Version classiqueVersion mobile

Les royaumes de Chypre à l’épreuve de l’histoire

 | 
Anna Cannavò
, 
Ludovic Thély

Résumés

Texte intégral

Maria Iacovou, From the Late Cypriot Polities to the Iron Age “Kingdoms”: Understanding the Political Landscape of Cyprus from Within

1In the last two decades the study of Iron Age Cyprus has made a gradual but decisive move away from externally-generated cycles of complexity and ethnic (“Hellenization” and equally “Phoenicianization”) narratives. Colonization constructs have begun to fade giving way to a “Cyprocentric” research methodology which considers the development of the island’s micro-states as a longue durée episode distinguished by settlement and landscape continuities, transformations and transition, rather than sharp breaks that separate the Late Bronze from the Iron Age.

2This paper shows that the history of the island’s ancient States consists of the fluid regional histories of many polities: some of them remain archaeologically invisible and mysterious to this day ; a few others appear historically less elusive because they achieved a degree of longevity as Iron Age “kingdoms” to the end of the fourth century BC.

3Dans les deux dernières décennies, l’étude de Chypre à l’âge du Fer s’est éloignée de manière graduelle mais décisive des narrations ethniques (« hellénisation » et également « phénicisation »). Les interprétations coloniales ont commencé à disparaître pour laisser progressivement place à une méthodologie de recherche « chyprocentrique », qui considère le développement des micro-États chypriotes comme un phénomène de longue durée, caractérisé par des continuités, des transformations et des périodes de transition au niveau des établissements et du paysage, plutôt que par des ruptures brutales qui sépareraient le Bronze Récent de l’âge du Fer.

4Cet article montre que l’histoire des anciens États de l’île consiste en des histoires régionales fluides de plusieurs entités politiques : certaines d’entre elles restent archéologiquement invisibles et mystérieuses à ce jour ; d’autres apparaissent moins fuyantes du point de vue historique parce qu’elles ont atteint une certaine longévité comme « royaumes » de l’âge du Fer jusqu’à la fin du ive s. av. J.-C.

Artemis Georgiou, Ceramic Fluidity and Regional Variations: Elucidating the Transformed Ceramic Industry of Finewares in Cyprus at the Close of the Late Bronze Age

5The collapse of the palace-based political entities of the Aegean, Anatolia and the Levantine coast, as well as the breakdown of the Late Bronze Age economic system at the dawn of the 12th century BC, did not leave Cyprus unaffected. The horizon of the Mediterranean-wide “crisis” corresponds to the restructuring of Cyprus’ settlement pattern and the transformation of its material culture. The forceful processes that ensued during the critical years around 1200 BC are best illustrated by the island’s transformed ceramic industry. By means of a macro-historic and holistic methodology, this contribution elucidates the developments that resulted in the abandonment of the centuries-old handmade wares of the island and aims to untangle the currently perplexing evidence for the establishment of Aegean-style finewares in Cyprus as the island’s tableware pottery par excellence.

6L’effondrement des entités politiques palatiales de l’Égée, d’Anatolie et de la côte levantine, aussi bien que la chute du système économique de l’époque du Bronze Récent à l’aube du xiie s. av. J.-C. ont eu des répercussions à Chypre. L’horizon de la « crise » méditerranéenne correspond à la restructuration du système d’établissements chypriote et à la transformation de sa civilisation matérielle. Les processus vigoureux qui ont suivi pendant les années critiques de 1200 env. av. J.-C. sont très bien illustrés par les transformations dans l’artisanat de la céramique de l’île. Par le biais d’une approche macro-historique et holistique, cette contribution éclaire les développements qui aboutissent à l’abandon des techniques séculaires de fabrication manuelle dans l’île, et vise à clarifier les ambiguïtés de la recherche récente qui présente l’introduction de la céramique fine égéenne à Chypre comme la vaisselle de table par excellence dans l’île.

Anna Georgiadou, La dimension régionale des échanges entre Chypre et le Levant à l’époque chypro-géométrique (xie-viiie s. av. J.-C.)

7Fondé sur les centres de fabrication céramique de l’époque Chypro-Géométrique (xie-viiie s. av. J.-C.), cet article propose une synthèse de la documentation céramique, à savoir des importations levantines à Chypre et des exportations chypriotes au Levant, afin d’éclairer la portée régionale des contacts entre Chypre et le Levant au début de l’âge du Fer. Il dévoile ainsi des disparités dans les contacts commerciaux et culturels des différents sites de l’île.

