Version classiqueVersion mobile

Les royaumes de Chypre à l’épreuve de l’histoire

 | 
Anna Cannavò
, 
Ludovic Thély

Partie IV – Vers une nouvelle époque ? La transition classique/hellénistique

Amathonte après la fin du royaume  : la ville sous les Antigonides et les premiers Lagides

Pierre Aupert et Claire Balandier

Résumé

La dynastie d’Amathonte disparaît en même temps que celles des autres souverains de Chypre, pour faire place aux successeurs d’Alexandre. La vie locale fut-elle affectée par ce bouleversement politique ? Dans le domaine religieux, les dédicaces, relativement nombreuses, à Arsinoé, ainsi que l’apparition d’Isis et de Sarapis, trahissent l’instauration d’une nouvelle idéologie qui, comme plus tard celle liée au culte impérial, installe le culte du souverain lagide au côté de celui de la divinité poliade. Les dieux traditionnels continuent à provoquer le même type d’offrandes, avec toutefois un regain à l’époque hellénistique. La rentrée politique de la ville s’opère, au début du iiie s., avec la mise en chantier d’une nouvelle muraille, qui avorte rapidement, car, dès les années 280, l’entreprise est suspendue. En revanche, l’on y substitue la construction d’un nouveau temple d’Aphrodite (« dans les stèles »), à la porte Nord de la ville basse. Mais ce renouveau de la vie religieuse se manifeste surtout dans la construction du premier bâtiment religieux consacré à l’Aphrodite chypriote au sommet de l’acropole vers la fin du iie s. La construction publique est également attestée sur le plan civil, au iie s., par l’installation d’un balnéaire entre l’agora et le port, par les premières stoas, voire par l’aqueduc Nord et la fontaine monumentale de cette même agora. Ce sont les signes les plus visibles du passage du régime royal à la démocratie dirigée. Ce qui caractérise donc le renouveau hellénistique, c’est d’abord son caractère tardif, mais c’est aussi son ampleur et l’apparition d’interventions privées dans le développement urbain.

Texte intégral

Introduction : androklès et la fin du royaume

  • 1 Amandry 1984, p. 75.
  • 2 Non plus que la Cyrénaïque, cf. Will 1960, p. 373-374, notamment note 16, p. 374. Rappelons que c’e (...)
  • 3 Hellmann, Hermary 1980, p. 259-266 ; s’y ajoute une inscription digraphe et bilingue mentionnant po (...)
  • 4 Un inventaire délien mentionne la dédicace par Androklès d’une couronne en or dans le temple d’Apol (...)
  • 5 Ces souverains étaient ceux des royaumes de Kition, de Lapéthos, de Keryneia et de Marion.
  • 6 P. Marchetti dans Aupert 1978, p. 948.
  • 7 Aupert, Hermary 1983, p. 965.
  • 8 Destruction attribuée à Ptolémée par Aupert 1996, p. 53-54. Des monnaies de Démétrios peuvent effec (...)

1Amathonte rompt l’obédience à la perse et intègre le monde grec en aidant Alexandre le Grand dans son siège de Tyr en 332. Son dernier roi, Androklès, pour prix de son allégeance au souverain macédonien, au même titre que les autres rois chypriotes, conserve les rênes du pouvoir, mais son atelier frappe monnaie au nom du conquérant à partir de 329-3281. À la mort d’Alexandre en 323, Chypre n’est pas officiellement dépendante de son héritier2, Perdikkas, qui toutefois la revendique. Elle ne tarde pas à aiguiser l’appétit de l’un des diadoques, Ptolémée, fils de Lagos, qu’Androklès soutient lorsqu’il entreprend une première fois de prendre le contrôle de l’île en 321. Le roi d’Amathonte contribue en effet, aux côtés des rois de Salamine, de Paphos et de Soloi, à renforcer la flotte de celui qui n’était encore que satrape d’Égypte et qui assiégeait la ville de Marion, fidèle à Perdikkas. Ce dernier organise la contre-attaque, mais est assassiné cette même année. Les auteurs anciens ne nous apprennent rien sur les événements qui s’ensuivirent. Le plus probable est que, Marion une fois prise ou ralliée, l’île est passée sous l’obédience du Lagide. Cela expliquerait qu’Antigone le Borgne ait tenté de se rallier les rois de Chypre en 315, désireux, lui aussi, de renforcer ses possessions maritimes en Méditerranée orientale. Quoi qu’il en soit, Androklès règne et se range encore aux côtés de Ptolémée. Cet engagement fut-il moins net qu’auparavant ? Il fut en tout cas contraint de remettre des otages à Séleucos, après une série de victoires obtenues par cet allié de Ptolémée dans l’île. Nous ne savons pas exactement quand il a dédié des statues de ses fils, Orestheus et Andragoras, à l’Aphrodite de l’acropole d’Amathonte3, mais son offrande de couronnes d’or à l’Apollon de Délos date de 3134 : il régnait donc encore. Il ne faisait pas partie, en 312, des souverains exécutés ou détrônés par Ptolémée, pour prix de leur trahison5. Si Nikoklès de Paphos et Nikokréon de Salamine semblent avoir dû renoncer au pouvoir en 310-309, Androklès paraît être l’un des derniers souverains à conserver sa royauté de même, probablement, que Pasikratès de Soloi. Il fut sans doute mis à nouveau à contribution pour aider Ptolémée à renforcer sa flotte et à faire face au siège conduit par Démétrios, le fils d’Antigone, par terre et par mer, contre Ménélaos, le frère de Ptolémée, réfugié dans les murs de Salamine. En 306, Démétrios l’emporte et c’est au plus tard à cette date qu’Androklès disparaît de la scène politique. Le vainqueur a en effet dû s’empresser de mettre la main sur un royaume continûment hostile et qui avait un réel potentiel maritime, si l’on en juge par l’apport régulier d’Androklès à la flotte de Ptolémée lors des différentes interventions de celui-ci dans l’île entre 321 et 306. Il lui fallait aussi occuper, symboliquement, le centre de ce pouvoir, c’est-à-dire le palais. La fin de celui-ci a peut-être en effet connu deux étapes. Un petit trésor de sept monnaies, homogènes, au nom d’Antigone le Borgne (306-301), trouvé sur le sol du ive s. av. n.è.6, permet en effet de supposer une occupation ponctuelle – du moins de ses entrepôts – à cette période, avant l’abandon du bâtiment, comme le confirme la céramique laissée sur le même sol. Deux autres monnaies, cette fois au nom de Démétrios Poliorcète, découvertes dans la couche d’incendie du même palais7, indiquent enfin que cette ruine s’est produite entre le moment où ce général, fils d’Antigone, a frappé monnaie en son nom, soit en 296, et sa défaite de 294. Il ne fut certainement pas étranger à l’événement : si la royauté amathousienne avait pu survivre à la prise de contrôle de l’île par Ptolémée, en revanche, elle disparut visiblement avec les Antigonides, qui ont procédé à une sorte de damnatio memoriae d’un roi demeuré constamment fidèle à Ptolémée, avec la destruction radicale du symbole de son pouvoir8. Les derniers royaumes chypriotes semblent donc avoir désormais tous disparu au lendemain de la victoire du Poliorcète à Salamine en 306 av. n.è. et du passage consécutif de Chypre sous obédience antigonide pour douze ans. Qu’advient-il alors d’Amathonte ?

