Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philippes, colonie romaine d’Orient

 | 
Cédric Brélaz

Introduction

Texte intégral

  • 1 Lemerle, Philippes.
  • 2 Sur le sens à donner aux termes de notable et d’élite dans cette étude, voir infra p. 247-248.
  • 3 Le renvoi aux inscriptions contenues dans le CIPh II.1 se fera dans la présente étude sous la forme (...)

1Philippes, colonie romaine d’Orient. Le titre de cette étude se veut un hommage à l’œuvre fondamentale de P. Collart, Philippes, ville de Macédoine, depuis ses origines jusqu’à la fin de l’époque romaine, parue en 1937 dans la collection qui s’intitulait alors Travaux et Mémoires des anciens Membres étrangers de l’École et de divers savants et présentée comme thèse de doctorat devant la Faculté des lettres de l’université de Genève. Le livre de P. Collart, cependant, embrassait tous les aspects de l’histoire et de l’archéologie de Philippes et sa région et se voulait une somme des connaissances sur le site à la suite des premières décennies de son exploration par l’École française d’Athènes. Pour cette raison, l’ouvrage de P. Collart – indépendamment des inévitables compléments, et dans certains cas des nuances, qu’il convient d’y apporter du fait du renouvellement en profondeur de la documentation archéologique et épigraphique qui est intervenu dans l’intervalle – demeure aujourd’hui encore la référence pour qui s’intéresse non seulement au site de Philippes en lui-même, mais également à l’ensemble de la Macédoine orientale depuis l’époque archaïque jusqu’au ive s. apr. J.-C., les périodes chrétienne et byzantine ayant été traitées en parallèle quelques années plus tard par P. Lemerle dans une étude non moins importante1. Nous avons, pour ce qui nous concerne, assigné un objectif beaucoup plus modeste à notre travail. On trouvera ici une étude monographique portant sur le fonctionnement des institutions politiques de la colonie romaine qui fut fondée, au lendemain de la bataille de 42 av. J.-C., à l’emplacement de la cité grecque de Philippes et sur la composition sociale du groupe formé par les notables qui, depuis ce moment, constituèrent l’élite civique de la nouvelle entité2. L’enquête a pu être menée jusqu’à la fin du iiie s. ou au début du ive s. apr. J.-C., quand disparaît progressivement la documentation épigraphique nous renseignant sur les activités de l’administration municipale et alors que commencent à se substituer à cette dernière l’autorité de l’évêque et les institutions ecclésiastiques. Ces recherches s’appuient sur la publication ou réédition de toutes les inscriptions philippiennes ayant trait à la vie publique et aux institutions de la colonie de Philippes et de l’État romain, qui ont fait l’objet d’une étude séparée sous la forme d’un tome du Corpus des inscriptions grecques et latines de Philippes (CIPh II.1), paru en 2014 dans la collection des Études Épigraphiques3.

  • 4 La première partie de son chapitre II (« Les institutions municipales et la population de Philippes (...)
  • 5 Pilhofer II. Voir CIPh II.1, p. 27-28, pour l’utilité et les limites de ce recueil.
  • 6 Guerber, Cités, p. 375-416 ; C. Brélaz, « Claiming Roman Origins: Greek Cities and the Roman Coloni (...)

2Une telle entreprise se justifie par le fait que P. Collart, dans son livre, n’avait pas consacré d’analyse spécifique à l’organisation pratique des institutions de la colonie, aux carrières des magistrats municipaux et à la structure sociale de l’élite locale4, non plus que P. Pilhofer dans son récent recueil des inscriptions philippiennes déjà publiées5. Surtout, la masse d’inscriptions nouvelles permettant d’examiner la vie civique de la colonie s’est considérablement accrue depuis la publication de la monographie de P. Collart et de très nombreux documents étaient restés inédits jusqu’à la parution récente du CIPh II.1. Le regard que l’on peut porter sur la question s’en retrouve entièrement transformé. Par ailleurs, la présente étude n’a pas été conçue uniquement comme un essai centré sur le seul cas philippien. Nous nous sommes efforcé de dresser des comparaisons avec les usages institutionnels et les réalités sociales en vigueur dans les autres colonies romaines d’Orient, mais aussi dans les communautés locales des provinces occidentales de l’Empire ainsi que dans les cités pérégrines hellénophones. Une telle approche nous a paru s’imposer pour des questions d’ordre historiographique et méthodologique. Philippes est, en effet, avec Corinthe et Antioche de Pisidie, la colonie romaine d’Orient pour laquelle on dispose du matériel épigraphique le plus abondant. Il vaut donc la peine d’examiner ce matériel en détail, sous l’angle de l’histoire institutionnelle et sociale pour le sujet qui nous occupe ici. Notre étude, lorsqu’il s’agira d’établir des comparaisons avec Philippes, se concentrera sur les colonies fondées en Orient à la fin de la période républicaine et au début du Principat, essentiellement aux époques césarienne, triumvirale et augustéenne. Nous n’envisagerons pas, en principe, les colonies dites honoraires, qui étaient d’une nature différente puisque ce n’étaient pas des communautés romaines créées de toutes pièces, à l’instar des colonies de déduction. Même si des vétérans purent néanmoins être installés dans certaines d’entre elles, il s’agissait, en l’occurrence, de cités pérégrines qui furent gratifiées du rang de colonie en récompense de quelque bienfait, la population locale accédant alors collectivement à la ciuitas Romana. Cela se produisit le plus souvent à l’époque sévérienne, quand des cités grecques ou hellénisées du Proche-Orient furent remerciées de la sorte pour le soutien qu’elles avaient apporté à l’empereur dans le contexte des luttes entre prétendants au trône ou lors de campagnes militaires6. Sans aller jusqu’à prétendre que Philippes est représentative de l’ensemble des colonies orientales d’époque césaro-augustéenne (et nous verrons que nous serons amené, au contraire, à insister sur les particularismes locaux), des enseignements pourront légitimement être tirés de la situation philippienne pour améliorer notre compréhension du faciès et du fonctionnement de ces communautés locales créées par les autorités romaines dans l’Orient grec et hellénisé. Deux tendances dans la recherche récente nous invitent, du reste, à replacer l’analyse des institutions et des élites municipales philippiennes dans le contexte des travaux portant sur les communautés locales de l’Empire en général, aussi bien dans sa partie orientale que dans les provinces occidentales.

