C. Antonius Rufus, qui suivit l’ensemble du cursus honorum à Philippes, ainsi que dans les colonies d’Apri et de Parion, et qui fut, de plus, flamine du divin Jules dans la colonie d’Alexandrie de Troade vers le milieu du ier s. apr. J.-C.60. La colonie claudienne d’Apri, en Thrace, qui était située sur la uia Egnatia en direction de Périnthe et dont les citoyens semblent, eux aussi, avoir été inscrits dans la tribu Voltinia, fut peut-être peuplée en partie de colons d’origine philippienne, si bien que l’on ne peut exclure que Rufus en ait été originaire plutôt que de Philippes61. Que ce dernier ait été philippien ou non, il est le seul notable connu à Philippes pour avoir mené une carrière dans plusieurs colonies à la fois, situées de surcroît dans trois provinces différentes (Philippes en Macédoine, Apri en Thrace et Alexandrie de Troade et Parion en Asie). Le rayonnement de Rufus à Philippes et dans trois colonies de la région des Détroits illustre ce que nous venons de dire des intérêts que des familles philippiennes possédaient le long des côtes septentrionales de la mer Égée et à l’extrémité Nord-Ouest de l’Asie Mineure. Les relations privilégiées que la colonie entretenait avec cette partie du monde grec (Thrace égéenne, Bithynie, Mysie, Troade) sont confirmées par le fait que l’on a connaissance de plusieurs individus – la plupart d’entre eux pérégrins – originaires des régions voisines de la Propontide qui vinrent s’installer dans la colonie et y décédèrent62.

14À l’instar de Rufus, un magistrat philippien anonyme, qui fut notamment flamine du divin Vespasien dans sa patrie, se distingua également dans une autre colonie au moins. L ’identification de cette colonie, qui portait l’épithète Victrix, demeure toutefois incertaine du fait de l’état fragmentaire de l’inscription (151). Il ne s’agissait manifestement pas d’une colonie située en Macédoine, si bien qu’il convient de postuler pour ce magistrat un lien avec une communauté plus lointaine, vraisemblablement en Occident. On mentionnera aussi, à ce propos, le cas de D. Furius Octavius Secundus (78), qui fut décurion dans les colonies d’Actium-Nicopolis en Épire et peut-être d’Oescus en Mésie Inférieure. Mais Secundus n’était pas originaire de Philippes et c’est sans doute seulement à la fin de son service que ce primipile s’installa dans la colonie, où il ne paraît pas avoir revêtu de magistrature.

  • 63 Voir infra p. 305-307.
  • 64 Pilhofer II 98. Pour l’établissement du texte, voir C. Brélaz, LEC 76 (2008), p. 303-304.
  • 65 Pilhofer II 715a (IG X 2, 1s, 1183). Voir supra p. 68, n. 317.

15Un officier équestre du nom de C. Cassius Ve[---], qui était pour sa part philippien, s’acquitta, par ailleurs, de toutes les magistratures usuelles dans la cité de Thessalonique au début du iie s. Cela implique qu’il y avait obtenu la citoyenneté locale (51 : [omnib(us)] honorib(us) Thessalonic(ae) functo). En l’espèce, C. Cassius choisit peut-être de s’établir dans la capitale provinciale dans l’espoir de favoriser sa carrière équestre grâce à la proximité du proconsul de Macédoine. On notera, à ce propos, que certains des praefecti fabrum philippiens durent être affectés à l’officium du gouverneur et, par conséquent, amenés à séjourner à Thessalonique63. En plus des quelques gentes originaires de la colonie dont on relève aussi des membres à Thessalonique et du chevalier C. Vibius Quartus qui se fit ensevelir à Philippes (voir supra), deux inscriptions mentionnent des individus ayant fréquenté les deux villes. On relève, ainsi, à Philippes l’épitaphe d’un jeune homme venant de Thessalonique, l’élève d’un rhéteur qui mourut prématurément dans la colonie64. Inversement, une stèle funéraire de Thessalonique énumère les membres d’une famille pérégrine d’ascendance thrace qualifiés par l’ethnique Φιλιππεῖς, ce qui faisait d’eux des incolae sur le territoire de la colonie65.

  • 66 Voir supra p. 31-34.
  • 67 Collart, Philippes, p. 510-523.
  • 68 F. Camia, « Roman Citizens of Thrace: An Overview », dans Parissaki, Thrakika Zetemata, p. 165-218.
  • 69 CIPh II.1, App. 3, p. 379-389.
  • 70 CIPh II.1, App. 3, no 3 (AE 2014, 1193).
  • 71 Pilhofer II 507. De même, l’évergète thasien M. Varinius Rebilus, dont la famille était originaire (...)
  • 72 J. Fournier, P. Hamon, « Les orphelins de guerre de Thasos : un nouveau fragment de la stèle des Br (...)
  • 73 Philippiens honorés à Thasos au iiie s. av. J.-C. : Pilhofer II 711b ; P. Fabricii et Papii : Bréla (...)
  • 74 Pilhofer II 711a. P. Hamon, per litt., nous indique que l’aspect de la gravure autorise une datatio (...)
  • 75 IG XII 8, 471 A l. 2-3 ; Pilhofer II 619.
  • 76 Il s’agit des gentilices Annius, Caesius, Fulcinius, Herennius, Iunius, Licinius, Marius, Memmius, (...)
  • 77 On songe aux gentilices Iunius, Licinius, Tullius, Valerius. Comme nous l’avions relevé dans CIPh I (...)
  • 78 J. Fournier (n. 33).
  • 79 Le gladiateur Α. Ἄννιος Ῥεστιτοῦτος, actif à Thasos (IG XII 8, 549) pourrait, de même, être issu de (...)

16Enfin, le sénateur C. Iulius Maximus Mucianus fut simultanément reçu dans l’ordo decurionum de la colonie et dans les boulai de diverses cités de la province de Thrace, lesquelles ne sont toutefois pas identifiées (38 : dec(urioni) Phil(ippis) / et in prouinc(ia) Thra(cia)). C’est l’origine thrace de sa famille qui poussa Mucianus à maintenir des liens étroits avec cette province, comme l’illustre également la carrière de son frère Teres, qui ne semble pas s’être installé dans la colonie, quant à lui, et qui fut président du koinon de Thrace. On peut s’étonner de ce que nous ne connaissions pas davantage de Philippiens ayant fait carrière dans des cités de Thrace. Située à la limite orientale de la province de Macédoine, la colonie avait été contrainte de côtoyer la Thrace et de s’accommoder de la situation géopolitique prévalant à ses frontières, en particulier durant toute la période qui précéda la transformation de cette région en province en 46 apr. J.-C.66. On rappellera, de plus, que si la colonie était rattachée administrativement à la province de Macédoine, la population indigène de la plaine de Drama, comme celle du bassin du Strymon, étaient essentiellement composées de Thraces, qui constituaient la part la plus importante des incolae philippiens. Ce silence des sources peut s’expliquer par la faiblesse relative de la documentation épigraphique provenant de cités comme Abdère et Maronée. On relèvera, en outre, que la Thrace égéenne était une région peu urbanisée et que les grandes cités de Thrace, telles que Philippopolis, Augusta Traiana, Pautalia et Serdica, étaient séparées de la colonie par le massif du Rhodope, ce qui put constituer un obstacle aux échanges entre Philippes et les parties intérieures de la Thrace, étant entendu que l’axe commercial le plus important pour la colonie suivait une orientation Ouest-Est le long de la uia Egnatia67. D’ailleurs, on ne relève guère de correspondances entre les gentilices attestés dans la colonie et ceux connus dans les cités de la province de Thrace68. Comme nous l’avons déjà relevé précédemment, on connaît, en revanche, plusieurs familles philippiennes ayant essaimé dans les cités directement voisines, telles qu’Amphipolis, Serrès, Thasos. Quelques inscriptions latines découvertes à Serrès et dans ses environs semblent avoir été les épitaphes de Philippiens s’étant établis dans cette cité69. L ’une d’elle se réfère à un édile de la colonie qui quitta peut-être Philippes pour Serrès à la fin de sa carrière70. À l’inverse, une inscription fragmentaire découverte à Drama, sur le territoire de la colonie, mentionne un Thasien71. C’est du reste avec la cité de Thasos que les liens entretenus par les familles philippiennes avec l’extérieur furent les plus étroits. Sans même remonter à la fondation thasienne de l’établissement de Krénidès, les échanges entre Philippes et Thasos furent continus dans la cité macédonienne72 et on relève la présence de plusieurs individus provenant de Philippes – y compris des familles de negotiatores romains qui y étaient installées (les P. Fabricii et les Papii) – à Thasos et inversement au cours de l’époque hellénistique73. Ces relations se maintinrent après la transformation de la cité de Philippes en colonie romaine. Un incola pérégrin ressortissant de la colonie pourrait ainsi avoir reçu des honneurs officiels à Thasos dans la première moitié du ier s. apr. J.-C.74. De son côté, un archonte thasien issu d’une famille ayant obtenu la citoyenneté romaine, Μ. Οὔλπιος Μεσσάλας Πυθίων, consacra une visite au sanctuaire de Kipia durant la première moitié du iie s. apr.  J.-C. et y offrit, en compagnie de son épouse, une dédicace au Héros Aulonitès75. On dénombre, de plus, une trentaine de gentilices romains qui se retrouvent dans les deux communautés, dont plusieurs étaient portés par des notables philippiens76. S’il convient d’exclure les gentilices les plus banals de cette liste77, la rareté de certains autres ou du moins leur faible diffusion en Macédoine et en Thrace, ainsi qu’une série de rapprochements prosopographiques probants, permettent néanmoins de considérer que plusieurs familles de colons philippiens s’établirent dans l’île78, en particulier les Memmii, les Naeuii et les Varinii – comme nous l’avons déjà relevé plus haut – pour les gentes ayant donné des notables à la colonie79.

Les notables philippiens d’ascendance pérégrine et affranchie

  • 80 83 ; Pilhofer II 156a ; 163, l. 63, 71 ; 165, 410, 487, 513, 645, 648, 662 ( ?), 755 ; cf. Pilhofer(...)
  • 81 Pour des C. Iulii affranchis impériaux, peut-être de Caligula, voir 8.
  • 82 96 ; CIPh II.1, App. 4, no 13.
  • 83 Pilhofer II 705, l. A 25 ; AE 2006, 1833.
  • 84 Pilhofer II 87.
  • 85 Voir également 39 pour un sénateur non originaire de la colonie portant le même gentilice.

17À côté des colons d’origine italienne, l’étude onomastique révèle une ascendance pérégrine ou affranchie pour plusieurs des notables philippiens. Une origine pérégrine se déduit le plus souvent d’un gentilice impérial, suggérant que l’intéressé était issu d’une famille ayant obtenu la ciuitas de l’empereur en question. On note ainsi, parmi les individus s’étant illustrés dans la vie publique de la colonie, un petit nombre de Iulii et de Flauii appartenant à des familles gratifiées de la citoyenneté romaine respectivement par Auguste et par l’un des empereurs flaviens. C’est le cas, pour les Iulii, d’un certain C. Iulius, qui érigea une statue en l’honneur de Drusus, le père de l’empereur Claude (5). Compte tenu du monument qu’il fit construire pour un membre de la famille impériale, ce C. Iulius faisait sans aucun doute partie des personnages les plus en vue dans la colonie, bien qu’il ne soit pas certain qu’il y ait revêtu des magistratures. Deux des prêtresses de Livie honorées à l’époque flavienne sur le monument que fit dresser Maecia Auruncina Calaviana sur le forum étaient également des Iuliae (126). Quoique celles-ci aient porté des cognomina latins – et même un cognomen typique d’une région précise d’Italie dans le cas de Iulia Auruncina (la Campanie) –, ces deux femmes pouvaient être issues de familles pérégrines ayant accédé à la ciuitas grâce à Auguste ; ce sont peut-être des alliances de leurs ascendants avec des familles de souche italienne qui expliquent qu’on leur ait donné de tels cognomina. Le gentilice Iulius était, du reste, relativement répandu à Philippes80. Cela suggère qu’Octave-Auguste, à l’occasion de la refondation de la colonie après sa victoire à Actium ou plus tard au cours de son règne, fit profiter de la citoyenneté romaine un nombre non négligeable d’incolae philippiens, dont certains pouvaient même appartenir à l’ancienne élite déchue de la cité macédonienne. Par cette politique, Octave chercha peut-être à se ménager des clientèles au sein de la population locale, ce qui pouvait paraître d’autant plus bienvenu dans une communauté qui avait été initialement fondée par Antoine et où il avait lui-même établi d’anciens partisans de son rival après les avoir chassés d’Italie. On notera cependant que très peu de notables figuraient parmi ces Iulii philippiens81. Hormis les cas qui viennent d’être examinés, on relève encore deux individus ayant fait une carrière de légionnaires82, un Philippien apparaissant comme témoin dans deux diplômes militaires83, ainsi qu’une certaine Iulia Iuliane – d’ascendance grecque probablement au vu de la forme de son cognomen –, qui fut l’épouse d’un magistrat de la colonie (148). Un autre Iulius semble, par ailleurs, avoir été impliqué dans l’organisation de combats de gladiateurs et de chasses, comme l’indique une épitaphe, ce qui supposait de posséder un certain niveau de fortune84. Le cas du sénateur philippien C. Iulius Maximus Mucianus est, en revanche, d’une toute autre nature, dans la mesure où sa famille était d’origine aristocratique thrace et reçut certainement la ciuitas d’Auguste bien avant son installation dans la colonie (38)85.

  • 86 112 ; Pilhofer II 163, l. 13, 41, 56 ; 336, 355, 371, 387a, 447, 485, 508, 509b (AE 2006, 1339) ; A (...)

18Quant aux Flauii, qui étaient également assez nombreux86, quelques-uns parvinrent, de même, à se hisser dans l’élite municipale. On compte, parmi eux, deux décurions, dont l’un vit son fils être décoré des ornements décurionaux (122, 123), ainsi qu’un magistrat dont le frère fut soldat dans les cohortes urbaines (77) ; ces deux frères étaient d’ascendance thrace, comme le montre le cognomen Thiaucelianus porté par l’un d’entre eux. Les cognomina Alexander et Macedonicus du décurion et de son fils décurion honoraire indiquent, au contraire, certainement une origine grecque (123). Un Flavius réussit, de surcroît, dans le courant du iiie s., à entrer dans l’ordre équestre, comme l’attestent les titres κράτιστος et ἀξιολογώτατος qui lui sont donnés (54).

  • 87 120 ; Pilhofer II 313 (noter le cognomen Alexander), 356, 704a.
  • 88 Voir supra 19-30.
  • 89 CIPh II.1, App. 4, no 4.
  • 90 Voir supra 58-60.
  • 91 Voir infra pour le questeur L. Dexius Claudius Marcellus, qui porte deux gentilices (120). Ces deux (...)
  • 92 Pilhofer II 38, 386, 468 ; comparer 62, 104, 175. Μ. Οὔλπιος Μεσσάλας Πυθίων (Pilhofer II 619), aut (...)
  • 93 Voir infra p. 278-288.

19Il faut ajouter à ces notables d’ascendance pérégrine quelques Antonii qui durent certainement leur gentilice à Antoine87 et, par conséquent, firent partie des rares habitants de la cité macédonienne de Philippes – grecs ou thraces – à avoir reçu la ciuitas dès la fondation de la colonie et à avoir été intégrés parmi l’élite de la nouvelle entité politique88. Le questeur M. Antonius Macer était un de leurs descendants (113). On doit probablement lui adjoindre le chevalier C. Antonius Rufus, fils de Marcus, qui mena simultanément une carrière municipale dans les colonies d’Alexandrie de Troade, Parion, Apri et Philippes sous le règne de Néron et qui était inscrit dans la tribu Voltinia89. Le gentilice de Rufus semble, en effet, prouver que sa famille provenait initialement de Philippes plutôt que d’Apri, quoique Apri puisse désormais avoir été – à titre personnel – sa nouvelle origo, s’il est justifié d’admettre que des familles philippiennes participèrent à la fondation de cette colonie claudienne de Thrace90. De même, il se peut qu’il faille voir dans le M. Lollius qui fut honoré par une base érigée sur le forum un notable d’origine pérégrine ayant reçu la ciuitas du proconsul de Macédoine homonyme, en fonction en 19/8 av. J.-C., plutôt que le gouverneur lui-même (40). À l’inverse, on ne connaît pas de magistrat municipal parmi les porteurs des gentilices impériaux Claudius91, Aelius ou Ulpius92, qui étaient moins nombreux que les Iulii et les Flauii dans la colonie. On note, néanmoins, quelques soldats d’origine philippienne parmi les Aelii, les Aurelii et peut-être les Claudii93.

  • 94 Mottas, Population, p. 21.
  • 95 Voir supra p. 69-72 et p. 205-209.

20Les cognomina grecs paraissent avoir été, dans la colonie, caractéristiques des individus d’ascendance pérégrine ou affranchie94. Le fait de porter un cognomen de ce type ne saurait cependant former à lui seul un critère suffisant pour prouver de manière irréfutable une telle ascendance. Car des surnoms de facture grecque pouvaient tout aussi bien être portés par des citoyens romains d’origine italienne, a fortiori à Philippes, dans l’environnement essentiellement hellénophone qui était celui de la Macédoine. Il convient donc de tenir aussi compte, plus généralement, du milieu familial dans lequel évoluaient les individus, lorsque cela est possible. Ainsi, la présence de plusieurs cognomina grecs au sein d’une même famille, en particulier quand il s’agit de deux époux, ou encore l’omission de la tribu ou de la filiation livrent parfois des indices sur la condition sociale d’un individu et de sa famille et peuvent venir renforcer l’hypothèse d’un statut d’affranchi95. Il arrive que ce soit le cognomen d’une épouse qui suggère que son mari était, lui aussi, d’origine modeste (98, 124). Dans l’épitaphe 120, l’ascendance affranchie du questeur L. Dexius Claudius Marcellus est, de même, confirmée aussi bien par le cognomen grec de son père, Encolpus, que par le nom de son épouse, Antonia Antigona.

  • 96 200, 202-203.
  • 97 197, 199, 204, 217 ( ?). Pour d’autres affranchis dans la colonie, voir 8 (affranchis impériaux), 3 (...)
  • 98 115, 224 ( ?) ; Pilhofer II 260, 316, 642a (cf. CIPh II.1, p. 368-369 ; AE 2014, 1192).

21Dans quelques cas, c’est la qualité de sévir du personnage qui permet de postuler avec un très grand degré de vraisemblance une origine affranchie, sinon un statut d’affranchi96, quand celui-ci n’était pas mentionné explicitement97. Sa profession de médecin, jointe à son cognomen et au fait que ni sa tribu ni sa filiation ne furent précisées, indique peut-être aussi une ascendance affranchie pour un certain Q. Mofius Evhémer (23). Le fait qu’il ait servi dans les cohortes de vigiles peut indiquer une même origine pour Q. Aianius Ingenus, malgré son cognomen – qui est latin en l’occurrence –, d’autant que sa tribu et sa filiation n’apparaissent pas dans son épitaphe (73). La situation des Publicii philippiens est, de ce point de vue, encore plus évidente, car ce gentilice était donné, dans les communautés locales romaines, aux anciens esclaves publics au moment de les affranchir98. Un descendant de ces esclaves publics de la colonie de Philippes servit à Lyon comme soldat de la treizième cohorte urbaine (82).

  • 99 CIPh II.1, App. 3, no 3 (AE 2014, 1193).

22Enfin, dans certains cas, c’est l’appartenance à une gens éminente de la colonie qui vient suggérer que le porteur d’un cognomen grec ait été le descendant d’affranchis de la famille en question. On trouve dans cette catégorie plusieurs individus qui furent magistrats ou, du moins, entrèrent à la curie en tant que pedani ou encore reçurent les ornements de décurion, à l’instar de M. Varinius Philippicus (137), de C. Velleius Plato (139), dont le fils était vétérinaire, et de P. Marronius Narcissus99. On doit certainement leur ajouter le décurion honoraire C. Vibius Daphnus, fils du duumvir C. Vibius Florus (140). Son cognomen d’origine grecque Daphnus fut inspiré par le cognomen Florus de son père, dont il recouvre le même champ lexical. Il n’en demeure pas moins que cette branche des Vibii était probablement issue d’affranchis du chevalier C. Vibius Quartus, originaire de Thessalonique, qui vint s’installer dans la colonie à l’époque de Néron ou de Vespasien (63). Enfin, il est possible que le chevalier L. Atiarius Schoenias (6), au vu de son cognomen, ait été lui aussi d’ascendance affranchie et que l’un de ses ancêtres ait été au service de la famille, bien connue à Philippes, des Atiarii.

  • 100 Voir supra p. 99-110.
  • 101 Voir infra p. 284-286.

23Par rapport aux notables d’origine italienne – qu’il s’agisse des descendants des colons originaux ou de citoyens romains venus s’installer ultérieurement à Philippes –, les individus d’ascendance pérégrine ou affranchie étaient tout à fait minoritaires. On note, de fait, très peu de Grecs romanisés parmi l’élite civique de la colonie. À en juger par leurs cognomina, les Thraces furent encore moins nombreux, même si ces derniers formaient la plus grande part des incolae qui sont connus sur le territoire philippien100. On notera cependant que des Thraces pouvaient adopter un cognomen latin après leur acquisition de la ciuitas, comme l’illustre le cas du soldat T. Flavius Maximus, dont l’origine est pourtant rendue manifeste par le cognomen Thiaucelianus porté par son frère (77). De la même manière, un cognomen grec, a fortiori lorsqu’il s’agit d’un affranchi, n’était pas nécessairement la preuve d’une origine hellénique plutôt que thrace. Plusieurs individus d’ascendance thrace, en revanche, figuraient assurément parmi les Philippiens ayant servi dans l’armée qui constituait pour eux un moyen d’ascension sociale101.

  • 102 É. Deniaux, « Buthrote, colonie romaine. Recherches sur les institutions municipales », dans G. Pac (...)
  • 103 Rizakis, Recrutement, p. 126 ; A. Sugliano, « La composizione civica delle colonie romane d’Asia Mi (...)
  • 104 M. Ricl, The Inscriptions of Alexandreia Troas, IK 53 (1997), p. 14-15.
  • 105 Levick, Colonies, p. 75-76.
  • 106 A. D. Rizakis, « Les Ti. Claudii et la promotion des élites péloponnésiennes », dans Y. Perrin (éd. (...)
  • 107 Rizakis, Constitution, p. 45-46 ; J.-S. Balzat, B. W. Millis, « M. Antonius Aristocrates. Provincia (...)
  • 108 G. Alföldy, « Drei städtische Eliten im römischen Hispanien », Gerión 2 (1984), p. 193-238.
  • 109 Voir infra p. 305-307 et CIPh II.1, App. 2, p. 375-378.
  • 110 A. Raggi, « Cittadinanza coloniaria e cittadinanza romana », dans Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie, (...)
  • 111 A. Heller, « Les bêtises des Grecs ». Conflits et rivalités entre cités dAsie et de Bithynie à l’é(...)
  • 112 Voir infra p. 292-293.
  • 113 Voir supra p. 112-113.

24En tout état de cause, les fondateurs successifs de la colonie ne veillèrent pas à promouvoir de façon systématique les anciennes élites locales en leur octroyant largement la citoyenneté romaine. De manière générale, les notables de la cité macédonienne abolie ne parvinrent manifestement pas, à Philippes, à pénétrer les nouveaux milieux dirigeants de la colonie, comme cela se fit, en revanche, à Buthrote. On relève, en effet, au cours des premières décennies faisant suite à la fondation de cette colonie, plusieurs citoyens romains d’origine pérégrine parmi les plus hauts magistrats locaux102. Certains étaient des C. Iulii, dont l’accession de la famille à la citoyenneté remontait à César ou à Auguste. D’autres étaient des Pomponii ou des Caecilii, qui devaient au patronage de T. Pomponius Atticus – l’ami de Cicéron qui fut par la suite adopté par son oncle Q. Caecilius – d’avoir reçu la ciuitas avant même la fondation de la colonie. La présence d’une élite romanisée antérieure à la déduction explique, sans doute, pourquoi le cas de Buthrote est, parmi les colonies romaines d’Orient, exceptionnel. Dans les autres colonies, l’intégration des pérégrins au sein de l’élite locale fut normalement plus progressive et s’échelonna tout au long des ier et iie s. apr. J.-C., comme à Dion par exemple103. On observe toutefois que, même sur le long terme, le nombre de pérégrins romanisés ayant réussi à faire partie de l’élite civique demeura, à Philippes, très restreint. Il est vrai qu’à l’exception d’Auguste et des Flaviens, qui furent moins restrictifs, la ciuitas ne fut guère offerte aux incolae philippiens par les empereurs. Ce fut également le cas à Alexandrie de Troade104 et à Antioche de Pisidie, si ce n’est que, dans ce dernier cas, la citoyenneté fut attribuée à un nombre appréciable de pérégrins par les gouverneurs successifs de Galatie jusqu’au début du iie s.105. Dans ces communautés où l’élite locale était formée surtout de colons italiens et de leurs descendants, les incolae pérégrins ne purent bénéficier massivement de l’octroi de la ciuitas par les empereurs, au contraire de ce que l’on observe par exemple dans le Péloponnèse, où les notables des cités pérégrines reçurent en nombre la citoyenneté de la part de la dynastie julio-claudienne106. On remarquera, enfin, que la situation de Philippes était très différente de celle de Corinthe, où plusieurs notables d’ascendance pérégrine originaires de cités du Péloponnèse vinrent s’établir et même suivre une carrière municipale107. Mais le pouvoir d’attraction qu’exerçait Corinthe sur les élites romanisées de la région n’était pas tant dû à son statut de colonie qu’au fait que s’y déroulaient les concours panhelléniques des Isthmia, que s’y tenaient aussi les célébrations organisées par le koinon d’Achaïe et surtout qu’y résidait le gouverneur. Une installation à Corinthe permettait, en effet, à ces notables de se rapprocher du proconsul d’Achaïe et, par là même, leur offrait les conditions favorables à une ascension sociale, notamment en pouvant accéder à l’ordre équestre. Le même procédé s’observe à Tarraco pour les élites hispaniques108. Ce rôle était joué en Macédoine par la cité de Thessalonique, où résida d’ailleurs au moins un notable philippien, un officier équestre qui s’y acquitta de toutes les magistratures locales (51). D’autres praefecti fabrum originaires de la colonie purent, en outre, être affectés à l’officium du proconsul de Macédoine109. À l’inverse, on ne compte guère qu’un notable d’ascendance pérégrine qui vint s’établir à Philippes : il s’agit de C. Iulius Maximus Mucianus, issu d’une famille aristocratique thrace, qui fut promu à l’ordre sénatorial par l’empereur Antonin le Pieux (38). L ’influence de la colonie de Philippes sur les élites romanisées de Macédoine et de Thrace fut manifestement bien moindre que le rayonnement que put avoir même la colonie d’Apamée sur les cités de Bithynie. Selon le témoignage de Dion Chrysostome, les notables romanisés de Pruse, dont il faisait lui-même partie, étaient, en effet, désireux d’acquérir la citoyenneté locale à Apamée110. L ’interdépendance économique qui liait les deux villes et que souligne Dion dut, en l’occurrence, encourager le phénomène, ce qui n’empêcha pas Pruse et Apamée d’entrer en conflit pour des questions territoriales, ainsi qu’à propos de l’obtention du rang de chef-lieu de conuentus judiciaire111. Ce n’est qu’envers les communautés directement voisines de Philippes que la colonie semble avoir été en mesure d’exercer une forme de prééminence – et encore la chose n’était-elle pas acquise pour ce qui est de la cité libre de Thasos112. C’est du moins dans le centre monumental de la colonie qu’une fédération de cinq communautés pérégrines situées dans le bassin du Strymon, dont les cités de Bergé, Gazôros et peut-être Serrès, choisirent de consacrer – en grec – un autel à la famille impériale des Sévères (24)113.

  • 114 Voir supra p. 27-30.
  • 115 CIPh II.1, App. 4, no 4.
  • 116 Voir supra p. 133-142.

25Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer la pauvreté relative des élites de la cité tardo-hellénistique de Philippes pour expliquer que très peu d’entre elles furent dotées de la ciuitas, puis assimilées aux colons italiens. Nous avons également envisagé la possibilité qu’une partie de ces élites aient subi des représailles de la part des autorités romaines à la suite de la bataille qui eut lieu sous les murs de la cité et qui précéda la création de la colonie114. Toutefois, la quasi-absence de citoyens romains d’ascendance pérégrine parmi les notables philippiens ne fut pas propre aux premiers temps de la colonie, car on ne constate pas d’augmentation sensible de leur nombre au cours des ier et iie s. apr. J.-C. Les deux Iuliae qui furent prêtresses de Livie (126) et le chevalier C. Antonius Rufus qui parcourut l’ensemble de la carrière locale au point d’obtenir le titre de princeps représentent des exceptions115. Pour le reste, les rares individus qui furent admis à la curie ne connurent qu’une carrière modeste et aucun d’entre eux ne parvint jusqu’au duumvirat. Parmi les T. Flauii, on compte – une ou deux générations après que leurs ancêtres eurent reçu la ciuitas – un décurion honoraire (123), deux décurions qui demeurèrent pedani toute leur vie (122, 123), ainsi qu’un édile et questeur (77). Le cas du chevalier Κοΐντος Φλάβιος Ἑρµαδίων n’est d’aucune utilité pour étudier la rapidité de l’assimilation des pérégrins romanisés, dans la mesure où celui-ci vécut dans le courant du iiie s. (54). On note encore le cas de M. Antonius Macer, qui fut décurion honoraire, puis accéda à la questure, et appartenait visiblement à la frange inférieure de l’élite civique (113)116. Ce dont témoigne surtout le petit nombre de citoyens d’ascendance pérégrine ayant suivi une carrière civique à Philippes, c’est la réticence des décurions d’origine italienne à admettre parmi eux des individus ayant obtenu la ciuitas de fraîche date. Ce comportement était caractéristique du conservatisme tant social que culturel qui anima, durant près de trois siècles, l’élite civique philippienne. Tout au long de cette période, celle-ci continua à reposer essentiellement sur les descendants des premiers colons italiens et latinophones établis par Antoine, puis par Octave-Auguste.

  • 117 Rizakis, Constitution, p. 41-43. Ainsi, le règlement césarien de la colonie d’Urso envisageait enco (...)
  • 118 Pour Corinthe, voir M. Amandry, Le monnayage des duovirs corinthiens, BCH Suppl. 15 (1988), et, pou (...)
  • 119 Voir, au contraire, pour les provinces africaines, M. Le Glay, « La place des affranchis dans la vi (...)
  • 120 Rizakis, Camia, Magistrati, p. 242-244 ; B. W. Millis (n. 31), p. 13-35 ; id., « The Local Magistra (...)
  • 121 CIPh II.1, App. 3, no 3 (AE 2014, 1193).
  • 122 J. Demaille (n. 46), p. 185-202. On notera, toutefois, qu’à Philippes les noms de plusieurs individ (...)
  • 123 Voir supra p. 139-143.
  • 124 Voir supra p. 202-209.
  • 125 Λο(ύκιος) Βετουήδιος Ἀπολλινάρις : IG XII 8, 319, l. 4 ; IG XII 8, 471 A, l. 4 ; pour les L. Betued (...)
  • 126 J. Fournier (n. 33).

26La fermeture de l’élite philippienne était encore plus marquée à l’égard des affranchis et de leurs descendants. On ne connaît, à Philippes, aucun affranchi ayant accédé à l’ordo decurionum ou revêtu des magistratures, alors que cela était autorisé jusqu’à la restriction imposée en la matière par la lex Visellia en 24 apr. J.-C.117. Il est vrai que le type de sources qui révèle des affranchis duumvirs à Corinthe et à Dymé en particulier – des légendes monétaires sur lesquelles apparaissent les noms des magistrats ayant présidé à la frappe118 – fait défaut pour Philippes. De plus, la part des inscriptions remontant aux premières décennies de la colonie y est très réduite119. Toutefois, rien ne permet de supposer que des affranchis aient figuré parmi les premiers magistrats de la colonie, car, à la différence de Corinthe120, les colons qui y furent déduits étaient des vétérans et des civils de condition libre. Par ailleurs, très peu de descendants d’affranchis réussirent, à Philippes, à entrer au Conseil et à devenir magistrats. À l’exception de deux décurions honoraires (137, 140), on compte un décurion pedanus (139) et un édile121. Le seul à être parvenu à dépasser les premières étapes de la carrière municipale semble avoir été un descendant d’affranchis de la famille des Vibii, C. Vibius Florus, qui accéda au duumvirat (140), ainsi que peut-être L. Atiarius Schoenias, qui revêtit plusieurs fois le flaminat et parvint à l’ordre équestre (6). La situation n’était donc en rien comparable à ce que l’on peut observer dans la colonie de Dion – dont la fondation remontait à des plans césariens à l’instar de Corinthe et de Dymé précisément –, où une famille d’affranchis comme les Anthestii put se distinguer parmi les notables locaux, notamment par l’exercice de magistratures et par le biais de plusieurs dédicaces au profit des coloni122. Dans d’autres communautés locales, les affranchis, à défaut de pouvoir entrer de plein droit à la curie, étaient au moins parfois décorés des ornements du décurionat à titre honorifique123. À Philippes, en revanche, les affranchis et leurs descendants furent confinés au sévirat, qui représentait pour eux le seul moyen d’acquérir de la visibilité au sein des institutions publiques de la colonie124. Une possibilité supplémentaire semble néanmoins s’être ouverte aux affranchis philippiens en quête de promotion sociale : elle consista pour eux à se tourner vers la cité voisine de Thasos. On dénombre, en effet, parmi les archontes thasiens plusieurs individus portant un gentilice attesté dans la colonie et un cognomen grec (tels que Λο(ύκιος) Βετουήδιος Ἀπολλινάρις et Λ. Ἀβώνιος Ἡρόδοτος durant la première moitié du iie s.), ce qui suggère que ceux-ci aient été les descendants d’affranchis de gentes philippiennes125. Au contraire de la colonie, la cité de Thasos devait être d’autant plus disposée à accueillir en son sein de nouveaux arrivants – fussent-ils d’origine étrangère et d’ascendance affranchie – que celle-ci fut confrontée dès les premières décennies du ier s. apr. J.-C., pour des raisons démographiques, à un manque chronique de candidats suffisamment aisés pour revêtir les magistratures qui impliquaient des dépenses non négligeables au profit de la collectivité126. De même que la carrière militaire permit aux pérégrins thraces de la colonie de gagner un surcroît de respectabilité, les affranchis philippiens trouvèrent en Thasos un débouché les autorisant à ambitionner le statut de notable civique, ce qui devait passer par l’obtention préalable de la citoyenneté locale et se manifester par l’acquisition de propriétés foncières sur le territoire de la cité. Dans les deux cas, cependant, les perspectives d’ascension sociale qui étaient offertes à ces individus se trouvaient en dehors de Philippes et supposaient qu’ils quittent la colonie.

