Versione classicaVersione mobile

Philippes, colonie romaine d’Orient

 | 
Cédric Brélaz

Partie I

Le cadre formel et la constitution de la colonie

Testo integrale

1La première partie de cette étude s’intéresse à ce que nous appellerons le cadre formel de la colonie. Nous y envisagerons la colonie de Philippes en tant que nouvelle entité politique ayant succédé à la cité hellénistique. Pour ce faire, nous reviendrons, dans un premier temps, sur les circonstances qui présidèrent à la création de la colonie en 42 av. J.-C., ainsi que sur les premières décennies de son existence, et évoquerons le statut dont la nouvelle communauté fut pourvue à cette occasion (1). Nous examinerons ensuite les dénominations officielles employées pour qualifier la colonie, en montrant ce que ces appellations peuvent nous apprendre de son organisation constitutionnelle (2). Puis, nous nous pencherons sur la tribu dans laquelle furent inscrits les colons, qui était la marque de l’appartenance de leur communauté à l’État romain, ainsi que sur le problème de l’existence ou non d’une forme de citoyenneté locale (3). Nous aborderons également la question de la langue qui était utilisée par la colonie à des fins administratives et la diffusion respective du latin et du grec à Philippes, essentiellement dans un contexte public (4). Enfin, nous étudierons la manière dont la colonie fut dotée d’un territoire, de même que la structure spatiale et juridique de celui-ci, en accordant une attention particulière aux statuts collectifs qui furent octroyés aux populations résidant dans la pertica philippienne et à sa périphérie (5). Cette approche formelle des éléments constitutifs de la colonie nous permettra d’appréhender le contexte général déterminant le fonctionnement des institutions locales et le cours de la vie civique à Philippes, qui feront l’objet de la partie suivante.

1. Les fondations successives et la constitution de la colonie

  • 1Bertrand, « De la punition à la récompense ? Les déductions coloniales en Italie (ive-ier siècles (...)
  • 2 A. Thein, « Sulla’s Veteran Settlement Policy », dans F. Daubner (éd.), Militärsiedlungen und Terri (...)
  • 3 L. Keppie, Colonisation and Veteran Settlement in Italy 47-14 B.C. (1983) ; P. A. Brunt, Italian Ma (...)
  • 4 Pour une vue d’ensemble de ces fondations, voir Sartre, Colonies. Pour les colonies implantées dans (...)

2La fondation de la colonie de Philippes s’inscrit dans un vaste mouvement qui, en l’espace de quelques décennies seulement au cours de la seconde moitié du ier s. av. J.-C., vit la création de près de 150 communautés politiques peuplées de citoyens romains, au premier chef en Italie, mais aussi dans un grand nombre de provinces occidentales. Au contraire des colonies qui avaient été établies par Rome dans la péninsule italienne depuis l’époque médio-républicaine jusqu’au début du iie s. av. J.-C.1, ces établissements, même s’ils n’étaient pas dénués de tout intérêt stratégique pour les imperatores qui les fondaient, n’avaient pas pour vocation de quadriller militairement le territoire soumis à l’autorité de Rome, ni de marquer dans les provinces la présence de la puissance hégémonique. Comme cela avait déjà été le cas des colonies syllaniennes quelques décennies plus tôt2, l’objectif principal visé par l’installation de ces communautés était de résoudre un problème interne à la République romaine, à savoir trouver des terres à attribuer aux vétérans qui avaient été démobilisés à l’issue des guerres civiles successives, de même qu’aux civils italiens qui avaient été expropriés lors des événements survenus au cours des années 40 et 30 av. J.-C.3. Dans les provinces orientales de l’Empire, une trentaine de colonies furent ainsi créées depuis l’époque de César, au milieu des années 40 av. J.-C., jusque dans les années 10 av. J.-C. sous le Principat d’Auguste4.

  • 5 Sur la chronologie de l’installation de colons à Dymè et le lien entre cette fondation et les proje (...)
  • 6 Sartre, Colonies, p. 112-113.
  • 7 Voir, par exemple, les hésitations concernant l’attribution de plusieurs monnaies aux colonies de C (...)

3Philippes fait plus précisément partie d’un groupe d’une quinzaine de colonies fondées en Orient au cours de la période mouvementée qui sépare la mort de César de la victoire d’Octave à Actium. La création de la plupart de ces colonies semble avoir été planifiée par César, qui fut cependant empêché de mettre à exécution ses projets, comme il était parvenu à le faire, en revanche, entre 46 et 44 av. J.-C., à Sinope, Corinthe ou Dymè par exemple5. Dans les autres cas, la déduction effective des colonies projetées par César fut le fait de Brutus en 43-42 av. J.-C., tandis que celui-ci s’était retranché en Orient (c’est le cas de Cassandrée et peut-être de Dion en Macédoine), ou des triumvirs après la bataille de Philippes6. L’attribution à César, aux triumvirs ou à Octave-Auguste de la création de plusieurs colonies orientales demeure néanmoins controversée, d’autant que les refondations successives de nombre d’entre elles provoquèrent au fil du temps un changement dans leurs épithètes – sur lesquelles on s’appuie en général pour déterminer quel en avait été le fondateur originel – (ajout de l’épithète Augusta à Iulia par exemple) et que l’identification des autorités émettrices des monnaies coloniales fait parfois problème7. La question, toutefois, est claire dans le cas de Philippes. La colonie

  • 8 Sur la fortune littéraire de l’évocation de la bataille représentant symboliquement la dernière lut (...)
  • 9 App., B Civ. IV 105-138.
  • 10 Collart, Philippes, p. 191-219.
  • 11 Cette question fait, en revanche, l’objet de recherches géoarchéologiques de la part de S. Provost (...)

4n’avait pas été projetée par César et ce fut la bataille décisive qui se déroula durant l’automne de l’année 42 av. J.-C., sous les murs de la cité macédonienne, entre les assassins du dictateur et ceux qui revendiquaient son héritage qui fournit l’occasion de la déduction de colons à cet endroit8. Appien livre un récit détaillé de la bataille9, dont P. Collart s’est attaché à reconstituer minutieusement les différentes phases10. L’identification sur le terrain des lieux décrits par les auteurs anciens, dont les camps respectifs des protagonistes et les travaux de fortification, ne retiendra pas notre attention ici11.

  • 12 Collart, Philippes, p. 223-227.
  • 13 RPC I 1646-1649.
  • 14 H. Papageorgiadou-Bani, The Numismatic Iconography of the Roman Colonies in Greece. Local Spirit an (...)
  • 15 RPC I 1509-1511. La tournure col(onia) ded(ucta) pr(imi) qualifie, de même, les tout premiers duumv (...)
  • 16 S. Kremydi-Sicilianou, « Q. Hortensius Hortalus in Macedonia (44-42 BC) », Tekmeria 4 (1998), p. 61 (...)

5Comme le montre la légende des premières émissions monétaires philippiennes12, l’initiative de la fondation d’une colonie sur le champ de bataille revint à Antoine, qui joua un rôle prédominant dans le commandement des opérations comparativement à Octave. On lit, au droit de ces monnaies, entourant le plus souvent le portrait de profil d’Antoine, les lettres A I C V P, que l’on peut résoudre de la manière suivante : A(ntonii) i(ussu) c(olonia) V(ictrix) P(hilippiensium)13. Au revers, figure, avec les scènes caractéristiques de la fondation coloniale (comme la délimitation du pomoerium au moyen d’une charrue ou l’opération de répartition des lots de terre par tirage au sort au moyen d’une urne)14, le nom du légat chargé par Antoine de la déduction, un certain Q. Paquius Rufus, leg(atus) c(oloniae) d(educendae). Une inscription philippienne fragmentaire dans laquelle il est possible de reconnaître les mots [colo]nia dedu[cta] – mais qui n’est sans doute pas contemporaine de la déduction – semble d’ailleurs faire allusion rétrospectivement à la fondation de la colonie, sans que l’on soit en mesure de reconstituer davantage le contexte dans lequel il a pu en être question (196). Des expressions analogues, telles que praef(ectus) colon(iae) deduc(endae) ou colon(iam) dedux(it), accompagnant des représentations de nature semblable, se rencontrent en Macédoine même sur les premières émissions de la colonie de Cassandrée, ainsi que, peut-être, celles de Dion15. La déduction coloniale fut, dans ce cas, effectuée pour le compte de Brutus par le proconsul Q. Hortensius Hortalus, qui fut en activité depuis 44 av. J.-C. jusqu’à son exécution après la victoire des triumvirs à Philippes en raison du soutien que celui-ci avait apporté au camp républicain16.

  • 17 L. Keppie, The Making of the Roman Army (1984), p. 118-121.
  • 18 App., B Civ. V 3.
  • 19 M. Christol, T. Drew-Bear, « Vétérans et soldats légionnaires à Antioche en Pisidie », dans G. Paci(...)
  • 20 Rizakis, Patras, p. 24-28.
  • 21 Keppie, Legions, p. 75-96.
  • 22 Collart, Philippes, p. 233-234.
  • 23 CIPh II.1, p. 36-38, 66.

6Les premiers colons établis à Philippes furent pris des légions ayant participé à la bataille17. La première préoccupation des triumvirs après leur victoire avait, en effet, été de récompenser leurs soldats et de se répartir les troupes restantes18. Soucieux de trouver une nouvelle affectation à ses vétérans, de même sans doute qu’à ceux des légions vaincues dont les commandants avaient péri dans l’affrontement, et désireux de se ménager des clientèles dans les provinces orientales, Antoine décida de tirer profit du vaste territoire attenant à la cité macédonienne pour en lotir les soldats arrivés au terme de leur service. Au contraire des colonies d’Antioche de Pisidie19 et de Patras20, pour lesquelles on dispose de nombreux témoignages – dont des légendes monétaires – permettant d’identifier les légions dont étaient issus les vétérans21, seules quelques inscriptions peuvent, à Philippes, être rapportées à la première génération de colons. P. Collart ne connaissait qu’une épitaphe, celle de Sex. Volcasius (101)22. Le défunt, originaire de Pise, avait servi dans la XXVIIIe légion. On a découvert une autre épitaphe dans l’intervalle : il s’agit de la stèle d’un certain C. Rubrius de Modène, centurion de la IIIe légion (99). Or, ces deux légions, la XXVIIIe et la IIIe, faisaient partie des troupes se trouvant à la solde d’Antoine que celui-ci engagea dans la bataille de Philippes, ce qui tend à confirmer que la déduction de la colonie fut une initiative personnelle du triumvir. Le nombre extrêmement limité d’épitaphes qui font connaître certains des premiers colons et qui sont parvenues jusqu’à nous s’explique sans doute par le fait que les monuments funéraires les plus anciens des nécropoles périurbaines de Philippes furent avec le temps désaffectés et démembrés en raison de l’utilisation continue de ces espaces dans l’Antiquité même23.

La refondation augustéenne

  • 24 Collart, Philippes, p. 228-236.
  • 25 Dio Cass., LI 4, 6 : Τοὺς γὰρ δήµους τοὺς ἐν τῇ ’Ιταλίᾳ τοὺς τὰ τοῦ ’Αντωνίου φρονήσαντας ἐξοικίσ (...)
  • 26 R. Gest. diu. Aug. XVI 1.
  • 27 Voir infra p. 40-42.
  • 28 RPC I 1650.
  • 29 H. Papageorgiadou-Bani (n. 14), p. 42.

7La colonie fondée par Antoine fut augmentée une douzaine d’années plus tard par un nouvel envoi de colons ordonné par Octave à la suite de sa victoire à Actium24. Comme nous l’apprend Dion Cassius25, Octave installa, en effet, en 30 av. J.-C. à Philippes, ainsi qu’à Dyrrachium à l’autre extrémité de la province de Macédoine, une partie des populations civiles italiennes qui avaient pris parti pour Antoine et qu’il avait expulsées de la péninsule afin de s’emparer de leurs terres au profit de ses vétérans – étant entendu qu’il était jugé plus honorable de recevoir un lot en Italie même plutôt que dans les provinces. L’établissement de civils italiens à Philippes fut donc une compensation (ἐποικεῖν ἀντέδωκε, selon l’expression de Dion Cassius) pour la perte de leurs domaines, conformément à la politique d’indemnisation dont Octave-Auguste s’enorgueillit dans ses Res Gestae26. L’installation de nouveaux colons à Philippes fut conçue par Octave-Auguste comme une refondation. Le nom officiel de la colonie fut changé à cette occasion et – suivant une pratique répandue dans les communautés ayant bénéficié de ses faveurs – le gentilice de la famille julienne, puis le surnom d’Auguste furent insérés parmi les épithètes de la colonie27. De surcroît, les légendes des monnaies philippiennes frappées à l’époque d’Auguste, après 27 av. J.-C., font figurer la mention iussu Aug(usti) aux côtés du nouveau nom de la colonie, rappelant ainsi de manière explicite que celle-ci avait été créée par la volonté du prince28. Cette précision – jointe à la représentation, au droit, du portrait de l’empereur et, au revers, de la statue d’Auguste couronnée par celle du divin Jules reprenant ainsi un motif de l’idéologie augustéenne (l’identification des deux statues étant assurée par la légende) – avait pour but d’instaurer une rupture avec la période précédente où la colonie était une fondation d’Antoine et elle constituait, en quelque sorte, une réponse au monnayage émis alors29. Comme nous l’avons vu, en effet, les premières monnaies frappées par la colonie montraient, au droit, le portrait d’Antoine et la légende indiquait le nom du légat qui, sur l’ordre de celui-ci – A(ntonii) i(ussu) –, avait procédé à la déduction.

  • 30 Voir infra p. 257-258.
  • 31 Cic., II Phil. XL 102-103 : … possesne ubi colonia esset, eo coloniam nouam iure deducere. Negaui i (...)
  • 32 D. J. Gargola, Lands, Law and Gods. Magistrates and Ceremony in the Regulation of Public Lands in R (...)
  • 33 Des monnaies frappées sous les règnes d’Auguste, de Tibère et de Claude et attribuées à Philippes m (...)
  • 34 L. Chioffi, « [---] Capys [---] cum moenia sulco signaret [---]. Un nuovo termine di pomerium da Ca (...)
  • 35 H. I. Flower, The Art of Forgetting. Disgrace and Oblivion in Roman Political Culture (2006), p. 11 (...)
  • 36 RPC I 2008-2009. Voir aussi RPC I 2007, où la lecture C(olonia) R(estituta) V(eteranis) F(undatis) (...)
  • 37 C. Brélaz, « Auguste, (re)fondateur de cités en Asie Mineure : aspects constitutionnels », dans L. (...)
  • 38 L. Keppie (n. 3), p. 81-82.

8D’un point de vue technique, du reste, l’acte d’Octave en 30 av. J.-C. ne consista pas simplement en un renforcement de la colonie déjà existante, mais provoqua une refonte complète de cette dernière. Contrairement aux cas où un nouveau contingent de colons était établi dans une colonie fondée antérieurement afin d’étoffer et d’accroître celle-ci (comme cela est, du reste, attesté à Philippes même au cours des ier et iie s. apr. J.-C.)30, Octave ordonna une nouvelle déduction qui vint remplacer la première. Les deux actions – « l’inscription supplémentaire de nouveaux colons », d’un côté, selon l’expression latine utilisée en pareille circonstance (colonos nouos adscribi), et « l’installation » (deducere) d’une nouvelle colonie de l’autre – avaient sur le plan juridique une signification diamétralement opposée et des implications fort différentes, comme le rappelle Cicéron à propos de la fondation par Antoine d’une colonie à Casilinum, près de Capoue, là où il s’en trouvait déjà une31. À Philippes comme à Casilinum, cela dut entraîner l’annulation des rites propitiatoires originels32, en particulier la prise des auspices et le rite du sulcus – consistant à tracer le pomoerium de la nouvelle communauté – qu’il fallut renouveler, ainsi que la dissolution formelle de la communauté initiale33. La refondation par Octave de la colonie de Capoue – où Antoine était également intervenu quelques années auparavant – fut ainsi matériellement accompagnée de la pose de nouvelles bornes inscrites qui faisaient explicitement référence au tracé du pomoerium (iussu Imp(eratoris) Caesaris qua aratrum ductum est)34. Dans le cas de Philippes, Octave recourut sans nul doute à dessein à cette procédure afin d’effacer le souvenir de la fondation antonienne, ce qui était cohérent avec les mesures prises à l’encontre de la figure d’Antoine au lendemain de la victoire d’Actium et de la mort de ce dernier35. À l’inverse, dans les colonies qui avaient été fondées ou, du moins, projetées par César, il se peut qu’Octave se soit contenté de « restituer » la communauté déjà existante, comme semblent le proclamer les légendes monétaires de la colonie d’Apamée-Myrléa, en y lotissant des colons supplémentaires36. La conservation des rites effectués originellement et le rétablissement de la colonie initiale, tout en étant conformes à l’idéologie augustéenne de la restauration de l’État, devaient passer pour un acte de déférence approprié envers la mémoire de César37. En tout état de cause, ces exemples devraient nous inviter à la prudence lorsque nous parlons de la « refondation » d’une colonie, car il ne s’agissait pas d’un acte anodin et la démarche suivie pouvait entraîner des conséquences importantes sur les plans constitutionnel et juridique38.

  • 39 Voir infra p. 249-256.
  • 40 RPC I 1651 (avec RPC Suppl. I-III, p. 86).
  • 41 Collart, Philippes, p. 232-233.
  • 42 S. Kremydi-Sicilianou, « Victoria Augusta on Macedonian Coins. Remarks on Dating and Interpretation (...)
  • 43 Pour une très hypothétique ère coloniale commençant avec la déduction d’Octave en 30 av. J.-C., voi (...)

9La variété des gentilices attestés dans la colonie entre le ier et le iiie s. apr. J.-C., au premier chef parmi les notables dans la mesure où certaines familles durent se maintenir au sein de l’élite civique sur plusieurs générations, permet de déterminer, en partie, les régions d’Italie dont étaient originaires les premiers colons39. Il est toutefois impossible, sur la seule base de l’enquête onomastique, de distinguer les familles issues des vétérans déduits par Antoine après la bataille de 42 av. J.-C. et les familles de civils exilés de la péninsule et établis à Philippes une douzaine d’années plus tard par Octave. Cela est d’autant plus vrai qu’en dehors de ces deux phases d’immigration, le peuplement de la colonie s’est encore accru à diverses reprises grâce à l’arrivée de nouveaux contingents. En particulier, des émissions monétaires philippiennes représentant, au droit, une allégorie de la Victoire Auguste (identifiée par la légende VIC AVG  ) et portant, au revers, la légende COHOR PRAET disposée de part et d’autre d’étendards suggèrent que des vétérans issus des cohortes prétoriennes furent également installés dans la colonie40. La datation de ce monnayage est sujette à discussion. P. Collart hésitait à l’attribuer à l’époque d’Auguste, comme on le faisait d’ordinaire jusqu’alors, du moment que le culte de Victoria Augusta ne se répand que plus tardivement, au cours du ier s. apr. J.-C.41. Par ailleurs, il convient de distinguer la date d’émission des monnaies de la date effective de l’établissement de prétoriens dans la colonie, qui peut remonter à plusieurs années auparavant. De fait, S. Kremydi-Sicilianou a montré que, pour des raisons typologiques et iconographiques, les émissions philippiennes ne pouvaient être antérieures au règne de Claude. Au vu du grand nombre d’exemplaires recensés et en raison de la présence de telles pièces dans des trésors datant du iie s., elle suggère, de plus, que le même type a continué à être frappé jusqu’au milieu de ce siècle42. Cela tend à confirmer que la référence aux cohortes sur les émissions philippiennes avait essentiellement une portée commémorative. Dans ce contexte, il est possible d’interpréter la figuration de l’allégorie de la victoire sur ce type comme une évocation rétrospective du succès d’Octave à Actium et de considérer que les cohortes prétoriennes auxquelles il est fait allusion furent établies dans la colonie sous l’autorité de ce dernier. Le type visait donc certainement à célébrer la refondation augustéenne de la colonie après la bataille d’Actium. Du fait des analogies entre l’évocation de la Victoire Auguste et les thèmes de la propagande flavienne, S. Kremydi-Sicilianou a émis l’hypothèse que la première frappe de ce type aurait pu avoir lieu au début du règne de Vespasien, ce qui est cohérent avec ce que l’on sait du souci affiché par cet empereur de se réclamer de ses prédécesseurs julio-claudiens. S. Kremydi-Sicilianou suppose même que l’occasion de l’émission ait pu être la célébration du centenaire de la refondation de la colonie, qui dut effectivement intervenir en 70 apr. J.-C.43.

  • 44 La cohorte prétorienne au service d’Auguste en 42 av. J.-C. n’était toutefois pas présente à la bat (...)
  • 45 L. J. F. Keppie, « The Praetorian Guard before Sejanus », Athenaeum 84 (1996), p. 101-124 (repris d (...)
  • 46 G. L. Gregori, « Ancora sull’iscrizione dell’atestino Marco Billieno, veterano di Azio (CIL, V 2501 (...)
  • 47 L. Keppie (n. 3), p. 35.
  • 48 Voir infra p. 275-278.

10À défaut de pouvoir confirmer cette intéressante hypothèse, nous nous bornerons à rappeler qu’Octave-Auguste, aussi bien que ses deux autres collègues au triumvirat, disposait de cohortes prétoriennes en guise de troupes d’élite et que celles-ci participèrent activement aux combats tout au long des guerres civiles. Il est donc tout à fait possible qu’Octave-Auguste ait établi à Philippes après la bataille d’Actium des vétérans issus de ces cohortes, qu’il s’agisse des siennes44 ou de celles d’Antoine45, comme il le fit dans la colonie d’Ateste – où les vétérans légionnaires arboraient par ailleurs fièrement le titre d’Actiaci46 – et, plus tard, à Aoste (Augusta Praetoria) et à Gunugu en Maurétanie47. On ne trouve toutefois pas de trace de prétoriens pour une époque aussi précoce dans l’épigraphie philippienne. Les inscriptions montrent, en revanche, que d’autres soldats bénéficièrent individuellement de concessions de terres dans la colonie sous les Julio-Claudiens, et peut-être même encore sous le règne d’Auguste à nouveau. C’est notamment le cas d’un vétéran anonyme inscrit dans la tribu Pollia (103), dont l’installation à Philippes peut dater de l’extrême fin du ier s. av. J.-C. ou du tout début du ier s. apr. J.-C., et d’un autre soldat, vétéran de la XIe légion, originaire de Milan (95), qui dut s’établir pour sa part dans la colonie sous Tibère ou Caligula. La pratique de l’assignation viritane se poursuivit, par ailleurs, à Philippes tout au long des ier et iie s.48.

La déduction coloniale et le devenir des populations locales

  • 49 Strabon, VII, frag. 17a (éd. S. Radt, 2003) : οἱ δὲ Φίλιπποι Κρηνίδες ἐκαλοῦντο πρότερον, κατοικία (...)
  • 50 A. D. Rizakis, « L’émigration romaine en Macédoine et la communauté marchande de Thessalonique : pe (...)
  • 51 Voir infra p. 254-255.
  • 52 Levick, Colonies, p. 92-95.
  • 53 Voir infra p. 87-88.
  • 54 Voir infra p. 270-274.

11Comme dans toutes les cités grecques où furent déduites des colonies romaines, l’arrivée d’une population exogène – de surcroît latinophone – provoqua à Philippes un bouleversement démographique et social. Philippes était, au cours de l’époque tardo-hellénistique jusqu’à la fondation de la colonie romaine, un établissement de moindre importance, κατοικία µικρά selon l’appréciation de Strabon49. Il n’apparaît pas qu’une communauté de negotiatores importante y fût établie, comme c’était le cas, en revanche, à Amphipolis, en Chalcidique ou dans d’autres cités de Macédoine transformées en colonies, à l’instar de Dion, ou en municipe – ce qui est exceptionnel dans les provinces orientales – dans le cas de Stobi50. Des citoyens romains étaient cependant installés dans la cité tardo-hellénistique de Philippes et dans sa région ou, du moins, y ont résidé temporairement, comme le montrent quelques inscriptions51. Au contraire de ce qu’a tenté de faire B. Levick pour les colonies pisidiennes52, nous ne chercherons pas à déterminer le nombre de colons originellement déduits à Philippes, car nous ne disposons, pour ce faire, d’aucun type de source permettant de proposer une estimation chiffrée fiable. En particulier, le nombre de colons initial ne peut se déduire mathématiquement de la superficie de la pertica53. On remarquera toutefois que les colons philippiens furent suffisamment nombreux et leurs familles assez étoffées pour accaparer les magistratures et liturgies municipales pendant plusieurs siècles sans devoir faire appel fréquemment aux pérégrins ayant acquis la ciuitas de fraîche date afin de compléter l’ordre des décurions54.

  • 55 A. D. Rizakis, « Les colonies romaines des côtes occidentales grecques. Populations et territoires  (...)
  • 56 Voir infra p. 106-111.
  • 57 Voir infra p. 68-69.

12Cette discrimination des élites civiques philippiennes à l’encontre des familles d’extraction pérégrine soulève la question du sort réservé aux notables de la cité grecque au lendemain de la bataille de Philippes et lors de la déduction de la colonie. De manière générale, les populations locales ne furent pas expulsées en masse de la région. Les meilleures terres furent certainement confisquées pour être attribuées aux vétérans et aux civils italiens installés par Antoine, puis Octave, et les pérégrins durent par conséquent se contenter des portions du territoire colonial qui n’avaient pas été loties. Il ne semble pas, à ce propos, que la population pérégrine ait reçu de dédommagement pour la perte de ses terres, comme ce fut le cas pour les Achéens lésés par la saisie de leurs propriétés à l’occasion de la fondation de la colonie de Patras. En effet, on attribua en contrepartie à ces Achéens les revenus de l’exploitation de terres appartenant à des cités pérégrines situées en Locride occidentale, sur la rive opposée du golfe de Corinthe55. Comme le montre la découverte de très nombreuses inscriptions dispersées dans la région, les anciens habitants de la chôra philippienne, en particulier la population indigène thrace, purent rester sur le territoire de la nouvelle entité coloniale. Les inscriptions font ainsi connaître, à travers toute la pertica appartenant à la colonie de Philippes (dans la plaine de Drama aussi bien que dans des secteurs périphériques comme le vallon de Prossotsani et la Piérie du Pangée), plusieurs bourgades et établissements ruraux, appelés uici, qui étaient peuplés essentiellement de pérégrins et qui formaient des unités administratives dépendant de la colonie56. Du moment qu’ils ne jouissaient pas de la citoyenneté romaine, ces pérégrins ne faisaient pas partie du corps civique, qui était constitué exclusivement des colons. Ils possédaient, en revanche, le statut de résidents (incolae selon la terminologie juridique romaine) sur le territoire colonial et, à ce titre, étaient considérés comme des ressortissants de l’entité politique qu’était la colonie57.

  • 58 Voir infra p. 262-270.
  • 59 Rizakis, Recrutement, p. 124-126.
  • 60 M. Sève, « Notables de Macédoine entre l’époque hellénistique et le Haut-Empire », dans P. Fröhlich(...)

13Le devenir de la population urbaine et surtout des notables grecs de la cité de Philippes est beaucoup plus incertain. Même en considérant que les Grecs étaient minoritaires par rapport aux Thraces dans la polis de Philippes et sur son territoire, la quasi-absence de citoyens romains d’origine grecque au sein de l’élite coloniale demeure surprenante58. Dans plusieurs colonies romaines d’Orient, en effet, on constate une intégration des notables pérégrins locaux au sein des élites de la colonie, si ce n’est à la fondation de la colonie, du moins à moyen terme. On relève ainsi, à Buthrote, des notables d’origine grecque parmi les plus hauts magistrats de la colonie dès les premières années de son existence. Ailleurs, comme à Dion, l’assimilation des notables indigènes dans le corps civique par l’obtention de la ciuitas fut progressive et s’échelonna au cours des ier et iie s.59. Ce ne fut guère le cas à Philippes. On ne peut invoquer, en l’occurrence, le manque de sources épigraphiques. La raison de cette absence pourrait être cherchée dans le profil social et économique des notables locaux à la veille de la bataille de Philippes. Car M. Sève a montré combien les élites civiques macédoniennes avaient été affectées par l’abolition de la monarchie antigonide et l’instauration de la domination romaine60. C’est donc peut-être la pauvreté relative des notables de la cité tardo-hellénistique – qui d’ailleurs ne devaient être guère nombreux dans une ville de la taille de Philippes – qui explique qu’on ne trouve pas de familles d’origine pérégrine parmi les dignitaires de la colonie. Nous souhaiterions cependant explorer encore une autre hypothèse.

  • 61 Sartre, Colonies, p. 127 ; A. D. Rizakis, « La littérature gromatique et la colonisation romaine en (...)
  • 62 É. Deniaux, « Épigraphie latine et émergence d’une colonie : l’exemple de la colonie romaine de But (...)
  • 63 C. Barat, « La Colonia Iuia Felix Sinope, un exemple de fondation coloniale au nord de l’Anatolie » (...)
  • 64 G. Salmeri, « I caratteri della grecità di Sicilia e la colonizzazione romana », dans Salmeri, Ragg (...)
  • 65 Rizakis, Patras, p. 24.
  • 66 La fondation de la colonie est postérieure à la révolte de Bar Kokhba, mais l’installation de la Xe(...)

14C’est un fait reconnu que la fondation d’une colonie romaine à l’emplacement d’une cité grecque préexistante pouvait être envisagée comme une mesure de rétorsion à l’encontre de cette dernière61. Si, aux yeux des autorités romaines, la punition – au contraire de l’installation d’Italiens privés de terres – ne fut jamais la finalité de la déduction coloniale, il est aussi vrai qu’on avait moins de scrupules à faire disparaître, au profit d’une colonie, une cité pérégrine qui s’était montrée récalcitrante, voire ouvertement hostile à l’imperator victorieux. Plusieurs colonies césariennes furent ainsi créées dans des régions d’obédience pompéienne dans le but de renverser des clientèles. Ce fut le cas des colonies fondées ou projetées par César dans les Détroits et dans la province – créée par Pompée – de Pont-Bithynie, telles que Parion, Lampsaque, Apamée ou Héraclée, ainsi que de Buthrote en Épire, où César envisagea d’envoyer des colons en raison des taxes qui étaient restées impayées par la cité62. Sinope, en particulier, perdit manifestement ses privilèges de cité libre et fut transformée en colonie par César tout autant en raison des liens qu’elle entretenait avec Pompée que parce qu’elle ne semble guère avoir résisté à Pharnace, le fils de Mithridate, à l’inverse d’Amisos, qui put conserver sa libertas63. On peut en dire autant des colonies qui furent créées par Octave-Auguste à l’emplacement de cités siciliennes à la suite de sa victoire sur Sextus Pompée64. Les inclinations de Patras envers Pompée, puis Antoine, encouragèrent de même Auguste à choisir cette cité pour y installer des vétérans65. Le cas de la colonie Aelia Capitolina fondée par Hadrien sur le site de Jérusalem est, de ce point de vue, éloquent, même s’il est à vrai dire exceptionnel, tant est manifeste, en l’occurrence, la volonté d’abaisser une population hostile, désormais vaincue, et de contrôler un lieu hautement symbolique66.

  • 67 App., B Civ. IV 106-109.
  • 68 App., B Civ. IV 136.
  • 69 J. Fournier, « Entre Macédoine et Thrace : Thasos à l’époque de l’hégémonie romaine », dans Parissa (...)
  • 70 CIPh II.1, p. 41-42.

15Dans le cas de Philippes, aucune source littéraire ne décrit l’attitude des habitants et des notables de la cité au cours de la guerre civile qui divisa les républicains et les héritiers de César et durant les opérations militaires qui eurent lieu sous ses murs en 42 av. J.-C. On sait toutefois que la cité insulaire voisine de Thasos, après s’être rangée déjà par le passé du côté pompéien, s’était montrée favorable au parti républicain et lui avait servi de base arrière67. À l’issue de la bataille de Philippes, Antoine se rendit dans l’île pour obtenir la reddition des républicains qui s’y étaient réfugiés et pour saisir leurs réserves d’armes, d’argent et de nourriture68. C’est sans doute à cette occasion que Thasos fut, en représailles, privée de ses possessions insulaires (Skiathos et Péparéthos) et qu’elle perdit temporairement son statut de cité libre, qui lui fut restitué par Auguste69. La même explication peut être invoquée pour rendre compte de la dégradation du rang de cité de Néapolis et de sa transformation en communauté dépendante de la colonie romaine70. On ne peut donc exclure que les élites philippiennes se soient, elles aussi, montrées conciliantes à l’égard de Brutus et de Cassius, par exemple en contribuant au ravitaillement de leur armée, qui campait dans la plaine devant la ville. C’est certainement les circonstances qui purent inspirer aux Philippiens un tel comportement, car la localisation de la bataille, à l’Ouest de la ville, implique que l’armée républicaine en avait pris le contrôle au préalable afin d’assurer ses communications avec Thasos. L’éventuelle complicité des Philippiens avec le camp républicain pourrait expliquer pourquoi les notables d’origine grecque n’apparaissent guère dans les sources épigraphiques et pourquoi ils ne furent pas assimilés au sein de l’élite coloniale. Le soutien qu’ils pourraient avoir apporté aux républicains aurait été la cause de leur déchéance, sanctionnée par des exécutions ou l’exil. Antoine aurait, le cas échéant, d’autant moins hésité à s’emparer des terres d’une cité insoumise afin d’en gratifier les vétérans de la bataille.

Les premiers temps de la colonie et ses relations avec la Thrace

  • 71 Collart, Philippes, p. 242-257.
  • 72 M. Šašel Kos, « The Military Role of Macedonia from the Civil Wars to the Establishment of the Moes (...)
  • 73 M.-G. Parissaki, « Thrace under Roman Sway (146 BC – AD 46). Between Warfare and Diplomacy », dans (...)
  • 74 Keppie, Legions, p. 301-316.
  • 75 C. Barat (n. 63), p. 159-161.
  • 76 Le lien unissant les imperatores aux vétérans établis dans une colonie est souligné par App., B Civ (...)
  • 77 C. Brélaz, « Les colonies romaines et la sécurité publique en Asie Mineure », dans Salmeri, Raggi, (...)
  • 78 A. D. Rizakis (n. 55, 1996), p. 255-324.
  • 79 Partant du postulat que la création des colonies pisidiennes répondait à un plan géopolitique d’ens (...)
  • 80 Voir infra p. 278-288.
  • 81 Joseph., BJ II 67 ; AJ XVII 287 ; cf. B. Isaac, The Limits of Empire. The Roman Army in the East  2(...)

16Dans les pages qu’il a consacrées aux débuts de la colonie, P. Collart a beaucoup insisté sur le rôle stratégique que la colonie était censée avoir joué pendant plusieurs décennies dans les guerres menées contre les tribus insoumises de Thrace71. De fait, la colonie de Philippes s’est trouvée, jusqu’à la réduction en province de cette région en 46 apr. J.-C., sur la frontière de l’Empire72. Même si – en plus d’une intense activité diplomatique – les opérations militaires romaines en Thrace furent toujours menées par les légions elles-mêmes73, plutôt que par la colonie, et même si cette dernière ne servit jamais à proprement parler de camp militaire, comme cela fut le cas de Xanten ou Jérusalem74, il n’est pas impossible que les armées, au vu de son emplacement sur la uia Egnatia, l’aient utilisée comme base arrière pour des besoins logistiques. La colonie de Sinope put, de la même manière, être utilisée par Agrippa comme mouillage pour sa flotte en prévision d’une campagne contre le royaume du Bosphore Cimmérien75. On sait d’ailleurs que les colonies représentaient, aux yeux de Rome, des foyers de loyauté dans les provinces, surtout durant la période faisant directement suite à leur création. Les différents imperatores qui fondèrent des colonies au cours de cette époque – en particulier, César, Antoine et Octave – avaient, en effet, été très attentifs, au moment de choisir les sites où ils enverraient leurs vétérans, aux impératifs stratégiques immédiats. L’installation à l’un ou l’autre point de l’Orient de soldats qui leur étaient dévoués leur permettait de s’assurer localement de clientèles qui pourraient leur être d’un grand secours dans les circonstances troublées de ces années de guerres civiles76. Cela était d’autant plus vrai que le dénouement de chacun de ces affrontements avait eu lieu précisément dans cette partie de l’Empire, depuis la bataille de Pharsale jusqu’à celle d’Actium en passant par Philippes en 42 av. J.-C. Les vétérans pouvaient être rappelés en qualité de réservistes et les imperatores, en cas de besoin, pouvaient compter sur le soutien de leurs anciens soldats77. La concentration de colonies dans certaines régions – pouvant suggérer un agencement en réseau résultant d’une planification à l’échelle régionale – (comme sur la façade adriatique de la péninsule balkanique78, au Nord-Ouest de l’Asie Mineure ou encore en Pisidie79) laisse, du reste, entrevoir le profit que les autorités romaines pouvaient tirer sur le plan géostratégique. En outre, les colonies ont formé jusqu’au iie s. des bassins de recrutement privilégiés pour les légions et les cohortes prétoriennes, comme le montre l’exemple même de Philippes80. En cas de nécessité, des levées extraordinaires pouvaient y être ordonnées, comme cela se produisit à Berytus en 4 av. J.-C., lorsque le gouverneur de Syrie parvint à mobiliser 1 500 hommes dans la colonie afin de combattre des brigands en Judée81.

17Pour ce qui est de Philippes, l’emplacement de la cité sur la uia Egnatia, sur ce qui était alors le principal axe de communication terrestre entre l’Italie et l’Asie Mineure, dut constituer une motivation supplémentaire pour Antoine, l’encourageant à y établir ses vétérans. Deux autres colonies furent fondées le long de la même voie à l’époque triumvirale et augustéenne, l’une à Dyrrachium, à l’autre bout de la province de Macédoine, là où accostaient les navires venant d’Italie et où débutait la uia Egnatia, l’autre à Pella à proximité des vestiges de l’ancienne capitale du royaume argéade. Il convient toutefois de rappeler que la fonction première de la colonie de Philippes n’était pas de garder l’accès à la province de Macédoine depuis l’Orient et il ne faudrait pas surévaluer son importance stratégique pour les autorités impériales. Les descendants de la première génération de colons ne furent, en effet, pas tenus de servir dans l’armée et Philippes ne fut jamais une garnison. Le but initial et immédiat d’Antoine lors de la déduction de la colonie avait été de fournir des terres aux vétérans, ce que la vaste plaine entourant la cité de Philippes lui permit de faire.

  • 82 Collart, Philippes, p. 248-249.
  • 83 Pour la carrière de ce personnage qui fut consul en 21 av. J.-C., voir AE 2008, 1434 ; 2012, 612.
  • 84 IG X 2, 1s, 1175 : C(aio) Vibio C(aii) f(ilio) Cor.[n(elia) Quarto] / mil(iti) leg(ionis) V Ma.[ced (...)
  • 85 M.-G. G. Parissaki, « Étude sur l’organisation administrative de la Thrace à l’époque romaine : l’h (...)

18Les indices en faveur d’une contribution – directe ou non – de la colonie aux opérations militaires romaines en Thrace sont d’ailleurs ténus. P. Collart allègue la base érigée sur le forum en l’honneur d’un certain M. Lollius pour prouver l’attention que la colonie accordait à l’action des gouverneurs de Macédoine en Thrace (40)82. Mais il n’est pas certain qu’il faille reconnaître dans ce M. Lollius le proconsul qui s’engagea en 19/8 av. J.-C. dans une campagne contre la tribu thrace des Besses83. En revanche, il est probable que le défunt célébré par l’autel monumental de Dikili Tash, l’officier équestre C. Vibius Quartus, participa aux opérations ayant conduit à la création de la province de Thrace en 46 apr. J.-C. (63). Comme nous l’apprend l’inscription gravée sur le cénotaphe de l’intéressé à Thessalonique, où sa carrière figure de manière plus détaillée84, Quartus fut nommé à la tête d’une circonscription administrative de la nouvelle province de Thrace (appelée stratégie) avant d’accéder à l’ordre équestre85. Ses liens avec la Thrace expliquent certainement pourquoi cet officier, qui est inscrit dans la tribu de Thessalonique, choisit de se faire ensevelir à Philippes, à l’extrémité orientale de la province de Macédoine.

  • 86 P. Collart, P. Devambez, « Voyage dans la région du Strymon », BCH 55 (1931), p. 181-184, no 11. Cf (...)
  • 87 IGLS VI 2759-2760.
  • 88 F. Papazoglou, « Quelques aspects de l’histoire de la province de Macédoine », ANRW II 7.1 (1979), (...)

19Indépendamment des aspects militaires, il apparaît que la colonie, durant les premières décennies de son existence, maintint des rapports privilégiés avec les membres de la dynastie royale thrace qui étaient restés fidèles à Rome. Un certain M. Acculeius – nécessairement un membre de l’élite coloniale, même si on ne connaît pas d’autre occurrence de ce gentilice à Philippes – dressa ainsi, sous le règne de Tibère, une statue en l’honneur du roi Rhoemétalkès II sur le forum (3). Le dédicant invoque, pour ce faire, les liens d’amitié personnels qui l’unissaient au roi. Mais l’ensemble de la collectivité que formait la colonie avait certainement beaucoup à gagner à soigner les relations qu’elle entretenait avec le royaume-client de Thrace en raison de sa proximité. La cité voisine d’Amphipolis semble, du reste, avoir fait preuve d’un tel dévouement envers les rois thraces que cela lui valut vers la même époque l’expression publique de leur reconnaissance86. De manière comparable, la colonie d’Héliopolis alla jusqu’à faire des rois hérodiens et des princes d’Émèse ses patrons87. La nécessité d’entretenir de bons rapports avec les rois de Thrace s’imposait sans doute encore davantage à Philippes dans la mesure où cette contrée, jusqu’au milieu du ier s. apr. J.-C., n’était pas définitivement pacifiée et où l’instabilité politique qui la caractérisait pouvait constituer une menace pour la colonie88. Les liens unissant la colonie à la maison royale thrace trouvent une illustration supplémentaire dans le fait qu’un de ses descendants probables, C. Iulius Maximus Mucianus, qui fut promu à l’ordre sénatorial par l’empereur Antonin le Pieux, s’était installé à Philippes et y fut admis dans l’ordre des décurions (38). On notera encore, parmi les rares inscriptions philippiennes faisant allusion à un dynaste thrace, l’épitaphe d’un pérégrin qui combattit aux côtés du roi Rhaskouporis Ier et qui décéda en janvier 42 av. J.-C., soit quelques mois seulement avant la bataille où s’affrontèrent, sous les murs de la cité macédonienne, l’armée des républicains et celle d’Antoine et d’Octave. Ce roi, qui avait soutenu Pompée contre César et qui s’était déclaré en faveur de Brutus et de Cassius, menait alors des opérations dans la région lorsque le soldat thrace mourut (1).

La constitution originelle de la colonie

  • 89 Voir infra p. 77-79.

20La fondation par Antoine d’une colonie romaine sur le site de Philippes à la suite de la bataille qui s’y était déroulée entraîna aussitôt l’abolition de la cité grecque. Au contraire des quelques colonies d’Orient qui furent déduites sans que cela provoque la disparition complète de la cité existante, telles que Iconium en Lycaonie ou Ninica en Isaurie, Philippes n’est pas un cas de double communauté89. La cité grecque ne fut pas maintenue aux côtés de la colonie. Celle-ci fut désintégrée en tant qu’entité politique et des institutions romaines furent substituées aux institutions poliades helléniques. Un des effets de cette transformation radicale fut l’adoption du latin comme langue administrative et officielle. À l’instar des autres communautés locales fondées par Rome et dotées par elle d’institutions d’origine romaine, la nouvelle colonie reçut certainement d’Antoine, en qualité de fondateur, une charte constitutionnelle définissant quel devait être son fonctionnement institutionnel et administratif. La refonte totale de la colonie à l’occasion de la seconde déduction ordonnée par Octave en 30 av. J.-C. entraîna sans doute l’abrogation de cette première charte et l’émission d’une nouvelle loi constitutionnelle.

  • 90 J. González, « The Lex Irnitana: A New Copy of the Flavian Municipal Law », JRS 76 (1986), p. 147-2 (...)
  • 91 M. H. Crawford (éd.), Roman Statutes I (1996), p. 393-454, no 25, avec le nouveau fragment AE 2006, (...)
  • 92 P. Scherrer, « Vom regnum Noricum zur römischen Provinz: Grundlagen und Mechanismen der Urbanisieru (...)
  • 93 W. Eck, « La loi municipale de Troesmis : données juridiques et politiques d’une inscription récemm (...)
  • 94 Capogrossi Colognesi, Gabba, Statuti ; cf. C. Brélaz, « Autonomie locale et pouvoir populaire dans (...)
  • 95 J.-L. Ferrary, « La découverte des lois municipales (1755-1903). Une enquête historiographique », d (...)
  • 96 M. W. Frederiksen, « The Republican Municipal Laws: Errors and Drafts », JRS 55 (1965), p. 183-198.

21La forme et le contenu de ce type de règlement nous sont connus par les multiples copies sur bronze provenant d’Italie et surtout d’Espagne qui furent mises au jour. Si on en dénombre plusieurs exemplaires pour le cas des municipes – le plus complet étant celui concernant le municipe d’Irni (lex Irnitana)90 –, on ne dispose que d’un spécimen pour une colonie romaine, en l’occurrence la colonie césarienne Iulia Genetiua d’Urso en Bétique (lex Ursonensis)91. En plus des lois italiennes et espagnoles, qui furent diffusées à grande échelle à la suite d’une décision ponctuelle, respectivement après la guerre sociale en Italie et au cours du règne des Flaviens pour la péninsule ibérique, des fragments de lois municipales ont aussi été découverts dans d’autres régions de l’Empire, notamment à Lauriacum dans le Norique92 et à Troesmis en Mésie Inférieure93. Il s’avère que les quelques clauses conservées de la copie de Troesmis, qui fut émise sous le règne conjoint de Marc Aurèle et de Commode, sont conformes aux exemplaires provenant d’Espagne que nous connaissons pour l’époque flavienne. On en déduit que la concession du statut municipal romain à des communautés pérégrines dans les provinces entraînait uniformément l’adoption d’institutions régies par une charte imposée par les autorités romaines et que cette pratique continua à être respectée dans la durée à chaque fois qu’un nouveau municipe était créé94. Sans qu’il soit nécessaire de postuler l’existence d’une loi unique telle que la prétendue lex Iulia municipalis que concevait Th. Mommsen95, cette charte était reproduite d’un archétype élaboré à Rome, moyennant des adaptations permettant de tenir compte des particularités locales selon les communautés96.

  • 97 Gel., XVI 13, 8-9. Cf. M. Talamanca, « Aulo Gellio ed i “municipes”. Per un’esegesi di “Noctes Atti (...)
  • 98 W. Eck, « Fragmente eines neuen Stadtgesetzes - der lex coloniae Ulpiae Traianae Ratiariae », Athen (...)
  • 99 Pour le statut particulier des colonies de droit latin à l’époque impériale, voir P. Le Roux, « La (...)
  • 100 Voir infra p. 106-110.

22Un procédé analogue s’appliquait, a fortiori, aux colonies romaines qui, à la différence des municipes, n’étaient pas des communautés étrangères intégrées dans un second temps seulement dans l’État romain, mais étaient en quelque sorte des reproductions en miniature de la res publica – pour reprendre la définition fameuse d’Aulu-Gelle97 –, fondées de toutes pièces par celle-ci et faisant organiquement partie d’elle. En raison de cette appartenance structurelle des colonies à l’État romain, on peut postuler que chacune d’elle était dotée d’une constitution identique. Ce principe vient, du reste, de trouver une confirmation dans la publication récente de quelques fragments de plaques de bronze que l’on doit attribuer à la colonie de Ratiaria, fondée en Dacie par Trajan98. Bien que les fragments ne conservent que des bribes de mots trop mutilés pour que l’on puisse reconstituer un texte suivi, il est très vraisemblable que le document original constituait la charte de la colonie et que cette dernière comportait des clauses similaires à la lex Ursonensis, comme cela a pu être établi pour les lois municipales. L’homogénéité des chartes coloniales n’excluait cependant pas que celles-ci comprennent des dispositions supplémentaires particulières, intéressant spécifiquement le contexte local99. Dans le cas de Philippes, on peut concevoir notamment que la seconde version de la loi coloniale, octroyée après la refondation par Octave, ait compris des clauses prévoyant les modalités d’intégration dans la nouvelle colonie des premiers colons établis par Antoine une douzaine d’années auparavant. Les clauses ordinairement consacrées dans les lois coloniales à la nomination des premiers magistrats de la communauté, à la formation de l’ordre des décurions et à la répartition du corps civique en tribus électorales devaient probablement, ici, évoquer le sort des vétérans de la colonie antonienne, surtout ceux d’entre eux qui détenaient des charges publiques. On ignore, en l’occurrence, si ceux-ci purent se maintenir à leur rang dans la nouvelle colonie déduite par Octave en étant mêlés aux vétérans de ce dernier. D’autres clauses pouvaient concerner le statut des communautés locales qu’étaient les uici dans la mesure où ceux-ci bénéficiaient manifestement d’une autonomie accrue sur le territoire colonial100.

  • 101 A. R. Jurewicz, « La lex Coloniae Genetivae Iuliae seu Ursonensis – rassegna della materia. Gli org (...)

23À défaut d’avoir conservé une copie de la version philippienne de la loi coloniale, on peut néanmoins raisonnablement s’appuyer sur l’exemplaire d’Urso – pour les raisons mentionnées ci-dessus qui ont trait à la conformité institutionnelle des colonies romaines – pour restituer le canevas de l’organisation constitutionnelle de la colonie de Philippes et pour pallier les lacunes de la documentation épigraphique, en particulier pour ce qui est de son fonctionnement institutionnel et administratif101. Cependant, si les lois municipales et coloniale italiennes et espagnoles décrivent en détail les prérogatives des magistrats et le déroulement formel des activités des organes institutionnels, elles livrent une image statique et théorique de la vie civique d’une colonie. Elles ne permettent pas, en revanche, de saisir le contexte social, démographique et culturel dans lequel s’insèrent ces institutions ni de percevoir les évolutions qui affectent celles-ci avec le temps. Or, ces conditions et ces transformations sont, par définition, propres à chaque communauté et varient de cas en cas. Seule une étude précise des inscriptions conservées à Philippes est, par conséquent, à même de nous renseigner sur la manière dont ces institutions, qui sont – à quelques exceptions près – identiques à celles qui se rencontrent dans toutes les colonies romaines à travers l’Empire, furent effectivement mises en œuvre à l’échelon local et transformées au fil du temps. C’est à une étude de ce genre que nous nous livrerons dans la partie suivante.

  • 102 Sartre, Colonies, p. 136-137.
  • 103 Guerber, Cités, p. 376-377.
  • 104 M. E. Hoskins Walbank, « Marsyas at Corinth », AJN 1 (1989), p. 79-87.
  • 105 F. T. Hinrichs, Histoire des institutions gromatiques (1989, trad. française de l’éd. originale all (...)
  • 106 Cels. (25 dig.), Dig. L 15, 6 : Colonia Philippensis iuris Italici est. Voir aussi Paul. (2 de cens (...)