Amathonte, arsenal antigonide ?

  • 9 Empereur 1993, p. 135 ; Empereur, Koželj 2017.
  • 10 Balandier 2014b, I, p. 263-265, fig. 31 et p. 285-287, fig. 46-48 ; II, p. 8, fig. 2 et p. 88-91, f (...)
  • 11 Balandier 2014b, I, p. 263 sq. P. Leriche avait déduit de son étude de l’enceinte d’Ibn Hani qui co (...)
  • 12 On attend beaucoup de la fouille conduite par Jean-Baptiste Humbert (École Biblique et Archéologiqu (...)

2Les premiers témoignages archéologiques dont nous disposons pour le début de la période succédant à la fin des royaumes concernent précisément celle pendant laquelle les Antigonides ont contrôlé Chypre, soit entre 306 et 294. Ce sont ces derniers, une fois maîtres de l’île et autoproclamés rois, qui ont vraisemblablement fait procéder à la construction de môles, formés d’assises uniquement faites de boutisses, pour créer un port externe (fig. 1-2). Les résultats des fouilles conduites par J.-Y. Empereur ont en effet montré que cette entreprise a commencé autour de 300 av. n.è.9. La technique de construction de ces môles connaît trois parallèles frappants sur la côte levantine : le même appareil, recourant à des boutisses seules, a pu être observé dans les vestiges d’une tour circulaire immergée (fig. 3) dans le port de la Tour de Straton (devenue Césarée), dans la courtine et la tour de Ptolémaïs, mises au jour à Acco, et, enfin, à Samarie (fig. 4), dans une tour circulaire de la ville haute10. Ces trois constructions ont été datées du début du iiie s. av. n.è. À ce jour, ce type d’appareil n’était connu que dans des bâtiments érigés à l’initiative des Lagides ou des Séleucides11. Sa présence à Amathonte vers 300 invite donc à se demander si cette technique de construction n’est pas originaire de Macédoine, si les Antigonides ne sont pas les premiers à y recourir et si nous n’en aurions la première attestation dans le cas amathousien12.

Fig 1 — Plan simplifié des différentes phases de l’enceinte d’Amathonte.

Fig 1 — Plan simplifié des différentes phases de l’enceinte d’Amathonte.

Relevé : M. et T. Koželj ; DAO : P. Aupert.

3 

Fig 2 — Le môle Sud du port extérieur, avec son appareil de boutisses.

Fig 2 — Le môle Sud du port extérieur, avec son appareil de boutisses.

Cliché P. Aupert / EFA.

4 

Fig 3 — Plan de la tour à boutisses dans le port de la Tour de Straton (Césarée Maritime).

Fig 3 — Plan de la tour à boutisses dans le port de la Tour de Straton (Césarée Maritime).

Dessin E. Rossignol, in Balandier 2014b, p. 264, fig. 31.

5 

Fig 4 — La tour circulaire Nord-Ouest de l’acropole de Samarie.

Fig 4 — La tour circulaire Nord-Ouest de l’acropole de Samarie.

Cliché C. Balandier.

  • 13 Voir Aupert, Leriche 1994, p. 338, et les rapports publiés dans les BCH 114 (1990), 116 (1992), 119 (...)
  • 14 Une datation plus tardive a été envisagée dans Aupert, Leriche 1994, p. 338, mais une série de repr (...)
  • 15 Un tel dispositif de port intégré dans le périmètre défensif de la ville n’était pas une nouveauté (...)

