Version classiqueVersion mobile

Les royaumes de Chypre à l’épreuve de l’histoire

 | 
Anna Cannavò
, 
Ludovic Thély

Partie III – Les royaumes à l’épreuve de l’histoire : les transformations de l’époque classique

Quelques réflexions sur le monnayage d’Amathonte de l’époque classique

Evangéline Markou

Résumé

Contrairement à d’autres monnayages chypriotes en argent des périodes archaïques et classiques, le monnayage émis par les rois d’Amathonte a été étudié à deux reprises et en détail par Michel Amandry. Il a réalisé une première étude des monnaies en 1984 et puis, presque quinze ans plus tard, une étude revue avec l’ajout de monnayages inconnus auparavant. Cet article s’interroge sur deux thèmes majeurs qui concernent l’histoire des royaumes chypriotes de la période classique et qui font encore l’objet de recherches : l’attribution des émissions en argent d’Amathonte dites « d’Évagoras Ier », avec la lettre grecque « E », et la datation de la série dite « de Rhoïkos », avec le signe en syllabaire chypriote 󱝵 (ro).

Texte intégral

  • 1 Amandry 1984.
  • 2 Amandry 1997.
  • 3 M. Amandry a présenté les chroniques des publications de numismatique chypriote, de ventes des monn (...)
  • 4 Les travaux font partie des objectifs du projet de recherche SilCoinCy qui vise à réunir, puis étud (...)

1Le monnayage d’Amathonte a fait l’objet d’une étude préparée par Michel Amandry, qui a réuni la totalité des monnaies d’Amathonte connues au moment de la publication en 1984 dans les collections publiques et privées, il les a organisées par coins puis il a réussi à suivre la succession des rois et proposer le classement des différentes séries monétaires avec succès1. Dans cette première étude Amandry avait réuni cent-cinquante-sept monnaies d’Amathonte émises par au moins huit rois pendant une période de cent ans, de ca 460 à 350 av. J.-C. Treize ans plus tard, en 1997, le même auteur publia la suite : il ajouta aux émissions déjà connues soixante-dix-sept monnaies mises à jour surtout dans le commerce entre les années 1984 et 1997, et il enrichit par l’ajout des nouvelles variantes et coins la publication initiale, en proposant en parallèle des corrections ou des clarifications de ses premières attributions à la lumière de nouvelles découvertes des trésors où des exemplaires parus dans le commerce2. Entre 1997 et 2007 il y a eu encore des nouveaux exemplaires d’Amathonte qui ont été publiés, puisque d’une part Michel Amandry et d’autre part Anne Destrooper-Georgiades ont presenté des monnaies d’Amathonte dans leurs chroniques de publications dédiés à la numismatique chypriote, datant de 1998 à 2007 : Amandry dans les Cahiers du Centre d’Études Chypriotes et Destrooper-Georgiades dans Transeuphratène3. Les monnaies chypriotes qui ont paru dans les ventes entre 2007 et 2015 sont en train d’être cataloguées et classifiées : au moins une trentaine de monnaies d’Amathonte peuvent s’ajouter aux exemplaires connus, comme presenté en appendice à la présente contribution4. Dans le cadre de cet article je me propose de reprendre brièvement le monnayage des rois d’Amathonte – la typologie, les légendes monétaires, les dénominations et la circulation des monnaies – et d’avancer par la suite quelques réflexions sur deux émissions particulières qui méritent d’être discutées à la lumière des recherches récentes : la série qui fait figurer à l’exergue la lettre grecque E, dite « d’Évagoras Ier », et la série des émissions de Rhoïkos, caractérisée surtout par la présence du signe 󱝵 (ro) en syllabaire chypriote au revers.

Le monnayage des rois d’Amathonte

  • 5 Hérodote, V 104, 1.
  • 6 Hérodote, V 104, 3 ; 105, 1 ; 108, 1.
  • 7 Hérodote, V 114.
  • 8 Amandry 1984, p. 58. Pour une brève présentation du monnayage d’Amathonte cf. Markou 2011a, p. 86-8 (...)
  • 9 IGCH = Thompson, Mørkholm, Kraay 1973.
  • 10 Dikaios 1935 ; Destrooper-Georgiades 1984 et 2011 ; Markou 2011b.
  • 11 Pilides, Destrooper-Georgiades 2008.

2Amathonte figure chez Hérodote comme étant la seule ville chypriote qui, à l’aube du ve s., ne participa pas à la révolte de l’Ionie5. Elle fut assiégée par le roi de Salamine, Onésilos6. Ses citoyens le punirent après la victoire perse : ils lui coupèrent la tête et ils la suspendirent au-dessous des portes de la ville7. Cet épisode est le seul mentionné par les historiens pour le ve s. et les témoignages numismatiques sont aussi silencieux, puisque d’après les données des trésors, entre autres, les émissions les plus anciennes des rois d’Amathonte sont datées entre 460 et 4308. Les monnaies avec l’iconographie des lions, étroitement liée au répertoire de la ville, ne font pas partie du grand trésor de Larnaca (IGCH9 1272), enfoui entre 480 et 47010, même si nous devons considérer la possibilité que l’absence de monnaies d’Amathonte ne signifie pas nécessairement que ses rois n’ont pas frappé monnaie plus tôt. Au vu des découvertes récentes de monnaies chypriotes datant du début du ve s. av. J.-C., dont le trésor de Nicosie11, il est prudent de constater qu’au moins le début du monnayage chypriote nous est très mal connu.

  • 12 Karageorghis 1981b, p. 1016 ; Masson 1982, p. 150-151 ; Picard 1991, p. 171, nos 1-6.
  • 13 Masson 1982, p. 151.
  • 14 1/6e de sigle : Babelon 1910, no 1257 ; 1/12e et 1/48e de sigle : Amandry 1984, p. 68-69.
  • 15 Picard 1991, p. 171, no 7 (0,10 g.).