24Indépendamment de la constitution dont elle fut pourvue à l’occasion de sa double fondation, la colonie de Philippes obtint ultérieurement un statut privilégié en se voyant attribuer le ius Italicum. L’octroi de ce rang signifiait pour les colonies qui en étaient les bénéficiaires que leur territoire était juridiquement assimilé à une portion du sol italien. Il en découlait que les colonies en question étaient, à l’instar des communautés locales d’Italie, exemptées du tribut et que les citoyens romains qui y résidaient étaient dispensés de la capitation. On comprend que ces immunités fiscales introduisaient une hiérarchie entre les colonies qui en avaient été gratifiées et celles qui n’en disposaient pas102. De la même manière que la libertas représentait pour les cités pérégrines le statut le plus enviable, d’autant qu’il s’accompagnait aussi le plus souvent d’avantages fiscaux, la possession du ius Italicum revenait pour une colonie romaine établie dans une province à faire partie des communautés locales les plus privilégiées de l’Empire103. De fait, plusieurs des cités pérégrines du Proche-Orient qui furent récompensées par la promotion au rang colonial pour leur fidélité envers les empereurs sévériens reçurent, de surcroît, le ius Italicum. Pour ce qui est des colonies fondées à l’époque triumvirale et augustéenne, on a parfois cherché à expliquer pourquoi certaines étaient pourvues du ius Italicum tandis que d’autres pas, en s’efforçant de distinguer, d’une part, les colonies ayant accueilli une population de propriétaires terriens originaires d’Italie, auxquels il aurait été nécessaire d’octroyer les avantages liés au ius Italicum afin de leur garantir les mêmes conditions fiscales qu’ils avaient connues jusqu’alors dans la péninsule, et, d’autre part, les colonies, comme Corinthe par exemple, qui auraient été peuplées essentiellement d’affranchis ou de membres de la plèbe urbaine. Mais il convient de relever que les extraits du Digeste sur lesquels repose l’essentiel de nos connaissances à propos des colonies bénéficiant du ius Italicum n’ont aucune valeur d’exhaustivité et l’absence d’une colonie dans ces listes ne saurait prouver que la colonie en question était privée de ce statut. Dans le cas de Corinthe précisément, il a même été possible de montrer, sur la base de la figuration de Marsyas sur les émissions monétaires locales – symbolisant conventionnellement la liberté dont jouissait le peuple romain –, que la colonie possédait vraisemblablement le ius Italicum, alors que son nom n’apparaît pas dans les extraits du Digeste104. Il faut donc admettre que la logique ayant présidé à l’attribution du ius Italicum continue à nous échapper pour une bonne part. Ainsi, les circonstances dans lesquelles la colonie de Philippes obtint le ius Italicum demeurent inconnues. S’il est exact que le statut permis par le ius Italicum ne fut pas formellement concédé comme un privilège par les autorités impériales avant le règne de Trajan ou la fin de l’époque flavienne105, il faut néanmoins admettre que la colonie en fut gratifiée à une date qui suivit de peu son introduction car le juriste Celsus, actif à l’époque de Trajan et d’Hadrien, en fait mention dans un extrait de ses œuvres conservé au Digeste106.

2. Le nom officiel et les appellations de la colonie

  • 107 RPC I 1646-1649.
  • 108 B. Galsterer-Kröll, « Untersuchungen zu den Beinamen der Städte des Imperium Romanum », dans Epigra (...)
  • 109 Voir supra p. 21-22.
  • 110 Il semble, en effet, que Nicopolis ait été une double communauté et qu’Octave-Auguste y ait fondé c (...)
  • 111 K. L. Zachos, « The Tropaeum of the Sea-Battle of Actium at Nikopolis: Interim Report », JRA 16 (20 (...)
  • 112 C. Brélaz, « Entre Philippe II, Auguste et Paul : la commémoration des origines dans la colonie rom (...)
  • 113 RPC I 1551-1552.

25Le nom initial de la colonie de Philippes nous est livré par ses premières frappes monétaires, sur lesquelles apparaît le portrait d’Antoine accompagné de la légende A I C V P, dont on a vu qu’elle pouvait se résoudre de la façon suivante : A(ntonii) i(ussu) c(olonia) V(ictrix) P(hilippiensium)107. L’intention d’Antoine en donnant l’épithète Victrix à la colonie qu’il avait fondée – laquelle se rencontre aussi dans le nom de plusieurs autres colonies fondées dans les provinces occidentales à l’époque triumvirale et augustéenne108 – était de commémorer la victoire des triumvirs sur les républicains lors de la bataille de 42 av. J.-C. Ce faisant, Antoine établissait un lien direct entre la bataille qui s’était déroulée dans la plaine située devant la cité macédonienne et la décision de fonder une colonie à cet endroit. Nous avons vu, en effet, que les premiers colons déduits par Antoine à Philippes étaient ses vétérans issus des légions qui avaient participé à la bataille109. De même qu’Auguste pourra, une décennie plus tard, fonder sur les rivages d’Acarnanie une « Cité de la victoire » (Nicopolis) – doublée d’une colonie110 – afin de célébrer son succès à Actium, comme le montre l’imposant monument commémoratif dominant la cité111, Antoine conçut la colonie de Philippes comme un lieu destiné à proclamer le triomphe sur les assassins de César et à en perpétuer le souvenir112. La célébration de la victoire de Philippes par Antoine trouva également un écho à Thessalonique, où des monnaies – mentionnant le nom de l’αὐτοκράτωρ dans la légende et datées d’une ère commençant avec la concession de la libertas à la cité en 42 av. J.-C., à l’issue de la bataille de Philippes – furent frappées aux types de Niké et de l’allégorie Agonothesia, cette dernière vraisemblablement en référence à des concours destinés à célébrer la victoire en question113.

  • 114 App., B Civ. V 3.
  • 115 Suet., Tib. XIV : Et ingresso primam expeditionem ac per Macedoniam ducente exercitum in Syriam, ac (...)
  • 116 Collart, Philippes, p. 241.
  • 117 RPC I 1650, 1653-1655 ; M. Amandry, « Le monnayage de la Res Publica Coloniae Philippensium », dans(...)
  • 118 RPC I 1627-1628.
  • 119 Dio Cass., LIV 9, 6 : Καὶ ἤδη γε καὶ περὶ τῆς µοναρχίας ἐνενόει, ἐπειδὴ πρὸς τοὺς Φιλίππους αὐτοῦ π (...)
  • 120 L. Heuzey, H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine (1876), p. 117. De la même manière, il ne (...)
  • 121 CIPh II.1, p. 37-38. Voir infra Annexe 2, no 1, p. 345-346.
  • 122 Verg., G. I 489-497. Cf. J.-C. Jolivet, « Les visites de champ de bataille et l’enquête de Germanic (...)

26Leur victoire sur le champ de bataille avait, comme il se doit, été célébrée par les triumvirs par de somptueux sacrifices afin de remercier les dieux de leur faveur114. L’endroit était considéré comme sacré et les autels élevés par les légions victorieuses avaient été conservés et étaient toujours entretenus, du moins une vingtaine d’années après la bataille, lorsqu’en 20 av. J.-C., selon le récit de Suétone, ils se rallumèrent spontanément au passage de Tibère – qui n’était alors que le beau-fils d’Auguste et conduisait une armée en Syrie –, annonçant par là sa future accession à la dignité impériale115. Il n’est pas certain, en revanche, que les autels qui figurent au revers de plusieurs émissions philippiennes depuis le règne d’Auguste correspondent aux monuments commémoratifs de la bataille, comme le pensait P. Collart116, car, sur ces pièces, les autels enserrent une base supportant des statues du divin Jules et d’Auguste, ce qui dénote plutôt un contexte urbain117. Par ailleurs, un type similaire (les autels en moins) se rencontre dans des émissions de la cité voisine d’Amphipolis sous le règne d’Auguste, ce qui montre que de telles représentations pouvaient avoir un caractère conventionnel118. L’emplacement des autels de la bataille, dont Dion Cassius attribue la consécration au seul Antoine, se trouvait « aux abord de la ville » (apud Philippos selon Suétone) ; il correspondait certainement à l’espace situé au-devant de la ville, là où les républicains avaient installé leurs camps et entrepris des travaux de fortification et de retranchement, en particulier en faisant creuser un fossé119. Cet espace pourrait avoir été inclus au sein du pomoerium lors de la création de la colonie. Il n’est pas nécessaire de postuler, en revanche, que l’arc de Kiémer, qui enjambait la uia Egnatia à environ 2 km à l’Ouest des remparts de Philippes dans la plaine, ait eu pour fonction de commémorer la victoire de Philippes, comme le faisait L. Heuzey au vu de son emplacement à proximité du champ de bataille120. Cet arc fut plus probablement conçu comme une porte monumentale destinée à marquer l’entrée dans l’espace périurbain et les faubourgs de la ville121. Quant à l’évocation de l’aspect du champ de bataille par Virgile dans ses Géorgiques, où le poète annonce la découverte future d’armes et de dépouilles témoignant du combat qui fut livré dans la plaine de Philippes, elle obéit à un motif littéraire et ne repose en rien sur une autopsie122.

  • 123 Pour cette même raison, le centurion apparaissant dans l’inscription AE 1959, 314 (IDR I.2 35), de (...)
  • 124 R. Gest. diu. Aug. II.
  • 125 Sur les liens de type clientélaire existant entre une colonie et son fondateur, voir J.-M. David, « (...)
  • 126 B. Galsterer-Kröll (n. 108), p. 65-70.
  • 127 RPC I 1287-1289.
  • 128 RPC I 1615-1617.
  • 129 H. Papageorgiadou-Bani (n. 14), p. 31. Sur l’importance de la figure du fondateur de la colonie pou (...)
  • 130 RPC I 1650.
  • 131 Comparer le cas de la refondation par Octave de la colonie césarienne de Carthage : S. Mokin, « “Le (...)
  • 132 C. Brélaz (n. 37). Voir supra p. 23-25.

27Aucun document ne permet d’établir que la victoire des triumvirs était encore commémorée à Philippes au cours des ier et iie s. apr. J.-C. Une inscription philippienne fragmentaire mentionne l’épithète Victrix, visiblement en lien avec une colonie, mais il ne peut s’agir de Philippes, car il est question dans le même texte d’un flamine de Vespasien divinisé, ce qui implique une datation à la fin du ier s. apr. J.-C. (151)123. La colonie avait, en effet, été refondée dans l’intervalle par Octave-Auguste, qui en modifia le nom. Même s’il ne s’agissait pas pour ce dernier de renier la victoire des triumvirs à Philippes (le châtiment des assassins de son père adoptif étant au contraire un élément récurrent de la propagande augustéenne)124, l’épithète Victrix était par trop attachée au premier fondateur de la colonie, qui la lui avait donnée125. Comme il le fit dans la plupart des autres municipes et colonies qu’il créa ou qu’il s’efforça d’accroître (même s’il n’en était pas le fondateur originel)126, parmi lesquels figurent les colonies de Dymè127 et de Cassandrée128, Octave-Auguste attribua à la colonie de Philippes, refondée au lendemain d’Actium, les épithètes tirées de son gentilice, puis, dès 27 av. J.-C., de son surnom Augustus. La modification du nom de la colonie était destinée à marquer son appropriation par Octave-Auguste129. La colonie devait désormais être considérée comme une création augustéenne, comme le proclament les légendes des monnaies frappées à cette époque : iussu Aug(usti)130. Ces changements ne furent pas simplement formels, mais ils traduisent un bouleversement plus profond ayant eu des implications juridiques importantes. Comme nous l’avons vu, la nouvelle déduction décidée par Octave en 30 av. J.-C. provoqua l’annulation de la fondation antonienne et la dissolution de la première colonie. Il s’ensuit que l’ancien nom de la colonie était devenu caduc dans la nouvelle communauté refondue par Octave-Auguste. Dans cette perspective, il n’est pas impossible que le choix des épithètes pour désigner les colonies d’origine césarienne ou triumvirale à l’époque d’Auguste – uniquement Iulia, ce qui pouvait également convenir pour une colonie effectivement fondée par César à l’origine, ou plutôt Iulia et Augusta, ce qui indiquait nettement une intervention augustéenne – ait précisément reflété les différentes formes qu’avait prises l’action du prince dans les communautés en question (simple renforcement de la colonie existante par l’ajout d’un nouveau contingent de vétérans comme dans le cas d’Apamée-Myrléa131 ou, au contraire, nouvelle fondation de la colonie annulant la première déduction comme à Philippes), même si la chose ne fut peut-être pas rigoureusement systématique132. Dans le cas de Philippes, le nom officiel de la colonie refondée par Octave-Auguste fut, depuis ce moment, colonia Augusta Iulia Philippiensium, comme l’indiquent les monnaies.

Les appellations usuelles de la colonie augustéenne et l’ethnique des Philippiens

  • 133 16, 18, 21, 23, 28, 31, 43, 45, 158. Cette forme apparaît également sur un milliaire inédit d’Aspri (...)
  • 134 On note un cas où la titulature de la colonie est écrite en toutes lettres, en l’occurrence dans la (...)
  • 135 RPC I 1655.
  • 136 RPC Online IV 9401.
  • 137 RPC Online IV 4259.
  • 138 Auguste : RPC I 1650 ; Claude : RPC I 1653-1654 ; Vespasien : RPC Suppl. I-III 342A ; Titus César : (...)

28La forme la plus courante du nom de la colonie dans les inscriptions est colonia Iulia Augusta Philippiensium133, les deux épithètes étant abrégées Iul. et Aug.134. On constate une inversion des épithètes par rapport à l’appellation de la colonie telle qu’elle apparaît ordinairement sur les monnaies philippiennes. À l’exception de quelques émissions, notamment sous les règnes de Néron135, d’Antonin le Pieux136 et de Commode137, où les épithètes figurent dans l’ordre Iul. puis Aug., comme dans les inscriptions, la légende identifiant l’autorité émettrice est COL AVG IVL PHILIPP (ou PHIL, PHILIP), tout au long des ier et iie s.138. Le conservatisme de cette légende va de pair avec la reproduction permanente du type inauguré sous le règne d’Auguste et représentant les statues du divin Jules et d’Auguste, la seule innovation étant constituée par l’apparition – non systématique d’ailleurs –, depuis le règne de Claude, des mots DIVVS AVG sur la base supportant les deux statues.

  • 139 RPC Online IV 4259, 9119.
  • 140 CIPh II.1, App. 4, no 4.
  • 141 18, 23, 84, 158 ; cf. CIPh II.1, App. 4, nos 9, 14, 22.
  • 142 AE 2006, 1833 (CIPh II.1, App. 4, nos 9, 22).
  • 143 Papir. (2 de const.), Dig. II 14, 37 ; Cels. (20 dig.), Dig. XXXVI 1, 33 ; Cels. (25 dig.), Dig. L (...)
  • 144 Suet., Aug. IX 2 ; XIII 1 ; XXII 2 ; XXIX 3 ; XCI 1 ; Tib. V 2.
  • 145 Fait exception l’épitaphe Pilhofer II 716, où il est stipulé que l’amende devra être versée à la [r (...)
  • 146 Voir aussi Cels. (25 dig.), Dig. L 15, 6 : Colonia Philippensis iuris Italici est.
  • 147 18, 21 ; Pilhofer II 716 (Philippensium). La borne Pilhofer II 559, où se lit l’adjectif Philippien (...)
  • 148 L’ethnique des Philippiens, sans la mention du titre de colonie, apparaît manifestement aussi dans (...)
  • 149 Pilhofer II 30. Pour d’autres témoignages épigraphiques sur la langue vulgaire, voir CIPh II.1, p.  (...)
  • 150 Kaphtantzis, Ἱστορία, I, p. 346, no 573 (de Draviskos), et un milliaire inédit trouvé à Argyroupoli (...)
  • 151 28-29, 31.

29Indépendamment de l’ordre dans lequel sont mentionnées les deux épithètes de la colonie, on relève encore d’autres variantes dans le libellé de son appellation, ainsi que dans les abréviations d’ordinaire utilisées. Ainsi, sur les monnaies frappées sous Commode et Marc Aurèle139, l’épithète Iulia est abrégée Iuli(a) plutôt que Iul(ia). En outre, dans une inscription – dont on possède quatre exemplaires – érigée dans la seconde moitié du ier s. apr. J.-C. dans la colonie d’Alexandrie de Troade en l’honneur d’un notable s’étant illustré à Philippes notamment, le nom de la colonie apparaît sous la forme col(onia) Iul(ia) Philippensis140. Plusieurs irrégularités sont à signaler. D’abord, l’épithète Augusta est omise ; mais on notera que, dans la même inscription, toutes les épithètes de la colonie de Parion, dont il est aussi question, ne sont pas non plus reproduites. Ensuite, l’ethnique, qui apparaît en général sous la forme Philippiensis141, est écrit ici sans i ; cette variante se rencontre cependant dans quelques autres documents, mais ceux-ci sont pour la plupart extérieurs à la colonie (il s’agit d’un diplôme militaire mentionnant des Philippiens142 et d’extraits du Digeste143, ainsi que des Vies de Suétone, qui à plusieurs reprises se réfère au bellum Philippense144), si bien que l’on peut considérer que la forme proprement philippienne de l’ethnique, qui était en usage officiellement dans la colonie, était Philippiensis plutôt que Philippensis145. Enfin, l’ethnique figure, dans les inscriptions d’Alexandrie de Troade, en tant qu’adjectif (Philippensis)146, sur le modèle du nom de la colonie d’Apri mentionnée juste avant dans le même texte (col(onia) Cl(audia) Aprensis), tandis que, dans les trois seules inscriptions philippiennes où l’ethnique – associé à la titulature de la colonie – n’est pas abrégé, celui-ci apparaît comme un substantif au génitif : Philippiensium147. C’est donc, par convention, cette forme que nous avons choisi de développer et de restituer dans les inscriptions et les légendes monétaires où l’ethnique est mentionné de façon abrégée (Phil., Philipp., Philip., Philippiens.)148. Nous signalerons encore deux variantes orthographiques de cet ethnique : dans un diplôme militaire où sont énumérés plusieurs témoins philippiens, on relève l’omission du n dans la forme Philippiesis, qui reproduit ce qui devait être la prononciation usuelle du mot, en raison du phénomène fréquent voyant la chute de la nasale devant le s149 ; enfin, sur deux bornes milliaires dédiées par la colonie à des empereurs au cours du ive s., l’ethnique de Philippes est écrit avec un F, Filippiensium150. Cette orthographe non savante ne représente toutefois pas la norme, car des dédicaces philippiennes datant de la même époque présentent l’ethnique correctement transcrit Philippiensium151.

  • 152 Pilhofer II 301 (Φιλλιπεύς), 699a, 703b, 704-704a (Φιλιπεύς), 711a-711b, 715a (IG X 2, 1s, 1183, où (...)
  • 153 L. Loukopoulou, « Philippoi », dans M. H. Hansen, T. H. Nielsen (éds), An Inventory of Archaic and (...)
  • 154 SNG Cop Macedonia 291-303.
  • 155 Pilhofer II 754.
  • 156 Pilhofer II 160a. Cf. M. B. Hatzopoulos, « Retour à la vallée du Strymon », dans L. D. Loukopoulou,(...)
  • 157 Brélaz, Apports, p. 1493-1501 (« Appendice 1. Inscription hellénistique de Philippes mentionnant de (...)
  • 158 Pilhofer II 703c (= SEG LV 746).
  • 159 Steph. Byz., s.v. « Φίλιπποι ». Cf. D. Knoepfler, « Tétradrachmes attiques et argent “alexandrin” c (...)
  • 160 Pilhofer II 100-101 ; P. O. Juhel, P. Nigdelis, Un Danois en Macédoine à la fin du 19  e siècle. Ka (...)
  • 161 Ph IV 15 ; voir infra p. 231-244. Cf. Collart, Philippes, p. 303-304 ; Pilhofer, Philippi I, p. 116 (...)
  • 162 I. Malkin, « What’s in a Name ? The Eponymous Founders of Greek Colonies », Athenaeum 63 (1985), p. (...)
  • 163 I. Topalilov, « The Origo of the Thracian Praetorians in the Time of Severans », AJAH n. s. 6-8 (20 (...)
  • 164 I. Alexandreia Troas 11, 28, 46, T 120, T 124 ; AE 2008, 1205b. Cf. A. B. Kuhn, « Towards a ‘Coloni (...)
  • 165 RPC I 3529.

30En grec, l’ethnique des Philippiens apparaît le plus souvent, depuis le ive s. av. J.-C. jusqu’à l’époque impériale, sous la forme Φιλιππεύς. Cependant, la plupart des documents qui en font mention sont étrangers à Philippes152. La forme la plus ancienne utilisée par les Philippiens eux-mêmes semble avoir été Φίλιππος153, comme l’enseignent les légendes monétaires de la nouvelle cité au milieu du ive s. av. J.-C.154, le décret de Philippes concernant l’asylie de Cos datant de 242 av. J.-C.155 et, indirectement, le document connu sous le nom de « lettre d’Alexandre » aux Philippiens, citant les dispositions prises par le roi de Macédoine à propos de l’administration de la chôra de la cité156. La forme Φιλιππεύς a commencé à être utilisée à Philippes même à l’époque hellénistique avancée157. Il s’ensuit que l’emploi de Φίλιππος dans une épigramme funéraire du iiie ou du ive s. apr. J.-C. attribuée à Maronée et célébrant visiblement un gladiateur d’origine philippienne est certainement, à l’époque, un archaïsme délibéré158. Il ne semble pas, en revanche, que la forme Φιλιππηνός qu’Étienne de Byzance attribue à Polybe ait été usitée159. Sous l’influence du latin Philipp(i)ensis est apparue la forme Φιλιππήσιος160, qu’emploient l’apôtre Paul dans son Épître et, à sa suite, la communauté chrétienne qu’il y avait fondée161. Il est intéressant de relever que, toujours à l’époque impériale, l’ethnique usuel par lequel étaient désignés les colons romains, Philippienses, renvoyait non pas au (re)fondateur de la colonie qu’était Auguste, mais au fondateur originel de la cité, au roi qui – fait rare à l’époque classique – avait de son vivant donné son nom à la ville qu’il avait créée à l’emplacement de l’établissement thasien de Krénidès162. Alors que la cité de Philippopolis, une autre création du roi de Macédoine Philippe II en Thrace de l’intérieur, sur le cours supérieur de l’Hébros, avait concurremment pris le nom romain de Trimontium à l’époque impériale163, Philippes conserva toujours son nom grec d’origine, sous une forme latinisée. C’est indirectement le souvenir du roi de Macédoine qui continuait à se perpétuer par ce biais, là où les colons romains d’Alexandrie de Troade – pour envisager d’autres colonies augustéennes d’Orient dont le nom évoquait un roi grec – se qualifiaient le plus souvent, quant à eux, de Troadenses afin de se différencier des habitants des autres Alexandries (alors même qu’avec le temps le souvenir d’Alexandre le Grand y fut aussi célébré)164 et où ceux d’Antioche de Pisidie recouraient à l’ethnique Caesarenses, du moment que la colonie d’Antioche était couramment appelée colonia Caesarea, sans doute parce que le roi Amyntas de Galatie avait rebaptisé la ville du nom de Caesarea en l’honneur d’Auguste avant sa transformation en colonie165.

  • 166 Collart, Philippes, p. 234-241.
  • 167 28, 31 ; milliaire inédit d’Aspri Ammos dédié à Carus et ses fils (Fichier IAHA, no 1800).
  • 168 Dédicaces publiques : 15, 29 ; milliaires inédits de Lydia (Fichier IAHA, nos 1678-1679) et d’Argyr (...)
  • 169 RPC I 1652. Voir supra p. 25-26.
  • 170 RPC I 1651 (avec RPC Suppl. I-III, p. 86).
  • 171 60 (mais dans la même inscription, la colonie est également désignée comme [col(onia)] Philipp(iens (...)
  • 172 137, 148 ( ?), 178 ( ?), 186.

31Contrairement à ce que suggérait P. Collart, qui estimait que les épithètes Iulia et Augusta avaient disparu de l’appellation usuelle de la colonie dans le courant du iiie s.166, le nom officiel complet de celle-ci se maintint dans les inscriptions publiques jusqu’à la fin du ive s., aussi loin que la documentation disponible nous permette de mener l’enquête167. Cependant, à côté de ce titre plein, était parfois utilisée une titulature courte, colonia Philippiensium, faisant l’économie des épithètes168. Cette variante était en usage dès le ier s. apr. J.-C. et apparaît notamment sur les monnaies au type de Victoria Augusta dont il a été question plus haut et qui furent vraisemblablement frappées par la colonie sous les Flaviens169. Dans la série portant la légende COHOR PRAET, la référence à la colonie se limite même à l’abréviation PHIL (ou PHILIP) pour l’ethnique170. Lorsqu’il est fait allusion à la colonie et à ses institutions dans des inscriptions émanant de particuliers et qu’il est suffisamment évident qu’il s’agit de Philippes, la mention se borne à colonia, d’ordinaire abrégée col.171, ou, avec l’adjonction du possessif se référant à la communauté politique que constituent les Philippiens, colonia nostra, comme dans les formules funéraires indiquant à quelle entité devrait être versée l’amende en cas de violation du tombeau172.

  • 173 28-29, 31. F. Mottas, « Entre Strymon et Nestos : les milliaires de la Via Egnatia à Philippes et a (...)
  • 174 ILS III/2, p. 676. Pour des exemples précoces, dès le ier s., voir O. Salomies, « Observations on t (...)
  • 175 E. Forbis, Municipal Virtues in the Roman Empire. The Evidence of Italian Honorary Inscriptions (19 (...)
  • 176 Martin, Inscriptions, p. 189-195, no 10 ; EKM II 432 (AE 2014, 1178) ; I. Sinope 121 (inscription b (...)
  • 177 Guerber, Cités, p. 311.
  • 178 AE 2002, 1466 ; cf. AE 2002, 1464 (la dédicace a été érigée en l’honneur de la colonie d’Antioche p (...)
  • 179 Voir infra p. 50.
  • 180 Voir infra p. 128-133.

32À plusieurs reprises dans le courant du ive s., la colonie est qualifiée de splendidissima dans des dédicaces publiques173. La diffusion de cette appellation et d’autres adjectifs – comme honestissimus et sanctissimus –, pour désigner les communautés locales et leur principal organe institutionnel qu’est l’ordo, se généralise en Occident dans le courant du iie s.174. Elle coïncide avec le développement des qualificatifs éthiques prêtés aux bienfaiteurs eux-mêmes dans les décrets et les inscriptions honorifiques175. Ces appellations peuvent être comparées aux titres formés sur des superlatifs qui sont alors donnés aux membres des ordres équestre et sénatorial, tels que perfectissimus et clarissimus. C’est ainsi que, parmi les colonies romaines d’Orient, Corinthe, Pella, Sinope et Héliopolis se parent, à leur tour, à cette époque, de l’épithète splendidissima, λαµπροτάτη en grec176. Dans ses titulatures grecques, la colonie d’Antioche de Pisidie, dans une sorte de surenchère et de compétition avec les cités pérégrines177, va, pour sa part, jusqu’à multiplier ses titres honorifiques et arbore ainsi les appellations de λαµπροτάτη καὶ ἔνδοξος Ἀντιοχέων π(όλις) κολ(ωνία) µητρόπολις τῆς Πισιδίας178. De la même manière, le δῆµος – qui désigne la communauté politique formée par la colonie – est qualifié, à Philippes, de σεµνότατος, de « très vénérable », dans une dédicace érigée par la colonie en grec dans le courant du iiie s. (129)179 et l’ordo est caractérisé, à une reprise, par l’épithète sanctissimus (135)180.

La commune de Philippes

  • 181 Amandry, Monnayage, p. 497-500, nos 1, 3-4, 6, 8. La légende R P P C, avec inversion de deux lettre (...)
  • 182 Voir supra n. 173. Cette titulature est également restituée dans une formule de peine sépulcrale da (...)

33La colonie de Philippes est, dans plusieurs inscriptions, désignée sous le nom de res publica. Dans une dédicace monumentale provenant certainement d’un bâtiment public élevé par la colonie dans le centre urbain de Philippes dans la seconde moitié du iie s., la tournure res publica, au nominatif, est juxtaposée au titre de colonie en le précédant, si bien qu’il convient de résoudre au génitif l’abréviation servant à exprimer ce dernier terme : [r(es) p]ublica col(oniae) Iul(iae) Aug(ustae) P[hilipp(iensium)] (45). La même expression, les épithètes en moins, peut se reconnaître dans les lettres R P C P, pour r(es) p(ublica) c(oloniae) P(hilippiensium), figurant sur plusieurs monnaies frappées par la colonie sous le règne de Gallien181, ainsi que sur des milliaires dédiés par la colonie en l’honneur de la dynastie constantinienne182.

  • 183 F. Papazoglou, « Le territoire de la colonie de Philippes », BCH 106 (1982), p. 105-106.
  • 184 A. D. Rizakis, « Incolae-paroikoi : populations et communautés dépendantes dans les cités et les co (...)
  • 185 AE 1998, 1210 : dédicace bilingue à une affranchie, épouse d’un duumvir quinquennal étant lui-même (...)
  • 186 AE 1925, 126 : édit du gouverneur de Galatie L. Antistius Rusticus prévoyant que tous les habitants (...)
  • 187 J. Gascou, « L’emploi du terme respublica dans l’épigraphie latine d’Afrique », MEFRA 91 (1979), p. (...)

34Dans son article fondamental sur le territoire de la colonie de Philippes, F. Papazoglou a cherché à distinguer les notions de colonia et de res publica en y voyant des réalités institutionnelles différentes : le terme colonia ne se serait appliqué qu’à la communauté des colons, tandis que celui de res publica, désignant le « domaine communal de la colonie », aurait également inclus les habitants du territoire colonial qui étaient dépourvus de droits civiques, à savoir les incolae183. Pourtant, si les résidents pérégrins des colonies romaines peuvent se réunir en des associations comparables à des corps constitués184 – comme cela est notamment attesté à Dion185, et indirectement à Antioche de Pisidie186, où ceux-ci apparaissent en tant que groupes structurés –, ils ne forment pas pour autant une communauté étrangère à la colonie. La théorie de F. Papazoglou se heurte à l’acception usuelle du terme res publica, qui est très fréquemment utilisé dans les sources épigraphiques en Occident, en particulier en Afrique, pour qualifier une communauté politique locale, quel que soit son statut particulier (municipe, colonie, ciuitas pérégrine et même uicus, pagus ou castellum)187. Il apparaît que les termes colonia et res publica, à Philippes, se rapportent à une seule et même entité, mais envisagée de deux points de vue différents. Le premier terme (colonia) caractérise l’entité politique aux yeux des autorités romaines et définit son statut constitutionnel par opposition aux autres communautés locales : Philippes est, en effet, une colonia qui fut créée par les autorités de l’État romain dans la province de Macédoine, ce qui la distinguait des cités pérégrines environnantes. Le second terme (res publica) envisage la même entité, mais pour ce qui est de son fonctionnement intérieur, en tant que collectivité locale disposant d’institutions propres permettant d’assurer son maintien.

  • 188 91, 203 ; Pilhofer II 38, 138, 457, 487, 523, 741. La tournure [r(es) pub(lica)] c(oloniae) Philipp (...)
  • 189 8, 11, 61, 78, 159, 162, 224 ( ?). Voir infra p. 131-132.
  • 190 E. Lyasse, « Communis ou publicus ? D’Irni à Arpinum », MEFRA 122 (2010), p. 7-14.
  • 191 47, 64.
  • 192 Voir infra p. 225-230.
  • 193 Voir, de même, I. Sinope 121.

35C’est pourquoi, dans les formules de protection des tombeaux, la colonie, qui est identifiée comme bénéficiaire de l’amende, est régulièrement décrite en tant que res publica Philippiensium, l’ethnique étant parfois omis188. Car on se réfère ici, au premier chef, à la communauté politique locale, à l’« État » philippien en quelque sorte, doté de structures administratives et jouissant d’un patrimoine. Aussi l’adverbe publice, accompagnant la mention decreto decurionum, suffit-il à exprimer, dans les dédicaces publiques189, une décision émanant des organes représentatifs de la colonie et engageant l’ensemble de la res publica, en particulier d’un point de vue financier190. Dans les rares dédicaces grecques dues à la colonie, le terme publice est d’ailleurs rendu par l’expression ἐκ τῶν ἰδίων, ce qui rend manifeste l’implication financière de la collectivité dans l’érection du monument191. Dans une dédicace monumentale qui fut offerte à la dynastie flavienne, la source des revenus est même explicitement rappelée, puisqu’il est fait mention des taxes (ex uectigalibus pub(lice) d(ecreto) d(ecurionum)) qui servirent à mettre en œuvre les aménagements entrepris au théâtre (7). Pour la même raison, les curateurs sénatoriaux nommés par l’empereur afin d’exercer un contrôle sur les finances municipales sont qualifiés, comme à l’accoutumée pour les titulaires de ce type de fonction, de curatores rei publicae Philippiensium192. Dans une dédicace à Constantin, en revanche, la colonie est simplement désignée comme res publica, sans autre qualificatif, car le rang de colonie et l’ethnique sont mentionnés juste avant dans la même inscription en lien avec le titre honorifique de « fondateur » (conditor) qui fut donné à l’empereur par les Philippiens (29). Dans le cas présent, le recours au terme res publica permit d’éviter une répétition du titre de colonie, qui était désormais évident. Lorsqu’il est question dans les inscriptions de la res publica coloniae, de la « commune de la colonie », il faut admettre que la tournure n’est pas redondante, mais qu’elle insiste, en particulier, sur la collectivité que constitue la colonie et qu’elle vise les organes institutionnels qui la régissent, d’où son emploi comme titulature officielle dans des dédicaces et des légendes monétaires193.

  • 194 Une expression comparable se rencontre dans la dédicace qu’un sévir augustal de Pouzzoles a offerte (...)
  • 195 Voir infra p. 54-56.
  • 196 Voir supra n. 173.

36Reste à examiner deux documents dont la formulation atypique a pu entretenir la confusion concernant l’interprétation à donner du terme res publica. Dans la dédicace érigée au Génie de la colonie de Philippes par le curateur C. Modius Laetus Rufinianus dans la cella du temple du culte impérial sur le forum, la res publica paraît, de prime abord, distinguée de la colonia : Genio colon[iae] / Iul(iae) [Au]g(ustae) Phil[ipp(iensium)] / [et rei] publi[cae] (43). C’est sur cette inscription que s’appuyait F. Papazoglou pour séparer la colonia de la res publica. Pourtant, au vu des éléments que nous avons invoqués ci-dessus, il convient de comprendre ici la conjonction et, non pas comme l’expression d’une séparation entre la colonia et la res publica, mais comme une surenchère : la divinité honorée par Rufinianus est le Génie de la colonie et commune des Philippiens194. La célébration du seul Génie de la colonie aurait pu se révéler suffisante, comme on le voit dans les autres dédicaces faites au profit de la colonie envisagée comme une collectivité195. Il se peut toutefois que cette précision ait été motivée, en l’occurrence, par les fonctions revêtues par Rufinianus dans la colonie. En tant que curator rei publicae Philippiensium, celui-ci a peut-être tenu à insister sur les liens l’unissant à la « commune » (res publica) de Philippes dans la dédicace qu’il a consacrée au Génie de la colonie. On fera cependant remarquer, en toute rigueur, que la conjonction et est restituée dans l’inscription. Même si cette restitution paraît fort vraisemblable au vu de l’espace disponible au début de la l. 3, il n’est pas impossible que la formulation initiale ait été Genio colon[iae] / Iul(iae) [Au]g(ustae) Phil[ipp(iensium)] / [rei] publi[cae] et que la dédicace ait été offerte au « Génie de la commune de la colonie Iulia Augusta des Philippiens ». Une telle formulation, où le titre de colonie au génitif précède le terme res publica dont il dépend, peut être reconnue dans un milliaire découvert en remploi dans le rempart de Philippes selon la restitution proposée par F. Mottas196.

  • 197 Pilhofer II 559 (cf. CIPh II.1, App. 3, no 5).
  • 198 Nous remercions S. Provost, qui en a retrouvé récemment la copie dans le fonds d’archives de P. Per (...)
  • 199 Voir infra p. 111-112.
  • 200 A. G. Zannis, « Observations épigraphiques sur le territoire de Philippes : le cas de la vallée de (...)

37Enfin, sur une borne découverte en remploi à Néo Souli près de Serrès, délimitant sous l’autorité de Trajan les terres de la colonie de Philippes et la propriété d’un particulier du nom de Claudianus Artemidorus, la colonie est désignée de la manière suivante, selon l’édition qu’en donne P. Pilhofer : fines dere/cti inter rem [pu]/blicam col(oniam) Phi/lippiensem et / Claudianum Ar/temidorum197. Il est préférable cependant de résoudre l’abréviation au génitif et de lire col(oniae), conformément à la titulature que nous avons détaillée ci-dessus. Il n’en demeure pas moins que l’adjectif ethnique Philippiensem, au lieu du substantif Philippiensium au génitif pluriel, est surprenant. Il a manifestement été accordé avec le terme rem publicam, qui n’était pas abrégé, le recours à l’accusatif ayant pu être aussi encouragé en l’occurrence par la juxtaposition, à l’accusatif également du fait de la préposition inter, du nom du propriétaire dont les terres étaient contiguës au domaine public. La même tournure se lit sur une seconde borne en tous points similaire à la première (délimitant également sous l’autorité de Trajan les terres publiques de la colonie et une propriété privée) qui fut relevée, toujours à Néo Souli, par P. Perdrizet en 1899 et qui est demeurée inédite jusqu’à ce jour198. Ces deux bornes avaient certainement été érigées à l’origine sur l’étendue de la praefectura de la colonie de Philippes qui était située dans la région à l’Est de Serrès, autrement dit sur des terres qui appartenaient à la colonie et dépendaient juridiquement d’elle, même si elles étaient physiquement détachées du noyau central de la pertica qui se trouvait dans la plaine de Drama199. Le recours à la tournure res publica coloniae sur ces bornes prenait ici un sens technique dans la mesure où leur fonction était précisément de marquer sur le terrain la limite entre des propriétés privées et le patrimoine public de la colonie200.

La désignation en grec de la colonie

  • 201 47, 64, 129.
  • 202 Voir infra p. 77-80.
  • 203 Voir infra p. 119-128.
  • 204 H. Fernoux, Le Demos et la Cité. Communautés et assemblées populaires en Asie Mineure à l’époque im (...)
  • 205 Voir peut-être également dans ce sens I. Sinope 86, 98 ; pour la possibilité que ces deux inscripti (...)

38Dans les trois seules dédicaces publiques rédigées en grec dont nous ayons connaissance à Philippes, dans le courant du iiie s., les autorités de la colonie sont désignées par le terme ὁ δῆµος201. Loin de prouver la survivance d’une cité grecque aux côtés de la colonie – comme le supposait C. Edson202 –, cette formule est la traduction d’un terme latin. Il ne faudrait toutefois pas comprendre ὁ δῆµος au sens strict de populus, d’assemblée du peuple203, par opposition à l’ordo, car le dédicant ne se limite probablement pas, en l’occurrence, au seul organe représentant le corps civique204. C’est l’ensemble de la collectivité qui fut impliquée dans l’érection des statues en question, comme le souligne – dans deux des dédicaces – la tournure ἐκ τῶν ἰδίων, rendant l’adverbe latin publice. Le terme ὁ δῆµος traduit, dans ce contexte, la dénomination res publica qui, comme nous venons de le voir, est fréquemment employée à Philippes lorsque l’on se réfère à la communauté politique que constitue la colonie205.

  • 206 Pilhofer II 22, 119, 127, 133, 137, 265, 267, 280, 301 (précision de l’ethnique Φιλλιππέων [sic]), (...)
  • 207 Corinth VIII/3, nos 116, 139, 206, 468, 502, 510.
  • 208 I. Alexandreia Troas 94, 99, 102, 111, 129, 153, 154, 156. Dans I. Alexandreia Troas 98, en revanch (...)
  • 209 AE 1985, 772 ; SEG XXIV 496 (IStob 11) ; IStob 38.
  • 210 Rizakis, Patras, nos 364*-365* (il est pourtant aussi fait référence à la κολ(ωνία) dans cette dern (...)
  • 211 Levick, Colonies, p. 73 ; cf. Guerber, Cités, p. 400-407. Voir supra n. 178.
  • 212 CIPh II.1, p. 364, no 2.

39De la même manière, la notion de res publica est, dans les formules funéraires de protection des tombeaux exprimées en grec au cours du iiie s., régulièrement rendue par le terme πόλις, qui lui sert d’équivalent206. Indépendamment de son statut particulier de colonie romaine, Philippes peut, en effet, être qualifiée à juste titre de polis en grec, au sens large du terme, dans la mesure où il s’agit – de manière comparable à une cité grecque – d’une entité politique locale présentant les mêmes caractéristiques formelles, étant composée d’un corps civique, pourvue d’organes représentatifs, au premier rang desquels figure l’ordo decurionum, et régie par des magistrats. Cette appellation, qui dénote une contamination de la terminologie usuelle dans les cités pérégrines des provinces hellénophones, est, du reste, employée aussi fréquemment à propos des colonies de Corinthe207 et d’Alexandrie de Troade208. On la rencontre également pour désigner le municipe de Stobi209. C’est sous ce même nom que la colonie de Patras choisit de se présenter dans des dédicaces qu’elle fit ériger à titre public dans des cités pérégrines hellénophones210 et la colonie d’Antioche de Pisidie, à l’instar d’une cité grecque, en vint même à être parée du titre de µητρόπολις211. Le terme ciu(itatis), que l’on peut reconnaître sur une inscription topique du théâtre de Philippes d’époque avancée, est certainement la version latinisée de la dénomination πόλις, qui devint usuelle à mesure que le grec se diffusa dans la colonie212.

  • 213 Pilhofer II 711, l. 3 : πρὸς τὴν κολωνείαν. Cf. J. Fournier (n. 69).
  • 214 Pilhofer II 273.
  • 215 Ac XVI 12. Voir infra p. 237-242.
  • 216 I. Sinope 101, 121, 160 ; I. Central Pisidia 34-35, 39-42, 45 (Cremna) ; CIL III 6886 (Comama) ; AE(...)
  • 217 J.-L. Ferrary, Les mémoriaux de délégations du sanctuaire oraculaire de Claros, d’après la document (...)
  • 218 Rizakis, Patras, no 363*.
  • 219 Voir, par exemple, Strabon, XII 3, 6 (Héraclée du Pont) ; XII 3, 11 (Sinope). Cf. D. Musti, « Il le (...)
  • 220 M. Cottier et al. (éds), The Customs Law of Asia (2008), p. 68-69, § 44, l. 103-105.
  • 221 R. Gest. diu. Aug. XV 3 ; XVI 1 ; XXI 3 ; XXVIII ; App. 4.

40Il arrive cependant que le titre de colonia dont jouit Philippes soit conservé en grec et translittéré sous la forme κολωνία. C’est notamment le cas, à l’époque flavienne, dans la lettre du procurateur de Thrace L. Venuleius Pataecius à la cité de Thasos au sujet du différend territorial qui l’opposait à la colonie213. Le recours à la transcription grecque de ce terme technique n’est toutefois pas l’apanage des autorités romaines et celle-ci était utilisée à Philippes même, comme le montre, dans une épitaphe, la clause prévoyant le paiement d’une amende à la κολονία (sic) en cas de violation de la sépulture214. Dans les Actes des Apôtres, au moment de présenter la première « cité » visitée par Paul sur le sol européen, le rédacteur ne manque pas de préciser le statut colonial de Philippes et recourt, pour ce faire, au lexique institutionnel romain : ἥτις ἐστὶν πρώτης µερίδος τῆς Μακεδονίας πόλις, κολωνία215. Cette transcription est, d’ailleurs, fréquemment attestée dans les autres colonies d’Orient216 et elle fut en particulier employée pour désigner les colonies, telles qu’Antioche de Pisidie, Deultum, Iconium ou Parion, qui avaient officiellement envoyé des délégations au sanctuaire de Claros pour consulter l’oracle d’Apollon217. À l’inverse, dans une dédicace bilingue qui fut érigée à Athènes par la colonie de Patras en l’honneur de la personnification de cette cité, le titre de colonia fut délibérément traduit par le terme plus proprement grec d’ἀποικία, le choix de cette forme ayant dû paraître approprié dans une cité où le classicisme était à ce point valorisé218. C’est d’ailleurs le terme qu’emploie indifféremment Strabon lorsqu’il se réfère à des colonies, qu’il s’agisse de coloniae romaines ou de colonies grecques archaïques219. De manière plus surprenante, la traduction ἀποικία fut même utilisée dans un contexte administratif à propos d’Alexandrie de Troade, dans la clause concernant la colonie qui fut ajoutée par les consuls de 12 av. J.-C. au règlement douanier de la province d’Asie220, ainsi que dans la version grecque des Res Gestae d’Auguste quand l’empereur renvoie aux colonies de vétérans qu’il avait fondées221.

La mention de Philippes dans les carrières de magistrats

  • 222 53, 119, 123, 125, 140, 146 ; cf. CIPh II.1, App. 4, nos 11-13, 17-19, 23. L’abréviation Philip. se (...)
  • 223 59B, 61-62, 69, 121, 125, 127 ( ?), 136, 146. Voir aussi 149.
  • 224 Questeur : 77, 89, 141, 181 ; édile : 119, 132 ; CIPh II.1, App. 3, no 3 (AE 2014, 1193) ; irénarqu (...)
  • 225 121 (suit le flaminat), 125 (suit la questure), 127 (suit le titre de munerarius ?), 136 (suit le t (...)
  • 226 50, 113, 117 (comparer 132), 120, 134. La mention Philippis n’est manifestement pas précisée lorsqu (...)

41Un phénomène répandu dans la colonie est la mention, dans les inscriptions latines, du nom de Philippes à l’ablatif ayant fonction de locatif dans l’énumération de la carrière des magistrats locaux. Cette précision – d’ordinaire abrégée Phil. ou Philipp., mais parfois écrite en toutes lettres Philippis222 – est régulièrement accolée aux charges revêtues par l’intéressé. Dans les cas où l’individu s’est acquitté de plusieurs fonctions, l’indication Philippis est alors rejetée à la fin de l’énumération des charges, après la dernière magistrature mentionnée, qui est en principe la plus élevée. C’est pourquoi cette mention est, à plusieurs reprises, associée à la magistrature de duumvir223. Elle accompagne cependant aussi, au gré des carrières, les fonctions de questeur, d’édile, d’irénarque, le titre de munerarius, le flaminat, ainsi que l’indication du rang de décurion224. Dans les carrières développées, où l’individu est parvenu jusqu’à la magistrature suprême, on observe une tendance consistant à faire figurer Philippis directement après le duumvirat, même si une fonction supplémentaire est encore mentionnée par la suite225. Cela suggère que le but de cette indication était de rendre visible le lieu où le magistrat avait atteint le sommet de la carrière municipale. Les carrières où manque la précision Philippis – du moins celles qui nous sont parvenues intégralement dans les inscriptions – constituent des exceptions226.

  • 227 37-38 : dec(urioni) Phil(ippis) et in prouinc(ia) Thra(cia).
  • 228 61-62, 69. Voir, de même, 56 et 60 où la référence à la colonie est explicitée par la titulature dé (...)
  • 229 Il s’agit d’inscriptions relevées à Kavala, Thessalonique et Serrès : 53 ; CIPh II.1, App. 2, p. 37 (...)
  • 230 CIPh II.1, App. 4, nos 1-2, 5-8, 10, 12-13, 17-21, 23-26, 30-31, 33, 35.
  • 231 À l’inverse, dans l’épitaphe Pilhofer II 562 (cf. CIPh II.1, App. 3, no 6), la mention Philipp(is) (...)
  • 232 Voir, par exemple, 121.

42Dans quelques cas, la mention de Philippes sert à distinguer une fonction revêtue dans la colonie d’autres charges qu’avait assumées l’intéressé dans un autre contexte, en l’occurrence dans la province de Thrace227 ou au cours d’une carrière militaire ou équestre228. Dans toutes les autres attestations, en revanche, aucune ambiguïté n’est possible, le magistrat ayant poursuivi une carrière sur le plan local exclusivement. On a parfois cherché à tirer argument de la présence de l’indication Philippis dans une inscription dont la provenance est litigieuse pour établir que celle-ci n’avait pas été dressée initialement sur le territoire colonial229. De fait, les inscriptions se référant à des Philippiens qui furent érigées en dehors de la colonie, de même que les diplômes militaires relatifs à des soldats philippiens, recourent à la mention Philippis pour indiquer l’origo de ces individus230. Cela ne saurait toutefois constituer une preuve pour les inscriptions qui retiennent ici notre attention, et ce pour deux raisons. D’abord, dans les carrières de magistrats où apparaît l’indication Philippis, celle-ci n’est pas intégrée à la formule onomastique – comme c’est le cas dans les inscriptions mentionnant des soldats –, mais elle est associée à un titre de fonction, ce qui montre que cette précision n’a pas la même valeur que la mention de l’origo231. Ensuite, sur la trentaine d’inscriptions de magistrats portant la mention Philippis que l’on connaît, la quasi-totalité d’entre elles furent de manière certaine érigées dans les limites de la pertica philippienne, voire dans la ville même de Philippes, dans le centre monumental232 ou dans les nécropoles urbaines. On en conclut que la mention de Philippes dans l’énumération des carrières des magistrats de la colonie n’avait pas d’utilité pratique pour identifier l’entité politique dont ceux-ci étaient issus. Reste toutefois à en déterminer la raison et peut-être la portée symbolique.

  • 233 C’est le cas, par exemple, dans la colonie de Tergeste : C. Zaccaria, « Un nuovo duoviro della colo (...)
  • 234 Voir infra p. 270-274.
  • 235 Voir infra p. 85-90.

43Si la précision du nom de la communauté dans la titulature des détenteurs de charges publiques se rencontre ailleurs233, l’indication quasi systématique par les magistrats de la colonie du lieu où ils avaient exercé leurs fonctions – quand bien même celui-ci était évident – est une spécificité philippienne. Une explication possible de ce phénomène consisterait à y voir l’expression de l’attachement particulièrement vif de la part des magistrats philippiens envers leur colonie. On sait, en effet, que l’élite civique philippienne fut constituée, depuis la double fondation de la colonie jusqu’au iiie s., des descendants des mêmes familles de colons italiens. La cohésion sociale et le conservatisme culturel de ce groupe transparaissent notamment dans le fait que la cooptation d’individus d’ascendance pérégrine pour siéger à l’ordo s’est révélée exceptionnelle tout au long de l’existence de la colonie234 et dans le maintien durable du latin comme langue usuelle235. Il se peut donc que la mention explicite de Philippes dans l’évocation des carrières des magistrats coloniaux participe du même mouvement. Celle-ci aurait été la manifestation de la conscience aiguë d’une identité locale, d’un patriotisme philippien en quelque sorte, et le signe de la fierté qui habitait les membres de l’élite civique, prompts à affirmer par ce biais leur appartenance à une communauté politique romaine et latinophone dans un environnement majoritairement pérégrin.

La colonie comme objet de dévotion

  • 236 .Sur ce sanctuaire et la divinité, d’origine thrace, qui y était vénérée, voir CIPh II.1, p. 52-55  (...)
  • 237 Voir infra p. 314-315.