6Il semble que, parallèlement à la construction du port externe, les Antigonides aient entamé la rénovation de l’enceinte (fig. 1). Les recherches conduites sur les défenses urbaines, aussi bien au sud qu’au nord de la ville, ont permis de montrer que certaines portions des remparts archaïques ont été l’objet de renforcements. À la porte nord, on commence à construire la tour-plateforme 3 et l’on renforce, par de nouveaux murs, la face arrière du mur de soutènement 24 dans l’intention de restructurer la courtine. Mais c’est au bord de mer et dans le secteur du port que ces éléments sont le plus visibles : quelques mètres à l’ouest de la porte archaïque sud-ouest, un énorme mur (fig. 5) en carreaux et boutisses, avec blocage au mortier, a été érigé, perpendiculairement au rivage13 et son ancrage prévu dans la falaise de l’acropole, au nord, avec une tour intermédiaire (fig. 1, no 3 et 4). Son extrémité sud faisait un retour vers l’est, le long du rivage en direction du port externe. Il n’en subsiste que des négatifs dans le substrat rocheux aujourd’hui immergé. Il date lui aussi des environs de 300 av. n.è.14. Trois cent mètres plus à l’est (fig. 1, no 9), subsiste un tronçon de mur, construit dans le même appareil isodome de blocs de grandes dimensions et à bossages et qui se dirige vers le môle. Ces vestiges semblent être en relation avec l’extrémité septentrionale du môle ouest. De même, l’extrémité méridionale du rempart est, en carreaux et boutisses également, est toujours visible à sa jonction avec le môle oriental (fig. 1, no 10 ; fig. 6). Ces deux vestiges, bien que ténus, nous permettent néanmoins d’émettre l’hypothèse selon laquelle Antigone et Démétrios ont été à l’initiative, non seulement de la construction du port externe d’Amathonte, mais aussi de sa fortification, en intégrant ce dernier au système défensif de la ville15. Deux autres éléments au moins témoignent de travaux de renforcement de l’enceinte : à l’est, la tour 6 (fig. 1, no 7) et au sud-est, la tour 7 (fig. 1, no 2 ; fig. 7). Cette dernière flanque une probable porte sud-est qui dessert le quartier du port et l’agora. Elle n’est pas datée directement, mais son appareil est identique à celui du grand mur ouest (fig. 1, n° 3 ; fig. 5), de la fin du ive ou du tout début du iiie s. av. n.è.

Fig 5 — Le rempart de la porte sud-ouest, vu vers le sud.

Fig 5 — Le rempart de la porte sud-ouest, vu vers le sud.

Cliché P. Aupert / EFA.

7 

Fig 6 — Rempart avançant sur l’extrémité nord du môle est du port externe.

Fig 6 — Rempart avançant sur l’extrémité nord du môle est du port externe.

Vue vers le Sud. Cliché P. Aupert / EFA.

8 

Fig 7 — Angle entre la tour 7 (au fond) et la courtine qui se dirige vers la porte est et le port (à gauche). Les flèches indiquent la couche d’abandon de la construction.

Fig 7 — Angle entre la tour 7 (au fond) et la courtine qui se dirige vers la porte est et le port (à gauche). Les flèches indiquent la couche d’abandon de la construction.

Cliché P. Aupert / EFA.

  • 16 Will 1982, p. 57 et p. 68.

9Antigone et Démétrios, puis Démétrios seul à partir de la mort de son père en 301, songeaient manifestement, en commençant ces travaux, à utiliser Amathonte – et Chypre en général – pour asseoir une base navale qui constituât un élément stratégique dans une politique de contrôle de la Méditerranée orientale, face à leur rival lagide, défait sur mer en 306. Rappelons que c’est à la même période que le Borgne et son fils Démétrios avaient mis la main sur les ports de Byblos, Sidon, Tripoli et que, en 305, Démétrios avait tenté de prendre le contrôle de Rhodes, dont il convoitait le potentiel maritime. Ce sont aussi les Antigonides qui sont « protecteurs » du koinon des Nésiotes, depuis 315, ce qui leur permet de mieux contrôler la mer Égée16, conscients de ce que la maîtrise des territoires passerait désormais par celle des mers. Or, en 305, au terme de plusieurs mois de siège, Démétrios a dû renoncer à se rendre maître de Rhodes et, en 301, il s’est fait ravir les ports phéniciens par Ptolémée, qui a pris le contrôle de la Syrie méridionale. On comprend ainsi mieux l’intérêt antigonide pour la situation géostratégique de Chypre, et d’Amathonte en particulier, en pleine Méditerranée orientale et face à l’Égypte lagide : le potentiel naval, en bateaux et en équipages, d’Amathonte avait été clairement illustré par le soutien répété d’Androklès à la flotte de Ptolémée.

  • 17 Découvert par la prospection générale de l’île entreprise par le Département des Antiquités dans le (...)
  • 18 Quilici 1985, p. 189.
  • 19 Balandier 2007, p. 153-154. L’hypothèse de la construction du premier port de Paphos par les Antigo (...)
  • 20 Yon 2006, p. 138.

10Cette entreprise de renforcement des villes n’est pas isolée à Chypre. Un autre site paraît témoigner de cet intérêt des Antigonides pour l’équipement maritime de Chypre, celui de Paleokastro, sur la côte ouest de la péninsule de Kormakiti17, une petite agglomération. Sa fouille a révélé un urbanisme orthonormé de type hippodamien (fig. 8) et une enceinte au tracé soigné, dont la première phase a été datée, sans plus de précision, de la « haute période hellénistique »18. Cette agglomération portuaire et fortifiée pourrait témoigner, comme à Amathonte, de l’importance stratégique et maritime de Chypre pour les Antigonides19. Enfin, on notera que la dernière phase d’aménagement des loges à trières du port de Kition (état 3) « doit se placer à la fin du ive s., sans qu’on puisse dire encore s’il est antérieur ou postérieur à l’instauration dans l’île du pouvoir ptolémaïque »20. On peut donc également se demander si Antigone et Démétrios, une fois maîtres de l’île, n’auraient pas réutilisé les installations portuaires de Kition entre 306 et 294.

Fig 8 — Plan de Paleokastro (Agia Irini).

Fig 8 — Plan de Paleokastro (Agia Irini).

D’après Quilici 1985, p. 182, fig. 1.

  • 21 Hermary 2007.
  • 22 Aupert 2009, p. 30-31.
  • 23 Tassignon 2013.
  • 24 Flourentzos 2007a ; Flourentzos 2008.

