Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philippes, colonie romaine d’Orient

 | 
Cédric Brélaz

Partie II

Les institutions et les magistratures :
aspects de la vie publique d’une colonie romaine d’Orient

Texte intégral

1Cette deuxième partie est consacrée à l’analyse des institutions attestées dans la colonie de Philippes qui définissaient l’organisation politique de la communauté et étaient dévolues à la gestion administrative des intérêts de la collectivité. Nous y étudierons tour à tour les deux corps constitués que sont l’assemblée du peuple (1) et l’ordre des décurions (2), ainsi que les différentes magistratures (3), charges (4) et prêtrises publiques (5) que les notables locaux pouvaient revêtir au cours de leur carrière. Nous prendrons également en considération les sévirs augustaux et l’ordre des Augustales (6), du moment que ses membres étaient nommés par les décurions, ainsi que le personnel employé par la communauté et affecté à diverses tâches administratives et matérielles (7). Nous envisagerons ensuite les titres honorifiques dont étaient parés les plus grands notables de l’élite civique philippienne (8). Enfin, nous inclurons à notre propos la charge de curateur de la commune de Philippes (9), car ses prérogatives – bien qu’il s’agisse techniquement d’une fonction impériale – intéressaient une question municipale, à savoir la gestion des finances locales. Pour chacune de ces institutions et magistratures, nous nous efforcerons de mettre en parallèle la situation prévalant à Philippes avec ce que l’on sait des institutions correspondantes dans le reste des colonies romaines d’Orient et, plus généralement, dans les communautés locales de l’Empire, y compris les cités pérégrines. Cette approche comparée des institutions municipales nous permettra – en dépit du canevas constitutionnel qui avait été imposé à la colonie par les autorités centrales romaines – de souligner d’éventuelles spécificités philippiennes en la matière. Dans cette perspective, nous attacherons, dans notre analyse, une attention particulière à reconstituer le contexte social, démographique et culturel, propre à la colonie de Philippes, qui déterminait le cours de la vie civique locale et qui influençait la façon dont les institutions étaient mises en œuvre et fonctionnaient.

1. Le corps civique et l’assemblée du peuple

  • 1 Lex Urson. LXVII-LXVIII, CI ; Lex Irnit. LI-LIX ; cf. ULaffi, « La struttura costituzionale nei m (...)
  • 2 AE 2006, 645, chap. XV-XVI ; cf. XDupuis, « De la Bétique à l’Afrique : les curies électorales à (...)
  • 3 W. Eck, « Die lex Troesmensium: ein Stadtgesetz für ein municipium civium Romanorum. Publikation de (...)
  • 4 I. Alexandreia Troas 74. Cf. FPina Polo, « Ius contionandi y contiones en las colonias romanas de (...)
  • 5 Voir supra p. 56-72.
  • 6 Voir supra p. 64-69.
  • 7 AE 1998, 1210 ; 1925, 126. Voir supra p. 47, n. 185-186.
  • 8 Lex Irnit. LIII.
  • 9 I. Alexandreia Troas 74 ; CIL III 154 ; IGLMusBey 50. Voir supra p. 54-56.
  • 10 RPC Online IV 7907, 8390, 10624 ; cf. KMartin, Demos, Boule, Gerousia. Personifikationen städtisc (...)

2À l’instar de toute communauté politique de type romain (mais on pourrait en dire de même des poleis grecques), l’entité formée par la colonie reposait sur un corps civique qui en était, avec l’ordo decurionum, le principal organe institutionnel. Les lois municipales et coloniale espagnoles, ainsi que la documentation épigraphique africaine, montrent que le populus avait conservé ses prérogatives législatives dans les communautés locales romaines à l’époque impériale et que les comices, du moins au ier s. apr. J.-C., continuaient à se réunir régulièrement pour élire les magistrats et les prêtres publics1. Une partie des chapitres contenus dans le nouveau fragment – récemment publié – de la lex Ursonensis porte, du reste, précisément sur le fonctionnement des subdivisions électorales du corps civique2 et un chapitre de la loi municipale de Troesmis en Mésie Inférieure, émise sous le règne de Marc Aurèle, était, sur le modèle des exemplaires espagnols, expressément consacré à la participation des citoyens à l’assemblée du peuple et au déroulement des procédures de vote (de municipibus ad suffragium uocandis), ce qui suggère que ces clauses étaient toujours valables au iie s.3. La réunion du corps civique était un élément à ce point tangible et important de la vie publique des colonies qu’un notable d’Alexandrie de Troade put recevoir, parmi d’autres honneurs, le ius contionandi4. Comme l’intéressé, qui était issu d’une famille d’origine indigène ayant certainement reçu la ciuitas lors de la fondation de la colonie, exerça à plusieurs reprises la fonction de duumvir au cours de sa carrière, il faut comprendre que ce privilège exceptionnel lui permettait de convoquer une assemblée du peuple et de saisir le corps civique d’une question quand bon lui semblerait, en dehors de toute charge officielle, lorsque celui-ci serait redevenu un simple particulier. En tant qu’émanation formelle de la collectivité politique, le populus rassemblait les coloni, c’est-à-dire les habitants et ressortissants de la colonie de Philippes jouissant de la citoyenneté locale5. Les incolae – qu’il s’agisse de citoyens romains non originaires de la colonie résidant sur le territoire philippien ou, a fortiori, de pérégrins – étaient exclus des comices, dans la mesure où ils étaient dépourvus des droits civiques dans la colonie. Cela ne les empêchait pas de contribuer, par d’autres biais, à la vie de la communauté dans laquelle ils résidaient, en particulier en adoptant un mode d’organisation comparable à celui des autres corps constitués6. Une telle structuration des incolae est, dans le cas des colonies romaines d’Orient, attestée à Dion ainsi qu’à Antioche de Pisidie7. On notera que, dans les municipes de droit latin comme à Irni, les citoyens romains résidents pouvaient cependant prendre part aux élections8. De même que le Genius coloniae, qui était fréquemment l’objet de vénération dans les colonies orientales, le Génie du populus était invoqué à Alexandrie de Troade et à Berytus9. Le corps civique en vint même à être adoré comme une personnification à Corinthe et, sous l’influence de la figuration de Dèmos sur les émissions des cités grecques certainement, le Popul(us) col(oniae) Cor(inthiensis) fut représenté sous les traits d’un homme barbu sur des monnaies de la colonie dans le courant du iie s.10.

  • 11 Jacques, Privilège, p. 699-718.
  • 12 Voir infra p. 290-297.
  • 13 M. Tarpin, Vici et pagi dans l’Occident romain (2002), p. 232-234 ; W. Eck, « Milites et pagani. Di (...)
  • 14 Corinth VIII/3, no 153, l. 13-14 : epulumq(ue) / [omnibus co]lonis dedit. On doit certainement assi (...)
  • 15 ILGR 179-181 ; AE 1998, 1207 (κολῶσι), 1208-1209 ; 2000, 1295. Les coloni sont expressément disting (...)

3Quelques inscriptions philippiennes font allusion aux citoyens de la colonie en tant que groupe. C’est le cas, en particulier, de la dédicace monumentale qui fut érigée au profit de la la famille impériale dans des thermes par le chevalier L. Atiarius Schoenias (6). À l’occasion de la consécration de statues des dieux et de l’inauguration d’aménagements effectués dans les bains, le dédicant procéda à des distributions collectives, d’argent ou de nourriture, et organisa des repas publics. Ces manifestations d’évergétisme avaient pour but de réunir et de célébrer l’ensemble de la communauté politique philippienne. Aussi les différents corps constitués formant la res publica furent-ils expressément mentionnés parmi les bénéficiaires des largesses de Schoenias. On y trouve, côte à côte, le populus, les Augustaux et les décurions, ainsi que les épouses et les enfants de ces derniers. Tous les citoyens reçurent, individuellement, une part des sommes – ou de la quantité de nourriture – prévues par l’évergète (l. D 5 : [---] uiritim populo promis[erat]  ), conformément à une promesse que celui-ci avait exprimée sans doute au moment d’accéder à une charge publique dans la colonie, suivant l’usage des pollicitationes11. Il semble que, pour l’occasion, les incolae et les individus étrangers à la colonie, mais résidant sur son territoire, aient également été conviés aux festivités. L ’inscription commémorant l’événement précise, en effet, que Schoenias veilla à inclure les soldats au même titre que les civils (l. A 6 : paganis et milita[ribus]  ) parmi les bénéficiaires de ses dons. Or, ces soldats faisaient certainement partie des contingents de taille réduite qui s’acquittaient de missions de surveillance sur le territoire de la colonie12. Quant à la mention générique pagani, elle suggère que, parmi les civils, les distributions avaient profité, non seulement aux coloni formant le corps civique – autrement dit au populus, dont il avait déjà été question auparavant dans l’inscription –, mais aussi aux incolae, c’est-à-dire aux citoyens romains non originaires de Philippes tout autant qu’aux pérégrins se trouvant dans la colonie13. Dans la colonie de Corinthe, au contraire, les bénéficiaires d’un banquet offert par un magistrat furent explicitement restreints à la catégorie des coloni, qui se trouvèrent de cette manière distingués des incolae14. Les coloni sont aussi les bénéficiaires de nombreuses dédicaces à Dion, qu’il s’agisse d’offrandes aux dieux ou de la construction de bâtiments publics15. La mention explicite des conjointes et des enfants des décurions dans l’inscription philippienne suppose qu’une exception avait été faite pour eux et que les distributions ne concernaient, pour le reste de la population, que les mâles ayant atteint l’âge adulte.

  • 16 Voir également CIL III 286 (RECAM II 97 ; Germa) ; I. Sinope 101 (δηµοθοινήσαντα). Cf. JFRodríg (...)
  • 17 Voir de même 155.
  • 18 Cf. E. Forbis, Municipal Virtues in the Roman Empire. The Evidence of Italian Honorary Inscriptions(...)
  • 19 Cf. Corinth VIII/2, no 68, l. 9-13 : ob u[i]rtutem eius et animosam / f[usi]ss[im]amque erga domum (...)

4Des banquets publics (epulae) dont put profiter, sinon l’ensemble de la population de la colonie, du moins le corps civique, sont encore mentionnés à d’autres reprises à Philippes16. Ainsi, dans la dédicace du bâtiment de la curie sur le forum, il est fait allusion à des sommes d’argent initialement léguées par un bienfaiteur dans son testament en vue de banquets (16). L ’inscription précise cependant que l’empereur Antonin le Pieux, contrairement à ce que prévoyait la législation en la matière, autorisa exceptionnellement les Philippiens à utiliser cet argent plutôt pour financer la construction de la curie ([--- ex] uoluntate sua a diuo [A]ntonino ex epulis [---]  ), sans doute en raison des difficultés financières que rencontrait la colonie au moment d’achever le programme d’aménagement monumental de la place publique. L ’ordre des décurions pouvait, en outre, décider lui-même d’offrir des repas publics, notamment pour célébrer un notable. C’est ce que nous apprend une épitaphe (193) où il est rappelé qu’un prêtre d’Isis – si l’interprétation que nous proposons de la syntaxe de l’inscription est correcte – fut officiellement honoré par des banquets (dec[reto] dec[urionum] epulationibus honor[atus] est)17. Il est encore question, à Philippes, des citoyens en tant que collectivité dans une inscription que la colonie érigea sous le règne de Trajan en l’honneur d’un chevalier anonyme (68). L ’inscription fait état des motifs qui justifièrent que l’on dresse une statue à l’intéressé, qui s’était signalé par un comportement exemplaire18. On y relève alors « son affection envers ses concitoyens, ainsi que sa bienveillance et sa générosité » ([propter a]morem eius in ciues e[t beneuole]ntiam et liberalita[tem ---]  )19. Il est très probable que l’on a reproduit à cet endroit dans l’inscription honorifique un extrait des considérants du décret qui fut nécessairement pris en amont par l’ordo pour décider de l’érection du monument et qui n’a malheureusement pas été conservé. Les ciues sont, en l’occurrence, les coloni, les membres du corps civique philippien.

  • 20 J.-MLassère, Manuel d’épigraphie romaine I (2005), p. 348-349 ; XDupuis (n. 2). Cf. RZucca, « (...)
  • 21 ILS 9415.
  • 22 B. Levick, « Two Inscriptions from Pisidian Antioch », AS 15 (1965), p. 53-59 ; cf. Levick, Colonie (...)
  • 23 MTorelli, « Le tribù della colonia romana di Corinto. Sulle tracce dei tresviri coloniae deducund (...)
  • 24 Corinth VIII/2, nos 16, 56, 68, 86-87, 90, 92, 96-97, 109-110, 118 ; Corinth VIII/3, nos 154, 210, (...)
  • 25 Laminger-Pascher, Lykaonien, no 218. Il se pourrait, toutefois, que l’inscription se rapporte à la (...)
  • 26 UKunnert (n. 25).
  • 27 JWiseman, « Municipal Tribes and Citizenship in Roman Macedonia », dans Ancient Macedonia V.3 (19 (...)
  • 28 CIAlb 264-265 = LIA 244-245.
  • 29 I. Sinope 102.
  • 30 I. Alexandreia Troas 16, 36 (= CIPh II.1, App. 4, no 4), 39.
  • 31 Levick, Colonies, p. 76-77 ; voir aussi Byrne, Labarre, Antioche, nos 165, 171, 173. Aux l. 7-8 de (...)
  • 32 MTarpin (n. 13), p. 87-174.
  • 33 Voir, pour le cas d’Antioche, CIL III 6810-6812 (ILS 7198), 6835-6837 (ILS 5081) ; cf. GLabarre, (...)
  • 34 JScheid, « Honorer le prince et vénérer les dieux : culte public, cultes des quartiers et culte i (...)
  • 35 Voir supra p. 106-110.

5Aucun document n’illustre, en revanche, à Philippes le rôle législatif ou les compétences électorales du populus. En particulier, on ne trouve pas de mention des subdivisions qui existaient à l’intérieur du corps civique et qui étaient actives lors des comices au moment du vote, comme les curies ou les tribus (le premier nom paraît s’être substitué au second dans les provinces occidentales au fil du temps)20, lesquelles sont pourtant attestées dans plusieurs colonies orientales, dont Iconium21, Antioche de Pisidie22 et surtout Corinthe. Dans cette dernière colonie, les tribus, qui pour la plupart tiraient leurs noms de personnages de la famille impériale ainsi que visiblement des légats qui avaient été chargés de la déduction de la colonie23, intervenaient, par ailleurs, ordinairement dans la vie publique de la communauté en tant que groupes structurés (dont les membres étaient appelés tribules), érigeant des statues à des notables, dont certains étaient leurs patrons24. À Lystra, les tribus étaient appelées en grec αἱ φυλαὶ τῆς κολωνείας25. Elles étaient également nommées φυλαί – comme dans les cités grecques, où de telles divisions du corps civique perdurèrent à l’époque impériale et continuaient à jouer un rôle important dans la vie civique des communautés locales26 – dans un des deux seuls municipes romains qui furent créés dans les provinces hellénophones, à Stobi en Haute-Macédoine27. Il ne faudrait pas confondre ces tribus avec les uici attestés à Buthrote28, Sinope29, Alexandrie de Troade30, ainsi qu’à Antioche (où leurs noms, rappelant des lieux de la ville de Rome, nous sont connus)31, car il s’agit, en l’espèce, de districts urbains dont la répartition reposait, par imitation des quartiers de l’Urbs, sur un découpage exclusivement topographique. Ces uici avaient certes, comme à Rome, des attributions administratives et cultuelles, notamment lors des opérations de recensement32, et ils pouvaient, comme les tribus, prendre l’initiative d’ériger des statues33, mais ils formaient avant tout des groupements de voisinage et ne représentaient pas des unités du corps civique participant à la marche des institutions politiques34. Quant aux uici apparaissant dans de nombreuses inscriptions découvertes sur toute l’étendue du territoire philippien, ils sont d’une autre nature encore, puisque c’étaient des communautés rurales, peuplées essentiellement d’incolae pérégrins, qui dépendaient politiquement de la colonie tout en bénéficiant d’une large autonomie administrative. De tels uici ruraux sont également connus dans les colonies de Dyrrachium et de Berytus-Héliopolis35.

  • 36 MAMA VIII 12 (Laminger-Pascher, Lykaonien, no 168, écrit po(puli)).
  • 37 AE 1978, 286 ; cf. I. Alexandreia Troas T 120.
  • 38 I. Central Pisidia 38 (Cremna) ; CIL III 6886 (Comama) ; Rizakis, Patras, no 37 ; Corinth VIII/3, n(...)
  • 39 HFernoux, Le Demos et la Cité. Communautés et assemblées populaires en Asie Mineure à l’époque im (...)
  • 40 I. Sinope 101. Voir, cependant, supra p. 79.
  • 41 Jacques, Privilège, p. 379-426.
  • 42 CIL III 6810-6812 (ILS 7198).
  • 43 CIL III 6835-6837 (ILS 5081) ; cf. GLabarre, MÖzsait (n. 33).
  • 44 CIL III 6844 (ILS 7202) ; Byrne, Labarre, Antioche, no 164 ([uni]uer[so postulante populo]  ).
  • 45 CIL III 170.
  • 46 Corinth VIII/2, no 103.

6Il n’est pas davantage question, dans les inscriptions de Philippes, de décisions émanant du corps civique, comme c’est le cas dans plusieurs autres colonies où la part dévolue aux comices dans le fonctionnement des institutions et dans le processus d’élaboration des décrets est parfois mise en évidence à côté du rôle joué par l’ordre des décurions. On précise ainsi à Lystra, sur la base d’une statue offerte à un magistrat par son épouse, que l’érection du monument avait été formellement agréée par des décrets émanant tant du Conseil que de l’assemblée du peuple : d(ecreto) d(ecurionum) et po[p(uli)]36. On dit, de même, d’un individu qui fut nommé quinquennal à la fois dans la colonie d’Alexandrie de Troade et dans le municipe de Marruuium en pays marse (sur le territoire duquel fut trouvée l’inscription) que cette charge lui fut confiée, dans l’une et l’autre communauté, à la suite d’une décision des deux organes, ab dec(urionibus) et popul(o)37. De la même façon, des formules du type ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆµος, montrant que le populus était associé aux décisions votées par l’ordo, se rencontrent régulièrement dans les colonies d’Orient une fois que le grec commença à être utilisé dans des contextes officiels38. Il est vraisemblable que l’influence du lexique institutionnel en vigueur dans les cités pérégrines hellénophones ait contribué à y diffuser ces tournures39. En outre, à Sinope, une dédicace en l’honneur d’un magistrat de la colonie détaille le mécanisme de la procédure ayant abouti à l’érection de la statue. Il est dit que les honneurs furent conférés à l’intéressé ἀξιώσαντος τοῦ δήµου καὶ τῆς βουλῆς ψηφισαµένης, « à la suite de la proposition du peuple et du décret du Conseil »40. La proposition ἀξιώσαντος τοῦ δήµου rend ici l’expression latine postulante populo, qui se rencontre fréquemment en Italie et en Afrique. Elle signifie que l’initiative de la décision fut prise par le peuple lors de la réunion des comices – ou, pour le moins, au cours d’un rassemblement populaire – et que celle-ci fut ensuite ratifiée par l’ordo, qui veilla à l’application de la mesure en promulguant un décret ad hoc. Une telle formulation illustre, autant que la permanence des comices et de leurs compétences législatives, les termes de la collaboration entre les deux assemblées dans l’élaboration des décrets et, de manière plus générale, dans la conduite des affaires publiques41. On en trouve mention, parmi les colonies d’Orient, à Antioche de Pisidie, où plusieurs dédicaces en l’honneur d’un patron de la colonie furent érigées par les uici urbains postul(ante) pop(ulo) in theatro42. Il n’est pas certain que le peuple, réuni au théâtre, ait manifesté ici son désir dans le cadre d’une assemblée formelle. Il n’en demeure pas moins que l’érection des statues par les uici donna une reconnaissance institutionnelle à cette expression de la volonté populaire. Dans une série de dédicaces offertes à un autre patron de la colonie d’Antioche, la proposition du peuple (postul(ante) populo), également mise en application par les uici, fut, quant à elle, sanctionnée par un décret de l’ordo, comme le montre la mention d(ecreto) d(ecurionum) terminant les inscriptions43. L ’initiative populaire semble avoir été un élément récurrent de la vie publique locale, car d’autres inscriptions honorifiques d’Antioche recourent à la même formule, uniuerso postulante populo, augmentée ici de l’adjectif uniuersus visant à souligner l’unanimité de la décision44. La participation du peuple aux prises de décisions est aussi attestée dans la colonie de Berytus où une statue fut érigée à un notable qui fit carrière localement et avait été promu au rang équestre [pu]blic[e] ex decr(eto) dec(urionum) et [po]puli uoluntat(e)45. La formulation peut ici suggérer que, au contraire des exemples précédents où le peuple semble avoir été à l’initiative des décisions de par sa proposition, il s’était ici contenté de voter des mesures qui avaient été prises en amont par le Conseil. Quoi qu’il en soit, le rôle du peuple ne se cantonnait pas à proposer ou voter des décrets. Les compétences électorales des comices sont ainsi soulignées dans la colonie de Corinthe où un notable semble avoir été élu duumvir pour la seconde fois [ex dec]r(eto) decu[r(ionum) et populi suffra]gio46.

  • 47 Voir supra p. 50.
  • 48 I. Alexandreia Troas 46. Voir, de même, en Sicile, où l’influence grecque était également important (...)
  • 49 Pilhofer II 475, l. 4-6.
  • 50 AGZannis, « Observations épigraphiques sur le territoire de Philippes : le cas de la vallée de (...)
  • 51 Pilhofer II 559 (cf. CIPh II.1, App. 3, no 5). Voir supra p. 49.
  • 52 Sève, Weber, Guide, p. 73-74.
  • 53 RLScranton, Corinth I/3, Monuments in the Lower Agora and North of the Archaic Temple (1951), p (...)
  • 54 Corinth VIII/3, no 322 ; cf. Corinth VIII/3, no 306.

7Il ne faudrait pas, en revanche, voir une initiative du seul populus derrière les quelques inscriptions honorifiques philippiennes rédigées en grec où le dédicant est identifié comme ὁ δῆµος. Car nous avons vu que ce terme était, en l’occurrence, la traduction en grec de l’expression latine res publica, qui était employée dans la colonie pour désigner la communauté politique dans son ensemble, la « chose publique » ne se limitant pas à l’assemblée du peuple47. Aussi une tournure du type [s]plendidissimus populus col(oniae) Aug(ustae) Troadens(is), qui se rencontre dans une inscription d’Alexandrie de Troade où l’influence du formulaire grec est patente (le nom de l’honorandus figure, en effet, à l’accusatif plutôt qu’au datif) et où il n’est pas question de l’ordo, doit-elle certainement être comprise de la même manière48. Le choix du terme populus est ici la conséquence d’une traduction littérale en latin du grec ὁ δῆµος au sens de res publica. C’est toujours dans ce même sens de res publica qu’il conviendrait, par ailleurs, d’entendre le terme populus apparaissant sur une borne de délimitation du territoire philippien provenant du vallon de Prossotsani et érigée sur l’ordre de l’empereur Hadrien, où l’on comprenait jusqu’il y a peu qu’il s’agissait de préciser la frontière entre les terres dépendant du « peuple de Philippes » et celles appartenant aux « héritiers » d’un propriétaire anonyme (fines derect(i) / [int]er pop(ulum) Phil(ippensem) [et] / her(edes))49. Or, il est possible, selon une intéressante suggestion d’A. Zannis, qu’il faille plutôt lire à cet endroit fin(es) derect(i) [int(er)] / r(em) pop(licam) Phil(ippensium) [et] / Her(meos), les Hermei formant peut-être une communauté rurale du vallon de Prossotsani50. Si cette nouvelle lecture s’avérait correcte, on retrouverait, au lieu de populus, l’appellation res publica, qui paraît préférable pour désigner l’entité politique qu’est la colonie et son domaine par opposition à un propriétaire privé (ou à une communauté rurale autonome dans l’hypothèse d’A. Zannis). Surtout, cette même formulation est utilisée sur une autre borne de délimitation du territoire colonial trouvée dans les environs de Serrès (fines derecti inter rem [pu]blicam col(oniae) Philippiensem et Claudianum Artemidorum)51. On fera remarquer, toutefois, que la forme archaïsante poplica a de quoi surprendre pour l’époque d’Hadrien. Malgré l’absence de témoignages directs sur l’activité des comices, il ne fait pas de doute – selon le modèle constitutionnel décrit par la lex Ursonensis et par analogie avec la documentation épigraphique disponible dans d’autres colonies, tant dans les provinces orientales qu’en Occident – qu’à Philippes aussi le populus prenait une part active à la vie publique de la colonie en tant qu’organe institutionnel de la res publica. On relèvera, dans tous les cas, que sur le côté Nord du forum, se trouvait, centrée par rapport à l’axe de la place, une tribune d’où des orateurs pouvaient haranguer la foule52, à l’instar de la tribune du forum de Corinthe53 à laquelle était donné le nom de rostra par référence au monument du Forum Romanum54.

  • 55 Pour l’Italie, voir CBerrendonner, « Les interventions du peuple dans les cités d’Étrurie et d’Om (...)
  • 56 JColin, Les villes libres de l’Orient gréco-romain et l’envoi au supplice par acclamations popula (...)
  • 57 Ac XIX 23-40.
  • 58 HMusurillo, Acts of the Christian Martyrs (1972), p. 2-21, no 1 ; LRobert, GWBowersock, C(...)
  • 59 Ac XVI 19-24. Voir infra p. 231-244.
  • 60 CRoueché, « Acclamations in the Later Roman Empire: New Evidence from Aphrodisias », JRS 74 (1984 (...)
  • 61 Voir, par exemple, à Termessos, AE 2008, 1431b, l. 10.
  • 62 Cf. JNollé, « Εὐτυχῶς τοῖς κυρίοις ! – feliciter dominis ! Akklamationsmünzen des griechischen Os (...)

8Indépendamment du rôle que le populus continuait à jouer, au cours de l’époque impériale, dans la marche des institutions des communautés locales romaines par la réunion régulière des comices, se fit jour une tendance consistant pour le peuple à se manifester et à faire valoir son opinion en dehors du cadre formel des assemblées, notamment à l’occasion de rassemblements dans des lieux publics, au forum ou au théâtre, comme nous l’avons vu ci-dessus dans le cas d’Antioche55. Le poids politique qu’acquirent alors le corps civique et plus généralement la population urbaine en tant que foule et l’influence que cette dernière put exercer sur le cours de la vie civique – que ce soit en applaudissant un notable, en exigeant d’un magistrat des largesses, en laissant éclater son mécontentement, voire, dans les cas extrêmes, en s’adonnant à une sorte de justice populaire et expéditive – constituent un phénomène largement attesté, en particulier dans les cités grecques d’Asie Mineure56. C’est ce que nous voyons, par exemple, à Éphèse avec le rassemblement spontané de la foule au théâtre à l’occasion de la protestation des orfèvres contre la prédication de l’apôtre Paul57 ou à Smyrne lors du procès de l’évêque Polycarpe et, plus tard, de l’arrestation du chrétien Pionios58. Un événement analogue se produisit à Philippes même, sur le forum, lors du séjour de Paul dans la colonie. À en croire le récit des Actes des Apôtres, c’est sous l’influence de la foule, qui s’en était prise à Paul et à Silas (συνεπέστη ὁ ὄχλος κατ’ αὐτῶν), que les duumvirs décidèrent de les faire fouetter et de les emprisonner sous le prétexte qu’ils perturbaient l’ordre public. La population s’était manifestement laissée convaincre par les arguments des maîtres d’une prophétesse que Paul avait exorcisée, lesquels accusaient l’apôtre de répandre dans la colonie des mœurs juives, incompatibles avec la dignité des citoyens romains59. L ’intervention de la population urbaine dans la conduite des affaires publiques transparaissait aussi fréquemment dans les cités grecques à l’époque impériale au travers d’acclamations qui s’élevaient parmi la foule en l’honneur de notables60. Comme nous l’avons relevé ci-dessus, il est possible que l’expression (uniuerso) postulante populo qui se rencontre dans la colonie d’Antioche fasse allusion à des contextes similaires où le peuple manifestait son souhait lors de rassemblements qui se déroulaient en dehors du cadre officiel des comices. Toutefois, les clameurs qui étaient censées être apparues spontanément lors d’un regroupement populaire étaient parfois retranscrites, dans les cités grecques, sur des stèles en témoignagne de l’unanimité populaire, au même titre que des documents administratifs. Loin d’illustrer la dégénérescence des institutions ordinaires, les acclamations n’étaient, dans certains cas, que le prélude à une décision prise formellement par le biais d’un décret61. Il n’est pas impossible que l’on trouve un écho très indirect à de telles pratiques dans une inscription philippienne en l’honneur des enfants et des petits-enfants de l’empereur, peut-être Antonin le Pieux, qui se termine par le vœu et l’exclamation feliciter, « bonne chance ! » (15). Cependant, le caractère fortement stérétotypé de ce genre de formules dans les dédicaces ne nous permet pas de garantir qu’il s’agit ici de la retranscription d’une acclamation qui fut effectivement prononcée par le peuple de Philippes à l’adresse des descendants de l’empereur lors d’un rassemblement de foule62.

2. L’ordre des décurions

  • 63 Langhammer, Magistratus, p. 188-219.
  • 64 HFernoux (n. 39).

9L ’ordre des décurions était le principal organe législatif des communautés locales dotées d’institutions romaines. Les lois municipales et coloniale espagnoles montrent que le Conseil jouait un rôle central dans la conduite des affaires publiques en en assurant le suivi administratif. C’est, de surcroît, lui qui donnait l’investiture aux magistrats élus et exerçait un contrôle sur leurs activités63. Les comices n’étaient certes pas dépourvues de toute compétence et nous avons vu que le populus pouvait, à l’inverse, se trouver à l’initiative de décisions d’intérêt collectif. Mais l’ordo prenait une part déterminante dans le processus décisionnel en promulguant les décrets et en exprimant formellement, par ce biais, la volonté de la communauté politique dans son ensemble. La prééminence de l’ordo sur le populus peut être comparée à la position privilégiée qu’occupait la boulè face au dèmos dans les cités grecques à la même époque64.

  • 65 J.-MLassère (n. 20), p. 354-355 avec n. 52. Pour autant qu’elle soit exacte, la désignation [οἱ τ (...)
  • 66 Sève, Weber, Guide, p. 66.
  • 67 Voir infra p. 134-136.
  • 68 Collart, Philippes, p. 337.
  • 69 Sève, Weber, Guide, p. 61-62, 64-65 ; M. Sève, P. Weber, « Peut-on parler d’une basilique civile au (...)

10Au vu des qualifications censitaires imposées à ses membres, le Conseil rassemblait, de fait, les individus issus des familles les plus éminentes et les plus aisées du lieu. On estime que la plupart des Conseils municipaux comptaient une centaine de membres, même si des effectifs plus modestes sont attestés65. Dans le cas de Philippes, l’édifice situé à l’angle Nord-Ouest du forum a pu être identifié comme la curie, le lieu de réunion de l’ordo, grâce à la présence de gradins. Le bâtiment semble avoir été en mesure d’accueillir entre soixante-dix et soixante-quinze personnes assises66. Ce chiffre ne tient peut-être pas compte des décurions de rang inférieur, les pedani, qui, du fait de leur statut, exerçaient une influence limitée au sein de la curie et ne disposaient pas nécessairement de sièges aux côtés de leurs collègues, d’où leur nom67. Le bâtiment, qui avait l’apparence d’un temple, fut élevé grâce aux sommes qu’un bienfaiteur – resté anonyme – avait initialement destinées à des banquets publics (16). Par autorisation expresse de l’empereur Antonin le Pieux, la colonie put cependant s’en servir ([--- ex] uoluntate sua a diuo [A]ntonino ex epulis [---]  ) pour achever la construction de la curie sous la supervision du curateur de la commune de Philippes C. Modius Laetus Rufinianus, qui était en même temps le questeur propréteur de la province de Macédoine. La curie fut alors dédiée en l’honneur de la maison impériale et de la colonie. Le fronton du bâtiment était orné de plusieurs statues représentant des Victoires ailées, ainsi que Minerve-Athéna68. Une autre statue de Minerve-Athéna, portant un bouclier sur lequel figurait une dédicace à la Victoire Auguste constituée de lettres de métal, était encore disposée dans l’édifice ou à proximité immédiate de celui-ci (17). On notera, à ce propos, que d’autres bâtiments destinés à l’administration des affaires publiques s’élevaient sur le même côté du forum, tels qu’une basilique judiciaire et un tabularium, servant de dépôt des archives69.

  • 70 Voir, de même, Rizakis, Patras, no 130. Les decuriae mentionnées dans Pilhofer II 165 (= JSKlop (...)

11Plusieurs inscriptions philippiennes se réfèrent collectivement aux décurions en tant que corps constitué. Dans la dédicace monumentale que le chevalier L. Atiarius Schoenias offrit à la famille impériale dans des bains afin de commémorer ses évergésies, les décurions apparaissent parmi les bénéficiaires de ses largesses aux côtés des autres corps constitués de la colonie que sont le populus et les Augustales. Les décurions, ainsi que visiblement leurs épouses et leurs enfants (6, l. C-D 6 : decurion[ibus --- eorum]que coniugib(us) ac liberis), eurent part aux distributions d’argent ou de nourriture auxquelles procéda Schoenias à l’occasion de l’inauguration des aménagements qu’il avait effectués dans l’édifice en question. Il est également question de l’ordre dans son ensemble dans les dédicaces honorifiques 60 et 195 où apparaît le mot decuriones70. La mention des décurions devait introduire, dans ce cas, une proposition signifiant que les honneurs décernés avaient fait l’objet d’une concertation entre les décurions, formalisée par un décret du Conseil.

  • 71 RKSherk, The Municipal Decrees of the Roman West (1970) ; AParma, « Per un nuovo corpus dei d (...)
  • 72 Rizakis, Patras, no 1.
  • 73 Anderson, Festivals, p. 284-287, no 11. Le décret, rédigé en grec, semble devoir être daté de la fi (...)
  • 74 Rizakis, Constitution, p. 40, n. 12.
  • 75 7-8, 11, 13, 131 (la formulation est ex d(ecreto) d(ecurionum)).
  • 76 Voir de même 155. Cf. Lex Irnit. <LXXVII>.
  • 77 Voir 6.

12À défaut d’avoir conservé la copie épigraphique de décrets municipaux71 – dont on connaît en revanche des fragments dans les colonies de Patras72 et d’Antioche de Pisidie73 –, seuls des témoignages indirects nous permettent de reconstituer une partie des domaines de compétences du Conseil, à Philippes. Au contraire de plusieurs colonies telles que Corinthe, Dymé, Cnossos, Buthrote ou Dion, la mention (ex) d(ecreto) d(ecurionum), indiquant que la décision de la frappe relevait de l’ordo, ne figure pas sur les monnaies philippiennes, pas plus d’ailleurs que le nom des duumvirs74. Plusieurs inscriptions honorifiques se terminent, cependant, par la mention decreto decurionum, en général accompagnée de l’adverbe publice, suffisant à indiquer qu’il s’agissait là d’une dédicace offerte à titre officiel par la colonie résultant d’un décret de l’ordo75. Dans l’inscription 8, où sont énumérés les noms des empereurs et de leurs fils dont les statues étaient disposées sur une grande base, la mention pub(lice) d(ecreto) d(ecurionum) au bas de l’inscription se rapportant aux princes flaviens (inscr. B) faisait écho aux noms des affranchis impériaux figurant au bas de la première inscription, consacrée aux princes de la dynastie julienne (inscr. A). L ’initiative de l’érection des premières statues sur la base était, en effet, revenue à des affranchis de Caligula et c’est dans un second temps seulement, vraisemblablement à la mort de Vespasien, que la construction du monument fut poursuivie aux frais de la colonie, d’où la référence au décret des décurions. L ’épitaphe 193 nous apprend, quant à elle, qu’en dehors des statues, l’ordo pouvait, en guise d’honneurs, offrir des réjouissances publiques sous la forme de banquets pour célébrer un notable (dec(reto) dec(urionum) epulationibus honor(atus) est)76 – peut-être précisément à l’occasion de la consécration de la statue –, comme il arrivait à des évergètes de le faire77.

13Il se peut néanmoins qu’une inscription honorifique conserve quelques mots tirés d’un décret des décurions philippiens (68). À la suite de l’énumération de la carrière du personnage, vraisemblablement un chevalier, on prit soin, en effet, dans l’inscription de préciser les raisons qui valurent à l’intéressé la reconnaissance de la collectivité. On souligne alors « son affection envers ses concitoyens, ainsi que sa bienveillance et sa générosité » à l’égard de sa patrie ([propter a]morem eius in ciues e[t beneuole]ntiam et liberalita[tem ---]  ). Il est très probable que cette formule se trouvait telle quelle dans les considérants du décret qui dut nécessairement être pris en amont par l’ordo pour décider de l’érection du monument. Cette clause dut ensuite être reproduite, en servant en quelque sorte de résumé du décret, dans l’inscription honorifique que les décurions firent graver sur la base de la statue offerte au chevalier.

  • 78 Il capitolo delle entrate nelle finanze municipali in Occidente ed in Oriente (1999) ; GCamodeca, (...)
  • 79 MGGranino Cecere, GMennella, « Le iscrizioni sacre con la formula LDDD e la gestione dello sp (...)
  • 80 194.
  • 81 Voir l’inscription 78 pour le sanctuaire du Héros Aulonitès, à Kipia. Le lieu où fut initialement é (...)
  • 82 23, 38, 162 ; cf. 134 ( ?). Comparer Pilhofer II 510a (AE 2009, 1284) : loco adsignato ab Trai Dini (...)
  • 83 61 ; cf. 78 ( ?), 159, 224 ( ?) ; Pilhofer II 74 : l(ocum) d(ederunt) her(edes ?) ; 448 : locus sep (...)
  • 84 CIPh II. 1, p. 364.
  • 85 Voir, de même, Rizakis, Patras, nos 40-41, 270 ; Corinth VIII/1, nos 75, 86-88, 108 ; Corinth VIII/ (...)
  • 86 RECAM II 91. On peut envisager de restituer per decretum c[olonorum] et [κατὰ ψ]ήφισµα τῶ[ν κολώνων (...)
  • 87 Voir supra p. 124-126. Cf. Levick, Colonies, p. 73, pour Antioche de Pisidie.
  • 88 Fichier IAHA, no 825 (inédit). Pour le gentilice Sedius, cf. Pilhofer II 166, l. 3-4.
  • 89 Voir supra p. 77-85.
  • 90 KMartin (n. 10), 2 vol.
  • 91 PHamon, « Rites et sacrifices célébrés dans le conseil. Remarques sur les cultes du bouleutèrion (...)

14En dépit de leur mention fréquente dans les inscriptions qui nous sont parvenues – et qui étaient le plus souvent gravées sur des bases de statues –, les décrets honorifiques ne représentaient qu’une part restreinte des compétences et des activités du Conseil. Les lois municipales aussi bien que les informations que l’on peut glaner dans la documentation épigraphique provenant des communautés locales des provinces occidentales montrent, en effet, que l’attention de l’ordo portait surtout, au quotidien, sur la gestion des biens publics, qu’il s’agisse du patrimoine foncier de la collectivité ou de ses ressources pécuniaires78. La sanction par l’ordre des décurions d’initiatives privées impliquant l’aliénation d’une partie du domaine public entrait précisément dans ces prérogatives79. De fait, l’accord du Conseil figure à plusieurs reprises à Philippes sur des monuments honorifiques, commémoratifs, votifs ou funéraires qui avaient été érigés par des particuliers. Dans ce cas, la référence à un décret des décurions signifie que la construction du monument avait été agréée au préalable par l’ordo80 et qu’au besoin, une portion de l’espace public – par exemple sur le forum, dans les nécropoles, mais aussi dans l’enceinte de sanctuaires81 – avait été concédée à cette fin, comme l’indiquent les formules loco adsignato (publice) decreto decurionum82 et loco publice dato decreto decurionum83. La formule loc(o) adsig(nato) ab d(ecurionibus) fut, de même, gravée sur un gradin du théâtre, garantissant que l’emplacement avait été assigné par l’ordo à des notables – qu’il s’agisse des détenteurs d’une charge publique ou des membres d’un corps constitué ou d’une corporation – et que celui-ci leur serait réservé lors des représentations qui avaient lieu dans l’édifice84. C’est également le sens de la mention ψ(ηφίσματι) β(ουλῆς), traduisant le latin d(ecreto) d(ecurionum), qui se rencontre à la fin d’une inscription honorifique érigée en grec par un intendant à son patron dans le centre monumental de la colonie (57)85. L ’équivalence entre decretum et ψήφισµα est posée dans une inscription bilingue de la colonie de Germa mentionnant les honneurs qui furent concédés à un notable, très certainement par l’ordre des décurions (honorem sibi [dat]um per decretum C[---] / [τεί]µην τὴν δο[θε]ῖ[σ]αν αὐτῷ [κατὰ ψ]ήφισµα τῶ[ν ---])86. Quant au terme βουλή, qui désigne le Conseil dans les cités pérégrines hellénophones, il sert habituellement à rendre justement le terme ordo en grec dans les colonies d’Orient87. Une dédicace votive, dont la provenance exacte est inconnue, fut ainsi offerte à Philippes aux Θεοὶ Ὀλύµπιοι et à Βουλὴ Ἑστιαῖα par un particulier, un certain Σήδιος Μάρκελλος accompagné de son épouse88. On comprend que, dans le courant du iiie s. – à mesure que la langue grecque commença à être employée pour des usages officiels89 –, un culte fut rendu dans la colonie à la personnification du Conseil, à l’instar de ce que l’on peut observer dans plusieurs cités pérégrines à l’époque impériale90. La dénomination Βουλὴ Ἑστιαῖα, qui ne semble pas connaître de parallèle, est visiblement une variante de Ἑστία Βουλαία, « Hestia la Conseillère », cette dernière divinité étant fréquemment vénérée dans les poleis, déjà au cours de l’époque hellénistique, comme allégorie de la permanence de l’État et patronne des décisions du Conseil91.

  • 92 Pour ce qui est de l’expression, c’est le cas inverse de la situation décrite, par exemple, dans un (...)
  • 93 Voir supra p. 45-46.
  • 94 AE 1985, 772 (IStob 34) ; cf. IStob 39. Voir également, à Rhodes, où il est question au début du ii (...)
  • 95 47, 64. Voir supra p. 47-48.

15Pour revenir à l’autorisation qui pouvait être octroyée par le Conseil en vue de l’érection d’un monument sur le domaine public, on relèvera qu’une inscription fait référence de manière plus détaillée à la procédure qui devait normalement être suivie et qui demeure implicite lorsque, sur la pierre, est seulement gravée la mention d(ecreto) d(ecurionum). Il est ainsi précisé, dans la dédicace 135, que la prêtresse de Diane Gazoria dut demander l’autorisation expresse du Conseil pour ériger, sans doute sur un espace public, une base honorifique – supportant manifestement son propre buste ainsi que celui de son petit-fils – et que cela lui fut accordé par décret (petitu a sanctis(s)imo ordine et decreto d[ec(urionum)]  )92. On notera que l’ordo fut ici paré de l’épithète honorifique sanctissimus, conformément à un usage qui se répand dans les communautés locales au cours du iie s., de la même manière que la colonia est parfois qualifiée de splendidissima et que l’on parle en grec de ὁ σεµνότατος δῆµος à propos de la res publica de Philippes93. De façon comparable, il est question, par exemple, de la κρατίστη βουλή et du ἱερώτατος δῆµος dans le municipe de Stobi94. On notera enfin que, dans la dédicace monumentale – certainement érigée au théâtre – que la colonie offrit aux membres de la dynastie flavienne, la source du financement fut exceptionnellement précisée (7). Il est indiqué que le monument fut construit grâce au produit des taxes perçues par la colonie (ex uectigalibus), alors qu’en général, il est fait mention indistinctement des fonds publics au moyen de l’adverbe publice ou de la formule ἐκ τῶν ἰδίων en grec95.

La mention du rang de décurion dans les carrières municipales et la cooptation au sein de l’ ordo

  • 96 Voir de même, pour Carthage, Jacques, Privilège, p. 237.
  • 97 AHeller, « La cité grecque d’époque impériale : vers une société d’ordres ? », Annales (HSS) 64.2 (...)
  • 98 CIAlb 279 = LIA 300 (Buthrote) ; Rizakis, Patras, no 125 ; I. Alexandreia Troas 98, 137 ( ?), 140 ; (...)
  • 99 I. Alexandreia Troas 106.

16Dans de nombreuses inscriptions relatives à des notables philippiens, il est fait état de la qualité de décurion dont était pourvu l’intéressé, seule ou aux côtés de magistratures. Cette mention est inhabituelle, car, au contraire des magistratures qui étaient revêtues successivement pour une année seulement et qui s’agençaient selon un ordre hiérarchique, le décurionat n’était pas une charge, mais un statut. Pour cette raison, celui-ci est, en général, omis dans les cursus honorum épigraphiques. La précision du rang de décurion se justifie d’autant moins quand le notable s’était acquitté de plusieurs charges publiques, du moment que l’accession aux magistratures supposait que l’intéressé avait, dans l’intervalle, été admis à la curie. La mention est, dans ce cas, redondante. L ’insistance avec laquelle les notables de la colonie faisaient montre de leur statut de décurion peut certes témoigner de la fierté de ces individus d’appartenir au corps privilégié qu’est l’ordo96. On pourrait y voir une illustration supplémentaire de ce que le Conseil, dans les communautes locales à l’époque impériale, était un organe constitué de l’élite des citoyens et que ses membres avaient conscience de former un groupe social d’exception. Ce phénomène, qui s’exprime par la revendication de valeurs aristocratiques et un discours aux accents oligarchiques, se vérifie pareillement pour les membres des boulai des cités pérégrines à la même époque97. De fait, il n’est pas rare que des notables, dans d’autres colonies d’Orient, précisent leur qualité de décurion (βουλευτής dans les inscriptions grecques)98. On note, parmi eux, un vétéran faisant partie des premiers colons établis à Alexandrie de Troade qui tint à indiquer qu’il était devenu membre de l’ordo de la nouvelle colonie99. Le caractère systématique de la mention du rang de décurion dans les cursus des notables philippiens invite cependant à retenir une autre interprétation. L ’indication du décurionat dans les carrières municipales semble, en effet, traduire à Philippes des réalités institutionnelles et sociales, ainsi que les différentes manières dont les carrières pouvaient s’organiser dans la colonie.

  • 100 Langhammer, Magistratus, p. 199-200 ; Jacques, Privilège, p. 477-482.
  • 101 Voir infra p. 144-148.
  • 102 Jacques, Privilège, p. 573-583 ; E. Melchor Gil, JFRodríguez Neila, « La integración real o fic (...)
  • 103 MBonnefond-Coudry, Le Sénat de la République romaine de la guerre d’Hannibal à Auguste (1989), p. (...)
  • 104 AHeller, « Membership of the boulē in the Inscriptions of Asia Minor: A Mark of Elevated Social S (...)
  • 105 Voir, de même, l’édile P. Marronius Narcissus (CIPh II.1, App. 3, no 3 ; AE 2014, 1193), dont le co (...)

17On constate, en particulier, que, pour plusieurs notables philippiens ayant atteint un âge avancé, seul le rang de décurion fut indiqué dans leur épitaphe, à l’exclusion de toute magistrature. C’est le cas de T. Fulcinius Proculus, décédé à quatre-vingts ans (124), de T. Flavius Alexander, décédé à cinquante-huit ans (123), et, dans une moinde mesure, de P. Marronius Quartus, mort à quarante ans (114). Il était pourtant de coutume de faire figurer dans les épitaphes, si ce n’est l’intégralité de la carrière du défunt, du moins la charge la plus élevée revêtue par l’intéressé. Il apparaît donc que ces individus demeurèrent membres de la curie tout au long de leur vie sans jamais accéder à aucune magistrature. Ces décurions forment la catégorie de l’ordo que les sources juridiques nomment les pedani. Il s’agit des décurions qui avaient été intégrés dans la curie alors que ceux-ci n’avaient pas encore revêtu de magistrature100. Certes, l’ordo decurionum était, en principe, l’assemblée réunissant les anciens magistrats, à l’instar du Sénat romain dont il était la reproduction à l’échelon local. Mais pour des raisons démographiques – et du moment que le nombre de postes disponibles chaque année pour entamer une carrière de magistrat était très limité (correspondant à deux questeurs et deux édiles et, dans le cas de Philippes, sans doute seulement aux deux édiles)101 –, on recourait à ce procédé pour compléter l’effectif du Conseil. La cooptation procédait d’une décision de l’ordo et il ne semble pas qu’il ait été nécessaire d’attendre la révision périodique formelle de l’album décurional ou lectio, qui avait lieu tous les cinq ans sous l’autorité des duumvirs quinquennaux102. Ces décurions cooptés ne jouissaient cependant ni du prestige ni des prérogatives des anciens magistrats. En particulier, il ne leur était probablement guère possible de prendre la parole lors des réunions de l’ordo, à l’instar des sénateurs pedarii dans l’Urbs, qui se contentaient de signifier leur ralliement à un membre plus éminent de l’assemblée en se regroupant physiquement autour de lui103. Les décurions pedani représentaient de fait la couche inférieure de l’élite civique, pour qui l’entrée au Conseil constituait la promotion la plus élevée qu’il leur était permis d’espérer. Pour ces décurions, la mention explicite de leur rang dans les inscriptions se rapportant à eux était le signe ostensible de leur promotion. L ’analyse des cas où, dans les cités pérégrines d’Asie Mineure, des individus faisaient figurer leur titre de βουλευτής sur des monuments gravés montre, de même, qu’il s’agissait le plus souvent de notables d’envergure modeste, n’ayant guère fait carrière par la suite104. Une telle interprétation est, dans le cas de Philippes, confirmée par l’origine sociale des individus en question. Sur les cinq personnages pour lesquels seul le rang de décurion est mentionné, deux étaient des T. Flauii issus de familles pérégrines ayant obtenu la citoyenneté des empereurs flaviens (122, 123). Un autre, C. Velleius Plato, était vraisemblablement le descendant d’un affranchi de la famille – bien connue dans la colonie – des Velleii, comme le suggèrent son cognomen grec, ainsi que la profession de son fils, vétérinaire (139). P. Marronius Quartus (114) devait, pour sa part, faire partie d’une branche mineure de la gens Marronia, bien représentée à Philippes105. Quant à T. Fulcinius Proculus, il avait manifestement épousé une femme d’ascendance affranchie, dénommée Valeria Syntychè, ce qui dénote des origines familiales modestes pour lui-même (124). Son fils, T. ( ?) Valerius Fulcinius Maior, parvint néanmoins, pour sa part, à se faire admettre pleinement au sein de la frange supérieure de l’élite civique puisque, après avoir été fait décurion honoraire, il suivit une carrière complète qui le mena jusqu’au duumvirat (133).

18Lorsque, au contraire, le décurionat est, dans les inscriptions, mentionné parmi diverses charges revêtues par le même notable, on note, pour l’essentiel, deux scénarios : les carrières où le décurionat figure en première position et les carrières où le décurionat suit une magistrature, en l’occurrence l’édilité (tabl. 1).

Tableau 1 — Déroulement des carrières des magistrats philippiens pour lesquels est mentionné le rang de décurion.

CIPh II.1 Nom du magistrat Déroulement de la carrière
 56 C. Graecinius Firminus carrière équestre – dec – q
 77 T. Flavius Gemellus Thiaucelianus aed – dec – q
120 L. Dexius Claudius Marcellus dec – q
127 P. Marius Valens orn dec hon – aed – dec – flam – IIvir – muner [---]
133 T. ( ?) Valerius Fulcinius Maior orn dec hon – aed – dec – q – IIvir – muner – irenar
134 L. Valerius Priscus orn dec hon – dec – irenar – IIvir – muner
140 C. Vibius Florus dec – IIvir – muner
141 C. Annius [---] ? [---] dec – q
142 [---] [---] dec – q
143 [---]nius Certu[---] [---] dec – q
145 [---] Firmus dec – [---] – IIvir
148 [--- Va]lerianus dec – q
157 [---] [---] dec [---] praef IIvir [---] pontif [---] muner [---] IIvir [---]
164 [---] [---] dec [---] aed [---] IIvir [---]
176 [---] [---] aed – dec [---]
177 [---] [---] orn dec hon – aed – dec [---]
181 [---] [---] dec – q
182 [---] [---] dec – q [---]
183 [---] [---] q – dec [---]
184 [---] [---] dec – pontif [---]
185 [---] [---] dec [---]
  • 106 .56 (mais il s’agit d’un chevalier ayant suivi une carrière municipale dans un second temps seuleme (...)
  • 107 Voir infra p. 162-166.
  • 108 127, 133. Dans l’inscription 77, après l’édilité, le décurionat est suivi de la questure. Les inscr (...)
  • 109 FBérard, « L ’organisation municipale de la colonie de Lyon », MDondin-Payre, M.-TRaepsaet-Ch (...)

19L ’ordre dans lequel les différentes fonctions furent indiquées dans les inscriptions n’est probablement pas anodin. La place du décurionat dans l’énumération de la carrière semble, en effet, être révélatrice des circonstances dans lesquelles le notable fut admis à la curie. Il se trouve que, dans neuf cas où il figure en première position106, le décurionat est immédiatement suivi de la mention de la questure, dont il ressort que ce n’était pas une magistrature ordinaire dans la colonie, mais plutôt un munus107. De plus, aucune de ces carrières ne paraît s’être poursuivie au-delà de cette fonction. Cela suggère que ces individus n’appartenaient pas à la frange supérieure de l’ordo. Nous y voyons la confirmation que les notables pour lesquels le décurionat est mentionné en début de carrière étaient des pedani qui furent cooptés au Conseil sans s’être acquittés de magistrature au préalable, lesquels n’étaient pas promis aux magistratures les plus élevées. À l’inverse, dans deux des cinq cas où le décurionat figure après l’édilité, le notable a atteint la magistrature suprême de duumvir108. Par ailleurs, le décurionat n’est précisé pour aucun des autres duumvirs connus dans la colonie. Il s’ensuit que la mention du décurionat est, à Philippes, caractéristique des décurions cooptés. Cet usage semble également avoir été en vigueur dans la colonie de Lyon109. La plupart des duumvirs philippiens, étant parvenus au faîte de la carrière municipale, durent, pour leur part, juger superflu de préciser leur statut de décurion, que leur qualité de magistrat rendait du reste évident. Les quelques édiles et duumvirs qui veillèrent à indiquer le moment où ils entrèrent à la curie, après l’exercice d’une magistrature, cherchèrent probablement à se distinguer des pedani en montrant que leur accession à l’ordo n’avait pas été la conséquence d’une cooptation.

  • 110 .Il est également question d’individus adlecti – quoique dans un autre contexte – à propos d’un sén (...)
  • 111 E. Melchor Gil, JFRodríguez Neila (n. 102), p. 113-137.
  • 112 Langhammer, Magistratus, p. 196-197 ; Jacques, Privilège, p. 462.
  • 113 Voir infra p. 219-225.

20La mention du rang de décurion se rencontre encore dans un autre type de carrières, tout à fait différent des cas envisagés jusqu’à présent. Il s’agit de sénateurs que l’ordo de la colonie honora en les recevant en son sein. La mention du décurionat avait, en l’occurrence, pour but d’indiquer que, en plus de son statut de sénateur et des fonctions impériales qui lui avaient été confiées, l’intéressé avait, à l’échelon local, été coopté décurion par le Conseil. C’est ainsi que le sénateur C. Iulius Maximus Mucianus, qui avait des attaches à Philippes, fut nommé décurion par l’ordo de la colonie. L ’expression idem decurio Philippis et in prouincia Thracia, qui se rencontre, avec des variantes, tant sur son épitaphe que sur le monument que son frère érigea à sa mémoire sur le forum (37, 38), servait à différencier les charges sénatoriales mentionnées auparavant dans sa carrière des honneurs qu’il reçut localement en étant admis au Conseil à Philippes même, ainsi que dans plusieurs cités pérégrines, non spécifiées, de la province de Thrace. Il faut naturellement comprendre que Mucianus avait dans celles-ci obtenu le rang de βουλευτής, dont le terme decurio est ici l’équivalent latin. On peut lui comparer, toute proportion gardée, le cas du primipile D. Furius Octavius Secundus, qui fut admis comme décurion dans deux colonies qu’il dut fréquenter au cours de sa carrière militaire, Actium-Nicopolis en Épire et peut-être Oescus en Mésie Inférieure, mais manifestement pas à Philippes, où il s’était néanmoins retiré sans doute après son congé : adlectus decurio in colonis et ornam(entis) II uiralib(us) hon(oratus) Actiae Nicopoli et Ulpia [---] (78). Le questeur propréteur de la province de Macédoine C. Iulius Quadratus, qui avait été chargé de la supervision des finances municipales de Philippes en tant que curator rei publicae, fut, semble-t-il, reçu pareillement comme décurion par l’ordo de la colonie (39). L ’intégration dans l’ordre des décurions de Mucianus ou de Quadratus dut prendre la forme d’une adlectio, comme ce fut le cas pour Secundus à Actium-Nicopolis et peut-être à Oescus, selon les indications explicites à ce propos contenues dans l’inscription philippienne détaillant sa carrière110. Contrairement à la lectio, lors de laquelle les duumvirs quinquennaux procédaient tous les cinq ans à l’admission régulière des nouveaux décurions, ou à la cooptatio, qui permettait de faire entrer au Conseil des membres supplémentaires afin de compenser dans l’intervalle les déficits dans l’effectif, l’adlectio était une procédure exceptionnelle donnant la possibilité aux décurions de recevoir parmi eux des personnages qui ne possédaient pas formellement les qualifications requises pour accéder à l’ordo, soit parce qu’ils ne jouissaient pas de la citoyenneté locale, soit en raison de leur âge, voire de leur statut social dans le cas d’affranchis. Des individus non originaires de la communauté en question pouvaient notamment être reçus de cette manière dans l’ordo à la suite de la recommandation du gouverneur ou de l’empereur111. On fera toutefois remarquer que, dans le cas de Mucianus, celui-ci était inscrit dans la tribu Voltinia et pouvait donc être considéré comme un ressortissant de la colonie. Au vu de leur rang, il n’était pas question pour les individus qui étaient bénéficiaires de cette procédure à Philippes d’entamer une carrière locale dans la colonie. L ’admission de ces sénateurs dans l’ordre décurional avait une portée essentiellement honorifique. Il n’en demeure pas moins que les communautés locales étaient promptes à offrir la qualité de décurion à des personnages influents, comme l’illustrent les albums de Canusium et de Timgad, où les membres de l’ordo sont rangés hiérarchiquement, la liste s’ouvrant avec les clarissimes et les perfectissimes, dont plusieurs étaient patrons de la colonie112. Sans que cela remplace toutefois l’institution formelle du patronat113, l’octroi du statut de décurion à des sénateurs permettait de développer et d’entretenir des liens de clientèle avec des individus dont le soutien pouvait se révéler précieux pour le cas où la communauté aurait eu à entreprendre des démarches administratives ou judiciaires auprès des autorités provinciales ou impériales.

  • 114 CIPh II.1, App. 4, nos 9, 22.
  • 115 CIPh II.1, App. 4, no 15.
  • 116 CIPh II.1, App. 4, no 14.
  • 117 CIPh II.1, App. 4, no 3.
  • 118 JRSSterrett, The Wolfe Expedition to Asia Minor (1888), p. 256-261, no 376, l. 2-3 ; cf. ibid (...)

21On mentionnera, pour terminer, que le titre de dec(urio) figure encore dans deux diplômes militaires afin d’identifier des Philippiens servant de témoins, s’il s’agit bien ici – comme nous le croyons – de l’appellation réservée aux membres de l’ordo plutôt que du grade militaire homonyme114. C’est, en l’espèce, leur qualité de membre du Conseil qui fut retenue pour les besoins de leur enregistrement administratif, de même que d’autres témoins philippiens purent être notés comme vétéran115, soldat116 ou encore chevalier117. Le titre de decurio suffisait à distinguer ces individus comme des notables de la colonie. C’est, de même, sous le titre de βουλευτὴς τῆς λανπροτάτ[ης Ἀν]τιοχέων πόλεως que fut mentionné un notable de la colonie d’Antioche de Pisidie dans une liste de donateurs d’origines variées118. Étant entendu que les diplômes militaires n’étaient pas le lieu d’énumérer l’ensemble de leur carrière municipale, cela ne préjugeait pas des magistratures que ces personnages avaient pu effectivement revêtir dans la colonie. Le cas des deux témoins philippiens est donc différent de celui des pedani pour lesquels seul le statut de décurion figurait sur les monuments épigraphiques.

Le titre de décurion honoraire

  • 119 On en relève ainsi très peu d’attestations à Corinthe, tandis que la collation des ornements d’édil (...)
  • 120 L ’abréviation usuelle est ORN DEC HON. On relève les variantes suivantes : ORNAM (60 [ ?], 186-188(...)
  • 121 MKleijwegt, « The Value of Empty Honours », Epigraphica 54 (1992), p. 131-142.
  • 122 GLGregori, « Huic ordo decurionum ornamenta… decrevit. Forme pubbliche di riconoscimento del su (...)
  • 123 JMSerrano Delgado, « Consideraciones sociales acerca de los ornamenta municipales con especial (...)
  • 124 MChristol, « S’approcher de l’ordo, entrer dans l’ordo : le cas de Nîmes », dans LLamoine, CB (...)
  • 125 C’est manifestement le sens à donner à l’expression βουλευτικὸς κολ(ωνείας) Ἡλ(ιουπόλεως) apparaiss (...)

22Au contraire de ce qui prévalait dans les autres colonies d’Orient, de très nombreux notables furent à Philippes parés du titre de décurion honoraire119. Cela s’exprime, dans les inscriptions, par la formule ornamentis decurionalibus honoratus, qui peut être diversement abrégée120. Dans deux inscriptions, fut employé expressément le substantif decurionatus au génitif, écrit en toutes lettres, pour désigner les ornements du décurionat (53, 144). Par convention, nous résoudrons toutefois les autres abréviations au moyen de l’adjectif decurionalis. La collation des ornements de décurion consistait à recevoir la dignité de membre de l’ordo ainsi que les privilèges protocolaires afférents sans toutefois jouir des prérogatives politiques qui étaient attachées à ce statut. Un décurion honoraire pouvait ainsi, par exemple, bénéficier de la proédrie au théâtre et s’asseoir dans les gradins réservés aux membres du Conseil, mais il ne pouvait, en revanche, siéger à la curie et prendre part aux délibérations de l’ordo. En somme, un décurion honoraire profitait du prestige social lié à la qualité de décurion sans en exercer la fonction. Il était cependant soumis, à ce titre, aux obligations pesant sur les membres de l’ordo, notamment pour ce qui est des munera121. Le titre de décurion honoraire, dans les communautés locales romaines, était en principe conféré aux individus que l’on souhaitait distinguer parmi la population, mais qui ne remplissaient pas les qualifications requises – du point de vue du statut ou de l’âge – pour être admis de plein droit au sein de l’ordo122. Il s’agissait, en premier lieu, d’affranchis, qui pouvaient disposer d’une fortune personnelle et même jouir d’une certaine influence et estime, mais qui, depuis la lex Visellia de 24 apr. J.-C., étaient empêchés d’accéder aux curies municipales et d’exercer des magistratures123. C’était également le cas des individus, ressortissants d’une cité étrangère qui, pour des raisons commerciales par exemple, étaient venus s’établir dans une communauté qui n’était pas leur patrie d’origine ou, du moins, étaient amenés à y séjourner pour les besoins de leurs affaires. En tant qu’incolae, ces résidents y étaient parfois honorés des ornements de décurion – comme cela arrive en Narbonnaise124 –, à défaut d’être assimilés formellement à la curie. L ’octroi des ornements décurionaux constituait, en l’occurrence, une mesure moins radicale que l’intégration complète d’un individu dans l’ordo à titre exceptionnel par le biais d’une adlectio, comme nous l’avons envisagé ci-dessus. Ainsi, la colonie d’Héliopolis semble même avoir conféré le rang décurional à un pérégrin125. Ce pouvaient, enfin, être de jeunes gens, voire des enfants issus de familles éminentes qui n’avaient pas encore atteint l’âge minimal pour entrer dans l’ordo, fixé à vingt-cinq ans.

  • 126 112, 114, 140.
  • 127 On peut en dire de même de l’indication de la tribu pour des mineurs : voir supra p. 70.

23La documentation épigraphique montre que c’était précisément le cas à Philippes. On connaît ainsi des enfants de cinq, six ou huit ans qui avaient été faits décurions honoraires126. L ’un d’entre eux était le fils d’un duumvir (140). Un jeune homme était, en outre, décédé à dix-neuf ans en étant paré des ornements du décurionat (144). Un autre décurion honoraire était mort, en revanche, à vingt-huit ans sans encore avoir été pleinement admis à l’ordo (147). L ’octroi des ornements du décurionat était un moyen pour le Conseil de rendre hommage aux fils des magistrats municipaux en attendant que ceux-ci aient l’âge légal pour siéger à la curie. Le titre de décurion honoraire offrait à ces enfants de notables une notoriété et les prédisposait à une carrière municipale. Cette pratique faisait partie des stratégies déployées par l’élite civique philippienne pour maintenir son rang et se perpétuer dans l’exercice du pouvoir au sein de la colonie127. D’autres carrières nous montrent, du reste, que les décurions honoraires pouvaient ensuite briguer une magistrature et accéder de plein droit au Conseil (tabl. 2).

Tableau 2 — Déroulement des carrières des magistrats philippiens ayant revêtu les ornements de décurion.

CIPh II.1 Nom du magistrat Déroulement de la carrière
 53 P. Cornelius Asper Atiarius Montanus cheval public – orn dec hon – orn IIvir hon – pontif – flam
 60 C. Oppius Montanus chevalier – fils de la colonie – orn dec hon – orn IIvir hon – orn quinq hon – irenar – IIvir – muner – pontif – flam – princeps – patron
113 M. Antonius Macer orn dec hon – q
115 M. Caetronius Silianus orn dec hon – q – IIvir – muner
121 M. Figilius Pudens orn dec hon – aed – IIvir – flam
127 P. Marius Valens orn dec hon – aed – dec – flam – IIvir – muner [---]
133 T. ( ?) Valerius Fulcinius Maior orn dec hon – aed – dec – q – IIvir – muner – irenar
134 L. Valerius Priscus orn dec hon – dec – irenar – IIvir – muner
137 M. Varinius Philippicus orn dec hon – q ( ?)
165 [---] orn dec hon [---] IIvir [---]
175 [---] orn dec hon – aed [---] muner – irenar [---]
177 [---] orn dec hon – aed – dec [---]
178 [---] orn dec hon – aed [---]
  • 128 113, 137 ( ?), 175, 177-178.
  • 129 127, 133-134, 177.
  • 130 115, 121, 127, 133-134, 165 ( ?). Ce dut certainement être aussi le cas du magistrat anonyme dont l (...)
  • 131 MKleijwegt (n. 121), p. 140, avait entrevu cette explication pour le cas de Philippes.