44Comme cela est habituel pour tous les types de collectivités et de corps constitués – aussi bien dans l’Occident romain qu’en Orient depuis l’époque hellénistique –, la colonie de Philippes, en tant que communauté politique, était considérée par ses habitants comme une entité abstraite, comme un agent autonome digne de leur attention et de leurs soins et elle fit, à ce titre, l’objet de divers actes de dévotion. Nous examinerons, ici, brièvement ce phénomène pour ce qui touche aux dénominations employées pour qualifier la colonie. Des dédicaces propitiatoires furent ainsi consacrées, l’une par un médecin à Isis Reine (23), l’autre par un duumvir au Héros Aulonitès dans son sanctuaire de Kipia (158)236, « pour le salut de la colonie Iulia Augusta des Philippiens » dans son ensemble. Des formules identiques étaient utilisées en faveur de la famille impériale237.

  • 238 Voir supra p. 48-49 pour la formulation de la titulature de la colonie dans cette inscription. Pour (...)
  • 239 AE 1950, 233 (IGLMusBey 49) ; cf. CIL III 153.
  • 240 Martin, Inscriptions, p. 180-183, no 3.
  • 241 K. Martin, « Genius coloniae. Lokalpatriotismus auf Münzen römischer Kolonien in Griechenland und K (...)
  • 242 C. Brélaz, « L’archonte stéphanéphore et la Tyché de Lébadée », Tyche 21 (2006), p. 11-28.
  • 243 À Cremna, un culte, desservi par un sacerdos, semble même avoir été institué pour la Bona Fortuna c (...)
  • 244 K. Martin, Demos, Boule, Gerousia. Personifikationen städtischer Institutionen auf kaiserzeitlichen (...)
  • 245 É. Lapalus, « Sculptures de Philippes », BCH 57 (1933), p. 452-458, no 4 avec fig. 5-6 ; id., « Scu (...)
  • 246 Amandry, Monnayage, p. 498-500, nos 4, 8 ; p. 504-506, nos 2, 5.

45Des divinités et des allégories attachées à la colonie et censées veiller à sa sauvegarde étaient, de plus, vénérées dans un contexte cultuel. Le curateur sénatorial C. Modius Laetus Rufinianus, par exemple, fit ériger dans la cella du temple du culte impérial une statue du « Génie de la colonie et commune Iulia Augusta des Philippiens » (43)238. La Fortune du Génie de la colonie était semblablement vénérée dans la colonie de Berytus239 et on connaît même à Corinthe un sacerdos Genii coloniae240. Plusieurs colonies romaines d’Orient, en particulier Cremna, Antioche de Pisidie et Alexandrie de Troade, frappèrent régulièrement des monnaies au type du Génie local tout au long des iie et iiie s., munies d’une légende identifiant explicitement le Genius coloniae241. Si l’archétype de cette divinité est à chercher dans le culte du Genius populi Romani à Rome même, on constate que la figuration de la divinité masculine qu’était le Génie fut, dans les faits, influencée par l’iconographie de son équivalent grec féminin Tychè, qui fut élaborée au cours de l’époque hellénistique242. Progressivement, l’allégorie de la colonie fut sur certaines monnaies de ces colonies représentée, plutôt que sous les traits masculins du Génie, comme une divinité féminine et nommée dans la légende Fortuna coloniae243. L’instauration d’un culte à la Fortune / Tychè locale dans les colonies est symptomatique de la généralisation dans l’Orient romain des actes de dévotion au profit de la personnification des communautés locales et de ses organes institutionnels et on peut y voir, en l’occurrence, un emprunt direct des pratiques en vigueur dans les cités pérégrines244. Cela semble avoir été le cas également à Philippes où des statues fragmentaires découvertes sur le forum pourraient être interprétées comme des figurations de la Tychè locale, en particulier une tête coiffée d’une couronne murale245. C’est certainement aussi la Fortune / Tychè de la colonie qui est représentée, coiffée d’un kalathos et tenant un gouvernail ainsi qu’une corne d’abondance, au revers de plusieurs émissions philippiennes datant du règne de Gallien246.

  • 247 Voir infra p. 314.
  • 248 16, 18-19, 21. Voir aussi 22.
  • 249 Voir le commentaire au 6 et infra p. 314-315.
  • 250 Pilhofer II 251.
  • 251 Voir infra p. 132.
  • 252 C. Katsari, S. Mitchell, « The Roman Colonies of Greece and Asia Minor. Questions of State and Civi (...)

46Le centurion d’origine philippienne L. Tatinius Cnosus consacra, pour sa part, sur le forum une statue à la « Quiétude Auguste de la colonie des Philippiens » (84). Alors que la personnification de quies – qui évoque la paix et la sécurité – est rarement attestée, l’association de l’épithète impériale Augustus à d’autres divinités et allégories est bien connue à Philippes247. Le geste de Cnosus avait pour intention de remettre la tranquillité et la prospérité de la colonie à la puissance de l’empereur et à l’ordre dont il se portait garant. La réunion de la colonie et de la famille impériale dans un même élan se répète, du reste, sur les dédicaces monumentales des quatre principaux bâtiments du forum, où les particuliers ayant financé les travaux affirment avoir édifié ceux-ci « en l’honneur de la maison divine et de la colonie Iulia Augusta des Philippiens »248. Cette formule, honorifique plutôt que votive, est habituelle dans les dédicaces d’édifices publics à la famille impériale ou à la communauté civique249. L’association de la colonie et de la famille impériale, en plus de suggérer une allégeance de la première à la seconde, avait pour effet de lier le destin de la collectivité locale au salut de la dynastie régnante. Enfin, on relève encore à Philippes des dédicaces à d’autres allégories liées à l’expression de la vie publique de la colonie, telles que la Fortune et le Génie du marché (macellum)250, ainsi que la divinité tutélaire du Conseil – qui en était en même temps la personnification –, Βουλὴ Ἑστιαῖα251. L’ensemble de ces manifestations au profit d’allégories de la colonie est une illustration supplémentaire du patriotisme local qui se développa au fil du temps dans les colonies romaines d’Orient252 et dont nous avons cru pouvoir déceler un exemple précoce lorsque nous évoquions ci-dessus l’insistance avec laquelle les magistrats philippiens mentionnaient le lieu d’exercice de leurs fonctions.

3. La tribu des colons et la question de la citoyenneté locale

  • 253 Selon Suet., Aug. XLVI, Auguste avait tenté d’introduire un système permettant aux décurions des co (...)
  • 254 W. Kubitschek, Imperium Romanum tributim discriptum (1889), p. 243-244 ; Collart, Philippes, p. 258 (...)
  • 255 M. Rieger, Tribus und Stadt. Die Entstehung der römischen Wahlbezirke im urbanen und mediterranen K (...)
  • 256 J.-M. Lassère, Manuel d’épigraphie romaine I (2005), p. 114-127.
  • 257 G. Forni, « Le tribù romane nelle province balcaniche », Pulpudeva 2 (1978), p. 116-118 (repris dan (...)
  • 258 É. Deniaux, « Recherches sur les tribus de l’Albanie romaine : la tribu Aemilia », dans Silvestrini(...)
  • 259 A. D. Rizakis, « Tribus romaines dans les provinces d’Achaïe et de Macédoine », dans Silvestrini, T (...)
  • 260 L’hypothèse avancée par H. Halfmann, « Italische Ursprünge bei Rittern und Senatoren aus Kleinasien (...)
  • 261 F. Camia, « Le tribù romane nelle colonie d’Asia Minore », dans Silvestrini, Tribù, p. 367-371.

47Même si, en raison de leur éloignement de l’Urbs, les citoyens romains établis dans les différentes colonies réparties dans les provinces de l’Empire n’étaient pas, pour des raisons pratiques, en mesure de participer aux comices à Rome – et cela était déjà vrai des citoyens dispersés dans la péninsule italienne à la suite de l’accroissement de l’État romain au cours de l’époque républicaine253 –, ceux-ci étaient néanmoins tous inscrits dans une tribu. Comme l’indique la place qui était faite à la mention de la tribu dans la formule onomastique des citoyens romains, entre la filiation et le cognomen, l’appartenance à une tribu fut considérée jusqu’à l’époque impériale comme étant constitutive de la possession de la ciuitas au même titre que les tria nomina. Pour ce qui est de Philippes, il est rendu évident par la documentation épigraphique que les citoyens romains originaires de la colonie étaient inscrits dans l’une des tribus rurales créées dès le début de l’époque républicaine, la Voltinia254, dont le nom provient certainement de celui d’une gens255. On ignore cependant les raisons qui conduisirent à cette décision. De manière générale, la logique administrative ayant présidé à la répartition des citoyens romains établis dans les communautés locales de l’Empire dans l’une ou l’autre des trente et une tribus rurales nous échappe. Au vu du rôle électoral des tribus et de leurs compétences législatives, les impératifs politiques durent être prédominants, du moins à l’époque républicaine et en Italie, aussi longtemps que la réunion des comices eut une incidence directe sur la conduite des affaires publiques de l’État256. On ne peut, pour expliquer le choix de la Voltinia dans le cas de Philippes, invoquer la tribu du fondateur, comme cela peut se faire, en revanche, pour de nombreuses communautés qui reçurent leur tribu des Flaviens en Espagne (tribu Quirina) ou de Trajan en Afrique (tribu Papiria), entre autres257. Car la tribu d’Antoine était, en l’occurrence, la Cornelia et on ignore tout de celle de son légat qui fut chargé de la déduction, Q. Paquius Rufus. On constate, par ailleurs, que les colonies fondées par César et Octave-Auguste en Orient furent réparties dans une multitude de tribus : on mentionnera, pour s’en tenir aux cas avérés, la tribu Aemilia pour les colons de Dyrrachium258 et de Corinthe, la Quirina pour ceux de Patras259, l’Aniensis pour ceux d’Alexandrie de Troade et la Sergia pour ceux d’Antioche de Pisidie260. Seuls les citoyens de Berytus furent inscrits dans la tribu des Iulii, la Fabia. Il en va peut-être de même des citoyens des colonies augustéennes mineures d’Anatolie, telles que Comama, Olbasa, Ninica et Germa, mais la documentation épigraphique est, dans chacun de ces cas, trop peu étoffée pour aboutir à des certitudes261.

  • 262 M. Buonocore, « Per una regio IV Augustea tributim descripta: problemi, dubbi, certezze », dans Sil (...)
  • 263 F. Bérard, « Remarques sur les tribus dans les cités de Gaule Narbonnaise », dans Silvestrini, Trib (...)
  • 264 W. Kubitschek (n. 254), p. 57-60, 205-216.
  • 265 M. Christol, « La municipalisation de la Gaule Narbonnaise », dans M. Dondin-Payre, M.-T. Raepsaet- (...)

48En dehors de Philippes, la tribu Voltinia rassemble les citoyens de plusieurs municipes en pays samnite à partir de la guerre sociale262, ainsi que ceux de nombreuses communautés – originellement de droit latin – en Narbonnaise263, dont les colonies de Vienne et de Nîmes, ce qui explique que l’empereur Antonin le Pieux, dont la famille était originaire de cette dernière colonie, ait été lui aussi inscrit dans la Voltinia264. Mais rien ne paraît pouvoir être inféré de ces parallèles et il ne semble pas que la fondation de Philippes puisse être mise en relation d’aucune manière avec la politique menée par César, Lépide, puis Octave-Auguste envers les communautés locales de Narbonnaise265. Aucun renseignement ne peut non plus être tiré de la dédicace – exposée au forum – en l’honneur d’un certain M. Lollius, inscrit dans la tribu Voltinia (40). Quand bien même il s’agirait du proconsul de Macédoine de 19/8 av. J.-C., ce qui n’est pas certain, le fait que celui-ci était inscrit dans la même tribu que les Philippiens serait tout au plus une coïncidence. Car le proconsulat de M. Lollius est postérieur de plus de vingt ans à la fondation de la colonie et les citoyens philippiens avaient alors déjà été attribués depuis longtemps à la Voltinia.

  • 266 W. Eck, « Die claudische Kolonie Apri in Thrakien », ZPE 16 (1975), p. 295-299 ; L. Polychronidou-L (...)
  • 267 CIPh II.1, App. 4, no 13. Voir infra.
  • 268 CIPh II.1, App. 4, no 4.

49La Voltinia, en revanche, est aussi la tribu à laquelle appartenaient manifestement les citoyens de la colonie d’Apri en Thrace, située comme Philippes le long de la uia Egnatia. Apri et Philippes sont les deux seules colonies d’Orient dont les citoyens aient été inscrits dans cette tribu266. Du moment que la colonie d’Apri fut fondée par l’empereur Claude plusieurs décennies après Philippes et au vu de la relative proximité entre les deux colonies, on pourrait suggérer, à titre d’hypothèse, que des Philippiens participèrent à la déduction d’Apri. Ce phénomène, consistant pour des individus originaires de Philippes à quitter leur colonie pour s’installer dans une nouvelle fondation, connaît au moins une illustration avec C. Iulius Longinus, un vétéran de la VIIIe légion Auguste d’origine philippienne qui, à son congé, fut établi à Reate en Sabine par l’empereur Vespasien267. La présence de Philippiens parmi les colons déduits à Apri – dont il resterait néanmoins à déterminer le nombre et les circonstances exactes de la migration – expliquerait peut-être pourquoi fut également choisie la tribu Voltinia pour les citoyens de cette dernière colonie. Du moins constate-t-on que des familles avaient des intérêts dans les deux colonies simultanément et que des notables pouvaient s’y distinguer en parallèle. C’est en particulier le cas du chevalier C. Antonius Rufus, qui revêtit des charges et des prêtrises publiques dans quatre colonies à la fois, toutes situées le long de la uia Egnatia et dans la région des Détroits, dont Apri et Philippes268. Étant inscrit dans la tribu Voltinia, Rufus pouvait être originaire aussi bien d’Apri que de Philippes, même si son gentilice, qui indique certainement que sa famille était d’extraction pérégrine et qu’elle reçut la ciuitas d’Antoine, suggère plutôt que ses ancêtres faisaient partie des notables locaux gratifiés de la citoyenneté romaine à la fondation de la colonie de Philippes (la colonie d’Apri n’ayant été déduite, quant à elle, que sous le règne de Claude). Tout au plus pourrait-il s’agir, dans l’hypothèse que nous venons d’évoquer, d’un représentant des familles philippiennes installées à Apri lors de la déduction claudienne, déduction à laquelle Rufus pourrait avoir lui-même participé en tant que jeune adulte dans la mesure où sa carrière militaire équestre paraît s’être déroulée peu après, sous le règne de Néron.

  • 269 CIL XIII 6826 ; E. Vorbeck, Militärinschriften aus Carnuntum2 (1980), no 183.
  • 270 Voir infra p. 72. La pseudo-tribu Ulpia est, en revanche, attestée pour un autre soldat d’Apri : G.(...)
  • 271 G. Forni (n. 123), p. 105, n. 2.
  • 272 AE 1974, 582 : M(arcus) Scurricius C(aii) f(ilius) Vol(tinia) Rufinus ae[d(ilis)] q(uaestor) IIuir (...)
  • 273 CIL XIII 6826.

50On notera cependant que la tribu Claudia figure au moins pour deux soldats originaires d’Apri dont l’épitaphe fut érigée en dehors de la colonie269. Or, ces épitaphes ne paraissent pas suffisamment tardives pour qu’on soit autorisé à y voir une pseudo-tribu dont le nom aurait été formé sur l’épithète de la colonia Claudia Aprensis, comme cela se produisit pour des soldats originaires de Philippes qui furent enrôlés avec la mention de la tribu Iulia – rappelant le nom de la colonie Iulia Augusta Philippiensium – au lieu de Voltinia270. S’il s’avère donc que les colons d’Apri étaient effectivement inscrits dans la tribu Claudia plutôt que dans la Voltinia271, il faudrait considérer que le magistrat de la colonie d’Apri du nom de M. Scurricius Rufinus, qui était inscrit tout comme C. Antonius Rufus dans la Voltinia, avait conservé la tribu de sa patrie d’origine, Philippes, malgré son installation à Apri272. Un argument supplémentaire en faveur de l’inscription des citoyens romains d’Apri dans la Claudia pourrait provenir du fait que l’un des soldats originaires de cette colonie affichant cette tribu se nomme C. Antonius C. f. Cl(audia) Rufus273. S’il est exact d’en faire le fils du chevalier homonyme inscrit dans la Voltinia (ce qui n’est toutefois pas certain du fait que ce Rufus était simple soldat), il faudrait admettre, comme dans le cas de M. Scurricius Rufinus, que C. Antonius Rufus père avait pu maintenir sa tribu d’origine lors de son transfert de Philippes à Apri, mais que son fils avait, lui, adopté la tribu de leur nouvelle patrie, la colonie d’Apri. Au vu de toutes ces incertitudes, la question de la tribu dans laquelle étaient inscrits les citoyens romains d’Apri mérite peut-être, en définitive, d’être laissée ouverte dans l’attente de nouvelles découvertes épigraphiques permettant de trancher dans un sens ou dans l’autre. Quoi qu’il en soit, nous nous contenterons de relever, pour notre propos, que l’attestation de la tribu Voltinia à Apri, d’une part, la carrière que le chevalier C. Antonius Rufus fit simultanément dans les deux colonies, d’autre part, montrent suffisamment que la colonie de Philippes avait entretenu des relations étroites avec la nouvelle colonie claudienne de Thrace au milieu du ier s. apr. J.-C.

L’installation dans la colonie et l’inscription dans la tribu Voltinia

  • 274 E. Todisco, I veterani in Italia in età imperiale (1999), p. 202-204. Voir les cas des colonies de (...)
  • 275 Voir supra p. 23-25.

51Les colons qui furent déduits à Philippes – qu’il s’agisse des vétérans de la bataille lotis par Antoine ou des civils italiens établis par Octave une douzaine d’années plus tard – abandonnèrent leur tribu d’origine pour adopter celle de leur nouvelle patrie. Les deux seules épitaphes que nous puissions attribuer à la première génération de colons, en l’occurrence des vétérans d’Antoine, en portent témoignage. En effet, Sex. Volcasius (101) et C. Rubrius (99) arborent tous deux la tribu Voltinia, alors que leur origo initiale – qui est explicitement rappelée – était respectivement Pise et Modène, des colonies dont les citoyens appartenaient à la tribu Galeria pour l’une et à la tribu Pollia pour l’autre. L’installation de ces soldats en qualité de colons à Philippes impliqua, d’un point de vue juridique, leur incorporation dans un nouveau corps civique, à savoir l’entité politique fraîchement créée que constituait la colonie, et entraîna, par conséquent, un changement de tribu, conformément à un usage répandu en Italie jusqu’à l’époque claudienne274. La refondation de la colonie par Octave en 30 av. J.-C. – quand bien même elle signifia la dissolution de la colonie antonienne originelle et provoqua probablement la refonte de la constitution locale275 – n’eut, en revanche, aucune conséquence sur la tribu à laquelle les premiers colons avaient été assignés. Comme on peut le déduire de la mention quasi exclusive de la tribu Voltinia pour les magistrats et notables philippiens au cours des ier et iie s. apr. J.-C., la tribu initiale fut conservée et les colons déduits par Octave furent eux aussi inscrits dans la Voltinia.

  • 276 CIPh II.1, App. 4, no 13.
  • 277 CIL IX 4682-4683, 4685, 4689.
  • 278 E. Todisco (n. 274), p. 61-67.
  • 279 A. Beschaouch, « Sur la mention d’une double tribu pour deux citoyens romains d’Ucubi et de Thignic (...)

52Inversement, des Philippiens furent amenés, au fil du temps, à quitter à leur tour la colonie pour être déduits dans une autre communauté et à se défaire, à cette occasion, de leur tribu Voltinia. Une inscription de Sabine expose en détail quelles pouvaient être les circonstances d’une telle mutation. Ainsi, un vétéran de la VIIIe légion Auguste du nom de C. Iulius Longinus – dont il a déjà été question plus haut – est clairement identifié comme Philippien dans l’épitaphe qu’il veilla à ériger de son vivant à Reate pour lui-même, son épouse et ses affranchis. En l’espèce, aucun doute n’est permis quant à la provenance du soldat grâce à la mention conjointe de sa tribu, de son origo et, de surcroît, de la province : domo Voltinia Philippis Macedonia276. Or, il est précisé dans la même inscription que Longinus fut, en tant que vétéran, « déduit par le divin Auguste Vespasien à Reate (en étant inscrit) dans la tribu Quirina » (deductus ab diuo Augusto Vespasiano Quirin(a) Reate). Une indication similaire figure dans les épitaphes de quatre autres légionnaires et prétoriens établis par Vespasien dans le municipe de Reate, d’où était originaire la famille flavienne et que l’empereur contribua à accroître par l’adjonction d’une nouvelle population, sans toutefois le transformer en colonie277. Longinus est néanmoins le seul de ces soldats pour qui le changement de tribu ait été précisé (un prétorien de Vienne et un légionnaire de Vérone conservèrent, pour leur part, leur tribu d’origine)278 et son épitaphe est, pour l’ensemble de l’Empire, un des rares exemples connus de mention consécutive de deux tribus dans une même inscription à la suite du transfert d’un individu dans une nouvelle communauté279. De la même manière que les vétérans d’Antoine avaient été récompensés de leur fidélité par l’octroi de terres dans la nouvelle colonie de Philippes, C. Iulius Longinus, à l’instar d’autres soldats, reçut au terme de son service une parcelle dans une communauté autre que sa patrie d’origine. L’obtention d’une propriété foncière à Reate dut certainement paraître à Longinus comme une promotion en comparaison du statut social dont il jouissait à Philippes, ses origines familiales étant sans doute modestes, comme le suggèrent le gentilice impérial Iulius – qui suppose une extraction pérégrine – et le fait qu’il ait pris une affranchie pour épouse (Iulia C(aii) libert(a) Helpis), peut-être une de ses anciennes esclaves. Comme nous l’avons vu ci-dessus, d’autres Philippiens avaient peut-être déjà participé, une vingtaine ou une trentaine d’années plus tôt, à la fondation de la colonie claudienne d’Apri en Thrace. Dans ce dernier cas, toutefois, cela n’eut pas nécessairement de conséquence sur la tribu des Philippiens qui étaient partis s’y installer, car les citoyens romains d’Apri pourraient avoir partagé la même tribu que ceux de Philippes.

  • 280 Voir infra p. 275-278.
  • 281 IG X 2, 1s, 1175.
  • 282 Voir supra p. 32-33.

53En dehors des déductions collectives ordonnées par Antoine, puis Octave, d’autres citoyens romains – qu’il s’agisse de civils ou de soldats, que leur venue à Philippes se soit révélée un choix personnel ou qu’elle ait été la conséquence d’une décision impériale dans le cas d’une assignation viritane – continuèrent à venir s’installer épisodiquement dans la colonie au cours des ier et iie s. apr. J.-C.280. Or, il apparaît que ces individus ne furent pas tenus de changer de tribu. On constate, en effet, qu’à la différence des premiers colons établis à Philippes par Antoine et par Octave, les soldats qui s’installèrent par la suite dans la colonie n’en adoptèrent pas la tribu. C’est le cas, par exemple, à l’époque de Néron ou de Vespasien, du chevalier C. Vibius Quartus, qui resta inscrit dans la tribu Cornelia propre aux citoyens romains originaires de Thessalonique, alors qu’il s’était probablement établi dans la colonie au terme de sa carrière, comme on le voit par le tombeau de dimensions extraordinaires qui lui fut érigé dans la nécropole orientale de Philippes (63). Mais Quartus avait maintenu des liens étroits avec sa cité d’origine, comme le montre une seconde inscription funéraire qui fut découverte à Thessalonique et qui devait appartenir à son cénotaphe281, et il n’est pas certain qu’il ait jamais transféré son origo à Philippes malgré les intérêts qu’il devait avoir dans la colonie282.

  • 283 L’usage d’inscrire les affranchis dans la tribu Palatina – qui était une des quatre tribus urbaines (...)
  • 284 Dans l’épitaphe 199, au contraire, la tribu du fils de l’affranchi et sévir augustal L. Licinius Ev (...)

54Une autre épitaphe, encore plus précoce, montre que des soldats purent s’installer à Philippes quelques décennies seulement après la refondation augustéenne de la colonie tout en conservant leur tribu d’origine : c’est le cas d’un vétéran légionnaire anonyme inscrit dans la tribu Pollia, qui s’établit dans la colonie à l’époque julio-claudienne, voire encore sous le règne d’Auguste, et qui fut éventuellement accompagné d’autres soldats de la même unité (103). Il en fut peut-être de même d’un vétéran originaire de Milan qui s’installa à Philippes avant le règne de Claude (95). Il convient toutefois de préciser, en toute rigueur, que l’indication de la tribu du vétéran milanais figure dans une lacune et que l’on ne peut formellement exclure qu’y était mentionnée, plutôt que la tribu Oufentina dans laquelle étaient inscrits les citoyens romains de Milan, la tribu Voltinia, comme pour les vétérans de Pise et de Modène dont il a été question plus haut. Du moins pouvons-nous noter que le fils de l’affranchi du vétéran – dont le nom figure avec celui de son père sur l’épitaphe de leur patron –, était, pour sa part, inscrit dans la tribu de la colonie et qu’il a tenu à en faire état, à la différence de son père, dont seule la qualité d’affranchi est indiquée : C(aius) Coelius Ale/xander l(ibertus) et C(aius) Coeliu[s / C(aii) f(ilius) V]ol(tinia) Valens. Or, Alexander, lorsqu’il fut déclaré libre, avait certainement hérité de son patron, en même temps que son gentilice, sa tribu283. Par conséquent, si le vétéran milanais n’avait pas abandonné la tribu Oufentina au profit de la Voltinia lors de son installation dans la colonie, il faudrait admettre que c’est Valens, le fils de l’affranchi, qui demanda à être intégré dans le corps civique philippien et à être inscrit dans la tribu des colons. Bénéficiant de la citoyenneté de plein droit, au contraire de son père qui n’était qu’affranchi, on constate que Valens s’appropria légitimement la formule onomastique complète des citoyens, comprenant les tria nomina, la filiation et l’indication de la tribu284.

  • 285 E. Todisco (n. 274), p. 204-206.
  • 286 CIPh II.1, App. 4, no 11.

55Le cas des soldats décédés à Philippes dans le courant du iie s. alors qu’ils étaient seulement de passage dans la région ou qu’ils s’acquittaient d’une mission temporaire sur le territoire de la colonie est d’une nature différente. Car, au contraire de leurs camarades qui s’étaient définitivement établis à Philippes, ces soldats n’avaient pas de raison d’abandonner leur tribu au profit de la Voltinia. C’est, par conséquent, la tribu de leur patrie qui figure normalement aux côtés de leur origo dans leurs épitaphes, comme à l’accoutumée pour les soldats morts loin de leur communauté d’origine285. Il est ainsi rappelé que le prétorien L. Iunius Maximus, originaire de Naples, était inscrit dans la tribu Maecia (80). Quant au stator T. Helvius Macrinus, il est simplement dit que celui-ci était originaire de Ravenne, sans toutefois que sa tribu soit précisée (79). Reste le cas du primipile D. Furius Octavius Secundus : étant originaire de Cures en Sabine, il est indiqué, dans l’inscription qui le mentionne – vraisemblablement une dédicace votive qui fut érigée au sanctuaire du Héros Aulonitès à Kipia – que celui-ci était inscrit dans la tribu Sergia (78). Il n’est pas impossible toutefois que Secundus se soit installé dans la colonie au terme de son service, ce qui pourrait expliquer que l’ensemble de sa carrière soit récapitulé dans l’inscription philippienne. Une épitaphe de la ville de Rome nous fait, en outre, connaître un D. Furius D. f. Vol(tinia) Octauius Octauianus Philippis qui était probablement un descendant, si ce n’est le fils, de Secundus286. Or, cet Octavianus est inscrit dans la tribu Voltinia et indique Philippes comme origo. Cela montre – si le rapprochement prosopographique s’avère exact – que les descendants de Secundus avaient, dans l’intervalle, abandonné la tribu Sergia au profit de la tribu des Philippiens et qu’ils avaient été intégrés dans le corps civique de la colonie. La même remarque vaut pour les descendants – ou pour les descendants des affranchis – de C. Vibius Quartus dont nous avons évoqué le cas plus haut (63). Tandis que Quartus lui-même avait conservé sa tribu d’origine, la Cornelia, on constate, en effet, que les C. Vibii qui, avec le temps, avaient pu pénétrer dans l’élite de la colonie et revêtir des magistratures étaient inscrits dans la tribu Voltinia (140).

Le statut d’   incola et l’octroi de la citoyenneté locale

  • 287 Pour un autre cas éventuel de transfert à Philippes de l’origo d’un soldat, voir la discussion port (...)
  • 288 G. Forni, « “Doppia tribù” di cittadini e cambiamenti di tribù romane », dans Tetraonyma. Miscellan (...)
  • 289 CIL II2 14,2 1169 : M’(anio) Valerio M’(ani) fil(io) Gal(eria) Aniensi Capelliano Damanitano adlect (...)
  • 290 114 ; Pilhofer II 251.

56Sur la base des exemples cités précédemment, on constate qu’à l’exception de la première génération de colons déduits d’abord par Antoine, puis par Octave, l’installation à Philippes ne provoquait pas nécessairement l’adoption de la tribu Voltinia de la part des nouveaux arrivants. Une double épitaphe provenant d’un tombeau familial permet néanmoins de percevoir les raisons qui, à l’époque julio-claudienne, pouvaient pousser un soldat venu s’établir dans la colonie à changer de tribu : il s’agit du tombeau des frères Mucii, qui servirent l’un et l’autre dans la VIe légion Ferrata en Syrie (59). Alors que la tribu originelle de la famille, la Fabia, figure dans l’épitaphe de C. Mucius Scaeva – lequel connut une carrière militaire plus étoffée que son frère en accédant au primipilat, puis à une préfecture de cohorte, qui est une fonction équestre –, on indique la tribu de la colonie pour P. Mucius, qui fut centurion. L’abandon de la tribu Fabia au profit de la Voltinia s’explique certainement, dans le cas présent, par le fait que Publius, après s’être établi à Philippes, entreprit une carrière municipale, comme le montre le titre de duumvir dont il est paré (II uir(o) i(ure) d(icundo) Philipp(is)). L’exercice de magistratures dans la colonie incita donc Publius, d’un point de vue technique, à transférer son origo à Philippes et à prendre la tribu dans laquelle était inscrit le corps civique dont il faisait désormais partie287. Une telle pratique est attestée ailleurs dans l’Empire pour des individus ayant pareillement embrassé une carrière politique dans une communauté qui était autre que leur patrie d’origine288. Du moment que l’origo était constitutive de l’appartenance du citoyen au peuple romain, le changement de tribu nécessitait toutefois l’autorisation de l’empereur289. Au contraire de son frère Publius, qui fut absorbé dans le corps civique philippien, C. Mucius Scaeva n’adopta pas la tribu de la colonie. Qui plus est, son fils homonyme conserva la tribu d’origine de la famille, la Fabia, comme il ne manque pas de le rappeler dans l’épitaphe qu’il érigea à son père (on notera, en revanche, que cette mention fut omise dans l’épitaphe qu’il consacra à son oncle, qui avait désormais été admis dans une tribu différente, peut-être parce que le nom de son père, avec leur tribu, figurait déjà dans la même inscription). Les autres mentions de Mucii dans la colonie290, certainement des descendants des deux frères s’étant établis à Philippes à l’époque julio-claudienne, ne permettent pas de savoir si la branche de la famille issue de C. Mucius Scaeva avait, avec le temps, aussi adopté la tribu Voltinia, comme ce fut le cas pour les Vibii, les Furii et peut-être aussi les Coelii, comme nous l’avons relevé ci-dessus. Du moins, C. Mucius Scaeva et son fils étaient-il demeurés, quant à eux, à Philippes des incolae, des résidents.

  • 291 Voir infra p. 99-100.
  • 292 Y. Thomas (n. 289), p. 34-49.
  • 293 Pilhofer II 513 (la provenance exacte de l’inscription sur le territoire philippien est litigieuse) (...)
  • 294 Pilhofer II 125a.
  • 295 Voir supra p. 46-47.
  • 296 J. Fournier, « L’essor de la multi-citoyenneté dans l’Orient romain : problèmes juridiques et judic (...)
  • 297 Lex Irnit. LIII.
  • 298 ILN 7,1 20. Voir, de même, en Bétique un homme originaire de la Colonia Patricia Corduba ayant accé (...)

57Nous voulons parler ici des individus pourvus de la ciuitas, mais dont la colonie ne formait pas l’origo, non des incolae pérégrins qui, en raison de leur statut personnel, ne pouvaient jouir des droits civiques et n’avaient pas accès aux magistratures, dans la mesure où les colonies, en tant que communautés locales, étaient considérées comme une portion de l’État romain291. Dans les municipes et colonies, le statut d’incola était conféré aux citoyens romains qui, à défaut d’être originaires de la communauté dans laquelle ils séjournaient, y avaient du moins transféré leur domicilium, c’est-à-dire le siège permanent de leurs activités292. C’est notamment le cas, à Philippes, d’un certain Q. Senivius Nivius, un civil originaire du municipe de Flauia Solua dans le Norique qui s’installa dans la colonie, comme le prouve le fait qu’il y érigea une épitaphe à ses deux épouses successives293. Au ive s., un mari et sa femme précisèrent qu’en dépit du fait que leurs familles provenaient du Pont, eux-mêmes habitaient à Philippes (οἰκήσαντες ἐν Φιλίπποις), rendant clair, par là même, qu’ils y avaient le statut de résidents à la suite de leur établissement dans la colonie294. Même s’ils ne jouissaient pas des prérogatives politiques des coloni, les citoyens romains résidents étaient amenés à participer à la vie de la collectivité. Ils pouvaient, à la manière d’une association, former un groupe structuré et, à ce titre, prendre des initiatives d’intérêt public de concert avec les autres corps constitués de la communauté, notamment décerner des honneurs à un notable295. Les incolae étaient, de même, soumis aux munera, aux charges de contrainte qui pesaient non seulement sur les ressortissants d’une communauté locale, mais sur l’ensemble de la population résidant sur son territoire296. La lex Irnitana montre que, dans les municipes de droit latin pour le moins, les citoyens romains résidents (ainsi que les citoyens latins dans ce cas) étaient même autorisés à prendre part aux élections297. Enfin, dans la colonie de Lyon, un notable originaire de la cité des Voconces fut reçu dans la curie locale au titre de son statut d’incola (adlecto in curiam Lugudunensium nomine incolatus a splendidissimo ordine eorum), ce qui suggère que les résidents pouvaient exceptionnellement bénéficier des privilèges d’ordinaire réservés aux colons298.

  • 299 CIPh II.1, App. 4, no 9.
  • 300 CIPh II.1, App. 4, no 22.
  • 301 CIPh II.1, App. 4, no 3.
  • 302 Voir infra p. 183-185.
  • 303 CIPh II.1, App. 4, nos 14, 22. Voir aussi CIPh II.1, App. 4, nos 15, 29, 32, 34, où la tribu et mêm (...)

58La documentation philippienne révèle également le cas d’un citoyen romain non originaire de la colonie ayant été admis dans l’ordo decurionum. Le personnage en question, qui servit de témoin dans un diplôme militaire promulgué au début du règne de Vespasien, est identifié dans le document comme P. Carullius P. f. Cal(eria) Sabinus, dec(urio), Philippiensis299. On comprend de cette formulation que Sabinus faisait partie de l’ordre des décurions de la colonie, bien qu’il ne fût pas originaire de Philippes, comme l’indique la tribu Galeria dont il dépend, au contraire du témoin mentionné juste après dans le même diplôme, par exemple, qui arbore, quant à lui, la tribu Voltinia : C. Vetidius C. f. Vol(tinia) Rasinianus, dec(urio), Philippiensis300. Il faut donc admettre que Sabinus, au moment de rallier la colonie, avait conservé sa tribu d’origine, comme cela est attesté à Philippes pour plusieurs soldats que nous avons mentionnés plus haut et qui étaient venus s’établir à Philippes après les deux premières déductions. Il se peut toutefois que l’installation de la famille de Sabinus dans la colonie ait été en réalité plus ancienne. Dans ce cas, les membres de sa famille auraient continué à porter leur tribu originelle, cette dernière se transmettant – avec la ciuitas – de père en fils. Comme le montre l’ethnique Philippiensis accolé à son nom, Sabinus ne s’était toutefois pas contenté d’être admis à la curie de la colonie ; il en était également considéré comme le ressortissant. Ce fut aussi le cas d’un autre témoin apparaissant dans un diplôme militaire contemporain du précédent : Q. Antistius Q. f. Ser(gia) Rufus Clodianus, Philipp(iensis), eq(ues) R(omanus). Le gentilice de l’intéressé, joint à sa tribu, trahit peut-être une origine de la colonie d’Antioche de Pisidie301. Il n’est pas fait mention, en l’occurrence, de charges publiques qu’aurait revêtues Clodianus dans la colonie. Cela devait néanmoins probablement avoir été le cas, l’appartenance au rang équestre ayant dû primer sur toute autre fonction au moment d’inscrire le nom de Clodianus et de l’identifier comme témoin sur le diplôme. Le fait que ni Sabinus ni Clodianus n’étaient inscrits dans la tribu de la colonie est révélateur de la procédure administrative déterminant le choix des témoins. Dans les deux cas, c’est le fait qu’ils étaient reconnus comme ressortissants philippiens qui motiva l’inclusion de Sabinus et de Clodianus parmi les témoins, selon une logique qui tenait compte des affinités géographiques par rapport aux bénéficiaires des diplômes302. Aucune distinction ne fut faite entre Sabinus et Clodianus, dont Philippes n’était – techniquement parlant – pas l’origo, d’une part, et les autres témoins philippiens, originaires de la colonie et inscrits dans la tribu Voltinia, d’autre part303. Dans ce contexte, Sabinus et Clodianus furent, de fait, considérés comme des Philippiens à part entière et la question de leur origo ou de leur lieu de résidence habituel ne se posa pas.

  • 304 J.-L. Ferrary, « Les Grecs des cités et l’obtention de la ciuitas Romana », dans P. Fröhlich, C. Mü(...)
  • 305 S. Demougin, « Citoyennetés multiples en Occident ? », dans A. Heller, A.-V. Pont (n. 296), p. 99-1 (...)
  • 306 Voir, par exemple, CIL II 3424 (ILS 6953 ; cf. AE 2011, 583 : chevalier originaire de la ville de R (...)
  • 307 Dio Chrys., Or. XLI 2 ; 5-6 ; 10. Cf. C. P. Jones, « Joys and Sorrows of Multiple Citizenship: The (...)
  • 308 A. Raggi, « Cittadinanza coloniaria e cittadinanza romana », dans Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie, (...)
  • 309 AE 1950, 233 (IGLMusBey 49).
  • 310 S. Demougin (n. 305), p. 106-109, attribue également à une influence des cités grecques la diffusio (...)

59Le fait que Sabinus aussi bien que Clodianus portent l’ethnique de la colonie soulève, en outre, l’épineuse question de l’existence d’une citoyenneté locale dans les colonies romaines. Le principe de la double citoyenneté était initialement étranger au droit romain. D’un point de vue théorique, la jouissance de la ciuitas Romana était incompatible avec la possession d’une autre citoyenneté et son obtention impliquait pour un individu de se défaire des droits civiques dont il avait pu bénéficier jusqu’alors dans sa patrie d’origine. Dans les faits, néanmoins, de nombreux citoyens exerçaient localement les privilèges liés à la citoyenneté locale, surtout après que la ciuitas eut été octroyée collectivement aux populations italiques après la guerre sociale. Ce phénomène s’accrut encore davantage lorsque les notables des cités grecques commencèrent, dans le courant du ier s. av. J.-C., à acquérir la citoyenneté romaine et lorsque, inversement, les premiers citoyens romains d’origine occidentale furent honorés de la politeia – ou citoyenneté locale – dans celles-ci304. Il n’est pas certain que la notion de citoyenneté locale ait été positivement énoncée dans les municipes et colonies en Occident305. La mention, dans certaines inscriptions, de plusieurs ethniques côte à côte se rapportant à un même individu montre, cependant, que des notables – indépendamment de leur origo initiale qui, elle, restait unique – pouvaient se réclamer de diverses communautés locales306. L’existence d’une citoyenneté locale est, en revanche, formellement attestée dans la colonie d’Apamée-Myrléa où, selon le témoignage de Dion Chrysostome, les notables provenant de sa patrie d’origine, Pruse, s’efforçaient d’acquérir la politeia307. Étant entendu que la citoyenneté romaine ne pouvait être conférée que par les instances supérieures de l’État romain – et non simplement par les autorités municipales d’une communauté de droit romain –, il faut comprendre qu’il s’agissait ici de la citoyenneté locale de la colonie. L’obtention de la citoyenneté locale dans une colonie romaine était, par conséquent, subordonnée à la possession préalable de la ciuitas308. Ainsi, l’ordre des décurions de Berytus décida d’octroyer « l’honneur du rang de colon » (colonatu honoratus) à un notable originaire d’Émèse qui était déjà pourvu de la ciuitas, ce qui dut signifier son intégration dans le corps civique de la colonie309. L’émergence du principe de citoyenneté locale dans les colonies romaines d’Orient put, en l’espèce, être encouragée par les pratiques en vigueur dans les cités grecques de l’Empire, où la politeia faisait, depuis l’époque hellénistique, régulièrement partie de la gamme des honneurs octroyés aux notables provenant d’autres cités310.

  • 311 R. Frei-Stolba, « Réflexions sur les relations entre le vicus de Genaua et la colonia Iulia Equestr (...)
  • 312 ILAlg II, 3, 7931-7932, 7936-7937.
  • 313 Voir les contributions réunies par A. Heller, A.-V. Pont (n. 296).
  • 314 CIPh II.1, App. 4, no 4. Comparer le cas de D. Furius Octavius Secundus (78) qui fut décurion dans (...)
  • 315 Voir infra p. 256-259.
  • 316 A. D. Rizakis (n. 259), p. 360.

60Il est donc possible, en définitive, que les exemples de P. Carullius Sabinus et de Q. Antistius Rufus Clodianus à Philippes illustrent le phénomène des citoyennetés multiples, qui se rencontre en général dans l’Empire pour les notables d’envergure régionale parvenant à s’illustrer dans plusieurs communautés voisines les unes des autres. Cette pratique n’est guère répandue dans les provinces occidentales311. On peut citer le cas fameux des frères Cosinii qui firent une brillante carrière dans la colonie de Cuicul – dont les citoyens étaient inscrits dans la tribu Papiria –, tout en conservant la tribu de leur patrie d’origine, Carthage (tribu Arnensis)312. L’usage est, en revanche, beaucoup plus fréquent dans les provinces hellénophones, où il est courant que des notables soient faits citoyens et suivent des carrières dans plusieurs cités à la fois313. C’est le cas à Philippes de C. Antonius Rufus – dont il a été question plus haut –, qui fut simultanément prêtre et magistrat dans les colonies d’Alexandrie de Troade, Parion, Apri et Philippes314, ainsi que d’un certain C. Cassius Ve[---], un chevalier philippien s’étant acquitté de toutes les magistratures usuelles à Thessalonique ([omnib(us)] honorib(us) Thessalonic(ae) functo), ce qui suppose qu’il y avait obtenu la citoyenneté locale (51)315. Parmi les colonies d’Orient, cette tendance consistant à suivre une carrière multiple s’observe en particulier à Corinthe, qui, du fait qu’elle servait de siège au proconsul d’Achaïe, attirait les notables issus des grandes familles romanisées du Péloponnèse. Plusieurs de leurs membres revêtirent ainsi des magistratures dans la colonie tout en conservant leur tribu d’origine316.

  • 317 Pilhofer II 715a (IG X 2, 1s, 1183) : Μωµ[ω] Μουκασου Φ[λαουίῳ] | Μουκᾳ τ[ῷ] τέκνῳ [---] | καὶ (...)
  • 318 P. O. Juhel, P. Nigdelis (n. 160). Le nom de l’intéressé est tronqué, mais les autres anthroponymes (...)
  • 319 CIPh II.1, App. 4, no 30.
  • 320 C. Edson, « Double Communities in Roman Macedonia », dans Essays in Memory of Basil Laourdas (1975) (...)

61On notera toutefois que le recours à l’ethnique de Philippes n’était pas limité aux seuls citoyens romains qui y avaient obtenu la citoyenneté locale, mais que celui-ci pouvait même servir à désigner des incolae pérégrins qui étaient rattachés à la colonie. C’est le cas d’une famille établie à Thessalonique dont les différents membres sont qualifiés de Φιλιππεῖς : tous portent des idionymes thraces ; on comprend qu’il s’agit de pérégrins résidant à l’origine sur le territoire de la colonie qui se transportèrent à Thessalonique317. Il en va probablement de même d’un individu se disant Φιλιππήσιος qui érigea un monument funéraire à ses proches à Kalindoia318. Même s’ils n’y jouissaient pas des droits civiques, les incolae pérégrins établis sur le territoire philippien dépendaient, en effet, de l’entité politique qu’était la colonie. À ce titre, ils pouvaient donc légitimement revendiquer en être ressortissants et recourir à l’ethnique de Philippes pour indiquer leur origine et leur communauté politique de rattachement. C’est pourquoi la mention Philipp(is) paraît justifiée pour indiquer l’origo d’un soldat de l’ala Antiana Gallorum et Thracum, dont le nom, Celsus Cozzupaei f., montre que – jusqu’à l’obtention de la ciuitas grâce au diplôme dont il fut le bénéficiaire – il était un incola pérégrin sur le territoire de la colonie319. De la même manière, des ethniques tels que Κασσανδρεύς ou Πελλαῖος portés par des pérégrins ne sauraient prouver l’existence d’une double communauté à Cassandrée et à Pella, comme le pensait C. Edson320 : il s’agit, là aussi, dans les deux cas, d’incolae de ces colonies.

Précision et omission de la tribu Voltinia

  • 321 5, 51, 82, 95, 99, 101 ; Pilhofer II 44-45, 222, 227, 269, 271, 313, 316, 352 ( ?), 447-448, 453, 5 (...)
  • 322 CIPh II.1, App. 3, no 6 ; App. 4, nos 1, 4 (l’origine philippienne de l’individu n’est toutefois pa (...)
  • 323 40, 51, 61, 82, 134, 175, 212 ( ?) ; CIPh II.1, App. 4, nos 4, 18 ; Pilhofer II 600.
  • 324 CIPh II.1, App. 4, nos 12-13, 31 ; comparer 165.
  • 325 G. Forni (n. 257), p. 100-101 (repris dans Forni, Tribù, p. 237-265).
  • 326 CIPh II.1, App. 4, no 17.

62La mention de la tribu Voltinia, avec l’indication de la filiation, est insérée de manière tout à fait régulière dans la formule onomastique des magistrats de la colonie et, plus généralement, des citoyens philippiens au cours des ier et iie s. apr. J.-C.321. Celle-ci figure aussi le plus souvent aux côtés de l’indication Philippis ou de l’ethnique Philippiensis dans les diplômes militaires et dans les inscriptions mentionnant des Philippiens érigées en dehors de la colonie afin de préciser l’origo de l’intéressé322. La référence à la tribu Voltinia se fait le plus souvent, dans les inscriptions, au moyen de l’abréviation Vol(tinia), plus rarement Volt(inia)323. Le nom de la tribu est écrit en toutes lettres dans des inscriptions extérieures à la colonie se rapportant à des Philippiens324. À en croire les copies qui nous ont été transmises, la graphie Voul(tinia) – qui n’est pas attestée ailleurs – devrait se lire dans l’épitaphe 143. Cette graphie a pu être influencée par la transcription grecque Οὐ(ο)λτινία325, la forme Ult(inia), avec fermeture de la voyelle de la première syllabe, étant par ailleurs utilisée en latin même326.

  • 327 Voir supra p. 52-54.
  • 328 112, 114, 140 ; Pilhofer II 448, 600.
  • 329 G. Forni (n. 283), p. 80 (repris dans Forni, Tribù, p. 185-229) ; D. Fasolini, « Designatus rei pub (...)
  • 330 Voir infra p. 270-274.

63Le caractère systématique de la mention de la tribu dans les inscriptions se rapportant aux magistrats philippiens participe peut-être de la même stratégie d’affirmation identitaire qui poussa ceux-ci à préciser, au moyen de l’indication Philippis, le lieu où ils avaient exercé leurs fonctions, en particulier le duumvirat, alors même que le monument les mentionnant avait été érigé sur le territoire colonial327. Dans plusieurs cas, la tribu fut même indiquée pour de tout jeunes enfants décédés prématurément328. Cette pratique, qui est formellement impropre du moment que l’inscription administrative dans une tribu n’intervenait qu’à la majorité au moment de prendre la toge virile, est cependant aussi attestée en Italie et en Afrique notamment329. Or, dans deux des cinq cas connus à Philippes, il s’agit d’enfants issus de familles de notables – le père de l’un d’eux était même parvenu au duumvirat (140) – qui furent décorés à titre honorifique des ornements de décurion, bien avant d’avoir l’âge d’entrer à la curie. La précision de la tribu servit probablement, en l’occurrence, à marquer leur assimilation par anticipation au sein de l’élite civique330.

  • 331 149, 159 ; comparer 121 (la tribu de L. Velleius Velleianus n’est pas non plus mentionnée dans 41-4 (...)
  • 332 Il en va de même de la dédicace que le fils de Montanus a offerte à Faustine la Jeune dans le templ (...)
  • 333 On a également fait l’économie de la répétition de la tribu, entre les membres d’une même famille, (...)

64Les cas où, dans la carrière d’un magistrat philippien, la tribu est omise sont exceptionnels et s’expliquent en général pour des raisons qui ont trait aux circonstances dans lesquelles l’inscription fut érigée ou à la formule épigraphique retenue, qui imposait de condenser l’expression, notamment lorsque étaient énumérés les noms de plusieurs personnages331. Dans l’inscription 130, par exemple, l’absence de la tribu du dédicant, ainsi que de sa filiation, fut certainement due au format du support, dans la mesure où le même individu, C. Oppius Montanus, qui mit en évidence son titre de patron de la colonie et qui était issu de l’une des plus illustres familles de l’élite civique, fut honoré sur le forum d’une statue équestre sur la base de laquelle furent, au contraire, soigneusement reportées ces indications (60)332. Parfois, la mention de la tribu demeure sous-entendue, car on la considérait comme évidente. Ainsi, dans l’épitaphe que le magistrat T. Flavius Gemellus Thiaucelianus érigea à son frère Maximus, la tribu figure seulement dans la formule onomastique de ce dernier et elle ne fut pas répétée – non plus que la filiation – pour Thiaucelianus, bien qu’il ait poursuivi une carrière municipale (77)333.

  • 334 198, 200-202 ; comparer 216, 221. Voir infra p. 202-209.
  • 335 62, 120, 124, 139 (l’indication de la filiation figure, en revanche, pour le fils du décurion), 223(...)
  • 336 Pilhofer II 3 ; 118.
  • 337 Pilhofer II 3 : Cornelia Longa Asprillae mater ann(orum) LX h(ic) s(ita) e(st). Cela n’a pas empêch (...)