Les travaux sur l’épigraphie et l’histoire des colonies romaines d’Orient

  • 7 Les inscriptions des colonies de Césarée Maritime et d’Aelia Capitolina à Jérusalem, fondées respec (...)
  • 8 Corinth VIII/I ; Corinth VIII/II ; Corinth VIII/III.
  • 9 J.-P. Rey-Coquais, Inscriptions grecques et latines de la Syrie VI. Baalbek et Beqa‘ (1967).
  • 10 P. Frisch, Die Inschriften von Parion, IK 25 (1983).
  • 11 T. Corsten, Die Inschriften von Apameia (Bithynien) und Pylai, IK 32 (1987).
  • 12 G. Laminger-Pascher, Die kaiserzeitlichen Inschriften Lykaoniens I. Der Süden (1992), p. 117-238, n(...)
  • 13 M. Ricl, The Inscriptions of Alexandreia Troas, IK 53 (1997).
  • 14 Rizakis, Patras ; A. D. Rizakis, Achaïe III. Les cités achéennes : épigraphie et histoire (2008), n(...)
  • 15 M. Hatzopoulos, « Photice. Colonie romaine en Thesprotie et les destinées de la latinité épirote », (...)
  • 16 D. K. Samsaris, « Η Ρωµαϊκή αποικία της Κασσάνδρειας (Colonia Iulia Augusta Cassandrensis) », Dodon (...)
  • 17 EKM II, p. 569-734, nos 430-579.
  • 18 B. Levick, RE Suppl. XII (1970), s.v. « Parlais », col. 1004-1005 ; H. Brandt, « Parlais: Eine römi (...)
  • 19 N. P. Milner, Regional Epigraphic Catalogues of Asia Minor III. An Epigraphic Survey in the Kibyra- (...)
  • 20 G. H. R. Horsley, S. Mitchell, The Inscriptions of Central Pisidia, IK 57 (2000), nos 1-82.
  • 21 B. H. McLean, Regional Epigraphic Catalogues of Asia Minor IV. Greek and Latin Inscriptions in the (...)
  • 22 S. Mitchell, Regional Epigraphic Catalogues of Asia Minor II. The Ankara District. The Inscriptions (...)
  • 23 D. H. French, The Inscriptions of Sinope I, IK 64 (2004).
  • 24 M. W. Baldwin Bowsky, « Normalization at Knossos: Material and Non-material Evidence », dans Brélaz(...)
  • 25 IGLMusBey ; J. Aliquot, J.-B. Yon, « Inscriptions grecques et latines du musée de l’American Univer (...)
  • 26 CIAlb ; LIA.
  • 27 La publication de Byrne, Labarre, Antioche, livre un lot d’inscriptions inédites, mais n’est en auc (...)
  • 28 La thèse inédite de J. Demaille, Une société mixte dans un cadre colonial (iie s. av. J.-C.-iii s.  (...)
  • 29 La célébration du centenaire des fouilles américaines à Corinthe fut néanmoins l’occasion de reveni (...)

3Il s’agit d’abord de la publication, ces dernières années, de corpus exhaustifs ou, du moins, de recueils épigraphiques substantiels – à défaut, ce sont parfois des inventaires ou des listes recensant le matériel disponible – pour plusieurs des colonies romaines qui furent fondées dans les provinces orientales de l’Empire depuis les années 40 av. J.-C. jusqu’au Principat d’Auguste7. On dispose ainsi, maintenant, d’une documentation réunie pour Corinthe8, Héliopolis9, Parion10, Apamée-Myrléa11, Lystra12, Alexandrie de Troade13, Patras et Dymè14, Photikè15, Cassandrée16, Pella17, Parlais18, Olbasa19, Cremna20, Iconium21, Germa22, Sinope23, Cnossos24, Berytus25, ainsi que, sur les côtes d’Épire, pour les colonies de Dyrrachium, Buthrote et Byllis26, même si des suppléments seraient souhaitables pour les publications qui sont désormais anciennes de plusieurs décennies. L’existence de ces corpus nous permet désormais d’étudier Philippes en parallèle des autres communautés ayant un statut identique dans les provinces orientales, ce que P. Collart, au vu du matériel qui lui était alors accessible, n’avait pas été en mesure de faire. On notera toutefois qu’il manque toujours un corpus pour celle qui fut, sans conteste, avec Corinthe, la plus puissante et la plus influente des colonies romaines en Orient, Antioche de Pisidie27, ainsi que pour Dion28. Cette absence est fort dommageable pour nos études – en particulier pour Dion, l’autre grande colonie de Macédoine avec Philippes et de surcroît ancienne capitale religieuse du royaume argéade, puis antigonide –, la publication des inscriptions étant, pour les colonies en question, dispersée à l’extrême dans la bibliographie. Cette lacune se fait d’autant plus ressentir que, pour la plupart des colonies dont les inscriptions ont été rassemblées, le nombre total de documents s’élève à quelques dizaines seulement pour chacune d’entre elles (nous omettons bien sûr ici le cas de Corinthe, où la documentation est très étoffée, mais dont le corpus n’a pas été mis à jour depuis 1950)29. Font notamment exception Cremna, où l’on relève environ 80 textes, ainsi que Patras et Alexandrie de Troade, pour lesquelles on compte près de 400 inscriptions pour la première et un peu plus de 200 pour la seconde. Ce dernier chiffre correspond toutefois approximativement au nombre d’inscriptions dont on dispose à Philippes pour la seule catégorie thématique couverte par le tome CIPh II.1, à savoir la vie publique et les institutions de la colonie, sur un total d’environ 1 700 inscriptions, fragments compris. Cela donne une idée de la richesse de la documentation philippienne et de son importance pour l’étude des colonies romaines d’Orient dans leur ensemble.

  • 30 F. Millar, « The Roman Coloniae of the Near East: A Study of Cultural Relations », dans H. Solin, M (...)
  • 31 B. Isaac, The Limits of Empire. The Roman Army in the East2 (1992), p. 311-332.
  • 32 Voir notamment A. D. Rizakis, « Les colonies romaines des côtes occidentales grecques. Populations (...)
  • 33 Voir notamment É. Deniaux, « Recherches sur la société de Buthrote, colonie romaine », dans P. Caba (...)
  • 34 Voir supra n. 14.
  • 35 A. J. S. Spawforth, « Roman Corinth: The Formation of a Colonial Elite », dans Rizakis, Onomastics, (...)
  • 36 Voir notamment, en plus des nombreuses éditions commentées et traduites des auteurs gromatiques qui (...)
  • 37 A. D. Rizakis, « La littérature gromatique et la colonisation romaine en Orient », dans Salmeri, Ra (...)

4À côté des publications épigraphiques, on observe, depuis près d’une trentaine d’années, un intérêt croissant des chercheurs pour les colonies romaines situées dans la partie hellénophone de l’Empire. F. Millar a ainsi examiné en 1990, dans une contribution essentielle, les relations entre les colonies romaines établies au Proche-Orient – y compris les colonies dites honoraires – et leur environnement grec et sémitique, principalement d’un point de vue culturel30. B. Isaac s’est, quant à lui, penché sur la question des qualités géostratégiques des colonies proche-orientales, qu’il a été amené à nuancer fortement31. Il convient également de mentionner les travaux pionniers d’A. Rizakis sur l’implantation territoriale et sur la formation des élites politiques et la composition sociale des colonies d’Achaïe et de Macédoine32, ainsi que les études d’É. Deniaux sur les colonies situées sur la façade adriatique de la péninsule balkanique33. C’est avant tout l’étude qu’A. Rizakis a fait paraître en 1998, en guise d’introduction à son corpus de Patras, sur l’histoire, les institutions, les cultes et la société de cette dernière colonie, qui a tracé les perspectives des études à mener sur les communautés de statut similaire établies en Orient34. Cette étude a montré tout le bénéfice que l’on pouvait tirer de l’examen des institutions d’une colonie orientale au regard de ce que l’on sait des communautés locales de l’Occident romain. On relèvera également l’important article sur la composition sociale des élites corinthiennes qu’A. Spawforth a publié, en 1996, dans le volume collectif édité par le même A. Rizakis portant sur l’onomastique romaine en pays grec35. Les recherches qu’A. Rizakis a consacrées au régime des terres dans les colonies d’Achaïe et de Macédoine à la lumière de la littérature gromatique – dans la lignée des travaux menés sur les traités des arpenteurs romains par l’Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité (ISTA) de l’université de Franche-Comté36 – ont, de plus, entièrement renouvelé notre approche de la centuriation et de la constitution des territoires coloniaux37. Toutes ces études, s’attachant d’abord à des exemples orientaux, en sont venues, par ricochet, à alimenter la discussion sur les colonies romaines dans les provinces occidentales et fournissent désormais des modèles de réflexion sur la colonisation aux époques césarienne, triumvirale et augustéenne en général.