8On the basis of the pottery production centres of the Cypro-Geometric period (11th-8th c. BC), this paper offers a synthesis of the ceramic evidence, especially the Levantine imports in Cyprus and the Cypriot exports to the Levant, in order to illuminate the regional scope of the contacts between Cyprus and the Levant in the Early Iron Age. Thus, this study demonstrates differences among the Cypriot sites in these commercial and cultural exchanges.

Elisavet Stefani, Yiannis Violaris, New Evidence on the Early History of the City-Kingdom of Amathous: Built Tombs of the Geometric Period at the Site of Amathous-Loures

9This paper presents a newly discovered archaeological site, systematically under excavation since 2009 by the Department of Antiquities (Cyprus), in the area of Amathous-Loures. The site, lying at a distance of about 1 km to the east of the acropolis of the city, provides new evidence regarding the funerary and possibly other ritual practices during the Iron Age, from the Geometric to the Hellenistic period. The importance of this site lies in the fact that it provides fresh information relating to the early phases of a city-kingdom, the origins of which are still to be traced.

10Cet article présente un site archéologique récemment découvert, qui fait l’objet depuis 2009 d’une fouille programmée du Département des Antiquités (Chypre) dans la région d’Amathous-Loures, à 1 km environ à l’est de l’acropole. Il apporte de nouveaux éléments sur les pratiques funéraires et autres pratiques cultuelles à l’âge du Fer, de la période géométrique jusqu’à l’époque hellénistique. L’importance de ce site réside dans le fait qu’il fournit des nouvelles informations sur les premières phases de la cité-royaumes, dont les origines sont encore à découvrir.

Eustathios Raptou, La ville et ses nécropoles : contribution à la topographie de Palaepaphos

11L’organisation spatiale de Palaepaphos depuis ses origines jusqu’à la fondation de Nea Paphos au début de la période hellénistique fait toujours l’objet d’un vif débat malgré la longue et intense exploration du site, essentiellement dans les dernières décennies. L’étendue de la ville où siégeait le roi de Paphos, la question de l’existence d’un centre politique, la répartition de l’espace urbain entre zones pour les vivants et zones pour les morts, espaces sacrés et d’autres, sont quelques-unes des questions qui restent ouvertes. Les fouilles en cours du Département des Antiquités de Chypre dans la région du village de Kouklia, en particulier dans des secteurs jusqu’ici délaissés, ont révélé de nombreux nouveaux témoignages, vestiges architecturaux, tombes, sanctuaires, répartis sur toutes les périodes chronologiques, qui permettent de réévaluer certaines théories exprimées anciennement sur la topographie de la ville.

12The spatial organisation of Palaepaphos, from its origins to the foundation of Nea Paphos in the early Hellenistic period, remains a subject for lively debate despite long and intensive exploration of the site, particularly in the last few decades. The extent of the town in which the King of Paphos resided, the issue of the existence of a political centre, the organization of the urban space among areas for the living and for the dead, sacred spaces and others, are some of the still unanswered questions. Ongoing excavations by the Department of Antiquities of Cyprus in recent years around Kouklia village, especially in areas which hitherto had not attracted major scientific interest, have revealed new evidence such as architectural remains, tombs and sanctuary sites, dating from various chronological phases. The finds permit the re-evaluation of certain opinions expressed previously regarding Palaepaphos topography.

Isabelle Tassignon, Le grand dépôt « à l’amphore » du palais d’Amathonte, marqueur d’une ère nouvelle

13La découverte, dans les fouilles récentes du palais d’Amathonte, d’un dépôt de fondation est remarquable à plus d’un titre. Composé d’une amphore remplie des ossements de la patte arrière gauche d’un Bos Taurus de 2 ans, il avait été placé sur le rocher et dans une cavité creusée dans le remblai préparatoire du sol archaïque. Il se distingue donc des autres dépôts de marmites, bien connus au palais d’Amathonte, par l’importance de son contenu et par sa place au cœur des magasins du Palais. Le choix d’un bovin d’environ 2 ans – animal rarement sacrifié et peu consommé, surtout à cet âge – en dit long sur le caractère tout à fait exceptionnel de cette fondation. Ceci pourrait être le témoignage de nouvelles ambitions, à mettre peut-être en parallèle avec le réaménagement du sanctuaire de la déesse, sur l’acropole, à la fin du CA I. Ceci pourrait aller de pair avec une consolidation du royaume et l’affirmation de son identité culturelle, attestées sur l’île à la fin du viie s.