Les filières de carrières et la structuration de l’élite civique

  • 127 Même dans ce cas, on fera remarquer qu’on ne connaît probablement, par l’épigraphie, que 5 % des du (...)
  • 128 F. Kirbihler, « Un cursus honorum à Éphèse ? Quelques réflexions sur la succession des magistrature (...)
  • 129 G. Alföldy (n. 108) ; J. Gascou, « Magistratures et sacerdoces municipaux dans les cités de Gaule N (...)

27L ’hétérogénéité de l’élite civique philippienne que nous venons de relever sur la base de l’origine géographique et ethnique de ses membres se traduisit par une différenciation sociale en fonction du type de carrière suivie dans la colonie. L ’examen des inscriptions met, en effet, en évidence diverses filières dans les carrières que connaissaient les magistrats municipaux à Philippes. La validité des résultats auxquels permet d’aboutir une telle étude est, cependant, conditionnée par des questions de méthode qu’il convient d’aborder au préalable. Les problèmes qui se présentent lorsque l’on tente d’interpréter une énumération de charges publiques dans une inscription sont multiples et sont inhérents à ce genre de documentation : premièrement, l’ordre dans lequel apparaissent les charges correspond-il à la réalité et est-il ascendant ou descendant ? Ensuite, l’énumération est-elle exhaustive ? Autrement dit, toutes les charges effectivement revêtues ont-elle été mentionnées ? Enfin, l’échantillon épigraphique qui nous est parvenu est-il représentatif des usages les plus courants ? Plus le nombre d’inscriptions prises en compte est grand, plus élevées sont les chances que le tableau qui s’en dégage soit conforme à la pratique. Or, Philippes est, avec Corinthe et Antioche de Pisidie, la seule colonie romaine d’Orient où le matériel épigraphique autorise, quantitativement parlant, une enquête de ce genre127. Parmi les cités pérégrines, Éphèse est un des rares cas où l’étude est possible128. De manière générale, nous avons appliqué à la documentation philippienne la méthode qu’ont employée, par exemple, G. Alföldy et J. Gascou pour analyser respectivement les carrières des élites hispaniques et celles des notables municipaux de Narbonnaise129. La mise en série d’un grand nombre d’inscriptions faisant mention des charges revêtues par les notables locaux permet de relever des tendances dans la manière dont ces fonctions étaient arrangées dans les carrières des magistrats municipaux. En dehors des quelques exigences formelles portant sur l’accès aux magistratures qui étaient communes à l’ensemble des colonies romaines où qu’elles se trouvent dans l’Empire (notamment les conditions d’âge et de cens), on observe une grande variabilité dans le déroulement des carrières civiques selon la communauté locale en question. De nombreux aspects échappaient, en effet, à une réglementation explicite, tels que l’ordre de succession des magistratures inférieures, le nombre de charges et honneurs revêtus par chaque notable au cours de sa carrière, la rapidité de progression de cette dernière. Ce sont précisément ces impondérables, par définition particuliers à chaque communauté, qu’une étude des cursus honorum épigraphiques permet d’appréhender. Or, la configuration que prirent les carrières des notables dans les communautés locales est révélatrice des paramètres sociaux, démographiques, culturels et moraux même parfois, qui déterminaient le cours de la vie civique et qui sous-tendaient le fonctionnement des institutions, du moins l’exercice des charges publiques.

  • 130 Un premier aperçu des résultats de cette enquête avait été présenté dans C. Brélaz, A. D. Rizakis, (...)
  • 131 Voir supra p. 144-158 pour les carrières des édiles et duumvirs.
  • 132 Voir supra p. 133-137 pour le profil des décurions pedani.
  • 133 Un phénomène analogue s’observe dans la colonie latine de Nîmes : M. Christol, « Composition, évolu (...)
  • 134 Le même mécanisme, mais inversé, s’observe dans la colonie de Venusia ; là-bas, c’était l’édilité q (...)
  • 135 Voir supra p. 139-144.

28L ’analyse des carrières des magistrats philippiens telles qu’elles apparaissent dans les inscriptions suggère que deux voies principales s’ouvraient aux notables locaux130. La première passait par l’édilité, puis par une incorporation dans l’ordre des décurions pour aboutir à la charge suprême de la colonie, le duumvirat131. La seconde passait, en revanche, par une cooptation au sein de l’ordo avant toute magistrature pour s’interrompre en général avec la questure132. Or, ces deux filières paraissent avoir été destinées à des catégories différentes de l’élite civique. L ’étude onomastique montre, en effet, que la filière la moins prestigieuse – celle où les notables demeuraient, en général, pedani ou n’accédaient, au mieux, qu’à la questure – concernait avant tout des individus d’extraction pérégrine ou affranchie. Au contraire, la voie menant au duumvirat semble avoir été réservée, en priorité, aux notables issus des familles de colons italiens. On constate, par conséquent, une stratification de l’élite civique en deux groupes selon l’origine sociale et ethnique des individus concernés133. Le type de carrière qu’étaient amenés à suivre les notables philippiens était déterminé par le moment auquel ces derniers entraient à la curie. Le décurionat jouait, de fait, le rôle de pivot pour les carrières locales. Cela explique pourquoi il était fait si fréquemment mention de ce rang dans les inscriptions des notables de la colonie. L ’existence de deux filières dans la carrière municipale philippienne eut des répercussions sur le fonctionnement même des institutions de la colonie. Il semble ainsi que la questure – quand celle-ci n’était pas revêtue par des magistrats confirmés qui s’en acquittaient à titre d’évergésie – était de préférence confiée à des décurions cooptés. Cette charge coûteuse, qui n’avait pas le statut de magistrature régulière à Philippes, était l’unique fonction que pouvaient raisonnablement espérer atteindre ces individus qui n’étaient pas issus des familles les plus en vue de la colonie et qui étaient entièrement redevables à l’ordo de leur entrée à la curie. C’est, dans ce cas, le contexte social propre à l’élite locale qui entraîna une spécificité dans la place dévolue à la questure dans la colonie134. De même, on remarque que les ornements de décurion étaient, en général, à Philippes remis aux jeunes gens promis aux charges les plus élevées dans la colonie, tandis que le décurionat honoraire servait d’ordinaire, dans les autres communautés locales, à rendre hommage à des individus qui n’étaient pas qualifiés pour entrer à la curie, comme les affranchis ou les incolae. Les ornements décurionaux furent, en quelque sorte, utilisés à Philippes afin de présélectionner les membres de l’élite civique en attendant leur intégration complète dans l’ordo135.

  • 136 Ces exceptions aux scénarios récurrents ont été relevées dans les chapitres correspondant à chacune (...)
  • 137 Voir supra p. 148-158.
  • 138 Jacques, Privilège, p. 456-463. Dans l’album de Canusium, toutefois, il s’agit des sénateurs et des (...)
  • 139 Voir infra p. 297-313.
  • 140 Voir supra p. 219-225.
  • 141 Voir supra p. 188-196.

29Le tableau que nous venons de dresser ne se conçoit naturellement pas comme l’énonciation de règles, car il n’existait pas, à Philippes, de schémas de carrières qui auraient été déterminés par avance en fonction des origines sociales des notables. Il ne s’agit là que de tendances, qui n’excluaient pas d’autres combinaisons permettant une promotion aux diverses magistratures dans la colonie136. Par ailleurs, la hiérarchie en vigueur au sein de l’élite civique – qui était, dans les faits, certainement plus complexe et nuancée – ne saurait se réduire aux deux seuls groupes que nous avons mis en évidence. En dépit de la cohésion apparente régnant au sein des notables d’ascendance italienne, on note de multiples subdivisions à l’intérieur même de la couche supérieure de l’élite civique. Pour des raisons mathématiques, seule une minorité des membres du Conseil pouvaient, en particulier, espérer briguer le duumvirat, deux postes étant en jeu annuellement. Même si l’absence d’itération du duumvirat à Philippes suggère un roulement important parmi les détenteurs de la magistrature suprême, les anciens édiles entraient en compétition pour l’obtention de cette fonction avec d’anciens soldats ou des chevaliers qui, revenant dans la colonie après une carrière passée loin de leur patrie, profitaient de leur prestige pour accéder de manière accélérée aux honneurs municipaux les plus élevés. La concurrence était encore plus âpre pour s’acquitter du duumvirat quinquennal, du moment que cette magistrature ne pouvait être revêtue qu’une fois tous les cinq ans137. Le sommet de la hiérarchie de l’élite civique était occupé, dans les communautés locales, par les membres des ordres supérieurs de l’État romain, comme l’illustrent l’album de Canusium et celui de Timgad, où sénateurs et chevaliers figurent en première position138. Cela était nécessairement aussi le cas à Philippes, à la différence près qu’il s’agissait, en l’occurrence, presque exclusivement de membres de l’ordre équestre, la colonie n’ayant – à notre connaissance – donné qu’un seul sénateur, au cours de l’époque antonine139. Les listes de Canusium et de Timgad montrent également que les patrons de la collectivité et les prêtres du culte impérial étaient généralement issus des ordres supérieurs et qu’ils étaient tenus en grande estime. Cela se confirme à Philippes, où l’un des rares patrons de la colonie qui soit connu était un Philippien pourvu du cheval public (60)140 et où une proportion importante des flamines étaient précisément chevaliers141.

  • 142 A. D. Rizakis (n. 106).
  • 143 Annius, Antonius, Atiarius, Burrenus, Caetronius, Cassius, Claudius, Cornelius, Decimius, Dexius, F (...)
  • 144 Il s’agit des Annii, des Caetronii, des Cornelii, des Decimii, des Fulcinii, des Marronii, des Vari (...)
  • 145 Ce sont les Decimii (119), les Fulcinii (124, 133) et les Vibii (140).

30On remarquera, pour terminer, que la polarisation de l’élite civique philippienne en un groupe comprenant les descendants de colons italiens et un groupe ouvert aux notables d’extraction pérégrine ou affranchie ne prit à aucun moment la forme d’une ségrégation. Même s’ils étaient rares, les cas où un notable d’ascendance pérégrine ou affranchie parvint à l’édilité, voire au duumvirat, montrent que l’ascension sociale demeurait possible dans la colonie pour les familles ayant acquis récemment la ciuitas. À l’inverse, tous les descendants de colons ne pouvaient – comme nous l’avons vu – atteindre le duumvirat et certains individus issus de familles italiennes étaient probablement contraints de rester pedani, les magistratures étant attribuées en priorité aux membres des familles les plus en vue. Il n’en demeure pas moins que l’attitude de l’élite civique philippienne envers les individus d’extraction affranchie ou pérégrine était non seulement révélatrice des mentalités et des pratiques sociales propres aux colons italiens, mais elle livre également des indications de nature démographique. Le fait que cette élite ne se soit que très parcimonieusement ouverte aux familles d’affranchis et aux indigènes romanisés implique qu’elle réussit à maintenir stables les effectifs du Conseil sans devoir recourir à des apports exogènes. Le milieu formé par les descendants de colons italiens demeura manifestement assez étoffé pour alimenter pendant trois siècles la majeure partie de l’ordo decurionum. On pourrait y voir une confirmation que le nombre initial de colons déduits à Philippes – à l’occasion de la double fondation de la colonie – fut élevé, sans qu’il soit possible cependant de l’estimer numériquement. L ’élite civique philippienne ne formait d’ailleurs pas, à proprement parler, une stricte oligarchie et les magistratures n’étaient pas monopolisées par quelques grandes familles, comme cela s’observe, en revanche, dans nombre de poleis à l’époque impériale142. Parmi les individus qui furent décurions ou revêtirent une charge publique dans la colonie, on compte une trentaine de gentilices différents143. Sur ce nombre, on relève – à l’exception des gentilices impériaux ou de gentilices très courants comme Valerius – seulement huit familles ayant livré plusieurs décurions, décurions honoraires ou magistrats144, et encore pour trois d’entre elles s’agit-il uniquement d’un père et de son fils145. Par ailleurs, malgré la documentation dont on dispose, nous ne sommes pas en mesure de suivre sur plusieurs générations le parcours de familles engagées dans la vie publique de la colonie, comme cela est souvent possible dans les cités pérégrines de l’Orient romain. On ne peut donc conclure, à Philippes, à la concentration du pouvoir dans les mains d’un groupe de quelques familles uniquement. Les décurions philippiens furent sans doute parfois contraints d’admettre parmi eux des individus dont la famille n’avait obtenu que depuis peu la ciuitas afin de compléter le Conseil et de compenser la mortalité de ses membres. Cette situation dut, d’ailleurs, se présenter de plus en plus fréquemment au cours des iie et iiie s., à mesure que le groupe de familles issus des premiers colons s’érodait faute d’un renouvellement substantiel de l’élite civique. Mais, même dans ce cas, les individus d’ascendance pérégrine ou affranchie qui avaient été cooptés ne pouvaient, pour la plupart, espérer poursuivre une carrière municipale les conduisant jusqu’aux magistratures et aux honneurs les plus élevés. Compte tenu de la hiérarchie structurant l’élite civique, ceux-ci en représentaient, de fait, la frange inférieure et devaient souvent se contenter d’être présents aux séances du Conseil en qualité de décurions sans pouvoir briguer une magistrature.

2. La colonie de Philippes et l’armée

31La colonie de Philippes a, tout au long de son existence, entretenu des relations privilégiées avec l’armée romaine. Les conditions de sa fondation à la suite de la bataille de 42 av. J.-C., l’origine des premiers colons qui y furent déduits par Antoine, sa proximité avec les provinces balkaniques et danubiennes et sa position sur la uia Egnatia sont quelques-unes des raisons qui expliquent que des soldats continuèrent à s’installer ou à séjourner dans la colonie et, à l’inverse, que des Philippiens embrassèrent la carrière militaire.

La colonie de vétérans et les assignations viritanes ultérieures

  • 146 Voir supra p. 60-62.
  • 147 Voir supra p. 25-27.
  • 148 Sartre, Colonies, p. 115-116.

32Comme vient de le confirmer l’étude onomastique des gentilices attestés à Philippes, la population de la colonie fut initialement composée – à l’exception des indigènes, thraces et grecs, qui demeurèrent sur place et qui acquirent le statut d’incolae – des soldats et civils d’origine italienne qu’Antoine, puis Octave-Auguste installèrent en deux phases successives dans cette partie de la Macédoine. À la différence d’autres colonies implantées dans la même province ainsi qu’en Achaïe, comme Dion, Buthrote, Dymé et Corinthe en particulier, on ne trouvait pas à Philippes d’affranchis, de pérégrins romanisés ou de negotiatores parmi les notables locaux au cours des premières années d’existence de la colonie. Philippes fut à l’origine, comme Patras ou Antioche de Pisidie, une colonie de vétérans, même si les inscriptions que l’on peut attribuer à la première génération de colons venus s’établir sur le territoire de l’ancienne cité macédonienne au lendemain de la bataille sont peu nombreuses. Il s’agit des épitaphes du centurion de la IIIe légion C. Rubrius (99) et du soldat de la XVIIIe légion Sex. Volcasius (101), tous deux des vétérans des légions d’Antoine qui avaient pris part à l’affrontement. Originaires respectivement de Modène et de Pise, C. Rubrius et Sex. Volcasius abandonnèrent leur tribu d’origine au profit de la Voltinia au moment de s’établir dans la nouvelle communauté qu’ils contribuèrent à fonder146. On sait, de plus, grâce à des émissions monétaires portant la légende COHOR PRAET que la colonie semble avoir frappées à des fins commémoratives au début du règne de Vespasien, qu’Auguste lotit à Philippes non seulement des civils italiens qui avaient été chassés de la péninsule, mais aussi des vétérans des cohortes prétoriennes147. Cela était conforme à la politique qu’Auguste adopta vis-à-vis de la plupart des colonies fondées en Orient par César ainsi qu’à l’époque triumvirale, consistant à les renforcer par l’installation de nouveaux contingents de colons, qu’il s’agisse de vétérans ou de civils148. La refondation formelle par Auguste de la colonie qu’avait créée Antoine sur le site de la bataille de 42 av. J.-C. ne mit cependant pas un terme définitif à l’envoi de vétérans. La documentation épigraphique montre, en effet, que des soldats qui n’étaient pas originaires de Philippes vinrent de façon continue s’établir dans la colonie à leur licenciement tout au long des ier et iie s. apr. J.-C. Les exemples les plus précoces datent du début du ier s. apr. J.-C., voire encore de la fin du règne d’Auguste. On a ainsi connaissance de deux vétérans légionnaires, l’un inscrit dans la tribu Pollia (103), l’autre originaire de Milan (95), qui érigèrent dans la colonie à cette époque un tombeau pour leur famille respective. Au cours de l’époque julio-claudienne, deux frères inscrits dans la tribu Fabia et ayant servi dans la même légion, la VIeFerrata stationnant en Syrie, s’établirent, de même à Philippes, où l’un d’eux prit la tribu locale et devint même duumvir (59). Sous le règne d’Antonin le Pieux, un certain D. Furius Octavius Secundus, originaire de Sabine, s’installa manifestement aussi dans la colonie au terme d’une brillante carrière qui le mena, de simple soldat au sein des cohortes de vigiles, au primipilat de la Ire légion Italica stationnant à Novae en Mésie Inférieure (78). Ce choix se fit en dépit du fait que Secundus entretenait des relations privilégiées avec d’autres colonies, ayant été reçu comme décurion et honoré des ornements de duumvir à Actium-Nicopolis, en Épire, et peut-être à Oescus, en Mésie Inférieure justement, ce qui ne semble pas avoir été le cas, en revanche, à Philippes.

  • 149 CIPh II.1, App. 4, no 13.
  • 150 P. A. Brunt, Italian Manpower, 225 B.C.–A. D. 14  2(1987).
  • 151 G. Chouquer, F. Favory, Les arpenteurs romains. Théorie et pratique (1992), p. 38-40 ; C. Moatti, « (...)
  • 152 Voir supra p. 96-100.

33La présence dans la colonie, au cours du iie et du iiie s., de plusieurs autres soldats dont l’origine philippienne est douteuse et qui ne paraissent pas s’être trouvés en Macédoine pour les besoins de leur affectation (voir infra) doit probablement s’expliquer de la même façon. Certains de ces soldats, en particulier s’ils avaient servi en Mésie, purent décider de se retirer à Philippes en raison de la proximité relative de la colonie par rapport au limes danubien. L ’environnement romain que constituait la colonie pouvait paraître attrayant à des individus ayant passé la majeure partie de leur vie dans l’armée. C’est une des raisons qui poussèrent également l’officier équestre C. Vibius Quartus, originaire de Thessalonique, à se faire ensevelir dans la colonie (63) et le sénateur C. Iulius Maximus Mucianus à préférer la colonie à la Thrace, où sa famille avait pourtant ses racines et y conservait de puissantes attaches (38). Mais il n’est pas assuré que la décision de s’établir à Philippes ait toujours relevé d’un choix personnel. Ce put parfois être la conséquence de dispositions officielles émanant des autorités impériales elles-mêmes. De même qu’un vétéran de la VIIIe légion Auguste originaire de Philippes, C. Iulius Longinus, fut « déduit » dans le municipe de Reate en Sabine à la fin de son service149, des soldats provenant d’autres régions de l’Empire purent, en effet, recevoir un lot de terre à Philippes en récompense de leurs mérites. Il est probable, du reste, que l’ensemble des terres comprises dans la pertica philippienne n’avaient pas été attribuées lors de la fondation coloniale originelle, ni même lors de la seconde déduction d’Octave. Des portions du territoire colonial devaient donc demeurer disponibles pour des assignations viritanes. La concession de terres à des particuliers était un phénomène bien connu en Italie à l’époque républicaine150. En dehors de la déduction coloniale, donnant lieu à la création d’une entité politique structurée formant localement un prolongement de l’État romain, l’assignation viritane permettait à des individus d’obtenir une portion de l’ager publicus dans la péninsule151. Dans le cas de Philippes, l’installation individuelle et ponctuelle de vétérans supplémentaires put toucher, en particulier, des régions périphériques de la pertica, comme le vallon de Prossotsani ou la Piérie du Pangée, où ne s’était peut-être pas concentrée l’installation des premiers colons152. On relève ainsi dans le vallon de Prossotsani, entre le iie et le iiie s., la stèle d’un vétéran ayant notamment participé aux campagnes daciques de Trajan (94), de même que la dédicace d’un objet indéterminé par un autre vétéran au profit des habitants d’une communauté rurale des environs (uicani), ce qui illustre l’ancrage régional de l’intéressé (92). La stèle du vétéran anonyme dont il a été question ci-dessus (103), lequel était inscrit dans la tribu Pollia et était venu s’établir dans la colonie vers la fin du règne d’Auguste, fut cependant découverte à Akrovouni, au-dessus de Kipia dans la Piérie du Pangée, ce qui suggère que ces portions excentrées du territoire ne furent pas entièrement négligées dans les décennies ayant suivi la création de la colonie. L ’épitaphe du vétéran originaire de Milan (95) fut, pour sa part, trouvée en remploi à Doxato, dans la plaine de Drama.

  • 153 D. G. Romano, « City Planning, Centuriation and Land Division in Roman Corinth: Colonia Laus Iulia (...)
  • 154 L. Keppie, « Colonisation and Veteran Settlement in Italy in the First Century A.D. », PBSR 52 (198 (...)
  • 155 Voir supra p. 23-25. Cf. A. Gonzales, « Du praedium au fundus. Proscriptions, expropriations et con (...)
  • 156 C. Brélaz, « Des communautés de citoyens romains sur le territoire des cités grecques : statut poli (...)
  • 157 Cic., Leg. agr. I 2, 5 ; II 19, 50.
  • 158 S. Sisani, In pagis forisque et conciliabulis. Le strutture amministrative dei distretti rurali in (...)
  • 159 SEG VI 646 ; XVII 578.
  • 160 C. Briand-Ponsart, « Le statut des communautés en Afrique Proconsulaire aux ier et iie siècles », d (...)
  • 161 Emmaüs : Joseph., BJ VII 217 ; cf. B. Isaac, The Limits of Empire. The Roman Army in the East2 (19 (...)

34De la même manière, les traces de centuriation successives que D. Romano a reconnues à l’extrémité Nord-Est du Péloponnèse et qui paraissent s’échelonner jusqu’aux Flaviens pourraient suggérer que la colonie de Corinthe ait continué à accueillir des vagues de colons bien après sa fondation par César153. L ’installation dans des colonies déjà existantes de vétérans provenant de diverses unités est d’ailleurs une pratique attestée pour l’Italie même jusqu’au règne de Vespasien154. Dans de tels cas, l’ajout de nouveaux colons ne modifiait pas le statut de la communauté et n’impliquait pas une refondation de la colonie – au contraire de ce qui s’était produit à Philippes lors de la déduction décidée par Octave –, même si l’établissement de nouveaux arrivants nécessitait toute une série d’ajustements administratifs et juridiques liés au régime des terres155. Des cités pérégrines furent également touchées par des assignations viritanes dans l’Orient romain156. Les autorités romaines semblent, en particulier, avoir tiré profit d’une portion du territoire de la cité pamphylienne d’Attaléia, qui avait été saisie (en même temps que des terres à Phasélis et à Olympos, en Lycie) à la faveur des campagnes que P. Servilius Isauricus avait menées en qualité de proconsul contre les pirates ciliciens et les populations des montagnes d’Anatolie dans les années 78-74 av. J.-C. et qui avait – à titre punitif – été déclarée dans l’intervalle ager publicus, pour distribuer des lots à des citoyens romains157. De même que des solutions originales avaient été trouvées en Italie au cours de l’époque républicaine pour donner consistance aux regroupements de citoyens romains établis dans la péninsule en dehors des fondations coloniales, par le biais de la création d’unités administratives telles que les fora et les conciliabula158, les bénéficiaires des assignations viritanes d’Attaléia formaient vraisemblablement une entité politico-administrative jouissant – à la manière d’un corps constitué – d’un certain degré d’autonomie par rapport à la cité grecque qu’ils côtoyaient, ceux-ci y étant qualifiés de συµπολιτευόµενοι Ῥωµαῖοι159. Une organisation similaire se reconnaît dans divers autres points de l’Empire, notamment en Afrique, où plusieurs communautés de citoyens romains, rassemblant des groupes de vétérans ayant reçu des terres à proximité de castella ou de ciuitates indigènes, étaient qualifiées de pagi et se distinguaient aussi bien des communautés locales pérégrines environnantes que des nombreuses colonies qui avaient été fondées en Proconsulaire160. On relève même dans l’Orient romain des cas d’assignations collectives de plus grande ampleur, comme l’installation par Vespasien de 800 légionnaires sur le site d’Emmaüs près de Jérusalem à la fin de la guerre juive ainsi que de 3 000 vétérans par Hadrien à Cyrène, sans que cela n’aboutisse toutefois à la création formelle de colonies161.

Le recrutement de Philippiens dans l’armée

  • 162 Keppie, Legions, p. 239-248 ; E. Todisco, I veterani in Italia in età imperiale (1999), p. 260-264.
  • 163 C’est de cette façon que les colonies furent décrites par les Italiens qui vinrent se plaindre aupr (...)
  • 164 Voir supra p. 19-20.
  • 165 Joseph., BJ II 67 ; AJ XVII 287 ; cf. B. Isaac (n. 161), p. 325-327.
  • 166 Tac., Hist. I 65 : cuncta illic externa et hostilia ; se, coloniam Romanam et partem exercitus et p (...)
  • 167 H. Ben Hassen, L. Maurin (éds), Oudhna (Uthina). La redécouverte d’une ville antique de Tunisie (19 (...)
  • 168 G. Forni, Il reclutamento delle legioni da Augusto a Diocleziano (1953), avec les compléments réuni (...)
  • 169 La représentation de symboles militaires n’était cependant pas l’apanage des colonies et les enseig (...)

35L ’origine militaire de la colonie de Philippes n’impliquait pas que les descendants des premiers colons s’engagent eux aussi dans l’armée. Seuls les soldats établis par Antoine, puis Octave-Auguste étaient encore tenus par des obligations militaires. Les vétérans pouvaient, en effet, être rappelés en cas de nécessité. Jusqu’au règne de Vespasien, les vétérans continuèrent à dépendre pour une durée de cinq ans en tant que réservistes de la légion dans laquelle ils avaient servi162. L ’épigraphie philippienne fait connaître, à la fin de l’époque augustéenne, un vétéran portant le titre de curator qui pourrait avoir joué un rôle dans l’organisation administrative d’un contingent de vétérans, éventuellement établi comme lui dans la colonie (103). Dans le contexte troublé des guerres civiles de la fin du ier s. av. J.-C. qui présida à la création de la majorité des colonies fondées tant en Orient qu’en Occident, les imperatores entendaient pouvoir compter au besoin sur le soutien physique et matériel de leurs vétérans dans les colonies, lesquelles représentaient, en Italie et dans les provinces, autant de foyers de clientèles acquis à leur cause163. Cette perspective encouragea certainement César, en particulier, à envisager la fondation de plusieurs colonies dans des régions qui s’étaient trouvées jusqu’alors sous l’emprise de son rival Pompée, notamment sur les côtes de l’Épire (Buthrote, Dyrrachium) et dans le Pont, en Bithynie, ainsi que dans la région des Détroits (Sinope, Héraclée, Apamée, Parion, Lampsaque)164. De la même manière, la colonie de Berytus fut, en 4 av. J.-C., soit dix ans après sa fondation, en mesure de fournir d’urgence au gouverneur de Syrie 1 500 hommes pour lui servir d’auxiliaires (ἐπίκουροι) afin de mater une révolte en Judée165. Une fois passée la première génération, toutefois, les colonies devinrent des communautés entièrement civiles et leurs citoyens ne furent plus forcés de servir dans l’armée. Il n’en demeure pas moins que les habitants des colonies qui avaient été fondées par des vétérans étaient très fiers de leur origine militaire et qu’ils conservaient des liens étroits avec l’armée. Ainsi, dans le contexte de la rivalité entre les colonies de Lyon et de Vienne, qui s’exprima à l’occasion de la guerre civile de 68-69, les Lyonnais rappelèrent qu’à la différence de leurs adversaires – qu’ils n’hésitaient pas à qualifier d’étrangers du fait que Vienne avait été à l’origine une ciuitas pérégrine promue au rang de colonie latine –, ils formaient, quant à eux, « une partie de l’armée »166. Les colonies gardaient même parfois dans leur titulature la mémoire de l’unité dont étaient issus les premiers vétérans, à l’instar de la colonie d’Uthina en Afrique qui est dite colonia Iulia Pietas Tertiadecimanorum parce que les premiers colons avaient servi dans une légion portant le numéro XIII et des colons d’Arles dits Sextani car leurs ancêtres étaient issus de la VIe légion167. Par ailleurs, à l’inverse des troupes auxiliaires, l’engagement dans la légion était toujours, au cours du ier s. apr. J.-C., un privilège du citoyen romain, si bien que, dans l’environnement essentiellement pérégrin que représentaient les provinces orientales et hellénophones, les colonies étaient, de fait, des foyers de recrutement168. La disposition des citoyens des colonies romaines d’Orient à s’engager dans l’armée illustre la loyauté et le patriotisme qui animaient ces communautés locales, le plus souvent enclines à perpétuer le souvenir de leur fondation militaire (comme le montrent, en particulier, les émissions monétaires figurant des enseignes)169 et à affirmer leur identité romaine, notamment par l’usage de la langue latine et l’entretien des cultes de l’État romain. À cet égard, le cas de Corinthe, dont les premiers colons furent des affranchis et dont l’acculturation à l’hellénisme fut très précoce, est tout à fait atypique.

  • 170 74, 77, 82 (la tribu du soldat se déduit de celle de son frère, qui est mentionnée), 84-85, 87 ; CI (...)
  • 171 6, 52, 62, 72, 73, 75, 76, 81, 83, 86, 88-94, 96-98, 100, 102, 104-108, 111. Voir supra p. 69-72.
  • 172 52, 73, 75, 83, 86 (voir cependant infra Annexe 2, p. 348-349), 91, 96-98, 102, 105. Une épitaphe i (...)
  • 173 CIPh II.1, App. 4, nos 29, 32, 34.
  • 174 62, 72, 76, 81, 88-90, 93-94, 100, 104, 106-108, 111.

36On a connaissance de près d’une trentaine d’individus ayant fait une carrière dans l’armée, depuis l’époque julio-claudienne jusqu’au ive s., qui peuvent être considérés de façon certaine comme Philippiens en raison de la mention explicite de leur tribu ou de leur origo pour ceux qui se trouvaient en dehors de la colonie (tabl. 13)170. À ces individus peuvent être ajoutés une dizaine de soldats pour lesquels une origine philippienne, à défaut d’être assurée, est néanmoins probable. Il se trouve que la tribu d’un grand nombre de soldats fut omise ou n’a pas été conservée dans les inscriptions171. Toutefois, une origine philippienne peut être postulée pour ceux dont l’épitaphe mentionne un parent172. On admet, en l’occurrence, que la famille du soldat était originaire de la colonie, même si on ne peut exclure que l’intéressé s’était installé à Philippes – où il s’était marié et avait eu une descendance – seulement après avoir obtenu son congé. La mention d’une mère (97, 105) ou d’un frère (73, 102), plutôt que d’une épouse ou d’un fils, plaide, du moins, nettement en faveur de l’enracinement de la famille dans la colonie. C’est parfois l’appartenance à une gens par ailleurs bien représentée dans la colonie qui permet de retenir une origine philippienne pour un soldat, comme le primipile L. Atiarius Schoenias qui accéda ensuite à l’ordre équestre (6). Une origine de la colonie peut également être tenue comme vraisemblable pour quelques soldats apparaissant en tant que témoins dans des diplômes militaires aux côtés d’individus qui sont, pour leur part, explicitement identifiés comme Philippiens : on peut considérer, dans ce cas, que l’origine philippienne était sous-entendue pour ces soldats173. Dans plusieurs autres inscriptions, en revanche, le doute subsiste174 et nous verrons que certains soldats dont l’origine philippienne est incertaine ou douteuse paraissent, en réalité, avoir séjourné dans la colonie uniquement pour les besoins de leur mission.

CIPh II.1 Nom du soldat Mention de la tribu Voltinia ou de l’origo Carrière
6 L. Atiarius Schoenias non [prim pil ?] – [praef ---] prim pil leg XXI Rapax – trib coh praet – trib leg V[---] – juge des cinq décuries – flam bis à Philippes [---]
52 Q. Claudius Capito non praef castr leg XIII Gemina
73 Q. Aianius Ingenus non vet coh I vig
74 G. Annicius [---] oui mil coh VIII praet [---] benef – optio carceris [---] in centuria – signifer – curator fisci ( ?) – benef praef praet – evoc Aug – orn dec hon à Philippes ( ?)
75 M. Aurelius Bitys non vet coh X praet
77 T. Flavius Maximus oui vet coh X urb
82 C. Publicius Victor (oui) mil coh XIII urb – tesser – optio – signifer – comment
83 Ti. Sp[---] Iustus non mil XI coh urb
84, 85 L. Tatinius Cnosus oui mil coh IV praet – sing – benef trib – optio – benef praef praet – evoc Aug – cent coh IV vig – cent statorum – cent coh XI urb
86 Licinianus non protector
87 [---] oui [---] coh X praet
91 M. Aurelius Lucius non vet II leg Parthica
96 C. Iulius Niger non vet
97 M. Lucilius Glaucus non vet
98 L. Magius non vet leg XIII
102 [---]as [---] non vet
105 [---] non [---] leg II Herculia
App. 4, no 1 P. Aelius Pacatus oui mil coh I praet
App. 4, no 2 P. Aelius Valerianus oui speculator coh praet
App. 4, no 5 M. Aurelius Aprilis oui mil coh praet
App. 4, no 6 M. Aurelius Cottus oui mil coh praet
App. 4, no 7 M. Aurelius Fuscus oui mil coh praet
App. 4, no 8 M. Aurelius Larcus oui mil coh praet
App. 4, no 10 C. Fulvius oui mil leg XI
App. 4, no 11 D. Furius Octavius Octavianus oui mil
App. 4, no 12 M. Herennius oui mil leg XV Apollinaris
App. 4, no 13 C. Iulius Longinus oui vet leg VIII Augusta
App. 4, no 14 P. Lucretius Apulus oui mil coh IX praet
App. 4, no 15 L. Novellius Crispus oui vet
App. 4, no 16 C. Sallustius Crescens oui mil coh IV praet
App. 4, no 17 C. Valerius oui mil leg XV Apollinaris
App. 4, no 18 C. Valerius oui mil leg XV Apollinaris
App. 4, no 19 L. Valerius oui mil leg VII
App. 4, no 20 P. Valerius Rufus oui speculator coh III praet
App. 4, no 21 C. Valerius Trophimianus oui vet leg VII Claudia Pia Fidelis
App. 4, no 23 Q. Vilanius Nepos oui cent coh XIII urb
App. 4, no 24 [---]nicius Maximus oui mil coh VI praet
App. 4, no 25 [---]s Scalvinus oui mil coh VII praet
App. 4, no 26 [---] oui mil
App. 4, no 29 C. Caesius Longinus (oui) vet
App. 4, no 30 Celsus Cozzupaei f. oui eques ala Antiana Gallorum et Thracum
App. 4, no 31 M. Percennius oui mil [leg VII ?]
App. 4, no 32 M. Pontius Pudens (oui) vet
App. 4, no 34 M. Vibius Macedo (oui) vet
  • 175 CIPh II.1, App. 4, nos 12, 17, 18.
  • 176 CIPh II.1, App. 4, nos 19, 21, 31 ( ?). Le soldat Ti. Claudius Maximus (94), dont l’origine est inc (...)
  • 177 CIPh II.1, App. 4, no 10 ; 95. Pour d’autres légionnaires philippiens, voir 91 (IIe légion Parthica(...)
  • 178 74-75, 85, 87 ; CIPh II.1, App. 4, nos 1-2, 5-8, 14, 16, 20, 24-25. Voir aussi peut-être CIPh II.1, (...)
  • 179 M. Durry, Les cohortes prétoriennes (1938), p. 239-247 ; H. Freis, Die cohortes urbanae (1967), p.  (...)
  • 180 77, 82, 83 ; CIPh II.1, App. 4, nos 23, 26 ( ?).
  • 181 CIPh II.1, App. 4, no 23.
  • 182 F. Bérard, Larmée romaine à Lyon (2015), p. 37-80.
  • 183 CIPh II.1, App. 4, no 23. Voir, de même, le commentaire à l’inscription 73 pour l’âge de recrutemen (...)
  • 184 CIPh II.1, App. 4, nos 10, 19.
  • 185 CIPh II.1, App. 4, no 17.
  • 186 CIPh II.1, App. 4, no 12.
  • 187 CIPh II.1, App. 4, no 23.
  • 188 C. Valerius Ulpianus fut, pour sa part, bénéficiaire dans les cohortes urbaines et, après avoir ent (...)
  • 189 82 (commentariensis dans les cohortes de vigiles), 105 (sous-officier dans une légion) ; CIPh II.1, (...)