  • 38 Sartre, Colonies.
  • 39 Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie.
  • 40 R. J. Sweetman (éd.), Roman Colonies in the First Century of Their Foundation (2011).
  • 41 H. Papageorgiadou-Bani, The Numismatic Iconography of the Roman Colonies in Greece. Local Spirit an (...)
  • 42 A. Filges, Münzbild und Gemeinschaft. Die Prägungen der römischen Kolonien in Kleinasien (2015).
  • 43 Brélaz, Héritage.

5En 2001, est parue une brillante étude de synthèse sur les colonies romaines établies dans les provinces orientales de l’Empire due à M. Sartre. Dressant un bilan de nos connaissances sur cette catégorie de communautés locales dans l’Orient romain sous tous leurs aspects – mais avec un intérêt particulier pour les circonstances ayant présidé à la fondation de colonies dans les provinces hellénophones, ainsi que pour l’impact matériel et culturel que la déduction de colons a pu avoir sur les cités grecques qui avaient été choisies pour recevoir ceux-ci –, ce long article est rapidement devenu incontournable et fait désormais autorité, à juste titre38. La part qui est faite à l’analyse des institutions politiques y est cependant restreinte. En 2004, ont été publiés, sous la direction de G. Salmeri, A. Baroni et A. Raggi, les actes d’un colloque organisé à l’université de Pise sur les colonies romaines établies en milieu hellénophone, dans les provinces orientales, mais également en Sicile : la diversité des questions qui y furent soulevées (territoire, statut juridique, institutions, population, interférences linguistiques, identité culturelle) permit d’illustrer le potentiel des recherches à conduire sur ces communautés romaines fondées en pays grec39. R. Sweetman a réuni, en 2011, diverses contributions portant sur le contexte de fondation et les premières décennies de l’existence des colonies romaines, dont plusieurs concernent la moitié orientale de l’Empire40. Dans le sillage de plusieurs travaux mettant à profit les sources numismatiques pour examiner la façon dont les colonies d’Orient s’étaient, avec le temps, forgé un sentiment de patriotisme local empruntant aux traditions pré-romaines propres à chacune d’entre elles41, A. Filges a récemment livré une étude systématique de l’iconographie monétaire des colonies établies en Anatolie, qui constitue une contribution importante à notre connaissance de ce groupe de colonies42. Dans cette perspective, un ouvrage collectif s’est dernièrement proposé de donner une vue d’ensemble des interactions culturelles à l’œuvre entre les colonies romaines d’Orient et leur environnement pérégrin majoritairement hellénophone, ainsi que de souligner l’importance de la part de ce qu’on pourrait appeler « l’héritage grec » dans la construction et l’affirmation des identités locales de ces communautés43. Les influences culturelles provenant des cités déchues transparaissent, en effet, dans les domaines les plus variés (urbanisme et architecture, culture matérielle, contacts linguistiques, institutions politiques, onomastique et relations sociales, cultes et pratiques religieuses) dans ces colonies, qui subirent de surcroît, à moyen terme, une acculturation à l’hellénisme du fait de la prégnance du modèle culturel en vigueur dans le contexte provincial où elles avaient été implantées.

Les recherches sur les communautés locales dans l’Empire romain

  • 44 Jacques, Privilège.
  • 45 Lex Irnit. (= AE 1986, 333). Cf. J. González, Epigrafía jurídica de la Bética (2008) ; J. González,(...)
  • 46 Lex Urson., avec AE 2006, 645 ; cf. X. Dupuis, « De la Bétique à l’Afrique : les curies électorales (...)
  • 47 W. Eck, « La loi municipale de Troesmis : données juridiques et politiques d’une inscription récemm (...)

6Le second axe de recherche dont il a été possible de tirer profit pour mener notre enquête rassemble les études s’intéressant aux statuts, aux institutions et à l’administration des communautés locales de l’Empire romain, tant celles qui étaient dotées d’une structure constitutionnelle de type romain – comme cela était le plus souvent le cas dans les provinces occidentales avec les municipes et les colonies – que les cités pérégrines organisées selon la norme de la cité grecque dans le bassin oriental de la Méditerranée. L’abondance des travaux consacrés à ces questions depuis une trentaine d’années a permis de faire de grands progrès dans les domaines de l’histoire institutionnelle et de l’histoire sociale des municipalités sous l’hégémonie de Rome. Nous nous contenterons d’énumérer ici quelques-uns des travaux qui nous paraissent avoir été les plus féconds pour la problématique qui retient notre attention. L’ouvrage fondamental en la matière est, sans aucun doute, l’étude monumentale que F. Jacques a consacrée, en 1984, au statut des décurions et des magistrats dans les communautés locales romaines, en étudiant particulièrement, parmi de très nombreux autres aspects, les conditions de nomination des détenteurs de fonctions publiques dans celles-ci44. L’étude des institutions municipales romaines a, par ailleurs, été aussi profondément renouvelée par la publication au milieu des années quatre-vingt de la lex Irnitana, qui a donné lieu à un nombre considérable de travaux sur les lois municipales espagnoles45. De manière analogue, la découverte récente d’un nouveau fragment de la lex Ursonensis a permis de rouvrir la question débattue de l’existence d’un archétype pour les chartes coloniales également46. L’actualité de ce champ de recherche est d’autant plus vive que, tout dernièrement, W. Eck a fait connaître des fragments de la charte originale du municipe de Troesmis en Mésie Inférieure, fondé sous le règne conjoint de Marc Aurèle et de Commode, ainsi que de celle de la colonie de Ratiaria, créée en Dacie par Trajan47.

  • 48 M. Dondin-Payre, M.-T. Raepsaet-Charlier (éds), Cités, Municipes, Colonies. Les processus de munici (...)
  • 49 M. Cébeillac-Gervasoni, « Les élites locales de l’Occident romain : le bilan synthétique d’un progr (...)
  • 50 Capogrossi Colognesi, Gabba, Statuti ; cf. C. Brélaz, « Autonomie locale et pouvoir populaire dans (...)
  • 51 Langhammer, Magistratus.
  • 52 Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Élites ; M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine, F. Trément (éds), Autocé (...)
  • 53 F. Quass, Die Honoratiorenschicht in den Städten des griechischen Ostens. Untersuchungen zur politi (...)