14The discovery, in the recent excavations of the Palace of Amathous, of a foundation deposit, is remarkable in more ways than one. Composed of an amphora containing the bones of the left hind hoof of a two-year-old Bos Taurus, it had been placed on the bedrock and into a cavity in the preparation layers of the Archaic floor. It differs from the other well-known “cooking-pot deposits” in the Palace of Amathous in the importance of its content and its location in the heart of the Palace storehouses. The choice of a two-year-old ox – rarely sacrificed and consumed, especially at that age – testifies to the quite exceptional character of this foundation deposit. This could be the demonstration of new ambitions, possibly linked to the redevelopment of the sanctuary of the goddess on the acropolis, at the end of CA I. This would go hand in hand with a consolidation of the kingdom and an affirmation of its cultural identity, documented on the island at the late seventh century.

Sabine Fourrier, Salamine de l’époque géométrique à la fin de l’époque classique : les espaces urbains

15S’appuyant sur les archives de la mission archéologique française de Salamine, cet article étudie les différents espaces urbains et périurbains explorés par les fouilles et en retrace l’occupation de l’époque géométrique à la fin de l’époque classique. La comparaison avec d’autres sites permet de s’interroger sur les continuités et les ruptures qui marquent l’histoire de la ville.

16This article relies on the archives of the French Archaeological Mission at Salamis. It describes the various urban and periurban spaces found during the French excavations and it defines their occupation phases from the Geometric until the end of the Classical period. The topography of Salamis is then compared with other major urban centres, and issues concerning the existence of continuities and breaks are raised.

Anna Satraki, Ptolin Edalion: Transitions and Breaks in the Life of an Inland Cypriot City-State

17After almost two centuries of intense archaeological activity in the area of modern Dali, a number of issues regarding the emergence and the geopolitical consolidation of the inland city-kingdom of Idalion are still unsolved. The aim of the present study is to examine the available archaeological and epigraphic evidence that pertains to the Idalion polis and chora from the Late Bronze Age to the end of the era of the Cypriot city-kingdoms in an effort to elucidate Idalion’s political organization, both as an autonomous city-kingdom and as part of a unified “Kition and Idalion” polity.

18Après presque deux siècles d’activité archéologique intense dans la région du village moderne de Dali, un certain nombre de questions concernant la naissance et la consolidation géopolitique du royaume d’Idalion, situé à l’intérieur de l’île, reste sans réponse. L’objectif de la présente étude est d’examiner les données archéologiques et épigraphiques disponibles concernant la polis et la chora d’Idalion, de l’âge du Bronze Récent jusqu’à la fin de la période des cités-royaumes chypriotes, dans le but d’élucider l’organisation politique d’Idalion, aussi bien en tant que cité-royaume autonome, qu’en tant que partie d’une entité politique unitaire avec Kition.

Joanna S. Smith, The Changing Urban Landscape of Marion

19Remains from the ancient city of Marion (modern Polis Chrysochous) on Cyprus are most plentiful for periods that postdate the earliest possible written reference to the city as Nuria on the prism of Esarhaddon from 673/2 BCE. The city is best known in ancient history due to a cultural break when Marion was destroyed in 312 BCE. and later resettled and renamed Arsinoe. In scholarship, citations most often refer to Marion’s Attic imports and its Hellenic profile. This paper examines transitions and breaks in the urban development of Marion using ancient written references, funerary remains, the settlement as defined through excavations by Princeton University, and survey evidence. In addition to reconsideration of the city’s better-known forms in the Cypro-Archaic and Cypro-Classical periods, it also references Marion’s variety of regional and off-island connections throughout its history and focuses on the lesser-known origins of the city in the Cypriot Late Bronze Age and Cypro-Geometric periods. The dispersed Late Bronze Age evidence for mortuary practice and habitation may outline the settlement’s early form and the Cypro-Geometric period marks the first concentrated and continuous settlement in the region.