11Enfin, si la datation de la statue du Bès colossal découverte à proximité du port interne et de l’agora, sans doute au pied du versant sud-est de l’acropole, est bien des environs de 30021, l’on pourrait y voir l’indice selon lequel le vaste programme d’urbanisme défensif antigonide s’est doublé de la création d’un important sanctuaire dans cette zone22. C’est d’elle en effet que peuvent provenir ce Bès, trente-et-un fragments d’autres statues du même type23 et, de ses alentours occidentaux, une dédicace à Arsinoé et divers témoignages de cultes égyptiens24. Mais seule la fouille de cet espace qui s’étend à l’ouest du portique double de l’agora, qui lui donne accès, et au sud du « complexe administratif » pourrait permettre de vérifier ou non ce qui n’est pour l’instant qu’une hypothèse de travail.

12Il est difficile d’aller plus loin dans notre bilan de la présence antigonide à Amathonte. Faisons toutefois remarquer qu’elle correspond précisément à l’apogée de la puissance d’Antigone qui, en 306, est le seul des diadoques en mesure de se présenter comme l’héritier d’Alexandre, ce qu’il affirme du reste en s’autoproclamant roi. On comprend mieux aussi l’importance stratégique que put revêtir Amathonte dans sa politique si l’on rappelle que c’est depuis Chypre et la Syrie, qu’il contrôlait depuis 311, qu’Antigone lança une offensive contre l’Égypte, dès 306.

  • 25 Communication orale de Thierry Petit, que nous remercions pour cette information.

13Le retour des Lagides s’opère cependant douze ans plus tard, en 294. Dans le palais détruit, une monnaie de Ptolémée Ier date la première couche de remblai du palais25. Avec les deux monnaies du Poliorcète dans sa couche de destruction, ce sont les seuls témoignages objectifs dont on dispose sur le conflit violent qui a opposé les deux diadoques, puisqu’on ne sait rien, localement, de cet affrontement, hormis son résultat, connu par ailleurs, et qui intègre l’île au royaume lagide cette année-là. Même si les traces en sont ici peu perceptibles, les conséquences sont, elles, bien réelles, on le verra.

Amathonte sous les premiers Lagides

Désintérêt de Ptolémée Ier Sôter pour Amathonte ?

14La vie locale fut-elle affectée par le bouleversement politique ?

  • 26 Cf. la contribution d’E. Raptou dans ce volume et Balandier 2016 sur les résultats des fouilles des (...)
  • 27 Sur la datation du théâtre, voir en dernier lieu Barker 2016.

15En fait, l’archéologie ne fournit guère d’éléments, à Chypre, qui puissent être datés du règne de Ptolémée Ier Sôter. Il en va ainsi, par exemple, à Paphos, où les recherches récentes ne permettent pas de dire si la ville s’est développée sous son règne, ou plutôt sous celui de ses successeurs26. On remarquera cependant que la construction du théâtre a été datée de l’extrême fin du ive s. av. n.è., voire au début du iiie s.27 ; on en conclut que ce monument semble donc bien être une création antigonide et l’on ne voit pas quelle autre construction pourrait être attribuée au Lagide.

  • 28 Sur la stratégie d’implantation de Ptolémée Sôter en Syrie-Phénicie, cf. Balandier 2014b, p. 169-18 (...)

16Il semblerait donc que Ptolémée Sôter se soit contenté d’implanter des garnisons, sans procéder à de grands travaux urbanistiques dans une île sur laquelle il avait définitivement établi son contrôle. Rappelons que, depuis 294 et jusqu’à la fin de son règne, en 283, Chypre n’est pour lui qu’une possession parmi d’autres. Elle revêt alors moins d’importance stratégique pour l’Égypte que la Syrie-Phénicie ou même que la mer égée, où sa flotte est alors stationnée. Rappelons aussi que Ptolémée a déployé au moins autant de moyens pour tenter de reprendre à Antigone le contrôle de la Syrie méridionale, dont ce dernier était maître depuis 311, que pour obtenir celui de Chypre : dans les deux cas, il semble avoir procédé plus à l’implantation de garnisons qu’à des fondations urbaines. De fait, les données archéologiques permettent de recenser plus de travaux de construction attribuables au règne du premier Lagide en Syrie méridionale qu’à Chypre28. Pour Ptolémée Sôter, c’est cette Syrie méridionale qui est en effet destinée à être le fer de lance de sa thalassocratie, comme en témoigne la refondation du port achéménide d’Akko sous le nom de Ptolémaïs, Chypre ne jouant, d’une certaine façon, que le rôle de proteichisma de la côte phénicienne.

  • 29 Dans Aupert 1996, p. 54-55, l’on pense encore à une reconstruction hellénistique d’ensemble. Il a f (...)
  • 30 Datation après une nouvelle expertise des monnaies par A. Destrooper, données comme un siècle plus (...)