37On dénombre parmi les soldats philippiens une vingtaine de légionnaires. La plupart servirent dans des légions stationnant en Dalmatie ou dans les provinces danubiennes, en particulier la XVeApollinaris à Carnuntum175, la VIIe (Claudia Pia Fidelis) à Tilurium en Dalmatie, puis à Viminacium176, ainsi que la XIe à Burnum en Dalmatie, dont était également issu un vétéran originaire de Milan venu, à l’inverse, s’installer à Philippes dans les premières décennies du ier s. apr. J.-C.177. Un nombre important de Philippiens s’engagèrent aussi dans les troupes de la garnison de l’Urbs. Les listes des contingents des cohortes (laterculi) affichées à Rome ainsi que les diplômes militaires – où ceux-ci apparaissent en qualité de témoins – nous font connaître, entre autres, une quinzaine de prétoriens originaires de la colonie178. La majorité d’entre eux servirent dans le courant du ier et du iie s., à une époque où le recrutement des cohortes prétoriennes, comme celui des cohortes urbaines, était limité à l’Italie et aux citoyens romains provenant des colonies disséminées dans les provinces179. Quelques Philippiens s’engagèrent justement aussi dans les cohortes urbaines180, ainsi que dans les cohortes de vigiles (73). Deux urbaniciani furent affectés dans la treizième cohorte qui stationna successivement à Carthage181, puis à Lyon (82)182. On note encore un homme qui servit comme protector au sein de la garde impériale dans le courant du ive s. (86). L ’âge du recrutement de plusieurs soldats philippiens se déduit de la mention conjointe, dans leurs épitaphes, de leur âge et de leur nombre d’années de service : un urbanicianus fut ainsi recruté à dix-huit ans183, des légionnaires à vingt184, vingt et un185 et vingt-deux ans186. Plusieurs de ces soldats parvinrent à gravir différents échelons au sein de la hiérarchie militaire. Le cas du chevalier L. Atiarius Schoenias – qui pouvait être de lointaine ascendance affranchie – est, à cet égard, exceptionnel, puisqu’il réussit à accéder à l’ordre équestre par le biais du primipilat, ce qui indique qu’il s’agissait d’un soldat de carrière (6). Q. Claudius Capito fut nécessairement aussi primipile avant de devenir préfet du camp de la XIIIe légion Gemina (52). D’autres soldats atteignirent le centurionat ou des grades comparables, comme Q. Vilanius Nepos dans les cohortes urbaines187. L. Tatinius Cnosus connut une promotion remarquable : de simple soldat dans les cohortes prétoriennes, il occupa différents postes de sous-officier avant de poursuivre sa carrière au-delà de la période réglementaire en qualité d’évocat de l’empereur – il fut même décoré par Domitien – et d’accéder au grade de centurion successivement dans trois troupes de l’Urbs, chez les vigiles, les statores et les urbaniciani (85). Un certain G. Annicius fut, de même, prétorien, bénéficiaire du préfet du prétoire et évocat, décoré par l’empereur Trajan (74)188. On compte encore quelques autres sous-officiers189.

  • 190 CIPh II.1, App. 4, no 11.
  • 191 Aianius (73), Annicius (74), Atiarius (6), Caesius (CIPh II.1, App. 4, no 29), Fulvius (CIPh II.1, (...)
  • 192 CIPh II.1, App. 4, no 13.
  • 193 CIPh II.1, App. 4, nos 1-2, 5-8 : la datation de l’inscription mentionnant ces M. Aurelii montre qu (...)
  • 194 CIPh II.1, App. 4, no 6. Voir CIPh II.1, App. 4, nos 27-28, où les cognomina thraces portés par les (...)
  • 195 CIPh II.1, App. 4, no 30.
  • 196 CIPh II.1, App. 4, no 33. Pour un éventuel lien avec les (L.) Titii philippiens, voir Brélaz, Appor (...)
  • 197 J. C. Mann, « Name Forms of Recipients of Diplomas », ZPE 139 (2002), p. 227-234.

38Tous les soldats d’origine philippienne n’étaient pas nécessairement issus des familles des premiers colons déduits par Antoine ou Octave-Auguste. Dans un cas, on peut même prouver le contraire : le soldat D. Furius Octavius Octavianus, qui fit mention de sa tribu Voltinia dans une épitaphe qu’il érigea dans la ville de Rome à la mémoire de ses parents190, était certainement le descendant d’un primipile originaire de Sabine, D. Furius Octavius Secundus, lequel vint s’établir à Philippes sous le règne d’Antonin le Pieux (78). Sur la vingtaine de gentilices attestés parmi les soldats originaires de la colonie191, plusieurs – dont Aianius, Atiarius, Percennius, Tatinius, Vilanius – sont néanmoins suffisamment rares pour que l’on puisse estimer qu’ils remontaient aux familles italiennes installées dans la colonie lors de l’une ou l’autre des deux phases successives de sa création. L ’examen de leurs noms montrent, par ailleurs, que plusieurs soldats, tout en revendiquant à bon droit la colonie comme origine, avaient une ascendance pérégrine. C’est le cas, en particulier, des soldats portant un gentilice impérial, tels que le légionnaire C. Iulius Longinus192, l’urbanicianus T. Flavius Maximus (77) et les différents P. Aelii et M. Aurelii que l’on compte parmi les prétoriens, ces derniers étant issus de familles ayant reçu la citoyenneté romaine de Marc Aurèle193. Plusieurs autres soldats portant un gentilice impérial et ayant tu leur filiation et leur tribu étaient probablement aussi des Philippiens d’ascendance pérégrine, et plus particulièrement thrace. C’est le cas, en particulier, du prétorien M. Aurelius Bitys au vu de son cognomen et de son union avec Aelia Philicè, d’ascendance pérégrine elle aussi (75). Le fait que Ti. Claudius Maximus (94), le sous-officier ayant capturé le roi Décébale lors des guerres daciques, et M. Aurelius Lucius (91), un vétéran de la IIe légion Parthica – dont le recrutement était principalement danubien et thrace –, se soient installés sur le territoire de la colonie à la fin de leur service pourrait suggérer qu’ils étaient l’un et l’autre issus de familles pérégrines romanisées installées à Philippes ou, à la rigueur, provenant de Thrace même. Les noms d’inspiration thrace portés par les affranchis du vétéran C. Iulius Niger, dont la famille obtint la ciuitas d’Auguste, laissent entendre une même origine pour leur patron (96). Le cognomen du prétorien philippien M. Aurelius Cottus194 et le cognomen Thiaucelianus porté par le frère de l’urbanicianus T. Flavius Maximus (77) font, pareillement, de ces soldats des descendants d’incolae thraces ressortissants de la colonie. On relève d’ailleurs un de ces incolae revendiquant la colonie comme origine dans une troupe auxiliaire, un certain Celsus Cozzupaei f., qui servit au iie s. dans l’ala Antiana Gallorum et Thracum, stationnée en Syrie-Palestine195. Un dénommé L. Titius ayant servi dans la seconde moitié du ier s. comme soldat dans une cohorte stationnée en Mésie Supérieure – si son origine philippienne est avérée – devait, quant à lui, être issu d’une famille ayant acquis récemment la ciuitas ou avoir une ascendance affranchie196, car il est peu probable qu’un individu provenant d’une famille qui possédait de longue date la citoyenneté romaine ait été recruté dans une unité auxiliaire plutôt que dans la légion197.

  • 198 R. Sablayrolles, Libertinus miles. Les cohortes de vigiles (1996), p. 33-37, 178-181.
  • 199 CIPh II.1, App. 4, no 21.
  • 200 CIPh II.1, App. 4, nos 17-20.

39D’autres soldats philippiens provenaient certainement de familles d’extraction affranchie, comme C. Publicius Victor, dont les ancêtres devaient avoir été esclaves publics de la colonie, comme le montre leur gentilice (82). En dépit de son cognomen, le vétéran Q. Aianius Ingenus – qui ne fit état ni de sa tribu ni de sa filiation – était probablement, lui aussi, un descendant d’affranchis, ce qui est conforme à ce que l’on sait du recrutement des cohortes de vigiles dont il avait fait partie (73)198. Le vétéran légionnaire C. Valerius Trophimianus199, au vu de son cognomen grec, pourrait, quant à lui, avoir été le descendant d’un affranchi des Valerii, qui étaient très nombreux à Philippes et parmi lesquels on compte plusieurs autres soldats200. On peut considérer, enfin, également en raison de son cognomen, que le primipile, puis officier équestre L. Atiarius Schoenias était, lui aussi, issu d’une famille d’ascendance affranchie, l’un de ses ancêtres ayant pu être au service d’un membre de la gens philippienne des Atiarii (6).

  • 201 I. Haynes, Blood of the Provinces. The Roman Auxilia and the Making of Provincial Society from Augu (...)
  • 202 Voir supra p. 270-274.
  • 203 Cf. F. Bérard (n. 182), p. 343-344.
  • 204 M. Zahariade, The Thracians in the Roman Imperial Army from the First to the Third Century A.D. I. (...)

40La proportion importante d’individus d’ascendance pérégrine et affranchie parmi les soldats dont l’origine philippienne est avérée ou vraisemblable (une quinzaine d’attestations sur un peu plus de quarante soldats) montre que l’engagement dans l’armée représentait un moyen d’ascension sociale pour les membres des familles ayant acquis la ciuitas de fraîche date, voire pour les pérégrins eux-mêmes dans le cas des incolae ayant servi dans les troupes auxiliaires dans la mesure où ils étaient récompensés par la ciuitas au terme de leur carrière201. À défaut de réussir à pénétrer dans le cercle des élites civiques, ces individus, qui se voyaient le plus souvent barrer l’entrée à la curie par les notables d’origine italienne202, pouvaient du moins envisager une carrière militaire. Leur promotion et les immunités dont ils profitaient en qualité de vétérans leur conféraient un statut social enviable parmi les habitants de la colonie et le prestige qu’ils en tiraient rejaillissait sur leur famille, comme le montre l’épitaphe collective des C. Publicii (82), où les différents grades que connut C. Publicius Victor comme sous-officier des cohortes urbaines furent soigneusement énumérés par son frère203. La carrière des armes s’ouvrait également aux citoyens romains de souche, aux colons dont l’extraction sociale et la fortune n’étaient pas suffisamment élevées pour pouvoir espérer faire partie des notables municipaux. Il apparaît ainsi que le milieu familial de plusieurs soldats était modeste : c’est le cas de Ti. Sp[---] Iustus, soldat de la onzième cohorte urbaine, qui épousa Iulia M[---] qui était certainement d’ascendance pérégrine comme le suggère son gentilice (83) ; de M. Lucilius Glaucus qui était le fils naturel de Lucilia Vitalis et qui hérita du gentilice de sa mère en l’absence d’un père légitimement reconnu ou possédant la citoyenneté romaine (97) ; enfin, de L. Magius dont la fille épousa un affranchi (98). La part des individus d’origine thrace parmi les soldats philippiens rappelle que ces derniers formaient – par rapport aux pérégrins d’ascendance grecque – la majorité des incolae sur le territoire de Philippes. Cela illustre, à l’échelle de la colonie, un phénomène qui se vérifie pour l’ensemble de l’aire thrace, à savoir l’attachement de ce groupe ethnique pour la carrière militaire, comme l’atteste le grand nombre de pérégrins et de citoyens romains issus de cette population et de la province de Thrace qui servirent, pour les premiers, dans la flotte et dans les troupes auxiliaires (dont plusieurs, des cohortes aussi bien que des ailes de cavalerie, formèrent des contingents ethniques composés essentiellement de Thraces) et, pour les seconds, dans la légion et les cohortes prétoriennes204.

  • 205 T. C. Sarikakis, Ῥωµαῖοι ἄρχοντες τῆς ἐπαρχίας Μακεδονίας (1971-1977), 2 vol. (on retirera de la li (...)
  • 206 P. Le Roux, « De Dyrrachium à Tarraco. À propos de AE, 1995, 974 », dans R. Baudry, S. Destephen(...)
  • 207 F. Papazoglou, « Oppidum Stobi civium Romanorum et municipium Stobensium », Chiron 16 (1986), p. 21 (...)
  • 208 Rizakis, Patras, p. 73.
  • 209 Collart, Philippes, p. 510-519.
  • 210 Il s’agit des individus suivants : 1) Nonius Verecundus, qui fut soldat dans une cohorte de la garn (...)
  • 211 Amphipolis : Pilhofer II 389 (cf. CIPh II.1, p. 369) ; CIL III 142062. Serrès : ILGR 229 ; Pilhofer(...)

41La colonie de Philippes est, dans la province de Macédoine, de loin la communauté locale à avoir donné le plus de soldats à l’armée romaine205. Mis à part le cas de la cité libre de Thessalonique, où la citoyenneté romaine était largement diffusée au sein de la population locale du fait de son statut de capitale provinciale et d’où étaient par conséquent originaires de multiples militaires, on note qu’un nombre non négligeable de soldats provenaient également de la colonie de Dyrrachium206, ainsi que de Stobi, qui était – avec Coila en Chersonèse de Thrace – l’un des deux seuls municipes romains dans les provinces hellénophones de l’Empire207. Le cas de Philippes est remarquable parmi le reste des colonies romaines d’Orient. Sans même parler de Corinthe, où il n’existait pas de tradition militaire en raison de l’origine affranchie des premiers colons, ou des autres colonies de Macédoine – telles que Dion, Pella ou Cassandrée – dont on a vu que le faciès des colons était sensiblement différent qu’à Philippes, aucune des colonies de vétérans fondées dans ces provinces n’a livré autant de soldats. On s’étonnera, en particulier, qu’on ne connaisse pas de Patréen ayant servi dans l’armée208. L ’état très favorable de la documentation épigraphique disponible pour Philippes ne suffit pas à expliquer ce déséquilibre. Il apparaît que la colonie avait maintenu vivace une culture militaire remontant à sa double fondation. La proximité relative de Philippes par rapport au limes danubien et, surtout, la position de la colonie sur la uia Egnatia, fréquemment empruntée par les troupes se rendant en Orient209, tout autant que le voisinage de la Thrace qui était une région privilégiée de recrutement, sont autant de facteurs qui durent contribuer à attiser l’intérêt des Philippiens pour la carrière militaire, à l’inverse de ce qui prévalait dans la colonie de Patras, en Achaïe, qui était située dans une province éloignée du front et où l’engagement dans l’armée était très peu prisé des pérégrins. Le rôle prédominant joué par la colonie de Philippes dans le recrutement de soldats en Macédoine orientale, cependant, ne devrait pas nous pousser à considérer comme nécessairement philippiens les rares militaires attestés dans la cité voisine de Thasos210. Car, sans compter que des individus originaires d’une cité pérégrine pouvaient s’engager dans l’armée romaine (et même dans la légion s’ils possédaient la ciuitas), les exemples d’Amphipolis et de Serrès notamment montrent que des vétérans non originaires de Philippes pouvaient décider de s’établir dans une communauté locale voisine de la colonie211.

La participation des soldats à la vie publique de la colonie

  • 212 CIPh II.1, App. 4, nos 10, 19.
  • 213 CIPh II.1, App. 4, nos 12, 17, 18.
  • 214 CIPh II.1, App. 4, no 23.
  • 215 CIPh II.1, App. 4, no 13. Voir supra p. 60-61. L ’origine philippienne d’un soldat décédé en Liguri (...)
  • 216 Le même constat vaut pour la cité thrace de Philippopolis dont étaient originaires de nombreux sold (...)
  • 217 Jacques, Privilège, p. 618-635 ; G. Wesch-Klein, Soziale Aspekte des römischen Heerwesens in der Ka (...)
  • 218 Voir supra n. 191.
  • 219 Voir supra n. 143. Le gentilice Atiarius, qui apparaît dans les deux listes, concerne le même perso (...)
  • 220 Nous excluons ici le primipile L. Atiarius Schoenias, qui accéda au flaminat dans la colonie sans d (...)

42Malgré le nombre important de Philippiens qui s’engagèrent dans l’armée, très peu d’entre eux entamèrent une carrière municipale dans la colonie au moment de réintégrer la vie civile. Tous les soldats philippiens ne retournaient d’ailleurs pas dans leur patrie. Plusieurs d’entre eux moururent durant leur service sur le lieu de cantonnement de leur unité et on relève ainsi leurs épitaphes en Dalmatie212, en Pannonie213, à Carthage214. En outre, de la même manière que des soldats, originaires surtout d’Italie, vinrent s’installer à Philippes à leur licenciement au cours des ier et iie s. apr. J.-C., des Philippiens quittèrent, à leur tour, la colonie afin de s’établir dans une autre partie de l’Empire à la fin de leur service. Ce fut le cas, en particulier, de C. Iulius Longinus, qui servit dans la VIIIe légion Auguste en Mésie et qui reçut à son congé de l’empereur Vespasien un lot de terre dans le municipe de Reate en Sabine, où il s’établit définitivement et transféra son origo en adoptant la tribu locale (deductus ab diuo Augusto Vespasiano Quirin(a) Reate)215. C’est surtout le statut dont jouissaient les vétérans dans leur cité d’origine après leur service qui explique pourquoi les soldats furent si peu enclins à s’acquitter de fonctions publiques dans la colonie216. Les vétérans faisaient, en effet, partie des rares catégories de la population à se voir garantir par la législation impériale l’exemption des magistratures et des charges de contrainte dans les communautés locales217. Par ailleurs, le fait d’entamer une carrière civique entraînait, pour le vétéran, la perte de son immunité. On en déduit donc que les soldats qui étaient prêts à se défaire de leurs privilèges, d’une part disposaient de ressources en suffisance pour assumer les fonctions publiques auxquelles ils prétendaient, d’autre part cherchaient, par ce biais, à accroître leur notoriété localement en côtoyant l’élite civique. Il est intéressant de relever, à ce propos, qu’à l’exception d’un gentilice aussi banal que Valerius et des gentilices impériaux, les gentilices des soldats philippiens218 ne se recoupent pas avec les gentilices des magistrats municipaux de la colonie219. Cela confirme que les individus prêts à s’engager dans l’armée étaient issus de milieux sociaux différents de ceux promis à une carrière civique et qu’en l’occurrence, ils provenaient certainement de familles d’un rang social inférieur, comme nous l’avons noté plus haut. De fait, il n’est pas certain que se soient trouvés des individus d’origine philippienne parmi les rares soldats qui exercèrent des fonctions publiques dans la colonie. Un soldat de la garnison de Rome paraît avoir été questeur (89) et un vétéran légionnaire parvint même au duumvirat (93), ce qui est remarquable, mais leur tribu demeure inconnue du fait de l’état fragmentaire des inscriptions les mentionnant. Un sous-officier des cohortes urbaines, C. Valerius Ulpianus, devint après sa carrière militaire questeur, duumvir et flamine du culte impérial dans la colonie, puis accéda à la préfecture des ouvriers en charge auprès d’un des deux consuls à Rome, mais il n’est pas parfaitement assuré non plus qu’il ait été originaire de Philippes. En tout état de cause, Ulpianus dut mettre à profit son grade de sous-officier pour pénétrer dans l’élite civique locale (62). Dans ce lot, le seul soldat dont l’origine philippienne est indubitable fut le prétorien G. Annicius, visiblement décoré des ornements de décurion, voire de duumvir (74)220. L ’intéressé dut certainement ces marques d’honneur au fait qu’il avait suivi une carrière militaire exceptionnelle qui, de simple soldat, l’avait conduit à la fonction d’évocat de l’empereur et lui avait permis de recevoir des décorations de la part de Trajan en personne. Ces honneurs, toutefois, du moment qu’ils conféraient essentiellement la dignité du rang de décurion (ou de la fonction de duumvir) sans en donner les prérogatives, permirent sans doute à G. Annicius de conserver son immunité de vétéran. On ignore, dans ce cas, s’ils furent le préambule à une carrière municipale en bonne et due forme. Un des soldats qui revêtirent des magistratures municipales à Philippes était, pour sa part, de façon certaine, étranger à la colonie. Il s’agit du centurion de la VIe légion Ferrata P. Mucius, qui abandonna sa tribu d’origine au profit de la Voltinia lors de son installation à Philippes, devint citoyen de la colonie et assuma la fonction de duumvir (59). Son cas est particulièrement intéressant, car son frère C. Mucius Scaeva, qui servit dans la même légion en qualité de primipile avant d’être promu au rang équestre et de devenir préfet de cohorte, conserva, pour sa part, la tribu d’origine de la famille et n’exerça aucune charge publique à Philippes. C’est, en l’occurrence, le frère bénéficiant du rang hiérarchique et social le moins élevé qui choisit de suivre une carrière municipale à Philippes, sans doute parce que lui faisait défaut le prestige que C. Mucius Scaeva devait tirer de son appartenance à l’ordre équestre.

  • 221 88, 106-107.
  • 222 109-110.
  • 223 Comparer le relief accompagnant l’épitaphe d’un cavalier ayant servi en Bretagne : AE 2006, 750 (où (...)

43Même sans s’acquitter de magistratures ni faire partie de l’ordre des décurions, les soldats semblent avoir joui de considération dans la colonie, du moins certains sous-officiers. On constate ainsi que le centurion L. Tatinius Cnosus fut honoré d’une base de statue sur le forum (85) – certes érigée à l’initiative des vétérans d’une unité qu’il avait commandée – et qu’il offrit lui-même quelques années auparavant, dans la même portion du forum, une dédicace à une allégorie impériale (84), qu’il invoqua au profit de la colonie (Quies Aug(usta) col(oniae) Philippiens(ium)). Ces monuments, se dressant au centre de la ville, suggèrent que Cnosus, sans être magistrat, était un homme de notoriété publique à Philippes. Plusieurs autres bases honorifiques, provenant aussi du forum, célébraient des individus ayant servi dans les cohortes urbaines et dans des légions221. Deux bases monumentales y furent également érigées par une légion et par la flotte d’Alexandrie222, peut-être en l’honneur d’un officier s’étant installé dans la colonie, s’il est exact de mettre ces corps de troupe en relation avec l’officier équestre C. Vibius Quartus, originaire de Thessalonique (63). De même, on peut déduire de l’énumération de la carrière du primipile D. Furius Octavius Secundus dans la dédicace qu’il fit ériger au sanctuaire du Héros Aulonitès, à Kipia, que celui-ci était un notable influent, même si Secundus ne provenait pas de Philippes et bien que ce soit dans d’autres colonies – dont Actium-Nicopolis et peut-être Oescus – qu’il fut reçu dans l’ordre des décurions (78). Enfin, nous signalerons la grande stèle de Ti. Claudius Maximus par laquelle ce sous-officier célébra ses exploits militaires et les décorations obtenues lors de diverses campagnes et, en particulier, la capture du roi dace Décébale, dont la scène fut de surcroît illustrée par un relief (94)223. Aussi modeste que soit demeurée la carrière de Maximus, qui ne parvint qu’au grade de décurion d’aile, et quoique sa stèle fût érigée dans une région très excentrée du territoire colonial (le vallon de Prossotsani), ce soldat put s’enorgueillir de ses faits d’armes et devait en tirer une réputation, si ce n’est dans l’ensemble de la colonie, du moins localement.

La présence et le stationnement de soldats sur le territoire colonial

  • 224 R. Gest. diu. Aug. XV 3 ; XVI 1 ; XXVIII 1.
  • 225 C. Brélaz, « Les colonies romaines et la sécurité publique en Asie Mineure », dans Salmeri, Raggi, (...)
  • 226 Voir supra p. 173-176.
  • 227 Keppie, Legions, p. 301-316 ; M. Dondin-Payre, X. Loriot, « Londres et les colonies de Bretagne », (...)
  • 228 Voir supra p. 31-34.
  • 229 J. Nelis-Clément, Les beneficiarii : militaires et administrateurs au service de l’Empire (ier s. (...)
  • 230 Plin. Min., Ep. Tra. X 77-78 ; cf. C. Brélaz, « Pline le Jeune interprète des revendications locale (...)
  • 231 SEG XXXI 905 (IAph2007, 12.931-932) : ἁγνῶς καὶ ἀνδρείως ἀναστραφέντα ἐν τῷ τῆς Ἀσίας ἔθνει εὐνοία (...)
  • 232 A. Chaniotis, « Roman Army in Aphrodisias », dans C. Brélaz, S. Fachard (éds), Pratiques militaires (...)
  • 233 W. M. Calder, JRS 2 (1912), p. 80-84, no 1 : ἐπ⟨ι⟩εικίας τε καὶ τῆς εἰρήνης ἕνεκα… ἀντὶ β[ί]ου πολλ (...)
  • 234 Dunant, Pouilloux, Thasos, p. 82-87, no 186 (Pilhofer II 711) avec les corrections de lecture et le (...)
  • 235 Pilhofer II 711, l. 8 : στρατιώτην ἔδωκα ὑµεῖν περὶ τῶν ὅρων, ὅταν αὐτὸς γένοµαι κατὰ τόπον στήσσω.
  • 236 Pilhofer II 711, l. 10-11 : προθυµίαν γὰρ ἐκτενεστάτην ἔχω τοῦ ποιεῖν εὖ πάντας ἐπὶ Θ[ρᾴκ]ην, ὑµᾶς (...)
  • 237 Pour d’autres cas de bornage entre une colonie romaine d’Orient et une cité pérégrine, également à (...)

44La dénomination colonia militum employée par Auguste lui-même dans ses Res Gestae pour qualifier les colonies dans lesquelles il avait installé des vétérans ne doit pas faire illusion224. Comme nous l’avons déjà relevé à propos de l’engagement de Philippiens dans l’armée, la colonie n’avait pas, à proprement parler, de fonction militaire. De manière générale, les colonies romaines d’Orient, si elles ont pu revêtir un intérêt stratégique pour leurs fondateurs dans le contexte des guerres civiles et au cours des premières décennies de leur existence, ne servaient pas de camps retranchés et ne se substituaient pas aux contingents ordinaires de l’armée225. Le maintien de l’ordre était, en effet, dans les provinces, du ressort du gouverneur et des troupes mises à sa disposition (les soldats de son officium et des troupes auxiliaires dans les provinces dites inermes, une ou plusieurs légions dans les autres cas), en plus des forces de police municipales dont était pourvue toute communauté locale dans l’Empire, dont les colonies. En dehors de ces institutions consacrées à la sécurité publique locale, qui transparaissent en particulier à Philippes à travers la charge d’irénarque226, la colonie ne disposait par elle-même d’aucune infrastructure militaire permanente destinée à la surveillance de la région au profit de Rome. En dépit de sa position sur un axe de communication de première importance pour les autorités impériales, la colonie ne joua jamais le rôle de garnison, à l’inverse de Xanten ou de Jérusalem par exemple, où coexistaient un camp légionnaire et une colonie, ainsi que des colonies de Bretagne, qui furent fondées à l’emplacement de camps militaires227. La colonie ne remplit manifestement pas même cette fonction durant les guerres qui furent menées en Thrace voisine de manière continue par l’armée romaine jusqu’à la création d’une nouvelle province sous le règne de Claude228. C’est une chose bien connue, néanmoins, que les autorités impériales et provinciales dépêchaient fréquemment dans les communautés locales de l’Empire, tout comme en Italie, des détachements militaires. Ces soldats, qui – selon l’unité dont ils provenaient et suivant le type de mission auquel ils étaient affectés – portaient le nom de stationarii, regionarii, beneficiarii ou encore frumentarii, se voyaient confier des tâches de contrôle et de protection des intérêts stratégiques de l’État romain dans les provinces229. Ceux-ci étaient, en général, postés par intervalles le long des principales routes, aux endroits où étaient perçus les taxes de douane et les péages, ainsi que dans les régions abritant des propriétes impériales, qu’il s’agisse de domaines fonciers, de mines ou de carrières. Bien que les colonies (du moins celles pourvues du ius Italicum) et les cités libres aient joui d’un statut privilégié au regard de l’administration provinciale qui les mettait, en principe, à l’abri de l’immixtion du gouverneur, des soldats pouvaient en cas de nécessité être envoyés sur le territoire de ces communautés pour des missions de maintien de l’ordre. On note ainsi la présence d’un centurion regionarius dans la cité libre de Byzance chargé de veiller à ce que les voyageurs de passage dans cette importante ville – dont sans doute des fonctionnaires impériaux et des militaires – ne nuisent pas à son intégrité et respectent ses privilèges230. De la même manière, la cité libre d’Aphrodisias honora, vers le milieu du iiie s., deux frumentarii du rang de centurion en remerciement pour « s’être comporté[s] de manière bienveillante et courageuse », sans doute dans le contexte d’une opération de police touchant la sécurité de la région231. Indépendamment de cette intervention ponctuelle, un centurion paraît avoir été affecté à demeure à la protection des intérêts de la cité dans la première moitié du iiie s., comme le rend manifeste son titre de κατὰ τόπον ἑκατόνταρχος232. Vers la même époque, la colonie d’Antioche de Pisidie érigea pareillement une statue à un centurion regionarius « pour sa bonté et pour la paix (qu’il avait apportée) » et « pour (avoir sauvé) la vie de nombreuses personnes », probablement face à la menace que représentaient des brigands233. Des soldats pouvaient également être détachés dans des communautés locales afin de garantir le respect de leurs frontières à la suite d’un litige. C’est précisément ce qui se produisit entre Philippes et la cité libre de Thasos, dont les possessions continentales jouxtaient le territoire colonial. S’estimant lésée par la répartition des charges d’entretien (ἀνγαρεία) des soldats et fonctionnaires romains traversant la zone frontière entre les deux communautés, à proximité de l’embouchure du Nestos sur la rive droite du fleuve, la cité de Thasos saisit le gouverneur de la province de Thrace, à laquelle elle était rattachée administrativement, et lui demanda d’intervenir234. On apprend de la réponse que le procurateur de Thrace fit aux Thasiens, dont ils veillèrent à faire graver et afficher une copie sur pierre, que ceux-ci obtinrent gain de cause contre la colonie (l. 3-4 : πρὸς τὴν κολωνείαν ἐδικα[ι]ο-δότησα ὑµᾶς) et que les sommes qu’ils avaient indûment versées leur furent restituées (peut-être leur furent-elles remboursées par les Philippiens ?). Afin de prévenir tout nouveau contentieux entre les deux communautés, un soldat fut envoyé par le gouverneur pour veiller à ce que chacune d’elles s’acquitte bien des obligations liées à l’étendue de son propre territoire, en attendant que lui-même vienne procéder au bornage de la région contestée235. Soucieux de défendre les intérêts de sa province236, dont même la cité libre de Thasos dépendait, le gouverneur de Thrace prit cette décision au profit des Thasiens et c’est explicitement à ces derniers (ὑµεῖν) que fut donné un soldat pour éviter que les Philippiens cherchent à se décharger sur eux des frais liés au transport des officiels romains traversant leur territoire237.

  • 238 Le prétorien Maximus mourut à trente-trois ans, alors que la durée de service était de seize ans ; (...)
  • 239 Comparer 72 ( ?) et 96 pour d’autres affranchis de soldats.
  • 240 76, 78, 81, 111. Voir CIPh II.1, p. 52-55.
  • 241 Pilhofer II 619 : Μ. Οὔλπιος Μεσσάλας Πυθίων fut archonte à Thasos (IG XII 8, 471 A, l. 2-3).
  • 242 C’était la route qu’avait empruntée l’armée perse de Xerxès lors de l’invasion de 480 av. J.-C. : C (...)