20Les vestiges de la cité antique de Marion de Chypre (aujourd’hui Polis Chrysochous) sont plus abondants pour les périodes qui suivent la plus ancienne référence possible à la cité sous le nom de Nuria, dans le prisme d’Asarhaddon du 673/2 av. n.-è. La cité est très bien connue dans l’histoire ancienne par la rupture culturelle qui intervint lorsque Marion fut détruite en 312 av. n.-è., et refondée ensuite sous le nom d’Arsinoé. Dans les études, on fait souvent référence aux importations attiques à Marion et à son faciès hellénique. Cet article examine transitions et ruptures dans le développement urbain de Marion en utilisant les témoignages littéraires antiques, les vestiges funéraires, l’établissement tel qu’il a été découvert par les fouilles de l’université de Princeton et les données de prospection. En plus du réexamen des formes, assez bien connues, qu’adopte la cité pendant les périodes Chypro-Archaïque et Chypro-Classique, il fait aussi référence à la variété de relations régionales et extra insulaires de Marion au cours de son histoire et se focalise sur les origines de la cité à l’âge du Bronze Récent et à la période Chypro-Géométrique, moins bien connues. Les données dispersées de l’âge du Bronze Récent concernant les pratiques funéraires et l’habitat pourraient suggérer la première forme de l’établissement, et la période Chypro-Géométrique correspond au premier établissement concentré et continu dans la région.

Antigoni Zournatzi, Cyprus in the Achaemenid Rosters of Subject Peoples and Lands

21To date references to Cyprus, as a possession, remain difficult to recognize in the Achaemenid record. The present discussion focuses on the testimony of the rosters of subject peoples and lands that are featured in surviving Achaemenid monumental inscriptions. It supports the view that, though Cyprus as such is not mentioned in these rosters, it is nonetheless evoked as the (western) maritime holding par excellence of the Persian kings. Indications in support of this interpretation derive from geographical and historical parameters that arguably determined the order of entries in the various rosters, references in classical Greek texts, and certain telling convergences between the Achaemenid and earlier Mesopotamian imperialist ideology and conquest vocabulary.

22Les références à Chypre comme une possession achéménide restent difficiles à évaluer. Cet article utilise les listes des peuples et des terres contenues dans des inscriptions monumentales connues achéménides pour soutenir que, si Chypre, en tant que telle, n’est pas mentionnée dans ces listes, elle est néanmoins évoquée comme la possession maritime (occidentale) par excellence des rois perses. L’auteur s’appuie pour cela sur l’études des paramètres géographiques et historiques qui déterminent l’ordre des entrées dans les différentes listes, de mentions dans les textes grecs classiques et de certaines convergences révélatrices entre l’idéologie impérialiste et le vocabulaire de conquête des Achéménides et de leurs prédécesseurs mésopotamiens.

Artemis Karnava, The Syllabic Inscriptions of Amathous: Past and Present.

23Amathous and its surroundings testify to the use of the common Cypriot syllabary for the production of some 50 syllabic inscriptions. Although the number presents no match for Paphos (with over 500 inscriptions) and Marion (with over 300 inscriptions), or even Egypt with its rock-carved ‘signatures’ (over 140 inscriptions), it puts Amathous together with Kourion and Salamis in terms of the quantity of known syllabic inscriptions, barely behind Kafizin and Golgoi (with 70 inscriptions each). What is impressive in the case of Amathous however is not so much the quantity of syllabic inscriptions, but the variety of its syllabic epigraphic material, with numerous incised and painted vase inscriptions, carved stone inscriptions (tombstones and dedications), a stone seal as well as coinage. Some of its biggest stone inscriptions remain enigmatic in their content, due to the fact that they are suggested to have recorded a language other than Greek, the conventionally called ‘Eteocypriot’, the presumed native tongue of the inhabitants ; among the stone inscriptions, a now lost bilingual and biscript stone inscription stands out. The main bulk of the syllabic epigraphic material dates to the Classical and Hellenistic periods and a few inscriptions date back to the Archaic period. All the known and surviving syllabic inscriptions from Amathous have been documented in the course of study for a corpus of Cypriot syllabic inscriptions of the 1st mill. BC and are included in the forthcoming first volume of the corpus. The paper will focus on old and new syllabic material from Amathous, so as to address some of the main issues within Amathousian epigraphy pertaining to its palaeography, dating and history.