17Le cas d’Amathonte est particulièrement clair à cet égard. Tout ce que l’on peut y attribuer au premier Ptolémée, c’est en effet l’abandon de l’œuvre entreprise par Antigone et Démétrios. Les destructions des vestiges de la muraille (et de la ville en général) ont été si importantes que nous avons mis longtemps à nous apercevoir en effet que, si la muraille hellénistique présentait de si grosses lacunes, c’était en raison, non pas de son pillage, mais d’une non-existence due à son inachèvement29. À la porte ouest, le grand mur de bord de mer n’a jamais atteint la falaise de l’acropole : entre les deux, on ne trouve plus qu’une carrière préparatoire et un début d’installation de blocage parementé. À la porte est, la courtine n’a jamais été construite au nord de la tour 7 ; au sud, elle s’est arrêtée avant la porte et son élévation n’a jamais dépassé la cinquième assise (flèches de la fig. 7). À la porte nord, le flanc ouest de la tour-plateforme 3 (fig. 1, n° 5, t.3) n’a jamais été construit (fig. 9) et la réfection du parement de la courtine à l’ouest de la tour 4 n’a jamais atteint cette plateforme 3. C’est ce chantier de la porte nord (aire 5) qui nous a apporté à la fois la marque de l’abandon définitif du projet et sa datation. Cet abandon y est en effet concrétisé par la construction d’une stoa 16 (fig. 10) et du dallage d’une voie d’accès, qui chevauchent le rempart ancien, rempart qui avait pourtant été préparé, nous l’avons vu, pour une reconstruction. Ces installations interdisent désormais tout projet de cet ordre. Or, nous en connaissons, une fois n’est pas coutume, la date avec quelque précision : elles ont été construites sous Ptolémée II, entre 283 et 265, comme l’indiquent quelque dix monnaies de ce prince déposées dans leurs fondations30. Entre 294 et le décès de Ptolémée Sôter en 283, rien ne s’est donc passé dans ce secteur. Il en va de même à la tour 7 (fig. 1, n° 2) : la construction de la courtine qui se détache de la tour en direction du sud s’est arrêtée, une couche d’abandon s’est accumulée sur son lit d’attente (fig. 7, au-dessus des flèches) et il faut attendre le viie s. de n.è. et les invasions arabes pour que l’on y superpose une construction hâtive.

Fig 9 — La tour 3 (porte nord) en cours de restauration.

Fig 9 — La tour 3 (porte nord) en cours de restauration.

Le dernier bloc visible à droite est aussi le dernier de l’assise du flanc ouest de la tour. Le muret en pierres sèches qui suit est une protection moderne contre le colluvionnement.

Cliché P. Aupert.

18 

Fig 10 — Plan partiel du chantier de la porte nord.

Fig 10 — Plan partiel du chantier de la porte nord.

L’édifice 16 (en bleu), une stoa, occupe les tracés de la muraille et de la tour archaïco-classiques. Les renforts hellénistiques (en bleu) du parement interne de la courtine (en vert) et des caissons 5 à 11 ne correspondent à aucune reprise hellénistique de la courtine elle-même. La trame du carroyage est de 5 m.

P. Aupert, d’après les relevés de T. Koželj.

  • 31 J.-Y. Empereur dans Aupert 1996, p. 168.
  • 32 Yon 2006, p. 139.

19Cet arrêt se double de celui de la construction du port. Ses jetées inachevées ont même probablement entraîné un ensablement rapide du bassin31. Amathonte y perdit non seulement l’espoir de disposer d’un port en eaux profondes, mais probablement aussi l’accès à son port interne, sauf pour des barques de pêche. Le même constat a pu être fait pour le port de Kition, qui, comme celui d’Amathonte, « dépouillé de sa fonction d’arsenal militaire, redevient sans doute alors un simple accostage pour des navires de commerce, de pêche… »32.

Développement de nouveaux cultes, à partir de Ptolémée II Philadelphe

  • 33 Aupert, Flourentzos 2012-2013, p. 366-368.

20Dans le domaine religieux, en revanche, après 270-269, les dédicaces relativement nombreuses à Arsinoé33, aux côtés de l’Aphrodite de l’acropole, trahissent l’instauration d’une nouvelle idéologie qui, comme plus tard celle liée au culte impérial, installe le souverain aux côtés de la divinité poliade.

  • 34 Aupert 2006.
  • 35 Sur les divers aspects d’Aphrodite à Amathonte, voir Karageorghis J. 2008.
  • 36 Aupert 2008. Ce texte vient remplir le vide signalé par Karageorghis J. 2008, p. 139.

21La stoa 16, construite on l’a vu sur le tracé abandonné de la muraille nord, est une création du Philadelphe, dont les monnaies sont utilisées comme dépôts de fondation, un hapax à Amathonte. Elle est probablement liée à un premier état de la terrasse 17, dont l’effondrement a été mis en évidence par P. Leriche sous le mur nord de la phase impériale. Cette première terrasse supportait peut-être un temple tétrastyle ou distyle in antis : nous avons trouvé, en effet, dans les fondations de la stoa, un bloc gravé d’une élévation de ce type (fig. 11), qui a pu constituer l’évocation du projet. Il s’agit donc d’un complexe religieux, probablement consacré à Aphrodite, comme le disent deux inscriptions liées à sa réfection flavienne34. Mais il ne s’agit pas exactement de la même Aphrodite que celle de l’acropole35. Le sanctuaire de la déesse y est dit « dans les stèles ». L’on sait en outre qu’elle est associée à Adonis, au moins en 18 de n.è., d’après l’inscription d’une cruche ex-voto36, mais cette parédrie est probablement antérieure. Il est intrigant de constater qu’à la même date l’Aphrodision de l’acropole ne dispose d’aucune construction particulière, ni temple, ni stoa. En créant un nouveau lieu de culte d’Aphrodite, particulier (telle est bien la raison de la précision « dans les stèles », malheureusement obscure pour nous), le souverain lagide s’inscrit donc dans la tradition locale du culte de la Grande Déesse de Chypre, tout en écartant ce qu’elle pouvait avoir de lié au pouvoir royal antérieur. Lorsque Pausanias (IX 21, 2, 5) écrit qu’il existe à Amathonte un sanctuaire d’Adonis et d’Aphrodite, et Stéphane de Byzance, qu’à Amathonte on honorait un Adonis Osiris, l’on peut se demander s’ils évoquent le culte de l’acropole (où jusqu’à présent n’est apparue aucune attestation du dieu syrien) ou celui de la porte nord.

Fig 11 — Élévation d’un temple tétrastyle ou distyle in antis, gravé sur un bloc de la fondation de la stoa 16 (aire 5).