7Parmi les publications ayant marqué les études sur les communautés locales de l’Empire romain, nous mentionnerons également l’ouvrage collectif dirigé par M. Dondin-Payre et M.‑T. Raepsaet-Charlier portant sur la diffusion du modèle municipal romain dans les Gaules et les Germanies, paru en 1999 et réédité dix ans plus tard48. Les contributions qui y furent réunies ont montré la méthode à suivre pour étudier les institutions locales – essentiellement sur la base d’inscriptions funéraires, honorifiques ou votives mentionnant des magistrats – dans des régions pour lesquelles font défaut, dans notre documentation, tant les lois municipales que les décrets décurionaux. Le vaste programme de recherche qui fut coordonné par M. Cébeillac-Gervasoni sur le « quotidien institutionnel » des communautés locales d’Occident mérite, à cet égard, une mention particulière. De par l’ampleur géographique couverte par l’enquête et de par la richesse des résultats auxquels il a abouti, ce programme a démontré, de manière éclairante, tout le bénéfice à tirer d’une analyse systématique et minutieuse des sources épigraphiques pour appréhender le fonctionnement concret de l’administration municipale49. L’examen, en parallèle, des sources juridiques relatives aux institutions municipales compilées dans le Digeste invite, par ailleurs, à soulever la question de la normativité de la législation impériale et provinciale dans ce domaine et de l’adéquation avec ces règles de la pratique telle qu’elle se dégage du matériel épigraphique. Une telle perspective a été mise en évidence notamment dans l’ouvrage collectif Gli Statuti Municipali, publié à la suite du séminaire de droit romain que l’Istituto Universitario di Studi Superiori de Pavie avait organisé sur ce thème en 200450, dans la lignée de la somme de F. Jacques et, avant lui, des travaux de W. Langhammer, qui n’avait cependant accordé, pour sa part, qu’une attention limitée aux sources épigraphiques51. Nous sommes en particulier redevable à la méthode que F. Jacques a employée dans son ouvrage magistral sur l’autonomie municipale des communautés de l’Occident romain pour ce qui est du traitement des données démographiques et sociales que l’on peut déduire de l’analyse, notamment quantitative, des cursus honorum épigraphiques. Car ces données représentent autant de facteurs déterminant la composition de l’ordre des décurions, le déroulement des carrières municipales et, de manière plus globale, le cours de la vie civique dans les communautés locales. Il convient de mentionner également à ce propos les recherches, dirigées une nouvelle fois par M. Cébeillac-Gervasoni, sur les élites locales d’Italie dans un premier temps, puis plus généralement sur les notables civiques aux époques hellénistique et romaine52. Corroborés par les conclusions auxquelles ont abouti des études menées indépendamment sur les milieux dirigeants des cités grecques depuis l’époque tardo-hellénistique jusqu’à la période impériale avancée53, ces travaux d’histoire sociale ont souligné les comportements aristocratiques, voire les tendances oligarchiques, qui animaient les groupes auxquels appartenaient les magistrats municipaux.

  • 54 Dmitriev, Government ; G. Salmeri, « Le forme della politica nelle città greche dell’epoca post-cla (...)
  • 55 E. Winter, Staatliche Baupolitik und Baufürsorge in den römischen Provinzen des kaiserzeitlichen Kl (...)

8Nous évoquerons pour terminer les études portant précisément sur les institutions des cités grecques à l’époque impériale romaine. Ce champ d’investigation, qui est en pleine expansion, tend à illustrer la vitalité du mode d’organisation socio-politique qu’est la polis à cette période54. L’enquête, qui a déjà été menée pour un grand nombre des domaines de compétences des cités pérégrines (par exemple, les travaux publics, la fiscalité, les finances, le maintien de l’ordre et la juridiction, les relations entre cités), a, dans chaque cas, conduit à insister sur l’autonomie dont jouissaient les cités grecques sous le régime provincial romain55. Il est nécessaire, dans le cadre de notre étude sur Philippes, de tenir compte pareillement de ces travaux, car les colonies romaines d’Orient n’étaient pas imperméables au milieu essentiellement hellénique – mais aussi thrace dans le cas de Philippes, de même qu’il était également illyrien à Dyrrachium, anatolien à Antioche de Pisidie, sémitique à Berytus et Héliopolis – dans lequel elles furent installées. Or, ces influences, qui étaient avant tout linguistiques, religieuses et culturelles, passèrent aussi par des emprunts aux usages institutionnels répandus dans les cités pérégrines environnantes.

Plan de l’étude

9Grâce à toute la documentation épigraphique mise au jour à Philippes depuis la publication de la monographie de P. Collart ainsi qu’aux progrès de l’historiographie dans le domaine de l’histoire des communautés locales de l’Empire romain, nous sommes aujourd’hui en mesure de replacer la colonie de Philippes dans son contexte socio-politique et institutionnel, tant sur le plan régional qu’à l’échelle de l’Empire. Il est désormais possible d’étudier les institutions et la société philippiennes dans le cadre plus général de la fondation de colonies romaines dans les provinces balkaniques, anatoliennes et proche-orientales au cours de la seconde moitié du ier s. av. J.-C. Sans avoir été le produit d’une fusion entre le standard municipal romain prévalant en Occident et le modèle poliade hellénique (car les colonies, indépendamment de leur présence dans des provinces hellénophones, n’ont jamais cessé de former une partie de l’État romain), ces communautés se trouvaient toutefois à la jointure entre deux mondes et deux traditions. Dotées d’une constitution similaire à celle des colonies et municipes romains situés en Occident, les colonies orientales n’en furent pas moins amenées à interagir avec les cités pérégrines voisines et leurs institutions, du fait de l’autonomie dont elles étaient pourvues, évoluèrent en fonction des usages en vigueur dans ces dernières. En envisageant les institutions philippiennes et la société des notables de la colonie dans une perspective comparée, nous avons tâché de concevoir cette étude comme une contribution à l’histoire politique, institutionnelle et sociale des communautés locales dans l’Empire romain.

10Celle-ci se compose de trois parties. Dans la première sont examinés ce que nous avons appelé le cadre formel de la colonie, ainsi que sa constitution. Nous y rappelons d’abord les circonstances immédiates dans lesquelles il fut décidé, en 42 av. J.-C. – à la suite de la bataille qui se déroula sous les murs de la ville entre Brutus et Cassius d’un côté et les héritiers de César de l’autre –, de fonder une colonie romaine à l’emplacement de la cité grecque de Philippes et nous y évoquons les effets tant pratiques que juridiques de l’installation de colons supplémentaires à Philippes par Octave, une dizaine d’années plus tard. Nous étudions ensuite, toujours dans cette première partie, les éléments fondamentaux et structurants de la nouvelle communauté politique, en traitant tour à tour de la charte constitutionnelle qui lui fut donnée, de la titulature officielle utilisée par la colonie, de la tribu dans laquelle étaient versés les colons philippiens et de la question débattue de l’existence d’une citoyenneté locale, de la langue administrative en usage dans la colonie ainsi que, plus généralement, des contacts linguistiques entre le latin et le grec à Philippes, enfin de la composition du territoire colonial d’un point de vue administratif et du régime foncier.