24Amathonte et sa région témoignent de l’usage du syllabaire chypriote commun pour la rédaction de 50 inscriptions syllabiques environ. Même si ce nombre n’est pas comparable à celui qu’on connaît pour Paphos (plus de 500 inscriptions) et Marion (plus de 300 inscriptions), ou même pour l’Égypte, avec ses « signatures » sous forme de graffitis (plus de 140 inscriptions), il permet de mettre Amathonte au même niveau de Kourion et Salamine en termes de quantité d’inscriptions syllabiques connues, à peine derrière Kafizin et Golgoi (avec 70 inscriptions chacun). Ce qui est frappant dans le cas d’Amathonte toutefois n’est pas tant la quantité d’inscriptions syllabiques, mais la variété du matériel épigraphique syllabique, avec de nombreuses inscriptions incisées et peintes sur vases, des inscriptions gravées sur pierre (épitaphes et dédicaces), un seau en pierre et le monnayage. Certaines parmi les plus longues inscriptions sur pierre restent énigmatiques en ce qui concerne leur contenu, à cause du fait qu’elles sont supposées transcrire une langue autre que le grec, appelée conventionnellement « étéochypriote », la langue originaire présumée de la population. Parmi les inscriptions sur pierre, est particulièrement remarquable une inscriptions bilingue digraphe aujourd’hui perdue. La majorité du matériel épigraphique syllabique est daté des périodes classique et hellénistique, et quelques inscriptions remontent à la période archaïque. Toutes les inscriptions d’Amathonte connues et conservées ont été documentées à l’occasion de l’étude pour un corpus des inscriptions chypriotes syllabiques du Ier mill. av. J.-C. et sont incluses dans le premier volume du corpus à paraître. L’article se concentre sur le matériel syllabique d’Amathonte, de découverte aussi bien ancienne que récente, afin de traiter certaines des questions principales relatives à l’épigraphie amathousienne, concernant sa paléographie, sa chronologie et son histoire.

Massimo Perna, La grande inscription d’Amathonte (ICS 194 + 195) : une nouvelle étude épigraphique. Rapport préliminaire

25Cet article est consacré à l’étude de la grande inscription d’Amathonte (AM 799a et b), trouvée à Chypre par P. Perdrizet pendant l’été 1896 et conservée au Musée du Louvre à partir du 1898. Tout d’abord sont prises en considération les circonstances de la découverte des pierres, qui ont été considérées, jusqu’à présent, comme deux fragments du linteau d’une tombe monumentale. En second lieu, l’auteur présente une analyse paléographique des signes, en essayant de comprendre s’il s’agit d’une seule inscription ou au contraire de deux inscriptions différentes, en discutant en même temps les lectures de Meriggi, Vendryes, Petit et plus récemment d’Olivier. L’analyse des signes a été effectuée directement sur les pierres à l’occasion de deux différentes périodes d’étude au Louvre, qui ont permis de réaliser un dessin nouveau de l’inscription, en profitant aussi des nouvelles photos.

26This paper is devoted to the study of the large Amathous inscription (AM 799a et b) found in Cyprus by P. Perdrizet during the summer 1896 and kept at the Louvre museum since 1898. First, the circumstances of the discovery of the stones, which until now have been considered as two fragments of the lintel of a monumental tomb, are taken into account. Secondly, the paper presents a palaeographic analysis of the signs, trying to understand if they belong to one single inscription or two different texts, examining at the same time the readings proposed by Meriggi, Vendryes, Petit, and recently Olivier. The analysis of the signs has been conducted directly on the stones during two study seasons at the Louvre, which have allowed to realise a new drawing of the inscription.

Evangéline Markou, Quelques réflexions sur le monnayage d’Amathonte de l’époque classique

27Contrairement à d’autres monnayages chypriotes en argent des périodes archaïques et classiques, le monnayage émis par les rois d’Amathonte a été étudié à deux reprises et en détail par Michel Amandry. Il a réalisé une première étude des monnaies en 1984 et puis, presque quinze ans plus tard, une étude revue avec l’ajout de monnayages inconnus auparavant. Cet article s’interroge sur deux thèmes majeurs qui concernent l’histoire des royaumes chypriotes de la période classique et qui font encore l’objet de recherches : l’attribution des émissions en argent d’Amathonte dites « d’Évagoras Ier », avec la lettre grecque « E », et la datation de la série dite « de Rhoïkos », avec le signe en syllabaire chypriote (ro).