45D’autres indices suggèrent que des soldats aient pu séjourner sur le territoire même de la colonie. On relève, en particulier, deux épitaphes qui furent érigées dans le courant du iie s. à des soldats non originaires de Philippes par des camarades. Il s’agit, d’abord, de l’épitaphe du prétorien L. Iunius Maximus, venant de Naples, qui lui fut dressée par un soldat (miles) du nom d’Albius Verus ainsi que, visiblement, par son propre affranchi (80) ; ensuite, de l’épitaphe d’un membre du corps des statores, T. Helvius Macrinus de Ravenne, qui lui fut dédiée par son compagnon d’armes (commanipularis) L. Oclatius Severus (79). Le fait que les deux défunts furent commémorés par d’autres soldats, plutôt que par leur épouse ou leur fils comme cela arrive d’ordinaire, laisse entendre que Maximus et Macrinus ne s’étaient pas retirés dans la colonie à leur licenciement pour réintégrer la vie civile, mais qu’ils s’y trouvaient pour les besoins de leur service lorsqu’ils décédèrent. L ’un et l’autre moururent d’ailleurs certainement avant d’avoir atteint le nombre d’années de service suffisant pour prétendre à leur honesta missio238. Il est probable que leurs camarades qui s’occupèrent de leur faire construire un tombeau avaient séjourné avec eux dans la colonie. Cela devait, du moins, être le cas de l’affranchi de Maximus, Dioga239. On note, par ailleurs, une petite concentration d’inscriptions votives dues à des soldats au sanctuaire du Héros Aulonitès, à Kipia240. Or, aucun de ces soldats ne paraît avoir été philippien. À l’exception de D. Furius Octavius Maximus, qui indique même explicitement son origo – Cures en Sabine – et qui semble s’être installé dans la colonie à son congé (78), ces soldats pouvaient être de passage sur le territoire de Philippes quand ils fréquentèrent le sanctuaire du Héros. La position de la colonie sur la uia Egnatia faisait – nous l’avons vu – que les troupes se rendant en Orient étaient amenées à traverser régulièrement le territoire philippien. L ’aura sans doute régionale du sanctuaire de Kipia, qui transparaît notamment dans la dédicace qu’y consacra un notable thasien241, pourrait avoir justifié que des soldats se détournent temporairement de la uia Egnatia, lors d’une halte à Philippes, pour se rendre au sanctuaire et vénérer l’une des principales divinités locales. On observera, d’ailleurs, qu’il existait une autre route que les voyageurs passant par le territoire de Philippes pouvaient emprunter à partir d’Amphipolis : cet itinéraire secondaire, au lieu de monter vers le Nord pour contourner le Pangée, traversait la Piérie en passant précisément par Kipia pour déboucher à Éleuthéroupoli et rejoindre la uia Egnatia à Stavros, juste avant de franchir le Symvolo en direction de Néapolis-Kavala242. Ce pouvait être une occasion supplémentaire pour des soldats de s’arrêter au sanctuaire du Héros.

  • 243 Collart, Philippes, p. 487-510 ; D. Kaïmaris, O. Georgoula, G. Karadedos, « Φωτογραµµετρική-φωτοερµ (...)
  • 244 EKM I 260.
  • 245 IGBulg III/1 1336.
  • 246 S. J. De Laet, Portorium. Étude sur l’organisation douanière chez les Romains, surtout à l’époque d (...)
  • 247 S. J. De Laet (n. 246), p. 70-71.
  • 248 M. Cottier et al. (éds), The Customs Law of Asia (2008), p. 68-69, § 44, l. 103-105, avec le commen (...)
  • 249 J. Nelis-Clément (n. 229), p. 243-259 ; J. France, J. Nelis-Clément, « Tout en bas de l’empire. Les (...)
  • 250 CIPh II.1, p. 41-42 ; C. Brélaz (n. 58).
  • 251 Rizakis, Patras, no 128.
  • 252 W. Eck, Die staatliche Organisation Italiens in der hohen Kaiserzeit (1979), p. 125-145 ; S. Günthe (...)

46En dehors de ces cas, il est possible d’envisager la présence permanente sur le territoire de la colonie de détachements de soldats qui auraient été affectés à des missions de surveillance. Les géographes et les itinéraires anciens, les milliaires, de même que la Table de Peutinger, nous font connaître toute une série de haltes sur le tracé de la uia Egnatia compris dans le territoire de Philippes243. On peut concevoir que certains des soldats non philippiens dont on a la trace dans la colonie aient été en faction dans l’une ou l’autre des stationes qui devaient se trouver dans la région. Des soldats stationarii sont, de même, attestés par exemple en Macédoine, à Béroia244, et en Thrace voisine, à Philippopolis245. Bien que nous ignorions largement quelles étaient les délimitations des circonscriptions fiscales dans les provinces de la péninsule balkanique246, la position de la colonie sur la frontière entre les provinces de Macédoine et de Thrace rend également vraisemblable l’existence d’une station de recouvrement des taxes douanières sur le territoire philippien, de même qu’il y avait un bureau douanier à Dyrrachium, à l’autre bout de la province, du moins au cours du ier s. av. J.-C. avant que la cité ne soit transformée en colonie247. Dans la province d’Asie, la colonie d’Alexandrie de Troade abritait ainsi une de ces stations et avait reçu en sus le privilège de percevoir à son profit les taxes douanières sur les marchandises transitant par son territoire248. Or, on sait que des postes de garde militaires, le plus souvent placés sous le commandement d’un bénéficiaire, étaient souvent installés dans ces endroits pour contrôler le flux des voyageurs et des marchandises249. On peut ainsi se demander si la présence à Néapolis-Kavala d’un urbanicianus – qui n’était pas nécessairement originaire de Philippes et dont on a découvert l’épitaphe dans cette ville, même si c’est en remploi (72) – ne pourrait pas être imputée au fait que Néapolis servait de port à la colonie. Comme l’illustre le voyage de l’apôtre Paul à Philippes, Néapolis était un des principaux points d’entrée dans la province de Macédoine par voie maritime pour les voyageurs venant de Troade et, plus généralement, du Nord-Ouest de l’Asie Mineure250. Nous savons, du moins, qu’à Philippes, comme dans la colonie de Patras251, était problablement installé un bureau ou statio de perception de la taxe du vingtième sur les héritages, du moment qu’un affranchi impérial rattaché à ce service administratif y fut enseveli (36). Dans le cas de cet impôt, la présence, à Philippes, d’un bureau se justifiait d’autant plus que la taxe sur les héritages ne s’appliquait qu’aux citoyens romains et que, du fait de son statut, il s’en trouvait nécessairement une proportion importante dans la colonie en comparaison des cités pérégrines environnantes252.

  • 253 M. Durry (n. 179), p. 274-280 ; C. Ricci, Soldati delle milizie urbane fuori di Roma (1994) ; ead., (...)
  • 254 R. Haensch, « A commentariis und commentariensis: Geschichte und Aufgaben eines Amtes im Spiegel se (...)
  • 255 Le chantier du forum a, du moins, tiré profit du marbre local, dont des carrières et fronts de tail (...)
  • 256 De même, il n’est pas prouvé que les carrières de marbre de Thasos faisaient partie du patrimoine i (...)
  • 257 Les marques rupestres de délimitation que l’on trouve en assez grand nombre dans la Piérie du Pangé (...)
  • 258 P. M. Nigdelis, « Kalendarium Caesianum: zum kaiserlichen Patrimonium in der Provinz Makedonien », (...)
  • 259 Levick, Colonies, p. 215-226.
  • 260 Pilhofer II 716 (pour la provenance de l’inscription, cf. CIPh II.1, App. 2, p. 375-378). Pour les (...)
  • 261 On notera cependant la mention éventuelle de commilitones dans l’épitaphe d’un vétéran légionnaire (...)

47On remarque que la plupart des soldats pour lesquels la présence sur le territoire de Philippes n’était visiblement pas due aux origines de la famille, ni à une installation dans la colonie à l’occasion de l’obtention de leur congé, étaient rattachés à la garnison de l’Urbs : il s’agit essentiellement de prétoriens (80, 81) – de surcroît, un sous-officier du rang de bénéficiaire mis à la disposition des préfets du prétoire dans le cas de L. Iunius Maximus, originaire de Naples – et d’urbaniciani (72, 76), dont l’un était même centurion. Or, on sait que ces soldats, spécialement les sous-officiers, pouvaient être détachés de leur unité et, à l’instar des évocats ou des frumentarii, être envoyés dans les provinces pour s’acquitter de missions spéciales253. Quant au soldat T. Helvius Macrinus de Ravenne dont il a déjà été question plus haut (79), il faisait partie des statores, un corps d’élite au service de l’empereur dont les membres étaient généralement recrutés parmi les vigiles que l’on peut comparer aux prétoriens, mais qui était subordonné à ces derniers. Les statores paraissent avoir été utilisés comme ordonnances d’officiers et comme messagers, éventuellement aussi comme gardiens de prisons. On conçoit que des tâches spécifiques aient également pu leur être confiées par l’empereur254. Du moins les prétoriens et les urbaniciani pouvaient-ils être dépêchés dans les provinces afin de surveiller des propriétés impériales notamment. Or, il est probable que de telles propriétés se trouvaient sur le territoire de la colonie. À défaut de pouvoir être certain que toutes les carrières et les mines de la région de Philippes, en particulier celles situées dans le massif du Pangée, étaient encore en activité à l’époque impériale255 et qu’elles appartenaient à l’empereur plutôt qu’à la colonie256, on note, sous le règne de Caligula, la présence d’affranchis impériaux dans la colonie, lesquels veillèrent à dresser une base supportant les statues de Tibère et de son fils Drusus le Jeune (8). Ces affranchis pouvaient précisément être employés sur des domaines impériaux existant dans la pertica de Philippes257. On peut, en effet, concevoir qu’Auguste, par exemple, lors de la refondation de la colonie, se soit accaparé des portions du territoire philippien, dont toutes les terres n’avaient pas été attribuées, comme le montre la poursuite des assignations viritanes au cours des ier et iie s. apr. J.-C.258. On relève, de la même manière, à proximité des colonies de Pisidie, la présence de propriétés impériales qui furent constituées, quant à elles, à partir des terres ayant appartenu au roi de Galatie259. Le passage fréquent de soldats sur le territoire de la colonie, sinon la présence permanente de détachements militaires, se déduit également des dispositions prises par l’évergète L. Atiarius Schoenias au profit des habitants de Philippes (6), car les militares furent, aux côtés des pagani (des « civils ») et des différents corps constitués de la colonie, inclus parmi les bénéficiaires de ses libéralités. Une épitaphe philippienne prévint, de même, la violation du tombeau par quiconque, que ce fût « un fonctionnaire impérial, un soldat, un civil ou n’importe quelle autorité » : [si]ue Caesarinus siue miles siue pacanus (sic) [siue ali]qua potestas260. La statue que des vigiles dressèrent sur le forum de la colonie à leur ancien centurion, L. Tatinius Cnosus, à leur licenciement (85) et les deux bases monumentales – dont il a été question précédemment – qu’une légion et la flotte d’Alexandrie érigèrent au même endroit (109, 110) n’impliquent pas, en revanche, que ces soldats et ces corps de troupes aient été physiquement présents à Philippes261.

3. Les membres des ordres équestre et sénatorial

Les membres de l’ordre équestre

  • 262 Le nombre exact de Burreni appartenant à l’ordre équestre que nous connaissons dépend des rapproche (...)
  • 263 CIPh II.1, App. 4, no 4.
  • 264 18, 20-21.
  • 265 Voir supra p. 58-60.

48On dénombre, dans la colonie, une dizaine d’individus appartenant à l’ordre équestre – y compris les praefecti fabrum – dont l’origine philippienne est rendue certaine par l’inscription dans la tribu Voltinia (tabl. 14). Il s’agit, au ier s. apr. J.-C., de plusieurs membres de la gens Burrena (48, 49)262 et de C. Antonius Rufus263, dans le courant du iie s. de M’. Cassius Valens (50), de C. Cassius Ve[---] (51), de C. Graecinius Firminus (56), de C. Oppius Montanus (60), de P. Turpilius Valens (61), ainsi que d’un certain Flaccus (65). Plusieurs de ces chevaliers étaient issus de familles pour lesquelles on relève au moins un autre notable s’étant illustré dans la colonie. On connaît ainsi, en plus des Ti. et Q. Burreni Firmi chevaliers, qui vécurent à l’époque claudienne, un M. Burrenus Firminus qui, entre le ier et le iie s., fut décoré des ornements de décurion alors qu’il n’était encore qu’un enfant (114). Le chevalier C. Oppius Montanus était, quant à lui, le père d’un des notables ayant contribué aux travaux d’aménagement du forum sous le règne de Marc Aurèle264. Pour ce qui est des Turpilii, on notera qu’un Turpilius Vetidius apparaît – du reste aux côtés d’un autre membre de la gens Oppia – parmi les notables impliqués dans la construction de thermes à l’instigation des duumvirs quinquennaux, sans que l’on puisse déterminer quel était leur statut et quel fut exactement leur rôle en la matière (149). Quant aux deux Cassii membres de l’ordre équestre, leur gentilice est trop banal pour que l’on puisse être certain qu’ils étaient apparentés. Le cas de C. Antonius Rufus est différent : du moment que celui-ci s’était illustré simultanément dans les colonies d’Apri et de Philippes, entre autres, et vu que les colons d’Apri semblent également avoir été inscrits dans la tribu Voltinia, on ne peut formellement exclure que Rufus ait été originaire de cette dernière colonie plutôt que de Philippes. Son gentilice, dû à Marc Antoine, suggère néanmoins que sa famille provenait initialement de Philippes, la colonie d’Apri n’ayant été fondée que sous le règne de Claude265.

  • 266 Il est possible que cet individu doive être identifié avec le Burrenus qui fut tribun militaire (49(...)
  • 267 Il est possible que cet individu doive être identifié avec Q. Burrenus Ti. f. Firmus (49), qui fut (...)
  • 268 Voir la note précédente.
  • 269 Voir supra n. 266.

49266 267 268 269

CIPh II.1 Nom du soldat Mention de la tribu Voltinia Carrière ou titre
6 L. Atiarius Schoenias non [prim pil ?] – [praef ---] prim pil leg XXI Rapax – trib coh praet – trib leg V[---] – juge des cinq décuries – flam bis à Philippes [---]
47 Βαίβιος Οὐαλέριος Φίρµος non ὁ κράτιστος
48 [Ti. ?] Burrenus Ti. f. [---]266 oui ( ?) trib mil bis – praef coh
48 [Ti. ?] Burrenus Ti. f. Firmus  267 oui praef fabr
49 Q. Burrenus Ti. f. Firmus  268 (oui) praef ( ?)
49 [Q. ? Burrenus Q. f. Fi]rmus  269 (oui) trib mil leg IV Macedonica – praef [---] praef nationum – praef [---]
50 M’. Cassius Valens oui praef fabr – IIvir – q
51 C. Cassius Ve[---] oui praef coh II Hispanorum – trib leg XIII Gemina [---] carrière civique à Thessalonique
52 Q. Claudius Capito non praef castr leg XIII Gemina
53 P. Cornelius Asper Atiarius Montanus non cheval public – orn dec hon – orn IIvir hon – pontif – flam
54-55 Κοΐντος Φλάβιος Ἑρµαδίων père non ὁ ἀξιολογώτατος / ὁ κράτιστος – gymnasiarque, grand-prêtre et évergète de la confrérie de Sérapis
56 C. Graecinius Firminus oui praef fabr et praef frumenti mancipalis prov Africa – dec – q
57 Ἰούνιος Πόντιος Πρόκλος Νέος non ὁ κράτιστος
60 C. Oppius Montanus oui chevalier – fils de la colonie – orn dec hon – orn IIvir hon – orn quinq hon – irenar – IIvir – muner – pontif – flam – princeps – patron
61 P. Turpilius Valens oui aed – praef fabr – IIvir
65 [---] Flaccus oui trib mil [---]
66 [---]lus  ? trib mil [---] – flam
67 [---]  ? praef equit – trib mil [---] cur à Philippes – IIvir [---]
68 [---]  ? [---] chevalier – flam [---]
69 [---]  ? [---] flam – praef fabr [---] IIvir [---]
App. 4, no 3 Q. Antistius Rufus Clodianus tribu Sergia, Philippiensis chevalier
App. 4, no 4 C. Antonius Rufus oui carrière municipale dans les colonies d’Alexandrie de Troade, Apri, Parion et Philippes – trib mil coh XXXII voluntariorum – trib mil leg XIII Gemina – praef equit ala I Scubulorum
  • 270 67-69.
  • 271 .Les inscriptions 70 et 71 sont trop fragmentaires pour qu’on puisse établir quoi que ce soit en la (...)
  • 272 Le grade de préfet de camp est une fonction d’officier de carrière. Si elle ne confère pas le rang (...)
  • 273 CIPh II.1, App. 4, no 3.
  • 274 Voir supra p. 66-68.

50Même si l’indication de leur tribu fut omise ou n’a pas été conservée, une origine philippienne peut être supposée pour plusieurs autres chevaliers, en raison notamment de leurs liens familiaux ou du rôle qu’ils jouèrent dans la vie publique de la colonie. C’est le cas, en particulier, de P. Cornelius Asper Atiarius Montanus (53), qui était apparenté à la famille philippienne des Atiarii et dont les parents les plus proches – notamment une prêtresse du cultre impérial, sans doute sa fille (118) – furent également ensevelis sur le territoire colonial dans la seconde moitié du ier s. Le grand bienfaiteur de la colonie L. Atiarius Schoenias, issu précisément de la gens Atiaria (6), ainsi que l’auteur anonyme de la dédicace du dallage du forum (66), qui vécurent tous deux à l’époque claudienne, s’acquittèrent de milices équestres et furent – à l’instar d’Asper – flamines du culte impérial, étaient eux aussi, sans aucun doute, des Philippiens. D’autres chevaliers anonymes ayant accédé au duumvirat dans la colonie ou s’étant comportés en bienfaiteurs de leurs « concitoyens » (ciues) doivent également être considérés comme des notables provenant de la colonie270. Le cas d’un certain [---]ος Κλωδιανός, qui fut pensionnaire du Musée d’Alexandrie et qui connut manifestement une brillante carrière équestre en accédant à une procuratèle, est, en revanche, plus ambigu (64). Les honneurs que la colonie décida de lui remettre « en remerciement de sa générosité » laissent entendre que Κλωδιανός avait fréquenté Philippes. Or, comme il ne paraît pas que son séjour dans la colonie ait été dû à une tâche administrative qui lui aurait été confiée en Macédoine, nous pourrions éventuellement envisager que Κλωδιανός était originaire de la colonie, si ce n’étaient pas plutôt ses qualités d’homme de lettres et peut-être d’orateur qui l’avaient conduit à Philippes. Un doute subsiste également pour les chevaliers qui avaient suivi une carrière militaire et qui purent s’installer dans la colonie seulement au terme de celle-ci271. C’est le cas, notamment, de Q. Claudius Capito, qui fut préfet du camp de la XIIIe légion Gemina, même si le fait que son épitaphe fut érigée dans la colonie par ses fils pourrait, en l’occurrence, plaider pour une origine philippienne (52)272. L ’installation à Philippes de l’ancien soldat des cohortes urbaines et préfet des ouvriers C. Valerius Ulpianus pouvait, de même, remonter à son licenciement (62). Le fait qu’Ulpianus se soit, par la suite, engagé dans une carrière municipale n’implique pas qu’il était originaire de la colonie, comme le montre l’exemple des frères Mucii, inscrits dans la tribu Fabia. Tandis que C. Mucius Scaeva, primipile et préfet de cohorte, conserva sa tribu d’origine une fois établi à Philippes, de même que son fils, son frère P. Mucius, qui n’était que centurion pour sa part, adopta au contraire la tribu de la colonie et y devint duumvir (59). Un autre chevalier installé à Philippes, n’était, de façon certaine, pas originaire de la colonie : il s’agit de C. Vibius Quartus, inscrit dans la tribu Cornelia et provenant de Thessalonique (63). Le cas de Q. Antistius Rufus Clodianus, inscrit dans la tribu Sergia, était d’une autre nature encore273 : bien qu’il ait maintenu sa tribu initiale, ce dernier avait néanmoins obtenu la citoyenneté locale dans la colonie, comme le montre l’ethnique Philippiensis qui lui fut accolé dans un diplôme militaire274.

  • 275 47, 54, 57-58.
  • 276 S. Demougin, « Titres officiels, titres officieux », dans A. B. Kuhn (éd.), Social Status and Prest (...)
  • 277 Voir à titre d’exemple, à Thessalonique, IG X 2, 1, 207 ; 214 ; cf. E. Lewartowski, « Les membres d (...)

51Enfin, plusieurs individus ont porté, à Philippes, dans le courant du iiie s., les titres honorifiques κράτιστος ou ἀξιολογώτατος275. Le titre κράτιστος est l’équivalent du latin uir egregius, qui était une appellation protocolaire s’appliquant d’abord aux procurateurs et, plus généralement, aux membres de l’ordre équestre ayant accédé à des fonctions élevées au sein de l’administration impériale. Le champ d’utilisation de la formule grecque était cependant plus lâche, puisque ὁ κράτιστος pouvait également servir à désigner des affranchis impériaux ayant atteint une position éminente dans l’administration de l’État romain, ainsi que des individus ayant un lien de parenté avec des membres de l’ordre sénatorial. Cela valait en particulier pour les femmes (κρατίστη), sur le modèle du latin honesta / honestissima femina ou matrona, expressions par lesquelles étaient régulièrement qualifiées les femmes apparentées à des chevaliers ou à des notables locaux276. On peut donc estimer que les deux individus qui furent qualifiés à Philippes uniquement de κράτιστοι – sans qu’il soit fait mention d’aucune fonction qui aurait été revêtue par eux soit au niveau local soit dans l’armée ou dans l’administration impériale – et qui furent néanmoins honorés de statues érigées dans le centre monumental de la colonie, l’un à titre officiel (Βαίβιος Οὐαλέριος Φίρµος : 47), l’autre par son affranchi avec la sanction de l’ordre des décurions (Ἰούνιος Πόντιος Πρόκλος Νέος : 57), jouissaient du rang de chevalier. C’est manifestement leur appartenance à l’ordre équestre qui leur valut de tels honneurs et une reconnaissance publique de la part des autorités de la colonie. On peut admettre qu’ils étaient tous deux d’origine philippienne. Cela est d’autant plus vraisemblable pour le second que c’est son intendant (πραγµατευτής), qui était sans doute chargé de la gestion de domaines fonciers lui appartenant sur le territoire colonial, qui prit l’initiative de l’attribution des honneurs (les Pontii Proc(u)li connus à Thessalonique pouvaient, par ailleurs, être apparentés à Πρόκλος Νέος et à la famille philippienne). À la différence du qualificatif κράτιστος, qui signalait de préférence l’appartenance à l’ordre équestre sans en être toutefois la marque exclusive, la forme ὁ ἀξιολογώτατος – qui pourrait correspondre à la tournure honestissimus en latin – n’était pas un titre revenant de droit aux membres d’une catégorie spécifique de la société romaine. Cette appellation honorifique, qui visait à souligner leurs mérites exceptionnels, était le plus souvent donnée dans l’Orient romain aux notables locaux ayant connu les carrières les plus brillantes. En étaient parées, en particulier, les élites dont l’aura dépassait le seul horizon local et qui s’étaient distinguées en revêtant des fonctions au sein des assemblées provinciales (koina)277. Un certain Κοΐντος Φλάβιος Ἑρµαδίων, qualifié d’ἀξιολογώτατος sur la base de statue qui lui fut dressée à titre posthume par la confrérie de Sérapis dont il était le bienfaiteur (54), devait cependant, lui aussi, faire partie de l’ordre équestre. Car le même individu avait déjà été décrit comme κράτιστος dans l’inscription honorant son fils homonyme, due à la même association cultuelle, dans laquelle fut mentionné son propre parcours (55). Κοΐντος Φλάβιος Ἑρµαδίων père avait été gymnasiarque et grand-prêtre, sans doute au sein du collège des dieux égyptiens. À moins de postuler que le titre κράτιστος aurait eu ici un sens générique et aurait été interchangeable avec le terme plus vague ἀξιολογώτατος, il est préférable de comprendre que c’est l’inverse qui dut prévaloir : c’est donc probablement par variation que la tournure moins précise ὁ ἀξιολογώτατος fut employée pour se référer à Ἑρµαδίων père dans l’inscription qui lui fut destinée personnellement après sa mort, commémorant ainsi la position privilégiée de l’intéressé, non seulement à l’intérieur de la confrérie de Sérapis, mais certainement aussi de façon plus générale dans la colonie en raison de son appartenance à l’ordre équestre. On peut voir une confirmation indirecte du sens technique de l’appellation κράτιστος appliquée à Ἑρµαδίων père – renvoyant à son statut de chevalier – dans le fait que son fils, qui pourtant revêtit aussi des fonctions éminentes au sein du collège des dieux égyptiens en devenant agonothète, ne fut, pour sa part, paré d’aucun titre. Au vu des relations suivies que les deux intéressés entretenaient avec un collège local, on peut considérer que la famille était philippienne. À l’inverse, l’appartenance à l’ordre équestre de Λούκιος Λουκείλιος Βα[---], qui fut uniquement qualifié d’ἀξιολογώτατος à côté d’un titre de fonction indéterminé, est beaucoup plus incertaine (58). On peut penser, dans ce cas, que le titre ἀξιολογώτατος lui fut octroyé en tant que grand notable local ayant certainement assumé des charges dans la colonie.

  • 278 Rizakis, Patras, nos 158 (la tribu Palatina dans laquelle était inscrit T. Statilius Felix montre t (...)
  • 279 ILS 9013 ; RECAM IV 1.
  • 280 Corinth VIII/2, no 86 (la tribu Fabia dans laquelle était inscrit Ti. Claudius Dinippus montre que (...)
  • 281 CIAlb 33 = LIA 42 ; CIAlb 35 = LIA 40 ; CIAlb 37 = LIA 39 ; CIAlb 58 = LIA 41.
  • 282 CIL XIII 6658 ; ILS 7205 ; AE 1912, 179 ; 1926, 150 (IGLMusBey 71) ; cf. B. Isaac, « Latin in Citie (...)
  • 283 IGLS VI 2781, 2793-2794, 2796.
  • 284 I. Alexandreia Troas 15, 34-35, T 151-T 152 ; cf. J.-H. Römhild, « Römische Bürger in der Troas », (...)
  • 285 CIAlb 178 = LIA 188 (Byllis) ; CIAlb 236 = LIA 258 (Buthrote) ; I. Apameia u. Pylai 2 (l’intéressé (...)
  • 286 B. J. Bitner, « Praefecti Fabrum in the Inscriptions of Roman Corinth », dans J. Bodel, N. Dimitrov (...)
  • 287 Il s’agit de P. Caninius Agrippa de Pellène, de C. Iulius Laco et de son fils C. Iulius Spartiaticu (...)
  • 288 Levick, Colonies, p. 111-120 ; S. Demougin (n. 285), p. 599-601.
  • 289 S. Demougin (n. 285), p. 597-612.

52En tenant également compte des individus pour lesquels une origine philippienne est probable, comme nous venons de le faire, on parvient à un total d’une vingtaine de chevaliers et de préfets des ouvriers originaires de la colonie (tabl. 14). Ce chiffre est bien supérieur à ce que l’on peut observer dans les autres colonies romaines d’Orient. Car on ne connaît pour la plupart d’entre elles qu’entre deux et six chevaliers, comme à Patras278, Iconium279, Corinthe280, Dyrrachium281, Berytus282, Héliopolis283 et Alexandrie de Troade284. Dans bien des cas, on ne relève même qu’un seul individu appartenant à l’ordre équestre285. Ce nombre très restreint peut, le plus souvent, être attribué à la pauvreté relative de la documentation épigrapique disponible, en particulier pour les colonies de Patras et de Berytus. On ne peut, en revanche, invoquer cette raison pour Corinthe. En l’espèce, l’origine sociale des premiers colons – des affranchis venus de l’Urbs – explique sans doute pourquoi on compte si peu de Corinthiens chevaliers, et encore de rang très modeste (la plupart furent praefecti fabrum)286. À l’inverse, plusieurs notables originaires de cités péloponnésiennes, telles que Sparte et Épidaure, vinrent s’installer dans la colonie, où ils entamèrent une carrière municipale, puis accédèrent à l’ordre équestre287. Seule la colonie d’Antioche de Pisidie a – en comparaison de Philippes – livré un nombre équivalent, voire plus élevé de chevaliers : on y connaît vingt et un membres de l’ordre équestre, souvent issus des plus grandes familles de la colonie que l’on peut suivre sur plusieurs générations, tels les Caristanii, les Flauonii, les Sergii, les Anicii, les Calpurnii, les Gellii, les Crepereii288. Le cas d’Antioche est remarquable. L ’unique cité dans les provinces anatoliennes pour laquelle on connaisse davantage de chevaliers est, avec près du double des attestations (quarante et un individus), Éphèse, qui constitue une exception, non seulement en raison de la très importante quantité d’inscriptions connues, mais aussi du fait de la taille de la ville et de son statut de capitale provinciale. Ancyre, qui jouissait de la même position au sein de la province de Galatie, présente aussi un total élevé avec treize chevaliers. On observera, à ce propos, que de nombreuses cités pérégrines d’importance régionale en Asie Mineure (telles que Prusias de l’Hypios, Philadelphie ou Aphrodisias) ont livré plus de chevaliers que la majorité des colonies romaines d’Orient, exception étant faite d’Antioche et de Philippes justement289.

  • 290 Demougin, Ordre, p. 443-452.
  • 291 L ’origine philippienne de l’ancien procurateur (ἀπὸ ἐπιτρόπων) honoré dans l’inscription 64 est su (...)
  • 292 B. Levick, S. Lameson, « C. Crepereius Gallus and his gens », JRS 54 (1964), p. 98-106.
  • 293 M. Christol, T. Drew-Bear, « Caracalla et son médecin L. Gellius Maximus à Antioche de Pisidie », d (...)
  • 294 H. Halfmann, « Italische Ursprünge bei Rittern und Senatoren aus Kleinasien », dans G. Urso (n. 10) (...)
  • 295 Voir aussi les inscriptions fragmentaires 68 et 69 pour cette formule.
  • 296 Voir aussi Q. Antistius Rufus Clodianus (CIPh II.1, App. 4, no 3), mais, dans ce cas, il ne s’agiss (...)

53On relève cependant une différence de taille entre les chevaliers des deux colonies. Cette différence porte à la fois sur la configuration de leurs carrières et sur le niveau social atteint par leurs familles respectives. Car, là où plusieurs chevaliers d’Antioche se virent confier une procuratèle, il ne paraît pas que des chevaliers philippiens – à l’exception de L. Atiarius Schoenias, qui fut inscrit sur les listes des décuries judiciaires à Rome (6)290 – aient exercé de fonction au-delà des milices équestres291. On compte, de plus, parmi les procurateurs originaires d’Antioche, des personnages ayant fréquenté la cour impériale, comme C. Crepereius Gallus, familier de l’impératrice Agrippine292, ainsi que L. Gellius Maximus, médecin personnel et amicus de Caracalla293. Surtout, cinq familles équestres parvinrent, à Antioche, à entrer dans l’ordre sénatorial, parfois en l’espace de quelques décennies et ce dès le ier s. apr. J.-C., comme les Sergii et les Caristanii294. Les chevaliers philippiens étaient, pour leur part, d’une envergure beaucoup plus modeste. L. Atiarius Schoenias, qui fut le chevalier le plus titré, parvint au rang équestre par la carrière militaire en exerçant le primipilat (6). P. Cornelius Asper Atiarius Montanus (53) – qui en fut peut-être empêché par une mort précoce – et C. Oppius Montanus (60) n’atteignirent, quant à eux, même pas les milices équestres et durent se contenter des insignes marquant leur appartenance au second ordre, exprimée respectivement par les formules equo publico honoratus295 et eq(ues) R(omanus) dans les inscriptions296. On notera que, dans la statue que lui offrit la colonie sur le forum à titre public, Montanus – même s’il n’avait pas exercé de milice équestre – avait été représenté avec l’attribut de son rang, montant un cheval.

  • 297 6, 48-49, 51, 65-67 ; CIPh II.1, App. 4, no 4.
  • 298 Voir supra p. 278-288.
  • 299 Demougin, Ordre, p. 534-539 ; S. Demougin (n. 285), p. 583-584 ; Rizakis, Recrutement, p. 114.
  • 300 D. Slootjes, « Local Potentes in the Roman Empire: A New Approach to the Concept of Local Elites », (...)
  • 301 48 (l’intéressé mourut cependant prématurément à l’âge de vingt ans), 50, 56 (l’intéressé occupa en (...)
  • 302 K. E. Welch, « The Office of Praefectus Fabrum in the Late Republic », Chiron 25 (1995), p. 131-145
  • 303 M. Cerva, « La praefectura fabrum. Un’introduzione », dans M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites (...)
  • 304 Demougin, Ordre, p. 682-684, n. 15 ; S. Demougin, « Un préfet des ouvriers d’Arles », dans G. Paci (...)
  • 305 CIAlb 37 = LIA 39.
  • 306 Voir peut-être dans ce sens I. Alexandreia Troas 39, où la préfecture des ouvriers est mentionnée p (...)
  • 307 Cf. M. Verzár-Bass, « Il praefectus fabrum e il problema dell’edilizia pubblica », dans M. Cébeilla (...)
  • 308 B. J. Bitner (n. 286).
  • 309 56, 61-62.
  • 310 A. Rizakis, « Le fonctionnement des institutions et le déroulement des carrières dans la colonie de (...)
  • 311 CIPh II.1, App. 2, p. 375-378.
  • 312 C. Nicolet, « “Frumentum mancipale” : en Sicile et ailleurs », dans A. Giovannini (éd.), Nourrir la (...)
  • 313 50, 62, 69.
  • 314 R. Frei-Stolba, « Praefectus fabrum a consule: Zu einer neuen Inschrift aus Philippi », dans W. Spi (...)
  • 315 Voir le commentaire à l’inscription 49 et supra n. 266-267.
  • 316 Comparer I. Alexandreia Troas 34-35, T 151 ; IGLS VI 2793-2794 (Héliopolis).