65Dans d’autres cas, au contraire, l’absence de la tribu est sans doute révélatrice de l’extraction du personnage. On observe, ainsi, que la mention de la tribu manque pour plusieurs sévirs augustaux qui ne précisent pas non plus leur filiation : c’est sans doute le signe que ces sévirs étaient des affranchis334. De la même manière, on peut, sur la foi de l’onomastique, soupçonner des origines familiales modestes pour les rares magistrats ne faisant état ni de leur tribu ni de leur filiation335. Au contraire des membres des grandes familles philippiennes issues des premiers colons qui pouvaient s’enorgueillir de leur lignage, certains de ces homines noui cherchèrent peut-être à taire leur ascendance en limitant leur formule onomastique à leurs seuls tria nomina, même si l’indication de la filiation et de la tribu aurait pu contribuer à rendre encore plus manifeste leur statut de citoyen. L’omission de la tribu et de la filiation du jeune chevalier P. Cornelius Asper Atiarius Montanus est, en revanche, plus surprenante (53). Le fait que son sarcophage se dressait aux côtés de ceux d’autres membres de sa famille, dont les tombeaux de son épouse et de sa fille336, explique peut-être pourquoi ces précisions s’avéraient inutiles : elles pouvaient déjà figurer dans les épitaphes d’autres membres masculins de la même gens ; de la même manière, Cornelia Asprilla est explicitement identifiée comme la fille de Cornelia Longa dans l’épitaphe de cette dernière, ce qui suppose que leurs sépultures étaient voisines337. Dans les inscriptions que C. Iulius Teres érigea à la mémoire de son frère C. Iulius Maximus Mucianus – qui fut promu au rang sénatorial par l’empereur Antonin le Pieux –, l’omission de la tribu de Teres suggère, au contraire, que celui-ci n’y possédait pas la citoyenneté locale (37, 38). À la différence de Mucianus, qui avait des intérêts à Philippes et qui en avait adopté la tribu, Teres semble, en effet, être demeuré en Thrace, dont était originaire leur famille et où il exerça même les fonctions de président de l’assemblée provinciale.

  • 338 Voir infra p. 274-297.
  • 339 74, 77, 84-85, 87.
  • 340 Voir par exemple 62 (le soldat, qui servit comme préfet des ouvriers à Rome, connut cependant une b (...)
  • 341 81, 100.
  • 342 Voir infra p. 207.

66La mention de la tribu, tout comme la filiation, est également omise à plusieurs reprises dans les inscriptions relatives à des soldats338. Du moment que les soldats philippiens précisaient en général leur appartenance à la tribu Voltinia339, on peut, à l’inverse, considérer dans certains cas l’omission de la tribu comme un critère permettant d’exclure que l’individu était originaire de la colonie340. Cette observation ne saurait toutefois passer pour une règle. Car, là encore, l’omission de la tribu s’explique parfois par les caractéristiques du support de l’inscription341. Il arrive, en outre, que l’omission de la tribu et de la filiation ait été un moyen délibéré pour un soldat philippien de masquer ses origines modestes, à l’instar de Q. Aianius Ingenus, qui fit carrière chez les vigiles (73). C’est certainement aussi le cas du légionnaire L. Magius, dont la fille épousa un affranchi (98). On peut faire la même hypothèse pour le vétéran M. Lucilius Glaucus (97) : celui-ci portait, en effet, le même gentilice que sa mère, ce qui suggère qu’il s’agissait d’un enfant conçu hors mariage. Le fait que Glaucus précise, en revanche, la filiation de sa mère dans son épitaphe visait – selon un procédé attesté pour d’autres familles à Philippes – à compenser la médiocrité de sa propre extraction du côté de son père en insistant sur la qualité d’ingénue de cette dernière342.

  • 343 G. Forni (n. 283), p. 95-99 (repris dans Forni, Tribù, p. 185-229).
  • 344 52, 75, 83 ( ?), 90-92, 129.
  • 345 47, 54-55, 57-58.
  • 346 G. Forni (n. 123), p. 45-46.
  • 347 CIPh II.1, App. 4, nos 5-8. Voir supra p. 40-42.
  • 348 Voir de même, aux ive s. et ve s., les épitaphes d’un tribun des notaires (Pilhofer II 104), d’un c (...)

67Il convient de noter, enfin, que la mention de la tribu – conformément à une tendance qui se vérifie à l’échelle de l’Empire343 – ne fut plus systématique à partir de la fin du iie s. et qu’elle devint rare à partir du début iiie s., à une époque où la diffusion généralisée de la citoyenneté romaine rendit caduque la nécessité de faire figurer sa tribu comme signe de possession de la ciuitas344. Ainsi, la tribu de plusieurs notables qui étaient sans doute d’origine philippienne et qui faisaient peut-être même partie de l’ordre équestre pour certains fut omise dans des inscriptions érigées en grec au cours du iiie s.345. On remarquera, en revanche, que, suivant les usages administratifs alors en vigueur dans l’armée romaine346, les Philippiens qui s’engageaient dans les cohortes prétoriennes étaient, à l’époque sévérienne, versés dans une tribu factice lors de leur recrutement. On créa, en l’occurrence, pour ces soldats une tribu Iulia, dont le nom fut formé sur l’une des épithètes de la colonie347. Enfin, on pourra mesurer grâce à l’épitaphe 86 combien la formule onomastique avait évolué dans le courant du ive s. : le défunt, le très jeune enfant d’un soldat, y fut identifié simplement comme étant Viator filius Liciniani sans que les noms des personnages soient davantage explicités. Le gentilice n’est alors même plus mentionné et les individus sont simplement identifiés par un idionyme, ce nom personnel correspondant à l’ancien cognomen dans la formule onomastique complète348.

4. La langue administrative et la diffusion du latin et du grec à Philippes

  • 349 La notion de langue officielle pourrait paraître anachronique. Il n’en demeure pas moins que le cho (...)
  • 350 On songe, en particulier, à l’utilisation de ces langues et à leur interaction avec le texte latin (...)
  • 351 De manière symptomatique, le droit d’utiliser publiquement le latin (ut publice Latine loquerentur) (...)
  • 352 F. Millar, « The Roman Coloniae of the Near East: A Study of Cultural Relations », dans H. Solin, M (...)
  • 353 E. Dąbrowa, « Roman Military Colonization in Anatolia and the Near East (2nd-3rd C. AD): The Numism (...)
  • 354 Brélaz, Latin, p. 190, n. 99.
  • 355 B. Isaac, « Latin in Cities of the Roman Near East », dans H. M. Cotton et al. (éds), From Hellenis (...)

68En tant qu’émanations du peuple romain, les colonies, où qu’elles fussent établies et quel qu’ait été leur environnement culturel et linguistique, employaient comme langue officielle et administrative la langue ordinaire de l’État romain, le latin349. Comme le montre le cas des communautés locales de la péninsule italienne qui abandonnèrent après la guerre sociale leurs langues traditionnelles (ombrien, osque, grec) au profit du latin pour leurs usages officiels350, l’adoption du latin était le corollaire de la municipalisation et la conséquence directe de l’introduction d’institutions de type romain351. Une confirmation est fournie par l’exemple des colonies dites honoraires, fondées pour la majeure partie d’entre elles au Proche-Orient à l’époque sévérienne352. Ces colonies étaient, en réalité, d’anciennes cités organisées selon le modèle hellénique qui furent promues au rang colonial en récompense de leur soutien à l’empereur dans des circonstances critiques, en l’occurrence les luttes entre prétendants ayant permis à Septime Sévère, puis à Élagabale d’accéder à la dignité impériale, ainsi que la conquête de la Mésopotamie. La marque la plus tangible du changement de statut de ces cités fut la substitution d’institutions municipales romaines aux institutions de type poliade. La transformation de ces cités en colonies se doubla, parfois, de la déduction de vétérans, comme à Tyr, Sidon et Damas par exemple353. Or, on constate, à travers les inscriptions publiques et les légendes monétaires, que le latin – même si c’est de manière non systématique – fut adopté comme langue officielle dans ces colonies également354. Quoique ces communautés aient été jusqu’alors hellénophones, on relève ainsi une tentative d’introduire, au moins formellement, le latin dans les usages officiels des colonies honoraires. Le cas de Césarée Maritime est, de ce point de vue, remarquable. La cité de fondation hérodienne, qui servait déjà de siège au gouverneur de Judée, fut transformée en colonie par Vespasien, vraisemblablement en récompense de sa fidélité envers Rome au cours de la guerre juive. Bien qu’il n’y ait apparemment pas eu à Césarée de déduction massive de colons d’origine occidentale, comme dans les colonies militaires, le latin devint et resta jusqu’au iiie s. la langue ordinaire des institutions et des notables de la nouvelle communauté politique, lesquels durent recevoir collectivement la citoyenneté romaine au moment de la promotion de la cité au rang colonial355.

  • 356 Voir infra p. 262-270.
  • 357 Voir, par exemple, Pilhofer II 133, 142-144, 166a, 266, 290-291, 315, 337, 355, 371, 410, 468, 612. (...)

69À Philippes aussi – a fortiori dans une colonie peuplée de vétérans et de civils originaires d’Italie –, le latin fut la langue employée par les autorités municipales. Durant près de trois siècles depuis sa fondation, la colonie de Philippes recourut au latin comme langue officielle, comme en témoignent les inscriptions figurant sur les monuments qu’elle fit ériger ainsi que les légendes des monnaies qu’elle frappa. Le latin n’était pas seulement la langue administrative de la colonie. C’était aussi la langue ordinaire des notables municipaux. Les colons d’origine italienne et leurs descendants ont constamment utilisé la langue qui leur était la plus familière pour les inscriptions qu’ils faisaient graver, quels que soient le monument et le contexte (bases de statues honorifiques, dédicaces votives, inscriptions édilitaires, épitaphes). Le latin fut utilisé, dans les mêmes circonstances, par les notables d’extraction pérégrine. À la différence du reste des incolae, qui se servaient en général du grec, les rares pérégrins (reconnaissables par un gentilice impérial ou par leur cognomen) ayant réussi à devenir citoyens romains et à accéder à l’ordo decurionum, voire à mener une carrière civique356, ont, en effet, recouru à cette langue. Ce n’est, en l’occurrence, pas tant l’obtention de la ciuitas – car on note, parmi les inscriptions philippiennes, des citoyens romains hellénophones, souvent d’origine affranchie357 – que l’intégration parmi les notables de la colonie qui poussa ces individus à employer le latin dans les inscriptions qu’ils érigeaient. L’adoption du latin était pour eux le signe de leur promotion sociale et surtout le gage de leur assimilation à l’élite civique, qui se restreignait le plus souvent aux descendants des familles de colons italiens.

  • 358 Collart, Philippes, p. 300-305.
  • 359 Zannis, Pays, p. 562-566.
  • 360 Pilhofer II 40 (de Byzance), 68 (d’Ainos), 73 et 319 (de Prusias de l’Hypios), 98 (de Thessalonique (...)
  • 361 C. Brixhe, « Zonè et Samothrace : lueurs sur la langue thrace et nouveau chapitre de la grammaire c (...)
  • 362 N. Sharankov, « Language and Society in Roman Thrace », dans I. P. Haynes (éd.), Early Roman Thrace (...)
  • 363 Mottas, Population, p. 16 ; A. Bielman Sánchez, C. Brélaz, G. Duchoud, R. Frei-Stolba, A. D. Rizaki (...)

70Malgré le recours exclusif au latin de la part des autorités municipales et des notables civiques, la langue grecque n’était pas absente de la colonie. Le grec demeurait la langue ordinaire de la population pérégrine qui était restée établie dans la région après que le régime des terres eut été profondément modifié par la déduction de la colonie358. Le grec n’était pas seulement la langue des incolae d’origine hellénique, qu’il s’agisse des lointains descendants des pionniers thasiens et athéniens s’étant établis aux alentours du mont Pangée depuis l’époque archaïque359, des Macédoniens installés dans la région depuis des générations à la suite de la fondation de la cité par Philippe II ou encore d’individus provenant d’autres parties du monde grec ayant rallié la colonie plus récemment dont certains possédaient même la citoyenneté romaine360. C’était aussi la langue privilégiée – mais non exclusive – de la population indigène, composée de Thraces. À la suite d’une longue fréquentation des Grecs établis dans la région (en particulier les Thasiens et les Macédoniens), les Thraces de Macédoine orientale, dont la langue indigène ne s’écrivait pas, s’hellénisèrent partiellement361. Du moins se servaient-ils, le plus souvent, du grec lorsqu’ils recouraient à ce mode de communication typiquement grec et romain que sont les inscriptions gravées sur pierre362. Pour l’ensemble de la documentation épigraphique philippienne postérieure à la fondation de la colonie, on estime à 15 % la proportion d’inscriptions rédigées en grec par rapport aux inscriptions latines363. Ce sont, pour l’essentiel, des inscriptions funéraires et votives érigées par des incolae ou par des citoyens romains d’origine pérégrine ou d’extraction affranchie.

  • 364 Pour la répartition géographique du matériel épigraphique découvert sur le territoire philippien, v (...)
  • 365 Pour Amphipolis, voir CIL III 632 ; 14204-142062 ; ILGR 230-233 ; Pilhofer II 389 (cf. CIPh II.1, p (...)
  • 366 De manière générale, sur la proportion d’inscriptions latines dans les péninsules balkanique et ana (...)
  • 367 N. Giannakopoulos, « The Greek Presence in the Roman Colonies of Kassandreia and Pella », dans Brél (...)
  • 368 Voir infra p. 111-112.

71De fait, le nombre très élevé d’inscriptions latines qui se rencontre en Macédoine orientale – essentiellement dans la plaine de Drama, mais aussi dans le vallon de Prossotsani et dans la Piérie du Pangée, ainsi que, dans une moindre mesure, à Kavala364 – tranche fortement avec la situation linguistique prévalant dans les régions immédiatement périphériques. Alors que l’on note la présence sporadique d’inscriptions latines dans les cités pérégrines environnantes – comme à Amphipolis, Serrès, Thasos et Abdère –, dues à des citoyens romains d’origine occidentale ou à des soldats de l’armée romaine installés dans les provinces hellénophones ou simplement de passage365, une telle concentration est, pour l’espace compris grosso modo entre le Strymon et le Nestos, le signe incontestable de l’établissement d’une colonie romaine366. La même observation vaut, à l’échelle de la Macédoine, pour les centaines d’inscriptions latines provenant de Dion, en comparaison du paysage linguistique majoritaire dans le reste de la province. Le contraste est moins net pour les autres colonies romaines de Macédoine, en particulier Pella et Cassandrée, en raison du volume plus restreint du matériel épigraphique qui a pu y être mis au jour367. Sans être toujours parfaitement probante, la découverte d’inscriptions latines aux marges du territoire colonial permet ainsi, dans le cas de Philippes, de se prononcer sur l’inclusion ou non d’une région dans la pertica et de raisonner, sur la base de critères linguistiques, sur l’étendue approximative de cette dernière. En particulier, la présence d’une dizaine d’inscriptions latines dans les environs immédiats de Serrès, à l’Est de la ville moderne, est – indépendamment du contenu de celles-ci – un des arguments les plus convaincants en faveur de l’existence d’une praefectura dépendant de la colonie de Philippes dans le bassin du Strymon, malgré le fait que celle-ci se soit trouvée à plusieurs dizaines de kilomètres de la limite occidentale de la pertica philippienne368.

L’apparition du grec comme langue officielle au iii  e s.

  • 369 47, 64, 129.
  • 370 C. Edson (n. 320), p. 101-102. De même, Papazoglou, Villes, p. 413, voyait dans l’inscription 129, (...)
  • 371 S. Mitchell, « Iconium and Ninica. Two Double Communities in Roman Asia Minor », Historia 28 (1979) (...)
  • 372 M. Haake, « L. Flavius Stlaccius aus Sardis, der „beste Sophist”. Eine neue Ehreninschrift aus Alex (...)
  • 373 J. Ma, « Re-Examining Hanukkah », The Marginalia Review of Books (July 9, 2013), [en ligne], URL :  (...)
  • 374 P. Leveau (n. 355), p. 15-16.
  • 375 A. Beschaouch, « Sur l’histoire municipale d’Uchi Maius, ville africo-romaine à double communauté c (...)
  • 376 T. Esch, « Zur Frage der sogenannten Doppelgemeinden. Die caesarische und augusteische Kolonisation (...)

72Trois inscriptions honorifiques qui furent érigées certainement à l’origine dans le centre monumental de la colonie mentionnent le dèmos comme dédicant369. C. Edson y voyait un indice que la colonie de Philippes était un cas de double communauté370. Selon lui, l’allusion au dèmos ne pouvait implicitement renvoyer qu’à l’existence d’une ekklèsia et d’institutions poliades de type grec. Il en déduisait que la cité macédonienne avait subsisté à Philippes aux côtés de la colonie romaine fondée au lendemain de la bataille. Les deux entités auraient coexisté indépendamment, comme cela s’observe, par exemple, à Iconium en Lycaonie et à Ninica en Isaurie371. Sur la base des mêmes éléments, on a cherché récemment à prouver qu’à Alexandrie de Troade aussi, la cité grecque avait survécu à la déduction d’une colonie par Auguste372. La pratique consistant à établir une population allogène au sein d’une communauté déjà existante et à la doter d’institutions spécifiques n’interférant pas avec l’organisation de l’entité politique locale est déjà attestée pour l’empire séleucide, notamment à Babylone et Jérusalem où des poleis furent créées à côté des communautés indigènes sans se substituer à ces dernières373. Le principe de la double communauté n’était pas incompatible avec le droit romain. Dans la mesure où une colonia formait en quelque sorte le prolongement direct de l’État romain sur un territoire originellement étranger – sans même qu’il soit nécessaire que ce territoire soit soumis au régime provincial romain, comme cela se voit pour plusieurs colonies déduites en Maurétanie à l’époque augustéenne374 – et du moment que la colonie constituait une entité juridique circonscrite rassemblant un nombre défini de citoyens romains, il était techniquement possible d’établir une telle communauté aux côtés d’une cité pérégrine, chacun des deux corps demeurant indépendant l’un de l’autre d’un point de vue juridique. Des cas de doubles communautés où se côtoient une entité peuplée de citoyens romains et une ciuitas pérégrine sont, du reste, également connus dans les provinces occidentales de l’Empire, en particulier en Afrique375. La chose était peut-être plus répandue qu’on l’admet d’ordinaire, y compris en Orient376.

  • 377 L. Ruscu, « Actia Nicopolis », ZPE 157 (2006), p. 247-255 ; É. Guerber, « La fondation de Nicopolis (...)
  • 378 Plin. Mai., Nat. IV 1, 5 ; Tac., Ann. V 10, 4.
  • 379 B. E. Woytek, « The Coinage of Apamea Myrlea under Trajan and the Problem of Double Communities in (...)
  • 380 A. D. Rizakis, « Expropriations et confiscations des terres dans le cadre de la colonisation romain (...)
  • 381 Strabon, XII 3, 6.
  • 382 Strabon, XII 3, 11.
  • 383 I. Sinope 86, 98 ; voir supra n. 205. Contra C. Barat (n. 63).
  • 384 I. Sinope 101.
  • 385 ILS 9414 ; AE 2002, 1443 ; cf. S. Mitchell (n. 371), p. 414-415.
  • 386 I. Sinope 101, 102.
  • 387 I. Sinope 103. Il s’ensuit que la lettre d’un représentant de l’État romain adressée aux Sinopéens (...)

73Il apparaît ainsi que Nicopolis d’Épire, qui fut créée par Octave-Auguste à l’entrée du golfe d’Ambracie afin de célébrer son triomphe naval lors de la bataille d’Actium, avait été fondée à la fois en tant que cité pérégrine selon le modèle hellénique – de surcroît en étant dotée de la libertas – et en tant que colonie romaine, les deux entités étant juxtaposées sur le même territoire377. Le hasard veut que ce soit une inscription de Philippes justement, mentionnant la carrière d’un primipile originaire de Sabine reçu comme décurion dans la colonie Actia Nicopolis (78), qui vienne confirmer le témoignage de Pline l’Ancien et de Tacite, lesquels se réfèrent explicitement à Nicopolis en tant que colonia378. Inversement, l’émission sous le règne de Claude de monnaies portant en grec l’ethnique des gens de Myrléa suggère que la colonie qui avait été fondée à l’époque triumvirale à Apamée en Bithynie n’avait pas fait disparaître la cité grecque préexistante, dont le nom originel avait précisément été Myrléa, si bien qu’il faut admettre, dans ce cas aussi, l’existence – au moins temporaire – d’une double communauté379. La solution intermédiaire qu’était la double communauté s’imposait peut-être aux fondateurs lorsque le contingent de vétérans à lotir était limité ou éventuellement lorsque la population locale semblait manifester une opposition trop vive aux projets de déduction380. Le compromis consistant à ne prélever qu’une portion du territoire de la cité ne garantissait toutefois pas que la coexistence entre les deux communautés fût apaisée, comme le montre l’exemple d’Héraclée du Pont où les colons romains qui y avaient été installés par César – « sur une partie de la ville et du territoire » seulement (ἐπὶ µέρει τῆς πόλεως καὶ τῆς χώρας), note Strabon – furent massacrés quelques années plus tard par la population locale à l’occasion de la guerre civile entre Octave et Antoine, sans que la colonie soit refondée ultérieurement381. La même expression fut employée par Strabon à propos de la colonie césarienne de Sinope : selon lui, une apoikia ne fut établie par les Romains que sur une « partie de la ville et du territoire » (µέρος τῆς πόλεως καὶ τῆς χώρας), ce qui suggère que – comme à Héraclée – la colonie ne se substitua pas entièrement à la polis382. L’existence d’une double communauté à Sinope, qui peut être induite du texte de Strabon, pourrait expliquer pourquoi des dédicaces furent, à l’époque d’Auguste et de Tibère, érigées officiellement en grec par le dèmos, l’une en l’honneur du légat spécial de l’empereur en Asie Mineure, lequel fut célébré comme le « protecteur de la cité » (κηδεµὼν τῆς πόλεως), l’autre en l’honneur d’Agrippine l’Aînée, l’épouse de Germanicus383. L’usage du grec à une époque aussi précoce pour honorer un membre de la famille impériale et un représentant de l’État romain serait extrêmement surprenant et atypique pour une colonie. Le maintien de la polis aux côtés de la colonie fondée par César pourrait éventuellement aussi rendre compte du fait que l’on ait tenu à préciser dans une inscription érigée en grec pour un notable local que celui-ci s’était acquitté dans la colonie (τῆς κολωνείας) des différentes fonctions qui étaient énumérées, peut-être avec l’intention de les distinguer des institutions subsistant dans la cité grecque voisine384 ; on notera, du reste, que cette pratique consistant à souligner l’appartenance d’un magistrat à la κολωνεία / colonia est aussi attestée à Iconium, qui est un cas avéré de double communauté385. Bien que des charges d’inspiration grecque, en particulier liées à la sphère agonistique, soient aussi bien attestées dans la colonie de Sinope386, d’autres fonctions moins fréquentes, telles que celle d’ἄρχων τοῦ πρεσβευτικοῦ évoquant l’existence d’une assemblée d’anciens sur le modèle de la gérousie dans les cités grecques, pourraient, au contraire, être attribuées à la polis387.

  • 388 S. Mitchell (n. 371), p. 409-438.
  • 389 Collart, Philippes, p. 312.
  • 390 A. B. Kuhn (n. 164).
  • 391 Voir supra p. 50.
  • 392 Voir infra p. 132.

74Dans le cas de Philippes, cependant, l’argumentation de C. Edson repose exclusivement sur des considérations linguistiques. À la différence d’Iconium et de Ninica, en particulier, où – comme l’a soigneusement montré S. Mitchell388 – tant la documentation épigraphique que numismatique atteste l’existence d’une polis aux côtés de la colonie, aucun autre document ne laisse entendre, à Philippes, qu’aient été en vigueur des institutions poliades au cours de l’époque impériale romaine. Comme l’avait vu déjà P. Collart389, le terme dèmos dans les inscriptions qui retiennent notre attention – tout comme à Alexandrie de Troade dont nous évoquions précédemment le cas390 –, n’est en réalité, dans le courant du iiie s., que la traduction grecque d’une formule latine telle que res publica. Il s’agit, en l’occurrence, de l’expression, en grec, de la décision de la communauté politique que formait la colonie391. De même la mention ψ(ηφίσµατι) β(ουλῆς) traduit-elle la formule courante d(ecreto) d(ecurionum) (57)392. Bien loin de suggérer la survivance de la polis macédonienne de tradition hellénistique parallèlement à la colonie romaine, le recours au terme dèmos dans des inscriptions publiques montre que le grec avait acquis, dans l’intervalle, le statut de langue officielle à Philippes.

  • 393 Voir les contributions réunies dans Brélaz, Héritage.

75L’apparition du grec dans un contexte public à Philippes au cours du iiie s. est la conséquence d’un phénomène qui s’observe dans l’ensemble des colonies romaines d’Orient. Sous la pression de leur environnement, qui était majoritairement, voire exclusivement, hellénophone, ces colonies – implantées en terre grecque (comme l’étaient Corinthe et Patras en Achaïe) ou, pour le moins, dans des régions de tradition culturelle grecque (comme les colonies de Pisidie ainsi que Berytus) – s’hellénisèrent peu à peu. L’influence hellénique se fit sentir de diverses manières dans ces colonies et elle s’y exprima dans de très nombreux domaines. Outre l’adoption de cultes grecs et l’introduction d’institutions politiques inspirées des usages en vigueur dans les poleis, on note, en particulier, l’émergence au fil du temps d’un patriotisme local revendiquant pour partie l’héritage culturel et historique de la cité défunte ainsi que la diffusion de la langue grecque393.

  • 394 Peu d’inscriptions peuvent être datées du iiie s. : voir 120, 134.
  • 395 Voir supra n. 357 : les cognomina des citoyens romains hellénophones apparaissant dans ces inscript (...)
  • 396 47, 64, 129.
  • 397 AE 2011, 1292 ; Rizakis, Patras, no 364*.
  • 398 CIIP II 2095 (cf. B. Puech, Orateurs et sophistes grecs dans les inscriptions d’époque impériale [2 (...)
  • 399 L’identité du dédicant n’est pas précisée, mais il est néanmoins probable qu’il s’agisse de la colo (...)
  • 400 CIPh II.1, p. 364.

76La documentation épigraphique ne nous permet pas, à Philippes, de reconstituer les étapes progressives qui menèrent de l’adoption du grec par les notables civiques, dans la sphère privée certainement d’abord, jusqu’à son utilisation à titre officiel par les autorités municipales. Comme nous l’avons relevé, toutes les inscriptions relatives à des magistrats de la colonie, également au iiie s., furent rédigées en latin exclusivement394. Les inscriptions érigées en grec par les incolae pérégrins, par les citoyens romains d’origine pérégrine et par les affranchis auxquelles nous avons déjà fait allusion plus haut donnent cependant un aperçu de la place qu’occupait la langue grecque au sein de la société philippienne et de l’influence que celle-ci pouvait exercer sur les descendants des colons italiens395. On constate, du moins, que la langue grecque était, vers le milieu du iiie s., devenue suffisamment familière aux notables civiques pour qu’ils décident de la substituer au latin dans des inscriptions qui furent dressées au nom de la communauté dans des lieux publics396. Dans deux cas, le choix de la langue grecque pourrait, en outre, avoir été encouragé par le fait que les personnages ayant la faveur de la colonie étaient des érudits empreints de culture hellénique, le premier ayant été pensionnaire au Musée d’Alexandrie et le second orateur (64, 129). Les colonies d’Alexandrie de Troade et de Patras recoururent semblablement au grec pour honorer respectivement un « sophiste » et l’historien A. Claudius Charax, mais, dans ce dernier cas, l’inscription fut affichée dans une cité hellénophone, à Pergame397. C’est, en revanche, en latin que les colonies de Césarée Maritime et de Parion célébrèrent, pour l’une, un de ses concitoyens qui était magistrat et orateur, pour l’autre, un comédien398. Par ailleurs, le troisième individu qui fut gratifié d’une inscription honorifique rédigée en grec à Philippes n’était pas explicitement versé dans les lettres ou les arts grecs (47), si bien que la préférence donnée à cette langue dans l’épigraphie publique ne paraît pas avoir été liée uniquement à l’activité de la personne honorée, mais reflète plutôt l’aura acquise dans l’intervalle par le grec au sein de l’élite civique. À notre connaissance, l’inscription officielle la plus tardive qui ait été érigée en latin par la colonie – pour ce qui est du iiie s. – fut une dédicace à une femme ayant peut-être appartenu à la famille impériale à l’époque de Valérien ou de Gallien (26)399. Une illustration du passage du latin au grec comme langue ordinaire de la colonie se trouve également dans les inscriptions topiques gravées sur les gradins du théâtre de Philippes. Sur la quarantaine d’inscriptions qui ont pu y être relevées, destinées à préciser l’identité des notables bénéficiant d’un emplacement réservé dans l’édifice lors des spectacles, la moitié ont été rédigées en grec et datent, à n’en pas douter, de l’époque où le latin cessa d’être utilisé dans les usages officiels400.

  • 401 54-55, 57-58.
  • 402 La dédicace honorifique 58, qui présente la même invocation initiale que les inscriptions 54 et 57 (...)
  • 403 Comparer les trois reliefs votifs offerts au théâtre par le prêtre de Némésis portant une dédicace (...)
  • 404 Les fragments constituant cette inscription furent découverts en remploi à Kalambaki, mais ils y fu (...)
  • 405 Sur les aménagements successifs qui touchèrent ce secteur de la ville antique, voir CIPh II.1, p. 3 (...)
  • 406 Deux inscriptions protobyzantines inédites paraissent y avoir été érigées : il s’agit d’une base ho (...)
  • 407 Sève, Weber, Guide, p. 17-22 ; CIPh II.1, p. 32-34.
  • 408 28-29 (peut-être sur la terrasse haute du forum ?), 30-31. Voir également infra p. 90-93 à propos d (...)

77Le fait que le grec était désormais utilisé couramment par les notables eux-mêmes explique que des particuliers ou des associations aient en parallèle commencé à ériger des inscriptions honorifiques dans cette langue dans le centre monumental de la colonie, alors qu’ils le faisaient en latin auparavant401. La formule ψ(ηφίσµατι) β(ουλῆς) qui se lit sur l’une de ces dédicaces privées en l’honneur d’un notable vient rappeler que la concession du terrain nécessaire à l’érection de la statue avait été sanctionnée par une décision publique (57)402. Deux autres inscriptions furent érigées à leurs bienfaiteurs par une confrérie vénérant les dieux égyptiens, les θρησκευταὶ τοῦ Σέραπι (54, 55), qui, quelques décennies plus tôt à la fin du iie ou au début du iiie s., avaient utilisé le latin dans un contexte similaire lorsqu’il s’était agi d’honorer un magistrat de la colonie (134)403. Les inscriptions publiques et privées rédigées en grec que nous venons d’examiner furent toutes – sauf une (129)404 – trouvées en remploi dans la Basilique B et au macellum. On peut raisonnablement penser que ces bases de statues se dressaient à l’origine dans ce dernier édifice, qui fut recouvert ultérieurement par la basilique chrétienne, ou du moins à ses abords immédiats405. Il est remarquable, à ce propos, qu’aucune inscription grecque antérieure à l’époque protobyzantine n’ait été découverte sur la place basse du forum406. L’épigraphie des monuments érigés sur le forum, qu’il s’agisse de bases honorifiques ou votives ou des dédicaces des édifices eux-mêmes, est entièrement latine. L’aménagement monumental du forum remonte, en effet, à une époque – le milieu du iie s. – où seul le latin était langue officielle de la colonie407. Les inscriptions grecques que l’on peut restituer au macellum ou dans ses environs sont donc certainement postérieures à cette époque. Une datation dans le courant du iiie s. – que suggère d’ailleurs la gravure des lettres, très maniérée – semble appropriée. L’érection de ces bases de statues en dehors de la place basse du forum fut peut-être motivée par l’engorgement de ce dernier et par le manque d’espace vacant pour élever de nouveaux monuments honorifiques. Du reste, l’emplacement originel exact des quelques bases portant une dédicace latine et datant du ive s. demeure, lui aussi, incertain, même s’il est nécessaire de postuler une exposition dans le centre monumental de la colonie408.

  • 409 W. Van Andringa, « Cités et communautés d’expatriés installées dans l’empire romain : le cas des ci (...)
  • 410 Voir cependant, à titre d’exemple, RECAM II 91 (Germa) ; AE 1998, 1210 ; SEG LXI 498 (Dion) ; S. Sh (...)
  • 411 Fait exception un milliaire sur lequel figure en deux langues le nom de l’un des premiers proconsul (...)
  • 412 J. N. Adams, Bilingualism and the Latin Language (2003), p. 642-686.
  • 413 R. A. Kearsley, Greeks and Romans in Imperial Asia. Mixed Language Inscriptions and Linguistic Evid (...)
  • 414 I. Perge 86-99.

78Le comportement linguistique des notables de Philippes, de même que des autres colonies romaines d’Orient, qui adoptèrent avec le temps la langue grecque, peut être comparé à l’attitude des associations de citoyens romains d’origine italienne actives dans le bassin oriental de la Méditerranée depuis le iie s. av. J.-C. et subsistant à l’époque impériale (negotiatores, conuentus ciuium Romanorum, ciues Romani consistentes / οἱ κατοικοῦντες Ῥωµαῖοι, ciues Romani qui negotiantur / οἱ πραγµατευόµενοι Ῥωµαῖοι)409. Étant installées dans des cités pérégrines hellénophones et étant immergées dans un environnement culturel essentiellement grec, ces associations eurent, elles aussi, tendance à utiliser le grec concurremment au latin dans leurs inscriptions. À la différence de ces dernières, cependant, les notables des colonies romaines d’Orient recoururent rarement à des inscriptions bilingues410. Aucune inscription bilingue ne fut ainsi trouvée à Philippes, même si cela peut paraître, à première vue, paradoxal pour une ville où se côtoyaient, au cours de l’époque impériale, des populations latinophones et hellénophones411. C’est que le choix entre le grec et le latin n’était pas conçu comme une alternative exclusive. Ces langues n’étaient pas considérées dans les colonies comme l’apanage de communautés distinctes, comme c’était le cas, en revanche, dans les cités pérégrines de l’Orient romain, où l’on a parfois jugé utile d’assortir l’inscription qu’on érigeait – que le texte original ait été grec ou latin – d’une traduction à l’adresse des locuteurs allophones : la version grecque était, en l’occurrence, destinée à la population locale majoritairement hellénophone, tandis que la version latine s’adressait à la communauté d’individus latinophones résidant sur place (negotiatores, ciues Romani consistentes, soldats, membres de l’officium du gouverneur, esclaves et affranchis impériaux). C’est de cette manière que s’expliquent le bilinguisme des inscriptions des negotiatores italiens de Délos412, les nombreuses inscriptions bilingues découvertes à Éphèse où siégaient les services du proconsul d’Asie413 ou encore le lot de doubles dédicaces latines et grecques érigées à Pergé par la grande évergète de rang sénatorial Plancia Magna414.

  • 415 Voir infra p. 88-90.
  • 416 Voir infra p. 176-178.
  • 417 Amandry, Monnayage, p. 497-499, nos 1, 3, 5-6.
  • 418 Voir infra p. 91-93.

79Dans les colonies romaines, au contraire, le recours au grec ou au latin n’indiquait pas une appartenance à un groupe ethnico-linguistique. Même si le latin, comme nous l’avons vu, demeura à Philippes la seule langue officielle et administrative de la colonie jusqu’au milieu du iiie s., de très nombreux citoyens romains – descendants d’affranchis, pérégrins gratifiés de la ciuitas – utilisaient ordinairement le grec. Inversement, il est arrivé que des pérégrins d’origine thrace utilisent le latin pour leurs inscriptions415. Hellénophones et latinophones ne formaient pas deux communautés séparées ethniquement homogènes. La nécessité ne se fit donc pas ressentir d’afficher systématiquement les inscriptions, épitaphes ou dédicaces votives, en deux langues. Cela ne signifie pas pour autant que grec et latin pouvaient être utilisés indifféremment à Philippes et que l’ensemble de la population était polyglotte. Le choix d’une langue plutôt que d’une autre – a fortiori lorsqu’il s’agissait de l’afficher par une voie aussi formelle que l’épigraphie lapidaire – dépendait du contexte, de la nature du support et de la fonction du monument, du statut social du dédicant, ainsi que de l’identité culturelle revendiquée par celui-ci. À ce propos, le recours au grec comme langue officielle dans le courant du iiie s., à Philippes, n’impliqua nullement que la colonie se défasse de son caractère romain et de ses institutions coloniales. L’hellénisation linguistique de la colonie ne s’accompagna pas d’une hellénisation de ses institutions416. En dépit du principe que nous évoquions précédemment et qui voulait qu’une communauté locale dotée d’institutions romaines emploie, en principe, le latin comme langue officielle, les descendants des colons italiens de Philippes s’approprièrent, avec le temps, la langue commune du milieu dans lequel ils vivaient. Ce fait ne remit cependant jamais en cause leur statut de colonie ni n’ébranla l’attachement qu’ils éprouvaient envers cette forme privilégiée de communauté locale au sein de l’Empire, comme le montre, au même moment, l’affirmation du titre de colonia dans les légendes monétaires latines des ultimes frappes philippiennes sous le règne de Gallien (quand bien même des divinités d’origine thrace, comme le Héros Aulonitès et Liber Pater Regianus – dans lequel il convient de reconnaître le Dionysos thrace –, ou encore la Tychè locale, s’étaient dans l’intervalle substituées aux types proprement romains traditionnels)417, ainsi que dans les dédicaces aux empereurs et dans les milliaires érigés jusqu’au début du ve s.418.

  • 419 Voir, à l’inverse, la dédicace que Lystra, en tant que colonie, érigea en grec dans une autre colon (...)
  • 420 Brélaz, Latin, p. 186-189.
  • 421 IGUR 24-25, 27-28, 33, 37, 60-61, 68, 80.

80Toujours à propos des langues utilisées à Philippes dans un contexte officiel au cours du iiie s., il convient de mentionner, pour terminer, l’autel votif offert par la Pentapole à la famille impériale sévérienne qui fut érigé dans le centre monumental de la colonie (24). Les cinq communautés locales pérégrines qui étaient établies dans le bassin du Strymon et qui composaient cette confédération recoururent, en l’occurrence, au grec pour leur dédicace. Toutefois, ce choix ne vient, dans le cas présent, pas illustrer la tendance vers l’hellénisation linguistique de la colonie dont nous parlions jusqu’à présent419. S’il est vrai que des cités hellénophones pouvaient employer le latin pour graver des inscriptions honorifiques et votives dans un milieu dont le latin était la langue prédominante (que ce soit dans des colonies romaines d’Orient ou dans des villes d’Italie, voire dans l’Urbs)420, on connaît, en revanche, à Rome même, un groupe d’inscriptions offertes en grec à divers empereurs et hauts magistrats par de nombreuses poleis de Sicile, de Grèce, d’Asie Mineure et de Syrie421. Dans le cas de la Pentapole, les dédicants n’estimèrent pas nécessaire d’adopter la langue officielle de la colonie pour y ériger leur dédicace, d’autant que celle-ci n’était pas destinée à la colonie elle-même ou à l’un de ses notables, mais à la maison impériale. Du reste, les inscriptions que les communautés locales hellénophones offraient aux empereurs – de même que la correspondance qu’elles entretenaient avec les autorités provinciales et impériales – étaient normalement toujours rédigées en grec. La décision de la Pentapole de conserver le grec comme langue pour sa dédicace ne fut, par conséquent, pas jugée incompatible avec le fait que l’autel se dressait dans une colonie romaine. Le choix de Philippes comme lieu d’exposition de leur offrande s’explique vraisemblablement par la volonté des Pentapolitai de manifester leur loyauté à l’empereur de préférence dans une entité qui, formellement, constituait une partie du populus Romanus et qui, par ailleurs, était avec Serrès et Amphipolis le principal centre urbain de la région en Macédoine orientale.

Les raisons de la vigueur et de la persistance du latin à Philippes

  • 422 CIPh II.1, p. 32-34, 66.

81Si l’hellénisation linguistique est un phénomène commun à toutes les colonies romaines d’Orient, le cas de Philippes présente toutefois une singularité : c’est la force avec laquelle le latin s’est maintenu parmi les colons, durant trois siècles. Alors que, dans plusieurs autres colonies, le grec avait commencé à être utilisé dans des contextes officiels dans le courant du iie s. déjà, ce moment correspond, à Philippes, à la période où le latin connut sa plus grande floraison, comme l’illustrent les nombreuses inscriptions érigées à l’époque antonine sur le forum, notamment les dédicaces monumentales des quatre principaux bâtiments de la place basse422.

  • 423 Levick, Colonies, p. 130-144.
  • 424 Levick, Colonies, p. 145-162.
  • 425 A. D. Rizakis (n. 366), p. 384.
  • 426 EKM II 432 (AE 2014, 1178). On se reportera au commentaire de P. M. Nigdelis, « Ὁ cursus publicus σ (...)
  • 427 M. Hatzopoulos, « Photice. Colonie romaine en Thesprotie et les destinées de la latinité épirote », (...)
  • 428 M. W. Baldwin Bowsky, « Of Two Tongues: Acculturation at Roman Knossos », dans Salmeri, Raggi, Baro (...)

82À vrai dire, la situation linguistique en vigueur dans les colonies d’Orient différait passablement selon l’emplacement, la taille et l’environnement de chacune d’entre elles et en fonction de l’origine sociale des premiers colons. À Antioche de Pisidie, par exemple, le latin s’était maintenu dans les inscriptions publiques jusque dans le courant du iiie s., mais les légendes des monnaies frappées par la colonie suggèrent – par les fautes qu’elles comportent – que la connaissance de la langue latine y était en déclin depuis le milieu du siècle423. Dans les colonies mineures de Pisidie, à l’exception de Cremna, cette évolution semble, en général, avoir été plus précoce424. À Patras, en revanche, le latin demeura la langue ordinaire de la colonie jusqu’au iiie s.425, même si la documentation épigraphique disponible est, somme toute, trop peu étoffée – en comparaison du matériel d’Antioche et a fortiori de Philippes – pour aboutir à des conclusions assurées. Il en va de même pour la plupart des colonies de Macédoine et d’Épire, si ce n’est que la copie épigraphique d’un dossier de documents officiels concernant une plainte présentée par Pella aux autorités provinciales montre que la colonie pouvait s’adresser au proconsul de Macédoine en grec dès la fin du iie ou le début du iiie s.426. La prédominance du latin a ainsi pu être soulignée pareillement pour la colonie de Photikè427, ainsi que pour Cnossos en Crète428, mais les résultats de l’enquête linguistique sont, dans les deux cas, relativisés par la minceur de l’échantillon considéré (une trentaine d’inscriptions seulement).

  • 429 Corinth VIII/3, p. 18-19 ; A. D. Rizakis (n. 366), p. 383.
  • 430 B. W. Millis, « The Social and Ethnic Origins of the Colonists in Early Roman Corinth », dans S. J.(...)
  • 431 J. Goeken, « La Seconde Sophistique et l’héritage grec de Corinthe », dans Brélaz, Héritage, p. 33- (...)

83Le cas de Corinthe, où le grec supplanta le latin comme langue officielle dès le règne d’Hadrien, est exceptionnel429. L’effacement précipité du latin dans cette colonie s’explique par le faciès social et linguistique de sa population d’origine. Les premiers colons corinthiens étaient, en effet, des affranchis de familles romaines de l’Urbs versés dans le commerce et habitués, tant par leur origine ethnique probablement et leur condition sociale que par leur activité professionnelle, à parler le grec430. L’attachement de ces affranchis au latin était nécessairement moins fort que pour les soldats italiens formant la première génération dans la plupart des autres colonies, dont Antioche, Patras et Philippes. Ces conditions – jointes à la vocation commerciale de Corinthe et au fait que de nombreux marchands romains établis de longue date en Méditerranée orientale, et pour cette raison sensibles à l’hellénisme, rallièrent la nouvelle colonie – furent, par conséquent, favorables à une diffusion du grec jusque dans les sphères dirigeantes de la colonie et à une utilisation précoce de cette langue dans un contexte officiel. Cette tendance fut, en outre, accentuée au iie s. par le souhait des Corinthiens de raviver délibérément le souvenir et les origines de l’ancienne et prestigieuse cité à laquelle s’était substituée la colonie, comme en témoigne la participation de cette dernière au Panhellénion431.

  • 432 Collart, Philippes, p. 510-523 ; cf. Y. Lolos, « Via Egnatia after Egnatius: Imperial Policy and In (...)
  • 433 Voir infra p. 231-244.
  • 434 A. D. Rizakis (n. 55, 1996), p. 261-269. Voir infra p. 178.

84Deux facteurs sont d’ordinaire invoqués pour rendre compte de la persistance remarquable du latin à Philippes : sa position sur la uia Egnatia et l’importance numérique des colons qui y avaient été déduits. P. Collart a insisté sur le rôle capital que joua la grande voie de communication terrestre liant l’Occident et l’Orient, de Dyrrachium à Byzance à travers la Macédoine et la Thrace, pour le développement et la vitalité de la colonie432. Si de nombreuses influences provenant du bassin oriental de la Méditerranée parvinrent jusqu’à Philippes par ce biais (la mission de l’apôtre Paul, qui aborda pour la première fois sur le continent européen à Néapolis, puis se dirigea d’emblée vers Philippes, en est un exemple)433, la uia Egnatia permit également à la colonie de maintenir des liens étroits avec l’Italie par delà l’Adriatique. C’est par cette route, en effet, la plus directe pour rejoindre l’Asie Mineure depuis l’Italie, qu’ont plus d’une fois cheminé les armées en marche pour le front oriental. L’afflux constant de soldats, de marchands, de voyageurs provenant d’Italie dut contribuer à maintenir vivaces à Philippes l’usage de la langue latine aussi bien que les coutumes et les cultes proprement italiens. On pourrait en dire tout autant des colonies fondées sur les côtes occidentales de la péninsule balkanique, ouvertes directement sur l’Adriatique et, de ce fait, aisément accessibles depuis l’Italie, telles que Dyrrachium, Buthrote, Patras, ainsi que, dans une moindre mesure, Byllis et Photikè, situées à l’intérieur des terres434.

  • 435 Levick, Colonies, p. 161-162.
  • 436 Pour une tentative d’évaluation de la population urbaine de la colonie de Corinthe sur la base de l (...)
  • 437 P. Oakes, Philippians: From People to Letter (2000), p. 40-50.
  • 438 M. Boyd, S. Provost, « Application de la prospection géophysique à la topographie urbaine I. Philip (...)
  • 439 Voir infra p. 262-270.
  • 440 Levick, Colonies, p. 162, souligne également ce facteur, mais à propos de la langue qui était parlé (...)
  • 441 Voir infra p. 275-278.
  • 442 W. Eck, « The Presence, Role and Significance of Latin in the Epigraphy and Culture of the Roman Ne (...)

85Quant au nombre de colons qui furent établis à Philippes lors des fondations successives d’Antoine, puis d’Octave-Auguste, toute estimation serait aléatoire. En comparaison d’Antioche de Pisidie, B. Levick considérait que Philippes, au vu de l’étendue de son territoire, avait dû recevoir un nombre de colons plus élevé435. Mais – indépendament du fait que la densité pouvait varier considérablement en fonction de la portion de la pertica examinée – on notera que la taille de la population d’une colonie ne peut se déduire, de façon mathématique, de la superficie de son territoire, car toutes les terres n’étaient pas nécessairement attribuées dès l’origine aux colons, certaines d’entre elles étant notamment laissées aux pérégrins restés dans la région436. Il convient également de rester prudent face aux modélisations qui visent à apprécier le volume de la population philippienne et la répartition numérique de ses diverses composantes ethniques et sociales en reposant sur la prise en compte de la superficie couverte par le centre urbain de la colonie437. Car des études géomagnétiques récentes ont montré qu’une partie importante des îlots du cadastre étaient, dans la ville de Philippes, occupés par des bâtiments publics et ne pouvaient donc servir pour des maisons d’habitation438. On pourrait, en revanche, trouver une confirmation du nombre relativement important de colons qui furent déduits à Philippes dans le fait que les élites civiques furent constituées dans leur grande majorité et durant près de trois siècles – aussi loin que la documentation épigraphique permette de mener l’enquête –, des descendants des premiers colons italiens. Très peu de pérégrins, en effet, acquirent la ciuitas et furent admis parmi les notables de la colonie439. Sur le plan démographique, cela signifie que les familles d’origine italienne avaient été suffisamment nombreuses, et qu’il s’en était trouvé d’assez aisées parmi elles, pour que les candidats aux magistratures ne manquent pas et pour que l’on ne soit pas forcé d’ouvrir la curie aux individus faits citoyens romains de fraîche date. Ce phénomène illustre certes le conservatisme social, mais aussi culturel des notables philippiens, qui ne cessèrent d’affirmer leur identité italienne et latine au cours des trois premiers siècles de l’existence de la colonie. À la différence de Corinthe, Philippes était originellement une colonie militaire et le noyau de l’élite civique était formé, comme à Antioche et à Patras, des descendants des vétérans qui y avaient été lotis, augmentés, dans ce cas, par les civils – sans doute des petits propriétaires terriens pour la plupart – qu’Octave avait chassés d’Italie et réinstallés en Macédoine. De plus, la part latinophone de la population philippienne fut en permanence renforcée, durant le ier et le iie s., par l’installation sur le territoire colonial de soldats libérés du service. Du fait de la relative proximité du limes danubien440, de nombreux vétérans, qui n’étaient pas originaires de Philippes, obtinrent par le biais d’une concession viritane une parcelle parmi les terres de la colonie qui n’avaient pas encore été assignées441. Comme cela semble avoir aussi été le cas dans la colonie d’Héliopolis grâce à l’installation des vétérans de l’armée de Syrie442, l’arrivée continue sur le territoire de la colonie de locuteurs latinophones issus de l’armée permit sans doute à la latinité philippienne de se raviver et de se perpétuer.

  • 443 Voir supra p. 84.
  • 444 C. Brélaz, « La langue des incolae sur le territoire de Philippes et les contacts linguistiques dan (...)
  • 445 La signification du maintien d’une anthroponymie thrace dans cette région diffère donc du conservat (...)
  • 446 B. Rochette, Le latin dans le monde grec. Recherches sur la diffusion de la langue et des lettres l (...)
  • 447 Pour des inscriptions érigées en latin par des incolae dans la Békaa héliopolitaine, voir IGLS VI 2 (...)