3Le roi d’Amathonte qui fit circuler les premières monnaies avec légendes en syllabaire, en étalon « local », dont le nom est inscrit sur les monnaies, est Wroikos. Le trésor mis à jour en 1980 dans la tombe 286 d’Amathonte12 comprenait onze faibles dénominations, et en particulier une tritè qui nous révéla le nom d’un roi, wo-ro-i-ko (󱝮󱝵󱜸󱞚), et représentait un lion couché à gauche. L’existence d’un roi Rhoïkos dans les textes littéraires a beaucoup facilité la lecture de la légende et a permis d’y lire Wroikos (Fροίκω)13. La plupart des exemplaires de ces types sont soit anépigraphes, soit porteurs de signes en syllabaire qui ne peuvent être mis en rapport avec aucun nom, et l’on connaît plusieurs dénominations qui s’échelonnent du 1/6e14 au 1/96e de sigloi d’étalon local, dont un exemplaire a été repéré dans les fouilles de la nécropole d’Amathonte15. Les noms des rois suivants sont connus partiellement et ne peuvent pour le moment pas être restitués : il s’agit des rois Lu(-) et Mo(-), dont les règnes sont placées entre 460 et 430 av. J.-C. d’après les témoignages des trésors de Dali (IGCH 1275 et IGCH 1276), enfouis entre 425 et 400 av. J.-C., et de celui de Vouni (IGCH 1278), enfoui aux alentours de 380 av. J.-C. Les types monétaires représentent au droit un lion couché à droite et au revers un protomé de lion rugissant à droite. Sur les émissions attribuées à Mo(-), un aigle est ajouté au droit au-dessus du lion couché.

  • 16 Diodore, XIV 98, 2.
  • 17 Amandry 1984, p. 70, nos 127a et 127b ; Amandry 1997, p. 38, no 127.
  • 18 Hill 1904, p. 3, no 7, pl. I, fig. 6 ; Babelon 1910, no 1265 ; Amandry 1984, p. 70, nos 127b, 124-1 (...)

4Dans les premières années du ive s. av. J.-C. on retrouve Amathonte dans les textes, et plus particulièrement chez Diodore, en compagnie de Soloi et de Kition, envoyer des ambassadeurs à Artaxerxès pour lui demander son aide contre Évagoras Ier de Salamine, qui avait établi son hégémonie « sur toutes les cités chypriotes »16, à l’exception probablement de ces trois royaumes qui s’adressèrent au Grand Roi. Pour des raisons de politique extérieure ce dernier fera la guerre contre Évagoras Ier, mais les sources ne font plus mention d’Amathonte. C’est de cette période que date un groupe de monnaies17 aux types caractéristiques d’Amathonte, avec des lions sur les deux faces – et une croix ansée devant le protomé de lion au revers d’une des émissions18 – et qui présentent deux changements importants : l’étalon monétaire choisi et l’écriture employée sur les légendes monétaires (fig. 1).

Fig 1 — Amathonte, roi E, AR 6,47 g.

Fig 1 — Amathonte, roi E, AR 6,47 g.

Bibliothèque nationale de France, département Monnaies, médailles et antiques, no Babelon 730D : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8535070b. SilCoinCy, base de données no A4569.

  • 19 Amandry 1984, p. 60.
  • 20 Sur le monnayage d’Évagoras Ier voir Spyridakis 1935 et McGregor 1998 ; sur ses émissions en or et (...)

5Ces monnaies ont été mises en rapport avec la période 391-386 av. J.-C., pendant laquelle Évagoras Ier avait pris possession, d’après les sources, de presque toute l’île19. Cette datation s’accorde d’une part avec nos connaissances de l’histoire de l’île, surtout en ce qui concerne le règne d’Évagoras Ier, et la lettre grecque « E » fait allusion aux légendes monétaires de Salamine, émises sous le règne du même roi, avec comme types la tête d’Héraclès ou Héraclès sur un rocher au droit et le bouc couché au revers. Depuis des années, l’attribution de ces monnaies était problématique. Pourquoi Évagoras Ier aurait-t-il continué à employer à Amathonte les types déjà existants, s’il avait conquis la ville ? Pourquoi a-t-il employé l’étalon dit « rhodien » ou « chiote » à Amathonte, du moment où il employait l’étalon local chypriote dans son propre royaume, à Salamine ? Pourquoi même aurait-il réduit son nom à une seule lettre, quand sur son propre monnayage à Salamine on trouve le plus souvent les deux premières lettres grecques, notamment EY, accompagnés de son titre et nom complet en syllabaire chypriote20 ?

  • 21 Markou 2011a, p. 259.
  • 22 Yon, Sznycer 1991, surtout p. 799-800.
  • 23 Watkin 1988, p. 26.

6Je suis très sceptique envers ce groupe de monnaies, pour des questions d’iconographie et d’étalon sans doute, mais aussi pour des raisons de politique monétaire d’Évagoras Ier. Je pense avoir demontré ailleurs qu’il est impossible continuer à accepter la proposition qu’Évagoras Ier aurait indiqué, cette fois sur son propre monnayage d’or, la conquête supposée de Golgoi, en ajoutant le signe 󱞚 (ko) sur ses dixièmes de statère d’or21. Un seul signe sur un monnayage restreint n’est pas le moyen, pour un roi, de faire connaître une conquête, et dans notre cas il nous manque les informations supplémentaires sur la conquête des autres villes par Évagoras Ier, même si on a des témoignages des coalitions, comme c’est le cas du trophée de Milkyatôn qui commémore la collaboration du roi de Salamine avec les Paphiens22. La série avec l’« E » à l’exergue peut être considérée dans la même logique : il me paraît plus probable qu’un roi d’Amathonte ait introduit le « E » grec sur une émission limitée, comme il avait déjà été proposé23, que de voir sur ces monnaies la marque du roi de Salamine.

  • 24 Masson 1983, p. 210, no 198 ; Amandry 1984, p. 60.
  • 25 Babelon 1910, no 1266 ; Masson 1983, p. 210, no 199 ; Amandry 1984, p. 41, no 129 ; Amandry 1997, p (...)
  • 26 Amandry 1984, p. 72, no 130 ; Egetmeyer 2010, p. 586, no 22.
  • 27 Amandry 1984, p. 61.
  • 28 Amandry 1984, p. 61-62.
  • 29 Nous connaissons des exemples de cette pratique dans plusieurs royaumes à Chypre: à Marion, le roi (...)
  • 30 Amandry 1984, p. 60.
  • 31 Amandry 1984, p. 73, no 132 ; Amandry 1997, p. 39, no 132.

