Version classiqueVersion mobile

Les royaumes de Chypre à l’épreuve de l’histoire

 | 
Anna Cannavò
, 
Ludovic Thély

Partie III – Les royaumes à l’épreuve de l’histoire : les transformations de l’époque classique

La grande inscription d’Amathonte (ICS 194 + 195) : une nouvelle étude épigraphique.  Rapport préliminaire

Massimo Perna

Résumé

Cet article est consacré à l’étude de la grande inscription d’Amathonte (AM 799a et b), trouvée à Chypre par P. Perdrizet pendant l’été 1896 et conservée au Musée du Louvre à partir du 1898. Tout d’abord sont prises en considération les circonstances de la découverte des pierres, qui ont été considérées, jusqu’à présent, comme deux fragments du linteau d’une tombe monumentale. En second lieu, l’auteur présente une analyse paléographique des signes, en essayant de comprendre s’il s’agit d’une seule inscription ou au contraire de deux inscriptions différentes, en discutant en même temps les lectures de Meriggi, Vendryes, Petit et plus récemment d’Olivier. L’analyse des signes a été effectuée directement sur les pierres à l’occasion de deux différentes périodes d’étude au Louvre, qui ont permis de réaliser un dessin nouveau de l’inscription, en profitant aussi des nouvelles photos.

Texte intégral

1La grande inscription d’Amathonte se compose de deux pierres conservées au Louvre sous le numéro d’inventaire AM 799a et b (fig. 1), retrouvées en 1896 dans un tombeau monumental en forme de puits à plusieurs mètres de profondeur, dans un endroit qui aujourd’hui ne peut pas être précisé davantage.

Fig 1 — Les deux inscriptions ICS 194 et 195.

Fig 1 — Les deux inscriptions ICS 194 et 195.

Photo Musée du Louvre.

2C’est seulement en 1911 que le conservateur du Louvre, R. Dussaud, se souvint de l’existence, dans son département, des deux pierres.

3La plus grande (AM 799a), retrouvée par Perdrizet, servait de linteau et la plus petite fut trouvée peu de temps après que Perdrizet eut quitté Chypre, exactement au-dessous de l’emplacement du linteau.

  • 1 Masson 1977, p. 321.
  • 2 Perdrizet 1896, p. 336, n. 1

4Olivier Masson a résumé tous les détails de la découverte de la grande inscription d’Amathonte (400-300 av. J.-C.) dans le BCH 101. Il écrit : « D’autre part, lors du bref passage de Perdrizet à Amathonte, on dut lui montrer, en un point non localisé de la nécropole, une tombe construite où se trouvaient les deux inscriptions étéochypriotes, ICS, 194 et 195, qui n’arriveront au Musée du Louvre qu’en 1898 [...] Peu de temps après cette découverte, Perdrizet en avait signalé l’importance en déclarant que par sa longueur, l’inscription (c’est-à-dire la plus grande pièce, ICS, 195, dégagée la première) dépassait la célèbre tablette d’Idalion »1. En effet Perdrizet écrit : « J’ai copié et estampé à Amathonte une inscription chypriote de grande valeur, la plus longue qui soit après la plaque d’Idalie. Elle sera publiée ultérieurement, ainsi que les plus intéressants des documents figurés recueillis »2. Masson ajoute : « Mais par la suite l’archéologue n’en donna jamais la publication, et n’en fit plus mention. On peut imaginer qu’il fut déçu en s’apercevant que le texte n’était pas susceptible d’être interprété par le grec. Comme on sait, c’est seulement plus tard, après la découverte méritoire de l’existence d’une langue “non grecque” ou étéochypriote, faite par Richard Meister que les pierres du Louvre furent enfin publiées par Vendryes ».

  • 3 Masson 1977, p. 317 et n. 26.

5Malheureusement le rapport de Perdrizet « plein d’informations précieuses » mentionné par Homolle dans une lettre retrouvée par Masson3 ainsi que le rapport d’ensemble transmis au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts n’ont pas été retrouvés.