11La seconde partie est, pour sa part, entièrement consacrée à l’analyse systématique des institutions, corps constitués, magistratures, prêtrises, fonctions publiques et autres titres officiels attestés dans la colonie, ainsi qu’à leur organisation et à leur fonctionnement. Cette partie ne se borne pas à dresser une taxinomie des structures institutionnelles et administratives de la colonie de Philippes, mais elle s’efforce de reconstituer des pans de la vie civique locale, en prêtant une attention particulière à l’identité des individus s’étant acquittés de charges publiques et aux conditions dans lesquelles ceux-ci accédèrent à des magistratures. C’est dans cette enquête que les comparaisons avec les pratiques institutionnelles en vigueur dans les autres colonies romaines d’Orient, mais aussi dans les communautés locales occidentales et dans les cités pérégrines des provinces hellénophones, se révèlent les plus profitables. La confrontation du cas philippien avec ces autres communautés permet de raisonner sur la conformité de Philippes par rapport à la norme coloniale romaine et de déterminer, à l’inverse, s’il existait des spécificités institutionnelles locales et, le cas échéant, d’en jauger l’ampleur. Un appendice termine cette partie dans lequel sont examinées la nature et la validité des informations relatives à la colonie de Philippes contenues dans la littérature néo-testamentaire (Actes des Apôtres, Épître aux Philippiens).

  • 56 Le plan de publication en a été rappelé dans CIPh II.1, p. 23-24.

12La troisième et dernière partie est un essai d’histoire sociale sur les élites civiques de la colonie de Philippes. Nous tâchons – autant que faire se peut sur la base de l’échantillon des sources épigraphiques nous étant parvenues – d’analyser la composition du milieu des Philippiens ayant accédé à une carrière municipale, militaire ou impériale. Nous y étudions l’origine géographique et sociale des détenteurs de fonctions publiques, la part faite aux individus d’ascendance pérégrine ou affranchie parmi les élites locales, la proportion de notables ayant bénéficié d’un anoblissement à l’ordre équestre ou sénatorial, enfin, l’attrait que la carrière militaire a pu exercer sur les Philippiens, tant sur les colons que sur la population pérégrine résidant sur le territoire colonial. L’examen formel et statistique de l’agencement des magistratures municipales telles qu’elles sont énumérées dans les cursus honorum épigraphiques permet de présenter une analyse différenciée des carrières civiques dans la colonie et de mettre en évidence la stratification sociale au sein même du groupe des notables philippiens, qui n’était pas homogène. Sur ce point, l’étude institutionnelle révèle le poids des facteurs démographiques et des pratiques sociales dans la vie civique et met en évidence les comportements saillants ainsi que des aspects des mentalités des élites civiques. Nous préciserons que cette troisième partie ne saurait toutefois faire office d’étude d’ensemble sur la société philippienne, tous milieux confondus. Une telle étude ne sera possible que lorsque seront publiés les tomes restants du CIPh consacrés à la colonie romaine, en particulier ceux réunissant les épitaphes, qui feront connaître un très grand nombre d’incolae – la population pérégrine représentant la majorité de la population philippienne – ainsi que de citoyens romains qui n’appartenaient pas à l’élite civique, que ceux-ci aient été d’origine italienne ou qu’ils aient été issus de familles d’extraction affranchie ou pérégrine56.

13La conclusion se propose, pour sa part, d’évaluer l’importance relative de Philippes par rapport aux autres colonies romaines d’Orient en remettant celle-ci à la fois dans son contexte régional immédiat, dans l’espace thraco-macédonien, et dans le cadre plus général des provinces hellénophones et des communautés locales de l’Empire romain. On y évoque également la diminution des sources épigraphiques nous renseignant sur les institutions coloniales au cours du iiie s. et la substitution progressive des institutions ecclésiastiques à l’administration municipale à partir du ive s. L’étude est complétée par deux annexes : la première consiste en la liste prosopographique des détenteurs de charges publiques dans la colonie, des employés de l’administration municipale, ainsi que des soldats et des membres des ordres équestre et sénatorial originaires de Philippes, autrement dit des individus faisant l’objet de ces recherches ; la deuxième annexe comporte des addenda et corrigenda au CIPh II.1. Le tout se clôt par quelques cartes et plans, ainsi que par des indices des sources citées, des noms de lieux et des thèmes abordés.

* * *

  • 57 M. Boyd, S. Provost, « Application de la prospection géophysique à la topographie urbaine, I. Phili (...)
  • 58 Sève, Weber, Guide.
  • 59 M. Sève, Philippes 1914-2014. 100 ans de recherches françaises (2014).
  • 60 Fournier, Philippes.
  • 61 Voir l’allocution de M. Zink, « Cent ans de fouilles et de recherches de l’École française d’Athène (...)

14La publication de ce livre s’inscrit dans un mouvement de renouveau des études philippiennes de la part de l’École française d’Athènes, qui a commencé au début des années 2000 par la reprise de fouilles et prospections sur le terrain par S. Provost57, s’est poursuivi par la publication importante du Guide du forum de Philippes par M. Sève et P. Weber en 201258 et a culminé en 2014 par la commémoration du centenaire du début des fouilles de l’École à Philippes. Ces célébrations se sont traduites par le montage d’une exposition – accompagnée d’un somptueux catalogue59 – retraçant les travaux des membres « philippiens » de l’École dans les années 1920-1930, qui voyagea entre 2014 et 2017 dans diverses villes de Grèce, de France et de Suisse, par l’organisation en octobre 2014, à Thessalonique, d’un colloque visant à dresser un bilan de nos connaissances archéologiques et historiques sur Philippes dont les actes ont été publiés60, ainsi que par la tenue en novembre 2014 d’une séance de l’Académie des inscriptions et belles-lettres consacrée aux activités de l’École à Philippes61. Les efforts déployés à Philippes par l’École française d’Athènes et, depuis les années 1950, par les services archéologiques grecs, la Société archéologique d’Athènes et l’université de Thessalonique se sont vu récompenser en juillet 2016 par le classement du site au Patrimoine mondial de l’UNESCO, à la suite de la candidature déposée par le ministère grec de la Culture.

15Ce livre est la version remaniée et augmentée de la seconde partie du mémoire inédit composant notre dossier d’habilitation à diriger des recherches, soutenue en juin 2013 à l’École pratique des hautes études. La première partie du mémoire correspondait au recueil des inscriptions philippiennes ayant trait à la vie publique de la colonie, publié en 2014 sous la forme du CIPh II.1. Nous exprimons notre vive gratitude à M. Jean-Louis Ferrary, directeur d’études à l’École pratique des hautes études et membre de l’Institut, de nous avoir fait l’honneur d’être le garant de notre dossier d’habilitation, ainsi qu’à Mme et MM. les membres du jury de soutenance, Anne Jacquemin, professeur émérite d’histoire grecque à l’université de Strasbourg, François Bérard, professeur de latin à l’École normale supérieure et directeur d’études à l’École pratique des hautes études, Pierre Ducrey, professeur honoraire d’histoire ancienne à l’université de Lausanne et associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Athanasios Rizakis, ancien directeur de recherche à la Fondation nationale hellénique de la recherche scientifique, John Scheid, ancien professeur au Collège de France et membre de l’Institut, et Michel Sève, professeur émérite d’histoire grecque à l’université de Lorraine. Les hautes exigences de Jean-Louis Ferrary, jointes à sa constante bienveillance, furent pour nous un puissant stimulant dans la rédaction de cette étude. Nous savons gré également à tous les membres du jury pour les très nombreuses suggestions qu’ils nous ont transmises en vue de l’amélioration du manuscrit, lors de la soutenance et après celle-ci.