Fig 11 — Élévation d’un temple tétrastyle ou distyle in antis, gravé sur un bloc de la fondation de la stoa 16 (aire 5).

Cliché P. Aupert / EFA.

  • 37 Masson 1972, p. 201-203, pl. XXXIV:2 ; Hadjioannou 1978, p. 103-105 ; Hermary 1988, p. 101 ; Fourri (...)
  • 38 Sur ces cultes, voir Hermary 2012, p. 13-17.

22Au iiie s. encore (mais quand exactement ?) l’une des dédicantes à la Kypria, Eubiota, est l’épouse d’un prêtre de Zeus Orompatas37, dont le culte n’est pas autrement attesté en ville et une inscription apotropaïque mentionne la construction d’un temple de Héra, lui aussi non localisé, aux frais d’un donateur privé38.

  • 39 Fouillé par le Département des Antiquités (E. Procopiou), et publié par Flourentzos 2004 ; Hermary (...)

23Ailleurs, les cultes traditionnels continuent à provoquer le même type d’offrandes, avec toutefois un regain dès le début de l’époque hellénistique. Ainsi, l’extraordinaire souterrain cultuel39 de quelque 120 m de longueur sous la ville basse qui, s’il a été creusé sous la royauté amathousienne du ive s., connaît un regain de fréquentation à partir du iiie s., comme en attestent le matériel coroplastique, les lampes et une monnaie de Ptolémée Philopator. Il semble dédié à une divinité féminine qui a pris les traits d’Aphrodite et d’Artémis, mais la nature exacte du culte reste à déterminer, qui pourrait expliquer le gigantisme de l’entreprise, unique en son genre.

24Hormis le nouveau temple d’Aphrodite, rien ne vient signaler une quelconque entreprise urbanistique en ce début de la nouvelle ère ptolémaïque.

Une stagnation économique

  • 40 Aupert, Flourentzos 2008, p. 343.
  • 41 Il existe une très faible possibilité pour qu’une inscription du iie ou du ier s. av. n.è., trouvée (...)
  • 42 C. Petit-Aupert dans Aupert 1996, p. 178, corrigé dans Petit-Aupert à paraître. Il faut toutefois (...)
  • 43 Les relations commerciales avec la Phénicie s’effondrent. Le phénomène n’est pas limité à Amathonte (...)
  • 44 Aupert, Flourentzos 2008.
  • 45 Une inscription provenant du site de Karpasia, sur la côte nord de la péninsule du Karpas, mentionn (...)

25La perte de son port constitue du reste un handicap économique qui touche la ville peu après 294. A-t-elle pu le compenser en développant un autre port de son territoire, celui de Limassol (alors peut-être dénommé Mimisos)40, une douzaine de kilomètres à l’ouest ? En tout cas, nous ne connaissons pas de construction publique, habituel marqueur de prospérité, qui soit datable de cette époque41. Le seul renseignement dont l’on dispose sur l’état de la ville nous vient de ses campagnes. La prospection conduite par C. Petit-Aupert a montré que l’occupation semble particulièrement dense à l’époque hellénistique. En effet, trente-neuf sites implantés précédemment perdurent et quatre autres sont créés, soit un total, en légère croissance, de trente-deux établissements42. C’est cette exploitation du sol qui a permis de maintenir une vie économique locale43, alors que les autres ressources, bois de construction et minerais, étaient sans doute accaparées par le pouvoir. Il n’est du reste pas exclu que l’on puisse attribuer au début de la nouvelle période lagide la mise en place du système cadastral innovant dont l’existence est attestée au milieu du siècle suivant44. L’argument résiderait dans l’utilité d’un tel système pour l’institution de clérouchies, elles-mêmes liées à la présence de garnisons : simple argument de vraisemblance, encore dépourvu d’appui historique45.

26Hormis cet élément hypothétique, le passage de la royauté locale à l’intégration dans l’empire lagide a surtout été marqué par la faillite de son élévation au rang de pôle naval fortifié, qui aurait pu faire d’elle, sinon la capitale, du moins l’une des cités majeures de l’île.

  • 46 Aupert 1996, p. 54 ; Aupert 2009, p. 27-37.
  • 47 Fourrier, Hermary 2006, p. 40-41, n. 31.

27Le véritable renouveau amathousien, n’apparaît qu’au iie s., à la suite de la perte des possessions lagides au Levant, en 199, mais aussi en Egée, d’où les Ptolémées durent rappeler définitivement leur flotte en 14646. Bien qu’ils lui aient préféré Paphos, mieux placée sur la route entre Alexandrie et Rhodes, comme siège de leur flotte et de leur pouvoir politique et religieux, Amathonte bénéficie du regain d’intérêt ptolémaïque pour Chypre dans la deuxième moitié du iie s. av. n.è., ainsi que d’une amélioration des conditions économiques, voire démographiques. L’ensemble se marque par l’apparition de constructions, certes encore religieuses, comme le portique du temple d’Aphrodite de l’acropole (à la fin du siècle au plus tôt)47, mais surtout civiles, comme l’aqueduc et les fontaines et bains qui en dérivent, ou encore des portiques sur l’agora, avec l’attestation des premiers notables mécènes et donc le retour d’une certaine prospérité.

28Il aura donc fallu plus d’un siècle pour que la ville se relève de la dépression qui l’avait affectée après la chute de sa royauté.

Notes

1 Amandry 1984, p. 75.

2 Non plus que la Cyrénaïque, cf. Will 1960, p. 373-374, notamment note 16, p. 374. Rappelons que c’est Alexandre, sur son lit de mort, qui remit le sceau royal à Perdikkas d’après la Vulgate d’Alexandre (cf. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique XVII 117, 3 et Quinte Curce, Histoire d’Alexandre X 6, 16).

3 Hellmann, Hermary 1980, p. 259-266 ; s’y ajoute une inscription digraphe et bilingue mentionnant pour la première fois l’Aphrodite Kypria : Hermary, Masson 1982.