7Les rois d’Amathonte suivants sont Pyrwos, dont la forme étéochypriote du nom constitue une particularité locale24, et Zôtimos (fig. 2), qui semble avoir produit un monnayage abondant25. Leurs règnes sont placés dans les vingt premières années du ive s., suivis par les émissions d’un roi dont le nom complet est Eutimos26, qui semble avoir réutilisé des coins employés pour le monnayage de son prédécesseur, Zôtimos27. Les deux monnayages sont liés par des coins communs, ce qui confirme leur succession28 mais aussi la pratique de la réutilisation des coins qui paraît être assez fréquente à Chypre29. Aux alentours de 380-370 av. J.-C. est daté le règne de Lysandros (fig. 3)30, dont des exemplaires ont été mis au jour parmi les monnaies des trésors de Cilicie (IGCH 1263), enfoui vers 370 av. J.-C., et de Chypre (IGCH 1280), enfoui vers 340/330 av. J.-C., suivi d’Epipalos, dont le règne se situe dans les années 370-360 av. J.-C.31.

Fig 2 — Amathonte, Zôtimos, AR 6,74 g.

Fig 2 — Amathonte, Zôtimos, AR 6,74 g.

Cambridge, The Fitzwilliam Museum, Department of Coins and Medals, CM.MC.9137-R : http://data.fitzmuseum.cam.ac.uk/​id/​object/​134234. SilCoinCy, base de données no A1904.

8 

Fig 3 — Amathonte, Lysandros, AR 5,35 g.

Fig 3 — Amathonte, Lysandros, AR 5,35 g.

Nicosie, Bank of Cyprus Cultural Foundation 1993-01-01. SilCoinCy, base de données no A6023.

  • 32 Hésychios, s.v. « Ροίκου κριθοποµπία » ; lexique de Souda, « ‘Ροίκου κριτοποµπία ».
  • 33 Babelon 1893, p. CXXXVI ; Babelon 1910, nos 1272-1277 ; Amandry 1984, p. 61.
  • 34 Étoile : Babelon 1910, no 1274 ; Amandry 1984, p. 74, no 133b ; Amandry 1997, p. 39. Croix ansée : (...)
  • 35 Picard 1991, p. 172, no 9.
  • 36 Babelon 1910, no 1276 ; Amandry 1984, p. 75, no 133b.
  • 37 Karageorghis, Karageorghis 1965, p. 18, nos 37-38 ; Amandry 1984, p. 75, no 133b:b.
  • 38 Markou 2011b, p. 409-410, fig. 10.
  • 39 Karageorghis, Karageorghis 1965, p. 36.

9Vers le milieu du ive s. date aussi traditionnellement l’épisode qui nous est transmis par le lexique de Souda et par Hésychios, qui mentionne un roi d’Amathonte (Rhoïkos) connu pour avoir envoyé de l’orge à Athènes afin de racheter sa liberté au moment où il fut fait prisonnier par les Athéniens32. L’attribution de monnaies à ce roi avait été facilitée par le signe en syllabaire 󱝵 (ro), qui avait amené E. Babelon à lui attribuer une série et la dater aux environs de 350 av. J.-C. (fig. 4)33. Sur des variantes figurent, au revers, une étoile à huit rayons ou une croix ansée dans le champ à droite34. Il en va de même pour les plus faibles dénominations, c’est-à-dire des oboles ou des hémioboles35 qui sont soit anépigraphes36, soit figurent au revers une étoile dans le champ à droit, dont deux exemplaires ont été trouvés dans le trésor de Méniko (IGCH 1279), enfoui aux alentours de 380 av. J.-C.37. Cette trouvaille, ainsi que le fait que « Rhoïkos » ne semble avoir émis que des monnaies divisionnaires, phénomène fréquent dans les trésors de la fin du ve - début du ive s.38, a amené M. Amandry à formuler deux hypothèses quant à la date de règne de ce roi : la première place son règne dans la deuxième moitié du ive s. et met ces émissions en rapport avec le roi connu par les sources littéraires ; l’autre, en se basant sur le témoignage du trésor de Méniko, propose une datation haute pour le règne du roi en question, soit le début du ive s.39.

Fig 4 — Amathonte, Ro(-), AR 2g.

Fig 4 — Amathonte, Ro(-), AR 2g.

Oxford, The Ashmolean Museum, HCR7172. SilCoinCy, base de données no A1802.

  • 40 Amandry 1984, p. 60-61.

10Est-il possible que Rhoïkos soit contemporain d’Évagoras Ier, ce qui le rangerait parmi les rois qui ont demandé l’aide du Grand Roi contre le roi de Salamine, comme l’a proposé M. Amandry40 ?

  • 41 Petit 2004, p. 20.
  • 42 Picard 1991, p. 172, no 179. La monnaie a été decouverte dans la tombe 263.
  • 43 Apice 2003.

11La découverte d’une ou plusieurs monnaies et leur datation sont des éléments plus solides qu’un texte littéraire tardif, qui pourrait bien faire référence au début du ve s. av. J.-C. et faire mention du premier Wroikos, qui aurait alors été capturé par Pausanias vers 478 av. J.-C., comme l’a proposé Petit41 : d’autre part la monnaie du trésor de Méniko, dont la date d’enfouissement en 380 av. J.-C. nous oblige à dater ces monnaies d’avant 350, remonte la chronologie des monnaies dites « de Rhoïkos » avant 380. La découverte d’un hémiobole dans les fouilles de la nécropole d’Amathonte, nous ramène même à la fin du ve s.42. Et si l’on tient compte du groupe des monnaies mis à jour en 200243, et l’on considère cet ensemble comme un « trésor », il n’est pas impossible que les deux monnayages discutés ici, celui avec l’« E » grec à l’exergue dit « d’Évagoras Ier », et celui avec le signe en syllabaire chypriote « ro » dit « de Rhoïkos » étaient consécutifs, ce qui expliquerait le fait qu’ils circulaient ensemble. Dans ce cas, l’on pourrait reconstituer la liste des rois d’Amathonte connus par les témoignages numismatiques, littéraires et épigraphiques, en plaçant les règnes du roi Ro(-) – Rhoïkos ? – et du roi « E » au début du ive s. av. J.-C., après le règne du roi Mo(-) et avant celui de Pyrwos (fig. 5).