54La présence de plusieurs officiers parmi les chevaliers philippiens297 est conforme à ce que l’on observe dans d’autres colonies devant leur fondation à la déduction de vétérans, telles que Dyrrachium, Alexandrie de Troade, Berytus et Antioche de Pisidie. Comme nous avons déjà eu l’occasion de le souligner à propos de Philippes298, ces colonies représentaient, dans les provinces hellénophones, des réservoirs pour le recrutement dans l’armée. Certaines familles, dans ces colonies, pouvaient avoir conservé la dignité équestre sur plusieurs générations, depuis les premiers officiers qui y avaient été établis en compagnie des vétérans des unités placées sous leur commandement299. D’autres officiers philippiens, à l’instar de L. Atiarius Schoenias (6), pouvaient avoir été promus à l’ordre équestre à la suite d’une carrière militaire, par le biais du primipilat. Même s’il ne s’accompagnait pas de fonctions au sein de l’administration impériale, le simple exercice des milices équestres faisait entrer ces chevaliers parmi les notables dont l’horizon s’étendait au-delà de la colonie300. Plusieurs Philippiens ne s’acquittèrent cependant que de la préfecture des ouvriers301. La question de l’appartenance ou non à l’ordre équestre des titulaires de cette préfecture est toujours débattue. Le problème est rendu encore plus délicat du fait de la polysémie du titre de praefectus fabrum, qui peut renvoyer à des charges et des contextes de nature différente. On considère, en général, que la préfecture des ouvriers – lorsqu’elle consistait à servir en tant qu’aide de camp auprès d’un magistrat supérieur de l’État romain302 – ne suffisait pas, à elle seule, à conférer le rang de chevalier, mais qu’elle plaçait son titulaire en position de pénétrer formellement dans l’ordre équestre s’il lui était donné de poursuivre sa carrière303. C’est pourquoi nous avons pris le parti d’inclure les préfets des ouvriers dans cette discussion sur les chevaliers philippiens, au même titre que le préfet du camp Q. Claudius Capito (53), dont la fonction présente la même ambiguïté (voir supra). L ’inscription fragmentaire 69, qui semble mentionner une promotion à l’ordre équestre après la préfecture des ouvriers (le cursus étant visiblement descendant), tendrait à montrer – si nos restitutions sont exactes – qu’une procédure d’anoblissement était effectivement nécessaire pour que les praefecti fabrum puissent devenir chevaliers à part entière. Plusieurs des préfets philippiens étaient des notables municipaux qui réussirent à se hisser à cette charge alors qu’ils étaient magistrats dans la colonie, tels que M’. Cassius Valens (50), apparemment après le duumvirat, P. Turpilius Valens (61), entre l’édilité et le duumvirat, et C. Valerius Ulpianus (62), entre le duumvirat et le flaminat du divin Vespasien, tout comme l’anonyme dont nous venons d’évoquer la carrière (69). La mention, dans une inscription, du titre de praefectus fabrum au milieu de magistratures municipales pourrait suggérer qu’il s’agissait plutôt d’une fonction locale. La préfecture des ouvriers semble en effet renvoyer, dans certaines communautés locales, à une charge exercée au sein de collèges de charpentiers (fabri)304. On note ainsi que, dans la colonie de Dyrrachium, le titre de praefectus fut donné par le collège des fabri tignuarii à un notable local appartenant à l’ordre équestre305. Cela ne semble toutefois pas avoir été le cas à Philippes306. Du moins la précision a co(n)s(ule) figurant après le titre de praefectus fabrum dans les épitaphes de M’. Cassius Valens (50) et de C. Valerius Ulpianus (62) montre-t-elle sans équivoque que la charge fut, en l’espèce, revêtue auprès d’un consul à Rome, bien que cette dernière ait été mentionnée parmi des magistratures dont les intéressés s’acquittèrent dans la colonie. Les notables philippiens nommés en tant que praefecti fabrum interrompaient provisoirement leur carrière locale pour exercer la préfecture qui leur était confiée. Même si cette promotion ne se poursuivait pas nécessairement par des milices et des fonctions équestres à la faveur d’une intégration dans le second ordre, l’accession à la préfecture des ouvriers distinguait ces notables de leurs pairs restés à Philippes et elle leur permettait d’acquérir une position privilégiée au sein des élites locales307. Cela impliquait qu’ils entretenaient, à titre personnel, des relations privilégiées avec des individus en mesure de les recommander à de telles responsabilités, en particulier parmi les autorités provinciales. De fait, l’endroit le plus proche où les praefecti fabrum philippiens étaient susceptibles de servir comme aides de camp était l’officium du proconsul de Macédoine, à Thessalonique. La même observation vaut pour les quelques praefecti fabrum connus dans la colonie de Corinthe, à la différence près que, dans ce cas, le proconsul d’Achaïe résidait dans la ville même308. On fera toutefois remarquer, à ce propos, que la découverte à Thessalonique de trois épitaphes appartenant à des praefecti fabrum philippiens309 ne saurait prouver à elle seule que ces derniers séjournaient dans la capitale provinciale et qu’ils assistaient le proconsul de Macédoine, comme l’a suggéré A. Rizakis310, car il apparaît que les plaques de sarcophages en question furent transportées de Philippes à Thessalonique pour être remployées311. De plus, la titulature de plusieurs des préfets philippiens montre explicitement que ceux-ci avaient été en fonction hors de la province de Macédoine. C’est le cas de C. Graecinius Firminus, qui fut praefectus fabrum et frumenti mancipalis prouinciae Africae et qui servit auprès du proconsul d’Afrique en assumant successivement deux charges dans l’administration de cette province (56) – la seconde en lien avec la gestion de la perception du tribut en blé par adjudication312 –, mais aussi des préfets dits a co(n)s(ule)313. Comme l’indique leur titre, ces préfets furent détachés auprès d’un des consuls à Rome, ce qui constitua pour eux une promotion remarquable314. L ’un d’entre eux, C. Valerius Ulpianus (dont l’origine philippienne est toutefois incertaine), dut probablement d’être affecté aux bureaux d’un consul au fait qu’il avait séjourné auparavant dans l’Urbs en qualité de soldat dans les cohortes urbaines avant de s’installer à Philippes et qu’il y avait atteint le grade de bénéficiaire (62). Le cas de Burrenus Firmus, décédé à l’âge de vingt ans en ayant été déjà praefectus fabrum, était encore différent (48). Firmus était, en effet, issu d’une famille d’officiers équestres de l’époque claudienne315 et était certainement, lui aussi, destiné à une carrière militaire. Dans le cas présent, la préfecture des ouvriers ne doit pas tant être comprise comme la fonction – de nature essentiellement administrative – consistant à assister un magistrat cum imperio dont il a été question jusqu’à présent que comme un grade militaire ouvrant la voie aux milices équestres316.

  • 317 CIPh II.1, App. 4, no 4.

55À défaut d’avoir pu accéder aux hautes fonctions administratives qui étaient réservées aux membres les plus en vue de l’ordre équestre au sein de l’État romain, les chevaliers philippiens témoignaient un fort enracinement local, nombre d’entre eux ayant suivi également une carrière municipale ou revêtu, pour le moins, des prêtrises publiques. Le dédicant anonyme du dallage du forum, tribun militaire, fut ainsi flamine du divin Auguste dans la colonie (66), à l’instar de L. Atiarius Schoenias, qui fut, de surcroît, flamine de Tibère (6). Le jeune chevalier P. Cornelius Asper Atiarius Montanus fut nommé, encore avant sa mort, pontife et flamine du divin Claude et reçut les ornements de duumvir et de décurion (53). Un anonyme, qui fut honoré du cheval public par l’empereur Trajan, avait, quant à lui, été flamine du divin Vespasien, se distinguant en outre par ses bienfaits envers ses concitoyens (68). À son retour à Philippes après sa brève carrière auprès du proconsul d’Afrique en tant que préfet, C. Graecinius Firminus entra au Conseil et devint questeur de la colonie (56). C’est aussi le cas d’un officier anonyme qui revêtit le duumvirat (67). Certains chevaliers firent dans la colonie une carrière complète. Ainsi, l’officier C. Antonius Rufus fut flamine du divin Auguste et s’acquitta de l’ensemble des fonctions publiques à Philippes au point de recevoir le titre de princeps, en plus des charges qu’il revêtit dans les colonies d’Apri, de Parion et d’Alexandrie de Troade317. C’est dans la cité de Thessalonique, en revanche, qu’un certain C. Cassius s’établit après sa carrière d’officier équestre et qu’il s’acquitta de toutes les charges locales (51). Le chevalier C. Oppius Montanus se cantonna, pour sa part, à une carrière municipale et il devint un des magistrats les plus titrés de la colonie en étant acclamé, lui aussi, comme princeps et en étant choisi comme patron par les décurions (60).

Les membres de l’ordre sénatorial

  • 318 Levick, Colonies, p. 111-120 ; H. Halfmann, « Die Senatoren aus den kleinasiatischen Provinzen des (...)
  • 319 PIR2 C 423.
  • 320 PIR2 A 426 ; cf. H. Halfmann (n. 294), p. 181-184.
  • 321 PIR2 A 603.
  • 322 PIR2 S 527.
  • 323 PIR2 S 531.
  • 324 PIR2 S 530 ; cf. M. Christol, T. Drew-Bear, « Les Sergii Paulli et Antioche », dans T. Drew-Bear, M(...)
  • 325 PIR2 I 781 ; cf. I. Alexandreia Troas 37.
  • 326 I. Alexandreia Troas T 151.
  • 327 A. B. Kuhn, « Herodes Atticus and the Quintilii of Alexandria Troas: Elite Competition and Status R (...)
  • 328 PIR2 Q 25 ; cf. I. Alexandreia Troas 39-40.
  • 329 PIR2 Q 21 et 27.
  • 330 PIR2 Q 22 et 24 ; cf. H. Halfmann (n. 318), p. 627 ; I. Alexandreia Troas T 175.
  • 331 I. Central Pisidia 26-27, 44. La date exacte de la promotion d’Attaléia au rang de colonie n’est pa (...)
  • 332 PIR2 L 309 ; cf. I. Apameia u. Pylai 2.
  • 333 CIL III 13639 ; cf. S. Mitchell, « Iconium and Ninica. Two Double Communities in Roman Asia Minor » (...)

56La différence d’échelle que nous relevions ci-dessus entre les notables d’Antioche de Pisidie et ceux de Philippes à propos des individus ayant été faits chevaliers apparaît de manière encore plus nette lorsqu’on s’intéresse aux personnages qui parvinrent à entrer dans l’ordre sénatorial. On connaît, en effet, pour Antioche quatorze sénateurs appartenant à sept familles différentes. Parmi elles figurent des familles équestres bien connues dans la colonie dont des descendants furent promus au sein du premier ordre, comme les Caristanii, les Anicii, les Flauonii, les Gellii318. Certains d’entre eux atteignirent le sommet de la carrière sénatoriale. On peut citer C. Caristanius Fronto, consul suffect en 90319, ainsi que deux proconsuls, C. Caristanius Iulianus, en activité en Achaïe entre 98 et 102320, et Anicius Maximus, proconsul de Pont-Bithynie au début du règne de Trajan321. Les Sergii Paulli étaient certainement la famille sénatoriale la plus brillante d’Antioche. Leur carrière les obligea à s’éloigner de la colonie très tôt, dès la première moitié du ier s. apr. J.-C. On compte notamment parmi eux un curateur des rives du Tibre sous le règne de Claude322 et le célèbre proconsul de Chypre qui reçut l’apôtre Paul et l’encouragea peut-être à se rendre en Anatolie et à visiter sa patrie, Antioche323. La famille réussit à se maintenir au Sénat jusqu’à l’époque antonine, un L. Sergius Paullus étant devenu consul ordinaire en 168, puis préfet de la Ville324. Aucune autre colonie romaine d’Orient n’a livré autant de sénateurs qu’Antioche. Seules une ou deux familles sénatoriales sont connues pour la plupart d’entre elles. On relève ainsi, à Alexandrie de Troade, Ti. Iunius Montanus, consul suffect en 81325, descendant d’un officier équestre originaire de la colonie326, ainsi que la célèbre famille des Quin(c)tilii327. Le premier représentant de cette famille à être entré dans l’ordre sénatorial fut Sex. Quinctilius Valerius Maximus, anobli par l’empereur Nerva328. Ses petits-fils, Maximus et Condianus, sont les fameux consuls de 151, compagnons de Marc Aurèle et correctores des cités libres d’Achaïe, qui furent exécutés sur l’ordre de Commode329. Leurs propres fils furent, à leur tour, consuls ordinaires en 172 et 180330. À Cremna, une famille de M. Ulpii, manifestement d’ascendance pérégrine, a donné trois consuls dans le courant du iiie s., dont M. Ulpius Tertullianus Aquila, proconsul de Macédoine en 212-213 et curateur de la cité (ou colonie honoraire) d’Attaléia331. À Apamée, un officier équestre, sans doute originaire de la colonie, fut promu au rang sénatorial par l’empereur Vespasien et devint légat propréteur de la province d’Asie332. Une inscription très mutilée d’Iconium fait peut-être encore connaître un sénateur du nom d’Aelius Anch[arenus] qui semble, lui aussi, avoir été originaire de la colonie333.

  • 334 Nous excluons de ce tableau les sénateurs provenant des cités promues au rang de colonie à l’époque (...)
  • 335 PIR2 S 391 et 392 ; cf. AE 1926, 150 (IGLMusBey 71) ; 1992, 1689-1690.
  • 336 IGLS VI 2796 ; cf. IGLS VI 2797.
  • 337 IGLS VI 2777 ; PIR1 V 229 ; cf. G. w. Bowersock (n. 334), p. 665-666.
  • 338 B. Isaac (n. 282), p. 50, n. 28.
  • 339 IGLS VI 2793-2794.
  • 340 PIR2 S 835 ; cf. IGLS VI 2795.
  • 341 H. Halfmann, Die Senatoren aus dem östlichen Teil des Imperium Romanum bis zum Ende des 2. Jh. n. C (...)
  • 342 PIR  2 F 229.

57Pour ce qui est des colonies créées au Proche-Orient334, on note, à Berytus, la famille des Sentii (l’officier équestre M. Sentius Proculus ayant été promu au rang sénatorial au début du iie s.)335 et, à Héliopolis, celle des Velii, dont l’ancêtre fut C. Velius Rufus, officier équestre et procurateur sous les Flaviens336. Deux de ces Velii héliopolitains furent consuls, l’un sous le règne d’Antonin le Pieux, l’autre en 178337. Il est possible qu’il faille leur ajouter une branche de la famille des Statilii ayant donné plusieurs consuls dans le courant du iie s. Celle-ci paraît avoir été originaire de Syrie, peut-être même d’Héliopolis338 : on relève, en effet, dans cette dernière colonie, un officier équestre du nom de P. Statilius Iustus Sentianus inscrit dans la tribu locale (la Fabia)339 et le préteur T. Statilius Maximus Severus L. Iuventius Munitus y fut choisi comme patron340. Plusieurs membres de la gens Statilia, sont, en outre, attestés dans la colonie voisine de Berytus341. Toujours en Syrie, un personnage originaire de la colonie claudienne de Ptolémaïs, Flavius Boethus, qui fréquenta Galien, atteignit le consulat et fut gouverneur de Syrie-Palestine sous Marc Aurèle342.

  • 343 S. Zoumbaki (n. 287), p. 168-170.
  • 344 IG IV2 682.
  • 345 I. Ephesos 735.
  • 346 H. Halfmann (n. 341), p. 192, no 118 ; J. H. Oliver, « Senators from Greece and Macedonia », dans O (...)
  • 347 L ’indication selon laquelle P. Marronius Quartus porterait le titre de clarissime – relayée par A. (...)
  • 348 Voir supra p. 225-230.
  • 349 P. Porena, Le origini della prefettura del pretorio tardoantica (2003), p. 487-496. Voir cependant (...)
  • 350 Pour une éventuelle dédicace au proconsul de Macédoine M. Lollius, voir, à l’inverse, l’inscription (...)

58Le nombre de sénateurs provenant des colonies fondées en Grèce propre est encore plus réduit343. L ’origine corinthienne, plutôt que d’Épidaure, du sénateur Veturius Paccianus, proconsul de Crète et Cyrénaïque sous Marc Aurèle, est sujette à discussion dans la mesure où celui-ci apparaît seulement dans une inscription de cette cité344, en plus d’une inscription érigée en son honneur à Éphèse à la suite des fonctions qu’il avait assumées dans la province d’Asie345. La mention du cognomen Paccianus dans des inscriptions fragmentaires corinthiennes ne semble pas constituer, en l’occurrence, une preuve suffisante pour considérer qu’il était fait référence ici au même individu et que celui-ci était originaire de la colonie346. Aucune famille sénatoriale n’est connue pour les colonies de Patras ou de Dyrrachium. Le seul sénateur provenant assurément d’une des colonies d’Achaïe ou de Macédoine était précisément un Philippien, C. Iulius Maximus Mucianus (38)347. Et encore celui-ci n’était-il pas le descendant d’une famille de colons italiens – à l’instar des sénateurs d’Antioche de Pisidie, d’Alexandrie de Troade ou de Berytus et Héliopolis –, mais il s’agit, comme le suggèrent à la fois son gentilice et son deuxième cognomen, d’un membre d’une famille aristocratique, peut-être même royale, thrace ayant reçu la ciuitas d’Auguste. Il apparaît que Mucianus, qui fut promu à l’ordre sénatorial par Antonin le Pieux, s’était installé dans la colonie de Philippes et qu’il y avait acquis la citoyenneté locale, comme le montre la tribu Voltinia dans laquelle il était inscrit. Mucianus y fut même reçu au sein de l’ordo decurionum. Il se peut qu’en choisissant de s’établir dans une colonie romaine, celui-ci ait cherché à favoriser son ascension. Comme nous l’avons vu, plusieurs familles éminentes de Sparte et d’Épidaure séjournèrent dans le même but à Corinthe, où ils s’acquittèrent de magistratures municipales. Mais, à la différence de Philippes, Corinthe était le siège du gouverneur, ce qui permettait à ces grands notables de fréquenter les autorités provinciales. Mucianus n’abandonna pas pour autant les liens étroits qu’il avait avec la Thrace, dont était originaire sa famille. Il fut ainsi membre du Conseil dans plusieurs cités pérégrines de cette province (38, l. 8-9 : dec(urioni) Phil(ippis) / et in prouinc(ia) Thra(cia)). En outre, son frère, C. Iulius Teres, fut président du koinon de Thrace. La tribu de Teres n’est pas mentionnée dans les inscriptions que celui-ci érigea à la mémoire de Mucianus. Au vu des fonctions qu’il y assuma à l’échelon provincial, il est probable que Teres, à la différence de son frère, demeura en Thrace et qu’il ne s’était pas établi à Philippes. On notera que les fils de Teres accédèrent, comme leur oncle, à l’ordre sénatorial (38, l. 11-12 : pater sena/torum). Les quelques autres sénateurs attestés à Philippes n’étaient pas davantage originaires de la colonie. C’est le cas en particulier des différents questeurs propréteurs de la province de Macédoine qui furent envoyés à Philippes pour servir de curatores rei publicae348. Néanmoins, l’un d’entre eux, C. Iulius Quadratus, fut visiblement coopté au sein du Conseil par les décurions, certainement en hommage à la suite de la mission qu’il avait remplie dans la colonie (39). Le légat propréteur d’Asie L. Salvius Secundinus, dont l’épouse érigea l’épitaphe dans la colonie, n’était pas non plus philippien, comme l’indique sa tribu Quirina (44). Peut-être celui-ci était-il décédé lors d’un séjour à Philippes au cours d’un voyage effectué depuis ou vers la province d’Asie. Une autre possibilité serait de supposer que l’intéressé avait des intérêts ou des propriétés en Macédoine. Quant aux préfets du prétoire clarissimes qui dressèrent une statue à l’empereur Constantin (30), leur présence dans la colonie ne dut pas s’avérer nécessaire pour ce faire, tant était habituel depuis l’époque de la Tétrarchie ce genre de témoignages de loyauté exprimés dans les communautés locales de l’Empire à l’initiative des hauts fonctionnaires et des gouverneurs349. Deux gouverneurs de la province de Macédoine, de rang équestre pour leur part, firent, de même, ériger des statues au César Carin et à l’empereur Gratien à Philippes sans que cela implique qu’ils aient séjourné dans la colonie (27, 31)350.

  • 351 Voir supra p. 252-255.
  • 352 H. Halfmann (n. 294), p. 165-187.

59La comparaison avec Antioche de Pisidie et, dans une moindre mesure, avec Alexandrie de Troade montre que l’assise tant sociale que financière des notables philippiens était, dans l’ensemble, moins large que celle des dignitaires issus de ces colonies. Malgré la présence à Philippes de nombreux individus ayant fait une carrière militaire équestre et en dépit de l’étendue du terroir formant la pertica coloniale, les élites locales ne parvinrent manifestement pas à constituer des fortunes suffisantes pour prétendre à l’ordre sénatorial. Cela pourrait être dû au fait que certains des vétérans initialement déduits par Antoine étaient issus des légions vaincues lors de la bataille de Philippes et que les civils qu’y installa Octave-Auguste une décennie plus tard étaient de modestes propriétaires qui avaient été chassés d’Italie en raison de leurs sympathies pour le premier. Il s’ensuit qu’une partie des colons philippiens durent être moins bien dotés lors de la répartition des terres et que les élites locales, dans leur ensemble, ne réussirent pas à combler un certain retard et déficit en la matière. Mais le succès des familles sénatoriales d’Antioche ne résidait pas uniquement dans leur aisance foncière. Certaines d’entre elles étaient apparentées à des familles de negotiatores provenant d’Attaléia, ce qui suggère qu’elles avaient, elles aussi, des intérêts dans des affaires commerciales. À l’inverse, nous avons eu l’occasion de relever que les notables philippiens ne semblaient guère liés aux familles d’hommes d’affaires romains pourtant actifs en Macédoine au ier s. av. J.-C.351. La ville de Philippes n’a, de toute évidence, pas joué en Macédoine orientale, et plus généralement dans la pénisule balkanique, le rôle qu’a eu Antioche pour la circulation des marchandises en Anatolie. Plusieurs familles d’Antioche étaient, de plus, alliées avec des familles équestres et sénatoriales d’origine italienne se distinguant non seulement dans la province de Galatie, notamment dans sa capitale Ancyre, mais à l’échelle de l’ensemble de la région, en Asie Mineure centrale et méridionale352. À l’exception de rares individus s’étant illustrés à Thessalonique ou dans les autres colonies romaines de Thrace et du Nord-Ouest de l’Asie Mineure, le rayonnement des notables philippiens était, au contraire, confiné à la colonie. Même si plusieurs familles purent essaimer dans les cités directement voisines, comme Serrès, Amphipolis et Thasos, voire à Thessalonique, aucune d’entre elles ne parvint à tisser des relations avec l’aristocratie provinciale, dont des familles de macédoniarques par exemple.

  • 353 Voir supra p. 158-161 et p. 219-225.
  • 354 S. Zoumbaki (n. 287), p. 169-173.
  • 355 H. Halfmann (n. 318), p. 624-649.
  • 356 J. H. Oliver (n. 346), p. 601-602.

60La colonie d’Antioche semble, d’autre part, avoir entretenu dès sa fondation des relations privilégiées avec la famille impériale et l’aristocratie sénatoriale, comme l’indiquent la pratique consistant à conférer le duumvirat à l’empereur ou à l’un de ses parents, ainsi que la vigueur de l’institution du patronat353. Des chevaliers originaires d’Antioche entrèrent même, par la suite, dans l’intimité des empereurs, comme nous l’avons relevé précédemment. Ce sont précisément ces liens de clientèle qui manquèrent aux notables philippiens : ceux-ci furent manifestement incapables de pénétrer les sphères les plus élevées de la société romaine et d’obtenir un appui auprès de l’aristocratie sénatoriale pour se signaler à la cour et espérer profiter d’un anoblissement. Il convient néanmoins de rappeler que le cas d’Antioche est exceptionnel, non seulement parmi les colonies romaines d’Orient, mais même au regard des cités pérégrines354. À travers l’ensemble des provinces hellénophones, seules trois cités – Pergame, Éphèse et Athènes –, toutes trois d’une taille bien plus grande qu’Antioche, ont livré plus de sénateurs que cette dernière. À l’exception d’Antioche, on connaît, par ailleurs, plus de sénateurs dans nombre de cités d’Asie Mineure d’importance régionale que dans les colonies romaines d’Orient prises individuellement : on peut citer les cas de Sardes, Tralles, Aphrodisias, Kibyra, Xanthos, Patara, Pompéiopolis, Ancyre355. Si dans certains cas, comme à Attaléia et à Pergé, où résidait une communauté d’Italiens venus s’établir pour des raisons commerciales, les familles sénatoriales pouvaient être issues de negotiatores, il s’agit le plus souvent ailleurs de familles d’ascendance pérégrine ayant acquis la ciuitas. Le hiatus existant entre le nombre de sénateurs attestés respectivement à Antioche de Pisidie et à Philippes reflète, de façon plus générale, le déséquilibre que l’on observe à ce propos entre les cités d’Asie Mineure et celles de Grèce propre. Mis à part le cas d’Athènes, très peu de cités ont livré de familles sénatoriales dans les provinces d’Achaïe et de Macédoine et on compte seulement deux sénateurs provenant de Thessalonique356. Les élites philippiennes eurent, par conséquent, moins d’occasions de fréquenter des membres de l’aristocratie sénatoriale que les notables d’Antioche en Asie Mineure, où la prospérité générale des cités anatoliennes permit l’émergence parmi les élites de l’Empire de nombreuses familles d’ascendance tant italienne que pérégrine.

4. Les relations entre la colonie et la famille impériale

  • 357 Voir supra p. 188-196.
  • 358 Sève, Weber, Guide, p. 39-41.
  • 359 Brélaz, Apports, p. 1476-1477.
  • 360 AE 2012, 1377 (cf. CIPh II.1, App. 3, no 10). Sur le culte de Jupiter dans les cités pérégrines, vo (...)
  • 361 225 ; Pilhofer II 178, 186, 223, 384, 473, 514, 588 ; AE 2012, 1382 ; AE 2013, 1390. Cf. C. Brélaz, (...)
  • 362 Voir supra p. 202-209.
  • 363 Voir également les monnaies célébrant cette allégorie qui furent frappées par la colonie à l’époque (...)
  • 364 Pilhofer II 474.
  • 365 Collart, Philippes, p. 410-413. Voir supra p. 201-202.

61Comme nous avons déjà eu l’occasion de le mentionner, des prêtrises publiques étaient réservées, à Philippes, à la dévotion aux empereurs357. Contrairement à ce qui prévalait dans d’autres colonies, ces prêtrises étaient le plus souvent attachées à la vénération d’un empereur en particulier, qu’il s’agisse d’un empereur décédé et, le cas échéant, divinisé ou de l’empereur régnant. De plus, les bases inscrites qui furent découvertes dans le bâtiment situé à l’angle Nord-Est du forum – dont une dédicace à Faustine la Jeune (20) – montrent que celui-ci avait été, dans le plan de réaménagement de la place à l’époque antonine, consacré au culte des empereurs et du Génie de la colonie (43)358. Plusieurs indices suggèrent que cet espace abritait au ier s. apr. J.-C. déjà des monuments dédiés à la famille impériale359. On citera, en particulier, la présence, juste devant le temple d’époque antonine, d’une base monumentale supportant les statues de prêtresses de Livie et datant de la fin du ier s. (126) – laquelle fut conservée lors de la construction du temple au prix de quelques transformations –, ainsi que le remploi, dans les fondations de la cella de ce dernier temple, d’une plaque ayant appartenu à une base en l’honneur de Drusus, le père de l’empereur Claude (5). Une dédicace conjointe à Jupiter Optimus Maximus et au divin Auguste provenant des environs de Serrès montre que le culte des empereurs, ainsi que des divinités tutélaires de l’État romain en l’occurrence, se pratiquait aussi dans les parties excentrées du territoire philippien, s’il est bien exact de considérer qu’il existait une praefectura dépendant de la colonie dans cette région360. En plus du culte qui lui était rendu sur l’acropole de Philippes, Jupiter (Optimus Maximus) était, du reste, vénéré encore ailleurs sur le territoire de la colonie, y compris par des pérégrins361. On relèvera également l’existence dans la colonie d’un collège de sévirs augustaux et d’un corps d’Augustales participant à la célébration de l’empereur362. Certains membres de cette association pourraient également avoir été, dans le courant du ier s. apr. J.-C., les commanditaires d’un bâtiment situé sur le forum (se trouvant peut-être originellement sur la terrasse haute) dont la fonction précise demeure cependant indéterminée, mais pourrait être liée à la commémoration des empereurs (221). On peut, enfin, rapprocher du culte rendu aux empereurs eux-mêmes les dédicaces aux allégories impériales. Nous mentionnerons la Quies Augusta de la colonie des Philippiens (84), l’Aequitas Augusti (117), la Victoire Auguste (17)363, ainsi que la Victoire Germanique, renvoyant aux succès militaires de l’empereur (25). L ’ajout du nom de l’empereur ou de l’épithète Augustus à ces abstractions – comme à certaines divinités comme Mercure Auguste (132) ou Minerve Auguste364 – entraînait leur assimilation aux vertus dont l’empereur se portait garant et à la majesté qui l’entourait. Cet usage constituait par la même occasion une invocation de l’empereur lui-même365.

  • 366 Bien que la notion de domus diuina soit attestée depuis l’époque julio-claudienne, la tournure in h (...)
  • 367 Pilhofer II 431 : voir infra Annexe 2, p. 346-347, no 2.
  • 368 Sur les liens entre le formulaire des dédicaces monumentales et leur objet, voir M. Aberson, « Le f (...)
  • 369 J. Moralee, “For Salvation’s Sake”. Provincial Loyalty, Personal Religion, and Epigraphic Productio (...)
  • 370 On notera, dans ce cas, que la maison impériale fut également incluse dans le vœu par la tournure o (...)
  • 371 Pilhofer II 588 (dédicace à Jupiter Optimus Maximus), 621 (dédicace au Héros Aulonitès).
  • 372 On peut songer à restituer une formule comparable dans l’inscription 46.
  • 373 W. Eck, « Öffentlichkeit, Monument und Inschrift », dans XI Congresso Internazionale di Epigrafia G (...)
  • 374 De la même manière, les principaux bâtiments du forum de Cremna furent directement dédiés – avec un (...)
  • 375 Voir également les dédicaces 34 et 35 à des empereurs indéterminés du iiie ou du ive s. provenant d (...)
  • 376 CIPh II.1, p. 42-44.
  • 377 Collart, Philippes, p. 10, 17 ; K. de Kersauson, Catalogue des portraits romains, Musée du Louvre, (...)
  • 378 J. M. Højte, Roman Imperial Statue Bases from Augustus to Commodus (2005), p. 159-165.
  • 379 Suet., Tib. XIV.
  • 380 H. Halfmann, Itinera principum, Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reich (1986) (...)
  • 381 CIPh II.1, App. 4, no 36.

62Les manifestations de loyauté envers la famille impériale ne se limitaient toutefois pas, dans la colonie, aux expressions du culte impérial. On constate, en particulier, que tous les principaux bâtiments du forum portaient, dans l’état qui était le leur depuis l’époque antonine, une dédicace en l’honneur de la famille impériale, à laquelle était associée la colonie. La formule in honorem diuinae domus et coloniae Iuliae Augustae Philippiensium, diversement abrégée, se lit ainsi invariablement sur l’entablement de la curie (16), du tabularium (18) et de la bibliothèque (21) et elle peut être restituée dans les dédicaces du temple du culte impérial (19) et du portique Sud (22)366. La consécration à la famille impériale d’une base destinée à des statues de divinités, gravée certainement sur les murs de l’édifice thermal où cette base était disposée et qui avait fait l’objet de réfections de la part d’un bienfaiteur, comporte, de même, les tournures pro salute et in honorem (6). Un bloc d’entablement trouvé à Agios Athanasios sur lequel il est possible de reconnaître la dédicace [p]r.o salut[e] provenait sans doute, lui aussi, du centre monumental de la ville de Philippes367. De telles expressions signifient que le bâtiment ou le monument en question avait été offert en l’honneur de la maison impériale, le plus souvent par un particulier368. Ce type de dédicaces pour le salut de la famille impériale (ὑπὲρ τῆς σωτηρίας en grec) était fréquent à travers l’Empire369. On relève, à Philippes, un formulaire identique dans des dédicaces offertes de manière propitiatoire à des divinités au profit de la colonie – c’est le cas d’une table de mesures dédiée par un duumvir au Héros Aulonitès dans son sanctuaire de Kipia (158), ainsi que d’un autel offert par un médecin à Isis Reine (23)370 –, voire de particuliers371. C’était une façon de rendre hommage à la maison impériale à l’occasion de la dédicace d’un bâtiment ou d’une consécration à une divinité372. À l’inverse, une dédicace à un empereur recourant au datif implique, pour sa part, que le bénéficiaire était lui-même représenté par une statue373. C’est ce que l’on observe, par exemple, sur une dédicace monumentale offerte par la colonie à l’empereur Vespasien et à ses deux fils, Titus et Domitien, provenant du théâtre : la plaque, qui était sans doute comprise dans la maçonnerie de l’édifice, devait néanmoins – au vu du formulaire – être accompagnée de statues figurant, à proximité, les membres de la dynastie flavienne (7)374. Jusqu’à la fin du ive s., en différents points du centre monumental de la ville, de nombreuses bases de statue furent, en effet, érigées en l’honneur des empereurs, dont Hadrien (11, 13), Antonin le Pieux (14), Constantin (29) et Gratien (31)375. Il faut ajouter à ces bases les vestiges de monuments en l’honneur des empereurs qui – pour certains d’entre eux du moins – pourraient avoir été érigés dans le uicus situé à l’emplacement de la ville moderne de Drama, à moins qu’ils aient été arrachés au site de Philippes pour y être remployés ultérieurement376 : on compte une dédicace à un empereur indéterminé (33), trouvée en remploi dans un village des environs, de même qu’une tête colossale de Caracalla377 et peut-être une dédicace à Trajan (10), toutes deux découvertes dans la ville même de Drama. Tous ces hommages, qui avaient été pour la plupart rendus à l’initiative de la colonie, dépassaient le cadre strict du culte impérial. Il n’est toutefois pas nécessaire de postuler le passage d’un empereur à Philippes pour rendre compte de l’honneur qui lui avait été fait378. Antonin le Pieux, par exemple, ne quitta jamais l’Italie durant son long règne, alors qu’on lui érigea une statue dans la colonie. On sait, en revanche, que Tibère, qui n’était pas encore empereur, s’arrêta à Philippes en 20 av. J.-C. tandis qu’il conduisait une armée en Syrie379. Le nom de Tibère, paré de la titulature impériale, apparaît précisément au nominatif sur un fragment architectural provenant sans doute à l’origine du forum (2). Or, le hiatus chronologique entre le séjour de Tibère à Philippes et sa dédicace d’un bâtiment public en qualité d’empereur dissuade de considérer que l’édification du bâtiment en question ait été ordonnée lors de sa présence effective, très ponctuelle d’ailleurs, à Philippes. Il n’est pas impossible toutefois que la base honorifique que la colonie offrit à Hadrien, en 131, soit à mettre en relation avec ses voyages (11) – peut-être en l’occurrence en prévision de son passage à Philippes –, car on sait que cet empereur, de retour de Judée, traversa justement la Thrace et la Macédoine dans le courant de l’année 132380. Ce ne peut avoir été le cas, en revanche, pour une autre dédicace qui lui fut offerte en 137, toujours à titre officiel (13). L ’inauguration de l’Olympieion par Hadrien en 129, qui eut un écho considérable dans toute la partie orientale de l’Empire, avait déjà fourni à la colonie l’occasion de célébrer cet empereur : un autel où Hadrien est qualifié d’Olympius et Sabine assimilée à Héra-Junon – à la manière grecque – fut alors consacré au couple impérial (12) et la colonie paraît même avoir envoyé une délégation officielle à Athènes pour s’associer aux hommages rendus à l’empereur par de très nombreuses communautés locales des provinces hellénophones, dont d’autres colonies romaines381.