86Un autre élément encore nous paraît pouvoir expliquer pourquoi le latin résista si longtemps à Philippes. Il s’agit de l’environnement culturel et linguistique dans lequel la colonie fut implantée. La Macédoine orientale était à l’origine une terre thrace. Or, le caractère profondément thrace de la région se maintint jusqu’à l’époque impériale, comme l’illustrent l’onomastique, qui demeura essentiellement indigène dans le bassin supérieur du Strymon et dans la plaine de Drama, ainsi que les cultes, la colonie elle-même en venant, au cours du iiie s., à faire figurer sur ses types monétaires la principale divinité régionale d’origine indigène qu’est le Héros Aulonitès443. Il est intéressant, à ce propos, de relever que le comportement linguistique des Thraces différait profondément de celui des Grecs sur le territoire de la colonie. Alors que les incolae portant des noms helléniques se servaient uniquement de la langue grecque dans leurs inscriptions, les pérégrins d’origine thrace – qui sont aisément identifiables comme tels dans la documentation épigraphique grâce à leurs anthroponymes caractéristiques – n’hésitaient pas à employer parfois le latin, concurremment au grec, au moment d’ériger une épitaphe ou une dédicace votive444. L’utilisation du latin par une partie des incolae philippiens pour leurs inscriptions privées est un phénomène exceptionnel parmi les colonies romaines d’Orient, dans lesquelles les pérégrins utilisaient, en principe, exclusivement la langue prédominante de leur milieu, à savoir le grec. Cette ouverture des Thraces de Philippes à la langue latine était certainement due au fait que la Macédoine orientale n’était toujours pas entièrement hellénisée à l’époque impériale445. Les Thraces n’avaient donc pas à l’encontre du latin les préventions des Grecs, qui, de manière générale dans l’Orient romain, évitaient de recourir au latin446. Le fait qu’une proportion importante des incolae résidant sur le territoire philippien n’étaient pas parfaitement hellénophones et continuaient certainement à pratiquer leur propre langue et le fait que ceux-ci étaient disposés à privilégier le latin au grec comme langue usuelle de communication (en tout cas sur le support que sont les inscriptions lapidaires) contribuèrent sans doute à faire diminuer la pression du grec sur le latin dans la colonie. À la différence des colonies établies dans des régions résolument grecques et évoluant dans un contexte linguistique entièrement hellénophone (comme Patras et Corinthe dans le Péloponnèse, Alexandrie de Troade dans la province d’Asie ou même Dion plus à l’Ouest en Macédoine), l’influence du grec fut à Philippes – comme dans une moindre mesure à Dyrrachium à la frontière avec l’Illyrie et à Berytus-Héliopolis en pays sémitique447 – atténuée par la présence d’une population allophone qui se révéla sensible à la langue importée par les colons italiens. Cela retarda d’autant le moment où le grec supplanta le latin, y compris dans les usages officiels de la colonie.

L’hellénisation linguistique de la colonie et le regain ponctuel du latin au iv  e s.

  • 448 Zannis, Pays.

87En dépit de la vigueur du latin dans la colonie jusqu’au iiie s. au moins et malgré l’attrait que put avoir cette langue sur les incolae thraces habitant son territoire, Philippes finit par subir l’influence de la langue véhiculaire la plus répandue dans le bassin oriental de la Méditerranée et commune à l’ensemble des provinces orientales de l’Empire. Indépendamment des origines thraces de la région et du maintien de populations indigènes jusqu’à l’époque impériale, cela était bien entendu aussi vrai de la Macédoine orientale, où l’hellénisme s’était progressivement diffusé depuis l’époque archaïque, à la suite de la pénétration des Thasiens à l’intérieur des terres, de l’installation d’Athéniens aux alentours du mont Pangée, puis de la conquête par Philippe II au milieu du ive s.448.

  • 449 28-29, 31.
  • 450 D. Feissel, « Les inscriptions latines dans l’Orient protobyzantin », dans R. Harreither et al. (éd (...)
  • 451 Comparer les dédicaces du gouverneur de la nouvelle province de Pisidie à Antioche au début du ive  (...)
  • 452 Voir de même les dédicaces latines érigées par le Foenicum genus (sans doute le koinon de Phénicie) (...)
  • 453 AE 2010, 1699.
  • 454 ILS 1234 avec Bull. ép. 2001, 483. Cf. IGLS VI 2772 : dédicace de la colonie d’Héliopolis au César (...)
  • 455 Corinth VIII/3, no 506.
  • 456 I. Alexandreia Troas 28.
  • 457 La dédicace latine de la colonie de Tyr en l’honneur du préfet et jurisconsulte Ulpien (AE 1988, 10 (...)
  • 458 Cinq milliaires, dont trois inédits, furent dédiés successivement à Constantin et ses fils, à Jovie (...)
  • 459 Sur les deux milliaires portant le nom de ces empereurs au génitif ne figure cependant aucun dédica (...)
  • 460 Brélaz, Latin, p. 183-186.

88L’hellénisation linguistique de la colonie ne fut cependant pas linéaire et irréversible. Plusieurs inscriptions attestent un retour temporaire du latin comme langue officielle au cours du ive s., alors que le grec avait déjà été utilisé dans un contexte public au milieu du siècle précédent. Il s’agit de trois dédicaces de la colonie à Constance lorsque celui-ci n’était encore que César, à Constantin et à Gratien449. Ces inscriptions ne prouvent pas un retour au latin comme langue usuelle au sein de la population philippienne ni même parmi les notables civiques. Elles illustrent plutôt un fait qui s’observe dans l’ensemble de l’Orient romain depuis l’époque de la Tétrarchie : il se trouve que cette période coïncide avec la diffusion maximale du latin dans les provinces orientales450. Alors que les empereurs, durant les deux premiers siècles du Principat, avaient été soucieux de respecter l’autonomie et les particularités, notamment linguistiques, des cités grecques et que beaucoup d’entre eux étaient empreints de culture hellénique, les empereurs de la fin du iiie s. et du ive s., pour la plupart issus de l’armée et originaires des provinces danubiennes, ne nourrissaient pas le même attachement envers la langue et les lettres grecques. Cela encouragea le recours au latin dans les documents officiels émis par les autorités impériales et provinciales, là où une traduction grecque était le plus souvent transmise aux communautés locales auparavant. L’ingérence de plus en plus fréquente et marquée des autorités impériales dans les communautés locales depuis la fin du iiie s. et, surtout, la fondation de Constantinople de même que la création dans la moitié orientale de l’Empire d’une administration centrale latinophone accentuèrent le mouvement. C’est de cette époque que datent les très nombreuses dédicaces latines érigées en signe de loyauté aux empereurs par les gouverneurs et les préfets du prétoire dans les provinces orientales. On en relève un exemple à Philippes même dans une dédicace des préfets du prétoire (ou d’un vicaire de ceux-ci) à Constantin (30)451. Si l’usage du latin ne semble jamais avoir été imposé aux communautés locales hellénophones ou hellénisées, la diffusion que connut le latin en Orient comme langue administrative et juridique de l’État romain depuis la Tétrarchie jusqu’au début du ve s. poussa certainement les Philippiens à renouer avec leur langue d’origine, du moins pour l’affichage épigraphique. S’il ne fut pas dicté par les autorités impériales elles-mêmes, le choix linguistique fait par les dédicants fut certainement conçu comme une manière convenable d’honorer l’empereur à une époque où le latin s’imposait comme la langue de l’État romain en Orient452. Cette attitude était d’autant plus appropriée de la part d’une communauté locale qui, en qualité de colonie, demeurait théoriquement une partie constitutive de celui-ci. Ainsi, c’est également en latin que Laodicée-sur-Mer – qui était pourtant une colonie beaucoup plus récente que Philippes et qui n’accueillit jamais une abondante population latinophone sur son territoire, la cité ayant été promue au rang colonial par Septime Sévère seulement – choisit d’honorer l’empereur Constance en remerciement des bienfaits à son égard453. Plusieurs autres dédicaces aux empereurs ou à des préfets du prétoire furent ainsi offertes au cours du ive s. en latin par les colonies de Berytus454, Corinthe455 et Alexandrie de Troade456. Cela est attesté jusqu’au règne d’Arcadius, à une époque où le grec avait depuis longtemps supplanté le latin dans la population et dans les usages officiels de ces communautés457. De même, le latin fut, à Philippes, employé régulièrement tout au long du ive s. sur les milliaires de la uia Egnatia dédiés aux empereurs par la colonie458 et il s’y est même maintenu jusqu’au début du ve s., sous le règne conjoint d’Arcadius, d’Honorius et de Théodose II459. Le recours à la langue administrative de l’État romain de la part de la colonie se justifiait tout particulièrement sur ce type de monuments, au vu du contrôle que les autorités impériales exerçaient sur l’entretien du réseau routier. Aux premiers siècles de l’Empire, déjà, il n’était pas rare que des milliaires, pourtant explicitement érigés par des cités pérégrines hellénophones, portent une dédicace en latin en hommage aux empereurs460.

  • 461 I. Sinope 99 ; I. Parion 12 ; I. Central Pisidia 22 (Cremna) ; Laminger-Pascher, Lykaonien, no 164 (...)

89Les nombreuses fautes dans le formulaire des inscriptions érigées par la colonie depuis l’époque de la Tétrarchie montrent, cependant, que le latin, qui s’était caractérisé jusqu’alors par une très grande correction dans la documentation épigraphique locale, n’était plus la langue usuelle à Philippes et qu’elle n’était même plus familière à l’élite civique. Ainsi, dans la dédicace à Constantin à laquelle nous avons fait allusion ci-dessus (29), le nom de l’empereur figure à l’accusatif, selon l’usage grec, au lieu du datif ordinaire en latin pour les inscriptions honorifiques. Tandis que cet hellénisme n’est pas sans parallèle dans les milieux bilingues gréco-latins, notamment dans les autres colonies romaines d’Orient – y compris pour des dédicaces publiques461 –, il n’était pas attesté auparavant à Philippes, ce qui rend d’autant plus remarquable l’apparition d’une influence grecque dans ce contexte. Dans la dédicace à Gratien (31), le nom de l’empereur figure même de façon erronée au nominatif, juxtaposé à celui des dédicants (la colonie et le gouverneur de Macédoine). Par ailleurs, le qualificatif splendidissima accolé au nom de la colonie est mal orthographié. Les fautes sont telles et la forme des lettres est si irrégulière que l’on peut légitimement douter de la maîtrise du latin de la part du lapicide, voire du rédacteur du texte de la dédicace. Dans la dédicace au César Constance (28), on ne sait, en revanche, s’il faut attribuer l’irrégularité constatée dans l’abréviation de la formule de dévotion d(euotus) n(umini) m(aiestati)q(ue) e(ius) – une lettre D de taille réduite paraît avoir été insérée au-dessus de la ligne – à une erreur du lapicide corrigée après coup ou à la volonté de gagner de la place par cet artifice. La même formule se trouve d’ailleurs aussi abrégée de façon atypique dans une dédicace en l’honneur de Constantin, érigée cette fois-ci par des représentants des autorités romaines elles-mêmes, en l’occurrence les préfets du prétoire ou un vicaire représentant ces derniers (30).

  • 462 35, 86, 111.
  • 463 Voir supra p. 85.
  • 464 Amandry, Monnayage, p. 498-500, nos 4 et 8.
  • 465 La même graphie, PRINC IVB, se rencontre par ailleurs dans une inscription de Sardaigne du règne de (...)
  • 466 Amandry, Monnayage, p. 498, no 5 ; voir aussi p. 496-497 : monnaie frappée par la colonie avec la l (...)
  • 467 Pilhofer II 48, 180, 614. On peut ajouter à cette courte liste une nouvelle épitaphe inédite mentio (...)

90La pression qu’exerça le grec sur le latin dans la colonie depuis le courant du iiie s. se manifesta également par l’apparition, dans certaines inscriptions latines, de lettres influencées par la graphie grecque, comme le A pourvu d’une barre brisée à la manière des alpha caractéristiques de l’épigraphie grecque d’époque impériale462. Dans l’épitaphe d’un questeur de la colonie et de sa famille, qui est plus précoce et date vraisemblablement du courant du iiie s., voire de la toute fin du iie s., les erreurs de gravure – jointes à l’aspect grec de certaines lettres – sont si nombreuses qu’elles ne peuvent être imputées qu’à la méconnaissance du latin de la part du lapicide (120). Un phénomène similaire, illustrant le déclin du latin, s’observe à la même époque sur les monnaies des colonies pisidiennes, où les légendes latines sont corrompues et mêlées de lettres grecques463. À Philippes, les légendes des pièces frappées par la colonie restent, quant à elles, correctes jusqu’au iiie s., à quelques exceptions près : sur un type émis sous le règne de Gallien, on lit la légende PRINC IVBENTVTIS464 ; il n’est pas certain toutefois qu’il faille attribuer cette graphie à l’influence de la langue grecque, car la prononciation vulgaire de la lettre B, qui en vient à être utilisée pour transcrire le son [v], se répand aussi bien en grec qu’en latin au cours de l’époque impériale, comme on le constate dans une inscription de Philippes même (91, l. 10)465. Une autre monnaie représentant la divinité d’origine thrace Liber Pater Regianus porte la légende LIBERO PATRI RECIANO, mais, dans ce cas aussi, la confusion entre les lettres C et G est un phénomène relativement fréquent, surtout dans les légendes monétaires où la différence entre ces deux lettres n’est, à la lecture, pas toujours facile à établir du fait de leur ressemblance466. Quant aux quelques inscriptions exprimées en langue latine, mais translittérées en caractères grecs, dont on note l’existence à Philippes, elles témoignent, plutôt que de l’influence grandissante du grec dans la colonie, de la connaissance essentiellement orale que certains incolae pérégrins avaient de la langue des colons italiens et de la prédominance de la culture écrite et de l’alphabet grecs en Macédoine orientale467.

  • 468 86, 105 ; Pilhofer II 111 (uir clarissimus ex comite).
  • 469 Voir les épitaphes grecques et chrétiennes d’un τριβοῦνος νοταρίων (Pilhofer II 104), de la fille d (...)
  • 470 C. Brélaz, « The Authority of Paul’s Memory and Early Christian Identity at Philippi », dans C. Bre (...)
  • 471 Pilhofer II 111-112.
  • 472 Collart, Philippes, p. 313-317, 521-523.
  • 473 Himer., Or. XL 1-2 (éd. A. Colonna, 1951, avec la traduction de H. Völker, Himerios. Reden und Frag (...)
  • 474 Dio Chrys., Or. XLI ; Favorinos, Discours aux Corinthiens.
  • 475 Lemerle, Philippes, p. 69-112 ; J.-P. Sodini, « L’architecture religieuse de Philippes, entre Rome, (...)

91Même si le latin continua à être utilisé par des particuliers à Philippes au ive s., surtout par des soldats et des membres de l’administration impériale468, le grec était désormais la langue prédominante469. Lorsque le christianisme s’imposa comme nouvelle religion publique dans le courant du ive s., celui-ci se diffusa à Philippes dans un contexte fortement hellénisé. Le grec, du reste, avait été dès l’origine la langue de la communauté chrétienne locale fondée par l’apôtre Paul, si bien que la chrétienté philippienne demeura toujours hellénophone470. De toutes les inscriptions chrétiennes de Philippes, seules deux épitaphes – dont celle d’un dignitaire de l’administration impériale – furent, au ive s., rédigées en latin471. Philippes, à l’époque tardo-antique, était une ville presque exclusivement hellénophone472, à tel point que le rhéteur Himérios, lorsqu’il s’arrêta dans la colonie sur le chemin qui le conduisait auprès de l’empereur Julien en Orient, put, non sans exagération, se féliciter de l’hellénisme tout attique des Philippiens, qu’il faisait remonter aux origines de la cité et à la fondation de Krénidès par l’exilé athénien Kallistrate473. Malgré la vigueur de la latinité philippienne au iie s., la colonie s’était, dans l’intervalle, hellénisée. Mais cette évolution intervint à Philippes plus tardivement que dans la plupart des autres colonies d’Orient. Alors qu’Himérios soulignait l’hellénisme de Philippes au milieu du ive s., c’est dans la première moitié du iie s. déjà que les orateurs s’exprimaient en grec devant les colons d’Apamée-Myrléa et de Corinthe, comme le firent respectivement Dion de Pruse et Favorinos d’Arles474. Depuis le début du ve s., néanmoins, Philippes ne se démarquait plus, du point de vue linguistique, des autres villes de l’Empire protobyzantin, l’influence des pratiques en vigueur à Constantinople étant accentuée par la proximité relative de la capitale impériale, comme l’illustre, au cours du vie s., le décor architectural de la Basilique B, directement inspiré de celui de Sainte-Sophie475.

5. La formation et l’administration du territoire colonial

  • 476 Voir supra p. 19-22.
  • 477 RPC I 1646-1649. Cf. A. Filges (n. 14), p. 243-250.

92Indépendamment des considérations stratégiques immédiates qui purent le pousser à implanter un contingent de vétérans à ce point précis de l’Orient sur la uia Egnatia, à mi-chemin de Dyrrachium et de Byzance, la principale motivation d’Antoine, en décidant de déduire une colonie à Philippes, était de contribuer à résoudre un problème socio-économique qui était récurrent à Rome depuis le iie s. av. J.-C., à savoir celui du manque de terres, rendu encore plus aigu en ces années de guerres civiles du fait des désordres qui en résultèrent et de la démobilisation d’un grand nombre de soldats476. À l’instar de toutes les autres colonies qui furent fondées en Italie et dans l’Empire durant les vingt ou trente ans séparant l’époque de César du début du Principat augustéen, l’objectif était avant tout, à Philippes, de disposer de terres en suffisance pour pouvoir les distribuer aux vétérans et, le cas échéant, à une partie de la plèbe de l’Urbs ainsi qu’aux petits propriétaires chassés d’Italie au gré des événements des guerres civiles. Comme l’illustrent les types représentant le creusement du sillon sacré ou le tirage au sort des lots de terre au moyen d’une urne, qui se rencontrent fréquemment sur les émissions monétaires des colonies romaines et à Philippes même477, la déduction coloniale consistait fondamentalement en la transformation, par le biais des rites appropriés, d’une portion de sol pérégrin en une fraction du domaine de l’État romain et en la répartition de cet espace en de multiples parcelles au profit de citoyens romains.

  • 478 A. D. Rizakis (n. 55, 1996), p. 274-287 ; id. (n. 55, 2009).
  • 479 G. Labarre, « Les interactions culturelles dans la colonie romaine d’Antioche de Pisidie (cultes et (...)

93De même que la fondation d’une colonie entraînait – à l’exception des cas de doubles communautés – l’abolition instantanée et définitive de l’entité politique préexistante d’un point de vue institutionnel, le territoire de cette dernière s’en retrouvait, lui aussi, profondément remanié. La pertica coloniale, pour nous en tenir aux colonies romaines d’Orient, ne se superposait en principe pas telle quelle à la chôra de la cité grecque déchue. Même si certains éléments structurels du territoire de la polis antérieure pouvaient être conservés parce qu’on les estimait commodes (cela vaut du reste pour d’autres caractéristiques des cités auxquelles se substituaient les colonies), celui-ci était remodelé en fonction des besoins de la nouvelle communauté et des exigences imposées par le mode de répartition des terres aux vétérans et aux civils italiens. En particulier, les fondateurs des colonies veillaient à ménager à leurs créations un accès aux ressources permettant de garantir leur viabilité. De ce fait, les bouleversements provoqués par l’installation d’une colonie ne se cantonnaient en général pas à l’ancien territoire de la cité grecque antérieure, mais affectaient toute la région. Ainsi, la déduction de la colonie de Patras impliqua la modification du régime des terres et de leur fiscalité, ainsi que du statut de plusieurs communautés locales, non seulement en Achaïe où certaines d’entre elles perdirent leur autonomie à la suite de leur annexion au territoire patréen, mais encore de l’autre côté du golfe de Corinthe, en Étolie et en Locride occidentale, où le revenu de certaines cités fut affecté à l’entretien de la colonie et au dédommagement des Achéens qui avaient perdu leurs propriétés478. De même, à Antioche de Pisidie, la déduction eut pour effet de restreindre l’étendue des terres appartenant jusqu’alors au sanctuaire de Mèn afin de doter la colonie d’un territoire suffisant pour y installer les vétérans479. Quant à Philippes, les changements découlant de la fondation coloniale eurent, comme nous allons le voir, des répercussions dans l’ensemble de la Macédoine orientale, depuis le bassin du Strymon jusqu’au cours du Nestos.

La centuriation et la répartition des terres

  • 480 .M. Christol, « Les ressources municipales d’après la documentation épigraphique de la colonie d’Or (...)
  • 481 Les inscriptions relatives à l’administration du territoire de la colonie ont volontairement été ex (...)
  • 482 L’université de Franche-Comté a joué un rôle déterminant pour la redécouverte de cette littérature (...)
  • 483 G. Tirologos, « Archéologie des paysages et centuriation : la borne gromatique de Philippes (Grèce) (...)

94On ne dispose pas, pour Philippes, d’inscriptions cadastrales qui nous autoriseraient, comme c’est le cas pour la colonie d’Orange par exemple, à cartographier les lots ou, du moins, à reconstituer la logique ayant présidé à leur répartition480. On se trouve, par conséquent, dans l’impossibilité d’émettre des estimations chiffrées concernant la taille des parcelles et le nombre des bénéficiaires. D’autres types d’inscriptions, jointes aux prospections géoarchéologiques menées dans la plaine de Drama, viennent, cependant, apporter des informations intéressant le régime des terres481. En outre, la technique appliquée par les arpenteurs romains lors des opérations de centuriation est décrite en détail dans les traités des auteurs gromatiques. Les rééditions et commentaires qui ont été consacrés récemment à cette littérature spécialisée nous permettent d’avoir une compréhension plus fine des différents types de terres que l’on rencontre dans une colonie et de rapprocher ce que l’on peut observer localement des modèles théoriques ou des pratiques communes482. Une borne cadastrale, reflétant le travail des arpenteurs tel qu’il est exposé dans ces traités, fut ainsi découverte par G. Tirologos dans un champ au Nord-Ouest du site antique de Philippes483. Sa fonction originale était d’indiquer la position exacte du terrain au bord duquel elle se dressait par rapport à la trame orthogonale qui avait été imposée au territoire entourant le centre urbain de la colonie. Bien qu’elle n’ait pas été trouvée in situ et qu’elle ne permette donc pas de rétablir l’orientation de la grille cadastrale romaine, la mention explicite du decumanus et du kardo sur le cippe, ainsi que de la distance qui séparait ce dernier du point servant de référence aux coordonnées de la grille en question, est un témoignage direct des opérations de centuriation qui eurent lieu lors de la déduction de la colonie et des techniques gromatiques qui furent employées pour attribuer des lots de terre aux vétérans et civils italiens qui furent installés dans la plaine de Drama successivement en 42 av. J.-C. au lendemain de la bataille, puis à nouveau en 30 av. J.-C.

  • 484 A. Santoriello, M. Vitti, « Il paesaggio agrario del territorio della Colonia Victrix Philippensium(...)
  • 485 G. Tirologos, « Les recherches sur les cadastres romains du territoire colonial de Philippes (Macéd (...)
  • 486 D. G. Romano, « City Planning, Centuriation and Land Division in Roman Corinth: Colonia Laus Iulia (...)
  • 487 Voir infra p. 249-256.
  • 488 L. Lespez, « L’évolution des paysages du Néolithique à la période ottomane dans la plaine de Philip (...)
  • 489 M. Clavel-Lévêque, Autour de la Domitienne : genèse et identité du Biterrois gallo-romain (2014).

95D’autres indices matériels relevés sur le terrain, tels que des alignements de champs révélés par la photographie aérienne et des vestiges fossiles de la uia Egnatia, ont parfois été mis à profit pour tenter de retracer les orientations du cadastre et, en particulier, de distinguer deux grilles différentes qui auraient correspondu à chacune des deux déductions en question484. Les résultats de ces enquêtes sont toutefois sujets à caution, car des raisons méthodologiques nous dissuadent de considérer comme remontant nécessairement à la colonisation romaine les tronçons rectilignes que l’on est en mesure de constater aujourd’hui dans les champs couvrant la plaine de Drama485. De la même manière, l’identification de plusieurs grilles cadastrales à l’extrémité Nord-Est du Péloponnèse, que l’on a cherché à mettre en relation avec des phases successives d’établissement des colons romains à Corinthe, depuis la fondation de la colonie césarienne jusqu’à un éventuel renforcement de celle-ci sous les Flaviens, est loin d’être tenue pour acquise486. À la différence de Corinthe, toutefois, Philippes avait un caractère essentiellement agricole, comme l’illustrent les origines sociales respectives des premiers colons dans l’un et l’autre cas487. L’aspect général du paysage contemporain est néanmoins trompeur. Car s’il est exact que la plaine de Drama demeure aujourd’hui peu urbanisée et que les terres sont pour la majeure partie d’entre elles consacrées à l’exploitation agricole, les écosystèmes et la forme du paysage ont, sous l’effet conjugué des variations climatiques et de l’action anthropique, fortement changé depuis l’Antiquité488. Bien que l’apparence actuelle de la plaine suggère l’existence d’une trame rectiligne ordonnant l’orientation des champs, le cadastre remonte, en réalité, à une époque bien plus récente, en l’occurrence aux années 1920-1930, à la suite de l’échange de populations prévu par le traité de Lausanne et des travaux de drainage qui permirent de bonifier les terres marécageuses qui occupaient jusqu’alors la partie méridionale de la plaine. Ces deux événements, provoquant l’arrivée de nouveaux occupants, l’augmentation des surfaces arables et la réorganisation des titres de propriété et du régime des terres, bouleversèrent totalement la structure foncière et le réseau hydrique en Macédoine orientale, sans compter plusieurs remaniements parcellaires qui intervinrent ultérieurement. Il s’ensuit que le paysage agraire subit, dans l’espace qui correspondait dans l’Antiquité au territoire de la colonie de Philippes, beaucoup plus d’altérations que dans d’autres régions de l’Empire, comme en Gaule Narbonnaise et en Italie, où ont pu être repérés des alignements remontant vraisemblablement aux opérations romaines de centuriation489.

  • 490 A. D. Rizakis (n. 380).
  • 491 CIPh II.1, p. 51-55.
  • 492 Pilhofer II 604 (AE 2007, 1284). Une autre interprétation consisterait à comprendre qu’il était plu (...)

96La déduction de colons romains en Macédoine orientale, sur la chôra de la cité hellénistique de Philippes ainsi qu’au-delà de celle-ci, dut nécessiter l’expropriation des anciens occupants490. Comme l’enseigne la littérature gromatique, la répartition des lots aux vétérans, pour ce qui est de leur superficie, était fonction de la hiérarchie en vigueur dans l’armée romaine, de même que les premiers magistrats de la nouvelle entité étaient choisis en principe entre les individus possédant le grade le plus élevé parmi les soldats. Lors de la constitution de la pertica philippienne, les colons romains ne se restreignirent pas à la plaine environnant le centre urbain, mais les opérations de centuriation touchèrent également les zones périphériques. Ainsi, des inscriptions font état de l’établissement de citoyens romains dans le vallon de Prossotsani ainsi que dans la Piérie du Pangée491. Dans cette dernière région, à Podochôri, une inscription rupestre délimitait un certain nombre de jugères (iug(era)) appartenant manifestement à des particuliers (priuati), ce qui montre que cette portion du territoire colonial avait certainement, elle aussi, été centuriée492. Cependant, il n’est pas toujours certain que l’installation de colons aux marges de la pertica philippienne se soit produite dès la fondation de la colonie par Antoine ou même de sa refondation par Octave-Auguste une douzaine d’années plus tard. L’épitaphe d’un vétéran qui ne participa à aucune des deux déductions initiales de la colonie, mais qui s’établit à Philippes probablement encore sous le règne d’Auguste, fut ainsi trouvée à Akrovouni près de Kipia, dans la Piérie (103). La stèle fut découverte en remploi, mais s’il s’avérait que celle-ci provenait originellement des environs immédiats, on aurait là un argument en faveur de l’installation précoce de colons dans cette région également. Un fragment de sarcophage trouvé en remploi à Éleuthéroupoli, à l’extrémité Sud-Ouest de la plaine de Drama et à l’entrée de la Piérie, et daté précisément de l’an 56 grâce à la mention des consuls pourrait venir confirmer que des colons s’étaient établis dans cette portion du territoire à une haute époque (206).

  • 493 G. Tirologos (n. 485), p. 131-134.
  • 494 Voir supra p. 23-27.
  • 495 Voir infra p. 275-278.

97Dans d’autres cas, l’arrivée de soldats en un point du territoire philippien fut indiscutablement plus tardive et doit être reliée à des phases ultérieures de l’occupation et de l’exploitation de celui-ci. Cela vaut, en particulier, pour Ti. Claudius Maximus qui combattit notamment en Dacie sous Trajan et captura le roi Décébale (94). À la fin de son service, Maximus, dont rien ne prouve qu’il ait été d’origine philippienne (quoique sa famille ait pu avoir une ascendance pérégrine thrace et provenir de la région), s’établit dans le vallon de Prossotsani, dans un endroit extrêmement reculé du territoire philippien, où il se fit ériger la monumentale stèle décrivant en détail sa carrière et ses hauts faits d’armes et représentant, au moyen de reliefs, ses exploits et les décorations qu’il obtint à cette occasion. Il apparaît que l’ensemble des terres qui furent rattachées administrativement à la colonie de Philippes lors de sa création par Antoine ne furent pas d’emblée attribuées. Il n’est pas même certain que toutes aient fait l’objet d’une centuriation au même titre que les lots destinés aux vétérans. Bien que l’étendue des terres arables n’ait probablement pas été aussi grande qu’on l’admet d’ordinaire, notamment en raison de la présence du marais qui recouvrait alors toute la portion méridionale de la plaine de Drama493, la déduction antonienne n’avait de toute évidence pas conduit à la mise à profit de la totalité des espaces disponibles. Il était resté suffisamment de terres pour qu’Octave puisse procéder à une nouvelle déduction au bénéfice cette fois de civils italiens, ainsi que probablement de vétérans des cohortes prétoriennes494. D’autres soldats furent encore les bénéficiaires d’assignations viritanes à l’époque julio-claudienne, de même qu’épisodiquement au cours des ier et iie s.495.

  • 496 A. D. Rizakis (n. 184), p. 599-617 ; A. Chastagnol (n. 184) ; P. Le Roux, « Peregrini incolae », ZP (...)
  • 497 Voir infra p. 106-110.

98Les colons romains ne furent pas les seuls à occuper des terres sur le territoire philippien. Les anciens propriétaires dont les terres avaient été confisquées pour les besoins de l’installation des vétérans et des civils italiens ne furent pas nécessairement chassés du territoire colonial et certains durent pouvoir être relogés en d’autres points de celui-ci, peut-être sur des parcelles de moins bonne qualité. De manière générale, les populations locales établies sur ce qui avait été jusqu’alors la chôra de la cité hellénistique de Philippes ne furent pas expulsées en masse. Comme le suggère la présence de nombreuses communautés rurales – peuplées pour l’essentiel de pérégrins thraces et bénéficiant d’une autonomie accrue – sur le territoire colonial, une partie non négligeable des anciens habitants dut être autorisée à demeurer sur ses terres. Quoique ne disposant pas des droits civiques à l’intérieur de la nouvelle entité politique, faute de posséder la citoyenneté romaine, ces populations jouissaient néanmoins du statut d’incolae pérégrins de la colonie et pouvaient, à ce titre, résider sur l’étendue de son territoire496. Ces populations ne furent pas même systématiquement rejetées aux marges de la pertica coloniale, car plusieurs de ces communautés rurales sont attestées dans la plaine de Drama, dans les alentours immédiats du centre urbain de la colonie497.

L’étendue du territoire colonial

  • 498 P. Perdrizet, « Voyage dans la Macédoine première (suite) », BCH 21 (1897), p. 536-543 ; Collart, P (...)
  • 499 Rizakis, Territoire.
  • 500 Cf. L. Capogrossi Colognesi, « Le forme gromatiche del territorio e i vari regimi giuridici dell’ag (...)

99Les sources à notre disposition sont trop lacunaires pour que nous puissions reconstituer avec précision la surface couverte par le territoire appartenant à la colonie de Philippes et le tracé exact de ses limites. Indépendamment des restrictions que nous impose la documentation, deux raisons nous dissuadent, par ailleurs, de chercher à cartographier la pertica philippienne de façon définitive. D’abord, les territoires coloniaux ne constituaient pas des ensembles homogènes dessinant une surface uniforme. Contrairement aux études antérieures consacrées au territoire de la colonie de Philippes, qui envisageaient ce dernier comme un espace ininterrompu et qui s’efforçaient d’en déterminer les frontières498, A. Rizakis a souligné, à raison, que le territoire d’une colonie romaine ne devait pas être appréhendé de la même manière que la chôra d’une cité grecque499. Celui-ci a montré, en l’occurrence, sur la base des enseignements de la littérature gromatique, qu’il était plus approprié de concevoir les territoires coloniaux comme des mosaïques composées de terres aux statuts les plus variés500. Or, la reproduction d’un territoire colonial au moyen d’une carte générale est incapable de restituer la diversité de situations juridiques que suppose un tel morcellement. Ensuite, les territoires coloniaux ne représentaient pas des entités figées. Comme l’illustre le simple fait que la fondation de la colonie de Philippes fit l’objet de deux déductions successives (sans même compter les assignations viritanes ultérieures), il importe de comprendre la formation du territoire d’une colonie dans sa diachronie et d’être attentif aux évolutions qui, avec le temps, purent affecter l’étendue de la pertica et, de manière plus générale, entraîner des modifications dans le régime des terres.

  • 501 L. D. Loukopoulou, « Provinciae Macedoniae finis orientalis: The Establishment of the Eastern Front (...)
  • 502 Brélaz, Tirologos, Territoire, p. 144-146. Voir aussi supra n. 459 à propos d’un milliaire de Dravi (...)

100Quoi qu’il en soit de ces considérations méthodologiques, il est possible, dans le cas de Philippes, d’établir à quelle zone correspondait le cœur de la pertica. Celle-ci recouvrait essentiellement la plaine de Drama. Nous avons vu précédemment que le territoire colonial incluait également le vallon de Prossotsani et la Piérie du Pangée. Les incertitudes concernent, en revanche, les régions périphériques. Les contours du territoire philippien peuvent néanmoins être grossièrement dessinés, du fait de la présence, à ses marges, de communautés pérégrines indépendantes de la colonie. Il apparaît donc en négatif un espace équivalant approximativement à la pertica, défini par le voisinage de plusieurs cités : à l’Ouest, Amphipolis, Serrès ainsi que diverses autres communautés situées dans la vallée du Strymon, dont les cités de Bergé et Gazôros ; à l’Est, Topeiros – qui accéda au rang poliade sous le règne de Trajan –, puis, au-delà du Nestos, les cités de Thrace égéenne, en premier lieu Abdère. De ce côté, la frontière du territoire colonial se confondait avec la limite orientale de la province de Macédoine, contiguë à la Thrace, cette dernière ayant été transformée à son tour en province en 46 apr. J.-C.501. L’attribution des milliaires de la uia Egnatia à la colonie ou, au contraire, aux cités limitrophes que sont, à l’Ouest, Amphipolis et, à l’Est, Topeiros permet également – lorsque le nom de la communauté locale concernée est explicitement mentionné sur la borne – de raisonner sur les frontières philippiennes, même si les milliaires ne sont en général pas découverts in situ502. Deux cas particuliers intéressant des régions dont la dépendance envers la colonie est litigieuse méritent d’être brièvement discutés ici : il s’agit, d’une part, de la bande côtière allant d’Amphipolis à Néapolis (Kavala) et, d’autre part, du vallon de Platania.

  • 503 J. Fournier (n. 69).
  • 504 C. Koukouli-Chrysanthaki, « Τα “µέταλλα” της Θασιακής περαίας », dans Μνήµη Δ. Λαζαρίδη (1990), p.  (...)
  • 505 Dunant, Pouilloux, Thasos, p. 82-87, no 186 (Pilhofer II 711), avec les corrections de lecture appo (...)
  • 506 Voir le milliaire Pilhofer II 414 provenant d’Agios Athanasios qui commémore les travaux effectués (...)
  • 507 Papazoglou, Villes, p. 398-403.
  • 508 Strabon, VII, frag. 17a (éd. S. Radt, 2003) : τῆς δ’ἐν τῷ Στρυµονικῷ κόλπῳ παραλίας τῆς ἀπὸ ⟨Γα⟩λ (...)
  • 509 CIL III 142063 (avec nos restitutions aux l. 2-4) : Fusc[us] / M(arci) Bu[r]/reni [Fir ?]/mi ser(uu (...)
  • 510 Pilhofer, Philippi I, p. 55, n. 9. Contra Collart, Philippes, p. 278 ; 285, n. 1.
  • 511 À l’inverse, le recours à l’ère provinciale macédonienne sur des épitaphes de pérégrins thrace et g (...)

101La colonie de Philippes possédait, à l’Est, une frontière commune avec la cité insulaire de Thasos, laquelle avait conservé des possessions sur le continent à l’époque impériale503. Ainsi, à Pétropigi, sur la rive droite du Nestos, fut découverte en remploi une borne érigée sous le règne de Trajan délimitant la province de Thrace et le territoire de Thasos dans la région de l’embouchure du fleuve (inter Thracas et Thasios)504. Surtout, une lettre du gouverneur de Thrace aux Thasiens fait état d’un litige qui apparut sous le règne de Vespasien entre une κολωνεία, dans laquelle il convient de reconnaître la colonie de Philippes, et la cité libre de Thasos505. Le différend portait sur la répartition des charges d’entretien (ἀγγαρεία) des soldats et des fonctionnaires romains traversant la zone frontière entre les deux communautés. On en déduit que les possessions continentales de Thasos étaient limitrophes du territoire de la colonie, ce dernier s’étendant – à l’Est – jusqu’aux environs de Néa Karvali, là où se trouvait Akontisma, la dernière station de la uia Egnatia avant l’entrée de la voie en Thrace506. Le devenir des anciens établissements situés sur la côte entre Amphipolis et Néapolis (Galepsos, Apollonia, Oisymè) et ayant formé aux époques archaïque et classique – jusqu’à leur conquête et, parfois, leur destruction par Philippe II – la Pérée thasienne est, en revanche, incertain pour l’époque impériale507. Un passage de Strabon d’interprétation difficile a été parfois invoqué pour prouver l’appartenance au territoire philippien de la région comprise entre Galepsos et le Nestos508, mais force est de constater qu’aucune inscription pouvant être rattachée de manière certaine à la colonie n’y fut trouvée. Même la découverte d’une épitaphe latine – a fortiori mentionnant l’esclave d’une gens bien connue à Philippes509 – à Kariani, au Sud-Ouest du Symvolo près de la côte, ne constitue pas un argument déterminant en faveur de l’inclusion de cette région dans le territoire colonial510. Car le lieu exact où la stèle avait été dressée originellement demeure inconnu et – bien qu’il soit douteux que la cité de Thasos ait pu conserver nominalement au cours de l’époque impériale une autorité sur une zone dont elle avait sans doute perdu le contrôle depuis longtemps – aucun autre indice ne permet de prouver positivement la dépendance envers la colonie de cette portion de la bande côtière la plus proche d’Amphipolis, pas plus que du reste du tronçon allant jusqu’à Néapolis511.

  • 512 Pilhofer II 510 ; cf. CIPh II.1, p. 369-371.
  • 513 Voir, dans ce sens, Collart, Philippes, p. 279-282.
  • 514 M.-G. G. Parissaki (n. 85), p. 352-353, n. 97 ; cf. ead., « L’abolition du système des stratégies e (...)
  • 515 Pour une telle interprétation, voir Rizakis, Territoire, p. 123 avec n. 5 ; p. 124, n. 17 ; p. 128- (...)
  • 516 F. Papazoglou (n. 183), p. 96-97.
  • 517 Papazoglou, Villes, p. 408-409.
  • 518 De la mention de Rhoemétalkès III dans une inscription de Chalkéro, sur les hauteurs de Néa Karvali (...)

102Quant au vallon de Platania, si la portion située le plus en aval faisait certainement partie du territoire philippien, comme le suggère la découverte de plusieurs inscriptions latines – même en remploi – dans les villages situés sur les premières pentes du Lékani et du Phalakron, la question est, en revanche, débattue pour sa partie supérieure en direction du Nestos. Une épitaphe grecque découverte en remploi à Platania et datant probablement du iiie s. a parfois été invoquée pour proposer le rattachement de l’ensemble du vallon à la pertica512. Or, cette inscription mentionne des institutions qui sont visiblement distinctes de celles de la colonie. Un certain Dentoupès, fils de Beithys, y est dit βουλευτής, tandis que son fils Valens est qualifié d’ἀντιστράτηγος καὶ φορολόγος. S’il est concevable que βουλευτής ait pu traduire le terme latin decurio, le statut de pérégrin de Dentoupès – comme le montre son onomastique – l’empêchait cependant de siéger dans l’ordre des décurions de la colonie. Quant aux fonctions revêtues par son fils, elles ne trouvent aucun équivalent dans le cadre des institutions coloniales. Plutôt que de prouver la dépendance du vallon de Platania au territoire de Philippes513, ces titres doivent, par conséquent, être interprétés dans le contexte d’une communauté locale pérégrine, thrace en l’occurrence. Car le titre d’ἀντιστράτηγος pourrait avoir été une survivance formelle de l’époque où la Thrace était divisée en circonscriptions territoriales appelées stratégies, lesquelles furent abolies sous le règne de Trajan514. Il n’est pas nécessaire de postuler que cette communauté formait une enclave au sein du territoire de la colonie, dont elle aurait été administrativement et fiscalement dépendante, à la manière d’un uicus515. Comme la communauté à laquelle étaient rattachés Dentoupès et son fils disposait manifestement d’un organe législatif calqué sur le modèle des Conseils civiques et nommait des magistrats, on peut considérer que les institutions en question se rapportaient à l’une des cités thraces se trouvant sur le cours du Nestos, telles que Topeiros ou Nicopolis516. Par conséquent, nous nous rangeons à l’interprétation de F. Papazoglou et considérons que le vallon de Platania, du moins la portion du vallon qui était située le plus en amont, ne faisait pas partie du territoire de la colonie de Philippes517. Si tel était bien le cas, nous devrions en déduire que la frontière occidentale de la province de Thrace passait à cet endroit à l’Ouest du Nestos, comme c’était le cas plus en aval de ce fleuve, là où les possessions thasiennes étaient limitrophes, d’un côté avec le territoire philippien, de l’autre avec la province de Thrace518.

  • 519 Voir supra p. 73-75.
  • 520 Voir supra n. 365.
  • 521 Voir infra p. 111-112.
  • 522 CIPh II.1, App. 2, p. 375-378.
  • 523 Pilhofer II 716, 741 ; 61.
  • 524 J. et L. Robert, Bull. ép. 1948, 102 (p. 164), à propos de l’inscription publiée par V. Kallipoliti (...)

103Les limites du territoire colonial au Sud-Ouest font également problème, en particulier dans les environs de Rodolivos, dans le piémont du Pangée, là où la pertica philippienne était contiguë à la chôra d’Amphipolis, ainsi qu’à l’extrémité occidentale de la Piérie du Pangée, vers Podochôri et Akropotamos. Deux critères sont généralement invoqués pour tenter de préciser la limite entre la colonie de Philippes et la cité d’Amphipolis dans ces régions : la répartition linguistique du matériel épigraphique et le recours à l’ère provinciale macédonienne pour dater les inscriptions. S’il est vrai que la substitution du latin au grec dans l’épigraphie publique fut l’un des signes les plus tangibles de l’abolition de la cité préexistante et de la création d’une nouvelle communauté à Philippes, peuplée de migrants d’origine italienne et formant désormais une partie de l’État romain519, on ne peut cependant raisonner uniquement sur la base de cette dichotomie pour se prononcer sur l’appartenance d’un lieu au territoire de la colonie de Philippes. La principale raison est que le grec ne cessa pas d’être parlé et employé dans la colonie, au premier chef par les incolae, les pérégrins thraces et grecs étant demeurés dans la région et résidant en permanence sur le territoire philippien, puis, au fil du temps, par les citoyens romains et les descendants des colons eux-mêmes, au fur et à mesure que la colonie subit l’influence de son environnement, qui était majoritairement hellénophone. Ensuite, des inscriptions latines, même si c’est en très petit nombre, se rencontrent également dans les cités pérégrines voisines de Philippes, érigées par des soldats de l’armée romaine ou des citoyens romains d’origine occidentale520. Il convient donc, pour pouvoir exploiter à bon escient les données issues de la documentation épigraphique, de différencier les contextes d’utilisation de l’une et l’autre langue en fonction de la nature de l’inscription, du milieu social dont sont issus les commanditaires et de l’époque. Comme l’illustre l’exemple de l’épitaphe latine de Kariani que nous avons discuté ci-dessus à propos de la Pérée thasienne, une inscription ne saurait à elle seule prouver la dépendance d’une région entière à la colonie, d’autant que les pierres, du fait des remplois, sont très rarement trouvées à leur emplacement originel. C’est plutôt la concentration d’inscriptions latines à un point donné qui peut constituer un argument convaincant. L’existence de tels lots dans les environs de Serrès et à Thessalonique, atypiques en pays hellénophone, nous pousse ainsi à admettre que plusieurs des inscriptions en question peuvent être rapportées à la colonie de Philippes. C’est ce genre de considérations – en plus d’autres indices – qui a ainsi permis à A. Rizakis de démontrer de manière très convaincante que la colonie possédait vraisemblablement des terres situées près de la cité pérégrine de Serrès, à 60 km à l’Ouest de la ville de Philippes, lesquelles étaient séparées physiquement du cœur de la pertica et de la plaine de Drama par la présence, dans l’intervalle, de communautés pérégrines indépendantes521. La rareté du recours au latin dans l’épigraphie de Thessalonique invite, de même, à s’interroger sur la provenance de la vingtaine d’inscriptions latines qui furent relevées en remploi dans l’ancien cimetière juif de la ville522. Or, plusieurs d’entre elles se rapportent à des magistrats philippiens et à des gentes attestées dans la colonie. La mention explicite, dans des inscriptions de ce lot, de la colonie comme bénéficiaire d’une amende funéraire, ainsi que le recours à la formule de concession d’une portion de l’espace public sur décision de l’ordo decurionum pour l’érection d’une sépulture523 achèvent de prouver que les pierres en question furent prélevées à l’époque moderne au site de Philippes pour être réutilisées à Thessalonique, comme cela s’est également produit pour des pierres thasiennes524.

  • 525 M. N. Tod, « The Macedonian Era Reconsidered », dans G. E. Mylonas, D. Raymond (éds), Studies Prese (...)
  • 526 Pilhofer II 540, 541, 548, 551, 553, 556, 557a, 560, 573. Pour une double datation au moyen des deu (...)
  • 527 Voir supra p. 36-37. Pour une très hypothétique ère coloniale, voir supra n. 43.
  • 528 Pilhofer II 592-593, 595-596.
  • 529 Pilhofer II 599, 607.
  • 530 Pilhofer II 596a, 596c-596e.
  • 531 Voir supra n. 511.
  • 532 Fichier IAHA, no 1250 ; Pilhofer II 601, 604 (AE 2007, 1284), 605.
  • 533 Pilhofer II 417, 585, 641b ; Fichier IAHA, no 1647 (inédit).
  • 534 J. Demaille, « Le territoire de la colonie romaine de Dion : extension et cadastration », dans H. B (...)
  • 535 Pilhofer II 360, avec le commentaire de D. Feissel, Recueil des inscriptions chrétiennes de Macédoi (...)

104Parallèlement au critère linguistique, un autre facteur est fréquemment mis en avant pour tenter de délimiter en négatif les frontières de la pertica philippienne : la datation des épitaphes au moyen de l’ère macédonienne, qui débute avec la création de la province en 148 av. J.-C., ou de l’ère dite « auguste », qui commence en réalité avec la victoire d’Octave à Actium (les deux formules pouvant être employées conjointement, cette dernière étant parfois explicitement distinguée de la précédente par la mention (ἔτους) σεβαστοῦ)525. Cette pratique est répandue dans les communautés pérégrines de Macédoine orientale et on relève de très nombreux exemples dans le bassin du Strymon, dans la région comprise entre Néa Zichni et Serrès, en particulier dans la cité de Gazôros526, ce qui constitue un des arguments prouvant que cette région n’appartenait pas à la colonie et que la limite occidentale de la pertica philippienne se trouvait dans les environs d’Angista. Comme la colonie de Philippes jouissait du ius Italicum et bénéficiait, en théorie, d’un privilège d’extra-territorialité par rapport à la province, la datation par l’ère macédonienne ne devrait, en effet, pas se rencontrer sur le territoire philippien527. Plusieurs épitaphes de pérégrins datées de cette manière furent pourtant trouvées à la périphérie de la pertica philippienne, sur les pentes du Pangée à Rodolivos528, aux extrémités occidentales de la Piérie, à Podochôri529 et Akropotamos530, ainsi que, sur la côte, à Galepsos531. On se situe assurément dans cette région aux marges Sud-Ouest du territoire colonial et, même si un milliaire (encore inédit) fut découvert à Rodolivos ainsi que des marques rupestres délimitant les terres de la colonie à Podochôri532, il est malaisé de retracer avec précision les limites de la pertica dans cette zone, si bien que l’attribution à la colonie des inscriptions en question peut légitimement être discutée. Il n’en va pas de même, à l’inverse, de quelques épitaphes, présentant des formules de datation similaires, qui furent relevées à Kokkinogeia, Koudounia, Prôti et Éleuthéroupoli533, autant d’endroits dont nous n’avons pas de raison de douter de l’appartenance au territoire colonial. Il nous faut donc admettre que, comme cela est également attesté dans la colonie de Dion, l’ère macédonienne ait pu être ponctuellement employée par des pérégrins aussi sur le territoire de la colonie, vraisemblablement par imitation des usages qui étaient respectés dans la région en milieu provincial534. C’est une telle diffusion qui explique qu’avec le temps, cette formule de datation ait pu être utilisée dans la ville même de Philippes, en l’occurrence pour une épitaphe chrétienne érigée en l’an 379 apr. J.-C.535. Il s’ensuit que le recours à l’ère provinciale dans les inscriptions de Rodolivos, de la Piérie du Pangée et même de Galepsos ne constitue pas un argument déterminant permettant d’exclure formellement les lieux où elles furent découvertes du territoire philippien.

Le statut des communautés locales sur le territoire philippien

  • 536 CIAlb 153 = LIA 165. Cf. É. Deniaux (n. 258), p. 67-70 ; S. Shpuza (n. 410), p. 505-507.
  • 537 IGLS VI 2936 (IGLMusBey 352), 2946. Cf. J.-P. Rey-Coquais, « Des montagnes au désert : Baetocécé, l (...)
  • 538 Voir infra p. 123-124.
  • 539 MAMA XI 294.
  • 540 G. Labarre, M. Özsait, « Nouveaux duoviri d’Antioche de Pisidie et dédicaces au dieu Men », Anatoli (...)
  • 541 IGLS VI 2717, 2731. Cf. J. Aliquot, La vie religieuse au Liban sous l’Empire romain (2009), p. 182  (...)
  • 542 92 ; Pilhofer II 29, 45, 48, 417, 437, 456, 509a, 512, 519, 524-525, 588, 615b, 636, 641c (AE 2007, (...)
  • 543 C. Koukouli-Chryssanthaki, D. Malamidou, L. Lespez, « Carte archéologique de la plaine de Philippes (...)