16Nos remerciements vont aussi à nos camarades « philippiens », à Pierre Ducrey tout d’abord pour son indéfectible soutien dans toutes nos entreprises en Macédoine, ainsi qu’à Denis Feissel, Michel Sève, Samuel Provost, Clément Sarrazanas, de même qu’à Regula Frei-Stolba, François Mottas, Angelos Zannis, Georges Tirologos et aux directeurs passés des Éphories de Kavala et de Drama, à leurs directeurs actuels, Mme Stavroula Dadaki et M. Stratis Papadopoulos, et à leurs collaborateurs, en particulier Mme Dimitra Malamidou, pour leur précieuse collaboration à de multiples occasions et sur nombre de sujets intéressant Philippes. Les « Thasiens du Continent » que sont les « Philippiens » n’oublient pas non plus ce qu’ils doivent aux « Thasiens » de la métropole que sont Jean-Yves Marc, Julien Fournier et Patrice Hamon. La rédaction de cette étude a bénéficié également des fructueux échanges que nous avons eus avec maints chercheurs. Nous mentionnerons parmi eux, en regrettant de ne pouvoir les citer tous, Dan Dana, Ségolène Demougin, Steven Friesen, Michel Matter, Pantelis Nigdelis, Julien Ogereau, Olli Salomies.

17La révision du manuscrit a pu être effectuée lors des séjours de recherche que nous avons effectués, au semestre d’automne 2015 en tant que Stanley J. Seeger Visiting Research Fellow in Hellenic Studies à Princeton University, au semestre de printemps 2016 en tant que Fellow du Harvard Center for Hellenic Studies à Washington DC, puis, à partir de septembre 2016, au sein de notre nouvelle institution de rattachement, à l’Institut du monde antique et byzantin de l’université de Fribourg. Enfin, nous tenons à remercier M. Alexandre Farnoux, directeur de l’École française d’Athènes, d’avoir accepté d’accueillir ce livre dans la collection des Suppléments au Bulletin de Correspondance Hellénique, Mme Géraldine Hue, alors responsable des publications, M. Bertrand Grandsagne, responsable actuel du service des publications, et Mme Marina Leclercq, collaboratrice du même service, d’avoir assuré sa publication dans les meilleures conditions, ainsi que Mme Jacky Kozlowski-Fournier de nous avoir apporté son concours dans la préparation du manuscrit. L’ultime version du manuscrit a pu, en outre, tirer profit de la relecture scrupuleuse des deux experts anonymes désignés par le service des publications. La publication de ce livre a bénéficié du soutien financier de la commission de publication du Conseil de l’université de Fribourg, du fonds d’action facultaire de la Faculté des lettres et des sciences humaines de cette même université et du Fonds für Altertumswissenschaft du Seminar für Griechische und Lateinische Philologie de l’université de Zurich. Que toutes les personnes et les institutions ici mentionnées soient assurées de notre profonde reconnaissance.

Notes

1 Lemerle, Philippes.

2 Sur le sens à donner aux termes de notable et d’élite dans cette étude, voir infra p. 247-248.

3 Le renvoi aux inscriptions contenues dans le CIPh II.1 se fera dans la présente étude sous la forme du numéro imprimé en gras que porte chacune des inscriptions dans le tome en question.

4 La première partie de son chapitre II (« Les institutions municipales et la population de Philippes » : Collart, Philippes, p. 258-317) consiste essentiellement en une description des institutions attestées dans la colonie.

5 Pilhofer II. Voir CIPh II.1, p. 27-28, pour l’utilité et les limites de ce recueil.

6 Guerber, Cités, p. 375-416 ; C. Brélaz, « Claiming Roman Origins: Greek Cities and the Roman Colonial Pattern », dans M. Finkelberg, J. Price, Y. Shahar (éds), Rome – An Empire of Many Nations (sous presse). Un cas précoce de promotion d’une cité grecque au statut de colonie romaine semble avoir été Césarée Maritime, la capitale du roi Hérode : B. Isaac, « Latin in Cities of the Roman Near East », dans H. M. Cotton et al. (éds), From Hellenism to Islam. Cultural and Linguistic Change in the Roman Near East (2009), p. 55-60 ; pour une opinion contraire, considérant que Césarée Maritime était une colonie de déduction ordinaire, voir W. Eck, « The Presence, Role and Significance of Latin in the Epigraphy and Culture of the Roman Near East », ibid., p. 15-42 (repris dans W. Eck, Judäa – Syria Palästina. Die Auseinandersetzung einer Provinz mit römischer Politik und Kultur [2014], p. 125-149). Voir infra p. 73-74.

7 Les inscriptions des colonies de Césarée Maritime et d’Aelia Capitolina à Jérusalem, fondées respectivement par Vespasien et par Hadrien, sont, par ailleurs, désormais rassemblées dans les volumes II et I/1-2 du Corpus Inscriptionum Iudaeae-Palestinae (CIIP) ; voir aussi B. Isaac, « Caesarea-on-the-Sea and Aelia Capitolina: Two Ambiguous Colonies », dans Brélaz, Héritage, p. 331-343. Le corpus de Stobi en Haute-Macédoine, l’un des deux seuls municipes de citoyens romains se trouvant dans une province hellénophone avec Coila en Chersonèse de Thrace, a été de même publié récemment : IStob.

8 Corinth VIII/I ; Corinth VIII/II ; Corinth VIII/III.

9 J.-P. Rey-Coquais, Inscriptions grecques et latines de la Syrie VI. Baalbek et Beqa‘ (1967).

10 P. Frisch, Die Inschriften von Parion, IK 25 (1983).

11 T. Corsten, Die Inschriften von Apameia (Bithynien) und Pylai, IK 32 (1987).

12 G. Laminger-Pascher, Die kaiserzeitlichen Inschriften Lykaoniens I. Der Süden (1992), p. 117-238, nos 163-433.

13 M. Ricl, The Inscriptions of Alexandreia Troas, IK 53 (1997).

14 Rizakis, Patras ; A. D. Rizakis, Achaïe III. Les cités achéennes : épigraphie et histoire (2008), nos 1-60.

15 M. Hatzopoulos, « Photice. Colonie romaine en Thesprotie et les destinées de la latinité épirote », Balkan Studies 21 (1980), p. 97-105 ; D. K. Samsaris, Η Ρωµαϊκή αποικία της Φωτικής στη Θεσπρωτία της Ηπείρου (1994).

16 D. K. Samsaris, « Η Ρωµαϊκή αποικία της Κασσάνδρειας (Colonia Iulia Augusta Cassandrensis) », Dodone(hist) 16 (1987), p. 353-437. L’ensemble du matériel épigraphique de la colonie de Cassandrée a été étudié par N. Giannakopoulos, « The Greek Presence in the Roman Colonies of Kassandreia and Pella », dans Brélaz, Héritage, p. 93-118.

17 EKM II, p. 569-734, nos 430-579.

18 B. Levick, RE Suppl. XII (1970), s.v. « Parlais », col. 1004-1005 ; H. Brandt, « Parlais: Eine römische Kolonie in Pisidien », EA 24 (1995), p. 57-60.