4 Un inventaire délien mentionne la dédicace par Androklès d’une couronne en or dans le temple d’Apollon, première fois où il apparaît en tant qu’Androkles Amathousion basileus, cf. IG XI 2, 135.

5 Ces souverains étaient ceux des royaumes de Kition, de Lapéthos, de Keryneia et de Marion.

6 P. Marchetti dans Aupert 1978, p. 948.

7 Aupert, Hermary 1983, p. 965.

8 Destruction attribuée à Ptolémée par Aupert 1996, p. 53-54. Des monnaies de Démétrios peuvent effectivement se trouver dans une couche de destruction ptolémaïque d’après 294, mais mieux vaut s’en tenir à ce qu’elles soient, au plus tôt, la signature de l’auteur de la destruction.

9 Empereur 1993, p. 135 ; Empereur, Koželj 2017.

10 Balandier 2014b, I, p. 263-265, fig. 31 et p. 285-287, fig. 46-48 ; II, p. 8, fig. 2 et p. 88-91, fig. 63-65.

11 Balandier 2014b, I, p. 263 sq. P. Leriche avait déduit de son étude de l’enceinte d’Ibn Hani qui comportait deux phases, l’une lagide et l’autre séleucide, que cette technique était « caractéristique de l’architecture du milieu du IIIe s. av. J.-C. dont elle formerait un témoin précis » (Leriche 1982, p. 69).

12 On attend beaucoup de la fouille conduite par Jean-Baptiste Humbert (École Biblique et Archéologique française) et par les archéologues palestiniens à Anthédon, dans la Bande de Gaza. Ce port de Gaza, vraisemblablement utilisé à l’époque perse, semble être devenu une ville d’importance sous ce nom après que les Antigonides aient contrôlé la région à la fin du ive s. av. n.è., cf. Balandier 2014b, p. 165-167. Notons qu’à Paphos, un appareil identique à boutisses seules peut être observé près du château ottoman, sur le port, dans les vestiges d’un mur qui semble correspondre à l’extrémité orientale du rempart Sud de la ville antique, à son raccordement avec le port. Il n’est malheureusement pas possible de le dater avec précision en l’absence de fouilles.

13 Voir Aupert, Leriche 1994, p. 338, et les rapports publiés dans les BCH 114 (1990), 116 (1992), 119 (1995), 131 (2007) et 132 (2008).

14 Une datation plus tardive a été envisagée dans Aupert, Leriche 1994, p. 338, mais une série de reprises de la coupe stratigraphique a montré que cette date, induite à partir de deux tessons de West Slope, n’était attribuable qu’au proteichisma.

15 Un tel dispositif de port intégré dans le périmètre défensif de la ville n’était pas une nouveauté à Chypre, puisqu’on le trouve à Kition dès l’époque classique (cf. Yon 2006, p. 131) et, vraisemblablement à Salamine, dès le règne d’Évagoras, cf. Balandier 2000, 2007, p. 153-154 et .

16 Will 1982, p. 57 et p. 68.

17 Découvert par la prospection générale de l’île entreprise par le Département des Antiquités dans les années 1960 et fouillé, à partir de 1972, par la mission italienne conduite par L. Quilici.

18 Quilici 1985, p. 189.

19 Balandier 2007, p. 153-154. L’hypothèse de la construction du premier port de Paphos par les Antigonides a été émise par Bekker-Nielsen 2000 et Balandier 2002, p. 332. Elle semble cependant difficilement recevable, d’une part en l’absence de tout vestige datable de cette période et, d’autre part, en raison de la capacité qu’a eue Ptolémée, encore en 306, de rassembler sa flotte à Paphos avant de faire voile vers Kition, puis Salamine pour tenter de contrer Démétrios. Le port de la future nouvelle Paphos peut avoir été aménagé soit à l’initiative de Nikoklès, le dernier roi paphiote, soit à celle de Ptolémée après sa première intervention dans l’île en 321 et plus vraisemblablement après la seconde en 312 : cf. Balandier 2014a, p. 186-188. Sur l’identification d’autres aménagements portuaires à Paphos, v. Balandier 2017.

20 Yon 2006, p. 138.

21 Hermary 2007.

22 Aupert 2009, p. 30-31.

23 Tassignon 2013.

24 Flourentzos 2007a ; Flourentzos 2008.

25 Communication orale de Thierry Petit, que nous remercions pour cette information.

26 Cf. la contribution d’E. Raptou dans ce volume et Balandier 2016 sur les résultats des fouilles des différentes missions travaillant à Paphos.

27 Sur la datation du théâtre, voir en dernier lieu Barker 2016.

28 Sur la stratégie d’implantation de Ptolémée Sôter en Syrie-Phénicie, cf. Balandier 2014b, p. 169-182 ; peu de vestiges peuvent être clairement datés du règne de Ptolémée Sôter à Chypre ; c’est sous le règne de son successeur, le Philadelphe, que semble se mettre en place une politique de fondations urbaines portuaires, cf. Balandier 2014a, p. 190-201.

29 Dans Aupert 1996, p. 54-55, l’on pense encore à une reconstruction hellénistique d’ensemble. Il a fallu étendre les chantiers des aires 2, 4 et 5, pour conclure à l’abandon du projet.

30 Datation après une nouvelle expertise des monnaies par A. Destrooper, données comme un siècle plus tardives dans Aupert 2009, p. 27.