24Plusieurs individus parés du titre de décurion honoraire furent ainsi élus édiles ou questeurs par la suite128. La mention explicite du décurionat, dans certaines carrières, avait pour but de rendre évidente l’intégration désormais complète au sein de l’ordo par opposition au titre de décurion honoraire obtenu auparavant129. Plusieurs décurions honoraires parvinrent même au duumvirat130. La fréquence avec laquelle les ornements de décurion étaient mentionnés dans les carrières des notables suggère que le titre de décurion honoraire était recherché à Philippes. On peut y voir un indice des conditions socio-politiques et démographiques prévalant dans la colonie. Si le titre de décurion honoraire fut si souvent octroyé, c’est probablement parce que le nombre de prétendants à l’entrée dans la curie était élevé. À défaut de pouvoir satisfaire tous les candidats, les ornements du décurionat constituaient une sorte de pis-aller. Le décurionat honoraire permettait, d’une certaine manière, de présélectionner l’élite civique en identifiant les individus susceptibles de revêtir une magistrature131. Il est même probable que la proportion de magistrats qui avaient été décorés des ornements décurionaux au début de leur carrière parmi les individus ayant atteint ensuite le duumvirat était encore plus élevée que ce que suggère notre documentation, ces derniers pouvant être enclins à passer sous silence les premières étapes de leur cursus.

  • 132 Voir supra p. 133-137. Dans la carrière 134, l’indication du rang de décurion suit immédiatement la (...)
  • 133 Jacques, Privilège, p. 486-489. De manière comparable, à Herculanum, les jeunes gens âgés de moins (...)
  • 134 IGLMusBey 65. Les ornements de décurion sont également attestés à Berytus : IGLMusBey 94.

25Tous les décurions honoraires ne pouvaient cependant espérer faire carrière, le nombre de magistratures annuelles à disposition étant trop limité. L ’intégration de plein droit dans l’ordo n’était peut-être même pas garantie à tous. Alors que, pour les fils des grandes familles philippiennes, il ne représentait que le prologue d’une carrière prometteuse, le décurionat honoraire était sans doute, pour d’autres individus, la distinction maximale à laquelle ils pouvaient raisonnablement prétendre. Ce dut vraisemblablement être le cas de T. Flavius Macedonicus, issu d’une famille pérégrine ayant obtenu la ciuitas sous les Flaviens, dont le père réussit à se hisser dans la curie sans toutefois assumer aucune magistrature (123). L ’octroi du décurionat honoraire à L. Annius Atilianus Agricola, qui n’était âgé que de six ans à sa mort, dut également constituer une distinction remarquable pour sa famille, dans la mesure où son père n’arbore aucune magistrature et où sa mère était issue d’une famille d’ascendance pérégrine (112). Deux autres décurions honoraires étaient certainement d’extraction affranchie ou pérégrine : M. Varinius Philippicus (137) et M. Antonius Macer (113). Or, pour l’un comme pour l’autre, la carrière se limita à s’acquitter de la charge de questeur. Le cas de T. ( ?) Valerius Fulcinius Maior (133) est un exemple remarquable d’ascension sociale dans la mesure où il lui fut possible, après avoir été fait décurion honoraire, de suivre une carrière complète de magistrat jusqu’au duumvirat, alors que son père n’était demeuré pour sa part que décurion pedanus toute sa vie (124). Les ornements du décurionat n’apparaissent, en outre, pour aucun des décurions qui furent manifestement cooptés dans l’ordo sans passer par une magistrature132. On peut y voir une confirmation de ce que le décurionat honoraire était de préférence destiné aux rejetons de l’élite civique promis à une carrière étoffée. Le fait que, à notre connaissance, les ornements de décurion ne furent octroyés à aucun affranchi dans la colonie est de ce point de vue symptomatique. Les décurions honoraires philippiens peuvent être comparés aux praetextati de Canusium, où il apparaît que les fils des notables locaux désignés par ce terme – à défaut de pouvoir entrer de plein droit dans la curie en raison de leur âge – voyaient leur nom inscrit dans l’album décurional à la suite de celui des anciens magistrats, comme s’il s’agissait de les agréger par avance à l’ordo133. Un notable de Berytus précise ainsi qu’il avait été praetexta(tus) avant de pouvoir devenir décurion à part entière134. L ’usage qui était fait par le Conseil du titre de décurion honoraire est révélateur du contexte social et culturel dans lequel évoluait l’élite civique philippienne. Celle-ci resta très compacte et elle se montra, de manière générale, réticente à intégrer des individus qui n’étaient pas issus des familles descendant des colons italiens originels. Un tel comportement suppose que cette élite avait une base démographique suffisamment large pour pouvoir procéder à une présélection des candidats à la curie et ne pas devoir s’ouvrir à des éléments extérieurs.

  • 135 Rizakis, Patras, no 130 : huic post obit(um) decur(iones) col(oniae) Patr(ensis) ornam(enta) sacerd (...)
  • 136 IGLS VI 2791. Un autre prêtre de Jupiter fut honoré des ornements de décurion : IGLS VI 2780.
  • 137 ILS 9491.

26De même que l’ordo pouvait rendre hommage à des sénateurs en les admettant au sein de la curie, le titre de décurion honoraire fut parfois décerné aussi à des personnages éminents s’étant illustrés à l’extérieur de la colonie ou à des notables d’exception. Le but était alors de leur témoigner l’estime de la collectivité et sans doute d’accélérer leur carrière sur le plan local. Ainsi, le chevalier P. Cornelius Asper Atiarius Montanus avait déjà été honoré des ornements du décurionat et même du duumvirat, sans compter le pontificat et le flaminat du culte impérial, lorsqu’il mourut prématurément à l’âge de vingt-trois ans (53). Il n’est pas nécessaire de postuler que ces honneurs lui furent décernés à titre posthume, comme cela est explicité, en revanche, à Patras dans l’épitaphe d’une fillette parée des ornements de prêtresse135. De la même manière, le notable philippien qui connut la plus brillante carrière dans la colonie, le chevalier C. Oppius Montanus, fut paré des ornements de décurion, de duumvir et même de duumvir quinquennal, aux côtés d’autres titres honorifiques (60). Ces distinctions le dispensèrent certainement de s’acquitter des magistratures inférieures et il accéda sans doute directement à l’irénarchie et au duumvirat, ainsi qu’au pontificat et au flaminat, à l’instar de P. Cornelius Asper. Son parcours est comparable à celui d’un prêtre de Jupiter qui fut honoré des ornements de décurion par l’ordo d’Héliopolis, parvint ensuite aux plus hautes magistratures coloniales et finit par être anobli chevalier par l’empereur Hadrien136. De même, un chevalier originaire de la colonie de Berytus ayant connu une brillante carrière militaire fut honoré des ornements de décurion, puis devint préfet remplaçant de l’empereur Hadrien dans la fonction de duumvir137. Il semble qu’un soldat originaire de Philippes, G. Annicius – qui connut une carrière exceptionnelle dans les cohortes prétoriennes, fut promu évocat et reçut des décorations de l’empereur Trajan –, ait été, lui aussi, distingué par l’octroi des ornements de décurion, ce qui constitua peut-être pour lui le préambule à une carrière municipale (74).

3. Les magistratures

  • 138 Voir infra p. 270-274.

27Les comices et l’ordre des décurions élisaient annuellement plusieurs magistrats à qui étaient confiées la conduite des affaires publiques et la gestion administrative des biens de la communauté. Nous présenterons, ici, les compétences de chacun de ces magistrats et examinerons les spécificités que l’on peut déceler à Philippes dans la manière dont ceux-ci exerçaient leur fonction. Nous accorderons une attention particulière à la place que ces magistratures occupaient dans la carrière des élites civiques philippiennes. L ’étude globale de la façon dont celles-ci s’agençaient les unes par rapport aux autres dans les différentes filières de carrières des notables de la colonie, ainsi que de la hiérarchie existant au sein de l’élite locale d’après ce que peuvent nous apprendre les cursus honorum épigraphiques, fera, cependant, l’objet d’un autre chapitre138.

3.1. L ’édilité

  • 139 Lex Irnit. <XIX> ; cf. Langhammer, Magistratus, p. 149-156.
  • 140 TBelkahia Karoui, « Édiles et édilité en Afrique Proconsulaire et en Numidie », dans MMilanese, (...)
  • 141 EBispham, From Asculum to Actium. The Municipalization of Italy from the Social War to Augustus ( (...)
  • 142 Jacques, Privilège, p. 468-469.
  • 143 Voir infra p. 162-166.
  • 144 61, 116, 121, 125, 127, 133, 136, 175 (la fonction de duumvir peut aisément être restituée avant le (...)

28Les édiles étaient, dans les communautés locales pourvues d’institutions romaines, les magistrats en charge de la voirie, de l’entretien des bâtiments publics, du ravitaillement et de la police du marché139, à l’instar des agoranomes dans les cités grecques140. Ces magistrats formaient un collège de deux membres, agrégés parfois aux magistrats supérieurs qu’étaient les duumvirs dans un collège unique de quattuorvirs, comme c’était la norme dans les municipes141. L ’édilité était le plus souvent, dans les colonies, une magistrature de rang intermédiaire, revêtue par des individus faisant déjà partie de l’ordo. C’était, en principe, la fonction dont devaient s’acquitter au préalable les décurions briguant la magistrature suprême, à savoir le duumvirat142. À Philippes, toutefois, l’édilité représentait la première étape de la carrière municipale. C’était la charge qui permettait d’ordinaire l’entrée de plein droit dans l’ordo, en qualité d’ancien magistrat. Cette particularité s’explique par le fait que la questure, qui jouait souvent ce rôle ailleurs, ne paraît pas avoir eu de place fixe dans la carrière des magistrats de la colonie, sans doute parce que celle-ci n’y avait pas le statut de magistrature régulière143. On constate, cependant, que la plupart des édiles philippiens dont on connaît la carrière dans son intégralité parvinrent par la suite au duumvirat (tabl. 3)144.

Tableau 3 — Déroulement des carrières des magistrats philippiens ayant revêtu l’édilité.

CIPh II.1 Nom du magistrat Déroulement de la carrière
 61 P. Turpilius Valens aed – praef fabr – IIvir
 77 T. Flavius Gemellus Thiaucelianus aed – dec – q
116 M. Caetronius [---] aed – IIvir [---] IIvir quinq
121 M. Figilius Pudens orn dec hon – aed – IIvir – flam
125 P. Insumennius Fronto aed – IIvir – q
127 P. Marius Valens orn dec hon – aed – dec – flam – IIvir – muner [---]
133 T. ( ?) Valerius Fulcinius Maior orn dec hon – aed – dec – q – IIvir – muner – irenar
136 [.] Varinius Macedo aed – q – IIvir – muner
164 [---] [---] dec [---] aed [---] IIvir [---]
175 [---] orn dec hon – aed [---] muner – irenar [---]
176 [---] [---] aed – dec [---]
177 [---] [---] orn dec hon – aed – dec [---]
178 [---] orn dec hon – aed [---]
179 [---] [---] aed [---]
180 [---] [---] aed [---]
  • 145 CIPh II.1, App. 3, no 3 (AE 2014, 1193).

29Cela s’explique par le fait que le même nombre de postes de duumvirs que d’édiles était disponible chaque année et que l’itération du duumvirat ne paraît, de surcroît, pas avoir été une pratique répandue à Philippes. Il en ressort que l’édilité, en tant que première magistrature, était réservée aux notables les plus en vue, promis aux fonctions les plus élevées dans la colonie. Seuls trois individus virent leur carrière s’arrêter à l’édilité. C’est probablement la mort qui empêcha certains d’entre eux d’atteindre le duumvirat, comme L. Decimius Bassus, qui était issu d’une famille de notables, son père ayant été questeur, puis duumvir (119). P. Marronius Narcissus, décédé à quarante ans, fut certainement aussi emporté avant de pouvoir accéder au duumvirat, même si on ne peut exclure, dans son cas, que sa carrière ait été retardée du fait de ses origines sociales, s’il est exact de lui supposer une ascendance affranchie145. Quant à T. Flavius Gemellus Thiaucelianus, qui entra dans la curie après avoir revêtu l’édilité, il s’acquitta par la suite seulement de la questure, si les charges qu’il a assumées sont bien énumérées dans un ordre ascendant (77). Il n’est pas impossible cependant que sa carrière se soit poursuivie encore davantage, car Thiaucelianus n’apparaît, dans l’inscription en question, qu’en tant que dédicant de l’épitaphe érigée à son frère. Son extraction pérégrine put toutefois être un frein à son élévation jusqu’au sommet de la carrière municipale.

  • 146 CIL III 10738 (= MŠašel Kos, The Roman Inscriptions in the National Museum of Slovenia [1997], p. (...)
  • 147 ILS 5610, 6498.
  • 148 ULaffi, « Quattuorviri iure dicundo in colonie romane », dans PGMichelotto (éd.), Λόγιος ἀνήρ (...)
  • 149 RPC I 2253-2254. Comparer RPC I 2255-2259 où les magistrats portent désormais le titre seul d’aed(i (...)
  • 150 AE 1978, 286 : IIII uir(o) quinq(uennali) delato honore ab dec(urionibus) et popul(o) in col(onia) (...)
  • 151 Voir les notes critiques à l’inscription 127.
  • 152 Pilhofer II 164, l. 2 (= JSKloppenborg, RSAscough [n. 70], no 68a). Le personnage qui offri (...)

30Le titre d’édile apparaît constamment dans les inscriptions philippiennes sous l’abréviation aed(ilis). La formulation aed(ilis) i(ure) d(icundo), suggérant un accroissement des prérogatives d’ordinaire attribuées aux édiles sur le modèle du titre revêtu par les duumvirs, se rencontre dans une seule inscription, connue par tradition manuscrite (127). Ce titre est également attesté dans d’autres colonies en Italie, notamment à Émona146 et à Bénévent147. Par ailleurs, la dénomination quattuoruiri iure dicundo, propre aux municipes, fut employée exceptionnellement dans quelques colonies fondées à l’époque césaro-augustéenne (et ne succédant pas à des municipes) pour désigner également les édiles aux côtés des duumvirs148. Cela fut précisément le cas, en Orient, de Parion149, ainsi que, peut-être, d’Alexandrie de Troade150 durant une brève période faisant suite à la fondation de ces colonies. Nous estimons toutefois que la copie par Cyriaque d’Ancône de l’épitaphe philippienne était, en l’occurrence, inexacte – à l’instar d’autres inscriptions que celui-ci releva dans la nécropole orientale de la colonie – et que le complément i(ure) d(icundo) se rapporte plutôt au duumvirat dont l’intéressé s’était également acquitté151. On notera, en outre, que le titre d’édile apparaissant, à Philippes, dans une liste des contributeurs du collège de Silvain – à propos d’un individu qui fit entreprendre des travaux dans le sanctuaire ob honor(em) aedilit(atis) – était une fonction interne à cette association et non la magistrature publique homonyme152.

  • 153 Pour une autre statue d’Aequitas consacrée par un édile, voir AE 2004, 1817 ; cf. M. Christol, « À (...)
  • 154 Cf. ILS 5591, 5602-5616 ; AE 1999, 1120.
  • 155 NTran, « Les cités et le monde du travail urbain en Afrique romaine », dans Berrendonner, Cébeill (...)
  • 156 CBerrendonner, « La surveillance des poids et mesures par les autorités romaines : l’apport de la (...)
  • 157 Voir supra n. 149.

31Une inscription impliquant le collège des deux édiles permet d’appréhender de manière ponctuelle en quoi consistait une partie des prérogatives dévolues à ces magistrats dans la colonie. Il s’agit de la dédicace par les deux édiles alors en fonction d’une statue de l’Aequitas Augusti, accompagnée de la reproduction d’étalons servant à mesurer des volumes ou des longueurs (mensurae) (117)153. Ces objets, qui ne nous sont pas parvenus, étaient en bronze. Ils furent fabriqués à leurs frais par les édiles en faisant refondre le métal récupéré de mesures falsifiées qui avaient été saisies sur le marché (in id opus coiectum est ex mensuri[s] / iniquis aeris p(ondo) XXXXIIII  )154. Nous avons ici une illustration tangible des tâches de surveillance des activités commerciales qui revenaient aux édiles et des compétences juridictionnelles dont ceux-ci étaient pourvus155. Une circonstance similaire poussa certainement un autre édile – qui intervint sans son collègue pour sa part – à consacrer une statue de Mercure Auguste, comme on l’apprend d’une base trouvée à proximité de la précédente inscription (132 : [ex mensu]ris ini[quis aeris p(ondo) ---]  ). L ’invocation par les édiles des divinités protectrices des transactions commerciales assimilées aux vertus impériales était destinée à montrer que ces magistrats se portaient garants, sur le plan local, de l’ordre social et moral qu’inspirait et suscitait l’empereur et qui se manifestait notamment par le contrôle de la conformité des poids et mesures par les autorités centrales, du moins dans l’Urbs et en Italie156. La mention des édiles comme magistrats monétaires sur les premières émissions de Parion demeure, en revanche, sans parallèle parmi les colonies d’Orient157.

  • 158 CIPh II.1, p. 34-35.
  • 159 Pour d’autres tables de mesures provenant de Philippes, voir 32 ; Collart, Philippes, p. 362-363 av (...)
  • 160 AE 1915, 113 ; 2000, 1295 : construction d’un bâtiment officiel de réception servant d’auberge ex m (...)
  • 161 JDemaille, « Les P. Anthestii : une famille d’affranchis dans l’élite municipale de la colonie ro (...)
  • 162 Lex Irnit. <XIX>.
  • 163 16, 18-19, 21.

32Les deux bases élevées par les édiles philippiens furent découvertes en remploi dans des constructions attenantes à la Basilique B, correspondant à l’emplacement de l’ancien macellum. Comme la construction de cet édifice ne paraît pas avoir été antérieure au iie s., il faut admettre que les dédicaces des édiles, qui doivent être datées quant à elles du ier s. pour des raisons paléographiques, avaient été disposées à l’origine dans le premier bâtiment servant de marché, qui se trouvait peut-être à l’emplacement de la portion méridionale du forum d’époque antonine. Ces dédicaces auraient été déplacées par la suite dans le nouvel édifice158. La spécialisation des tâches des édiles en matière de police du commerce ne privait pas les magistrats supérieurs de la colonie de toute initiative dans ce domaine. Ainsi, c’est un duumvir qui se chargea de la dédicace, à ses frais, d’une table de mesures pour des céréales ou des liquides au sanctuaire du Héros Aulonitès, à Kipia, en prévision des foires qui devaient périodiquement y avoir lieu (158)159. Les constructions publiques étaient d’ailleurs le plus souvent supervisées par les duumvirs, comme on le voit notamment dans la colonie de Dion160. L ’entretien du temple de Liber Pater semble toutefois avoir été du ressort des édiles dans cette dernière colonie161, conformément aux prescriptions de la lex Irnitana confiant à ces magistrats la gestion des temples et lieux sacrés162. Il fallait également compter, dans le domaine des travaux publics, avec le rôle prééminent joué par les évergètes privés. C’est ainsi que les quatre principaux bâtiments du forum de Philippes avaient été érigés et financés, du moins en partie, par des particuliers, sous le contrôle du curator rei publicae C. Modius Laetus Rufinianus163.

3.2. Le duumvirat et le duumvirat quinquennal

  • 164 Langhammer, Magistratus, p. 62-147.
  • 165 On trouve également les abréviations IIuir iur(e) dic(undo) : 125, 145-146, 171 ( ?)-172 ; IIuir iu (...)
  • 166 60, 119, 140, 158-159, 168.
  • 167 Voir supra p. 52-54.

33Les duumvirs étaient, dans les colonies, les magistrats dotés des compétences les plus étendues. Ils représentaient l’autorité municipale la plus élevée dans le domaine des finances et de la juridiction. Ce sont eux qui étaient chargés de convoquer le Conseil et de superviser l’élection des magistrats et ils exerçaient un contrôle sur l’activité des autres détenteurs de fonctions publiques. En tant que magistrats supérieurs, les duumvirs assuraient la permanence institutionnelle et administrative de la communauté et jouissaient, à ce titre, de l’éponymie164. À Philippes, le titre de duumvir apparaît le plus souvent dans les inscriptions sous la forme IIuir i(ure) d(icundo) (avec une barre horizontale surmontant le chiffre II)165. Il arrive que le développement i(ure) d(icundo) soit omis166. Comme nous l’avons relevé précédemment, la mention Philippis, précisant le lieu où le notable avait accompli sa carrière et exprimant sans doute une forme de patriotisme local, était régulièrement accolée au titre de duumvir, dans la mesure où il s’agissait de la magistrature principale dans la colonie167.

  • 168 Jacques, Privilège, p. 469-473.
  • 169 De même, l’itération concerne seulement trois des vingt-neuf uiralicii mentionnés dans l’album de C (...)
  • 170 Levick, Colonies, p. 81 avec n. 2.
  • 171 AE 1994, 1741 : ἄρξαντα τήν τε πρώτην δυανδρ[ί]αν. Il est, de même, peut-être question d’un ἐκ στρα (...)
  • 172 Levick, Colonies, p. 80-81 ; Dmitriev, Government, p. 228-238.
  • 173 Collart, Philippes, p. 262.
  • 174 Le calcul est le suivant : 2 duumvirs annuels durant près de 300 ans (de la fondation de la colonie (...)
  • 175 M. Amandry, Le monnayage des duovirs corinthiens, BCH Suppl. 15 (1988).
  • 176 Rizakis, Constitution, p. 40, n. 12.

34Du moment que seuls deux postes étaient disponibles chaque année, tous les décurions ne pouvaient espérer devenir duumvirs, même si l’on tient compte de la mortalité des membres de l’ordo. Seuls les plus grands notables parvenaient à se hisser jusqu’au duumvirat168. Autant que l’on puisse en juger d’après les carrières qui ont été conservées dans les inscriptions, l’itération du duumvirat ne paraît pas avoir été fréquente dans la colonie, aucun exemple n’étant attesté169. Cela tend à montrer qu’il ne manquait pas, au sein de l’ordo, de candidats suffisamment aisés et influents pour pouvoir briguer la magistrature suprême dans la colonie et que ceux-ci formaient un groupe relativement étoffé. À Antioche de Pisidie, à l’inverse, les notables les plus en vue tâchaient de se démarquer des autres membres de l’ordo en se réservant à plusieurs reprises le duumvirat, voire le duumvirat quinquennal170. Une distinction hiérarchique, reposant peut-être sur l’ancienneté, existait, de surcroît, à l’intérieur même du collège des duumvirs dans la colonie de Comama171, l’un des duumvirs étant qualifié de « premier » selon un usage répandu dans les collèges de magistrats des cités grecques172. On fera remarquer toutefois que, même si l’on relève actuellement une trentaine de duumvirs dans l’épigraphie philippienne (là où P. Collart en relevait une dizaine seulement)173, cela ne représente qu’un pourcentage infime de tous les duumvirs qui furent en fonction au cours des trois siècles qui séparent la fondation de la colonie par Antoine du milieu du iiie s. – autrement dit de l’époque où la documentation épigraphique commence à se tarir –, soit guère plus de 5 % des individus qui s’acquittèrent probablement du duumvirat durant cette période174. Ce ratio ne s’en retrouve pas substantiellement affecté même si l’on tient compte du fait que, tous les cinq ans, les duumvirs qui étaient alors nommés et qui étaient dits quinquennaux pour l’occasion pouvaient être des magistrats ayant déjà revêtu le duumvirat simple (voir infra), l’itération du duumvirat simple n’ayant, pour sa part, manifestement pas été fréquente à Philippes. Les duumvirs philippiens, il se trouve, n’avaient pas pour habitude – comme c’était le cas à Corinthe175, mais aussi à Cnossos, Dymè, Buthrote, Dion ou encore Pella176 – de faire figurer leur nom sur les émissions monétaires de la colonie, ce qui nous prive d’une précieuse source d’information sur les notables ayant accédé à la magistrature suprême durant les premières décennies d’existence de la colonie. Si elles ne suffisent pas à reconstituer les fastes des duumvirs philippiens, les inscriptions nous permettrent, en revanche, de percevoir dans quelles conditions ces individus avaient atteint cette magistrature

  • 177 116, 121, 125, 127, 164, 175 (la fonction de duumvir peut aisément être restituée entre la charge d (...)
  • 178 115, 119, 146.
  • 179 133, 136.
  • 180 Voir supra n. 132.
  • 181 L ’album de Canusium montre que l’on accédait rarement au duumvirat avant quarante ans : Jacques, P (...)
  • 182 Voir supra p. 133-137.

35On constate, ainsi, que le duumvirat était pour la plupart d’entre eux le couronnement d’une carrière municipale dont les différentes étapes sont scrupuleusement rappelées dans les inscriptions qui les mentionnent. C’est en principe l’édilité177 ou la questure178 – voire les deux179 – qui en constituait le premier échelon. Dans un cas, le notable s’acquitta de la fonction d’irénarque avant de devenir duumvir, ce qui dut, en l’occurrence, lui servir de charge intermédiaire (134)180. L ’essor de la carrière de M. Caetronius Silianus fut, à ce titre, relativement précoce, car il mourut à l’âge de trente-sept ans en ayant déjà été duumvir et après s’être acquitté de la questure (115), en comparaison de T. ( ?) Valerius Fulcinius Maior, décédé à soixante-trois ans, qui avait revêtu, en plus de la questure, l’édilité comme première charge (133)181. Parmi les carrières qui sont relatées intégralement, un seul notable paraît s’être acquitté de la fonction de duumvir sans avoir revêtu d’autre magistrature au préalable (140). L ’individu fait état de son rang de décurion en première position, comme s’il s’agissait d’un décurion coopté dans l’ordo avant d’exercer toute magistrature182. On ne peut toutefois exclure que sa carrière ait ici été abrégée, car une promotion directe au duumvirat serait tout à fait exceptionnelle pour un notable d’envergure locale.

Tableau 4 — Déroulement des carrières des magistrats philippiens ayant revêtu le duumvirat.

CIPh II.1 Nom du magistrat Déroulement de la carrière
 50 M’. Cassius Valens praef fabr – IIvir – q
   59B P. Mucius centurion – IIvir
 60 C. Oppius Montanus chevalier – fils de la colonie – orn dec hon – orn IIvir hon – orn quinq hon – irenar – IIvir – muner – pontif – flam – princeps – patron
 61 P. Turpilius Valens aed – praef fabr – IIvir
 62 C. Valerius Ulpianus bénéficiaire dans les cohortes urbaines – q – IIvir – praef fabr – flam
 67 [---] carrière militaire équestre – cur – IIvir [---]
 69 [---] [---] flam – praef fabr [---] IIvir [---]
 93 M’. Ga[---] vétéran – IIvir [---]
115 M. Caetronius Silianus orn dec hon – q – IIvir – muner
116 M. Caetronius [---] aed – IIvir [---] IIvir quinq
119 L. Decimius q – IIvir
121 M. Figilius Pudens orn dec hon – aed – IIvir – flam
125 P. Insumennius Fronto aed – IIvir – q
127 P. Marius Valens orn dec hon – aed – dec – flam – IIvir – muner [---]
133 T. ( ?) Valerius Fulcinius Maior orn dec hon – aed – dec – q – IIvir – muner – irenar
134 L. Valerius Priscus orn dec hon – dec – irenar – IIvir – muner
136 [.] Varinius Macedo aed – q – IIvir – muner
140 C. Vibius Florus dec – IIvir – muner
145 [---] Firmus dec – [---] – IIvir
146 [---] Flaccus q bis [---] IIvir
152 [---] [---] pontif – flam [---] IIvir – IIvir quinq bis
157 [---] [---] dec [---] praef IIvir [---] pontif [---] muner [---] IIvir [---]
159 [---] [---] IIvir – cur [---]
160 M. [---] [---] IIvir [---]
161 [---] [---] IIvir [---] muner [---]
162 [---] [---] IIvir – muner
163 [---] [---] IIvir – muner [---]
164 [---] [---] dec [---] aed [---] IIvir [---]
165 [---] orn dec hon [---] IIvir [---]
166 [---] [---] IIvir [---]
167 [---] [---] IIvir [---]
169 [---] [---] IIvir [---]
170 [---] [---] IIvir [---]
171 [---] [---] IIvir ( ?) [---] IIvir quinq ( ?) [---]
172 [---] [---] IIvir [---]
  • 183 On ne peut exclure que l’inscription énumère les charges revêtues par l’intéressé dans un ordre déc (...)
  • 184 Voir, de même, à Dyrrachium la carrière d’un chevalier qui fut duumvir quinquennal, pontife et patr (...)
  • 185 I. Alexandreia Troas 136.
  • 186 61-62 (C. Valerius Ulpianus avait servi dans les cohortes urbaines avant d’entamer une carrière mun (...)

36La chose est, en revanche, possible pour d’autres individus ayant connu une carrière en dehors de la colonie. C’est le cas, en particulier, d’un vétéran anonyme (93) et de M’. Cassius Valens, qui fut préfet des ouvriers en charge auprès d’un des consuls à Rome (50)183. Il est concevable que ces notables, dont l’origine philippienne est assurée pour le second, aient été honorés à leur retour dans leur patrie par la concession du duumvirat et qu’ils aient été ainsi dispensés des magistratures inférieures du fait de leurs mérites. La carrière fragmentaire d’un chevalier anonyme, qui s’était acquitté des militiae, montre que celui-ci avait également revêtu le duumvirat dans la colonie (67). C’est probablement son appartenance à l’ordre équestre qui permit aussi à C. Oppius Montanus de recevoir les ornements de décurion, de duumvir et de quinquennal, de s’acquitter de l’irénarchie, puis d’accéder au duumvirat sans devoir revêtir de magistratures inférieures pour entrer au Conseil (60)184. Le centurion P. Mucius, qui servit dans la VIe légion Ferrata et qui n’était pourtant pas originaire de la colonie, dut pareillement à ses états de service de pouvoir accéder d’emblée au duumvirat, si sa carrière n’a pas été abrégée dans son épitaphe, alors que son frère, C. Mucius Scaeva, qui avait été primipile dans la même légion avant de devenir préfet de cohorte, ne suivit manifestement pas de carrière municipale quant à lui (59). Un primipile de la VIe légion Ferrata fut pareillement nommé duumvir quinquennal dans la colonie d’Alexandrie de Troade185. Plusieurs autres préfets des ouvriers, dont un était de façon certaine d’origine philippienne, durent, au contraire, passer par l’édilité ou la questure avant de parvenir au duumvirat. Mais leur promotion à la préfecture des ouvriers intervint, en l’occurrence, seulement au cours de leur carrière municipale186.

  • 187 Pour une éventuelle dédicace, honorifique ou funéraire, supervisée par les duumvirs, voir 159.
  • 188 Voir supra p. 144-148. Voir infra p. 155 pour la dédicace par les duumvirs quinquennaux d’un édific (...)
  • 189 Voir infra p. 238-242.
  • 190 Ac XVI 16-39.
  • 191 Ac XIII 50. Les archontes (ce mot étant translittéré ainsi en latin) dont il est question dans une (...)
  • 192 Lemerle, Philippes, p. 32-33 ; Pilhofer, Philippi I, p. 195-197. Le fait que les deux termes appara (...)
  • 193 HJMason, Greek Terms for Roman Institutions. A Lexicon and Analysis (1974), s.v. « δύανδρες, δυ (...)
  • 194 Corinth VIII/1, no 80, l. 1-2 : στρατηγὸν τῆς πόλεως Κορινθίων πενταετηρικόν (il s’agit ici du duum (...)
  • 195 Comparer l’inscription CIL III 6844 (ILS 7202) qui fut érigée en l’honneur d’un duumvir d’Antioche (...)
  • 196 Brélaz, Sécurité, p. 56-64, 271-275.
  • 197 C. Brélaz, « Aelius Aristide (Or. 50.72-93) et le choix des irénarques par le gouverneur : à propos (...)

37Une seule inscription se réfère à un duumvir en fonction187. Il s’agit de la dédicace d’une table de mesures qu’un duumvir offrit – à ses frais cependant – au sanctuaire du Héros Aulonitès, à Kipia, sans doute pour servir lors des foires qui devaient y être organisées (158). Il n’est pas impossible que le nom d’un autre duumvir apparaissait sur une banquette qui était installée dans le même sanctuaire (168). Cela suggère que la gestion du sanctuaire était du ressort des autorités municipales et que les duumvirs étaient en charge de l’administration générale du territoire colonial, y compris dans les domaines qui, dans le centre urbain de la colonie, seraient revenus à d’autres magistrats, comme les édiles pour ce qui a trait à la police du marché et à la tutelle des édifices sacrés188. Ce n’est pourtant pas l’épigraphie qui illustre de la manière la plus étoffée les prérogatives des duumvirs philippiens, mais le chapitre des Actes des Apôtres relatif à la visite de Paul dans la colonie189. Il s’agit de l’épisode fameux où Paul est traîné au forum devant les magistrats de la colonie (εἰς τὴν ἀγορὰν ἐπὶ τοὺς ἄρχοντας) par les maîtres d’une servante qui reprochaient à l’apôtre de l’avoir privée de ses dons de prophétesse en l’exorcisant190. Alors que le terme ἄρχοντες désigne de manière générique les autorités de la colonie – à l’instar de l’expression οἱ πρῶτοι τῆς πόλεως utilisée pour décrire les notables d’Antioche de Pisidie dans le même récit191 –, il est ensuite question de στρατηγοί pour renvoyer spécifiquement aux duumvirs dans la narration192. Du moment que les stratèges étaient, dans nombre de cités grecques, les magistrats les plus élevés, le terme στρατηγός – à côté de la traduction littérale δύανδρες au pluriel et de ses dérivés utilisés pour renvoyer au duumvirat193 – était fréquemment utilisé en grec pour rendre le titre latin duumuir, comme on le constate notamment dans les inscriptions grecques de la colonie de Corinthe194. Les duumvirs philippiens sont, dans le récit des Actes, mis en scène dans leurs compétences juridictionnelles195 : c’est devant eux que les maîtres de la devineresse, s’estimant lésés, amènent Paul et Silas en se plaignant de leur prédication ; ce sont eux qui, sous la pression de la foule, ordonnent que l’apôtre et son compagnon soient fouettés et jetés en prison. Ce sont ces mêmes duumvirs qui décidèrent, en fin de compte, de faire relâcher les prisonniers au matin en mandant leurs licteurs à la prison. Paul protesta alors contre l’arbitraire des magistrats, qui, la veille, les avaient fait battre et enfermer sans qu’il y eût de procès (ἀκατακρίτους) et alors même qu’ils étaient citoyens romains. Paul exigea, par conséquent, que les magistrats se présentent devant eux pour leur signifier officiellement leur décision de les libérer. Conscients d’avoir outrepassé leurs compétences, les duumvirs s’exécutèrent et vinrent personnellement prier Paul et Silas de quitter désormais la ville. Quoi qu’il en soit de sa véracité, cette anecdote suggère qu’indépendamment des limites théoriques imposées à leur pouvoir – ce qui ressort notamment des lois municipales –, la justice pouvait être administrée de manière expéditive par les magistrats supérieurs des communautés locales de l’Empire. De nombreuses sources, en particulier les récits martyrologiques, confirment que le maintien de l’ordre au jour le jour pouvait entraîner des abus de la part des autorités municipales, de même que des soldats romains, lors des arrestations et des opérations de police196. C’est pourquoi un pan entier de la législation provinciale et impériale fut consacré à prévenir et combattre ces manquements197.

Le duumvirat quinquennal

  • 198 Langhammer, Magistratus, p. 148-149, 196-202.
  • 199 Jacques, Privilège, p. 473-477.
  • 200 THaeck, « The quinquennales in Italy: Social Status of a Roman Municipal Magistrate », Latomus 64 (...)
  • 201 Voir, de même, I. Alexandreia Troas 74 (où le duumvirat simple est itéré).

38Tous les cinq ans, la paire de duumvirs en exercice voyait ses compétences accrues. À l’instar des censeurs à Rome, les duumvirs étaient alors tenus de procéder à la mise à jour formelle de l’album décurional, en tenant compte des décès d’anciens décurions qui étaient survenus les années précédentes et des cooptations qui avaient été décidées par le Conseil dans l’intervalle. Les duumvirs portaient, à cette occasion, le titre de quinquennales198. Le prestige lié à la charge de quinquennal était rehaussé par la rareté de celle-ci. De fait, tous les édiles ne pouvaient prétendre au duumvirat quinquennal199. L ’accession à la quinquennalité entraînait, par conséquent, une concurrence à l’intérieur même de la frange supérieure de l’élite civique et une distinction entre les notables capables d’assumer le duumvirat simple et ceux à qui était confié le duumvirat quinquennal200. Le choix du moment pour une candidature au duumvirat, voire déjà à l’édilité auparavant, revêtait, dans ces conditions, une importance capitale pour pouvoir espérer assumer le duumvirat quinquennal et connaître ainsi la carrière la plus brillante dans la colonie. On remarque, par ailleurs, que certains magistrats s’acquittèrent, de surcroît, du duumvirat quinquennal après avoir déjà revêtu le duumvirat simple. Cette dernière configuration est attestée dans la carrière d’au moins deux notables à Philippes (116, 152 : tabl. 5)201.

Tableau 5 — Déroulement des carrières des magistrats philippiens ayant revêtu le duumvirat quinquennal.

CIPh II.1 Nom du magistrat Déroulement de la carrière
116 M. Caetronius [---] aed – IIvir [---] IIvir quinq
152 [---] [---] pontif – flam [---] IIvir – IIvir quinq bis
155 [---] [---] IIvir quinq – muner [---] flam ( ?) [---]
156 [---] [---] IIvir quinq – muner [---]
171 [---] [---] IIvir ( ?) [---] IIvir quinq ( ?) [---]
  • 202 Voir également le commentaire à l’inscription 151 où il est envisageable de restituer les titres de (...)
  • 203 I. Central Pisidia 4 ; WMCalder, JRS 2 (1912), p. 102, no 34.
  • 204 155-156, 171. Voir, de même, l’inscription 157 où il se peut qu’il faille restituer le duumvirat qu (...)
  • 205 148, 181-182.
  • 206 116, 149, 152, 171.
  • 207 155-156.
  • 208 Voir infra p. 270-274.

39L ’un de ces duumvirs eut même l’insigne privilège de bénéficier d’une itération de la quinquennalité, ce qui faisait certainement de lui l’un des notables les plus en vue de la colonie à son époque (152)202. Des notables revêtirent même jusqu’à trois, voire quatre fois la fonction de duumvir quinquennal dans les colonies de Cremna et d’Antioche de Pisidie203. Quant aux autres occurrences de la magistrature à Philippes, les inscriptions sont trop fragmentaires pour que l’on puisse être certain que les intéressés s’étaient acquittés du duumvirat simple avant d’être pourvus de la quinquennalité204. En tout état de cause, les cas de cumul du duumvirat simple et de la quinquennalité témoignent de carrières exceptionnelles, a fortiori à Philippes, où l’itération du duumvirat simple n’était pas courante. Par ailleurs, il n’y a pas lieu de reconnaître la quinquennalité dans trois carrières fragmentaires comportant la même séquence DEC Q, comme l’avaient initialement compris les premiers éditeurs205. Outre le fait que la promotion directe au duumvirat quinquennal depuis le rang de décurion – sans que soit mentionnée aucune fonction intermédiaire – est suspecte, la magistrature s’abrège ordinairement sous la forme IIuir quinq(uennalis)206 ou IIuir q(uin)q(uennalis)207 dans les inscriptions philippiennes. La lettre Q doit donc se comprendre comme l’abréviation de la questure, ce qui est plus conforme aux carrières que suivent les décurions cooptés dans la colonie208.

  • 209 CIAlb 188 = LIA 201. Voir, de même, CIAlb 234 = LIA 259, à Buthrote. Dans le municipe de Lissus, le (...)
  • 210 Rizakis, Patras, no 37 : il s’agit, en l’occurrence, d’un duumvir quinquennal qui, à titre exceptio (...)
  • 211 I. Central Pisidia 34-35, 37 (dédicace de la βουλή en l’honneur du δῆµος), 39-41.
  • 212 Voir, de même, dans la colonie de Parlais SEG II 745 avec LRobert, Études épigraphiques et philol (...)
  • 213 IGR III 412, 414 ; RECAM III 134, 144 ; cf. RECAM III 135, 141.
  • 214 Le même personnage, Ursius Arruntius Gaianus, apparaît parmi la paire de duumvirs quinquennaux dans (...)
  • 215 Sur l’intervalle entre deux années quinquennales dans les communautés locales romaines, voir PCas (...)
  • 216 À l’inverse, le concours, certainement pentétérique, qui se tenait à Antioche de Pisidie est qualif (...)

40Une inscription mentionne le collège des quinquennaux dans l’exercice de ses fonctions : il s’agit de la dédicace, sous l’autorité des IIuiri quinq(uennales) Philipp(iensium) – lesquels occupaient peut-être aussi la prêtrise d’augure – d’un édifice thermal qui pouvait être situé à Néapolis plutôt que dans le centre urbain de la colonie, l’inscription ayant été découverte en remploi à Kavala (149). La supervision de travaux publics par les duumvirs quinquennaux est semblablement attestée dans d’autres colonies d’Orient. C’est notamment le cas à Byllis209, à Patras210 et à Cremna, où la colonie fit ériger, sous le contrôle de la même paire de quinquennaux, toute une série de statues en l’honneur de divinités211. La même mention δυανδρίας πενταετηρικῆς τῶν ἀξιολογωτάτων Φλ. Ἀουιδίου Φαβιανοῦ Καπιτωνιανοῦ Λουκίου καὶ Ῥοτειλιανοῦ Λογγιλιανοῦ Καλλίπου – moyennant des variantes dans les abréviations des noms – clôt ainsi chacune des dédicaces de Cremna, les quinquennaux apparaissant ici tout autant en qualité d’éponymes212. Dans la colonie d’Olbasa, les duumvirs quinquennaux veillaient également à l’organisation du concours pentétérique local des Capitolia213. Il faut en déduire soit que les duumvirs quinquennaux étaient nommés à Olbasa tous les quatre ans au lieu de tous les cinq ans, conformément à la périodicité du concours, soit que le qualificatif « pentétérique » prêté aux Capitolia se comprenait au sens de quinquennalis en latin et que ce dernier avait lieu en réalité tous les cinq ans214. La première interprétation paraît peu probable. Il n’est pas vraisemblable que l’influence de l’usage grec consistant à ménager des intervalles de quatre ans entre deux éditions d’un événement qualifié de pentétérique (littéralement « qui a lieu tous les cinq ans ») soit allée jusqu’à provoquer la diminution de la durée ordinaire de l’intervalle entre deux années quinquennales dans une communauté romaine et, par conséquent, à modifier le cycle institutionnel de la vie civique dans la colonie215. Il est préférable d’admettre que c’est, au contraire, l’intervalle entre deux éditions des Capitolia qui, à Olbasa, avait été porté à cinq ans afin de faire coïncider celles-ci avec les années quinquennales et permettre ainsi aux duumvirs quinquennaux de présider les concours216.

Les ornements de duumvir

41À l’instar de la dignité de décurion, le Conseil pouvait concéder à un individu méritant les ornements de duumvir, voire de duumvir quinquennal, sans lui en attribuer la fonction. Cet honneur était réservé, à Philippes, aux notables d’envergure que l’on souhaitait intégrer au sommet de la hiérarchie de l’ordo tout en les dispensant de revêtir les charges inférieures de la carrière municipale (tabl. 6).

Tableau 6 — Déroulement des carrières des magistrats philippiens ayant revêtu les ornements de duumvir ou de duumvir quinquennal.

CIPh II.1 Nom du magistrat Déroulement de la carrière
53 P. Cornelius Asper Atiarius Montanus cheval public – orn dec hon – orn IIvir hon – pontif – flam
60 C. Oppius Montanus chevalier – fils de la colonie – orn dec hon – orn IIvir hon – orn quinq hon – irenar – IIvir – muner – pontif – flam – princeps – patron
  • 217 Noter que IIuiralicius est un adjectif, tandis que decurionatus est un substantif. Voir, de même, d (...)
  • 218 Il est également envisageable de restituer les ornements de duumvir dans les inscriptions fragmenta (...)
  • 219 Voir supra p. 139-143.

42Ainsi, le jeune chevalier P. Cornelius Asper Atiarius Montanus, qui n’avait pas atteint l’âge minimal pour siéger à la curie, fut honoré des ornements du duumvirat en même temps que de ceux du décurionat : honoratus item ornamentis decurionatus et IIuiralici(i)s (53). Cela fit partie, en plus des prêtrises de pontife et de flamine, des honneurs qui lui furent octroyés avant sa mort prématurée217. Le chevalier C. Oppius Montanus fut, lui aussi, décoré des ornements de décurion, de duumvir simple et de duumvir quinquennal, ce qui lui permit ensuite d’accéder d’emblée à l’irénarchie et au duumvirat de plein droit (60). Hormis ces cas218, qui concernent des notables ayant accédé à l’ordre équestre, le duumvirat honoraire n’a pas servi, à Philippes, à accélérer la carrière des magistrats municipaux, à l’inverse des ornements de décurion, qui étaient couramment décernés dans le but d’avantager les individus promis aux charges les plus élevées219.

  • 220 Voir, de même, pour l’Occident, Jacques, Privilège, p. 390-391.
  • 221 I. Alexandreia Troas 39, 74, 135.
  • 222 IGLS VI 2798.
  • 223 Rizakis, Patras, nos 136, 141, 157.
  • 224 Corinth VIII/2, nos 105 (individu non originaire de la colonie), 106 (ornements de décurion et d’éd (...)
  • 225 Cf. Langhammer, Magistratus, p. 200-201.

43La collation du duumvirat honoraire aux notables ayant suivi une carrière dépassant la seule sphère municipale était, du reste, une pratique répandue dans les autres colonies d’Orient220. À Alexandrie de Troade, les plus grands notables, dont le sénateur S. Quinctilius Valerius Maximus originaire de la colonie, furent parés des ornements de duumvir couplés à ceux de prêtre, parfois avant d’être nommés duumvirs à part entière221. Le primipile D. Furius Octavius Secundus, qui nous est connu par une inscription érigée dans le sanctuaire de Kipia sur le territoire de Philippes, fut reçu comme décurion et honoré des ornements de duumvir dans deux colonies, dont celle d’Actium-Nicopolis, en Épire (78). Un autre primipile fut, de même, promu duumvir honoraire par la colonie d’Héliopolis222. À Patras, les ornements de duumvir, d’agonothète ou d’édile purent être conférés tout à la fois à un vétéran, au fils d’un chevalier et duumvir, ainsi qu’au fils d’un augustal223. Un usage différent était fait du duumvirat honoraire à Corinthe, où on en relève de nombreuses attestations. On constate, dans cette colonie, une surenchère dans les honneurs attribués par le Conseil. Les ornements de duumvir étaient d’ordinaire joints simultanément à ceux d’édile, de quinquennal et d’agonothète. Ces distinctions furent, en outre, conférées à plusieurs reprises à des individus qui n’étaient pas membres de la curie et qui ne semblent pas avoir fait carrière, ni dans la colonie, ni en dehors224. Ce sont peut-être des évergésies qui valurent à ces personnages d’être honorés de manière aussi fastueuse par l’ordo. Certains d’entre eux bénéficièrent de ces honneurs à titre posthume225.

3.3. La préfecture produumvirale

  • 226 MHorster, « Substitutes for Emperors and Members of the Imperial Families as Local Magistrates », (...)
  • 227 Lex Irnit. <XXIV>.
  • 228 GMennella, « Sui prefetti degli imperatori e dei cesari nelle città dell’Italia e delle province  (...)

44De la même manière qu’il arrivait aux cités grecques d’attribuer la magistrature éponyme locale à l’empereur, comme cela est attesté à plusieurs reprises à Athènes et à Delphes notamment pour l’archontat226, le duumvirat pouvait être concédé – avec son accord – à l’empereur, à un membre de la famille impériale ou à un dignitaire de rang sénatorial à titre honorifique dans les municipes et les colonies. Étant dans l’impossibilité d’exercer effectivement la charge qu’on lui avait confiée sur le plan local, l’empereur ou le personnage honoré nommait alors, parmi les notables du municipe ou de la colonie, un remplaçant pour s’acquitter de la magistrature en question227. Ce dernier portait le titre de praefectus, développé parfois en praefectus pro IIuiro ou praefectus iure dicundo suivi du nom au génitif de l’empereur qu’il remplaçait dans la charge de duumvir. On notera que, dans ce cas, aucun collègue ne lui était, en principe, adjoint et que le préfet remplaçant exerçait seul les fonctions de duumvir228.

  • 229 Corinth VIII/2, nos 80, 81 ; Corinth VIII/3, p. 24-26 ; nos 150, 153-154, 164, 181, 184, 187, 195, (...)
  • 230 ILS 2696, 7201 ; AE 1927, 172 ; 2001, 1919-1920 ; 2002, 1452-1453 ; cf. MChristol, TDrew-Bear, (...)
  • 231 CIL III 170 ; ILS 9491 ; AE 1958, 162 (IGLMusBey 91).
  • 232 IGLS VI 2786-2787.
  • 233 CIAlb 33 = LIA 42 ; CIAlb 274 = LIA 252. Voir également CIL III 593 (Dion) ; I. Alexandreia Troas 1 (...)

45Les préfets remplaçants étaient nombreux dans les colonies de Corinthe229 et d’Antioche de Pisidie, où le duumvirat fut à plusieurs reprises offert à des personnages d’exception, tels que les empereurs Auguste et Tibère, L. Cornelius Sulla Felix (le gendre de Germanicus), Drusus (le frère de Tibère et père de Claude), Cn. Domitius Ahenobarbus (le père de Néron) et les anciens gouverneurs de Galatie P. Sulpicius Quirinus et M. Servilius (Nonianus ?)230. On connaît également dans la colonie de Berytus les préfets remplaçants de plusieurs empereurs, dont Vespasien et Hadrien231, ainsi qu’un préfet de l’empereur Néron à Héliopolis232. Le duumvirat quinquennal fut, de même, attribué à Germanicus à Buthrote et, dans la colonie de Dyrrachium, à T. Statilius Taurus, qui fut proconsul d’Afrique et général d’Octave en Dalmatie et lors de la bataille d’Actium233.

  • 234 On ne peut formellement exclure que le praef(ectus) dont il est question dans l’inscription 157 n’a (...)
  • 235 Voir infra p. 297-313.
  • 236 Voir, à l’inverse, pour Pompéi, GAmodio, « Pompei e i rapporti col centro. Il caso dei praefecti (...)

46On ne relève, en revanche, qu’une attestation certaine de la fonction de préfet remplaçant d’un duumvir à Philippes234. Il s’agit manifestement d’un notable ayant connu une brillante carrière municipale, qui ne nous est parvenue que de manière fragmentaire (138). L ’individu, appartenant sans doute à la famille – bien connue dans la colonie – des Varinii, fut vraisemblablement flamine du divin Auguste avant de revêtir le duumvirat quinquennal au nom d’un empereur indéterminé, peut-être sous les Flaviens (praef(ectus) II uir(i) quin[q(uennalis ---]  ). Le fait que la préfecture produumvirale n’était pas répandue à Philippes est probablement révélateur de la nature des relations que la colonie entretenait avec la famille impériale et les milieux dirigeants de l’Empire. En comparaison de ce qui prévalait à Corinthe, où siégait le proconsul d’Achaïe et où firent carrière de nombreux notables d’envergure régionale originaires des cités du Péloponnèse – dont certains devinrent même sénateurs –, ainsi qu’à Antioche de Pisidie, où plusieurs familles de colons accédèrent aux ordres équestre et sénatorial, les élites philippiennes étaient, dans l’ensemble, demeurées d’un rang beaucoup plus modeste235. Il se peut donc que les Philippiens n’aient pas bénéficié des relais nécessaires au sein de l’aristocratie sénatoriale pour réussir à approcher l’empereur ou un membre de la cour et à les convaincre de revêtir le duumvirat honoraire dans leur colonie236.

  • 237 Lex Irnit. <XXV> ; cf. MSBassignano, « I “praefecti iure dicundo” nell’Italia settentrionale », (...)
  • 238 CIAlb 33 = LIA 42. On relève, de même, une titulature différenciée pour les préfets de Buthrote : C (...)

47Indépendamment des cas où le duumvirat était conféré à l’empereur ou à un membre de la cour impériale, des préfets pouvaient être nommés en remplacement des duumvirs lorsque ceux-ci étaient temporairement empêchés d’exercer leurs fonctions, notamment lorsqu’ils devaient s’absenter du municipe ou de la colonie (à l’occasion d’un voyage officiel par exemple) ou lors d’une vacance de la magistrature suprême237. Plusieurs des préfets corinthiens durent peut-être leur nomination à des circonstances de ce genre, du moment que le nom d’aucun empereur n’était précisé dans leurs titulatures. Il semble, d’ailleurs, que les deux types de préfectures (préfet remplaçant d’un duumvir et préfet nommé à la place d’un haut personnage) soient distingués dans la carrière d’un même magistrat de la colonie de Dyrrachium, un certain L. Titinius Sulpicianus, dont on dit qu’il fut praef(ectus) pro duumuir(o), puis – après avoir été dans l’intervalle duumvir quinquennal et tribun militaire – praef(ectus) quinq(uennalis) T(iti) Statili Tauri238. En l’absence du nom du duumvir que l’intéressé avait remplacé lors de sa première préfecture, on comprend qu’il devait s’agir d’un magistrat de Dyrrachium plutôt que d’un personnage célèbre auquel fut confié le duumvirat, comme ce fut le cas, en revanche, du consulaire T. Statilius Taurus pour la seconde préfecture revêtue par Sulpicianus.

  • 239 JGascou, « La praefectura iure dicundo dans les cités de l’Afrique romaine », dans LAfrique dan (...)
  • 240 JGascou, « Magistratures et sacerdoces municipaux dans les cités de Gaule Narbonnaise », dans M(...)
  • 241 RFrei-Stolba, « Recherches sur les institutions de Nyon, Augst et Avenches », dans MDondin-Payr (...)
  • 242 Voir infra p. 173-176.
  • 243 Voir supra p. 106-116.
  • 244 AE 2012, 1377-1378 (cf. CIPh II.1, App. 3, nos 10-11).

48Il apparaît, en outre, que, dans certaines colonies, des préfets étaient nommés par les duumvirs pour les représenter dans des portions excentrées de la pertica. Cela était en particulier le cas, en Afrique, des praefecti iure dicundo et des praefecti pro triumuiris qui exerçaient la juridiction au nom des magistrats supérieurs de la colonie de Cirta dans les colonies et localités qui dépendaient d’elle, ainsi que des praefecti iure dicundo de Carthage, visiblement chargés de la juridiction sur l’étendue du vaste territoire rural de la colonie et dans les districts ou pagi qui le composaient239. Les praefecti pro IIuiro/IIuiris attestés à Narbonne et Béziers240, de même que dans la colonie Iulia Equestris de Nyon241, pourraient avoir eu des compétences analogues sur le territoire de ces colonies, en recevant une délégation de pouvoir de la part des duumvirs. Pour ce qui est de Philippes, nous avons déjà eu l’occasion de signaler plus haut l’intervention des duumvirs eux-mêmes dans la pertica, notamment au sanctuaire du Héros Aulonitès, à Kipia (158, 168), et, peut-être, à Néapolis (149). Une fonction spécifiquement dévolue à la surveillance policière du territoire fut, par ailleurs, introduite dans les institutions de la colonie dans le courant du iie s. : l’irénarchie242. On notera en outre que les communautés rurales (uici) établies à travers l’ensemble du territoire philippien jouissaient d’une autonomie administrative243, ce qui devait passablement alléger la tâche des magistrats de la colonie dans la gestion quotidienne du territoire. Enfin, s’il est bien exact de considérer que la région située immédiatement à l’Est de Serrès formait une praefectura dépendant de la colonie, il n’est pas impossible qu’il faille reconnaître dans les septemvirs apparaissant dans deux inscriptions provenant de Néos Skopos des magistrats chargés de l’administration de cette portion du territoire colonial, qui était détachée du noyau central de la pertica244. Toutes ces mesures prises expressément en faveur de l’administration du territoire colonial pourraient expliquer pourquoi nous n’avons pas trace de l’existence de préfets délégués des duumvirs à Philippes.

4. Munera et curatelles

  • 245 Langhammer, Magistratus, p. 237-262 ; Jacques, Privilège, p. 351-357, 501-503.
  • 246 CDrecoll, Die Liturgien im Römischen Kaiserreich des 3. und 4. Jh. n. Chr. Untersuchung über Zuga (...)
  • 247 MKleijwegt, « “Voluntarily, but Under Pressure”. Voluntarity and Constraint in Greek Municipal Po (...)

49Aux magistratures ordinaires pourvues annuellement s’ajoutaient, dans les municipes et colonies, diverses charges d’intérêt public dont les notables pouvaient s’acquitter de manière ponctuelle. De la même manière que les liturgies dans les cités grecques, ces charges venaient compléter l’éventail de base des fonctions publiques en exigeant d’un notable qu’il s’occupe d’un service pour le bien de la collectivité. À la différence des titulaires de magistratures (honores), qui étaient normalement élus, les détenteurs de ces charges – appelées munera – étaient désignés par le Conseil et ils étaient tenus de supporter personnellement les frais nécessaires à l’accomplissement de leur tâche245. Si certains de ces munera pouvaient devenir, parmi les institutions d’une communauté, aussi réguliers et indispensables qu’une magistrature, d’autres charges étaient, au contraire, revêtues de manière plus épisodique, selon les besoins de la collectivité ou la disponibilité des notables à assumer une fonction qui était le plus souvent financièrement contraignante246. Les autorités provinciales et impériales, qui étaient habilitées à prononcer et à confirmer des exemptions pour de telles charges, étaient souvent sollicitées pour trancher des contentieux concernant la nomination de liturges à l’intérieur des communautés locales, y compris dans les cités pérégrines247.

4.1. La questure

  • 248 F. Jacques, « La questure municipale dans l’Afrique du Nord romaine », BCTH n. s. 17 (1981), Fasc.  (...)
  • 249 Jacques, Privilège, p. 466-468.
  • 250 FBérard (n. 109), p. 112-114.
  • 251 Lex Irnit. <XX>.
  • 252 Langhammer, Magistratus, p. 157-161.
  • 253 CIAlb 154 = LIA 166.
  • 254 CIL III 7333 ; ILGR 223.
  • 255 Rizakis, Patras, nos 53, 142.
  • 256 IGLS VI 2942.
  • 257 CIIP II 1360.
  • 258 Levick, Colonies, p. 74, 82, 85.
  • 259 Le titre de quaestor ou ταµίας dans Corinth VIII/1, no 106, Corinth VIII/3, nos 119, 125, et Martin(...)
  • 260 HSchwarz, Soll oder Haben ? Die Finanzwirtschaft kleinasiatischer Städte in der römischen Kaiserz (...)

50Contrairement à l’édilité, qui se rencontre de manière tout à fait régulière dans les institutions des municipes et des colonies, la charge de questeur connaissait un statut variable. En particulier, la place de la questure dans la carrière locale différait considérablement suivant la communauté dont il est question. La questure pouvait être revêtue tantôt en début de carrière, tantôt comme une fonction intermédiaire après l’édilité, et même parfois après le duumvirat248. Dans certaines communautés, au contraire, la questure était intégrée dans les institutions de façon aussi constante que n’importe quelle autre magistrature. Celle-ci constituait alors souvent la première étape de la carrière municipale et elle était revêtue avant l’édilité249, comme cela s’observe notamment dans la colonie de Lyon250. Cette charge ne se rencontre, par ailleurs, pas dans tous les municipes et colonies. Là où les questeurs étaient absents, leurs compétences, qui consistaient à gérer les finances publiques251, étaient assurées par les magistrats supérieurs, les duumvirs ayant, de par leurs fonctions, la haute main sur la fortune et le patrimoine de la collectivité252. Du fait des lacunes de la documentation épigraphique, nous ne pouvons être certains que la questure figurait parmi les institutions de chacune des colonies romaines d’Orient. La questure est, par exemple, attestée dans les colonies de Dyrrachium253, Cassandrée254, Patras255, Berytus256 et Césarée Maritime257. Elle faisait partie des magistratures inférieures de la carrière municipale à Antioche de Pisidie258. À l’inverse, il ne paraît pas que la questure ait été une charge ordinairement revêtue à Alexandrie de Troade, pour laquelle on ne dispose pas de mention, ni à Corinthe, où une fonction complémentaire – la fonction d’argyrotamias259 –, empruntée aux institutions des cités grecques, était cependant consacrée à la gestion des biens de la communauté260.

  • 261 Voir supra p. 144-148.
  • 262 Le titre de questeur est ordinairement abrégé par la lettre Q, parfois surmontée d’une barre horizo (...)

51La questure était, en revanche, une charge répandue à Philippes. On constate toutefois qu’elle n’y jouissait pas, au sein des institutions coloniales, d’une place aussi fixe que l’édilité, qui servait ordinairement de première magistrature aux notables ambitionnant une carrière municipale qui devait culminer avec le duumvirat261. La charge de questeur pouvait, en effet, être revêtue, dans la colonie à différents moments de la carrière municipale (tabl. 7)262.

  • 263 62 (il s’agit d’un vétéran ayant entrepris une carrière municipale à son congé et étant parvenu à l (...)
  • 264 77 (l’individu était questeur au moment où il dressa l’épitaphe de son frère ; sa carrière a néanmo (...)

52Certains notables, qui parvinrent au duumvirat, s’acquittèrent de la questure avant d’atteindre la magistrature suprême. La questure leur servit, en l’occurrence, de fonction intermédiaire, à l’instar de l’édilité263. À trois reprises, la questure fut revêtue en plus de l’édilité264. Dans ces cas, c’est l’édilité qui avait été la première magistrature et qui avait permis aux notables d’entrer à la curie, la questure n’ayant été assumée que dans un second temps. Du moment que, dans la colonie, l’édilité paraît avoir été suffisante pour briguer le duumvirat, il est probable que ces notables, en s’acquittant en plus de la questure, avaient cherché à accélérer leur carrière et à faciliter leur accession au duumvirat.

Tableau 7 — Déroulement des carrières des magistrats philippiens ayant revêtu la questure.

CIPh II.1 Nom du magistrat Déroulement de la carrière
 50 M’. Cassius Valens praef fabr – IIvir – q
 56 C. Graecinius Firminus carrière équestre – dec – q
 62 C. Valerius Ulpianus bénéficiaire dans les cohortes urbaines – q – IIvir – praef fabr – flam
 77 T. Flavius Gemellus Thiaucelianus aed – dec – q
 89 [---] carrière militaire [---] q
113 M. Antonius Macer orn dec hon – q
115 M. Caetronius Silianus orn dec hon – q – IIvir – muner
119 L. Decimius q – IIvir
120 L. Dexius Claudius Marcellus dec – q
125 P. Insumennius Fronto aed – IIvir – q
133 T. Valerius Fulcinius Maior orn dec hon – aed – dec – q – IIvir – muner – irenar
136 [.] Varinius Macedo aed – q – IIvir – muner
137 M. Varinius Philippicus orn dec hon – q ( ?)
141 C. Annius [---] ? [---] dec – q
142 [---] [---] dec – q
143 [---]nius Certu[---] [---] dec – q
146 [---] Flaccus q bis [---] IIvir
148 [--- Va]lerianus dec – q
181 [---] [---] dec – q
182 [---] [---] dec – q [---]
183 [---] [---] q – dec [---]
  • 265 Voir supra p. 133-137.
  • 266 56 (mais il s’agit d’un chevalier ayant suivi une carrière municipale dans un second temps seulemen (...)
  • 267 113, 137 (la lecture du titre de questeur est incertaine).
  • 268 On peut concevoir que les questeurs aient parfois été amenés à avancer le montant des taxes qu’ils (...)

53Indépendamment de ces cas, on note que la questure était spécialement revêtue à Philippes par les décurions qui avaient été cooptés dans l’ordo sans avoir revêtu au préalable de magistrature265. Huit des vingt et un questeurs connus dans la colonie présentent ainsi une carrière qui est exprimée, dans les inscriptions, par la même séquence dec(urio) q(uaestor)266. Deux autres individus pour qui sont uniquement mentionnés les ornements décurionaux, puis la questure, peuvent leur être ajoutés267. Aucun de ces décurions cooptés ne vit manifestement sa carrière se poursuivre au-delà de la questure. Sans leur être exclusivement réservée, il apparaît donc que la questure était de préférence confiée aux notables de moindre envergure qui étaient entièrement redevables au Conseil de leur promotion. Si l’on songe que la questure pouvait entraîner des dépenses non négligeables pour son titulaire268, on comprend que cette charge ait été attribuée en priorité à des individus pour qui l’intégration parmi les décurions représentait une chance rare de se hisser parmi l’élite de la colonie. En plus de la somme dont ils avaient dû s’acquitter au moment d’être cooptés au sein de l’ordo, la questure était en quelque sorte un moyen de leur faire payer leur accession au rang de décurion. N’étant pas issus des familles les plus en vue dans la colonie, cette charge onéreuse était, du reste, pour eux la seule fonction à laquelle ils pouvaient raisonnablement aspirer, à défaut d’être en mesure de briguer l’édilité et de suivre une carrière menant jusqu’au duumvirat.

  • 269 Char. (sing. de mun. ciu.), Dig. L 4, 18, 2 : Et quaestura in aliqua ciuitate inter honores non hab (...)
  • 270 JGascou (n. 240), p. 135.
  • 271 Un officier équestre fut jusqu’à trois fois questeur à Antioche de Pisidie : WMRamsay, « Early (...)