19 N. P. Milner, Regional Epigraphic Catalogues of Asia Minor III. An Epigraphic Survey in the Kibyra-Olbasa Region conducted by A. S. Hall (1998), p. 58-67.

20 G. H. R. Horsley, S. Mitchell, The Inscriptions of Central Pisidia, IK 57 (2000), nos 1-82.

21 B. H. McLean, Regional Epigraphic Catalogues of Asia Minor IV. Greek and Latin Inscriptions in the Konya Archaeolocial Museum (2002).

22 S. Mitchell, Regional Epigraphic Catalogues of Asia Minor II. The Ankara District. The Inscriptions of North Galatia (1982), p. 91-97, nos 90-98.

23 D. H. French, The Inscriptions of Sinope I, IK 64 (2004).

24 M. W. Baldwin Bowsky, « Normalization at Knossos: Material and Non-material Evidence », dans Brélaz, Héritage, p. 291-307.

25 IGLMusBey ; J. Aliquot, J.-B. Yon, « Inscriptions grecques et latines du musée de l’American University of Beirut », Berytus 56 (2016), p. 149-234.

26 CIAlb ; LIA.

27 La publication de Byrne, Labarre, Antioche, livre un lot d’inscriptions inédites, mais n’est en aucune manière un corpus de la colonie. La monographie de Levick, Colonies, ne permet que partiellement de pallier ce manque pour Antioche et les autres colonies de Pisidie, car la documentation dont elle s’est servie n’est nécessairement plus à jour. Voir, plus récemment, T. Drew-Bear, M. Taşlıalan, C. M. Thomas (éds), Actes du Ier congrès international sur Antioche de Pisidie (2002) ; E. K. Gazda, D. Y. Ng (éds), Building a New Rome: The Imperial Colony of Pisidian Antioch (25 BC-AD 700) (2011) ; N. Belayche, « Dépasser Antioche : les autres colonies romaines augustéennes de Pisidie », dans Brélaz, Héritage, p. 269-290.

28 La thèse inédite de J. Demaille, Une société mixte dans un cadre colonial (iie s. av. J.-C.-iii s. ap. J.-C.) : le cas de Dion en Piérie (Macédoine), soutenue en 2013 à l’université de Franche-Comté, recourt abondamment à la documentation épigraphique, mais le site archéologique de Dion recèle un grand nombre d’inscriptions inédites.

29 La célébration du centenaire des fouilles américaines à Corinthe fut néanmoins l’occasion de revenir sur les circonstances de la fondation d’une colonie romaine sur l’Isthme et de rédiger des rapports de synthèse dans lesquels la documentation épigraphique occupe une place importante : C. K. Williams II, N. Bookidis (éds), Corinth, the Centenary 1896-1996 (2003). Il en va de même des différents volumes qui furent consacrés à l’étude du contexte social et religieux dans lequel l’apôtre Paul prêcha dans la colonie : D. N. Schowalter, S. J. Friesen (éds), Urban Religion in Roman Corinth. Interdisciplinary Approaches (2005) ; S. J. Friesen, D. N. Schowalter, J. C. Walters (éds), Corinth in Context. Comparatives Studies on Religion and Society (2010) ; S. J. Friesen, S. A. James, D. N. Schowalter (éds), Corinth in Contrast. Studies in Inequality (2014).

30 F. Millar, « The Roman Coloniae of the Near East: A Study of Cultural Relations », dans H. Solin, M. Kajava (éds), Roman Eastern Policy and Other Studies in Roman History (1990), p. 7-58 (repris dans F. Millar, Rome, the Greek World, and the East 3 [2006], p. 164-222).

31 B. Isaac, The Limits of Empire. The Roman Army in the East2 (1992), p. 311-332.

32 Voir notamment A. D. Rizakis, « Les colonies romaines des côtes occidentales grecques. Populations et territoires », DHA 22.1 (1996), p. 255-324 ; id., « Incolae-paroikoi : populations et communautés dépendantes dans les cités et les colonies romaines de l’Orient », REA 100 (1998), p. 599-617 ; Rizakis, Constitution ; Rizakis, Recrutement ; Rizakis, Camia, Magistrati.

33 Voir notamment É. Deniaux, « Recherches sur la société de Buthrote, colonie romaine », dans P. Cabanes, J.-L. Lamboley (éds), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité IV (2004), p. 391-397 ; ead., « Buthrote. La structure politique de la colonie », dans I. L. Hansen, R. Hodges (éds), Roman Butrint: An Assessment (2007), p. 33-39 ; ead., « L’épigraphie de la colonie romaine de Byllis à l’époque augustéenne », dans G. Paci (éd.), Contributi all’epigrafia d’età augustea. Actes de la XIIIe rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain (2007), p. 115-128.

34 Voir supra n. 14.

35 A. J. S. Spawforth, « Roman Corinth: The Formation of a Colonial Elite », dans Rizakis, Onomastics, p. 167-182.

36 Voir notamment, en plus des nombreuses éditions commentées et traduites des auteurs gromatiques qui ont été publiées par les chercheurs de l’ISTA, Gonzales, Guillaumin, Libri coloniarum ; H. Bru, G. Labarre, G. Tirologos (éds), Espaces et territoires des colonies romaines d’Orient (2016).

37 A. D. Rizakis, « La littérature gromatique et la colonisation romaine en Orient », dans Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie, p. 69-94 ; Rizakis, Territoire ; A. D. Rizakis, « Une praefectura dans le territoire colonial de Philippes : les nouvelles données », dans Demougin, Scheid, Colons, p. 87-105 ; id., « Expropriations et confiscations des terres dans le cadre de la colonisation romaine en Achaïe et en Macédoine », MEFRA 127.2 (2015), p. 469-485.

38 Sartre, Colonies.

39 Salmeri, Raggi, Baroni, Colonie.

40 R. J. Sweetman (éd.), Roman Colonies in the First Century of Their Foundation (2011).

41 H. Papageorgiadou-Bani, The Numismatic Iconography of the Roman Colonies in Greece. Local Spirit and the Expression of Imperial Policy (2004) ; S. Kremydi-Sicilianou, « ‘Belonging’ to Rome, ‘Remaining’ Greek: Coinage and Identity in Roman Macedonia », dans C. Howgego, V. Heuchert, A. Burnett (éds), Coinage and Identity in the Roman Provinces (2005), p. 95-106 ; C. Katsari, S. Mitchell, « The Roman Colonies of Greece and Asia Minor. Questions of State and Civic Identity », Athenaeum 96 (2008), p. 221-249.

42 A. Filges, Münzbild und Gemeinschaft. Die Prägungen der römischen Kolonien in Kleinasien (2015).

43 Brélaz, Héritage.

44 Jacques, Privilège.

45 Lex Irnit. (= AE 1986, 333). Cf. J. González, Epigrafía jurídica de la Bética (2008) ; J. González, J. C. Saquete (éds), Colonias de César y Augusto en la Andalucía romana (2011) ; A. Caballos Rufino, « Publicación de documentos públicos en las ciudades del Occidente romano: el ejemplo de la Bética », dans R. Haensch (éd.), Selbstdarstellung und Kommunikation: die Veröffentlichung staatlicher Urkunden auf Stein und Bronze in der Römischen Welt (2009), p. 131-172.