Fig 5 — Succession des rois d’Amathonte.

Fig 5 — Succession des rois d’Amathonte.

Tableau de l’auteur.

  • 44 Arrien, Anabase d’Alexandre II 22, 2.
  • 45 Arrien, FGrH 156, frg. 10, 6.
  • 46 IG XI2 135, 39-41.
  • 47 Diodore, XIX 62, 6.

12En dehors des témoignages numismatiques du premier quart du ive s. av. J.-C., les autres sources restent muettes sur la dynastie royale d’Amathonte, mais on en retrouve mention en relation au siège de Tyr en 332 av. J.-C., lorsque Androklès, aux côtés d’Alexandre III, est cité comme l’un des trois chypriotes dont les quinquérèmes furent attaquées par les forces phéniciennes44. Le même roi, auquel aucune monnaie n’a été jusqu’à présent attribuée, se rangea par la suite aux côtés de Ptolémée Ier, comme nous le dit Diodore, en 321 av. J.-C.45, mais même si en tant que roi d’Amathonte Androklès offrit quelques années plus tard, en 313 av. J.-C., une couronne d’or à l’Apollon de Délos46, il fut forcé de fournir des garanties ou des garants à Seleucos47. Ce passage n’est pas tout à fait clair, néanmoins il constitue la dernière mention de ce royaume.

Les monnaies d’Amathonte dans le commerce

  • 48 Apice 2003, catalogue des monnaies par R. Lanteri, p. 27-40, nos 21-149. Toutes les monnaies avec l (...)

13En 2002 un groupe important de monnaies d’Amathonte composé de plus de cent-cinquante monnaies d’argent, dont cinq avec l’« E » à l’exergue et cent-quarante-quatre tétroboles avec le signe en syllabaire 󱝵 (ro), a été rapatrié d’Italie – il a été confisqué à San Marino en 2002 et rendu à Chypre en 2004, suite à la collaboration réussie des autorités italiennes et chypriotes48. Ce groupe des monnaies, qui faisait probablement partie d’un trésor, est important puisqu’il ajoute cent-cinquante exemplaires à ceux déjà répertoriés par M. Amandry. Il est clair que les autorités n’ont réussi à confisquer qu’une partie des monnaies de l’ensemble, tandis qu’un nombre inconnu de monnaies est sans doute passé dans des mains privées. Cette constatation résulte de la recherche de monnaies chypriotes dans les ventes aux enchères dont font état Amandry et Destrooper-Georgiades dans leurs chroniques respectives (fig. 6) : les monnaies d’Amathonte apparaissent surtout dans les ventes des années aux alentours de 2002, date de la découverte du trésor en Italie, ce qui est sans doute lié à la circulation moderne des monnaies qui ont échappé aux autorités.

Fig 6 — Nombre des monnaies d’Amathonte dans les ventes aux enchères (1990-2015).

Fig 6 — Nombre des monnaies d’Amathonte dans les ventes aux enchères (1990-2015).

Tableau de l’auteur.

  • 49 CNG et Seaby, 25/3/1992, vente de ca cent-quarante monnaies chypriotes.
  • 50 Hermary 2002, p. 236.
  • 51 Wartenberg, Price, McGregor 1994, p. 16, no 140.
  • 52 Amandry 1997, p. 35, n. 32, annonçait la publication du trésor dans une étude séparée, mais la disp (...)

14Un autre pic de circulation des monnaies d’Amathonte dans les ventes est visible aux alentours de l’an 1992 (fig. 6). Celui-ci s’explique par la vente d’une grande collection de monnaies chypriotes49 : le trésor d’Amathonte 1989, dit « trésor de Vavla » et découvert au nord-est d’Amathonte50, mentionné dans le CH VIII, no 140 et contenant cent-cinquante-quatre monnaies dont soixante-onze d’Amathonte51, a été dispersé dans le commerce. La publication illustre douze de ces monnaies d’Amathonte, dont quelques unes ont été repérées par Destrooper-Georgiades dans une, peut être deux ventes aux enchères datées de 1991 et 199252, ce qui explique le pic de 1992.

15Un dernier pic, plus récent, date de 2012 et concerne douze monnaies d’Amathonte qui sont apparues dans le commerce (fig. 6). Dans ce cas aussi, c’est le suivi des ventes qui permet de repérer des exemplaires supplémentaires qui, pendant ces dernières années, se sont multipliés grâce aux nombreuses ventes électroniques. Il faut encore remarquer une multiplication d’exemplaires aux alentours des années 2012 et 2013, avec une trentaine de monnaies repérées jusqu’à présent. Il faut ajouter à ces exemplaires la vente d’un trésor sans doute composé d’au moins huit monnaies d’Amathonte de dénomination différentes, mais toutes faibles (voir ci-dessous dans l’appendice, ans 2013, no 10 ; fig. 6).

16Mais quelles monnaies sont représentées dans ces ensembles ? Les monnaies dites « de Rhoïkos », avec le signe 󱝵 (ro) en syllabaire ou avec les variantes déjà mentionnées, forment la grande majorité (fig. 7), même si des monnaies émises par d’autres rois sont aussi présentes, en quantités plus faibles. Les donnés évolueront sans doute après l’étude du matériel catalogué et classifié dans le cadre du projet de recherche SilCoinCy pendant les années à venir, mais il paraît que le monnayage de ce roi est la plus abondante dans le royaume. Par ailleurs, la datation haute permettrait de le mettre en relation avec les épisodes de la « guerre de Chypre » du début du ive s. av. J.-C.

Fig 7 — Répartition des monnaies d’Amathonte dans les ventes aux enchères (1997-2015).

Fig 7 — Répartition des monnaies d’Amathonte dans les ventes aux enchères (1997-2015).

Tableau de l’auteur.

Trésors et circulation

  • 53 Pour les trésors contenant des monnaies chypriotes, voir Destrooper-Georgiades 1990 et plus récemme (...)