105La colonie de Philippes présente la particularité d’avoir abrité sur son territoire un nombre important de communautés rurales, qualifiées de uici. Parmi les colonies romaines d’Orient, seules Dyrrachium, où une inscription mentionne des conuicani Scampenses sur un site se trouvant sur la uia Egnatia à plus de 80 km du centre urbain de la colonie536, et Berytus-Héliopolis, où est en outre attesté un pagus Augustus formant un district rural à l’instar de ce que l’on peut relever en Afrique537, semblent avoir connu une organisation comparable, quoique dans des proportions beaucoup plus restreintes. Ces établissements ruraux ne doivent en aucun cas être confondus avec les uici attestés à Buthrote, Sinope, Alexandrie de Troade ou Antioche de Pisidie, où il s’agit de secteurs urbains comparables aux quartiers de l’Urbs538. On relève encore l’existence sporadique d’autres formes de communautés rurales constituées en entités administratives sur les territoires d’Iconium, où une inscription grecque qui semble devoir être attribuée au territoire de la colonie fait état d’institutions villageoises (γεραιοὶ κα[ὶ πάν]τες οἱ οἰκή[τορες])539, d’Antioche de Pisidie, où sont attestés un village du nom de Φειννασκώµη de même que plusieurs ethniques correspondant certainement à d’autres villages540, et de Berytus-Héliopolis, où on note une κώµη ainsi que des magistrats portant le titre, translittéré en latin, d’archontes, qui doivent également avoir été en fonction dans un village541. Outre la mention explicite des termes uicus ou uicani, les communautés rurales établies sur le territoire philippien peuvent être identifiées grâce aux ethniques désignant leurs habitants. En l’état actuel de nos connaissances, on dénombre plus d’une vingtaine d’attestations réparties sur l’ensemble du territoire colonial542. Les uici, qui correspondaient à des districts ruraux pouvant s’organiser autour de bourgades, se rencontraient aussi bien dans les régions les plus excentrées de la pertica, comme le vallon de Prossotsani ou la Piérie du Pangée, que dans la plaine de Drama, à une distance rapprochée du centre urbain. Le nombre de communautés rurales établies sur le territoire philippien pouvait être bien plus élevé encore, si l’on en croit l’abondance du matériel archéologique qui fut mis au jour dans la plaine de Drama et dont la concentration peut dans certains cas suggérer l’existence, si ce n’est d’une agglomération, du moins d’un établissement à l’époque impériale543.

  • 544 M. Tarpin, Vici et pagi dans l’Occident romain (2002), p. 307-380.
  • 545 V. Velkov, « Le village dans la province romaine de Thrace. La documentation épigraphique », dans A (...)
  • 546 Un uicus thrace se trouvait à l’endroit où fut érigée la borne de délimitation entre la province de (...)
  • 547 Le terme uicus désigne également des villages en Asie Mineure : C. Schuler, Ländliche Siedlungen un (...)
  • 548 Il n’est pas certain que l’épithète Κωµαῖος sous laquelle était vénéré Apollon à Philippes au ive s (...)
  • 549 Pilhofer II 543. Il est, de même, question d’une κώµη Ὀλδηνών à Néos Skopos, dans les environs de S (...)
  • 550 Pilhofer II 160a, l. B 3-6.
  • 551 C. Veligianni, « Ἀφιέρωση στὸν Ποσειδώνα ἀπὸ Θράκα στὴν Ἀνατολικὴ Μακεδονία », Tekmeria 3 (1997), p (...)
  • 552 Pilhofer II 417 ; AE 2012, 1382. Cf. Brélaz, Tirologos, Territoire, p. 126-128.

106Quoique la dénomination uicus puisse faire penser à l’application dans la colonie de Philippes d’un modèle d’organisation administrative des territoires ruraux bien connu en Italie et dans les provinces occidentales, en particulier sur les territoires des colonies de Vienne et d’Avenches, ainsi que plus généralement dans les Germanies544, le terme doit recouvrir, dans le cas présent, une réalité locale qui remonte probablement à une époque antérieure à la fondation de la colonie. Comme cela est attesté ailleurs dans l’espace thrace545, et même à proximité des frontières du territoire philippien546, le mot latin uicus sert ordinairement à traduire le terme κώµη, qui désigne une communauté non civique établie en milieu rural, une forme d’organisation socio-politique répandue dans ces régions relativement peu urbanisées547. Bien qu’aucun document attribuable à la cité macédonienne ne mentionne formellement de κῶµαι548, il est raisonnable de considérer que plusieurs des communautés rurales attestées sur le territoire philippien à l’époque impériale existaient déjà au cours de la période hellénistique, comme cela est avéré pour la cité de Gazôros dans la vallée du Strymon549. La célèbre inscription renfermant le rapport de l’ambassade que les Philippiens dépêchèrent auprès d’Alexandre le Grand à propos de la délimitation de leur chôra prouve, du reste, que les Thraces purent demeurer dans la région après la conquête macédonienne et continuer à exploiter leurs terres, du moins ceux qui s’en étaient vu confirmer la possession550. Les uici philippiens pouvaient donc avoir été d’anciens villages thraces incorporés dans le territoire de la colonie au moment où cette dernière se substitua à la cité hellénistique au lendemain de la bataille de 42 av. J.-C. L’onomastique révèle, d’ailleurs, que les habitants des uici étaient majoritairement des pérégrins thraces. De plus, les noms de plusieurs des uicani philippiens comportent le suffixe -ηνός, qui est caractéristique des ethniques d’origine thrace en Macédoine orientale551. D’autres, au contraire, comme Ἰολλῖται et Harpaliani, étaient formés sur des anthroponymes macédoniens et pouvaient garder le souvenir de l’existence dans la région de domaines fonciers qui avaient été attribués à des aristocrates macédoniens à la suite de la conquête de Philippe II, comme cela est attesté ailleurs dans le royaume argéade552.

  • 553 Cf. S. Campanelli, « Καταλείπω τῇ κώµῃ. Fondazioni private ed evergetismo nelle communità rurali (...)
  • 554 Brélaz, Apports, p. 1483-1486, no 1 (AE 2014, 1187 ; A. Zannis nous confirme, du reste, que cette i (...)
  • 555 Pilhofer II 437, où on reconnaît la formule placuit uicanis à deux reprises (l. 3, 15).
  • 556 P. M. Nigdelis, « Harpaliani: µία νέα κώµη (vicus) της ρωµαϊκής αποικίας των Φιλίππων », dans P. Ad (...)

107Au sein de la colonie, les uici jouissaient d’une autonomie étendue. En tant que collectivités, les uicani pouvaient gérer des biens fonciers dont ils étaient propriétaires, comme l’illustrent la majorité des inscriptions les mentionnant, en l’occurrence des épitaphes faisant référence à une fondation instituée par volonté testamentaire du défunt au profit de l’une ou l’autre communauté rurale553. Ces fondations consistaient le plus souvent dans le legs de terres dont les revenus devaient être consacrés à la commémoration du bienfaiteur lors des célébrations funéraires annuelles. De plus, même si ces communautés dépendaient juridiquement et administrativement de la colonie, les terres leur appartenant ne se confondaient pas exactement avec les terres publiques de la colonie et étaient enregistrées séparément, comme le suggère une borne provenant sans doute de la partie méridionale de la plaine de Drama, aux alentours du grand marais, délimitant deux de ces uici554. Les uicani pouvaient même passer des décrets, comme l’aurait fait n’importe quelle entité politico-administrative ou un corps constitué, ce qui suppose la tenue d’assemblées réunissant les habitants de chaque uicus. Le seul exemple connu de décret, provenant de Doxato, porte, en l’occurrence, sur le commerce du vin et recourt à la langue officielle de la colonie, le latin555. Une fondation funéraire fait, en outre, état d’un gymnasium, ce qui suggère – s’il est exact de reconnaître dans ce mot le bâtiment servant formellement de gymnase plutôt qu’un acte évergétique ayant consisté en la distribution d’huile pour l’accomplissement d’exercices athlétiques – que certaines de ces communautés rurales pouvaient être organisées autour de bourgades relativement développées556. Dans tous les cas, cette inscription, comme le reste des documents composant le dossier relatif aux uici, reflète une organisation sociale étoffée et une vie collective développée.

  • 557 Brélaz, Tirologos, Territoire, p. 133-141.
  • 558 A. D. Rizakis, « Société, institutions, cultes », dans Fournier, Philippes, p. 180-183.

108Ce que nous avons dit ci-dessus de l’origine des communautés rurales établies sur le territoire philippien, de leur répartition dans l’espace et de la toponymie illustre la prégnance des modèles pré-coloniaux dans la façon dont la chôra de la cité hellénistique de Philippes fut appréhendée par les arpenteurs romains. On en déduit que l’entreprise de colonisation romaine composa avec les structures territoriales préexistantes et que les opérations de centuriation ne visèrent pas à remodeler de manière homogène l’ensemble de l’espace amené à faire partie du territorie colonial. Un exemple supplémentaire de ce conservatisme se trouve dans la métrologie qui fut utilisée pour décomposer les segments rectilignes de la uia Egnatia et calculer les distances séparant des points fixes sur la voie, ainsi que pour estimer la superficie des biens fonciers557. Ce sont, en l’espèce, des raisons pratiques qui ont prévalu et qui poussèrent les arpenteurs romains à se conformer aux normes qui avaient été jusqu’alors utilisées dans la région et à recourir au système de mesure grec. De tels aspects techniques ne peuvent, en revanche, être invoqués pour rendre compte du maintien dans la colonie de la division de l’espace en districts ruraux. L’importance numérique des pérégrins thraces qui étaient installés dans la région appelée à former le territoire philippien pourrait certainement avoir justifié qu’on les autorise à conserver une organisation administrative qui leur soit propre. L’ampleur du phénomène, cependant, et l’étendue de l’autonomie dont ces communautés semblent avoir bénéficié s’expliquent sans doute encore d’une autre manière et pourraient être dues à des circonstances particulières. A. Rizakis a ainsi émis l’hypothèse probante que le statut privilégié qui fut ménagé aux Thraces sur le territoire de la colonie pourrait avoir été lié au comportement que ceux-ci adoptèrent à l’égard des vainqueurs de la bataille de Philippes558. Il est possible, en effet, que l’armée d’Antoine et d’Octave, tandis qu’elle campait dans la plaine située devant la ville de Philippes lors des préparatifs de la bataille, ait profité du soutien logistique, voire directement de l’adhésion, des populations thraces environnantes. Conformément à une pratique qui était courante dans ce contexte de guerres civiles, l’engagement des Thraces aux côtés d’Antoine aurait été récompensé par la concession d’un rang spécial au sein de la nouvelle colonie que celui-ci décida de fonder à l’issue de la bataille.

  • 559 Collart, Philippes, p. 102-132 ; Pilhofer II 5-18.
  • 560 Pilhofer II 3, 19 (= CIPh II.1, p. 365-366), 24, 28-28a ; 53, 72, 118, 149, 151.
  • 561 Papazoglou, Villes, p. 403.
  • 562 CIPh II.1, p. 41-42.
  • 563 App., B Civ. IV 106 ; cf. Collart, Philippes, p. 205.
  • 564 CIPh II.1, p. 42-44 ; Zannis, Pays, p. 155-159.

109Si l’exemple des communautés rurales thraces montre que les autorités romaines purent être amenées à maintenir des éléments de l’organisation territoriale hérités de la cité hellénistique, la déduction apporta, au contraire, dans d’autres cas, des changements profonds dans les statuts locaux à l’échelle de la Macédoine orientale. Cela vaut en particulier pour la cité de Néapolis, l’actuelle Kavala. Si les témoignages archéologiques, littéraires et épigraphiques sur l’ancienne colonie thasienne ne manquent pas pour les époques antérieures559, aucune inscription, en revanche, ne fait état de la permanence d’institutions civiques de type grec à Néapolis à l’époque impériale. La dizaine d’inscriptions latines qui furent découvertes à Kavala et qui font connaître, pour certaines, des familles, voire des magistrats philippiens560, paraît confirmer que Néapolis dépendait administrativement de la colonie de Philippes, dont elle servait de port. Il est donc permis de supposer que celle-ci perdit son statut poliade lors de la création de la colonie et qu’elle fut rétrogradée au rang de κώµη pour être annexée au territoire de celle-ci, à l’instar des villages thraces répartis dans la campagne philippienne561. Cette mesure pourrait avoir été encouragée par l’attitude des Néapolitains durant les opérations qui précédèrent la bataille de Philippes et avoir eu, par conséquent, un caractère punitif, à l’instar de ce qui se produisit pour Thasos, qui perdit temporairement sa liberté en raison du soutien logistique que l’île avait apporté dans les mêmes circonstances au camp républicain562. Car on sait par Appien que Brutus et Cassius se servirent de Néapolis comme mouillage pour leur flotte et les Néapolitains pourraient avoir, dans ce contexte, montré des sympathies envers les césaricides563. Du moins les Néapolitains furent-ils très vraisemblablement contraints de répondre aux exigences de ces derniers qui utilisaient leur port et leur ville comme base arrière. Il se serait produit, en somme, pour Néapolis l’inverse de ce que nous avons relevé pour les populations thraces établies sur la chôra de la cité hellénistique de Philippes, qui paraissent, au contraire, avoir été récompensées de leur fidélité par l’obtention d’une autonomie élargie à l’intérieur de la colonie romaine. Le rattachement de Néapolis à Philippes aurait eu pour effet d’accroître, par la même occasion, les ressources de la nouvelle colonie en lui ménageant un accès à la mer. Un statut analogue à celui de Néapolis peut être envisagé pour l’établissement qui se situait dans l’Antiquité à l’emplacement de la ville actuelle de Drama, lequel faisait partie du territoire philippien et se trouvait vraisemblablement dans un rapport de subordination par rapport à la colonie564.

  • 565 R. Biundo, « Terre di pertinenza di colonie e municipi fuori del loro territorio: gestione e risors (...)
  • 566 Rizakis, Territoire ; A. D. Rizakis, « Une praefectura dans le territoire colonial de Philippes : l (...)
  • 567 Voir supra p. 49.
  • 568 CIPh II.1, App. 3, p. 379-389 ; C. Brélaz (n. 365).
  • 569 A. D. Rizakis (n. 566), p. 98, n. 38.
  • 570 G. Tirologos (n. 485), p. 134 ; Brélaz, Tirologos, Territoire, p. 131-132. Pour le recours à des po (...)
  • 571 Pilhofer II 160a, l. B 8-10 : [--- πε]ρὶ Σειραϊκὴν γῆν καὶ Δαίνηρον νέµεσθ[αι Φι]λίππους, καθάπερ ἔ (...)

110Une partie des terres qui furent attribuées à la colonie de Philippes dans les environs de Serrès purent, de la même façon, avoir été prises à des cités pérégrines voisines, telles que Serrès justement ou Bergé. Nous avons déjà fait allusion ci-dessus, ainsi qu’à plusieurs reprises auparavant au cours de cette étude, à l’existence dans cette région de terres qui étaient physiquement détachées du noyau central de la pertica, mais qui appartenaient néanmoins à la colonie et dépendaient juridiquement et administrativement de cette dernière. Cette pratique consistant à attribuer à une colonie des terres situées loin de sa pertica afin d’augmenter ses revenus n’est pas sans parallèle dans l’Empire. Un des cas les plus éloquents, en raison de l’éloignement des domaines en question, est sans doute la colonie de Capoue qui reçut la propriété de terres en Crète, près de la colonie romaine de Cnossos, en dédommagement de la perte d’une partie de son territoire au profit de Pouzzoles565. C’est à A. Rizakis que revient le mérite d’avoir identifié une telle dépendance de la colonie de Philippes – que les auteurs gromatiques qualifient de praefectura – dans le bassin du Strymon566. Comme nous l’avons relevé plus haut, la concentration d’inscriptions latines qui furent découvertes à l’Est de la cité de Serrès – en plus de la mention dans ces inscriptions de gentilices attestés dans la colonie, de Jupiter Optimus Maximus, voire de la tribu Voltinia et même explicitement de Philippes – lui permit de montrer que des terres appartenant à la colonie se trouvaient à cet endroit. La découverte à Néo Souli – certes en remploi – de deux bornes délimitant les terres publiques de la colonie de Philippes et des propriétés privées vient en apporter une confirmation supplémentaire567. On fera remarquer, toutefois, que, parmi la dizaine d’inscriptions latines qu’on peut relever à Serrès et dans les villages environnants, toutes ne doivent pas nécessairement être attribuées à la praefectura que gérait la colonie dans la région. Certaines pourraient tout aussi bien avoir été érigées en milieu pérégrin, dans les limites de la cité de Serrès, par des citoyens romains latinophones, qui étaient pour certains originaires de Philippes568. La praefectura philippienne pourrait avoir été constituée également, pour partie, d’anciennes terres royales saisies lors de l’abolition de la monarchie antigonide et attribuées, dans l’intervalle, au peuple romain569. La cession de portions de l’ager publicus au profit d’Italiens dut intervenir également dans les autres colonies de Macédoine, Pella, Dion et Cassandrée, où les rois avaient possédé des terres570. Il semblerait, par ailleurs, que la cité macédonienne de Philippes ait eu la jouissance, dès le ive s. av. J.-C., de terres dans la région de Serrès grâce à un bienfait de Philippe II, d’après ce que l’on peut comprendre de l’inscription fragmentaire – déjà citée ci-dessus – rappelant les dispositions prises par Alexandre le Grand au sujet de la chôrade la cité571. On ignore toutefois si la cité de Philippes avait pu continuer à jouir de ces terres sans interruption jusqu’à la fin de l’époque hellénistique et nous ne pouvons, par conséquent, pas prouver que la colonie romaine put directement en hériter. Quoi qu’il en soit, la constitution d’une praefectura philippienne dans le bassin du Strymon montre que la déduction coloniale eut des implications bien au-delà de la seule plaine de Drama et qu’elle affecta l’ensemble de la Macédoine orientale.

  • 572 Zannis, Pays, p. 161-163.
  • 573 Rizakis, Territoire, p. 128 ; Zannis, Pays, p. 516-517.
  • 574 M. B. Hatzopoulos, Macedonian Institutions under the Kings. A Historical and Epigraphic Study I (19 (...)
  • 575 Le nom des Τριπολῖται, en revanche, qui désigne une communauté rurale des environs de Drama (Pilhof (...)
  • 576 Voir supra p. 84-85.

111Nous consacrerons une dernière remarque à une entité politique regroupant cinq communautés locales dont l’existence nous est révélée par un autel offert à la famille impériale sévérienne qui fut découvert en remploi à la Porte Ouest de la ville de Philippes et dont les ressortissants sont qualifiés de Πενταπολεῖται (24). Les ethniques des communautés membres de cette organisation sont explicitement indiqués. On compte parmi ces communautés deux cités situées dans le bassin du Strymon, sur la rive gauche du fleuve : Bergé et Gazôros. Les Hadrianopolitai et les Skimbertioi ne sont, en revanche, attestés par aucune autre source572. Leur participation à la Pentapole suggère néanmoins qu’il s’agissait de cités ou, du moins, de communautés rurales autonomes – plutôt que de villages dépendants – et que celles-ci étaient situées, elles aussi, dans la vallée du Strymon. Quant au nom du cinquième membre de la Pentapole, il demeure malheureusement illisible sur la pierre. La lecture de l’ethnique des gens de Serrès serait la plus satisfaisante du fait de la proximité géographique de Bergé et de Gazôros, mais elle ne paraît pas assurée sur la pierre. Diverses autres propositions ont été avancées, aucune d’elles n’emportant toutefois définitivement l’adhésion. Il n’est pas nécessaire de supposer que la Pentapole se trouvait dans un quelconque lien de dépendance, fiscale ou juridique, par rapport à la colonie, comme c’était le cas, en revanche, des cités d’Étolie et de Locride occidentale qui, tout en restant autonomes pour leur administration interne, devaient verser un impôt à la colonie de Patras, comme nous l’avons mentionné précédemment573. Il est préférable de voir dans la Pentapole la réunion volontaire de communautés locales distinctes de la colonie en une structure fédérale, comme on en connaît ailleurs en Macédoine à l’époque impériale574. Le fait que les communautés membres de la Pentapole aient choisi le centre urbain de la colonie pour ériger un autel à la famille impériale n’implique pas que celle-ci ait formé une portion de son territoire575. On notera d’ailleurs qu’au contraire des uicani philippiens, les Pentapolitai n’ont pas recouru à la langue officielle de la colonie, mais qu’ils ont employé le grec, à une époque où le latin demeurait la seule langue en usage dans l’épigraphie publique philippienne. Les Pentapolitai, peut-être parce qu’ils ne disposaient pas de lieu de réunion permanent qui pouvait être considéré comme centre de la confédération, ont certainement estimé que c’était une marque de loyauté appropriée envers les autorités impériales que de privilégier la colonie romaine comme lieu d’exposition de leur offrande576.

L’administration du territoire colonial

  • 577 Lex Urson. LXXVII-LXXIX, CIII-CIV.
  • 578 Voir infra p. 212-214.
  • 579 Cf. P. Le Roux, « Vectigalia et revenus des cités en Hispanie au Haut-Empire », dans Il capitolo de (...)

112Les conditions générales présidant à l’administration du territoire des colonies étaient exposées dans le cadre de la charte de fondation et, comme c’était le cas pour toutes les autres questions d’intérêt public, la responsabilité en revenait à l’ordo decurionum ainsi qu’aux magistrats supérieurs577. En tant que collectivité, la colonie de Philippes possédait elle-même des terres parmi les lots qui n’avaient pas été attribués aux colons individuels lors des déductions successives ou dont la jouissance n’avait pas été laissée aux incolae pérégrins. Ces propriétés, qui faisaient partie du patrimoine de la res publica locale, avaient été ménagées à la communauté afin que celle-ci puisse subvenir à son entretien par les revenus qu’elle tirerait de leur exploitation. De fait, des inscriptions mentionnant pour l’une un uilicus (224) pour l’autre un actor coloniae (223) montrent que la colonie veillait à mettre en culture une partie de ces domaines et qu’elle en confiait la gestion à des intendants agricoles et à des administrateurs fonciers qui faisaient partie du personnel public578. Plutôt que la régie directe, d’autres terres pouvaient être mises à ferme contre une redevance, les revenus que la colonie en tirait étant alors versés à la fortune publique, comme le rappelle une dédicace qui fut érigée au théâtre au profit de Vespasien et de ses fils à titre officel, grâce à l’argent provenant des uectigalia (7)579.

  • 580 Pour la délimitation des publica en Afrique, voir L. Naddari, « À propos des litterae singulares M. (...)
  • 581 Pilhofer II 36, 601, 604 (AE 2007, 1284), 605, 608-608a (AE 2007, 1282), 608c (AE 2007, 1283), 615a (...)
  • 582 G. P. Burton, « The Resolution of Territorial Disputes in the Provinces of the Roman Empire », Chir (...)
  • 583 Voir supra p. 49.
  • 584 Pilhofer II 475. La borne ne fut pas trouvée dans les ruines de Philippes ni à Drama, comme le lais (...)
  • 585 A. G. Zannis (n. 200). Il faudrait donc lire : Ex auctor(itate) / Imp(eratoris) Caes(aris) / Hadria (...)
  • 586 G. A. Pikoulas, « Τερµονισµοί Μακεδονίας. Συµβολή πρώτη », dans Ancient Macedonia VI.2 (1999), p. 8 (...)

113Les nombreuses marques rupestres indiquant sans aucun doute le domaine de la colonie qui furent relevées en différents points du territoire philippien, en particulier dans la Piérie du Pangée, mais aussi dans les environs de Lydia et à Palaia Kavala, montrent – par les lettres S P C ou P C S notamment, faisant probablement référence au solum publicum580 – que l’étendue des propriétés publiques était soigneusement consignée et que leur délimitation (il est question dans plusieurs inscriptions des fines) faisait l’objet d’une attention particulière en raison de ses implications fiscales581. En cas de litige foncier entre la commune de Philippes et des propriétaires privés, les parties en conflit pouvaient faire appel à l’arbitrage des autorités impériales, qui ordonnaient alors la pose de bornes afin de rendre visible le tracé des limites entre les terres disputées, comme cela est abondamment attesté dans l’Empire582. On a connaissance, en l’occurrence, sur le territoire philippien de trois bornes de délimitation mentionnant les terres publiques de la colonie qui furent érigées à la suite de la résolution d’un différend. Deux de ces bornes délimitant (fines derecti) sur l’autorité de l’empereur Trajan, d’un côté les terres appartenant à la res publica coloniae, de l’autre les propriétés de particuliers, furent trouvées en remploi à Néo Souli, dans les environs de Serrès, ce qui constitue un des arguments en faveur de l’existence d’une dépendance ou praefectura de la colonie dans cette région583. Une troisième borne de facture analogue aux précédentes, mais placée cette fois sur l’ordre de l’empereur Hadrien, provient du vallon de Prossotsani, dont tout indique que celui-ci était inclus dans le territoire colonial584. Dans ce cas, la limite fut établie entre le territoire de la commune de Philippes et, si l’on doit suivre la nouvelle lecture qui a été proposée par A. Zannis, une communauté rurale dont l’ethnique serait, au pluriel, Hermei (plutôt qu’un propriétaire privé, comme on le comprenait jusqu’alors)585. Il se peut toutefois que ces opérations de bornage – dont on relève d’autres témoignages en Achaïe et en Macédoine sous les règnes des mêmes Trajan et Hadrien586 –, plutôt que de répondre à des différends ponctuels, aient été le fruit d’une entreprise concertée de recensement menée à l’échelle de la province de Macédoine, ce qui dut impliquer une nouvelle estimation des superficies des propriétés, tant publiques que privées, et conduire à préciser les limites des biens fonciers.

  • 587 158, 168. Voir infra p. 152-153.
  • 588 Voir infra p. 197.
  • 589 Voir infra p. 173-176.
  • 590 AE 2012, 1377-1378 (cf. CIPh II.1, App. 3, nos 10-11).

114L’aire d’action des autorités de la colonie ne se cantonnait pas, cependant, au domaine public et les magistrats philippiens étaient habilités à intervenir sur l’ensemble du territoire. La documentation épigraphique laisse notamment entrevoir la présence des duumvirs à Kipia dans la Piérie du Pangée, dans le périmètre du sanctuaire du Héros Aulonitès587. Même si le culte du Héros n’était visiblement pas desservi par un prêtre public de la colonie et même si celui-ci n’avait pas nécessairement un caractère strictement officiel, les autorités municipales philippiennes paraissent néanmoins avoir exercé une tutelle administrative sur le sanctuaire, comme le suggère l’autorisation qui fut accordée par l’ordre des décurions à un particulier d’y ériger un autel sur lequel était commémorée sa carrière militaire (78)588. Il semble, de même, que les duumvirs quinquennaux aient ordonné la réfection de bains à Néapolis (149). En dépit de l’autonomie interne dont jouissaient ces communautés rurales, les duumvirs étaient probablement aussi en mesure de superviser l’administration des uici. Il ne semble pas, à ce propos, que la colonie ait fréquemment recouru à la préfecture produumvirale – comme l’autorisaient cependant à le faire les lois coloniales – afin de nommer des remplaçants des duumvirs pour le cas où ceux-ci auraient eu à s’absenter du centre urbain, notamment afin d’effectuer une tournée d’inspection sur l’étendue du territoire. Une fonction spécialisée, l’irénarchie, fut, en revanche, affectée à la surveillance territoriale à partir du iie s.589. Quant à la praefectura coloniale se trouvant dans les environs de Serrès, il se pourrait qu’elle ait été gérée par un collège de magistrats particuliers, s’il est exact de faire des septemvirs apparaissant dans deux inscriptions latines découvertes en remploi à Néos Skopos les titulaires d’une fonction publique plutôt que les membres d’une association cultuelle590.

Note

1Bertrand, « De la punition à la récompense ? Les déductions coloniales en Italie (ive-ier siècles av. n.è.) », dans P. Gilli, J.-P. Guilhembet (éds), Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne) (2012), p. 133-146 ; G. Cairo, « Sulla procedura delle fondazioni coloniali romane in età repubblicana », RSA 42 (2012), p. 117-137 ; T. D. Stek, J. Pelgrom (éds), Roman Republican Colonization. New Perspectives from Archaeology and Ancient History (2014).

2 A. Thein, « Sulla’s Veteran Settlement Policy », dans F. Daubner (éd.), Militärsiedlungen und Territorialherrschaft in der Antike (2011), p. 79-99.

3 L. Keppie, Colonisation and Veteran Settlement in Italy 47-14 B.C. (1983) ; P. A. Brunt, Italian Manpower, 225 B.C.–A. D. 14  2 (1987) ; R. Laignoux, « Politique de la terre et guerre de l’ager à la fin de la République. Ou comment César et les triumvirs ont “inventé” des terres pour leurs vétérans », MEFRA 127.2 (2015), p. 397-415. Les vétérans semblent déjà avoir figuré parmi les principaux bénéficiaires des colonies fondées au iie s. av. J.‑C. : F. C. Tweedie, « The Case of the Missing Veterans: Roman Colonisation and Veteran Settlement in the Second Century B.C. », Historia 60 (2011), p. 458-473.

4 Pour une vue d’ensemble de ces fondations, voir Sartre, Colonies. Pour les colonies implantées dans les provinces anatoliennes, voir A. Filges, « Lebensorte in der Fremde. Versuch einer Bewertung der römisch-kleinasiatischen Kolonien von Caesar bis Diokletian », dans F. Daubner (éd.), Militärsiedlungen und Territorialherrschaft in der Antike (2011), p. 131-154.

5 Sur la chronologie de l’installation de colons à Dymè et le lien entre cette fondation et les projets césariens à Buthrote et Patras, voir A. D. Rizakis, « De Buthrote et Patras à Dymè : les colonies de “substitution” ou l’expression du pragmatisme romain face aux oppositions indigènes », dans Brélaz, Héritage, p. 77-91.

6 Sartre, Colonies, p. 112-113.

7 Voir, par exemple, les hésitations concernant l’attribution de plusieurs monnaies aux colonies de Cassandrée, Dion ou Pella (RPC I 1509-1510, 1528-1544). L’attribution de certaines pièces à la colonie de Philippes, où l’autorité émettrice n’est pas explicitée par la légende, est également discutée : voir RPC I 1656-1660 (avec RPC Suppl. I-III, p. 86).

8 Sur la fortune littéraire de l’évocation de la bataille représentant symboliquement la dernière lutte menée par les républicains pour la défense de la libertas aussi bien que le châtiment qu’y subirent les césaricides pour leur crime, voir L. Braccesi, « Orazio a Filippi », Athenaeum 85 (1997), p. 509-603 ; E. Bertrand, « La bataille de Philippes (42 av. J.-C.) dans l’Histoire romaine de Dion Cassius : un aperçu du travail de l’historien », dans M.‑R. Guelfucci (éd.), Jeux et enjeux de la mise en forme de l’histoire. Recherches sur le genre historique en Grèce et à Rome (2010), p. 329-342.

9 App., B Civ. IV 105-138.

10 Collart, Philippes, p. 191-219.

11 Cette question fait, en revanche, l’objet de recherches géoarchéologiques de la part de S. Provost (université de Lorraine / EFA) et de G. Tirologos (université de Franche-Comté). Voir aussi G. Karadedos, M. Nikolaïdou-Patera, « Αναζητώντας την Εγνατία οδό στην πεδίαδα των Φιλίππων », AEMTh 20 (2006), p. 139-150.

12 Collart, Philippes, p. 223-227.

13 RPC I 1646-1649.

14 H. Papageorgiadou-Bani, The Numismatic Iconography of the Roman Colonies in Greece. Local Spirit and the Expression of Imperial Policy (2004), p. 35-37 ; E. Dąbrowa, « Colonial Coinage and Religious Life of Roman Colonies », dans C. Wolff, Y. Le Bohec (éds), L’armée romaine et la religion sous le Haut-Empire romain (2009), p. 65-72 ; F. Daubner, « On the Coin Iconography of Roman Colonies in Macedonia », dans N. T. Elkins, S. Krmnicek (éds), ‘Art in the Round’. New Approaches to Ancient Coin Iconography (2014), p. 109-119 ; A. Filges, Münzbild und Gemeinschaft. Die Prägungen der römischen Kolonien in Kleinasien (2015), p. 243-250.

15 RPC I 1509-1511. La tournure col(onia) ded(ucta) pr(imi) qualifie, de même, les tout premiers duumvirs de la colonie de Lampsaque mentionnés sur son monnayage : RPC I 2269, 2271, 2273.

16 S. Kremydi-Sicilianou, « Q. Hortensius Hortalus in Macedonia (44-42 BC) », Tekmeria 4 (1998), p. 61-76.

17 L. Keppie, The Making of the Roman Army (1984), p. 118-121.

18 App., B Civ. V 3.

19 M. Christol, T. Drew-Bear, « Vétérans et soldats légionnaires à Antioche en Pisidie », dans G. Paci (éd.), Epigrafia romana in area adriatica (1998), p. 303-332 ; H. Bru, « L’origine des colons romains d’Antioche de Pisidie », dans H. Bru, F. Kirbihler, S. Lebreton (éds), L’Asie Mineure dans l’Antiquité. Échanges, populations et territoires (2009), p. 263-287.

20 Rizakis, Patras, p. 24-28.

21 Keppie, Legions, p. 75-96.

22 Collart, Philippes, p. 233-234.

23 CIPh II.1, p. 36-38, 66.

24 Collart, Philippes, p. 228-236.

25 Dio Cass., LI 4, 6 : Τοὺς γὰρ δήµους τοὺς ἐν τῇ ’Ιταλίᾳ τοὺς τὰ τοῦ ’Αντωνίου φρονήσαντας ἐξοικίσας τοῖς µὲν στρατιώταις τάς τε πόλεις καὶ τὰ χωρία αὐτῶν ἐχαρίσατο, ἐκείνων δὲ δὴ τοῖς µὲν πλείοσι τό τε Δυρράχιον καὶ τοὺς Φιλίππους ἄλλα τε ἐποικεῖν ἀντέδωκε, τοῖς δὲ λοιποῖς ἀργύριον ἀντὶ τῆς χώρας τὸ µὲν ἔνειµε τὸ δ’ ὑπέσχετο.

26 R. Gest. diu. Aug. XVI 1.

27 Voir infra p. 40-42.

28 RPC I 1650.

29 H. Papageorgiadou-Bani (n. 14), p. 42.

30 Voir infra p. 257-258.

31 Cic., II Phil. XL 102-103 : … possesne ubi colonia esset, eo coloniam nouam iure deducere. Negaui in eam coloniam quae esset auspicato deducta, dum esset incolumis, coloniam nouam iure deduci : colonos nouos adscribi posse rescripsi. Tu autem insolentia elatus omni auspicirorum iure turbato Casilinum coloniam deduxisti, quo erat paucis annis ante deducta, ut uexillum tolleres, ut aratrum circumduceres

32 D. J. Gargola, Lands, Law and Gods. Magistrates and Ceremony in the Regulation of Public Lands in Republican Rome (1995), p. 25-50.

33 Des monnaies frappées sous les règnes d’Auguste, de Tibère et de Claude et attribuées à Philippes montrent, au droit, le buste de l’empereur, et, au revers, deux prêtres traçant le pomoerium (RPC I 1656-1660). On ne saurait y voir une allusion à la double fondation de la colonie, par Antoine d’abord et Octave ensuite, car la déduction d’Octave eut pout conséquence d’annuler celle d’Antoine. Par ailleurs, l’identification de l’autorité émettrice de ces pièces frappées en très grand nombre demeure – en l’absence d’ethnique – incertaine, même si plusieurs exemplaires furent trouvés à Philippes et à Thasos, mais aussi au Nord-Ouest de l’Asie Mineure et en particulier en Troade, si bien qu’une attribution à la colonie de Parion ne peut être exclue (RPC I, p. 309-310 ; RPC Suppl. I-III, p. 86). Le type aux deux prêtres se rencontre également dans le monnayage de la colonie de Sinope (RPC I 2129, 2133, 2140).

34 L. Chioffi, « [---] Capys [---] cum moenia sulco signaret [---]. Un nuovo termine di pomerium da Capua », dans S. Demougin, M. Navarro Caballero (éds), Se déplacer dans l’Empire romain. Approches épigraphiques (2014), p. 231-241.

35 H. I. Flower, The Art of Forgetting. Disgrace and Oblivion in Roman Political Culture (2006), p. 116-121.

36 RPC I 2008-2009. Voir aussi RPC I 2007, où la lecture C(olonia) R(estituta) V(eteranis) F(undatis) est proposée par J. Dalaison, M.-C. Ferriès, « Le monnayage des colonies de Pont-Bithynie sous Auguste », dans L. Cavalier, M.-C. Ferriès, F. Delrieux (éds), Auguste et l’Asie Mineure (2017), p. 385-398. C’est peut-être à ces opérations qu’il convient de rattacher la « division » de terres qui eut lieu à Apamée ([--- agros ? Ap]amea diuisit) et dont il est question dans une épitaphe retraçant la carrière d’un individu de rang sénatorial ayant vraisemblablement servi en Bithynie à l’époque augustéenne (AE 1975, 250 ; pour la date, voir B. E. Thomasson, Laterculi praesidum I [1984], col. 248, no 37).

37 C. Brélaz, « Auguste, (re)fondateur de cités en Asie Mineure : aspects constitutionnels », dans L. Cavalier, M.-C. Ferriès, F. Delrieux (n. 36), p. 75-90.

38 L. Keppie (n. 3), p. 81-82.

39 Voir infra p. 249-256.

40 RPC I 1651 (avec RPC Suppl. I-III, p. 86).

41 Collart, Philippes, p. 232-233.

42 S. Kremydi-Sicilianou, « Victoria Augusta on Macedonian Coins. Remarks on Dating and Interpretation », Tekmeria 7 (2002), p. 63-84.

43 Pour une très hypothétique ère coloniale commençant avec la déduction d’Octave en 30 av. J.-C., voir l’inscription Pilhofer II 48 avec les réserves justifiées de Collart, Philippes, p. 308-311. En tout état de cause, cette dernière devrait être distinguée de l’ère d’Actium (appelée improprement « ère auguste », ἔτους σεβαστοῦ, dans les inscriptions), ainsi que de l’ère macédonienne, débutant avec la création de la province romaine en 148 av. J.-C., toutes deux étant également attestées sur le territoire de Philippes, bien que la colonie, en raison du ius Italicum dont elle était pourvue, ne fît pas formellement partie de la province au même titre que les cités pérégrines. Voir le commentaire à l’inscription 1 ; Brélaz, Tirologos, Territoire, p. 158-159. Une ère coloniale était, en revanche, en usage à Sinope, où elle figurait sur les monnaies (RPC I 2109-2141), conformément à une pratique régionale consistant à dater les différentes émissions : plusieurs cités bithyniennes mentionnaient ainsi le nom du proconsul en fonction sur leurs frappes, tandis que la cité pontique d’Amisos introduisit une ère locale correspondant à l’obtention de la libertas (RPC I 2145-2154). Pour des exemples de datations de monuments et de documents à partir de la déduction de la colonie, voir CIL I2 698 (Pouzzoles) ; Hispania Epigraphica 4 (1994 [1998]), no 167 (Augusta Emerita). Pour la célébration de la fondation coloniale à Berytus, voir AE 1950, 233 (IGLMusBey 49). Pour une autre émission commémorant peut-être l’anniversaire de la fondation coloniale, voir le cas de Deultum : RPC III 743.

44 La cohorte prétorienne au service d’Auguste en 42 av. J.-C. n’était toutefois pas présente à la bataille de Philippes : L. Keppie (n. 3), p. 34.

45 L. J. F. Keppie, « The Praetorian Guard before Sejanus », Athenaeum 84 (1996), p. 101-124 (repris dans Keppie, Legions, p. 99-122).

46 G. L. Gregori, « Ancora sull’iscrizione dell’atestino Marco Billieno, veterano di Azio (CIL, V 2501 = ILS 2243) », dans M. Chiabà (éd.), Hoc quoque laboris praemium. Scritti in onore di Gino Bandelli (2014), p. 205-217.

47 L. Keppie (n. 3), p. 35.

48 Voir infra p. 275-278.

49 Strabon, VII, frag. 17a (éd. S. Radt, 2003) : οἱ δὲ Φίλιπποι Κρηνίδες ἐκαλοῦντο πρότερον, κατοικία µικρά· ηὐξήθη δὲ µετὰ τὴν περὶ Βροῦτον καὶ Κάσσιον ἧτταν.

50 A. D. Rizakis, « L’émigration romaine en Macédoine et la communauté marchande de Thessalonique : perspectives économiques et sociales », dans C. Müller, C. Hasenohr (éds), Les Italiens dans le monde grec, iie siècle av. J.-C.-ier s. ap. J.-C., BCH Suppl. 41 (2002), p. 109-132. C’est peut-être également la précocité et l’ampleur de la présence de citoyens Romains à Apollonia de Mygdonie (SEG L 572 ; 106/5 av. J.-C.) qui pourrait expliquer que la cité ait été promue, au cours de l’époque impériale, au rang de municipium, s’il est exact d’interpréter de la sorte la mention de IIuiri et de decuriones dans une lettre inédite d’Hadrien : M. B. Hatzopoulos, « Apollonia Hellenis », dans I. Worthington (éd.), Ventures into Greek History (1994), p. 181.

51 Voir infra p. 254-255.

52 Levick, Colonies, p. 92-95.

53 Voir infra p. 87-88.

54 Voir infra p. 270-274.

55 A. D. Rizakis, « Les colonies romaines des côtes occidentales grecques. Populations et territoires », DHA 22.1 (1996), p. 278-285 ; id., « La colonie de Patras en Achaïe dans le cadre de la colonisation augustéenne », dans Patrasso colonia di Augusto e le trasformazioni culturali, politiche ed economiche della Provincia di Acaia agli inizi dell’età imperiale romana (2009), p. 17-38.

56 Voir infra p. 106-111.

57 Voir infra p. 68-69.

58 Voir infra p. 262-270.

59 Rizakis, Recrutement, p. 124-126.

60 M. Sève, « Notables de Macédoine entre l’époque hellénistique et le Haut-Empire », dans P. Fröhlich, C. Müller (éds), Citoyenneté et participation à la basse époque hellénistique (2005), p. 257-273.

61 Sartre, Colonies, p. 127 ; A. D. Rizakis, « La littérature gromatique et la colonisation romaine en Orient », dans Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie, p. 81-83.

62 É. Deniaux, « Épigraphie latine et émergence d’une colonie : l’exemple de la colonie romaine de Buthrote », dans S. Demougin et al. (éds), H.-G. Pflaum, un historien du xxe siècle (2006), p. 347-356 ; A. D. Rizakis (n. 5).

63 C. Barat, « La Colonia Iuia Felix Sinope, un exemple de fondation coloniale au nord de l’Anatolie », dans N. Barrandon, F. Kirbihler (éds), Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine (2011), p. 145-167.

64 G. Salmeri, « I caratteri della grecità di Sicilia e la colonizzazione romana », dans Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie, p. 274-277.

65 Rizakis, Patras, p. 24.

66 La fondation de la colonie est postérieure à la révolte de Bar Kokhba, mais l’installation de la Xe légion Fretensis sur le site fait suite à la prise de la ville en 70 : B. Isaac, The Near East under Roman Rule (1998), p. 99-111.

67 App., B Civ. IV 106-109.

68 App., B Civ. IV 136.

69 J. Fournier, « Entre Macédoine et Thrace : Thasos à l’époque de l’hégémonie romaine », dans Parissaki, Thrakika Zetemata, p. 11-63.

70 CIPh II.1, p. 41-42.

71 Collart, Philippes, p. 242-257.

72 M. Šašel Kos, « The Military Role of Macedonia from the Civil Wars to the Establishment of the Moesian Limes », dans J. Fitz (éd.), Limes. Akten des XI. Internationalen Limeskongresses (1977), p. 277-296.

73 M.-G. Parissaki, « Thrace under Roman Sway (146 BC – AD 46). Between Warfare and Diplomacy », dans A. Rufin Solas (éd.), Armées grecques et romaines dans le nord des Balkans (2013), p. 105-114.

74 Keppie, Legions, p. 301-316.

75 C. Barat (n. 63), p. 159-161.

76 Le lien unissant les imperatores aux vétérans établis dans une colonie est souligné par App., B Civ. V 12-13.

77 C. Brélaz, « Les colonies romaines et la sécurité publique en Asie Mineure », dans Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie, p. 187-209.

78 A. D. Rizakis (n. 55, 1996), p. 255-324.

79 Partant du postulat que la création des colonies pisidiennes répondait à un plan géopolitique d’ensemble dû à Auguste, A. U. De Giorgi, « Colonial Space and the City: Augustus’ Geopolitics in Pisidia », dans R. J. Sweetman (éd.), Roman Colonies in the First Century of their Foundation (2011), p. 135-150, a été amené à exagérer la portée stratégique de ces fondations. Pour une interprétation plus nuancée, voir G. Labarre, « Distribution spatiale et cohérence du réseau colonial romain en Pisidie à l’époque augustéenne », dans H. Bru, G. Labarre, G. Tirologos (éds), Espaces et territoires des colonies romaines d’Orient (2016), p. 45-69. Ce dernier auteur montre néanmoins que, contrairement à ce que nous avions affirmé dans une étude précédente (C. Brélaz [n. 77], p. 191), la petite colonie de Parlais, située au bord du lac d’Eğirdir, faisait partie du même réseau de communication que les autres colonies de Pisidie du fait de l’existence d’une voie lacustre la mettant en contact avec le territoire d’Antioche de Pisidie.

80 Voir infra p. 278-288.

81 Joseph., BJ II 67 ; AJ XVII 287 ; cf. B. Isaac, The Limits of Empire. The Roman Army in the East  2 (1992), p. 325-327.

82 Collart, Philippes, p. 248-249.

83 Pour la carrière de ce personnage qui fut consul en 21 av. J.-C., voir AE 2008, 1434 ; 2012, 612.

84 IG X 2, 1s, 1175 : C(aio) Vibio C(aii) f(ilio) Cor.[n(elia) Quarto] / mil(iti) leg(ionis) V Ma.[cedonic(ae)] / decurioni alae [Scubulor(um)] / stratego strategia[e ---] / [pr]aef(ecto) coh(ortis) Cyreneicae t.[rib(uno) mil(itum) leg(ionis) II] / [Aug]ustae praef(ecto) alae Gal.[lorum] / [praef(ecto)] c.lassis. Aug(ustae) Alexa[ndrinae ---].

85 M.-G. G. Parissaki, « Étude sur l’organisation administrative de la Thrace à l’époque romaine : l’histoire des stratégies », REG 122 (2009), p. 319-357.

86 P. Collart, P. Devambez, « Voyage dans la région du Strymon », BCH 55 (1931), p. 181-184, no 11. Cf. Papazoglou, Villes, p. 395, n. 77.

87 IGLS VI 2759-2760.

88 F. Papazoglou, « Quelques aspects de l’histoire de la province de Macédoine », ANRW II 7.1 (1979), p. 338-340.

89 Voir infra p. 77-79.

90 J. González, « The Lex Irnitana: A New Copy of the Flavian Municipal Law », JRS 76 (1986), p. 147-243 (= AE 1986, 333).

91 M. H. Crawford (éd.), Roman Statutes I (1996), p. 393-454, no 25, avec le nouveau fragment AE 2006, 645.

92 P. Scherrer, « Vom regnum Noricum zur römischen Provinz: Grundlagen und Mechanismen der Urbanisierung », dans M. Šašel Kos, P. Scherrer (éds), The Autonomous Towns of Noricum and Pannonia (2002), p. 67-69.

93 W. Eck, « La loi municipale de Troesmis : données juridiques et politiques d’une inscription récemment découverte », RD 91 (2013), p. 199-213 ; id., « Das Leben römisch gestalten. Ein Stadtgesetz für das Municipium Troesmis aus den Jahren 177-180 n. Chr. », dans G. de Kleijn, S. Benoist (éds), Integration in Rome and in the Roman World (2014), p. 75-88 ; id., « Akkulturation durch Recht: Die lex municipalis Troesmensium », dans L. Zerbini (éd.), Culti e religiosità nelle province danubiane (2015), p. 9-18 ; id., « Die lex Troesmensium: ein Stadtgesetz für ein municipium civium Romanorum. Publikation der erhaltenen Kapitel und Kommentar », ZPE 200 (2016), p. 565-606.

94 Capogrossi Colognesi, Gabba, Statuti ; cf. C. Brélaz, « Autonomie locale et pouvoir populaire dans l’empire romain : municipes d’Occident et poleis d’Orient », Topoi 15.2 (2007), p. 635-653.

95 J.-L. Ferrary, « La découverte des lois municipales (1755-1903). Une enquête historiographique », dans Capogrossi Colognesi, Gabba, Statuti, p. 57-108. Sur les antécédents des lois municipales du ier s. av. J.-C., voir A. Giovannini, « Die Tabula Heracleensis: Neue Interpretationen und Perspektiven. Teil II: Die lex Iulia municipalis », Chiron 38 (2008), p. 47-61.

96 M. W. Frederiksen, « The Republican Municipal Laws: Errors and Drafts », JRS 55 (1965), p. 183-198.

97 Gel., XVI 13, 8-9. Cf. M. Talamanca, « Aulo Gellio ed i “municipes”. Per un’esegesi di “Noctes Atticae” 16.13 », dans Capogrossi Colognesi, Gabba, Statuti, p. 443-513.

98 W. Eck, « Fragmente eines neuen Stadtgesetzes - der lex coloniae Ulpiae Traianae Ratiariae », Athenaeum 104 (2016), p. 538-544.

99 Pour le statut particulier des colonies de droit latin à l’époque impériale, voir P. Le Roux, « La question des colonies latines sous l’Empire », Ktema 17 (1992), p. 183-200.

100 Voir infra p. 106-110.

101 A. R. Jurewicz, « La lex Coloniae Genetivae Iuliae seu Ursonensis – rassegna della materia. Gli organi della colonia », RIDA 54 (2007), p. 293-325.

102 Sartre, Colonies, p. 136-137.

103 Guerber, Cités, p. 376-377.

104 M. E. Hoskins Walbank, « Marsyas at Corinth », AJN 1 (1989), p. 79-87.

105 F. T. Hinrichs, Histoire des institutions gromatiques (1989, trad. française de l’éd. originale allemande, 1974), p. 155-165.

106 Cels. (25 dig.), Dig. L 15, 6 : Colonia Philippensis iuris Italici est. Voir aussi Paul. (2 de cens.), Dig. L 15, 8, 8.

107 RPC I 1646-1649.

108 B. Galsterer-Kröll, « Untersuchungen zu den Beinamen der Städte des Imperium Romanum », dans Epigraphische Studien 9 (1972), p. 96, n. 267.

109 Voir supra p. 21-22.

110 Il semble, en effet, que Nicopolis ait été une double communauté et qu’Octave-Auguste y ait fondé côte à côte une cité grecque à la suite d’un synœcisme et une colonie romaine : N. Purcell, « The Nicopolitan Synoecism and Roman Urban Policy », dans E. Chrysos (éd.), Νικόπολις Α΄. Πρακτικὰ τοῦ πρώτου Διεθνοῦς Συµποσίου γιὰ τὴ Νικόπολη, 23-29 Σεπτεµβρίου 1984 (1987), p. 71-90 ; L. Ruscu, « Actia Nicopolis », ZPE 157 (2006), p. 247-255. Voir aussi le commentaire à l’inscription 78, qui constitue une preuve en faveur de cette interprétation.

111 K. L. Zachos, « The Tropaeum of the Sea-Battle of Actium at Nikopolis: Interim Report », JRA 16 (2003), p. 65-92. Cf. É. Guerber, « La fondation de Nicopolis par Octavien : affirmation de l’idéologie impériale et philhellénisme », dans A. Gangloff (éd.), Lieux de mémoire en Orient grec à l’époque impériale (2013), p. 255-277 ; C. Hoët-Van Cauwenberghe, M. Kantiréa, « Lieu grec de mémoire romaine : la perpétuation de la victoire d’Actium des Julio-Claudiens aux Sévères », ibid., p. 279-303.

112 C. Brélaz, « Entre Philippe II, Auguste et Paul : la commémoration des origines dans la colonie romaine de Philippes », dans S. Benoist, A. Daguet-Gagey, C. Hoët-Van Cauwenberghe (éds), Une mémoire en actes : espaces, figures et discours dans le monde romain (2016), p. 121-125.

113 RPC I 1551-1552.

114 App., B Civ. V 3.

115 Suet., Tib. XIV : Et ingresso primam expeditionem ac per Macedoniam ducente exercitum in Syriam, accidit ut apud Philippos sacratae olim uictricium legionum arae sponte subitis conlucerent ignibus.