  • 4 Les trois périodes d’études au Louvre ont été financées par l’INSTAP, qui a financé aussi tous mes (...)
  • 5 Masson 1983 [= ICS], nos 194 et 195, p. 204-206.

6Dans cet article je me contenterai de présenter les résultats préliminaires de l’étude épigraphique de la grande inscription d’Amathonte, en laissant de côté, pour le moment, les aspects linguistiques. Les nouvelles lectures, qui dérivent de ma nouvelle autopsie effectuée dans les réserves du musée du Louvre4, ont changé radicalement le texte des deux inscriptions publié précédemment par Olivier Masson5 et justifient donc une nouvelle étude de ce document.

7La grande inscription d’Amathonte est gravée sur deux blocs de pierre dont on a toujours pensé qu’ils devaient faire partie du même linteau, conservé sur une longueur d’environ 2,60 m. La petite pierre a une longueur de 56 cm et a été reconstituée à partir de trois fragments. La grande pierre est conservée sur 2,03 m de longueur et se compose de quatre fragments.

  • 6 Vendryes 1913, p. 273, n. 1 : « Sans doute en vue d’un remploi, qui ne parait pas avoir été effectu (...)
  • 7 Masson 1983, p. 205.

8Selon Vendryes6 et Masson7 le linteau avait été coupé afin d’être remployé ; tout d’abord parce que le côté droit de la petite pierre ne se raccorde pas avec le côté gauche de la grande pierre (fig. 2). En second lieu, la petite pierre présente sur son côté gauche beaucoup d’espace vide avant les cinq lignes d’écriture, tandis qu’à droite les lignes d’écriture s’arrêtent tout net sur la ligne de coupure. Enfin, les deux pierres ont aussi un angle de coupure divergeant. Par conséquent, si on suppose, à la suite de Vendryes et de Masson, que le linteau a été coupé, il faut forcement imaginer qu’une partie de la pierre a totalement disparu. Vendryes pense que cette partie était très petite, mais cela n’est pas démontrable et on ne peut pas non plus être sûr que le linteau ait été coupé et que, par voie de conséquence, les deux pierres étaient à l’origine unie.

Fig 2 — Détails de ICS 194 et 195.

Fig 2 — Détails de ICS 194 et 195.

Photo M. Perna.

9La petite pierre a été installée au Louvre pendant plusieurs années à la droite de la grande pierre, même si Vendryes avait supposé, bien avant, que le texte inscrit sur la petite pierre continuait sur le côté gauche de la grande pierre, jusqu’à la cassure oblique et qu’à la droite de cette cassure, il y avait une deuxième inscription.

  • 8 Masson 1983, p. 204-205, no 194.

10Masson8 a lui aussi publié les deux inscriptions de gauche comme un seul texte ; jusqu’à maintenant les deux pierres étaient donc considérées comme deux parties d’un même linteau sur lequel étaient gravées deux inscriptions différentes.

11Mais si nous regardons de près les deux pierres, nous nous rendons compte, d’abord, que la petite a une couleur qui vire au gris tandis que l’autre vire au jaune en surface et en profondeur. Deuxièmement, la surface de la petite pierre est plus polie, tandis que celle de la grande pierre est plus poreuse. Les signes de la petite pierre sont incisés plus profondément et la dimension des signes des quatre premières lignes d’écriture semble inférieure à celle des signes inscrits sur les lignes de droite.

12Examinons les arguments qui peuvent être invoqués en faveur de l’hypothèse selon laquelle les deux pierres composent une seule inscription. Tout d’abord le mot e-ne-mi-, sur la ligne 5 de la pierre de droite, semble être complété par le signe na inscrit sur la même ligne sur la pierre de gauche. En effet le mot est attesté aussi à la ligne 4 de la pierre de gauche (fig. 2) et il rappelle aussi le mot pu-e-ne-mi-na qui se lit sur une autre inscription amathousienne conservée à Oxford (ICS 193).