54La place variable de la questure dans les carrières des notables philippiens – servant tantôt de charge intermédiaire pour les magistrats se destinant au duumvirat, tantôt de charge de compensation pour les décurions cooptés – est certainement due à la nature de la fonction et au statut qui était le sien dans la colonie. Il est, en effet, probable que la questure y était davantage considérée comme un munus que comme une magistrature ordinaire (honos) sur le modèle de l’édilité et du duumvirat. Cela est conforme à la définition que donne de la fonction le juriste Arcadius Charisius, qui rappelle que la questure pouvait, dans certaines communautés, avoir le statut de liturgie269. Le fait qu’Arcadius Charisius rédigea son traité sur les munera au début du ive s. n’exclut pas que cette distinction ait déjà été valable – ou du moins qu’elle ait été en germe – à une époque antérieure. Cette ambivalence de la questure, entre magistrature et liturgie, pourrait expliquer pourquoi cette charge avait une position si différente d’une communauté à l’autre et pourquoi son statut variait même parfois dans la carrière locale à l’intérieur d’une même communauté, comme cela se vérifie à Philippes, mais aussi dans plusieurs colonies de Narbonnaise270. Ainsi que nous l’avons vu, le rôle que jouait cette fonction pour les décurions cooptés suggère que la questure avait, à Philippes, des implications financières et qu’elle était conçue comme une charge de contrainte. D’autres éléments encore semblent confirmer que la questure était envisagée dans la colonie comme une liturgie. À deux reprises, des duumvirs s’acquittèrent de la questure après avoir assumé la magistrature suprême, alors qu’ils n’y étaient pas tenus. C’est notamment le cas de P. Insumennius Fronto, qui fut édile, duumvir, puis questeur (125). Il est probable que le duumvir ait choisi, en l’occurrence, de se charger de la questure comme s’il s’agissait d’une évergésie, en sus des magistratures dont il s’était déjà acquitté. L ’autre cas est celui de M’. Cassius Valens qui fut préfet des ouvriers auprès d’un consul à Rome, duumvir et questeur (50) ; toutefois, il n’est pas certain que la carrière municipale de Valens ait été exprimée dans un ordre ascendant dans son épitaphe. On connaît, enfin, un cas d’itération de la questure pour un magistrat dont la carrière n’est connue que de manière fragmentaire (146) : le redoublement de cette fonction, revêtue en début de carrière, facilita certainement l’accession de l’intéressé au duumvirat271.

  • 272 On dénombre 21 mentions de la questure pour 19 occurrences de l’édilité, 36 du duumvirat et 6 du du (...)

55Indépendamment de son statut de munus, le nombre relativement élevé d’attestations de la questure dans les inscriptions philippiennes suggère que cette fonction était régulièrement pourvue dans la colonie et probablement même annuellement, à la manière des magistratures qu’étaient l’édilité et le duumvirat272. La seule différence entre ces magistratures et la questure résidait sans doute dans les modalités de sélection et de nomination des titulaires, ainsi que dans la place que cette dernière avait parmi les institutions de la colonie. Alors que l’édilité et le duumvirat étaient attribués par élection en tenant compte de l’état d’avancement de la carrière des candidats – conformément à un ordre hiérarchique distinguant les différentes charges assumées par ces derniers –, la questure pouvait être revêtue par les notables à des moments variables de leur carrière, que ce soit par choix volontaire ou à la suite d’une désignation par le Conseil. La questure pouvait ainsi être assumée, au gré des circonstances, par des magistrats en début de carrière, par d’anciens duumvirs à titre d’évergésie ou, au contraire, par des décurions fraîchement cooptés, que ceux-ci aient été soucieux de s’acquitter d’une tâche d’intérêt public afin d’acquérir une position plus respectable au sein du Conseil ou qu’ils aient été pressés de se charger de cette fonction par le reste de l’ordo.

4.2. Le titre de munerarius

  • 273 Langhammer, Magistratus, p. 105-108 ; Jacques, Privilège, p. 689-694, 727-732. Voir AE 2009, 1232, (...)
  • 274 Dmitriev, Government, p. 152-157.

56Il était de coutume, dans les municipes et les colonies, que les magistrats nouvellement élus consacrent, sur leurs fonds personnels, une dépense pour le bien de la collectivité au moment de leur entrée en fonction. Cette dépense prenait d’ordinaire la forme d’un bienfait offert à la population et il n’est pas rare que les inscriptions commémorent les évergésies faites à cette occasion, ob honorem selon l’expression utilisée en pareille circonstance. Les nouveaux magistrats s’engageaient à effectuer cette dépense par le biais d’une promesse – ou pollicitatio – qui était juridiquement contraignante273. Contrairement à ce qui prévalait dans les cités grecques à l’époque impériale, où cela n’a jamais fait l’objet d’une obligation légale – même s’il était néanmoins d’usage pour les notables de faire un acte d’évergétisme lors de l’obtention d’une magistrature274 –, le contenu et le montant de la summa honoraria pouvaient être réglementés dans les municipes et les colonies. Aussi les rubriques LXX et LXXI de la lex Ursonensis prévoient-elles que les duumvirs et les édiles de la colonia Genetiua organisent au profit des divinités de la triade capitoline des jeux de gladiateurs ou des jeux scéniques durant l’année où ils seraient en fonction, en dépensant à leurs frais une somme minimale de 2 000 sesterces chacun, ce montant s’ajoutant à un budget de 1 000 à 2 000 sesterces alloué spécialement à cette fin par la colonie.

  • 275 GVille, La gladiature en Occident des origines à la mort de Domitien (1981), p. 175-225 ; MFora(...)
  • 276 CIAlb 279 = LIA 300.
  • 277 Rizakis, Patras, no 53.
  • 278 IGLS VI 2791.
  • 279 Rizakis, Patras, nos 51, 53.
  • 280 CIAlb 35 = LIA 40 ; cf. É. Deniaux, « Sociabilité et évergétisme en Albanie romaine : munerarii et (...)
  • 281 ILS 7210 : [---] dedit. In hoc munere 𝈂 D sunt, quos e lege coloniae pro ludis dare debuit. Sur le (...)
  • 282 A. D. Rizakis, Achaïe III. Les cités achéennes : épigraphie et histoire (2008), nos 19-20.

57Les jeux de gladiateurs ou munera figuraient de manière récurrente parmi les bienfaits consacrés par les magistrats des communautés locales dans la moitié occidentale de l’Empire, que ce soit à l’occasion de leur accession à la charge qu’ils convoitaient ou qu’il s’agisse, plus généralement, d’une des dépenses assumées au profit de la collectivité au cours de l’année où ils étaient en fonction. Il arrivait que le magistrat arbore alors le titre de munerarius275. Parmi les colonies d’Orient, c’était notamment le cas à Buthrote276, Patras277 et Héliopolis278. Plusieurs inscriptions détaillent, en outre, dans quelles circonstances fut offert le munus et en quoi il avait consisté. Deux inscriptions patréennes rappellent, ainsi, que ce fut à la faveur de l’obtention du duumvirat que des notables organisèrent des munera279. De même, une inscription de Dyrrachium en l’honneur d’un magistrat qui – en dehors de ses charges équestres – parvint au duumvirat quinquennal dans la colonie énumère les évergésies de l’intéressé : celles-ci consistèrent, d’une part, à acheter au profit de la communauté le terrain nécessaire à l’édification d’une bibliothèque, d’autre part, à offrir des jeux de gladiateurs à l’occasion de la dédicace du bâtiment280. Une inscription de Cnossos indique, par ailleurs, qu’un notable dépensa pour un munus les 500 deniers que la loi coloniale exigeait normalement de consacrer à des ludi281. La précision de cette dérogation montre que, comme dans la colonie d’Urso, les magistrats municipaux étaient à Cnossos légalement contraints de débourser, lors de leur prise de fonction, une somme minimale pour des spectacles, en l’occurrence des jeux scéniques. Des ludi étaient également donnés par les magistrats de la colonie de Dymè282.

  • 283 Byrne, Labarre, Antioche, sub no 169, p. 78-93.
  • 284 AE 1926, 78 : [L. Calpurnio / L. C]alpurnii Pau[l/li] f. Ser(gia) Longo pon[t(ifici) / q]ui primus (...)
  • 285 Anderson, Festivals, p. 296-297, no 26 : [---] Maximiano / [a]edil(i) IIuir(o) qui IIu[i/r]atu suo (...)
  • 286 La même expression apparaît, dans un contexte similaire, dans le fragment publié par Byrne, Labarre(...)
  • 287 CIL III 6835-6837 (ILS 5081) ; cf. GLabarre, MÖzsait (n. 33).
  • 288 Byrne, Labarre, Antioche, sub no 169, p. 79-82.
  • 289 Voir, par exemple, AE 2000, 1441 (3e lettre). Ainsi, une inscription de Sinope (voir supra p. 79) r (...)
  • 290 SMitchell, Anatolia. Land, Men, and Gods in Asia Minor I (1993), p. 100-117.
  • 291 Les inscriptions commémoratives rappelant la tenue de combats de gladiateurs s’étant déjà déroulés, (...)
  • 292 I. Parion 11 ; cf. GFrija, Les prêtres des empereurs. Le culte impérial civique dans la province (...)
  • 293 Byrne, Labarre, Antioche, no 11 ; IGR III 299 ; cf. Levick, Colonies, p. 88.
  • 294 GFrija (n. 292), p. 82-90 ; voir infra p. 188-199.
  • 295 GFrija (n. 292), p. 159-165 ; A. Zuiderhoek, The Politics of Munificence in the Roman Empire. Cit (...)
  • 296 AE 2008, 1416.

58C’est à Antioche de Pisidie que le dossier concernant les jeux de gladiateurs offerts par des magistrats municipaux est le plus étoffé283. Il en est question dans plusieurs inscriptions. À l’extrême fin du ier s. ou au tout début du iie s., L. Calpurnius Longus, qui fut pontife dans la colonie, fut ainsi célébré pour avoir été le premier à promettre au peuple des jeux de gladiateurs, visiblement grâce aux revenus qu’il put tirer d’une récolte exceptionnelle. Il fit construire, à cette fin, un amphithéâtre temporaire en bois en l’espace de deux mois et il offrit durant huit jours des chasses, des aspersions de parfum et des jeux durant lesquels s’affrontèrent trente-six paires de gladiateurs284. Le souvenir d’un autre notable fut commémoré pour avoir offert, à l’occasion de son duumvirat, des chasses et des jeux de gladiateurs durant deux jours285. L ’expression ex liberalitate sua employée dans l’inscription pourrait laisser entendre que l’édition de munera n’était pas une obligation légale pour les duumvirs d’Antioche ; mais il se peut que la « générosité » de l’intéressé ait, en définitive, porté spécifiquement sur la durée que le notable décida d’assigner à ces jeux (biduum), lequel prolongea peut-être de sa propre initiative la durée prévue par la loi coloniale286. Le titre de munéraire fut, dans tous les cas, porté par un autre grand notable en relation avec son duumvirat : Cn. Dottius Plancianus, qui était patron de la colonie et qui fut agonothète des concours pentétériques d’Antioche ainsi que des Hadrianeia d’Éphèse, fut acclamé comme munerarius à deux reprises, lors des deux fois où il revêtit le duumvirat quinquennal287. On mentionnera, pour terminer, les deux monuments qui furent érigés par des notables à Antioche afin de commémorer la troupe de gladiateurs (φαµιλία µονοµάχων) qu’ils avaient engagée pour des munera288. L ’un d’entre eux au moins portait sans doute le titre de grand-prêtre, de même que son épouse, dont le nom est précisé : Π. Οὐ[λπίου --- ἀρχιερέως] καὶ Κλαυδίας [--- γυ]ναῖκος αὐτοῦ ἀρχιερείας. Après une lacune, apparaît, dans les deux inscriptions, le titre de duumvir au pluriel (δυανδρῶν), précédé de noms qui sont pour la plus grande partie perdus. Dans le commentaire qu’il consacre à ces inscriptions, G. Labarre estime que ces munera avaient été organisés par la paire de duumvirs en exercice, dont l’un avait été grand-prêtre du culte impérial municipal. De telles commémorations de munera, s’ouvrant régulièrement par le terme ὑπόµνηµα, étaient, dans les provinces orientales, le plus souvent le fait des grands-prêtres du culte impérial provincial, qui étaient réglementairement tenus d’offrir des jeux de gladiateurs dans l’exercice de leurs fonctions et qui étaient en général accompagnés pour l’occasion de leur épouse, également parée du titre de grande-prêtresse289. C’est pourtant à Ancyre, et non à Antioche, que se réunissait le koinon de Galatie et qu’étaient célébrées les fêtes du culte impérial provincial, comprenant précisément des jeux de gladiateurs290. À moins d’admettre que les monuments d’Antioche commémoraient des munera organisés à Ancyre par des grands-prêtres originaires de la colonie, ce qui est peu probable291, il faut effectivement considérer que ce couple d’archiereis était constitué de notables municipaux. C’est certainement aussi dans ce sens qu’il convient d’interpréter une inscription de nature analogue provenant de la colonie de Parion et commémorant les chasses qu’avaient organisées un archiereus et une archiereia, dont on ne dit pas explicitement, en l’occurrence, qu’ils étaient conjoints292. Le titre d’ἀρχιερεύς – qui était porté par les prêtres de Mèn et de Dionysos – n’était, jusqu’à présent, pas attesté à Antioche pour les prêtrises du culte impérial293. Son introduction dans les colonies romaines se fit vraisemblablement sous l’influence des pratiques en vigueur dans les cités pérégrines d’Asie Mineure294, où les prêtres du culte impérial civique, à l’instar d’autres notables locaux, n’hésitaient pas à offrir des jeux de gladiateurs, sans doute sur le modèle des grands-prêtres provinciaux295. Il n’est pas certain, en revanche, que le titre de duumvir figurant au pluriel à la fin des deux inscriptions d’Antioche se rapporte au grand-prêtre ayant donné des munera, ainsi qu’à son éventuel collègue. Il est peut-être préférable de comprendre que ce titre renvoyait plutôt, dans ce contexte, aux notables ayant revêtu la magistrature suprême dans la colonie l’année où le grand-prêtre en question veilla à organiser des munera. Ce serait donc en qualité de magistrats éponymes à Antioche que les duumvirs apparaîtraient dans ces inscriptions, comme cela est attesté dans d’autres documents296, et non en tant que munéraires.

59L ’organisation de jeux de gladiateurs par des magistrats en exercice est abondamment attestée à Philippes aussi. On relève à ce propos une particularité locale : les duumvirs furent, dans la colonie, presque tous qualifiés de munerarii (tabl. 8).

Tableau 8 — Déroulement des carrières des magistrats philippiens ayant revêtu le titre de munerarius.

CIPh II.1 Nom du magistrat Déroulement de la carrière
 60 C. Oppius Montanus chevalier – fils de la colonie – orn dec hon – orn IIvir hon – orn quinq hon – irenar – IIvir – muner – pontif – flam – princeps – patron
115 M. Caetronius Silianus orn dec hon – q – IIvir – muner
127 P. Marius Valens orn dec hon – aed – dec – flam – IIvir – muner [---]
133 T. ( ?) Valerius Fulcinius Maior orn dec hon – aed – dec – q – IIvir – muner – irenar
134 L. Valerius Priscus orn dec hon – dec – irenar – IIvir – muner
136 [.] Varinius Macedo aed – q – IIvir – muner
140 C. Vibius Florus dec – IIvir – muner
151 [---] [---] muner [---] flam [---]
155 [---] [---] IIvir quinq – muner [---] flam ( ?) [---]
156 [---] [---] IIvir quinq – muner [---]
157 [---] [---] dec [---] praef IIvir [---] pontif [---] muner [---] IIvir [---]
161 [---] [---] IIvir [---] muner [---]
162 [---] [---] IIvir – muner
163 [---] [---] IIvir – muner [---]
173 [---] [---] muner
174 [---] [---] muner
175 [---] orn dec hon – aed [---] muner – irenar [---]
  • 297 L ’abréviation la plus courante de ce titre est muner(arius) ; la forme mun(erarius) se rencontre p (...)
  • 298 133, 140, 173 ( ?).
  • 299 50, 59, 61-62, 119, 121, 125, 145, 172 ( ?). Le titre de munéraire peut être restitué après la ment (...)
  • 300 Cela avait été notre première interprétation : CBrélaz, ADRizakis, « Le fonctionnement des in (...)
  • 301 Jacques, Privilège, p. 399-406.

60Le terme munerarius était, dans leur titulature, accolé à celui de duumvir297. Le lien immédiat existant entre les deux titres est, de plus, rendu évident par l’utilisation, à plusieurs reprises, de la conjonction et pour les désigner298. Les cas où le titre de munéraire manque dans la titulature des duumvirs sont minoritaires, du moins pour les magistrats dont les carrières nous sont connues dans leur intégralité299. La fréquence avec laquelle le titre de munerarius est mentionné dans les carrières des duumvirs philippiens n’est pas nécessairement la preuve que ceux-ci étaient contraints par la version locale de la loi coloniale de donner des jeux de gladiateurs300. Au contraire, le caractère coutumier, mais non obligatoire, de la summa honoraria des duumvirs, consistant en des munera, pourrait expliquer pourquoi les magistrats supérieurs de la colonie furent si prompts à indiquer explicitement dans leur titulature qu’ils avaient organisé des jeux de gladiateurs, lorsque cela avait été le cas. L ’usage de consacrer des munera lors de l’obtention du duumvirat put s’introduire progressivement dans la vie civique philippienne sans que cela fasse l’objet d’une réglementation. Le titre de munerarius permettait, de fait, à ceux qui s’en étaient acquittés de montrer qu’ils avaient, durant leur duumvirat, assumé une liturgie supplémentaire à laquelle ils n’étaient pas tenus par la loi. La compétition entre les plus grands notables de la colonie fit que la majorité d’entre eux, au moment de devenir duumvirs, se plièrent à la coutume afin de ne pas déchoir de leur rang, ainsi que, certainement, de ne pas décevoir les attentes du peuple301. Mais ce ne fut pas le cas de tous.

  • 302 50 (praefectus fabrum auprès d’un consul), 59 (centurion), 61 (praefectus fabrum), 62 (bénéficiaire (...)
  • 303 TLL, s.v. « gratuitus », col. 2247, l. 18-20, 26-31.
  • 304 Voir infra p. 214-219.

61On note, en particulier, parmi les duumvirs qui ne furent pas qualifiés de munéraires, quatre notables qui parvinrent à la magistrature suprême après avoir suivi une carrière militaire ou revêtu une charge en dehors de la colonie, en l’occurrence la préfecture des ouvriers302. Deux d’entre eux purent, en outre, accéder directement au duumvirat sans devoir s’acquitter d’une magistrature inférieure (50, 59). La carrière qu’ils avaient menée au préalable leur avait sans doute conféré une position suffisamment prééminente au sein de l’élite locale pour qu’ils soient dispensés des premières charges par lesquelles devaient ordinairement passer les magistrats municipaux, en particulier l’édilité. C’est donc peut-être aussi leur statut, supérieur à celui des notables dont l’horizon était circonscrit à la colonie, qui permit à ces quatre duumvirs de déroger à l’usage et de passer outre la charge, onéreuse, de munéraire. Cette dispense concerne, dans le cas présent, une charge qui, à Philippes, est visiblement demeurée facultative, même si la pression pesant sur les duumvirs pour qu’ils s’en acquittent devait être élevée. Mais il arrive, dans les communautés locales, que des notables obtiennent le privilège d’être exemptés de la summa honoraria qui était légalement attachée à la charge à laquelle ils avaient été élus. Les inscriptions rappellent ainsi parfois que des décurions purent accéder au Conseil gratuiti303. À l’inverse des quatre notables dont nous venons d’envisager le cas, le chevalier C. Oppius Montanus, qui fut honoré des ornements de décurion, de duumvir et de quinquennal et qui fut patron de la colonie, s’acquitta de la charge de munéraire en même temps que de la magistrature de duumvir (60). Le fait qu’il mit autant de soin à assumer des charges locales et qu’il alla jusqu’à offrir des jeux de gladiateurs à la population le distinguait certainement des autres notables de son rang dans la colonie et faisait de lui un évergète d’exception. Ces dispositions de Montanus envers la collectivité lui valurent d’ailleurs les titres honorifiques de filius coloniae et de princeps coloniae dont il fut l’un des rares à être pourvu et même le seul, à notre connaissance, pour le premier d’entre eux304.

  • 305 Collart, Philippes, p. 371-387 ; GKaradedos, CKoukouli-Chrysanthaki, « From the Greek Theatre t (...)
  • 306 Cf. LRobert (n. 289), p. 86-90, nos 23-25.
  • 307 Pilhofer II 87, l. 2 : sua paria VII pugna[ue]ru(n)t Philipp[is ---] ; l. 3 : IIII uenatio[nes] ; p (...)
  • 308 P. Lemerle, BCH 59 (1935), p. 148-151, no 42 avec pl. V (Pilhofer II 296) ; cf. Collart, Philippes, (...)
  • 309 Pilhofer II 603.
  • 310 On peut leur comparer les συνήθεις φιλοπαικτόρων attestés à Thessalonique : AE 2006, 1282.
  • 311 Pilhofer II 142-144.
  • 312 Dunant, Pouilloux, Thasos, p. 160-163 ; GVille (n. 275), p. 207. Sur la diffusion des jeux de l’a (...)

62Les munera régulièrement organisés par les duumvirs philippiens avaient lieu dans le théâtre qui subit, dès le ier s. apr. J.-C., par phases successives, les mêmes transformations que connurent de nombreux théâtres grecs à l’époque impériale afin d’accueillir des spectacles de ce genre, ainsi que des chasses : suppression des gradins inférieurs, construction d’une balustrade séparant l’orchestra de la cauea de même que d’un bâtiment de scène, par la suite élargissement de l’orchestra en une arène circulaire et aménagement de cages en sous-sol305. Plusieurs inscriptions font, de plus, allusion aux activités qui se déroulaient au théâtre ainsi modifié306. Une épitaphe fragmentaire fait, par exemple, état des divertissements qu’un ou plusieurs notables avaient offerts dans l’arène : il y est question de sept paires de gladiateurs qui s’affrontèrent, de chasses et d’aspersion de parfum307. Les reliefs gravés sur une plaque de sarcophage montrent que le défunt célébré dans l’épigramme qui les accompagnait était un chasseur professionnel venu expressément à Philippes pour participer à des uenationes et qu’il y mourut lors d’un spectacle qui eut lieu dans l’arène : on y distingue un homme armé d’un pieu en train d’affronter des bêtes féroces (visiblement une lionne et un lion), puis sans doute le même individu brandissant la couronne de la victoire devant des spectateurs assis sur des gradins308. Un autre pérégrin, κυνηγός de son état, est connu par une épitaphe provenant de la Piérie du Pangée309. Les chasses étaient à ce point populaires dans la colonie que ses amateurs s’étaient réunis en une association, τὸ φιλοκυνηγῶν στέµµα310, au nom de laquelle un prêtre de Némésis consacra, sur un des piliers de l’arc surmontant le couloir d’accès occidental du théâtre, des reliefs représentant la Victoire et le dieu Mars311. Il n’est toutefois pas nécessaire d’attribuer à une influence de la colonie de Philippes l’essor que connurent les jeux de gladiateurs dans la cité voisine de Thasos. Car les munera y sont attestés à une date précoce, dès l’époque d’Auguste, la coutume ayant manifestement été introduite par les prêtres du culte impérial civique312.

  • 313 Voir infra p. 211.
  • 314 Pilhofer II 287. Voir le commentaire à l’inscription 222.

63En dépit de la place prépondérante que durent prendre, au fil du temps, les munera parmi les spectacles qui se déroulaient à Philippes, des jeux scéniques continuaient certainement à avoir lieu au théâtre. Du moins la colonie entretenait-elle, à la fin du ier s. apr. J.-C., un comédien professionnel s’illustrant dans le répertoire latin (archimimus Latinus) qui avait le statut d’officialis et qui était chargé de l’organisation artistique et logistique des représentations (222)313. Les magistrats désireux de donner des ludi – ce qui devait nécessairement arriver en dépit du silence de la documentation épigraphique à ce sujet – faisaient probablement appel à cet employé public pour monter les spectacles. On note la présence d’un autre professionel du monde du théâtre en la personne d’un choragiarius, spécialisé dans la fabrication et la fourniture de décors, mais celui-ci n’était pas un employé de la colonie314.

4.3. L ’irénarchie

  • 315 60, 133-134, 175.
  • 316 Brélaz, Sécurité, p. 90-122.
  • 317 AE 1988, 1032 ; 1994, 1741 ; ILS 9414. Le titre d’irenarches Iani attesté à Corinthe était, quant à (...)
  • 318 C. Brélaz (n. 197), p. 603-637.
  • 319 FKirbihler, « Un cursus honorum à Éphèse ? Quelques réflexions sur la succession des magistrature (...)

64Quatre individus, ayant tous suivi une carrière civique, sont, dans la colonie, qualifiés d’irenarcha315. Il s’agit de la transcription en latin du titre d’εἰρηνάρχης ou εἰρήναρχος qui est répandu dans les cités grecques d’Asie Mineure depuis le début du iie s. apr. J.-C. Dans ces cités, les irénarques, littéralement les « chefs de la paix », étaient à la tête des forces de police municipales et étaient chargés de veiller à l’ordre public, en ville aussi bien que dans les campagnes316. Des irénarques étaient également connus dans les colonies d’Antioche de Pisidie, Comama et Iconium317. Du fait de leurs compétences policières, qui avaient des implications sur la phase préliminaire de la procédure pénale, les irénarques étaient amenés à collaborer avec les autorités provinciales. Or, à la suite des abus dont certains de ces officiels avaient pu se rendre coupables lors d’arrestations, les autorités provinciales et impériales furent amenées à légiférer, de manière répétée, sur leurs prérogatives. Un contrôle sur les modalités de sélection des titulaires de cette fonction fut même exercé, dans la province d’Asie, par le proconsul dans le courant du iie s. L ’irénarchie demeura toutefois une charge municipale, les titulaires étant investis, en dernier lieu, par le Conseil de chaque cité318. Dans de nombreuses cités pérégrines, l’irénarchie apparaissait dans les institutions locales de manière aussi régulière qu’une magistrature ordinaire. Elle faisait ainsi partie, depuis le milieu du iie s., des charges qui ponctuaient la carrière civique éphésienne319.

  • 320 C. Brélaz, « Les irénarques de la colonie romaine de Philippes », dans Mayer i Olivé, Baratta, Guzm (...)
  • 321 Char. (sing. de mun. ciu.), Dig. L 4, 18, 7 : irenarchae quoque, qui disciplinae publicae et corrig (...)

65Les attestations de l’irénarchie sont, en revanche, trop peu nombreuses à Philippes – de même que dans les autres colonies où on la trouve mentionnée, à chaque fois par une seule inscription – pour qu’elle puisse être considérée comme une charge normalement intégrée dans la carrière des magistrats municipaux, au même titre, par exemple, que l’édilité320. L ’irénarchie était certainement, dans ces colonies, une charge complémentaire s’ajoutant aux magistratures de base. C’est d’ailleurs de cette façon que les juristes romains définirent la nature de la fonction en l’incluant parmi les munera personalia321. Les titulaires de l’irénarchie furent tous, à Philippes comme dans les autres colonies, de grands notables qui accédèrent, au cours de leur carrière, au duumvirat (tabl. 9).

Tableau 9 — Déroulement des carrières des magistrats philippiens ayant revêtu l’irénarchie.

CIPh II.1 Nom du magistrat Déroulement de la carrière
 60 C. Oppius Montanus chevalier – fils de la colonie – orn dec hon – orn IIvir hon – orn quinq hon – irenar – IIvir – muner – pontif – flam – princeps – patron
133 T. ( ?) Valerius Fulcinius Maior orn dec hon – aed – dec – q – IIvir – muner – irenar
134 L. Valerius Priscus orn dec hon – dec – irenar – IIvir – muner
175 [---] orn dec hon – aed [---] muner – irenar [---]
  • 322 Dans l’inscription 175, la fonction de duumvir peut être restituée avant le titre de munerarius, pu (...)

66L ’irénarchie fut revêtue, à Philippes, à deux reprises après la magistrature suprême (133, 175)322, sans doute à titre de liturgie supplémentaire, et deux fois juste avant (60, 134). C’est le cas du chevalier et patron de la colonie C. Oppius Montanus. Celui-ci fut honoré des ornements du décurionat, du duumvirat simple et du duumvirat quinquennal et fut dispensé de s’acquitter des magistratures inférieures incombant d’ordinaire aux candidats à une carrière municipale, en particulier l’édilité. Montanus accéda d’emblée à l’irénarchie, puis au duumvirat (60). Quant à L. Valerius Priscus, qui semble avoir été coopté dans l’ordo sans avoir revêtu de magistrature, l’irénarchie dut lui servir de première fonction avant d’accéder au duumvirat (134).

  • 323 Brélaz, Sécurité, p. 341-343.
  • 324 Voir infra p. 256-261.
  • 325 IGBulg IV 1953.
  • 326 EKM I 108.

67Il n’est pas nécessaire de postuler des circonstances exceptionnelles, telles que l’invasion d’une tribu thrace hostile ou l’activité de brigands en Macédoine orientale (comme dans la colonie Iulia Equestris de Nyon où fut créée la charge spéciale de praefectus arcendis latrociniis)323, ni un climat d’insécurité persistant sur le territoire de la colonie pour rendre compte de l’introduction de la charge d’irénarque dans les institutions philippiennes, probablement au cours des premières décennies du iie s. Dans les provinces anatoliennes, un grand nombre de cités pérégrines s’étaient dotées à la même époque de cette nouvelle fonction qui répondait à un besoin structurel. Car la pacification militaire de l’Empire sous le règne d’Auguste n’avait pas fait disparaître toutes les menaces sur le plan local, et la nécessité de disposer de forces de police municipales en charge de la sécurité publique au quotidien se justifiait dans les communautés locales à travers toutes les provinces. Du moment que leur étaient confiés l’initiative d’arrêter les criminels (voleurs, meurtriers, brigands, sacrilèges) ainsi que le soin de mener les enquêtes préliminaires, les irénarques devinrent, dans les provinces anatoliennes, les interlocuteurs privilégiés des autorités provinciales en vue de l’instruction et du jugement par le gouverneur. Ce fait contribua certainement à diffuser la fonction parmi les cités d’Asie Mineure. Il ne semble pas, toutefois, que les autorités romaines soient à l’origine de ce processus. C’est donc certainement par imitation des pratiques institutionnelles en vigueur dans les cités grecques que les colonies de Philippes, Antioche, Comama et Iconium adoptèrent, à leur retour, la charge d’irénarque. Cet emprunt suggère que la colonie de Philippes, par l’intermédiaire des notables locaux, entretenait des relations étroites avec les cités d’Asie Mineure – ce qui est démontré par d’autres documents – et que ceux-ci étaient informés des enjeux de la vie civique dans ces communautés324. L ’adoption de la charge d’irénarque par la colonie put, en l’occurrence, être encouragée par le fait que celle-ci était également répandue de manière sporadique dans les provinces balkaniques hellénophones : l’irénarchie se rencontre ainsi à Serdica325, en Thrace, et dans le chef-lieu du koinon macédonien, à Béroia326.

  • 327 Brélaz, Sécurité, p. 203-213.
  • 328 Ac XVI 19-23. Voir supra p. 153-154.
  • 329 Lex Urson. CIII, l. 1-5 : Quicumque in col(onia) Genet(iua) IIuir praef(ectus)ue i(ure) d(icundo) p (...)

68L ’irénarchie ne devint manifestement pas pour autant une magistrature ordinaire à Philippes. La fonction était pourvue épisodiquement, peut-être en cas d’insécurité passagère sur le territoire colonial ou lorsque se trouvaient des notables prêts à assumer cette charge, à l’instar du chevalier Montanus (60). Cette fonction vint s’ajouter aux magistratures prévues par la constitution initiale de la colonie et étoffer les institutions déjà existantes dévolues au maintien de l’ordre327. Dans les municipes et les colonies, la responsabilité du maintien de l’ordre revenait d’ordinaire aux édiles, du moins dans le périmètre des lieux de commerce placés sous leur surveillance, et surtout aux duumvirs, en tant que dépositaires de l’autorité juridictionnelle supérieure sur le plan local. C’est d’ailleurs pourvus de ces compétences policières qu’apparaissent les duumvirs philippiens dans le récit des Actes des Apôtres. Accusés par la foule de perturber l’ordre public par leurs prédications hostiles aux dieux traditionnels, Paul et Silas furent traînés au forum devant les duumvirs, qui ordonnèrent de les faire fouetter et de les jeter en prison sans prendre la peine de les interroger et en dehors de tout procès328. En outre, la rubrique CIII de la lex Ursonensis prévoyait que, en cas d’urgence, les duumvirs étaient en mesure d’ordonner une levée en masse des habitants de la colonie – des colons eux-mêmes aussi bien que des incolae – et de les appeler aux armes afin de défendre le territoire de la communauté329.

  • 330 ILS 7199 ; cf. Levick, Colonies, p. 74.
  • 331 SEG XLV 418.
  • 332 Corinth VIII/2, no 104a. Voir supra n. 259.
  • 333 Levick, Colonies, p. 83-84, 86. Voir supra p. 156.
  • 334 Rizakis, Patras, nos 136, 266 ; SEG XLV 418.
  • 335 IGLS VI 2791.
  • 336 NGiannakopoulos (n. 98), p. 97.
  • 337 Levick, Colonies, p. 74, 83. La gymnasiarchie est aussi attestée dans le municipe de Stobi : AE 198 (...)
  • 338 I. Alexandreia Troas 52. Il est question d’un gymnase dans I. Alexandreia Troas 125. Le pédotribe e (...)
  • 339 I. Sinope 101-103. L ’agonothésie (I. Sinope 101) et la panégyriarchie (I. Sinope 102), du moins, é (...)
  • 340 MKajava, « When Did the Isthmian Games Return to the Isthmus? (Rereading Corinth 8.3.153) », CPh (...)
  • 341 Corinth VIII/3, p. 28-31 ; Rizakis, Camia, Magistrati, p. 234-239.
  • 342 Voir supra p. 158.
  • 343 Corinth VIII/2, nos 82-85 ; Corinth VIII/3, nos 156, 208-209, 212, 214.
  • 344 Corinth VIII/1, nos 14-16 ; Corinth VIII/3, no 223.
  • 345 Corinth VIII/2, no 81 ; Corinth VIII/3, no 156.
  • 346 Corinth VIII/3, nos 212, 214. Pour d’autres prêtrises portant, à Corinthe notamment, des titres gre (...)

69L ’irénarchie était la seule charge d’origine grecque à avoir été insérée dans les institutions philippiennes. Le phénomène est, au contraire, beaucoup plus répandu dans les autres colonies d’Orient. Le titre de grammateus (« secrétaire »), translittéré en latin, se rencontre ainsi dans les carrières des magistrats municipaux à Antioche de Pisidie330 et à Patras331 aux côtés des fonctions ordinaires dans une colonie romaine, de même que celui d’argyrotamias (« trésorier ») à Corinthe332. C’est surtout dans le domaine agonistique que l’influence grecque fut la plus visible sur les institutions de ces colonies. Nombre d’entre elles introduisirent, au fil du temps, des concours de type grec et, comme dans les cités pérégrines, les magistrats en charge de leur organisation furent appelés agonothètes. C’était notamment le cas à Antioche de Pisidie et à Olbasa pour les concours locaux dits pentétériques333, à Patras pour les concours en l’honneur de Diane Laphria et les Caesarea334, mais aussi à Héliopolis335. L ’institution du gymnase, qui est attestée dans plusieurs colonies, dont Cassandrée336, donna également lieu à la création de plusieurs fonctions publiques dédiées à son entretien et on relève ainsi des gymnasiarques et xystarques à Antioche de Pisidie337, de même qu’un pédotribe en lien avec le concours en l’honneur d’Apollon Smintheus à Alexandrie de Troade338. Il se peut, en revanche, que certaines des fonctions relevant du monde du gymnase que l’on observe à Sinope (agonothésie, gymnasiarchie, panégyriarchie, xystarchie) doivent plutôt être attribuées à la cité pérégrine qui paraît avoir subsisté aux côtés de la colonie qu’à cette dernière339. Corinthe représente, pour ce qui est des concours, un cas exceptionnel, du moment que la colonie reprit à son compte – peut-être dès les premières années suivant sa fondation – les Isthmia dont l’organisation avait été confiée à Sicyone après la destruction de la cité en 146 av. J.-C.340. L ’ancienneté et la renommée de ces concours panhelléniques, qui furent doublés par des concours en l’honneur de l’empereur régnant, expliquent que plusieurs fonctions y furent spécialement consacrées dans la colonie. L ’agonothésie formait ainsi, à Corinthe, le couronnement de la carrière municipale341 et on décernait aux grands notables que l’on souhaitait honorer les ornements d’agonothète aux côtés des ornements d’édile, de duumvir et de quinquennal342. Les agonothètes étaient, lors des Isthmia, secondés par d’autres magistrats et prêtres portant des titres grecs, tels que l’isagogeus343, les hellenodikai344, les hieromnemones345, le pyrophorus346.

  • 347 Voir le commentaire à l’inscription 55 pour la discussion détaillée portant sur la nature de ces ch (...)
  • 348 P. Lemerle, « Palestre romaine à Philippes », BCH 61 (1937), p. 86-102 ; M. Boyd, S. Provost, « App (...)
  • 349 PMNigdelis, « Harpaliani: µία νέα κώµη (vicus) της ρωµαϊκής αποικίας των Φιλίππων », dans PAd (...)
  • 350 C. Brélaz, « La langue des incolae sur le territoire de Philippes et les contacts linguistiques dan (...)

70Une inscription philippienne mentionne à la fois les trois titres de γυµνασίαρχος, d’ἀρχιερεύς et d’ἀγωνοθέτης (55). L ’agonothésie fut cependant revêtue par l’intéressé au sein de l’association des fidèles des dieux égyptiens, qui organisait des concours en l’honneur d’Asclépios : Κοΐντος Φλάβιος Ἑρµαδίων fut, en effet, décrit par l’association comme étant « son propre agonothète » (οἱ θρησκευτὲ τὸν ἴδιον ἀγωνοθέτην τῶν Μεγάλων Ἀσκληπείων). Quant à la gymnasiarchie et à la grande-prêtrise, qui furent assumées par le père homonyme de Κοΐντος Φλάβιος Ἑρµαδίων, il semble que c’étaient également des fonctions gérées par l’association des fidèles de Sérapis, dont ce dernier était connu pour avoir été un évergète (54), plutôt que des charges publiques347. On notera qu’un gymnase semble néanmoins avoir existé dans le centre urbain de Philippes, au Sud de la palestre voisine du macellum348. De plus, une fondation funéraire faite au profit des habitants d’un uicus de la colonie mentionne un gymnasium, ce qui montre que les communautés rurales situées sur le territoire philippien – du moins les plus grandes d’entre elles – pouvaient, elles aussi, disposer d’une institution de ce genre349. Quoi qu’il en soit, Philippes – en comparaison de la majorité des colonies établies dans les provinces orientales de l’Empire, en particulier de Corinthe et d’Antioche de Pisidie – paraît avoir davantage conservé le caractère profondément romain de sa constitution. De même que la langue grecque s’imposa dans les usages officiels à Philippes plus tardivement qu’ailleurs, les institutions, et de manière générale les pratiques sociales et culturelles, y furent moins sujettes à l’influence hellénique que dans les colonies situées dans le Péloponnèse ou en Asie Mineure350. Autant que la documentation épigraphique permette d’en juger, Philippes partage cette caractéristique avec les colonies fondées sur la côte adriatique de la péninsule balkanique, telles que Dyrrachium où il ne semble pas que furent introduites des fonctions ou prêtrises d’origine grecque. La proximité relative de l’Italie, à laquelle Dyrrachium et Philippes étaient directement reliées par les routes maritimes puis la uia Egnatia, jointe au fait que l’Illyrie méridionale et la Macédoine orientale n’étaient pas totalement hellénisées lorsque des colonies romaines y furent créées, peut expliquer pourquoi les institutions coloniales furent, dans ces deux cas, moins sensibles à l’attraction du modèle poliade.

4.4. Les curae

  • 351 Langhammer, Magistratus, p. 161-188 ; KJaschke, « Munera publica. Funzioni e carattere dei curato (...)
  • 352 Jacques, Privilège, p. 502-503.
  • 353 HPavis d’Escurac, « À propos de l’approvisionnement en blé des cités de l’Orient romain », dans E(...)

71Les charges complémentaires d’intérêt public qui pouvaient être créées dans les communautés locales au gré des besoins de la collectivité étaient généralement nommées curae et les individus qui s’en acquittaient portaient le titre de curatores. On assiste, dans le courant de l’époque impériale, à une multiplication de ces tâches extraordinaires sous l’effet concomitant des difficultés financières croissantes que rencontraient les municipalités et de la tendance des notables à s’afficher au devant de la collectivité par le biais de coûteuses évergésies. Ces tâches touchaient le plus souvent à la gestion des finances de la communauté et à l’entretien de son patrimoine351. Une des missions les plus fréquemment attestées dans la documentation épigraphique des municipes et colonies concernait le ravitaillement en céréales, la cura annonae ou cura frumenti. En période de disette, des curatores étaient spécialement chargés de veiller à l’approvisionnement de la communauté, tâche qui, en temps normal, revenait aux édiles. Cette mission était en principe assurée par les notables les plus aisés, dans la mesure où le titulaire de la cura était amené à dépenser, sur sa propre fortune, des sommes importantes pour se procurer des céréales, soit en payant les frais d’acheminement du blé, soit en revendant celui-ci à un prix préférentiel à la population, voire en procédant à des distributions gratuites352. Ce souci constant pour le ravitaillement en céréales transparaît, durant la même période, dans les cités grecques à travers diverses liturgies consacrées à ce problème, dont la charge de sitônès353.

  • 354 Corinth VIII/2, nos 83, 86-91, 225 ( ?) ; Corinth VIII/3, nos 158-164, 169-170, 188, 227, 234-236, (...)
  • 355 I. Sinope 102 : le notable fut notamment trois fois duumvir, ainsi que duumvir quinquennal.
  • 356 Anderson, Festivals, p. 295-296, no 25 : le titre de curator annonae apparaît en grec sous la forme (...)
  • 357 AE 1925, 126. Voir supra p. 47, n. 186.
  • 358 Rizakis, Patras, no 53, l. 2-6 : qu(aestor) munerar(ius) bis / q(ui) pro IIuir(atu) munus quinque d (...)
  • 359 MKleijwegt, « A Presumptuous Quaestor from Patras ? », Epigraphica 57 (1995), p. 39-43.
  • 360 Rizakis, Patras, no 37.
  • 361 AE 2011, 1171 ; cf. ÉDeniaux, FQuantin, BVrekaj (n. 19).
  • 362 .CIL III 285 (RECAM II 96).
  • 363 CIL III 6839-6840 ; cf. Levick, Colonies, p. 84-85.
  • 364 CIIP II 1266.
  • 365 I. Alexandreia Troas 46, 66 (noter la transcription κουράτωρ), 77, 137.

72La cura annonae est, parmi les colonies romaines d’Orient, attestée à Corinthe, où la fonction fut assumée à plusieurs reprises par les notables ayant connu la carrière municipale la plus brillante354, à Sinope355 et à Antioche de Pisidie356. Dans cette dernière colonie, la pénurie de céréales se révéla à ce point lancinante à la fin du ier s. apr. J.-C. que les duumvirs et le Conseil durent se résoudre à faire appel au gouverneur de Galatie pour qu’il use de son autorité afin de lutter contre la spéculation sur le prix de vente du blé357. À Patras, on rappelle qu’un notable fit vendre à prix réduit d’importantes quantités de blé « afin de soulager le ravitaillement de sa colonie »358. C’est manifestement en qualité de duumvir que l’intéressé se préoccupa de la cherté du grain et veilla à assurer l’approvisionnement de la population. Cette largesse, s’ajoutant à un spectacle de gladiateurs qu’il avait offert à la population à l’occasion de son accession au duumvirat, lui valut d’être qualifié de munerarius bis, si l’on se range à l’interprétation que M. Kleijwegt a donnée de l’itération de ce dernier titre dans l’inscription359. Au ive s., un autre notable patréen, qui à titre exceptionnel exerça seul le duumvirat quinquennal, fit – parmi d’autres évergésies – distribuer gratuitement à la population du blé, du vin et de l’huile qu’il tira de ses domaines360. La colonie de Byllis introduisit, quant à elle, dans le courant du iie s. une cura alimentorum et partis kalendarii publici361. On transposa, en l’occurrence, sur le plan local l’institution des alimenta qui avait été créée par l’empereur Trajan en Italie et qui consistait à affecter à l’entretien des jeunes gens défavorisés le produit de prêts hypothécaires ouverts sur les biens fonciers de particuliers. L ’administration de cette cura allait de pair, à Byllis, avec la gestion de la section correspondante du registre des créances de la colonie (kalendarium publicum). Des curae furent toutefois encore créées, dans les colonies d’Orient, pour d’autres secteurs de la vie de la communauté, en particulier pour ce qui a trait aux travaux publics comme à Germa (cura operum publicorum)362. On relève, ainsi, à Antioche de Pisidie la charge de curator arcae sanctuariae, le titulaire se voyant probablement confier la responsabilité de gérer la fortune du principal sanctuaire de la colonie, celui du dieu Mèn363. Un κουράτωρ πλοίων semble, à Césarée Maritime, avoir été en charge des installations portuaires de la colonie364. Plusieurs autres curatores sont connus à Alexandrie de Troade, mais, dans aucun des cas, il n’est certain que le titre renvoie à une fonction municipale365.

  • 366 Voir infra p. 225-230.
  • 367 74, 78, 103, 105 ( ?).
  • 368 168, 206 ( ?) ; Pilhofer II 363.
  • 369 16 ( ?), 19 ( ?), 159 ( ?) ; Pilhofer II 519, 588. Pour la cura assumée par des exécuteurs testamen (...)
  • 370 Voir, de même, 159, l. 3 : II uir(o) cur(atori). il n’est pas exclu, cependant, qu’il faille plutôt (...)
  • 371 Voir également le commentaire à l’inscription 67 où on pourrait éventuellement envisager de restitu (...)

73Le titre de curator apparaît de même, à Philippes, dans plusieurs inscriptions. Si l’on excepte les occurrences où celui-ci renvoie à la fonction impériale de curator rei publicae366, à un grade militaire367, à une fonction au sein d’un collège368 ou à la formule générale signifiant qu’un individu prit en charge une construction quelconque ou supervisa l’érection d’un monument, y compris dans un contexte public369, il demeure au moins un cas où ce terme recouvre vraisemblablement une charge municipale. Ainsi, dans l’inscription 67, le titre cur(ator) s’insère dans une énumération de charges d’abord équestres (préfecture d’aile, tribunat militaire), puis municipales (duumvirat). Il est probable que l’officier équestre s’acquitta, en l’occurrence, d’une curatelle dans la colonie à la fin de sa carrière militaire, à côté d’autres magistratures. On doit peut-être reconnaître le même titre de curator dans une inscription fragmentaire en l’honneur d’un duumvir (160)370, ainsi que dans une épitaphe mentionnant sans doute un individu étant parvenu à la même magistrature (170). De manière très hypothétique, le titre de curator frumenti peut être restitué dans deux autres inscriptions se rapportant, l’une à un duumvir qui fut promu à l’ordre équestre (69), l’autre à un duumvir quinquennal (156)371. Aussi ténues et incertaines soient-elles, ces attestations suggèrent qu’à l’instar des autres colonies d’Orient, la cura annonae put, en cas de nécessité, être attribuée à Philippes aux notables ayant connu la carrière municipale la plus étoffée et, par voie de conséquence, ayant eu les ressources suffisantes pour assumer cette tâche onéreuse.

4.5. La legatio

  • 372 Lex Irnit. (Ch. F-I) ; Lex Urson. XCII ; voir JFRodríguez Neila, « Las legationes de las ciudad (...)
  • 373 W. Eck (n. 3), p. 565-606.
  • 374 Jacques, Privilège, p. 322-324 ; F. Hurlet, « Les ambassadeurs dans l’Empire romain. Les légats des (...)
  • 375 ASánchez-Ostiz Gutiérrez, Tabula Siarensis. Edición, traducción y comentario (1999), col. IIb, l. (...)

74La fonction d’ambassadeur faisait partie des charges que les communautés locales étaient en mesure d’imposer aux membres du Conseil. En tant que telle, la legatio était incluse par les juristes romains parmi les munera. Les conditions de nomination de legati sont décrites dans différents chapitres de la lex Irnitana et de la lex Ursonensis372. Un chapitre de la loi municipale de Troesmis en Mésie Inférieure, émise sous le règne de Marc Aurèle, portait également sur les modalités de sélection et d’envoi des ambassadeurs (de legatis mittendis excusationibusque accipiendis), en détaillant avec plus de soin que les exemplaires espagnols la procédure à suivre, sans doute dans le but d’éviter que les personnes nommées cherchent à se dérober à leurs obligations373. Les ambassadeurs étaient, en principe, choisis à tour de rôle parmi les décurions selon un ordre d’ancienneté, en fonction de la date d’entrée au Conseil, mais l’importance de la mission pouvait exiger qu’on déroge à cette règle et que soient préférés les notables les plus éminents de l’ordo374. En dehors des délégations qui étaient chargées de leur présenter des honneurs, des ambassades étaient adressées par les communautés locales au gouverneur ou à l’empereur pour leur soumettre des requêtes, ainsi que, dans le cas des municipes et des colonies, pour recevoir une copie des décisions émanant des autorités centrales, comme le stipule notamment la clause de publication du sénatus-consulte en l’honneur de Germanicus375.

  • 376 CHabicht, « Zum Gesandtschaftsverkehr griechischer Gemeinden mit römischen Instanzen während der (...)
  • 377 .I. Sinope 102, l. 7-12 : IIII misso legato / a colonia in urbem sine uiatico / semel quidem ad Diu (...)

75La legatio n’était toutefois pas une charge aussi fréquemment mentionnée dans les carrières des magistrats municipaux que d’autres curae ayant trait à l’entretien des bâtiments publics et à la gestion du patrimoine de la communauté ou, comme nous l’avons vu, au ravitaillement de la population. Pour ce qui est des colonies romaines d’Orient, on relèvera, en particulier, une inscription de Sinope en l’honneur d’un notable qui fut plusieurs fois duumvir et curator annonae, parmi d’autres fonctions, et qui se rendit utile à sa patrie – au point d’être célébré comme conditor patriae – en assumant gratuitement la charge de légat. À l’instar de ce qui prévalait dans les cités pérégrines à la même époque, où il n’était pas rare que les notables s’enorgueillissent dans leurs inscriptions des voyages qu’ils avaient exécutés – souvent à leurs frais – auprès des autorités impériales en qualité de πρεσβευτής376, T. Veturius Campester fut, en l’occurrence, honoré pour avoir été « envoyé à quatre reprises comme légat depuis la colonie jusque dans l’Urbs sans viatique, une fois auprès du divin Hadrien et trois fois auprès de l’empereur Antonin le Pieux… »377.

  • 378 CIPh II.1, App. 4, no 36.
  • 379 J.-LFerrary, Les mémoriaux de délégations du sanctuaire oraculaire de Claros, d’après la document (...)
  • 380 I. Ephesos 1238.

76Aucune inscription philippienne ne fait directement mention de legati. Il nous est possible, en revanche, de reconstituer à deux reprises les circonstances dans lesquelles la colonie put être amenée à dépêcher des représentants officiels en dehors du territoire philippien. À en croire une inscription fragmentaire découverte à Athènes, la colonie semble avoir envoyé deux ambassadeurs dans cette cité afin d’ériger une statue à Hadrien lors de l’inauguration de l’Olympieion en 129378. Cette inscription s’ajoute aux très nombreuses dédicaces érigées pour la même occasion en l’honneur d’Hadrien par des cités pérégrines et d’autres colonies romaines d’Orient, telles que Dion, Alexandrie de Troade et Antioche de Pisidie, toutes représentées par un ou deux legati. Les ambassadeurs philippiens, dont les noms n’ont été que partiellement conservés, devaient être membres de l’ordo decurionum, conformément à la procédure de sélection des legati décrite dans les lois municipales et coloniale espagnoles. On peut comparer à ces ambassades s’étant rendues à l’Olympieion pour consacrer une statue les délégations qui étaient régulièrement envoyées consulter l’oracle du sanctuaire de Claros par les colonies de Corinthe, Parion, Apamée, Antioche de Pisidie, Iconium, Deultum ainsi que par le municipe de Stobi, parmi de très nombreuses cités pérégrines379. Des πρεσβευταί furent, de même, dépêchés d’Antioche de Pisidie à Éphèse pour y ériger au nom de la colonie une statue de Tychè Sôteira. C. Flavonius Anicianus, un citoyen d’Antioche patron de la colonie qui résidait à Éphèse et y possédait également la citoyenneté, servit, pour l’occasion, d’intermédiaire380.

  • 381 NScheuerbrandt, Kaiserliche Konstitutionen und ihre beglaubigten Abschriften. Diplomatik und Akte (...)
  • 382 Pilhofer II 30, 705, 705a ; AE 2006, 1833.
  • 383 CIPh II.1, App. 4, no 3.
  • 384 CIPh II.1, App. 4, nos 9, 22.
  • 385 CIPh II.1, App. 4, nos 14, 16.
  • 386 CIPh II.1, App. 4, no 15.
  • 387 Il s’agit de L. Valerius Naso et de P. Vettius Pierus dans Pilhofer II 705a ; Ti. Iulius Pudens dan (...)
  • 388 On notera toutefois que le titre de décurion peut parfois être omis, comme cela est le cas à deux r (...)
  • 389 CIPh II.1, App. 4, nos 29, 32, 34.
  • 390 CIPh II.1, App. 4, no 22.

77On relève une autre situation où des Philippiens purent éventuellement servir en qualité de legati. Il s’agit de la procédure entourant la promulgation des diplômes militaires au début du règne de Vespasien381. On connaît, en effet, quatre diplômes émis par cet empereur entre le 26 février 70 et le 9 février 71 en faveur de soldats d’origine thrace et dace des flottes de Ravenne et de Misène, ainsi que de la IIe légion Adiutrix, dans lesquels des Philippiens apparaissent comme témoins382. On compte, parmi eux, au moins un chevalier383, deux membres de l’ordre des décurions de la colonie384, deux prétoriens en service385, un vétéran386, ainsi que plusieurs personnages pour lesquels aucun titre n’est précisé387. Il s’agit certainement de civils philippiens, n’appartenant toutefois pas à l’ordo388. D’autres soldats dont l’ethnique n’est pas précisé sont peut-être à comprendre implicitement comme étant des Philippiens389. L ’un des témoins philippiens, le décurion C. Vetidius Rasinianus, figure à trois reprises dans des diplômes promulgués le 26 février 70 pour l’un d’eux et le 7 mars de la même année pour les deux autres390.

  • 391 RFrei-Stolba, « Les témoins dans les premiers diplômes militaires : reflet de la pratique d’infor (...)
  • 392 Des citoyens de la colonie d’Apri en Thrace figurent, aux côtés de Philippiens, parmi les témoins d (...)
  • 393 DBSaddington, « The Witnessing of Pre- and Early Flavian Military Diplomas and Discharge Proced (...)
  • 394 MMRoxan, « An Emperor Rewards his Supporters: The Earliest Extant Diploma Issued by Vespasian » (...)

78En examinant les listes de témoins sur les diplômes d’époque claudienne et flavienne et en s’efforçant de reconstituer la pratique administrative présidant à la promulgation et à la publication de ces documents, R. Frei-Stolba a pu constater que les autorités impériales veillaient manifestement à choisir comme témoins des individus originaires de la même région – au sens large – que les bénéficiaires des diplômes391. En cas de contestation, la relative proximité géographique du témoin devait peut-être permettre, d’un point de vue pratique, de s’assurer plus facilement auprès de ce dernier du privilège qui avait été concédé au soldat retiré du service392. Selon D. B. Saddington, c’est en leur qualité de relais des informations officielles émanant des autorités impériales et provinciales (voire de centres de recrutement) que les municipes et les colonies, dont Philippes, étaient sollicités dans la procédure de promulgation et d’enregistrement des diplômes militaires, par l’intermédiaire de leurs ressortissants servant pour l’occasion de témoins393. On notera, cependant, qu’au moment de la publication du diplôme, qui avait lieu à Rome, les témoins devaient certainement être présents eux-mêmes dans l’Urbs. Jusqu’alors, on avait invoqué les circonstances politiques générales prévalant au début du règne de Vespasien pour expliquer la présence de Philippiens dans la ville de Rome dans les années 70-71. Ainsi, M. Roxan estimait que la colonie avait pris parti pour Vespasien durant la guerre civile, ce qui aurait encouragé des notables philippiens à se rendre dans la capitale afin de rencontrer le nouvel empereur, qui fit son entrée à Rome durant l’automne 70394.

  • 395 RFrei-Stolba (n. 391), p. 94-97 ; ead., « Bemerkungen zu den Zeugen der Militärdiplome der ersten (...)
  • 396 W. Eck, « Eine Bürgerrechtskonstitution Vespasians aus dem Jahr 71 n.Chr. und die Aushebung von bri (...)
  • 397 PCosme, « L ’authentification des diplômes militaires au début du règne de Vespasien : un éclaira (...)
  • 398 Suet., Vesp. VIII.

79Or, parmi les diplômes promulgués entre l’époque de Claude et le règne de Vespasien, on constate que les témoins proviennent de diverses cités, qui n’étaient d’ailleurs pas toutes des colonies, et que cette pratique ne se limita pas aux seules années faisant suite à la prise du pouvoir par Vespasien. R. Frei-Stolba en est donc venue à émettre l’hypothèse que les personnes sollicitées pour servir de témoins dans les diplômes militaires pourraient faire partie des sortes de délégations permanentes de communautés locales de l’Empire (stationes municipiorum) qui étaient peut-être présentes dans l’Urbs afin de recueillir les informations officielles émanant des autorités impériales et dont l’existence est prouvée tant par la documentation épigraphique que par des sources littéraires, à défaut de témoignages archéologiques univoques395. Si, parmi les témoins d’origine philippienne, les deux prétoriens résidaient de façon continue à Rome en raison de leur affectation, les autres personnages, et en particulier les deux décurions, pouvaient, par conséquent, se trouver dans l’Urbs en tant que legati attachés à une éventuelle statio de la colonie dans la capitale396. On relèvera toutefois que les lois espagnoles ne prévoyaient pas que les ambassadeurs puissent séjourner en permanence en dehors du municipe ou de la colonie : les notables choisis comme légats étaient autorisés à s’absenter uniquement pour la durée nécessaire à l’accomplissement de la mission qui leur avait été confiée. Dernièrement, P. Cosme a néanmoins proposé de considérer que les délégations qui durent être envoyées par les communautés locales de l’Empire à Rome pour saluer l’avènement de Vespasien (lequel n’arriva à Rome qu’en octobre 70) avaient pu prolonger leur séjour dans l’Urbs afin d’assister à la reconstruction du Capitole, incendié durant les affrontements de la guerre civile397. Celles-ci étaient, en effet, directement intéressées par les travaux de restauration, dans la mesure où c’est précisément au Capitole qu’étaient affichées, sur des tables de bronze, les copies des documents officiels émanant du Sénat et des empereurs, dont les documents garantissant leurs privilèges, ainsi que les diplômes militaires. Or, Vespasien veilla, selon Suétone, à faire regraver d’après les copies disponibles trois mille tables de bronze qui avaient été détruites dans l’incendie398.

  • 399 EPapi, LTUR IV (1999), s.v. « Stationes exterarum civitatum », p. 349-350 ; CLega, LTUR IV (199 (...)
  • 400 CIPh II.1, App. 4, nos 3, 9. Voir supra p. 65-68.

80Quoi qu’il en soit de la présence ou non d’une ambassade de la colonie de Philippes à Rome dans le courant de l’année 70, voire jusqu’en 71, force est de constater que tous les Philippiens apparaissant comme témoins dans des diplômes militaires n’étaient pas membres de l’ordo et ne se trouvaient donc pas à Rome en qualité de legati. Il nous faut admettre, par conséquent, que des ressortissants de la colonie séjournaient à cette époque dans l’Urbs pour des motifs d’ordre privé, notamment pour les affaires. Ils pourraient avoir été liés, à ce titre, à l’hypothétique statio des Philippiens dans l’Urbs, si ce genre de représentations avaient également pour but de défendre les intérêts commerciaux des ressortissants d’une même communauté, comme on l’a parfois avancé399. On remarquera, à ce propos, que deux des témoins philippiens n’étaient pas initialement originaires de la colonie, comme le montre leur tribu400. Il est possible que ces notables, même s’ils y avaient obtenu la citoyenneté locale et même si l’un d’eux fut de surcroît coopté dans l’ordo, ne résidaient pas en permanence à Philippes. C’est néanmoins en qualité de Philippienses, et alors qu’ils séjournaient à Rome, qu’ils furent sollicités pour figurer comme témoins dans des diplômes octroyés à des soldats d’origine thrace et dace afin de satisfaire le critère géographique que nous avons évoqué ci-dessus.

5. Les prêtrises publiques

  • 401 Lex Urson. LXVI-LXVIII ; cf. ARaggi, « Le norme sui sacra nelle leges municipales », dans Capogro (...)
  • 402 Ladage, Kultämter, p. 72-80 ; JADelgado Delgado, « Los sacerdotes en el marco de las institucio (...)

81À côté des prérogatives générales que possédaient les duumvirs dans le domaine religieux en tant que magistrats supérieurs de la communauté et qui touchaient tant à l’établissement du calendrier cultuel, au financement des cérémonies publiques qu’à la construction et à la gestion des temples et des lieux sacrés, plusieurs charges spécialisées étaient dévolues, dans les municipes et colonies, à l’accomplissement de rituels au profit de la collectivité, ainsi qu’à l’entretien d’un culte précis. Ces prêtrises publiques étaient attribuées à des notables au même titre que les magistratures et elles s’inséraient dans la carrière civique de ces derniers. La lex Ursonensis stipule ainsi que des prêtres publics seraient élus par les comices, au nombre de trois pour chacun des deux collèges de pontifes et d’augures401. À la différence des magistratures, qui étaient par essence annuelles, ces prêtrises étaient toutefois revêtues à vie. Leurs titulaires veillaient à la permanence des rites effectués par la communauté. Leurs compétences étaient, en matière religieuse, analogues à celles des prêtres homonymes dans l’Urbs402.

5.1. Le pontificat

  • 403 Ladage, Kultämter, p. 51-53.
  • 404 Ladage, Kultämter, p. 99-101 ; J. A. Delgado Delgado (n. 402, dans Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Él (...)
  • 405 Corinth VIII/2, no 155 ; Corinth VIII/3, nos 14 ( ?), 81, 122, 132, 201 ; Rizakis, Patras, no 265 ; (...)
  • 406 Ladage, Kultämter, p. 102-103.
  • 407 Corinth VIII/3, no 68.
  • 408 IGLS VI 2787, 2791.

82Les pontifes étaient chargés de veiller à la conformité des rites exécutés par la communauté et présidaient aux sacrifices effectués en l’honneur des dieux à titre public. C’étaient, dans les municipes et les colonies, les garants du droit sacré. En cette qualité, ils intervenaient lors des dédicaces de temples ou d’autels aux divinités et ils pouvaient être consultés par des privés pour toute question relative à l’accomplissement de rites religieux, y compris dans le domaine funéraire403. Les pontifes étaient, dans les colonies romaines d’Orient, issus de la frange supérieure de l’ordo404. Tous étaient de grands notables et la plupart d’entre eux revêtirent le duumvirat au cours de leur carrière405. Aucun n’a appartenu simultanément au collège des augures. Plusieurs pontifes furent, en revanche, également flamines du culte impérial, conformément à une pratique répandue en Italie406. Ce fut le cas à Corinthe407 et à Héliopolis408. Les pontifes connus dans la colonie de Philippes partageaient les mêmes caractéristiques (tabl. 10).

Tableau 10 — Déroulement des carrières des magistrats philippiens ayant revêtu le pontificat.

CIPh II.1 Nom du magistrat Déroulement de la carrière
 53 P. Cornelius Asper Atiarius Montanus cheval public – orn dec hon – orn IIvir hon – pontif – flam
 60 C. Oppius Montanus chevalier – fils de la colonie – orn dec hon – orn IIvir hon – orn quinq hon – irenar – IIvir – muner – pontif – flam – princeps – patron
152 [---] [---] pontif – flam [---] IIvir – IIvir quinq bis
157 [---] [---] dec [---] praef IIvir [---] pontif [---] muner [---] IIvir [---]
184 [---] [---] dec – pontif [---]
  • 409 En raison de l’état fragmentaire de l’inscription 184, seule est conservée la mention du rang de dé (...)
  • 410 53, 60, 152.

83À l’exception du chevalier P. Cornelius Asper Atiarius Montanus (53), dont la carrière fut brusquement interrompue par une mort prématurée, les autres pontifes accédèrent au duumvirat409. Trois d’entre eux furent aussi flamines du culte impérial410.

5.2. L ’augurat

  • 411 Ladage, Kultämter, p. 53-54 ; JADelgado Delgado, « Los augures y el augurado en la Hispania rom (...)

84Les augures étaient chargés de l’observation et de l’interprétation des signes divins dans l’intérêt de la communauté et en son nom. Ces prêtres étaient également habilités à procéder aux rituels propitiatoires présidant à toute entreprise publique, en particulier lors de fêtes et de cérémonies et lors de la consécration d’espaces dédiés aux dieux411.

  • 412 CIAlb 37 = LIA 39 ; CIAlb 58 = LIA 41 (le chevalier fut aussi flamine, mais pas duumvir) ; CIAlb 98 (...)
  • 413 Corinth VIII/2, nos 67, 86-90 ; Corinth VIII/3, nos 156, 158-163, 204.
  • 414 I. Alexandreia Troas 15, 34, 42 (le titre est transcrit en grec αὔγουρα, à l’accusatif ; cf. HJ(...)
  • 415 CIL III 170 ; IGLMusBey 65.
  • 416 Voir aussi Levick, Colonies, p. 87 ; Byrne, Labarre, Antioche, nos 9, 12 (noter la forme αὔγουρος, (...)
  • 417 CIL XIII 5703 ; cf. M.-DPoncin, « Les prêtrises publiques dans la colonie de Philippes », CCG 12 (...)
  • 418 Il est peut-être aussi question d’augures, au pluriel, dans la colonie de Césarée Maritime : CM(...)
  • 419 L ’interprétation de la ligature figurant à la l. 1 de l’épitaphe 148 comme les lettres A et V pour (...)
  • 420 Ladage, Kultämter, p. 103.