17Le trésor de Larnaca (IGCH 1272), enfoui aux alentours de 480 av. J.-C., était composé de plus de cinq cents monnaies chypriotes mais ne comprenait aucune émission des rois d’Amathonte. Par contre des monnaies d’Amathonte étaient incluses dans les trésors de Dali I et II (IGCH 1275 et 1276), enfouis entre 425 et 420 av. J.-C. (seize exemplaires), Vouni (IGCH 1278), enfoui vers 390-380 av. J.-C. (un exemplaire), et Méniko (IGCH 1279), enfoui vers le milieu du ive s. (deux exemplaires)53.

  • 54 Picard 1991, p. 171-172, nos 1-9.
  • 55 Amandry 1997, p. 35-44 ; Destrooper-Georgiades 1999, p. 107.
  • 56 Destrooper-Georgiades 1998, p. 219 ; Destrooper-Georgiades 2006, p. 63.

18Ce tableau a été enrichi par des trouvailles inattendues. Tout d’abord, la découverte du trésor de la tombe 286 d’Amathonte, composé de six tritès et un ogdoémorion du roi Wroikos, une hémiecté du roi Mo(-) et un hémiobole du roi Ro(-)54. Ensuite la découverte du trésor dit d’Amathonte composé de monnaies divisionnaires55. Des années ’90 date la découverte du trésor dit « de Vavla », qui a paru dans CH VIII, 140 et qui comprenait plusieurs monnaies d’Amathonte entre autres. Ces monnaies ont été vendues dans deux ventes aux enchères, l’une en 1991 et l’autre en 1992, et l’interprétation selon laquelle ces monnaies formaient un trésor, qui aurait été découvert à Amathonte en 1989, a été contestée56.

Conclusions

19Les types employés par les rois d’Amathonte pour leur production monétaire resteront les mêmes durant la vie active et autonome de l’atelier, taillés d’abord et pour peu de temps selon l’étalon local, basé sur le sicle de ca 11 g., puis, et dès le début du ive s. av. J.-C., selon l’étalon dit « rhodien » ou « chiote », basé surtout sur des didrachmes de ca 7 g. et leurs subdivisions, dont le plus souvent des oboles. Toutes les monnaies sont en argent, les autres métaux ne se monnayèrent guère à Amathonte, et les monnaies trouvées sont dans leur grande majorité des fractions. Les rois du royaume sont connus dans leur quasi-totalité par les légendes monétaires (fig. 5).

20Les rois d’Amathonte emploient le syllabaire chypriote pour leurs légendes monétaires, la langue étéochypriote est utilisée pendant un certain temps et les légendes phéniciennes sont inexistantes. Peu de trésors nous ont fourni des exemplaires de rois différents, en nombre limité, mais parmi ceux-ci le trésor de Méniko (IGCH 1279) est d’une importance particulière, puisqu’il nous oblige à dater le règne du roi Ro(-) – Rhoïkos ? –, dont des exemplaires étaient inclus dans cet ensemble, du début du ive s. av. J.-C. Quant à l’hypothèse des émissions amathousiennes dites d’Évagoras Ier, avec la lettre grecque « E » à l’exergue, elle paraît peu plausible, à la lumière des recherches récentes sur la politique monétaire du roi de Salamine.

Remerciements

21Cette communication a été préparée dans le cadre du projet de recherche « Le monnayage en argent des rois de Chypre : numismatique et histoire de l’époque archaïque et classique, viie-ive s. av. J.-C. » (acronyme SilCoinCy 3731). Le projet a démarré à la fin du mois de janvier 2014, au sein de la Fondation Nationale Hellénique de la Recherche Scientifique, Institut des Recherches Historiques, Département d’Antiquité Grecque et Romaine (KERA). Le projet s’inscrit dans le cadre de l’opération « ARISTEIA II », qui fait partie du Quatrième objectif stratégique du programme « Éducation et éducation à vie » intitulé « Support au capital humain pour la promotion de la recherche et de l’innovation », du National Strategic Reference Framework (NSRF) 2007-2013, co-financé par des ressources nationales.

  • 57 Les textes sont accessibles en grec dans la section ΑΡΘΡΑ (http://kyprioscharacter.eie.gr/el/episth (...)

22Je profite de cette occasion pour remercier très vivement tous les collaborateurs du projet : d’abord les collaborateurs externes, parmi lesquels Anne Destrooper-Georgiades, qui a été chargée de rassembler la bibliographie consacrée à la numismatique chypriote, ainsi que plus de cinquante collègues dont les travaux scientifiques portent sur Chypre, qui ont accepté notre proposition de collaboration et qui ont partagé les résultats de leurs recherches scientifiques sous forme de textes publiés en ligne57. Par la suite, je tiens à remercier l’équipe technique et l’équipe scientifique du projet : G. Bourogiannis pour l’organisation générale, E. Athanasiou pour les vérifications et l’enrichissement du matériel numismatique, et surtout les numismates P. Papadopoulou, D. Gerothanasis et V. Psilakakou qui ont travaillé sur le matériel des catalogues des ventes dans la bibliothèque spécialisée de M. Basil Demetriadi. J’en profite pour remercier enfin M. Basil Demetriadi et Mme Patricia Felch pour nous avoir accordé l’accès à leur bibliothèque et nous avoir prêté leur aide pour ce travail.

Appendice : Monnaies d’Amathonte parues dans les ventes 2009-201558

Année 2009

231 Dix Noonan Webb (DNW), Londres, vente A8, 5/10/2008, no 5635. Amathonte, Rhoïkos (0,53 g.).

Année 2010

241 Spink & Son Ltd, Londres, The Numismatic Circular, Mars 2010, no GK2877. Amathonte, Rhoïkos (0,49 g.).

252 Hess-Divo AG, Zurich, vente 317, 27/10/2010, no 317. Amathonte, Rhoïkos (2,20 g.). Ex : Auktion Münzenhandlung F. R. Künker e.K., Osnabrück 104 (2005), no 295.