28Contrary to other royal Cypriot silver coinages of the Archaic and Classical periods, the coinage minted by the kings of Amathous was studied twice and in detail by Michel Amandry. The researcher produced a first coin die study in 1984, and then, almost fifteen years later, a revised study with the addition of previously unknown coinages. The present contribution aims to open the discussion on two major questions regarding the history of the Classical-period kingdoms that still concern the research: the attribution of the so called “Evagoras I” silver issues of Amathous with the Greek letter “E” and the dating of the so-called “Rhoïkos” series with the Cypriot syllabic sign (ro).

Despina Pilides, The Transition from the Classical to the Hellenistic Period at the Settlement of the Hill of Agios Georgios, Nicosia

29The material from the excavations at the Hill of Agios Georgios, Nicosia gives the possibility to investigate the changes that occurred at the end of the 4th century. It seems that the settlement merited the attention of the new rulers who wished to invest in its reorganization at this time. Perhaps its geographical position in the center of the island, as an entrepôt between Salamis and Soloi, its location in a fertile plain and its importance as a religious center might have been such determining factors that influenced the above policy. The study of the ceramics, the coins, the terracotta and stone sculpture gradually provide evidence that an existing economically viable settlement was taken over and exploited in the most efficient manner. Its character remained essentially the same with the exception of a new cast of religious and other symbolic elements.

30Le matériel des fouilles de la colline d’Agios Georgios à Nicosie offre la possibilité d’étudier les changements qui se sont produits à la fin du ive siècle. L’établissement semble avoir attiré l’attention des nouveaux gouvernants, qui ont souhaité investir dans sa réorganisation. Sa position géographique au centre de l’île, sa qualité de centre commercial entre Salamine et Soloi, son emplacement dans une plaine fertile et son importance en tant que centre religieux ont pu être des facteurs déterminants qui ont influencé une telle politique. L’étude de la céramique, des monnaies, des terres cuites et de la sculpture en pierre sont en train de montrer qu’un établissement existant et économiquement viable a été repris et exploité de la manière la plus efficace. Son caractère est resté essentiellement le même, mais avec l’introduction de nouveaux éléments religieux et symboliques.

Pierre Aupert, Claire Balandier, Amathonte après la fin du royaume : la ville sous les Antigonides et les premiers Lagides

31La dynastie d’Amathonte disparaît en même temps que celles des autres souverains de Chypre, pour faire place aux successeurs d’Alexandre. La vie locale fut-elle affectée par ce bouleversement politique ? Dans le domaine religieux, les dédicaces, relativement nombreuses, à Arsinoé, ainsi que l’apparition d’Isis et de Sarapis, trahissent l’instauration d’une nouvelle idéologie qui, comme plus tard celle liée au culte impérial, installe le culte du souverain lagide au côté de celui de la divinité poliade. Les dieux traditionnels continuent à provoquer le même type d’offrandes, avec toutefois un regain à l’époque hellénistique. La rentrée politique de la ville s’opère, au début du iiie s., avec la mise en chantier d’une nouvelle muraille, qui avorte rapidement, car, dès les années 280, l’entreprise est suspendue. En revanche, l’on y substitue la construction d’un nouveau temple d’Aphrodite (« dans les stèles »), à la porte Nord de la ville basse. Mais ce renouveau de la vie religieuse se manifeste surtout dans la construction du premier bâtiment religieux consacré à l’Aphrodite chypriote au sommet de l’acropole vers la fin du iie s. La construction publique est également attestée sur le plan civil, au iie s., par l’installation d’un balnéaire entre l’agora et le port, par les premières stoas, voire par l’aqueduc Nord et la fontaine monumentale de cette même agora. Ce sont les signes les plus visibles du passage du régime royal à la démocratie dirigée. Ce qui caractérise donc le renouveau hellénistique, c’est d’abord son caractère tardif, mais c’est aussi son ampleur et l’apparition d’interventions privées dans le développement urbain.