85On relève plusieurs mentions d’augures dans les colonies romaines d’Orient, en particulier à Dyrrachium412, Corinthe413, Alexandrie de Troade414 et Berytus415, où la quasi-totalité de ces prêtres furent également duumvirs, certains appartenant de surcroît à l’ordre équestre416. Une seule inscription se rapporte, à Philippes, à l’augurat, même si cette attestation a pu faire l’objet de discussions. Dans la dédicace d’un édifice thermal découverte à Kavala, on lit, en effet, à la première ligne, le titre des magistrats qui ordonnèrent les travaux ou, plus probablement, qui réceptionnèrent le chantier et inaugurèrent l’édifice : IIuiri quinq(uennales) Philipp(iensium) AVGVR.[---] (149). Suivent les noms de plusieurs personnages au nominatif. Il est probable qu’il faille reconnaître ici le titre d’augure plutôt que le gentilice Augurius, comme cela a parfois été proposé, ce gentilice n’étant attesté qu’une fois en Germanie Supérieure417 ; on restituera donc de préférence augur.[es]418. Il apparaît que les quinquennaux en question étaient tous deux également augures. Nous pouvons y voir une confirmation de ce que les augures – d’autant que cette prêtrise était revêtue à vie – étaient choisis principalement parmi les notables locaux les plus en vue, dont faisaient incontestablement partie les deux magistrats philippiens du moment qu’ils avaient accédé à la quinquennalité. L ’augurat pourrait encore éventuellement être restitué, dans la colonie, dans la carrière d’un magistrat qui parvint au duumvirat, juste après la mention du pontificat (157)419, mais on notera que les cas de cumul des deux prêtrises demeurent rares420.

5.3. Les prêtrises du culte impérial

  • 421 MKantiréa, Les dieux et les dieux Augustes. Le culte impérial en Grèce sous les Julio-claudiens e (...)
  • 422 SEstienne, ThesCRA V (2005), s.v. « Rome : culte du peuple romain », p. 84-85, 93-95 ; RFrei-St (...)
  • 423 IGradel, Emperor Worship and Roman Religion2 (2004) ; FCamia, Theoi Sebastoi. Il culto degli im (...)
  • 424 JADelgado Delgado (n. 402, 2005), p. 128-129 ; MHorster, « Priestly Hierarchies in Cities of (...)

86Au contraire des provinces orientales, où un culte fut rendu à Auguste de son vivant à l’initiative des cités grecques et des koina421, les premières manifestations de dévotion, d’abord envers César divinisé, puis envers le princeps, furent, en Occident, le fait des plus hautes autorités de l’État romain. Des prêtrises furent ainsi instituées en l’honneur de César, d’Auguste, puis des empereurs successifs sur le modèle des flaminats et des sodalités déjà existants qui étaient consacrés à diverses divinités. Celles-ci furent revêtues par des membres de la famille impériale, du moins dans les premiers temps, ainsi que par des membres de l’aristocratie sénatoriale422. Le culte impérial connut ensuite un développement très important et des prêtrises attachées à ces célébrations se répandirent non seulement au sein des structures fédérales propres à chaque province sous l’effet de l’intervention des autorités impériales, mais également dans les municipalités, tant dans les communautés de type romain que dans les cités pérégrines423. Dans les provinces occidentales, les prêtres du culte impérial municipal étaient, en principe, appelés flamines et ils semblent avoir été nommés par le Conseil. À la différence des augures et pontifes, leur fonction était annuelle424.

  • 425 Lorsqu’il est abrégé, le titre de flamen apparaît sous la forme flam(en) (62, 121, 130, 153, 154 ?) (...)
  • 426 I. Sinope 100, 102.
  • 427 ILS 9414.
  • 428 CIL III 6848 ; WMCalder (n. 203).
  • 429 I. Apameia u. Pylai 51.
  • 430 RPC I 2262 ; I. Parion 5-6. J.-HRömhild, « Römische Bürger in der Troas », dans ESchwertheim(...)
  • 431 Pompéi est une des exceptions notables : Ladage, Kultämter, p. 42-44 ; cf. Bertrand, Religion, p. 3 (...)
  • 432 I. Alexandreia Troas 41 ; cf. ILS 5883 (Amastris), 7209 (Gortyne) ; AE 1963, 3 (Syedra).
  • 433 CIL III 6835-6837 (ILS 5081) ; WMRamsay, JRS 6 (1916), p. 106, no 6 ; id. (n. 405), p. 197, no (...)
  • 434 AArnaldi, « Osservazioni sul flaminato dei Divi nelle province africane », dans MMilanese, PR (...)
  • 435 6, 60, 66, 130 ; CIPh II.1, App. 4, no 4 (le personnage a exercé ce même flaminat dans la colonie d (...)
  • 436 6 ; cf. ILS 6481. Voir également, à Corinthe, le titre d’un augustal qualifié d’Aug(ustalis) Ti. Ca (...)
  • 437 53.
  • 438 62, 68, 151 (il est peut-être aussi question dans cette inscription du flaminat du diuus Titus). Po (...)
  • 439 152.
  • 440 CIPh II.1, App. 4, no 4. Cf. Corinth VIII/2, no 68.
  • 441 RPC I 1650, 1653-1655. Voir supra p. 41.
  • 442 121 ; cf. H.-G. Pflaum, « Les titulatures abrégées “Imp. Antoninus Aug.” et “Antoninus Imp.” s’appl (...)
  • 443 127.
  • 444 6. On peut aussi suggérer de restituer un doublement du flaminat dans les inscriptions fragmentaire (...)

87On relève à Philippes de nombreuses attestations du flaminat425. Dans quelques colonies d’Orient – comme à Sinope426, Iconium427, Antioche de Pisidie (où le titre de flamen était cependant plus répandu)428 et peut-être Apamée429 –, les prêtres du culte impérial portaient parfois le titre de sacerdos, certainement sous l’influence du grec ἱερεύς, comme on le voit à Parion où les deux titres, latin et grec, coexistaient430. Car, en Occident, le titre de sacerdos, qui était ordinaire pour les prêtres du culte impérial provincial, était rarement employé pour désigner les prêtres du même culte à l’échelon municipal, à la différence des prêtresses431. Le terme générique ἱερεύς était, de même, couramment utilisé pour désigner les prêtres nommés flamines en latin, comme le rappelle une inscription honorifique d’Alexandrie de Troade dans laquelle on prit soin de poser l’équivalence entre les deux titres : ἱερέα [τῶν Σεβα]στῶν τὸν προσ[αγορευόµε]νον φλάµινα432. Au contraire de ce qui prévalait notamment à Antioche, où ces prêtres portaient le titre de flamine sans autre précision et étaient affectés au culte des empereurs dans leur ensemble433 – à l’instar de ce que l’on observe en Afrique, par exemple434 –, les flamines philippiens étaient attachés au culte d’un empereur en particulier, explicitement identifié dans leur titulature. On rencontre ainsi des prêtres du diuus Augustus435, de Ti. Caesar Augustus (il s’agit de Tibère, qui continua à faire l’objet d’un culte après sa mort, bien qu’il n’ait pas été divinisé)436, du diuus Claudius437, du diuus Vespasianus438. Il est possible qu’ait été introduit à Philippes également un flaminat du divin Jules439, comme à Alexandrie de Troade440. Cela put se faire à l’instigation d’Octave-Auguste à la suite de la refondation de la colonie, car c’est à partir de son règne qu’apparut sur les monnaies philippiennes le type représentant une statue du divin Jules couronnant une statue de son fils adoptif, qui deviendra canoniquesur les émissions de la colonie441. Les empereurs semblent, par ailleurs, avoir déjà été vénérés de leur vivant à Philippes, comme le suggère la titulature d’un prêtre qualifié de flam(en) imp(eratoris) Antonini442. Après la divinisation d’Antonin le Pieux, le prêtre en charge de son culte fut appelé, en revanche, flamen diui Antonini Pii443. Le nombre de prêtres du culte impérial dut, par conséquent, augmenter à mesure que de nouveaux empereurs bénéficiaient de l’apothéose. Il n’est pas certain, toutefois, que tous les empereurs divinisés aient continué à faire l’objet d’un culte individuel plusieurs décennies après leur mort et il est probable, au contraire, qu’on se limitait à consacrer un flaminat à l’empereur régnant, ainsi que sans doute à l’empereur qui l’avait directement précédé, pour autant que sa mémoire n’ait pas été condamnée. On relève, du moins, que Tibère était honoré d’un flaminat sous le règne de Claude (6) et qu’une prêtrise était encore consacrée au divin Vespasien dans les premières décennies du iie s., ce qui se justifie en l’occurrence par la proximité temporelle du règne des Flaviens (62, 68). Un prêtre du divin Auguste nous est encore connu à la même époque (60, 130), mais le cas du fondateur du Principat demeure particulier et explique qu’un flaminat lui ait été conservé aussi longtemps. Le fait qu’un notable philippien fut à la fois flamine du divin Auguste et flamine de Tibère au cours de sa carrière tend à confirmer que ces prêtrises étaient annuelles dans la colonie444. On relèvera d’ailleurs, à ce propos, l’inscription 154 qui semble mentionner la répétition à cinq reprises du titre de flamine dans la carrière d’un seul et même notable.

  • 445 Voir, en particulier, l’inscription 153 où l’interprétation du titre flam(en), en ouverture de l’in (...)
  • 446 Corinth VIII/2, no 67.
  • 447 IGLS VI 2787, 2942. Dans ces deux inscriptions, la résolution de l’abréviation Aug. en Aug(ustalis)(...)
  • 448 I. Alexandreia Troas 41 : ἱερέα [τῶν Σεβα]στῶν τὸν προσ[αγορευόµε]νον φλάµινα ; AE 1994, 1741 (Coma (...)
  • 449 I. Sinope 102. Comparer le titre de flamen diuorum omnium à Firmum Picenum : Bertrand, Religion, p. (...)
  • 450 CIPh II.1, p. 368-369, à propos de Pilhofer II 642a (AE 2014, 1192).
  • 451 Voir AE 1950, 236 (IGLMusBey 73) pour un événtuel flamine de Mars dans la colonie de Berytus, ainsi (...)

88La titulature des flamines philippiens put cependant, dans quelques cas, prendre une forme différente445. On peut ainsi envisager de restituer le titre [flame]n Aug(usti) dans l’inscription 155. Augustus est certainement à comprendre ici dans un sens générique et ne paraît pas renvoyer à un empereur en particulier. Cette formulation suggère que le flamine en question desservait probablement le culte des empereurs dans leur ensemble, non seulement de l’empereur régnant, mais aussi des empereurs décédés qui avaient été divinisés. Un tel titre se rencontre notamment dans les colonies de Corinthe446, Berytus et Héliopolis447. On ne peut toutefois exclure qu’ait été plutôt visé par l’appellation Augustus le seul empereur régnant. La chose est claire, en revanche, quand, dans certaines colonies, la titulature des prêtres recourt au pluriel Σεβαστοί, en grec, pour désigner les empereurs vénérés dans le cadre du culte448 ou encore, comme à Sinope, lorsqu’on précise que le prêtre fut sacerdos omnium Caesar(um)449. On notera, enfin, qu’une révision de la pierre a permis d’exclure la lecture fl(amen) sedi(s) Apol(linis) qui avait été proposée pour une base votive provenant d’Éleuthéroupoli et sur laquelle la prêtrise de flamine n’apparaît en fin de compte pas450. Il s’ensuit qu’à Philippes, le flaminat était, comme le plus souvent, une prêtrise attachée exclusivement au culte impérial451.

89Le flaminat était, dans la colonie, réservé aux notables les plus en vue. Tous les flamines dont nous connaissons la carrière de manière étoffée parvinrent au duumvirat (tabl. 11).

Tableau 11 — Déroulement des carrières des magistrats philippiens ayant revêtu le flaminat.

CIPh II.1 Nom du magistrat Déroulement de la carrière
6 L. Atiarius Schoenias [---] flam bis – juge des cinq décuries – carrière militaire équestre
53 P. Cornelius Asper Atiarius Montanus cheval public – orn dec hon – orn IIvir hon – pontif – flam
60 C. Oppius Montanus chevalier – fils de la colonie – orn dec hon – orn IIvir hon – orn quinq hon – irenar – IIvir – muner – pontif – flam – princeps – patron
62 C. Valerius Ulpianus bénéficiaire dans les cohortes urbaines – q – IIvir – praef fabr – flam
66 [---]lus tribun militaire – flam
68 [---] [---] chevalier – flam [---]
69 [---] [---] flam – praef fabr [---] IIvir [---]
121 M. Figilius Pudens orn dec hon – aed – IIvir – flam
127 P. Marius Valens orn dec hon – aed – dec – flam – IIvir – muner [---]
130 C. Oppius Montanus patron – flam [---]
151 [---] [---] muner [---] flam [---]
152 [---] [---] pontif – flam [---] IIvir – IIvir quinq bis
153 [---] flam [---]
154 [---] [---] flam V ( ?) [---]
155 [---] [---] IIvir quinq – muner [---] flam ( ?) [---]
App. 4, no 4 C. Antonius Rufus flam dans les colonies d’Alexandrie de Troade, Apri et Philippes – carrière municipale complète dans les colonies d’Apri, Philippes et Parion – carrière militaire équestre
  • 452 67 ( ?), 69, 127, 152.
  • 453 60, 62, 121, 155 ( ?), 172 ( ?).
  • 454 6, 53, 60, 62, 66, 68-69 ; CIPh II.1, App. 4, no 4. Voir aussi 67 ( ?).
  • 455 CIPh II.1, App. 4, no 4.
  • 456 Voir infra p. 214-216.
  • 457 Le même procédé apparaît dans l’inscription en l’honneur de C. Antonius Rufus (CIPh II.1, App. 4, n(...)
  • 458 Ladage, Kultämter, p. 71-72.
  • 459 W. Eck (n. 3).
  • 460 .53, 60, 152.
  • 461 Ladage, Kultämter, p. 103. Voir, de même, Corinth VIII/2, no 68 ; IGLS VI 2787, 2791 (Héliopolis) ; (...)

90Certains magistrats furent flamines avant d’accéder à la magistrature suprême452, d’autres après453. Le flaminat fut pour certains d’entre eux le couronnement de la carrière municipale. Surtout, huit flamines – soit la moitié des cas connus – étaient membres de l’ordre équestre ou, pour le moins, accédèrent à la préfecture des ouvriers454. Dans la dédicace du dallage du forum, le promoteur des travaux – qui fut contraint de résumer sa carrière afin de contenir sa titulature dans un espace raisonnable – fit mention du flaminat du divin Auguste comme unique charge municipale, suggérant à lui seul le statut dont jouissait l’intéressé dans la colonie, en plus de son rang de chevalier qui était rendu manifeste par le grade de tribun militaire (66). C’est également le flaminat du divin Auguste qui fut mis en évidence dans la carrière du chevalier C. Antonius Rufus telle qu’elle fut rappelée dans l’inscription érigée en son honneur dans la colonie d’Alexandrie de Troade455. Celui-ci avait revêtu le flaminat du divin Auguste à Apri et à Philippes, où il avait d’ailleurs suivi l’ensemble de la carrière locale, de même qu’à Parion, ce qui lui valut le titre de princeps456. Parmi toutes les charges dont Rufus dut s’acquitter à Philippes, seul le flaminat fut retenu, sans doute parce que c’est précisément en qualité de flamine, en l’occurrence du divin Jules, qu’il avait été honoré par les uici urbains d’Alexandrie de Troade. À Philippes même, L. Atiarius Schoenias fut à plusieurs reprises prêtre du culte impérial en revêtant tour à tour le flaminat du divin Auguste et le flaminat de l’empereur Tibère (6). Il est remarquable, dans ce cas, que les prêtrises revêtues par l’intéressé dans la colonie aient été mentionnées avant sa carrière équestre, d’autant que celle-ci était énumérée dans un ordre décroissant457. Le cas du chevalier P. Cornelius Asper Atiarius Montanus, qui décéda prématurément à vingt-trois ans, mérite encore de retenir notre attention (53). Celui-ci avait, au moment de mourir, déjà été honoré des ornements décurionaux et duumviraux et il avait exercé le pontificat et le flaminat du divin Claude. La différence faite entre le rang de décurion et la magistrature de duumvir, d’une part, pour lesquels Montanus ne reçut que la dignité, et les prêtrises de pontife et de flamine, d’autre part, auxquelles il accéda de plein droit, montre que les prêtres publics n’étaient pas soumis aux mêmes limitations d’âge que les membres de l’ordo. Seule la majorité civile comptait et il n’était pas nécessaire d’avoir vingt-cinq ans pour être pourvu de ces prêtrises458. Ces considérations rendent d’autant plus singulières les dispositions – jusqu’alors inconnues – d’un chapitre de la loi municipale de Troesmis en Mésie Inférieure, émise sous le règne de Marc Aurèle, qui semblent avoir introduit une limite d’âge, fixée à trente-cinq ans, pour y revêtir un sacerdotium, sauf exceptions dues à la situation familiale du candidat459. On notera, enfin, que, parmi les flamines philippiens, trois d’entre eux étaient également pontifes460. Ce cas de figure est, du reste, relativement commun en Italie461. Dans cette configuration, le flaminat était, dans la carrière de l’intéressé, mentionné après le titre de pontife, lequel était considéré comme plus prestigieux du moment qu’il était décerné à vie.

  • 462 JADelgado Delgado (n. 402, 2005), p. 129-131.
  • 463 UHahn, Die Frauen des römischen Kaiserhauses und ihre Ehrungen im griechischen Osten anhand epigr (...)
  • 464 CIL III 154 ; AE 1939, 68 (IGLMusBey 75).
  • 465 EAHemelrijk, « Priestesses of the Imperial Cult in the Latin West: Titles and Function », AC 74 (...)
  • 466 AE 2006, 1237.
  • 467 MFPetraccia, « Donne e culti nelle province romane dell’Impero: il caso della Macedonia », dans (...)
  • 468 WMRamsay (n. 271). La même prêtrise apparaît dans B. Levick, JRS 54 (1964), p. 98-99, no 2, où (...)
  • 469 Voir également, dans le municipe de Stobi à propos des inscriptions IStob 15-17, FPapazoglou, « D (...)
  • 470 Corinth VIII/3, no 153 ; cf. MKajava (n. 340).
  • 471 Corinth VIII/1, no 19.
  • 472 Rizakis, Patras, no 5.
  • 473 Voir, de même à Antioche de Pisidie, AE 2005, 1482.
  • 474 EAHemelrijk (n. 465), p. 150-151.
  • 475 AE 2008, 1339-1340.
  • 476 SEG XVII 319 (IStob 37) : [Ἀρτέµι- uel   Ἴσι]δος Λοχίας ἱέρειαν καὶ Σεβαστῶν.

91Des prêtresses desservaient, de même, le culte des impératrices462. Celles-ci étaient appelées sacerdotes (118, 126). On ne connaît dans la colonie que des prêtresses de la diua Augusta, à savoir de Livie, qui fut divinisée en 42, plus de dix ans après sa mort, à l’initiative de l’empereur Claude463. Le titre de sacerdos – plutôt que flaminica, qui était répandu dans le reste des provinces occidentales et qui se rencontre également dans la colonie de Berytus-Héliopolis464 – était caractéristique de l’Italie (où il coexistait cependant avec celui de flaminica) et, dans une moindre mesure, de l’Espagne au ier s. apr. J.-C.465. On ne peut toutefois exclure qu’il se soit plutôt agi, à Philippes, de la traduction du titre grec ἱέρεια qui était utilisé pour désigner les prêtresses du culte impérial dans les provinces hellénophones, notamment dans la cité voisine de Thasos où est attestée une Θεᾶς Ἰουλίας Σεβαστῆς ἱέρηα encore du vivant de Livie466, ainsi que dans le reste de la province de Macédoine467. Le même phénomène se serait donc produit que pour le titre de sacerdos porté par des prêtres mâles dans certaines colonies d’Orient. Une sacerdos deae Iuliae Augustae est également attestée à Antioche de Pisidie468. Le recours au substantif dea plutôt qu’à l’adjectif diua est, là encore, une traduction du formulaire grec469, le terme θεός  /  θεά étant régulièrement employé dans les cités grecques pour qualifier un empereur ou une impératrice faisant l’objet d’un culte, comme on vient de le voir grâce à l’inscription thasienne. De la même manière, le nom du concours de poésie intitulé [ad Iulia]m diua[m Au]g(ustam)470 se déroulant durant les Caesarea de Corinthe fut traduit en grec εἰς θεὰν Ἰουλίαν Σεβαστήν471. Une autre prêtresse du culte impérial est mentionnée dans la colonie de Patras, où une certaine Aequana Musa fut à la fois sacerd(os) Dianae Aug(ustae) Laphriae et sac(erdos) Aug.472. Au contraire d’A. Rizakis, qui prend le parti de résoudre la dernière abréviation en Aug(usti), nous préférons lire sac(erdos) Aug(ustae) et comprenons que cette femme était prêtresse d’une impératrice473, car on ne connaît, dans les provinces, aucun cas où une prêtresse puisse être associée de manière certaine au culte d’un empereur plutôt que d’une impératrice474. À Alexandrie de Troade également, une femme revêtit une double prêtrise liée à la célébration des empereurs en étant en même temps sacerdos Victoriae Aug(usti) et diuae Aug(ustae). La même femme exerça encore deux autres prêtrises de portée publique dans la colonie en devenant prophétesse d’Apollon Smintheus et sacerdos Liberi Patris475. Enfin, dans le municipe de Stobi, une prêtresse fut en charge simultanément du culte des impératrices et de celui d’Artémis (ou d’Isis) Lochia476.

  • 477 MSève, PWeber, « Un monument honorifique au forum de Philippes », BCH 112 (1988), p. 474-479.
  • 478 MGGranino Cecere (n. 465), p. 30-31.
  • 479 Pilhofer II 222.
  • 480 AE 1998, 1210. Cf. PThonemann, « The Women of Akmoneia », JRS 100 (2010), p. 163-178.
  • 481 6 (contribution d’une certaine [---]tia Paulla à l’embellissement de thermes), 18 (hypothétique par (...)

92La magnificence du monument qu’une des prêtresses philippiennes érigea sur le forum, au cours du dernier tiers du ier s. apr. J.-C., en l’honneur des autres sacerdotes diuae Augustae laisse présager de l’aura qui était attachée à la fonction de prêtresse et du statut social dont jouissaient les femmes qui en étaient pourvues (126). Cette grande base, installée à l’angle Nord-Est du forum, supportait à l’origine les statues de sept femmes, les noms de cinq d’entre elles ayant été conservés. Malgré la contrainte que cela représentait, la base fut épargnée lors de l’édification dans le même secteur du temple du culte impérial à l’époque antonine, ce qui suggère que les femmes qui étaient honorées sur ce monument étaient issues de familles toujours influentes dans la colonie près d’un siècle après l’érection du monument477. L ’importance de la lignée pour ces femmes est soulignée par la mention systématique de leur filiation. On compte parmi elles deux Iuliae vraisemblablement issues de familles d’ascendance pérégrine prééminentes ayant obtenu la citoyenneté romaine d’Auguste lors de la refondation de la colonie ; on note, par ailleurs, que deux prêtresses provenant de gentes différentes portaient le même cognomen Auruncina, originaire de Campanie, ce qui suggère des liens entre leurs familles respectives. Maecia Auruncina Calaviana, l’auteur de la dédicace, voulut rendre hommage à certaines des femmes qui, comme elle, avaient revêtu la prêtrise de la diua Augusta. Il se peut qu’il se soit agi des prêtresses ayant directement précédé Calaviana dans cette fonction. La réunion sur un même monument de ces prêtresses paraît confirmer que ce sacerdoce était annuel478. Il n’est pas certain, en revanche, que Calaviana ait encore été en charge lors de l’érection du monument. Du moins le titre de sacerdos ne figure-t-il pas dans la dédicace générale de la base, gravée sur la largeur du monument, au contraire de l’inscription figurant directement au-dessous de la statue par laquelle Calaviana avait pris soin de se faire représenter en qualité de prêtresse, à l’instar de ses collègues. Quoi qu’il en soit, Calaviana était assurément, à son époque, l’une des femmes les plus en vue à Philippes, ayant également pris l’initiative d’élever sur le forum une statue en l’honneur de son frère479. On notera, par ailleurs, qu’une des femmes honorées d’une statue sur la base collective voulue par Calaviana n’avait manifestement pas été prêtresse, le titre de sacerdos étant omis pour elle. Octavia Polla dut néanmoins à son extraction et à sa notoriété de figurer au côtés des prêtresses du culte impérial sur le même monument. On sait qu’à Dion, les épouses des colons et des résidents pérégrins (colonarum et incolarum coniuges) se réunissaient à la manière d’une association et jouissaient ainsi collectivement d’une visibilité dans la colonie480. À Philippes, l’influence que certaines femmes pouvaient exercer dans la vie publique transparaît notamment dans le fait que plusieurs d’entre elles participèrent au financement de bâtiments de première importance situés dans le centre monumental481. Une autre prêtresse de la diua Augusta est encore connue dans la colonie. Il s’agit de Cornelia Asprilla, qui fut en fonction dans les mêmes années où Maecia Auruncina Calaviana érigea son monument sur le forum. Peut-être était-elle aussi honorée d’une des statues qui se dressaient sur la base. Cornelia Asprilla était, pour sa part, la fille d’un chevalier, P. Cornelius Asper Atiarius Montanus, qui fut lui-même flamine du divin Claude dans la colonie (118).

D’autres prêtrises publiques

  • 482 I. Alexandreia Troas 41. Un προφήτης τοῦ Σµινθέως y est, de même, attesté : I. Alexandreia Troas 43 (...)
  • 483 Byrne, Labarre, Antioche, nos 9, 11, 12 ; cf. NBelayche, « Un dieu romain et ses dévôts au sanctu (...)
  • 484 IGLS VI 2780, 2790-2792 ; cf. NBelayche, A.-RHošek, « Anatomie d’une rencontre dans des constru (...)
  • 485 C. Katsari, SMitchell, « The Roman Colonies of Greece and Asia Minor. Questions of State and Civi (...)
  • 486 Rizakis, Patras, p. 36-37 ; A. D. Rizakis, « Colonia Augusta Achaïca Patrensis : réaménagements urb (...)
  • 487 Rizakis, Patras, no 5. Voir supra pour l’interpétation du titre sac(erdos) Aug. dans cette inscript (...)
  • 488 A. D. Rizakis (n. 282), no 10.
  • 489 Voir, de même, l’inscription 168 et supra p. 152-153.
  • 490 CIPh II.1, p. 52-55.

93Les attestations de prêtres et de prêtresses du culte impérial sont beaucoup plus nombreuses à Philippes que dans le reste des colonies romaines d’Orient. On n’y trouve guère, en revanche, de mention de prêtrises publiques supplémentaires, alors que les sacerdoces consacrés à d’autres divinités revêtus par des magistrats étaient tout à fait courants dans ces dernières. De manière générale, il est malaisé de distinguer, dans les colonies, les prêtrises de cultes publics desservis par des magistrats municipaux des prêtrises de cultes que l’on pourrait qualifier de privés et qui dépendaient de collèges et associations. L ’identité de la divinité vénérée et le statut du sanctuaire où celle-ci était honorée permettent parfois de trancher. L ’insertion de la prêtrise en question dans la carrière d’un magistrat est souvent un indice en faveur de son inclusion parmi les fonctions municipales. Il s’agit, dans bien des cas, de la prêtrise affectée au principal sanctuaire du lieu, dont l’existence était antérieure à la déduction de la colonie. On relève ainsi un ἱερεὺς Ἀπόλλωνος Σµινθέος à Alexandrie de Troade482, un ἱερεύς ou ἀρχιερεὺς τοῦ πατρίου θεοῦ Μηνός à Antioche de Pisidie483, un sacerdos Iouis Optimi Maximi Heliopolitani à Héliopolis484. Ce phénomène consistant, pour les colonies d’Orient, à s’approprier les anciennes divinités tutélaires des cités auxquelles elles s’étaient subsituées transparaît dans leur monnayage, où les types proprement romains (références à la déduction coloniale, figuration de dieux romains ou d’allégories impériales) furent progressivement remplacés par des représentations des dieux locaux, sur le modèle des frappes des cités pérégrines. Cette évolution est, de manière générale, perceptible dans le courant du iie s.485. À Patras, cependant, c’est dès le règne d’Auguste que Laphria – dont la statue de culte avait été transférée d’Étolie sur ordre de l’empereur – fut choisie comme divinité tutélaire de la colonie486. Son culte fut associé, dès l’origine, aux actes de dévotion envers l’empereur. On y relève ainsi une sacerdos Dianae Augustae Laphriae qui fut également prêtresse du culte impérial487, de la même manière que, dans la colonie voisine de Dymè, une prêtrise fut consacrée à Vénus Augusta et, de la sorte, étroitement associée aux célébrations du culte impérial488. Nous avons déjà eu l’occasion de relever que la colonie de Philippes avait, elle aussi, fait figurer sur ses émissions monétaires une divinité ancestralement vénérée dans la région, le Héros Aulonitès, sous le règne de Gallien. De plus, la dédicace d’une table de mesures par un duumvir philippien dans le sanctuaire du Héros, à Kipia, suggère que celui-ci était, d’un point de vue administratif, placé sous la tutelle des magistrats de la colonie (158)489. Aucun élément ne permet, en revanche, de prouver que le culte du Héros était desservi par un prêtre public ayant le rang de magistrat municipal490.

  • 491 NBelayche, « Les formes de religion dans quelques colonies du Proche-Orient », ARG 5 (2003), p. 1 (...)
  • 492 MBoos, Heiligtümer römischer Bürgerkolonien. Archäologische Untersuchungen zur sakralen Ausstattu (...)
  • 493 ILS 7200a.
  • 494 Corinth VIII/3, nos 152, 194-196, 198, 203, 207.
  • 495 Pilhofer II 178, 186 ; cf. Collart, Philippes, p. 393-395 ; P. Collart, P. Ducrey, Philippes I. Les (...)
  • 496 M. Sève, P. Weber, « Le côté Nord du forum de Philippes », BCH 110 (1986), p. 531-581 ; Sève, Weber(...)
  • 497 AE 2012, 1377 (cf. CIPh II.1, App. 3, no 10). Comparer la dédicace d’un theatron à Zeus, à Roma et (...)
  • 498 Voir supra p. 111-112.
  • 499 AE 2012, 1382. Pour d’autres dédicaces à Jupiter provenant du territoire de la colonie, voir Pilhof (...)
  • 500 Pilhofer II 514. Cf. CBrélaz, « Thracian, Greek, or Roman ? Ethnic and Social Identities of Worsh (...)

94En tant que divinité emblématique du panthéon de l’État romain, Jupiter reçut une attention particulière dans les colonies491, où des temples étaient, en principe, réservés à la triade capitoline dans le centre de la ville, sur le modèle de l’Urbs492. On note ainsi un sacerdos Iouis Optimi Maximi à Antioche de Pisidie493. Le prêtre affecté à ce culte portait à Corinthe un titre grec inspiré des pratiques en vigueur au sanctuaire de Zeus à Olympie et il était appelé theocolus Iouis Capitolini494. Iuppiter Optimus Maximus était également vénéré à Philippes, comme l’attestent notamment des dédicaces gravées sur les rochers de l’acropole495. C’est du reste sur les premières pentes de l’acropole aménagées en une terrasse dominant la place basse du forum qu’on s’accorde à localiser ce qui devait servir de Capitolium à la colonie, là où se dressaient vraisemblablement les temples dédiés à la triade capitoline496. Un prêtre paraît avoir été spécialement attaché au culte de Iuppiter Optimus Maximus, s’il convient de résoudre en sac(erdos) l’abrévation SAC qui se lit sur l’une des dédicaces rupestres (225). Une dédicace votive trouvée à Néos Skopos, dans la région de Serrès, allie Iuppiter Optimus Maximus au culte du divin Auguste497. L ’offrande de la part d’un citoyen romain d’une dédicace à cette forme de Jupiter dans ce qui formait certainement alors une praefectura de Philippes visait sans doute à affirmer la dépendance de cette portion de la vallée du Strymon envers la colonie romaine, dans un environnement pour le reste entièrement pérégrin498. Les offrandes à Jupiter n’étaient toutefois pas réservées aux colons romains et on note, par exemple, qu’un incola thrace avait prévu dans son testament que la somme qu’il avait léguée à son uicus devrait être transmise aux sancti cultores Iouis Optimi Maximi si ses dispositions initiales n’étaient pas respectées499. De même, Iuppiter Fulmen fit, aux côtés de Mercure et d’une divinité thrace nommée Myndrytus, l’objet d’une dédicace commune de la part de résidents pérégrins de la colonie dans une région périphérique de la pertica, le vallon de Prossotsani500.

  • 501 I. Sinope 102.
  • 502 Laminger-Pascher, Lykaonien, no 166. Voir aussi de manière très hypothétique, à Philippes même, l’i (...)
  • 503 I. Central Pisidia 4.
  • 504 I. Alexandreia Troas 39, 74, 135.
  • 505 Rizakis, Patras, nos 4, 129-130. Pour des ornements d’une prêtrise indéterminée à Corinthe, voir Co (...)
  • 506 Levick, Colonies, p. 88 ; Byrne, Labarre, Antioche, nos 163, 164.
  • 507 IGR III 299.
  • 508 MChristol, TDrew-Bear, « Caracalla et son médecin L. Gellius Maximus à Antioche de Pisidie », d (...)
  • 509 Pilhofer II 407, 509e, 519 ; CIPh II.1, p. 365-366, à propos de Pilhofer II 19 ; cf. Collart, Phili (...)
  • 510 Pilhofer II 164-166.
  • 511 193 ; Pilhofer II 175, 581.
  • 512 Voir supra p. 177-178.
  • 513 Pilhofer II 190-191, 193. Voir aussi Pilhofer II 602, 615b, 641a.
  • 514 Pilhofer II 142-144.
  • 515 AE 1994, 1741 : ἀρχιερασά[µ]ενον τῶν Σεβα[σ]τῶν. Voir, de même, à Iconium, IGR III 1473 : [Τι]βερίο (...)
  • 516 I. Central Pisidia 33 (Cremna). Voir, de même, supra p. 168-170 pour Antioche de Pisidie et Parion. (...)

95D’autres divinités semblent avoir encore fait l’objet d’un culte public dans les colonies d’Orient : on note un sacerdos Dei Mercuri à Sinope501, un sacerdos Martis à Lystra502 et peut-être un sacerdos Bonae Fortunae à Cremna503. Le statut élevé dont jouissaient les prêtres publics dans les colonies est illustré par le fait que des ornamenta sacerdotalia pouvaient être conférés à titre honorifique, de la même manière que les décorations de décurion ou de magistrat. Ainsi, les ornements de prêtre, couplés à ceux de duumvir, étaient octroyés aux plus grands notables à Alexandrie de Troade504. Au vu de l’importance de son sanctuaire pour la colonie, il s’agit certainement, en l’occurrence, des ornements de la prêtrise d’Apollon Smintheus. Ce sont, de même, les ornements de la prêtresse de Diane Laphria qui étaient offerts à Patras aux femmes d’exception505. Plusieurs autres prêtres étaient, dans les colonies d’Orient et notamment à Antioche de Pisidie506, qualifiés de sacerdotes sans autre précision, si bien qu’on ne peut se prononcer sur la nature du culte et le statut de l’officiant. De même, il n’est pas certain que l’ἀρχιερεὺς τοῦ ἐπιφανεστάτου θεοῦ Διονύσου doive, dans cette dernière colonie, être considéré comme un prêtre public, même si le personnage ayant revêtu cette prêtrise était un ancien duumvir507. Il en va de même du sacerdos dei Aesculapi508. Le titre de sacerdos était aussi employé à Philippes pour désigner des prêtres officiant au sein de collèges privés509, ceux de Silvain510 et d’Isis511 parmi les plus importants. Quant au titre d’ἀρχιερεύς sans autre précision qui apparaît dans une inscription (55), il est probable qu’il ait été revêtu au sein de l’association des fidèles des dieux égyptiens, de même que les fonctions d’agonothète et de gymnasiarque également exercées par l’intéressé512. Le titre de ἱερεύς était, d’ailleurs, porté dans la colonie par des prêtres d’Isis et Sérapis513 et de Némésis514, entre autres. On notera que des prêtres du culte impérial municipal pouvaient également porter dans les colonies d’Orient le titre d’ἀρχιερεύς, comme dans les cités pérégrines. Dans ce cas, la nature du culte était normalement précisée, comme à Comama par exemple, où un notable fut honoré pour avoir notamment « revêtu la grande-prêtrise des empereurs »515. Mais cela n’avait rien de systématique et le titre ἀρχιερεύς seul pouvait suffire à renvoyer à la prêtrise du culte impérial municipal516.

  • 517 NBookidis, « Religion in Corinth: 146 B.C.E. to 100 C.E. », dans DNSchowalter, SJFriesen (...)
  • 518 Voir supra p. 177.
  • 519 Corinth VIII/2, nos 86-90 ; Corinth VIII/3, nos 158-163, 199. Une prêtresse du culte impérial fut d (...)
  • 520 Corinth VIII/3, nos 194-195.
  • 521 Corinth VIII/2, no 110.
  • 522 Corinth VIII/2, no 95.
  • 523 Corinth VIII/2, no 6.
  • 524 Corinth VIII/3, no 156.
  • 525 Corinth VIII/3, nos 67-68.

96C’est surtout à Corinthe, plus que dans n’importe quelle autre colonie d’Orient, que les prêtrises publiques se multiplièrent517. En plus des charges liées à l’organisation et à la célébration des Isthmia, qui furent incluses dans la carrière des magistrats municipaux518, on dénombre une dizaine de prêtrises correspondant à des cultes entretenus par la colonie. Tous ces cultes s’attachaient à la vénération de divinités romaines, d’allégories impériales ou, pour le moins, de divinités assimilées aux vertus impériales. Hormis le prêtre de Jupiter Capitolin, dont il a déjà été question plus haut, on note un sacerdos Victoriae ou Victoriae Britannicae (dans le contexte de la conquête de la Bretagne par l’empereur Claude)519, un sacerdos Tutelae Augustae520, une femme qui fut sacerdos Prouidentiae Augustae et Salutis publicae521, un sacerdos Martis Augusti522, un sacerdos Saturni Augusti523, un sacerdos Neptuni Augusti524. Ce dernier prêtre desservait le culte de la divinité qui était également vénérée au sanctuaire de l’Isthme, Poséidon. Ce foisonnement de prêtrises vouées à la célébration des vertus impériales tranche avec le nombre tout à fait restreint de mentions de flamines affectés au culte des empereurs et des diui525. Toutes ces prêtrises n’ont cependant pas nécessairement perduré dans la colonie.

  • 526 Martin, Inscriptions, p. 180-183, no 3.
  • 527 Corinth VIII/2, nos 56-57, 67.
  • 528 Voir supra p. 123-124.
  • 529 Corinth VIII/3, no 195 ; cf. Brélaz, Sécurité, p. 92-94.
  • 530 Voir supra p. 173-176.
  • 531 I. Alexandreia Troas 98 ; cf. C. Brélaz, « L ’archonte stéphanéphore et la Tyché de Lébadée », Tych (...)
  • 532 ILS 9414 : on notera que le même personnage avait été sac(erdos) Aug(usti) auparavant dans sa carri (...)
  • 533 Le titre σεβαστοφάντης est donné au prêtre du culte impérial à Ancyre notamment : voir SMitchell, (...)

97Toujours à Corinthe, on note encore un sacerdos Genii coloniae526 et des curiones527, dont la fonction fut manifestement créée sur le modèle des prêtres homonymes de l’Urbs et qui devaient être chargés des rites effectués par les subdivisions du corps civique, les curies ou tribus528. Un énigmatique irenarches Iani présidait visiblement, quant à lui, à des rites offerts au dieu romain Janus529. Les qualités pacificatrices de la divinité expliquent vraisemblablement pourquoi le nom de « garde de la paix » fut donné à son prêtre. Le titre d’irénarque est, indépendamment, attesté dans d’autres colonies d’Orient, dont Philippes, où il fut porté, comme dans les cités pérégrines, par les notables municipaux en charge de la sécurité publique et des forces de police municipales530. Nous avions déjà noté que des titres grecs pouvaient être donnés, à Corinthe, à des prêtres et des magistrats, comme les différents officiels s’occupant des Isthmia ainsi que le prêtre qualifié de theocolus Iouis Capitolini. Les colonies d’Alexandrie de Troade et d’Iconium empruntèrent pareillement aux institutions des cités grecques les noms de certaines de leurs prêtrises et on y relève, respectivement, une στεφανηφόρος531 et un sebastophanta532, ce dernier prêtre intervenant, comme son nom l’indique, dans les cérémonies en l’honneur des empereurs533.

  • 534 Collart, Philippes, p. 410-413. Voir infra p. 313-314.
  • 535 Pilhofer II 474. Voir également, à Drama, la liste des fidèles d’Apollon (Pilhofer II 509b), qui po (...)
  • 536 RPC I 1651-1652.
  • 537 11, 13.
  • 538 GLGregori, « Il culto delle divinità Auguste in Italia: un’indagine preliminare », dans JBode (...)
  • 539 FCamia (n. 423), p. 36-43. Voir, par exemple, dans la cité voisine de Thasos : IG XII Suppl, 440  (...)

98Même si aucune prêtrise ne peut y être associée, on relève également à Philippes des actes de dévotion envers des allégories impériales ou des divinités parées de l’épithète Augustus534. On mentionnera les statues érigées par les édiles à l’Aequitas Augusti (117) et à Mercure Auguste (132), la statue consacrée à la Quies Augusta de la colonie par un centurion servant dans la garnison de Rome (84), la dédicace, sans doute publique, à la Victoire Germanique de Caracalla (25), ainsi qu’une dédicace à Minerve Auguste due à des particuliers qui fut peut-être érigée dans l’établissement antique qui se trouvait à Drama535. La Victoire Auguste était également célébrée par la colonie sur ses émissions monétaires, du moins dans le courant du ier s. apr. J.-C.536, et une dédicace à son nom figurait en lettres de métal sur le bouclier d’une des statues de Minerve-Athéna trônant dans la curie ou à proximité immédiate de ce bâtiment (17). Enfin, l’autel votif consacré à Hadrien et à son épouse Sabine, où ces derniers furent vénérés en tant que Zeus Olympien et Héra-Junon, peut – à la différence des statues honorifiques érigées aux empereurs (dont Hadrien lui-même) sur les bases desquelles figurent leur titulature officielle537 – être considéré comme une manifestation du culte impérial (12). Si les dédicaces aux allégories et aux divinités impériales étaient conformes à une tendance qui se fit jour d’abord en Italie538, l’assimilation d’Hadrien et de Sabine à des dieux de leur vivant était, dans ce cas à Philippes, une influence des pratiques votives qui se diffusèrent dans les cités grecques à la suite de l’inauguration de l’Olympieion par l’empereur en 129, comme cela est attesté dans d’autres colonies romaines d’Orient539.

6. Les sévirs augustaux et l’ordo Augustalium

  • 540 RDuthoy, « Les *Augustales », ANRW   II 16.2 (1978), p. 1254-1309 ; Bertrand, Religion, p. 325-32 (...)
  • 541 Un décret du municipe de Copia, en Calabre, fait allusion à la procédure qui était suivie, en vertu (...)
  • 542 AAbramenko, « Die innere Organisation der Augustalität: Jahresamt und Gesamtorganisation », Athen (...)
  • 543 AAbramenko, Die munizipale Mittelschicht im kaiserzeitlichen Italien. Zu einem neuen Verständnis (...)
  • 544 SEOstrow, « The Augustales in the Augustan Scheme », dans KARaaflaub, MToher (éds), Betwe (...)

99Les sévirs augustaux formaient, dans les communautés locales, un collège dont la fonction principale était – comme le laisse entendre leur nom d’Augustales – de veiller à la célébration et la vénération des empereurs. Leurs activités s’inscrivaient, par conséquent, parmi les manifestations du culte impérial540. Les membres de ce collège étaient nommés annuellement par le Conseil541 et la dignité de sévir, à l’instar d’une magistrature, était considérée comme un honos, ce qui impliquait pour les candidats de consacrer une somme d’argent pour le bien de la collectivité lors de l’obtention de la charge. Les anciens sévirs formaient une assemblée fonctionnant comme un corps constitué comparable à l’ordre des décurions. Celui-ci était d’ailleurs souvent qualifié d’ordo542. Les Augustaux participaient, à ce titre, à la vie publique de la communauté et ils pouvaient s’associer à l’ordre des décurions et au populus afin de décréter des honneurs, sans toutefois être pourvus des compétences législatives et politiques revenant au Conseil et aux comices. Les organisations d’Augustaux – dont l’appellation exacte pouvait varier suivant les cas – étaient propres aux communautés locales de type romain, ce qui suggère que la diffusion d’une telle institution dans les municipes et colonies fut encouragée par les autorités impériales. Les collèges d’Augustaux présentaient, en outre, la particularité que la majorité de leurs membres étaient recrutés parmi des affranchis ou des ingénus d’extraction modeste. L ’hypothèse a été avancée que les autorités impériales avaient cherché, par l’intermédiaire des organisations d’Augustaux, à promouvoir les couches sociales auxquelles l’honorabilité faisait défaut pour entrer dans les Conseils municipaux543. Le fait de permettre aux affranchis de se réunir en des associations vouées à la célébration des empereurs et d’obtenir le statut de membres d’un corps constitué fut, dans tous les cas, un moyen de susciter dans les provinces leur adhésion au régime impérial, à l’instar des uicomagistri dans l’Urbs544.

  • 545 197-200, 206, 210-211, 217. Le chiffre VI est ordinairement surmonté d’une barre horizontale dans l (...)
  • 546 Notation du chiffre au moyen de six hastes équidistantes surmontées d’une barre horizontale : 207, (...)
  • 547 C’est peut-être aussi le cas dans l’épitaphe 214 où se lit le qualificatif Augusta[lis], sans doute (...)
  • 548 CIAlb 54 = LIA 131 ; CIAlb 61 = LIA 69 ; CIAlb 63 = LIA 65 ; CIAlb 74 = LIA 47 ; CIAlb 78 = LIA 100 (...)
  • 549 CIL III 6099 ; Corinth VIII/2, nos 69 ( ?), 77 (l’intéressé était attaché à la vénération d’un empe (...)
  • 550 AE 1926, 58 (IGLMusBey 74) ; 61 ; 1958, 166.
  • 551 IGLS VI 2791, 2794.
  • 552 RDuthoy (n. 540), p. 1260-1265.
  • 553 FBérard, « Les plus anciens sévirs lyonnais », dans BCabouret, M.-OCharles-Laforge (éds), La (...)
  • 554 RDuthoy, « Recherches sur la répartition géographique et chronologique des termes sevir Augustali (...)
  • 555 VI uir : Rizakis, Patras, no 157 (le qualificatif Augustalis manque, mais l’inscription n’est connu (...)
  • 556 VI uir Augustalis : ESchwertheim, « Zur Gründung der römischen Kolonie in Alexandria Troas », dan (...)

100Les membres du collège local des Augustaux portaient, à Philippes, le titre de VI uir Aug(ustalis)545, même si on relève plusieurs variantes pour noter celui-ci546. Dans un cas au moins, l’individu fut qualifié simplement d’Aug(ustalis) (204)547, comme cela était la norme dans les colonies de Dyrrachium548 et de Corinthe549. À Berytus550 et Héliopolis551, au contraire, apparaît uniquement le titre sexuir (ou VI uir) sans le qualificatif Augustalis. C’est ce qu’on peut observer également dans la colonie de Lyon, en Narbonnaise, en Espagne, ainsi qu’en Italie du Nord. R. Duthoy estime que les seuiri, dans les villes où n’était employé que ce titre, formaient un collège d’une autre nature que les seuiri Augustales et les Augustales et qu’à l’inverse de ces derniers, ils n’étaient pas impliqués dans la célébration du culte impérial552. F. Bérard a récemment contesté cette interprétation en suggérant que le titre simple seuir avait probablement précédé celui de seuir Augustalis, lequel s’imposa au cours du iie s.553. Dans le cas de Philippes, il est peu probable, au vu de la très nette prédominance du titre de seuir Augustalis, que deux organisations distinctes – les seuiri Augustales et les Augustales selon la doctrine de R. Duthoy554 – aient coexisté et il est peut-être préférable d’admettre que la colonie faisait partie des rares communautés où le titre Augustalis abrégé pouvait être utilisé comme synonyme de VI uir Augustalis, comme cela semble d’ailleurs avoir été le cas également à Patras555, ainsi que peut-être à Alexandrie de Troade556. Une autre possibilité serait de considérer que le titre simple Augustalis désignait à Philippes un ancien sévir augustal qui n’était plus en fonction.

  • 557 ILS 1503 (dédicace au Genius colle[gii] Aug(ustalium) Corinth(iensium)) ; Corinth VIII/3, nos 53, 5 (...)
  • 558 AE 1990, 877 (IStob 15).
  • 559 Pour Stobi, voir AE 1990, 879 (IStob 16) ; AE 1999, 1424 (IStob 17 : le titre d’Augustalis est rest (...)
  • 560 .SEG XXIX 614 ; AE 2002, 1292 ; POJuhel, PNigdelis (n. 549), p. 103-107, no 54 (le défunt por (...)
  • 561 Pilhofer II 145 ; cf. Collart, Philippes, p. 269 ; CIPh II.1, p. 364.
  • 562 CIAlb 78 = LIA 100.
  • 563 CIIP II 1363.
  • 564 Voir aussi éventuellement l’inscription 32.
  • 565 AE 2012, 1377-1378 (cf. CIPh II.1, App. 3, nos 10-11). Voir supra p. 111-112.

101Cette dernière hypothèse pourrait trouver une confirmation dans le fait que le terme Augustales au pluriel (sans la précision seuiri) semble avoir été employé dans la colonie pour désigner les sévirs augustaux en tant que groupe, réunissant les six individus en exercice, mais aussi certainement les personnes ayant exercé la fonction par le passé. L ’usage de ce titre collectif est, comme en Italie méridionale, attesté notamment à Corinthe557 et dans le municipe de Stobi558, même si, dans ces deux cas, le titre au singulier était déjà Augustalis seul559. Augustales était, à Cassandrée, transcrit en grec sous la forme Ἀυγουστάλαι. Dans cette dernière colonie, l’ordre des Augustaux intervint à plusieurs reprises pour contribuer aux frais nécessaires à l’érection de sépultures à hauteur de 75 deniers (ἔδωκαν τὰ ἰς τὴν κηδείαν / τὰ τῆς κηδείας), certainement au profit de certains de leurs anciens collègues. La décision fut prise – comme cela est parfois précisé – conformément au décret des Augustaux (κατὰ τὸ δόγµα)560. Les Augustaux apparaissent, de même, collectivement à Philippes parmi les bénéficiaires des largesses du chevalier L. Atiarius Schoenias, lequel procéda à des distributions d’argent ou de nourriture à l’occasion de la consécration de statues de dieux dans un édifice thermal : les Augustaux furent, en l’occurrence, mentionnés aux côtés des autres corps constitués de la colonie qu’étaient le populus et les décurions (6). En tant qu’organisation bénéficiant d’une reconnaissance officielle, l’ordre des Augustaux disposait, de plus, au théâtre de places réservées à ses membres, à en croire l’abréviation AVG gravée sur l’un des gradins que l’on peut envisager de résoudre en Aug(ustalium)561. À Dyrrachium, un augustal fut même honoré personnellement d’un siège d’honneur (bisellium) par décret des décurions562. On notera que les sévirs organisaient des ludi Augustales à Césarée Maritime563. Les Augustaux philippiens, comme ceux de Misène notamment, semblent avoir eu leurs propres fonctionnaires, s’il est exact de restituer le titre de [cu]r(ator) Aug(ustalium) dans l’inscription 206. Les curateurs étaient en charge des biens et des finances de l’organisation. On peut, en outre, envisager de reconnaître une dédicace érigée par l’ordre des Augustaux à son patron dans le fragment 220, comme l’aurait fait un collège ou une corporation564. Enfin, on mentionnera l’hypothèse d’A. Rizakis, qui propose de voir dans les septemvirs attestés dans deux inscriptions latines provenant des environs de Serrès les membres d’un collège servant, dans la praefectura coloniale située dans cette région, d’équivalent à celui des sévirs augustaux à Philippes même. Il n’est toutefois pas assuré que ces septemvirs n’aient pas plutôt été des magistrats en charge de l’administration de la praefectura ou les membres d’une association privée565.

  • 566 197, 199, 204, 217 ( ?). Voir, de même, CIAlb 78 = LIA 100 ; CIAlb 81 = LIA 115 (Dyrrachium) ; CIAl (...)
  • 567 198, 200-203.
  • 568 Voir supra p. 56-72.
  • 569 200, 203, 205.
  • 570 Rizakis, Patras, no 157.

102Le milieu social dont étaient issus les sévirs philippiens (tabl. 12) est rendu manifeste à quatre reprises grâce à la mention explicite du statut d’affranchi de l’intéressé566. Le même statut peut, dans d’autres cas, se déduire de l’omission de la filiation dans la formule onomastique des sévirs567, car les citoyens romains de plein droit originaires de la colonie, comme nous l’avons vu, faisaient figurer en principe leur filiation et leur tribu aux côtés de leurs noms dans les inscriptions au cours des ier et iie s. apr. J.-C.568. Un cognomen grec pour les sévirs philippiens vient souvent suggérer également une origine servile569. C’est ce qui nous a poussé à émettre l’hypothèse que les personnages mentionnés sur une architrave provenant d’un édifice du forum – qui étaient au moins au nombre de quatre et dont certains portaient des cognomina tels que Tyrannus et Philodespotus – avaient pu être les membres du collège des sévirs augustaux en fonction durant une même année et que ceux-ci avaient offert conjointement la dédicace du bâtiment en question (221). Deux sévirs philippiens pourraient, à l’inverse, avoir été des ingénus, si l’indication de la tribu Voltinia se rapporte bien à ces personnages dans les inscriptions en question. Seule la mention d’une filiation permettrait, en l’occurrence, de prouver leur ingénuité, ce que l’état fragmentaire des inscriptions empêche de vérifier (212, 215). À Patras, on relève ainsi un sévir ingénu qui semble avoir été le fils d’un des premiers soldats déduits dans la colonie570.

Tableau 12 — Liste des sévirs augustaux philippiens et des attestations du titre de sévir augustal dans la colonie.

CIPh II.1 Nom du sévir augustal Statut affranchi explicite Nom de l’épouse
197 T. Cottius Viriles oui
198 C. Galgestius [---]tus non Aconia Q. f. [---]
199 L. Licinius Euhemer oui Licinia Semne
200 P. Naevius Symphorus non Burrena Nice
201 C. Postumius Ianuarius non [---]ela
202 C. Sallustius Viator non Lucilia C. f. Proposis
203 [.] Valerius Euhelpistus non Claudia Cleopatra
204 M. Velleius Symphorus oui Velleia Primigenia
205 [---]myrus  ?
206 [---] Varinius [---] ( ?)  ?
207 [---]  ? Marronia Damalis ( ?)
208 [---]  ?
209 [---]  ?
210 [---]  ?
211 [---]  ?
212 [---] non ( ?)
213 [---]  ?
214 [---]  ? [---]tia Prisca ( ?)
215 [---] non ( ?)
216 [---]aelius O[---] ( ?)  ?
217 [---] oui
218 [---]  ?
219 [---]  ?
220 [---]  ?
  • 571 Voir, par exemple, les inscriptions 53 (à propos de Pilhofer II 3), 56. L ’inscription 91 ne peut ê (...)
  • 572 On peut proposer la même interprétation pour Cottia Prima, épouse de T. Cottius Zosimus, l’affranch (...)
  • 573 Voir, par exemple, les inscriptions 50, 73, 97-98, 118, 126, 133, 145, 173.
  • 574 Une raison analogue semble avoir justifié la mention de la filiation paternelle d’Aiania Ingenua (7 (...)

103L ’onomastique des épouses de certains sévirs montre que ceux-ci évoluaient dans un contexte social différent de celui des élites civiques accédant à l’ordre des décurions et aux magistratures. Des cognomina tels que Cleopatra (203), Damalis (207), Nicé (200), Proposis (202) ou Semné (199), parfois associés à des gentilices de grandes familles philippiennes comme les Marronii et les Burreni, suggèrent une extraction affranchie pour ces femmes. À deux reprises, l’épouse du sévir portait le même gentilice que ce dernier, lequel était explicitement qualifié de libertus (199, 204). Du moment que les cas où une femme avait abandonné son gentilice paternel pour adopter celui de son mari demeurent rares dans la colonie571, il est possible de considérer que ces épouses avaient servi le même maître que leur mari avant d’être affranchies à leur tour, voire que ces femmes étaient les propres affranchies de leur mari572. Dans deux cas, au contraire, l’épouse du sévir fut délibérément présentée comme ingénue par la mention de sa filiation paternelle (198, 202). Cette indication, qui n’est pas fréquente, se rencontre néanmoins dans l’épigraphie philippienne573. Ce sont normalement les femmes issues des familles de notables locaux qui y avaient recours, comme les prêtresses de Livie (118, 126), lesquelles ne manquèrent pas de mettre en évidence leur ascendance comme l’aurait fait un magistrat municipal. Dans le cas présent, toutefois, la précision de la filiation de l’épouse du sévir avait pour but d’insister sur l’ingénuité de celle-ci. Cette indication tranchait d’autant plus lorsqu’une telle mention était omise pour le sévir lui-même, dont on peut soupçonner, par conséquent, qu’il était affranchi574. Aconia, fille de Quintus (198), et Lucilia Proposis, fille de Caius (202), n’appartenaient certainement pas aux familles les plus honorables de la colonie, comme le suggère du reste le cognomen d’origine grecque de la seconde laissant entendre une ascendance affranchie. Mais leur statut d’ingénue contribuait à augmenter le prestige social de leur époux, qui, tant par son accession à l’ordre des Augustaux que par son mariage, était parvenu à se distinguer des autres affranchis.

  • 575 BAmiri, « Les seuiri augustales dans les Germanies : étude des inscriptions », Klio 92 (2010), p. (...)
  • 576 FTassaux, « Sévirat et promotion sociale en Italie nord-occidentale », dans MCébeillac-Gervason (...)
  • 577 Rizakis, Patras, no 49.
  • 578 SMollo, « Gli Augustali bresciani e le connessioni con l’élite dirigente di Brescia », dans M(...)
  • 579 Rizakis, Patras, no 141.
  • 580 Voir supra n. 556.
  • 581 Voir supra n. 549 et n. 557. Cf. MLLaird, « The Emperor in a Roman Town: The Base of the August (...)
  • 582 AJSSpawforth, « Roman Corinth: The Formation of a Colonial Elite », dans Rizakis, Onomastics, (...)

104À défaut de pouvoir entrer de plein droit dans la curie en raison de leurs origines serviles, l’intégration parmi les Augustaux était pour les affranchis un moyen d’obtenir de la considération et de jouir d’un statut public dans les communautés locales575. Certaines familles d’Augustaux, d’extraction affranchie, réussissaient même, dans les cas les plus favorables, à pénétrer dans l’élite civique locale en hissant un de leurs membres jusqu’à l’ordre des décurions, comme cela s’observe à Aquilée notamment576. Le fils d’un augustal, sans doute un affranchi, accéda ainsi à l’édilité dans la colonie de Patras577. Le rang d’augustal pouvait cependant être recherché même par des ingénus. Ceux-ci n’appartenaient certes pas, par lignage, aux familles de notables les plus en vue siégeant à la curie – notamment parce qu’ils pouvaient être d’ascendance pérégrine –, mais ils étaient néanmoins suffisamment aisés pour nourrir des ambitions et souhaiter acquérir par ce biais de la visibilité et de la notoriété578. On remarque ainsi que, à Patras, le fils d’un ingénu qui était augustal parvint à se faire décorer des ornements de duumvir. Cet honneur dut représenter une promotion remarquable pour la famille, d’autant qu’elle ne faisait pas partie, à l’origine, de l’élite civique, comme semble le confirmer le cognomen de la mère du duumvir honoraire, Livia Foeba, qui laisse entendre une extraction affranchie579. On s’étonnera, en revanche, du nombre très réduit d’attestations d’Augustaux à Antioche de Pisidie580 et surtout à Corinthe581. Dans ce dernier cas, le rôle prédominant que les affranchis jouèrent lors de la fondation de la colonie césarienne pourrait expliquer pourquoi l’organisation locale des Augustaux ne prit guère d’ampleur ou, du moins, pourquoi le titre d’augustal ne transparaît guère dans la documentation épigraphique. Les affranchis constituaient à Corinthe l’élite sociale et politique de la colonie, du moins au cours des premières décennies de son existence. À la différence des colonies de vétérans comme Patras, Antioche ou Philippes par exemple, Corinthe – et c’est sa particularité parmi les colonies romaines d’Orient – dut son peuplement à des affranchis venus de l’Urbs. Jusqu’à la lex Visellia de 24 apr. J.-C., ceux-ci purent même être membres du Conseil et revêtir des magistratures. De fait, plusieurs d’entre eux exercèrent le duumvirat à l’époque triumvirale et augustéenne, comme l’indiquent les légendes monétaires de la colonie sur lesquelles apparaissent leurs noms ; des descendants d’affranchis figuraient, en outre, parmi les magistrats municipaux sous les Julio-Claudiens582. Les affranchis jouissaient à Corinthe d’une reconnaissance publique qui leur faisait défaut ailleurs et que ceux-ci trouvèrent, dans les autres colonies, par le biais des organisations d’Augustaux. Ce fait peut expliquer pourquoi les affranchis se détournèrent visiblement de l’augustalité à Corinthe.

  • 583 137, 139.
  • 584 Voir supra p. 139-143.
  • 585 RDuthoy (n. 540), p. 1269. D’autres sévirs philippiens sont morts à l’âge de trente-cinq ans (201(...)
  • 586 Rizakis, Patras, no 128. Pour un uilicus de ce genre, esclave impérial, à Philippes, voir l’inscrip (...)
  • 587 ILS 9504.

105On relève, à l’inverse, de nombreux sévirs augustaux à Philippes. Certains d’entre eux étaient des affranchis de familles illustres dans la colonie, comme les Varinii (206) et les Velleii (204). D’autres descendants d’affranchis de ces deux familles parvinrent à s’approcher de l’élite civique en recevant les ornements décurionaux, voire en étant cooptés par le Conseil, mais rien ne permet de prouver que leurs ancêtres aient été membres de l’ordre des Augustaux583. En tout état de cause, on ne connaît pas à Philippes – comme cela s’observe au contraire à Patras – de fils d’Augustaux ayant entamé une carrière municipale ou ayant reçu les honneurs de la curie. L ’un des seuls fils d’Augustaux qui nous soient connus, L. Licinius Saturninus, ne revêtit visiblement pas de charge publique (199). Ses parents, L. Licinius Evhémer et Licinia Semné, lui donnèrent un cognomen latin, rendant manifeste l’obtention de la ciuitas de plein droit pour Saturninus, mais celui-ci continua à fréquenter les milieux d’affranchis, comme le suggère le nom de son épouse, Veturia Philouméné. Aucune fonction n’est mentionnée non plus pour Sallustius Torcus (le cognomen est d’origine thrace), qui était probablement le fils du sévir C. Sallustius Viator et de Lucilia Proposis (202). Nous constatons, par conséquent, dans la colonie, une étanchéité entre le milieu des Augustaux et l’élite civique, formée dans sa majorité par les familles descendant des premiers colons italiens. Cela se confirme par le fait que – comme nous l’avons noté – les ornements décurionaux ne furent, à Philippes, jamais concédés à des affranchis, contrairement à une pratique répandue ailleurs584. Les Augustaux se distinguaient néanmoins du reste des affranchis, ainsi que, probablement, d’une grande partie des ingénus n’ayant pas les ressources nécessaires pour prétendre entrer dans cet ordre. De même qu’il existait une compétition entre les candidats à une cooptation dans l’ordre des décurions, l’accession à la charge de sévir devait certainement faire l’objet de rivalités, et les parcours personnels – à défaut d’authentiques carrières comme pour les magistrats – pouvaient varier grandement suivant les cas. On connaît, par exemple, un individu qui réussit à entrer très tôt dans l’ordre des Augustaux, puisqu’il décéda à l’âge de vingt-sept ans en ayant déjà été sévir (213). À l’instar des magistratures, mais à l’inverse des prêtrises publiques, l’âge minimal de vingt-cinq ans devait être atteint pour pouvoir assumer la fonction de sévir585. Il n’en demeure pas moins que le rang d’augustal était, proportionnellement, peu valorisé dans la colonie. Ainsi, le Conseil, à Philippes, ne s’est pas servi de ce statut pour honorer des affranchis fonctionnaires impériaux, comme ce fut le cas à Patras, où les ornements de l’augustalité furent offerts par décret des décurions à un uilicus de la taxe du vingtième sur les héritages586, et à Antioche, où on relève un procurateur impérial, visiblement originaire de la colonie, qui y fut nommé sévir augustal587.

7. Le personnel de la colonie

  • 588 Lex Irnit. <LXXIII> ; Lex Urson. LXII-LXIII, LXXXI.
  • 589 J.-MDavid, « Les apparitores municipaux », dans Berrendonner, Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Quoti (...)
  • 590 NPurcell, « The ordo scribarum: A Study in the Loss of Memory », MEFRA 113 (2001), p. 633-674.
  • 591 NPurcell, « The Apparitores: A Study in Social Mobility », PBSR 51 (1983), p. 125-173.
  • 592 M.-LHaack, Les haruspices dans le monde romain (2011) ; Bertrand, Religion, p. 307-308. On relève (...)