Année 2011

261 Stacks, Bowers & Ponterio, ANA auction, Août 2011, no 21542. Amathonte, Rhoïkos (2,23 g.).

272 Spink, Londres, Vente 11008, 23/3/2011, no 776. Amathonte, Rhoïkos (2,23 g.).

Année 2012

281 Baldwin A. H. & Sons Ltd, Londres, Argentum, 27/5/2012, no 18. Amathonte, roi Rhoïkos (0,51 g.).

292 Baldwin A. H. & Sons Ltd, Londres, Argentum, 27/5/2012, no 19a. Amathonte, roi Rhoïkos (0,34 g.).

303 Baldwin A. H. & Sons Ltd, Londres, Argentum, 27/5/2012, no 19b. Amathonte, roi Rhoïkos (0,47 g.).

314 Baldwin A. H. & Sons Ltd, Londres, Argentum, 3/11/2012, no 5. Amathonte, roi Rhoïkos (2,12 g.).

325 Munten- en PostzegelOrganisatie (MPO), Vente 36, 14-17/11/2012, no 88. Amathonte, Roi inconnu et/ou Wroikos (0,25 g.).

336 Munten- en Postzegel Organisatie (MPO), Vente 36, 14-17/11/2012, no 89. Amathonte, Roi inconnu et/ou Wroikos (0,10 g.).

347 Munten- en PostzegelOrganisatie (MPO), Vente 36, 14-17/11/2012, no 100. Amathonte, Roi « E » (6,70 g.).

358 Munten- en PostzegelOrganisatie (MPO), Vente 36, 14-17/11/2012, no 111. Amathonte, roi Rhoïkos (2,23 g.).

369 Munten- en PostzegelOrganisatie (MPO), Vente 36, 14-17/11/2012, no 112. Amathonte, roi Rhoïkos (2,22 g.).

3710 Munten- en PostzegelOrganisatie (MPO), Vente 36, 14-17/11/2012, no 113. Amathonte, roi Rhoïkos (0,59 g.).

3811 Munten- en PostzegelOrganisatie (MPO), Vente 36, 14-17/11/2012, no 114. Amathonte, roi Rhoïkos (0,35 g.).

3912 Numismatica Genevensis SA, Vente 7, 27-28/11/2012, no 248, Amathonte, roi Rhoïkos (2,06 g.).

4013 Classical Numismatic Group (CNG), Vente 91, 19/9/2012, no 349, Amathonte, roi Rhoïkos (2.23 g, 12 h.).

4114 Spink, Londres, Vente 12009, 28/3/2012, no 108. Amathonte, Zôtimos ? (6,59 g.).

4215 Spink, Londres, Vente 12009, 28/3/2012, no 107. Amathonte, Roi incertain (6,64 g.).

4316 Spink, Londres, Vente 12009, 28/3/2012, no 106. Amathonte, Roi incertain (6,57 g.).

4417 Spink, Londres, Vente 12026, 26/9/2012, no 352. Amathonte, Rhoïkos (2,16 g.). Ex : Spink, Londres, Vente 12009, 28/3/2012, no 109. Amathonte, Rhoïkos (2,16 g.).

Année 2013

451 Baldwin A. H. & Sons Ltd, Londres, Argentum, 1/6/2013, no 108. Amathonte, roi Rhoïkos (2,15 g.).

462 Baldwin A. H. & Sons Ltd, Londres, Argentum, 1/6/2013, no 109. Amathonte, roi Rhoïkos (0,50 g.).

473 Baldwin A. H. & Sons Ltd, Londres, FPL Hivers 2013, no AG044. Amathonte, roi Rhoïkos (0,51 g.).

484 Munten- en PostzegelOrganisatie (MPO), Vente 38, 15-18/5/2013, no 96. Amathonte, roi Rhoïkos (0,12 g.)

495 Munten- en PostzegelOrganisatie (MPO), Vente 38, 15-18/5/2013, no 111. Amathonte, roi Rhoïkos (2,12 g.)

506 Munten- en PostzegelOrganisatie (MPO), Vente 38, 15-18/5/2013, no 112. Amathonte, roi Rhoïkos (1,94 g.)

517 Emporium Hamburg Münzhandelsgessellschaft mbH, Hambourg, Vente 69, 4/4/2013, no 89. Amathonte, roi Rhoïkos (1,93 g.).

528 Fritz Rudolf Künker GmbH & Co, Vente 226, 11/3/2013, no 533. Amathonte, roi Rhoïkos (2,17 g.).

539 Fritz Rudolf Künker GmbH & Co, Vente 226, 11/3/2013, no 532. Amathonte, roi Rhoïkos (2,20 g.). Ex : Fritz Rudolf Künker, Vente 104, Osnabrück 2005, no 295.

5410 Spink, Londres, Vente éléctronique 13012, 26/3/2013, no 6. Il s’agit d’un groupe de 10 monnaies d’Amathonte, peut être un trésor, des poids suivants (1.64 g., 1.63 g., 0.78 g., 0.84 g., 0.93 g., 0.85 g., 0.71 g., 0.53 g. 2.00 g., 0.51 g.).

5511 Spink, Londres, Vente éléctronique 13012, 26/3/2013, no 5-1. Amathonte, roi Rhoïkos (2,20 g.).

5612 Spink, Londres, Vente éléctronique 13012, 26/3/2013, no 5-2. Amathonte, roi Rhoïkos (0,53 g.).

5713 Gorny & Mosch Giessener Münzhandlung, Vente 216, 15/10/2013, no 2609. Amathonte, roi Rhoïkos (2,21 g.).

5814 Spink, Londres, Vente éléctronique 13015, 2/12/2013, no 85-1. Roi inconnu et/ou Wroikos (3,16 g.).

Année 2014

591 Baldwin A. H. & Sons Ltd, Londres, Vente Argentum, 1/2/2014, no 16. Amathonte, roi Rhoïkos (2,15 g.)

602 Baldwin A. H. & Sons Ltd, Londres, Vente Argentum, 1/2/2014, no 17. Amathonte, roi Rhoïkos (2,11 g.)

613 Baldwin A. H. & Sons Ltd, Londres, Vente Argentum, 1/2/2014, no 18. Amathonte, roi Rhoïkos (0,52 g.)

624 Classical Numismatic Group (CNG), Triton XVII, 7/1/2014, no 354. Amathonte, roi Rhoïkos (6.49 g, 9 h.). Ex Triton XV, 3/1/2012, no 1259 ; Münzen und Medaillen 54 (26/10/1978), no 346 ; Walter Niggeler Collection (Leu/Münzen und Medaillen, 3/12/1965), no 448 ; Robert Jameson Collection, no 1622 ; J. Hirsch XVI (6/12/1906), no 672.