13Le second indice est que le signe o, dernier signe de la ligne 4 sur la pierre de gauche (fig. 2), semble être complété par la séquence -i-te, formant le mot o-i-te qui se lit trois fois dans les lignes 2 et 4 sur la pierre de droite. Enfin le signe a de la ligne 3 de la pierre de droite, suivi du signe na sur la pierre de gauche, semble former le mot a-na, très fréquent dans les textes d’Amathonte (fig. 2). D’autre part, l’espace situé entre les deux signes semble particulièrement important, surtout si l’on considère qu’une partie de la pierre, même mince, manque à cause de la cassure ; cette observation n’est donc pas valable. Les seuls arguments en faveur de l’hypothèse d’un seul texte sont donc les mots e-ne-mi-na et o-i-te. De plus, si on considère les différences physiques des deux pierres et la dimension différente des signes, que nous avons déjà mentionnées, la possibilité que les raccords dans les deux mots e-ne-mi-na e o-i-te soient une coïncidence n’est pas à exclure.

14En conclusion, je pense que ce raccord doit être pris avec prudence et que pour l’instant on ne peut pas trancher. Pour cette raison il vaut mieux continuer à présenter les deux morceaux comme une seule inscription (ICS 194). Mais pour l’étude linguistique de cette inscription il faut tenir compte de la possibilité que nous ayons affaire à deux inscriptions différentes.

15La première inscription (ICS 194) ne présente aucun nom grec, (à la différence de ICS 195) et pour aucun mot on n’a pu proposer de traduction satisfaisante. Un signe a disparu dans une lacune et un autre est endommagé.

16Après la nouvelle autopsie, la lecture de quatre signes a changé par rapport au texte publié par Masson.

17Passons maintenant à ICS 195, qui a livré des nouveautés plus intéressantes.

  • 9 Vendryes 1913, p. 274.

18Tout d’abord son aspect est très diffèrent de l’inscription de gauche, comme l’a bien souligné Vendryes9 ; en effet, celle-ci présente un trait ferme et appuyé. Le trait de ICS 195 est au contraire inégal et superficiel. La gravure est malhabile et irrégulière et les signes sont tantôt serrés les uns contre les autres tantôt étalés et espacés. L’aspect des deux inscriptions semble différent mais l’analyse des signes des deux inscriptions ne fournit pas d’éléments sûrs pour établir que nous avons affaire à deux lapicides différents.

  • 10 Masson 1983, p. 206.

19Masson10 a supposé la présence d’un certain nombre de noms grecs dans ICS 195. Ni-ka-to-ro, à la ligne 1, a été mis en relation avec Nìkandros ou Nìkator. O-na-sa-ko-ra-no-ti et o-na-sa-ko-ra-ni à la ligne 2 ont été mis en relation avec le nom Onasagòras ; Pa-po-no avec le toponyme Paphos, O-na-i-ti-mo avec le nom Onaìtimos.

20Comme on peut le constater dans la transcription de l’inscription à la fin de l’article, ces probables noms grecs ne sont pas modifiés.

21Le mot a-sa-to-wa-na-ka-so-ko-?, dans le texte de Masson (fin de la ligne 2), fort intéressant, est formé sur la racine wa-na-ka (wanax) ; après la nouvelle lecture il se lit a-sa-to-wa-na-ka-so-we-?

22Mais une nouvelle lecture qui change de manière importante le texte est une variante amathousienne du signe we, qui n’avait pas été reconnue dans cette inscription ; Masson lisait le signe comme un ko, en raison du mauvais état de la pierre (fig. 3).

Fig 3 — Détails du signe we lit par Masson ko.

Fig 3 — Détails du signe we lit par Masson ko.

Photo M. Perna.

  • 11 Hermary, Masson 1982, p. 239.

23Ce type de we présente une rotation de 90o par rapport à la forme la plus commune, et rassemble à une hache ; il est attesté – et cela a été reconnu par Masson et Hermary11 –, dans la fameuse inscription digraphe dédiée à Aphrodite Kypria (ICS 196e, fig. 4). Ils soulignent à ce sujet qu’« il est très probable qu’on a ici, en lisant le signe no 10 comme un we, une première attestation du roi Androklès, sous une forme non contracte correspondant à Androkléwes ». Comme on peut le constater, il s’agit du même signe de l’inscription ICS 195.