116 Collart, Philippes, p. 241.

117 RPC I 1650, 1653-1655 ; M. Amandry, « Le monnayage de la Res Publica Coloniae Philippensium », dans U. Peter (éd.), Stephanos nomismatikos. Edith Schönert-Geiss zum 65. Geburtstag (1998), p. 28-29.

118 RPC I 1627-1628.

119 Dio Cass., LIV 9, 6 : Καὶ ἤδη γε καὶ περὶ τῆς µοναρχίας ἐνενόει, ἐπειδὴ πρὸς τοὺς Φιλίππους αὐτοῦ προσελαύνοντος θόρυβός τέ τις ἐκ τοῦ τῆς µάχης χωρίου ὡς καὶ ἐκ στρατοπέδου ἠκούσθη, καὶ πῦρ ἐκ τῶν βωµῶν τῶν ὑπὸ τοῦ Ἀντωνίου ἐν τῷ ταφρεύµατι ἱδρυθέντων αὐτόµατον ἀνέλαµψε.

120 L. Heuzey, H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine (1876), p. 117. De la même manière, il ne convient pas d’attribuer à un monument qui aurait servi de trophée commémorant la victoire de Philippes le bloc de marbre figurant en relief des pièces d’un équipement militaire découvert à proximité du théâtre. Car celui-ci provient sans doute d’un monument funéraire comportant des scènes guerrières, comme cela se rencontre fréquemment à l’époque hellénistique, et fut probablement remployé dans une phase tardive au théâtre comme élément de décoration : Brélaz, Apports, p. 1505-1507 avec fig. 10.

121 CIPh II.1, p. 37-38. Voir infra Annexe 2, no 1, p. 345-346.

122 Verg., G. I 489-497. Cf. J.-C. Jolivet, « Les visites de champ de bataille et l’enquête de Germanicus à Teutobourg : traces, documents, monument (Tacite, Annales, 1, 61-62) », dans S. Benoist, A. Daguet-Gagey, C. Hoët-Van Cauwenberghe (n. 112), p. 225-241.

123 Pour cette même raison, le centurion apparaissant dans l’inscription AE 1959, 314 (IDR I.2 35), de Drobeta en Dacie, et identifié par son ethnique Victricensis ne saurait été considéré comme un Philippien : G. Forni, Le tribù romane III, 1. Le pseudo-tribù (1985), p. 145, no 19 avec n. 2.

124 R. Gest. diu. Aug. II.

125 Sur les liens de type clientélaire existant entre une colonie et son fondateur, voir J.-M. David, « Les fondateurs et les cités », dans Capogrossi Colognesi, Gabba, Statuti, p. 723-741.

126 B. Galsterer-Kröll (n. 108), p. 65-70.

127 RPC I 1287-1289.

128 RPC I 1615-1617.

129 H. Papageorgiadou-Bani (n. 14), p. 31. Sur l’importance de la figure du fondateur de la colonie pour l’élaboration d’une identité collective, voir S. Lefebvre, « Gérer la postérité du héros fondateur dans l’Antiquité : de la fondation à l’élaboration d’un mythe ? », dans A. Cabantous (éd.), Mythologies urbaines. Les villes entre histoire et imaginaire (2004), p. 123-144.

130 RPC I 1650.

131 Comparer le cas de la refondation par Octave de la colonie césarienne de Carthage : S. Mokin, « “Les premiers temps de la Carthage romaine” et la titulature de la colonie », CCG 19 (2008), p. 53-76.

132 C. Brélaz (n. 37). Voir supra p. 23-25.

133 16, 18, 21, 23, 28, 31, 43, 45, 158. Cette forme apparaît également sur un milliaire inédit d’Aspri Ammos dédié à Carus et à ses fils (Fichier IAHA, no 1800). Voir aussi 19.

134 On note un cas où la titulature de la colonie est écrite en toutes lettres, en l’occurrence dans la dédicace de la bibliothèque du forum (21). Il en va de même de l’ethnique Philippiensium, au moins, dans la dédicace du tabularium (18). Voir également CIPh II.1, App. 4, no 36.

135 RPC I 1655.

136 RPC Online IV 9401.

137 RPC Online IV 4259.

138 Auguste : RPC I 1650 ; Claude : RPC I 1653-1654 ; Vespasien : RPC Suppl. I-III 342A ; Titus César : RPC II 343 ; Domitien César : RPC II 344 ; Domitien Auguste : RPC II 345 et RPC Suppl. I-III 345A-C ; Trajan : RPC III 659-663 ; Hadrien : RPC III 664, 665-666 (où le premier élément de la légende est abrégé COLON   ) ; Marc Aurèle : RPC Online IV 9119 (où le dernier élément de la légende est orthographié PHILLIP).

139 RPC Online IV 4259, 9119.

140 CIPh II.1, App. 4, no 4.

141 18, 23, 84, 158 ; cf. CIPh II.1, App. 4, nos 9, 14, 22.

142 AE 2006, 1833 (CIPh II.1, App. 4, nos 9, 22).

143 Papir. (2 de const.), Dig. II 14, 37 ; Cels. (20 dig.), Dig. XXXVI 1, 33 ; Cels. (25 dig.), Dig. L 15, 6 ; Paul. (2 de cens.), Dig. L 15, 8, 8.

144 Suet., Aug. IX 2 ; XIII 1 ; XXII 2 ; XXIX 3 ; XCI 1 ; Tib. V 2.

145 Fait exception l’épitaphe Pilhofer II 716, où il est stipulé que l’amende devra être versée à la [r(es) pub(lica)] c(oloniae) Philippensium en cas de violation de la sépulture.

146 Voir aussi Cels. (25 dig.), Dig. L 15, 6 : Colonia Philippensis iuris Italici est.

147 18, 21 ; Pilhofer II 716 (Philippensium). La borne Pilhofer II 559, où se lit l’adjectif Philippiensem, relève d’un autre cas de figure, car celui-ci est accordé en l’occurrence avec le substantif rem publicam, qui s’ajoute à la titulature de la colonie : voir infra.

148 L’ethnique des Philippiens, sans la mention du titre de colonie, apparaît manifestement aussi dans la titulature des duumvirs quinquennaux ayant offert la dédicace 149.

149 Pilhofer II 30. Pour d’autres témoignages épigraphiques sur la langue vulgaire, voir CIPh II.1, p. 74.

150 Kaphtantzis, Ἱστορία, I, p. 346, no 573 (de Draviskos), et un milliaire inédit trouvé à Argyroupoli (Fichier IAHA, no 629).

151 28-29, 31.

152 Pilhofer II 301 (Φιλλιπεύς), 699a, 703b, 704-704a (Φιλιπεύς), 711a-711b, 715a (IG X 2, 1s, 1183, où il convient peut-être aussi de restituer cet ethnique au féminin sous la forme Φ[ιλιππίς] : voir infra p. 68, n. 317), 745b, 745c, 751, 752a. Cette forme de l’ethnique est aussi restituée dans Pilhofer II 273, 745, 746a, 752. Les Φιλιππεῖς dont il est question dans l’inscription béotienne Pilhofer II 746b doivent, en revanche, être identifiés comme des citoyens d’Eurômos, en Carie, la cité ayant été renommée temporairement Φίλιπποι à l’instigation de Philippe V, certainement par référence délibérée à la Philippes fondée par Philippe II en Macédoine : F. Marchand, « The Philippeis of IG VII 2433 », dans R. W. V. Catling, F. Marchand (éds), Onomatologos. Studies in Greek Personal Names Presented to Elaine Matthews (2010), p. 332-343. P. Hamon, « Philippes, vue de Thasos et d’ailleurs (ive-iie s. av. J.-C.) », dans Fournier, Philippes, p. 126-127, exprime des doutes quant à cette identification.

153 L. Loukopoulou, « Philippoi », dans M. H. Hansen, T. H. Nielsen (éds), An Inventory of Archaic and Classical Poleis (2004), p. 865-866, no 637.

154 SNG Cop Macedonia 291-303.

155 Pilhofer II 754.

156 Pilhofer II 160a. Cf. M. B. Hatzopoulos, « Retour à la vallée du Strymon », dans L. D. Loukopoulou, S. Psoma (éds), Thrakika Zetemata I (2008), p. 47-48.

157 Brélaz, Apports, p. 1493-1501 (« Appendice 1. Inscription hellénistique de Philippes mentionnant des citoyens romains », avec A. G. Zannis). Il n’est ainsi pas nécessaire de supposer que le fragment sur lequel se lit cette forme de l’ethnique proviendrait d’une stèle qui aurait été érigée à l’origine en dehors de la cité de Philippes, comme le propose M. Sève dans la notice AE 2014, 1189.

158 Pilhofer II 703c (= SEG LV 746).

159 Steph. Byz., s.v. « Φίλιπποι ». Cf. D. Knoepfler, « Tétradrachmes attiques et argent “alexandrin” chez Diogène Laërce, 2e partie », MH 46 (1989), p. 200-201 ; P. M. Fraser, Greek Ethnic Terminology (2009), p. 192, n. 43 ; p. 196, n. 62.

160 Pilhofer II 100-101 ; P. O. Juhel, P. Nigdelis, Un Danois en Macédoine à la fin du 19  e siècle. Karl Frederik Kinch et ses notes épigraphiques  Ένας Δανός στη Μακεδονία του τέλους του 19  ου αιώνα. Ο Karl Frederik Kinch και οι επιγραφικές του σηµειώσεις (2015), p. 60-61, no 14 (de Kalindoia). Cette forme de l’ethnique est également restituée dans Pilhofer II 591 et est orthographiée Φιλιππίσιος dans Pilhofer II 103, 528.

161 Ph IV 15 ; voir infra p. 231-244. Cf. Collart, Philippes, p. 303-304 ; Pilhofer, Philippi I, p. 116-118.

162 I. Malkin, « What’s in a Name ? The Eponymous Founders of Greek Colonies », Athenaeum 63 (1985), p. 114-130. Sur les circonstances de la fondation de la cité par Philippe II, voir M. Hatzopoulos, « Philippes, πόλις ἑλληνὶς Μακεδόνων κτίσµα », dans Fournier, Philippes, p. 97-112 ; Zannis, Pays, p. 470-480, 523-539.

163 I. Topalilov, « The Origo of the Thracian Praetorians in the Time of Severans », AJAH n. s. 6-8 (2007-2009) [2013], p. 290. Une tribu du nom de Philippeis y est, en revanche, attestée à la même époque : U. Kunnert, Bürger unter sich. Phylen in den Städten des kaiserzeitlichen Ostens (2012), p. 57. Sur la confusion que les abréviations Phil., Philip. et Philipp., pouvant renvoyer tout aussi bien à la colonie de Philippes qu’à la cité de Philippopolis, entraînent dans l’identification de l’origo de soldats romains, voir CIPh II.1, p. 400-401.

164 I. Alexandreia Troas 11, 28, 46, T 120, T 124 ; AE 2008, 1205b. Cf. A. B. Kuhn, « Towards a ‘Colonial Hellenism’: Hellenic Heritage and Hellenization in Alexandria Troas », dans Brélaz, Héritage, p. 159-173.

165 RPC I 3529.

166 Collart, Philippes, p. 234-241.

167 28, 31 ; milliaire inédit d’Aspri Ammos dédié à Carus et ses fils (Fichier IAHA, no 1800).

168 Dédicaces publiques : 15, 29 ; milliaires inédits de Lydia (Fichier IAHA, nos 1678-1679) et d’Argyroupoli (Fichier IAHA, no 629). Légendes monétaires sous le règne de Gallien : Amandry, Monnayage, p. 500, nos 10-11 (abréviation C P) ; p. 504-506, nos 1-6 ; p. 507, no 1 (abréviation COL PHILIP). Références à la colonie dans des inscriptions concernant des particuliers : 56, 60, 84. Voir aussi Cels. (20 dig.), Dig. XXXVI 1, 33.

169 RPC I 1652. Voir supra p. 25-26.

170 RPC I 1651 (avec RPC Suppl. I-III, p. 86).

171 60 (mais dans la même inscription, la colonie est également désignée comme [col(onia)] Philipp(iensium)), 130, 151 ( ?), 196, 223-224 ( ?), 225 ; Pilhofer II 163, l. 10, 31, 33, 55 (pour la mention d’esclaves publics, voir infra p. 211-214).

172 137, 148 ( ?), 178 ( ?), 186.

173 28-29, 31. F. Mottas, « Entre Strymon et Nestos : les milliaires de la Via Egnatia à Philippes et alentour », BCH (à paraître), restitue la tournure [sp]lendidis[s(imae)] / [col(oniae)] Philipp(iensium)] / r.es [publ(ica)] dans le milliaire Pilhofer II 139. Celui-ci restitue une titulature analogue sur le milliaire Kaphtantzis, Ἱστορία, I, p. 346, no 573, de Draviskos, et sur un milliaire inédit de Rodolivos (Fichier IAHA, no 1250).

174 ILS III/2, p. 676. Pour des exemples précoces, dès le ier s., voir O. Salomies, « Observations on the New Decree from Copia Thurii (AE 2008, 441) », Arctos 45 (2011), p. 115-116. Le gouverneur de Galatie qualifie ainsi Antioche de Pisidie de splendidissim(a) col(onia) sous le règne de Domitien (AE 1925, 126).

175 E. Forbis, Municipal Virtues in the Roman Empire. The Evidence of Italian Honorary Inscriptions (1996).

176 Martin, Inscriptions, p. 189-195, no 10 ; EKM II 432 (AE 2014, 1178) ; I. Sinope 121 (inscription bilingue), 160 ; IGLS VI 2899, 2937. De la même manière, la cité pérégrine de Gortyne est qualifiée, en latin, de splendidissima dans une dédicace impériale : ILS 4052. L’adjectif λαµπρότατος traduit également le titre clarissimus porté par les membres de l’ordre sénatorial : A. Arjava, « Zum Gebrauch der griechischen Rangprädikate des Senatorenstandes in den Papyri und Inschriften », Tyche 6 (1991), p. 17-35.

177 Guerber, Cités, p. 311.

178 AE 2002, 1466 ; cf. AE 2002, 1464 (la dédicace a été érigée en l’honneur de la colonie d’Antioche par la colonie de Lystra, également qualifiée de λαµπροτάτη κολωνία), 1465 (τὴν λαµπροτάτην καὶ σεβασµιωτάτην Ἀντιοχέων κολωνίαν). De même, Corinthe est qualifiée de λαµπροτάτη πόλις dans Corinth  VIII/3, nos 117, 502.

179 Voir infra p. 50.

180 Voir infra p. 128-133.

181 Amandry, Monnayage, p. 497-500, nos 1, 3-4, 6, 8. La légende R P P C, avec inversion de deux lettres, sur la monnaie recensée ibid., p. 500, no 9, doit certainement se comprendre de la même manière, à savoir r(es) p(ublica) P(hilippiensium) c(oloniae). La titulature de la colonie est abrégée sur certaines monnaies de la même série, où elle se limite aux deux lettres C P pour c(olonia) P(hilippiensium) (ibid., p. 500, nos 10-11). La même lecture peut être proposée pour les lettres, inversées, P C sur une autre monnaie (ibid., p. 498, no 5).

182 Voir supra n. 173. Cette titulature est également restituée dans une formule de peine sépulcrale dans l’épitaphe Pilhofer II 716 : voir infra n. 188.

183 F. Papazoglou, « Le territoire de la colonie de Philippes », BCH 106 (1982), p. 105-106.

184 A. D. Rizakis, « Incolae-paroikoi : populations et communautés dépendantes dans les cités et les colonies romaines de l’Orient », REA 100 (1998), p. 599-617 ; A. Chastagnol, « Coloni et incolae. Note sur les différenciations sociales à l’intérieur des colonies romaines de peuplement dans les provinces de l’Occident (ier siècle av. J.-C.-ier siècle ap. J.-C.) », dans A. Chastagnol, S. Demougin, C. Lepelley (éds), Splendidissima civitas. Études d’histoire romaine en hommage à François Jacques (1996), p. 13-25. Voir infra p. 65.

185 AE 1998, 1210 : dédicace bilingue à une affranchie, épouse d’un duumvir quinquennal étant lui-même de condition affranchie, de la part des colonarum et incolarum coniuges / κολώνων καὶ παροίκων αἱ γυναῖκες.

186 AE 1925, 126 : édit du gouverneur de Galatie L. Antistius Rusticus prévoyant que tous les habitants de la colonie, quel que soit leur statut (l. 11-12 : omnes, qui Ant(iochensis) col(oniae) aut coloni aut incolae sunt), déclarent la quantité de céréales en leur possession afin de lutter contre la spéculation sur le prix de vente du blé ; cf. A. Baroni, « La colonia e il governatore », dans Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie, p. 9-54.

187 J. Gascou, « L’emploi du terme respublica dans l’épigraphie latine d’Afrique », MEFRA 91 (1979), p. 383-398 ; E. Lyasse, « L’utilisation des termes res publica dans le quotidien institutionnel des cités. Vocabulaire politique romain et réalités locales », dans Berrendonner, Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Quotidien, p. 187-202. Le recours à cette dénomination se généralise au début du iie s. : J. M. Abascal, G. Alföldy, R. Cebrián, « R(es) p(ublica) S(egobrigensis vel Segobrigensium) », ZPE 176 (2011), p. 291-294.

188 91, 203 ; Pilhofer II 38, 138, 457, 487, 523, 741. La tournure [r(es) pub(lica)] c(oloniae) Philippensium est restituée dans Pilhofer II 716. Voir CIPh II.1, p. 70-74.

189 8, 11, 61, 78, 159, 162, 224 ( ?). Voir infra p. 131-132.

190 E. Lyasse, « Communis ou publicus ? D’Irni à Arpinum », MEFRA 122 (2010), p. 7-14.

191 47, 64.

192 Voir infra p. 225-230.

193 Voir, de même, I. Sinope 121.

194 Une expression comparable se rencontre dans la dédicace qu’un sévir augustal de Pouzzoles a offerte Genio coloniae Puteolanorum et patriae suae (CIL X 1567). On vénère, de même, à Corinthe, le Genius coloniae et colonorum (Corinth VIII/2, no 4 ; cf. ILS 5392).

195 Voir infra p. 54-56.

196 Voir supra n. 173.

197 Pilhofer II 559 (cf. CIPh II.1, App. 3, no 5).

198 Nous remercions S. Provost, qui en a retrouvé récemment la copie dans le fonds d’archives de P. Perdrizet conservé à l’université de Lorraine à Nancy, de nous avoir autorisé à faire mention de cette inscription ici. Elle sera publiée prochainement par ce dernier avec la documentation que P. Perdrizet avait amassée en vue de rédiger une nouvelle étude sur les limites du territoire de Philippes.

199 Voir infra p. 111-112.

200 A. G. Zannis, « Observations épigraphiques sur le territoire de Philippes : le cas de la vallée de Prossotsani », dans Mayer i Olivé, Baratta, Guzmán Almagro, Acta XII Congressus, p. 1214-1217, reconnaît le même terme res publica sur une autre borne de délimitation, érigée cette fois sous l’autorité d’Hadrien et provenant du vallon de Prossotsani (Pilhofer II 475), où il propose de lire aux l. 4-6 fin(es) derect(i) [int(er)] / r(em) pop(licam) Phil(ippensium) [et] / Her(meos) IS vac. PAN, au lieu de fines derect(i) / [int]er pop(ulum) Phil(ippensem) [et] / her(edes) SPAN. Voir infra p. 126-127. Cf. Zannis, Pays, p. 159-161 ; Brélaz, Tirologos, Territoire, p. 147-148.

201 47, 64, 129.

202 Voir infra p. 77-80.

203 Voir infra p. 119-128.

204 H. Fernoux, Le Demos et la Cité. Communautés et assemblées populaires en Asie Mineure à l’époque impériale (2011), p. 65-69. Dans une inscription de Pergé, en revanche, les termes res publica, associés à celui d’ordo, rendent la notion de populus, la tournure ordo et res publica traduisant la formule grecque usuelle ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆµος (I. Perge 54). La même formule est, en effet, traduite par les mots curia et [po]pulus dans I. Perge 154. Cf. W. Eck, « Latein als Sprache politischer Kommunikation in Städten der östlichen Provinzen », Chiron 30 (2000), p. 641-660 ; Brélaz, Latin.

205 Voir peut-être également dans ce sens I. Sinope 86, 98 ; pour la possibilité que ces deux inscriptions se rapportent, plutôt qu’à la colonie de Sinope, à la cité grecque qui semble avoir été maintenue malgré la déduction, voir cependant infra p. 79. Le δῆµος est, en revanche, distingué de la βουλὴ, donc de l’ordo, dans I. Sinope 101, si cette inscription doit effectivement être attribuée à la colonie ; cf. CIL III 6886 (Comama) ; I. Central Pisidia 10, 37, 38 (Cremna) ; Rizakis, Patras, no 37 ; Corinth VIII/3, nos 306, 503.

206 Pilhofer II 22, 119, 127, 133, 137, 265, 267, 280, 301 (précision de l’ethnique Φιλλιππέων [sic]), 734 (cf. CIPh II.1, p. 377) ; AE 2012, 1381 = SEG LXII 432. La πόλις apparaît également dans Pilhofer II 697, comme auteur de la dédicace cette fois, si l’authenticité de l’inscription – qui est transmise par S. Mertzidès – est avérée, ce que s’efforce de prouver Pilhofer, Philippi I, p. 177-182. Pour d’autres inscriptions mentionnant la πόλις censées émaner de la colonie et transmises par le même Mertzidès, voir Pilhofer II 670, 690 ; sur le crédit qu’il convient d’accorder aux inscriptions vues uniquement par celui-ci, voir CIPh II.1, p. 371-372.

207 Corinth VIII/3, nos 116, 139, 206, 468, 502, 510.

208 I. Alexandreia Troas 94, 99, 102, 111, 129, 153, 154, 156. Dans I. Alexandreia Troas 98, en revanche, la πόλις est opposée à la βουλή – sur le modèle de I. Alexandreia Troas 94 et 129 où la cité est distinguée du ταµεῖον, à savoir du fisc impérial, comme bénéficiaire de l’amende funéraire –, si bien qu’il faut exceptionnellement y voir une référence au populus. On se serait attendu à trouver δῆµος dans ce sens.

209 AE 1985, 772 ; SEG XXIV 496 (IStob 11) ; IStob 38.

210 Rizakis, Patras, nos 364*-365* (il est pourtant aussi fait référence à la κολ(ωνία) dans cette dernière inscription).

211 Levick, Colonies, p. 73 ; cf. Guerber, Cités, p. 400-407. Voir supra n. 178.

212 CIPh II.1, p. 364, no 2.

213 Pilhofer II 711, l. 3 : πρὸς τὴν κολωνείαν. Cf. J. Fournier (n. 69).

214 Pilhofer II 273.

215 Ac XVI 12. Voir infra p. 237-242.

216 I. Sinope 101, 121, 160 ; I. Central Pisidia 34-35, 39-42, 45 (Cremna) ; CIL III 6886 (Comama) ; AE 2002, 1443 (Iconium) ; Rizakis, Patras, no 365* ; P. Cabanes, F. Drini, Corpus des inscriptions grecques d’Illyrie méridionale et d’Épire 2, ÉtÉpigr 2 (2007), no 12 (Buthrote). Pour Antioche de Pisidie, voir supra n. 178. Cf. H. J. Mason, Greek Terms for Roman Institutions. A Lexicon and Analysis (1974), p. 62, s.v.

217 J.-L. Ferrary, Les mémoriaux de délégations du sanctuaire oraculaire de Claros, d’après la documentation conservée dans le Fonds Louis Robert (2014), nos 47, 53, 71, 90, 123, 126, 138, 141, 157, 184, 225, 261, 308. Voir, de même, la transcription κόλωνες servant à désigner les colons romains dans la titulature d’Apamée (ibid., nos 38, 298) et d’Iconium (ibid., nos 59, 135).

218 Rizakis, Patras, no 363*.

219 Voir, par exemple, Strabon, XII 3, 6 (Héraclée du Pont) ; XII 3, 11 (Sinope). Cf. D. Musti, « Il lessico coloniale di Strabone », Kokalos 41 (1995), p. 345-347.

220 M. Cottier et al. (éds), The Customs Law of Asia (2008), p. 68-69, § 44, l. 103-105.

221 R. Gest. diu. Aug. XV 3 ; XVI 1 ; XXI 3 ; XXVIII ; App. 4.

222 53, 119, 123, 125, 140, 146 ; cf. CIPh II.1, App. 4, nos 11-13, 17-19, 23. L’abréviation Philip. se rencontre pour indiquer l’origo de soldats philippiens : CIPh II.1, App. 4, nos 5-7, 24-26. Les abréviations Phil. et Philipp. mentionnant l’origo de soldats dans des diplômes militaires et des inscriptions peuvent également renvoyer à la cité thrace de Philippopolis : voir CIPh II.1, p. 400-401.

223 59B, 61-62, 69, 121, 125, 127 ( ?), 136, 146. Voir aussi 149.

224 Questeur : 77, 89, 141, 181 ; édile : 119, 132 ; CIPh II.1, App. 3, no 3 (AE 2014, 1193) ; irénarque : 133 ; munerarius : 115, 140, 173, 174 ; flamine : 53 ; décurion : 37-38, 114, 122-124, 139 ; fonction indéterminée : 164, 171.

225 121 (suit le flaminat), 125 (suit la questure), 127 (suit le titre de munerarius ?), 136 (suit le titre de munerarius). Dans l’inscription 62, suivent la mention de la fonction équestre de préfet des ouvriers et le flaminat ; la précision Philippis, à cet endroit, après le duumvirat, permet par la même occasion de distinguer les charges énumérées jusqu’alors de la préfecture des ouvriers, qui s’insère entre deux fonctions municipales (duumvirat et flaminat).

226 50, 113, 117 (comparer 132), 120, 134. La mention Philippis n’est manifestement pas précisée lorsque l’intéressé n’a été que décoré des ornements de décurion (112, 114, 123, 140) ; mais, dans deux des quatre inscriptions en question (123, 140), l’indication Philippis figure cependant déjà à propos de la carrière d’un autre individu mentionné dans le texte (la situation est différente pour l’inscription 114 qui a connu plusieurs phases de gravure). Dans les diverses inscriptions constituant le monument 119, la mention Philippis ne se trouve que dans la dédicace funéraire principale et n’est pas répétée dans les dédicaces individuelles.

227 37-38 : dec(urioni) Phil(ippis) et in prouinc(ia) Thra(cia).

228 61-62, 69. Voir, de même, 56 et 60 où la référence à la colonie est explicitée par la titulature développée col(onia) Philipp(iensium).

229 Il s’agit d’inscriptions relevées à Kavala, Thessalonique et Serrès : 53 ; CIPh II.1, App. 2, p. 375-378 ; CIPh II.1, App. 3, no 3. Voir, à l’inverse, 149.

230 CIPh II.1, App. 4, nos 1-2, 5-8, 10, 12-13, 17-21, 23-26, 30-31, 33, 35.

231 À l’inverse, dans l’épitaphe Pilhofer II 562 (cf. CIPh II.1, App. 3, no 6), la mention Philipp(is) figure directement après le nom du défunt, qui n’était pas magistrat. Cela montre qu’elle doit, en l’occurrence, être comprise comme l’indication de l’origo et que l’inscription n’avait donc pas été érigée sur le territoire colonial.

232 Voir, par exemple, 121.

233 C’est le cas, par exemple, dans la colonie de Tergeste : C. Zaccaria, « Un nuovo duoviro della colonia romana di Tergeste e la produzione di olio nell’Istria settentrionale », dans Demougin, Scheid, Colons, p. 107-121.

234 Voir infra p. 270-274.

235 Voir infra p. 85-90.

236 .Sur ce sanctuaire et la divinité, d’origine thrace, qui y était vénérée, voir CIPh II.1, p. 52-55 ; G. Falezza, I santuari della Macedonia romana. Persistenze e cambiamenti del paesaggio sacro provinciale tra ii secolo a.C. e iv secolo d.C. (2012), p. 338-344.

237 Voir infra p. 314-315.

238 Voir supra p. 48-49 pour la formulation de la titulature de la colonie dans cette inscription. Pour une éventuelle autre dédicace au Génie, voir 46. L’identification du Génie de la colonie sur le revers de nombreuses monnaies philippiennes – qu’admettait encore Collart, Philippes, p. 237-238 – paraît, en revanche, devoir être rejetée : alors qu’on voyait généralement cette allégorie dans la figure en train de couronner Auguste représentée sur celles-ci (voir supra p. 23), on préfère comprendre désormais qu’il s’agit du divin César, lequel est, du reste, identifié par la légende sur une monnaie frappée sous le règne d’Auguste (RPC I 1650). Cette interprétation a toutefois été récemment avancée à nouveau à propos de pièces frappées plus tardivement où la légende ne mentionne plus explicitement le divin César, notamment sous Commode (RPC Online IV 4259). Voir de même RPC Online IV 9401 et 9119 (sous Antonin le Pieux et Marc Aurèle) où l’on propose d’y voir plutôt une « figure féminine ».

239 AE 1950, 233 (IGLMusBey 49) ; cf. CIL III 153.

240 Martin, Inscriptions, p. 180-183, no 3.

241 K. Martin, « Genius coloniae. Lokalpatriotismus auf Münzen römischer Kolonien in Griechenland und Kleinasien », dans E. Winter (éd.), Vom Euphrat bis zum Bosporus. Kleinasien in der Antike. Festschrift für Elmar Schwertheim zum 65. Geburtstag II (2008), p. 431-449. Voir également, à Césarée Maritime, CIIP II 1138.

242 C. Brélaz, « L’archonte stéphanéphore et la Tyché de Lébadée », Tyche 21 (2006), p. 11-28.

243 À Cremna, un culte, desservi par un sacerdos, semble même avoir été institué pour la Bona Fortuna coloniae : I. Central Pisidia 4.

244 K. Martin, Demos, Boule, Gerousia. Personifikationen städtischer Institutionen auf kaiserzeitlichen Münzen aus Kleinasien (2013), 2 vol.

245 É. Lapalus, « Sculptures de Philippes », BCH 57 (1933), p. 452-458, no 4 avec fig. 5-6 ; id., « Sculptures de Philippes II », BCH 59 (1935), p. 191-192 avec pl. X ; Sève, Weber, Guide, p. 65 avec fig. 43. Cf. Collart, Philippes, p. 360, n. 5 ; p. 411.

246 Amandry, Monnayage, p. 498-500, nos 4, 8 ; p. 504-506, nos 2, 5.

247 Voir infra p. 314.

248 16, 18-19, 21. Voir aussi 22.

249 Voir le commentaire au 6 et infra p. 314-315.

250 Pilhofer II 251.

251 Voir infra p. 132.

252 C. Katsari, S. Mitchell, « The Roman Colonies of Greece and Asia Minor. Questions of State and Civic Identity », Athenaeum 96 (2008), p. 221-249.

253 Selon Suet., Aug. XLVI, Auguste avait tenté d’introduire un système permettant aux décurions des colonies d’Italie de voter par correspondance et de prendre ainsi part aux élections des magistrats de l’État romain. Cf. C. Nicolet, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain (1988), p. 215-221.

254 W. Kubitschek, Imperium Romanum tributim discriptum (1889), p. 243-244 ; Collart, Philippes, p. 258-261.

255 M. Rieger, Tribus und Stadt. Die Entstehung der römischen Wahlbezirke im urbanen und mediterranen Kontext (ca. 750-450 v.Chr.) (2007), p. 389-390.

256 J.-M. Lassère, Manuel d’épigraphie romaine I (2005), p. 114-127.

257 G. Forni, « Le tribù romane nelle province balcaniche », Pulpudeva 2 (1978), p. 116-118 (repris dans Forni, Tribù, p. 237-265).

258 É. Deniaux, « Recherches sur les tribus de l’Albanie romaine : la tribu Aemilia », dans Silvestrini, Tribù, p. 65-70.

259 A. D. Rizakis, « Tribus romaines dans les provinces d’Achaïe et de Macédoine », dans Silvestrini, Tribù, p. 359-366.

260 L’hypothèse avancée par H. Halfmann, « Italische Ursprünge bei Rittern und Senatoren aus Kleinasien », dans G. Urso (éd.), Tra Oriente e Occidente. Indigeni, Greci e Romani in Asia Minore (2007), p. 171, selon laquelle la tribu Sergia remonterait à la famille des Sergii, dont un membre aurait fait partie des fondateurs de la colonie, demeure infondée.

261 F. Camia, « Le tribù romane nelle colonie d’Asia Minore », dans Silvestrini, Tribù, p. 367-371.

262 M. Buonocore, « Per una regio IV Augustea tributim descripta: problemi, dubbi, certezze », dans Silvestrini, Tribù, p. 29-42.

263 F. Bérard, « Remarques sur les tribus dans les cités de Gaule Narbonnaise », dans Silvestrini, Tribù, p. 21-27.

264 W. Kubitschek (n. 254), p. 57-60, 205-216.

265 M. Christol, « La municipalisation de la Gaule Narbonnaise », dans M. Dondin-Payre, M.-T. Raepsaet-Charlier (éds), Cités, Municipes, Colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut Empire romain2 (2009), p. 1-27 (repris dans M. Christol, Une histoire provinciale. La Gaule narbonnaise de la fin du iie siècle av. J.-C. au iii  e siècle ap. J.-C. [2010], p. 105-128).

266 W. Eck, « Die claudische Kolonie Apri in Thrakien », ZPE 16 (1975), p. 295-299 ; L. Polychronidou-Loukopoulou, « Colonia Claudia Aprensis: µια ρωµαϊκή ἀποικία στη νοτιοανατολική Θράκη », dans Μνήµη Δ. Λαζαρίδη (1990), p. 701-715.

267 CIPh II.1, App. 4, no 13. Voir infra.

268 CIPh II.1, App. 4, no 4.

269 CIL XIII 6826 ; E. Vorbeck, Militärinschriften aus Carnuntum2 (1980), no 183.

270 Voir infra p. 72. La pseudo-tribu Ulpia est, en revanche, attestée pour un autre soldat d’Apri : G. Forni (n. 123), p. 92, no 283.

271 G. Forni (n. 123), p. 105, n. 2.

272 AE 1974, 582 : M(arcus) Scurricius C(aii) f(ilius) Vol(tinia) Rufinus ae[d(ilis)] q(uaestor) IIuir i(ure) d(icundo) pontif(ex) c(oloniae) C(laudiae) Apren[siu]m uix(it) ann(os) XL h(ic) s(itus) e(st) et Valeria [Se]cunda uix(it) ann(os) XXV h(ic) s(ita) e(st) C(aius) Scurri[ci]us Rufus et Scurricia Maximiana [---]. On notera, toutefois, que la gens Scurricia n’est pas attestée dans la colonie de Philippes.

273 CIL XIII 6826.

274 E. Todisco, I veterani in Italia in età imperiale (1999), p. 202-204. Voir les cas des colonies de Bénévent et d’Ateste où la pratique du changement de tribu est amplement documentée dans les épitaphes des vétérans : L. Keppie (n. 3), p. 155-161, 195-201.

275 Voir supra p. 23-25.

276 CIPh II.1, App. 4, no 13.

277 CIL IX 4682-4683, 4685, 4689.

278 E. Todisco (n. 274), p. 61-67.

279 A. Beschaouch, « Sur la mention d’une double tribu pour deux citoyens romains d’Ucubi et de Thignica en Afrique proconsulaire », CRAI 2008, p. 1285-1303.

280 Voir infra p. 275-278.

281 IG X 2, 1s, 1175.

282 Voir supra p. 32-33.

283 L’usage d’inscrire les affranchis dans la tribu Palatina – qui était une des quatre tribus urbaines et qui, pour cette raison, n’était pas considérée comme prestigieuse – n’était plus rigoureusement respecté à l’époque impériale : G. Forni, « Il ruolo della menzione della tribù nell’onomastica romana », dans N. Duval (éd.), L’onomastique latine (1977), p. 94-95 (repris dans Forni, Tribù, p. 185-229) ; P. Le Roux, « Tribus romaines et cités sous l’Empire. Épigraphie et histoire », dans Silvestrini, Tribù, p. 113-121 (repris dans P. Le Roux, La toge et les armes. Rome entre Méditerranée et Océan [2011], p. 591-602).

284 Dans l’épitaphe 199, au contraire, la tribu du fils de l’affranchi et sévir augustal L. Licinius Evhémer n’a pas été précisée.

285 E. Todisco (n. 274), p. 204-206.

286 CIPh II.1, App. 4, no 11.

287 Pour un autre cas éventuel de transfert à Philippes de l’origo d’un soldat, voir la discussion portant sur la mention de la tribu de P. Aelius Pacatus : CIPh II.1, App. 4, no 1.

288 G. Forni, « “Doppia tribù” di cittadini e cambiamenti di tribù romane », dans Tetraonyma. Miscellanea graeco-romana (1966), p. 139-155 (repris dans Forni, Tribù, p. 71-85) ; G. Forni (n. 283), p. 90-91 (repris dans Forni, Tribù, p. 185-229).

289 CIL II2 14,2 1169 : M’(anio) Valerio M’(ani) fil(io) Gal(eria) Aniensi Capelliano Damanitano adlecto in coloniam Caesaraugustanam ex benefic(io) diui Hadriani omnib(us) honorib(us) in utraq(ue) re p(ublica) funct(o)… Le personnage, originaire du municipe de Damania et de ce fait inscrit dans la tribu Galeria, fut transféré dans la tribu Aniensis, dans laquelle étaient inscrits les citoyens de sa nouvelle patrie, Caesaraugusta. Cf. Y. Thomas, « Origine » et « commune patrie ». Étude de droit public romain (89 av. J.-C.-212 ap. J.-C.) (1996), p. 89-97 ; D. Fasolini, Le tribù romane della Hispania Tarraconensis. L’ascrizione tribale dei cittadini romani nelle testimonianze epigrafiche (2012).

290 114 ; Pilhofer II 251.

291 Voir infra p. 99-100.

292 Y. Thomas (n. 289), p. 34-49.

293 Pilhofer II 513 (la provenance exacte de l’inscription sur le territoire philippien est litigieuse). Seule l’origo de Nivius, doublée de la mention de sa natio en tant que Noricus, fut rappelée ; l’indication de la tribu Quirina dans laquelle étaient inscrits les citoyens romains de Flauia Solua (W. Kubitschek [n. 254], p. 224-225) a été omise.

294 Pilhofer II 125a.

295 Voir supra p. 46-47.

296 J. Fournier, « L’essor de la multi-citoyenneté dans l’Orient romain : problèmes juridiques et judiciaires », dans A. Heller, A.-V. Pont (éds), Patrie d’origine et patries électives : les citoyennetés multiples dans le monde grec d’époque romaine (2012), p. 93-95. Voir infra p. 161-185.

297 Lex Irnit. LIII.

298 ILN 7,1 20. Voir, de même, en Bétique un homme originaire de la Colonia Patricia Corduba ayant accédé au rang de décurion ex incolatu dans le municipe d’Axati : CIL II 1055 (ILS 6916). Cf. P. Arnaud, « Un flamine provincial des Alpes-Maritimes à Embrun. Flaminat provincial, incolatus et frontière des Alpes-Maritimes », RAN 32 (1999), p. 39-48.

299 CIPh II.1, App. 4, no 9.

300 CIPh II.1, App. 4, no 22.

301 CIPh II.1, App. 4, no 3.

302 Voir infra p. 183-185.

303 CIPh II.1, App. 4, nos 14, 22. Voir aussi CIPh II.1, App. 4, nos 15, 29, 32, 34, où la tribu et même parfois l’ethnique sont omis.

304 J.-L. Ferrary, « Les Grecs des cités et l’obtention de la ciuitas Romana », dans P. Fröhlich, C. Müller (éds), Citoyenneté et participation à la basse époque hellénistique (2005), p. 51-75.

305 S. Demougin, « Citoyennetés multiples en Occident ? », dans A. Heller, A.-V. Pont (n. 296), p. 99-109.

306 Voir, par exemple, CIL II 3424 (ILS 6953 ; cf. AE 2011, 583 : chevalier originaire de la ville de Rome portant plusieurs ethniques, tant de cités grecques que de communautés locales espagnoles, et ciuis adlectus dans la colonie de Carthago Noua) ; XIII 8283 (vétéran originaire de la colonie d’Astigi en Bétique, dont il portait la tribu, fait également ciues Agrippine(nsis)).

307 Dio Chrys., Or. XLI 2 ; 5-6 ; 10. Cf. C. P. Jones, « Joys and Sorrows of Multiple Citizenship: The Case of Dio Chrysostom », dans A. Heller, A.-V. Pont (n. 296), p. 213-219 ; É. Guerber, « La colonie d’Apamée-Myrléa : “un îlot de romanité en pays grec” ? », dans Brélaz, Héritage, p. 175-200.

308 A. Raggi, « Cittadinanza coloniaria e cittadinanza romana », dans Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie, p. 55-68. Contra A. Blanco-Pérez, « Apamea and the Integration of a Roman Colony in Western Asia Minor », dans S. T. Roselaar (éd.), Processes of Cultural Change and Integration in the Roman World (2015), p. 136-153, qui estime que, sur le modèle des cités grecques environnantes, la colonie d’Apamée pouvait conférer une citoyenneté locale indépendamment de la ciuitas Romana.

309 AE 1950, 233 (IGLMusBey 49).

310 S. Demougin (n. 305), p. 106-109, attribue également à une influence des cités grecques la diffusion de l’usage de la citoyenneté multiple dans les communautés locales des provinces occidentales.

311 R. Frei-Stolba, « Réflexions sur les relations entre le vicus de Genaua et la colonia Iulia Equestris », dans C. Deroux (éd.), Corolla Epigraphica. Hommages au professeur Yves Burnand I (2011), p. 134-147.

312 ILAlg II, 3, 7931-7932, 7936-7937.

313 Voir les contributions réunies par A. Heller, A.-V. Pont (n. 296).

314 CIPh II.1, App. 4, no 4. Comparer le cas de D. Furius Octavius Secundus (78) qui fut décurion dans les colonies d’Actium-Nicopolis et peut-être d’Oescus, mais manifestement pas à Philippes.

315 Voir infra p. 256-259.

316 A. D. Rizakis (n. 259), p. 360.

317 Pilhofer II 715a (IG X 2, 1s, 1183) : Μωµ[ω] Μουκασου Φ[λαουίῳ] | Μουκᾳ τ[ῷ] τέκνῳ [---] | καὶ Δου[λη]ς καὶ Μω[µω Βι]|θυος Φιλιππεῖς [τ]ῷ [---] | ἀδελφῷ [µ]ν̣ή̣[µ]η̣ς χά[ριν καὶ αὑτ]|οῖς ζῶσι. Μουκα, χα[ῖρε. Καὶ] σύ, τίς ποτ’ εἶ. La restitution Φ[λαουίῳ] à la fin de la l. 1 est douteuse, dans la mesure où aucun gentilice ne figure pour la sœur et le frère de Moukas, qui sont par ailleurs présentés comme les enfants d’un pérégrin nommé Bithys. Il est possible qu’il faille plutôt restituer ici l’ethnique de Philippes au féminin (on peut postuler une forme Φιλιππίς), sur le modèle de la l. 4 (D. Dana, per litt.). Voir supra p. 43.

318 P. O. Juhel, P. Nigdelis (n. 160). Le nom de l’intéressé est tronqué, mais les autres anthroponymes apparaissant dans la même inscription dénotent un contexte essentiellement pérégrin. On peut ajouter le cas d’un Philippien honoré à Thasos (Pilhofer II 711a), s’il est exact de dater l’inscription du début de l’époque impériale : voir infra p. 261, n. 74.

319 CIPh II.1, App. 4, no 30.

320 C. Edson, « Double Communities in Roman Macedonia », dans Essays in Memory of Basil Laourdas (1975), p. 97-100. Voir infra p. 77-80.

321 5, 51, 82, 95, 99, 101 ; Pilhofer II 44-45, 222, 227, 269, 271, 313, 316, 352 ( ?), 447-448, 453, 509d, 588, 600. Font exception les inscriptions 131 (le personnage fut honoré pour une raison inconnue par décision de l’ordre des décurions et sa filiation est pourtant précisée) et 222 (le personnage fut cependant officialis de la colonie).

322 CIPh II.1, App. 3, no 6 ; App. 4, nos 1, 4 (l’origine philippienne de l’individu n’est toutefois pas certaine), 10-14, 17-19, 22-24, 31.

323 40, 51, 61, 82, 134, 175, 212 ( ?) ; CIPh II.1, App. 4, nos 4, 18 ; Pilhofer II 600.

324 CIPh II.1, App. 4, nos 12-13, 31 ; comparer 165.

325 G. Forni (n. 257), p. 100-101 (repris dans Forni, Tribù, p. 237-265).

326 CIPh II.1, App. 4, no 17.

327 Voir supra p. 52-54.

328 112, 114, 140 ; Pilhofer II 448, 600.

329 G. Forni (n. 283), p. 80 (repris dans Forni, Tribù, p. 185-229) ; D. Fasolini, « Designatus rei publicae ciuis : l’ascrizione tribale dei minori », dans J. Andreu, D. Espinosa, S. Pastor (éds), Mors omnibus instat. Aspectos arqueológicos, epigráficos y rituales de la muerte en el Occidente Romano (2011), p. 113-141.

330 Voir infra p. 270-274.

331 149, 159 ; comparer 121 (la tribu de L. Velleius Velleianus n’est pas non plus mentionnée dans 41-42, alors que le personnage est assurément philippien), 168. L’omission de la tribu dans l’épitaphe 137, alors que la filiation du magistrat est indiquée, est vraisemblablement due à la corruption de la copie de Cyriaque d’Ancône.

332 Il en va de même de la dédicace que le fils de Montanus a offerte à Faustine la Jeune dans le temple du culte impérial (20).

333 On a également fait l’économie de la répétition de la tribu, entre les membres d’une même famille, dans les inscriptions 48, 56, 61, 82, 138.

334 198, 200-202 ; comparer 216, 221. Voir infra p. 202-209.

335 62, 120, 124, 139 (l’indication de la filiation figure, en revanche, pour le fils du décurion), 223. On doit peut-être invoquer des raisons similaires pour le médecin Q. Mofius Evhémer (23).

336 Pilhofer II 3 ; 118.

337 Pilhofer II 3 : Cornelia Longa Asprillae mater ann(orum) LX h(ic) s(ita) e(st). Cela n’a pas empêché toutefois que l’on précise que Cornelia Asprilla était la fille de Publius dans sa propre épitaphe (118).

338 Voir infra p. 274-297.

339 74, 77, 84-85, 87.

340 Voir par exemple 62 (le soldat, qui servit comme préfet des ouvriers à Rome, connut cependant une brillante carrière municipale), 72, 76.

341 81, 100.

342 Voir infra p. 207.

343 G. Forni (n. 283), p. 95-99 (repris dans Forni, Tribù, p. 185-229).

344 52, 75, 83 ( ?), 90-92, 129.

345 47, 54-55, 57-58.

346 G. Forni (n. 123), p. 45-46.

347 CIPh II.1, App. 4, nos 5-8. Voir supra p. 40-42.

348 Voir de même, aux ive s. et ve s., les épitaphes d’un tribun des notaires (Pilhofer II 104), d’un clarissime (Pilhofer II 111) ou encore de la femme d’un centurion (Pilhofer II 268), tous trois étant identifiés par un nom unique.

349 La notion de langue officielle pourrait paraître anachronique. Il n’en demeure pas moins que le choix de la langue dans les usages administratifs et protocolaires de l’État romain, s’il ne répondait pas à une réglementation émise positivement à ce sujet, n’était pas laissé au hasard. Depuis l’époque républicaine, se dessina, en matière linguistique, une pratique en fonction des circonstances (traduction ou non en grec des documents adressés aux communautés locales hellénophones selon la procédure et la forme de la décision, recours à des interprètes lors de la réception d’ambassades au Sénat, connaissance du grec requise des magistrats romains) : cf. M. Dubuisson, « Y a-t-il une politique linguistique romaine ? », Ktema 7 (1982), p. 187-210 ; Brélaz, Latin, p. 169-173.

350 On songe, en particulier, à l’utilisation de ces langues et à leur interaction avec le texte latin dans les Tables eugubines, la Table de Bantia et la Table d’Héraclée. Cf. C. Berrendonner, « Les cultures épigraphiques de l’Italie républicaine : les territoires de langue étrusque et les territoires de langue osque », MEFRA 114.2 (2002), p. 817-860 ; L. Cappelletti, « Le magistrature italiche. Problemi e prospettive », Index 39 (2011), p. 323-338.

351 De manière symptomatique, le droit d’utiliser publiquement le latin (ut publice Latine loquerentur) fut également concédé en 180 av. J.-C. aux habitants de Cumes, qui était alors une ciuitas sine suffragio, mais qui était restée fidèle à Rome durant les guerres puniques (Liv., XL 43, 1).

352 F. Millar, « The Roman Coloniae of the Near East: A Study of Cultural Relations », dans H. Solin, M. Kajava (éds), Roman Eastern Policy and Other Studies in Roman History (1990), p. 7-58 (repris dans F. Millar, Rome, the Greek World, and the East 3 [2006], p. 164-222) ; Guerber, Cités, p. 375-416 ; C. Brélaz, « Claiming Roman Origins: Greek Cities and the Roman Colonial Pattern », dans M. Finkelberg, J. Price, Y. Shahar (éds), Rome – An Empire of Many Nations (2018).

353 E. Dąbrowa, « Roman Military Colonization in Anatolia and the Near East (2nd-3rd C. AD): The Numismatic Evidence », dans Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie, p. 211-231 ; E. Dąbrowa, « Military Colonisation in the Near East and Mesopotamia under the Severi », AClass 55 (2012), p. 31-42.

354 Brélaz, Latin, p. 190, n. 99.

355 B. Isaac, « Latin in Cities of the Roman Near East », dans H. M. Cotton et al. (éds), From Hellenism to Islam. Cultural and Linguistic Change in the Roman Near East (2009), p. 55-60. La question de l’envoi de vétérans à Césarée et du statut de la colonie est débattue. W. Eck, « The Presence, Role and Significance of Latin in the Epigraphy and Culture of the Roman Near East », ibid., p. 15-42 (repris dans W. Eck, Judäa – Syria Palästina. Die Auseinandersetzung einer Provinz mit römischer Politik und Kultur [2014], p. 125-149), considère que la diffusion du latin y serait due à l’installation de soldats dès sa fondation. On relève un autre cas précoce de colonie « honoraire » à Césarée de Maurétanie, qui, de capitale de royaume-client, fut – à l’instar de Césarée Maritime, dont elle partage le nom, les deux villes ayant été rebaptisées en l’honneur d’Auguste par les souverains locaux – promue au rang de colonie romaine par l’empereur Claude : P. Leveau, Caesarea de Maurétanie. Une ville romaine et ses campagnes (1984), p. 13-24.

356 Voir infra p. 262-270.

357 Voir, par exemple, Pilhofer II 133, 142-144, 166a, 266, 290-291, 315, 337, 355, 371, 410, 468, 612. La dédicace au Héros Aulonitès Pilhofer II 619 fut érigée par un notable thasien, Μ. Οὔλπιος Μεσσάλας Πυθίων, qui parvint à l’archontat dans sa cité (IG XII 8, 471 A, l. 2-3).