635 Jean Elsen & ses Fils S.A., Vente 120, 15/3/2014, no 85, Amathonte, Roi inconnu et/ou Wroikos (0,87 g.). Ex : Jean Elsen & ses Fils S.A., Vente 116, 16/3/2013, no 166.

646 Classical Numismatic Group (CNG), Vente éléctronique 328, 11/6/2014, no 216, Amathonte, roi Rhoïkos (0,53 g, 9 h.).

657 Spink, Londres, Vente éléctronique 14005, 25/6/2014, no 52. Amathonte, roi Rhoïkos (0,49 g.).

668 Pecunem, Gitbud & Naumann, vente 20, 2/8/2014, no 362. Amathonte, roi Rhoïkos (0,45 g.).

Année 2015

671 Pegasi Auctions, vente XXXIII, 10/11/2015, no 199. Amathonte, roi incertain (0,27 g.).

682 Roma Numismatics Ltd., Vente éléctronique 19, 1/8/2015, no 364. Amathonte, roi Rhoïkos (0,65 g.).

693 Spink, Londres, Vente éléctronique 15005, 15/7/2015, no 22. Il s’agit d’un groupe de 6 monnaies d’Amathonte formé de petites dénominations, peut être un trésor ou partie d’un trésor. Les poids s’échelonnent entre 0,12 à 0,38 g. (sans plus d’information).

704 Spink, Londres, Vente éléctronique 15005, 15/7/2015, no 23. Il s’agit d’un groupe de 25 monnaies d’Amathonte formé de petites dénominations, peut être un trésor ou partie d’un trésor. Les poids s’échelonnent entre 0,10 à 0,56 g. (sans plus d’information).

Notes

1 Amandry 1984.

2 Amandry 1997.

3 M. Amandry a présenté les chroniques des publications de numismatique chypriote, de ventes des monnaies et de collections dans Amandry 1998, Amandry 2002, Amandry 2005, et Amandry 2009a. A. Destrooper-Georgiades a publié les bibliographies de numismatique chypriote archaïque et classique des années 1982-2001 et 2002-2006 dans Destrooper-Georgiades 2002, Destrooper-Georgiades 2003 et Destrooper-Georgiades 2007a. Le même auteur propose aussi une mise au point sur les monnayages chypriotes dans Destrooper-Georgiades 2007b. Voir aussi la bibliographie numismatique chypriote dans les « Surveys » à l’occasion des Congrès Internationaux de Numismatique, notamment des années 2002-2007 chez Amandry 2009b et des années 2007-2013 chez Markou 2015b. La bibliographie numismatique chypriote des années 1836-2014, composée de plus de 600 entrées et compilée par A. Destrooper-Georgiades, est actuellement accessible en ligne avec possibilité de recherches simples ou compliquées à l’adresse suivante : http://kyprioscharacter.eie.gr/en/bibliography-database/search/.

4 Les travaux font partie des objectifs du projet de recherche SilCoinCy qui vise à réunir, puis étudier les monnayages en argent émis par les rois de Chypre. Les objectifs du projet sont présentés ici: http://kyprioscharacter.eie.gr. Jusqu’à présent les monnaies qui ont circulé dans des ventes publiques depuis le milieu du xixe s. jusqu’à nos jours au Royaume Uni, Allemagne, France, Belgique, Suisse et Italie ont été recensées et enregistrées. Il reste encore à terminer le recensement des monnaies vendues aux États-Unis – dont le nombre de ventes est important – et continuer à suivre les ventes en cours.

5 Hérodote, V 104, 1.

6 Hérodote, V 104, 3 ; 105, 1 ; 108, 1.

7 Hérodote, V 114.

8 Amandry 1984, p. 58. Pour une brève présentation du monnayage d’Amathonte cf. Markou 2011a, p. 86-88 et 2015a, p. 46-48 (grec) et p. 126-127 (anglais).

9 IGCH = Thompson, Mørkholm, Kraay 1973.

10 Dikaios 1935 ; Destrooper-Georgiades 1984 et 2011 ; Markou 2011b.

11 Pilides, Destrooper-Georgiades 2008.

12 Karageorghis 1981b, p. 1016 ; Masson 1982, p. 150-151 ; Picard 1991, p. 171, nos 1-6.

13 Masson 1982, p. 151.

14 1/6e de sigle : Babelon 1910, no 1257 ; 1/12e et 1/48e de sigle : Amandry 1984, p. 68-69.

15 Picard 1991, p. 171, no 7 (0,10 g.).

16 Diodore, XIV 98, 2.

17 Amandry 1984, p. 70, nos 127a et 127b ; Amandry 1997, p. 38, no 127.

18 Hill 1904, p. 3, no 7, pl. I, fig. 6 ; Babelon 1910, no 1265 ; Amandry 1984, p. 70, nos 127b, 124-126.

19 Amandry 1984, p. 60.

20 Sur le monnayage d’Évagoras Ier voir Spyridakis 1935 et McGregor 1998 ; sur ses émissions en or et sa politique monétaire cf. Markou 2011a, p. 113-118 (catalogue par coins), p. 156-163 (analyse métrologique), p. 217-218 (analyse de la composition metallique) et p. 258-263 (politique monétaire et commentaire historique).

21 Markou 2011a, p. 259.

22 Yon, Sznycer 1991, surtout p. 799-800.

23 Watkin 1988, p. 26.

24 Masson 1983, p. 210, no 198 ; Amandry 1984, p. 60.

25 Babelon 1910, no 1266 ; Masson 1983, p. 210, no 199 ; Amandry 1984, p. 41, no 129 ; Amandry 1997, p. 38.

26 Amandry 1984, p. 72, no 130 ; Egetmeyer 2010, p. 586, no 22.

27 Amandry 1984, p. 61.

28 Amandry 1984, p. 61-62.

29 Nous connaissons des exemples de cette pratique dans plusieurs royaumes à Chypre: à Marion, le roi Timochares emploie les coins de son prédécesseur Stasioikos Ier pour frapper son propre monnayage (Schwabacher 1946, p. 32-33). C’est aussi le cas des monnaies du roi Démonikos II de Lapéthos, qui emploie les coins usés de son prédécesseurs Andr(-) (Schwabacher 1947, p. 82), et même du roi de Paphos Zôwalios, qui emploie les coins de son prédécesseur Mineus pour frapper son propre monnayage (Schwabacher 1947, p. 90).