106Les magistrats étaient, dans les communautés locales de type romain, secondés par des appariteurs dans l’accomplissement de leurs tâches. Les lois municipales et coloniale détaillent les critères et les modalités de sélection de ces fonctionnaires : ils devaient être choisis parmi les ressortissants du municipe ou de la colonie, étaient tenus de prêter un serment les engageant à se comporter de manière intègre dans l’exercice de leurs fonctions – en particulier dans la tenue des registres officiels et la gestion des comptes publics – et un salaire leur était versé. Étant attachés à un magistrat en particulier, leur mandat était annuel588. Le fait qu’ils étaient rémunérés montre que ces employés ne faisaient pas partie de l’élite locale et qu’ils n’étaient pas issus des familles de magistrats. En dépit de la prescription de la lex Ursonensis portant sur leur condition juridique et impliquant qu’ils devaient être de naissance libre, on compte parmi eux des affranchis, du moins aux postes subalternes589. Une partie de ces fonctionnaires étaient affectés aux bureaux des magistrats et s’acquittaient de travaux administratifs, tels les librarii (« secrétaires ») et surtout les scribes, qui occupaient le premier rang au sein de la hiérarchie des appariteurs590. D’autres constituaient le cortège accompagnant les édiles et duumvirs, sur le modèle de la suite des magistrats de l’État romain591 : les accensi (« huissiers »), licteurs et autres tibicines (« flûtistes ») formaient l’escorte des magistrats municipaux ; les uiatores (« messagers ») et praecones (« hérauts ») veillaient à la transmission des informations qui émanaient de ces derniers ; enfin, les haruspices servaient d’appariteurs sacrificiels aux magistrats et étaient chargés de l’interprétation divinatoire des sacrifices effectués par ces derniers592. Tous participaient au protocole entourant les déplacements et les activités de chacun des magistrats municipaux et symbolisaient, par leur présence, le pouvoir dont ces derniers étaient investis.

  • 593 Certains appariteurs dont il est question dans ces colonies étaient en fonction auprès de magistrat (...)
  • 594 CIAlb, p. 209-210, no 2 = LIA 250. Quant au scriba mentionné à la l. 9 de la même inscription, il e (...)
  • 595 AE 1920, 75 ; cf. Levick, Colonies, p. 74, n. 3.
  • 596 ILGR 187.
  • 597 CIAlb 83 = LIA 99 ; MChristol, « Une inscription du “quotidien municipal” dans la colonie d’Antio (...)
  • 598 Ac XVI 23-36.
  • 599 Plin. Min., Ep. Tra. X 19-20 ; cf. J.-UKrause, Gefängnisse im Römischen Reich (1996), p. 254-264.
  • 600 Brélaz, Sécurité, p. 70-71.
  • 601 Ac XVI 35-38. Voir infra p. 238-242.
  • 602 Brélaz, Sécurité, p. 171-173.
  • 603 Ac XVI 22-23.
  • 604 Pour des officiales municipaux, voir Apul., Met. I 25, 4 ; IGLS VI 2717 (mutatores ex officio sur l (...)
  • 605 Voir supra p. 166-173.

107On relève des mentions éparses d’appariteurs dans les colonies romaines d’Orient593, dont un librarius à Buthrote594, un scriba à Antioche de Pisidie595, un tabularius à Dion, lequel était rattaché aux registres et archives de la colonie (tabulae publicae)596, ainsi que des praecones à Dyrrachium et à Antioche597. Le récit des Actes des Apôtres met en scène plusieurs d’entre eux à Philippes. On apprend ainsi qu’un « geôlier » (δεσµοφύλαξ) gardait la prison municipale dans laquelle Paul et Silas furent enfermés598. Dans les communautés locales, les prisons pouvaient être gardées par des esclaves publics, comme le rappelle notamment Pline le Jeune à propos des cités de Pont-Bithynie599. Ceux-ci faisaient partie des ministeria publica, du personnel à la disposition des magistrats municipaux pour les seconder dans leurs activités de maintien de l’ordre public600. Toujours selon les Actes, les duumvirs philippiens firent appel à des ῥαβδοῦχοι pour signifier à Paul et à Silas leur libération alors qu’ils étaient détenus en prison601. Le titre de ῥαβδοῦχος, littéralement le « porteur de bâtons », s’appliquait ordinairement, dans les cités grecques, aux auxiliaires des magistrats qui leur servaient de gardes armés ; il traduit ici le latin lictor602. Bien que le récit des Actes ne le mentionne pas explicitement, ce furent probablement déjà ces mêmes licteurs auxquels les duumvirs avaient ordonné la veille de fouetter Paul et Silas et de les jeter en prison603. Un autre membre du personnel de la colonie apparaît dans l’inscription 222. Il s’agit d’un comédien professionnel, le chef d’une troupe d’acteurs du mime spécialisés dans le répertoire latin (archimimus Latinus), T. Uttiedius Venerianus, qui servit durant trente-sept ans en cette qualité à Philippes comme officialis, c’est-à-dire comme employé public604. On déduit de cette mention que la colonie avait engagé et entretenu Venerianus pour qu’il veille à la préparation des spectacles scéniques qui se déroulaient au théâtre – dans lesquels il jouait certainement lui-même – et qui pouvaient être commandités par des magistrats. La fréquence de ces spectacles incita peut-être la colonie à se doter d’une organisation permanente de ce genre605.

  • 606 Lex Irnit. <LXXVIII> ; cf. Weiss, Sklave.
  • 607 Pilhofer II 163 (= JSKloppenborg, RSAscough [n. 70], no 68b), l. 10 (Orinus coloniae), 30 ((...)
  • 608 BRémy et al., « Un service officiel des eaux (cura aquarum) à Vienne ? Le témoignage d’un tuyau d (...)
  • 609 Weiss, Sklave, p. 191-192.
  • 610 I. Alexandreia Troas 64.
  • 611 82, 224 ( ?) ; Pilhofer II 260, 316, 642a (cf. CIPh II.1, p. 368-369 ; AE 2014, 1192).
  • 612 Pilhofer II 163, l. 11, 19, 44, 58 : tous étaient des M. Publicii. M. Publicius Laetus (l. 19) appa (...)
  • 613 AJSSpawforth (n. 582), p. 180-181. Pour d’autres Publicii dans les colonies d’Orient, voir Ri (...)
  • 614 Weiss, Sklave, p. 244, L83 ; cf. Papazoglou, Villes, p. 109.
  • 615 CIAlb 100 = LIA 72 ; CIAlb 105 = LIA 50 ; cf. CIAlb 96 = LIA 81 : épitaphe de Iulia Durachina (sic) (...)

108Comme nous l’avons suggéré ci-dessus à propos des gardiens de prisons, les communautés locales possédaient, de surcroît, des esclaves publics (serui publici) – οἱ δηµόσιοι en grec – qu’elles affectaient à diverses occupations et tâches administratives606. Quatre esclaves de la colonie portant des noms grecs ou thrace apparaissent ainsi, à Philippes, à titre privé parmi les membres du collège de Silvain607. Un certain Secundus (225), col(oniae) ser(uus), était, de plus, employé au service des eaux (aqu(arius)), même si l’on ne peut déterminer s’il œuvrait au sein des bureaux de la cura aquarum ou s’il faisait plutôt partie du personnel technique, à l’instar de son homonyme dont le nom apparaît comme marque de fabrique sur un tuyau de plomb servant à l’adduction d’eau dans la colonie de Vienne608. Du moment qu’ils étaient la propriété de la collectivité dans son ensemble, c’était une pratique habituelle que d’attribuer lors de leur affranchissement le gentilice Publicius, formé sur le qualificatif publicus, aux esclaves appartenant aux communautés locales609, comme le montre, par exemple, une inscription d’Alexandrie de Troade mentionnant un certain C(aius) Publicius coloniae [l(ibertus)] Pelops610. On peut supposer une même ascendance pour les Publicii attestés à Philippes611, d’autant que plusieurs d’entre eux étaient membres du collège de Silvain612, qui réunissait essentiellement des descendants d’affranchis, des citoyens romains de condition modeste, ainsi que quelques esclaves publics, comme nous venons de le voir. C’était certainement aussi le cas des deux Publicii, Stacchys et Valens, qui veillèrent à ériger le tombeau du duumvir M. Caetronius Silianus (115). Ces deux personnages avaient peut-être servi comme esclaves publics pendant que Silianus était magistrat. Les Publicii dont on relève l’existence à Corinthe semblent, quant à eux, avoir été plutôt d’anciens esclaves publics appartenant à l’État romain qui furent déduits dans la colonie à sa fondation aux côtés d’autres affranchis provenant de l’Urbs613. À Dion, un affranchi public (ἀπελεύθερος τῆς πόλεως) du nom de Ἰούλιος Πρῶτος reçut, pour sa part, le gentilice Iulius, emprunté à l’une des épithètes de la colonie614. À Dyrrachium, les anciens esclaves publics obtenaient, quant à eux, un gentilice formé sur le nom même de la colonie, Dyrrachinus615.

  • 616 Le terme colonia, de même que peut-être le gentilice Publicius, sont à restituer dans cette inscrip (...)
  • 617 J.-J. Aubert, Business Managers in Ancient Rome (1994), p. 169-175, 186-196 ; FSudi-Guiral, « Les (...)
  • 618 Son gentilice dissuade de voir en Ursus un affranchi public, comme le suggère Weiss, Sklave, p. 68.
  • 619 SEG XXXIII 965 (SEG XXXVII 979 ; J.-LFerrary [n. 379], no 175).
  • 620 Weiss, Sklave, p. 50-59.
  • 621 SEG XXIV 496 (IStob 11).
  • 622 Rm XVI 23.
  • 623 .L ’identification de cet érastos avec un individu portant le cognomen Erastus et ayant revêtu l’éd (...)
  • 624 Levick, Colonies, p. 96 ; Byrne, Labarre, Antioche, nos 95, 111.
  • 625 57 ; Pilhofer II 22, 83 (épitaphe du ive s. : le πραγµατευτής est un homme libre), 333, 344, 385b ( (...)
  • 626 SEG XLV 418.
  • 627 Voir supra p. 144-145.
  • 628 Lex Irnit. <LXX> ; cf. J.-J. Aubert (n. 617), p. 186-188, 411-412 ; Weiss, Sklave, p. 67-69.
  • 629 J. Fournier, « Les syndikoi, représentants juridiques des cités grecques sous le Haut-Empire romain (...)

109Les esclaves et affranchis publics se voyaient régulièrement confier la gestion du patrimoine des communautés. Certains servaient comme intendants sur les terres agricoles publiques. C’était manifestement le cas, à Philippes, du uilicus apparaissant dans l’inscription 224, qui devait être en charge de la gestion d’un domaine rural précis616. Les actores avaient, quant à eux, la responsabilité de l’administration d’un ensemble de biens, notamment fonciers, et ils pouvaient, à ce titre, représenter en tant que régisseurs la communauté dont ils dépendaient lors de transactions avec des particuliers617. Gn. Velleius Ursus, actor col(oniae), était l’un d’entre eux à Philippes (223). Ursus était issu de la famille des Velleii, bien connue à Philippes, et il pourrait avoir été de naissance libre618. De la même manière, le δηµόσιος accompagnant un délégué de la colonie de Parion envoyé consulter l’oracle d’Apollon au sanctuaire de Claros semble avoir été un pérégrin de naissance libre servant comme employé public plutôt qu’un esclave : la nomenclature Ἀνδρόνεικος β’ implique, en effet, que celui-ci était le fils d’un homme libre dont il était l’homonyme619. Les fonctions d’actor ou de uilicus étaient rendues en grec par le terme οἰκονόµος620. On relève ainsi, dans le municipe de Stobi, une dédicace votive offerte par un de ces fonctionnaires de rang servile, accompagné pour l’occasion d’autres esclaves publics : οἰκονόµος τῆς Στοβαίων πόλεως καὶ οἱ σύνδουλοι621. La même dénomination apparaît à la fin de l’Épître aux Romains, écrite de Corinthe, où Paul transmet à l’église de Rome les salutations de l’οἰκονόµος τῆς πόλεως Érastos622. Il faut très certainement y voir, ici aussi, un esclave public affecté à l’administration financière de la colonie623. Plusieurs οἰκονόμοι, ainsi que des πραγµατευταί, apparaissant dans les colonies pisidiennes étaient, en revanche, employés sur des propriétés privées624. Il en va de même d’un certain nombre d’actores et de πραγµατευταί attestés à Philippes, qui étaient des esclaves ou des affranchis au service de particuliers625. La fonction revêtue par un certain Nikostratos, οἰκονόµος τῆς κολωνείας, à Patras était encore d’une autre nature626. À la différence de l’οἰκονόµος de rang servile à Stobi, du coreligionnaire de Paul à Corinthe ou même de Gn. Velleius Ursus à Philippes, ce personnage était, de toute évidence, un membre de l’élite locale puisqu’il revêtit plusieurs charges publiques au cours de sa carrière, dont celles d’agonothète et d’agoranomos, autrement dit d’édile, et puisqu’il offrit à ses frais le pavement d’une salle de banquet627. Il convient donc de reconnaître dans Nikostratos, non pas un employé public affecté à la gestion d’une portion du patrimoine de la colonie de Patras, mais un magistrat ayant servi ponctuellement comme actor au nom de la collectivité. Dans cette acception, le titre d’actor désigne, la fonction – d’ordinaire confiée à un notable – consistant à défendre les intérêts de la communauté et à plaider sa cause dans un procès628, à la manière des syndikoi dans les cités grecques629. Ces représentants juridiques des municipes et des colonies étaient nommés par le Conseil le temps de mener à bien leur mission.

8. Les titres honorifiques et le patronat de la colonie

110En plus des différentes charges publiques qu’ils étaient amenés à revêtir au cours de leur carrière, les plus grands notables philippiens, en particulier ceux qui s’étaient acquittés de largesses au profit de la collectivité, pouvaient être parés de titres honorifiques en remerciement de leurs bienfaits. Ces appellations, concédées officiellement, traduisaient la position prééminente que ces notables avaient acquise au sein de la communauté. Dans certains cas, la colonie pouvait même aller jusqu’à formaliser la relation qu’elle entretenait avec l’un de ses bienfaiteurs en recherchant sa protection par le biais de l’institution du patronat.

8.1. Le titre de princeps coloniae

  • 630 PLe Roux, « Peregrini incolae », ZPE 154 (2005), p. 261-266 (repris dans PLe Roux, La toge et l (...)
  • 631 MBonnefond-Coudry (n. 103), p. 687-709.
  • 632 ILS 7178.
  • 633 .Apul., Apol. 24.
  • 634 Cf. ILS 6880.
  • 635 AE 1994, 1741.
  • 636 Dmitriev, Government, p. 165-168.
  • 637 SZoumbaki, « On the Vocabulary of Supremacy: The Question of Proteuontes Revisited », dans A. D. (...)

111Le titre de princeps était usuellement donné, dans les communautés locales, aux membres les plus éminents de l’élite municipale630. Sur le modèle du princeps Senatus à Rome au cours de l’époque républicaine631, les personnages les plus influents des Conseils municipaux pouvaient se voir qualifier de « premiers », comme dans la colonie d’Oescus en Mésie Inférieure, où un ancien primipile, qui fut bouleute et décurion dans plusieurs cités et colonies, fut appelé princeps ordinis col(oniae)632. Ce titre conférait à ceux qui le recevaient une autorité morale sur leurs pairs et sans doute la préséance au sein de l’ordo. Les principes avaient dû, pour ce faire, suivre l’ensemble de la carrière civique. Ce rang était, par conséquent, réservé aux anciens duumvirs, comme le rappelle Apulée à propos de son père dans la colonie de Madaure : in qua colonia patrem habui loco principis duumuiralem cunctis honoribus perfunctum633. La nécessité de s’être acquitté de toutes les magistratures pour prétendre au titre de princeps est parfois rendue explicite dans les inscriptions par une formule du type omnibus honoribus functus, comme dans le passage d’Apulée634. Cette formule se rencontre à Philippes dans l’épitaphe d’un chevalier originaire de la colonie qui alla s’établir à Thessalonique et qui suivit dans cette cité une carrière complète, [omnib(us)] honorib(us) Thessalonic(ae) functo, sans toutefois que le titre de princeps lui soit accolé (51). On relève l’équivalent grec de cette formule à propos d’un notable originaire de la cité pisidienne de Crétopolis qui s’était distingué dans la colonie voisine de Comama en y revêtant tous les échelons de la carrière locale et en y accédant aux plus hautes fonctions, en particulier au duumvirat, au duumvirat quinquennal et à la grande-prêtrise du culte impérial municipal : πάσας τὰς πρεπούσας τῷ ἀξιώµατι αὐτο[ῦ] ἀρχὰς καὶ λειτουργίας ἐκτελέσαντα µεγαλοπρεπῶς635. De manière comparable au titre de princeps, on observe dans les cités grecques, au cours de l’époque impériale, une tendance à recourir au qualificatif οἱ πρῶτοι pour désigner les individus issus des familles les plus en vue qui se réservaient les charges publiques636. Des appellations telles que principes, principales, primores ou encore primates en latin, ainsi que πρωτεύοντες en grec, devinrent, par ailleurs, courantes à partir de l’époque de la Tétrachie pour nommer les membres des curies municipales637.

  • 638 I. Alexandreia Troas 38. Dans l’inscription publiée par ESchwertheim (n. 556), p. 100-101, no 2, (...)
  • 639 ILS 9414.
  • 640 RECAM IV 1 : noter la transcription en grec <π>ρίνκε<ψ> ; cf. HJMason (n. 193), s.v. « πρίγκιψ  (...)
  • 641 CIPh II.1, App. 4, no 4 ; 60.
  • 642 Voir supra p. 68.
  • 643 Pour le titre de princeps désignant un commandement militaire et administratif, voir, en revanche, (...)

112Le titre de princeps est, dans les colonies d’Orient, attesté à Alexandrie de Troade, où il fut porté par un notable qui fut duumvir et qui accéda à la préfecture des ouvriers638, et à Iconium, où l’un des deux principes connus fut duumvir, prêtre du culte impérial, irénarque et sébastophante639, tandis que l’autre avait été curator rei publicae (λογιστής) de la colonie, dont il était originaire, sans que soit détaillées les autres fonctions qu’il avait certainement assumées localement au cours de sa carrière640. Le titre de princeps fut semblablement attribué à Philippes aux deux notables qui, à notre connaissance, eurent la carrière la plus étoffée dans la colonie. Il s’agit de C. Antonius Rufus et de C. Oppius Montanus, tous deux chevaliers641. Le premier présente la particularité de s’être illustré à l’échelle régionale, dans quatre colonies situées le long de la uia Egnatia et au Nord-Ouest de l’Asie Mineure : il fut, à l’époque de Néron, flamine du divin Jules à Alexandrie de Troade et flamine du divin Auguste à Apri et à Philippes. Rufus fut qualifié de princeps de ces deux dernières colonies (étant originaire de l’une d’entre elles), ainsi que de la colonie de Parion, ce qui implique qu’il atteignit les honneurs les plus élevés dans trois colonies à la fois. S’il n’est pas rare qu’un notable revête des magistratures dans plusieurs communautés simultanément, le fait d’y suivre une carrière complète au point d’y être acclamé princeps est, en revanche, exceptionnel642. Quant à C. Oppius Montanus, qui était de façon certaine originaire de Philippes pour sa part, son aura ne paraît pas avoir dépassé les limites de la colonie, dont il fut irénarque, duumvir, pontife et flamine du divin Auguste. Bien qu’il ne se soit pas acquitté de milices équestres (à la différence de Rufus), son crédit était, cependant, suffisamment important à Philippes pour que les décurions le choisissent comme patron de la colonie. Le titre de princeps peut encore éventuellement être restitué dans deux inscriptions que l’on peut interpréter comme des dédicaces en l’honneur de magistrats municipaux (150, 171)643.

8.2. Le titre de filius coloniae

  • 644 On peut envisager de restituer ce même titre dans l’inscription fragmentaire 151, s’il convient d’a (...)
  • 645 EAHemelrijk, « Fictive Kinship as a Metaphor for Women’s Civic Roles », Hermes 138 (2010), p. 4 (...)
  • 646 FCanali De Rossi, Filius publicus. ΥΙΟΣ ΤΗΣ ΠΟΛΕΩΣ e titoli affini in iscrizioni greche di età im (...)
  • 647 18, 20-21.

113Le titre de filius coloniae apparaît, dans la colonie, sur la base de statue érigée en l’honneur du grand notable C. Oppius Montanus dont il vient d’être question (60)644. C’est l’équivalent latin de la dénomination grecque υἱὸς τῆς πόλεως qui était attribuée dans de nombreuses cités pérégrines au cours de l’époque impériale – surtout dans les provinces d’Asie Mineure – aux membres des familles les plus illustres et les plus promptes à faire bénéficier les communautés locales de leurs évergésies. Cette appellation honorifique, qui emprunte – avec celles de θυγάτηρ, µήτηρ, πατὴρ τῆς πόλεως – au lexique des relations familiales, insiste sur le dévouement de l’intéressé envers la collectivité et sur les liens qui unissaient l’évergète à celle-ci, de même que les titres pater patriae, par exemple, pour l’empereur ou encore mater castrorum pour certaines impératrices645. Au contraire des termes de père ou de mère, cependant, qui sanctionnent l’autorité d’un individu sur un corps constitué ou sur l’ensemble de la collectivité, le titre de « fils de la cité » souligne plutôt le devoir moral de celui qui en est honoré envers sa patrie646. Il suggère aussi que les bienfaits de l’intéressé s’inscrivaient dans une tradition familiale et que la communauté avait déjà eu par le passé à éprouver la générosité de ses ancêtres, ce qui explique que la cité entretienne une relation privilégiée avec la famille en question et qu’elle puisse légitimement considérer un de ses représentants comme l’un de ses « enfants ». La place du titre filius coloniae dans l’inscription en l’honneur de Montanus laisse présager de son caractère exceptionnel à Philippes (60). À l’inverse des titres de princeps et de patron de la colonie, qui sont mentionnés à la suite des charges revêtues par l’intéressé au cours de sa carrière, le titre filius coloniae figure en début d’inscription, directement après la qualité de chevalier de Montanus. Ce titre marque d’emblée le statut qu’occupait Montanus au sein de la colonie. Les Oppii formaient de toute évidence, à Philippes, une des familles les plus distinguées. S’il ne nous est pas possible de déterminer quels avaient été les mérites des ancêtres de Montanus à Philippes, justifiant que celui-ci soit acclamé comme « fils de la colonie », il apparaît, en tout cas, que son propre fils, C. Oppius Montanus Iunior, contribua au programme de réaménagement du forum à l’époque antonine647.

  • 648 Hérode Atticus est qualifié de υἱὸς Ἑλλάδος dans une inscription que la colonie de Corinthe (κατὰ τ (...)
  • 649 MCorbier, « Usages publics du vocabulaire de la parenté : patronus et alumnus de la cité dans l’A (...)
  • 650 Apul., Met. IV 26 : Speciosus adolescens inter suos principalis, quem filium publicum omnis sibi ci (...)
  • 651 MAMA XI 343 (AE 2012, 1609).
  • 652 Brélaz, Latin.
  • 653 Voir supra p. 173-178.
  • 654 FCanali De Rossi (n. 646), nos 23, 26, 31, 41-43, 62-63, 146, 149-151.

114La transposition du titre υἱὸς τῆς πόλεως dans une communauté romaine n’était jusqu’alors pas attestée648. Une notion similaire se rencontre, de manière indépendante, en Afrique, mais c’est le terme alumnus qui était alors utilisé pour qualifier un notable d’exception auquel la communauté souhaitait rendre hommage. Au contraire de filius, le terme alumnus suggère une filiation fictive entretenue par une affection réciproque et laisse entendre qu’il s’agit d’une relation volontaire649. On relève cependant deux traductions latines de l’expression υἱὸς τῆς πόλεως dans les provinces orientales. Dans les Métamorphoses d’Apulée, l’expression filius publicus renvoie certainement à ce titre lorsqu’il est fait référence à « un beau jeune homme, le premier parmi ses pairs, que l’ensemble de la cité s’est choisi comme fils public », la scène étant censée, en l’occurrence, se dérouler en pays grec, dans une cité pérégrine650. Le même titre est rendu par les mots filius oppidi dans une inscription honorifique érigée exceptionnellement en latin par la cité de Savatra en Lycaonie, près de la colonie d’Iconium651. Il n’est pas nécessaire d’attribuer au voisinage de la colonie le recours à la langue latine, car l’utilisation sporadique du latin par des communautés pérégrines est attestée ailleurs dans les provinces hellénophones, y compris dans des régions où n’étaient pas implantées de colonies romaines652. Pour ce qui est de Philippes, on peut voir dans l’emploi du titre filius coloniae un signe de l’influence des pratiques politiques et des formes institutionnelles grecques sur la colonie, à l’instar de l’introduction de la fonction d’irénarque653. Cette influence devait être d’autant plus pressante que des titres similaires, recourant au vocabulaire de la parenté, étaient employés dans des cités pérégrines de la province de Macédoine, telles que Béroia et Héraclée des Lyncestes, ainsi que dans la cité voisine de Thasos, pour honorer des notables s’étant distingués envers la communauté dans son ensemble (qu’il s’agisse de la cité, de la « patrie » locale ou du koinon macédonien) ou envers un corps constitué (boulè, dèmos, gérousie, synedrion)654.

  • 655 I. Sinope 102.
  • 656 A.-V. Pont, « L ’empereur “fondateur” : enquête sur les motifs de la reconnaissance civique », REG (...)
  • 657 LRobert (n. 193).
  • 658 Voir supra p. 19-30. Cf. CBrélaz, « Auguste, (re)fondateur de cités en Asie Mineure : aspects con (...)
  • 659 I. Parion 7-9 ; ILS 315 (I. Alexandreia Troas T 124). Cf. EOrtiz de Urbina, « El princeps condito (...)
  • 660 I. Sinope 98. Voir supra p. 79.
  • 661 Corinth VIII/1, no 84 (le bénéficiaire semble avoir été l’empereur Hadrien) ; Corinth VIII/3, no 50 (...)
  • 662 PCabanes, FDrini, Corpus des inscriptions grecques d’Illyrie méridionale et d’Épire 2, ÉtÉpigr (...)
  • 663 RECAM IV 1. Voir aussi le titre σωτήρ : RECAM IV 2.
  • 664 54 ; Pilhofer II 535.
  • 665 Le titre εὐεργέτης semble encore devoir être restitué dans une inscription inédite, qui fut peut-êt (...)

115On relève, de manière analogue, dans la colonie de Sinope le titre de conditor patriae655, qui correspond au titre grec de κτίστης, régulièrement attribué au cours de l’époque impériale aux notables des cités grecques pour leur contribution à la prospérité de la communauté, que ce soit par des largesses ou par l’obtention – grâce à leur intermédiaire – de privilèges de la part des autorités impériales656. Ainsi un duumvir fut-il acclamé comme « nourricier et fondateur » de la colonie de Parlais (τὸν ἴδιον τροφέα καὶ κτίστην τῆς κολο[νείας]), vraisemblablement pour avoir aidé au ravitaillement de sa patrie657. Le titre de conditor apparaît également à Philippes, mais c’est à propos de l’empereur Constantin, qui fut, pour une raison indéterminée, célébré comme le « fondateur de la très brillante colonie des Philippiens » (29). Il s’agit, dans tous les cas, d’une refondation symbolique, liée à quelque bienfait impérial qui fut perçu comme un accroissement de la communauté, non d’une nouvelle déduction effective de la colonie658. De la même manière, dans le cadre de la célébration universelle de l’empereur Hadrien dans le monde grec à l’occasion de l’inauguration de l’Olympieion, les colonies de Parion et d’Alexandrie de Troade acclamèrent respectivement celui-ci comme leur conditor et restitutor659. Toujours à Sinope, le titre de κηδεµὼν τῆς πόλεως fut également attribué à un légat d’Auguste, mais sans doute cette fois-ci par la cité pérégrine qui s’était maintenue aux côtés de la colonie déduite par César660. Cette appellation évoque certes la notion de protection, mais elle n’équivaut pas aux liens formels de patronage, qui relèvent pour leur part d’une institution romaine. On lui comparera plutôt le titre d’εὐεργέτης, qui, conformément aux usages répandus dans les cités grecques depuis l’époque hellénistique, fut décerné à titre officiel à leurs bienfaiteurs par les colonies de Corinthe661, Buthrote662 et Iconium663 notamment. À Philippes, ce titre fut conféré à des particuliers par des collèges, comme les fidèles de Sérapis et les mystes de Dionysos664. L ’εὐεργεσία dont fit preuve un notable envers la communauté fut cependant aussi invoquée dans une dédicace publique qui fut érigée dans le courant du iiie s., alors que le grec commençait à être utilisé dans des contextes officiels, pour motiver les honneurs que la colonie décida de lui attribuer en retour (64)665.

8.3. Les patrons de la colonie

  • 666 JNicols, Civic Patronage in the Roman Empire (2014).
  • 667 Eilers, Patrons, p. 84-108.
  • 668 Jacques, Privilège, p. 457 ; MSilvestrini, « Aspetti della municipalità di Canusium: l’albo dei d (...)
  • 669 RFrei-Stolba, « Les fragments de table en bronze », dans DCastella, Ade Pury-Gysel (éds), Le (...)
  • 670 Lex Urson. XCVII, CXXX ; Lex Irnit. <LXI>.
  • 671 Lex Urson. XCVII, l. 16-17 : praeter eum, qu<i> c(urator) a(gris) d(andis) a(tsignandis) i(udicandis) </i> (...)
  • 672 CIL VI 31692 (ILS 6105).
  • 673 Rizakis, Patras, nos 20-22 avec le commentaire p. 32-34.
  • 674 Corinth VIII/2, no 16. Il n’est pas impossible, toutefois, qu’Agrippa ait été patron de la tribu Vi (...)
  • 675 CIAlb 275 = LIA 253.
  • 676 Rizakis, Patras, no 33.
  • 677 J.-L. Ferrary, « De l’évergétisme hellénistique à l’évergétisme romain », dans M. Christol, O. Mass (...)

116À la différence des titres envisagés ci-dessus, qui pouvaient être concédés unilatéralement par la colonie et qui étaient strictement honorifiques (même s’ils reflétaient le poids qu’avaient dans la vie de la collectivité ceux qui en étaient pourvus), le patronat était une institution liant une communauté locale à un individu impliquant des obligations mutuelles666. Le patronus se devait, en cas de litige, de défendre les intérêts de la communauté cliente, notamment en plaidant sa cause, parfois jusqu’au Sénat ou devant les autorités impériales667. C’est pourquoi les communautés locales s’efforçaient de compter parmi leurs patrons de grands aristocrates, dans la mesure du possible des membres de l’ordre sénatorial jouissant d’un crédit parmi les milieux dirigeants à Rome. L ’importance du patronat pour ces communautés transparaît dans l’album de Canusium, où les patroni figurent en tête de la liste, quoique tous ne fussent pas membres de l’ordre des décurions local. La colonie n’avait pas moins de trente-neuf patrons, dont trente et un clarissimes et huit chevaliers. Si la plupart des chevaliers étaient des notables locaux, certains, parmi les sénateurs, assumèrent des préfectures, notamment la préfecture de la Ville et la préfecture du prétoire668. Les communautés clientes étaient, en retour, tenues d’offrir l’hospitalité à leurs patrons. L ’établissement d’un lien de patronage entre une communauté et un individu nécessitait l’accord de ce dernier et il était matérialisé par l’échange de tables de bronze exprimant et formalisant la relation de clientèle, dont plusieurs exemplaires furent découverts en Italie, en Espagne, en Afrique, mais aussi dans la colonie d’Avenches en Germanie Supérieure669. Le choix d’un patron était réglementé par les lois municipales, qui édictent les modalités présidant à l’élection d’un patronus par l’ordre des décurions, en particulier lorsqu’il s’agissait d’un sénateur (la procédure était appelée patronum cooptare)670. Il était d’usage que la communauté envoie des legati auprès de l’intéressé pour lui demander d’accepter celle-ci dans sa clientèle (in fidem clientelamque suam recipere). La lex Ursonensis suggère, en outre, qu’il était usuel pour une colonie de faire de son fondateur ou du légat chargé de la centuriation son patron, auquel cas la procédure d’élection était simplifiée671. La colonie flavienne de Deultum en Thrace choisit, quant à elle, comme l’un de ses premiers patrons le légat de la légion dans laquelle les vétérans déduits avaient servi au préalable, comme l’enseigne la table de bronze qui fut émise à cette occasion672. Les liens de patronage entre une communauté et un individu et sa famille étaient souvent conservés de manière héréditaire sur plusieurs générations. On constate ainsi que, dans les années faisant directement suite à sa fondation par Auguste, la colonie de Patras comptait parmi ses patrons des membres de la famille impériale, tels qu’Agrippa Postumus, le fils d’Agrippa et de Julia, qui fut adopté par Auguste en 4 apr. J.-C., puis Germanicus, qui fut adopté par Tibère la même année673. D’autres colonies eurent également comme protecteurs des personnages apparentés à la famille impériale, comme Agrippa pour Corinthe674 et L. Domitius Ahenobarbus, le consul de 16 av. J.-C. qui avait épousé Antonia l’Aînée (la fille d’Antoine et d’Octavie), pour Buthrote675. Une vingtaine d’années avant sa disparition du fait de sa transformation en colonie romaine, la cité grecque de Patras avait, par ailleurs, déjà contracté des liens de patronage avec L. Sempronius Atratinus, un des légats d’Antoine, qui contrôlait alors l’Achaïe676. Ce choix était conforme à la politique suivie par les cités grecques depuis le iie s. av. J.-C. et tout au long du ier s. av. J.-C. – jusqu’à l’époque augustéenne incluse – visant à obtenir par le biais de l’institution du patronat le soutien et la protection des imperatores et des membres de l’aristocratie sénatoriale, notamment en cas de litige devant aboutir à une requête auprès du Sénat677.

  • 678 Eilers, Patrons, p. 161-181.
  • 679 C. Eilers, « Change and Decline in Civic Patronage of the High Empire », dans MJehne, FPina Pol (...)
  • 680 Eilers, Patrons, p. 282-283 (« Appendix 4: Patrons of Greek Cities in the High Empire »). Il faut e (...)
  • 681 Eilers, Patrons, p. 280-281 (« Appendix 3: Patrons of Eastern Coloniae »).
  • 682 IGLS VI 2759-2760.
  • 683 IGLS VI 2795.
  • 684 MChristol, « Les cités et les “autorités” publiques : curatelle et patronat. Le cas des sénateurs (...)
  • 685 Jacques, Privilège, p. 682-685.
  • 686 AE 1974, 583.
  • 687 Corinth VIII/2, nos 56-57. Voir aussi Corinth VIII/3, no 502.
  • 688 PCabanes, FDrini (n. 662), no 12.
  • 689 Eilers, Patrons, p. 206, C28.
  • 690 Eilers, Patrons, p. 206, C29 ; p. 219, C57. Cf. IKXydopoulos, « Ο θεσµός της πατρωνείας στη Μακ (...)
  • 691 AE 1994, 1540.
  • 692 RECAM IV 2.
  • 693 CIIP II 1279.

117L ’usage du patronat déclina dans les provinces hellénophones après l’avènement du régime du Principat, lorsque les cités grecques commencèrent à recourir à leurs propres ressortissants comme ambassadeurs pour plaider directement leur cause auprès de l’empereur, qui représentait désormais l’autorité suprême678. La tradition du patronat se maintint, en revanche, dans les communautés locales d’Occident, en particulier en Italie, où les municipes et les colonies étaient d’autant plus prompts à rechercher la protection de sénateurs que le Sénat était, à côté des autorités impériales, leur interlocuteur principal, en l’absence d’administration provinciale (même si, avec le temps, ce furent principalement des notables municipaux plutôt que des sénateurs à être choisis comme patrons)679. Au contraire des cités pérégrines, qui ne conférèrent plus le titre de patron que de manière épisodique après le règne d’Auguste680, les colonies romaines d’Orient semblent avoir conservé, sur ce point, l’usage en vigueur en Italie, l’institution du patronat étant d’ailleurs explicitement prévue dans leurs chartes, comme le montre l’exemple de la lex Ursonensis681. Ainsi, au cours du ier s. apr. J.-C., la colonie d’Héliopolis alla jusqu’à nommer comme patrons des dynastes alliés de Rome régnant dans la région et pourvus de la ciuitas (donc faisant formellement partie de la famille impériale), tels que le roi de Judée ou de Chalcis, respectivement Agrippa Ier ou Agrippa II, et le roi d’Émèse C. Iulius Sohaemus682. Un sénateur qui parvint probablement au consulat fut encore choisi comme patron par la colonie dans le courant du iie s.683. À l’instar des communautés locales italiennes qui tendaient à nommer comme patrons les curateurs impériaux dépêchés chez elles684 ou des communautés africaines qui eurent souvent comme patron le légat de Numidie685, les colonies orientales s’évertuèrent à obtenir les faveurs des représentants des autorités impériales dans les provinces en établissant des liens de patronage avec eux. Ainsi, la colonie d’Apri, sous le règne de Vespasien, obtint du procurateur de Thrace qu’il devienne son patron686. Cette relation privilégiée avec le gouverneur de la province pouvait s’avérer profitable à la colonie d’Apri, d’autant que ce dernier avait été chargé par la même occasion de procéder au recensement de la province. Vers la fin du règne d’Hadrien, le proconsul d’Achaïe C. Iulius Severus fut choisi comme patron par la tribu Maneia dans la colonie de Corinthe687. Dans le courant du iiie s., la colonie de Buthrote para des titres de patron et d’évergète le proconsul de Macédoine « pour sa justice et sa bonté » (δικαιοσύνης ἕνεκα καὶ χρηστότητος). Celui-ci avait été par la même occasion curator rei publicae (λογιστής) et, par conséquent, dut être amené à examiner la gestion financière de la colonie688. La cité d’Amphipolis, voisine de la colonie de Philippes, avait, elle aussi, eu comme patron le gouverneur de Macédoine sous le règne d’Auguste689, comme cela avait déjà été le cas de Béroia et de Samothrace au milieu du ier s. av. J.-C.690. La cité de Thasos maintenait, par ailleurs, des liens de patronage ancestraux avec les membres de la gens Pompeia, dont l’un fut gouverneur de Macédoine en 118-117 av. J.-C.691. Toujours au iiie s., la colonie d’Iconium conféra le titre de patron au gouverneur de la province. Il apparaît qu’à cette époque encore, les liens de patronage continuaient à avoir des implications tangibles, car la colonie remercia, en l’occurrence, le fils de son patron en le qualifiant de « sauveur » ([σ]ωτῆρα) pour avoir contribué à « l’obtention de revenus » (ἐπὶ τῇ ἐξευρέσει τῶν πόρων). Ce dernier, probablement au nom des liens de patronage qui liait sa famille à la colonie, dut certainement apporter son soutien à Iconium lors de difficultés financières ou plaider la cause de la colonie dans un litige fiscal dans lequel elle était impliquée692. La colonie de Césarée Maritime fit pareillement d’un procurateur impérial, sans doute en charge dans la province de Syrie-Palestine, son patron693.

  • 694 Levick, Colonies, p. 84.
  • 695 ILS 998 ; AE 1914, 267 ; 1925, 126a. Il semble qu’il faille reconnaître dans l’inscription CIL III (...)
  • 696 Eilers, Patrons, p. 162-163.
  • 697 AE 1925, 126a.
  • 698 AE 1925, 126b. Voir supra p. 47, n. 186.
  • 699 CIL III 6823 ; CIL III 6810-6812 (ILS 7198).
  • 700 ILS 9485.
  • 701 I. Ephesos 1238 ; B. Levick, « Two Pisidian Colonial Families », JRS 48 (1958), p. 74-75 ; Byrne, L (...)
  • 702 CIL III 6835-6837 (ILS 5081) ; cf. GLabarre, MÖzsait (n. 33). Voir aussi CIL III 6820 (chevalie (...)
  • 703 I. Ephesos 1238.

118L ’institution du patronat se maintint de manière remarquable à Antioche de Pisidie, où on dénombre une quinzaine de patroni entre le ier et le ive s.694. Quatre gouverneurs de Galatie furent les patrons de la colonie entre le règne d’Auguste et le règne de Trajan695. Pendant une courte période, du règne de Claude à celui de Vespasien, les cités de Nicée et de Nicomédie eurent semblablement pour habitude d’avoir pour patrons les gouverneurs de Pont-Bithynie696. Cet usage, à Antioche de Pisidie, illustre les liens privilégiés qu’entrenaient les notables locaux avec les autorités provinciales. Dans le cas de L. Antistius Rusticus, gouverneur sous le règne de Domitien, les raisons qui poussèrent la colonie à le coopter comme patron et à lui décerner des honneurs publics sont explicitement rappelées : c’est parce que celui-ci « [avait] veillé avec empressement au ravitaillement » de la colonie (quod [ind]ustrie prospexit annon(am))697. Les conditions de l’intervention de Rusticus sont détaillées dans l’édit qu’il prit à ce sujet à la suite de la plainte des duumvirs et des décurions d’Antioche, dont une copie figurait aux côtés de l’inscription qui fut érigée par les colons en son honneur698. On compte également parmi les patrons d’Antioche plusieurs sénateurs, dont un consulaire699. La colonie tira, en outre, profit de l’influence que les plus grands notables originaires d’Antioche pouvaient avoir auprès des milieux dirigeants de l’Empire. Plusieurs d’entre eux devinrent ainsi patrons de la colonie, comme le chevalier C. Caristanius Fronto, qui fut promu à l’ordre sénatorial par l’empereur Vespasien700, et des membres de la famille équestre des Flauonii, dont les descendants accédèrent à l’ordre sénatorial sous les Antonins701. Un autre patron, Cn. Dottius Plancianus, sans être chevalier, était l’un des membres les plus éminents de l’élite locale, ayant revêtu la charge de duumvir quinquennal. De plus, son aura dépassait largement la seule colonie d’Antioche, puisqu’il devint asiarque ainsi qu’agonothète du concours des Hadrianeia à Éphèse702. Le cas de C. Flavonius Anicianus Sanctus illustre les avantages qu’une colonie pouvait obtenir de l’un de ses patrons. C’est grâce à l’intermédiaire de Sanctus, qui possédait également la citoyenneté éphésienne, que la colonie d’Antioche put ériger une statue de Tychè Sôteira dans la capitale de la province d’Asie, sans doute destinée à célébrer les relations d’amitié entre la colonie et Éphèse, comme le suggère la formule votive en faveur de la métropole d’Asie figurant dans la dédicace (ὑπὲρ τῆς πρώτης καὶ µεγίστης µητροπόλεως τῆς Ἀσίας καὶ δὶς νεωκόρου τῶν Σεβ(αστῶν) καὶ φιλοσεβάστου Ἐφεσίων πόλεως)703. Si la colonie dépêcha tout exprès deux ambassadeurs (πρεσβευταί) à Éphèse pour ce faire, Sanctus fit certainement valoir, au préalable, sa qualité de citoyen afin que les autorités de la cité agréent sa proposition (εἰσηγησαµένου) de construire le monument.

  • 704 I. Alexandreia Troas 37, 39.
  • 705 AE 1926, 150 (IGLMusBey 71).
  • 706 I. Apameia u. Pylai 2.
  • 707 CIIP II 1278.
  • 708 AE 1985, 772 (IStob 34).
  • 709 Corinth VIII/2, no 71.
  • 710 Corinth VIII/2, no 68.
  • 711 CIAlb 35 = LIA 40 ; CIAlb 37 = LIA 39 ; CIAlb 236 = LIA 258. Voir aussi CIAlb 191 = LIA 203, pour B (...)
  • 712 C’est toutefois aussi le cas, à Dyrrachium, d’Epidamnus Syrus : CIAlb 37 = LIA 39.
  • 713 AE 2011, 1171 ; cf. ÉDeniaux, FQuantin, BVrekaj (n. 19). Voir également, à Cnossos, AE 1908, (...)
  • 714 Eilers, Patrons, p. 171-172 ; C. Eilers (n. 679).
  • 715 Anderson, Festivals, p. 289-290, no 17 ; p. 291, no 21. Pour la colonie de Parlais, cf. Levick, Col (...)
  • 716 Voir aussi, à titre d’hypothèse, les inscriptions 68 et 151 se rapportant à de grands notables où o (...)
  • 717 Certaines communautés locales d’Italie et d’Afrique sollicitèrent le soutien de femmes des ordres s (...)
  • 718 Voir infra p. 297-313.

119Plusieurs autres sénateurs et chevaliers furent patrons de leur colonie d’origine : c’est le cas, pour Alexandrie de Troade, de T. Iunius Montanus, consul en 81, et de Sex. Quinctilius Valerius Maximus, promu à l’ordre sénatorial par l’empereur Nerva704, ainsi que, pour Berytus, de M. Sentius Proculus705. De la même manière, la colonie d’Apamée choisit comme patron un sénateur qui devint légat propréteur de la province d’Asie et dont la famille était originaire, si ce n’est de la colonie elle-même, du moins d’une cité bithynienne706. La colonie de Césarée Maritime choisit comme patron un chevalier sans doute originaire de la colonie qui devint gouverneur de la province de Mésopotamie et d’Osrhoène707. Un notable issu d’une famille d’envergure provinciale ayant donné plusieurs macédoniarques fut, quant à lui, patron du municipe de Stobi708. De la même manière, de grands notables s’étant illustrés au sein du koinon d’Achaïe devinrent patrons à Corinthe, où ils avaient accédé au duumvirat quinquennal : c’est le cas des chevaliers Cn. Cornelius Pulcher, originaire d’Épidaure709, et C. Iulius Spartiaticus, le petit-fils du dynaste spartiate Euryclès, qui fut, pour sa part, patron de la tribu Calpurnia dans la colonie710. Dans d’autres cas, le titre de patron était conféré à des notables ayant connu une carrière moins élevée. À Dyrrachium et Buthrote, les patrons étaient des notables locaux étant parvenus à se hisser à l’ordre équestre en même temps qu’ils avaient suivi une carrière civique dans leur patrie711. C’est également le cas du seul patron attesté dans la colonie de Philippes. C. Oppius Montanus est certes, à notre connaissance, l’un des notables philippiens ayant connu la carrière municipale la plus brillante, accédant aux fonctions et prêtrises les plus élevées dans la colonie et paré de titres honorifiques exceptionnels ; il n’empêche que son rayonnement semble avoir été circonscrit à la sphère locale (60, 130). À la différence des patrons de rang équestre de Dyrrachium et de Buthrote dont il vient d’être question, l’élévation de Montanus au rang de chevalier ne déboucha visiblement pas sur l’exercice de charges équestres, pas même sur un commandement militaire712. À Byllis, un notable qui s’était chargé de la gestion de l’institution des alimenta sur le plan local, mais qui ne paraît pas avoir été promu à l’ordre équestre, fut célébré comme patron de la colonie en des termes emphatiques qui laissent entendre combien la tâche consistant à gérer les prêts imposés aux particuliers pour financer ce système était délicate, car elle pouvait léser des membres de l’élite municipale : l’intéressé, qui était « le meilleur, en tous points remarquable et le plus aimé de ses concitoyens », fut remercié pour « sa sollicitude et son aide [grâce auxquelles], d’une part, la communauté civique fut enrichie et, d’autre part, tous les intérêts de ses membres préservés » (patrono coloniae optimo et praestantissimo et ciuium suorum amantissimo cuius cura et auxilio et res publica aucta et omnibus commodis municipum prospectum est)713. La tendance consistant, pour les municipes et les colonies, à recourir de préférence, au fil du temps, à des notables locaux comme patrons est une évolution qui se vérifie dans les provinces occidentales714, ainsi qu’à Antioche de Pisidie, où les patrons qui nous sont connus pour le début du ive s. ont le même profil715. Or, dans le cas de Philippes, C. Oppius Montanus, qui vécut dans la première moitié du iie s., est le seul patron de la colonie qui soit attesté716. On en déduit que la colonie de Philippes ne parvint manifestement pas à tisser des liens suffisamment étroits avec des membres de l’aristocratie sénatoriale pour obtenir leur protection717. Surtout, à la différence d’Alexandrie de Troade et d’Antioche de Pisidie, la colonie ne pouvait se prévaloir de familles sénatoriales d’origine locale pour espérer compter des patrons parmi l’élite se distinguant à l’échelle de l’Empire718. Les seuls patrons que la colonie pouvait revendiquer semblent être issus de la frange supérieure de l’élite municipale, à l’instar de Montanus, dont la promotion au rang de patron vint couronner la carrière locale en s’ajoutant à divers autres titres honorifiques soulignant son parcours remarquable à Philippes (filius coloniae, princeps coloniae).

9. La curatelle de la commune de Philippes

  • 719 Jacques, Privilège, p. 3-317. Les curatores rei publicae envoyés dans les provinces hellénophones d (...)
  • 720 É. Guerber, « Les correctores dans la partie hellénophone de l’Empire romain du règne de Trajan à l (...)
  • 721 Plin. Min., Ep. Tra. X 18 : Rationes autem in primis tibi rerum publicarum excutiendae sunt : nam e (...)

120Depuis le début du iie s., les autorités impériales prirent l’habitude de nommer des fonctionnaires chargés de superviser, en cas de nécessité, la gestion financière des communautés locales. Ces chargés de mission impériaux, qui furent le plus souvent de rang sénatorial, portaient le titre de curatores rei publicae, λογισταί en grec719. L ’envoi de curateurs constituait, pour les communautés locales concernées, une ingérence du pouvoir impérial dans leur administration interne et représentait, de fait, une diminution de leur autonomie. Les cités libres elles-mêmes ne furent pas épargnées et des fonctionnaires – appelés correctores ou διορθωταί – furent spécialement institués pour examiner les comptes de cette catégorie de cités qui, en principe, se trouvaient à l’abri de l’immixtion des autorités provinciales et impériales en raison de leur exclusion de la formula prouinciae720. L ’objectif des autorités impériales ne fut pas, en l’occurrence, de diminuer systématiquement la marge de manœuvre des communautés locales, mais de s’assurer de leur santé financière en exerçant ponctuellement un contrôle sur leur gestion et en œuvrant, le cas échéant, au redressement de leurs comptes. Comme l’illustre le mandat exprès que remit l’empereur Trajan à Pline au moment de lui confier le gouvernement de la province de Pont-Bithynie, l’équilibre financier et la bonne administration des communautés locales étaient un souci constant des autorités impériales721. Car c’est de la prospérité de ces dernières que dépendaient la régularité du recouvrement des impôts dus à Rome, mais aussi la stabilité politique et sociale nécessaire à l’ordre provincial romain.

  • 722 Voir supra p. 36-37.
  • 723 Plin. Min., Ep. Tra. X 47-48 ; cf. É. Guerber, « L ’empereur arbitre ou décideur ? Pline le Jeune e (...)
  • 724 Hormis le cas de C. Modius Laetus Rufinianus, détaillé ci-dessous, voir 39 (C. Iulius Quadratus), 4 (...)
  • 725 Voir supra p. 46-49.
  • 726 É. Guerber (n. 720), p. 237.
  • 727 Jacques, Privilège, p. 257.
  • 728 Jacques, Privilège, p. 249.
  • 729 PCabanes, FDrini (n. 662), no 12.
  • 730 IGR IV 1741 ; TAM V/2 923 ; cf. I. Alexandreia Troas, T 129, 1.
  • 731 SEG XLI 1394 ; cf. I. Alexandreia Troas, T 129, 2. Un sénateur originaire de la colonie, S. Quincti (...)
  • 732 ILS 1403 ; cf. AE 1983, 976 ; Sartre, Colonies, p. 117, n. 54.
  • 733 ILS 9488 = AE 1911, 107.
  • 734 Byrne, Labarre, Antioche, no 11.
  • 735 WMCalder (n. 203), p. 87-88, no 6 (on notera, cependant, que le rang de βουλευτής ne repose que (...)
  • 736 RECAM IV 1. Voir supra p. 214-216.
  • 737 Rizakis, Patras, no 365* ; cf. F. Camia, « I curatores rei publicae nella provincia d’Acaia », MEFR (...)

121La possession du ius Italicum, qui est formellement attestée pour Philippes grâce à des extraits du Digeste – et ce dès la première moitié du iie s. –, ne soustrayait pas la colonie à l’intervention de ces fonctionnaires. Le privilège du ius Italicum conférait certes aux colonies bénéficiaires un statut équivalent à celui des communautés locales d’Italie (ce qui impliquait une exemption de la capitation et de l’impôt foncier, ainsi qu’une indépendance théorique par rapport aux gouverneurs)722, il ne permettait toutefois pas d’échapper à la sphère d’action des chargés de mission impériaux, comme le montre l’exemple d’Apamée-Myrléa : tandis que la colonie arguait de son privilège pour s’opposer à l’examen de ses comptes par Pline le Jeune, l’empereur Trajan confirma le droit de regard de son gouverneur au nom de l’autorité prééminente dont il était lui-même investi723. On relève au moins trois curatores rei publicae actifs à Philippes dans le courant du iie s.724. Ceux-ci présentent la particularité d’avoir tous été nommés alors qu’ils exerçaient simultanément les fonctions de questeur propréteur de la province de Macédoine. Leur titre est invariablement curator rei publicae Philippiensium725, que celui-ci soit directement accolé au titre de questeur propréteur de la province de Macédoine ou qu’il lui soit lié au moyen de la conjonction et, ce qui montre explicitement que les deux fonctions avaient été exercées en même temps. Il n’est pas sans parallèle que des curateurs ou des correctores soient choisis parmi les magistrats administrant une province ou les membres de l’administration provinciale. Ce fut notamment le cas de plusieurs proconsuls d’Achaïe726 et de chevaliers qui étaient procurateurs des provinces hispaniques727. Deux questeurs de Sicile semblent également avoir été curatores des cités de cette province, même s’il n’est pas certain que ces fonctions aient été revêtues en même temps728. La colonie de Buthrote eut, de même, comme λογιστής le proconsul de Macédoine dans le courant du iiie s., ce qui la conduisit à faire de lui son « patron et évergète » en raison de « la justice et [de] la bonté » dont celui-ci avait fait preuve à son égard (δικαιοσύνης ἕνεκα καὶ χρηστότητος)729. Deux sénateurs, tous deux promis à une carrière consulaire, furent, par ailleurs, curateurs de la colonie d’Alexandrie de Troade730. C’est peut-être à l’occasion de sa légation extraordinaire en Asie en qualité de consulaire que l’un d’entre eux exerça sa curatelle dans la colonie, de même que dans plusieurs cités pérégrines de la même province, dont Éphèse et Milet731. De la même manière, c’est certainement parce qu’il servait comme tribun angusticlave dans la XIIe légion Fulminata, stationnée à Mélitène, qu’un chevalier devint à l’époque de Marc Aurèle curator coloniae Arcensium, dans laquelle il convient de reconnaître la colonie voisine d’Arca en Cappadoce plutôt que Césarée-Arca en Phénicie, du fait de la proximité géographique732. Le sénateur Ti. Claudius Subatianus Proculus, en revanche, futur légat de Numidie et consul, ne paraît pas avoir eu de lien ni administratif ni personnel avec la province d’Achaïe lorsqu’il fut nommé simultanément curateur de la cité libre d’Athènes et de la colonie de Patras733. Les autres curateurs attestés dans les colonies romaines d’Orient furent en fonction à une époque plus tardive, quand il était désormais devenu ordinaire pour les autorités impériales de choisir ces fonctionnaires parmi les notables des communautés locales dont il s’agissait d’examiner les finances. On relève ainsi, à Antioche de Pisidie, un λογιστὴς τῆς πόλεως qui fut agonothète et grand-prêtre de Mèn dans la colonie et appartenait à l’ordre équestre734. Un autre λογιστής d’Antioche, qui offrit un ζυγοστάσιον – un petit monument supportant des balances étalons à la disposition de la collectivité –, était certainement, lui aussi, un notable local735. À Iconium, un λογιστὴς τῆς λαµπρᾶς Εἰκονιέων κολωνίας portait en même temps le titre de πρίνκεψ, ce qui signifie qu’il s’était acquitté de l’ensemble des charges municipales dans la colonie736. Un certain Vitellius Valerinus, de rang équestre, fut encore curator de la colonie de Patras dans la première moitié du ive s. ; le titre de comes porté par ce dernier signifie qu’il faisait alors partie des membres les plus éminents du Conseil municipal737.

  • 738 R. Frei-Stolba, « Die Quaestoren der Provinz Makedonien und C. Modius Laetus Rufinianus », dans F. (...)
  • 739 Cels. (20 dig.), Dig. XXXVI 1, 33. Pour le cognomen Ballista, cf. CIL V 3357. Pour Rebellianus, com (...)
  • 740 Voir supra p. 137-139. Cf. Jacques, Privilège, p. 108-110, 246-248, 272-282.

122Le curateur philippien qui nous est le mieux connu est C. Modius Laetus Rufinianus, dont le nom apparaît dans les dédicaces de deux bâtiments et de trois bases honorifiques et votive se dressant sur le forum. Rufinianus fut dépêché par les autorités impériales pour examiner les comptes de la colonie sous le règne de Marc Aurèle, à un moment où celle-ci était engagée dans un vaste programme urbanistique et architectural visant à réaménager le centre monumental de la ville de Philippes. Il est probable que Rufinianus fut chargé de superviser la gestion financière de ce projet afin qu’il puisse être mené à bien. Le curateur paraît, en effet, avoir joué un rôle actif dans la construction de plusieurs des principaux édifices de la place basse. Son nom figure ainsi à l’ablatif sur la dédicace de la curie, ce qui implique qu’il était intervenu pour contrôler la conduite des travaux (16). Sa tutelle fut peut-être, en l’espèce, jugée d’autant plus souhaitable que leur financement avait déjà, par le passé, nécessité l’autorisation de l’empereur Antonin le Pieux. Comme l’indique la dédicace, ce dernier accepta, en effet, que l’affectation des fonds qu’un particulier avait laissés par testament en vue de l’organisation de banquets publics soit, à titre exceptionnel et contrairement à ce que prévoyait la législation en la matière, changée par la colonie au profit du chantier de la curie ([--- ex] uoluntate sua a diuo [A]ntonino ex epulis [---]  )738. Le nom du même Rufinianus se lit également dans la dédicace du temple du culte impérial, au nominatif cette fois, ce qui laisse entendre que le curateur prit une part encore plus directe dans l’édification du bâtiment (19). On apprend de la dédicace que, dans ce cas aussi, des sommes léguées par un particulier, visiblement une femme, furent utilisées à cette fin ([---]ana Proba [ex] uol[u]ntat[e sua resti]tuit). On observera, à ce propos, que le don par un particulier d’une somme au profit de la colonie de Philippes dans un contexte testamentaire est – par un heureux hasard – également discuté dans un extrait du juriste Celsus (qui fut consul en 129) conservé au Digeste : la question porte sur les obligations reposant sur l’héritier d’un certain Ballista, qui exigea au moyen d’un fidéicommis que son fils Rebellianus remette l’intégralité de l’héritage perçu à la colonie de Philippes, s’il venait à mourir sans enfants739. Pour revenir au cas de Rufinianus, il est à noter que celui-ci érigea personnellement une statue au Génie de la colonie dans la cella du temple du culte impérial (43). Les liens que les notables philippiens nouèrent avec le questeur propréteur lors de son séjour dans la colonie furent suffisamment étroits pour que l’un d’entre eux, L. Velleius Velleianus, se déclare publiquement l’amicus de Rufinianus et qu’il lui dresse deux statues de part et d’autre de l’entrée du temple qu’il avait contribué à ériger (41, 42). Cet hommage laisse présager de l’impact qu’eut l’action de Rufinianus dans la colonie et de la reconnaissance que les Philippiens nourrissaient envers lui pour sa participation à l’achèvement des travaux du forum. C’est, du reste, peut-être encore à Rufinianus qu’il convient d’attribuer le double titre de questeur propréteur et curateur de la commune de Philippes qui se lit sur une architrave devant appartenir à un bâtiment élevé par la colonie dans le centre monumental à la même époque (45). De manière analogue, le questeur propréteur et curateur C. Iulius Quadratus fut, semble-t-il, reçu à titre honorifique comme décurion par l’ordo de la colonie (39), de même que la colonie de Buthrote, dont il a été question précédemment, avait pu faire du proconsul de Macédoine, qui avait été son curateur, son patron. La concession du rang de décurion, aussi mince soit-elle pour un personnage de rang sénatorial – notamment en comparaison du patronat –, venait néanmoins illustrer l’estime que les notables locaux nourrissaient pour leur curateur740.

  • 741 Papir. (2 de const.), Dig. II 14, 37 : Imperatores Antoninus et Verus rescripserunt debitori rei pu (...)
  • 742 Plin. Min., Ep. Tra. X 17a-18 (debitores de Pruse) ; 47-48 (publici debitores de la colonie d’Apamé (...)
  • 743 Plin. Min., Ep. Tra. X 17b-18 ; 23-24 ; 37-38 ; 39-40 ; 43-44.
  • 744 A.-V. Pont (n. 656, 2010), p. 423-436. Cf. MHorster, Bauinschriften römischer Kaiser. Untersuchun (...)

123Par chance, un extrait du juriste Papirius Iustus, conservé toujours au Digeste, concerne l’activité d’un curator rei publicae de la colonie de Philippes : « Selon un rescrit des empereurs Antonin (Marc Aurèle) et Vérus, le curateur ne peut faire remise de sommes à un débiteur de la communauté ; comme elles avaient été remises à des habitants de Philippes, elles devaient être récupérées »741. Le titre du Digeste (de pactis) auquel fut versé cet extrait examine la légalité des conventions établies entre des particuliers ou, comme c’est le cas ici, avec des représentants des autorités publiques. On comprend de l’extrait cité que le curateur de la commune de Philippes avait, pour une raison indéterminée, décidé de renoncer à percevoir les sommes dont des particuliers étaient redevables à la colonie, certainement le produit de taxes ou des arriérés de loyers, voire des dettes contractées à la suite d’un prêt. Une plainte fut alors déposée auprès des empereurs, sans doute par un particulier, sinon un magistrat, ce qui donna lieu à un rescrit impérial. La réponse des empereurs affirme à nouveau ce en quoi devait consister la mission des curateurs, à savoir l’assainissement des comptes de la communauté où ils étaient envoyés. La correspondance entre Pline le Jeune et l’empereur Trajan montre qu’un des premiers moyens utilisés pour redresser les finances municipales était précisément de procéder au recouvrement des sommes dues à la collectivité par ses débiteurs qui demeuraient non perçues742. En faisant remise de ces sommes à plusieurs habitants de la colonie, peut-être à la suite d’un arrangement frauduleux, le curateur de Philippes avait failli à ses devoirs, d’où la réaction des empereurs. On observera que ce curateur peu scrupuleux avait été en fonction à la même époque que C. Modius Laetus Rufinianus, sous le règne de Marc Aurèle, et qu’il dut certainement, lui aussi, être amené à se pencher sur la situation financière de la colonie au moment des travaux du forum. À la différence de la situation prévalant à Corinthe, pour laquelle on ne connaît aucun curateur, ou à Antioche de Pisidie, où on ne relève pas de λογιστής clarissime, la nomination de plusieurs curatores rei publicae à Philippes dans la seconde moitié du iie s. – de surcroît, les questeurs de la province en personne – montre que la colonie avait été confrontée à des difficultés financières. Ces difficultés avaient certainement été provoquées par les investissements d’envergure qui avaient été consentis par la colonie afin de réaménager le centre monumental de la ville, au forum en particulier, mais aussi simultanément au macellum, à la palestre et au théâtre. Comme le rappelle à plusieurs reprises la correspondance de Pline avec Trajan, l’ambition des communautés locales en matière édilitaire allait parfois jusqu’à mettre en péril leur survie financière743. Dans le cas de Philippes, le vaste programme urbanistique et architectural que la colonie s’était proposé de mener à bien dépassa de toute évidence les ressources de la communauté, ce qui contraignit les Philippiens à trouver des solutions de financement extraordinaires (comme l’indique le changement de la destination première de legs faits au profit de la colonie) et provoqua même l’intervention répétée de chargés de mission impériaux afin d’inspecter et d’assainir les comptes publics au cours des travaux, comme cela est attesté pour plusieurs cités pérégrines en pays grec à la même époque744. La réalisation du forum de Philippes, dont les vestiges grandioses sont aujourd’hui souvent invoqués pour illustrer la prospérité de la colonie durant le iie s., est paradoxalement aussi un signe des limites des capacités financières de la colonie et de ses élites.

Appendice
La colonie de Philippes et ses institutions dans la littérature néo-testamentaire

  • 745 Ac XIII 14-51.
  • 746 Ac XIX 1-40.
  • 747 Ac XVIII 1-18.
  • 748 .Voir aussi Ac XXII 25-29. Cf. P. van Minnen, « Paul the Roman Citizen », Journal for the Study of (...)

124La visite de l’apôtre Paul à Philippes lors de son premier voyage missionnaire en Europe à la fin des années 40 apr. J.-C. fait l’objet d’une narration développée au chapitre XVI des Actes des Apôtres (XVI 12-40). À l’exception des passages consacrés aux séjours de l’apôtre à Antioche de Pisidie (où la plus grande partie est occupée par le discours que Paul tint à la synagogue du lieu)745 et à Éphèse (où Paul resta plus de deux ans)746, l’épisode philippien est, dans les Actes, le récit le plus étoffé des actions de Paul en dehors de la Judée et de la Syrie. Il est, en particulier, plus long que celui décrivant le séjour de l’apôtre à Corinthe, alors que, selon les Actes, Paul ne resta à Philippes que « quelques jours » (Ac XVI 12 : διατρίβοντες ἡµέρας τινάς), bien moins longtemps qu’à Corinthe, où il est dit que Paul exerça le métier de fabricant de tentes et qu’il résida plus d’un an et demi dans la ville747. Si l’étape philippienne de l’apôtre revêt autant d’importance dans les Actes, c’est parce que l’auteur a situé dans la colonie certains des moments les plus emblématiques de l’ensemble du récit. On mentionnera parmi eux l’emprisonnement de Paul et de son compagnon Silas puis leur libération miraculeuse à la suite d’un tremblement de terre qui est présenté implicitement dans le récit comme une réponse divine aux prières et chants que ceux-ci avaient entonnés durant la nuit (Ac XVI 23-34), mais aussi – voire surtout – l’affirmation par Paul de sa qualité de citoyen romain (Ac XVI 37), ce qui constitue l’un des deux seuls passages des Actes où l’apôtre révèle son statut juridique personnel748.

  • 749 CIPh II.1, p. 41-42.
  • 750 J.-P. Sterck-Degueldre, Eine Frau namens Lydia. Zu Geschichte und Komposition in Apostelgeschichte (...)
  • 751 Pour les tentatives d’identification de ce lieu sur le terrain, voir Collart, Philippes, p. 456-460 (...)
  • 752 E. Pelekanidou, « Η κατά την παράδοση φυλακή του αποστόλου Παύλου στους Φιλίππους », dans Η Καβάλα (...)
  • 753 A. Mentzos, « Η ανάµνηση του αποστόλου Παύλου σε Θεσσαλονίκη και Φιλίππους », dans P. I. Skaltsis, (...)