  • 382 A.-V. Pont, « L ’empereur “fondateur” : enquête sur les motifs de la reconnaissance civique », REG (...)
  • 383 Collart, Philippes, p. 518-519 ; Lemerle, Philippes, p. 108-109. Sur l’importance de la uia Egnatia(...)

63Les circonstances de l’érection par la colonie d’une statue à un empereur peuvent être reconstituées dans d’autres cas encore. La dédicace à Antonin, par exemple, est datée des premiers mois faisant suite à son accession au pouvoir et c’est donc vraisemblablement à l’annonce de son avènement que les Philippiens décidèrent d’ériger une statue au nouvel empereur (14). Quant à Constantin, il est acclamé dans la dédicace qui lui fut offerte comme le « fondateur de la très brillante colonie des Philippiens » (29 : [c]onditorem spl[endidiss(imae) / c]oloniae Phili[pp(iensium)]  ). Ce titre implique que la colonie était redevable envers l’empereur de bienfaits dont la nature exacte – des constructions publiques, des distributions à la population ou la concession de privilèges – nous échappe cependant382. On notera, à ce propos, que Constantin semble être passé par Philippes au cours de ses voyages383, même si la présence effective de l’empereur n’était pas une condition pour que la colonie puisse jouir de ses largesses. Restent plusieurs dédicaces dont l’interprétation est moins évidente. On remarque ainsi que, depuis l’époque de la Tétrarchie, deux bases furent érigées par la colonie au César ou à l’empereur régnant en Occident : c’est le cas du César Constance (28) et de l’empereur Gratien (31). La seconde inscription fut érigée conjointement par le gouverneur de la province de Macédoine, à une époque où le diocèse dont elle dépendait était peut-être rattaché à la préfecture d’Italie et d’Afrique. Ce n’était pas la première fois que des fonctionnaires impériaux se servaient de la colonie comme lieu d’affichage pour des honneurs rendus à l’empereur. Un gouverneur avait déjà offert, à Philippes, une statue à Carin en 282/3, probablement à l’occasion de l’avènement de celui-ci au rang de César (27), et les préfets du prétoire (ou le vicaire représentant ces derniers, en charge du diocèse des Mésies auquel était rattachée la colonie) firent de même pour Constantin (30). C’est sans doute également à son statut de colonie que Philippes dut d’être choisi par la Pentapole pour y ériger un autel à la famille sévérienne, en langue grecque (24). Cette confédération de communautés locales situées dans le bassin du Strymon dut estimer convenable de dresser un monument à l’empereur et à sa famille dans la colonie romaine qui leur était voisine. On a pu considérer, en l’occurrence, que la colonie, en tant qu’émanation de l’État romain, maintenait des liens étroits avec la maison impériale. Ce fut, dans le même temps, un moyen pour la Pentapole de se mettre en scène dans une des principales villes et communautés politiques de la région.

  • 384 Corinth VIII/3, no 77.
  • 385 P. D. Scotton, « A New Fragment of an Inscription from the Julian Basilica at Roman Corinth », Hesp (...)
  • 386 É. Lapalus, « Sculptures de Philippes », BCH 57 (1933), p. 449-452, no 3 avec fig. 4 et pl. XXVI ; (...)

64Comme nous l’avons déjà vu par les dédicaces des bâtiments publics à la famille impériale, l’empereur n’était pas le seul à bénéficier des témoignages de dévotion des Philippiens. Son entourage faisait également l’objet de considération. Pour ce qui est des femmes de la famille impériale, on relève, outre la prêtrise consacrée à Livie divinisée (126) et la dédicace à l’épouse de Marc Aurèle dont il a déjà été question (20), une dédicace à une certaine Licinia dans laquelle il convient peut-être de reconnaître la mère de l’empereur Valérien (26). Sabine, l’épouse d’Hadrien, était associée à celui-ci sur l’autel où l’empereur était célébré comme Olympien, étant elle-même assimilée à Junon (12). Nous avons noté la base en l’honneur du père de l’empereur Claude (5). C’est parfois l’ensemble de la dynastie ou, du moins, les descendants de l’empereur qui faisaient l’objet d’une célébration, comme c’est le cas à Corinthe, où on note une dédicace à l’empereur Claude accompagné de son fils Britannicus384, ainsi qu’une dédicace collective à l’ensemble des Caesares et des Augusti, passés et présents – si la restitution de l’inscription est correcte –, remontant manifestement à l’époque julio-claudienne385. Ainsi, les Césars Carin (27) et Constance (28) furent tous deux honorés d’une statue à Philippes. La dédicace à Vespasien affichée au théâtre mentionne également les deux fils de l’empereur (7) et une base fut érigée aux « enfants et petit-enfants de l’empereur », peut-être d’Antonin le Pieux (15). La découverte de deux têtes en marbre que l’on identifie avec Caius et Lucius César suggère, de plus, qu’un monument avait été consacré sur le forum aux héritiers d’Auguste, certainement de leur vivant386.

  • 387 Brélaz, Apports, p. 1468-1472.
  • 388 Pour le rôle de relais des informations officielles joué par les colonies, voir J. Nelis-Clément, « (...)
  • 389 R. W. Burgess, M. Kulikowski, Mosaics of Time. The Latin Chronicle Traditions from the First Centur (...)
  • 390 V. Kockel, LTUR II (1995), s.v. « Forum Augustum », p. 290-293.
  • 391 J. M. Højte (n. 378), p. 23-24 ; M. Kajava, « Honorific and Other Dedications to Emperors in the Gr (...)
  • 392 Voir le cas de la colonie de Narona, en Dalmatie : G. Zecchini (éd.), LAugusteum di Narona (2015) (...)
  • 393 I. Cogitore, « Séries de dédicaces italiennes à la dynastie julio-claudienne », MEFRA 104 (1992), p (...)
  • 394 J. Fournier, « Cent ans d’épigraphie à Thasos (1911-2011) », REG 124 (2011), p. 219-225.
  • 395 Voir les fragments découverts en remploi à Castelporziano, mais devant vraisemblablement être attri (...)
  • 396 G. Rowe, Princes and Political Cultures. The New Tiberian Senatorial Decrees (2002), p. 54 ; M. Cor (...)
  • 397 InscrIt X 5, 95-100, avec la reconstitution de G. Di Vita-Évrard, « Les “fastes impériaux” de Bresc (...)
  • 398 R. Gest. diu. Aug. VI 2.
  • 399 CIPh II.1, p. 33-34.
  • 400 Cf. C. Ando, Imperial Ideology and Provincial Loyalty in the Roman Empire (2000), p. 228-239.
  • 401 Comparer la statue équestre que la cité de Pergé érigea à Vespasien dans les thermes à la même occa (...)
  • 402 L. Capogrossi Colognesi, E. Tassi Scandone (éds), La Lex de Imperio Vespasiani e la Roma dei Flavi (...)

65L ’initiative la plus singulière, à cet égard, est sans aucun doute le monument comportant les noms au nominatif de différents empereurs et de leurs héritiers présomptifs – Tibère et son fils Drusus le Jeune, Vespasien et son fils Titus –, avec la mention du nombre de puissances tribuniciennes que ceux-ci avaient revêtues au moment de leur décès ou, dans le cas de Titus, de son avènement (8). Ce type de monuments, dont on connaît plusieurs parallèles en Italie et peut-être dans la colonie de Lyon, n’étaient pas techniquement des dédicaces, mais servaient en quelque sorte de « fastes impériaux », en énumérant les empereurs et leurs collègues dans l’exercice de la puissance tribunicienne387. La plupart des lieux où furent retrouvées des inscriptions de ce genre ont en commun d’avoir été des colonies, ce qui suggère que les autorités impériales pourraient avoir été à l’origine de l’érection et de la diffusion des monuments en question dans cette catégorie de communautés, en Italie aussi bien que dans les provinces manifestement388. On peut concevoir un procédé comparable à ce qui fut mis en œuvre pour l’établissement des copies épigraphiques des fastes consulaires à travers l’Italie, avec, en l’occurrence, la transmission par le pouvoir central des informations administratives nécessaires à la compilation dans les colonies de listes des empereurs et des titulaires de la puissance tribunicienne389. À la différence de certains des exemplaires italiens, toutefois, l’inscription philippienne n’était pas gravée sur de minces éléments de plaques destinés à recouvrir les murs d’un bâtiment ou d’un monument, mais sur des plaques dont l’épaisseur était comprise entre 14 et 19 cm, ce qui convient pour des orthostates appartenant à une base. On en déduit que la liste recensant les noms des empereurs était, dans le cas de Philippes, inscrite sur une base supportant vraisemblablement les statues des personnages correspondants, les inscriptions au nominatif servant d’une certaine manière de légendes aux statues sous lesquelles elles étaient disposées. On peut leur comparer, toute proportion gardée, les mentions au nominatif qui accompagnaient, parfois avec des elogia, les statues des summi uiri de la République représentés sur le Forum d’Auguste390. Le recours au nominatif pour identifier un empereur représenté par une statue était, du reste, récurrent sur les monuments honorifiques collectifs391. Une disposition matérielle telle que nous proposons de la reconstituer pour le monument philippien est conforme aux groupes statuaires dynastiques qui, aménagés dans des sanctuaires du culte impérial392, étaient particulièrement répandus à l’époque julio-claudienne393 et dont on connaît notamment un exemple dans la cité voisine de Thasos394. Cette galerie des empereurs consistait, à Philippes, en une mise en scène de la succession dynastique au sein du pouvoir impérial et représentait une matérialisation de la mémoire officielle du régime du Principat, les empereurs dont le souvenir avait été condamné étant exclus de cet affichage. L ’indication de la puissance tribunicienne dans l’énumération des empereurs et de leurs héritiers avait, de fait, une fonction pratique de datation395. Mais ce pouvoir était surtout envisagé ici comme la marque distinctive de l’élection impériale, conférée uniquement aux empereurs régnants et aux hommes de la famille impériale qui seraient appelés un jour à accéder à leur tour à cette charge396. D’ailleurs, dans l’exemplaire que nous connaissons de Brescia397, les titulaires de la puissance tribunicienne sont présentés comme les membres d’un collegium aux côtés d’Auguste en personne, qui en fit de même dans ses Res Gestae398. La base philippienne, dont la construction fut assurée par des affranchis impériaux sous le règne de Caligula, se dressait probablement à l’origine sur la terrasse haute du forum, à proximité des temples qui devaient y avoir été érigés à la triade capitoline399. La liste et la galerie des empereurs – qui devaient inclure également Auguste et son gendre Agrippa et auxquelles dut être ajouté l’empereur Claude dans l’intervalle – furent poursuivies à l’époque flavienne par la colonie elle-même, qui manifestait, de cette manière, son allégeance aux dynasties s’étant relayées à la tête de l’Empire400. Cette protestation de loyauté dut paraître d’autant plus nécessaire dans le contexte troublé de l’accession au pouvoir de Vespasien, qui n’était pas issu de la dynastie fondée par Auguste. La colonie avait, du reste, également consacré dans ce but des statues au nouvel empereur et à ses fils dans le théâtre, probablement peu après son avènement (7)401. La légimitation de Vespasien passait, en effet, par sa reconnaissance explicite en tant qu’empereur de la part des différentes composantes de l’État romain – dont les communautés locales – dans la lignée de ses prédécesseurs julio-claudiens, comme l’illustrent les clauses de la lex de imperio402.

  • 403 Voir supra p. 40-41.
  • 404 RPC I 1650, 1653-1655 ; M. Amandry, « Le monnayage de la Res Publica Coloniae Philippensium », dans(...)
  • 405 Voir supra p. 158-160.
  • 406 A. J. S. Spawforth (n. 31), p. 179.
  • 407 Corinth VIII/2, no 17 ; cf. M. E. Hoskins Walbank, « Evidence for the Imperial Cult in Julio-Claudi (...)
  • 408 Voir supra p. 123.
  • 409 Voir supra p. 308-313.

66Un tel attachement à la maison impériale était attendu de toute communauté locale et, a fortiori, de la part d’une entité politique qui – au contraire des cités pérégrines – faisait partie intégrante de l’État romain et qui avait été refondée par Octave-Auguste lui-même, dont elle portait les noms comme épithètes403. Du reste, les légendes monétaires de la colonie continuèrent tout au long des ier et iie s. à célébrer le divin Jules et le divin Auguste404. Cela ne signifiait pas pour autant que la colonie entretenait régulièrement des relations immédiates et privilégiées avec les autorités impériales. À en juger d’après le nombre de fois où le duumvirat honoraire put être offert à l’empereur ou à un membre de sa famille à Corinthe et à Antioche de Pisidie, ces dernières colonies paraissent avoir été en mesure de nourrir des liens bien plus étroits et constants que Philippes avec la famille impériale405. On note, à ce propos, que la colonie de Corinthe, peut-être du fait que se trouvaient des affranchis de César parmi les premiers colons406, était allée jusqu’à ériger un sanctuaire à la gens Iulia / Augusta en plus du culte qu’elle rendait à l’empereur et à diverses allégories impériales407 et jusqu’à donner le nom de membres de la famille impériale à plusieurs des tribus électorales locales408. Surtout, à la différence d’Antioche de Pisidie et même de nombreuses cités pérégrines d’Asie Mineure, les notables locaux ne parvinrent pas, à Philippes, à côtoyer d’assez près les élites dirigeantes de l’Empire pour entamer de grandes carrières en dehors de la colonie. De fait, aucun d’entre eux ne réussit à se hisser jusqu’à l’ordre sénatorial409. Indépendamment des privilèges, essentiellement fiscaux, dont elle profitait grâce au ius Italicum, son statut de colonie ne suffit pas à Philippes pour prétendre à un traitement d’exception de la part des autorités impériales et provinciales. Ses ressortissants ne pouvaient donc se prévaloir de leur origine pour bénéficier d’une promotion sociale ou accéder à des responsabilités dans l’administration impériale.

Notes

1 Voir supra p. 202-209.

2 P. Veyne, Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique (1976), p. 201-209 ; G. E. M. De Ste. Croix, The Class Struggle in the Ancient Greek World (1981).

3 D. Campanile, « Il fine ultimo della creazione: élites nel mondo ellenistico e romano », MediterrAnt 7 (2004), p. 1-12 ; cf. H.-L. Fernoux, Notables et élites des cités de Bithynie aux époques hellénistique et romaine (iiie siècle av. J.-C.-iiie siècle ap. J.-C.). Essai d’histoire sociale (2004) ; A. Zuiderhoek, « On the Political Sociology of the Imperial Greek City », GRBS 48 (2008), p. 417-445.

4 Voir les contributions réunies dans M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine (éds), Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain (2003), et en particulier celle d’I. Savalli-Lestrade, « Remarques sur les élites dans les poleis hellénistiques », p. 51-64. L ’expression « bourgeoisie », anachronique et, elle aussi, fortement connotée, a pu aussi être employée : M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les « Bourgeoisies » municipales italiennes aux iie et ier siècles av. J.-C. (1983).

5 F. Quass, Die Honoratiorenschicht in den Städten des griechischen Ostens. Untersuchungen zur politischen und sozialen Entwicklung in hellenistischer und römischer Zeit (1993) ; J. Bartels, Städtische Eliten im römischen Makedonien. Untersuchungen zur Formierung und Struktur (2008).

6 J.-J. Aubert, « A Double Standard in Roman Criminal Law? The Death Penalty and Social Structure in Late Republican and Early Imperial Rome », dans J.-J. Aubert, B. Sirks (éds), Speculum Iuris. Roman Law as a Reflection of Social and Economic Life in Antiquity (2002), p. 94-133.

7 H.-L. Fernoux, « L ’exemplarité sociale chez les notables des cités d’Asie Mineure à l’époque impériale », dans H.-L. Fernoux, C. Stein (éds), Aristocratie antique. Modèles et exemplarité sociale (2007), p. 175-200 ; S. Zoumbaki, « On the Vocabulary of Supremacy: The Question of Proteuontes Revisited », dans A. D. Rizakis, F. Camia (éds), Pathways to Power. Civic Elites in the Eastern Part of the Roman Empire (2008), p. 221-239 ; A. Heller, « La cité grecque d’époque impériale : vers une société d’ordres ? », Annales (HSS) 64.2 (2009), p. 341-373 ; ead., « Les institutions civiques grecques sous l’Empire : romanisation ou aristocratisation ? », dans P. Schubert (éd.), Les Grecs héritiers des Romains (2013), p. 201-240.

8 P. Hamon, « Élites dirigeantes et processus d’aristocratisation à l’époque hellénistique », dans H.-L. Fernoux, C. Stein (n. 7), p. 79-100 ; C. Brélaz, « Les “pauvres” comme composante du corps civique dans les poleis des époques hellénistique et impériale », Ktema 38 (2013), p. 67-87.

9 Voir supra p. 19-27.

10 A. Valvo, « Origine e provenienza delle gentes italiche nella provincia di Galazia in età giulio-claudia », dans G. Urso (éd.), Tra Oriente e Occidente. Indigeni, Greci e Romani in Asia Minore (2007), p. 153 ; H. Bru, « L ’origine des colons romains d’Antioche de Pisidie », dans H. Bru, F. Kirbihler, S. Lebreton (éds), LAsie Mineure dans l’Antiquité. Échanges, populations et territoires (2009), p. 265-266.

11 Rizakis, Patras, nos 151-157, 368*-369*.

12 Voir, de même, Rizakis, Recrutement, p. 119, n. 42, pour les autres colonies de Macédoine.

13 Mottas, Population, p. 18, suppose qu’il s’agit d’une des familles qu’Antoine aurait dépossédées à Modène pour y installer ses propres vétérans après la victoire de Philippes. À la liste des porteurs du gentilice Burrenus établie dans le commentaire à l’inscription 49, ajouter l’épitaphe Pilhofer II 47 : avant le nom thrace Tralicent(i) à la l. 2, il faut reconnaître le gentilice Burrenus au génitif dans la transcription fautive Siburrini, où l’on avait cru voir à tort un nom thrace (D. Detschew, Die thrakischen Sprachreste [1957], p. 440, s.v. « Siburrenus, Siburrinus ») ; cf. D. Dana, RA 2016, p. 458.

14 Voir, de même, pour les gentilices connus seulement en Macédoine, O. Salomies, « Contacts between Italy, Macedonia and Asia Minor during the Principate », dans Rizakis, Onomastics, p. 117, n. 31.

15 CIPh II.1, App. 4, no 9.

16 CIPh II.1, App. 4, no 31.

17 CIPh II.1, App. 4, no 23.

18 O. Salomies, « Roman Names in Pisidian Antioch. Some Observations », Arctos 40 (2006), p. 101-107.

19 O. Salomies, « Les gentilices romains en Asie Mineure », dans H. Bru, G. Labarre, G. Tirologos (éds), Espaces et territoires des colonies romaines d’Orient (2016), p. 25-44.

20 CIPh II.1, App. 4, no 15.

21 J. Hatzfeld, Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique, BEFAR 115 (1919), p. 88. On le rencontre aussi dans la colonie d’Antioche de Pisidie : O. Salomies (n. 18), p. 100.

22 Les gentilices Aurunceius et Aurunculeius sont attestés à Éphèse : F. Kirbihler, « Stratégies familiales, généalogies et survie de familles en lien avec Éphèse, de la Carie à Rome (fin iie-ive siècles) », dans C. Badel, C. Settipani (éds), Les stratégies familiales dans l’Antiquité tardive (2012), p. 284-287 ; id., Des Grecs et des Italiens à Éphèse. Histoire d’une intégration croisée (133 a.C.-48 p.C.) (2016), p. 286. Voir aussi Aurunculeius à Césarée Maritime : CIIP II 1302.

23 CIPh II.1, App. 4, no 14.

24 Mottas, Population, p. 17-18. Une étude onomastique de ce type n’est pas envisagée par P. Collart dans sa monographie.

25 Voir, de même, l’avertissement formulé par O. Salomies (n. 18), p. 95-96.

26 N. Purcell, « Romans in the Roman World », dans K. Galinsky (éd.), The Cambridge Companion to the Age of Augustus (2005), p. 85-105.

27 M. Christol, T. Drew-Bear, « Vétérans et soldats légionnaires à Antioche en Pisidie », dans G. Paci (éd.), Epigrafia romana in area adriatica (1998), p. 303-332.

28 O. Salomies (n. 18), p. 93-96.

29 H. Bru (n. 10), p. 263-287.

30 Une telle étude ne sera rendue possible qu’une fois publiées les nombreuses inscriptions philippiennes demeurées inédites jusqu’à ce jour, en particulier plusieurs centaines d’épitaphes latines et grecques qui seront incluses dans le tome CIPh II.3, en préparation par C. Brélaz et C. Sarrazanas.

31 A. J. S. Spawforth, « Roman Corinth: The Formation of a Colonial Elite », dans Rizakis, Onomastics, p. 167-182 ; Rizakis, Constitution, p. 41-46 ; B. W. Millis, « The Social and Ethnic Origins of the Colonists in Early Roman Corinth », dans S. J. Friesen, D. N. Schowalter, J. C. Walters (éds), Corinth in Context. Comparatives Studies on Religion and Society (2010), p. 13-35. Les études sur le cadastre du territoire corinthien suggèrent, cependant, que les colons qui y furent déduits ont également pu s’adonner à l’agriculture : D. G. Romano, « Romanization in the Corinthia: Urban and Rural Developments », dans A. D. Rizakis, C. E. Lepenioti (éds), Roman Peloponnese III. Society, Economy and Culture under the Roman Empire: Continuity and Innovation (2010), p. 155-172.

32 E. R. Gebhard, M. W. Dickie, « The View from the Isthmus, ca. 200 to 44 B.C. », dans C. K. Williams II, N. Bookidis (éds), Corinth, the Centenary 1896-1996 (2003), p. 261-278.

33 A. D. Rizakis, « L ’émigration romaine en Macédoine et la communauté marchande de Thessalonique : perspectives économiques et sociales », dans C. Müller, C. Hasenohr (éds), Les Italiens dans le monde grec, iie siècle av. J.-C.-ier s. ap. J.-C., BCH Suppl. 41 (2002), p. 109-132. Il ne semble, en revanche, pas y avoir eu de communauté importante à Thasos : H.-G. Pflaum, JS 1959, p. 83-87 ; J. Fournier, « Les citoyens romains à Thasos : origines, mobilité, intégration », dans Fournier, Parissaki, Hégémonie.

34 EThA, nos E8-10. La présence de Romains est aussi attestée précocement à Apollonia de Mygdonie (SEG L 572, 106/5 av. J.-C.) et à Anthémonte (SEG XLII 563, seconde moitié du iie s. ou ier av. J.-C.).

35 Pilhofer II 552a. Pour l’emplacement de Gazôros, voir le commentaire à l’inscription 24. Voir de même l’épitaphe d’un Λεύκιος Κορνήλιος Λευκίου, qui fut trouvée dans les environs de Néa Kerdylia et qui pourrait être attribuée à la cité d’Amphipolis : D. C. Samsaris, « La vallée du Bas-Strymon à l’époque impériale. Contribution épigraphique à la topographie, l’onomastique, l’histoire et aux cultes de la province romaine de Macédoine », Dodone(hist) 18 (1989), p. 226, no 25.

36 CIPh II.1, App. 4, no 12 ; Pilhofer II 60, 91 ; 163, l. 17, 27 ; 509b (AE 2006, 1339) ; AE 2012, 1381 = SEG LXII 432 ; cf. A. D. Rizakis (n. 33), p. 125-128 ; Rizakis, Recrutement, p. 121-122 ; A. B. Tataki, The Roman Presence in Macedonia. Evidence from Personal Names (2006), p. 246-250, no 264.

37 Voir notamment les gentilices Annius (112), Baebius (47), Fulvius (CIPh II.1, App. 4, no 10), Iunius (57), Magius (98), Memmius (129), Mettius (214), Naevius (200), Oppius (60), Pontius (57), Veturius (199), qui se rencontrent également à Antioche de Piside, entre autres : O. Salomies (n. 18), p. 99-100. Pour le gentilice Titius, voir Brélaz, Apports, p. 1486-1489, no 2 (AE 2014, 1188).

38 C. Concannon, « “Let us Know Anything Further which you have Heard”. Mapping Philippian Connectivity », dans S. J. Friesen et al. (éds), Philippi, From Colonia Augusta to Communitas Christiana. Religion and Society in Transition (sous presse), souligne le nombre de gentilices connus dans la colonie qui figurent aussi dans le répertoire dressé par J. Hatzfeld (n. 21). Sans compter que plusieurs de ces gentilices ne sont pas propres aux familles de negotiatores, il est toutefois symptomatique que ces noms, dans leur majorité, ne se rencontrent pas parmi l’élite civique philippienne.

39 CIPh II.1, p. 36-38.

40 Brélaz, Apports, p. 1493-1501 (« Appendice 1. Inscription hellénistique de Philippes mentionnant des citoyens romains », avec A. G. Zannis : AE 2014, 1189).

41 À la l. 13, U. Kantola et O. Salomies, que nous remercions de cette suggestion, proposent de restituer [Λεύκιος Μά]ν̣ν̣η̣ι̣ο̣ς̣ [Λευ]κ̣ίου Ῥωµαῖος, car un L. Manneius Pollio est attesté à Abdère entre le ier s. av. J.-C. et le ier s. apr. J.-C. (EThA, no E72 ; AE 2005, 1345).

42 Pilhofer II 618. Cette nouvelle lecture a pu être établie lors des missions que P. Ducrey et ses collaborateurs A. Charbonnet et F. Mottas ont effectuées dans la région de Philippes dans les années 1979-1981 : Brélaz, Apports, p. 1490.

43 O. Salomies, Die römischen Vornamen. Studien zur römischen Namengebung (1987), p. 47-49.

44 Strabon, VII, frag. 17a (éd. S. Radt, 2003).

45 Collart, Philippes, p. 187-190.

46 Rizakis, Recrutement, p. 122-123 ; É. Deniaux, « Recherches sur la société de Buthrote, colonie romaine », dans P. Cabanes, J.-L. Lamboley (éds), LIllyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité IV (2004), p. 391-397 ; J. Demaille, « Les P. Anthestii : une famille d’affranchis dans l’élite municipale de la colonie romaine de Dion », dans A. Gonzales (éd.), La fin du statut servile ? (affranchissement, libération, abolition…) I (2008), p. 197.

47 Rizakis, Constitution, p. 48 ; Rizakis, Camia, Magistrati, p. 244-245.

48 Voir infra p. 275-278.

49 Pilhofer II 513.

50 CIPh II.1, App. 4, nos 3, 9. Voir supra p. 65-68.

51 À la liste établie dans le commentaire à l’inscription 63, ajouter AE 2013, 1390.

52 Pilhofer II 302 (cf. CIPh II.1, p. 366-367) ; AE 2012, 1380 = SEG LXII 431 ; Fichier IAHA, no 1526.

53 Voir aussi l’inscription Pilhofer II 618 avec la lecture indiquée supra p. 254-255.

54 Sur cette famille d’origine philippienne et sa diffusion dans les cités voisines, voir le commentaire à l’inscription 138 ; cf. J. Fournier, « Retour sur un décret thasien : la donation testamentaire de Rebilus », BCH 138 (2014), p. 79-102. Le cognomen rare Rebilus, qui était porté par l’évergète thasien M. Varinius Rebilus, apparaît également comme le nom unique d’un pérégrin dans la colonie (Fichier IAHA, no 1300), ce qui peut venir illustrer indirectement l’ancrage philippien de la famille. Comparer les cognomina Rebellianus, mentionné dans Cels. (20 dig.), Dig. XXXVI 1, 33, où il est question de la colonie (supra p. 228), ainsi que Rebilianus, attesté dans une épitaphe inédite de Philippes (Fichier IAHA, no 1315).

55 O. Salomies, « Social and Geographical Mobility: Westerners in the East. Onomastic Observations », dans Mayer i Olivé, Baratta, Guzmán Almagro, Acta XII Congressus, p. 1269-1280.

56 O. Salomies (n. 14), p. 124-127.

57 F. Kirbihler (n. 22, 2016), p. 267-356. On mentionnera en particulier les gentilices Alfenus (222 : Alfena Saturnina, épouse d’un officialis de la colonie, dont la gens provient probablement à l’origine d’Étrurie), Varinius (138 : les Varinii forment une grande famille philippienne, originaire du Latium) et Vetidius (149 ; CIPh II.1, App. 4, no 22 : deux notables issus de cette gens originaire d’Aquilée).

58 C. Brélaz, « Philippi: A Roman Colony Within Its Regional Context », dans Fournier, Parissaki, Hégémonie.

59 Levick, Colonies, p. 120-129.

60 CIPh II.1, App. 4, no 4.

61 Voir supra p. 58-60.

62 Pilhofer II 40 (Byzance), 68 (Ainos), 73 + 319 (Prusias de l’Hypios), 129 (Nicée). Voir également Pilhofer II 125a (famille originaire du Pont). Pour des individus venant d’Asie Mineure occidentale, voir Pilhofer II 302 (Philadelphie de Lydie : cf. CIPh II.1, p. 366-367), 381a (Smyrne) ; AE 2012, 1380 = SEG LXII 431 (Éphèse). On pourrait également ajouter à cette liste la figure de Lydia, la marchande de pourpre venant de la cité de Thyatire qui fut convertie par l’apôtre Paul selon Ac XVI 14 (voir supra p. 231-244).

63 Voir infra p. 305-307.

64 Pilhofer II 98. Pour l’établissement du texte, voir C. Brélaz, LEC 76 (2008), p. 303-304.

65 Pilhofer II 715a (IG X 2, 1s, 1183). Voir supra p. 68, n. 317.

66 Voir supra p. 31-34.

67 Collart, Philippes, p. 510-523.

68 F. Camia, « Roman Citizens of Thrace: An Overview », dans Parissaki, Thrakika Zetemata, p. 165-218.

69 CIPh II.1, App. 3, p. 379-389.

70 CIPh II.1, App. 3, no 3 (AE 2014, 1193).

71 Pilhofer II 507. De même, l’évergète thasien M. Varinius Rebilus, dont la famille était originaire de la colonie, fut honoré par un décret de la cité de Serrès : voir supra p. 228, n. 739.

72 J. Fournier, P. Hamon, « Les orphelins de guerre de Thasos : un nouveau fragment de la stèle des Braves (ca 360-350 av. J.-C.) », BCH 131 (2007), p. 375-379 ; P. Hamon, « Philippes, vue de Thasos et d’ailleurs (ive-iie s. av. J.-C.) », dans Fournier, Philippes, p. 113-128.

73 Philippiens honorés à Thasos au iiie s. av. J.-C. : Pilhofer II 711b ; P. Fabricii et Papii : Brélaz, Apports, p. 1493-1501 (« Appendice 1. Inscription hellénistique de Philippes mentionnant des citoyens romains », avec A. G. Zannis : AE 2014, 1189). Thasiens à Philippes à la fin du iie s. ou au début du ier s. av. J.-C. (voir ibid.) : Χαιρίων Ἀριστοµένου (à identifier avec le théore thasien mentionné dans IG XII 8, 298 A, l. 2 ; Y. Grandjean, « Inscriptions de Thasos », BCH 136-137 [2012-2013], p. 235-239, no 3, l. 2.), Γόργος Μελησιδήµου. De plus, la famille de Εὐηφένης Ἐξηκέστου (Pilhofer II 327), le défunt honoré dans l’hérôon hellénistique qui était situé au-dessous du futur complexe épiscopal de l’Octogone (correspondant peut-être à l’emplacement de l’agora de la cité grecque de Philippes), était certainement d’origine thasienne, car Εὐηφένης est un nom rare également attesté à Thasos (IG XII 8, 376, l. 14 ; Zannis, Pays, p. 478, propose une autre lecture de l’épitaphe et montre que Εὐηφένης devait être le petit-fils de Ἐξήκεστος plutôt que son fils). Cela suggère que le culte héroïque qui y avait été instauré était éventuellement lié, d’une manière ou d’une autre, à la célébration de la fondation thasienne de Krénidès avant sa prise par Philippe II : C. Brélaz, J. Demaille, « Traces du passé macédonien et influences de l’hellénisme dans les colonies de Dion et de Philippes », dans Brélaz, Héritage, p. 141-142. Sur l’intégration des vestiges de l’hérôon hellénistique dans les aménagements d’époque chrétienne, voir C. Brélaz, « The Authority of Paul’s Memory and Early Christian Identity at Philippi », dans C. Breytenbach, J. M. Ogereau (éds), Authority and Identity in Emerging Christianities in Asia Minor and Greece (2018), p. 240-266.

74 Pilhofer II 711a. P. Hamon, per litt., nous indique que l’aspect de la gravure autorise une datation de la dédicace au début de l’époque impériale plutôt qu’à la fin de l’époque hellénistique. L ’individu est dit fils d’ Ἐξήκεστος ; sur ce nom, voir la note précédente. Ce même nom figure encore dans une autre inscription philippienne inédite : M. B. Hatzopoulos, Macedonian Institutions under the Kings. A Historical and Epigraphic Study I (1996), p. 188, n. 1.

75 IG XII 8, 471 A l. 2-3 ; Pilhofer II 619.

76 Il s’agit des gentilices Annius, Caesius, Fulcinius, Herennius, Iunius, Licinius, Marius, Memmius, Naevius, Petronius, Tullius, Valerius, Varinius, Vibius.

77 On songe aux gentilices Iunius, Licinius, Tullius, Valerius. Comme nous l’avions relevé dans CIPh II.1, p. 377, n. 24, l’inscription Pilhofer II 743b (IG X 2, 1s, 1430), trouvée à Thessalonique, ne devrait pas être attribuée à Philippes pour le motif qu’elle mentionne un Valerius, car ce gentilice est extrêmement commun. Il se peut que le défunt doive être identifié avec l’archonte thasien Λούκιος Οὐαλέριος Μάξιµος, actif au début du iiie s. apr. J.-C. (IG XII 8, 527, l. 2). L ’épitaphe pourrait, dans ces conditions, avoir été prélevée de Thasos pour être remployée dans le cimetière juif de Thessalonique, comme cela est attesté pour d’autres monuments : J. Fournier (n. 33). P. M. Nigdelis, « Κύβος: On the Funerary Vocabulary of Thessaloniki », ZPE 200 (2016), p. 198-204, fait cependant remarquer que le terme κύβος utilisé dans l’épitaphe de Λούκιος Οὐαλέριος Μάξιµος pour désigner le caveau funéraire est spécifique à Thessalonique.

78 J. Fournier (n. 33).

79 Le gladiateur Α. Ἄννιος Ῥεστιτοῦτος, actif à Thasos (IG XII 8, 549) pourrait, de même, être issu des Annii philippiens, qui donnèrent plusieurs notables civiques (112, 141) ; cette hypothèse est renforcée par le fait que cet individu est mentionné aux côtés d’un autre gladiateur, Α. Ναιούιος Σεουῆρος, dont le gentilice est attesté à Philippes depuis la fin de l’époque hellénistique dans le milieu des negotiatores (200 ; Brélaz, Apports, p. 1490). Un certain Νο(υµέριος) Κέσιος Φύρµος, qui apparaît dans une épitaphe thasienne inédite, était aussi certainement apparenté aux N. Caesii philippiens (Pilhofer II 310), la gens ayant par ailleurs compté sans doute un soldat (CIPh II.1, App. 4, no 29).