358 Collart, Philippes, p. 300-305.

359 Zannis, Pays, p. 562-566.

360 Pilhofer II 40 (de Byzance), 68 (d’Ainos), 73 et 319 (de Prusias de l’Hypios), 98 (de Thessalonique), 129 (de Nicée), 302 (de Philadelphie de Lydie : cf. CIPh II.1, p. 366-367), 381a (de Smyrne), 507 (de Thasos) ; AE 2012, 1380 = SEG LXII 431 (d’Éphèse). Des inscriptions inédites mentionnent encore des individus originaires de la colonie de Ptolémaïs et de Césarée-Panéas (Fichier IAHA, nos 1526, 1819, 1823). On pourrait également ajouter à cette liste la figure de Lydia, la marchande de pourpre venant de la cité de Thyatire qui fut convertie par l’apôtre Paul selon Ac XVI 14 (voir infra p. 231-244). Cf. C. Brélaz, « Philippi: A Roman Colony Within its Regional Context », dans Fournier, Parissaki, Hégémonie.

361 C. Brixhe, « Zonè et Samothrace : lueurs sur la langue thrace et nouveau chapitre de la grammaire comparée ? » CRAI 2006, p. 121-146 ; D. Dana, Onomasticon Thracicum. Répertoire des noms indigènes de Thrace, Macédoine orientale, Mésies, Dacie et Bithynie (2014), p. xliv-xlviii.

362 N. Sharankov, « Language and Society in Roman Thrace », dans I. P. Haynes (éd.), Early Roman Thrace. New Evidence from Bulgaria (2011), p. 135-155. Voir, par exemple, 1 ; Pilhofer II 29, 50, 86, 397, 417, 456, 509a, 509c, 580, 585, 610, 615b-d, 623, 641a, 641d, 643 ; SEG LVII 579. Voir, cependant, infra pour leur attitude vis-à-vis du latin.

363 Mottas, Population, p. 16 ; A. Bielman Sánchez, C. Brélaz, G. Duchoud, R. Frei-Stolba, A. D. Rizakis, A. G. Zannis, « Le Corpus des inscriptions grecques et latines de la colonie de Philippes, Macédoine : état des travaux », dans Mayer i Olivé, Baratta, Guzmán Almagro, Acta XII Congressus, p. 1213.

364 Pour la répartition géographique du matériel épigraphique découvert sur le territoire philippien, voir CIPh II.1, p. 40-55.

365 Pour Amphipolis, voir CIL III 632 ; 14204-142062 ; ILGR 230-233 ; Pilhofer II 389 (cf. CIPh II.1, p. 369). Pour Serrès et sa région, voir CIPh II.1, p. 379-389 ; C. Brélaz, « Inscriptions de Macédoine orientale dans la correspondance entre Fauvel et Barbié du Bocage », Dacia 58 (2014), p. 257-269. Pour Thasos, voir CIL III 7366 ; IG XII 8, 506 ; P. M. Petsas, AEph 1950-1951, p. 65-66, no 8 (= Pilhofer II 723 ; l’inscription fut remployée à Thessalonique : voir CIPh II.1, App. 2, p. 378) ; G. Daux, BCH 97 (1973), p. 247-248 ; P. Hamon et J. Fournier nous indiquent qu’il convient d’ajouter à cette courte liste une épitaphe bilingue copiée par Cyriaque d’Ancône (seule la version grecque fut incluse dans IG XII 8, 556, la version latine étant considérée par T. Mommsen comme une traduction due à Cyriaque : CIL III, p. 131 ; voir, cependant, CIPh II.1, App. 2, p. 378, n. 31 ; cf. E. W. Bodnar, C. Mitchell, Cyriacus of Ancona’s Journeys in the Propontis and the Northern Aegean 1444-1445 [1976], p. 47, l. 786-792, no [4], et p. 48-49, l. 826-839, no [10]), une épitaphe demeurée inédite qui fut copiée par C. Avezou, ainsi qu’une épitaphe inédite qui fut érigée à son frère par Nonius Verecundus, soldat dans une cohorte de la garnison de Rome. Pour la Thrace égéenne, voir EThA, no E72 ; AE 2010, 1452. Quant à l’inscription Pilhofer II 703d qui fut trouvée dans la région d’Abdère et qu’il convient d’identifier avec l’inscription bilingue recensée sous le numéro Pilhofer II 703e dont elle forme la version latine, il apparaît qu’elle provient à l’origine du territoire de Philippes, voire du sanctuaire du Héros Aulonitès à Kipia : voir M.-G. G. Parissaki, « Παρατηρήσεις σὲ δύο ἐπιγραφὲς ἀπὸ “τὰ περίχωρα τῶν Ἀβδήρων” », Tekmeria 10 (2011), p. 91-101 ; CIPh II.1, p. 53.

366 De manière générale, sur la proportion d’inscriptions latines dans les péninsules balkanique et anatolienne, voir A. D. Rizakis, « Le grec face au latin. Le paysage linguistique dans la péninsule balkanique sous l’empire », dans H. Solin, O. Salomies, U.-M. Liertz (éds), Acta colloquii epigraphici Latini Helsingiae 3.-6. sept. 1991 habiti (1995), p. 373-391 ; B. Levick, « The Latin Inscriptions of Asia Minor », ibid., p. 393-402.

367 N. Giannakopoulos, « The Greek Presence in the Roman Colonies of Kassandreia and Pella », dans Brélaz, Héritage, p. 93-118.

368 Voir infra p. 111-112.

369 47, 64, 129.

370 C. Edson (n. 320), p. 101-102. De même, Papazoglou, Villes, p. 413, voyait dans l’inscription 129, qui fut trouvée en remploi à Kalambaki et qui mentionne le dèmos, une preuve de l’existence à cet endroit d’une communauté rurale autonome.

371 S. Mitchell, « Iconium and Ninica. Two Double Communities in Roman Asia Minor », Historia 28 (1979), p. 409-438.

372 M. Haake, « L. Flavius Stlaccius aus Sardis, der „beste Sophist”. Eine neue Ehreninschrift aus Alexandreia Troas für einen bislang unbekannten Sophisten », dans E. Schwertheim (éd.), Studien zum antiken Kleinasien VII (2011), p. 147-158.

373 J. Ma, « Re-Examining Hanukkah », The Marginalia Review of Books (July 9, 2013), [en ligne], URL : http://marginalia.lareviewofbooks.org/re-examining-hanukkah/, consulté le 12.12.2017 ; P. J. Kosmin, The Land of the Elephant Kings. Space, Territory, and Ideology in the Seleucid Empire (2014), p. 183-251.

374 P. Leveau (n. 355), p. 15-16.

375 A. Beschaouch, « Sur l’histoire municipale d’Uchi Maius, ville africo-romaine à double communauté civique », CRAI 2002, p. 1197-1214 ; A. MCharek, « Une communauté double (pagus et castellum fédéré) organisée par les Flaviens à Thala (en Afrique proconsulaire) », dans B. Cabouret, A. Groslambert, C. Wolff (éds), Visions de l’Occident romain. Hommages à Yann Le Bohec I (2012), p. 271-294.

376 T. Esch, « Zur Frage der sogenannten Doppelgemeinden. Die caesarische und augusteische Kolonisation in Kleinasien », dans E. Winter (éd.), Vom Euphrat bis zum Bosporus. Kleinasien in der Antike. Festschrift für Elmar Schwertheim zum 65. Geburtstag I (2008), p. 188-216 ; C. Brélaz (n. 37). Pour le cas éventuel de Lampsaque, cf. U. Laffi, « Le colonie romane con l’appellativo Gemella o Gemina », dans U. Laffi, F. Prontera, B. Virgilio (éds), Artissimum memoriae vinculum. Scritti di geografia storica e di antichità in ricordo di Gioia Conta (2004), p. 235-254 (repris dans U. Laffi, Colonie e municipi nello stato romano [2007], p. 149-173).

377 L. Ruscu, « Actia Nicopolis », ZPE 157 (2006), p. 247-255 ; É. Guerber, « La fondation de Nicopolis par Octavien : affirmation de l’idéologie impériale et philhellénisme », dans A. Gangloff (éd.), Lieux de mémoire en Orient grec à l’époque impériale (2013), p. 255-277.

378 Plin. Mai., Nat. IV 1, 5 ; Tac., Ann. V 10, 4.

379 B. E. Woytek, « The Coinage of Apamea Myrlea under Trajan and the Problem of Double Communities in the Roman East », NC 171 (2011), p. 121-132.

380 A. D. Rizakis, « Expropriations et confiscations des terres dans le cadre de la colonisation romaine en Achaïe et en Macédoine », MEFRA 127.2 (2015), p. 469-485.

381 Strabon, XII 3, 6.

382 Strabon, XII 3, 11.

383 I. Sinope 86, 98 ; voir supra n. 205. Contra C. Barat (n. 63).

384 I. Sinope 101.

385 ILS 9414 ; AE 2002, 1443 ; cf. S. Mitchell (n. 371), p. 414-415.

386 I. Sinope 101, 102.

387 I. Sinope 103. Il s’ensuit que la lettre d’un représentant de l’État romain adressée aux Sinopéens (I. Sinope 97 : on ne lit, à cet endroit, que l’ethnique Sinopens(---)) et mentionnant la gerusia pourrait – en dépit du fait qu’elle fut rédigée en latin – avoir concerné la polis plutôt que la colonie.

388 S. Mitchell (n. 371), p. 409-438.

389 Collart, Philippes, p. 312.

390 A. B. Kuhn (n. 164).

391 Voir supra p. 50.

392 Voir infra p. 132.

393 Voir les contributions réunies dans Brélaz, Héritage.

394 Peu d’inscriptions peuvent être datées du iiie s. : voir 120, 134.

395 Voir supra n. 357 : les cognomina des citoyens romains hellénophones apparaissant dans ces inscriptions sont aussi bien thraces et grecs que romains.

396 47, 64, 129.

397 AE 2011, 1292 ; Rizakis, Patras, no 364*.

398 CIIP II 2095 (cf. B. Puech, Orateurs et sophistes grecs dans les inscriptions d’époque impériale [2002], p. 41-43, no 2) ; I. Parion 12. On relève, cependant, un orateur d’Apollonia d’Illyrie honoré en grec à Corinthe par cette dernière colonie : Corinth VIII/3, no 269 (cf. B. Puech, op. cit., p. 162-163, no 57).

399 L’identité du dédicant n’est pas précisée, mais il est néanmoins probable qu’il s’agisse de la colonie. On relèvera également la base 35, qui est une dédicace – probablement érigée aussi par la colonie – à un empereur indéterminé du iiie s., voire du ive s. La dédicace au César Carin (27) est, en revanche, due au gouverneur de Macédoine et n’est donc pas représentative des usages linguistiques propres à la colonie.

400 CIPh II.1, p. 364.

401 54-55, 57-58.

402 La dédicace honorifique 58, qui présente la même invocation initiale que les inscriptions 54 et 57 (Ἀγαθῇ Τύχῃ), émane probablement aussi d’un particulier.

403 Comparer les trois reliefs votifs offerts au théâtre par le prêtre de Némésis portant une dédicace en grec (Pilhofer II 142-144).

404 Les fragments constituant cette inscription furent découverts en remploi à Kalambaki, mais ils y furent certainement transportés depuis le centre monumental de la colonie.

405 Sur les aménagements successifs qui touchèrent ce secteur de la ville antique, voir CIPh II.1, p. 34-35, 39.

406 Deux inscriptions protobyzantines inédites paraissent y avoir été érigées : il s’agit d’une base honorifique (Fichier IAHA, no 810) et d’un bloc portant la copie d’un document officiel émanant des autorités centrales de l’État romain (Fichier IAHA, no 860). Il se peut toutefois que cette dernière inscription provienne, à l’origine, de la terrasse haute du forum (voir infra p. 331-332), où furent découverts un autre fragment à rattacher au même document (Fichier IAHA, no 1822) ainsi qu’une pierre inscrite servant peut-être de table de mesure (Fichier IAHA, no 1637). Toutes ces inscriptions datent d’une époque où le grec était devenu la seule langue employée à Philippes. Quant aux inscriptions grecques Pilhofer II 220a et 233a, elles furent découvertes en remploi sur le forum, la première étant un fragment qu’il est possible d’attribuer au document d’époque protobyzantine que nous venons de mentionner, la seconde datant de l’époque hellénistique.

407 Sève, Weber, Guide, p. 17-22 ; CIPh II.1, p. 32-34.

408 28-29 (peut-être sur la terrasse haute du forum ?), 30-31. Voir également infra p. 90-93 à propos de ces inscriptions.

409 W. Van Andringa, « Cités et communautés d’expatriés installées dans l’empire romain : le cas des cives Romani consistentes », dans N. Belayche, S. C. Mimouni (éds), Les communautés religieuses dans le monde gréco-romain. Essais de définition (2003), p. 49-60 ; T. T. Terpstra, Trading Communities in the Roman World. A Micro-Economic and Institutional Perspective (2013) ; F. Kirbihler, Des Grecs et des Italiens à Éphèse. Histoire d’une intégration croisée (133 a.C.-48 p.C.) (2016), p. 217-265.

410 Voir cependant, à titre d’exemple, RECAM II 91 (Germa) ; AE 1998, 1210 ; SEG LXI 498 (Dion) ; S. Shpuza, « Colonia Iulia Augusta Dyrrachinorum », MEFRA 126.2 (2014), p. 498-501.

411 Fait exception un milliaire sur lequel figure en deux langues le nom de l’un des premiers proconsuls de Macédoine, Cn. Egnatius (Pilhofer II 34), qui se chargea de la construction de la voie portant son nom, conformément à une pratique répandue dans les provinces hellénophones à l’époque républicaine (voir, de même, I. Ephesos 3602 pour la province d’Asie). Pour le phénomène des inscriptions translittérées, voir infra p. 93.

412 J. N. Adams, Bilingualism and the Latin Language (2003), p. 642-686.

413 R. A. Kearsley, Greeks and Romans in Imperial Asia. Mixed Language Inscriptions and Linguistic Evidence for Cultural Interaction until the End of AD III (2001).

414 I. Perge 86-99.

415 Voir infra p. 88-90.

416 Voir infra p. 176-178.

417 Amandry, Monnayage, p. 497-499, nos 1, 3, 5-6.

418 Voir infra p. 91-93.

419 Voir, à l’inverse, la dédicace que Lystra, en tant que colonie, érigea en grec dans une autre colonie d’Orient, Antioche de Pisidie, en l’honneur de celle-ci : AE 2002, 1464.

420 Brélaz, Latin, p. 186-189.

421 IGUR 24-25, 27-28, 33, 37, 60-61, 68, 80.

422 CIPh II.1, p. 32-34, 66.

423 Levick, Colonies, p. 130-144.

424 Levick, Colonies, p. 145-162.

425 A. D. Rizakis (n. 366), p. 384.

426 EKM II 432 (AE 2014, 1178). On se reportera au commentaire de P. M. Nigdelis, « Ὁ cursus publicus στὴ Μακεδονία: ἕνα νέο ντοσιὲ δηµοσίων ἐγγράφων ἀπὸ τὴ ῥωµαϊκὴ ἀποικία τῆς Πέλλας », dans Ἡ Ἔδεσσα καὶ ἡ περιοχή της. Ἱστορία καὶ πολιτισµός. Πρακτικά Γ  ΄ Πανελλήνιου Συµποσίου, 11-12 Δεκεµβρίου 2010 (2014), p. 85-104.

427 M. Hatzopoulos, « Photice. Colonie romaine en Thesprotie et les destinées de la latinité épirote », Balkan Studies 21 (1980), p. 97-105.

428 M. W. Baldwin Bowsky, « Of Two Tongues: Acculturation at Roman Knossos », dans Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie, p. 95-150.

429 Corinth VIII/3, p. 18-19 ; A. D. Rizakis (n. 366), p. 383.

430 B. W. Millis, « The Social and Ethnic Origins of the Colonists in Early Roman Corinth », dans S. J. Friesen, D. N. Schowalter, J. C. Walters (éds), Corinth in Context. Comparatives Studies on Religion and Society (2010), p. 13-35 ; id., « The Local Magistrates and Elite of Roman Corinth », dans S. J. Friesen, S. A. James, D. N. Schowalter (éds), Corinth in Contrast. Studies in Inequality (2014), p. 38-53.

431 J. Goeken, « La Seconde Sophistique et l’héritage grec de Corinthe », dans Brélaz, Héritage, p. 33-48 ; B. Millis, « Graecia capta ferum victorem cepit: Cultural Expropriation and Assimilation in Roman Corinth », dans Brélaz, Héritage, p. 49-59.

432 Collart, Philippes, p. 510-523 ; cf. Y. Lolos, « Via Egnatia after Egnatius: Imperial Policy and Inter-regional Contacts », dans I. Malkin, C. Constantakopoulou, K. Panagopoulou (éds), Greek and Roman Networks in the Mediterranean (2009), p. 264-284.

433 Voir infra p. 231-244.

434 A. D. Rizakis (n. 55, 1996), p. 261-269. Voir infra p. 178.

435 Levick, Colonies, p. 161-162.

436 Pour une tentative d’évaluation de la population urbaine de la colonie de Corinthe sur la base de la production agricole estimée de son territoire, voir R. Willet, « Whirlwind of Numbers – Demographic Experiments for Roman Corinth », AncSoc 42 (2012), p. 127-158.

437 P. Oakes, Philippians: From People to Letter (2000), p. 40-50.

438 M. Boyd, S. Provost, « Application de la prospection géophysique à la topographie urbaine I. Philippes, les quartiers Sud-Ouest », BCH 125 (2001), p. 453-521 ; S. Provost, M. Boyd, « Application de la prospection géophysique à la topographie urbaine II. Philippes, les quartiers Ouest », BCH 126 (2002), p. 431-488.

439 Voir infra p. 262-270.

440 Levick, Colonies, p. 162, souligne également ce facteur, mais à propos de la langue qui était parlée à Philippes, le latin étant, en effet, diffusé dans les Mésies. À l’inverse, les colonies pisidiennes étaient plus proches du limes oriental de l’Euphrate et étaient entourées de régions où le latin n’était pas répandu parmi les populations locales.

441 Voir infra p. 275-278.

442 W. Eck, « The Presence, Role and Significance of Latin in the Epigraphy and Culture of the Roman Near East », dans H. M. Cotton et al. (n. 355), p. 32-33 (repris dans W. Eck [n. 355, 2014], p. 125-149).

443 Voir supra p. 84.

444 C. Brélaz, « La langue des incolae sur le territoire de Philippes et les contacts linguistiques dans les colonies romaines d’Orient », dans F. Colin, O. Huck, S. Vanséveren (éds), Interpretatio. Traduire l’altérité culturelle dans les civilisations de l’Antiquité (2015), p. 371-407. Voir notamment l’inscription 4, parmi plusieurs autres exemples.

445 La signification du maintien d’une anthroponymie thrace dans cette région diffère donc du conservatisme onomastique qui s’observe, par exemple, en Lycie, contrée profondément hellénisée à l’époque impériale : cf. S. Colvin, « Names in Hellenistic and Roman Lycia », dans S. Colvin (éd.), The Graeco-Roman East. Politics, Culture, Society (2004), p. 44-84.

446 B. Rochette, Le latin dans le monde grec. Recherches sur la diffusion de la langue et des lettres latines dans les provinces hellénophones de l’Empire romain (1997).

447 Pour des inscriptions érigées en latin par des incolae dans la Békaa héliopolitaine, voir IGLS VI 2908, 2928 B, 2946 ; à Dyrrachium, voir CIAlb 95 = LIA 120 ; CIAlb 106 = LIA 111 ; CIAlb 118 = LIA 107 ; CIAlb 132 = LIA 91 ; CIAlb 133 = LIA 56. Cf. J. Wilkes, « Greek and Latin in the City and Territory of Dyrrhachium », dans P. Cabanes, J.-L. Lamboley (éds), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité IV (2004), p. 383-389 ; S. Destephen, « La coexistence du grec et du latin en Illyricum (ier-vie siècle) », dans C. Ruiz Darasse, E. R. Luján (éd.), Contacts linguistiques dans l’Occident méditerranéen antique (2011), p. 129-144.

448 Zannis, Pays.

449 28-29, 31.

450 D. Feissel, « Les inscriptions latines dans l’Orient protobyzantin », dans R. Harreither et al. (éds), Akten des XIV. Internationalen Kongresses für christliche Archäologie. Wien 19.-26.9.1999. Frühes Christentum zwischen Rom und Konstantinopel I (2006), p. 99-129 ; II, pl. 96-100.

451 Comparer les dédicaces du gouverneur de la nouvelle province de Pisidie à Antioche au début du ive s. : M. Christol, T. Drew-Bear, « Antioche de Pisidie capitale provinciale et l’œuvre de M. Valerius Diogenes », AntTard 7 (1999), p. 39-71 ; M. Christol, « Valerius Diogenes à Antioche de Pisidie : les mots du pouvoir. Compléments au dossier épigraphique », ZPE 189 (2014), p. 276-286.

452 Voir de même les dédicaces latines érigées par le Foenicum genus (sans doute le koinon de Phénicie) en l’honneur de l’empereur Julien et exposées à Byblos ( ?) et Césarée-Panéas (AE 2000, 1500 et 1503).

453 AE 2010, 1699.

454 ILS 1234 avec Bull. ép. 2001, 483. Cf. IGLS VI 2772 : dédicace de la colonie d’Héliopolis au César Maximien.

455 Corinth VIII/3, no 506.

456 I. Alexandreia Troas 28.

457 La dédicace latine de la colonie de Tyr en l’honneur du préfet et jurisconsulte Ulpien (AE 1988, 1051) semble avoir été regravée à une date très postérieure, entre le ive et le vie s. : cf. D. Feissel (n. 450), p. 108.

458 Cinq milliaires, dont trois inédits, furent dédiés successivement à Constantin et ses fils, à Jovien, à Valens et Valentinien : cf. Kaphtantzis, Ἱστορία, I, p. 346, no 573 ; Pilhofer II 139 ; Fichier IAHA, nos 629, 1250, 1854. Cf. IGLS VI 2900 : milliaire dédié aux Césars Constance et Maximien par la colonie d’Héliopolis.

459 Sur les deux milliaires portant le nom de ces empereurs au génitif ne figure cependant aucun dédicant (AE 1974, 590 = ILGR 245b [avec une lecture inédite de F. Mottas (n. 173)] ; Fichier IAHA, no 629). On note des traces de grec sur un milliaire inédit de Lydia du règne de Valérien et de Gallien (Fichier IAHA, no 1679 : indication de la distance selon la notation alphanumérique) et sur un milliaire de Draviskos (Kaphtantzis, Ἱστορία, I, p. 346, no 573). F. Mottas, op. cit., est parvenu à distinguer sur cette dernière borne une dédicace latine due à la colonie ainsi que deux dédicaces grecques mal conservées. Au vu de la position de Draviskos, aux confins du territoire de Philippes et de la cité d’Amphipolis, on pourrait concevoir que les dédicaces grecques aient été le fait de cette dernière cité et que le même milliaire, érigé initialement par la cité d’Amphipolis, ait été remployé ultérieurement par la colonie ; ces péripéties pourraient expliquer le passage du grec au latin dans les dédicaces en question. Pour le milliaire bilingue érigé par Cn. Egnatius, voir supra n. 411.

460 Brélaz, Latin, p. 183-186.

461 I. Sinope 99 ; I. Parion 12 ; I. Central Pisidia 22 (Cremna) ; Laminger-Pascher, Lykaonien, no 164 (Lystra) ; CIIP II 2095 (Césarée Maritime). Cf. P. Veyne, « Les honneurs posthumes de Flavia Domitilla et les dédicaces grecques et latines », Latomus 21 (1962), p. 49-98 ; J. N. Adams (n. 412), p. 658-661.

462 35, 86, 111.

463 Voir supra p. 85.

464 Amandry, Monnayage, p. 498-500, nos 4 et 8.

465 La même graphie, PRINC IVB, se rencontre par ailleurs dans une inscription de Sardaigne du règne de Carus (CIL X 8013). Pour d’autres témoignages épigraphiques sur la langue vulgaire à Philippes, voir CIPh II.1, p. 74.

466 Amandry, Monnayage, p. 498, no 5 ; voir aussi p. 496-497 : monnaie frappée par la colonie avec la légende IMP ECN GALLIEN AVG, où ECN doit être compris comme le gentilice maternel de l’empereur EGN(atius).

467 Pilhofer II 48, 180, 614. On peut ajouter à cette courte liste une nouvelle épitaphe inédite mentionnant en caractères grecs des uicani ; relevée à Kalambaki et provenant initialement de Doxato, elle sera publiée prochainement par C. Sarrazanas. Cf. C. Brélaz (n. 444), p. 387-388, 396-398.

468 86, 105 ; Pilhofer II 111 (uir clarissimus ex comite).

469 Voir les épitaphes grecques et chrétiennes d’un τριβοῦνος νοταρίων (Pilhofer II 104), de la fille d’un aristocrate membre de la noblesse d’Empire (Pilhofer II 125a) et de l’épouse d’un centurion (Pilhofer II 268) ; cf. CIPh II.1, p. 364-365.

470 C. Brélaz, « The Authority of Paul’s Memory and Early Christian Identity at Philippi », dans C. Breytenbach, J. M. Ogereau (éds), Authority and Identity in Emerging Christianities in Asia Minor and Greece (2018), p. 240-266.

471 Pilhofer II 111-112.

472 Collart, Philippes, p. 313-317, 521-523.

473 Himer., Or. XL 1-2 (éd. A. Colonna, 1951, avec la traduction de H. Völker, Himerios. Reden und Fragmente [2003]). Au § 3 du même discours, l’orateur se compare implicitement à un rossignol (ἀηδών) dont les accents attiques (µετὰ τῶν Ἀττικῶν ᾀσµάτων) permettent à un auditoire empreint d’atticisme (τοὺς τὴν φωνὴν ἀττικίζοντας) de se remémorer Athènes : on peut y voir une allusion à la qualité de la langue que sont censés parler les Philippiens à cette époque. Cf. Collart, Philippes, p. 133-137 ; C. Brélaz (n. 112), p. 129-130.

474 Dio Chrys., Or. XLI ; Favorinos, Discours aux Corinthiens.

475 Lemerle, Philippes, p. 69-112 ; J.-P. Sodini, « L’architecture religieuse de Philippes, entre Rome, Thessalonique et Constantinople », CRAI 2014, p. 1509-1542.

476 Voir supra p. 19-22.

477 RPC I 1646-1649. Cf. A. Filges (n. 14), p. 243-250.

478 A. D. Rizakis (n. 55, 1996), p. 274-287 ; id. (n. 55, 2009).

479 G. Labarre, « Les interactions culturelles dans la colonie romaine d’Antioche de Pisidie (cultes et vie religieuse) », dans Brélaz, Héritage, p. 253-268.

480 .M. Christol, « Les ressources municipales d’après la documentation épigraphique de la colonie d’Orange : l’inscription de Vespasien et l’affichage des plans de marbre », dans Il capitolo delle entrate nelle finanze municipali in Occidente ed in Oriente (1999), p. 115-136 ; id., « Interventions agraires et territoire colonial : remarques sur le cadastre B d’Orange », dans Gonzales, Guillaumin, Libri coloniarum, p. 83-92 (repris dans M. Christol, Une histoire provinciale. La Gaule narbonnaise de la fin du iie siècle av. J.-C. au iii  e siècle ap. J.‑C. [2010], p. 67-85).

481 Les inscriptions relatives à l’administration du territoire de la colonie ont volontairement été exclues du volume CIPh II.1. Cette documentation devra être exploitée conjointement avec les résultats issus des recherches géoarchéologiques menées dans la plaine de Drama par L. Lespez (université Paris-Est Créteil Val-de-Marne), S. Provost (université de Lorraine / EFA), G. Tirologos (université de Franche-Comté) et A. Zannis (université de Thessalonique) : cf. L. Lespez, « Les recherches géoarchéologiques et les dynamiques environnementales », dans Fournier, Philippes, p. 45-56 ; G. Tirologos, « Colonisation romaine et organisation de l’espace rural : le cas du territoire de Philippes », dans Fournier, Philippes, p. 151-174. Le matériel épigraphique ainsi que les problématiques qui en découlent ont cependant été exposés dans une étude préparatoire à ce travail d’ensemble, dont les principaux développements seront repris ici : Brélaz, Tirologos, Territoire.

482 L’université de Franche-Comté a joué un rôle déterminant pour la redécouverte de cette littérature en offrant des rééditions commentées des traités gromatiques, parues à l’Office des publications officielles des Communautés européennes ainsi que dans la Collection des Universités de France et dues notamment à M. Clavel-Lévêque et J.-Y. Guillaumin. Cf. Gonzales, Guillaumin, Libri coloniarum ; A. D. Rizakis (n. 61), p. 69-94.

483 G. Tirologos, « Archéologie des paysages et centuriation : la borne gromatique de Philippes (Grèce) », DHA 28.1 (2002), p. 151-154 (= Pilhofer II 397a).

484 A. Santoriello, M. Vitti, « Il paesaggio agrario del territorio della Colonia Victrix Philippensium », dans Ancient Macedonia VI.2 (1999), p. 987-1001.

485 G. Tirologos, « Les recherches sur les cadastres romains du territoire colonial de Philippes (Macédoine orientale – Grèce) : bilan et perspectives », dans Gonzales, Guillaumin, Libri coloniarum, p. 131-149.

486 D. G. Romano, « City Planning, Centuriation and Land Division in Roman Corinth: Colonia Laus Iulia Corinthiensis and Colonia Iulia Flavia Augusta Corinthiensis », dans C. K. Williams II, N. Bookidis (éds), Corinth, the Centenary 1896-1996 (2003), p. 279-301.

487 Voir infra p. 249-256.

488 L. Lespez, « L’évolution des paysages du Néolithique à la période ottomane dans la plaine de Philippes-Drama », dans C. Koukouli-Chrysanthaki et al. (éds), Dikili Tash, village préhistorique de Macédoine orientale (2008), p. 21-394 ; id. (n. 481), p. 45-56.

489 M. Clavel-Lévêque, Autour de la Domitienne : genèse et identité du Biterrois gallo-romain (2014).

490 A. D. Rizakis (n. 380).

491 CIPh II.1, p. 51-55.

492 Pilhofer II 604 (AE 2007, 1284). Une autre interprétation consisterait à comprendre qu’il était plutôt question ici de la rétrocession à la colonie de terres publiques illicitement accaparées par des particuliers : cf. Brélaz, Tirologos, Territoire, p. 154-155. Cf. CIAlb 113 = LIA 137 (Dyrrachium) : Priuat(a) / Publ(ica).

493 G. Tirologos (n. 485), p. 131-134.

494 Voir supra p. 23-27.

495 Voir infra p. 275-278.

496 A. D. Rizakis (n. 184), p. 599-617 ; A. Chastagnol (n. 184) ; P. Le Roux, « Peregrini incolae », ZPE 154 (2005), p. 261-266 (repris dans P. Le Roux [n. 283, 2011], p. 583-589) ; N. Tran, « Coloni et incolae de Gaule méridionale : une mise en perspective du cas valentinois », MEFRA 127.2 (2015), p. 487-501.

497 Voir infra p. 106-110.

498 P. Perdrizet, « Voyage dans la Macédoine première (suite) », BCH 21 (1897), p. 536-543 ; Collart, Philippes, p. 274-285 ; F. Papazoglou (n. 183), p. 91-106.

499 Rizakis, Territoire.

500 Cf. L. Capogrossi Colognesi, « Le forme gromatiche del territorio e i vari regimi giuridici dell’ager Romanus e dell’ager colonicus. Il complesso mosaico della romanizzazione italica », dans Capogrossi Colognesi, Gabba, Statuti, p. 579-604 (repris dans L. Capogrossi Colognesi, Scritti scelti I [2010], p. 605-632).

501 L. D. Loukopoulou, « Provinciae Macedoniae finis orientalis: The Establishment of the Eastern Frontier », dans M. B. Hatzopoulos, L. D. Loukopoulou, Two Studies in Ancient Macedonian Topography (1987), p. 89-100.

502 Brélaz, Tirologos, Territoire, p. 144-146. Voir aussi supra n. 459 à propos d’un milliaire de Draviskos. Le dossier des milliaires qui se dressaient sur le tronçon de la uia Egnatia faisant partie du territoire philippien, lequel comprend douze bornes dont la moitié d’inédits, est en cours de publication : F. Mottas (n. 173), en collaboration avec G. Tirologos et A. G. Zannis. Ces milliaires seront en parallèle inclus dans le volume CIL XVII 4, en cours de préparation par l’Académie de Berlin.

503 J. Fournier (n. 69).

504 C. Koukouli-Chrysanthaki, « Τα “µέταλλα” της Θασιακής περαίας », dans Μνήµη Δ. Λαζαρίδη (1990), p. 493-532 (AE 1992, 1533). Cf. C. Cortés Bárcena, « Riflessioni del cippo di confine di Bevke (AEp 2002, 532) alla luce di termini tra comunità appartenenti a province diverse », Epigraphica 77 (2015), p. 117-132.

505 Dunant, Pouilloux, Thasos, p. 82-87, no 186 (Pilhofer II 711), avec les corrections de lecture apportées par J. Fournier (n. 69), p. 54-62.

506 Voir le milliaire Pilhofer II 414 provenant d’Agios Athanasios qui commémore les travaux effectués par Trajan sur la voie, a Dyrrachi(o) usque Acontisma per prouinciam Macedoniam, les deux lieux mentionnés indiquant l’étendue maximale de la province. Cf. Collart, Philippes, p. 496-500.

507 Papazoglou, Villes, p. 398-403.

508 Strabon, VII, frag. 17a (éd. S. Radt, 2003) : τῆς δ’ἐν τῷ Στρυµονικῷ κόλπῳ παραλίας τῆς ἀπὸ ⟨Γα⟩ληψοῦ µέχρι Νέστου ὑπέρκεινται οἱ ⟨Φίλιπποι⟩ καὶ τὰ περὶ Φιλίππους. Cf. Collart, Philippes, p. 282-283 ; Rizakis, Territoire, p. 123-124.

509 CIL III 142063 (avec nos restitutions aux l. 2-4) : Fusc[us] / M(arci) Bu[r]/reni [Fir ?]/mi ser(uus) / ann(norum) XVI / <h(ic)> s(itus) e(st). Pour les Burreni philippiens, voir les inscriptions 48-49, 200.

510 Pilhofer, Philippi I, p. 55, n. 9. Contra Collart, Philippes, p. 278 ; 285, n. 1.

511 À l’inverse, le recours à l’ère provinciale macédonienne sur des épitaphes de pérégrins thrace et grec découvertes à Galepsos ne saurait, pour cette seule raison, exclure cette région du territoire philippien : C. Koukouli-Chrysanthaki, AD 27 (1972), Β΄ 2, Chron., p. 529, nos 1-2 avec pl. 424 α-β. Voir infra p. 105-106.

512 Pilhofer II 510 ; cf. CIPh II.1, p. 369-371.

513 Voir, dans ce sens, Collart, Philippes, p. 279-282.

514 M.-G. G. Parissaki (n. 85), p. 352-353, n. 97 ; cf. ead., « L’abolition du système des stratégies en Thrace et le programme d’urbanisation de l’empereur Trajan : réflexions sur le processus d’une réforme administrative », dans Parissaki, Thrakika Zetemata, p. 65-84.

515 Pour une telle interprétation, voir Rizakis, Territoire, p. 123 avec n. 5 ; p. 124, n. 17 ; p. 128-129.

516 F. Papazoglou (n. 183), p. 96-97.

517 Papazoglou, Villes, p. 408-409.

518 De la mention de Rhoemétalkès III dans une inscription de Chalkéro, sur les hauteurs de Néa Karvali (AE 1937, 168), on peut déduire, par ailleurs, que la région située immédiatement au-dessus de la bande côtière où passait la uia Egnatia n’appartenait pas nécessairement à la province de Macédoine et, a fortiori, au territoire de la colonie, mais que celle-ci dépendait en partie de la Thrace jusqu’à la première moitié du ier s. apr. J.-C. Il est possible que cette situation ait perduré après la réduction de la Thrace en province sous le règne de Claude. Cf. Zannis, Pays, p. 518-519.

519 Voir supra p. 73-75.

520 Voir supra n. 365.

521 Voir infra p. 111-112.

522 CIPh II.1, App. 2, p. 375-378.

523 Pilhofer II 716, 741 ; 61.

524 J. et L. Robert, Bull. ép. 1948, 102 (p. 164), à propos de l’inscription publiée par V. Kallipolitis, D. Lazaridis, Ἀρχαίαι ἐπιγραφαὶ Θεσσαλονίκης (1946), p. 8-10, no 3 = Dunant, Pouilloux, Thasos, p. 225, no 393 ; Pilhofer II 723 avec le commentaire de P. M. Petsas, « Λατινικαὶ ἐπιγραφαὶ ἐκ Θεσσαλονίκης », AEph 1950-1951, p. 66.

525 M. N. Tod, « The Macedonian Era Reconsidered », dans G. E. Mylonas, D. Raymond (éds), Studies Presented to David Moore Robinson on His Seventieth Birthday II (1953), p. 382-397. Comparer l’ἔτος σεβαστόν thessalien, inauguré en 10/1 apr. J.-C. : R. Bouchon, « L’ère auguste : ébauche d’une histoire politique de la Thessalie sous Auguste », BCH 132 (2008), p. 427-471. Pour l’Asie Mineure, voir W. Leschhorn, Antike Ären. Zeitrechnung, Politik und Geschichte im Schwarzmeerraum und in Kleinasien nördlich des Tauros (1993).

526 Pilhofer II 540, 541, 548, 551, 553, 556, 557a, 560, 573. Pour une double datation au moyen des deux ères, voir Pilhofer II 539, 544, 552, 555.

527 Voir supra p. 36-37. Pour une très hypothétique ère coloniale, voir supra n. 43.

528 Pilhofer II 592-593, 595-596.

529 Pilhofer II 599, 607.

530 Pilhofer II 596a, 596c-596e.

531 Voir supra n. 511.

532 Fichier IAHA, no 1250 ; Pilhofer II 601, 604 (AE 2007, 1284), 605.

533 Pilhofer II 417, 585, 641b ; Fichier IAHA, no 1647 (inédit).

534 J. Demaille, « Le territoire de la colonie romaine de Dion : extension et cadastration », dans H. Bru, G. Labarre, G. Tirologos (n. 79), p. 93-117.

535 Pilhofer II 360, avec le commentaire de D. Feissel, Recueil des inscriptions chrétiennes de Macédoine du iii  e au vie siècle, BCH Suppl. 8 (1983), p. 197-198, no 233. Voir aussi le recours au mois macédonien Artémisios dans une épitaphe provenant de la nécropole orientale de Philippes : Pilhofer II 96. Quant à la stèle 1, qui fut trouvée dans les environs de Philippes et qui est datée par l’ère provinciale, elle commémore un soldat thrace mort aux côtés du roi Rhaskouporis Ier et est antérieure de quelques mois à la fondation de la colonie.

536 CIAlb 153 = LIA 165. Cf. É. Deniaux (n. 258), p. 67-70 ; S. Shpuza (n. 410), p. 505-507.

537 IGLS VI 2936 (IGLMusBey 352), 2946. Cf. J.-P. Rey-Coquais, « Des montagnes au désert : Baetocécé, le pagus Augustus de Niha, la Ghouta à l’Est de Damas », dans E. Frézouls (éd.), Sociétés urbaines, sociétés rurales dans l’Asie Mineure et la Syrie hellénistiques et romaines (1987), p. 198-207 ; S. Aounallah, Pagus, castellum et civitas. Étude d’épigraphie et d’histoire sur le village et la cité en Afrique romaine (2010).

538 Voir infra p. 123-124.

539 MAMA XI 294.

540 G. Labarre, M. Özsait, « Nouveaux duoviri d’Antioche de Pisidie et dédicaces au dieu Men », Anatolia Antiqua 16 (2008), p. 156-158 ; H. Bru, « Le territoire d’Antioche de Pisidie », dans H. Bru, G. Labarre, G. Tirologos (n. 79), p. 71-92.

541 IGLS VI 2717, 2731. Cf. J. Aliquot, La vie religieuse au Liban sous l’Empire romain (2009), p. 182 ; id., « Le domaine d’Untel. Toponymie et propriété foncière dans le Proche-Orient romain et protobyzantin », dans F. Lerouxel, A.-V. Pont (éds), Propriétaires et citoyens dans l’Orient romain (2016), p. 111-138.

542 92 ; Pilhofer II 29, 45, 48, 417, 437, 456, 509a, 512, 519, 524-525, 588, 615b, 636, 641c (AE 2007, 1279), 644 ; SEG LVII 579 (lecture de l’ethnique de la l. 3 à corriger en [ -ca 3- ]ουδεβηνός : cf. D. Dana, « Notices épigraphiques et onomastiques I », ZPE 188 [2014], p. 183-184) ; AE 2012, 1382 ; Brélaz, Apports, p. 1483-1486, no 1 (AE 2014, 1187) ; Fichier IAHA, nos 875, 1002, 1240, 1525, 1647, 1870, 1884 (inédits). Cf. Brélaz, Tirologos, Territoire, p. 159-163.

543 C. Koukouli-Chryssanthaki, D. Malamidou, L. Lespez, « Carte archéologique de la plaine de Philippes-Drama et de ses bordures II », dans C. Koukouli-Chrysanthaki et al. (n. 488), p. 404-416.

544 M. Tarpin, Vici et pagi dans l’Occident romain (2002), p. 307-380.

545 V. Velkov, « Le village dans la province romaine de Thrace. La documentation épigraphique », dans A. Calbi, A. Donati, G. Poma (éds), L’epigrafia del villaggio (1993), p. 173-187. Cf. T. Hauken, Petition and Response. An Epigraphic Study of Petitions to Roman Emperors 181-249 (1998), p. 74-139, no 5, l. 7, 165 (uicus / κώµη de Skaptopara) ; CIL VI 2933 ; AE 2010, 1455. Voir Zannis, Pays, p. 486-487, à propos du territoire de Philippopolis.

546 Un uicus thrace se trouvait à l’endroit où fut érigée la borne de délimitation entre la province de Thrace et les possessions continentales de Thasos, près de l’embouchure du Nestos : AE 1992, 1533.

547 Le terme uicus désigne également des villages en Asie Mineure : C. Schuler, Ländliche Siedlungen und Gemeinden im hellenistischen und römischen Kleinasien (1998), p. 292-297, nos A17, A36, A83. Voir aussi les communautés rurales se trouvant sur les territoires des colonies d’Iconium, Antioche de Pisidie et Berytus-Héliopolis dont il a été question supra, p. 106-107.

548 Il n’est pas certain que l’épithète Κωµαῖος sous laquelle était vénéré Apollon à Philippes au ive s. av. J.-C. (Pilhofer II 246 ; SEG LIX 691), tout comme à Thasos, dérive de ἡ κώµη, « le village » plutôt que de ὁ κῶµος, « la troupe, la procession » : cf. L. Robert, « Sur un passage d’Hermeias Περὶ τοῦ Γρυνείου Ἀπόλλωνος », REG 47 (1934), p. 26-30 (= id., Opera minora selecta II [1969], p. 972-976) ; F. Salviat, « Une nouvelle loi thasienne : institutions judiciaires et fêtes religieuses à la fin du ive siècle av. J.-C. », BCH 82 (1958), p. 261-263. En faveur de κώµη, voir C. Koukouli-Chrysanthaki, « Ἀπόλλων Κωµαῖος στοὺς Φιλίππους », dans S. Drougou et al. (éds), Κερµάτια φιλίας. Τιµητικὸς τόµος γιὰ τὸν Ἰωάννη Τουρατσόγλου II (2009), p. 481-503.

549 Pilhofer II 543. Il est, de même, question d’une κώµη Ὀλδηνών à Néos Skopos, dans les environs de Serrès, à l’époque impériale : Pilhofer II 568.

550 Pilhofer II 160a, l. B 3-6.

551 C. Veligianni, « Ἀφιέρωση στὸν Ποσειδώνα ἀπὸ Θράκα στὴν Ἀνατολικὴ Μακεδονία », Tekmeria 3 (1997), p. 156-162.

552 Pilhofer II 417 ; AE 2012, 1382. Cf. Brélaz, Tirologos, Territoire, p. 126-128.

553 Cf. S. Campanelli, « Καταλείπω τῇ κώµῃ. Fondazioni private ed evergetismo nelle communità rurali dell’Asia Minore attraverso la documentazione epigrafica », MediterrAnt 14 (2011), p. 225-249.

554 Brélaz, Apports, p. 1483-1486, no 1 (AE 2014, 1187 ; A. Zannis nous confirme, du reste, que cette inscription fut découverte en 1967 lors des travaux de creusement d’un canal de drainage au lieu-dit « Voski », situé à Kalambaki). S’il est exact, à la suite d’A. G. Zannis (n. 200), de reconnaître le nom d’une communauté rurale – les (uicani) Hermei – sur la borne de délimitation Pilhofer II 475, comme dans l’inscription Pilhofer II 512, il faudrait comprendre que les terres appartenant aux uici étaient formellement distinguées des terres publiques de la colonie, les propriétés des Hermei étant distinguées de ces dernières dans la borne en question. Cf. Zannis, Pays, p. 159-161.

555 Pilhofer II 437, où on reconnaît la formule placuit uicanis à deux reprises (l. 3, 15).

556 P. M. Nigdelis, « Harpaliani: µία νέα κώµη (vicus) της ρωµαϊκής αποικίας των Φιλίππων », dans P. Adam-Veleni, K. Tzanavari (éds), Δινήεσσα. Τιµητικός τόµος για την Κατερίνα Ρωµιοπούλου (2012), p. 103-110 (AE 2012, 1382 avec adn.).

557 Brélaz, Tirologos, Territoire, p. 133-141.

558 A. D. Rizakis, « Société, institutions, cultes », dans Fournier, Philippes, p. 180-183.

559 Collart, Philippes, p. 102-132 ; Pilhofer II 5-18.

560 Pilhofer II 3, 19 (= CIPh II.1, p. 365-366), 24, 28-28a ; 53, 72, 118, 149, 151.

561 Papazoglou, Villes, p. 403.

562 CIPh II.1, p. 41-42.

563 App., B Civ. IV 106 ; cf. Collart, Philippes, p. 205.

564 CIPh II.1, p. 42-44 ; Zannis, Pays, p. 155-159.

565 R. Biundo, « Terre di pertinenza di colonie e municipi fuori del loro territorio: gestione e risorse », CCG 14 (2003), p. 131-142 ; ead., « Agri ex alienis territoriis sumpti. Terre in provincia di colonie e municipi in Italia », MEFRA 116 (2004), p. 371-436.

566 Rizakis, Territoire ; A. D. Rizakis, « Une praefectura dans le territoire colonial de Philippes : les nouvelles données », dans Demougin, Scheid, Colons, p. 87-105.

567 Voir supra p. 49.

568 CIPh II.1, App. 3, p. 379-389 ; C. Brélaz (n. 365).

569 A. D. Rizakis (n. 566), p. 98, n. 38.

570 G. Tirologos (n. 485), p. 134 ; Brélaz, Tirologos, Territoire, p. 131-132. Pour le recours à des portions de l’ager publicus pour des assignations viritanes, voir infra p. 275-278.

571 Pilhofer II 160a, l. B 8-10 : [--- πε]ρὶ Σειραϊκὴν γῆν καὶ Δαίνηρον νέµεσθ[αι Φι]λίππους, καθάπερ ἔδωκε Φίλιππος.

572 Zannis, Pays, p. 161-163.

573 Rizakis, Territoire, p. 128 ; Zannis, Pays, p. 516-517.

574 M. B. Hatzopoulos, Macedonian Institutions under the Kings. A Historical and Epigraphic Study I (1996), p. 63-73.

575 Le nom des Τριπολῖται, en revanche, qui désigne une communauté rurale des environs de Drama (Pilhofer II 417), peut suggérer qu’ait existé antérieurement à cet endroit une cité indépendante – ou une organisation de type fédéral – qui aurait été par la suite rattachée à la colonie pour en former l’un des uici. Cf. Zannis, Pays, p. 507-508.

576 Voir supra p. 84-85.

577 Lex Urson. LXXVII-LXXIX, CIII-CIV.

578 Voir infra p. 212-214.

579 Cf. P. Le Roux, « Vectigalia et revenus des cités en Hispanie au Haut-Empire », dans Il capitolo delle entrate nelle finanze municipali in Occidente ed in Oriente (1999), p. 155-173 ; D. Nonnis, C. Ricci, « Vectigalia municipali ed epigrafia: un caso dall’Hirpinia », ibid., p. 54-59.

580 Pour la délimitation des publica en Afrique, voir L. Naddari, « À propos des litterae singulares M. I. R. S. O. V. des bornes territoriales des environs de Sufetula (CIL, VIII 23222-23225) », dans M. L. Caldelli, G. L. Gregori (éds), Epigrafia e ordine senatorio, 30 anni dopo II (2014), p. 735-744 ; A. Beschaouch, « MVNICIPIVM IVLIUM AVRELIVM MVSTITANVM. De Tibère à Marc Aurèle, l’histoire municipale de MVSTIS, cité romaine de Tunisie », CRAI 2014, p. 1590. Cf. H. Lieb, « Publicum Coloniae Rauricae. CIL, 13, 5283 und AE, 1991, 1264 », dans S. Demougin et al. (éds), H.-G. Pflaum, un historien du xxe siècle (2006), p. 393-398.

581 Pilhofer II 36, 601, 604 (AE 2007, 1284), 605, 608-608a (AE 2007, 1282), 608c (AE 2007, 1283), 615a (AE 2007, 1280), 615f ; G. A. Pikoulas, Η χώρα των Πιερών. Συµβολὴ στὴν τοπογραφία της (2001), p. 209 ; Zannis, Pays, p. 206. Cf. Brélaz, Tirologos, Territoire, p. 150-155.

582 G. P. Burton, « The Resolution of Territorial Disputes in the Provinces of the Roman Empire », Chiron 30 (2000), p. 195-215.

583 Voir supra p. 49.

584 Pilhofer II 475. La borne ne fut pas trouvée dans les ruines de Philippes ni à Drama, comme le laisse entendre P. Pilhofer. La provenance de la pierre a pu être établie par A. G. Zannis (n. 200).

585 A. G. Zannis (n. 200). Il faudrait donc lire : Ex auctor(itate) / Imp(eratoris) Caes(aris) / Hadriani Aug(usti) / fin(es) derect(i) [int(er)] / r(em) pop(licam) Phil(ippensium) [et] / Her(meos) IS vac. PAN, au lieu de fines derect(i) / [int]er pop(ulum) Phil(ippensem) [et] / her(edes) SPAN. Cf. Zannis, Pays, p. 159-161.

586 G. A. Pikoulas, « Τερµονισµοί Μακεδονίας. Συµβολή πρώτη », dans Ancient Macedonia VI.2 (1999), p. 893-902 ; B. Le Teuff, Census : les recensements dans les provinces de l’empire romain d’Auguste à Dioclétien, thèse de doctorat, université Michel de Montaigne – Bordeaux III (2012), [en ligne], URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01077859/document , consulté le 12.12.2017.

587 158, 168. Voir infra p. 152-153.

588 Voir infra p. 197.

589 Voir infra p. 173-176.

590 AE 2012, 1377-1378 (cf. CIPh II.1, App. 3, nos 10-11).

© École française d’Athènes, 2018

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search