32The dynasty of Amathous disappeared at the same time as those of the other Cypriot kingdoms, to be replaced by Alexander’s successors. Was the local community affected by this political upheaval? In the religious domain, the rather numerous dedications to Arsinoe and the appearance of Isis and Serapis reveal the emergence of a new ideology which, as the one related to the imperial cult later on, introduces the worship of the Ptolemaic ruler alongside that of the city god. The traditional gods continue to receive the same type of offerings, with a revival in the Hellenistic period. The city’s political comeback takes place at the beginning of the 3rd c. with the start of construction on a new city-wall, which is rapidly abandoned as early as 280. However, a new temple of Aphrodite (“in the stelae”) is built at the north gate of the lower town. But this religious renewal is most evident in the construction of the first religious building dedicated to Cypriot Aphrodite on the top of the acropolis towards the end of the 2nd c. Public secular building initiatives are also known during the 2nd c., such as the installation of public baths between the agora and the harbour, the first stoas, and the north aqueduct and the monumental fountain in the agora. These are the most visible signs of the transition from the royal regime to a form of managed democracy. What characterises the Hellenistic renewal is then first of all its belated character, but also its extent, and the appearance of private interventions in the urban development.

Demetrios Michaelides, Giorgos Papantoniou, The Advent of Hellenistic Cyprus

33To date, with some notable exceptions, scholarship has presented the passing from the Classical to the Hellenistic period in Cyprus in a summary way, usually in order to state that this was the beginning of a process during which Cypriot art and culture in general lost their individuality. This was attributed to the fact that the island came to form part of a large koine – a process that was completed with the arrival of the Romans. This passage, however, was a much more complex event than usually assumed. The whole administrative structure of Cyprus changed dramatically: from an island consisting of a number of competing autonomous kingdom-polities, it became a single entity governed by a foreign ruler. Admittedly it was not independent in the sense that it formed part of the kingdom of the Ptolemies. It had, however, its own administrative system that took care of the entire island and, by probably the end of the 3rd / early 2nd century BC, it had its first-ever official capital, Nea Paphos. The Macedonian Greek culture that the Ptolemies carried with them did indeed filter into the life-ways of the local population. Nonetheless, Cypriot traditions carried on, sometimes independently and sometimes in combination with the newly imported culture, much as happened in Egypt itself. The paper will examine the changes that came about after the island fell under the influence of Ptolemaic culture, and attempt to define the extent to which this penetrated the different layers of Cypriot society. Not only new styles (in, say, sculpture) but also new forms of art (e.g. pebble mosaics) were introduced ; but did this apply to the whole island ? It would seem not, since some “indigenous” forms of artistic expression went on in tandem with the newly introduced ones – often influenced by them but preserving an unmistakable Cypriot character that carries with it age-old local traditions.

34À ce jour, avec quelques exceptions notables, la recherche a toujours présenté la transition de la période classique à la période hellénistique d’une manière sommaire, généralement dans le but d’affirmer que cela a été le début d’un processus pendant lequel l’art et la civilisation chypriotes en général ont perdu leur particularité. Cela a été attribué au fait que l’île a intégré une koiné plus vaste – un processus qui a été complété avec l’arrivée des Romains. Cette transition, toutefois, fut un événement beaucoup plus complexe que ce qu’on estime d’habitude. Toute la structure administrative de Chypre subit un changement radical : d’île divisée en nombre de royaumes-cités autonomes en compétition entre eux, elle devint une entité unitaire gouvernée par un administrateur étranger. Certes, elle n’était pas indépendante dans la mesure où elle était partie du royaume des Ptolémées. Elle avait toutefois son propre système administratif qui régissait l’ensemble de l’île et, à partir probablement de la fin du iiie / début du iie s. av. J.-C., sa première capitale officielle, Nea Paphos. La culture grecque macédonienne que les Ptolémées amenaient avec eux s’est effectivement infiltrée dans les styles de vie de la population locale. Toutefois, de la même manière qu’en Égypte, où les traditions pharaoniques antérieures ont perduré, parfois indépendamment, parfois en combinaison avec la nouvelle civilisation importée, à Chypre s’est produit vraisemblablement quelque chose de similaire. L’article examine les changements survenus après que l’île fut tombée sous l’influence de la culture ptolémaïque, et tente de définir la mesure dans laquelle cela a pénétré les différents niveaux de la société chypriote. On introduit non seulement des nouveaux styles (par exemple, en sculpture), mais aussi des nouveaux arts (la mosaïque de galets) ; mais cela concerne-t-il l’ensemble de l’île ? Il semblerait que non, puisque certaines formes d’expression artistique « indigène » ont perduré en parallèle avec d’autres d’introduction récente – souvent influencées par celles-ci, tout en préservant un caractère chypriote indéniable qui renvoie à des traditions séculaires.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search