125Par ailleurs, du moment que c’est à Néapolis, qui servait de port à la colonie749, que Paul accosta pour la première fois en Macédoine après avoir été poussé par l’Esprit Saint à faire la traversée depuis l’Asie Mineure pour rejoindre cette région (Ac XVI 8-12), Philippes devint, à en croire le récit des Actes, la première ville sur le continent européen à recevoir la visite de l’apôtre. Ce fait reçut une attention particulière dans la tradition chrétienne postérieure. Le lieu présumé du débarquement de Paul à Néapolis est ainsi commémoré aujourd’hui dans la ville moderne de Kavala par l’Église orthodoxe grecque au moyen d’un autel décoré d’une mosaïque représentant la scène en question. De la même manière, la figure de Lydia, qui est décrite dans les Actes comme une païenne judaïsante (une « craignant Dieu », σεβοµένη τὸν θεόν) originaire d’Asie Mineure active dans les milieux commerçants de Philippes et la première personne à avoir cru à la prédication de l’apôtre lors de son séjour dans la colonie (Ac XVI 13-15)750, est vénérée comme la première chrétienne d’Europe par l’Église orthodoxe, qui lui érigea dans les années 1970 un baptistère à l’endroit où Paul est censé avoir prêché. Ce lieu se trouvait, selon les Actes, « en dehors de la porte » de la ville (ἔξω τῆς πύλης) et servait de « lieu de prière » (προσευχή) à la communauté judaïsante locale751. L ’impact que l’épisode philippien du récit des Actes eut sur les croyances et traditions ultérieures est rendu également manifeste par le fait qu’une chapelle fut aménagée à l’époque méso-byzantine dans une citerne attenante à la Basilique A, cet endroit étant considéré comme le lieu de l’emprisonnement de Paul et de Silas, comme le montraient les peintures murales qui en décoraient les murs752. De la même manière, une inscription, qui fut dans un second temps déplacée à Thessalonique, avait été gravée à Philippes à l’époque byzantine (peut-être dans le courant du xive s.) sur un pilier passant pour avoir été la pierre à laquelle Paul avait été attaché pour être fouetté, épisode dont il est question dans le récit des Actes sans toutefois qu’il soit fait mention d’un quelconque pilier (Ac XVI 22-23)753.

  • 754 Sur les routes terrestres et maritimes auxquelles la colonie était reliée et sur les réseaux d’écha (...)
  • 755 Ph I 5 ; I 7-8 ; II 25 ; IV 10-18.
  • 756 2 Co VIII 1-5 ; XI 8-9. Cf. D. J. Downs, The Offering of the Gentiles. Paul’s Collection for Jerusa (...)
  • 757 Ac XX 2 ; XX 6.
  • 758 A. Standhartinger, « Paul’s “Favorite Community” after Paul: Early Christianity in Philippi from th (...)
  • 759 Polycarpe de Smyrne, Lettre aux Philippiens III 2-3 ; IX 1.
  • 760 Tert., De praescr. haeret. XXXVI 1-2 : Age iam, qui uoles curiositatem melius exercere in negotio s (...)
  • 761 Pilhofer II 101. Pour l’église qualifiée simplement de « sainte » ou « catholique », voir Pilhofer (...)
  • 762 C. Brélaz, « Entre Philippe II, Auguste et Paul : la commémoration des origines dans la colonie rom (...)
  • 763 J.-P. Sodini, « L ’architecture religieuse de Philippes, entre Rome, Thessalonique et Constantinopl (...)

126Le poids que l’auteur des Actes accorda au séjour de l’apôtre à Philippes – alors que la colonie n’était initialement qu’une étape d’un voyage devant mener ce dernier à Thessalonique et en Grèce méridionale, là où se trouvaient des communautés juives avérées, contrairement à Philippes754 – s’explique certainement aussi en partie par le fait que Paul lui-même admettait de son vivant entretenir des relations privilégiées avec le groupe qu’il avait fondé dans la colonie. L ’apôtre consacra, en effet, une lettre à la communauté philippienne, dans laquelle il exprime son affection pour elle, loue la fidélité de ses membres et leur respect pour son enseignement et les remercie d’avoir été les seuls à l’aider matériellement au début de sa mission en Macédoine en lui faisant parvenir ce dont il avait besoin755. Dans sa Deuxième Épître aux Corinthiens, Paul présente, de même, les communautés macédoniennes – et sans doute Philippes au premier chef, même si celle-ci n’est pas mentionnée nommément – comme un exemple à suivre par les Corinthiens pour ce qui est de la générosité qui lui fut témoignée et des moyens qui furent mis à sa disposition, notamment pour l’accomplissement de l’une de ses missions à Corinthe756. Paul fit encore plusieurs autres séjours à Philippes vers le milieu des années 50, lors du dernier voyage qu’il fit en Macédoine et en Grèce, venant d’Éphèse757. Le lien particulier qui liait la communauté chrétienne de Philippes à la geste de l’apôtre et à sa mémoire était une chose largement reconnue depuis le début du iie s.758. L ’évêque de Smyrne Polycarpe rappela ainsi dans la lettre qu’il adressa aux Philippiens la proximité que ceux-ci avaient eue avec Paul en raison de son séjour auprès d’eux759. Tertullien reconnaissait, pour sa part, que la fondation apostolique de l’église philippienne, soulignée par l’Épître qui lui avait été adressée, conférait à cette dernière un surcroît d’autorité et – au même titre que Corinthe, Éphèse ou encore Rome – une primauté sur les autres églises760. Le qualificatif « apostolique », qui n’est pas courant, apparaît d’ailleurs dans la titulature de l’église de Philippes dans le courant du ive s. aux côtés des appellations « sainte » et « catholique »761. L ’origine paulinienne de la communauté devint à ce moment l’élément central de l’identité de l’église locale, comme l’illustre le fait que le premier édifice d’ampleur dédié au culte chrétien fut, dans la première moitié du ive s., explicitement consacré à Paul par l’évêque de Philippes et que se développa dans les environs immédiats de ce bâtiment, lequel fut adossé aux vestiges d’un hérôon hellénistique remployé pour l’occasion, un culte martyrial en la mémoire de l’apôtre762. L ’éclosion au grand jour du culte chrétien au ive s. et la multiplication des basiliques à Philippes au cours de l’époque protobyzantine témoignent de l’aura qui était attachée à l’évocation de la mémoire de Paul763. La valeur de cet héritage religieux, culturel et matériel lié au souvenir de la mission de Paul à Philippes a trouvé récemment une reconnaissance dans le classement du site au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 2016.

  • 764 Parmi les publications récentes, voir, à titre d’exemple, J.-N. Aletti, Saint Paul. Épître aux Phil (...)
  • 765 Lemerle, Philippes, p. 7-60. Cf. C. Bakirtzis, « Paul and Philippi: The Archaeological Evidence », (...)
  • 766 Pilhofer, Philippi I. Pour l’apport de ce recueil à la recherche épigraphique et historique sur Phi (...)
  • 767 L. Bormann, Philippi. Stadt und Christengemeinde zur Zeit des Paulus (1995) ; L. M. White, « Visual (...)

127La place de choix qu’occupe Philippes dans la littérature néo-testamentaire (aussi bien par le passage correspondant des Actes que par l’Épître de Paul aux Philippiens), l’importance objective qu’eurent la mission de l’apôtre dans la colonie et la communauté qu’il y fonda pour la diffusion du christianisme – la communauté philippienne ayant eu une fonction de relais entre les églises d’Asie Mineure et celles de Grèce –, enfin l’écho qu’eut la geste de Paul à Philippes dans la tradition chrétienne postérieure expliquent que de très nombreuses études furent consacrées à Philippes de la part des théologiens et des spécialistes de l’histoire du christianisme primitif. Une abondante production scientifique, en particulier de la part de l’exégèse néo-testamentaire de tradition protestante, continue, du reste, à se pencher aujourd’hui sur Philippes à l’époque de la génération apostolique et il ne se passe pratiquement pas une année sans qu’une nouvelle étude ou un nouveau commentaire soit dédié à l’épisode philippien des Actes ou à l’Épître aux Philippiens, ou du moins à un extrait de celle-ci764. Depuis plusieurs années, la recherche néo-testamentaire a commencé à s’intéresser spécialement au contexte historique local et à l’environnement matériel de la mission de Paul à Philippes. C’est déjà dans cette veine que P. Lemerle, dans sa monographie sur Philippes chrétienne et byzantine, avait commenté le chapitre des Actes intéressant la colonie765. De nombreuses études – parmi lesquelles figure en bonne place la monographie de P. Pilhofer766, qui, pour les besoins de sa recherche et de manière très commode, réunit parallèlement en un recueil toutes les inscriptions grecques et latines publiées de Philippes et de sa région – se sont ainsi efforcées de tirer profit des sources épigraphiques et archéologiques afin de reconstituer l’environnement matériel, social et culturel dans lequel l’apôtre avait prêché dans la colonie767.

  • 768 Deux volumes ont déjà paru : J. R. Harrison, L. L. Welborn (éds), The First Urban Churches 1. Metho (...)
  • 769 S. J. Friesen et al. (n. 14).
  • 770 D. N. Schowalter, S. J. Friesen (éds), Urban Religion in Roman Corinth. Interdisciplinary Approache (...)

128S’inscrivant dans ce mouvement, deux projets de recherche d’envergure, portant tous deux sur l’histoire du christianisme de la génération apostolique, ont récemment mis Philippes au centre de leurs préoccupations. Le premier, intitulé « The First Urban Churches » et dirigé par J. Harrison et L. Welborn, se propose d’étudier l’environnement urbain des premières communautés chrétiennes au cours du ier s. en croisant les sources néo-testamentaires et les données archéologiques et épigraphiques, en particulier. Plusieurs volumes seront consacrés aux principales villes qui furent visitées par l’apôtre Paul (Corinthe, Éphèse, Rome, etc.) et où celui-ci fonda une communauté, dont Philippes768. Le second, coordonné notamment par S. Friesen, vise à réunir les spécialistes de diverses disciplines dans l’étude de l’histoire de la colonie de Philippes afin d’analyser l’émergence de la communauté paulinienne et le développement ultérieur de la religion chrétienne dans son contexte local769. Il s’agit d’appliquer au cas de Philippes la méthode très fructueuse qui avait été employée pour reconstituer le cadre social et religieux de la mission de Paul dans la colonie de Corinthe et qui a donné lieu à trois importants volumes collectifs770.

  • 771 L. Portefaix, Sisters Rejoice. Paul’s Letter to the Philippians and Luke-Acts as Seen by First-Cent (...)
  • 772 J. S. Kloppenborg, S. G. Wilson (éds), Voluntary Associations in the Graeco-Roman World (1996) ; R.(...)

129Inspirés par les études de genre, d’autres travaux se sont intéressés en particulier à la place des femmes dans la vie religieuse à Philippes, aussi bien dans les pratiques votives païennes (analysées surtout au travers des reliefs rupestres représentant majoritairement des divinités féminines, comme Diane  / Artémis, ou des orantes) qu’au sein de la communauté paulinienne771. On mentionnera, pour terminer, un courant qui s’est révélé prédominant dans la recherche sur le christianisme primitif durant les vingt dernières années. Celui-ci s’efforce d’examiner la composition sociale et l’organisation interne des communautés fondées par Paul lors de ses missions à l’aune des associations cultuelles et corporations professionnelles païennes (dont on relève, du reste, de nombreux exemples à Philippes même)772. Si la comparaison systématique avec les associations païennes a incontestablement contribué à améliorer notre compréhension du profil et des conditions de recrutement des membres des communautés pauliniennes, de leur fonctionnement (notamment pour ce qui est de leur hiérarchie interne et de leur gestion financière) et du rapport que Paul lui-même entretenait avec elles, on fera toutefois remarquer que ces groupes se distinguaient nettement du modèle associatif ordinairement en vigueur dans les autres confréries et corporations, sur deux points en particulier. Premièrement, les membres des communautés chrétiennes, contrairement à ce que l’on constate pour les autres associations, n’ont pas cherché à revendiquer leur affiliation et à s’afficher dans l’espace public par le biais d’inscriptions – hormis quelques exceptions régionalement, comme en Phrygie dans la mouvance montaniste – avant que les églises ne reçoivent une reconnaissance officielle de la part de l’État romain dans la première moitié du ive s. Cela s’explique sans doute en partie par la taille modeste de ces groupes durant les deux premiers siècles de leur existence, ce qui dut être précisément le cas de la communauté créée par Paul à Philippes. Deuxièmement, si les communautés pauliniennes étaient indiscutablement structurées selon une forme tout à fait voisine des associations païennes, leurs ambitions, comme nous le verrons ci-dessous à propos de l’Épître aux Philippiens, étaient néanmoins fort différentes et dépassaient les préoccupations habituelles des autres confréries et corporations. Celles-ci se concevaient, en effet, comme des alternatives aux entités politiques existantes. L ’emploi du terme ἐκκλησία, délibérément emprunté aux institutions poliades, pour se désigner elles-mêmes était, de ce point de vue, programmatique et montre que les premiers chrétiens, de par leurs aspirations et leurs croyances, ne s’envisageaient pas exactement comme les membres des associations cultuelles courantes.

  • 773 Voir notamment Collart, Philippes, p. 104, 190, 263, 271-272, 283, 322-323, 456-471, 493.
  • 774 Nous n’entrerons pas ici dans le débat portant sur l’identité de l’auteur des Actes ni sur la date (...)

130Tous ces travaux sont particulièrement bienvenus dans la mesure où ils instaurent un dialogue entre des disciplines – d’un côté, la théologie, l’exégèse et la critique littéraire néo-testamentaires, l’histoire du christianisme, de l’autre l’archéologie, l’épigraphie, l’histoire de l’Antiquité – qui, quoique s’intéressant toutes au site de Philippes, s’étaient largement ignorées jusqu’alors. Or, l’histoire sociale et religieuse de la colonie romaine de Philippes entre le ier et le ive s., tout aussi bien que l’histoire du christianisme ancien en Macédoine, se doivent de recourir conjointement aux sources archéologiques, épigraphiques et néo-testamentaires pour reconstituer une image qui soit la plus fine possible et parvenir à des résultats convaincants. P. Collart avait déjà à plusieurs reprises exploité dans sa monographie le récit des Actes pour éclairer des aspects de la topographie ou de la vie civique et religieuse de la colonie773. Notre intention dans ce qui suit n’est pas de reproduire l’analyse que nous avons déjà livrée plus haut de l’un ou l’autre passage des Actes à l’occasion de la discussion d’un sujet particulier, mais d’exposer de façon synthétique les informations que l’on peut tirer du récit du séjour de l’apôtre Paul à Philippes et de la lettre que celui-ci adressa à la communauté chrétienne locale pour notre connaissance des réalités institutionnelles et juridiques prévalant dans la colonie au milieu du ier s. apr. J.-C.774.

La qualification administrative de Philippes en tant que colonie (Ac XVI 12)

  • 775 Ac XVI 12 ; XVI 20. Cf. Ac XIII 44 ; XIII 50 (Antioche de Pisidie) ; XIV 4 (Iconium) ; XIV 6 ; XIV (...)
  • 776 Voir supra p. 50-52.
  • 777 Strabon, XII 3, 6 (Héraclée du Pont) ; XII 3, 11 (Sinope). Cf. D. Musti, « Il lessico coloniale di (...)
  • 778 Pilhofer, Philippi I, p. 159-165 ; voir déjà dans ce sens Lemerle, Philippes, p. 20-23. Cette inter (...)
  • 779 M. B. Hatzopoulos, Macedonian Institutions under the Kings. A Historical and Epigraphic Study I (19 (...)
  • 780 Voir notamment Pilhofer, Philippi I, p. 153-159.
  • 781 Voir ce qui est dit de la juridiction du proconsul d’Achaïe à Corinthe (Ac XVIII 12-17), ainsi que (...)

131Philippes est la seule colonie romaine d’Orient visitée par l’apôtre Paul à être explicitement identifiée en tant que telle dans les Actes. À l’exception du passage introductif, Philippes est décrite dans le récit comme étant une πόλις, au même titre que les autres colonies dans les Actes775. Comme nous l’avons déjà souligné plus haut dans cette étude, le recours au terme générique grec πόλις – correspondant au latin res publica – pour renvoyer à l’entité politique que constituaient les colonies romaines était chose courante776. Dans les Actes, le terme utilisé pour décrire la colonie n’est pas, en l’espèce, le mot grec usuel ἀποικία, qui est employé par exemple par Strabon pour se référer aussi bien à des coloniae romaines qu’à des établissements grecs fondés à l’époque archaïque777, mais la translittération en grec du terme technique latin, κολωνία. Dans le texte des Actes, κολωνία figure en apposition à πόλις : ἥτις ἐστὶν πρώτης µερίδος τῆς Μακεδονίας πόλις, κολωνία. Cette précision du statut administratif de Philippes pourrait avoir résulté d’une intention délibérée, liée au déroulement des événements rapportés ultérieurement dans le récit. Comme nous le verrons ci-dessous, il pourrait même s’agir d’une interpolation visant à intensifier la tension dramatique de l’épisode philippien dans son ensemble. La tradition textuelle de ce passage est, du reste, perturbée. La lectio difficilior ἥτις ἐστὶν πρώτης µερίδος Μακεδονίας πόλις au lieu de ἥτις ἐστὶν πρώτη τῆς µερίδος Μακεδονίας πόλις doit, selon nous, être préférée, comme le suggère P. Pilhofer, car la précision selon laquelle Philippes était une « cité du premier district de la Macédoine » correspond très précisément aux réalités administratives de la province de Macédoine778. Philippes se trouvait, en effet, dans les limites du premier des quatre districts (µερίδες) qui avaient été créés en 167 av. J.-C. par la République romaine sur les vestiges du royaume antigonide et qui étaient encore utilisés à des fins administratives au sein du koinon macédonien durant l’époque impériale779. Sans aller jusqu’à prouver l’origine macédonienne de l’auteur des Actes, comme le comprend une partie de la recherche qui considère qu’il s’agit de Luc780, ce passage confirme, du moins, la connaissance que l’auteur avait des réalités administratives de l’Empire romain et l’importance qu’il leur accordait, comme cela se confirme en plusieurs autres points du récit781.

Les titres des magistrats philippiens et de leurs appariteurs (Ac XVI 19-20)

  • 782 Ac XVII 6. Voir, de même, à Éphèse, le principal magistrat civique qui porte le titre de secrétaire (...)
  • 783 Comparer l’expression οἱ πρῶτοι τῆς πόλεως servant à désigner les élites locales de la colonie d’An (...)
  • 784 L ’ἀγορά, ou forum, de Philippes est également mentionnée dans une inscription grecque du iiie s. p (...)
  • 785    1 Co X 25. On notera cependant que le macellum de Philippes se confondait probablement en partie (...)
  • 786 Sève, Weber, Guide.
  • 787 Voir supra p. 148-154.
  • 788 M. Sève, P. Weber, « Peut-on parler d’une basilique civile au forum de Philippes ? », dans L. Caval (...)
  • 789 Voir supra p. 209-214.

132Si Philippes n’avait pas été qualifiée nommément de colonie au début du passage, aucun indice n’aurait permis au lecteur de reconnaître une communauté romaine dans la description qui est donnée de la ville dans le récit des Actes. Les mots employés pour décrire la place publique où fut traîné Paul (ἀγορά) ainsi que les magistrats devant lesquels on le présenta (ἄρχοντες, στρατηγοί) demeurent génériques et pourraient tout aussi bien s’appliquer à une cité pérégrine. Dans le contexte d’une colonie romaine, ce vocabulaire revêt néanmoins une coloration particulière et il s’avère que, là encore, l’auteur des Actes fit preuve d’une grande sensibilité aux spécificités institutionnelles locales, comme c’est le cas notamment à propos de Thessalonique pour laquelle les principaux magistrats sont correctement appelés politarques782. Dans le passage philippien, le terme ἄρχοντες renvoie ainsi aux magistrats municipaux dans leur ensemble, aux autorités de la colonie, qui se trouvaient sur la « place publique » au moment où Paul y fut conduit783. Le mot ἀγορά désigne dans ce contexte le forum de la colonie, qui était bordé de divers bâtiments officiels où se déroulaient la vie civique et les activités administratives des magistrats784, non le marché aux victuailles, car celui-ci est, dans le cas de Corinthe, explicitement qualifié de µάκελλον dans les Actes785. La réalisation du premier état monumental d’ensemble du forum, que l’on date de l’époque claudienne, était précisément contemporaine de la visite de l’apôtre786. Au contraire d’ἄρχοντες, le terme στρατηγοί renvoie, pour sa part, à une catégorie précise de magistrats dans les colonies romaines, en l’occurrence aux duumvirs787. En tant que détenteurs de la plus haute autorité politique et juridictionnelle dans la colonie, les duumvirs s’acquittaient le plus souvent de leurs tâches sur le forum précisément, en particulier dans la basilique judiciaire. Une telle basilique a pu être reconnue à Philippes sur le côté Ouest du forum, au Sud de la curie, mais on doit l’attribuer aux aménagements datant de l’époque antonine seulement, si bien que l’état claudien du forum ne semble pas avoir comporté de bâtiment de ce type788. Les duumvirs étaient secondés, en vue de l’accomplissement de leurs fonctions, d’appariteurs qui sont mis en scène dans les Actes sous le nom de ῥαβδοῦχοι (Ac XVI 35-38) : il s’agissait de leurs licteurs, armés en général de verges, ce qui explique leur nom en grec. Ceux-ci furent chargés, en l’espèce, par les duumvirs de faire sortir Paul et Silas de prison. Ce sont probablement déjà ces licteurs qui avaient reçu l’ordre des duumvirs de les fouetter et de les emprisonner (Ac XVI 22-23). Le gardien de prison également, ou δεσµοφύλαξ (Ac XVI 23-36), faisait partie des ministeria publica, c’est-à-dire du personnel public de la colonie789.

Les mesures prises à l’encontre de Paul et de Silas par les magistrats philippiens (Ac XVI 20-24)

  • 790 Il s’agit probablement d’une allusion à la circoncision, aux rituels alimentaires, à la croyance ex (...)
  • 791 Ac XVII 6-7.
  • 792 Ac XIII 44-50 ; XVII 5-9 ; XVIII 12-17 ; XIX 23-40. Cf. F. Tamburi, « Paolo di Tarso e le comunità (...)
  • 793 Voir supra p. 127-128.

133Paul et Silas furent emmenés de force au forum par les maîtres d’une jeune esclave qui avait des dons de prophétesse et que l’apôtre avait exorcisée (Ac XVI 16-18). Ses propriétaires se plaignirent devant les duumvirs que Paul et Silas troublaient l’ordre public dans la colonie en diffusant des pratiques qu’ils décrivirent comme étant juives et qu’ils estimèrent être illégales pour des Romains (Ac XVI 20-21)790. Des reproches similaires leur furent adressés par une partie des Juifs de Thessalonique, lorsque ces derniers allèrent se présenter devant les politarques791. L ’auteur des Actes souligne toutefois que, dans le cas de Philippes, ces griefs cherchaient à masquer la vraie raison de la colère des maîtres de la prophétesse, à savoir qu’ils s’estimaient lésés par le fait que Paul, en enlevant à la jeune fille ses qualités de vaticination, les avait privés d’une source de profit, sans doute parce que ceux-ci monnayaient en temps normal ses prophéties (Ac XVI 19). Il est à noter que la démarche qu’entreprirent les maîtres de la prophétesse auprès des duumvirs, en traînant Paul et Silas devant eux et en se plaignant de leurs agissements dans la ville de Philippes, ne constitua pas une accusation formelle dans un cadre judiciaire. De la même manière, les décisions qui furent prises par les magistrats de la colonie – d’abord que Paul et Silas soient battus à coups de verges, puis qu’ils soient jetés en prison – se déroulèrent en dehors de tout procès (Ac XVI 22-24). L ’emprisonnement de l’apôtre n’était pas, en l’occurrence, une peine – la prison n’avait en général pas cette fonction dans le régime pénal romain –, mais une mesure prise dans l’urgence pour mettre Paul et Silas hors d’état de nuire. Les duumvirs agirent sous la pression de la foule qui s’était amassée au forum, sans doute attirée par le tapage, et qui manifesta son hostilité envers l’apôtre et son compagnon (συνεπέστη ὁ ὄχλος κατ’ αὐτῶν), certainement encouragée dans ce sens par les maîtres de la prophétesse et par ce que ceux-ci avaient dit de leurs intentions. Un scénario similaire se déroula dans la plupart des cités visitées par Paul, où sa prédication provoquait régulièrement le mécontentement des communautés juives locales ou de certains groupes au sein de la population, comme les orfèvres à Éphèse792. C’est donc pour éviter une émeute et pour contenir la foule que les duumvirs décidèrent de faire battre sur-le-champ et en public Paul et Silas et de les soustraire à leurs opposants en les mettant en prison793. La preuve que l’emprisonnement de Paul et de Silas n’avait pas été conçu comme un châtiment destiné à leur faire payer les actes dont – aux dires de leurs adversaires – ils se seraient rendus coupables, c’est que, dès le lendemain matin, les duumvirs envoyèrent leurs appariteurs à la prison pour les faire libérer (Ac XVI 35-36).

  • 794 Brélaz, Sécurité, p. 56-64, 271-275 ; id., « Aelius Aristide (Or. 50.72-93) et le choix des irénarq (...)
  • 795 W. Riess, Apuleius und die Räuber. Ein Beitrag zur historischen Kriminalitätsforschung (2001).

134L ’épisode dans son ensemble illustre les conditions du maintien de l’ordre au jour le jour dans les communautés locales de l’Empire romain. Il décrit les phases que l’on pourrait qualifier de policières de la procédure pénale. On se rend compte que, dans ce cadre qui était encore à ce stade infrajudiciaire, les magistrats municipaux disposaient d’une marge de manœuvre étendue et qu’ils pouvaient exercer une sorte de justice expéditive en contraignant physiquement les prévenus. Cette description de la part de l’auteur des Actes des événements qui étaient censés s’être produits à Philippes est tout à fait conforme à ce que l’on sait par ailleurs, par le biais d’autres types de sources, des compétences policières des magistrats locaux dans l’Empire et des méthodes arbitraires qui étaient parfois employées par ceux-ci à l’encontre de criminels794. De ce point de vue, l’épisode philippien des Actes présente de fortes analogies avec plusieurs passages des Métamorphoses d’Apulée où, pour les besoins de la veine romanesque du récit, furent incluses des scènes de rixes et de justice sommaire795.

La protestation de Paul et l’invocation de son statut de citoyen romain (Ac XVI 37-39)

  • 796 H. Omerzu, Der Prozess des Paulus. Eine exegetische und rechtshistorische Untersuchung der Apostelg (...)
  • 797 A. Z. Bryen, « Martyrdom, Rhetoric, and the Politics of Procedure », ClAnt 33 (2014), p. 243-280.
  • 798 L. Robert, G. W. Bowersock, C. P. Jones, Le martyre de Pionios, prêtre de Smyrne (1994), chap. 15.

135C’est précisément le caractère illégal des mesures qu’avaient prises les duumvirs à son encontre qui fut contesté par Paul lorsque les appariteurs vinrent lui annoncer qu’il était désormais libre. Paul protesta que lui-même est son compagnon avaient été battus en public (δηµοσίᾳ) et jetés en prison « sans procès » (ἀκατακρίτους), alors même qu’ils étaient citoyens romains. Il refusa donc que son cas soit une nouvelle fois traité de façon clandestine (λάθρᾳ), au lever du jour et par l’intermédiaire des licteurs des duumvirs, et exigea que les magistrats viennent en personne à la prison lui signifier, officiellement et de leur propre autorité, qu’ils le libéraient. Les duumvirs, conscients d’avoir outrepassé leurs compétences en faisant battre sans jugement des individus possédant la ciuitas, obtempérèrent, veillèrent à apaiser Paul et, afin que l’affaire ne prenne pas un tour encore plus grave, le prièrent de quitter la ville. Sur le plan de la procédure, l’argumentation attribuée à Paul par l’auteur des Actes était parfaitement correcte796. Elle préfigure un des éléments récurrents de la littérature martyrologique, à savoir la remise en cause de la part des chrétiens de la légalité des mesures prises à leur encontre797. Ainsi, dans le Martyre de Pionios, narrant des événements qui s’étaient déroulés à Smyrne en 250, Pionios contesta semblablement la validité de la procédure en exigeant que son interrogatoire soit mené par un représentant du gouverneur plutôt que par un magistrat de la cité, du moment que son arrestation faisait suite à des ordres émanant de l’empereur Trajan Dèce798.

  • 799 E. Weber, « Das römische Bürgerrecht des Apostels Paulus », Tyche 27 (2012), p. 193-207.
  • 800 Ac XXII 25-29 ; XXV 10-12. Cf. M. Ravizza, « Καίσαρα ἐπικαλοῦµαι. L ’appello di Paolo di Tarso all’ (...)
  • 801 Cette interprétation avait déjà été envisagée par A. N. Sherwin-White, Roman Society and Roman Law (...)
  • 802 Ac XXII 27-29.
  • 803 C. Brélaz, « “Outside the City Gate”. Center and Periphery in Paul’s Preaching in Philippi », dans (...)

136Dans le cas de Paul à Philippes, la mention de sa qualité de citoyen romain dans le récit ajoute un élément en renforçant la défense de l’apôtre799. L ’épisode annonce également sa future arrestation à Jérusalem, où l’apôtre fit à nouveau état de son statut juridique personnel pour protester contre le traitement que lui avait fait subir le tribun romain (arrestation, coups, enchaînement), ainsi que son futur appel au tribunal de l’empereur alors qu’il comparaissait devant le gouverneur de Judée à Césarée800. C’est à la lumière de ces éléments qu’il convient de réexaminer la signification de la précision selon laquelle Philippes était une colonie romaine au tout début du passage des Actes consacré au séjour de Paul dans cette ville (Ac XVI 12). Que cette mention se soit trouvée dans la version originale du récit ou que cela ait été plutôt le fruit d’une interpolation, le fait de qualifier d’emblée Philippes de colonie, de surcroît en employant le terme latin lui-même translittéré en grec (κολωνία), eut pour conséquence de mettre en relief le statut particulier de Philippes par rapport aux autres entités politiques de Macédoine et de montrer qu’il s’agissait d’une communauté créée par les autorités romaines et peuplée de citoyens romains. Cette insistance, dès le début de l’épisode, sur le caractère romain de Philippes pourrait avoir eu pour objectif de rendre d’autant plus flagrante l’injustice des magistrats envers Paul801. Les magistrats locaux, dans une cité pérégrine, n’auraient pas davantage eu le droit de saisir Paul et de le faire battre en tant que citoyen romain. Mais la chose apparaît de manière encore plus scandaleuse de la part des magistrats d’une colonie romaine, de duumvirs qui étaient eux-mêmes citoyens romains et qui, de ce fait, ne pouvaient ignorer – s’ils avaient pris soin de vérifier le statut personnel de Paul – qu’il leur était interdit de le traiter de la sorte. L ’intention dramatique est ici analogue à celle que l’on perçoit dans l’épisode de l’arrestation de Paul à Jérusalem, lors du dialogue entre le tribun et l’apôtre sur les moyens qui permirent respectivement à l’un et à l’autre d’acquérir la ciuitas802. Le fait que, dans le récit, les individus responsables de l’arrestation de l’apôtre aient été, à Philippes aussi bien qu’à Jérusalem, des citoyens romains (les duumvirs dans le premier cas, un centurion et le tribun dans le second) avait pour effet de proclamer clairement l’injustice des mesures prises contre Paul et, par corollaire, de révéler l’innocence de ce dernier803.

D’éventuelles allusions aux conditions d’exercice de la vie civique locale dans l’Épître aux Philippiens

  • 804 J. H. Hellerman, Reconstructing Honor in Roman Philippi. Carmen Christi as Cursus Pudorum (2005).
  • 805 Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Élites ; J. Bartels, Städtische Eliten im römischen Makedonien. Unter (...)
  • 806 F. Kirbihler, « Un cursus honorum à Éphèse ? Quelques réflexions sur la succession des magistrature (...)
  • 807 Ph II 1-4.
  • 808 Ph I 15-17 ; I 28 ; III 2 ; III 18-19.

137Récemment, divers exégètes ont proposé de reconnaître dans l’Épître aux Philippiens des références implicites de la part de l’apôtre aux réalités institutionnelles de la colonie. J. Hellerman a ainsi soutenu que l’intention de Paul en louant l’humilité du Christ dans ce qu’on appelle habituellement l’« Hymne au Christ » (Ph II 5-11), passage dans lequel l’apôtre montre comment Jésus accepta volontairement de déchoir en devenant homme et en se soumettant à la mort, aurait été de condamner indirectement la vanité des élites philippiennes et leur quête des honneurs804. Il est vrai que la documentation épigraphique, en donnant à voir le cursus honorum des magistrats de la colonie, illustre l’importance que les élites locales accordaient au prestige social ainsi que les efforts qu’elles déployaient pour obtenir des fonctions leur garantissant de la visibilité dans l’espace public. La recherche des honneurs était, cependant, constitutive de l’éthique civique et des mentalités aristocratiques dont étaient imprégnés les notables locaux dans le monde gréco-romain depuis l’époque hellénistique avancée et ce comportement n’était en rien particulier à la colonie de Philippes805. Le goût des élites pour la gloire n’était pas plus prononcé à Philippes que dans les autres communautés locales où Paul s’était rendu, qu’il s’agisse de colonies romaines ou de cités pérégrines. Le même constat pourrait être fait par exemple pour Éphèse, où les élites locales – même si elles ne suivaient pas des filières de carrières aussi rigides que les notables des colonies romaines – s’acquittaient en général des charges publiques dans la cité selon un ordre prédéterminé806. Il s’ensuit que Paul, par son « Hymne au Christ », ne chercha probablement pas à réprimander les Philippiens dans leur ensemble pour le comportement qu’ils adoptaient dans le cadre de la vie civique. Paul adressa son Épître aux membres du groupe qu’il avait constitué lors de son premier voyage. Par l’exemple de l’humilité du Christ, l’apôtre tenta plutôt de prévenir les dissensions qui agitaient certaines églises. Paul visait en particulier les individus qui, disait-il, faisaient passer avant toute chose leurs intérêts particuliers (τὰ ἑαυτῶν) et qui étaient animés par un désir de gloriole (κενοδοξία)807. L ’apôtre les tenait pour responsables des troubles menaçant l’unité de l’église et les considérait comme ses rivaux808. C’est donc dans ce contexte immédiat et par réaction à ces périls, qui constituent un fil conducteur dans l’Épître aux Philippiens, que doivent se comprendre les propos de Paul sur la modestie du Christ, opposée à la vanité de ses adversaires.

  • 809 Pilhofer, Philippi I, p. 127-134.
  • 810 J. R. Harrison, « The Imitation of the “Great Man” in Antiquity: Paul’s Inversion of a Cultural Ico (...)
  • 811 Cf. Ph I 21-24 ; III 10-14. Le verbe πολιτεύοµαι, qui est employé par Paul dans Ph I 27 pour décrir (...)
  • 812 H. Förster, P. Sänger, « Ist unsere Heimat im Himmel? Überlegungen zur Semantik von πολίτευµα in Ph (...)
  • 813 F. Kayser, « Les communautés ethniques du type politeuma dans l’Égypte hellénistique », dans F. Del (...)
  • 814 Voir, par exemple, Ph III 6 ; IV 15. Cf. E. Ebel, « „Unser πολίτευµα aber ist in den Himmeln” (Phil (...)
  • 815 A. C. Miller, Corinthian Democracy. Democratic Discourse in 1 Corinthians (2015) ; Y.-H. Park, Paul (...)

138P. Pilhofer, de son côté, prétend que la « communauté céleste » (ἡµῶν γὰρ τὸ πολίτευµα ἐν οὐρανοῖς ὑπάρχει) promise à ses fidèles par Paul dans son Épître (Ph III 20) aurait été une allusion par la négative à la colonie de Philippes, destinée à remettre en cause la légitimité de son organisation politique et sociale809. Cependant, comme dans le cas de l’« Hymne au Christ », la prise en compte du contexte de ce passage ne permet pas, selon nous, d’aboutir à une telle interprétation. Le propos de l’ensemble de cette partie de l’Épître (Ph III 17-21) consiste, pour Paul, à mettre en garde ses fidèles contre les comportements déviants par rapport au « modèle » (τύπος) instauré par lui-même810. Paul vise à nouveau ici les « ennemis de la croix du Christ » et blâme ceux qui accordaient une importance démesurée à leur réputation et aux « choses terrestres » (τὰ ἐπίγεια), ayant spécialement en tête les Juifs qui n’étaient pas prêts à reconnaître le Christ. L ’apôtre affirme, au contraire, que les vrais adorateurs du Christ devaient plutôt aspirer aux biens célestes et mettre leur confiance dans l’attente du Sauveur afin de former une « communauté dans les cieux » (τὸ πολίτευµα ἐν οὐρανοῖς), soulignant ainsi que la seule vie digne d’être vécue se trouvait dans l’au-delà811. Le terme πολίτευµα désignait ordinairement une entité dotée d’une structure institutionnelle et d’une organisation administrative internes, mais ne jouissant pas formellement du rang de cité selon les standards grecs (polis)812. Il s’appliquait, par exemple, à des associations cultuelles et corporations professionnelles, à des communautés ethniques disposant de leurs propres lois (comme les Juifs au sein de la cité grecque d’Alexandrie), ainsi qu’à des colonies militaires établies sur un territoire au cours de l’époque hellénistique813. Le recours à cette terminologie politique, au même titre qu’ἐκκλησία du reste pour qualifier les groupes qu’il avait fondés814, illustre les ambitions que l’apôtre assignait à ses fidèles, à savoir créer une communauté propre qui puisse se développer concurremment à l’organisation politique séculière des cités815.

  • 816 Pilhofer, Philippi I, p. 122-127.
  • 817 Voir supra p. 69-72.

139Quant à ce que Paul dit plus haut dans son Épître de son appartenance à la « nation d’Israël » et à la « tribu de Benjamin » (Ph III 5), il ne faudrait pas y voir, comme le suggère P. Pilhofer, une réprobation déguisée de l’attachement des citoyens romains de la colonie de Philippes à leur inscription dans la tribu Voltinia816. S’il est exact que les magistrats philippiens, dans les formules onomastiques les désignant dans leur cursus honorum épigraphiques, mentionnaient systématiquement la tribu civique dans laquelle ils étaient versés817, cette précision n’était pas propre aux Philippiens. Tout citoyen romain, suivant l’origo de sa famille, était rangé dans une tribu électorale et cette précision, qui relevait de l’état civil de chaque individu, était constitutive de la possession de la ciuitas. Si Paul, dans ce passage, prend le soin de renvoyer à ses origines juives et de se définir en tant qu’« Hébreu » en mentionnant son appartenance à la tribu de Benjamin, c’est pour mieux mettre en évidence sa propre conversion : alors qu’il avait toutes les raisons de continuer à « persécuter l’église » (Ph III 6), comme il l’avait fait initialement, il finit cependant par reconnaître le Christ comme le Seigneur. Là encore, le message qu’adresse l’apôtre « à tous les saints en Jésus Christ qui sont à Philippes » (Ph I 1) – autrement dit, aux membres de la communauté qu’il y avait fondée – concerne les Juifs réfractaires à son enseignement et il n’est nullement question des institutions de la colonie de Philippes ou de la citoyenneté romaine.

Notes

1 Lex Urson. LXVII-LXVIII, CI ; Lex Irnit. LI-LIX ; cf. ULaffi, « La struttura costituzionale nei municipi e nelle colonie romane. Magistrati, decurioni, popolo », dans Capogrossi Colognesi, Gabba, Statuti, p. 120-131 (repris dans ULaffi, Colonie e municipi nello stato romano [2007], p. 64-79) ; JFRodríguez Neila, « Los comitia municipales y la experiencia institucional romana », dans Berrendonner, Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Quotidien, p. 301-315.

2 AE 2006, 645, chap. XV-XVI ; cf. XDupuis, « De la Bétique à l’Afrique : les curies électorales à la lumière du nouveau fragment de la loi d’Urso », dans CDeroux (éd.), Corolla Epigraphica. Hommages au professeur Yves Burnand II (2011), p. 449-461.

3 W. Eck, « Die lex Troesmensium: ein Stadtgesetz für ein municipium civium Romanorum. Publikation der erhaltenen Kapitel und Kommentar », ZPE 200 (2016), p. 565-606.

4 I. Alexandreia Troas 74. Cf. FPina Polo, « Ius contionandi y contiones en las colonias romanas de Asia Menor: acerca de CIL III 392 », Gerión 7 (1989), p. 95-105.

5 Voir supra p. 56-72.

6 Voir supra p. 64-69.

7 AE 1998, 1210 ; 1925, 126. Voir supra p. 47, n. 185-186.

8 Lex Irnit. LIII.

9 I. Alexandreia Troas 74 ; CIL III 154 ; IGLMusBey 50. Voir supra p. 54-56.

10 RPC Online IV 7907, 8390, 10624 ; cf. KMartin, Demos, Boule, Gerousia. Personifikationen städtischer Institutionen auf kaiserzeitlichen Münzen aus Kleinasien I (2013), p. 155-159.

11 Jacques, Privilège, p. 699-718.

12 Voir infra p. 290-297.

13 M. Tarpin, Vici et pagi dans l’Occident romain (2002), p. 232-234 ; W. Eck, « Milites et pagani. Die Stellung der Soldaten in der römischen Gesellschaft », dans A. Corbino, MHumbert, GNegri (éds), Homo, caput, persona. La costruzione giuridica dell’identità nell’esperienza romana (2010), p. 597-599, 605-606.

14 Corinth VIII/3, no 153, l. 13-14 : epulumq(ue) / [omnibus co]lonis dedit. On doit certainement assimiler à ces coloni les πολῖται dont il est question à propos d’une distribution d’argent dans Corinth VIII/3, no 306, l. 5-6. Dans les dédicaces Corinth VIII/2, no 79 (où apparaît aussi la sanction d(ecreto) d(ecurionum)) et Corinth VIII/3, nos 151 et 277, le terme coloni désigne, en revanche, la communauté politique dans son ensemble et vaut pour colonia ; voir, de même, à Buthrote : CIAlb 275 = LIA 253.

15 ILGR 179-181 ; AE 1998, 1207 (κολῶσι), 1208-1209 ; 2000, 1295. Les coloni sont expressément distingués des incolae dans AE 1998, 1210.

16 Voir également CIL III 286 (RECAM II 97 ; Germa) ; I. Sinope 101 (δηµοθοινήσαντα). Cf. JFRodríguez Neila, « Epula y cenae públicos financiados por las ciudades romanas », CCG 17 (2006), p. 123-142 ; NGilles, « Banquet public et archéologie dans les cités de l’Italie romaine », Ktema 35 (2010), p. 69-81.

17 Voir de même 155.

18 Cf. E. Forbis, Municipal Virtues in the Roman Empire. The Evidence of Italian Honorary Inscriptions (1996).

19 Cf. Corinth VIII/2, no 68, l. 9-13 : ob u[i]rtutem eius et animosam / f[usi]ss[im]amque erga domum / diuinam et erga coloniam nostr(am) / munificientiam (sic) ; AE 2011, 1171, l. 5-12 (Byllis) : patrono coloniae optimo et / praestantissimo et ciui/um suorum amantissimo cu/ius cura et auxilio et res / publica aucta / et omnibus / commodis municipum pro/spectum est ; cf. ÉDeniaux, FQuantin, BVrekaj, « Un témoignage exceptionnel sur la colonie de Byllis à l’époque impériale », dans SDemougin, MNavarro Caballero (éds), Se déplacer dans l’Empire romain. Approches épigraphiques (2014), p. 215-230.

20 J.-MLassère, Manuel d’épigraphie romaine I (2005), p. 348-349 ; XDupuis (n. 2). Cf. RZucca, « Ordo decurionum et populus delle ciuitates della Sardinia », dans Demougin, Scheid, Colons, p. 135-145.

21 ILS 9415.

22 B. Levick, « Two Inscriptions from Pisidian Antioch », AS 15 (1965), p. 53-59 ; cf. Levick, Colonies, p. 77-78.

23 MTorelli, « Le tribù della colonia romana di Corinto. Sulle tracce dei tresviri coloniae deducundae », Ostraka 8 (1999), p. 551-553 ; J.-SBalzat, BWMillis, « M. Antonius Aristocrates. Provincial Involvement with Roman Power in the Late 1st Century B.C. », Hesperia 82 (2013), p. 651-672.

24 Corinth VIII/2, nos 16, 56, 68, 86-87, 90, 92, 96-97, 109-110, 118 ; Corinth VIII/3, nos 154, 210, 222, 249, 258, 349.

25 Laminger-Pascher, Lykaonien, no 218. Il se pourrait, toutefois, que l’inscription se rapporte à la colonie voisine d’Iconium : cf. MAMA VIII 3 adn ; UKunnert, Bürger unter sich. Phylen in den Städten des kaiserzeitlichen Ostens (2012), p. 161-163. La mention explicite de la κολωνεία pourrait être un argument en faveur de l’attribution de l’inscription à Iconium dans la mesure où une cité pérégrine y subsistait aux côtés de la colonie, ce qui pouvait justifier que l’on explicite de quelle entité relevaient les tribus en question. Voir supra p. 77-80.

26 UKunnert (n. 25).

27 JWiseman, « Municipal Tribes and Citizenship in Roman Macedonia », dans Ancient Macedonia V.3 (1993), p. 1757-1763.

28 CIAlb 264-265 = LIA 244-245.

29 I. Sinope 102.

30 I. Alexandreia Troas 16, 36 (= CIPh II.1, App. 4, no 4), 39.

31 Levick, Colonies, p. 76-77 ; voir aussi Byrne, Labarre, Antioche, nos 165, 171, 173. Aux l. 7-8 de cette dernière inscription, l’expression municipes uici fel(iciter) ne peut se traduire « les citoyens des vici », comme le proposent les éditeurs, car le mot uici est ici un génitif singulier. Il est probable, par ailleurs, qu’il faille reconnaître dans les lettres FEL l’abréviation du nom du uicus en question plutôt que le vœu fel(iciter) (à ce propos, voir 15) ; on traduira donc : « les habitants du uicus Fel– ». Dans ce sens, voir également MChristol, TDrew-Bear, « De la notabilité locale à l’ordre sénatorial : les Flavonii d’Antioche de Pisidie », dans Demougin, Scheid, Colons, p. 196. Municipes peut se dire des membres d’une communauté politique n’étant pas formellement un municipium, y compris d’une colonie comme c’est le cas à Byllis : MTarpin (n. 13), p. 328, no I.A.3.1 ; AE 2011, 1171 ; cf. ÉDeniaux, FQuantin, BVrekaj (n. 19).

32 MTarpin (n. 13), p. 87-174.

33 Voir, pour le cas d’Antioche, CIL III 6810-6812 (ILS 7198), 6835-6837 (ILS 5081) ; cf. GLabarre, MÖzsait, « Les inscriptions d’Antioche de Pisidie à Hüyüklü », dans BTakmer, ENAkdoğu Arca, NGökalp Özdil (éds), Vir doctus Anatolicus. Studies in Memory of Sencer Şahin / Sencer Şahin Anısına Yazılar (2016), p. 590-597.

34 JScheid, « Honorer le prince et vénérer les dieux : culte public, cultes des quartiers et culte impérial dans la Rome augustéenne », dans NBelayche (éd.), Rome, les Césars et la Ville aux deux premiers siècles de notre ère (2001), p. 85-105.

35 Voir supra p. 106-110.

36 MAMA VIII 12 (Laminger-Pascher, Lykaonien, no 168, écrit po(puli)).

37 AE 1978, 286 ; cf. I. Alexandreia Troas T 120.

38 I. Central Pisidia 38 (Cremna) ; CIL III 6886 (Comama) ; Rizakis, Patras, no 37 ; Corinth VIII/3, nos 306, 503. Voir, de même, dans le municipe de Stobi : AE 1985, 772 (IStob 34) ; IStob 39, 41-42, 44. Voir supra p. 77-82.

39 HFernoux, Le Demos et la Cité. Communautés et assemblées populaires en Asie Mineure à l’époque impériale (2011), p. 189-236.

40 I. Sinope 101. Voir, cependant, supra p. 79.

41 Jacques, Privilège, p. 379-426.

42 CIL III 6810-6812 (ILS 7198).

43 CIL III 6835-6837 (ILS 5081) ; cf. GLabarre, MÖzsait (n. 33).

44 CIL III 6844 (ILS 7202) ; Byrne, Labarre, Antioche, no 164 ([uni]uer[so postulante populo]  ).

45 CIL III 170.

46 Corinth VIII/2, no 103.

47 Voir supra p. 50.

48 I. Alexandreia Troas 46. Voir, de même, en Sicile, où l’influence grecque était également importante, CIL X 7125 (Syracuse), 7211 (Lilybée).

49 Pilhofer II 475, l. 4-6.

50 AGZannis, « Observations épigraphiques sur le territoire de Philippes : le cas de la vallée de Prossotsani », dans Mayer i Olivé, Baratta, Guzmán Almagro, Acta XII Congressus, p. 1214-1217.

51 Pilhofer II 559 (cf. CIPh II.1, App. 3, no 5). Voir supra p. 49.

52 Sève, Weber, Guide, p. 73-74.

53 RLScranton, Corinth I/3, Monuments in the Lower Agora and North of the Archaic Temple (1951), p. 91-111.

54 Corinth VIII/3, no 322 ; cf. Corinth VIII/3, no 306.

55 Pour l’Italie, voir CBerrendonner, « Les interventions du peuple dans les cités d’Étrurie et d’Ombrie à l’époque impériale », MEFRA 117 (2005), p. 517-539.

56 JColin, Les villes libres de l’Orient gréco-romain et l’envoi au supplice par acclamations populaires (1965) ; WRiess, Apuleius und die Räuber. Ein Beitrag zur historischen Kriminalitätsforschung (2001) ; PPorena, « Forme di partecipazione politica cittadina e contatti con il potere imperiale », dans FAmarelli (éd.), Politica e partecipazione nelle città dell’Impero Romano (2005), p. 13-92 ; Brélaz, Sécurité, p. 56-64.

57 Ac XIX 23-40.

58 HMusurillo, Acts of the Christian Martyrs (1972), p. 2-21, no 1 ; LRobert, GWBowersock, CPJones, Le martyre de Pionios, prêtre de Smyrne (1994).

59 Ac XVI 19-24. Voir infra p. 231-244.

60 CRoueché, « Acclamations in the Later Roman Empire: New Evidence from Aphrodisias », JRS 74 (1984), p. 181-199 ; ead., « Floreat Perge ! », dans MMMackenzie, CRoueché (éds), Images of Authority. Papers presented to Joyce Reynolds on the occasion of her 70  th birthday (1989), p. 206-228 ; CTKuhn, « Emotionality in the Political Culture of the Graeco-Roman East: The Role of Acclamations », dans AChaniotis (éd.), Unveiling Emotions. Sources and Methods for the Study of Emotions in the Greek World (2012), p. 295-316.

61 Voir, par exemple, à Termessos, AE 2008, 1431b, l. 10.

62 Cf. JNollé, « Εὐτυχῶς τοῖς κυρίοις ! – feliciter dominis ! Akklamationsmünzen des griechischen Ostens unter Septimius Severus und städtische Mentalitäten », Chiron 28 (1998), p. 323-354.

63 Langhammer, Magistratus, p. 188-219.

64 HFernoux (n. 39).

65 J.-MLassère (n. 20), p. 354-355 avec n. 52. Pour autant qu’elle soit exacte, la désignation [οἱ τῆς] φ´ βουλῆς [βουλευταί] qui se rencontre dans une inscription d’Alexandrie de Troade connue uniquement par tradition manuscrite ne saurait se référer à l’ordo de la colonie, le chiffre de cinq cents membres étant par trop élevé (I. Alexandreia Troas 140) ; une monnaie frappée par la colonie sous le règne de Trébonien Galle figure, par ailleurs, une séance de l’ordo : RPC IX 432.

66 Sève, Weber, Guide, p. 66.

67 Voir infra p. 134-136.

68 Collart, Philippes, p. 337.

69 Sève, Weber, Guide, p. 61-62, 64-65 ; M. Sève, P. Weber, « Peut-on parler d’une basilique civile au forum de Philippes ? », dans LCavalier, RDescat, Jdes Courtils (éds), Basiliques et agoras de Grèce et d’Asie Mineure (2012), p. 91-106.

70 Voir, de même, Rizakis, Patras, no 130. Les decuriae mentionnées dans Pilhofer II 165 (= JSKloppenborg, RSAscough, Greco-Roman Associations: Texts, Translations, and Commentary I [2011], no 68c) sont, en revanche, des subdivisions propres au collège de Silvain.

71 RKSherk, The Municipal Decrees of the Roman West (1970) ; AParma, « Per un nuovo corpus dei decreta decurionum delle città romane d’Italia e delle province occidentali », CCG 14 (2003), p. 167-171. L ’inscription Pilhofer II 437, provenant de Doxato, est, pour sa part, un décret émanant de uicani.

72 Rizakis, Patras, no 1.

73 Anderson, Festivals, p. 284-287, no 11. Le décret, rédigé en grec, semble devoir être daté de la fin du iiie s.

74 Rizakis, Constitution, p. 40, n. 12.

75 7-8, 11, 13, 131 (la formulation est ex d(ecreto) d(ecurionum)).

76 Voir de même 155. Cf. Lex Irnit. <LXXVII>.

77 Voir 6.

78 Il capitolo delle entrate nelle finanze municipali in Occidente ed in Oriente (1999) ; GCamodeca, « L ’attività dell’ordo decurionum nelle città della Campania », CCG 14 (2003), p. 173-186 ; MLCaldelli, « L ’attività dei decurioni ad Ostia: funzioni e spazi », dans Berrendonner, Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Quotidien, p. 261-286. Sur la gestion de la res publica, ou patrimoine public, voir supra p. 46-49.

79 MGGranino Cecere, GMennella, « Le iscrizioni sacre con la formula LDDD e la gestione dello spazio santuariale da parte delle comunità cittadine in Italia », dans Berrendonner, Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Quotidien, p. 287-300 ; IMilano, VPistarino, « Le iscrizioni sepolcrali con una formula LDDD in Italia », ibid., p. 687-713.

80 194.

81 Voir l’inscription 78 pour le sanctuaire du Héros Aulonitès, à Kipia. Le lieu où fut initialement érigée la dédicace 23 à Isis Reine (le sanctuaire des dieux égyptiens ou, au contraire, les environs de la Porte Est à l’entrée de la ville) est débattu.

82 23, 38, 162 ; cf. 134 ( ?). Comparer Pilhofer II 510a (AE 2009, 1284) : loco adsignato ab Trai Dinicenthi adfine.

83 61 ; cf. 78 ( ?), 159, 224 ( ?) ; Pilhofer II 74 : l(ocum) d(ederunt) her(edes ?) ; 448 : locus sep(ulturae) [datus d(ecreto) d(ecurionum)]. La variante l(oco) d(ato) p(ublice) d(ecreto) d(ecurionum) est peut-être à restituer au 78 (l. 17).

84 CIPh II. 1, p. 364.

85 Voir, de même, Rizakis, Patras, nos 40-41, 270 ; Corinth VIII/1, nos 75, 86-88, 108 ; Corinth VIII/3, nos 226, 263-264, 272-274, 500, 502 ; I. Alexandreia Troas 42, 50-52 ; I. Central Pisidia 32 (Cremna).

86 RECAM II 91. On peut envisager de restituer per decretum c[olonorum] et [κατὰ ψ]ήφισµα τῶ[ν κολώνων ---].

87 Voir supra p. 124-126. Cf. Levick, Colonies, p. 73, pour Antioche de Pisidie.

88 Fichier IAHA, no 825 (inédit). Pour le gentilice Sedius, cf. Pilhofer II 166, l. 3-4.

89 Voir supra p. 77-85.

90 KMartin (n. 10), 2 vol.

91 PHamon, « Rites et sacrifices célébrés dans le conseil. Remarques sur les cultes du bouleutèrion et leur évolution à l’époque hellénistique », Topoi 12-13 (2005), p. 315-332.

92 Pour ce qui est de l’expression, c’est le cas inverse de la situation décrite, par exemple, dans une inscription du municipe d’Arunda en Bétique où un affranchi fut prié par l’ordre des décurions (petitus ab ordine) d’ériger une statue à son patron défunt (CIL II 1359), ainsi qu’à Thubba en Proconsulaire où une inscription honorifique fut offerte à un notable par l’ordre des décurions, « à la demande également du peuple tout entier », splendidissimus [ordo] petitu eti[am] un[iuersi po]puli (AE 1903, 99 ; CIL VIII 25376) ; l’expression peut ici être comparée à la formule postulante populo : voir supra p. 125-126.

93 Voir supra p. 45-46.

94 AE 1985, 772 (IStob 34) ; cf. IStob 39. Voir également, à Rhodes, où il est question au début du iiie s. de la κρατίστα βουλά et des σεµνότατοι βουλευταί : SEG LIV 724, l. 25-26, 31.

95 47, 64. Voir supra p. 47-48.

96 Voir de même, pour Carthage, Jacques, Privilège, p. 237.

97 AHeller, « La cité grecque d’époque impériale : vers une société d’ordres ? », Annales (HSS) 64.2 (2009), p. 341-373 ; C. Brélaz, « Les “pauvres” comme composante du corps civique dans les poleis des époques hellénistique et impériale », Ktema 38 (2013), p. 67-87 ; FKirbihler, Des Grecs et des Italiens à Éphèse. Histoire d’une intégration croisée (133 a.C.-48 p.C.) (2016), p. 137-149.

98 CIAlb 279 = LIA 300 (Buthrote) ; Rizakis, Patras, no 125 ; I. Alexandreia Troas 98, 137 ( ?), 140 ; AE 2002, 1443 (Iconium : noter la translittération δεκουρίων ; cf. AE 1935, 123, à Lilybée ; CIIP II 1361-1362, à Césarée Maritime) ; IGLMusBey 65 (Berytus) ; CIIP II 1358 (Césarée Maritime). Pour Héliopolis, voir IGLS VI 2716 (dédicace votive à titre de summa honoraria pour l’accession au décurionat), 2743, 2791 (chevalier), 2793-2794 (chevalier), 2942. Pour Antioche, voir CHoët-Van Cauwenberghe, « Statius Anicius, décurion d’Antioche », dans TDrew-Bear, MTaşlıalan, CMThomas (éds), Actes du Ier congrès international sur Antioche de Pisidie (2002), p. 153 (AE 2002, 1454) ; p. 157, n. 28. Pour Corinthe, voir Rizakis, Camia, Magistrati, p. 237 ; l’inscription Corinth VIII/3, no 657, mentionnant un βουλευτής, date du ive s. L ’interprétation de la mention βουλευτὴς δίς dans une inscription que l’on attribue à la colonie de Cassandrée est incertaine (MGDimitsas, Ἡ Μακεδονία ἐν λίθοις φθεγγοµένοις καὶ µνηµείοις σωζοµένοις. Sylloge inscriptionum Graecarum et Latinarum Macedoniae II [1896], p. 626-627, no 744). Une telle formulation, qui suggère que les membres du Conseil ne siégaient que pour une année et que cette dignité pouvait donc être itérée, est sans parallèle dans les colonies romaines d’Orient ; cf. NGiannakopoulos, « The Greek Presence in the Roman Colonies of Kassandreia and Pella », dans Brélaz, Héritage, p. 95-96. Pour le titre de decurio à Cassandrée, voir IG X 2, 1, 268 (cf. P. M. Nigdelis, ιγραφικά Θεσσαλονίκεια. Συµβολή στην πολιτική και κοινωνική ιστορία της αρχαίας Θεσσαλονίκης [2006], p. 313, n. 154).

99 I. Alexandreia Troas 106.

100 Langhammer, Magistratus, p. 199-200 ; Jacques, Privilège, p. 477-482.

101 Voir infra p. 144-148.

102 Jacques, Privilège, p. 573-583 ; E. Melchor Gil, JFRodríguez Neila, « La integración real o ficticia en los ordines decurionum: lecti, cooptati, adlecti y ornamentarii », Epigraphica 74 (2012), p. 109-113. Voir infra p. 154-156.

103 MBonnefond-Coudry, Le Sénat de la République romaine de la guerre d’Hannibal à Auguste (1989), p. 655-682.

104 AHeller, « Membership of the boulē in the Inscriptions of Asia Minor: A Mark of Elevated Social Status ? », dans ABKuhn (éd.), Social Status and Prestige in the Graeco-Roman World (2015), p. 247-267.

105 Voir, de même, l’édile P. Marronius Narcissus (CIPh II.1, App. 3, no 3 ; AE 2014, 1193), dont le cognomen pourrait indiquer une ascendance affranchie.

106 .56 (mais il s’agit d’un chevalier ayant suivi une carrière municipale dans un second temps seulement), 120, 141-143, 148, 181-182. On relève une autre configuration dans les inscriptions 134 (décurionat suivi de l’irénarchie), 140 (décurionat suivi du duumvirat), 184 (décurionat suivi du pontificat). Les inscriptions 145 et 164 sont fragmentaires et rendent malaisée la reconstitution de la carrière du magistrat. Il n’est pas impossible que, dans les inscriptions 134 et 140, les magistratures inférieures aient été passées sous silence dans la carrière de l’intéressé.

107 Voir infra p. 162-166.

108 127, 133. Dans l’inscription 77, après l’édilité, le décurionat est suivi de la questure. Les inscriptions 176 et 177 sont fragmentaires et s’interrompent après la mention du décurionat, suivant l’édilité. Dans l’inscription 164, fragmentaire, l’édilité suit, en revanche, la mention du décurionat. Dans l’inscription 183, le décurionat suit la questure.

109 FBérard, « L ’organisation municipale de la colonie de Lyon », MDondin-Payre, M.-TRaepsaet-Charlier (éds), Cités, Municipes, Colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut Empire romain2 (2009), p. 106-112.

110 .Il est également question d’individus adlecti – quoique dans un autre contexte – à propos d’un sénateur qui fut promu au rang d’ancien édile par Antonin le Pieux (44, l. 5-7 : adlecto inter aedilicios ab Imp(eratore) Antonino Aug(usto)), ainsi que peut-être d’un chevalier qui fut reçu parmi les cinq décuries de juges dans l’Urbs (6, l. D 3 : [--- iud]ex in quinque dec[urias adlectus ---]  ). Dans les deux cas, l’adlectio fut, en l’occurrence, le fait des autorités impériales. Sur l’adlectio sénatoriale, cf. ADaguet-Gagey, « Le choix de l’édilité ou du tribunat de la plèbe sous le Principat », dans MLCaldelli, GLGregori (éds), Epigrafia e ordine senatorio, 30 anni dopo II (2014), p. 111-124.

111 E. Melchor Gil, JFRodríguez Neila (n. 102), p. 113-137.

112 Langhammer, Magistratus, p. 196-197 ; Jacques, Privilège, p. 462.

113 Voir infra p. 219-225.

114 CIPh II.1, App. 4, nos 9, 22.

115 CIPh II.1, App. 4, no 15.

116 CIPh II.1, App. 4, no 14.

117 CIPh II.1, App. 4, no 3.

118 JRSSterrett, The Wolfe Expedition to Asia Minor (1888), p. 256-261, no 376, l. 2-3 ; cf. ibid., p. 241-246, no 273, l. 11-12. Voir aussi IGR IV 893, l. 16 (inscription érigée en dehors du territoire de la colonie d’Olbasa) : Ὀλβασεὺς βουλευτής.

119 On en relève ainsi très peu d’attestations à Corinthe, tandis que la collation des ornements d’édile, de duumvir ou d’agonothète y était fréquente : Corinth VIII/2, nos 4 ( ?), 107 ; Corinth VIII/3, nos 224, 233.

120 L ’abréviation usuelle est ORN DEC HON. On relève les variantes suivantes : ORNAM (60 [ ?], 186-188 [ ?], 189 [ ?]) ; ornamentis en toutes lettres (53, 74 [ ?], 114, 144 ; cf. 60) ; DECVRION (114) ; HONOR (60 [ ?], 114) ; honoratus en toutes lettres (53). Omission de l’élément HON : 121, 137, 147.

121 MKleijwegt, « The Value of Empty Honours », Epigraphica 54 (1992), p. 131-142.

122 GLGregori, « Huic ordo decurionum ornamenta… decrevit. Forme pubbliche di riconoscimento del successo personale nell’Italia romana », dans Berrendonner, Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Quotidien, p. 661-685 ; E. Melchor Gil, JFRodríguez Neila (n. 102), p. 137-171.

123 JMSerrano Delgado, « Consideraciones sociales acerca de los ornamenta municipales con especial referencia a los libertos », dans AChastagnol, SDemougin, CLepelley (éds), Splendidissima civitas. Études d’histoire romaine en hommage à François Jacques (1996), p. 259-271.

124 MChristol, « S’approcher de l’ordo, entrer dans l’ordo : le cas de Nîmes », dans LLamoine, CBerrendonner, MCébeillac-Gervasoni (éds), La Praxis municipale dans l’Occident romain (2010), p. 327-345 ; R. Frei-Stolba, « Réflexions sur les relations entre le vicus de Genaua et la colonia Iulia Equestris », dans C. Deroux (n. 2), I, p. 134-147.

125 C’est manifestement le sens à donner à l’expression βουλευτικὸς κολ(ωνείας) Ἡλ(ιουπόλεως) apparaissant dans l’inscription IGLS VI 2935. La colonie d’Alexandrie de Troade conféra, pour sa part, le titre de décurion honoraire à un athlète dont l’origine est indéterminée : I. Alexandreia Troas 49.

126 112, 114, 140.

127 On peut en dire de même de l’indication de la tribu pour des mineurs : voir supra p. 70.

128 113, 137 ( ?), 175, 177-178.

129 127, 133-134, 177.

130 115, 121, 127, 133-134, 165 ( ?). Ce dut certainement être aussi le cas du magistrat anonyme dont la carrière est énumérée dans l’épitaphe fragmentaire 175, du moment que celui-ci fut munerarius (voir infra p. 166-173).

131 MKleijwegt (n. 121), p. 140, avait entrevu cette explication pour le cas de Philippes.

132 Voir supra p. 133-137. Dans la carrière 134, l’indication du rang de décurion suit immédiatement la mention des ornements décurionaux : il est probable qu’on ait tu ici les magistratures inférieures de l’intéressé, qui parvint jusqu’au duumvirat.