31 J.-Y. Empereur dans Aupert 1996, p. 168.

32 Yon 2006, p. 139.

33 Aupert, Flourentzos 2012-2013, p. 366-368.

34 Aupert 2006.

35 Sur les divers aspects d’Aphrodite à Amathonte, voir Karageorghis J. 2008.

36 Aupert 2008. Ce texte vient remplir le vide signalé par Karageorghis J. 2008, p. 139.

37 Masson 1972, p. 201-203, pl. XXXIV:2 ; Hadjioannou 1978, p. 103-105 ; Hermary 1988, p. 101 ; Fourrier, Hermary 2006, p. 8 ; Hermary 2012, p. 13.

38 Sur ces cultes, voir Hermary 2012, p. 13-17.

39 Fouillé par le Département des Antiquités (E. Procopiou), et publié par Flourentzos 2004 ; Hermary 2012, p. 19.

40 Aupert, Flourentzos 2008, p. 343.

41 Il existe une très faible possibilité pour qu’une inscription du iie ou du ier s. av. n.è., trouvée sur l’agora, mentionne un théâtre, cf. Aupert, Flourentzos 2012-2013, p. 368-369. Ce serait la première allusion à un tel édifice à Amathonte, mais le texte est tellement effacé que l’on ne peut (si encore une fois la restitution est valide) savoir s’il s’agit d’un édifice déjà existant, de sa construction ou d’adjonctions, voire d’un événement en rapport avec lui.

42 C. Petit-Aupert dans Aupert 1996, p. 178, corrigé dans Petit-Aupert à paraître. Il faut toutefois avoir conscience que les données de prospection ne permettent pas toujours une datation plus précise, ne serait-ce que de la haute ou de la basse époque hellénistique.

43 Les relations commerciales avec la Phénicie s’effondrent. Le phénomène n’est pas limité à Amathonte : après la fin du ive s. av. n.è., les amphores phéniciennes deviennent fort rares à Chypre, cf. Marangou 2006. En revanche, dès la première moitié du iiie s., on constate, sans surprise, l’importation de vin égyptien et du sud-est de l’Égée, dont Rhodes après 250, cf. Marangou 2009, p. 353-354.

44 Aupert, Flourentzos 2008.

45 Une inscription provenant du site de Karpasia, sur la côte nord de la péninsule du Karpas, mentionne des fermiers résidant sur un domaine auquel ils paraissent avoir été attachés (cf. Mitford 1961b, p. 122-123, no 23 et Balandier 2014b, p. 192) : ils pourraient être des katoikountes, colons militaires ou civils pauvres, installés de façon irrévocable, à la différence des clérouques, qui bénéficient d’une concession royale. Rappelons que des clérouques sont connus hors d’Égypte, en Ammanitide, sous le règne de Philadelphe, et également dans le royaume séleucide à Europos (Doura), cf. Balandier 2014a, p. 188-189, p. 192-193 et n. 81, p. 189. Les Lagides peuvent donc bien avoir recouru à cette pratique à Chypre, et notamment à Amathonte, dès le début de leur contrôle de l’île. Le cosmopolitisme de la population amathousienne (Aupert 1996, p. 55) témoigne du brassage entraîné par la présence des garnisons.

46 Aupert 1996, p. 54 ; Aupert 2009, p. 27-37.

47 Fourrier, Hermary 2006, p. 40-41, n. 31.

Table des illustrations

Titre Fig 1 — Plan simplifié des différentes phases de l’enceinte d’Amathonte.
Crédits Relevé : M. et T. Koželj ; DAO : P. Aupert.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3066/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Fig 2 — Le môle Sud du port extérieur, avec son appareil de boutisses.
Crédits Cliché P. Aupert / EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3066/img-2.png
Fichier image/png, 488k
Titre Fig 3 — Plan de la tour à boutisses dans le port de la Tour de Straton (Césarée Maritime).
Crédits Dessin E. Rossignol, in Balandier 2014b, p. 264, fig. 31.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3066/img-3.png
Fichier image/png, 725k
Titre Fig 4 — La tour circulaire Nord-Ouest de l’acropole de Samarie.
Crédits Cliché C. Balandier.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3066/img-4.png
Fichier image/png, 5,1M
Titre Fig 5 — Le rempart de la porte sud-ouest, vu vers le sud.
Crédits Cliché P. Aupert / EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3066/img-5.png
Fichier image/png, 3,4M
Titre Fig 6 — Rempart avançant sur l’extrémité nord du môle est du port externe.
Crédits Vue vers le Sud. Cliché P. Aupert / EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3066/img-6.png
Fichier image/png, 273k
Titre Fig 7 — Angle entre la tour 7 (au fond) et la courtine qui se dirige vers la porte est et le port (à gauche). Les flèches indiquent la couche d’abandon de la construction.
Crédits Cliché P. Aupert / EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3066/img-7.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Fig 8 — Plan de Paleokastro (Agia Irini).
Crédits D’après Quilici 1985, p. 182, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3066/img-8.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig 9 — La tour 3 (porte nord) en cours de restauration.
Légende Le dernier bloc visible à droite est aussi le dernier de l’assise du flanc ouest de la tour. Le muret en pierres sèches qui suit est une protection moderne contre le colluvionnement.
Crédits Cliché P. Aupert.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3066/img-9.png
Fichier image/png, 6,3M
Titre Fig 10 — Plan partiel du chantier de la porte nord.
Légende L’édifice 16 (en bleu), une stoa, occupe les tracés de la muraille et de la tour archaïco-classiques. Les renforts hellénistiques (en bleu) du parement interne de la courtine (en vert) et des caissons 5 à 11 ne correspondent à aucune reprise hellénistique de la courtine elle-même. La trame du carroyage est de 5 m.
Crédits P. Aupert, d’après les relevés de T. Koželj.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3066/img-10.png
Fichier image/png, 397k
Titre Fig 11 — Élévation d’un temple tétrastyle ou distyle in antis, gravé sur un bloc de la fondation de la stoa 16 (aire 5).
Crédits Cliché P. Aupert / EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3066/img-11.png
Fichier image/png, 3,4M

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search