46 Lex Urson., avec AE 2006, 645 ; cf. X. Dupuis, « De la Bétique à l’Afrique : les curies électorales à la lumière du nouveau fragment de la loi d’Urso », dans C. Deroux (éd.), Corolla Epigraphica. Hommages au professeur Yves Burnand II (2011), p. 449-461.

47 W. Eck, « La loi municipale de Troesmis : données juridiques et politiques d’une inscription récemment découverte », RD 91 (2013), p. 199-213 ; id., « Das Leben römisch gestalten. Ein Stadtgesetz für das Municipium Troesmis aus den Jahren 177-180 n. Chr. », dans G. de Kleijn, S. Benoist (éds), Integration in Rome and in the Roman World (2014), p. 75-88 ; id., « Akkulturation durch Recht: Die lex municipalis Troesmensium », dans L. Zerbini (éd.), Culti e religiosità nelle province danubiane (2015), p. 9-18 ; id., « Die lex Troesmensium: ein Stadtgesetz für ein municipium civium Romanorum. Publikation der erhaltenen Kapitel und Kommentar », ZPE 200 (2016), p. 565-606 ; id., « Fragmente eines neuen Stadtgesetzes - der lex coloniae Ulpiae Traianae Ratiariae », Athenaeum 104 (2016), p. 538-544.

48 M. Dondin-Payre, M.-T. Raepsaet-Charlier (éds), Cités, Municipes, Colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut Empire romain2 (2009). Voir aussi dernièrement S. Evangelisti, C. Ricci (éds), Le forme municipali in Italia e nelle province occidentali tra i secoli i a.C. e iii d.C. (2017).

49 M. Cébeillac-Gervasoni, « Les élites locales de l’Occident romain : le bilan synthétique d’un programme de longue haleine », dans A. D. Rizakis, F. Camia (éds), Pathways to Power. Civic Elites in the Eastern Part of the Roman Empire (2008), p. 9-14 ; Berrendonner, Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Quotidien ; L. Lamoine, C. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni (éds), La Praxis municipale dans l’Occident romain (2010).

50 Capogrossi Colognesi, Gabba, Statuti ; cf. C. Brélaz, « Autonomie locale et pouvoir populaire dans l’empire romain : municipes d’Occident et poleis d’Orient », Topoi 15.2 (2007), p. 635-653.

51 Langhammer, Magistratus.

52 Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Élites ; M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine, F. Trément (éds), Autocélébration des élites locales dans le monde romain (2004).

53 F. Quass, Die Honoratiorenschicht in den Städten des griechischen Ostens. Untersuchungen zur politischen und sozialen Entwicklung in hellenistischer und römischer Zeit (1993) ; P. Hamon, « Élites dirigeantes et processus d’aristocratisation à l’époque hellénistique », dans H.-L. Fernoux, C. Stein (éds), Aristocratie antique. Modèles et exemplarité sociale (2007), p. 79-100 ; A. Heller, « La cité grecque d’époque impériale : vers une société d’ordres ? », Annales (HSS) 64.2 (2009), p. 341-373 ; ead., « Les institutions civiques grecques sous l’Empire : romanisation ou aristocratisation ? », dans P. Schubert (éd.), Les Grecs héritiers des Romains (2013), p. 201-240. La présente étude était achevée lorsque a paru l’ouvrage dirigé par A. D. Rizakis, F. Camia, S. Zoumbaki (éds), Social Dynamics under Roman Rule. Mobility and Status Change in the Provinces of Achaia and Macedonia (2017), qui aborde cependant plusieurs des problématiques intéressant la formation et l’évolution des élites locales, notamment dans les cités pérégrines de la province de Macédoine.

54 Dmitriev, Government ; G. Salmeri, « Le forme della politica nelle città greche dell’epoca post-classica », dans A. Baroni (éd.), Amministrare un impero. Roma e le sue province (2007), p. 145-174 ; A. Zuiderhoek, « On the Political Sociology of the Imperial Greek City », GRBS 48 (2008), p. 417-445 ; G. Salmeri, « Reconstructing the Political Life and Culture of the Greek Cities of the Roman Empire », dans O. M. van Nijf, R. Alston (éds), Political Culture in the Greek City after the Classical Age (2011), p. 197-214 ; H. Fernoux, Le Demos et la Cité. Communautés et assemblées populaires en Asie Mineure à l’époque impériale (2011) ; C. Brélaz, « La vie démocratique dans les cités grecques à l’époque impériale romaine. Notes de lectures et orientations de la recherche », Topoi 18.2 (2013), p. 367-399 ; id., « Democracy and Civic Participation in Greek Cities under Roman Imperial Rule: Political Practice and Culture in the Post-Classical Period », CHS Research Bulletin 4.2 (2016), [en ligne], URL : http://www.chs-fellows.org/2016/11/01/democracy-civic-participation/, consulté le 15.12.2017.

55 E. Winter, Staatliche Baupolitik und Baufürsorge in den römischen Provinzen des kaiserzeitlichen Kleinasien (1996) ; G. D. Merola, Autonomia locale, governo imperiale. Fiscalità e amministrazione nelle province asiane (2001) ; H. Schwarz, Soll oder Haben? Die Finanzwirtschaft kleinasiatischer Städte in der römischen Kaiserzeit am Beispiel von Bithynien, Lykien und Ephesos (29 v. Chr. – 284 n. Chr.) (2001) ; Brélaz, Sécurité ; A. Heller, « Les bêtises des Grecs ». Conflits et rivalités entre cités d’Asie et de Bithynie à l’époque romaine (129 a.C.-235 p.C.) (2006) ; J. Fournier, Entre tutelle romaine et autonomie civique. L’administration judiciaire dans les provinces hellénophones de l’empire romain (129 av. J.-C.-235 apr. J.-C.) (2010) ; Guerber, Cités.

56 Le plan de publication en a été rappelé dans CIPh II.1, p. 23-24.

57 M. Boyd, S. Provost, « Application de la prospection géophysique à la topographie urbaine, I. Philippes, les quartiers Sud-Ouest », BCH 125 (2001), p. 453-521 ; S. Provost, M. Boyd, « Application de la prospection géophysique à la topographie urbaine, II. Philippes, les quartiers Ouest », BCH 126 (2002), p. 431-488 ; S. Provost, L. Foschia, « Η “Οικία των Αγρίων ζώων” στους Φιλίππους. Οι νέες ανασκαφές (2001-2002) », AEMTh 16 (2002), p. 107-118 ; eid., « Rapport sur les travaux de l’École française d’Athènes en 2003-2004. Philippes », BCH 128-129 (2004-2005), p. 781-803.

58 Sève, Weber, Guide.

59 M. Sève, Philippes 1914-2014. 100 ans de recherches françaises (2014).

60 Fournier, Philippes.

61 Voir l’allocution de M. Zink, « Cent ans de fouilles et de recherches de l’École française d’Athènes à Philippes », CRAI 2014, p. 1445-1448, suivie des communications de P. Ducrey, de C. Brélaz et de J.-P. Sodini aux p. 1449-1542.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540