133 Jacques, Privilège, p. 486-489. De manière comparable, à Herculanum, les jeunes gens âgés de moins de dix-sept ans étaient manifestement inscrits sur une liste distincte de celle des hommes ayant atteint la majorité en attendant leur intégration complète dans le corps civique, à la différence près que cette procédure concernait l’ensemble de la population mâle libre et non les seules familles faisant partie de l’élite municipale : voir Lde Ligt, PGarnsey, « The Album of Herculaneum and a Model of the Town’s Demography », JRA 25 (2012), p. 69-94.

134 IGLMusBey 65. Les ornements de décurion sont également attestés à Berytus : IGLMusBey 94.

135 Rizakis, Patras, no 130 : huic post obit(um) decur(iones) col(oniae) Patr(ensis) ornam(enta) sacerdot(alia).

136 IGLS VI 2791. Un autre prêtre de Jupiter fut honoré des ornements de décurion : IGLS VI 2780.

137 ILS 9491.

138 Voir infra p. 270-274.

139 Lex Irnit. <XIX> ; cf. Langhammer, Magistratus, p. 149-156.

140 TBelkahia Karoui, « Édiles et édilité en Afrique Proconsulaire et en Numidie », dans MMilanese, PRuggeri, CVismara (éds), LAfrica romana 18.2 (2010), p. 1565-1613 ; ADaguet-Gagey, « Édiles et marchés dans l’Occident romain extra italo-africain », dans LCapdetrey, CHasenohr (éds), Agoranomes et édiles. Institutions des marchés antiques (2012), p. 155-173 ; CBerrendonner, « L ’administration des marchés dans les cités de l’Italie romaine », ibid., p. 207-221. Le terme ἀγορανόµος est d’ailleurs utilisé pour rendre le titre d’édile dans les inscriptions grecques : cf. DMRobinson, TAPhA 57 (1926), p. 221-222, no 44 (Antioche de Pisidie) ; RECAM II 91 (Germa) ; IG IV 203 (Corinthe) ; Martin, Inscriptions, p. 189-195, no 10 (Corinthe : il n’est toutefois pas certain que la fonction concerne ici les institutions municipales) ; SEG XLV 418 (Patras).

141 EBispham, From Asculum to Actium. The Municipalization of Italy from the Social War to Augustus (2007).

142 Jacques, Privilège, p. 468-469.

143 Voir infra p. 162-166.

144 61, 116, 121, 125, 127, 133, 136, 175 (la fonction de duumvir peut aisément être restituée avant le titre de munerarius).

145 CIPh II.1, App. 3, no 3 (AE 2014, 1193).

146 CIL III 10738 (= MŠašel Kos, The Roman Inscriptions in the National Museum of Slovenia [1997], p. 261-264, no 79).

147 ILS 5610, 6498.

148 ULaffi, « Quattuorviri iure dicundo in colonie romane », dans PGMichelotto (éd.), Λόγιος ἀνήρ. Studi di antichità in memoria di Mario Attilio Levi (2002), p. 243-262 (repris dans ULaffi [n. 1, 2007], p. 129-148) ; id., « Magistrature coloniarie: una messa a punto », dans Demougin, Scheid, Colons, p. 123-133.

149 RPC I 2253-2254. Comparer RPC I 2255-2259 où les magistrats portent désormais le titre seul d’aed(iles).

150 AE 1978, 286 : IIII uir(o) quinq(uennali) delato honore ab dec(urionibus) et popul(o) in col(onia) Troad(ensi) Aug(usta) et Marruio. Voir supra p. 124, n. 37.

151 Voir les notes critiques à l’inscription 127.

152 Pilhofer II 164, l. 2 (= JSKloppenborg, RSAscough [n. 70], no 68a). Le personnage qui offrit également des largesses à la colonie de Patras ob honor(em) aed[il(itatis)] était, quant à lui, un magistrat public, comme le montre la suite de sa carrière, qui le conduisit au duumvirat : Rizakis, Patras, no 51.

153 Pour une autre statue d’Aequitas consacrée par un édile, voir AE 2004, 1817 ; cf. M. Christol, « À propos d’inscriptions latines d’Uthina (Oudhna, Tunisie) », ZPE 178 (2011), p. 285-289. Le nom d’aequitas qui se lit sur des poids, dont certains ont précisément la forme de l’allégorie correspondante, sert d’invocation à la divinité se portant garante de la validité des étalons : CIL III 6015, 1 ; X 8067, 7.

154 Cf. ILS 5591, 5602-5616 ; AE 1999, 1120.

155 NTran, « Les cités et le monde du travail urbain en Afrique romaine », dans Berrendonner, Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Quotidien, p. 343-347.

156 CBerrendonner, « La surveillance des poids et mesures par les autorités romaines : l’apport de la documentation épigraphique latine », CCG 20 (2009), p. 351-370.

157 Voir supra n. 149.

158 CIPh II.1, p. 34-35.

159 Pour d’autres tables de mesures provenant de Philippes, voir 32 ; Collart, Philippes, p. 362-363 avec pl. LI, 2. La construction d’une table de mesures fut décidée par un édile de la colonie de Dion, qui l’inaugura une fois devenu duumvir : D. Pandermalis, AD 30 (1975), Β΄ 2, p. 250.

160 AE 1915, 113 ; 2000, 1295 : construction d’un bâtiment officiel de réception servant d’auberge ex mandatis P. Mestri C. f. Pal. Pomponiani Capitonis II[uiri].

161 JDemaille, « Les P. Anthestii : une famille d’affranchis dans l’élite municipale de la colonie romaine de Dion », dans AGonzales (éd.), La fin du statut servile ? (affranchissement, libération, abolition) I (2008), p. 190 avec n. 20.

162 Lex Irnit. <XIX>.

163 16, 18-19, 21.

164 Langhammer, Magistratus, p. 62-147.

165 On trouve également les abréviations IIuir iur(e) dic(undo) : 125, 145-146, 171 ( ?)-172 ; IIuir iur(e) d(icundo) : 134. Le chiffre II et le mot uir peuvent être séparés par un point. Il ne semble pas, en revanche, qu’il faille reconnaître le titre [IIuir iure dicun]d.o écrit en toutes lettres dans l’inscription 103. La lecture iuri dicundo n’est pas davantage certaine dans les inscriptions 125 et 134, bien que cette forme soit attestée par ailleurs (Lex Urson. XCVI ; CIL IX 1049).

166 60, 119, 140, 158-159, 168.

167 Voir supra p. 52-54.

168 Jacques, Privilège, p. 469-473.

169 De même, l’itération concerne seulement trois des vingt-neuf uiralicii mentionnés dans l’album de Canusium : Jacques, Privilège, p. 470. Voir, cependant, infra p. 154-155, pour des magistrats ayant revêtu successivement le duumvirat simple et le duumvirat quinquennal.

170 Levick, Colonies, p. 81 avec n. 2.

171 AE 1994, 1741 : ἄρξαντα τήν τε πρώτην δυανδρ[ί]αν. Il est, de même, peut-être question d’un ἐκ στρατη[γῶν πρῶτος] στρατηγὸς τῆ[ς πόλεως] dans la colonie de Berytus ou d’Héliopolis (IGLMusBey 373). L ’appellation IIuir primus col(oniae) qui apparaît dans la titulature d’un notable de la colonie d’Iconium (ILS 9414) est, en revanche, une indication de nature chronologique plutôt que hiérarchique. L ’intéressé fut, en effet, le premier à revêtir le duumvirat après que la colonie eut été refondée sous le règne d’Hadrien à la suite de l’absorption de la cité pérégrine de Claudiconium, qui coexistait jusqu’alors avec cette dernière : cf. SMitchell, « Iconium and Ninica. Two Double Communities in Roman Asia Minor », Historia 28 (1979), p. 413 ; on notera que le titre de πρῶτος ἄρχων était toutefois connu dans la cité pérégrine de Claudiconium avant sa dissolution (CIG 4001). Voir également, à Lampsaque, où les IIuir(i) col(onia) ded(ucta) pr(imi) sont explicitement identifiés comme tels sur les premières émissions monétaires de la colonie : RPC I 2269, 2271, 2273 ; cf. ULaffi (n. 148, dans Demougin, Scheid, Colons), p. 126-127.

172 Levick, Colonies, p. 80-81 ; Dmitriev, Government, p. 228-238.

173 Collart, Philippes, p. 262.

174 Le calcul est le suivant : 2 duumvirs annuels durant près de 300 ans (de la fondation de la colonie en 42 av. J.‑C. jusque vers 250 apr. J.-C.), soit environ 600 duumvirs. La trentaine de duumvirs connus dans l’épigraphie ne représentent donc qu’environ 5 % du nombre total théorique d’individus ayant revêtu la magistrature.

175 M. Amandry, Le monnayage des duovirs corinthiens, BCH Suppl. 15 (1988).

176 Rizakis, Constitution, p. 40, n. 12.

177 116, 121, 125, 127, 164, 175 (la fonction de duumvir peut aisément être restituée entre la charge d’édile et le titre de munerarius).

178 115, 119, 146.

179 133, 136.

180 Voir supra n. 132.

181 L ’album de Canusium montre que l’on accédait rarement au duumvirat avant quarante ans : Jacques, Privilège, p. 471-473.

182 Voir supra p. 133-137.

183 On ne peut exclure que l’inscription énumère les charges revêtues par l’intéressé dans un ordre décroissant. La carrière de M’. Cassius Valens aurait, dans ce cas, débuté par la questure, puis se serait poursuivie par le duumvirat avant que celui-ci accède à la préfecture des ouvriers.

184 Voir, de même, à Dyrrachium la carrière d’un chevalier qui fut duumvir quinquennal, pontife et patron de la colonie : CIAlb 35 = LIA 40.

185 I. Alexandreia Troas 136.

186 61-62 (C. Valerius Ulpianus avait servi dans les cohortes urbaines avant d’entamer une carrière municipale), 69 (la carrière est visiblement énumérée dans un ordre décroissant ; cela est peut-être également le cas dans l’inscription 50 : voir supra n. 183).

187 Pour une éventuelle dédicace, honorifique ou funéraire, supervisée par les duumvirs, voir 159.

188 Voir supra p. 144-148. Voir infra p. 155 pour la dédicace par les duumvirs quinquennaux d’un édifice thermal situé peut-être à Néapolis (149).

189 Voir infra p. 238-242.

190 Ac XVI 16-39.

191 Ac XIII 50. Les archontes (ce mot étant translittéré ainsi en latin) dont il est question dans une inscription latine de Baalbek renvoient probablement, en revanche, aux magistrats d’une communauté rurale dépendant de la colonie d’Héliopolis : IGLS VI 2717.

192 Lemerle, Philippes, p. 32-33 ; Pilhofer, Philippi I, p. 195-197. Le fait que les deux termes apparaissent dans la même phrase dans Ac XVI 19-20, dissuade de poser une équivalence stricte entre ἄρχοντες et στρατηγοί, comme le fait Collart, Philippes, p. 263.

193 HJMason, Greek Terms for Roman Institutions. A Lexicon and Analysis (1974), s.v. « δύανδρες, δυανδρία, δυανδρικός ». Le terme δύανδρες ne paraît attesté qu’au pluriel. La forme δύανδρα, à l’accusatif singulier, se lisait cependant sur une inscription perdue de la colonie de Parlais d’après LRobert, Hellenica VII (1949), p. 78. Le nominatif singulier δ̣[ύανδρος] est également restitué dans une inscription de la colonie d’Iconium (SEG XXXIV 1401), mais il est sans doute préférable de restituer δ̣[υανδρικός] selon la tournure en principe employée pour désigner d’anciens duumvirs.

194 Corinth VIII/1, no 80, l. 1-2 : στρατηγὸν τῆς πόλεως Κορινθίων πενταετηρικόν (il s’agit ici du duumvirat quinquennal) ; Martin, Inscriptions, p. 189-195, no 10 ; cf. HJMason (n. 193), p. 161.

195 Comparer l’inscription CIL III 6844 (ILS 7202) qui fut érigée en l’honneur d’un duumvir d’Antioche de Pisidie pour le motif suivant : uniuerso postulante populo ob aequam et integram iuris dictionem.

196 Brélaz, Sécurité, p. 56-64, 271-275.

197 C. Brélaz, « Aelius Aristide (Or. 50.72-93) et le choix des irénarques par le gouverneur : à propos d’une inscription d’Acmonia », dans NBadoud (éd.), Philologos Dionysios. Mélanges offerts au professeur Denis Knoepfler (2011), p. 620-634.

198 Langhammer, Magistratus, p. 148-149, 196-202.

199 Jacques, Privilège, p. 473-477.

200 THaeck, « The quinquennales in Italy: Social Status of a Roman Municipal Magistrate », Latomus 64 (2005), p. 601-618.

201 Voir, de même, I. Alexandreia Troas 74 (où le duumvirat simple est itéré).

202 Voir également le commentaire à l’inscription 151 où il est envisageable de restituer les titres de duumvir et de duumvir quinquennal avec itération.

203 I. Central Pisidia 4 ; WMCalder, JRS 2 (1912), p. 102, no 34.

204 155-156, 171. Voir, de même, l’inscription 157 où il se peut qu’il faille restituer le duumvirat quinquennal après le duumvirat simple et le titre de munéraire.

205 148, 181-182.

206 116, 149, 152, 171.

207 155-156.

208 Voir infra p. 270-274.

209 CIAlb 188 = LIA 201. Voir, de même, CIAlb 234 = LIA 259, à Buthrote. Dans le municipe de Lissus, les quinquennaux veillèrent à la reconstruction du rempart : CIAlb 22-24 = LIA 21-23. Pour la supervision éventuelle de la construction de l’aqueduc de Dyrrachium de la part des quinquennaux, voir AE 1984, 811 avec le commentaire de É. Deniaux, « L ’aqueduc de Dyrrachium, construction et restauration », dans CAbadie-Reynal, SProvost, PVipard (éds), Les réseaux d’eau courante dans l’Antiquité (2011), p. 30-31 (on fera remarquer cependant que L. Flavius Tellus [ ?] Gaetulicus fut encore quinquennal du vivant de Trajan, comme l’indique la titulature de ce dernier dans CIAlb 35 = LIA 40, alors que l’aqueduc fut construit par l’empereur Hadrien).

210 Rizakis, Patras, no 37 : il s’agit, en l’occurrence, d’un duumvir quinquennal qui, à titre exceptionnel, exerça seul cette magistrature. Il fit, à cette occasion, construire ou restaurer des bains.

211 I. Central Pisidia 34-35, 37 (dédicace de la βουλή en l’honneur du δῆµος), 39-41.

212 Voir, de même, dans la colonie de Parlais SEG II 745 avec LRobert, Études épigraphiques et philologiques (1938), p. 278-280.

213 IGR III 412, 414 ; RECAM III 134, 144 ; cf. RECAM III 135, 141.

214 Le même personnage, Ursius Arruntius Gaianus, apparaît parmi la paire de duumvirs quinquennaux dans les inscriptions RECAM III 134 et 144. Si l’on considère que les quinquennaux étaient, à Olbasa, nommés tous les cinq ans – ce qui est la norme –, les années quinquennales ne coïncideraient avec la tenue des Capitolia qu’une fois tous les vingt ans, si ceux-ci étaient organisés pour leur part tous les quatre ans. Un aussi long intervalle entre les deux duumvirats quinquennaux assumés par Gaianus ne semble guère plausible.

215 Sur l’intervalle entre deux années quinquennales dans les communautés locales romaines, voir PCastrén, Ordo populusque Pompeianus. Polity and Society in Roman Pompeii2 (1983), p. 90-91.

216 À l’inverse, le concours, certainement pentétérique, qui se tenait à Antioche de Pisidie est qualifié de certamen quinquennale talantiaeum (CIL III 6835-6837 [ILS 5081]), l’adjectif quinquennalis devant être ici une traduction littérale du grec πενταετηρικός.

217 Noter que IIuiralicius est un adjectif, tandis que decurionatus est un substantif. Voir, de même, dans la colonie de Parion [ornamentis ? quinq]uennalicis (I. Parion 14). C’est la forme IIuiralis qui est utilisée, en revanche, dans l’inscription 78 à propos d’honneurs reçus en dehors de la colonie de Philippes. IIuiralicius se rencontre surtout dans les provinces africaines comme nom pour désigner d’anciens duumvirs : OSalomies, « Aedilicius, consularis, duumviralis and Similar Titles in Latin Inscriptions », Arctos 44 (2010), p. 217-218.

218 Il est également envisageable de restituer les ornements de duumvir dans les inscriptions fragmentaires 188 et 191, ainsi que dans l’inscription 74 où un soldat originaire de la colonie pourrait en avoir été le bénéficiaire à l’issue de sa carrière militaire qui le conduisit jusqu’au rang d’évocat.

219 Voir supra p. 139-143.

220 Voir, de même, pour l’Occident, Jacques, Privilège, p. 390-391.

221 I. Alexandreia Troas 39, 74, 135.

222 IGLS VI 2798.

223 Rizakis, Patras, nos 136, 141, 157.

224 Corinth VIII/2, nos 105 (individu non originaire de la colonie), 106 (ornements de décurion et d’édile seulement), 107 ; Corinth VIII/3, nos 152 (praefectus fabrum et prêtre), 166, 168 (questeur), 173 (isagogeus ?), 174-176, 177 (édile et curator annonae), 180, 182, 184, 186, 233 (ornements de décurion et d’édile seulement), 237 (ornements d’édile seulement) ; Martin, Inscriptions, p. 183-184, no 4 B. Dans les inscriptions Corinth VIII/3, nos 185 et 219, la mention du titre sodalis Augustalis suggère qu’il s’agit de grands notables qui étaient peut-être étrangers à la colonie et qui faisaient partie de l’ordre sénatorial.

225 Cf. Langhammer, Magistratus, p. 200-201.

226 MHorster, « Substitutes for Emperors and Members of the Imperial Families as Local Magistrates », dans LDe Ligt, EAHemelrijk, HWSingor (éds), Roman Rule and Civic Life: Local and Regional Perspectives (2004), p. 331-355.

227 Lex Irnit. <XXIV>.

228 GMennella, « Sui prefetti degli imperatori e dei cesari nelle città dell’Italia e delle province », Epigraphica 50 (1988), p. 65-85.

229 Corinth VIII/2, nos 80, 81 ; Corinth VIII/3, p. 24-26 ; nos 150, 153-154, 164, 181, 184, 187, 195, 198, 203, 389. L ’expression δύ’ ἀνδρῶν ἀντιστράτηγος ἐν Κορίνθῳ dans l’inscription IG IV 795 désigne certainement la préfecture produumvirale et correspond au titre de praefectus iure dicundo dans les institutions corinthiennes (Corinth VIII/3, no 138). Pour le titre ἀντιστράτηγος apparaissant dans une inscription provenant des marges du territoire philippien et désignant une magistrature exercée dans une communauté pérégrine, voir CIPh II.1, p. 369-371.

230 ILS 2696, 7201 ; AE 1927, 172 ; 2001, 1919-1920 ; 2002, 1452-1453 ; cf. MChristol, TDrew-Bear, « Un nouveau notable d’Antioche de Pisidie et les préfets de duumviri de la colonie », Anatolia Antiqua 10 (2002), p. 277-289.

231 CIL III 170 ; ILS 9491 ; AE 1958, 162 (IGLMusBey 91).

232 IGLS VI 2786-2787.

233 CIAlb 33 = LIA 42 ; CIAlb 274 = LIA 252. Voir également CIL III 593 (Dion) ; I. Alexandreia Troas 135 ; RPC I 981-982 (Cnossos) ; 2262 (Parion).

234 On ne peut formellement exclure que le praef(ectus) dont il est question dans l’inscription 157 n’ait pas plutôt été doté de la préfecture des ouvriers. À l’inverse, le praefectus apparaissant dans l’inscription 70 était probablement un chevalier. Le titre de préfet remplaçant de l’empereur est peut-être à restituer dans la carrière 152.

235 Voir infra p. 297-313.

236 Voir, à l’inverse, pour Pompéi, GAmodio, « Pompei e i rapporti col centro. Il caso dei praefecti iure dicundo », dans MCébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien entre continuité et rupture (2000), p. 71-98.

237 Lex Irnit. <XXV> ; cf. MSBassignano, « I “praefecti iure dicundo” nell’Italia settentrionale », dans Epigrafia. Actes du colloque en mémoire de Attilio Degrassi (1991), p. 515-537 ; MCSpadoni, I prefetti nell’amministrazione municipale dell’Italia romana (2004).

238 CIAlb 33 = LIA 42. On relève, de même, une titulature différenciée pour les préfets de Buthrote : CIAlb 274 = LIA 252 ; CIAlb, p. 209-210, no 2 = LIA 250 ; cf. É. Deniaux, « La structure politique de la colonie romaine de Buthrotum », dans ILHansen, RHodges (éds), Roman Butrint. An Assessment (2007), p. 33-39.

239 JGascou, « La praefectura iure dicundo dans les cités de l’Afrique romaine », dans LAfrique dans l’Occident romain (ier s. av. J.-C.-ive s. ap. J.-C.) (1990), p. 367-380.

240 JGascou, « Magistratures et sacerdoces municipaux dans les cités de Gaule Narbonnaise », dans MChristol, OMasson (éds), Actes du Xe congrès international d’épigraphie grecque et latine, Nîmes, 4-9 octobre 1992 (1997), p. 78-79, 85.

241 RFrei-Stolba, « Recherches sur les institutions de Nyon, Augst et Avenches », dans MDondin-Payre, M.-TRaepsaet-Charlier (n. 109), p. 43-45.

242 Voir infra p. 173-176.

243 Voir supra p. 106-116.

244 AE 2012, 1377-1378 (cf. CIPh II.1, App. 3, nos 10-11).

245 Langhammer, Magistratus, p. 237-262 ; Jacques, Privilège, p. 351-357, 501-503.

246 CDrecoll, Die Liturgien im Römischen Kaiserreich des 3. und 4. Jh. n. Chr. Untersuchung über Zugang, Inhalt und wirtschaftliche Bedeutung der öffentlichen Zwangsdienste in Ägypten und anderen Provinzen (1997).

247 MKleijwegt, « “Voluntarily, but Under Pressure”. Voluntarity and Constraint in Greek Municipal Politics », Mnemosyne 47 (1994), p. 64-78 ; C. Brélaz (n. 197), p. 603-637.

248 F. Jacques, « La questure municipale dans l’Afrique du Nord romaine », BCTH n. s. 17 (1981), Fasc. B, p. 211-224.

249 Jacques, Privilège, p. 466-468.

250 FBérard (n. 109), p. 112-114.

251 Lex Irnit. <XX>.

252 Langhammer, Magistratus, p. 157-161.

253 CIAlb 154 = LIA 166.

254 CIL III 7333 ; ILGR 223.

255 Rizakis, Patras, nos 53, 142.

256 IGLS VI 2942.

257 CIIP II 1360.

258 Levick, Colonies, p. 74, 82, 85.

259 Le titre de quaestor ou ταµίας dans Corinth VIII/1, no 106, Corinth VIII/3, nos 119, 125, et Martin, Inscriptions, p. 189-195, no 10, renvoie à la fonction sénatoriale homonyme. Le fragment Corinth VIII/2, no 104a, où on lit le titre [quae]storem, peut également concerner une carrière sénatoriale, la fonction de quattuorvir mentionnée à la l. 2 renvoyant plus probablement à la charge de IIIIuir uiarum curandarum qu’au collège formé des deux édiles et des deux duumvirs de la colonie. Il est manifestement ensuite question, aux l. 4-6 de la même inscription, de fonctions municipales, qui peuvent se rapporter au dédicant : [--- arg]yrotam(ias) / [---I]Iuir / [--- sacerdos S]aturni. Une carrière sénatoriale n’est pas non plus à exclure dans le fragment Corinth VIII/3, no 168, où on lit [Impe]rat[o]ris quaest(ori) à la l. 2 ; l’intéressé pourrait néanmoins avoir été honoré dans la colonie des différents ornements mentionnés aux l. 3-5.

260 HSchwarz, Soll oder Haben ? Die Finanzwirtschaft kleinasiatischer Städte in der römischen Kaiserzeit am Beispiel von Bithynien, Lykien und Ephesos (29 v. Chr. 284 n. Chr.) (2001), p. 423-425 ; Dmitriev, Government, p. 135, 161, 232. Il semblerait qu’il faille comparer cette fonction à la charge de curator kalendarii, affectée au recouvrement des créances publiques dans les communautés romaines d’Occident, dont on relève également une attestation dans la colonie de Byllis : Rizakis, Camia, Magistrati, p. 236 ; AE 2011, 1171 (cf. ÉDeniaux, FQuantin, BVrekaj [n. 19]).

261 Voir supra p. 144-148.

262 Le titre de questeur est ordinairement abrégé par la lettre Q, parfois surmontée d’une barre horizontale (142, 143). On note également l’abréviation plus développée quaest(or) dans les inscriptions 56, 125, 183. Le titre est écrit en toutes lettres dans l’inscription 50.

263 62 (il s’agit d’un vétéran ayant entrepris une carrière municipale à son congé et étant parvenu à la préfecture des ouvriers), 115, 119, 133, 136, 146. Voir aussi 183 où le notable fit son entrée dans la curie en tant que décurion après s’être acquitté de la questure (la suite de sa carrière ne nous est pas connue).

264 77 (l’individu était questeur au moment où il dressa l’épitaphe de son frère ; sa carrière a néanmoins pu se poursuivre encore après), 133, 136.

265 Voir supra p. 133-137.

266 56 (mais il s’agit d’un chevalier ayant suivi une carrière municipale dans un second temps seulement), 120, 141-143, 148, 181-182. À l’exception du questeur mentionné dans l’inscription 182, toutes ces carrières nous sont manifestement connues dans leur intégralité. Dans l’inscription 181, le fait que la mention Ph[ilipp(is)] figure après le titre de questeur suggère qu’il s’agit de la dernière fonction qu’avait revêtue l’intéressé : voir, de même, 89, 141 et supra p. 52-54.

267 113, 137 (la lecture du titre de questeur est incertaine).

268 On peut concevoir que les questeurs aient parfois été amenés à avancer le montant des taxes qu’ils percevraient au cours de l’année où ils étaient en fonction, comme cela arrive pour certains des magistrats en charge des finances dans les cités pérégrines : Brélaz, Sécurité, p. 219 ; cf. Char. (sing. de mun. ciu.), Dig. L 4, 18, 8-9.

269 Char. (sing. de mun. ciu.), Dig. L 4, 18, 2 : Et quaestura in aliqua ciuitate inter honores non habetur, sed personale munus est.

270 JGascou (n. 240), p. 135.

271 Un officier équestre fut jusqu’à trois fois questeur à Antioche de Pisidie : WMRamsay, « Early History of Province Galatia », dans WMCalder, JKeil (éds), Anatolian Studies Presented to William Hepburn Buckler (1939), p. 206, no 3.

272 On dénombre 21 mentions de la questure pour 19 occurrences de l’édilité, 36 du duumvirat et 6 du duumvirat quinquennal.

273 Langhammer, Magistratus, p. 105-108 ; Jacques, Privilège, p. 689-694, 727-732. Voir AE 2009, 1232, à propos de chasses et d’une tauromachie offertes ex pollicitatione dans la colonie de Deultum, en Thrace, et supra p. 121, pour une promesse portant sur des distributions de nourriture à Philippes (6, l. D 5).

274 Dmitriev, Government, p. 152-157.

275 GVille, La gladiature en Occident des origines à la mort de Domitien (1981), p. 175-225 ; MFora, I munera gladiatoria in Italia. Considerazioni sulla loro documentazione epigrafica (1996), p. 53-57.

276 CIAlb 279 = LIA 300.

277 Rizakis, Patras, no 53.

278 IGLS VI 2791.

279 Rizakis, Patras, nos 51, 53.

280 CIAlb 35 = LIA 40 ; cf. É. Deniaux, « Sociabilité et évergétisme en Albanie romaine : munerarii et munera », dans SCrogiez-Pétrequin (éd.), Dieu(x) et hommes. Histoire et iconographie des sociétés païennes et chrétiennes de l’Antiquité à nos jours. Mélanges en l’honneur de Françoise Thelamon (2005), p. 345-353.

281 ILS 7210 : [---] dedit. In hoc munere 𝈂 D sunt, quos e lege coloniae pro ludis dare debuit. Sur le budget moyen des différents types de spectacles, cf. ACeballos Hornero, « Costes y salarios en los ludi baratos organizados en las provincias occidentales », Habis 41 (2010), p. 205-218.

282 A. D. Rizakis, Achaïe III. Les cités achéennes : épigraphie et histoire (2008), nos 19-20.

283 Byrne, Labarre, Antioche, sub no 169, p. 78-93.

284 AE 1926, 78 : [L. Calpurnio / L. C]alpurnii Pau[l/li] f. Ser(gia) Longo pon[t(ifici) / q]ui primus omn[ium / ex superabundan/t]i messe p[op]u[lo Ant. / m]unus promisit [et / in]tra duos men[ses / a]mphitheatrum ligne/[u]m fecit. Venatione[s] / cotidie omnis ge[ner/i]s et sparsiones dedi[t / et] gladiatorum paria / [X]XXVI per dies octo [et ? / con]summato mu[nere / cenam po]p[ulo dedit ?]. On ignore si Longus fut le premier à avoir jamais organisé des munera à Antioche ou s’il fut le premier à le faire spontanément du fait de l’excédent de revenus tirés de ses domaines agricoles.

285 Anderson, Festivals, p. 296-297, no 26 : [---] Maximiano / [a]edil(i) IIuir(o) qui IIu[i/r]atu suo munus u[e]/nationum et gladia[t(orum)] / ex liberalit(ate) sua bidu[um / d]edit qui etiam testame[n/to] suo fidei commisit [---]. Des jeux destinés à l’association locale des iuuenes, des sacrifices, ainsi qu’une chasse furent, de même, offerts à l’occasion de la victoire de Claude en Bretagne par un chevalier qui fut trois fois duumvir (AE 2001, 1918). Un autre duumvir légua par testament une somme nécessaire à l’organisation d’un concours gymnique annuel qui aurait lieu lors de la fête de Luna (ILS 5070, l. 3-9 : qui pecuniam destinauit per testamentum at certamen gymnicum quod annis [f]aciendum diebus festis Lunae).

286 La même expression apparaît, dans un contexte similaire, dans le fragment publié par Byrne, Labarre, Antioche, no 169 : [--- munus ue]nation(um) et g[ladiat(orum) ex] sua liberalit[ate].

287 CIL III 6835-6837 (ILS 5081) ; cf. GLabarre, MÖzsait (n. 33).

288 Byrne, Labarre, Antioche, sub no 169, p. 79-82.

289 Voir, par exemple, AE 2000, 1441 (3e lettre). Ainsi, une inscription de Sinope (voir supra p. 79) rappelle qu’un pontarque a, entre autres, offert une chasse et des jeux de gladiateurs (I. Sinope 103, l. 5-8) : [πο]ντάρχη[ν ἐπιτε]λέσαντα ταυροκα[θάψια] καὶ κυνηγέσιον καὶ [µονοµα]χίαν µ[εγ]αλο[π]ρε[π]ῶς. Cf. LRobert, Les gladiateurs dans l’Orient grec (1940), p. 55-64.

290 SMitchell, Anatolia. Land, Men, and Gods in Asia Minor I (1993), p. 100-117.

291 Les inscriptions commémoratives rappelant la tenue de combats de gladiateurs s’étant déjà déroulés, que l’on peut comparer aux monuments chorégiques des époques classique et hellénistique, sont à distinguer des invitations à des munera à venir, qui pouvaient être affichées dans un autre lieu : voir l’invitation aux munera organisés à Béroia par des grands-prêtres du koinon de Macédoine qui fut affichée à Thessalonique (IG X 2, 1s, 1073).

292 I. Parion 11 ; cf. GFrija, Les prêtres des empereurs. Le culte impérial civique dans la province romaine d’Asie (2012), p. 89.

293 Byrne, Labarre, Antioche, no 11 ; IGR III 299 ; cf. Levick, Colonies, p. 88.

294 GFrija (n. 292), p. 82-90 ; voir infra p. 188-199.

295 GFrija (n. 292), p. 159-165 ; A. Zuiderhoek, The Politics of Munificence in the Roman Empire. Citizens, Elites and Benefactors in Asia Minor (2009), p. 92-93.

296 AE 2008, 1416.

297 L ’abréviation la plus courante de ce titre est muner(arius) ; la forme mun(erarius) se rencontre peut-être dans l’inscription 127 ; munerarius est écrit en toutes lettres dans les inscriptions 134, 136 (l’itération du titre de munéraire repose sur une restitution de P. Lemerle qui n’est pas indispensable), 140, 151 ( ?), 173.

298 133, 140, 173 ( ?).

299 50, 59, 61-62, 119, 121, 125, 145, 172 ( ?). Le titre de munéraire peut être restitué après la mention du duumvirat simple dans l’inscription 152. Les inscriptions 149, 158 et 168 relèvent d’un autre cas de figure : il s’agit de dédicaces offertes par des duumvirs en exercice, où seule leur titulature courante est mentionnée, à l’exclusion des autres titres ou charges qu’ils auraient pu revêtir par ailleurs.

300 Cela avait été notre première interprétation : CBrélaz, ADRizakis, « Le fonctionnement des institutions et le déroulement des carrières dans la colonie de Philippes », CCG 14 (2003), p. 160.

301 Jacques, Privilège, p. 399-406.

302 50 (praefectus fabrum auprès d’un consul), 59 (centurion), 61 (praefectus fabrum), 62 (bénéficiaire dans les cohortes urbaines, duumvir, puis praefectus fabrum auprès d’un consul).

303 TLL, s.v. « gratuitus », col. 2247, l. 18-20, 26-31.

304 Voir infra p. 214-219.

305 Collart, Philippes, p. 371-387 ; GKaradedos, CKoukouli-Chrysanthaki, « From the Greek Theatre to the Roman Arena: The Theatres at Philippi, Thasos and Maroneia », dans AIakovidou (éd.), Thrace in the Graeco-Roman World (2007), p. 275-280.

306 Cf. LRobert (n. 289), p. 86-90, nos 23-25.

307 Pilhofer II 87, l. 2 : sua paria VII pugna[ue]ru(n)t Philipp[is ---] ; l. 3 : IIII uenatio[nes] ; plus loin sur la même ligne : et crocis sparsi[t arenam ?].

308 P. Lemerle, BCH 59 (1935), p. 148-151, no 42 avec pl. V (Pilhofer II 296) ; cf. Collart, Philippes, p. 382-383 avec n. 2.

309 Pilhofer II 603.

310 On peut leur comparer les συνήθεις φιλοπαικτόρων attestés à Thessalonique : AE 2006, 1282.

311 Pilhofer II 142-144.

312 Dunant, Pouilloux, Thasos, p. 160-163 ; GVille (n. 275), p. 207. Sur la diffusion des jeux de l’arène et des spectacles romains en Macédoine et dans les provinces danubiennes voisines, voir ÉBouley, Jeux romains dans les provinces balkano-danubiennes du iie siècle avant J.-C. à la fin du iiie siècle après J.-C. (2001).

313 Voir infra p. 211.

314 Pilhofer II 287. Voir le commentaire à l’inscription 222.

315 60, 133-134, 175.

316 Brélaz, Sécurité, p. 90-122.

317 AE 1988, 1032 ; 1994, 1741 ; ILS 9414. Le titre d’irenarches Iani attesté à Corinthe était, quant à lui, manifestement une prêtrise : Brélaz, Sécurité, p. 92-93 ; voir infra p. 200-201.

318 C. Brélaz (n. 197), p. 603-637.

319 FKirbihler, « Un cursus honorum à Éphèse ? Quelques réflexions sur la succession des magistratures de la cité à l’époque romaine », dans PGoukowsky, CFeyel (éds), Folia Graeca in honorem Edouard Will, Historica (2012), p. 67-107.

320 C. Brélaz, « Les irénarques de la colonie romaine de Philippes », dans Mayer i Olivé, Baratta, Guzmán Almagro, Acta XII Congressus, p. 1217-1219.

321 Char. (sing. de mun. ciu.), Dig. L 4, 18, 7 : irenarchae quoque, qui disciplinae publicae et corrigendis moribus praeficiuntur.

322 Dans l’inscription 175, la fonction de duumvir peut être restituée avant le titre de munerarius, puis l’irénarchie.

323 Brélaz, Sécurité, p. 341-343.

324 Voir infra p. 256-261.

325 IGBulg IV 1953.

326 EKM I 108.

327 Brélaz, Sécurité, p. 203-213.

328 Ac XVI 19-23. Voir supra p. 153-154.

329 Lex Urson. CIII, l. 1-5 : Quicumque in col(onia) Genet(iua) IIuir praef(ectus)ue i(ure) d(icundo) praeerit, is, colon(os), / incolasque, contributos, quocumque tempore colon(iae) fin(ium) / d<efen>dendorum causa armatos educere decurion(es) cen(suerint), / quot m(aior) p(ars) qui tum aderunt decreuerint, id e(i) s(ine) f(raude) s(ua) f(acere) l(iceto).

330 ILS 7199 ; cf. Levick, Colonies, p. 74.

331 SEG XLV 418.

332 Corinth VIII/2, no 104a. Voir supra n. 259.

333 Levick, Colonies, p. 83-84, 86. Voir supra p. 156.

334 Rizakis, Patras, nos 136, 266 ; SEG XLV 418.

335 IGLS VI 2791.

336 NGiannakopoulos (n. 98), p. 97.

337 Levick, Colonies, p. 74, 83. La gymnasiarchie est aussi attestée dans le municipe de Stobi : AE 1985, 772 (IStob 34).

338 I. Alexandreia Troas 52. Il est question d’un gymnase dans I. Alexandreia Troas 125. Le pédotribe et l’agonothète mentionnés dans I. Alexandreia Troas 50 sont, quant à eux, à mettre en relation avec les Panathenaia organisés à Ilion par une confédération de cités voisines dont faisait partie la colonie. Pour un éventuel gymnase dans la colonie d’Apamée, voir I. Apameia u. Pylai 51.

339 I. Sinope 101-103. L ’agonothésie (I. Sinope 101) et la panégyriarchie (I. Sinope 102), du moins, étaient bien attestées dans la colonie. Voir supra p. 79.

340 MKajava, « When Did the Isthmian Games Return to the Isthmus? (Rereading Corinth 8.3.153) », CPh 97 (2002), p. 168-178.

341 Corinth VIII/3, p. 28-31 ; Rizakis, Camia, Magistrati, p. 234-239.

342 Voir supra p. 158.

343 Corinth VIII/2, nos 82-85 ; Corinth VIII/3, nos 156, 208-209, 212, 214.

344 Corinth VIII/1, nos 14-16 ; Corinth VIII/3, no 223.

345 Corinth VIII/2, no 81 ; Corinth VIII/3, no 156.

346 Corinth VIII/3, nos 212, 214. Pour d’autres prêtrises portant, à Corinthe notamment, des titres grecs, voir infra p. 196-201.

347 Voir le commentaire à l’inscription 55 pour la discussion détaillée portant sur la nature de ces charges. Pour le titre d’ἀρχιερεύς dans les colonies romaines d’Orient, voir infra p. 199.

348 P. Lemerle, « Palestre romaine à Philippes », BCH 61 (1937), p. 86-102 ; M. Boyd, S. Provost, « Application de la prospection géophysique à la topographie urbaine, I. Philippes, les quartiers Sud-Ouest », BCH 125 (2001), p. 503-509.

349 PMNigdelis, « Harpaliani: µία νέα κώµη (vicus) της ρωµαϊκής αποικίας των Φιλίππων », dans PAdam-Veleni, KTzanavari (éds), Δινήεσσα. Τιµητικός τόµος για την Κατερίνα Ρωµιοπούλου (2012), p. 103-110 (AE 2012, 1382 avec adn.) : il se peut que le terme gymnasium renvoie, dans ce contexte, à l’acte évergétique consistant en la distribution d’huile en vue de la pratique d’activités athlétiques plutôt qu’au bâtiment servant formellement de gymnase. Mais, même dans ce cas, l’existence dans le uicus de l’institution du gymnase pourrait se déduire de la nature de l’évergésie en question.

350 C. Brélaz, « La langue des incolae sur le territoire de Philippes et les contacts linguistiques dans les colonies romaines d’Orient », dans FColin, OHuck, SVanséveren (éds), Interpretatio. Traduire l’altérité culturelle dans les civilisations de l’Antiquité (2015), p. 371-407 ; voir supra p. 85-90.

351 Langhammer, Magistratus, p. 161-188 ; KJaschke, « Munera publica. Funzioni e carattere dei curatores nelle città romane sulla base delle fonti epigrafiche », dans Capogrossi Colognesi, Gabba, Statuti, p. 183-202.

352 Jacques, Privilège, p. 502-503.

353 HPavis d’Escurac, « À propos de l’approvisionnement en blé des cités de l’Orient romain », dans EFrézouls (éd.), Sociétés urbaines, sociétés rurales dans l’Asie Mineure et la Syrie hellénistiques et romaines (1987), p. 116-130 ; Dmitriev, Government, p. 142-145.

354 Corinth VIII/2, nos 83, 86-91, 225 ( ?) ; Corinth VIII/3, nos 158-164, 169-170, 188, 227, 234-236, 238 ; Martin, Inscriptions, p. 183-184, no 4 A ( ?). Le titre d’annonae curator est traduit par ἐπιµελητὴς εὐθηνίας, en grec : Corinth VIII/1, nos 76, 94 ; Corinth VIII/3, no 127. Il est peut-être aussi question, dans cette dernière inscription, de la charge de [ἐπιµελητὴς ἔργων] δηµοσ[ί]ων, soit de curator operum publicorum ; cf. Corinth VIII/1, no 94.

355 I. Sinope 102 : le notable fut notamment trois fois duumvir, ainsi que duumvir quinquennal.

356 Anderson, Festivals, p. 295-296, no 25 : le titre de curator annonae apparaît en grec sous la forme λογιστὴς σειτηρεσίου.

357 AE 1925, 126. Voir supra p. 47, n. 186.

358 Rizakis, Patras, no 53, l. 2-6 : qu(aestor) munerar(ius) bis / q(ui) pro IIuir(atu) munus quinque d(e) s(ua) p(ecunia) f(ecit) / et in annonam col(oniae) sue leuandam / uendidit f<r>umentum DXV, sing(ulum) / mod(ium) 𝈂 S.

359 MKleijwegt, « A Presumptuous Quaestor from Patras ? », Epigraphica 57 (1995), p. 39-43.

360 Rizakis, Patras, no 37.

361 AE 2011, 1171 ; cf. ÉDeniaux, FQuantin, BVrekaj (n. 19).

362 .CIL III 285 (RECAM II 96).

363 CIL III 6839-6840 ; cf. Levick, Colonies, p. 84-85.

364 CIIP II 1266.

365 I. Alexandreia Troas 46, 66 (noter la transcription κουράτωρ), 77, 137.

366 Voir infra p. 225-230.

367 74, 78, 103, 105 ( ?).

368 168, 206 ( ?) ; Pilhofer II 363.

369 16 ( ?), 19 ( ?), 159 ( ?) ; Pilhofer II 519, 588. Pour la cura assumée par des exécuteurs testamentaires, voir CIPh II.1, p. 69-70.

370 Voir, de même, 159, l. 3 : II uir(o) cur(atori). il n’est pas exclu, cependant, qu’il faille plutôt résoudre les abréviations en II uir(is) cur(antibus), ce qui signifierait que la construction du monument avait été placée sous la supervision des duumvirs.

371 Voir également le commentaire à l’inscription 67 où on pourrait éventuellement envisager de restituer le même titre.

372 Lex Irnit. (Ch. F-I) ; Lex Urson. XCII ; voir JFRodríguez Neila, « Las legationes de las ciudades y su regulación en los estatutos municipales de Hispania », Gerión 28 (2010), p. 223-273 ; id., « Legationes municipales en el oeste del imperio y estatutos locales de Hispania: algunas consideraciones », MEFRA 122 (2010), p. 25-36.

373 W. Eck (n. 3), p. 565-606.

374 Jacques, Privilège, p. 322-324 ; F. Hurlet, « Les ambassadeurs dans l’Empire romain. Les légats des cités et l’idéal civique de l’ambassade sous le Haut-Empire », dans A. Becker, N. Drocourt (éds), Ambassadeurs et ambassades au cœur des relations diplomatiques. Rome–Occident médiéval–Byzance (viiie s. avant J.-C.-xiie s. après J.-C.) (2012), p. 101-126.

375 ASánchez-Ostiz Gutiérrez, Tabula Siarensis. Edición, traducción y comentario (1999), col. IIb, l. 24-26 : mag(istratus) et legatos municipiorum et coloniarum descriptum mittere in municipia et colonias Italiae et in eas colonias quae essent in <p>rouinciis.

376 CHabicht, « Zum Gesandtschaftsverkehr griechischer Gemeinden mit römischen Instanzen während der Kaiserzeit », Archaiognosia 11 (2001-2002), p. 11-28.

377 .I. Sinope 102, l. 7-12 : IIII misso legato / a colonia in urbem sine uiatico / semel quidem ad Diuom Hadrianum / III autem ad optimum maximumque / bis Imp(eratorem) Caesar(em) T(itum) Aelium Hadrianum / Antoninum Aug(ustum) Pium.

378 CIPh II.1, App. 4, no 36.

379 J.-LFerrary, Les mémoriaux de délégations du sanctuaire oraculaire de Claros, d’après la documentation conservée dans le Fonds Louis Robert (2014), p. 133-182.

380 I. Ephesos 1238.

381 NScheuerbrandt, Kaiserliche Konstitutionen und ihre beglaubigten Abschriften. Diplomatik und Aktengang der Militärdiplome (2009), p. 245-256.

382 Pilhofer II 30, 705, 705a ; AE 2006, 1833.

383 CIPh II.1, App. 4, no 3.

384 CIPh II.1, App. 4, nos 9, 22.

385 CIPh II.1, App. 4, nos 14, 16.

386 CIPh II.1, App. 4, no 15.

387 Il s’agit de L. Valerius Naso et de P. Vettius Pierus dans Pilhofer II 705a ; Ti. Iulius Pudens dans Pilhofer II 705a ; Ti. Claudius Clina et C. Iulius Pudens dans AE 2006, 1833 ; D. Liburnius Rufus, P. Popillius Rufus, L. Betuedius Valens, L. Betuedius Primigenius, Cn. Cornelius Florus et C. Herennuleius Chryseros dans Pilhofer II 30.

388 On notera toutefois que le titre de décurion peut parfois être omis, comme cela est le cas à deux reprises pour C. Vetidius Rasinianus (CIPh II.1, App. 4, no 22). On ne peut donc formellement exclure que certains de ces témoins aient été, eux aussi, membres du Conseil.

389 CIPh II.1, App. 4, nos 29, 32, 34.

390 CIPh II.1, App. 4, no 22.

391 RFrei-Stolba, « Les témoins dans les premiers diplômes militaires : reflet de la pratique d’information administrative à Rome ? », dans E. Dąbrowa (éd.), Roman Military Studies (2001), p. 87-109.

392 Des citoyens de la colonie d’Apri en Thrace figurent, aux côtés de Philippiens, parmi les témoins de trois des quatre diplômes passés pour des Thraces et des Daces que nous envisageons ici.

393 DBSaddington, « The Witnessing of Pre- and Early Flavian Military Diplomas and Discharge Procedures in the Roman Army », Epigraphica 59 (1997), p. 157-172.

394 MMRoxan, « An Emperor Rewards his Supporters: The Earliest Extant Diploma Issued by Vespasian », JRA 9 (1996), p. 254-256. Voir aussi le commentaire à l’inscription 110.

395 RFrei-Stolba (n. 391), p. 94-97 ; ead., « Bemerkungen zu den Zeugen der Militärdiplome der ersten und zweiten Periode », dans MASpeidel, HLieb (éds), Militärdiplome. Die Forschungsbeiträge der Berner Gespräche von 2004 (2007), p. 36-40.

396 W. Eck, « Eine Bürgerrechtskonstitution Vespasians aus dem Jahr 71 n.Chr. und die Aushebung von brittonischen Auxiliareinheiten », ZPE 143 (2003), p. 227.

397 PCosme, « L ’authentification des diplômes militaires au début du règne de Vespasien : un éclairage sur une fin de guerre civile », dans SBenoist, ADaguet-Gagey, CHoët-Van Cauwenberghe (éds), Figures d’empire, fragments de mémoire. Pouvoirs et identités dans le monde romain impérial (iie s. av. n. è.-vie s. de n. è.) (2011), p. 223-240.

398 Suet., Vesp. VIII.

399 EPapi, LTUR IV (1999), s.v. « Stationes exterarum civitatum », p. 349-350 ; CLega, LTUR IV (1999), s.v. « Stationes municipiorum », p. 350-352 ; KSion-Jenkis, « Stationes des cités d’Asie Mineure à Rome », dans JFrance, JNelis-Clément (éds), La statio. Archéologie d’un lieu de pouvoir dans l’empire romain (2014), p. 319-338.

400 CIPh II.1, App. 4, nos 3, 9. Voir supra p. 65-68.

401 Lex Urson. LXVI-LXVIII ; cf. ARaggi, « Le norme sui sacra nelle leges municipales », dans Capogrossi Colognesi, Gabba, Statuti, p. 701-721 ; JRüpke, « Religion in the lex Ursonensis », dans CAndo, JRüpke (éds), Religion and Law in Classical Rome (2006), p. 34-46 ; ARaggi, « “Religion” in Municipal Laws ? », dans JHRichardson, FSantangelo (éds), Priests and State in the Roman World (2011), p. 333-346 ; Bertrand, Religion, p. 84-94.

402 Ladage, Kultämter, p. 72-80 ; JADelgado Delgado, « Los sacerdotes en el marco de las instituciones municipales en la Hispania romana », dans Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Élites, p. 223-240 ; id., ThesCRA V (2005), s.v. « Priests of Italy and the Latin Provinces of the Roman Empire », p. 118-120.

403 Ladage, Kultämter, p. 51-53.

404 Ladage, Kultämter, p. 99-101 ; J. A. Delgado Delgado (n. 402, dans Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Élites) ; Bertrand, Religion, p. 286-289.

405 Corinth VIII/2, no 155 ; Corinth VIII/3, nos 14 ( ?), 81, 122, 132, 201 ; Rizakis, Patras, no 265 ; CIAlb 33 = LIA 42 ; CIAlb 35 = LIA 40 (Dyrrachium) ; AE 1974, 582 (Apri) ; I. Alexandreia Troas 35, 39 ; AE 2008, 1338 (Alexandrie de Troade) ; Anderson, Festivals, p. 291, no 20 (noter la transcription en grec ποντίφικος, au génitif) ; WMRamsay, JRS 14 (1924), p. 201, no 39 ; AE 1926, 78 ; 2001, 1918-1919 (Antioche de Pisidie) ; Laminger-Pascher, Lykaonien, no 168 (Lystra) ; CIL III 170, 6687 ; AE 1958, 162 (IGLMusBey 91) ; IGLMusBey 68 (Berytus) ; CIIP II 2095 (Césarée Maritime). Voir aussi AE 1985, 772 (IStob 34 : π[ον]τίφεκα, à l’accusatif) pour le municipe de Stobi.

406 Ladage, Kultämter, p. 102-103.

407 Corinth VIII/3, no 68.

408 IGLS VI 2787, 2791.

409 En raison de l’état fragmentaire de l’inscription 184, seule est conservée la mention du rang de décurion à côté de la prêtrise de pontife, mais la carrière de l’intéressé dut certainement inclure des magistratures.

410 53, 60, 152.

411 Ladage, Kultämter, p. 53-54 ; JADelgado Delgado, « Los augures y el augurado en la Hispania romana. Estudio sobre un sacerdocio de tradición romana en un ámbito provincial », HAnt 24 (2000), p. 65-83 ; Bertrand, Religion, p. 297-301.

412 CIAlb 37 = LIA 39 ; CIAlb 58 = LIA 41 (le chevalier fut aussi flamine, mais pas duumvir) ; CIAlb 98 = LIA 130.

413 Corinth VIII/2, nos 67, 86-90 ; Corinth VIII/3, nos 156, 158-163, 204.

414 I. Alexandreia Troas 15, 34, 42 (le titre est transcrit en grec αὔγουρα, à l’accusatif ; cf. HJMason [n. 193], s.v. « αὔγουρ »).

415 CIL III 170 ; IGLMusBey 65.

416 Voir aussi Levick, Colonies, p. 87 ; Byrne, Labarre, Antioche, nos 9, 12 (noter la forme αὔγουρος, au génitif) ; I. Sinope 102.

417 CIL XIII 5703 ; cf. M.-DPoncin, « Les prêtrises publiques dans la colonie de Philippes », CCG 12 (2001), p. 248. Cette suggestion remonte à T. Mommsen dans ses notes à CIL III, Suppl. I, 7342.

418 Il est peut-être aussi question d’augures, au pluriel, dans la colonie de Césarée Maritime : CMLehmann, KGHolum, The Greek and Latin Inscriptions of Caesarea Maritima (2000), no 123.

419 L ’interprétation de la ligature figurant à la l. 1 de l’épitaphe 148 comme les lettres A et V pour au[gur] au lieu de A et N pour an(norum) est, en revanche, douteuse, d’autant que l’individu en question était un décurion coopté qui ne poursuivit probablement sa carrière guère au-delà de la questure.

420 Ladage, Kultämter, p. 103.

421 MKantiréa, Les dieux et les dieux Augustes. Le culte impérial en Grèce sous les Julio-claudiens et les Flaviens (2007) ; FLozano Gómez, Un dios entre los hombres. La adoración a los emperadores romanos en Grecia (2010).

422 SEstienne, ThesCRA V (2005), s.v. « Rome : culte du peuple romain », p. 84-85, 93-95 ; RFrei-Stolba, « Livie et aliae : le culte des diui et leurs prêtresses ; le culte des diuae », dans FBertholet, ABielman Sánchez, RFrei-Stolba (éds), Égypte – Grèce – Rome. Les différents visages des femmes antiques (2008), p. 347-354.

423 IGradel, Emperor Worship and Roman Religion2 (2004) ; FCamia, Theoi Sebastoi. Il culto degli imperatori romani in Grecia (Provincia Achaia) nel secondo secolo d.C. (2011) ; AKolb, MVitale (éds), Kaiserkult in den Provinzen des Römischen Reiches. Organisation, Kommunikation und Repräsentation (2016).

424 JADelgado Delgado (n. 402, 2005), p. 128-129 ; MHorster, « Priestly Hierarchies in Cities of the Western Roman Empire? », dans AFCaballos Rufino (éd.), Del municipio a la corte. La renovación de las elites romanas (2012), p. 289-310.

425 Lorsqu’il est abrégé, le titre de flamen apparaît sous la forme flam(en) (62, 121, 130, 153, 154 ?) ou fla(men) (66). Au datif, on rencontre la forme flamin(i) (152) et même exceptionnellement flamen(i) (60, 69).

426 I. Sinope 100, 102.

427 ILS 9414.

428 CIL III 6848 ; WMCalder (n. 203).

429 I. Apameia u. Pylai 51.

430 RPC I 2262 ; I. Parion 5-6. J.-HRömhild, « Römische Bürger in der Troas », dans ESchwertheim (éd.), Studien zum antiken Kleinasien VII (2011), p. 169, n. 60, propose d’attribuer à la colonie de Parion plutôt qu’à celle d’Apri l’inscription – remployée à Istanbul – CIL III 1420711 où il est précisément question d’un sacerdos prêtre du culte impérial. Voir infra p. 199 pour le titre d’ἀρχιερεύς.

431 Pompéi est une des exceptions notables : Ladage, Kultämter, p. 42-44 ; cf. Bertrand, Religion, p. 301-306.

432 I. Alexandreia Troas 41 ; cf. ILS 5883 (Amastris), 7209 (Gortyne) ; AE 1963, 3 (Syedra).

433 CIL III 6835-6837 (ILS 5081) ; WMRamsay, JRS 6 (1916), p. 106, no 6 ; id. (n. 405), p. 197, no 27 ; DMRobinson, TAPhA 57 (1926), p. 221, no 43 (noter la transcription en grec φλάµινα, à l’accusatif). On relève, en revanche, un sacerdos imp(eratoris) Caesaris Vespasiani Aug(usti) dans WMCalder (n. 203). Voir également CIAlb 37 = LIA 39 (Dyrrachium) ; IGLS VI 2791 (Héliopolis) ; B. Levick, RE Suppl. XII (1970), s.v. « Parlais », col. 1004, no 7 (φλάµενα).

434 AArnaldi, « Osservazioni sul flaminato dei Divi nelle province africane », dans MMilanese, PRuggeri, CVismara (n. 140), p. 1645-1665.

435 6, 60, 66, 130 ; CIPh II.1, App. 4, no 4 (le personnage a exercé ce même flaminat dans la colonie d’Apri). Le titre de flamen diui Augusti doit éventuellement être encore restitué dans les inscriptions 67, 138, 152.

436 6 ; cf. ILS 6481. Voir également, à Corinthe, le titre d’un augustal qualifié d’Aug(ustalis) Ti. Caesaris Aug(usti) : Corinth VIII/2, no 77.

437 53.

438 62, 68, 151 (il est peut-être aussi question dans cette inscription du flaminat du diuus Titus). Pour un éventuel flaminat du diuus Nerua, voir 69.

439 152.

440 CIPh II.1, App. 4, no 4. Cf. Corinth VIII/2, no 68.

441 RPC I 1650, 1653-1655. Voir supra p. 41.

442 121 ; cf. H.-G. Pflaum, « Les titulatures abrégées “Imp. Antoninus Aug.” et “Antoninus Imp.” s’appliquent en principe à Antonin le Pieux », dans JHeurgon, WSeston, GCharles-Picard (éds), Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à Jérôme Carcopino (1966), p. 717-736. On connaît de même, à Dyrrachium, un flamine de l’empereur Néron de son vivant : CIAlb 58 = LIA 41.

443 127.

444 6. On peut aussi suggérer de restituer un doublement du flaminat dans les inscriptions fragmentaires 151 (flaminats du diuus Titus et du diuus Vespasianus ?) et 152 (flaminats du diuus Iulius et du diuus Augustus ?).

445 Voir, en particulier, l’inscription 153 où l’interprétation du titre flam(en), en ouverture de l’inscription, fait difficulté.

446 Corinth VIII/2, no 67.

447 IGLS VI 2787, 2942. Dans ces deux inscriptions, la résolution de l’abréviation Aug. en Aug(ustalis) plutôt qu’Aug(usti) ne s’impose pas, même si la titulature flamen Augustalis est, par ailleurs, attestée en Occident : RÉtienne, Le culte impérial dans la péninsule ibérique d’Auguste à Dioclétien (1958), p. 290-293.

448 I. Alexandreia Troas 41 : ἱερέα [τῶν Σεβα]στῶν τὸν προσ[αγορευόµε]νον φλάµινα ; AE 1994, 1741 (Comama) : ἀρχιερασά[µ]ενον τῶν Σεβα[σ]τῶν ; IGR III 1474 (Iconium) : ἀρχιερασάµενος [Θεοῖς] Σεβαστοῖς.

449 I. Sinope 102. Comparer le titre de flamen diuorum omnium à Firmum Picenum : Bertrand, Religion, p. 291.

450 CIPh II.1, p. 368-369, à propos de Pilhofer II 642a (AE 2014, 1192).

451 Voir AE 1950, 236 (IGLMusBey 73) pour un événtuel flamine de Mars dans la colonie de Berytus, ainsi que le commentaire à l’inscription 154.

452 67 ( ?), 69, 127, 152.

453 60, 62, 121, 155 ( ?), 172 ( ?).

454 6, 53, 60, 62, 66, 68-69 ; CIPh II.1, App. 4, no 4. Voir aussi 67 ( ?).

455 CIPh II.1, App. 4, no 4.

456 Voir infra p. 214-216.

457 Le même procédé apparaît dans l’inscription en l’honneur de C. Antonius Rufus (CIPh II.1, App. 4, no 4), mais le but est, dans ce cas, d’insister sur les flaminats que celui-ci avait revêtus, comme nous l’avons souligné. Voir, à l’inverse, l’inscription 66.

458 Ladage, Kultämter, p. 71-72.

459 W. Eck (n. 3).

460 .53, 60, 152.

461 Ladage, Kultämter, p. 103. Voir, de même, Corinth VIII/2, no 68 ; IGLS VI 2787, 2791 (Héliopolis) ; cf. CIAlb 37 = LIA 39 (Dyrrachium : flamine et augure).

462 JADelgado Delgado (n. 402, 2005), p. 129-131.

463 UHahn, Die Frauen des römischen Kaiserhauses und ihre Ehrungen im griechischen Osten anhand epigraphischer und numismatischer Zeugnisse von Livia bis Sabina (1994), p. 34-65 ; RFrei-Stolba (n. 422), p. 379-384.

464 CIL III 154 ; AE 1939, 68 (IGLMusBey 75).

465 EAHemelrijk, « Priestesses of the Imperial Cult in the Latin West: Titles and Function », AC 74 (2005), p. 137-170 ; MGGranino Cecere, Il flaminato femminile imperiale nell’Italia romana (2014), p. 24-32.

466 AE 2006, 1237.

467 MFPetraccia, « Donne e culti nelle province romane dell’Impero: il caso della Macedonia », dans ABuonopane, FCenerini (éds), Donna e vita cittadina nella documentazione epigrafica (2005), p. 431-438.

468 WMRamsay (n. 271). La même prêtrise apparaît dans B. Levick, JRS 54 (1964), p. 98-99, no 2, où l’éditrice choisit de restituer [diu]ae plutôt que [de]ae alors que cette forme figure dans l’inscription précédente.

469 Voir également, dans le municipe de Stobi à propos des inscriptions IStob 15-17, FPapazoglou, « Dédicaces Deo Caesari de Stobi », ZPE 82 (1990), p. 213-221 ; JWiseman, « Deus Caesar and Other Gods at Stobi », dans Ancient Macedonia VI.2 (1999), p. 1359-1370.

470 Corinth VIII/3, no 153 ; cf. MKajava (n. 340).

471 Corinth VIII/1, no 19.

472 Rizakis, Patras, no 5.

473 Voir, de même à Antioche de Pisidie, AE 2005, 1482.

474 EAHemelrijk (n. 465), p. 150-151.

475 AE 2008, 1339-1340.

476 SEG XVII 319 (IStob 37) : [Ἀρτέµι- uel   Ἴσι]δος Λοχίας ἱέρειαν καὶ Σεβαστῶν.

477 MSève, PWeber, « Un monument honorifique au forum de Philippes », BCH 112 (1988), p. 474-479.

478 MGGranino Cecere (n. 465), p. 30-31.

479 Pilhofer II 222.

480 AE 1998, 1210. Cf. PThonemann, « The Women of Akmoneia », JRS 100 (2010), p. 163-178.

481 6 (contribution d’une certaine [---]tia Paulla à l’embellissement de thermes), 18 (hypothétique participation d’une femme au financement des travaux de réfection du tabularium, s’il est justifié de restituer [mat]ri sua[e]  ), 19 (la restauration du temple du culte impérial semble avoir été due, en partie, à une femme du nom de [---]ana Proba). Voir aussi les dédicaces de statues voulues par une prêtresse de Diane Gazoria (135) ainsi que par une femme à la suite de ses dispositions testamentaires (121).

482 I. Alexandreia Troas 41. Un προφήτης τοῦ Σµινθέως y est, de même, attesté : I. Alexandreia Troas 43 ; cette dernière fonction pouvait également être revêtue par une femme : AE 2008, 1339-1340.

483 Byrne, Labarre, Antioche, nos 9, 11, 12 ; cf. NBelayche, « Un dieu romain et ses dévôts au sanctuaire d’Antioche en Pisidie », CCG 19 (2008), p. 201-218 ; GLabarre, Le dieu Mèn et son sanctuaire à Antioche de Pisidie (2010), p. 115-125.

484 IGLS VI 2780, 2790-2792 ; cf. NBelayche, A.-RHošek, « Anatomie d’une rencontre dans des constructions volontaires : les colonies romaines de l’Orient romain », dans NBelayche, J.-DDubois (éds), Loiseau et le poisson. Cohabitations religieuses dans les mondes grec et romain (2011), p. 385-402.

485 C. Katsari, SMitchell, « The Roman Colonies of Greece and Asia Minor. Questions of State and Civic Identity », Athenaeum 96 (2008), p. 221-249 ; AFilges, Münzbild und Gemeinschaft. Die Prägungen der römischen Kolonien in Kleinasien (2015), p. 98-106.

486 Rizakis, Patras, p. 36-37 ; A. D. Rizakis, « Colonia Augusta Achaïca Patrensis : réaménagements urbains, constructions édilitaires et la nouvelle identité patréenne », dans A. D. Rizakis, CELepenioti (éds), Roman Peloponnese III. Society, Economy and Culture under the Roman Empire: Continuity and Innovation (2010), p. 129-154.

487 Rizakis, Patras, no 5. Voir supra pour l’interpétation du titre sac(erdos) Aug. dans cette inscription.

488 A. D. Rizakis (n. 282), no 10.

489 Voir, de même, l’inscription 168 et supra p. 152-153.

490 CIPh II.1, p. 52-55.

491 NBelayche, « Les formes de religion dans quelques colonies du Proche-Orient », ARG 5 (2003), p. 157-179.

492 MBoos, Heiligtümer römischer Bürgerkolonien. Archäologische Untersuchungen zur sakralen Ausstattung republikanischer coloniae civium Romanorum (2011) ; Bertrand, Religion, p. 112-118.

493 ILS 7200a.

494 Corinth VIII/3, nos 152, 194-196, 198, 203, 207.

495 Pilhofer II 178, 186 ; cf. Collart, Philippes, p. 393-395 ; P. Collart, P. Ducrey, Philippes I. Les reliefs rupestres, BCH Suppl. 2 (1975), p. 237-240.

496 M. Sève, P. Weber, « Le côté Nord du forum de Philippes », BCH 110 (1986), p. 531-581 ; Sève, Weber, Guide, p. 19 ; CIPh II.1, p. 33-34. Sur les problèmes liés à l’identification archéologique des ensembles ordinairement décrits dans la recherche comme des Capitolia, voir JCrawley Quinn, AWilson, « Capitolia », JRS 103 (2013), p. 117-173 ; Bertrand, Religion, p. 201-205.