Fig 4 — Digraphe dédiée à Aphrodite Kypria (ICS 196e).

Fig 4 — Digraphe dédiée à Aphrodite Kypria (ICS 196e).

Hermary, Masson 1982, p. 237, fig. 90.

24On peut lire dans le dessin de l’inscription ICS 196e (fig. 4) à la fois un ko de forme commune et le we.

25Le même signe we tourné de 90o est attesté aussi sur une légende monétaire d’Amathonte (ICS 200), qui se lit e-we-ti-mo.

  • 12 Masson 1988.

26Un autre document où est attestée cette forme de we est la tablette en pierre (fig. 5) conservée au Cabinet des Médailles de Paris12, où on peut sans aucun doute lire, à la ligne 2, la forme su-mo-so-we-o. En effet, si on observe les autres attestations du signe ko, il présente toujours les deux traits verticaux plus ou moins divergents et un petit trait horizontal ou une petite courbe entre le sommet des deux traits. Et même dans l’inscription ICS 195, le signe ko existe dans sa forme commune, comme on le voit dans la fig. 6.

Fig 5 — Tablette en pierre.

Fig 5 — Tablette en pierre.

Cabinet des Médailles. Photo M. Perna.

27 

Fig 6    — Détails du signe ko.

Fig 6    — Détails du signe ko.

Photo M. Perna.

28La nouvelle lecture we à la place du ko qu’on lisait précédemment se présente six fois dans cette inscription et change donc plusieurs mots.

  • 13 Masson 1983, p. 206-209.

29La séquence que Masson lisait a-sa-to-wa-na-ka-so-ko-•• (et qui désormais doit être lue a-sa-to-wa-na-ka-so-we-••) ressemble beaucoup à la forme a-ra-to-wa-na-ka-so-ko-o-se attestée à la ligne 1 de la bilingue ICS 196d, désormais disparue (fig. 7)13.

Fig 7 — Inscription bilingue désormais disparue (ICS 196).

Fig 7 — Inscription bilingue désormais disparue (ICS 196).

Masson 1983, p. 208, fig. 57.

30En effet, si nous observons la seule photographie qui nous reste de cette inscription (fig. 8), nous constatons que, dans ce document également, il manque le trait horizontal du ko ; ici aussi, il est donc probable que nous avons affaire à un we dans sa forme amathousienne. Le mot se lit donc très probablement a-ra-to-wa-na-ka-so-we-o-se, même si le dernier signe dans le dessin ne ressemble pas du tout à un se.

Fig 8 — Détail de ICS 196.

Fig 8 — Détail de ICS 196.

Masson 1983, pl. XXIX:2.

31Il vaut la peine de signaler un mot nouveau, qui résulte des nouvelles lectures, attesté deux fois aux lignes 3 et 4 de l’inscription ICS 195 dans deux endroits très endommagés (fig. 9-10). Il s’agit du mot ko-i-ro-so-we-o. Grâce à ces deux attestations, il est possible de voir le ko et le we dans le même mot, ce qui confirme donc la lecture we que nous avons proposée ; il me semble que cet élément permet alors de trancher la question.

Fig 9 — Le mot ko-i-ro-so-we-o ligne 3 de ICS 195.

Fig 9 — Le mot ko-i-ro-so-we-o ligne 3 de ICS 195.

Dessin M. Perna.

32 

Fig 10 — Le mot ko-i-ro-so-we-o ligne 4 de ICS 195.

Fig 10 — Le mot ko-i-ro-so-we-o ligne 4 de ICS 195.

Dessin M. Perna.

33Toutes les nouvelles lectures seront prochainement vérifiées à nouveau sur la pierre au Louvre et l’inscription sera republiée avec une photo et un facsimilé de 1,30 m de longueur (à l’échelle 1/2). C’est seulement par la suite qu’il sera possible de reprendre l’étude linguistique de l’inscription.