30 Amandry 1984, p. 60.

31 Amandry 1984, p. 73, no 132 ; Amandry 1997, p. 39, no 132.

32 Hésychios, s.v. « Ροίκου κριθοποµπία » ; lexique de Souda, « ‘Ροίκου κριτοποµπία ».

33 Babelon 1893, p. CXXXVI ; Babelon 1910, nos 1272-1277 ; Amandry 1984, p. 61.

34 Étoile : Babelon 1910, no 1274 ; Amandry 1984, p. 74, no 133b ; Amandry 1997, p. 39. Croix ansée : Hill 1904, p. 7, no 20, pl. II, fig. 24 ; Babelon 1910, no 1273 ; Amandry 1984, p. 73, no 133a.

35 Picard 1991, p. 172, no 9.

36 Babelon 1910, no 1276 ; Amandry 1984, p. 75, no 133b.

37 Karageorghis, Karageorghis 1965, p. 18, nos 37-38 ; Amandry 1984, p. 75, no 133b:b.

38 Markou 2011b, p. 409-410, fig. 10.

39 Karageorghis, Karageorghis 1965, p. 36.

40 Amandry 1984, p. 60-61.

41 Petit 2004, p. 20.

42 Picard 1991, p. 172, no 179. La monnaie a été decouverte dans la tombe 263.

43 Apice 2003.

44 Arrien, Anabase d’Alexandre II 22, 2.

45 Arrien, FGrH 156, frg. 10, 6.

46 IG XI2 135, 39-41.

47 Diodore, XIX 62, 6.

48 Apice 2003, catalogue des monnaies par R. Lanteri, p. 27-40, nos 21-149. Toutes les monnaies avec la lettre « E » sont indiquées dans le tab. II, ainsi que cent soixante des monnaies de Rhoïkos (tab. III-VIII). Voir aussi Destrooper-Georgiades 2007a, p. 147-148 ; Pilides 2014, p. 37.

49 CNG et Seaby, 25/3/1992, vente de ca cent-quarante monnaies chypriotes.

50 Hermary 2002, p. 236.

51 Wartenberg, Price, McGregor 1994, p. 16, no 140.

52 Amandry 1997, p. 35, n. 32, annonçait la publication du trésor dans une étude séparée, mais la dispersion des monnaies et les discussions suivies (par exemple l’avis de Destrooper-Georgiades 2006, p. 63, qui exprime ses doutes sur la nature de ce trésor ; voir aussi Destrooper-Georgiades 2000, p. 704), laissent la question en suspens.

53 Pour les trésors contenant des monnaies chypriotes, voir Destrooper-Georgiades 1990 et plus récemment Markou 2011b. Plus analytiquement : pour le trésor de Larnaca (IGCH 1272), voir Dikaios 1935, Robinson 1935, Destrooper-Georgiades 1984, Destrooper-Georgiades 2011 ; pour les trésors de Dali I et II (IGCH 1275 et 1276), voir Price 1969 ; pour le trésor de Vouni (IGCH 1278), voir Schwabacher 1946, Schwabacher 1947 ; pour le trésor de Méniko (IGCH 1279), voir Karageorghis, Karageorghis 1965.

54 Picard 1991, p. 171-172, nos 1-9.

55 Amandry 1997, p. 35-44 ; Destrooper-Georgiades 1999, p. 107.

56 Destrooper-Georgiades 1998, p. 219 ; Destrooper-Georgiades 2006, p. 63.

57 Les textes sont accessibles en grec dans la section ΑΡΘΡΑ (http://kyprioscharacter.eie.gr/el/episthmonikes-symboles/) et en anglais dans la section ARTICLES (http://kyprioscharacter.eie.gr/en/scientific-texts/) du site web Kyprios Character.

58 La liste a l’objectif de fournir les premiers éléments, mais elle ne prétend pas être exhaustive, puisque le dépouillement des catalogues de ventes n’a pas encore été completé.

Table des illustrations

Titre Fig 1 — Amathonte, roi E, AR 6,47 g.
Crédits Bibliothèque nationale de France, département Monnaies, médailles et antiques, no Babelon 730D : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8535070b. SilCoinCy, base de données no A4569.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3041/img-1.png
Fichier image/png, 426k
Titre Fig 2 — Amathonte, Zôtimos, AR 6,74 g.
Crédits Cambridge, The Fitzwilliam Museum, Department of Coins and Medals, CM.MC.9137-R : http://data.fitzmuseum.cam.ac.uk/​id/​object/​134234. SilCoinCy, base de données no A1904.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3041/img-2.png
Fichier image/png, 414k
Titre Fig 3 — Amathonte, Lysandros, AR 5,35 g.
Crédits Nicosie, Bank of Cyprus Cultural Foundation 1993-01-01. SilCoinCy, base de données no A6023.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3041/img-3.png
Fichier image/png, 586k
Titre Fig 4 — Amathonte, Ro(-), AR 2g.
Crédits Oxford, The Ashmolean Museum, HCR7172. SilCoinCy, base de données no A1802.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3041/img-4.png
Fichier image/png, 451k
Titre Fig 5 — Succession des rois d’Amathonte.
Crédits Tableau de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3041/img-5.png
Fichier image/png, 65k
Titre Fig 6 — Nombre des monnaies d’Amathonte dans les ventes aux enchères (1990-2015).
Crédits Tableau de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3041/img-6.png
Fichier image/png, 24k
Titre Fig 7 — Répartition des monnaies d’Amathonte dans les ventes aux enchères (1997-2015).
Crédits Tableau de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3041/img-7.png
Fichier image/png, 218k

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search