497 AE 2012, 1377 (cf. CIPh II.1, App. 3, no 10). Comparer la dédicace d’un theatron à Zeus, à Roma et peut-être à Auguste divinisé qui fut trouvée en remploi dans un village situé à l’Ouest de Serrès (Kaphtantzis, Ἱστορία, I, p. 281, no 477 ; DCSamsaris, « La vallée du Bas-Strymon à l’époque impériale. Contribution épigraphique à la topographie, l’onomastique, l’histoire et aux cultes de la province romaine de Macédoine », Dodone(hist) 18 [1989], p. 238-239, no 41) : [---] θέατρον Διὶ καὶ Ῥώµῃ καὶ θ̣[εῷ Σεβαστῷ ? ---].

498 Voir supra p. 111-112.

499 AE 2012, 1382. Pour d’autres dédicaces à Jupiter provenant du territoire de la colonie, voir Pilhofer II 473, 588.

500 Pilhofer II 514. Cf. CBrélaz, « Thracian, Greek, or Roman ? Ethnic and Social Identities of Worshippers (and Gods) in Roman Philippi », dans S. J. Friesen et al. (éds), Philippi, From Colonia Augusta to Communitas Christiana. Religion and Society in Transition (sous presse).

501 I. Sinope 102.

502 Laminger-Pascher, Lykaonien, no 166. Voir aussi de manière très hypothétique, à Philippes même, l’inscription 154.

503 I. Central Pisidia 4.

504 I. Alexandreia Troas 39, 74, 135.

505 Rizakis, Patras, nos 4, 129-130. Pour des ornements d’une prêtrise indéterminée à Corinthe, voir Corinth VIII/3, no 192.

506 Levick, Colonies, p. 88 ; Byrne, Labarre, Antioche, nos 163, 164.

507 IGR III 299.

508 MChristol, TDrew-Bear, « Caracalla et son médecin L. Gellius Maximus à Antioche de Pisidie », dans SColvin (éd.), The Greco-Roman East. Politics, Culture, Society (2004), p. 95, 106-108.

509 Pilhofer II 407, 509e, 519 ; CIPh II.1, p. 365-366, à propos de Pilhofer II 19 ; cf. Collart, Philippes, p. 265-266, 269-270. Le terme antistes est employé pour désigner une prêtresse de Diane Gazoria : 135.

510 Pilhofer II 164-166.

511 193 ; Pilhofer II 175, 581.

512 Voir supra p. 177-178.

513 Pilhofer II 190-191, 193. Voir aussi Pilhofer II 602, 615b, 641a.

514 Pilhofer II 142-144.

515 AE 1994, 1741 : ἀρχιερασά[µ]ενον τῶν Σεβα[σ]τῶν. Voir, de même, à Iconium, IGR III 1473 : [Τι]βερίου Καίσαρος Σεβαστοῦ [ἀρ]χιερεύς ; 1474 : ἀρχιερασάµενος [Θεοῖς] Σεβαστοῖς.

516 I. Central Pisidia 33 (Cremna). Voir, de même, supra p. 168-170 pour Antioche de Pisidie et Parion. Il n’est pas assuré qu’il faille rattacher le titre d’ἀρχιερεύς au culte impérial dans I. Alexandreia Troas 140, comme le pense GFrija (n. 292), p. 89. Ce même titre, le plus souvent translittéré en latin (archiereus), renvoie, pour sa part, dans les inscriptions de Corinthe à la grande-prêtrise du culte impérial au sein du koinon d’Achaïe : Corinth VIII/2, nos 68, 70-71, 73-74 ; Corinth VIII/3, nos 138, 199.

517 NBookidis, « Religion in Corinth: 146 B.C.E. to 100 C.E. », dans DNSchowalter, SJFriesen (éds), Urban Religion in Roman Corinth. Interdisciplinary Approaches (2005), p. 141-164 ; AHupfloher, « A Small Copy of Rome? Religious Organization in Roman Corinth », dans A. D. Rizakis, F. Camia (éds), Pathways to Power. Civic Elites in the Eastern Part of the Roman Empire (2008), p. 151-160 ; MEHoskins Walbank, « The Cults of Roman Corinth: Public Ritual and Personal Belief », dans A. D. Rizakis, CELepenioti (n. 486), p. 357-374.

518 Voir supra p. 177.

519 Corinth VIII/2, nos 86-90 ; Corinth VIII/3, nos 158-163, 199. Une prêtresse du culte impérial fut de même sacerdos Victoriae Aug(usti) à Alexandrie de Troade : AE 2008, 1339-1340. Voir, de même, à Ancône CIL IX 5904 ; cf. Bertrand, Religion, p. 221-222.

520 Corinth VIII/3, nos 194-195.

521 Corinth VIII/2, no 110.

522 Corinth VIII/2, no 95.

523 Corinth VIII/2, no 6.

524 Corinth VIII/3, no 156.

525 Corinth VIII/3, nos 67-68.

526 Martin, Inscriptions, p. 180-183, no 3.

527 Corinth VIII/2, nos 56-57, 67.

528 Voir supra p. 123-124.

529 Corinth VIII/3, no 195 ; cf. Brélaz, Sécurité, p. 92-94.

530 Voir supra p. 173-176.

531 I. Alexandreia Troas 98 ; cf. C. Brélaz, « L ’archonte stéphanéphore et la Tyché de Lébadée », Tyche 21 (2006), p. 11-28.

532 ILS 9414 : on notera que le même personnage avait été sac(erdos) Aug(usti) auparavant dans sa carrière.

533 Le titre σεβαστοφάντης est donné au prêtre du culte impérial à Ancyre notamment : voir SMitchell, DFrench, The Greek and Latin Inscriptions of Ankara (Ancyra) I (2012), p. 244, sub no 82.

534 Collart, Philippes, p. 410-413. Voir infra p. 313-314.

535 Pilhofer II 474. Voir également, à Drama, la liste des fidèles d’Apollon (Pilhofer II 509b), qui porte peut-être l’épithète Augustus d’après une nouvelle lecture de l’inscription (AE 2006, 1339).

536 RPC I 1651-1652.

537 11, 13.

538 GLGregori, « Il culto delle divinità Auguste in Italia: un’indagine preliminare », dans JBodel, MKajava (éds), Dediche sacre nel mondo greco-romano (2009), p. 307-330.

539 FCamia (n. 423), p. 36-43. Voir, par exemple, dans la cité voisine de Thasos : IG XII Suppl, 440 ; AE 2013, 1360. Cf. Rizakis, Patras, no 24 (en grec) ; I. Parion 7-9 ; I. Alexandreia Troas 21 ; RPC III 613-615 (Dion). Pour les dédicaces qui furent érigées directement à Athènes au profit d’Hadrien Olympien par des colonies, dont Philippes, voir CIL III 7281-7283 (= M. C. J. Miller, Inscriptiones Atticae. Supplementum Inscriptionum Atticarum VI [1992], nos 1, 19, 44) ; CIPh II.1, App. 4, no 36.

540 RDuthoy, « Les *Augustales », ANRW   II 16.2 (1978), p. 1254-1309 ; Bertrand, Religion, p. 325-326.

541 Un décret du municipe de Copia, en Calabre, fait allusion à la procédure qui était suivie, en vertu d’une lex Augustalitatis : FCostabile, « Senatusconsultum de honore Ti. Claudi Idomenei », MEP 11(2008), p. 143-156 (AE 2008, 441). Sur l’établissement du texte de ce document, qui est problématique, voir OSalomies, « Observations on the New Decree from Copia Thurii (AE 2008, 441) », Arctos 45 (2011), p. 103-122 (cf. AE 2011, 302).

542 AAbramenko, « Die innere Organisation der Augustalität: Jahresamt und Gesamtorganisation », Athenaeum 81 (1993), p. 13-37.

543 AAbramenko, Die munizipale Mittelschicht im kaiserzeitlichen Italien. Zu einem neuen Verständnis von Sevirat und Augustalität (1993).

544 SEOstrow, « The Augustales in the Augustan Scheme », dans KARaaflaub, MToher (éds), Between Republic and Empire. Interpretations of Augustus and His Principate (1990), p. 364-379 ; J. Scheid (n. 34).

545 197-200, 206, 210-211, 217. Le chiffre VI est ordinairement surmonté d’une barre horizontale dans les inscriptions.

546 Notation du chiffre au moyen de six hastes équidistantes surmontées d’une barre horizontale : 207, 212, 219. Notation au moyen de six hastes, les quatre hastes centrales étant surmontées d’une barre horizontale, la première et la dernière étant de plus grande taille : 202, 205, 218. Notation en toutes lettres : seuir (201), sex uir (209). L ’adjectif Augustalis est parfois abrégé August(alis) (208, 215) ou Augustal(is) (203, 220). Pour une éventuelle omission du qualificatif Aug(ustalis), voir l’inscription 198.

547 C’est peut-être aussi le cas dans l’épitaphe 214 où se lit le qualificatif Augusta[lis], sans doute en toutes lettres. Dans l’inscription 204, la découverte d’un nouveau fragment conduit à restituer le cognomen Sym/[p]horus plutôt que le titre [dendrop]horus, comme on le faisait jusqu’alors. Il n’y a donc pas trace de dendrophori Augustales dans l’épigraphie philippienne.

548 CIAlb 54 = LIA 131 ; CIAlb 61 = LIA 69 ; CIAlb 63 = LIA 65 ; CIAlb 74 = LIA 47 ; CIAlb 78 = LIA 100 ; CIAlb 81 = LIA 115 ; voir aussi CIAlb 196 = LIA 223 (Byllis).

549 CIL III 6099 ; Corinth VIII/2, nos 69 ( ?), 77 (l’intéressé était attaché à la vénération d’un empereur en particulier, en l’occurrence Tibère, comme le montre son titre : Aug(ustalis) Ti. Caesaris Aug(usti)) ; Corinth VIII/3, no 52. Voir également POJuhel, PNigdelis, Un Danois en Macédoine à la fin du 19  e siècle. Karl Frederik Kinch et ses notes épigraphiques  Έ19νας Δανός στη Μακεδονία του τέλους του 19  ου αιώνα. Ο Karl Frederik Kinch και οι επιγραφικές του σηµειώσεις (2015), p. 103-107, no 54 (Cassandrée) ; I. Alexandreia Troas 45 ( ?).

550 AE 1926, 58 (IGLMusBey 74) ; 61 ; 1958, 166.

551 IGLS VI 2791, 2794.

552 RDuthoy (n. 540), p. 1260-1265.

553 FBérard, « Les plus anciens sévirs lyonnais », dans BCabouret, M.-OCharles-Laforge (éds), La norme religieuse dans l’Antiquité (2011), p. 105-124.

554 RDuthoy, « Recherches sur la répartition géographique et chronologique des termes sevir Augustalis, Augustalis et sevir dans l’Empire romain », dans Epigraphische Studien 11, Sammelband (1976), p. 143-214.

555 VI uir : Rizakis, Patras, no 157 (le qualificatif Augustalis manque, mais l’inscription n’est connue que de manière imparfaite par tradition manuscrite) ; Augustalis : Rizakis, Patras, nos 49-50, 141, 145.

556 VI uir Augustalis : ESchwertheim, « Zur Gründung der römischen Kolonie in Alexandria Troas », dans ESchwertheim (éd.), Die Troas. Neue Forschungen III (1999), p. 100-101, nos 2 (AE 2003, 1663), 3 ; Augustalis : I. Alexandreia Troas 45 ( ?). Pour le titre de VI uir Augustalis, voir aussi CIL III 740 (Parion ?) ; ILS 9504 (Antioche de Pisidie ; voir, cependant, DMRobinson, TAPhA 57 [1926], p. 237, no 76, où apparaît le titre VI uir dans la même colonie) ; CIIP II 1363 (Césarée Maritime).

557 ILS 1503 (dédicace au Genius colle[gii] Aug(ustalium) Corinth(iensium)) ; Corinth VIII/3, nos 53, 59 (?). Voir également I. Alexandreia Troas 44 ( ?).

558 AE 1990, 877 (IStob 15).

559 Pour Stobi, voir AE 1990, 879 (IStob 16) ; AE 1999, 1424 (IStob 17 : le titre d’Augustalis est restitué) ; IStob 18 (AE 2012, 1309).

560 .SEG XXIX 614 ; AE 2002, 1292 ; POJuhel, PNigdelis (n. 549), p. 103-107, no 54 (le défunt porte explicitement le titre d’Ἀυγουστάλις, mais l’inscription, qui est fragmentaire, ne porte en l’état pas de mention collective des Augustales). Le titre Ἀυγουστάλιος renvoie, en revanche, à un grade militaire ou à une fonction au sein de l’administration impériale dans plusieurs inscriptions datant du ive s. et provenant de Laodicée Katakékauménè en Phrygie (MAMA I 169, 216, 283) et de Syracuse (IG XIV 157) ; cf. Ladage, Kultämter, p. 37-38.

561 Pilhofer II 145 ; cf. Collart, Philippes, p. 269 ; CIPh II.1, p. 364.

562 CIAlb 78 = LIA 100.

563 CIIP II 1363.

564 Voir aussi éventuellement l’inscription 32.

565 AE 2012, 1377-1378 (cf. CIPh II.1, App. 3, nos 10-11). Voir supra p. 111-112.

566 197, 199, 204, 217 ( ?). Voir, de même, CIAlb 78 = LIA 100 ; CIAlb 81 = LIA 115 (Dyrrachium) ; CIAlb 196 = LIA 223 (Byllis) ; Rizakis, Patras, no 145 ; Corinth VIII/2, no 77 ; I. Alexandreia Troas 44 ; AE 2003, 1663 (Alexandrie de Troade).

567 198, 200-203.

568 Voir supra p. 56-72.

569 200, 203, 205.

570 Rizakis, Patras, no 157.

571 Voir, par exemple, les inscriptions 53 (à propos de Pilhofer II 3), 56. L ’inscription 91 ne peut être alléguée, car les deux époux sont des Aurelii.

572 On peut proposer la même interprétation pour Cottia Prima, épouse de T. Cottius Zosimus, l’affranchi du sévir augustal T. Cottius Viriles qui était lui-même libertus (197).

573 Voir, par exemple, les inscriptions 50, 73, 97-98, 118, 126, 133, 145, 173.

574 Une raison analogue semble avoir justifié la mention de la filiation paternelle d’Aiania Ingenua (73), nièce d’un vigile qui pourrait avoir été d’extraction affranchie, de Magia Secunda (98), fille d’un soldat qui avait épousé un affranchi, ainsi que de Lucilia Vitalis (97), dont le fils – qui fit carrière dans l’armée – avait sans doute été conçu hors mariage.

575 BAmiri, « Les seuiri augustales dans les Germanies : étude des inscriptions », Klio 92 (2010), p. 94-103.

576 FTassaux, « Sévirat et promotion sociale en Italie nord-occidentale », dans MCébeillac-Gervasoni (n. 236), p. 373-415.

577 Rizakis, Patras, no 49.

578 SMollo, « Gli Augustali bresciani e le connessioni con l’élite dirigente di Brescia », dans MCébeillac-Gervasoni (n. 236), p. 347-371.

579 Rizakis, Patras, no 141.

580 Voir supra n. 556.

581 Voir supra n. 549 et n. 557. Cf. MLLaird, « The Emperor in a Roman Town: The Base of the Augustales in the Forum at Corinth », dans SJFriesen, DNSchowalter, JCWalters (éds), Corinth in Context. Comparatives Studies on Religion and Society (2010), p. 67-116.

582 AJSSpawforth, « Roman Corinth: The Formation of a Colonial Elite », dans Rizakis, Onomastics, p. 169-170.

583 137, 139.

584 Voir supra p. 139-143.

585 RDuthoy (n. 540), p. 1269. D’autres sévirs philippiens sont morts à l’âge de trente-cinq ans (201), quarante ans (200) et cinquante ans (204).

586 Rizakis, Patras, no 128. Pour un uilicus de ce genre, esclave impérial, à Philippes, voir l’inscription 36.

587 ILS 9504.

588 Lex Irnit. <LXXIII> ; Lex Urson. LXII-LXIII, LXXXI.

589 J.-MDavid, « Les apparitores municipaux », dans Berrendonner, Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Quotidien, p. 391-403.

590 NPurcell, « The ordo scribarum: A Study in the Loss of Memory », MEFRA 113 (2001), p. 633-674.

591 NPurcell, « The Apparitores: A Study in Social Mobility », PBSR 51 (1983), p. 125-173.

592 M.-LHaack, Les haruspices dans le monde romain (2011) ; Bertrand, Religion, p. 307-308. On relève la mention d’un haruspex à Césarée Maritime, officiant vraisemblablement pour le compte de la colonie : CIIP II 1364.

593 Certains appariteurs dont il est question dans ces colonies étaient en fonction auprès de magistrats ou promagistrats de l’État romain. C’est le cas, à Berytus, d’un affranchi accensus delatus a patron(o), détaché auprès de l’aerarium par un sénateur qui était en même temps son patron (AE 1926, 61 ; cf. IDi Stefano Manzella, « Accensi. Profilo di una ricerca in corso [a proposito dei “poteri collaterali” nella società romana] », CCG 11 [2000], p. 238, no D10), et, à Buthrote, d’un dec(urialis) lic(tor) (CIAlb 221 = LIA 233), car – à l’exception des colonies d’Ostie et de Narbonne – seuls les appariteurs de Rome étaient réunis en décuries (J.-MDavid [n. 589], p. 394-395).

594 CIAlb, p. 209-210, no 2 = LIA 250. Quant au scriba mentionné à la l. 9 de la même inscription, il est possible qu’il ait dépendu plutôt du collège qui avait été à l’origine de la dédicace en question et qui était représenté notamment par son magister. Il est moins vraisemblable qu’il faille comprendre ici Scriba comme un cognomen, comme le proposent U. Ehmig et R. Haensch dans LIA 250.

595 AE 1920, 75 ; cf. Levick, Colonies, p. 74, n. 3.

596 ILGR 187.

597 CIAlb 83 = LIA 99 ; MChristol, « Une inscription du “quotidien municipal” dans la colonie d’Antioche de Pisidie », Epigraphica 77 (2015), p. 159-172. On se refusera, en revanche, à reconnaître un praeco dans l’inscription de Philippes Pilhofer II 302, car Πραίκων doit plutôt être interprété dans ce cas comme le cognomen de l’individu, qui était, du reste, originaire de Philadelphie en Lydie et n’était pas un ressortissant de la colonie : voir CIPh II.1, p. 366-367. Par ailleurs, il n’est pas non plus nécessaire de faire du medicus attesté dans l’inscription 23 un médecin public, comme l’envisageait Collart, Philippes, p. 271.

598 Ac XVI 23-36.

599 Plin. Min., Ep. Tra. X 19-20 ; cf. J.-UKrause, Gefängnisse im Römischen Reich (1996), p. 254-264.

600 Brélaz, Sécurité, p. 70-71.

601 Ac XVI 35-38. Voir infra p. 238-242.

602 Brélaz, Sécurité, p. 171-173.

603 Ac XVI 22-23.

604 Pour des officiales municipaux, voir Apul., Met. I 25, 4 ; IGLS VI 2717 (mutatores ex officio sur le territoire d’Héliopolis) ; CIL III 2868 ; CIL XIII 2949 ; SMorabito, Inscriptions latines des Alpes maritimes (2010), nos 173, 317 ; cf. A. E. R. Boak, RE XVII.2 (1937), s.v. « Officium », col. 2046, l. 29-37 ; col. 2056, l. 40-54 ; TLL, s.v., col. 512, l. 33-57.

605 Voir supra p. 166-173.

606 Lex Irnit. <LXXVIII> ; cf. Weiss, Sklave.

607 Pilhofer II 163 (= JSKloppenborg, RSAscough [n. 70], no 68b), l. 10 (Orinus coloniae), 30 (Tharsa coloniae), 31 (Phoebus coloniae), 55 (Phoibus colon(iae)). La précision coloniae, indiquant la dépendance, est remplacée par le nom de leur maître au génitif pour les esclaves appartenant à des particuliers mentionnés dans la même inscription : voir l. 6, 12, 48.

608 BRémy et al., « Un service officiel des eaux (cura aquarum) à Vienne ? Le témoignage d’un tuyau de plomb découvert à Saint-Romain-en-Gal (Rhône) », ZPE 179 (2011), p. 239-243 (AE 2011, 728). Les auteurs voient, de même, dans l’officinator Eutychius, dont le nom apparaît sur des tuyaux de plomb appartenant à l’aqueduc de Dyrrachium (AE 1984, 812-813 = AE 2014, 1177b-c), un esclave public de la colonie, tandis que É. Deniaux (n. 209), p. 30, comprend qu’il s’agit du maître d’œuvre auquel cette dernière avait confié la construction de l’ouvrage ; cf. ead., « Épigraphie et constructions publiques dans la colonie de Dyrrachium », dans Demougin, Scheid, Colons, p. 219-228 ; SShpuza, « Colonia Iulia Augusta Dyrrachinorum », MEFRA 126.2 (2014), p. 502-503.

609 Weiss, Sklave, p. 191-192.

610 I. Alexandreia Troas 64.

611 82, 224 ( ?) ; Pilhofer II 260, 316, 642a (cf. CIPh II.1, p. 368-369 ; AE 2014, 1192).

612 Pilhofer II 163, l. 11, 19, 44, 58 : tous étaient des M. Publicii. M. Publicius Laetus (l. 19) apparaît également dans Pilhofer II 164, l. 13.

613 AJSSpawforth (n. 582), p. 180-181. Pour d’autres Publicii dans les colonies d’Orient, voir Rizakis, Patras, no 53 ; I. Alexandreia Troas 133 ; Byrne, Labarre, Antioche, no 199.

614 Weiss, Sklave, p. 244, L83 ; cf. Papazoglou, Villes, p. 109.

615 CIAlb 100 = LIA 72 ; CIAlb 105 = LIA 50 ; cf. CIAlb 96 = LIA 81 : épitaphe de Iulia Durachina (sic) ; la femme en question porte comme cognomen le nom de la colonie de Dyrrachium et comme gentilice une des épithètes de la colonie, à l’instar de ce que nous venons de relever pour Dion.

616 Le terme colonia, de même que peut-être le gentilice Publicius, sont à restituer dans cette inscription, en relation avec le titre de uilicus. Pour un uilicus affranchi impérial rattaché à l’administration de la taxe du vingtième sur les héritages, voir, en revanche, l’inscription 36.

617 J.-J. Aubert, Business Managers in Ancient Rome (1994), p. 169-175, 186-196 ; FSudi-Guiral, « Les servi publici actores des cités », dans Berrendonner, Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Quotidien, p. 405-417.

618 Son gentilice dissuade de voir en Ursus un affranchi public, comme le suggère Weiss, Sklave, p. 68.

619 SEG XXXIII 965 (SEG XXXVII 979 ; J.-LFerrary [n. 379], no 175).

620 Weiss, Sklave, p. 50-59.

621 SEG XXIV 496 (IStob 11).

622 Rm XVI 23.

623 .L ’identification de cet érastos avec un individu portant le cognomen Erastus et ayant revêtu l’édilité à Corinthe au milieu du ier s. (Corinth VIII/3, no 232) ne paraît pas devoir être retenue, compte tenu du milieu social dont étaient en général issus les membres des communautés pauliniennes. Par ailleurs, le titre d’édile était d’ordinaire traduit en grec, non pas par οἰκονόµος, mais par ἀγορανόµος. Cf. Weiss, Sklave, p. 51-52 ; S. J. Friesen, « The Wrong Erastus: Ideology, Archaeology, and Exegesis », dans SJFriesen, DNSchowalter, JCWalters (n. 581), p. 231-256. JKGoodrich, « Erastus of Corinth (Romans 16.23): Responding to Recent Proposals on His Rank, Status, and Faith », NTS 57 (2011), p. 583-593, a tenté, en vain selon nous, de contester les arguments de S. Friesen.

624 Levick, Colonies, p. 96 ; Byrne, Labarre, Antioche, nos 95, 111.

625 57 ; Pilhofer II 22, 83 (épitaphe du ive s. : le πραγµατευτής est un homme libre), 333, 344, 385b (cas d’un affranchi désigné remplaçant (uicarius) d’un dispensator de condition servile), 432, 525. Cf. Collart, Philippes, p. 289-290.

626 SEG XLV 418.

627 Voir supra p. 144-145.

628 Lex Irnit. <LXX> ; cf. J.-J. Aubert (n. 617), p. 186-188, 411-412 ; Weiss, Sklave, p. 67-69.

629 J. Fournier, « Les syndikoi, représentants juridiques des cités grecques sous le Haut-Empire romain », CCG 18 (2007), p. 7-36.

630 PLe Roux, « Peregrini incolae », ZPE 154 (2005), p. 261-266 (repris dans PLe Roux, La toge et les armes. Rome entre Méditerranée et Océan [2011], p. 583-589).

631 MBonnefond-Coudry (n. 103), p. 687-709.

632 ILS 7178.

633 .Apul., Apol. 24.

634 Cf. ILS 6880.

635 AE 1994, 1741.

636 Dmitriev, Government, p. 165-168.

637 SZoumbaki, « On the Vocabulary of Supremacy: The Question of Proteuontes Revisited », dans A. D. Rizakis, F. Camia (n. 517), p. 221-239 ; C. Brélaz (n. 97).

638 I. Alexandreia Troas 38. Dans l’inscription publiée par ESchwertheim (n. 556), p. 100-101, no 2, en revanche, Princeps est à interpréter comme le cognomen du sévir augustal C. Sueius : voir AE 2003, 1663.

639 ILS 9414.

640 RECAM IV 1 : noter la transcription en grec <π>ρίνκε<ψ> ; cf. HJMason (n. 193), s.v. « πρίγκιψ ».

641 CIPh II.1, App. 4, no 4 ; 60.

642 Voir supra p. 68.

643 Pour le titre de princeps désignant un commandement militaire et administratif, voir, en revanche, TKotula, « Les principes gentis et les principes civitatis en Afrique romaine », Eos 55 (1965), p. 347-365 ; M. P. Speidel, « Princeps as a Title for ad hoc Commanders », Britannia 12 (1981), p. 7-13.

644 On peut envisager de restituer ce même titre dans l’inscription fragmentaire 151, s’il convient d’admettre une lacune courte à droite, ce qui donnerait, aux l. 8-9, filius c[olo]/niae.

645 EAHemelrijk, « Fictive Kinship as a Metaphor for Women’s Civic Roles », Hermes 138 (2010), p. 455-469.

646 FCanali De Rossi, Filius publicus. ΥΙΟΣ ΤΗΣ ΠΟΛΕΩΣ e titoli affini in iscrizioni greche di età imperiale, (2007) ; NGiannakopoulos, « Remarks on the Honorary Titles υἱὸς βουλῆς, υἱὸς δήµου and υἱὸς πόλεως in Roman Asia Minor », dans A. D. Rizakis, F. Camia (n. 517), p. 251-268.

647 18, 20-21.

648 Hérode Atticus est qualifié de υἱὸς Ἑλλάδος dans une inscription que la colonie de Corinthe (κατὰ τὸ δόγµα τῆς Κορινθίων βουλῆς) dressa en son honneur à Éleusis (Syll.3 854). Le titre lui-même semble toutefois lui avoir été décerné antérieurement par un organe supracivique de type fédéral tel que le koinon d’Achaïe, le koinon des Hellènes à Platées, voire le Panhellénion : FCanali De Rossi (n. 646), p. 47-49, no 25.

649 MCorbier, « Usages publics du vocabulaire de la parenté : patronus et alumnus de la cité dans l’Afrique romaine », dans AMastino (éd.), LAfrica romana 7.2 (1990), p. 815-854.

650 Apul., Met. IV 26 : Speciosus adolescens inter suos principalis, quem filium publicum omnis sibi ciuitas cooptauit.

651 MAMA XI 343 (AE 2012, 1609).

652 Brélaz, Latin.

653 Voir supra p. 173-178.

654 FCanali De Rossi (n. 646), nos 23, 26, 31, 41-43, 62-63, 146, 149-151.

655 I. Sinope 102.

656 A.-V. Pont, « L ’empereur “fondateur” : enquête sur les motifs de la reconnaissance civique », REG 120 (2007), p. 526-552 ; ead., Orner la cité. Enjeux culturels et politiques du paysage urbain dans l’Asie gréco-romaine (2010), p. 311-320 ; FDelrieux, « Séismes et reconnaissance civique dans l’ouest de l’Asie Mineure. La représentation monétaire des empereurs romains restaurateurs de cités », dans KKonuk (éd.), Stephanèphoros. De l’économie antique à l’Asie Mineure. Hommages à Raymond Descat (2012), p. 261-274.

657 LRobert (n. 193).

658 Voir supra p. 19-30. Cf. CBrélaz, « Auguste, (re)fondateur de cités en Asie Mineure : aspects constitutionnels », dans LCavalier, M.-CFerriès, FDelrieux (éds), Auguste et l’Asie Mineure (2017), p. 75-90.

659 I. Parion 7-9 ; ILS 315 (I. Alexandreia Troas T 124). Cf. EOrtiz de Urbina, « El princeps conditor de municipios y colonias en África romana », dans MKhanoussi, PRuggeri, CVismara (éds), LAfrica romana 15.2 (2004), p. 1433-1444.

660 I. Sinope 98. Voir supra p. 79.

661 Corinth VIII/1, no 84 (le bénéficiaire semble avoir été l’empereur Hadrien) ; Corinth VIII/3, no 503.

662 PCabanes, FDrini, Corpus des inscriptions grecques d’Illyrie méridionale et d’Épire 2, ÉtÉpigr 2 (2007), no 12.

663 RECAM IV 1. Voir aussi le titre σωτήρ : RECAM IV 2.

664 54 ; Pilhofer II 535.

665 Le titre εὐεργέτης semble encore devoir être restitué dans une inscription inédite, qui fut peut-être offerte elle aussi à titre officiel (Fichier IAHA, no 272).

666 JNicols, Civic Patronage in the Roman Empire (2014).

667 Eilers, Patrons, p. 84-108.

668 Jacques, Privilège, p. 457 ; MSilvestrini, « Aspetti della municipalità di Canusium: l’albo dei decurioni », MEFRA 102 (1990), p. 595-602 ; BSalway, « Prefects, Patroni, and Decurions: A New Perspective on the Album of Canusium », dans AECooley (éd.), The Epigraphic Landscape of Roman Italy (2000), p. 115-171 ; JNicols (n. 666), p. 279-311.

669 RFrei-Stolba, « Les fragments de table en bronze », dans DCastella, Ade Pury-Gysel (éds), Le palais de Derrière la Tour à Avenches 2 (2010), p. 329-350 ; BDíaz Ariño, ECimarosti, « Las tábulas de hospitalidad y patronato », Chiron 46 (2016), p. 319-360.

670 Lex Urson. XCVII, CXXX ; Lex Irnit. <LXI>.

671 Lex Urson. XCVII, l. 16-17 : praeter eum, qu<i> c(urator) a(gris) d(andis) a(tsignandis) i(udicandis) ex lege Iulia est, eumque, qui eam colo(niam) deduxerit.

672 CIL VI 31692 (ILS 6105).

673 Rizakis, Patras, nos 20-22 avec le commentaire p. 32-34.

674 Corinth VIII/2, no 16. Il n’est pas impossible, toutefois, qu’Agrippa ait été patron de la tribu Vinicia seulement plutôt que de l’ensemble de la colonie. Pour d’autres patrons de tribus corinthiennes, voir Corinth VIII/2, nos 56-57, 68.

675 CIAlb 275 = LIA 253.

676 Rizakis, Patras, no 33.

677 J.-L. Ferrary, « De l’évergétisme hellénistique à l’évergétisme romain », dans M. Christol, O. Masson (n. 240), p. 199-225 ; FCanali De Rossi, Il ruolo dei patroni nelle relazioni politiche fra il mondo greco e Roma in età repubblicana ed augustea (2001) ; Eilers, Patrons, p. 109-160 ; DBloy, « Roman Patrons of Greek Communities Before the Title πάτρων », Historia 61 (2012), p. 168-201.

678 Eilers, Patrons, p. 161-181.

679 C. Eilers, « Change and Decline in Civic Patronage of the High Empire », dans MJehne, FPina Polo (éds), Foreign clientelae in the Roman Empire. A Reconsideration (2015), p. 321-335.

680 Eilers, Patrons, p. 282-283 (« Appendix 4: Patrons of Greek Cities in the High Empire »). Il faut exclure de cette liste l’inscription AE 1985, 772 (IStob 34), car Stobi – bien qu’elle soit qualifiée ici en grec de πόλις dans le sens générique de communauté locale – est un municipium ciuium Romanorum, non une cité grecque. On peut la compléter, en revanche, par I. Central Pisidia 26, où il est question d’un consulaire qui fut patron de la cité de Sagalassos, et par CIAlb 236 = LIA 258, où une peuplade d’Épire, le koinon des Orestae, honore son patron, un chevalier qui était également patron de la colonie de Buthrote.

681 Eilers, Patrons, p. 280-281 (« Appendix 3: Patrons of Eastern Coloniae »).

682 IGLS VI 2759-2760.

683 IGLS VI 2795.

684 MChristol, « Les cités et les “autorités” publiques : curatelle et patronat. Le cas des sénateurs en Italie », dans Berrendonner, Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Quotidien, p. 523-544.

685 Jacques, Privilège, p. 682-685.

686 AE 1974, 583.

687 Corinth VIII/2, nos 56-57. Voir aussi Corinth VIII/3, no 502.

688 PCabanes, FDrini (n. 662), no 12.

689 Eilers, Patrons, p. 206, C28.

690 Eilers, Patrons, p. 206, C29 ; p. 219, C57. Cf. IKXydopoulos, « Ο θεσµός της πατρωνείας στη Μακεδονία », dans Ancient Macedonia VI.2 (1999), p. 1371-1379.

691 AE 1994, 1540.

692 RECAM IV 2.

693 CIIP II 1279.

694 Levick, Colonies, p. 84.

695 ILS 998 ; AE 1914, 267 ; 1925, 126a. Il semble qu’il faille reconnaître dans l’inscription CIL III 6834 le fils du gouverneur Cornutus Aquila, en fonction en 6 av. J.-C., à qui devaient remonter les liens de patronage avec la colonie : WMRamsay (n. 433), p. 96-100 ; Levick, Colonies, p. 123.

696 Eilers, Patrons, p. 162-163.

697 AE 1925, 126a.

698 AE 1925, 126b. Voir supra p. 47, n. 186.

699 CIL III 6823 ; CIL III 6810-6812 (ILS 7198).

700 ILS 9485.

701 I. Ephesos 1238 ; B. Levick, « Two Pisidian Colonial Families », JRS 48 (1958), p. 74-75 ; Byrne, Labarre, Antioche, no 173 ; cf. MChristol, TDrew-Bear (n. 31), p. 179-218.

702 CIL III 6835-6837 (ILS 5081) ; cf. GLabarre, MÖzsait (n. 33). Voir aussi CIL III 6820 (chevalier originaire de la colonie ?) ; Anderson, Festivals, p. 291, no 21 (notable local de rang équestre) ; WMRamsay (n. 405), p. 198, no 32 (notable local anonyme) ; AE 1965, 15a (anonyme).

703 I. Ephesos 1238.

704 I. Alexandreia Troas 37, 39.

705 AE 1926, 150 (IGLMusBey 71).

706 I. Apameia u. Pylai 2.

707 CIIP II 1278.

708 AE 1985, 772 (IStob 34).

709 Corinth VIII/2, no 71.

710 Corinth VIII/2, no 68.

711 CIAlb 35 = LIA 40 ; CIAlb 37 = LIA 39 ; CIAlb 236 = LIA 258. Voir aussi CIAlb 191 = LIA 203, pour Byllis et, pour Antioche de Pisidie, CIL III 6820 ; Anderson, Festival, p. 291, no 21.

712 C’est toutefois aussi le cas, à Dyrrachium, d’Epidamnus Syrus : CIAlb 37 = LIA 39.

713 AE 2011, 1171 ; cf. ÉDeniaux, FQuantin, BVrekaj (n. 19). Voir également, à Cnossos, AE 1908, 215 : le patron de la colonie était un ancien duumvir.

714 Eilers, Patrons, p. 171-172 ; C. Eilers (n. 679).

715 Anderson, Festivals, p. 289-290, no 17 ; p. 291, no 21. Pour la colonie de Parlais, cf. Levick, Colonies, p. 53-54.

716 Voir aussi, à titre d’hypothèse, les inscriptions 68 et 151 se rapportant à de grands notables où on pourrait envisager de restituer le titre de patronus. Pour des patrons privés, liés à des particuliers ou à des collèges, voir 57, 65, 115 ( ?), 134 ( ?), 197, 223 ( ?) ; Pilhofer II 582. Il est peut-être question d’un patron de l’ordo Augustalium dans l’inscription 220.

717 Certaines communautés locales d’Italie et d’Afrique sollicitèrent le soutien de femmes des ordres sénatorial ou équestre en leur octroyant le titre de patrona : EAHemelrijk, « City Patronesses in the Roman Empire », Historia 53 (2004), p. 209-245.

718 Voir infra p. 297-313.

719 Jacques, Privilège, p. 3-317. Les curatores rei publicae envoyés dans les provinces hellénophones de l’Empire, du règne de Trajan au ive s. apr. J.-C., font l’objet d’une monographie en cours de réalisation par É. Guerber.

720 É. Guerber, « Les correctores dans la partie hellénophone de l’Empire romain du règne de Trajan à l’avènement de Dioclétien : étude prosopographique », Anatolia Antiqua 5 (1997), p. 211-248.

721 Plin. Min., Ep. Tra. X 18 : Rationes autem in primis tibi rerum publicarum excutiendae sunt : nam et esse eas uexatas satis constat.

722 Voir supra p. 36-37.

723 Plin. Min., Ep. Tra. X 47-48 ; cf. É. Guerber, « L ’empereur arbitre ou décideur ? Pline le Jeune et Trajan à propos de l’autonomie de la colonie d’Apamée-Myrléa », dans AGangloff (éd.), Médiateurs culturels et politiques dans l’Empire romain (2011), p. 141-157.

724 Hormis le cas de C. Modius Laetus Rufinianus, détaillé ci-dessous, voir 39 (C. Iulius Quadratus), 46 (anonyme ?).

725 Voir supra p. 46-49.

726 É. Guerber (n. 720), p. 237.

727 Jacques, Privilège, p. 257.

728 Jacques, Privilège, p. 249.

729 PCabanes, FDrini (n. 662), no 12.

730 IGR IV 1741 ; TAM V/2 923 ; cf. I. Alexandreia Troas, T 129, 1.

731 SEG XLI 1394 ; cf. I. Alexandreia Troas, T 129, 2. Un sénateur originaire de la colonie, S. Quinctilius Valerius Maximus, fut, en outre, corrector des cités libres d’Achaïe : I. Alexandreia Troas 39. Contrairement à ce qu’affirme M. Ricl, le terme curator (ou κουράτωρ) dans les inscriptions I. Alexandreia Troas 46 et 66 ne renvoie probablement pas à la fonction de curator rei publicae. Il semble, dans le premier cas, désigner le personnage chargé de superviser l’érection d’une statue au nom de la collectivité et, dans la seconde inscription, le détenteur d’une fonction municipale ou le représentant d’une corporation ou d’un regroupement d’individus ; cf. I. Alexandreia Troas 77, 137 (grade militaire ?).

732 ILS 1403 ; cf. AE 1983, 976 ; Sartre, Colonies, p. 117, n. 54.

733 ILS 9488 = AE 1911, 107.

734 Byrne, Labarre, Antioche, no 11.

735 WMCalder (n. 203), p. 87-88, no 6 (on notera, cependant, que le rang de βουλευτής ne repose que sur une restitution). Pour un λογιστής à Parlais, qui avait été flamine de la colonie et en était le patron, voir Levick, Colonies, p. 89.

736 RECAM IV 1. Voir supra p. 214-216.

737 Rizakis, Patras, no 365* ; cf. F. Camia, « I curatores rei publicae nella provincia d’Acaia », MEFRA 119 (2007), p. 409-419.

738 R. Frei-Stolba, « Die Quaestoren der Provinz Makedonien und C. Modius Laetus Rufinianus », dans F. Beutler, W. Hameter (éds), „Eine ganz normale Inschrift“… und Ähnliches zum Geburtstag von Ekkehard Weber. Festschrift zum 30. April 2005 (2005), p. 263-272.

739 Cels. (20 dig.), Dig. XXXVI 1, 33. Pour le cognomen Ballista, cf. CIL V 3357. Pour Rebellianus, comparer l’évergète thasien M. Varinius Rebilus, qui possédait des terres sur le territoire de Serrès et qui avait sans doute maintenu aussi des intérêts dans la colonie, dont sa famille était originaire : voir le commentaire à l’inscription 138 ; cf. J. Fournier, « Retour sur un décret thasien : la donation testamentaire de Rebilus », BCH 138 (2014), p. 79-102. L ’implantation de M. Varinius Rebilus dans la colonie est indirectement prouvée par le fait que le nom Rebilus (porté par un pérégrin) et le cognomen Rebilianus y sont attestés dans des inscriptions inédites (Fichier IAHA, nos 1300, 1315).

740 Voir supra p. 137-139. Cf. Jacques, Privilège, p. 108-110, 246-248, 272-282.

741 Papir. (2 de const.), Dig. II 14, 37 : Imperatores Antoninus et Verus rescripserunt debitori rei publicae a curatore remitti pecunias non posse et, cum Philippensibus remissae essent, reuocandas. Trad. Jacques, Privilège, p. 311, modifiée.

742 Plin. Min., Ep. Tra. X 17a-18 (debitores de Pruse) ; 47-48 (publici debitores de la colonie d’Apamée) ; 108-109 (question de la légalité du principe de protopraxia pour le recouvrement des créances) ; cf. GPBurton, « The Roman Imperial State. Provincial Governors and the Public Finances of Provincial Cities, 27 B.C.–A.D. 235 », Historia 53 (2004), p. 311-342.

743 Plin. Min., Ep. Tra. X 17b-18 ; 23-24 ; 37-38 ; 39-40 ; 43-44.

744 A.-V. Pont (n. 656, 2010), p. 423-436. Cf. MHorster, Bauinschriften römischer Kaiser. Untersuchungen zu Inschriftenpraxis und Bautätigkeit in Städten des westlichen Imperium Romanum in der Zeit des Prinzipats (2001), p. 199-207.

745 Ac XIII 14-51.

746 Ac XIX 1-40.

747 Ac XVIII 1-18.

748 .Voir aussi Ac XXII 25-29. Cf. P. van Minnen, « Paul the Roman Citizen », Journal for the Study of the New Testament 56 (1994), p. 43-52 ; S. A. Adams, « Paul the Roman Citizen: Roman Citizenship in the Ancient World and its Importance for Understanding Acts 22:22–29 », dans S. E. Porter (éd.), Paul: Jew, Greek, and Roman (2008), p. 309-326 ; A. Weiss, « Paulus und die coloniae. Warum der Apostel nicht der einzige römische Bürger unter den frühen Christen war », dans A. D. Baum, D. Häusser, E. L. Rehfeld (éds), Der jüdische Messias Jesus und sein jüdischer Apostel Paulus (2016), p. 341-356.

749 CIPh II.1, p. 41-42.

750 J.-P. Sterck-Degueldre, Eine Frau namens Lydia. Zu Geschichte und Komposition in Apostelgeschichte 16,11–15.40 (2004) ; R. S. Ascough, Lydia: Paul’s Cosmopolitan Hostess (2009) ; E. Ebel, Lydia und Berenike. Zwei selbständige Frauen bei Lukas (2009) ; A. Gruca-Macaulay, Lydia as a Rhetorical Construct in Acts (2016).

751 Pour les tentatives d’identification de ce lieu sur le terrain, voir Collart, Philippes, p. 456-460 ; Pilhofer, Philippi I, p. 165-174.

752 E. Pelekanidou, « Η κατά την παράδοση φυλακή του αποστόλου Παύλου στους Φιλίππους », dans Η Καβάλα και η περιοχή της. A΄ τοπικό συµπόσιο (1980), p. 427-435.

753 A. Mentzos, « Η ανάµνηση του αποστόλου Παύλου σε Θεσσαλονίκη και Φιλίππους », dans P. I. Skaltsis, N. A. Skrettas (éds), Γηθόσυνον σέβασµα: Αντίδωρον τιµής και µνήµης εις τον µακαριστόν καθηγητήν της λειτουργικής Ιωάννην Μ. Φουντούλην II (2013), p. 1295-1304. L ’inscription byzantine, aujourd’hui perdue, portait le texte suivant : Ἐν τῷδε Παῦλος τανυθεὶς πρὶν τῷ λίθῳ, | ἤνεγκε ῥάβδων ἀφορήτους αἰκίας. | Ξεσθεὶς δὲ τανῦν µορφοτύπῳ γλυφίδι, | τὰς προσκυνήσεις λαµβάνει καὶ τὰ γέρα (Cest sur cette pierre que Paul, gisant, endura jadis les tourments insupportables des verges. Désormais frappé seulement par le ciseau du sculpteur, il reçoit les témoignages d’adoration et les honneurs). Le texte grec joue sur le double sens du verbe ξέω qui peut signifier « sculpter » aussi bien que « fouetter ». Il demeure possible que l’inscription ait été gravée d’emblée à Thessalonique et que l’on ait cherché par là à créer une relique censée provenir de Philippes.

754 Sur les routes terrestres et maritimes auxquelles la colonie était reliée et sur les réseaux d’échanges dont elle faisait partie, voir C. Brélaz, « Philippi: A Roman Colony Within Its Regional Context », dans Fournier, Parissaki, Hégémonie. Selon Ac XVI 13-14, Paul ne trouva pas de synagogue à Philippes, comme dans la plupart des autres cités qu’il visita, mais uniquement un « lieu de prière » (προσευχή), situé au dehors de la ville et apparemment fréquenté avant tout par des païennes judaïsantes plutôt que par des Juifs. L ’apôtre n’était pas même assuré de l’existence de ce lieu de réunion (οὗ ἐνοµίζοµεν προσευχὴν εἶναι).

755 Ph I 5 ; I 7-8 ; II 25 ; IV 10-18.

756 2 Co VIII 1-5 ; XI 8-9. Cf. D. J. Downs, The Offering of the Gentiles. Paul’s Collection for Jerusalem in Its Chronological, Cultural, and Cultic Contexts (2008) ; S. J. Friesen, « Paul and Economics: The Jerusalem Collection as an Alternative to Patronage », dans M. D. Given (éd.), Paul Unbound: Other Perspective on the Apostle (2010), p. 27-54.

757 Ac XX 2 ; XX 6.

758 A. Standhartinger, « Paul’s “Favorite Community” after Paul: Early Christianity in Philippi from the 2nd to the 4th Century », dans S. J. Friesen et al. (éds), Philippi, From Colonia Augusta to Communitas Christiana. Religion and Society in Transition (sous presse).

759 Polycarpe de Smyrne, Lettre aux Philippiens III 2-3 ; IX 1.

760 Tert., De praescr. haeret. XXXVI 1-2 : Age iam, qui uoles curiositatem melius exercere in negotio salutis tuae, percurre ecclesias apostolicas, apud quas ipsae adhuc cathedrae apostolorum suis locis praesident, apud quas ipsae authenticae litterae eorum recitantur sonantes uocem et repraesentantes faciem uniuscuiusque. Proxima est tibi Achaia, habes Corinthum. Si non longe es a Macedonia, habes Philippos. Si potes in Asiam tendere, habes Ephesum. Si autem Italiae adiaces, habes Romam unde nobis quoque auctoritas praesto est.

761 Pilhofer II 101. Pour l’église qualifiée simplement de « sainte » ou « catholique », voir Pilhofer II 103, 125a, 360, 528.

762 C. Brélaz, « Entre Philippe II, Auguste et Paul : la commémoration des origines dans la colonie romaine de Philippes », dans S. Benoist, A. Daguet-Gagey, C. Hoët-Van Cauwenberghe (éds), Une mémoire en actes : espaces, figures et discours dans le monde romain (2016), p. 119-138 ; id., « The Authority of Paul’s Memory and Early Christian Identity at Philippi », dans C. Breytenbach, J. M. Ogereau (éds), Authority and Identity in Emerging Christianities in Asia Minor and Greece (2018), p. 240-266.

763 J.-P. Sodini, « L ’architecture religieuse de Philippes, entre Rome, Thessalonique et Constantinople », CRAI 2014, p. 1509-1542.

764 Parmi les publications récentes, voir, à titre d’exemple, J.-N. Aletti, Saint Paul. Épître aux Philippiens (2005) ; J. P. Ware, The Mission of the Church in Paul’s Letter to the Philippians in the Context of Ancient Judaism (2005) ; A. Standhartinger, « “Join in Imitating Me” (Philippians 3.17). Towards an Interpretation of Philippians 3 », NTS 54 (2008), p. 417-435 ; J. Reumann, Philippians. A New Translation with Introduction and Commentary (2008) ; G. W. Hansen, The Letter to the Philippians (2009) ; E. D. Barreto, Ethnic Negotiations. The Function of Race and Ethnicity in Acts 16 (2010) ; S. Rosell Nebreda, Christ Identity. A Social-Scientific Reading of Philippians 2.511 (2011) ; H. Wojtkowiak, Christologie und Ethik im Philipperbrief. Studien zur Handlungsorientierung einer frühchristlichen Gemeinde in paganer Umwelt (2012) ; P.-B. Smit, Paradigms of Being in Christ: A Study of the Epistle to the Philippians (2013) ; A. Standhartinger, « Eintracht in Philippi. Zugleich ein Beitrag zur Funktion von Phil 2,6-11 im Kontext », dans P.-G. Klumbies, D. S. du Toit (éds), Paulus – Werk und Wirkung. Festschrift für Andreas Lindemann zum 70. Geburtstag (2013), p. 149-175 ; J. A. Marchal, Philippians. Historical Problems, Hierarchical Visions, Hysterical Anxieties (2014) ; A. Bradley, Christ as the Telos of Life: Moral Philosophy, Athletic Imagery, and the Aim of Philippians (2014) ; J. H. Hellerman, Philippians (2015) ; H. D. Betz, Studies in Paul’s Letter to the Philippians (2015) ; J. Frey, B. Schliesser (éds), Der Philipperbrief des Paulus in der hellenistisch-römischen Welt (2015) ; R. J. Hicks, « Moral Progress in Philippians : Epaphroditus’ “Near-Death Weakness” in Paul’s Rhetorical Strategy », ZNTW 107 (2016), p. 232-265 ; D. Kurek-Chomycz, « Fellow Athletes or Fellow Soldiers? συναθλέω in Philippians 1.27 and 4.3 », Journal for the Study of the New Testament 39 (2017), p. 279-303.

765 Lemerle, Philippes, p. 7-60. Cf. C. Bakirtzis, « Paul and Philippi: The Archaeological Evidence », dans C. Bakirtzis, H. Koester (éds), Philippi at the Time of Paul and after His Death (1998), p. 37-48. L ’interprétation des vestiges archéologiques suggérant l’instauration d’un culte de type martyrial à Paul au cours des ive et ve s. donne lieu à des prises de position tranchées, souvent partisanes, où les considérations idéologiques ou strictement confessionnelles ne sont pas absentes : A. D. Callahan, « Dead Paul: The Apostle as Martyr in Philippi », ibid., p. 67-84 ; M.-F. Baslez, « La communauté paulinienne de Philippes à la lumière de l’archéologie historique : considérations méthodologiques », Théologiques 21.1 (2013), p. 191-212 ; E. Verhoef, « Syncretism in the Church of Philippi », Hervormde Teologiese Studies 64.2 (2008), p. 697-714 ; id., « Greco-Roman Context in the Christian Community of Philippi », dans C. Breytenbach (éd.), Paul’s Graeco-Roman Context (2015), p. 601-614. Voir, à ce sujet, nos remarques critiques dans C. Brélaz (n. 18, 2018).

766 Pilhofer, Philippi I. Pour l’apport de ce recueil à la recherche épigraphique et historique sur Philippes, voir CIPh II.1, p. 27-28.

767 L. Bormann, Philippi. Stadt und Christengemeinde zur Zeit des Paulus (1995) ; L. M. White, « Visualizing the “Real” World of Acts 16: Toward Construction of a Social Index », dans L. M. White, O. L. Yarbrough (éds), The Social World of the First Christians: Essays in Honor of Wayne A. Meeks (1995), p. 234-261 ; P. Oakes, Philippians: From People to Letter (2000) ; L. S. Nasrallah, « Spatial Perspectives: Space and Archaeology in Roman Philippi », dans J. A. Marchal (éd.), Studying Paul’s Letters: Contemporary Perspectives and Methods (2012), p. 53-74 ; J. A. Marchal (éd.), The People beside Paul: The Philippian Assembly and History from Below (2015) ; E. Ebel, « Vergöttliche Kaiser am Strassenrand. Die Bedeutung epigraphischer Zeugnisse für die Sichtbarkeit der Verbindung von Religion und Politik im Imperium Romanum und für eine kaiserzeitliche Lektüre neutestamentlicher Schriften », dans T. Corsten, M. Öhler, J. Verheyden (éds), Epigraphik und Neues Testament (2016), p. 69-92 ; L. S. Nasrallah, Archaeology and the Letters of Paul (sous presse). Nous avons tâché d’adopter une approche similaire en exploitant les données archéologiques et épigraphiques les plus récentes dans C. Brélaz, « First-Century Philippi : Contextualizing Paul’s Visit », dans J. R. Harrison, L. L. Welborn (éds), The First Urban Churches 4. Philippi (sous presse). On compte également, parmi toutes ces publications, des ouvrages à caractère généralisant destinés à un public élargi, n’offrant pas toujours la rigueur scientifique requise dans l’analyse des sources matérielles : voir récemment E. Verhoef, Philippi: How Christianity Began in Europe. The Epistle to the Philippians and the Excavations at Philippi (2013).

768 Deux volumes ont déjà paru : J. R. Harrison, L. L. Welborn (éds), The First Urban Churches 1. Methodological Foundations (2015) ; eid., The First Urban Churches 2. Roman Corinth (2016). Le volume consacré à Philippes, le quatrième de la série, est sous presse. Une démarche comparable a été suivie dernièrement dans l’ouvrage collectif édité par S. Walton, P. R. Trebilco, D. W. J. Gill (éds), The Urban World and the First Christians (2017).

769 S. J. Friesen et al. (n. 14).

770 D. N. Schowalter, S. J. Friesen (éds), Urban Religion in Roman Corinth. Interdisciplinary Approaches (2005) ; S. J. Friesen, D. N. Schowalter, J. C. Walters (éds), Corinth in Context. Comparatives Studies on Religion and Society (2010) ; S. J. Friesen, S. A. James, D. N. Schowalter (éds), Corinth in Contrast. Studies in Inequality (2014).

771 L. Portefaix, Sisters Rejoice. Paul’s Letter to the Philippians and Luke-Acts as Seen by First-Century Philippian Women (1988) ; V. A. Abrahamsen, Women and Worship at Philippi: Diana/Artemis and Other Cults in the Early Christian Era (1995) ; J. A. Marchal, Hierarchy, Unity and Imitation: A Feminist Rhetorical Analysis of Power Dynamics in Pauls Letter to the Philippians (2006) ; J. T. Lamoreaux, Ritual, Women and Philippi: Reimagining the Early Philippian Community (2013).

772 J. S. Kloppenborg, S. G. Wilson (éds), Voluntary Associations in the Graeco-Roman World (1996) ; R. S. Ascough, Paul’s Macedonian Associations: The Social Context of Philippians and 1 Thessalonians (2003) ; P. A. Harland, Associations, Synagogues, and Congregations (2003) (édition révisée [en ligne], 2013, URL: http://www.philipharland.com/associations/, consulté le 15.12.2017) ; J. M. Ogereau, Paul’s Koinonia with the Philippians. A Socio-Historical Investigation of a Pauline Economic Partnership (2014).

773 Voir notamment Collart, Philippes, p. 104, 190, 263, 271-272, 283, 322-323, 456-471, 493.

774 Nous n’entrerons pas ici dans le débat portant sur l’identité de l’auteur des Actes ni sur la date de la composition du récit. Pour un aperçu des principales théories en cours à ce sujet (pour certains chercheurs, l’auteur serait l’évangéliste Luc, ou tout au moins un compagnon de Paul, qui aurait rédigé les Actes dans les années 70 ou 80, pour d’autres un anonyme actif à la fin du ier ou au début du iie s.), voir J. A. Fitzmyer, The Acts of the Apostles (1998) (en faveur d’une date dans les années 80) ; D. L. Bock, Acts (2007), p. 15-27 ; R. I. Pervo, Acts: A Commentary (2009), p. 5-7 (en faveur d’une date tardive, au début du iie s.) ; C. S. Keener, Acts. An Exegetical Commentary 1. Introduction and 1:1  2:47 (2012), p. 383-422 ; D. Marguerat, Les Actes des Apôtres (1-12)2 (2015), p. 18-20.

775 Ac XVI 12 ; XVI 20. Cf. Ac XIII 44 ; XIII 50 (Antioche de Pisidie) ; XIV 4 (Iconium) ; XIV 6 ; XIV 13 ; XIV 20 (Lystra) ; XVIII 10 (Corinthe).

776 Voir supra p. 50-52.

777 Strabon, XII 3, 6 (Héraclée du Pont) ; XII 3, 11 (Sinope). Cf. D. Musti, « Il lessico coloniale di Strabone », Kokalos 41 (1995), p. 345-347.

778 Pilhofer, Philippi I, p. 159-165 ; voir déjà dans ce sens Lemerle, Philippes, p. 20-23. Cette interprétation est plus satisfaisante que celle avancée par R. S. Ascough, « Civic Pride at Philippi: The Text-Critical Problem of Acts 16.12 », NTS 44 (1998), p. 93-103, lequel revient au texte transmis par la majorité des manuscrits, estimant que le patriotisme des Philippiens avaient dû les pousser à prétendre que leur cité était la « première » de la province de Macédoine. Néanmoins, Philippes était une colonie romaine. Si des rivalités ont pu naître avec le temps entre les Philippiens et les cités pérégrines environnantes (voir infra p. 292-293), la colonie n’alla pas, cependant, jusqu’à s’arroger des titres d’ordinaire réservés à ces dernières. Sur ces titres, voir Guerber, Cités.

779 M. B. Hatzopoulos, Macedonian Institutions under the Kings. A Historical and Epigraphic Study I (1996), p. 231-260, 352-359 ; id., Bull. ép. 2012, 265.

780 Voir notamment Pilhofer, Philippi I, p. 153-159.

781 Voir ce qui est dit de la juridiction du proconsul d’Achaïe à Corinthe (Ac XVIII 12-17), ainsi que l’ensemble des événements concernant l’arrestation de Paul à Jérusalem, son procès devant le gouverneur de Judée à Césarée, enfin son appel au tribunal de l’empereur (Ac XXI 30-XXVI 32).

782 Ac XVII 6. Voir, de même, à Éphèse, le principal magistrat civique qui porte le titre de secrétaire, γραµµατεύς (Ac XIX 35).

783 Comparer l’expression οἱ πρῶτοι τῆς πόλεως servant à désigner les élites locales de la colonie d’Antioche de Pisidie dans Ac XIII 50.

784 L ’ἀγορά, ou forum, de Philippes est également mentionnée dans une inscription grecque du iiie s. pour situer l’emplacement où se trouvait le lieu de réunion d’une confrérie religieuse (Pilhofer II 133, l. 14-16 : συνποσίῳ θεοῦ Σουρεγέθου πρὸς τὴν ἀγορὰν παρὰ τὸ ὡρο[λ]όγιν).

785    1 Co X 25. On notera cependant que le macellum de Philippes se confondait probablement en partie avec la portion méridionale du forum avant la construction d’un bâtiment spécialement dédié au commerce, extérieur au forum, à l’époque antonine : Sève, Weber, Guide, p. 14 ; CIPh II.1, p. 34-35.

786 Sève, Weber, Guide.

787 Voir supra p. 148-154.

788 M. Sève, P. Weber, « Peut-on parler d’une basilique civile au forum de Philippes ? », dans L. Cavalier, R. Descat, J. Des Courtils (éds), Basiliques et agoras de Grèce et d’Asie Mineure (2012), p. 91-106.

789 Voir supra p. 209-214.

790 Il s’agit probablement d’une allusion à la circoncision, aux rituels alimentaires, à la croyance exclusive en un dieu unique et au régime d’exception dont bénéficiaient les Juifs pour ce qui était des obligations militaires et fiscales : cf. Pilhofer, Philippi I, p. 189-193. C. S. de Vos, « Finding a Charge that Fits: The Accusation against Paul and Silas at Philippi (Acts 16.19-21) », Journal for the Study of the New Testament 74 (1999), p. 51-63, considère plutôt que Paul et Silas durent être accusés par les maîtres de la prophétesse d’exercer la magie à la suite de l’exorcisme pratiqué par l’apôtre sur celle-ci.

791 Ac XVII 6-7.

792 Ac XIII 44-50 ; XVII 5-9 ; XVIII 12-17 ; XIX 23-40. Cf. F. Tamburi, « Paolo di Tarso e le comunità locali delle province romane », dans D. Mantovani, L. Pellecchi (éds), Eparcheia, autonomia e civitas Romana. Studi sulla giurisdizione criminale dei governatori di provincia (II sec. a.C. - II d.C.) (2010), p. 133-169.

793 Voir supra p. 127-128.

794 Brélaz, Sécurité, p. 56-64, 271-275 ; id., « Aelius Aristide (Or. 50.72-93) et le choix des irénarques par le gouverneur : à propos d’une inscription d’Acmonia », dans N. Badoud (éd.), Philologos Dionysios. Mélanges offerts au professeur Denis Knoepfler (2011), p. 603-637.

795 W. Riess, Apuleius und die Räuber. Ein Beitrag zur historischen Kriminalitätsforschung (2001).

796 H. Omerzu, Der Prozess des Paulus. Eine exegetische und rechtshistorische Untersuchung der Apostelgeschichte (2002).

797 A. Z. Bryen, « Martyrdom, Rhetoric, and the Politics of Procedure », ClAnt 33 (2014), p. 243-280.

798 L. Robert, G. W. Bowersock, C. P. Jones, Le martyre de Pionios, prêtre de Smyrne (1994), chap. 15.

799 E. Weber, « Das römische Bürgerrecht des Apostels Paulus », Tyche 27 (2012), p. 193-207.

800 Ac XXII 25-29 ; XXV 10-12. Cf. M. Ravizza, « Καίσαρα ἐπικαλοῦµαι. L ’appello di Paolo di Tarso all’imperatore », dans D. Mantovani, L. Pellecchi (n. 48), p. 113-131 ; A. Puig i Tàrrech, J. M. G. Barclay, J. Frey (éds), The Last Years of Paul (2015).

801 Cette interprétation avait déjà été envisagée par A. N. Sherwin-White, Roman Society and Roman Law in the New Testament (1963), p. 92-95.

802 Ac XXII 27-29.

803 C. Brélaz, « “Outside the City Gate”. Center and Periphery in Paul’s Preaching in Philippi », dans S. Walton, P. R. Trebilco, D. W. J. Gill (n. 24), p. 123-140.

804 J. H. Hellerman, Reconstructing Honor in Roman Philippi. Carmen Christi as Cursus Pudorum (2005).

805 Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Élites ; J. Bartels, Städtische Eliten im römischen Makedonien. Untersuchungen zur Formierung und Struktur (2008).

806 F. Kirbihler, « Un cursus honorum à Éphèse ? Quelques réflexions sur la succession des magistratures de la cité à l’époque romaine », dans P. Goukowsky, C. Feyel (éds), Folia Graeca in honorem Edouard Will, Historica (2012), p. 67-107.

807 Ph II 1-4.

808 Ph I 15-17 ; I 28 ; III 2 ; III 18-19.

809 Pilhofer, Philippi I, p. 127-134.

810 J. R. Harrison, « The Imitation of the “Great Man” in Antiquity: Paul’s Inversion of a Cultural Icon », dans S. E. Porter, A. W. Pitts (éds), Christian Origins and Greco-Roman Culture. Social and Literary Contexts for the New Testament (2013), p. 213-254.

811 Cf. Ph I 21-24 ; III 10-14. Le verbe πολιτεύοµαι, qui est employé par Paul dans Ph I 27 pour décrire le mode de vie auquel doivent se conformer ceux qui croient en Jésus-Christ, acquiert, en revanche, dans la langue hellénistique un sens générique et peut signifier plus simplement « se comporter », voire « vivre ». Il n’est pas nécessaire d’y voir ici une allusion à l’organisation politique à laquelle devraient tendre les premiers chrétiens selon l’apôtre.

812 H. Förster, P. Sänger, « Ist unsere Heimat im Himmel? Überlegungen zur Semantik von πολίτευµα in Phil 3,20 », Early Christianity 5 (2014), p. 149-177.

813 F. Kayser, « Les communautés ethniques du type politeuma dans l’Égypte hellénistique », dans F. Delrieux, O. Mariaud (éds), Communautés nouvelles dans l’Antiquité grecque. Mouvements, intégrations et représentations (2013), p. 121-153 ; S. Honigman, « The Ptolemaic and Roman Definitions of Social Categories and the Evolution of Judean Communal Identity in Egypt », dans Y. Furstenberg (éd.), Jewish and Christian Communal Identities in the Roman World (2016), p. 25-74.

814 Voir, par exemple, Ph III 6 ; IV 15. Cf. E. Ebel, « „Unser πολίτευµα aber ist in den Himmeln” (Phil 3,20). Ein attraktives Angebot für viele Bewohnerinnen und Bewohner der römischen Kolonie Philippi », dans J. Frey, B. Schliesser (n. 20) p. 153-168 ; S. Walton, « Heavenly Citizenship and Earthly Authorities. Philippians 1:27 and 3:20 in Dialogue with Acts 16:11–40 », dans S. Walton, P. R. Trebilco, D. W. J. Gill (n. 24), p. 236-252.

815 A. C. Miller, Corinthian Democracy. Democratic Discourse in 1 Corinthians (2015) ; Y.-H. Park, Paul’s Ekklesia as a Civic Assembly. Understanding the People of God in their Politico-Social World (2015). Cf. C. Brélaz, « La vie démocratique dans les cités grecques à l’époque impériale romaine. Notes de lectures et orientations de la recherche », Topoi 18.2 (2013), p. 367-399 ; id., « Democracy and Civic Participation in Greek Cities under Roman Imperial Rule: Political Practice and Culture in the Post-Classical Period », CHS Research Bulletin 4.2 (2016), [en ligne], URL : http://www.chs-fellows.org/2016/11/01/democracy-civic-participation/, consulté le 15.12.2017.

816 Pilhofer, Philippi I, p. 122-127.

817 Voir supra p. 69-72.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540