34Quelle est donc l’importance de ces lectures nouvelles ? Nous avons, dans la grande inscription d’Amathonte, l’attestation d’une nouvelle désinence: -we-o, (avec les variantes -so-we-o et -so-we-o-se) et le signe we, tourné de 90° est maintenant attesté sur quatre autres documents : la tablette en pierre du Cabinet des Médailles, la monnaie avec la légende e-we-ti-mo (ICS 200), le digraphe avec la dédicace à Aphrodite Kypria (ICS 196e) et probablement la bilingue ICS 196d désormais disparue.

35Le texte de la grande inscription d’Amathonte, après cette nouvelle autopsie, présente des lectures nouvelles pour 48 signes sur 216, par rapport au texte publié par Masson. Ces 48 lectures nouvelles de signes ont changé la lecture de 24 mots. Il me semble donc que ces lectures offrent des éléments nouveaux pour les spécialistes de la langue amathousienne.

Notes

1 Masson 1977, p. 321.

2 Perdrizet 1896, p. 336, n. 1

3 Masson 1977, p. 317 et n. 26.

4 Les trois périodes d’études au Louvre ont été financées par l’INSTAP, qui a financé aussi tous mes déplacements dans plus de vingt musées dans dix pays différents. Je remercie chaleureusement Madame André-Salvini, directrice du Département des Antiquités Orientales du Louvre, qui a accepté de faire photographier à nouveau par un photographe professionnel la grande inscription ainsi que la plupart des inscriptions de la salle des antiquités chypriotes. Ces photos et, en même temps, les détails de tous les signes que j’avais photographiés en macro pendant mes périodes d’étude au Louvre, ont constitué la base de cette étude. Enfin, je dois remercier aussi mon maître, J.-P. Olivier, qui m’a fourni un dessin non publié de l’inscription qui représente son interprétation pour la lecture de plusieurs signes douteux.

5 Masson 1983 [= ICS], nos 194 et 195, p. 204-206.

6 Vendryes 1913, p. 273, n. 1 : « Sans doute en vue d’un remploi, qui ne parait pas avoir été effectué ».

7 Masson 1983, p. 205.

8 Masson 1983, p. 204-205, no 194.

9 Vendryes 1913, p. 274.

10 Masson 1983, p. 206.

11 Hermary, Masson 1982, p. 239.

12 Masson 1988.

13 Masson 1983, p. 206-209.

Table des illustrations

Titre Fig 1 — Les deux inscriptions ICS 194 et 195.
Crédits Photo Musée du Louvre.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-1.png
Fichier image/png, 800k
Titre Fig 2 — Détails de ICS 194 et 195.
Crédits Photo M. Perna.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-2.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Fig 3 — Détails du signe we lit par Masson ko.
Crédits Photo M. Perna.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-3.png
Fichier image/png, 222k
Titre Fig 4 — Digraphe dédiée à Aphrodite Kypria (ICS 196e).
Crédits Hermary, Masson 1982, p. 237, fig. 90.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-4.png
Fichier image/png, 42k
Titre Fig 5 — Tablette en pierre.
Crédits Cabinet des Médailles. Photo M. Perna.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-5.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Fig 6    — Détails du signe ko.
Crédits Photo M. Perna.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-6.png
Fichier image/png, 285k
Titre Fig 7 — Inscription bilingue désormais disparue (ICS 196).
Crédits Masson 1983, p. 208, fig. 57.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-7.png
Fichier image/png, 287k
Titre Fig 8 — Détail de ICS 196.
Crédits Masson 1983, pl. XXIX:2.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-8.png
Fichier image/png, 372k
Titre Fig 9 — Le mot ko-i-ro-so-we-o ligne 3 de ICS 195.
Crédits Dessin M. Perna.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-9.png
Fichier image/png, 134k
Titre Fig 10 — Le mot ko-i-ro-so-we-o ligne 4 de ICS 195.
Crédits Dessin M. Perna.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-10.png
Fichier image/png, 163k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/3031/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search