80 83 ; Pilhofer II 156a ; 163, l. 63, 71 ; 165, 410, 487, 513, 645, 648, 662 ( ?), 755 ; cf. Pilhofer II 590. Il ne semble pas qu’il faille nécessairement considérer comme un Philippien C. Iulius C. f. Volt. Siluinus dont le nom apparaît sur une épitaphe bilingue d’Athènes (CIL III 561 avec p. 985). La mention ΦΙΛΙΠΠΟΥ, gravée de manière négligée sur l’un des côtés de la pierre, ne semble pas devoir être mise en relation avec l’inscription initiale et ne renvoie manifestement pas à l’ethnique de la colonie de Philippes.

81 Pour des C. Iulii affranchis impériaux, peut-être de Caligula, voir 8.

82 96 ; CIPh II.1, App. 4, no 13.

83 Pilhofer II 705, l. A 25 ; AE 2006, 1833.

84 Pilhofer II 87.

85 Voir également 39 pour un sénateur non originaire de la colonie portant le même gentilice.

86 112 ; Pilhofer II 163, l. 13, 41, 56 ; 336, 355, 371, 387a, 447, 485, 508, 509b (AE 2006, 1339) ; AE 2013, 1387 ; cf. Pilhofer II 125a (individu originaire du Pont). Pour Pilhofer II 715a (IG X 2, 1s, 1183), voir p. 68, n. 317.

87 120 ; Pilhofer II 313 (noter le cognomen Alexander), 356, 704a.

88 Voir supra 19-30.

89 CIPh II.1, App. 4, no 4.

90 Voir supra 58-60.

91 Voir infra pour le questeur L. Dexius Claudius Marcellus, qui porte deux gentilices (120). Ces deux gentilices semblent déjà avoir été portés par le patron qui a affranchi les L. Dexii Claudii. À la liste des porteurs du gentilice Claudius établie dans le commentaire à l’inscription 120, ajouter AE 2013, 1388.

92 Pilhofer II 38, 386, 468 ; comparer 62, 104, 175. Μ. Οὔλπιος Μεσσάλας Πυθίων (Pilhofer II 619), auteur d’une dédicace au Héros Aulonitès lors d’une visite au sanctuaire de Kipia, était un notable thasien qui parvint à l’archontat dans sa cité (IG XII 8, 471 A, l. 2-3).

93 Voir infra p. 278-288.

94 Mottas, Population, p. 21.

95 Voir supra p. 69-72 et p. 205-209.

96 200, 202-203.

97 197, 199, 204, 217 ( ?). Pour d’autres affranchis dans la colonie, voir 8 (affranchis impériaux), 36 (affranchi impérial), 95, 98 ; Pilhofer II 40 ; 163, l. 1, 50 ; 270, 345, 354, 392, 428, 440, 489, 504, 506a, 508, 635, 726.

98 115, 224 ( ?) ; Pilhofer II 260, 316, 642a (cf. CIPh II.1, p. 368-369 ; AE 2014, 1192).

99 CIPh II.1, App. 3, no 3 (AE 2014, 1193).

100 Voir supra p. 99-110.

101 Voir infra p. 284-286.

102 É. Deniaux, « Buthrote, colonie romaine. Recherches sur les institutions municipales », dans G. Paci (n. 27), p. 39-49 ; Rizakis, Recrutement, p. 124-125 ; I. L. Hansen, « Between Atticus and Aeneas: The Making of a Colonial Elite at Roman Butrint », dans R. J. Sweetman (éd.), Roman Colonies in the First Century of Their Foundation (2011), p. 85-100.

103 Rizakis, Recrutement, p. 126 ; A. Sugliano, « La composizione civica delle colonie romane d’Asia Minore », dans M. G. Angeli Bertinelli, A. Donati (éds), Il cittadino, lo straniero, il barbaro, fra integrazione ed emarginazione nell’Antichità (2005), p. 437-452.

104 M. Ricl, The Inscriptions of Alexandreia Troas, IK 53 (1997), p. 14-15.

105 Levick, Colonies, p. 75-76.

106 A. D. Rizakis, « Les Ti. Claudii et la promotion des élites péloponnésiennes », dans Y. Perrin (éd.), Neronia VII. Rome, lItalie et la Grèce. Hellénisme et philhellénisme au premier siècle après J.-C. (2007), p. 183-195 ; C. Hoët-Van Cauwenberghe, « Mécanismes d’acquisition et de diffusion de la citoyenneté romaine dans le Péloponnèse sous le Haut-Empire », dans A. D. Rizakis, C. E. Lepenioti (n. 31), p. 173-192.

107 Rizakis, Constitution, p. 45-46 ; J.-S. Balzat, B. W. Millis, « M. Antonius Aristocrates. Provincial Involvement with Roman Power in the Late 1st Century B.C. », Hesperia 82 (2013), p. 651-672.

108 G. Alföldy, « Drei städtische Eliten im römischen Hispanien », Gerión 2 (1984), p. 193-238.

109 Voir infra p. 305-307 et CIPh II.1, App. 2, p. 375-378.

110 A. Raggi, « Cittadinanza coloniaria e cittadinanza romana », dans Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie, p. 55-68 ; É. Guerber, « La colonie d’Apamée-Myrléa : “un îlot de romanité en pays grec” ? », dans Brélaz, Héritage, p. 175-200.

111 A. Heller, « Les bêtises des Grecs ». Conflits et rivalités entre cités dAsie et de Bithynie à l’époque romaine (129 a.C.-235 p.C.) (2006), p. 133-135.

112 Voir infra p. 292-293.

113 Voir supra p. 112-113.

114 Voir supra p. 27-30.

115 CIPh II.1, App. 4, no 4.

116 Voir supra p. 133-142.

117 Rizakis, Constitution, p. 41-43. Ainsi, le règlement césarien de la colonie d’Urso envisageait encore que des décurions puissent être de condition affranchie (Lex Urson. CV).

118 Pour Corinthe, voir M. Amandry, Le monnayage des duovirs corinthiens, BCH Suppl. 15 (1988), et, pour Dymé, RPC I 1283-1289 ; Rizakis, Constitution, p. 46-47. Voir également RPC I 978 à Cnossos, où apparaît un affranchi impérial comme duumvir.

119 Voir, au contraire, pour les provinces africaines, M. Le Glay, « La place des affranchis dans la vie municipale et dans la vie religieuse », MEFRA 102 (1990), p. 621-638.

120 Rizakis, Camia, Magistrati, p. 242-244 ; B. W. Millis (n. 31), p. 13-35 ; id., « The Local Magistrates and Elite of Roman Corinth », dans S. J. Friesen, S. AJames, D. N. Schowalter (éds), Corinth in Contrast. Studies in Inequality (2014), p. 38-53.

121 CIPh II.1, App. 3, no 3 (AE 2014, 1193).

122 J. Demaille (n. 46), p. 185-202. On notera, toutefois, qu’à Philippes les noms de plusieurs individus portant des cognomina grecs, ce qui suggère une origine affranchie, apparaissent comme dédicants sur des blocs architecturaux provenant du forum et datant du ier s. apr. J.-C. ; certains d’entre eux pourraient avoir été des sévirs : voir 221 avec le commentaire.

123 Voir supra p. 139-143.

124 Voir supra p. 202-209.

125 Λο(ύκιος) Βετουήδιος Ἀπολλινάρις : IG XII 8, 319, l. 4 ; IG XII 8, 471 A, l. 4 ; pour les L. Betuedii philippiens, cf. Pilhofer II 30, l. A 24-25 ; Betuedius apparaît aussi comme cognomen dans l’inscription Pilhofer II 242 (où cette lecture doit être préférée à Betuedus). Λ. Ἀβώνιος Ἡρόδοτος : Dunant, Pouilloux, Thasos, p. 155, no 222, l. 2 (avec la correction de lecture de L. et J. Robert, Bull. ép. 1959, 336 reproduite par G. Daux, « Quelques noms, quelques textes », dans Thasiaca, BCH Suppl. 5 [1979], p. 361) ; la gens Auonia apparaît dans plusieurs inscriptions inédites à Philippes : Fichier IAHA, nos 1004, 1143, 1199.

126 J. Fournier (n. 33).

127 Même dans ce cas, on fera remarquer qu’on ne connaît probablement, par l’épigraphie, que 5 % des duumvirs qui furent jamais en fonction à Philippes entre la fondation de la colonie en 42 av. J.-C. et le milieu du iiie s. apr. J.-C. : voir supra p. 149-150.

128 F. Kirbihler, « Un cursus honorum à Éphèse ? Quelques réflexions sur la succession des magistratures de la cité à l’époque romaine », dans P. Goukowsky, C. Feyel (éds), Folia Graeca in honorem Edouard Will, Historica (2012), p. 67-107.

129 G. Alföldy (n. 108) ; J. Gascou, « Magistratures et sacerdoces municipaux dans les cités de Gaule Narbonnaise », dans M. Christol, O. Masson (éds), Actes du Xe congrès international d’épigraphie grecque et latine, Nîmes, 4-9 octobre 1992 (1997), p. 75-140.

130 Un premier aperçu des résultats de cette enquête avait été présenté dans C. Brélaz, A. D. Rizakis, « Le fonctionnement des institutions et le déroulement des carrières dans la colonie de Philippes », CCG 14 (2003), p. 155-162 ; voir aussi Brélaz, Apports, p. 1477-1480 ; id., « Le faciès institutionnel, social et religieux d’une colonie romaine dans la province de Macédoine », dans Fournier, Philippes, p. 199-214. Concernant la première étude mentionnée, J. Bartels (n. 5), p. 212-218 (cf. AE 2008, 1244), a exprimé des doutes quant à la représentativité de l’échantillon pris en considération pour déterminer la place qu’occupait la questure dans les carrières municipales à Philippes. La publication dans le tome CIPh II.1 des inscriptions inédites qu’il n’avait pas été possible de citer dans l’étude préliminaire mentionnée ci-dessus devrait désormais fournir des preuves suffisantes pour soutenir la pertinence de nos interprétations. Voir, en particulier, supra p. 162-166 pour le statut de la questure dans la colonie.

131 Voir supra p. 144-158 pour les carrières des édiles et duumvirs.

132 Voir supra p. 133-137 pour le profil des décurions pedani.

133 Un phénomène analogue s’observe dans la colonie latine de Nîmes : M. Christol, « Composition, évolution et renouvellement d’une classe sociale dirigeante : l’exemple de la cité de Nîmes », dans E. Frézouls (éd.), La mobilité sociale dans le monde romain (1992), p. 187-202 (repris dans M. Christol, Une histoire provinciale. La Gaule narbonnaise de la fin du iie siècle av. J.-C. au iiie siècle ap. J.-C. [2010], p. 285-300).

134 Le même mécanisme, mais inversé, s’observe dans la colonie de Venusia ; là-bas, c’était l’édilité qui servait de « voie de garage » et la questure qui conduisait au duumvirat : M. Tarpin, « L ’Italie, la Sicile et la Sardaigne », dans C. Lepelley (éd.), Rome et l’intégration de l’Empire, 44 av. J.-C.-260 apr. J.-C. 2. Approches régionales du Haut-Empire romain (1998), p. 19-20.

135 Voir supra p. 139-144.

136 Ces exceptions aux scénarios récurrents ont été relevées dans les chapitres correspondant à chacune des magistratures et charges en question.

137 Voir supra p. 148-158.

138 Jacques, Privilège, p. 456-463. Dans l’album de Canusium, toutefois, il s’agit des sénateurs et des chevaliers qui étaient patrons de la colonie, même si tous ceux-ci n’étaient pas membres de l’ordo.

139 Voir infra p. 297-313.

140 Voir supra p. 219-225.

141 Voir supra p. 188-196.

142 A. D. Rizakis (n. 106).

143 Annius, Antonius, Atiarius, Burrenus, Caetronius, Cassius, Claudius, Cornelius, Decimius, Dexius, Figilius, Flavius, Fulcinius, Graecinius, Insumennius, Iulius, Maecius, Marius, Marronius, Mucius, Oppius, Satrius, Turpilius, Valerius, Varinius, Velleius, Vibius. Voir aussi les gentilices incomplets apparaissant dans les inscriptions 93, 142-143.

144 Il s’agit des Annii, des Caetronii, des Cornelii, des Decimii, des Fulcinii, des Marronii, des Varinii et des Vibii.

145 Ce sont les Decimii (119), les Fulcinii (124, 133) et les Vibii (140).

146 Voir supra p. 60-62.

147 Voir supra p. 25-27.

148 Sartre, Colonies, p. 115-116.

149 CIPh II.1, App. 4, no 13.

150 P. A. Brunt, Italian Manpower, 225 B.C.–A. D. 14  2 (1987).

151 G. Chouquer, F. Favory, Les arpenteurs romains. Théorie et pratique (1992), p. 38-40 ; C. Moatti, « Les archives des terres publiques à Rome (iie s. av.-ier s. ap. J.-C.) : le cas des assignations », dans La mémoire perdue. À la recherche des archives oubliées, publiques et privées, de la Rome antique (1994), p. 103-119 ; D. J. Gargola, Lands, Law and Gods. Magistrates and Ceremony in the Regulation of Public Lands in Republican Rome (1995), p. 102-113.

152 Voir supra p. 96-100.

153 D. G. Romano, « City Planning, Centuriation and Land Division in Roman Corinth: Colonia Laus Iulia Corinthiensis and Colonia Iulia Flavia Augusta Corinthiensis », dans C. K. Williams II, N. Bookidis (n. 32), p. 279-301.

154 L. Keppie, « Colonisation and Veteran Settlement in Italy in the First Century A.D. », PBSR 52 (1984), p. 77-114 (repris dans Keppie, Legions, p. 263-300).

155 Voir supra p. 23-25. Cf. A. Gonzales, « Du praedium au fundus. Proscriptions, expropriations et confiscations chez les Agrimensores romains : problèmes techniques et juridiques », MEFRA 127.2 (2015), p. 327-351.

156 C. Brélaz, « Des communautés de citoyens romains sur le territoire des cités grecques : statut politico-administratif et régime des terres », dans F. Lerouxel, A.-V. Pont (éds), Propriétaires et citoyens dans l’Orient romain (2016), p. 69-85.

157 Cic., Leg. agr. I 2, 5 ; II 19, 50.

158 S. Sisani, In pagis forisque et conciliabulis. Le strutture amministrative dei distretti rurali in Italia tra la media Repubblica e l’età municipale (2011) ; C. Franceschelli, « Les distributions viritanes de 173 av. J.-C. dans l’ager Ligustinus et Gallicus », dans L. Lamoine, C. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni (éds), Gérer les territoires, les patrimoines et les crises. Le Quotidien municipal II (2012), p. 103-114.

159 SEG VI 646 ; XVII 578.

160 C. Briand-Ponsart, « Le statut des communautés en Afrique Proconsulaire aux ier et iie siècles », dans H. Guiraud et al. (éds), LAfrique romaine, ier siècle avant J.-C. début v  e siècle après J.-C. (2005), p. 101-106.

161 Emmaüs : Joseph., BJ VII 217 ; cf. B. Isaac, The Limits of Empire. The Roman Army in the East2 (1992), p. 347-348. Cyrène : AE 1972, 616 ; cf. M. Zahrnt, « Vermeintliche Kolonien des Kaisers Hadrian », ZPE 71 (1988), p. 247-248.

162 Keppie, Legions, p. 239-248 ; E. Todisco, I veterani in Italia in età imperiale (1999), p. 260-264.

163 C’est de cette façon que les colonies furent décrites par les Italiens qui vinrent se plaindre auprès d’Octave des confiscations qu’ils avaient eu à subir en raison de l’installation de vétérans, d’après App., B Civ. V 12.

164 Voir supra p. 19-20.

165 Joseph., BJ II 67 ; AJ XVII 287 ; cf. B. Isaac (n. 161), p. 325-327.

166 Tac., Hist. I 65 : cuncta illic externa et hostilia ; se, coloniam Romanam et partem exercitus et prosperarum aduersarumque rerum socios

167 H. Ben Hassen, L. Maurin (éds), Oudhna (Uthina). La redécouverte d’une ville antique de Tunisie (1998), p. 42-45 ; M. Christol et al., « Les élites de la colonie et de l’Empire à Arles, au début du Principat : nouveaux témoignages épigraphiques », Chiron 44 (2014), p. 341-391.

168 G. Forni, Il reclutamento delle legioni da Augusto a Diocleziano (1953), avec les compléments réunis dans id., Esercito e marina di Roma antica. Raccolta di contributi (1992), p. 11-141.

169 La représentation de symboles militaires n’était cependant pas l’apanage des colonies et les enseignes, par exemple, se rencontraient aussi sur les types monétaires de cités pérégrines en référence au passage ou au stationnement des armées romaines ou encore aux victoires impériales : F. Rebuffat, Les enseignes sur les monnaies d’Asie Mineure : des origines à Sévère Alexandre (1997).

170 74, 77, 82 (la tribu du soldat se déduit de celle de son frère, qui est mentionnée), 84-85, 87 ; CIPh II.1, App. 4, nos 1-2, 5-8, 10-21, 23-26, 30-31. Cf. Collart, Philippes, p. 292-294. Nous excluons ici les chevaliers d’origine philippienne qui servirent dans l’armée le temps de s’acquitter de leurs milices équestres (48-49, 51, 65-66 ; CIPh II.1, App. 4, no 4), de même que les individus ayant revêtu des milices équestres dont l’origine est incertaine : 67, 70-71. Sur les chevaliers philippiens, voir infra p. 297-308. Il faut aussi exclure M. Caius Longin(i) f. (Pilhofer II 692), recensé par F. Matei-Popescu, The Roman Army in Moesia Inferior (2010), p. 38, 44, car l’inscription est certainement un faux, à l’instar d’autres épitaphes de soldats censées provenir de Philippes et alléguées par S. Mertzidès (Pilhofer II 691, 693-696) : cf. CIPh II.1, p. 371-372.

171 6, 52, 62, 72, 73, 75, 76, 81, 83, 86, 88-94, 96-98, 100, 102, 104-108, 111. Voir supra p. 69-72.

172 52, 73, 75, 83, 86 (voir cependant infra Annexe 2, p. 348-349), 91, 96-98, 102, 105. Une épitaphe inédite rédigée en grec et datant du courant du iiie s., voire du début du ive s. (Fichier IAHA, no 1645), fut élevée par une femme à son époux qui était un centurion ayant vraisemblablement servi dans l’officium d’un gouverneur. L ’inscription 92 est la dédicace d’un objet indéterminé qu’un vétéran fit avec son fils ; il se peut que l’intéressé ait été le bénéficiaire d’une assignation viritane dans le vallon de Prossotsani : voir supra p. 277.

173 CIPh II.1, App. 4, nos 29, 32, 34.

174 62, 72, 76, 81, 88-90, 93-94, 100, 104, 106-108, 111.

175 CIPh II.1, App. 4, nos 12, 17, 18.

176 CIPh II.1, App. 4, nos 19, 21, 31 ( ?). Le soldat Ti. Claudius Maximus (94), dont l’origine est incertaine, commença sa carrière dans la même légion.

177 CIPh II.1, App. 4, no 10 ; 95. Pour d’autres légionnaires philippiens, voir 91 (IIe légion Parthica à Albano), 98 (XIIIe Gemina à Vindonissa, puis à Poetovio et Vindobona), 105 (IIe Herculia en Scythie ?) ; CIPh II.1, App. 4, no 13 (VIIIe Augusta à Mirebeau, près de Dijon). Mention de soldats ou de vétérans philippiens sans précision de la légion : 93, 96-97, 102 ; CIPh II.1, App. 4, nos 11, 15, 29, 32, 34. Le chevalier L. Atiarius Schoenias (6) fut primipile (sans doute bis) dans la XXIe légion Rapax, ce qui indique qu’il fut promu à l’ordre équestre à la suite d’une carrière militaire qu’il commença certainement au sein d’une légion, laquelle reste indéterminée. Il en va de même de Q. Claudius Capito, qui fut préfet du camp de la XIIIe légion Gemina, stationnant alors en Dacie (52). Pour d’autres soldats et vétérans légionnaires qui n’étaient pas originaires de Philippes ou dont l’origine est incertaine (à l’exclusion des individus ayant accédé par la suite à l’ordre équestre), voir 59B (VIe légion Ferrata en Syrie), 92-93, 94 (VIIe légion Claudia Pia Fidelis, puis deuxième aile des Pannoniens en Mésie), 100, 102, 104, 106 (Ire légion Italica en Mésie), 107 (IIe légion Traiana en Égypte ?), 108. Voir aussi l’épitaphe d’une certaine Θεοδώρα, de confession chrétienne, qui est présentée comme l’épouse d’un centurion du nom d’Ἀγρύκιος (Pilhofer II 268), dont nous ne tiendrons pas compte ici : cf. CIPh II.1, p. 364-365.

178 74-75, 85, 87 ; CIPh II.1, App. 4, nos 1-2, 5-8, 14, 16, 20, 24-25. Voir aussi peut-être CIPh II.1, App. 4, no 35.

179 M. Durry, Les cohortes prétoriennes (1938), p. 239-247 ; H. Freis, Die cohortes urbanae (1967), p. 50-57.

180 77, 82, 83 ; CIPh II.1, App. 4, nos 23, 26 ( ?).

181 CIPh II.1, App. 4, no 23.

182 F. Bérard, Larmée romaine à Lyon (2015), p. 37-80.

183 CIPh II.1, App. 4, no 23. Voir, de même, le commentaire à l’inscription 73 pour l’âge de recrutement et la durée de service d’un vigile.

184 CIPh II.1, App. 4, nos 10, 19.

185 CIPh II.1, App. 4, no 17.

186 CIPh II.1, App. 4, no 12.

187 CIPh II.1, App. 4, no 23.

188 C. Valerius Ulpianus fut, pour sa part, bénéficiaire dans les cohortes urbaines et, après avoir entamé une carrière municipale dans la colonie, devint préfet des ouvriers, mais il n’est pas certain qu’il ait été originaire de la colonie (62).

189 82 (commentariensis dans les cohortes de vigiles), 105 (sous-officier dans une légion) ; CIPh II.1, App. 4, nos 2, 20 (tous deux speculatores chez les prétoriens).

190 CIPh II.1, App. 4, no 11.

191 Aianius (73), Annicius (74), Atiarius (6), Caesius (CIPh II.1, App. 4, no 29), Fulvius (CIPh II.1, App. 4, no 10), Herennius (CIPh II.1, App. 4, no 12), Lucilius (97), Lucretius (CIPh II.1, App. 4, no 14), Magius (98), Novellius (CIPh II.1, App. 4, no 15), Percennius (CIPh II.1, App. 4, no 31), Pontius (CIPh II.1, App. 4, no 32), Publicius (82), Sallustius (CIPh II.1, App. 4, no 16), Sp[---] (83), Tatinius (85), Valerius (CIPh II.1, App. 4, nos 17-21), Vibius (CIPh II.1, App. 4, no 34), Vilanius (CIPh II.1, App. 4, no 23), [---]as (102), [---]nicius (CIPh II.1, App. 4, no 24). Gentilices indéterminés : 105 ; CIPh II.1, App. 4, nos 25, 26. Les gentilices impériaux ont été exclus de cette liste.

192 CIPh II.1, App. 4, no 13.

193 CIPh II.1, App. 4, nos 1-2, 5-8 : la datation de l’inscription mentionnant ces M. Aurelii montre que ceux-ci ne furent pas les bénéficiaires de la Constitutio Antoniniana, comme ce fut sans doute le cas, en revanche, des ancêtres de M. Aurelius Bitys (75) et de M. Aurelius Lucius (91).

194 CIPh II.1, App. 4, no 6. Voir CIPh II.1, App. 4, nos 27-28, où les cognomina thraces portés par les prétoriens suggèrent au contraire – en raison de la datation sévérienne de l’inscription et de l’évolution des bassins de recrutement des cohortes – que les intéressés étaient originaires de Philippopolis plutôt que de Philippes.

195 CIPh II.1, App. 4, no 30.

196 CIPh II.1, App. 4, no 33. Pour un éventuel lien avec les (L.) Titii philippiens, voir Brélaz, Apports, p. 1486-1489, no 2 (AE 2014, 1188).

197 J. C. Mann, « Name Forms of Recipients of Diplomas », ZPE 139 (2002), p. 227-234.

198 R. Sablayrolles, Libertinus miles. Les cohortes de vigiles (1996), p. 33-37, 178-181.

199 CIPh II.1, App. 4, no 21.

200 CIPh II.1, App. 4, nos 17-20.

201 I. Haynes, Blood of the Provinces. The Roman Auxilia and the Making of Provincial Society from Augustus to the Severans (2013), p. 339-367.

202 Voir supra p. 270-274.

203 Cf. F. Bérard (n. 182), p. 343-344.

204 M. Zahariade, The Thracians in the Roman Imperial Army from the First to the Third Century A.D. I. Auxilia (2009) ; L. Mihailescu-Bîrliba, I. Dumitrache, « Les Thraces dans l’armée romaine d’après les diplômes militaires. I. Les diplômes de Claude à Domitien », DHA 38.2 (2012), p. 9-16 ; I. Topalilov, « The Origo of the Thracian Praetorians in the Time of Severans », AJAH n. s. 6-8, 2007-2009 [2013], p. 287-300 ; D. Dana, « Les Thraces dans les diplômes militaires : onomastique et statut des personnes », dans Parissaki, Thrakika Zetemata, p. 219-269.

205 T. C. Sarikakis, Ῥωµαῖοι ἄρχοντες τῆς ἐπαρχίας Μακεδονίας (1971-1977), 2 vol. (on retirera de la liste dressée par cet auteur les attestations concernant Scupi, car cette colonie était incluse dans la province de Mésie Supérieure) ; F. Papazoglou, « Quelques aspects de l’histoire de la province de Macédoine », ANRW II 7.1 (1979), p. 338-351 ; I. K. Sverkos, « Εκρωµαϊσµός και αναφορά της καταγωγής σε επιγραφές Μακεδόνων στρατιωτών του ρωµαϊκού στρατού », dans Ancient Macedonia VI.2 (1999), p. 1091-1100.

206 P. Le Roux, « De Dyrrachium à Tarraco. À propos de AE, 1995, 974 », dans R. Baudry, S. Destephen (éds), La société romaine et ses élites. Hommages à Élizabeth Deniaux (2013), p. 299-307.

207 F. Papazoglou, « Oppidum Stobi civium Romanorum et municipium Stobensium », Chiron 16 (1986), p. 213-237 ; L. Robert, Hellenica V (1948), p. 44-54.

208 Rizakis, Patras, p. 73.

209 Collart, Philippes, p. 510-519.

210 Il s’agit des individus suivants : 1) Nonius Verecundus, qui fut soldat dans une cohorte de la garnison de Rome et fit ériger le monument funéraire de son frère (inédit) : le même gentilice apparaît certes dans l’inscription IG X 2, 1, *219, qui fut découverte à Thessalonique (cf. CIPh II.1, App. 2, p. 375-378), mais la provenance philippienne de la pierre, proposée par C. Edson, n’est pas avérée, même s’il y est fait mention d’un individu thrace ; 2) Π. Φαβρίκιος Ἰοῦστος (P. Bernard, F. Salviat, « Inscriptions de Thasos », BCH 91 [1967], p. 579-581, no 26) : si les P. Fabricii thasiens étaient certainement les descendants de la famille de negotiatores attestée à Philippes entre la fin du iie et le début du ier s. av. J.-C. (voir supra n. 73), on peut considérer que l’origine de la famille était désormais Thasos au iie s. apr. J.-C., au moment où le fils de Π. Φαβρίκιος Ἰοῦστος érigea une dédicace au héros local Théagénès conformément à un vœu fait par son père lors d’une campagne militaire ; 3) Αὐρ(ήλιος) Φορτουνᾶτος Φορτουνάτου (IG XII 8, 520 ; E. Schallmayer et al., Der römische Weihebezirk vom Osterburken I. Corpus der griechischen und lateinischen Beneficiarier-Inschriften des Römischen Reiches [1990], no 669) : l’individu ayant certainement obtenu la ciuitas à la faveur de la Constitutio Antoniniana, rien ne peut être affirmé quant à son origine ; 4) fragment anépigraphe d’une stèle funéraire à relief représentant un costume de légionnaire (Y. Grandjean, B. Holtzmann, C. Rolley, BCH 97 [1973], p. 179, no 28 avec fig. 28, p. 180) : l’absence d’inscription conservée ne permet pas de se prononcer sur l’origine du soldat qui fut enseveli à Thasos. Enfin, il n’est pas certain qu’il faille supposer un lien généalogique entre l’apologue thasien Φίρµος Πετρωνίου (IG XII 8, 589), attesté au iiie s. apr. J.-C., et le prétorien Q. Petronius Firmus, qui offrit une dédicace au Héros Aulonitès dans son sanctuaire de Kipia au cours du iie s. (81), car le gentilice Petronius était courant et il se peut que ce soldat n’ait été que de passage sur le territoire de la colonie. Cf. J. Fournier (n. 33).

211 Amphipolis : Pilhofer II 389 (cf. CIPh II.1, p. 369) ; CIL III 142062. Serrès : ILGR 229 ; Pilhofer II 563 (cf. CIPh II.1, App. 3, nos 2 et 7).

212 CIPh II.1, App. 4, nos 10, 19.

213 CIPh II.1, App. 4, nos 12, 17, 18.

214 CIPh II.1, App. 4, no 23.

215 CIPh II.1, App. 4, no 13. Voir supra p. 60-61. L ’origine philippienne d’un soldat décédé en Ligurie au début de l’époque augustéenne, C. Neuuius (sic) C. f. V(o)l(tinia) Asus leg(ione) IIII (AE 1996, 679), qui a été proposée uniquement sur la foi de la mention de la tribu Voltinia, est, en revanche, très douteuse : Keppie, Legions, p. 257.

216 Le même constat vaut pour la cité thrace de Philippopolis dont étaient originaires de nombreux soldats : I. Topalilov, « The Veterans and Their Descendents in the Elite of Philippopolis, Thrace », dans A. Rufin Solas (éd.), Armées grecques et romaines dans le nord des Balkans (2013), p. 185-196. Pour l’Italie, cf. C. Ricci, Soldati e veterani nella vita cittadina dell’Italia imperiale (2010). L ’engagement de vétérans dans la vie publique locale semble avoir été plus important dans les provinces militarisées du Proche-Orient : O. Stoll, Ehrenwerte Männer. Veteranen im römischen Nahen Osten der Kaiserzeit (2015), p. 167-194.

217 Jacques, Privilège, p. 618-635 ; G. Wesch-Klein, Soziale Aspekte des römischen Heerwesens in der Kaiserzeit (1998), p. 191-200.

218 Voir supra n. 191.

219 Voir supra n. 143. Le gentilice Atiarius, qui apparaît dans les deux listes, concerne le même personnage, L. Atiarius Schoenias (6) : voir la note suivante.

220 Nous excluons ici le primipile L. Atiarius Schoenias, qui accéda au flaminat dans la colonie sans doute en raison de sa promotion à l’ordre équestre (6).

221 88, 106-107.

222 109-110.

223 Comparer le relief accompagnant l’épitaphe d’un cavalier ayant servi en Bretagne : AE 2006, 750 (où il faut rétablir l’attribution de la stèle de Ti. Claudius Maximus au territoire de la colonie de Philippes).

224 R. Gest. diu. Aug. XV 3 ; XVI 1 ; XXVIII 1.

225 C. Brélaz, « Les colonies romaines et la sécurité publique en Asie Mineure », dans Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie, p. 187-209. Voir supra p. 19-22.

226 Voir supra p. 173-176.

227 Keppie, Legions, p. 301-316 ; M. Dondin-Payre, X. Loriot, « Londres et les colonies de Bretagne », dans Demougin, Scheid, Colons, p. 229-264.

228 Voir supra p. 31-34.

229 J. Nelis-Clément, Les beneficiarii : militaires et administrateurs au service de l’Empire (ier s. a.C.-vie s. p.C.) (2000) ; M. F. Petraccia Lucernoni, Gli stationarii in età imperiale (2001) ; Brélaz, Sécurité, p. 254-282 ; C. J. Fuhrmann, Policing the Roman Empire. Soldiers, Administration, and Public Order (2012) (avec le compte rendu de C. Brélaz, BMCRev 2012.09.13).

230 Plin. Min., Ep. Tra. X 77-78 ; cf. C. Brélaz, « Pline le Jeune interprète des revendications locales : l’epistula 10, 77 et le libellus des Juliopolitains », ARF 4 (2002), p. 81-95.

231 SEG XXXI 905 (IAph2007, 12.931-932) : ἁγνῶς καὶ ἀνδρείως ἀναστραφέντα ἐν τῷ τῆς Ἀσίας ἔθνει εὐνοίας καὶ στοργῆς ἔνεκεν τῆς εἰς αὑτὴν ἠµείψατο ; cf. Brélaz, Sécurité, p. 277-278.

232 A. Chaniotis, « Roman Army in Aphrodisias », dans C. Brélaz, S. Fachard (éds), Pratiques militaires et art de la guerre dans le monde grec antique. Études offertes à Pierre Ducrey à l’occasion de son 75e anniversaire (2013), p. 151-158 (AE 2013, 1575). Le titre de φρουµεντάριος semble devoir être reconnu sur un gradin du stade de la cité (C. Roueché, Performers and Partisans at Aphrodisias in the Roman and Late Roman Periods [1993], p. 85, no 45.2 U ; IAph2007, 10.2 u.1), ce qui suggère qu’un centurion frumentarius pouvait aussi y avoir séjourné durablement.

233 W. M. Calder, JRS 2 (1912), p. 80-84, no 1 : ἐπ⟨ι⟩εικίας τε καὶ τῆς εἰρήνης ἕνεκα… ἀντὶ β[ί]ου πολλῶν καὶ τῆς εἰρήνης στέµµα ; Brélaz, Sécurité, p. 266-267.

234 Dunant, Pouilloux, Thasos, p. 82-87, no 186 (Pilhofer II 711) avec les corrections de lecture et le commentaire de J. Fournier, « Entre Macédoine et Thrace : Thasos à l’époque de l’hégémonie romaine », dans Parissaki, Thrakika Zetemata, p. 11-63. Voir supra p. 101-102. L ’empereur Hadrien dut semblablement intervenir pour faire cesser les abus dont se plaignaient les cités de Maronée et d’Abdère de la part des particuliers, ainsi que sans doute des soldats et des fonctionnaires, se rendant par la route à Philippes, très certainement par la uia Egnatia (l. 15-16 : οἱ δὲ ἀπὸ Μ[αρω|νείας ἐς] Φιλίππους ὁδῶι χρώµενοι), tout comme de la part des pèlerins embarquant depuis ces cités pour rejoindre le sanctuaire des Grands Dieux sur l’île de Samothrace : EThA, no E185 (AE 2005, 1348) avec les révisions de lecture et le commentaire de C. P. Jones, « An Edict of Hadrian from Maroneia », Chiron 41 (2011), p. 313-325 (cf. SEG LXI 557), qui propose de reconnaître également la mention de la colonie à titre d’indication géographique dans une inscription fragmentaire provenant de la cité voisine d’Amphipolis que l’on peut interpréter aussi comme une ordonnance impériale veillant à contenir les réquisitions des armées en marche (SEG XXIV 581, l. 18 : Φιλί[ππ --- ?]). À la différence de Thasos et d’Amphipolis, cependant, les cités de Maronée et d’Abdère (dans la mesure où le territoire de cette dernière était séparé du territoire philippien par les possessions continentales thasiennes) n’avaient pas de frontière commune avec la colonie et ne risquaient donc pas d’entrer en conflit avec elle au sujet des charges pesant sur les communautés locales pour l’entretien de la uehiculatio.

235 Pilhofer II 711, l. 8 : στρατιώτην ἔδωκα ὑµεῖν περὶ τῶν ὅρων, ὅταν αὐτὸς γένοµαι κατὰ τόπον στήσσω.

236 Pilhofer II 711, l. 10-11 : προθυµίαν γὰρ ἐκτενεστάτην ἔχω τοῦ ποιεῖν εὖ πάντας ἐπὶ Θ[ρᾴκ]ην, ὑµᾶς δὲ δὴ καὶ σφόδρα.

237 Pour d’autres cas de bornage entre une colonie romaine d’Orient et une cité pérégrine, également à cheval sur deux provinces, voir ILS 5954 : Dion, province de Macédoine, et Élasson, province d’Achaïe ; AE 1998, 1361-1362 : Antioche de Pisidie, province de Galatie, et Philomélion, province d’Asie.

238 Le prétorien Maximus mourut à trente-trois ans, alors que la durée de service était de seize ans ; le stator Macrinus décéda à trente-six ans après dix-sept ans de service, alors que la durée devait être supérieure à vingt ans.

239 Comparer 72 ( ?) et 96 pour d’autres affranchis de soldats.

240 76, 78, 81, 111. Voir CIPh II.1, p. 52-55.

241 Pilhofer II 619 : Μ. Οὔλπιος Μεσσάλας Πυθίων fut archonte à Thasos (IG XII 8, 471 A, l. 2-3).

242 C’était la route qu’avait empruntée l’armée perse de Xerxès lors de l’invasion de 480 av. J.-C. : Collart, Philippes, p. 508 ; G. A. Pikoulas, Η χώρα των Πιερών. Συµβολὴ στὴν τοπογραφία της (2001), p. 189-194 ; Zannis, Pays, p. 353.

243 Collart, Philippes, p. 487-510 ; D. Kaïmaris, O. Georgoula, G. Karadedos, « Φωτογραµµετρική-φωτοερµηνευτική έρευνα στην πεδιάδα των Φιλίππων », AEMTh 16 (2002), p. 119-129 ; G. Karadedos, M. Nikolaïdou-Patera, « Αναζητώντας την Εγνατία οδό στην πεδίαδα των Φιλίππων », AEMTh 20 (2006), p. 139-150 ; D. Kaïmaris et al., « Εναέρια και δορυφορική αρχαιολογία: εντοπισµός της Εγνατίας οδού και άλλων αρχαιολογικών θέσεων κατά µήκος της διαδροµής της, από την Αµφίπολη έως τους Φιλίππους », AEMTh 21 (2007), p. 371-382 ; Brélaz, Tirologos, Territoire.

244 EKM I 260.

245 IGBulg III/1 1336.

246 S. J. De Laet, Portorium. Étude sur l’organisation douanière chez les Romains, surtout à l’époque du Haut-Empire (1949), p. 295.

247 S. J. De Laet (n. 246), p. 70-71.

248 M. Cottier et al. (éds), The Customs Law of Asia (2008), p. 68-69, § 44, l. 103-105, avec le commentaire p. 145.

249 J. Nelis-Clément (n. 229), p. 243-259 ; J. France, J. Nelis-Clément, « Tout en bas de l’empire. Les stationes, lieux de contrôle et de représentation du pouvoir », dans J. France, J. Nelis-Clément (éds), La statio. Archéologie d’un lieu de pouvoir dans l’empire romain (2014), p. 117-245.

250 CIPh II.1, p. 41-42 ; C. Brélaz (n. 58).

251 Rizakis, Patras, no 128.

252 W. Eck, Die staatliche Organisation Italiens in der hohen Kaiserzeit (1979), p. 125-145 ; S. Günther, „Vectigalia nervos esse rei publicae”. Die indirekten Steuern in der Römischen Kaiserzeit von Augustus bis Diokletian (2008), p. 25-94.

253 M. Durry (n. 179), p. 274-280 ; C. Ricci, Soldati delle milizie urbane fuori di Roma (1994) ; ead., « In custodiam Urbis: Notes on the cohortes urbanae (1968-2010) », Historia 60 (2011), p. 484-508 ; cf. J. Nelis-Clément (n. 229), p. 101-106 ; Brélaz, Sécurité, p. 256-257. Les vigiles également pouvaient être dépêchés dans les provinces : B. Pferdehirt, « Ein kaiserliches Reskript aus dem Jahr 248/249 n. Chr. », AKB 33 (2003), p. 403-419 (AE 2003, 2040), avec le commentaire de F. von Saldern, « Ein kaiserliches Reskript zur Entlassung eines Angehörigen der vigiles », ZPE 156 (2006), p. 293-307.

254 R. Haensch, « A commentariis und commentariensis: Geschichte und Aufgaben eines Amtes im Spiegel seiner Titulaturen », dans Y. Le Bohec (éd.), La hiérarchie (Rangordnung) de l’armée romaine sous le Haut-Empire (1995), p. 275, n. 54.

255 Le chantier du forum a, du moins, tiré profit du marbre local, dont des carrières et fronts de taille sont visibles sur les flancs de l’acropole au-dessus de ce qui était le Capitolium de la colonie : Sève, Weber, Guide, p. 29. Une carrière située entre les villages de Chôristi et de Kalliphytos, près de Drama sur les contreforts du mont Phalakron, porte également des traces d’activité datant des époques impériale et byzantine : T. Kozelj, K. Peristeri, M. Wurch-Kozelj, « Αρχαίο λατοµείο από την περιοχή της Δράµας », dans Η Δράµα και η περιοχή της. Ιστορία και πολιτισµός. Πρακτικά Δ’ επιστηµονικής συναντήσης, Δράµα 16-19 Μαΐου 2002 (2006), p. 39-45.

256 De même, il n’est pas prouvé que les carrières de marbre de Thasos faisaient partie du patrimoine impérial : J.Y. Marc, « Who Owned the Marble Quarries of Thasos during the Imperial Period? », dans Y. Maniatis, N. Herz, Y. Basiakos (éds), The Study of Marble and other Stones Used in Antiquity (1995), p. 33-37. Le statut de cité libre dont jouissait Thasos pourrait même suggérer le contraire. Sur la propriété et la gestion des mines et carrières à l’époque impériale, dont certaines pouvaient avoir relevé des communautés locales, voir A. M. Hirt, Imperial Mines and Quarries in the Roman World. Organizational Aspects 27 BC AD 235 (2010).

257 Les marques rupestres de délimitation que l’on trouve en assez grand nombre dans la Piérie du Pangée semblent plutôt renvoyer à des terres appartenant à la colonie, dont on a connaissance par ailleurs dans l’épigraphie philippienne par la mention d’un uilicus (224) et d’un actor coloniae (223) ainsi que par des bornes indiquant les contours des domaines publics : voir supra p. 113-116.

258 P. M. Nigdelis, « Kalendarium Caesianum: zum kaiserlichen Patrimonium in der Provinz Makedonien », ZPE 104 (1994), p. 118-128, fait l’hypothèse que le tabularius affranchi impérial en charge du καλανδάριον Καισιανόν mentionné dans une épitaphe de Thessalonique était affecté à la gestion de terres ayant appartenu au propriétaire philippien Caesius Victor (Pilhofer II 432, 525) et étant passées au patrimoine impérial. Le gentilice Caesius (cf. CIPh II.1, App. 4, no 29) demeure, cependant, trop répandu pour que ce rapprochement puisse être considéré comme certain. Pour l’adjudication de propriétés impériales dans les environs de Serrès, voir CIPh II.1, App. 3, no 8.

259 Levick, Colonies, p. 215-226.

260 Pilhofer II 716 (pour la provenance de l’inscription, cf. CIPh II.1, App. 2, p. 375-378). Pour les fonctionnaires impériaux appelés Caesariani, voir S. Corcoran, « Galerius’ Jigsaw Puzzle: the Caesariani Dossier », AntTard 15 (2007), p. 221-250.

261 On notera cependant la mention éventuelle de commilitones dans l’épitaphe d’un vétéran légionnaire non originaire de la colonie qui pourraient avoir accompagné celui-ci à Philippes (103).

262 Le nombre exact de Burreni appartenant à l’ordre équestre que nous connaissons dépend des rapprochements prosopographiques que l’on peut établir : voir infra n. 266-267.

263 CIPh II.1, App. 4, no 4.

264 18, 20-21.

265 Voir supra p. 58-60.

266 Il est possible que cet individu doive être identifié avec le Burrenus qui fut tribun militaire (49) : voir le commentaire à cette dernière inscription dans CIPh II.1, p. 161-162. Sur l’architrave 49, il faudrait donc plutôt restituer la séquence onomastique suivante : [Ti. Burrenus Ti. f. Fi]rmus.

267 Il est possible que cet individu doive être identifié avec Q. Burrenus Ti. f. Firmus (49), qui fut peut-être précisément préfet des ouvriers (voir l’entrée suivante dans cette liste et le commentaire à cette inscription dans CIPh II.1, p. 161-162). Dans ce cas, son praenomen devrait être restitué plutôt en [Q.] Burrenus dans l’épitaphe 48.

268 Voir la note précédente.

269 Voir supra n. 266.

270 67-69.

271 .Les inscriptions 70 et 71 sont trop fragmentaires pour qu’on puisse établir quoi que ce soit en la matière.

272 Le grade de préfet de camp est une fonction d’officier de carrière. Si elle ne confère pas le rang de chevalier par elle-même, elle peut néanmoins donner accès aux fonctions militaires équestres, comme le permet l’itération du primipilat (B. Dobson, Die Primipilares: Entwicklung und Bedeutung, Laufbahnen und Persönlichkeiten eines römischen Offizierranges [1978], p. 68-71 ; Demougin, Ordre, p. 368-371). Pour cette raison, nous avons choisi de mentionner ici Q. Claudius Capito parmi les chevaliers, au même titre que les praefecti fabrum dont il sera question ci-dessous.

273 CIPh II.1, App. 4, no 3.

274 Voir supra p. 66-68.

275 47, 54, 57-58.

276 S. Demougin, « Titres officiels, titres officieux », dans A. B. Kuhn (éd.), Social Status and Prestige in the Graeco-Roman World (2015), p. 63-85.

277 Voir à titre d’exemple, à Thessalonique, IG X 2, 1, 207 ; 214 ; cf. E. Lewartowski, « Les membres des koina sous le Principat (ier-iiie siècles) : quelques exemples d’intégration dans la vie locale », dans M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine (n. 4), p. 217-218.

278 Rizakis, Patras, nos 158 (la tribu Palatina dans laquelle était inscrit T. Statilius Felix montre toutefois que sa famille n’était pas originaire de la colonie), 365*.

279 ILS 9013 ; RECAM IV 1.

280 Corinth VIII/2, no 86 (la tribu Fabia dans laquelle était inscrit Ti. Claudius Dinippus montre que sa famille n’était pas originaire de la colonie) ; Corinth VIII/3, nos 131 (l’origine corinthienne de Q. Granius Bassus est incertaine), 152, 156, 170.

281 CIAlb 33 = LIA 42 ; CIAlb 35 = LIA 40 ; CIAlb 37 = LIA 39 ; CIAlb 58 = LIA 41.

282 CIL XIII 6658 ; ILS 7205 ; AE 1912, 179 ; 1926, 150 (IGLMusBey 71) ; cf. B. Isaac, « Latin in Cities of the Roman Near East », dans H. M. Cotton et al. (éds), From Hellenism to Islam. Cultural and Linguistic Change in the Roman Near East (2009), p. 53-54.

283 IGLS VI 2781, 2793-2794, 2796.

284 I. Alexandreia Troas 15, 34-35, T 151-T 152 ; cf. J.-H. Römhild, « Römische Bürger in der Troas », dans E. Schwertheim (éd.), Studien zum antiken Kleinasien VII (2011), p. 172-176. Il n’y a pas lieu de postuler une origine d’Alexandrie pour deux chevaliers honorés dans la cité voisine d’Ilion, comme le fait E. Birley, « Septimius Severus and the Roman Army », dans Epigraphische Studien 8 (1969), p. 79 : il s’agit, d’une part, de L. Vinuleius Pataecius (I. Ilion 105 ; PME V 118), qui fut, entre autres, procurateur financier de la province d’Asie, puis gouverneur de Thrace et, en cette qualité, fut l’auteur de la lettre adressée aux Thasiens concernant le litige frontalier avec la colonie de Philippes (Pilhofer II 711) ; d’autre part de Sex. Iulius Philon (I. Ilion 121 ; PME I 94). Demougin, Ordre, p. 536, n. 49, considère, par ailleurs, que le titre d’ἔπαρχος σπείρης Φλαβιανῆς porté par ce dernier renvoie à une fonction assumée au sein d’un collège plutôt qu’au grade équestre de praefectus.

285 CIAlb 178 = LIA 188 (Byllis) ; CIAlb 236 = LIA 258 (Buthrote) ; I. Apameia u. Pylai 2 (l’intéressé fut par la suite promu au rang sénatorial par l’empereur Vespasien) ; I. Central Pisidia 29 (Cremna ; le personnage était certainement apparenté à la famille sénatoriale des M. Ulpii : voir infra) ; CIL III 12151 (AE 1893, 14 : Comama). L ’inscription IGR III 326, mentionnant un χειλίαρχος et ἐπίτροπος (PME M 83), provient, en revanche, de la cité pérégrine de Conana en Pisidie, non de la colonie romaine de Comama, contrairement à ce qu’indique S. Demougin, « L ’ordre équestre en Asie Mineure. Histoire d’une romanisation », dans Lordre équestre. Histoire d’une aristocratie (iie s. av. J.-C.-iiie s. ap. J.-C.) (1999), p. 602, no 93.

286 B. J. Bitner, « Praefecti Fabrum in the Inscriptions of Roman Corinth », dans J. Bodel, N. Dimitrova (éds), Ancient Documents and their Contexts. First North American Congress of Greek and Latin Epigraphy (2011) (2015), p. 174-189. Voir supra p. 252-253.

287 Il s’agit de P. Caninius Agrippa de Pellène, de C. Iulius Laco et de son fils C. Iulius Spartiaticus de Sparte, ainsi que de Cn. Cornelius Pulcher d’Épidaure : A. Spawforth, « Italian Elements among Roman Knights and Senators from Old Greece », dans C. Müller, C. Hasenohr (n. 33), p. 101-107 ; S. Zoumbaki, « The Colonists of the Roman East and their Leading Groups. Some Notes on their Entering the Equestrian and Senatorial Ranks in Comparison with the Native Elites », Tyche 23 (2008), p. 166-169.

288 Levick, Colonies, p. 111-120 ; S. Demougin (n. 285), p. 599-601.

289 S. Demougin (n. 285), p. 597-612.

290 Demougin, Ordre, p. 443-452.

291 L ’origine philippienne de l’ancien procurateur (ἀπὸ ἐπιτρόπων) honoré dans l’inscription 64 est sujette à discussion. Quant à C. Vibius Quartus, qui accéda à un poste sexagénaire – la préfecture de la flotte d’Alexandrie – comme le rappelle son cénotaphe érigé à Thessalonique (IG X 2, 1s, 1175), il était originaire de cette dernière cité (63).

292 B. Levick, S. Lameson, « C. Crepereius Gallus and his gens », JRS 54 (1964), p. 98-106.

293 M. Christol, T. Drew-Bear, « Caracalla et son médecin L. Gellius Maximus à Antioche de Pisidie », dans S. Colvin (éd.), The Greco-Roman East. Politics, Culture, Society (2004), p. 85-118.

294 H. Halfmann, « Italische Ursprünge bei Rittern und Senatoren aus Kleinasien », dans G. Urso (n. 10), p. 180-184. Voir infra.

295 Voir aussi les inscriptions fragmentaires 68 et 69 pour cette formule.

296 Voir aussi Q. Antistius Rufus Clodianus (CIPh II.1, App. 4, no 3), mais, dans ce cas, il ne s’agissait pas de rappeler l’ensemble de la carrière de l’intéressé, dont le rang fut simplement enregistré à côté de son nom comme témoin dans un diplôme militaire. Cf. Demougin, Ordre, p. 198-212.

297 6, 48-49, 51, 65-67 ; CIPh II.1, App. 4, no 4.

298 Voir supra p. 278-288.

299 Demougin, Ordre, p. 534-539 ; S. Demougin (n. 285), p. 583-584 ; Rizakis, Recrutement, p. 114.

300 D. Slootjes, « Local Potentes in the Roman Empire: A New Approach to the Concept of Local Elites », Latomus 68 (2009), p. 416-432 ; M. Christol et al. (n. 167).

301 48 (l’intéressé mourut cependant prématurément à l’âge de vingt ans), 50, 56 (l’intéressé occupa encore une autre fonction administrative équestre), 61, 62 (l’origine philippienne de l’individu est incertaine), 69.

302 K. E. Welch, « The Office of Praefectus Fabrum in the Late Republic », Chiron 25 (1995), p. 131-145.

303 M. Cerva, « La praefectura fabrum. Un’introduzione », dans M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien (2000), p. 177-196.

304 Demougin, Ordre, p. 682-684, n. 15 ; S. Demougin, « Un préfet des ouvriers d’Arles », dans G. Paci (n. 27), p. 333-341.

305 CIAlb 37 = LIA 39.

306 Voir peut-être dans ce sens I. Alexandreia Troas 39, où la préfecture des ouvriers est mentionnée parmi les charges locales revêtues dans la colonie d’Alexandrie par un individu qui fut par la suite promu au rang sénatorial. Il n’est pas impossible cependant qu’il se soit agi, également dans ce cas, de la fonction menant à l’orée de l’ordre équestre.

307 Cf. M. Verzár-Bass, « Il praefectus fabrum e il problema dell’edilizia pubblica », dans M. Cébeillac-Gervasoni (n. 303), p. 197-224.

308 B. J. Bitner (n. 286).

309 56, 61-62.

310 A. Rizakis, « Le fonctionnement des institutions et le déroulement des carrières dans la colonie de Philippes. Appendice : la praefectura fabrum, état de la question et exemples philippiens », CCG 14 (2003), p. 162-165.

311 CIPh II.1, App. 2, p. 375-378.

312 C. Nicolet, « “Frumentum mancipale” : en Sicile et ailleurs », dans A. Giovannini (éd.), Nourrir la plèbe (1991), p. 119-141.

313 50, 62, 69.

314 R. Frei-Stolba, « Praefectus fabrum a consule: Zu einer neuen Inschrift aus Philippi », dans W. Spickermann (éd.), Rom, Germanien und das Reich. Festschrift zu Ehren von Rainer Wiegels anlässlich seines 65. Geburtstages (2005), p. 300-317.

315 Voir le commentaire à l’inscription 49 et supra n. 266-267.

316 Comparer I. Alexandreia Troas 34-35, T 151 ; IGLS VI 2793-2794 (Héliopolis).

317 CIPh II.1, App. 4, no 4.

318 Levick, Colonies, p. 111-120 ; H. Halfmann, « Die Senatoren aus den kleinasiatischen Provinzen des römischen Reiches vom 1. bis 3. Jahrhundert (Asia, Pontus-Bithynia, Lycia-Pamphilia, Galatia, Cappadocia, Cilicia) », dans Ordine Senatorio, p. 645-646 ; cf. M. Christol, T. Drew-Bear, « De la notabilité locale à l’ordre sénatorial : les Flavonii d’Antioche de Pisidie », dans Demougin, Scheid, Colons, p. 179-218.

319 PIR2 C 423.

320 PIR2 A 426 ; cf. H. Halfmann (n. 294), p. 181-184.

321 PIR2 A 603.

322 PIR2 S 527.

323 PIR2 S 531.

324 PIR2 S 530 ; cf. M. Christol, T. Drew-Bear, « Les Sergii Paulli et Antioche », dans T. Drew-Bear, M. Taşlıalan, C. M. Thomas (éds), Actes du Ier congrès international sur Antioche de Pisidie (2002), p. 177-191.

325 PIR2 I 781 ; cf. I. Alexandreia Troas 37.

326 I. Alexandreia Troas T 151.

327 A. B. Kuhn, « Herodes Atticus and the Quintilii of Alexandria Troas: Elite Competition and Status Relation in the Graeco-Roman East », Chiron 42 (2012), p. 421-458.

328 PIR2 Q 25 ; cf. I. Alexandreia Troas 39-40.

329 PIR2 Q 21 et 27.

330 PIR2 Q 22 et 24 ; cf. H. Halfmann (n. 318), p. 627 ; I. Alexandreia Troas T 175.

331 I. Central Pisidia 26-27, 44. La date exacte de la promotion d’Attaléia au rang de colonie n’est pas connue : Guerber, Cités, p. 377-378, n. 9.

332 PIR2 L 309 ; cf. I. Apameia u. Pylai 2.

333 CIL III 13639 ; cf. S. Mitchell, « Iconium and Ninica. Two Double Communities in Roman Asia Minor », Historia 28 (1979), p. 423. Il convient sans doute de reconnaître un parent de ce personnage dans Αἴλιος Ἀνχαρηνὸς Χρήσιµος, attesté également à Iconium : RECAM IV 61.

334 Nous excluons de ce tableau les sénateurs provenant des cités promues au rang de colonie à l’époque sévérienne : cf. G. W. Bowersock, « Roman Senators from the Near East: Syria, Judaea, Arabia, Mesopotamia », dans Ordine Senatorio, p. 651-688 ; Guerber, Cités, p. 414-415.

335 PIR2 S 391 et 392 ; cf. AE 1926, 150 (IGLMusBey 71) ; 1992, 1689-1690.

336 IGLS VI 2796 ; cf. IGLS VI 2797.

337 IGLS VI 2777 ; PIR1 V 229 ; cf. G. w. Bowersock (n. 334), p. 665-666.

338 B. Isaac (n. 282), p. 50, n. 28.

339 IGLS VI 2793-2794.

340 PIR2 S 835 ; cf. IGLS VI 2795.

341 H. Halfmann, Die Senatoren aus dem östlichen Teil des Imperium Romanum bis zum Ende des 2. Jh. n. Chr. (1979), p. 211-212.

342 PIR  2 F 229.

343 S. Zoumbaki (n. 287), p. 168-170.

344 IG IV2 682.

345 I. Ephesos 735.

346 H. Halfmann (n. 341), p. 192, no 118 ; J. H. Oliver, « Senators from Greece and Macedonia », dans Ordine Senatorio, p. 595.

347 L ’indication selon laquelle P. Marronius Quartus porterait le titre de clarissime – relayée par A. D. Rizakis, « Le ambizioni e i limiti della “bourgeoisie”. La classe dirigente della colonia di Filippi », dans Epigraphica. Atti delle Giornate di Studio di Roma e di Atene in memoria di Margherita Guarducci (1902-1999) (2003), p. 156 – est erronée : elle provient d’une lecture qui s’est révélée inexacte et qui a pu être corrigée dans l’intervalle (114). Nous excluons ici les membres de l’aristocratie impériale attestés à Philippes dans des inscriptions chrétiennes datant du ive ou du ve s., tels que Mauricius, uir clarissimus ex comite (Pilhofer II 111), et indirectement Ἀνδρόνεικος, le père d’une certaine Γλυκερίς, qui était originaire du Pont et qui était qualifié de λαµπρότατος (Pilhofer II 125a) ; cf. CIPh II.1, p. 364-365.

348 Voir supra p. 225-230.

349 P. Porena, Le origini della prefettura del pretorio tardoantica (2003), p. 487-496. Voir cependant infra Annexe 2, p. 348 où est mentionnée une restitution différente de l’inscription 30 selon laquelle le dédicant aurait été un vicaire des préfets du prétoire perfectissime, en charge du diocèse des Mésies dont dépendait précisément la colonie.

350 Pour une éventuelle dédicace au proconsul de Macédoine M. Lollius, voir, à l’inverse, l’inscription 40.

351 Voir supra p. 252-255.

352 H. Halfmann (n. 294), p. 165-187.

353 Voir supra p. 158-161 et p. 219-225.

354 S. Zoumbaki (n. 287), p. 169-173.

355 H. Halfmann (n. 318), p. 624-649.

356 J. H. Oliver (n. 346), p. 601-602.

357 Voir supra p. 188-196.

358 Sève, Weber, Guide, p. 39-41.

359 Brélaz, Apports, p. 1476-1477.

360 AE 2012, 1377 (cf. CIPh II.1, App. 3, no 10). Sur le culte de Jupiter dans les cités pérégrines, voir N. Belayche, « Les formes de religion dans quelques colonies du Proche-Orient », ARG 5 (2003), p. 157-179.

361 225 ; Pilhofer II 178, 186, 223, 384, 473, 514, 588 ; AE 2012, 1382 ; AE 2013, 1390. Cf. C. Brélaz, « Thracian, Greek, or Roman? Ethnic and Social Identities of Worshippers (and Gods) in Roman Philippi », dans S. J. Friesen et al. (n. 38).

362 Voir supra p. 202-209.

363 Voir également les monnaies célébrant cette allégorie qui furent frappées par la colonie à l’époque flavienne : RPC I 1651-1652.

364 Pilhofer II 474.

365 Collart, Philippes, p. 410-413. Voir supra p. 201-202.

366 Bien que la notion de domus diuina soit attestée depuis l’époque julio-claudienne, la tournure in honorem domus diuinae dans les dédicaces épigraphiques n’est pas antérieure aux premières décennies du iie s. ; on notera, par ailleurs, dans son emploi à Philippes, l’inversion du nom domus et de l’adjectif diuinae par rapport à ce qui représente la norme dans les provinces nord-occidentales : M.-T. Raepsaet-Charlier, Diis Deabusque Sacrum. Formulaire votif et datation dans les Trois Gaules et les deux Germanies (1993), p. 9-11. Cf. M. Corbier, « Maiestas domus Augustae », dans G. Angeli Bertinelli, A. Donati (éds), Varia epigraphica (2001), p. 155-199.

367 Pilhofer II 431 : voir infra Annexe 2, p. 346-347, no 2.

368 Sur les liens entre le formulaire des dédicaces monumentales et leur objet, voir M. Aberson, « Le formule dell’iscrizione di “Petronius Modestus” e la datazione del teatro di Trieste », dans M. Verzár-Bass (éd.), Il teatro romano di Trieste (1991), p. 146-158.

369 J. Moralee, “For Salvation’s Sake”. Provincial Loyalty, Personal Religion, and Epigraphic Production in the Roman and Late Antique Near East (2004).

370 On notera, dans ce cas, que la maison impériale fut également incluse dans le vœu par la tournure ob honor(em) diuin(ae) domus précédant la formule pro salute.

371 Pilhofer II 588 (dédicace à Jupiter Optimus Maximus), 621 (dédicace au Héros Aulonitès).

372 On peut songer à restituer une formule comparable dans l’inscription 46.

373 W. Eck, « Öffentlichkeit, Monument und Inschrift », dans XI Congresso Internazionale di Epigrafia Greca e Latina, Atti II (1999), p. 67-75.

374 De la même manière, les principaux bâtiments du forum de Cremna furent directement dédiés – avec une formule au datif – aux membres de la famille impériale et à la colonie, mais des statues les représentant faisaient partie des aménagements : I. Central Pisidia 4.

375 Voir également les dédicaces 34 et 35 à des empereurs indéterminés du iiie ou du ive s. provenant du forum.

376 CIPh II.1, p. 42-44.

377 Collart, Philippes, p. 10, 17 ; K. de Kersauson, Catalogue des portraits romains, Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines II (1996), p. 386-387, no 177 ; cf. M. Sève, « Le destin des honneurs pour les empereurs et les notables à Philippes. Note d’épigraphie et de topographie », dans S. Benoist, (éd.), Mémoire et histoire. Les procédures de condamnation dans l’Antiquité romaine (2007), p. 143 avec n. 21.

378 J. M. Højte, Roman Imperial Statue Bases from Augustus to Commodus (2005), p. 159-165.

379 Suet., Tib. XIV.

380 H. Halfmann, Itinera principum, Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reich (1986), p. 208 ; J. M. Højte, « Imperial Visits as Occasion for the Erection of Portrait Statues? », ZPE 133 (2000), p. 231. Pour le séjour d’Hadrien à Maronée et à Abdère, voir EThA, no E185 (AE 2005, 1348) ; C. P. Jones (n. 234).

381 CIPh II.1, App. 4, no 36.

382 A.-V. Pont, « L ’empereur “fondateur” : enquête sur les motifs de la reconnaissance civique », REG 120 (2007), p. 526-552.

383 Collart, Philippes, p. 518-519 ; Lemerle, Philippes, p. 108-109. Sur l’importance de la uia Egnatia dans les déplacements impériaux entre Constantinople et Thessalonique, cf. S. Destephen, Le voyage impérial dans l’Antiquité tardive (2016), p. 67-68, 98.

384 Corinth VIII/3, no 77.

385 P. D. Scotton, « A New Fragment of an Inscription from the Julian Basilica at Roman Corinth », Hesperia 74 (2005), p. 95-100 (AE 2005, 1409).

386 É. Lapalus, « Sculptures de Philippes », BCH 57 (1933), p. 449-452, no 3 avec fig. 4 et pl. XXVI ; F. Chamoux, « Gaïus Caesar », BCH 74 (1950), p. 255-256 avec fig. 1-3 et pl. XXXV, 1 ; BCH 80 (1956), p. 319 avec fig. 2.

387 Brélaz, Apports, p. 1468-1472.

388 Pour le rôle de relais des informations officielles joué par les colonies, voir J. Nelis-Clément, « Les stationes comme espace et transmission du pouvoir », dans A. Kolb (éd.), Herrschaftsstrukturen und Herrschaftspraxis: Konzepte, Prinzipien und Strategien der Administration im römischen Kaiserreich (2006), p. 269-298.

389 R. W. Burgess, M. Kulikowski, Mosaics of Time. The Latin Chronicle Traditions from the First Century bc to the Sixth Century ad I. A Historical Introduction to the Chronicle Genre from Its Origins to the High Middle Ages (2013), p. 170-172.

390 V. Kockel, LTUR II (1995), s.v. « Forum Augustum », p. 290-293.

391 J. M. Højte (n. 378), p. 23-24 ; M. Kajava, « Honorific and Other Dedications to Emperors in the Greek East », dans P. P. Iossif, A. S. Chankowski, C. C. Lorber (éds), More than Men, Less than Gods. Studies on Royal Cult and Imperial Worship (2011), p. 553-592.

392 Voir le cas de la colonie de Narona, en Dalmatie : G. Zecchini (éd.), LAugusteum di Narona (2015) ; P. Gros, E. Marin, M. Zink (éds), Auguste, son époque et l’Augusteum de Narona (2015).

393 I. Cogitore, « Séries de dédicaces italiennes à la dynastie julio-claudienne », MEFRA 104 (1992), p. 817-870 ; C. B. Rose, Dynastic Commemoration and Imperial Portraiture in the Julio-Claudian Period (1997) ; D. Boschung, Gens Augusta. Untersuchungen zur Aufstellung, Wirkung und Bedeutung der Statuengruppen des julisch-claudischen Kaiserhauses (2002) ; M. Cesarano, In honorem domus divinae. Introduzione allo studio dei cicli statuari giulio-claudii a Roma e in Occidente (2015).

394 J. Fournier, « Cent ans d’épigraphie à Thasos (1911-2011) », REG 124 (2011), p. 219-225.

395 Voir les fragments découverts en remploi à Castelporziano, mais devant vraisemblablement être attribués à la colonie d’Ostie (cf. AE 1998, 277), où la mention des puissances tribuniciennes semble avoir figuré dans l’intitulé du monument dans son ensemble (AE 1998, 278a) : [A]b Vrbe c/ond[it]a tri[buniciae potestates].

396 G. Rowe, Princes and Political Cultures. The New Tiberian Senatorial Decrees (2002), p. 54 ; M. Corbier, Donner à voir, donner à lire. Mémoire et communication dans la Rome ancienne (2006), p. 31-32.

397 InscrIt X 5, 95-100, avec la reconstitution de G. Di Vita-Évrard, « Les “fastes impériaux” de Brescia », dans Epigrafia (1991), p. 93-117 ; cf. SupplIt 8, p. 164-166 avec pl. I-VII.

398 R. Gest. diu. Aug. VI 2.

399 CIPh II.1, p. 33-34.

400 Cf. C. Ando, Imperial Ideology and Provincial Loyalty in the Roman Empire (2000), p. 228-239.

401 Comparer la statue équestre que la cité de Pergé érigea à Vespasien dans les thermes à la même occasion (I. Perge 54) : W. Eck, « Latein als Sprache politischer Kommunikation in Städten der östlichen Provinzen », Chiron 30 (2000), p. 650-655.

402 L. Capogrossi Colognesi, E. Tassi Scandone (éds), La Lex de Imperio Vespasiani e la Roma dei Flavi (2009).

403 Voir supra p. 40-41.

404 RPC I 1650, 1653-1655 ; M. Amandry, « Le monnayage de la Res Publica Coloniae Philippensium », dans U. Peter (éd.), Stephanos nomismatikos. Edith Schönert-Geiss zum 65. Geburtstag (1998), p. 28-29. Voir supra p. 41-42.

405 Voir supra p. 158-160.

406 A. J. S. Spawforth (n. 31), p. 179.

407 Corinth VIII/2, no 17 ; cf. M. E. Hoskins Walbank, « Evidence for the Imperial Cult in Julio-Claudian Corinth », dans A. Small (éd.), Subject and Ruler: The Cult of the Ruling Power in Classical Antiquity (1996), p. 201-213. Voir supra p. 200-201.

408 Voir supra p. 123.

409 Voir supra p. 308-313.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540